Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Page 12 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Sam 22 Oct 2016 - 10:25


Psaume 96
Cœur simple

Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
Joie pour les îles sans nombre !

Ténèbre et nuée l'entourent,
justice et droit sont l'appui de son trône.
Devant lui s'avance un feu
qui consume alentour ses ennemis.

Quand ses éclairs illuminèrent le monde,
la terre le vit et s'affola ;
les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur,
devant le Maître de toute la terre.

Les cieux ont proclamé sa justice,
et tous les peuples ont vu sa gloire.
Honte aux serviteurs d'idoles qui se vantent de vanité !
A genoux devant lui, tous les dieux !
Pour Sion qui entend, grande joie !
Les villes de Juda exultent
devant tes jugements, Seigneur !

Tu es, Seigneur, le Très-Haut
sur toute la terre :
tu domines de haut tous les dieux.

Haïssez le mal, vous qui aimez le Seigneur,
car il garde la vie de ses fidèles
et les arrache aux mains des impies.

Une lumière est semée pour le juste,
et pour le coeur simple, une joie.
Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ;
rendez grâce en rappelant son nom très saint.

MEDITATION

Le cœur simple. Mais qu’est-ce qu’un cœur simple pour Dieu ? Un cœur sincère et droit. Un cœur qui ne veut pas connaître la méchanceté et refuse la duplicité ou l’art destructeur du mensonge. Surtout un cœur qui aime, passionnément, sans se lasser, avec une fidélité inventive. Un cœur qui ne renonce pas devant les creux et les méandres de la vie, parfois ses abîmes.
Mais existe-t-il un tel cœur ? Un humain peut-il se prévaloir d’aimer ainsi ? De devenir un, véritablement lui-même. Non pour se regarder, mais au contraire pour se détourner de lui, au profit de la vie bonne, de la justice, pour d’autres.
Moi, Seigneur, je suis empêtrée dans mes ambiguïtés, ma part obscure, mes peurs, tout ce qui retient mon âme d’être vraiment libre, pour toi mon ami et mon Dieu ; pour d’autres, dont la peine, la question, la plainte, le silence, m’implorent.

En ton Fils, c’est ainsi que tu as vécu, l’homme vrai, le cœur pur. Non une pureté de séparation, hautaine, lointaine, mais celle qui traduit la blessure d’aimer avec justesse. « Heureux les cœurs purs » dis-tu dans les Béatitudes (*). Heureux ceux qui vont de compagnie, consentent à la douleur de l’amitié, du don. Ceux qui prennent tout ensemble : la peine et la joie, la colère et la douceur. Heureux ceux qui liguent de concert leur cœur, leur pensée, leur volonté, pour les orienter tous trois vers ce qui fait vivre, vers ce qui restaure. Là est l’unité véritable, la simplicité.
C’est ton courage seul qui peut nourrir ma pauvre force. La porter si nécessaire. Juste pour m’approcher de toi. De mon humanité aussi. Sur ce chemin, ta joie est offerte avec largesse, y compris par gros temps.





* Êvangile selon st Mathieu, chapître 5,
verset 8

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/iuKySDyWaGc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Dim 23 Oct 2016 - 9:16


Psaume 97
Sonnez, chantez, jouez

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s'est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s'est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d'Israël ;
la terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.

Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez ;
jouez pour le Seigneur sur la cithare,
sur la cithare et tous les instruments
au son de la trompette et du cor,
acclamez votre roi, le Seigneur !

Que résonnent la mer et sa richesse,
le monde et tous ses habitants ;
que les fleuves battent des mains,
que les montagnes chantent leur joie,
à la face du Seigneur, car il vient
pour gouverner la terre,
pour gouverner le monde avec justice
et les peuples avec droiture !

MEDITATION

« Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles. »

Quand on entonne un chant nouveau, on y met toute sa joie.

Quelle joie éclatante émane de ce psaume ! D’abord, il y a le chœur de ceux qui chantent. Puis ces voix sont accompagnées d’instruments tels que la lyre, la trompette et le cor. Laissez-vous porter par cette harmonie, puissante et joyeuse symphonie. Qui n’a jamais fait l’expérience d’une telle allégresse ? Lequel d’entre nous n’a jamais participé à de tels transports, soit en mêlant sa voix à d’autres voix qui montent vers le Seigneur, soit tout simplement en goûtant à la musique sacrée ?

Il est digne en effet de te bénir, Seigneur, parce que tes merveilles nous emplissent de joie. Dans notre vie, dans notre histoire, tu nous as montré que tu étais le Sauveur, notre Sauveur. La création toute entière avec les instruments de musique, se joint aux habitants du monde dans une vaste symphonie pour célébrer leur sauveur.

out ceux parmi nous qui ont admiré la beauté de la nature – celle de la montagne notamment – ont vécu, à l’unisson de cette joie où l’univers entier rend gloire au Seigneur.
« La terre et la mer acclament Dieu, les fleuves l’applaudissent et les montagnes crient de joie. »

Au chapitre 5 de l’Apocalypse, Saint Jean parle aussi d’un chant nouveau adressé, celui-ci, à Jésus, sauveur du monde. Ce sont les quatre vivants et les vingt quatre anciens qui l’entonnent. Ils sont rejoints par une multitude d’anges et par toutes les créatures de l’univers entier ; celles qui vivent dans le ciel, sur la terre, sous la terre et dans la mer. Une mise en scène extraordinaire pour chanter. Ils concluent leur chant en s’exclamant « A celui qui siège sur le trône ainsi qu’à l’Agneau, la louange, l’honneur, la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. »

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/y0-wtfEq_kY" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/BV_aL6QojYw" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Lun 24 Oct 2016 - 13:38


Psaume 98
Au pied de son trône

Le Seigneur est roi : les peuples s'agitent.
Il trône au-dessus des Kéroubim : la terre tremble.

En Sion le Seigneur est grand :
c'est lui qui domine tous les peuples.

Ils proclament ton nom, grand et redoutable,
car il est saint !

Il est fort, le roi qui aime la justice.
C'est toi, l'auteur du droit,
toi qui assures en Jacob la justice et la droiture.

Exaltez le Seigneur notre Dieu,
prosternez-vous au pied de son trône
car il est saint !
Moïse et le prêtre Aaron,
Samuel, le Suppliant,
tous, ils suppliaient le Seigneur,
et lui leur répondait.

Dans la colonne de nuée, il parlait avec eux ;
ils ont gardé ses volontés, les lois qu'il leur donna.

Seigneur notre Dieu, tu leur as répondu :
avec eux, tu restais un Dieu patient,
mais tu les punissais pour leurs fautes.

Exaltez le Seigneur notre Dieu,
prosternez-vous devant sa sainte montagne,
car il est saint,
le Seigneur notre Dieu.

MEDITATION

La grande diversité des visages de saints dans la communion des saints a de quoi troubler le sens de ce que « saint » veut dire. Elle peut rendre flous les contours de la sainteté elle-même. Pour retrouver ce sens, comment ne pas scruter la source de toute sainteté ? Car il est saint ! Car il est saint ! Car il est saint ! Cette triple affirmation de la sainteté de Dieu soutient ici la prière. Et quels traits offre-t-elle, cette sainteté qui se dit d’abord et surtout du Dieu saint ? Un mot revient plusieurs fois dans la bouche du psalmiste et d’autres mots, qui lui sont associés, viennent se ranger sous sa bannière et en renforcer le sens. Il n’est question ici que de justice et de justice encore, à travers le droit, la droiture et les lois. Dieu « aime la justice ».

l est « l’auteur du droit ». Il assure « la justice et la droiture ». « Car il est saint ! » Cette orientation très ferme du sens de « saint » vers la « justice » se retrouve à la toute fin de la Bible, au livre de l’Apocalypse. La sainteté de Dieu y est triplement acclamée par les quatre vivants : « Saint, saint, saint, le Seigneur Dieu » (*). Et la sainteté de Dieu, c’est la justice de son jugement : « Tu es juste, toi le saint, parce que tu as exercé le jugement » (**). Mais à quoi bon retrouver le sens de ce que « saint » veut dire ? Pourquoi la prière irait-elle dans ce sens ? Pourquoi, sinon pour ouvrir à une vie une voie de sainteté ? La finale de l’Apocalypse adresse ainsi à tout priant cet appel : « Que le juste pratique encore la justice et que celui qui est saint se sanctifie encore ! » (***).



* livre de l’Apocalypse, chapitre 4, verset 8
** chapitre 16, verset 5
*** chapitre 22, verset 11

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/UEs2J4SL-Ps" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Mar 25 Oct 2016 - 14:53


Psaume 99
L'allégresse chantante

Acclamez le Seigneur, terre entière
servez le Seigneur dans l'allégresse,
venez à lui avec des chants de joie !

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :
il nous a faits, et nous sommes à lui,
nous, son peuple, son troupeau.

Venez dans sa maison lui rendre grâce,
dans sa demeure chanter ses louanges
rendez-lui grâce et bénissez son nom !

Oui, le Seigneur est bon,
éternel est son amour,
sa fidélité demeure d'âge en âge.

MEDITATION

e chante sous la douche, dans la rue, au café. Je chante aujourd’hui je ne sais pas pourquoi. Je chante et on dirait que les oiseaux m’encouragent. Je chante et le soleil, et la pluie, et le vent se mêlent à mes paroles et continuent ma chanson. Eux et moi, tous ici habitons sa maison : le monde qu’il a fait, si beau, si grand et bon. Je chante : « C’est inutile de chanter vous savez, allez gagner des sous, soyez un peu sérieux ! » Mais ce matin je veux gaspiller ce que j’ai. Je veux être l’artiste ou la femme au parfum qui brise sans attendre le vase précieux sur le corps de Jésus préparé pour la gloire. Un peu de luxe, pour rien ; le plus beau des concerts, dans le plus grand palais : louange sur la terre, par tout ce qui y est.

Je chante et je sais bien que l’on pleure aussi, pas loin. Je chante sans mépriser la douleur et le doute. Je chante, au Christ mort, délaissé par les siens. Je chante car au Calvaire personne n’a pu bercer son agonie terrible. Je chante pour remédier à celui qui trahit. Je chante le réconfort de l’homme abandonné. Je chante, pour que la mort n’ait pas le dernier mot. Je chante sans raison, la raison n’y peut rien. Car ni science, ni effort, ni mérites ni peines, n’ont produit le miracle que mon péché non plus n’a pas pu empêcher : à l’instant, ce matin, je me suis réveillé. J’étais vivant, c’est bête, mais c’est immense aussi. Comme ressuscité, debout après la nuit. Je suis vivant, par Lui. Voilà, qui me suffit.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/cOQ2pS_KDVs" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Mer 26 Oct 2016 - 10:43

Psaume 100
Coeur tortueux et ambitieux


Je chanterai justice et bonté :
à toi mes hymnes, Seigneur !
J'irai par le chemin le plus parfait ;
il quand viendras-tu jusqu'à moi ?

Je marcherai d'un coeur parfait
avec ceux de ma maison ;
je n'aurai pas même un regard
pour les pratiques démoniaques.

Je haïrai l'action du traître
qui n'aura sur moi nulle prise ;
loin de moi, le coeur tortueux !
Le méchant, je ne veux pas le connaître.

Qui dénigre en secret son prochain,
je le réduirai au silence ;
le regard hautain, le coeur ambitieux,
je ne peux les tolérer.
Mes yeux distinguent les hommes sûrs du pays :
ils siégeront à mes côtés ;
qui se conduira parfaitement,
celui-la me servira.

Pas de siège, parmi ceux de ma maison,
pour qui se livre à la fraude ;
impossible à qui profère le mensonge
de tenir sous mon regard.

Chaque matin, je réduirai au silence
tous les coupables du pays,
pour extirper de la ville du Seigneur
tous les auteurs de crimes.

MEDITATION

Une belle dame de Florence vient trouver saint Philippe Néri. Elle confesse son goût pour la médisance. Philippe lui dit : « Vous allez prendre une poule. Vous parcourrez les rues en la plumant et ensuite vous reviendrez me voir. » Philippe a la réputation d’être excentrique, mais aussi d’être un saint. En maugréant, la bourgeoise s’exécute, puis retourne auprès de Philippe. Le confesseur lui dit : « Maintenant vous retournez dans les rues et vous ramassez les plumes – Mais c’est impossible, elles se sont certainement envolées ! – Eh bien Madame, il en est de même pour vos médisances : vous les lancez en l’air et elles sont difficiles à rattraper. Vous avez médit sur votre voisine, votre belle-mère, votre collègue ; vous n’avez pas mesuré la portée de vos propos.

Ce sont des petits fauves lâchés dans les rues. Ils font des dégâts et quand on s’en rend compte, il est trop tard pour les faire rentrer en cage. »
Il nous faut la force de l’Esprit-Saint pour retenir les paroles mauvaises. Quand elles sortent de notre bouche, c’est trop tard. Le mal est fait. Le monde serait bien meilleur si nous arrêtions de juger, de dénigrer et de balancer. Dans sa première homélie, le pape François a fait remarquer : « Un peu de miséricorde changerait l’ambiance. » Ce miracle est à notre portée. Que l’Esprit mette une garde vigilante à notre bouche ! Notre cœur se dilatera et le venin de la médisance ne risquera pas d’empoisonner le monde.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/PnKjSyF653o" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Jeu 27 Oct 2016 - 9:45


Psaume 101
D'Age en Age

Seigneur, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu'à toi !
Ne me cache pas ton visage
le jour où je suis en détresse !
Le jour où j'appelle, écoute-moi ;
viens vite, réponds-moi !

Mes jours s'en vont en fumée,
mes os comme un brasier sont en feu ;
mon coeur se dessèche comme l'herbe fauchée,
j'oublie de manger mon pain ;
à force de crier ma plainte,
ma peau colle à mes os.

Je ressemble au corbeau du désert,
je suis pareil à la hulotte des ruines :
je veille la nuit,
comme un oiseau solitaire sur un toit.
Le jour, mes ennemis m'outragent ;
dans leur rage contre moi, ils me maudissent.

La cendre est le pain que je mange,
je mêle à ma boisson mes larmes.
Dans ton indignation, dans ta colère,
tu m'as saisi et rejeté :l'ombre gagne sur mes jours,
et moi, je me dessèche comme l'herbe.

Mais toi, Seigneur, tu es là pour toujours ;
d'âge en âge on fera mémoire de toi.
Toi, tu montreras ta tendresse pour Sion ;
il est temps de la prendre en pitié : l'heure est venue.
Tes serviteurs ont pitié de ses ruines,
ils aiment jusqu'à sa poussière.

Les nations craindront le nom du Seigneur,
et tous les rois de la terre, sa gloire :
quand le Seigneur rebâtira Sion,
quand il apparaîtra dans sa gloire,
il se tournera vers la prière du spolié,
il n'aura pas méprisé sa prière.

Que cela soit écrit pour l'âge à venir,
et le peuple à nouveau créé chantera son Dieu :
« Des hauteurs, son sanctuaire, le Seigneur s'est penché ;
du ciel, il regarde la terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir. »

On publiera dans Sion le nom du Seigneur
et sa louange dans tout Jérusalem,
au rassemblement des royaumes et des peuples
qui viendront servir le Seigneur.

Il a brisé ma force en chemin,
réduit le nombre de mes jours.
Et j'ai dit : « Mon Dieu,
ne me prends pas au milieu de mes jours ! »

Tes années recouvrent tous les temps :
autrefois tu as fondé la terre ;
le ciel est l'ouvrage de tes mains.

Ils passent, mais toi, tu demeures :
ils s'usent comme un habit, l'un et l'autre ;
tu les remplaces comme un vêtement.
Toi, tu es le même ;
tes années ne finissent pas.
Les fils de tes serviteurs trouveront un séjour,
et devant toi se maintiendra leur descendance

MEDITATION

D’AGE EN AGE

« Mais toi Seigneur, tu es là pour toujours ».

Au commencement du monde, tu es là, et ton souffle ouvre dans le chaos la possibilité que ton amour prenne visage.
Au commencement du monde, quand Adam le terreux, qui lorsqu’il sourit te ressemble tant, se cherche une compagnie pour supporter la solitude, tu es là et lui façonne une vivante compagne. Et lorsqu’il se cache au jardin, saisi de honte après son premier mensonge, tu es là, tu le cherches, tu le guettes, tu l’appelles, lui qui semble ne plus être là. « Où es-tu ? »
Et lorsque Caïn, que tu aimais tant, a tué son frère, que tu aimais tant, tu es là, tu le cherches, tu le guettes, tu l’appelles, et tu graves sur son front cette marque qui le protègera des méchants.

Tu es là, pour retenir le couteau d’Abraham, et glisser à la place de son fils un bélier, qui passait par là.
Tu es là, quand ton peuple esclave en Égypte crie vers toi qu’il n’en peut plus. Tu es là, dans la nuit de son désert, comme un feu pour éclairer la route, et le jour comme une ombre pour l’abriter du soleil.
En exil, du côté des exilés,
affamé, du côté des affamés,
sans maison, du côté des sans maison,
et finalement cloué sur un morceau de bois, tu es là, comme un coupable avec les coupables.

« Emmanuel, Dieu avec nous », est le nom que tu as choisi, car si ton Fils s’est fait l’un de nous, Il demeure l’un de nous, lui qui est ton visage, ta présence qui est là pour toujours.
Tu es là.
Et ta présence en nous est notre identité la plus profonde.


<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/ReJJCdwo7Eg" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Ven 28 Oct 2016 - 9:22


Psaume 102
Bénis le Seigneur

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n'oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d'amour et de tendresse ;
il comble de biens tes vieux jours :
tu renouvelles, comme l'aigle, ta jeunesse.

Le Seigneur fait oeuvre de justice,
il défend le droit des opprimés.
Il révèle ses desseins à Moïse,
aux enfants d'Israël ses hauts faits.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d'amour ;
il n'est pas pour toujours en procès,
ne maintient pas sans fin ses reproches ;
il n'agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.

Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint ;
aussi loin qu'est l'orient de l'occident,
il met loin de nous nos péchés ;comme la tendresse du père pour ses fils,
la tendresse du Seigneur pour qui le craint !

Il sait de quoi nous sommes pétris,
il se souvient que nous sommes poussière.
L'homme ! ses jours sont comme l'herbe ;
comme la fleur des champs, il fleurit :
dès que souffle le vent, il n'est plus,
même la place où il était l'ignore.

Mais l'amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent,
est de toujours à toujours,
et sa justice pour les enfants de leurs enfants,
pour ceux qui gardent son alliance
et se souviennent d'accomplir ses volontés.
Le Seigneur a son trône dans les cieux :
sa royauté s'étend sur l'univers.

Messagers du Seigneur, bénissez-le,
invincibles porteurs de ses ordres,
attentifs au son de sa parole !
Bénissez-le, armées du Seigneur,
serviteurs qui exécutez ses désirs !
Toutes les oeuvres du Seigneur, bénissez-le,
sur toute l'étendue de son empire !

Bénis le Seigneur, ô mon âme !

MEDITATION

Bénir l’existence, telle qu’elle est. L’aimer comme elle se donne. Reconnaître le bienfait reçu et se réjouir du bien que les autres reçoivent, et non l’envier. Secret des bénédictions, nuit et jour. Car la bénédiction n’est pas naïveté, qui regarderait le monde et la vie avec des lunettes ensoleillées. Elle sait ce qui ronge l’homme. Ce qui le meurtrit. Mais elle a touché le salut, elle est un acte de croire. Bénir, c’est croire.
Croire que malgré la destinée du monde, notre Dieu est tendresse et pitié, qui met loin de nous nos fautes, qui ne profite de nos vulnérabilités, un Dieu qui fait justice et porte les humbles. Croire. Comme supplier, l’autre face de bénir, demande aussi de croire que quelqu’un entend. Je ne sais comment. Mais je le crois de tout mon être, de toute ma vie. Bénir est ce geste de gratitude sans lequel l’humain n’est pas lui-même.

Si tout est un dû, une évidence, ou une indifférence, alors quelque chose de notre humanité s’est éloignée en nous.
Gratitude devant la beauté de toute naissance, car elle est une victoire sur la mort et une promesse. Reconnaissance devant le visage ridé qui relate mieux qu’un livre l’histoire d’une vie, ou devant l’amitié, la beauté d’un paysage, d’une voix. Gratitude car sans don la vie humaine n’est plus. Le Dieu du psalmiste est celui du don : qui ne retient pas son offense, dont les entrailles restent accueillantes, qui délaisse sa colère et offre sa fidélité aux cœurs égarés.
Le priant qui bénit a traversé l’épreuve. Elle se love au creux de sa bénédiction. Alors ressemble-t-elle à un instant d’éternité. Comme un mot de passe qui nous est transmis ce matin encore.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/GkDwK1G0-2g" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Sam 29 Oct 2016 - 11:06


Psaume 103 1-23
Aux ânes et aux marmottes

Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Revêtu de magnificence,
tu as pour manteau la lumière !

Comme une tenture, tu déploies les cieux,
tu élèves dans leurs eaux tes demeures
des nuées, tu te fais un char,
tu t'avances sur les ailes du vent ;
tu prends les vents pour messagers,
pour serviteurs les flammes des éclairs.

Tu as donné son assise à la terre :
qu'elle reste inébranlable au cours des temps.
Tu l'as vêtue de l'abîme des mers :
les eaux couvraient même les montagnes ;
à ta menace, elles prennent la fuite,
effrayées par le tonnerre de ta voix.

Elles passent les montagnes, se ruent dans les vallées
vers le lieu que tu leur as préparé.
Tu leur imposes la limite à ne pas franchir :
qu'elles ne reviennent jamais couvrir la terre.Dans les ravins tu fais jaillir des sources
et l'eau chemine aux creux des montagnes ;
elle abreuve les bêtes des champs :
l'âne sauvage y calme sa soif ;
les oiseaux séjournent près d'elle :
dans le feuillage on entend leurs cris.

De tes demeures tu abreuves les montagnes,
et la terre se rassasie du fruit de tes oeuvres ;
tu fais pousser les prairies pour les troupeaux,
et les champs pour l'homme qui travaille.

De la terre il tire son pain :
le vin qui réjouit le coeur de l'homme,
l'huile qui adoucit son visage,
et le pain qui fortifie le coeur de l'homme.

Les arbres du Seigneur se rassasient,
les cèdres qu'il a plantés au Liban ;
c'est là que vient nicher le passereau,
et la cigogne a sa maison dans les cyprès ;
aux chamois, les hautes montagnes,
aux marmottes, l'abri des rochers.

Tu fis la lune qui marque les temps
et le soleil qui connaît l'heure de son coucher.
Tu fais descendre les ténèbres, la nuit vient :
les animaux dans la forêt s'éveillent ;
le lionceau rugit vers sa proie,
il réclame à Dieu sa nourriture.

Quand paraît le soleil, ils se retirent :
chacun gagne son repaire.
L'homme sort pour son ouvrage,
pour son travail, jusqu'au soir.

MEDITATION

Ce n’est pas seulement la tendresse du Christ pour le moindre des hommes qui nous parle de Dieu, c’est aussi la beauté du monde et la magnificence de la nature qui nous “disent” Dieu, qui nous disent une sagesse et une intelligence que nous n’avons jamais fini d’admirer. Nous sommes même capables d’aller à l’autre bout du monde pour en découvrir des beautés toujours nouvelles.
Ce n’est pas seulement le ciel et le mouvement des astres que célèbre ce psaume c’est beaucoup plus encore la richesse de la terre dès qu’elle est fécondée par les eaux, les eaux du ciel et par celles qui sortent de la terre, des sources et des fleuves. Des ânes sauvages et des oiseaux aux chamois et aux marmottes, tous ont leur part dans cette bonne et sage organisation du monde où l’homme cultive la terre et peut élever ses troupeaux.
L’ancien testament entretient la nostalgie d’un monde rural où chaque famille peut vivre en paix, chacun “sous sa vigne et sous son figuier, à condition que ce bonheur ne soit pas ruiné par les “désastres de la guerre” (*). La douceur de la fraternité (**) s’inscrit de manière naturelle dans l’horizon d’un monde que Dieu a revêtu de magnificence. Sa sollicitude ne se limite pas à l’homme, car elle s’étend à la nature toute entière, aux bêtes comme aux plantes.
Celui qui a créé ce monde avec une telle magnanimité est un Dieu écolo qui se réjouit de la formidable complémentarité de toutes les créatures entre elles. “L’ordre” que la société industrielle a voulu imposer à la nature est loin d’avoir la même “sagesse”.





* Livre de Michée, chapître 2, verset 8
** psaume 132

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/nFpHo51dmcY" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Dim 30 Oct 2016 - 8:45


Psaume 104 1-22
Une poignée d'immigrants

Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ;
chantez et jouez pour lui,
redites sans fin ses merveilles ;
glorifiez-vous de son nom très saint :
joie pour les coeurs qui cherchent Dieu !

Cherchez le Seigneur et sa puissance,
recherchez sans trêve sa face ;
souvenez-vous des merveilles qu'il a faites,
de ses prodiges, des jugements qu'il prononça,
vous, la race d'Abraham son serviteur,
les fils de Jacob, qu'il a choisis.

Le Seigneur, c'est lui notre Dieu :
ses jugements font loi pour l'univers.
Il s'est toujours souvenu de son alliance,
parole édictée pour mille générations :

promesse faite à Abraham,
garantie par serment à Isaac,
érigée en loi avec Jacob,
alliance éternelle pour Israël.
Il a dit : « Je vous donne le pays de Canaan,
ce sera votre part d'héritage. »
En ce temps-là, on pouvait les compter :
c'était une poignée d'immigrants ;
ils allaient de nation en nation,
d'un royaume vers un autre royaume.

Mais Dieu ne souffrait pas qu'on les opprime ;
à cause d'eux, il châtiait des rois :
« Ne touchez pas à qui m'est consacré,
ne maltraitez pas mes prophètes ! »

Il appela sur le pays la famine,
le privant de toute ressource.
Mais devant eux il envoya un homme,
Joseph, qui fut vendu comme esclave.

On lui met aux pieds des entraves,
on lui passe des fers au cou ;
il souffrait pour la parole du Seigneur,
jusqu'au jour où s'accomplit sa prédiction.

Le roi ordonne qu'il soit relâché ;
le maître des peuples, qu'il soit libéré.
Il fait de lui le chef de sa maison,
le maître de tous ses biens,
pour que les princes lui soient soumis,
et qu'il apprenne la sagesse aux anciens.

MEDITATION

Trop de place à l’église. Hier à la messe nous étions une poignée, migrants ballotés d’un clocher à l’autre, dimanche après dimanche, errant dans une paroisse grande comme un canton. Faudrait-il là-dedans rechercher Sa puissance ? Trouver Sa face dans ces visages vieillis au fond de nos chapelles ? Sur les doigts de la main, nous pourrions nous compter. Comptons-nous aujourd’hui pour ce Dieu de l’Alliance qui promit à nos Pères un si brillant avenir ? Nous voit-il, cette poignée, perdue dans cette nef ? Sommes-nous en sa poignée, serrés contre Son cœur ?
Esclaves, nous le sommes, d’un futur qui fait peur. Inquiets transits, mourant de ne croire en l’avenir. C’est fini, après nous qui veillera encore ?

Mais Jacob au désert, Lévi à sa table, et Marie à la Croix ? N’ont-ils pas eux aussi eu bien raison de dire : « C’en est fait, je suis mort, parce que Dieu meurt en moi. » Entravés par le doute, ferrés par l’abandon, captifs d’un avenir qu’ils n’espéraient même plus, ils furent les témoins de ce que Dieu peut faire quand l’homme est désarmé. Quand s’usera l’ultime stratégie sensée raccommoder la tunique trop vieille, quand nous aurons veillé jusque tard dans la nuit, en réunions futiles aux discours compliqués, quand rien ne tiendra plus qu’au miracle, à la grâce. Alors on pourra dire : Assez de souffrances, c’est le temps des prophètes ! Parce que l’homme ne peut rien, par Dieu tout est possible. Alors nous vivrons, car Il aura la place.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/kHpYSGrAr6U" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Lun 31 Oct 2016 - 10:24


Psaume 105 24-48
S'enfoncer dans sa faute

Ils dédaignent une terre savoureuse,
ne voulant pas croire à sa parole ;
ils récriminent sous leurs tentes
sans écouter la voix du Seigneur.

Dieu lève la main contre eux,
jurant de les perdre au désert,
de perdre leurs descendants chez les païens,
de les éparpiller sur la terre.

Ils se donnent au Baal de Pégor,
ils communient aux repas des morts ;
ils irritent Dieu par toutes ces pratiques :
un désastre s'abat sur eux.

Mais Pinhas s'est levé en vengeur,
et le désastre s'arrête :
son action est tenue pour juste
d'âge en âge et pour toujours.

Ils provoquent Dieu aux eaux de Mériba,
ils amènent le malheur sur Moïse ;
comme ils résistaient à son esprit,
ses lèvres ont parlé à la légère.

Refusant de supprimer les peuples
que le Seigneur leur avait désignés,
ils vont se mêler aux païens,
ils apprennent leur manière d'agir.

Alors ils servent leurs idoles,
et pour eux c'est un piège :
ils offrent leurs fils et leurs filles
en sacrifice aux démons.

ls versent le sang innocent,
le sang leurs fils et de leurs filles
qu'ils sacrifient aux idoles de Canaan,
et la terre en est profanée.
De telles pratiques les souillent ;
ils se prostituent par de telles actions.

Et le Seigneur prend feu contre son peuple :
ses héritiers lui font horreur ;
il les livre aux mains des païens :
leurs ennemis deviennent leurs maîtres :
ils sont opprimés par l'adversaire :
sa main s'appesantit sur eux.

Tant de fois délivrés par Dieu,
ils s'obstinent dans leur idée,
ils s'enfoncent dans leur faute.
Et lui regarde leur détresse
quand il entend leurs cris.

Il se souvient de son alliance avec eux ;
dans son amour fidèle, il se ravise :
il leur donna de trouver grâce
devant ceux qui les tenaient captifs.
Sauve-nous, Seigneur notre Dieu,
rassemble-nous du milieu des païens,
que nous rendions grâce à ton saint nom,
fiers de chanter ta louange !

Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
depuis toujours et pour la suite des temps !
Et tout le peuple dira :
Amen ! Amen !

MEDITATION

Le peuple d’Israël est dans le désert, errant à la recherche de la terre promise. Il a soif, près de Mériba. Il grogne, comme bien souvent. Pourtant Dieu lui a toujours procuré de l’eau, grâce au rocher de l’Horeb (*) qui marche avec lui. Mais son cœur est dur et doute chaque fois de la parole de son Seigneur. Il le met encore à l’épreuve.
Dieu est fatigué de cette attitude et laisse les siens au milieu de leurs idoles, de leurs Baals, qui ne parlent pas, ne sauvent, ne désaltèrent pas. « Vous ne m’avez pas cru », dit-il, plein de tristesse sans doute (**).
Mais voilà. Il est le Dieu vivant, lui. Son cœur ne s’était-il pas déchiré en entendant les cris de ce petit peuple qui pliait sous le joug des Égyptiens. À bras fort, il l’avait fait sortir.
Alors aujourd’hui, il ne peut oublier son amour. Aucune faute ne l’arrête, ni ne fait taire son cœur de père et de mère.
Il se rétracte, quitte sa colère et toute amertume. C’est Dieu qui revient pour sauver ces hommes qui rechignent à l’aimer. Il ne peut les laisser errer davantage. Il est leur Seigneur.
Il est notre Dieu et ne peut cesser d’aimer.
Nous aimons un Dieu qui se ravise. Non un dieu impassible qui regarderait méprisant nos fautes ou nos embardées. Mais un Dieu qui se retourne et laisse là le mal.
Il ouvre le chemin pour que revenir nous soit plus facile. Il est là à la porte.
Un Dieu au cœur d’homme. Jésus, qui sur la Croix se retourne vers le larron pour lui

annoncer le salut : aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis (***).
Rien n’est jamais perdu pour Dieu. Laissons le revenir vers nous.



* Livre de l’Exode, chapître 17, verset 1 à 6
** Livre des nombres, chapître 20, verset 12
*** Êvangile selon saint Luc, chapître 23, verset 43

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/912-JIKOX7A" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Mar 1 Nov 2016 - 9:59


Psaume 106 1-22
Sur des chemins perdus

Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !

Ils le diront, les rachetés du Seigneur,
qu'il racheta de la main de l'oppresseur,
qu'il rassembla de tous les pays,
du nord et du midi, du levant et du couchant.

Certains erraient dans le désert
sur des chemins perdus,
sans trouver de ville où s'établir :
ils souffraient la faim et la soif,
ils sentaient leur âme défaillir.

Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
et lui les a tirés de la détresse :
il les conduit sur le bon chemin,
les mène vers une ville où s'établir.

Qu'ils rendent grâce au Seigneur de son amour
de ses merveilles pour les hommes :
car il étanche leur soif,
il comble de biens les affamés !

Certains gisaient dans les ténèbres mortelles,
captifs de la misère et des fers :
ils avaient bravé les ordres de Dieu
et méprisé les desseins du Très-Haut ;
soumis par lui à des travaux accablants,
ils succombaient, et nul ne les aidait.
Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
et lui les a tirés de la détresse :
il les délivre des ténèbres mortelles,
il fait tomber leurs chaînes.

Qu'ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
de ses merveilles pour les hommes :
car il brise les portes de bronze,
il casse les barres de fer !

Certains, égarés par leur péché,
ployaient sous le poids de leurs fautes :
ils avaient toute nourriture en dégoût,
ils touchaient aux portes de la mort.

Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
et lui les a tirés de la détresse :
il envoie sa parole, il les guérit,
il arrache leur vie à la fosse.

Qu'ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
de ses merveilles pour les hommes ;
qu'ils offrent des sacrifices d'action de grâce,
à pleine voix qu'ils proclament ses oeuvres

MEDITATION

Ce cri est celui du grand rassemblement de tous les peuples, « les rachetés du Seigneur, (…) qu’il rassemble de tous les pays, du nord et du midi, du levant et du couchant » (*). Tous reviennent de loin, tous ont traversé de terribles angoisses.
« Certains erraient dans le désert, sur des chemins perdus » (**). Seul celui qui a déjà fait l’expérience d’être égaré dans un désert, dans une forêt ou en mer, peut témoigner de ce sentiment de profonde angoisse et de radicale impuissance. Vers quel guide sûr se tourner ?
Certains souffraient la faim et la soif et ils ont crié vers le Seigneur ! Comment ne pas évoquer les ravages de la famine sur des populations entières de notre terre commune ? Dieu entend le cri des pauvres, mais si nous faisons la sourde oreille et que nous ne changeons pas notre comportement, comment va-t-il leur rendre justice, étancher leur soif et combler de biens les affamés ?
Marie reprend ce verset dans son chant de joie, son Magnificat, car elle a compris que l’accomplissement de toute justice en ce monde passe désormais par Jésus, son enfant, et par la mission qu’il va confier à ses disciples et à tous les hommes de bonne volonté : « combler de biens les affamés ».
A cette humanité déboussolée et affamée, Dieu annonce sa bonne nouvelle à tous : « Il envoie sa Parole, il les guérit, il arrache leur vie à la fosse » (***).




* verset 3
** verset 4
*** verset 20

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/EbMtAeAiQh0" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Mer 2 Nov 2016 - 8:46




Psaume 107
Ton amour plus grand que les cieux

Mon coeur est prêt, mon Dieu,
je veux chanter, jouer des hymnes :
ô ma gloire !

Éveillez-vous, harpe, cithare,
que j'éveille l'aurore !

Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur,
et jouerai mes hymnes en tous pays.
Ton amour est plus grand que les cieux,
ta vérité, plus haute que les nues.

Dieu, lève-toi sur les cieux :
que ta gloire domine la terre !
Que tes bien-aimés soient libérés,
sauve-les par ta droite : réponds-nous !

Dans le sanctuaire, Dieu a parlé :
« Je triomphe ! Je partage Sichem,
je divise la vallée de Soukkôt.
« A moi Galaad, à moi Manassé !
Ephraïm est le casque de ma tête,
Juda, mon bâton de commandement.

« Moab est le bassin où je me lave ;
sur Édom, je pose le talon,
sur la Philistie, je crie victoire ! »

Qui me conduira dans la Ville-forte,
qui me mènera jusqu'en Édom,
sinon toi, Dieu qui nous rejettes
et ne sors plus avec nos armées ?

Porte-nous secours dans l'épreuve :
néant, le salut qui vient des hommes !
Avec Dieu nous ferons des prouesses,
et lui piétinera nos oppresseurs !

MEDITATION

Le monde est endormi. Ce n’est pas une nouvelle : il suffit de me voir hébété le matin, et d’imaginer ailleurs d’autres dormeurs semblables qui bailleront tout le jour. Bien sûr, on s’agitera, affairés, débordés, courant si nécessaire… mais au fond, mon cœur dort, personne qui le réveille.
Si au moins hier au soir j’étais allé danser. Si j’avais fait la fête toute la nuit durant ! Mon sommeil au matin pourrait bien s’expliquer. Mais je ne danse plus depuis fort longtemps. Ma vie s’est affadie dans un rythme banal.
Et qui parle de chants, d’instruments, et d’orchestre ? C’est Dieu ? Soyons honnête… ce n’est pas bien sérieux. C’est bien mieux : c’est tentant !
Il faut tendre l’oreille, pour entendre ce chant.

Les harpes les cithares, cachées au sanctuaire. Où est-il ce temple, où se joue le concert ? Où est-elle cette ville, d’où l’on chante victoire ? Y a-t-il encore des places pour le divin spectacle ? La musique viendra, tout droit de mon cœur même, ou encore d’un rire, ou d’un regard d’enfant. Elle viendra, cette danse, lorsque je chanterai, n’importe quelle victoire, fut-elle bien modeste : le pardon que j’ai eu la force de donner, l’amitié ou l’amour, et la fidélité. Et puis l’action de grâce, un chant pour remercier, car vivre est une chance. Transformer en musique tous les sons de ma vie ; transfigurer en danse tous mes pas vagabonds ; et faire du chaos où seul je m’endormais un concert incroyssonant, bigarré. Le monde s’est endormi ? J’irai le réveiller !

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/XDU3BcVSjno" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Jeu 3 Nov 2016 - 9:43


Psaume 108 1-15
Propos haineux

Dieu de ma louange,
sors de ton silence !

La bouche de l'impie, la bouche du fourbe,
s'ouvrent contre moi :
ils parlent de moi pour dire des mensonges ;
ils me cernent de propos haineux,
ils m'attaquent sans raison.

Pour prix de mon amitié, ils m'accusent,
moi qui ne suis que prière.
Ils me rendent le mal pour le bien,
ils paient mon amitié de leur haine.

« Chargeons un impie de l'attaquer :
qu'un accusateur se tienne à sa droite.
A son procès, qu'on le déclare impie,
que sa prière soit comptée comme une faute.
« Que les jours de sa vie soient écourtés,
qu'un autre prenne sa charge.
Que ses fils deviennent orphelins,
que sa femme soit veuve.

« Qu'ils soient errants, vagabonds, ses fils,
qu'ils mendient, expulsés de leurs ruines.
Qu'un usurier saisisse tout son bien,
que d'autres s'emparent du fruit de son travail.

« Que nul ne lui reste fidèle,
que nul n'ait pitié de ses orphelins.
Que soit retranchée sa descendance,
que son nom s'efface avec ses enfants.

« Qu'on rappelle au Seigneur les fautes de ses pères,
que les péchés de sa mère ne soient pas effacés.
Que le Seigneur garde cela devant ses yeux,
et retranche de la terre leur mémoire ! »

MEDITATION

Voilà que le psalmiste appelle la vengeance de Dieu sur ses ennemis ! Psaume imprécatoire, qui voue aux enfers dès ici-bas l’adversaire tortueux. Que ce salopard obtienne ce qu’il mérite ! Que Dieu me fasse justice ! Nous sommes mal à l’aise avec ce psaume. Tellement gênés que les moines, les religieuses et les curés l’ont gommé du bréviaire, leur livre de prières. On voudrait un psautier qui ne parle que de louanges et d’amour. On aimerait bien expurger les textes des ferments de violence et de vengeance. On voudrait une religion pure, tendre, miséricordieuse. Mais ce ne serait plus alors la religion de l’incarnation. S’il y a dans l’homme une grande aspiration à l’amour et à la paix, il y a aussi dans l’homme cet instinct de violence, la jalousie et le goût du sang. Si la Bible ne faisait pas écho de ces pulsions sanguinaires, elle serait un joli livre de morale lénifiante mais pas le livre du dialogue de Dieu avec l’homme et de l’homme avec Dieu.

La Bible, la liturgie, la prière nous servent de catharsis pour faire sortir de notre cœur nos colères, nos plaintes, notre soif de vengeance. La liturgie, la prière nous purgent de notre haine, à condition qu’elle soit exprimée. Et l’oreille de Dieu reçoit notre cri, notre rage. Elle accueille tout pour nous guérir, pour transformer notre cœur dur en cœur de chair.
Si la Bible est le réceptacle de la violence des hommes, ce n’est pas pour la légitimer, mais pour la transformer. N’ayons pas peur de confier à Dieu, comme le psalmiste et avec ses mots, notre ressentiment et notre rancœur. La grâce de Dieu vient alors nous apaiser et nous convertir. C’est le miracle de la présence de Dieu qui nous rend meilleurs.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/I67IrSWAIW8?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Ven 4 Nov 2016 - 10:34


Psaume 109
Prince éblouissant

Oracle du Seigneur à mon Seigneur :
« Siège à ma droite,
et je ferai de tes ennemis
le marchepied de ton trône. »

De Sion, le Seigneur te présente
le sceptre de ta force :
« Domine jusqu'au coeur de l'ennemi. »

Le jour où paraît ta puissance,
tu es prince, éblouissant de sainteté :
« Comme la rosée qui naît de l'aurore,
je t'ai engendré. »
Le Seigneur l'a juré
dans un serment irrévocable :
« Tu es prêtre à jamais
selon l'ordre du roi Melkisédek. »

A ta droite se tient le Seigneur :
il brise les rois au jour de sa colère.
[Il juge les nations : les cadavres s'entassent ;
il brise les chefs, loin sur la terre.]

Au torrent il s'abreuve en chemin,
c'est pourquoi il redresse la tête.

MEDITATION

« Tu es prince, éblouissant de sainteté. » « Roi de justice » comme Melkisédek, prêtre du vrai Dieu d’Abraham, d’Isaac, de Job, qui donnera sa vie pour son peuple et pour son Dieu.
Oui, mon Dieu est un prince. Un prince comme aucun des princes de sang et de fortune ne lui ressemble. La rosée de l’aurore du Dieu vivant, l’a engendré.
Le Roi l’a fait prince de la paix, de la force d’aimer en vérité, de la justice ardemment poursuivie pour les oubliés. Un prince à la beauté incomparable : celle du visage tourné vers une brebis perdue pour tendrement la porter sur ses épaules et lui rendre la vie.
Il est un prince qui risque tout pour la royauté de son Père : le monde des hommes. De tous les hommes, quels qu’ils soient, quoi qu’ils aient fait et vécu, et de tous les temps.

Il n’a pas cherché à posséder le royaume promis par son Père, lui, assis pourtant à sa droite. Il délaisse les honneurs. Il est fou ou dangereux pour les sages et les puissants qui croient posséder le monde et ses richesses. Son univers à lui, ce sont toutes les périphéries de ce temps, ces lieux délaissés et meurtris par notre violence, notre barbarie, notre indifférence.
Jésus, tu caches ton visage de prince pour épouser la vie de celles et ceux qui tentent d’y survivre, d’aimer et d’espérer qu’un jour enfin la vie soit moins cruelle. C’est en habit d’humilité, de justice, d’amour infini que tu révèles ta véritable identité à leurs cœurs : tu es leur prince. Tout ton bien de prince, ta vie, ton intimité avec le Père, tu le dilapides, car tu le partages avec tous ceux qui désirent le recevoir en vérité.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/hYoeUPIqmUM?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Sam 5 Nov 2016 - 14:44




Psaume 110
Mémoire de son alliance

Alléluia !

De tout coeur je rendrai grâce au Seigneur
dans l'assemblée, parmi les justes.
Grandes sont les oeuvres du Seigneur ;
tous ceux qui les aiment s'en instruisent.
Noblesse et beauté dans ses actions :
à jamais se maintiendra sa justice.

De ses merveilles il a laissé un mémorial ;
le Seigneur est tendresse et pitié.
Il a donné des vivres à ses fidèles,
gardant toujours mémoire de son alliance.
Il a montré sa force à son peuple,
lui donnant le domaine des nations.

Justesse et sûreté, les oeuvres de ses mains,
sécurité, toutes ses lois,
établies pour toujours et à jamais,
accomplies avec droiture et sûreté !

Il apporte la délivrance à son peuple ;
son alliance est promulguée pour toujours :
saint et redoutable est son nom.

La sagesse commence avec la crainte du Seigneur.
Qui accomplit sa volonté en est éclairé.
A jamais se maintiendra sa louange.

MEDITATION

Quelle est, aujourd’hui comme hier, notre faim ? N’est-ce pas être heureux, être des vivants ? Alors, devant cette faim, ce désir de Vie que nous éprouvons, que nous donne le Seigneur ? Les vivres que nous recevons sont associés dans le psaume à la « Mémoire de l’Alliance ». Il y a une histoire entre Dieu et nous…Car même à notre insu, Dieu a beaucoup travaillé pour nous. Alors, semblables aux fils d’Israël, gardons en mémoire pour aujourd’hui son œuvre :
Celle de la Création, « ouvrage de ses mains » ou, dit autrement, la « justesse et la sûreté » (*) d’un monde à habiter.
Le don de « Sa loi », celle donnée à Moïse au Sinaï ou dit autrement, le mode d’emploi pour une vie un peu plus humaine.
Enfin, « la délivrance à son peuple », ou dit autrement la grande aventure de la libération.
De tout cela, notre cœur fait mémoire pour s’en émerveiller, pour s’en nourrir. Mieux encore, il se tourne vers Celui dont le psaume affirme :  « Qui accomplit sa volonté en est éclairé » (**). La route de la vie est encore longue à parcourir. Il y a en permanence un exercice de discernement pour choisir le bon chemin. Cela s’appelle « accomplir sa volonté ». Cette volonté, pour la connaitre, Dieu nous a envoyé son Esprit. Nous ne marchons plus dans les ténèbres en aveugle, mais à la lumière de cette sagesse qui nous maintient dans la louange. Viens, Esprit Saint, rassasier nos cœurs !



* verset 7
** verset 10

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/BEiSxEhJQjw?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Dim 6 Nov 2016 - 10:01


Psaume 111 Lumière des coeurs droits

Alléluia !

Heureux qui craint le Seigneur,
qui aime entièrement sa volonté !
Sa lignée sera puissante sur la terre ;
la race des justes est bénie.

Les richesses affluent dans sa maison
à jamais se maintiendra sa justice.
Lumière des coeurs droits, il s'est levé dans les ténèbres,
homme de justice, de tendresse et de pitié.

L'homme de bien a pitié, il partage ;
il mène ses affaires avec droiture.
Cet homme jamais ne tombera ;
toujours on fera mémoire du juste.
Il ne craint pas l'annonce d'un malheur :
le coeur ferme, il s'appuie sur le Seigneur.
Son coeur est confiant, il ne craint pas :
il verra ce que valaient ses oppresseurs.

A pleines mains, il donne au pauvre
à jamais se maintiendra sa justice,
sa puissance grandira, et sa Gloire !

L'impie le voit et s'irrite,
il grince des dents et se détruit.
L'ambition des impies se perdra.

MEDITATION

Comment le bonheur et la crainte peuvent-ils aller ensemble, sans se contredire l’un l’autre ? Ils le peuvent, mais seulement s’il s’agit d’une forme tout à fait unique de crainte, celle que l’on a pour Dieu. Éprouver la crainte du Seigneur, ce n’est pas avoir peur du châtiment de Dieu, c’est l’aimer d’un amour si profond, que profondeur et hauteur s’y rencontrent, proximité et respect y croissent ensemble. La crainte est donc un sentiment rare, à rechercher, à cultiver. Rien à voir avec cette autre crainte, qui empêche de vivre : la crainte devant l’avenir, la crainte d’un malheur qui pourrait arriver. Les deux formes de craintes s’opposent à tel point, que la première est une antidote au poison de l’autre. La crainte du Seigneur a pour vertu de chasser la crainte de ce qui pourrait arriver :
« Heureux qui craint le Seigneur », car « il ne craint pas l’annonce d’un malheur. » Autant dire que le psalmiste donne une direction à sa prière. Cap sur la crainte du Seigneur, elle seule saura le délivrer de la crainte qui paralyse sa vie, la crainte des malheurs qui pourraient lui arriver. Il sait, de plus, comment diriger sa vie dans cette direction, comment grandir dans la crainte du Seigneur et se libérer des craintes qui l’empêchent de vivre au présent. Car celui qui craint le Seigneur est un « homme de justice, de tendresse et de pitié. »

Le propos de vie parfaite que le psalmiste voit s’ouvrir à sa prière, Jésus l’a accompli pour nous, pour que nous en vivions.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/dqk4wVkl_Kc?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Lun 7 Nov 2016 - 9:03


Psaume 112
Du levant au couchant du soleil

Alléluia !

Louez, serviteurs du Seigneur,
louez le nom du Seigneur !
Béni soit le nom du Seigneur,
maintenant et pour les siècles des siècles !
Du levant au couchant du soleil,
loué soit le nom du Seigneur !

Le Seigneur domine tous les peuples,
sa gloire domine les cieux.
Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ?
Lui, il siège là-haut.
Mais il abaisse son regard
vers le ciel et vers la terre.

De la poussière il relève le faible,
il retire le pauvre de la cendre
pour qu'il siège parmi les princes,
parmi les princes de son peuple.
Il installe en sa maison la femme stérile,
heureuse mère au milieu de ses fils.

MEDITATION

Quel splendide tableau, mais splendide isolement : Là-haut, dans les nuées, tout doit être superbe, pas un bruit pour gâcher l’étourdissant spectacle d’un univers entier grouillant là, sous vos pieds ! Dieu bien tranquille, se tient en ses palais. Mais il a trop d’amour, et seul : à qui donner ?
Il voudrait partager son ciel, et ses merveilles, avec tous ceux d’en bas, ou les plus bas d’entre eux. Alors il descend, en dessous des nuages, plus bas que nos palais, pâles répliques humaines de son ciel étoilé, plus bas que les maisons et les tours sublimes, ou s’entasse tout l’or des puissants de ce monde. Il tombe tout en bas, au raz de notre terre là où rampent et où traînent les hommes miséreux.

Leur ciel : la poussière, leur regard courbé n’a pas d’autre horizon que ce terrain aride.
Et c’est là, sous les yeux de ceux qui fixement ne regardent que la terre dont ils furent tirés, que le maître céleste un jour s’est incarné. « Poussière tu deviendras, poussière, je me suis fait. Et plus bas que la terre j’irai aussi chercher ceux qui dans les enfers sont avant toi tombés. » Son regard s’abaisse, sa main s’est élevée, et dans les bras ouverts là-haut sur le calvaire, c’est le raz de la terre que Dieu emporte au ciel, c’est le fond des enfers qu’il vient aussi chercher.
Je veux choisir la cendre, si d’elle l’on renaît, je veux être le faible, que tu viens élever. Je veux avoir pour Mère celle qui t’a conçu, pour apprendre avec elle ta douce humilité.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/uKp84tt0u_E?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Mar 8 Nov 2016 - 10:06


Psaume 113
Il bénira

Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous,
mais à ton nom, donne la gloire,
pour ton amour et ta vérité.

Pourquoi les païens diraient-ils :
« Ou donc est leur Dieu ? »

Notre Dieu, il est au ciel ;
tout ce qu'il veut, il le fait.
Leurs idoles : or et argent,
ouvrages de mains humaines.

Elles ont une bouche et ne parlent pas,
des yeux et ne voient pas,
des oreilles et n'entendent pas,
des narines et ne sentent pas.

Leurs mains ne peuvent toucher,
leurs pieds ne peuvent marcher,
pas un son ne sort de leur gosier !

Qu'ils deviennent comme elles,
tous ceux qui les font,
ceux qui mettent leur foi en elles.
Israël, mets ta foi dans le Seigneur :
le secours, le bouclier, c'est lui !
Famille d'Aaron, mets ta foi dans le
Seigneur :
le secours, le bouclier, c'est lui !
Vous qui le craignez, ayez foi dans le Seigneur :
le secours, le bouclier. c'est lui !

Le Seigneur se souvient de nous : il bénira !
Il bénira la famille d'Israël,
il bénira la famille d'Aaron,
il bénira tous ceux qui craignent le Seigneur,
du plus grand au plus petit.

Que le Seigneur multiplie ses bienfaits
pour vous et vos enfants !
Soyez bénis par le Seigneur
qui a fait le ciel et la terre !
Le ciel, c'est le ciel du Seigneur ;
aux hommes, il a donné la terre.

Les morts ne louent pas le Seigneur,
ni ceux qui descendent au silence.
Nous, les vivants, bénissons le Seigneur,
maintenant et pour les siècles des siècles !

MEDITATION

IL BENIRA

Il n’y a qu’une alternative :
Ou bien nous servons des dieux muets, sourds, aphones et anosmiques, immobiles et anesthésiés.
Ou bien nous servons le vrai Dieu, qui parle, qui entend, qui sent, qui marche avec nous, et nous prend la main.

Comment savoir qui nous servons ? C’est assez simple : le serviteur finit par ressembler à son maître. Si nous devenons muets, sourds, aphones et anosmiques, anesthésiés et immobiles, c’est que nous avons oublié le vrai Dieu.
Et que nous sommes morts.
Car les morts ne louent pas le Seigneur.

Mais si nous bénissons le ciel, la terre, et ses habitants, et si nous disons du bien de ceux-là qui pourtant disent du mal de nous, oui, nous sommes vivants !
Il n’y a que toi Seigneur, qui nous apprennes ce langage, entendre, sentir, marcher avec toi, sans faiblir.

Ton langage, ô Dieu, qui crée en parlant, qui fait ce qu’il dit :
« Lève toi »,
« Va en paix »,
« Que la lumière soit »,
« Gardez courage, moi j’ai vaincu le monde »,
ce langage est le bouclier des vivants, le sol du monde, notre maison.

Oui, ton langage, ta parole, ton verbe, est notre maison, notre terre nourricière, notre potager.
Et nos mots peuvent devenir pour qui te cherche, le goût, le toucher, le nectar de nos fêtes et le parfum du petit matin.

Seigneur, apprends-nous à parler !
Apprends-nous à bénir !
Apprends-nous la présence, cette qualité d’être qui rehausse toute pâleur, et nous aide à renoncer aux idoles toutes mortes déjà avant même d’être nées.
Apprends-nous à te ressembler, toi qui es le Dieu des vivants !


<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/41TgBPRY73o?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Mer 9 Nov 2016 - 11:15

Psaume 114
Sur la terre des vivants

Alléluia !

J'aime le Seigneur :
il entend le cri de ma prière ;
il incline vers moi son oreille :
toute ma vie, je l'invoqueras

J'étais pris dans les filets de la mort,
retenu dans les liens de l'abîme,
j'éprouvais la tristesse et l'angoisse ;
j'ai invoqué le nom du Seigneur :
« Seigneur, je t'en prie, délivre-moi ! »
Le Seigneur est justice et pitié,
notre Dieu est tendresse.
Le Seigneur défend les petits :
J'étais faible, il m'a sauvé.

Retrouve ton repos, mon âme,
car le Seigneur t'a fait du bien.
Il a sauvé mon âme de la mort,
gardé mes yeux des larmes
et mes pieds du faux pas.

Je marcherai en présence du Seigneur
sur la terre des vivants.

MEDITATION

Mon Dieu,
Marcher en ta présence
J’aimerais tant que cela puisse dire ma vie.

Marcher, mon Dieu, c’est consentir à la lenteur, à la modestie. L’envers de la réussite, de l’efficacité ou de l’immédiateté, ces nouveaux dieux de nos sociétés.
Marcher est une respiration. Comme celle qui me fait murmurer, jusqu’au bout de la nuit : « Jésus, mon Seigneur et mon ami, prends pitié de moi, sauve-moi, moi qui te cherche et essaie de t’aimer. »

De la patience, toujours. Du courage, parfois. De l’effort, souvent. Marcher ne se fait pas tout seul. Pas sans le corps, avec ses fragilités, ses grincements au fil des ans, sa fatigue. Mais aussi avec la joie d’être là, d’habiter sa peau pour espérer t’approcher.

Marcher en ta présence sur la terre des vivants, c’est être peuplé par les visages des femmes et des hommes rencontrés, aimés ; par l’histoire des vivants. Car tu habites ce temps, avec nous. En faveur de nous.

Marcher en ta présence, c’est accueillir, recueillir la solitude nécessaire au labeur des pas, à celui de l’écoute du murmure de ta Parole. Une solitude qui offre de se défaire alors des masques, des rôles imposés, car ils n’ont d’utilité ici. Revenir au plaisir des choses premières, au ras de l’existence : le repos, le repas partagé, la rencontre, la lecture, la passion de chercher…

Marcher en ta présence, c’est retrouver le goût de l’horizon quand parfois, dans nos vies, tout paraît sans relief. L’horizon c’est alors désirer te ressembler – devenir vivant – à travers ton fils, lui, le Vivant qui a tant marché.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/g5_BdExs0gk?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Jeu 10 Nov 2016 - 12:02


Psaume 115
Je crois et je parlerai

Je crois, et je parlerai,
moi qui ai beaucoup souffert,
moi qui ai dit dans mon trouble :
« L'homme n'est que mensonge. »

Comment rendrai-je au Seigneur
tout le bien qu'il m'a fait ?
J'élèverai la coupe du salut,
j'invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple !

Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
ton serviteur, le fils de ta servante,
moi, dont tu brisas les chaînes ?

Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâce,
j'invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple,
à l'entrée de là maison du Seigneur,
au milieu de Jérusalem !

MEDITATION

Faut-il avoir de la réciprocité dans nos relations avec Dieu ? Que pourrions-nous donc lui rendre et de quelle manière ?

Ce psaume exprime la reconnaissance d'un homme dont Dieu a « brisé les chaînes » (*).
On ne sait rien de cette expérience, sinon qu'elle s'inscrit dans la suite d'interventions de Dieu semblables à la sortie d'Egypte : c'était un peuple tout entier qui avait été réduit en esclavage et Dieu « avait rompu ses chaînes » en le faisant sortir de la « maison de servitude ».

Cette délivrance avait été demandée dans la prière et elle était assortie de promesses au Seigneur, conformément à un schéma que se résume en une seule phrase : « invoque-moi au jour de détresse, je te délivrerai et tu me rendras gloire» (**)

On aurait pu attendre le mot « remerciement» « tu me remercieras », mais l'hébreu n'a pas de verbe « remercier » : on ne remercie pas mais on rend gloire à Dieu, On chante la louange de son nom , On invoque son nom en accompagnant souvent cette louange d'un sacrifice rituel, ici en élevant seulement une coupe en son honneur.

Quelle différence entre le remerciement et la louange du nom ? Le remerciement porte sur une chose : un cadeau, un acte et on est quitte une fois qu'on a dit « merci ». La louange porte sur la personne , sur le 'Nom' de celui qui nous a fait du bien.
Nous avons en français deux mots qui rendent compte de cette expérience de Dieu : la gratitude et la reconnaissance. Avec le temps, ce sont les sentiments qui ne passent pas : « Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sans cesse à mes lèvres » (***). Elle « remplit le coeur » et le croyant a plaisir à se souvenir du Nom de celui qui lui a fait du bien.



* verset 16
** psaume 49,15
*** psaume 33, 2

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/swA1JYn5Ogg?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Ven 11 Nov 2016 - 9:46


Psaume 116
Tous les peuples !

Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays !

Son amour envers nous s'est montré le plus fort;
éternelle est la fidélité du Seigneur !

MEDITATION

« Envers nous », dit le psalmiste, mais qui est le « nous » qui parle ici ? Est-ce le « nous » d’un « Dieu avec nous » dressé comme un talisman contre les ennemis ? Le « nous » de l’Israël ancien, son roi, sa terre, son temple, nation en guerre contre les nations alentours ? Non, le peuple de celui qui dit « nous » a sans doute déjà été brisé par la guerre, l’expérience de l’Exil. Petit reste, peuple de survivants passés par la mort. Le Dieu dont le psalmiste célèbre l’amour a triomphé avec eux de la mort. Selon le Cantique des cantiques : « L’amour est fort comme la mort, c’est une flamme de Dieu » (*). Oui, seul l’amour de Dieu est fort comme la mort, plus fort que la mort. Et celui qui se découvre vivant, après être passé par le feu, ne peut plus vivre en adversaire, dans la prison d’un « nous » national. Le « nous » qui parle ici vaut pour tous les hommes.

Dans le contexte des quelques mots du plus bref des psaumes, ce « nous » se trouve associé à « tous les peuples » et « tous les pays ». Merveille alors que cette prière ! À une époque où chaque peuple, chaque pays possède son dieu ou ses dieux nationaux, voilà un homme qui porte la pensée rare que Celui dont la fidélité les a sauvés de la mort veille aussi sur tous les pays et les peuples. « Son amour envers nous s’est montré le plus fort. » Mais quelle est cette force, si elle n’a pu éviter la mort à ceux qui n’ont pas survécu ? Cette force éclate dans la prière du psalmiste. Ni haine, ni accusation, ni amertume, ni esprit partisan dans son âme. Seul un immense merci, un esprit de fête qui accueille tous les peuples. Prodige de l’amour de Dieu !



* Cantique des cantiques, chapitre 8, verset 6

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/WvWl_5A1IHE?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Sam 12 Nov 2016 - 14:33


Psaume 117 1-18
Voici le jour

Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !

Oui que le dise Israël :
Éternel est son amour !
Que le dise la maison d'Aaron :
Éternel est son amour !
Qu'ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

Dans mon angoisse j'ai crié vers le Seigneur,
et lui m'a exaucé, mis au large.
Le Seigneur est pour moi, je ne crains pas ;
que pourrait un homme contre moi ?
Le Seigneur est avec moi pour me défendre,
et moi, je braverai mes ennemis.

Mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les hommes ;
mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les puissants !
Toutes les nations m'ont encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
Elles m'ont cerné, encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
Elles m'ont cerné comme des guêpes :
(- ce n'était qu'un feu de ronces -)
au nom du Seigneur, je les détruis !

On m'a poussé, bousculé pour m'abattre ;
mais le Seigneur m'a défendu.
Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

Clameurs de joie et de victoire
sous les tentes des justes :
« Le bras du Seigneur est fort
le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort ! »

Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur :
il m'a frappé, le Seigneur, il m'a frappé,
mais sans me livrer à la mort.

MEDITATION

Bonjour Monsieur le facteur : le saviez-vous ? Eternel est son amour !
Et vous, mon ami le banquier : Eternel est son amour !
Et le chauffeur de bus ; et le Maître à l’école ; je me plais à rêver que tous voient l’évidence : il faut tout rendre à Dieu, qui nous a tout donné. Mais en attendant qu’un jour mon rêve se réalise, que la ville toute entière se mette à louer Dieu, j’ai résolu en tout de lui faire la place, de me redire sans fin qu’il est à mes côtés.
Avant toute parole, tout acte, toute pensée, me redire, à voix basse : Eternel et son amour !
Pour revivre à chaque heure cette heure décisive où par pure bonté il me donna la vie. Pour déjouer mes peurs et avancer tranquille : il est à mes côté, je suis donc invincible.

Car plus j’aime, comme lui, plus je m’enfoncerai dans l’éternité même où il a sa demeure. Qu’il se fasse pour moi, un Dieu irrésistible, qu’il déverse ses flots et enflamme mon cœur pour y réduire en cendre l’ennemi qui m’enchaîne, pour y noyer la haine dans ses fleuves d’eau vive. Que j’aime, que j’aime encore, qu’il me sauve en entier et me fasse en tout dépendre de lui-même. Je veux tout lui devoir, me remettre à sa vie, lui remettre la mienne.
Au large, je voguerai, emporté par le fleuve.
Et quand de toute ma vie il n’aura fait qu’amour alors uni à lui je serai éternel. Et mon chant de louange gagnera tous les cœurs à l’amour contagieux de mon divin Sauveur.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/am8W5Y0D0Xs?list=PLNRSN-qohDSu5faibImktlHX5-1Y70vtm" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Dim 13 Nov 2016 - 9:10


Psaume 118
Pour toujours.

Pour toujours, ta parole, Seigneur,
se dresse dans les cieux.
Ta fidélité demeure d'âge en âge,
la terre que tu fixas tient bon.
Jusqu'à ce jour, le monde tient par tes décisions:
toute chose est ta servante.
Si je n'avais mon plaisir dans ta loi,
je périrais de misère.
Jamais je n'oublierai tes préceptes :
par eux tu me fais vivre.
Je suis à toi : sauve-moi,
car je cherche tes préceptes.
Des impies escomptent ma perte :
moi, je réfléchis à tes exigences
De toute perfection, j'ai vu la limite ;
tes volontés sont d'une ampleur infinie.

MEDITATION

Tout passera, « mes paroles ne passeront pas » (*). Même les cieux où se dresse la parole passeront. Les paroles du Christ ne passeront pas. La parole de Dieu est éternelle, plus jeune que le brin d’herbe et plus durable que le diamant inaltérable. La parole de Dieu a créé notre monde et elle lui survivra. La Parole de Dieu, c’est le Christ. La Parole de Dieu, c’est un visage qui ne peut pas s’effacer. Il est avant le temps et il règne sur le temps. La Parole de Dieu, ce sont les mots que le Christ nous a donnés en héritage : rappelons-nous : « Dieu est amour ». « Si vous gardez ma parole, vous ne mourrez pas » (**). « L’amour ne passera jamais » (***). Tout passera, tout tombera, tout s’use déjà. Notre corps vieillit, nos œuvres se désagrègent, notre descendance sera poussière. Notre terre, les étoiles, les galaxies disparaîtront. C’est l’entropie naturelle. Mais ce qui a été fait par amour ne s’use pas, ne s’oublie pas. C’est le trésor qui est dans notre cœur et dans celui de Dieu, notre secret à lui et à nous.

Et l’amour fou, l’amour absolu a un visage. C’est celui du Christ. Nous le devinons parfois dans le regard rayonnant d’une fiancée ou dans le regard humble d’un homme qui demande pardon à sa femme pour une trahison. Cela ne s’oublie pas. L’amour fou a un visage que nous cherchons inconsciemment dans tous les gens que nous approchons. C’est le visage du Christ. Lorsque nous aurons franchi le dernier passage, nous le verrons enfin tel qu’il est, resplendissant et irradiant, et nous le reconnaîtrons.
« Pour toujours, Seigneur, ta parole. » Et c’est avec les mots même de Dieu, les mots éternels que le Christ nous a enseignés que nous dirons à Dieu : « Pardonne-nous nos offenses. Souviens-toi de ton amour qui est de toujours à toujours. Souviens-toi des moments de ma vie terrestre où ton amour m’a métamorphosé. Seigneur oublie mes trahisons et mes bêtises. Seigneur accueille-moi dans ton amour éternel. »



* Évangile selon saint Luc, chapitre 21, verset 33
** Évangile selon saint Jean, chapitre 8
*** première lettre de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 13, verset 8

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/HLmmFdcxgdc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Lun 14 Nov 2016 - 9:08


Psaume 119
Vivre en exil

Dans ma détresse, j'ai crié vers le Seigneur,
et lui m'a répondu.
Seigneur, délivre-moi de la langue perfide,
de la bouche qui ment.

Que t'infliger, ô langue perfide,
qu'ajouter encore ?
La flèche meurtrière du guerrier,
et la braise des genêts.

Malheur à moi : je dois vivre en exil
et camper dans un désert !

Trop longtemps, j'ai vécu parmi ces gens
qui haïssent la paix.
Je ne veux que la paix, mais quand je parle,
ils cherchent la guerre.

MEDITATION
Tout est dit, au début: «Et lui m’a répondu.» La réponse, assurée, certaine, avant mon cri. La réponse est acquise avant d’avoir tiré du profond de moi-même une flèche aiguisée. Ma prière c’est la guerre, un combat terrassant. Une guerre de mots, qui s’empoignent en moi-même, un effort incessant pour museler ces voix qui assèchent mon cœur et désolent mon âme. Elle est large la pente où ces pensées m’entraînent: «le monde est ton ennemi», voilà toute leur ruse ! «Regarde bien ces gens, ils ne cherchent qu’à détruire, ils te traquent, t’épient, ils en veulent à ta peau.» Le doute et la méfiance me conduisent à l’attaque: je frapperai d’abord! Qui sait si l’adversaire demain était plus fort ?

Ces voix font de ma vie comme un camp retranché, exilé de moi-même, je campe loin de mon cœur, perdu dans les déserts insensés de ma peur. Trop longtemps j’ai vécu dans un pays sauvage où la violence aveugle avait raison de tout. J’en ai construit de murs. Et je me suis bâti, sans savoir, une prison. Le mal était en moi, je le croyais ailleurs.
L’issue sera le ciel. Je n’ai pas d’autre choix. L’issue sera là-haut j’y tirerai la flèche. L’issue sera le cri jailli de cette cage dont nulle main humaine ne me sortira plus. Je suis au pied du mur, enfermé en moi-même. Mon Dieu, libère-moi. Ma flèche est pour ton cœur, je le veux transpercer pour qu’il m’ouvre à l’amour. Je me veux prisonnier de ta vie pour toujours
<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/oJuXGmTheuc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Mar 15 Nov 2016 - 10:23




Psaume 120
Le Seigneur, ton ombrage

Je lève les yeux vers les montagnes :
d'où le secours me viendra-t-il ?
Le secours me viendra du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.

Qu'il empêche ton pied de glisser,
qu'il ne dorme pas, ton gardien.
Non, il ne dort pas, ne sommeille pas,
le gardien d'Israël.
Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage,
se tient près de toi.
Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper,
ni la lune, durant la nuit.

Le Seigneur te gardera de tout mal,
il gardera ta vie.
Le Seigneur te gardera, au départ et au retour,
maintenant, à jamais.

MEDITATION

Le poète Jean Cocteau disait au philosophe Jacques Maritain : « Dieu, c’est la place fraîche sur l’oreiller. » Oui, quand le poids du jour se fait trop lourd, quand on est harassés, Dieu est notre ombrage. Il est comme le noyer au feuillage d’argent sur le bord de la route poussiéreuse. « Trouve le repos mon âme, car le Seigneur t’a fait du bien » (*).
Et puis le Seigneur nous garde à chaque instant. Il a même donné ordre à ses anges de dégager les cailloux sur le chemin, tous ces silex coupants qui peuvent nous faire trébucher. À chaque instant il veille sur nous. On a parfois l’impression d’être accablés par les soucis, d’être débordés par les ennuis. Mais Dieu est là, qui nous tient par la main et qui nous porte dans les moments les plus difficiles.

C’est dans la foi que nous pouvons croire que ce serait encore pire s’il n’était pas là. Nous ne sommes pas seuls. Dieu envoie des secours inattendus. Dieu met sur notre route des alliés improbables. Ces gens dont on se méfie et qui pourtant nous indiquent la solution qu’on n’avait pas envisagée.
Contre l’adversité, contre la maladie, contre les dettes, contre les ennemis acharnés, on sort du combat exténués mais libres et vainqueurs. Comme Jacob on peut dire : « Ainsi donc, Dieu était là et je ne le savais pas ! » (**). Savoir reconnaître la main discrète mais efficace de Dieu, c’est un don précieux. Le Christ nous l’a promis : « Pas un cheveu de votre tête ne sera perdu » (***). Oui le Seigneur veille.



* psaume 114, verset 7
** livre de la Genèse, chapitre 28, verset 16
*** Évangile selon Luc, chapitre 21, verset 18

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/iB_1N1_QUXk" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Mer 16 Nov 2016 - 10:14


Psaume 121
Paix sur toi

Quelle joie quand on m'a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »

Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !
Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu'un !

C'est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur,
là qu'Israël doit rendre grâce
au nom du Seigneur.
C'est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.

Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t'aiment !
Que la paix règne dans tes murs,
le bonheur dans tes palais ! »

A cause de mes frères et de mes proches,
je dirai : « Paix sur toi ! »
A cause de la maison du Seigneur notre Dieu,
je désire ton bien.

MEDITATION

PAIX SUR TOI

Chaque matin, se lever, repartir.
Marcher de nouveau.
Chaque matin, ce sentiment d’exil quand la paix n’est pas là.
Pèlerins et étrangers nous sommes,
Jamais vraiment chez nous,
Jamais vraiment arrivés,
Soupirant, encore, et encore devant les micro-efforts quotidiens à fournir.

Chaque matin, supporter les insupportables,
Et le plus insupportable de tous, soi-même, sur qui l’on peut si peu…

Et pourtant,
Ne pas oublier ces heures de lumière et de légèreté,
quand ta paix, Seigneur, ta paix toujours donnée, nous l’avons reçue.
Plus d’exil, mais à la place, l’absolue certitude d’être exactement au bon endroit, exactement chez soi, fût-ce au bout du monde.

Cette paix que tu donnes en héritage,
c’est la certitude de la défaite de l’accusateur.
C’est la fin des paroles qui condamnent.

C’est entendre pour de vrai que tu n’es pas venu pour juger le monde mais pour que le monde soit sauvé.
Alors, l’avenir est ouvert.
Et cette paix ne s’étiole que si on ne la partage pas.

Paix aux hommes qui tremblent de peur !
Paix aux hommes qui n’ont pas de demeure !

Paix à chacun de ceux qui mettent leurs mots dans tes mots pour te parler !
Paix aux hommes qui écoutent ou lisent les mots des psaumes, et les entendent, tout neufs !
Paix à tous nos compagnons de lecture, dans cette aventure psaumedanslaville…

Ta paix, c’est déjà être aux pieds des remparts de la Cité de Dieu,
ne plus craindre l’exil, être partout chez toi, puisque partout, tu es avec nous.

C’est recevoir tout homme comme un don,
(oui, toi qui me lis, tu es un don de Dieu au monde)
C’est se recevoir soi-même comme un don.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/wkLKbvfl12U" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Jeu 17 Nov 2016 - 11:20


Psaume 122
Les yeux levés vers Toi

Vers toi j'ai les yeux levés,
vers toi qui es au ciel.

Comme les yeux de l'esclave vers
la main de son maître,
comme les yeux de la servante
vers la main de sa maîtresse,
nos yeux, levés vers le Seigneur notre Dieu,
attendent sa pitié.
Pitié pour nous, Seigneur, pitié pour nous :
notre âme est rassasiée de mépris.

C'en est trop,
nous sommes rassasiés
du rire des satisfaits,
du mépris des orgueilleux !

MEDITATION

À chaque heure, supplier ainsi. Comme une dernière parole adressée, avant un silence qui tuerait sûrement, un silence de mort.
Une supplication qui prend avec elle les milliers de Philippins victimes du typhon, meurtrier de masse. Un champ de ruine. Comme après une guerre totale. La guerre des éléments, combat insensé, perdu d’avance.
Supplier encore. Dire mon incompréhension. Je sais bien que mon Dieu n’y est pour rien. La force de la nature n’a pas de rapport avec la sienne. Mon Dieu n’est pas dans l’ouragan (*). Mon Dieu a les yeux de chaque victime, car c’est la condition de l’homme bafoué en son humanité qu’il prend. Car tous ces enfants de Dieu philippins souffrent et meurent aussi de par la faute des forts et des corrompus. Leurs maisons n’étaient pas de vrais abris pour la vie, pour établir une demeure en sécurité pour les siens. Juste des tôles ondulées qui ne protégeaient de rien.

Au nom de l’aveuglement volontaire de ceux qui décident que pour préserver leur tranquillité et leur luxe indécent, la plus grande part des humains doit vivre dans des conditions d’infra-humanité. Si nous pleurons devant le déchaînement de la nature, nous sommes en colère devant les conditions de vie qui exposent des peuples entiers à se trouver nus devant la violence folle des éléments.
L’adresse des prophètes : « qu’as-tu fait du pauvre, de la veuve, de l’orphelin et de l’étranger qui vivent sur ta terre ? » (**), cette adresse est toujours là. Elle se heurte au même désarroi de nos cœurs impuissants devant le malheur absolu. Alors, au moins ne pas oublier. Supplier et supplier sans relâche. Pour ceux qui n’en n’ont plus la force, ou ont perdu tout espoir qu’un jour une réponse leur soit adressée. Supplier et agir, chacun selon son possible.
La Croix du Christ est l’abri de notre détresse.



* Premier livre des Rois, chapitre 19,
verset 11
** Livre d’Isaïe, Amos, Jérémie…

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/3vx0TXRjsPU" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Ven 18 Nov 2016 - 10:19


Psaume 123
Filet rompu

Sans le Seigneur qui était pour nous,
qu'Israël le redise
sans le Seigneur qui était pour nous
quand des hommes nous assaillirent,
alors ils nous avalaient tout vivants,
dans le feu de leur colère.

Alors le flot passait sur nous,
le torrent nous submergeait ;
alors nous étions submergés
par les flots en furie.

Béni soit le Seigneur
qui n'a pas fait de nous
la proie de leurs dents !

Comme un oiseau, nous avons échappé
au filet du chasseur ;
le filet s'est rompu :
nous avons échappé.

Notre secours est le nom du Seigneur
qui a fait le ciel et la terre.

MEDITATION

La vie est difficile, elle est dure, elle ne fait pas de cadeau. Il nous arrive de nous trouver dans le ventre de la bête plus souvent que nous ne le voudrions.
Il y a la maladie et son cortège de souffrance et d’angoisse. Tant physique que morale, la souffrance est comme un torrent qui submerge, comme un filet dans lequel on est prisonnier sans possibilité de s’échapper. Elle submerge et paralyse la personne concernée comme tous ceux qui lui sont proches.
Il y a aussi toutes les détresses, celles dont la Bible rend si souvent compte et qui se retrouvent à toutes les époques. Le combat d’un peuple réduit en esclavage contre son oppresseur, c’est avec Moïse contre Pharaon, avec David affrontant Goliath, mais aussi avec le faible contre le fort.

Et, c’est surtout avec le Juste persécuté, dont Jésus sera la figure accomplie. Autant de situations où les hommes sont prêts « à [nous] avaler tout vivants dans le feu de leur colère. » (*).
Face au déchainement de telles forces du mal, dont on a le sentiment que l’auteur du psaume les a connues de près, l’issue est au verset 8 : « Notre secours est dans le nom du Seigneur qui a fait le ciel et la terre ». En effet, notre Dieu, Créateur du monde, « n’a pas fait la mort » (**). Cette affirmation, nous avons à nous « retourner », à nous « convertir » pour la faire nôtre.
C’est ainsi que notre Dieu nous fera « échapper au filet du chasseur ; et le filet s’est rompu » (***). Alors nous pourrons retrouver la grâce, la légèreté de l’oiseau qui reprend son envol.



* verset 3
** Livre de la Sagesse, chapitre 1, verset 13
*** verset 8

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/mgt2sUckJN0" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Sam 19 Nov 2016 - 9:07


Psaume 124
Pour l’homme au cœur droit

Qui s'appuie sur le Seigneur
ressemble au mont Sion :
il est inébranlable,
il demeure à jamais.

Jérusalem, des montagnes l'entourent ;
ainsi le Seigneur : il entoure son peuple
maintenant et toujours.

Jamais le sceptre de l'impie
ne pèsera sur la part des justes,
de peur que la main des justes
ne se tende vers l'idole.
Sois bon pour qui est bon, Seigneur,
pour l'homme au coeur droit.
Mais ceux qui rusent et qui trahissent,
que le Seigneur les rejette avec les méchants !

Paix sur Israël !

L’idole ! Pouvoir, Savoir, Gloire, Prestige, Argent, les idoles séduisent et réduisent en esclavage. Elles exigent le sang des sacrifices humains et ne tiennent jamais les promesses de vie qu’elles font à leurs fidèles. Avec toute la pensée biblique, le psalmiste a l’idole en horreur. Elle est l’anti-Dieu. Mais comment l’idolâtrie est-elle possible parmi les fidèles du Seigneur ? Il cherche à comprendre. Telle Jérusalem, entourée de montagnes, le Seigneur ne garde-t-il pas son peuple des idoles ? Qui s’appuie sur lui demeure inébranlable. Jamais il ne versera aux idoles le sang des sacrifices. Une explication lui vient ici. Elle tend sinon à déculpabiliser entièrement l’idolâtre, au moins à amoindrir sa responsabilité.

C’est un peuple persécuté, soumis au joug politique de ceux qui ne craignent pas Dieu, qui risque de se tourner vers l’idole : « Jamais le sceptre de l’impie ne pèsera sur la part des justes, de peur que sa main ne se tende vers l’idole. » Mais non, il s’égare. Ni l’impie, ni personne, ni Dieu surtout, ne peut être tenu pour responsable d’une main qui se tend vers l’idole. « Ceux qui rusent et qui trahissent que le Seigneur les rejette avec les méchants ! » Le juste qui a trahi en allant vers l’idole s’est laissé pervertir. Qu’il se reprenne et qu’il revienne vers le Seigneur qui est riche en pardon : « Sois bon pour qui est bon, Seigneur, pour l’homme au cœur droit. »

« Vous ne pouvez pas servir deux maîtres, Dieu et l’idole », dira ainsi Jésus, en digne fils d’Israël, à propos de l’Argent (*).

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/KLyHq-e_hqU" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conversations avec Dieu - Psaumes - Paroles de Saints

Message par M1234 le Dim 20 Nov 2016 - 9:49


Psaume 125
Le Seigneur ramène les captifs

Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,
nous étions comme en rêve !

Alors notre bouche était pleine de rires,
nous poussions des cris de joie ;
alors on disait parmi les nations :
« Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! »
Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous :
nous étions en grande fête !

Ramène, Seigneur, nos captifs,
comme les torrents au désert.

Qui sème dans les larmes
moissonne dans la joie :
il s'en va, il s'en va en pleurant,
il jette la semence ;
il s'en vient, il s'en vient dans la joie,
il rapporte les gerbes.

MEDITATION

Il faut marcher souvent pour pouvoir trouver Dieu. Marcher comme en exil, fuyant nos esclavages ; marcher le cœur en fête pour un pèlerinage.
« Oh oui, me direz-vous, mais je suis bien trop vieux. Mes pieds n’iront pas loin, ma force m’a quitté. » Je crois que l’on ne marche vraiment qu’avec son cœur. Il suffit de vouloir sans cesse se déplacer ne s’attacher jamais à aucune demeure, car tout est vanité pour qui se met à croire que l’œuvre de nos mains pourrait tenir toujours.
La graine doit mourir pour laisser place au grain, le cycle des moissons, la ronde des saisons, la suite presque infinie des naissances et des morts, tout doit nous rappeler l’existence éphémère.

Une force cachée travaille l’univers, c’est l’Esprit du Puissant qui façonna la terre ; elle est pour nous torrent traversant le désert, elle est le vent fougueux qui disperse les graines, c’est elle qui poussa Abraham et nos Pères à prendre le chemin sans savoir où aller.
C’est à l’ombre des ailes de cet aigle superbe de ce souffle enflammé qui traverse le monde que je veux me cacher.
Ma marche dépendra de ce refuge paisible qu’en Dieu je trouverai y faisant ma demeure. Mon repos : son mouvement qui me berce et m’emporte là où seul et si faible je n’aurais pu aller. Là, tout est joie, paix, et rire.
Dieu m’emmène en voyage, il va m’émerveiller.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/i9OiJMhDZWE" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/cjZ2pzZ1_Io" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Page 12 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum