Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

Tete de Jean le Baptiste

Aller en bas

Tete de Jean le Baptiste

Message par Yeshoua le Mer 22 Nov 2017 - 20:12

Que signifie la décapitation de Jean le Baptiste et sa tête sur un plat par la fille d'Herodiade ?
avatar
Yeshoua
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 585
Inscription : 14/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tete de Jean le Baptiste

Message par Tout Petit le Jeu 23 Nov 2017 - 12:31

Le mépris affiché de la mère de Salomé pour Saint Jean Baptiste.
avatar
Tout Petit
Veut-etre un saint/e

Masculin Messages : 247
Age : 36
Localisation : Hérault
Inscription : 09/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tete de Jean le Baptiste

Message par Yeshoua le Jeu 23 Nov 2017 - 18:02

oui mais pourquoi le décapiter et poser sa tête sur un plat?
avatar
Yeshoua
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 585
Inscription : 14/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tete de Jean le Baptiste

Message par Tout Petit le Jeu 23 Nov 2017 - 18:39

Pour avilir la dépouille de Saint Jean Baptiste. C'est un acte de mépris qui cherche à le rabaisser.

Sachant que les juifs étaient très scrupuleux (et le sont toujours) quand au traitement des corps des défunts, cette acte odieux était certainement d'autant plus considéré comme avilissant.
avatar
Tout Petit
Veut-etre un saint/e

Masculin Messages : 247
Age : 36
Localisation : Hérault
Inscription : 09/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tete de Jean le Baptiste

Message par M1234 le Jeu 23 Nov 2017 - 22:26

@Yeshoua a écrit:Que signifie la décapitation de Jean le Baptiste et sa tête sur un plat par la fille d'Herodiade ?

Bonsoir Yeshoua,
Je ne sais pas si cet article vous aidera, voici ce que j'avais posté il y a quelque temps!!


Cliquer
avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tete de Jean le Baptiste

Message par Yeshoua le Ven 24 Nov 2017 - 0:57

Je vous remercie
avatar
Yeshoua
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 585
Inscription : 14/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tete de Jean le Baptiste

Message par M1234 le Ven 24 Nov 2017 - 15:26

Avec  plaisir@Yeshoua


Coucou
avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tete de Jean le Baptiste

Message par brigitte57 le Ven 24 Nov 2017 - 15:56

La décapitation, une mise à mort aux nombreux visages
Robin Verner — 28.06.2015 - 8 h 35, mis à jour le 28.06.2015 à 8 h30







Depuis l'Antiquité, couper la tête d'un être humain a toujours revêtu une signification très particulière.

Un imaginaire mystique et religieux

Aux racines de la culture occidentale, la Bible fait grand usage de la référence au raccourcissement. Dans l’Ancien testament tout d’abord, la belle veuve Judith fait tourner puis tomber la tête du général assyrien Holopherne. Dans le Livre de Judith, les Assyriens, puissants voisins d’Israël, se précipitent sur la terre où vit le peuple juif. Bientôt, la terrible armada, partout victorieuse, met le siège devant la ville de Béthulie dont les habitants se désespèrent. 
Judith prend alors le taureau par les cornes et use d’un subterfuge pour ruiner le projet des Assyriens. Avec sa servante, elle se fait accepter dans leur bivouac sous le prétexte fallacieux de trahir ses concitoyens. Holopherne l’accepte dans sa tente. Un peu plus tard, Judith assure qu’elle cédera au général qui lui a témoigné le désir le plus ardent. Pour fêter la bonne nouvelle, le chef militaire «boit plus qu’il n’avait jamais bu». Mal lui en prend car:
«Ayant dit ces paroles, elle s’approcha de la colonne qui était à la tête du lit d’Holopherne, détacha son épée qui y était suspendue et, l’ayant tirée du fourreau, elle saisit les cheveux d’Holopherne, en disant: "Seigneur Dieu, fortifiez-moi à cette heure!" Et de deux coups sur la nuque, elle lui trancha la tête. Puis elle détacha le rideau des colonnes et roula par terre le corps décapité; et, sortant sans retard, elle donna la tête d’Holopherne à sa servante, en lui ordonnant de la mettre dans son sac. Elles partirent ensuite toutes deux, selon leur coutume, comme pour aller prier, et, après avoir traversé le camp et contourné la vallée, elles arrivèrent à la porte de la ville. Judith cria de loin aux gardiens des murailles: "Ouvrez la porte, car Dieu est avec nous, et il a signalé sa puissance en faveur d’Israël."»
L’étêtement prend donc ici des allures de traduction physique du courroux divin.
Cependant, c’est le Nouveau Testament qui a probablement fourni l’image la plus saisissante de décapitation dans l’imaginaire religieux. Saint Jean-le-Baptiste, connu pour baptiser ses disciples dans les eaux du lac Jourdain avant même l’arrivée de Jésus, se fait lui-même tremper le visage par celui qu’il considérait comme le Messie. Il demande alors à ses partisans de suivre Jésus tandis que lui continue de vivre une existence de franc-tireur. Celle-ci l’amène à dire ses quatre vérités à Hérode, le blâmant pour avoir épousé Hérodias, la femme de son frère. Hérode le jette en prison. C’est ici qu’intervient une brillante chorégraphe que la tradition retiendra sous le nom de Salomé, comme le raconte St Marc:
«La fille d'Hérodias entra dans la salle; elle dansa, et plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille: Demande-moi ce que tu voudras, et je te le donnerai. Il ajouta avec serment: Ce que tu me demanderas, je te le donnerai, fût-ce la moitié de mon royaume. Étant sortie, elle dit à sa mère: Que demanderais-je? Et sa mère répondit: La tête de Jean Baptiste. Elle s'empressa de rentrer aussitôt vers le roi, et lui fit cette demande: Je veux que tu me donnes à l'instant, sur un plat, la tête de Jean Baptiste. Le roi fut attristé; mais, à cause de ses serments et des convives, il ne voulut pas lui faire un refus. Il envoya sur-le-champ un garde, avec ordre d'apporter la tête de Jean Baptiste. Le garde alla décapiter Jean dans la prison, et apporta la tête sur un plat. Il la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère. Les disciples de Jean, ayant appris cela, vinrent prendre son corps, et le mirent dans un sépulcre.»
Découlant de cette source, la décapitation adopte une couleur mystique dans les cultures chrétiennes, dans les réalisations artistiques comme dans les croyances populaires. Les peintres sont très nombreux à avoir fixé le triste et trouble épisode, du Caravage à Gustave Moreau. En littérature, Flaubert aussi s’est appesanti autant sur les courbes de Salomé que sur le châtiment qui s’est abattu sur les épaules, et surtout le cou, de Saint Jean-le-Baptiste.

Décapiter pour nier l’humanité de son adversaire


On tue la bête en l’égorgeant puis en détachant la tête du reste du corps, parfois après lui avoir lié les pattes. Dans les abattoirs modernes, c’est encore à la tête de l’animal que l’on s’attaque, en l'étourdissant au moyen du pistolet d’abattage. En ce sens, décoller un individu peut revenir à l’expédier tout droit non seulement hors du monde des vivants, mais avant ça, dans celui des bêtes.
Cette vision d’une humanité résidant tout entière ou presque dans la tête, qui surmonte le corps et s’affirme comme le siège de la raison, est au centre de certaines philosophies. La pensée d’Emmanuel Lévinas a vu dans le concept de «Visage » l’irruption indéniable de l’obligation éthique au sein du Moi. L’individu est bousculé dans son cynisme, sa relation instrumentale au monde, voire son solipsisme (l'idée selon laquelle l’individu fait de son existence la seule réalité tangible) par la vision d’un Visage dont l’expression est à la fois offerte, car le visage est une partie de la chair qu’on laisse à nu et qu’on peut aisément photographier ou filmer, et dissimulée car ambivalente. 
Le visage d’autrui interroge l’homme et le force à considérer qu’il ne peut pas agir avec égoïsme tout en prétendant rester quelqu’un de moral. Dans le respect du visage de l’autre, ou négativement dans sa destruction, le sujet apprend sa responsabilité face à ses semblables.
«Le visage s’impose à moi sans que je puisse cesser d’être responsable de sa misère. La conscience perd sa première place», écrivait Lévinas.
Cette pensée qui exalte le visage est née en partie de la réflexion menée autour des grandes barbaries du XXe siècle. Bien sûr, elle est loin de suffire à empêcher les folies du nôtre. 
Robin Verner (79 articles)
Journaliste
  en complément ,cet article de ce journaliste peut peut-être nous éclairer aussi...
avatar
brigitte57
Hosanna au plus haut des cieux!

Féminin Messages : 490
Age : 60
Localisation : lille 59000
Inscription : 20/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tete de Jean le Baptiste

Message par Yeshoua le Ven 24 Nov 2017 - 19:32

merci c'est vraiment bien rédiger, sa me rappel a lire le 1er testament  Livre
avatar
Yeshoua
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 585
Inscription : 14/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum