Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

Éphéméride de l'Eglise

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Mar 21 Fév 2017 - 14:26

"""""" Il apparaît de plus en plus que le Cardinal Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte divin, n’a plus son mot à dire pour ce qui concerne la liturgie. 
Totalement dans la ligne de Benoît XVI - donc du “vrai” Concile et non du concile des clérocrates - il entendait poursuivre la “réforme de la réforme” de la liturgie afin que les célébrations paroissiales, après 50 années d’errements, soient rendues conformes à la “lex credendi” de l’Eglise. 
Or, depuis plusieurs semaines, tout à la Congrégation pour le Culte divin se fait à l’insu du Cardinal. 
Et parmi les choses qui se font ou sont en préparation, on peut citer des traductions très approximatives des textes liturgiques en langues vivantes - ce qui permettra aux “bons” célébrants d’improviser encore plus - et aussi... la composition d’une prière eucharistique œcuménique 
dans laquelle depuis l’ “Orate fratres” jusqu’à l’ “Agnus Dei”, le mot “sacrifice” n’apparaît plus."

--------


Les récentes orientations pastorales aboutissent à ce que les fidèles se fabriquent désormais une religion chrétienne à la carte qu’ils continuent à appeler “catholique” même quand elle n’a plus qu’un lointain rapport afin la foi reçue des Apôtres.

Le P. Murray rappelle que l’Eglise catholique n’est pas un club où se rencontrent des personnes pleines de bonnes intentions guidées par le subjectivisme des uns et des autres. 
L’Eglise appartient au Seigneur et à lui seul : il l’a fondée sur une doctrine objective dont l’encyclique “Veritatis Splendor” de S. Jean-Paul II rappelle le sens. 
En choisissant de méconnaître cette doctrine pour des raisons de confort personnel, on va immanquablement vers un schisme, vers la transformation de l’Eglise en une mosaïque de chapelles plus ou moins sect


----------

Dans le livre qu’il vient de publier, le Cardinal Müller, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, rappelle que l’Eglise catholique n’est pas centrée autour de la personne du pape mais autour de celle de Jésus, l’unique Sauveur
Et d’ajouter : 
Ce n’est pas rendre service au Pape que de passer son temps à rendre un culte à sa personne.” """""





http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par véronique69 le Mar 21 Fév 2017 - 14:58

en illustration possible de la dernière citation, le logo pour le voyage du pape à Fatima : nom de François plus important que celui de Marie, pourront éventuellement s'interroger les esprits chagrins

véronique69
Aime le Rosaire

Féminin Messages : 711
Inscription : 09/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Mar 21 Fév 2017 - 15:04

@véronique69 a écrit:en illustration possible de la dernière citation, le logo pour le voyage du pape à Fatima : nom de François plus important que celui de Marie, pourront éventuellement s'interroger les esprits chagrins
Interroger seulement les esprits chagrins ,les autres ,ça passe ! 
Mais la papôlatrie  doit se soigner !
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par territoire en héritage le Mar 21 Fév 2017 - 20:25

Plus précisément sur le site officiel, en allemand, de radio Vatican :

http://de.radiovaticana.va/news/2017/02/20/kardinal_m%C3%BCller_papst_ist_nicht_mit_personenkult_gedient/1293354

Extrait :

Man muss einerseits betonen, wie wichtig der Papst für die Einheit der gesamten Kirche im Glauben ist, aber andererseits darf man das nicht zentralistisch auffassen. Man kann nicht dem Papst dienen, wenn man einen Personenkult um ihn herum betreibt. Das ist sicherlich eine Gefahr heute, in den Medien, dass nur noch die Stimme des Papstes erklingt, während die Sichtweise von der natürlichen Verfassung der Kirche her eigentlich andersherum ist

Traduction automatique :

Vous avez une part de souligner l'importance du Pape est pour l'unité de toute l'Église dans la foi, mais d'autre part il ne faut pas concevoir centralisée. Vous ne pouvez servir le pape, lors de l'utilisation d'un culte de la personnalité autour de lui. Cela est certainement un danger aujourd'hui dans les médias que seule la voix du pape est entendu alors que la vue de la constitution naturelle de l'Eglise ici est en fait l'inverse
avatar
territoire en héritage
Combat avec Sainte Marie

Masculin Messages : 1721
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Jeu 23 Fév 2017 - 12:36

Les proches du pape François disent et répètent sans être contredit ou corrigé par le pape : 
Que le mariage n'est plus un engagement à vie .
Que l'Eucharistie n'est plus le Corps du Christ de façon indiscutable.
Que la gravité d'un péché doit être évaluée selon des critères subjectifs.( AL ) 
Que  l'organisation de la liturgie  doit être laissée à la libre appréciation de chaque communauté locale.
Que les paroles de Jésus doivent être contextualisées afin de pouvoir coller au goût du jour ( Le nouveau Supérieur général de la Compagnie de Jésus ,Arturo Sosa Abascal ) .
Ce relativisme doctrinal menace de transformer la confusion générale en un schisme .
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Jeu 23 Fév 2017 - 22:36

Éloge de Marco Pannella par Mgr Vincenzo Paglia nommé par le pape Francois à la tête de l'académie Pontificale de la Vie .
D'après ce Monseigneur , M.Paglia était un homme d'´ 
" une grande spiritualité [qui fut] l’inspirateur d’une vie plus belle non seulement pour l’Italie mais pour le monde entier qui a besoin plus que jamais d’hommes qui sachent parler comme lui..." 
Or , ce M.Paglia décédé  en mai dernier, 
" était favorable au divorce, à l’avortement et à la légalisation des drogues douces. Il était anticlérical, bisexuel déclaré et fervent militant du mouvement des gays et lesbiennes". 

L'exemple vient d'en haut , n'est ce pas ?
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Lun 27 Fév 2017 - 22:43

Le  " Pyrrhonisme "


Selon le philosophe Pyrrhon d’Elis (v. 365-275 av. J.C.) les réalités sont toutes aussi incertaines qu’indiscernables. 
Aussi nos sensations et nos jugements ne nous apprennent-ils ni le vrai ni le faux. Par conséquent, nous ne devons nous fier ni aux sens ni à la raison, mais demeurer sans opinion. Quelle que soit ce dont il est question, ce dont on parle, il faut l’affirmer et la nier à la fois, ou bien ni l’affirmer ni la nier. 

La crise qui secoue l’Eglise est essentiellement due au “pyrrhonisme” qui s’est emparé des mentalités actuelles, y compris au sein du clergé. 
Le “pyrrhonisme”, qui nie que la raison puisse atteindre la signification des réalités, débouche inévitablement sur une sorte d’illogisme qui fait le lit de ce que Benoît XVI appelait 
la dictature du relativisme” : plus rien ne doit être considéré comme définitivement vrai. 
Tout doit demeurer dans l’ombre, dans la grisaille, dans l’incertitude, dans le subjectivisme
Tout doit dépendre des sentiments individuels, des besoins et des envies du moment, du contexte.
Dans l’Encyclique “Humani generis”, Pie XII avait enseigné que contre le pyrrhonisme qui caractérise l’esprit du monde moderne, il était nécessaire de reconnaître
 “l’authentique et exacte valeur de la connaissance humaine capable d’arriver à une vérité certaine et immuable.” 
Dans la Constitution “Lumen gentium” de Vatican II, l’Eglise affirme, contre le pyrrhonisme, que par la lumière naturelle de la raison humaine nous pouvons connaître Dieu comme le principe et la fin de toute chose (LG, n.16). 
Cet enseignement sera repris et développé dans le “Catéchisme de l’Eglise catholique” (CEC, nn. 35 et ss.) qui doit beaucoup au Cardinal Ratzinger 
Enfin, à travers la Constitution pastorale “Gaudium et spes”, l’Eglise condamne ceux qui enseignent ou admettent qu’il n’existe pas de vérité absolue et que, par conséquent, tout n’est que relatif : 
On désigne sous le nom d’athéisme des phénomènes entre eux très divers. En effet, tandis que certains athées nient Dieu expressément, d’autres pensent que l’homme ne peut absolument rien affirmer de Lui. 
D’autres encore traitent le problème de Dieu de telle façon que ce problème semble dénué de sens.” (GS, n. 19 §2).
Aujourd’hui, le pyrrhonisme est largement introduit dans la mentalité catholique. 
Il conduit de nombreux fidèles - et parmi eux des membres éminents de la Hiérarchie - à penser que puisque l’esprit humain n’est pas capable d’appréhender la vérité une et immuable, l’Eglise ne doit plus être “monolithique” : elle ne peut que proposer “sa” vérité, mais à la condition de laisser chacun libre d’y faire des distinctions et des préférences en faisant appel à son jugement personnel. 
Il faut donc s’interdire tout immobilisme qui conduirait à penser qu’un enseignement est définitif, que la doctrine est fixée, que la liturgie doit être célébrée dans le respect de règles objectives et stables qui en fixent le déroulement et en déterminent le sens. 
Par la bouche d’un certain clergé postconciliaire, on a entendu dire que tout doit être relativisé et que, par conséquent, les évêques eux-mêmes doivent adapter et relativiser les enseignements de l’Eglise. 
Il s’agit là d’une grave défaillance de l’autorité pastorale qui conduit à ce qu’on puisse s’affirmer catholique tout en cultivant un scepticisme ouvrant sur d’infinies variations doctrinales, liturgique et morales considérées comme toutes aussi valables les unes que les autres. 
Dans ce mouvement, la morale “doit être vie, dynamique de vie et, à ce titre, soumise à une croissance intérieure qui écarte toute fixité”, disait le Cardinal Suenens en 1966. 
Dans un tel contexte, il devient totalement impossible parler d’une “crise” de l’Eglise : comment pourrait-il y avoir crise quand il n’y a plus ni de mesures fixes ni d’instrument fiables pour discerner la foi de ce qui n’est pas la foi ? 
Comment pourrait-on parler de crise lorsque, dans des discours embrouillés, on arrive à prendre pour un enseignement clair ce qui, en fait, peut s’attacher à plusieurs idées opposées ?
Le “pyrrhonisme” engendre nécessairement le mobilisme dans tous les domaines : puisque plus rien ne doit avoir de stabilité et de signification, tout doit sans cesse être démoli et reconstruit, détruit et réinventé. 
Le “soyez fermes et immuables” de S. Paul (cf. 1Cor. 15) est alors remplacé par le 
“soyez mobiles et instables” de très nombreux clercs de l’Eglise postconciliaire. 
Les célébrations paroissiales doivent devenir l’outil qui favorise et entretient le “pyrrhonisme” dans l’esprit des fidèles : en remplaçant le sacré qui porte à l’universel par l’expression de l’émotivité (“C’était une belle messe” ; “A l’enterrement, on a écouté la chanson préférée de mamie”...) et en évacuant le Beau qui fixe le Vrai, les célébrations dites “liturgiques” (alors qu’elles ne sont plus guère que des “rencontres spirituelles”) aiguisent les sentiments individuels pour ne plus servir et véhiculer que le relativisme. 
Une messe ne doit donc plus être un acte d’Eglise stable qui transmet et signifie la Vérité permanente, mais une action privée et variable, sans cesse innovante, au cours de laquelle le célébrant - ou tout autre personne chargée de l’ “animation” - crée des formules vides et imagine des gestes sans rapports avec ceux de la Tradition. 
La liturgie perd son sens, comme le souligne le Cardinal Sarah, et dégringole au niveau d’une activité qui permettra au célébrant et à l’assemblée suiviste de se séparer de l’Eglise sans pour autant s’opposer ouvertement à elle. 
Ce qui est déjà le cas dans de très nombreuses paroisses.
On passe ainsi du “pyrrhonisme” au “mobilisme”, c’est-à-dire dans quelque chose qui n’est plus qu’un vague système de croyances déracinées de la foi catholique. 
Dans ce “quelque chose” de radicalement nouveau, les célébrations recomposées, réinventées, sont présentées comme l’idéal du style nouveau que doivent avoir les messes (lesquelles se font maintenant sous des chapiteaux de cirques ou dans des salles de spectacles avec l’aval des évêques...), le but à atteindre étant d’induire les fidèles dans une religiosité qui, en dépréciant la raison et l’intelligence, interdit définitivement à l’homme de connaître Dieu et de s’approcher de Lui pour l’écouter nous parler dans le silence.
Nous sommes bien immergés dans cette Eglise du “pyrrhonisme” où les fidèles sont invités à ne plus réfléchir afin de pouvoir accepter sans sourciller n’importe quel chant, n’importe quelle nouveauté, n’importe quel discours, n’importe quelle bêtise liturgique ou catéchétique. 
Et dans cette Eglise “new look”, plus c’est gros et affligeant, mieux ça passe.

http://www.proliturgia.org/
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par violaine le Mar 28 Fév 2017 - 20:52

Nous sommes bien immergés dans cette Eglise du “pyrrhonisme” où les fidèles sont invités à ne plus réfléchir afin de pouvoir accepter sans sourciller n’importe quel chant, n’importe quelle nouveauté, n’importe quel discours, n’importe quelle bêtise liturgique ou catéchétique. 
Et dans cette Eglise “new look”, plus c’est gros et affligeant, mieux ça passe.

BRAVO ZAMIE, c'est bien un article sensé que je lis, c'est pourquoi je vous dis bravo
Violaine
avatar
violaine
Avec les anges

Féminin Messages : 6366
Localisation : bretagne
Inscription : 10/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Mer 1 Mar 2017 - 22:36

La Providence (Matthieu 6, 22-33)

Dans l’évangile de ce dimanche, nous avons un enseignement de Notre-Seigneur Jésus-Christ sur la Divine providence.
Le Bon Dieu non seulement nous a créés, mais en outre Il veille sur nous et s’occupe de chacun d’entre nous, comme le meilleur des pères. 
L’existence de cette Divine Providence est un enseignement formel de Notre-Seigneur Jésus-Christ. 
C’est un dogme de la foi catholique. 
Et cependant pour la plupart des gens, c’est dans la pratique une vérité à laquelle on ne croit guère. On admet certes que Dieu a tout créé, mais ensuite tout est livré au hasard et à la seule liberté de l’homme. Cette vision des choses nous conduit à l’orgueil ou au désespoir.
Tout autre est l’enseignement de l’Evangile. 

Essayons donc de rappeler quelques vérités fondamentales sur ce sujet.

La première vérité c’est que le Bon Dieu nous aime réellement. Ce n’est pas pour rien que l’on dit « le Bon Dieu ». Son amour pour nous est sans limite. 
Nous sommes ses enfants et Il veut nous rendre participants de sa vie et de sa nature divines. Il nous a créés pour le connaître, l’aimer et le servir en cette vie, et pour jouir de Lui dans la vie éternelle. 
Il nous a créés pour sa gloire, et c’est pourquoi nous chantons : Nous te rendons grâce pour ton immense gloire.

Durant notre existence, Dieu nous conduit vers notre fin. Cette fin, c’est le paradis. Tout dans notre vie s’explique et prend un sens dans cette lumière. Dieu nous attire vers Lui et dans tout ce qui nous arrive, Sa main est présente, Son amour est agissant.
C’est donc une erreur de nous inquiéter, de nous dépiter ou de nous chagriner. 
La foi en la Providence nous remplit de joie, de sérénité et de confiance. 
Le Seigneur sait où Il nous mène. Il écrit droit avec des lignes brisées. 
Dans tout ce qui nous arrive, nous devons dire :
 « Seigneur, Tu me connais mieux que moi-même, Tu sais où Tu me conduis, j’ai confiance en Toi ».
Dieu a tout prévu et ce que je vis pour le moment, joie ou souffrance, est toujours une grâce que je dois recevoir les yeux fermés. 
A chaque instant Il est tout proche de moi. 
A chaque instant Il est le Père, l’Epoux, l’Ami toujours fidèle.
Dieu permet le mal parce qu’Il sait toujours en tirer un bien plus grand. 
Si nous regardons notre vie dans Sa lumière, nous constatons que nous avons souvent fait l’expérience de cette grande vérité.
Notre prière entre dans le plan de la Providence comme un élément des plus importants. 
Comme le dit saint Augustin, Dieu ne nous demande rien d’impossible, mais ce que nous pouvons faire, faisons-le. Et ce qui est au-dessus de nos forces, demandons-lui de l’accomplir pour nous.
La foi en la Providence n’est pas du tout du fatalisme ou une croyance en un destin aveugle et impersonnel. 
Il y a une double réalité : l’amour de Dieu et la liberté de l’homme. 
Nous devons lutter contre le mal, contre le péché qui est en nous, contre la souffrance. Mais dans ce combat le Bon Dieu est toujours prêt à nous secourir
A condition bien sûr que nous L’appelions à l’aide. 
A un évêque qui avait subi avec succès une opération délicate, le médecin disait : 
« C’est un miracle dû à vos prières ». 
L’évêque rectifia : 
« Non, c’est un miracle dû à l’art médical et à la prière ! ».
Il est, dans un autre ordre d’idées, naturel que nous soyons désarçonnés par la crise très grave que l’Eglise traverse depuis une quarantaine d’années, que nous soyons scandalisés par ce que l’actualité nous rapporte au sujet des comportements déviants de certains hommes d’Eglise. 
Pourtant ne l’oublions jamais, l’avenir de l’Eglise, l’avenir de la religion est entre les mains de Dieu. 
C’est Son secret, et là aussi, Il saura tirer un plus grand bien du mal. 
Nous devons rester sereins et attendre l’intervention, comme le disait le pape Paul VI, de Celui qui saura une fois de plus apaiser la tempête qui s’est abattue sur la barque de Pierre.
Nous sommes vraiment, comme toutes les créatures, entre les mains d’un Dieu qui nous aime et qui est tout-puissant. 
Renouvelons notre foi et notre confiance totale en Sa Providence. 
Comme des enfants, avançons sur le chemin de l’existence, tout abandonnés entre les mains de notre Père
Forts de sa présence et de son secours, vivons toute notre vie selon l’Evangile
Il nous donnera toujours la grâce dont nous avons besoin.

http://simonnoel.blogspot.fr/2017/02/la-divine-providence-homelie.html#more
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Jeu 2 Mar 2017 - 21:51

<" Ce n’est pas seulement la messe qu’une commission est chargée de démolir pour la rendre œcuménique, c’est-à-dire sans aucun rapport avec la foi professée par l’Eglise catholique. 
Comme si ça ne suffisait pas, c’est aussi la paroisse qui va faire l’objet d’un changement total. 
Selon des indiscrétions venant de Sainte-Marthe, la paroisse devrait disparaître pour être remplacée par des “communautés œcuméniques” dirigées par des “équipes de bergers” composées de “mamies bigoudis” (déjà en place), de laïcs catholiques, protestants et anglicans. 
Aux Pays-Bas, ce genre de paroisses existe déjà ; en Allemagne, on espère en créer. 
Le vénérable Hans Küng a fait savoir qu’il souhaitait encore davantage de nouveautés...>"


http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html





--------




 A lire sur le même site


Au cours d’une conférence donnée 6 mois après l’élection du successeur de Benoît XVI, le Cardinal Theodore McCarrick, Archevêque émérite de Washington (USA) révélait le plan ourdi par la “Maffia de Saint-Gall” 
(composée entre autres des cardinaux da Cruz Policarpo, Martini, Danneels, Murphy-O'Connor, Silvestrini, Husar, Kasper, Lehmann) 
pour faire élire Jorge Bergoglio. 


Dans sa conférence, le Cardinal McCarrick précisait encore que cette “maffia” avait donné 5 ans au Pape François pour mettre l’Eglise sens dessus-dessous en sorte que la foi catholique puisse se dissoudre dans une vague religiosité sans consistance... 
La vidéo de la conférence (en anglais) est ici.
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Sam 11 Mar 2017 - 22:25

HLE SIXIÈME COMMANDEMENT : TU NE COMMETTRAS PAS D’ADULTÈRE 
www.erzdioezese-wien.at 


* * *

Le sixième commandement : Tu ne commettras pas d’adultère ! Le mariage est un signe précieux de l’amour.

À Vienne 


Nouvelle façon d'enseigner le sixième commandement dans l'archidiosèce  de Vienne en s'appuyant sur AL.
Une étude est présentée sur le site qui prétend que ce commandement n'interdit pas la  masturbation , la pornographie , la prostitution .


" Traduire pour aujourd’hui le sixième commandement.
-------
Puisque l’organisation sociale du peuple d’Israël est radicalement différente de la nôtre, l’interdiction de l’adultère doit sans cesse être re-traduite pour notre temps, afin de ne pas perdre sa pertinence. Longtemps, la tradition de l’Eglise a rattaché à ce sixième commandement tout ce qui relevait de la sexualité et considéré en bloc comme péchés mortels tous les actes sexuels extérieurs au mariage.

Une telle interprétation ne résiste ni aux résultats de l’exégèse ni à la quête, en éthique théologique, d’une évaluation différenciée.


Pas de dévalorisation de la sexualité
---------
Dans sa formulation originelle, le sixième commandement n’entend pas prononcer un jugement négatif général sur la sexualité et ne justifie pas non plus une interdiction globale d’actes comme la masturbation, la pornographie, la prostitution etc. Il ne peut même pas servir pour justifier facilement l’indissolubilité du mariage, mais au contraire suppose un droit au divorce qui existait aussi en Israël." 


------



Traduction http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/al-et-confusion-voix-discordantes-dautriche.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Mar 14 Mar 2017 - 23:13

Une session charismatique



Je reviens de deux journées d'une session charismatique de louange et de guérison pour enfants et leurs parents. Cela m'a permis de prendre un peu la température de notre Église. La session avait lieu dans un lieu où vivent des religieux âgés ou malades. J'ai eu des contacts avec ceux-ci aussi bien qu'avec les participants de la session. 
Quelles conclusions tirer des conversations auxquelles j'ai pris part ? D'abord beaucoup de témoignages désabusés sur la situation actuelle de l’Église de la part des religieux qui nous accueillaient : plus de vocations, une pratique religieuse vieillissante et en baisse constante. La sécularisation ne cesse de s'affirmer. Ainsi un home proche pour personnes âgées, qui portait un nom chrétien, y a renoncé récemment pour adopter un nom plus neutre. Pax Christi vient aussi de changer son nom en Be.Pax. Les religieux en question craignent eux-mêmes de devoir aller bientôt dans une maison de repos, où, semble-t-il, ils ne disposeront plus d'une chapelle. Et tant d'autres choses furent dites qui vont dans le sens d'une apostasie qui se généralise et d'une confusion au sein même de l’Église.
Et puis, il y eut tant de belles choses, prometteuses d'un avenir meilleur, dans la session des enfants et de leurs parents. Des petits et des grands qui vivent en profondeur le sacrement de la réconciliation. Des enfants initiés à l'adoration du Saint Sacrement et à la prière du rosaire. Des adultes qui se sont relayés jour et nuit devant le Saint Sacrement pour la louange et l'intercession. De nombreuses grâces de délivrance et de guérison. Une écoute patiente et priante de tant de souffrances humaines, de la part des accompagnateurs, prêtres, religieuses et laïcs. 
Alors que dire ? La situation est bien contrastée. D'une part, la mort spirituelle, d'autre part, la vie de l'Esprit. 
Oui la crise est réelle mais l'avenir de l’Église est entre les mains de Dieu.
Je conclus par ce que m'a dit un des prêtres accompagnateurs de la session. 
La crise est grave, et pourrait s'aggraver, au point qu'à un moment donné, tout humainement semblera perdu. Alors ce sera l'intervention directe, inattendue et miraculeuse de Dieu, qui semble dormir pour l'instant au fond de la barque de Pierre. Un renouveau extraordinaire s'ensuivra et fera notre émerveillement. 



Par notre prière, notre silence et notre fidélité, que soit hâtée la venue de ce jour. Gardons confiance et restons calmes.

http://simonnoel.blogspot.fr/
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Ven 17 Mar 2017 - 21:20

Les chrétiens “conservateurs” sur le plan théologique ont davantage de succès que les libéraux. 
Et ceci se vérifie autant pour les communautés catholiques que protestantesTelle est la conclusion d’une étude menée au “Redeemer University College” d’Anaster au Canada. 
Le professeur Kevin Flatt, l’un des auteurs de cette étude, en a présenté le contenu dans le “Catholic Word Report”.

Son travail a porté essentiellement sur des ordres et des communautés religieuses de l’Eglise catholique. 



Il a relevé que les institutions qui s’appliquent à vivre selon des règles religieuses traditionnelles, où l’on conserve le port d’un habit religieux, qui restent fidèles aux enseignements de l’Eglise, ont davantage de nouvelles recrues, souvent jeunes. 
D’après ceux qui ont collaboré à l’étude, cette tendance (qui ne semble pas plaire au pape François - n.d.l.r. -) remonterait aux années 1980.

A l’inverse, les communautés religieuses qui se sont éloignées du style de vie traditionnel et se sont adaptées à l’évolution du monde séculier sont souvent victimes de défections dans leur rang. Et ce, plus encore dans le monde protestant que dans l’Eglise catholique.


Comment comprendre ces liens de cause à effet ? 



Si une communauté religieuse veut pouvoir se maintenir au sein d’une culture sécularisée, elle se doit d’élaborer consciencieusement ses choix de vie et d’avoir une identité claire la distinguant nettement des autres groupes et des autres croyances. 
Quiconque est intimement convaincu de la vérité transmise par le “Credo”, fait confiance au message biblique et se donne pour tâche l’évangélisation, remplit bien ces conditions. 
Mais les groupes qui remettent en cause ces vérités, qui placent tous les chemins spirituels sur un pied d’égalité et pour qui le mot “dogme” est un gros mot, ces groupes-là ne savent rien répondre lorsqu’on leur pose la question : 
« Pour quelle raison est-ce que je devrais me lever le dimanche et venir dans ton église ? »  

Depuis les années 1960, il est de bon ton, aussi bien chez les protestants que chez les catholiques, de décréter que le christianisme doit s’adapter faute de quoi il finira par disparaître. 

Mais l’évolution constatée ces dernières décennies montre plutôt le contraire : le christianisme disparaît partout où l’on se soucie de l’adapter sans arrêt aux dernières nouveautés.




http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Jeu 23 Mar 2017 - 21:27

Au cours des travaux de restauration du saint sépulcre du Christ à Jérusalem en octobre dernier, la double plaque de marbre qui recouvrait le tombeau proprement dit a été retirée et ce pour la première fois depuis plusieurs siècles : un événement qui a eu un formidable retentissement dans toute la presse mondiale. 
L’essentiel, dans cette affaire, est que cette opération confirme ce qu’on croyait savoir à Jérusalem depuis 1700 ans et dont la véracité est à présent confirmée. A savoir que c’est ici, à un jet de pierre de la colline du Golgotha, dans un vieux jardin, sous ces plaques de marbre, que se trouve la niche qu’avait fait creuser Joseph d’Arimathie à l’origine pour son propre usage et qui a été mise ensuite à la disposition de l’Histoire pour accueillir le corps de Jésus de Nazareth.
Les chrétiens de Jérusalem en sont intimement convaincus depuis toujours : c’est ici, que reposa le corps crucifié du Christ jusqu’à sa résurrection des morts au bout de trois jours. 

En l’an 325, l’empereur Constantin avait fait construire une première basilique au-dessus du tombeau. Puis, très rapidement, les patriarches de Jérusalem ont été obligés de protéger le lieu en le recouvrant de plaques de marbre afin que les pèlerins, à force de piété, ne le transforment en un vrai gruyère en s’emparant de mottes de terre pour en faire des reliques. 
Les travaux récents (2016) ont été suivis d’une restauration complète de l’ancienne structure du tombeau du Christ recouvert de ses plaques de marbre, et on peut aujourd’hui le visiter comme auparavant. De plus, la chapelle funéraire (l’édicule), construite en 1801 dans un style baroque ottoman a été soigneusement nettoyée et délivrée du corset d’acier qu’avaient posé les Britanniques en 1948 pour éviter que toute la structure ne s’effondre. Mais les restaurateurs ont introduit une nouveauté plus sensationnelle encore : ils ont pratiqué dans une plaque de marbre, à gauche, juste en face du lit funéraire (c’est-à-dire dans la partie sud de la pièce), une ouverture, un genre de fenêtre, derrière laquelle on peut voir à présent la roche dans laquelle fut creusé à l’origine le tombeau du Christ.
L’histoire de la chapelle du sépulcre fut très mouvementée. En 614, la chapelle, que les grecs désignaient sous le nom d’ “Anastasis”, c’est-à-dire “Résurrection”, avait été incendiée par les Perses sous le règne de Chosroes II. Le 28 septembre 1009, dans un mouvement de folie, le Calife Hakim a détruit tout le site et déclenché ainsi la première croisade des nations européennes. L’église, telle qu’on peut encore la voir aujourd’hui, avait été magnifiquement reconstruite par les croisés ; mais une fois encore, le 15 juillet 1244, elle fut ruinée par des tribus mongoles (Ayyubid). Suivirent plusieurs incendies, et quelques tremblements de terre, tel celui de Jéricho en 1927.
Mais de tout cela gardons l’essentiel : ce rocher, broyé, fragmenté, redécouvert à Jérusalem, constitue pour nous aujourd’hui un témoignage silencieux du fait que, le 16 Nissan (le 9 avril) de l’an 30, Jésus-Christ est passé ici de la mort à la vie, et que ce n’est pas là une simple idée sortie tardivement de l’esprit des théologiens et des prédicateurs.

Source : d'après Paul Badde (trad. MH/APL)

avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Dim 26 Mar 2017 - 23:05

Un million de fidèles lors de la messe du pape François hier 25 mars à Monza près de Milan .On peut le lire sur le journal La Croix soulignant  que cette foule " confirme la popularité  du pape.

Naïvement , je pensais que c'était pour assister à la messe et prier ! Il semble que là"'popularité " du pape passe avant ! Le messager plus populaire que le message!


Sur pro liturgie on s'interroge : 


  A Monza (I), François a célébré la messe devant plus de 700.000 personnes. 
Il est permis de ce demander si, dans un tel contexte, une célébration a encore un sens “liturgiquement” parlant. 
Le Pape Benoît XVI avait abordé cette question des “célébrations façon woodstock” :
« Un grand problème, c’est celui des liturgies auxquelles participent des masses de personnes. Pour moi, je dois le dire, cela reste un problème, parce que la communion concrète dans la célébration est fondamentale, et je ne trouve pas en conséquence que la réponse définitive ait été réellement trouvée. (...) J’ai fait poser aussi une autre question sur la concélébration en masse : parce que, si mille prêtres concélèbrent, par exemple, on ne sait pas si c’est encore la structure voulue par le Seigneur. »


Et c’est sans compter avec les hosties que l’on retrouve à terre ou que les gens emportent chez eux en souvenir après chaque célébration de ce genre... ""



http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Ven 31 Mar 2017 - 22:46

Pendant que les fidèles ,constants à l'enseignement plus que millénaire de l'Eglise .....

se battent contre le  " mariage " de paires ......
font des pétitions aux évêques contre l'avortement ......
se lèvent avec force contre la pédophile......

Au Vatican à l'occasion de la rencontre des dirigeants de l'UE le 24 mars .on reçoit , sourire aux lèvres Monsieur le premier ministre du Grand duché 
du Luxembourg  avec son ............." mari " ......Gauthier Destenay , architecte belge.


J'ai honte , tristement honte .




avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Ven 7 Avr 2017 - 21:58

Quand un prêtre baptise un enfant ou un adulte, il ne fait pas de lui un “catholique progressiste” ou un “catholique traditionaliste” ou un “catholique charismatique”... Il fait de lui un “catholique un point c’est tout”.


Par conséquent, se dire catholique “comme ceci” ou catholique “plutôt comme cela” n’a strictement aucun sens.

Quand on est “catholique”, on l'est simplement et totalement : on se réfère au Catéchisme de l’Eglise catholique et non à telle école ou telle mode, et on demande à participer à la liturgie de l’Eglise catholique célébrée dans son intégralité et non à la “célébration adaptée” du Père Untel qui fait “son” show pour satisfaire “son” public.


Tout ce qui s’écarte de cette ligne claire et simple conduit tôt ou tard à un égarement dont on ne revient jamais indemne." 



http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Lun 17 Avr 2017 - 19:59

avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Ven 21 Avr 2017 - 23:23

« La mauvaise interprétation de la réforme liturgique qui a été largement diffusée au sein de l’Eglise catholique a conduit de plus en plus à mettre à la première place l’aspect de l’instruction, et celui de notre propre activité et créativité. 
Le “faire” de l’homme a quasiment provoqué l’oubli de la présence de Dieu. (...) La cause la plus profonde de la crise qui a bouleversé l’Eglise se trouve dans l’obscurcissement de la priorité de Dieu dans la liturgie. (...) Le véritable renouveau de la liturgie est la condition fondamentale pour le renouveau de l’Eglise. »

Extrait de la préface écrite en 2015 par Benoît XVI lui-même pour l’édition en russe de ses “Omnia opera”.
Cette édition a été réalisée à la demande du Patriarche de Moscou ; ce qui prouve qu'on trouve chez les Orthodoxes un sens de la liturgie que n'ont plus guère nos évêques se réclamant du Concile.



http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Mar 2 Mai 2017 - 22:51

 " Depuis les débuts de l’ère chrétienne, l’existence et la mission essentielle de l’Eglise ont été étroitement liées à la liturgie. C’est une évidence qu’aucun historien, aucun théologien, aucun fidèle - fut-il prêtre - ne peut remettre en question.
Par conséquent, dès que le goût pour l’authentique liturgie se perd, dès que les ministres de l’autel ne placent plus Dieu au centre de la liturgie qu’ils célèbrent, dès que disparaît le “sens de la liturgie”, l’Eglise entre en crise. 
Un renouveau de l’Eglise, de la foi, ne peut donc se faire que par un renouveau radical de la liturgie excluant des célébrations tout ce qui n’appartient pas en propre à la liturgie : le bricolage, l’impréparation, le manque de dignité, la désorientation des autels, l’animation liturgique, les chants qui induisent une fausse participation à la célébration du Mystère, les commentaires ajoutés, les bavardages... 
Le renouveau de la foi, de l’Eglise, ne pourra se faire qu’en se laissant apprivoiser par un goût authentiquement chrétien pour la liturgie
Pour comprendre ce qu’est ce goût pour la liturgie, il faut comparer deux façons de percevoir une célébration : dans un monastère où les célébrations sont mises en œuvre dans le strict respect des normes rituelles transmises par l’Eglise (Solesmes, Kergonan, Le Barroux, Flavigny...) et dans une paroisse où l’on essaie de rendre les célébrations intéressantes.
Dans le premier cas, où tout est chanté en latin, on ne comprend pas forcément tout ce qui est dit et proclamé (encore que si l’on veut, on puisse trouver des traductions). Mais ce qui apparaît nettement, ce qu’on ressent, c’est que la célébration a un sens, un but, une logique interne, une unité et une harmonie. Et c’est par ces différentes composantes que se communique l’intelligence de la liturgie.
Dans le second cas, quand tout est dit en langue courante, on comprend les mots (à condition d’avoir une attention soutenue pendant une bonne heure, ce qui est rarement le cas), mais la célébration apparaît décousue, “saucissonnée” : elle n’est plus qu’une succession de moments éphémères qui font perdre le sens global - et donc essentiel - de la liturgie. Trop de célébrations actuelles qui se veulent “compréhensibles” sont devenues totalement incapables de communiquer le sens de la liturgie par lequel se construit l’identité catholique.
Qu’elle soit grecque ou latine, orientale ou occidentale, une liturgie est toujours un édifice fragile, qui contient de par sa structure globale un sens, une “puissance signifiante” qui lui est propre : ôter la moindre pierre, vouloir amputer une liturgie de l’une ou l’autre de ses composantes, conduit à faire effondrer cet “édifice de sens” bâti et perfectionné par des siècles d’usage. 
L’esprit de la réforme liturgique réclamée par le Concile ne fut pas de tailler à la serpe dans cet organisme vivant qu’est le rite romain, mais au contraire de le considérer comme une fresque vénérable et antique qu’il convenait de restaurer et de nettoyer pour lui rendre sa splendeur originelle. Autrement dit : non pas le “réorganiser” au nom de principes idéologiques prétendus pastoraux, mais le respecter dans son identité profonde en cherchant à rendre celle-ci plus visible. 
Sur le terrain, c’est le contraire qui fut entrepris. Le résultat est là, sous nos yeux : le rite romain, dévasté de fond en comble par l’idéologie des “experts en pastorale liturgique” et l’ignorance des “laïcs en responsabilité”, ne signifie plus rien de ce qu’énoncent les paroles employées ; le rite n’apparaît plus désormais que comme un vaste champ de ruines, un corps en état de coma avancé que chaque “communauté” prétend réanimer à l’aide d’artifices qui ne font que l’achever."





http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Jeu 11 Mai 2017 - 12:50

Le Père jésuite James Martin, nommé au bureau de la communication du Vatican par le pape François, se permet de déclarer " certains saints étaient probablement homos et certains catholiques seront surpris d'être accueillis par eux au ciel " .

A moins de connaître ( comme Dieu connaît ) le coeur des personnes qui peuvent se repentir même au dernier moment , ce prêtre ne peut soutenir de telles choses .Il n'a pas du lire l' enseignement de St Paul qui affirme que le royaume de Dieu ne sera pas accessible aux " efféminés " St Paul aux romains 1 .Ne sait -il pas ce prêtre que devant et chez Dieu TOUT de notre personne doit être PARFAIT comme est PARFAIT le Christ ?
Si l'enseignement , la Parole sont ainsi détournés , bafoués , l'Eglise par ses membres est corrumpue et vendue aux idées du monde .
Dehors ces engeances qui salissent la Parole ,par leurs propres jargons ,  qui enseignent du FAUX au détriment de la Vérité .DEHORS .


--------------


http://www.diakonos.be/settimo-cielo/ponce-pilate-est-reapparu-au-venezuela/

CERTAINS SAINTS ÉTAIENT PROBABLEMENT HOMOS

"Certains catholiques seront sans doute surpris quand ils iront au ciel d'être accueillis par des hommes et des femmes LGBT" a déclaré le père jésuite James Martin, un prêtre controversé qui vient d'être nommé au bureau de la communication du Vatican par le pape François.

L'Eglise catholiques enseigne que les actes homosexuels sont "intrinsèquement désordonnés" puisqu'ils sont "contraires à la loi naturelle" et qu'ils "ferment l'acte sexuel au don de la vie" tout en refusant de stigmatiser ou de juger les homosexuels eux-mêmes.

James Martin a également déclaré que l'Eglise devait accepter ceux qui pratiquaient l'homosexualité, que l'homosexualité était un "don spécial" et que l'Eglise devait cesser de parler d'actes désordonnés. Récemment, il a plaidé sur Twitter pour la normalisation de l'homosexualité dans l'Eglise catholique en soutien des revendications transgenres comme le fait pour les petits garçons de pouvoir utiliser les toilettes des filles et vice-versa.

Source: Pete Balinski, LifeSiteNews 
----------------------------------------------------------------------------
zamie respecter la Charte du Forum SVP lire le lien ci-dessous

https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t39988-le-conseiller-communication-du-vatican-certains-gay-seront-saints#406788
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Ven 19 Mai 2017 - 14:20

http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html





« L’Eglise est-elle en train de se disloquer ?
(…) Il ne fait plus de doute que cette affaire de la bonne interprétation du document pontifical “Amoris Laetitia” a contribué à accentuer l’impression de confusion dans l’Eglise, même parmi les catholiques fidèles à son enseignement. Le résultat a été une confusion des langues digne de la Tour de Babel.
On assiste non seulement à des interprétations divergentes dans les milieux théologiens, mais aussi entre les pasteurs et les diverses conférences épiscopales. Martin Mosebach a déclaré à ce sujet : “Aujourd’hui, le Pape soulève des questions polémiques, mais se refuse à y apporter des réponses claires.” 
Pourtant le Pape, en tant que Pontife, c’est-à-dire de “constructeur de ponts”, est responsable de l’unité de l’Eglise : or celle-ci est en train de se disloquer.
Les catholiques conservateurs ne se rebellent pas : demander une clarification n’est, en effet, pas une rébellion. Mais s’ils restent sans réponse, cela peut les conduire à la frustration. Et la frustration paralyse : elle prive le travail au service de l’Eglise de toute joie et de toute ardeur. Si l’on en arrive à ne plus savoir si on a tort ou raison, à ne plus savoir ce qu’est vraiment un catholique loyal et fidèle au Pape, on se sent abandonné par l’Eglise. Ces croyants se trouvent contraints de prendre eux-mêmes ces questions en mains et d’y apporter leurs propres réponses. Or ici, la référence à la conscience individuelle comme recours en dernière instance n’est souvent d’aucune aide car elle nécessite d’avoir une conscience bien formée ce qui, compte tenu de l’effondrement de la catéchèse, n’est pas donné à tout le monde. Les croyants sont donc en droit d’attendre de leurs pasteurs qu’ils leur donnent des orientations claires et précises.
A côté de cet aspect de la question qui fait appel à l’objectivité de la doctrine, il faut en évoquer un autre. Aux yeux des croyants, le Pape et les évêques ne sont pas seulement, en effet, ceux qui disent la loi. Les relations qu’ils entretiennent avec les fidèles sont aussi empreintes d’une dimension émotionnelle. Même si le Pape se prévaut du titre de “serviteur des serviteurs de Dieu”, il est pour les croyants le représentant du Christ, c’est-à-dire une personne que l’on voudrait à la fois respecter et aimer. Or, quand il ne répond plus aux questions qu’on lui pose, le Pape devient le vecteur d’une frustration, d’une déception qui saisit le catholique honnête et loyal et peut aller jusqu’à occulter les actes forts du Pape comme par exemple son action en faveur des faibles et des exclus de la société. Ce serait une catastrophe d’en arriver à cette situation qui ressemble fort à une persécution de l’Eglise non pas venue de l’extérieur, mais de l’intérieur même. »

Hubert Gindert (
Deutscher Katholiken) Trad. MH/APL

avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Jeu 25 Mai 2017 - 21:51

Dès 1976, Karol Wojtyla, futur Jean-Paul II, déclarait que 
« nous sommes aujourd’hui face au plus grand combat que l’humanité ait jamais vu. Je ne pense pas que la communauté chrétienne l’ait compris totalement. Nous sommes aujourd’hui devant la lutte […] entre l’Eglise et l’anti-Eglise, entre l’Evangile et l’anti-Evangile. ».
Et lors de sa visite au Portugal, en 2010, Benoît XVI, qui avait longtemps été aux côtés de Jean-Paul II avant d’être pape lui-même, avait précisé : 
« Nous voyons aujourd’hui de façon beaucoup plus terrifiante que la plus grande persécution de l’Eglise ne vient pas d’ennemis extérieurs mais naît du péché de l’Eglise »
Au moment de son élection, le même Benoît XVI avait d’ailleurs averti : 
« Priez pour moi, afin que je ne me dérobe pas, par peur, devant les loups. » 
Il était très réaliste : il savait que les “loups” en question n’allaient pas tous venir de l’extérieur de l’Eglise mais que certains étaient déjà dans l’Eglise. Des loups déguisés en gentilles brebis bêlant toutes en chœur :
 « Pastorââââle, pasrorââââle ! » 
Quel brouhaha dans la bergerie !
Il est donc très possible - si l’on en croit S. Jean-Paul II et Benoît XVI - que la grande perturbation surviendra sans même que les catholiques et, peut-être même les pasteurs, puissent s’en rendre compte. Pourquoi ? Simplement parce qu’elle se fera de manière très subtile, juste par un imperceptible déplacement du curseur. 
La perturbation (pour ne pas encore parler de schisme) survient dès lors qu’on opère un subtil mélange entre le pastoral et le doctrinal ; lorsqu’au nom d’une “pastorale de l’ouverture et de l’accueil”, on aboutit à mettre en débat la Vérité reçue du Christ.
Ainsi, lorsqu’on n’entend plus que le mot “miséricorde” mais jamais plus le mot “vérité”, alors il faut très sérieusement s’inquiéter ; lorsqu’on n’entend plus que l’expression “joie de l’Evangile” mais jamais plus l’expression “exigence de l’Evangile”, alors il faut sérieusement s’inquiéter : ces insistances sur certains aspects de la foi et ces silences sur d’autres aspects sont autant de failles par lesquelles s’engouffrent toutes les idéologies visant à égarer les fidèles et à dérégler la mission que le Christ à confiée à son Eglise. Pas “notre” Eglise : “son” Eglise ! 
Le jour de l’Ascension, lorsque Jésus retourne chez son Père, il donne un ultime commandement à ses disciples :
 « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé » (Mt 28, 19-20). 
Jésus n’invite pas, au nom d’une “bienveillante pastorale”, à relativiser ce qu’il nous a commandé. 
Non : il nous demande d’ “apprendre à observerTOUT ce qu’il nous a commandé. L’apprentissage ne se fait pas par la dilution de la vérité ou par la mise de côté de ce qui dérange. Il faut TOUT apprendre ! Or, pour TOUT apprendre, il faut que ce sur quoi porte l’apprentissage soit clairement énoncé et clairement présenté à l’aide d’un langage qui ne soit pas une sorte de “novlangue” pastorale. 
Ainsi, quand, dans l’Eglise, les fidèles qui demandent que la doctrine soit clairement énoncée sont renvoyés au motif qu’ils sont des “pharisiens”, des “cœurs secs fermés à l’action de l’Esprit”... 
alors il est permis de penser qu’une entreprise de dilution de la vérité est déjà en cours dans l’Eglise elle-même. 
Alors il est permis de penser, avec S. Jean-Paul II et Benoît XVI, que ceux qui entendent ruiner l’Eglise sont déjà à  l'œuvre.



http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Lun 29 Mai 2017 - 10:15

Après les évêques de Malte , d'Argentine , voici les Belges : 


 " Accompagnement , discernement , intégration " 

Les trois grands mots des évêques belges qui font passer ainsi  la pastorale avant la doctrine , l'enseignement , la Parole .


 " la pastorale doit être orientée vers l’accompagnement, le discernement et l’intégration. " 


On " s'oriente " vers le monde au lieu de " s'orienter " vers Dieu .
--------------------------------


 
Sur le site pro Liturgia : 
http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html



Sur la base d’une sérieuse étude d’ “Amoris laetitia”, les évêques de Belgique annoncent dans une Lettre pastorale 
http://www.cathobel.be/wp-content/uploads/2017/05/2017-05-09-Amoris-laetitia-Lettre-pastorale.pdf



où les contradictions avoisinent les incohérences que :
- le concubinage ne constitue plus un péché mortel (d’ailleurs, qui, en Belgique et ailleurs se soucie de savoir ce qu’est un péché mortel ? - n.d.l.r. -)
- des concubins peuvent communier après avoir dialogué avec un “agent pastoral” (i.e. un ou une laïc/que).
Les affirmations des évêques de Belgique n’ayant pas fait l’objet d’une correction par le pape François, on en conclut que leur lecture d’ “Amoris laetitia” et les conséquences pastorales qu’ils en tirent sont totalement conformes aux enseignements du Souverain Pontife. Ce qui est pour le moins inquiétant." 
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Sam 3 Juin 2017 - 23:47

En Belgique premier communion à Essen 


Oui, nous avons vérifié. La paroisse Saint-Antoine a vraiment fait défiler les enfants comme au carnaval dans l’église


avec des rubans couleur arc-en-ciel 


en chantant leur joie « d’être ensemble », le jour de leur première communion.
 
Pauvres petites têtes blondes…
 
On comprend mieux pourquoi le petit saint François de Fatima voulait 


« consoler son Dieu ».
 
http://reinformation.tv/premiere-communion-essen-belgique-video-70649-2/


--------------------------------------

Les organisateurs auraient pu aussi bien prendre la danse des canards , ou tout autre niaiserie profane . 
Pauvre Église qui ne sait plus où est le recueillement et " la force du silence " prônée par le cardinal Sarah .Pauvre Église qui veut tant imitée le monde qu'elle se ridiculise .
Elle finira par être méprisée par ce même monde , convaincu que dans ces gesticulations bruyantes ne résident pas le sacré .
À quoi bon aller dans une telle cérémonie si l'on y retrouve une ambiance digne d'une représentation de fin d'année scolaire !
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Dim 11 Juin 2017 - 16:35



Les DEUX EGLISES

par Samuel NYOM







Malgré la crise théologique, spirituelle et morale qui fait rage au sein de l’Eglise, les quelques années que nous venons de vivre, en particulier depuis l’élection au suprême pontificat du cardinal Bergoglio, auront au moins permis d’opérer un début de clarification salutaire quant aux véritables lignes de fracture qui traversent l’Eglise actuellement.
L’Eglise universelle se caractérise avant tout par sa diversité : diversité des langues, diversité des cultures et des rites employés, diversité des mentalités et des conceptions de ce que doit être la vie ecclésiale, diversité des modes et des courants idéologiques aussi. Mais en réalité, si l’on analyse la situation à la lumière du seul critère qui vaille, à savoir celui de la foi, on observe que c’est le visage de deux Eglises aux buts diamétralement opposés qui se dessine.
Nous pourrions appeler, non pas ces deux conceptions de l’Eglise mais bien ces deux Eglises, de la manière suivante : 



l’ “Eglise de la confession” et l’ “Eglise du reniement”.

C’est dans la personne et dans la vie même de l’Apôtre Pierre que nous trouvons l’attitude qui détermine les buts de ces deux Eglises. 

L’Evangile selon saint Matthieu, en effet, relate le moment où en réponse à la question du Sauveur « Pour vous qui suis-je ? » Pierre répond avec assurance « Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant! » (Mt 16,16) confessant ainsi la foi qui deviendra celle de toute l’Eglise. 


Prolongeant cette attitude de saint Pierre, une partie de l’Eglise catholique fonde aujourd’hui encore son existence sur cette impérieuse nécessité de confesser la foi dans sa vérité et sa radicalité, quand bien même cette confession heurterait la mentalité dominante qui règne dans le monde occidental. 
A cette Eglise se rattachent en premier lieu ces innombrables chrétiens d’Orient qui, préférant rester fidèles à la foi dans le Christ plutôt que de prononcer la Châhada - la confession de foi de l’Islam - subissent la persécution et bien souvent le martyr. 
A cette Eglise également se rattachent ces chrétiens de l’Eglise clandestine de Chine (auxquels Rome fait la sourde oreille) mais aussi ces chrétiens qui, refusant de céder aux sirènes de la modernité occidentale, gardent une pratique de la vie religieuse fidèle à la tradition chrétienne immémoriale ; ces chrétiens, laïcs aussi bien que prêtres et évêques qui, contre vents et marées et en dépit de leurs faiblesses personnelles, restent fidèles aux enseignements de l’Eglise, gardent fidèlement la Parole de Dieu et savent recevoir et mettre en œuvre dans un esprit de fidélité et d’intelligence les rites sacrés légués par la Tradition liturgique. 
Les chrétiens qui appartiennent à cette “Eglise de la confession” ne sont pas meilleurs que les autres : ils sont et  peuvent, eux aussi, se tromper sur tel ou tel point secondaire ; eux aussi sont faibles et pêcheurs au même titre que tous les autres. 
Leur seul mérite est de mettre la recherche de Dieu au dessus de tout autre objectif et de prendre au sérieux cette parole du Christ : 
« Si vous étiez du monde, le monda aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait » (Jn 15, 19).

Cependant, au sein-même des structures de cette Eglise officielle se trouve à présent une autre Eglise qui pourrait porter le nom d’ “Eglise du reniement”

Cette Eglise, elle aussi, adopte une attitude que l’on retrouve dans la vie de l’Apôtre Pierre telle que décrite dans les Evangiles : Pierre, apeuré par le sort fait à Jésus, intimidé par la foule haineuse, voit sa foi défaillir et le pousser à renier le Christ : « Non, je ne connais pas cet homme » (Mt 26, 69-75). 
De même aujourd’hui, cédant aux intimidations du monde et aux exigences de la mentalité dominante actuelle, de nombreux chrétiens - fidèles laïcs aussi bien que prélats de haut rang - en viennent à souhaiter des “aménagements” de la doctrine afin de la rendre acceptable pour la bien-pensance occidentale. 
Très souvent, ces mêmes chrétiens laissent la sainte liturgie de l’Eglise se faire envahir par la mentalité moderne : 
une mentalité purement “horizontaliste” dans laquelle Dieu n’est plus considéré comme la réalité suprême devant être au cœur des célébrations, mais comme un accessoire secondaire, comme un prétexte à imaginer de plus ou moins belles mises en scènes où pourront s’exposer les acteurs des célébrations.
Derrière cette attitude qui consiste à laisser le sel de l’Evangile s’affadir se cache l’idée selon laquelle, au fond, la Révélation recouvre une vérité qui n’est pas absolue mais relative, et donc qui doit être passée au crible de la mentalité moderne, laquelle constituerait le véritable critère à accepter sans discuter

Par souci - confortable - de ne pas faire de vagues et de s’accommoder avec tout le monde, de nombreux prélats en viennent à s’aplatir devant tout le monde


devant la bien-pensance actuelle, et en reprenant tous les poncifs et les expressions éculées (“vivre ensemble”, “laïcité”, “accueil de l’autre”, “ouverture à la diversité”, etc.), et aussi devant les autres religions, en particulier l’Islam (ainsi ces clercs qui laissent la profession de foi islamique être prononcée dans des églises, voire qui la prononcent eux mêmes, attitude qui tranche avec celle de ces coptes d'Egypte qui encore récemment préférèrent se laisser massacrer plutôt que de la prononcer...). 

Evidemment, ces catholiques de l’ “Eglise du reniement” ne souhaitent pas renier la foi chrétienne ; pourtant, en cédant sur des points parfois fondamentaux, ils s’engagent sur une pente qui les mène inéluctablement au reniement et donc, in fine, à une apostasie sourde mais bien réelle



Le véritable drame réside dans le fait que cette “Eglise du reniement” s’est insidieusement installée au sein-même de l’ “Eglise de la confession” jusqu’à devenir en de nombreux endroits - et en particulier en Europe occidentale- majoritaire et dominatrice  grâce aux soutiens dont elle bénéficie jusqu’aux plus hauts niveaux de la Hiérarchie.



http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/fond.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Dim 25 Juin 2017 - 22:17

Dormez braves gens


Bonne nouvelle
contrairement à ce que laisse entendre une rumeur, le pape François n’a chargé aucune commission de revoir les enseignements d’ “Humanae Vitae” à la lumière d’ “Amoris Laetitia”.
Mauvaise nouvelle
une commission existe bel et bien. Ou plutôt, il s’agit d’un “groupe d’étude” travaillant sous les auspices d’un institut pontifical pour simplement “préparer” un possible “réajustement” d’ “Humanae Vitae”.
Dormez braves gens 


avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Jeu 29 Juin 2017 - 20:38

Après l’Académie pour la vie, l’Institut pour la famille change lui aussi de visage



Triés sur le volet les uns après les autres, les nouveaux membres de l’Académie pontificale pour la vie nommés le 13 juin par le pape François réservent chaque jour leur lot de surprise.
Mais l’institut voisin Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille, lui aussi confié par le pape aux bons soins de Mgr Vincenzo Paglia, se prépare à suivre la même direction.
*
A l’Académie pontificale pour la vie, ce qui a fait grand bruit c’est surtout la nomination du théologien moraliste anglican Nigel Biggar un défenseur de l’avortement « jusqu’à 18 semaines après la conception ».


Interpellé par Vatican Insider, Mgr Paglia a  tenté de justifier cette nomination en assurant que M. Biggar – à part les mots échangés en 2011 avec le philosophe et pro-avortement fervent Peter Singer – « n’a jamais rien écrit au sujet de l’avortement » tandis qu’en ce qui concerne la fin de vie « il a une position qui concorde en tous points avec celle de l’Eglise catholique ».


Il n’a pas fallu longtemps pour découvrir que ces deux affirmations ne correspondaient pas à la vérité et que M. Bigar a exposé ses positions libérales en matière d’avortement dans un article de 2015 publié dans le « Journal of Medical Ethics » et au sujet de l’euthanasie dans son livre de 2004 « Aiming to kill. The ethics of suicide and euthanasia ».


Certains nouveaux membres se sont également distingués par leurs positions très éloignées dans celle de l’Eglise :


• La Suédoise Katarina Le Blanc, du Karolinska Institutet de Stockholm qui utilise des cellules souches extraites d’embryons humains fécondés in vitro ;


• Le Japonais et prix Nobel Shinya Yamanaka qui, bien qu’il soit célèbre pour avoir produit artificiellement des cellules souches pluripotentes, n’exclut en rien de poursuivre les recherches sur l’utilisation des cellules embryonnaires humaines et explique pourquoi dans un article publié dans la revue scientifique « Cell & Stem Cell » ;
• Le Juif Israélien Avraham Steinberg qui admet dans certains cas l’avortement et la destruction des embryons à usage scientifique ;


• L’italien Maurizio Chiodi, théologien moraliste de premier plan qui, dans son livre « Etica della vita », admet la procréation artificielle pour autant qu’il y ait une « intention de génération ».
*

http://www.diakonos.be/settimo-cielo/apres-lacademie-pour-la-vie-linstitut-pour-la-famille-change-lui-aussi-de-visage/
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Lun 17 Juil 2017 - 22:52

Pour les funérailles du Cardinal Meisner 
Une lettre de Benoît XVI 

Voici le texte intégral du message – rédigé en allemand – envoyé le 15 juillet par le « pape émérite » Benoît XVI à l’archidiocèse de Cologne, en Allemagne, à l’occasion des funérailles du cardinal Joachim Meisner, l’un des signataires des « dubia » soumis l’année dernière au Pape François et toujours sans réponse à l’heure actuelle.

En cette heure où l’Eglise de Cologne et les fidèles venus d’au-delà des frontières sont venus dire adieu au cardinal Joachim Meisner, mon cœur et mes pensées sont avec eux et c’est bien volontiers que je réponds au souhait du cardinal Woelki et que je leur adresse une parole de réflexion.
Quand j’ai appris mercredi dernier par téléphone la mort du cardinal Meisner, je n’y ai tout d’abord pas cru.  Nous nous étions encore parlé la veille au téléphone.  On entendait dans sa voix qu’il était content d’être enfin en vacances après avoir assisté, le dimanche précédent à Vilnius à la béatification de l’évêque Teofilius Maturlionis.  Son grand amour pour les Eglises de nos voisins de l’Est qui ont tant souffert de la persécution sous le communisme ainsi que sa gratitude pour leur résistance à la souffrance à cette époque avaient laissé en lui une empreinte durable.  Ce n’est donc pas un hasard que la dernière visite de sa vie ait été consacrée à un Confesseur de la foi.
Ce qui m’a le plus frappé dans la dernière conversation que j’ai eue avec le cardinal qui est aujourd’hui rentré à la maison du Père, c’était sa sérénité naturelle, sa paix intérieure et la confiance qu’il avait trouvée.  Nous savons que ça a été difficile pour un pasteur et un meneur d’âmes tel que lui d’abandonner son bureau précisément au moment où l’Eglise a un besoin urgent de pasteurs capables de s’opposer à la dictature de l’esprit du temps et pleinement déterminés à vivre et à penser selon la foi.  Mais ce qui m’a le plus impressionné c’est que dans la dernière période de sa vie, il avait appris à laisser faire les choses et à vivre toujours plus avec la certitude profonde que le Seigneur n’abandonne pas son Eglise, même si parfois la barque est presque sur le point de chavirer. »
Dernièrement, deux événements l’avaient rendu encore plus heureux et confiant.
– La première c’est ce qu’il m’avait répété plusieurs fois: ce qui le remplissait d’une joie profonde c’était de voir, à travers le sacrement de la Réconciliation, combien les jeunes, surtout de jeunes hommes, faisaient l’expérience de la miséricorde du pardon, du don d’avoir véritablement trouvé la vie que seul Dieu peut leur donner.
– L’autre chose qui l’a tant de de fois bouleversé et rendu heureux c’était de constater le regain de l’adoration eucharistique.  Pour lui, c’était un point central des Journées Mondiales de la Jeunesse de Cologne: qu’il y ait une adoration, un silence, dans lequel seul le Seigneur parle aux hommes et aux cœurs.  Certains experts en pastorale et en liturgie étaient d’avis qu’une adoration silencieuse était infaisable avec autant de personnes, certains pensaient même que l’Adoration Eucharistique était dépassée, que le Seigneur souhaite être reçu dans le pain eucharistique et non pas contemplé. Cependant, le fait qu’on ne puisse pas manger ce Pain comme s’il s’agissait d’un aliment ordinaire et que recevoir le Seigneur dans le sacrement de l’Eucharistie engage toutes les dimensions de notre existence, cela implique que le recevoir doive être un acte d’adoration et c’est quelque chose jour qui est de plus en plus clair chaque jour. Ce moment d’adoration à l’occasion des JMJ de Cologne est donc resté un événement intérieur inoubliable et pas seulement pour le Cardinal.  Depuis lors, ce moment est à jamais resté gravé au plus profonde de lui-même comme une lumière éclatante.
Au dernier matin de sa vie, quand le cardinal Meisner n’est pas venu à la messe, on l’a trouvé mort dans sa chambre. Son bréviaire lui avait glissé des mains: il est mort en priant, le regard tourné vers le Seigneur et en parlant au Seigneur. La nature de la mort qui lui a été donné d’avoir montre encore une fois comment il a vécu: le regard tourné vers le Seigneur et en parlant avec lui. C’est pourquoi nous pouvons avec confiance recommander son âme à la bonté de Dieu.
Seigneur, nous te remercions pour le témoignage de Joachim ton serviteur. Puisse-t-il être un intercesseur pour l’Eglise de Cologne et pour celle du monde entier.
Requiescat in pace!
Benoît XVI, Pape émérite




http://www.diakonos.be/settimo-cielo/benoit-xvi-pour-les-funerailles-du-cardinal-meisner-avec-la-certitude-que-le-seigneur-nabandonne-pas-son-eglise/
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride de l'Eglise

Message par Zamie le Sam 29 Juil 2017 - 23:22

Prions pour le pape, la curie et nos pasteurs

Lu sur Infocatho :
"Nous allons bientôt fêter Notre-Dame de l’Assomption, figure de l’Eglise triomphante.

Prions-la pour l’Eglise militante et tout spécialement pour nos pasteurs. Malheureusement, l’Épouse sans tache est trop souvent défigurée par les péchés de ses fils.

Ainsi avons-nous appris avec effroi la nouvelle de ces orgies homosexuelles, où la drogue coulait à flot, à deux pas de Saint-Pierre de Rome ; ou encore les “ennuis” du Cardinal Pell.
Mais, plus grave encore peut-être, la foi elle-même est parfois abandonnée par ceux-là mêmes qui ont reçu du Christ mandat de l’annoncer jusqu’aux extrémités de la terre.
Mais, ces prières doivent aussi s’accompagner de notre propre réforme intellectuelle, morale et spirituelle. 

Mère Teresa répondait malicieusement  à un journaliste qui l’interrogeait sur ce qui n’allait pas dans l’Eglise : “Vous et moi.”
Ce sont nos péchés qui défigurent l’Eglise qui, malgré tout, demeure sous les souillures l’Épouse immaculée du Verbe de Dieu.
Nous vous proposons donc, amis lecteurs d’Infocatho, de vous inscrire ici, soit pour jeûner, au moins une fois avant le 15 août, soit pour réciter une dizaine de chapelet, pour l’Eglise, le Pape et nos pasteurs, et notre propre conversion."



http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html
avatar
Zamie
Combat l'antechrist

Féminin Messages : 2245
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum