Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Guy Gilbert, surnommé le "curé des loubards", Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-50%
Le deal à ne pas rater :
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
189.99 € 379 €
Voir le deal

Guy Gilbert, surnommé le "curé des loubards",

Aller en bas

Guy Gilbert, surnommé le "curé des loubards", Empty Guy Gilbert, surnommé le "curé des loubards",

Message par n111 le Sam 16 Déc 2006 - 1:02

Un prêtre qui défend les valeurs laïques...
Guy Gilbert, surnommé le "curé des loubards", GuyGilbert1
On va finir par croire qu'AlterFocus a été squatté par les curés... Après la lettre "Dites la vérité au sujet du terrorisme" qui s'est avérée n'être que l'adaptation d'un sermon prononcé il y a plusieurs années par un évêque américain, voici une autre page avec une homélie...

Mais un prêtre qui défend les valeurs laïques, cela peut surprendre ! Encore plus quand il le fait en s'adressant à une audience composée de rois, de reines, de princesses... et en présence du Primat de Belgique !

C'était le 12 avril 2003, dans la cathédrale Saints Michel-et-Gudule à Bruxelles. De nombreuses têtes couronnées, chefs de gouvernement, et membres du Gotha assistaient à la messe de mariage du Prince Laurent de Belgique, fils cadet du Roi Albert II.

La messe, dite par le primat de Belgique le Cardinal Danneels, était co-célébrée par Guy Gilbert, surnommé le "curé des loubards", qui avait été sollicité expressément par le prince Laurent, par amitié et par reconnaissance pour le travail qu'il effectue aux côtés des jeunes. Ce dernier a amusé l'assistance en entamant un éloge du couple en néerlandais. Laurent a salué son intervention en dressant à plusieurs reprises un pouce admiratif.

Après la communion, le père Guy Gilbert a longuement pris la parole et s'est adressé à l'assistance. Sa méditation fut le moment fort de la cérémonie religieuse. L'assemblée est passé par toutes les émotions sourire, rire et larmes. Quelques extraits :

"...Et tous ceux et celles qui sont ici le savent, vous pouvez avoir tous les titres du monde, tout l'argent du monde, si vous n'avez pas l'amour, nous ne sommes rien."...

..."Que les plus petits soient servis d'abord. C'est là, Laurent et Claire, que vous serez vraiment prince et princesse. Vos enfants: ils seront les étoiles de berger de vos vies. Donnez-leur les valeurs que vous avez reçues de vos parents. Des valeurs strictement laïques, d'abord universelles. On n'a pas besoin d'être chrétien pour avoir des valeurs. Valeurs profondément laïques de respect, de tolérance, d'amour de l'autre. ..."

"...On ne rattrape jamais l'amour qu'on n'a pas donné quand ils sont si petits dans le nid, si fragiles. Et j'en sais quelque chose, dans mon métier d'éducateur spécialisé..."

Et c'est vrai qu'il en a l'expérience le mec Gilbert : troisième d'une famille pauvre avec quinze enfants (sa mère a rendu le dernier soupir dans ses bras, il y a quelques mois), Guy est ordonné prêtre en 1965 et nommé vicaire à Blida en Algérie. Pour être proche de la population, il apprend l’arabe comme plus tard à Paris il parlera l’argot des loubards (il parlera même flamand lors du mariage de Claire et Laurent...).

Un enfant de douze ans qui s’était réfugié chez lui, incapable de parler pendant un an - ses parents le faisaient manger dans l’assiette du chien, après le chien - oriente une seconde fois sa vie : les gosses de la rue ont besoin de quelqu’un, c’est à eux qu’il ira.

En 1970, de retour à Paris, il s'installe dans le quartier de la Vilette. Il y poursuit sa mission d'éducateur auprès de jeunes en rupture sociale. Il accompagne et soutient ces exclus souvent toxicomanes ou récidivistes pendant huit ans et témoigne de son expérience de «la zone» dans plusieurs livres (éd. Stock).

En 1974, il achète une ruine et la rebâtit avec ses près de 250 jeunes en difficulté aidés par des professionnels et éducateurs; c'est maintenant devenu une superbe bâtisse provençale appelée Bergerie de Faucon.

Lieu d’accueil et de vie dans les Alpes de Haute Provence, c'est un endroit où des jeunes avec un passé judiciaire souvent chargé viennent passer quelque temps (souvent un an). Le but, avec l’aide d’éducateurs et d’éducatrices spécialisés, est de rassembler les morceaux épars d’un jeune qui a connu prisons et multiples centres pour lui permettre d'exprimer après quelques mois ses projets d’avenir

Ils vivent au maximum à 7, pas plus, afin de garder le caractère familial et chaleureux dont ils ont besoin. Ils partagent entre eux tous les travaux à faire, domestiques, achats, petits élevages, jardinage, ateliers, menuiserie, etc. Ils apprennent peu à peu à gérer leur "petit budget".

C’est en voyant leur comportement hostile vis-à-vis de l’adulte, mais particulièrement sensible aux bêtes, que Guy a inventé avec eux la zoothérapie : dès leur arrivée dans la communauté les jeunes doivent s'occuper de fournir soins, élevage, nourriture et apprivoisement à 300 bêtes réparties en 29 espèces du lama à l’autruche en passant par les sangliers, les paons, les kangourous et les daims.

Aucune formation n’est possible, au départ. En plus des activités physiques des cours de rattrapage, volontairement acceptés par eux, leur sont offerts. C'est à la fin du séjour qu'ils sont re scolarisés ou orientés vers une formation professionnelle.

Quand le lieu de vie en Provence aura donné assez d’équilibre au jeune, c'est au tour d'une famille d'accueil d'aider le Jeune en le traitant comme l’un des siens. C'est sa famille d'accueil qui s'occupe des études, des apprentissages, des stages correspondant au désir du Jeune, ou de la recherche de l’emploi souhaité.

Depuis 35 ans, Guy a "sélectionné" 50 familles d’accueil disséminées dans toute la France. Souvent de classe moyenne avec des enfants en bas âge (un adolescent risquerait de se laisser influencer par le nouvel arrivant), ces famille sont typiquement celles d'un couple qui s’aime, sans heurts importants et ayant des relations sociales constructives.

Grâce à sa famille le jeune trouve souvent, à 18 ans, une profession et un studio. Souvent il reste dans la région où déjà il a pu tisser des liens avec la famille d’accueil. On engage avec lui, alors, son permis de conduire.

Avec ses 12 coéquipiers répartis à Paris et dans la Bergerie, en liaison avec les familles d’accueil qu'il rencontre régulièrement, éducateur spécialisé, visiteur de prison, Guy vit avec ce peuple, et reste sur le terrain, proche d’eux, autant en Provence qu’à Paris.

Sa tâche et celle de ses éducateurs est immense mais elle n’est pas solitaire. Ils travaillent en solidarité avec de nombreux intervenants sociaux, le Ministère de la justice et les administrateurs de la DASS et de la PJ. C'est une tâche difficile. On leur confie les pires. C’est leur choix et c’est leur honneur.
n111
n111
Avec le Pape François

Messages : 996
Inscription : 18/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum