Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -65%
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
Voir le deal
209 €
-65%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
209 € 599 €
Voir le deal

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Dim 31 Mai 2020 - 19:05

En ce dimanche de la pentecôte:
Viens Esprit Saint!

Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Lun 1 Juin 2020 - 22:48

Hier nous étions à la Pentecôte-
Nous n'avons pu souligner cette fête de la Visitation:
     Le 31 mai c'est aussi la fête de la Visitation de la Vierge Marie-

-  31 mai - fête
             Visitation de la Vierge Marie 
                      ( à sainte Élisabeth)
                  

     Docile et empressée, la toute jeune Mère s’en va, 
                                        porteuse du Verbe


                     par les sentiers fleuris du printemps palestinien. 
               La voilà qui entre dans la maison d’Elisabeth.
           Elle prononce le salut d’usage : 
        Que la paix soit avec vous ! 
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Visita10

      À peine a-t-elle parlé que l’enfant d’Elisabeth tressaille de joie, 
                  heureux de se savoir visité et sanctifié par le Verbe fait chair, caché en Marie
             Élisabeth pénètre aussi le mystère
          Sous l’impulsion de l’Esprit qui l’envahit, elle reprend l’Ave 
      au point où l’avait laissé l’ange
                    " Réjouis-toi, comblée de grâce, 
                                  le Seigneur est avec toi. "
         et le complète par l’acclamation au Sauveur :
       '' Vous êtres la bénie entre les femmes, et le fruit de votre sein est béni… ''

 -Prière  Vierge Marie, je vous supplie de visiter mon cœur avec Jésus. 
        Purifiez-le de tous mes désordres, 
          de ma froideur, 
           de mon peu d’amour pour Dieu.

       Jésus, faites-moi entrer dans la joie de la Visitation 
                        et de la Pentecôte, 
                     faites-moi tressaillir dans le Saint-Esprit
               Laissez partout en moi le souffle Divin de votre passage
           et transfigurez-moi comme saint Jean-Baptiste. Amen.
     


-Sophonie 3 : 14-18;
     (ou Romains 12 : 9-16);
- Luc 1 : 39-56
   -
 (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flyche16
-_----------__________________________________________ 

--- -1ère  lecture Sophonie 3  : 14-18 
              '' Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi '' 
«   Pousse des cris de joie, fille de Sion !
        Éclate en ovations, Israël !
      Réjouis-toi, de tout ton cœur bondis de joie, fille de Jérusalem !
      Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi,
         il a écarté tes ennemis.
     Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi. 
    Tu n’as plus à craindre le malheur. 
    Ce jour-là, on dira à Jérusalem : ''Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! 
           Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut. 
         Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ;
      il exultera pour toi et se réjouira, comme aux jours de fête. ''
     J’ai écarté de toi le malheur, pour que tu ne subisses plus l’humiliation. » 
-------   
--Option de lecture : Romains 12 : 9-16b
                Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin,
                   pratiquez l’hospitalité avec empressement .
« Frères, que votre amour soit sans hypocrisie. 
       Fuyez le mal avec horreur, attachez-vous au bien. 
           Soyez unis les uns aux autres par l’affection fraternelle, 
               rivalisez de respect les uns pour les autres. 
            Ne ralentissez pas votre élan, restez dans la ferveur de l’Esprit
          servez le Seigneur, ayez la joie de l’espérance, 
        tenez bon dans l’épreuve, soyez assidus à la prière.
    Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin, 
                pratiquez l’hospitalité avec empressement.  
              Bénissez ceux qui vous persécutent ; 
            souhaitez-leur du bien, et non pas du mal. 
        Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie, 
      pleurez avec ceux qui pleurent.
    Soyez bien d’accord les uns avec les autres ; 
             n’ayez pas le goût des grandeurs,
         mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. »
-----
Cantique en Isaïe 12 : 2,3,4abcd, 4e-5, 6  (Isaïe 12, 2, 3, 4abcd, 4e-5, 6)
                         R/ Il est grand au milieu de toi, 
                              le Dieu Saint d’Israël. (cf. Isaïe 12: 6b)-
       —Voici le Dieu qui me sauve :
              j’ai confiance, je n’ai plus de crainte.
               Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
            il est pour moi le salut.


     —Exultant de joie,
         vous puiserez les eaux
       aux sources du salut.


     —Ce jour-là, vous direz :
          '' Rendez grâce au Seigneur,
                  proclamez son nom,
                annoncez parmi les peuples ses hauts faits ! ''


     —Redites-le : '' Sublime est son nom ! ''
           Jouez pour le Seigneur,
             il montre sa magnificence,
          et toute la terre le sait.



     —Jubilez, criez de joie,
          habitants de Sion,
           car il est grand au milieu de toi,
        le Saint d’Israël !

----- 
-évangile Luc 1 : 39-56 « D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? »

 « En ces jours-là, Marie partit et se rendit en hâte 
       vers la région montagneuse, dans une ville de Juda.
                Elle entra chez Zacharie et salua Élisabeth.
         Et il advint, dès qu'Élisabeth eut entendu la salutation de Marie,
    que l'enfant tressaillit dans son sein et Élisabeth fut remplie d'Esprit Saint.
             Alors elle poussa un grand cri et dit : 
         " Bénie es-tu entre les femmes,
               et béni le fruit de ton sein !
             Et comment m'est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur ?
                Car, vois-tu, dès l'instant où ta salutation a frappé mes oreilles,
            l'enfant a tressailli d'allégresse en mon sein.
        Oui, bienheureuse celle qui a cru en l'accomplissement 
    de qui lui a été dit de la part du Seigneur ! "
           Marie dit alors : " Mon âme exalte le Seigneur,


            et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur,
        parce qu'il a jeté les yeux sur l'abaissement de sa servante. 
       Oui, désormais toutes les générations me diront bienheureuse,
    car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. 
         Saint est son nom,
           et sa miséricorde s'étend d'âge en âge 
               sur ceux qui le craignent.
         Il a déployé la force de son bras, 
           il a dispersé les hommes au cœur superbe.
            Il a renversé les potentats de leurs trônes et élevé les humbles,
             Il a comblé de biens les affamés et renvoyé les riches les mains vides.
              Il est venu en aide à Israël, son serviteur, se souvenant de sa miséricorde,
                selon qu'il l'avait annoncé à nos pères
               - en faveur d'Abraham et de sa postérité à jamais ! "
           Marie demeura avec elle environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle. »
-----





- L'Évangile rapporte qu'en allant visiter sa cousine Élisabeth,
      Marie demeura avec elle « environ trois mois ».
        C'est dans les trois mois
     qui séparent l'annonciation du Seigneur de la naissance de Jean-Baptiste
        que nous célébrons la Visitation :
             fête de la rencontre d'Élisabeth et de Marie,
        mais surtout de
             la mystérieuse rencontre
         de deux êtres à travers les deux mères,
         porteuses l'une du Précurseur, l'autre du Messie.
     Une allégresse soudaine fait tressaillir Marie et Élisabeth
             à cause du Mystère qui se prépare sur la terre à travers elles.
         En cela, la Visitation est une Annonciation :
       en frémissant de joie, Jean-Baptiste annonce déjà
                     (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 JcN3iWKPq0w_iLnnzPUaNWXreLs@250x187

                Celui dont il sera le prophète (P 3),
              et à Marie est dévoilée une partie du mystère de son enfantement divin.
Pour Marie la Visitation est aussi un mystère d'humble service et de joie.
     La joie de Marie chante dès l'ouverture de la Messe :
          «  Venez, écoutez, que je vous dise tout ce que le Seigneur a fait pour moi » (A 1),
         et elle éclate, sous le souffle de l'Esprit (P 1),
              dans le Magnificat, qui accompagne la communion (A 2)
                    après avoir inspiré la préface (Pr 2).
                 Cette joie est le fruit de l'amour :
              l'action de grâce monte au terme d'un voyage pénible,
           que Marie s'est imposé pour se mettre au service de sa cousine enceinte.
     Quant à la source d'une telle joie,
                elle est tout intérieure :
           c'est Jésus que Marie porte en elle (P 1).
-cfé missel.
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Lun 1 Juin 2020 - 23:31

-  1er  juin - 
             Marie Mère de l'Église     
                                         - (mémoire)
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 F542b92a3a9e737cf44950cd452e7a62

    « la bienheureuse Vierge Marie Mère de l’Église » 

                  
          -célébrée le lundi après la Pentecôte- (mémoire)
 
Conformément à la volonté du Pape, la mémoire de Marie Mère de l’Église 
          est désormais obligatoire pour toute l’Église de rite romain,
              le lundi après la Pentecôte
         La Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements 
           publie ce samedi 3 mars un décret en ce sens, signé le 11 février 2018, 
         date du cent-soixantième anniversaire de la première apparition de la Vierge à Lourdes.

Marie Duhamel- Cité du Vatican
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Vatica10
Selon la volonté du Pape, l’Église de rite romain
       célèbrera maintenant, chaque année,
          la mémoire de « la bienheureuse Vierge Marie Mère de l’Église » 
       le lundi après la Pentecôte. 
   Sa mémoire devra apparaitre dans tous les calendriers et les livres liturgiques
        pour la célébration de la messe et de la liturgie des heures. 
         La Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements
           met à disposition des textes liturgiques, en latin, nécessaires à ces célébrations.
             Leurs traductions, approuvées par les conférences épiscopales,
                seront publiées après la confirmation du dicastère.


Valoriser le mystère de la maternité spirituelle de Marie
Commentant le décret signé à l’occasion 
          du cent-soixantième anniversaire de la première apparition de la Vierge à Lourdes,
               le cardinal Robert Sarah, 
         préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements, 
     explique l’intention du Pape.
   Celui-ci a pris la décision de célébrer Marie Mère de l’Église, 
           «en considérant l’importance du mystère de la maternité spirituelle de Marie 
          qui, dans l’attente de l’Esprit Saint à la Pentecôte (cf. Ac 1, 14),
        n’a jamais cessé de prendre soin maternellement de l’Église pèlerine dans le temps». 


         Il estime que «la promotion de cette dévotion peur favoriser, 
                chez les pasteurs, 
                     les religieux 
                     et les fidèles, 
                la croissance du sens maternel de l’Église et de la vraie piété mariale», 
              peut-on lire dans le décret.
          Le vœux, explique le cardinal Sarah, est que cette célébration rappelle 
       à tous les disciples du Christ 
                  que,
             si nous voulons grandir et être remplis de l’amour de Dieu,
           il faut planter notre vie sur trois grandes réalités
                   - la Croix, l’hostie, et la Vierge –
                 «trois mystères que Dieu a donnés au monde pour structurer, 
                féconder et sanctifier notre vie intérieure, et nous conduire vers Jésus»,
            écrit le préfet.


   Le fruit d’un progrès
      François n’est pas le premier a accordé de l’importance à Marie Mère de l’Église.
             Le décret souligne les progrès réalisés dans 
           la vénération liturgique réservée à la Vierge Marie.
    La Mère du Christ est aussi Mère de l’Église
              comme l’indique les «paroles prémonitoires» 
                      de saint Augustin 
                             et 
                       de saint Léon le Grand. 
                 L’un dit que Marie est «la mère des membres du Christ»,
                          parce qu’elle a coopéré à la renaissance des fidèles dans l’Église.
                    L’autre écrit qu’elle est mère des membres du Corps mystique du Christ
                               c’est-à-dire de son Église
        «Ils s’appuient tout deux sur la maternité de Marie
                                   et 
                     de son union intime avec l’œuvre du Rédempteur».
            En accueillant le disciple bien aimé,
            Marie a accueilli tous les hommes comme des enfants appelés à renaître à la vie divine.
           Dans le disciple bien aimé, le Christ choisit à son tour 
                 tous les disciples comme vicaires de son amour envers la Mère, 
                      explique le décret. 
              Et au cours des siècles, poursuit-il, la piété chrétienne
                     a honoré Marie avec
                        les titres de Mère des disciples, des fidèles et des croyants.
                  Tel est le fondement sur lequel s’est appuyé le bienheureux Pape Paul VI 
                         lorsqu’il a reconnu solennellement à Marie le titre
                               de Mère de l’Église le 21 novembre 1964 
                         en concluant la troisième session du Concile Vatican II.


          Depuis, le Saint-Siège a proposé à l’occasion de l’Année Sainte de la Réconciliation en 1975, 
                 une messe votive en l’honneur de la bienheureuse Marie Mère de l’Église,
                          insérée par la suite dans le Missel Romain ; 
                     il a aussi accordé la faculté d’ajouter l’invocation de ce titre 
                  dans les Litanies Laurétanes en 1980 
              et publié d’autres formules dans le recueil des messes de la bienheureuse Vierge Marie en 1986.


  Cas exceptionnels
Le Saint-Siège a également concédé, pour certaines nations, 
         diocèses et familles religieuses qui en ont fait la demande,
                 d’ajouter cette célébration dans leur Calendrier particulier. 
           Parmi ces nations la Pologne ou l’Argentine. 
          Dans ces cas particuliers, rien ne change. 
      «Là où la célébration de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église, 
      est déjà célébrée selon les normes du droit particulier approuvé,
       à un jour différent avec un degré liturgique supérieur, même dans le futur,
      elle peut être célébrée de la même manière», conclut le décret.-
--------------


Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Mer 3 Juin 2020 - 17:38

-  1er  juin - 
                 saint Justin, martyr
                                         - (mémoire)
                              (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 St-justin-martyr-e1424006465462

                     ( né v 100 - (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 165  ) -
                                                               -lectures –-1 Corinthiens 1 : 18-25; Matthieu 5 : 13-16. 
     Justin de Naplouse ou Justin le Philosophe, 
                d'une famille païenne à Flavia Neapolis,
                   vers le début du 2e  siècle et mort
             il naquit à Naplouse, en Samarie,   ( Naplouse est aujourd'hui en  en Cisjordanie)
                            Naplouse (نابلس Nablous en arabe ; שְׁכֶם Chékhem en hébreu) 
                                est une ville de Palestine située entre le mont Ebal et le mont Gerizim
                                                  à environ 50 kilomètres au nord de Jérusalem, en Palestine.
 
                                    AUJOURD'HUI, la ville comptait une population d'environ 150 000 habitants en 2016. 
                                         Elle abrite des lieux saints musulmans, chrétiens, samaritains et juifs. —wiki   
                                                           (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Napelo12

 Saint Justin resta laïc ; son enseignement fit autorité dans l'Église;
          il n'est parvenu à la foi qu'au terme d'un long cheminement intellectuel,
               et surtout il est remarquable par son ouverture et par la transparence de son âme.

 Mort (exécuté) à Rome vers 165,
          cet apologète et philosophe chrétien, 
         est auteur d'une œuvre rédigée en langue grecque,
             en grande partie perdue,
          à l'exception de deux Apologies
          et d'un Dialogue avec Tryphon, 
        considérés comme des premiers jalons dans la séparation entre le christianisme et le judaïsme.
    Condamné pour avoir refusé de participer au culte d'idoles
         il est exécuté par décapitation vers 165.
      Il est ainsi également connu comme Justin Martyr,
            ou encore comme le premier philosophe chrétien.
          Il est vénéré comme saint par les chrétiens.
                    -- Aimé et énéré autant  par     l'    Église catholique
                                                 que les Églises:  Église Orthodoxe
                                                                           Églises orthodoxes orientales
                                                                            Église luthérienne
                                                                                Église anglicane.
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_19(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_20

 Il a abandonner les livres de Platon   et la philosophie profane 
             pour les écrits des prophètes, 
                 et pour une philosophie nouvelle,
               la seule sûre et utile, la seule capable de procurer 
          à ceux qui l'ont embrassée la paix la plus douce .


     Une autre cause porta saint Justin au christianisme. 
    Ce fut, au milieu de l'avilissement général,
         le spectacle singulier du courage et de la fermeté que les chrétiens déployaient devant les supplices. 
             '' Et moi, dit-il, lorsque  j'étais attaché à la doctrine de Platon
                      et que j'entendais retentir partout les accusations portées contre les chrétiens, 
                               et que je les voyais braver intrépidement la mort et tous les périls, 
                             je ne comprenais pas qu'il fût possible qu'ils vécussent dans le crime et au sein des voluptés.
                  Quel est donc, en effet, le débauché, l'intempérant,
                l'homme qui met au nombre des biens les plaisirs de la chair et les voluptés,
              qui consentit à se priver par la mort de tous ces biens,
           au lieu de demeurer dans cette vie, et n'essayât d'échapper aux magistrats 
         au lieu de se livrer lui-même à la condamnation ?''   Histoire Ecclésiastique de saint Eusèbe.
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_21(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_22
     Attiré très jeune par la philosophie, il parcourut les diverses écoles de la pensée grecque 
         avant de rencontrer le Christ (vers 130) (P 1).
            Il se fixa ensuite à Éphèse, 
               puis à Rome, où il ouvrit à son tour une école.
         C'est alors, vers 150, qu'il écrivit son Dialogue avec le Juif Typhon 
                             et ses deux Apologies,
                        dont il adressa la première à l'empereur Antonin (A 1) -(empereur de 138-161).
cliquer pour ouvrir:
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Petite13
Apologie :
 Saint Justin, après sa conversion, vint à Rome.
               Il avait gardé le manteau de philosophe
                              (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_24

          qu'il tint toute sa vie à honneur de porter
           et qui lui permettait de converser avec sécurité sur des matières philosophiques et religieuses. 
               ...  On peut le considérer comme un de ces hommes dont parle Eusebe
            qui, sans avoir reçu aucune ordination régulière
               ni aucune mission de la part des fidèles, 
             allaient, dans l'effusion de leur zèle,
           annoncer l'Évangile par divers pays, 
          propageaient la foi, gagnaient des âmes à la religion du Christ, 
        discutaient avec les savants, 
       enseignaient les ignorants 
    et continuaient spontanément les traditions des apôtres.
   L'enseignement et la controverse occupèrent son activité. 
  Il disputait avec les païens, combattait les hérétiques, 
         non moins zélé contre les ennemis intérieurs
        que contre les ennemis extérieurs de l'Eglise. 
      Sous le règne d'Antonin
    il se porta pour défenseur du christianisme 
   devant l'autorité impériale et le sénat romain, 
         et présenta à l'empereur une Apologie pour les chrétiens.
         Après un séjour à Rome qui fut sans doute assez long, 
                         il fit un voyage en Asie,
                     et institua à Éphèse la fameuse controverse 
                 qui est venue jusqu'à nous sous le titre de Dialogue avec le Juif Tryphon
                                                    (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_25

            De retour à Rome. il reprit avec une nouvelle ardeur 
        son oeuvre d'instituteur des âmes et de polémiste. 
   Ses livres contre les païens, 
      sa réfutation générale de toutes les hérésies 
          doivent dater de ce temps
              où il était dans la pleine maturité de son esprit.
       Il estimait que le plus sacré devoir de l'homme 
              est de communiquer à ses semblables
              la lumière de la vérité,
              et qu'on est responsable devant Dieu 
                des fautes de ceux qu'on a négligé d'éclairer  (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_23   
           On y trouve la plus ancienne description
              de la célébration du baptême 
                                   et 
                      de la messe dominicale (P 2). 

          Homme droit et fraternel, il fut dénoncé comme chrétien par un philosophe rival.
      Le récit de sa comparution devant le juge avec six autres chrétiens, 
                     cinq hommes et une femme,
                  constitue l'une des plus belles pages des Actes des Martyrs. 
           Au juge qui ironisait, lui demandant s'il s'imaginait vraiment aller au ciel, 
                     Justin répondit : 
                     ''Je ne l'imagine pas, je le sais, j'en ai la certitude.''
              Les sept inculpés furent condamnés à la décapitation.
          C'était sous Marc Aurèle, l'empereur philosophe -(empereur de 161-180) 
---------
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Jeu 4 Juin 2020 - 19:26

-  2  juin -  
        saints Pothin(évêque, né vers l'an 87),                                      
                    Blandine ( née 2e siècle,vierge ) 
           (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte17

            Vitrail de Sainte Blandine à l'église Saint-Pothin de Lyon.

            et leurs compagnons, martyrs                                
                                   Les martyrs de Lyon en Gaule
      
                     ( nés 1er et 2e siècle(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 177  ) - 
                                                                -lectures 1 Thessaloniciens 2 : 1-14; Luc 21 : 12-19.   
- Un peu plus d'un siècle s'était écoulé depuis la mort et la résurrection du Christ
       lorsque se concrétisa en Gaule
              l'avertissement de Jésus 
        que Luc nous rapporte dans son évangile :
       Vous serez détestés à cause de moi... Certains d'entre vous seront mis à mort...
Luc 21: 12-19:
   « Mais, avant tout cela, on portera les mains sur vous,
                       on vous persécutera, on vous livrera aux synagogues et aux prisons,
                   on vous traduira devant des rois et des gouverneurs à cause de mon Nom,
               et cela aboutira pour vous au témoignage.
           Mettez-vous donc bien dans l'esprit que vous n'avez pas à préparer d'avance votre défense :
         car moi je vous donnerai un langage et une sagesse
              à quoi nul de vos adversaires ne pourra résister ni contredire.
              Vous serez livrés même par vos père et mère,
                                   vos frères, vos proches et vos amis ;
                             on fera mourir plusieurs d'entre vous,
                      et vous serez haïs de tous à cause de mon nom.
                   Mais pas un cheveu de votre tête ne se perdra.
           C'est par votre constance que vous sauverez vos vies ! »  



Parmi ces premiers chrétiens de France qui témoignèrent de leur foi jusqu'au sang,
          figurent les martyrs de Lyon,
              au nombre de 48 martyrisés. C'est ainsi que
       l'histoire de l'Église de France s'ouvre
     avec le martyre de l'évêque saint Pothin, (il avait 90 ans )
                                     saint Pothin fut le 1er  évêque de Lyon 
                                                 et le 1er  évêque de Gaule;
                                        sainte Blandine,
                                            (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte18

                                elle dut subir plusieurs sévices, quelques-uns n'ayant pas réussi...
                                       Des hypothèses: Les bêtes en question ne sont pas des fauves, (l'histoire varie sur ces animaux... )
                                  les félins importés d'Afrique du Nord étant trop chers pour les organisateurs gaulois 
                                   qui utilisaient les animaux capturés dans leur pays (ours, sangliers, loups, lynx, taureaux).
 
                       et de 46 autres chrétiens de Lyon morts pour témoigner
                             de leur foi pendant l'été 177; Blandine sera la dernière à mourir.
                      Blandine était une esclave romaine, s'étant jointe 
                            à la communauté chrétienne de Lugdunum (LYON).
                   Parmi ces saints martyrs les uns moururent en prison,
                    les autres décapités, en vertu de leur citoyenneté romaine, 
                      ou livrés en pâture aux bêtes (fauves, bovins, loups, etc)
                         dans l'amphithéâtre des Trois Gaules 
                         retrouvé sous le Jardin des plantes de la Croix-Rousse.
               Les martyrs de Lyon sont connus grâce à un témoin oculaire : 
             l'auteur de la
Lettre des chrétiens de Lyon à l'Église de Smyrne:

Lettre des chrétiens de Lyon
                      à l'Église de Smyrne
 qui commence ainsi :
        
http://nouvl.evangelisation.free.fr/martyrs_de_lyon.htm 
 
                    lettre qui a été insérée telle quelle par Eusèbe, 
                            évêque de Césarée né 263- (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 339,
                         dans son Histoire ecclésiastique.

La lettre qui rapporte leurs tourments laisse percevoir
                l'extrême diversité d'âge,
                                   de condition
                                    et d'origine des martyrs.
    C'est vraiment toute une Église qui est emprisonnée,
                jetée aux bêtes, torturée jusqu'au dernier souffle pour son Seigneur.
Nommons-en quelques-uns:
         Il y avait donc là le vieil évêque Pothin, âgé de 90 ans,
                                 Ponticus qui a 15 ans,
                             un médecin Alexandre,
                        l'esclave Blandine,
                   des Romains,
            des Phrygiens,
       des Alexandrins. 
La figure très pure de Blandine se détachait en tête


             du groupe des 22 femmes appelées à témoigner,
               les unes, comme Blandine elle-même,
                 dans la ferveur d'un amour inébranlable,
     d'autres, comme Biblis,
      dans l'humilité d'une foi qui avait momentanément failli.
   Le récit laisse deviner les sentiments qui remplissaient
        les cœurs des martyrs aux prises avec les bêtes :


            ils savaient que
                   l'Esprit Saint confessait Dieu par leurs bouches
              et
       que le Christ vivait en eux sa passion.
   Aussi Blandine, «faible et petite », pouvait-elle s'avancer dans l'amphithéâtre
          « pleine de joie et d'allégresse,
       comme si elle était invitée à un festin de noces »;
   projetée en l'air par un taureau,
       elle ne sentait rien,
   « à cause de l'espérance qui était en elle
         et parce qu'elle conversait avec le Christ ».
Elle fut reconduite en prison.




Lorsqu'elle est interrogée, elle garde systématiquement le même discours :
      « Je suis chrétienne et nous ne faisons aucun mal. »
         Pour favoriser leur arrestation, les autorités ont accusé les martyrs de Lyon d'inceste et de cannibalisme
           Dans un premier temps, elle est livrée aux bêtes 
               et ses compagnons se posent la question, en la voyant si frêle :
           « Aura-t-elle la force de tenir bon jusqu’au bout ? 
              Ne va-t-elle pas apostasier ? »
            Remarquant que les bêtes ne veulent lui faire aucun mal, 
           Blandine, du haut de son poteau, prie, 
          chante des cantiques et encourage ses compagnons à mourir pour le Christ. 
  
       Elle fut entre autre flagellée, 
          placée sur un gril brûlant


          puis livrée dans un filet à un taureau 
          qui la lance en l'air avec ses cornes.
          Comme elle survit, elle est renvoyée en prison, 
          où elle garde un calme impressionnant alors que ses frères et soeurs chrétiens se font massacrer.
         Après  la mort de Pontique, Blandine est la dernière de ses quarante-sept compagnons à être encore suppliciée.
         Alors qu'elle est seule dans l'arène, les spectateurs romains 
           s’étonnent de voir que la dernière survivante est la jeune fille qui paraît si fragile. 
            Certains parlent entre eux :
                « On n’a jamais vu une femme souffrir aussi courageusement que cette esclave… »,
                  pendant que d'autres lui crient :
           « Abjure donc ! Sacrifie à nos dieux ! Tu auras la vie sauve ! », 
        mais Blandine ne répond pas, le regard rivé vers le ciel.
     Elle est finalement égorgée en août 177 par le bourreau,
             à la fin des jeux où elle a paru. 
           Son corps et ceux des autres martyrs sont brûlés,
           et leurs cendres sont jetées dans le Rhône.
-------
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Sam 6 Juin 2020 - 23:16

Les saints du mois de juin-

-  4  juin -           -lectures : 1 Pierre 3 : 1-9; Matthieu 7 : 21-27-
        sainte Clotilde
           (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte19

                    ( née 474 - (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 545  ) - 
« Dieu de Clotilde, si tu m’entends, ma conversion contre une victoire ! »
      En 496, Clovis, l’intrépide et vaillant roi des Francs, est aux prises avec les Alamans à Tolbiac
          (à l’ouest de l’actuelle Allemagne).
        Déjà maître d’une partie du nord de la Loire,
      il poursuit sa conquête de la Gaule,
     que la chute de l’Empire romain d’Occident
    a laissée divisée en royaumes germaniques. »
-----
On pourrait tout aussi bien, le 4 juin,
          jour où l'on commémore la fête
              de sainte Clotilde,
                 l'épouse de Clovis 1er ,  ( né 466 - (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 511  ) - 
              commémorer la conversion de Clovis
        due en grande partie à Clotilde.
Conversion qui propulse encore plus celle de la Gaule tout entière...
-----   Dieu prépare longtemps à l'avance la cause et ses effets...
1 Pierre 3:
 « 1P 3:1-    Pareillement, vous les femmes,
             soyez soumises à vos maris, afin que, 
                même si quelques-uns refusent de croire à la Parole, 
             ils soient, sans parole, gagnés par la conduite de leurs femmes,
1P 3:2-      en considérant votre vie chaste et pleine de respect.
1P 3:3-      Que votre parure ne soit pas extérieure,
                faite de cheveux tressés, de cercles d'or 
                   et de toilettes bien ajustées,
1P 3:4-      mais à l'intérieur de votre cœur dans 
          l'incorruptibilité d'une âme douce et calme : 
              voilà ce qui est précieux devant Dieu.
1P 3:5-      C'est ainsi qu'autrefois les saintes femmes 
           qui espéraient en Dieu se paraient, soumises à leurs maris :
1P 3:6-      telle Sara obéissait à Abraham, en l'appelant son Seigneur.
               C'est d'elle que vous êtes devenues les enfants,
            si vous agissez bien, sans terreur et sans aucun trouble.
1P 3:7-      Vous pareillement, les maris, menez la vie commune avec compréhension,
               comme auprès d'un être plus fragile, la femme ; 
            accordez-lui sa part d'honneur, comme cohéritière de la grâce de Vie
            Ainsi vos prières ne seront pas entravées.
1P 3:8-      Enfin, vous tous, en esprit d'union, dans la compassion,
             l'amour fraternel, la miséricorde, l'esprit d'humilité,
1P 3:9-      ne rendez pas mal pour mal, 
             insulte pour insulte. Bénissez, au contraire,
         car c'est à cela que vous avez été appelés, afin d'hériter la bénédiction. »    



--Le souvenir de sainte Clotilde se rattache avant tout
           à l’événement majeur de l’histoire des Francs,
   la conversion et le baptême de Clovis (496)- (qui se situerait entre 496 et 499)- .
Avant d'en arriver là, connaissons-nous les origines de Clotilde?
origines de Clotilde :
                              
-------------------------------------------------------
Elle est la fille du roi burgonde Chilpéric II,
                                   le  fils du roi Gondioc -né ? - (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 473-qui était co-roi 
                                            avec son père Gondicaire -né 385- (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 437-    , 
                                      l'ancêtre fondateur en  413 du 1er royaume burgonde de Germanie 
                                        venu un jour s'établir sur la rive gauche du Rhin, 
                                         de statut de fédéré . 
                                        En 406, les Burgondes sous le règne de leur roi Gondicaire (Gundahar, Guntiar) 
                            avaient traversé le Rhin près de Mayence (voir Passage du Rhin (406)) 
                       et, avec l'autorisation de l'empereur romain Honorius, s'étaient ensuite installés sur le Rhin.
                     Les violentes tentatives de Gondicaire pour étendre son empire
                   vers l'ouest (Belgica I) amenèrent 30 ans plus tard les Burgondes 
                à entrer en conflit avec les Romains. En 435
               une armée burgonde fut vaincue et finalement anéantie par des troupes auxiliaires 
                   constituée de Huns et commandées par le magister militum romain Aétius. 
             ....
        Gondicaire fut tué, avec, selon ce qu’on rapporte, la plus grande partie de sa tribu. 
         Certains des survivants se soumirent à Attila et s'installèrent en Pannonie
           mais la majorité se joignit aux Romains 
             comme troupes auxiliaires sous leur nouveau roi Gondioc.
En 443 Aétius les installa comme fédérés en Suisse occidentale et en Sapaudia (la Savoie actuelle) pour constituer une zone-tampon contre les Alamans qui se renforçaient, créant ainsi le nouveau royaume des Burgondes avec Genève comme capitale. Gundioch participa à la bataille des champs catalauniques contre les Huns d'Attila en 451 et en 456, sur l’ordre de l'empereur Avitus, il combattit en Espagne les Suèves commandés par Rechiaire aux côtés du roi wisigoth Théodoric II.


En 457, il fut appelé par les habitants de Lyon qui s’étaient révoltés 
          (la même année, son frère Chilpéric Ier est également mentionné comme roi). 
         En violation de ses engagements de fédéré il prit le contrôle de la ville mais en fut expulsé
           et il se soumit à l'empereur Majorien.
       Après l’assassinat de ce dernier en 461, il reprit sa politique de conquête 
                des régions actuelles de Savoie, 
                                          de Suisse du Sud 
                                       et de Franche-Comté.
    En 461, il fit de Lyon sa nouvelle capitale, prenant possession des provinces de Lugdunensis I (aujourd'hui Bourgogne
                  et de Viennensis (Vallée du Rhône, 463). 
        En politique intérieure il dirigea son domaine agrandi en maintenant une stricte séparation entre les Bourguignons
                (administration militaire) et les indigènes (administration civile
      Il était tellement monté en puissance qu’après la mort d’Aétieus(454), le nouveau souverain Ricimer fut conduit à marier sa sœur à Gondioc 
           afin de parvenir à un équilibre des forces en Gaule.
             Ricimer fit de lui son Magister militum Galliarum en 463, 
            et des unités bourguignonnes furent installées par les Romains à Avignon et Embrun.
           Gundobad, le fils de Gondioc,
               lui succéda après la mort de Ricimer en 472 (nouvelle indication de l'importance stratégique croissante de la Bourgogne),
                 mais il abandonna à nouveau cette position lorsque son père mourut vers 473, bien que 
                         Chilpéric 1er  qui avait survécu assumât désormais seul le pouvoir royal.
                              Après la mort de Chilpéric, vers 480,
                               des recherches anciennes indiquent que
                       l'empire bourguignon fut divisé 
                            entre les quatre fils de Gondioc : 
                                         -Gundobad, 
                                         -Chilpéric II, -------------   (Chilpéric II est le père de Clotilde)
                                          -Godomar II et 
                                          -Godégisile. 
Chilpéric épouse Agrippine Carétène, 
dont il a deux fils et deux filles : Chroma et Clotilde, née en 465 (ou 475)-


Chilpéric et Gondemar sont assez rapidement éliminés, 
          sans doute du fait de Gondebaud. 
         Selon une version plus ou moins fiable, vers 485,
            ils se seraient ligués pour détrôner Gondebaud
              et pour s'emparer de sa part d'héritage, Godegisel restant neutre durant ce conflit.


Chilpéric et Gondemar auraient d'abord été vainqueurs lors d'une bataille près d'Autun. 
         Puis Gondebaud  réussit à rassembler une armée à la tête 
         de laquelle il entra dans Vienne, capitale des Burgondes
        Gondemar serait mort au cours des combats tandis que 
            Chilpéric, Carétène et leurs enfants, auraient été faits prisonniers. 
              Chilpéric et les deux garçons auraient été décapités
        Carétène aurait été jetée dans un puits une pierre au cou ; 
            mais l'épitaphe sur son tombeau indique qu'elle est morte en 506. 
             Les deux filles ont la vie sauve. 
            Croma deviendra religieuse et Clotilde demeurera 
             pour l'instant sous la protection de la loi germanique à la cour de son oncle meurtrier.

      L'enfance et la jeunesse de Clotilde, après la mort de ses parents
         et de ses oncles se déroule donc à la cour burgonde.
     Qu'allait-il lui arriver?


        Dans son Histoire des Francs, Grégoire de Tours 
         donne une version plutôt tragique de la disparition de Chilpéric II :

« Gondioc le roi des Burgondes […]. 
     Il avait eu quatre fils - qui héritèrent du royaume burgonde
                                          à la mort de leur père: 
          Gondebaud, 
             Godégisèle, 
               Chilpéric et 
                Gondemar. 
   Gondebaud égorgea Chilpéric son frère et noya la femme de celui-ci 
        en lui attachant une pierre au cou. 
      Il condamna à l'exil ses deux filles ; 
       l'aînée, qui prit l'habit, s'appelait Croma,
         la plus jeune Clotilde. 
   Or, comme Clovis envoie souvent des ambassades en Bourgogne,
    la jeune Clotilde est aperçue par ses ambassadeurs.
       Comme ils l'avaient trouvée élégante et sage 
           et qu'ils avaient su qu'elle était de famille royale,
             ils l'annoncèrent au roi Clovis.
           Sans tarder, celui-ci envoie à Gondebaud une ambassade pour la demander en mariage
        Ce dernier n'osant pas opposer un refus 
           la remit aux ambassadeurs, 
             et ceux-ci, amenant la jeune fille,
           la présentant au plus vite au roi.
         Quand il l'eut vue, le roi fut rempli d'une grande joie 
              et il se l'associa par le mariage, 
           alors qu'il avait déjà d'une concubine un fils nommé Thierry.  »
Grégoire de Tours, Historia Francorum, livre II, paragraphe XXVIII,
        traduction Robert Latouche,
       Les Classiques de l'histoire de France au Moyen Âge, volume 27, p. 116-117,
         in La Bourgogne au Moyen Âge, Académie de Dijon, 
     Centre régional de recherche et de documentation pédagogique, Dijon, 1972.
-----
Donc selon Grégoire de Tours, le père et la mère de Clotilde ont été exécutés par Gondebaud, son oncle, 
     mais il ne précise pas pour quelles raisons, ni dans quelles circonstances. 
      Clotilde et sa sœur Croma échappent au massacre. 
        Elles sont condamnées à l'exil, 
          mais apparemment, quelques années après,
            alors que Croma est devenue religieuse,
           Clotilde est présente à la cour de Gondebaud 
             où des ambassadeurs francs la remarquent 
             et la signalent à Clovis, 
             qui la demande en mariage
              (par l'intermédiaire, selon le Liber Historiae Francorum et Frédégaire, de son conseiller Aurélien).

Le récit, très court, du massacre a ensuite été repris par le Liber Historiae Francorum, 
   chronique du viiie siècle, qui en augmente la portée tragique en introduisant 
     deux fils de Chilpéric, décapités par l'oncle régicide .


   Quoi qu'il en soit de la réalité de cet épisode, 
     Clotilde avait reçu à la cour de Gondebaud 
      une éducation non seulement soignée 
       mais aussi chrétienne, 
        sans doute transmise par la reine chrétienne Carétène
               que certains pensent épouse de Gondebaud.

On peut croire qu'elle était déjà sous
          la protection de l'évêque saint Remi...  
                  et qu'ainsi elle put éviter les suplices de l'oncle fratricide... 
-----   
 

-------------------------------------------------------------
Clotilde épouse Clovis vers 493 à Soissons, 
       et devient sa seconde épouse.
          La rencontre aurait eu lieu à Villery (Villariacum) à quinze kilomètres au sud de Troyes, sur la voie romaine.
          En dépit d'une époque manquant de sources écrites,
             la vie de Clotilde en tant que reine des Francs
                était parfois mentionnée en détail dans une 
              biographie de saint Remi de Reims    ( né 437 - (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 533  ) - 
                       écrite avant que saint Grégoire de Tours ne naisse 
                          et citée fréquemment par ce dernier,
                        de laquelle la plupart des renseignements sont adoptés par les historiens contemporains.
             La reine chrétienne était donc effectivement protégée par cet évêque et conseiller.

     Selon Grégoire de Tours, elle exerça effectivement une influence pour l'amener au baptême. 
    Cependant avant cet événement, 
      dont la date n'est pas connue avec une absolue certitude,
         elle prend même l'initiative de faire baptiser ses deux premiers fils 
                sans prendre l'avis de son époux. 
             Le premier, appelé Ingomer, meurt immédiatement après le baptême. 
        Grégoire de Tours rapporte que le roi en éprouve de l'amertume 
             et en fait le reproche à la reine.
           La même chose faillit arriver après la naissance de Clodomir (vers 495),
               mais ce dernier se rétablit.
           Le couple a d'autres enfants, d'abord deux fils,
                     Childebert (vers 497) 
            et Clotaire (vers 498), puis une fille, Clotilde (la Jeune), 
                  qui sont tous baptisés et parviennent à l'âge adulte.

  Grégoire de Tours raconte que, au cours de la bataille de Tolbiac,
          Clovis invoqua le Dieu de Clotilde (Jésus) 
     en lui promettant que, s'il était vainqueur, il se convertirait.


Le baptême du roi Clovis accompagné de 3000 guerriers 
         et de ses deux sœurs Alboflède et Lanthechilde fut célébré lors d'un Noël,   
                vraisemblablement entre 496 et 499.


Clovis et Clotilde résident le plus souvent à Clichy, 
            Épineuil, 
                Chelles,
               Rueil ou Bonneuil. 
      Après sa victoire de Vouillé sur les Wisigoths en 507
                     le roi fait de Paris sa capitale.


  Avant que Clovis ne meure en 511, 
      le couple souverain avait fait bâtir la basilique des Saint-Apôtres 
                     sur la rive gauche de la Seine, où le roi fut inhumé.

Celui-ci n’avait-il pas  invoqué le  «Dieu de Clotilde» sur le champ de bataille de Tolbiac?
Qui n'associerait pas le destin sublime de la France à cet événement?
     
             La reine Clovis avait fait avec le roi des Francs un mariage plein de tendresse et de respect mutuel.
          Après la mort e Clovis elle devait connaître aussi des heures atroces.
     Clotilde avait donné à Clovis quatre fils et une fille.
            Devenue veuve à moins de quarante ans (511),
      elle eut la douleur de voir mourir son fils Clodomir
             d'une manière ignominieuse,
                   puis de voir Clotaire, un autre de ses fils,
                                              égorger de sa propre main les enfants de Clodomir. 
     Meurtrie dans son cœur de mère,
         elle se retira à Tours,
                 près de la tombe de saint Martin,   (3e évêque de Tours— né 316-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10397,
                                                            premier non martyr à être canonisé, fête  11 novembre  )
              


                   —Saint Martin de Tours, aussi nommé Martin le Miséricordieux,
                     ou encore saint Martin des Champs ….  né dans l'Empire romain,
                       plus précisément à Savaria, dans la province romaine de Pannonie
                        (actuelle Hongrie), et mort à Candes, en Gaule, le 8 novembre 397,
                          est l'un des principaux saints de la chrétienté
                            et le plus célèbre des évêques de Tours avec Grégoire de Tours.—
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Clotil10
La reine Clotilde (vue d'artiste (xixe siècle) 
  - vitrail néogothique de l'église Saint-Martin de Florac.


 
       Elle vécut dans la prière et l'obscurité,
            soucieuse avant tout de parvenir au Christ par l'humilité.
      Elle mourut en 545 et
          on ramena son corps à Paris dans la basilique des Saints-Apôtres,
             où reposaient Clovis (né v 466-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc1027 novembre 511 )  
                      et Géneviève (née v 420—(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10502  fête  3 janvier)    .
 -------
À suivre.
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Dim 7 Juin 2020 - 23:28

Les saints du mois de juin-

5  juin -         -lectures : Isaïe 52 : 7-10; Luc 5 : 1-11-
        saint Boniface       
              de Mayence,         (mémoire)   
                       martyr (avec 52 compagnons,
                                                   tués par des Frisons)
                (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_26            
               ( né v( 680) 675-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 754  ) -
-------------------
                              Isaïe 52 :  Comme il est beau de voir courir sur les montagnes
                                                           le messager de la Bonne Nouvelle   -  
       Winfrid, de son nom anglais-  
          moine d'Angleterre qui  devint apôtre de la Germanie,
           mission confiée par le pape Grégoire II    
                qui lui donna le nom d'élection de Boniface ...                                                                                                                ------                                                                                                                                                      
Des moines romains, avaient déjà été envoyés par le pape Grégoire le Grand,
                                             —  Grégoire 1er , dit le Grand,  (né 540-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10604)-fête 3 septembre
                                      fut le 64e  pape de l'Église catholique (pape de 590-604).
                                         Il est l'auteur d'œuvres patristiques majeures
                                    qui ont marqué et marquent toujours l'histoire de l'Église.
                                   Né vers 540, il fut élu pape en 590 et décéda le 12 mars 604).

      pour évangéliser l'Angleterre au 7e siècle.
    Un siècle plus tard, donc en ce 8e siècle, un moine anglais, Winfrid,
        passait de ce continent pour évangéliser (d'abord) la Frise en Germanie (716).
   Il est plus connu sous le nom de Boniface,
         nom qu'il reçut du pape Grégoire II ( 89e  pape de 715-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10731avec la mission officielle
           d'annoncer le Christ à toute la Germanie (719).


----    
Boniface, de Mayence (également connu comme Wynfrid de Wessex),
              né à Crediton dans le Devon vers 675 
                       et mort (assassiné) le 5 juin 754 à Dokkum 
                 (dans l'actuelle commune de Dongeradeel), en Frise (Pays-Bas)- 
          vénéré aussi et peut-être davantage  par les catholiques allemands
              qui le considèrent comme l'apôtre de leur pays,
       était un moine bénédictin anglais.

  C'est le pape Grégoire II qui changera son nom en l'ordonnant évêque,
         avant de l'envoyer en mission en Germanie.
     Il travailla d'abord en collaboration avec saint Willibrord,  fête 7 novembre   né 658-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10739-
             puis seul.
          Comme il est beau de voir courir sur les montagnes le messager de la Bonne Nouvelle.
Ce texte du prophète Isaïe,
Isaïe 52:
« Is 52:6- C'est pourquoi mon peuple connaîtra mon nom,
            c'est pourquoi il saura, en ce jour-là, que c'est moi qui dis : " Me voici. "
    Is 52:7- Qu'ils sont beaux, sur les montagnes, 
       les pieds du messager qui annonce la paix, 
                    du messager de bonnes nouvelles qui annonce le salut, 
             qui dit à Sion : " Ton Dieu règne. "
Is 52:8- C'est la voix de tes guetteurs : ils élèvent la voix,
         ensemble ils poussent des cris de joie, 
        car ils ont vu de leurs propres yeux Yahvé qui revient à Sion.
Is 52:9- Ensemble poussez des cris, des cris de joie, 
              ruines de Jérusalem! 
             car Yahvé a consolé son peuple, il a racheté Jérusalem.
Is 52:10-    Yahvé a découvert son bras de sainteté 
                 aux yeux de toutes les nations
          et tous les confins de la terre ont vu le salut de notre Dieu. »  
choisi comme première lecture, dit quel fut son zèle apostolique.
      La montagne peut évoquer aussi les difficultés que le missionnaire rencontra dans sa tâche,
         mais elles ne le rebutèrent jamais.


résumé chronologique:
  
 -v 707 ordonné prêtre ;
 -  711, il partait avec quelques compagnons pour la Frise (Hollande). 
 -712   il se rendait à Rome.
            Le Pape Grégoire II changea son nom en celui de Boniface 
                  ("celui qui a un destin favorable") et le lança
                dans sa mission auprès des tribus germaniques,
                                en Thuringe 
                                  et en Hesse.   -c'est là qu'il abattra l'arbre appelé Donar... 
-722  le Pape le rappelait à Rome afin de l'ordonner évêque
                Revenu en pays de mission, il commença son évangélisation 
                    par un acte assez spectaculaire en abattant, (en 723)
                           près de Fritzlar, le chêne vénéré par les païens, consacré au dieu Thor.
                                      -  Il s'agit des Frisons de la régions de Hesse -
             Les Frisons s'attendaient à voir la foudre tombée sur eux, 
               mais ne l'ayant pas vu les foudroyer beaucoup se sont convertis...
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_27
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_28
-731   En réponse au compte rendu de son travail, le nouveau pape Grégoire III    pape 731-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10741 
             lui envoya le "pallium", c'est-à-dire lui conféra la dignité d'archevêque.


-Il se tourna vers la Bavière où il installa éventuellement 4 évêques 
                    à Salzbourg,
                            Freising,
                              Ratisbonne
                               et Passau; 
-puis il retourna à Rome remettre au pape le bilan de son travail.
-Il s'adonnera bientôt à la réforme de l'Église franque.
-------------     
         Après avoir parcouru la Germanie en tous sens,
           faisant de longs séjours entre autres
           en Hesse,
          en Thuringe
            et en Bavière.
     établissant partout des évêchés... Dans son âme,
        il demeura, autant qu'il le put, un missionnaire itinérant,

        et il n'acceptera de se fixer à Mayence qu'en 747.
A côté des évêchés il trouvait toujours les occasions de fonder des monastères.
   Le plus célèbre, celui auquel Boniface donna son cœur
        et où il devait reposer après sa mort, est celui co-fondé de Fulda,
       qui demeure le haut lieu de l'Allemagne catholique.
 
 L'apôtre de la Germanie
     fut aussi le réorganisateur de l'Église franque,
        qui était tombée dans une profonde décadence sous Charles Martel.
                                                                                 né v 688--(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10741
                  Charles Martel (en latin : Carolus Martellus ;
                    en allemand : Karl Martell), né vers 688, à Andenne,
                        actuellement en Belgique, et mort le 22 octobre 741, à Quierzy,
                   est un homme d’État et chef militaire franc qui,
                    en tant que duc des Francs et maire du palais,
                  était de facto dirigeant de la Francie,
                      de 718 jusqu'à sa mort.


 742-747-   La restauration de l'Église franque, entreprise 
           en accord avec le pape et les rois Carloman et Pépin le Bref, 
                est esquissée dans une série de conciles (742-747), 
                        qui rétablissent la discipline et obtiennent la restitution d'une partie des biens ecclésiastiques spoliés.
                      Boniface cherche à organiser l'épiscopat franc sur le modèle anglais
                             (il n'y en avait aucun véritablement),  
                 autour d'un primat d'Austrasie et d'un primat de Neustrie. 
            En fait, son œuvre aboutit surtout à la reconstitution des provinces ecclésiastiques
            et à la restauration de la juridiction archiépiscopale.

--------------------

-C'est en 744   qu'il avait confié l'initiative de la fondation du monastère de Fulda à son disciple Sturm  -  
 - En 748, il devint archevêque de Mayence.

L'évangélisation des païens, Boniface continuait d'y penser malgré son âge. 
           Il retourna vers la Frise, 
    premier théâtre de ses missions.
        Dans ses dernières instructions il écrivait :
              "Je ne puis renoncer à ce voyage tant désiré.
                Mon dernier jour approche. (Pressentait-il le danger encouru chez les Frisons
                    qui n'avaient pas aimé et n'avait pas oublié  que lui et ses moines avaient abattu leur chêne sacré...)
          Bientôt affranchi de la prison de ce corps, j'irai recueillir la récompense éternelle…"
-------          
-------
    Dès les débuts de ses missions, Boniface sut se faire aider.
            Il fit venir tôt d'Angleterre des collaborateurs...
                 et des collaboratrices.
         Telle Lioba, une moniale bénédictine, canonisée, elle aussi. -fête 28 septembre-
Lioba de Tauberbischofsheim:
   Lioba de Tauberbischofsheim,    née v700 (710) -(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 782
                                née dans le Wessex,  en Angleterre 
                    et décédée à Schornsheim (Hesse rhénane), en Allemagne
                 était une religieuse bénédictine d'origine anglo-saxonne,
              missionnaire dans les pays germaniques.
       .....     Sainte Lioba (ou sainte Liobe), enfant d'une famille noble très croyante, 
                       fut une disciple de Saint Boniface, mais aussi la nièce de saint Boniface
              Elle entra très tôt dans le monastère de Wimborne (Wimborne Minster), en Angleterre 
                                          où moines et moniales bénédictins formaient une même communauté),
                  pour son éducation...
               Lorsque son oncle la demanda en Allemagne elle se rendit  avec Walburge en Germanie
                                                                            (  Sainte Walburge (° vers 710 – 779)  -fête 1er mai
                                                      est une sainte d'origine saxonne, fêtée le 1er  mai ou le 25 février,
                                                     missionnaire anglaise, née vers 710 dans le royaume de Sussex,
                                                    alors soumis au Wessex, dans l'Angleterre actuelle.
                                                   Elle aurait passé la plus grande partie de sa vie à évangéliser les Germains du continent.)

                     à la demande de Boniface.

          

   Elle l'aida en menant la vie contemplative.
       Au cours des âges, les moines bénédictins ont accompli les tâches les plus diverses.
  La mission directe en particulier. Mais aussi les fondations monastiques de Boniface
         montrent que ce bénédictin missionnaire n'oubliait pas que
           l'on contribue à «pêcher» les hommes en vivant dans le cloître.
Boniface n'eut pas seulement à évangéliser des païens.
  Il lui fallut également travailler à la réévangélisation des chrétiens.
   L'Évangile, déjà annoncé dans certaines régions,
    n'avait pas pris suffisamment de racines.
      Des pratiques païennes remplaçaient les pratiques chrétiennes ou s'y mêlaient.
     Le clergé n'était pas toujours à la hauteur de sa tâche.
     De pseudo-évêques ou des prêtres soi-disant inspirés entraînaient
             les foules ignorantes en prêchant des doctrines hérétiques.
Boniface fit preuve d'une fidélité absolue envers le siège apostolique.
     Plusieurs fois il alla à Rome rendre compte de sa mission au pape
                 et recevoir des directives.
        Pêcheur d'hommes, il le sera jusqu'au bout.
   Après un temps de retrait dans un monastère qu'il avait fondé (Fulda),
                                             - mais dont la fondation avait été confiée
                                        a son disciple Sturm
                                                                              En 744, un de ses principaux disciples, Sturm, né 705- 779 fête 17 décembre-  
                                                                                  fonda véritablement  l'abbaye de Fulda, soutenu dans cette fondation par Boniface... 
                                                                   non loin du monastère de Fritzlar créé par Boniface. 
                                                              Bien que Sturm en fût le fondateur, Boniface s'y impliqua beaucoup. 
                                                         Le financement initial de l'abbaye fut assuré par Carloman
                                                                                                                                                                     né 751-  (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10  771
Carloman demande à Boniface de réformer également l'Église franque:
   À la mort de Charles Martel, en 741,
                        Carloman     , son fils aîné, qui a reçu en héritage l'Austrasie, la Souabe et la Thuringe,
                            demande à Boniface de réformer également l'Église franque.
                               Il le nomme métropolitain d'Austrasie (la région d'entre Meuse et Rhin).
                     Boniface convoque un concile en 742 puis en 743.
                À cette occasion, le sort des biens d'Église octroyés par les Pippinides 
             à leurs clients est réglé par la reconnaissance d'un cens dérisoire à payer à l'Église 
          et l'engagement des bénéficiaires de servir le roi en contrepartie... 
       Les historiens voient dans cette disposition le premier exemple d'un engagement personnel 
                     de type vassalique des propriétaires terriens
                   envers le roi et une amorce de la féodalité.
              Devenu archevêque de Mayence, 
                      Boniface a l'honneur 
           de conférer l'onction royale 
                            à Pépin le Bref, frère cadet de Carloman, 
                        après que ce dernier se soit retiré au monastère du Mont Cassin. 
                               
Une première onction... :
  Par cette onction, peut-être administrée par l'archevêque Boniface de Mayence,
                                                        -où les évêques de Gaule étaient présents co-sacrant avec l'archevêque-
                                                                   (pour lui transmettre l'Esprit Saint...)
                                     le roi des Francs est désormais investi par Dieu
                            d'une mission de protection de l'Église
                         De plus, le droit divin lui confère une sacralité dont la traduction politique
                        est de 《 diriger les peuples que Dieu lui confie 
                          selon le dogme catholique, au nom de l'Églisе 》...
                                          ... 
                                         -Le pape Étienne II sacrera de nouveau Pépin, 
                                                                                              ainsi que ses fils Carloman et Charles, 
                                                                                                    ce qui légitime la future lignée carolingienne. -        




         Cependant, Boniface reprend son bâton de pasteur 
                   pour poursuivre la conversion des redoutables Frisons. 
      Le vieil homme trouve la mort avec 52 compagnons le jour de la Pentecôte 754 (5 juin), près de Dokkum, dans la Frise.


On a pu dire de Boniface que, sans son action civilisatrice auprès des Saxons et des Francs, «Charlemagne n'eut pas été possible» (*)...
      



                                                             le fils de Charles Martel. Le soutien des maires du palais 
                                                                                 et plus tard des premiers Pippinides et rois Carolingiens 
                                                                  entre pour une part importante
                                              dans le succès de saint Boniface.
                                                              Il réussit néanmoins à trouver un équilibre entre leur aide 
                                                                       et celle de la papauté et des Agilolfinges de Bavière, 
                                                                      assurant ainsi une certaine indépendance à son action.
  En 753, 
     Boniface  quitte le monastère pour reprendre son œuvre missionnaire
               d'évangélisation auprès des Frisons, en Frise.

Ces derniers, parmi les non convertis allaient se venger: était-ce dû de l'offense 
        faite au dieu Thor (ou Jupiter) et de Donar, leur arbre sacré...  
     Ceux-ci le massacrèrent avec 52 de ses compagnons, à Dukkum - 

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saintb10(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saintb11
                              le jour de la Pentecôte 754-   le 5 juin
                 (dans l'actuelle commune de Dongeradeel), en Frise (Pays-Bas)- 
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_29

----    
À suivre
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Sam 13 Juin 2020 - 12:14

Les saints du mois de juin-
-
12 juin              saint Léon III                 PREMIÈRE PARTIE-à suivre-
                         (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Pape_l10

                                    ( né v 750-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 816  ) -
                            -96e  de 795-816—Un des pontificat les plus longs-
                                                                            -canonisé en 1673-                  
-

- Saint Léon III succéda au pape Adrien 1er  le 26 décembre 795. 
                                                      -Adrien 1er 95e pape : 772-   795 :
                                     il avait mis fin à la première crise iconoclaste . . . -

Son pontificat marqua une date importante pour l'Église et la société d'alors.
         Jusque-là, en effet, les relations entre pouvoir impérial
                                           et pouvoir des papes
                                 étaient assez floues, non encore parfaitement définies :
         après la conversion de Constantin   (né 272- (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 337 )  à la foi chrétienne,
                                                                  [ Constantin 1er   - il avait mis fin à la persécution des chrétiens
                                                                                        officiellement promulguée par l' édit de Milan, 313.
                                                                                      Il était le premier empereur chrétien;
                                                                                         -en Occident empereur de 310-324;
                                                                                puis seul maître de l'Empire (324-337)
                                                                            après la défaite de Licinius
                                                                                   Licinius fut co-empereur romain  règnant de 308 à septembre 324,
                                                                       essentiellement sur la partie orientale de l’Empire.
                                                                Militaire proche de Galère, ayant accédé rapidement dans son sillage
                                                              aux plus hautes fonctions de l'Empire,
                                                          il élimine son collègue Maximin Daia et se rapproche de Constantin 1er
                                                            dont il épouse la demi-sœur Constantia avant de s'engager dans une lutte
                                                            contre ce dernier qui se solde par la défaite définitive de Licinius en 324
                                                            et son exécution au printemps 325. ] -
 la politique et la religion,
      qui n'avaient jamais été séparées dans l'empire romain païen,
    ne pouvaient l'être sans une véritable révolution,
         d'ailleurs impensable auparavant,
           mais allait bientôt faire providentiellement son oeuvre.
      Cette révolution sera également faisable par un autre empereur,
L'autre artisan de ce bouleversement était l'empereur régnant,
            c'est-à-dire Charlemagne.

origine de Charlemagne:
    Charlemagnen, du latin Carolus Magnus, ou Charles 1er dit « le Grand »,
              né à une date inconnue (vraisemblablement durant l'année 742, voire 747 ou 748, peut-être le 2 avril), mort le 28 janvier 814 à Aix-la-Chapelle,
              est un roi des Francs qui deviendra  empereur.
            Il appartient à la dynastie des Carolingiens.
      Fils de Pépin le Bref,
            il est roi des Francs à partir de 768,
              devient par conquête roi des Lombards en 774
                    et sera couronné empereur à Rome par le pape Léon III le 24 ou 25 décembre 800,
                          relevant une dignité disparue en Occident depuis la déposition,
                                 trois siècles auparavant, de Romulus Augustule,
                           par le soldat Odoacre des peuples barbares en 476.       
                                                                                   -Effondrement de l'Empire d'occident  -
                                                             Odoacre est le prédécesseur de Théodoric le Grand, 
                                                                                       un roi ostrogoth converti à la religion chrétienne arienne -


                                                                                            -généalogie des rois barbares, après la chute de l'empire romain
                                                                                                     à suivre dans la prochaine édition
                                                                       - À SUIVRE: reconquête de l'empire avec les rois francs-
                                                                                                        


----------- 
Au Ve siècle, tandis que les chefs barbares, nouveaux maîtres de l'Italie,
              s'établissent à Ravenne ou à Milan,
                   Rome décline.
         La grande et fière cité, qui avait compté jusqu'à un million d'habitants au temps de sa splendeur,
      n'en a plus que quelques dizaines de milliers,
                  qui survivent au milieu de palais en ruines.
On pourrait croire que la Ville éternelle se condamne à mourir.
    Mais les papes, successeurs de l'apôtre Saint Pierre,
        ne l'ont pas abandonnée.
    Ils y résident avec tout le haut clergé de l'Église chrétienne.
  Seule autorité à Rome, la papauté reprend progressivement à son compte
          l'héritage impérial et la vocation de Rome à gouverner le monde.
     Les papes relèvent le titre de pontifex maximus
              qui désignait la fonction religieuse des anciens empereurs.
          Ils appliquent aussi à l'Église l'organisation administrative de l'empire (diocèse, province).
    Ils assoient leur ambition sur la richesse de l'Église,
   celle-ci bénéficiant des donations très importantes des fidèles !
-
.             
  Le programme d'action des deux chefs, dans une société que l'on appellera la Chrétienté,
        se présente ainsi :
          le prince temporel est chargé du service d'ordre
                       aussi bien en ce qui concerne les affaires intérieures qu'extérieures ;
           le pape le seconde en levant les mains vers le ciel.
   On voit ici une allusion à l'épisode rapporté dans l'histoire du premier peuple de Dieu :
           Josué combat dans la plaine, et Moïse intercède en priant sur la montagne.
Le pape est également chargé, à l’idée des régnants,  de donner le bon exemple.
   Mais ces vues assez étonnantes pour nous qui vivons sous le régime de la séparation des pouvoirs,
          avaient leur logique et trouvaient un large écho dans le peuple.
     Sur une mosaïque de l'époque
          on voit le Christ
                  donner les clefs au pape
            et l'étendard à l'empereur.
     Viendra le temps de la rivalité et même de la lutte entre le trône et l'autel.
  Pour lors, c'est celui de la collaboration.
Cette fonction protectrice de l'Église confiée à l'empereur
                eut d'ailleurs à s'exercer sans tarder envers la personne même du pape.
                            Le 25 avril 799, Léon fut agressé au cours d'une procession.
                                   Emprisonné, il put s'échapper, et alla chercher protection auprès de Charlemagne.         
       Celui-ci prit sa défense. Il le disculpa lorsqu'il fut l'objet d'accusations graves.
  Léon ne fut pas en reste, puisque c'est lui qui,
             le jour de Noël de l'an 800,
                  posa sur le front de Charlemagne le diadème impérial
                             qui le consacrait Empereur d'Occident.
      Cette cérémonie se déroula à Saint-Pierre de Rome
              sous les acclamations du peuple romain.
Cependant, Léon III ne resta pas toujours sur la montagne, les bras levés vers le ciel.
         Il descendit aussi dans la plaine.
            Il prit des mesures sur la vie interne des Églises
             et intervint en matière dogmatique.
Il mourut en 816.


À suivre ...


Dernière édition par Bryand le Dim 14 Juin 2020 - 14:46, édité 2 fois
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Sam 13 Juin 2020 - 12:28

Les saints du mois de juin-
-
13 juin                        saint Antoine de Padoue,
                             prêtre et docteur de l’Église  ( mémoire )
                                                    (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_15
                                                              ( né v 1195-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1231   ) –
                                                                   -canonisé en 1232-                 

                                                                         -lectures -. Romains 12 : 3-13; Matthieu 16 : 24-27-  
-disciple et collaborateur de  de saint François d'Assise
                            (saint François lui est né 1182-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1226)







Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Dim 14 Juin 2020 - 18:01

Les saints du mois de juin-
-
14 juin (2020)        Dimanche du Très-Saint-Sacrement
                 Hymne du Très-Saint-Sacrement,
                               Le Tantum ergo a été composé par 
                                      saint Thomas d'Aquin
                                                    (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_30
                                                              ( né v 1225-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1274   ) –
                                                                            

                                                                   
On nous fait la remarque que de
    cet extraordinaire hymne eucharistique, du grand saint Thomas d'Aquin, 
           favori de l'Église et des fidèles,
       est laissé  de côté le deuxième couplet.
     L'enregistrement provient du CD «illuminations», compilé par Dan Gibson.
LATIN                                              FRANÇAIS
1. Pange lingua gloriósi corpóris mystérium, / Chante, ô ma langue, le mystère de ce corps très glorieux
Sanguinísque pretiósi, quem in mundi prétium / Et de ce sang si précieux que le Roi de nations
Fructus ventris generósi, Rex effùdit géntium. / Issu d’une noble lignée (textuellement: fruit de généreuses entrailles)
                                                           versa pour le prix de ce monde.
2.Couplet absent
  2. Nobis datus, nobis natus ex intácta Vírgine / Fils d’une mère toujours vierge né pour nous, à nous donné,
 Et in mundo conversátus, sparso verbi sémine, / Et dans ce monde ayant vécu, verbe en semence semé,
 Sui moras incolátus miro clausit órdine. / Il conclut son temps d’ici-bas par une action incomparable :
3. In suprémae nocte coenæ recùmbens cum frátribus, / La nuit de la dernière Cène, à table avec ses amis,
 Observáta lege plene cibis in legálibus, / Ayant pleinement observé la Pâque selon la loi,
 Cibum turbæ duodénæ se dat suis mánibus. / De ses propres mains il s’offrit en nourriture aux douze Apôtres.
4. Verbum caro, panem verum verbo carnem éfficit: / Le Verbe fait chair, par son verbe, fait de sa chair le vrai pain;
 Fitque sanguis Christi merum, Et si sensus déficit, / Le sang du Christ devient boisson; Nos sens étant limités,
 Ad firmándum cor sincérum sola fides sùfficit. / C’est la foi seule qui suffit pour affermir les cœurs sincères.

5. Tantum ergo Sacraméntum venerémur cérnui: / Il est si grand, ce sacrement ! adorons-le, prosternés.
 Et antíquum documéntum novo cedat rítui: / Que s’effacent les anciens rites devant le culte nouveau !
 Præstet fides supplémentum sénsuum deféctui. / Que la foi vienne suppléer aux faiblesses de nos sens !
6. Genitóri, Genitóque laus et iubilatio, / Au Père et au Fils qu’il engendre, louange et joie débordante,
 Salus, honor, virtus quoque sit et benedíctio: / Salut, honneur, toute-puissance et toujours bénédiction !
 Procédénti ab utróque compar sit laudátio. Amen. / A l’Esprit qui des deux procède soit rendue même louange. Amen.
---------------   

Thomas d'Aquin, docteur de l'Église, 
                  théologien et philosophe du 13e  siècle a écrit, 
                      outre ses ouvrages savants, 
          trois hymnes,
           pour les trois principaux offices de la liturgie des Heures :

        -matines : Sacris solemniis (extrait : Panis Angelicus)
         -laudes : Verbum supernum (extrait : O salutaris Hostia)
          -vêpres : Pange lingua (également pour
                                             l'office du Saint-Sacrement, extrait : Tantum ergo)- 
                                                             qui veut dire Un ''si auguste''
                                                                                   (sous entendu: sacrement)
qui est un Office régulier lors des expositions du Saint-Sacrement
         que l'Église catholique a inclus dans sa liturgie. 
    Ses textes concernent principalement
            le mystère de l'Eucharistie
               et celui de l'Incarnation du Fils dans un corps humain.
    L'office du Saint-Sacrement 
           comprend tous les textes du propre de la messe
                      et des heures de l'office. 
           On trouvera ici les principales pièces poétiques de cet offices :
                hymnes et séquence.
Office Hymne Pange lingua: 
        Selon un usage alors répandu, le premier vers de cette pièce 
               reprend celui de l'hymne de Venance  Fortunat   « Pange, lingua, gloriosi proelium certaminis… » 
                                            Venance Fortunat: (6e  siècle)  né v 530-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 609  : 
cliquer pour ouvrir:
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch33

Venance Fortunat:
 


« Pange, lingua, gloriosi proelium certaminis… » 


L’Hymne de Saint Venance Fortunat « Pange lingua gloriosi » :

Pange, lingua, gloriosi / prœlium certaminis,
et super Crucis trophæum / dic triumphum nobilem :
qualiter Redemptor orbis / immolatus vícerit.

Chante, ma langue, le combat, la glorieuse lutte;
sur le trophée de la croix, proclame le noble triomphe:
le Rédempteur du monde fut vainqueur en s'immolant.

De parentis protoplasti / fraude factor condolens,
quando pomi noxialis / morsu in mortem corruit:
Ipse lignum tunc notavit, / damna ligni ut solveret.

Attristé de l'égarement de notre premier père,
qui tomba dans la mort en mordant le fruit néfaste,
le Créateur choisit lui-même un arbre pour réparer la malédiction de l'arbre.

Hoc opus nostræ salutis / ordo depopiscerat ;
multiformis proditoris / ars ut artem falleret,
et medelam ferret inde, / hostis unde læserat.

Cette œuvre de salut, l'ordre divin l'exigeait,
pour vaincre par la ruse la ruse multiforme du Malin,
et porter le remède d'où venait la blessure.

Quando venit ergo sacri / plenitudo temporis,
missus est ab arce Patris / Natus, orbis Conditor ;
atque ventre virginali / caro factus prodiit.

Quand vint donc la plénitude du temps,
le Fils, Créateur du monde, fut envoyé d'auprès du Père.
Il s'avança, devenu chair dans un sein virginal.

Vagit infans inter arcta / conditus præsepia :
membra pannis involuta / Virgo Mater alligat :
et manus pedesqu(e), et crura / stricta cingit fascia.

L'enfant pleure et vagit, couché dans une étroite mangeoire :
la Vierge, sa Mère, l'emmaillote en de pauvres langes,
et voici les mains et les pieds d'un Dieu enserrés dans des liens!

Gloria et honor Deo / usquequaqu(e) altissimo,
una Patri, Filioque, / inclito Paraclito:
cui laus est et potestas / per æterna sæcula.
Amen.

Gloire et honneur à jamais au Dieu très-haut,
ensemble Père, Fils, et illustre Consolateur;
louange et puissance pour les siècles éternels.
Amen.

------------------



Saint Venance Fortunat,  -fête 14 décembre-
      dont le nom latin est Venantius Honorius Clementianus Fortunatus, 
              né  à Valdobbiadene près de Trévise (Italie) 
                     et décédé  à Poitiers (France), 
            est un poète chrétien du 6e  siècle.
          Il fut le 29e  évêque de Poitiers à partir de 599. 

Poète raffiné il compose de nombreux hymnes chrétiens 
        remarquables par leur profonde sensibilité spirituelle,
          comme par leur technique musicale 
         qui eurent une influence considérable sur la composition liturgique des siècles postérieurs. 
      Certains tels le Vexilla Regis 
ouvrir le spoiler suivant(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch33
traduction de Vexilla Regis:
       

Aujourd’hui du grand Roi l’étendard va marchant,
Où l’Auteur de la chair vient sa chair attachant.
Aujourd’hui de la Croix resplendit le mystère,
Où Dieu souffre la mort aux mortels salutaire.

Voilà, du flanc du Christ, étant du fer atteint,
Sors le ruisseau vermeil, qui les crimes éteint :
Céleste lavement des âmes converties,
Mêlant de sang et d’eau ses ondes my-parties.

Maintenant s’accomplit aux yeux de l’Univers
L’oracle que David inspira dans ses vers,
Chantant ces mots sacrés sur les tons de sa lyre :
L’Éternel par le bois a planté son Empire.

Arbre noble et trophée illustre et glorieux,
Orné du vêtement du Roi victorieux :
Plante du Ciel chérie, et des anges chantée,
Pour toucher de sa chair la dépouille sacrée.

Tige trois fois heureuse dont le chef exalté,
Soutient le juste prix du monde racheté,
Et balance le corps qui mort, ses bras déploie
Pour ravir aux enfers leur rapine et leur proie.

Je te salue, ô Croix, seul espoir des vivants !
En ces jours douloureux de larmes s’abreuvant,
Augmente aux cœurs des bons l’immortelle justice,
Et pardonne aux pécheurs leur mortelle malice.

Ainsi puisse ton nom en mérite infini,
Suprême Trinité ! sans fin être béni,
Et ceux que, par la Croix tu délivres de crainte,
Triompher à jamais sous ta bannière sainte. Amen.
                             ....
...   

       
         L'hymne pange lingua peut servir de catéchèse,
            en plus d'être  un cantique de vénération. 
           C'est donc naturellement que Thomas d'Aquin l'intégra dans son office du Saint-Sacrement
      Elle est chantée le Jeudi saint lors de la translation du Saint-Sacrement au reposoir. 
   La dernière séquence Tantum ergo
         est chantée à tous les saluts du Saint-Sacrement. 
      L'hymne atteste la croyance très ancienne
            en la présence réelle du corps et du sang du Christ
        dans les espèces consacrées. 
     
--- 
autre office:
   Hymne Panis Angelicus 
Panis Angelicus:
  

Chant écrit pour la fête du sang et du corps du Christ (Fête-Dieu).
         L'origine de cet hymne se trouve dans l'hymne de matines de Thomas d'Aquin Sacris solemniis.
Panis Angelicus fit panis hominum. Le pain des Anges devient le pain des hommes.
Dat panis cælicus figuris terminum. Le pain du ciel met un terme aux symboles.
O res mirabilis manducat Dominum Ô chose admirable, il mange son Seigneur
Pauper servus et humilis. Le pauvre, le serviteur, le petit.
Te trina deitas Unaque poscimus Dieu Trinité et Un, nous te le demandons,
Ut nos tu visita sicut te colimus Daigne par ta visite répondre à nos hommages.
Per tuas semitas Duc nos quo tendimus, Par tes voies, conduis-nous au but où nous tendons,
Ad lucem quem inhabitas. A la lumière où tu demeures. 

---
Autre office: 
   Séquence Lauda Sion (messe)
Œuvre liturgique la plus connue de Thomas, cette prière est une sorte de Credo au Saint-Sacrement.
   Choisi comme séquence liturgique de la messe du Saint-Sacrement par Thomas d'Aquin.
À suivre


Dernière édition par Bryand le Mar 16 Juin 2020 - 13:32, édité 1 fois
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Lun 15 Juin 2020 - 22:47

Les saints du mois de juin-
-

15 juin              sainte Germaine Cousin de Pibrac ( )
                                                        (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte20
                                                    ( né v 1579-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1601   ) –  -


Ne vécut     que 22 ans...  Et on lui bâtit une basilique
                                       des siècles plus tard!
Quelle fut donc sa vie?
Beaucoup de récits:
  Nombreuses sont les biographies de cette sainte.
                   Voici un résumé inspiré en partie  des résumées biographiques des saints de l'abbé Marcel Driot:
- Il élève les humbles. Cette parole de la Vierge Marie
       vaut aussi pour Germaine Cousin.
      En faisant accéder celle-ci à la sainteté, Dieu a manifesté une fois de plus sa prédilection
         pour les petits,
          les méprisés de ce monde.
   Le prêtre Zacharie, père de Jean le Baptiste, avait jadis parlé de la tendresse du coeur de notre Dieu.
         Nous touchons pour ainsi dire du doigt cette tendresse
              dans l'élévation de la sainte fêtée en ce jour.
Germaine Cousin naquit vers 1579.
       Fille d'un laboureur de Pibrac (près de Toulouse), elle perdit sa mère très tôt.
             Son père se remaria.
        La petite fille, par ailleurs malingre et infirme, n'eut plus sa place au sein-même  foyer.
   Mal aimée de son père, 
                qui prendra par la suite sa défense en interdisant à la marâtre de la toucher,
      alors qu'elle la maltraita durement ,
lui interdisant de s'approcher de ses deux demi-soeurs
          elle était considérée désormais comme une servante;
      Germaine supporta tout avec une patience admirable.
   Elle aimait ceux qui ne l'aimaient pas.
 Le secret de ce comportement, tellement contraire aux tendances de la nature humaine,
                toujours prête à répondre à la frustration par l'agressivité,
        est à chercher dans sa foi profonde et son union constante à Dieu.
Cette intimité, elle la trouvait dans la solitude que lui permettait son travail de bergère.
         Ses épreuves familiales ne la repliaient pas sur elle-même.


      Il lui arrivait de grouper des enfants autour d'elle
   et de leur apprendre ce qu'elle savait de Dieu.
           Elle donnait parfois une partie de sa nourriture aux mendiants qui passaient.
      Sa confiance en l'aide de la Providence était totale.
   Jésus a parlé du berger qui laisse dans le désert l'ensemble du troupeau
                pour aller à la recherche de l'unique égarée ;
        Germaine Cousin laissait aussi à Dieu la garde de son troupeau
         pour s'en aller à la messe, chaque jour.
      Jamais une bête ne se perdit durant son absence.
Un matin, son père, ne la voyant pas sortir du réduit 
     où on la faisait coucher sur un lit de sarments,
       entra et la trouva morte ;
   ou plutôt endormie dans le Seigneur.
  C'était en 1601.
   Elle avait vingt-deux ans.
      Le peuple vint en foule à ses funérailles.
              On comprenait mieux que celle qu'on avait appelée « la bigote »,
          était en fait une sainte.
   On se souvenait de sa patience, de sa bonté, de sa charité.
      Elle fut enterrée dans l'église.  
 Plus de quarante ans plus tard,
           on retrouva son corps intact.
        Des guérisons naturellement inexplicables furent obtenues par son intercession.
           Elle fut canonisée en 1867.
C'est en 1901 que l'on posa la première pierre 
             de la basilique construite en son honneur.
                                                           voir la vidéo plus bas-
Oui, vraiment, Dieu élève des humbles !         
                                                                   -   -                 
 Germaine Cousin dite sainte Germaine de Pibrac, (née en à Pibrac, près de Toulouse -
                                    morte le 15 juin 1601 dans la même commune)- 
                                   (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte21
                                                 gravure de 1879


(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte22

Fille de Laurent Cousin, un modeste laboureur et de son épouse Marie Laroche, 
            Germaine naît à Pibrac petit village situé 15 km à l'ouest de Toulouse, en 1579.
        Atteinte de scrofules (adénopathie tuberculeuse),
     elle avait aussi une main atrophiée. 
  Sa mère mourut alors qu'elle était encore très jeune.
         Par la suite, son père se remaria avec une femme acariâtre 
     véritable marâtre pour Germaine qui lui fit subir toutes sortes d'humiliations et de maltraitances. 
  Germaine fut astreinte à vivre dans un réduit de la ferme, une sorte d'appentis,
                                 à l'écart de la famille et de ses deux demi-sœurs.
La belle-mère persuada le père d'envoyer Germaine garder le troupeau de moutons dans la nature.
       Là elle fut heureuse car  elle pouvait réciter son chapelet.
    Elle trouvait toujours tant de  réconfort dans la prière. 
Elle allait tous les jours à la messe. Elle partageait son pain avec les  pauvres qu'elle rencontrait.

Puis vint le jour où son père la trouva morte dans le réduit où on l'obligeait à dormir.
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte23

Elle fut enterrée dans l'église de Pibrac, et, peu à peu, 
          tout le monde oublia l'existence de cette sépulture.

En 1644, plus de quarante années après sa mort,
      alors que le sacristain se préparait à organiser des funérailles en creusant une fosse,
           il tomba sur un corps enseveli dont la fraîcheur le stupéfia.
       Même les fleurs que la morte tenait étaient à peine fanées.
    À la difformité de sa main, aux cicatrices des ganglions de son cou, 
   on reconnut Germaine Cousin. 
  Alors son corps fut déposé dans un cercueil  (coffre) de plomb, 
           offert par une paroissienne guérie par l'intercession de la sainte, 
        et déposé dans la sacristie où il demeura, à nouveau oublié, encore seize ans.

Le curé de Pibrac de l'époque, 
          enregistra de fin 1644 à 1703 
         une bonne vingtaine de merveilles (comme on disait à l'époque !), 
des miracles témoignés par des gens de l'entourage,
      ce qui décida l'Évêché à réaliser une enquête plus approfondie,
         pour comprendre ce qui se passait à Pibrac. 
   Tout d'abord, le Père Joseph MOREL,
          Vicaire Général, 
      convoqua deux chirurgiens renommés de Toulouse 
     pour expertiser le corps de cette petite Bergère.
Transcription:
 Transcription de l'analyse ici adaptée au 21e siècle...-
               Voici l'original:
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte24


Aujourd'hui dix-huit janvier mil sept cent, dans la sacristie de l'église paroissiale
       du lieu de Pibrac à onze heures du matin
     nous Jean de Lafaye de la Glifiole 
                   et 
            Pierre Marqués chirurgiens ayant été appelés par ordre de Monsieur Morel 
           grand vicaire de l'archevêché de Toulouse,
         et après avoir exigé de nous le serment les mains mises sur les Saints Évangiles, 
     de faire et dresser notre relation en Dieu et conscience de l'état
     ou est à présent le corps de Germaine Cousin quand il vivait,
                que nous avons trouvé et qu'il nous a exhibé 
          dans ladite sacristie dans une bière de bois 
             avec sa chemise et son suaire.
       Et si dans l'état qu'il est présentement, il a pu se conserver comme il est par la voie ordinaire et naturelle
      étant attesté par les témoignages que ce corps avait resté quarante-trois ans ou environ
     dans la terre et en ayant près de soixante qu'elle en est sortie,
    et nous ayant fait ouvrir la dite bière nous avons examiné le dit corps 
  que nous avons trouvé tout entier avec sa chemise et son suaire.


      Le dit corps ayant tous ses membres tenant l'un à l'autre 
     par leurs jointures naturelles avec la peau tendues sur son corps, 
    la chair étant molle en plusieurs endroits a l'attouchement. 
   Et ayant levé le dit corps par la tête nous avons remarqué que tout le corps avait le mouvement jusqu'aux pieds, 
  ce qui nous fait dire que les nerfs sont encore en leur entier quoi que ce soit des parties froides et fort corruptibles
        comme aussi avons remarqué
         que la langue et les oreilles sont en leur entier, 
       les lobes ,
         pro lobes 
           et cartilages sont encore en leur entier et qu'à côté de la (joue??) inférieure droite et du cou
               il y a encore des cicatrices qu'on présume être des écrouelles ; 
                    avons encore remarqué que la jointure du radius à l'articulation du carpe et du métacarpe 
                       est crochue et dénote quelle était manchote de son vivant. 
           Avons encore remarqué que l'épiderme, et le derme
        c'est-à-dire la première peau est encore entière dans tout le corps 
      et qu'ayant attouché le dit corps en plusieurs endroits, 
     et notamment aux plantes des pieds nous l'avons trouvé molle à l'attouchement, 
   les ongles des pieds et des mains sont attachés en leur propre lieu et naturel, 
  ce qui nous fait juger et estimer que cela n'est point naturel, 
                et qu'il y a quelque chose d'extraordinaire
            et que c'est par un effet de la divine providence 
        que ce corps se soit conservé depuis si longtemps, 
     vu qu'il y a certaines parties comme la langue et les oreilles
     qui sont ordinairement les plus susceptibles à la corruption 
    qui ne sauraient rester sans être corrompes et pourries 
    dans moins de six mois comme aussi ayant fait effort avec nos mains 
              de rompre le suaire, qui est teint de la terre ;
            il nous a était impossible ayant encore remarqué que le dit corps 
          n'a jamais était embaumé ; 
     de quoi nous avons dressé nôtre présente relation pour servir ainsi et par devant qu'il apparaît, 
   et nous sommes Signés Lacaze de Lagliliole - Marqués.  

Le 22 septembre 1661, Jean Dufour, vicaire général de l’archevêque de Toulouse, Pierre de Marca, vint à Pibrac. 
     Il s'étonna de voir ce cercueil resté dans la sacristie, 
         le fit ouvrir, et découvrit que la sainte présentait toujours le même état de fraîcheur.
      Il fit creuser tout autour de là où le corps avait été trouvé, 
     et tous les morts enterrés au même endroit n'étaient plus que des squelettes. 
    Ébranlé par ce miracle, le vicaire général demanda l'ouverture du procès en canonisation de Germaine en 1700.


Sa dépouille subit encore de nombreuses pérégrinations accompagnés de plusieurs miracles ; 
         en 1793, sous la Révolution,  
              la commune de Toulouse décide de détruire la dépouille (la Révolution est responsable de nombreux corps de saints)
             par trempage dans de la chaux vive.  
        Deux ans plus tard, en 1795
      le curé constitutionnel de Pibrac récupère la dépouille, 
     maintenant sous forme d'os, et la réinhume dans l'église.
   Quatre principaux miracles furent certifiés, 
             discutés par la sacrée congrégation des rites, 
         puis approuvés pour la béatification de Germaine par Pie IX le 7 mai 1854:
-La multiplication du pain dans la communauté de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur à Bourges en novembre 1845.
-La multiplication de la farine, dans le même monastère, peu après celle du pain.
-La guérison parfaite et instantanée de Jacqueline Catala, petite fille de sept ans, rachitique depuis l'âge de 18 mois.
-La guérison, également instantanée et parfaite, de Pierre Leduc, un jeune homme de 14 ans, du village de Cornebarrieu, atteint à la hanche d'une fistule carieuse et très profonde.

Germaine fut canonisée en 1867
       À Pibrac, le 15 juin 1901, Mgr Germain pose la première pierre
            d'une nouvelle église dédiée à sainte Germaine . 
      La basilique a été consacrée le 15 juin 1967 


         par Mgr Saint-Gaudens 
         et en 2010 le pape Benoît XVI lui donna officiellement le titre de basilique mineure.


La maison natale de Germaine Cousin, 
          la ’métairie de Mestre Laurens′, existe toujours. 
        Elle est située à environ 2 kilomètres du village de Pibrac,
       dans le hameau appelé ’le Gainé’.
      Récemment restaurée, on peut la visiter.  
----------------------  
À suivre.                 
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Mer 17 Juin 2020 - 21:40

Mardi le 16 juin - Les mystères douloureux:


Ramener le curseur au début au besoin : 
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Mer 17 Juin 2020 - 22:01

Les mystères glorieux
ramener les curseur au début au besoin-
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Dim 28 Juin 2020 - 16:46

Les saints du mois de juin-
-

28 juin              saint Irénée de Lyon (mémoire )
                                                                                            -Lectures : 2 Timothée 2 : 22-26; Jean 15 : 1-8 – 
                                                        (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_32
                                                    ( né v 130-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 v 202  ) –  -
                                                              -évêque de Lyon, et martyr  
                                                           - le 2e évêque de Lyon succédant à saint Pothin –                                                          
                                                                                 - il le fut de 177 à 202. 
-Il  fut l’un des fondateurs de l’Église en Gaule; -
-l''un des Pères de l'Église 
           et le premier occidental à réaliser 
          une œuvre de théologien systématique;


-De culture et de langue grecques, Irénée est né à Smyrne  en Asie Mineure 
                                                   – aujourd’hui IZMIR en Turquie-
                          de  parents grecs et chrétiens.
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Smyrne10



--------------
--Irénée veut dire «Pacifique». Il a bien mérité son nom.
        Dans la première lecture, Paul écrit à son disciple Timothée :
             Cherche à vivre dans la justice, la foi, l'amour et la paix,
                      avec ceux qui invoquent le Seigneur d'un cœur pur.
         L'Apôtre ajoute :
                 Évite les discussions folles et stériles.
    Irénée travailla à réaliser ce programme.

-Il  fut l’un des fondateurs de l’Église en Gaule-
       - Son ministère est marqué par une forte expansion missionnaire. 
        Un grand nombre de diocèses sont fondés 
               par des missionnaires envoyés par Irénée
        c'est le cas de Besançon et Valence, 
       qui doivent à l'évêque de Lyon leurs premiers pasteurs.
 
-Comme son nom l’indique : il fut un grand ‘’pacificateur’’-
                 réconciliateur de l’Orient et de l’Occident, ayant pu conseiller
           les papes d'éviter les schismes, lorsqu'il ne s'agit pas de matière de foi;
     et combien de schismes auraient pu être évités de part et d'autres au cours des siècles.
Aujourd'hui l'Église travaille toujours très fort à retrouver l'unité demandée par le Seigneur-











         Dans ses écrits théologiques saint Irénée combattit les doctrines non fondées, intangibles,
           qui non seulement divisaient et troublaient les chrétiens
                 mais aussi rui­naient la foi, tels les enseignements de gnostiques 
                         qui se distribuaient comme des philosophies grecques....
-------------------
      Eusèbe de Césarée, dans son Histoire ecclésiastique, a écrit de lui :
                            «Pacifique par son nom et sa conduite, 
                       il exhortait et négociait pour la paix des Églises.
                 Non seulement avec le pape Victor, (14e pape 189-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 198)
       mais avec un très grand nombre de responsables d'Églises.» -

Il avait été disciple de saint Polycarpe
               qui avait connu l'Apôtre Jean. 
       Saint Jérôme dit qu'Irénée fut aussi le disciple de saint Papias
                 (lui aussi avait été formé par la prédication de plusieurs apôtres).
        Eusèbe nous dit de Papias : 
             « Si quelque part venait quelqu'un qui avait été dans la compagnie des presbytres, 
                    je m'informais des paroles des presbytres : 
                        ce qu'ont dit André 
                                         ou Pierre, 
                                         ou Philippe, 
                                           ou Thomas, 
                                           ou Jacques,
                                               ou Jean, 
                                              ou Matthieu, 
                                     ou quelque autre des disciples du Seigneur ;
                             et ce que disent Aristion et le presbytre Jean, disciples du Seigneur. 
                         Je ne pensais pas que les choses qui proviennent 
                                des livres me fussent aussi utiles 
                          que ce qui vient d'une parole vivante et durable. »




       À Lyon, où il vint pour une raison que nous ignorons,
          il succéda à saint Pothin (1er évêque de Lyon v 150-177- martyr; fête 2 juin )
             victime de la persécution de Marc-Aurèle.
               -saint Pothin a été fêté avec sainte Blandine
                       et leurs compagnons martyrs-
                                      - voir 2 juin https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t44710p30-nouveau-lexique-sur-la-priere-et-lexique-historique-des-saints#468404


Il est le premier occidental à réaliser une œuvre de théologien systématique,
                donc faisant partie des premiers grands théologiens de l’Église.
           Défenseur de la véritable gnose (dans son sens étymologique-
                 combattant les doctrines erronées de ceux que l’on a appelés ‘’gnostiques’’
                 aux premiers siècles de l’Église…
 ---citation de saint Irénée- Il disait aux gnostiques :
                     ‘’Nous vous tendons la main de toute notre âme,
                          et jamais nous ne cesserons de vous l’offrir.''
                    Il ne souhaitait pas l'excommunication, mais la conversion, y travaillant assidûment... 


Mais il travaillait en même temps pour l’unité de l’Église, 
       à laquelle il disait être le rôle de l’Église de la rechercher, 
        même après les divisions qu'il exhortait instamment à éviter si cela était possible…
      Il est fêté comme saint et martyr  le 28 juin dans l'Église catholique
                                       et le 23 août dans l'Église orthodoxe.


            Arrivé en Gaule vers 175, il exerça d'abord la fonction de simple pasteur,
               et s'associa aux travaux de Pothin, premier évêque de Lyon.
                  Quand Pothin périt victime d’une persécution de Marc Aurèle, en 177,
                        Irénée fut choisi pour le remplacer.
              Sa vie épiscopale fut alors consacrée à l'instruction des peuples et à la défense de la vérité
          par la lutte contre les hérésies des gnostiques
         dont la doctrine gnostique-ésotérique de Valentin (mort v 160, qui se convertit avant sa mort- ).
 
    Son ministère est marqué par une forte expansion missionnaire. 
         Un grand nombre de diocèses sont fondés par des missionnaires envoyés par Irénée: 
              c'est le cas de Besançon et Valence, qui doivent à l'évêque de Lyon leurs premiers pasteurs.
     Soucieux de l'unité de l'Église, 
           il met en valeur son nom d'homme de paix (εἰρηναῖος signifie pacifique).
            C'est ainsi qu'il intervient auprès de l'évêque de Rome
                    lors de la querelle autour de la date de Pâques.
              Dans une partie de l'Asie, on célèbre Pâques le 14 Nisan, comme les juifs.
                  Ailleurs, Pâques est fêté le dimanche suivant.
                       Après plusieurs tentatives de résolution au cours du 2e  siècle,
                      l'évêque de Rome Victor 1er (pape 189-198)
                   veut mettre un terme à cette dispute.
            Vers 190, il se décide à excommunier les évêques d'Asie.
         Par son intervention, Irénée, lui enjoint 
                  de laisser chaque Église (Orient-Occident) 
                        libre dans les matières qui ne portent pas sur la Foi. 
                  Le conflit ouvert est ainsi évité.
          Les Églises orientales prendront progressivement
         et pacifiquement l'usage majoritaire communément admis, 
     laissant le temps à chacune le moment de l’adoption  favoriser l’unité.
 
Irénée a dressé  la liste de succession des évêques de Rome.
                           [   Cfr. Contre les hérésies, III, 3, 3 :
                  « Donc, après avoir fondé et édifié l'Église,
              les bienheureux apôtres remirent à Lin la charge de l'épiscopat ;
              c'est de ce Lin que Paul fait mention
                                 dans les épîtres à Timothée [2 Timothée  4: 21 [archive]].
                     Anaclet lui succède. 
                        Après lui, en troisième lieu à partir des apôtres,
                             l'épiscopat échoit à Clément. […] 
                     À ce Clément succède Évariste ;
        à Évariste, Alexandre ;
            puis, le sixième à partir des apôtres, Xyste est établi ;
       après lui, Télesphore, qui rendit glorieusement témoignage ;
      ensuite Hygin ; ensuite Pie ; après lui, Anicet ;
    Soter ayant succédé à Anicet, c'est maintenant Éleuthère
   qui, en douzième lieu à partir des apôtres, détient la fonction de l'épiscopat. ».   ]
Puis suivront Victor (nommé dans notre biographie) 
                 et ensuite Zéphirin, etc... 
 
   À cette Église Irénée
          s'est donné corps et âme, faisant la paix là où surgissait la discorde entre communautés locales,
             inviolablement attaché à   (-citation de saint Irénée-):
           «la plus grande et la plus ancienne» des Églises,
                 celle qui a été 
              «fondée à Rome par les deux 
                très glorieux apôtres Pierre et Paul ».  

    D'après les témoignages tardifs 
                 de saint Jérôme au 5e  siècle 
            et de Grégoire de Tours au 6e  siècle,
      il serait mort martyr à Lyon en 202, 
     victime d'un édit de persécution de Septime Sévère.
        Ses reliques sont conservées depuis le 5e  siècle dans l'église Saint-Irénée,
          auprès d'autres martyrs de Lyon,
         malgré le sac de l'église par les protestants du baron des Adrets en 1562.   … 

---- 
En résumé: Son oeuvre théologique fut marquante;
                 — on a dit qu'il fut le premier à faire la synthèse raisonnée de la foi


         mais aussi son action en faveur de l’unité dans l'Église ;
           déjà, de son temps, des courants divergents surgissaient.
       Le choix de l'Évangile de ce jour ( Jean 15 : 1-8   ) 
           où Jésus emploie
            l'image de la vigne (lui-même)
            et des sarments (ses disciples),
      rappelle ce désir, qui fut le sien.
Dans ses écrits, Irénée a parlé à l'« homme vivant».
          Tel est en effet l'homme que Dieu veut.
             Pour lui, comme pour Paul,
           l'homme ne vit pas vraiment s'il n'est pas habité, transformé, mû, par l'Esprit Saint,
                  ce qui suppose la purification de l'homme naturel, ou « vieil homme».
              La valeur de son œuvre est telle que ce penseur
                    du 2e siècle a été abondamment cité au concile Vatican II
              Nous ne pouvons pas oublier non plus qu'il est l'un des fondateurs de l'Église de France,
              Lyon étant considérée de son temps comme la capitale des Gaules.
         Il est inscrit au calendrier liturgique de l'Église orthodoxe à la date du 23 août.


----------------------  
À suivre.                 


Dernière édition par Bryand le Mer 1 Juil 2020 - 13:28, édité 1 fois
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Lun 29 Juin 2020 - 14:10

Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Lun 29 Juin 2020 - 22:42




Prison MAMERTIME où auraient séjourné saint Pierre et saint Paul avant leurs exécutions-
 La Prison Mamertine, nommée aussi Tullianum, adjacente à l’ancien Forum romain, 
        est creusée dans le roc au pied du Capitole. 
          Elle aurait été construite par le roi romain Servius Tullius au VIe siècle av. J.C. 
    Elle est constituée de deux salles superposées. 
    La salle basse, un cachot étroit et humide, et accessible seulement à travers une cavité
                   dans le plancher de la cellule supérieure, était utilisée sous la République et l’Empire
              comme prison et lieu destiné aux exécutions capitales.

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Je_m_a13
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Ven 3 Juil 2020 - 23:07

Les saints du mois de juillet-
-
3 juillet              saint Thomas, Apôtre (fête )
                                                                             - Lectures –Éphésiens 2 : 19-22; Jean 20 : 24-29   - 
                                               (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_16
                                                        ( né --(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 v 70  ) –  -


- Lectures –Éphésiens 2 : 19-22;
-psaume 116 : 1,2  R/ Allez dans le monde entier. 
               Proclamez l’Évangile. ou : Alléluia. (cf. Marc 16 : 15)-
-acclamation ‘’Thomas, parce que tu m’as vu, tu crois, dit le Seigneur.
            Heureux ceux qui croient sans avoir vu !’’ Alléluia.  Jean 20 : 29  
Jean 20 : 24-29   ‘’Mon Seigneur et mon Dieu!’’
-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Bryvia10bréviaire- 1 Corinthiens 1 : 18-31; 2 : 1-15     -
-- -+Homélie de saint Grégoire le Grand sur l’Évangile de Jean-
 - -
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flyche16_____________________________________

                                         
 Thomas est natif de Rama de Benjamin, près de Jérusalem. 
    C'est donc l'un des trois apôtres judéens avec Judas 
                                                                et Simon le Zélote.
                         Il est issu d'une famille aisée (Tome 7, chapitre 185)
                   son père est un orfèvre réputé. 
             Joseph d'Arimathie le connaît bien. 
       Thomas est lui-même orfèvre et pratique occasionnellement ce métier. 
    En 28, il assiste, comme Judas, à l'expulsion des marchands du Temple 
   ce qui le décide à suivre Jésus (Tome 2, chapitre 17). Il en devient le 7ième apôtre.  
Pour cet épisode  biographique 
   dans l'oeuvre de Maria Valtorta, 
                         nous y reviendrons. -
_________________

cf- missel: 
L'apôtre saint Thomas est le patron des chrétiens dont la foi connaît le doute,
            mais qui vont jusqu'au bout dans la profession de cette foi
         lorsqu'ils ont reçu un surcroît de lumière.
    On perçoit déjà l'esprit critique de Thomas dans son dialogue avec Jésus après la Cène.
   Alors que Jésus vient de déclarer à ses Apôtres qu'ils connaissent le chemin du lieu où il va,
   Thomas l'interrompt avec une certaine vivacité :
    « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas; comment pourrions-nous savoir le chemin? »;
           ce qui lui vaut la réponse de Jésus :
             « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie;
                    personne ne va vers le Père sans passer par moi » (Jean 14, 5-6)
       On sait l'incrédulité avec laquelle Thomas accueillit le témoignage unanime des Dix,
             qui avaient vu Jésus ressuscité le soir de Pâques.
         Mais quand, huit jours après, il dut se rendre à l'évidence
           il exprima sa foi avec une telle plénitude que la profession de foi de Thomas,
        est devenue celle de l'Église :
              ''Mon Seigneur et mon Dieu'' (A 1, P 1, P 3).
Les chrétiens du Malabar, sur la côte ouest de l'Inde,
         revendiquent « Mar Toma »
      pour leur premier évangélisateur
           et le fondateur de leur Église.


    Avec les Églises syriennes
               de qui ils ont reçu leur liturgie
              ils célèbrent saint Thomas en ce jour,
        qui doit être celui d'une translation de ses reliques
                  à  Édesse en Mésopotamie
                       (Urfa en Turquie),
                  où leur présence était déjà attestée en 232.
---------------------------   

-- -+Homélie de saint Grégoire le Grand sur l’Évangile de Jean-
«   --intro : C’est lors de la Passion et de la Résurrection de Jésus 
             que l’Apôtre Thomas révèle sa personnalité.

             Au dernier repas, sur une remarque un peu vive de Thomas, Jésus déclare :
           ‘’Je suis le chemin, la vérité, la vie’’. 
           L’annonce de la résurrection trouve « Thomas incrédule,
          mais lorsque le Ressuscité lui montre son côté ouvert,
     il s’écrie : ‘’ Mon Seigneur et mon Dieu!’’    —


       «Thomas, l’un des douze (dont le nom signifie Jumeau) 
              n’était pas avec eux quand Jésus était venu
      Ce disciple était le seul absent. À son retour, quand on lui raconta 
   ce qui s’était passé, il ne voulut pas le croire. 
  Le Seigneur vint une seconde fois,
         et il présenta au disciple incrédule son côté à toucher, 
              lui montra ses mains 
               et, en lui montrant les cicatrices de ses blessures,
                guérit en lui la blessure de l’incrédulité.
         Que remarquez-vous en tout cela, frères très chers ?
            Croyez-vous que tout cela 
          se soit produit par hasard ? 
        Que ce disciple choisi ait été d’abord absent ; 
          qu’en arrivant ensuite il entende ce récit ; 
            qu’en l’entendant, il doute ; 
              qu’en doutant, il touche, 
                et qu’en touchant il croie ?
            Non, cela ne s’est
pas produit par hasard
         mais selon un plan divin
       En effet, la clémence divine agit alors d’une manière admirable 
                 pour que ce disciple qui doutait,
                        tandis qu’il touchait les blessures que son maître portait dans la chair, 
               guérisse en nous les blessures de l’incrédulité. 
             En effet l’incrédulité de Thomas 
                         a été plus avantageuse pour notre foi
                                que
                           la foi des disciples qui ont cru. 
                     Car, tandis que ce disciple, en touchant, est ramené à la foi,
                     notre esprit, en dominant toute hésitation, est confirmé dans la foi ; ~ 
                    ce disciple, en doutant et en touchant,
                      est devenu témoin de la réalité de la résurrection. ~
          Il toucha donc, et il s’écria : 

           n Mon Seigneur et mon Dieu. 
         Jésus lui dit : Parce que tu m’as vu, tu crois
      Or, l’Apôtre Paul a dit :
                      La foi est la manière de posséder déjà ce qu’on espère, 
                                          et de connaître des réalités qu’on ne voit pas
                   Il est donc bien clair que la foi fait connaître
                        ce qui ne peut pas se voir. 
           Ce qu’on voit, en effet, ne produit pas la foi mais la constatation. 
         Alors que Thomas a vu, 
               lorsqu’il a touché pourquoi lui est-il dit : 
                               Parce que tu m’as vu, tu as cru ? 
               Mais ce qu’il a cru n’était pas ce qu’il a vu.
            Car la divinité ne peut être vue par l’homme mortel.
          C’est donc l’homme qu’il a vu,
                   et c’est Dieu qu’il a reconnu en disant : 
                           Mon Seigneur et mon Dieu
              Il a donc cru tout en voyant, puisqu’en regardant un vrai homme,
               il a proclamé que celui-ci était Dieu
              et cela, il n’avait pas pu le voir.

             Ce qui suit nous donne de la joie :
            Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! 
           Par cette phrase, 
                 c’est nous qui sommes spécialement désignés, 
                          nous qui nous attachons par l’esprit à celui que nous n’avons pas vu dans la chair. 
              Car celui-là croit véritablement, qui met en pratique, par ses actions, ce qu’il croit. 
          Au contraire, Paul dit de ceux dont la foi est purement nominale :
         Ils font profession de connaître Dieu,
          mais par leurs actes ils le renient
    Et Jacques : La foi sans les œuvres est morte.  »  



« ...  que tout, au nom de Jésus, s'agenouille, 
            au plus haut des cieux, sur la terre et dans les enfers,
               et que toute langue proclame, de Jésus Christ, 
           qu'il est SEIGNEUR, à la gloire de Dieu le Père. » -Philippiens 2: 10-11     -
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 O_sang12


À suivre.
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Dim 5 Juil 2020 - 17:51

Les saints du mois de juillet-

-
5 juillet              saint Antoine-Marie Zaccaria, prêtre (commémoraison )
                                                                             - Lectures –1  Timothée 4: 12-16; Luc 9: 57-62 - 
                                               (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_17
                                                        ( né 1502 -(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1539  ) –  -
   
Avec deux confrères amis, Jacques Antoine Morigia né 1498-  (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1546;                                                      
                                          et Barthélemy Ferrari,né 1499  (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1544;
                               [  ...  religieux italiens;    des fondateurs 
                                          de   la Société des Clercs réguliers
                                       de Saint-Paul avec Antoine-Marie Zaccaria. ]
             -Sous le patronage
                   de saint Paul Apôtre-



                        Contemporains de Martin Luther, (né 1483 -(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1546 )
               voici quelques-uns des premiers principaux initiateurs de la Réforme de L'Église catholique. 
     Le terme de Contre-Réforme, face à la Réforme protestante,
      n'est plus guère usité,
      car des réformes ponctuelles ont toujours été nécessaires
            dès les premiers temps de l'Église...

-cf missel-
 - Antoine-Marie Zaccaria naquit à Crémone en 1502
              et il y exerça quelque temps la profession médicale
            avant de recevoir le sacerdoce (1528).
        Il appartient à cette génération de prêtres italiens
          qui préparèrent dans leur pays 
      le concile de Trente, en travaillant à la réforme du clergé
               et à l'évangélisation du peuple.
          Chaque époque a ses besoins propres auxquels il faut répondre
       par des institutions nouvelles.
   Après Gaétan de Thienne
                 fondateur des théatins
                    [   Gaétan de Thiène (Vicence, 1480 - Naples,(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10  1547) est un religieux fondateur de l'ordre des Théatins et     
                                reconnu saint par l'Église catholique.   fête 7 août ]
      et avant Philippe Neri (né 1515-(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1595 fête 26 mai)
 https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t44710-nouveau-lexique-sur-la-priere-et-lexique-historique-des-saints#467923
 
 
            ou André Avellin,   fête 10 novembre
                [     né 1521  mort (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1608, est un prêtre catholique 
                      de l'ordre des théatins reconnu saint par l'Église catholique.]
 
    Antoine-Marie Zaccaria conçut un type nouveau de vie sacer­dotale,
          celui du clerc régulier :
            celui-ci n'est ni un moine,
                              ni un frère mendiant,
                mais un prêtre qui vit sous une règle
          et se lie par des voeux.
  Il fonda sa Congrégation à Milan en 1533




          sous le patronage de saint Paul,
           pour qui il avait une grande dévotion (P 1),
       mais les Pauliens s'étant établis près de l'église de Saint-Barnabé,
      on ne tarda pas à les appeler les Barnabites.


 Douze ans après la mort prématurée de leur fondateur,
          les Barnabites devaient recevoir dans leurs rangs
        saint Alexandre Sauli,    (fête le 11 octobre)
                  [ né  1534 - Pavie 11 octobre (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10  1593
            est un clerc régulier de Saint-Paul évêque d'Aléria , 
         il est le patron de la ville de Cervione et fêté le 11 octobre1.
      ... il entre à 17 ans chez les clercs réguliers de Saint-Paul. 
          Il fait sa profession solennelle le 29 septembre 1554, 
           et en devient le supérieur général le 19 avril 1567.  
          Il écrit un catéchisme modèle,
                  crée un séminaire, 
                       réforme le clergé local, 
                     promulgue les décrets du Concile de Trente,
                    fait construire de nombreuses églises,
                 et par son souci d'évangélisation, est surnommé l'apôtre de la Corse. ]


          qui leur donnerait une forte impulsion 
     avant de devenir l’un des évêques les plus marquants de la réforme tridentine.
    Retenons de saint Antoine-Marie la consigne qu'il donnait à ses frères :
               savoir « servir sans récompense 
           et combattre sans solde, ni ravitaillement assuré ».
----   


(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Bryvia10Homélie de saint Antoine-Marie à ses confrères.  
«  Nous sommes fous à cause du Christ ; saint Paul, notre guide et notre protecteur, 
       disait cela de lui-même, des autres Apôtres 
         et de tous ceux qui professent la vie chrétienne et apostolique.
        Mais, frères très chers, cela ne doit pas nous étonner ou nous effrayer, 
       car le serviteur n’est pas plus grand que son maître,
             l’esclave n’est pas plus grand que son seigneur. 
            Ceux qui s'opposent à nous se font tort à eux-mêmes, 
           mais ils nous procurent des mérites, 
          car ils embellissent notre couronne de gloire éternelle,
         tandis qu'ils attirent sur eux la colère divine ; 
             nous devons donc les plaindre et les aimer plutôt 
           que les détester et les haïr. 
         Nous devons même prier pour eux et ne pas nous laisser vaincre par le mal,
         mais vaincre le mal par le bien et amasser sur leurs têtes des charbons ardents,
          comme nous y exhorte l'Apôtre, 
            c'est-à-dire leur prodiguer des témoignages d'affection.
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Tu_aim11

           C'est ainsi qu'en voyant 
                     notre patience
                      et notre douceur,
               ils reviendront à une meilleure conduite 
       et seront gagnés par le feu de l'amour envers Dieu.
    Malgré notre indignité, Dieu nous a choisis en nous tirant du monde, 

          selon sa Miséricorde, 
             pour que nous le servions en progressant de vertu en vertu,
              pour que nous méritions beaucoup de fruit par la persévérance,
                 en trouvant notre gloire non seulement 
                dans l'espérance de la gloire des fils de Dieu,
                mais encore dans nos épreuves.
               ''Voyez bien quelle est
votre vocation'',
              frères très chers. Si nous voulons la considérer attentivement, 
            nous verrons facilement ce qu'elle exige. 
           Nous qui avons entrepris de suivre, quoique de loin, 
          les traces des saints Apôtres et des autres soldats du Christ, 
         ne refusons pas de participer à leurs souffrances. 
      ''Courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée
             les yeux fixés sur Jésus, 
             qui est à l'origine et au terme de la foi.''
           Nous qui avons choisi
ce grand Apôtre comme notre guide
          et notre père, et qui faisons profession de le suivre, 
         essayons d'exprimer par notre conduite son enseignement et sa vie. 
      Il ne faut pas que, sous un tel chef, nous soyons des soldats lâches ou fuyards, 
     ni que nous soyons les fils dégénérés d’un si noble père.  »
---------
À suivre.
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Lun 6 Juil 2020 - 23:23

Les saints du mois de juillet-

-
6 juillet                    sainte Maria Goretti,
                                  (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte25

                         vierge et martyre (commémoraison )
                                                                                                             1 Corinthiens 6: 13-20; Matthieu 10: 28-33                                               
                                                        ( né 1890 -(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1902  ) –  -
« C'est l'un des thèmes préférés des Passions des martyrs
           que celui de la vierge chrétienne qui accepte de mourir 
                  plutôt que de sacrifier sa chasteté. 
               Maria vécut dans ces Marais Pontins qui furent jusqu'à nos jours synonyme de pestilence et de misère.
Maria Goretti — dite Marietta — est née le 16 octobre 1890 à Corinaldo,
                                 dans la région des Marches italiennes 
                            — dont la capitale est le port d'Ancône sur la mer Adriatique —, 
                                  d'une famille pieuse et très pauvre.
                     En 1899, le lopin de terre que sa famille cultive ne suffisant plus à les nourrir,
                  les Goretti sont contraints de déménager à Le Ferriere di Conca (it), 
                  dans le diocèse d'Albano, au sud de Rome (63 kilomètres de Rome).
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte27



La famille vit dans un minuscule logement qu'elle partage avec Giovanelli Serenelli, 
              un veuf qui a un fils de 17 ans, Alessandro.
           Peu de temps après, Maria, âgée de neuf ans, 
         perd son père, emporté par la malaria. 
      Étant l'aînée, c'est elle qui doit s'occuper
              de ses frères et sœurs,
                  de la cuisine,
                        du ménage 
          pendant que sa mère Assunta et son frère Angelo (neuf ans) travaillent aux champs toute la journée. 
       Le propriétaire, abusant de l'illettrisme des villageois, 
       leur a fait signer à tous un contrat d'embauche qui les désavantage. 
       La mère de Marietta, veuve avec trois enfants à charge, n'a pu faire autrement que d'accepter.
              Très sérieuse et extrêmement pieuse, 
           Marietta est préparée à sa première communion 
             par les pères passionnistes de Nettuno. 
                 La pauvreté de la famille est connue par leur entourage
                     mais les gens du village se cotisent pour offrir à Marietta sa robe de première communion.
                   La jeune Maria Goretti avait 11 ans et elle venait de faire sa première communion,
                       quand elle eut à résister aux avances répétées d'Alesandro Serenelli âgé alors de dix-huit ans,
                               dont la famille exploitait la même ferme que sa mère :
                          '' Non Alexandre, disait-elle, Dieu ne veut pas, tu irais en enfer. '' 
         Le jeune homme la frappa de quatorze coups de poinçon (5 juillet 1902). 

      Maria mourut le lendemain, à l'hôpital de Nettuno, 
              après avoir déclaré : ''Pour l'amour de Jésus je lui pardonne 
                                   et je veux qu'il vienne avec moi en Paradis.''
                       En 1950, le pape Pie XII devait canoniser en présence de sa vieille maman
                      celle qu'il appelait ''l'Agnès du 20e siècle'' ».



   Allocution pour le centième anniversaire
de la naissance de sainte Maria Goretti
« Le sang de Maria Goretti, versé en sacrifice de fidélité totale à Dieu, 
        nous rappelle que nous sommes nous aussi appelés à faire don de nous-mêmes au Père.
              Nous sommes appelés à accomplir la volonté divine
                   pour nous retrouver saints et dignes à ses côtés.
              Notre vocation à la sainteté qui est la vocation de tout baptisé,
             est encouragé par l'exemple de cette jeune martyre.
       Regardez-la, surtout vous les adolescents, vous les jeunes. 
      Soyez, comme elle, capables de défendre la pureté du cœur et du corps ;
           efforcez-vous de lutter contre le mal et le péché,
             en alimentant votre communion avec le Seigneur
                 par la prière
                     l'exercice quotidien de la mortification
                       et la scrupuleuse observance des commandements.
               N'ayez pas peur d'aller à contre-courant, de rejeter les idoles du monde, 
           lorsqu'il s'agit de témoigner par une conduite courageuse,
           de l'adhésion au Christ chaste et pauvre
         Sachez toujours valoriser et aimer la pureté et la virginité.
       Maria Goretti, avec son héroïsme silencieux, 
       est maîtresse de foi, de cohérence, de véritable amour.
       Elle nous enseigne à redécouvrir dans le Christ la valeur de la vérité
          qui libère l'homme de l'esclavage des réalités matérielles, 
              à savourer le goût de la beauté authentique et du bien qui vainc le mal.
            Maria Goretti nous encourage à expérimenter la joie des pauvres 
       qui savent renoncer à tout pourvu qu'ils ne perdent pas l'unique chose nécessaire : 
   l'amitié avec Dieu, qui seul est capable 
                   d'affirmer pleinement notre dignité de personnes.»
Jean-Paul II, (29 septembre 1991)
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte28
------
Alessandro Serenelli fut condamné à une peine de trente ans de prison.
   Après huit années d'incarcération, une nuit de 1910, 
        il rêva que Maria lui offrait des lys 
              qui se transformaient en lumières scintillantes. 
             Ce rêve lui fit réaliser le mal qu'il avait fait et il se repentit.
  Il fut libéré en 1929, après vingt-sept années de détention.


Dans la nuit de Noël 1934,
      il alla jusqu'à Corinaldo, où était retournée la mère de Marietta, Assunta Goretti,
           qui à cette époque était au service du curé, et la supplia de lui pardonner. Elle accepta en disant :
                   « Dieu vous a pardonné, 
                         ma Marietta vous a pardonné,
                              moi aussi je vous pardonne. »


Tous deux assistèrent à la messe ensemble le lendemain,
          recevant la sainte communion,
          l'un à côté de l'autre, 
        sous le regard très étonné des paroissiens.
    C'est ensemble également qu'ils assistèrent le 27 avril 1947 aux cérémonies de la béatification 
           et à celles de la canonisation de Marietta le 24 juin 1950,
               par le Pape Pie XII qui la déclara sainte martyre de l'Église catholique romaine.
        Ce fut la première fois qu'une mère
         assistait à la canonisation de sa fille.
   Alessandro Serenelli, devenu membre du Tiers-Ordre franciscain,
            travaillait depuis 1936 en tant que jardinier du couvent des pères capucins d'Ascoli Piceno
          Il mourut au couvent de Macerata, le 6 mai 1970,
        à l'âge de 87 ans,
    après avoir rédigé un testament des plus édifiants.

Ouvrir le document:
            (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch34
Testament autographe d'Alessandro Serenelli, 5 mai 1961::
  
« Je suis âgé de presque 80 ans, et ma journée va bientôt se terminer.    
         Si je jette un regard sur mon passé, je reconnais que dans ma première jeunesse  
        j'ai pris un mauvais chemin :      
         celui du mal qui m'a conduit à la ruine ; 
       j'ai été influencé par la presse,          
                       les spectacles                         
                et les mauvais exemples
                 que la plupart des jeunes suivent sans réfléchir, mais je ne m'en souciais pas. 
            J'avais auprès de moi des personnes croyantes et pratiquantes,
          mais je ne faisais pas attention à elles, aveuglé par une force brutale qui me poussait sur une route mauvaise.  
      À 20 ans j'ai commis un crime passionnel,  
     dont le seul souvenir me fait encore frémir aujourd'hui.
   Marie Goretti, qui est aujourd'hui une sainte
      a été le bon ange que la Providence avait mis devant mes pas.  
          Dans mon cœur j'ai encore l'impression de ses paroles de reproche et de pardon. 
        Elle a prié pour moi, intercédé pour moi, son assassin. 
   Trente ans de prison ont suivi.
    Si je n'avais pas été mineur, j'aurais été condamné à vie.
  J'ai accepté la sentence méritée ;   
 j'ai expié ma faute avec résignation. 
   Marie a été vraiment ma lumière, ma Protectrice ;
    avec son aide j'ai acquis un bon comportement          
    et j'ai cherché à vivre de façon honnête lorsque la société m'a accepté à nouveau parmi ses membres.
           Avec une charité séraphique, les fils de saint François,
            les frères mineurs capucins des Marches,        
                  m'ont accueilli parmi eux non comme un serviteur, mais comme un frère.  
           C'est avec eux que je vis depuis 1936.    
          Et maintenant j'attends avec sérénité le moment  
         où je serai admis à la vision de Dieu,  
          où j'embrasserai de nouveau ceux qui me sont chers, 
            où je serai près de mon ange gardien et de sa chère maman, Assunta.
        Puissent ceux qui liront ma lettre en tirer l'heureuse leçon 
           de fuir dès l'enfance le mal 
             et de suivre le bien.  
         Qu'ils pensent que la religion avec ses préceptes
               n'est pas une chose dont on puisse se passer
               mais qu'elle est le vrai réconfort, 
                    la seule voie sûre dans toutes les circonstances,
                      même les plus douloureuses de la vie.    
                      Paix et bien ! »
         (Alessandro Serenelli, testament autographe, 5 mai 1961)
 


---------------------------------- 
À suivre
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand le Mer 8 Juil 2020 - 18:53

Les saints du mois de juillet-

-

    8 juillet                             saint Thibault de Marly  ()
                                                              (  né 13e s  - (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1247 ) –
Thibaut de Marly, mort en 1247, est un moine cistercien français de l'abbaye des Vaux-de-Cernay,
       dont il est abbé de 1235 à sa mort.
             Canonisé en 1270, il est liturgiquement commémoré le 8 juillet.
                                             L'abbaye des Vaux-de-Cernay est un ancien monastère cistercien 
                                     datant du 12e siècle. Elle se situe dans le diocèse de Versailles, 
                                     dans les communes de Cernay-la-Ville et d'Auffargis,
                                        dans le département des Yvelines et la région d'Île-de-France, 
                                           à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Paris.
                                        L'abbaye se situe dans la forêt de l'Yveline 
                                                en vallée de Chevreuse, 
                                               à proximité de la forêt de Rambouillet.
                              Comme ce fut le cas pour tant d'autres constructions religieuses
                               l'abbaye est fermée par le pouvoir révolutionnaire français
                                           et les moines en sont chassés (vers 1791).
                                                       Vendus comme biens nationaux,
                                                            les bâtiments sont bientôt démantelés comme carrières de pierre.
                                                            Ce qui demeure encore debout, au 21e  siècle, 
                                                             témoigne de l'ancienne grandeur de l'abbaye cistercienne.
                                                 Les vestiges de l'abbaye sont classés au titre des monuments historiques en 1994.     ]
----------------      
- Fils du croisé Bouchard de Marly,
        et de Mathilde de Châteaufort (petite fille du roi Louis VI),
            né au château de Marly, il reçoit comme tout noble une éducation militaire
                    mais dans un milieu très chrétien.
 Dès son plus jeune âge, il manifeste une grande dévotion à la Sainte Vierge  
                    dont il dit qu'elle est « sa bonne Mère et sa chère Maîtresse ».
                 Il s'intéresse aussi beaucoup aux monastères dont son père est un grand bienfaiteur :
          les Vaux de Cernay et Port-Royal.
 
Proche de la famille royale, il pratique le métier des armes et devient chevalier
                                      à la cour de Philippe Auguste. -roi de France (capétiens)  1180-1223-
Nous sommes au temps de la croisade des albigeois...



-C'est à l'abbé des Vaux-de-Cernay, Thomas (1210-1229),
                   qu'il parle en premier de son désir de vie religieuse.
                 Toutefois, ce dernier le met en garde, lui faisant valoir la sévérité d'une vie cistercienne
              par rapport à celle que mène le jeune homme auparavant.
        En 1226, Thibaut entre tout de même toutefois à l'abbaye des Vaux-de-Cernay qui représente son idéal de vie.
Dès 1230, il est nommé prieur par l'abbé Richard,
              et il est élu abbé à son tour, à la mort de celui-ci 1235.
                Dès lors, il accomplit de multiples tâches, depuis
                             l'agrandissement de l'abbaye, travaux obligés par le nombre croissant des moines,
                                     jusqu'à l'entretien des bâtiments existants.
                    Toujours vêtu d'habits rustiques et élimés,
             il dit que ce manque de luxe convient exactement à ce qu'avait demandé Saint Bernard.
     Sa dévotion à la Sainte Vierge est intense.
          Il exige que sur les livres de chœur, son nom soit écrit en lettres rouges :
              « Nom suave de la bienheureuse Vierge,
                  Nom béni,
                   Nom vénérable,
                   Nom ineffable,
                   Nom aimable dans toute l'éternité ».
          À ceux qui lui reprochent cette dévotion qu'ils trouvent envahissante, il répond :
                « Sachez que je n'aime la Sainte Vierge autant que je fais,
                        que parce qu'elle est la Mère de mon Seigneur Jésus-Christ ;
                           que si elle ne l'était point,
                  je ne l'aimerais pas plus que les autres saintes vierges.
                 Ainsi, c'est Jésus-Christ même que j'aime, que j'honore et que je révère en elle ».
-CHARGE-
Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris,
         lui confie la direction spirituelle des moniales de Port-Royal, en 1236, 
           il est chargé de l'inspection de l'abbaye de la Joie-lès-Nemours,
            tandis que le chapitre général de 1237 lui confie la direction
               celle de Notre-Dame du Trésor dans le Vexin.
        Il a aussi à diriger l'abbaye d'hommes de Breuil-Benoît près d'Évreux.
 
Ayant entendu parler de la sainteté de l'abbé des Vaux de Cernay,
            le roi Louis IX (qui sera lui aussi canonisé), le réclame à la cour
                 (   -Louis IX- 1226-1270    )
 
              et lui demande de prier afin que lui et la reine Marguerite de Provence
                         aient une descendance.
              Le 11 juillet 1240, la reine met au monde sa première fille, Blanche, qui meurt en bas âge,
(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Saint_33
                           mais qui a de nombreux frères et sœurs
                                           -  (Son successeur sera Philippe III)-
  Le roi et la reine, reconnaissants, dotent richement l'abbaye des Vaux de Cernay.
Dalle funéraire de Thibaut de Marly apposée dans la nef latérale sud
             de l'église de l'abbaye des Vaux-de-Cernay.
Thibaut est accaparé par d'autres charges 
       qui l'obligent à s'absenter de son abbaye, 
            il le déplore en disant : 
        « O mon âme, ton Bien-Aimé, celui que tu cherches et que tu désires n'est pas ici ; 
               retournons, je te prie, à Vaux-de-Cernay
                    c'est là que tu le trouveras, que tu converseras avec lui
                    et que tu auras le bonheur de le voir par la foi dans l'oraison, 
                     en attendant que tu le voies face à face et tel qu'il est en lui-même. 
                   Retourne, Sunamite, à ton monastère, retournes-y promptement,
                  et là tu adoreras ton Dieu avec plus de dévotion et de sûreté ! ».
 
        Malade depuis quelque temps, il meurt le 27 juillet 1247
              et est enterré dans la salle du chapitre avec ses prédécesseurs. 
                   Sur sa tombe les moines posent un simple dalle ornée 
                        d'une crosse et de cette courte inscription disposée en équerre sur le côté droit :
                          « Hic jacet Theobaldus abbas » (« Ci-gît l'abbé Thibauld »).
 
         Après sa mort, les pèlerins accourent en foule ;
                la reine et son fils, le roi Philippe III le Hardi, (roi capétien 1270-1285) -roi pieux-
                   viennent plusieurs fois visiter le tombeau. 


  Comme ils ne peuvent pas entrer dans la salle du chapitre voir la tombe du saint, 
        on transfère ses restes en 1261 dans la chapelle de l'infirmerie.
---- 
À suivre.
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Bryand Hier à 17:38

Les saints du mois de juillet-

9 juillet 
                               sainte Véronique Giuliani
                                  (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte14     (  )
                               ( née 1660 27 décembre -(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Cccccc10 1727 9 juillet ) –  -

                                           - nom de baptême : Orsola- : Ursule
                                                         -clarisse-capucine1677-1727-

Véronique Giuliani (née Mercatello sul Metauro, 27 décembre 1660 –
  Città di Castello, 9 juillet 1727)
         est une mystique capucine 
           et l'une des grandes représentantes italiennes de l'époque baroque de la spiritualité.


-Elle reçut des stigmates Du Christ-
           (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Sainte15


-Père Pio considérait sainte Véronique Giuliani
       comme sa « Maîtresse dans la sainteté » -


--------------   


La future sainte Véronique naquit en Italie le 27 décembre 1660.  
               Elle était la septième fille d'une famille
                      dont la mère
                             semble avoir été aussi portée à la piété
                      que le père l'était peu.
             L'enfant aurait manifesté très tôt une dévotion exceptionnelle,
          puisque — selon les biographes — elle aurait refusé le sein aux jours de jeûne,
                  et aurait été si pressée de louer son créateur et sauveur,
                    qu'elle commença à parler dès l'âge de cinq mois !
Benedetta, sa mère, accomplit avant de mourir,
           une action symbo­lique :
              elle légua à ses cinq filles encore vivantes les cinq plaies du Seigneur
                      — notre future sainte recevra, le moment venu, celle du côté :
                         sa vie, de fait, sera marquée par
               une dévotion particulière à la Passion du Sauveur
          qu'elle développera peu à peu jusqu'à l'appel que le Seigneur lui fera. 
   
               Elle était la septième fille d'une famille
                      dont la mère
                             semble avoir été aussi portée à la piété
                      que le père l'était peu.
           
       Ursule (tel était le nom de baptême de la future Véronique)
           avait alors quatre ans lorsque sa mère mourut. 
        Elle fut livrée à elle-même;
            le père négligea l'éducation de ses enfants.
               ( adolescente, elle savait à peine lire,
              même si elle commença à parler à l'âge de 5 mois...) .
         Son âme dévote la préservera de faire de mauvais choix.
     Vint  le moment plus insistant de l'appel du Seigneur.
     Elle se mit à prier longuement. Elle se sentit attirée à demander 
                    son entrée, que son père consentit à lui accorder,
                   chez les clarisses de Citta di Castello (en Ombrie).
              dont elle prit l'habit, le 28 octobre 1677, sous le nom de Soeur Véronique.
           -Elle a alors 17 ans.
         
   Les épreuves de la vie commune ne lui seront  pas épargnées.
       Elles lui vinrent aussi de l'extérieur.
    Nommée Maîtresse des novices, 
      elle assumera cette charge tout en menant une vie mystique exceptionnelle, 
       et le Vendredi saint de l'année 1697,
          elle reçut les stigmates de la Passion.


    Ces grâces lui valurent des difficultés
       avec le Saint-Office, méfiant.
      On lui retira même la direction du noviciat.
         Elle supporta tout avec tant d'humilité qu'on finit par la laisser en paix.

-ouvrir le document:
          (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Flzoch22
Le Seigneur parle de sainte Véronique Giuliani à Maria Valtorta le 2 juin 1944  :

"     ...   La troisième est Véronique[17] (voir la note 17 à la fin de ce texte: )  ,
           clarisse capucine
       Elle est la "voix" qui disait en Italie 
          ce que Marguerite-Marie disait en France. 
             Toutes les deux ont vaincu le philosophisme   
                                 -(   Philosophisme : courant de pensée qui, 
                     au nom de la raison, conteste la religion, l'ordre établi),
                 ennemi de la Vérité, plus encore que ne l’a fait l’Eglise par ses condamnations; 
               elles l’ont vaincu par la force de leur amour
           qui prêchait la vérité de ce qu’elles avaient vu et entendu. 
        C’est pourquoi elles ont été tourmentées par les hommes aveugles. 
       Or combien qui auraient dû voir étaient au nombre des aveugles !
              Combien de consacrés parmi eux !
      Mais elles, mes messagères, mes voix
      avaient été créées dans ce but. 
    Et elles ont accompli cela parce que faire ma volonté était leur joie.        
-LA NOTE 17: [17] Il s’agit de sainte Véronique Giuliani, 
        clarisse capucine (1660-1727). 
      Elle rédigea son journal publié sous le titre 
       "Il Tesoro Nascosto" (Le Trésor caché). 
     Ses dernières paroles furent : 
    "L’Amour s’est laissé rencontrer ! 
    C’est la raison de ma langueur. 
    Dites-le à toutes : j’ai trouvé l’Amour !". 
-puisé dans -  http://www.maria-valtorta.org/Quaderni/440602.htm#_ftnref17 


Quelques années plus tard, elle fut à nouveau nommée Maîtresse des novices,
     puis, en 1716, elle fut élue Abbesse.
        Une charge qu'elle exerça jusqu'à sa mort, le 9 juillet 1727, un vendredi.
         Elle avait reçu de la Vierge Marie une consigne
       que tout responsable de communauté peut prendre à son compte :
           «Ne regarde ni le passé ni l'avenir, gouverne avec amour et par amour,
               sans respect humain ni recherche de toi, mais avec Dieu, en Dieu, pour Dieu. »
    La relation qu'elle a faite de sa vie révèle une âme de feu,
        avide de s'unir au Christ souffrant pour le salut du monde ;
          sans que cela nuise à la paix et à la joie qu'elle rayonnait autour d'elle. 
---------------
Bryand
Bryand
En adoration

Masculin Messages : 2535
Age : 68
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

(Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS - Page 2 Empty Re: (Nouveau) Lexique sur la PRIÈRE et lexique HISTORIQUE des SAINTS

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum