Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

erreur Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

erreur

Aller en bas

erreur Empty erreur

Message par Fabienne Guerrero le Dim 30 Déc 2007 - 9:11

Dove
Fabienne Guerrero
Fabienne Guerrero
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1385
Localisation : EUROPE
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par p13843 le Mar 1 Jan 2008 - 20:48

Ce message devrait etre dans la section sur la FM.Veiller faire attention lorsque vous mettez un message.Assurez vous de le mettre dans la bonne section.Patre

p13843
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2010
Inscription : 06/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Fabienne Guerrero le Mer 2 Jan 2008 - 13:22

patre blessé a écrit:Ce message devrait etre dans la section sur la FM.Veiller faire attention lorsque vous mettez un message.Assurez vous de le mettre dans la bonne section.Patre

cher patre,

Tout d'abord, meilleurs voeux.

Avez-vous la possibilité de le déplacer ?

Excusez-moi. Comme c'est une guérison pour lui, je pensai que cela pouvait aller là.

Amicalement en Jésus et Marie.

FABIENNE GUERRERO
Fabienne Guerrero
Fabienne Guerrero
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1385
Localisation : EUROPE
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par p13843 le Mer 2 Jan 2008 - 14:25

!

p13843
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2010
Inscription : 06/04/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par s123456 le Mar 4 Mai 2010 - 11:22

quel témoignage! contente d'entendre que vous vous êtes converti.

que Dieu vous bénisse.
s123456
s123456
Avec Saint Benoit

Messages : 115
Inscription : 30/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par s123456 le Sam 8 Mai 2010 - 13:10

j'ai lu avec attention ce récit, je suis si contente de savoir qu'il est possible de sortir de là.

je vais prier pour vous afin que Dieu vous donne sa force, de ne pas succomber et de continuer à y resister.

mais j'ai une question : si vous ne pouvez pas me répondre, je comprendrais :

qu'est ce qui vous amenez à entrer dans ce genre de sectes? pourquoui étiez-vous entrer dans cette organisation?

et que pouvez dire aux gens qui ont l'intention d'y entrer?

bonne journée Guerrero

Que Diue vous bénisse.
s123456
s123456
Avec Saint Benoit

Messages : 115
Inscription : 30/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Michael 7 le Sam 8 Mai 2010 - 15:47

!
Michael 7
Michael 7
Aime le Rosaire

Masculin Messages : 700
Inscription : 01/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par le moine le Sam 8 Mai 2010 - 16:55

Très beau témoignage mais certains autres sont faux et farfelus ceci afin d'avoir de la crédibilité et un imprimatur.... mentir à l'église est très grave

erreur Smiley_1
le moine
le moine
Avec Saint Joseph

Messages : 1487
Localisation : Sous l'Oeil du seul vrai DIEU : JESUS
Inscription : 13/08/2008

http://www.forum-religion.biz/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Gaëlle le Sam 8 Mai 2010 - 17:20

Une toute dernière fois car je n'ai pas la capacité physique d'entretenir de longs échanges :

LA RADIESTHESIE N'A STRICTEMENT RIEN D'OCCULTE pour les personnes un tant soit peu cultivées, trop c'est trop maintenant.

Il s'agit simplement de développer une aptitude naturelle que le soi-disant 'progrès' de la 'civilisation' (?...) a laissé s'éteindre.

Sans la radiesthésie je serais dans l'autre monde depuis longtemps, me suis soignée seule, grâce à elle, délaissée par tous les médecins.

Je répète que je n'entretiendrai pas de longs échanges mais cela commence à bien faire ; les meilleurs radiesthésistes étaient des prêtres !!!

Hannah

----------------------------------------------------------------------------------

Lilia non laborant neque nent.
Gaëlle
Gaëlle
Combat avec l'Archange Michel

Féminin Messages : 1003
Age : 66
Localisation : Beauraing - Belgique
Inscription : 26/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Gaëlle le Sam 8 Mai 2010 - 17:21

Correction : "a laissée s'éteindre."

Hannah

-------------------------------------------------------------------------------------

Lilia non laborant neque nent.
Gaëlle
Gaëlle
Combat avec l'Archange Michel

Féminin Messages : 1003
Age : 66
Localisation : Beauraing - Belgique
Inscription : 26/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:42

Varrens – Archevêque de Dublin
(0558)

On lit dans les Annales d'Irlande de l'an 558, par Varrens, archevêque de Dublin, cette prophétie annonçant les méfaits de la Franc-maçonnerie :

« Il y aura une grande fraternité qui s'élèvera dans un grand empire. Ils deviendront semblables à l'insensé qui dit dans son coeur : il n'y a point de Dieu, et il n'y aura point aussi de loi sur la terre.

Ils prendront le prétexte de travailler à la liberté et au bonheur des peuples.... Société de gens qui ne cherchent qu'à s'élever sur les ruines de ceux qu'ils diront favoriser ».

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:43

Prophétie de Quito
(1588-01-01)

Ces incroyables révélations de Quito, capitale de l'Équateur, ont été reconnues par les autori¬tés ecclésiastiques et même un sanctuaire a été élevé en reconnaissance à Notre Dame qui y est vénérée sous le vocable de « Maria Santísima del Buen Suceso » ce qui se traduit, en toute rigueur, par « Très Sainte Marie du Bon Évènement ».

Entre 1588 et 1634, Mère Mariana de Jésus Torres fut favorisée de sept apparitions de la Vierge Marie. Lors de ces apparitions, la Vierge Marie fit connaître à Mère Mariana une série d'événements situés aux XIXème et XXème siècles et se rapportant surtout à la crise dans l'Église à cette époque. Mère Mariana de Jésus Torres mourut le 12 décembre 1634 à la date qui lui avait été annoncée par la Sainte Vierge. Depuis, de nombreux pèlerins viennent prier en ce lieu.

Voici un extrait des paroles de la Vierge Marie lors de la troisième apparition qui se déroula le 16 janvier 1599 :

« Dans peu de temps, le pays dans lequel tu vis cessera d'être une colonie et deviendra une République libre. Alors, connu sous le nom d'Équateur, il aura besoin d'âmes héroïques pour lui permettre d'affronter de si nombreuses calamités publiques et privées. Ici (dans ce Couvent) Dieu trouvera toujours de telles âmes comme des violettes cachées. Quito serait maudite sans ce Couvent ! (...) Au XIXème siècle, il y aura un vrai président chrétien (Garcia Moreno), un homme de caractère auquel Dieu Notre Seigneur donnera la palme du martyre sur la place adjacente à mon Couvent. Il consacrera la République au Sacré-Cœur de mon très saint Fils et cette consécration soutiendra la religion catholique dans les années qui suivront. Pendant ces années qui seront funestes pour l'Église, la secte exécrable de la franc-maçonnerie prendra la direction du gouvernement civil ; une cruelle persécution frappera toutes les communautés religieuses et frappera aussi violemment celle-ci qui est mienne ».

Le 16 janvier 1610, lors de la quatrième apparition, la Vierge Marie lui annonça :

« Je t'apprends qu'à partir de la fin du XIXème siècle, et à partir du début de la deuxième moitié du XXème siècle, dans ce qui est aujourd'hui la Colonie et qui sera un jour la République de l'Équateur, exploseront les passions et il y aura une totale corruption des mœurs, car Satan régnera presque complètement au moyen des sectes maçonniques.

Celles-ci se concentreront principalement sur les enfants pour maintenir cette corruption générale. Malheur aux enfants de cette époque ! Il sera difficile de recevoir le sacrement du baptême et aussi celui de la confirmation. Les enfants ne recevront le sacrement de confession que s'ils restent dans les écoles catholiques, car le diable s'efforcera de le détruire au moyen de personnes en position d'autorité. La même chose arrivera pour la sainte communion. (...)

Quant au sacrement du mariage, qui symbolise l’union du Christ avec son Eglise, il sera attaqué et profondément profané. La franc-maçonnerie, alors au pouvoir, promulguera des lois iniques dans le but d'éliminer ce sacrement, rendant facile pour chacun de vivre dans le péché, et encourageant la procréation d'enfants illégitimes, nés sans la bénédiction de l'Église. L'esprit catholique décroîtra très rapidement ; la précieuse lumière de la foi s'éteindra progressivement, jusqu'à ce que l'on arrive à une presque totale corruption des mœurs. (...)

Dans ces temps malheureux, il y aura une luxure déchaînée qui entraînera les gens au péché et fera la conquête d'innombrables âmes frivoles qui seront perdues. On ne trouvera presque plus d'innocence chez les enfants ni de modestie chez les femmes. Dans ce suprême moment de besoin de l’Eglise, ceux qui devraient parler garderont le silence !

Tu verras tout cela du ciel, où tu ne souffriras plus, ma fille bien aimée, mais tes filles et celles qui les suivront souffriront ; ces âmes bien-aimées que tu connais déjà, apaiseront la colère divine. Elles recourront à moi par l'invocation de Notre Dame du Bon Succès, dont je te commande de faire sculpter la statue pour la consolation et la préservation de mon couvent et pour les âmes fidèles de ce temps, une époque où il y aura une grande dévotion envers moi, parce que je suis la Reine du ciel sous de nombreuses invocations.

Cette dévotion sera le bouclier entre la Justice divine et le monde prévaricateur, pour empêcher la réalisation de la terrible punition de Dieu que cette terre coupable mérite ».

Le 2 février 1610, lors de la cinquième apparition, la Vierge Marie confia ces paroles à Mère Mariana :

« Tout ceci ne sera connu du vaste public qu'au XXème siècle. Pendant cette période, l'Église se trouvera attaquée par de terribles hordes de la secte maçonnique, et cette pauvre terre de l'Équateur sera agonisante à cause de la corruption des mœurs, de la luxure effrénée, de la presse impie et de l'éducation laïque. Les vices d'impureté, de blasphème et de sacrilège domine¬ront en ces temps de désolation dépravée, et ceux qui devraient parler garderont le silence ! »

Le 2 février 1634, lors de la sixième apparition, Mère Mariana de Jésus Torres priait devant le Saint Sacrement quand, subitement, elle vit la lampe qui brillait devant le tabernacle s'éteindre brusquement. Comme elle essayait de la rallumer, une lumière surnaturelle inonda l’église. Puis la Vierge Marie lui apparut ; ayant rallumé la lampe, elle se présenta comme Marie du Bon Succès et lui expliqua la raison de l'obscurité du sanctuaire :

« Fille chérie de mon cœur, je suis Marie du bon Suceso, ta mère et ta protectrice qui, portant mon Fils très Saint sur mon bras gauche et tenant le sceptre de la main droite, je viens te donner une bonne nouvelle : dans 10 mois et 10 jours, tu fermeras les yeux à la lumière matérielle de ce monde pour les ouvrir à la clarté de la lumière éternelle.

Oh, si tous les mortels et les âmes religieuses connaissaient ce qu’est le Ciel, ce qu’est la possession de Dieu, comme ils vivraient autrement et ne refuserait aucun sacrifice pour le posséder davantage. Mais certains se laissent aveugler par le brillant des honneurs et de la grandeur humaine tandis que d’autres le sont par l’amour propre, ne se doutant pas qu’ils tombent dans la tiédeur, ce mal très grave qui empêche dans les couvents la ferveur, l’humilité, le renoncement à soi-même, la pratique incessante des vertus religieuses et la charité fraternelle avec cette simplicité d’enfant qui rend les âmes très chères à mon divin Fils, à moi leur Mère.

La lampe du sanctuaire qui brûle devant le tabernacle de l’Amour prisonnier et que tu as vue s’éteindre, a plusieurs significations :

Le premier motif de l'extinction de la lampe est qu’à partir de la fin du XIXème siècle et durant une grande partie du XXème, diverses hérésies foisonneront sur cette terre qui sera alors une république indépendante. Quand ces hérésies auront le dessus, la lumière précieuse de la foi s'éteindra dans les âmes en raison de la corruption presque totale des mœurs : en ces temps, il y aura de grandes calamités physiques, morales, publiques et privées. Le petit nombre d'âmes qui conservera le culte de la foi et des vertus souffrira une cruelle et indicible douleur ; par ce martyre prolongé, beaucoup d'entre elles iront à la tombe à cause de la violence des souffrances et seront comptés comme martyrs, ceux qui se seront sacrifiés pour l'Église et pour la Patrie.

Pour se libérer de l’esclavage de ces hérésies, il faudra une grande force de volonté, de la constance, du courage et une grande confiance en Dieu, dons de l’amour miséricordieux de mon Divin Fils, à ceux qu’Il a choisis pour cette restauration. Pour mettre à l’épreuve la foi et la confiance des justes, il arrivera des moments où tout paraîtra perdu et paralysé, ce sera alors l’heureux commencement de la complète restauration.

Le second motif est que Mes communautés seront désertées ; elles seront submergées par une mer sans fond d’amertume et paraîtront noyées sous les tribulations. Combien de vraies vocations périront par manque de direction adroite, prudente pour les former. Les maîtresses des novices devront être des âmes de prières et connaître la diversité des esprits.

Le troisième motif pour lequel la lampe s’est éteinte, c’est qu’en ce moment-là l’atmosphère sera remplie de l’esprit d’impureté qui, telle une mer immonde, inondera les rues, les places et endroits publics. Cette liberté sera telle qu’il n’y aura au monde plus d’âme vierge.

Le quatrième motif de l'extinction de la lampe du sanctuaire est que, après avoir infiltré et s’être emparé de toutes les classes sociales, la secte tentera avec une grande habileté, de pénétrer au cœur des familles pour corrompre jusqu’aux enfants. Le diable se fera une gloire de se nourrir de la délicieuse délicatesse du cœur des enfants. Pendant ces temps malheureux, c’est à peine si l’innocence enfantine subsistera. Ainsi les vocations sacerdotales se perdront ; ce sera un véritable désastre.

Les prêtres s’écarteront de leurs devoirs sacrés et dévieront du chemin tracé par Dieu. Alors, l’Eglise subira la nuit obscure à cause de l’absence d’un Prélat et d’un Père qui veille avec amour, douceur, force et prudence, et beaucoup d’entre eux perdront l’esprit de Dieu mettant en grand danger leur âme.

Prie avec insistance, sans te lasser, et pleure sans cesse des larmes amères dans le secret de ton cœur en implorant notre Père céleste pour que, par amour pour le Cœur Eucharistique de mon très Saint Fils, pour son Précieux Sang versé avec tant de générosité, et pour l'amertume profonde et les douleurs de sa cruelle Passion et de sa Mort, qu’Il prenne en pitié ses ministres et qu’il mette fin à ces temps si funestes, envoyant à l’Eglise le Prélat qui devra restaurer l’esprit de ses prêtres. Mon très saint Fils et Moi aimerons ce fils privilégié d'un amour de prédilection. Nous le comblerons de beaucoup de charismes et de rares capacités : l’humilité de cœur, la docilité aux divines inspirations, la force pour défendre les droits de l’Eglise, et un cœur tendre et compatissant avec lequel il s’occupera comme un nouveau Christ des plus grands et des plus petits sans déprécier les plus malheureux. Il conduira avec une douceur toute divine les âmes consacrées au service divin dans les couvents sans leur rendre lourd le joug du Seigneur.

Il tiendra en sa main la balance du sanctuaire pour que tout se fasse avec poids et mesure en sorte que Dieu soit glorifié. Ce prélat et Père, sera le contrepoids de la tiédeur des âmes consacrées dans le sacerdoce et la religion. Satan s’appropriera cette terre par la faute de gens sans foi qui, tel un nuage noir, obscurciront le ciel limpide de la république consacré au très Saint Cœur de mon Divin Fils. Cette république, parce qu’elle aura laissé entrer en elle tous les vices, subira toutes sortes de châtiments : la peste, la faim, la discorde, l’apostasie et la perte d’innombrables âmes.

Et pour dissiper ces nuages noirs qui empêchent le jour radieux de la liberté de l’Eglise, il y aura une guerre affreuse où coulera le sang des prêtres, des religieux… Cette nuit sera très horrible au point que la méchanceté paraîtra triompher. Alors arrivera mon heure : de façon stupéfiante, je détruirai l’orgueil de Satan, le mettant sous mes pieds, l’enchaînant dans l’abîme infernal, laissant enfin l’Eglise et la Patrie libérée de sa cruelle tyrannie.

Le cinquième motif pour lequel la lampe s’est éteinte est que les personnes qui possèdent de grandes richesses regarderont avec indifférence l’Eglise opprimée, la vertu persécutée, le mal triompher. Ils n’emploieront pas leurs richesses pour combattre le mal et restaurer la foi. Le peuple deviendra indifférent aux choses du Bon Dieu, prenant l’esprit du mal et se laissant entraîner à tous les vices et passions. Ah, ma chère fille, s’il t’était donné de vivre en ces temps funestes, tu mourrais de douleur en voyant se réaliser tout ce que j’avais annoncé. Il est si grand l’amour que mon très Saint Fils et moi avons pour cette terre, notre propriété, que nous désirons dès maintenant appliquer tes sacrifices et bonnes œuvres pour diminuer la durée d’une catastrophe si terrible. »

Le 8 décembre 1634, lors de la septième apparition, Mère Mariana vit, face à elle, la Reine du ciel, belle et fascinante comme toujours, avec son très saint Fils sur le bras gauche, et le Pastoral dans la main droite. Elle était accompagnée de trois archanges :

Saint Michel portait de nombreuses tuniques parsemées d'étoiles et ornées d'or brillant. (...)

Saint Gabriel portait un calice qui contenait le sang du Rédempteur, un ciboire rempli d'hosties et une grande quantité de lys blancs et parfumés.

Saint Raphaël portait une précieuse ampoule transparente et finement ciselée qui contenait un baume excellent dont le parfum suave se répandait dans l'air, purifiant l'atmosphère et faisant éprouver à l'âme une joie immense et une admirable tranquillité. Il portait aussi de nombreuses étoles de couleurs violettes qui brillaient d'une lumière resplendissante, et une plume d'or brillant, où était gravé le nom de Marie. (...) »

La Reine prononça ces paroles :

« (...) ma dévotion, sous la consolante invocation du Bon Succès, sera le soutien et la sauvegarde de la foi dans la quasi-totale corruption du XXème siècle. (...)

Gabriel, comme tu vois, porte aussi un ciboire rempli d'hosties : cela signifie le très auguste sacrement de l'Eucharistie qui est distribué par mes prêtres catholiques aux fidèles qui appartiennent à la Sainte Eglise catholique apostolique et romaine, dont le chef visible est le Pape, le roi de la chrétienté. Son infaillibilité pontificale sera déclarée dogme de foi par le même Pape que celui qui sera choisi pour la proclamation du dogme du mystère de mon Immaculée Conception. Il sera persécuté et emprisonné au Vatican par l’usurpation injuste des Etats pontificaux causés par l’iniquité, l’envie, l’avarice d’un monarque terrestre. (…)

La plume d'un or poli et brillant, marquée à mon nom, est pour tous les prêtres réguliers et séculiers qui écrivent sur mes gloires et mes peines. Elle est aussi pour ceux qui, au moyen de leurs écrits, font connaître ma dévotion du Bon Succès de ce couvent, et aussi ta vie, qui est inséparable de cette douce et réconfortante invocation.

Au XXème siècle, cette dévotion fera des prodiges dans la sphère spirituelle comme dans la sphère temporelle, parce que c'est la volonté de Dieu de réserver cette invocation et la connaissance de ta vie pour ce siècle, quand la corruption des mœurs sera presque générale et la lumière précieu¬se de la foi sera presque éteinte !

"Alors arrivera mon heure : de façon stupéfiante, je détruirai l'orgueil de Satan, le mettant sous mes pieds, l'enchaînant dans l'abîme infernal... " »

En ce qui concerne les approbations de l'Église, la dévotion à Notre Dame du Bon Succès a été approuvée par tous les évêques de Quito depuis le 2 février 1611, date à laquelle le 8 e archevêque de cette ville, Salvador de Ribero, bénit la statue miraculeuse de Notre Dame du Bon Succès et l'installa dans le couvent de l'Immaculée Conception.
La cause de canonisation de la Mère Mariana de Jésus Torres a été ouverte le 8 août 1986 par l'archevêque de Quito, Mgr Antonio J. Gonzales.
En 1911, l'archi-diocèse de Quito a demandé à Rome que Notre Dame du Bon Succès puisse être canoniquement couronnée, chose qui fût faite le 2 février 1991. La même année, la chapelle du couvent de l'Immaculée Conception de Quito a été déclarée sanctuaire marial de l'archi-diocèse.

Sur l'ordre de Notre Seigneur transmis par l'archange Saint Raphaël et suivant les instructions données par la Vierge Marie, Mère Mariana fit sculpter une statue qui devrait être vénérée sous le vocable de Notre Dame du Bon Succès. La statue fut miraculeusement achevée par les anges. Le 2 février 1611, elle fut solennellement placée dans le chœur de la chapelle du couvent de l'Immaculée Conception, sur le siège de la mère abbesse ; la Vierge Marie voulait signifier par là qu'elle prenait possession du couvent et le gouvernerait.

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:43

Saint Alphonse-Marie de Ligori
(1787)

Saint Alphonse-Marie de Ligori (1696-1787), l'illustre fondateur de la Congrégation des Rédemptoristes, le restaurateur de la théologie ascétique et morale, l'oracle enfin des temps modernes que Pie IX, par décret apostolique du 23 mars 1871, a inscrit parmi les docteurs de l'Eglise. Le bonheur que nous éprouvons à lire ses écrits et le grand bien procuré à nos paroissiens par les missions de ses religieux, nous font un bonheur et un devoir de recueillir ici quelques-unes de ses prophéties. Le don de prophétie, dit le cardinal Villecourt, était si fréquent dans saint Alphonse, qu'il semblait lui être habituel. C'est aussi la remarque du Bréviaire Romain, dans la légende du saint : " Il brilla notamment par les dons de prophétie, de pénétration des cœurs, de bilocation et de miracles ". Ainsi il avait prévu la venue des troupes françaises à Naples et tous les bouleversements qui arrivèrent à la fin du siècle dernier. Un jour qu'il était en extase, il s'écria :

« Un grand désastre doit arriver à Naples en 1799. C'est un grand bonheur pour moi que je ne doive plus être de ce monde à cette époque ».

On sait en effet ce qui est arrivé.

Dieu avait donné une sorte de lumière à saint Alphonse sur l'extension que devait prendre sa Congrégation après sa mort, raconte son vénérable historien :

« Un jour, raconte-t-il, que tous ses compagnons étaient affligés de la persécution qui semblait devoir anéantir l'Institut, et qu'ils s'entretenaient avec lui à ce sujet, Alphonse leur dit : " N'en doutez pas, la Congrégation se soutiendra jusqu'au jour du jugement ; car elle n'est pas mon œuvre, mais l'œuvre de Dieu. Durant ma vie, la Congrégation ne subsistera que dans un état de bassesse et d'humiliation ". Après ma mort, elle ne tardera pas à déployer et elle s'étendra spécialement dans les pays septentrionaux ».

« Une autrefois le Saint dépeignit d'un mot l'histoire de son Institut non seulement à ses débuts, mais pour tous les temps : La Congrégation, dit-il, est comme l'herbe des prairies : elle croit, on la coupe, et elle ne meurt pas ! »

« Depuis un siècle passé que les Rédemptoristes sont à l'œuvre, ils ont en effet souvent été persécutés ; mais, bien coutre l'attente de leurs ennemis, au lieu de se disperser sans retour, ils ont multiplié leurs maisons en s'établissant dans les continents à qui leur offrait un refuge et en revenant le plus souvent encore dans les maisons d'où ils avaient d'abord été bannis. Nous croyons que tel sera en particulier l'effet de la persécution actuelle : Qui semi-nantin lacrymis, in exuatione metent ».

« Le saint Évêque apprécia en prophète la persécution contre les Jésuites dont l’Ordre, on le sait, fut même supprimé de son temps : Je suis encore dans l'attente des renseignements relatifs à la Compagnie de Jésus, écrit-il au père de Matteis ; je n'ai pas moins d'anxiété à cet égard que s'il s'agissait de notre petite congrégation : car on se déclare contre un Institut qui a, pour ainsi dire, sanctifié tout l'univers et qui continue toujours cette œuvre de sanctification ».

« Quand il vit le progrès des calomnies qui attaquaient cette société et qu'il ne pût douter de sa prochaine suppression, continue le cardinal Villecourt, il ressentit les douleurs de la mort. " L'Eglise, dit-il, est appelée la Vigne de Jésus-Christ ; si elle est privée des ouvriers qui la cultivent, elle ne peut produire que des ronces et des épines ; et parmi ces funestes broussailles, se réunissent les serpents qui préparent la destruction de la religion et des trônes ". Il ajouta dans le transport de sa douleur : " Nous sommes perdus, si nous perdons les Jésuites. " Il estimait heureuse une ville où se trouvait un collège de Jésuites : " Les Jésuites, répétait-il souvent, outre les missions qu'ils donnent avec tant d'avantage, jettent la semence de la piété dans leurs écoles, et par les congrégations nombreuses de toutes les conditions, ils forment des pépinières dont les arbres, transplantés ensuite, portent dans les villes et dans les populations entières l'esprit de la religion et de la piété. Nous venons d'entendre un docteur de l'Eglise : qui a raison, de lui ou de ceux qui proscrivent aujourd'hui les Jésuites et, sous leur nom, tous ceux qui combattent vaillamment pour la cause de Notre Seigneur ?

Voici un texte prophétique de Saint Alphonse de Liguori à propos de la franc-maçonnerie. Il voyait bien d'où venait le mal, et il s'élevait avec autant de force contre la secte des francs-maçons qu'il en mettait à défendre leurs victimes :

« Cette secte, disait-il un jour, comme le rapporte encore son éminent Historien, ne se propose rien moins que la destruction de l'Eglise, du trône et des souverains. Les monarques ne paraissent pas s'en inquiéter, mais ils reconnaîtront trop tard, aux calamités qui en seront la suite, ces sectaires qui ne font aucun compte de Dieu et qui n'auront assurément pas plus d'égard pour les puissants de la terre. »

« Toutes nos résolutions depuis quatre-vingts ans n'ont-elles pas eu pour agent la pioche maçonnique, et aujourd'hui même l'équilibre universel n'est-il pas rompu parce que la loge et toutes les sectes et sociétés secrètes qu'elle a enfantées d'une façon ou de l'autre, se sont emparées des rênes de l'Etat dans les empires comme dans les républiques ? Mais le divin Maître, mais la Reine des anges veillent sur la sainte Église, et cette fois encore les portes de l'enfer ne prévaudront pas contre elle ; nous la verrons bientôt debout au bord de la fosse où seront descendus ceux-là même qui l'avaient creusée pour l'y enterrer à jamais ».

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:44

Jeanne Baillet
(1873)

En 1873, à Notre Dame de Paris, notre Seigneur apparut et fit connaître à une tertiaire de Saint-François, Jeanne Baillet, pourquoi il soumettait les Nations Catholiques à tant d’épreuves :

« Je suis traduit devant les tribunaux, je suis jugé, condamné, livré à tous les supplices. Il ne leur reste plus que la mort à m’affliger…

Je te parle de ces réunions secrètes (celles de la franc-maçonnerie) qui se tiennent en grand nombre et qui font la force du mal le plus ingénieux et le plus puissant pour détruire mon Eglise et tout ordre social…

Ce que je désire, c’est que les bons prêtres, par l’offrande du très Saint Sacrifice de la Messe, fassent Réparation à la très Sainte Trinité, des outrages qui lui sont faits dans ces réunions criminelles. Qu’ils s’unissent trois par trois pour honorer par cette union l’adorable Trinité si indignement outragée. Par cette réparation, je m’engage à détruire ces sociétés impies ».

Son confesseur, de concert avec les supérieurs de l'Ordre capucin, étudia la communication de sa pénitente, puis fonda un comité directeur avec l'accord de l'autorité ecclésiastique. Le cardinal Guibert approuva les statuts de l'association, et la plaça sous le patronage de saint Michel.

Le 7 janvier 1875, le bienheureux Pie IX accorda un bref d'approbation à la fondation de l’Association Réparatrice à la Très Sainte Trinité et l’étendait aux fidèles, demandant à ceux-ci de se réunir trois par trois pour communier le même jour dans les mêmes buts.

Saint Pie X a accordé à tous ses membres la bénédiction apostolique.

Voici les articles essentiels des statuts, tels qu'ils ont été approuvés :

« ...Nous pensons donc devoir recommander le projet que vous avez formé d'apaiser Dieu offensé par cette société impie qui, dans ses antres surtout, l'accable d'insultes et de blasphèmes ; de demander en même temps au Seigneur la destruction de la secte et la conversion de ceux qui en font partie, et pour cela, de former ; avec la permission de 1'autorité ecclésiastique, une société dont les membres, s'ils sont prêtres, s'unissent par trois, pour offrir chaque jour le saint Sacrifice de la Messe à la sainte Trinité, et, s'ils sont laïques, cette triple communion. Nous nous réjouissons d'apprendre que cette société, à peine formée, a déjà reçu une grande extension. Nous lui en souhaitons une plus considérable encore... »

« Les prêtres associés offriront le très Saint Sacrifice de la Messe, une ou plusieurs fois par semaine ou par mois, aux jours déterminés par eux à l'instant où ils se feront inscrire. Ceux qui ex officio ou autrement, ne pourraient, au jour fixé, offrir la sainte Messe dans l'unique intention de l'association, la porteraient comme intention secondaire et offriraient comme complément leurs mérites de la journée en esprit de sacrifice, de réparation et d'expiation. Les membres des communautés religieuses et les laïques feront la sainte communion aux intentions précitées, une ou plusieurs fois par semaine ou par mois, aux jours déterminés par eux en se faisant inscrire. Celui qui, au jour fixé, n'aurait pas fait la sainte communion ou célébré la sainte Messe, s'acquitterait de ce devoir aussitôt que possible ».

Cette ancienne confrérie antimaçonnique, approuvée par l'église en son temps, mériterait d'être mieux connue et surtout relancée. Espérons que de nombreux prêtres et fidèles reprendront cette pratique d'actualité.

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:45

Saint Pie X
(1914-08-20)

Saint Pie X, 257ème Pape, du 04 août 1903 au 20 août 1914.

Guiseppe Merchiore Sarto (1835-1914), est l’aîné d’une humble famille paysanne de dix enfants, à Riese (Trévise – Italie). Le père de saint Pie X, Jean-Baptiste Sarto, exerçait le métier de facteur rural. Il avait épousé Margherita Sanson, une sainte femme. Le jour de sa première communion, il promit à Dieu de rester chaste et de se préparer à la prêtrise. Malgré l'obstacle de la pauvreté qui sévissait au foyer, l'enfant était prêt à tous les sacrifices pour réaliser cet idéal. Joseph Sarto est le symbole de la simplicité et de la fermeté dogmatique suivant sa doctrine : « Tout restaurer dans le Christ ».
Ses études terminées au grand Séminaire de Padoue, la prêtrise lui fut conférée et il fut envoyé comme vicaire à Tombolo, puis curé à Salzano, en Vénétie. Devenu évêque de Mantoue, Mgr Sarto se propose d'être tout à tous : « Mon peuple me trouvera toujours ferme à mon poste, toujours doux et plein de charité ». Né pauvre, Mgr Sarto resta toujours pauvre et au service des pauvres. Il est créé cardinal et promu patriarche de Venise, enfin élu pape le 4 août 1903, il prend le nom de Pie X, il est couronné le 9 août 1903. L'époque était difficile. La confusion régnait au sein de l'Eglise et de la société, la franc-maçonnerie lançait ses attaques, les hérésies modernes élevaient prétentieusement la tête. Ce début du 20ème siècle voit en France la séparation de l'Eglise et de l'Etat, la montée du modernisme, les rapports difficiles de la religion et du politique. Saint Pie X a la réputation d'avoir beaucoup condamné : les prêtres modernistes qui sapent les fondements de la foi au Christ, comme « Le Sillon » qui voulait assimiler le christianisme au système politique de la démocratie. Il veut garder le cap, sans déviance. On retiendra surtout de ce petit paysan devenu pasteur de l'Eglise, le renouvellement de la liturgie et de la catéchèse, la béatification du Curé d'Ars, et surtout son appel à la communion fréquente, il décida que celle-ci se ferait désormais à l'âge de sept ans. Avec l'Encyclique « Ad diem illum », du 2 février 1904, il promut la vraie dévotion à Marie et exhorta tous les fidèles à implorer souvent sa protection, dans l'esprit de la spiritualité de saint Louis Marie Grignon de Montfort. Il écrivit aussi des Encycliques sur la Doctrine sociale de l'Eglise.
En 1914, ce saint pape écrivit à l'empereur d'Autriche pour le conjurer d'empêcher la déclaration de la guerre. Devant l'inutilité de ses efforts, il s'offre généreusement à Dieu en victime d'expiation pour le peuple chrétien et l'humanité toute entière. Très affecté par l’éruption de la première guerre mondiale, Pie X meurt au Vatican le 20 août 1914. L'héroïcité de ses vertus fut proclamée le 3 septembre 1950, Pie XII le béatifie le 3 juin 1951 et le canonise le 29 mai 1954.
Saint Pie X a prédit la conversion de la France avec une assurance qui prouve de deux choses l’une, ou qu’il avait eu sur ce point des révélations personnelles, ou qu’il ajoutait foi aux prophéties des mystiques dont indubitablement il avait connaissance.

« Il nous semble que tout ceci est un avant-goût des maux qui nous attendent avant la fin ».

Dans l’encyclique « Ad diem illum », en 1904, Saint Pie X déclara :

« Il nous semble, par inspiration secrète, pouvoir assurer que les grandes espérances conçues, sans aucune témérité, par notre prédécesseur Pie IX et tous les évêques, s’accompliront bientôt comme le fruit de la définition solennelle de l’Immaculée Conception ».

Le 23 septembre 1904, Saint Pie X prophétise la conversion de la France à des pèlerins français :

« Voilà, très chers fils, une consolation que nous partageons avec vous. À votre retour en France, emportez avec vous, non pas seulement l’espérance, mais la certitude que Notre Seigneur Jésus-Christ, dans l’infinie bonté de son cœur miséricordieux, sauvera votre patrie en la maintenant toujours unie à l’Eglise et que, par l’intermédiaire de la Vierge Immaculée, il fera se lever l’aurore de jours meilleurs. »

Dans l’encyclique « Supremi Apostolatus », le 4 octobre 1904, Saint Pie X déclara :

« Actuellement, une guerre impie a été soulevée et qui va se poursuivre presque partout contre Dieu. De nos jours, il n'est que trop vrai, les nations ont frémi et les peuples ont médité des projets insensés contre leur Créateur, et presque commun est devenu ce cri de ses ennemis : Retirez-vous de nous (…) Qui pèse ces choses a le droit de craindre qu'une telle perversion des esprits ne soit le commencement des maux annoncés pour la fin des Temps, et leur prise de contact avec la terre, et que finalement le fils de perdition dont parle l'Apôtre n'ait déjà fait son apparition parmi nous (…) C'est là, au dire de l'Apôtre, le caractère propre de l'Antéchrist, l'homme, avec une témérité sans nom, a usurpé la place du Créateur en s'élevant au-dessus de tout ce qui porte le nom de Dieu ».

Le 6 janvier 1905, à un autre groupe de pèlerins français, Saint Pie X prophétise de nouveau la conversion de la France :

« Ayez confiance ! La France, troublée un moment, retrouvera la paix… Certainement la France reverra ses beaux jours, sera de nouveau parée de sa splendeur première et de nouveau elle remplira son grand rôle traditionnel de Fille aînée de l’Eglise. J’en ai la ferme espérance ; j’en ai la certitude. »

Lors de la béatification du Curé d’Ars, en 1905, Saint Pie X déclara au sujet de la Mission divine de la France :

« C’est la preuve que Dieu maintient sa prédilection pour la France ; très bientôt, il opèrera des prodiges qui vous donneront la joie de le constater par les faits ».

Le 19 décembre 1907, saint Pie X déclarait à Monseigneur Luçon, l'Archevêque de Reims, nouvellement promu Cardinal :

« Reims conserve la source baptismale d'où est sortie toute la France Chrétienne, et elle est justement appelée pour cela le Diadème du Royaume. C'était une heure ténébreuse pour l'Église de Jésus-Christ. Elle était d'un côté combattue par les Ariens, de l'autre assaillie par les Barbares; elle n'avait plus d'autre refuge que la prière pour invoquer l'heure de Dieu. Et l'heure de Dieu sonna à Reims, en la fête de Noël 496. Le baptême de Clovis marqua la naissance d'une grande nation : la tribu de Juda de l'ère nouvelle, qui prospéra toujours tant qu'elle fut fidèle à l'orthodoxie, tant qu'elle maintint l'alliance du Sacerdoce et du Pouvoir public, tant qu'elle se montra, non en paroles, mais en actes, la Fille aînée de l'Église ».

Saint Pie X reparla du testament de Saint Rémy, le 13 décembre 1908, à l’Évêque d'Orléans, lors de la lecture du Décret de béatification de Jeanne d'Arc, Jean Eudes, François de Capillas, Théophane Vénard et ses compagnons, en prononçant l’allocution suivante :

« Chrétiens de France,
Cette France fut nommée par mon vénérable prédécesseur (Léon XIII), "La très noble Nation, missionnaire, chevaleresque, généreuse." A sa gloire j’ajouterai ce qu’écrivit au Roi Saint Louis le Pape Grégoire IX :
Dieu auquel obéissent les légions célestes, ayant établi, ici-bas, des royaumes différents suivant la diversité des langues et des climats, a conféré à un grand nombre de gouvernements des missions spéciales pour l’accomplissement de ses desseins.
Et comme autrefois il préféra "La tribu de Juda" à celles des autres fils de Jacob, et comme il la gratifia de bénédictions spéciales, ainsi Il choisit la France de préférence à toutes les autres nations de la terre pour la protection de la foi catholique et pour la défense de la liberté religieuse.
Pour ce motif, continue-t-il, la France est le Royaume de Dieu -même, les ennemis de la France sont les ennemis du Christ. Pour ce motif, Dieu aime la France parce qu’Il aime l’Église qui traverse les siècles et recrute les légions pour l’éternité.
Dieu aime la France, qu’aucun effort n’a jamais pu détacher entièrement de la cause de Dieu. Dieu aime la France, où, en aucun temps, la foi n’a perdu de sa vigueur, où les rois et les soldats n’ont jamais hésité à affronter les périls et à donner leur sang pour la conservation de la foi et de la liberté religieuse. Ainsi s’exprime Grégoire IX.
Aussi à votre retour, vénérable Frère, vous direz à vos compatriotes que s’ils aiment la France, ils doivent aimer Dieu, aimer la foi, aimer l’Église, qui est pour eux tous une mère très tendre, comme elle l’a été de vos pères. Vous direz qu’ils fassent leur trésor des testaments de Saint Rémi, de Charlemagne et de St Louis, ces Testaments qui se résument à ces mots si souvent répétés par l’héroïne d’Orléans :
"Vive le Christ qui est Roi des Francs !"

À ce titre seulement, la France est grande parmi les nations.
À cette clause, Dieu la protègera et la fera libre et glorieuse.
À cette condition, on pourra lui appliquer ce qui dans les Livres Saints est dit d’Israël : "Que personne ne s’est rencontré qui insultât ce peuple, sinon quand il s’est éloigné du culte de son Dieu : Et non fuit qui insultaret populo isti, nisi quando recessit a cultu Dei sui". »

Le même jour du 13 décembre 1908, après la lecture des décrets de béatification :

« Nous devons adorer les dispositions de la divine Providence qui, après avoir établi son Église ici-bas, permet qu’elle rencontre sur son chemin des obstacles de tout genre et des résistances formidables. La raison en est, d’ailleurs évidente: l’Église est militante et par conséquent dans une lutte continuelle. Cette lutte fait du monde un vrai champ de bataille et de tout Chrétien un soldat valeureux qui combat sous l’étendard de la croix. Cette lutte a commencé avec la vie de notre Très Saint Rédempteur et elle ne finira qu’avec la fin même des temps. Ainsi, il faut tous les jours, comme les preux de Juda au retour de la captivité, d’une main repousser l’ennemi, et de l’autre élever les murs du saint Temple, c’est-à-dire travailler à se sanctifier.
Nous sommes confirmés dans cette vérité par la vie même des héros auxquels sont consacrés les décrets qui viennent d’être publiés. Ces héros sont arrivés à la gloire, non seulement à travers de noirs nuages et des bourrasques passagères, mais à travers des contradictions continuelles et de dures épreuves qui sont allées jusqu’à exiger d’eux pour la foi le sang et la vie ».

Ce même jour du 13 décembre 1908, il annonça enfin :

« Ce n’est donc pas un rêve que vous avez énoncé, vénérable frère, mais une réalité ; je n’ai pas seulement l’espérance, j’ai la certitude du plein triomphe. Je suis affermi dans cette certitude par la protection des martyrs qui ont donné leur sang pour la foi et par l’intercession de Jeanne d’Arc, qui, comme elle vit dans le cœur des Français, répète aussi sans cesse au ciel la prière : " Grand Dieu, sauvez la France ". »

En 1909, saint Pie X, lors d’une audience au Chapitre Général des Franciscains, eut soudain une vision bien connue et s’exclama :

« Ce que j'ai vu est horrible ! Sera-ce moi, sera-ce mon successeur ?
Je l'ignore. Mais ce qui est certain, c'est que j'ai vu le pape fuir du Vatican en marchant sur les cadavres de ses prêtres ! Ne le dites à personne, tant que je vivrai!... Je vois les Russes à Gênes ».

Une autre version ajoute :

« IL devra se cacher quelque part sous un déguisement et après une courte retraite, il subira une mort cruelle ».

Et Saint Pie X récidiva en prononçant l’allocution lors du célèbre Consistoire du 27 novembre 1911, au cours duquel il remit la barrette cardinalice aux évêques français NN. SS. Amette, Billot, de Cabrières et Dubillard.
Au matin de la cérémonie, Pie X avait passé de longues heures en prière dans son oratoire. En rejoignant, peu après, Monseigneur Bisletti, il lui dit :

« Oh ! que la Sainte Vierge est bonne ! Elle vient de me consoler grandement en me donnant l’assurance que la France serait sauvée ! »

Enfin, le 29 novembre 1911, dans une allocution restée justement célèbres, c’est après avoir félicité les cardinaux nouvellement créés des autres nations, que Pie X, se tournant vers les cardinaux français, laissa tomber de ses lèvres ces paroles émouvantes et inspirées qui remuèrent tous les assistants jusqu’au fond de leur être.
Cette « inspiration céleste » ne fait aucun doute. Elle résulte du propre témoignage du Pape Pie X lui-même à Mgr Bisletti. Aussi ce texte inspiré, jadis universellement connu, a-t-il pu être appelé : « La prophétie de Saint Pie X ».

« Que vous dirai-je, maintenant, à vous chers fils de France, qui gémissez sous le poids de la persécution ?
Le peuple qui a fait Alliance avec Dieu aux fonts baptismaux de Reims se repentira et retournera à sa première vocation. Les mérites de tant de ses fils qui prêchent la vérité de l’Evangile dans le monde presque entier et dont beaucoup l’ont scellé de leur sang ; les prières de tant de saints qui désirent ardemment avoir pour compagnons, dans la gloire céleste, les fils bien-aimés de leur patrie ; la piété généreuse de tant de fils, qui sans s’arrêter à aucun sacrifice, pourvoient à la dignité du clergé et à la splendeur du culte catholique, et, par-dessus tout, les gémissements de tant de petits enfants qui, devant les tabernacles, répandent leur âme dans les expressions que Dieu met sur leurs lèvres, appelleront certainement sur cette nation les miséricordes divines.
Sans doute, les fautes ne resteront pas impunies mais elle ne périra jamais la Fille de tant de mérites, de tant de soupirs et de tant de larmes.
Un jour viendra, et nous espérons qu’il n’est pas éloigné, où la France, comme autrefois Saül sur le chemin de Damas, sera enveloppée d’une lumière céleste et elle entendra une voix qui lui répètera :
" Ma fille, ma fille, pourquoi me persécutes-tu ? "
Et sur sa réponse : " Qui êtes-vous Seigneur ? "
La voix répliquera : " Je suis Jésus de Nazareth que tu persécutes. Il t’est dur de regimber contre l’aiguillon, parce que, dans ton obstination, tu te ruines toi-même ".
Et elle, frémissante et étonnée, dira :
" Seigneur, Seigneur, que voulez-vous que je fasse ? "
Et Lui :
" Lève-toi ! lave-toi de tes souillures qui t’ont défigurée, réveille dans ton sein les sentiments assoupis et le Pacte de notre Alliance, et va, Fille aînée de l’Église, Nation prédestinée, Vase d’élection, va porter, comme par le passé, Mon Nom devant tous les peuples et les rois de la terre ". »

REGNUM GALLIAE
REGNUM MARIAE
NUMQUAM PERIBIT

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:45

Une âme victime
(1918)

Publiée le 15 novembre 1918 par un tertiaire de Saint François, il n’a été recueilli aucun détail sur cette âme victime cachée sinon qu’elle disparut de ce monde, et assista depuis le Ciel à la victoire sur les Allemands, avant l’armistice de 1918.
Ses prophéties s’étendent de septembre 1916 à septembre 1918. Elles s’enchevêtrent les unes dans les autres. Pour bien comprendre leur ampleur, il a fallu mettre un peu d’ordre dans la forêt de ces révélations :

« L’empereur François-Joseph mourra pendant la guerre.
Les Allemands vont se jeter sur les français avec une rage épouvantable. Le carnage sera affreux. Je protègerai mes enfants, ma Patrie, avec mes armées invisibles (C’est le Sacré-Cœur qui parle). Je sauverai la France. Les alliés vont subir des chocs épouvantables. La bataille va être furieuse et infernale. Quand l’heure sera venue, j’étendrai la main et tout sera sauvé (01/01/1917 : donc 14 mois avant la ruée teutonne des Allemands revenus sur la Marne).
Il y aura un grand carnage, mais il seront anéantis et mis en déroute par une main invisible. La Sainte Vierge sera là pour protéger les Français.
Les généraux français n’auront pas une victoire éclatante comme ils l’auraient eue, s’ils avaient arboré fièrement le Sacré-Cœur (21/04/1918).
La victoire viendra du front français.
Il y aura une paix prématurée (31/05/1918).
La fin du règne de Satan est très prochaine. La crise révolutionnaire est très prochaine.
A peine quelques années nous séparent de la crise révolutionnaire.
Un temps, mais pas toujours, on pourra arrêter le bras de Dieu (21/04/1918).
Les francs-maçons s’agitent et sont sur le point de partir en guerre. Lucifer dirige la Franc-maçonnerie qui se cache sous les plis du drapeau tricolore, mais elle tombera au moment où elle comptera remporter la victoire. Lucifer et ses légions infernales seront précipitées dans les abîmes de l’enfer (21/04/1918).
Les anarchistes préparent le grand coup, l’heure de la tourmente approche.
Le démon sera triomphant un moment. Il y aura beaucoup de profanations : les églises seront incendiées, saccagées (02/04/1918).
L’Eglise sera persécutée, mes enfants seront mis à mort et ceux qui resteront seront peu nombreux (06/05/1918) ».
Paris, villes, campagnes, les coins les plus obscurs seront persécutés (21/04/1918).
L’heure de la délivrance va sonner, mais, hélas ! que de souffrances, quelle confusion, quelles défaillance ! (06/05/1918).
J’ai besoin de nombreuses victimes volontaires. Plusieurs ont déjà versé leur sang, d’autres sont prêtes à le verser (06/05/1918).
Courage, mes enfants, c’est l’heure du combat !
J’irai jusqu’au bout des châtiments avec la France.
Il y aura un schisme. L’Eglise sera divisée. La division existe déjà.
Il y aura un Judas qui trahira l’Eglise. Il faut prier pour mes prêtres. Il y en aura qui se sépareront de l’Eglise (06/05/1918).
D’autres, qui en ce moment, sont hostiles au surnaturel et à la voix de Dieu seront obligés de se convertir ; car, après, le surnaturel va éclater. Il n’y aura que cela.
La France pourrie se meurt, pendant que la France pure renaît.
Je purifie les corps par la souffrance et je sanctifie les âmes qui seront plus fortes plus tard, avant que la France ne soit entièrement purifiée (16/05/1918).
Il faut prier pour les prêtres qui oublient leurs devoirs, qui vivent dans le faste et qui s’attachent aux richesses. J’ai parcouru les bourgs et les bourgades toujours avec le même vêtement. Je préfère le prêtre des campagnes, qui se promène dans les bourgades, comme le faisait l’Homme-Dieu, et qui vit si difficilement.
Beaucoup d’olives tomberont, car l’olivier sera fortement secoué. Il n’en restera que quelques rares fruits. A ces mots, la victime vit un olivier, dont les branches hautes étaient toutes dénudées et dont les plus basses branches gardaient à peine quelques fruits.
Avant la victoire définitive, il y aura un grand déchaînement.
Les châtiments se succèderont. Nous n’aurons rien à envier aux dix plaies d’Egypte : Après la pluie, la sècheresse, les épidémies, la peste, la mortalité du bétail, les tremblements de terre.
La terre sera secouée. Le ciel et la terre seront bouleversés.
Les riches seront ruinés et humiliés, et les pauvres seront dans la tribulation.
La grâce est la seule richesse que l’on puisse demander.

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:46

Saint Maximilien Kolbe
(1941-08-14).

Raymond Kolbe naquit en janvier 1894, au village de Pabjanice, près de Lodz, en Pologne, petite cité alors dépendante de la Russie des Tsars. Il est le second des quatre garçons d’une famille de tisserands. A l'âge de dix ans, la Vierge lui apparut et lui présenta deux couronnes, une blanche et une rouge, symbolisant la pureté et le martyre. Comme Elle l'invitait à choisir, sa générosité le poussa à choisir les deux. L’enfant privilégié de Marie prit cette généreuse décision : «Je deviendrai meilleur de jour en jour.»

A l'âge de 13 ans, Raymond entre au petit séminaire des frères mineurs conventuels, à Lwow. Il commence son noviciat. Avec le vêtement de grosse bure ceint d'une corde, il reçoit le nom de frère Maximilien. Il émet la profession simple à Lwow, le 5 septembre 1911.

En 1912, ses supérieurs, conscients de ses dons remarquables, l'envoient à Rome, à l'université grégorienne, où il commence des études de philosophie. Le frère Maximilien fait sa profession solennelle dans la chapelle du Séraphicum de Rome. Il obtient le doctorat en philosophie. Il commence immédiatement ses études de théologie à la faculté pontificale Saint-Bonaventure des franciscains de Rome. Il fonde la Milice de l'Immaculée qui constituera l'idée et l'oeuvre maîtresse de toute sa vie. Les sept premiers Chevaliers d'avant-garde se consacrent à Marie Immaculée le 17 octobre 1917. Ces dévoués serviteurs de la Vierge affronteront tous les ennemis de Dieu et de l'Eglise, particulièrement les suppôts de la franc-maçonnerie en Italie, en Pologne, et dans le monde entier.

C'est à Rome, en l'église San Andrea della Valle, qu'il est ordonné prêtre en 1918. Il est exempté du service militaire car il est tuberculeux et, depuis l'âge de vingt ans, il n'a plus qu'un poumon. Mais qu'est-ce que cela quand on veut rendre l'univers à l'Immaculée? Jamais aucune maladie ne pourra venir à bout de sa nature indomptable. "Prier, prier et encore prier!" Ce qui confère à la prière sa qualité, c'est le sacrifice et la pénitence. Il célèbre sa première messe en l'église San Andrea della Fratte, à l'autel où l'Immaculée était apparue à Alphonse de Ratisbonne, en 1842.

À la demande de l'archevêque, Mgr Dominique Jaquet, le pape Benoît XV bénit la Mission de l’Immaculée, le 28 mars 1919 ; le 24 avril, le père Dominique Tavani bénit et approuve par écrit la MI. En juillet, le père Kolbe obtient le doctorat en théologie. Puis il entre en Pologne.

L'apostolat extérieur du Père Kolbe débute en Pologne, en janvier 1922, par la fondation du mensuel intitulé : Le Chevalier de l'Immaculée. En 1930, saint Maximilien-Marie part implanter une seconde Cité de Marie au Japon, près de Nagasaki. Deux ans plus tard, les Indes reçoivent le missionnaire de la Vierge dont le labeur demeure apparemment infécond à cause de sa santé ruinée par la tuberculose. Rappelé en Pologne où il doit reprendre la direction de sa première Cité, le Père Kolbe continue de se dépenser à la cause du règne de Marie avec un quart de poumon seulement.

Son action évangélisatrice embrasse tous les moyens d'apostolat: la parole, la diffusion de milliers de médailles miraculeuses, la presse, le cinéma, le théâtre, la radio, l'avion, etc... «Mais par-dessus tout, disait-il à ses frères, le bon exemple, la prière, la souffrance voulue par amour, voilà l'action par excellence. Notre plus grande mission est de montrer dans la vie pratique ce que doit être le Chevalier de l'Immaculée.»

Le Père Kolbe prophétise que les temps modernes seront dominés par Satan et qu’ils le seront plus encore dans l’avenir. Le combat contre l’Enfer ne peut être mené par des hommes, même les plus intelligents. Seule l’Immaculée a reçu de Dieu la Promesse de la Victoire sur le Démon. Cependant, depuis qu’elle est montée au Ciel, la Mère de Dieu demande notre collaboration. Elle cherche des âmes qui se consacreraient entièrement à Elle, pour devenir entre ses mains des instruments effectifs et sûrs, pour infliger une défaite à Satan et instaurer le règne de Dieu sur cette terre. C’est ainsi que le Père Kolbe consacra toute sa vie à l’Immaculée, et la vie de tous les chevaliers qui marchent à sa suite.

La deuxième guerre mondiale le trouve à la tête de la plus importante organisation catholique de publications dans toute la Pologne. Le 17 février 1941, le père Maximilien et quatre pères sont arrêtés par la Gestapo et emprisonnés dans le Pawiak de Varsovie. Le 28 mai, dans un train bondé de prisonniers, le père arrive au camp de concentration d'Oswiecim (Auschwitz) et se voit attribuer le matricule 16670. En juillet-août, en mesure de représailles pour l'évasion d'un prisonnier, une douzaine de détenus, dont le père Maximilien qui a volontairement pris la place de François Gajowniczek, sont enfermés dans le bunker souterrain du bloc 14 et condamnés à mourir de faim et de soif. Le 14 août, le père, dernier survivant, après avoir assisté ses compagnons dans leur agonie, est achevé par une injection intraveineuse au phénol. Le lendemain, 15 août 1941, jour de l'Assomption de Marie, son corps est incinéré dans un des fours crématoires du camp.

Ouverture du procès en Béatification ; le 7 avril 1948, l'évêque de Nagasaki demande au pape de béatifier le père Kolbe ; le 17 octobre 1971, dans la basilique Saint-Pierre, le pape Paul VI proclame bienheureux le père Maximilien Kolbe ; il est canonisation le 10 octobre 1982, à Rome, par le pape Jean-Paul II.

En parcourant les écrits du P. Maximilien et différents articles des revues de Niepokalanow, on se heurte à une affirmation mainte fois répétées avec force : les ennemis actuels les plus acharnés et les mieux organisés contre le christianisme et l’Eglise, ce sont les loges maçonniques. La franc-maçonnerie, habilement manœuvrée par un groupe puissant de Juifs, poursuit, par tous les moyens et d’une manière pas toujours claire ni avouée, son but ultime qui constitue à éliminer le christianisme.

« Malheureusement, en notre temps présent, les francs-maçons sont à la tête de l’action contre l’Eglise, même là où on les voit le moins ».

Ceux-ci veulent élimer la religion, spécialement à travers la corruption des mœurs, en se servant de la presse, du cinéma, du théâtre. La culture anti-chrétienne est, selon lui, organisée surtout par la franc-maçonnerie. Il attribue à l’araignée maçonnique une activité planifiée, opiniâtre et étendue au monde entier ; c’est une œuvre d’un caractère démoniaque, annonçant, d’une certaine manière, l’avènement de l’Antéchrist.

De l’examen des documents pontificaux, le P. Kolbe retire les raisons pour lesquelles la franc-maçonnerie est ennemie de l’Eglise : elle est une secte secrète ; elle est antichrétienne parce qu’elle nie absolument le surnaturel ; elle est en particulier anticatholique par ses projets destructeurs et parce qu’elle propose un idéal de vie opposé à celui de l’Evangile. Elle a en sa puissance les principaux organes de gouvernement des Etats, parce que ses membres sont recrutés spécialement parmi les hommes politiques, les hauts-gradés de l’armée et les hauts-fonctionnaires de l’administration, et, parmi les magnats de la finance. Par la ruse et par la puissance des moyens économiques, elle s’est appropriée la presse et la direction des principaux quotidiens. Extérieurement, la franc-maçonnerie professe un idéal humanitaire, mais en réalité, elle poursuit, comme condition préliminaire de son programme, l’élimination de la religion chrétienne.

Jamais dans les années ultérieures, le P. Kolbe ne modifia ce jugement. Il le reprend encore, dans son intégralité, en 1939 lorsqu’il affirme que la franc-maçonnerie met en oeuvre une action systématique :

« Détruire toute religion chrétienne, surtout la religion catholique. Disséminés dans le monde entier, sous les formes les plus diverses, plus ou moins repérables, les cellules de cette clique visent vraiment ce but. Elles se servent, en outre, de toute une catégorie d’associations, aux fins et aux noms les plus divers, mais qui par leur influence, répandent l’indifférence religieuse et affaiblissent la Moralité ».

Comme toujours, les affiliés à la franc-maçonnerie sont des brasseurs d’affaires, des ambitieux et des arrivistes de toutes tendances politiques.
Le livre bien connu, « Les Protocoles des Sages de Sion » lui fournit les lignes directrices du plan juif de domination universelle, de subordination de la franc-maçonnerie et de lutte contre le christianisme. Ce livre fut violemment contesté par les écrivains juifs qui le qualifièrent de faux abjects. Il leur fut répondu, comme H. Ford le fit en 1921, que « si les Protocoles sont des faux, ils ne se réalisent pas moins ponctuellement. » Ce qui fit aussi vive impression, ce fut le fait que Marx, Lassalle, Trotski, Kautsky, Bela Kuhn, Rosa Luxembourg et beaucoup d’autres porte-drapeaux de la révolution communiste en Europe étaient d’origine juive…

L’humilité du Père Kolbe l’empêchait d’énoncer des prophéties. Cependant, vers la fin de sa vie, peu de temps avant la guerre, il en fit connaître une très courte mais qui apporte à nos mœurs angoissées une immense espérance :

« Vous verrez un jour la statue de l’Immaculée au centre de Moscou, au plus haut du Kremlin !
Avant que cela n’arrive, nous devons passer par une épreuve de sang ».

En mars 1938, le Père avait annoncé la guerre et les persécutions :

« Sachez, mes petits enfants qu’un conflit atroce se prépare. Nous ne savons pas encore quelles en seront les étapes. Chez nous en Pologne, il faut s’attendre au pire ».

Le Père savait qu’il serait persécuté avec ses frères :

« Au milieu des épreuves, notre zèle deviendra plus ardent ».

Ainsi, il avait aussi annoncé sa mort tragique :

« Quand à moi, il n’est que juste que je passe maintenant à la troisième étape. Où ? Comment ? C’est Elle qui le sait… »

Il ajouta encore pour ses frères :

« Quel bonheur de mourir d’une mort de soldat et non pas comme un simple bourgeois, dans son lit, mais sous un poteau d’exécution, avec une balle en plein cœur ; de sceller avec notre sang, notre amour pour l’Immaculée ; de le verser jusqu’à la dernière goutte pour hâter la conquête du monde entier, pour le Christ, par Elle… Voilà ce que je vous souhaite mes petits enfants… et ce que je souhaite pour moi-même… »

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:47

Marcel Van
(1959-02-18)

Marcel Van est né le 15 mars 1928 à Ngam Giao, au Viêt Nam, d'une famille profondément chrétienne. Il fut baptisé le lendemain, sous le patronage de saint Joachim. Marcel Van est mort martyr dans son pays. Le procès de béatification de Marcel Van a été ouvert le 26 mars 1997 au diocèse de Belley-Ars. Le Cardinal François-Xavier Nguyên Van Thuân fut le premier postulateur.

Dans sa spiritualité, Marcel Van était très proche de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Il lui était demandé de prier et de faire prier pour la France.

Lorsque Marcel Van était en prière, Jésus se montrait souvent à lui.

En la fin de l'année 1945, voici que Jésus revient sur le sujet :

« Van, n'oublies pas le pays que j'aime le plus, tu entends ?... Le pays qui a produit la première petite fleur qui, depuis, en a engendré beaucoup d'autres...

Cette petite fleur, c'est celle que j'ai choisie pour être ta soeur aînée, Thérèse... Van, considère cette fleur-là et comprends ceci : c'est en France que mon amour s'est tout d'abord manifesté. Hélas ! Mon enfant, pendant que le flot de cet amour coulait par la France et l'univers, la France sacrilègement l'a fait dériver dans l'amour du monde, de sorte qu'il va diminuant peu à peu... C'est pourquoi la France est malheureuse. Mais, mon enfant, la France est toujours le pays que j'aime particulièrement... J'y rétablirai mon amour... Et pour commencer à répandre sur elle mon amour, je n'attends désormais qu'une chose : que l'on m'offre suffisamment de prières. Alors, mon enfant, de la France, mon Amour s'étendra dans le monde... Je me servirai de la France pour étendre le règne de mon amour partout... Surtout, prie pour les prêtres de France, car c'est par eux que j'affermirai en ce pays le "Règne de mon Amour... »

Le Seigneur parle ensuite de la future et mystérieuse union de la France et du Vietnam dont Thérèse et Van sont le symbole :

« Pour ce qui est de ton temps, le Vietnam, la France est actuellement son ennemie ; mais dans l'avenir, elle fera de lui un pays qui me rendra un plus glorieux témoignage... Ô Van, ce que ta soeur Thérèse fait pour toi, tu dois le faire aussi pour la France. Je veux que l'union qui existe entre les deux petites fleurs (de France et du Vietnam) soit le symbole de l'union que je veux voir régner entre la France et le Vietnam... Mon enfant, souviens-toi que c'est avec la France, que ton pays le Vietnam parviendra à consolider le Règne de mon Amour. Prie pour que les deux pays ne fassent plus qu'un ensemble... Ô mon enfant, mon amour te donne le nom de seconde petite Thérèse. Dans le ciel, je te donnerai pour mission d'aider ta grande soeur Thérèse à inspirer au monde la confiance en mon amour... »

Ensuite, Jésus revient sur les grandes menaces qui pèsent sur la France :

Ô mon enfant, prie pour le pays que j'aime particulièrement... Ah ! La France... Si on ne prie pas, elle sera encore une foi malheureuse, et le Règne de mon Amour ne pourra que difficilement s'y établir... Van, ne doute pas de ce que je viens de te dire, en voyant que la situation en France est déjà un peu plus stable... Mon enfant, je parle ainsi pour que la France soit avertie et sache prévenir, car l'Ennemi veut faire de ce pays un foyer de discordes. Il faut beaucoup prier... France ! France ! Promets-tu d'être fidèle ? Es-tu décidée à protéger et étendre le Règne de mon Amour dans le monde ?

Je me servirai de la France pour étendre le règne de mon Amour partout... Surtout, prie pour les prêtres de France, car c'est par eux que j'affirmerai en ce pays le règne de mon Amour. Van, n'oublies pas le pays que j'aime le plus, tu entends ? C'est en France que mon Amour s'est tour d'abord manifesté.

Ô monde, Dieu veut maintenant te transformer au moyen de l'amour ; il faut que tu vives dans l'amour... Cependant, pour en arriver là, il faudra beaucoup de prière, car le monde s'oppose encore à l'amour.

Pour moi, tout ce que je sais, c'est que Jésus veut rétablir en ce monde le règne de son Amour ; c'est par le lien de l'Amour qu'il veut ramener l'unité dans le monde, faire du monde un royaume qui lui appartienne en propre. Le règne de son Amour deviendra un pilier de feu qui soutiendra le monde sur le point de se disloquer... Et si le monde revient à la vie, il le devra à cette flamme d'Amour ».

Le 15 novembre 1945, Marcel Van reçoit des visions sur la France :

Pendant la bénédiction du Très Saint Sacrement, j'ai vu Jésus assis me prendre sur ses genoux ( j'avais alors la taille d'un petit enfant ) et m'étreindre dans ses bras. Je ne cessais de le regarder et lui, de son coté, me regardais aussi puis, approchant son visage du mien, il me donna un baiser. Ensuite, me faisant signe de regarder devant moi, il me dit à l'oreille :


« - Regarde la France, regarde la France ! »

Je tournai donc la tête et portai mon regard dans la direction qu'il m'indiquait de la main; j'aperçus un drapeau noir qui était planté là.
Quand à ma soeur Thérèse, de son bras gauche, elle m'entourait l'épaule gauche et de ne cessait de me regardait en souriant comme si elle n'avait pas remarqué le drapeau planté devant elle...

Un instant après, Jésus regarda ma soeur Thérèse et dit :
« 
- Pauvre France ! Une fois libéré du communisme, elle aura affaire à une société secrète plus perverse encore : la Franc-maçonnerie ! »

« Van, écoute-moi. Comme Jésus te l’a dit auparavant, au début de la lutte, mes apôtres paraîtront tres faibles, si faibles qu'on les croira incapables de tenir tête a l'enfer... Par là, mes apôtres apprendront à être plus humbles. Cependant, plus l'enfer aura été victorieux auparavant, plus il sera honteux ensuite, car, ce ne sera pas moi en personne qui écrasera la tête de Satan mais mes enfants...

Ensuite, mon règne s'établira peu a peu dans le monde, comme Jésus te l'a dit. Je serai beaucoup glorifiée sur la terre, mais petit enfant, il faut que tu pries beaucoup pour mes petits apôtres... Le monde entier me reconnaîtra pour sa véritable Mère, et, c'est alors qu'il comprendra clairement l'amour dont mon coeur déborde pour lui. Prie, le règne de l'amour arrivera bientôt dans le monde... Petit Van, sache que je me choisis des apôtres dans tous les pays, et, il y en a dans chaque pays... Je me servirai de la France pour étendre le règne de mon amour partout... Surtout, prie pour les prêtres de la France, car, c'est par eux que j'affermirai en ce pays le règne de mon amour... Français, mes enfants et vous mes prêtres de France, je vous aime. Soyez sur vos gardes. Ce parti, contrairement au parti communiste, ne nuira pas directement à mes enfants... Il le détruira peu a peu ; oui, peu a peu, il va se propager, peu a peu il va vomir sa fumée infernale pour vous faire mourir asphyxiés ; il agira de façon a vous éloigner peu a peu de mon amour, pour vous rapprochez de l'amour profane... Pauvre France, une fois libérée de communisme, elle subira une influence plus perverse encore, celle de la franc-maçonnerie. »

Puis il me dit :


« - Mon enfant, prie pour la France, sinon malheur à elle ! »
En disant ces paroles, il avait l'air plus triste qu'auparavant, mais je n'ai pas vu pleurer. J'ai constaté seulement qu'il fixait du regard le drapeau noir qui se trouvait là ; puis me regardant de nouveau, il sourit et me recommanda de vous communiquer ces choses...

Durant la méditation qui suivit je revis ma soeur Thérèse. Elle avait d'abord les yeux fixés sur le drapeau puis elle me regarda de nouveau, ne cessant de sourire. Mais au moment où elle leva une seconde fois les yeux vers le drapeau noir, les larmes inondaient son visage. le regard fixé sur le drapeau, elle ne cessait de verser d'abondantes larmes. J'en fus tellement ému que je me mis moi-même à pleurer.

Thérèse pleurait toujours. C'était la première fois que je la voyais pleurer ainsi. Maintenant encore, quand j'y pense, je ne peux retenir mes larmes.

Ma soeur leva ensuite les yeux sur Jésus qui, lui ne pleurait pas, se contentant de regarder le drapeau. j'ai entendu alors ma soeur Thérèse, toujours en pleurs, parler à Jésus en français. je n'ai retenu que quelques mois que, d'ailleurs, je ne peux écrire correctement...

Elle disait :

 « - O mon Jésus... Jésus… Embrasse la France... »


C'est tout ce que j'ai retenu et je n'y comprends rien. Ma soeur Thérèse me regarda de nouveau, ses larmes avaient cessé de couler et elle me dit :

- Mon cher petit frère, qu'est ce que tu penses de cela ?

Je me contentai de lui répondre :

 « - Tout ce que je peux faire c'est de prier ».

Elle ajouta :


« - Oui, mon petit frère, prie, ne cesse de prier ! »

Vers la fin de l'oraison, je vis que le drapeau noir était brisé et qu'il gisait par terre. Alors, Jésus se pencha de nouveau sur moi… Comme au début... Thèrése fit de même et je ne vis plus rien, si ce n'est mes larmes qui coulaient en présence d'un si grand amour....

Quand je me voyais assis sur les genoux de Jésus, je tenais en main du papier et une plume et j'étais très beau, n'ayant pas la taille que j'ai maintenant mais celle d'un enfant de 4 ans…

Ma soeur Thérèse était, elle aussi très belle. Cette fois, je l'ai vue plus distinctement; son visage frais et souriant venait encore ajouter à ma beauté.




THERESE RASSURE VAN SUR LA FRANCE


Suite à une question de Van sur la France, Frère Eugène lui répondit :
- La France est actuellement très corrompue; tout le pays est communiste. On a tué des prêtres et on persécute la religion plus qu'en Russie..

Van était absolument découragé (voir ce qu'il a écrit ci-après)

En ce temps-là, ma soeur Thérèse me recommandait de prier beaucoup pour la France mais après avoir entendu ces paroles du frère Eugène, j'étais comme découragé, d'autant plus qu'il affirmait que plusieurs pères soutenaient ce qu'ils avaient dit ? J'interrogeais alors ma soeur Thérèse qui me répondit :

Reste tranquille, petit frère ; même si les paroles du frère Eugène étaient dix fois vraies, tu ne dois pas te troubler. Même si toute la France était réellement telle qu'il le dit, il suffirait qu'on y trouve un seul français qui aime Jésus, pour qu'il ait de nouveau pitié de la France

Je ne t'ai pas demandé de prier spécialement pour aucun autre pays, je te l'ai demandé uniquement pour la France.

Oh !! Petit frère, il faut que tu pries vraiment beaucoup pour la France, surtout pour que les francais soient toujours prêts à répandre mon Amour dans tout l'univers. Mais il faut faire en sorte que le règne de mon Amour s'établisse au plus intime de du coeur des francais.

Jésus :

- Le mois prochain, ta soeur Thérère te donnera une formule de prière à cette intention.
Je ne t'ai pas demandé de prier spécialement pour aucun autre pays, je te l'ai demandé uniquement pour la France.

Quand la France a la joie de t'avoir comme intercesseur, que peut elle désirer de plus ?

Jésus souriant à Van :

- De plus, ces prières ne sortent pas de la bouche d'un homme de ce monde; elles ont leur source dans mon Amour même. Etant favorisée à ce point, qu'est ce que la France peut désirer de plus ? Et pourtant , il y a encore un très grand nombre qui ne savent pas m'aimer...



L'ARMEE DE LA SAINTE VIERGE


Jésus à Van :

- Il y aura aussi plus tard une armée de la Sainte Vierge....

souviens toi de prier dès maintenant pour cette faible armée car à peine sera t elle lancée dans la bataille, tout l'enfer se lèvera en bloc contre elle de sorte qu'elle se verra comme dans l'impossibilité de lui tenir tête.
Mais dans la suite, l'enfer subira une défaite retentissante et alors la Sainte Vierge sera glorifiée sur cette terre.
Tu dois prier beaucoup pour que cette armée puisse lutter avec ardeur et courage jusqu'au bout.
Cette armée n'existe pas encore actuellement, mais elle existera plus tard..


Commentaires :

Nous sommes en 1945 et donc cette armée n'existe pas, existe t elle maintenant ?
L'enfer par contre avance inexorablement en s'attaquant notamment aux familles.



LES APOTRES DE MARIE


Le 3 septembre 1946, durant la méditation du soir, Van a une vision de Marie. Avec toute sa candeur, il trouve que "son visage a beaucoup de ressemblance avec celui de l'Enfant-Jésus, mais un peu moins joufflu".La sainte Vierge lui dit :

Van mon enfant, ne crains rien, malgré les souffrances, tu resteras toujours abrité sou mon manteau, en compagnie de l'Enfant-Jésus.....Mes mains deviendront l'autel du sacrifice, tandis que toi, à l'exemple de sainte Thérèse, tu seras la victime d'holocauste offerte à l'Amour que Jésus accueillera...

Le lendemain, Marie se mit alors à insister sur la venue de son règne :

Mon petit Van, voici une chose que je te recommande et que tu devras mettre en pratique.......Je fais la même recommandation à ton père spirituel : demain, premier samedi du mois, jour qui m'est consacré, je ne te demande rien d'extraordinaire, mais seulement d'offrir tes oeuvres à l'intention de mes petits apôtres -ceux-là qui doivent plus tard établir mon règne sur terre- afin que remplis de ferveur et de courage, ils puissent tenir tête au monde et à l'enfer.

Mon règne arrivera après celui de l'Amour de Jésus ; et ce règne sera plus ou moins stable ici-bas, selon qu'il y aura plus ou moins de prières. Si l'on prie prie peu, il durera peu ; mais plus on priera, plus aussi mon règne sera solide et de longue durée. Vu que mon règne viendra après le règne de l'Amour de Jésus, il ne sera que le signe qui révélera clairment aux hommes le Règne de l'Amour de Jésus, et amènera le monde à reconnaitre que
je suis vraiment Mère




MARIE CONTINUE A REVELER A VAN SA MISSION - Le 5 janvier 1946


Mon enfant, souviens-toi toujours que je t'ai donné une mission particulière envers moi.....Tu dois beaucoup prier pour les apotres de mon règne.

La prière leur servira d'arme et de nourriture ; et avant de les engager dans la bataille contre l'enfer, il faut que je leur prépare cette arme et cette nourriture dont ils se serviront plus tard. C'est à toi que je confie cette mission que tu devras remplir pendant que tu es encore sur cette terre. Au ciel, je t'en confierai une autre".

Au XVIIIe siècle, saint Louis Marie Grignon de Montfort annonçait le règne de Marie par l'éclosion future des apôtres des derniers temps ; au XXe siècle, on voit se lever beaucoup d'apôtres de Marie dont l'admirable saint Maximilien Kolbe. En 1936, il écrit : "Il faut que l'Immaculée règne dans le coeur de tous ceux qui se trouvent partout dans le monde sans distinction de races, de nationalités, de langues et,aussi, dans le coeur de tous ceux qui vivront en n'importe quel temps jusqu'à la fin du monde......Ceux qui se donnent à l'Immaculée désirent conquérir pour elle le monde entier..."

(56 à 71)

Plus loin, Marie donne encore des précisions sur ses futurs apôtres :

Van, écoute-moi. Comme Jésus te l'a dit auparavant, au début de la lutte, mes apôtres paraitront très faibles, si faibles qu'on les coira incapables de tenir tête à l'enfer....Par là, mes apôtres apprendront à être plus humbles.....Cependant, plus l'enfer aura été victorieux auparavant, plus il sera honteux ensuite, car ce ne sera pas moi en personne qui écrasera la tête de Satan, mais me enfants....
Voyant que j'utilise mes faible enfants, comme autant de pieds pour lui écraser la tête, Satan sera honteux.....
Ensuite, mon règne s'établira peu à peu dans le monde, comme Jésus te l'a dit. Je serai beaucoup glorifiée sur la terre, mais, petit enfant, il faut que tu pries beaucoup pour mes petits apôtres. Prie en paroles, prie par tes soupirs, prie par tes désirs.....



LA FIN DU MONDE - Le 6 janvier 1946


Van fait allusion à la fin du monde dont bien des gens disent qu'elle est proche. La Sainte Vierge répond :

Pour ce qui est de la fin du monde, je n'en sais absolument rien... Laisse à la Sainte Trinité le soin de s'en occuper. Pour moi, tout ce que je sais, c'est que Jésus veut rétablir en ce monde le règne de son amour ; c'est par le lien le lien de l'amour qu'il veut ramener l'unité dans le monde, faire du monde un royaume qui lui appartienne en propre. Le règne de son amour deviendra un pilier de feu qui soutiendra le monde sur le point de se disloquer.....et si le monde revient à la vie, il le devra à cette flamme d'Amour...

Prie mon enfant, prie beaucoup pour que le Règne de l'Amour de Jésus soit établi sur terre dans toute sa beauté, et qu'il en soit de même pour mon propre règne. Le monde entier me reconnaitra pour sa véritable mère, et c'est alors qu'il comprendra clairement l'amour dont mon coeur déborde pour lui.

Prie, le Règne de l'Amour arrivera bientôt dans le monde et mon règne à moi le suivra de près....
Petit Van, sache que je choisis mes apôtres dans tous les pays et il y en a dans chaque pays. Ils se divisent en deux groupes avec la même mission et le même but : l'expansion de mon règne dans l'univers. L'un de ces groupes se charge spécialement de prier, l'autre d'annoncer au monde la venue de mon règne. Je te communique ceci : les apotres qui travaillent à l'expansion de mon règne, je les choisirai exclusivement dans le Royaume de l'Amour de Jésus, car en ces temps-là, le monde sera devenu le Royaume particulier de Jésus

Mon petit Van, si je t'annonce ces choses, c'est dans l'unique but de t'exhorter à la prière... Dis bien à tout le monde que c'est sur le solide fondement de la prière que s'établira mon règne en ce monde.....Et toi, donnes-moi le nom de Mère de Tout l'univers....

Le 13 octobre 1917, la Sainte Vierge dit aux trois enfants de Fatima : "Je suis Notre Dame du Rosaire. Je viens vous demander de dire tous les jours le chapelet et de changer de vie... A la fin, mon coeur Immaculé triomphera".

Voici la prière dictée par le Christ le 14 novembre 1945 au jeune novice rédemptoriste Marcel Van pour la France. Le Christ a indiqué qu'il apprécierait que les Français la récite souvent:

« Seigneur Jésus, aie pitié de la France ! Daigne la serrer sur ton Cœur ; montre-lui combien tu l'aimes.
Purifie-la ; fortifie-la dans ton Esprit Saint.
Que la France contribue à Te faire aimer de toutes les nations !
O Jésus, nous autres Français Te promettons fidélité.
Oui, nous nous engageons à travailler d'un cœur ardent à l'extension de ton Règne sur la terre, ne comptant en rien sur nous, mais uniquement sur Toi.
Amen. »




VAN ET LES ENFANTS

Van :
Maintenant, Jésus, permets-moi une question. Pourquoi, dans l'Evangile, profères-tu des menaces si terribles contre ceux qui scandalisent les enfants ?Dans tout l'Evangile, si je me rappelle bien, c'est peut-être le seul passage où tu dis de telles choses. 

Jésus :
Petit frère, ne comprends-tu pas pourquoi il en est ainsi ? Je vais te l'expliquer...La seule différence qu'il y a entre l'âme des enfants et les anges du ciel, c'est que l'âme des enfants est unie à un corps et que, par conséquent, elle a des défauts naturels. Mais malgré cela, l'âme des enfants et pure comme
les anges du ciel. De là que les enfants possèdent toujours en eux la Trinité et goutent continuellement les joies naturelles que leur prodigue la même Trinité...

Pas besoin de m'étendre longuement sur ce sujet ; je me contente de dire que l'âme des enfants est un temple parfaitement pur où habite la Sainte Trinité. C'est pourquoi quiconque scandalise l'un de ces petits fait lui-même signe au démon, l'invitant à venir plus tard avec le péché pour souiller l'âme de cet enfant. Celui qui agit ainsi enlève à la Trinité un temple magnifique ; il enève aux saints une demeure où ils pouvaient louer la Trinité ; il expose l'âme de cet enfant à perdre son innocence. C'est pour ces raisons que je profère de si graves menaces contre le scandaleux qui outrage la Sainte Trinité d'une manière on ne peut plus monstrueuse.

Van, même les démons et les damnés en enfer ne peuvent outrager à ce point la Trinité. La mort serait pour lui préférable au scandale. Devant le regard de Dieu le Père, l'âme de cet enfant perd la beauté naturelle qu'elle tenait de lui parce que le sceau du péché a été impimé en elle. Dans ses rapports avec Dieu le Fils, l'âme de cet enfant ne voit plus clairement la vraie lumière, elle ne voit plus clairement son divin époux, car le péché a laissé son empreinte dans son coeur
innocent.

Quant au Saint-Esprit, il ne peut plus, librement, donner à cette âme les baisers de l'Amour. Ainsi donc, dans ses relations avec cette âme, la Trinité se trouve empêchée d'agir en toute liberté comme auparavant. Van, n'est-ce pas là une chose terrible ?

Mille fois malheur au monde ! Combien d'âmes encore pures ont été corrompues à cause de lui. Le monde est tellement aveuglé qu'il a détruit presque tous les temples magnifiques de la Trinité....

Van, écoute....Le monde est bien stupide. Le coeur des enfants et devenu comme un temple où habite ici-bas la Bonté du Dieu Trinité et cette Bonté a le pouvoir d'attirer sur le monde le regard bienveillant dela Trinité ; malgré cela, le monde travaille à détruire ces temples de la Divine Bonté et à les dissimuler au moyen du scandale.
O monde, sans l'Amour, tu serais déjà entièrement détruit et réduit en cendres.

O monde, Dieu veut maintenant te transformer au moyen de l'Amour ; il faut que tu vives dans l'Amour....
Cependant, Van mon petit frère, pour en arriver là, il faudra beaucoup de prières. Car le monde s'oppose encore à l'amour.
Van :
Voici ce que j'ai vu hier soir durant la méditation : Jésus m'a dit que seul mon père spirituel comprendrait cette vision.

Donc, en entendant lire le passage sur la Passion, je ne savais pas du tout comment méditer. Je demandai alors à Jésus de m'apprendre à méditer. Mais Jésus ne disait rien. Je lui ai ensuite posé cette question :
Jésus, es-tu triste de rester toujours dans ce tabernacle ?

Mais il ne répondit pas d'avantage. Je vis seulement qu'il me regardait en pleurant. Voyant cela, je me mis aussi à pleurer.
Mais j'avais à peine pleuré un instant, que Jésus se mit à sourire et me dit :
Assez Van, je ne suis plus triste.
Peu après, je le vis de nouveau, comme les précédentes fois, toujours pieds nus et revêtu d'une robe blanche descendant jusu'en bas des genoux. Il se tenait debout et ne faisait que me regarder. Il me dit alors qu'il allait m'apprendre à le regarder......

Ensuite, je vis soudain une croix apparaitre à côté de Jésus, en haut de cette croix était suspendu un morceau de tissu sur lequel était imprimée la Face de Jésus. Jésus me regarda d'un air très joyeux, puis me montrant la Croix, il me dit :
Petit frère, voici ta part d'héritage, voici la part d'héritage des enfants. L'as-tu vue clairement ?

Puis Jésus se désignant lui-même ajouta :
Petit frère, voici l'ascenseur qui te fera entrer en possession de cet héritage, et il en sera de même pour les enfants. Tu as compris ? C'est là la voie par où t'a conduit jusqu'à maintenant ta soeur Thérèse et qu'elle a elle-même suivie. Petit frère, dis cela aux enfants
Ensuite, j'ai réalisé que c'était fini. Cependant, cette vision reste toujours gravée dans mon esprit ; je n'en ai pas oublé le moindre détail.

O Mère, qui sait s'il ne sera pas donné aux enfants d'être tes petits apôtres ? C'est là un simple souhait que j'exprime car de fait, je ne connais pas ton intention. Toi-même sait s'il est juste ou non. Quoi qu'il en soit ô Mère, je te prie d'avoir pitié des enfants. Mes sentiments sont semblables aux leurs, de sorte que, comprenant les miens, tu comprends également ceux des enfants.

O Mère, je pense sans cesse aux âmes des enfants. Impossible pour moi de chasser cette pensée. A mon avis, si mon Père du Ciel révélait au monde jusqu'à quel point lui est agréable une âme d'enfant, il est probable que le monde reconnaitrait cet enfant comme roi de l'univers. S'il n'y avait pas les enfants dans le monde pour réjouir le regard de notre vrai Père du ciel, certainement que Celui-ci ne voudrait plus abaisser son regard sur cette terre. Autrefois, Jésus a particulièrement grondé les apotres parce qu'ils avaient empêché les enfants de venir à lui. O Mère, bienheureux les enfants ! Jésus les a aimés plus que tous les autres.
Durant sa vie, il n'a pas hésité à les prendre dans ses bras et à leur donner des baisers. Et parmi les privilégiés de Jésus, personne n'a eu la faveur d'être pressé sur son Coeur et de recevoir ces marques d'amour, si ce n'est ces enfants. O Mère, nous sommes vraiment privilégiés, nous, les enfants.....
O Mère, me voilà rendu au bout de mon papier ; il ne me reste plus que quelques lignes. Veuille donc me donner un baiser, de même qu'aux âmes de tes enfants chéris....O Marie, les enfants sont vraiment comme des livres toujours ouverts où tous les hommes peuvent
apprendre la conduite à tenir à l'égard de leur vrai Père du Ciel.
Mais, ô Mère, comment se fait-il que je comprenne ces choses ? En vérité, c'est là l'oeuvre de ma soeur, la petite Thérèse. Mais parce que, autrefois, elle n'a pas eu assez de temps pour parler de toi aux enfants, elle veut bien se servir de moi maintenant pour le faire à sa place. Si je parle ainsi, ce n'est pas du tout dans l'intention d'arriver, par ces paroles, à me faire connaitre de tous les hommes mais bien parce que Jésus m'a révélé clairment ces choses aux environs du carème, l'an dernier, alors que j'étais assis sur ses genoux.....



AU SUJET DES ENFANTS MORTS SANS BAPTEME D'EAU

Il y a quelques jours, en regardant le petit calendrier alphonsien fixé au tableau, j'y ai lu une citation de saint Alphonse affirmant que les enfants morts sans baptême n'ont à endurer aucun suplice... A ce propos, je me rappelle qu'une fois (probablement durant l'horizon), songeant aux enfants qui meurent avant d'avoir reçu le baptême, je me demandais si plus tard, ils pourraient monter au ciel. Je me disais aussi : s'ils ne peuvent aller au ciel, est-ce qu'ils devront être privés de la vision de leur vrai Père durant toute l'éternité ? Dans mon esprit, je ne cessais de me poser ces questions et j'étais bien triste. Je pensai être l'apôtre particulier des enfants et ne pouvoir rien faire actuellement pour sauver ces âmes. Je trouve cela bien pénible, d'autant plus que, en ce moment même, un très grand nombre d'enfants meurent sans voir reçu le baptême. Où trouver des prêtres en nombre suffisant pour aller baptiser à temps ces enfants sur le point de mourir ?

Je levai alors mon regard vers Jésus au tabernacle et ce regard l'a amené à me répondre clairement. Ce qui a été pour moi une bien grande consolation.

Mon Père (mon directeur), permettez-moi aussi de vous dire que depuis quelques temps, bien que Jésus ne me parle pas souvent, il y a parfois des choses importantes que je ne comprends pas, alors, il me répond. C'est précisément pour cette raison que je vous ai dit un jour que Jésus ne dormait plus. Permettez que je continue mon récit.

Alors Jésus me posa cette question :
Petit frère, te voilà triste ? Pourquoi t'attrister ainsi ? Si notre vrai Père du Ciel, dans sa bonté, veut que la voix de ces petits enfants s'unissent à la voix des anges pour le louer dans le Ciel, qu'y a-t-il de difficile à cela ? Rappelle-toi bien ceci : naturellement, les petits-enfants n'ayant pas encore l'intelligence n'ont pas non plus de volonté. L'intelligence sert à comprendre si une chose est bonne ou mauvaise et la volonté à agir conformément à ce que comprend l'intelligence. Ces deux facultés-là sont les plus nécessaires. Or, ces facultés nécessaires, les enfants ne les possèdent pas encore. Ainsi, il faut que maintenant, une autre volonté prenne place dans le coeur de ces petits-enfants ; et si cette volonté agit d'une façon conforme au bien, conforme à la vérité même. Si au contraire, elle agit d'une façon opposée au bien, opposée à la vérité, cette volonté demeure inefficace.

Maintenant, tout ce que tu as à faire c'est de placer ta volonté dans le coeur des petits-enfants et alors, immédiatement, ils appartiendront, eux aussi, à la Sainte Eglise. Et s'ils viennent à mourir avant l'âge de la raison, ils monteront quand même au ciel avec moi, parce qu'ils ont ta volonté qui agit en eux. Et puisque tu as la volonté de croire tout ce que la Sainte Eglise enseigne à croire, et aussi la volonté de m'aimer... il en résulte que ces enfants ont, eux aussi, la même volonté que toi, de sorte que leur âme m'appartient entièrement, qu'elle appartient à la Sainte Eglise. Bien que ces enfants ne connaissent rien, il y a cependant en eux la volonté d'un autre qui connaît, de sorte que, tout en ne connaissant pas, il se trouve qu'ils connaissent.

Petit frère, comprends-tu cela ? Offre-moi ta volonté, et je la mettrai dans l'âme des petits-enfants qui vivent sur cette terre...
A partir de maintenant, tu as donc la certitude que tous les petits-enfants m'appartiennent déjà.

Petit frère, cette manière de vouloir que je viens de te révéler est quelque chose de nouveau. Jusqu'à présent, les petits-enfants étaient également sauvés, sans que les hommes n'en soupçonnent rien. Allons, petit frère, sois joyeux ; ne t'attriste plus. Vu que tu es l'apôtre des enfants, il fallait que tu connaisses ces choses.

Les enfants sauvés de cette manière son baptisés dans l'amour même. Il leur est donné de confesser la foi dans l'amour.et cet acte d'amour, ils le posent au moyen de ta volonté.
Van :
« Ainsi, il n'y aurait donc actuellement aucun enfant dans les limbes ? »
Jésus :
« Je n'ai pas l'intention de dire cela. Après ma mort, je suis descendu aux limbes, de sorte que la vraie lumière y a déjà pénétré ».
Van :
« S'il en est comme tu as dit, les gens n'auraient qu'à demeurer chez eux et mettre leur volonté dans le coeur des enfants, sans avoir besoin de les baptiser. Que penses-tu de cela Jésus ? »
Jésus :
« Agir ainsi, ce ne serait plus vouloir vraiment. Pour qu'il y ait une vraie volonté efficace il faut, quand le baptême d'eau est possible, le conférer réellement aux enfants. Si l'on se contentait de vouloir, tout en demeurant chez soi, comment pourrait-on appeler cela volonté ? »
Van :
« C'est tout ce que je me rappelle, et depuis que j'ai appris ces choses, je ne cesse de mettre ma volonté dans le coeur des petits-enfants. Je considère comme très vrai cet enseignement de Jésus. Et je pense que si mon Saint-Père Pie XII pouvait savoir cela, il en éprouverait certainement une grande joie.

Mon Père (son directeur), le 22 juillet dernier (1946), en apprenant ce que dit à ce sujet Notre Père saint Alphonse, j'ai trouvé cela tout à fait juste et ses paroles ont encore augmenté ma joie. Je crois que l'enseignement que j'ai reçu de Jésus il y a quelques jours est très vrai et bien fondé. A ce que je pense, si un païen se trouvant à l'agonie veut recevoir le baptême, mais vient à mourir avant que sa volonté puisse être réalisée, il est sauvé quand même ; à plus forte raison les petits-enfants innocents.

Mon Père, il y a encore beaucoup d'autres arguments que je comprends mais que je ne puis écrire. En ce qui concerne l'argument que j'ai signalé plus haut, je ne sais si vous le comprenez. Quant à moi, en le relisant, c'est comme si je ne pouvais le comprendre. Veuillez m'excuser. Certes, Jésus ne m'oblige pas à exposer ces arguments pour vous amener à croire ce qu'il m'a enseigné plus haut. Toutefois, si c'était nécessaire, je me contenterais d'énumérer les arguments suivants :
1. La miséricorde de Dieu est infinie.
2. Les mérites de Jésus sont également infinis ; ils ne se limitent pas au salut d'un petit nombre d'âmes seulement.
3. La communion des saints.
4. Nous pouvons délivrer les âmes du purgatoire
(N.B. Dans une lettre du 21 mars 1950, il écrit à ce propos "Bien que cela soit vrai, cela ne prouve rien ici, car les âmes du purgatoire possèdent déjà la grâce sanctifiante... Veuillez donc laisser de côté cet argument.)
5. Il y 3 sortes de baptêmes :
a) le baptême d'eau,
b) le baptême de feu = le désir,
c) le baptême de sang.

Dans le baptême d'eau et de sang, on confesse la foi extérieurement tandis que dans le baptême de feu, (de désir) on la confesse dans l'amour...
6. Les parents doivent laisser à la volonté de leurs enfants la liberté de suivre ce qui est bien, et cela vaut aussi pour les parents païens. Donc, même si les parents païens ne le voulaient pas, ils devraient quand même laisser leurs enfants libres de suivre la vérité. Par conséquent, chez les enfants qui n'ont pas encore de volonté, ma volonté a le pouvoir de poser librement à leur place l'acte de foi... et les autres...
D'ailleurs, je pense que les choses dites plus haut par Jésus sont déjà suffisamment claires. Quant aux arguments énumérés, je demande seulement à Jésus de vous les faire comprendre pour les expliquer ensuite à ma place. Pour moi, je ne sais pas du tout les expliquer....
Ce qui me console le plus, c'est que désormais, j'ai vraiment la certitude d'avoir chaque jour des fleurs toutes pures à offrir à mon Père du Ciel.

Le 11 août 1945, après la communion, il s'est rappelé la première formule employée et il l'a transcrite comme suit :
La formule que j'ai récitée la première fois était :
Petit Jésus je t'offre les enfants qui n'ont pas encore été baptisés. Je veux croire et t'aimer à leur place selon l'intention de la Sainte Eglise, ma Mère. Daigne les recevoir comme véritables enfants de la Sainte Eglise. Et s'ils viennent à mourir avant l'usage de raison, veuille les conduire au ciel avec toi, afin qu'en union avec les saints, ils puissent t'aimer éternellement selon la promesse que tu m'as faite.

Autres précisions concernant le sort des enfants morts sans baptême. Lettre écrite par Van à son père spirituel :
Saïgon, le 21mars 1950... L'intention que Jésus m'a fixée pour aujourd'hui, c'est de prier pour les enfants. Il m'a demandé de ne pas les oublier. Aussi, je n'ai fait que penser à eux.

A l'heure de l'oraison,ce soir, méditant de nouveau sur la bonté de Dieu envers les enfants, je me suis rappelé les paroles que Jésus m'a adressées auparavant au sujet des enfants non encore baptisés. Mais j'étais très inquiet, me demandant si c'était bien là une réalité ou tout simplement un rêve de mon imagination.

Toutefois, Jésus est venu immédiatement me délivrer de cette inquiétude en me disant clairement :
Ce n'est pas là un rêve de ton imagination mais bien une doctrine qui, comme je le veux, doit être reconnue comme vraie par la Sainte Eglise. Oui, je veux que la Sainte Eglise, mère bonne et généreuse tende ses bras pour accueillir ces petits et les admettre au nombre de ses enfants, comme beaucoup d'autres qui ont eu le bonheur de recevoir le baptême. Si en raison des circonstances, ils n'ont pu recevoir le baptême, ils ont quand même un droit à le recevoir...
De plus, c'est le péché originel qui les empêche de jouir de la grâce sanctifiante. Or, en vertu de mes mérites, le péché originel a été largement expié. En outre, j'ai donné le pouvoir de retenir et de remettre le péché ; alors pourquoi la Sainte Eglise n'aurait-elle pas le pouvoir suffisant pour remettre le péché originel à ces enfants, même si en raison des circonstances ils ne peuvent recevoir le baptême comme les autres enfants ?

Petit frère, reste en paix. Ce que je t'ai communiqué n'est pas une chose qui doit t'inquiéter mais bien un point de doctrine que je veux révéler à mon épouse, la Sainte Eglise.
Toutefois, si l'Eglise le veut, ces enfants sont purifiés immédiatement car l'Eglise est la seule sur la terre à posséder ce pouvoir. Par conséquent, en ce domaine, aucune puissance spirituelle ne peut s'opposer à son autorité, même si des parents sans religion ne voulaient pas que leurs enfants jouissent de la grâce de ma Rédemption ; car dans ce cas, la volonté des parents serait injuste à l'égard d'un enfant innocent qui n'a pas encore l'usage de la raison. C'est pourquoi la Sainte Eglise peut exercer librement son autorité et rien ne peut lui résister.
Petit frère, reste en paix. Ce que je t'ai communiqué n'est pas une chose qui doit t'inquiéter mais bien un point de doctrine que je veux révéler à mon épouse, la Sainte Eglise.

Van :
Alors pourquoi les saints docteurs, comme saint Thomas, ont-ils soutenu une opinion contraire ?
Jésus :
- Une opinion et une révélation sont deux choses différentes.
Van :
- Ainsi, n'as-tu pas l'intention de mépriser saint Thomas pour avoir une opinion erronée ? »
Jésus :
- Pas du tout, petit frère. Je ne dis pas que c'était une opinion erronée mais bien une vérité qui n'était pas encore connue. C'est pourquoi je veux la révéler afin que l'Eglise la reconnaisse publiquement. Ne te trouble pas, je suis la Vérité. Continue à me suivre sans craindre de jamais t'égarer.

Van :
- Oui mais, s'il n'y a aucun signe extraordinaire pour manifester ces choses, alors...

Jésus :
- Te rappelles-tu, petit frère, ce que j'ai dit autrefois à mes apôtres : "Laissez venir à moi les petits-enfants car le Royaume des Cieux leur appartient." Est-ce que ces paroles dites ce jour-là ne concernaient que les enfants qui se trouvaient présents ou encore tous les autres enfants à venir ?

Le signe extraordinaire qui dépasse toute imagination, c'est la bonté infinie de Dieu en trois Personnes.



Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:48

Claire Ferchaud
(1972)

Claire Ferchaud est née le 5 mai 1896 à Loublandes, dans les Deux-Sèvres, quelques kilomètres au nord de St Laurent sur Sèvres. Ses parents étaient cultivateurs. Elle était la quatrième d’une famille de six enfants. Depuis son tout jeune âge, elle était accompagnée d’un mystérieux enfant, qui n’était visible que par elle et qui n’était autre que l’Enfant-Jésus : il grandissait en même temps qu’elle et finit par devenir le Christ sanglant de l’agonie cet du calvaire. C’est auprès de lui que Claire Ferchaud puisait toutes ses connaissances sur la signification surnaturelle des évènements de la terre.

Claire Ferchaud est très connu en France pour deux raisons. D’abord, c’est à elle que Notre-Seigneur, pendant la terrible guerre de 1914-1918, confia la mission de demander au président de la République de faire apposer l’image du Sacré-Cœur sur le drapeau français. En obéissance, elle lui écrit le 1er janvier 1917. Le 21 mars, Raymond Poincaré la reçoit pour un entretien privé. Face à sa demande renouvelée, le président franc-maçon tergiverse. La jeune fille lui révèle alors quelques secrets concernant sa vie privée. Troublé, il lui déclare à la fin de la visite: "Vous avez fait votre devoir en noble française". Le président, après avoir hésité quelques temps, finit par refuser ce qu’on lui demandait, pour ne pas avoir à lutter contre la résistance de la franc-maçonnerie.

Le 1er mai 1917, elle lui écrit cette lettre capitale consignant les paroles que le Sacré-Coeur lui a dites à la basilique de Montmartre, dans sa nuit d'adoration du 15 au 16 mars 1917 précédant d'une semaine la fameuse entrevue :

« Le peuple de France est à deux doigts de sa perte. Le traître vit au coeur de la France. C'est la Franc-maçonnerie qui, pour obtenir la perte éternelle de ce pays, d'accord avec l'Allemagne, a engendré cette guerre. Les trahisons se poursuivent, et si quelqu'un pouvait pénétrer à l'intérieur de plusieurs cabinets, il y découvrirait les pièges... Sans moi (le Sacré-Coeur), la France serait perdue ; mais mon amour qui veut la vie de cette France, arrête le fil électrique qui communique à l'ennemi le secret de la France. La Franc-maçonnerie sera vaincue, de terribles châtiments fondront sur elle. Mais je demande aux braves petits soldats de France, jusqu'aux généraux qui sont aux armées de déployer le drapeau du Sacré-Coeur, malgré la défense formelle qu'on en fera autour d'eux; et que tous, généraux, officiers et simples soldats aillent de l'avant ! Je leur promets la victoire ! La secte franc-maçonnique, le gouvernement actuel seront châtiés; on découvrira tous leurs engins ; plusieurs seront mis à mort ».

Qui dira l'influence que cette lettre a pu avoir sur Raymond Poincaré ? N'oublions pas que si, par respect humain et sans doute par son inscription à la Loge, il ne put ou ne voulut pas croire aux méfaits de la haute Maçonnerie et à l'Appel du Sacré Coeur, en tout cas le 19 octobre 1918, il signe le décret contre Mrs Caillaux, Loustalot et Comby "accusés d'attenter contre la Sûreté de l'Etat et de faits connexes, indépendamment des faits d'intelligence avec l'ennemi".
Or, en ce combat de l'ombre, peu après la réception de Claire Ferchaud par le Président Poincaré, la Franc-maçonnerie s'efforce précisément de faire apposer un emblème sur le drapeau de la Société des Nations, représentant "le Coeur de l'Humanité"...

Devant l'inertie du Président et le désastre des armées, le 7 mai 1917, Claire Ferchaud adresse cette lettre à quinze généraux français :

« Mon Général,

C'est pour obéir à Dieu que j'ai l'honneur de faire connaître sa volonté à tous les généraux de France.
Notre Seigneur qui aime tant les Francs leur demande d'accomplir un acte de foi vis-à-vis de sa royauté divine et de réclamer près du chef de l'Etat que l'image du Sacré-Coeur, signe d'espérance et de salut, brille officiellement sur nos couleurs nationales.
En récompense de cet hommage rendu par Dieu à nos vaillants défenseurs, le Sacré-Coeur leur promet le salut et la victoire sur tous nos ennemis. C'est aussi pour éviter une catastrophe que Dieu fait avertir nos Généraux de la perte que risque notre pauvre pays de France, qui est conduit par un gouvernement impie, et dont la franc-maçonnerie dirige la France à sa perte par d'affreuses trahisons... »

Elle évoque alors pour les Généraux l'extase durant laquelle le Sacré-Cœur dénonça les agissements de la franc-maçonnerie, "l'ennemi intérieur qui veut la perte de la religion catholique", et elle invite tous les Chrétiens à s'agenouiller en bons français devant l'étendard du Sacré-Coeur pour se relever vainqueurs.

Mais la démarche de Claire Ferchaud ne fut pas totalement infructueuse puisque de très nombreux soldats français placèrent l’image du Sacré-Cœur sur leurs capotes à titre personnel et que le maréchal Foch, quand il devint généralissime, au cours d’une cérémonie privée dans son quartier général, à Bombon en Seine-et-Marne, consacra ses armées au Sacré-Cœur, dans la nuit du 18 au 19 juillet 1918. Nombreux sont les historiens catholiques qui attribuent à cette consécration la victoire militaire du maréchal Foch, qui dès qu’il passait dans un village proche des combats, faisait réunir les enfants du lieu pour prier avec eux le chapelet afin de suivre le conseil donné par Notre Dame à Pontmain le 17 janvier 1871 qui conduisit en 11 jours à la fin des combats " Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher. " On ne peut que souscrire à cette opinion.

Entre les deux guerres de 1914-1918 et de 1939-1945, un dicton populaire avait été forgé : Nous avons gagné la guerre mais nous avons perdu la paix. Le maréchal, grâce au Sacré-Cœur avait gagné la guerre tandis que le gouvernement civil, qui avait refusé le Sacré-Cœur, avait perdu la paix.

Claire Ferchaud est également connue pour la fondation, au village des Rinfillières, dans le Maine-et-Loire, d’un institut destiné à organiser la " messe perpétuelle ", fondation qui a rencontré de la part de la hiérarchie diocésaine et même du saint-Office les pires difficultés.

Ce qui nous intéresse particulièrement ici, ce sont les passages prophétiques que l’on trouve, d’une part dans la correspondance de Claire Ferchaud, d’autre part dans ses Notes autobiographiques. Elle a plusieurs fois l’idée de la fausse paix ; idée déjà énoncée à La Salette et chez quelques mystiques. C’est donc une motion prophétique constante.
Après la guerre de 1914-1918, on faisait à Claire Ferchaud cette objection : « Le Sacré-Cœur n’a pas été mis sur le drapeau français et pourtant la France a gagné la guerre. » La voyante répondait que la soi-disant paix n’était qu’une trêve entre deux phases de la guerre. Elle a dit cela d’abord pour la paix de Versailles de 1919, en particulier dans une lettre du 26 octobre 1930, en la fête du Christ-Roi :

« Des hommes peuvent-ils encore parler de victoire, quand il existe encore mille discussions sur les fruits de cette victoire ?... Si la guerre des armes est arrêtée, les querelles n’ont pas cessé d’exister et c’est une lutte qui se continue sous une autre forme depuis 1918.
La paix prononcée par les hommes n’est qu’un fil qui suspend l’humanité au-dessus d’un abîme. D’un instant à l’autre, Dieu peut le rompre et l’humanité tombe dans le plus effroyable des chaos... »

Dans ce même courrier du 26 octobre 1930, Claire Ferchaud dénoncera l'attitude du haut-clergé français, allant (déjà) dans le sens de la Franc-maçonnerie. Elle dit au Père Lémius :

« Je pleure surtout sur l'Episcopat français qui, le premier, devait répondre à cet appel si bon du Sacré-Cœur : "Je suis là"...
Je ne puis retenir un frisson d'épouvante sur les responsabilités de cet Episcopat, sourd à la voix de Dieu... par égard à un petit nombre d'hommes, la plupart athées, agents de cette Maçonnerie qui tue notre France chrétienne.
"Que de maux, de douleurs on aurait évités si la France avait voulu entendre en 1917, le "passage" de la divine Miséricorde! Jésus alors ne venait pas pour frapper, mais pour sauver... Et que demandait Jésus pour prix de son grand Amour pour la France ?... Simplement son Coeur sur notre drapeau ! Et dans cette demande divine et dans l'obéissance de la France, tout un plan s'élabore, puis se déroule dans notre cher pays... »

Selon la demande du Christ, Claire Ferchaud avait le sentiment et elle l'a écrit, qu'en faisant apposer l'emblème du Sacré-Coeur sur le drapeau de la République, celui de la Royauté lui serait bien vite substitué... C'est pourquoi, comme pour 1918, la paix de1944 ne constituera à ses yeux qu'une trêve avant la grande épreuve.

En 1970, en écrivant à un prêtre :

« Notre saint-Père Paul VI est pris dans un engrenage tel qu'il ne faudra rien moins qu'une intervention directe du Bon Dieu pour le dégager des filets adroitement tendus sous les pas de son Pontificat. Comme il faut prier pour le Pape ! Quelle tâche... »

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 1:48

Mère Elena Leonardi Aiello
(1961-06-12)

Elena Leonardi, veuve, recommandée par le curé de la paroisse Ste Croix de Jérusalem, à Rome. Comme le Padre Pio le lui avait annoncé, et comme le lui demandèrent Notre Seigneur et la Sainte Vierge, elle fonda en 1977 la Maison de l’Oraison Perpétuelle. Depuis 1973, elle a reçu de longs et importants messages dont voici des extraits :

« C’est l’heure de Satan, ma fille, les hommes vivent dans l’obstination à pécher. Les gouvernements ne comprennent pas ces choses parce qu’ils n’ont pas un véritable esprit chrétien. En Italie aussi, ce sont des loups rapaces revêtus de peau d’agneau ; alors qu’ils se disent chrétiens, ils ouvrent la porte au matérialisme en laissant s’étendre l’immoralité dans les mœurs ; ils mènent l’Italie à la ruine. Rome aussi sera châtié pour ses multiples et graves péchés. Crie à mes enfants consacrés qu’ils m’ont trahi et qu’ils ont foulé au pied les sacrements. La majeure partie des prêtres vit de manière superficielle ; certains sont inscrits et engagés en franc-maçonnerie. Ils doivent porter la soutane. Le Pape sera trahi : il est entouré par la franc-maçonnerie, qui se déchaîne contre l’Eglise. Les cardinaux s’opposeront aux cardinaux, les évêques aux évêques. Le Pape doit remettre de l’ordre dans l’Eglise et exiger qu’ils fassent leur devoir ; car il y a grande dépravation et il est de son devoir d’y remédier. Les églises seront persécutées, il y aura beaucoup de martyrs.

Faites oraison, faites une chaîne de Rosaires, faite pénitence. Personne ne se rend compte de ce que l’humanité est sur le point de subir de grands châtiments, qu’elle attire par son comportement diabolique. D’ici peu, la Justice du Père enverra sur la terre le pire fléau qui ait jamais été vu : pestes, maladies de toutes sortes, et qu’il n’y aura pas de médicaments pour les guérir. Des famines. Le monde sera complètement déstabilisé par une guerre terrible, des armes mortifères, des missiles exterminateurs, des explosions des bombes et des attentats ; des voleurs saccageront les maisons ; un cataclysme cosmique. L’heure est arrivée : c’est le temps de l’Apocalypse. De terribles tempêtes se déchaîneront, des trombes marines, des ouragans, avalanches, inondations, tremblements de terre engloutiront des villes et des pays, surtout là où se trouvent des fils des ténèbres ; du ciel descendront feu et fumée. L’écume des océans se convertira en vapeur, causant des catastrophes.

De nombreuses nations disparaîtront de la surface de la terre ; une grande partie de la Russie sera embrasée. Confusion, larmes et douleurs pour tous. Des jours épouvantables ».

Concernant l’Italie éprouvée dans le temps des nations :

« Elle sera humiliée et purifiée par le sang. Il y aura une révolution dans toute l’Italie. Si on ne prie pas, la Russie envahira l’Europe et principalement l’Italie ; semant ruine et mort, elle hissera son drapeau sur la coupole de Saint Pierre. À cause des bonnes âmes et à cause du Pape, l’Italie sera partiellement sauvée ».

« Lorsque apparaîtra dans le ciel un signe extraordinaire, que les hommes sachent que le châtiment du monde est proche ».

« L’heure de ma Mère commence. Elle interviendra avec un certain nombre d’élus, pour édifier mon Royaume. La tête de Satan sera écrasée, et les mauvais périront. Affirme le triomphe de l’Eglise, c’est la seule qui restera victorieuse ».

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Her le Dim 9 Mai 2010 - 2:11

Observatore Vaticano

Samedi 8 mai 2010
Le relativisme, nouveau totalitarisme

Je lis sur le Salon beige cette très belle déclaration du cardinal Ouellet, archevêque de Québec:
"Parmi les valeurs confiées à la responsabilité de la personne humaine, le respect de la vie à toutes les phases de son développement apparaît comme le principe et le fondement de l’ordre moral de la société. La valeur intrinsèque de la personne humaine, fondée sur sa qualité d’être supérieure à toute la nature matérielle, constitue la base de toutes les autres valeurs. Car la personne humaine est dotée d’une âme spirituelle et immortelle qui est promise à une vie de communion définitive avec Dieu par-delà la mort (…) Agir autrement sans égard pour l’ordre établi par Dieu introduit un désordre aux conséquences graves et imprévisibles, comme il appert déjà de la décriminalisation de l’avortement et de l’euthanasie dans certains pays occidentaux. La rupture de l’ordre social fondé sur la reconnaissance du droit souverain de Dieu sur la vie entraîne l’affaiblissement du sens moral, la dégradation des rapports humains, la montée de la violence et la « culture de mort » dont on ne mesure plus les conséquences à venir (…) Si chaque individu peut décider du terme de sa propre vie ou de l’existence d’une autre personne humaine malade ou en gestation dans le sein maternel, il n’y a plus aucune limite à la volonté de puissance et aux choix arbitraires (…) Après l’amère expérience des totalitarismes du XXe siècle, nous glissons vers une dictature du relativisme, ce qui signifie en dernière analyse la manipulation des droits humains et l’imposition d’une pensée unique, politiquement correcte, avec l’appui du pouvoir médiatique."

Her
En adoration

Masculin Messages : 2751
Inscription : 10/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty en attente

Message par Dieu est Amour le Lun 10 Mai 2010 - 1:13

en attente


Dernière édition par Dieu est Amour le Sam 19 Nov 2011 - 18:37, édité 1 fois

Dieu est Amour
Contre la puce électronique

Masculin Messages : 137
Inscription : 08/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Mariam le Mar 11 Mai 2010 - 22:05

Gaëlle, CA SUFFIT MAINTENANT !!!!!!

Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur les pratiques qui développent la médiumnité. Certains chrétiens, bien intentionnés et pieux, développent une médiumnité sans s'en rendre compte.

La confusion du spirituel et du sensible entraîne beaucoup de développement médiumnique.

Tout ce qui touche de près ou de loin au New-Âge repose sur le développement médiumnique sans le dire. On y apprend à entrer en contact avec les forces de la nature, en harmonie avec les énergies de l'univers, etc...

La nature physique n'est pas spirituelle. Entrer en fusion avec la nature pour ressentir ses harmonies, c'est nécessairement développer une médiumnité.

Évidemment, toutes les pratiques occultes présupposent la médiumnité. Depuis le magnétisme et toutes sortes de techniques de guérison à distance (comme le Reiki) en passant par la radiesthésie, la voyance, le spiritisme, toutes sortes de magies, etc...

On peut également devenir médium parce qu'on aura été magnétisé. Toutes les pratiques paramédicales qui touchent aux énergies avec violence risquent de rendre médium.

Et qui dit médiumnité, dit nécessairement coopération des esprits déchus : les démons ! Appelons un chat, un chat, et un chien, un chien !!!

RIEN D'AUTRES A RAJOUTER, ET RIEN A EXTRAIRE !!!!

Que cela vous plaise ou non Gaëlle,

Sur un forum catho JAMAIS on ne laissera de tels propos se glisser sans les contrer.

JAMAIS !!!

A bon entendeur,
Mariam
Mariam
Mariam
Pour le roi

Féminin Messages : 642
Age : 47
Localisation : Sud Est
Inscription : 07/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par l123 le Mar 21 Juil 2015 - 22:56

Bien exprimé Mariam, jamais il ne faut laisser passer, peu importe la personne, sympa ou agressive, la vérité doit demeurer.
Je n'interviens pas trop car je sais que lorsqu'on est égaré, en groupe, association, il se produit un blocage intellectuel, et comme si ça ne suffisait pas, il y a aussi une attitude houligane, l'effet de masse, vous savez comme dans les stades de foot, un simple mot gentil pour expliquer la réalité des choses et... la guerre nous est déclarée, violente souvent, comme vous l'avez remarquée, même si ce ne sont que des mots, on le sent parfaitement.

Il faut beaucoup de courage, et l'opportunité d'une prise de conscience personnelle pour se remettre en question face à tout ça. A notre époque la paresse intellectuelle est de mise.  Pourtant notre Créateur nous à donné à tous, un cerveau, une intelligence, et la possibilité de s'en servir.  

L'époque est mauvaise, mes anciens frères ont réussi à renverser les valeurs, le bien est devenu mal, le mal est digne d'honneur.  Voyez les films et émissions diverses, un assassin, un criminel qui a réussit son coup devient le héros d'un film, les ados sont en admiration.  Tout ce qu'on nous montre valorise le mal, le mensonge, le délit, l'adultère, la trahison.
La maçonnerie à réussit à un point tel qu'elle peut maintenant disparaître, le travail est effectué. Ceci dit je pense qu'ils vont encore perfectionner leurs positions.  Et puis si l'essentiel est effectué, en réfléchissant bien, ils peuvent encore détruire bien plus.

Il y a quelques jours j'ai dû recadré un prêtre qui me disait avec beaucoup de décontraction que maintenant nous pouvons les fréquenter. Très vite il a comprit son erreur,... de m'en parler. L’excommunication est toujours active. Jamais l'Eglise ne permettra quoi que ce soit, sauf... le jour ou les f-m seront plus nombreux que les prêtres chrétiens, et... le nombre progresse hélas. J'espère que de mon vivant je verrai un Pape qui prendra la décision rapide, forte, de les exclure de toute charge avec effet immédiat, Cardinaux, Évêques, Prêtres. C'est la seule façon, accepter le dialogue c'est l'amorce de notre défaite. Il faut agir avec fermeté.
Bonne chance à tous, soyez prudents, ne fréquentez pas n'importe qui, ni le mal, ni la trace du mal.

l123
Contre la puce électronique

Masculin Messages : 142
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par LandieMarc le Mer 22 Juil 2015 - 0:02

La lettre qui fait froid dans le dos et qui justifie la realité et l'efficacité du plan maçonnique:

Le "Plan Pike" pour trois guerres mondiales
Comment ne pas rapprocher les évènements actuels avec le plan Pike pour l’instauration du Nouvel Ordre Mondial en trois guerres planétaires.

Albert Pike est considéré comme un génie, né en 1809 à Boston, il a étudié à Harvard, et il était connu pour parler 16 langues. Tour à tour poète, philosophe, pionnier, militaire, humanitaire, philanthrope et aussi 33e degré maçon (le plus haut degré de maçonnerie), il fut l’un des pères fondateurs, et la tête du Rite Écossais Ancien Accepté de la franc-maçonnerie, qui est le Grand Commandeur du Nord Franc-Maçonnerie américaine de 1859 et conserve ce poste jusqu’à sa mort en 1891. En 1869, il a été haut dirigeant dans les Chevaliers du Ku Klux Klan.

Il est recruté par Giuseppe Mazzini, chef des opérations des Illuminatis, pour imposer la secte aux USA. Très vite Pike fut emballé par l’idée d’un gouvernement mondial. Il écrivit un plan de réalisation en trois étapes, sous forme de prédictions pour instaurer son projet totalitaire et occulte. Ce document écrit par Pike à Mazzini le 15 aout 1871 est toujours nié de nos jours, mais de nombreux auteurs y font référence à travers les âges. Il convient donc d’en étudier les trois points :

« La Première Guerre mondiale doit permettre aux Illuminatis de renverser le pouvoir des tsars en Russie et de faire de ce pays une forteresse du communisme athée. Les divergences causées par l’agentur » (agents) des Illuminatis entre les Empires Britanniques et Germaniques sera utilisée pour fomenter cette guerre. A la fin de la guerre, le communisme sera construit et utilisé pour détruire les autres gouvernements et dans le but d’affaiblir les religions. »

« La Seconde Guerre mondiale doit être fomentée en profitant des différences entre les fascistes et les sionistes politiques. Cette guerre doit être réalisée de telle sorte que le nazisme soit détruit et que le sionisme politique soit assez fort pour instaurer un Etat souverain d’Israël en Palestine.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le communisme international doit devenir assez fort afin d’équilibrer la chrétienté, qui serait alors contenue et tenue en échec jusqu’au moment où nous en aurions besoin pour le cataclysme social final »

« La troisième guerre mondiale doit être fomentée en profitant des différences causées par l’agentur » des « Illuminatis » entre les Sionistes politiques et les dirigeants du monde islamique. La guerre doit être menée de telle manière que l’islam (les musulmans Monde Arabe) et le sionisme politique (l’État d’Israël) se détruisent mutuellement. Pendant ce temps les autres nations, une fois de plus divisées sur cette question, seront contraintes de se battre jusqu’au point de complet, physique, moral, spirituel et l’épuisement économique… »

« Nous allons libérer les nihilistes et les athés, et nous allons provoquer un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur montrera clairement aux nations l’effet de l’athéisme absolu, origine de la sauvagerie et de la tourmente la plus sanglante. Alors, partout, les citoyens, seront obligés de se défendre eux-mêmes contre une minorité de révolutionnaires dans le monde, d’exterminer ces destructeurs de la civilisation, et les masses déçues par la chrétienté dont les esprit déistes seront à partir de ce moment sans boussole, à la recherche d’un idéal, sans savoir vers quoi tourner leur adoration, recevront la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction de la chrétienté et de l’athéisme, simultanément soumis et exterminés en même temps. »


Marc

LandieMarc
Avec Saint Maximilien Kolbe

Féminin Messages : 85
Inscription : 18/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par LeGuerrierMonarchiste le Jeu 23 Juil 2015 - 13:17

C'est bien que des ex franc maçon prennent conscience du plan de domination mondiale

LeGuerrierMonarchiste
Contre la puce électronique

Masculin Messages : 126
Age : 27
Inscription : 08/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

erreur Empty Re: erreur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum