Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Ven 3 Déc 2010 - 12:01

Michel Tougne. Je me présente : Retraité. Etudie tout ce qui touche à la décristianisation. La doctrine sociale de l'Eglise, moyen véritable de renverser ce fléau mortel, doit être connue et propagée. C'est l'étape préliminaire, seul fondement possible pour retrouver une unité morale catholique.
Le problème réside en ceci : l'Eglise est en crise. Elle n'intervient plus de manière visible et significative dans le domaine de la bioéthique, du mariage, etc., elle ne parle plus du Christ Roi des nations. Elle donne même l'impression que les persécutions des chrétiens d'Orient ne sont pas premières dans ses préoccupations.
Les catholiques doivent néanmoins se retrouver sur une base doctrinale solide. Comment procéder ? Revenir au message traditionnel qui ne passe pas. La doctrine sociale de l'Eglise prend la défense de la nature humaine et la met sous la protection de la grâce. Elle prévient que les lois et, de manière plus large, l'Etat, déconnectés de la relation essentielle avec Dieu, conduisent à une société invivable. Elle encourage à répandre son message de paix, même et surtout s'il s'oppose à l'idéologie dominante du siècle. Elle demande prières et sacrifices pour rester fidèles.
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Emmanuel le Ven 3 Déc 2010 - 12:46

Bonjour Michel,

Bienvenue! Smile

Vous avez beaucoup médité. Je serai très heureux de lire encore d'autres de vos pensées sur le forum.

À bientôt, Michel.

Union de prières,

Emmanuel
Emmanuel
Emmanuel
Citoyen d'honneur

Masculin Messages : 10326
Inscription : 14/04/2010

http://imitationjesuschrist.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Invité le Ven 3 Déc 2010 - 15:06

Bienvenue Michel !

Gloire à toi Seigneu

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Brenda Lee le Ven 3 Déc 2010 - 16:40

Bienvenue à vous, Michel! Smile
Brenda Lee
Brenda Lee
Combat avec l'Archange Michel

Féminin Messages : 1178
Age : 57
Localisation : Sud de la France
Inscription : 01/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par violaine le Ven 3 Déc 2010 - 21:04

bonjour Michel

bienvenue sur ce forum,

Violaine
violaine
violaine
Avec les anges

Féminin Messages : 6385
Localisation : bretagne
Inscription : 10/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Marie-Anne le Dim 5 Déc 2010 - 9:30

Soit le bienvenu parmi nous MICHEL Jésus Croix Jésus Croix Jésus Croix

Marie-Anne
Avec l'Archange Saint Michel

Féminin Messages : 193
Age : 77
Localisation : TOULOUSE
Inscription : 16/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Lun 6 Déc 2010 - 19:16

UNE DOCTRINE SOCIALE DE L’ÉGLISE ? Pour quelles raisons ?

L’esprit moderne s’interroge sur l’utilité d’une Doctrine Sociale de l’Eglise. En quoi le Pape aurait-il le droit de définir, pour la société temporelle, une doctrine alors que les Etats modernes disposent de multiples écoles et d’Instituts de hautes études et de centres de recherches qui se préoccupent du problème ?

Un premier regard jeté sur l’actualité nous permet de comprendre. Emeutes en banlieue : des centaines de voitures brûlées chaque week-end, les incitations aux mœurs dépravées, les films de violence qui se succèdent sans rémission à la TV, les progrès de la drogue, touchant principalement les jeunes, la dissolution des familles, l’insécurité urbaine, les grèves et les manifestations de gens en colère, les suicides dans les entreprises (Renault, Thomson, la Poste, EDF, etc.), les guerres et les famines de par le monde.
Pourquoi cela ? Parce que notre société a décidé de s’organiser sans Dieu. Ce qui implique qu’il n’y a plus de morale obligatoire. L’esprit moderne s’en glorifie alors même que les malheurs déferlent. Or, il ne peut y avoir de morale obligatoire sans Dieu.
Pie XI, dans Quas Primas (11/12/1925), nous expliquait : « Non seulement ce déchaînement de malheurs a envahi l’univers parce que la plupart des hommes ont banni Jésus Christ et sa foi très sainte de leurs coutumes et de leurs vies particulières comme de la société et de l’État, mais encore l’espoir d’une paix durable entre les peuples ne brillera jamais tant que les individus et les États s’obstineront à rejeter l’autorité de notre Sauveur. »
Voilà pour le fondement. Il y a bien d'autres choses à ajouter. A bientôt, si Dieu le permet. Michel Tougne
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Invité le Ven 17 Déc 2010 - 11:28

Bonjour Michel Tougne,



Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Texte_10



je vous souhaite un bon accueil Very Happy




Amicalement, fraternellement
Nicolas

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Ven 17 Déc 2010 - 18:41

Je remercie tous ceux qui m'ont souhaité la bienvenue et m'ont fait un bon accueil. Je dois toutefois avouer un manque de connaissance dramatique dans les procdures informatiques. Il se peut donc que je ne fasse pas tout ce qu'il faut pour correspondre aux règles de ce forum. Si tel était le cas, je serai reconnaissant qu'on m'en avertisse. Union de prières dans cette période de l'Avent MT
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Lun 20 Déc 2010 - 10:38

Nous disions plus haut : l'Eglise prend la défense de la nature huamine. Pourquoi ? Les hommes ne sont-ils donc pas capables de s'en charger eux-mêmes ? L'expérience prouve que non. Nous parlerons dans ce message du grave défaut du positivisme qui analyse les situations en termes techniques ou scientifiques, faisant abstration de la morale. La loi naturelle est ansi éliminée.

Les objections à la loi naturelle

1e objection : La doctrine sociale subordonnant la cité laïque à la morale religieuse est surannée. Elle avait cours au temps où la société était majoritairement chrétienne. On ne peut l'admettre aujourd'hui, parce dans la société déchristianisée cette doctrine est inopérante. Lorsqu'on la présente on ne débouche sur aucune solution applicable.

Réponse : Premier point : la nature humaine ne change pas. La doctrine sociale a toujours le même fondement, et c'est précisément la loi naturelle. Second point : ce n'est pas le fait qu'une doctrine soit acceptée qui fait sa vérité. C'est son fondement. Or, la loi naturelle, c'est la participation de la loi éternelle de Dieu dans la nature humaine. La doctrine est donc vraie. Quant à l'acceptation de la doctrine, celle-ci dépend largement du zèle des catholiques à la promouvoir. En ce sens, la crise de la société moderne concerne particulièrement les catholiques.

2e Objection : La doctrine sociale, par son côté moral, ne prend pas en compte la dimension technique des problèmes politiques ou économiques qui se posent à notre société. Faire le bien, éviter le mal, sont des principes qui aident à dire pourquoi on agit de telle ou telle manière. En revanche, l'aspect technique des questions sociales oriente la réflexion sur le comment et non plus sur le pourquoi. Par exemple : comment doit-on faire pour préserver le niveau de l'emploi ? Comment doit-on garantir l'ordre et la sécurité de notre société ? Comment doit-on assurer une juste répartition des richesses ? Pour une entreprise, la question technique est encore plus présente : comment fabriquer au moindre coût pour être concurrent sur un marché? Ces questions peuvent se définir par un jeu d'équilibres, (équilibre des demandeurs d'emploi et des offres d'emplois, équilibre de la production des richesses et du pouvoir d'achat, etc.). Ces problèmes sont parfois étroitement interconnectés. Les solutions qui résoudraient une question ne doivent pas compromettre ou détruire les autres équilibres. Tout ceci est d'abord une question technique. La morale risque de n'émettre que des vœux pieux…

Réponse : La doctrine sociale ne conteste nullement la nécessité de raisonner, après avoir fixé le but d'une action, en termes techniques et de réfléchir sur les moyens techniques à employer. Mais elle conteste que, sous prétexte que l'aspect technique des questions se présente nécessairement, ce soit cet aspect qui informe et dirige l'action.
D'autre part, toute technique pose le problème de son application, de l'usage qu'on en fait. Cet usage n'échappe nullement à l'appréciation morale.

Penons un exemple simple. Nous nous limiterons toutefois à prouver qu'une question technique peut cacher une autre question d'ordre moral. Nous ne donnerons pas la "solution morale" qui nécessiterait des développements plus longs.
Telle entreprise dispose sur le marché d'une situation prépondérante. Sa politique consiste à mettre ses fournisseurs en concurrence. Elle utilise le prétexte des normes ISO pour soutirer le maximum d'informations sur les modes de fabrication que ses fournisseurs utilisent. Elle livre ensuite les informations à l'un d'entre eux, mais exige des prix plus bas, arguant du fait que les indications fournies leur économisent des frais d'études. L'entreprise ainsi renseignée peut éliminer un ou deux concurrents. Si l'un d'entre eux voit son volume de fabrication baisser, il songera bientôt licencier. L'entreprise en situation prépondérante, appelée "entreprise pivot", n'a fait que mettre en application les "techniques" managériales.
Il est indéniable qu'il y a dans cette affaire plusieurs désordres moraux : Le droit au renseignement industriel ne peut aller contre le droit de propriété intellectuelle (tout n'est pas couvert par des brevets, tant s'en faut !) ; les licenciements engendrent parfois une grande misère non seulement économique, mais aussi morale par leurs répercutions sur la vie des familles. Le cynisme économique est un des grands facteurs de la déchristianisation.
Que faire ? C'est parce que chacun se trouve désarmé devant ces questions qu'il est nécessaire d'avoir recours à une doctrine plus haute que celles qu'on diffuse dans les manuels de management. C'est pour cette raison que la doctrine de l'Eglise est nécessaire. Notre exemple avait pour but de prouver qu'une question morale qui se cachait derrière une question technique, et nous nous arrêtons là.
Pie XII le notait :
«La grande misère de l’ordre social est qu’il n’est ni profondément chrétien, ni réellement humain, mais technique et économique ; et qu’il ne repose nullement sur ce qui devrait être sa base et le fondement solide de son unité, à savoir le caractère commun d’homme par la nature et de fils de Dieu par la grâce de l’adoption divine.» (31. 01. 1952)
Tout est une question de prima, de préséance, de priorité dans les préoccupations.
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par pax et bonum le Lun 20 Déc 2010 - 11:04

Bonjour et bienvenu(e).

Je suis bien d'accord avec vous sur la nécessité de recourir à l'idéal social et moral que donne l'Eglise au monde.
Mais pour un redressement complet de notre société,il faut qu'elle recouvre l'autre volet indispensable qu'est le sens du sacré.
Nous avons vécu 50 ans de désacralisation et laïcisation qui ont ruiné l'Eglise et qui a fait ce qu'elle en est aujourd'd'hui.La chute des vocations sacerdotales ou religieuses,les départs,l'esprit du monde partout et dans tous les domaines dans l'Eglise,le langage,les conversations,les moyens de vie,l'architecture des bâtiments,le style "chanson" des chants d'Eglise, ect...
On ne peut espérer un bon ordre social avec une Eglise complètement sécularisée!
La "fille aînée" doit marcher sur ses deux pieds.

A bientôt!
pax et bonum
pax et bonum
Avec les anges

Masculin Messages : 6545
Localisation : france-sud-est
Inscription : 10/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par pax et bonum le Mer 22 Déc 2010 - 10:54

Si je puis exprimer ce point de vue d'une autre manière.

Une Eglise qui majorerait la sacralisation à l'extrême,comme la tendance ou la réalité de celle d'avant-Concile,serait idolâtrique d'elle même.
Une Eglise pour qui seul compterait l'humanitaire,la solidarité et qui ne verrait que dans l'économique la raison de sa crise serait d'esprit maçonnique,dénuée de toute spiritualité.
L'humanitaire a toujours été l'apanage de la franc-maçonnerie.
L'humanitaire vient d'en bas,la charité et la compassion,d'en haut.
Charité=Karis=don.
pax et bonum
pax et bonum
Avec les anges

Masculin Messages : 6545
Localisation : france-sud-est
Inscription : 10/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Lun 3 Jan 2011 - 0:49

Meilleurs vœux à tous, spécialement à Panetier et à Pax et bonum
Je dois des excuses à Panetier de ne pas avoir répondu, mais, cela est à peine croyable, je ne cliquais pas au bon endroit. pour ce qui est de l'application : seul, on ne peut rien. il faut un grand nombre. D'où la nécessité de faire connaître et c'est ce dont je m'efforce. J'en dirai plus long une prochane fois.

Pour bien commencer l'année, il importe aujourd'hui de distinguer la doctrine sociale de certains concepts agglutinants où convergent trop de fausses conceptions. S'agit-il d'attrapes nigauds ou d'erreurs capitales mais naïves ? Peut importe.
Dans le chapelet d'erreurs à dissiper on peut mentionner : 1.) que la doctrine consiste à apporter toute son attention et ses efforts à la croissance économique ; 2.) que la doctrine demande une ardeur inconditionnelle à la promotion de la personne humaine ; 3.) que la finalité ultime de la doctrine est de redresser la société ; 4) que la doctrine authentique, traitant de la loi naturelle, est sans spiritualité ; 5.) que la défense de la nature humaine se confond avec une sacralisation de cette nature ; 6.) que par peur de tomber dans le travers maçonnique qui soit disant "exalte" (?) l'homme, il ne faille pas prendre la défense de la nature humaine ; 7.) que la doctrine sociale de l'Eglise et la spiritualité catholique, fondée sur les vérités surnaturelles, soient antinomiques.

1. L'activité économique.

Voilà maintenant plus de deux siècles que les hommes se targuent de science économique et que, partant, plus n'est besoin de morale : les statistiques et les modèles mathématiques doivent suffire à la production et à la distribution des richesses. Fort heureusement, il n'en est rien, même si les avancées scientifiques peuvent rendre d'éminents services aux choix qui doivent être faits et qui, eux n'échappent pas à l'évaluation morale. La doctrine sociale ne sépare pas le spirituel du matériel, la morale du commerce, voire la religion de la vie économique, au grand dam de nombreux positivistes. Dans une optique authentiquement catholique, s'occuper d'économie ne répand pas l'illusion funeste selon laquelle le salut consisterait dans une production de richesse accrue; au contraire la doctrine économique met en avant le rôle central de la religion, le rôle central des mœurs chrétiennes. Pour nous en convaincre, il suffira de rappeler quelques passages de l'encyclique Rerum Novarum (15 mai 1891)

"C'est avec assurance que Nous abordons ce sujet et dans toute la plénitude de notre droit." écrit le pape. - D'où vient ce droit ? – Du fait que la question économique touche à la morale et que la morale touche à la religion.
"La question qui s'agite est d'une nature telle, continue le souverain pontife, qu'à moins de faire appel à la religion et à l'Eglise, il est impossible de lui trouver jamais une solution."

Plus bas, l'encyclique affirme :
"Assurément, une question de cette gravité demande encore à d'autres agents leur part d'activité et d'efforts. Nous vouons parler des chefs d'Etat, des patrons et des riches, des ouvriers eux-mêmes, dont le sort est ici en jeu. Mais ce que nous affirmons sans hésitation, c'est l'inanité de leur action en dehors de celles de l'Eglise. C'est l'Eglise, en effet, qui puise dans l'Evangile des doctrines capables, soir de mettre fin au conflit, soit au moins de l'adoucir, en lui enlevant tout ce qu'il a d'âpreté et d'aigreur ; l'Eglise, qui ne se contente pas d'éclairer l'esprit de ses enseignements, mais s'efforce encore de régler en conséquence la vie et les mœurs de chacun ; l'Eglise, qui, par une foule de d'institutions éminemment bienfaisantes, tend à améliorer le sort des classes pauvres ; l'Eglise, qui veut et désire ardemment que toutes les classes mettent en commun leurs lumières et leurs forces, pour donner à la question ouvrière la meilleure solution possible ; l'Eglise enfin, qui estime que l'autorité publique et les lois doivent, avec mesure et avec sagesse sans doute, apporter à cette solution leur part de concours."
(…)
"Cependant l'Eglise ne se contente pas d'indiquer où se trouve le remède, elle l'applique au mal de sa propre main. Elle est tout occupée à élever et à instruire les hommes d'après ses principes et sa doctrine. Elle a soin d'en répandre le eaux vivifiantes aussi loin et aussi largement qu'il lui est possible, par le ministère des Evêques et du clergé. Puis, elle s'efforce de pénétrer dans les âmes et d'obtenir des volontés qu'elles se laissent conduire et gouverner par la règles des préceptes divins."

Passons à Pie XII, qui, le 1er juin 1941 publiait La solennita, pour célébrer les cinquante ans de Rerum Novarum. Nous y trouvons encore, maintes fois exprimée, la connexion essentielle du surnaturel et de la morale naturelle. S'agissant de la famille et de ses rapports avec l'Etat, le pape rappelle le fondement naturel de la propriété privée, que l'Etat ne saurait blesser ou abolir sans attenter au droit naturel.
"Il serait contre nature de se vanter comme d'un progrès, d'un développement de la société qui, ou par l'excès des charges, ou par celui des ingérences immédiates, rendrait la propriété privée vide de sens, enlevant pratiquement à la famille et à son chef la liberté de poursuivre la fin assignée par Dieu au perfectionnement de la vie familiale."


Si la doctrine sociale parle d'économie, ce n'est point parce que ce domaine de la vie sociale serait la planche de salut du genre humain, (comme le pensait Saint-Simon et nombre de positivistes après lui), mais bien plutôt parce que l'économie doit servir et faciliter les activités spirituelles qui permettront à l'homme de travailler à son salut et à celui de ses frères.

2.) Après le matérialisme, l'autre erreur que nous avons recensé au début de ce texte, c'est la l'ardeur inconditionnelle pour la promotion de la personne humaine. Sur ce point, un gros livre n'y suffirait pas. Il s'agit de la manie de mettre l'homme au dessus de tout, inconditionnellement, de décréter qu'il ne peut être ordonné à aucune institution, aucun projet social, pour la raison qu'il transcende toutes les valeurs terrestres et que tout doit se rapporter en lui. Les fondements religieux se trouvent officiellement dans le document Gaudium et Spes et dans Humani Generis de Vatican II. Le problème est gravissime. Il y a, de fait, rupture avec la doctrine sociale exprimée par les papes jusqu'à Pie XII inclus. La meilleure preuve, c'est qu'on ne cite pas ou presque pas Pie XII, même si on l'encense par ailleurs dans des formules vagues qui ne présentent jamais le fond doctrinal. Bref, il s'agit d'une nouvelle doctrine, mélangeant le vrai et le faux. Nous nous expliquerons sur ce point ultérieurement si telle est la volonté de Dieu et si Le peuple de la paix le supporte.

Nous avons traité le premier point, remis à plus tard le second, effleuré le quatrième et le cinquième, mais nous reviendrons dessus.
Bonne année à tous.

Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par r923942 le Lun 3 Jan 2011 - 11:36

Bonjour

quand j'entends qu'il y a une crise des vocations ça me fait pleurer

Il y a des gens qui voudraient servir l'église mais l'accès leur en est interdit

En effet ,pour être curé il faut faire sept ans d'études

Quand je pense que Notre Seigneur Jésus Christ a formé ses apôtres en trois ans et demi et qu'ils faisaient des miracles alors que l'église les forme en sept ans

Trois ans et demi pour les former et trois ans et demi pour les déformer

Qui a les moyens de financer des études aussi longues sinon les gens qui ont les moyens

Bien sur il y a le Pere Guy Gilbert qui est originaire d'une famille pauvre,ce doit être l'exception qui confirme la règle.

Mais le pauvre Père pense que si les curés étaient mariés cela éviterait la pédophilie.

Si les curés ne peuvent pas se marié c'est qu'ils ont déjà marié avec le Seigneur ils sont ses épouses.

De plus pour donner l'eucharistie le prêtre doit être sacré et rester vierge

Ce brave curé est bien sympatique mais c'est un savant ignorant comme tous ses pairs

il faut savoir que les grands patrons des entreprises et les grands patrons de l'église appartiennent aux même familles depuis au moins le moyen age

L'église n'a jamais été réellement sociale ,elle s'est surtout servie d'exploiter les pauvres

La doctrine imparfaite de l'église n'a jamais cherchée à s'imposer par la patience et l'explication auprès de ceux qui pouvaient la mettre en pratique ,l'église a fait du terrorisme spirituel.

Elle a menaçé des pires maux de l'enfer ceux qui ne voulaient pas lui obéir

Il ne faut pas s'étonner du discrédit qui pèse sur elle

Et il y a une chose dont l'église ne tient pas compte a cause de ses dogmes ,c'est qu'elle est persuadée qu'en terrorisant tout le monde elle va réussir à imposer la Paix dans la société

il n'y a rien de plus faux

Car l'élément que l'église ne tient pas en considération c'est qu'il existe deux types de personnalité

il y a les enfants de Dieu et il y a les enfants du Diables

Parmi les enfants Dieu ,il y en a une grande partie qui est ignorante d'appartenir à Jésus.

Ceux ci sont ceux qui mériteraient qu'ion s'occupe d'eux en leur apprenant la Doctrine avec douceur patience et persevérance,car c'est leur ignorance qui les fait obéir aux puissant de la terre

Et sur ce plan l'église appartenant aux puissants n' a pas cherché a libérer les enfants de Dieu

L'autre type de personnalité ce sont les enfants de Satan

Alors eux vous pouvez employer tous les moyens ,comme l'amour ou la la force pour leur apprendre quoi que ce soit,jamais ils ne coopéreront car comme leur père le Diable ils sont orgueuilleux et rebelles

Voila la Vérité de faits.

Maintenant comment changer la société ?

Tout d'abord il serait bon de connaitre la volonté du Seigneur plutôt que de fantasmer.

En effet lui même n'a jamais voulu être Roi,pourtant durant son règne terrestre il aurait pu faire beaucoup de choses utiles

De plus si on étudie le bible ,on y évoque le cas de la ville d'Enoc.

Cette ville a la particularité d'être montée au ciel avec tous ses habitants,parce que tous ses habitants étaient saints.

En comparaison on y parle aussi de certaines villes qui ont été détruites a cause de leur pêchés c'est a dire de leur désobéissance.

je voudrais ouvrir une petite parenthèse sur le cas de Sodome et Gomore,si ces ville sont été détruite par le feu du ciel ce n'est pas a cause de l'homosexualité comme on le croit en général mais à, cause de leur méchanceté et de leur injustice

Ce qui veut dire que ceux qui ont transmis l'histoire,suivez mon regard on fait les raccourcis qui les arrangeaient

Alors il ne faut pas s'étonner si la doctrine du Seigneur ait été si mal enseignée

il y a encore dans l'église a cause de l'égoïsme et de l'orgueil ,un sectarisme

C'est a dire que ces gens pensent qu'ils détiennent la vérité dans son ensemble et qu'ils en sont les dépositaires exclusifs.

Et bien NON

Je regrette de devoir le dire l'église catholique n'a pas le monopole de la vérité

Elle prend une parole de Jésus "tu es pierre et sur cette pierre ..."

La aussi il y a une interprétation qui n'est pas la bonne

Le roc auquel jésus faisait allusion c'est le roc de la Foi

Et la Foi existait,existe et existera sans l'église car le chemin de la Foi existe depuis le commencement.

L'église au quel Jésus faisait allusion c'étaient l'assemblée des enfants de Dieu et non pas un structure administrative et économique qui fait des affaires avec la maffia

Alors tout ce qui est dit dans le message précédent,avec toute la sympathie et l'affection que j'ai pour son auteur n'est rien d'autre que du baratin et de la langue de bois

Du politiquement correct ,c'est a dire du terrorisme spirituel.

Je ne suis pas un intellectuel je suis un patron manuel mais je défendrais mes idées et mes opinions pour les les enfants de Dieu qui sont manipulés.





r923942
Contre la Franc Maconnerie

Messages : 321
Inscription : 17/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Lun 3 Jan 2011 - 20:32

Cher petit Cheval Blanc, 'contre' la "francmaconnerie" (sans "ç" parce que la cédille fait sans doute trop intellectuel) , tellement contre, comme une échelle est contre le mur, vous avez un style bien paradoxal qui rejoint les bobards des frères trois points. Personne n'y croit plus, mais ça occupe. Vous déclarez que vous n'êtes pas intello, vous affectez d'être bas de plafon, et ne pas connaître la grammaire, voilà qui est cohérent. Mais il est surprenant que vous écriviez tout de même plus de 850 mots de contrevérités. C'est cousu de gros fil blanc. Le tout semble être fait pour couper la suite des idées. Or, tout peut servir à couper, à interrompre : il suffit d'intervenir.

Pour ne pas faire perdre davantage de temps aux éventuels lecteurs, donnons un exemple de la volonté médisante de la franc maçonnerie. Nous nous souvenons de Voltaire qui écrivait : "Mentez ! Mentez, il en restera toujours quelque chose." Le conseil a été suivi par La semaine de France, œuvre de prédilection du Grand Orient (autour des années 1900). "Il ne s'agit là dedans, dit Jean Bidegain, que d'assassinats, de vols, d'attentats à la pudeur. Ses informations débutent toujours ainsi: "Il y a quelques jours…" ou "Mardi dernier…" (…) Je suis bien persuadé que les très nombreux journaux qui ont recours à La semaine de France seraient fort embarrassés de prouver l'authenticité des événements aussi variés qu'extraordinaires dont ils lui empruntent le récit."

Les mêmes pratiques ont eu lieu en Espagne où La Semaine Religieuse de Madrid eut connaissance d'un manuel, distribué aux francs maçons et en révéla la teneur.
"L'action de la maçonnerie doit s'attacher principalement à discréditer les prêtres et à diminuer l'influence qu'ils ont sur le peuple et dans les familles. (…) Qu'on ne fasse pas scrupule dans le choix des moyens pour détruire le respect de la religion et du prêtre. Tous les moyens sont bons, quand il s'agit de délivrer l'humanité des chaînes du prêtre."
Pour en savoir plus, on peut lire Le problème de l'heure présente par Henri Delassus, (Desclée Brouwer 1905)

Le monde change, les années se succèdent, mais le combat des deux cités reste le même. Nous savons déjà que le Christ est vainqueur.
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par r923942 le Lun 3 Jan 2011 - 21:21

Cher Michel

il y a deux réalité au moins

Celle de ceux qui parlent beaucoup,c'est la même catégorie que celle qui se vante d'avoir beaucoup de succès avec les femmes.

Et puis il y a la réalité de ceux qui ne parlent pas mais qui agissent.

Je m'aperçois que nous n'appartenons pas à la même.

Mais il faut de tout pour faire un monde

Je ne m'aventurais pas sur votre terrain,car comme je l'ai évoqué ,c'est le terrain de ceux qui sont des privilégies ou alors qui sont des vecteurs de propagande plus ou moins malgré eux.

Certes je ne suis pas un expert en grammaire mais ce n'est pas pour autant que j'assénerais des contre-vérités

En effet je parle avec mon coeur,mon coeur a mal du comportement odieux de
l'église

Si en plus de la grammaire vous connaissiez le dictionnaire vous devriez savoir qu'il existe plusieurs définitions de la Vérité

_ce qui est réel
_ce à quoi on croit
_ce qui emporte l'assentiment général

Or votre vérité a vous n'est ni réelle,n'est pas crédible et n'emporte non plus l'assentiment général.

En vous souhaitant une bonne soirée ,celui qui est comme Dieu (Michel)


r923942
Contre la Franc Maconnerie

Messages : 321
Inscription : 17/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par violaine le Lun 3 Jan 2011 - 21:27

@ Richard Be

Citation :
"l'église a fait du terrorisme spirituel."

je ne pense pas que c'est le cas actuellement, au contraire l'église s'adapte au monde, et c'est l'église du monde et non celle de Jésus Christ qui devrait être : Une Sainte, Catholique et Apostolique,

violette
violaine
violaine
Avec les anges

Féminin Messages : 6385
Localisation : bretagne
Inscription : 10/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par r923942 le Lun 3 Jan 2011 - 21:32

Chère Violaine

j'aime beaucoup votre esprit de modération et de conciliation.

Vous êtes une vrais sainte avec toutes les qualités chrétiennes

r923942
Contre la Franc Maconnerie

Messages : 321
Inscription : 17/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Lun 3 Jan 2011 - 21:38

Plutôt que de répondre point par point aux 7 questions posées plus haut, commençons par donner une définition de la doctrine sociale de l'Eglise

La définition d’une doctrine doit remonter à la racine. Elle doit tenir compte de ce qui la génère, c'est-à-dire de ses causes.
Il convient de se poser avant tout quelques questions : Qui élabore et publie la doctrine ? Dans quel contexte et à quelle fin ? S’agit-il d’une doctrine explicative ou prescriptive,? De quoi traite-t-elle ? Sous quelle forme ?

Le 29 avril 1945, Pie XII précisait à l’Action Catholique Italienne :
« Vous savez bien combien de rapports essentiels et multiples rattachent et subordonnent l’ordre social aux questions religieuses et morales. Il s’ensuit que, surtout en période de bouleversements économiques et d’agitations sociales, l’Église a le droit et le devoir d’exposer clairement la doctrine catholique en matière si importante ».

D'après cette déclaration, l'objet de la doctrine, ce dont elle traite, ce sont des liens de subordination de la société à l'ordre surnaturel.

Il y a, en effet, subordination. C’est aussi ce que pensait saint Pie X. (Lettre encyclique Singulari quadam 24 septembre 1912)
« Quoi que fasse le chrétien, même dans le domaine des choses terrestres, il ne lui est pas permis de négliger les biens surnaturels, mais il faut que, selon les préceptes de la sagesse chrétienne, il oriente toute chose vers le souverain bien, comme vers sa fin dernière, toutes ses actions, qu’elles soient moralement bonnes ou mauvaises, c'est-à-dire en tant qu’elles sont conformes au droit naturel et divin, ou qu’elles s’en écartent, sont soumises au jugement et à la juridiction de l’Église. »

Ne pas séparer ce qui est hiérarchisé

La nature est subordonnée à la surnature. Il faut donc distinguer entre nature et surnature, mais distinguer ne veut pas dire isoler, séparer. On aurait tort de faire de la loi naturelle une entité indépendante des autres lois (loi éternelle et loi divine). Une autre erreur serait de vouloir faire cohabiter le règne social public de Notre Seigneur avec un naturalisme législatif impénitent. (Par exemple vouloir faire coïncider des lois aveugles et agnostiques sur l’avortement avec de belles cérémonies publiques régulières, en présence de tout le gouvernement, en l’honneur du Christ Roi).
La destinée humaine, nous le savons, ne se borne pas à l’horizon temporel. La distinction entre l’ordre naturel et l’ordre surnaturel est utile en philosophie pour fixer les concepts, comprendre la hiérarchie des fonctions entre prêtres et laïcs. Elle est utile pour ne pas voir Dieu dans ce qui n’est qu’humain, mais cette distinction ne doit pas aller jusqu’à nier la Providence de Dieu, ni jusqu’à nier le plan de Dieu sur la nature humaine. Une séparation entre le plan naturel et le plan surnaturel ne saurait tenir lieu de précepte dans la vie. La séparation des plans jette l’homme dans le naturalisme, dans le positivisme, dans le laïcisme et dans toutes les erreurs à l’origine de la déchristianisation. C’est un des grands moyens utilisés par tous les acteurs de la conjuration antichrétienne.

la subordination de la société à la morale et à la Religion a été magistralement exposée dans l’encyclique Quas Primas de Pie XI en date du 11 décembre 1925, Instituant la fête du Christ Roi le dernier dimanche d’octobre. De quelle royauté s’agit-il ? Voici la réponse de l’encyclique.
« Nous voulons maintenant expliquer brièvement la nature et l'importance de cette royauté.
10. II est presque inutile de rappeler qu'elle comporte les trois pouvoirs, sans lesquels on saurait à peine concevoir l'autorité royale. Les textes des Saintes Lettres que Nous avons apportés en témoignage de la souveraineté universelle de notre Rédempteur le prouvent surabondamment. C'est, d'ailleurs, un dogme de foi catholique que le Christ Jésus a été donné aux hommes à la fois comme Rédempteur, de qui ils doivent attendre leur salut, et comme Législateur, à qui ils sont tenus d'obéir. Les évangélistes ne se bornent pas à affirmer que le Christ a légiféré, mais ils nous le montrent dans l'exercice même de son pouvoir législatif.
A tous ceux qui observent ses préceptes, le divin Maître déclare, en diverses occasions et de diverses manières, qu'ils prouveront ainsi leur amour envers lui et qu'ils demeureront en son amour
Quant au pouvoir judiciaire, Jésus en personne affirme l'avoir reçu du Père, dans une réponse aux Juifs qui l'accusaient d'avoir violé le Sabbat en guérissant miraculeusement un malade durant ce jour de repos: " Le Père, leur dit-il, ne juge personne, mais il a donné au Fils tout jugement’’. Dans ce pouvoir judiciaire est également compris - car il en est inséparable - le droit de récompenser ou de châtier les hommes, même durant leur vie.
Il faut encore attribuer au Christ le pouvoir exécutif : car tous inéluctablement doivent être soumis à son empire; personne ne pourra éviter, s'il est rebelle, la condamnation et les supplices que Jésus a annoncés.
11. Toutefois, ce royaume est avant tout spirituel et concerne avant tout l'ordre spirituel: les paroles de la Bible que Nous avons rapportées plus haut en sont une preuve évidente, que vient confirmer, à maintes reprises, l'attitude du Christ Seigneur.
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Lun 3 Jan 2011 - 22:11

Cher Richard, Quand on assimile la doctrine de l'Eglise, ses conciles et son Magistère suprême, à du terrorisme intellectuel, c'est qu'on a du mal à admettre que la Foi catholique a pour objet la religion révélée, religion surnaturelle qu'on ne peut inventer. Elle a été confiée à l'Eglise par le Christ, à charge pour elle de la faire connaître afin d'amener les âmes à Dieu. Cette doctrine nous dit l'amour que Dieu a pour les hommes ; les prêtres enseignent l'Evangile du Christ, donne les sacrements qui confère la Grâce, et font de nous des enfants de Dieu. Quand on estime que l'Eglise catholique n'a pas le monopole de la vérité, c'est qu'on a du mal a soumettre son esprit. On a plus confiance en ses propres idées qu'en l'enseignement du cathéchisme. Il faut se rendre à l'évidence : le catholique est celui qui, baptisé, adhère à l'enseignement de l'Eglise. Quand on déblatère contre l'Eglise, on est au moins en danger de perdre la foi. Il faut se ressaisir et penser à son salut. Tant qu'il y a de la vie, il n'est jamais trop tard pour se convertir. Posez-vous franchement cette question : que peut apporter une langue trompeuse qui nous chuchote à l'oreille que l'Eglise n'est pas du Christ ? C'est une tentation qui n'est pas de Dieu. Cher Richard, Le Père, le Fils et le Saint Esprit, la Sainte Trinité vous aime, plus que personne ne peut aimer. Le Christ est venu pour le rachat de l'humanité entière. Pensez-y. L'Eglise est le don merveilleux qu'il nous a laissé pour que son oeuvre salvifique continue. Quelles actions surpasseront jamais un tel don ?
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par r923942 le Lun 3 Jan 2011 - 22:56

J'aime beaucoup et je respecte profondément sa sainteté Benoit XVI

Il est en train de faire un sacré travail,il est en train de nettoyer (les écuries d'Augias) la comptabilité de l'Eglise.

Il fait le même travail que notre cher président Sarkozy

r923942
Contre la Franc Maconnerie

Messages : 321
Inscription : 17/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par r923942 le Mar 4 Jan 2011 - 1:05

Bon je m'excuse d'être aussi violent


Avec le temps vous comprendrez mon point de vue et moi je vous écouterais sans m'endormir jusqu'au bout de votre discours

Pour me faire pardonner je mets une jolie histoire que l'on vient de m'envoyer


Vous récoltez ce que vous semez. .
L'homme leva la tête lentement et regarda. Cette dame visiblement
était habituée aux choses raffininées de la vie. Son manteau était neuf.
Elle semblait n'avoir jamais manqué un repas de sa vie.
La première pensée de l'homme était qu'elle voulait probablement
se moquer de lui, comme tant d'autres avaient fait.
" Laissez-moi tranquille", lança-t'il... À son grand étonnement, elle resta là.
Elle souriait -- de ses dents droites et éclatantes.
"Vous avez faim ? elle demanda.
"Non, il répondit avec sarcasme. "J'arrive de manger avec le président...
Alors fichez le camp."

La dame sourit encore plus.
Soudainement l'homme sentit une douce main sous son bras.
"Qu'est-ce que vous faites, la dame?" l'homme demanda fâché.
"J'ai dit fichez moi la paix.
Juste à ce moment-là un policier arriva.
" Quelque chose ne va pas, madame" demanda-t-il..
".
"Aucun problème ici, officier, la dame répondit.
" J'essaie simplement d'aider cet homme à se relever. Voulez-vous m'aider ?
Le policier se gratta la tête. "Ah ! c'est le vieux Jack.
Il fait parti des meubles dans le coin depuis une couple d'années.
Qu'est-ce que vous lui voulez ?" "Voyez-vous la caféteria là ?
Elle demanda. "Je vais aller lui chercher une bouchée et
l'amener un peu au chaud".
"Ça va pas non?, la dame" le sans-abri résistait.
"J'veux pas aller là !" Il sentit à ce moment des mains fortes
qui l'empoigna sous les bras pour le soulever.
"
""Laissez-moi, officier. J'ai rien fait..."
"C'est une bonne offre pour toi, Jack" le policier lui dit. "Ne manque pas ça."
Finalement, non pas sans difficulté, la femme et le policier aida Jack
à se rendre à la caféteria et l'installa à une table en retrait dans un coin.
C'était au milieu de la matinée, après l'achalandage du petit-déjeuner,
la plupart était parti et les prochains pour le dîner n'arrivaient pas encore.

"

"Le gérant traversa et se tint près de la table. " Qu'est-ce qui se passe ici, officier?" il demanda. "Qu'est-ce que c'est tout ça, est-ce que cet homme a des problèmes ?"
"Cette dame a amené cet homme pour le nourrir", le policier répondit.
"Ah pas ici !" le gérant répondit fâché. "Ce type de gens nuit aux affaires".
Le vieux Jack sourit avec un sourire édenté. "Voyez, la dame. J'vous l'avais dit. Maintenant laissez moi partir. J'vous l'avais dit que je ne voulais pas venir ici."
La dame se tourna vers le gérant de la caféteria en souriant lui dit :
"Monsieur, vous connaissez Eddy et Associés, l'institution bancaire sur la rue?'
""Oh bien sûr que je la connais", le gérant répondit impatiemment.
" Ils viennent ici pour leurs réunions hebdomadaires dans une de mes salles de banquet."
"Et vous faites de bons revenus en fournissant la nourriture à
ces réunions hebdomadaires?"
"Mais de quoi vous vous mêlez ?"
Moi, monsieur, je suis Pénélope Eddy, présidente et PDG de la compagnie."

"La dame sourit encore... "J'ai bien pensé que cela changerait les choses".
Elle jeta un coup d'oeil au policier qui était occupé à étouffer un rire.
" Aimeriez-vous vous joindre à nous avec une tasse de café et un repas,
officier ?
"Non merci, madame" répliqua la policier. "Je suis en service."
"Peut-être alors, voulez-vous apporter un café?"
"Oui, madame. Ce serait vraiment bien."
Le gérant de la caféteria se tourna. "Je vous apporte un café tout de suite, officier."
Le flic le regarda s'en aller. "Vous l'avez remis à sa place," il dit.
"Ce n'était pas mon intention... Croyez le ou pas, j'ai mes raisons pour tout cela."
Elle s'assit à la table en face de son invité étonné. Elle le fixa intensément.
""Jack, vous souvenez-vous de moi?"
Le vieux Jack furetant son visage de ses vieux yeux encrassés. "J'pense que oui -- vous m'avez l'air familier."
"J'ai veilli un peu peut-être," elle dit. " "J'en ai probablement profité depuis
mon jeune âge; quand vous travailliez ici, je suis entrée par cette porte et
j'avais froid et faim."
"Vous, madame?" le policier demanda.
Il ne pouvait croire qu'une dame aussi magnifique ait pu avoir faim.
""Je venais de terminer le collège," la dame commença.
"Je suis venue en ville pour chercher un emploi, mais je ne trouvais rien.
Finalement, je n'avais plus un sou et je me suis fais évectée de mon appartement...
J'ai erré dans les rues pendants des jours. C'était février et j'avais froid et
je mourrais presque de faim. J'ai vu cet endroit et pris une chance au cas où
je pourrais manger."
Jack s'éclaira d'un sourire. "Ah là je me souviens, il dit. "Je servais derrière le comptoir.
Tu es venue et a demandé si tu pouvais travailler pour une bouchée.
Et je t'ai dit que cela allait à l'encontre du règlement de la compagnie."
""Je sais," continua la femme. "À ce moment-là, tu m'as fait le plus gros sandwich
au rôti de boeuf que j'aie jamais vu, et tu m'as donné une tasse de café,
et tu m'as dit d'aller à la table du coin et d'en profiter. J'avais peur que cela
vous cause des ennuis... Et puis, je vous ai vu regarder alentour et
je vous ai vu déposer dans la caisse le montant de ma nourriture,
j'ai su alors que tout irait pour le mieux."
"Puis, vous avez parti votre propre entreprise?" Dit le vieux Jack.
"J'ai obtenu un emploi l'après-midi même. J'ai monté l'échelon.
Éventuellement j'ai parti ma propre entreprise, et avec l'aide de Dieu, cela a prospéré..." Elle ouvrit son sac à main et en sorti une carte de visite.
"Quand vous aurez fini ici, je veux que vous alliez voir un M. Lyons. Il est le directeur des ressources humaines de ma compagnie. Je vais aller lui parler et je suis certaine qu'il vous trouvera quelque chose à faire au bureau.
" Elle sourit. "Je pense qu'il aurait même les fonds à vous prêter pour que vous puissiez vous acheter des vêtements et vous trouvez un endroit où loger jusqu'à ce que vous puissiez vous débrouiller.
Si vous avez besoin de quoi que ce soit, ma porte est toujours ouverte pour vous."
Le vieil homme avait les yeux remplis de larmes. "Comment je peux vous remercier?
" il demanda.
"Ne me remercier pas," dit la femme. "La gloire va à Dieu. Il m'a conduit à vous."
À l'extérieur de la caféteria, l'officier et la femme s'arrêtèrent à l'entrée avant de partir
chacun de leurs côtés. "Merci pour toute votre aide, officier," dit-elle.
"Au contraire, Mme Eddy," dit-il. "Merci. J'ai vu un miracle aujourd'hui, quelque chose que je n'oublierai jamais. Et... Et merci pour le café."
Excellente journée. Et que Dieu vous bénisse toujours et rappelez-vous que lorsque
tendez la main, on ne sait jamais de quelle façon cela reviendra. Dieu est si Grand qu'Il peut recouvrir tout le Monde avec son Amour et Il peut être si petit qu'Il peut se nicher dans votre coeur.
Lorsque Dieu vous amène au bord du précipice,
faites Lui pleinement confiance et lâcher prise.
Seulement 1 ou 2 choses se produiront, ou qu'Il vous attrapera si vous tombez, ou Il vous enseignera comment vous envolez !
La puissance d'une phrase ! Dieu va remuer les choses aujourd'hui et elles iront en votre faveur.
Si vous y croyez, envoyez-le. Si non, supprimez-le....
BE HAPPY ALWAYS AND TRUST GOD AS ..
Dieu ferme les portes qu'aucun humain ne peut ouvrir et Dieu ouvre les portes qu'aucun humain ne peut fermer.
Si tu désires que Dieu t'ouvre des portes...
Bénis quelqu'un aujourd'hui en lui envoyant ceci.
Que ta journée soit bénie et souviens toi d'être une bénidiction....
Sois toujours heureux et fais confiance à Dieu, la vie est trop courte pour s'en faire.

r923942
Contre la Franc Maconnerie

Messages : 321
Inscription : 17/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par pax et bonum le Mar 4 Jan 2011 - 18:31

Il faut reconnaître qu'autrefois les églises étaient pleines et les séminaires remplis.
Et depuis que l'on fait dans le social et le solidaire,on compte les chaises occupées et les vocations dans les diocèses sur les doigts d'une seule main.
Vocations religieuses,n'en parlons pas.
La question esr beaucoup plus fondamentale:qu'est-ce qui la religion:être relié.
A quoi?
Le monde relié à lui-même,pour panser ses plaies inévitables.
Ou le monde relié à L'autre monde" pour le Salut Eternel?
pax et bonum
pax et bonum
Avec les anges

Masculin Messages : 6545
Localisation : france-sud-est
Inscription : 10/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Mer 5 Jan 2011 - 0:54

Cette fois, je suis au clair avec votre question. Comme vous, je déplore la déchristianisation dans l'Eglise même. Le pape Paul VI a parlé des fumées de Satan qui avaient envahi l'Eglise ; Jean Paul II a signalé l'apostasie silencieuse des pays d'Europe, a demandé en vain pour que l'on mentionne "les racines chrétiennes" de notre vieux continent. Notre Pape actuel, Benoît XVI n'a pas manqué de déplorer le relativisme conduisant à la pensée que rien n'est vrai. Le problème est posé. D'où vient l'apostasie ? D'où vient cette forme "d'anémie religieuse" (Pie XII), si ce n'est du laïcisme ? C'est-à-dire du regard que les incroyants portent sur la société ?
Il est exagéré de dire, comme on l'entend ou qu'on le lit parfois, que Satan est le maître de ce monde, qu'il n'y a donc rien à faire pour nous dans ce monde, parce que notre vraie vie et notre vraie patrie est au ciel.
Notre Seigneur nous a mis sur terre et c'est sur terre que nous devons faire notre Salut. Certes, la vraie vie et notre vraie patrie est au ciel, mais nous devons, comme le Christ nous l'a montré, passer dans ce monde en faisant le bien.
Il y a deux manières de vivre dans le monde : penser à soi d'abord et s'arrêter à son propre intérêt, ou bien nous ranger sous la loi de Dieu. C'est la seconde solution que doit choisir un chrétien.
Pour ce qui est de la question sociale, voici un résumé hyper concentré :
Il ne faut pas réduire la doctrine sociale à la question du travail. La société embrasse toutes les institutions. La doctrine sociale dit que les institutions les plus importantes sont la famille, la propriété privée et l'Etat. Ces trois institutions reçoivent des lois venant de la nature, c'est-à-dire du Créateur. Ainsi, pour la famille : c'est la cellule de base de la société (et non l'individu). Elle doit être favorisée et défendue par toute la société. Le milieu familial, lorsqu'il n'est pas parasité par toutes sortes d'idéologies malsaines, est le plus apte et le plus efficace pour transmettre la vie et assurer la première formation religieuse.
Pour la propriété privée : elle doit respecter la première destination des biens de la terre qui est universelle. Donc le chrétien sait qu'il n'est que gérant de ses biens et qu'il devra rendre compte de sa gestion devant Dieu. La gestion des biens doit prendre en compte la charité (la vertu chrétienne et non la bienfaisance humanitariste et athée).
Pour l'Etat : il n'est pas absolu et ne doit pas prendre la place de Dieu lui-même. Les lois doivent donc être en conformité avec la loi naturelle. Autrement dit, il y a quelque chose au dessus des lois qu'édicte le pouvoir politique ; ce quelque chose, c'est la loi naturelle. La fonction de l'Etat est d'assurer le bien commun. Voici une citation de Pie XII (Allocution au patriarcat et la noblesse de Rome : 8 janvier 1947) :
" …Ce bien commun, c'est-à-dire l’établissement de conditions publiques normales et stables, telles qu’aux individus aussi bien qu’aux familles il ne soit pas difficile de mener une vie digne, régulière, heureuse, selon la loi de Dieu, est la fin et la règle de l’Etat et de ses organes".

Vous voyez donc que le but de la doctrine sociale de l'Eglise est de promouvoir une société chrétienne, où Dieu règne en maître. C'est le Christ-Roi que voulait, en toute justice, promouvoir l'encyclique Quas Primas de Pie XI.
On pourra s'étonner que le fait de vouloir faire régner le Christ sur terre, non seulement dans les cœurs, mais aussi sur les nations, les institutions sociales et principalement les familles et les gouvernements, soit une œuvre de justice. N'est –ce pas plutôt une œuvre de charité surnaturelle ? Certes cela procède également de la charité surnaturelle. Mais c'est une œuvre de justice dans la mesure où l'on se souvient que le Christ est Dieu, qu'il est le Créateur, qu'il nous a racheté et qu'il s'est acquis des droits sur le monde entier par son sacrifice sur la Croix. C'est dire que cette œuvre est moralement nécessaire.

A ceux qui pensent que le démon est le maître de ce monde, (ce qui n'est malheureusement que trop vrai aujourd'hui), il faut rappeler que ce règne est usurpé, et que le Christ a dit (Math XXIII, 18) : "Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre." C'est donc Lui, le Roi légitime. Depuis l'origine du monde se déroule sur terre un grand combat entre le bien et le mal. Il a été décrit, entre autres, par saint Augustin dans Les deux Cités, par saint Ignace dans la méditation des deux étendards, par les papes modernes tels Léon XIII, saint Pie X ou Pie XI. C'est dans ce contexte que prend place la doctrine sociale de l'Eglise. Ne rien faire pour la société, livrée aux mains des sans-Dieu, alors même qu'on pourrait faire quelque chose, c'est manquer à la charité.
Le premier Juin 1941, Pie XII commémorait l'encyclique Rerum Novarum de Léon XIII. Il expliquait dans une très belle formule la raison de la sollicitude chrétienne pour la vie sociale : "De la forme donnée à la société, en harmonie ou non avec les lois divines, dépend et s'infiltre le bien ou le mal des âmes. C'est dire que les hommes, appelés tous à être vivifiés par la grâce du Christ, respireront dans les contingences terrestres du cours de leur vie, ou bien l'air sain et vivifiant de la vérité et des vertus morales, ou bien le microbe morbide et souvent mortel de l'erreur et de la dépravation."

Encore trois questions à aborder. Dieu est, bien sûr, assez puissant pour assurer seul son règne. Ce n'est pas nous qui allons sauver Dieu, c'est Lui qui nous sauvera. Lorsque nous croyons combattre pour Lui, en réalité, c'est Lui qui combat en nous. Car rien ne peut se faire sans sa grâce. Mais Dieu ne veut pas que nous restions passifs. D'après saint Augustin, Dieu veut nous dire, par sa Providence et par notre condition d'homme chrétien : 'Je t'ai créé sans toi, je t'ai racheté sans toi, mais je ne te sauverai pas sans toi."

Le deuxième point, c'est que "il y a plusieurs demeures dans la maison du Père". Ce qui veut dire : il y a plusieurs voies possibles. Dieu nous réserve des chemins qui nous sont personnels. Certains sont appelés à être prêtres ou religieux, d'autres sont appelés à être mariés, d'autres seront célibataires. Certains sont appelés à diverses formes d'actions, d'autres sont davantage destinés à la prière et à la contemplation. Il faut souvent demander : "Seigneur, que voulez-vous que je fasse ? " Le Christ nous donnera les lumières ou certains indices qui nous guideront. Ses réponses nous déconcertent parfois, mais elles sont toujours aimantes même si (surtout si) elles exigent plus de prières et plus de sacrifices.

Enfin, les temps actuels sont durs. Ils le sont d'autant plus par l'état général de faiblesse de l'Eglise en ce début du 21e siècle. Le pape attaqué, harcelé par les médias, pas toujours soutenu par les évêques. Peu de pratique religieuse, effondrement des vocations et pas mal de flottement, pour ne pas dire plus, dans de nombreux secteurs de l'Eglise. Lorsqu'on étudie la doctrine ou les écrits actuels, on s'aperçoit que nombre de principes ont changé, pas toujours à l'avantage de la visibilité et de la clarté des positions religieuses. Alors, que faire ? Comme je le pense, chacun peut poser la question au Seigneur dans sa prière : Que voulez-vous que je fasse ? Laissons Dieu nous répondre et ne prenons pas nos propres désirs pour une réponse divine !
Pour ma part, j'ai pris l'option, tant que Dieu le voudra, de faire connaître la doctrine, telle qu'elle a été promulguée jusqu'à Pie XII. Pour l'appliquer, il faut d'abord qu'elle soit connue. Lorsqu'elle sera suffisamment connue les conditions d'application changeront.

J'aime particulièrement le psaume 126
'Si le Seigneur ne bâtit la maison, c'est en vain que travaillent ceux qui la bâtissent.
Si le Seigneur ne garde la cité, c'est en vain que veille celui qui la garde.
C'est en vain que vous vous levez avant le jour : Levez vous après vous être reposés, vous qui mangez le pain de la douleur,
Car c'est Dieu qui donne le sommeil à ses bien-aimés. C'est un héritage du Seigneur que des enfants ; le fruit des entrailles est une récompense'…
J'ai lu un commentaire du psaume qui explique que 'se lever avant le jour' veut dire, au sens spirituel : vouloir devancer la Providence, se décerner un mandat que Dieu ne nous a pas donné. Or, travailler en dehors de la volonté de Dieu est épuisant. 'Les enfants', au sens spirituel, ce sont les œuvres. Le sommeil, c'est le temps de préparation que Dieu nous demande parfois de prendre, le temps où nous pensons, à tort, que Dieu ne nous demande rien, ne s'occupe plus de nous. C'est le temps de l'épreuve où Dieu exerce notre patience, notre obéissance, notre fidélité, notre confiance ; le temps ou notre désir d'être à son service doit grandir et se purifier.
Je ne prévoyais pas d'être aussi long et je vous prie de m'en excuser. J'ai sans doute encore bien des progrès à faire. Que Dieu nous garde, vous et moi. Union de prières.
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par pax et bonum le Mer 5 Jan 2011 - 10:13

Bonjour et merci de cette réponse.
Cette fois-ci,je suis d'acord avec vous.
Le sécularisation et le relativisme sont les fléaux de l'Eglise d'aujourd'hui et sont dénoncés par notre Pape actuel.
La crise de l'Eglise d'après-Concile n'est pas tant celle de la forme,de la liturgie,des signes,que celle du fond.
Il est bon qu'elle ait une doctrine sociale,mais encore plus,puisque vous citez la famille:une doctrine morale.
Le rôle de l'Eglise n'est pas de mettre un emplâtre sur la misère du monde et Jésus ne l'a pas fait;
"Il y avait beaucoup de lépreux en Israël et aucun n'a été guéri..." dit l'Evangile.
Cela signifie que si le Christ soigne ou guérit (mais il n'a jamais soigné!),c'est toujours en tant que signe,pour montrer que le Royaume est là ou que les péchés sont remis.
Les hôpitaux ne remplaceront jamais les Eglises et les sacs de riz jetés par les hélicopères ne replaceront jamais la parole des missionnaires.
A bientôt et meilleurs voeux.
pax et bonum
pax et bonum
Avec les anges

Masculin Messages : 6545
Localisation : france-sud-est
Inscription : 10/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Mer 12 Jan 2011 - 16:32

Pour avancer un peu sur le sujet choisi, expliquons en quoi la doctrine est sociale et pourquoi elle est d'Eglise.
Admettons que l'objet de la Doctrine Sociale de l'Eglise consiste dans son enseignement sur l'ensemble de la société (et non pas seulement, de manière restrictive, sur le problème particulier du travail). Le premier article de cette doctrine énonce l'obligation de rendre un culte public à Dieu. Que notre société, baptisée laïque, se pâme d'indignation devant cette légitime prétention ne change rien à l'affaire. Que l'Eglise, sans doute consciente de l'apostasie générale, ne revendique aujourd'hui rien d'autre qu'une modeste mention de "racines chrétiennes" dans les textes européens ne change rien non plus. Car l'homme est fait pour Dieu, et la société à été voulue pour l'homme. Il s'en suit que la société, en toute justice, ne peut pas aller contre la vocation fondamentale de l'homme.

Tout ceci se tient, à la condition de ne pas poser le postulat que la foi catholique n'est qu'une option parmi d'autres et que a priori, l'homme n'a aucune vocation particulière.

Le Pape Léon XIII l'exprimait avec force et clarté dans son encyclique Immortale Dei (1er novembre 1885)
Si la nature et la raison imposent à chacun l'obligation d'honorer Dieu d'un culte saint et sacré, parce que nous dépendons de sa puissance et que, issus de lui, nous devons retourner à lui, elles astreignent à la même loi la société civile. Les hommes, en effet, unis par les liens d'une société commune, ne dépendent pas moins de Dieu que pris isolément. Autant au moins que l'individu, la société doit rendre grâce à Dieu, dont elle tient l'existence, la conservation et la multitude innombrable de ces biens. C'est pourquoi, de même qu'il n'est permis à personne de négliger ses devoirs envers Dieu, et que le plus grand de tous les devoirs est d'embrasser d'esprit et de coeur la religion, non pas celle que chacun préfère, mais celle que Dieu a prescrite et que des preuves certaines et indubitables établissent comme la seule vraie entre toutes, ainsi les sociétés politiques ne peuvent sans crime se conduire comme si Dieu n'existait en aucune manière, ou se passer de la religion comme étrangère et inutile, ou en admettre une indifféremment selon leur bon plaisir.
N'allons pas plus loin pour l'instant. Contentons-nous de nous demander si, au fond, nous acceptons les droits du Céateur sur ses créatures. MT
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Mar 18 Jan 2011 - 15:54

Le socle de la Doctrine Sociale de l'Eglise, s'il s'agit vraiment d'une doctrine et si elle est vraiment d'Eglise, est constitué par le règne de notre Seigneur Jésus Christ non seulement sur les cœurs mais aussi sur les institutions.

En effet, les institutions exercent une autorité sur la société et c'est à ce titre qu'elles doivent établir sur elles-mêmes le règne du Christ. Pourquoi cela ? Parce que toute autorité vient de Dieu. Léon XIII nous le rappelait dans son Encyclique Diuturnum, (29 juin 1881) en citant l'Ecriture Sainte :
"C'est par moi que règnent les rois, par moi que les souverains commandent, que les arbitres des peuples rendent la justice (1)." Ailleurs : " Prêtez l'oreille, vous qui gouvernez les nations, parce que c'est par Dieu que vous a été donnée la puissance ; l'autorité vous vient du Très-Haut (2)." Le livre de l'Ecclésiastique fournit le même enseignement : " C'est Dieu qui a préposé un chef au gouvernement de chaque nation (3)." Les hommes toutefois, sous l'influence des fausses religions, oublièrent peu à peu ces divines leçons ; le paganisme, qui avait altéré tant de vérités et faussé tant d'idées, ne manqua pas de corrompre aussi la vraie notion du pouvoir et d'en défigurer la beauté. C'est plus tard, quand la clarté de l'Évangile se leva sur le monde, que la vérité reprit ses droits et qu'on vit reparaître dans tout son éclat le principe noble et divin d'où procède toute autorité.
(1) Prov., VIII, 15-16 (2) Sap., VI, 3-4 (3) Eccli., XVII, 14

Le première objection à cette doctrine sera de dire : on aura ainsi un régime théocratique. Mais cette crainte est sans fondement car le pouvoir de Dieu sur la terre s'exerce, de par la volonté divine, de manière indirecte à travers les hommes. De fait, il y a deux pouvoirs et il faut que l'un soit subordonné à l'autre. Dieu est supérieur aux hommes. C'est ce que l'Eglise a toujours affirmé. Boniface VIII, si malmené par Philippe le bel, énonce, sans fléchir, une fois de plus la doctrine dans sa Bulle Unam Sanctam (18 novembre 1302)
"Il convient que le glaive soit sous le glaive, et que l'autorité temporelle soit soumise au pouvoir spirituel...Que le pouvoir spirituel doive l'emporter en dignité et en noblesse sur toute espèce de pouvoir terrestre, il nous faut le reconnaître d'autant plus nettement que les réalités spirituelles ont le pas sur les temporelles".
Autrement dit le pouvoir et la liberté des princes ne peuvent surpasser Dieu. Mais le pouvoir est bel et bien exercé par les hommes et non, obligatoirement par l'Eglise.

Si la société était chrétienne, davantage d'âmes se sauveraient. Voilà qui donne matière à penser.
Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Lun 31 Jan 2011 - 11:01

Bonjours à tous !


Pour ne pas faire trop traîner le sujet en longueur, essayons de dire ce qu'est la doctrine sociale de l'Eglise. Il est plus que temps que le regard chrétien s'exerce à nouveau sur la société.

Les catholiques s'intéressent–ils encore à la doctrine, quel qu'en soit le domaine ? Combien penseront à la Doctrine Sociale en particulier pour analyser la société actuelle ? Combien accepteront cette vérité, pourtant centrale, que l’œuvre de la Rédemption de Notre-Seigneur doit s’accomplir aussi par l’instrument des sociétés civiles ?

En quoi consiste la doctrine sociale de l’Église ?

Réponse : La doctrine sociale expose les rapports de l'ordre social avec la morale et la religion. L'ordre social temporel est subordonné à l'ordre divin, parce que la loi de Dieu l'emporte sur la volonté humaine.
Ou encore :
La doctrine sociale est née des exigences de l'Evangile et des problèmes de la vie en société.

(Cf. Pie XII à l’Action Catholique Italienne le 29 avril 1945)
« C’est la doctrine concernant les rapports de subordination de l’ordre social à la Religion et à la morale »

Qui est l’auteur de la doctrine sociale?

Réponse : La doctrine sociale puise sa source dans la Bible, dans la morale naturelle et dans la théologie morale. La doctrine fait partie de l'enseignement de l'Eglise. S'adressant à tous les pays et engageant l'Eglise elle-même, cette doctrine est édictée par les Papes.

Discours de Pie XII du 17 oct. 1953 à la Grégorienne
« Cet institut (la Grégorienne) a entrepris d’enseigner la doctrine sociale de l’Église dont les points principaux sont contenus dans les encycliques, les allocutions et les lettres pontificales. »


Quelle est la règle de cette doctrine ?

Réponse : La doctrine concerne l'ordre social temporel. A ce titre, la loi naturelle informe tout le discours de l'Eglise sur ce sujet. Elle en est le fondement.

Allocution aux membres du Congrès des études humanistes :
24 septembre 1949
La loi naturelle ! Voilà le fondement sur lequel repose la doctrine sociale de l’Église. C’est précisément sa conception chrétienne du monde qui a inspiré et soutenu l’Église dans l’édification de cette doctrine sur un tel fondement. »

Pourquoi une doctrine et à quoi sert elle ?

Réponse : Pie XII, La solennità della Pentecoste, 1er Juin 1941 :"De la forme donnée à la société, en harmonie ou non avec les lois divines, dépend ou s’infiltre le bien ou le mal des âmes, c'est-à-dire, si les hommes appelés tous à être vivifiés par la grâce du Christ, respireront dans les contingences terrestres du cours de leur vie, l’air sain et vivifiant de la vérité et des vertus morales, ou le microbe morbide et souvent mortel de l’erreur ou de la dépravation ».

La doctrine sociale de l'Eglise a pour but de préserver de l’erreur et du péché afin de mener l’homme à la vie surnaturelle car la société temporelle peut et doit concourir à la béatitude éternelle.

La doctrine sociale « est claire dans tous ses aspects ; elle est obligatoire ; nul ne peut s’en écarter sans danger pour la foi et l’ordre moral ; il n’est donc permis à aucun catholique (…) d’adhérer aux théories et aux systèmes sociaux que l’Église a répudiés et contre lesquels elle a mis ses fidèles en garde. »
Pie XII : à l’action catholique italienne le 29 avril 1945

Résumé

La doctrine sociale de l’Église est cette partie de la théologie morale qui concerne les rapports de subordination de la société toute entière à la Religion et à la loi morale. Elle est contenue, pour l’essentiel, dans les documents pontificaux. Ses jugements sont guidés par la loi naturelle et divine. Ils visent à protéger tant la foi que l’ordre moral et à préserver les hommes des erreurs sociales pour les conduire au salut éternel. Elle est obligatoire.


Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Michel Tougne le Lun 28 Mar 2011 - 20:55

La Doctrine Sociale de l'Eglise résulte du heurt (cf. Denzinger P. Hünermann, p. 1088) entre l'Evangile et les problèmes posés par la société. La doctrine s'est d'abord développée au cours de luttes opposant la papauté aux divers Rois et Empereurs. Elle a permis de traverser les siècles malgré les sectes de toutes sortes telles que les anabaptistes, les cathares ou les vaudois, etc. Contre elles, l'Eglise a toujours défendu l'autorité civile véritable, la famille, la propriété privée et la Religion. La franc-maçonnerie a largement puisé dans les doctrines sectaires. L'Eglise précise encore sapensée sur la société au 19e siècle, lors des interventions du Siège Apostolique pour définir les obligations morales devant réguler le monde du travail, (Rerum Novarum) pour arriver ensuite à la confrontation de l'Eglise avec la société laïque, matérialiste et athée.

La doctrine sociale de l'Eglise est fondée sur la loi naturelle. Elle est pérenne, ne varie pas au gré des ans. Elle n'est pas comme le droit du travail ou le droit fiscal qui nécessitent de constantes mises à jour (tous les mois, voire tous les quinze jours !) Ce qui varie, c'est l'incompréhension des hommes, selon les circonstances, et leurs inventions allant contre la loi de Dieu, même en feignant de la suivre

Nous en aurons l'illustration en examinant l'humanitarisme, apparu très tôt (17e siècle) et dont l'essence est sectaire. Pax Bonum avait donc raison de me demander de préciser ce qu'il fallait entendre par Doctrine Sociale de l'Eglise. J'en suis maintenant à penser qu'il vaut mieux expliquer cette doctrine en partant de ce à quoi elle s'oppose, i. e. : à la déchristianisation, que de commencer par son aspect positif.

Faire de tous les Etats des départements d'une seule république, assujettir tous les peuples au gouvernement mondial est la partie politique du plan maçonnique. Le plan entier a déjà été exposé au début du XXe siècle. Par exemple dans un journal américain, Le libertaire, de New York dans son premier numéro. Il s'agit donc d'une déclaration d'intention, d'un programme. J'en recopie quelques extraits fournit par Mgr Delassus dans son maître livre "Le Problème de l'Heure Présente, Antagonisme de deux civilisations, 1905".

Afin de ne pas alourdir notre exposé, je produis ce texte particulièrement sulfureux sans commentaires point par point, comme il le faudrait. Je me contenterai, en conclusion, d'une brève remarque générale.

"Le libertaire n'a de patrie que la patrie universelle. Il est l'ennemi des bornes. Il est ennemi des bornes frontières des nations ; il est ennemi des bornes frontières des champs ; il est ennemi des bornes frontières de la famille. Pour lui, l'humanité est un seul et même corps dont les membres et égal droit à leur entier et libre développement, qu'ils soient les fils d'un continent ou d'un autre, qu'ils appartiennent à l'un ou l'autre sexe, à telle ou telle race.

De religion, Le Libertaire n'en a aucune ; il est protestant contre toutes ; il professe la négation de Dieu et de l'âme : il est athée et matérialiste, attendu qu'il affirme l'unité universelle et le progrès infini et que l'unité ne peut exister ni individuellement ni universellement, avec la matière esclave de l'esprit et l'esprit oppresseur de la matière ; comme le progrès ne peut être infiniment perfectible, s'il est limité par cette borne ou barrière où les humanicides ont tracé avec de la boue et du sang le nom de Dieu.

Citant l'Acacia, revue d'étude maçonnique (1902), Le Libertaire finit par lâcher le morceau :
"La franc-maçonnerie, c'est une association, une institution, a dit l'Acacia,…ce n'est pas cela, c'est plus que cela. Soulevons tous les voiles au risque de provoquer des protestations. La franc-maçonnerie, c'est une Eglise, la contre-église, le contre-catholicisme, l'autre église, l'église de l'hérésie, de la libre pensée."

Le texte peut induire en erreur, car nous sommes sensibles à l'universel. Mais l'homme ne doit pas oublier qu'il est créature et qu'à ce titre, il possède une nature finie, relative au temps et à l'espace, limitée et déterminée.
En effet, la liberté humaine passe par des conditions qui la déterminent. Nos jambes et nos bras, en un sens, nous limitent. Cependant ces mêmes bras et jambes sont les conditions d'exercice de notre liberté. Autre exemple : par naissance, nous parlons une langue maternelle. Sans doute celle-ci est-elle limitée. Nous pourrons toujours découvrir que d'autres langues sont capables d'exprimer ce que notre langue reste impuissante à rendre convenablement (ex: plusieurs dizaines de mots pour dire "la neige" en Esquimau). Mais ces limitations, réelles, n'empêchent pas notre langue d'être la condition d'expression de notre pensée. Nos coutumes nationales, familiales, les biens que nous possédons sont sans doute très relatifs et n'ont d'autre fondement que l'expérience particulière et fragmentaire relative à un peuple. Ils restent pourtant les meilleures garanties de notre culture, de notre vie, de notre liberté.
Les bornes frontières des nations s'opposent au mondialisme, dans lequel des décideurs de plus en plus anonymes décident du sort des populations. Nous le voyons aujourd'hui : c'est sous les bombes que se règle l'ordre mondial.
Les bornes frontières des champs s'opposent à l'abolition de la propriété privée. Les bornes frontières de la famille empêchent l'abolition de toute morale privée, assurent la transmission des valeurs essentielles de vie en commun.

Vouloir enlever ces bornes là, c'est vouloir la mort de la vie familiale, nationale, culturelle, naturelle à l'échelle humaine. C'est prêcher pour l'abolition de toute société vivable. Sous couvert d'universalité, ce que prône le Libertaire, c'est la dépossession complète, le déracinement total. Ce texte fait penser à ce poisson qui se désolait de ne pas voler comme un oiseau.

Le but est fixé : c'est la contre-église. La stratégie est arrêtée : enlever toutes les bornes. Mais comment les hommes se laisseront-ils déposséder de tous ces bienfaits que leur accorde la Providence divine ? La tactique menant à l'érection du temple mondialiste, sera de prôner l'humanitarisme en lieu et place de la religion. Renan, dans l'Avenir de la science, a ce mot pour résumer la doctrine de la secte : "Ma conviction intime est que la religion de l'avenir sera le pur humanisme, c'est-à-dire le culte de tout ce qui est de l'homme". Nous développerons prochainement, si Dieu veut.





Michel Tougne
Michel Tougne
Près de Jésus Christ

Masculin Messages : 24
Age : 77
Localisation : Gisors
Inscription : 03/12/2010

http://icres.net

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Invité le Lun 28 Mar 2011 - 21:25

Je vous souhaite la bienvenue Michel Tougne.

Que Dieu tout-puissant vous bénisse.

Pontifex Primus

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise Empty Re: Présentation de Michel - Doctrine sociale de l'Eglise

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum