Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Les missionnaires de la démocratie se révèlent comme des anges de mort Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-15%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur Rowenta VU5640F0 TURBO SILENCE EXTREME
75.99 € 89.82 €
Voir le deal

Les missionnaires de la démocratie se révèlent comme des anges de mort

Aller en bas

Les missionnaires de la démocratie se révèlent comme des anges de mort Empty Les missionnaires de la démocratie se révèlent comme des anges de mort

Message par Isabelle-Marie le Ven 8 Sep 2017 - 11:39

Un documentaire (année 2016) instructif concernant les structures pyramidales qui nous gouvernent : pouvoirs d'influence ("think tank") idéologiques et financiers ;

il recoupe beaucoup d'informations sur le rôle des ONG, notamment dans le financement des révolutions ("Printemps arabe"), guerres, manipulations de masse, sous couvert de démocratie !! 

Attention, entre autre,  quand nous donnons notre argent à ces groupes à la façade respectueuse, dite humanitaire, qui en fait se rattachent à ces réseaux, rien moins qu'évangéliques. Marguerite Peeters en a beaucoup parlé (ses travaux sur le Nouvel Ordre Mondial) en prenant l'exemple de l'Afrique où elle a travaillé : on les aide financièrement mais en échange, ils sont tenus d'adopter les normes occidentales en matière de "droits sexuels et reproductifs" (selon la terminologie onusienne très "poétique") : la contraception, l'avortement, aujourd'hui l'enseignement du gender dans les écoles !




Quand la pyramide tombera...
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6003
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Les missionnaires de la démocratie se révèlent comme des anges de mort Empty Re: Les missionnaires de la démocratie se révèlent comme des anges de mort

Message par Isabelle-Marie le Sam 9 Sep 2017 - 1:59

Sur Marguerite Peeters (nombreux travaux et conférences sur ce qu'elle a appelé : la Nouvelle Éthique Mondiale) voici quelques liens, dont cet extrait ;

"Le contenu fondamental des normes politiques, des lois et du langage dépend de la vision anthropologique d’où l’on part. Si celle-ci pose problème et est pervertie, le reste le sera aussi.


Quel est l’arbre qui a produit des fruits si amers ? Le programme LGBT et celui de l’avortement ne sont que la pointe de l’iceberg d’une culture post judéo-chrétienne produite par un processus de révolution culturelle occidental long et complexe, qui remonte à la révolution française et même plus loin : une révolution qui est passée du déisme du 18ème siècle à la proclamation explicite de la « mort de Dieu » (Nietzsche) au 19ème siècle, et de la mort de Dieu à l’accélération de la mort de l’homme au 20ème siècle, en passant par la mort du père, considéré comme la source de notre répression (Freud), la mort de la mère (féminisme radical, « libération » de la femme à travers la contraception et l’avortement), la mort des époux (révolution sexuelle, multiplicité de « partenaires » sexuels) et même la mort de l’enfant, qui est traité comme un simple citoyen et à qui on ne permet pas d’être un enfant, obligé de réclamer lui-même ses droits, d’avoir ses propres « opinions » et même de prendre part aux décisions politiques (« Parlement des enfants », etc)… Le processus radical mène à présent à ce que certains appellent le « post-humanisme », le « post-genre » (« postgenderism ») ou le « trans-humanisme » –la fin de l’homme culturellement acceptée, vendant son âme au dieu de la science et de la technologie. Il n’est pas étonnant qu’un des principaux théoriciens « queer », Lee Edelman, ait intitulé son livre « No Future » (Pas d’avenir) !

Il n’y a pas de raisons que ce processus antichristique s’arrête. L’histoire nous montre que les bastions de résistance politique, culturelle et même religieuse ont été vaincus un par un ces dernières décennies. Comme Hillary Clinton l’a exprimé dans son discours, « quand on se trouve au centre d’un grand mouvement de changement, il semble être glacial, mais une appréciation juste, de mon point de vue… est que ce qui s’est passé en si peu de temps est extraordinaire… Nous célébrons les progrès réalisés… et nous reconnaissons qu’il reste encore beaucoup de travail à faire, mais que nous avançons dans la bonne direction ».

Les cultures non-occidentales, et en particulier africaines, peuvent-elles encore se considérer comme des bastions de résistance ? Résisteront-elles aux stratégies occidentales, qui s’imposent avec tant de force et sont si puissamment financées ?
L’imposition idéologique se produit de bien des manières, tant culturelles que politiques. Il m’a été demandé de me pencher sur le langage – le nouveau langage mondial qui a été forgé sous les auspices des Nations-Unies dans les années 1990 et qui exprime une nouvelle éthique.

Processus des conférences onusiennes et nouveau langage mondial

Le processus de révolution culturelle occidentale semblait être arrivé à un point de maturité critique au moment où s’achevait la guerre froide. La culture et la politique occidentales n’étaient-elles pas alors déjà passées des normes d’une société traditionnelle à celles de la révolution : de la célébration de la maternité et de la vie à la mentalité contraceptive et abortive, des parents aux « couples et individus » (expression remplaçant les « parents » dans le langage des organisations internationales depuis la conférence de Bucarest sur la population de 1974), de l’époux (unique et stable pour la vie) à la multiplicité des partenaires, de l’institution du mariage à l’amour libre, des droits parentaux (notamment à l’éducation de leurs enfants) à ceux des enfants (notamment à leurs propres opinions), de la complémentarité homme-femme à l’égalité des sexes, de la procréation (collaboration humaine avec le créateur) à la reproduction (concept marxiste), de la notion de père, mère, fils, époux à celle, purement laïque, de « citoyens égaux », de l’engagement dans le mariage à l’expérimentation et au vagabondage sexuel, de l’enfant comme don reçu au droit à l’enfant (fertilisation in vitro), de la famille à la famille sous toutes ses formes (monoparentale, reconstituée, homosexuelle…), de l’amour comme don gratuit à la planification et au contrôle de sa destinée ?

C’est dans ce contexte post-révolutionnaire que, de 1990 à 96, les Nations-Unies ont organisé une série de grandes conférences internationales dans le but de construire un « nouveau consensus mondial » sur les normes, valeurs et priorités de la coopération internationale pour le 21ème siècle. L’ONU entendait donner un cadre éthique à la mondialisation économique en pleine accélération à la fin des années 1980.

Un ensemble de « nouveaux paradigmes », exprimés par un nouveau langage mondial et considérés mondialement normatifs, ont alors été adoptés et intégrés dans le prétendu consensus. Citons pour exemples : bonne gouvernance, développement durable, consensus, qualité de la vie, « pour tous », changement de comportement ou de style de vie, éducation civique, éducation à la paix, campagnes de sensibilisation, éducation par les pairs, égalité des sexes ou des genres, santé de la reproduction, droits sexuels et reproductifs, appropriation, droit de choisir, accès universel aux choix, choix informé, droits des enfants, droits des femmes, habilitation, autonomisation, démocratie participative, « société civile », acteurs non étatiques, partenariats, principe de non-discrimination, réalisation de son potentiel, construction de capacités, égalité des chances, célébration de la diversité culturelle, diversité sexuelle, croissance zéro, « retraite », bien-être pour tous, déconstruction, intégrité corporelle, meilleures pratiques, clarification des valeurs, problèmes mondiaux, inclusion, partenariats publics-privés, approches culturellement sensibles …

Ce qu’on peut appeler le phénomène du nouveau langage mondial est un fait historique. Sa « construction » par l’intelligentsia postmoderne occidentale qui a dirigé le passage de l’Occident de la modernité à la postmodernité remonte aux années 1960 et s’étale sur les trois décennies précédant la chute du mur de Berlin. Ces « experts », occidentaux ou occidentalisés, provenant d’un terreau post-Judéo-chrétien, sécularisé voire laïciste avaient dès le départ une vision internationaliste ou mondialiste et ont forgé dès les années 60 des partenariats opérationnels avec les organismes spécialisés des organisations internationales. Ils se trouvaient aux postes de commande de la gouvernance mondiale en 1990. Ainsi s’explique la facilité avec laquelle leurs paradigmes se sont imposés lors de la construction du nouveau consensus mondial. Les gouvernements occidentaux sortaient de la guerre froide et raisonnaient encore selon l’ancienne mentalité : une vision pour l’ère nouvelle qui s’ouvrait leur faisait défaut. Les idéologues, visionnaires quant à eux, ont saisi leur opportunité, pris les devants et comblé le vide de leadership laissé par les gouvernements.

Si chacune des expressions du nouveau langage a sa propre origine, son propre développement historique et ses propres implications idéologiques, une logique relie tous ces concepts entre eux : à la fois leur provenance et leur finalité idéologiques sont communes. Historiquement, ces paradigmes se sont intégrés les uns dans les autres au cours du processus des conférences des années 1990s. S’est alors construit un système linguistique et éthique – celui de la postmodernité, phénomène complexe, encore très insuffisamment étudié, notamment au sein de l’Eglise.

De ce système sont purement et simplement absents un bon nombre de mots et concepts propres à la civilisation judéo-chrétienne, tels que : vérité, charité, don, gratuité, espérance, foi, époux, famille, virginité, complémentarité (homme-femme), célébration de la maternité, service, conscience, cœur, bien et mal, péché, ennemi, nature, loi de nature, souffrance, sacrifice (la croix étant le grand ennemi du processus antichristique !), loi, sagesse, éternité, réalité, personne, joie, plénitude, gloire, beauté, autorité, création, mystère… Les mots absents du nouveau langage mondial en disent long sur ce que la nouvelle éthique veut écarter et déconstruire.

La gouvernance mondiale est désormais en phase d’application. Elle opère aujourd’hui, et au moins jusqu’en 2015, « date limite » pour l’application des objectifs des conférences (en particulier celle du Caire sur la population et la « santé reproductive ») et des « Objectifs pour le Développement du Millénaire », à l’intérieur du « cadre éthique normatif » établi au cours du processus des conférences des années 1990.

Horizontalité du phénomène

L’imposition horizontale du nouveau langage s’est faite à la vitesse de l’éclair - en quelques années seulement, grosso modo entre la fin du processus des conférences et l’an 2000.

Désormais, ce langage n’est plus celui d’une minorité d’experts : il est déjà celui de nos enfants et adolescents, de leurs manuels scolaires, des enseignants à tous les niveaux de l’éducation, partout dans le monde. On le rencontre dans les dispensaires des villages congolais, indiens ou péruviens les plus reculés, sur les panneaux publicitaires des métropoles, dans les rapports annuels ou codes de conduite des entreprises multinationales et PME, dans les media, les films, les politiques des ONGs, sur les étiquettes des produits que nous achetons au supermarché.

Il n’est plus seulement celui de la « gauche » occidentale d’où il tire son origine : il appartient déjà, depuis la fin des années 1990, aux plateformes politiques de tous les partis, non seulement en Occident mais aussi dans le reste du monde.
Il n’est plus propre à l’ONU : les autorités locales, tous les gouvernements et leurs ministères, les organisations régionales non-occidentales telles que l’Union Africaine et le NEPAD se le sont « approprié ». Il n’est plus réservé au domaine politique : il a déjà pénétré les cultures.

Il n’est plus une exclusivité de la laïcité : il est déjà présent dans les sermons des imams ou des pasteurs et l’enseignement des rabbins, qu’il contribue à laïciser de l’intérieur. Nous le savons : il n’est plus externe à l’Eglise. Or il est indéniable que le nouveau langage vient d’ailleurs : ni d’Afrique, ni de l’Eglise, ni de la révélation divine.
La diffusion planétaire du nouveau langage a donc été un succès foudroyant : horizontalement, la révolution culturelle est déjà accomplie"

Et elle achève son interview par cette interpellation, cet appel à la résistance :

"le temps n’est-il pas venu (depuis longtemps, d’ailleurs) de déclarer notre indépendance par rapport aux idéologies et aux modes de vie décadents de l’Occident, aux normes mondiales et aux cadres éthiques forgés par des idéologues occidentaux et puissamment imposés à l’Afrique ! C’est l’esprit de liberté dans le Christ qui nous accorde une telle indépendance. Nous sommes véritablement dans un combat, un combat entre la vie et la mort. Le diable est homicide. Avec vous, je prie Dieu de vous concéder l’amour, la sagesse et le courage de mener le bon combat."
Source : http://pleinsfeux.org/la-dictature-mondiale-qui-se-met-en-place/
Autres liens : 
http://bonpasteur.over-blog.com/article-20963579.html
https://qe.catholique.org/ideologies-non-chretiennes/18952-le-gender-est-il-une-ideologie
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6003
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum