Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

... Une journée liturgique de dimanche!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

... Une journée liturgique de dimanche!

Message par Gerardmenvussa le Dim 3 Avr 2011 - 7:06

Bonjour à toutes et à tous: et... Bonne Prière !

18.19
".. Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux.
Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux!"

Aujourd’hui, nous fêtons Saint RICHARD, et Saint APPIEN ; bonne fête à tous les « Richard » ! Bonne fête aussi aux « APPIEN » : Mais j’ignore s’il existe encore de nos jours des « APPIEN » ?
Qui était Saint RICHARD ; et qui était Saint APPIEN ? Voici !
SAINT RICHARD :
Richard

Étymologie : Du germanique, « chef hardi » ou « homme riche ».

Fête : Le 3 avril.

Nom porté par: Richard Cœur de Lion, Strauss (musicien), Wagner (musicien), Wallace (philanthrope anglais).

Hagiographie: Richard connut une enfance et une jeunesse très pénibles. A la mort de ses parents, il dut travailler avec acharnement pour payer les dettes de sa famille. Sa persévérance eut raison du mauvais sort et il termina brillamment ses études à Paris; il retourna, alors, en Angleterre, son pays natal, où il fut successivement intendant de l'archevêque de Cantorbery, Saint Edme, puis curé d'une modeste paroisse et, enfin, évêque de Chichester. On admirait, surtout, en lui, son esprit de justice et sa miséricorde envers les pauvres. Il mourut à Douvres, en 1253.

Traits caractéristiques : Intelligence très fine, très « per-ceptive », qu'un rien suffit à faire travailler et qui sait parfaitement rendre les nuances de la pensée.
Si tous les Richard ne sont pas doués d'Un cœur de lion, il n’en est guère qui soient dotés d’un cœur de lièvre ! Non ! La poltronnerie n’est pas leur fait, mais bien plutôt « l’enthousiasme », l’emballement ! Le cœur est leur domaine de prédilection !

SAINT APPIEN :
3 avril. - S. APPIEN, MARTYR. - IV• siècle.

APPIEN était né en Lycie, d'une famille considérable et fort riche. Il demeura longtemps à Bérite, où ses parents l'avaient envoyé pour apprendre les lettres humaines.
Dans cette ville pleine de corruption, ni l'ardeur de l'âge, ni le dérèglement de ses compagnons, ne purent altérer l'innocence de ses mœurs parce qu'il recourait souvent à la prière et à la retraite. Il retourna chez son père, n'ayant guère que dix-huit ans. On le destina aussitôt à remplir quelque charge importante. Appien pouvait parvenir aux premières dignités de la ville: il était aimé et considéré, et ses grands talents le faisaient rechercher ! Mais l'Esprit de Dieu qui le remplissait, lui faisait mépriser des honneurs et des plaisirs, qui n'ont d'autre durée que celle de la vie présente.
Il pensa donc à les fuir en quittant la maison de son père pour se retirer à Césarée, dans la Palestine, où il fut reçu chez Eusèbe, qui devint depuis évêque de cette ville.
Animé du désir de mourir pour Jésus-Christ, il apprit sans s'é-tonner que l'empereur Maximien avait donné de nouveaux ordres contre les chrétiens. C’était au commencement de l'an 306. Cette persécution fut très violente. Des crieurs publics appelaient tous les chefs de famille au temple, et là on écrivait sur des tablettes, les noms de ceux qui composaient leur famille, afin de les citer l'un après l'autre, et de faire mourir tous ceux qui ne voudraient pas sacrifier aux Idoles.
APPIEN, ayant appris que le gouverneur, pour donner l'exemple d’une prompte soumission aux ordres de l'empereur, se préparait à sacrifier aux Idoles., va au temple comme les autres, mais dans un dessein bien différent !
Il se glisse parmi la foule, se mêle aux gardes qui accompagnait le gouverneur: Et quand il le voit lever la main pour offrir le sacrifice, il l'arrête par le bras, et l'empêche de commencer. Joignant la parole à une action si hardie il lui représente combien il est indigne, d'un homme raisonnable, d’oublier le seul véritable Dieu qui l'avait créé, pour adorer des Idoles et des démons. C'était aller, sans doute, contre les règles ordinaires de la prudence, et s'exposer à une mort certaine ! Dieu le permit pour faire voir, et dans les exhortations qu'il fit au juge, et dans la constance qu'il témoigna ensuite dans les tourments, jusqu'où va le courage qu'Il donne à ses serviteurs !
Ceux qui étaient autour du gouverneur se saisirent du Saint, sans le laisser achever, le meurtrirent de coups, et le trainèrent en prison. Le lendemain il fut amené devant le gouverneur, qui, ayant employé inutilement les promesses et les menaces pour le gagner, commanda qu'on lui fit souffrir les plus cruels tourments !
… On déchira les côtes du Saint avec des crochets et des ongles de fer, jusqu'à mettre ses os à nu et à lui découvrir les entrailles. On le battit avec violence sur le visage, et sur le cou, en sorte qu'il fut tout défiguré.
Le gouverneur, voyant que l'excès de ces supplices ne pouvait ébranler la fermeté de ce généreux « athlète de la foi », lui fit envelopper les pieds avec des linges trempés dans l'huile, auxquels on mit le feu; mais bien loin de se laisser abattre par cc tourment, Saint Appien força les bourreaux de se reconnaitre vaincus, et il fut remis dans les fers ; trois jours après, il fut de nouveau présenté au gouverneur ; et ayant toujours conservé la même constance, parce que Dieu le soutint toujours, il fut enfin jeté à la mer, avec des boulets aux pieds !

Pratiques : On ne peut blâmer l’action de Saint APPIEN, puisque l’Eglise l’a canonisé !, Cette action ne nous est pas proposée pour être imitée, mais pour nous encourager à confesser la Vérité, soit par nos paroles, soit par nos actions. Ne nous servons de nos lumières et de nos études, que pour croître en esprit de foi et en piété. Malheur à nous, si nous avons beaucoup de choses sans avoir Jésus-Christ !
Prière : Délivre-nous, Seigneur, du désir de la science qui satisfait la curiosité, ou l’ambition : Mais donne-nous la vraie science, qui consiste à Vous connaitre, et à Vous aimer !
(Cette « vie de Saint APPIEN » est extraite d’un ouvrage qui date de 1850 !)
« … Saint RICHARD, et Saint APPIEN : Priez, et intercédez pour nous ! »
… A présent, « Chose promise, chose due » ! Ainsi, voici l’Office du Dimanche !

« Que la Grâce de Jésus-Christ, Notre Sauveur, l’Amour du Père, et la Communion de l’Esprit Saint, soit toujours avec vous ! »

Les Psaumes sont l'expression, adressée à Dieu, des émotions d'un cœur touché par sa grâce. Le Psaumes de LAUDES, est précédé par cette invocation : « Dieu, viens à mon aide, Seigneur, à notre secours ! A Toi nous rendons Grâce, O Dieu ! Nous rendons Grâce, en racontant Tes Merveilles ! Louez le Seigneur, tous les peuples ; fêtez-Le, tous les pays ; fort est Son Amour pour nous, pour toujours, Sa Vérité !
Rendons Gloire au Père Tout-Puissant, à Son Fils, Jésus-Christ, le Seigneur ; à l’Esprit qui habite en nos cœurs, pour les siècles des siècles, AMEN ! »

AVANT LA CÉLÉBRATION EUCHARISTIQUE :

Laudes du Dimanche

Psaume 117
Confitemini Domino quoniam bonus...

Rendez grâce au Seigneur: Il est Bon !
Éternel est Son Amour !
Oui, que le dise Israël
Éternel est Son Amour !
Que le dise la maison d'Aaron:
Éternel est Son Amour !
Qu'ils le disent ceux qui craignent le Seigneur:
Éternel est son Amour !
Dans mon angoisse j'ai crié vers le Seigneur
et Lui m'a exaucé, mis au large
Le Seigneur est pour moi, je ne crains pas
que pourrait un homme contre moi ?
Le Seigneur est avec moi pour me défendre
et moi je braverai mes ennemis
Mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les hommes !
Mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les puissants !
Toutes les nations m'ont encerclé
au nom du Seigneur je les détruis !
Elles m'ont cerné, encerclé
au nom du Seigneur je les détruis !
Elles m'ont cerné comme des guêpes
- ce n'était qu'un feu de ronces-
au nom du Seigneur je les détruis !
On m'a poussé, bousculé pour m'abattre
mais le Seigneur m'a défendu
Ma force et mon chant c'est le Seigneur
Il est pour moi le Salut
Clameurs de joie et de victoire
sous les tentes des justes
" Le bras du Seigneur est fort, le bras du Seigneur se lève
le bras du Seigneur est fort !"
Non, je ne mourrai pas et je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur
Il m'a frappé le Seigneur, il m'a frappé
mais sans me livrer à la mort !
Ouvrez-moi les portes de justice
j'entrerai, je rendrai grâce au Seigneur
" C'est ici la porte du Seigneur
qu'ils entrent les justes !"
Je te rends grâce car Tu m'as exaucé
Tu es pour moi le Salut !
La pierre qu'on rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d'angle
c'est là l'œuvre du Seigneur
la merveille devant nos yeux !
Voici le jour que fit le Seigneur
qu'il soit pour nous jour de fête et de joie !
Donne, Seigneur, donne le Salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !
Béni soit au Nom du Seigneur
celui qui vient !
De la maison du Seigneur
nous vous bénissons !
Dieu, le Seigneur, nous illumine
Rameaux en main formez vos cortèges jusqu'auprès de l'autel !
Tu es mon Dieu, je Te rends grâce
mon Dieu je t'exalte !
Rendez-grâce au Seigneur: Il est Bon
Éternel est Son Amour !
AMEN !

Psaume 62
Deus,Deus meus es tu...

Dieu, Tu es mon Dieu, je Te cherche dès l'aube
mon âme a soif de Toi
après Toi languit ma chair
terre aride, altérée et sans eau
Je T'ai contemplé au Sanctuaire
j'ai vu Ta force et Ta gloire
Ton Amour vaut mieux que la vie
Tu seras la louange de mes lèvres !
Toute ma vie je vais Te bénir !
Lever les mains en invoquant Ton Nom !
Comme par un festin je serai rassasié
la joie sur les lèvres je dirai Ta louange !
Dans la nuit je me souviens de Toi
et je reste des heures à Te parler...

Oui, Tu es venu à mon secours !
je crie de joie à l'ombre de Tes ailes !
Mon âme s'attache à Toi
Ta main droite me soutient
Mais ceux qui pourchassent mon âme
qu'ils descendent aux profondeurs de la terre
qu'on les passe au fil de l'épée
qu'ils deviennent la pâture des loups !
Et le roi se réjouira de son Dieu
Qui jure par Lui en sera glorifié
tandis que l'homme de mensonge
aura la bouche close !
AMEN !

Cantique I
( Daniel 3, 52-57 )
Benedictus es Domine Deus patrum nostrorum...

Béni sois-Tu, Seigneur, Dieu de nos pères
à Toi louange et gloire éternellement !
Béni soit le Nom très saint de Ta Gloire
à Toi louange et gloire éternellement !
Béni sois-Tu dans Ton saint Temple de Gloire
à Toi louange et gloire éternellement !
Béni sois-Tu sur le Trône de Ton Règne
à Toi louange et gloire éternellement !
Béni sois-Tu, Toi qui sondes les abîmes
à Toi louange et gloire éternellement !
Toi qui sièges au dessus des Chérubins
à Toi louange et gloire éternellement !
Béni sois-Tu au firmament dans le ciel
à Toi louange et gloire éternellement !
Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez-Le
à Toi louange et gloire éternellement !
AMEN !

Cantique II
( Daniel 3, 57-88.56 )
Benedicite omnia opera Domini Domino...

Toutes les œuvres du Seigneur
bénissez Le Seigneur
A Lui haute gloire et louange éternelle !
Vous, les anges du Seigneur
bénissez Le Seigneur
A Lui haute gloire et louange éternelle !
Vous les cieux
bénissez Le Seigneur
et vous, les eaux par dessus le ciel
bénissez Le Seigneur
et vous, toutes les puissances du Seigneur
bénissez Le Seigneur !
Et vous, le soleil et la lune
bénissez Le Seigneur
et vous les astres du ciel
bénissez Le Seigneur
vous toutes pluies et rosées
bénissez Le Seigneur !
Vous tous, souffles et vents
bénissez Le Seigneur
et vous, le feu et la chaleur
bénissez Le Seigneur
et vous, la fraîcheur et le froid
bénissez Le Seigneur !
Et vous, le givre et la rosée
bénissez Le Seigneur
et vous, le gel et le froid
bénissez Le Seigneur
et vous, la glace et la neige
bénissez Le Seigneur !
Et vous, les nuits et les jours
bénissez Le Seigneur
et vous, la lumière et les ténèbres
bénissez Le Seigneur
et vous, les éclairs, les nuées
bénissez Le Seigneur !
A Lui haute gloire et louange éternelle !
Que la terre bénisse Le Seigneur !
A Lui haute gloire et louange éternelle !
Et vous, les montagnes et les collines
bénissez Le Seigneur
Et vous, les plantes de la terre
bénissez Le Seigneur
et vous, sources et fontaines
bénissez Le Seigneur !
Et vous, océans et rivières
bénissez Le Seigneur
baleines et bêtes de la mer
bénissez Le Seigneur
vous tous, les oiseaux dans le ciel
bénissez Le Seigneur
vous tous, fauves et troupeaux
bénissez Le Seigneur !
A Lui haute gloire et louange éternelle !
Et vous, les enfants des hommes
bénissez Le Seigneur !
A Lui haute gloire et louange éternelle !
Toi, Israël
bénis Le Seigneur !
Et vous, les prêtres
bénissez Le Seigneur
vous, ses serviteurs
bénissez Le Seigneur !
Les esprits et les âmes des justes
bénissez Le Seigneur
les saints et les humbles de cœur
bénissez Le Seigneur
Ananias, Azarias, Misaël
bénissez Le Seigneur !
A Lui haute gloire et louange éternelle !
Bénissons Le Père, Le Fils et L'Esprit Saint
A Lui haute gloire et louange éternelle !
Bénis sois Tu, Seigneur, au firmament du ciel
A Toi haute gloire et louange éternelle !

Psaume 66
Deus misereatur nostri et benedicat nobis...

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse
que Son visage s'illumine pour nous
et Ton chemin sera connu sur la terre
Ton Salut parmi toutes les nations
Que les peuples Dieu, Te rendent grâce !
Qu'ils Te rendent grâce tous ensemble !
Que les nations chantent leur joie
Car Tu gouvernes le monde avec justice
Tu gouvernes les peuples avec droiture
sur la terre, Tu conduis les nations
Que les peuples Dieu Te rendent grâce !
Qu'ils Te rendent grâce tous ensemble !
La terre a donné son fruit;
Dieu, notre Dieu nous bénit
Que Dieu nous bénisse
et que la terre tout entière L'adore !
AMEN!

Psaume 50
Miserere mei Deus...

Pitié pour moi, mon Dieu, dans Ton Amour,!
Selon Ta grande Miséricorde, efface mon péché
Lave-moi tout entier de ma faute,
Purifie-moi de mon offense
Oui , je connais mon péché,
Ma faute est toujours devant moi
Contre Toi et Toi seul j'ai péché
ce qui est mal à Tes yeux, je l'ai fait !
Ainsi, Tu peux parler et montrer Ta Justice,
être juge et montrer Ta victoire.
Moi, je suis né dans la faute,
j'étais pécheur dès le sein de ma mère...
Mais Tu veux au fond de moi la Vérité;
dans le secret, Tu m'apprends la Sagesse.
Purifie-moi avec l'hysope et je serai pur;
Lave-moi et je serai blanc plus que la neige !
Fais que j'entende les chants et la fête:
ils danseront les os que Tu broyais
Détourne Ta Face de mes fautes,
Enlève tous mes péchés
Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu
Renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit,
Ne me chasse pas loin de Ta Face !
ne me reprends pas Ton Esprit Saint !
Rends-moi la joie d'être sauvé;
que l'Esprit généreux me soutienne
Aux pécheurs j'enseignerai Tes chemins;
vers Toi reviendront les égarés
Libère moi du sang versé, Dieu, mon Dieu sauveur
et ma langue acclamera ta justice !

Seigneur, ouvre mes lèvres
et ma bouche annoncera ta louange.
Si j'offre un sacrifice Tu n'en veux pas
Tu n'acceptes pas d'holocauste
Le sacrifice qui plait à Dieu, c'est un esprit brisé
Tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé !
AMEN!

Psaume 148
Laudate Dominum de caelis...

Louez le Seigneur du haut des cieux
louez-Le dans les hauteurs.
Vous, tous ses anges louez-Le
louez Le, tous les univers !

Louez Le, soleil et lune,
louez-Le, tous les astres de lumière;
vous, cieux des cieux louez-Le
et les eaux des hauteurs des cieux.

Qu'ils louent le nom du Seigneur
sur Son ordre ils furent créés
c'est Lui qui les posa pour toujours
sous une Loi qui ne passera pas !
Louez le Seigneur depuis la terre,
monstres marins, tous les abîmes
feu et grêle, neige et brouillard
vent d'ouragan qui accomplis Sa parole
Les montagnes et toutes les collines
les arbres des vergers, tous les cèdres
les bêtes sauvages et tous les troupeaux
le reptile et l'oiseau qui vole
Les rois de la terre et tous les peuples
les princes et tous les juges de la terre
tous les jeunes gens et jeunes filles
les vieillards comme les enfants
Qu'ils louent le Nom du Seigneur !
Le seul au dessus de tout Nom
sur le ciel et sur la terre Sa Splendeur
AMEN!

Psaume 149
Cantate Domino canticum novum...

Chantez au Seigneur un chant nouveau !
Louez-Le dans l'assemblée de ses fidèles !
En Israël joie pour son Créateur
dans Sion allégresse pour son Roi !
Dansez à la louange de son Nom
jouez pour Lui tambourins et cithares !
Car le Seigneur aime Son peuple
Il donne aux humbles l'éclat de la victoire
Que les fidèles exultent glorieux
criant leur joie à l'heure du triomphe
Qu'ils proclament les éloges de Dieu
tenant en main l'épée à deux tranchants.

Tirer vengeance des nations
infliger aux peuples un châtiment
charger de chaînes les rois
Jeter les princes dans les fers
leur appliquer la sentence écrite
c'est la fierté de Ses fidèles.

Psaume 150
Laudate Dominum in sanctuario eius...

Louez Dieu dans son Temple Saint
louez-Le au ciel de Sa Puissance
louez-Le pour Ses actions éclatantes
louez-Le selon Sa grandeur !
Louez-Le en sonnant du cor
louez-Le sur la harpe et la cithare
louez-Le par les cordes et les flûtes
louez-Le par la danse et le tambour !
Louez-Le par les cymbales sonores
louez-Le par les cymbales triomphantes !
Et que tout être vivant
chante louange au Seigneur !
AMEN!

FIN DE L’OFFICE DE LAUDES.

… Pour les Malades qui ne peuvent pas se déplacer : Pour, également, toutes les personnes que ça pourrait intéresser, je me permets de proposer un lien qui permet, à toute heure, de participer chez soi à une Messe Concélébrée.
Je précise ici que « Le jour du Seigneur », par internet, est malheureusement « payant », et nécessite un abonnement (Ce qui est dommage !); le lien que je propose ici est entièrement gratuit : Il permet de Participer à une Messe au Canada, chaque jour de la semaine; nos Amis Chrétiens Canadiens en France en seront certainement particulièrement heureux ! (Il y a une possibilité, comme vous le constaterez, de « la messe en direct »! Voici donc ce lien :
http://www.radioamour.com/RA_accueil.html

… Pour continuer cette Prière ensemble, et dans “l’ordre Liturgique” établi « chez le Moines Cisterciens Trappistes de Notre Dame Des Neiges, en ARDÈCHE, », voici, successivement, les Psaumes de TIERCE, SEXTE, NONE ; puis pour le soir, les Psaumes de Vêpres, de Complies ; puis un lien pour assister (Ou participer en le chantant avec les Moines, pour celles et ceux qui le connaissent en latin !), le Magnifique chant du SALVE REGINA : «Salut, reine, mère de la miséricorde. Vie, douceur, espérance des hommes salut ! »

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 9,1-41., de ce dimanche 3 AVRIL :

« En sortant du Temple, Jésus vit sur son passage un homme qui était aveugle de naissance. Ses disciples l'interrogèrent : « Seigneur, pourquoi cet homme est-il né aveugle ? Est-ce lui qui a péché, ou bien ses parents ? » Jésus répondit :
« Ni lui, ni ses parents. Mais l'action de Dieu devait se manifester en lui. Il nous faut réaliser l'action de celui qui m'a envoyé, pendant qu'il fait encore jour ; déjà la nuit approche, et personne ne pourra plus agir. Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »
... Cela dit, il cracha sur le sol et, avec la salive, il fit de la boue qu'il appliqua sur les yeux de l'aveugle, et il lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé » (ce nom signifie : "Envoyé"). L'aveugle y alla donc, et il se lava ; quand il revint, il voyait!
Ses voisins, et ceux qui étaient habitués à le rencontrer - car il était mendiant - dirent alors : « N'est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier ? » Les uns disaient : « C'est lui. » Les autres disaient : « Pas du tout, c'est quelqu'un qui lui ressemble. » Mais lui affirmait : « C'est bien moi! » Et on lui demandait : « Alors, comment tes yeux se sont-il ouverts ? » Il répondit : « L'homme qu'on appelle Jésus a fait de la boue, il m'en a frotté les yeux, et il m'a dit : "Va te laver à la piscine de Siloé!"... J'y suis donc allé et je me suis lavé ; alors, j'ai vu!!! »
Ils lui dirent : « Et lui, où est-il ? » Il répondit : « Je ne sais pas. »
On amène aux pharisiens cet homme qui avait été aveugle. Or, c'était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux. A leur tour, les pharisiens lui demandèrent : « Comment se fait-il que tu voies ? » Il leur répondit : « Il m'a mis de la boue sur les yeux, je me suis lavé, et maintenant je vois. » Certains pharisiens disaient : « Celui-là ne vient pas de Dieu, puisqu'il n'observe pas le repos du sabbat ! » D'autres répliquaient : « Comment un homme pécheur pourrait-il accomplir des prodiges pareils ? » Ainsi donc ils étaient divisés?! Alors ils s'adressent de nouveau à l'aveugle : « Et toi, que dis-tu de lui, puisqu'il t'a ouvert les yeux ? » Il dit : « C'est un prophète! » Les Juifs ne voulaient pas croire que cet homme, qui maintenant voyait, avait été aveugle. C'est pourquoi ils convoquèrent ses parents et leur demandèrent : « Cet homme est bien votre fils, et vous dites qu'il est né aveugle ? Comment se fait-il qu'il voie maintenant ? » Les parents répondirent : « Nous savons que c'est bien notre fils, et qu'il est né aveugle. Mais comment peut-il voir à présent, nous ne le savons pas ?! ; Et qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas non plus?! ... Interrogez-le?! Il est assez grand pour s'expliquer ! »
… Ses parents parlaient ainsi, parce qu'ils avaient peur des Juifs. En effet, les Juifs s'étaient déjà mis d'accord pour exclure de la synagogue tous ceux qui déclareraient que Jésus est le Messie. Voilà pourquoi les parents avaient dit : « Il est assez grand, interrogez-le ! »
Pour la seconde fois, les pharisiens convoquèrent l'homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : « Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur! » Il répondit : « Est-ce un pécheur ? Je n'en sais rien ?! ; Mais il y a une chose que je sais : j'étais aveugle, et maintenant je vois ! » Ils lui dirent alors : « Comment a-t-il fait pour t'ouvrir les yeux ? » Il leur répondit : « Je vous l'ai déjà dit, et vous n'avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous m'entendre encore une fois ? Serait-ce que vous aussi vous voulez devenir ses disciples ? »
Ils se mirent à l'injurier : « C'est toi qui es son disciple ; nous, c'est de Moïse que nous sommes les disciples ! Moïse, nous savons que Dieu lui a parlé ; quant à celui-là, nous ne savons pas d'où il est ?! »
… L'homme leur répondit : « Voilà bien ce qui est étonnant ! Vous ne savez pas d'où il est, et pourtant il m'a ouvert les yeux !!! Comme chacun sait, Dieu n'exauce pas les pécheurs, mais si quelqu'un l'honore et fait sa volonté, il l'exauce. Jamais encore on n'avait entendu dire qu'un homme ait ouvert les yeux à un aveugle de naissance !!!
…Si cet homme-là ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire !!! »
Ils répliquèrent : « Tu es tout entier plongé dans le péché depuis ta naissance, et tu nous fais la leçon ??? » Et ils le jetèrent dehors !
Jésus apprit qu'ils l'avaient expulsé. Alors il vint le trouver et lui dit : « Crois-tu au Fils de l'homme ? »
Il répondit : « Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ? »
Jésus lui dit : « Tu le vois, et c'est lui qui te parle. »
Il dit : « Je crois, Seigneur ! », et il se prosterna devant lui.
Jésus dit alors : « Je suis venu en ce monde pour une remise en question : pour que ceux qui ne voient pas puissent voir, et que ceux qui voient deviennent aveugles ! »
Des pharisiens qui se trouvaient avec lui entendirent ces paroles et lui dirent : « Serions-nous des aveugles, nous aussi ? »
Jésus leur répondit : « Si vous étiez des aveugles, vous n'auriez pas de péché ; mais du moment que vous dites : Nous voyons ! Votre péché demeure ! »
Voici, pour celles et ceux que ça intéresserait, un commentaire sur ce Magnifique évangile, qui témoigne de la Toute Puissance de Dieu ! :
« L'homme est né aveugle. Sa cécité a une double force symbolique.
Par rapport au thème de la lumière, très présent dans la Bible, et central, dans l'Évangile de Jean.
Au chapitre précédent Jésus s'est adressé à la foule par ces mots :
" Je suis la lumière du monde. Celui qui me suit aura la lumière de la vie et ne marchera plus jamais dans les ténèbres ! "
Les guérisons d'aveugles ont par conséquent un sens très fort dans les Évangiles, et a fortiori dans l'Évangile de Jean. Et elles se présentent comme l'accomplissement de paroles prophétiques annonçant les temps messianiques.
Ceux qui étaient dans les ténèbres sont désormais dans la lumière.
Et donc ces guérisons correspondent à des pièces à conviction. Les temps sont venus, puisque cet homme, Jésus, guérit les aveugles… Comme ailleurs il fait marcher les boiteux, il relève les morts.
Il est bien celui qui devait venir.
Mais ce n'est pas tout ! Il se trouve que cet aveugle de l'Évangile de Jean nous est présenté « COMME UN AVEUGLE DE NAISSANCE » !
Et la précision est d'importance !!! Elle renvoie à la question de l'origine ! Elle renvoie à la question d'un « mal » avant la vie !
C'est à la fois la question de Job, et plus que la question de Job !
Job s'interrogeait sur le malheur qui lui arrivait. Il avait été heureux, béni, comblé. Et il perdait tout. Mais cet homme, lui, a toujours été aveugle. Il est né ainsi. Pourquoi ? Qu'est-ce que cela veut dire ?
Les disciples de Jésus posent la même question que les amis de Job.
A notre échelle humaine, le mal, la souffrance, l'infirmité semblent toujours nous renvoyer à la question de l'innocence ou de la culpabilité.
Les amis de Job lui disaient : " Si un tel malheur t'atteint, c'est que tu as fait du mal, c'est que tu as péché, toi ou tes enfants. "
Les disciples de Jésus lui demandent : " Pourquoi cet homme est-il né aveugle ? Est-ce à cause de son propre péché, ou du péché de ses parents ? " Autrement dit est-il puni du péché de ses parents, ou sa cécité est-elle le signe qu'il était pécheur dès l'origine ?
Aujourd'hui nous ne voulons plus entrer dans cette logique rétributive qui explique le mal, et la souffrance par le péché, qu'il s'agisse du péché personnel ou du péché originel. Elle nous semble absurde et nous révolte. Mais nous sommes également révoltés par la gratuité et l'absurdité de la souffrance. Nos questions ne sont peut-être plus les mêmes. Car nous bénéficions aujourd'hui de beaucoup d'explications scientifiques. Mais au-delà, ne sommes-nous pas toujours à la recherche d'une autre réponse ? D'une réponse métaphysique ? D'une réponse théologique ? Pourquoi le mal ? Pourquoi cet homme est-il né aveugle ? C'est là que la vision cabaliste peut nous éclairer et nous libérer. Car elle ne fait pas peser la responsabilité du mal sur l'homme, elle n'évoque pas la " chute " d'Adam et Ève pour expliquer la souffrance du monde. Mais elle propose de lire le mal, la souffrance, l'imperfection des êtres et des choses de ce monde comme inhérents à la création elle-même.
Avec l'image des vases brisés par la trop forte lumière divine, le secret du mal est enfoui dans l'origine. Il ne nous est pas accessible. Nous ne pouvons pas y porter nos regards. Cette explication est particulièrement éloquente dans le cas qui nous occupe. Car s'il ne s'agit pas d'un vase brisé par l'intensité de la lumière divine, il s'agit d'un homme aveugle… Peut-être aveuglé pour la même raison !

Cette interprétation est bien sûr symbolique, mais elle nous fait sortir de la question de la culpabilité. Elle nous en libère.
Et de ce fait elle nous oriente vers une nouvelle responsabilité. Cette responsabilité, je vous propose de l'appeler « la réparation du monde » ! Que fait Jésus sinon réparer le monde ?
D'abord dans la manière dont il répond à ses disciples, Jésus corrige, répare leur vision de l'homme, et de Dieu. « Non cet homme aveugle n'a pas péché, ni ses parents…non Dieu n'est pas un Dieu qui punirait l'homme dans son corps ou dans sa vie ! »
… Quand les disciples interrogent Jésus sur la cause du mal, sur son origine, il leur répond par un objectif. Il leur répond par une proposition d'avenir. " Tout cela c'est pour que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. " Et il les invite à accomplir les œuvres de Dieu tant qu'il fait jour ! « Accomplir les œuvres de Dieu ? » Quel programme ! En sommes-nous capables ? Voilà qui a de quoi nous effrayer…
… Mais Jésus joint le geste à la parole. En le regardant agir on apprend en quoi consistent les œuvres de Dieu. Et là il s'agit justement d'une œuvre de réparation ! En regardant Jésus agir, on a un enseignement à la fois très simple et très fort. D'abord de quoi se sert-il ? De sa propre salive et de la terre qui est à ses pieds ! La salive provient du même lieu que la parole, c'est-à-dire, la bouche. Elle représente « l'intimité vivante » ! Dans le monde animal elle peut avoir des effets thérapeutiques. On voit parfois des animaux lécher leurs plaies ! Et la terre représente la poussière du sol, l'humus, c'est-à-dire ce dont nous sommes faits, notre origine, et ce vers quoi nous retournerons. « Poussière, tu redeviendras poussière ! »
Mais les psaumes de création associent toujours l'infiniment petit à l'infiniment grand !… Les étoiles sont évoquées en même temps que l'herbe des champs… Et le début de la vie comme la fin de la vie !
Dans la boue que fait Jésus à partir de sa salive et de la poussière, on peut donc voir le symbole du principe de vie, de la naissance à la mort, et même le principe de la création: La salive de Jésus anime la poussière du sol, en se mélangeant à elle. Il en fait ressortir les principes actifs. Le geste de Jésus qui est de frotter les yeux de l'aveugle avec cette boue, consiste à communiquer ce principe de vie à ces yeux qui sont morts. Mais dans un premier temps, la boue enténèbre davantage le regard. Il faut l'ordre de Jésus, et que l'aveugle se lave lui-même le visage, pour qu'il retrouve la vue et naisse à la lumière !
Cette guérison accomplie par Jésus peut être comprise comme une véritable réparation !!! Elle en a le côté matériel et physique. Contrairement à ce qui se passe pour d'autres signes, d'autres miracles, ici Jésus agit concrètement.
Cette réparation peut donc devenir très parlante pour nous, en nous renvoyant concrètement à nos expériences de vie, à nos rencontres, à notre responsabilité dans la « réparation » du monde !
Je crois que chacun d'entre nous a, au sens propre comme au figuré, sinon un champ de ruines à restaurer, du moins un vase brisé à recoller, ou des fils à renouer, des situations à refaçonner pour les rendre plus vivables … Je crois que chacun d'entre nous, s'il accepte de mettre ses lunettes de réparateur, peut trouver des chantiers à la mesure de ses possibilités, et des occasions qui se présentent à lui !
… Et nous pouvons garder, comme exemple pour nous inspirer, Jésus avec la boue réparatrice qu'il crée à partir de sa salive et de la poussière du sol. Dans un cas comme dans l'autre cela veut dire qu'il n'y a pas de « réparation » sans un don venu de notre intimité, sans une implication profondément personnelle. Et cela veut dire aussi qu'en même temps la réalité la plus proche nous offre la matière nécessaire à ce travail de réparation ! Car cette réparation n'est pas d'une ambition démesurée, comme serait l'ambition de changer le monde, ou de changer de monde… Cette réparation ne relève pas du rêve ou de l'illusion.
.. C'est le travail ; c'est la responsabilité de tout ouvrier du royaume qui d'abord rend grâce pour cette vie, trouve ce monde beau et bon à vivre, tout en voyant, avec lucidité, ce qui est juste et ce qui est injuste, ce qui est beau et ce qui est laid, ce qui doit être encouragé, ce qui doit être remplacé ! Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, la modestie apparente de ce projet ne signifie pas qu'il ne soit pas enthousiasmant. Elle signifie simplement que rien n'est dérisoire dans ce que nous faisons pour notre prochain, et pour le monde !
… Toute action, tout geste, toute parole qui procède de la justice, et de la miséricorde, participe à la « réparation » de ce monde !
… C'est par nos efforts quotidiens, efforts personnels et efforts communs, que nous répondons de la grâce de Dieu, que nous en témoignons, et que nous luttons le mieux contre le fatalisme !
… Dieu a « besoin » de nous. Il nous confie la responsabilité d'entretenir, de « réparer » et de transmettre sa création, à ceux qui nous suivront. Rendons-lui grâce pour ce qu'il nous donne : « La force, et le courage de le faire… Car un travail extrêmement joyeux !
AMEN ! »

TIERCE DE DIMANCHE :

Tous les Offices, après LAUDES, et jusqu’à VÊPRES, commencent par cette invocation chantée : « Dieu, viens à mon aide, Seigneur, à notre secours: « Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme Il était au commencement, maintenant et toujours, et pour les siècles des siècles, AMEN ! »
PSAUME 65 (hébreu 66)
Voyez les hauts faits de Dieu
Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : " Que tes actions sont redoutables !
En présence de ta force, tes ennemis s'inclinent.
Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom. "
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.
Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu'il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.
Ses veux observent les nations :
que les rebelles courbent la tête !
Peuples, bénissez notre Dieu !
Faites retentir sa louange,
9 car il rend la vie à notre âme,
il a gardé nos pieds de la chute.
C'est toi, Dieu, qui nous as éprouvés,
affinés comme on affine un métal ;
tu nous as conduits dans un piège,
tu as serré un étau sur nos reins.
Tu as mis des mortels à notre tête ;
nous sommes entrés dans l'eau et le feu,
tu nous as fait sortir vers l'abondance.
Je viens dans ta maison avec des holocaustes,
je tiendrai mes promesses envers toi,
les promesses qui m'ouvrirent les lèvres,
que ma bouche a prononcées dans ma détresse.
Je t'offrirai de beaux holocaustes
avec le fumet des béliers ;
je prépare des bœufs et des chevreaux.
Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu'il a fait pour mon âme;
quand je poussai vers lui mon cri,
ma bouche faisait déjà son éloge.
Si mon cœur avait regardé vers le mal,
le Seigneur n'aurait pas écouté.
Et pourtant, Dieu a écouté,
il entend le cri de ma prière.
Béni soit Dieu
qui n'a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour!
FIN DE L’OFFICE DE TIERCE.

OFFICE DE SEXTE :
PSAUME 118 (hébreu 119)
De quel amour j'aime ta loi !

ALEPH
Ils marchent dans tes voies
Heureux les hommes intègres dans leurs voies
qui marchent suivant la loi du Seigneur !
Heureux ceux qui gardent ses exigences,
ils le cherchent de tout cœur !
Jamais ils ne commettent d'injustice,
ils marchent dans ses voies.
Toi, tu promulgues des préceptes
à observer entièrement.
Puissent mes voies s'affermir
à observer tes commandements !
Ainsi je ne serai pas humilié
quand je contemple tes volontés.
D'un cœur droit, je pourrai te rendre grâce,
instruit de tes justes décisions.
Tes commandements, je les observe :
ne m'abandonne pas entièrement.

BETH
Méditer sur tes préceptes
Comment, jeune, garder pur son chemin ?
En observant ta parole.
De tout mon cœur, je te cherche ;
garde-moi de fuir tes volontés.
Dans mon cœur, je conserve tes promesses
pour ne pas faillir envers toi.
Toi, Seigneur, tu es béni :
apprends-moi tes commandements.
Je fais repasser sur mes lèvres
chaque décision de ta bouche.
Je trouve dans la voie de tes exigences
plus de joie que dans toutes les richesses.
Je veux méditer sur tes préceptes
et contempler tes voies.
Je trouve en tes commandements mon plaisir,
je n'oublie pas ta parole.

GHIMEL
Brûlé de désir
Sois bon pour ton serviteur,
et je vivrai, j'observerai ta parole.
Ouvre mes yeux,
que je contemple les merveilles de ta loi.
Je suis un étranger sur la terre ;
ne me cache pas tes volontés.
Mon âme a brûlé de désir
en tout temps pour tes décisions.
Tu menaces les orgueilleux, les maudits,
ceux qui fuient tes volontés.
Épargne-moi l'insulte et le mépris :
je garde tes exigences.
Lorsque des grands accusent ton serviteur,
je médite sur tes ordres.
Je trouve mon plaisir en tes exigences :
ce sont elles qui me conseillent.

DALETH
Collé à tes exigences,
Mon âme est collée à la poussière ;
fais-moi vivre selon ta parole.
J'énumère mes voies : tu me réponds ;
apprends-moi tes commandements.
Montre-moi la voie de tes préceptes,
que je médite sur tes merveilles.
La tristesse m'arrache des larmes :
relève-moi selon ta parole.
Détourne-moi de la voie du mensonge,
fais-moi la grâce de ta loi.
J'ai choisi la voie de la fidélité,
je m'ajuste à tes décisions.
Je me tiens collé à tes exigences ;
Seigneur, garde-moi d'être humilié.
Je cours dans la voie de tes volontés,
car tu mets au large mon cœur.
FIN DE L’OFFICE DE SEXTE.
OFFICE DE NONE :
PSAUME 32 (hébreu 33)
Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu
Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes!
Hommes droits, à vous la louange!
Rendez grâce au Seigneur sur la cithare,
jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.
Chantez-lui le cantique nouveau,
de tout votre art soutenez l'ovation.
Oui, elle est droite, la parole du Seigneur;
il est fidèle en tout ce qu'il fait.
Il aime le bon droit et la justice;
la terre est remplie de son amour.
Le Seigneur a fait les cieux par sa parole,
l'univers, par le souffle de sa bouche.
Il amasse, il retient l'eau des mers ;
les océans, il les garde en réserve.
Que la crainte du Seigneur saisisse la terre,
que tremblent devant lui les habitants du monde!
Il parla, et ce qu'il dit exista;
il commanda, et ce qu'il dit survint.
Le Seigneur a déjoué les plans des nations,
anéanti les projets des peuples.
Le plan du Seigneur demeure pour toujours,
les projets de son cœur subsistent d'âge en âge.
Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu,
heureuse la nation qu'il s'est choisie pour domaine!
Du haut des cieux, le Seigneur regarde:
il voit la race des hommes.
Du lieu qu'il habite, il observe
tous les habitants de la terre,
lui qui forme le cœur de chacun,
qui pénètre toutes leurs actions.
Le salut d'un roi n'est pas dans son armée,
ni la victoire d'un guerrier, dans sa force.
Illusion que des chevaux pour la victoire:
une armée ne donne pas le salut.
Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.
Nous attendons notre vie du Seigneur:
il est pour nous un appui, un bouclier.
La joie de notre cœur vient de lui,
notre confiance est dans son nom très saint.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi!
FIN DE L’OFFICE DE NONE.
L’Office de VÊPRES commence toujours par cette invocation chantée : « Dieu, viens à mon aide, Seigneur, à notre secours ! Que ma Prière s’élève devant toi comme l’encens, et mes mains, comme l’offrande du soir ! Rendons Gloire au Père Tout-Puissant, à Son Fils, Jésus-Christ, le Seigneur ; à l’Esprit qui habite en nos cœurs, pour les siècles des siècles, AMEN ! »

OFFICE DE VÊPRES :

PSAUME 109 (hébreu 110)

Siège à ma droite
Oracle du Seigneur à mon seigneur :
"Siège à ma droite,
et je ferai de tes ennemis
le marchepied de ton trône."
De Sion, le Seigneur te présente
le sceptre de ta force :
"Domine jusqu'au cœur de l'ennemi."
Le jour où paraît ta puissance,
tu es prince, éblouissant de sainteté:
"Comme la rosée qui naît de l'aurore
je t'ai engendré."
Le Seigneur l'a juré
dans un serment irrévocable :
" Tu es prêtre à jamais
selon l'ordre du roi Melkisédek."
A ta droite se tient le Seigneur :
il brise les rois au jour de sa colère.
Il juge les nations : les cadavres s'entassent ;
il brise les chefs, loin sur la terre.]
Au torrent il s'abreuve en chemin,
c'est pourquoi il redresse la tête.

PSAUME 110 (hébreu 111)

Grandes sont les œuvres du Seigneur
Alléluia!
De tout cœur je rendrai grâce au Seigneur
dans l'assemblée, parmi les justes.
Grandes sont les œuvres du Seigneur;
tous ceux qui les aiment s'en instruisent.
Noblesse et beauté dans ses actions:
à jamais se maintiendra sa justice.
De ses merveilles il a laissé un mémorial;
le Seigneur est tendresse et pitié.
Il a donné des vivres à ses fidèles,
gardant toujours mémoire de son alliance.
6 Il a montré sa force à son peuple,
lui donnant le domaine des nations.
Justesse et sûreté, les œuvres de ses mains,
sécurité, toutes ses lois,
établies pour toujours et à jamais,
accomplies avec droiture et sûreté!
Apporte la délivrance à son peuple;
son alliance est promulguée pour toujours:
saint et redoutable est son nom.
La sagesse commence avec la crainte du Seigneur.
Qui accomplit sa volonté en est éclairé.
A jamais se maintiendra SA louange.

PSAUME 112 (hébreu 113)

Béni soit le nom du Seigneur Alléluia!
Louez, serviteurs du Seigneur,
louez le nom du Seigneur!
Béni soit le nom du Seigneur,
maintenant et pour les siècles des siècles!
Du levant au couchant du soleil,
loué soit le nom du Seigneur!
Le Seigneur domine tous les peuples,
sa gloire domine les cieux.
Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ?
Lui, il siège là-haut.
6 Mais il abaisse son regard
vers le ciel et vers la terre.
De la poussière, il relève le faible,
il retire le pauvre de la cendre
pour qu'il siège parmi les princes,
parmi les princes de son peuple.
Il installe en sa maison la femme stérile,
heureuse mère au milieu de ses fils.
FIN DE L’OFFICE DE VÊPRES.

OFFICE DE COMPLIES :

Je me permets de préciser ici que les Psaumes de COMPLIES NE CHANGENT JAMAIS ! ILS SONT INVARIABLES, et TOUJOURS les mêmes !
(…Ils peuvent donc très facilement s’apprendre par cœur : De façon que, par exemple, même en déplacement, nous pouvons les chanter, ou les réciter « de mémoire !)
Hymne : Avant la fin de la lumière,
Avant la fin de la lumière,
Nous te prions, Dieu créateur,
Pour que, fidèle à ta bonté,
Tu nous protèges, tu nous gardes.

Que loin de nous s'enfuient les songes,
Et les angoisses de la nuit.
Préserve-nous de l'ennemi :
Que ton amour sans fin nous garde.

Exauce-nous, Dieu, notre Père,
Par Jésus Christ, notre Seigneur,
Dans l'unité du Saint-Esprit,
Régnant sans fin dans tous les siècles.
Haut de page
Antienne
À l’ombre de ses ailes, n’aie plus peur de la nuit.
Psaume 90
Quand je me tiens sous l'abri du Très-Haut
et repose à l'ombre du Puissant,
je dis au Seigneur : « Mon refuge,
mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »

C'est lui qui te sauve des filets du chasseur
et de la peste maléfique ;
il te couvre et te protège.
Tu trouves sous son aile un refuge :
sa fidélité est une armure, un bouclier.

Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit,
ni la flèche qui vole au grand jour,
ni la peste qui rôde dans le noir,
ni le fléau qui frappe à midi.

Qu'il en tombe mille à tes côtés, +
qu'il en tombe dix mille à ta droite, *
toi, tu restes hors d'atteinte.

Il suffit que tu ouvres les yeux,
tu verras le salaire du méchant.
9Oui, le Seigneur est ton refuge ;
tu as fait du Très-Haut ta forteresse.
Le malheur ne pourra te toucher,
ni le danger, approcher de ta demeure :
il donne mission à ses anges
de te garder sur tous tes chemins.

Ils te porteront sur leurs mains
pour que ton pied ne heurte les pierres ;
tu marcheras sur la vipère et le scorpion,
tu écraseras le lion et le Dragon.

« Puisqu'il s'attache à moi, je le délivre ;
je le défends, car il connaît mon nom.
Il m'appelle, et moi, je lui réponds ;
je suis avec lui dans son épreuve.

Je veux le libérer, le glorifier ;
16de longs jours, je veux le rassasier,
et je ferai qu'il voie mon salut. »

Parole de Dieu : (Ap 22, 4-5)
Les serviteurs de Dieu verront son visage, et son nom sera écrit sur leur front. La nuit n’existera plus, ils n’auront plus besoin de la lumière d’une lampe ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les illuminera, et ils régneront pour les siècles des siècles.
En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.
Sur ton serviteur, que s’illumine ta face.
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit.

Antienne
Dieu saint, Dieu fort, Dieu immortel, que ta pitié soit sur nous, comme notre Espoir est en Toi !
Cantique de Syméon (Lc 2)
Maintenant, ô Maître souverain,
tu peux laisser ton serviteur s'en aller
en paix, selon ta parole.

Car mes yeux ont vu le salut
que tu préparais à la face des peuples :

lumière qui se révèle aux nations
et donne gloire à ton peuple Israël.

Oraison
Notre Seigneur et notre Dieu, tu nous as fait entendre ton amour au matin de la Résurrection ; quand viendra pour nous le moment de mourir, que ton souffle de vie nous conduise en ta présence. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.
Hymne Salut, Reine des cieux ! Salut, Reine des anges !
Salut, Reine des cieux ! Salut, Reine des anges !
Salut, Tige féconde ! Salut, Porte du ciel !
Par toi, la lumière s'est levée sur le monde.

Réjouis-toi, Vierge glorieuse,
belle entre toutes les femmes !
Salut, splendeur radieuse :
implore le Christ pour nous.

http://www.youtube.com/watch?v=d5p_U8J0iRQ
SALVE REGINA :
Salve, Regína, Máter misericórdiæ
Víta, dulcédo, et spes nóstra, sálve.
Ad te clamámus, éxules, fílii Hévæ.
Ad te suspirámus, geméntes et flentes
in hac lacrimárum válle.
Eia ergo, Advocáta nóstra,
íllos túos misericórdes óculos
ad nos convérte.
Et Jésum, benedíctum frúctum véntris túi,
nóbis post hoc exsílium osténde.
O clémens, O pía, O dúlcis Vírgo María.

Salut, reine, mère de la miséricorde.
Vie, douceur, espérance des hommes salut !
Enfants d’Ève, nous crions vers toi dans notre exil.
Vers toi, nous soupirons parmi les cris et les pleurs
de cette vallée de larmes
Ô toi, notre avocate,
tourne vers nous
ton regard plein de bonté.
Et montre-nous Jésus le fruit béni de tes entrailles,
à l’issue de cet exil.
Ô clémente ! Ô bonne ! Ô douce Vierge Marie.

FIN DES OFFICES DU DIMANCHE.

… Et enfin, pour terminer, voici, (Toujours dans le contexte de cette journée liturgique !), extrait d’un passage de l’imitation de Jésus-Christ, que je «prête » à notre Méditation ! :

De la méditation de la mort:

« … C'en sera fait de vous bien vite ici-bas: voyez donc en quel état vous êtes. L'homme est aujourd'hui, et demain il a disparu, et quand il n'est plus sous les yeux, il passe bien vite de l'esprit !
O stupidité et dureté du cœur humain, qui ne pense qu'au présent et ne prévoit pas l'avenir ! Dans toutes vos actions, dans toutes vos pensées, vous devriez être tel que vous seriez s'il vous fallait mourir aujourd'hui ! Si vous aviez une bonne conscience, vous craindriez peu la mort. Il vaudrait mieux éviter le péché que fuir la mort.
Si aujourd'hui vous n'êtes pas prêt, comment le serez-vous demain? Demain est un jour incertain: et que savez-vous si vous aurez un lendemain ? Que sert de vivre longtemps puisque nous nous corrigeons si peu ? Ah ! Une longue vie ne corrige pas toujours; souvent plutôt elle augmente nos crimes !!!
… Plût à Dieu que nous eussions bien vécu dans ce monde un seul jour !
Plusieurs comptent les années de leur conversion; mais souvent, qu'ils sont peu changés, et que ces années ont été stériles !
S'il est terrible de mourir, peut-être est-il plus dangereux de vivre si longtemps. Heureux celui à qui l'heure de sa mort est toujours présente, et qui se prépare chaque jour à mourir ! Si vous avez vu jamais un homme mourir, songez que vous aussi vous passerez par cette voie. Le matin, pensez que vous n'atteindrez pas le soir; le soir, n'osez pas vous promettre de voir le matin !
… Soyez donc toujours prêt, et vivez de telle sorte que la mort ne vous surprenne jamais. Plusieurs sont enlevés par une mort soudaine et imprévue: car le Fils de l'homme viendra « à l'heure qu'on n'y pense pas ! » Quand viendra cette dernière heure, vous commencerez à juger tout autrement de votre vie passée, et vous gémirez amèrement d'avoir été si négligent et si lâche ! Qu'heureux et sage est celui qui s'efforce d'être tel dans la vie qu'il souhaite d'être trouvé à la mort !
Car rien ne donnera une si grande confiance de mourir heureusement, que le parfait mépris du monde, le désir ardent d'avancer dans la vertu, l'amour de la régularité, le travail de la pénitence, l'abnégation de soi-même et la constance à souffrir toutes sortes d'adversités pour l'Amour de Jésus-Christ!!!
Vous pourrez faire beaucoup de bien tandis que vous êtes en santé; mais, malade, je ne sais ce que vous pourrez. Il en est peu que la maladie rend meilleurs, comme il en est peu qui se sanctifient par de fréquents pèlerinages ! Ne comptez point sur vos amis, ni sur vos proches, et ne différez point votre salut dans l'avenir; car les hommes vous oublieront plus vite que vous ne pensez !!!
… Il vaut mieux y pourvoir de bonne heure, et envoyer devant soi un peu de bien, que d'espérer dans le secours des autres.
Si vous n'avez maintenant aucun souci de vous-même, qui s'inquiétera de vous dans l'avenir ? Maintenant le temps est d'un grand prix. Voici maintenant le temps propice, voici le jour du salut ! Mais, ô douleur ! Que vous fassiez un si vain usage de ce qui pourrait vous servir à mériter de vivre éternellement !
… Viendra le temps où vous désirerez un seul jour, une seule heure, pour purifier votre âme, et je ne sais si vous l'obtiendrez !!! .Ah ! Mon frère !!! De quel péril, de quelle crainte terrible vous pourriez vous délivrer si vous étiez à présent toujours en crainte de la mort !
… Étudiez-vous maintenant à vivre de telle sorte qu'à l'heure de la mort vous ayez plus sujet de vous réjouir que de craindre. Apprenez maintenant à mourir au monde afin de commencer alors à vivre avec Jésus-Christ ! Apprenez maintenant à tout mépriser, afin de pouvoir alors aller librement à Jésus-Christ ! Châtiez maintenant votre corps par la pénitence afin que vous puissiez alors avoir une solide confiance !
… Insensés !!! Sur quoi vous promettez-vous de vivre longtemps, lorsque vous n'avez pas un seul jour d'assuré ??? Combien ont été trompés et arrachés subitement de leur corps ! Combien de fois avez-vous ouï dire: Cet homme a été tué d'un coup d'épée; celui-ci s'est noyé, celui-là s'est brisé en tombant d'un lieu élevé; l'un a expiré en mangeant, l'autre en jouant; l'un a péri par le feu, un autre par le fer, un autre par la peste, un autre par la main des voleurs ! Et ainsi la fin de tous est la mort, et la vie des hommes passe comme l'ombre !!! Qui se souviendra de vous après votre mort, et qui priera pour vous ?
Faites, faites maintenant, mon cher frère, tout ce que vous pouvez, car vous ne savez pas quand vous mourrez, ni ce qui suivra pour vous la mort. Tandis que vous en avez le temps, amassez des richesses immortelles. Ne pensez qu'à votre salut, ne vous occupez que des choses de Dieu ! Faites-vous maintenant des amis, en honorant les saints, et en imitant leurs œuvres afin qu'arrivé au terme de cette vie, ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels !
Vivez sur la terre comme un voyageur, et un étranger, à qui les choses du monde ne sont rien !!! Conservez votre cœur libre et toujours élevé vers Dieu, parce que vous n'avez point ici-bas de demeure permanente! Que vos gémissements, vos larmes, vos prières, montent tous les jours vers le ciel afin que votre âme, après la mort, mérite de passer heureusement à Dieu! »

… Excellente journée, à toutes et à tous, dans la Paix du Christ : Dans Sa Grâce, dans l’Amour du Père, et dans la Communion de l’Esprit Saint !





Édité par la modération: Évitez les très grands caractères S.V.P.
avatar
Gerardmenvussa
Avec Saint Maximilien Kolbe

Messages : 95
Inscription : 29/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum