Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par Gilles le Ven 22 Avr 2016 - 17:04

vendredi 22 avril 2016
Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout 525172

A Rome, une semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout !

La onzième édition d’un cycle de cours sur l’exorcisme à l’Athénée pontifical Regina apostolorum de Rome s’est tenue du 4 au 9 avril sur le thème »Exorcisme et prière de libération ». Cette initiative, unique au monde, a  réuni quelque 200 participants, religieux et laïcs, venus du monde entier pour une mise à jour sur la possession démoniaque et le ministère de l’exorcisme.

Suite de l'article :
A Rome, une semaine de conférences sur l’exorcisme Ne pas voir le diable partout !

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Cathobel-logo-
Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Gilles
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 25010
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par Pécheur le Mar 26 Avr 2016 - 19:10

il semble que la nouvelle Eglise ne le voit plus nulle part.

Pécheur
Pécheur
Aime la Divine Volonté

Masculin Messages : 867
Inscription : 14/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par Ginette Boudreau le Mar 26 Avr 2016 - 20:25

@Pécheur   Encore une critique sur notre Sainte Mère l'Église..l Annoyed and disappoi
Ginette Boudreau
Ginette Boudreau
Avec Saint Thomas d'Aquin

Féminin Messages : 350
Age : 65
Localisation : Québec, Canada
Inscription : 25/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par Pécheur le Mar 26 Avr 2016 - 20:33

Cette année, les organisateurs ont choisi d’élargir le champ d’étude au judaïsme, à l’islam et aux cultes afro-américains, avec plus d’une trentaine de conférenciers dont des médecins, psychiatres, professeurs ou avocats de nationalités diverses.
Pécheur
Pécheur
Aime la Divine Volonté

Masculin Messages : 867
Inscription : 14/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par limond le Mar 26 Avr 2016 - 21:43


Bonjour

Ne t'inquiète pas pècheur, c'est pour mieux les assimilé, comme l'église a fait avec les religions paienne du temps.

limond
Avec le Pape François

Masculin Messages : 954
Localisation : quebec
Inscription : 09/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par Pécheur le Mer 27 Avr 2016 - 11:05

espérons, car on a plutôt l'impression que cette fois c'est le processus inverse.
Pécheur
Pécheur
Aime la Divine Volonté

Masculin Messages : 867
Inscription : 14/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par Philippe Marie le Ven 29 Avr 2016 - 7:47

@Pécheur a écrit:il semble que la nouvelle Eglise ne le voit plus nulle part.

@Ginette Boudreau a écrit:@Pécheur   Encore une critique sur notre Sainte Mère l'Église..l Annoyed and disappoi

Malheureusement c'est vrai Ginette. On ne parle plus du tout du diable et de l'enfer. Et même certains évêques ne croient plus au diable ni à la possession.
Philippe Marie
Philippe Marie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1384
Age : 71
Localisation : Maisons Laffitte
Inscription : 13/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par territoire en héritage le Ven 29 Avr 2016 - 10:31



Phiphi a écrit:
@Pécheur a écrit:il semble que la nouvelle Eglise ne le voit plus nulle part.

@Ginette Boudreau a écrit:@Pécheur   Encore une critique sur notre Sainte Mère l'Église..l Annoyed and disappoi

Malheureusement c'est vrai Ginette. On ne parle plus du tout du diable et de l'enfer. Et même certains évêques ne croient plus au diable ni à la possession.

Il y a effectivement un gros problème à ce sujet :

http://www.riposte-catholique.fr/osservatore-vaticano/curie/dongabrieleamorthdenoncelapresencedesatanistesauvatican

Don Gabriele Amorth dénonce la présence de satanistes au Vatican
15 avril 2010 / 1563 vues
Download PDF


En février dernier, le vaticaniste italien bien connu Paolo Rodari a publié un article très intéressant – et plus encore effrayant – sur la présence de satanistes au coeur même du Vatican.

Je sais bien que certains lecteurs vont penser que tout cela est du « sensationnalisme », mais ces révélations viennent de l’un des meilleurs « spécialistes » mondiaux du démon, Don Gabriele Amorth, l’exorciste de Rome (celui-là même qui avait dénoncé les faiblesses du nouveau rituel d’exorcisme). Voici ma traduction des propos relatés par Paolo Rodari:

Des satanistes au Vatican?
« Oui, même au Vatican il ya des membres des sectes sataniques ».
Qui est impliqué?
Des simples prêtres ou des laïcs?
« Il ya des prêtres, prélats et même des cardinaux.
Pardonnez-moi, Père Gabriel, mais comment le savez-vous?
« Je l’ai su par des personnes qui ont eu à en connaître directement. Et, plusieurs fois, je l’ai entendu confesser par le diable lui-même, soumis lors des exorcismes.
Le pape est au courant?
« Bien sûr, je l’ai informé! Mais il fait ce qu’il peut. C’est une chose effrayante. Gardez à l’esprit également que le pape Benoît XVI est allemand, un pays très hostile à ces choses. En Allemagne, il n’y a pratiquement pas d’exorcistes, mais j’ai eu l’occasion de parler trois fois au Pape quand il était encore préfet de la congrégation pour la Doctrine de la foi.




Si je me décide à évoquer ces propos, c’est qu’en soi, ils sont d’une importance capitale pour comprendre la situation actuelle de l’Eglise (on ne peut pas comprendre la crise de l’Eglise sans admettre que la phrase de Paul VI sur les « fumées de Satan » qui ont envahi l’Eglise n’est pas simplement une manière poétique de s’exprimer). Mais j’en parle aussi parce que je suis intimement persuadé que la pédophilie a – au moins dans certains cas – à avoir avec les pratiques sataniques (Don Amorth continue d’ailleurs en signalant que les messes noires s’achèvent souvent en débauche sexuel – il parle sans ambage de « vrai bordel »).

L’une des raisons de l’omerta par laquelle les plus hautes autorités de l’Eglise ont trop souvent « traité » les scandales pédérastiques ou pédophiliques tient peut-être aussi à ce que certains prélats pratiquant eux-mêmes le satanisme ont partie liée avec ces réseaux sordides




territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2234
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par territoire en héritage le Ven 29 Avr 2016 - 11:29



Plus de précisions sur ce sujet "brûlant" :

http://saintmichelarchange.free.fr/trentejours.htm


« La fumée de Satan dans la maison du Seigneur »
Stéfano Maria Paci
(30 jours - juin 2001 - Extraits)

« … Le 15 mai , la traduction italienne du nouveau Rituel des exorcismes a été approuvée par le CEI. Ce rituel n’attend plus pour entrer en usage que le placet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. Une nouvelle arme dont se munit l’Eglise pour combattre l’ennemi ? Pour chasser, si cela n’a pas encore été fait, cette fumée qui est entrée dans le temple du Seigneur ? Allons donc ! Ecoutons ce que raconte le Père Amorth. Vous découvrirez que la guerre, en cours depuis des millénaires, fait rage plus que jamais. Que la bataille s’est déplacée et qu’elle se livre désormais surtout à l’intérieur de la maison du Seigneur. Et cette fumée… cette fumée… eh bien ! elle se répand dans des pièces insoupçonnées. »

Père Amorth, la traduction italienne du nouveau Rituel pour les exorcistes est finalement prête.
Gabriele Amorth : Oui, elle est prête. L’année dernière, le CEI n’avait pas voulu l’approuver parce qu’il contenait des erreurs dans la traduction du latin à l’italien. Et nous, exorcistes, qui devrions l’utiliser, nous en avions profité pour signaler que, sur de nombreux points, nous n’étions pas d’accord avec le nouveau Rituel. Mais le texte de base en latin est resté le même dans cette traduction revue. Ce Rituel tant attendu s’est transformé en farce. Une incroyable entrave qui risque de nous empêcher d’agir contre le démon.

C’est une lourde accusation. A quoi pensez-vous ?
Don Amorth : Je ne vous donnerai que deux exemples. Des exemples spectaculaires. Au point 15, on parle de maléfices et de la façon de se comporter quand on a affaire à eux. Le maléfice est le mal que l’on cause à une personne en recourant au diable. Il peut être accompli sous plusieurs formes comme les mauvais sorts, les malédictions, le mauvais œil, le vaudou, le macumba.  Le Rituel romain expliquait comment il fallait l’affronter. Le nouveau Rituel déclare, au contraire, catégoriquement, qu’il est absolument interdit de faire des exorcismes dans ces cas-là. Absurde. Les maléfices sont de loin les causes les plus fréquentes des possessions et des maux procurés par le démon : au moins 90% des cas. C’est comme dire aux exorcistes de ne plus pratiquer l’exorcisme. Le point 16, ensuite, déclare solennellement qu’il ne faut pas faire d’exorcisme si l’on n’a pas la certitude de la présence du diable. C’est un chef-d’œuvre d’incompétence : la certitude que le démon est présent chez quelqu’un, on ne peut l’avoir qu’en faisant l’exorcisme. D’ailleurs, les rédacteurs du Rituel ne se sont pas aperçus qu’ils contredisaient, sur ces deux points, le Catéchisme de l’Eglise Catholique. Celui-ci indique en effet qu’il faut pratiquer l’exorcisme dans les cas de possession diabolique et dans ceux des maux causés par le démon. Et il recommande aussi de le faire sur les personnes comme sur les choses. Et dans les choses, il n’y a jamais la présence du démon, il y a seulement son influence.
Les déclarations contenues dans le nouveau Rituel sont très graves et très néfastes. Elles sont le fruit de l’ignorance et de l’inexpérience.

Mais ce nouveau Rituel n’a-t-il pas été fait par des spécialistes ?
Don Amorth : Pas du tout ! Durant ces dix dernières années, deux commissions ont travaillé sur le Rituel ; celle qui est composée de cardinaux et qui s’est occupée de Proenotanda, c’est-à-dire des dispositions initiales, et celle qui s’est occupée des prières. Je peux affirmer avec certitude qu’aucun des membres de ces commissions n’a jamais fait d’exorcisme, n’a jamais assisté à des exorcismes ni n’a jamais eu la moindre idée de ce qu’est un exorcisme. C’est là l’erreur, le péché originel de ce Rituel. Aucun de ceux qui y ont collaboré n’était spécialiste d’exorcismes.

Comment est-ce possible ?
Don Amorth : Ce n’est pas à moi qu’il faut le demander. Pendant le Concile Vatican II, chaque commission était aidée par un groupe d’experts qui secondaient les évêques dans leur travail. Et cette habitude s’est maintenue après le Concile, à chaque fois qu’ont été refaites des parties du Rituel. Mais non cette fois. Et pourtant, s’il y avait un sujet qui demandait la participation de spécialistes, c’était bien celui-là.

Bien sûr.
Don Amorth : Comme le concile Vatican II l’avait demandé, les différentes parties du Rituel romain ont été revues peu à peu. Nous, exorcistes, nous attendions que soit traité le titre 12, c’est-à-dire le Rituel d’exorcisme. Mais, apparemment, ce Rituel n’était pas considéré comme un sujet important, car les années passaient et rien n’arrivait. Puis, à l’improviste, le 4 juin 1990, est sorti le Rituel ad interim, c’est-à-dire à l’essai. Cela a été une vraie surprise pour nous, qui n’avions pas été consultés auparavant. Et pourtant, nous avions préparé toute une série de requêtes en vue de la révision du Rituel. Nous demandions, entre autres, que soient retouchées les prières pour qu’y soient introduites des invocations à la Vierge, lesquelles étaient totalement absentes, et que le nombre des prières spécifiques d’exorcisme soit augmenté. Mais on ne nous avait laissé aucune possibilité d’apporter notre contribution quelle qu’elle fût. Nous ne nous sommes pas découragés : le texte avait été fait pour nous. Et comme dans sa lettre de présentation, le préfet de la Congrégation pour le culte divin de l’époque, le cardinal Eduardo Martinez Somalo, demandait aux conférences épiscopales de faire parvenir, dans les deux ans qui suivaient, «des conseils et des suggestions données par des prêtres qui en auraient fait usage», nous nous sommes mis au travail. J’ai réuni dix-huit exorcistes que j’avais choisis parmi les plus experts de la planète. Nous avons examiné le texte avec une grand attention. Nous l’avons utilisé. Nous avons immédiatement fait l’éloge de la première partie dans laquelle étaient  résumés les fondements évangéliques de l’exorcisme. Il s’agit là de l’aspect biblique et théologique de la question et, sur ce point, les compétences ne faisaient pas défaut. C’est une partie nouvelle par rapport au Rituel de 1614 composé sous le pape Paul V ; du reste, à cette époque, il n’était pas besoin de rappeler ces principes que tout le monde connaissait et acceptait. Aujourd’hui, au contraire, c’est indispensable.
Mais lorsque nous nous sommes mis à examiner la partie pratique, qui demande une connaissance spécifique du sujet, l’inexpérience totale des rédacteurs est apparue en pleine lumière. Nous avons fait de nombreuses observations, article par article, et nous les avons fait parvenir à toutes les parties intéressées : Congrégation pour le culte divin, Congrégation pour la doctrine de la foi, Conférences épiscopales. Un exemplaire a été remis directement au Pape.

Comment vos observations ont-elles été accueillies ?
Don Amorth : Accueil très mauvais, efficacité nulle. Nous nous étions inspirés de la constitution dogmatique Lumen gentium, dans laquelle l’Eglise est décrite comme un « Peuple de Dieu ». Au numéro 28, on parle de la collaboration des prêtres avec les évêques, au numéro 37, il est dit clairement, et cela s’applique même aux laïcs, que, «selon la science, la compétence et le prestige dont ils jouissent, ils ont la faculté, et même parfois le devoir, de faire connaître leur avis sur des choses concernant le bien de l’Eglise». C’était exactement notre cas. Et nous avons eu l’ingénuité de croire que les dispositions de Vatican II étaient parvenues aux congrégations romaines. Mais nous nous sommes trouvés devant un mur de refus et de mépris.
Le secrétaire de la Congrégation pour le culte divin a fait une relation à la commission cardinalice dans laquelle il a dit que ses interlocuteurs, c’étaient les évêques et non les prêtres et les exorcistes. Et il a ajouté textuellement, à propos de notre humble tentative de les aider en leur donnant notre avis de spécialistes : « On a dû prendre acte du fait qu’un groupe d’exorcistes et de « démonologues », ceux qui par la suite se sont constitués en Association internationale, orchestrait une campagne contre le rite. » Une accusation indécente : nous n’avons jamais orchestré aucune campagne ! Le rituel nous était adressé, et dans les commissions aucune personne compétente n’a été convoquée ; il était plus que normal que nous cherchions à apporter notre contribution.

Cela veut donc dire que, pour vous, le nouveau Rituel est inutilisable dans la lutte contre le démon ?
Don Amorth : Oui. Ils voulaient nous donner une arme émoussée. Les prières efficaces, des prières qui avaient douze siècles d'existence, ont été supprimées et ont été remplacées par de nouvelles prières, inefficaces. Mais, par chance, on nous a jeté au dernier moment un canot de sauvetage.


Lequel ?
Don Amorth : le nouveau préfet de la Congrégation pour le culte divin, le cardinal Jorge Medina, a joint au Rituel une Notification dans laquelle il est précisé que les exorcistes ne sont pas obligés d'utiliser ce Rituel et que, s'ils le veulent, ils peuvent demander à leur évêque l'autorisation d'utiliser l'ancien. Les évêques doivent à leur tour demander l'autorisation à la Congrégation qui, comme l'écrit le cardinal, "la concède volontiers".

"La concède volontiers" ? C'est une concession bien étrange...
Don Amorth : Voulez-vous savoir d'où elle vient ? Elle vient de la tentative qu'ont faite le cardinal Ratzinger, préfet pour la Congrégation pour la doctrine de la foi, et le cardinal Medina d'introduire dans le Rituel un article - c'était alors l'article 38 - qui autorisait les exorcistes à utiliser le Rituel précédent. C'était, sans aucun doute, une manoeuvre in extremis pour nous faire éviter les graves erreurs qui se trouvent dans le Rituel définitif. Mais la tentative des deux cardinaux a échoué. Alors le cardinal Medina, qui avait compris ce qui se jouait là, a décidé de nous donner en tout cas ce canot de sauvetage et il a ajouté une note à part.

Comment êtes-vous vus, vous exorcistes, à l'intérieur de l'Eglise ?
Don Amorth : Nous sommes très mal traités. Nos confrères prêtres qui sont chargés de cette tâche délicate passent pour des fous, des exaltés. Ils sont même en général à peine tolérés par les évêques qui les ont nommés.

La manifestation la plus éclatante de cette hostilité ?
Don Amorth : Nous avons organisé un congrès international d'exorcistes, près de Rome. Nous avons demandé à être reçus par le Pape. Pour ne pas peser sur lui et ajouter une audience à toutes celles qu'il accorde déjà, nous avons simplement demandé à être reçus en audience publique, celle du mercredi sur la place Saint-Pierre. Nous ne demandions même pas qu'il nous adresse un salut personnel. Nous avons fait régulièrement la demande d'audience, comme se le rappellera parfaitement Mgr Paolo de Nicolo, de la préfecture de la Maison pontificale, lequel a accueilli très chaleureusement notre requête. Mais la veille de l'audience, Mgr de Nicolo nous a dit - à vrai dire, il était très embarrassé  et l'on voyait très bien que la décision ne dépendait pas de lui - de ne pas nous présenter à l'audience, que nous n'étions pas admis. Incroyable ! 150 exorcistes venant des 5 continents, des prêtres parfaitement nommés par leurs évêques conformément aux règles du droit canon qui exigent des prêtres de prière, de science et de bonne réputation - et donc un peu la crème du clergé - qui demandent à participer à une audience publique du Pape et qui sont mis à la porte ! Mgr de Nicolo m'a dit "Je vous promets que je vous enverrai immédiatement une lettre avec les justifications." Cinq ans ont  passé et, cette lettre, je l'attends toujours.
Ce n'est certainement pas Jean-Paul II qui nous a exclus. Mais le fait qu'il soit interdit à 150 prêtres de participer à une audience publique du Pape sur la place Saint Pierre montre quels obstacles trouvent les exorcistes à l'intérieur même de leur Eglise et à quel point ils sont mal vus par un grand nombre d'autorités ecclésiastiques.

Vous vous battez contre le démon tous les jours. Quel est le plus grand succès de Satan ?
Don Amorth : Réussir à faire croire qu'il n'existe pas. Et il y a presque réussi. Même à l'intérieur de l'Eglise.
Nous avons un clergé et un épiscopat qui ne croient plus au diable, aux exorcismes, aux maux extraordinaires que le diable peut provoquer ni non plus au pouvoir que Jésus a donné de chasser les démons.

Depuis trois siècles, l'Eglise latine - au contraire de l'Eglise orthodoxe et de différentes confessions protestantes - a presque entièrement  abandonné le ministère de l'exorcisme. Comme le clergé ne pratique plus les exorcismes, comme il ne les étudie plus et ne les a jamais vus, il n'y croit plus. Et il ne croit plus non plus au diable. Nous avons des épiscopats entiers qui sont hostiles aux exorcismes. Il y a des pays dans lesquels il n'y a pas un seul exorciste, comme, par exemple, l'Allemagne, la Suisse, l'Espagne, le Portugal. Une carence terrifiante.

Vous n'avez pas parlé de la France. La situation est-elle différente ?
Don Amorth : Il existe un livre écrit par Isidore Froc, le plus célèbre exorciste français, qui a pour titre : Les exorcistes. qui sont-ils et que font-ils ? Cet ouvrage traduit en italien, a été écrit à la demande de la Conférence épiscopale française. Il n'est dit nulle part dans ce livre que les exorcistes font, dans certains cas, des exorcismes. Et l'auteur a déclaré plusieurs fois à la télévision française qu'il n'avait jamais fait d'exorcismes et qu'il n'en ferait jamais. Sur une centaine d'exorcistes français, il n'y en a que cinq qui croient au diable et font des exorcismes, tous les autres envoient ceux qui s'adressent à eux au psychiatre.
Avant que ne paraisse ce nouveau manuel, l'épiscopat allemand a envoyé une lettre au cardinal Ratzinger dans laquelle il déclarait qu'il n'était pas besoin de faire un nouveau Rituel parce qu'on ne devait plus faire d'exorcismes.

Est-ce à l'évêque de nommer les exorcistes ?
Don Amorth : Oui. Quand un prêtre est nommé évêque, il se trouve face à un article du Code de droit canonique qui lui donne l'autorité absolue pour nommer des exorcistes. Le minimum que l'on puisse demander à un évêque, c'est qu'il ait assisté à un exorcisme au moins, vu qu'il a à prendre une décision aussi importante. Malheureusement, cela ne se passe presque jamais ainsi. Mais si un évêque se trouve devant une demande sérieuse d'exorcisme - c'est-à-dire qui ne soit pas faite par un fou - et qu'il ne fait rien, il commet un péché mortel. Et il est responsable des souffrances terribles qu'endure cette personne. Des souffrances qui durent parfois des années ou une vie entière, et qu'il aurait pu empêcher.

Vous êtes en train de dire que la majeure partie des évêques de l'Eglise catholique est en état de péché mortel ?
D.A. : Quand j'étais enfant, mon vieux curé m'enseignait qu'il y a huit sacrements : le huitième est l'ignorance. Et le huitième sauve plus de gens que tous les autres ensemble. Pour commettre un péché mortel, il faut une matière grave, mais aussi la pleine conscience et le consentement délibéré. Omettre de donner son aide est, pour les évêques, une matière grave. Mais ces évêques sont ignorants : il n'y a donc pas de consentement délibéré et pleine conscience.

Mais si l'on ne croit pas à l'existence de Satan, la foi demeure-t-elle intacte, s'agit-il  toujours de la foi catholique ?
D.A. : Non. Je vais vous raconter une histoire. Quand j'ai rencontré pour la première fois don Pellegrino Ernetti, un célèbre exorciste qui a exercé pendant quarante ans à Venise, je lui ai dit : "Si je pouvais parler au Pape, je lui dirais que je rencontre trop d'évêques qui ne croient pas au diable." L'après-midi suivant, le Père Ernetti est revenu me voir pour me dire que le matin même, il avait été reçu par Jean-Paul II. "Sainteté, lui avait-il dit, il y a un exorciste, ici, à Rome, le Père Amorth qui, s'il venait chez vous, vous dirait qu'il connaît trop d'évêques qui ne croient pas au diable." Le Pape lui a répondu, brièvement : "Celui qui ne croit pas au diable ne croit pas dans l'Evangile." Voilà la réponse qu'il lui a donnée et que je répète.

Expliquez-moi bien : la conséquence est qu’il y a beaucoup d’évêques et de prêtres qui ne seraient pas catholiques ?
D. A. : Disons qu’ils ne croient pas à une vérité évangélique. Je les accuserais donc éventuellement de propager une hérésie. Mais entendons-nous : quelqu’un est formellement hérétique s’il est accusé de commettre une erreur et s’il persiste dans celle-ci. Mais personne aujourd’hui, en raison de la situation de l’Église, n’accusera jamais un évêque de ne pas croire au diable, aux possessions démoniaques et de ne pas nommer d’exorcistes parce qu’il n’y croit pas. Je pourrais citer une quantité d’évêques et de cardinaux qui, à peine nommés dans un diocèse, ont retiré à tous les exorcistes la faculté d’exercer. Ou des évêques qui soutiennent ouvertement : « Moi, je n’y crois pas ; ce sont des croyances du passé. » Pourquoi cela ? Parce que, malheureusement, il y a l'influence extrêmement pernicieuse de certains biblistes, et je pourrais citer des noms de personnes très célèbres. Nous qui touchons tous les jours du doigt le monde de l’au-delà, nous savons qu’il a mis la main à beaucoup de réformes liturgiques.  

Par exemple :
D.A. : Le concile Vatican II avait demandé de revoir certains textes. On a désobéi à cet ordre et on a voulu les refaire totalement. Sans penser que l’on pouvait détériorer les choses au lieu de les améliorer. Et beaucoup de rites ont été détériorés par cette manie de jeter tout ce qui existait dans le passé et de tout refaire de fond en comble, comme si l’Eglise nous avait jusqu’à aujourd’hui bernés et trompés, et comme si finalement était désormais arrivé le temps des grands génies, des super-théologiens, des super-biblistes, des super-liturgistes, qui savent donner ce qui est juste à l’Eglise. Un mensonge : le dernier Concile avait simplement demandé de revoir ces textes, non de les détruire.
Le Rituel de l’exorcisme, par exemple, devait être revu, non refait. Il y avait des prières qui étaient en usage depuis douze siècles. Avant de supprimer des prières aussi anciennes qui se sont montrées efficaces, il faudrait y penser longuement. Eh bien ! Non. Nous tous, exorcistes, nous avons essayé les nouvelles prières du nouveau Rituel ad interim et nous nous sommes rendu compte qu’elles sont absolument inefficaces.
Mais le rite du baptême des enfants a lui aussi été abîmé. Il a été bouleversé au point qu’en a presque été éliminé l’exorcisme contre Satan, qui a toujours eu une très grande importance pour l’Eglise, une importance telle qu’on l’appelle l’exorcisme mineur. Paul VI lui-même a publiquement protesté contre ce nouveau rite.
Même détérioration du rite dans le nouveau bénédictionnaire. J’ai lu minutieusement ses 1200 pages. Eh bien ! toute référence au fait que le Seigneur doit nous protéger contre Satan, que les anges nous protègent des attaques du démon, a été systématiquement supprimée. Toutes les prières pour la bénédiction des maisons et des écoles ont été supprimées. Tout devait être béni et protégé, mais aujourd’hui, il n’y a plus de protection contre le démon. Il n’existe plus de défenses ni de prières contre lui. Le même Jésus nous avait enseigné une prière de libération, dans le Notre Père : « Délivre-nous du Malin. Délivre-nous de la Personne de Satan. » La prière a été mal traduite et l’on prie aujourd’hui en disant : « Délivre nous du mal. » On parle d’un mal général dont, dans le fond, on ne connaît pas l’origine : au contraire, le mal contre lequel Notre-Seigneur Jésus nous avait appris à combattre est une personne concrète : c’est Satan.  

Vous êtes dans un lieu d’observation privilégié : avez-vous l’impression que le satanisme se répand ?
D.A. : Oui. Enormément. Quand la foi recule, la superstition fait des progrès. En termes bibliques, je peux dire que l’on abandonne Dieu pour se livrer à l’occultisme. Le terrible recul de la foi dans toute l’Europe catholique fait que les gens se jettent dans les bras des magiciens et des cartomanciens, et que les sectes sataniques prospèrent
. Le culte du démon fait l’objet d’une grande publicité auprès des masses entières, à travers le rock satanique de personnages comme Marilyn Manson. On s’attaque aussi aux enfants : il y a des journaux et des bandes dessinées qui enseignent la magie et le satanisme.
Les séances de spiritisme dans lesquelles on évoque les morts pour qu’ils répondent à certaines questions sont très répandues. On enseigne maintenant à faire des séances de spiritisme à travers l’ordinateur, le téléphone, la télévision, le magnétoscope, mais surtout à travers l’écriture automatique. Il n’y a même plus besoin du médium : c’est un spiritisme que chacun peut exercer par soi-même. Selon les sondages, 37% des étudiants ont fait au moins une fois le jeu des lettres ou du verre qui est une véritable séance de spiritisme. Dans une école où j’avais été invité à parler, les élèves m’ont dit qu’ils faisaient ce jeu durant l’heure de religion, sous les yeux complaisants du professeur.  

Et cela fonctionne ?
D.A. : Il n’y a pas de différence entre magie blanche et magie noire. Quand la magie fonctionne, c’est toujours l’œuvre du démon. Toutes les formes d’occultisme, comme ce grand recours aux religions d’Orient, avec leurs suggestions ésotériques, sont des portes ouvertes au démon. Et le diable entre tout de suite.
Je n’ai pas hésité à dire immédiatement, dans le cas de la sœur qui a été tuée à Chiavenna et dans celui d’Erika et d’Omar, les deux adolescents de Novi Liguri qui ont tué la mère et le petit frère d’Erika, qu’il y avait eu une intervention du démon, parce que ces enfants se livraient au satanisme. L’enquête de la police a ensuite montré qu’ils suivaient Satan, qu’ils avaient des livres sataniques.  

Comment s’y prend le démon pour séduire l’homme ?
D.A. : Il a une stratégie monotone. Je le lui ai dit et il le reconnaît… Il fait croire que l’enfer n’existe pas, que le péché n’existe pas et qu’il n’est qu’une expérience de plus à faire. Concupiscence, succès et pouvoir sont les trois grandes passions sur lesquelles s’appuie Satan.

Combien de cas de possessions démoniaques avez-vous rencontrés ?
D. A. : Au bout de cent, j’ai arrêté de compter ;  

Cent ? Mais c’est énorme. Dans votre livre, vous dites que les cas de possession sont rares.
D.A. : Et ils le sont vraiment. De nombreux exorcistes n’ont rencontré que des cas de maux diaboliques. Mais moi, j’ai hérité de la « clientèle » d’un exorciste célèbre, le Père Candido, et donc des cas qu’il n’avait pas encore résolus. De plus les exorcistes m’envoient les cas les plus résistants.  

Quel est le cas le plus difficile que vous avez rencontré ?
D.A. : Je l’ai en « traitement » en ce moment, et cela depuis deux ans. C’est la jeune fille qui a été bénie – il ne s’agit pas d’un véritable exorcisme – par le Pape en octobre, au Vatican, et dont le cas a fait grand bruit dans la presse. Elle est frappée vingt-quatre heures sur vingt-quatre et en proie à des tortures indicibles. Les médecins et les psychiatres n’y comprennent rien. Elle est tout à fait lucide et très intelligente. Un cas vraiment douloureux.  

Comment devient-on victime du démon ?
D.A. : On peut être soumis aux attaques du démon dans quatre cas. Ou parce que cela constitue un bien pour la personne et c’est le cas de beaucoup de saints, ou en raison de la persistance irréversible dans le péché, ou parce que l’on est victime d’un maléfice lancé à travers le démon, ou lorsqu’on se livre à des pratiques d’occultisme.  

Durant l’exorcisme de personnes possédées, quel type de phénomènes se produit-il ?
D.A. : Je me rappelle un paysan analphabète, qui, pendant l’exorcisme, me parlait seulement en anglais et j’avais besoin d’un interprète. Il y a des gens qui manifestent une force surhumaine, d’autres qui se soulèvent complètement de terre et que l’on n’arrive pas, même à plusieurs, à maintenir assis sur leur fauteuil. Mais c’est seulement le contexte dans lequel ces phénomènes se produisent qui nous fait parler de présence démoniaque.  

Le diable ne nous a-t-il jamais fait du mal à vous personnellement ?
D.A. : Lorsque le cardinal Poletti m’a demandé d’assumer la fonction d’exorciste, je me suis recommandé à la Vierge : « Enveloppe-moi dans ton manteau et je serai en totale sécurité. » Des menaces, le démon m’en a souvent faites, mais du mal, jamais.  

Il ne vous arrive jamais d’avoir  peur du démon ?
D.A. : Moi peur de cette bête ? C’est lui qui doit avoir peur de moi ; moi, j’agis au nom du Seigneur du monde. Et lui, il n’est que le singe de Dieu.  

Père Amorth, le satanisme se répand de plus en plus. Le nouveau Rituel empêche, en pratique, de faire des exorcismes. On empêche les exorcistes de participer à une audience du Pape place Saint-Pierre. Dites-moi franchement : que se passe-t-il ?
D.A. : La fumée de Satan entre partout. Partout ! On nous a peut-être exclus de l’audience du Pape parce qu’on avait peur que tant d’exorcistes réussissent à chasser les légions de démons qui se sont installées au Vatican.  


Vous plaisantez, n’est-ce pas ?
D.A. : Cela peut sembler une plaisanterie, mais je ne crois pas que cela en soit une.  Je n’ai aucun doute sur le fait que le démon tente surtout les autorités de l’Église, comme il tente toutes les autorités, celle de la politique et de l’industrie.

Vous dites donc qu’ici aussi, comme dans toutes les guerres, Satan veut conquérir la place forte de l’ennemi, pour faire prisonniers les généraux ennemis ?
D.A. : C’est une stratégie gagnante. On essaie toujours de s’en servir. Surtout quand les défenses de l’adversaire sont faibles. Satan lui aussi essaie. Mais, grâce au Ciel, il y a l’Esprit-Saint qui dirige l’Eglise : «Les portes de l’enfer ne prévaudront pas.» Malgré les défections. Et malgré les trahisons, dont il ne faut d’ailleurs pas s’étonner. La première trahison fut l’œuvre de l’un des Apôtres les plus proches de Jésus : Judas Iscariote.
Pourtant, malgré cela, l’Eglise poursuit son chemin. L’Esprit-Saint la maintient debout et les attaques de Satan ne peuvent donc connaître que des réussites partielles. Certes, le démon peut gagner des batailles, et même des batailles importantes. Mais jamais la guerre.




territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2234
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par Gilles le Ven 29 Avr 2016 - 15:19

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Padre-amorth

Les prêtres et le diable... Témoignage d'un exorciste

En cette année sacerdotale consacrée au saint Curé d'Ars, il est peut-être un peu dérangeant de rappeler que la vie du saint prêtre fut aussi marquée par un redoutable combat contre celui qu'il appelait "le Grappin", et qui n'est autre que le Démon. Celui-ci s'est d'autant plus acharné sur l'humble curé qu'il y voyait davantage un modèle de prêtre. On lui prête d'ailleurs d'avoir dit que s'il ne se trouvait que cinq prêtres comme lui, c'en serait fini de son royaume.
 
Comment s'étonner, sur fond de crise de l’Église et des vocations, que le Diable soit si présent auprès des prêtres ? Si présent, apparemment, au point de convaincre un grand nombre d'entre eux... de son inexistence.

Le journal italien IL FOGLIO a récemment interrogé le P. Gabriele AMORTH. Ce prêtre n'est pas n'importe qui. Né en 1925, il est exorciste principal de la Cité du Vatican et fondateur de l'Association internationale des exorcistes. Il affirme en sa biographie ["Mémoires d’un Exorciste. Ma vie en lutte contre Satan, Memorie di un esorcista. La mia vita in lotta contro Satana” (Piemme)] avoir pratiqué plus de 50.000 exorcismes.
 
Le journaliste Paolo RODARI lui pose cette question a priori saugrenue : Y a-t-il des satanistes au Vatican ? Réponse :  « Oui, même au Vatican il ya des membres de sectes sataniques. Il ya des prêtres, ajoute-t-il, des prélats et même des cardinaux. »

 Le journaliste l'interroge alors : «  Mais comment le savez-vous ?  » Le P. AMORTH répond : « Je le sais par des personnes qui ont pu me le rapporter parce qu’ils ont eu la possibilité de le savoir directement. Et c’est une chose "confessée" à plusieurs reprises pas le Démon lui-même souvent au nom de l’obéissance, pendant les exorcismes ». Le Pape en a-t-il été informé ? « Certainement qu’il en a été informé ! Mais il fait ce qu’il peut. C’est une chose terrifiante, horrifiante. Et puis, n’oubliez pas que Benoît XVI est une Pape allemand, il vient d’une Nation résolument contraire à ces choses. En Allemagne, en effet, il n’y a pratiquement pas d’exorcistes ; et pourtant le Pape y croit : j’ai eu l’occasion de parler avec lui trois fois, quand il était encore Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Et comment qu’il y croit ! Et il en parlé publiquement, en public, à plusieurs reprises. Il nous a reçus, comme Association d’Exorcistes, il a fait aussi un beau discours, en nous encourageant et en louant notre Apostolat. Et n’oublions pas que, à propos du Diable et de l’exorcisme, Jean Paul II lui aussi en a parlé ».

Interrogé sur le fait de savoir si, comme l'a indiqué le Pape Paul VI -  ainsi qu'il a été souvent rappelé sur Hermas, « les fumées de Satan sont entrées dans l'Eglise », le P. AMORTH répond : « C’est vrai, malheureusement, parce dans l’Eglise aussi, il y a des adeptes des sectes sataniques. Ces paroles du Pape "La fumée de Satan", Paul VI les a prononcées le 19 juin 1972. Puis, étant donné que cette phrase a créé un scandale énorme, le 15 novembre de cette même année 1972, il a consacré à ce thème tout un discours du mercredi (audience générale), avec des phrases très fortes. Certes, il a rompu la glace, en soulevant un voile de silence et de censure qui durait depuis trop longtemps, mais cela n’a pas eu de conséquences pratiques. Il fallait quelqu’un comme moi, qui ne valait rien, pour tirer la sonnette d'alarme, pour obtenir des conséquences pratiques ».

Ce prêtre témoigne encore : « Nous avons de très nombreux prêtres et de nombreux Evêques qui, malheureusement, ne croient pas à Satan ». Et, au sujet des exorcistes : « Il y a des Nations entières sans exorciste : l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, l’Espagne, le Portugal… de nombreux Evêques ne croient pas au Démon, et en arrivent même à le déclarer en public : l’Enfer n’existe pas, le Démon n’existe pas. Et pourtant, Jésus, dans l’Evangile, en parle abondamment ; c’est pourquoi on en viendrait à se dire : ou bien ils n’ont pas lu l’Evangile, ou alors, ils n’y croient pas du tout ! » Dès lors, précise le journaliste, le combat du P. AMORTH doit se faire non seulement contre l'Adversaire, mais aussi contre le silence et l'incrédulité, beaucoup d'évêques abandonnant le rôle d'exorciste, par incrédulité, à des prêtres sans expérience et sans grande formation, quand le Code de droit canique exige que cette charge soit confiée à des prêtres exceptionnels.

 C'est le Cardinal Ugo Poletti qui a nommé le P. AMORTH, aux côtés du Père Candido Amantini, lequel était depuis quarante ans exorciste à la "Scala Sancta". Le Père Candido lui a tout appris.

 « Le Père Candido me racontait plusieurs épisodes, plusieurs exemples. Un jour, un prêtre lui dit clairement qu’il ne croyait à rien de tout cela : le Démon, les exorcismes, et ainsi de suite. Le Père Candido lui répondit : Venez une fois assister à ces exorcismes. Le Père Candido raconta que ce prêtre avait les mains dans les poches, et était debout. A la Scala Sancta, les exorcismes sont faits à la sacristie, et il était là présent, avec un air de quasi mépris. A un certain moment, le Démon s’est adressé à lui et lui a déclaré : toi, tu ne crois pas en moi, mais, aux femmes, tu y crois ; alors me voici, si tu crois aux femmes. Le prêtre, faisant marche arrière, tout honteux, a reculé vers la porte, et s’est enfui en hâte ».

 Le Père AMORTH reçoit dans son bureau des centaines de personnes chaque année. Parmi elles, peu sont véritablement possédées. La plus grande partie a simplement de graves problèmes psychique et psychiatriques. Mais, des possédés, il y en a ! Ils se présentent au Père AMORTH pour être libérés. Ils le font spontanément, même si la « présence » de celui qui a pris possession de leur corps fait tout ce qu’il peut pour que les exorcismes n’aient aucun effet. Comment se produit la possession ? La plupart des gens reste possédés après avoir participé à des messes noires, ou à des rites sataniques.

 Le Père AMORTH recourt souvent à l’eau bénite. Il en parle en racontant le cas d’une femme qui lui demanda d’être exorcisée. Il ne savait pas s’il s’agissait vraiment d’une possession. Aussi prépara-t-il deux verres sur la table, un avec de l’eau ordinaire, l'autre avec de l’eau bénite. « Je lui ai donné à boire l’eau ordinaire, elle me remercia, et la but. Quelques minutes plus tard, je lui ai présenté l’autre verre, avec l’eau bénite. Elle la but, mais, cette fois, son visage changea tout d’un coup : de gamine apeurée, en personne en colère. En scandant les paroles avec un timbre de voix bas et fort, comme si un homme parlait en elle, il me dit : ‘Tu te crois malin, prêtre !". Et c’est comme cela que commença la prière d’exorcisme, et une heure seulement plus tard, la cérémonie terminée, la libération s’est produite dans l’église »

Référence: http://www.hermas.info/article-les-pretres-et-le-diable-45813232.html
Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Gilles
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 25010
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par jacques58fan le Jeu 2 Nov 2017 - 23:19

@Gilles a écrit:vendredi 22 avril 2016
Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout 525172

A Rome, une semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout !

La onzième édition d’un cycle de cours sur l’exorcisme à l’Athénée pontifical Regina apostolorum de Rome s’est tenue du 4 au 9 avril sur le thème »Exorcisme et prière de libération ». Cette initiative, unique au monde, a  réuni quelque 200 participants, religieux et laïcs, venus du monde entier pour une mise à jour sur la possession démoniaque et le ministère de l’exorcisme.

Suite de l'article :
A Rome, une semaine de conférences sur l’exorcisme Ne pas voir le diable partout !

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Cathobel-logo-
Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Gilles
Bonsoir
Ce colloque a-t-il fait l'objet d'une video ou d'une synthèse écrite,svp?
Enregistrer
jacques58fan
jacques58fan
Contemplatif

Masculin Messages : 1836
Inscription : 22/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout Empty Re: Semaine de conférences sur l’exorcisme : Ne pas voir le diable partout

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum