Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Les Mystères de l'être. Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Les Mystères de l'être.

Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Les Mystères de l'être.

Message par Séraphin le Mar 26 Jan 2016 - 15:43

Jusqu’où peut-on parler du mystère de l’être, sinon dans le fait qu’il n’est que la prolongation systématique d’un ou de deux qui ont existé avant lui ? Aussi l’être (quelle que soit son existence) provient nécessairement d’un premier à sa source. Et seul ce premier qui ne provient de rien est en définitive « l’être » et à juste titre peut donc dire « JE SUIS ».

Peut-on maintenant définir l’être par rapport à la pensée ? Pas plus. « Je pense, donc je suis », ne s’applique pas à une partie de la réalité constatée des êtres qui existent sans penser.

Peut-on le définir par rapport à son moyen d’accès à la réalité courante ? Encore moins. Il existe des sons, des ondes, des vibrations, des énergies, des dimensions que nous ne percevons pas. Non pas parce qu’elles n’existent pas, mais parce qu’elles ne sont pas nécessaire à la réalité de notre être. Aussi, ne croire qu’à ce que nous constatons, devient aussi stupide que de ne pas croire à ce qui est existentiel mais non perceptible. C’est emprisonner notre être dans des frontières qu’il se crée lui-même.

Peut-on le définir par rapport à sa réalité intime ? Encore moins. Le rêve par exemple, n’est qu’une réalité fictive passagère. Et personne ne pourra démontrer, que ce n’est pas l’être qui crée de lui-même vers lui-même, une fiction et qui anime tous les personnages d’une réalité inexistentielle : La Folie par exemple. Puisque les réactions positives ou négatives qu’il rencontre, sont aussi un produit de sa propre fiction.

Aussi, à mon sens l’être ne peut pas se définir lui-même par rapport à aucune réalité interne ou externe, d’autant qu’il n’arrive pas même à concevoir le « déjà existant » dans sa plénitude avec certitude. Et cela le confine (devrait le confiner) à la réalité de ses limites. Qui peut imaginer un univers infini ? Personne. Et pourtant il l’est. Donc cette limitation, cette connaissance de sa propre inconnaissance doit l’amener à concevoir qu’il existe dans le réel, des états qui dépassent ses propres conceptions.

Ceci étant, l’être ayant acquis la certitude qu’il ne peut se définir comme étant existentiel, sans lui-même être la continuité d’un être précédent, doit comprendre son état « d’être qui provient ». Et par conséquent faire remonter le produit de son existence au moteur premier duquel il est issu. En Religion on appelle cela : « Rendre grâce à Dieu. »


Séraphin
Séraphin
Séraphin
Aime la Divine Volonté

Masculin Messages : 855
Age : 59
Localisation : Sur Terre
Inscription : 26/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par emmanuel langelin le Ven 29 Jan 2016 - 1:44

"Qui peut imaginer l'univers infini"

Et si l'infini n'était possible que grâce au fini qui le détermine... principe fractale.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fractale

Sur cette base de réflexion, Dieu est le fini supérieur qu'on ne peut dépasser mais qui se réitère de manière infini.

D'où l'homme bâti à son image...

Certes pas grand chose à voir avec l'être qui est le fini de personne et de temps , de l'infini l'être conjuguer.

Une réflexion du à votre réflexion.

emmanuel langelin
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 274
Inscription : 30/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Séraphin le Ven 29 Jan 2016 - 2:00

@emmanuel langelin a écrit:"Qui peut imaginer l'univers infini"

Et si l'infini n'était possible que grâce au fini qui le détermine... principe fractale.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fractale

Sur cette base de réflexion, Dieu est le fini supérieur qu'on ne peut dépasser mais qui se réitère de manière infini.

D'où l'homme bâti à son image...

Certes pas grand chose à voir avec l'être qui est le fini de personne et de temps , de l'infini l'être conjuguer.

Une réflexion du à votre réflexion.

Si l'infini est définissable par le fini qui le détermine, il n'est plus infini. Car il ne peut être ( à mon sens) fini (limité) et infini. (illimité).

( Je laisse au passage tomber Wikipédia qui est dirigé par des gauchistes financés par l'ONU. Car leurs  théories ne sont reconnues dans aucun cercle scientifique sérieux. Wikipédia n'étant que de la désinformation à grande échelle.)

" Sur cette base de réflexion, Dieu est le fini supérieur qu'on ne peut dépasser mais qui se réitère de manière infini". L' idée est très intéressante et mérite d'être creusée.

Mais je n'ai pas compris le sens de votre dernière phrase.

Bien fraternellement

Séraphin
Séraphin
Séraphin
Aime la Divine Volonté

Masculin Messages : 855
Age : 59
Localisation : Sur Terre
Inscription : 26/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par emmanuel langelin le Ven 29 Jan 2016 - 2:58

Pourtant le principe fractal est un principe mathématique que l'on retrouve dans de nombreuse chose y compris dans votre pc.

Qu'il soit de wiki ou non, il est ici une base de compréhension d'un fait avérés utiliser dans de nombreux domaine et intéressant à connaître.

Quand à ma dernière phrase elle est la traduction de ce principe sur notre conjugaison, où l'infinitif est la version impersonnel et intemporelle du verbe conjugué, ainsi il est le début et la fin, alors que nous sommes son passé, son présent et son futur, nous sommes lui et l'autre, nous sommes l'uni et le diviser, nous sommes les pronoms personnel, les témoins temporelle non fini du verbe.

Ce qui est complexe , c'est que pour moi "je suis" et toi , "tu es " mais que pour toi je suis "tu es" alors que toi tu es "je suis", un peu comme si nous étions une singularité d'un même élément situer à un lieu et dans une temporalité différente.

Pas simple à exprimer comme réflexion.

emmanuel langelin
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 274
Inscription : 30/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par é123 le Ven 29 Jan 2016 - 6:12

@emmanuel langelin a écrit:....
Ce qui est complexe , c'est que pour moi "je suis" et toi , "tu es " mais que pour toi je suis "tu es" alors que toi tu es "je suis", un peu comme si nous étions une singularité d'un même élément situer à un lieu et dans une temporalité différente....
Je demandais à un ami physicien de m'expliquer les univers parallèles, et lui, de simplement me répondre :
"les univers parallèles ? Il y en a 7 milliards sur cette terre ..."

é123
Hosanna au plus haut des cieux!

Masculin Messages : 472
Age : 62
Localisation : près de Lyon
Inscription : 03/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Séraphin le Ven 29 Jan 2016 - 16:16

@emmanuel langelin a écrit:Pourtant le principe fractal est un principe mathématique que l'on retrouve dans de nombreuse chose y compris dans votre pc.

Qu'il soit de wiki ou non, il est ici une base de compréhension d'un fait avérés utiliser dans de nombreux domaine et intéressant à connaître.

Quand à ma dernière phrase elle est la traduction de ce principe sur notre conjugaison, où l'infinitif est la version impersonnel et intemporelle du verbe conjugué, ainsi il est le début et la fin, alors que nous sommes son passé, son présent et son futur, nous sommes lui et l'autre, nous sommes l'uni et le diviser, nous sommes les pronoms personnel, les témoins temporelle non fini du verbe.

Ce qui est complexe , c'est que pour moi "je suis" et toi , "tu es " mais que pour toi je suis "tu es" alors que toi tu es "je suis", un peu comme si nous étions une singularité d'un même élément situer à un lieu et dans une temporalité différente.

Pas simple à exprimer comme réflexion.

J'ai abordé un peu le principe fractal en visionnant les conférences de Nassim Haramein. C'est intéressant.
Séraphin
Séraphin
Aime la Divine Volonté

Masculin Messages : 855
Age : 59
Localisation : Sur Terre
Inscription : 26/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par emmanuel langelin le Ven 29 Jan 2016 - 16:26

C'est aussi un lien que j'aurais pu donner en effet, j'ai juste pris le premier venu... laissant à chacun faire ses propres recherche si leurs cœurs lui en dit.

emmanuel langelin
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 274
Inscription : 30/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Dim 31 Jan 2016 - 12:40

Bonjour,

Ce topic est très intéressant.

@Séraphin a écrit:

[...]

Car il ne peut être ( à mon sens) fini (limité) et infini. (illimité).

[...]

C'est une remarque qui rappelle le « paradoxe de Russell » en mathématiques, vulgarisée par le célèbre « paradoxe du barbier ».

Au final, l'ensemble ℝ des réels (c'est-à-dire l'« univers », en sciences physiques) est ouvert et fini à la fois. Autrement dit, l’univers physique est limité et illimité à la fois.

Cette notion n'est pas facile à appréhender, mais c'est une notion première qui doit être être nécessairement admise pour que la théorie des ensembles fonctionne (toute la mathématique est fondée sur cette théorie, et donc celles de la physique).

Ceci dit, la philosophie permet de douter de tout y compris de sa propre existence.

Ainsi, une des critiques souvent sortie est ce problème de subjectivité, de manque de rigueur scientifique dans les débats philosophiques. Une subjectivité qui s'oppose donc à l'objectivité des sciences dites exactes et formelles telle que la Mathématique. Ces dernières, de par leur objectivité, ont pour finalité de mettre d’accord le plus grand nombre, alors que la subjectivité inhérente à la philosophie a tendance à diviser. Pour exemples, on notera l'influence néfaste de philosophes tels que Bernard-Henri Lévy dit « BHL », et autres Finkielkraut.

Ce n'est qu'un humble avis, bien évidemment.

écume a écrit:

[...]

"les univers parallèles ? Il y en a 7 milliards sur cette terre ..."

[...]

Cela fait penser à la propagande individualiste de nos sociétés « démocratiques ». Les êtres humains sont considérés séparément, individuellement, constituant des « univers parallèles » à eux seuls. Ce qui permet d'entretenir les égoïsmes de chacun.

Il n'existe qu'un seul univers dont les corps constitutifs sont liés les uns aux autres, ne serait-ce que par la force de gravitation. La prise de conscience stricte de cette unicité, de cette interdépendance en le sens de vitale, changerait radicalement nos sociétés.

@emmanuel langelin a écrit:Pourtant le principe fractal est un principe mathématique que l'on retrouve dans de nombreuse chose y compris dans votre pc.

[...]

Ce n'est pas parce que des équations mathématiques sont vérifiées pour tel ou tel modèle qu'elles le seront pour tous les modèles physiques.  

L'univers fractal est le modèle cosmologique le moins probable. En effet, un des principes cosmologiques est l'homogénéité à toute échelle, et la théorie fractale suppose l'inverse c'est-à-dire l’inhomogénéité de matière à très grandes échelles. Et, le principe d'homogénéité de l'univers a été conforté par de récentes observations, comme le mentionne l'article suivant : http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-l-univers-n-est-pas-fractal-a-grande-echelle-30337.php

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par emmanuel langelin le Dim 31 Jan 2016 - 13:15

Dans de nombreuses choses ne veut pas dire dans toutes choses...

Quand à l'expérience, il y a trop d'inconnu pour en faire une expériences définitive et concluante , ainsi on perd le fractale seulement là où nos connaissance sont encore limité. C'est à dire à des échelles soit trop grande soit trop petite, ceci dit à chaque fois que nos compétences ce sont amélioré nous avons retrouvé la dimension fractale.

D'ailleurs une de ces dimension inclus un système trinitaire... est ce un hasard?

emmanuel langelin
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 274
Inscription : 30/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Dim 31 Jan 2016 - 13:49

Il semble surtout que ce soit la dualité, la symétrie.

J’étais comme vous et je partageais cette théorie séduisante, si vous vous rappelez.

Retour à la case départ avec le modèle cosmologique bi-métrique.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par emmanuel langelin le Dim 31 Jan 2016 - 14:09

Ah, vous retournez en arrière, pourtant, on parle bien d' électrons de proton et de neutron, et toute les divisions supérieurs et inférieurs s'en retourne vers cette décomposition en trois éléments.

Libre à vous de revenir à la 2D mais il ma semble que toute symétrie appelle un centre ou un axe...

De plus dans la cosmologie bi métrique il y a une grande importance des neutrons et des neutrinos, ce qui malgré son nom le rends bien trinitaire lui aussi...

emmanuel langelin
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 274
Inscription : 30/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par é123 le Dim 31 Jan 2016 - 15:05

@Raphaël a écrit:
écume a écrit:

[...]

"les univers parallèles ? Il y en a 7 milliards sur cette terre ..."

[...]

Cela fait penser à la propagande individualiste de nos sociétés « démocratiques ». Les êtres humains sont considérés séparément, individuellement, constituant des « univers parallèles » à eux seuls. Ce qui permet d'entretenir les égoïsmes de chacun.
A la fois OUI, et NON.

Oui car, quoiqu'il en soit, l'égo-centrisme est une réalité dans ce monde, il est difficile de le nier.
C'est la même chose que de dire "Quiconque parle ne parle QUE de soi" (toute émission d'idées quelles qu'elles soient n'est QUE le reflet des expériences de la personnes qui en est l'origine).
Nous vivons tous dans notre propre sphère, dans notre propre réalité, même si il nous semble partager avec les autres. C'est comme cela ici bas.
Et dans le même fil, utiliser les mots "propagande" ou "individualiste" ne reflète qu'un point de vue, même s'il est tout à fait respectable et pertinent.

Et non, car l'un n'entraine pas l'autre.
"Chacun dans son univers" peut sembler séparer les individus, mais cela n'est vrai que sur un certain "plan" et le mot plan est approprié, car il connote une approche dimensionnelle. Sans vouloir partir dans des discussions sur la pluridimensionnalité des univers, ni même leur possible forme fractale, on peut assez facilement imaginer et même percevoir cette réalité : un simple recul change le point de vue qu'on peut avoir sur quelque chose. Donc la réalité est relative c'est une évidence.
De ce fait, ce qui semble se "séparer", d'un certain point de vue, peut se trouver "réuni" si on prend un peu de recul, et réciproquement.
Le fait que chacun vive dans sa sphère n'induit pas forcément la séparation.
Pourquoi est ce que je m'acharne à vouloir développer la dessus ? C'est parce qu'au premier abord, j'ai cru que mon ami plaisantait en me disant : "les univers parallèles ? Il y en a 7 milliards sur cette terre ..." ; mais en y réfléchissant, il était peut être sérieux.

@Raphaël a écrit:... Il n'existe qu'un seul univers dont les corps constitutifs sont liés les uns aux autres, ne serait-ce que par la force de gravitation. La prise de conscience stricte de cette unicité, de cette interdépendance en le sens de vitale, changerait radicalement nos sociétés.
La dessus je suis d'accord, même si ...
Vous mettez le doigt sur quelque chose de très important.
Notre univers matériel à trois dimensions (et non pas quatre car le temps n'est pas la quatrième, c'est une illusion), est un univers qui est perçu par notre intelligence comme un univers de causalité.
Cause > Effet ... et c'est ce qui nous donne l'impression du temps qui passe.
Et bien cette causalité n'est en fait qu'un effet de la gravité. Sans force gravitationnelle, il n'y aurait pas de causalité, donc pas de temps.
Et donc, encore une fois on se retrouve plongé dans une contradiction : la gravité qui nous unis est aussi la force qui nous sépare, car c'est la causalité la source de tous nos problèmes.

é123
Hosanna au plus haut des cieux!

Masculin Messages : 472
Age : 62
Localisation : près de Lyon
Inscription : 03/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Mar 2 Fév 2016 - 21:02

@emmanuel langelin a écrit:Ah, vous retournez en arrière, pourtant, on parle bien d' électrons de proton et de neutron, et toute les divisions supérieurs et inférieurs s'en retourne vers cette décomposition en trois éléments.

Les neutrons sont constitués de deux quarks down et up => symétrie.

@emmanuel langelin a écrit:
Libre à vous de revenir à la 2D mais il ma semble que toute symétrie appelle un centre ou un axe...

L'espace bi-métrique est un double espace quadridimensionnel (minkowskien) additionné de la dimension de Kaluza.

« L'axe de symétrie » de cet espace peut être modélisé par un hyper-plan.

@emmanuel langelin a écrit:De plus dans la cosmologie bi métrique il y a une grande importance des neutrons et des neutrinos, ce qui malgré son nom le rends bien trinitaire lui aussi...

Des neutrons - et neutrinos aussi - qui sont constitués de particules duales.

Sans oublier la « symétrie C » (à chaque particule correspond une antiparticule).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par emmanuel langelin le Mar 2 Fév 2016 - 21:18

Précise que' il y a 3 quartz , dans le neutron, précise le rôle du gluon..

Dans chaque action il y a trois force... la positive, la négative est la troisième se situe dans l'équilibre qui permet d' empêcher l'ensemble de s'effondrer... Si tu retire la force qui maintient l'équilibre alors une force peut prendre le dessus sur l'autre entrainant l'extermination pur et simple de son opposé.l' erreur c'est d'exclure l'objet qui se forme de la réunion...le système qui contient fait partie du système. C'est un peu comme un couple, on voit l'homme, on voit la femme, mais on voit pas le système qui se forme: le couple . Pourtant ce système est là et rends l'union fonctionnel.

emmanuel langelin
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 274
Inscription : 30/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Mar 2 Fév 2016 - 21:29

écume a écrit:

[...]

Donc la réalité est relative c'est une évidence.

[...]

Pourtant, ce qui est perçu dans cette réalité comme une droite par exemple, le sera aussi pour un autre observateur. Tout corps, à une forme géométrique donnée, sera le même pour tout autre observateur dans les mêmes conditions d’observation.

écume a écrit:

[...]

Notre univers matériel à trois dimensions (et non pas quatre car le temps n'est pas la quatrième, c'est une illusion), est un univers qui est perçu par notre intelligence comme un univers de causalité.
Cause > Effet ... et c'est ce qui nous donne l'impression du temps qui passe.

[...]

Une « illusion » démontrée mathématiquement (RR & RG). Sans cette quatrième dimension qu'est le temps donc, l'univers serait figé, comme un film DVD visualisé mis sur stop. Cette dimension temporelle supplémentaire est modélisée par la « flèche du temps » d'Eddington.

écume a écrit:
Et bien cette causalité n'est en fait qu'un effet de la gravité. Sans force gravitationnelle, il n'y aurait pas de causalité, donc pas de temps.
Et donc, encore une fois on se retrouve plongé dans une contradiction : la gravité qui nous unis est aussi la force qui nous sépare, car c'est la causalité la source de tous nos problèmes.

La Loi physique en question est modélisée par la relation mathématique suivante :

F = G [ (m1*m2) / d²]

Avec :

F : norme de la force de gravitation ;
G : constante gravitationnelle ;
m1 et m2 : masses des 2 corps en interaction gravitationnelle ;
d : distance séparant les 2 corps.

Ainsi, on voit que cette force de gravitation est indépendante du temps.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par emmanuel langelin le Mar 2 Fév 2016 - 21:35

En quoi se mesure la constante G?

emmanuel langelin
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 274
Inscription : 30/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Mar 2 Fév 2016 - 21:45

@emmanuel langelin a écrit:Précise que' il y a 3 quartz , dans le neutron, précise le rôle du gluon..

Le gluon c'est un cas à part.

@emmanuel langelin a écrit:Dans chaque action il y a trois force... la positive, la négative est la troisième se situe dans l'équilibre qui permet d' empêcher l'ensemble de s'effondrer... Si tu retire la force qui maintient l'équilibre alors une force peut prendre le dessus sur l'autre entrainant l'extermination pur et simple de son opposé.l' erreur c'est d'exclure l'objet qui se forme de la réunion...le système qui contient fait partie du système. C'est un peu comme un couple, on voit l'homme, on voit la femme, mais on voit pas le système qui se forme: le couple . Pourtant ce système est là et rends l'union fonctionnel.

Certes. Mais, l'univers connu — et tout ce qui le compose — est géré par quatre forces fondamentales, un chiffre pair ; deux forces (forte et faible) pour le micro, et deux forces (électromagnétique et gravitationnelle) pour le macro.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Mar 2 Fév 2016 - 21:48

@emmanuel langelin a écrit:En quoi se mesure la constante G?

On distingues les Ctes des grandeurs physiques.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par emmanuel langelin le Mar 2 Fév 2016 - 21:52

Qu'est ce que le Newton?

emmanuel langelin
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 274
Inscription : 30/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Mar 2 Fév 2016 - 21:57

Tu te moques de moi là ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Mar 2 Fév 2016 - 22:07

Les constantes sont des scalaires fixés, mais pas les grandeurs physiques. Le Newton est une unité de mesure constante, mais la grandeur liée qu'est la force variera selon le corps et autres facteurs considérés.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par emmanuel langelin le Mar 2 Fév 2016 - 22:22

Qu'est qui dans le Newton fait référence au temps?

Selon la réponse vous verrez que contrairement à ce que vous dites plus haut, le temps à sa place... puisque intégrer dans G...

emmanuel langelin
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 274
Inscription : 30/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par é123 le Mer 3 Fév 2016 - 0:41

Bonjour Raphaël, ou plutôt bonsoir ... enfin, cela dépendra du moment où vous lirez ...  Rigole

Vos remarques sont justes, dans un certain modèle.
Mais si on part du principe que le modèle newtonien peut être vu comme un sous ensemble du modèle einsteinien, et dans la foulée que le modèle einsteinien comme un sous ensemble du modèle quantique, etc ... Tout n'est que modèle et pour s'exprimer dans un modèle il faut s'y confiner et donc perdre une partie de la vérité. Les modèles fonctionnent en se décrivant eux mêmes, mais sont dépassés dès qu'on prend du recul. Se placer à l'extérieur d'un modèle nous donne un point de vu souvent bien différent mais je reconnais que la démarche est intuitive et pourrait être considérée par un physicien puriste comme peu pertinente alors qu'elle est à l'origine de toutes les découvertes, découvertes qui ne sont en fin de compte qu'une nouvelle forme d'expression.

J'aime bien parler de "métamodèles" :

Exitrait de wilkipedia a écrit:Au-delà de leur diversité, les modèles présentent une caractéristique commune : ils sont des représentations d’un point de vue (d'une conception, d'une théorie…) particulier sur un système sujet d’études. Ils sont écrits dans un code (un langage, un formalisme…) approprié à l'expression et à l'usage des connaissances qu'ils véhiculent.
Une carte IGN, une partition musicale, la formule mathématique « E=mc² », un logiciel… sont des exemples de modèles.

La notion de « Modèle » est donc directement liée à celles de « Formalisme », de « Point de Vue/Théorie » et de « Sujet d'étude/Système ».


Ainsi :
@Raphaël a écrit:
écume a écrit:
[...]
Donc la réalité est relative c'est une évidence.
[...]

Pourtant, ce qui est perçu dans cette réalité comme une droite par exemple, le sera aussi pour un autre observateur. Tout corps, à une forme géométrique donnée, sera le même pour tout autre observateur dans les mêmes conditions d’observation.

Et bien, je soutiens que ce que vous dites est vrai à la condition que les deux observateurs soient proches l'un de l'autre et à la limite : confondus pour ne former plus qu'un seul observateur. Dès qu'il s'éloigneront l'un de l'autre, ils verront des choses différentes. Dans éloignement, j'entends autant l’éloignement physique que l'éloignement dans les modes de conceptualisation.

Un exemple :
On croit que le terre tourne autour du soleil en formant une ellipse, sorte de courbe.
Et bien je soutiens que non et qu'elle se déplace en fait en ligne droite (ce qui est très logique au demeurant) : et je peux le faire en disant ceci : ce qui donne l'impression de cette courbure du trajet de la terre autour du soleil, c'est la gravité. La gravité en déformant l'espace temps crée un puits gravitationnel centré sur le soleil et en vérité la terre se déplace en ligne droite à l'intérieur de ce puits donnant ainsi à l'observateur terrestre, l'impression de la courbe.

Tout ce que vous dites ensuite est vrai sans aucun doute mais à condition de se confiner dans le modèle que vous choisissez.
@Raphaël a écrit:
écume a écrit:

[...]
Notre univers matériel à trois dimensions (et non pas quatre car le temps n'est pas la quatrième, c'est une illusion), est un univers qui est perçu par notre intelligence comme un univers de causalité.
Cause > Effet ... et c'est ce qui nous donne l'impression du temps qui passe.
[...]

Une « illusion » démontrée mathématiquement (RR & RG). Sans cette quatrième dimension qu'est le temps donc, l'univers serait figé, comme un film DVD visualisé mis sur stop. Cette dimension temporelle supplémentaire est modélisée par la « flèche du temps » d'Eddington.

écume a écrit:
Et bien cette causalité n'est en fait qu'un effet de la gravité. Sans force gravitationnelle, il n'y aurait pas de causalité, donc pas de temps.
Et donc, encore une fois on se retrouve plongé dans une contradiction : la gravité qui nous unis est aussi la force qui nous sépare, car c'est la causalité la source de tous nos problèmes.

La Loi physique en question est modélisée par la relation mathématique suivante :

F = G [ (m1*m2) / d²]

Avec :
F : norme de la force de gravitation ;
G : constante gravitationnelle ;
m1 et m2 : masses des 2 corps en interaction gravitationnelle ;
d : distance séparant les 2 corps.

Ainsi, on voit que cette force de gravitation est indépendante du temps.


Je voudrais partager avec vous une vidéo excellente qui je pense devrait vous plaire. Il s'agit, au delà de la théorie dont l'objectif est de mettre en équation l'énergie dite libre, d'un exemple dans la création d'un modèle, qui à mon sens fonctionne, bien que totalement en dehors des clous qui balisent les modèles conventionnels.



la suite est visible ici : http://www.magnetosynergie.com/Pages-Fr/Presentez/RichardVialle/RV-Videos-01.htm

Et pour finir, et parce qu'il est tard et qu'à cette heure "tout est permis", je me permets d'affirmer ceci :
la vérité étant relative car dépendante du point de vu où l'on se place, comment pouvoir l'exprimer au plus juste ?
Et bien je pense qu'il n'y a qu'une alternative :

a) dans la même phrase il est nécessaire d'inclure en même temps une quelconque assertion ainsi que son contraire
b) ne rien dire

En fait, "b" est bien supérieur à "a" en terme de qualité car en "a", on utilise le concept du contraire qui est un concept très relatif aussi, donc sujet à erreur.

Par contre mon affirmation ("a" + "b") s'inscrit bien dans le modèle qui s'auto-définit lui même ("a" est possiblement le contraire de "b").

Sur ce ... bonne nuit les petits.

Et que Dieu (Seul détenteur de la vérité) vous garde !

é123
Hosanna au plus haut des cieux!

Masculin Messages : 472
Age : 62
Localisation : près de Lyon
Inscription : 03/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par é123 le Mer 3 Fév 2016 - 8:21

Afin que personne ne se méprenne sur mes propos, j'amene une précision.

La seule vérité qui mérite un grand "V" est celle de Dieu.
Toutes les autres, les vérités terrestres, ne sont en fait que des expressions de la connaissance. Sur terre, cette connaissance, notamment la science, est par essence luciférienne
Mes presques derniers propos tardifs en sont un exemplaire plutôt flagrant. Il vaut mieux en avoir conscience et ne pas trop jouer avec le feu.

Bonne journée à tous dans la paix du Christ.

é123
Hosanna au plus haut des cieux!

Masculin Messages : 472
Age : 62
Localisation : près de Lyon
Inscription : 03/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Mer 3 Fév 2016 - 15:18

Bonjour,

@emmanuel langelin a écrit:Qu'est qui dans le Newton fait référence au temps?

Selon la réponse vous verrez que contrairement à ce que vous dites plus haut, le temps à sa place... puisque intégrer dans G...

1 N = 1 (kg * m) / s² => unité de mesure => arbitraire ;

F = G [ (m1 * m2) / d² ] => grandeur physique, phénomène physique mesuré => pas arbitraire.

Par exemple, si vous vous munissez d'une horloge (un chronomètre quelconque), et vous mesurez la force de gravitation exercée par la Terre de masse notée MT sur un corps de masse M situé à une distance d (altitude h), vous aurez successivement :

- À t = t1 => F1 = G [ (MT * M) / d² ] = X1 N

- À t = t2 => F2 = G [ (MT * M) / d² ] = X2 N
.
.
.

- À t = tn => Fn = G [ (MT * M) / d² ] = Xn N

Et de constater que X1 = X2 = ... = Xn, à différentes valeurs du temps t de votre horloge => la grandeur physique « force de gravitation F » ne dépend pas du temps t.

Par contre, si vous mesurez une vitesse V = d / t d'un corps en mouvement ayant parcouru une distance d, vous aurez successivement :

- À t = t1 => V1 = d / t1 = X1 m/s

- À t = t2 => V2 = d / t2 = X2 m/s
.
.
.

- À t = tn  => Vn = d / tn = Xn m/s

Et de constater que X1 ≠ X2 ≠ ... ≠ Xn, à différentes valeurs du temps t de votre horloge (on parle de mouvement uniformément accéléré). Pour des valeurs identiques de temps t, on aura une valeur de V = Cte (on parle de mouvement uniforme) => la grandeur physique « vitesse V » dépend du temps t.

Ces valeurs mesurées ne sont pas arbitraires, à contrario des unités de mesure. Par exemple, pour mesurer une distance on peut utiliser la « coudée royale égyptienne », le « pied », etc.

Ne confondez pas la grandeur physique liée au phénomène étudié, et les unités de mesure qui n'ont rien à voir avec le phénomène en question.

@écume : J'ai bien lu vos messages, je vais y répondre un peu plus tard, merci.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Invité le Mer 10 Fév 2016 - 20:16

Note importante :

Le temps t est ici celui de la grandeur physique correspondante au repère chronologique. Ce n'est pas le temps en tant que dimension de l'espace-temps de Minkowski. Pour cette dernière, il est évident que tout phénomène physique en dépend (ce qui fait que tout processus se déroule suivant une même direction, selon la flèche du temps d'Eddington évoquée plus haut), au même titre que des trois autres dimensions (les classiques longueur, largeur et hauteur).

Langelin & Écume ou l'art de tout mélanger, embrouiller ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les Mystères de l'être. Empty Re: Les Mystères de l'être.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum