Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!! Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
-85%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
22.95 € 149.99 €
Voir le deal
-38%
Le deal à ne pas rater :
PLANTRONICS BACKBEAT PRO 2 – Casque bluetooth
156 € 250 €
Voir le deal

Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!!

Aller en bas

Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!! Empty Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!!

Message par sylvia le Ven 16 Mar 2012 - 13:00


Le code pénal marocain permet à un violeur de choisir entre faire de la prison (5 ans au maximum) et épouser sa victime

Amina, 16 ans, s'est donné la mort parce qu'elle avait été obligée d'épouser l'homme qui l'avait violée. L'affaire choque le Maroc, où la seule femme ministre (comme on le remarquait en janvier) plaide pour réviser la loi qui fait de la victime une criminelle,rapporte l'AFP.

L’article 475 du code pénal marocain permet à un violeur de choisir entre faire de la prison (5 ans au maximum) et épouser sa victime explique le quotidien marocain francophone L'Economiste, qui conclut :

« Les Marocains réclament en chœur que l’omerta soit brisée, que l’affaire Amina soit le catalyseur d’une révision de la loi, et d’une prise de conscience sur la gravité de la question. Car au-delà de l’aspect législatif, c’est une affaire de mœurs, de perception de la femme-objet qui perdure, du manque d’éducation à proprement parler et d’éducation sexuelle notamment. Avec la loi, ce sont aussi les mentalités qui doivent changer. »

Interrogée par la BBC Afrique, Khadija Riadi , présidente de l’association marocaine des droits de l'homme (AMDH), dénonce elle aussi ces pesanteurs culturelles. Elle rappelle aussi que d'autres lois entrent en jeu, comme le mariage des mineures, toujours autorisé par la loi. Le nouvau code la la Famille, récemment entrée en vigueur, comporte des avancées, mais toujours de « grandes lacunes » qui portent « atteinte à la diginté des femmes. »

Source: Les nouvelles news
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!! Empty Re: Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!!

Message par Invité le Ven 16 Mar 2012 - 19:38

Ce n'est pas juste, elle a été bafouée et il n'est pas juste que cet homme ait tant de droits alors qu'elle non.

Votre soeur en Christ

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!! Empty Re: Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!!

Message par Lotfi le Ven 16 Mar 2012 - 21:15

@Sylvia
vous dites"L’article 475 du code pénal marocain permet à un violeur de choisir entre faire de la prison (5 ans au maximum) et épouser sa victime explique le quotidien marocain francophone L'Economiste, qui conclut :"

Réponse:
Cette loi est laique donc contraire à la loi de l'Islam qui n'est pas appliquée au Maroc.
Selon la loi de l'Islam on applique dans ce cas la peine de mort et sauf exception le Non lieu au cas où la victime pardonne.

Au maroc on vit avec un pêché triple:Drogue,Sorcellerie et Sexualité illégale.
Anthropologiquement, le Maroc est à 75% Berbère et n'est musulman que par le titre qu'on lui donne.
Les traditions du Maroc sont plus berbères que musulmanes.
En l’occurrence souvent au Maroc et moins en Algérie et rarement en Tunisie c'est la Famille qui pousse la fille à épouser un homme de la famille généralement cousin.
Et partout dans le monde le viol est causé par l'Ami de la victime.....
Dans cas on a proposé à la fille de pardonner le Violeur et jamais le code pénal au Maroc Force la victime du viol à épouser le violeur......

Le Maroc est un Pays pourri vraiment pourri.......700000 marocains travaillent dans les pays voisins sans compter les 3 millions en Europe
(500000 Marocains travaillent en Algérie et 80000 en Tunisie et 150000 en lybie.....)
Le Maroc est une honte pour le Monde Arabe vraiment une honte.
Lotfi
Lotfi
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Masculin Messages : 4780
Inscription : 01/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!! Empty Re: Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!!

Message par Malou le Ven 16 Mar 2012 - 21:27

Merci Lotfi de remettre les choses en place !
Tu nous en apprends beaucoup sur ce pays.

Pauvre Amina ! le Seigneur a eu pitié d'elle et l'a sûrement accueilli en son Paradis.

Prions pour ce pays où des gens bafouent l'innocence.
Malou
Malou
Dans la prière

Féminin Messages : 5576
Localisation : Nord de France
Inscription : 12/07/2011

http://l-arc-en-ciel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!! Empty Re: Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!!

Message par Nicolas77 le Sam 17 Mar 2012 - 8:58

nous avons priè hier soir a notre cercle biblique pour cette femme et toute cette situation...
Prends pitie
Nicolas77
Nicolas77
Contemplatif

Masculin Messages : 1752
Age : 33
Localisation : Seine et Marne
Inscription : 06/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!! Empty Maroc: les combats des femmes

Message par sylvia le Sam 17 Mar 2012 - 16:54

Maroc: les combats des femmes

Un mouvement de jeunes activistes marocains accuse l’Etat de complicité avec les auteurs de viols commis contre les femmes.

Une Marocaine participe à une manifestation pour les droits des femmes à Rabat, 20 février 2012. REUTERS/Youssef Boudlal

associations féminines droits des femmes féministe Maroc viol

Mise à jour du 15 mars: La ministre marocaine de la solidarité, de la femme et de famille Bassima Hakkaoui a appelé le 15 mars à une révision de la loi autorisant le mariage du violeur avec sa victime après le suicide d'une Marocaine de 16 ans contrainte d'épouser l'homme qui l'avait violée. Environ 300 personnes ont organisé ce jour un sit-in jeudi devant le tribunal de la localité où le mariage de l'adolescente avait été prononcé.

*****
«Le 8 mars a-t-il un sens au Maroc?», s’interroge le Mouvement Alternatif des Libertés Individuelles (Mali).

Ce collectif marocain de jeunes activistes qui défend la liberté de conscience, de culte, d’orientation sexuelle et plus généralement l’instauration d’un Etat laïc au Maroc, a posé cette question dans un communiqué rendu public à la date de la célébration de la Journée mondiale de la Femme sous le titre choc «Etat! Tu nous violes».

Le collectif Mali s’était rendu célèbre au Maroc en dénonçant en 2009 l’obligation légale faite à tout marocain de jeûner pendant le mois de ramadan sous peine de prison.

Semi-citoyennes et sous-hommes

«Est-il une journée où les tribunaux du royaume font trêve de jugements iniques, rendus par une magistrature particulièrement patriarcale, envoyant dans les geôles des milliers de femmes pour "prostitution", sous différents prétextes?», s’interroge le collectif qui dénonce la «véritable condition des femmes marocaines: celle de semi-citoyennes, de sous-hommes».

«La femme marocaine est un être inférieur, incapable d’émancipation. Elle est à la disposition des hommes, car elle n’a point de valeur que de leur procurer l’éphémère plaisir de la défloration. A elle de négocier au mieux sa virginité afin d’en faire la monnaie d’un mariage qui lui apportera l’unique statut qu’admette d’elle la société. Scandaleux, non? Inacceptable. Quel tollé soulèverait cette déclaration fictive dans la bouche d’un quelconque acteur ? Pourtant, c’est ce que disent en substance nos textes de loi, sans que quiconque ne s’en offusque outre mesure», peut-on lire dans le communiqué.

Pour le collectif Mali, l’Etat marocain, très conservateur, a imposé un plafond aux revendications des femmes avec la Moudawana, le nouveau code de la famille adopté en 2004 à l’initiative du Palais et qui avait été considéré comme une avancée majeure dans l’émancipation de la femme marocaine, compte tenu du contexte social et religieux du royaume. A l’époque, le Maroc en faisait une promotion accrue à l’international, peaufinant une image de pays modèle dans le monde arabe, rejoignant la Tunisie, alors seule à la pointe sur ces questions.

«Le texte de la Moudawana, bien qu’il ait réparé certaines injustices, est très loin d’être égalitaire», estime le Mali dont l’action s’inscrit aussi dans le mouvement contestataire du 20 Février appelant à une démocratisation réelle du pays.

«Nous nous inscrivons dans la lutte pour la démocratie que mène le peuple contre un régime totalitaire, théocratique, patriarcal, archaïque et corrompu», précise le Mali, souvent pris pour cible par les islamistes radicaux, mais aussi par le Parti de la Justice et du Développement (PJD), actuellement à la tête du gouvernement.

Le Premier ministre Abdelilah Benkirane, ennemi juré des laïcs, des athées, des homosexuels et des féministes, avait été aux avant-postes pour condamner ce mouvement qui réclame la dépénalisation des interdits religieux.

Démocrates mais machistes

Les revendications du collectif Mali ne butent pas uniquement sur l’intransigeance du gouvernement, mais aussi sur le manque d’entrain des forces démocratiques du pays qui considèrent bien souvent que le féminisme «est au mieux une cause secondaire, au pire, une cause désuète».

«L’égalité femme homme est l’essence même de la justice humaine. Aucune démocratie ne peut se construire sans elle. Nous dénonçons les voix machistes au sein du Mouvement démocratique marocain qui relèguent les slogans égalitaires au rang de parent pauvre. Nous leur disons qu’il ne peut y avoir de démocratie que pour les hommes. Il ne peut y avoir de démocratie amputée de ses femmes. Soit notre société décollera toute entière vers des lendemains démocratiques, soit nous resterons tous ensemble dans le sous-développement démocratique dans lequel nous pataugeons encore», met en garde l'association.

Démocratie, émancipation, modernité est le triptyque du mouvement qui affirme qu’un tel dessein ne peut être atteint sans l’instauration d’un Etat civil au Maroc:

«La laïcité des lois et du statut personnel est la condition sine qua none de cette démocratie.»

Selon le Mali, l’Etat marocain délègue volontiers à la religion lorsqu’il s’agit de régir le statut de la femme.

«Les lois religieuses imposées par un Etat qui se fait prévaloir de la réforme de la Moudawana pour véhiculer une image de fausse modernité, constituent un facteur d’oppression et de soumission des femmes», explique le mouvement.

«L’Etat marocain se sert d’articles de loi archaïques, inspirés de la religion, pour se faire le complice de crimes commis tous les jours envers les femmes et leur dignité.»

L’Etat, «complice des violeurs»

L’accusation est grave, mais l’argumentaire du Mali prouve en effet qu’en raison des pesanteurs d’une société machiste, pétrie de religiosité, la justice marocaine «impose l’infamie aux femmes» tous les jours dans les tribunaux.

Exemple édifiant et contradictoire avec le discours officiel qui veut que la femme soit l’égale de l’homme, celui de l’article 475 du Code pénal marocain qui permet au violeur d’une femme mineure d’épouser sa victime pour échapper à sa peine.

«L’appareil judiciaire marocain, ses magistrats, ainsi que le législateur, voient la femme victime de viol comme une "anomalie sociale" qu’il convient de "racheter" par le mariage. La sauvegarde de l’hypocrisie sociale est donc plus importante aux yeux du législateur que le crime en soi», s’insurge le MaIi.

Pis encore, avant même que le crime de viol ne soit établi, et que le juge n’ait à prononcer cette sentence infamante, les femmes victimes de viol doivent passer par un véritable chemin de croix pour être reconnues comme telles.

Le collectif en énumère les étapes: C’est à la victime qu’incombe de prouver le viol, elle se retrouve le plus souvent sur le banc des accusés, que ce soit lors de l’enquête de police, ou —si elle a la chance de pouvoir prouver les faits— au tribunal.

De nombreuses victimes de viol se sont vues invectiver par la police ou les juges: «Que faisais-tu dans la rue à une heure pareille? Que portais-tu? Etais-tu vierge avant?». Il suffit parfois que le violeur dise qu’il a payé la victime pour que l’accusation se retourne contre elle. De nombreuses femmes victimes de viol, n’ayant pu prouver les faits, se retrouvent en prison pour prostitution, car la plainte pour viol est un aveu en soi d’avoir eu une relation sexuelle illicite.

Les violeurs se voient proposer par les juges d’épouser leurs victimes, au lieu de purger leur peine d’emprisonnement de cinq ans maximum.

«Les violeurs préfèrent épouser leurs victimes plutôt que de se retrouver en prison, quitte à divorcer plus tard, après avoir joui "légalement" du corps de leurs victimes, la notion de viol conjugal n’étant pas reconnue au Maroc», précise le Mali.

«Elles vivent avec leur violeur pour échapper à l’opprobre de la société», titrait récemment La Vie Eco qui rapporte le cas de jeunes femmes contraintes de se marier avec leurs agresseurs.

Et enfin, aussi paradoxal que cela puisse paraître, lorsqu’ils purgent leur peine de prison, les violeurs bénéficient souvent de la grâce royale!

«Ces pratiques inhumaines, profondément dégradantes pour la dignité de la femme, dont l’Etat se rend complice tous les jours, doivent cesser. Le Maroc ne pourra prétendre à un statut juste de la femme que lorsqu’il aura entrepris les réformes juridiques à même de mettre fin à de telles violations. Un Etat qui se fait complice des violeurs ne peut non seulement pas prétendre au statut d’Etat de droit, mais devient en outre un instrument d’assujettissement et d’exploitation de ses citoyennes», martèle le Mali.

Depuis l’arrivée des islamistes au gouvernement, la question de l’avortement est revenue aux devants de la scène. Interdit au Maroc, sa légalisation avait été entrevue dans le seul cas où la grossesse serait la conséquence d’un viol…

Ali Amar
slateafrique
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!! Empty Re: Amina s'est suicidée pour ne pas épouser son violeur!!

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum