Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?  Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -27%
40€ de remise sur les baskets Nike Air Max 2090 ...
Voir le deal
110 €

Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?

Aller en bas

Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?  Empty Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?

Message par sylvia le Mer 7 Mar 2012 - 12:39

Quelle est la situation des gens mariés uniquement civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église ?

Il faut d’abord préciser que le problème n’est pas le divorce, mais le remariage, considéré par l’Eglise comme un adultère.

Je suppose qu’il faut donc comprendre la question ainsi: quelle est la situation de divorcés remariés, dont les deux unions sont purement civiles, vis-à-vis de l’Eglise.

A cette question, il faut répondre en distinguant deux cas.

Si les conjoints ne sont pas baptisés lors de leur union civile, cette union « devient » une union sacramentelle lors de leur baptême.

Si l’un des deux conjoints est baptisé, une union purement civile est assimilable à ce qu’on appelait dans les « bons milieux » du début du XXe siècle, une « aventure » (éventuellement durable, la question n’est pas là). Autrement dit, cette union n’a pas de caractère sacramentel. Sa rupture et une nouvelle union, tout aussi civile, n’entraînent pas de complication dans la situation canonique des intéressés.

Je dois préciser tout de même que je parle ici simplement de l’aspect juridique des choses. Il va de soi que ce vagabondage sentimental et pseudo matrimonial constitue un péché. Le tribunal ecclésiastique n’a pas à en connaître, mais le confesseur, si!
Riposte-catholique
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?  Empty Re: Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?

Message par Lorena le Mer 7 Mar 2012 - 12:44

Je suis dans le cas divorcée-remariée. Mon mari et moi vivons dans la continence... et nous sommes très heureux! Je pense que la prière aide, car je n'en souffre pas. Nous nous aimons peut-être mieux qu'avant....
Une chose que je n'envisageais pas du tout il y a 9 ans quand on s'est connus
Lorena
Lorena
Avec l'Archange Gabriel

Féminin Messages : 591
Age : 66
Localisation : 77
Inscription : 29/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?  Empty Re: Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?

Message par anlise le Mer 7 Mar 2012 - 19:45

Bonjour Lorena
DU moment qu'il y a abstinence, sans plaisir charnel car même le fait de désirer l'autre est un péché, sans pour cela le toucher. J'espère que je n'ai pas choqué.
anlise
anlise
Contemplatif

Féminin Messages : 1752
Inscription : 04/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?  Empty Benoît XVI parle du mariage, et contre la cohabitation, le divorce...

Message par sylvia le Sam 10 Mar 2012 - 17:13

Benoît XVI parle du mariage, et contre la cohabitation, le divorce et leur immense coût humain…

9 mars 2012 | Enregistrer sous: Jeanne Smits,points non négociables,Riposte Catholique,Rome | Publié par: Jeanne Smits

Une fois n’est pas coutume, je reproduis ci-dessous une information déjà parue sur l’internet francophone : des extraits du discours de Benoît XVI aujourd’hui à un groupe de prélats de la Conférence épiscopale des Etats-Unis qu’il a invités à défendre toujours plus et mieux l’enseignement de l’Eglise sur le mariage et la chasteté. Ce texte d’une force voulue ne pouvait être absent de ce blog. J’y ai apporté quelques nécessaires rectifications de traduction.

Cité du Vatican, 9 mars (VIS). Benoît XVI a reçu ce matin un groupe de prélats de la Conférence épiscopale des Etats-Unis d’Amérique, concluant leur visite Ad Limina, auxquels il a parlé de la crise du mariage et de la famille, « et plus généralement de la vision chrétienne de la sexualité humaine ».

« Il est de plus en plus évident que le mépris de l’indissolubilité de l’alliance matrimoniale et le refus diffus d’une éthique sexuelle fondée sur la chasteté ont créé de graves problèmes sociaux, ainsi qu’immense coût humain et économique… On doit citer à ce propos les puissants courants socio-politiques qui poussent à modifier la définition légale du mariage. Les efforts de l’Eglise pour résister à cette pression comprennent une défense raisonnée du mariage comme institution naturelle consistant en la communion de personnes enracinée dans la complémentarité des sexes et orientée à la procréation. La différence des sexes ne peut être considérée comme secondaire dans la définition du mariage, et la défense de cette institution de dimension sociale relève en dernière instance de la justice. Il s’agit de sauvegarder le bien de la communauté toute entière, les droits des parents comme des enfants. »

Rappelant que les évêques lui ont fait part de leur difficulté croissante à communiquer l’enseignement de l’Eglise sur le mariage comme sur la famille, le Saint-Père déplore la diminution du nombre de jeunes qui recourent à ce sacrement.

« Nous devons reconnaître la déficience de la catéchèse de ces dernières décades, qui n’est pas toujours parvenue à communiquer le riche patrimoine de la doctrine catholique en matière de mariage, institution naturelle élevée par le Christ au rang de sacrement, ni la vocation des époux chrétiens au sein de l’Eglise comme de la société, ni ce qu’est la chasteté conjugale ».

« La préparation au mariage doit être revue pour insister sur l’aspect catéchétique dans l’exposé des responsabilités, sociales et ecclésiales, du mariage chrétiens. On ne saurait oublier le grave problème pastoral que représente la pratique diffuse de la cohabitation, comme si on oubliait qu’il s’agit d’un péché grave, sans parler de ses effets négatifs sur la stabilité sociale. »

Puis Benoît XVI a encouragé ses hôtes a fixer des normes pastorales et liturgiques claires « pour une digne célébration du mariage, qui doit manifester objectivement la morale chrétienne tout en étant sensibles aux préoccupations des jeunes couples… Ce grand effort pastoral a besoin que la communauté chrétienne retrouve et apprécie la vertu de la chasteté… Il ne s’agit pas simplement de présenter des arguments hors de tout référence à une vision globale, cohérente et stimulante de la sexualité. La richesse de cette vision est plus solide et plus attractive que les idéologies permissives qui constituent chez les jeunes la force la plus destructrice de la catéchèse… Comme le dit le catéchisme, la chasteté, qui implique d’apprendre à se dominer, est une pédagogie de la liberté. Dans une société qui comprend de plus en plus mal, voir à ridiculiser, la dimension et l’essence de la doctrine chrétienne, les jeunes ont besoin d’être certains qu’on ne perd rien à faire rentrer le Christ dans sa vie. Absolument rien de ce qui rend l’existence grande, belle et libre ».

Puis il a évoqué le bien des enfants, « qui ont le droit à grandir dans une saine compréhension de la sexualité et de sa juste place dans les relations inter-personnelles. Les enfants étant l’avenir de la société, nous avons envers eux un devoir d’enseignement, de défense et de promotion des vertus morales qui sont la clef de la réalisation de la personne. J’espère donc que, malgré le malaise causé par des événements des dernières années, l’Eglise des Etats-Unis poursuive sa mission historique d’enseignement. En éduquant la jeunesse elle consolide la saine vie familiale, garantie de la solidarité entre les générations et de la santé de tout le corps social. »
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?  Empty Re: Situation de mariés civilement, puis divorcés, vis-à-vis de l’Église?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum