Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Les origines des opérations bancaires modernes Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -40%
Prix cassé sur les baskets Nike LeBron Witness ...
Voir le deal
60.47 €

Les origines des opérations bancaires modernes

Aller en bas

Les origines des opérations bancaires modernes Empty Les origines des opérations bancaires modernes

Message par n111 le Ven 1 Juin 2007 - 16:14

Les origines des opérations bancaires modernes


Par Kieron McFadden

« Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées alignées pour le combat. Déjà, ils ont soulevé une aristocratie monétaire qui défie le gouvernement. Le pouvoir qui en résulte devrait être enlevé des banques, et redistribué au peuple ».
Thomas Jefferson

Au début, l'argent a été inventé comme une alternative commode au troc, une alternative sans laquelle une civilisation extrêmement développée comme la nôtre ne pourrait pas exister.

Imaginez-vous en train d’essayer de payer le chauffeur de taxi avec un sac de charbon ou la facture d'épicerie avec une boîte de clés et un assortiment de bâtons de golf. Imaginez-vous en train d’essayer de transporter tout ceci avec vous lorsque vous magasinez. Pendant que les sociétés devenaient plus complexes et les rôles sociaux devenaient plus spécialisés, l'idée de l'argent a été conçue comme une meilleure façon plus flexible d’échanger, et, de cette façon, améliorer la distribution parmi les hommes des articles et des services.

L'argent est tout simplement une idée acceptée parmi les gens afin qu’un quelconque système de pièces ou de symboles, des disques de métal (les pièces) et du papier avec des symboles dessus (les billets), puisse être utilisé par eux pour représenter ou détenir une procuration pour les articles et les services, et que ces pièces de monnaie puissent être échangées pour les articles et les services. Alors, quelqu’un peut échanger la monnaie au lieu des sacs de charbon, des boîtes de clés ou quoi que vous possédiez, et les pièces de monnaie sont beaucoup plus faciles à transporter. Sa facilité de manutention dépend de la confiance qu’ont les participants en ces pièces de monnaie, qui sont et continueront à être échangeables pour une certaine quantité d'articles ou de services.

C’est exactement ce qu’est l’argent. Ce n'est pas plus compliqué que ça, bien que les hommes puissent essayer de le rendre plus complexe et plus difficile à comprendre. Cependant, la vérité, comme toutes les vérités ont tendance à être, est simple. Ce sont les alternatives à la vérité – les mensonges – qui sont compliquées.

Beaucoup de sociétés ont utilisé les pièces d'or et d’argent comme monnaie pour ensuite utiliser le papier pour représenter les pièces d'or et d’argent, et, plus tard, les chèques et les écritures comptables pour représenter les billets de banques et les pièces de monnaie et, dans les temps modernes, l’argent électronique, transférant et balançant les nombres dans les mémoires informatiques, en même temps ou en remplacement des pièces, des billets et des chèques. Ainsi, quand nous recevons une impression informatique de notre relevé de compte disant que nous avons 500$ dans notre compte courant, nous visionnons normalement une pile de billets de £20 entassée dans un coffre-fort quelque part, ou peut-être un sac de pièces d’or, bien qu’en réalité il n'y ait aucune pile de billets ou de sac de pièces d’or, mais simplement une entrée comptable dans une mémoire électronique disant que nous avons 500$. Si nous émettons un chèque afin d’en dépenser 50$, alors les chiffres dans notre registre changeront à 450$ et le compte du bénéficiaire augmentera de 50$, bien qu'aucun billet, aucune pièce d’or ou n'importe quoi d'autre ne se soit déplacé d'un compte à un autre.

Pourtant, ça fonctionne parce que nous en avons confiance et nous nous fions au système et nous savons que nous pouvons en tout temps changer ce 500$ pour de véritables billets de banque, des vraies pièces ou des vrais articles ou des services quand nous le voulons.

Cette évolution dans le système monétaire que nous utilisons pour représenter les vrais articles et les vrais services provient d’une succession d'idées brillantes dans la direction de rendre la distribution et l’échange plus commodes, le mouvement des richesses entre les gens plus facile et plus rapide. Cependant, n'importe quoi peut être utilisé pour de l'argent, pourvu que les gens acceptent de l'utiliser et en ont confiance. Par exemple, des excréments séchés de yack ont déjà été utilisés au Tibet, des pièces de bois entaillées dans l’Angleterre médiévale, des disques de cuir dans l’Europe médiévale et même des cigarettes et des pots de café dans l’Allemagne d'après-guerre. L'argent utilisé dans un pays est appelé la monnaie en cours, du mot courant, en circulation ou en utilisation.

Les gouvernements renforcent ces accords et cette confiance en enchâssant un système particulier de pièces de monnaie dans la loi et en exigeant ces pièces comme paiement des impôts. Un système particulier de création, de dénomination, d’émission et de distribution de l'argent et sa circulation qui est soutenu par la loi et appréciée par elle comme étant le seul système reconnu, et qui ne peut pas être légalement refusé comme paiement d'une dette, est appelé une monnaie légale. Lorsque le troc n’est plus pratiqué, une personne doit posséder ces pièces de monnaie afin d'acquérir des articles et des services des autres. C'est le moyen d'échanger. Les pièces de monnaie, qu’elles soient des excréments de yack, des disques métalliques ou des chiffres avec le symbole $ devant, sont continuellement échangées entre les gens au lieu des articles et les échanges ne se produisent normalement plus sans l’utilisation des pièces de monnaie ou la promesse de ces pièces dans le futur.

La façon qu’une personne peut obtenir ces pièces est en produisant quelque chose et en le vendant ensuite à quelqu'un qui a exprimé son désir de l’obtenir en offrant une certaine quantité de ces pièces. À la conclusion de l’accord, nous recevons les pièces qu'il a offertes. Par la suite, nous pouvons aller et échanger ces pièces pour d’autres produits que nous désirons, que nous ne produisons pas nous-mêmes. Ainsi, l'argent rend possible l’échange des articles et des services parmi les gens et la distribution de ces articles et ces services se produit tout naturellement, selon les besoins et les désirs des participants.

Plus une personne possède de ces pièces ou peut en acquérir par sa production, plus cette personne, si elle le désire, peut acquérir d’articles et de services des autres. Une personne peut aussi emmagasiner cet argent dans un coffre-fort ou dans un compte en banque sans avoir à construire des entrepôts dans lesquels elle devrait emmagasiner des chargements complets d'articles disponibles. Ainsi, l'argent confère un pouvoir d'échange ou un pouvoir de dépenser pour celui qui le possède dans une proportion directe avec la quantité qu’il peut offrir pour l'échange.

Les orfèvres

Anciennement, l’or était forgé en des pièces et ces pièces, avec les pièces d’argent, formaient la monnaie de la nation. Les orfèvres avaient des coffres-forts et des voûtes dans lesquelles on emmagasinait en toute sécurité le métal précieux avec lequel on travaillait. Il était alors assez naturel que les autres gens aient commencé à demander aux orfèvres d’emmagasiner leurs pièces d'or et leur or dans ces coffres-forts et ils payaient les orfèvres pour ce service. Par exemple, un marchand confierait à l'orfèvre une valeur de £20 de son propre or pour en assurer la sécurité. Lors de la remise de son or, l'orfèvre lui fournirait un reçu ou une note promettant le retour de l'or (payé au porteur sur demande) quand le déposant reviendrait présenter la note. Le reçu détenu par le déposant était en fait aussi bon que de l'or parce qu'il pouvait l'échanger pour une valeur de £20 en or quand il le voulait. Mais la note était beaucoup plus facile à transporter que de lourdes et volumineuses quantités d'or et plus facile à dissimuler, ainsi le déposant était souvent très heureux de laisser son or dans le coffre-fort de l'orfèvre pour de longues périodes. En fait, lorsque arrivait le temps de payer pour certaines commodités avec son £20 en or, au lieu de retourner chez l'orfèvre échanger le reçu pour l'or et ensuite utiliser celui-ci pour payer son achat, c'était plus commode pour lui de simplement remettre son reçu au vendeur. Le vendeur était heureux d'accepter le reçu au lieu de l’or parce que c'était plus commode à transporter et il savait qu’il n’avait qu’à le présenter à l'orfèvre et l’équivalent d’un £20 en or lui serait remis.

Ainsi, ces reçus pour de l’or ont commencé à circuler et sont devenus la première monnaie en papier. Les gens étaient heureux de les échanger entre eux au lieu de l'or encombrant qu'ils représentaient. Les reçus avaient une bonne valeur parce que les gens étaient confiants que l'or était en sécurité dans le coffre-fort de l'orfèvre et qu'ils pouvaient racheter à tout moment.

Finalement, les orfèvres ont remarqué que l'or laissé par les déposants restait dans leurs coffres-forts pour des périodes de plus en plus longues. Les gens se présentaient pour échanger leurs reçus pour de l'or de moins en moins souvent, et les reçus qu'ils avaient émis aux déposants circulaient à leur place. Cela semblait une véritable honte d’avoir tout cet or qui ne faisait absolument rien. Pourquoi ne pas en prêter une certaine partie pour un certain temps ? Si l’or demeurait juste là pendant des années, le propriétaire, le détenteur du reçu, ne serait pas inquiété s'il le prêtait à quelqu'un d'autre pour une certaine période.

Tant qu'il y avait assez d’or dans le coffre-fort pour satisfaire quiconque se présentait avec un reçu, alors personne ne saurait qui est le plus sage. Donc, Joe dépose une valeur de £20 en or chez l'orfèvre pour le mettre en sécurité et quitte avec son reçu qu'il utilisera alors comme de l'argent au lieu de l'or et il le fera circuler. Il pourrait se passer des années avant que quiconque se présente avec ce billet de £20 pour en demander sa valeur en or. Pendant ce temps, Tom se présente chez l'orfèvre pour lui demander d'emprunter £20 en or et l'orfèvre le lui prête, en exigeant qu'il lui soit remis après une certaine période et avec une certaine quantité d'intérêt. Mais, au lieu de prêter de l’or véritable à Tom, l'orfèvre rédige un reçu de £20 , exactement comme celui qu’il a remis au déposant Joe. Tom est très heureux de prendre le reçu au lieu de l'or parce que c'est plus commode à transporter et que les gens sont très heureux d'accepter de tels reçus comme paiement pour les choses.

Donc, Tom quitte avec sa note de £20 , comptant qu’avec cette note il est maintenant temporairement en possession de £20 en or. Mais ce que Tom ne sait pas, c’est que Joe aussi détient un reçu qui représente cet or. En d'autres termes, il y a maintenant deux notes en circulation qui représentent la même valeur de £20 en or ! De toute évidence, l'émission par l'orfèvre de deux reçus pour la même quantité d'or est frauduleuse, particulièrement lorsque Tom rembourse l'or, il croit qu'il a emprunté du vrai or. Puisque chaque reçu promet de remettre le même £20 en or sur demande, l'orfèvre fait une promesse qu’il sait qu'il ne peut pas tenir.

Plusieurs choses sont claires au moment où le deuxième reçu a été émis et est entré en circulation : Le nouvel argent a été créé à partir de rien ; ce nouvel argent a été prêté sans même exister. Puisque des intérêts sont chargés sur le prêt, alors une dette a été créée à partir de rien qui est plus grand que la quantité de nouvel argent créé.

Une autre chose : Tom retournera finalement chez l'orfèvre pour rembourser son prêt de £20 , avec disons 10% d’intérêt. Il transmettra donc à l'orfèvre, 22$ en vrai or. En d'autres termes, l'orfèvre, en créant ce reçu faux et en le prêtant à Tom, a créé pour lui-même, bien qu'après un certain délai, une valeur en or véritable sans aucune dette plus que le nouvel argent qu'il a prêté en existence ! C’est encore pire.

Après un certain temps, l'orfèvre, voyant que sa fraude fonctionne vraiment bien, pense que s'il peut émettre deux reçus de £20 pour le même £20 en or, alors pourquoi pas deux, trois ou même quatre ?

Ainsi, Joe dépose £20 en or et l'orfèvre lui donne son reçu. Dans le temps, quatre autres personnes se présentent à son atelier pour emprunter £20 en or. L'orfèvre leur prête gentiment à chacun d'eux avec de l'intérêt, donnant à chacun un reçu qui doit représenter ce £20 en or. Il y a maintenant cinq reçus en circulation représentant le même dépôt en or, un pour le déposant original et quatre pour chacun des quatre emprunteurs. Pour ce dépôt de £20, £80 (4x £20) de nouvel argent est créé simplement en écrivant sur un morceau de papier.

Si £2 d'intérêt (disons 10%) est chargé pour chaque prêt, en même temps que £80 de nouvel argent est créé à partir de rien, une dette de £88 est aussi créée à partir de strictement rien.

La propriété est hypothéquée comme sécurité pour ces prêts, donc, si l'emprunteur ne rembourse pas avec de l’or véritable le frauduleux morceau de papier qu'il a emprunté, l'orfèvre peut saisir sa propriété.

Chaque fois que l'orfèvre prête £20 en faux or, il charge 10% d’intérêt sur le prêt. En prêtant le £20 quatre fois et en chargeant £2 d’intérêt sur chaque prêt, l'orfèvre fait un énorme 40% d’intérêt (quatre fois £2) sur les « réserves » de £20 qui n'étaient même pas à lui pour commencer ! L'orfèvre ne peut pas perdre et il commence rapidement à accumuler une fortune de sa fraude. C'est la manière de devenir riche le plus rapidement à avoir été inventée. Et c'est, en essence, la base du système bancaire moderne. Les orfèvres d’autrefois sont devenus les banquiers d'aujourd'hui et bien que l'argent en papier et, par la suite, l'argent électronique ont remplacé l'or, essentiellement, la même fraude continue toujours.

Les banquiers

Les affaires dans les prêts de morceaux de papier qui prétendaient être de l'or ont fait des orfèvres des hommes très riches et très influents. Leur richesse facile et rapide leur a permis de se transférer dans les prémisses des riches. Ils sont devenus les piliers de la communauté et certains sont même devenus des financiers internationaux, prêtant de l'argent aux rois et aux gouvernements.

Au dix-septième siècle, un conflit entre les banquiers de l’époque et les Stuart a mené les banquiers à agir de concert avec les banquiers en Europe. Ils ont joint leurs forces avec ceux de la Hollande pour financer l'invasion de l'Angleterre par William d'Orange. Celui-ci a renversé les Rois Stuart en 1688, lors de la Glorieuse Révolution, et est devenu le Roi William III.

Vers la fin des années 1600, l'Angleterre était financièrement en ruine. Les provisions en or et en argent étaient à leur plus bas niveau et une guerre civile coûteuse suivie par d’autres guerres coûteuses avec la France et la Hollande, toutes pendant une période de cinquante ans, l'a entraîné dans un profond endettement.

Les fonctionnaires du gouvernement ont alors rencontré les financiers pour négocier les prêts dont ils avaient besoin. Le Roi William était endetté de £20 millions et il ne pouvait pas payer son armée. Apparemment, le Roi William, ou n'importe qui d’autre, n’a pas pensé que s’il avait besoin d’argent pour payer son armée ou remettre l'économie en marche, tout ce qu’il avait à faire était de faire imprimer son propre argent par le gouvernement et de l’utiliser pour payer les troupes, ce que Abraham Lincoln a fait avec succès pendant la guerre de sécession presque deux cent ans plus tard !
n111
n111
Avec le Pape François

Messages : 996
Inscription : 18/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Les origines des opérations bancaires modernes Empty Re: Les origines des opérations bancaires modernes

Message par n111 le Ven 1 Juin 2007 - 16:14

Les « amis » du Roi William, les banquiers, étaient d’accord pour lui prêter l'argent dont il avait besoin mais le prix qu'ils exigeaient pour leur « aide » était très élevé. Ils voulaient une banque centrale privée mais sanctionnée par le gouvernement, qui pourrait, par des prêts de réserve fractionnaire, créer de l'argent à partir de rien et le prêter au gouvernement.

Ils ont eu ce qu’ils voulaient – ils voulaient le bien du gouvernement et ils l’ont eu ! En 1694, la première banque centrale privée du monde a été créée. Elle devait être appelée la Banque d'Angleterre. La charte de la Banque incluait les mots immortels suivants : « la banque détient tous les bénéfices sur les intérêts sur tous les fonds qu'elle crée à partir de rien ».

Au lieu d'exercer son droit de créer de l'argent et de l’injecter dans l'économie, le gouvernement a préféré le faire créer par la banque, pour le prêter ensuite au gouvernement afin que le gouvernement puisse le dépenser dans l'économie, pour par la suite rembourser les prêts avec de l'intérêt. Cette complication devait avoir des conséquences dévastatrices pour le futur de la population anglaise.

En plus de donner des pouvoirs extraordinaires sur la nation à une société commerciale possédée par le privé, la dette nationale voyait le jour ; une dette qui irait impitoyablement en augmentant pendant les années qui ont suivi jusqu'à ce qu’elle atteigne environ £380 milliards en 1996, avec un coût d’environ £30 milliards par année en paiements d'intérêts. Et elle augmente toujours…

Vers la fin du 17ième siècle, l'escroquerie des orfèvres était devenue des opérations bancaires respectables. Le rôle des banques dans l’émission de l'argent par l’intermédiaire des prêts aux individus et aux commerces était devenu déjà largement admis. Ainsi, deux routes ont été établies par lesquelles l’argent pouvait être injecté dans l'économie : les emprunts privés et commerciaux d’un côté et les emprunts gouvernementaux de l'autre. Cette dette combinée d’aujourd’hui est maintenant à un niveau bien au-dessus d’un trillion de livres.

En 1704, seulement dix ans après la création de la Banque d'Angleterre, les billets à ordre des banques, selon les recommandations des banquiers et des financiers qui conseillaient le gouvernement, ont été déclarés monnaie légale de l’État.

Bien que la nouvelle banque centrale était une société commerciale entièrement privée, le nom choisi a mené des générations d'Anglais à croire qu'elle faisait partie de leur gouvernement, bien que ce ne soit certainement pas le cas. Comme toutes les autres sociétés commerciales privées, la nouvelle banque centrale a vendu des actions afin de créer son capital initial. Ses investisseurs, dont les identités n'ont jamais été dévoilées, étaient supposés investir un total de £1 ¼ million en pièces d’or pour acheter leurs actions. Uniquement trois quarts d'un million ont été reçus.

Néanmoins, malgré ce détail technique mineur, la banque a reçu sa charte en 1694 et a commencé ses affaires en prêtant plusieurs fois l'argent qu'elle devait avoir dans ses réserves.

En échange de ce privilège profitable unique et extrême, la banque prêterait gentiment au gouvernement anglais, et plus tard britannique, autant d'argent qu’il voulait, avec intérêt, pourvu que la dette soit sécurisée par une taxation directe sur la population.

L’incarnation moderne de la fraude

Que se produit-il quand vous, ou moi, ou pour notre exemple le gouvernement, empruntons de l'argent de la banque ? Préparez-vous pour une surprise.

Disons que nous voulons emprunter une hypothèque de £100 000 sur une maison. La banque ou la société de construction fait ce que les orfèvres ont toujours fait et créent £100 000 à partir de rien. Au lieu de nous remettre un certificat en papier, la banque crédite simplement notre compte en banque avec les £100 000 et enregistre ceux-ci comme une dette, avec – disons – un autre £100 000 en intérêts sur une période de 25 ans. L'argent est simplement inscrit dans notre compte sans qu’aucun autre compte ne soit débité de l'argent prêté. Ainsi, le nouvel argent est créé. En même temps, une dette (dans notre cas £100 000 plus environ £100 000 d'intérêts) est créée. Lorsque nous remboursons la dette, l'intérêt est enregistré comme un revenu pour la banque. Les £100 000 que nous avons empruntées au début, sont retirées de la circulation et enregistrées comme collatérales pour de futurs prêts, pour les retourner en circulation quand quelqu'un d'autre les emprunte.

Notre maison est détenue comme sécurité, donc si nous ne maintenons pas nos remboursements aux échéances, le créancier peut en prendre possession. Les remboursements peuvent varier sans aucune faute de notre part, selon les taux d'intérêt établis par l'industrie bancaire.

Après 25 ans de transpirations et de déchirements, nous payons finalement le dernier versement partiel de l’emprunt de £200 000, capital plus les intérêts, et la maison est finalement la nôtre. Elle n’est pas notre propriété avant ce point.

Le prêteur, qui nous a prêté l'argent qui n'existait pas jusqu'au moment de sa création à partir de rien, empoche £100 000 d'intérêt sur le prêt : c’est un revenu réel et disponible qui provient de la courtoisie de notre création par notre vrai travail et notre vraie richesse. Les chiffres ont été simplifiés pour souligner la nature de la fraude et, en pratique, le procédé est caché sous une grande quantité de complexités, mais, en essence, c’est le procédé de création d'argent.

Chaque fois que les banques créent de l'argent, ils créent une dette qui est plus grande que le pouvoir de dépenser qu’ils créent. Quiconque peut aussi voir que chaque fois qu’ils créent une dette pour un emprunteur, ils créent aussi de l'argent libre de toute dette pour eux-mêmes. Cela a également pour effet d’accentuer l’inflation des coûts pour les produits et services que nous achetons, donc de diminuer notre pouvoir d’achat de plus en plus.

Avant le commencement de l'escroquerie des orfèvres, l'argent en circulation était des devises fortes, normalement de l’or ou de l’argent frappé en pièces qui circulaient alors comme une monnaie utilisée pour représenter les articles et les services. La frappe et la circulation de cette monnaie étaient administrées par le gouvernement ou le roi.

Cependant, aussitôt que les certificats des orfèvres ont été utilisés au lieu de l'or, l'argent en papier a fait son apparition. Aussitôt que les orfèvres ont commencé à émettre des notes de papier pour l'or qu'ils n'avaient pas réellement, les orfèvres créaient eux-mêmes le nouvel argent et le prêtaient en circulation.

On peut voir que ceci a établi l’endettement comme la base de notre monnaie. Dans le passé, il y a bien longtemps, la livre britannique représentait quelque chose, autant d'or ou d'argent, elle ne représente maintenant qu’un gros endettement, ce qui n’est pas seulement rien, c'est moins que rien.


« Quiconque contrôle le volume d'argent dans n'importe quel pays est le maître absolu de toute l’industrie et tout le commerce. Et lorsque nous réalisons que le système en entier est très facilement contrôlé, d’une manière ou d’une autre, par quelques hommes très puissants de haut niveau, vous ne devez pas vous demander comment les périodes d'inflation et de dépression arrivent ».
Le président américain James Garfield. Quelques semaines après avoir fait cette déclaration, il a été assassiné le 12 juillet 1818.

http://www.thetruthseeker.co.uk/article.asp?ID=96

Traduit par Oscar Blais
n111
n111
Avec le Pape François

Messages : 996
Inscription : 18/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum