Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -54%
PHILIPS HI5910/99 Centrale Vapeur – effet ...
Voir le deal
59.99 €

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Dim 11 Avr 2021 - 17:51


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purg10

XXVI MERVEILLE


Admirable échange de charité entre les vivants et les morts

Vigilitate in orationibus, mutuam in vobismetipsis charitatem habentes : Veillez dans la prière, exerçant la charité les uns envers les autres. (I Petre, IV. 7.)

Dans cet admirable échange de la charité qui règne entre les vivants et les morts, il n’est pas facile de décider de quel côté est le plus grand avantage, parce que si d’une part les suffrages que les morts reçoivent des vivants, les soulagent et les délivrent, de l’autre, les grâces que les vivants reçoivent des morts, leur sont d’un grand secours pour le temps et pour l’éternité.

La Vénérable Mère Françoise du Très Saint Sacrement, qui mérita d’être appelée la grande dévote des âmes, peut fournir d’utiles éclaircissements sur ce sujet.

Elle avait sucé avec le lait maternel une tendre piété pour les âmes souffrantes, et s’était consacrée tout entière à leur délivrance. Elle récitait chaque jour à cette intention le rosaire, qu’elle avait coutume de nommer l’aumônier des âmes, et terminait chaque dizaine par le Requiscant in pace. Les jours de fête où elle était plus libre de son temps, elle récitait de plus l’office des morts.

Pendant la plus grande partie de l’année elle jeûnait au pain et à l’eau, accablait son corps de cruelles disciplines, ne quittait jamais son rude cilice, et savait encore troubler son repos par d’autres instruments de pénitence. Toutes les fonctions dont elle s’acquittait, tous les travaux qu’elle faisait, les pensées de son esprit, ses peines intérieures, les fatigues du corps, tout était consacré au soulagement des âmes.

Son zèle ne se bornait pas là : elle formait avec les religieuses, ses confidentes, une sainte ligue de prières extraordinaires et de bonnes œuvres en faveur des âmes du purgatoire. Aux prêtres qui célébraient dans son église, elle demandait avec instance des messes de Requiem ; aux laïques qui venaient au monastère, elle conseillait de distribuer beaucoup d’aumônes en faveur des défunts.

Enfin pour les secourir, elle leur avait appliqué la satisfaction de ses bonnes œuvres, et présentait chaque jour à la Justice divine pour leur soulagement ses oraisons, ses pénitences, son observance rigoureuse de la sainte règle, et les indulgences qu’elle gagnait.

Le malin esprit s’efforça de lui suggérer une pensée de regret ; il lui représenta qu’en se dépouillant ainsi du fruit de ses bonnes œuvres pour l’appliquer aux autres, elle aurait à souffrir pour ses propres fautes, de longues et atroces peines dans le purgatoire. Mais ce motif d’intérêt personnel ne fit aucune brèche à ce cœur de diamant ; d’ailleurs les âmes qui lui apparaissaient, l’assuraient qu’à leur entrée au ciel, leur intercession puissante lui obtiendrait sa délivrance du purgatoire, et que Dieu réservait une belle couronne à son héroïque charité.

Parlons maintenant un peu de la reconnaissance de ces bonnes âmes envers leur généreuse bienfaitrice. Elles la visitaient fréquemment, non dans le seul but de solliciter ses suffrages, mais pour la remercier. Parfois elles l’attendaient visiblement à la porte de sa cellule quand elle se rendait à l’office, et se recommandaient à elle. D’autres fois, elles entraient dans sa chambre, et si la sainte dormait, elles attendaient patiemment, rangées autour de son pauvre lit.

A son réveil, la servante de Dieu reprochait à ces chères âmes de ne pas l’avoir appelée. « Nous n’avons pas voulu, répondaient-elles, interrompre le repos qui vous est nécessaire ; nos peines sont adoucies par votre présence. »

Si la saint était éveillée, elles lui disaient en entrant, afin qu’elle ne se crût pas le jouet d’une illusion de Satan : « Que Dieu vous ait en sa sainte paix, servante du Seigneur, épouse du Christ, que Jésus soit avec vous toujours. » Puis elles témoignaient leur vénération pour une croix enrichie de reliques, que leur bienfaitrice conservait dans sa cellule.

Si cette bonne religieuse récitait son rosaire, elles le lui prenaient des mains et le baisaient avec respect comme le précieux instrument de leur salut et de leur délivrance. Quand la sainte était malade, ou que son cœur était affligé, on les voyait accourir pour la soulager et la consoler ; elles la prévenaient aussi, par une permission de Dieu, que le démon, frémissant de la voir lui arracher des âmes, lui dressait des embûches, et elles les faisaient connaître à la sainte, afin qu’elle pût les déjouer par les sacrements et la prière.

Souvent les âmes lui apparaissaient sous des formes propres à exciter sa compassion ; elles étaient ordinairement accompagnées des instruments de leurs péchés devenus désormais des instruments de supplices. Tantôt c’étaient des évêques, la mitre sur la tête, la crosse à la main et en même temps, environnés de flammes.

« Nous souffrons ces peines, disaient-ils, pour avoir recherché ambitieusement les dignités et n’avoir pas correspondu aux obligations qu’elles nous imposaient. » D’autres fois, c’étaient des prêtres avec leurs ornements en feu, l’étole changée en chaînes, les mains couvertes d’ulcères. Ils s’accusaient d’avoir traité avec irrévérence le divin corps de Jésus-Christ et d’avoir administré sans respect les sacrements.

Un religieux se fit voir entouré d’objets précieux, d’écrins, de fauteuils, de tableaux tout enflammés, parce qu’il avait manqué à son vœu de pauvreté en ornant sa cellule de riches meubles.

Enfin, elle vit apparaître avec tous les insignes de sa profession un notaire de Soria, qui lui donna l’explication de ses tourments. « Je porte, dit-il, cet encrier, cette plume, ce papier tout enflammés parce qu’ils me servaient à des actes illégitimes et contraires à l’équité ; ces cartes tout en feu que je suis obligé de tenir dans les mains montrent ma passion pour le jeu ; cette bourse brûlante contient mes gains illicites.

Au moment de mourir, j’aurais été infailliblement damnée si une sincère contrition ne m’avait préservé de ce malheur. Cependant la divine Justice me condamne à un long et rigoureux purgatoire, à moins que vous ne l’abrégiez par vos bonnes œuvres. »

Ces apparitions causaient à la servante de Dieu un incroyable chagrin ; mais d’un autre côté elle éprouvait une grande consolation, lorsque les âmes délivrées venaient la remercier avant de monter au ciel.

Nous ne pouvons passer sous silence ce qui lui arriva avec Christophe de Ribéra, évêque de Pampelune. Ce prélat ayant appris que la Mère Françoise avait une grande dévotion pour les âmes souffrantes, et qu’elle avait vu dans le purgatoire trois de ses prédécesseurs, s’empressa de prier et de faire célébrer pour eux un grand nombre de messes. Comme c’était le moment où l’on publiait les bulles et les indulgences dites de la croisade, il en envoya quatorze à la servante de Dieu, en lui faisant dire d’en appliquer trois pour les évêques, et les onze autres comme elle l’entendrait. La nuit suivante, les trois prélats vinrent remercier Françoise, et la prier de rendre grâces pour eux à Christophe de Ribéra.

D’autres âmes lui demandaient de leur appliquer le fruit de onze bulles ; néanmoins elles étaient résignées et se montraient même contentes qu’on accordât aux autres cette faveur. Le prélat instruit de tout, envoya à la Mère Françoise, un grand nombre de bulles. Les âmes accoururent aussitôt en foule à sa cellule.

La distribution était faite quand deux âmes vinrent demander des bulles ; Françoise leur dit avec peine qu’il ne lui en restait plus : « Il y en a encore deux à appliquer, » reprirent-elles, et elles se mirent en recherche et si bien, qu’elles en découvrirent deux auxquelles on ne songeait point, et qui leur servirent comme de passeport pour l’éternité bienheureuse.

(V. Vie de Françoise du Saint-Sacrement, par le frère Joachim de Sainte-Marie, I. II.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Nicolas-p aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Lun 12 Avr 2021 - 11:12


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Plaies10

XXVII MERVEILLE


Peu de choses suffit quelquefois pour délivrer une âme du purgatoire.

Est qui multa redonat modu o pretio : On peut racheter beaucoup avec peu de choses. (Eccli. XX, 12.)

Les âmes souffrantes ne demandent pas toujours de nous des aumônes considérables, des jeûnes rigoureux, de dures pénitences : souvent elles se contentent de quelques œuvres faciles, de quelques courtes prières. Et cependant, combien est-il de chrétiens qui les leur refusent ?

Ce manque de charité les afflige, et dans leurs tristes plaintes, elles peuvent s’écrier avec le poète : « Ma douleur est d’autant plus grande que ce n’est point la mer qui nous sépare, mais un peu d’eau... »

En effet, il est des âmes, qu’un léger suffrage d’aumône ou de prières délivrerait, et à cause de notre coupable oubli, elles languissent exilées loin de la gloire bienheureuse.

Les traits suivants nous démontreront combien il est facile quelquefois de soulager ou de délivrer une âme du purgatoire.

Un saint évêque vit en songe un enfant, lequel, avec un hameçon d’or et un fil d’argent, tirait d’un puits profond une femme qui s’y noyait. A son réveil, il aperçut de sa fenêtre, ce même enfant, agenouillé sur une tombe du cimetière. Il l’appelle et lui demande ce qu’il fait : « Je récite, dit-il, un Pater et un Miserere pour l’âme de ma mère dont le corps repose en ce lieu. » Cette réponse fit comprendre clairement à l’évêque que l’âme de cette femme venait d’être délivrée par la petite prière de son fils ; que l’hameçon d’or était le Pater, et le fil d’argent, le Miserere.

Nous lisons dans les chroniques des Frères-Mineurs, deux exemples encore plus frappants de l’efficacité des petites prières. Le Père Conrad d’Offida, religieux de l’Ordre séraphique, grand serviteur de Dieu, était resté une nuit à faire oraison, devant un autel privilégié. Un frère du couvent, mort depuis peu, lui apparut. Le défunt supplia ce Père, autrefois son guide et son conseil pendant la vie, de ne pas l’oublier, et de le délivrer des supplices qu’il endurait : « Vous savez bien, ajoutait-il, que le Seigneur a pour agréable vos prières et qu’il les exauce. »

Aussitôt Conrad se mit à réciter le Pater et le Requiem aeternam. Le frère lui dit : « O mon Père, si vous saviez quel soulagement me procure cette courte prière, vous la répéteriez encore. » Le religieux s’empressa d’exaucer son désir. - Ah ! Continuez, mon père, au nom des entrailles de Jésus-Christ, continuez, de réciter cette douce prière qui change mes douleurs en consolations ! »

Alors sans attendre de nouvelles instances, le bon religieux se mit à réciter cent fois le Pater et le Requiem. En même temps il voyait le visage du défunt passer de la tristesse à la joie, de la pâleur à la lumière, et son manteau de bure se changer en un vêtement d’une éclatante blancheur. Comme il finissait le centième Pater, cette âme devint éblouissante de splendeur et de gloire. Elle rendit mille actions de grâces à son bienfaiteur qui, en un si court espace de temps, l’avait délivrée de toutes ses peines. Puis elle s’éleva radieuse vers l’éternel séjour.

Les prières du bienheureux Etienne, religieux du même Ordre, obtenaient les mêmes faveurs pour les âmes du purgatoire. Le saint avait l’habitude de passer la nuit auprès du Saint Sacrement ; et de se mêler au cortège des adorateurs du Roi de gloire, caché sous les voiles eucharistiques. Une fois, il aperçut un de ses frères assis dans une des stalles du chœur, le capuchon baissé jusque sur les yeux.

Étonné de le voir dans cette posture, et au milieu de la nuit, il lui demanda ce qu’il faisait là, à cette heure ; Le moine répondit d’une voix lugubre : « Je suis un religieux défunt, condamné par la Justice divine à endurer ici un rigoureux purgatoire, à cause des fautes nombreuses que j’y ai commises par mes distractions volontaires pendant le chant de l’office. Le Seigneur m’a permis de me manifester à vous, afin de vous conjurer de m’aider par vos prières, à sortir de ces affreux tourments et à entrer dans la liberté des enfants de Dieu. »

Sans délai, le bienheureux Etienne récite à l’intention de cette âme le De profondis et l’oraison Fidelium. Le défunt en fut singulièrement soulagé, et pendant plusieurs nuits, il revint exciter sa charité, le remerciant chaque fois avec effusion. Une nuit après la récitation du Requiem aeternam, il sortit de la stalle comme d’une prison, et le visage découvert, il s’élança vers l’immensité du céleste royaume.

Le bienheureux Etienne racontait cette apparition pour exhorter ses religieux à une grande modestie et à une attention soutenue dans les prières et dans le chant des louanges divines, afin de ne pas mériter ce reproche du Seigneur : « Vous m’honorez des lèvres et votre cœur est loin de moi. » (Isaïe XXIX, 13.)

(V. Barthélemy de Pise, liv. R, ch. 23 ; Chroniques des Frères-Mineurs, liv. IV, ch. 30.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Mar 13 Avr 2021 - 16:11


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Eglise10

XXVIII MERVEILLE


Deux prodiges du ciel, propres à nous inspirer la crainte de la mort et du purgatoire.

Fiebat omni animae timor ; multa quoque prodigia et signa fiebant : Tous les esprits étaient frappés de crainte ; il se faisait aussi beaucoup de prodiges et de merveilles. (Act. II, 13.)

Le Père Ferdinand de Castille rapporte deux grands prodiges opérés par le Seigneur dans le couvent de Saint-Dominique, à Zamora, ville du royaume de Léon en Espagne ; l’un, pour nous rappeler que l’heure de notre mort nous est inconnue, l’autre, pour nous faire comprendre la rigueur des peines du purgatoire.

On fut témoin dans ce monastère d’une chose inouïe jusqu’à alors : la cloche du couvent sonnait souvent d’elle-même sans que personne la touchât. C’était un signe certain que sous peu de jours un religieux devait mourir. Aussi lorsqu’on entendait ce son lugubre, bien que personne ne fût malade dans le couvent, chacun craignant pour lui-même, se préparait par la prière, la pénitence et les sacrements, au passage de l’éternité.

Quand l’un d’entre eux avait payé sa dette à la nature, alors le calme renaissait ; néanmoins tous prêtaient une oreille attentive à cette cloche qui était pour eux la voix dont il est parlé dans Isaïe, XXXVIII, 1 : « Mets ordre à ta maison car tu vas mourir, et ta vie touche à son terme. »

Le second prodige s’applique mieux à notre sujet. Il y avait dans ce même couvent de Saint-Dominique, un religieux d’une rare vertu, uni de sainte amitié avec un frère de Saint-François, fervent serviteur de Dieu. Pour se porter mutuellement à la perfection, ils s’entretenaient souvent ensemble des choses spirituelles.

Un jour, qu’ils parlaient de la mort à l’occasion de la cloche miraculeuse, ils se promirent l’un à l’autre que le premier qui mourrait apparaîtrait au survivant, s’il plaisait à Dieu, pour lui faire connaître son sort dans l’autre vie, afin que s’il était retenu dans le lieu de l’expiation, il pût recevoir de son ami des suffrages pour sa délivrance.

Ce fut le frère Mineur qui mourut le premier, et, selon sa promesse, il apparut au frère Dominicain, à l’heure où l’obéissance lui ordonnant de préparer le réfectoire pour le repas de la communauté. Après l’avoir salué affectueusement, il lui apprit qu’il était sauvé ; mais qu’il lui restait beaucoup à souffrir pour l’expiation de fautes légères dans l’observance de la sainte règle.

Pour exciter sa compassion et l’engager à lui porter un prompt secours, il fit appel à leur ancienne amitié, à la promesse qu’ils s’étaient faite. Pour mieux lui faire comprendre que le tourment qu’il endurait dans ces flammes ardentes, ne pouvait être comparé à aucune souffrance humaine, il étendit sa main droite, la posa légèrement sur une table, et y laissa une empreinte noire et brûlée comme si un fer rouge y avait été appliqué.

Puis le défunt disparut, avec l’assurance que son ami emploierait tout son zèle pour le délivrer. Aujourd’hui encore, on montre à Zamora, cette table avec sa marque de feu. Pour perpétuer le souvenir de cet événement, on a posé sur cette empreinte une grille de cuivre.

Ces deux merveilles excitèrent dans le cœur des religieux une nouvelle ardeur pour leur perfection : le son de la cloche les avertissait de se préparer à la mort, et la trace de feu laissée par cette main, prêchait à tous la nécessité de faire pénitence en cette vie, si l’on veut éviter les châtiments du purgatoire. Pour terminer ce récit, nous traduirons ces beaux vers d’un poète.

« Ces horribles marques accusent une main de feu, et la flamme qui circule dans ses veines la dévore. Rien n’en peut rendre l’ardeur vengeresse ; mais la main parle mieux qu’aucune langue humaine. »

(V. Ferdinand de Castille, Histoire de saint Dominique, 2ème part., L. I, ch. 23.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Mer 14 Avr 2021 - 18:41


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Tablea11

XXIX MERVEILLE


Du prix des indulgences.

In praesenti tempore, vestra abundantia itiorum inopiam suppleat : Qu’en ce moment votre abondance supplée à tout ce qui leur manque (II Cor. 8, 14.)

Pour démontrer la valeur des indulgences en faveur des âmes du purgatoire, nous allons raconter le trait admirable du bienheureux Berthold, prédicateur de l’ordre de Saint-François. Il venait de faire une touchante allocution sur l’aumône, et il avait accordé à ses auditeurs dix jours d’indulgence, selon le pouvoir qu’il en avait reçu du Souverain Pontife, lorsqu’une dame de qualité, à laquelle il ne restait de sa noblesse que la honte d’avouer son extrême misère, vint secrètement implorer sa charité.

Le religieux lui répondit comme saint Pierre au boiteux qui mendiait dans Jérusalem : « Je n’ai ni or ni argent ; mais ce que j’ai je vous le donne. » Je vous accorde dix jours d’indulgence parce que vous avez assisté à ma prédication ce matin. Allez donc chez tel banquier qui n’a guère souci des trésors spirituels, et dites-lui que s’il veut accepter cette indulgence, en échange d’une aumône, elle servira à diminuer les peines qui l’attendent dans le purgatoire. J’ai la confiance qu’il vous donnera quelque secours. »

Cette infortunée, animée de la plus grande foi, se rendit chez le banquier qui l’accueillit avec bonté, et lui demanda en souriant combien elle prétendait recevoir en échange de ses dix jours d’indulgence : « Autant qu’ils pèsent, répondit-elle. - Pesons-les donc, repartit le banquier, voici les balances, écrivez vos dix jours sur un papier et mettez-le sur l’un des plateaux ; je pose un réal sur l’autre. »

O prodige ! Le plateau des indulgences entraîne celui de l’argent. L’homme étonné ajoute un réal et le poids reste le même. Il en met cinq, dix trente, enfin autant qu’il en faut, pour que les plateaux s’équilibrent. C’était précisément la somme qu’il fallait à la suppliante. Alors le banquier put apprécier la valeur des indulgences, mais non au même point que les âmes l’apprécient ; elles qui, pour en obtenir une seule, donneraient tout l’or du monde. C’est pourquoi elles les appellent de tous leurs soupirs et les demandent aux vivants qui peuvent en tout lieu et à toute heure, leur en appliquer.

Le Seigneur daigna le faire connaître à Marie de Quito. Cette sainte fut ravie en extase, et elle vit au milieu d’une place, une table chargée de monceaux d’argent, d’or, de rubis, de perles et de diamants. En même temps une voix disait : « Ce trésor est public, chacun est libre de prendre tout ce qui lui convient. » Devant une pareille abondance nous sommes donc bien coupables si nous restons pauvres, et si nous ne pensons pas à enrichir les âmes nécessiteuses du purgatoire. Pour puiser sans mesure dans ce trésor, Dieu exige-t-il des jeûnes rigoureux, de longs pèlerinages, de grandes aumônes, des disciplines et autres sévères pénitences ?

Et quand même cela serait, il faudrait nous y résoudre, comme le disait un grand prédicateur, citant l’exemple d’un homme qui, dans l’incendie d’une église eut le courage de passer au milieu des flammes pour sauver quelques peintures de prix. Et nous, ne devrions-nous pas passer pour ainsi dire au milieu des flammes pour délivrer les images vivantes du Seigneur ?

Mais la bonté infinie de Dieu n’en demande pas tant, elle se contente d’oeuvres simples, courtes, faciles : d’un chapelet, d’une communion, d’une visite à un autel, d’une prière, d’une petite aumône, etc, pour délivrer des supplices du purgatoire ces âmes bénies qui tendent vers nous leurs mains suppliantes.

Citons encore un exemple. Sainte Madeleine de Pazzi avait dans son monastère de Florence, une religieuse d’éminente vertu. Elle l’assista avec la plus grande charité pendant le cours d’une maladie mortelle, et lui ferma elle-même les yeux. Quand le corps fut porté à l’église pour les funérailles, Madeleine se retira derrière la grille du chapitre, d’où elle pouvait apercevoir le cercueil, et se mit à prier avec ferveur pour sa chère défunte.

Elle fut à ce moment favorisée d’une vision, elle vit l’âme de la religieuse, plus belle que le soleil, s’élever au ciel comblée de délices : « Adieu, s’écria Madeleine aussitôt, adieu ma sœur, âme bienheureuse vous vous en allez au paradis, vous nous abandonnez dans cette vallée de larmes ! Oh ! Que votre gloire est grande ! Qui pourrait jamais exprimer votre beauté ! Qu’il a été court votre passage en purgatoire ; votre corps n’est pas encore dans sa dernière demeure et déjà votre âme entre dans la céleste patrie !

Vous voyez la vérité de ce que je vous disais : « que les souffrances de cette vie et les peines du purgatoire ne sont rien, comparées à la gloire que votre Époux vous réservait au paradis. »

En ce moment le Seigneur lui révéla que cette âme n’était restée que quinze heures dans le purgatoire, en vertu des indulgences dont on lui avait appliqué les mérites.

Après la cérémonie des funérailles, Madeleine sortie de son extase, répétait ces paroles : « Qu’elle est heureuse, l’âme qui a mérité d’être au ciel lorsque son corps n’est point encore dans la tombe ! »

(V. Chroniques des Frères Mineurs, 2ème part., liv.. II, ch, 30 ; Vie de sainte Madeleine de Pazzi, 1ère part. ch. 39.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf
Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Ven 16 Avr 2021 - 11:02


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Image_11

XXX MERVEILLE


Les saints invoqués pendant la vie, protègent après la mort.

Ad aliquem sanctorem convertere : ? est qui tibi respondeat : Tournez-vous vers quelqu’un des saints ; appelez pour qu’on vous réponde. (Job. V.)

Qu’elle est efficace, la protection des saints, pour les âmes souffrantes qui les ont servis avec dévotion pendant la vie ! La bienheureuse Jeanne de la Croix, religieuse de l’ordre séraphique, et fidèle épouse de Jésus-Christ, nous en donne une preuve.

Un éminent prélat après avoir pendant quelque temps aimé et vénéré cette sainte religieuse, n’eut plus pour elle que de la répugnance et du mépris, depuis un jour, où par une inspiration divine, elle lui avait fait une admonition charitable.

Cet ecclésiastique, oubliant les devoirs de sa profession, disait souvent des paroles répréhensibles, affectait une certaine fierté, et négligeait les âmes confiées à ses soins. Il mourut bientôt. A peine la pieuse vierge l’eut-elle appris, que, voulant rendre le bien pour le mal, elle s’appliqua à supplier la divine Miséricorde d’avoir pitié de cette âme si elle était en purgatoire.

Une nuit qu’elle priait avec plus de ferveur à cette intention, le prélat lui apparut tout en haillons, avec un visage difforme et repoussant. Sa bouche était bâillonnée, il ne pouvait articuler aucune parole, et rugissait comme le taureau blessé. On voyait sur son front et sur sa tête certaines taches, indices des péchés qu’il avait commis ; il était entouré des âmes que ses mauvais exemples avaient entraînées.

Par surcroît, une foule de démons lui faisaient endurer les supplices les plus humiliants. La bienheureuse Jeanne, à un tel spectacle, fut toute consternée, avec d’autant plus de raisons qu’elle ignorait si c’étaient les peines de l’enfer ou celles du purgatoire. Elle s’adressa à son ange gardien qui était présent, mais il lui répondit : « Dieu vous le révélera en temps utile. »

Elle persévéra donc à prier et à conjurer la divine Miséricorde d’avoir pitié de cet infortuné pour lequel elle espérait encore. Elle rappelait les bonnes œuvres qu’il avait faites pendant sa vie, et surtout sa dévotion envers un saint dont l’histoire ne nous a pas conservé le nom : « Seigneur, disait Jeanne, vous savez combien il aimait et vénérait son saint patron, quels hommages il lui rendait, avec quelle ardeur il recourait à sa protection ; il avait fait peindre son image afin de l’avoir toujours sous les yeux. O mon Dieu, permettez que le saint lui obtienne sa délivrance ! »

Ainsi Jeanne priait avec toute sa ferveur depuis quelques jours, lorsqu’elle vit tout-à-coup apparaître devant la porte de sa cellule, l’image du saint dont nous avons parlé. Puis suivant l’âme du prélat, mais non plus dans le même état d’abjection et de souffrance.

Après avoir salué la servante de Dieu, il lui dit : « Je suis celui pour lequel vous avez tant prié. Vos prières, et l’intercession du saint dont vous voyez ici l’image, ont obtenu que Dieu me traitât avec une plus grande miséricorde. Grâce à la bonté divine, cette image m’a protégé contre les assauts du démon, elle a adouci et abrégé mes tourments. J’espère que vous travaillerez encore à ma complète délivrance, ô servante du Seigneur, vous que j’ai affligée par mes imprudences et ma témérité. - Qu’il en soit ainsi, s’écria Jeanne, et que Dieu soit béni pour la consolation que me fait éprouver l’assurance de votre salut, moi qui fut si incertaine de votre sort lorsque je vous vis la première fois au milieu de tant de supplices. - Ah ! Répliqua le défunt, tout ce que vous avez vu ne peut pas vous donner une idée des tourments invisibles que j’endurais. »

Puis il demanda pardon à la sainte des injures qu’il lui avait faites, se recommanda à ses prières et disparut.
Jeanne continua à intercéder en sa faveur, elle le visita, le consola au purgatoire par l’intermédiaire de son ange, jusqu’au moment où elle sut par révélation, sa délivrance et son entrée au ciel.

La sainte abbesse raconta cette vision à ses religieuses, afin d’augmenter en elles la crainte du purgatoire, la dévotion aux saints, et le zèle pour les âmes souffrantes.

(V. Chroniques des Frères Mineurs par Cimarello. 4e p. liv. II, chap. 18 ; Triomphez des âmes, par Ségala, 2e p., ch. VII, n. 4.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Sam 17 Avr 2021 - 17:42


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Regina10

XXXI MERVEILLE


Reconnaissance des âmes envers leurs bienfaiteurs

Benè egistis, et reddidistis vicem beneficiis ejus. Vous avez bien agi en rendant le bien pour le bien. (Juges, IX, 16.)

Quand on ne rencontrerait plus dans les cœurs le sentiment de la gratitude, on serait sûr de le trouver dans les âmes du purgatoire. En voici une preuve touchante.

Il y avait en Bretagne un homme occupé des affaires du siècle, mais dont la vie était très religieuse. Parmi toutes ses vertus, on remarquait une grande charité envers les âmes souffrantes, pour lesquelles il priait, faisait des aumônes et autres bonnes œuvres ; surtout il ne passait jamais dans un cimetière sans s’y arrêter pour prier quelques instants.

Dieu fit connaître combien cette dévotion lui était agréable, et combien elle était utile et profitable aux âmes du purgatoire. Ce bon chrétien fut surpris par une maladie qui mit bientôt ses jours en péril ; il fit prier le curé de la paroisse de lui apporter le saint viatique qu’il avait le plus grand désir de recevoir dans ses souffrances, afin que cette céleste nourriture le fortifiât dans sa faiblesse, et le soutint contre les terreurs de la mort.

C’était au milieu de la nuit, et la distance était considérable. Le curé ne pouvant lui-même remplir cette obligation, on chargea son vicaire qui se rendit en toute hâte auprès du pauvre malade. Inspiré par la plus ardente charité, ce jeune prêtre console le moribond, lui administre le Pain du voyageur, et le recommande à Dieu pour le passage terrible de l’éternité.

Sa mission étant accomplie, le vicaire se remit en route. Mais voici qu’en arrivant au cimetière qui entoure l’église, il se sent arrêté par une force invisible, et il ne peut plus faire un pas. Étonné, il regarde autour de lui et aperçoit la porte de l’église grande ouverte, il était certain qu’elle avait été fermée. Pendant qu’il cherche à se rendre compte de ce fait si étrange, il entend sortir du sanctuaire une voix qui disait distinctement : « Ossements arides, écoutez la parole du Seigneur ; ô morts levez-vous ! (Ezéchiel, XXXVII), venez tous prier ensemble pour notre bienfaiteur qui vient de rendre son âme à Dieu ; la reconnaissance le demande : souvenez-vous de tout le bien qu’il vous a fait par ses bonnes œuvres ; souvenez-vous aussi qu’il ne passa jamais dans ce cimetière sans prier pour nous. »

Après ces paroles, le prêtre entendit un bruit étrange, semblable à un cliquetis d’os. Tout-à-coup, comme dans la vision d’Ezéchiel, tous les ossements renfermés dans ce champ de la mort, se mettent en marche vers l’église qui paraît tout illuminée. Le pauvre vicaire immobile de terreur, les vit entrer et se ranger en cercle dans le sanctuaire.

Là, tous, d’une voix harmonieuse et lugubre, ils chantèrent solennellement l’office de Requiem. Lorsque la cérémonie fut terminée, la voix mystérieuse qui avait convoqué les morts, leur commanda de retourner dans leurs sépulcres. Pendant le défilé du funèbre cortège, les lumières s’éteignirent peu à peu, et l’on entendit comme un bruit de squelettes qui s’entrechoquent ; puis tout rentra dans le silence et l’obscurité.

Le prêtre alors, put librement entrer dans l’église et y déposer le saint ciboire. Il courut raconter sa vision au curé qui en aurait peut-être douté, si en ce moment même, un messager n’était venu annoncer que le malade après avoir donné des signes de prédestination, s’était endormi dans le Seigneur, à l’heure même où se passait cette scène si extraordinaire.

Cet événement impressionna tellement le vicaire qu’il dit adieu au monde, et alla s’enfermer dans le monastère de Saint-Martin-de-Tours. Son éminente vertu lui mérita dans la suite d’être élu prieur. Il s’employa toute sa vie avec un zèle infatigable à soulager les âmes du purgatoire, zèle qu’il communiqua à ses religieux en leur parlant souvent de la reconnaissance de ces âmes bénies qui rendent à leurs bienfaiteurs grâces pour grâces, et miséricorde pour miséricorde.

(V. Alexis Segala, Triumph. Animarum, 2e p, ch. XXII, n. 1 ; P. Martin de Roa, de statu animarum, ch. XXI.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Dim 18 Avr 2021 - 17:22


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Flamme12

XXXII MERVEILLE


Celui qui souffre avec résignation dans ce monde ira droit au ciel.

Vsque in tempus sustinebit patiens, et postra redditio incenditatis : L’homme patient attendra la fin de ses maux jusqu’au temps destiné de Dieu pour les faire cesser, et après cela la joie lui sera rendue. (Eccli. I, 29.)

L’empereur Maurice fit preuve d’une rare prudence, lorsque interrogé miraculeusement par le Sauveur, s’il préférait expier ses crimes dans cette vie ou dans l’autre, il répondit sans hésiter : « Ici-bas, ô doux Jésus ! J’aime mieux souffrir ici-bas ! »

Un religieux de Saint-François n’eut pas la même sagesse. Affligé depuis longtemps d’une cruelle maladie, il était en proie à une sombre tristesse et se croyait à charge aux frères du couvent : aussi la mort lui paraissait préférable à la vie, et il demandait à Dieu de délivrer son âme de sa douloureuse prison.

« O mon Dieu, disait-il, ayez pitié de votre malheureux serviteur : je ne trouve de repos ni jour ni nuit, tant sont affreuses mes souffrances, elles augmentent sans cesse et je n’ai plus la force de les supporter. Si mes fautes me rendent indigne d’être délivré. Jetez, Seigneur, un regard sur les peines et les mérites de mes frères, qui se sacrifient autour de mon lit de douleur. Ayez pitié d’eux et de moi ! Si la mort seule doit mettre un terme à mes maux, je la recevrai comme une grâce de votre clémence infinie.

Ainsi parlait ce religieux, lorsqu’un ange descendit du ciel pour le fortifier et lui faire cette proposition : « Puisque vous vous fatiguez de souffrir, Dieu vous laisse la liberté de rester encore dans cette vie ou de la quitter immédiatement ; si vous choisissez le premier parti, vous aurez une cruelle maladie d’un an, après laquelle vous monterez tout droit au paradis ; mais si vous préférez mourir maintenant, vous aurez à subir trois jours de purgatoire, pour achever de vous purifier de vos fautes. Choisissez ce qui vous plaît le plus, votre sort est entre vos mains.

Le malade, ne pensant qu’à ses souffrances présentes, et non à celles qui l’attendaient dans l’autre vie, répondit aussitôt : « J’aime mieux mourir, et souffrir au purgatoire non seulement trois jours, mais autant qu’il plaira à Dieu car je ne pense pas y trouver des souffrances plus intolérables. - Eh bien, répondit l’ange, il sera fait comme vous le désirez ; vous mourrez aujourd’hui ; munissez-vous donc des sacrements de l’Église. » Le religieux se prépare à sa dernière heure, expire, et son âme est portée au purgatoire.

Un jour n’était pas entièrement écoulé, que le même ange vint le visiter, le consoler dans sa nouvelle épreuve ; il lui demanda si ses peines lui paraissaient moins pénibles que celles de la terre : « Hélas ! Répondit l’âme, combien j’ai été aveugle ! Mais vous ange de vérité, qui m’aviez parlé de trois jours ! Pourquoi me laisser en ce lieu si longtemps ? Que d’années se sont écoulées ! Et je n’aperçois rien qui annonce ma délivrance. Est-ce ainsi qu’on trompe une pauvre âme ? » Vous vous trompez vous-même, repartit l’ange, il y a vingt-quatre heures, à peine que vous êtes au purgatoire, et déjà vous déplorez votre triste sort ? Vous m’accusez de manquer à ma parole ? Ce n’est pas la longueur du temps, mais la rigueur des peines qui vous fait raisonner ainsi ; une heure vous paraît un siècle. Soyez donc certain qu’il n’y a pas encore un jour que vous souffrez ; votre corps n’a pas même reçu la sépulture. Cependant, si vous vous repentez de votre choix, Dieu vous accorde la grâce de retourner sur la terre pour y subir l’année de maladie qui vous était réservée. - Oui, s’écria l’âme avec joie, oui, j’accepte ce parti ! Que Dieu m’envoie une maladie plus douloureuse encore de deux, trois, quatre années, autant qu’il plaira à sa justice ; tout ce que je désire c’est qu’il me tire de ce lieu d’inconcevables douleurs.

L’ange alors, sans délai, reporta l’âme dans le corps qui se leva aussitôt de son cercueil, en présence de la communauté saisie d’étonnement et d’admiration. Le ressuscité raconta tout ce qui lui était arrivé ; l’expérience qu’il venait de faire, donna aux religieux une juste idée des supplices du purgatoire, et les convainquit de la nécessité d’une rigoureuse pénitence en ce monde, si l’on veut éviter les tourments réservés dans l’autre vie par la Justice divine, aux fautes mêmes les plus légères.

Pour lui, il supporta avec une admirable patience, les infirmités de sa maladie, et au bout de l’année, il rendit son âme à Dieu. L’ange, selon sa promesse, descendit de nouveau du ciel, et l’emporta en un instant dans les régions de l’éternelle félicité.

Cette histoire qu’on ne peut révoquer en doute, justifie les paroles de saint Augustin au sujet du purgatoire : « Un seul jour dans ce lieu d’expiation peut être comparé à mille ans de supplices terrestres. » Le même saint ajoute encore : « Le feu y est plus insupportable que tout ce qu’on peut endurer ici-bas. »

(V. Luc de Wadding, Ann. Minor., anno 1183, n. 9.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Lun 19 Avr 2021 - 10:52


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Scapul12

XXXIII MERVEILLE


Sainte usure de ceux qui appliquent leurs bonnes œuvres au soulagement des défunts.

Benefac justo, et imvenies retributionem magnam : Faites du bien au juste, et vous aurez une grande récompense. (Eccli. XII, 2.)

Je veux seulement rappeler ici combien de mérites, de prières, et de grâces peut acquérir celui qui offre ses bonnes œuvres pour racheter les âmes du purgatoire ; et les envoyer au ciel. On peut dire qu’il travaille à peupler le paradis ; qu’il s’y prépare des avocats, de puissants intercesseurs qui, en reconnaissance du bien qu’ils ont reçu, lui obtiendront du bonheur ici-bas, et les félicités de l’éternelle vie.

Les anges gardiens de ces âmes se trouvent obligés de le favoriser, parce qu’il ouvre vite les portes du ciel à leurs protégés ; les bienheureux le regardent avec des yeux pleins d’affection, parce qu’il a augmenté leur nombre.

Et la Mère de Dieu, avec quelle tendresse elle l’abrite sous son manteau pour avoir travaillé à la glorification de ces âmes qui ont coûté le sang de son divin Fils. Jésus-Christ lui-même, quelles bénédictions, quelles récompenses ne versera-t-il pas sur celui qui aura coopéré à son œuvre de Rédempteur ! Si vous voulez le comprendre, lisez :

Denis-le-Chartreux raconte dans un de ses ouvrages qu’une très pieuse vierge nommée Gertrude, faisait donation chaque matin aux âmes du purgatoire, du bénéfice spirituel qu’elle devait retirer de toutes ses bonnes œuvres de la journée. Bien plus, afin d’en mieux faire l’application selon le bon plaisir de Dieu, elle suppliait le Seigneur de lui faire connaître les âmes les plus souffrantes, les plus délaissées, et le Sauveur les lui révélait ordinairement.

Alors elle redoublait pour elles, d’oraisons, de jeûnes, de veilles, de mortifications, et ne cessait point qu’elle ne crût les avoir toutes délivrées. Souvent, ces âmes glorieuses lui apparaissaient pour la remercier et lui promettre leur reconnaissante protection.

Gertrude, arrivée à la vieillesse, encore plus chargée de mérites que d’années, et couchée sur son lit de mort, fut assaillie de tentations. La démon voyait avec rage qu’une pauvre fille avait délivré une multitude d’âmes dont les souffrances le réjouissaient : aussi, cet esprit de mensonge lui représentait les horribles et longs supplices que la Justice divine lui réservait dans l’autre monde, en expiation même de ses moindres fautes, attendu qu’elle avait prodigué inconsidérément aux âmes du purgatoire, la satisfaction de toutes les bonnes œuvres de sa vie.

Sainte Gertrude commença donc à gémir : « Oh ! Que je suis malheureuse ! Disait-elle, dans peu d’instants je dois mourir et rendre un compte exact de toute ma vie. Comment pourrai-je échapper aux graves supplices, dus à mes fautes, alors que j’ai appliqué aux défunts toutes mes bonnes œuvres ? Oh ! Quels tourments longs et affreux m’attendent ! Et je n’ai plus rien à offrir à Dieu pour apaiser sa justice ! »

Pendant qu’elle était en proie à cette angoisse, elle vit apparaître devant elle, Jésus son époux céleste, qui lui dit : « Quel est donc, ô Gertrude, le sujet de ta profonde tristesse ? Elle répondit : « Seigneur, je m’afflige parce que je vais mourir, sans aucun capital de bonnes œuvres pour acquitter ma dette, car je me suis dépouillée en faveur des âmes souffrantes. »

Alors le Sauveur lui souriant avec amour, la consola : « Ma fille Gertrude, lui dit-il, afin que tu saches combien m’a été agréable ta grande charité envers ces âmes, je te remets en ce moment même, sans exception, toutes les peines que tu aurais pu avoir à souffrir ; de plus, moi qui ai promis cent pour un à ceux qui auront accompli la loi de la charité, je veux te récompenser en augmentant ta gloire dans l’éternelle béatitude ; je veux encore que toutes les âmes délivrées par tes prières, viennent à ta rencontre et t’accompagnent avec de joyeuses actions de grâces, jusqu’au pied de mon trône.

Qui pourrait dépeindre la joie de la sainte, en entendant de la bouche même du souverain Juge, de si magnifiques promesses ! Je vous laisse à penser avec quelle ferveur cette charitable vierge offrit à Dieu jusqu’à son dernier soupir, tous les actes de sa vie mourante, en faveur des pauvres âmes.

(V, Denis-le-Chartreux, cité par P. Martin de Roa dans son livre De statu animarum, 20.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Lun 19 Avr 2021 - 11:05


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Sainte10

Notre Père de sainte Mechtilde pour les âmes du purgatoire


Alors que Sainte Mechtilde (Mathilde de Hackeborn) (1241-1298) priait pour les âmes du purgatoire, le Seigneur lui dit :

« Récite pour elles le « Notre Père » en union avec l'intention que j'eus en le tirant de mon Cœur pour l'enseigner aux hommes... Quiconque, par un sentiment de compassion ou de charité, intercède pour un mort, aura part à tout le bien qui s'accomplit dans l'Église pour ce défunt, et au jour où il sortira lui-même de ce monde, il trouvera ce bien déjà préparé pour le soulagement et le salut de son âme ».

Sainte Mechtilde voyait alors des légions d'âmes délivrées du Purgatoire, monter alors au Ciel lorsqu'elle récitait cette Prière.

Faisons de même, même si nous n'avons pas la grâce de les voir atteindre Le Ciel! Prions pour nos proches défunts comme pour ceux que nous ne connaissons pas, et pour qui personne ne prie jamais.


Notre père, qui es aux cieux…
Je t’en prie, ô Père céleste, pardonne aux âmes du purgatoire, car elles ne T’ont pas aimé ni rendu tout l’honneur qui t’est dû, à toi, leur Seigneur et Père, qui par pure grâce, les as adoptées comme tes enfants, mais elles, au contraire, t’ont, à cause de leurs péchés, chassé de leur cœur où tu voulais pourtant habiter.
En réparation de ces fautes, je t’offre l’amour et la vénération que ton Fils incarné t’a témoignés tout au long de sa vie terrestre, et je t’offre toutes les actions de pénitence et de satisfaction qu’il a accomplies et par lesquelles il a effacé et expié les péchés des hommes. Amen.

Que ton nom soit sanctifié…
Je te supplie, ô Père très bon, pardonne aux âmes du purgatoire, car elles n’ont pas toujours honoré dignement ton saint Nom, mais elles l’ont souvent prononcé en vain et elles se sont rendues indignes du nom de chrétien par leur vie de péchés.
En réparation de ces fautes qu’elles ont commises, je t’offre tout l’honneur que ton Fils bien-aimé a rendu à ton Nom, par ses paroles et par ses actes, tout au long de sa vie terrestre. Amen.

Que ton règne vienne…
Je t’en prie, Père très bon, pardonne aux âmes du purgatoire, car elles n’ont pas toujours recherché ni désiré ton Royaume avec assez de ferveur et d’application, ce Royaume qui est le seul lieu où règnent le véritable repos et l’éternelle paix.
En réparation de leur indifférence à faire le bien, je t’offre le très saint désir de ton divin Fils par lequel il souhaite ardemment qu’elles deviennent, elles aussi, héritières de son Royaume. Amen.

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel…
Je t’en prie, ô Père très bon, pardonne aux âmes du purgatoire, car elles n’ont pas toujours soumis leur volonté à la tienne, elles n’ont pas cherché à accomplir ta volonté en toute chose, et même elles ont souvent vécu et agi en ne faisant que leur propre volonté.
En réparation de leur désobéissance, je t’offre la parfaite conformité du cœur plein d’amour de ton divin Fils avec ta sainte volonté et la soumission la plus profonde qu’il te témoigna en t’obéissant jusqu’à sa mort sur la croix. Amen.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour…
Je t’en prie, ô Père très bon, pardonne aux âmes du purgatoire, car elles n’ont pas toujours reçu le sacrement de l’Eucharistie avec assez de désir, mais elles l’ont souvent reçu sans recueillement ni amour, ou même indignement, ou encore, elles ont même négligé de le recevoir.
En réparation de toutes ces fautes qu’elles ont commises, je t’offre l’éminente sainteté et le grand recueillement de Notre Seigneur Jésus-Christ, ton divin Fils, ainsi que l’ardent amour avec lequel il nous a fait cet incomparable don. Amen.

Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés…
Je t’en prie, ô Père très bon, pardonne aux âmes du purgatoire toutes les fautes dont elles se sont rendues coupables en succombant aux sept péchés capitaux, et aussi en n’ayant pas voulu aimer ni pardonner à leurs ennemis.
En réparation de tous ces péchés, je t’offre la prière pleine d’amour que ton divin Fils t’a adressée en faveur de ses ennemis lorsqu’il était sur la croix. Amen.

Et ne nous laisse pas entrer en tentation…
Je t’en prie, ô Père très bon, pardonne aux âmes du purgatoire, car trop souvent elles n’ont pas résisté aux tentations et aux passions, mais elles ont suivi l’ennemi de tout bien et se sont abandonnées aux convoitises de la chair.
En réparation de tous ces péchés aux multiples formes dont elles se sont rendues coupables, je t’offre la glorieuse victoire que Notre Seigneur Jésus-Christ a remportée sur le monde ainsi que sa vie très sainte, son travail et ses peines, sa souffrance et sa mort très cruelles. Amen.

Mais délivre nous du mal…
Et de tous les châtiments, en vertu des mérites de ton Fils bien-aimé, et conduis-nous, ainsi que les âmes du purgatoire, dans ton Royaume de gloire éternelle qui s’identifie à toi. Amen.



Sources: https://hozana.org/communaute/8607-la-priere-du-notre-pere-de-sainte-mechtilde-pour-les-ames

https://montligeon.org/priere-de-sainte-mechtilde/

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Mar 20 Avr 2021 - 15:58


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Inicio10

XXXIV MERVEILLE


Le sang de Jésus-Christ dans le saint sacrifice purifie et délivre les âmes.

Lavit nos a peccatis nostris in sanguine suo : Il nous a purifiés dans son sang. (Apocal. 1, 5.)

Nous avons démontré que parmi tous les suffrages qu’on peut offrir à Dieu en faveur des âmes du purgatoire, il n’en est point d’aussi précieux que l’immolation du Rédempteur dans le saint sacrifice de la messe. Outre que c’est la doctrine de l’Église, manifestée dans ses conciles, des faits miraculeux et authentiques prouvent cette vérité d’une manière admirable.

Il y avait dans l’université de Cologne, parmi les étudiants des hautes sciences, deux religieux Dominicains d’un talent distingué, dont l’un était le bienheureux Henri Suzon. La ressemblance des études, et plus encore, le même attrait pour la piété, les avait si étroitement unis, qu’ils se faisaient confidentiellement part des faveurs spirituelles qu’ils recevaient du ciel.

C’est ainsi que le bienheureux dévoila à son ami un secret qu’il avait tenu caché jusqu’alors. Un jour, qu’ils s’entretenaient ensemble des mystères de la vie du Sauveur, il lui fit voir le nom de Jésus qu’avec un stylet de fer, il s’était gravé au vif sur la poitrine, afin que ce nom sacré fût plus profondément imprimé dans son cœur.

Son ami en fut si étonné, si ému, qu’il toucha de ses mains ces glorieux caractères de chair, y appliqua ses lèvres, et les mouilla de ses larmes.

Quand ils eurent terminé leurs études, se voyant à la veille de se séparer pour retourner chacun à leur couvent, ils se promirent mutuellement, qu’à la mort de l’un deux, le survivant serait obligé de célébrer pour le défunt, pendant un an, deux messes chaque semaine : le lundi, une messe de Requiem, selon l’usage, et le vendredi, celle de la passion, autant que le permettraient les rubriques. Après cette promesse, ils se donnèrent le doux baiser de paix et se séparèrent.

Pendant plusieurs années, les deux religieux continuèrent à servir le Seigneur avec la plus édifiante piété. Ce fut le bon Père qui mourut le premier. Henri fut fort affligé de cette nouvelle. Quand à l’engagement qu’ils avaient pris ensemble, le temps le lui avait fait oublier ; néanmoins, il priait beaucoup, s’imposait des pénitences et d’autres bonnes œuvres pour cet ami dont le souvenir lui était toujours bien cher.

Un matin, qu’il méditait dans une chapelle, il vit tout-à-coup paraître devant lui son cher défunt qui, le regardant d’un air triste, lui reproche d’avoir été infidèle à sa parole, à la promesse sacrée d’un ami ! Le bienheureux cherche à s’excuser de son oubli involontaire, alléguant les prières, les pénitences, qu’il offrait continuellement à Dieu en sa faveur : « Oh ! Non mon frère ! Oh ! Non, reprit l’âme souffrante, tout cela ne me suffit pas, c’est le sang de Jésus-Christ, offert dans le saint sacrifice à la Justice divine, qu’il faut pour éteindre les flammes dont je suis consumé. Je vous demande les messes, toutes les messes promises ; me refuseriez-vous cette justice ? Henri se hâta de répondre qu’il dirait les messes, qu’il en dirait encore plus qu’il n’en avait promis.

Sans délai, et pendant plusieurs jours, tous les religieux s’unirent à lui et offrirent le précieux sang du Sauveur pour la délivrance de cette chère âme.

Le défunt revint bientôt après, mais cette fois, le front brillant de joie et environné d’une vive et pure lumière. Il rendit d’affectueuses actions de grâces à son bienfaiteur, baisa une dernière fois cette poitrine marquée du nom de Jésus, et s’éleva triomphalement dans le ciel pour y contempler à jamais celui qu’il avait adoré sous les voiles eucharistiques, et dont le sang venait de lui ouvrir les portes éternelles.

(V. Ferdinand de Castille, Illistor. S. Dominici. 2e p., I. 2, c. 1.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Mer 21 Avr 2021 - 16:26


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Saint_60

XXXV MERVEILLE


Il vaut mieux mourir avec la certitude d’aller en purgatoire que de vivre en danger de pécher.

Elegurunt magis mori quam infringere leyem Dei : Ils ont mieux aimé mourir que de violer la loi de Dieu. (I Mach. I, 63.)

Le fait que nous allons rapporter ici démontrera combien il est préférable de souffrir dans le purgatoire, plutôt que de vivre ici-bas en danger d’offenser Dieu. Il confirmera de plus l’admirable doctrine catholique sur les flammes expiatoires et sur l’efficacité des prières pour les morts, car le miracle a eu pour témoin une ville tout entière.

Saint Stanislas, évêque de Cracovie, avait acheté une terre pour agrandir les possessions de son église, il l’avait payée intégralement en présence de témoins, mais sans exiger de reçu. Le vendeur était mort depuis trois ans, lorsque ses héritiers, voyant que le roi Boleslas, prince injuste et cruel, était fort irrité contre l’évêque qui le reprenait de sa conduite scandaleuse, résolurent de profiter de cette occasion.

Ils intentèrent un procès au saint, l’accusant de s’être emparé injustement d’une propriété qui leur appartenait. Le roi admit très volontiers la cause, et comme le saint n’avait aucune preuve écrite, et que les témoins n’osaient pas parler, dans la crainte de déplaire au roi, il fut condamné à restituer la propriété.

Alors, Stanislas déclara que, ne pouvant obtenir justice des vivants, il s’adresserait aux morts. Il demanda un délai de trois jours afin de produire comme témoin, le vendeur lui-même qu’on savait mort depuis longtemps. Les juges se moquèrent d’une pareille réclamation qui leur parut l’acte d’un fou ; cependant ils y firent droit, dans le malin espoir de faire passer le saint aux yeux de tous comme un fanfaron, et de le voir ensuite accablé de huées et de sarcasmes.

L’évêque rentré dans son palais, rassemble tous ses prêtres et passe avec eux trois jours et trois nuits dans le jeûne, les veilles et la prière, afin d’obtenir de Dieu le triomphe de sa cause. Le troisième jour il célébra solennellement le saint sacrifice à cette intention ; ensuite revêtu des habits pontificaux, accompagné de son clergé et d’une foule de peuple, il se rendit processionnellement au cimetière.

Arrivé près de la tombe où Pierre était enseveli depuis si longtemps, le saint ordonna d’ôter la pierre sépulcrale, et de creuser jusqu’au cadavre ; ce n’était plus que des ossements arides. Alors l’évêque s’agenouille, lève au ciel des yeux remplis de larmes, prie pour l’âme du défunt et supplie le Seigneur de confondre l’imposture et l’iniquité ; puis, touchant de son bâton pastoral ces restes inanimés, il leur dit comme autrefois le prophète Ezéchiel : « Ossements desséchés, écoutez la parole du Seigneur. »

Et il commanda à ce mort, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, de se lever et de venir avec lui rendre témoignage à la vérité. O miracle ! Aussitôt les os s’agitent, la poussière se change en chair, le mort se dresse sur ses pieds, sort du sépulcre, s’avance au-devant du saint évêque qui le conduit d’abord à l’église pour remercier Dieu, ensuite au tribunal pour rendre témoignage à la vérité.

Le roi s’y trouve précisément, environné des grands et de tous les magistrats. On lui annonce que Stanislas vient processionnellement avec son clergé et Pierre ressuscité. Le prince n’en veut rien croire. Mais voici que le prélat entre dans la salle, s’avance en face du trône et parle au roi en ces termes : « Sire, voilà l’homme qui m’a vendu cette propriété, le voilà plein de vie, interrogez-le, il vous dira lui-même si j’ai réellement payé le bien qu’il m’a vendu pour mon église ; l’homme est connu, son sépulcre est ouvert, Dieu l’a ressuscité pour confirmer la vérité ; sa disposition vaudra donc plus que la négation des autres témoins, et que toutes les écritures possibles. »

Pierre alors, d’une voix forte et distincte, atteste qu’il a reçu le prix entier de la terre vendue, et que ses trois neveux, Pierre, Jacques et Stanislas, n’ont aucun droit de la réclamer ; puis se tournant vers ceux-ci, il les menace d’une mort malheureuse, et leur annonce qu’ils comparaîtront bientôt devant le tribunal de l’éternel Juge, s’ils ne se désistent de leur inique prétention.

Toute l’assistance, les héritiers, les juges et le roi restèrent atterrés et confondus à ces paroles ; ils n’osèrent répliquer un seul mot, et le monarque fut forcé de rendre une nouvelle sentence en faveur de l’évêque.

Après ce glorieux triomphe de la justice, Stanislas dit au ressuscité que, s’il désirait vivre encore quelques années, il lui obtiendrait cette grâce ; mais celui-ci répondit qu’il préférait rentrer dans son sépulcre, et mourir une seconde fois plutôt que de rester dans une vie si misérable et si périlleuse ; il assura néanmoins qu’il était encore dans le purgatoire, et qu’il lui restait quelque temps à souffrir pour se purifier de ses fautes ; mais que dans l’assurance où il était de son salut, il aimait mieux endurer les cruels supplices auxquels il allait être rendu, que de s’exposer ici-bas à offenser Dieu et à perdre son âme.

Il ajouta que l’unique grâce qu’il désirait de lui, c’était qu’il suppliât la divine Miséricorde d’abréger le temps de son triste exil, et de le recevoir bientôt au nombre des élus. L’évêque le lui promit, puis l’accompagna au cimetière avec son clergé et une foule innombrable.

Arrivé près de sa tombe, il récite pour lui les prières de la recommandation de l’âme et des funérailles. Ensuite Pierre se recommande aux prières de tous les assistants, descend dans son sépulcre, et s’y couche pour ne se relever qu’au grand jour de la résurrection. A l’instant, ses os se séparent, sa chair redevient poussière ; il était mort pour vivre éternellement avec Dieu. C’est une pieuse croyance dans le pays, que saint Stanislas obtint promptement la délivrance de cette âme.

Puissent ces dernières paroles du ressuscité, nous inspirer une sainte défiance de nous-mêmes. Ah ! Si une âme qui a déjà comparu devant le Tribunal suprême, à qui Dieu a donné une connaissance parfaite de l’horreur et de l’enfer, de la félicité des cieux, et que le purgatoire a purifié durant trois années, redoute encore les séductions de la vie, que ne devons-nous pas craindre, nous pauvres passagers, sans expérience, au milieu de tous les dangers qui nous environnent.

Armons-nous donc du bouclier de la prière et de la vigilance, et ne disons pas : « Le ciel est à nous », avant de l’avoir conquis.

(Laurent Surius, Vies des saints et de plus les Acta Sanctorum des Bollandistes, 7 mai, Vie de Saint Stanilas.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Ven 23 Avr 2021 - 16:40


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Tumblr11

XXXVI MERVEILLE


Les justes eux-mêmes ne sont pas irrépréhensibles devant la justice de Dieu.

Non justificabitur in conspectu tuo omnis vivens : Aucun homme n’est juste devant vous (Ps. CXLII, 2.)

Le Livre de l’Ecclésiastique compare le juste au soleil : « Il brille comme le soleil, » dit-il. Mais dans cet astre si radieux on découvre des taches, et dans les plus grands saints, Dieu découvre des imperfections. Quel l’homme si parfait, qui, ayant toujours les yeux élevés vers le ciel, ne touche en même temps la terre de ses pieds ? Et de même que l’or est jeté dans le creuset pour être purifié, de même, le juste sera jeté dans les flammes du purgatoire afin de devenir complètement pur.

Dans le couvent des Frères-Mineurs de Paris, mourut un religieux que son éminente piété avait fait surnommer l’Angélique ; et c’était vraiment un ange de perfection dans une chair mortelle.

Il y avait parmi ses confrères, un professeur de Théologie, lequel n’avait pas rempli à son égard, la règle commune de dire trois messes pour chaque religieux qui mourait dans le couvent. Ce n’était pas qu’il ignorât cette obligation, mais il lui semblait inutile d’intercéder pour une âme dont la vie avait été si édifiante, et qu’il croyait déjà élevée au plus haut degré de la gloire.

Mais au matin, qu’il se promenait dans les allées du jardin, tout absorbé dans ses méditations théologiques, il vit apparaître le défunt qui lui dit d’un ton attendrissant : « Bon maître, de grâce, ayez pitié de moi. »

Surpris de cette apparition et de cette demande, il répondit : « Âme sainte, quel besoin avez-vous de mon secours ? - Je suis retenu dans les flammes du purgatoire, reprit le défunt, parce que vous avez négligé de célébrer les trois messes de règle : si vous remplissez votre obligation, immédiatement, je serai délivré et introduit dans la Jérusalem céleste.

Ah ! Répondit le religieux, je l’aurais fait avec bonheur, si j’avais pu penser que ces messes vous fussent nécessaires mais en songeant à la vie si sainte que vous avez menée au milieu de nous, je croyais que vous étiez depuis votre mort en possession de la gloire éternelle. N’avez-vous pas observé toutes les rigueurs de la règle ?

Les jeûnes fréquents, la pauvreté parfaite, l’exactitude à assister au chœur le jour et la nuit ? Y avait-il un seul point auquel vous ne fussiez scrupuleusement fidèle ? À tout cela, n’avez-vous pas ajouté de nouveaux jeûne, de nouvelles veilles, et plusieurs autres mortifications ? Comment aurai-je pu me persuader que toutes ces saintes œuvres n’étaient pas plus que suffisantes pour effacer les tâches de votre âme, si toutefois il lui en restait encore !

« Hélas, dit le défunt, personne ne croit, personne ne comprend avec quelle sévérité Dieu juge et punit sa créature. Les cieux mêmes ne sont pas exempts d’imperfections devant lui. (Job XV, 15.)
L’inexorable Justice veut que la plus petite faute soit expiée dans le purgatoire ; elle veut qu’on lui rende jusqu’au dernier denier. (Math. V.) Si avec toute votre science vous aviez compris la sainteté de Dieu et sa justice vous n’auriez jamais pensé que je n’avais pas besoin de secours. »

Dès que l’âme eut disparu, le théologien courut à la sacristie pour revêtir les ornements sacerdotaux, et célébra pendant trois jours le saint sacrifice avec une ferveur extraordinaire pour la délivrance du défunt. Le troisième jour, il lui fut révélé que cette âme sainte s’envolait au ciel.

Cette vision fit sur le religieux une impression profonde : dès lors il mit plus de soin à perfectionner chacune de ses actions, et demeura convaincu que la pratique de la perfection est plus nécessaire au salut que les hautes spéculations de la science.

(V. Fr. Marc, Chronique des Frères-Mineurs, 2e part. Liv. IV, ch. 7.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Sam 24 Avr 2021 - 17:27


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purgat96

XXXVII MERVEILLE


On ne sort du purgatoire qu’après une expiation complète.

Non exies inde, reddas novissimum quadratem : Vous ne sortirez point de là sans avoir acquitté jusqu’à la dernière obole. (Matth. V. 26.)

Il ne faut pas croire qu’il n’y ait que les grandes fautes déjà remises par la pénitence qui méritent les peines du purgatoire, car les moindres imperfections seront purifiées par le feu, selon la parole de Malachie : « Le Seigneur purifiera les enfants de Lévi, c’est-à-dire les justes, et il les passera au creuset comme l’or. »

Nous en lisons un exemple dans la vie de saint Séverin, archevêque de Cologne. Ce prélat était parvenu à une sainteté éminente, et le don des miracles dont il fut investi, l’avait rendu l’objet de l’admiration des peuples.

Peu de temps après sa mort, il apparut à un chanoine de sa cathédrale, un jour que ce prêtre traversait un petit bras du Rhin. Étonné de voir le saint archevêque sous l’aspect de la souffrance, il lui demanda ce qu’il faisait dans ce lieu, et pourquoi la couronne de gloire ne ceignait pas encore son front : « Si vous désirez le savoir, répondit le défunt, donnez-moi votre main. »

Et, lui prenant la main droite, il la plongea légèrement dans l’élément mystérieux qui le consumait. O prodige ! Cette main quoique retirée aussitôt, fut brûlée si profondément, que les chairs s’en allaient en lambeaux et les articulations étaient presque disjointes.

Le chanoine, dont l’étonnement égalait la souffrance, s’écria : « O Père saint, vous dont les vertus furent si parfaites, vous dont le nom glorieux est l’objet de notre vénération, comment êtes-vous condamné à une aussi horrible peine ?

« Je souffre, répondit l’évêque, pour avoir récité trop à la hâte, et d’une manière distraite, les heures canoniales. Les affaires dont je m’étais laissé surcharger à la cour de l’empereur ont été la cause de ces manquements. Oui, c’est pour ces fautes que j’endure cette ardeur dévorante dont je vous ai donné une faible idée. Mais je compatis à votre souffrance ; prions humblement tous les deux la divine Clémence de rétablir votre main dans son premier état. »

La prière était à peine achevée, que le chanoine fut parfaitement guéri. « Maintenant que vous êtes libre, ajouta l’évêque, songez à ma délivrance ; allez trouver les prêtres de mon Eglise de Cologne et les autres personnes connues par leur piété sincère ; suppliez-les de présenter à Dieu pour moi de ferventes supplications, de distribuer des aumônes, ah ! Surtout qu’on célèbre le saint sacrifice ! Si l’on exerce envers moi ces œuvres de charité, je serai délié de mes chaînes, et j’irai rejoindre les bienheureux du ciel.

Une peine non moins rigoureuse fut infligée à Durand, abbé d’un monastère, puis évêque de Toulouse.

Alors qu’il n’était que simple moine, il lui arrivait souvent, bien qu’il fut sincèrement vertueux, de dire des paroles trop facétieuses et trop mondaines, qui répandaient l’esprit de dissipation dans le monastère.

Hugues, son abbé, lui fit à ce sujet de justes admonitions, lui rappelant que les lèvres d’un prêtre doivent être prudentes selon ces paroles de l’Ecriture : « Les lèvres du prêtre seront les dépositaires de la science ; et c’est de sa bouche que l’on recherchera la connaissance de la loi. »

Il l’avertit même que Dieu le châtierait sévèrement dans le purgatoire, s’il ne se corrigeait pas. Mais Durand ne sut pas triompher de ce défaut, et lorsqu’il fut élevé à l’épiscopat, bien des fois encore, on lui entendit faire des plaisanteries burlesques, et d’autant plus déplacées qu’elles sortaient de la bouche d’un évêque.

Ce prélat étant venu à mourir, se fit voir au Père Séguin, son intime ami. Il avait la bouche tout ulcérée et la langue en feu. D’une voix gémissante, il le conjura d’aller supplier l’abbé dont il avait négligé les sages avis, de vouloir bien le secourir par ses suffrages.

Au récit de cette apparition, Hugues, ému d’une pitié toute paternelle, convoque ses religieux, raconte la vision et leur enjoint de garder pendant toute une semaine un silence perpétuel, afin d’apporter un remède aux cuisantes douleurs que le défunt endurait pour son excès de loquacité, guérissant ainsi les contraires par les contraires.

Mais il arriva qu’un des moines parla un peu, et le prélat apparut de nouveau, se plaignant avec amertume de cette infraction. Il fallut donc recommencer une autre semaine de silence et de prières. Au bout de ce temps, le défunt apparut encore à l’abbé ; mais cette fois revêtu des vêtements pontificaux et tout rayonnant de joie et de splendeur. Il rendit d’affectueuses actions de grâces au monastère qui l’avait si charitablement secouru, puis il s’éleva vers les cieux pour glorifier à jamais la divine Miséricorde.

(V. Vincent de Beauvais, Specul. Hist., liv. XXVI. ch. 5 ; Alexandre Ségala, Triumph. Animarum, 2e part. ch. 17.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Dim 25 Avr 2021 - 15:51


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purgat97

XXXVIII MERVEILLE


La dévotion du Saint Rosaire renferme de précieux avantages.

Quasi rosa plantata super rivos aquaruin, fructificate : Fructifiez comme le rosier planté au bord des eaux. (Eccli. XXXIX, 17.)

Ce que Pline dit de la rose, qu’elle a reçu de la nature non seulement le privilège de nous charmer par sa beauté et ses parfums, mais encore de nous guérir, peut s’appliquer à la dévotion du rosaire, car en même temps qu’elle réjouit les âmes vouées au culte de Marie elle leur procure des grâces abondantes. En voici une preuve admirable :

Dans le royaume d’Aragon, une jeune fille de haute naissance, vivement impressionnée par les prédications de Saint Dominique, s’était fait recevoir de la confrérie du Rosaire. Mais, tout adonnée aux vanités du monde, elle oubliait souvent la récitation de son chapelet, préférant passer des heures entières devant son miroir, plutôt que de prier. Son extraordinaire beauté lui attira une foule de prétendants de la première noblesse.

Le désir de l’obtenir pour épouse, suscita parmi ces jeunes gens de grandes rivalités. Deux surtout, de familles illustres, se signalèrent par leur jalousie et leurs contestations. Ils en virent même à se défier en duel.

Au jour marqué, les deux champions bardés de fer et armés, chacun d’une longue lance, entrèrent en lice, en présence de la jeune fille qui devait elle-même, comme dans un tournoi, proclamer le vainqueur. Au signal donné, ils fondirent l’un sur l’autre avec tant de fureur qu’ils tombèrent tous deux blessés mortellement. Quelques minutes après ils étaient entrés dans leur éternité…

Lorsque les parents des jeunes seigneurs apprirent cette triste nouvelle, leur douleur et leur indignation furent si grandes, que, oubliant les lois divines et humaines, ils se saisirent de la malheureuse Alexandra et la frappèrent jusqu’à la laisser expirante. Baignée dans son sang, l’infortunée demanda grâce, et supplia de la laisser au moins se confesser avant de mourir.

Cette demande qui aurait dû exciter leur pitié, enflamma encore leur courroux ; ces forcenés se précipitèrent sur elle et lui tranchèrent la tête d’un coup de sabre. Puis, pour cacher leur crime aux yeux de la justice, ils jetèrent le cadavre de leur victime dans un puits profond.

Mais la mère de miséricorde qui n’avait pas oublié les quelques hommages que lui avait rendus la malheureuse Alexandra, révéla l’horrible événement à saint Dominique qui demeurait dans une autre ville. Le saint, malgré son zèle et sa compassion, ne put se rendre où la Sainte Vierge l’appelait qu’au bout de quelques jours.

Arrivé au bord du puits, le serviteur de Dieu dit d’une voix forte : « Alexandra ! Alexandra ! » O prodige ! A cet appel, la tête décapitée, et encore toute sanglante, s’élève du puits avec le buste auquel elle s’unit. Alexandra ressuscitée, se jette aux pieds du saint et lui demande la confession. Saint Dominique reçoit l’aveu de ses fautes ; l’absout et lui donne la sainte communion. Elle lui rendit d’affectueuses actions de grâces de ce qu’il l’avait reçue du Rosaire qui lui avait obtenu de la Reine des cieux de si grands bienfaits.

L’heureuse ressuscitée vécut encore deux jours qu’elle consacra, soit à dire les chapelets qui lui avaient été donnés pour pénitence, soit à recommander la dévotion du Rosaire à la foule immense accourue pour la voir.

Interrogée par le saint patriarche sur ce qui lui était arrivé après sa mort, elle raconta trois choses mémorables. La première, que par les mérites de la confrérie du Rosaire, elle avait eu au moment d’expirer, la grâce de la contrition, sans laquelle elle eût été damnée ; la seconde, qu’au moment où on lui tranchait la tête, elle s’était trouvée assaillie par une troupe de démons qui voulaient l’entraîner dans l’abîme, mais que la Sainte Vierge était accourue pour la défendre, et la délivrer ; la troisième, qu’elle était condamnée à deux cents ans de purgatoire pour avoir causé la mort des deux jeunes gens ; en outre, qu’en expiation de sa vanité et de ses parures immodestes, qui avaient été pour beaucoup une occasion de péché, elle avait à endurer cinq cents autres années de purgatoire ; mais qu’elle espérait que par les mérites et l’intercession des membres de la confrérie, elle serait promptement délivrée.

Lorsque Alexandra eut achevé son récit, elle s’endormit paisiblement dans le Seigneur, et on lui fit des funérailles solennelles. Saint Dominique et tous les confrères, offrirent à Dieu tant d’oraisons, de pénitences et d’aumônes pour délivrer cette âme, que bientôt, on obtint la grâce demandée.

Quinze jours s’étaient écoulés, lorsque tout-à-coup le saint patriarche vit apparaître la défunte plus resplendissante que l’étoile matinière. Elle supplia saint Dominique de rendre de cordials remerciements à ses bienfaiteurs ; puis elle ajouta qu’elle venait, ambassadrice des âmes du purgatoire, le prier qu’il prêchât et étendit la dévotion du Rosaire ; que, spécialement, il exhortât les confrères à appliquer à ces âmes leurs bonnes œuvres et les riches indulgences qu’ils possédaient, promettant qu’elles aussi dans le ciel, leur obtiendraient mille bénédictions.

Les anges, ajouta-t-elle se réjouissent de la dévotion du Rosaire, et leur glorieuse Reine se déclare la bienfaisante mère de tous ceux qui l’honorent par la récitation de cette prière. Puis, cette âme bienheureuse s’envola au séjour des éternelles félicités.

(V. Alain Durocher (De Rupe), Psalterium, 5e p., ch. 52 ; Eusèbe Niéremberg, Trophae, Marian., liv. IV. ch. 29.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Lun 26 Avr 2021 - 20:45


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purgat98

XXXIX MERVEILLE


Une fontaine changée en feu.

Transivimus per ignem et aquam, et eduxisti nos in refrigerium : Nous avons passé par l’eau et par le feu, et vous nous avez conduits au lieu du rafraîchissement. (Ps. LXV, 12.)

Autrefois, le Seigneur pour récompenser la fidélité des trois enfants de Babylone, changea en une douce rosée les flammes de la fournaise. Et de nos jours, par un prodige tout opposé, il convertit une fontaine fraîche et limpide en une véritable fournaise, pour punir une infidélité qui avait blessé son divin cœur.

On lit dans la vie des hommes illustres de l’ordre des Cisterciens, qu’un abbé d’une éminente piété portait néanmoins une affection trop partiale à un neveu qu’il avait élevé lui-même dans le monastère, et formé de bonne heure à l’observance de la règle.

Après un long gouvernement, comme il touchait au terme de sa vie, les moines qui l’aimaient à cause de ses bonnes qualités, lui laissèrent le choix d’un successeur. L’abbé, qui tant de fois avait donné des preuves de sa prudence et de son désintéressement, écouta dans cette circonstance la voix de la nature, et nomma son neveu qui était tout jeune encore, mais cependant, mûr en vertus.

Puis le bon vieillard passa à l’autre vie, et Dieu l’envoya en purgatoire expier son amitié trop humaine.

Pendant sa vie, il avait l’habitude de prendre sa récréation dans un jardin fleuri, plein d’ombre et de fraîcheur, où coulait une source limpide. C’était là surtout qu’il aimait à se reposer de ses longues fatigues, et des soucis qu’entraîne après soi le gouvernement d’une abbaye.

Le neveu, à l’imitation de son oncle, visitait souvent cette douce retraite. Un jour, qu’il était assis auprès de la fontaine, il en entendit sortir une voix plaintive qui disait : « Hélas ! Hélas ! » Le jeune abbé troublé abord, reprit courage, et conjura cet être mystérieux qui gémissait, de se manifester. Un profond soupir se fit entendre, et la même voix dit encore « Hélas ! Je suis l’âme de l’ancien abbé, votre oncle ; un feu dévorant me consume dans le sein de l’onde même. Le juste Juge en a ordonné ainsi, pour me punir de n’avoir écouté que mon cœur, dans l’élection de mon successeur. »

Cette vision remplit de tristesse l’âme du jeune abbé, et immédiatement, il renonça à la supériorité pour mener une vie cachée en Dieu. Il passait ses jours, dans l’exercice de la pénitence et de l’oraison, afin de délivrer son oncle châtié à cause de lui. Il ne cessa d’offrir des suffrages, que lorsqu’il eut acquis la certitude que l’âme du défunt était entrée dans l’éternel repos.

(V. le fr. Alexis Ségala, Triumph. Animarum, 2e part., ch. 16, ex. 3 ; le P. Martin de Roa, De Statu animarum, ch. 4.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Mar 27 Avr 2021 - 20:26


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purgat38

XL MERVEILLE


Les âmes du purgatoire protègent leurs bienfaiteurs.

Repulsi sunt inimici ejus prae timore ejus : Ses ennemis ont été repoussés par la crainte qu’il leur inspirait. (I Mach. III, 6.)

Dans l’ancienne loi, le vaillant Judas Machabée mérita par sa confiance en Dieu d’avoir l’armée du ciel pour le défendre contre ses ennemis. Pareillement dans la loi nouvelle, bien des fois, des défenseurs invisibles ont protégé les faibles contre les attaques de l’ennemi. En voici un exemple.

Il y avait un soldat plein de vaillance et de vertus, qui se fiait plus dans la force de Dieu que dans celle de ses armes. Son confiance lui valut d’avoir les âmes du purgatoire pour protectrices. Parmi ses œuvres de piété, il s’était fait une loi de ne jamais passer par un cimetière ou devant une église sans s’arrêter quelques instants à prier pour les morts qui y reposaient.

Or, un jour qu’il se promenait seul et sans armes, il fut observé par des ennemis qui l’épiaient pour lui ôter la vie. Le bon soldat, dans le péril qui le menace, s’enfuit à toute vitesse, et rencontrant un cimetière sur sa route, il le traverse sans savoir seulement dans quel lieu il se trouve ; mais s’apercevant tout-à-coup qu’il est dans la demeure des morts, le voilà dans une grande perplexité : fuira-t-il ? Ou s’arrêtera-t-il pour prier ? Sa piété l’emporte sur la crainte, et il dit dans son cœur : « Que je perde la vie plutôt que de manquer à ma résolution de soulager les âmes. Le Dieu Tout-Puissant pourra bien me faire un bouclier contre les armes de mes enragés ennemis. »

Et il se mit à genoux pour réciter un De profundis. Ceux qui le poursuivaient, entrèrent dans le cimetière ; déjà leurs épées étaient levées, pour le frapper mais le voyant cloué comme une statue, ils s’imaginèrent que la crainte de la mort lui avait comme enlevé l’usage des sens, et ils se regardaient l’un l’autre. Enfin ils allaient le tuer.

Mais quel ne fut pas leur effroi, de le voir entouré tout-à-coup d’un essaim d’hommes armés ! Contraints d’abandonner leur projet homicide, les assassins, tremblant pour leur propre vie, s’enfuirent à toutes jambes. Par une permission du Ciel, le pieux soldat ne s’était aperçu ni du secours ni du péril. Lorsqu’il eut achevé sa prière, il leva les yeux, et ne voyant personne, il se remit en route en bénissant Dieu.

Quelque temps après, des amis communs ménagèrent une réconciliation. Lorsque la paix fut faite, les deux anciens ennemis demandèrent au pieux soldat quelle cause l’avait rendu immobile dans le cimetière lorsque les épées se levaient contre lui, et quelle était cette troupe d’hommes armés qui, soudain l’avait environné. Les questions et les réponses mutuelles firent connaître que les âmes du purgatoire étaient intervenues.

Le bruit de cet admirable événement se répandit dans tout le pays ; il excita dans bien des coeurs, dit l’historien, un zèle ardent en faveur des âmes souffrantes, toujours si promptes à secourir ceux qui les soulagent par leurs bonnes œuvres.

(V. Alex. Ségala, Triumph. Animarum, 2e P., Historia viorum illuster. Cisterciens, ex. 4.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Mer 28 Avr 2021 - 16:43


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purgat99

XLI MERVEILLE


Œuvres d’insignes charité envers les âmes du purgatoire.

Charitas patiens est, benigna est ; omnia sustinet : La charité est patiente, elle est bienveillante, elle endure tout. (I Cor. XIII.)

La véritable charité est tout esprit, tout industrie, pour trouver les moyens de subvenir à l’indigence du prochain, spécialement à celle des âmes souffrantes.

Nous en voyons un bel exemple dans la grande servante de Dieu, sœur Marie Villani, de l’ordre de Saint-Dominique. Elle s’étudiait nuit et jour à inventer des œuvres satisfactoires pour le soulagement des défunts.

Dans cette intention, une veille d’Epiphanie, elle s’était adonnée à de plus grandes oraisons, et avait offert à Dieu les cruels tourments de la passion du Sauveur, méditant sur chaque détail, chaque douleur, chaque instrument. La nuit suivante, Jésus lui fit connaître combien cette méditation lui avait été agréable.

Pendant son oraison, elle tomba en extase et vit une longue procession de personnes vêtues de manteaux splendides, d’une éclatante blancheur, chacune portait un insigne de la passion : celle-ci, les cordes ; celle-là, les fouets ; une troisième, la colonne ; d’autres enfin les épines, la croix, les clous, la lance. Une vierge portant une palme, précédait le cortège.

On s’arrêta devant un autel magnifique. Là, toutes déposèrent leurs emblèmes de douleur, et reçurent en échange, des mains d’un roi, une riche couronne d’or, et chaque personne venait, rayonnante de joie, remercier la vierge qui les avait accompagnées. Cette vision lui fut expliquée.

Ces personnages mystérieux étaient les âmes du purgatoire ; les signes sacrés qu’elles portaient, signifiaient qu’elles avaient été délivrées de leurs peines par les mérites de la divine Passion ; cette vierge qui les précédait, tenant une palme à la main, c’était Marie Villani elle-même dont les suffrages avaient procuré aux âmes souffrantes leur délivrance et la couronne de gloire.

Le jour de la fête des morts, on lui ordonna de continuer la composition d’un ouvrage qu’elle avait entrepris sous le titre De tribus divinis flammis ; elle s’en excusa parce qu’elle désirait passer tout ce jour en oraisons, pénitences et autres bonnes œuvres pour le soulagement des âmes du purgatoire.

Mais le Sauveur lui apparut et lui ordonna d’écrire, et pour l’encourager, il lui promit de délivrer autant d’âmes qu’elle écrirait de lignes dans le courant du jour. La charitable religieuse, enchantée de cette libérale promesse, se mit au travail, avec une admirable ardeur.

Le démon, jaloux du bonheur qu’elle procurait aux âmes, mit tout en œuvre pour interrompre son travail ; il alla même jusqu’à se transformer en oiseau noir et difforme, essayant de la fatiguer par un vol continuel : tantôt il s’efforçait de la frapper avec ses ailes, tantôt il se lançait sur son visage. Mais la sainte religieuse connaissant que c’était l’esprit malin, s’en moqua, et écrivit encore avec plus de vitesse, tellement, qu’à la fin de la journée, son ouvrage était terminé.

Mais pendant quatre jours elle fut prise de douleurs violentes, et ne put pas même remuer un seul doigt de la main : on aurait dit qu’une partie des tourments dont elle avait délivré les âmes, lui avait été réservée pour satisfaire à la divine Justice.

Sa grande charité ne connaissait pas de bornes, aussi passa-t-elle outre, au point de vouloir assumer sur elle-même les tourments des âmes dont elle demandait la délivrance. En voici un exemple.

Un jour qu’elle priait dans la même intention, elle fut ravie en esprit et conduite au purgatoire. Parmi la triste multitude qui peuplait ce lieu, elle aperçut une âme plus tourmentée que les autres ; des flammes horribles l’enveloppaient des pieds à la tête.

La servante de Dieu lui demanda pourquoi elle était ainsi punie, et si jamais elle n’éprouvait de soulagement : « Je suis ici depuis longtemps, répondit cette infortunée, j’endure des peines atroces pour mes vanités et mes parures immodestes ! Et jusqu’à cette heure, je n’ai pas obtenu le moindre rafraîchissement ; le juste Juge a permis que je fusse oubliée de mes parents, de mes enfants et de mes amis, ils ne font jamais pour moi la moindre prière.

Quand j’étais sur la terre j’étais tout adonnée aux pompes et aux vanités du siècle, et dans l’entraînement des plaisirs et des fêtes, j’oubliais pour ainsi dire Dieu et mon âme ; à peine trouvais-je le temps de faire de loin en loin quelque acte de dévotion ; mais en revanche je songeais à accroître mes richesses, hélas ! Pour des ingrats ! »

A ce récit, le cœur de la sainte fut vivement ému ; elle pria cette âme de lui faire connaître quelque chose de ce qu’elle endurait. Alors, l’âme s’approche, et, de l’extrémité du doigt, lui touche légèrement le front.

Ce contact fit éprouver à Marie Villani une douleur de brûlure si violente, qu’à l’instant même, elle sortit de son extase. Pendant deux mois elle conserva au front une plaie extrêmement douloureuse ; et avec cela, notre sainte offrait encore d’autres pénitences pour délivrer cette âme malheureuse.

Enfin, elle lui apparut en songe pour lui annoncer qu’elle s’envolait aux joies du paradis. Dès ce moment cette charitable vierge ne ressentit plus aucune souffrance, et la trace de feu avait disparu de son visage, au grand étonnement des religieuses qui n’avaient nulle connaissance du dernier trait que nous venons de rapporter.

(V. Vitta Mariae Villani, par le P. Domin. Marchi, I. II, 5.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Jeu 29 Avr 2021 - 20:44


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purga100

XLII MERVEILLE


Supplications d’une Vierge défunte.

Pauperi porrige manum tuam, ut perficiatur propitiatio : Ouvrez la main au pauvre, afin que votre sacrifice d’expiation soit parfait. Eccli. VII, 36.)

Parmi les nombreux prodiges arrivés pendant le chant de l’office de Requiem autour des cercueils des morts, on en cite un très frappant arrivé à Mantoue dans un monastère de Saint Vincent, en présence des religieuses rassemblées.

Une sœur nommée Paule, de l’ordre de Saint Dominique, après une vie sanctifiée par la pratique des plus grandes vertus, revint de l’autre monde, nous prouver que l’âme la plus parfaite n’est pas sans tache devant les yeux très purs de l’éternel Juge.

Le corps de la défunte avait été transporté au milieu du chœur selon l’usage ; toutes les religieuses, formant une couronne autour du cercueil, chantaient pieusement les psaumes consacrés aux morts. La bienheureuse Etiennette Quinzana, remarquable par sa belle intelligence et par les faveurs célestes dont Dieu la comblait, fut exhortée spécialement à offrir de ferventes prières pour la délivrance de cette âme, d’autant plus que ces deux saintes religieuses avaient eu ensemble d’intimes communications spirituelles.

Etiennette donc, mue par un sentiment de profonde affection, s’approche de la bière, les mains jointes, et prie avec une grande ferveur. Tout-à-coup la morte laisse tomber de ses doigts glacés le petit crucifix qu’elle tenait, étend sa main gauche, saisit la main droite de son amie, et la serre si étroitement qu’aucun effort ne la lui peut arracher.

A un tel prodige, les religieuses demeurent atterrées. Les deux mains restèrent entrelacées une heure entière ; on essaya vainement de les délier. Alors intervint le supérieur. Il commanda à la défunte, au nom de la sainte obéissance, de laisser promptement la main de la sœur Quinzanna. A l’instant même, Paule retira sa main. Exemple admirable d’obéissance qui enseigne éloquemment aux vierges consacrées, de quelle manière elles doivent recevoir et exécuter les commandements des supérieurs.

Etiennette comprit parfaitement ce que signifiait ce serrement de main ; mais comment le comprit-elle ? La défunte lui avait-elle parlé en réalité, ou bien par une voix intérieure ? L’historien ne le spécifie pas, seulement il affirme qu’Etiennette a reçu de la défunte cette supplication.

« Secourez-moi, ô Etiennette ! Secourez-moi dans les supplices où je me trouve. Si vous saviez combien sont terribles, au moment de la mort, les assauts des ennemis invisibles ! Oh ! Vous ne pouvez comprendre combien le Sauveur compatissant devient un juge sévère lorsqu’une âme comparait à son tribunal suprême ! Quel examen terrible ! Et pour les fautes même les plus légères, quels supplices inexplicables dans aucune langue humaine.

Si vous saviez combien je souffre, pour ces fautes dont on ne tient aucun compte dans la vie ! O Etiennette, des oraisons, des jeûnes, des pénitences pour votre bien-aimée sœur Paula. La servante de Dieu, émue par ces touchantes plaintes, s’adonna à toutes sortes d’œuvres satisfactoires, et ne cessa point qu’elle n’eût acquis la certitude, qu’en vertu de ses suffrages, l’âme de son amie, affranchie de ses liens, s’était envolée dans le sein de l’éternelle béatitude.

(V. Franc. Seghizzus, Vita B. Stephanae, p. 110 ; J.-B Manni, Trig. Disc. VI, n. 27.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Ven 30 Avr 2021 - 20:09


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purga101

XLIII MERVEILLE


Admirable reconnaissance d’une âme du purgatoire.

Esto misericors : praemium enim bonum tibi thesaurizas in die necessitatis : Soyez miséricordieux, car vous amasserez ainsi un trésor pour le jour du besoin. (Tob. IV, 9.)

Plusieurs historiens ont rapporté l’assistance merveilleuse dont les saintes âmes du purgatoire favorisent Christophe Sandoval, archevêque de Séville. Quand il n’était encore qu’un enfant, il distribuait aux pauvres une partie de l’argent destiné à ses menus plaisirs ; parvenu à l’adolescence, il s’appliqua aussi au soulagement des défunts, et donnait pour eux ce dont il pouvait disposer, même jusqu’à se réduire à la nécessité.

Lorsqu’il était étudiant à l’université de Louvain, il arriva un jour que les lettres de change qu’il attendait d’Espagne, ayant tardé, il se trouva réduit à une telle extrémité, qu’il ne lui restait pas même de quoi prendre un repas.

L’heure du dîner était passée depuis longtemps, et Sandoval était à jeûn. Par surcroît, un pauvre vint lui demander l’aumône pour l’amour des âmes du purgatoire ; refuser la charité, surtout lorsqu’il s’agissait des défunts, c’était pour lui une peine bien amère. Aussi pour consoler sa tristesse, il entra dans une église, et tout exténué qu’il était, il se mit à prier pour les âmes, ne pouvant pas autrement les secourir.

Il n’avait pas fini sa prière, qu’il vit venir à lui un beau jeune homme, en habit de voyage, qui lui fit un salut gracieux et plein de respect. Christophe, à cette vue, resta tout interdit, un frisson indéfinissable parcourut tous ses membres ; cependant il se rassura, quand l’étranger, d’une voix pleine de douceur, lui donna des nouvelles du marquis de Dania son père, ainsi que de ses parents et de ses amis, absolument, comme s’il arrivait à l’heure même de l’Espagne.

Notre étudiant était enchanté de cette rencontre ; mais il le fut bien davantage lorsqu’il entendit l’étranger, le prier très gracieusement de venir dîner avec lui à son hôtel : pour un estomac vide l’occasion était belle, aussi Christophe ne se fit pas renouveler l’invitation, et voilà nos deux jeunes gens à table avec le meilleur appétit du monde, causant avec une familiarité charmante, comme s’ils s’étaient toujours connus.

A la fin du souper, le jeune étranger mit dans la main de l’étudiant une grosse pile d’écus avec la liberté d’en disposer à son gré, ajoutant qu’il se fera rembourser cette somme quand il voudra, par le marquis de Dania. Puis prétextant quelques affaires, il prit congé du jeune homme.

Quelques recherches que fit Sandoval, soit à Louvain, soit dans sa patrie, il n’eût jamais aucun indice de cet inconnu ; jamais l’argent ne fut réclamé à la famille, et chose singulière, cette somme suffit à ses dépenses jusqu’au jour où il arriva d’Espagne, l’argent qu’il attendait. Aussi demeura-t-il persuadé que c’était une âme du purgatoire qui, sous l’apparence d’un étranger, était venue le secourir en reconnaissance de ses suffrages.

Lorsque Sandoval se rendit à Rome, lors de sa promotion à l’épiscopat, il raconta en secret à Clément VIII, ce miraculeux et providentiel événement : le Souverain Pontife lui ordonna de le publier afin d’exciter les fidèles à secourir les défunts. Christophe, quoique très humble, y consentit dans l’intérêt des âmes du purgatoire.

Il s’efforça de répandre cette dévotion non seulement jusqu’aux confins de son diocèse, mais encore dans toute l’Espagne. Pour ces pauvres exilées que leurs dettes retiennent captives loin de la sainte patrie, Christophe Sandoval fut animé jusqu’à sa dernière heure de la plus tendre compassion et du zèle le plus infatigable.

De là, on peut conclure avec certitude que, dans le cours de sa longue existence, ce saint archevêque a envoyé au ciel un grand nombre d’âmes, et qu’il s’est acquis lui-même une belle couronne.

(V. P. Martin de Roa, De Statu animar., C. XXI)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Sam 1 Mai 2021 - 10:15


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purga102

XLIV MERVEILLE


La sainte communion appliquée aux âmes souffrantes

Panem tuum super sepulturam justi constitue : Déposez votre pain sur le tombeau du juste. (Tob. IV, 18.)

Nous n’entrerons point dans des discussions théologiques pour démontrer comment les vivants peuvent secourir les morts par le moyen de la sainte communion ; on peut consulter les docteurs qui ont traité ce sujet. Il nous suffit de rappeler que la sainte communion est l’acte le plus saint de la vie, que dans ce moment suprême où notre cœur possède la source de la grâce, le foyer des ardeurs divines, nous pouvons obtenir des faveurs sans nombre pour les vivants, comme pour les morts ; en outre, les dispositions qui précèdent la réception de ce divin sacrement ainsi que celles qui suivent, peuvent s’appliquer aux âmes du purgatoire et leur être d’un grand secours ; et puis de grandes indulgences sont souvent attachées à la communion dans une circonstance déterminée, et chacun sait combien les indulgences sont profitables aux défunts.

C’est d’après ces diverses considérations, que plusieurs interprètes appliquent à la communion pour les défunts, le conseil de Tobie : « Mettez votre pain sur le tombeau du juste. »

Le vénérable Louis de Blois, dont la science égalait la sagesse, rapporte qu’un de ses amis, dévot serviteur de Dieu, fut visité par une âme du purgatoire. Elle était privée de la vision de Dieu et gisait dans des flammes dévorantes pour être venue s’asseoir à la table eucharistique avec un cœur tiède et peu préparé : « Je vous supplie, dit-elle, ami bien-aimé, au nom de la sainte affection qui lia nos deux cœurs, qu’il vous complaise de communier une fois pour moi avec une grande préparation et une grande ferveur ; de cette action j’attends la délivrance des ardeurs que j’endure en punition de ma tiédeur et de mon indévotion envers la sainte Eucharistie.

Ce fervent chrétien se rendit promptement au désir de cette âme ; il se prépara à la sainte communion avec la ferveur d’un ange, et pendant qu’il possédait dans son cœur ce Dieu de miséricorde infinie, il le supplia d’ouvrir à cette âme amie les portes du céleste royaume.

Après l’action de grâces, l’âme du défunt lui apparut de nouveau, mais pour le remercier. Revêtue de la lumière immortelle, elle s’envola joyeuse aux régions du ciel, pour y contempler à jamais l’ineffable Trinité.

A l’enseignement que nous offre cet exemple, ajoutons l’exhortation de saint Bonaventure : « Que la charité vous porte à communier, car il n’y a rien de plus efficace pour le repos éternel des défunts. »

Il arriva quelque chose de plus admirable encore à la bienheureuse Jeanne de la Croix, religieuse de l’ordre de Saint François.

Un jour, que la sainte était ravie en Dieu, une religieuse entra dans sa cellule pour y prendre je ne sais quel objet ; et pendant qu’elle remuait un meuble, Jeanne sortit de son extase : « Retirez-vous, dit-elle, en se précipitant vers sa compagne, faites bien attention de ne pas toucher à l’objet qui est là sur ce linge blanc, car c’est la divine Hostie apportée ici par les anges. - Comment cela peut-il être ? » demanda la religieuse étonnée. Alors Jeanne lui raconta sous le sceau du secret, qu’un impie qui avait toujours vécu dans la disgrâce de Dieu, était mort ayant encore dans la bouche le saint viatique qu’il avait reçu indignement.

Les anges, ajouta-t-elle, pleins de respect pour le Roi de gloire, ne purent souffrir qu’une si grande majesté restât dans ce cadavre, dont l’âme était déjà ensevelie au fond des enfers.

Ils tirèrent donc le pain de vie de cette bouche impure et me l’apportèrent ; de plus, ils m’ont ordonné de communier la matinée suivante, en faveur d’une âme du purgatoire qui fut pendant sa vie une fervente adoratrice du divin Sacrement.

Ce sont ces mêmes anges qui m’ont tirée de mon extase, pour que je vous avertisse de ne pas toucher à un objet aussi saint. Ayant ainsi parlé, pour obéir aux esprits célestes, après s’être bien disposée par des actes d’amour, elle se mit à genoux, et reçut avec la plus grande piété, de la main même de l’ange, le pain de la vie éternelle.

Puis il lui fut révélé que l’âme pour laquelle elle venait de communier, montait au ciel recevoir la récompense de son amour envers le divin Sacrement.

(V. Louis de Blois, Monile Spirituale, ch. VI ; Alex. Segala, Triumph. Animar., 2e part., ch. 6, ex. 6 ; Vie de la bienh. Jeanne de la Croix, ch. VII.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Dim 2 Mai 2021 - 15:44


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Purga103

XLV MERVEILLE


De la communion mensuelle appliquée aux âmes du purgatoire.

Parâsti in conspectu meo mensam adversus eos tribulant me : Vous avez préparé pour moi un banquet contre ceux qui m’oppriment. (Ps. XXII, 5.)

Ayant déjà parlé de la sainte communion appliquée au soulagement des défunts, nous ajoutons pour faire suite au même sujet, que, dans toutes les églises de la Compagnie de Jésus, on a la charitable coutume de consacrer chaque mois une communion à la délivrance des âmes du purgatoire.

Les saints docteurs voient un admirable symbole du divin Sacrement dans ce passage de l’Apocalypse représentant l’arbre de vie planté au milieu du paradis terrestre, et qui donnait chaque année douze fruits, un par mois ; ces feuilles même étaient utiles au salut des nations : c’est l’interprétation de Saint Thomas d’Aquin : « De même, dit-il, que la corruption et la mort sont venues d’une nourriture défendue, c’est-à-dire du fruit de l’arbre de la science du bien et du mal, de même aussi, la justification et la vie doivent commencer en nous par la nourriture de l’arbre de vie qui est le corps du Seigneur. »

Si donc l’Eucharistie est si bien représentée par l’arbre de vie qui produisait un fruit chaque mois, on voit combien est convenable cette communion mensuelle en faveur des défunts et à laquelle est attachée une indulgence plénière.

Les âmes délivrées par cet admirable suffrage, obtiennent de Dieu, des grâces signalées pour leurs bienfaiteurs ; c’est ce que nous assure Adrien VI dans cette mémorable sentence : « Quiconque prie pour les âmes du purgatoire (à plus forte raison communie pour elles) les oblige à la reconnaissance et à des services égaux. »

C’est pourquoi cette institution de communion générale est très agréable à Dieu, et d’un prix immense pour les âmes. Les saints docteurs nous l’affirment ; et plusieurs apparitions miraculeuses nous le prouvent. J’en citerai une seule.

L’archange saint Michel, principal protecteur de la sainte Eglise, et lieutenant du Seigneur, assista plusieurs fois visiblement à la communion générale appliquée aux morts.

L’an 1615, comme les Pères de la Compagnie célébraient solennellement cette communion du mois dans l’église de Sainte-Marie, au-delà du Tibre, à Rome, il se trouva au milieu de la foule nombreuse accourue à cette solennité, un étranger d’une autre province d’Italie ; c’était un touriste venu dans la seule intention de visiter les monuments et les splendeurs de la ville éternelle.

Tandis qu’il se promenait sur la place, il vit sortir de l’église et s’avancer vers lui un mendiant de bonne apparence, qui lui demanda l’aumône pour l’amour de Dieu. Trois fois le pauvre le supplia avec une vive instance, et trois fois, il se vit rebuté.

Or, comme il s’éloignait, voici que l’étranger, touché par un mouvement intérieur, le rappela, ouvrit sa bourse et lui offrit une pièce de monnaie : « Gardez votre argent, lui dit alors le mendiant, je n’ai nul besoin de votre aumône ; c’est vous qui êtes nécessiteux ; vous avez grand besoin de la divine Miséricorde pour vous convertir.

Sachez que je suis venu du mont Gargan à la belle cérémonie qui s’accomplit dans cette église, pour vous presser de changer de vie ; voilà vingt ans que vous offensez la divine Justice, sans qu’une bonne confession vous ait lavé de toutes vos souillures. Hâtez-vous de faire pénitence : l’épée du souverain Juge est déjà suspendue sur votre tête pour tirer vengeance de tant d’iniquités. »

A ces paroles, l’étranger demeura atterré ; ses cheveux se dressèrent sur sa tête en s’entendant reprocher une vie qu’il ne croyait connue que de Dieu seul. Mais cette émotion fut bien plus grande encore, quand il vit ce pauvre disparaître à ses yeux comme un éclair.

Touché par la grâce divine, le pécheur entre dans l’église ; là, dans l’amertume de son cœur, il repasse devant Dieu sa vie criminelle, puis il va se jeter aux pieds d’un prêtre et lui fait l’aveu de toutes ses iniquités, en versant un torrent de larmes.

Lorsque la sentence du pardon eut purifié son âme, il supplia son confesseur du publier en chaire pour le bien des fidèles, le miséricordieux événement qui l’avait converti. On sut par révélation, qu’une âme du purgatoire, récemment délivrée par le suffrage de la communion mensuelle, avait obtenu de l’infinie Miséricorde, la grâce du repentir à ce pauvre pécheur.

En terminant, nous dirons avec l’historien, que ce mendiant mystérieux, venu du mont Gargan, n’est autre que saint Michel, le protecteur de l’Eglise ; nous ajouterons encore avec lui, que la présence de ce glorieux archange à la solennité de Sainte-Marie, prouve clairement combien la communion pour les morts est agréable à Dieu et profitable à l’Eglise.

(V. Jacques Hautin, Patroc. Animar., I. III, titr. 1, art. 3.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Lun 3 Mai 2021 - 20:37


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Quand_10

XLVI MERVEILLE


Le généreux pardon d’une offense obtient immédiatement la délivrance d’un cruel purgatoire.

Dimitte, et dimittemini : Remettez, et l’on vous remettra à vous-mêmes. (Luc. VI, 37.)

Deux grands docteurs, saint Augustin et saint Grégoire, réduisent à quatre espèces, les suffrages que l’on offre pour les défunts : le saint sacrifice, la prière, le jeûne et l’aumône. Des théologiens plus récents, en ajoutent une cinquième qu’ils regardent comme très efficace ; c’est le pardon des offenses. Cet acte a quelque chose d’héroïque et de surnaturel. Le fait que nous allons raconter, prouvera combien cette généreuse action est profitable aux âmes du purgatoire.

A Bologne en Italie, une veuve noble et riche avait un fils unique qu’elle chérissait tendrement et qui était tout son bonheur sur la terre. Or un jour que ce jeune enfant, jouait sur la place publique avec ceux de son âge, il survint un étranger qui se mit à entraver la partie par esprit de contrariété.

L’enfant dans sa vivacité, adresse à cet importun des paroles un peu insultantes ! Celui-ci dont la main était aussi disposée aux armes que le cœur, à la colère, s’élance sur l’enfant avec fureur, lui enfonce son épée au milieu de la poitrine, et l’étend mort à ses pieds.

Reconnaissant aussitôt l’énormité de son crime, il s’échappe, l’épée sanglante à la main, et se met à courir sans savoir où il va. Une porte ouverte s’offre à sa vue, il s’y précipite, monte un escalier, pénètre dans un appartement, et se trouve en face d’une dame de grande distinction.

Le visage pâle de cet homme, ses yeux hagards, cette arme ensanglantée, lui arrachent un cri d’effroi. Mais l’horreur dont elle était saisie, fit place à la compassion, dès qu’elle entendit cet inconnu, la supplier, au nom du Ciel, d’avoir pitié de lui et de le cacher, car déjà on devait être à sa recherche pour un homicide involontaire qu’il venait de commettre.

Heureusement, cette dame avait dans sa demeure un endroit très retiré, formant une cachette introuvable ; elle se hâta de l’y enfermer, en lui recommandant de ne rien craindre.

Cependant, la cour de justice, informée du lieu où s’était réfugié le meurtrier, fait des perquisitions dans toute la maison ; mais les recherches furent vaines. Comme on s’en retournait, un des officiers s’avisa de dire à haute voix : « Cette dame ignore que l’enfant assassiné est son propre fils, autrement, elle se hâterait de nous livrer le meurtrier, au lieu de le cacher. »

La foudre serait tombée aux pieds de cette pauvre mère qu’elle eût été moins saisie ; le glaive de douleur qui transperça son âme, faillit la faire tomber morte. Mais à l’instant, fortifiée par une grâce extraordinaire du Ciel, elle dit un fiat du plus profond de son cœur, et, pour l’amour du Christ, elle pardonna sincèrement au meurtrier de son enfant.

La correspondance de la grâce accrut tellement en elle, la lumière et l’ardeur du Saint-Esprit, qu’elle résolut même de faire à ce misérable tout le bien qu’elle aurait voulu faire à son propre fils, et de lui donner une partie de ses richesses. L’action secondant aussitôt ses héroïques sentiments, elle va le trouver, lui remet une bourse pleine d’or, le fait monter sur le cheval qui avait appartenu à son enfant, et lui ordonne de partir en toute hâte afin d’échapper au péril imminent qui le menace. Voyons maintenant, quelle fut la récompense d’un trait si héroïque de magnanimité chrétienne.

Cette admirable femme s’était retirée dans sa chambre, là, prosternée devant une image du Sauveur, elle priait de toute son âme pour son cher défunt ! Tout-à-coup, l’enfant lui apparaît rayonnant de joie, vêtu d’une tunique blanche, et le cou orné d’un collier de pierreries étincelantes : « Bonne nouvelle ! mère bien-aimée, bonne nouvelle ! lui dit-il séchez vos larmes ; mettez un terme à votre douleur : mon sort est digne d’envie.

L’acte généreux que vous avez fait, m’a subitement délivré du purgatoire où je devais rester bien longtemps. Oh ! que je vous dois bien plus de m’avoir ainsi enfanté à la vie éternelle, que de m’avoir donné la vie du corps. Je monte au céleste royaume dont vous m’avez hâté la possession par votre incomparable charité.

(V. Nicius Erythraeus, exemple VIII ; le P. Ségueri, Christ. Instr., part. I, disc. 20.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Amour de Marie aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Mar 4 Mai 2021 - 20:53


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Nouvel11

XLVII MERVEILLE


Valeur du saint sacrifice en faveur des âmes du purgatoire.

Sacrificatesacrificiumjustitiae et sperate in Domino. Offrez le sacrifice de la sainteté et espérez au Seigneur. (Ps. IV, 6.)

Bien que nous ayons déjà parlé plusieurs fois de l’incomparable vertu du divin sacrifice, nous y revenons encore : on n’en pourra jamais trop dire sur un sujet aussi saint, aussi inépuisable.

Dans le monastère de Clairvaux, gouverné par saint Bernard, vivait un moine peu observateur de la règle et peu amateur de la solitude. Il n’est pas étonnant que parmi beaucoup de pièces d’or, il s’en trouve une de moindre valeur.

Ce religieux mourut, on lui fit de dignes funérailles selon la coutume. Pendant qu’on chantait l’office de Requiem, un des anciens du monastère, que tous regardaient comme un modèle de sainteté, eut une vision sur le sort du défunt. Il vit une troupe de démons tourner avec un grand vacarme autour du cercueil.

Au milieu de leurs clameurs confuses il distingua ces paroles : « Courage ! à la bonne heure, il nous est cependant permis une fois de tourmenter une âme de cette maudite vallée ! La nuit suivante, pendant que le vénérable cénobite, retiré au fond de sa cellule, se livrait au sommeil, un spectre, tout couvert de haillons, apparaît à ses yeux et lui dit d’un ton lugubre : « Puisque hier vous fûtes témoin des cris de joie des esprits de ténèbres, et de leurs rondes infernales autour de mon cercueil, venez voir à quel horrible tourment m’a condamné la divine Justice pour mes péchés trop faiblement expiés. »

Aussitôt il le conduisit au bord d’un puits très large et d’une profondeur épouvantable. Le fantôme ajouta : « Il est permis à ces monstres de l’enfer de me précipiter continuellement dans ce puits ; aussi à peine m’y ont-ils jeté, qu’aussitôt ils m’en retirent, et avec une telle furie, que je choisirais plutôt d’y être abîmé cent fois par les cruels bourreaux de la terre, qu’une seule fois par ces démons enragés.

Le saint vieillard se réveilla glacé d’effroi. A l’aube du jour, il alla raconter à saint Bernard cette triste vision. Le saint abbé avait eu les mêmes communications, et il gémissait et pleurait, concluant que les fautes de ce moine n’avaient pas été légères, puisqu’elles étaient punies par des supplices si rigoureux.

Saint Bernard convoqua le chapitre, et pour inspirer à ses religieux une crainte salutaire et une grande fidélité dans l’observance de la règle, il leur raconta l’effrayante apparition ; ensuite il demanda à tout le monastère des jeûnes, des pénitences, des oraisons, et surtout des messes, afin d’apaiser la Justice divine et de délivrer au plus tôt cette âme infortunée.

Les religieux se portèrent avec une grande charité aux œuvres satisfactoires demandées, et dans cette même matinée, tous les prêtres dirent une messe de Requiem.

Peu de jours après, le défunt apparut de nouveau au vénérable vieillard ; mais quelle différence ! il était resplendissant ; la joie et la sérénité étaient empreintes sur son visage.

Interrogée sur sa situation, l’âme répondit : « Bienheureuse ! grâce à Dieu et à mes pieux confrères. » Le saint religieux lui demanda encore quel avait été le plus excellent des suffrages offerts pour sa délivrance. Pour toute réponse, le défunt conduisit le vieillard dans l’église où plusieurs messes se célébraient en même temps : « Voici, dit-il, mon secours, voilà ma délivrance, c’est la souveraine Miséricorde, c’est l’Hostie salutaire qui efface les péchés du monde ; à cette puissance, à cette miséricorde, à cette hostie de propitiation, il n’y a pas de force qui puisse résister, sinon l’obstination d’un cœur méchant et endurci.

A son réveil, le serviteur de Dieu eut une grande joie du salut de cette âme, et il alla aussitôt raconter aux religieux l’heureuse nouvelle. Ce récit inspira à tout le monastère un redoublement de respect, d’estime et d’amour envers le divin sacrifice.

(V. Henri Grandgermaia, Magn. Spec. Exemp., dist. III. exemp. 16)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Jeu 6 Mai 2021 - 17:46


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Nouvel12

XLVIII MERVEILLE


Les morts enseignent aux vivants l’obéissance à la voix divine.

Qua in monumentissuntaudient vocem Filii Dei, et procedent : Ceux qui sont couchés dans les tombeaux entendront la voix du Fils de Dieu, et ils marcheront… Joan, V, 25.)

Dans plusieurs endroits des saintes Écritures, on lit que la divine Providence s’est servie des morts pour instruire les ignorants, secourir les nécessiteux, ramener à l’observance des divins commandements ceux qui s’en étaient écartés. En voici un exemple dans le prodige opéré par saint Gothard, évêque d’Hildesheim, en Hanovre.

Ce prélat avait dans sa ville épiscopale quelques hommes obstinés dans le crime, et violateurs des immunités ecclésiastiques. L’évêque mit tout en œuvre pour les ramener dans la bonne voie ; mais ils persistèrent dans leurs iniquités, en sorte que le saint se vit obligé de lancer contre eux une sentence d’excommunication.

Ces misérables n’en tirent pas compte, et, plus hardis que jamais, un jour de fête, pendant que l’évêque revêtait les ornements sacrés pour monter à l’autel, ils entrèrent dans le saint lieu et s’y tinrent dans une attitude pleine d’arrogance.

Saint Gothard, témoin de cette témérité sacrilège, se tourne vers ces excommuniés et leur dit d’une voix forte : « J’ordonne au nom du Saint-Esprit, et je commande au nom de l’obéissance à tous ceux qui sont excommuniés, de sortir de l’église. Les impies ne bougèrent point, au grand scandale des fidèles assemblés.

Mais voici que tout à coup, plusieurs tombeaux s’ouvrirent et l’on en vit sortir des défunts qui se dirigèrent vers la porte. Parmi les morts ensevelis dans cette église, il en était qui, pendant leur vie avaient encouru une secrète excommunication, et n’avaient point été absous.

Bien qu’avant d’expirer, une sincère contrition leur eût préservés de la damnation éternelle, ils attendaient néanmoins, pour sortir du purgatoire et monter au ciel, d’être délivrés de la censure ecclésiastique qui pesait sur leur âme.

Cet exemple d’obéissance, donné par les morts, détermina les rebelles à sortir de l’église. Lorsque le divin sacrifice fut terminé, le saint pontife s’avança hors du portique, admonesta sévèrement les obstinés qui venaient de donner un si grand sujet de scandale, et il les exhorta à apprendre des morts même l’obéissance qu’on doit aux ministres du Très-Haut ; puis se tournant vers les défunts il loua et bénit leur soumission, ensuite il dit : « Par l’autorité dont m’a revêtu le Christ, Seigneur des vivants et des morts, je vous relève de l’excommunication que vous avez encourue, et, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, je vous délivre, afin que cette censure ne soit plus un obstacle à votre entrée au ciel. Que vos corps retournent reposer en paix dans leurs sépulcres jusqu’au jour de la Résurrection.

Les morts à genoux, et prosternés, reçurent l’absolution, puis ils se relevèrent en silence et rentrèrent dans leurs tombeaux.

(V. les Acta Sanctorum, au 4 mai n 70)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Ven 7 Mai 2021 - 17:36


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 New_110

XLIX MERVEILLE


Effet admirable de la confiance envers les saints.

Venitmihigandrum a sancto super misericordia : Celui qui est souverainement saint m’inspire de la joie, dans la vue de sa miséricorde. (Baruch, IV, 22.)

Les Juifs qui sont dans Jérusalem, aux Juifs leurs frères qui sont répandus dans l’Egypte, salut et heureuse paix. (Machab. 2,1.) Cette salutation que les Machabées de Jérusalem adressent à leurs frères d’Egypte, est appliquée par le cardinal Hugues aux âmes du purgatoire, et aux saints du ciel.

Les âmes exilées envoient ce salut aux âmes bienheureuses afin d’obtenir leur protection, et celles-ci répondent à leurs sœurs souffrantes par un salut de consolation ou de délivrance. Le trait suivant confirme admirablement cette pensée.

A Récanati, petite ville des Etats-Romains, une pieuse dame avait deux fils qu’elle recommandait incessamment à la protection du bienheureux Luchesio, religieux de Saint-François ; de plus, elle leur avait inspiré dès l’enfance, une grande dévotion pour lui, aussi la vertu croissait en eux avec les années.

Mais par malheur, il s’éleva un jour entre eux une difficulté relative à une affaire d’intérêt ; une querelle s’en suivit, et la discorde s’alluma au point, que l’un donna un soufflet à l’autre qui, aussitôt saisit son épée, l’enfonça dans la poitrine de son frère et l’étendit mort à ses pieds.

Le misérable prit la fuite, mais pas assez vite pour échapper aux poursuites de la justice, et il fut condamné à un supplice aussi barbare qu’étrange.

Il se commettait dans cette province de fréquents assassinats, et pour mettre un frein aux meurtriers, certains juges, par trop cruels, à l’imitation du féroce Mézence, avaient décrété que l’homicide serait lié à sa victime et enterré vivant avec elle.

En vertu de cette loi, le coupable fut lié étroitement au cadavre de son frère, puis enterré ainsi dans le cimetière de l’église des Frères-Mineurs. Le lendemain matin, quelques enfants jouant près de cette tombe, sentirent la terre remuer sous leurs pieds ; tantôt elle s’élevait et tantôt elle s’abaissait. Ils s’enfuirent en poussant des cris de frayeur et appelèrent les religieux qui psalmodiaient à l’église.

Le même prodige se renouvelle en présence des moines ; aussitôt ils creusent le terrain ; mais à peine ont-ils enlevé quelques pelletées de terre, qu’ils entendent comme des soupirs étouffés. On creuse encore : tout à coup une voix supplie distinctement d’enlever légèrement la terre. Oh ! merveille ! on retrouve les deux frères vivants et on les délie aussitôt.

Le bruit de cet évènement remplit bientôt toute la ville : peuple, noblesse, gouverneur, clergé, évêque, tous accoururent. Le prélat interrogea les deux jeunes gens. Celui qui avait été tué répondit le premier : « Lorsque je me suis senti mortellement blessé, j’ai pardonné de bon cœur à mon frère, et je me suis recommandé avec ferveur à Dieu et au bienheureux Luchesio, auquel j’ai été voué dès mon plus jeune âge ; et lui, m’a non seulement assisté au moment de la mort, mais il a obtenu à mon âme d’être délivrée du purgatoire et d’être renvoyée dans mon corps afin de faire pénitence en cette vie. »

« Et moi, quand je me suis vu lié au cadavre de mon frère pour être enterré vivant avec lui, je me suis recommandé de toutes mes forces à mon avocat, le bienheureux Luchesio, et, formant dans mon cœur des actes de sincère contrition, je promis au même saint que s’il me préservait de la mort, j’embrasserais la règle de Saint-François. J’accomplirai ma promesse, si la Justice humaine me fait grâce.

Leur mère qui était là, présente, faillit mourir de joie comme elle avait failli mourir de douleur. Lorsque son émotion fut un peu apaisée, elle raconta à la foule qui l’entourait que lorsqu’elle s’était vue privée de ses deux fils par une mort aussi déplorable, elle avait supplié, au milieu de ses sanglots et de ses gémissements, le bienheureux Luchesio d’avoir pitié de ses malheureux enfants qu’elle avait placés sous sa protection dès leur berceau, et de les sauver de la mort éternelle.

A la vue d’un tel prodige, la foule qui, d’abord, s’était signée d’effroi, ne forma plus ensuite qu’un concert de louanges et d’actions de grâces envers le bienheureux Luchesio.

Le ressuscité retourna à la maison, bénissant mille fois son saint protecteur ; l’autre entra aussitôt dans l’Ordre séraphique, et sa vie fut désormais un modèle de vertu et de pénitence.

(V. Bonif. Bagatta, De admir. Orb. Christiani, t. II, I. 8. c. 2. annales Minor., an 1242, n. 15.)



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Sam 8 Mai 2021 - 20:30


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Notre_30

L MERVEILLE


Charité des anges envers les âmes du purgatoire.

Mittetangelossuos, et congregabuntelectossuos : Dieu enverra ses anges, qui rassembleront ses élus. (Matth. XIII, 27.)

C’est une opinion assez commune parmi les saints docteurs, que Dieu envoie de temps en temps ses anges aux âmes du purgatoire afin de les consoler. S’il appartient au souverain Juge d’affliger ces âmes par le moyen des démons qui sont les exécuteurs de sa justice, il appartient aussi à son infinie Miséricorde de les soulager par la présence des esprits célestes.

Les révélations de Sainte Brigitte sont remplies de traits de ce genre ; les annales sacrées en renferment aussi un grand nombre. Je n’en citerai qu’un seul.

La vénérable sœur Paule de Sainte-Thérèse de l’ordre des Dominicaines du monastère de Sainte-Catherine à Naples, était animée d’une tendre charité envers les âmes souffrantes. Elle en fut récompensée dès ici-bas par d’admirables visions.

Un jour qu’elle était en prières pour les défunts, elle fut conduite en esprit dans le purgatoire. Là, elle vit une foule d’âmes dans un étang de feu ; au bord de ce brûlant rivage, elle aperçut le Sauveur escorté de ses anges. Ce divin Roi touchait avec une verge d’or les âmes qu’il désignait pour le ciel.

A cette vue, la servante de Dieu demanda à son céleste époux pourquoi, parmi la multitude, il avait spécialement choisi celles-là ; le Seigneur lui répondit : « J’ai délivré celles qui, pendant leur vie, ont accompli de grands actes de charité et de miséricorde ; elles ont mérité que je fusse miséricordieux envers elles, selon ma promesse : « Les miséricordieux obtiendront miséricorde. »

Sainte Paule avait coutume le samedi de s’adresser plus spécialement à la sainte Vierge, en faveur des âmes souffrantes. Un des jours dédiés à Marie, elle fut ravie en esprit, et il lui fut donné de contempler encore le lieu de l’expiation ; mais quel contraste ! En un instant, elle vit se changer ces prisons souterraines en une sorte de paradis : les ténèbres avaient fait place aux splendeurs célestes, et la joie avait remplacé la tristesse et les pleurs.

Elle se demandait la cause de ce changement, lorsqu’elle aperçut Marie environnée d’une multitude d’anges. Cette aimable Reine avait daigné descendre en ce lieu pour délivrer plusieurs âmes qui avaient eu pour elle une dévotion particulière. Les anges, fidèles exécuteurs de ses volontés, amenèrent ces bienheureuses dans la céleste Jérusalem.

Paule éprouva une ineffable consolation en voyant ces âmes sortir de leur exil, et monter radieuses vers le ciel ; mais ensuite, elle éprouva une grande tristesse, en entendant les gémissements des âmes qui restaient dans le purgatoire, la sainte distinguait parfaitement celles qui souffraient plus que les autres ; elle en cherchait la cause, et son ange gardien lui dit que le châtiment était proportionné aux fautes.

L’âme qui a péché par orgueil, par ambition, est condamnée à l’opprobre ; celle qui a satisfait ses sens par des plaisirs criminels, est consumée par les flammes, conformément à cet arrêt du Juge éternel dont il est parlé dans l’Apocalypse : Multipliez ses tourments et ses douleurs, à proportion de ce qu’elle s’est élevée dans son orgueil, et de ce qu’elle s’est plongée dans les délices (Apoc. 18, 7.). Non seulement, Paule vit les anges descendre au purgatoire et consoler les âmes, mais elle les entendait encore élever en leur faveur, une voix suppliante.

Dans ce fervent monastère de sainte Catherine, on avait la pieuse coutume de réciter chaque soir avant le coucher, les vêpres des morts ; il semblait aux bonnes sœurs, plus convenable de prier pour le repos des âmes à l’heure où elles allaient se livrer au sommeil.

Un soir, cependant, je ne sais par quel surcroît d’occupations, on omit cette pieuse pratique. Mais le Dieu de miséricorde, compatissant à la fatigue de ses épouses et au besoin des âmes, envoya dans le dortoir un chœur d’anges pour psalmodier à la place des religieuses, déjà plongées dans le sommeil.

Sainte Paule qui était cette nuit même, en oraison dans sa cellule, entendit la suave et plaintive psalmodie. Ces chants si harmonieux, à une heure où le silence règne dans tout le monastère, étonne de plus en plus la sainte Dominicaine ; elle ouvre la porte du dortoir et aperçoit autant d’anges qu’il y avait de religieuses.

La sainte bénit Dieu avec une indicible joie de ce qu’il avait daigné agréer leur pieuse pratique, au point d’envoyer ses anges pour la remplir, le jour même qu’on l’avait omise sans le vouloir. On a fait sur ce miracle, des vers latins dont voici le sens :

« Pendant que les vierges fatiguées s’abandonnent au repos, les anges réunis à leur place, chantent les prières des morts. Ce sommeil est peut-être le fruit de la supplication des âmes elles-mêmes, heureuses d’avoir un chœur d’esprits célestes pour intercesseurs. »

Virgineusdum membra chorus datlanguida somno,
Funebrescantatcaelicaturmapreces.
Virginibusmanes credo huncorâssesoporem,
Et precibussuperûmsubstituissechorum.


FIN DE LA PREMIERE PARTIE



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Jérémie Hier à 20:23


Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Jzosus15

SECONDE PARTIE


INTRODUCTION


Le bien que nous faisons aux âmes du purgatoire, devient pour nous une source de grâces.

Si benefeceris, et eritgratia in bonis tuismulta. Benefacjusto, et inveniesretributionemmagnam et si non ad ipso certes a Domino. Si vous faites du bien, ce bien plaira beaucoup. Faites donc du bien au juste et vous en recevrez une grande récompense ; sinon de lui, au moins du Seigneur (Eccli. XII, 2.)

Dans la crainte que les motifs supérieurs que nous venons d’exprimer, tels que le zèle de la gloire de Dieu, la charité envers les âmes souffrantes, n’aient pas assez de force pour certaines personnes trop occupées de leur intérêt personnel, il me semble nécessaire d’exposer les grands avantages que nous pouvons recueillir pour nous-mêmes en travaillant à soulager, à délivrer les âmes du purgatoire.

Procurer des suffrages à nos sœurs exilées, c’est prêter à une sainte usure. Parmi toutes les œuvres de la charité chrétienne, il n’en est point de plus profitable que celles qui s’appliquent à la délivrance des âmes du purgatoire.

Un savant docteur, Martin de Roa, dit que les satisfactions appliquées aux vivants sont semblables à des richesses confiées à un vaisseau voguant sur la mer. Nous ne perdons jamais, il est vrai, le mérite de nos bonnes œuvres lorsqu’elles ont Dieu pour principe ; néanmoins elles courent le risque, lorsqu’elles sont appliquées aux vivants, d’être sans résultat pour eux ; car pauvres navigateurs sur la mer orageuse de ce monde, ils sont à chaque instant assaillis par les flots de la tentation, en danger de faire naufrage et d’être engloutis dans les abîmes éternels.

Il n’en est pas de même du trésor des bonnes œuvres amassé en faveur des défunts ; il est en sureté pour eux comme pour nous : pour eux, puisque nos suffrages paient leurs dettes à la divine et leur ouvrent le ciel ; pour nous, puisque toutes les âmes que nous délivrons, deviennent nos avocates et nos protectrices au ciel.

Elles exercent même cette protection du sein de leur exil. Ces âmes qui ne peuvent rien pour elles-mêmes, ne cessent d’intercéder pour ceux qui travaillent à leur délivrance ; et Dieu se plait à exaucer leurs charitables prières. C’est du reste ce que nous enseignent deux illustres docteurs, le cardinal Bellarmin et Suarez.

Voici les propres paroles de ce dernier : « Ces âmes sont saintes, chères à Dieu ; de plus, elles ont pour nous, toute la tendresse qu’inspire la charité la plus parfaite ; elles savent au moins d’une manière générale les périls qui nous environnent et le besoin que nous avons du secours divin. Pourquoi donc ne prieraient-elles pas pour nous, alors même qu’elles paient avec leurs souffrances, les dettes qu’elles ont contractées envers la divine Justice ?

N’en est-il pas ainsi de nous sur la terre ? Tout débiteurs que nous sommes envers le Ciel, laissons-nous pour cela d’intercéder les uns pour les autres ? Les saints patriarches qui étaient dans le sein d’Abraham, priaient pour les vivants ainsi que les saintes Ecritures nous l’apprennent de Jérémie et du grand prêtre Onias. »

Si donc ces âmes prient pour leurs bienfaiteurs, soyons certains qu’elles sont écoutées favorablement car elles sont les filles bien-aimées du divin Maître.

Sainte Catherine de Bologne assure que lorsqu’elle désirait quelque grâce, elle avait recours aux âmes du purgatoire et en était toujours exaucée. Elle ajoute même une chose étonnante ; elle déclare que plusieurs faveurs qu’elle n’avait pu obtenir des saints du ciel, lui ont été accordées par l’intercession des âmes.

Si du sein de leur exil, ces âmes protègent ceux qui leur viennent en aide, quelles faveurs ne leur obtiendront-elles pas, quand elles jouiront de la gloire du paradis ? On a toute raison de croire que les premières faveurs qu’elles demandent alors à la divine Miséricorde, sont pour ceux qui leur ont ouvert les portes du ciel.

Or, elles ne cesseront point de prier toutes les fois qu’elles les verront dans quelque péril ou quelque nécessité. Dans les désastres, les maladies, la pauvreté extrême, les persécutions, les accidents de toutes sortes, elles seront leurs aides vigilantes.

Leur protection deviendra plus puissante encore, quand il s’agira de l’âme : victoire sur les tentations, acquisition des vertus, assistance à l’heure de la mort et délivrance des peines de l’autre vie.

Le cardinal Baronius, dont le témoignage est d’une si grande autorité, raconte qu’une personne très pieuse avait à soutenir au moment de la mort une lutte épouvantable contre les démons : tout à coup, elle vit s’ouvrir les cieux et en descendre des milliers de combattants aux blanches armures ; tous l’entourèrent et lui promirent leur assistance dans ce terrible et dernier combat.

Emue jusqu’aux larmes d’une si admirable protection, elle demanda à ses défenseurs qui ils étaient : « Nous sommes, répondirent-ils, les âmes que vos suffrages ont tirées du purgatoire ; nous venons à notre tour vous conduire en paradis. » A ces paroles, la malade expira, la sérénité sur le visage et la joie dans le cœur.

Et quand même, par une impossible supposition, ces âmes tomberaient dans un ingrat oubli de leurs bienfaiteurs, le Dieu de bonté infinie saurait bien s’en souvenir pour elles. Oui, tous ceux qui secourront les âmes, verront s’accomplir en eux le souhait de Ruth : (ch. I, 8.) « Que le Seigneur agisse envers vous comme vous avez agi envers les morts. »

Jésus a engagé sa parole, il sera miséricordieux envers les miséricordieux. Oh ! avec quelle plénitude, il l’exercera cette miséricorde, à l’égard de ceux qui auront été miséricordieux envers les âmes du purgatoire, ses filles chéries et prédestinées !

Le séraphique saint Bernardin assure qu’il y a plus de mérite à faire quelque bien à l’une de ces âmes, qu’à en faire dix fois autant en faveur d’un vivant, lors même qu’il serait prisonnier, infirme, malade, tourmenté de la faim ; et cela, parce que le bienfait est en proportion du besoin que l’on soulage. Est-il en effet, une plus grande nécessité, une misère plus extrême que celle qui afflige ces pauvres âmes ?

L’angélique saint Thomas assure que l’application de nos bonnes œuvres aux âmes souffrantes est d’un grand prix aux yeux de Dieu ; que cette charité nous acquiert des mérites dont un seul degré surpasse tous les trésors de la nature, attendu qu’à chaque degré de mérite correspond, par une juste récompense, un degré de gloire éternelle.

Saint Ambroise dit aussi, dans son livre des offices, que tout ce qu’on offre par charité pour les défunts, se change en mérites pour nous et que nous le retrouvons au centuple après la mort.



Source: http://www.liberius.net/livres/Les_merveilles_divines_dans_les_ames_du_purgatoire_000000373.pdf

Jérémie
Jérémie
Avec Saint Joseph

Masculin Messages : 1479
Localisation : France, Belgique
Inscription : 01/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire - Page 2 Empty Re: Les merveilles divines dans les âmes du purgatoire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum