Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 18:47

NOTE D’EXPERTISE GRAND PUBLIC
SUR LES NOUVEAUX VACCINS ANTI-COVID19
– VACCINS À ARNm –
– VACCINS OGM -


Séminaire RITA – PIIX – Décembre 2020
Médecins et scientifiques francophones

 
SOMMAIRE

SYNOPSIS ………………………………………………………………………………………………………………….……..1
Notions de base sur l’ADN, l’ARN, le patrimoine génétique et l’épigénétique…………....… 2
Existe-t-il, en particulier, un risque de modification du génome post-vaccin ? …………   13
de vaccins ? Questionnement éthique…………………………………………………………………..………..15
CONCLUSION ET PERSPECTIVES …………………………………………………………………………………   18


SYNOPSIS
L’hérédité est la transmission au fil des générations des caractéristiques génétiques et épigénétiques d’une espèce. 
Le corps humain est composé de plusieurs milliards de cellules, en interaction avec autant - voire bien plus - de bactéries et de virus. Un virus fonctionne comme une seringue ; il injecte son patrimoine génétique dans une cellule hôte provoquant l’infection. Le patrimoine génétique du virus va utiliser à son profit les ressources de l’hôte pour produire les différents constituants de nouvelles particules virales afin d’assurer sa réplication.
Le SARS-CoV-2 est un virus à couronne (corona virus). Les « pointes » de sa couronne sont constituées des protéines « Spike », premier contact avec la cellule humaine. Comme le reste des constituants du virus, « Spike » est produite, conformément au patrimoine génétique du virus SARS-CoV-2, par les molécules de la cellule humaine. Les stratégies vaccinales anti COVID-19 actuelles sont fondées sur le choix de faire produire des anticorps anti-«Spike» par le sujet vacciné.  
Nous considérons ici deux des technologies vaccinales de nouvelle génération (c’est-à-dire qui n’ont jamais mises en œuvre chez l’homme auparavant) :
- « vaccin à ARNm » qui propose d’injecter une information génétique du virus (ARNm viral), pour la faire fabriquer par la cellule humaine (ex : stratégies de Pfizer-BioNTec et de Moderna);
- « vaccin OGM » qui propose d’injecter un organisme génétiquement modifié (ex : adénovirus de chimpanzé recombinant ChAdox1 de AstraZeneca).
Dans le contexte d’une mise en œuvre de ces nouvelles technologies, cette note a pour objectif d’émettre un certain nombre d’alertes, essentiellement sur le plan génomique : 

  • Aucun vaccin anti-coronavirus n’a jamais été approuvé car ils peuvent déclencher un emballement de la réponse via des anticorps qui, au lieu de neutraliser, facilitent toute nouvelle infection (dite ADE), et/ou exacerbent les infections virales pulmonaires (dite ERD) 
  • L’accélération de production de ces « vaccins » est dangereuse, notamment compte-tenu de ces connaissances d’emballement (ADE/ERD) avec des protocoles qui ont réduit de 24mois, à 6 mois le délai d’observation des évènements indésirables graves ;
  • Ces vaccins sont en fait des vaccins géniques expérimentaux (à ARNm ou OGM) puisque ces produits, qui résultent spécifiquement de la technique de génie génétique, n’ont jamais été testés chez l’homme ;
  • L’injection de ces médicaments est nécessairement associée à la modification génétique / épigénétique du patrimoine génétique des individus sains, sans défaillance génétique particulière. Ces modifications résultent du principe même des myriades d’interactions connues au niveau des acides nucléiques, et en particulier de l’ARNm, comme des jonctions créées par la recombinaison de séquences, dans le cas d’un OGM ;
  • Le risque de transmission de ces modifications génétiques / épigénétiques existe. Pourtant, il n’a fait, ni ne fait l’objet d’aucune étude, d’aucun suivi ; 
  • Ils ciblent le fragment « Spike », qui pose divers problèmes stratégiques : sur les plans génétique, immunologique et inflammatoire.
  • Dans le cas du vaccin expérimental à ARNm, la production de protéines virales par des cellules humaines génère une réaction de type auto-immune. Seul un suivi particulier devrait permettre de s’assurer que cette réaction soit transitoire et ne devienne pas chronique;
  • L’ARNm du « vaccin » peut circuler dans tout le corps et peut potentiellement atteindre le cerveau (les neurones) et/ou les cellules germinales (les spermatozoïdes / les ovocytes).


Dernière édition par azais le Jeu 18 Fév - 11:05, édité 3 fois
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 18:49

CHAPITRE 1
Notions de base sur l’ADN, l’ARN, l’hérédité génétique et épigénétique

a/ Hérédité génétique et épigénétique
L’hérédité est la transmission au fil des générations des caractéristiques génétiques et épigénétiques d’une espèce. Le corps humain est composé de plusieurs milliards de cellules, en interaction avec autant ou bien plus de bactéries et de virus. Pour fonctionner, les cellules du corps humain, les bactéries et les virus, échangent constamment de l’information sous forme d’ARN et de protéines, voire d’ADN dans le cas de certains virus. 
La transmission héréditaire est de nature à la fois génétique et épigénétique
- la part génétique est représentée par l’ADN, contenue dans le noyau et les mitochondries (éléments cellulaires responsables de la production d’énergie), comme illustré par la figure 1;
- tandis que la part épigénétique va permettre la transmission de traits acquis, au travers de facteurs (tels que les ARN) et de modifications (au niveau de l’ADN et des ARN), comme illustré par la figure 1 (B et C). 
Cette régulation épigénétique a des conséquences fondamentales sur les organismes :
sur la plasticité : c’est par l’épigénétique que nos cellules qui possèdent le même ADN ont un aspect si différent (peau, osseuses, sanguines...), ou que, chez les abeilles, la reine et les ouvrières qui possèdent le même ADN  ont une apparence si différente (morphologie, comportement, et développement ou non de certains organes);

sur l’hérédité : c’est par l’épigénétique que sont transmis des traits acquis. A ce jour, nous savons donc que cette transmission épigénétique est permise par : (i) des modifications au niveau de l’ADN2, (ii) au niveau de l’ARN, (iii) par la transmission même de l’ADN et de l’ARN, (iv) et par l’intermédiaire de facteurs circulants.
En outre, grâce à l’épigénétique, nous avons étendu notre compréhension de l’hérédité inter-générationnelle, à l’hérédité trans-générationnelle (sauts de génération), ainsi qu’aux risques de maladie, comme récemment revu par l’équipe de Jawaid et Mansuy. 

b/ Notions élémentaires sur l’ADN, l’ARN dont l’ARN messager, et le passage de l’un à l’autre
Par analogie, on peut considérer :
l’ADN comme le disque dur, 
l’ARN comme le flux d’information formant les réseaux de connectivité, 
- et les protéines comme les éléments constituants. 
Tandis que l’ADN et l’ARN sont les deux formes possibles de l’information génétique, les protéines sont les constituants de la cellule. Les protéines assurent à la fois la structure et la fonction de la cellule. 
L’ARN existe sous de nombreuses formes dont l’une d’elle est l’ARNm dit « ARN messager ». On le désigne « messager » car il sert d’intermédiaire à l’ADN pour produire les protéines, comme l’indique la Figure 2. Pour passer de l’ADN à l’ARNm, une protéine particulière est utilisée qu’on appelle « Transcriptase ». A contrario, l’ARNm peut redevenir ADN grâce à une autre protéine qu’on appelle « transcriptase inverse » (notée RT pour reverse transcriptase).
  
Il existe différentes sources de transcriptase inverse. Certaines sont endogènes, comme la « télomérase »; certaines sont exogènes, comme la transcriptase inverse produite par les rétrovirus, comme le VIH, qui produit aussi l’intégrase, ou par des virus comme les « spumavirus » (ou foamy viruses) qui sont asymptomatiques; d’autres résultent de l’intégration préalable dans notre génome de séquences rétrovirales.




Laboratoires développant des vaccins géniques expérimentaux
Vaccin OGM
Cansino Biologics (CN)
Gamaleya (IN)
Beth Israël Deaconness - Johnson & Johnson (US)
AstraZeneca et Oxford
(UK)
Institut Pasteur & Thermis Merck (FR)
BeijingWantai Biological Pharmacy
(CN)
Vaccin à ARNm
Pfizer (US)
BioNTec (DE)
Moderna (US)
CureVac (EU)
Acturus (FR)
Imperial College (UK)
Morningside Ventures(FR)
Vaccin à ADN
Zydus Cadila(IN)
AnGes (JP)
Vaccin particulier
Medicago-GSK (CA-UK)
Novavax (US)
Sanofi Pasteur/GSK (FR-UK)
EpiVaccorona de Vector Institute (RU)


Dernière édition par azais le Jeu 14 Jan - 22:22, édité 1 fois
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 18:50

CHAPITRE 2
Que se passe-t-il lors d’une infection par un virus ?

a/ Les virus sont comparables à des seringues
Un virus est une entité à la frontière entre le « vivant » et le « non-vivant ». Il n’est pas vivant par lui-même. C’est un agent infectieux semblable à une seringue capable d’injecter son information génétique dans une cellule hôte. Comme le montre la Figure 3, un virus est généralement composé de son matériel génétique protégé par une capside, entouré d’une enveloppe qui expose des protéines à la surface.
    "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection 97506edb-fe64-46d2-8c9a-dfd6600290ac
Dans le cas du virus SARS-CoV-2 responsable de la COVID-19, la « seringue » est faite d’une enveloppe hérissée de « pointes » nommées « Spike », qui lui confèrent son aspect en couronne, et contient sa molécule d’ARN, comme l’illustre la figure 4. Le SARS-CoV-2 fait partie de la famille des coronavirus (coronavirus = virus à couronne). 
 "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection 821e00b2-3933-4c54-8bf5-849f0523fc6a
b/ Les étapes de l’infection d’une cellule hôte par le virus SARS-CoV-2

Les grandes étapes de l’infection par le SARS-CoV-2 sont schématisées Figure 6.
Étape 1 : Lors d’une infection, le SARS-CoV-2 utilise sa capacité de « seringue » pour injecter son génome -en l’occurence son ARN- dans la cellule hôte. L’objectif est de subvertir la machinerie cellulaire à son profit pour produire les éléments nécessaires à la production de nouvelles particules virales (c’est-à-dire de nouvelles seringues). C’est un détournement des capacités de la cellule hôte au profit du virus.
Étape 2 : Une fois que le SARS-CoV-2 a injecté son ARN dans la cellule, l’ARN du coronavirus interagit avec une myriade de molécules. Comme une éponge, il va notamment interagir avec des informations clés de régulation comme les microARNs. Récemment, des faisceaux d’observations s’accumulent montrant que la simple présence de l’ARN viral dans le cytoplasme enclenche des processus extrêmement bien coordonnées. Ceux-ci conduisent à modifier l’épigénétique de l’hôte ainsi qu’à contrôler ses processus de défense antivirale, facilitant la réplication du virus et sa pathogénie. Toutes ces interactions débouchent sur des modifications épigénétiques qui sont donc différentes d’un type cellulaire à l’autre.
 Étape 3 : L’ARN viral va être répliqué pour produire d’autres molécules d’ARN viral, qui sont le disque dur des informations permettant la synthèse d’autres particules virales (autres seringues).
Étape 4 : Les molécules de l’hôte, détournées, vont permettre la traduction de l’information génétique ARN du virus en protéines virales (notamment « Spike »). 
Étape 5 : Une fois l’ARN du virus répliqué et les protéines synthétisées (notamment « Spike »), de nombreuses particules virales vont alors se reconstituer à l’intérieur de la cellule infectée.
 Etape 6 : Le cycle du virus ne s’arrête pas là. Les virus dupliqués, ainsi que des fragments 
de protéines « Spike » ou d’ARN viral sont 
ensuite libérés hors de la cellule et capables de circuler dans l’organisme pour atteindre des tissus cibles, c’est-à-dire les tissus pour lesquels le virus a le plus d’affinité. Dans le cas du SARS-CoV-2, les principaux tissus cibles sont ceux qui contiennent le plus de protéines de reconnaissance, comme ACE-2 ou neuropilin-1, qui sont très fortement représentés dans les testicules6 (différentes cellules de soutien du testicule), le placenta6, le foie6, l’intestin, mais aussi les neurones,, et potentiellement les ovocytes.
c/ Infection virale et réponse immunitaire
Lors d’une infection virale, certains éléments du virus qu’on appelle « antigènes », sont reconnus par le système immunitaire comme des éléments étrangers à l’organisme. La réponse de l’organisme consiste en la production d’une « armée » de cellules immunitaires dont une partie génère la production d’anticorps spécifiques, quand l’autre acquiert la capacité à reconnaître les cellules infectées pour les éliminer. Ces cellules « tueuses », si elles sont spécifiques de la protéine« Spike » peuvent ainsi détruire les cellules infectées par le virus. Les anticorps produits, s’ils sont « neutralisants »,  vont permettre de limiter l’infection en empêchant le virus d’entrer dans la cellule, en limitant ainsi l’infection. 
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 18:50

CHAPITRE 3
Qu’est-ce qu’un vaccin ? Quels sont les différents types de vaccins existants ?


a/ Le vaccin en général
Selon le dictionnaire Larousse, un vaccin est une « substance d'origine microbienne (microbes vivants atténués ou tués, substances solubles) qui, administrée à un individu ou à un animal, lui confère l'immunité à l'égard de l'infection déterminée par les microbes mêmes dont elle provient et parfois à l'égard d'autres infections. » 
Le principe vaccinal est de présenter les antigènes du virus à l’organisme hôte, dans le but de déclencher une réponse immunitaire qui génére des anticorps. Le stock d’anticorps ainsi constitué devrait permettre d’éviter ou d’atténuer la maladie naturelle ou ses conséquences délétères lors d’un contact ultérieur avec l’agent infectieux. 
Quatre catégories de vaccins antiviraux sont présentées par le site de l’Inserm : 1/ vaccins vivants atténués, 2/ vaccins inactivés, 3/ vaccins sous-unitaires (fragments de microbe purifiés), 4/ et vaccins fabriqués par génie génétique, dont l’antigène est produit à partir d’un gène du microbe que l’on fait s’exprimer dans des cellules en culture. A l’exception de SinoPharm et de SinoVac qui sont des vaccins inactivés, aucun des développement récents anti-covid19 n’appartient à l’une de ces catégories. Ils appartiennent à de nouvelles générations de vaccins.
b/ Le cas particulier des  vaccins contre les coronavirus
Présenter la vaccination anti-COVID19 comme une solution miracle ne tient pas compte :
- d’une part, du cas particulier des coronavirus dont la réponse au vaccin est susceptible de déclencher une réponse immunitaire inappropriée, la maladie de l’ADE (antibody-dependent enhancement) qui augmente l’infection virale et renforce les lésions au niveau pulmonaire selon l’ERD (enhancement respiratory disease) (notamment chez le sujet âgé et notamment en réponse à des anticorps anti-Spike).
- d’autre part de l'immense diversité - imprévisible - des réponses immunitaires individuelles possibles, et du cas particulier de la complexité de la COVID-19 particulièrement mise en évidence par les récents travaux de l’équipe de Casanova,.
A ce jour, aucun vaccin contre des virus proches du SARS-CoV n’a été approuvé (notamment : SARS-CoV-1, MERS-CoV),tandis que des vaccins contre le VRS (Virus Respiratoire Syncytial) et la Dengue ont été suspendus, en expliquant respectivement l’échec dans Nature, et le fiasco dans Science. Cette réponse immunitaire inappropriée au niveau « anticorps » est en effet capable de déclencher un emballement délétère du système, entrainant en réponse au vaccin une morbidité élevée et parfois des décès,
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 18:51

CHAPITRE 4
A quoi correspondent ces nouveaux vaccins anti-COVID19 ?


a/ Nouvelles technologies, biotechnologie et OGM
De nouvelles technologies développées en génie génétique (« genetic engineering ») sont fondées sur l’administration de molécules d’ADN ou d’ARNm artificiellement synthétisées avec pour objectif de contraindre un organisme hôte à produire lui-même les protéines codées par cette information génétique. L’organisme hôte est alors utilisé à des fins de production de la protéine souhaitée, comme l’insuline, l’hormone de croissance… L’information génétique reçue transforme de facto l’organisme qui les reçoit en organisme génétiquement modifié
b/ Médicaments de thérapie innovante de type ATMP
Appliquées à l’homme, ces technologies sont considérées comme des médicaments de thérapie innovante ou ATMP (pour Advanced Therapy Medicinal Products). Les médicaments de type ATMP ont les caractéristiques suivantes :

  • ils contiennent une substance active qui contient ou constitue un acide nucléique recombinant et est administré à des personnes en vue de réguler, de réparer, de remplacer, d’ajouter ou de supprimer une séquence génétique ;
  • son effet thérapeutique, prophylactique ou diagnostique dépend directement de la séquence d’acide nucléique recombinant qu’il contient ou au produit de l’expression génétique de cette séquence.


c/ Terminologie inadaptée pour ces nouvelles technologies vaccinales 
Au vu de ces considérations, la grande majorité des nouveaux développements de vaccins anti-COVID19 devraient rentrer dans la catégorie ATMP. En effet, la stratégie de « vaccin OGM » repose sur les caractéristiques identiques à celles soulignées ci-dessus de la définition des ATMPs.  
La stratégie du « vaccin à ARNm» repose sur le principe de faire produire par l’hôte une protéine de virus, c’est-à-dire de modifier génétiquement l’homme afin de lui conférer l’information qui est considérée comme manquante pour lutter contre la COVID-19. Le « vaccin à ARNm » a la particularité d’être constitué d’un acide nucléique de synthèse. 
Or le mot « vaccin » ne traduit pas du tout ces notions. 
Pour permettre une compréhension plus claire pour le grand public, certains scientifiques ont proposé de remplacer le mot « vaccin » par le terme « thérapie génique ». Si ce terme a le mérite d’éclairer la compréhension du grand public, le terme « thérapie » ne traduit cependant pas que cette stratégie génique vise des individus sains. Enfin, le terme « thérapie génique » ne traduit pas non plus le fait que ces stratégies anti-COVID19 sont expérimentales car elles ont fait l’objet d’un développement accéléré (en « fast-track »), sans évaluation chez l’animal. 
Pour la suite de cette note, nous proposons donc le recours au terme « vaccin génique expérimental », en précisant s’il est à ARNm, à ADN ou OGM.
d/ Une présentation inexacte du « vaccin génique expérimental à ARNm » anti-COVID19
Un autre souci réside dans la présentation par omission qui est faite du « vaccin à ARNm », dans la mesure où seules les étapes 1 et 4 de la figure 6 sont présentées au grand public. La présentation simpliste qui en est faite résulte en l’injection dans les cellules d’un individu sain, d’un fragment d’ARNm artificiellement synthétisé contenant l’information génétique nécessaire à la synthèse de la protéine « Spike » et encapsulé dans des nanoparticules lipidiques (étape 1 de la Figure 6). Une fois ce fragment d’ARNm exogène internalisé dans les cellules, la machinerie cellulaire de traduction est détournée pour traduire cet ARNen protéine (étape 4 de la Figure 6), aboutissant à la synthèse de l’antigène « Spike » contre lequel doit se déclencher par la suite la réponse immunitaire. Notons que certaines formes du vaccin ARNm envisagées notamment par Pfizer sont auto-amplificatrices (self-amplifying RNA) et permettent la réplication intracellulaire de l’ARNm, amplifiant ainsi la réponse vaccinale. 
Or, en s’aidant de la Figure 6, il est aisé de voir qu’il manque certaines étapes critiques à la description simpliste ci-dessus :
- Etape 1 (complément) : le choix de la « seringue » (ou du véhicule). La molécule d’ARNm est empaquetée dans des nanoparticules lipidiques qui sont d’ailleurs modifiées par du PEG dans le cas du vaccin de Moderna. Depuis longtemps, ce procédé est connu pour provoquer des effets toxiques notables, notamment en réponse à une exposition répétée.
- Etape 3 : les interactions de l’ARNm synthétique avec les molécules de la cellule sont diverses et devraient modifier le patrimoine génétique de la cellule au niveau « épigénétique ». L’ensemble de ces interactions (protéines, ARN, microARN, complexes moléculaires) a fait l’objet de nombreuses publications pour SARS-CoV2, notamment au niveau de son interactome, et de l’ARN de « Spike ». 
- Etape 4 : l’administration d’information génétique exogène vise à « augmenter » le patrimoine génétique des individus sains sans défaillance génétique particulière. Ce concept est tout à fait nouveau, et éthiquement discutable, puisque les essais de « thérapie génique » conduits jusqu’à ce jour étaient réservés exclusivement à des patients atteints de maladie sévère (de type cancer) ou d’une défaillance génétique grave, dans l’intention de corriger ou d’éteindre l’expression d’un gène défectueux. Appliquer des techniques de génie génétique avec apport d’information génétique exogène à une population saine implique, outre les considérations éthiques, que la balance bénéfice - risque soit dûment évaluée. La perspective d’une vaccination à grande échelle est d’autant plus contraignante en matière d’évaluation et de maîtrise des risques.
- Etape 5 et 6 : les trafics intracellulaire et intercellulaire d’un certain nombre de molécules devrait être modifié, mais ni l’étendu, ni la nature de ces modifications ont été étudiés. La présence des molécules au temps de l’entrée de l’ARNm « vaccinal » est notamment déterminée par le type cellulaire et l’état métabolique de la cellule. 
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 18:52

CHAPITRE 5-INFO CHECKS
Vaccins anti-Covid19 : des « vaccins géniques expérimentaux »

Cette nouvelle technologie vaccinale doit dès lors être appréhendée sous l’angle de ce qu’elle est, à savoir un vaccin génique expérimental (administré à des personnes saines). De nombreuses préoccupations légitimes quant à la sécurité d’emploi d’une telle innovation se posent.
a/ Aucune stratégie vaccinale (traditionnelle ou innovante) n’a jamais été approuvée pour un coronavirus
Alors que le développement traditionnel d’un vaccin comprend une phase de développement pré-clinique comprise entre trois et huit ans, puis une phase d’essais cliniques pouvant durer jusqu’à 10 ans (figure 7), quelques mois seulement se sont écoulés entre les premières publications des séquences du SARS-CoV2 et les essais cliniques de phase III, dont certains résultats ont déjà été divulgués. De nombreux paramètres font défaut. Par exemple dans l’étude de Pfizer, aucune données pharmacocinétique, pharmacodynamique, génétique n’est documentée. 
Le niveau de risques attendus est tel qu’une équipe de scientifiques a demandé qu’un niveau supplémentaire d’avertissement soit mis en place sous forme d’un consentement éclairé sur ces risques spécifiques, comme le public suédois aurait dû être alerté des risques de narcolepsie dans le cas des vaccins Pandemrix de GSK. Dans la compréhension actuelle et consensuelle, les vaccins anti COVID-19, en provoquant un désordre de type ADE, pourraient rendre le sujet vacciné plus à risque d’une forme sévère de la maladie que s’il n’était pas vacciné42. Le consensus est tel que la plupart des laboratoires pharmaceutiques ont d’ailleurs précisé que leurs stratégies ne permettaient pas de protéger contre la forme sévère (ou réanimatoire) du COVID-19. En particulier, ces effets délétères pourraient être d’autant plus importants lors d’injections répétées d’ARN. 
Remarque : Si le niveau idoine de consentement éclairé (éclairant notamment sur le risque d’ADE) n’est pas respecté, les Européens peuvent saisir la Convention MEDICRIME.
b/ Des essais en mode accéléré et partiels au détriment de la sécurité et de la transparence
L’accélération inédite de production de ces solutions vaccinales est associée à des études cliniques partielles. De vives critiques d’éminents scientifiques, de médecins et même d’éditeurs de journaux scientifiques (Dr Peter Doshi, UK) s’élèvent ci- et là- et s’interrogent sur la pertinence de ces essais à épargner des vies, comme à empêcher la transmission ou empêcher la survenue de cas graves, puisqu’aucun de ces paramètres n’a été étudié. 
Il n’existe pas de données sur la durée de la protection vaccinale conférée, ni sur les réactions des certaines classes d’âge (essai n’incluant pas les enfants et de taille insuffisante pour évaluer l’effet sur un groupe de sujets âgés), ni sur les populations de sujets dits à risque (exclus de tous les essais effectués), ni sur des effets secondaires retardés (non répertoriés du fait de l’accélération des essais : moins de 2 mois de recul). 
Compte-tenu de nos connaissances scientifiques sur les risques d’ADE (ou ERD) (voir 3.b et 5.a), la durée de suivi des évènements indésirables graves devrait être maintenue à 24 mois. Pourtant, elle a été réduite à 6 mois.  L’efficacité rapportée pour les vaccins développés à ce jour ne précise pas si les anticorps synthétisés en réponse au vaccin vont être neutralisants, ou à défaut, comme dans la réponse ADE, peu neutralisants, voire facilitateurs d’une nouvelle infection. 
 "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection B685dadc-9456-43ca-8a82-747c463f5b56
c/ INFO CHECKS
 Au stade de l’injection : 
Aucune inquiétude n’a été soulevée sur le site de l’injection. Pourtant, l’injection du vaccin dans le muscle va transformer la cellule musculaire qui reçoit l’ARNm vaccinal en présentatrice d'antigène. Or, ce rôle est habituellement dévolu à certains lymphocytes. La réponse antigénique des lymphocytes semble être dépendante d'un contexte physiologique (inflammatoire, notamment) qui est toujours mal connu, probablement soumis à des variations individuelles notables, et donc à des risques d'auto-immunité imprévisibles dont les muscles pourraient se retrouver la cible, comme dans le cas de certaines pathologies musculaires sévères. Outre les cellules musculaires, l’injection devrait résulter dans le passage direct d’une partie des particules injectées dans la circulation sanguine du fait des par lésions vasculaires. 
 Devenir des particules d’ARN: Les travaux documentant la distribution de nanoparticules lipidiques ionisables rapportent effectivement une distribution à de très nombreux tissus (foie, rate, cerveau, poumon, cœur, rein, pancreas et muscle). Ainsi, les particules injectées sont donc susceptibles de toucher n’importe quel organe. Le passage par la nanoparticule de vaccin de la barrière hémato-encéphalique n’est donc pas exclue. De même, la circulation de ces particules jusqu’aux cellules germinales (spermatozoïdes/ovocytes) est possible. Dans l’un ou l’autre cas, les conséquences pourraient être dramatiques,,,
 Dégradation de l’ARN: La dégradation de l’ARNm exogène est présentée comme rapide sans que nous ayons trouvé d’étude correspondante. La dégradation rapide de l’ARNm dans la capsule nanolipidique ne serait donc que conceptuelle. Nos connaissances scientifiques récentes précisent au contraire que la dégradation d’un ARNm est non seulement complexe selon le mécanisme de non-sense mRNA decay (NMD), et que l’ARN est robuste puisqu’il a été retrouvé dans les conditions extrêmes d’eaux usées, ce qui donne encore un argument à la robustesse de survie de l’ARN, ou de fragments, comme un ARNm.
 Choix de ciblage de « Spike »
- Sur le plan stratégique : Si le choix historique des stratégies vaccinales de SARS-CoV-1 s’est porté en 2009 sur la protéine « Spike », c’est parce qu’il était envisagé comme étant un moyen de neutraliser l’entrée du virus dans la cellule. Cependant, en l’état actuel de nos connaissances, choisir « Spike » comme stratégie vaccinale est associé au risque de développer une interférence ADE et de lésions pulmonaires sévères dues aux anticorps anti-spike. Comme il apparait dans les paragraphes qui suivent, les risques associés pour un vaccin ciblé sur « spike » apparait sous de multiples facettes.
Au niveau immunologique : L’on sait que la persistance des anticorps anti-coronavirus dans la circulation est de courte durée. En revanche, l’immunité semble, contrairement à  ce qui avait été avancé, être, elle, durable. L’immunité engendrée par les coronavirus en général repose d’avantage sur la production de cellules T mémoire,. Celles-ci seraient responsables d’une immunité à médiation cellulaire croisée (et durable) entre les différents membres de la famille des coronavirus. Or, les antigènes impliqués dans cette réponse intéressent principalement la protéine « N ». On peut ainsi s’interroger sur de la durabilité de l’immunité résultant d’une immunisation par la protéine « Spike ».


- Au niveau génétique : Parmi les séquences du SARS-Cov-2, le gène Spike semble être un point chaud d’un grand nombre de mutations. Si certaines ne modifient pas la fonction de la protéine, en revanche elles créent une diversité d’épitopes qui rend le choix de « Spike » inattendu. Ainsi, un certain nombre de publications ont proposé de porter le choix vers d’autres protéines de la capside, pour éviter « Spike ».
- Au niveau protéique : La protéine « Spike » sert d’ancrage au niveau des tissus privilégiés. Les tissus privilégiés sont ceux qui expriment à un niveau élevé des récepteurs, notamment ACE-2, qui est présent de façon prépondérante: dans les testicules, les ovaires, le placenta, les cellules de l’intestin, mais aussi le cerveau. L’autre récepteur NRP1 (neuropilin-1) est exprimé très largement dans les cellules dendritiques du système sanguin, mais aussi dans le cerveau (cortex, hippocampe, cervelet, ganglion basal), en plus des systèmes reproducteurs masculins et féminins, comme ACE2. ACE2 joue entre autres un rôle important dans les mécanismes de régulation de la pression artérielle, tandis que NRP1 est un récepteur présent notamment au sein des cellules des épithéliums respiratoires et olfactifs. Dans le cas du vaccin à ARNm, quels sont les risques encourus à ce que la protéine « Spike » produite par l’homme vacciné se lie à ses tissus cibles, notamment au niveau du cerveau ou des organes reproducteurs ? Sommes-nous assurés qu’aucun risque à plus ou moins long terme n’est encouru ? Nous n’avons aucune réponse à ces questions pourtant fondamentales car, en l’absence d’analyse scientifique, susceptible d’interférer notamment avec la fertilité des sujets vaccinés.
Au niveau inflammatoire : Les réponses immunitaires contre le Spike de SARS-CoV-1 sont remarquablement complexes. Chez certains patients présentant des réponses rapides et élevées en anticorps, une diminution précoce de ces réponses est associée à une sévérité accrue de la maladie et à un risque plus élevé de décès,,,, sans mentionner les nombreuses études sur cette réponse ADE in vitro et celle qui exacerbe la maladie pulmonaire dans des modèles animaux,,,
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 18:54

CHAPITRE 6 – INFO CHECKS
Existe-t-il des risques quant au principe-même de ces vaccins anti-Covid19 ?
Existe-t-il, en particulier, un risque de modification du génome post-vaccin ? 

Les principaux essais cliniques présentés à ce jour ont inclus des participants à la condition qu’ils ne soient PAS en mesure de procréer pendant toute la durée de l’essai. Ces restrictions nous ont incité à revoir les éventuels risques de modification du génome, de transmission héréditaire, voire des risques de stérilité associés.
a/ INFO CHECKS-Risques d’insertion de l’information génétique contenue dans un ARN viral, ou vaccinal, dans le génome humain
L’insertion de génome viral dans le génome humain est un phénomène connu et observable, que ce soit pour les virus à ADN, comme à ARN. Au cours de l’évolution, de nombreuses séquences génomiques d’origine virale ont été intégrées au génome humain et transmises à la descendance, au point que près de 8% de notre génome est constitué d’ADN viral. Par « endogénisation », les virus à ADN sont capables d’intégrer leur ADN viral à l’ADN de la cellule hôte grâce à une enzyme appelée « intégrase », tout comme certains virus à ARN, dénommés les rétrovirus, sont capables d’intégrer leur ARN à l’ADN viral moyennant une étape préliminaire de transformation d’ARN en ADN, par une transcriptase inverse (RT) (Figure 2). 
Peut-on envisager que -contrairement à ce qui nous est couramment présenté- l’ARN vaccinal se trouve en présence de transcriptase inverse dans les cellules des individus hôte ? Oui, on peut l’envisager raisonnablement, avec différentes sources possibles de transcriptases inverses.
Chez le sujet déjà infecté par des rétrovirus

  • Si des molécules d’ARN vaccinal pénètrent au sein de cellules déjà infectées par des rétrovirus tels que l’hépatite C ou le HIV, le risque que l’ARNm de ces vaccins se retrouve intégré au génome du sujet vacciné est réel. Dans ces conditions, ne faudrait-il pas exiger un suivi particulier des sujets ayant eu le HIV ou l’hépatite C ? 

D’autres retrovirus qui ne donnent pas de symptomes existent. Sans signes ou symptômes pathologiques connus, les spumavirus (ou foamy viruses) sont une source dans les cellules qu’ils infectent silencieusement de réserves de transcriptase inverse.
Chez tous les sujets

  • Une source mal connue de transcriptase inverse doit être mentionnée : celle reposant sur des travaux de Gallo montrant l’existence de source endogène d’une enzyme humaine (et non virale) capable de transformer l’ARN en ADN dans des cellules immunitaires. Par ailleurs, le génome humain contient de très nombreuses séquences génétiques apparentées aux virus : les rétrotransposons. Ces séquences d’ADN endogène sont mobiles et aptes à se multiplier dans notre génome en codant notamment pour la transcriptase inverse. Ainsi, elles peuvent contribuer à des insertions dans différents types cellulaires notamment dans les processus cancéreux mais aussi dans les neurones et les spermatozoïdes. Il semble donc impossible d’exclure la possibilité d’insertion de l’ARN vaccinal injecté. 


b/ INFO CHECK-Risque d’insertion de l’ARN/ADN recombinant vaccinal dans le génome humain 
Lorsque le génome viral s’insère dans le génome humain, il peut, selon l’endroit où il s’insère, provoquer la mutation d’un gène clé. Ce phénomène est décrit comme la mutagenèse insertionnelle. Par la suite, cette insertion peut inactiver ou modifier l’expression du gène concerné, et induire par exemple des cancers.  De nombreuses études démontrent le potentiel pathogénique de la mutagenèse insertionnelle de certains virus à ARN (dont le VIH)  ainsi que des thérapies géniques utilisant des virus pour vecteurs .

  • En 2002, un virus à ARN génétiquement modifié a été administré à des enfants atteints d’une immunodéficience sévère due à une mutation sur un gène particulier. L’idée de la thérapie génique était de délivrer aux patients une version saine de ce gène. Mais trois ans après cet essai de thérapie génique, deux des 10 enfants traités ont développé une leucémie. La cause en était l’insertion de cette information génomique virale à proximité d’un proto-oncogène (gène de cancer). Ce qui provoqua des perturbations sévères de l’expression de ce gène, et finit par déclencher des cancers. 
  • En 2016, les effets génotoxiques des vecteurs viraux utilisés à des fins de thérapie génique ont conclu qu’« une connaissance approfondie de la biologie virale et des progrès en génétique cellulaire était nécessaire pour élucider la nature de la sélection des sites d'intégration des vecteurs viraux et les risques associés ». 


c/ INFO CHECKS-Risques de transmission héréditaire des insertions d’ARN/ADN vaccinal à la descendance
Du fait que des lésions au niveau vasculaires soient inévitables lors de l’injection, la circulation des particules vaccinales jusqu’aux cellules germinales est possible, et la transmission héréditaire de ces insertions ne peut être exclue.  Des cas d’insertion d’information génétique virale existent dans le génome humain, au niveau des gamètes. Par exemple, le virus Herpès HHV-6 se retrouve inséré au sein du génome d’environ 1% de la population mondiale. De même, le génome viral du VIH peut s’insérer au sein du génome de cellules testiculaires germinales chez l’homme. 

Pour conclure sur ce chapitre, via notre connaissance sur les différents modes d’interaction, il est possible que l’ARNm ou l’ADN recombinant vaccinal soit intégré dans le génome humain (notamment en cas de co-infection avec d’autres rétrovirus). 

Si l’intégration a lieu au niveau du génome des gamètes, cette mutation par insertion pourrait être transmise aux générations suivantes. 

Elle pourrait aussi être à l’origine du développement d’un cancer. 
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 18:54

CHAPITRE 7
Existe-t-il des risques de modifications épigénétiques associés à ces nouveaux types de vaccins ? Questionnement éthique

a/ Importance de l’épigénétique, comme modification du génome
Comme nous l’avons vu en introduction, l’épigénétique correspond à la régulation de l’activité génique en réponse à l’environnement (infections, nutrition, stress …). Ces changements résultent en une modification de la lecture des informations portées par notre ADN, et en des modifications de nos ARN. Ces modifications peuvent être transmises entre cellules, mais aussi à la descendance, avec ou sans saut de générations. 
En réponse aux virus, et notamment au SARS-CoV-2, l’interaction épigénétique entre les informations génétiques du virus et celles de l’hôte sont d’une remarquable complexité, comme l’illustre la Figure 8. Ces interactions impliquent notamment de tout petits ARN, les microARNs, qui sont de puissants régulateurs .
  "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection 015490d2-9ad9-48b6-8838-1155f420a37c

b/ L’exemple de l’influence des microARNs sur le SARS-CoV-2
De nombreuses équipes de recherche ont étudié les liens entre l’infection par le virus SARS-CoV-2 et les modifications épigénétiques, au niveau de protéines, de différents types d’ARN, et de complexes moléculaires. Parmi ces ARN, les microARNs agissent en se liant à des molécules d’ARNm, qu’elles soient virales ou humaines. Ces travaux ont mené à deux constats. 
Premier constat : l’ARN du virus SARS-CoV-2, et spécifiquement la séquence d’ARN de Spike, interagit avec de nombreuses molécules dont les microARNs. Ainsi, des études ont identifié des microARNs humains susceptibles d’interagir avec le génome du virus SARS-CoV-2. Chow et al en ont identifié 128, Sardar et al en ont identifié 98, Fulzele et al en ont identifié 873.
SARS-CoV-2 est assimilable à une « éponge » qui capturerait notamment les microARNs, ce qui aurait des conséquences délétères pour notre organisme, faciliterait la réplication virale ainsi que son échappement au système immunitaire. Ces interactions entre les microARNs et le génome viral sont par ailleurs envisagées comme l’une des raisons de la dangerosité du virus chez certains individus. Certains microARNs humains ciblent spécifiquement la séquence « Spike » du SARS-CoV-2, à savoir la séquence utilisée par les « vaccins » à ARNm. Second constat : la séquence d’ARN du SARS-CoV-2 n’est pas qu’un ARNm mais code aussi pour des microARNs viraux
Des travaux ont identifié des portions de l’ARN du SARS-CoV-2 qui correspondent à des séquences de microARNs. Demirci et al en ont identifié 29, qui participeraient à la régulation de la transcription, du métabolisme, voire du système de défense immunitaire. Satyam et al en ont identifié 6, qui moduleraient la prolifération cellulaire. Saini et al en ont identifié 26, qui moduleraient la pathogénicité du virus. Liu et al en ont identifié 1 qui est prédit comme renforçant l'infection par le SRAS-CoV-2 dans l'intestin. Vashetto et al en a identifié 1 spécifiquement au niveau de la séquence d’ARN viral Spike.  A l’inverse, l’ARN du SARS-CoV-2 contenant des microARNs susceptibles de venir perturber l’expression de nos gènes, la molécule d’ARN vaccinal pourrait en contenir également.
c/ Des « vaccins génique expérimentaux » à risque de perturber l’expression de nos gènes 
En résumé, que ce soit en interagissant avec un ensemble de molécules humaines dont des petits ARNs, ou par son propre codage d’informations non-codantes virales, les conséquences épigénétiques résultant de l’ajout d’un ARNm viral dans nos cellules sont multiples et imprévisibles. A titre d’exemple, le rôle d’éponge de la séquence ARNm pourra altérer le flux des informations sortantes de la cellule, et notamment au niveau des microARNs circulants dont l’effet peut être paracrineDans le cas des « vaccins OGM », les séquences recombinés auront les mêmes possibilités d’interaction que l’ARNm et sont susceptibles de conduire au même type de modifications épigénétiques. 
Selon ces mécanismes, l’interaction entre l’ARNm « vaccinal », ou le « vaccin OGM », et les microARNs pourrait typiquement entrainer une perturbation de la régulation génique à distance, pouvant atteindre notamment les gamètes, ce qui signifie que ces altérations de la signalisation épigénétique pourraient là encore être transmises à la descendance. 
d/ Bref survol des enjeux éthiques fondamentaux 
Au-delà de la sécurité, quel est le risque éthique encouru par l’administration d’ADN recombinant ou d’ARN exogène ? Quels sont les risques éthiques de modification du génome et de leur transmission suivant l’administration d’ARN artificiellement synthétisé comme d’ADN recombinant ? La modification du génome est-elle un scénario envisagé et discuté ? Une héritabilité de ces modifications est-elle anticipée, comprise et souhaitée ?  
Ces questions sont d’autant plus importantes en France où la Convention d’Oviedo pour la protection des Droits de l'Homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la biologie et de la médecine a été ratifiée en 1997. Cette convention visait à prévenir des dérives possibles de toutes les techniques d’ingénierie génétique. En effet, l’introduction de séquences non « naturelles » dans le génome humain, et donc non choisies par la nature, comme c’est le cas avec ces « vaccins à ARNm » et « vaccins OGM », pourrait faire encourir à l’Humanité des risques aussi imprévisibles que désastreux.  
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 18:55

CONCLUSION ET PERSPECTIVES

En conclusion, l’arrivée sur le marché des vaccins anti-COVID19 nécessite une information transparente, complète et actuelle, qui n’a toujours pas été partagée avec le grand public, et qui lui permette notamment de comprendre la toute nouvelle classe de vaccins qui sont des « vaccins géniques expérimentaux » (table ci-dessous). Alors même que l’Angleterre a débuté la vaccination de sa population et qu’on parle de vacciner en France, les personnes âgées dans les EHPAD, d’ici la fin du mois de décembre 2020, nous avons souhaité, par cette note, rendre accessibles des connaissances scientifiques actuelles, notamment en épigénétique. 
Cette note reflète l’état actuel de nos connaissances et de notre compréhension, notre but étant d’informer en transparence le grand public. Comme nous en donnons les éléments, cette campagne de vaccination anti-covid-19 avec les « vaccins à ARNm » ou « vaccins OGM » présente bien la capacité de modifier le génome des personnes vaccinés, ainsi que leur descendance, et de manière totalement imprévisible. Dans des contextes non repérables en population générale, la modification est possible au minimum au niveau épigénétique, voire par intégration à nos chromosomes. Le risque de transformer définitivement le génome de certaines cellules est donc bien réel, sans qu’aucune donnée scientifique ne permette d’écarter clairement ce risque, bien au contraire. 
Dans le cas du vaccin génique expérimental à ARNm, le sujet vacciné se trouve modifié, pouvant s’assimiler à un OGM, ou plutôt un humain génétiquement modifié, car il est transformé en « outil de production » d’une protéine virale, avec des risques de réaction auto-immune. Cette modification est présentée à tort comme « transitoire ». Pourtant, l’aspect transitoire de la modification n’est pas démontré dans le contexte des vaccins à ARNm ou OGM, ni leurs effets génétiques, ni même épigénétiques. 
Enfin, ces modifications géniques/épigénétiques pouvant avoir lieu au niveau de nos spermatozoïdes, comme de nos ovules, elles pourraient se transmettre à la descendance. Ce risque doit faire l’objet d’une discussion éthique fondamentale, large et approfondie. 
Ce rapport met en lumière l’état des connaissances scientifiques sur ces outils qui posent des questions éthiques fondamentales notamment au regard des principes de la Convention d’Oviedo, signée par la France en 1997, puis ratifiée le 13 décembre 2011, et selon lesquels « une intervention ayant pour objet de modifier le génome humain ne peut être entreprise que pour des raisons préventives, diagnostiques ou thérapeutiques et seulement si elle n'a pas pour but d'introduire une modification dans le génome de la descendance ». 
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 14 Jan - 19:00

Schema  expliquant les deux types de modification genetique 
resultant d'une injection de composite ARNm 
Pfizer/Bion'tech , Moderna etc ...
( source rapport  seminaire RITA , Decembre 2020 Stockholm )

Les injections de morceau de virus ARNm peuvent modifier 
l'ADN humain : HGM   (ou animal : OGM ) 
et /ou l' épigénétique  de ses cellules  de ses organes 

 Scénario A : Certains ARN messagers du "vaccin" peuvent être transformés, dans le cytoplasme, en ADN (transcriptase inverse) ,avant de penetrer dans le noyau ADN . 
Ce nouvel ADN peut pénétrer dans le noyau de la cellule et modifier l’ADN (intégrase) et/ou modifier l’épigénétique des cellules de l’individu "vacciné"(on parle de Régulations Épigénétiques induites du fait de la modification du noyau ADN qui va interferer sur son environnement , c'est à dire son epigénétique qui va réagir ) . 

Scénario B : Certains ARN messagers du "vaccin",  pénétrant dans le cytoplasme , peuvent interagir avec les ARN et les protéines de l’hôte. Par conséquent, le trafic de certains ARN et/ou protéines sera modifié. De ce trafic modifié en raison de l’interaction avec l’ARN messager du vaccin, ils peuvent 
-soit entrer dans le noyau de la cellule 
-ou sortir de la cellule pour circuler et interagir avec d’autres cellules. 
Dans les deux cas, ce trafic modifié peut entraîner une modification de l’épigénétique des cellules de l’individu inoculé ("vacciné"). 


Dernière édition par azais le Jeu 14 Jan - 22:43, édité 1 fois
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Isabelle-Marie Jeu 14 Jan - 21:24

Merci pour ce gros travail dont les lecteurs vous seront reconnaissants ; les vidéos étant de plus en plus censurées, il est bon d'avoir une trace écrite, on peut lire d'abord en transversal, puis approfondir à son gré.

Merci!
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6524
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

azais aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Ven 15 Jan - 14:39

Envoyer ce rapport (et lien de ce post ou de ce FIL ) en TWitt au pape. est à faire !! Je suis persuadé qu il est ignorant de ces choses tres graves
 et a des liens qui le feront aussi, surtout des pretres et medecins ...  voire au Nonce apostolique de Paris Mgr Migliore ( mail ou Twitt)
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Mar 16 Fév - 16:54

le vaccin Zanecca a ete autorisé parl l'OMS , diffusé desormais par centaines de millions y compris dans les "pays pauvres " à bas prix et est mis en oeuvre en France dans plusieurs hopitaux 
Au-delà du son caractère anti ethique ( utilisation  d'extraits defoetus vivants - et on sait qu'ils sont extraits quand ils sont encore vivants : un oeil est vendu 1000 $ - et de cellules de virus adjoints peu adaptés à une vaccination de masse ), les communiqués commencent à pleuvoir 

 exemple : plus de 50 à 70 % d'arrets de travail du personnel soignant à Perigueux 
https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/nouvelle-aquitaine/des-agents-de-l-hopital-de-perigueux-denoncent-les-effets-du-vaccin-astrazeneca-1335072.amp.html
   
ce , après messages reçus precedemment : 
les soignants de Morlaix, Rouen, Rennes, Brest  et st Lo  se plaignent d’effets second du « vaccin » ARNm thérapie génique  et astrazeneca 
https://www.letelegramme.fr/coronavirus/le-chru-de-brest-suspend-la-vaccination-astrazeneca-des-soignants-11-02-2021-12703395.php
https://www.lamanchelibre.fr/actualite-929268-saint-lo-suspension-de-la-vaccination-astrazeneca-vingt-soignants-avec-des-effets-secondaires?fbclid=IwAR2e628RA6HKQ30W1mZ-DfaaBkGtiGPYJylGfAeNAC2Qeb8B1kP44xA4K1A
L’hôpital de Morlaix aussi suspend la vaccination ça s’en vient l’arrêt général de la vaccination !
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Mar 16 Fév - 17:02

Pour autant les vaccins ARNm Pfizer et Moderna continuent ,  contre vents et marées, malgré  des fuites concernant le contenu de son business ... en matière de prevention et de securité sanitaire  SS  ( et le recours a  des vaccins censés être pourtant moins efficaces come celui de Astra zeneca (67% je crois, à comparer avec 50% de taux d'efficacité par traitement precoce et ambulatoire  par therapies proposées avec ivermectine et hte dose de vitamine D ou de zinc  de la coordination Santé Libre (*) 

  https://lemediaen442.fr/des-medecins-etablissent-un-lien-entre-les-vaccins-pfizer-et-moderna-et-des-troubles-sanguins-potentiellement-mortels/
Le Média en 4-4-2
Des médecins établissent un lien entre les vaccins Pfizer et Moderna et des troubles sanguins potentiellement mortels -
 Selon le New York Times qui cite des médecins, la technologie d’ARNm utilisée dans les vaccins contre le Covid-19 peut causer une thrombopénie immunitaire.

 (*) https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t45723-les-therapies-efficaces-contre-le-covid19-publiees-par-le-collectif-coordination-sante-libre-genial
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Mer 17 Fév - 3:42

concernant les vaccins à OGM ( typiquement Astra zeneca) 

l'AFP conteste l'utilisation de cellules de foetus avortés
"Aucune cellule fœtale n'est utilisée dans le processus de production de vaccin" 

https://factuel.afp.com/non-le-vaccin-astrazeneca-ne-contient-pas-de-cellules-foetales

 à contrario 

 l'IEB dévoile leur utilisation non seulement dans la conception du vaccin mais aussi dans sa phase de production 
https://www.ieb-eib.org/fr/actualite/recherche-biomedicale/recherche-medicale/vaccins-contre-le-coronavirus-et-utilisation-de-cellules-de-ftus-avortes-etat-des-lieux-1922.html?backto=cat

mais l'AFP  reprecise : "tout vaccin produit sur une lignée cellulaire [ donc de cellules de foetus avorté] , quelle que soit son origine, passe par des processus stricts de purification et de caractérisation (détermination de ses caractéristiques précises,  NDLR] assurant que seul le 'vaccin' est présent" dans le produit final, [ donc sans cellules de foetus dans le vaccin qui en aurait ete "purifié " ] avait expliqué en juillet à l'AFP Jeff Richardson, responsable de la communication de la société de biotechnologies Inovio qui travaille sur des vaccins à ADN mais qui n'utilise pas de lignées cellulaires humaines ou animales.


Revenant à l'article IEB celui ci ne site pas Astra Zeneca dans la liste des vaccins avec cellules de foetus avortés dans la phase suivante  de test experimental du dit vaccin   [une fois celui produit en phase 2] 


en résumé on se sert des foetus 
pour concevoir et produire un  vaccin final 
qui sera inoculé  debarrassé de ces cellules foetales 


 Réfléchit
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Vaccin Pfizer-BioNTech : une mortalité exceptionnelle

Message par Maurice d'Elbée Jeu 18 Fév - 9:28

Comparaison des effets secondaires entre Pfizer et un vaccin classique ROR Priorix utilisé depuis 52 ans. Un rapport de x80 pour les déclarations et x172 pour les décès :

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection EubOuXoWYAYT4Br?format=png&name=large
Maurice d'Elbée
Maurice d'Elbée
Aime le Rosaire

Masculin Messages : 791
Inscription : 06/09/2019

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 18 Fév - 10:10

@Maurice d'Elbée a écrit:
Comparaison des effets secondaires entre Pfizer et un vaccin classique ROR Priorix utilisé depuis 52 ans. Un rapport de x80 pour les déclarations et x172 pour les décès :

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection EubOuXoWYAYT4Br?format=png&name=large
Merci! 

 rappel de parutions sur plusieurs FIL ( je fusionnerai d'ailleurs celui ci avec l'un d'eux ) : 
mortalité et maladie surmultipliée par le vaccin Pfizer est visible dans la réalité  en Israe

( où la baisse des courbes de cas covid depuis 18 jours ne trompe pas : elle est dûe au fait que 35% des vaccins sont administré à des moins de 65 ans  et sains qui sont moins vulnérables que les plus de 65 ans et morbides , d'une part et à un ralentissement de vaccination de 35% , car les resultats de la vaccination en montraient toute l'ampleur catastrophique annoncée pourtant mais considérée d'être le fait de complotistes et de ce fait de "criminels ", même sur notre  forum )

 


@azais a écrit:
En Israel :

 vaccination commencée il y a 40 jours 

les infections et décès COVID ne cessent pas de monter en flèche 
[size]
 la courbe de cas malades confirmés 
650.000 cas fin janvier contre 375.000 au debut de la vaccination 
 soit  1300 /j ,  jusqu à la vaccination et 6875/ jour  depuis la vaccination : x 5,3  
(sur 1,5 mois contre 9mois sans vaccination soit  20 à 30 fois plus de contagions )

les décès suivent la même ascencion vertigineuse  
4800 déces contre 3100 au debut de la vaccination ( cumul depuis debut mars)
soit 11 deces/j jusqu'a la vaccination et  42/j depuis  : x 3,86  
  (sur 1,5 mois contre 9mois sans vaccination soit  16 à 24 fois plus de décès  )
 https://www.coronavirus-statistiques.com/stats-pays/coronavirus-nombre-de-cas-en-israel/
 
"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Header-israel
Coronavirus nombre de cas en Israël | Mise à jour quotidienne[/size]
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 18 Fév - 10:20

 En Israel une analyse de ces chiffres  fait la demonstration en divisant en deux classes d'age ( plus et moins de 65 ans ) une realité tres différentes que les chiffres presentés  ci dessus 
 Israël, pays le plus vacciné uniquement avec le Pfizer, montrent que cette thérapie  génique a tué 
40 fois plus de personnes chez les plus agés 
et 260 fois chez les plus jeunes 
 que le Covid lui-même 


 Appliquant les mêmes ratios calculés pour les décès au contagions COVID contractées par vaccination , on obtiendrait des chiffres également hallucinants pour les personnes agées comme pour les gens sains de moins de 65 ans .. et de toute évidence 
une chute de l'espérance de vie spectaculaire des personnes agées et morbides 
il n'est pas faux de parler ici d'holocauste 
Israel est la demonstration de cet holocauste dans notre pays , aux USA et en Europe 


 ma traduction du texte (qui est en anglais ) : 

 Parmi les personnes vaccinées et supérieures à 65 ans, 
-0,2 % des personnes vaccinées sont décédées au cours de la période de trois semaines entre les  1è et 2è doses, 
-d’où environ 200 parmi les 10 0000 vaccinés,  
-comparé aux 4,91 morts parmi les 100 000 personnes qui meurent de COVID-19 sans vaccination, voir ci-dessous. 
Cela ne doit pas être confondu avec le COVID-19 pour ceux qui ont terminé le processus de vaccination:  0,279 décès parmi les 1000000 signalés , 2 semaines après la deuxième dose, voir ci-dessous le tableau de l’article Ynet. 

Cette image effrayante s’étend également à ceux de moins de 65 ans, parmi lesquels, pendant les 5 semaines au cours du processus complet de vaccination 0,05%, 
- ce qui signifie 50 sur 100000, est décédé. 
-comparé aux 0,19 pour 100 000 habitants qui meurent du COVID-19 et qui ne sont pas vaccinés dans ce groupe d’âge, selon le tableau ci-dessus. 


Un moyen simple de relier  ces valeurs aux taux mensuels de décès covid-19 depuis le début de la pandémie et jusqu’à la mi-Décembre, 3014 décès, donc 3014/9 = 334,9 décès par mois. Les taux de mortalité mensuels depuis la mi-décembre sont de 2337/2 = 1168,5 décès par mois, soit 3,5 fois plus. ( à multiplier par la population israelienne/ le nb de personnes vaccinées sur 2 mois pour chaque tranche d’âges,  8 pour toutes tranches d'age confondues ) 
 
 Nous concluons que les vaccins Pfizer, pour les personnes âgées, tués au cours de la période de vaccination de 5 semaines environ 40 fois plus de personnes que la maladie elle-même aurait tué, 
et 
 le taux de mortalité du groupe d’âge plus jeune  ( moins de 65 ans ) a augmenté d’un facteur de  260 au cours de cette période de 5 semaines du processus de vaccination, par rapport à leur taux naturel de mortalité COVID-19.

Ces chiffres estimatifs de décès dus au vaccin ci dessus sont probablement beaucoup plus faibles que les chiffres réels, car ils ne représentent que ceux définis comme des décès covid-19 pour cette courte période et n’incluent pas les événements avc et cardiaques (et autres) résultant des réactions inflammatoires dans des dizaines de rapports documentés sur le site NAKIM, qui eux-mêmes ne sont que la pointe de l’iceberg , (voir sur le lien ci dessus l'url correspondant )ici. 

Cela ne tient pas compte non plus des complications à long terme décrites dans une plainte pénale déposée en décembre 2020 en France et traduite en anglais, voir ici.( idem)

Nous nous interrogeons sur la politique de vaccination et des presentations de  contagion et de déces ainsi tronqués au public ( et qui ne seront que clairement peut être publiées plus tard ... apres les élections et quand le mal sera fait sur toute la population à leur insu )  : n'ont elle pas pour but de produire un passeport vert valide au plus 6 mois, et de promouvoir les ventes de Pfizer. 
En effet , avec le recul, cela s’explique en constatant 
-que  les cas graves de COVID-19 ont augmenté au début de la vaccination 
-et que les cas ont commencé à diminuer lorsque la vaccination a été ouverte aux jeunes 
- et va continuer de diminuer à mesure que la campagne nationale de vaccination perd de son élan….. (celle ci a reduit depuis le 24 janvier de 30 à 35% son rythme de vaccination  au vu des courbes produites par l'OMS au 14 fevrier ) 
Nous espérons que ce massacre n’inclura pas les moins de 13 ans, car ceux-ci ont un taux d’effets indésirables accru, y compris la mort, aux vaccins comme le montrent les données pluriannuelle des rapports VAERS aux États-Unis. 
Nous résumons 
 la pandémie pourrait être prévue dans  les semaines à venir en  diminution des vaccinations et celle de l’âge de vaccination provoquera une diminution du nombre de cas graves, principalement non pas en raison de la protection du vaccin, mais parce que moins de personnes   mourront du vaccin et d’autres effets indésirables du vaccin. ( puisque il y aura moins de personnes âgées vaccinées ) 

Ce sera temporaire car dans quelques mois, il est  prévoyable  que le pays doive faire face  à des effets indésirables à moyen et à long terme de la vaccination en tant qu’ADE (Anticorps dépendant de l’amélioration) et les mutants résistants à la vaccination sélectionnés par les vaccins.
(Mais cela devrait se produire après les prochaines élections et les électeurs (survivants) n’auront pas une autre occasion d’exprimer leur déception face au scrutin qui aura eu lieu )
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Jeu 18 Fév - 11:23

sans vouloir en rajouter avec la realité des faits observés en periode d'holocauste vaccinal , les esperts continuent leurs alertes en matière de génotoxicité  des vaccins ARNm 

( désole traduction pour plus tard ) 
 la conclusion de ces études : "considerant ces etudes pourlesquelles les vaccins sont directement impactés dans l'alteration de notre ADN , il est de toute evidence que les injections ARN geniques ( "pseudo-vaccins")ont le potentiel d'alterer notre ADN et notre genome humain 


 COULD COVID VACCINES ALTER THE HUMAN DNA?

On December 12th, a scientific paper was published showing that the human DNA is changed by the SARS CoV-2 RNA vaccine via a process called reverse transcriptase:

"SARS-CoV-2 RNA reverse-transcribed and integrated into the human genome"

https://doi.org/10.1101/2020.12.12.422516
https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.12.12.422516v1


The new group of vaccines including those made by Pfizer and Moderna use a new mRNA technology.  According to the Information for Healthcare Professionals on the UK government website, the mechanism of action is called transfection, where foreign genetic material, mRNA, is introduced into human cells.   

https://coronavirus-yellowcard.mhra.gov.uk/productinformation
https://meshb.nlm.nih.gov/record/ui?name=Transfection


The vaccine manufacturers argue that this mRNA technology does not change human DNA as the mRNA is delivered to the cell cytoplasm and not directly into the nucleus where the DNA is located. However, this technology has the potential to alter the human DNA due to something called reverse transcriptase where transfers of information from mRNA to DNA are explicitly possible.  

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2987654/
https://www.nature.com/articles/227561a0

It has long been known that certain viruses, such as the retrovirus HIV as well as the non retrovirus Hepatitis B,can be taken up by the reverse transcriptase into the cell’s DNA, into thenucleus, to replicate the virus genomes:

https://www.britannica.com/science/reverse-transcriptase
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5651755/

The FDA admits that many people may be carriers of dormant retroviruses. 

https://www.fda.gov/vaccines-blood-biologics/biologics-research-projects/investigating-viruses-cells-used-make-vaccines-and-evaluating-potential-threat-posed-transmission ;


We do not know the effects of this vaccine on dormant retroviruses, which are inherently capable of reverse transcriptase. There is also debate of the origins of the SARS CoV-2 virus which some scientists believe contains inserts of the HIV virus. 

https://www.researchgate.net/publication/338957445_Uncanny_similarity_of_unique_inserts_in_the_2019-nCoV_spike_protein_to_HIV-1_gp120_and_Gag ;

Indeed, test subjects for the mRNA based vaccines have been getting HIV false positives on tests.

https://www.telegraph.co.uk/news/2020/12/11/australia-abandons-covid-19-vaccine-due-false-hiv-positives/ ;

Considering this new study where the vaccines were directly shown to alter our DNA,  there is clear evidence that all the mRNA vaccines have the potential to alter our DNA, our human genome.

bioRxiv (http://doi.org/10.1101/2020.12.12.422516)
SARS-CoV-2 RNA reverse-transcribed and integrated into the human genome
Prolonged SARS-CoV-2 RNA shedding and recurrence of PCR-positive tests have been widely
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Isabelle-Marie Ven 19 Fév - 12:40

Alexandra Henrion-Caude préconise l'arrêt de ce vaccin, et elle parle également de la situation en Israël qui est alarmante.

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6524
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Nicolas-p Ven 19 Fév - 13:11

Assez mal l'aise cela s'entend très bien face aux questions posées et un peu confuse dans ses réponses face a ce que on a put entendre sur ses prises de position précédentes.

On ne va pas de nouveau polémiquer (ce n est pas mon but et ce serait stérile )

Merci pour ce qu'elle fait en son âme et conscience.
En mon âme et conscience idem.
Nicolas-p
Nicolas-p
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2042
Age : 47
Localisation : aquitaine
Inscription : 01/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Philippe-Antoine Ven 19 Fév - 18:55

Je vous invite à visionner cette video :



Me Carlo Brusa brillantissimo!!!
Applaudissement
Good!
Philippe-Antoine
Philippe-Antoine
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 5124
Age : 68
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Dim 21 Fév - 16:45

  @Nicolas-p a bien raison de ne pas renouveler une polemique inutile qui a conduit à un piratage du FIL consacré aux vaccins anti-covid et au verrouilage de ce FIL .


Alexandra n'était pas la première à dire que l'ARNm avec les enzymes qu'il faut permettent de modifier le genome ( "l'ADN à éditer" ou modifier ) , ni à dire qu'en Israel la vaccination est un desastre en matière de Santé (x 5 des infections Covid en 2 mois par rapport à la periode avant vaccination , moyenne sur 9 mois; x 260 les décès des moins de 65 ans  etc ... ) ... L'Inde vient de retirer sa vaccination Pfizer, qui refuse de lui repondre sur des effets (qu'elle connait pourtant puisqu'elle a rendu à la FDA plus de 4000 pages d'experimentations , dont seulement 72 ont ete publiées qui, à l'analyse ne resitent as à la critique de son annonce d'efficacité de 95% même 7jours apres la 2è dose, aucune parution alors que voila plus de 5mois que ce vaccin est experimenté sur des cobayes humains par millions)


le Pr Emmanuelle Charpentier , Prix Nobel de chimie 2020 le disait dans une  conférence qui  date de 2016 où  elle dit que sa technologie de Crisp-cas9 permettait d'y parvenir plus simplement que par l'ARNm, qu'avec les enzymes qui convenaient et fonctionnaient mais etaient plus difficile à produire la proteine recherchée pour aller sur les ADN de telles ou telles cellules , et auraient été plus  couteuse à diffuser ( sic ) 


"l'ARN a pour but de modifier le genome " 

https://www.quartierlibre.tv/quartierlibre/emmanuelle-charpentier-prix-nobel-de-chimie-2020-affirme-que-la-r-n-a-pour-but-de-modifier-le-genome/.   (1è à 4è minute) 
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par azais Lun 22 Fév - 0:15

 Et voici une autre etude à l'étranger cette fois qui confirme largement l'hypothèse de la transcription inverse de l'ARN constatée dans les travaux en lien avec de SARS Cov2 (qui est aussi un virus ARN )


 https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.12.12.422516v1



 resume du lien (traduction google) 
Une excrétion prolongée d'ARN du SRAS-CoV-2 et une récidive de tests positifs à la PCR ont été largement rapportées chez des patients après guérison, mais ces patients sont le plus souvent non infectieux1–14. Ici, nous avons étudié la possibilité que les ARN du SRAS-CoV-2 puissent être transcrits en sens inverse et intégrés dans le génome humain et que la transcription des séquences intégrées pourrait expliquer les tests positifs à la PCR. À l'appui de cette hypothèse, nous avons trouvé des transcrits chimériques constitués de virus fusionnés à des séquences cellulaires dans des ensembles de données publiés de cellules cultivées infectées par le SRAS-CoV-2 et de cellules primaires de patients, compatibles avec la transcription de séquences virales intégrées dans le génome. Pour corroborer expérimentalement la possibilité d'une rétro-intégration virale, nous décrivons des preuves que les ARN du SRAS-CoV-2 peuvent être transcrits en sens inverse dans les cellules humaines par transcriptase inverse (RT) à partir d'éléments LINE-1 ou par HIV-1 RT, et que ces ADN les séquences peuvent être intégrées dans le génome cellulaire et être ensuite transcrites. L'expression endogène humaine de LINE-1 a été induite lors d'une infection par le SRAS-CoV-2 ou par une exposition à des cytokines dans des cellules cultivées, suggérant un mécanisme moléculaire pour la rétro-intégration du SRAS-CoV-2 chez les patients. 
Cette nouvelle caractéristique de l'infection par le SRAS-CoV-2 peut expliquer pourquoi les patients peuvent continuer à produire de l'ARN viral après la guérison et suggère un nouvel aspect de la réplication du virus à ARN.


pour le texte complet avec shémas et liens sources ( en anglais ) 
  https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.12.12.422516v1.full
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7608
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Nicolas-p Lun 22 Fév - 7:35

Oui Et alors?

Tout le monde sait que les rétrovirus ou virus à ARN sont capables de s'intégrer au genome.

Le sars cov2 aussi.

Donc c'est un fait.

Donc voyez vous vous qui êtes appeuré par un séquence d'ARN MONOCATENAIRE inerte de vaccin de quelques dizaines de bases codant pour spike uniquement , vous avez à côté un virus entier contenant des milliers de bases codant pour des centaines de protéines qui est capable de s'intégrer avec des risques bien largement supérieur ( et en pratique sûrement faible voire nul comme on le voit avec tous les virus à ARN depuis que l'homme existe )
Nicolas-p
Nicolas-p
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2042
Age : 47
Localisation : aquitaine
Inscription : 01/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Isabelle-Marie Lun 22 Fév - 10:55

@Nicolas-p a écrit:Oui Et alors?

Tout le monde sait que les rétrovirus  ou virus à ARN sont capables de s'intégrer au genome.

Le sars cov2 aussi.

Donc c'est un fait.

Donc voyez vous vous qui êtes appeuré par un séquence d'ARN MONOCATENAIRE inerte de vaccin de quelques dizaines de bases codant pour spike uniquement ,  vous avez à côté un virus entier contenant des milliers de bases codant pour des centaines de protéines qui est capable de s'intégrer avec des risques bien largement  supérieur ( et en pratique sûrement faible voire nul comme on le voit avec tous les virus à ARN depuis que l'homme existe )

donc d'après vous, Alexandra Henrion-Caude, Dolorès Cahill, tous ceux qui sont "alarmistes" pour parler ainsi nous mentent et sont des gens qui ont peur ou ne connaissent pas le corps humain qui manifestement n'a pas de secrets pour vous ? selon vous, nous ne risquons rien, nous ne sommes pas dans un protocole expérimental ? êtes-vous prêt à y engager votre responsabilité personnelle ? est-ce que vous donnez la liste des possibles effets secondaires de ce miraculeux vaccin à vos patients avant de les engager à se faire vacciner ?

"Actuellement il faut que les français comprennent que toute personne qui se fait entre guillemets vacciner rentre dans un protocole bio-médical déguisé parce que l'essai clinique de Pfizer qui est celui qui se terminera le premier, se terminera le 31 janvier 2023. D'ici là nous n'avons pas de recul ni à moyen terme ni à long terme sur ces vaccins, nous sommes dans l'ignorance à plusieurs niveaux.
[...]

Maintenant en ce qui concerne la modification de votre ADN, on peut craindre que vos cellules aient une transcriptase inverse parce que vous êtes peut-être séropositif ou parce que d'autres virus vous fournissent une transcriptase inverse : votre ARN messager peut devenir un ADN et modifier votre génome. Il faut prévoir cette possibilité et donc l'étudier. Malheureusement je n'ai pas vu que la génotoxicité des paramètres génétiques figure dans la liste des choses à étudier...

...lorsque nous utilisons un vaccin à Arn messager sur des personnes en bonne santé et pour moi cet aspect sain est vraiment important nous considérons que l'être humain est un outil biotechnologique qui produit un virus, une protéine virale, nous sommes donc enclins à devenir des producteurs. C'est une atteinte à notre intégrité humaine, c'est un aspect essentiel qu'il faut vraiment prendre en compte dans la révolution qui accompagne ce changement de l'intégrité humaine. Nous ne sommes pas une bactérie pour produite tel ou telle protéine au gré d'une volonté.
L'autre aspect c'est que cela change notre information génétique et aussi notre information sur l'hérédité. Une fois de plus une innovation qui modifie notre information génétique, est-ce un progrès ? Est-ce un progrès de changer la génétique des personnes et excusez-moi, la génétique des personnes en bonne santé ?" (Alexandra Henrion-Caude)

Est-ce que vous êtes d'accord avec elle, et le dites bien clairement à vos patients ?
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6524
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Philippe-Antoine aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Nicolas-p Lun 22 Fév - 14:38

Vous voulez vraiment que l on reparte sur ce terrain ???

Non bien sur, la polémique ici ça suffit. On a tous eu notre dose.

Je ne fait que de donner les infos à disposition et mon point de vue qui n'engage que moi.

Mon point de vue vous paraît faut?
ignorez le.
Sautez mes interventions.

Donc ma seule réponse est NON je ne suis pas d'accord et je sais pourquoi.
Reprenez si besoin le fil verrouillé ou tout est dit

Pour en revenir au sujet:

https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/vaccin/covid-19-en-israel-un-retour-a-la-vie-presque-normale-1400729.php

https://www.lesaffaires.com/dossier/covid-19-tout-ce-qu-il-faut-savoir/une-etude-en-israel-souligne-l-efficacite-du-vaccin-de-pfizer-contre-la-covid-19/623065

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Etkupk10


Articles de vulgarisation  sans références bien sur. Mais c'est plutôt encourageant.
Nicolas-p
Nicolas-p
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2042
Age : 47
Localisation : aquitaine
Inscription : 01/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Philippe-Antoine Lun 22 Fév - 18:05

@Nicolas-p a écrit:
[...]
Donc ma seule réponse est NON je ne suis pas d'accord et je sais pourquoi.
Reprenez si besoin le fil verrouillé ou tout est dit
[...]

Pour ma part, ce que je crains, c'est que tout n'a pas été dit, justement!
On peut, bien sûr, clore la discussion, mais ce n'est pas cela qui mettra, hélas, un terme aux méfaits (éventuels) des vaccins (ou pseudos-vaccins) à plus ou moins brève échéance. L'avenir nous le dira, et peut-être qu'un jour nous aurons le fin mot de l'histoire.
N'etant pas scientifique, je n'ai aucune certitude (seulement de sérieux doutes) , mais si vous en avez une, eh bien, tant mieux pour vous!
Philippe-Antoine
Philippe-Antoine
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 5124
Age : 68
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Nicolas-p Lun 22 Fév - 18:30

j'ai essayé le plus objectivement possible en dépassionnant (au début avant de m'exciter) le débat et explication a l'appui de rassurer.
 la suite on la connait..., passons à autre chose.
 il me semble judicieux d'arrêter et de passer à l'information des faits nouveaux à partir de maintenant, les suppositions je les laisse à d'autres.


je suis étonné qu'aucun ici n'en ai (semble t'il?) discuté avec son ou ses médecins.
c'est pourtant la première chose à faire
Nicolas-p
Nicolas-p
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2042
Age : 47
Localisation : aquitaine
Inscription : 01/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Philippe-Antoine Lun 22 Fév - 19:02

...pas de souci, j'ai (globalement) confiance en mon médecin traitant. Cependant tous les médecins ne sont pas d'accord entre eux sur la question des vaccins, et en particulier sur cette nouvelle technique expérimentale à ARNm!
Comment voulez-vous dans ces conditions que le vulgum pecus dont je fais partie avec tant d'autres puisse, à moins de verser dans l'irrationnel,  avoir la moindre confiance?
Franchement, lorsqu'on entend certains discours pour inciter les gens à la vaccination, on se croirait revenu au temps de Molière!!!
Philippe-Antoine
Philippe-Antoine
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 5124
Age : 68
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

"VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection Empty Re: "VACCINS" géniques ANTI-COVID19 ARNm/OGM (rapport RITA,Stockolm 20-12-20) et suivi deces/infection

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum