Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Soldes Converse : -50% de réduction sur une ...
Voir le deal

vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Lun 7 Déc 2020 - 10:26

5 herbes médicinales font mieux contre Covid-19 que les médicaments testés en début de symptomes  (codéine-ibuproprophène-paracetamol) 



Quelles sont ces plantes ?

Les 5 plantes vainqueurs de ce test de grande ampleur sont :


La guimauve officinale (Althaea officinalis)

Les racines et les feuilles de la guimauve officinale sont indiquées contre les symptômes des maladies respiratoires : toux irritables, irritation des muqueuses orales et du pharynx, sécheresse, etc.
Dans le cadre du Covid-19, les auteurs de l’étude la jugent « hautement efficace » contre les premiers symptômes.
Posologie : 0,5 à 5 g dans 150 ml d’eau, comme macérat, à prendre 3 fois par jour.


La myrrhe (Commiphora molmol)

La myrrhe est indiquée contre les maladies respiratoires, notamment l’inflammation de la muqueuse du pharynx, que l’on retrouve dans le Covid. C’est un antitussif et un anti-inflammatoire.
Son efficacité en tant qu’antalgique et anti-inflammatoire serait comparable à l’indométacine, un AINS. Les preuves cliniques de son efficacité et de son innocuité sont « hautes ».
Posologie : les auteurs recommandent son emploi sous forme de teinture mère (préparée en pharmacie) pour effectuer des gargarismes, trois fois par jour.


La Réglisse (Glycyrrhiza glabra)

Indiquée par l’OMS contre les maladies respiratoires, la réglisse a également des bienfaits antiviraux et anti-asthme.
La seule mise en garde pour son emploi concerne les personnes atteintes d’hypertension, de maladies rénales, hépatiques ou cardiovasculaires. Pour le reste son efficacité et son innocuité sont toutes deux déclarées « hautes ».
Posologie : décoction de 1,5 g de racines de réglisse dans 150 ml d’eau, à prendre deux fois par jour.


Le lierre grimpant (Hedera helix)

Les feuilles du lierre grimpant sont un remède bien connu contre les toux expectorantes – celles qui vous font cracher des glaires. Elles sont également utilisées comme antispasmodiques et dans le traitement de la grippe et de la fièvre.
Plusieurs études montrent aussi son efficacité contre les bronchites, l’asthme et la pneumonie. Son efficacité et son innocuité sont avérées pour les adultes et les enfants. La seule prudence à observer concerne les patients atteints d’ulcère ou de gastrite.
Posologie : les auteurs de l’étude recommandent de s’en remettre à un pharmacien à même d’effectuer une préparation dosée en fonction de votre profil.


Le sureau noir (Sambucus nigra)

Les fleurs de sureau sont employées dans le traitement de la fièvre et de l’inflammation des voies respiratoires, pour soigner les symptômes de la grippe et du rhume, comme expectorant mais également pour soulager les maux de tête.
Le sureau est utilisé depuis très longtemps contre la grippe et le rhume et son efficacité ainsi que son innocuité sont « très hautes ».
Posologie : il y a deux façons de s’en servir :

  • 3 à 5 g de feuilles séchées en infusion dans 25 ml d’eau, 3 fois par jour ;
  • 3 à 6 g de feuilles séchées en décoction dans 150 ml d’eau, 2 à 3 fois par jour.



Les 12 autres plantes « prometteuses »

Je vous le disais, sur la deuxième marche du podium se trouvent 12 autres plantes médicinales jugées « prometteuses ».
Cela signifie que leur efficacité et/ou leur innocuité est simplement « moyenne ».
Ces plantes sont :



  • L’ail (Allium sativum) ; prendre 2 à 4 g par jour ; preuve clinique « haute » contre le rhume et les maladies respiratoires mais innocuité « moyenne » car il est susceptible d’allonger le temps de saignement. Déconseillé donc pour les patients sous anticoagulants.


  • La chirette verte (Andrographis paniculata) ; prendre 1 à 3g sous forme de décoction, trois fois par jour ; efficacité clinique « haute » contre le rhume et la toux, mais prudence à observer dans le cadre de ces fameuses « tempêtes de cytokines ».


  • L’Échinacée angustifolia et l’Échinacée pourpre, à prendre sous forme de préparation en pharmacie ; efficacité clinique « haute » contre le rhume et la toux… Mais l’ANSES l’accuse d’interférer dans la réponse immunitaire – cependant, notent les auteurs de l’étude, il n’y a « aucune preuve » aux propos de l’ANSES !...


  • L’huile essentielle d’eucalyptus globulus: efficacité clinique « moyenne » contre la bronchite et la toux, mais innocuité « haute ».


  • La Justicia pectoralis, un immunostimulant, anti-expectorant et antitussif à prendre en infusion (5g pour 150 ml d’eau ; son efficacité est jugée « haute », mais elle est déconseillée si l’on prend des AINS en plus des anticoagulants).


  • Le Magnolia officinalis, utilisée de longue date contre l’asthme, et à prendre sous forme de décoction. C’est l’ANSES, une fois encore, qui émet une suspicion concernant son interaction avec la réponse inflammatoire provoquée par le Covid-19 ;


  • Le guaco (Mikania glomerata; 3 g de feuilles séchées en infusion dans 150 ml d’eau, 2 fois par jour. Efficacité « haute » contre l’asthme, mais « basse » contre les autres types de toux.


  • Le géranium du Cap (Pelargonium sidoides), qui est employé sous forme de gouttes, de comprimé et de sirop contre le rhume, la toux et la bronchite, avec une efficacité clinique « haute » ; mais la plante est susceptible de provoquer des désordres intestinaux.


  • L’anis vert (Pimpinella anisum) ; prendre 1,5g de fruits séchés dans 150 ml d’eau, en infusion ; efficacité clinique « haute » contre l’asthme, mais « basse » contre les autres types de toux, et la fièvre. En revanche, innocuité « haute ».


  • Le saule (Salix sp), à prendre sous forme de décoction ; c’est un antipyrétique (anti-fièvre) puissant, également employé comme anti-inflammatoire. Il est déconseillé aux enfants et aux patients sous AINS.


  • Le gingembre (Zingiber officinale), à prendre en décoction. C’est un anti-inflammatoire, un anti-fièvre et un analgésique très bien documenté. Son usage est déconseillé aux personnes souffrant de calculs biliaires, d’irritations gastriques et d’hypertension artérielle.




l’essentiel de ces plantes , en fin de compte assez faciles à trouver,  ne nécessitent de la prudence que si vous êtes concerné par l’une des contre-indications mentionnées.


Dernière édition par azais le Sam 23 Jan 2021 - 23:21, édité 3 fois
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Père Nathan aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Lun 7 Déc 2020 - 18:17

rappel  donné sur un autre FIL "comment  guerir du coronavirus "

 avertissement 
 
Le tableau fait la synthèse des bons et inefficients produits naturels et alopathiques  contre les symptomes et l'évolution des virus type coronavirus ( sars cov1 et 2  et  Covid-19) 
IS'il présente l' inconvénient de ne pas faire apparaitre les associations possibles  des uns avec les autres ... il offre aussi l'avantage de voir ce qui  prévient, soulage et guerit  et ce en fonction de la phase d'évolution de la maladie : sa primo contagion, son developpement  viral (infection) et par defaut d'avoir ete pris en charge a temps , son developpement inflammatoire, de fibrose pulmonaire, d'épaississement du sang 



 Tableau synthetique commode (ne donne pas les doses )

 -pour les doses de vitamines et supplements   : pas de problèmes on en manque le plus souvent (generalement sans effet secondaires et ce FIL donnera des protocoles comme ci dessus cela a été fait pour des plantes medicinales ) 

 -pour la prescription anti virale, assez simple pour les 2 premières phases, en correlation avec les symtomes  les medecins connaissent , normalement les doses et surtout les contr'indications . Si cela leur fait defaut leur donner vos informations, souhaits et references  

 -pour les phases suivantes inflammatoire etc  verifiez ce qui se passe a l'hopital pour vos proches ( ex pas de remsedivir !! etc..)  demander à son medecin ou voir tous  posts  du FIL "comment guerir du coronavirus " 


tableau synthétique "comment se (être)  soigner du covid" …
ce slide : https://bit.ly/beat-c19
2COVID-19 :
ce qui soigne  ?
3
This Slide
bit.ly beat-c19
Pre-Infection
Viral Phase
Inflammation Phase
Post-Infection
4Vitamin D3ouiouiouioui
5Zincouiouiouioui
6Melatonin ?ouiouioui
7Vitamin Couiouiouioui
8Quercetinouiouiouioui
9Seleniumouiouiouioui
10Magnesiumouiouiouioui
11Boronouinonnonnon
12Aspirineouiouiouisi besoin
13N-Acetyl-L-Cysteineouiouiouioui
14H2O2nonouiouinon
15Iodineouiouiouioui
16Hydroxychloroquineouiouinonnon
17Ivermectinouiouiouisi-besoin:
18Interferonnonouinon non
19Antiviralsouiouinon non
20Antibioticsnonvitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Icon_mad:ouipeut-être
21Corticosteroidsnonvitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Icon_mad:ouisi-besoin
22Monoclonal Antibodiesouiouinonnon
27INNA-051nonouinonnon
28Remdesivirnonnonnonnon
29Lopivinar-Ritonavirnonnonnonnon
30Tocilizumabnonnonnonnon
31Convalescent Serumvitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Icon_mad:vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Icon_mad:vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Icon_mad:non
32May not be perfect, but represents what is known to the best of my current knowledge: @itechnologynet
33LEGEND:Yes :heavy_check_mark:No vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Icon_mad:Maybe :grey_question:If Needed :grey_exclamation:
tableau  de la maladie  
(page 2 protocoles  du lien )
Voir surtout les symptomes  (première phase symptomatique)   et rajouter ce que dit Dr Raoult : 
- perte du gout et de l'odorat ( pas toujours mais dans 60% des cas )

en phase 3: symptome de sous-oxygénation du sang en dessous de 95% : voir sur ce tableau 
(les medecins sont equipés par prelevement du sang sur le doigt. il peut être plus qu'utile dans les phases 1 et 2 de leur demander à titre preventif  plutot, et tout de suite, que tout test covid peu efficaces) . si en dessous de 95  a minima prescrire une oxygénation est indispensable (possible à domicile, en ambulatoire mais  a defaut vite en hôpital )


Agrandir cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille originale.
vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Pasted10


Dernière édition par azais le Jeu 10 Déc 2020 - 13:08, édité 1 fois
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

azais aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Lun 7 Déc 2020 - 19:58

@azais a écrit:

La vitamine D surpuissante aux effets anti-Covid

L'Écosse et l'Angleterre vont distribuer en urgence plus de 2 millions de doses de la  vitamine naturelle aux personnes âgées et vulnérables. En  France il faut aller surles conseils de phyto , nature, et autres liens  Hildegardiens  etc ...
Les scientifiques sont pourtant unanimes, cette vitamine surpuissante a des effets anti-Covid. 

la carence en vitamine D serait à l'origine de 9 décès sur 10 du Covid-19 (étude allemande de l'Université d'Heidelberg vient de sortir et fait grand fracas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Visuel_relance_covid"Cette carence serait à l'origine de 9 décès sur 10 du Covid-19"
La distribution  coûterait bien moins cher que tous les vaccins annoncés !
  
En pratique 
ce lien pour savoir acquerir une immunité suffisante en prevention de contagion possible 
 vitamine D https://www.altheaprovence.com/vitamine-d-et-immunite-ou-comment-faire-de-la-vraie-prevention/

resume extrait : l'ensemble du lien est excellent 
 taux sanguin habituel 35 -50 ng:/ml  
 taux deficient ( frequent chez les personnes agées ) 10-20 ng/l 
 taux  bon  80-100ng/ml    
 prescrite en goutte la prise de vitamine D permet de retrouver le bon niveau immunitaire 
En pratique  courante pour trouver un niveau de 100ng/l: prise journalière de [(taux a atteindre)-(taux actuel) x 100 UI  ] 

Exemple: je suis à 15ng/ml je veux atteindre rapidement 100ng/l voir son médecin: 100-15 x 100 = 8500 UI : 8-10 gouttes par jour (il y a 1000 UI/goutte vérifier sur la boite) pendant plusieurs mois  
 en cachet D3, il y a 400 UI par cachet, ce serait 20 cachets / jour pour remonter son niveau , surtout sur les personnes ages qui sont en moyenne < 30ng/l ce qui est insuffisant c'est dire que en général nous n'avons pas suffisamment de vitamine D  ( mais en remontée sur plusieurs mois 2  cachets/ repas sont indiqués  !!)-

Dr Mena dit au debut 5000 UI /jour  en cas de tres bas taux ,puis prendre 8-10.000 UI   et si on ne connait pas  son taux en ng/l   4000 UI  à 10.000 UI par jour ne devraient pas entrainer de toxicité  (dose toxique 240 ng/l)
  .

Etude Réalisée en Espagne sur 76 patients souffrant de pneumonie au COVID-19.
 cette etude randomisée montre l'efficacité de la vitamine D employée en association avec l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine: la tri therapie avec vitamine D multiplie par deux les succès de la bi-therapie sans vitamine D (efficacité 50% de reduction des soins intensifs ): les soins intensifs passent à 2%  yc en phase d'inflammation, et supprime les décès covid TOTALEMENT 

  • Ces patients ont été randomisés, c’est-à-dire placés au hasard dans 2 groupes différents : 50 patients ont pris de la vitamine D tous les jours jusqu’à la sortie de l’hôpital.et 26 , les autres, n’ont pas pris de vitamine D. Les deux groupes ont été médicamentés avec de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine.
  • Dans le groupe contrôle (c’est-à-dire pas de vitamine D), 50% ont dû être admis en soin intensif et on compte 2 morts.
  • Dans le groupe vitamine D, seulement 2% ont dû être admis en soin intensif. Et on ne compte pas de morts.

Autrement dit. hydroxychloroquine et de l’azithromycine.reduisent de 92,5% les causes de deces et de 50% des soins intensifs et /ou réanimation  hydroxychloroquine et de l’azithromycine et vitamine D  réduisent de 100% les décès et de 98% les entrées en soins intensif
Pour les dosages donnés aux patients, le calcul est un peu compliqué :  on a donné aux personnes directement du calcifediol qui est la forme active fabriquée par le foie,  cette forme est 3,2 fois plus active que le cholecalciférol (vitamine D3) pris par voie orale (6)....un petit calcul fait que les dosages correspondraient à  68 000 UI de cholécalciférol le premier jour, à l’admission, puis 34 000 les jours suivants jusqu’à la sortie de l’hôpital.


  Pour completer en matière d'etudes  vitamine D 
en monotherapie ou associée à d'autres traitements ou pathologies https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fnut.2020.606398/full
Malgré le nom traditionnel, la vitamine D est en fait une hormone, étant donné qu’en plus d’être produite endogènement, elle agit sur la régulation de plus de 200 gènes dans différents types de cellules (125-127). Seulement ~10% de la vitamine D nécessaire est obtenue à partir de la nourriture, ses principales sources, y compris (i) les animaux, tels que les poissons froids d’eau profonde, par exemple, le thon et le saumon (D3 ou cholecalciferol) et (ii) les plantes, comme les champignons comestibles (D2 ou ergosterol). Les 80 à 90 % restants  après exposition au rayonnement solaire ultraviolet (UV),  (127, 128).
En plus de ses effets classiques sur l’homéostasie du calcium et le maintien de la santé des os, la vitamine D3 joue un rôle important dans la fonction immunitaire de l’organisme (17, 19, 134-136). 
... la vitamine D 
[list="list-style-type: lower-roman"]
[*]a des récepteurs dans toutes les cellules immunitaires; 
[*](ii) est associé à la production de lymphocytes T et à la différenciation des lymphocytes B; 
[*]iii) optimise les fonctions anti-inflammatoires en modifiant les niveaux de cytokine IL-10; 
[*]iv) induit la maturation et la différenciation des monocytes et des macrophages; 
[*]v) est associé à la production de cytokines et de chimiokines par l’intermédiaire du facteur nucléaire-νB (NF-νB); et 
[*](vi) induit la sécrétion des enzymes lysosomales phosphatase acide et peroxyde d’hydrogène (134, 136, 137).
[/list]
Cette fonction immunomodulatrice de la vitamine D est considérée comme complexe pendant les infections virales et semble varier selon la nature de l’agent pathogène et le type de fonction immunitaire responsable de la résolution de la maladie (136, 137). 
(...)
La vitamine D peut également atténuer les réponses inflammatoires exacerbées en déréglementant les cytokines pro-inflammatoires, telles que le facteur de nécrose tumorale (TNF)-α et IL-6, impliqués dans le développement de la tempête de cytokine pendant l’ARDS COVID-19-connexe (136, 140, 141). En fait, les données préliminaires de plus de 5.000 patients présentant COVID-19 ont suggéré une relation entre l’insuffisance de la vitamine D et la sévérité de la tempête de cytokine, indiquée par des niveaux élevés de sérum de la protéine C réactive de marqueur inflammatoire (CRP) (142).

Une méta-analyse de 25 études contrôlées randomisées a prouvé que la supplémentation en vitamine D3 était associée à un risque plus faible de développer des infections respiratoires aiguës (OR=0,88, IC à 95 % : 0,81-0,96; p < 0,001) et que l’effet positif de la supplémentation était encore plus prononcé chez les personnes atteintes d’insuffisance en vitamine D (niveaux de sérum inférieurs à 25 ng/mL) au début de l’intervention (143).
En plus de son rôle dans l’immunité cellulaire et humoristique, la vitamine D, semblable au zinc et à la vitamine C, joue un rôle important dans la formation et le maintien des barrières épithéliales et endothéliales, y compris le tissu pulmonaire (17, 19, 144-146).  (...)Ainsi, dans l’insuffisance de vitamine D, les poumons perdent l’intégrité épithéliale, devenant plus sensibles aux processus inflammatoires et aux pathologies telles que l’asthme, la pneumonie chronique et le cancer (146).
Certaines études suggèrent qu’il existe une corrélation entre la carence en vitamine D et la susceptibilité à l’infection par le SRAS-CoV-2 et la gravité de la maladie (24, 106, 140, 148-152). Des niveaux sévèrement bas de vitamine D ont été identifiés chez les personnes âgées, en particulier en Suisse, en Italie et en Espagne (149). (etc ..) Les auteurs ont conclu que l’insuffisance de la vitamine D joue un rôle causal indépendant dans la sévérité de COVID-19 et que la supplémentation préventive ou thérapeutique dans les populations à risque peut être utile pour empêcher de mauvais résultats de la maladie (140).
De même, une étude ultérieure avec une cohorte israélienne de 7 807 sujets ...le bas niveau de plasma de la vitamine D (<30 ng/mL) a été considéré un facteur de risque indépendant pour l’infection de COVID-19 (OR = 1.58 ; IC à 95 % : 1,24-2,01; p < 0,001) et hospitalisation (OR = 2,09; IC à 95 % : 1,01 à 4,30, p < 0,05) (150).
Comme mentionné précédemment, la plupart des décès dus au COVID-19 sont concentrés chez les personnes âgées atteintes de comorbidités telles que le cancer, le diabète, l’hypertension et les maladies cardiaques (24, 106), et ces personnes ont également une carence en vitamine D (24).  De même,  le vieillissement peut réduire la synthèse endogène de la vitamine D, par l’augmentation des niveaux d’hormone parathyroïde (PTH) (153). En ce qui concerne spécifiquement la population âgée, des études épidémiologiques indiquent que l’hypovitaminose D est également associée à une morbidité et une mortalité accrues en général (154), tandis qu’une méta-analyse (75 927 participants et 38 études) a montré que la supplémentation en vitamine D3 réduisait considérablement la mortalité (RR = 0,94 ; IC à 95 % : 0,91-0,98; p = 0,002) (155).
Pour le covid-19, l’OMS a suggéré l’isolement social comme mesure pour limiter la propagation du virus. Or cette mesure peut également contribuer à la réduction des niveaux de vitamine D de sérum parce que l’enfermement et le manque possible d’exposition au soleil empêchent la production endogène de cette hormone, réduisant la capacité du corps à combattre COVID-19 (156). Des solutions de rechange pour prévenir la carence en vitamine D du sérum, comme la supplémentation en médicaments ou l’ingestion d’aliments riches en vitamine D, comme les poissons gras, l’huile de foie de morue et le jaune d’œuf, devraient être envisagées pendant cette période d’isolement (156).


Compte tenu des observations présentées, il est suggéré que l’insuffisance de la vitamine D puisse être la variable commune parmi les personnes âgées et les patients présentant des maladies sous-jacentes, populations plus sensibles aux complications et à la mortalité par COVID-19. Cela peut justifier l’utilisation de la supplémentation en vitamine D comme mesure de l’entretien et de l’expression de la réponse immunitaire, qui sont importantes pour réduire le risque et la gravité de l’infection virale ainsi que pour atténuer les symptômes de cette maladie (163-165).


Des études cliniques sont justifiées pour déterminer les effets de la supplémentation en vitamine D chez les patients atteints de COVID-19. Au moment de la rédaction de cette revue, environ 30 études cliniques portant sur la supplémentation orale en vitamine D chez les patients atteints de COVID-19 sont enregistrées à clinicaltrials.gov , 12 d’entre elles ont commencé à inscrire des patients (NCT04449718, NCT04487951, NCT04407286, NCT04411446, NCT04502667, NCT04459247, NCT04403932, NCT04335084, NCT04344041, NCT04334512, NCT04386850, NCT04482673) et deux sont déjà achevés (NCT04407572, NCT04435119).Ensuite, la formation des voies structurelles d’entretien et d’activité des jonctions intercellulaires dont l’intégrité est un obstacle important à la pénétration des virus, des bactéries et des allergènes sera abordée. Dans ce contexte particulier, les nutriments en question participent à des voies métaboliques ou constituent des structures synergiques, voire confluentes, qui révèlent leur interdépendance, à la fois pour témoigner d’une perte de sélectivité des barrières épithéliales chez un individu déficient ainsi que pour leur réparation lorsqu’ils sont complétés.

125. Pludowski P, Holick MF, Pilz S, Wagner CL, Hollis BW, Grant WB, et al. Vitamin D effects on musculoskeletal health, immunity, autoimmunity, cardiovascular disease, cancer, fertility, pregnancy, dementia and mortality-a review of recent evidence. Autoimmun Rev. (2013) 12:976–89. doi: 10.1016/j.autrev.2013.02.004
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
126. Catarino AM, Claro C, Viana I. Vitamin D - current perspectives. J Portuguese Soc Dermatol Venereol. (2016) 74:345–53. doi: 10.29021/spdv.74.4.673
CrossRef Full Text
127. Peters BSE, Martini LA. Vitamina D, funções plenamente reconhecidas de nutrientes. Int Life Sci Instit Brasil. (2014) 2:1–23.
128. de Castro LCG. O sistema endocrinológico vitamina D. Arq Bra Endocrinol Metabol. (2011) 55:566–75. doi: 10.1590/S0004-27302011000800010
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
129. Clemens TL, Adams JS, Henderson SL, Holick MF. Increased skin pigment reduces the capacity of skin to synthesise vitamin D3. Lancet. (1982) 1:74–6. doi: 10.1016/s0140-6736(82)90214-8
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
130. Matsuoka LY, Ide L, Wortsman J, MacLaughlin JA, Holick MF. Sunscreens suppress cutaneous vitamin D3 synthesis. J Clin Endocrinol Metab. (1987) 64:1165–8. doi: 10.1210/jcem-64-6-1165
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
131. Holick MF. Vitamin D deficiency. N Engl J Med. (2007) 357:266–81. doi: 10.1056/NEJMra070553
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
132. Holick MF. Environmental factors that influence the cutaneous production of vitamin D. Am J Clin Nutr. (1995) 61(3 Suppl):638S–45S. doi: 10.1093/ajcn/61.3.638S
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
133. Goring H, Koshuchowa S. Vitamin D – the sun hormone. Life in environmental mismatch. Biochemistry. (2015) 80:8–20. doi: 10.1134/S0006297915010022
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
134. Vanherwegen AS, Gysemans C, Mathieu C. Regulation of immune function by vitamin D and its use in diseases of immunity. Endocrinol Metab Clin North Am. (2017) 46:1061–94. doi: 10.1016/j.ecl.2017.07.010
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
135. Chakhtoura M, Napoli N, El Hajj Fuleihan G. Commentary: myths and facts on vitamin D amidst the COVID-19 pandemic. Metabolism. (2020) 109:154276. doi: 10.1016/j.metabol.2020.154276
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
136. Xu Y, Baylink DJ, Chen CS, Reeves ME, Xiao J, Lacy C, et al. The importance of vitamin d metabolism as a potential prophylactic, immunoregulatory and neuroprotective treatment for COVID-19. J Transl Med. (2020) 18:322. doi: 10.1186/s12967-020-02488-5
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
137. Teymoori-Rad M, Shokri F, Salimi V, Marashi SM. The interplay between vitamin D and viral infections. Rev Med Virol. (2019) 29:e2032. doi: 10.1002/rmv.2032
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
138. Klotman ME, Chang TL. Defensins in innate antiviral immunity. Nat Rev Immunol. (2006) 6:447–56. doi: 10.1038/nri1860
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
139. Crane-Godreau MA, Clem KJ, Payne P, Fiering S. Vitamin D deficiency and air pollution exacerbate COVID-19 through suppression of antiviral peptide LL37. Front Public Health. (2020) 8:232. doi: 10.3389/fpubh.2020.00232
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
140. Munshi R, Hussein MH, Toraih EA, Elshazli RM, Jardak C, Sultana N, et al. Vitamin D insufficiency as a potential culprit in critical COVID-19 patients. J Med Virol. (2020). doi: 10.1002/jmv.26360. [Epub ahead of print].
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
141. Orru B, Szekeres-Bartho J, Bizzarri M, Spiga AM, Unfer V. Inhibitory effects of Vitamin D on inflammation and IL-6 release. A further support for COVID-19 management? Eur Rev Med Pharmacol Sci. (2020) 24:8187–93. doi: 10.26355/eurrev_202008_22507
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
142. Daneshkhah A, Agrawal V, Eshein A, Subramanian H, Roy HK, Backman V. The possible role of Vitamin D in suppressing cytokine storm and associated mortality in COVID-19 Patients. medRxiv. (2020) 2020.2004.2008.20058578. doi: 10.1101/2020.04.08.20058578
CrossRef Full Text | Google Scholar
143. Martineau AR, Jolliffe DA, Hooper RL, Greenberg L, Aloia JF, Bergman P, et al. Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: systematic review and meta-analysis of individual participant data. BMJ. (2017) 356:i6583. doi: 10.1136/bmj.i6583
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
144. Clairmont A, Tessman D, Stock A, Nicolai S, Stahl W, Sies H. Induction of gap junctional intercellular communication by vitamin D in human skin fibroblasts is dependent on the nuclear Induction of gap junctional intercellular communication by vitamin D in human skin fibroblasts is dependent on the nuclear vitamin D receptor. Carcinogenesis. (1996) 17:1389–91. doi: 10.1093/carcin/17.6.1389
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
145. Gniadecki R, Gajkowska B, Hansen M. 1,25-dihydroxyvitamin D3 stimulates the assembly of adherens junctions in keratinocytes: involvement of protein kinase C. Endocrinology. (1997) 138:2241–8. doi: 10.1210/endo.138.6.5156
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
146. Chen H, Lu R, Zhang YG, Sun J. Vitamin D receptor deletion leads to the destruction of tight and adherens junctions in lungs. Tissue Barriers. (2018) 6:1–13. doi: 10.1080/21688370.2018.1540904
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
147. Holick MF, Binkley NC, Bischoff-Ferrari HA, Gordon CM, Hanley DA, Heaney RP, et al. Evaluation, treatment, and prevention of vitamin D deficiency: an Endocrine Society clinical practice guideline. J Clin Endocrinol Metab. (2011) 96:1911–30. doi: 10.1210/jc.2011-0385
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
148. Braiman M. Latitude Dependence of the COVID-19 Mortality Rate — A Possible Relationship to Vitamin D Deficiency? New York, NY: Syracuse University Department of Chemistry. (2020). doi: 10.2139/ssrn.3561958
CrossRef Full Text | Google Scholar
149. Ilie PC, Stefanescu S, Smith L. The role of vitamin D in the prevention of coronavirus disease 2019 infection and mortality. Aging Clin Exp Res. (2020) 32:1195–8. doi: 10.1007/s40520-020-01570-8
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
150. Merzon E, Tworowski D, Gorohovski A, Vinker S, Golan Cohen A, Green I, et al. Low plasma 25(OH) vitamin D level is associated with increased risk of COVID-19 infection: an Israeli population-based study. FEBS J. (2020) 287:3693–702. doi: 10.1111/febs.15495
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
151. Panarese A, Shahini E. Letter: Covid-19, and vitamin D. Aliment Pharmacol Ther. (2020) 51:993–5. doi: 10.1111/apt.15752
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
152. Rhodes JM, Subramanian S, Laird E, Kenny RA. Editorial: low population mortality from COVID-19 in countries south of latitude 35 degrees North supports vitamin D as a factor determining severity. Aliment Pharmacol Ther. (2020) 51:1434–7. doi: 10.1111/apt.15777
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
153. Valcour A, Blocki F, Hawkins DM, Rao SD. Effects of age and serum 25-OH-vitamin D on serum parathyroid hormone levels. J Clin Endocrinol Metab. (2012) 97:3989–95. doi: 10.1210/jc.2012-2276
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
154. Amrein K, Venkatesh B. Vitamin D and the critically ill patient. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. (2012) 15:188–93. doi: 10.1097/MCO.0b013e32834f0027
CrossRef Full Text | Google Scholar
155. Bjelakovic G, Gluud LL, Nikolova D, Whitfield K, Wetterslev J, Simonetti RG, et al. Vitamin D supplementation for prevention of mortality in adults. Cochrane Database Syst Rev. (2014) 10:CD007470. doi: 10.1002/14651858.CD007470.pub3
CrossRef Full Text | Google Scholar
156. Lippi G, Henry BM, Bovo C, Sanchis-Gomar F. Health risks and potential remedies during prolonged lockdowns for coronavirus disease 2019 (COVID-19). Diagnosis (Berl). (2020) 7:85–90. doi: 10.1515/dx-2020-0041
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
157. Xu J, Yang J, Chen J, Luo Q, Zhang Q, Zhang H. Vitamin D alleviates lipopolysaccharideinduced acute lung injury via regulation of the reninangiotensin system. Mol Med Rep. (2017) 16:7432–8. doi: 10.3892/mmr.2017.7546
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
158. Kumar D, Gupta P, Banerjee D. Letter: does vitamin D have a potential role against COVID-19? Aliment Pharmacol Ther. (2020) 52:409–11. doi: 10.1111/apt.15801
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
159. Malek Mahdavi A. A brief review of interplay between vitamin D and angiotensin-converting enzyme 2: implications for a potential treatment for COVID-19. Rev Med Virol. (2020) 30:e2119. doi: 10.1002/rmv.2119
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
160. Musavi H, Abazari O, Barartabar Z, Kalaki-Jouybari F, Hemmati-Dinarvand M, Esmaeili P, et al. The benefits of Vitamin D in the COVID-19 pandemic: biochemical and immunological mechanisms. Arch Physiol Biochem. (2020). doi: 10.1080/13813455.2020.1826530. [Epub ahead of print].
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
161. Rhodes JM, Subramanian S, Laird E, Griffin G, Kenny RA. Perspective: Vitamin D deficiency and COVID-19 severity - plausibly linked by latitude, ethnicity, impacts on cytokines, ACE2 and thrombosis. J Intern Med. (2020). doi: 10.1111/joim.13149. [Epub ahead of print].
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
162. Patel AB, Verma A. COVID-19 Angiotensin-converting enzyme inhibitors angiotensin receptor blockers: what is the evidence? JAMA. (2020) 323:1769–70. doi: 10.1001/jama.2020.4812
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
163. Ebadi M, Montano-Loza AJ. Perspective: improving vitamin D status in the management of COVID-19. Eur J Clin Nutr. (2020) 74:856–9. doi: 10.1038/s41430-020-0661-0
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
164. Siuka D, Pfeifer M, Pinter B. Vitamin D supplementation during the COVID-19 pandemic. Mayo Clin Proc. (2020) 95:1804–5. doi: 10.1016/j.mayocp.2020.05.036
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
165. Weir EK, Thenappan T, Bhargava M, Chen Y. Does vitamin D deficiency increase the severity of COVID-19? Clin Med. (2020) 20:e107–8. doi: 10.7861/clinmed.2020-0301
PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar







  et l'association vitamine D - vitamine K ?
Certaines études montrent une carence potentielle chez 97% de la population âgée (12). la vitamine K semble être un bon compagnon de la vitamine D et va permettre de recalcifier ce qui doit m'être et de limiter les surcalsifications indesirable ailleurs dans le corps  . Ici une étude contrôlée et randomisée en cas de covid et vitamine K
 https://www.cnews.fr/france/2020-06-07/covid-19-une-etude-suggere-un-lien-entre-les-carences-en-vitamine-k-et-les-formes

 S’il y a risque de calcification artérielle, une personne qui fume, une personne à risque cardiovasculaire familial, une personne à qui on a déjà diagnostiqué de l’athérosclérose, une personne âgée qui pourrait être en carence, une personne âgée qui se soucie de sa minéralisation osseuse… la  K2 est bénéfique effectivement
La contre-indication principale pour la K2 : la prise d’anticoagulants de type anti-vitamine K. Et dans le doute, demandez conseil à votre médecin, en particulier si vous êtes sous médicamentation. 


Dernière édition par azais le Jeu 10 Déc 2020 - 17:14, édité 2 fois
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Philippe-Antoine, Père Nathan et azais aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Jeu 10 Déc 2020 - 11:08

   Hydroxychloroquine Azithromycine 
 et Sulfate de zinc
 
 Depuis jeudi dernier, mon équipe a traité environ 350 patients à Kiryas Joel et 150 autres patients dans d’autres régions de l’état de New York avec le même traitement. 
il y a 1500 patients dans la catégorie à haut risque (c’est-à-dire par.60, immunodéprimés ou avec des comorbidités, etc.).
Compte tenu de l’urgence de la situation, j’ai développé le protocole de traitement suivant en milieu préhospitalier et n’ai vu que des résultats positifs.
- Tout patient souffrant d’essoufflement, quel que soit son âge est traité.
- Tout patient dans la catégorie à haut risque, même avec de légers symptômes, est traité.
- Les patients jeunes, en bonne santé et à faible risque, même présentant des symptômes, ne sont pas traités (à moins que leur situation ne change et qu’ils tombent dans la catégorie 1 ou 2).


Ma prescription est la suivante :
-        Hydroxychloroquine 200 mg deux fois par jour pendant 5 jours
-        Azithromycine 500 mg une fois par jour pendant 5 jours
-        Sulfate de zinc 220 mg une fois par jour pendant 5 jours


La justification de ma prescription repose sur les données disponibles en Chine et en Corée du Sud avec la récente étude publiée en France (sites disponibles sur demande). Nous savons que l’hydroxychloroquine aide le zinc à pénétrer dans la cellule. Nous savons que le zinc ralentit la réplication virale au sein de la cellule. Concernant l’utilisation de l’azithromycine, je postule qu’elle prévient les infections bactériennes secondaires. Ces trois médicaments sont bien connus et généralement bien tolérés, d’où un risque faible pour le patient.


Selon les retours d’information que j’ai pu obtenir des équipes médicales, nous avons eu ZÉRO mort, ZÉRO hospitalisation et ZÉRO intubation. 
De plus, je n’ai pas entendu parler d’effet secondaire sinon environ 10 % des patients souffrant de nausées et de diarrhées temporaires.


En somme, ma recommandation urgente est de commencer le traitement en ambulatoire dès que possible conformément à ce qui précède. D’après mon expérience directe, il prévient le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), évite les hospitalisations et sauve des vies.




 Concernant le Zinc en monotherapie ou association avec d'autres
 source https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fnut.2020.606398/full


Les personnes déficientes en zinc sont sujettes à une augmentation des morbidités respiratoires et diarrhéiques (87, 88).

(...)Des études cliniques ont montré que la supplémentation en zinc peut également réduire, jusqu’à 54 %, la gravité et la durée de divers symptômes du rhume, comme la fièvre, la toux, les maux de gorge, les douleurs musculaires et la congestion nasale (90-92), qui peuvent également survenir après l’infection par le SRAS-CoV-2.  Dans une étude randomisée à double insu, 48 volontaires avec des rhumes ont reçu des pastilles d’acétate de zinc (80 mg de Zn élémentaire/jour) supplémentation ou placebo dans les 24 h après l’apparition des symptômes. En comparaison au placebo, l’administration de zinc a été associée à une réduction significative de la durée des symptômes froids et au score total de sévérité de tous les symptômes (p < 0,002) (90).

Dans une série de rapport de cas de quatre patients présentant COVID-19, l’administration des doses élevées de zinc oral (jusqu’à 207 mg/jour) a été probablement associée à l’oxygénation améliorée et à la résolution rapide de l’essoufflement après 1 jour de traitement. Aucun effet indésirable n’a été signalé (93). 

Inversement, une étude prospective portant sur 242 patients n’a pas trouvé de corrélation significative entre la supplémentation en zinc et la réduction de la mortalité liée au COVID-19 (RR = 0,66; IC à 95 %: 0, 41-1,07; p = 0,09) (94). Mais à tenir compte  de certaines limites de l’étude (conception rétrospective à centre unique, présence possible de variables confusion, taille de l’échantillon et une proportion plus élevée de patients traités au zinc), les auteurs ont souligné la nécessité d’essais cliniques randomisés pour étudier le potentiel du zinc dans la thérapie COVID-19 (94).
Au moment où l'état présent des expérimentations a été achevé, plus de 10 essais cliniques impliquant le zinc oral comme monothérapie ou en association avec d’autres composés ont été enregistrés à clinicaltrials.gov et ont déjà commencé l’inscription des sujets (NCT04468139, NCT04472585, NCT04342728, NCT04446104, NCT04335084, NCT04370782, NCT04447534, NCT04326725, NCT04334512, NCT04412746), dont deux ont déjà été achevés (NCT04485169, NCT04491994). Les résultats de ces études seront importants pour valider l’utilité du zinc comme traitement adjuvant dans COVID-19.

87. Aggarwal R, Sentz J, Miller MA. Role of zinc administration in prevention of childhood diarrhea and respiratory illnesses: a meta-analysis. Pediatrics.(2007) 119:1120–30. doi: 10.1542/peds.2006-3481 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
89. Awotiwon AA, Oduwole O, Sinha A, Okwundu CI. Zinc supplementation for the treatment of measles in children. Cochrane Database Syst Rev. (2017) 6:CD011177. doi: 10.1002/14651858.CD011177.pub3 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
90. Prasad AS, Fitzgerald JT, Bao B, Beck FW, Chandrasekar PH. Duration of symptoms and plasma cytokine levels in patients with the common cold treated with zinc acetate. A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Ann Intern Med. (2000) 133:245–52. doi: 10.7326/0003-4819-133-4-200008150-00006 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
91. Hemila H, Chalker E. The effectiveness of high dose zinc acetate lozenges on various common cold symptoms: a meta-analysis. BMC Fam Pract. (2015) 16:24. doi: 10.1186/s12875-015-0237-6 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
92. Hemila H, Petrus EJ, Fitzgerald JT, Prasad A. Zinc acetate lozenges for treating the common cold: an individual patient data meta-analysis. Br J Clin Pharmacol. (2016) 82:1393–8. doi: 10.1111/bcp.13057 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
93. Finzi E. Treatment of SARS-CoV-2 with high dose oral zinc salts: A report on four patients. Int J Infect Dis. (2020) 99:307–9. doi: 10.1016/j.ijid.2020.06.006 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
94. Yao JS, Paguio JA, Dee EC, Tan HC, Moulick A, Milazzo C, et al. The minimal effect of zinc on the survival of hospitalized patients with COVID-19: an observational study. Chest. (2020). doi: 10.1016/j.chest.2020.06.082. [Epub ahead of print]. PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar



Dernière édition par azais le Jeu 10 Déc 2020 - 15:20, édité 1 fois
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Philippe-Antoine aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Jeu 10 Déc 2020 - 12:42

et la Vitamin C  qu'en est il des études ? 
 https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fnut.2020.606398/full

L’acide ascorbique est un micronutriment soluble dans l’eau aux propriétés antioxydantes qui joue un rôle crucial dans le système immunitaire, soutenant la barrière épithéliale contre l’entrée d’agents pathogènes et les fonctions cellulaires des systèmes immunitaires innés et adaptatifs (19, 95).
En tant qu’antioxydant, la vitamine C prévient les dommages aux biomolécules (acides nucléiques, protéines, lipides et glucides) résultant de l’exposition aux oxydants générée par le métabolisme normal et l’exposition aux polluants et aux toxines (96). En outre, cette vitamine est un cofacteur de plusieurs enzymes qui sont impliquées dans la stabilisation de la structure tertiaire de collagène (97), dans la biosynthèse des hormones telles que la noradrénaline, les catécholamines et la vasopressine (98), et dans la méthylation de l’ADN et des histones et est donc importante pour l’occurrence des événements épigénétiques (99).
Les niveaux de vitamine C dans l’organisme peuvent varier en raison de conditions environnementales, telles que la pollution atmosphérique, et la présence de pathologies, telles que le diabète de type 2 (95). La population âgée est particulièrement affectée par l’insuffisance de vitamine C parce que les maladies chroniques ou aiguës sont répandues dans ce groupe, et le vieillissement est lié aux niveaux réduits de vitamine C (100-103). 
Par exemple, de faibles niveaux de vitamine C (≤ 17 μmol/L) dans une population de personnes âgées britanniques ont été associés à toutes les causes de mortalité, y compris les causes cardiovasculaires (104). 
En outre, les patients âgés hospitalisés présentant des infections respiratoires aiguës, une fois complétés avec mg/jour de vitamine C, ont montré des indices réduits de sévérité de la maladie comparés au groupe de placebo (105)
Récemment, Arvinte et coll. (106) ont mené une étude pilote qui comprenait 21 patients critiques atteints de COVID-19 et observé de faibles niveaux de sérum de vitamine C et de vitamine D chez les patients. En outre, l’âge plus âgé et les niveaux bas de vitamine C ont semblé être des facteurs de risque co-dépendants pour la mortalité, suggérant que les niveaux de vitamine C de sérum aient contribué à l’importance de l’âge en tant que prédicteur de la mortalité (106).
Une méta-analyse de 44 études qui ont utilisé des doses de vitamine C à partir de 200 mg par jour a rapporté une réduction de la durée du rhume chez les adultes et les enfants, qui a été liée au rôle de cette vitamine dans le soutien du système immunitaire et dans la réduction de la gravité des symptômes (107) et est associée à ses propriétés antihistaminiques (108). 
Johnston et coll. (21) ont évalué l’effet de la supplémentation en vitamine C (1 g pendant 8 semaines) sur les symptômes des infections des voies respiratoires chez les hommes atteintes d’hypovitaminose C (≤ 45 μmol/L). Bien qu’elle ne soit pas statistiquement significative, la supplémentation a réduit les épisodes de froid et raccourci la durée de l’infection de 59 % par rapport au groupe placebo (−3,2 jours; IC à 95 %: −7,0-0,6; p = 0,06) (21).

En ce qui concerne les infections respiratoires aiguës, il a été constaté que l’administration de vitamine C réduisait le score pour les symptômes respiratoires de pneumonie chez les patients gravement malades (109). En outre, il a été employé comme adjuvant dans deux rapports de cas des patients présentant un SDRAS, avec une réduction efficace de l’oedème pulmonaire (110, 111). 
Une dose élevée de vitamine C chez les patients atteints de SDRAS est liée à certains résultats bénéfiques, tels que : réduction de l’inflammation et des blessures aux organes, diminution de l’infection pathogène et virulence, et optimisation de la défense immunitaire (112).


Dans le SRAS le liquide et les protéines pénètrent dans les alvéoles, conduisant à l’oedème pulmonaire. Ce processus se produit en raison des dommages serrés de jonction dans l’endothélium de poumon, ayant pour résultat la perméabilité accrue aux fluides, aux neutrophiles et aux érythrocytes et à un excès de ces composants dans l’espace alvéolaire (113). Or, la présence de neutrophiles dans les espaces intravasculaires et extravasculaires pendant les lésions pulmonaires aiguës est fréquemment associée à des plaquettes, formant des agrégats qui, en raison de leur activité thrombogénique inflammatoire, conduisent à des processus inflammatoires (113).
Une étude chez les souris atteintes de septicémie et de dysfonction pulmonaire aiguë a montré que l’infusion parentérale de 200 mg/kg de vitamine C augmentait l’ablation du liquide alvéolaire, favorisait une amélioration de la structure et de la fonction de la barrière épithéliale alvéolaire, et atténuait la réponse pro-inflammatoire, réduisant ainsi les conséquences de la septicémie dans le dysfonctionnement pulmonaire (114).
(....)  la vitamine C, comme mentionné précédemment pour le zinc, joue un rôle important dans les composants protéiques des jonctions intercellulaires, agissant dans la prévention de l’entrée des agents pathogènes et dans la restructuration du tissu épithélial, en plus d’être essentielle pour l’enlèvement des neutrophiles dans les tissus endommagés, ce qui conduit à une réduction de l’accumulation de ces cellules et dans le processus inflammatoire.


Compte tenu de la pandémie covid-19 actuelle, les patients présentant cette maladie ont des résultats anormaux de balayage de CT de coffre, qui indiquent la participation bilatérale des poumons avec l’opacité résultant de l’augmentation du fluide dans les poumons, qui se produit dans 98% de cas. En outre, les complications telles que le SRAS  (29%) et les infections secondaires (10 %) peut être commun (116). 

 La vitamine C peut être un adjuvant au SDRAS, réduit les conséquences délétère de la septicémie liée au dysfonctionnement pulmonaire aigu, et réduit l’incidence de la pneumonie d’environ 80% (117). 


Une méta-analyse de 18 essais cliniques contrôlés a montré que la vitamine C orale ou intraveineuse réduit à la fois la durée du séjour à l’unité de soins intensifs (USI) de 7,8 à 8,6 % (p ≤ 0,003) et la durée de la ventilation mécanique de 18,2 % (p = 0,001) (118).

En outre, la vitamine C peut moduler la tempête de cytokine (19, 38, 119, 120), caractérisée par des niveaux élevés de l’interleukin pro-inflammatoire de cytokine (IL)-6, ayant pour résultat le risque accru d’échec respiratoire exigeant la ventilation mécanique dans les patients présentant COVID-19 (121). 
Selon une étude in vivo portant sur 12 hommes en bonne santé, le prétraitement avec de la vitamine C peut réduire les niveaux d’IL-6, libérés par l’endothéline-1 vasoconstricteur (ET-1), réduisant ainsi le dysfonctionnement vasculaire (122). En outre, l’expression accrue d’ET-1 est également associée à la pneumonie, à l’hypertension pulmonaire, à la fibrose pulmonaire interstitielle et au SRAS  (120).


Au moment de la réalisation de cet examen des expérimentations à ce jour, plus de 20 essais cliniques portant sur des patients atteints de COVID-19 étaient en cours, sept d’entre eux ont déjà commencé à inscrire des participants, cinq utilisant la vitamine C comme traitement intraveineux (NCT04323514, NCT04401150, NCT04357782, NCT0464533, NCT02735707) et deux comme traitement oral (NCT04468139, NCT0438204040).

Dans l’étude menée par Hiedra et coll. (123), 17 patients atteints de COVID-19 qui avaient besoin de 30 % d’oxygène ou plus ont reçu 1 g de vitamine C par voie intraveineuse pendant 3 jours (123). Ces patients recevaient l’hydroxychloroquine, la méthylprednisolone ou le tocilizumab comme traitements initiaux. Après thérapie de vitamine C, les niveaux de quelques marqueurs anti-inflammatoires, tels que D-dimère et ferritine, ont été sensiblement réduits. Cependant, cette étude a eu un petit nombre de participants, a eu une courte durée (résultats après seulement 3 jours) et n’a pas étudié les effets de l’utilisation de la vitamine C seule.
 Dans un rapport de cas, un patient COVID-19 a subi l’administration intraveineuse de 11 g de vitamine C après développement de SDRAS et besoin de ventilation mécanique (124). Le traitement à haute dose de vitamine C a réduit le séjour en soins intensifs d’ICU et au besoin de ventilation mécanique, aussi bien qu’un rétablissement plus rapide du patient comparé à ceux qui n’ont pas reçu la vitamine C intraveineuse. Important, le patient utilisait les médicaments suivants : hydroxychloroquine, azithromycine, colchicine, et sulfate de zinc (124).


Malgré les limites de ces études auprès des patients atteints de COVID-19, leurs résultats soulignent l’importance d’une étude plus détaillée de l’utilisation de la vitamine C dans ce traitement de la maladie, puisque ce micronutriment joue un rôle clé dans le développement, le maintien et l’expression de la réponse immunitaire, facteurs qui influent sur le risque et la gravité de l’infection virale, comme le SRAS-CoV-2.

95. Carr AC, Maggini S. Vitamin C and Immune Function. Nutrients. (2017) 9:1211. doi: 10.3390/nu9111211 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
96. Carr A, Frei B. Does vitamin C act as a pro-oxidant under physiological conditions? FASEB J. (1999) 13:1007–24. doi: 10.1096/fasebj.13.9.1007 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
97. Englard S, Seifter S. The biochemical functions of ascorbic acid. Annu Rev Nutr. (1986) 6:365–406. doi: 10.1146/annurev.nu.06.070186.002053PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
98. Carr AC, Shaw GM, Fowler AA, Natarajan R. Ascorbate-dependent vasopressor synthesis: a rationale for vitamin C administration in severe sepsis and septic shock? Crit Care. (2015) 19:418. doi: 10.1186/s13054-015-1131-2 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
99. Young JI, Zuchner S, Wang G. Regulation of the Epigenome by Vitamin C. Annu Rev Nutr. (2015) 35:545–64. doi: 10.1146/annurev-nutr-071714-034228PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
100. Burr ML, Elwood PC, Hole DJ, Hurley RJ, Hughes RE. Plasma and leukocyte ascorbic acid levels in the elderly. Am J Clin Nutr. (1974) 27:144–51. doi: 10.1093/ajcn/27.2.144PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
101. Schorah CJ. The level of vitamin C reserves required in man: towards a solution to the controversy. Proc Nutr Soc. (1981) 40:147–54. doi: 10.1079/pns19810023 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
102. Hanck A. Vitamin C in the elderly. Int J Vitam Nutr Res Suppl. (1983) 24:257–69.Google Scholar
103. Thurman JE, Mooradian AD. Vitamin supplementation therapy in the elderly. Drugs Aging. (1997) 11:433–49. doi: 10.2165/00002512-199711060-00003PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
104. Fletcher AE, Breeze E, Shetty PS. Antioxidant vitamins and mortality in older persons: findings from the nutrition add-on study to the Medical Research Council Trial of Assessment and Management of Older People in the Community. Am J Clin Nutr. (2003) 78:999–1010. doi: 10.1093/ajcn/78.5.999PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
105. Hunt C, Chakravorty NK, Annan G. The clinical and biochemical effects of vitamin C supplementation in short-stay hospitalized geriatric patients. Int J Vitam Nutr Res. (1984) 54:65–74.PubMed Abstract | Google Scholar
106. Arvinte C, Singh M, Marik PE. Serum levels of vitamin C and vitamin D in a Cohort of Critically Ill COVID-19 Patients of a North American Community Hospital Intensive Care Unit in May 2020: a pilot study. Med Drug Discov. (2020) 8:100064. doi: 10.1016/j.medidd.2020.100064 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
107. Hemila H, Chalker E. Vitamin C for preventing and treating the common cold. Cochrane Database Syst Rev. (2013) 31:CD000980. doi: 10.1002/14651858.CD000980.pub4 CrossRef Full Text | Google Scholar
108. Uchida K, Mitsui M, Kawakishi S. Monooxygenation of N-acetylhistamine mediated by L-ascorbate. Biochim Biophys Acta. (1989) 991:377–9. doi: 10.1016/0304-4165(89)90131-1 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
109. Hunt C, Chakravorty NK, Annan G, Habibzadeh N, Schorah CJ. The clinical effects of vitamin C supplementation in elderly hospitalised patients with acute respiratory infections. Int J Vitam Nutr Res. (1994) 64:212–9. PubMed Abstract | Google Scholar
110. Bharara A, Grossman C, Grinnan D, Syed A, Fisher B, DeWilde C, et al. Intravenous vitamin C administered as adjunctive therapy for recurrent acute respiratory distress syndrome. Case Rep Crit Care. (2016) 2016:8560871. doi: 10.1155/2016/8560871PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
111. Fowler AA, Kim C, Lepler L, Malhotra R, Debesa O, Natarajan R, et al. Intravenous vitamin C as adjunctive therapy for enterovirus/rhinovirus induced acute respiratory distress syndrome. World J Crit Care Med. (2017) 6:85–90. doi: 10.5492/wjccm.v6.i1.85CrossRef Full Text | Google Scholar
112. Hoang BX, Shaw DG, Fang W, Han B. A Possible application of high dose vitamin C in the prevention and therapy for Coronavirus Infections. J Glob Antimicrob Resist. (2020) 23:256–62. doi: 10.1016/j.jgar.2020.09.025PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
113. Matthay MA, Zemans RL, Zimmerman GA, Arabi YM, Beitler JR, Mercat A, et al. Acute respiratory distress syndrome. Nat Rev Dis Primers. (2019) 5:18. doi: 10.1038/s41572-019-0069-0 CrossRef Full Text | Google Scholar
114. Fisher BJ, Kraskauskas D, Martin EJ, Farkas D, Wegelin JA, Brophy D, et al. Mechanisms of attenuation of abdominal sepsis induced acute lung injury by ascorbic acid. Am J Physiol Lung Cell Mol Physiol. (2012) 303:L20–32. doi: 10.1152/ajplung.00300.2011 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
115. Vissers MCM, Wilkie RP. Ascorbate deficiency results in impaired neutrophil apoptosis and clearance and is associated with up-regulation of hypoxia-inducible factor 1alpha. J Leukoc Biol. (2007) 81:1236–44. doi: 10.1189/jlb.0806541 CrossRef Full Text | Google Scholar
116. Lake MA. What we know so far: COVID-19 current clinical knowledge and research. Clin Med. (2020) 20:124–7. doi: 10.7861/clinmed.2019-coron PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
117. Hemila H. Vitamin C intake and susceptibility to pneumonia. Pediatr Infect Dis J. (1997) 16:836–7. doi: 10.1097/00006454-199709000-00003 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
118. Hemila H, Chalker E. Vitamin C can shorten the length of stay in the ICU: a meta-analysis. Nutrients. (2019) 11:708. doi: 10.3390/nu11040708 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
119. de Melo AF, Homem-de-Mello M. High-dose intravenous vitamin C may help in cytokine storm in severe SARS-CoV-2 infection. Crit Care. (2020) 24:500. doi: 10.1186/s13054-020-03228-3 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
120. Feyaerts AF, Luyten W. Vitamin C as prophylaxis and adjunctive medical treatment for COVID-19? Nutrition. (2020) 79–80:110948. doi: 10.1016/j.nut.2020.110948 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
121. Herold T, Jurinovic V, Arnreich C, Lipworth BJ, Hellmuth JC, von Bergwelt-Baildon M, et al. Elevated levels of IL-6 and CRP predict the need for mechanical ventilation in COVID-19. J Allergy Clin Immunol. (2020) 146:128–36 e124. doi: 10.1016/j.jaci.2020.05.008 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | [url=http://scholar.google.com/scholar_lookup?author=T+Herold&author=V+Jurinovic&author=C+Arnreich&author=BJ+Lipworth&author=JC+Hellmuth&author=M+von+Bergwelt-Baildon+&publication_year=2020&title=Elevated+levels+of+IL-6+and+CRP+predict+the+need+for+mechanical+ventilation+in+COVID-19&journal=J+Allergy+Clin+Immunol.&volume=146&pages=128-36 e124]Google Scholar[/url]
122. Bohm F, Settergren M, Pernow J. Vitamin C blocks vascular dysfunction and release of interleukin-6 induced by endothelin-1 in humans in vivo. Atherosclerosis. (2007) 190:408–15. doi: 10.1016/j.atherosclerosis.2006.02.018 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
123. Hiedra R, Lo KB, Elbashabsheh M, Gul F, Wright RM, Albano J, et al. The use of IV vitamin C for patients with COVID-19: a case series. Expert Rev Anti Infect Ther. (2020) 1–3. doi: 10.1080/14787210.2020.1794819 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
124. Waqas Khan HM, Parikh N, Megala SM, Predeteanu GS. Unusual early recovery of a critical COVID-19 patient after administration of intravenous vitamin C. Am J Case Rep. (2020) 21:e925521. doi: 10.12659/AJCR.925521 PubMed Abstract | CrossRef Full Text | Google Scholar
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Jeu 10 Déc 2020 - 16:05

Nous avions publié sur le forum que pour la phase d'inflammation et de fibrose pulmonaire un peumologue confirme l'efficacité de la cortisone et des corticoïdes indiquée dans le tableau général donné plus haut, en 3è phase (phase inflammatoire) de la maladie 
rappel la cortisone est deconseillée en phase de primo-contagion et  2è phase d'infection  1er-14 è jour: pour les quels d'autres voies ont demontré leur efficacité ( voir posts precedents ci dessus )


 un pneumologue hospitalier en covid: 
la cortisone 

 comment guerir du coronavirus, de ses lesions fibroses pulmonaires ce avant qu elles n'atteignent aussi le coeur ?

La lésion pulmonaire dans le covid est l’alvéolite. C’est une réaction exagérée de l’organisme contre un agresseur. Toutes les alvéolites évoluent selon un même tableau, à quelques détails prêts. (Poumon de fermier, poumon des éleveurs d’oiseaux etc ). On connaît les alvéolites depuis “toujours” et on sait les traiter : cortisone à très haute dose ! 

Or, quelques imbéciles qui ont oublié leurs études de médecine en 5 minutes, y compris des Professeurs, ont interdit la cortisone au motif que cela faisait baisser les défenses immunitaires. 
ils ont oublié que  la cortisone n'affaiblit les défenses, qu'après plusieurs mois de traitement continu, et encore, de façon modérée. Ce n’est pas de la chimiothérapie ! Ces Imbéciles sont responsables de combien de morts ? Des centaines ? Des milliers ?

L’alvéolite est réversible à condition qu’elle soit traitée tôt avec de la cortisone. C’est la lésion pré-fibrose, qui, elle, est définitive. Combien de fibroses séquellaires à cause de cette (auto) interdiction "professorale"?
Eh bien justement "Petite" info : 
la cortisone fait partie maintenant du traitement immédiat…..

Dans le service où je bossais, tous peuvent être témoin : 
 j’ai toujours préconisé la cortisone dès le début 
à double, voire triple dose (solumedrol 120 mg x 3).
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Mar 5 Jan 2021 - 18:25

@azais a écrit:
@azais a écrit:

La vitamine D surpuissante aux effets anti-Covid

L'Écosse et l'Angleterre vont distribuer en urgence plus de 2 millions de doses de la  vitamine naturelle aux personnes âgées et vulnérables. En  France il faut aller surles conseils de phyto , nature, et autres liens  Hildegardiens  etc ...
Les scientifiques sont pourtant unanimes, cette vitamine surpuissante a des effets anti-Covid. 

la carence en vitamine D serait à l'origine de 9 décès sur 10 du Covid-19 (étude allemande de l'Université d'Heidelberg vient de sortir et fait grand fracas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Visuel_relance_covid"Cette carence serait à l'origine de 9 décès sur 10 du Covid-19"
La distribution  coûterait bien moins cher que tous les vaccins annoncés !
  
En pratique 
ce lien pour savoir acquerir une immunité suffisante en prevention de contagion possible 
 vitamine D https://www.altheaprovence.com/vitamine-d-et-immunite-ou-comment-faire-de-la-vraie-prevention/

resume extrait : l'ensemble du lien est excellent 
 taux sanguin habituel 35 -50 ng:/ml  
 taux deficient ( frequent chez les personnes agées ) 10-20 ng/l 
 taux  bon  80-100ng/ml    
 prescrite en goutte la prise de vitamine D permet de retrouver le bon niveau immunitaire 
En pratique  courante pour trouver un niveau de 100ng/l: prise journalière de [(taux a atteindre)-(taux actuel) x 100 UI  ] 

Exemple: je suis à 15ng/ml je veux atteindre rapidement 100ng/l voir son médecin: 100-15 x 100 = 8500 UI : 8-10 gouttes par jour (il y a 1000 UI/goutte vérifier sur la boite) pendant plusieurs mois  
 en cachet D3, il y a 400 UI par cachet, ce serait 20 cachets / jour pour remonter son niveau , surtout sur les personnes ages qui sont en moyenne < 30ng/l ce qui est insuffisant c'est dire que en général nous n'avons pas suffisamment de vitamine D  ( mais en remontée sur plusieurs mois 2  cachets/ repas sont indiqués  !!)-

Dr Mena dit au debut 5000 UI /jour  en cas de tres bas taux ,puis prendre 8-10.000 UI   et si on ne connait pas  son taux en ng/l   4000 UI  à 10.000 UI par jour ne devraient pas entrainer de toxicité  (dose toxique 240 ng/l)
  .

Etude Réalisée en Espagne sur 76 patients souffrant de pneumonie au COVID-19.
 cette etude randomisée montre l'efficacité de la vitamine D employée en association avec l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine: la tri therapie avec vitamine D multiplie par deux les succès de la bi-therapie sans vitamine D (efficacité 50% de reduction des soins intensifs ): les soins intensifs passent à 2%  yc en phase d'inflammation, et supprime les décès covid TOTALEMENT 

  • Ces patients ont été randomisés, c’est-à-dire placés au hasard dans 2 groupes différents : 50 patients ont pris de la vitamine D tous les jours jusqu’à la sortie de l’hôpital.et 26 , les autres, n’ont pas pris de vitamine D. Les deux groupes ont été médicamentés avec de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine.
  • Dans le groupe contrôle (c’est-à-dire pas de vitamine D), 50% ont dû être admis en soin intensif et on compte 2 morts.
  • Dans le groupe vitamine D, seulement 2% ont dû être admis en soin intensif. Et on ne compte pas de morts.

Autrement dit. hydroxychloroquine et de l’azithromycine.reduisent de 92,5% les causes de deces et de 50% des soins intensifs et /ou réanimation  hydroxychloroquine et de l’azithromycine et vitamine D  réduisent de 100% les décès et de 98% les entrées en soins intensif
Pour les dosages donnés aux patients, le calcul est un peu compliqué :  on a donné aux personnes directement du calcifediol qui est la forme active fabriquée par le foie,  cette forme est 3,2 fois plus active que le cholecalciférol (vitamine D3) pris par voie orale (6)....un petit calcul fait que les dosages correspondraient à  68 000 UI de cholécalciférol le premier jour, à l’admission, puis 34 000 les jours suivants jusqu’à la sortie de l’hôpital.
 (...) 
  et l'association vitamine D - vitamine K ?


Certaines études montrent une carence potentielle chez 97% de la population âgée (12). la vitamine K semble être un bon compagnon de la vitamine D et va permettre de recalcifier ce qui doit m'être et de limiter les surcalsifications indesirable ailleurs dans le corps  . Ici une étude contrôlée et randomisée en cas de covid et vitamine K
 https://www.cnews.fr/france/2020-06-07/covid-19-une-etude-suggere-un-lien-entre-les-carences-en-vitamine-k-et-les-formes


 S’il y a risque de calcification artérielle, une personne qui fume, une personne à risque cardiovasculaire familial, une personne à qui on a déjà diagnostiqué de l’athérosclérose, une personne âgée qui pourrait être en carence, une personne âgée qui se soucie de sa minéralisation osseuse… la  K2 est bénéfique effectivement
La contre-indication principale pour la K2 : la prise d’anticoagulants de type anti-vitamine K. Et dans le doute, demandez conseil à votre médecin, en particulier si vous êtes sous médicamentation. 
  il manquait le lien de l'etude randomisée espagnole. ....le voici 
 (3) Entrenas Castillo M, Entrenas Costa LM, Vaquero Barrios JM, et al. "Effect of calcifediol treatment and best available therapy versus best available therapy on intensive care unit admission and mortality among patients hospitalized for COVID-19: A pilot randomized clinical study". J Steroid Biochem Mol Biol. 2020;203:105751.


Tous les patients hospitalisés ont reçu comme meilleure thérapie disponible les mêmes soins standard, (par protocole d’hôpital), d’une combinaison 
- d’hydroxychloroquine (400 mg tous les 12 h le premier jour, et 200 mg tous les 12 h pour les 5 jours suivants), 
-azithromycine (500 mg par voie orale pendant 5 jours. 

Les patients éligibles ont été attribués à  2 groupes 
- 1 avec  calcifediol (hydroxy-vitamineD) oral (0.532 mg), 2 jours,   puis (0.266mg) le jour 3 et 7, puis hebdomadaire jusqu’à la décharge ou l’admission en soins intensifs 
- 1 sans 
 Les résultats de l’efficacité comprenaient le taux d’admission et de décès aux soins intensifs.
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Mer 6 Jan 2021 - 12:00

https://www.youtube.com/watch?v=U7CmzEW8k3M&feature=emb_rel_end
Ihu marseille 5 janvier  

11 -16è  minute : les  traitements  à faire  et qui marchent (précoce à inflammation ) 
 - traiter l'anosmie immédiatement (rehabituer vite à sentir par des huiles essentielles par exemple , y compris de l'huile d'olive dans le nez , ici Pr raoult par cortisone nasale ) 
- tester l'oxydation du sang ( appareils disponibels en pharmacie ou chez les medecins : avoir taux oxygène >95%) 
- verifier la fluidité du sang : emploi d'aspirine conseillé 
- bien sur hydroxychloroquine et azithromycine , associée a des supplementations permettant un renforcement immunitaire  ( Vitamine D, Vitamine C , Zinc : voir ici, ci dessus ) 
- d'autres medicaments sont cités 
- en phase inflammatoire : anticoagulant et corticoides sont évoqués pour soulager les difficultés respiratoires ( voir interventon sur le FIL  "vaccins  covid et si on en parlait ici ?" d'un pneumologue hospitalier disant la même chose) 
 
 30 è minute les vaccins covid …. 
- la question est tres liée aux capacités d'auto- immunité des personnes vaccinées : or plus on vieillit moins les vaccins sont efficaces ... a contrario les effets secondaires sont a redouter 
- risques  selon Pr Raoult  faibles a priori à court terme , mais à surveiller 
- surtout efficacité des vaccins ( très nombreux ) extrêmement douteuse (à cause  du tant actuel différent du covid19) , 
 - et surtout grand doute sur effets à terme des vaccins ARNmessagers : 
 "il est urgent et prudent d’attendre de voir les effets en Israel, aux USA , en Allemagne et europe ou le Pfizer est lancé sur des millions …"
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Mar 12 Jan 2021 - 18:38

stopcovid19.today - Laissons les médecins prescrire
https://stopcovid19.today
PUBLICATIONS INFORMATIONS SUR TRAITEMENTS covid qui marchent par collectif de 30.000 medecins et 30.000 scientifiques et soignants  


Azithromycine ,  Doxycycline (antibiotiques)  , HCQ , ivermectine ( macrolides ou antiparasite ) etc …




 source :
superbe emission de radio qui redonne envie de voir son medecin  et cette coordination de 60.000 medecins scientifiques et soignants  en France 

 https://www.youtube.com/watch?v=giHQMAuWe2c
 Bercoff sur sud radio Avec  DrViolaine Guérin, endocrinologue et gynécologue -fondatrice du mouvement « Laissons les médecins prescrire »
la liberte de prescription n’est pas respectée ce qui est inédit 
les macrolides ont été prescrits  et ont guéri en france et à l’étranger  ce qui a poussé plusieurs collectifs de medecins à se reunir pour ne pas être interdit de prescrire ce qui soignait  , face aux pressions , injonctions , menaces qu ils recoivent constamment pandant cette année Covid et qui sont litteralement illegales et liberticides pour les patients et non malades et pouvoir inciter les patients a rencontrer leurs medecins pour être soignés eu egard àau code 331-1 du Code de la Santé Publique  car il n y a pas d'urgece sanitaire et l'Etat a tous les outils pour faire face a ce virus grace aux medecins notamment en première ligne 


" l Etat utilise la medecine pour maltraiter la population" 
est la phrase qui resume cet entretien 
il est important de faire connaitre et. rejoindre  cette coordination en signant leur manifeste du 9 janvier 

https://manifestes-libertes.org

 76.000 signataires pour ce manifeste  de  30.000 medecins et 30.000 scientifiques et soignants  et 100.000 citoyens français  pour réclamer l’application pour les médecins de prescrire  et les français la liberté de soin ( yc vaccin )et de traitement face au covid 
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Mar 12 Jan 2021 - 20:27

sans commentaires : vitamine D et covid 


https://www.wikistrike.com/2021/01/plus-de-70-specialistes-confirment-l-interet-de-la-vitamine-d-sur-le-covid.html
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par Nicolas-p le Ven 22 Jan 2021 - 14:24

données préliminaires sur l'ivermectine:

https://sfpt-fr.org/covid19-foire-aux-questions/1373-168-l-ivermectine-antiparasitaire-est-elle-efficace-pour-pr%C3%A9venir-ou-traiter-une-infection-%C3%A0-la-covid-19

bien sur a prendre pour ce que c'est: ce n'est pas une certitude
Nicolas-p
Nicolas-p
Contemplatif

Masculin Messages : 1896
Age : 47
Localisation : aquitaine
Inscription : 01/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Une vaste étude montre l’efficacité de la colchicine pour traiter la COVID-19

Message par Gilles le Sam 23 Jan 2021 - 17:45

22 janvier 2021
vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   47334a2b-5d26-11eb-a88b-02fe89184577

Une vaste étude lancée en mars dernier par l’Institut de cardiologie de Montréal annonce une « percée majeure » dans le traitement de la COVID-19. Ses résultats montrent que la colchicine, un anti-inflammatoire, est efficace pour traiter la maladie et prévenir des complications. Il s’agit du premier médicament oral dont l’efficacité a été prouvée pour traiter des patients avant leur admission à l’hôpital.

« On vient de fournir à la planète un espoir ! s’exclame au bout du fil le Dr Jean-Claude Tardif, chercheur principal de l’étude COLCORONA et directeur du centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM). On a finalement un premier traitement qui peut aider les patients atteints de la COVID-19 avant leur admission à l’hôpital pour prévenir les hospitalisations, prévenir les intubations et prévenir les décès. »

Chez 4159 patients qui présentaient un facteur de risque de complications et dont le diagnostic de COVID-19 avait été validé par un test PCR, la colchicine a entraîné une baisse des hospitalisations de 25 %, une baisse du besoin de ventilation de 50 % et une diminution des décès de 44 % par rapport au groupe témoin. « C’est une percée majeure », déclare le Dr Tardif.

« On a voulu communiquer rapidement nos résultats qui peuvent sauver des vies et des hospitalisations dès demain, ajoute-t-il. On vient d’offrir le premier traitement pour les gens pris avec la COVID-19 et qui sont inquiets à la maison. »

La colchicine agit pour prévenir la « tempête inflammatoire majeure » qui affecte les poumons des malades de la COVID-19 et qui risque d’envoyer les patients à l’hôpital, explique le Dr Tardif.


« La prescription de la colchicine aux patients pourrait contribuer à atténuer les problèmes d’engorgement des hôpitaux et à réduire les coûts liés aux systèmes de santé des gouvernements d’ici comme ailleurs », peut-on lire dans le communiqué de l’ICM publié tard vendredi soir.

Le chercheur insiste sur le fait qu’il n’existe aucun lien entre la colchicine et la chloroquine (ou l’hydroxychloroquine), un médicament qui a fait grand bruit l’an dernier et dont les bienfaits pour traiter la COVID-19 n’ont jamais été démontrés par une étude solide.

Le gouvernement du Québec, les autorités de santé publique et le corps médical doivent maintenant décider de la suite des choses pour la mise en œuvre du traitement de la COVID-19 par la colchicine, poursuit Jean-Claude Tardif.

Pour les patients à risque de complications

L’étude a été lancée en mars dernier par le Dr Tardif à l’ICM, avec l’aide d’une équipe panquébécoise. Sur près de 4500 participants, 3000 étaient au Québec. Les autres se trouvaient aux États-Unis, au Brésil, en Espagne et en Afrique du Sud.

Les participants devaient avoir reçu un diagnostic de COVID-19, avoir plus de 40 ans et présenter au moins un risque de complications, comme un surpoids, un diabète, de l’hypertension, une maladie cardiaque, de l’asthme ou un âge avancé.


"Comme médecin praticien, je ne doute pas que je prescrirais la colchicine pour prévenir les complications chez un patient qui est particulièrement à risque d’en avoir".
Le DJean-Claude Tardif, directeur du centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal

La colchicine est un anti-inflammatoire souvent utilisé en cardiologie. Elle a été découverte au XIXsiècle et initialement utilisée contre la goutte. Entre autres avantages, elle est peu coûteuse et a peu d’effets secondaires. Le DTardif l’étudie depuis plusieurs années dans le traitement des cardiopathies et a montré qu’elle réduisait de plus du quart le risque de récidive chez des cardiaques.

« Véritable tour de force »

Le projet COLCORONA était une étude randomisée à double insu et contrôlée avec placebo, ce qui assure le plus haut niveau de certitude en recherche scientifique.

Cela signifie qu’un groupe de patients a reçu de la colchicine et qu’un autre groupe, le groupe témoin, a reçu un placebo. Ni les patients ni les chercheurs ne savaient qui recevait quoi au moment de l’étude, ce qui assure la fiabilité des résultats.

« C’est un véritable tour de force », affirme M. Tardif. Il s’agit de la plus grande étude au monde à s’être intéressée aux malades atteints de la COVID-19 avant qu’ils ne soient hospitalisés, selon lui.

Le traitement consiste à prendre un comprimé de colchicine deux fois par jour pendant les trois premiers jours suivant le diagnostic et une fois par jour pendant les 27 jours suivants.

Sur les 4488 participants, 4159 ont reçu un diagnostic à la COVID-19 confirmé par un test nasopharyngé. Les résultats sont les plus probants chez ces 4159 patients. Quant aux 329 autres participants, ils ont reçu un diagnostic de coronavirus sur la base de leurs symptômes au tout début de la pandémie, à un moment où les tests n’étaient pas encore facilement disponibles. Les résultats dans ce plus petit groupe de patients sont moins clairs que chez ceux dont le diagnostic a été confirmé par un test PCR.

L’étude a été financée par le gouvernement du Québec, les National Institutes of Health (NIH) des États-Unis, la philanthrope montréalaise Sophie Desmarais et la fondation de Bill et Melinda Gates.

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   La-presse-logo-web
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 25313
Age : 65
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par azais le Sam 23 Jan 2021 - 23:17

les etudes avec l'hydrochloroquinine et l'azitromycine permettent de sortir des soins intensif 50% des personnes victimes d'inflammations pulmonaires   et resuisent à 2% des malades hospitalisés le taux demortalité ... ce resultat est obtenu sur plus de 170 etudes  en majorité randomisées 

Associée en tri therapie à la vitamine D haute dose ( 60 -70000 UI / jour puis 30.000UI par jour ) le taux de retour a dommicile sans soins intensif augmente à 98 % et les 2% en soins intensifs  echappent au deces

 Des resultats identiques sont obtenus aussi en tritherapie avec le Zinc  

 je conseillerais au journal et a ce medecin canadien d'associer a Vitamine D et ou le zinc  à son traitement à la colchicine  !
azais
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 7281
Age : 70
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par Nicolas-p Hier à 9:47

la colchicine, ça marche chez l'homme a priori ( essai COLCORONA.)

cohorte d'étude de 4.400  Covid +, (plus de 40 ans), NON INITIALEMENT HOSPITALISES (donc Préventif), étude contre placebo, double aveugle, double insu, comité de surveillance indépendant. 

- 25% en moins d’hospitalisations

- 50% en moins de ventilation mécanique

- 44% en moins de décès.

Le protocole respecte l'intégralité des exigences internationales (6 pays dans l'étude).

Les posologies sont classiques (O, 5 mg X 2 /jour )

https://www.icm-mhi.org/fr/salle-presse/nouvelles/colchicine-reduit-risque-complications-liees-covid-19
Nicolas-p
Nicolas-p
Contemplatif

Masculin Messages : 1896
Age : 47
Localisation : aquitaine
Inscription : 01/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par BENEDICTE 2 Hier à 12:05

Ce   médicament  est il permis  de le prescrire en FRANCE   pour  la  COViD  ???

BENEDICTE 2
Aime la Divine Volonté

Féminin Messages : 845
Localisation : france
Inscription : 25/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par Nicolas-p Hier à 12:20

non
mais on le prescrit pour la goutte etc... ça coûte 3eur environ.

c'est largement disponible partout en France.

pas d'inquiétude si besoin votre médecin y aura accès sans problème.

attention au risque de surdosage (grave) mais à dose normal à part de la diarrhée c'est bien toléré.

plutôt une bonne nouvelle. attendons la confirmation et si c'est avéré on aura un traitement préventif des formes graves (même si cela ne marche pas à 100%...) pour pas cher
Nicolas-p
Nicolas-p
Contemplatif

Masculin Messages : 1896
Age : 47
Localisation : aquitaine
Inscription : 01/12/2018

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty vitamine D etc traitements covid

Message par Isabelle-Marie Hier à 14:38

@Nicolas-p a écrit:non
mais on le prescrit pour la goutte etc... ça coûte 3eur environ.

c'est largement disponible partout en France.

pas d'inquiétude si besoin votre médecin y aura accès sans problème.

attention au risque de surdosage (grave) mais à dose normal à part de la diarrhée c'est bien toléré.

plutôt une bonne nouvelle. attendons la confirmation et si c'est avéré on aura un traitement préventif des formes graves (même si cela ne marche pas à 100%...) pour pas cher


Bonne nouvelle, merci aux médecins, à leur souci de soigner avant tout et de ne pas être les promoteurs à la botte du gouvernement de l'unique vaccin sauveur !   Piqure  Hoche tête
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6436
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

vitamine D3,  K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100%  du Covid-19   Empty Re: vitamine D3, K, C , Zinc ; herbes; soins permettent de prevenir et guerir à 100% du Covid-19

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum