Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Page 15 sur 15 Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Lun 27 Avr 2020 - 10:21

Regina Coeli : « deux directions opposées » (Traduction intégrale)

Le chemin « de Dieu » et le chemin « du moi ».

Le pape François a mis le chrétien face à « deux directions opposées », lors du Regina Coeli de ce 26 avril 2020 : le chemin « de Dieu » et le chemin « du moi ».

En direct streaming depuis la Bibliothèque du palais apostolique du Vatican, le pape a médité sur les deux disciples d’Emmaüs, dont l’histoire montre deux chemins : le chemin de celui qui « se laisse paralyser par les déceptions de la vie et avance tristement » ; et « le chemin de celui qui ne met pas soi-même et ses problèmes à la première place, mais Jésus… et les frères ».

Il a donc invité à un « tournant » : « arrêter de graviter autour du moi, des déceptions du passé, des idéaux non réalisés, de toutes les mauvaises choses arrivées dans ma vie… Laisser tout cela et avancer en regardant la réalité plus grande et plus vraie de la vie : Jésus est vivant, Jésus m’aime. C’est la réalité la plus grande. Et je peux faire quelque chose pour les autres. C’est une belle réalité, positive, solaire, belle ! »

« Il n’existe pas d’imprévu, pas de montée, pas de nuit qui ne puissent être affrontés avec Jésus », a-t-il aussi affirmé dans sa méditation, dont voici notre traduction.

Méditation du pape François

Chers frères et sœurs, bonjour !

L’Évangile d’aujourd’hui, qui se passe le jour de Pâques, raconte l’épisode des deux disciples d’Emmaüs (cf. Lc 24,13-35). C’est une histoire qui commence et qui finit en chemin. Il y a en effet le voyage aller des disciples qui, tristes de l’épilogue de l’histoire de Jésus, quittent Jérusalem et retournent chez eux, à Emmaüs, en marchant environ onze kilomètres. C’est un voyage qui advient de jour, avec une bonne partie du trajet en descente. Et il y a le voyage de retour : onze kilomètres à nouveau, mais faits à la tombée de la nuit, avec une partie du chemin en montée après la fatigue du parcours aller et de toute la journée. Deux voyages : l’un facile de jour et l’autre pénible de nuit. Et pourtant le premier advient dans la tristesse, le second dans la joie. Sur le premier, le Seigneur marche à leur côté, mais ils ne le reconnaissent pas ; dans le second, ils ne le voient plus, mais ils le sentent proche. Durant le premier ils sont découragés et sans espérance ; dans le deuxième il courent apporter aux autres la bonne nouvelle de la rencontre avec Jésus Ressuscité.

Les deux chemins différents de ces premiers disciples nous disent à nous, disciples de Jésus d’aujourd’hui, que dans la vie nous avons deux directions opposées devant nous : il y a le chemin de celui qui, comme ces deux-là à l’aller, se laisse paralyser par les déceptions de la vie et avance tristement ; et il y a le chemin de celui qui ne met pas soi-même et ses problèmes à la première place, mais Jésus qui nous rend visite, et les frères qui attendent sa visite, c’est-à-dire les frère qui attendent que nous prenions soin d’eux. Voilà le tournant : arrêter de graviter autour du moi, des déceptions du passé, des idéaux non réalisés, de toutes les mauvaises choses arrivées dans ma vie. Si souvent nous sommes amenés à graviter, graviter… Laisser tout cela et avancer en regardant la réalité plus grande et plus vraie de la vie : Jésus est vivant, Jésus m’aime. C’est la réalité la plus grande. Et je peux faire quelque chose pour les autres. C’est une belle réalité, positive, solaire, belle ! Le volte-face c’est cela : passer des pensées sur mon moi à la réalité de mon Dieu ; passer – avec un autre jeu de mot – du “soi” au “oui” (“si” en italien, ndlt). Du “soi” au “oui”. Qu’est-ce que cela signifie ? “S’il nous avait libéré, si Dieu m’avait écouté, si la vie était allée comme je voudrais, si j’avais ceci et cela…”, sur un ton de plainte. Ce “soi” n’aide pas, il n’est pas fécond, il n’aide ni nous-mêmes ni les autres. Voilà nos soi, semblables à ceux des deux disciples. Mais ces derniers passent au oui : “Oui, le Seigneur est vivant, il marche avec nous. Ou, maintenant, pas demain, nous nous remettons en chemin pour l’annoncer”. “Oui, je peux faire cela pour que les gens soient plus heureux, pour qu’ils soient mieux, pour aider tant de monde. Oui, oui, je le peux”. Du soi au oui, de la plainte à la joie et à la paix, parce que lorsque nous nous plaignons, nous ne sommes pas dans la joie ; nous sommes dans un gris, dans cette ambiance grise de la tristesse. Et cela ne nous aide pas ni ne nous fait grandir. Du soi au oui, de la plainte à la joie du service.

Ce changement de rythme, du moi à Dieu, du soi au oui, comme est-il arrivé chez les disciples ? En rencontrant Jésus : les deux disciples d’Emmaüs lui ouvrent d’abord leur cœur ; puis ils l’écoutent expliquer les Écritures ; ils l’invitent donc chez eux. Ce sont trois passages que nous pouvons aussi réaliser dans nos maisons : d’abord, ouvrir son cœur à Jésus, lui confier les poids, les fatigues, les déceptions de la vie, lui confier les “soi”; et puis, deuxième étape, écouter Jésus, prendre l’Évangile dans ses mains, lire aujourd’hui même ce passage, au chapitre 24 de l’Évangile de Luc ; troisièmement, prier Jésus, avec les paroles mêmes de ses disciples : “Seigneur, ‘reste avec nous’ (v. 29). Seigneur, reste avec moi. Seigneur, reste avec nous tous, car nous avons besoin de Toi pour trouver le chemin. Et sans Toi il y a la nuit”.

Chers frères et sœurs, dans la vie nous sommes toujours en chemin. Et nous devenons ce vers quoi nous allons. Choisissons le chemin de Dieu, pas celui du moi ; le chemin du oui, pas celui du soi. Nous découvrirons qu’il n’existe pas d’imprévu, pas de montée, pas de nuit qui ne puissent être affrontés avec Jésus. La Vierge Marie, Mère du chemin, qui en accueillant la Parole a fait de toute sa vie un “oui” à Dieu, nous indique la voie.

Traduction de Zenit, Anne Kurian

Paroles après le Regina Coeli (Traduction intégrale)

Prier le rosaire pour « affronter avec plus de courage et d’espérance le temps d’épreuve que nous sommes en train de traverser » : c’est l’invitation du pape François, lors du Regina Coeli de ce 26 avril 2020, en évoquant sa Lettre pour le mois de mai (publiée la veille).

En direct streaming depuis la Bibliothèque du palais apostolique, le pape a aussi salué la “Lecture nationale de la Sainte Ecriture” organisée en Pologne : « Je vous ai dit très souvent, et je voudrais vous dire encore, combien il est important de prendre l’habitude de lire l’Evangile, quelques minutes tous les jours. Portons-le dans notre poche, dans notre sac », a-t-il encouragé.

Au terme de la prière, le pape François s’est dirigé vers la fenêtre pour bénir silencieusement la place Saint-Pierre déserte – comme depuis le début du confinement en Italie.

Paroles du pape après le Regina Coeli

Chers frères et sœurs,

C’était hier la Journée mondiale des Nations unies de lutte contre le paludisme. Alors que nous combattons la pandémie de coronavirus, nous devons continuer aussi notre engagement pour prévenir et soigner le paludisme, qui menace des milliards de personnes dans de nombreux pays. Je suis proche de tous les malades, de ceux qui les soignent, et de ceux qui travaillent pour que toute personne ait accès à de bons services de santé de base.

J’adresse aussi un salut à tous ceux qui aujourd’hui, en Pologne, participent à la “Lecture nationale de la Sainte Ecriture”. Je vous ai dit très souvent, et je voudrais vous dire encore, combien il est important de prendre l’habitude de lire l’Evangile, quelques minutes tous les jours. Portons-le dans notre poche, dans notre sac. Qu’il soit toujours proche de nous même physiquement, et qu’on le lise un peu tous les jours.

Dans quelques jours nous serons en mai, mois dédié particulièrement à la Vierge Marie. Dans une brève Lettre – publiée hier – j’ai invité tous les fidèles à prier le rosaire pendant ce mois, ensemble, seul ou en famille, et à prier l’une des deux prières que j’ai mises à disposition de tous. Notre Mère nous aidera à affronter avec plus de courage et d’espérance le temps d’épreuve que nous sommes en train de traverser.

Je souhaite à tous un bon mois de mai et un bon dimanche. S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon appétit et au-revoir.

Traduction de Zenit, Anne Kurian
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Jeu 7 Mai 2020 - 23:31

Italie : célébrations avec la présence des fidèles à partir du 18 mai

Plusieurs mesures à respecter

Le Protocole entre l’Église italienne et le gouvernement donnant le feu vert à la reprise des célébrations avec la présence des fidèles à partir du 18 mai a été signé ce jeudi 7 mai 2020 au Palazzo Chigi, indique Vatican News en italien.

Le texte est le résultat de la collaboration entre les évêques, le Premier ministre, le ministre de l’Intérieur et le comité technico-scientifique, souligne la Conférence épiscopale italienne (CEI). « Chacun a fait sa part de manière responsable », affirme le président de la CEI, le cardinal Gualtiero Bassetti, en commentant la signature du protocole.

Conformément au règlement sanitaire, le Protocole indique plusieurs mesures à suivre, concernant l’accès aux lieux de culte lors des célébrations liturgiques : l’assainissement des lieux et des objets; les règles à observer durant les célébrations et les sacrements; la communication à préparer pour les fidèles, ainsi que quelques suggestions générales.

Plus précisément, à partir du 18 mai, l’accès aux lieux de culte doit être dirigé par les volontaires, tandis que les fidèles seront obligés de porter les masques et de respecter les distances de sécurité d’ « au moins d’un mètre » de tous les côtés.

Ceux qui ont des symptômes grippaux / respiratoires, avec une fièvre égale ou supérieure à 37,5 degrés ou qui ont été en contact avec des personnes atteintes de coronavirus, seront interdits d’entrer dans les églises. Les entrées et les sorties doivent être distinctes et des emplacements spécifiques pour les personnes handicapées sont à prévoir.

Les salles ainsi que tous les objets utilisés devraient être aseptisés à la fin de chaque cérémonie. Les bénitiers pour l’eau bénite seront vides et l’échange du geste de paix sera prescrit.

Pour les rites de communion, le célébrant est invité à désinfecter les mains et à utiliser les gants et un masque, il lui est interdit d’entrer en contact avec les mains des fidèles.

Toujours pour des raisons de sécurité sanitaire, la présence de concélébrants sera réduite au minimum et la chorale sera omise, tandis qu’un organiste pourra participer à la célébration.

Le Protocole fait également référence au sacrement de pénitence qui ne doit se tenir que dans des lieux vastes et aérés et au report de la célébration du sacrement de la Confirmation.

Si le lieu ne convient pas au respect de ces règles – qui doivent être affichées à l’entrée des églises avec le nombre de fidèles admis en fonction de la capacité maximale du lieu – l’Ordinaire pourrait évaluer la possibilité de célébrer en plein air.
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Sam 6 Mar 2021 - 13:40

Le premier voyage du Pape depuis le début de la pandémie.

En Irak, le Pape vient apporter la Paix et l'Espérance

Voici un extrait de son discours adressé aux prêtres et aux religieux :

"Nous savons combien il est facile d’être contaminé par le virus du découragement qui semble parfois se répandre autour de nous. Pourtant, le Seigneur nous a donné un vaccin efficace contre ce mauvais virus : c’est l’espérance qui naît de la prière persévérante et de la fidélité quotidienne à notre apostolat. Avec ce vaccin, nous pouvons aller de l’avant avec une énergie toujours nouvelle, pour partager la joie de l’Evangile, comme disciples missionnaires et signes vivants de la présence du Règne de Dieu, Règne de sainteté, de justice et de paix.

Comme le monde autour de nous a besoin d’entendre ce message ! N’oublions jamais que le Christ est annoncé surtout par le témoignage de vies transformées par la joie de l’Evangile. Comme nous le voyons dans l’histoire antique de l’Eglise sur ces terres, une foi vivante en Jésus est « contagieuse », elle peut changer le monde. L’exemple des saints nous montre que suivre Jésus Christ « n’est pas seulement quelque chose de vrai et de juste, mais aussi quelque chose de beau, capable de combler la vie d’une splendeur nouvelle et d’une joie profonde, même dans les épreuves » (Exhort. ap. Evangelii gaudium, n.167).

Les difficultés font partie de l’expérience quotidienne des fidèles irakiens. Au cours des dernières décennies, vous et vos concitoyens avez dû affronter les effets de la guerre et des persécutions, la fragilité des infrastructures de base et la lutte continuelle pour la sécurité économique et personnelle, qui a souvent conduit à des déplacements internes et à la migration de nombreuses personnes, aussi parmi les chrétiens, dans d’autres parties du monde. Je vous remercie, frères Evêques et Prêtres, d’être demeurés proches de votre peuple, en le soutenant, en vous efforçant de satisfaire les besoins des gens et en aidant chacun à accomplir sa part au service du bien commun. L’apostolat éducatif et l’apostolat caritatif de vos Eglises particulières, représentent une ressource précieuse aussi bien pour la vie de la communauté ecclésiale que pour celle de toute la société. Je vous encourage à persévérer dans cet engagement afin de garantir que la communauté catholique en Irak, bien que petite comme une graine de moutarde (cf. Mt 13, 31-32), continue à enrichir la marche du pays dans son ensemble.

L’amour du Christ nous demande de mettre de côté tout type d’égocentrisme et de compétition; il nous pousse à la communion universelle et nous appelle à former une communauté de frères et de sœurs qui s’accueillent et prennent soin les uns des autres (cf. Enc. Fratelli tutti, nn. 95- 96). Je pense à l’image familière d’un tapis. Les différentes Eglises présentes en Irak, chacune avec son patrimoine historique, liturgique et spirituel séculaire, sont comme autant de fils colorés qui, entrelacés, forment un unique très beau tapis qui, non seulement atteste notre fraternité, mais renvoie également à sa source. Parce que Dieu lui-même est l’artiste qui a conçu ce tapis, qui l’a tissé avec patience et le reprise avec soin, nous voulant tous bien entrelacés entre nous comme ses fils et ses filles. Que l’exhortation de saint Ignace d’Antioche soit toujours dans notre cœur : « Qu’il n’y ait rien entre vous qui puisse vous séparer, […] mais qu’il n’y ait qu’une seule prière, un seul esprit, une seule espérance, dans l’amour et dans la joie » (Ad Magnesios, 6-7 : PL 5, 667). Comme ce témoignage d’union fraternelle est important dans un monde souvent fragmenté et déchiré par les divisions ! Tout effort accompli pour construire des ponts entre communautés et institutions ecclésiales, paroissiales et diocésaines servira de geste prophétique de l’Eglise en Irak et de réponse féconde à la prière de Jésus afin que tous soient un (cf. Jn 17, 21 ; Ecclesia in Medio Oriente, n. 37)."

https://fr.zenit.org/2021/03/05/irak-la-violence-et-leffusion-de-sang-sont-incompatibles-avec-les-enseignements-religieux-affirme-le-pape/?

A Ur, la ville d'Abraham, "patriarche d'une multitude" le Pape participe à une rencontre interreligieuse :

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Dim 7 Mar 2021 - 15:00

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Lun 8 Mar 2021 - 11:30

Le texte de l'homélie à Erbil : « L’Église en Irak est vivante » lance le pape François

Saint Paul nous a rappelé que « le Christ est puissance de Dieu et sagesse de Dieu» (1 Co 1, 24). Jésus a révélé cette puissance et cette sagesse surtout par la miséricorde et le pardon. Il n’a pas voulu le faire par des démonstrations de force ou en imposant d’en haut sa voix, ni par de longs discours ou des étalages de science inégalable. Il l’a fait en donnant sa vie sur la croix. Il a révélé sa sagesse et sa puissance divines en nous montrant, jusqu’à la fin, la fidélité de l’amour du Père, la fidélité du Dieu de l’Alliance qui a fait sortir son peuple de l’esclavage et l’a guidé sur le chemin de la liberté (cf. Ex 20, 1-2).

Comme il est facile de tomber dans le piège de penser que nous devons montrer aux autres que nous sommes forts, que nous sommes sages… dans le piège de nous faire de fausses images de Dieu qui nous donnent sécurité… (cf. Ex 20, 4-5). En réalité, c’est le contraire, nous avons tous besoin de la puissance et de la sagesse de Dieu révélées par Jésus sur la croix. Sur le Calvaire il a offert au Père les blessures par lesquelles nous avons été guéris (cf. 1 P 2, 24). Ici, en Irak, combien de vos frères et sœurs, amis et concitoyens portent les blessures de la guerre et de la violence, des blessures visibles et invisibles. La tentation est de leur répondre, ainsi qu’à d’autres faits douloureux, avec une force humaine, avec une sagesse humaine. Jésus nous montre au contraire la voie de Dieu, celle que lui a parcourue et sur laquelle il nous appelle à le suivre.

Dans l’Evangile que nous venons d’entendre (Jn 2, 13-25), nous voyons comment Jésus a chassé du Temple de Jérusalem les changeurs et tous ceux qui achetaient et vendaient. Pourquoi Jésus at-t-il fait ce geste si fort, si provoquant? Il l’a fait parce que le Père l’a envoyé purifier le Temple: non seulement le temple de pierre, mais surtout celui de notre cœur. De même que Jésus n’a pas toléré que la maison de son Père devienne un marché (cf. Jn 2, 16), ainsi il désire que notre cœur ne soit pas un lieu d’agitation, de désordre et de confusion. Le cœur doit être nettoyé, mis en ordre, purifié. De quoi? Des tromperies qui le salissent, des duplicités de l’hypocrisie. Nous en avons tous. Ce sont des maladies qui font du mal au cœur, qui salissent la vie, la rendent double. Nous avons besoin d’être nettoyés de nos sécurités trompeuses qui marchandent la foi en Dieu avec des choses qui passent, avec les convenances du moment. Nous avons besoin que soient chassés de notre cœur et de l’Eglise les suggestions néfastes du pouvoir et de l’argent. Pour nettoyer le cœur nous avons besoin de nous salir les mains: de nous sentir responsables et non pas de rester à regarder alors que le frère ou la sœur souffre. Mais comment purifier le cœur? Nous ne sommes pas capables tout seuls, nous avons besoin de Jésus. Il a le pouvoir de vaincre nos maux, de guérir nos maladies, de restaurer le temple de notre cœur.

Pour confirmer cela, en signe de son autorité, Jésus dit: «Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai » (v. 19). Jésus-Christ, lui seul, peut purifier des œuvres du mal, lui qui est mort et ressuscité, lui qui est le Seigneur ! Chers frères et sœurs, Dieu ne nous laisse pas mourir dans notre péché. Même quand nous lui tournons le dos, il ne nous abandonne jamais à nous-mêmes. Il nous cherche, il nous suit pour nous appeler au repentir et pour nous purifier. «Par ma vie – dit le Seigneur par la bouche d’Ezéchiel – je ne prends pas plaisir à la mort du méchant, mais bien plutôt à ce qu’il se détourne de sa conduite et qu’il vive » (33, 11). Le Seigneur veut que nous soyons sauvés et que nous devenions un temple vivant de son amour, dans la fraternité, dans le service, dans la miséricorde.

Jésus nous purifie non seulement de nos péchés, mais il nous rend participants de sa puissance même et de sa sagesse. Il nous libère d’une manière de comprendre la foi, la famille, la communauté, qui divise, qui oppose, qui exclut, afin que nous puissions construire une Eglise et une société ouvertes à tous et soucieuse de nos frères et sœurs les plus nécessiteux. Et en même temps, il nous fortifie afin que nous sachions résister à la tentation de chercher à se venger, qui fait s’enfoncer dans une spirale de représailles sans fin. Avec la puissance de l’Esprit Saint, il nous envoie, non pas faire du prosélytisme, mais comme ses disciples missionnaires, des hommes et des femmes appelés à témoigner que l’Évangile a le pouvoir de changer la vie. Le Ressuscité fait de nous des instruments de la paix de Dieu et de sa miséricorde, des artisans patients et courageux d’un nouvel ordre social. Ainsi, par la force du Christ et de son Esprit, il se produit ce que l’Apôtre Paul prophétise aux Corinthiens: «Ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes » ( 1 Co 1, 25). Des communautés chrétiennes composées de personnes humbles et simples deviennent signe du Règne qui vient, Règne d’amour, de justice et de paix.

«Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai » (Jn 2, 19). Il parlait du temple de son corps, et donc aussi de son Eglise. Le Seigneur nous promet que, par la puissance de sa Résurrection, il peut nous relever, nous et nos communautés, des ruines causées par l’injustice, par la division, et par la haine. C’est la promesse que nous célébrons dans cette Eucharistie. Avec les yeux de la foi, reconnaissons la présence du Seigneur crucifié et ressuscité au milieu de nous, et apprenons à accueillir sa sagesse libératrice, à nous reposer dans ses blessures, et à trouver la guérison et la force de servir son Règne qui vient dans notre monde. Par ses blessures nous avons été guéris (cf. 1 P 2, 24), dans ses blessures, chers frères et sœurs, nous trouvons le baume de son amour miséricordieux parce que lui, le Bon Samaritain de l’humanité, désire oindre toute blessure, guérir tout souvenir douloureux et insuffler un avenir de paix et de fraternité sur cette terre.

L’Eglise en Irak, par la grâce de Dieu, a fait et est en train de faire beaucoup pour proclamer cette merveilleuse sagesse de la croix, répandant la miséricorde et le pardon du Christ, spécialement aux plus nécessiteux. Même au milieu de grandes pauvretés et difficultés, nombreux parmi vous ont généreusement offert une aide concrète et une solidarité aux pauvres et aux personnes souffrantes. Ceci est l’une des raisons qui m’ont poussé à venir en pèlerinage parmi vous, à vous remercier et vous confirmer dans la foi et dans le témoignage. Aujourd’hui, je peux voir et toucher du doigt le fait que l’Eglise en Irak est vivante, que le Christ vit et œuvre dans ce peuple saint et fidèle qui est le sien.

Chers frères et sœurs, je vous confie, ainsi que vos familles et vos communautés, à la protection maternelle de la Vierge Marie qui a été associée à la passion et à la mort de son Fils, et qui a participé à la joie de sa résurrection. Qu’elle intercède pour nous et nous conduise à lui, puissance et sagesse de Dieu.

Copyright – Librairie éditrice du Vatican


https://fr.zenit.org/2021/03/07/messe-a-erbil-leglise-en-irak-est-vivante-lance-le-pape/?
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Lun 8 Mar 2021 - 11:43

 ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Mail10

« Salam, salam, salam »: allocution finale du pape François à Erbil (texte complet

« Nos martyrs resplendissent ensemble, étoiles dans le même ciel! »

« Nos martyrs resplendissent ensemble, étoiles dans le même ciel! »: le pape François a évoqué le sang versé par les chrétiens en Irak lors de sa dernière allocution, ce dimanche 7 mars 2021, au stade d’Erbil, dans le Kurdistan irakien, dernier grand rendez-vous de son pèlerinage de trois jours sur les pas d’Abraham (5-8 mars). Et puis le pape a invoqué trois fois la paix sur le pays, en arabe: « Salam, salam, salam! ».

Mais c’était tout d’abord pour exhorter à l’unité: « De là-haut ils nous demandent de marcher ensemble, sans hésiter, vers la plénitude de l’unité. »

Le pape a ensuite remercié chaleureusement chacun et tous, les autorités civiles et religieuses, et spécialement, dans cette région autonome, les Kurdes.

Faisant un premier bilan de son voyage le pape a rassemblé les contrastes de cet Irak d’après-daesh: « J’ai entendu des voix de douleur et d’angoisse, mais j’ai aussi entendu des voix d’espérance et de consolation. »

Le pape a remercié les Eglises locales et les organisations membres de la Réunion des Œuvres d’Aide aux Eglises Orientales (ROACO) engagées dans la « reconstruction » et la « renaissance sociale ».

Le pape a de nouveau exhorté à l’unité, mais non plus seulement des chrétiens, à l’unité de la Nation: « Je vous demande à tous, chers frères et sœurs, de travailler ensemble dans l’unité pour un avenir de paix et de prospérité qui ne laisse personne à la traîne et ne discrimine personne. »

Le pape a insisté sur le collaboration entre les personnes de traditions religieuses différentes, disant sa prière pour que « les membres des différentes communautés religieuses, avec les hommes et les femmes de bonne volonté, coopèrent afin de nouer des liens de fraternité et de solidarité au service du bien et de la paix ».

Le mot de la fin c’était la paix, que le pape a invoquée trois fois en arabe, sous les applaudissements et les youyous enthousiastes. Après avoir dit « merci » également en arabe, le pape a appelé les bénédictions divines sur tout le pays.

Alors que le pape repartait vers la sacristie, il a été arrêté par le patriarche qu’il avait salué au début de son allocution, en signe de proximité fraternelle: le Catholicos-patriarche de l’Eglise Assyrienne d’Orient, Mar Gewargis III. Celui-ci a retenu le pape quelques instants pour échanger quelques paroles et lui offrir un calice.

Allocution du pape François

Je salue avec affection Sa Sainteté Mar Gewargis III, Catholicos-Patriarche de l’Eglise Assyrienne d’Orient, qui réside dans cette ville et nous honore de sa présence. Merci, merci, cher Frère! Avec lui j’embrasse les chrétiens des diverses confessions: beaucoup ici ont versé leur sang sur le même sol! Mais nos martyrs resplendissent ensemble, étoiles dans le même ciel! De là-haut ils nous demandent de marcher ensemble, sans hésiter, vers la plénitude de l’unité.

Au terme de cette célébration, je remercie l’Archevêque Mgr Bachar Matti Warda, ainsi que Mgr Nizar Semaan et mes autres frères Evêques, qui ont beaucoup travaillé pour ce voyage. Je suis reconnaissant à vous tous qui l’avez préparé et accompagné par la prière et qui m’avez accueilli avec affection. Je salue en particulier, la chère population kurde. J’exprime ma vive reconnaissance au Gouvernement et aux autorités civiles pour leur contribution indispensable; et je remercie tous ceux qui, de bien des manières, ont contribué à l’organisation de tout le voyage en Irak, les Autorités irakiennes – toutes – et les nombreux volontaires. Merci à tous!

Durant ces jours passés au milieu de vous, j’ai entendu des voix de douleur et d’angoisse, mais j’ai aussi entendu des voix d’espérance et de consolation. Et c’est le mérite, en grande partie, de ces inlassables bonnes œuvres qui ont été rendues possibles grâce aux institutions religieuses de chaque confession, grâce à vos Eglises locales et aux diverses organisations caritatives qui assistent les gens de ce pays dans l’œuvre de reconstruction et de renaissance sociale. Je remercie de façon particulière, les membres de la ROACO et les agences qu’ils représentent.

Maintenant, se rapproche le moment de repartir pour Rome. Mais l’Irak restera toujours avec moi, dans mon cœur. Je vous demande à tous, chers frères et sœurs, de travailler ensemble dans l’unité pour un avenir de paix et de prospérité qui ne laisse personne en arrière et ne discrimine personne. Je vous assure de ma prière pour ce pays bien aimé. Je prie de façon particulière pour que les membres des différentes communautés religieuses, avec les hommes et les femmes de bonne volonté, coopèrent afin de nouer des liens de fraternité et de solidarité au service du bien et de la paix. Salam, salam, salam! [Paix, paix, paix!] Choukran! [Merci] ! Que Dieu vous bénisse tous! Que Dieu bénisse l’Irak! Allah ma’akum! [Que Dieu soit avec vous]

Copyright – Librairie éditrice du Vatican


https://fr.zenit.org/2021/03/07/nos-martyrs-resplendissent-ensemble-etoiles-dans-le-meme-ciel-texte-complet/?
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Mer 10 Mar 2021 - 8:37

Texte du discours donné à Ur le 6 mars 2021 dans le cadre de la rencontre interreligieuse: regarder les étoiles et marcher en frères (texte complet)

« Dieu ne peut pas être contre quelqu’un, mais pour tous »

« Celui qui a le courage de regarder les étoiles, celui qui croit en Dieu, n’a pas d’ennemis à combattre », déclare le pape François qui invite à contempler les étoiles comme Abraham et à marcher dans la confiance en Dieu, qui « ne peut pas être contre quelqu’un, mais pour tous ».

La rencontre interreligieuse de Ur, en Irak, sur les pas d’Abraham, tant désirée par Jean-Paul II pour le Grand Jubilé de l’An 2 000, a eu lieu ce samedi 6 mars 2021, en présence du pape François, et de représentants de différentes traditions religieuses.

Après un chant initial, les lectures et quatre témoignages, le pape François a prononcé un discours qui peut être qualifié d’historique, sur un podium, entouré de toutes ces personnalités, au milieu du désert. Ensuite, le p. Amir Jajé, dominicain irakien, a lu la « Prière des enfants d’Abraham » en arabe, avant un chant final.

Auparavant, au deuxième jour de son « pèlerinage » de trois jours en Irak (5 mars-8 mars), le pape François a également eu une rencontre « historique » avec l’ayatollah chiite Al-Sistani, à Nadjaf. Une étape décisive dans le dialogue interreligieux, avec cette inclusion, au plus haut niveau, et pas seulement sur le terrain, de l’islam chiite dans les rencontres avec l’Eglise catholique.

Soit, en un jour, deux « premières absolues » dans l’histoire des papes, auxquelles s’en ajoute une troisième, ce soir: à 18h (16h à Rome) la première célébration d’un pape en rite chaldéen, dans la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad.

C’est dans ce contexte de dialogue interreligieux qui se dilate pour inclure une nouvelle dimension que se situe le long discours du pape François qui prend en compte avec beaucoup de réalisme l’histoire récente de l’Irak.

« D’où le chemin de la paix peut-il commencer ? », s’est demandé le pape.

Il répond: « Du renoncement à avoir des ennemis. Celui qui a le courage de regarder les étoiles, celui qui croit en Dieu, n’a pas d’ennemis à combattre. Il a un seul ennemi à affronter, qui se tient à la porte du cœur et frappe pour entrer : c’est l’inimitié. Tandis que certains cherchent à avoir des ennemis plus qu’à être amis, tandis que beaucoup cherchent leur propre bénéfice au détriment des autres, celui qui regarde les étoiles des promesses, celui qui suit les voies de Dieu ne peut pas être contre quelqu’un, mais pour tous. »

Le pape déplore les tragédies de l’histoire, mais il ouvre une espérance: « Au cours de l’histoire, nous avons souvent poursuivi des buts trop terrestres et nous avons cheminé chacun pour son propre compte ; mais avec l’aide de Dieu nous pouvons changer en mieux »


✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 7f618e10

Voici le texte officiel en français du discours du pape François, prononcé en italien.

Discours du pape François

Chers frères et sœurs,

Ce lieu béni nous reporte aux origines, aux sources de l’œuvre de Dieu, à la naissance de nos religions. Ici, où vécut Abraham, notre père, il nous semble revenir à la maison. C’est ici qu’il entendit l’appel de Dieu, d’ici il partit pour un voyage qui devait changer l’histoire. Nous sommes le fruit de cet appel et de ce voyage. Dieu demanda à Abraham de lever les yeux vers le ciel et d’y compter les étoiles (cf. Gn 15, 5). Dans ces étoiles, il vit la promesse de sa postérité, il nous vit. Et aujourd’hui, nous, juifs, chrétiens et musulmans, avec nos frères et sœurs d’autres religions, nous honorons notre père Abraham en faisant comme lui : nous regardons le ciel et nous marchons sur la terre.

1.Nous regardons le ciel. En contemplant, après des millénaires, le même ciel, les mêmes étoiles apparaissent. Elles illuminent les nuits les plus obscures parce qu’elles brillent ensemble. Le ciel nous livre ainsi un message d’unité : le Très-Haut au-dessus de nous nous invite à ne jamais nous séparer du frère qui est à côté de nous. L’Au-delà de Dieu nous renvoie à l’autre du frère. Mais si nous voulons préserver la fraternité, nous ne devons pas perdre de vue le ciel. Nous, descendance d’Abraham et représentants de diverses religions, nous sentons avoir avant tout ce rôle : aider nos frères et sœurs à élever le regard et la prière vers le ciel. Nous en avons tous besoin parce que nous ne nous suffisons pas à nous-mêmes. L’homme n’est pas tout-puissant, il ne peut pas s’en sortir tout seul. Et s’il expulse Dieu, il finit par adorer les choses terrestres. Mais les biens du monde, qui font que beaucoup oublient Dieu et les autres, ne sont pas le motif de notre voyage sur la Terre. Nous levons les yeux vers le ciel pour nous élever des bassesses de la vanité ; nous servons Dieu afin de sortir de l’esclavage du moi, parce que Dieu nous pousse à aimer. Voici la vraie religiosité : adorer Dieu et aimer le prochain. Dans le monde d’aujourd’hui, qui oublie souvent le Très-Haut ou en présente une image déformée, les croyants sont appelés à témoigner de sa bonté, à montrer sa paternité à travers leur fraternité.

De ce lieu source de foi, de la terre de notre père Abraham, nous affirmons que Dieu est miséricordieux et que l’offense la plus blasphématoire est de profaner son nom en haïssant le frère. Hostilité, extrémisme et violence ne naissent pas d’une âme religieuse : ce sont des trahisons de la religion. Et nous, croyants, nous ne pouvons pas nous taire lorsque le terrorisme abuse de la religion. Au contraire, c’est à nous de dissiper avec clarté les malentendus. Ne permettons pas que la lumière du Ciel soit couverte par les nuages de la haine ! Au-dessus de ce pays, se sont accumulés les sombres nuages du terrorisme, de la guerre et de la violence. Toutes les communautés ethniques et religieuses en ont souffert. Je voudrais rappeler en particulier la communauté yézidie, qui a pleuré la mort de nombreux hommes et a vu des milliers de femmes, de jeunes filles et d’enfants enlevés, vendus comme esclaves et soumis à des violences physiques et à des conversions forcées. Aujourd’hui nous prions pour tous ceux qui ont subi de telles souffrances, pour tous ceux qui sont encore dispersés et séquestrés, afin qu’ils puissent vite revenir chez eux. Et nous prions pour que la liberté de conscience et la liberté religieuse soient respectées et reconnues partout : ce sont des droits fondamentaux parce qu’ils rendent l’homme libre de contempler le Ciel pour lequel il a été créé.

Le terrorisme, quand il a envahi le nord de ce cher pays, a détruit de façon barbare une partie de son merveilleux patrimoine religieux, dont des églises, des monastères et des lieux de culte de diverses communautés. Mais, même durant ce moment sombre, des étoiles ont brillé. Je pense aux jeunes volontaires musulmans de Mossoul qui ont aidé à réaménager des églises et des monastères en construisant des amitiés fraternelles sur les décombres de la haine, et aux chrétiens et musulmans qui ensemble restaurent aujourd’hui des mosquées et des églises. Le professeur Ali Thajeel nous a aussi raconté le retour des pèlerins dans cette ville. Il est important de pérégriner vers les lieux sacrés : c’est le plus beau signe de la nostalgie du Ciel sur la Terre. C’est pourquoi aimer et préserver les lieux sacrés est une nécessité existentielle, en souvenir de notre père Abraham qui, en divers endroits, éleva vers le ciel des autels au Seigneur (cf. Gn 12, 7.8; 13, 18; 22, 9). Que le grand patriarche nous aide à faire, des lieux sacrés de chacun, des oasis de paix et de rencontre pour tous ! Par sa fidélité à Dieu, il devint une bénédiction pour toutes les nations (cf. Gn 12, 3) ; que notre présence ici aujourd’hui sur ses traces soit un signe de bénédiction et d’espérance pour l’Irak, pour le Moyen-Orient et pour le monde entier. Le Ciel ne s’est pas lassé de la Terre : Dieu aime chaque peuple, chacune de ses filles et chacun de ses fils ! Ne nous lassons jamais de regarder le ciel, de regarder ces étoiles, les mêmes que, en son temps, notre père Abraham regarda.

2. Nous marchons sur la terre. Les yeux levés au ciel ne détournèrent pas, mais encouragèrent Abraham à marcher sur la terre, à entreprendre un voyage qui, à travers sa descendance, devait toucher chaque siècle et chaque latitude. Mais tout commença ici, avec le Seigneur qui “le fit sortir d’Ur” (cf. Gn 15, 7). Son chemin fut donc un chemin en sortie, qui exigea des sacrifices : il dut laisser terre, maison et parenté. Mais, en renonçant à sa famille, il devint père d’une famille de peuples. Il nous arrive aussi quelque chose de semblable : en chemin, nous sommes appelés à laisser ces liens et ces attachements qui, en nous enfermant dans nos groupes, nous empêchent d’accueillir l’amour infini de Dieu et de voir dans les autres des frères.

Oui, nous avons besoin de sortir de nous-mêmes, parce que nous avons besoin les uns des autres. La pandémie nous a fait comprendre que « personne ne se sauve tout seul » (Lett. enc. Fratelli tutti, n. 54). Pourtant, la tentation de prendre des distances par rapport aux autres revient souvent. Mais « le “sauve qui peut” deviendra vite “tous contre tous”, et ceci sera pire qu’une pandémie » (ibid., n. 36). Dans les tempêtes que nous sommes en train de traverser, l’isolement ne nous sauvera pas, la course pour renforcer les armements et pour ériger des murs, qui nous rendront au contraire toujours plus distants et fâchés, ne nous sauvera pas. L’idolâtrie de l’argent, qui enferme sur soi et provoque des gouffres d’inégalités dans lesquelles l’humanité s’enfonce, ne nous sauvera pas. Le consumérisme, qui anesthésie l’esprit et paralyse le cœur ne nous sauvera pas.

La voie que le Ciel indique à notre marche est autre, c’est la voie de la paix. Elle demande, surtout dans la tempête, de ramer ensemble dans la même direction. Il est indigne, alors que nous sommes tous éprouvés par la crise pandémique, et surtout ici où les conflits ont causé tant de misère, que l’on pense avidement à ses propres affaires. Il n’y aura pas de paix sans partage et accueil, sans une justice qui assure équité et promotion pour tous, à commencer par les plus faibles. Il n’y aura pas de paix sans des peuples qui tendent la main à d’autres peuples. Il n’y aura pas de paix tant que les autres seront un eux et non un nous. Il n’y aura pas de paix tant que les alliances seront contre quelqu’un, parce que les alliances des uns contre les autres augmentent seulement les divisions. La paix n’exige ni vainqueurs ni vaincus, mais des frères et des sœurs qui, malgré les incompréhensions et les blessures du passé, cheminent du conflit à l’unité. Demandons-le dans la prière pour tout le Moyen-Orient, je pense en particulier à la Syrie voisine, martyrisée.

Le patriarche Abraham, qui nous rassemble aujourd’hui dans l’unité, fut un prophète du Très- Haut. Une ancienne prophétie dit que les peuples, « de leurs épées, forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles » (Is 2, 4). Cette prophétie ne s’est pas réalisée ; au contraire épées et lances sont devenues missiles et bombes. D’où le chemin de la paix peut-il alors commencer ? Du renoncement à avoir des ennemis. Celui qui a le courage de regarder les étoiles, celui qui croit en Dieu, n’a pas d’ennemis à combattre. Il a un seul ennemi à affronter, qui se tient à la porte du cœur et frappe pour entrer : c’est l’inimitié. Tandis que certains cherchent à avoir des ennemis plus qu’à être amis, tandis que beaucoup cherchent leur propre bénéfice au détriment des autres, celui qui regarde les étoiles des promesses, celui qui suit les voies de Dieu ne peut pas être contre quelqu’un, mais pour tous. Il ne peut justifier aucune forme d’imposition, d’oppression et de prévarication, il ne peut pas se comporter de manière agressive.

Chers amis, tout cela est-il possible ? Le père Abraham, qui a su espérer contre toute espérance (cf. Rm 4, 18) nous encourage. Au cours de l’histoire, nous avons souvent poursuivi des buts trop terrestres et nous avons cheminé chacun pour son propre compte ; mais avec l’aide de Dieu nous pouvons changer en mieux. Il nous revient, humanité d’aujourd’hui, et surtout à nous, croyants de toute religion, de convertir les instruments de haine en instruments de paix. Il nous revient d’exhorter avec force les responsables des nations afin que la prolifération croissante des armes cède le pas à la distribution de nourriture pour tous. Il nous revient de réduire au silence les accusations réciproques pour donner une voix au cri des opprimés et des rejetés sur la planète : trop sont privés de pain, de médicaments, d’instruction, de droit et de dignité ! Il nous revient de mettre en lumière les manœuvres douteuses qui tournent autour de l’argent et de demander avec force que l’argent ne finisse pas toujours et seulement par alimenter le confort effréné de quelques-uns. Il nous revient de protéger la maison commune de nos intentions prédatrices. Il nous revient de rappeler au monde que la vie humaine vaut pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle a, et que les vies des enfants à naître, des personnes âgées, des migrants, des hommes et des femmes de toutes couleurs et nationalités sont toujours sacrées et comptent comme celles de chacun ! Il nous revient d’avoir le courage de lever les yeux et de regarder les étoiles, les étoiles que notre père Abraham a vues, les étoiles de la promesse.

Le chemin d’Abraham fut une bénédiction de paix. Mais ce ne fut pas facile : il dut affronter des luttes et des imprévus. Nous aussi, nous avons devant nous un chemin accidenté, mais nous avons besoin, comme le grand patriarche, de faire des pas concrets, de pérégriner à la découverte du visage de l’autre, de partager des souvenirs, des regards et des silences, des histoires et des expériences. J’ai été frappé par le témoignage de Daoud et de Hassan, un chrétien et un musulman qui, sans se laisser décourager par les différences, ont étudié et travaillé ensemble. Ensemble, ils ont construit l’avenir et ils se sont découverts frères. Nous aussi, pour aller de l’avant, nous avons besoin de faire ensemble quelque chose de bon et de concret. Telle est la voie, surtout pour les jeunes qui ne peuvent voir leurs rêves anéantis par les conflits du passé ! Il est urgent de les éduquer à la fraternité, de les éduquer à regarder les étoiles. C’est une véritable urgence; ce sera le vaccin le plus efficace pour un lendemain de paix. Parce que vous êtes, vous chers jeunes, notre présent et notre avenir !

C’est seulement avec les autres qu’on peut soigner les blessures du passé. Madame Rafah nous a raconté l’exemple héroïque de Najy, de la communauté sabéenne mandéenne, qui a perdu la vie en essayant de sauver la famille de son voisin musulman. Combien de personnes ici, dans le silence et dans le désintérêt du monde, ont entamé des chemins de fraternité ! Rafah nous a aussi raconté les souffrances indicibles de la guerre qui a contraint de nombreuses personnes à abandonner leur maison et leur patrie à la recherche d’un avenir pour leurs enfants. Merci, Rafah, d’avoir partagé avec nous ta ferme volonté de rester ici, sur la terre de tes pères. Que ceux qui n’y sont pas parvenus et ont dû fuir trouvent un accueil bienveillant, digne de personnes vulnérables et blessées.

Ce fut précisément à travers l’hospitalité, trait distinctif de ces terres, que Abraham reçut la visite de Dieu et le don désormais inespéré d’un fils (cf. Gn 18, 1-10). Nous, frères et sœurs de diverses religions, nous nous sommes retrouvés ici, à la maison, et d’ici, ensemble, nous voulons nous engager afin que se réalise le rêve de Dieu : que la famille humaine devienne hospitalière et accueillante envers tous ses fils ; qu’en regardant le même ciel, elle chemine dans la paix sur la même terre.

Copyright – Librairie éditrice du Vatican

https://fr.zenit.org/2021/03/06/rencontre-a-ur-regarder-les-etoiles-et-marcher-sur-la-terre-texte-complet/?


✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 F9580110


Le pape François venait de prononcer un discours historique pour tous les « enfants d’Abraham » et la sortie des guerres. Ensuite,  ce fut la « Prière des enfants d’Abraham » et le chant final, très rythmé, par la chorale des jeunes du diocèse de Bassorah.

Prière des enfants d’Abraham

Dieu Tout-Puissant, notre Créateur qui aime la famille humaine et tout ce que tes mains ont accompli, nous, fils et filles d’Abraham appartenant au judaïsme, au christianisme et à l’islam, avec les autres croyants et toutes les personnes de bonne volonté, nous te remercions de nous avoir donné comme père commun dans la foi Abraham, fils éminent de cette noble et bien-aimée terre.

Nous te remercions pour son exemple d’homme de foi qui t’a obéi jusqu’au bout, en laissant sa famille, sa tribu et sa patrie pour aller vers une terre qu’il ne connaissait pas.

Nous te remercions aussi pour l’exemple de courage, de résistance et de force d’âme, de générosité et d’hospitalité que notre père commun dans la foi nous a donné.

Nous te remercions en particulier pour sa foi héroïque, manifestée par sa disponibilité à sacrifier son fils afin d’obéir à ton commandement. Nous savons que c’était une épreuve très difficile dont il est sorti vainqueur parce qu’il t’a fait confiance sans réserve, que tu es miséricordieux et que tu ouvres toujours des possibilités nouvelles pour recommencer.

Nous te remercions parce que, en bénissant notre père Abraham, tu as fait de lui une bénédiction pour tous les peuples.

Nous te demandons, Dieu de notre père Abraham et notre Dieu, de nous accorder une foi forte, active à faire le bien, une foi qui t’ouvre nos cœurs ainsi qu’à tous nos frères et sœurs ; et une espérance irrépressible, capable de voir partout la fidélité de tes promesses.

Fais de chacun de nous un témoin du soin affectueux que tu as pour tous, en particulier pour les réfugiés et les déplacés, les veuves et les orphelins, les pauvres et les malades.

Ouvre nos cœurs au pardon réciproque et fais de nous des instruments de réconciliation, des bâtisseurs d’une société plus juste et plus fraternelle.

Accueille dans ta demeure de paix et de lumière tous les défunts, en particulier les victimes de la violence et des guerres.

Aide les autorités civiles à chercher et à retrouver les personnes qui ont été enlevées, et à protéger de façon particulière les femmes et les enfants.

Aide-nous à prendre soin de la planète, maison commune que, dans ta bonté et générosité, tu nous as donnée à tous.

Soutiens nos mains dans la reconstruction de ce pays, et donne-nous la force nécessaire pour aider ceux qui ont dû laisser leurs maisons et leurs terres à rentrer en sécurité et avec dignité, et à entreprendre une vie nouvelle, sereine et prospère. Amen.

Traduction officielle du Vatican


https://fr.zenit.org/2021/03/06/rencontre-a-ur-la-priere-des-enfants-dabraham/?
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par territoire en héritage Mer 10 Mar 2021 - 16:16

.

Il a dit que le saint peuple de Dieu est le seul qui nous sauve de l'orgueil :

https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2021-03/pape-francois-voyage-irak-conference-de-presse-avion-retour.html

Et le seul qui nous sauve de la lèpre de la cupidité, de l'orgueil, c'est le saint peuple de Dieu. ...

mais c'est Jésus le Sauveur et il n'est certainement pas vrai que : seul le "saint peuple de Dieu" nous sauve.

http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_fr.html


...
Le Christ a été envoyé par le Père « pour porter la bonne nouvelle aux pauvres, ... guérir les cœurs meurtris » (Lc 4, 18), « chercher et sauver ce qui était perdu » (Lc 19, 10) : de même l’Église enveloppe de son amour ceux que l’infirmité humaine afflige, bien plus, dans les pauvres et les souffrants, elle reconnaît l’image de son fondateur pauvre et souffrant, elle s’efforce de soulager leur misère et en eux c’est le Christ qu’elle veut servir. Mais tandis que le Christ saint, innocent, sans tache (He 7, 26) ignore le péché (2 Co 5, 21), venant seulement expier les péchés du peuple (cf. He 2, 17), l’Église, elle, enferme des pécheurs dans son propre sein, elle est donc à la fois sainte et toujours appelée à se purifier, poursuivant constamment son effort de pénitence et de renouvellement.


L’Église avance dans son pèlerinage à travers les persécutions du monde et les consolations de Dieu [14], annonçant la croix et la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne (cf. 1 Co 11, 26). La vertu du Seigneur ressuscité est sa force pour lui permettre de vaincre dans la patience et la charité les afflictions et les difficultés qui lui viennent à la fois du dehors et du dedans, et de révéler fidèlement au milieu du monde le mystère du Seigneur, encore enveloppé d’ombre, jusqu’au jour où, finalement, il éclatera dans la pleine lumière
.
territoire en héritage
territoire en héritage
En adoration

Masculin Messages : 2640
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Ven 12 Mar 2021 - 12:03

@Territoire, ce Fil n'est pas destiné à la polémique mais vous pouvez vous exprimer sur un autre Fil ou en ouvrir un à cet effet.

En tout cas, de l'avis général, ce voyage est un très grand moment du pontificat : synthèse par la journaliste Philippine de Saint-Pierre :



Le Pape est très conscient des critiques possibles :

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par territoire en héritage Ven 12 Mar 2021 - 22:55

@Isabelle-Marie a écrit:...ce Fil n'est pas destiné à la polémique mais vous pouvez vous exprimer sur un autre Fil ou en ouvrir un à cet effet.

En tout cas, de l'avis général, ce voyage est un très grand moment du pontificat ...

Polémique ? ... J'ai fait 3 citations :

1) un extrait du site du Vatican, sur le voyage en Irak
2) l'affirmation chrétienne majeure que : le Seigneur Jésus Christ est le Sauveur
3) un extrait de Lumen Gentium

La contradiction entre 1) et 2) ne vient pas de moi ...


.
territoire en héritage
territoire en héritage
En adoration

Masculin Messages : 2640
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Interférences entre religion et politique

Message par territoire en héritage Mar 16 Mar 2021 - 0:40

.

Etrange intervention dans la politique française :


*******************
post déplacé sur ce FIL plus adapté par la modération
merci @territoire en héritage de ne pas multiplier les FIL dont le thème est dejà engagé ailleurs
  ***********
 
https://www.lesalonbeige.fr/le-pape-francois-serait-inquiet-du-risque-de-voir-marine-le-pen-gagner-en-2022/

...

Le pape François prend à nouveau le risque de troubler ou même de diviser les catholiques français avec une telle prise de position bien éloignée du jugement prudentiel demandé au laïcs.


Après s’en être pris violemment à Matteo Salvini en août 2019, en mettant sur le même plan souverainisme et totalitarisme nazi, le pape François vient de s’immiscer dans la politique française en exprimant sa crainte de voir Marine le Pen élue en 2022.

Il s’est exprimé lors d’une audience accordée à des activistes écologistes, qui se sont empressés de médiatiser les propos tenus :


Le pape François s’invite dans le débat politique en France.


Lors d’une audience de quarante minutes, le souverain pontife a reçu, ce lundi 15 mars, le « gardien » de la Convention citoyenne pour le climat, Cyril Dion, l’entrepreneuse engagée Eva Sadoun et le fondateur du mouvement Coexister Samuel Grzybowski (…)
« Au cours de la réunion, le pape s’est notamment inquiété des risques de voir le Rassemblement national remporter remporter la prochaine élection présidentielle : « Un ami m’a dit : “En France, si on continue comme ça, on aura Marine Le Pen présidente”. Je ne veux pas être désagréable ou dire à votre pays ce qu’il doit faire. Mais c’est inquiétant. […] Je suis inquiet de la montée des populismes.

[...]

cf. aussi : https://www.valeursactuelles.com/politique/pour-le-pape-lhypothese-dune-victoire-de-marine-le-pen-en-2022-cest-inquietant-129483

.
territoire en héritage
territoire en héritage
En adoration

Masculin Messages : 2640
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par territoire en héritage Mar 16 Mar 2021 - 9:37

.

Etrange intervention dans la politique française :


*******************
post déplacé sur ce FIL plus adapté par la modération
merci @territoire en héritage de ne pas multiplier les FIL dont le thème est dejà engagé ailleurs
  ***********
 
https://www.lesalonbeige.fr/le-pape-francois-serait-inquiet-du-risque-de-voir-marine-le-pen-gagner-en-2022/
...

Le fil supprimé était prévu pour tous les cas d' "interférences" entre les domaines "politique" et "religieux" venant de différentes personnes ou organismes et pas seulement pour ce cas ... et il y a beaucoup de cas ...

D'autre part entre :

...
vous pouvez vous exprimer sur un autre Fil ou en ouvrir un à cet effet
...

et :

...
merci @territoire en héritage de ne pas multiplier les FIL dont le thème est dejà engagé ailleurs
...

il y a un certain hiatus ...

.
territoire en héritage
territoire en héritage
En adoration

Masculin Messages : 2640
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Sam 20 Mar 2021 - 16:13

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Famill10

« Année de la Famille Amoris Laetitia »: message du pape François (texte complet)

« Soutenons la famille! Défendons-la contre ce qui compromet sa beauté »

« Soutenons la famille! Défendons-la contre ce qui compromet sa beauté », lance le pape François dans ce message pour le commencement de l’Année de la Famille Amoris Laetitia.

Le pape François a en effet adressé un message aux participants de la rencontre en ligne « Notre amour quotidien », promue par le Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, par le diocèse de Rome et par l’Institut pontifical Jean-Paul II à l’ouverture de l’Année « Famille Amoris Laetitia », pour le 5ème anniversaire de la publication de l’exhortation apostolique du pape François sur la famille, Amoris laetitia, ce vendredi 19 mars 2021.

Le pape François a publié ensuite ce tweet: « Je prie pour que chaque famille puisse sentir dans sa propre maison la présence vivante de la Sainte Famille de Nazareth, qui comble nos petites communautés domestiques d’amour sincère et généreux, source de joie, même dans les épreuves et dans les difficultés.

Le pape a invité à un changement de regard sur la famille: « Abordons ce mystère de l’amour avec stupeur, avec discrétion et avec tendresse. Et engageons-nous à garder ses liens précieux et délicats: enfants, parents, grands-parents… Ces liens sont nécessaires pour vivre et pour bien vivre, pour rendre l’humanité plus fraternelle. »

Il a indiqué dans quelle direction orienter la pastorale: « Ces deux aspects sont au cœur de toute pastorale familiale: l’audace de l’annonce évangélique et la tendresse de l’accompagnement. »

Il a posté ce tweet à l’adresse des papas, en la fête de saint Joseph: « Être un bon père signifie tout offrir sans s’épargner; assurer une protection sans étouffer; pardonner sans rien demander en échange; attendre avec patience et confiance. C’est suivre l’exemple du « Père Bon » qui est aux Cieux. Que le Seigneur bénisse tous les papas! »

Voici notre traduction, rapide, de travail du texte prononcé en italien.

Message du pape François

Chers frères et sœurs!

Je vous salue tous vous qui participez au congrès sur le thème «Notre amour au quotidien». Mes pensées vont en particulier au cardinal Kevin Joseph Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, au cardinal Angelo De Donatis, vicaire du diocèse de Rome, et à Mgr Vincenzo Paglia, grand chancelier de l’Institut théologique Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille.

L’exhortation apostolique post-synodale Amoris laetitia sur la beauté et la joie de l’amour conjugal et familial a été promulguée il y a cinq ans. Pour cet anniversaire, je vous ai invités à vivre une année de relecture du document et de réflexion sur ce thème, jusqu’à la célébration de la 10e Journée mondiale des familles qui, si Dieu le veut, aura lieu à Rome le 26 juin 2022. Je vous suis reconnaissant des initiatives que vous avez entreprises dans ce but, et pour la contribution que chacun de vous offre dans son milieu de travail.

Au cours de ces cinq ans, Amoris laetitia a tracé le début d’un chemin en cherchant à encourager une nouvelle approche pastorale de la réalité de la famille. L’intention principale du document est de communiquer, à une époque et dans une culture profondément changées, qu’aujourd’hui un nouveau regard sur la famille est nécessaire de la part de l’Église : il ne suffit pas de réaffirmer la valeur et l’importance de la doctrine, si nous ne devenons pas gardiens de la beauté de la famille et si nous ne prenons pas soin de ses fragilités et de ses blessures avec compassion.

Ces deux aspects sont au cœur de toute pastorale familiale: l’audace de l’annonce évangélique et la tendresse de l’accompagnement.

D’une part, en effet, nous annonçons aux couples, aux époux et aux familles une parole qui les aide à saisir le sens authentique de leur union et de leur amour, signe et image de l’amour trinitaire et de l’alliance entre le Christ et l’Église. C’est la parole toujours nouvelle de l’Évangile à partir de laquelle toute doctrine, y compris celle sur la famille, peut prendre forme. Et c’est une parole exigeante, qui veut libérer les relations humaines de l’esclavage qui défigure souvent leur visage et les rend instables: la dictature des émotions, l’exaltation du provisoire qui décourage les engagements pour la vie, la prédominance de l’individualisme, la peur de l’avenir.

Face à ces difficultés, l’Église réaffirme aux époux chrétiens la valeur du mariage comme projet de Dieu, comme fruit de sa grâce et comme appel à vivre en totalité, fidélité et gratuité. Voilà la route pour que les relations, même à travers un chemin marqué par des échecs, des chutes et des changements, s’ouvrent à la plénitude de la joie et de la réalisation humaine et deviennent un levain de fraternité et d’amour dans la société.

D’autre part, cette annonce ne peut et ne doit jamais être faite d’en haut et de l’extérieur. L’Église s’incarne dans la réalité historique comme son Maître l’a été, et même lorsqu’elle proclame l’Évangile de la famille, elle le fait en se plongeant dans la vie réelle, connaissant de près les travaux quotidiens des époux et des parents, leurs problèmes, leurs souffrances, tout ces petites et grandes situations qui alourdissent et parfois gênent leur chemin.

Voilà le contexte concret dans lequel se vit l’amour quotidien. Vous avez ainsi intitulé votre congrès: « Notre amour quotidien ». C’est un choix significatif. Il s’agit de l’amour engendré par la simplicité et par le travail silencieux de la vie de couple, par cet engagement quotidien et parfois fatigant porté par les époux, les mamans, les papas, les enfants. Un Evangile qui se proposerait comme une doctrine descendant d’en haut et n’entrerait pas dans la «chair» de ce quotidien, risquerait de rester une belle théorie et, parfois, d’être vécu comme une obligation morale. Nous sommes appelés à accompagner, à écouter, à bénir le chemin des familles; pas seulement pour tracer la direction, mais pour faire le chemin avec elles; à entrer dans les maisons avec discrétion et amour, pour dire aux époux: l’Église est avec vous, le Seigneur est proche de vous, nous voulons vous aider à garder le don que vous avez reçu.

Annoncer l’Évangile en accompagnant les personnes et en se mettant au service de leur bonheur: nous pouvons ainsi aider les familles à marcher d’une manière qui réponde à leur vocation et à leur mission, conscientes de la beauté des liens et de leur fondement dans l’amour de Dieu le Père et le Fils et le Saint-Esprit.

Quand la famille vit sous le signe de cette Divine Communion, que j’ai voulu expliciter dans ses aspects aussi existentiels dans Amoris laetitia, alors elle devient une parole vivante de Dieu d’Amour, prononcée au monde et pour le monde. En fait, la grammaire des relations familiales – c’est-à-dire des relations conjugales, de la maternité, de la paternité, de la filiation et de la fraternité – est la voie par laquelle se transmet le langage de l’amour, qui donne un sens à la vie et une qualité humaine à chaque relation.

C’est un langage fait non seulement de paroles, mais aussi de manières d’être, de parler, des regards, des gestes, des temps et des espaces de notre relation aux autres. Les époux le savent bien, les parents et les enfants l’apprennent tous les jours dans cette école de l’amour qu’est la famille. Et dans ce contexte, la transmission de la foi entre les générations a également lieu: elle passe précisément par le langage des relations bonnes et saines qui se vivent dans la famille chaque jour, surtout en affrontant ensemble les conflits et les difficultés.

En cette période de pandémie, au milieu de tant de difficultés psychologiques, économiques et sanitaires, tout cela est devenu évident: les liens familiaux ont été et sont toujours durement éprouvés, mais en même temps ils restent le point de référence le plus fort, un soutien plus fort, la défense irremplaçable pour tout le domaine de la communauté humaine et sociale.

Soutenons donc la famille! Défendons-la contre ce qui compromet sa beauté. Abordons ce mystère de l’amour avec stupeur, avec discrétion et avec tendresse. Et engageons-nous à garder ses liens précieux et délicats: enfants, parents, grands-parents… Ces liens sont nécessaires pour vivre et pour bien vivre, pour rendre l’humanité plus fraternelle.

Par conséquent, l’année consacrée à la famille, qui commence aujourd’hui, sera un temps propice pour poursuivre la réflexion sur Amoris laetitia. Et pour cela, je vous remercie du fond du cœur, en sachant que l’Institut Jean-Paul II peut contribuer à bien des égards, en dialogue avec d’autres institutions académiques et pastorales, au développement de l’attention humaine, spirituelle et pastorale pour soutenir la famille.

C’est à la Sainte Famille de Nazareth, que je vous confie vous et votre travail; et je vous demande de faire de même pour moi et mon ministère.

Rome, saint Jean du Latran, 19 mars 2021.

Solennité de saint Joseph, début de l’Année de la Famille Amoris laetitia

https://fr.zenit.org/2021/03/19/annee-de-la-famille-amoris-laetitia-message-du-pape-francois-texte-complet/?


 Notre Dame de Knock: « Le silence face au grand mystère de l’amour » (traduction complète)

« Un message d’espérance »

Le silence de l’apparition mariale de Knock (Irlande) c’est « le silence face au grand mystère de l’amour », fait observer le pape François.

Le pape François a adressé un message vidéo aux Irlandais à l’occasion de l’élévation du sanctuaire national de Notre Dame de Knock au rang de sanctuaire international de dévotion eucharistique et mariale spéciale, ce 19 mars 2021, en la fête et en l’année de saint Joseph.

Le pape François s’est rendu à Knock le 26 août 2018, à l’occasion de la Rencontre mondiale des familles de Dublin.

Dans ce « Lourdes irlandais », des apparitions mariales ont eu lieu en 1879: la Vierge Marie est apparue entourée de saint Jean et de saint Joseph et des anges entouraient l’Agneau et la croix. Il y a donc un lien spécial entre saint Joseph et ce sanctuaire.

Le pape François souligne aussi l’importance de la prière: « Les bras de la Vierge en position de prière montrent encore aujourd’hui à quel point la vie de prière est fondamentale: un message d’espérance de ce sanctuaire. »


✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Sanct_10

Message du pape François

Frères et sœurs, bonsoir!

Je profite volontiers des moyens de communication pour être avec vous à un moment si important de la vie du sanctuaire.

Depuis l’apparition du 21 août 1879, lorsque la Bienheureuse Vierge Marie est apparue à certains habitants du village de Knock avec Saint Joseph et Saint Jean l’Apôtre, le peuple irlandais a exprimé sa dévotion partout où il est allé. Vous avez été un peuple de missionnaires. Il est bon de se rappeler combien de prêtres ont quitté leur terre pour devenir des évangélisateurs. Nous ne pouvons pas non plus oublier les nombreux laïcs qui ont émigré dans tant de pays et qui ont gardé vivante leur dévotion à la Vierge de Knock.

Combien de familles en près d’un siècle et demi ont transmis la foi à leurs enfants et ont rassemblé leurs efforts quotidiens autour de la prière du rosaire, l’image de Notre Dame de Knock au centre! Les bras de la Vierge en position de prière montrent encore aujourd’hui à quel point la vie de prière est fondamentale: un message d’espérance de ce sanctuaire. Vous le savez, dans l’apparition de Knock, la Vierge ne prononce aucun mot.

Cependant, même son silence est une langue; en effet, c’est le langage le plus expressif qui nous soit livré. Le message qui vient de Knock c’est la grande valeur que le silence a pour la foi.

C’est le silence face au mystère, qui ne signifie pas renoncer à la compréhension, mais la compréhension soutenue et aidée par le mystère de l’amour de Jésus qui s’est offert pour nous tous comme un Agneau sacrifié pour le salut de l’humanité.

C’est le silence face au grand mystère de l’amour, qui ne trouve pas d’autre possibilité de réponse que celle de l’abandon confiant à la volonté du Père miséricordieux.

Enfin, c’est le silence que demande Jésus quand il nous a enseigné: « Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme la porte et prie ton Père qui est dans le secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te récompensera. En priant, ne gaspillez pas les paroles comme les païens: ils croient être écoutés à force de paroles. Alors ne leur ressemblez pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous le lui demandiez » (Mt 6,6-Cool.

Chers frères et sœurs présents à Knock, et vous tous qui suivez ce moment solennel grâce aux nouveaux moyens de communication! C’est une grande responsabilité d’avoir érigé le sanctuaire national de Notre Dame de Knock comme sanctuaire international de dévotion eucharistique et mariale particulière. Vous vous engagez à toujours être les bras grands ouverts en signe de bienvenue pour tout pèlerin qui vient à vous du monde entier, sans lui demander quoi que ce soit, mais en le reconnaissant seulement comme un frère et une sœur qui souhaite partager la même expérience de prière dans la comme fraternité.

L’accueil se conjugue à la charité et devient un témoignage efficace d’un cœur qui s’ouvre pour recevoir la Parole de Dieu et la grâce de l’Esprit Saint qui donne la force. Que le mystère eucharistique qui nous unit dans la communion avec le Seigneur ressuscité et entre nous tous soit toujours le soutien pour vivre fidèlement notre vocation de disciples missionnaires, comme la Vierge Marie l’a été, en devenant pèlerine de l’Évangile de son Fils. Qu’elle nous protège et nous console par son visage miséricordieux.

Je vous salue, je vous salue tous, implorant pour vous la  bénédiction et je vous demande de prier pour moi!

Copyright – Traduction de Zenit, Anita Bourdin

 https://fr.zenit.org/2021/03/19/notre-dame-de-knock-le-silence-face-au-grand-mystere-de-lamour-traduction-complete/?


Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Ven 26 Mar 2021 - 12:34

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Dante_10


Dante Alighieri: lettre apostolique du pape François (texte complet)

« Candor lucis aeternae », pour le VIIe centenaire de la mort du poète
25 mars 2021


« Candor lucis aeternae »: c’est le titre de la lettre apostolique que le pape consacre à Dante Alighieri à l’occasion du VIIe centenaire de sa mort, et en date ce 25 mars 2021, sous le signe de la Vierge de l’Annonciation. Le pape salue en Dante un « prophète » et un poète de l’espérance et de la miséricorde. Il souhaite que Dante soit mis à la portée de tous, et il encourage les artistes à se laisser inspirer par lui.

La lettre se répartit en neuf titres et commence par la pensée des papes sur Dante, depuis  l’encyclique de Benoît XVI In praeclara summorum (1921) en passant par la lettre apostolique de saint Paul VI Altissimi cantus (1965), où il souligne combien la Divine comédie est « universelle ». Jean-Paul II fait observer,  en 1985, Dante conduit à « la contemplation de l’Amour qui meut le soleil et les autres étoiles ». Benoît XVI, dans son encyclique Deus caritas est, de 2005, évoque, chez Dante l’expression de « la nouveauté d’un amour qui a poussé Dieu à prendre un visage humain et un cœur humain ». Quant au pape François il cite, dans son encyclique Lumen fidei, de 2013, Dante qui décrit la « lumière de la foi » comme « l’étincelle, flamme et étoile du ciel » dans l’homme.

Poète de la miséricorde

Le pape François souligne ensuite « l’actualité et la pérennité » de l’œuvre de Dante qui « a su exprimer, avec la beauté de la poésie, la profondeur du mystère de Dieu et de l’amour ».

Il salue en lui un « Père de la langue et de la littérature italiennes », qui a vécu sa vie avec la « mélancolie déchirante » d’un pèlerin et d’un exilé, toujours en mouvement, non seulement à l’extérieur parce qu’il a été contraint à l’exil, à Ravenne, mais aussi à l’intérieur, à la recherche de son but: « le bonheur, donné par la vision de l’Amour qui est Dieu ».

Mais le pape François qui fustige toujours la « résignation » salue en Dante un « prophète d’espérance » qui pousse l’humanité à se libérer de la « forêt obscure » du péché pour trouver « la voie droite » et atteindre ainsi « la plénitude de la vie dans l’histoire » et « la béatitude éternelle en Dieu» »: une « mission prophétique ».

La miséricorde de Dieu est la clef de ce chemin à la fois, dit le pape, « réaliste et possible » pour tous:  « la miséricorde de Dieu offre toujours la possibilité du changement et de la conversion ».

Il est donc en même temps un poète de la « liberté humaine », c’est en effet « la condition fondamentale des choix de vie et de la foi elle-même ».

Les trois femmes de Dante et S. François


Le pape François relève l’importance de trois femmes dans la Divine Comédie et qui représentent les trois vertus théologales: Marie, incarnant la charité, Béatrice, portant l’espérance, et sainte Lucie, figure de la foi.

Le pape François réaffirme que l’on  « ne se sauve pas soi-même », pas sans l’aide de ceux qui « peuvent nous soutenir et nous guider avec sagesse et prudence ».

Le pape évoque son saint patron, François d’Assise, représenté dans la « rose blanche des bienheureux »: il y a a dit le pape, entre Dante et François « une profonde syntonie »: ils se sont adressés au peuple, le premier « allant parmi les gens » le second choisissant de s’exprimer dans « la langue de tous », et non pas en latin. En outre, ils s’ouvrent tous les deux « à la beauté et à la valeur » de la création, reflet du Créateur.

A la portée de tous

Plus encore, pour le pape François, Dante est « un précurseur de notre culture multimédiale »: « paroles et images, symboles et sons » forment en effet chez lui « un seul message », qui traduit la « tension intérieure et continuelle vers le bonheur ».

Le pape souhaite donc que l’œuvre de Dante soit encore plus connue et rendue « accessible et attrayante » pour tous tous ceux qui, « impatients de répondre aux demandes intérieures, désireux de réaliser pleinement leur existence, veulent vivre leur itinéraire de vie et de foi de manière consciente, accueillant et vivant avec gratitude le don et l’engagement de la liberté ».

C’est pourquoi le pape demande que ce « patrimoine » soit connu et diffusé grâce à l’engagement des communautés chrétiennes, des institutions académiques et des associations culturelles.

Il encourage les artistes à « donner forme à la poésie de Dante sur le chemin de la beauté », afin de diffuser « des messages de paix, de liberté et de fraternité ».

Dante peut ainsi « aider à avancer avec sérénité et courage dans le pèlerinage de vie et de foi », jusqu’à « la véritable paix et la véritable joie »: « l’amour qui meut le soleil et les autres étoiles ».

LETTRE APOSTOLIQUE
CANDOR LUCIS ÆTERNÆ
DU SAINT-PÈRE
FRANÇOIS
À L’OCCASION DU 7ÈME CENTENAIRE DE LA MORT
DE DANTE ALIGHIERI


Splendeur de la Lumière éternelle, le Verbe de Dieu a pris chair de la Vierge Marie lorsqu’elle répondit “me voici” à l’annonce de l’Ange (cf. Lc 1, 38). Le jour où la Liturgie célèbre cet ineffable Mystère a aussi une particulière importance en raison de l’événement historique et littéraire du grand poète Dante Alighieri, prophète d’espérance et témoin de la soif d’infini inscrite au cœur de l’homme. En ce jour, je désire m’unir, moi aussi, au chœur nombreux de tous ceux qui veulent honorer sa mémoire en ce 7ème centenaire de sa mort.

Le 25 mars, en effet, commençait à Florence l’année selon le calcul ab Incarnatione. Cette date, proche de l’équinoxe de printemps, et située dans la perspective de Pâques, est associée à la création du monde et à la rédemption opérée par le Christ sur la croix, début d’une nouvelle création. Dans la lumière du verbe incarné, elle invite par conséquent à contempler le dessein d’amour qui est au cœur même de la source inspiratrice de l’œuvre la plus célèbre du Poète, la Divine Comédie. Au dernier chant, l’Incarnation y est rappelée par saint Bernard en ces vers célèbres : « Dans ton ventre, l’amour s’est rallumé, / par la chaleur de qui, dans le calme éternel / cette fleur ainsi est éclose » (Par. XXXIII, 7-9).[1] Déjà, dans le Purgatoire, Dante représentait la scène de l’Annonciation sculptée sur un relief de pierre (cf. X, 34-37. 40-45).

En cette circonstance, la voix de l’Église, qui s’associe à la commémoration unanime de l’homme et du poète Dante Alighieri, ne peut donc pas manquer. Bien mieux que beaucoup d’autres, il a su exprimer la profondeur du mystère de Dieu et de l’amour, avec la beauté de la poésie. Son poème, très haute expression du génie humain, est le fruit d’une inspiration nouvelle et profonde dont le Poète est conscient lorsqu’il en parle comme du « poème sacré où le ciel et la terre / ont mis la main » (Par. XXV, 1-2).

Par cette Lettre Apostolique, je désire unir ma voix à celles de mes prédécesseurs qui ont honoré et célébré le Poète, notamment à l’occasion de ses anniversaires de naissance ou de mort, dans le but de le proposer de nouveau à l’attention de l’Église, à l’universalité des fidèles, aux érudits en littérature, aux théologiens, aux artistes. Je rappellerai brièvement ces interventions en focalisant l’attention sur les Pontifes du siècle dernier et sur leurs documents de plus grande importance.

1. Les paroles des Pontifes Romains du siècle dernier sur Dante Alighieri

Il y a un siècle, en 1921, à l’occasion du 6ème centenaire de la mort du Poète, Benoît XV, recueillant les éléments apparus au cours des précédents Pontificats, en particulier ceux de Léon XIII et de saint Pie X, commémorait l’anniversaire de Dante, d’une part avec une Lettre Encyclique,[2] d’autre part en promouvant des travaux de restauration dans l’église San Pietro Maggiore de Ravenne, communément appelée San Francesco où furent célébrées les funérailles d’Alighieri, ainsi que dans le cimetière où il fut inhumé. Le Pape, appréciant les nombreuses initiatives destinées à solenniser l’événement, revendiquait le droit de l’Église, « qui fut pour lui une mère », d’avoir le premier rôle dans ces commémorations en honorant « son » Dante.[3] Déjà, par sa lettre à l’Archevêque de Ravenne, Mgr Pasquale Morganti, dans laquelle il approuvait le programme des célébrations du centenaire, Benoît XV motivait son adhésion de la sorte : « De plus (et c’est le plus important) s’ajoute une raison particulière pour laquelle nous considérons qu’il faut célébrer son solennel anniversaire avec une reconnaissance consciente et un grand concours de peuple : le fait qu’Alighieri est nôtre. […] En effet, qui pourra nier que notre Dante a nourri et renforcé la flamme de l’intelligence et de la vertu poétique en tirant son inspiration de la foi catholique, à tel point qu’il a chanté dans un poème quasi divin les mystères sublimes de la religion? ».[4]

À un moment de l’histoire marqué par des sentiments d’hostilité envers l’Église, le Pontife réaffirmait, dans l’Encyclique citée, l’appartenance du Poète à l’Église, les « liens étroits [qui] rattachent Dante à cette Chaire de Pierre ». Mieux encore, il affirmait que son œuvre, bien qu’étant une expression de « la prodigieuse ampleur et finesse de son génie », tirait « un puissant élan d’inspiration » de la foi chrétienne. C’est pourquoi, poursuivait Benoît XV, « ce qui, chez ce poète, force l’admiration, ce n’est pas seulement la puissance de son génie, mais encore la grandeur comme infinie du thème que la religion divine a fourni à son chant ». Et il en faisait l’éloge en répondant indirectement à ceux qui niaient ou critiquaient la matrice religieuse de son œuvre : « Chez Alighieri, s’exprime la même piété qui est en nous, sa foi a les mêmes sentiments […]. La plus belle louange qu’on puisse lui décerner, c’est d’être un poète chrétien, et d’avoir chanté avec des accents quasi divins les idéaux chrétiens dont il contemplait de toute son âme la beauté et la splendeur ». L’œuvre de Dante – poursuivait le Pontife – est un exemple éloquent et valide qui « démontre combien il est faux que l’offrande à Dieu de l’esprit et du cœur coupe les ailes de l’intelligence, alors qu’elle la stimule et l’élève ». C’est pourquoi, soutenait encore le Pape, « les enseignements laissés par Dante dans toutes ses œuvres, mais spécialement dans son triple poème », peuvent servir « de guide très valable pour les hommes de notre temps » et en particulier pour les étudiants et les érudits, puisqu’ « en composant son poème, il n’eut pas d’autre but que d’arracher les mortels à leur condition misérable, celle du péché, pour les conduire à l’état de bonheur, celui de la grâce divine ».

Plusieurs interventions de saint Paul VI se rattachent au 7ème centenaire de sa naissance, en 1965. Le 19 septembre, il fit don d’une croix dorée pour enrichir le petit temple de Ravenne qui abrite la tombe de Dante, jusqu’alors privé « d’un tel signe de religion et d’espérance ».[5] Le 14 novembre, il envoya à Florence une couronne de lauriers dorée pour qu’elle soit enchâssée dans le Baptistère San Giovanni. Enfin, en conclusion des travaux du Concile œcuménique Vatican II, il donna aux Pères conciliaires une édition artistique de la Divine Comédie. Mais surtout, il honora la mémoire du Grand Poète par la Lettre Apostolique Altissimi cantus,[6] où il réaffirme le lien étroit entre l’Église et Dante Alighieri : « Si quelqu’un voulait demander pourquoi l’Église catholique, de par la volonté de son chef visible, prend à cœur de cultiver la mémoire et de célébrer la gloire du poète florentin, notre réponse serait facile : parce que, par un droit particulier, Dante est nôtre ! Nôtre, nous voulons dire, de foi catholique, tout respirant l’amour du Christ ; nôtre, parce qu’il aima beaucoup l’Église dont il chanta les gloires ; et nôtre parce qu’il reconnut et vénéra dans le Pontife Romain, le Vicaire du Christ ».

Mais un tel droit, poursuivait le Pape, loin d’autoriser des attitudes triomphalistes, représente plutôt un engagement : « Dante est nôtre, nous pouvons le répéter ; et nous l’affirmons non pour en faire un ambitieux trophée de gloire égoïste, mais plutôt pour nous rappeler à nous-mêmes le devoir de le reconnaître tel, et de découvrir dans son œuvre les trésors inestimables de la pensée et des sentiments chrétiens, car nous sommes convaincus que seul celui qui rentre dans l’âme religieuse du souverain Poète peut en comprendre complètement et en goûter les merveilleuses richesses spirituelles ». Et cet engagement n’exempte pas l’Église d’accueillir aussi les paroles de critique prophétique prononcées par le Poète à l’encontre de ceux qui devaient annoncer l’Évangile et représenter non pas soi-même mais le Christ : « Il est regrettable de rappeler que la voix de Dante s’éleva, cinglante et sévère, contre plus d’un Pontife Romain, et qu’il fit de dures réprimandes contre des institutions ecclésiastiques et contre des personnes qui furent ministres et représentantes de l’Église ». Il est cependant clair que « ces farouches attitudes n’ont jamais ébranlé sa solide foi catholique ni sa filiale affection envers la sainte Église ».

Paul VI présentait ensuite les caractéristiques qui font du poème dantesque une source de richesses spirituelles à la portée de tous : « Le Poème de Dante est universel : dans son immense largesse, il embrasse le ciel et la terre, l’éternité et le temps, les mystères de Dieu et les vicissitudes des hommes, la doctrine sacrée et celle puisée à la lumière de la raison, les données de l’expérience personnelle et les souvenirs de l’histoire ». Mais il dégageait surtout la finalité intrinsèque de l’œuvre de Dante, en particulier de la Divine Comédie, finalité pas toujours clairement appréciée et évaluée : « La finalité de la Divine Comédie est essentiellement pratique et transformatrice. Elle ne vise pas seulement à être poétiquement belle et moralement bonne, mais elle vise à changer radicalement l’homme pour le conduire du désordre à la sagesse, du péché à la sainteté, de la misère au bonheur, de la contemplation effrayante de l’enfer à la contemplation béatifique du paradis ».

Le Pape avait à cœur l’idéal de la paix, en un moment de l’histoire dense de tensions entre les peuples, et il trouvait dans l’œuvre du Poète une réflexion précieuse pour la promouvoir et la susciter : « Cette paix de chacun, des familles, des nations, des groupes humains, paix intérieure et extérieure, paix individuelle et publique, tranquillité de l’ordre, est troublée et secouée parce que la piété et la justice sont foulées aux pieds. La foi et la raison, Béatrice et Virgile, la Croix et l’Aigle, l’Église et l’Empire sont appelés à opérer en harmonie afin de restaurer l’ordre et le salut ». Dans cette ligne, il présentait ainsi l’œuvre poétique dans la perspective de la paix : « La Divine Comédie est un Poème de paix : l’Enfer, chant lugubre de la paix perdue pour toujours ; le Purgatoire, doux chant de la paix espérée ; le Paradis, ode triomphale de la paix éternellement et pleinement possédée ».

Dans cette perspective, poursuivait le Pontife, la Comédie « est le poème du progrès social par la conquête d’une liberté qui est affranchissement de l’asservissement au mal, et qui nous conduit à trouver et à aimer Dieu, […] professant un humanisme dont nous retenons les qualités bien précisées ». Mais Paul VI rappelait ensuite quelles étaient les qualités de l’humanisme dantesque : « Chez Dante, toutes les valeurs humaines (intellectuelles, morales, affectives, culturelles, civiques) sont reconnues et exaltées. Et il est important de relever que cette appréciation et cet honneur se manifestent à mesure qu’il pénètre dans le divin, alors que la contemplation aurait pu anéantir les éléments terrestres ». C’est de là, affirmait le Pape, que naît à juste titre l’appellation de Grand Poète et la qualification de divine attribuée à la Comédie, ainsi que la proclamation de Dante comme « seigneur du chant suprême », dans l’incipit de la Lettre Apostolique elle-même.

Appréciant également les extraordinaires qualités artistiques et littéraires de Dante, Paul VI réaffirmait un principe tant d’autres fois affirmé par lui : « La théologie et la philosophie ont avec la beauté un rapport qui consiste en ceci : la beauté, avec la douceur du chant et la visibilité de l’art figuratif et plastique, prête à la doctrine son vêtement et son ornement. Elle ouvre la route pour que les précieux enseignements de celle-ci soient communiqués à beaucoup. Les grandes discussions, les raisonnements subtils sont inaccessibles aux humbles, eux aussi affamés du pain de la vérité, et qui sont multitude. Or, eux aussi éprouvent, ressentent et apprécient l’influence de la beauté, et, par ce moyen, la vérité brille plus facilement pour eux et les nourrit. C’est ce qu’a compris et fait le seigneur du chant suprême pour qui la beauté est devenue servante de la bonté et de la vérité, et que la bonté est devenue matière de la beauté ». Citant enfin la Comédie, Paul VI exhortait chacun : « Honorez le très haut poète ! » (Enf. IV, 80).

Je désire évoquer seulement de saint Jean-Paul II, qui a plusieurs fois dans ses discours repris les œuvres du Grand Poète, son intervention du 30 mai 1985 lors de l’inauguration de l’exposition Dante au Vatican. Comme Paul VI, il soulignait le génie artistique : l’œuvre de Dante est interprétée comme « une réalité rendue visible qui parle de la vie d’outre-tombe et du mystère de Dieu avec la force de la pensée théologique, transfigurée par la splendeur de l’art et de la poésie réunies ». Le Pontife s’arrêtait ensuite pour examiner un terme clé de l’œuvre de Dante : « “Transhumaner”. Ce fut l’effort suprême de Dante : faire en sorte que le poids de l’humain ne détruise pas le divin qui est en nous, et que la grandeur du divin n’annule pas la valeur de l’humain. C’est pourquoi le Poète a relu à juste titre son histoire personnelle et celle de toute l’humanité dans une perspective théologique ».

Benoît XVI a souvent reproposé l’itinéraire de Dante en puisant dans ses œuvres des points de réflexion et de méditation. Par exemple, parlant de sa première Encyclique Deus caritas est, il partait justement de la vision dantesque de Dieu dans laquelle « lumière et amour sont une seule chose » pour proposer à nouveau sa réflexion sur la nouveauté de l’œuvre de Dante : « Le regard de Dante distingue toutefois une chose totalement nouvelle […]. La Lumière éternelle se présente en trois cercles auxquels il s’adresse avec ces vers intenses que nous connaissons : « O Lumière éternelle qui seule en toi reposes / Qui seule te connais et par toi connue / et te connaissant, aimes et souris! » (Par. XXXIII, 124-126). En réalité, la perception d’un visage humain – le visage de Jésus Christ –, qui apparaît à Dante dans le cercle central de la Lumière, est encore plus bouleversante que cette révélation de Dieu en tant que cercle trinitaire de connaissance et d’amour. […] Ce Dieu a un visage humain et – nous pouvons ajouter – un cœur humain ».[7] Le Pape soulignait l’originalité de la vision dantesque dans laquelle se communique poétiquement la nouveauté de l’expérience chrétienne née du mystère de l’Incarnation : « La nouveauté d’un amour qui a poussé Dieu à prendre un visage humain, et même à devenir chair et sang, être humain tout entier ».[8]

Pour ma part, dans ma première encyclique Lumen fidei,[9] j’ai fait référence à Dante pour exprimer la lumière de la foi en citant un verset du Paradis dans lequel elle est décrite comme l’ « étincelle / qui se dilate, ensuite en flamme vive / et scintille en moi comme étoile du ciel » (Par. XXIV, 145-147). Pour les 750 ans de la naissance du Poète, j’ai voulu honorer sa mémoire par un message, souhaitant que « la figure d’Alighieri et son œuvre soient de nouveau comprises et valorisées ». Et je proposais de lire la Comédie comme « un grand itinéraire, ou plutôt comme un véritable pèlerinage, qu’il soit personnel et intérieur ou communautaire, ecclésial, social et historique ». En effet, « elle représente le paradigme de tout voyage authentique dans lequel l’humanité est appelée à laisser ce que Dante définit comme étant “ la petite aire qui nous rend si féroces ” (Par. XXII, 151) pour atteindre une condition nouvelle marquée par l’harmonie, la paix et le bonheur ».[10] J’ai ensuite désigné la figure du Grand Poète à nos contemporains en le proposant comme « prophète d’espérance, annonciateur de la possibilité du rachat, de la libération, du changement profond de tous les hommes et femmes, de toute l’humanité ». [11]

Enfin, en recevant le 10 octobre 2020 une Délégation de l’Archidiocèse de Ravenne à l’occasion de l’ouverture de l’Année Dante, et en annonçant ce document, j’observais combien son œuvre peut encore aujourd’hui enrichir l’esprit et le cœur d’un grand nombre de personnes, surtout parmi les jeunes, qui, en s’approchant de sa poésie « d’une manière qui leur soit accessible, perçoivent inévitablement tout l’éloignement de l’auteur et de son monde, mais ressentent pourtant un écho surprenant ».[12]

2. La vie de Dante Alighieri, paradigme de la condition humaine

Avec cette Lettre Apostolique, je désire moi aussi m’arrêter sur la vie et sur l’œuvre de l’illustre Poète, afin de percevoir cette résonance en manifestant à la fois son actualité et sa pérennité, et afin de saisir ces avertissements et ces réflexions qui encore aujourd’hui sont essentiels pour toute l’humanité, pas seulement pour les croyants. L’œuvre de Dante fait en effet partie intégrante de notre culture, elle nous renvoie aux racines chrétiennes de l’Europe et de l’Occident, elle représente un patrimoine d’idéaux et de valeurs qu’aujourd’hui encore l’Église et la société civile proposent comme base à la coexistence humaine sur laquelle nous pouvons et nous devons nous reconnaître tous frères. Sans entrer dans la complexe histoire personnelle, politique et judiciaire d’Alighieri, je voudrais rappeler seulement quelques moments et événements de sa vie où il apparaît extraordinairement proche de beaucoup de nos contemporains, et qui sont essentiels pour comprendre son œuvre.

Il fut tout d’abord lié par un fort sens d’appartenance à la ville de Florence, où il naquit en 1265 et épousa Gemma Donati dont il eut quatre enfants, sens d’appartenance qui toutefois se transforma au fil du temps en opposition ouverte en raison de désaccords politiques. Jamais cependant le désir d’y retourner ne s’éteignit en lui, non seulement en raison de l’affection qu’il continua à nourrir pour sa ville, mais surtout pour être couronné poète là où il avait reçu le baptême et la foi (cf. Par. XXV, 1-9). Dans les en-têtes de certaines de ses Lettres (III, V, VI et VII), Dante se définit comme « florentinus et exul inmeritus », alors que dans sa XIIIème Lettre, adressée à Cangrande della Scala, il précise : « florentinus natione non moribus ». Guelfe blanc, il se trouve impliqué dans les conflits entre Guelfes et Gibelins, entre Guelfes blancs et Guelfes noirs, et après avoir exercé des fonctions publiques toujours plus importantes jusqu’à celle de Prieur, il est exilé pendant deux ans suite aux événements politiques défavorables de 1302, interdit de fonction publique et condamné à payer une amende. Dante refuse le verdict, à son avis injuste, et le jugement devient encore plus sévère : exil perpétuel, confiscation des biens et condamnation à mort en cas de retour au pays. Commence ainsi la douloureuse aventure de Dante qui cherchera en vain à retourner dans sa Florence bien-aimée pour laquelle il a combattu avec passion.

Il devient ainsi l’exilé, le “pèlerin pensif”. Il tombe dans une condition de « douloureuse pauvreté » (Le Banquet, I, III, 5) qui le pousse à chercher refuge et protection auprès de seigneuries locales, parmi lesquelles les Scaligeri di Vérona et les Malaspina in Lunigiana. L’amertume et le découragement de cette nouvelle condition se perçoivent dans les paroles de Cacciaguida, ancêtre du Poète : « Tu laisseras tout ce que tu aimes / le plus chèrement ; et c’est la flèche / que l’arc de l’exil décoche pour commencer. / Tu sentiras comme à saveur de sel / le pain d’autrui, et comme il est dur / à descendre et monter l’escalier d’autrui » (Par. XVII, 55-60).

N’acceptant pas, ensuite, les conditions humiliantes d’une amnistie qui lui aurait permis de rentrer à Florence, il est de nouveau condamné à mort en 1315, cette fois avec ses enfants adolescents. La dernière étape de son exil est Ravenne où il est accueilli par Guido Novello da Polenta, et où il meurt dans la nuit du 13 au 14 septembre 1321 à l’âge de 56 ans, de retour d’une mission à Venise. Sa sépulture, d’abord dans un sarcophage à San Pietro Maggiore, le long du mur extérieur de l’ancien cloître franciscain, sera ensuite transférée dans un petit temple adjacent du XVIIIème siècle, où sa dépouille mortelle sera replacée en 1865 après de multiples péripéties. Le lieu est encore aujourd’hui la destination d’innombrables visiteurs et admirateurs du Grand Poète, père de la langue et de la littérature italiennes.

En exil, l’amour pour sa ville, trahi par les « scélérats florentins » (Ep. VI, 1), se transforme en triste nostalgie. La déception profonde provoquée par la perte de ses idéaux politiques et civiques, ainsi que la douloureuse pérégrination d’une ville à une autre en recherche de refuge et de soutien, ne sont pas étrangères à son œuvre littéraire et poétique. Elles en constituent au contraire la racine essentielle et la raison profonde. Quand Dante décrit les pèlerins qui se mettent en chemin pour visiter les lieux saints, il décrit d’une certaine manière sa condition existentielle et manifeste ses sentiments les plus intimes : « Pèlerins qui pensifs allez… » (Vita nuova, 29 [XL (XLI), 9], v.1). Le motif revient plusieurs fois comme dans ce verset du Purgatoire : « Comme font les pèlerins pensifs, / rencontrant en chemin des inconnus / qui se tournent vers eux sans s’arrêter » (XXIII, 16-18). La mélancolie déchirante de Dante, pèlerin et exilé, se perçoit aussi dans les célèbres versets du VIIIème Chant du Purgatoire : « C’était l’heure déjà où tourne le désir / de ceux qui sont en mer quand attendrit leur cœur / le jour où ils ont dit aux doux amis adieu » (VIII, 1-3).

En réfléchissant en profondeur sur sa situation personnelle d’exil, d’incertitude radicale, de fragilité, de mobilité continuelle, Dante transforme celle-ci en la sublimant dans un paradigme de la condition humaine, laquelle se présente comme un chemin, intérieur avant d’être extérieur, qui ne s’arrête jamais sinon lorsqu’il arrive au but. Nous tombons ainsi sur deux thèmes fondamentaux de toute l’œuvre de Dante : le point de départ de tout itinéraire existentiel : le désir, inscrit dans l’âme humaine ; et le point d’arrivée : le bonheur, donné par la vision de l’Amour qui est Dieu.

Le Grand Poète, tout en vivant des événements dramatiques, tristes et angoissants, ne se résigne jamais, il ne succombe pas, il n’accepte pas de réprimer le désir de plénitude et de bonheur qui est dans son cœur. Il ne se résigne pas non plus à céder à l’injustice, à l’hypocrisie, à l’arrogance du pouvoir, à l’égoïsme qui font de notre monde « la petite aire qui nous rend si féroces » (Par. XXII, 151).

3. La mission du Poète, prophète d’espérance

Relisant donc sa vie, surtout à la lumière de la foi, Dante découvre sa vocation et la mission qui lui sont confiées pour lesquelles il se change paradoxalement en prophète d’espérance, d’homme en apparence failli et déçu, pécheur et découragé qu’il était. Dans sa Lettre à Cangrande della Scala, il précise avec une extraordinaire limpidité la finalité de son œuvre qui se réalise et se déploie, non plus dans des actions politiques ou militaires, mais grâce à la poésie, à l’art de la parole qui, adressée à tous, peut changer chacun : « Il faut dire brièvement que le but de l’ensemble et de la partie est de retirer les vivants d’un état de misère et de les conduire à un état de bonheur » (XIII, 39 [15]). Cette finalité suscite un chemin de libération de toute forme de misère et de dégradation humaine (la “forêt obscure”) et désigne en même temps du doigt le but ultime : le bonheur, compris comme plénitude de vie dans l’histoire et comme béatitude éternelle en Dieu.

De cette double finalité, de cet audacieux programme de vie, Dante est messager, prophète et témoin, confirmé dans sa mission par Béatrice : « Aussi pour le bien du monde qui vit mal, / tiens tes yeux sur le char, et ce que tu vois, / revenu là-bas, fais que tu l’écrives » (Purg. XXXII, 103-105). Cacciaguida également, son ancêtre, l’exhorte à ne pas faiblir dans sa mission. L’illustre aïeul réplique au Poète qui évoque brièvement sa marche dans les trois règnes de l’au-delà expliquant la difficulté de communiquer ces vérités qui font mal et qui dérangent : « La conscience obscurcie / ou par sa faute ou par celle d’autrui / trouvera ta parole brutale. / Néanmoins, écartant tout mensonge, / porte au jour ta vision tout entière, / et laisse gratter là où est la gale » (Par. XVII, 124-129). Une incitation identique à vivre courageusement sa mission prophétique est adressée à Dante par saint Pierre. Dans le Paradis, l’Apôtre, après une terrible invective contre Boniface VIII, parle ainsi au Poète : « Et toi, mon fils, que le poids mortel / ramènera sur terre, ouvre la bouche, / ne cache pas le mal que je n’ai pas caché » (XXVII, 64-66).

Ainsi, s’insèrent également dans la mission prophétique de Dante la dénonciation et la critique envers ces croyants, Pontifes ou simples fidèles, qui trahissent l’adhésion au Christ et transforment l’Église en instrument de leurs propres intérêts, oubliant l’esprit des Béatitudes et la charité envers les petits et les pauvres, et idolâtrant le pouvoir et la richesse : « Tout ce que l’Église garde, tout / est à qui demande au nom de Dieu, / non pas aux parents et à d’autres pires » (Par. XXII, 82-84). Mais à travers les paroles de saint Pierre Damien, de saint Benoît et de saint Pierre, le Poète, alors qu’il dénonce la corruption de certaines parties de l’Église, se fait le porte-voix d’un renouveau profond. Il invoque la Providence pour qu’elle le favorise et le rende possible : « Mais la haute providence, qui avec Scipion / défendit à Rome la gloire du monde, / viendra bientôt à l’aide, à ce que je comprends » (Par. XXVII, 61-63).

Dante, exilé, pèlerin, fragile mais fort à présent de la profonde et intime expérience qui l’a transformé, rené grâce à la vision qui, des profondeurs des enfers et de la condition humaine la plus dégradée, l’a élevé à la vision même de Dieu, s’érige en messager d’une existence nouvelle, en prophète d’une nouvelle humanité qui aspire à la paix et au bonheur.

4. Dante, chantre du désir humain

Dante sait lire en profondeur dans le cœur humain et, même chez les personnes les plus abjectes et les plus effrayantes, il sait entrevoir une étincelle du désir de rejoindre un certain bonheur, une plénitude de vie. Il s’arrête pour écouter les âmes qu’il rencontre, dialoguer avec elles. Il les interroge pour s’identifier et participer à leurs tourments ou à leur bonheur. Le Poète, en partant de sa condition personnelle, se fait ainsi l’interprète du désir de tout être humain de persévérer sur le chemin tant que le but final n’est pas atteint, tant que la vérité, la réponse aux pourquoi de l’existence n’est pas trouvée, tant que, comme l’affirmait déjà saint Augustin,[13] le cœur ne trouve repos et paix en Dieu.

Dans Le Banquet, il analyse justement le dynamisme du désir : « Le désir suprême de toute chose, désir communiqué à l’origine par la nature, est de retourner à son origine. Dieu étant le principe de nos âmes, […] celles-ci désirent par-dessus tout retourner à lui. Et comme un voyageur qui s’avance sur un chemin qu’il n’a pas encore parcouru, chaque fois qu’il voit à distance une maison se figure que c’est une auberge, voyant que cela n’est pas, porte sur une autre maison son espoir, et ainsi de maison en maison jusqu’à ce qu’enfin il arrive à l’auberge, ainsi notre âme, aussitôt qu’elle entre dans le chemin nouveau, et qu’elle n’a jamais encore parcouru, dirige ses regards vers le but de son bien suprême, et toute chose qu’elle aperçoit, qui lui paraisse recéler en soi quelque bien, lui semble être le but » (IV, XII, 14-15).

L’itinéraire de Dante, en particulier celui décrit dans la Divine Comédie, est vraiment le cheminement du désir, du besoin profond et intérieur de changer sa vie afin de pouvoir atteindre le bonheur et en montrer la route à celui qui se trouve, comme lui, dans une “forêt obscure” et qui a perdu la “voie droite”. Il est de plus significatif que, dès la première étape de ce parcours, son guide, le grand poète latin Virgile, lui indique le but qu’il doit atteindre en l’encourageant à ne pas céder à la peur et à la fatigue : « Mais toi, pourquoi retournes-tu vers cette angoisse ? / Pourquoi ne vas-tu pas à la douce montagne / qui est principe et cause de toute joie ? » (Enf. I, 76-78).

5. Poète de la miséricorde de Dieu et de la liberté humaine

Ce chemin n’est pas illusoire ni utopique, mais réaliste et possible, tous peuvent s’y engager car la miséricorde de Dieu offre toujours la possibilité de changer, de se convertir, de se retrouver et de retrouver la voie vers le bonheur. Significatifs à ce sujet sont certains épisodes et personnages de la Comédie qui manifestent comment cette voie n’est fermée à personne sur terre. Voici, par exemple, l’empereur Trajan, païen mais mis au Paradis. Dante justifie ainsi cette présence : « Regnum celorumsouffre la violence / de grand amour et de vive espérance, / qui vainc la volonté divine ; / non pas comme l’homme qui surpasse l’homme, / mais elle vainc parce qu’elle veut être vaincue, / et, vaincue, elle vainc par sa bénignité » (Par. XX, 94-99). Le geste de charité de Trajan envers une « veuve » (45), ou bien la « petite larme » de repentir versée à l’article de la mort par Buonconte da Montefeltro (cf. Purg. V, 107), montrent, non seulement la miséricorde infinie de Dieu, mais confirment que l’être humain peut toujours choisir avec sa liberté la voie qu’il va suivre et quel destin mériter.

Sous ce jour, significatif est le Roi Manfred, mis au Purgatoire par Dante qui évoque ainsi sa fin et le verdict divin : « Après que mon corps eut été percé / par deux coups mortels, je me confiai / en pleurs à celui qui pardonne volontiers. / Horribles furent mes péchés ; / mais l’infinie bonté a de si grands bras / qu’elle y accueille ceux qui s’adressent à elle » (Purg. III, 118-123). Il semble presque entrevoir la figure du père de la parabole évangélique, les bras ouverts, prêt à accueillir le fils prodigue qui revient à lui (cf. Lc 15, 11-32).

Dante se fait le défenseur de la dignité de tout être humain et de la liberté comme condition fondamentale, tant des choix de vie que de la foi elle-même. Le destin éternel de l’homme – suggère Dante en nous racontant les histoires de si nombreux personnages, illustres ou peu connus – dépend de ses choix, de sa liberté. Même les gestes quotidiens et apparemment sans importance ont une portée qui dépasse le temps et sont projetés dans la dimension éternelle. Le plus grand don fait par Dieu à l’homme pour qu’il puisse atteindre le but ultime est justement la liberté, comme l’affirme Béatrice : « Le plus grand don que Dieu dans sa largesse / fit en créant, le plus conforme / à sa bonté, et celui qu’il estime le plus, / fut la liberté du vouloir » (Par. V, 19-22). Ce ne sont pas des affirmations rhétoriques et vagues puisqu’elles jaillissent de l’existence de celui qui connaît le coût de la liberté : « Il cherche liberté, qui est si chère, / comme sait qui pour elle a refusé la vie » (Purg. I, 71-72).

Mais la liberté, nous rappelle Alighieri, n’est pas une fin en soi, elle est une condition pour s’élever sans cesse. Le parcours dans les trois règnes nous montre matériellement cette ascension qui se poursuit au point de toucher le Ciel, au point d’atteindre le bonheur complet. Le « noble désir » (Par. XXII, 61) suscité par la liberté ne peut s’éteindre qu’à l’arrivée, à la vision ultime et à la béatitude : « En moi qui touchais à la fin / de tous mes vœux, comme il fallait, se parfit l’ardeur du désir » (Par. XXXIII, 46-48). Le désir se fait ensuite prière, supplication, intercession, chant qui accompagne et marque l’itinéraire de Dante, à la manière dont la prière liturgique scande les heures et les moments de la journée. La paraphrase du Notre Père que le Poète propose (cf. Purg. XI, 1-21) entrelace le texte évangélique et son vécu personnel, avec ses difficultés et ses souffrances : « Que vienne à nous la paix de ton royaume, / car de nous-mêmes nous ne pouvons pas aller à elle. […] Donne-nous aujourd’hui la manne quotidienne / sans quoi, dans cet âpre désert, / ceux qui s’efforcent d’avancer vont en arrière » (7-8. 13-15). La liberté de celui qui croit en Dieu, Père miséricordieux, ne peut que se confier à lui dans la prière, elle n’est en rien lésée par celle-ci, mais au contraire renforcée.

6. L’image de l’homme dans la vision de Dieu

Dans l’itinéraire de la Comédie, comme le soulignait déjà le Pape Benoît XVI, le cheminement de la liberté et du désir n’implique pas en soi, comme on pourrait peut-être l’imaginer, une réduction du concret de l’humain, il n’aliène pas la personne par elle-même, il n’annule pas ni ne néglige ce qui en a constitué l’existence historique. Même dans le Paradis, en effet, Dante représente les bienheureux – les « robes blanches » (XXX, 129) – dans leur aspect corporel, il évoque leurs affections et leurs émotions, leurs regards et leurs gestes. Il nous montre, en somme, l’humanité dans sa perfection accomplie dans l’âme et dans le corps, préfigurant la résurrection de la chair. Saint Bernard, qui accompagne Dante sur la dernière partie du chemin, montre au Poète les enfants présents dans la rose des bienheureux et il l’invite à les regarder et à les écouter : « Tu peux t’en apercevoir aux visages / et aussi aux voix enfantines, / si tu les regardes bien et si tu les écoutes » (XXXII, 46-48). Il est émouvant que cette manifestation des bienheureux dans leur lumineuse et complète humanité soit un motif, non seulement de sentiments d’affection envers les êtres qui nous sont chers, mais surtout du désir explicite d’en revoir les corps, les traits terrestres : « Ils montrèrent bien désir de leurs corps morts : / non peut-être pour eux mais pour leurs mamans, / pour leurs pères et pour ceux qui leur furent chers / avant qu’ils fussent flammes sempiternelles » (XIV, 63-66).

Et enfin, au centre de la vision ultime, dans la rencontre avec le Mystère de la Très Sainte Trinité, Dante entrevoit un visage humain, celui du Christ, la Parole éternelle faite chair dans le sein de Marie : « Dans la profonde et claire subsistance / de la haute lumière trois cercles m’apparurent, / de trois couleurs et de grandeur unique […]. Ce cercle ainsi conçu / qui semblait en toi lumière réfléchie / longuement contemplée par mes yeux / à l’intérieur de soi, de sa même couleur, / me sembla peint de notre image » (XXXIII, 115-117.127-131). C’est seulement dans la visio Dei que le désir de l’homme s’apaise et que tout son fatiguant chemin se termine : « Mon esprit fut frappé / par un éclair qui vint à son désir. / Ici la haute fantaisie perdit sa puissance » (140-142).

Le Mystère de l’Incarnation que nous célébrons aujourd’hui est le véritable centre d’inspiration, le noyau essentiel de tout le poème. En lui se réalise ce que les Pères de l’Église appelaient la “divinisation”, l’admirabile commercium, le prodigieux échange par lequel, alors que Dieu entre dans notre histoire en se faisant chair, l’être humain peut entrer avec sa chair dans la réalité divine symbolisée par la rose des bienheureux. L’humanité, de par son caractère concret, avec les gestes et les paroles quotidiens, avec son intelligence et ses affections, avec le corps et les émotions, est assumée en Dieu en qui elle trouve le vrai bonheur et la réalisation pleine et ultime, en qui elle atteint le point d’arrivée de tout son cheminement. Dante avait désiré et prévu cette arrivée au début du Paradis : « Le désir devrait s’enflammer davantage / de voir cette essence en qui se voit / comment notre nature et Dieu s’unissent. / Là on verra ce qu’on tient par foi, / non démontré, mais qui sera par soi connu, / comme le premier vrai que l’homme croit » (II, 40-45).

7. Les trois femmes de la Comédie : Marie, Béatrice, Lucie

En chantant le Mystère de l’Incarnation, source de salut et de joie pour toute l’humanité, Dante ne peut pas ne pas chanter les louanges de Marie, la Vierge mère qui, avec son “oui”, avec son accueil plein et total du projet de Dieu, rend possible que le Verbe se fasse chair. Un beau traité de mariologie se trouve dans l’œuvre de Dante. Avec de très hauts accents lyriques, surtout dans la prière prononcée par saint Bernard, toute sa réflexion théologique sur Marie et sa participation au mystère de Dieu est synthétisée : « Vierge mère, fille de ton fils, / humble et haute plus que créature, / terme arrêté d’un éternel conseil, / tu es celle qui a tant anobli notre nature humaine que son créateur daigna se faire sa créature » (Par. XXXIII, 1-6). L’oxymore initial et la suite de termes antithétiques mettent en évidence l’originalité de la figure de Marie, sa singulière beauté.

Saint Bernard, en montrant les bienheureux dans la rose mystique, invite Dante à contempler Marie qui a donné au Verbe Incarné ses traits humains : « Regarde à présent la face qui au Christ / ressemble le plus, car seule sa clarté / peut te disposer à voir le Christ » (Par. XXXII, 85-87). Le Mystère de l’Incarnation est encore une fois évoqué par la présence de l’Archange Gabriel. Dante interroge saint Bernard : « Quel est cet ange qui si joyeux / regarde dans les yeux notre reine, / si amoureux qu’il paraît de feu ? » (103-105) ; et il répond : « Il est celui qui porta la palme / sur terre à Marie, quand le Fils de Dieu / voulut se charger de notre poids » (112-114). La référence à Marie est constante dans toute la Divine Comédie. Au long du parcours dans le Purgatoire, elle est le modèle des vertus qui s’opposent aux vices ; elle est l’étoile du matin qui aide à sortir de la forêt obscure pour s’acheminer vers la montagne de Dieu ; elle est la présence constante, par son invocation – « le nom de la belle fleur que j’invoque sans cesse, / matin et soir » (Par. XXIII, 88-89) –, qui prépare à la rencontre avec le Christ et avec le mystère de Dieu.

Dante, qui n’est jamais seul sur son chemin mais se laisse guider tout d’abord par Virgile, symbole de la raison humaine, puis par Béatrice et par saint Bernard, peut à présent, grâce à l’intercession de Marie, parvenir à la patrie et goûter la pleine joie qu’il a désirée toute sa vie : « Et dans mon cœur, coule encore la douceur qui naquit d’elle » (Par. XXXIII, 62-63). On ne se sauve pas soi-même, semble nous répéter le Poète, conscient de sa propre insuffisance : « Je ne suis pas venu par moi seul » (Enf. X, 61). Il est nécessaire que nous fassions le chemin en compagnie de qui peut nous soutenir et nous guider avec sagesse et prudence.

Dans ce contexte, la présence féminine apparaît significative. Au début de la fatigante montée, Virgile, le premier guide, réconforte et encourage Dante à persévérer parce que trois femmes intercèdent pour lui et le guideront : Marie, la Mère de Dieu, figure de la charité ; Béatrice, symbole d’espérance ; sainte Lucie, image de la foi. Béatrice se présente ainsi avec des paroles émouvantes : « Je suis Béatrice, qui te prie d’aller ; / je viens du lieu où j’ai désir de retourner ; / Amour m’envoie, qui me fait parler » (Enf. II, 70-72). Elle affirme que l’unique source qui peut nous donner le salut est l’amour, l’amour divin qui transfigure l’amour humain. Béatrice renvoie ensuite à l’intercession d’une autre femme, la Vierge Marie : « Noble dame est au ciel, qui a pitié / de la détresse où je t’envoie, / si bien qu’elle brise la dure loi d’en haut » (94-96). Ensuite, intervient Lucie qui s’adresse à Béatrice : « Béatrice, louange de Dieu vraie, / pourquoi n’aides-tu pas celui qui t’aima tant / que pour toi il sortit de la horde vulgaire ? » (103-105). Dante reconnait que seul celui qui est mû par l’amour peut vraiment nous soutenir sur le chemin et nous conduire au salut, au renouvellement de la vie et donc au bonheur.

8. François, époux de Dame Pauvreté

Dans la rose blanche des bienheureux, où brille au centre la figure de Marie, Dante place aussi de nombreux saints dont il esquisse la vie et la mission afin de les proposer comme des personnes ayant atteint le but de leur vie et de leur vocation dans le concret de leur existence, y compris à travers leurs nombreuses épreuves. Je rappellerai seulement brièvement la figure de saint François d’Assise, présentée dans le XIème Chant du Paradis où l’on parle des esprits sages.

Il y a une profonde syntonie entre saint François et Dante. Le premier est sorti du cloître avec les siens, il est allé parmi les gens dans les rues des villages et des villes, prêchant au peuple, s’arrêtant dans les maisons. Le second a fait le choix, incompréhensible à l’époque, d’utiliser la langue de tous pour son grand poème de l’au-delà, et de peupler son récit de personnages, connus et moins connus, mais absolument égaux en dignité aux puissants de la terre. Un autre trait rapproche les deux personnages : l’ouverture à la beauté et à la valeur du monde des créatures, miroir et “trace” du Créateur. Comment ne pas reconnaître dans ce « Que ton nom soit loué, et ta valeur, / par toute créature » de la paraphrase dantesque du Notre Père (Purg. XI, 4-5) une référence au Cantique des créatures de saint François ?

Dans le XIème Chant du Paradis cette consonance apparaît sous un nouvel aspect qui les rend encore plus semblables. La sainteté et la sagesse de François ressortent précisément parce que Dante, en regardant du ciel notre terre, voit l’étroitesse de qui se fie aux biens terrestres : « Ô souci insensé des mortels, quels syllogismes défectueux / te font voler si bas des ailes » (1-3). Toute l’histoire ou mieux, la « vie admirable » du saint est centrée sur sa relation privilégiée avec Dame Pauvreté : « Mais pour que je poursuive de façon moins obscure, / tiens désormais dans mon parler diffus, / pour ces amants, François et Pauvreté » (73-75). Dans le Chant de saint François, les moments forts de sa vie sont rappelés, ses épreuves, et enfin l’événement par lequel sa conformité au Christ, pauvre et crucifié, trouve l’extrême et divine confirmation, la marque des stigmates : « Ayant trouvé ces peuples trop rétifs / à la conversion, et pour ne pas rester en vain, / il revint au fruit de l’herbe italique, / sur l’âpre roc entre Tibre et Arno / il reçut du Christ le dernier sceau / que ses membres portèrent pendant deux ans » (103-108).

9. Accueillir le témoignage de Dante Alighieri

A la fin de cet aperçu synthétique sur l’œuvre de Dante Alighieri, mine presque infinie de connaissances, d’expériences, de considérations dans tous les domaines de la recherche humaine, une réflexion s’impose. La richesse de figures, de récits, de symboles, d’images suggestives et attirantes que Dante nous propose suscite certainement de l’admiration, de l’émerveillement, de la gratitude. Nous pouvons presque entrevoir en lui un précurseur de notre culture multi-médiale, où paroles et images, symboles et sons, poésie et danse se fondent en un unique message. On comprend alors pourquoi son poème a inspiré la création d’innombrables œuvres d’art de toutes sortes.

Mais l’œuvre du Grand Poète suscite aussi certaines interrogations pour notre temps. Que peut-elle nous transmettre, à notre époque ? A-t-elle encore quelque chose à nous dire, à nous offrir ? Son message est-il d’actualité, a-t-il un quelconque rôle à jouer pour nous aussi ? Peut-il encore nous interpeller ?

Dante – essayons de nous faire les interprètes de sa pensée – ne nous demande pas aujourd’hui d’être simplement lu, commenté, étudié, analysé. Il nous demande plutôt d’être écouté, d’être – d’une certaine manière – imité, de nous faire ses compagnons de voyage car, aujourd’hui encore, il veut nous montrer quel chemin mène au bonheur : la voie droite pour vivre pleinement notre humanité, franchissant les forêts obscures où nous perdons l’orientation et la dignité. Le voyage de Dante et sa vision de la vie après la mort ne sont pas seulement les objets d’un récit, ils ne constituent pas seulement un événement personnel, même exceptionnel.

Si Dante raconte tout cela – et il le fait de manière admirable – en utilisant la langue du peuple, celle que tous peuvent comprendre l’élevant au rang de langue universelle, c’est parce qu’il a un message important à nous transmettre, une parole qui veut toucher notre cœur et notre esprit, destinée à nous transformer et à nous changer dès maintenant, en cette vie. Son message peut et doit nous rendre pleinement conscients de ce que nous sommes et de ce que nous vivons jour après jour, dans la tension intérieure et continuelle vers le bonheur, vers la plénitude de l’existence, vers la patrie ultime où nous serons en pleine communion avec Dieu, Amour infini et éternel. Même si Dante est un homme de son temps et a une sensibilité différente de la nôtre sur certains thèmes, son humanisme est encore valide et actuel, et il peut certainement être un point de référence pour ce que nous voulons construire à notre époque.

Il est donc important que l’œuvre de Dante, saisissant l’occasion propice du Centenaire, se fasse davantage connaître de la manière la plus adéquate, qu’elle soit par conséquent rendue accessible et attrayante, non seulement pour les étudiants et les spécialistes, mais aussi pour tous ceux qui, impatients de répondre aux demandes intérieures, désireux de réaliser pleinement leur existence, veulent vivre leur itinéraire de vie et de foi de manière consciente, accueillant et vivant avec gratitude le don et l’engagement de la liberté.

Je félicite, par conséquent, les enseignants qui sont capables de communiquer avec passion le message de Dante, d’introduire au trésor culturel, religieux et moral contenu dans ses œuvres. Et ce patrimoine demande encore à être rendu accessible au-delà des enceintes scolaires et universitaires.

J’exhorte les communautés chrétiennes, surtout celles qui sont présentes dans les villes qui gardent la mémoire de Dante, les institutions académiques, les associations et les mouvements culturels, à promouvoir des initiatives destinées à faire connaître et à diffuser le message dantesque dans sa totalité.

J’encourage ensuite de manière particulière les artistes à donner une voix, un visage et un cœur, à donner forme, couleur et sons à la poésie de Dante, sur la voie de la beauté qu’il a magistralement parcourue ; à communiquer ainsi les vérités les plus profondes et à diffuser des messages de paix, de liberté, de fraternité dans les langages propres de l’art.

En ce moment de l’histoire particulier, marqué par beaucoup d’ombres, par des situations qui dégradent l’humanité, par un manque de confiance et de perspectives d’avenir, la figure de Dante, prophète d’espérance et témoin du désir humain de bonheur, peut encore nous donner des paroles et des exemples qui relancent notre marche. Elle peut nous aider à avancer avec sérénité et courage dans le pèlerinage de vie et de foi que nous sommes tous appelés à accomplir, tant que notre cœur n’aura pas trouvé la véritable paix et la véritable joie, tant que nous ne serons pas arrivés au but ultime de toute l’humanité, « l’amour qui meut le soleil et les autres étoiles » (Par. XXXIII, 145).

Du Vatican, le 25 mars, Solennité de l’Annonciation du Seigneur, de l’année 2021, la neuvième de mon Pontificat.

FRANÇOIS


https://fr.zenit.org/2021/03/25/dante-alighieri-lettre-apostolique-du-pape-francois-texte-complet/?utm_
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Dim 28 Mar 2021 - 22:11



Belle fête des Rameaux et belle Semaine Sainte à tous !  Dove
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Lumen Ven 23 Avr 2021 - 13:23

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Chapelet3


Mois de mai : le pape souhaite « un marathon de prière »


Selon le désir du pape François, le mois de mai sera consacré à « un marathon de prière » sur le thème « L’Église priait Dieu avec insistance (Actes 12,5) », indique un communiqué du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation publié ce 21 avril 2021. Le pape François ouvrira cette grande prière le 1er mai et la conclura le 31 mai.

L’initiative impliquera « de manière particulière » tous les Sanctuaires du monde, « afin qu’ils deviennent des promoteurs de la récitation du Rosaire auprès des fidèles, des familles et des communautés, pour invoquer la fin de la pandémie ».

Trente sanctuaires du monde animeront la prière mariale, qui sera retransmise en direct sur les chaînes officielles du Saint-Siège à 18h (heure de Rome) chaque jour.




AVRIL 21, 2021 19:09 MARINA DROUJININAROME
https://fr.zenit.org/2021/04/21/mois-de-mai-le-pape-souhaite-un-marathon-de-priere/
Lumen
Lumen
MODERATRICE
MODERATRICE

Féminin Messages : 4955
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Isabelle-Marie et AVRIL Ghislaine aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Lumen Jeu 29 Avr 2021 - 17:04

Le 3 mai, un Consistoire pour de futures canonisations
dont Charles de Foucauld et César de Bus


✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Consis11


Un Consistoire public se tiendra lundi 3 mai, à 10h, afin de déterminer les dates de sept canonisations. Les prêtres français Charles de Foucauld et César de Bus font partie des futurs saints, aux côtés de deux religieuses et deux prêtres italiens, et un martyr laïc indien.

Lundi 3 mai, les dates de futures canonisations seront fixées au cours d'un Consistoire ordinaire public. Il sera présidé par le pape François, en présence de l'ensemble des cardinaux. Il sera discuté des dates de ces sept bienheureux :


Charles de Foucauld (1858-1916), prêtre et ermite assassiné en Algérie, béatifié en 2005 ;
César de Bus (1554-1607), prêtre français, fondateur de la Congrégation des Pères de la Doctrine chrétienne et des Ursulines ;
Maria Francesca di Gesù (1844-1904), religieuse italienne, fondatrice des sœurs tertiaires capucines de Loano, missionnaire en Uruguay et en Argentine ;
Maria Domenica Mantovani (1862-1932), religieuse italienne, cofondatrice et première supérieure générale de l’Institut des Petites Sœurs de la Sainte Famille ;
Luigi Maria Palazzolo (1827-1887), prêtre italien, fondateur de l’Istituto delle Suore delle Poverelle – Institut Palazzolo ;
Giustino Maria Russolillo (1891-1955), prêtre italien, fondateur de la Société des Divines Vocations et de la Congrégation des Sœurs des Divines Vocations ;
Lazare Devasahyam Pillai (1712-1752), martyr laïc, converti de l'hindouïsme, tué en Inde en 1752.





reportage sur le miracle de Charles de Foucauld




César de Bus est un prêtre catholique français, fondateur de la Société des Prêtres de la doctrine chrétienne .

Lumen
Lumen
MODERATRICE
MODERATRICE

Féminin Messages : 4955
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Lumen Sam 1 Mai 2021 - 19:09

APPEL DU PAPE FRANCOIS
Pour un marathon de prière en mai


Les fidèles sont invités à prier assidument le chapelet durant ce mois traditionnellement consacré à la Vierge Marie pour demander à Dieu la fin de la pandémie. Trente sanctuaires se joignent à cette initiative voulue par le Pape François. 



✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 810c0fc49752e58c3ed24a5a07be438f7b1116d6445c8a9c8b97a2088f556894


L’initiative est née d’un « vif désir du Saint-Père », précise un communiqué du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. Ce « marathon » de prière qui doit couvrir tout le mois de mai sera centré sur le thème suivant :
« l’Église priait Dieu avec insistance » (Actes 12,5).

Trente sanctuaires du monde entier guideront à tour de rôle la prière mariale, chaque jour à 18h, en direct sur les médias officiels du Saint-Siège. Le Pape François ouvrira ce mois de prière le 1er mai et le clôturera le 31.



Aujourd'hui 1er mai, en direct avec le pape François depuis Rome

Ce soir, à 18h, le pape François donnera le coup d’envoi de ce mois particulier dans la basilique Saint-Pierre de Rome. Il priera les yeux tournés vers La Madonna del Soccorso, une célèbre représentation de la Vierge vénérée dès le VIIe siècle, placée dans la chapelle grégorienne, au-dessus de l’autel de saint Léon.


Le pape François a souhaité associer trente sanctuaires du monde entier. Ils sont invités à prier selon la manière et la langue dans lesquelles la tradition locale s'exprime, pour invoquer la reprise de la vie sociale, du travail et des nombreuses activités humaines qui ont été suspendues pendant la pandémie.
Cet appel communautaire vise à réaliser une prière continue, qui monte sans cesse de toute l'Église vers le Père par l'intercession de la Vierge Marie. Pour cette raison, les sanctuaires sont appelés à promouvoir et à solliciter autant que possible la participation des fidèles, afin que chacun puisse consacrer un moment à la prière quotidienne, dans sa voiture, dans la rue, avec son smartphone et grâce aux technologies de communication, pour la fin de la pandémie et la reprise des activités sociales et professionnelles. La prière dans chacun de ces sanctuaires sera diffusée par les canaux officiels du Saint-Siège, à 18h00, heure de Rome.
Pour faciliter votre participation, les diffusions quotidiennes seront retransmises sur cette page en direct chaque jour.
Vous pouvez également vous connecter sur la page youtube officielle du Vatican ou sur la page média du Vatican



Calendrier du marathon de prière :

1er mai :
Saint-Pierre de Rome (Vatican) : Prière pour l’humanité blessée conduite par le pape François

1er mai :
Notre-Dame de Walsingham (Angleterre) : Prière pour les défunts

2 mai :
Sanctuaire Jesus the Saviour and Mother Mary (Nigeria) : Prière pour ceux qui n’ont pu dire adieux à leurs proches

3 mai :
Sanctuaire de Czestochowa (Pologne) : Prière pour les personnes malades

4 mai :
Basilique de l’Annonciation (Terre Sainte) : Prière pour les femmes enceintes

5 mai :
Sanctuaire de Notre-Dame-du-Rosaire (Corée du Sud) : Prière pour les enfants et adolescents

6 mai :
Notre-Dame d’Aparecida (Brésil) : Prière pour les jeunes

7 mai :
Notre-Dame de la Paix et du bon voyage (Philippines) : Prière pour les familles

8 mai :
Notre-Dame de Luján (Argentine) : Prière pour les personnes engagées dans la communication

9 mai :
Notre-Dame de Lorette (Italie) : Prière pour les personnes âgées

10 mai :
Notre-Dame de Knock (Irlande) : Prière pour les personnes atteintes d’un handicap

11 mai :
Notre-Dame de Banneux (Belgique) : Prière pour les pauvres et personnes en difficulté économique

12 mai :
Notre-Dame d’Afrique (Algérie) : Prière pour les personnes seules qui ont perdu l’espérance

13 mai :
Sanctuaire de la Bienheureuse-Vierge-du-Saint-Rosaire (Portugal) : Prière pour les prisonniers

14 mai :
Notre-Dame de la santé (Inde) : Prière pour les scientifiques et instituts de recherche médicaux

15 mai :
Marie Reine de la Paix (Bosnie-Herzégovine) : Prière pour les migrants

16 mai :
Cathédrale Sainte-Marie de Sydney (Australie) : Prière pour les victimes de violences et de la traite

17 mai :
Immaculée-Conception (États-Unis) : Prière pour les responsables des organismes internationaux

18 mai :
Notre-Dame de Lourdes (France) : Prière pour les infirmières et médecins

19 mai :
Sanctuaire de la Maison de la Vierge (Meryem Ana) (Turquie) : Prière pour les populations en guerre et la paix dans le monde

20 mai :
Notre-Dame de la charité du cuivre (Cuba) : Prière pour les pharmaciens et le personnel sanitaire.

21 mai :
Notre-Dame de Nagasaki (Japon) : Prière pour les assistants sociaux.

22 mai : 
Notre-Dame de Montserrat (Espagne) : Prière pour les volontaires.

23 mai :
Notre-Dame du Cap (Canada) : Prière pour les forces de l’ordre, les militaires et les pompiers.

24 mai :
À déterminer : Prière pour ceux qui garantissent les services essentiels.

25 mai :
Sanctuaire national de Ta’Pinu (Malte) : Prière pour les enseignants, les étudiants, et les éducateurs.

26 mai :
Sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe (Mexique) : Prière pour les travailleurs et entrepreneurs

27 mai :
Mère de Dieu Pochaevskaya (Urkraine) : Prière pour les personne au chômage

28 mai :
Sanctuaire Notre-Dame d’Altötting (Allemagne): Prière pour les évêques, prêtres et diacres

29 mai : 
Notre-Dame du Liban (Liban) Prière pour les personnes consacrées

30 mai :
Vierge du Saint-Rosaire de Pompei (Italie) : Prière pour l’Église

31 mai :
Jardins du Vatican (Vatican) Prière pour la fin de la pandémie et la reprise du travail


Lumen
Lumen
MODERATRICE
MODERATRICE

Féminin Messages : 4955
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Dim 2 Mai 2021 - 7:15

La Madone du Bon Secours est si belle ! Merci infiniment au Saint Père !  Prie



Chapelet Dove
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Mar 4 Mai 2021 - 12:07

Notre-Dame de Częstochowa en Pologne, prière pour les personnes infectées et les malades



Selon la tradition, le tableau aurait été peint par Saint Luc :

https://fr.aleteia.org/2020/08/25/pourquoi-la-vierge-noire-de-czestochowa-a-t-elle-des-cicatrices-sur-le-visage/
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Mer 5 Mai 2021 - 0:01

Basilique de l’Annonciation à Nazareth - mardi 4 mai : prière pour les femmes enceintes

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Mer 5 Mai 2021 - 18:07

Sanctuaire de Notre-Dame-du-Rosaire (Corée du Sud) : Prière pour les enfants et adolescents

Chapelet



Dernière édition par Isabelle-Marie le Jeu 6 Mai 2021 - 20:34, édité 1 fois
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Jeu 6 Mai 2021 - 20:28

ND Aparecida au Brésil : prière pour les jeunes

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Sam 8 Mai 2021 - 20:21


ND de Lujan en Argentine : prière pour les personnes engagées dans la communication

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Dim 9 Mai 2021 - 20:40

Sainte Maison de Lorette en Italie : prière pour les personnes âgées

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Isabelle-Marie Hier à 21:05

Notre-Dame de Knock en Irlande : prière pour les personnes porteuses d'un handicap

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6677
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟ - Page 15 Empty Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 15 sur 15 Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum