Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

Fête de Marie, mère de l'Eglise

Aller en bas

Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par vinz 109 le Sam 3 Mar 2018 - 20:09

Le pape vient d'instituer la fête de "Marie, mère de l'Eglise" le lundi de la Pentecôte. soeur Pape

https://fr.aleteia.org/2018/03/03/une-nouvelle-fete-instituee-pour-celebrer-la-vierge-marie/?utm_campaign=Web_Notifications&utm_source=onesignal&utm_medium=notifications
avatar
vinz 109
Combat avec l'Archange Michel

Messages : 1069
Inscription : 26/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par Michel-Pierre le Sam 3 Mar 2018 - 20:19

Question de pure curiosité : un certains nombre de mystiques ont indiqué que le Ciel souhaitait l'instauration de telle ou telle fête : - est-ce que cette fête-ci en faisait partie ? Quelle sont les autres fêtes "demandées" par le Ciel ?

Michel-Pierre
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 251
Localisation : France
Inscription : 17/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par tlig77 le Dim 4 Mar 2018 - 1:02

@Michel-Pierre a écrit:Question de pure curiosité : un certains nombre de mystiques ont indiqué que le Ciel souhaitait l'instauration de telle ou telle fête : - est-ce que cette fête-ci en faisait partie ? Quelle sont les autres fêtes "demandées" par le Ciel ?

Certaines autres fêtes demandées par le ciel :

Le mardi de la quinquagésime (mardi qui précède le mercredi des cendre) dédié à la sainte face, Bienheureuse Maria Pierina de Micheli

Le Mercredi de l'assomption de saint joseph (mercredi qui suit le jeudi de l'ascension), edson glauber apparition reconnue

Le Mercredi du coeur très chaste de saint joseph (mercredi qui suit la solennité du sacré coeur), edson glauber apparition reconnue

Le Vendredi du chef sacré de Jésus (vendredi qui suit la solennité du sacré coeur une semaine après), voir teresa higginson

Le premier dimanche du mois d'août, ou le 7 août... consacré au Père éternel (voir elisabetta ravasio)



Il y en a d'autres mais celles-ci semblent revêtirent une demande particulière à dimension universelle.
avatar
tlig77
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 552
Inscription : 05/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par tlig77 le Dim 4 Mar 2018 - 1:05

@vinz 109 a écrit:Le pape vient d'instituer la fête de "Marie, mère de l'Eglise" le lundi de la Pentecôte. soeur Pape

https://fr.aleteia.org/2018/03/03/une-nouvelle-fete-instituee-pour-celebrer-la-vierge-marie/?utm_campaign=Web_Notifications&utm_source=onesignal&utm_medium=notifications

C'est la réalisation des Paroles de Paul vi dans les 53 ans qui ont suivi la proclamation de Marie Mère de l'église !!

Le lundi de la pentecôte est très significatif  : Marie au cénacle avec les apôtres pendant la pentecôte car le lundi, s'il est férié en France c'est parce qu'il solennisé. Donc le lundi de pentecôte c'est la pentecôte avec Marie...

La nouvelle pentecôte approche.

Cette proclamation n'est pas qu'un acte de dévotion, même si on ne peut pas dire qu'il s'agisse d'un dogme au sens propre...on se rapproche d'une définition dogmatique.



Nous nous rapprochons de déploiement plénier de l'acte de médiation de Marie : Marie Mère de l'Eglise, Marie Mère de la grâce, Marie Médiatrice de toute grâce.

Première remarque, ce mystère de Marie Médiatrice de toute grâce, s'il a déjà été défini dans Lumen Gentium se réalise plus tard (maintenant), car la liturgie est d'une certaine manière finis efectus (visible) de l'avant de la venue du paraclet et elle doit intégrer la dimension de la maternité spirituelle de marie sur l'église pour que sa fécondité soit plénière dans notre temps avant la réalisation des grands évènements.

C'est l'ajustement terminal de l'église avant l'expiration du dernier apôtre.

Marie Mère de l'église et Mère de la grâce, extension du mystère de la croix à partir des vertus théologales : 

A la croix, plus qu'à cana, c'est la substance de l'immaculée qui est choisie par jésus pour être Mère de Jean et l'engendrer à la vie divine, à la vie de la grâce de Foi d'Espérance et de Charité. A la croix, le Fils, dans son état de passivité substantielle et victimal rejoint la passivité substantielle de l'esprit saint. Ainsi il s'efface...et de son coeur jaillit : l'eau, le sang et l'esprit.

L'état du Fils est passif car il a accompli la volonté du père jusqu'au bout : "tout est accompli" le fils à crié et a expiré...
L'état du Fils est victimal la lance perce son côté. Son coeur est transpercé pour une surabondance car étant déjà mort, cette blessure n'était pas nécessaire pour accomplir l'holocauste. Le sacerdoce du christ est donc au delà de l'oeuvre de rédemption de la croix. C'est une surabondance car il n'y a pas de nécessité. La surabondance est liée à l'amour absolue qui dépasse l'ordre de la grâce et l'oeuvre de la croix rédemptrice.

Marie, conformément à la parole de syméon donne son "oui" et elle se conjoint à l'offrande du fils au père du point de vu de la Foi de l'Espérance  et de la Charité car Jésus est dans la vision béatifique (il est pure amour, il n'a ni la Foi ni l'espérance ni la charité). Dans le don d'elle même, elle offre le fil au père et dans un état de réceptivité total elle reçoit l'esprit saint qui sort du côté du coeur transpercé. Elle en devient le réceptacle, la mère de la vie divine, de la vie de la grâce.

Marie Médiatrice de toute grâce, instrument du père et du fils pour répandre l'esprit saint :


Jésus établit Marie Médiatrice de toute grâce dans cet instant précis, à partir du moment ou elle offre son fils au père dans son sacerdoce royal en unité avec le Sacerdoce de Jésus lui-même qui s'offre au père.  Marie devient l'extension du mystère de la croix, comme source de la croix sans supprimer la médiation du Christ, du point de vue de la Foi de l'espérance et de la Charité. LE "JUSQU'AU BOUT" DE LA CROIX N'AURAIT PAS ATTEINT CETTE DIMENSION DE LA NUIT DE L'humanité si elle ne s'était pas emparé de la disponibilité surnaturelle de marie spirant de l'intérieur de sa vie contemplative, l'époux...(st joseph présent en arrière plan... pas de digression ici :-)
Marie est la bonne terre qui reçoit toute la force du mystère de la rédemption pour pouvoir le communiquer et nous accompagner sur ce chemin.

Le fils ayant accompli la volonté du Père, l'esprit saint jaillit de son coeur, s'empare de marie, elle hérite de la mission visible du fils, elle est le prolongement de l'oeuvre de rédemption et elle communique aussitôt ce cri d'amour qu'elle a entendu auparavant (avant l'expiration) à St Jean. C'est ce que le Fils a voulu en donnant Marie et Jean l'un à l'autre donc l'esprit saint accomplit cette oeuvre par Marie..après l'expiration du Fils.


Marie a été pétrie de la présence de Dieu depuis sa conception, toute son existence et sa vie intérieur répand et communique autour d'elle ce qu'elle vie. L'effet parle de sa cause. Les effets produit par Dieu en Marie se reproduisent autour d'elle et ces effets disposent à vivre de l'unique cause dont il proviennent.... Marie est instrument de l'esprit saint, elle ne fait donc pas nombre avec l'unique rédempteur qu'est le christ. Sa médiation nous dispose à la médiation du christ. La dimension de Marie médiatrice est scellée à la Croix.


Marie va alors communiquer la grâce, être médiatrice

Ce qui nous dit que ceci est vrai c'est que Jean en porte le témoignage qu'il a vu et entendu par Marie parce qu'il a compris le sens de l'eau, du sang et de l'esprit. Celui qui n'aime pas ne comprend pas ce qu'il se passe lorsque le sang l'eau et l'esprit jaillissent.



Une liturgie propre au mystère de Marie Mère de l'église nous montre que nous nous approchons d'un dogme, d'une vérité de Foi :

Il y a de nombreux mystère de Marie déjà déployés dans la liturgie : la visitation, la présentation de jésus au temple, marie mère de Dieu, marie reine, l'assomption, l'immaculée conception, la nativité, la présentation de marie au temple, le saint nom de marie etc....

Marie Mère de l'église demande une liturgie propre ; ce qui signifie bien que ce mystère nous mène vers la croix de l'église. Le propre de Marie Mère de l'église c'est de s'ajuster à l'église, et cela passe pas la liturgie. Alors que le propre de l'immaculée conception (par exemple) s'il est très important ne n'indique pas de terme dans sa mise en place au niveau liturgique.

La fête de Marie Mère de l'église est le Finis Effectus de marie Mère de la grâce qui précède de peu la médiation universelle de Marie.
Marie est mère de la grâce puis devient médiatrice...puis corédemptrice (la corédemption de marie est la récapitulation de tous les mystère de Marie dans leur unité). Même si elle est médiatrice avant la croix elle ne l'est pas aussi pleinement qu'à la croix ou sa médiation est véritablement substantielle...


**********************************************************************
Mdm
Bel effort, mais beaucoup d’inexactitudes et d’inversions
Nous corrigerons dès que possible
*********************************************************************

**
avatar
tlig77
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 552
Inscription : 05/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par tlig77 le Lun 5 Mar 2018 - 15:14

Oui je dois vous avouer que je n'ai pas pris le temps de relire, ai surtout apporté de la matière sans mettre du tout en ordre... C'est un peu dilettant de ma part 🤥😕
Mea culpa

Merci à l'équipe de modération 😋😋
avatar
tlig77
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 552
Inscription : 05/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par tlig77 le Lun 5 Mar 2018 - 15:47

Plus simplement :

Par la signification sacramentelle du mystère de marie à la croix, l'église toute entière entre à l'intérieur de ce qu'elle a vécu, dans sa nuit.

Elle ouvre à l'église la porte du cœur de Jésus qui implique une nuit du point de vue de notre humanité.

Nous passons d'une médiation dite morale par les théologiens (à cana), à une médiation mystique (qualifiée parfois de physique).
Dans cette dernière acception, il y a une adéquation de l'état de passivité substantielle et victimal de marie et Jésus après qu'il ait expiré.

Cette unité sacerdotale de Jésus avec le sacerdoce Royal de marie dans l'au-delà de la croix.... rejoint l'état de passivité substantielle de l'esprit saint qui ne peut que se laisser spirer en jaillissant du cœur du Christ.

L'acte de foi humain de l'Immaculée produit donc l'actuation de l'esprit saint dans nos âmes et nos corps...et ce particulièrement lorsque nous approchons du mystère de la fin.

Étant la seule à avoir pu rejoindre dans la nuit, l'Holocauste de son fils, elle seule peut diffuser en nous toutes les grâces surnaturelle qui nous font traverser la mort et atteindre l'amour - réservé pour les plus pauvres - au coeur du mystère de la croix. Ici s'unissent par l'esprit saint l'unique transVerbération des deux coeurs en Un. L'union hypostatique se déchire, la plaie du verbe éternel est ouverte sur le monde et dans la chair de l'immaculée pour tout reprendre à partir d'elle, depuis sa conception à son présent devant la Croix. Il y a séparation de l'âme et du corps de Jésus, séparation porté dans une unité triomphante du verbe qui réunit : Marie transverbérée, l'âme et le corps de Jésus. Marie porte en elle ce principe, elle est mère de la résurrection...

Au pied de la croix, marie est face à sa conception.
Elle accepte donc que son être substantiel immaculé (son corps originel repris dès le point de départ part la croix et dévoilé par anticipation sous la porte Dorée) soit épousé par l'esprit saint. Afin qu'à partir d'elle l'esprit saint puisse diffuser les grâces nécessaires la réalisation de notre salut dans notre humanité, là où Jésus, pur amour, n'a pas pu descendre.

Comme toutes les grâces surnaturelles proviennent de ce moment précis, marie est ainsi établie médiatrice de toutes grâces. Mais l'intervention de la vierge est particulièrement présent dans la nuit, dans l'achèvement de notre divinisation, dans le mariage spirituel qui a pour analogué le mystère de la résurrection..

En proclamant un peu plus cette médiation par une matérialisation sacramentelle, la tradition petrinienne pénètre et fait pénétrer avec elle les bonnes volontés  dans la tradition johannique fondée dans l'humus marial, la tradition johannique, le monde nouveau ouvert il y a 2000 ans
avatar
tlig77
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 552
Inscription : 05/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Lundi 21 Mai 2018 - Fête de Marie, Mère de l’Église dans le calendrier Romain!!!!

Message par M1234 le Lun 21 Mai 2018 - 9:16

Lundi 21 Mai 2018

Fête de Marie, Mère de l’Église.


DECRET
sur la célébration
de la bienheureuse Vierge Marie
Mère de l’Eglise
dans le Calendrier Romain Général

La joyeuse Vénération dédiée à la Mère de Dieu dans l’Église contemporaine, à la lumière de la réflexion sur le mystère du Christ et sur sa propre nature, ne pouvait pas oublier cette figure de Femme (cf. Gal 4, 4), la Vierge Marie, qui est à la fois Mère du Christ et Mère de l’Église.

Ceci était déjà en quelque sorte présent dans la pensée de l’Église à partir des paroles prémonitoires de Saint Augustin et de Saint Léon le Grand.

Le premier, en effet, dit que Marie est la Mère des membres du Christ, parce qu’elle a coopéré par sa Charité à la renaissance des fidèles dans l’Église; puis l’autre, quand il dit que la naissance de la Tête est aussi la naissance du Corps, indique que Marie est en même temps Mère du Christ, Fils de Dieu, et Mère des membres de son Corps mystique, c’est-à-dire de l’Église.

Ces considérations dérivent de la Maternité de Marie et de son intime union à l’œuvre du Rédempteur, qui a culminé à l’heure de la Croix.

La Mère en effet, qui était près de la Croix (Jn 19, 25), accepta le testament d’Amour de son Fils et accueillit tous les hommes, personnifiés par le disciple bien-aimé, comme les enfants qui doivent renaître à la Vie Divine, devenant ainsi la tendre Mère de l’Église que Le Christ a générée sur la Croix, quand il rendait L’Esprit.

A son tour, dans le disciple bien-aimé, Le Christ choisit tous les disciples comme vicaires de son Amour envers la Mère, la leur confiant afin qu’ils l’accueillent avec affection filiale.

Guide prévoyante de l’Église naissante, Marie a donc commencé sa propre mission maternelle déjà au Cénacle, priant avec les Apôtres dans l’attente de la venue de L’Esprit-Saint (cf. Ac 1,14).


Dans ce sentiment, au cours des siècles, la Piété Chrétienne a honoré Marie avec les titres, en quelque sorte équivalents, de Mère des disciples, des fidèles, des croyants, de tous ceux qui renaissent dans Le Christ, et aussi de “Mère de l’Église”, comme il apparaît dans les textes d’auteurs spirituels ainsi que dans le Magistère de Benoît XIV et de Léon XIII.

De ce qui précède on voit clairement le fondement sur lequel le Bienheureux Pape Paul VI, en concluant, le 21 Novembre 1964, la troisième session du Concile Vatican II, a déclaré la Bienheureuse Vierge Marie “Mère de l’Église, c’est-à-dire Mère de tout le peuple Chrétien, aussi bien des fidèles que des Pasteurs, qui l’appellent Mère très aimable”, et a établi que “le peuple Chrétien tout entier honore toujours et de plus en plus la Mère de Dieu par ce nom très doux”.

Le Siège apostolique a ainsi proposé, à l’occasion de l’Année Sainte de la Réconciliation (1975), une Messe votive en l’honneur de la Bienheureuse Marie Mère de l’Église, insérée par la suite dans le Missel Romain; il a aussi accordé la faculté d’ajouter l’invocation de ce titre dans les Litanies Laurétanes (1980) et il a publié d’autres formules dans le recueil des Messes de la Bienheureuse Vierge Marie (1986).

Pour certaines nations, diocèses et familles Religieuses qui en ont fait la demande, il a concédé d’ajouter cette Célébration dans leur Calendrier particulier.

Le Souverain Pontife François, considérant avec attention comment la promotion de cette dévotion peut favoriser, chez les Pasteurs, les Religieux et les fidèles, la croissance du sens maternel de l’Église et de la vraie piété mariale, a décidé que la mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église, soit inscrite dans le Calendrier Romain le Lundi de la Pentecôte, et célébrée chaque année.

Cette Célébration nous aidera à nous rappeler que la Vie Chrétienne, pour croître, doit être ancrée au Mystère de la Croix, à l’Oblation du Christ dans le Banquet Eucharistique et à la Vierge offrante, Mère du Rédempteur et de tous les rachetés.

Une telle Mémoire devra donc apparaître dans tous les Calendriers et les Livres liturgiques pour la Célébration de la Messe et de la Liturgie des Heures; les textes liturgiques nécessaires à ces Célébrations sont joints à ce décret et leurs traductions, approuvées par les Conférences Épiscopales, seront publiées après la confirmation de ce Dicastère.

Là où la Célébration de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église, est déjà Célébrée, selon les normes du droit particulier approuvé, à un jour différent avec un degré liturgique supérieur, même dans le futur, peut être Célébrée de la même manière.

Nonobstant toutes choses contraires.

Du siège de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, le 11 Février 2018, en la mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie de Lourdes.

Robert Cardinal Sarah
Préfet






Source


Marie, Mère de l’Église » sera fêtée le Lundi de Pentecôte

« La mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église » doit être désormais « inscrite dans le Calendrier Romain le Lundi de la Pentecôte, et célébrée chaque année », indique un décret de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des Sacrements signé de son Préfet, le Cardinal Robert Sarah et du secrétaire, Mgr Arthur Roche.

Le Pape François souhaite ainsi favoriser « la croissance du sens maternel de l’Église et de la vraie Piété Mariale », précise le décret.

On se souvient aussi que la mosaïque placée Place Saint-Pierre en action de grâce pour la protection de Marie lors de l’attentat contre Jean-Paul II le 13 Mai 1981, place Saint-Pierre, a pour titre « Marie, Mère de l’Église ».

Et le Monastère où Benoît XVI s’est retiré s’appelle « Mater Ecclesiae », « Mère de l’Église ».

Benoît XVI a lui-même mentionné ce titre de Marie en 2009, à l’occasion d’un voyage à Brescia (Italie), ville de Giovanni Battista Montini, futur Paul VI.

Il a évoqué la dévotion profonde de Paul VI envers la Vierge Marie et la doctrine mariale du Pape Montini et du Concile, centré sur Marie, « Mère » de l’Église.

A cette occasion, il a composé cette Prière:

« Ô Vierge Marie, Mère de l’Église, nous te recommandons cette église de Brescia, et toute la population de cette région.

Souviens-toi de tous tes enfants ; présente leurs prières à Dieu ; garde leur Foi solide ; fortifie leur Espérance ; augmente leur Charité.

Ô clémente, ô pieuse, ô douce Vierge Marie ».

Le Pape François insiste aussi sur cette notion de l’Église comme « Mère » et Mère « courageuse » (catéchèse du 17 septembre 2013) et « Miséricordieuse ».

Cliquer


Enfin, il est significatif que cette Célébration coïncide avec la Pentecôte qui célèbre le don de L’Esprit-Saint.
Le décret explique encore: « Guide prévoyante de l’Église naissante, Marie a donc commencé sa propre mission maternelle déjà au cénacle, priant avec les Apôtres dans l’attente de la venue de L’Esprit-Saint. »

Il précise:

« Cette Célébration nous aidera à nous rappeler que la Vie Chrétienne, pour croître, doit être ancrée au Mystère de la Croix, à l’Oblation du Christ dans le Banquet Eucharistique et à la Vierge offrante, Mère du Rédempteur et de tous les rachetés. »


Et cela impliquera des modifications dans les livres liturgiques.









« En considérant l’importance du mystère de la Maternité Spirituelle de Marie qui, dans l’attente de L’Esprit-Saint à la Pentecôte (cf. Ac 1, 14), n’a jamais cessé de prendre soin maternellement de l’Église pèlerine dans le temps, le Pape François a décidé que, le Lundi après la Pentecôte, la mémoire de "Marie Mère de l’Église" soit obligatoire pour toute l’Église de Rite Romain.

Le lien entre la vitalité de l’Église de la Pentecôte et la sollicitude maternelle de Marie à son égard est évident. [...]

Le vœu est que cette Célébration, étendue à toute l’Église, rappelle à tous les disciples du Christ que, si nous voulons grandir et être remplis de l’Amour de Dieu, il faut planter notre Vie sur trois grandes réalités : la Croix, l’Hostie et la Vierge : Crux, Hostia et Virgo.

Ce sont trois Mystères que Dieu a donnés au monde pour structurer, féconder, sanctifier notre Vie intérieure et nous conduire vers Jésus.

Ce sont trois Mystères à Contempler dans le silence » (Cardinal Robert Sarah — Extrait du commentaire du décret instituant la Mémoire obligatoire de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l'Église).

Confiteor + Kyriale IX (cum iubilo)



Pour écouter - cliquer -



Mater Ecclesiæ, Regina mundi,
da nobis pacem, da nobis pacem !


« Qu’elle soit louée, cette grande Mère, aux genoux de qui nous avons en effet tout appris, et nous continuons chaque jour à tout apprendre !

Mère chaste, elle nous infuse et nous conserve une foi toujours intègre, qu’aucune décadence humaine, aucun affaissement spirituel, si profond qu’il soit, jamais n’atteint.

Mère féconde, elle ne cesse de nous donner de nouveaux frères.

Mère universelle, elle a soin également de tous, des petits comme des grands, des ignorants et des savants, de l’humble peuple des paroisses comme du troupeau choisi des âmes consacrées.

Mère vénérable, elle nous assure l’héritage des siècles et tire pour nous de son trésor les choses anciennes et les nouvelles.

Mère patiente, elle recommence toujours, sans se lasser, son œuvre de lente éducation et reprend, un à un, les fils de l’unité que ses enfants déchirent toujours.

Mère attentive, elle nous protège contre l’Ennemi, qui rôde autour de nous cherchant sa proie.

Mère aimante, elle ne nous replie pas sur elle mais nous lance à la rencontre du Dieu qui est tout Amour.

Mère ardente, elle met au cœur de ses meilleurs enfants un zèle toujours attentif et les envoie partout en messagers de Jésus-Christ.

Mère sage, elle nous évite les excès sectaires, les enthousiasmes trompeurs suivis de revirements ; elle nous apprend à aimer tout ce qui est bon, tout ce qui est vrai, tout ce qui est juste, à ne rien rejeter qui n’ait été éprouvé.

Mère douloureuse, au cœur percé du glaive, elle revit d’âge en âge la Passion de Son Époux.

Mère forte, elle nous exhorte à combattre et à témoigner pour le Christ…

…Mère sainte, mère unique, Mère immaculée !

Ô grande Mère ! Sainte Église, Ève véritable, seule vraie Mère des Vivants ! ».

Méditation sur l'Église, Cardinal de LUBAC +






Source




Cette année, la « bienheureuse Vierge Marie Mère de l’Eglise » est fêtée le 21 mai 2018.

Instaurée par le Pape François, cette nouvelle fête liturgique est désormais célébrée le lundi après la Pentecôte.

A cette occasion, KTO vous propose une série d’interviews pour éclairer le sens de cette fête.


Pour accéder à toutes les vidéos - cliquer -

Bonne Fête Maman Marie!!!











avatar
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26508
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par Père Nathan le Jeu 9 Aoû 2018 - 20:10

Belle imagede ND Reine et Mère des temps Ultimes
avatar
Père Nathan
PERE SPIRITUEL DU FORUM
PERE SPIRITUEL DU FORUM

Masculin Messages : 3362
Age : 67
Localisation : Assignation : Rimont (diocèse d'Autun)
Inscription : 13/07/2008

http://catholiquedu.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par Catherine Jouenne le Ven 10 Aoû 2018 - 22:42

Homélie de la Messe du Soir, Mardi 7 août
(Matthieu 14, 22-36) 



Messe " d'inscription" des enfants " dans leCoeur Immaculé de Marie Reine de l'Eglise Nous sommes inscrits dans le Monde Nouveau du Cœur Immaculé de Marie ;
la Jérusalem Nouvelle


avatar
Catherine Jouenne
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 471
Age : 54
Localisation : France
Inscription : 07/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par emma19 le Sam 11 Aoû 2018 - 4:20

@Catherine Jouenne a écrit:
Homélie de la Messe du Soir, Mardi 7 août
(Matthieu 14, 22-36) 



Messe " d'inscription" des enfants " dans leCoeur Immaculé de Marie Reine de l'Eglise Nous sommes inscrits dans le Monde Nouveau du Cœur Immaculé de Marie ;
la Jérusalem Nouvelle



Voici également une prière pour les temps actuels, donnée par une mystique (Luz de Maria). Je ne sais pas si c’est une vraie mystique ou pas, mais cette prière me parle à ce moment de la Vie de l’Eglise :

Père Divin, Éternel et Tout-puissant, 
Fils Très saint, Verbe Incarné,
Saint Paraclet, Esprit Divin, 

Trois Personnes en un seul Dieu Véritable.
Répands Ta Très Sainte Bénédiction sur cette créature qui supplie Votre Divine Majesté.

Prends ma main pour que je ne me sépare pas de Ta Protection,
donne-moi l’immuable espérance de la rencontre de Ta Gloire.

Que mon âme soit sculptée par Ton Saint Esprit et que je trouve le discernement, 
qu’Il me conduise vers la Vérité de Ta Parole et que je ne m’écarte pas du Saint Chemin.
Sacrosainte Trinité, Tu as légué à Ton Peuple la bénédiction
d’avoir la Reine et Mère des Derniers Temps, pour qu’Elle intercède et défende Ton Peuple.

J’accueille une si grande Reine et Mère, je prends Sa Main bénie 
et je m’abandonne à Son Instruction Maternelle pour que, avec Elle, je sois respectueux de Ta Volonté
Mère qui guide, Mère qui intercède, 
Mère qui protège cette Humanité à la dérive, sois mon gouvernail en cet instant, pour que face aux griffes du mal, mon âme ne succombe pas par faiblesse.

Donne-moi la force de volonté pour ne pas avoir peur dans l’attente, mais que je craigne de tomber dans les insinuations du mal et ne permets pas que mon âme se perde dans les ténèbres maléfiques.
Reine et Mère des Derniers Temps,
Viens, accueille-moi et enseigne-moi à espérer l’instant Trinitaire, que je ne sois pas celui qui désire avancer l’heure, mais que je sois Ton reflet, à l’abri de Ta fidélité et que je ne sois effrayé à aucun moment dans lequel il me semblera succomber.


Reine et Mère des Derniers Temps, fait renaître en moi l’Amour, la Foi, l’Espérance et le courage pour vivre comme Toi, 
en me nourrissant de la Volonté Trinitaire 
et en continuant avec la ferme foi que Tu me conduiras à la rencontre désirée avec le Père, le Fils et le Saint Esprit, 
en renaissant à la nouvelle vie ensemble avec la Sacrosainte Trinité.


Amen.

emma19
Avec Saint Maximilien Kolbe

Féminin Messages : 90
Inscription : 04/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par veryoui le Mer 15 Aoû 2018 - 20:01

Père Nathan lit et commente le Livre de l'Apocalypse de Saint Jean


Treizième partie : Apocalypse 11, 19 à 13, 18

« C’est que le Temple de Dieu s’était ouvert dans le ciel, et l’on vit l’Arche d’Alliance dans son Temple ; alors ce furent des éclairs, des voix, des tonnerres et un tremblement de terre et la grêle tombait dru.

Un signe grandiose apparu au ciel
 : une Femme ! Le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête.

Elle est enceinte et crie dans les douleurs et le travail de l’enfantement.

Puis un second signe apparut au ciel : un énorme dragon rouge feu, à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d’une couronne.

Sa queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terre. En arrêt devant la Femme en travail, le dragon s’apprête à dévorer son enfant aussitôt qu’il naîtra.


Or la Femme mit au monde un enfant mâle, celui qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer ; et son enfant fut enlevé jusqu’auprès de Dieu et de son trône, tandis que la Femme s’enfuyait au désert où Dieu lui a ménagé un refuge pour qu’elle y soit nourrie 1260 jours.

Alors il y eut une bataille dans le ciel : Michel et ses anges combattirent le dragon. Et le dragon riposta, avec ses anges, mais ils eurent le dessous et ils furent chassés du ciel.

On le jeta donc, l’énorme dragon, l’antique serpent, le diable ou le satan, comme on l'appelle, le séducteur du monde entier, on le jeta sur la terre et ses anges furent jetés avec lui.

Et j’entendis une voix clamer dans le ciel : désormais la victoire, la puissance et la royauté sont acquises à notre Dieu et la domination à son Christ, puisqu’on a jeté bas l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu.

Mais nos frères l’ont vaincu par le sang de l’Agneau, par le Verbe dont ils ont témoigné, parce qu’ils ont méprisé leur vie jusqu’à mourir.

Soyez donc dans la joie, vous, les cieux et leurs habitants. Malheur à vous, la terre et la mer, car le diable est descendu chez vous, frémissant de colère et sachant que ses jours sont comptés.

Se voyant rejeté sur la terre, le dragon se lança à la poursuite de la Femme, la mère de l’enfant mâle.

Mais elle reçut les deux ailes du grand aigle pour voler au désert jusqu’au refuge où, loin du serpent, elle doit être nourrie un temps, des temps et la moitié d’un temps.

Le serpent vomit alors de sa gueule comme un fleuve d’eau derrière la Femme pour l’entraîner dans ses flots.


Mais la terre vint au secours de la Femme : ouvrant la bouche, elle engloutit le fleuve vomi par la gueule du dragon.

Alors, furieux contre la Femme, le dragon s’en alla guerroyer contre le reste de ses enfants, ceux qui gardent les Mitsvots d’Elohim et possèdent le témoignage de Jésus.

Et je me tins sur la grève de la mer.

Alors je vis surgir de la mer une bête ayant sept têtes et dix cornes, sur ses cornes dix couronnes, et sur ses têtes des titres blasphématoires.

La bête que je vis ressemblait à une panthère, avec des pattes comme celles d’un ours et la gueule comme la gueule d’un lion ; et le dragon lui transmit sa puissance et son trône et un pouvoir immense.

L’une de ses têtes paraissait blessée à mort, mais sa plaie mortelle fut guérie ; alors, émerveillée, la terre entière suivit la bête.

On se prosterna devant le dragon, parce qu’il avait remis le pouvoir à la bête ; et l'on se prosterna devant la bête en disant : Qui égale la bête, et qui peut lutter contre elle ?

On lui donna de proférer des paroles d’orgueil et de blasphème ; on lui donna pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois ; alors elle se mit à proférer des blasphèmes contre Dieu, à blasphémer son nom et sa demeure, ceux qui demeurent au ciel.

On lui donna de mener campagne contre les saints et de les vaincre ; on lui donna pouvoir aussi sur toute race, peuple, langue, nation.

Et ils l’adorèrent, tous les habitants de la terre dont le nom ne se trouve pas écrit dès le Principe du monde dans le livre de vie de l’Agneau égorgé.

Celui qui a des oreilles, qu’il entende.

Les chaînes pour qui doit être enchaîné, la mort par le glaive pour qui doit trouver cette mort par le glaive. Voilà ce qui fonde l’endurance et la confiance des saints.

Je vis ensuite surgir de la terre une autre bête ; elle avait deux cornes comme un agneau, mais elle parlait comme un dragon.

Au service de la première bête, elle en établit partout le pouvoir, amenant la terre et ses habitants à adorer cette première bête dont la plaie mortelle fut guérie.

Elle accomplit des prodiges étonnants, jusqu’à faire descendre aux yeux de tous le feu du ciel sur la terre.

Et par les prodiges qu'il lui a été donné d’accomplir au service de la bête, cette nouvelle bête fourvoie les habitants de la terre en leur conseillant de fabriquer une image en l’honneur de cette bête qui frappée du glaive a repris vie.

On lui donna même d’animer cette image de la bête pour la faire parler, et de faire en sorte que soient mis à mort tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête.

Par ces manœuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres ou esclaves, se feront marquer sur la droite ou sur le front, et nul ne pourra rien acheter ni vendre s’il n’est marqué au nom de la bête ou au chiffre de son nom.

C’est ici qu’il faut de la finesse. Que l’homme doué de l’Esprit d’intelligence calcule le chiffre de la bête. C’est un chiffre d’homme. Son chiffre est (...). »





veryoui
Avec Saint Benoit

Masculin Messages : 106
Age : 58
Inscription : 07/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par Père Nathan le Mer 15 Aoû 2018 - 22:06

ACCUEIL DES ENFANTS pour une messe au Coeur Immaculé de Marie




Accueil d'enfants à la Messe d'un Soir, Mardi 7 août


L'encens, l'Aube blanche, la Goutte d'eau
Nous arracher au pouvoir du Démon : le gros égoisme et la perversion narcissique
Etre normal c'est être Beau

A la Messe, Jésus est réellement présent: Il descend pour nous arracher au pouvoir du Démon et de tous nos péchés . Et celui qui nous tient le plus  (le Gros péché)

Le Prêtre a besoin de vous. La Messe fait plus de Bien que Tout
Prière enseignée par Jésus : "Pitié"
avatar
Père Nathan
PERE SPIRITUEL DU FORUM
PERE SPIRITUEL DU FORUM

Masculin Messages : 3362
Age : 67
Localisation : Assignation : Rimont (diocèse d'Autun)
Inscription : 13/07/2008

http://catholiquedu.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par tlig77 le Mer 15 Aoû 2018 - 22:09

Depuis aujourd'hui la vierge engendre le verbe de Dieu, l'église-corps mystique, à partir de son assomption. C'est l'acte le plus parfait de sa maternité car il s'accomplit dans son état de Gloire parfait qui n'est certes pas encore celui de sa royauté....24 août !
avatar
tlig77
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 552
Inscription : 05/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de Marie, mère de l'Eglise

Message par emma19 le Mer 15 Aoû 2018 - 22:22

@tlig77 a écrit:Depuis aujourd'hui la vierge engendre le verbe de Dieu, l'église-corps mystique, à partir de son assomption. C'est l'acte le plus parfait de sa maternité car il s'accomplit dans son état de Gloire parfait qui n'est certes pas encore celui de sa royauté....24 août !

Je ne savais pas que la fête de Marie Reine est instaurée en août.
Mais n’est-ce pas plutôt le 22 août ?

********************
mdm
oui le 22 aout
************************

emma19
Avec Saint Maximilien Kolbe

Féminin Messages : 90
Inscription : 04/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum