Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

L'affaire du MRJC

Aller en bas

L'affaire du MRJC

Message par Zamie le Ven 9 Fév 2018 - 22:02

De Cécile Edel, vice-présidente de la Marche pour la vie et présidente de Choisir la vie :
Le flou demeure après le débat suscité par le MRJC sur le "droit fondamental à l'avortement". Au débat sur le fond s'ajoute le malaise lié à la question du financement de ce mouvement par l'Eglise. Loin d'être le simple versant matériel et secondaire de cet épineux dossier, cette subvention met en cause le respect de la conscience des contributeurs au denier du culte. 
Consentir un don, c'est donner des moyens d'action ! Ainsi le croyant donne-t-il à l'Eglise pour œuvrer en accord avec l'Evangile et avec sa conscience.
Cette question de la conscience, Choisir la vie y est sensible depuis sa création. Nommée AOCPA (association pour l'objection de conscience à toute participation à l'avortement) quand elle fut créée, en 1982, notre association a d'abord en effet cherché à contourner les effets de la loi Roudy et du remboursement de l'avortement par le budget de l'Etat. L’objectif était alors que le contribuable ne soit plus obligé d’être complice d’un acte que sa conscience réprouvait. D'aucuns comprendront donc notre réactivité sur le sujet soulevé par "l'affaire" MRJC. Les 574 000 euros de subvention annuelle versés par l'Episcopat français font inévitablement de nous, donateurs, les complices d'une idéologie qu'il est sensé contrer et que nous combattons depuis plusieurs décennies. Nous ne pouvons l'accepter. 
La CEF a-t-elle clarifié la situation ?
L'expression, par voie de communiqué, d'une "distance" prise avec la Marche pour la Vie et d'une reconnaissance d'un "droit fondamental à l'avortement" est à l'origine de la controverse. Le recadrage de la Conférence des Evêques de France (CEF) était inévitable. Est-il de nature à modifier les positions des responsables du MRJC ? Personne de sensé ne peut le croire. La CEF a été certes ferme sur les principes, mais elle n'a aucun pouvoir sur les consciences obscurcies depuis des années. Ces derniers continueront donc à agir selon leurs convictions, avec un militantisme affiché, et sans respect pour les points non négociables de l’Eglise dont ils font pourtant partie. Le respect de la vie reste, à leurs yeux, contrebalancé par un "droit fondamental" à l'avortement. Et les jeunes qui leur sont confiés continueront sans doute à bénéficier de leur week-end de formation militante "LGBTQ et féminisme en milieu rural"… Le tout visiblement financé à hauteur de 1/5 par les contributeurs au denier du culte, qui abonde les finances de nos diocèses.
L'enjeu : notre confiance à l'égard de l'Eglise et de nos pasteurs
Déçus, nous le sommes, oui ! A l'heure où les repères sont dilués et les convictions endormies, le manque de fermeté de nos Pasteurs confirme d'une part les plus indécis dans leur syncrétisme moral et, d’autre part, il blesse la confiance que de nombreux fidèles placent en eux, pour coordonner une action en accord avec le message de l'Evangile. L'épiscopat français est-il un bon berger, pour une part garant de nos actes et gardien de nos consciences ?
Il faut malheureusement affirmer que la CEF reste au stade de l'affirmation des principes, mais pèche par manque de fermeté, que son statut de "mère" lui impose. L'honnêteté intellectuelle et financière impose en effet que chacun prenne ses responsabilités. La CEF ne peut se contenter sur ce point d'une rencontre et d'un communiqué… Elle doit aux fidèles et à ses donateurs davantage de clarté et doit sanctionner fermement un mouvement qui se détache de l’enseignement multiséculaire de l’Eglise du Christ. Surtout, elle ne peut mettre volontairement ses fidèles en porte à faux avec leur conscience. Quant au MRJC, il doit avoir le courage d'assumer ses convictions et rechercher un autre mode de financement, compatible avec ces dernières.

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/web.html
avatar
Zamie
En adoration

Féminin Messages : 2794
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'affaire du MRJC

Message par Yeshoua le Ven 9 Fév 2018 - 22:20

Je suis d'accord avec vous pour cet article mais c'est à trouble tranchant, il ne faut pas boycotter le denier pour autant, se sont avant tout ceux qui les finances de pleins grès avec l'argent des fidèles qui sont responsable.
avatar
Yeshoua
Pour le roi

Masculin Messages : 622
Inscription : 14/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'affaire du MRJC

Message par Zamie le Mar 20 Fév 2018 - 14:18



MRJC : nous attendons de nos évêques une réaction de grande fermeté




Cécile Edel, cofondatrice de la Marche pour la Vie et présidente de l’association Choisir la Vie, est interrogée dans le quotidien Présent sur le scandale du MRJC :


Après avoir attaqué violemment la Marche pour la Vie, le Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) continue d’enfoncer le clou, en organisant un week-end pro-genre début mars, qu’en pensez-vous ?
L’organisation de ce week-end pro-genre ne m’étonne absolument pas ! Celui-ci n’est finalement que la suite logique de toutes les actions menées par ce mouvement depuis sa création au début des années 60. Il est d’ailleurs utile, me semble-t-il, de rappeler que le MRJC, très rapidement après sa naissance, fut marqué par une radicalisation politique et une progression constante de l’idéologie marxiste au sein de ses rangs.
Aujourd’hui, les membres du MRJC font des questions « sociétales » leur cheval de bataille en s’affichant sans aucun complexe pro-avortement, pro-mariage pour tous, pro-genre… Rien d’étonnant !
Au regard des actions récemment connues du MRJC, force est de constater combien ses responsables sont, non seulement totalement étrangers à l’anthropologie chrétienne mais surtout que c’est toujours la même ligne politique, idéologique, qui prévaut au sein de ce mouvement, avec le même fond de sac idéologique et le même fonctionnement militant. Le mouvement continue d’adopter une ligne qui vise à fouler les fondements de l’Eglise catholique, tout en étant attentif à bien rester identifié comme mouvement chrétien afin d’obtenir la caution de celle-ci, gagner la confiance de certains et pouvoir continuer à récupérer des fonds de l’Eglise. C’est un joli un travail d’entrisme ! […]
Quelle réaction attendez-vous aujourd’hui de la part des évêques ?

A l’heure où les repères sont dilués et les convictions endormies, le manque de fermeté de nos pasteurs me semble préjudiciable. Il confirme, d’une part, les plus indécis dans leur syncrétisme moral et, d’autre part, il blesse la confiance que de nombreux fidèles placent en eux, pour coordonner une action en accord avec le message de l’Evangile. La CEF est restée, pour l’instant, au stade de l’affirmation des principes, mais pèche par manque de fermeté, que son statut de « mère » lui impose. L’honnêteté intellectuelle et financière impose, en effet, que chacun prenne ses responsabilités. La CEF ne peut se contenter sur ce point d’une rencontre et d’un communiqué… Elle doit aux fidèles et à ses donateurs davantage de clarté et doit sanctionner fermement le MRJC. Surtout, elle ne peut mettre volontairement ses fidèles en porte à faux avec leur conscience. Il faut bien comprendre, en effet, qu’au débat sur le fond s’ajoute le malaise lié à la question du financement de ce mouvement par l’Eglise. Loin d’être le simple versant matériel et secondaire de cet épineux dossier, cette subvention met en cause le respect de la conscience des contributeurs. Les 574 000 euros de subvention annuelle versés par l’épiscopat français font inévitablement des fidèles donateurs à l’Eglise les complices d’une idéologie qu’ils sont censés contrer et que nous combattons depuis plusieurs décennies. Nous ne pouvons l’accepter.
Ce que nous attendons de nos évêques n’est donc ni plus ni moins qu’une réaction de grande fermeté, comme a pu l’être celle de Mgr Ginoux, évêque de Montauban, qui a eu, selon moi, la réponse la plus juste au communiqué pro-avortement du MRJC et que je remercie vivement. Ce dernier a rappelé, non seulement que le communiqué de ce mouvement contredisait le magistère de l’Eglise mais il a ajouté : 
« Si j’en viens maintenant à la lettre C de votre mouvement je crois qu’elle peut disparaître. Un mouvement qui se dit chrétien, reçoit des subventions de l’Eglise catholique et prône l’avortement est en totale contradiction avec l’enseignement de l’Eglise. » 
Par conséquent, l’évêque ne reconnaît plus le MRJC comme mouvement de l’Eglise catholique et lui retire toute subvention. Mgr Ginoux conclut d’ailleurs par cet appel :
 « Je vous invite à réfléchir sur ces questions, à ne pas suivre la pensée dominante qui, sous prétexte de liberté, abîme l’homme en le déshumanisant. Approfondissez plutôt la pensée chrétienne, prenez de la peine au lieu de vous fier à des slogans, au prêt-à-penser idéologique. Alors, peut-être, vous comprendrez ce que j’ai voulu vous dire. » 
A l’instar de Mgr Ginoux, légitimement, nous pourrions attendre de la CEF une ferme « condamnation » du mouvement MRJC, avec le retrait de la référence à ce mouvement sur le site de celle-ci, ainsi que, bien entendu, l’arrêt des subventions.
 


https://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/mrjc-nous-attendons-de-nos-eveques-une-reaction-de-grande-fermete


Dernière édition par Zamie le Mar 20 Fév 2018 - 14:20, édité 1 fois (Raison : Rajout lien)
avatar
Zamie
En adoration

Féminin Messages : 2794
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'affaire du MRJC

Message par Zamie le Sam 14 Avr 2018 - 22:39



Le MRJC et la JOC se lavent les mains de l’euthanasie




Alors que le médecin du CHU de Reims a décidé que Vincent Lambert devait mourir de faim et de soif (car c’est bien de cela qu’il s’agit, Vincent Lambert n’ayant pas d’autre “traitement”), le CESE (Conseil économique, social et environnemental) s’est prononcé en faveur de l’euthanasie létale (c’est vrai que c’est plus rapide qu’une mort lente…).
C’est la préconisation n°12 du rapport présenté aujourd’hui sur la fin de vie :
“ajouter aux droits aujourd’hui reconnus à la personne malade par la loi celui de pouvoir demander au.à la [sic] médecin, y compris à travers la rédaction de DA ou la désignation d’une personne de confiance, de recevoir, dans des conditions strictement définies, une médication expressément létale.”
Or, on apprend que les représentants de la JOC, du MRJC et des Scouts et guides de France (SGDF), membres du CESE en tant qu’organisations de jeunesse, se sont abstenus lors du vote. Ils ont refusé de voter contre; Il y a donc eu 107 voix pour, 18 contre et 44 abstentions. Lola Mehl, présidente de la JOC, s’est ainsi défendue :
“« On n’a pas vocation à s’exprimer sur ce sujet. Notre plaidoyer, c’est d’améliorer les conditions de vie des jeunes du mouvement ouvrier. Ce sujet ne nous concerne pas. » « S’abstenir ne signifie en aucun cas qu’on est pour l’euthanasie. Mais on ne veut pas prendre part au débat ».
Du Ponce Pilate dans le texte. Les autres membres du CESE n’ont pas plus de vocation à s’exprimer sur ce sujet, mais ils l’ont fait.

Pour les SGDF, même remarque : le sujet n’est pas dans le champ de compétence du mouvement. Une position déjà tenue lors des débats sur le « mariage pour tous ». François Mandil, délégué national des SGDF, justifie :
« Sur les questions bioéthiques de façon générale, et l’euthanasie en particulier, le mouvement a diffusé les fiches faites par la Conférences des évêques de France ».
On se donne bonne conscience avec les fiches de la CEF, mais quand, dans l’arène, il faut les défendre, il n’y a plus personne…
Au MRJC, de triste mémoire, Hugues Boiteux, chargé de la communication, fait l’ingénue car il « n’a pas pris connaissance du texte du CESE ».
« Nous n’avons pas travaillé sur “la fin de vie” au MRJC ». « Nous comptons prendre à bras le corps les sujets de bioéthique des États généraux dans les semaines et mois à venir ».
Oui, après le combat, c’est en effet plus efficace…
Brieux Guinard, président du MRJC, ne veut pas s’exprimer (à croire qu’il est personnellement pour) :
« On a rien de plus à dire que ce que dit la doctrine sociale de l’Église sur le sujet ». « L’avis du CESE est assez ambigu ou défend la logique de l’euthanasie. » Pourquoi s’abstenir, dans ce cas ? « Ce n’est pas dans l’esprit du CESE de voter contre pour exprimer un désaccord ».
En revanche c’est dans l’esprit de voter un avis favorable au crime.
On se demande vraiment comment, après le discours de Mgr Pontier hier face à Macron, ces organismes méritent encore le soutien et le financement de la CEF.

https://www.riposte-catholique.fr/en-une/le-mrjc-et-la-joc-se-lavent-les-mains-de-leuthanasie
------------------------------------
avatar
Zamie
En adoration

Féminin Messages : 2794
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum