Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ? Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -15%
Ventilateur Rowenta VU5640F0 TURBO SILENCE EXTREME
Voir le deal
75.99 €

Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ?

Aller en bas

Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ? Empty Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ?

Message par Isabelle-Marie le Dim 17 Déc 2017 - 11:56

Quel est le moteur de la sainteté ? L'Amour.

Bonne série d'émissions courtes de catéchèse.

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6003
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ? Empty Re: Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ?

Message par Yeshoua le Lun 18 Déc 2017 - 0:37

Catéchèse du mardi 28 janvier 1947 (Du cahier de Maria Valtorta )

Or rien ne peut exister en Dieu qui ne soit pas de Dieu. Pour cette raison, l’homme est de Dieu et peut à juste titre l’appeler Père, et il est de son devoir de désirer le rejoindre et le posséder après s’être efforcé de l’aimer et de le connaître.

Bienheureux ceux qui savent s’élever au sommet de la béatitude : elle est l’union à Dieu, autrement dit la connaissance de Dieu, la fusion avec l’Amour, la contemplation de la Trinité qui est l’Un, du Feu qui ne se consume pas mais recrée en faisant de la créature humaine ce qui fut pensé par l’Amour: un dieu fils de Dieu. En vérité, le Père a mis le sceau de sa paternité dans son fils, c’est-à-dire la capacité de connaître et d’aimer Dieu, dans cette vie et dans l’autre. 

Dieu a donc créé l’homme composé de deux substances, l’une appelée corps, - initialement créée à partir de la boue puis procréée avec de la chair et du sang de l’homme - et l’autre appelée âme, créée au coup par coup par Dieu, pour une seule fois et pour un seul corps; celle-ci descend s’unir à la chair qui se forme dans un sein. Sans âme, l’homme serait une créature animale guidée par l’instinct et ses dons naturels. Sans corps, l’homme serait une créature spirituelle pourvue des dons surnaturels d’intelligence, de volonté et de grâce à l’instar des anges.    

À ce chef-d’œuvre de la création qu’est l’homme, en qui s’unissent les deux créatures, animale et spirituelle, qu’est-ce que Dieu a apporté de plus que l’existence ? Des dons gratuits que les théologiens répartissent en dons naturels, préternaturels et surnaturels
[4].       

Naturels: Un corps sain et beau, avec cinq sens parfaits et une âme raisonnable douée d’intelligence, de volonté et de liberté.          

Préternaturels: l’intégrité, c’est-à-dire la parfaite sujétion à la raison de la sensualité, libre de toute incitation quelle qu’elle soit; l’immortalité du corps qui n’aurait pas dû connaître l’horreur de la mort; l’immunité contre toute douleur; et la science proportionnée à sa condition de créature élue, par conséquent une grande science que son intelligence parfaite assimilait sans peine.          

Surnaturels : la vision béatifique de Dieu, la grâce qui fait de l’homme un enfant de Dieu et, pour destinée, la jouissance éternelle de Dieu.          
Tant par l’origine que par les dons qu’il a reçus, l’homme peut à juste titre se qualifier "d’enfant de Dieu" et le connaître comme un fils connaît son père.    

Qu’est-ce que la grâce ? Le Catéchisme répond
[5] : "La grâce est un don surnaturel qui éclaire l’esprit, meut et affermit la volonté afin que l’homme accomplisse le bien et s’abstienne du mal." Mais elle est surtout amour. Amour de Dieu pour sa créature de prédilection qu’est l’homme, amour qui l’élève à la nature du Créateur en le divinisant; elle est donc juste, cette parole de la Sagesse[6] : "Vous êtes des dieux et des fils du Très-Haut." La grâce est en outre un moyen de salut désormais nécessaire à l’homme affaibli par les conséquences du péché. Plus active qu’on ne le saurait dire, quand elle ne rencontre en vous aucun obstacle ou inertie qui contrecarre l’œuvre qu’elle veut accomplir en vous, elle sanctifie la créature et ses actes; trois branches mineures se greffent sur son tronc sublime, dites de la grâce actuelle, suffisante et efficace[7]. Mais il s’agit d’une seule et même grâce: un principe transformateur, une qualité divine inhérente à l’âme, pareille à la lumière dont l’éclat enveloppe et pénètre l’âme, en efface les taches de la faute et lui transmet une beauté radieuse.   

Voilà ce que dit l’Église enseignante au
concile de Trente. En ce qui me concerne, moi qui suis le Maître des maîtres et contemple la grâce telle qu’elle est, dans le "je suis" éternel de Dieu, j’affirme que la grâce est le principe qui transforme la créature en enfant de Dieu ; il s’agit par conséquent d’une qualité divine semblable à la Lumière dont elle est issue et dont l’éclat enveloppe et pénètre les âmes — que ce soit sous forme de don donné (comme à Adam) ou de don rendu (comme dans le cas des chrétiens catholiques rentrés en grâce par les mérites de mon Sacrifice et du Sacrement que j'ai institué)—, leur communiquant non seulement une beauté radieuse, mais la capacité de voir et de connaître Dieu, tout comme le premier homme le connaissait en le voyant et en le comprenant par son âme remplie d’innocence et de grâce.      

La grâce est donc restitution à l’homme de la capacité à aimer et à voir Dieu. Elle est lumière qui permet de voir ce qui reste infiniment ténébreux pour la pensée de l’homme, mais Lumière infinie pour l’âme en état de grâce; elle est aussi voix, et voix de sagesse pour contempler Dieu; elle est don de Dieu pour soutenir le désir de l’âme de connaître de Dieu; elle est moyen de rappeler l’Origine comme celle-ci désire être rappelée; elle est enfin instrument de divinisation de la créature.    

         
Et plus la créature grandit dans la grâce - par sa volonté propre et par la justice à laquelle elle parvient par sa volonté d’amour - plus grandira en elle ce qui est union au Divin, ainsi que la sagesse - l’un des attributs divins -, et avec la sagesse la capacité à comprendre, connaître et aimer la Vérité et les vérités. Car la grâce est l’Esprit de Dieu qui entre en l’homme accompagné de tous ses dons, pour transformer, élever, sanctifier les puissances et les actions de l’homme. Et parmi ces dernières, la première et la principale, l’amour. C’est l’action pour laquelle vous avez été créés.     

Aimer et connaître. On n’aime que ce qu’on connaît. Et plus on aime, mieux on connaît.
Personne ne saurait affirmer qu’il aime un parent inconnu, ou un habitant du bout du monde autant qu’il aime le parent qui vit auprès de lui ou l’ami de la famille. Son amour n’irait pas plus loin qu’un vague sentiment de fraternité ou de parenté, qui n’apporte aucune joie s’il dure, et ne cause aucune peine s’il cesse. En revanche, la perte d’un parent bien connu ou d’un ami est une vraie douleur. Et par la suite, on cherche à conserver chaque souvenir de lui pour éprouver moins vivement ce sentiment de perte ou, s’il s’agit seulement d’un éloignement, on essaie par tous les moyens de le rendre moins absolu pour le ressentir moins intensément. Observez les enfants devenus orphelins dès l’enfance, et voyez avec quelle impatience ils tentent de reconstruire une figure idéale de leur parent disparu grâce aux souvenirs qu’il leur a laissés ou par ce qu’ils ont pu entendre de la bouche de sa parenté ou de ses amis.

L’homme a besoin d’aimer, or pour se sentir moins seul et pour aimer il doit faire mémoire. Le souvenir ressemble à une chaîne qui unit à l’être aimé et relie en dépit de la distance. On n’en voit pas l’autre bout, mais les mouvements qu’on sent passer par la chaîne amoureuse du souvenir mutuel assurent qu’on est aimé autant qu’on aime.  
Yeshoua
Yeshoua
Combat avec l'Archange Michel

Masculin Messages : 1121
Inscription : 14/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ? Empty Re: Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ?

Message par Isabelle-Marie le Mar 19 Déc 2017 - 14:30

Merci @Yeshoua.

En ce temps de l'Avent, demandons la grâce de la mémoire. Faisons comme le peuple élu qui ne cessait de faire mémoire de son histoire.

Se souvenir de Dieu, c'est Le connaître, dit Jésus.   Père éternel

"le souvenir est connaissance d’amour, et là où se trouve l’amour, là est Dieu."   I love you

 http://www.maria-valtorta.org/Quaderni/470128.htm
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLER DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 6003
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ? Empty Re: Est-ce que nous sommes appelés à la sainteté ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum