Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Page 33 sur 34 Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34  Suivant

Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Dim 10 Déc 2017 - 21:18


Ayez le courage de regarder les migrants dans les yeux



Une vraie missionnaire qui a su s'abandonner pleinement à l'amour de Dieu sur le chemin du service et de la sainteté, une jeune Mère qui a consacré sa vie à consoler les autres, en particulier les migrants, les orphelins, les chômeurs, les exploités, avec un regard attentif, miséricordieux.

C'est avec ces mots que le pape François a parlé de Sainte Francesca Saverio Cabrini au premier centenaire de sa mort.

Ensuite il a demandé au Soeurs Missionnaires du Sacré Coeur reçues au Vatican d'imiter le charisme de la sainte.

De rester fidèles à sa mission et de donner des réponses concrètes face aux nouvelles formes de pauvreté et de violence.

"Son charisme est de grande actualité, car les migrants ...

Croix


https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7oise-Xavi%C3%A8re_Cabrini



http://www.clairval.com/lettres/fr/2003/12/08/5101203.htm
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Lun 11 Déc 2017 - 19:42

Le Pape François détaille sa pastorale de la santé aux malades







Le Pape François bénit quelques malades venus assister à son audience générale sur la place Saint-Pierre de Rome, le 18 mars 2015.

Dans son message pour la 26ème Journée mondiale du malade qui se tiendra le 11 février 2018, et qui a été rendu public ce 11 décembre 2017, le Pape François a présenté sa vision d’une pastorale de la santé.


Le compte-rendu de Delphine Allaire - cliquer -



L’Église est un éternel «hôpital de campagne», irradié par «la puissance de guérison du Christ» répète le Pape François.

Si la vocation maternelle de Marie naît du douloureux mystère de la Croix, celle-ci, s’est maintes fois concrétisée en faveur des malades au cours de l’histoire bimillénaire de l’Église.


«Dans les pays où les systèmes de santé publique sont suffisants, par exemple, le travail des congrégations catholiques, des diocèses et de leurs hôpitaux, non seulement fournit des soins médicaux de qualité, mais cherche à mettre la personne humaine au centre du processus thérapeutique et accomplit une recherche scientifique dans le respect de la vie et des valeurs morales chrétiennes», a pointé François.

D’un tel constat survient alors la nécessité du soin, même si l’on «ne peut plus guérir», et la nécessité de la joie que devrait provoquer pareille mission.


Le service aux malades comprend plusieurs volets, explique le Pape dans ce message, louant avec attention la générosité «quasi-sacrificielle» de nombreux fondateurs d’instituts de santé catholiques.


Après la générosité viennent la créativité, suggérée par la charité, et l’engagement dans la recherche scientifique.

«Surtout, prévient le Pape, il s’agit de préserver les hôpitaux catholiques du risque de l’entreprenariat, qui dans le monde entier, cherche à faire entrer la protection de la santé dans le contexte du marché».

Intelligence d’organisation et  charité doivent donc prévaloir afin que le malade soit dignement respecté.

En effet, s’il y a quelque chose que Jésus a laissé en don à l’Église, c’est bien sa «puissance de guérison».


Le souci des malades, historique préoccupation ecclésiale

Lors d’un congrès organisé les 17 et 18 novembre 2017 au Vatican sur le thème des disparités globales en matière de santé, le Pape François avait déjà insisté sur «la dignité et les droits inaliénables de l’être humain», comme cœur de mission des soins de santé de qualité.

Repères

Depuis 1992 et son institution par le Pape Jean-Paul II, l’Eglise catholique célèbre tous les 11 février, fête de Notre-Dame de Lourdes, la Journée Mondiale du malade.

Celle-ci se décline dans les diocèses français en un «Dimanche de la Santé», afin de rappeler que l’accompagnement des personnes souffrantes est une priorité évangélique, mais aussi de sensibiliser chacun pour préserver le don de la santé.





Pour aller plus loin: Eglise de France

Source - Radio Vatican

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Mar 12 Déc 2017 - 20:43


Avec Marie pour combattre l'indifférence

C’est une foule festive qui a accompagné la voiture du pape François qui s’est rendu au cœur de la capitale pour le traditionnel acte de vénération de la statue de la Vierge, sur la place d’Espagne, en ce jour où l'Église célèbre la solennité du son Immaculée Conception.

 
Le pape s’est d’abord rendu dans la basilique Sainte-Marie-Majeure pour se recueillir devant l'icône mariale du Salus Populi Romani (Sauvegarde du peuple romain).    

Avec des milliers de pèlerins et de fidèles, en prière, il a rendu hommage à la statue de l'Immaculée Conception, la remerciant pour ses soins constants avec lesquels elle accompagne, avec amour, les efforts de chaque personne, de chaque famille, de chaque paroisse.   .

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Ven 15 Déc 2017 - 18:36

Les ambassadeurs de sept pays reçus par le pape





La diversité de la famille humaine a un rôle positif et constructif


Ambassadeurs du Yemen, de Nouvelle Zélande, du Swaziland, d'Azerbaijan, du Tchad, du Liechtenstein, de l'Inde!!

« Je suis conscient de la diversité des pays que vous représentez et des différentes traditions culturelles et religieuses qui caractérisent l’histoire de chacune de vos nations », déclare le pape devant les ambassadeurs du Yémen, de Nouvelle Zélande, du Swaziland, d’Azerbaïdjan, du Tchad, du Liechtenstein et d’Inde.

Il souligne « le rôle positif et constructif que revêt cette diversité dans le concert des nations ».

Le pape François les a reçus en audience, à l’occasion de la présentation de leurs lettres de créance, ce jeudi 14 décembre 2017, dans la Salle Clémentine du Palais apostolique du Vatican.

Face aux « défis à la coexistence pacifique », il a affirmé que « le dialogue et la coopération » doivent être « le signe distinctif de toutes les institutions de la communauté internationale, comme de toutes les institutions nationales et locales, puisque toutes sont chargées de la recherche du bien commun ».

Les sept ambassadeurs étaient Yahia Mohammed Abdullah Al-Shaibi (Yémen), Andrew Jenks (Nouvelle Zélande), Sibusisiwe Mngomezulu (Swaziland), Rahman Sahib oglu Mustafayev (Azerbaïdjan), Amine Abba Sidick (Tchad), Prince Stefan von und zu Liechtenstein et Sibi George (Inde).

Voici notre traduction du discours en italien que le pape a prononcé devant eux.


Discours du pape François

Excellences,

Je vous souhaite chaleureusement à tous la bienvenue, pour la présentation des lettres qui vous accréditent comme ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires auprès du Saint-Siège, de la part de vos pays respectifs :

Yémen, Nouvelle Zélande, Swaziland, Azerbaïdjan, Tchad, Liechtenstein et Inde.

Je vous prie de bien vouloir transmettre aux chefs d’État de vos pays mes sentiments de reconnaissance et d’estime, et de les assurer de mes prières pour eux et pour les pays qu’ils servent.

Au début de votre nouvelle mission, je suis conscient de la diversité des pays que vous représentez et des différentes traditions culturelles et religieuses qui caractérisent l’histoire de chacune de vos nations.

Cela m’offre l’occasion de souligner le rôle positif et constructif que revêt cette diversité dans le concert des nations.

La communauté internationale affronte une série de menaces complexes contre la durabilité de l’environnement et l’écologie sociale et humaine de la planète tout entière, comme les menaces contre la paix et la concorde qui découlent des idéologies fondamentalistes violentes et des conflits régionaux qui, souvent, apparaissent sous les dépouilles d’intérêts et de valeurs opposés.

Toutefois, il est important de se rappeler que la diversité de la famille humaine n’est pas, en soi, une cause de ces défis à la coexistence pacifique.

Vraiment, les forces centrifuges qui voudraient diviser les peuples ne sont pas à rechercher dans leurs différences, mais dans l’échec à établir un parcours de dialogue et de compréhension comme le moyen de réponse le plus efficace à ces défis.

Votre présence même ici est un exemple du rôle-clé que joue le dialogue pour permettre à la diversité d’être vécue de manière authentique et dans l’intérêt réciproque pour notre société toujours plus mondialisée.

Une communication respectueuse conduit à la coopération, surtout en favorisant la réconciliation là où elle est le plus nécessaire.

Cette coopération, à son tour, est une aide à cette solidarité qui est la condition pour faire grandir la justice et pour le respect dû de la dignité, des droits et des aspirations de tous.

L’engagement pour le dialogue et la coopération doit être le signe distinctif de toutes les institutions de la communauté internationale, comme de toutes les institutions nationales et locales, puisque toutes sont chargées de la recherche du bien commun.

La promotion du dialogue, de la réconciliation et de la coopération ne peut être considérée comme acquise.

L’art délicat de la diplomatie et le travail ardu de la construction d’une nation doivent toujours être appris de nouveau par chaque nouvelle génération.

Nous partageons la responsabilité collective d’éduquer les jeunes à l’importance de ces principes qui soutiennent l’ordre social.

Transmettre ce précieux héritage à nos enfants et petits-enfants non seulement assurera un avenir pacifique et prospère, mais satisfera aussi les exigences de la justice intergénérationnelle et de ce développement humain intégral auquel ont droit tous les hommes, femmes et enfants.

Chers ambassadeurs, au moment où vous assumez vos hautes responsabilités au service de vos nations, je vous assure de l’assistance des différents bureaux du Saint-Siège.

Je formule mes meilleurs vœux pour votre important travail et j’invoque volontiers sur vous, sur vos familles et sur tous les citoyens de vos pays, l’abondance des bénédictions divines.

Merci.




Croix

Source - Zenith
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Sam 16 Déc 2017 - 11:43

Avent


Le Christ agit sur la création avec le précepte de l’amour du prochain







Première prédication du p. Cantalamessa au Vatican

« Le Christ agit sur la création comme il agit dans le domaine social, c’est-à-dire avec le précepte de l’amour du prochain », a souligné le père Raniero Cantalamessa, prédicateur de la Maison pontificale, lors de la Première prédication de l’Avent 2017 au Vatican, le 15 décembre 2017.

Et d’expliquer :

« sont proches ceux qui viendront après nous, à commencer par les enfants et les jeunes d’aujourd’hui, auxquels nous sommes en train d’enlever la possibilité de vivre sur une planète habitable, sans devoir se balader avec un masque sur le visage pour respirer ou ‘fonder des colonies sur d’autres planètes' ».

La première méditation du cycle des vendredis de l’Avent – cette année réduit à deux – avait pour thème

« Tout est créé par lui et pour lui », Jésus Christ et la création.

Depuis la chapelle Redemptoris Mater du Palais apostolique, en présence du pape François et des responsables de la Curie romaine, le prédicateur a constaté que

« Jésus Christ est, dans notre culture, un paria » :

« Il est complètement absent – et pour des motifs plus que compréhensibles – dans les trois principaux dialogues où la foi est engagée dans le monde contemporain : celui avec la science, celui avec la philosophie et celui entre les religions. »

Il s’agit donc, a estimé le capucin, de « remettre le Christ avant tout ‘au centre’ de notre vie personnelle et de notre vision du monde », de « remettre la personne divine-humaine du Christ au centre des deux éléments qui, ensemble, constituent ‘le réel’, c’est-à-dire le cosmos et l’histoire, l’espace et le temps, la création et l’homme ».

Au fil de sa prédication, le p. Cantalamessa a réhabilité la « spiritualité cosmique » de Teilhard de Chardin et sa « Messe sur le monde ».

« Le Christ a-t-il quelque chose à dire sur le problème brûlant de l’écologie et de la sauvegarde de la création, s’est-il demandé, ou alors tout cela arrive-t-il indépendamment de lui, comme un problème qui toucherait plutôt la théologie, mais pas la christologie ?

Le Christ a-t-il quelque chose à dire aussi sur les problèmes pratiques que le défi écologique pose à l’humanité et à l’Eglise ? »

Pour y répondre, le p. Cantalamessa s’est arrêté sur l’Esprit Saint qui « est celui qui, par sa nature même, tend à faire passer la création du chaos au cosmos, à faire de lui quelque chose de beau, d’ordonné, de propre… »

« Jésus Christ, œuvrant à travers son Esprit, est l’élément clé pour un écologisme chrétien sain et réaliste », a-t-il affirmé, car « le Christ exerce une fonction décisive aussi sur les problèmes concrets de la sauvegarde de la création, mais il le fait indirectement, en agissant sur l’homme et – à travers l’homme – sur la création.

Il le fait avec son Evangile que l’Esprit Saint ‘rappelle’ aux croyants et rend vivant et actif dans l’histoire, jusqu’à la fin du monde ».



Croix

Source - Zenith
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Joannes Maria le Sam 16 Déc 2017 - 18:15

https://fr.zenit.org/articles/medias-le-pape-plaide-pour-une-information-fiable-avec-des-donnees-et-des-faits-verifies/


Médias: le Pape plaide pour une information fiable, avec des données et des faits vérifiés

Audience à l’Union de la presse périodique italienne (Traduction intégrale)
16 décembre 2017Anne KurianMedia, Pape François
Journalistes, médias, Union de la presse périodique italienne © L'Osservatore Romano

Journalistes, médias, Union de la presse périodique italienne © L'Osservatore Romano

Non au « sensationnalisme », à « l’émotivité surchauffée », oui à une « réflexion pondérée », une « information fiable, avec des données et des faits vérifiés », afin de « faire grandir chez les lecteurs un sens critique sain ». C’est le plaidoyer du pape François devant les membres de l’Union de la presse périodique italienne (Unione Stampa Periodica Italiana U.S.P.I.) et de la Fédération italienne des hebdomadaires catholiques (Federazione Italiana Settimanali Cattolici F.I.S.C.), ce 16 décembre 2017.

En recevant au Vatican quelques 350 représentants de médias, le pape a encouragé les journalistes à être une voix « libre et responsable », mettant une nouvelle fois en garde contre les “péchés de la communication”: la désinformation, la calomnie, la diffamation. « L’on évitera, a-t-il insisté, d’être constamment à la merci de slogans faciles ou de campagnes d’information improvisées, qui laissent transparaître l’intention de manipuler la réalité, les opinion et le personnes mêmes, en produisant souvent d’inutiles “nuages de poussière médiatiques”. »

Dans son long discours, le pape a souhaité des « nouvelles communiquées avec sérénité, précision et exhaustivité dans un langage calme, afin de favoriser une réflexion fructueuse », des « paroles pondérées et claires, qui refusent l’inflation du discours suggestif, crié et ambigu… de telle sorte que l’opinion publique soit en mesure de comprendre et de discerner, et non pas étourdie et désorientée ».

Le pape a aussi plaidé la cause de la petite ou moyenne presse, qui produit « une information moins massifiée, moins sujette à la pression des modes…, plus proche de la vie quotidienne des communautés, plus ancrée dans l’essentiel et le concret des faits ».

Voici notre traduction du discours que le pape François a prononcé à cette occasion.

Discours du pape François

Chers frères et sœurs,

Je vous souhaite la bienvenue à vous tous, représentants des quelque 3000 médias publiés ou sur les ondes, sous forme papier ou sous forme numérique, de moyennes et petites entreprises éditoriales ou d’organismes et d’associations à but non-lucratif, et je remercie don Giorgio Zucchelli pour les aimables paroles qu’il m’a adressées en votre nom.

Vous avez un devoir, ou mieux une mission, parmi les plus importantes du monde d’aujourd’hui : celle d’informer correctement, d’offrir à tous une version des faits adhérant le plus possible à la réalité. Vous êtes appelés à rendre accessibles des problématiques complexes à un vaste public, afin de réaliser une médiation entre les connaissances à disposition des spécialistes et la possibilité concrète d’une divulgation plus large.

Votre voix, libre et responsable, est fondamentale pour la croissance de n’importe quelle société qui veut se dire démocratique, pour que soient assurés l’échange des idées et un débat fructueux fondé sur des données réelles et rapportées correctement.

A notre époque, souvent dominée par l’anxiété de la rapidité, de l’impulsion au sensationnalisme au détriment de la précision et de l’exhaustivité, de l’émotivité surchauffée à dessein à la place de la réflexion pondérée, l’on ressent de façon pressante la nécessité d’une information fiable, avec des données et des faits vérifiés, qui ne visent pas à impressionner et à émouvoir, mais plutôt se propose de faire grandir chez les lecteurs un sens critique sain, qui leur permette de se poser de justes questions et de parvenir à des conclusions justifiées.

De cette façon, l’on évitera d’être constamment à la merci de slogans faciles ou de campagnes d’information improvisées, qui laissent transparaître l’intention de manipuler la réalité, les opinion et le personnes mêmes, en produisant souvent d’inutiles “nuages de poussière médiatiques”.

La petite ou moyenne presse peut répondre plus facilement à ces exigences. Elle possède, dans sa démarche, des liens salutaires qui l’aident à produire une information moins massifiée, moins sujette à la pression des modes, aussi passagères qu’envahissantes. Elle est en effet génétiquement plus liée à sa base territoriale de référence, plus proche de la vie quotidienne des communautés, plus ancrée dans l’essentiel et le concret des faits. Il s’agit d’un journalisme étroitement connecté aux dynamiques locales, aux problématiques qui naissent du travail des diverses catégories, aux intérêts et aux sensibilités des réalités intermédiaires, qui ne trouvent pas facilement des canaux pour pouvoir s’exprimer adéquatement.

Les hebdomadaires diocésains inscrits à la Fédération des hebdomadaires catholiques (Federazione Italiana Settimanali Cattolici FISC), dont on fête aujourd’hui le 50e anniversaire, participent à cette logique. Ils peuvent se révéler des instruments d’évangélisation utiles, un espace dans lequel la vie diocésaine peut s’exprimer valablement et où les composantes ecclésiales variées peuvent facilement dialoguer et communiquer. Travailler dans un hebdomadaire diocésain signifie “sentir” de façon particulière avec l’Eglise locale, vivre la proximité à l’égard des personnes de la ville et des pays, et surtout lire les événements à la lumière de l’Evangile et du magistère de l’Eglise. Ces éléments sont la “boussole” de sa façon particulière de faire du journalisme, de donner des informations et d’exposer des opinions.

Les hebdomadaires diocésains, intégrés dans les nouvelles formes de communication numérique, restent par conséquent des instruments précieux et efficaces, qui nécessitent un engagement renouvelé de la part des Pasteurs et de toute la communauté chrétienne, et l’attention bienveillante des pouvoirs publics.

L’on ressent le besoin urgent de nouvelles communiquées avec sérénité, précision et exhaustivité dans un langage calme, afin de favoriser une réflexion fructueuse ; de paroles pondérées et claires, qui refusent l’inflation du discours suggestif, crié et ambigu.

Il est important que, avec patience et méthode, l’on offre des critères de jugement et d’informations de telle sorte que l’opinion publique soit en mesure de comprendre et de discerner, et non pas étourdie et désorientée.

La société a en outre besoin que le droit à l’information soit scrupuleusement respecté, avec celui de la dignité de toute personne humaine individuelle impliquée dans ce processus d’information, de façon que personne ne courre le risque d’être lésé faute de signes de responsabilité réels et circonstanciés. Il ne faut pas tomber dans les “péchés de la communication”: la désinformation – qui est de dire seulement une partie –, la calomnie, qui est sensationnaliste, ou la diffamation, en cherchant des choses dépassées, vieilles, et en les mettant en lumière aujourd’hui : ce sont des péchés très graves, qui abîment le cœur du journaliste et causent du tort aux personnes.

Pour toutes ces raisons il est donc souhaitable que ne diminue pas l’engagement de la part de tous pour assurer l’existence et la vitalité de ces périodiques et pour que soient protégés le travail et la dignité de la rétribution de tous ceux qui y participent.

En conclusion de notre rencontre, je voudrais vous encourager tous, membres de l’USPI et de la FISC, à continuer avec engagement et confiance votre travail ; et j’invite la société civile et ses institutions à faire leur possible pour que la petite et moyenne presse puisse accomplir son devoir irremplaçable, pour protéger un pluralisme authentique et donner voix à la richesse des différentes communautés locales et divers territoires.

A vous ici présents et à vos familles, comme à tous ceux qui rendent service dans le cadre de vos médias, je donne de tout cœur ma bénédiction et j’adresse mes vœux pour Noël qui approche. S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi.

Merci !

Traduction de Zenit, Anne Kurian
avatar
Joannes Maria
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2392
Inscription : 19/05/2010

http://jeanderoquefort.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Sam 16 Déc 2017 - 20:44


Pape François – la réforme des médias du Vatican

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Dim 17 Déc 2017 - 11:19

ONU

Le pape reçoit Mgr Auza au Vatican



Le point sur le nucléaire, le climat, la liberté religieuse





Le pape François a reçu Mgr Bernadito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies à New-York, le 12 décembre 2017, au Vatican.

Après la rencontre privée, l’archevêque a confié à Radio Vatican qu’il avait remercié le pape pour les actions du Saint-Siège en faveur du Traité d’interdiction des armes nucléaires, signé et ratifié par Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les relations avec les Etats, le 20 septembre dernier.

« Je lui ai dit qu’il avait joué un grand rôle pour faire avancer le traité et inspirer les pays leaders dans ce processus… Je l’ai remercié et il a dit qu’il s’agissait d’un impératif moral de notre temps ».

Le pape a aussi exprimé son appréciation pour le travail de la Mission permanente du Saint-Siège à l’ONU.

Parmi les sujets abordés : les deux accords globaux (Global Compacts) des Nations Unies sur les réfugiés et les migrants prévus pour 2018 ; la liberté religieuse ; les implications éthiques des « droits reproductifs » et de la question du gender


Bien que l’année 2017 ait été difficile, Mgr Auza assure que « nous essayons de garder de bonnes relations avec tout le monde ».

« J’était très heureux de cette audience, ajoute-t-il, et je pense que le pape était aussi heureux d’entendre ces nouvelles de tout ce que nous faisons à New York ! »

L’échange s’est aussi fait personnel : l’archevêque a donné des nouvelles de ses parents que le pape a rencontrés à New York.

Son père de 95 ans et sa mère de 96 ans se préparent à fêter leur 73e anniversaire de mariage.

« Très enthousiasmant », a conclu Mgr Auza.


Source Zenit

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Joyeux Anniversaire Pape François!!

Message par Marie du 65 le Dim 17 Déc 2017 - 19:45

81 ans

Le pape souffle une bougie sur 4 mètres de pizza

« N’attristez pas les enfants », recommande-t-il


Au matin de ses 81 ans, le 17 décembre 2017, le pape François a reçu, dans la salle Paul VI, des enfants assistés par le Dispensaire pédiatrique “Sainte Marthe” – centre gratuit du Vatican.

Avec eux, il a soufflé une bougie sur quatre mètres de pizza préparés par les cuisiniers en herbe.

« N’attristez pas les enfants », a-t-il lancé en s’adressant aux volontaires et aux parents : la joie des enfants est « un trésor…

Et nous devons tout faire pour qu’ils continuent à être joyeux ».

Il a invité à protéger leur joie, à les faire parler avec les grands-parents et à leur apprendre à entrer en dialogue avec Dieu. Voici notre traduction des paroles improvisées par le pape au cours de cette rencontre.

Source - Zenit




Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Mar 19 Déc 2017 - 19:44

Conversation du pape François avec les jésuites du Bangladesh, par le p. Antonio Spadaro SJ
Dans la Civiltà Cattolica en français, chez Parole et Silence (traduction complète)



Du 26 novembre au 2 décembre, le pape François a accompli son vingt et unième voyage apostolique hors d’Italie, se rendant en Birmanie et au Bangladesh. Le mercredi 29 novembre, immédiatement après son entrevue avec les évêques de Birmanie, le pape François est sorti de la petite salle qui a accueilli la rencontre. À sa sortie, il a trouvé 300 séminaristes qui l’attendaient pour faire une photo. Il a également salué un petit groupe de Chinois, qui brandissait avec orgueil le drapeau de la République populaire et qui lui demandait : « Venez vite dans notre pays ! »

Après avoir fait un bout de trajet à pied, au milieu des saluts, dans un climat festif, le pape est entré dans la chapelle située au rez-de-chaussée de l’archevêché, où l’attendaient trente et un jésuites qui accomplissent leur mission dans le pays. Parmi eux, treize étaient originaires de Birmanie (trois prêtres, cinq novices et cinq scolastiques). Les autres étaient originaires de Thaïlande, de Malaisie, du Vietnam, d’Inde, d’Indonésie, d’Australie et de Chine. Vingt et un autres jésuites originaires de Birmanie n’étaient pas présents, car ils étaient occupés à leurs études en Indonésie, au Sri Lanka et aux Philippines.

Les personnes présentes étaient issues de toutes les institutions de la compagnie de Jésus dans le pays : les institutions éducatives, qui sont ouvertes à tous, indépendamment de leur situation ethnique ou religieuse ; une paroisse dans un diocèse de frontière qui dessert le peuple Kachin et Shan ; une école dans un bidonville d’Yangon, où les jésuites aident également les pauvres à reconstruire leurs maisons et offrent un petit service de microcrédit ; le Service jésuite des réfugiés, qui travaille principalement avec les centaines de milliers de personnes réfugiées dans les États Kachin et Kayah et à la frontière avec la Thaïlande et la Chine.

À son entrée, le pape François a été accueilli par des applaudissements. Il a salué chaque personne, une par une. Bien que la salle ait été — comme cela est typique d’une chapelle — étroite et longue, le climat était celui d’une étreinte spontanée, au-delà des rangs. Les visages laissaient deviner la grande diversité des origines. Un étudiant jésuite lui a fait porter un châle typique de l’ethnie Chin.

Le pape François s’est assis et, présentant Mgr Mark Miles, il a déclaré avoir besoin d’un traducteur pour l’anglais. Il a dit en plaisantant : « C’est un brave homme et il ne rapportera rien des secrets jésuites dont nous parlerons ici. » Et il a immédiatement souhaité remercier les personnes présentes.

Je rapporte à la suite la transcription des deux conversations auxquelles j’ai assisté et dont la publication a été approuvée par le Saint-Père, ajoutant quelques informations sur le contexte et une considération finale.

Antonio Spadaro sj


Source Zenit

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Mer 20 Déc 2017 - 12:54

Visite du roi de Jordanie: promouvoir la paix et la stabilité au Moyen-Orient





Le pape François a reçu en audience le roi Abdallah II de Jordanie, dans la matinée de ce mardi 19 décembre 2017, indique le Saint-Siège.

Le roi jordanien a ensuite rencontré le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin et Mgr Paul Gallagher secrétaire pour les relations avec les Etats.

Un communiqué du Saint-Siège publié à l’issue de ces rencontres fait Etat « d’entretiens cordiaux », soulignant qu’ils ont été principalement consacrés à « la promotion de la paix et de la stabilité au Moyen-Orient, avec une référence particulière à la question de Jérusalem et au rôle de Gardien des lieux saints du souverain hachémite ».

Un rôle de garant des lieux saints musulmans reconnu par le traité de paix de 1994 avec l’Etat d’Israël (Accord de Wadi Araba).

Il a aussi été question, indique la même source, de la négociation entre Israéliens et Palestiniens,  et du dialogue interreligieux:

« On a renouvelé l’engagement à favoriser les négociations entre les parties intéressées, ainsi qu’à promouvoir le dialogue interreligieux. »

Enfin, il a été question des chrétiens dans la région:

« On a relevé l’importance de favoriser la permanence des chrétiens au Moyen-Orient, et la contribution importante qu’ils apportent aux sociétés de la région, dont il font partie intégrante. »

Le roi Abdallah était accompagné du prince Ghazi Bin Muhammad Bin Talal, responsable du dialogue interreligieux et initiateur, naguère d’une lettre de sages musulmans apportant leur soutien à Benoît XVI.

Il a participé à l’entretien avec le pape François, d’environ 20 minutes.

Dans la suite royale également le ministre jordanien des Affaires étrangères.

Le roi a offert au pape une estampe représentant la coupole du Saint-Sépulcre, surmontée de la croix, et la coupole dorée de la mosquée du « Dôme du rocher ».

Il ne s’agit pas de la première visite du roi jordanien au Vatican : il avait été reçu par le pape le 7 avril 2014, afin de préparer son voyage en Jordanie le mois suivant, ainsi que le 29 août 2013.

Les échanges avaient alors mis l’accent sur la situation en Syrie et l’urgence d’un cessez-le-feu.

Cette nouvelle rencontre avait pour arrière-fond la déclaration du président des Etats-Unis, M. Donald Trump, le 6 décembre, de faire de Jérusalem le siège de son ambassade.

Le pape a confié les préoccupations que cette décision suscitait, notamment pour les chrétiens.

Il a appelé avec insistance à respecter le « statu quo » de Jérusalem, lors de l’audience générale du 6 décembre 2017.

Il a souhaité « sagesse et prudence » pour ne pas ajouter « de nouveaux éléments de tension », après la décision du président des Etats-Unis.

« Ma pensée se tourne à présent vers Jérusalem, a-t-il déclaré avec gravité au terme de cette rencontre Salle Paul VI au Vatican.


A ce sujet, je ne peux pas taire ma profonde préoccupation pour la situation qui s’est créée ces derniers jours et, en même temps, adresser un appel vibrant afin que l’engagement de tous soit de respecter le statu quo de la ville, en conformité avec les Résolutions pertinentes des Nations unies. »

« Jérusalem est une cité unique, sacrée pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, qui vénèrent en elle les Lieux Saints de leurs religions respectives, et elle a une vocation spéciale à la paix », a poursuivi le pape qui s’exprimait en italien.

« Je prie le Seigneur, a-t-il assuré, pour que cette identité soit préservée et renforcée au bénéfice de la Terre Sainte, du Moyen-Orient et du monde entier et que prévalent sagesse et prudence, pour éviter d’ajouter de nouveaux éléments de tension dans un panorama mondial déjà agité et marqué par des conflits nombreux et cruels ».

« Seule une solution négociée entre Israéliens et Palestiniens peut conduire à une paix stable et durable et garantir la coexistence pacifique de deux Etats », a déclaré le Saint-Siège dans une nouvelle déclaration du dimanche 10 décembre 2017.

Lors de son voyage en Jordanie, le pape argentin avait rendu un hommage appuyé à Abdallah II en improvisant un passage de son discours au palais royal d’Amman, le 24 mai 2014 :

« Je profite de cette occasion pour renouveler mon profond respect et mon estime pour la communauté musulmane, et manifester mon appréciation pour le rôle de guide joué par Sa Majesté le Roi dans la promotion d’une plus juste compréhension des vertus proclamées par l’Islam, et la sereine cohabitation entre fidèles des différentes religions.

Vous être reconnu comme un homme de paix et un artisan de paix: merci ! »

Le roi Abdallah III doit ensuite se rendre en France.


Source Zenit

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Jeu 21 Déc 2017 - 11:10

Conseils du Pape François



Après avoir loué les vertus du repos dominical la semaine dernière, le Pape poursuit son cycle de catéchèses sur la célébration eucharistique en entrant, dit-il, « dans le vif du sujet ».

Ce mercredi 20 décembre, François a expliqué l’importance des rites d’introduction de la messe.

Marie Duhamel

On ne peut pas arriver en retard à la messe en se disant que, ouf, l’homélie n’a pas été prononcée.

Le Pape estime même qu’il faut arriver à l’avance « pour préparer son cœur à la célébration ».

La liturgie de la Parole et la liturgie eucharistique forment ensemble un unique acte de culte, rappelle François, et pour vivre pleinement la célébration et en « savourer la beauté », il est nécessaire de connaître la signification de tous ses signes.

Ainsi les rites d’introduction qui ouvrent la célébration : la procession, le signe de croix, l’acte pénitentiel, le kyrie, la collecte qui est « la réunion des intentions des peuples qui monte au Ciel comme une prière ».

Ces rites ont pour but de faire en sorte que les fidèles réunis forment une communauté, se disposent à écouter avec foi la Parole de Dieu et à célébrer dignement l’Eucharistie.

C’est à ce moment-là, dit François que « notre communauté commence unie à adorer Dieu ».

Audience générale du 20 décembre 2017

La procession d’entrée et la vénération de l’autel ne sont pas des gestes insignifiants, au contraire.

Ils veulent signifier que la messe est une rencontre d’amour avec le Christ.

L’autel est le centre de l’action de grâce qui se réalise dans l’Eucharistie.

Si toute la communauté se trouve le visage tourné vers l’autel, « ce n’est pas pour s’observer les uns les autres, mais pour regarder le Christ qui est au centre de la communauté, jamais lointain ».

Apprendre aux enfants à faire le signe de croix

Le Pape invite ensuite les parents et grands-parents à veiller à ce que leurs enfants apprennent à faire correctement leur signe de croix.

« Expliquez-leur que c’est comme avoir la protection de la Croix de Jésus ».

Par le signe de la croix, poursuit le Pape, non seulement nous faisons mémoire de notre baptême, mais nous affirmons que la prière liturgique est la rencontre avec Dieu en Jésus Christ qui pour nous s’est incarné, est mort en croix et est glorieusement ressuscité.

C’est ensuite le moment du salut liturgique du prêtre et de la réponse de l’assemblée, un « dialogue » qui manifeste le mystère de l’Église rassemblée. «

Nous y exprimons notre foi commune ainsi que le désir réciproque de demeurer avec le Seigneur et de vivre l’unité avec toute la communauté ».

Enfin, « si quelqu’un n’est pas pécheur qu’il lève la main ».

Le Pape a expliqué que l’acte pénitentiel invite à se reconnaître pécheurs devant Dieu, mais aussi devant nos frères, « avec humilité et sincérité, pour renaître avec le Christ à une vie nouvelle ».

Il juge d’ailleurs important d’approfondir, et annonce que l’acte pénitentiel sera au cœur de sa prochaine catéchèse.

« Joyeux Noël !


Source - Infos Vatican -


Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Charles-Edouard le Lun 25 Déc 2017 - 22:09

Le pape François prie pour « la paix pour Jérusalem et pour toute la Terre sainte »
A l’occasion de son traditionnel message de Noël, avant la bénédiction « urbi et orbi », le pape a aussi espéré « qu’une reprise du dialogue l’emporte ».




Après une homélie de Noël toute tournée vers l’accueil des migrants, dimanche, le pape François a appelé, lundi 25 décembre, les catholiques et les autres à s’engager « à rendre notre monde plus humain, plus digne des enfants d’aujourd’hui et de demain », dans son message de Noël, place Saint-Pierre à Rome.
S’appuyant sur le sens de la fête de la Nativité — la commémoration de la naissance du Christ —, il a exhorté les consciences à « voir Jésus » dans les enfants pris dans les principaux conflits de la planète, mais aussi dans ceux « dont les parents n’ont pas de travail et ont du mal à leur offrir un avenir sûr et serein », dans « ceux dont l’enfance a été volée », car contraints de travailler ou d’être soldats, et dans « les nombreux enfants contraints de quitter leur propre pays, de voyager seuls dans des conditions inhumaines ». « Dans leurs yeux, a-t-il ajouté, voyons le drame de tant de migrants forcés qui mettent en danger leur vie même pour affronter des voyages exténuants qui tant de fois finissent en tragédie. »

« Modèle de développement déjà dépassé »
Le chef de l’Eglise catholique a ensuite évoqué les principaux conflits de la planète alors que, selon lui, « soufflent sur le monde des vents de guerre » et qu’un « modèle de développement déjà dépassé continue à engendrer de la dégradation humaine, sociale et environnementale ». Il a commencé par prier pour « la paix pour Jérusalem et pour toute la Terre sainte » et pour que les acteurs en présence parviennent à une « solution négociée qui permette la coexistence pacifique de deux Etats à l’intérieur de frontières définies entre eux et reconnues internationalement ». Puis il a souhaité qu’en Syrie puisse être « reconstitué le tissu social indépendamment de l’appartenance ethnique et religieuse ». Après avoir évoqué l’Irak, il a demandé une plus grande attention portée au Yémen, « où se déroule un conflit en grande partie oublié, avec de profondes implications humanitaires sur la population qui subit la faim et la propagation de maladies ».

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/12/25/le-pape-francois-prie-pour-la-paix-pour-jerusalem-et-toute-la-terre-sainte_5234277_3224.html

https://fr.timesofisrael.com/discours-de-francois-ier-a-noel/

Charles-Edouard
Grand Emérite du combat contre l'antichrist

Masculin Messages : 17457
Age : 34
Localisation : Ile de France, Nord, Bretagne
Inscription : 25/05/2005

http://armeeprovidence.populus.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Ami de Saint Bernard le Mar 26 Déc 2017 - 9:04

Soutenons notre Pape de toutes nos forces, que serai-il arrivé si Saint Joseph avec lMarie et Jésus en danger de mort dans leur patrie avaient été maltraités ou rejetés en Egypte???

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2122
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Calex le Mar 26 Déc 2017 - 16:04

@Charles-Edouard a écrit:. Après avoir évoqué l’Irak, il a demandé une plus grande attention portée au Yémen, « où se déroule un conflit en grande partie oublié, avec de profondes implications humanitaires sur la population qui subit la faim et la propagation de maladies ».

Merci au Pape d'avoir rappelé le martyre du peuple yéménite.
C'est effectivement un conflit qui ressemble de plus en plus à un génocide et dont nos médias se gardent bien de nous parler parce que le pays qui massacre et affame est l'Arabie Saoudite. Un baril de brut mérite-t-il de se compromettre ainsi ?
avatar
Calex
J'adore l'Eucharistie
J'adore l'Eucharistie

Masculin Messages : 276
Age : 43
Inscription : 26/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Mar 26 Déc 2017 - 20:41






Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Mer 27 Déc 2017 - 19:25

Diapo

Les voyages du pape François en 2017



Égypte, Portugal, Colombie, Birmanie…

Retrouvez en photos tous les voyages officiels du pape François partout dans le monde cette année


Tout au long de l’année 2017, le pape François a parcouru le monde à la rencontre des chrétiens, que ce soit en Égypte, en Asie ou en Amérique latine.

Par réelle nécessité ou par goût pour la mobilité, le pape François confirme ainsi qu’il est un pèlerin du monde.

Le souverain pontife privilégie « des pays dans lesquels [il peut] apporter une petite aide, encourager ceux qui, malgré les difficultés et les conflits, travaillent pour la paix et l’unité.

Des pays qui sont, ou ont été, en graves difficultés », a témoigné le journaliste Andrea Tornielli dans son livre En Voyage avec le Pape.

Tour d’horizon en images.

Source et Diaporama
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Jeu 28 Déc 2017 - 12:54

Aux visiteurs de Syrie, Irak, Terre Sainte et Moyen-Orient

La preuve de l’authenticité de son amour »



L’incarnation de Dieu est la preuve certaine de l’authenticité de son amour », a déclaré le pape François en s’adressant « cordialement » aux visiteurs de langue arabe à l’audience générale de ce mercredi 27 décembre 2017, en la salle Paul VI du Vatican.

Il a salué « en particulier » les pèlerins de Syrie, d’Irak, de Terre Sainte et du Moyen-Orient.

Dieu « aime vraiment s’identifier avec le bien-aimé », a souligné le pape François.

« La naissance de Jésus est l’accomplissement des promesses divines, a-t-il dit.

Dieu n’aime pas en paroles, son amour ne se limite pas à l’envoi de prophètes, de messagers ou de textes, mais il l’amène à embrasser notre faiblesse et notre condition humaine pour nous élever à la dignité filiale perdue. »

« Que le Seigneur vous bénisse et meilleurs vœux pour un Noël glorieux et une heureuse année ! », a conclu le pape.

Source

Croix Dove
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Jeu 28 Déc 2017 - 20:24

10 citations marquantes du pape François en 2017



La parole du pape François est écoutée dans le monde entier.

Tout au long de cette année 2017, le pontife a porté des sujets qui lui sont chers et rappelé le message de l'Évangile.


La paix, la miséricorde, la dénonciation des idoles ou encore la solidarité ont fait partie des sujets privilégiés du pape François en 2017.

Pour faire le bilan de son année, la rédaction d’Aleteia a sélectionné 10 citations inspirantes du souverain pontife, classée par ordre chronologique.

Source et Diaporama

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Ven 29 Déc 2017 - 11:10

Programme du pape François les 31 décembre 2017 et 1er janvier 2018

Deux rendez-vous le 31 décembre et deux rendez-vous le 1er janvier






Le pape François a deux rendez-vous publics dimanche, 31 décembre 2017, et deux rendez-vous, lundi, 1er janvier 2018, en la fête de Marie, Mère de Dieu “Theotokos”, selon l’expression du Concile d’Ephèse (431).

A midi, dimanche 31 décembre, comme chaque dimanche, le pape présidera la prière de l’angélus, place Saint-Pierre.

Le pape François présidera ensuite les premières vêpres de la solennité de sainte Marie Mère de Dieu, en la basilique Saint-Pierre, à 17h, ce même dimanche 31 décembre 2017.

La liturgie sera suivie par l’exposition du Saint-Sacrement, puis par le traditionnel «Te Deum», d’action de grâce pour l’année civile écoulée, et par la bénédiction eucharistique.

Le lendemain, lundi 1er janvier, en la solennité de sainte Marie Mère de Dieu, octave de Noël et premier jour de l’année civile 2018, le pape célébrera la messe à 10h dans la basilique vaticane.

Il présidera ensuite la prière de l’angélus, depuis la fenêtre du bureau du Vatican qui donne place Saint-Pierre.

Ce lundi 1er janvier sera aussi la 51e Journée mondiale de la paix, sur le thème : « Les migrants et les réfugiés : des hommes et des femmes en quête de paix ».

Enfin, pour l’Épiphanie, le pape célébrera la messe à 10h, en la basilique Saint-Pierre, le samedi 6 janvier 2018.

La fête tombant cette année un samedi, elle sera célébrée le dimanche 7 janvier dans certains pays, comme en France.

Au Vatican, le dimanche 7 janvier marquera la fête du Baptême du Seigneur – dans d’autres pays elle sera célébrée le lundi 8 – : le pape doit célébrer une messe à 9h30 en la chapelle Sixtine. Selon la tradition, il baptisera des enfants nouveaux-nés.


Source

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Sam 30 Déc 2017 - 12:01

La modestie, « une vertu essentielle pour qui veut être conforme à Jésus »


Tweet du pape François






Le pape François salue la foule


Le pape François a souligné l’importance de la vertu de « la modestie » dans un message qui a été posté sur son compte Twitter @Pontifex_fr ce vendredi 29 décembre 2017.

Le pape a écrit :

« La modestie est une vertu essentielle pour qui veut être conforme à Jésus, doux et humble de cœur. »

Dans ses paroles avant l’angélus du 5 novembre 2017, le pape a réfléchi sur ce même thème :

« Nous, disciples de Jésus, nous ne devons pas chercher des titres d’honneur, d’autorité ou de suprématie, a-t-il dit.

Je vous dis que personnellement, je souffre de voir des personnes qui vivent psychologiquement en courant après la vanité des titres d’honneur.

Nous, disciples de Jésus, nous ne devons pas le faire parce qu’entre nous il doit y avoir une attitude simple et fraternelle.

Nous sommes tous frères et sœurs et nous ne devons en aucune façon écraser les autres. »

« Si nous avons reçu des qualités du Père céleste, a-t-il poursuivi, nous devons les mettre au service des frères, et non pas en tirer profit pour notre satisfaction et notre intérêt personnel.

Nous ne devons pas nous considérer supérieurs aux autres ; la modestie est essentielle pour une existence qui veut être conforme à l’enseignement de Jésus, qui est doux et humble de cœur et qui est venu non pour être servi, mais pour servir. »


Source

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Sam 30 Déc 2017 - 19:17

« Les familles parfaites n’existent pas », discours du pape à Philadelphie


« Les familles parfaites n’existent pas »…

C’était l’affirmation du pape François, prononcée à Philadelphie (Etats-Unis) le 26 septembre 2015, lors de la « fête des familles », au Benjamin Franklin Parkway.

Son discours a été repris et résumé dans un texte au style direct et vigoureux, diffusé avec succès sur les réseaux sociaux francophones, notamment au Liban.

Nous publions ci-dessous le texte original du pape, qui rappelle que « le paradis terrestre n’est plus ici, il y a les problèmes de la vie » mais que « la famille est … une usine d’espérance, d’espérance de vie et de résurrection, car Dieu a été celui qui a ouvert ce chemin ».

« C’est le grand héritage que nous pouvons donner à nos enfants, une très bonne leçon, affirme-t-il : nous faisons des erreurs, oui ; nous avons des problèmes, oui.

Mais nous savons que ce n’est pas cela qui compte vraiment.

Nous savons que les erreurs, les problèmes, les conflits sont une occasion de nous approcher les uns des autres, de nous approcher de Dieu. »

Nous le re-publions à l’occasion de ce dimanche 31 décembre 2017, dimanche de la Sainte-Famille.

Discours du pape François



Chers frères et sœurs,
Chères familles,

Merci à ceux qui ont donné un témoignage.

Merci à ceux qui nous ont réjouis par l’art, par la beauté, qui est le chemin pour rejoindre Dieu.

La beauté nous conduit à Dieu.

Et un témoignage vrai nous conduit à Dieu, parce que Dieu est aussi la vérité.

Il est la beauté et il est la vérité.

Et un témoignage donné pour servir est bon, il nous rend bons, car Dieu est bonté.

Il nous conduit à Dieu. Tout ce qui est bon, tout ce qui est vrai et tout ce qui beau nous conduit à Dieu.

Car Dieu est bon, Dieu est beau, Dieu est vérité.

Merci à vous tous. A ceux qui ont livré un message ici et merci pour votre présence, qui est aussi un témoignage.

Un vrai témoignage que la vie en famille vaut la peine.

Qu’une société devient forte, croît dans la beauté et croît dans la vérité si elle s’édifie sur la base de la famille.

Un jour, un jeune m’a demandé – vous savez que les jeunes posent des questions difficiles -, il m’a demandé :

‘‘Père, que faisait Dieu avant de créer le monde ?’’.

Je vous assure qu’il a été difficile pour moi de répondre.

Et je lui ai dit ce que je vous dis maintenant :

avant de créer le monde, Dieu aimait, parce que Dieu est amour, mais l’amour qu’il avait en lui-même était tel, cet amour entre le Père et le Fils, dans l’Esprit-Saint, était si grand, si débordant – je ne sais pas si c’est très théologique, mais vous le comprendrez – cet amour était si grand qu’il ne pouvait pas être égoïste.

Il devait sortir de lui-même pour avoir quelqu’un à aimer hors de lui-même.

Et là, Dieu a créé le monde.

Là, Dieu a créé cette merveille dans laquelle nous vivons.

Et que, comme nous sommes un peu étourdis, nous sommes en train de la détruire.

Mais le plus beau que Dieu ait fait – a dit la Bible – a été la famille.

Il a créé l’homme et la femme. Et il leur a tout confié.

Il leur a confié le monde :

‘‘Croissez et multipliez-vous, cultivez la terre, faites-la fructifier, faites-la croître’’.

Tout l’amour qu’il a mis dans cette Création merveilleuse, il l’a confié à une famille.

Retournons un peu en arrière.

Tout l’amour que Dieu a en lui-même, toute la beauté que Dieu a en lui-même, toute la vérité que Dieu a en lui-même, il donne tout cela à la famille.

Et une famille est vraiment famille lorsqu’elle est capable d’ouvrir les bras et de recevoir tout cet amour.

Évidemment, le paradis terrestre n’est plus ici, il y a les problèmes de la vie, les hommes – par l’astuce du démon – ont appris à se diviser.

Et tout cet amour que Dieu nous a donné, se perd presque. Et en peu de temps, le premier crime, le premier fratricide.

Un frère tue son frère : la guerre.

L’amour, la beauté et la vérité de Dieu, et la destruction de la guerre.

Et entre ces deux positions, nous marchons aujourd’hui. Il nous revient de choisir, il nous revient de décider du chemin à suivre.

Mais, retournons en arrière.

Quand l’homme et son épouse se sont trompés et se sont éloignés de Dieu, Dieu ne les pas abandonnés.

Un amour si grand !

Un amour si grand que Dieu a commencé à cheminer avec l’humanité, il a commencé à cheminer avec son peuple, jusqu’à ce qu’arrive le moment approprié et il lui a donné la preuve d’amour plus grande :

Son Fils.

Et Son Fils, où l’a-t-il envoyé ?

Dans un palais, dans une ville, pour créer une entreprise ?


Il l’a envoyé à une famille. Dieu est entré dans le monde par une famille.

Et il a pu le faire parce que cette famille était une famille qui avait le cœur ouvert à l’amour, qui avait les portes ouvertes.

Pensons à Marie, jeune fille !

Elle ne pouvait le croire :

‘‘Comment cela peut-il arriver ?’’

Et quand on le lui a expliqué, elle a obéi.

Pensons à Joseph, rêvant de former un foyer, et il se trouve devant cette surprise qu’il ne comprend pas.

Il accepte, il obéit.

Et dans l’obéissance par amour de cette femme, Marie, et de cet homme, Joseph, se forme une famille dans laquelle Dieu vient.

Dieu frappe toujours aux portes des cœurs.

Il aime à le faire. Cela lui vient du cœur.

Mais savez-vous ce qu’il aime le plus ?

Frapper aux portes des familles.

Et trouver les familles unies, trouver les familles qui s’aiment, trouver les familles qui aident leurs enfants à grandir et les éduquent, et qui les font progresser, et qui créent une société de bonté, de vérité et de beauté.

Nous sommes à la fête des familles.

La famille a droit de cité divin.

Est-ce clair ?

Le droit de cité que possède la famille, Dieu le lui a donné pour qu’en son sein croissent toujours plus la vérité, l’amour et la beauté.

Bien sûr, certains d’entre vous peuvent me dire :

‘‘Père, vous parlez ainsi parce que vous êtes célibataire’’.

Dans la famille, il y a des difficultés.

Dans les familles, nous discutons.

Dans les familles, parfois il y a de la bagarre.

Dans les familles, les enfants provoquent des maux de tête.

Je ne parlerai pas des belles-mères.

Mais dans les familles, toujours, toujours, il y a la croix. Toujours.

Car, l’amour de Dieu, le Fils de Dieu nous ont ouvert aussi ce chemin.

Mais dans les familles, après la croix, il y a aussi la résurrection, car le Fils de Dieu nous a ouvert ce chemin.

C’est pourquoi, la famille est – excusez le mot – une usine d’espérance, d’espérance de vie et de résurrection, car Dieu a été celui qui a ouvert ce chemin.

Et les enfants. Les enfants donnent du travail.

En tant qu’enfants, nous donnons du travail.

Parfois, à la maison, je vois certains de mes collaborateurs qui viennent au travail, le yeux cernés.

Ils ont un bébé d’un mois, de deux mois.

Et je leur demande :

‘‘N’as-tu pas dormi ?’’

Et :

‘‘Non, il a pleuré toute la nuit’’.

En famille, il y des difficultés, mais ces difficultés se surmontent par l’amour.

La haine ne surmonte aucune difficulté.

La division des cœurs ne surmonte aucune difficulté.

Seul l’amour est capable de surmonter la difficulté.

L’amour est fête, l’amour est joie, l’amour, c’est aller de l’avant.

Et je ne veux pas continuer de parler, car cela devient trop long, mais je voudrais souligner deux petits points de la famille auxquels je voudrais que vous consacriez une attention spéciale.

Je ne voudrais pas seulement.

Nous devons y faire spécialement attention.

Les enfants et les grands-parents.

Les enfants et les jeunes sont l’avenir, ils constituent la force, ceux qui font progresser.

C’est en eux que nous mettons notre espérance.

Les grands-parents sont la mémoire de la famille.

Ce sont eux qui nous ont donné la foi, nous ont transmis la foi.

Prendre soin des grands-parents et prendre soin des enfants sont preuve d’amour, je ne sais si [c’est une preuve ] plus grande, mais – je dirais – plus prometteuse de la famille, car elle promet l’avenir.

Un peuple qui ne sait pas prendre soin des enfants et un peuple qui ne sait pas protéger les grands-parents est un peuple sans avenir, car il n’a ni la force ni la mémoire qui font progresser.

Et bon, la famille est belle, mais elle a un prix, elle comporte des problèmes.

En famille, parfois, il y a des inimitiés.

Le mari se querelle avec la femme, ou bien ils ne sont pas en bons termes entre eux ni les enfants avec leur père.

Je vous donne un conseil : ne terminez jamais une journée sans faire la paix en famille.

En famille, on ne peut terminer la journée en guerre.

Que Dieu vous bénisse !

Que Dieu vous donne la force !

Que Dieu vous encourage à aller de l’avant !

Protégeons la famille !

Défendons la famille, car là se joue notre avenir. Merci !

Que Dieu vous bénisse et priez pour moi, s’il vous plaît !

Chers frères et sœurs,

Chères familles,

Avant tout, je veux remercier les familles qui ont souhaité partager l’histoire de leurs vies avec nous.

Merci pour votre témoignage !

C’est toujours un don d’écouter les familles partager leurs expériences de vie.

Cela touche nos cœurs.

Nous sentons qu’elles nous parlent de choses qui sont très personnelles et uniques, de choses qui, d’une certaine manière, nous concernent tous.

En écoutant leurs expériences, nous pouvons nous sentir nous-mêmes impliqués, mis au défi en tant que couples mariés et parents, en tant qu’enfants, frères et sœurs et grands-parents.

Pendant que j’écoutais, je pensais combien il est important pour nous de partager nos vies de famille et de nous entraider dans cette merveilleuse et exaltante tâche d’« être une famille ».

Etre avec vous me fait penser à l’un des plus beaux mystères de notre foi chrétienne

Dieu n’a pas voulu venir dans le monde autrement que dans une famille.

Dieu n’a pas voulu approcher l’humanité autrement que dans un foyer.

Dieu n’a pas voulu pour lui-même d’autre nom qu’Emmanuel (cf. Mt 1, 23).

Il est « Dieu avec nous ».

C’était son désir depuis le commencement, son objectif, son effort constant :

nous dire :

« Je suis Dieu avec vous, je suis Dieu pour vous ».

Il est le Dieu qui, dès le début de la création, dit :

« Il n’est pas bon que l’homme soit seul » (Gn 2, 18).

Nous pouvons ajouter :

il n’est pas bon que la femme soit seule, il n’est pas bon pour les enfants, pour les personnes âgées, pour les jeunes, d’être seuls.

Ce n’est pas bon.

C’est pourquoi l’homme quitte son père et sa mère, et s’attache à sa femme, et les deux deviennent une seule chair (cf. Gn 2, 24).

Les deux sont destinés à devenir un foyer, une famille.

Depuis des temps immémoriaux, au plus profond de notre cœur, nous avons entendu ces mots puissants : il n’est pas bon pour toi d’être seul.

La famille est la grande bénédiction, le grand don de ce « Dieu avec nous » qui n’a pas voulu nous abandonner à la solitude d’une vie sans les autres, sans défis, sans foyer.

Dieu ne rêve pas en solitaire, il essaye de faire toute chose « avec nous ».

Son rêve permanent devient réalité dans les rêves de nombreux couples qui travaillent à faire de leur vie une vie de famille.

C’est pourquoi la famille est le symbole vivant du plan d’amour que le Père a rêvé autrefois.

Vouloir fonder une famille, c’est se décider à faire partie du rêve de Dieu, choisir de rêver avec lui, vouloir construire avec lui, se joindre à lui dans cette épopée de la construction d’un monde où personne ne se sentira seul, indésirable, ou sans foyer.

En tant que chrétiens, nous apprécions la beauté de la famille et de la vie de famille comme le lieu où nous apprenons la signification et la valeur des relations humaines.

Nous apprenons qu’« aimer quelqu’un n’est pas seulement un sentiment fort – c’est une décision, c’est un jugement, c’est une promesse » (Erich Fromm, The Art of Loving).

Nous apprenons à tout miser sur une autre personne, et nous apprenons que cela vaut la peine.

Jésus n’était pas un célibataire endurci, loin de là !

Il a pris l’Eglise comme épouse, et a fait d’elle un peuple à lui.

Il a donné sa vie pour ceux qu’il aimait, de sorte que son épouse, l’Église, puisse toujours savoir qu’il est Dieu avec nous, avec son peuple, avec sa famille.

Nous ne pouvons pas comprendre le Christ sans son Église, comme nous ne pouvons pas comprendre l’Église sans son époux, le Christ Jésus, qui a donné sa vie par amour, et qui nous a fait voir que cela vaut la peine.

Donner sa vie par amour n’est pas facile.

Comme pour le Maître, « tout miser » peut parfois entraîner la croix.

Parfois quand tout semble difficile. Je pense à tous ces parents, à toutes ces familles qui n’ont pas de travail ou qui n’ont pas les droits des travailleurs, et combien cela est une vraie croix.

Que de sacrifices font-ils pour gagner leur pain quotidien !

Il est compréhensible que, lorsque ces parents rentrent à la maison, ils soient si exténués qu’ils ne peuvent pas donner le meilleur d’eux-mêmes à leurs enfants.

Je pense à toutes ces familles qui n’ont pas de logement ou qui vivent entassées.

Des familles qui manquent du minimum pour être en mesure de construire des liens d’intimité, de sécurité et de protection face aux ennuis de toutes sortes.

Je pense à toutes ces familles qui n’ont pas accès aux services élémentaires de santé.

Des familles qui, lorsqu’elles affrontent des problèmes médicaux, surtout quand il s’agit des membres les plus jeunes ou les plus âgés, dépendent d’un système qui ne satisfait pas leurs besoins, qui est insensible à leur peine et leur impose de lourds sacrifices pour recevoir un traitement approprié.

On ne peut pas qualifier de saine une société lorsqu’elle ne garantit pas une réelle place à la vie de famille.

On ne peut pas penser qu’une société a un avenir lorsqu’elle ne fait pas passer des lois capables de protéger les familles et d’assurer leurs besoins fondamentaux, surtout ceux des familles qui sont à leurs débuts.

Que de problèmes seraient résolus si nos sociétés protégeaient les familles et offraient aux ménages, spécialement aux couples récemment mariés, la possibilité d’avoir un travail digne, un logement et des services médicaux pour les accompagner au cours de la vie.

Le rêve de Dieu est inchangé ; il demeure intact et nous invite à travailler pour une société qui soutienne les familles.

Une société où le pain, « fruit de la terre et du travail des hommes » continue à être mis sur la table de chaque foyer, pour nourrir l’espérance des enfants.

Les familles parfaites n’existent pas.

Cela ne doit pas nous décourager.

Tout au contraire ! L’amour est une chose que nous apprenons ; l’amour est une chose que nous vivons ; l’amour grandit dans la mesure où il est « forgé » par les situations concrètes dont chaque famille fait l’expérience.

L’amour naît et se développe constamment entre ombres et lumières.

L’amour peut s’épanouir entre l’homme et la femme qui essayent de ne pas faire du conflit le dernier mot, mais plutôt une nouvelle opportunité.

Une opportunité pour chercher de l’aide, une opportunité pour nous demander en quoi nous avons besoin de nous améliorer, une opportunité pour découvrir le Dieu qui est avec nous et qui ne nous abandonne jamais.

C’est le grand héritage que nous pouvons donner à nos enfants, une très bonne leçon : nous faisons des erreurs, oui ; nous avons des problèmes, oui.

Mais nous savons que ce n’est pas cela qui compte vraiment.

Nous savons que les erreurs, les problèmes, les conflits sont une occasion de nous approcher les uns des autres, de nous approcher de Dieu.

Ce soir nous sommes venus prier ensemble, prier en tant que famille, pour faire de nos foyers le visage joyeux de l’Église.

Pour rencontrer ce Dieu qui n’a pas voulu venir dans notre monde d’une autre manière que dans une famille.

Pour rencontrer « Dieu avec nous », le Dieu qui est toujours parmi nous.


Croix

Source
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Dim 31 Déc 2017 - 11:08

La Sainte Famille, modèle réel et non pas seulement idéal, par Mgr Follo

Pour le dimanche 31 décembre 2017



« L’Évangile de la famille ».

C’est le titre de la méditation de Mgr Francesco Follo sur les lectures de la messe de dimanche 31 décembre 2017 (Dimanche de l’Octave de Noël

La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph – Année B – 1 Sam 1,20-22.24-28;1Jn 3,1-2.21-24;Lc 2, 41-52).

« L’Evangile de Saint Luc nous raconte la vie quotidienne et sainte de Joseph et de Marie qui dans leurs hésitations, leurs interrogations, leurs façons de faire, leurs faiblesses, loin de la perfection et de l’idéal, ressemblent à tant de parents.

Ils sont en même temps le modèle réel et originel de la famille, où coexistent la virginité, la conjugalité et la parentalité », souligne l’Observateur permanent du Saint-Siège à l’UNESCO à Paris.

« En regardant la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph ajoute-t-il, je crois que nos familles sont poussées à être toujours davantage des petites églises domestiques, où Dieu est présent et où l’on apprend à vivre, en marchant à la lumière de l’Évangile, la Bonne Nouvelle, seul guide sûr dans un monde qui a perdu la vision de la lumière du ciel et qui regarde seulement vers les lumières de la terre. »



           1) D’un temple à l’autre

A très peu de jours de la solennité de Noël, la liturgie d’aujourd’hui nous donne de célébrer la Sainte Famille de Nazareth.

De cette façon, nous sommes invités à contempler et à imiter la vie de la famille « terrestre » de Jésus.

Que voyons-nous ?

L’Évangile de Saint Luc nous fait voir que dans cette singulière famille, ce n’est pas seulement la figure du Fils de Dieu, la personne divine qui assume totalement l’humanité de sa créature, le Dieu avec nous, le Prince de la paix qui ressort.

L’évangéliste met aussi en évidence la maman de Jésus, Marie, et Joseph son époux, collaborateur du dessein divin de salut des hommes et « gardien de la Rédemption. »Saint Jean Paul II

Comment une famille aussi particulière peut-elle être un modèle pour nos familles ?

Ce cercle familial, seulement en apparence semblable à tous les autres, est si irremplaçable qu’il nous pousse à croire qu’il est inimitable : un Fils qui est Dieu, une maman qui est la Vierge Immaculée, et un papa qui est le juste par excellence.

Et pourtant Jésus, le Dieu fait homme, nous montre un exemple d’enfant à l’intérieur de sa propre famille pour pouvoir devenir un modèle pour toutes les familles de tous les temps et de tous les lieux.

Jésus n’a pas été pressé de se présenter comme le Messie.

Dans une petite ville de la périphérie de l’Empire romain, caché dans une famille très simple, ce fils a vécu une vie normale, tout en croissant en grâce et en esprit, jusqu’au moment où arriva l’heure de commencer la mission que lui avait confiée le Père : une mission qui le conduira à la mort et à la résurrection, faisant de nous, d’un peuple sans lendemain, un peuple appelé à le suivre dans la sainteté et la joie de la plénitude de la vie, aujourd’hui et pour toujours.

En regardant la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph, je crois que nos familles sont poussées à être toujours davantage des petites églises domestiques, où Dieu est présent et où l’on apprend à vivre, en marchant à la lumière de l’Évangile, la Bonne Nouvelle, seul guide sûr dans un monde qui a perdu la vision de la lumière du ciel et qui regarde seulement vers les lumières de la terre.

A ses parents qui le cherchent depuis trois jours, Jésus répond qu’ils doivent savoir que sa vocation est de faire la volonté de son Père.

Il est donc resté trois jours dans le temple de son Père à s’occuper justement des affaires de son Père.

Puis comme l’Évangile est à vivre dans le quotidien de la vie, il retourne avec Marie et Joseph dans le quotidien de la vie de Nazareth.

Il descend avec ses parents à  Nazareth et il leur est soumis.

Il laisse le Temple pour le « temple domestique » où tout était organisé pour sa présence divine et où son humanité grandit en sagesse et en grâce.

Le Rédempteur a abandonné les maîtres de la loi qui enseignaient dans le Temple de Jérusalem pour être avec Joseph et Marie qui sont maîtres de vie dans cette école particulière qu’est leur maison de Nazareth.

Le fils de Dieu apprend d’eux l’art d’être homme.

Il regarde sa maman, Marie, qui est tendre et forte mais jamais passive.

Il regarde Joseph, son père légale, qui eut envers lui « par don particulier du ciel, tout cet amour naturel, toute cette affectueuse sollicitude que le cœur d’un père peut connaître » (Pie XII cité dans Redemptoris Custos, n.huit)

2) La Sainte Famille comme école de la famille, modèle réel et non pas seulement idéal

La vie simple de Jésus, Marie et Joseph ressemble tellement à la nôtre.

Marie est une maman comme nos mamans, attentive et vigilante, mais surtout, en tant qu’immaculée et donc toute donnée à Dieu, elle aura éduqué son fils au vrai sens de la vie qui est d’accomplir la mission que le Père lui avait confiée en l’envoyant parmi nous.

La maison de Nazareth n’est donc pas seulement une école pour Jésus, mais aussi pour nous, comme l’enseigne le Bienheureux Pape Paul VI:

« La maison de Nazareth est l’école où l’on commence à comprendre la vie de Jésus, c’est à dire l’école de l’Évangile.

Là, on apprend à observer et à écouter, à méditer, à pénétrer la signification si profonde et si mystérieuse de cette manifestation du Fils de Dieu, si simple, humble et belle. » (Homélie à Nazareth, 5 janvier 1964).

L’Evangile de Saint Luc nous raconte la vie quotidienne et sainte de Joseph et de Marie qui dans leurs hésitations, leurs interrogations, leurs façons de faire, leurs faiblesses, loin de la perfection et de l’idéal, ressemblent à tant de parents.

Ils sont en même temps le modèle réel et originel de la famille, où coexistent la virginité, la conjugalité et la parentalité.

Maintenant, le Seigneur demande aux époux chrétiens que se réalise par leur union la double finalité du mariage : le bien des époux eux-mêmes et la transmission de la vie.

On ne peut pas séparer ces deux valeurs du mariage sans altérer la vie spirituelle du couple et compromettre les biens du mariage et l’avenir de la famille.

Il est demandé aux époux chrétiens de vivre dans la chasteté conjugale. A cet égard le catéchisme de l’Église catholique enseigne :

« Les actes qui réalisent l’union intime et chaste des époux sont des actes honnêtes et dignes.

Vécus d’une manière vraiment humaine, ils signifient et favorisent le don réciproque par lequel les époux s’enrichissent tous les deux dans la joie et la reconnaissance. » (n. 2362)

La virginité cependant au sens propre appartient aux consacrés et renvoie à l’éternité.

Mais la virginité est quand même constitutive de la famille originelle, il existe donc un lien indissoluble entre les époux chrétiens et les consacrés pour le Royaume de Dieu et ce lien se trouve dans la Sainte Famille de Nazareth.

Les vierges consacrées dans le monde témoignent que la virginité n’est pas de ne pas avoir des affections, même si elle implique de renoncer à une famille charnelle et au rapport physique avec un homme, mais c’est être totalement disponible au devoir de fécondité spirituelle et concrète auquel le Seigneur les a appelées.

Le Christ est au cœur du mariage chrétien et les vierges consacrées témoignent qu’en donnant tout au Christ, la vie est vraiment féconde.

Comme la vierge Marie, elles conservent dans leur cœur un mystère plus grand qu’elles et le portent dans le monde.

Saint Augustin très justement enseigne l’importance de la maternité spirituelle qui ne s’oppose pas à la maternité charnelle :

« L’Église reproduit le modèle de la mère de son époux et de son sauveur et elle est, elle aussi, mère et vierge.

Si en effet, elle n’est pas vierge, pourquoi tant se préoccuper de son intégrité ?

Et si elle n’est pas mère, de qui sont ces enfants à qui nous adressons la parole ?

Marie mit au monde physiquement le Chef de ce corps ; l’Église génère spirituellement les membres de ce Chef.

Dans un cas comme dans l’autre, la virginité ne fait pas obstacle à la fécondité et la fécondité ne fait pas obstacle à la virginité.

L’Église est toute entière sainte de corps comme d’esprit mais dans ses membres, elle n’est vierge que d’esprit et non pas de corps.

De quelle sainteté ne devra-t-elle donc pas briller dans ceux de ses membres qui conservent à la fois la virginité dans le corps et dans l’âme ?

Un jour – raconte l’Évangile – la mère et les frères de Jésus (c’est à dire ses cousins) se firent annoncer mais restèrent dehors parce que la foule ne leur permettaient pas de s’approcher (du maître).

Jésus dit ces paroles :

Qui est ma mère ?

Et qui sont mes frères ?

Et étendant la main vers ses disciples, il dit :

Voici mes frères !

Et quiconque fait la volonté de mon père, celui-là est mon frère, ma mère et ma sœur » (La sainte viriginité, 2.2-3.3)


Les vierges consacrées montrent que l’exemple de Marie, Vierge et Mère, est actuelle et possible même aujourd’hui et elles sont appelées à vivre une maternité de grâce.

Marie a ouvert la route à toutes les femmes qui, à sa suite, accueillent l’appel divin à donner tout leur cœur au Seigneur dans la virginité.

Certes, ce ne sont pas seulement les femmes qui sont appelées à la vie virginale ; il faut rappeler que le Christ lui aussi s’est engagé sur cette voie et il y a engagé aussi ses apôtres.

Toutefois l’expression des «épousailles avec Dieu» convient davantage à la femme.

Les vierges chrétiennes ont été considérées depuis l’antiquité comme les épouses du Christ.

On peut dire qu’elles représentent, de la manière la plus appropriée et la plus complète, la qualité d’épouse du Christ que l’on attribue à l’église.

Les vierges consacrées personnifient cette relation d’épouse du Christ.



Lecture patristique

Origène (+ 253)

Homélies sur saint Luc, 18, 2-5

SC 87, 266-271

Comme il avait douze ans, il demeure à Jérusalem.

Ne sachant où il est, ses parents le cherchent avec inquiétude et ne le trouvent pas. Ils le cherchent parmi leurs parents, ils le cherchent parmi leurs compagnons de route, ils le cherchent parmi leurs connaissances (Lc 2,44), et ils ne le trouvent pas.

Jésus est donc recherché par ses parents, par son père nourricier qui l’avait accompagné dans sa descente en Égypte, et pourtant ils ne le trouvent pas aussitôt qu’ils le cherchent.

Car on ne trouve pas Jésus parmi les parents et parmi les proches selon la chair, parmi ceux qui lui sont unis par le corps.

Mon Jésus ne peut être trouvé dans la foule.

Apprenez-donc où l’ont découvert ceux qui le cherchaient, afin que vous aussi, en le cherchant avec Marie et Joseph, vous puissiez le découvrir.

A force de le chercher, dit l’évangéliste, ils le trouvèrent dans le Temple (Lc 2,46).

Non pas n’importe où, mais dans le Temple, et là, en outre, au milieu des docteurs de la Loi qu’il écoutait et interrogeait (Lc 2,46-47).

Vous aussi, cherchez Jésus dans le Temple de Dieu, cherchez-le dans l’Église, cherchez-le auprès des maîtres qui sont dans le Temple et n’en sortent jamais.

Si vous cherchez ainsi, vous le trouverez.

Mais si quelqu’un se dit un maître, et ne possède pas Jésus, il n’est maître que de nom, et on ne peut trouver auprès de lui Jésus, qui est le Verbe et la Sagesse de Dieu.



Ils le trouvent assis au milieu des docteurs, et non seulement assis, mais les interrogeant et les écoutant.

Maintenant encore Jésus est ici: il nous interroge et il nous écoute parler.

Et tous étaient dans l’admiration (Lc 2,48).

A propos de quoi?

Non de ses interrogations, bien qu’elles fussent admirables, mais de ses réponses (Lc 2,47).

Dans la sainte Écriture, « répondre » ne désigne pas un simple dialogue, mais un enseignement.

Que la loi divine te l’apprenne:

Moïse parlait, et Dieu lui répondait par sa voix (cf. Ex 19,19).

Tantôt Jésus interroge, tantôt il répond et, nous l’avons dit, bien que son interrogation soit admirable, sa réponse l’est bien davantage.

Pour que nous puissions l’entendre, nous aussi, et qu’il nous propose des questions qu’il résoudra lui-même, supplions-le et cherchons-le avec beaucoup d’efforts et de douleur, et alors nous pourrons trouver celui que nous cherchons.

Ce n’est pas pour rien qu’il est écrit:

Moi et ton père, nous te cherchions tout affligés (cf. Lc 2,49).

Celui qui cherche Jésus ne doit pas chercher avec négligence, mollement, par intermittence, ainsi que certains le cherchent et qui, à cause de cela, ne peuvent le trouver.

Quant à nous, disons: Nous te cherchons tout affligés.

Et quand nous lui aurons parlé ainsi, il répondra à notre âme qui se fatigue à le chercher dans la douleur:

Ne le saviez-vous pas?

C’est chez mon Père que je dois être (Lc 2,49-50).




Croix

Source
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Lun 1 Jan 2018 - 20:46

Messe pour la Paix






Croix  Dove
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Mar 2 Jan 2018 - 16:00

Dans la Crèche la Tendresse de Dieu


« Dans la simplicité de la crèche nous rencontrons et contemplons la tendresse de Dieu, manifestée dans celle de l’Enfant Jésus. »

C’est le tweet publié par le pape François, sur @Pontifex, pour le temps de Noël, ce 2 janvier 2018.

Le message est tiré des paroles que le pape avait prononcées en recevant les donateurs de la crèche et de l’arbre de Noël sur la place Saint-Pierre, le 7 décembre dernier :

« Chaque année, a-t-il souligné, la crèche et l’arbre de Noël nous parlent par leur langage symbolique.

Ils rendent encore plus visible ce qui se saisit dans l’expérience de la naissance du Fils du Dieu.

Ils sont les signes de la compassion du Père céleste, de sa participation et de sa proximité à l’égard de l’humanité, qui fait l’expérience de ne pas être abandonnée dans la nuit des temps, mais visitée et accompagnée dans ses difficultés. »

Le pape avait expliqué :

« L’arbre tendu vers le haut nous stimule à tendre nous-mêmes vers “les dons les plus grands”, à nous élever au-dessus des brumes qui obscurcissent, pour expérimenter qu’il est beau et joyeux d’être immergés dans la lumière du Christ.

Dans la simplicité de la crèche, nous rencontrons et nous contemplons la tendresse de Dieu, manifestée dans celle de l’Enfant Jésus. »

Au soir du 31 décembre 2017, après avoir célébré dans la basilique vaticane les premières vêpres de la solennité de Sainte Marie Mère de Dieu et le traditionnel «Te Deum», en action de grâce pour l’année civile écoulée, le pape s’est rendu place Saint-Pierre pour se recueillir devant la crèche, au son d’hymnes de Noël interprétés par la fanfare de la Garde suisse.


Croix


Source
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Mer 3 Jan 2018 - 19:42

Catéchèse

« il ne suffit pas de ne pas faire de mal… il faut encore choisir d’accomplir le bien »


« J’ai péché par ma faute, et non par la faute des autres »





« Il ne suffit pas de ne pas faire de mal au prochain, il faut encore choisir d’accomplir le bien en saisissant les occasions », a souligné le pape François dans sa catéchèse du 3 janvier 2018.

Méditant sur l’acte pénitentiel, au début de la liturgie de la messe, le pape a fait observer :

« Que Dieu pourrait-il donner à celui qui a déjà le cœur rempli de lui-même, de son succès ?

Rien, parce que le présomptueux est incapable de recevoir le pardon, rassasié qu’il est de sa prétendue justice. »

Pour la première audience générale de l’année civile, le pape a poursuivi ses catéchèses sur la messe.

L’acte pénitentiel, a-t-il expliqué, « permet de reconnaître que nos pensées sont éloignées des pensées divines, que nos paroles et nos actions sont souvent mondaines, guidées par des choix contraires à l’Evangile ».

Durant la messe, a ajouté le pape, « nous confessons aussi bien à Dieu qu’aux frères que nous sommes pécheurs : cela nous aide à comprendre la dimension du péché qui, alors qu’elle nous sépare de Dieu, nous sépare aussi de nos frères, et vice-versa.

Le péché coupe : il coupe la relation avec Dieu et il coupe la relation avec les frères, la relation dans la famille, dans la société, dans la communauté.

Le péché coupe toujours, sépare, divise ».

Il a aussi invité à reconnaître « que j’ai péché par ma faute, et non par la faute des autres.

Il arrive souvent en effet que, par peur ou par honte, nous pointions le doigt pour accuser les autres.

Il coûte d’admettre que l’on est coupable, mais cela nous fait du bien de le confesser avec sincérité ».

Voici notre traduction intégrale de la catéchèse prononcée par le pape François.

Catéchèse du pape François


Chers frères et sœurs, bonjour !

En reprenant les catéchèses sur la célébration eucharistique, nous considérons aujourd’hui, dans le contexte des rites d’introduction, l’acte pénitentiel.

Dans sa sobriété, il favorise l’attitude par laquelle se disposer à célébrer dignement les saints mystères, c’est-à-dire en reconnaissant nos péchés devant Dieu et devant les frères, en reconnaissant que nous sommes pécheurs.

L’invitation du prêtre est en effet adressée à toute la communauté en prière, parce que nous sommes tous pécheurs

. Que Dieu pourrait-il donner à celui qui a déjà le cœur rempli de lui-même, de son succès ?

Rien, parce que le présomptueux est incapable de recevoir le pardon, rassasié qu’il est de sa prétendue justice.

Pensons à la parabole du pharisien et du publicain, où seul le second – le publicain – rentre chez lui justifié, c’est-à-dire pardonné (cf. Lc 18,9-14).

Celui qui est conscient de sa misère et baisse les yeux avec humilité, sent se poser sur lui le regard miséricordieux de Dieu.

Nous savons par expérience que seul celui qui sait reconnaître ses erreurs et demander pardon reçoit la compréhension et le pardon des autres.

Ecouter en silence la voix de la conscience permet de reconnaître que nos pensées sont éloignées des pensées divines, que nos paroles et nos actions sont souvent mondaines, guidées par des choix contraires à l’Evangile.

C’est pourquoi, au début de la messe, nous accomplissons communautairement l’acte pénitentiel par une formule de confession générale, prononcée à la première personne du singulier.

Chacun confesse à Dieu et à ses frères “d’avoir péché en pensées, en paroles, par action et par omission”.

Oui, aussi par omission, c’est-à-dire d’avoir omis de faire le bien que j’aurais pu faire.

Souvent nous nous sentons bons parce que – disons-nous – “je n’ai fait de mal à personne”.

En réalité, il ne suffit pas de ne pas faire de mal au prochain, il faut encore choisir d’accomplir le bien en saisissant les occasions pour bien témoigner que nous sommes disciples de Jésus.

Il est bon de souligner que nous confessons aussi bien à Dieu qu’aux frères que nous sommes pécheurs :

cela nous aide à comprendre la dimension du péché qui, alors qu’elle nous sépare de Dieu, nous sépare aussi de nos frères, et vice-versa.

Le péché coupe : il coupe la relation avec Dieu et il coupe la relation avec les frères, la relation dans la famille, dans la société, dans la communauté.

Le péché coupe toujours, sépare, divise.

Les paroles que nous disons avec la bouche sont accompagnées du geste de se frapper la poitrine, en reconnaissant que j’ai péché par ma faute, et non par la faute des autres.

Il arrive souvent en effet que, par peur ou par honte, nous pointions le doigt pour accuser les autres.

Il coûte d’admettre que l’on est coupable, mais cela nous fait du bien de le confesser avec sincérité. Confesser ses péchés.

Je me souviens d’une anecdote que racontait un vieux missionnaire, d’une femme qui est allée se confesser et qui a commencé à dire les fautes de son mari ; puis elle a raconté les fautes de sa belle-mère et puis les péchés des voisins.

A un certain moment, le confesseur lui a dit :

“Mais, madame, dites-moi, vous avez fini ? – Très bien : vous avez fini avec les péchés des autres.

Maintenant commencez à dire les vôtres”.

Dire ses propres péchés !

Après la confession du péché, nous supplions la Bienheureuse Vierge Marie, les Anges et les Saints de prier le Seigneur pour nous.

En cela aussi la communion des Saints est précieuse : l’intercession de ces « amis et modèles de vie » (Préface du 1er novembre) nous soutient sur le chemin vers la pleine communion avec Dieu, quand le péché sera définitivement anéanti.

Outre le “Je confesse”, on peut faire l’acte pénitentiel avec d’autres formules, par exemple :

« Prends pitié de nous, Seigneur / Contre toi nous avons péché. /

Montre-nous, Seigneur, ta miséricorde. / Et donne-nous ton salut » (cf. Ps 123,3; 85,8; Jr 14,20).

Le dimanche spécialement, on peut accomplir la bénédiction et l’aspersion de l’eau en mémoire du Baptême (cf. OGMR, 51), qui efface tous les péchés.

Il est aussi possible, comme partie de l’acte pénitentiel, de chanter le Kyrie eleison: avec cette ancienne expression grecque, nous acclamons le Seigneur – Kyrios – et nous implorons sa miséricorde (ibid., 52).

La Sainte Ecriture nous offre des exemples lumineux de figures “pénitentes” qui, en rentrant en elles après avoir commis le péché, trouvent le courage de faire tomber le masque et de s’ouvrir à la grâce qui renouvelle le cœur.

Pensons au roi David et aux paroles qui lui ont été attribuées dans le Psaume:

« Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. » (50,3).

Pensons au fils prodigue qui retourne au père ; ou à l’invocation du publicain :

« Mon Dieu, montre-toi favorable au pécheur que je suis ! » (Lc 18,13).

Pensons aussi à saint Pierre, à Zachée, à la femme samaritaine.

Se mesurer avec la fragilité de l’argile dont nous sommes formés est une expérience qui nous fortifie : tandis que nous faisons face à notre faiblesse, elle nous ouvre le cœur à invoquer la miséricorde divine qui transforme et convertit.

Et c’est ce que nous faisons dans l’acte pénitentiel au début de la messe.

Croix

Source
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Jeu 4 Jan 2018 - 11:07

En ce début d'année, le pape encourage fortement la dévotion mariale






vierge marie saint pierre


Au premier jour de l’année, le 1er janvier 2018, le pape François a célébré la messe de Sainte Marie Mère de Dieu à la basilique Saint-Pierre au Vatican.

Le Souverain pontife a fortement encouragé la dévotion mariale, “exigence de la vie chrétienne“, faite de silence devant le mystère de la vie.

Pour bien commencer l’année, il faut “repartir du centre“, a conseillé le pape :

“laisser les fardeaux du passé et recommencer à partir de ce qui compte“.

Et le point de départ, a-t-il insisté, c’est la Mère de Dieu, qui est exactement “comme Dieu nous veut“ :

tendre, humble, pauvre, libre du péché et unie à Jésus.

Le paradoxe est donc pour le successeur de Pierre que pour avancer, il faut “revenir en arrière“, et recommencer depuis la crèche.

Ainsi, la dévotion à Marie n’est pas pour lui une “bonne manière spirituelle“, mais “une exigence de la vie chrétienne“.

Le pape François a concrètement recommandé à tous le silence de la Vierge Marie devant la crèche, pour savourer le sens authentique“ de la vie et laisser Jésus “parler à notre cœur“.

“Nous avons besoin du silence“, a-t-il souligné, pour maintenir un dialogue avec Dieu, quelles que soient les angoisses et les espérances de la vie.

“Ménager chaque jour un moment de silence avec Dieu, c’est garder notre âme“, a-t-il ainsi suggéré, face aux banalités corrosives de la consommation, aux étourdissements de la publicité, au bavardage et au bruit.

Accueillir toute vie humaine

L’humanité est chère et sacrée au Seigneur, a encore ajouté le pontife.

Toute vie doit ainsi être “accueillie, aimée et aidée“, depuis celle qui est dans le sein de la mère jusqu’à celle qui est âgée, souffrante et malade, à celle qui est gênante et même répugnante.

Car “servir la vie humaine c’est servir Dieu“.

Dans la vénération de la Vierge Marie comme Mère de Dieu, instituée au concile d’Ephèse en 431, est de fait contenue une “splendide vérité“ sur Dieu et sur nous, a-t-il affirmé.

Dans sa Mère, le Dieu infini s’est fait petit, s’est fait matière, “pour être non seulement avec nous, mais aussi comme nous“.

Et dès lors, l’homme n’est plus seul, mais “fils“, pour toujours.

Le pape a conclu son homélie en se tournant vers la statue de Marie placée à côté de l’autel sous le baldaquin du Bernin, et demandant aux fidèles de répéter par trois fois, “comme les chrétiens d’Ephèse“  ‘Sainte Marie Mère de Dieu !’.


Croix

Source
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Ven 5 Jan 2018 - 10:22

Journée du migrant 2018

Le pape célébrera une messe à Saint-Pierre

Célébration dominicale le 14 janvier


Pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié qui sera célébrée le 14 janvier 2018 – IIe dimanche du temps ordinaire – le pape François célébrera une messe à 10h en la basilique Saint-Pierre, a indiqué le Bureau de presse du Saint-Siège dix jours plus tôt.

Le message du pape en vue de cette journée, publié en août dernier, a pour thème cette année :

« Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés ».

Le pape y exhorte à exprimer de la sollicitude « concrètement à chaque étape de l’expérience migratoire : depuis le départ jusqu’au voyage, depuis l’arrivée jusqu’au retour ».

Emaillant son message de suggestions concrètes, l’évêque de Rome plaide notamment pour « de plus grandes possibilités d’entrée sûre et légale dans les pays de destination » et pour « un premier accueil approprié et digne ».

Il défend aussi

« la sécurité personnelle et l’accès aux services élémentaires » des migrants, des demandeurs d’asile et des réfugiés.

Le principe de la centralité de la personne humaine, écrit-il, « nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale ».

Le pape François invite à promouvoir « la défense des droits et de la dignité des migrants », qui commence « dans le pays d’origine » et à « œuvrer afin que tous les migrants et les réfugiés ainsi que les communautés qui les accueillent soient mis en condition de se réaliser en tant que personnes dans toutes les dimensions qui composent l’humanité », entre autres par « l’insertion socio-professionnelle ».

Evoquant l’intégration, le pape souhaite « un processus de longue haleine qui vise à former des sociétés et des cultures, en les rendant toujours davantage un reflet des dons multiformes de Dieu aux hommes ».

Il s’agit, explique-t-il, de « favoriser, dans tous les cas, la culture de la rencontre, en multipliant les opportunités d’échange interculturel, en documentant et en diffusant les ‘‘bonnes pratiques’’ d’intégration et en développant des programmes visant à préparer les communautés locales aux processus d’intégration ».


Croix

Source
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Ven 5 Jan 2018 - 15:21

Intention de Prière du Pape François pour Janvier 2018


Merci Saint-Père

Chapelet

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: ✟Toute l'Actualité de notre Saint-Père le Pape François✟

Message par Marie du 65 le Sam 6 Jan 2018 - 11:23

Vendredi de la miséricorde

Le pape auprès d’enfants malades

Visite à l’Hôpital Bambino Gesu de Palidoro









Le pape François a rendu une visite impromptue à l’Hôpital pédiatrique Bambino Gesu de Palidoro, sur la côte, au nord ouest de Rome, ce 5 janvier 2018, aux environs de 15h, a indiqué le Bureau de presse du Saint-Siège une heure plus tard.

Une nouvelle sortie qui perpétue la tradition des « Vendredis de la miséricorde ».


Le pape s’est ainsi rendu auprès d’enfants malades, pris en charge par l’hôpital propriété du saint-Siège, au siège situé à une trentaine de kilomètres de la capitale.

Il a visité divers départements, a salué les enfants dans les chambres et a échangé quelques « paroles de réconfort avec les parents qui accompagnent leurs enfants dans ces épreuves pénibles et douloureuses », peut-on lire dans le communiqué.

Dans un entretien à la chaîne de la Conférence épiscopale italienne TV2000, la présidente du Bambino Gesù, Mariella Enoc, a salué « une visite de la tendresse et de la douceur.

Le pape s’est ému plusieurs fois, il a fait quelques blagues aux enfants et a encouragé les mamans.

Parfois son regard croisait le mien et il disait

“Que de douleur…” ».

Le pape François, a-t-elle confié, avait demandé de ne pas faire de publicité sur son arrivée.

Il « souhaitait rencontrer les enfants, les familles, les médecins, les soignants ».

Le siège de Palidoro est né en 1978 par volonté du pape Paul VI, au sein d’une structure dédiée aux enfants atteints de poliomyélite, qui s’est agrandie peu à peu avec un département d’orthopédie, de traitement du diabète, de chirurgie, d’ORL, d’ophtalmologie, de neurologie.

Aujourd’hui, la structure comprend entre autres un service d’urgence, 122 lits pour hospitalisation, dont 8 pour la réanimation et 30 de neuroréanimation, ainsi qu’une vingtaine de lits de chirurgie.

Elle abrite aussi un service spécialisé dans l’arithmologie – diagnostic et thérapie des arythmies cardiaques – des enfants.

Tout au long du Jubilé de la miséricorde, le pape est sorti un vendredi après-midi par mois, pour accomplir des gestes de proximité et de soutien aux plus défavorisés de Rome et de sa région:

C’étaient les “Vendredis de la Miséricorde”.



Cette visite du pape a eu lieu à la veille du 6 janvier, solennité de l’Epiphanie et date de la célébration de la Journée de l’Enfance missionnaire ou de la Journée missionnaire des Jeunes.


Croix

Source
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 24925
Age : 63
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Page 33 sur 34 Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum