Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

L'oraison  - Page 2 Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

L'oraison

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Zamie le Mer 12 Oct 2016 - 21:25


9 LES CONDITIONS QUI FAVORISENT L'ORAISON


S'organiser
"On ne fait pas oraison quand on a le temps. On prend le temps d'être avec le Seigneur, avec la ferme détermination de ne pas le Lui reprendre en cours de route, quelles que soient les épreuves et les sécheresses de la rencontre" (Catéchisme de l'Église Catholique 2010).

C'est d'abord une affaire de stratégie. Sans une bonne organisation, pas d'oraison. Si je commence à manquer mes occupations habituelles et qu'ensuite j'essaie d'y ajouter le temps de l'oraison, je n'y réussirai jamais. Si au contraire, je commence à inscrire en priorité l'oraison, tout le reste trouvera peu à peu sa place.

Je peux me poser les questions suivantes :

* Quel est le meilleur moment de la journée :

- le matin, avant la lancée des activités ?

- au milieu de la journée, pour inviter à une rupture ?

- dans la paix du soir, au coucher ?

Dans le choix du moment, un élément du discernement est important : quand le logement sera silencieux. Inutile de vouloir prier à 18 h quand les enfants sont le plus énervés ou au moment où le voisin fait son concert quotidien sous la douche…

* Ensuite, la durée : combien de temps ?

Elle est évolutive : 10mn, 20mn, puis ½ heure par jour.

Mais il est important de prévoir la durée et de s'y tenir dans la régularité.

Ensuite, je peux me demander quelle importance je donne aux conversations, à la TV… C'est tout le déroulement de mes journées qui est à examiner en fonction de mes priorités.

Lire la Bible
La lecture de la Parole de Dieu est la nourriture de notre foi. Elle fait partie de la préparation à l'oraison. Dans cette Parole, Dieu me parle et m'éclaire. Il me dit ce qu'Il attend de moi aujourd'hui. Sans cette nourriture mon esprit se vide.

Concrètement, il y a plusieurs manières de le faire. La plus simple consiste à lire chaque jour les textes de la liturgie dans PRIONS EN EGLISE ou MAGNIFICAT. On lit le passage, on peut souligner ce qui frappe. On réfléchit. Cela s'appelle Méditer.

Mais la lecture attentive n'est qu'une préparation. Elle ne remplace pas l'oraison. L'oraison n'est pas un exercice de réflexion. Ne pas se contenter d'une lecture, même approfondie. L'oraison est une parole d'homme en réponse à la Parole de Dieu. C'est un dialogue. Il faut savoir fermer le livre et s'adresser directement à Jésus, puis ensuite L'écouter.

Se recueillir - faire silence
Avant toute prière, se demander : "Qu'est-ce que je vais faire ?" (Ste Thérèse d'Avila). Les célébrations liturgiques ne peuvent produire de fruits qu'à condition que les acteurs, prêtres et laïcs les aient préparées par un temps de recueillement.

"Entre dans ta chambre et prie ton Père qui est là dans le secret" (Mat. 5, 6). "Dieu est l'ami du silence. Nous ne pouvons pas nous mettre directement en prière sans nous obliger au silence extérieur et intérieur. Le fruit du silence c'est la prière" (Mère Térésa).

Je peux regarder une image, une croix. Ensuite, je ferme les yeux. Je fais lentement le signe de la croix. J'implore l'Esprit Saint, puisqu'Il est en moi.
Je ferme la porte de mon cœur. Je rassemble toutes mes idées éparpillées pour les occuper à chercher Dieu. Je refais cet exercice autant de fois que c'est nécessaire. Je fais confiance au Seigneur ; "Heureux ceux qui croient sans avoir vu".

Je sais que Dieu est là. Il me regarde "Représentez-vous le Seigneur auprès de vous… Vous L'avez toujours à vos côtés" (Ste Thérèse d'Avila).

Me voici comme si j'étais aveugle. Je dois me laisser faire. Ce n'est pas le vide puisque je suis avec Jésus, avec le Père et l'Esprit, avec Marie. Jésus me dit comme à ses apôtres : "Venez à l'écart". Si je fais silence, je peux écouter Dieu. Et ensuite je pourrai écouter vraiment les autres. Ne pas oublier aussi que les petits enfants ont besoin de silence surtout dans la vie actuelle.

Une sœur disait à Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus : "Que dites-vous à Jésus ?" "Je ne Lui dis rien, je L'aime".

Avoir faim et soif
Posons-nous quelques QUESTIONS.

Est-ce que je suis heureux de venir à l'oraison ?
Est-ce que je considère ce temps comme un bonheur, une chance ?
Après une journée chargée, quand je prends un temps d'oraison, est-ce que le contact est tout de suite établi ?
Si c'est oui, c'est que ma volonté est restée avec Dieu. Dieu est ma priorité.

ou bien

Est-ce que je vais à l'oraison par devoir ?
Est-ce que je trouve le temps long ? (Attention, ce n'est pas scandaleux : Ste Thérèse d'Avila, avant sa conversion, trouvait que le sablier n'avançait pas)
Est-ce que j'ai vraiment beaucoup de distractions ?

Si c'est oui, cela veut dire que je n'aime pas Dieu suffisamment. Je suis trop attaché à moi-même, à mes occupations. Il y a quelque chose à changer. "Comme le cerf altéré cherche l'eau vive, ainsi mon âme te cherche, Toi mon Dieu" (Ps 41).

La base de l'oraison c'est la soif de Dieu, une douce tension vers Dieu. La louange naît dans le silence d'amour. Je pense : "Dieu m'aime" et je laisse résonner en moi cette parole. Et Dieu me répond en me donnant sa grâce. Si je ne sens rien, ce n'est pas grave.

Rester là, brûler gratuitement du temps est le signe de notre amour. Contrairement à ce que beaucoup pensent, les pauvres ont faim de Dieu plus que de pain. Et nous, qui avons tout, avons-nous faim de Dieu ?

"Je sens en moi une eau qui murmure : "Viens vers le Père"" (St Ignace d'Antioche). "Ton désir, c'est ta prière. Quand nous disons Dieu, que disons-nous ? Ce mot désigne tout ce que nous attendons. Tout ce que nous pouvons dire est au-dessous de la réalité". "O Seigneur, Tu es cette source qui est toujours à découvrir. Tu es notre tout, notre vie, notre nourriture" (St Colomban). Désirer prier c'est déjà prier.

Humilité
Jésus appelle un petit enfant. C'est lui, dans sa simplicité qui nous est proposé comme modèle. L'essentiel, si l'on veut parvenir au Royaume, est de se découvrir pauvre. "L'édifice (de l'oraison) repose tout entier sur l'humilité. Plus nous approchons de Dieu et plus nous devons grandir dans cette vertu" (Ste Thérèse d'Avila).

Donc, nous considérer comme des débutants. Ne pas chercher une perfection idéale. Trouver normal que les autres nous devancent. Éviter la trop grande activité et la vivacité. Modérer les activités extérieures et tenir son âme dans une parfaite immobilité. Se situer devant Dieu comme un pauvre. "Tu sauves le peuple des humbles" (Ps 18). Qu'avons-nous à donner à Dieu ? Faire oraison c'est recevoir, avoir les mains vides. "Heureux les pauvres de cœur, le Royaume des cieux est à eux".

Disponibilité - Je veux ce que tu veux
"Laisser Dieu disposer de tout" (Kierkegaard). "Dieu aime plus en vous le moindre degré d'obéissance et de soumission que tous les services que vous pensez lui rendre" (Ste Thérèse d'Avila). L'obéissance est préférable aux plus belles prières.

Vivre dans le présent. A quoi bon penser à ce qui m'arrivera ? Si Dieu nourrit les oiseaux du ciel, à plus forte raison il veillera sur moi. "Ce qui te préoccupe, Dieu s'en occupe" (Frère Roger). Dieu nous conduit toujours, même quand Il nous surprend. Pourquoi s'agiter ? "Dieu comble son bien-aimé quand il dort".

Essayer d'être serein dans les contretemps. "Une âme forte… est toujours calme, douce, imperturbable au milieu des peurs et des contrariétés. (Libermann). Accepter de vivre dans le provisoire, l'incertitude, sans avoir toutes les solutions. "J'ai fait un pacte avec le Seigneur - dit cette femme d'action - lui demandant de me faire connaître sa volonté uniquement au moment de l'exécuter… heure par heure. Je n'ai pas de programme spécifique" (Feu et Lumière sept. 2002).

Prier c'est dire oui à Dieu. Vouloir faire oraison c'est faire oraison.

Conversion
Nous avons l'intention de servir Dieu. Nous essayons de pratiquer sincèrement l'oraison. Mais les bons sentiments et les belles pensées - si nous en avons - ne suffisent pas. Nous avons encore beaucoup de défauts que nos proches nous signalent gentiment. Nous sommes encombrés par nos petits conforts, nos manies. Nous gardons des rancunes secrètes. Le mal se cache dans les replis secrets de notre âme. Le moi égoïste résiste.

"Tout sarment qui porte du fruit, mon Père l'émonde pour qu'il en donne davantage" (Jean 15). Jésus est prêt à nous aider, mais il ne fera pas le travail sans nous. Il attend des gestes concrets, des efforts de notre part. par exemple, aimer "en Dieu et avec Dieu la personne que je n'apprécie pas… J'apprends à regarder cette personne selon la perspective de Jésus-Christ. Son ami est mon ami" (Dieu est amour, 18).

Si j'améliore mon regard sur l'autre, mon rapport avec Dieu sera plus facile. Cette purification demande un véritable combat. C'est une sorte de mort.

Parmi les moyens que Dieu met à notre disposition, il y a la pratique régulière du sacrement de réconciliation, avec l'examen de conscience qui le précède.

En résumé, le progrès de l'oraison suppose en amont un effort de conversion. "Le monde ne pourra se transformer que si nous commençons nous-mêmes par changer de l'intérieur" (St Jean de la Croix, Montée 2). Nous sommes appelés à entrer dans la chambre nuptiale mais pour cela il nous faut quitter nos vieux vêtements, revêtir la robe des noces. C'est notre vocation. "Vous qui êtes des enfants sans tache au milieu d'une génération égarée et pervertie où vous brillez comme des foyers de lumière" (Ph. 2, 15).
Zamie
Zamie
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3201
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Zamie le Mer 12 Oct 2016 - 21:26

Double
Zamie
Zamie
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3201
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Zamie le Mar 18 Oct 2016 - 22:16

10 - LA PRATIQUE DU JEÛNE

Le Père Caffarel avait coutume de proposer une soirée de jeûne au cours des semaines de prière de Troussures. Il insistait sur le lien traditionnel entre jeûne et prière, assurant qu'un jeûne court (passer un repas) ne pouvait faire aucun mal (à condition de boire normalement). Le temps du repas serait avantageusement consacré à la prière. Le Père Caffarel employait la phrase : "immoler ses viscères". Enfin, il était plus facile de jeûner quand on est relié à une communauté qui jeûne.

Le jeûne nous désencombre et laisse la place à Dieu, après avoir chassé les démons : gourmandise, orgueil, sensualité, etc…

Jésus semble considérer le jeûne comme normal : "Quand tu jeûnes…" Il recommande seulement la discrétion : on jeûne pour Dieu seul, pas pour se faire remarquer. Dans certains cas, le jeûne, joint à la prière, est indispensable pour chasser les esprits mauvais (Mat. 17, 21).

Lui-même en donne l'exemple. "Jésus fut conduit par l'Esprit au désert, pour être tenté par le diable. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il finit par avoir faim" (Mat. 4, 1-2).

J'avais toujours pensé que ces quarante jours faisaient partie des exagérations coutumières à l'imagination orientale. Jusqu'au jour où j'ai rencontré, au cours d'une session, un homme dont la conduite m'a intrigué. Il ne participait jamais aux repas. Je me suis risqué à lui demander ce qu'il en était. Il m'a expliqué qu'il jeûnait depuis trente jours et qu'il lui restait encore dix jours avant de terminer… Puis il me donna ses motivations : en gros, il voulait tenir compagnie à Jésus au désert et se consacrer à la prière. N'ayant pas eu beaucoup de temps pour prier pendant sa vie active, il voulait rattraper le temps perdu !

Nos ancêtres jeûnaient. Les chrétiens orientaux jeûnent fréquemment. Dans le rite latin, l'Église ne demande que deux jours de jeûne effectif par an, le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint, pour nous associer à la mort de Jésus sur la croix, afin de ressusciter avec LUI le jour de Pâques.

"Tu veux, par notre jeûne et nos privations, réprimer nos penchants mauvais, élever nos esprits, nous donner la force et enfin la récompense, par Christ Notre Seigneur" (Préface du Carême).

Se priver n'est pas un but, mais un moyen. C'est l'occasion d'un geste joyeux qui procède de l'amour, une offrande à Dieu et un partage avec les pauvres. Saint Thomas parle du jeûne d'allégresse (Zacharie 8, 19).

Le jeûne peut être pratiqué dans le cadre de la famille, à condition que tout le monde soit bien d'accord. Cela suppose beaucoup de dialogue.

Si j'essayais de passer (au moins) un repas, par exemple chaque vendredi ?

Renoncer
Le vrai combat de l'oraison ne consiste pas seulement à trouver le temps nécessaire, ni à supporter les distractions ou la sécheresse, le vide… Le fond du problème est ailleurs : c'est le choix de Dieu. Je sais que Dieu est le seul Bien. Il me donne tout. L'oraison quotidienne est l'heure de vérité.

Mais cela suppose une mort à tout ce qui m'attire, mourir à tout ce qui fait mon univers familier. Mourir afin de vivre. Perdre de petits avantages pour en trouver de plus grands. Choisir la grandeur dans la fidélité au quotidien.

Aimer dans les petites et les grandes choses. "Qui perd sa vie à cause de moi la sauvera" (Luc 9, 24). Nous voulons bien vivre, mais nous acceptons mal de mourir.

L'oraison m'oblige à me décentrer de moi-même pour me recentrer sur Dieu, me laisser saisir par l'Esprit de Dieu.

Et donc il va y avoir un combat, une tension entre mon moi égoïste, l'âme et le corps attirés par la terre et l'esprit, entre Dieu et le mal. Satan va faire de la résistance. Le moi égoïste refuse de lâcher prise.

Nous sommes écartelés
Au lieu de choisir Dieu, nous préférons notre petit univers. L'athée qui sommeille en nous rechigne à s'élancer vers Dieu. C'est bien trop haut. Nous regrettons les "oignons d'Égypte" (Nombres 11, 5). Nous refusons de mourir à notre monde familier. Nous nous attachons à la vie présente, à la terre. Notre destinée éternelle nous effraie. Nous refusons de grandir, et nous avons du mal à l'avouer.

En même temps nous sentons des élans vers le haut, des désirs illimités, nous croyons qu'un bonheur très grand nous attend. D'autre part, on sait que la mort nous guette ; il faudra partir. Avons-nous vraiment fait le choix de Dieu ?

Grandir, c'est perdre ses repères, comme l'adolescent. Dans la nuit de l'esprit, on ne sait plus où l'on est. Seule reste la petite lumière de la foi. Nous ressemblons au marin qui hésite à quitter le port des sécurités pour se lancer vers l'océan, vers l'inconnu.

Lâcher prise, faire confiance à Dieu seul, lui remettre notre destinée, cela fait peur à beaucoup. Faire oraison c'est un peu plonger dans le vide. L'oraison à la fois m'attire et me dépasse. Nous sommes divisés.

Mourir afin de vivre
Faire oraison c'est choisir la vie pour laquelle nous sommes faits, laisser de petits avantages, accepter de perdre sa vie mais pour la retrouver : "Celui qui perd sa vie à cause de moi la sauvera" (Luc 9, 23). Apprendre à mourir à certaines choses pour en recevoir d'autres bien meilleures.

Je veux écouter l'Esprit qui nous presse de le suivre vers les sommets, vers notre vocation d'enfants de Dieu. Croire c'est affirmer que la vie terrestre est limitée, provisoire. L'essentiel est ailleurs. Nous sommes destinés à être Dieu, rien de moins. L'oraison est un arrachement, une montée quotidienne, laborieuse, vers Dieu. Sommes-nous prêts à tout lâcher ? Seigneur, j'ai peur mais je veux dire oui à ce que Tu as prévu pour moi, à la grandeur, à ma vraie destinée.

Faire confiance à Dieu. Croire qu'il s'occupe de nous (la Providence). Croire au "dessein bienveillant de Dieu" (Jean-Michel Garrigue) à travers ses Alliances : Dieu et Israël, Dieu et l'Église. Dieu nous veut du bien. "Avez-vous manqué de quelque chose ? - Non, de rien" (Luc 22, 35). Dieu m'a aidé jusqu'ici. Je crois qu'il s'occupera encore de moi. Je fais confiance pour l'avenir. Ce qu'il me prépare doit être bon aussi. Je dis oui au futur.
Zamie
Zamie
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3201
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par azais le Mar 18 Oct 2016 - 23:27

@Zamie a écrit:
comique
3. Dieu est en nous 
La présence de Dieu est active. La Trinité me transforme en elle. Je deviens toujours plus participant de la nature divine.

"Dieu seul suffit" (Ste Thérèse d'Avila). L'oraison est un temps passé avec ce Dieu qui nous habite. Rester là, même si je ne sens rien. Etre "comme une toile blanche devant un peintre". Tant qu'on n'a pas cherché à rencontrer Dieu, on n'a pas fait oraison. Inversement, si on a commencé ce temps de prière par un "vigoureux acte de foi" (Sainte Thérèse), l'oraison est bonne, quelles que soient les distractions : Dieu voit notre intention.

Le Frère Laurent de la Résurrection disait que c'est grandement se tromper de croire que le temps de l'oraison doit être différent de l'autre : nous sommes aussi étroitement obligés d'être unis à Dieu par l'action, dans le temps de l'action, que par l'oraison dans son temps.
 Et Il donne  trois moyens principaux pour rester en présence de Dieu :
----->jeter fréquemment un regard intérieur de foi sur Dieu présent au centre de notre âme, en l'accompagnant de courtes oraisons jaculatoires
----->nous adresser à tous moments à lui pour lui demander son secours et sa lumière
-----> éviter de se disperser pendant la journée et rejeter les choses qui ne sont pas nécessaires à notre occupation présente.

"L'exercice de la Présence de Dieu a pour but de nous aider à éviter l'oubli de Dieu par des retours à Dieu. Ils consistent à rétablir en notre âme les dispositions qu'ele avait en sortant de l'oraison… Ce sont donc des actes qui nous permettent de garder nos facultés toujours plus orientées vers Dieu… Ils sont comme le… prolongement naturel de l'oraison qui devient, grâce à eux, non plus un acte passager sans influence, mais un état de prière. Ils en sont aussi la meileure préparation (Dom Godefroy Belorgey). "Celui qui ne se fait pas une habitude de l'exercice de la présence de Dieu ne fera jamais oraison… Il faut donc s'exercer souvent, en dehors de l'oraison, à la présence de Dieu, afin d'en acquérir l'habitude" (P. Chaminade).
 petite piqure de rappel ... 

Merci!
azais
azais
Dans la prière

Masculin Messages : 5611
Age : 69
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par azais le Mer 19 Oct 2016 - 2:35

en video .... 

http://www.ktotv.com/video/00099654/l-oraison-de-therese-d-avila





L'oraison  - Page 2 Safe_image.php?d=AQA40mhnTkavoucW&w=487&h=255&url=http%3A%2F%2Fwww.ktotv.com%2Fuploads%2Fmedia%2Fmogador%2F0001%2F28%2Fthumb_27858_mogador_large


L'Oraison de Thérèse d'Ávila
Alors que les méthodes de méditations orientales connaissent un succès grandissant, on en oublierait presque qu'il existe des formes de prières contemplatives dans le monde chrétien, telles que l'oraison silencieuse. 
KTOTV.COM
azais
azais
Dans la prière

Masculin Messages : 5611
Age : 69
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Saint Jean-Paul II et la prière du Rosaire

Message par Isabelle-Marie le Sam 22 Oct 2016 - 23:42

Puisque nous sommes la Saint Jean-Paul II, voici quelques extraits d'homélies sur le rosaire, sa prière préférée :


http://www.spiritualite-chretienne.com/marie/priere_3.html
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 5537
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par M1234 le Sam 22 Oct 2016 - 23:56

Merci Isabelle-Marie, de plus, ce site est magnifique il m'arrive de copier des Prières pour les porter sur le Chapelet du soir!!!
M1234
M1234
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX
CONSEILLERE DU PEUPLE DE LA PAIX

Féminin Messages : 26501
Age : 65
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Isabelle-Marie le Dim 23 Oct 2016 - 0:06

Marie du 65 a écrit:Merci Isabelle-Marie, de plus, ce site est magnifique il m'arrive de copier des Prières pour les porter sur le Chapelet du soir!!!

Merci du renseignement, Marie ; oui, ce site vaut la peine d'être revisité.
Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 5537
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Zamie le Mar 8 Nov 2016 - 21:22







11 FRUITS DE L'ORAISON

Dieu, notre bonheur

L'oraison peut comporter des demandes, mais son but principal est désintéressé. On ne prie pas d'abord pour soi ni pour obtenir des avantages personnels. On prie pour donner du bonheur à Dieu. On cherche d'abord Dieu pour  Lui-même et non pas pour ses dons.

Dieu est Amour, Beauté, Vérité. Qu'est-ce que le bonheur sur la terre ? Un bon ami, une famille heureuse, une réussite : DIEU EST BIEN PLUS QUE TOUT CELA. Dieu est notre grande récompense, notre seul bonheur. IL pense toujours à moi. Que me faut-il de plus ? Sa présence nous comble. Qui a Dieu a tout. "Dieu seul suffit" dit Ste Thérèse d'Avila.

Une aide dans la vie quotidienne

Cependant l'oraison comporte aussi des fruits nombreux, à notre niveau. Ce sont des retombées que nous n'avons pas cherchées, mais qui sont réelles. Voici des exemples.

On reçoit de temps en temps des lumières intérieures nouvelles. Souvent aussi ce sont des faveurs que nous ressentons avec certitude comme venant de DIEU. Ce sont des coïncidences, des rencontres, des événements survenus juste au bon moment. On se sent suivi par Quelqu'un qui s'occupe de nous.

Cette présence attentive de Dieu s'appelle la Providence. Dieu se manifeste souvent après de longs moments de brouillard. "Je suis là, rassure-toi". Il arrive qu'après une grande inquiétude tout s'arrange d'une manière inattendue. Cela me donne confiance. Même quand je ne vois pas clair, je sais que j'y arriverai.

Une vie plus sereine. Une distance face aux événements difficiles ou imprévus. Je réagis un peu comme si cela ne me concernait pas. J'essaie de dédramatiser. Je garde ma tranquillité, et même une joie paisible.
Du courage face à la douleur, aux grandes épreuves.
Une liberté intérieure. Maîtriser ses pulsions, ses instincts rebelles. Vouloir comme Dieu veut. La volonté se dirige plus spontanément et naturellement vers le bien, vers Dieu.
Plus de profondeur. Sans être indifférent, on garde un certain recul par rapport aux conversations banales ou au flot de nouvelles des médias.
Une vie de charité. Ouverture aux autres. Une écoute vraie de ceux qui sont dans le besoin.
Ces différents bienfaits sont des cadeaux que Dieu accorde à ceux qui sont fidèles dans la prière. Il est bon d'en prendre conscience. Cela nous encourage à continuer nos efforts dans la pratique de l'oraison quotidienne.[/font]
Zamie
Zamie
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3201
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Zamie le Ven 18 Nov 2016 - 21:44

12 – ORAISON ET SOMMEIL


Le sommeil, ma plus belle création
"Le sommeil est peut-être ma plus belle création. On me dit qu'il y a des hommes qui travaillent bien et qui dorment mal. Qui ne dorment pas. Quel manque de confiance en moi ! C'est presque plus grave que s'ils travaillent mal mais dormaient. Je les plains, je leur en veux. Un peu. Ils ne me font pas confiance. Comme l'enfant se couche innocemment dans les bras de sa mère, ainsi ils ne se couchent point Innocents dans les bras de la Providence. Ils gouvernent très bien leurs affaires pendant le jour. Ils ne se résignent point à en confier le gouvernement à ma sagesse, L'espace d'une nuit à m' en confier le gouvernement. J'en administre bien d'autres, pauvres gens, je gouverne la création, c'est peut-être plus difficile. Vous pourriez peut-être me les remettre l'espace d'une nuit. L'espace que vous dormiez Enfin. Et le lendemain matin vous ne les retrouveriez peut-être pas trop abîmées." Charles Péguy

Je dors, mais mon cœur veille.

Ce court dialogue entre deux religieux du XXème siècle fait irrésistiblement penser à ces récits que nous lisons dans l'histoire des Pères du désert. Après un moment de silence, le frère B, leva lentement la tête puis les yeux fixés sur le vieillard (un évêque de 75 ans) assis devant lui, il lui demanda de l'air le plus innocent : Père qu’est ce que cela veut dire : " Je dors mais mon cœur veille ? Serait-il possible de prier en dormant ? " Le Père F. tressaillit. Pouvait-on douter de ce qui lui semblait évident ? Spontanément, il répondit : " Bien sûr, on peut prier en dormant ! Cela m'est arrivé bien des fois. Souvent, dans mon sommeil, je récite doucement, tout doucement, des versets de psaumes ; je prie beaucoup mieux que lorsque je les récite éveillé. Quand on dort, on n'a pas de distractions. Combien de temps cela dure-t-il ? Je ne saurais le préciser. Cela fait tellement de bien ! Parfois aussi on prie sans se rendre compte, on se réveille au milieu d'un verset que l'on achève calmement. D'ailleurs, c'est normal, naturel, quand on aime ! " Brusquement, le père s'arrête, il baisse la tête, il se rend compte qu'il en a trop dit. Des larmes montent à ses paupières et il murmure doucement : " Pardon, Seigneur ! J'ai parlé trop vite, j'ai trahi notre secret. Pardon ! "

Le sommeil
Sa réalité échappe encore aux biologistes. C'est bien plus qu'un temps destiné à refaire ses forces, il est créateur. Il se passe en nous quelque chose d'important, de mystérieux. Que d'hommes spirituels en témoignent ! Il dépend de nous que le sommeil ne soit ni du temps perdu pour aimer, ni du temps perdu pour prier. Si l'on se souvient que le Christ vit en nous aussi bien la nuit que le jour, et donc qu'Il prie en nous jour et nuit, et que l'oraison du chrétien consiste essentiellement à adhérer à la prière du Christ en lui, par un acte de foi posé au début de l'oraison, on comprend bien que rien ne ressemble plus à l'oraison que le sommeil, à condition que l'on y rentre par un acte explicite de foi et d'adhésion à la prière du Christ.

Le sommeil est voulu par Dieu
Le travail, les repas, la vie en société… tout doit être vécu dans l'action de grâce, dans la prière. Le sommeil également. Il est important, sinon Dieu ne l'aurait pas inventé. Il repose le corps et l'âme. Il remet tout en ordre, il rend les forces.

Parfois il m'arrive de penser que le sommeil est du temps perdu… J'aurai passé un tiers de ma vie dans mon lit ! Alors qu'il y a tant à faire… De plus, pendant ce moment ma volonté n'a plus de prise. C'est l'envahissement des rêves ou des cauchemars, en tout cas de l'irrationnel. Pourquoi cela ? J'aurais tendance à mettre le sommeil entre parenthèses, comme quelque chose d'absurde, qui ne devrait pas exister.

Eh bien non. C'est un temps de détente pour tout ce qui, dans les profondeurs de ma personne, a été contrôlé, bloqué, refoulé pendant la journée. Dieu a voulu cet espace où nos désirs cachés, qui font cependant partie de nous, peuvent s'ébattre en toute liberté.

Le sommeil est lié au mouvement de la terre. Sage mesure du Créateur. S'il n'y avait pas la nuit, certains travailleraient sans arrêt. Pendant que d'autres, les inactifs, s'ennuieraient à mourir. La vie serait terriblement monotone, un mouvement sans fin. A chaque jour suffit sa peine. On arrête les soucis, les devoirs. On verra la suite demain.

Prier le sommeil
Mais, attention, il ne s'agit pas de s'endormir comme cela, d'une façon païenne, de se plonger dans le plaisir animal d'un simple repos, de se livrer aux forces obscures du corps et de l'âme, mais d'intégrer ce temps dans la vie de prière. Je dois évangéliser ce cadeau du sommeil. Je sais que, dans le cœur profond, l'Esprit Saint poursuit sa louange mystérieuse ;  je ne dois pas l'oublier.

Donc je tire un trait. Ma journée est finie. Je dois arrêter de penser, de réfléchir à telle question non résolue, à telle difficulté, à ce que je ferai demain. Je dois me réjouir de tous les cadeaux que Dieu m'a accordés aujourd'hui (en énumérer quelques-uns). C'est un peu le sens de la Prière d'Alliance, selon la spiritualité de St Ignace.

"Père, voici ma journée. Merci pour tous ces dons. Et maintenant je Te bénis pour le sommeil que tu m'accordes. Même quand je dors, Tu es là. Sanctifie ces heures de la nuit. Fais-leur porter les fruits que Tu attends. J'accepte les imprévus, rêves ou insomnies. Pendant la nuit, aussi bien que le jour, je veux ce que Tu veux. Pardon pour toutes mes fautes, mes négligences, mes oublis, mes retours sur moi. Purifie-moi de mes péchés. Père, je Te bénis pour le sommeil que Tu vas m'accorder. Même quand je dors, Tu es là.

Esprit Saint, veille sur moi pendant cette nuit. Continue de me combler de Tes dons. Prie à ma place, comme Tu sais le faire.

Entre Tes mains, Seigneur, je remets mon esprit. Bonsoir, Jésus"

Prier pendant les insomnies
Au creux de la nuit, je vais encore vivre la rencontre… Tout à fait réveillée, se rassemblent tous mes connus et les inconnus : ceux qui vont mourir, ceux qui sont morts et tous les autres ici-bas. Je suis envahie de ces présences à des titres divers, provoquant tourments, débats, regrets, secours, mais aussi intensément offrande et louange !

Prière de Marie Noël : La source
Mon Dieu, source sans fond de la douceur humaine,
je laisse en m'endormant couler mon coeur en vous
comme un vase tombé dans l'eau de la fontaine
et que vous remplissez de vous-même, sans nous.

Enfin, insensiblement, c'est l'abandon. L'Esprit Saint me submerge. Je sens son imprégnation. Je communie. Béatitude ! Je deviens "prière", sans mot, sans effort, jusque dans le sommeil recouvré.

Insomnies bienheureuses où la vie terrestre frôle la vie céleste, où l'angoisse se transforme en paix, où le Seigneur se révèle en prise directe. J'aime la nuit favorable au recueillement en plénitude. J'aime mes insomnies.

Une mère de famille veuve
Avec la prière de l 'Église

Handicapée, les douleurs me réveillent parfois la nuit. J'avoue que ce temps d'insomnie fut pendant des années très éprouvant. Je m'efforçais seulement de me rendormir. Et puis, peu à peu, il est devenu moment de joie et de grâces. Je venais de découvrir ma place - bien modeste mais réelle - dans la grande prière de l'Église.

Depuis, j'ai conscience de communier à tous les grands priants de la terre, surtout à ces frères et sœurs qui chantent l'Office de nuit. Je me sens en lien d'amour avec ceux qui souffrent dans les prisons, sur un lit de douleur et pour qui la nuit est si angoissante ; tous mes bienheureux qui sont dans l'éternité et qui, jour et nuit, chantent la gloire de Dieu, avec… avec…

Une religieuse
Des cadeaux inattendus.

Même quand ils sont traversés par des rêveries ou des périodes de sommeil, ces moments d'application à Dieu sont très bénéfiques. Je crois en avoir reçu des fruits nombreux. Par leur durée importante ils augmentent sensiblement le temps habituel d'oraison. Ces heures précieuses me donnent l'occasion de revenir au Seigneur de nombreuses fois et de lui redire mon amour.

Seigneur, merci pour la richesse de ces heures arrachées à la stérilité de la rêverie ou de l'ennui et transformées en heures de plénitude, de paix. Joie d'être consciemment ensemble. Savoir que tu te plais chez moi, "O toi qui es chez toi dans le fond de mon cœur…" toi que je rencontrerai bientôt, pleinement, dans la vision.

Je crois que ces instants sont très riches et qu'il s'y passe quelque chose d'important, pour moi d'abord, mais également pour l'Église et pour le monde. Tu agis sans cesse en mon cœur. Brûle, supprime tout ce mal qui a encore des racines si profondes. Forme en moi l'être nouveau.

Un prêtre
Je veille avec toi

Une fois encore le soleil est allé vers l'Ouest porter à l'autre moitié de la terre une aurore nouvelle…

Et là-bas, Seigneur Jésus, tu descends dans l'hostie et tu t'immoles comme au Calvaire. Je m'unis à toutes ces messes et, avec le pain et le vin, je m'offre au Père. Pour tous ceux qui peinent, pour ceux qui sont au seuil de la mort, pour ceux qui marchent vers toi, pour ceux qui t'oublient, pour ceux qui ne te connaissent pas, pour ceux qui ont peur, pour ceux qui ont faim. O Père, accepte mon offrande.

Et la nuit nous enveloppe dans son manteau de silence. Seigneur, dans ta grande bonté, tu permets que je veille avec toi.

Pour que l'oiseau, dès l'aube, reprenne son chant joyeux, tu lui penches la tête sous l'aile, tu lui fermes les yeux. Pour que la fleur aux pétales ramollis par l'ardeur du soleil retrouve sa fermeté et son éclat, tu donnes à volonté la rosée nocturne.

Si mes yeux souvent aveugles savaient voir ce que tu as permis qu'accomplisse la nuit, je ne cesserais de te dire Merci! Ces instants de veille avec toi me rapprochent un tout petit peu de la Source véritable, la tienne. Et ces heures réparatrices pour les corps nous conduisent vers un autre renouveau. Tu répares nos cœurs las, tu donnes l'oubli, tu apprends le pardon, afin que demain soit un pas de plus vers toi, vers ton éternité.

Une mère de famille de santé fragile
Le réveil

Après un temps de repos réparateur, je me réveille ; Dès que je suis conscient je reprends contact avec Dieu, toujours présent.

"Merci, Père Bien-Aimé. Tu m'accordes encore ce jour nouveau et Tu me donnes tout ce dont j'ai besoin. Merci pour mon corps qui fonctionne régulièrement sans que j'ai besoin de m'en occuper. Merci pour mon âme capable de penser, de vouloir, de s'attrister et de se réjouir. Merci surtout pour mon esprit à qui Tu donnes ta propre vie divine, d'une manière incompréhensible et admirable.

Merci Jésus, Toi qui partages notre condition humaine. Merci de ta patience envers nous. Aide mes frères à vivre dans la dignité et la paix. Accompagne-moi dans toutes mes actions.

Merci, Esprit Saint. Je crois que Tu m'as fait grandir en charité, même pendant mon sommeil. Aujourd'hui encore, donne-moi de collaborer activement à ton œuvre de sanctification, en moi d'abord, et ensuite chez tous mes frères".

PREPARER LE SOMMEIL Cahiers sur l'oraison 175

Une mère de quatre enfants a le souci de ne pas entrer n'importe comment dans le sommeil. Elle prie avant de s'endormir. Non seulement cette prière lui permet de s'endormir dans la paix de Dieu à qui elle remet tous ses soucis, mais son sommeil lui-même change de qualité : il devient prière.

"Chez moi, le sommeil est très long à venir. J'ai pris l'habitude de parler au Seigneur, de lui confier toutes mes pensées désordonnées et de réciter la "Prière de Jésus". Depuis quelques mois, je m'applique plus spécialement à dire une prière courte avant de m'endormir (par exemple un Notre Père et un acte de contrition) et à remettre à Dieu mon sommeil, mes soucis par un acte de foi en la prière du Christ qui vit en moi. Je m'endors plus paisiblement.

Je pense qu'ainsi mon sommeil peut être imprégné de surnaturel. J'en ai fait quelquefois l'expérience en me réveillant le matin, ou bien au cours d'une insomnie : ma première pensée est pour Dieu, pour le Christ qui prie en moi. Il m'est arrivé de me rendre compte que la prière de la veille au soir ne s'était pas interrompue.
Zamie
Zamie
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3201
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Zamie le Ven 30 Déc 2016 - 21:09

13 –EUCHARISTIE ET ORAISON


Se préparer à l'eucharistie
Avant de communier, il faut se préparer.
Communier suppose que l'on croie fermement à la Présence réelle, mais ce n'est pas facile.

Si déjà les contemporains de Jésus, y compris les plus proches, ont mis du temps à découvrir ce prophète, que pourtant ils voyaient et entendaient, à combien plus forte raison pouvons-nous être déroutés lorsqu'il se présente à nous, caché sous le voile eucharistique. Comment réaliser que le pain et le vin consacrés puissent contenir toute la personne de Jésus, homme et Dieu ?
"Nos cœurs défaillent", nous sommes mis "à rude épreuve" (L'Église vit de l'Eucharistie).

Marthe Robin ne pouvait recevoir la communion qu'une fois par semaine : elle s'y préparait pendant quatre jours et prolongeait ensuite son action de grâce pendant trois jours.
Elle disait : "La communion peut n'être qu'un geste".

P. Caffarel : "
" Communier sans se préparer, c'est jeter une graine sur une terre non labourée".
L'Eucharistie produit ses fruits en proportion de l'amour.

Le document préparatoire au dernier Synode insistait sur la nécessité d'approfondir le premier des sacrements, donc de développer notre FOI en l'Eucharistie.
Si le sens du sacré s'affaiblit, on risque de banaliser la messe.
Comme remède, le document invitait les prêtres à expliquer le sens des mots qui caractérisent les Saints Mystères :
Que signifie Eucharistie ?
Mémorial de la Croix, Saint Sacrifice, Festin des Noces de l'Agneau, Communion au Corps du Christ et communion des membres de l'Assemblée, présence Réelle, Saint Sacrement, Pain d'immortalité, Messe ?...
Cette seule énumération met en valeur la richesse inouïe du signe que Jésus a laissé dans son immense amour.

L'oraison  - Page 2 Img_5630

Il faut nourrir notre foi par l'étude de la parole de Dieu.
Mais cela ne suffit pas.
Ce que dit Ste Thérèse à propos de tout exercice s'applique d'abord à l'Eucharistie :
"approchez-vous de Lui, mais songez et comprenez à QUI vous allez parler" (Chemin de la perfection 24).

Nous ne sommes pas à un repas ordinaire ni à une simple réunion fraternelle.
Peut-on venir à un pareil festin sans mettre le "vêtement des noces" par un temps consacré à la foi, à l'amour ?
Si l'oraison est nécessaire pour donner de la valeur à nos journées, à plus forte raison est-elle indispensable pour donner tout son sens à la "grande prière, l'action la plus sainte de l'Église".
Ce qui était vrai autrefois l'est encore plus à notre époque bousculée et sécularisée. L'oraison nous permet de quitter nos affaires quotidiennes pour nous préparer à recevoir l'Eucharistie.


L'Eucharistie devrait nous couper le souffle.
"Si l'homme connaissait bien ce mystère, il mourrait d'amour"
disait le Curé d'Ars.

Voyons ce qui se passe quand nous faisons oraison.

Au début, il y a les préludes :
acte de foi : "Tu es là, je T'adore, je T'aime".
L'appel au Saint Esprit :
"Viens adorer en moi".
"Je veux ce que Tu veux de ce moment".
Si on se met ainsi en tenue au début de l'oraison, il est évident qu'on doit bien davantage se préparer à recevoir Dieu venant Lui-même sous le signe du Sacrement eucharistique.

L'action de grâce après la communion
Après la messe, il est encore plus nécessaire d'être présent spirituellement.
Peut-on partir sans remercier l'Hôte divin ?
Restons longuement prosternés devant Jésus présent.
Dans l'adoration, puissions-nous approfondir notre contemplation personnelle et communautaire" (Jean Paul II, Reste avec nous 18).

Il est important de prolonger ce temps béni, dans la mesure du possible.
Bien sûr, on doit tenir compte des nécessités : travail ou autre.
On s'attarde soit à ce moment-là (de préférence), soit à un autre moment de la journée.

Ou encore, on prend un temps dans la semaine : c'est l'adoration, qui n'est pas autre chose que l'Eucharistie prolongée par la Présence Réelle.
Le document du Synode revient à plusieurs reprises sur l'importance de l'adoration : une oraison centrée sur la Présence de Jésus. C'est l'Oraison par excellence.

Donc, l'Eucharistie sans un temps d'oraison, avant et après.
"Jésus se plaint à une contemplative :"Après la communion, on me laisse seul". Arriver comme ça à la messe, et après se projeter dans le flot des affaires quotidiennes, c'est dévaloriser ce qu'il a de plus Saint. C'est faire de la messe un moment comme les autres.

L'oraison a son achèvement dans la messe et la messe se prolonge par un temps d'adoration, donc d'oraison.
"Demeurez en moi, comme je demeure en vous".
Messe et oraison sont liées.
Zamie
Zamie
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3201
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par légaré le Sam 31 Déc 2016 - 1:45

C'est vrai Messe et oraison sont liées, mais il n'y a pas que avant et après, il y a pendant l'Eucharistie, recevoir une personne c'est l’accueillir, le traiter comme un invité, donc le mettre à l'honneur, ce qui pourrait se traduire par une sorte d' incarnation de cette personne en nous.

Jésus dit que son corps est vraiment une nourriture et son sang un breuvage (Jean 6V22), Il nous nourri donc notre corps spirituel à travers ce monde matériel dans lequel nous vivons.

Nous portons donc tous du Divin en nous par cet acte, par l'Eucharistie Jésus se fait pour nous notre Frère et nous devenons frère des uns et des autres, comme les apôtres le disent, il n'y a plus de Juifs, de païens, de français, d'anglais, d'italien etc... tous frères et soeurs.

Mais Jésus veut que lorsque l'on prend son corps et son sang, on se souvienne de ce que Dieu a fait et fait pour nous, Jésus est livré (à notre place), pour nous et par son sang nous sommes lavé de nos fautes, Jésus instaure entre lui et nous une relation de cœur, d'amour, Jésus rentre par la porte du cœur, c'est intense .... car dans cet acte, on devient ce que Dieu veut qu'on soit.
légaré
légaré
Avec les chérubins

Masculin Messages : 64
Inscription : 11/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Zamie le Ven 6 Jan 2017 - 22:07

14 – PROGRESSER DANS L'ORAISON
LES DÉBUTS
Ceux qui désirent penser à Dieu d'une manière plus approfondie prennent chaque jour un moment uniquement consacré à la prière. Ce temps est généralement court, au moins au début.

Leur prière est surtout une méditation. Pour maintenir leur attention, ils lisent un texte d'Évangile, par exemple celui que la liturgie propose chaque jour. Ils essaient de réfléchir. Ils parlent à Dieu. Quelquefois ils goûtent un certain bonheur. Le plus souvent ils sont distraits ou s'ennuient. Ils se demandent s'ils doivent continuer. L'oraison est une longue patience. Ce qui compte pour ces débutants, c'est la fidélité.

S'ils ont le courage de tenir bon, peu à peu la durée de ce temps d'oraison augmente. L'oraison devient une habitude ; elle fait partie de leur vie. De son côté Dieu n'est pas ingrat. Il donne à ces priants plus de force pour accomplir leurs différentes tâches. A la longue, ceux-ci constatent différents fruits. Ils voient des progrès, même si les chutes sont encore nombreuses. Ils sentent des forces nouvelles, une paix qui surprend leur entourage, une espérance qui vient d'ailleurs.

QUELQUES SIGNES DE PROGRÈS
Quand je regarde ma façon de prier aujourd'hui et que je me rappelle ce qu'elle était autrefois, je m'aperçois qu'il y a eu des changements. Voici quelques exemples.

- On consacre plus de temps à la prière et on y tient beaucoup.

- L'oraison s'est simplifiée. On a moins besoin de partir d'un texte d'Écriture. La prière devient un entretien paisible. On est heureux d'être avec Jésus, notre meilleur et véritable ami. On revient souvent à Lui pendant la journée.

La pensée de Dieu affleure à tout moment. On pense à Dieu dès le réveil (et peut-être même au cours du sommeil ?).

Le rapport au temps change. Le temps n'est plus une durée vide, neutre, ennuyeuse. Il prend de la valeur, de l'épaisseur. Chaque heure devient précieuse. Chaque action au lieu d'être banale est considérée comme unique, en vue de l'éternité.

On cherche à faire uniquement la volonté de Dieu. On fait très attention à mettre sa vie en cohérence avec les exigences de l'Évangile.

On craint de contrister l'Esprit Saint. On essaie d'être fidèle à suivre ses inspirations et de ne rien lui refuser.
On veut aimer son prochain, à cause de Dieu, comme Dieu, même ceux qui font du mal.
On garde au fond de soi la paix et une certaine joie, même au milieu de circonstances difficiles.
On se reconnaît pécheur. On cherche moins à s'excuser. On devient humble. On accepte de passer pour rien.
On lit l'Écriture Sainte, mais cela ne suffit pas. On nourrit son âme avec des ouvrages et des revues de spiritualité.
On désire que Dieu soit partout connu et aimé. On participe, chacun selon ses moyens, à des groupes ou des services d'Église.
AYONS LE DESIR DE PROGRESSER
La sainteté est l'œuvre de l'Esprit. Tout vient de Lui. Mais, de notre côté, nous devons nous efforcer de grandir en amour. Pour cela il existe de nombreux moyens : les sacrements, les différentes prières, le service des autres. Mais un des chemins les plus efficaces pour progresser reste la pratique de l'oraison, parce que c'est l'occasion de se livrer consciemment à l'action de Dieu.

Il faut toujours garder le désir de progresser. Quel que soit notre âge, soyons persuadés que nous ne sommes que débutants. L'apprentissage de la prière intérieure n'est jamais terminé. Le chemin de l'oraison est sans fin. A côté des grands priants comme Ste Thérèse d'Avila ou St Jean de la Croix, nous sommes de tout petits enfants.

Pour grandir dans cette science il n'y a pas de méthode. C'est en faisant oraison qu'on apprend ce qu'est l'oraison… Et l'unique Maître, c'est le Saint Esprit.

Dieu m'aime tel que je suis, donc, je me présente à lui tel que je suis !

Cependant, quelle que soit notre manière de faire, notre oraison est toujours bonne et plaît à Dieu. Dieu nous aime tels que nous sommes. Il pardonne tous nos péchés et nos négligences. L'important est de PERSEVERER.

REPÈRES POUR L'ORAISON
Ce questionnaire a été mis au point par un groupe de chrétiens soucieux d'approfondir la théorie et la pratique de l'oraison. Utilisé quotidiennement pendant quelques semaines ou quelques mois, il permet d'accéder à la découverte des lois vitales de l'oraison.

En suivant ces conseils, très vite l'on progressera dans l'Oraison.

DEBUT DE L'ORAISON
1. Ai-je, à l'avance, fixé l'heure de mon oraison ? L'ai-je attendu comme un rendez-vous avec le Seigneur ?

2- Mon oraison a-t-elle commencé par :

..un geste de prière calmement fait (signe de croix, génuflexion, prosternement, mains ouvertes et offertes…)

..ou une prière vocale lentement récitée (Notre Père, hymne à l'Esprit Saint …)

3- Ai-je adopté une attitude corporelle favorisant la stabilité physique, donc le recueillement intérieur ? (Cf. la brochure Le Corps et la Prière, Ed. du Feu Nouveau)

4. Me suis-je adressé, sans retard à Dieu comme à une personne vivante qui m'aime, me regarde et m'attend ? (Sinon, je risque fort de vivre l'oraison dans le flou ou bien au niveau des idées)

5. Ai-je posé un acte de volonté précis pour orienter toute l'oraison ? (Ex. : " Seigneur, je suis là pour toi ", " Je veux ce que tu veux de cette oraison ", " Je veux que cette oraison soit pour ta gloire ")

6. Ai-je demandé l'aide de Dieu pour bien vivre cette oraison ?

7. Ai-je eu la volonté de vivre mon oraison non pas isolément, mais uni à la prière de tous mes frères chrétiens ?

CORPS DE L'ORAISON
8. Suis-je parti d'une page de l'Écriture pour nourrir mon oraison ? Ou bien d'une pensée de foi (Ex. : le Christ est là qui me regarde et m'aime (cf. Mc 10,21) ; Il m'aime tel que je suis ; la Trinité habite en moi (cf. Jn 14,23) ; l'Esprit du Christ en moi prie le Père (cf. Rm 8, 15-16)

9. Ai-je veillé à rester le corps immobile et détendu durant toute l'oraison afin de favoriser le silence intérieur ?

10. De quoi fut faite mon oraison ?

lecture priée d'une page d'Écriture
attitudes intérieures diverses (foi, amour, espérance, adoration, louange, repentance, intercession, demande …)
conversation avec le Seigneur
prière vocale
silence
actes de volonté réaffirmant l'orientation du départ (cf. q. 5)
11. Quelles difficultés ai-je rencontrées (distractions, ennui, flou, tension ….) ? Ai-je fait l'effort nécessaire pour y échapper ?

12. S'il y a eu des distractions, l'une d'elles a-t-elle dominé ? (Cette question aide à discerner en soi, un éventuel obstacle à l'amour de Dieu, surtout si c'est la même distraction ou des distractions du même ordre qui reviennent à chaque oraison

13. Avec quelle Personne de la Sainte Trinité ai-je été spécialement en relation : Père, Fils, Esprit Saint ? Ou était-ce avec Dieu en tant qu'Il est Un ?

FIN DE L'ORAISON
14. A la lumière de mon oraison, quelque chose doit être changé dans ma façon de penser ou d'agir ? (Ex. : un visage de Dieu ou du Christ trop méconnu jusqu'alors ; une orientation de vie à prendre ; une attitude ou un comportement à modifier ….)

15. Ai-je regardé la journée à venir à la lumière de mon oraison ? (pour demander à Dieu de comprendre ses volontés et lui demander sa grâce ; pour lui recommander les personnes que je dois rencontrer …)

16. Comment ai-je terminé mon oraison ?

en remerciant Dieu pour les grâces connues ou inconnues qu'il m'a accordées
en lui demandant pardon pour mes négligences
en faisant un geste de prière (signe de croix, prosternement …)
ou en récitant une prière vocale (Notre Père, Gloire au Père ….)
17. Ai-je emporté de mon oraison un verset, une pensée ou une scène d'évangile qui m'aidera à rejoindre le Seigneur au long de la journée ?

18. Après l'oraison, ai-je écarté toute complaisance ou tout dépit selon qu'elle m'a semblé réussie ou non ?
Zamie
Zamie
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3201
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par azais le Ven 6 Jan 2017 - 23:04

@Zamie a écrit:13 –EUCHARISTIE ET ORAISON
Se préparer à l'eucharistie
Avant de communier, il faut se préparer. Communier suppose que l'on croie fermement à la Présence réelle
(..)
L'Eucharistie devrait nous couper le souffle. "Si l'homme connaissait bien ce mystère, il mourrait d'amour" disait le Curé d'Ars.
(..)
Voyons ce qui se passe quand nous faisons oraison.
Au début, il y a les préludes : acte de foi : "Tu es là, je T'adore, je T'aime".
L'appel au Saint Esprit :"Viens adorer en moi". "Je veux ce que Tu veux de ce moment".
Si on se met ainsi en tenue au début de l'oraison, il est évident qu'on doit bien davantage se préparer à recevoir Dieu venant Lui-même sous le signe du Sacrement eucharistique.
L'action de grâce après la communion Après la messe, il est encore plus nécessaire d'être présent spirituellement.
(...)
L'oraison a son achèvement dans la messe et la messe se prolonge par un temps d'adoration, donc d'oraison.
"Demeurez en moi, comme je demeure en vous".
Messe et oraison sont liées.

Pour illustrer magnifiquement ce que doit être notre oraison eucharistique La vidéo suivante de 15 minutes profitera aux catholiques pratiquants
Père Nathan - vivre la communion eucharistique

https://youtu.be/W9vG6nlJYM8

le must sur la communion mystique dans le sacrement de communion eucharistique qui doit être, aussi, pour nous tous, ceux qui ont accès à la communion, un enseignement essentiel pour lui donner toute sa fécondité, grâce à l'oraison nous y parviendrons
L'oraison  - Page 2 Montmo10

azais
azais
Dans la prière

Masculin Messages : 5611
Age : 69
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Zamie le Jeu 12 Jan 2017 - 21:53

15 - DONNER DU TEMPS A DIEU
Distinguons l'oraison des débutants :

Méditer sur un texte de l'Écriture.
Puis, parler à Dieu : une parole de l'homme adressée à Dieu (orare, parler).
Puis un dialogue.
L'oraison contemplative.
Après un long cheminement, après de grands efforts pour grandir en humilité et en détachement, Dieu accorde à qui Il veut, quand Il veut, la grâce de la contemplation. La contemplation signifie l'influence directe de Dieu sur l'âme ou grâce mystique. Elle compte des degrés infinis. C'est un don totalement gratuit.

L'oraison contemplative est une démarche de Dieu vers l'homme. Aussi, durant cette oraison contemplative est-il essentiel de laisser l'initiative au Seigneur ; le Père Caffarel disait : "A l'oraison c'est Jésus qui prend le volant". La conduite de l'oraison, c'est Dieu qui l'assure, pourvu qu'on ne prenne pas sa place.

Cependant, il est bon d'encadrer ce temps de l'oraison par deux petits moments de prière : l'un au début, pour demander l'aide de l'Esprit Saint et pour donner ce temps à Dieu : "Je suis là pour Toi, Tu fais ce que Tu veux de ce temps", afin de nous mettre en état de disponibilité, d'abandon ; et l'autre, à la fin, pour remercier des bienfaits reçus pendant l'oraison et revenir à notre vie active de baptisés.

Pendant l'oraison on peut relever cinq parcours possibles (ce ne sont que des exemples). il arrive que l'on passe de l'un à l'autre au cours de la même oraison.

Distraction
Une distraction sans aucun lien avec Dieu, distraction parasite qui détruit le silence. Elle est à rejeter immédiatement. Les peines, les soucis ne sont pas des distractions : Dieu les connaît et nous devons nous en remettre à son amour. Ensuite, autant que possible, essayons de ne pas être accaparés par eux durant l'oraison. Cette oraison n'est pas sans mérite. Elle est généralement transitoire.

Méditation / réflexion
L'oraison est détournée vers la méditation. Dès qu'on s'en aperçoit, on en sortira avec douceur, après avoir mis en mémoire son éventuelle richesse. Sans se culpabiliser on revient à "Parle, Seigneur, ton serviteur écoute".

Afin de ne pas favoriser ce détournement, il est préférable de choisir des moments nettement différents pour la lecture de la parole de Dieu et pour l'oraison.

Sécheresse
C'est probablement l'oraison la plus fructueuse, car elle est la preuve objective de notre amour pour Jésus. Le manque creuse le désir. Le fait de rester courageusement donne souvent accès à des parcours plus gratifiants avant la fin des 30 minutes. Dieu ne nous prive pas longtemps de ce que nous lui sacrifions.

Emprise de Dieu - Contemplation pure
C'est la totale initiative de Dieu. Jésus nous donne parfois, quand il le veut, ce que nous désirons au fond de nous-même, sans toujours en avoir conscie
Zamie
Zamie
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3201
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par RoseDuChrist le Dim 27 Jan 2019 - 16:05

@Zamie a écrit:7.1 - LECTIO DIVINA - LECTURE SAINTE

Littéralement : " lecture divine ".
C'est une méthode qui vient d'une longue tradition monastique pour aborder la Parole de Dieu et s'en nourrir spirituellement.
Dieu me parle aujourd'hui à travers la création et les événements, mais aussi par ses prophètes et par son Fils qui est la Parole même (He 1).
En l'écoutant, je discerne peu à peu le sens du monde et de l'existence, et l'orientation de ma propre vie. C'est ce que les anciens moines recherchaient à travers la " lectio divina ", cette lecture lente et méditée de la Parole de Dieu. Pratiquée au cours des âges par des chrétiens en recherche de la volonté du Seigneur sur eux, elle est toujours actuelle.

Comment s'y préparer ?

Consacrer à cette lecture un moment régulier et de longueur suffisante. Soit chaque jour, soit chaque semaine, en lui donnant par exemple une soirée, ou deux heures, le samedi ou le dimanche.

Me mettre dans des dispositions physiques et psychologiques de détente et de réceptivité. Il peut être bon, par exemple, d'écouter d'abord un peu de musique qui apaise et intériorise, ou bien de faire quelques exercices de détente.

Aborder la Parole de Dieu avec l'appétit du cœur, au sens biblique où le cœur est le lieu de l'écoute de Dieu.

Choisir le texte que je vais lire. Je peux prendre la lecture suivie d'un livre de la Bible que je poursuivrai au fil des jours. Ou bien un texte particulier, en fonction du temps liturgique, des circonstances de ma vie, de mes besoins, ou encore en suivant un thème que je veux creuser davantage. Il est très souhaitable de situer ce texte par rapport à l'ensemble de l'histoire du salut (voir les introductions dans la Bible). Au début, il vaut sans doute mieux partir du Nouveau Testament.

Comment aborder la Parole de Dieu ?

Lire avec le cœur. " Seigneur, donne-moi un cœur qui écoute ", priait Salomon (1 R 3, 9) Que ce soit d'abord le cœur, ce " cœur nouveau " que façonne l'Esprit Saint, qui entreprenne la lecture. Que ce soit lui qui soit en appétit et non pas d'abord le mental. Il ne s'agit pas d'accumuler un savoir, mais d'entendre un appel. Le meilleur moyen est de commencer par une prière de supplication au Seigneur pour qu'il me dispose à l'entendre.

Savourer, " ruminer " la Parole de Dieu. Elle est vivante en celui qui la médite, comme un enfant dans le sein de sa mère. La goûter dans une lecture lente. Lorsqu'un verset éveille en moi un écho profond, le laisser retentir longuement. Cultiver les sentiments d'adoration, de louange, d'intercession qui surgissent de cette lecture priante. Ne reprendre la lecture qu'après avoir épuisé le " suc " du verset en question. Il est bon que cette activité du cœur et de l'intelligence fasse place à la prière silencieuse. Celle-ci mûrit la Parole de Dieu au tréfonds de mon être.
rendre vulnérable à la Parole. Me laisser juger, interpeler, modeler par elle. M'exposer au " danger " de la Parole : danger d'être bousculé dans mes petites habitudes, mes façons de penser et de vivre (He 4, 12). Elle peut me conduire où je ne pensais pas aller, comme elle a converti un François d'Assise et tant d'autres.

Comment Dieu m'a-t-il parlé ?
A la fin de ma lecture, je m'interroge : est-ce que cette écoute de la Parole m'amène à modifier quelque chose dans ma manière de penser et d'agir. Est-ce qu'elle me donne quelque lumière sur l'orientation de mon existence ou sur telle décision à prendre ? Noter cette lumière pour y revenir.

Enfin, m'efforcer de " garder " la Parole. Comme Marie qui " conservait toutes ces choses dans son cœur " (Lc 2, 51). Alors, la Parole de Dieu sera lampe qui éclaire mes pas, comme dit le Psaume. Grâce à elle, je saurai éviter les obstacles, interpréter les événements de ma vie, découvrir le chemin où Dieu me conduit.

C'est par la Parole que le Saint Esprit forme en nous ses prières, et la négligence de la Parole rend impossible la prière par le Saint Esprit. Si nous alimentions le feu de nos prières de ce combustible qu'est la Parole de Dieu, toutes nos difficultés disparaîtraient.
R-A. TORREY


Autrefois, à la Maison de Prière de Troussures (Oise), le Père Caffarel prodiguait les conseils suivants :

COMMENT LIRE UN EVANGILE :

Ignorer les saintes écritures, c'est ignorer Jésus Christ. La Parole de Dieu appelée autrefois " Lectio divina " Celui qui médite, qui la rumine, qui la mâche, devient un familier, un ami du Seigneur ! St Jean ch 3 v 29 On devient ce que l'on admire, on s'identifie à la chose que l'on regarde Eh bien c'est ce qui va advenir de celui qui rumine, qui mâche, qui médite, il va devenir petit à petit ce qu'il admire, s'il se laisse façonner par la parole de Dieu.

Comment procéder ?

D'abord choisir, préparer le texte que l'on va lire. Lire ce texte la veille au soir ; on s'endort en y pensant, on se réveille en y pensant. Il est très important de s'engager dans la lecture d'un Évangile de bout en bout. On soulignera les passages principaux, ceux qui nous interpellent, d'une couleur particulière à l'aide d'un feutre, et du coup, dans les moments difficiles, lorsqu'on reprendra ce texte, on reviendra plus facilement vers le Christ. Une prière mal préparée est une prière mal faite !

Ensuite

Situer le texte dans la vie du Christ, ou Où est-ce qu'il se situe dans la vie du Christ ? Ensuite, la lecture du passage proprement dit : Je le lis, mais très lentement, en lisant chaque mot. Lire à mi-voix la parole. Quand on a beaucoup de temps, on peut écrire la phrase, le mot qui retient mon attention. Je vais essayer d'être tout écoute et tout attention. Lire la parole, c'est prier, c'est écouter, c'est être comme une terre vierge.

La parole de Dieu est créatrice, elle me transporte au plus profond de moi-même. (Isaïe 55) " De même que la pluie et la neige... "

La parole opère une transformation. " Heureux celui qui écoute ma parole et qui la garde " D'où : Apprendre par cœur la parole. Souvent s'obliger à mémoriser la parole Tout cela afin que le Christ me fasse entrer dans sa relation avec le Père. Les gens à forte personnalité ont un axe dans leur vie. Le Christ était quelqu'un à forte personnalité et l'axe du Christ toute sa vie, ce fut son Père.

Cette façon de faire a pour but de nous aider à mieux connaître, à communier à la personne du Christ, à nous faire entrer dans sa relation au Père. Prenons le texte d'évangile que nous avons préparé ; Imaginons la scène à partir de nos cinq sens ! (Imaginé par St Ignace de Loyola) Le but est que tout mon être, tout mes sens soient orientés, focalises, vers la personne de Jésus Christ. En un mot, être spectateur attentif de la scène.

Quels sont les sentiments qui habitent le cœur du Christ ? Quels sont les sentiments qui habitaient le cœur des apôtres Quand ça se passe ? Murmure des pharisiens. Qui est là en présence ? J'essaie de voir qui est en présence, j'essaie de répertorier les différentes parties. Que disent-elles ? Ou que ne disent-elles pas ? Que font-elles ? Je vais essayer d'être attentif à tous les regards Je prends un exemple concret : Jn 21,4 La pêche miraculeuse.

-----------------------
Je fais intervenir mes cinq sens :

Je regarde, Je sens, J'écoute, Je touche, Je goûte.

Je regarde : Les personnes, les mouvements, les gestes.

J'écoute : Le Clapotis de l'eau, les paroles échangées, le silence.

Je sens : L'humidité du matin, l'odeur du poisson.

Je touche : Le filet sous mes doigts.

Je goûte : Un poisson grillé !

Où ? quand ? comment ? qui ? quoi ? Gestes, paroles, silence.

Non pas imaginer un démon folklorique et entrer dans un imaginaire sentimental ou délirant, mais au contraire, être présent à la scène de l'Évangile pour appréhender le réel. Aller de l'extérieur vers l'intérieur. Sentiments, pensées, volontés internes. Je repère l'idée centrale du texte ; qu'a voulu me dire par ce passage d'évangile, le Seigneur ? Il ne s'agit pas là d'abord d'une technique, mais plutôt de se laisser guider par l' E.S qui nous conduit mystérieusement dans cette méditation pour en tirer quelques fruits. Mieux connaître Jésus Christ et moi-même suivant ce que l'Esprit Saint me donne d'accueillir.
En gros si j'ai bien compris il faut imaginer l'évangile jusqu'à temps que on n'a l'image dans notre tête?? C'est bien ça?
RoseDuChrist
RoseDuChrist
Veut-etre un saint/e

Féminin Messages : 209
Inscription : 08/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Yeshoua le Dim 27 Jan 2019 - 20:38

intéressant,
@Zamie si vous avez un le lien de vos post je suis preneur.

Père Nathan - vivre la communion eucharistique
https://youtu.be/W9vG6nlJYM8 



A vos ordres!


Yeshoua
Yeshoua
Combat avec l'Archange Michel

Masculin Messages : 1023
Inscription : 14/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

L'oraison  - Page 2 Empty Re: L'oraison

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum