Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-35%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone à 419€ seulement
419 € 649 €
Voir le deal

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par nico le Lun 9 Jan 2006 - 16:36

Briser le code Da Vinci

Ainsi le divin Jésus et sa Parole infaillible auraient émergé d'un jeu de puissance au quatrième siècle ? Sérieusement ?

Peut-être avez-vous entendu parler du livre de Dan Brown, Le code Da Vinci. Ce thriller fictif s’est emparé du premier rang tant convoité des ventes à Amazon.com, pour demeurer pendant 32 semaines sur la liste des meilleures ventes du New York Times, et a inspiré une émission spéciale d’une durée d’une heure à ABC News. En cours de route, il a allumé des débats sur la légitimité de l'histoire chrétienne et de l’occident.

Pendant que ABC News met en évidence la fascination de Brown avec un prétendu mariage entre Jésus et Marie Madeleine, le Code Da Vinci contient beaucoup plus (également douteuses) de déclarations sur les origines historiques du christianisme et le développement théologique. La principale revendication que fait le roman de Brown sur le christianisme, est que « presque tout ce que nos pères nous ont enseigné au sujet du Christ est faux. » Pourquoi ? À cause d'un seul rassemblement des évêques en 325, dans la ville de Nicée, dans la Turquie moderne. A cet endroit, argumente Brown, les chefs de l'église qui voulaient consolider leur base de pouvoir (il appelle ceci, d’une manière anachronique, « le Vatican » ou « l'Église Catholique Romaine ») ont créé un Christ divin et une Ecriture infaillible, deux nouveautés qui n'avaient jamais auparavant existé parmi les chrétiens.

Versant de Nicée
Brown a raison pour une seule chose (et pas beaucoup plus). Au cours de l'histoire chrétienne, peu d'événements paraissent plus grand que le Concile de Nicée en 325. Lorsque l’Empereur Romain Constantin, récemment converti, a fait venir les évêques de partout dans le monde dans la Turquie d’aujourd’hui, l'église avait atteint un carrefour théologique.

Dirigée par un théologien d’Alexandrie nommé Arius, une école de pensée a argumenté que Jésus avait été sans aucun doute un dirigeant remarquable, mais qu’il n'était pas Dieu de chair. Arius a prouvé à un spécialiste de logique et à un maître dans l'extraction des preuves dans les textes bibliques qu’apparemment des différences existaient entre Jésus et Dieu, comme dans Jean 14:28 : « …le Père est plus grand que Moi. » En essence, Arius avait argumenté que Jésus de Nazareth ne pouvait probablement pas partager la divinité unique de Dieu le Père.

Dans Le code Da Vinci, Brown adopte apparemment Arius comme son représentant pour tout le christianisme pré-nicéen. Se référant au Concile de Nicée, Brown déclare que « jusqu'à ce moment dans l'histoire, Jésus a été regardé par Ses partisans comme un prophète mortel … un grand homme et un homme puissant, mais, néanmoins, un homme. »

En réalité, les premiers chrétiens adoraient d'une manière excessive Jésus-Christ comme leur Sauveur et leur Seigneur ressuscité. Avant que l'église n’adopte des croyances doctrinales complètes, les premiers dirigeants chrétiens avaient développé une série de résumés d'instructions de la croyance, nommé la « Règle » ou le « Canon » de la Foi, qui affirmaient cette vérité. Pour prendre un exemple, le canon de l’éminent évêque du deuxième siècle, Irénée avait pris ses principaux avis à partir de 1Corinthiens 8:6 : « Néanmoins, pour nous, il n’y a qu’un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur, Jésus-Christ. »

Le terme utilisé ici, Seigneur, Kyrios, mérite un peu plus d'attention. Kyrios était utilisé par les Grecs pour indiquer la divinité (bien que parfois aussi, c'est vrai, comme une simple formule de politesse). Dans les traductions grecques de l'Ancien Testament (les Septante, bien avant le Christ), ce terme est devenu le remplacement préféré pour « Jahweh, » le saint nom de Dieu. Les romains l'ont utilisé aussi pour indiquer la divinité de leur empereur, et l’écrivain juif du premier siècle, Josèphe, nous dit que les juifs ont refusé de l'utiliser pour l'empereur pour précisément cette raison : seulement Dieu était kyrios.

Les chrétiens ont pris cette utilisation de kyrios et l’ont appliqué à Jésus, à partir des tous premiers jours de l'église. Ils l’ont fait non seulement dans les Écritures elles-mêmes (que Brown argumente qu’elles auraient été altérées après Nicée), mais dans le tout premier livre extra-canonique chrétien, le Didache, que les érudits conviennent qu’il a été écrit pas plus tard que vers la fin des années 100 après Jésus-Christ. Dans ce livre, les premiers chrétiens parlant l'araméen se réfèrent à Jésus comme Seigneur.

De plus, les chrétiens pré-Nicéens reconnaissaient la divinité de Jésus en implorant Dieu le Père au nom du Christ. Les dirigeants de l’Église, y compris le martyr Justin, un luminaire du deuxième siècle et le premier grand apologiste de l'église, baptisé au nom de la Trinité, Dieu le Père, le Fils, et le Saint Esprit, reconnaissant par la même occasion l'égalité des trois personnes distinctes d’un seul Seigneur.

Le Concile de Nicée n'a pas complètement mis fin à la controverse sur les enseignements d’Arius, ni imposé une doctrine étrangère sur la divinité du Christ au rassemblement de l'église. Les évêques qui participaient ont simplement affirmé les croyances historiques et normales chrétiennes, érigeant un front commun contre les efforts futurs pour diluer le cadeau du Christ, le salut.

« Un fax venant du ciel » ?
Avec la Bible jouant le rôle principal dans le christianisme la question de validité historique des Ecritures supporte des implications fantastiques. Brown déclare que Constantin a commissionné et financé du personnel pour manipuler les textes existants et, de cette façon, diviniser le Christ humain.

Pourtant, pour plusieurs raisons, les spéculations de Brown tombent en ruine. Brown fait remarquer correctement que « la Bible n'est pas arrivée par fax du ciel. » En effet, la composition et la consolidation de la Bible peuvent apparaître un peu trop humaines pour le confort de quelques chrétiens. Mais Brown néglige le fait que le procédé humain de canonisation avait progressé pendant plusieurs siècles avant Nicée, résultant un canon des Ecritures presque complet avant Nicée, ou la légalisation du christianisme par Constantin lui-même en 313.

Ironiquement, le procédé de collecte et de consolidation des Écritures a été lancé lorsqu’une secte rivale a produit son propre canon quasi-biblique. Aux environs de 140, un dirigeant gnostique nommé Marcion, excommunié en 144, a commencé à répandre une théorie que le Nouveau et l’Ancien Testaments ne partageaient pas le même Dieu. Marcion argumentait que le Dieu de l'Ancien Testament représentait la loi et la colère pendant que le Dieu du Nouveau Testament, représenté par le Christ, mettait l’emphase sur l'amour. Comme résultat, Marcion a rejeté l'Ancien Testament et les Écritures du Nouveau Testament plus ouvertement juives, y compris Matthieu, Marc, les Actes des Apôtres, et Epître aux Hébreux. Il a manipulé d'autres livres pour minimiser leurs tendances juives. Bien qu’en 144, l'Église de Rome ait déclaré son point de vue comme hérétique, les enseignements de Marcion ont initié un nouveau culte. Défiés par la menace Marcion, les dirigeants de l’église ont commencé à considérer sérieusement leur propre point de vue sur une liste définitive des livres des Écritures, y compris l’Ancien et le Nouveau Testaments.

Une autre théologie rivale a donné à l’Église un petit coup de pouce vers la consolidation du Nouveau Testament. Pendant le milieu et la fin du deuxième siècle, un homme d'Asie mineure nommé Montanus, se vantait de recevoir une révélation de Dieu concernant une apocalypse imminente. Les quatre Évangiles et les Epîtres de Paul ont atteint une large distribution et l'autorité largement incontestée de l'église primitive n’avait pas encore été recueillie dans un seul livre d’autorité. Montanus a vu dans ce fait une occasion d'étaler son message, en réclamant le statut d’autorité pour sa nouvelle révélation. Les dirigeants de l’église ont surmonté le défi autour de 190, et ont fait circuler une liste définitive d'écritures apostoliques qui est aujourd'hui nommée le Canon Muratorien, d’après son découvreur moderne. Le Canon Muratorien porte des ressemblances frappantes avec le Nouveau Testament d'aujourd'hui, mais inclut deux livres, l’Apocalypse de Pierre et la Sagesse de Salomon, qui étaient ultérieurement exclus du Canon.

Au temps de Nicée, les dirigeants de l’Église ont débattu de la légitimité de seulement quelques livres que nous acceptons aujourd'hui, parmi les plus importants Hébreux et la Révélation, parce que leur paternité était douteuse. En fait, la paternité était la considération la plus importante pour ceux qui travaillaient à la consolidation du canon. Les dirigeants de l’Église primitive considéraient les lettres et les comptes-rendus des témoins oculaires comme une autorité et obligatoire seulement s'ils avaient été écrits par un apôtre ou un disciple proche d'un apôtre. De cette façon, ils pouvaient être assurés de la fiabilité de ces documents. Comme les pasteurs et les prédicateurs, ils ont observé aussi quels livres avaient en fait construit l'église, un bon signe parce qu’ils sentaient que de tels livres étaient des Écritures inspirées. Les résultats parlent par eux-mêmes : les livres de la Bible d'aujourd'hui ont permis au christianisme pour se répandre, de prospérer, et d’endurer dans le monde entier.

Bien que banal dans ses allégations, Le code Da Vinci prouve que certaines théories erronées ne disparaissent jamais complètement. Réapparaissant périodiquement sous un déguisement différent. Les déclarations de Brown ressemblent à celles d’Arius et à ses nombreux héritiers à travers l'histoire, qui a contredit le témoignage unifié des apôtres et de l'église primitive qu'ils ont construite. Ces témoins ont toujours certifié que Jésus-Christ était et demeure Dieu Lui-même. Ils n'ont pas eu besoin d’un ancien Concile pour permettre que ce soit vrai. Et les déclarations d’un roman moderne pseudo-historique ne peuvent pas permettre que ce soit faux.

Par Collin Hansen - 11/07/2003


Source : http://www.christianitytoday.com/history/newsletter/2003/nov7.html

nico
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par marie1 le Mar 24 Jan 2006 - 0:33

J'ai lu également ce livre.

Il fait presque rire tant on cherche par tous les moyens à nous déçarsonnés. On pourrait presque l'être si l'on n'est pas croyant.

Mais de toute façon si l'on n'est pas croyant .... cela ne changera pas grand chose. Pour les croyants, les vrais j'entends, cela ne change rien.
Car un tout petit peu de bon sens, permet de penser que cela ne tient pas la route. Il n'est nul besoin d'avoir de grande connaissance.

simplement, si Jésus avait eu des relations sexuelles, et s'il avait vécu maritalement avec Marthe pourquoi aurait-il dit aux apôtres : "laisse ta femme et tes enfants et suis moi". Pourquoi cette demande de célibat ou plus exactement d'union avec lui.
Cette soit-disant union que l'église voudrait cacher. Si ce n'est pas honteux pourquoi l'église aurait-elle voulu le cacher. Si jésus s'était marié il l'aurait dit, on l'aurait su au moment de sa mort : il aurait eu une pensée pour sa femme tout de même

On voit tout simplement en réfléchissant quelques secondes... que ce ne peut être qu'un tissu de mensonges ou de bétises commerciales.

En dehors de cela.... le suspense est bien soutenu.

La compromission de l'église dans des affaires litigieuses, n'est malheureusement pas trop nouvelle et ne nous apprend rien.
C'est d'ailleurs ce qui peut nosu assurer que le Christ est bien le fils de Dieu : si l'Eglise malgré toutes ses erreurs (humaines) continue, c'est bien la preuve que Dieu existe !
marie1
marie1
Avec le Pape François

Messages : 916
Inscription : 02/01/2006

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty re

Message par nico le Mar 24 Jan 2006 - 0:38

je n ai aps eu le courage de le terminer mais je sais que les francs macons n aiment pas dan brown (peut etre qu il fouille trop)

nico
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par yutar le Mar 24 Jan 2006 - 8:53

Au passage, je rappelle que Da Vinci Code n'est aucun cas un documentaire historique ou religieux, mais simplement un roman de fiction.

Absoluement rien d'autre. Alors, je ne comprends pas la crise que pose se livre. est-ce que les gens ont ramené sur le tapis l'existence des ET avec starwars ? L'existence de la sorcellerie avec Harry Poter ? Non.

yutar
Avec Saint Maximilien Kolbe

Messages : 93
Inscription : 03/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par marie1 le Mar 24 Jan 2006 - 9:06

On ne reproche pas à Dan Brown de faire de la fiction. personnellement j'aime la fiction ... ce qu'on lui reproche c'est d'être si proche de la vérité et d'avoir l'air de dire la vérité et c'est ce qui devient dangereux. Car le lecteur non averti, qui ne comprend pas très bien le catéchisme ou l'évangile, se perd dans ce genre de littérature. Certains esprits plus faibles, peuvent avoir l'impression d'avoir été trompé depuis leur enfance.

Sinon, comme je l'ai dit pour les vrais croyants convaincus, ce n'est pas ce genre d'argument qui les fera changer.... au contraire même.
marie1
marie1
Avec le Pape François

Messages : 916
Inscription : 02/01/2006

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par yutar le Mar 24 Jan 2006 - 9:39

Oui voilà, il ne faut pas perdre de vue que ce n'est qu'une fiction. Tout simplement.

yutar
Avec Saint Maximilien Kolbe

Messages : 93
Inscription : 03/10/2005

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par toto le Mer 25 Jan 2006 - 22:09

Bientôt la réalité dépassera n'importe quelle fiction ...................
Qu'y a -t-il de bon à retirer des lectures de mr brown?
Il ne fait que semer un peu plus la cofusion déjà bien présente en ce bas-monde.

toto
Contre la Franc Maconnerie

Messages : 319
Inscription : 20/09/2005

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par Emmy le Mer 8 Fév 2006 - 13:58

En tout cas, BROWN a reussi !!! Il a seme le doute dans certains esprits et a vendu des millions de livres !!!

Emmy
Emmy
Emmy
Avec les chérubins

Féminin Messages : 60
Inscription : 25/01/2006

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty re

Message par nico le Mer 8 Fév 2006 - 14:07

oui mais emmy le probleme avec brown c est que les gens vont penser que le nouvel ordre les illuminatis sont des personnages de fictions alors que si cela n existe pas cela veut dire qu il n y a aucun complot contre l eglise et que le psaume 1 est faux (complot contre l eternel et son oint) et que l antichrist ne viendra pas or LA BIBLE DIT VRAI ET SI JESUS REVIENT IL Y A AUSSI UN PLAN DES ILLUMINATIS DONT PARLE DAN BROWN pour ETABLIR UNE DICTATURE MONDIAL APPELLER LE N.O.M
(dont vous avez les abreviations inversées sur vos portables sur la touche 6 )

nico
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par gaetan8888 le Ven 16 Mar 2007 - 5:00

Hello

Bien des gens pensent que seul les croyant critiquent les soi-disantes références et recherches historiques du livres Code Davinci, pourtant même la revue américaine Skeptic (un magazine de non-croyants)en fait une critique détailler et démolis ce livre, en voici le texte.

Gaétan

--------Partie 1

Les erreurs du livre Da Vinci Code


par Robert Sheaffer

Voici un article originellement paru dans la revue américaine Skeptic, traduit par Yann Kindo et reproduit ici.

Beaucoup de choses ont déjà été écrites pour décoder, déconstruire et démentir le livre Da Vinci Code de Dan Brown. Mais le livre a depuis connu un succès culte, s’étant écoulé à plus de 25 millions d’exemplaires, et a été traduit en 44 langues, alors que l’édition de poche n’est même pas encore sortie ! Le 6 avril 2003, il a atteint la première place de la liste des best-sellers du New York Times et est resté dans ce classement 103 semaines consécutives (au moment où ce texte est écrit), dont la moitié en première position (et jamais en deçà du 5e rang). Pour ma part, au-delà du fait qu’il est utile de revisiter le Da Vinci Code, je pense que ses critiques ont été trop tendres et qu’il y a dans le livre des défauts encore plus graves qu’il faut exposer.

Par définition, un roman est de la fiction, et il pourrait donc sembler que la prise de position du cardinal Bertone est injustifiée. Mais, en fait, Brown dit dans le livre : « Toutes les descriptions de monuments, d’œuvres d’art, de documents et de rituels secrets évoqués sont avérés » [2]. Dans ce « roman factuel », Brown émet des assertions tout à fait étonnantes mais sans sérieux, qui, si elles étaient vraies, révolutionneraient non seulement la religion chrétienne, mais aussi une bonne part de l’Histoire. Brown voudrait que nous croyions que les pratiques du christianisme primitif étaient largement différentes de ce que l’on nous a enseigné, et qu’une gigantesque conspiration nous a empêché d’accéder à cette connaissance. Un soit-disant complot patriarcal organisé par un célèbre empereur romain a caché le fait que les premiers chrétiens célébraient le culte d’un « Féminin Sacré ». Jésus et Marie-Madeleine étaient mariés et ont engendré une lignée royale qui se poursuit de nos jours. Au minimum, ces affirmations démoliraient les résultats d’une recherche soigneuse et centenaire effectuée par des chercheurs rigoureux issus des plus prestigieuses universités du monde. S’il y a bien un corpus d’affirmations d’ordre historique tout à fait extra-ordinaire et qui nécessiterait des preuves tout à fait extra-ordinaires, c’est celui-ci.

Quelle valeur ont donc les preuves que Dan Brown présente ?

Nos sources à propos du christianisme primitif
La principale assertion pour soutenir le révisionnisme historique radical de Brown se trouve dans les répliques d’un personnage du roman, Leigh Teabing, qui est une universitaire à la recherche du Graal : « Ce sont des reproductions des papyrus coptes de Nag Hammadi et des manuscrits araméens de la Mer Morte. Les premiers textes chrétiens. » (page 276). Ceci est spectaculairement faux. Les Manuscrits de la Mer Morte sont effectivement des documents historiques de la plus haute importance. Pourtant, ils ne nous donnent aucun renseignement direct sur le christianisme primitif. Alors que les Manuscrits de la Mer Morte ajoutent certainement énormément à notre connaissance du judaïsme au cours de la période historique pendant laquelle le christianisme est né et s’est diffusé, ils ne mentionnent nullement Jésus de Nazareth ni aucun de ses disciples, ni même le mouvement qui s’est fait connaître sous le nom de christianisme. Aussi, l’utilisation par Brown des Manuscrits de la Mer Morte comme une source qui est supposée révolutionner notre compréhension du christianisme antique est tout à fait grotesque. Quels sont les plus anciens textes chrétiens qui ont survécu ? Si vous voulez les lire, vous les trouverez dans le Nouveau Testament. Les chercheurs pensent que l’Epître de Paul, connu aujourd’hui sous le nom de Première aux Thessaloniciens, a été écrit au cours de son second voyage évangélique, à peu près en 51. Cela en ferait le plus ancien des documents chrétiens survivants. L’Epître aux Galates a probablement été écrit au cours du troisième voyage évangélique de Paul, aux alentours de 54-58. Les Actes des Apôtres semblent avoir été achevés en l’année 61, bien que certaines de ses parties semblent être plus anciennes, et des corrections semblent avoir été apportées quelques années plus tard [3]. L’Evangile selon Marc est incontestablement le plus ancien des Evangiles survivants. Il est généralement daté de à peu près 70. Matthieu est plus récent que Marc, mais a été composé avant 100. L’Evangile selon Luc a été composé aux alentours de l’an 100. Jean a été écrit quelques années plus tard, mais avant 120. On chicane à propos de ces dates, mais les spécialistes du Nouveau Testament les tiendraient pour relativement exactes. En ce qui concerne les textes de Nag Hammadi, dont certains sont incontestablement des témoignages du christianisme primitif jusque là inconnus, quand ont-ils été écrits ? L’éminent spécialiste de la Bible James M. Robinson, qui a dirigé le projet d’étude et de traduction de ces trouvailles archéologiques inestimables, écrit que bien qu’une date exacte n’ait pas encore pu être déterminée, « une fourchette allant au moins du début à la fin du IVe siècle a pu être proposée ». Un des textes de Nag Hammadi fait référence à l’ « hérésie » anoméenne, qui a brièvement fleuri à Alexandrie aux alentours de l’an 360. Des papiers divers attachés aux Nag Hammadi Codices peuvent être datés des années 333, 341, 346 et 348. [4]. Ainsi, la bibliothèque matérielle de Nag Hammadi date incontestablement du IVe siècle, et au moins une partie des textes qui la composent datent de cette époque. Il est tout à fait possible que, même si notre copie (la seule copie survivante) des textes de Nag Hammadi est relativement tardive, le texte lui-même ait été composé bien avant. Et cela semble en effet être le cas...mais pas de façon suffisamment ancienne pour ne serait-ce que s’approcher de l’époque évoquée par Dan Brown. Il tire grand parti de l’Evangile de Philippe, qui en effet décrit Jésus embrassant Marie-Madeleine sur la bouche (page 276). L’introduction à ce texte dans le Nag Hammadi Library in English précise que cela « a probablement été écrit en Syrie dans la deuxième moitié du IIIe siècle ». En d’autres termes, il a été composé entre à peu près 250 et 300, soit au moins 150 ans plus tard que les Evangiles Canoniques. En tant que tel, il ne peut donc pas être considéré comme une source primaire comparable aux textes canoniques. Brown cite aussi l’Evangile de Marie (Madeleine) (page 278), qui développe l’idée que « Il [Jésus] l’a aimée plus que nous ». D’après l’introduction du Nag Hammadi Library à l’Evangile de Marie, « bien que la date de rédaction soit inconnue, le manuscrit copte lui-même a été daté du début du Ve siècle, et un fragment grec de cet évangile du début du IIIe siècle ». Il n’y a pas de fondement à une datation plus ancienne de la composition de ce texte. Ainsi, présenter comme le fait Brown des textes des IIe et IIIe siècles comme plus anciens et plus crédibles que les textes canoniques du Ier siècle est ridicule. Les Evangiles Canoniques et les Epîtres du Nouveau Testament sont des œuvres du milieu ou de la fin du Ier siècle, ou au plus tard du début du IIe siècle. Malgré cela, Brown affirme tranquillement que les textes du Nouveau Testament sont plus récents que les textes gnostiques de Nag Hammadi. Dans le cadre d’une analyse historique, on ne peut pas être plus dans l’erreur que cela.

L’Enigme Sacrée
Le cœur de la thèse de Dan Brown est l’affirmation selon laquelle Jésus et Marie-Madeleine étaient mariés et ont engendré une lignée royale qui a survécu en secret jusqu’à nos jours. Cette opinion insensée a été popularisée pour la première fois dans le livre de 1982 écrit par Michael Baigent, Richard Leigh et Henry Lincoln, L’Enigme Sacrée. La version de l’histoire par Brown est pour l’essentiel la même que la leur, et les auteurs de L’Enigme Sacrée font remarquer que la « Leigh Tabing » de Brown est formée du nom d’un des trois auteurs additionné de l’anagramme d’un autre. L’histoire est à ce point similaire que Baigent et Leigh réclament en justice 140 millions de Livres Sterling à Brown, assurant que les prémisses du Da Vinci Code et son architecture factuelle sont plagiées sur leur propre livre, qui s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires bien qu’il fût dénoncé par plusieurs commentateurs ecclésiastiques comme étant de la « pseudo-histoire ». Baigent a déclaré : « Que notre hypothèse soit vraie ou fausse n’est pas la question. Le fait est que c’est un travail que nous avons effectué et auquel nous avons consacré plusieurs années ». Un travail qui présente l’idée de la descendance royale de Jésus et Marie protégée par des sociétés ésotériques telles que l’Ordre des Templiers et le Prieuré de Sion, dont ils prétendent que Léonard de Vinci fut l’un des « Grands Maîtres » [5]. Un deuxième procès pour plagiat contre Brown a été initié par l’auteur Lewis Perdue, qui prétend que les données relatives au complot ont été reprises de deux de ses livres : The Da Vinci Legacy et Daughter of God [6]. Le fait que Brown ait plagié ou pas ces idées ne concerne cependant pas la question de leur véracité (pour un riche démenti de L’Enigme Sacrée [7], voir l’article qui lui est consacré sur Wikipedia [8]).

Quelle preuve y a t-il que quoi que ce soit de tout cela soit historiquement exact ?

A peu près aucune.

Commençons par le Prieuré de Sion.

Le Prieuré de Sion
Brown écrit : « Le Prieuré de Sion - une société secrète européenne fondée en 1099 - est une organisation réellement existante. En 1975, la Bibliothèque Nationale de Paris a découvert des parchemins connus sous le nom de Dossiers Secrets, identifiant plusieurs membres du prieuré de Sion, dont Sir Isaac Newton, Botticelli, Victor Hugo et Léonard de Vinci ».

Cette affirmation est directement reprise de L’Enigme Sacrée, qui postule dans son chapitre V : « D’après le texte, l’Ordre de Sion a été fondé par Godefroy de Bouillon en 1090, neuf ans avant la conquête de Jérusalem - bien qu’il y ait d’autres "documents du Prieuré" qui situent la date de fondation en 1099 ». Cela serait très impressionnant, si c’était vrai. Selon Brown, le but du Prieuré est de conserver le supposé secret du Saint Graal, de protéger la descendance de Jésus et Marie, et de préserver la connaissance du « Féminin Sacré » censé avoir été adoré pendant le christianisme primitif (mais effacé par l’empereur Constantin et ses partisans). Dans L’Enigme Sacrée, c’est en gros la même chose, sauf que l’aspect féministe/du « Féminin Sacré », qui est devenu très important dans des écrits féministes au cours des années 80, est absent parce qu’il n’a pas encore été popularisé. L’histoire réelle du Prieuré de Sion est esquissée en détails sur le site Internet www.priory-of-sion.com. Le supposé « ordre ancien » a en fait été fondé en 1956 par Pierre Plantard (1920-2000), un escroc français antisémite et anti-francs-maçons qui a souvent eu des problèmes avec la loi. A la suite de l’invasion de la France par les nazis, il est même allé jusqu’à écrire une lettre au Maréchal Pétain, chef du gouvernement fantoche de Vichy, soutenu par les nazis, dans laquelle il l’avertissait de complots judéo-maçonniques. En 1953, Plantard a passé six mois en prison pour captation abusive de propriété, et en 1956 il a été emprisonné pour 12 mois pour « détournement de mineur ». Dans L’Enigme Sacrée, nous apprenons que, selon les Dossiers Secrets, la lignée du Prieuré Royal Mérovingien remonte jusqu’à avant la guerre de Troie, jusqu’aux patriarches de l’Ancien Testament eux-mêmes. Quel est le degré de crédibilité de ces supposés documents ? Ont-ils été réellement trouvés dans les archives nationales françaises ? Techniquement, oui, ils ont été trouvés dans les archives au début des années 60. Pourtant, il n’y a aucune trace de leur entrée ou de leur enregistrement dans ces archives. Les documents semblent avoir été plantés là pour qu’on les y découvre, et, en l’absence d’enregistrement par les archivistes, ils ne peuvent aucunement être considérés comme authentiques. Alors, d’où viennent les Dossiers Secrets ? Nous avons appris toute l’histoire quand Plantard et son co-auteur Gérard de Sède se sont brouillés. Il est ainsi expliqué sur le site www.priory-of-sion.com : « Les parchemins en particulier ont été crées par Philippe de Chérisey, et le contrat pour le livre L’or de Rennes révèle qu’il avait le droit d’utiliser une partie des profits du livre pour fabriquer les "parchemins". Les trois se sont divisés en 1967 quand Gérard de Sède a refusé de partager les droits d’auteurs du livre, et que Plantard et de Chérisey ont alors déclaré que les "parchemins" (la principale attraction du livre, qui l’a fait vendre) étaient une contrefaçon ». [9]

En bref, le Prieuré de Sion n’a rien à voir avec une quelconque organisation de Croisés du Moyen Age.

La Conspiration de Constantin.

Une autre assertion remarquable dans le Da Vinci Code est celle selon laquelle « la Bible, telle que nous la connaissons aujourd’hui, a été collationnée par un païen, l’empereur Constantin le Grand » (page259). Ou, comme l’un des personnages de Brown, Robert Langdon, l’explique à Sophie : « Selon le Prieuré, l’empereur Constantin et ses successeurs masculins ont substitué au paganisme matriarcal la chrétienté patriarcale. Leur doctrine diabolisait le Féminin Sacré et visait à supprimer définitivement de la religion le culte de la déesse. » (page 227).

Remarquez comment ce passage implique que la religion polythéiste gréco-romaine avait été tranquillement matriarcale et révérait la « déesse » jusqu’à ce que Constantin ait conspiré pour changer cela. Cette assertion vient heurter tout ce que nous savons des pratiques religieuses de l’Antiquité. Jupiter (ou Zeus) était le roi des dieux, le maître du monde, et était solidement accroché à son pouvoir. Même si des dieux et des déesses étaient adorés, il n’y a absolument aucun texte romain ou grec suggérant quelque chose ressemblant même vaguement à une forme de « matriarcat » ; les dieux masculins étaient clairement dominants. Par exemple, L’Iliade, avec sa chronique des machinations des dieux et des déesses, est une œuvre extrêmement guerrière et majoritairement articulée autour de thèmes masculins tels que la bravoure au combat. Les femmes sont des récompenses que l’on obtient par la bataille. Rien n’y suggère le « Féminin Sacré ». Brown a repris cette idée directement de L’Enigme Sacrée : « En 303, un quart de siècle plus tôt, l’empereur païen Dioclétien avait entrepris de détruire tous les textes chrétiens qui pourraient être retrouvés. Par conséquent, les documents chrétiens - surtout à Rome - ont pour ainsi dire disparu. Quand Constantin a commandé de nouvelles versions de ces documents, il a permis aux gardiens de l’orthodoxie de réviser, modifier et réécrire les textes selon leur bon vouloir, en fonction de leurs intérêts. C’est à ce moment que la plupart des altérations du Nouveau Testament se sont probablement produites et que Jésus a acquis le statut unique qui est le sien depuis lors. L’importance de la commission mise en place par Constantin ne saurait être sous-estimée » [10]. [Passages mis en relief par l’auteur de l’article].
gaetan8888
gaetan8888
Avec les chérubins

Masculin Messages : 57
Inscription : 14/03/2007

http://apocalypse22.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par gaetan8888 le Ven 16 Mar 2007 - 5:01

-------Partie 2

Les auteurs de L’Enigme Sacrée ne citent aucune source à leur appui pour soutenir leur thèse d’une réécriture globale de la Bible au IVe siècle, à coup sûr parce qu’aucune source de cet ordre n’est disponible. Malgré cela, cette thèse mène aujourd’hui sa petite vie de légende urbaine moderne. Quelle est la vérité historique ? Ce que les auteurs de L’Enigme Sacrée et Brown ont fait, c’est travestir jusqu’à le rendre méconnaissable un événement bien connu de l’histoire de l’Eglise - le Concile de Nicée de 325 -, qui a effectivement été organisé par Constantin au nom des dirigeants de l’Eglise. Le Concile a été réuni pour résoudre plusieurs querelles théologiques, dont aucune n’impliquait Marie-Madeleine, le matriarcat, le féminisme, les nouveaux évangiles, ni, pour tout cela, Constantin.

Le premier thème débattu au Concile de Nicée était centré autour du débat qui nous a fourni l’expression « différer d’un iota » :

« Homo Ousion (la même substance) contre Homoi Ousion (de substance semblable) : le point d’achoppement au Concile de Nicée a été un concept introuvable dans la Bible : homoousion. Selon le concept de homoousion, Christ le fils était consubstantiel (partageant la même substance) au Père. Arius et Eusèbe étaient en désaccord. Arius pensait que le Père, le Fils et le Saint-Esprit étaient matériellement distincts les uns des autres, et que le Père avait créé le Fils » [11].

Le Credo de Nicée, toujours récité aujourd’hui dans de nombreuses églises, est un résumé succinct des doctrines sur lesquelles le conclave est tombé d’accord. Il existe un excellent article érudit sur le Concile de Nicée dans la Catholic Encyclopedia [12], et qui résume tout le programme de ce concile. Le seul rôle joué par Constantin a consisté à pousser les évêques qui se chamaillaient à se réunir tous ensemble au même endroit, à fournir les ressources pour que cela soit possible et à les presser de cesser de se chamailler.

La « spécialiste du Graal » de Brown, Leigh Teabing, dit :

« Au cours de ce Concile œcuménique, on a débattu et voté sur de nombreux aspects du christianisme : la date de Pâques, le rôle des évêques, l’administration des sacrements - et, bien, entendu, la divinité de Jésus.
— Sa divinité ? Je ne vous suis pas...
— Ma chère Sophie, Jésus n’y était jusqu’alors considéré que comme un prophète mortel - un homme exceptionnel en tous points, certes - mais mortel.
— Pas le Fils de Dieu ?
— C’est justement le Concile de Nicée qui l’a déclaré tel après un vote.
— Vous êtes en train de me dire que la divinité de Jésus résulte d’un vote ?
— Et, qui plus est, d’un vote assez serré. (...) » (pages 262-263) [13]

Ceci est une présentation très trompeuse. Brown veut que l’on pense qu’avant le Concile de Nicée, personne ne voyait en Jésus une divinité, et qu’une telle doctrine a été établie par un vote du Concile, « un vote relativement serré sur cette question ». En réalité, le fameux vote du Concile consistait à décider si Jésus était de « même substance » ou de « substance similaire » que le Père, la première opinion l’ayant emporté. Aucun ecclésiastique ne suggérait que Jésus était simplement humain. Le débat concernait la question de savoir si Jésus le Fils était d’une manière ou d’une autre subordonné au Père, ou s’il était son parfait égal. Selon Teabing, « La question [de la divinité de Jésus] était cruciale pour l’unification de l’Empire Romain » (page 262). Voilà qui est tout simplement absurde. L’Evangile de Jean, écrit bien 200 ans avant le Concile de Nicée, faisait dire à Jésus (en 11-25) des choses telles que : « Moi, je suis la résurrection. Qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ». On peut laisser de côté la question de savoir si Jésus a effectivement dit cela, mais cela démontre qu’au début du IIe siècle, les chrétiens adoraient Jésus en tant que divinité incarnée, qui avait un pouvoir de vie et de mort.

Qu’en est-il de la thèse du Da Vinci Code et de L’Enigme Sacrée selon laquelle Constantin « a commandé de nouvelles versions de ces documents », faisant effectivement réécrire le Nouveau Testament ? Disons-le carrément : il n’y a pas la moindre preuve historique pour soutenir cette assertion étonnante, mais il en existe un certain nombre pour la contredire. L’empereur a en effet ordonné que de nouvelles copies de la Bible soient rédigées (ce qui constituait alors un exercice manuel laborieux), mais dans le but de les utiliser dans les nouvelles églises dont la construction était prévue, et ces copies étaient identiques au texte existant préalablement. Beaucoup de manuscrits et de fragments du Nouveau Testament datant d’avant le Concile de Nicée existent toujours, et leur texte est le même que celui que nous connaissons aujourd’hui.

Dans la Lettre Festale de saint Athanase datée de 367, le Canon approuvé du Nouveau Testament était lancé, et les travaux non approuvés déclarés hérétiques [14]. Remarquez que la purge initiée par Athanase, qui avait auparavant assisté au Concile de Nicée, a consisté à retirer des documents mais pas à en ajouter ou à en réécrire. Les textes approuvés par Athanase sont les textes canoniques qui nous sont aujourd’hui familiers, alors que la plupart de ceux qui ont été rejetés existent toujours, mais sont rarement lus, et sont généralement de composition plus tardive. Il semble que cela ait été dans toute l’Eglise le début d’une purge générale des documents « hérétiques ». Il est probable que des moines, qui étaient chargés de détruire les textes hérétiques à Nag Hammadi, les ont plutôt enfermés dans des jarres et enterrés. Le Nouveau Testament Apocryphe, les livres qu’Athanase a essayé de bannir, sont aujourd’hui largement disponibles et traduits [15]. Si quelqu’un espère y trouver des rites matriarcaux secrets, il sera très déçu.

Qui était Marie-Madeleine ?

La réponse courante à cette question est que Marie- Madeleine était une ancienne prostituée qui s’est repentie et qui est devenue une disciple de Jésus. Il n’est dit nulle part dans le Nouveau Testament qu’elle était prostituée, bien qu’il soit dit que Jésus a extirpé plusieurs démons hors de son corps (Luc, 8 :2). Le fait qu’elle ait été une prostituée est une tradition qui a débuté au début du VIe siècle dans un sermon du pape Grégoire le Grand. La réponse de Brown est que, en plus d’être la femme et la confidente de Jésus, ainsi que la mère de ses enfants, Marie était l’incarnation du « Féminin Sacré », le Saint Graal lui-même (le Graal étant une métaphore de son utérus). Il y a d’excellentes raisons de douter de l’exactitude historique de toutes ces interprétations.

Un christianisme primitif matriarcal prouvé par les textes de Nag Hammadi ?
Selon Brown, avant que Constantin et ses partisans ne réécrivent la Bible pour la rendre patriarcale, « Jésus fut le premier féministe de l’histoire » (page 278). La Chrétienté adorait alors le « Féminin Sacré » de la « Déesse perdue », fondé sur le supposé principe antique du « Calice et de la Lame » (pages 267-268). En fait, « Le calice et l’épée » est le titre d’un livre de 1987 de la féministe Riane Eisler, qui défendait la thèse hautement spéculative selon laquelle la Crète antique était soi-disant « non patriarcale ». Et Eisler fondait sa thèse, en grande partie, sur les interprétations récentes de l’archéologue Marija Gimbutas, qui plus tôt dans sa carrière, s’était forgée une excellente réputation professionnelle, mais qui s’est ensuite égarée, autour de l’idée de « déesse », dans des interprétations féministes radicales de dessins et d’icônes antiques, interprétations quasi-unanimement rejetées par ses pairs. Dans l’introduction de son livre, Eisner explique le symbolisme « holistique sexué » du « Calice et de l’épée », qu’elle a elle-même inventé, en relation avec Gimbutas [19]. Ainsi, il est totalement impossible qu’une quelconque ancienne société secrète ait pu utiliser le symbolisme du « calice et de l’épée », parce que ce symbolisme n’existait pas avant 1987. Un certain nombre de livres à succès ont convaincu beaucoup de gens que la découverte des textes de Nag-Hammadi prouve l’existence d’une version plus féministe de l’ancien christianisme gnostique. Le plus remarquable d’entre eux est The Gnostic Gospels de Elaine Pagels, une chercheuse qui a effectivement travaillé au sein du Projet Nag Hammadi [20]. Le livre de Pagels n’est pas un travail explicitement féministe, et contient un grand nombre d’informations de qualité à propos des textes de Nag Hammadi. Elle suggère que Marie-Madeleine a été insérée dans des textes gnostiques en tant que « figure » littéraire pour illustrer le conflit qui opposait ceux qui voulaient étendre le rôle des femmes au sein de l’Eglise et ceux qui voulaient le restreindre, une suggestion qui est tout à fait pertinente. Elle met en garde contre la tentation d’attribuer beaucoup de contenu historique à ces évangiles tardifs : « Les protagonistes des deux camps en présence utilisaient la technique polémique consistant à rédiger de la littérature soi-disant issue de la période apostolique, prétendant présenter la vision originelle des apôtres sur le sujet en question ». En d’autres termes, beaucoup des textes chrétiens non canoniques des IIe et IIIe siècles, gnostiques ou non, ont été écrits par des militants religieux pour démontrer que « les apôtres étaient d’accord avec moi ».

Plusieurs féministes citent The Gnostic Gospels pour soutenir leur affirmation selon laquelle les Gnostiques étaient des féministes précoces, une affirmation qui n’est pas étayée par le contenu du livre en question. Pagels écrit : « Les Gnostiques n’étaient pas unanimes pour soutenir les femmes - pas plus que les orthodoxes n’étaient unanimes pour les dénigrer. Certains textes gnostiques parlent indéniablement des femmes avec dédain ». Pourtant, elle suggère effectivement que les femmes étaient quand même mieux traitées dans l’Eglise gnostique que dans l’orthodoxe. Plus tard, en écrivant dans des supports grand public, Pagels a adopté une position féministe plus marquée, affirmant que le féminisme gnostique avait été « supprimé ».

Le degré de « féminisme » des Gnostiques est difficile à évaluer avec certitude, et la conclusion de chacun dépendra des textes sur lesquels il choisit de se concentrer et des textes qu’il choisira d’ignorer. Dans plusieurs textes gnostiques, Dieu-le-Père est loué et célébré en tant que « trois fois mâle » [21], ce qui est sans doute peu susceptible de plaire à des féministes. Dans le gnostique Dialogue du Sauveur, Jésus demande à ses disciples de « Prier à un endroit où il n’y a pas de femmes » et exige que « les œuvres de la féminité soient détruites ». Le texte gnostique La Pistis Sophia explique que « Toutes ces choses sont bonnes et parfaites. A travers elles ont été révélées les défauts de la femme » [22]. Encore plus accablant, dans le gnostique Evangile de Thomas, Simon Pierre dit : « Que Marie nous quitte, car les femmes ne sont pas dignes de la Vie ». Jésus répond : « Voici que je l’attirerai, pour la faire mâle, pour qu’elle aussi soit un esprit vivant, semblable à vous les mâles. Car toute femme qui se fera mâle entrera dans le Royaume des Cieux » [23]. Il est évident que toute interprétation du mouvement gnostique comme étant proto-féministe nécessite une lecture extrêmement sélective des textes en question.

Les historiens professionnels et les archéologues rejettent quasiment tous les affirmations de féministes à propos d’antiques cultures féministes en Méditerranée ou ailleurs (voir Goddess Unmasked [la Déesse démasquée] de Philip G. Davis [24] pour une excellente vue d’ensemble des bases non scientifiques sur lesquelles des auteurs féministes ont bâti des telles assertions). Toutes les sociétés humaines connues, passées et présentes, sont « patriarcales » dans le sens où la domination à la fois de la société et du foyer est associée au mâle. Les classes de Women’s Studies [25] affirment l’existence de plusieurs exceptions, mais ces assertions ne résistent pas à l’examen critique [26]. Ceci ne signifie évidemment pas qu’il n’y a pas de cas de femmes dirigeantes ou que les femmes n’auraient pas parfois un important pouvoir informel non enregistré par une évaluation purement formelle.

Mickey Mouse et le Saint Graal
La plupart des personnes rationnelles concluront qu’un livre comme le Da Vinci Code est globalement dénué de sérieux lorsqu’on peut y lire un passage tel que celui-ci :

« En lui montrant sa montre Mickey Mouse, il lui raconta que Walt Disney avait constamment cherché à transmettre la symbolique du Graal aux générations futures. On l’avait d’ailleurs appelé "Le Leonardo Da Vinci des temps modernes". Ils étaient l’un et l’autre en avance sur leur temps. Deux artistes géniaux, membres de sociétés secrètes et, surtout, farceurs impénitents. Comme Leonardo Da Vinci, Walt Disney adorait glisser des messages et des symboles dans ses dessins animés. Pour un amateur de symboles, les premiers films de Disney contenaient une kyrielle de métaphores. » (page 293)

La preuve de l’implication de Disney avec le Graal et le Féminin Sacré est censée être trouvée dans Cendrillon, La Belle au bois dormant, Blanche Neige, et tout particulièrement dans La Petite Sirène. Il est peut-être possible que Brown ait inclus ce passage en tant qu’avertissement au lecteur pour qu’il ne prenne rien au sérieux dans son livre. Mais, si tel est le cas, il l’a fait avec un cryptage si opaque - une "reductio ad absurdum" - que à peu près personne jusqu’ici n’a réussi à le décoder. Cette supposition est renforcée par l’annonce solennelle qui suit selon laquelle l’Ere du Verseau est sur le point de débuter (page 301), comme s’il s’agissait là du développement d’une conspiration récemment mise à jour plutôt que d’un ridicule et banale croyance populaire datant d’il y a une génération.

Une personne rationnelle peut prendre plaisir à lire des livres de fiction ou de science-fiction, même de la fiction de pauvre qualité comme le Da Vinci Code, sans trop se soucier d’évidentes absurdités présentes dans l’histoire. Mais il y a problème quand une œuvre de fiction affirme explicitement être plus qu’une œuvre de fiction, quand elle fait écho à d’autres informations erronées largement répandues au sein d’une culture et quand 25 millions de lecteurs sont embobinés par des affirmations spécieuses. Les « faits » allégués dans le Da Vinci Code ne sont pas plus crédibles que ceux de L’Enigme Sacrée, dont ils sont repris. Si vous vous considérez comme un sceptique, vous feriez bien de vous rendre compte que très peu de faits authentiques sont mêlés à la fiction de Brown.
gaetan8888
gaetan8888
Avec les chérubins

Masculin Messages : 57
Inscription : 14/03/2007

http://apocalypse22.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par n111 le Ven 16 Mar 2007 - 6:15

c est satanique le da vinci code
n111
n111
Avec le Pape François

Messages : 996
Inscription : 18/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par Invité le Ven 16 Mar 2007 - 15:13

Oh , oui nico95400 C'est l'oeuvre des démons pour ridiculiser JESUS , pour tromper les incrédules.
Pour ma part , je n'ai pas vu le film et lu le livre , même pas par curiosité et je ne le ferai pas.
C'est une insulte à l'égard de JESUS.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par l'âne le Lun 19 Mar 2007 - 20:56

Je viens de lire (partiellement) les nombreux commentaires que chacun d e vous a pu faire sur le Da Vinci Code.


Cordialement

Censuré par la modération

l'âne
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par Marie en Jésus le Mar 20 Mar 2007 - 3:03

Ce roman n'est que l'oeuvre du malin. Le pire c'est que même des catholiques pratiquants, et qui s'y connaissent en religion étant agentes de pastorale croient ces absurdités et disent que si Marie -Madeleine était l'amante de Jésus elle était bien chanseuse de coucher avec Dieu. Comment on peut être aussi bête ou aussi mêlé me dépasse. Imaginez ce qu'elles racontent aux jeunes dans les catéchèses après cela!
Par contre les beaux écrits de Maria Valtorta sont considérés comme de la fiction. Le monde fait vraiment pitié. Jésus pardonnez-leur ils ne savent pas ce qu'il font.
Marie en Jésus
Marie en Jésus
Près de Jésus Christ

Féminin Messages : 21
Localisation : Québec
Inscription : 16/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par Danielle le Mar 20 Mar 2007 - 3:25

Cela en devient ridicule, le malin se trompe dans ses mensonges... :evil:

Je garde confiance en l'Esprit Saint qui agira dans toutes les âmes ! sunny

Nous sommes la grande famille de Jésus et aujourd'hui c'est la fête de St-Joseph, gardien de la famille ! sunny

Union de prières ! sunny
Danielle
Danielle
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3106
Age : 60
Localisation : Québec Canada
Inscription : 08/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par l'âne le Mar 20 Mar 2007 - 9:08

@Marie en Jésus a écrit:Ce roman n'est que l'oeuvre du malin. Le pire c'est que même des catholiques pratiquants, et qui s'y connaissent en religion étant agentes de pastorale croient ces absurdités et disent que si Marie -Madeleine était l'amante de Jésus elle était bien chanseuse de coucher avec Dieu. Comment on peut être aussi bête ou aussi mêlé me dépasse. Imaginez ce qu'elles racontent aux jeunes dans les catéchèses après cela!
Par contre les beaux écrits de Maria Valtorta sont considérés comme de la fiction. Le monde fait vraiment pitié. Jésus pardonnez-leur ils ne savent pas ce qu'il font.

Si l'église n'avait jamais menti ni manipulé, je pourrais plus aisément tomber d'accord avec vous.
Mais pendant de nombreux siècles, son enseignement était basé sur la Vulgate, une traduction totalement tronquée de la bible. Et elle a fait assassiner les templiers en un seul jour parce qu'ils étaient devenus trop puissants, non pas sur le plan idéologique, mais financier !



cet écrit n'est pas autorisé par la chartre du forum!

message invalide!

l'âne
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par n111 le Mar 20 Mar 2007 - 12:27

pour en revenir au film et au livre moi je suis allé le voir au cinema mais au moment ou elle dit etre la descendate de jesus christ j ai crié "blaspheme" car c a ma choqué qu on pretende un telle horreur comme quoi jesus aurait couché avec marie madeleine
n111
n111
Avec le Pape François

Messages : 996
Inscription : 18/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par n111 le Mar 20 Mar 2007 - 12:28

en plus le film est un navet
n111
n111
Avec le Pape François

Messages : 996
Inscription : 18/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par n111 le Mar 20 Mar 2007 - 16:46

ho bien vu le jeu de mot lol
n111
n111
Avec le Pape François

Messages : 996
Inscription : 18/10/2006

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par Danielle le Mer 4 Avr 2007 - 21:15

Où le Mal abonde, la Grâce surabonde ! sunny

Les gens (mauvais) se délectent du mal, Twisted Evil alors un film comme le Code Da Vinci, les fait jouir en le mal....

Acheter ou louer le film de JÉSUS DE NAZARETH et la PASSION, faites-le regarder par vos jeunes, à l'école ils n'ont plus d'éducation religieuse, avec ses films, c'est comme une leçon animée de notre belle histoire.

N'attachons pas d'importance aux agirs du malin, moi, je ne lui donne pas d'importance, je l'ignore, il n'en vaut pas la peine. Il s'étranglera lui même avec sa queue ... diablo

Et de toute façon, les écritures s'accomplissent... Nous vaincrons avec JÉSUS et MARIE dans la prière et n'oublions pas notre Milice Céleste avec St-Michel Archange,

La Femme des derniers temps, La Vierge Immaculée Marie, écrasera de son talon l'antique serpent....

Soyons dans la Joie l'Espérance, plus le mal fait des dégâts, plus vite Dieu Interviendra.... sunny C'est bien triste cependant de voir jusqu'où l'humain est attiré vers le bas au lieu de s'élever vers son Dieu .... Crying or Very sad

Disons plus souvent l'exorciste de Léon XIII, pour protéger les innocents, nos jeunes, nos enfants, mais surtout GARDONS la FOI, Nous ne sommes pas seuls...
Chaque chapelet est une corde pour étrangler Satan.... il a en horreur, il est terrifié par le Chapelet, il ne peut voir la Vierge Marie.... plus nous prions avec notre coeur, plus il enrage, [/b[b]]mais plus vite Dieu interviendra puissamment pour sauver ses enfants, son petit reste qui demeurera fidèle jusqu'à la fin... et c'est dans nos années... notre génération connaîtra le Règne de Jésus dans toute sa Gloire !
Danielle
Danielle
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3106
Age : 60
Localisation : Québec Canada
Inscription : 08/11/2006

Revenir en haut Aller en bas

Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M. Empty Re: Le code Da Vinci un prétendu mariage entre Jésus et Marie M.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum