Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

La Promesse d'Abel Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -20%
Figurine Herbizarre N°76 – Collection Super ...
Voir le deal
11.99 €

La Promesse d'Abel

Aller en bas

La Promesse d'Abel Empty La Promesse d'Abel

Message par saint-michel le Sam 20 Sep 2014 - 22:02

La Promesse d'Abel Daniel10

Qui ne connaît pas Abel et Caïn ? Caïn est le fils aîné d’Adam et Ève. Il est paysan. Son cadet, Abel, est berger. Dieu souhaite une offrande. Caïn offre des fruits issu de son travail de la terre pendant qu’Abel présente certaines bêtes de son troupeau. Dieu préfère l’offrande du cadet. Déçu, Caïn nourrit de la rancœur et se laisse dominer par le péché. Il devient alors colérique, orgueilleux et jaloux, ce qui aboutit logiquement à l’assassinat de son frère, Abel. Caïn va jusqu’à nier devant Dieu le meurtre de son cadet.

C’est précisément cette histoire, issue de la Genèse, qui permet de percer le mystère de l’humanité. Au-delà de la religion, Abel et Caïn sont les figures symboliques de deux types d’individus, les Justes et les Sanguinaires, selon lesquels les humains se sont identifiés au fil des siècles. Nous perpétuons encore cette identification sans en avoir conscience. C’est précisément cette logique, appliquée à la théologie, qui déverrouille la compréhension de la civilisation contemporaine.

À travers le meurtre d’Abel, l’Ancien Testament nous révèle la venue, dans le Nouveau Testament, d’un nouvel Abel, messianique, c’est-à-dire celle de notre Rédempteur Jésus-Christ qui meurt, non pas de la main de son frère, mais, par la faute des péchés de l’humanité. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le Nouveau Testament transcende Abel et Caïn à travers Jésus-Christ et l’humanité pécheresse.

Les siècles antérieurs au Rédempteur étaient plongés dans les ténèbres, ceux postérieurs au Sauveur se sont éclairés d’une spiritualité rédemptrice, que je comparerais volontairement à Abel pour appuyer cette démonstration théologale. Les époques se suivent et s’enchaînent selon cette logique fratricide. Certains siècles sont dominés par Abel et d’autres par Caïn. Cette lutte acharnée semble être la destinée de l’humanité jusqu’à la fin des temps.

Il faut y percevoir, non pas une lutte manichéenne, mais la réalisation de la pensée de Saint Augustin selon laquelle la Cité de Dieu et la Cité terrestre s’imbriquent mutuellement au fil du déroulement du temps. Par conséquent, Abel serait la représentation symbolique de la Cité de Dieu et Caïn celle de la Cité terrestre. Selon les époques, soit la spiritualité domine, soit le matérialisme gouverne. Dans les périodes selon Abel, l’humanité se développe de manière extraordinaire tandis que dans celles de Caïn, la civilisation stagne, régresse et finit par mourir. Lorsque le meurtre d’Abel est consommé, la Lumière du Christ revient éclairer les siècles et nous entendons alors les voix angéliques s’élever de la Cité de Dieu.

Nous sommes actuellement à la fin d’une nouvelle période selon Caïn, le meurtre d’Abel est certainement proche. L’humanité s’apprête à crucifier de nouveau notre Rédempteur Jésus-Christ à travers la persécution des Chrétiens. Comment prouver que nous sommes bien à la fin d’un cycle de Caïn ? Il suffit d’observer attentivement notre siècle. Un anti-christianisme féroce s’y est développé. Les Chrétiens d’Orient sont martyrisés et les Justes sont massacrés un peu partout dans le monde. Le sang des souffrants se répand sur le sol dans un vacarme médiatique infernal qui est symboliquement semblable à un profond silence puisqu’il est impossible de percevoir quoi que ce soit dans le bruit. Par la faute de la colère de Caïn, nous ne percevons plus les cris d’Abel pendant que l’humanité se détériore.

La fureur de Caïn se décuple de jour en jour. On peut l’entendre hurler à travers les bruits de guerre engendrés par le comportement erratique des humains. L’égoïsme, l’individualisme, la culture du vice, le mensonge, la barbarie et l’involution générale sont de précieux marqueurs qui nous permettent de prendre conscience de cette période chaotique. Il est aisé d’en donner quelques exemples frappants. L’art contemporain se vante d’offenser le Christ en plongeant le précieux Crucifix dans toutes sortes d’excréments. Nous entendons les vociférations des « Femen », ces femmes dénudées hystériques ressemblant plus à des femelles démoniaques du genre Furies qu’à des êtres cohérents. La dégradation des mœurs rend semblable à Caïn les adeptes des pratiques sexuelles hors normes, de l’utilisation de psychotropes variés ou encore de la technologie à outrance.

Le désordre temporel habite notre époque. Par conséquent, l’apothéose du chaos est une suite logique parce qu’elle correspond au meurtre d’Abel, point de chute de la période de Caïn. Lorsque la persécution des Justes aura lieu, la Lumière du Christ reviendra pour éclairer le monde. Dieu manifestera sa grandeur et la conversion de beaucoup sera effective. Il est toutefois normal que nos contemporains, semblables à Caïn, soient incapables de percevoir l’existence de la Cité de Dieu parce que nous sommes dans une époque profondément terrestre dans laquelle la matière illusionne les individus. Une majorité d’hommes sont en proie à un véritable fanatisme pour la matière. Les plus pauvres sont aptes à manifester violemment pour réclamer plus d’argent, plus de consommation, plus de droits et plus de libertés pendant que les plus riches tirent la couverture à eux jusqu’à laisser trembler de froid les plus démunis qui se sont retrouvés projetés dans la rue.

Ceux qui sont cérébralement volumineux dans la matière sont faibles dans l’esprit, par conséquent, ils sont incapables de résister aux tentations. Il se développe alors une multitude de Caïn contribuant à ensemencer le chaos sur la planète. Au lieu de cueillir la plante, ils la broient. Au lieu de caresser l’animal, ils le massacrent. Au lieu de relever le pauvre, ils le piétinent. Au lieu d’aimer le vieillard, ils l’enferment entre quatre murs. Au lieu de visiter le malade, ils le laissent mourir dans une chambre. L’irrationalisme des hommes selon Caïn est tellement proéminent qu’il occupe la totalité de leur for intérieur. Ils se mettent alors à juger et à maudire les Justes pour ressembler le plus possible à leur modèle erratique.

Pendant ce temps, les individus découlant d’Abel doivent porter leur croix en subissant les moqueries, la solitude et la persécution. Les Justes qui ne connaissent pas la foi Chrétienne ont tendance au suicide parce qu’ils perdent tout espoir en un monde meilleur. C’est seulement la Foi qui permet de prendre conscience de l’existence de la Cité de Dieu. C’est l’Espérance qui permet de ne pas trébucher en attendant que le siècle selon Abel surgisse comme un sauveur. Ceux qui sont perdus dans les hérésies politiques, économiques ou sociales perçoivent la civilisation uniquement à travers le prisme de la Cité terrestre. Ils nient jusqu’à l’existence de Dieu parce que la spiritualité s’est réduite, dans leur esprit, à la taille d’une épingle à cheveu.

Ceux qui réfutent Dieu sont simplement aveugles, tourmentés, individualistes, colériques, rebelles et capricieux. Ils peuvent se trouver aussi bien en bas qu’en haut de l’échelle sociale. Les gouvernants, détachés de la réalité et enfermés dans leur tour d’ivoire, sont avides de calculs politiques pour des raisons évidentes de sécheresse avancée du cœur. L’agitation des sens est au comble chez les individus dénués d’Amour. La soif de possession et d’immortalité des « élites mondiales » accélèrent leur propre disparition parce que celle-ci est intimement liée aux dommages collatéraux engendrés par le chaos qu’ils auront eux-mêmes invoqué. Autrement dit, les retombées postérieures à l’anarchie favorisera l’anéantissement de ceux qui ont souhaité conserver éternellement les rênes du pouvoir parce que « Dieu résiste aux superbes et donne sa grâce aux humbles. »

Laissons parler Saint Augustin pour exprimer les siècles selon Abel et Caïn :

   « Deux amours ont donc bâti deux cités : l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu, la cité de la Terre, l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi, la cité de Dieu. L’une se glorifie en soi, et l’autre dans le Seigneur. L’une demande sa gloire aux hommes, l’autre met sa gloire la plus chère en Dieu, témoin de sa conscience. L’un, dans l’orgueil de sa gloire, marche la tête haute ; l’autre dit à son Dieu : ‘Tu es ma gloire et c’est toi qui élèves ma tête.’ Celle-là dans ses chefs, dans ses victoires sur les autres nations qu’elle dompte, se laisse dominer par sa passion de dominer. Celle-ci, nous représente ses citoyens unis dans la charité, serviteurs mutuels les uns des autres, gouvernants tutélaires, sujets obéissants. Celle-là, dans ses princes, aime sa propre force. Celle-ci dit à son Dieu : ‘Seigneur, mon unique force, je t’aimerai.’ »

L’humanisme est l’une des caractéristiques de Caïn parce qu’il exprime « l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu. » Par conséquent, comme prophétisé dans le Nouveau Testament, nous devons nous préparer à la survenue inopinée du cycle d’Abel selon lequel « l’amour de Dieu est exprimé jusqu’au mépris de soi ». C’est lorsque les hommes mangeront et s’amuseront sans se soucier de Dieu que Caïn assassinera Abel. C’est à ce moment précis que la Justice divine sera appliquée avec une grande fermeté : « je visiterai leurs iniquités avec la verge et leurs péchés avec le fouet ; mais je ne leur retirerai pas ma miséricorde. »

La frayeur engendrée par la colère céleste lors du meurtre d’Abel engendrera d’innombrables conversions et l’humanité vivra pendant une certaine période, exceptionnellement plus courte que les autres, dans un nouveau cycle temporel selon Abel. Le bonheur et la joie sera le marqueur de l’époque en attendant la survenue de l’Antéchrist dans la prochaine période de Caïn. C’est à la fin de ce cycle que le combat entre « Gog et Magog » aura lieu mais cela ne nous concerne pas parce que nous serons déjà loin dans la tombe, élevé dans la Cité de Dieu ou abaissé dans la Cité terrestre, en attendant la Seconde Résurrection.

Le cycle actuel de Caïn a débuté vers le milieu du XVIIe siècle lorsque les philosophes des Lumières ont commencé à se manifester à travers l’écriture de leurs doctrines matérialistes. Ces écrits ont ensemencé les préparatifs de la révolution française qui a généré un terrible chaos pour finir par étêter le pouvoir monarchique et engendrer la Terreur. Par conséquent, il est tout à fait logique de situer le début de cette période aux alentours de 1650 lorsque les esprits ont commencé à se détourner lentement de Dieu.

Avant de conclure cet article, je souhaiterai parler de « la Promesse d’Abel » annoncée dans le titre du présent billet. Abel a été assassiné par son frère aîné, Caïn. Cependant, cela ne fait nullement d’Abel un être faible mais un être spirituel élevé dans les cieux à la droite de Dieu. Le meurtre perpétré dans l’Ancien Testament annonce de manière prophétique, dans le Nouveau Testament, la crucifixion de Jésus-Christ. Il est indispensable de se souvenir que l’Ancien et le Nouveau Testament sont intimement imbriqués, comme Abel et Caïn, à travers de profonds liens. On ne saurait regarder l’un sans apercevoir le reflet de l’autre. Par conséquent, « la Promesse d’Abel » nous renvoie inévitablement à celle de Jésus-Christ.

Pour conclure cet article, je pense nécessaire de proposer la règle de Saint Augustin concernant l’excuse et le pardon, chapitre 6.

   « 1. N’ayez pas de disputes, ou, du moins, venez-en à bout le plus tôt possible.
   Sinon, la colère pourrait se développer en haine, de paille devenir poutre, et rendre l’âme meurtrière.
   Vous lisez, en effet : « Celui qui hait son frère est un meurtrier » (1 Jn 3, 15).

   2. Quiconque a porté préjudice à son frère, par des injures, des médisances ou une accusation grave, n’oubliera pas de remédier au mal qu’il a causé en présentant sans tarder ses excuses.
   Quant à celui qui a été lésé, qu’il pardonne sans discuter.
   S’ils se sont porté un préjudice mutuel, ils doivent mutuellement se pardonner leurs offenses : qu’ils se rappellent cette prière que vous répétez trop fréquemment pour n’avoir pas raison de la dire très purement.
   L’un se laisse souvent aller à la colère, mais se hâte d’implorer le pardon de celui qu’il reconnaît avoir offensé ; il est préférable à tel autre qui est plus lent à la colère, mais se décide difficilement à demander pardon.
   Mais celui qui prétend ne le faire jamais, ou ne le fait pas du fond du cœur, n’est pas à sa place dans un monastère, même s’il n’en est pas expulsé.
   Soyez donc avares de paroles dures.
   Et si votre bouche en a proféré, n’ayez pas honte d’apporter le remède par la même bouche d’où est venue la blessure.

   3. Les exigences de la discipline pourraient forcer l’un d’entre vous à dire des paroles dures pour faire rentrer les plus jeunes dans leur devoir.
   Dans ce cas, on n’exige de personne qu’il leur demande pardon, même si on pense avoir dépassé la mesure.
   Leur devoir est d’être soumis.
   Ne brisez donc pas, par un excès d’humilité, l’influence où ils pourraient trouver direction.
   Mais il reste qu’il faut demander pardon à celui qui est le Seigneur de tous, et qui sait la bienveillance dont vous entourez ceux-là mêmes que vous corrigez peut-être avec trop de rigueur.
   Toutefois, l’amour entre vous ne doit pas être de cette terre, mais venir du Saint Esprit. »

Lien vers la règle de Saint Augustin : http://www.assomption.org/fr/spiritualite/notre-regle-de-vie/la-regle-de-saint-augustin

Source : https://saintmichelarchange.wordpress.com/2014/09/20/la-promesse-d-abel/
saint-michel
saint-michel
Aime le Rosaire

Masculin Messages : 793
Age : 45
Inscription : 05/08/2014

http://saintmichelarchange.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum