Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Les 150 Psaumes Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Les 150 Psaumes

Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Dim 12 Mai 2013 - 1:10

Les 150 Psaumes 1569_l10

150 invitations à une prière qui parle au coeur!.. Chaque psaume confie au Seigneur une expérience de vie à éclairer de son amour.
Toute personne peut retrouver un écho de cette expérience dans sa propre existence et la prier avec le psaume qui convient.



1. Mon bonheur

Méditation sur la recherche du bonheur


2. Un enfant nous est né

Méditation sur le passage du Dieu Tout-puissant au Dieu familier


3. Mes luttes quotidiennes

Appel au Père pour qu'il me soutienne dans mes luttes quotidiennes avec le mal


4. Ma sécurité? Mon Père!

Témoignage de ma sécurité dans le Père devant ceux qui me combattent.


5. Rencontre avec le Père

Conversation intime avec le Père à propos du mal qui nous habite


6. Père, ne me condamne pas

Confidence au Père de ma peur de lui à cause de mon sentiment de culpabilité


7. Que je me voie dans la vérité

Prière pour arriver à voir clair en moi: mon vrai mal et mes vrais dons


8.L'homme au coeur de la création

Émerveillement devant le soin que le Père prend de l'homme au cœur de la création


9. Le Sauveur est avec mo i

Louange au Père pour la patience du Sauveur à me mettre dans la vérité sur moi.


10. Que fais-tu, Père?

Pourquoi le Père laisse-t-il faire le mal sans punir? Pardon, Père, pour mon désir de vengeance


11. Je suis sûr de mon Père

Pleine confiance au Père devant le mal universel qu'il transformera en grâce


12. Accueil à la parole du Père

Désolation: chacun ne croit qu'en soi. Mais la Parole du Père rejoindra les cœurs


13. Ô Père, m'as-tu oublié?

Appel au Père dans une période de ténèbres


14. Les pécheurs devant le Père

Contre le mal, le Père a envoyé un Sauveur qui rassemblera les pécheurs dans l'amour


15. Exercices de fidélité

Méditation sur les comportements nécessaires pour accueillir le salut du Père


16. Sécurité dans le Père

Méditation sur la chance d'être avec le Père et ses amis


17. À l'abri du mal

Appel au Père pour me libérer du mal qui est en moi


18. Après une dure bataille

Rappel d'expériences de la présence du Père dans les luttes contre le mal


19. Deux communications du Père

Contemplation des formes de communication du Père avec nous: la création et sa Parole


20. Prière pour le pape

Prière de solidarité avec celui que le Père a choisi pour nous éclairer[/color][/size]


21. Prière au Père du Christ

Méditation et prière au Père qui a pris soin de son Christ et de nous.[/color][/size]


22. Du désespoir à l'espérance

Étalage devant le Père de mes épreuves et rappel de ses interventions en faveur des mal pris.


23. Le Seigneur, c'est mon Père

Méditation sur des expériences où le Seigneur a été un Père pour moi.


24. Le Sauveur entre chez lui

Le Premier-né de l'univers arrive chez lui: conditions pour l'accueillir.


25. Méditation d'un pécheur

Conversation intime d'un pécheur avec le Père sur ses expériences faites avec lui.


26. Accroché au Père

Appel au Père pour qu'il me garde du mal et m'attache à lui.


27. Habiter la maison du Père

Que le Seigneur me donne d'habiter avec lui et de vivre de façon à le voir face à face.


28. Père, sauve ton peuple

Prière au Père pour qu'il nous protège du Malin et de ses mensonges.


29. La terre, parole du Père

Action de grâce au Père qui nous parle par sa création.


30. Il m'a sauvé

Rappel de diverses expériences avec le Père: épreuves et consolations.


31. Souvenirs et prières

Appel confiant au Père, fondé sur mes expériences de lui: joies et épreuves.


32. La joie de l'aveu

Méditation d'une expérience où je refusais de regarder mon mal en face.


33. Un grand Dieu tout proche

Même si le Père a fait l'univers, il s'intéresse à chaque personne pour la réussite de sa vie.


34. Le Seigneur est un Père

Émerveillement devant un Père qui fait tant de bonnes choses à qui se fie en lui.


35. Le mal me vient de partout

Les épreuves me viennent de partout: prière au Père de m'en libérer.


36. J'ai le goût du mal

Présentation au Père de mon envie de mal faire et appel à sa protection.


37. Expériences de vie

Conseils de sagesse sur la manière de prendre la vie; appel à la protection du Père.


38. Ne laisse pas le mal me détruire

Le mal est en train de me détruire: Père ne m'abandonne pas.


39. Comment me contrôler encore?

Difficulté de ne pas maugréer contre les difficultés quotidiennes: appel au Père.


40. Il m'a sauvé

Description du salut offert par le Père quotidiennement à ceux qui l'accueillent.


41. J'étais malade

Prière d'un malade qui dit sa détresse et son espérance dans le Père.


42. J'ai soif de Dieu

Au cœur de l'épreuve, appel nostalgique au Père en pensant à ses bontés.


43. Père, guide-moi

Au milieu des tiraillements de la tentation, demande de lumière au Père.


44. Père, je ne comprends pas

Méditation sur le contraste entre les secours passés du Père et la détresse actuelle.


45. Au Christ ressuscité

Émerveillement devant le Christ ressuscité, sauveur du monde.


46. Le Seigneur est avec nous

Méditation sur la force invincible assurée par la présence du Père.


47. Il est ressuscité

Invitation au monde entier à célébrer le Christ ressuscité.


48. La famille du Christ

Méditation sur la Communauté-témoin de l'amour rassemblée par l'Esprit du Christ.


49. Fausse ou vraie sécurité

Méditation sur la vraie et la fausse sécurité: mise dans le Père ou dans les biens terrestres.


50. Dans la vérité, devant le Père

Méditation sur les diverses façons de plaire au Père.


51. Confession

Prière d'un pécheur qui avoue son péché et fait appel à l'amour du Père.


52. Où est ma sécurité

Comparaison entre qui se fie à ses manœuvres et celui qui se fie au Sauveur et à son œuvre


53. Le Seigneur est toujours là

Dieu finit toujours par anéantir les forces du mal et révéler sa présence à tout le monde.


54. Père, sauve-moi

Appel pressant au Père au plus fort des luttes contre le mal


55. Du mal partout

Présentation au Père d'un monde pétri de mal: besoin de sécurité et de conversions.


56. Après un conflit douloureux

Méditation priante sur la présence sécurisante du Père quand des gens me veulent du mal.


57. Dans la main du Père

Évocation des épreuves et de la protection du Père: joie devant ce tableau.


58. Maudit soit le mal

Devant les horreurs du mal, appel au Sauveur par qui l'amour est vainqueur.


59. Père, sois sans pitié pour le mal

Présentation au Père de mes luttes avec le mal: impression de solitude, appel à l'aide.


60. Après un échec

Présentation au Père mes échecs humiliants: son amour est mon dernier recours.


61. Désirs d'intimité avec le Père

Désir d'intimité avec le Père trop grand pour mes forces: à lui de le réaliser en moi.


62. Épreuves et paix

Les humains sont trop petits pour me faire réussir: seul le Père le peut et le veut.


63. Joie d'être avec le Père

Émerveillement devant la présence du Père qui donne sens à tous mes problèmes.


64. Dans la détresse

Plainte au Père pour les épreuves venues de l'entourage: confiance en sa réponse.


65. Largesses du Père

Méditation sur l'amour du Père pour les pécheurs à qui il envoie un Sauveur qui les comble.


66. Après une lutte difficile

Contemplation des venues merveilleuses du Père pour sauver qui lui fait confiance.


67. Père de l'univers

Appel au monde pour qu'il découvre la présence d'amour du Père dans la vie de l'univers.


68. Longue route vers le Père

Contemplation de la présence du Père auprès de son peuple en marche vers la Terre promise.


69. Luttes harassantes avec le mal

Supplication au Père pour qu'il intervienne dans nos nombreux problèmes de pécheur.


70. Cris d'un persécuté

Appel au Père quand des gens veulent me détruire: que je sois témoin de son amour.


71. Expérience de vie

Un vieillard médite sur la présence du Père à chacune des étapes de sa vie de pécheur.


72. Vienne son règne

Émerveillement devant le Sauveur et souhait de le voir prendre place au cœur du monde.


73. Les réussites du mal sont temporaires

Méditation sur les réussites de gens sans principes et les échecs des gens qui cherchent Dieu
.

74. Devant les victoires du mal

Pourquoi Père n'interviens-tu pas avec puissance contre le Malin qui détruit l'univers.


75. La réponse du Sauveur

Confiance au Père qui interviendra au temps voulu pour mettre tout le monde à sa place.


76. Sûre est la victoire sur le mal

Le Père est de toutes nos luttes avec le mal: par sa miséricorde offerte à tout le monde.


77. Prière au Dieu de jadis

Rappel des exploits passés de Dieu: pourquoi plus maintenant? nous a-t-il rejetés?


78. Le Dieu de la première alliance

Long poème sur les interventions de Dieu pour son peuple de l'Alliance et leurs infidélités


79. Père, délivre-nous du mal

Prière au Père: qu'il intervienne avec son amour pour vaincre le mal qui engendre le doute.


80. Père, prends soin de ta vigne

Que le Père redonne vie à la famille qu'il a sauvée et la fasse passer de la haine à l'amour.


81. Si ma famille m'écoutait

Fêtons la libération faite par le Père; rappel des infidélités qui l'empêchent d'agir encore.


82. Juger comme le Père

Évocation des jugements humains: insensibles aux petites gens et ignorants de la réalité.


83. Le malin veut nous détruire

Appel au Père pour qu'il nous fasse vaincre le Malin et convertisse ses agents.


84. Père, je suis bien avec toi

Contemplation dans la joie d'être avec le Père et de s'en aller vers sa Maison


85. Le salut nous est offert

Que le Père nous libère de la peur de lui et nous rende sensibles à sa paix et à son amour.


86. Père, ça va mal

Supplication au Père pour qu'il prenne soin, comme toujours, de son enfant malheureux


87. C'est en Église que je suis né

Contemplation de la citoyenneté offerte par le Christ, comparée à la citoyenneté terrestre


88. Père, je suis désespéré

Appel désespéré d'un malade au Père pour qu'il lui permette d'être encore témoin de l'amour


89. Émerveillement devant le Père

Émerveillement devant le Père pour la création et pour le Sauveur qu'il nous a donné


90. Père qu'est-ce que ma vie pour toi?

Méditation sur notre petitesse devant le Père: qu'il nous enveloppe de son amour


91. Le Père me protège de tout

Méditation sur la promesse du Père: me protéger des obstacles qui traversent ma vie


92. Quelle joie de fêter le Père

Émerveillement devant le Père, source de vie pour qui lui fait confiance, et destructeur du mal


93. Le Père est un être merveilleux

Émerveillement devant la sagesse du Père manifestée dans la création et les événements


94. Père, libère-nous de l'orgueil

Méditation sur les dégâts causés par l'orgueil: le Père est prêt à éclairer qui le désire


95. Contempler le Père et l'écouter

Célébrons la joie d'être avec le Père; mais il avertit de ne pas faire comme à Mériba


96. Fête à celui qui vient

Fête au Père extraordinaire qui a rempli la création de son amour


97. Un Père dont nous sommes fiers

Fierté d'avoir un Père qui se manifeste dans la création et par la miséricorde offerte à tous.


98. Joie de résurrection

Méditation sur al résurrection du Sauveur par le Père, selon sa promesse.


99. Notre Père est le tout autre

Méditation sur le mystère du Père, le tout autre, qui a toujour s conversé avec ses envoyés.


100. Que la terre chante le Père

Appel à célébrer notre Seigneur et Père, sa présence et son amour.


101. Résolutions

Énumération des comportements moraux que je veux offrir au Père quotidiennement.


102. Père, viens me chercher

Père, nous sommes en grande détresse: viens nous secourir en devenant des nôtres.


103. Contemplation du Père

Contemplation de ce qu'offre le Père à l'univers: pardon, tendresse, justice, amour…


104. Le Père de la création

Émerveillement devant la sagesse et l'amour du Père en créant l'univers et ses habitants.


105. Une histoire d'amour du Père

Une histoire d'amour du Père avec son peuple depuis Abraham jusqu'à la Terre promise.


106. Autre histoire d'amour du Père

Autre histoire d'amour: les résistances du Peuple de Dieu et les miséricorde du Père.


107. Les miséricordes du Père

Évocation de situations d'où le Père a libéré certains de ses enfants: désert, prison…


108. Victoire sur le mal

Louange au Père qui a fait l'univers et nous a envoyé un Sauveur.


109. La prière du Sauveur

Énumération de nos épreuves et prière au Père de convertir nos persécuteurs.


110. À la gloire du Sauveur

Évocation des promesses du Père au Sauveur dans sa relation aux pécheurs.


111. Regards sur le Père et nous

Méditation sur les œuvres du Père en faveur des gens qui le cherchent et s'attachent à lui.


112. Regards sur un enfant du Père

Émerveillement de ce que vit un enfant du Père dans sa propre vie et avec les autres.


113. À la gloire du Père

Hymne à l'amour offert par le Père à tout le monde, même aux plus misérables.


114. Souvenirs de libération

Bref rappel de l'action du Père pour libérer son Peuple.


115. Méditation sur le vrai Dieu

Notre lien au Père est enraciné dans son amour: il prend soin de la famille du Sauveur.


116. Une expérience du Père

C'est dans les moments d'épreuves que j'ai connu et choisi le Père: il m'a libéré.


117. Moment d'émerveillement

Un moment d'émerveillement devant le Père dont l'amour est plus grand que tout.


118. Le Père est toujours fiable

Hymne grandiose à l'amour du Père qui m'a toujours sorti des obstacles.


119. Les desseins du Père

Longue méditation sur la fidélité aux projets du Père et sur la joie qui en résulte.


120. Désirs de libération

Que le Père me libère de mes illusions que je défends comme des vérités.


121. Le Père est mon gardien

Méditation sur le Père qui m'accompagne comme mon ombre jour après jour.


122. En route vers le Père

Méditation sur la Maison du Père où nous vivrons dans la paix et l'amour.


123. Abandon au Père

Affirmation de ma confiance au Père de qui j'attends l'amour comme un enfant.


124. Notre secours, l'amour du Père

Méditation sur la protection du Père et du Sauveur contre les attaques du Malin.


125. Quand on compte sur le Père

Méditation sur la solidité de qui compte sur le Père pour vivre dans l'amour.


126. Joie du retour au Père

Évocation de la conversion offerte par le Père après un temps d'erreurs: joie du retour.


127. C'est le Père qui travaille

Méditation sur le seul travail efficace: celui qu'on fait avec le Père.


128. Maison bénie du Père

Méditation sur la joie d'une belle vie familiale: bénie par le Sauveur.


129. Chant de victoire

Malgré toutes mes épreuves, ma vie est réussie grâce au Père.


130. Pardon, Père

Appel à la miséricorde du Père pour mes erreurs.


131. Avec un coeur d'enfant

Je me tiens devant le Père avec un cœur humble d'enfant.


132. Le Père a promis à David

Méditation sur le projet de David de construire une maison au Seigneur.


133. Comme frères et soeurs

Méditation sur la joie de l'amour fraternel.


134. Louange au Père

Brève louange au Père qui a renouvelé la face du monde.


135. Notre Père est unique

Appel à tous pour louer le Père qui a fait des prodiges pour son peuple.


136. Litanie à l'amour du Père

Litanies des merveilles produites par le Père par son amour qui est de toujours.


137. Souvenirs d'exil

Méditation sur la tentation de fuir le désert intérieur dans des fausses joies: échec du Malin.


138. Le Père est toujours là

Le Père est toujours là pour me donner des forces nouvelles dans mes luttes.


139. Le Père est au coeur de ma vie

Méditation sur le mystère de la présence du Père dans tout mon être et à tout moment.


140. Le Père des pécheurs

Confession du mal en moi et dans le monde: appel à la miséricorde du Sauveur.


141. Cris de pécheurs au Père

Que le Père me protège du mal qui me vient de moi et de mon entourage.


142. Père, sors-moi de ma prison

Embourbé dans mes problèmes et personne pour m'aider: appel au Père.


143. Père, libère-moi du mal

Supplication au Père de me libérer du mal qui me tue: il l'a déjà fait dans le passé.


144. La chance d'avoir un Dieu-Père

C'est une chance d'avoir un Père pour Dieu: il m'éduque à bien lutter.


145. Contemplation du Père

Contemplation des manifestations d'amour du Père au long de l'histoire de l'univers.


146. Tous peuvent compter sur le Père

Les raisons de me fier au Père plutôt qu'à tout autre dieu: il a dirigé la famille d'âge en âge.


147. Le Père, il est tout

Louanges au Père pour toutes ses interventions dans l'univers: il est tout.


148. Hymne au Père-Créateur

Hymne au Père pour l'amour manifestée dans l'univers, qui redonne au monde sa dignité.


149. Le Père sauve son peuple

Exultation devant le Père et le Sauveur qui protègent les pauvres et détruisent le Malin.


150. Pour la grande fête du Père

Appel à tous les êtres de l'univers pour louer le Père.




(à suivre)


Dernière édition par etoilebleue le Dim 12 Mai 2013 - 9:59, édité 2 fois

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Dim 12 Mai 2013 - 2:43

Les 150 psaumes regroupés par thème


Les 150 Psaumes Emerve11

Prière d'émerveillement


devant le soin que le Père prend de nous: ps. 8, 63, 66, 149

devant les interventions du Père au cours de l'histoire:
ps. 66, 68, 78, 89, 104, 105, 106, 107, 135, 145, 147


devant le Sauveur envoyé pour nous: ps. 72

devant un Père source de Vie: ps. 92, 103, 134

devant la Sagesse du Père manifestée dans la création:
ps. 93, 96, 97,104, 150


devant ce que le Père donne de vivre à ses enfants: ps. 112

devant l'amour offert par le Père à tout le monde:
ps. 113, 117, 118, 136, 148





Les 150 Psaumes Tentat11

En parlant du mal avec le Père


mes luttes quotidiennes avec le mal:
ps. 3, 10, 13,18, 22, 26, 28, 30, 36, 44, 54, 74, 76, 77, 79, 83,
86, 91, 114, 116, 118, 124, 120, 137, 138, 144


le mal qui m'habite ou qui m'entoure:
ps. 5, 11, 17, 35, 55, 56, 81, 141


ma culpabilité: ps. 6

pour voir mon vrai mal: ps. 7, 9, 32, 120

les détresses et la maladie:
ps. 38, 41, 42, 43, 64, 66, 69, 88, 102, 142, 143

difficulté de ne pas maugréer contre les épreuves: ps. 39

confession de mes péchés: ps. 51, 59

attitude du Père avec les pécheurs:
ps. 53, 57, 58, 63, 80, 86, 95, 103, 109, 126, 131, 140

à propos d'échecs: ps. 60, 62

des gens veulent me détruire: ps. 70

l'orgueil en moi et dans le monde: ps. 94






Les 150 Psaumes 92346311

En pensant au Dieu Sauveur


Louange au Père pour le Sauveur qu'il nous envoie:
ps. 9, 65, 89, 108

le Sauveur a pris le mal sur lui: ps. 14

soin du Père pour le Sauveur et pour nous: ps. 21, 110, 115

admiration du Christ ressuscité: ps. 47, 72, 98

communauté témoin rassemblée par le Sauveur: ps. 48, 97

confiance au Sauveur: ps. 52

que le Sauveur nous protège du mal: ps. 58, 109, 124

le Sauveur nous prépare une place dans la Maison du Père: ps. 122

joie d'une famille bénie par le Sauveur: ps. 128

l'humanité sera le temple du Sauveur: ps. 132

appel à la miséricorde du Sauveur: ps. 140

exultation devant le Père et le Sauveur pour leur soin des pauvres:
ps. 149






Les 150 Psaumes Confia11

Rencontres intimes avec le Père


présentation du mal qui nous habite: ps. 5

les communications du Père avec moi: ps. 19, 29

désir de voir le Père face à face: ps. 27

mes expériences de relation avec le Père: ps. 30, 31

présence du Père à chaque personne: ps. 33

nostalgie des bontés du Père: ps. 42

seul le Père peut combler mon désir d'intimité avec lui:
ps. 61, 62, 63

ce que j'attends de l'amour du Père: ps. 69

en route vers la Maison du Père: ps. 84, 122

ce que je suis pour toi, Père de l'univers: ps. 90, 99

émerveillement devant le Père: ps. 93, 100, 104

pour un Père extraordinaire: ps. 96, 97

comment j'ai connu et choisi le Père: ps. 116

hymne à l'amour du Père: ps. 118

Les yeux d'un enfant qui regardent le Père: ps. 123, 131

présence du Père en tout mon être et en tout temps: ps. 139

la grâce d'avoir un Dieu pour Père: ps. 144, 145, 146, 147, 148






Les 150 Psaumes Penseu11

Méditations


sur le bonheur et le malheur: ps. 1;

pour passer d'un Dieu tout-puissant à un Dieu familier: ps. 2

comment accueillir le salut du Père: ps. 15

sur la grâce d'être avec le Père et ses amis: ps. 16

de la communication du Père avec moi: ps. 19

mes expériences avec Dieu comme Père: ps. 23, 30, 90, 139

ma réticence à avouer mes fautes au Père: ps. 32

manière de prendre la vie et ses inconvénients: ps. 37

force reçue avec la présence du Père: ps. 46, 91,125, 144

sur le fondement de ma sécurité: ps. 49

les façons de plaire à Dieu: ps. 50, 52, 56, 57, 62, 131

protection promise par le Père: ps. 91

le mystère de Dieu: ps. 99, 115

pour faire un travail efficace: ps. 127

joie de vivre une belle vie familiale: ps. 128, 133



(à suivre)


Dernière édition par etoilebleue le Dim 12 Mai 2013 - 15:05, édité 1 fois

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par Maud le Dim 12 Mai 2013 - 8:13

Déjà ! un grand Merci à toi , etoilebleue , pour nous donner ces premiers et précieux renseignements pour tous ceux qui sont en demande dont Caddaric qui nous l'a exprimé sur un de ses fils

Que le Seigneur te bénisse
Maud
Maud
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Dim 12 Mai 2013 - 16:40

C'est en pensant à la question de Cédric justement que j'ai eu l'idée de ce
fil. Les psaumes sont comme des cantiques qui nous relient très fort à Dieu.
Ils scandent notre quotidien et nous font penser à Lui. Nous Lui devons tout.
C'est dire leur importance. Qu'Il te bénisse aussi, Dieu que nous aimons tant !
Amicalement.




Les 150 Psaumes Maryan30
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Dim 12 Mai 2013 - 16:40


Goûtons cette Parole de saint Augustin : « “Comme le cerf altéré cherche l’eau vive, ainsi mon âme te cherche, toi mon Dieu !” ( Psaume 41). Qui donc parle ainsi ? C’est nous, si nous voulons. Pourquoi chercher ailleurs celui qui parle, quand tu peux être toi-même ce que tu cherches ? »


Les 150 Psaumes 110 Psaume 1 : Heureux l'homme

Heureux est l'homme
qui n'entre pas au conseil des méchants,
qui ne suit pas le chemin des pécheurs,
ne siège pas avec ceux qui ricanent,
mais se plaît dans la loi du Seigneur
et murmure sa loi jour et nuit !

Il est comme un arbre
planté près d'un ruisseau,
qui donne du fruit en son temps,
et jamais son feuillage ne meurt ;
tout ce qu'il entreprend réussira,
tel n'est pas le sort des méchants.

Mais ils sont comme la paille
balayée par le vent :
au jugement, les méchants ne se lèveront pas,
ni les pécheurs au rassemblement des justes.
Le Seigneur connaît le chemin des justes,
mais le chemin des méchants se perdra.




Les 150 Psaumes 210Psaume 2 : Tu es mon fils

Pourquoi ce tumulte des nations,
ce vain murmure des peuples ?
Les rois de la terre se dressent,
les grands se liguent entre eux
contre le Seigneur et son messie :
« Faisons sauter nos chaînes,
rejetons ces entraves ! »

Celui qui règne dans les cieux s'en amuse,
le Seigneur les tourne en dérision ;
puis il leur parle avec fureur
et sa colère les épouvante :
« Moi, j'ai sacré mon roi
sur Sion, ma sainte montagne. »

Je proclame le décret du Seigneur !
Il m'a dit : « Tu es mon fils ;
moi, aujourd'hui, je t'ai engendré.
Demande, et je te donne en héritage les nations,
pour domaine la terre tout entière.
Tu les détruiras de ton sceptre de fer,
tu les briseras comme un vase de potier. »

Maintenant, rois, comprenez,
reprenez-vous, juges de la terre.
Servez le Seigneur avec crainte,
rendez-lui votre hommage en tremblant.
Qu'il s'irrite et vous êtes perdus :
soudain sa colère éclatera.

Heureux qui trouve en lui son refuge !




Les 150 Psaumes 310Psaume 3 : Tu tiens haute ma tête

Seigneur, qu'ils sont nombreux mes adversaires,
nombreux à se lever contre moi,
nombreux à déclarer à mon sujet :
« Pour lui, pas de salut auprès de Dieu ! »

Mais toi, Seigneur, mon bouclier,
ma gloire, tu tiens haute ma tête.
A pleine voix je crie vers le Seigneur ;
il me répond de sa montagne sainte.

Et moi, je me couche et je dors ;
je m'éveille : le Seigneur est mon soutien.
Je ne crains pas ce peuple nombreux
qui me cerne et s'avance contre moi.

Lève-toi, Seigneur !
Sauve-moi, mon Dieu !
Tous mes ennemis, tu les frappes à la mâchoire;
les méchants, tu leur brises les dents.

Du Seigneur vient le salut ;
vienne ta bénédiction sur ton peuple !




Les 150 Psaumes 410 Psaume 4 : Que s'illumine ton visage !

Quand je crie, réponds-moi,
Dieu, ma justice !

Toi qui me libères dans la détresse,
pitié pour moi, écoute ma prière !

Fils des hommes,
jusqu'où irez-vous dans l'insulte à ma gloire,
l'amour du néant et la course au mensonge ?

Sachez que le Seigneur a mis à part son fidèle,
le Seigneur entend quand je crie vers lui.

Mais vous, tremblez, ne péchez pas ;
réfléchissez dans le secret, faites silence.

Offrez les offrandes justes
et faites confiance au Seigneur.

Beaucoup demandent :
« Qui nous fera voir le bonheur ? »
Sur nous, Seigneur, que s'illumine ton visage !

Tu mets dans mon coeur plus de joie
que toutes leurs vendanges et leurs moissons.

Dans la paix moi aussi, je me couche et je dors,
car tu me donnes d'habiter, Seigneur,
seul, dans la confiance.




Les 150 Psaumes 510Psaume 5 : L'abri de mon allégresse

Ecoute mes paroles, Seigneur,
comprends ma plainte ;
entends ma voix qui t'appelle,
ô mon Roi et mon Dieu !

Je me tourne vers toi, Seigneur,
au matin, tu écoutes ma voix ;
au matin, je me prépare pour toi
et je reste en éveil.

Tu n'es pas un Dieu ami du mal,
chez toi, le méchant n'est pas reçu.
Non, l'insensé ne tient pas
devant ton regard.

Tu détestes tous les malfaisants,
tu extermines les menteurs ;
l'homme de ruse et de sang,
le Seigneur le hait.

Pour moi, grâce à ton amour,
j'accède à ta maison ;
vers ton temple saint, je me prosterne,
saisi de crainte.

Seigneur, que ta justice me conduise ;
des ennemis me guettent :
aplanis devant moi ton chemin.

Rien n'est vrai dans leur bouche,
ils sont remplis de malveillance ;
leur gosier est un sépulcre béant,
et leur langue, un piège.

[Dieu, traite-les en coupables :
qu'ils échouent dans leurs projets!
Pour tant de méfaits, disperse-les,
puisqu'ils te résistent.]

Allégresse pour qui s'abrite en toi,
joie éternelle !
Tu les protèges, pour toi ils exultent,
ceux qui aiment ton nom.

Toi, Seigneur, tu bénis le juste ;
du bouclier de ta faveur, tu le couvres.




Les 150 Psaumes 610Psaume 6 : Seigneur, que fais-tu ?

Seigneur, corrige-moi sans colère,
et reprends-moi sans fureur.
Pitié, Seigneur, je dépéris !
Seigneur, guéris-moi !
Car je tremble de tous mes os,
de toute mon âme, je tremble.

Et toi, Seigneur, que fais-tu ?
Reviens, Seigneur, délivre-moi,
sauve-moi en raison de ton amour !
Personne, dans la mort, n'invoque ton nom ;
au séjour des morts, qui te rend grâce ?

Je m'épuise à force de gémir ;
chaque nuit, je pleure sur mon lit :
ma couche est trempée de mes larmes.
Mes yeux sont rongés de chagrin ;
j'ai vieilli parmi tant d'adversaires !

Loin de moi, vous tous, malfaisants,
car le Seigneur entend mes sanglots !
Le Seigneur accueille ma demande,
le Seigneur entend ma prière.
Qu'ils aient honte et qu'ils tremblent, tous mes ennemis,
qu'ils reculent, soudain, couverts de honte !




Les 150 Psaumes 710 Psaume 7 : Sur mes mains

Seigneur mon Dieu, tu es mon refuge !
On me poursuit : sauve-moi, délivre-moi !
Sinon ils vont m'égorger, tous ces fauves,
me déchirer, sans que personne me délivre.

Seigneur mon Dieu, si j'ai fait cela,
si j'ai vraiment un crime sur les mains,
si j'ai causé du tort à mon allié
en épargnant son adversaire,
que l'ennemi me poursuive, qu'il m'atteigne
(qu'il foule au sol ma vie)
et livre ma gloire à la poussière.

Dans ta colère, Seigneur, lève-toi,
domine mes adversaires en furie,
réveille-toi pour me défendre et prononcer ta sentence.
Une assemblée de peuples t'environne :
reprends ta place au-dessus d'elle,
Seigneur qui arbitres les nations.

Juge-moi, Seigneur, sur ma justice :
mon innocence parle pour moi.
Mets fin à la rage des impies,
affermis le juste,
toi qui scrutes les coeurs et les reins,
Dieu, le juste.

J'aurai mon bouclier auprès de Dieu,
le sauveur des coeurs droits.
Dieu juge avec justice ;
Dieu menace chaque jour l'homme qui ne se reprend pas.
Le méchant affûte son épée,
il tend son arc et le tient prêt.
Il se prépare des engins de mort ;
de ses flèches, il fait des brandons.

Qui conçoit le mal et couve le crime
enfantera le mensonge.
Qui ouvre une fosse et la creuse
tombera dans le trou qu'il a fait.
Son mauvais coup lui revient sur la tête,
sa violence retombe sur son crâne.

Je rendrai grâce au Seigneur pour sa justice,
je chanterai le nom du Seigneur, le Très-Haut.




Les 150 Psaumes 810 Psaume 8 : Des enfants, des tout petits

O Seigneur, notre Dieu,
qu'il est grand ton nom
par toute la terre !

Jusqu'aux cieux, ta splendeur est chantée
par la bouche des enfants, des tout-petits :
rempart que tu opposes à l'adversaire,
où l'ennemi se brise en sa révolte.

A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui,
le fils d'un homme, que tu en prennes
souci ?

Tu l'as voulu un peu moindre qu'un dieu,
le couronnant de gloire et d'honneur ;
tu l'établis sur les oeuvres de tes mains,
tu mets toute chose à ses pieds :

les troupeaux de boeufs et de brebis,
et même les bêtes sauvages,
les oiseaux du ciel et les poissons de la mer,
tout ce qui va son chemin dans les eaux.

R/ O Seigneur, notre Dieu,
qu'il est grand ton nom
par toute la terre !




Les 150 Psaumes 9a10Psaume 9 a : L'espoir des malheureux

De tout mon coeur, Seigneur, je rendrai grâce,
je dirai tes innombrables merveilles ;
pour toi, j'exulterai, je danserai,
je fêterai ton nom, Dieu Très-Haut.

Mes ennemis ont battu en retraite,
devant ta face, ils s'écroulent et périssent.
Tu as plaidé mon droit et ma cause,
tu as siégé, tu as jugé avec justice.

Tu menaces les nations, tu fais périr les méchants,
à tout jamais tu effaces leur nom.
L'ennemi est achevé, ruiné pour toujours,
tu as rasé des villes, leur souvenir a péri.

Mais il siège, le Seigneur, à jamais :
pour juger, il affermit son trône ;
il juge le monde avec justice
et gouverne les peuples avec droiture.

Qu'il soit la forteresse de l'opprimé,
sa forteresse aux heures d'angoisse :
ils s'appuieront sur toi, ceux qui connaissent ton nom ;
jamais tu n'abandonnes, Seigneur, ceux qui te cherchent.

Fêtez le Seigneur qui siège dans Sion,
annoncez parmi les peuples ses exploits !
Attentif au sang versé, il se rappelle,
il n'oublie pas le cri des malheureux.

Pitié pour moi, Seigneur,
vois le mal que m'ont fait mes adversaires,
toi qui m'arraches aux portes de la mort ;
et je dirai tes innombrables louanges
aux portes de Sion,
je danserai de joie pour ta victoire.

Ils sont tombés, les païens, dans la fosse qu'ils creusaient ;
aux filets qu'ils ont tendus, leurs pieds se sont pris.
Le Seigneur s'est fait connaître : il a rendu le jugement,
il prend les méchants à leur piège.

Que les méchants retournent chez les morts,
toutes les nations qui oublient le vrai Dieu !
Mais le pauvre n'est pas oublié pour
toujours :
jamais ne périt l'espoir des malheureux.

Lève-toi, Seigneur : qu'un mortel ne soit pas le plus fort,
que les nations soient jugées devant ta face !
Frappe-les d'épouvante, Seigneur :
que les nations se reconnaissent mortelles !




Les 150 Psaumes 9b10Psaume 9 b : Justice rendue

Pourquoi, Seigneur, es-tu si loin ?
Pourquoi te cacher aux jours d'angoisse ?
L'impie, dans son orgueil, poursuit les malheureux :
ils se font prendre aux ruses qu'il invente.

L'impie se glorifie du désir de son âme,
l'arrogant blasphème, il brave le Seigneur ;
plein de suffisance, l'impie ne cherche plus :
« Dieu n'est rien », voilà toute sa ruse.

A tout moment, ce qu'il fait réussit ;
tes sentences le dominent de très haut.
(Tous ses adversaires, il les méprise.)
Il s'est dit : « Rien ne peut m'ébranler,
je suis pour longtemps à l'abri du malheur. »

Sa bouche qui maudit n'est que fraude et violence,
sa langue, mensonge et blessure.
Il se tient à l'affût près des villages,
il se cache pour tuer l'innocent.

Des yeux, il épie le faible,
il se cache à l'affût, comme un lion dans son fourré ;
il se tient à l'affût pour surprendre le pauvre,
il attire le pauvre, il le prend dans son filet.

Il se baisse, il se tapit ;
de tout son poids, il tombe sur le faible.
Il dit en lui-même : « Dieu oublie !
il couvre sa face, jamais il ne verra ! »

Lève-toi, Seigneur ! Dieu, étends la main !
N'oublie pas le pauvre !
Pourquoi l'impie brave-t-il le Seigneur
en lui disant : « Viendras-tu me chercher ? »

Mais tu as vu : tu regardes le mal et la souffrance,
tu les prends dans ta main ;
sur toi repose le faible,
c'est toi qui viens en aide à l'orphelin.

Brise le bras de l'impie, du méchant ;
alors tu chercheras son impiété sans la trouver.
A tout jamais, le Seigneur est roi :
les païens ont péri sur sa terre.

Tu entends, Seigneur, le désir des pauvres,
tu rassures leur coeur, tu les écoutes.
Que justice soit rendue à l'orphelin,
qu'il n'y ait plus d'opprimé,
et que tremble le mortel, né de la terre !




Les 150 Psaumes 1010 Psaume 10 : Garder les yeux ouverts

Auprès du Seigneur j'ai mon refuge.
Comment pouvez-vous me dire :
oiseaux, fuyez à la montagne !

Voici que les méchants tendent l'arc :
ils ajustent leur flèche à la corde
pour viser dans l'ombre l'homme au coeur droit.

Quand sont ruinées les fondations,
que peut faire le juste ?

Mais le Seigneur, dans son temple saint,
le Seigneur, dans les cieux où il trône,
garde les yeux ouverts sur le monde.

Il voit, il scrute les hommes ;
le Seigneur a scruté le juste et le méchant :
l'ami de la violence, il le hait.

Il fera pleuvoir ses fléaux sur les méchants,
feu et soufre et vent de tempête ;
c'est la coupe qu'ils auront en partage.

Vraiment, le Seigneur est juste ;
il aime toute justice :
les hommes droits le verront face à face.




Dernière édition par etoilebleue le Mer 15 Mai 2013 - 22:16, édité 1 fois

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Lun 13 Mai 2013 - 14:00



Les 150 Psaumes 1110 Psaume 11 : Tenir parole


Seigneur, au secours ! Il n'y a plus de
fidèle !
La loyauté a disparu chez les hommes.
Entre eux la parole est mensonge,
coeur double, lèvres menteuses.

Que le Seigneur supprime ces lèvres menteuses,
cette langue qui parle insolemment,
ceux-là qui disent : « Armons notre langue !
A nous la parole ! Qui sera notre maître ? »

- « Pour le pauvre qui gémit,
le malheureux que l'on dépouille,
maintenant je me lève, dit le Seigneur ;
à celui qu'on méprise, je porte secours. »

Les paroles du Seigneur sont des paroles pures,
argent passé au feu, affiné sept fois.
Toi, Seigneur, tu tiens parole,
tu nous gardes pour toujours de cette engeance.

De tous côtés, s'agitent les impies :
la corruption gagne chez les hommes.




Les 150 Psaumes 1210 Psaume 12 : La lumière pour mes yeux


Combien de temps, Seigneur, vas-tu m'oublier,
Combien de temps, me cacher ton visage ?
Combien de temps aurai-je l'âme en peine
et le coeur attristé chaque jour ?
Combien de temps mon ennemi sera-t-il le plus fort ?

Regarde, réponds-moi, Seigneur mon Dieu !
Donne la lumière à mes yeux,
garde-moi du sommeil de la mort ;
que l'adversaire ne crie pas : « Victoire ! »
que l'ennemi n'ait pas la joie de ma défaite !

Moi, je prends appui sur ton amour ;
que mon coeur ait la joie de ton salut !
Je chanterai le Seigneur pour le bien qu'il m'a fait.




Les 150 Psaumes 1310 Psaume 13 : Manger mon peuple


Dans son coeur le fou déclare :
« Pas de Dieu ! »
Tout est corrompu, abominable,
pas un homme de bien !

Des cieux, le Seigneur se penche
vers les fils d'Adam
pour voir s'il en est un de sensé,
un qui cherche Dieu.

Tous, ils sont dévoyés ;
tous ensemble, pervertis :
pas un homme de bien,
pas même un seul !

N'ont-ils donc pas compris,
ces gens qui font le mal ?
Quand ils mangent leur pain,
ils mangent mon peuple.
Jamais ils n'invoquent le Seigneur.

Et voilà qu'ils se sont mis à trembler,
car Dieu accompagne les justes.
Vous riez des projets du malheureux,
mais le Seigneur est son refuge.

Qui fera venir de Sion
la délivrance d'Israël ?
Quand le Seigneur ramènera les déportés de son peuple,
quelle fête en Jacob, en Israël, quelle joie !




Les 150 Psaumes 1410 Psaume 14 : La tente de la parole

Seigneur, qui séjournera sous ta tente ?
Qui habitera ta sainte montagne ?

Celui qui se conduit parfaitement,
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son coeur. R/

Il met un frein à sa langue,
ne fait pas de tort à son frère
et n'outrage pas son prochain. R/

A ses yeux, le réprouvé est méprisable
mais il honore les fidèles du Seigneur. R/

S'il a juré à ses dépens,
il ne reprend pas sa parole. R/

Il prête son argent sans intérêt,
n'accepte rien qui nuise à l'innocent.

R/ Qui fait ainsi demeure inébranlable.




Les 150 Psaumes 1510Psaume 15 : Toi mon refuge


Garde-moi, mon Dieu :
j'ai fait de toi mon refuge.
J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Je n'ai pas d'autre bonheur que toi. »

Toutes les idoles du pays,
ces dieux que j'aimais,
ne cessent d'étendre leurs ravages,
et l'on se rue à leur suite.
Je n'irai pas leur offrir le sang des
sacrifices ;
leur nom ne viendra pas sur mes lèvres !

Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort.
La part qui me revient fait mes délices ;
j'ai même le plus bel héritage !

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon coeur m'avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon coeur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m'abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Tu m'apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
A ta droite, éternité de délices !




Les 150 Psaumes 1611Psaume 16 : Ton visage au réveil


Seigneur, écoute la justice !
Entends ma plainte, accueille ma prière :
mes lèvres ne mentent pas.

De ta face, me viendra la sentence :
tes yeux verront où est le droit.

Tu sondes mon coeur, tu me visites la nuit,
tu m'éprouves, sans rien trouver ;
mes pensées n'ont pas franchi mes lèvres.

Pour me conduire selon ta parole,
j'ai gardé le chemin prescrit ;
j'ai tenu mes pas sur tes traces :
jamais mon pied n'a trébuché.

Je t'appelle, toi, le Dieu qui répond :
écoute-moi, entends ce que je dis.

Montre les merveilles de ta grâce,
toi qui libères de l'agresseur
ceux qui se réfugient sous ta droite.
Garde-moi comme la prunelle de l'oeil ;
à l'ombre de tes ailes, cache-moi,
loin des méchants qui m'ont ruiné,
des ennemis mortels qui m'entourent.

Ils s'enferment dans leur suffisance ;
l'arrogance à la bouche, ils parlent.

Ils sont sur mes pas : maintenant ils me cernent,
l'oeil sur moi, pour me jeter à terre,
comme des lions prêts au carnage,
de jeunes fauves tapis en embuscade.

Lève-toi, Seigneur, affronte-les,
renverse-les ;
par ton épée, libère-moi des méchants.

Que ta main, Seigneur, les exclue d'entre les hommes,
hors de l'humanité, hors de ce monde :
tel soit le sort de leur vie !

Réserve-leur de quoi les rassasier :
que leurs fils en soient saturés,
qu'il en reste encore pour leurs enfants !

Et moi, par ta justice, je verrai ta face :
au réveil, je me rassasierai de ton visage.





Les 150 Psaumes 17_1-310 Psaume 17 1-30 : Libéré et mis au large


Ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m'abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme
de victoire !

Louange à Dieu !
Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.

Les liens de la mort m'entouraient,
le torrent fatal m'épouvantait ;
des liens infernaux m'étreignaient :
j'étais pris aux pièges de la mort.

Dans mon angoisse, j'appelai le Seigneur ;
vers mon Dieu, je lançai un cri ;
de son temple il entend ma voix :
mon cri parvient à ses oreilles.

La terre titube et tremble,
les assises des montagnes frémissent,
secouées par l'explosion de sa colère.

Une fumée sort de ses narines,
de sa bouche, un feu qui dévore,
une gerbe de charbons embrasés.

Il incline les cieux et descend,
une sombre nuée sous ses pieds :
d'un kéroub, il fait sa monture,
il vole sur les ailes du vent.
Il se cache au sein des ténèbres
et dans leurs replis se dérobe :
nuées sur nuées, ténèbres diluviennes.

Une lueur le précède,
ses nuages déferlent :
grêle et gerbes de feu.

Tonnerre du Seigneur dans le ciel,
le Très-Haut fait entendre sa voix :
grêle et gerbes de feu.
De tous côtés, il tire des flèches,
il décoche des éclairs, il répand la terreur.

Alors le fond des mers se découvrit,
les assises du monde apparurent,
sous ta voix menaçante, Seigneur,
au souffle qu'exhalait ta colère.

Des hauteurs il tend la main pour me saisir,
il me retire du gouffre des eaux ;
il me délivre d'un puissant ennemi,
d'adversaires plus forts que moi.

Au jour de ma défaite ils m'attendaient,
mais j'avais le Seigneur pour appui.
Et lui m'a dégagé, mis au large,
il m'a libéré, car il m'aime.
Le Seigneur me traite selon ma justice,
il me donne le salaire des mains pures,
car j'ai gardé les chemins du Seigneur,
jamais je n'ai trahi mon Dieu.

Ses ordres sont tous devant moi,
jamais je ne m'écarte de ses lois.
Je suis sans reproche envers lui,
je me garde loin du péché.
Le Seigneur me donne selon ma justice,
selon la pureté des mains que je lui tends.

Tu es fidèle envers l'homme fidèle,
sans reproche avec l'homme sans
reproche ; envers qui est loyal,
tu es loyal, tu ruses avec le pervers.

Tu sauves le peuple des humbles ;
les regards hautains, tu les rabaisses.
Tu es la lumière de ma lampe,
Seigneur mon Dieu, tu éclaires ma nuit.
Grâce à toi, je saute le fossé,
grâce à mon Dieu, je franchis la muraille.





Les 150 Psaumes 17_31-10 Psaume 17 31-51 : Une agilité de chamois


Ce Dieu a des chemins sans reproche,
la parole du Seigneur est sans alliage,
il est un bouclier pour qui s'abrite en lui.

Qui est Dieu, hormis le Seigneur ?
le Rocher, sinon notre Dieu ?
C'est le Dieu qui m'emplit de vaillance
et m'indique un chemin sans reproche.

Il me donne l'agilité du chamois,
il me tient debout sur les hauteurs,
il exerce mes mains à combattre
et mon bras, à tendre l'arc.

Par ton bouclier tu m'assures la victoire,
ta droite me soutient, ta patience m'élève.
C'est toi qui allonges ma foulée
sans que faiblissent mes chevilles.

Je poursuis mes ennemis, je les rejoins,
je ne reviens qu'après leur défaite ;
je les abats : ils ne pourront se relever ;
ils tombent : les voilà sous mes pieds.

Pour le combat tu m'emplis de vaillance ;
devant moi tu fais plier mes agresseurs.
Tu me livres des ennemis en déroute ;
j'anéantis mes adversaires.

Ils appellent ? pas de sauveur !
le Seigneur ? pas de réponse !
J'en fais de la poussière pour le vent,
de la boue qu'on enlève des rues.

Tu me libères des querelles du peuple,
tu me places à la tête des nations.
Un peuple d'inconnus m'est asservi :
au premier mot, ils m'obéissent.

Ces fils d'étrangers se soumettent ;
ces fils d'étrangers capitulent :
en tremblant ils quittent leurs bastions.

Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !
Qu'il triomphe, le Dieu de ma victoire,
ce Dieu qui m'accorde la revanche,
qui soumet à mon pouvoir les nations !

Tu me délivres de tous mes ennemis,
tu me fais triompher de l'agresseur,
tu m'arraches à la violence de l'homme.

Aussi, je te rendrai grâce parmi les peuples,
Seigneur, je fêterai ton nom.
Il donne à son roi de grandes victoires,
il se montre fidèle à son messie,
à David et sa descendance, pour toujours.





Les 150 Psaumes 18a10Psaume 18 a : L’ouvrage de tes mains


Les cieux proclament la gloire de Dieu,
le firmament raconte l'ouvrage de ses mains.
Le jour au jour en livre le récit
et la nuit à la nuit en donne connaissance.

Pas de paroles dans ce récit,
pas de voix qui s'entende ;
mais sur toute la terre en paraît le message
et la nouvelle, aux limites du monde.

Là, se trouve la demeure du soleil :
tel un époux, il paraît hors de sa tente,
il s'élance en conquérant joyeux.

Il paraît où commence le ciel,
il s'en va jusqu'où le ciel s'achève :
rien n'échappe à son ardeur.





Les 150 Psaumes 18b10 Psaume 18 b : Le regard clair


La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le coeur ;
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard.

La crainte qu'il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables :

plus désirables que l'or,
qu'une masse d'or fin,
plus savoureuses que le miel
qui coule des rayons.

Aussi ton serviteur en est illuminé ;
à les garder, il trouve son profit.
Qui peut discerner ses erreurs ?
Purifie-moi de celles qui m'échappent.

Préserve aussi ton serviteur de l'orgueil :
qu'il n'ait sur moi aucune emprise.
Alors je serai sans reproche,
pur d'un grand péché.

Accueille les paroles de ma bouche,
le murmure de mon coeur ;
qu'ils parviennent devant toi,
Seigneur, mon rocher, mon défenseur !





Les 150 Psaumes 1910Psaume 19 : À la mesure de ton coeur


Que le Seigneur te réponde au jour de détresse,
que le nom du Dieu de Jacob te défende.
Du sanctuaire, qu'il t'envoie le secours,
qu'il te soutienne des hauteurs de Sion.

Qu'il se rappelle toutes tes offrandes ;
ton holocauste, qu'il le trouve savoureux.
Qu'il te donne à la mesure de ton coeur,
qu'il accomplisse tous tes projets.

Nous acclamerons ta victoire
en arborant le nom de notre Dieu.
Le Seigneur accomplira
toutes tes demandes.

Maintenant, je le sais :
le Seigneur donne la victoire à son messie ;
du sanctuaire des cieux, il lui répond
par les exploits de sa main victorieuse.

Aux uns, les chars ; aux autres,
les chevaux ;
à nous, le nom de notre Dieu : le Seigneur.
Eux, ils plient et s'effondrent ;
nous, debout, nous résistons.

Seigneur, donne au roi la victoire !
Réponds-nous au jour de notre appel.





Les 150 Psaumes 2010 Psaume 20 : Dresse-toi dans ta force


Seigneur, le roi se réjouit de ta force ;
quelle allégresse lui donne ta victoire !
Tu as répondu au désir de son coeur,
tu n'as pas rejeté le souhait de ses lèvres.

Tu lui destines bénédictions et bienfaits,
tu mets sur sa tête une couronne d'or.
La vie qu'il t'a demandée, tu la lui donnes,
de longs jours, des années sans fin.

Par ta victoire, grandit son éclat :
tu le revêts de splendeur et de gloire.
Tu mets en lui ta bénédiction pour toujours :
ta présence l'emplit de joie !

Oui, le roi s'appuie sur le Seigneur :
la grâce du Très-Haut le rend inébranlable.
Ta main trouvera tes ennemis,
ta droite trouvera tes adversaires.

Tu parais, tu en fais un brasier :
la colère du Seigneur les consume,
un feu les dévore.
Tu aboliras leur lignée sur la terre
et leur descendance parmi les hommes.

S'ils trament le mal contre toi,
S'ils préparent un complot,
ils iront à l'échec.
Oui, tu les renverses et les terrasses ;
ton arc les vise en plein coeur.
Dresse-toi, Seigneur, dans ta force :
nous fêterons, nous chanterons ta vaillance.





L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Mar 14 Mai 2013 - 14:17



Les 150 Psaumes 2110Psaume 21 : Rejeté par le peuple


Mon Dieu, mon Dieu,
pourquoi m'as-tu abandonné ?
Le salut est loin de moi,
loin des mots que je rugis.

Mon Dieu, j'appelle tout le jour,
et tu ne réponds pas ;
même la nuit,
je n'ai pas de repos.

Toi, pourtant, tu es saint,
toi qui habites les hymnes d'Israël !
C'est en toi que nos pères espéraient,
ils espéraient et tu les délivrais.
Quand ils criaient vers toi, ils échappaient ;
en toi ils espéraient et n'étaient pas déçus.

Et moi, je suis un ver, pas un homme,
raillé par les gens, rejeté par le peuple.
Tous ceux qui me voient me bafouent,
ils ricanent et hochent la tête :
« Il comptait sur le Seigneur : qu'il le délivre !
Qu'il le sauve, puisqu'il est son ami ! »

C'est toi qui m'as tiré du ventre de ma mère,
qui m'a mis en sûreté entre ses bras.
A toi je fus confié dès ma naissance ;
dès le ventre de ma mère, tu es mon Dieu.

Ne sois pas loin : l'angoisse est proche,
je n'ai personne pour m'aider.
Des fauves nombreux me cernent,
des taureaux de Basan m'encerclent.
Des lions qui déchirent et rugissent
ouvrent leur gueule contre moi.

Je suis comme l'eau qui se répand,
tous mes membres se disloquent.
Mon coeur est comme la cire,
il fond au milieu de mes entrailles.
Ma vigueur a séché comme l'argile,
ma langue colle à mon palais.

Tu me mènes à la poussière de la mort.

Oui, des chiens me cernent,
une bande de vauriens m'entoure.
Ils me percent les mains et les pieds ;
je peux compter tous mes os.

Ces gens me voient, ils me regardent.
Ils partagent entre eux mes habits
et tirent au sort mon vêtement.

Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin :
ô ma force, viens vite à mon aide !
Préserve ma vie de l'épée,
arrache-moi aux griffes du chien ;
sauve-moi de la gueule du lion
et de la corne des buffles.

Tu m'as répondu !
Et je proclame ton nom devant mes frères,
je te loue en pleine assemblée.

Vous qui le craignez, louez le Seigneur,
glorifiez-le, vous tous, descendants de Jacob,
vous tous, redoutez-le, descendants d'Israël.

Car il n'a pas rejeté,
il n'a pas réprouvé le malheureux dans sa misère ;
il ne s'est pas voilé la face devant lui,
mais il entend sa plainte.

Tu seras ma louange dans la grande assemblée ;
devant ceux qui te craignent, je tiendrai mes promesses.
Les pauvres mangeront : ils seront rassasiés ;
ils loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent :
« A vous, toujours, la vie et la joie ! »

La terre entière se souviendra
et reviendra vers le Seigneur,
chaque famille de nations se prosternera devant lui :
« Oui, au Seigneur la royauté,
le pouvoir sur les nations ! »

Tous ceux qui festoyaient s'inclinent ;
promis à la mort, ils plient en sa présence.

Et moi, je vis pour lui : ma descendance le servira ;
on annoncera le Seigneur aux générations à venir.
On proclamera sa justice au peuple qui va naître :
Voilà son oeuvre !




Les 150 Psaumes 2210Psaume 22 : Le seigneur est mon berger


Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d'herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l'honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m'accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j'habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.




Les 150 Psaumes 2310Psaume 23 : Portes, Levez vos frontons !


Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C'est lui qui l'a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L'homme au coeur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles
(et ne dit pas de faux serments).

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !

Portes, levez vos frontons,
élevez-vous, portes éternelles :
qu'il entre, le roi de gloire !

Qui est ce roi de gloire ?
C'est le Seigneur, le fort, le vaillant,
le Seigneur, le vaillant des combats.

Portes, levez vos frontons,
levez-les, portes éternelles :
qu'il entre, le roi de gloire !

Qui donc est ce roi de gloire ?
C'est le Seigneur, Dieu de l'univers ;
c'est lui, le roi de gloire.




Les 150 Psaumes 2410Psaume 24 : Ton amour est de toujours


Vers toi, Seigneur, j'élève mon âme,
vers toi, mon Dieu.

Je m'appuie sur toi : épargne-moi la honte ;
ne laisse pas triompher mon ennemi.
Pour qui espère en toi, pas de honte,
mais honte et déception pour qui trahit.

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

C'est toi que j'espère tout le jour
en raison de ta bonté, Seigneur.
Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
Oublie les révoltes, les péchés de
ma jeunesse;
dans ton amour, ne m'oublie pas.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

Les voies du Seigneur sont amour et vérité
pour qui veille à son alliance et à ses lois.
A cause de ton nom, Seigneur,
pardonne ma faute : elle est grande.

Est-il un homme qui craigne le Seigneur ?
Dieu lui montre le chemin qu'il doit prendre.
Son âme habitera le bonheur,
ses descendants posséderont la terre.
Le secret du Seigneur est pour ceux qui le craignent ;
à ceux-là, il fait connaître son alliance.

J'ai les yeux tournés vers le Seigneur :
il tirera mes pieds du filet.
Regarde, et prends pitié de moi,
de moi qui suis seul et misérable.

L'angoisse grandit dans mon coeur :
tire-moi de ma détresse.
Vois ma misère et ma peine,
enlève tous mes péchés.

Vois mes ennemis si nombreux,
la haine violente qu'ils me portent.
Garde mon âme, délivre-moi ;
je m'abrite en toi : épargne-moi la honte.
Droiture et perfection veillent sur moi,
sur moi qui t'espère !

Libère Israël, ô mon Dieu,
de toutes ses angoisses !




Les 150 Psaumes 2510 Psaume 25 : J'aime ta maison


Seigneur, rends-moi justice :
j'ai marché sans faillir.
Je m'appuie sur le Seigneur,
et ne faiblirai pas.
Éprouve-moi, Seigneur, scrute-moi,
passe au feu mes reins et mon coeur.

J'ai devant les yeux ton amour,
je marche selon ta vérité.
Je ne m'assieds pas chez l'imposteur,
je n'entre pas chez l'hypocrite.
L'assemblée des méchants, je la hais,
je me m'assieds pas chez les impies.

Je lave mes mains en signe d'innocence
pour approcher de ton autel, Seigneur,
pour dire à pleine voix l'action de grâce
et rappeler toutes tes merveilles.
Seigneur, j'aime la maison que tu habites,
le lieu où demeure ta gloire.

Ne m'inflige pas le sort des pécheurs,
le destin de ceux qui versent le sang :
ils ont dans les mains la corruption ;
leur droite est pleine de profits.

Oui, j'ai marché sans faillir :
libère-moi ! prends pitié de moi !
Sous mes pieds le terrain est sûr ;
dans l'assemblée je bénirai le Seigneur.




Les 150 Psaumes 2610 Psaume 26 : Espère le Seigneur


Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

Si des méchants s'avancent contre moi
pour me déchirer,
ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires,
qui perdent pied et succombent.

Qu'une armée se déploie devant moi,
mon coeur est sans crainte ;
que la bataille s'engage contre moi,
je garde confiance.

J'ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m'attacher à son temple.

Oui, il me réserve un lieu sûr
au jour du malheur ;
il me cache au plus secret de sa tente,
il m'élève sur le roc.
Maintenant je relève la tête
devant mes ennemis.

J'irai célébrer dans sa tente
je chanterai, je fêterai le Seigneur.

Écoute, Seigneur, je t'appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon coeur m'a redit ta parole :
« Cherchez ma face. »
C'est ta face, Seigneur, que je cherche :
ne me cache pas ta face.

N'écarte pas ton serviteur avec colère :
tu restes mon secours.
Ne me laisse pas, ne m'abandonne pas,
Dieu, mon salut !
Mon père et ma mère m'abandonnent ;
le Seigneur me reçoit.

Enseigne-moi ton chemin, Seigneur,
conduis-moi par des routes sûres,
malgré ceux qui me guettent.

Ne me livre pas à la merci de l'adversaire :
contre moi se sont levés de faux témoins
qui soufflent la violence.

Mais j'en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »





Les 150 Psaumes 2710Psaume 27 : Seigneur, mon rocher


Seigneur, mon rocher, c'est toi que j'appelle :
ne reste pas sans me répondre,
car si tu gardais le silence,
je m'en irais, moi aussi, vers la tombe.

Entends la voix de ma prière
quand je crie vers toi,
quand j'élève les mains
vers le Saint des Saints !

Ne me traîne pas chez les impies,
chez les hommes criminels ;
à leurs voisins ils parlent de paix
quand le mal est dans leur coeur.

Traite-les d'après leurs actes
et selon leurs méfaits ;
traite-les d'après leurs oeuvres,
rends-leur ce qu'ils méritent.

Ils n'ont compris ni l'action du Seigneur
ni l'oeuvre de ses mains ;
que Dieu les renverse
et jamais ne les relève !

Béni soit le Seigneur
qui entend la voix de ma prière !

Le Seigneur est ma force et mon rempart ;
à lui, mon coeur fait confiance :
il m'a guéri, ma chair a refleuri,
mes chants lui rendent grâce.

Le Seigneur est la force de son peuple,
le refuge et le salut de son messie.
Sauve ton peuple, bénis ton héritage,
veille sur lui, porte-le toujours.




Les 150 Psaumes 2810 Psaume 28 : Voix du seigneur


Rendez au Seigneur, vous, les dieux,
rendez au Seigneur gloire et puissance.

Rendez au Seigneur la gloire de son nom,
adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté.

La voix du Seigneur domine les eaux,
le Dieu de la gloire déchaîne le tonnerre,
le Seigneur domine la masse des eaux.

Voix du Seigneur dans sa force,
voix du Seigneur qui éblouit,
voix du Seigneur : elle casse les cèdres.

Le Seigneur fracasse les cèdres du Liban ;
il fait bondir comme un poulain le Liban,
le Sirion, comme un jeune taureau.

Voix du Seigneur : elle taille des lames de feu ;
voix du Seigneur : elle épouvante le désert ;
le Seigneur épouvante le désert de Cadès.

Voix du Seigneur qui affole les biches en travail,
qui ravage les forêts.
Et tous dans son temple s'écrient :
« Gloire ! »

Au déluge le Seigneur a siégé ;
il siège, le Seigneur, il est roi pour toujours !

Le Seigneur accorde à son peuple la puissance,
le Seigneur bénit son peuple
en lui donnant la paix.




Les 150 Psaumes 2910Psaume 29 : Au matin, les cris de joie


Je t'exalte, Seigneur : tu m'as relevé,
tu m'épargnes les rires de l'ennemi.

Quand j'ai crié vers toi, Seigneur,
mon Dieu, tu m'as guéri ;
Seigneur, tu m'as fait remonter de l'abîme
et revivre quand je descendais à la fosse.

Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles,
rendez grâce en rappelant son nom très saint.

Sa colère ne dure qu'un instant,
sa bonté, toute la vie ;
avec le soir, viennent les larmes,
mais au matin, les cris de joie.

Dans mon bonheur, je disais :
Rien, jamais, ne m'ébranlera !

Dans ta bonté, Seigneur, tu m'avais fortifié
sur ma puissante montagne ;
pourtant, tu m'as caché ta face
et je fus épouvanté.

Et j'ai crié vers toi, Seigneur,
j'ai supplié mon Dieu :

« A quoi te servirait mon sang
si je descendais dans la tombe ?
La poussière peut-elle te rendre grâce
et proclamer ta fidélité ?

Écoute, Seigneur, pitié pour moi !
Seigneur, viens à mon aide ! »

Tu as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbres en parure de joie.

Que mon coeur ne se taise pas,
qu'il soit en fête pour toi,
et que sans fin, Seigneur, mon Dieu,
je te rende grâce !





Les 150 Psaumes 3010 Psaume 30 : Ma forteresse et mon roc


En toi, Seigneur, j'ai mon refuge ;
garde-moi d'être humilié pour toujours.

Dans ta justice, libère-moi ;
écoute, et viens me délivrer.
Sois le rocher qui m'abrite,
la maison fortifiée qui me sauve.

Ma forteresse et mon roc, c'est toi :
pour l'honneur de ton nom,
tu me guides et me conduis.
Tu m'arraches au filet qu'ils m'ont tendu ;
oui, c'est toi mon abri.

En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.
Je hais les adorateurs de faux dieux,
et moi, je suis sûr du Seigneur.

Ton amour me fait danser de joie :
tu vois ma misère et tu sais ma détresse.
Tu ne m'as pas livré aux mains de l'ennemi ;
devant moi, tu as ouvert un passage.

Prends pitié de moi, Seigneur,
je suis en détresse.
La douleur me ronge les yeux,
la gorge et les entrailles.

Ma vie s'achève dans les larmes,
et mes années, dans les souffrances.
Le péché m'a fait perdre mes forces,
il me ronge les os.

Je suis la risée de mes adversaires
et même de mes voisins,
je fais peur à mes amis
(s'ils me voient dans la rue, ils me fuient).
On m'ignore comme un mort oublié,
comme une chose qu'on jette.

J'entends les calomnies de la foule :
de tous côtés c'est l'épouvante.
Ils ont tenu conseil contre moi,
ils s'accordent pour m'ôter la vie.

Moi, je suis sûr de toi, Seigneur,
je dis : « Tu es mon Dieu ! »
Mes jours sont dans ta main : délivre-moi
des mains hostiles qui s'acharnent.

Sur ton serviteur, que s'illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Seigneur, garde-moi d'être humilié,
moi qui t'appelle.

Mais qu'ils soient humiliés les impies;
qu'ils entrent dans le silence des morts !
Qu'ils deviennent muets, ces menteurs,
car ils parlent contre le juste
avec orgueil, insolence et mépris.

Qu'ils sont grands, tes bienfaits !
Tu les réserves à ceux qui te craignent.
Tu combles, à la face du monde,
ceux qui ont en toi leur refuge.

Tu les caches au plus secret de ta face,
loin des intrigues des hommes.
Tu leur réserves un lieu sûr,
loin des langues méchantes.

Béni soit le Seigneur :
son amour a fait pour moi des merveilles
dans la ville retranchée !

Et moi, dans mon trouble, je disais :
« Je ne suis plus devant tes yeux. »
Pourtant, tu écoutais ma prière
quand je criais vers toi.

Aimez le Seigneur, vous, ses fidèles :
le Seigneur veille sur les siens ;
mais il rétribue avec rigueur
qui se montre arrogant.

Soyez forts, prenez courage,
vous tous qui espérez le Seigneur !




L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Mer 15 Mai 2013 - 23:56


Les 150 Psaumes 3110 Psaume 31: Comme l'herbe desséchée

Heureux l'homme dont la faute est enlevée,
et le péché remis !
Heureux l'homme dont le Seigneur ne retient pas l'offense,
dont l'esprit est sans fraude !

Je me taisais et mes forces s'épuisaient
à gémir tout le jour :
ta main, le jour et la nuit,
pesait sur moi ;
ma vigueur se desséchait
comme l'herbe en été.

Je t'ai fait connaître ma faute,
je n'ai pas caché mes torts.
J'ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur
en confessant mes péchés. »
Et toi, tu as enlevé
l'offense de ma faute.

Ainsi chacun des tiens te priera
aux heures décisives ;
même les eaux qui débordent
ne peuvent l'atteindre.

Tu es un refuge pour moi,
mon abri dans la détresse ;
de chants de délivrance,
tu m'as entouré.

« Je vais t'instruire, te montrer
la route à suivre,
te conseiller, veiller sur toi.

N'imite pas les mules et les chevaux
qui ne comprennent pas,
qu'il faut mater par la bride et le mors,
et rien ne t'arrivera. »

Pour le méchant, douleurs sans nombre ;
mais l'amour du Seigneur entourera
ceux qui comptent sur lui.

Que le Seigneur soit votre joie !
Exultez, hommes justes !
Hommes droits, chantez votre allégresse !




Les 150 Psaumes 3210 Psaume 32 : Criez de joie pour le Seigneur


Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes !
Hommes droits, à vous la louange !

Rendez grâce au Seigneur sur la cithare,
jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.
Chantez-lui le cantique nouveau,
de tout votre art soutenez l'ovation.

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
il est fidèle en tout ce qu'il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

Le Seigneur a fait les cieux par sa parole,
l'univers, par le souffle de sa bouche.
Il amasse, il retient l'eau des mers ;
les océans, il les garde en réserve.

Que la crainte du Seigneur saisisse la terre,
que tremblent devant lui les habitants du monde !
Il parla, et ce qu'il dit exista ;
il commanda, et ce qu'il dit survint.

Le Seigneur a déjoué les plans des nations,
anéanti les projets des peuples.
Le plan du Seigneur demeure pour toujours,
les projets de son coeur subsistent d'âge en âge.

Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu,
heureuse la nation qu'il s'est choisie pour domaine !
Du haut des cieux, le Seigneur regarde :
il voit la race des hommes.

Du lieu qu'il habite, il observe
tous les habitants de la terre,
lui qui forme le coeur de chacun,
qui pénètre toutes leurs actions.

Le salut d'un roi n'est pas dans son armée,
ni la victoire d'un guerrier, dans sa force.
Illusion que des chevaux pour la victoire :
une armée ne donne pas le salut.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
La joie de notre coeur vient de lui,
notre confiance est dans son nom très saint.

Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi !





Les 150 Psaumes 3310Psaume 33 : Goûtez et voyez

Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m'entendent et soient en fête !

Magnifiez avec moi le Seigneur,
exaltons tous ensemble son nom.
Je cherche le Seigneur, il me répond :
de toutes mes frayeurs, il me délivre.

Qui regarde vers lui resplendira,
sans ombre ni trouble au visage.
Un pauvre crie ; le Seigneur entend :
il le sauve de toutes ses angoisses.

L'ange du Seigneur campe à l'entour
pour libérer ceux qui le craignent.
Goûtez et voyez : le Seigneur est bon !
Heureux qui trouve en lui son refuge !

Saints du Seigneur, adorez-le :
rien ne manque à ceux qui le craignent.
Des riches ont tout perdu, ils ont faim ;
qui cherche le Seigneur
ne manquera d'aucun bien.

Venez, mes fils, écoutez-moi,
que je vous enseigne la crainte du Seigneur.
Qui donc aime la vie
et désire les jours où il verra le bonheur ?

Garde ta langue du mal
et tes lèvres des paroles perfides.
Évite le mal, fais ce qui est bien,
poursuis la paix, recherche-la.

Le Seigneur regarde les justes,
il écoute, attentif à leurs cris.
Le Seigneur affronte les méchants
pour effacer de la terre leur mémoire.

Le Seigneur entend ceux qui l'appellent :
de toutes leurs angoisses, il les délivre.
Il est proche du coeur brisé,
il sauve l'esprit abattu.

Malheur sur malheur pour le juste,
mais le Seigneur chaque fois le délivre.
Il veille sur chacun de ses os :
pas un ne sera brisé.

Le mal tuera les méchants ;
ils seront châtiés d'avoir haï le juste.
Le Seigneur rachètera ses serviteurs :
pas de châtiment
pour qui trouve en lui son refuge.



Les 150 Psaumes 3410 Psaume 34 : Pour me défendre


Accuse, Seigneur, ceux qui m'accusent,
attaque ceux qui m'attaquent.
Prends une armure, un bouclier,
lève-toi pour me défendre.

Brandis la lance et l'épée
contre ceux qui me poursuivent.
Parle et dis-moi :
« Je suis ton salut. »

Qu'ils soient humiliés, déshonorés,
ceux qui s'en prennent à ma vie !
Qu'ils reculent, couverts de honte,
ceux qui veulent mon malheur !

Qu'ils soient comme la paille dans le vent
lorsque l'ange du seigneur les balaiera !
Que leur chemin soit obscur et glissant
lorsque l'ange du Seigneur les chassera !

Sans raison ils ont tendu leur filet,
et sans raison creusé un trou pour me perdre.
Qu'un désastre imprévu les surprenne,
qu'ils soient pris dans le filet qu'ils ont caché,
et dans ce désastre, qu'ils succombent !

Pour moi, le Seigneur sera ma joie,
et son salut, mon allégresse !

De tout mon être, je dirai :
« Qui est comme toi, Seigneur,
pour arracher un pauvre à plus fort que lui,
un pauvre, un malheureux, à qui le dépouille. »

Des témoins injustes se lèvent,
des inconnus m'interrogent.
On me rend le mal pour le bien :
je suis un homme isolé.

Quand ils étaient malades,
je m'habillais d'un sac,
je m'épuisais à jeûner ;
sans cesse, revenait ma prière.

Comme pour un frère, un ami,
j'allais et venais ;
comme en deuil de ma mère,
j'étais sombre et prostré.

Si je faiblis, on rit, on s'attroupe,
des misérables s'attroupent contre moi :
des gens inconnus
qui déchirent à grands cris.

Ils blasphèment, ils me couvrent de sarcasmes,
grinçant des dents contre moi.

Comment peux-tu voir cela, Seigneur ?
Tire ma vie de ce désastre, délivre-moi de ces fauves.

Je te rendrai grâce dans la grande assemblée,
avec un peuple nombreux, je te louerai.

Qu'ils n'aient plus à rire de moi,
ceux qui me haïssent injustement !
Et ceux qui me détestent sans raison,
qu'ils cessent leurs clins d'oeil !

Ils n'ont jamais une parole de paix,
ils calomnient les gens tranquilles du pays.
La bouche large ouverte contre moi,
ils disent : « Voilà, nos yeux l'ont vu ! »

Tu as vu, Seigneur, sors de ton silence !
Seigneur, ne sois pas loin de moi !
Réveille-toi, lève-toi, Seigneur mon Dieu,
pour défendre et juger ma cause !

Juge-moi, Seigneur mon Dieu, selon ta justice :
qu'ils n'aient plus à rire de moi !
Qu'ils ne pensent pas : « Voilà, c'en est fait ! »
Qu'ils ne disent pas : « Nous l'avons englouti ! »

Qu'ils soient tous humiliés, confondus,
ceux qui riaient de mon malheur !
Qu'ils soient déshonorés, couverts de honte,
tous ceux qui triomphaient !

A ceux qui voulaient pour moi la justice,
rires et cris de joie !
Ils diront sans fin : « Le Seigneur triomphe,
lui qui veut le bien de son serviteur. »

Moi, je redirai ta justice
et chaque jour ta louange.




Les 150 Psaumes 3510Psaume 35 : En toi la source de vie


C'est le péché qui parle
au coeur de l'impie ;
ses yeux ne voient pas
que Dieu est terrible.

Il se voit d'un oeil trop flatteur
pour trouver et haïr sa faute ;
il n'a que ruse et fraude à la bouche,
il a perdu le sens du bien.

Il prépare en secret ses mauvais coups.
La route qu'il suit n'est pas celle du bien ;
il ne renonce pas au mal.

Dans les cieux, Seigneur, ton amour ;
jusqu'aux nues, ta vérité !
Ta justice, une haute montagne ;
tes jugements, le grand abîme !

Tu sauves, Seigneur, l'homme et les bêtes :
qu'il est précieux ton amour, ô mon Dieu !

A l'ombre de tes ailes, tu abrites les hommes :
ils savourent les festins de ta maison ;
aux torrents du paradis, tu les abreuves.

En toi est la source de vie ;
par ta lumière nous voyons la lumière.

Garde ton amour à ceux qui t'ont connu,
ta justice à tous les hommes droits.

Que l'orgueilleux n'entre pas chez moi,
que l'impie ne me jette pas dehors !

Voyez : ils sont tombés, les malfaisants ;
abattus, ils ne pourront se relever.




Les 150 Psaumes 3610 Psaume 36 1-22 : Laisse ta colère


Ne t'indigne pas à la vue des méchants,
n'envie pas les gens malhonnêtes ;
aussi vite que l'herbe, ils se fanent ;
comme la verdure, ils se flétrissent.

Fais confiance au Seigneur, agis bien,
habite la terre et reste fidèle ;
mets ta joie dans le Seigneur :
il comblera les désirs de ton coeur.

Dirige ton chemin vers le Seigneur,
fais-lui confiance, et lui, il agira.
Il fera lever comme le jour ta justice,
et ton droit comme le plein midi.

Repose-toi sur le Seigneur
et compte sur lui.
Ne t'indigne pas devant celui qui réussit,
devant l'homme qui use d'intrigues.

Laisse ta colère, calme ta fièvre,
ne t'indigne pas : il n'en viendrait que
du mal ;
les méchants seront déracinés,
mais qui espère le Seigneur possédera la terre.

Encore un peu de temps : plus d'impie ;
tu pénètres chez lui : il n'y est plus.
Les doux posséderont la terre
et jouiront d'une abondante paix.

L'impie peut intriguer contre le juste
et grincer des dents contre lui,
le Seigneur se moque du méchant
car il voit son jour qui arrive.

L'impie a tiré son épée, il a tendu son arc
pour abattre le pauvre et le faible, pour tuer l'homme droit.
Mais l'épée lui entrera dans le coeur,
et son arc se brisera.

Pour le juste, avoir peu de biens
vaut mieux que la fortune des impies.
Car le bras de l'impie sera brisé,
mais le Seigneur soutient les justes.

Il connaît les jours de l'homme intègre
qui recevra un héritage impérissable.
Pas de honte pour lui aux mauvais jours ;
aux temps de famine, il sera rassasié.

Mais oui, les impies disparaîtront
comme la parure des prés ;
c'en est fini des ennemis du Seigneur :
ils s'en vont en fumée.

L'impie emprunte et ne rend pas ;
le juste a pitié : il donne.
Ceux qu'il bénit posséderont la terre,
ceux qu'il maudit seront déracinés.



Les 150 Psaumes 36_b10Psaume 36 23-40 : Les justes posséderont la terre



Quand le Seigneur conduit les pas de l'homme,
ils sont fermes et sa marche lui plaît.
S'il trébuche, il ne tombe pas
car le Seigneur le soutient de sa main.

Jamais, de ma jeunesse à mes vieux jours,
je n'ai vu le juste abandonné ni ses enfants mendier leur pain.
Chaque jour il a pitié, il prête ;
ses descendants seront bénis.

Évite le mal, fais ce qui est bien,
et tu auras une habitation pour toujours,
car le Seigneur aime le bon droit,
il n'abandonne pas ses amis.

Ceux-là seront préservés à jamais,
les descendants de l'impie seront déracinés.
Les justes posséderont la terre
et toujours l'habiteront.

Les lèvres du juste redisent la sagesse
et sa bouche énonce le droit.
La loi de son Dieu est dans son coeur ;
il va, sans craindre les faux pas.

Les impies guettent le juste,
ils cherchent à le faire mourir.
Mais le Seigneur ne saurait l'abandonner
ni le laisser condamner par ses juges.

Espère le Seigneur,
et garde son chemin :
il t'élèvera jusqu'à posséder la terre ;
tu verras les impies déracinés.

J'ai vue l'impie dans sa puissance
se déployer comme un cèdre vigoureux.
Il a passé, voici qu'il n'est plus ;
je l'ai cherché, il est introuvable.

Considère l'homme droit, vois l'homme intègre :
un avenir est promis aux pacifiques.
Les pécheurs seront tous déracinés,
et l'avenir des impies, anéanti.

Le Seigneur est le salut pour les justes,
leur abri au temps de la détresse.
Le Seigneur les aide et les délivre,
il les délivre de l'impie, il les sauve,
car ils cherchent en lui leur refuge.





Les 150 Psaumes 3710Psaume 37 : Corrige-moi sans colère


Seigneur, corrige-moi sans colère
et reprends-moi sans violence.

Tes flèches m'ont frappé,
ta main s'est abattue sur moi.
Rien n'est sain dans ma chair sous ta fureur,
rien d'intact en mes os depuis ma faute.

Oui, mes péchés me submergent,
leur poids trop pesant m'écrase.
Mes plaies sont puanteur et pourriture :
c'est là le prix de ma folie.

Accablé, prostré, à bout de forces,
tout le jour j'avance dans le noir.
La fièvre m'envahit jusqu'aux moelles,
plus rien n'est sain dans ma chair.

Brisé, écrasé, à bout de forces,
mon coeur gronde et rugit.
Seigneur, tout mon désir est devant toi,
et rien de ma plainte ne t'échappe.

Le coeur me bat, ma force m'abandonne,
et même la lumière de mes yeux.
Amis et compagnons se tiennent à distance,
et mes proches, à l'écart de mon mal.

Ceux qui veulent ma perte me talonnent,
ces gens qui cherchent mon malheur ;
ils prononcent des paroles maléfiques,
tout le jour ils ruminent leur traîtrise.

Moi, comme un sourd, je n'entends rien,
comme un muet, je n'ouvre pas la bouche,
pareil à celui qui n'entend pas,
qui n'a pas de réplique à la bouche.

C'est toi que j'espère, Seigneur :
Seigneur mon Dieu, toi, tu répondras.
J'ai dit : «Qu'ils ne triomphent pas,
ceux qui rient de moi quand je trébuche ! »

Et maintenant, je suis près de tomber,
ma douleur est toujours devant moi.
Oui, j'avoue mon péché,
je m'effraie de ma faute.

Mes ennemis sont forts et vigoureux,
ils sont nombreux à m'en vouloir injustement.
Ils me rendent le mal pour le bien ;
quand je cherche le bien, ils m'accusent.

Ne m'abandonne jamais, Seigneur,
mon Dieu, ne sois pas loin de moi.
Viens vite à mon aide,
Seigneur, mon salut !




Les 150 Psaumes 3810 Psaume 38 : L'homme n'est qu'un souffle


J'ai dit : « Je garderai mon chemin
sans laisser ma langue s'égarer ;
je garderai un bâillon sur ma bouche,
tant que l'impie se tiendra devant moi. »

Je suis resté muet, silencieux ;
je me taisais, mais sans profit.
Mon tourment s'exaspérait,
mon coeur brûlait en moi.
Quand j'y pensais, je m'enflammais,
et j'ai laissé parler ma langue.

Seigneur, fais-moi connaître ma fin,
quel est le nombre de mes jours :
je connaîtrai combien je suis fragile.
Vois le peu de jours que tu m'accordes :
ma durée n'est rien devant toi.

L'homme ici-bas n'est qu'un souffle ;
il va, il vient, il n'est qu'une image.
Rien qu'un souffle, tous ses tracas ;
il amasse, mais qui recueillera ?

Maintenant, que puis-je attendre, Seigneur ?
Elle est en toi, mon espérance.
Délivre-moi de tous mes péchés,
épargne-moi les injures des fous.

Je me suis tu, je n'ouvre pas la bouche,
car c'est toi qui es à l'oeuvre.
Éloigne de moi tes coups :
je succombe sous ta main qui me frappe.

Tu redresses l'homme en corrigeant sa faute,
tu ronges comme un ver son désir ;
l'homme n'est qu'un souffle.

Entends ma prière, Seigneur,
écoute mon cri ;
ne reste pas sourd à mes pleurs.
Je ne suis qu'un hôte chez toi,
un passant, comme tous mes pères.

Détourne de moi tes yeux, que je respire
avant que je m'en aille et ne sois plus.




Les 150 Psaumes 3910 Psaume 39 : Voici, je viens


D'un grand espoir
j'espérais le Seigneur :
il s'est penché vers moi
pour entendre mon cri.

Il m'a tiré de l'horreur du gouffre,
de la vase et de la boue ;
il m'a fait reprendre pied sur le roc,
il a raffermi mes pas.

Dans ma bouche il a mis un chant nouveau,
une louange à notre Dieu.
Beaucoup d'hommes verront, ils craindront,
ils auront foi dans le Seigneur.

Heureux est l'homme
qui met sa foi dans le Seigneur
et ne va pas du côté des violents,
dans le parti des traîtres.

Tu as fait pour nous tant de choses,
toi, Seigneur mon Dieu !
Tant de projets et de merveilles :
non, tu n'as point d'égal !

Je les dis, je les redis encore ;
mais leur nombre est trop grand !

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j'ai dit : « Voici, je viens.

Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilà ce que j'aime :
ta loi me tient aux entrailles. »

J'annonce la justice
dans la grande assemblée ;
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Je n'ai pas enfoui ta justice au fond de mon coeur,
je n'ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
j'ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.

Toi, Seigneur,
ne retiens pas loin de moi ta tendresse ;
que ton amour et ta vérité
sans cesse me gardent !

Les malheurs m'ont assailli :
leur nombre m'échappe !

Mes péchés m'ont accablé :
ils m'enlèvent la vue !
Plus nombreux que les cheveux de ma tête,
ils me font perdre coeur.

Daigne, Seigneur, me délivrer ;
Seigneur, viens vite à mon secours !
Qu'ils soient tous humiliés, déshonorés,
ceux qui s'en prennent à ma vie !

Qu'ils reculent, couverts de honte,
ceux qui cherchent mon malheur ;
que l'humiliation les écrase,
ceux qui me disent : « c'est bien fait ! »

Mais tu seras l'allégresse et la joie
de tous ceux qui te cherchent ;
toujours ils rediront : « Le Seigneur
est grand ! »
ceux qui aiment ton salut.

Je suis pauvre et malheureux,
mais le Seigneur pense à moi.
Tu es mon secours, mon libérateur :
mon Dieu, ne tarde pas !





Les 150 Psaumes 4011Psaume 40 : Frappé du talon


Heureux qui pense au pauvre et au faible :
le Seigneur le sauve au jour du malheur !
Il le protège et le garde en vie, heureux sur la terre.
Seigneur, ne le livre pas à la merci de l'ennemi !
Le Seigneur le soutient sur son lit de souffrance :
si malade qu'il soit, tu le relèves.
J'avais dit : « Pitié pour moi, Seigneur,
guéris-moi, car j'ai péché contre toi ! »
Mes ennemis me condamnent déjà :
« Quand sera-t-il mort ? son nom, effacé ? »
Si quelqu'un vient me voir, ses propos sont vides ;
il emplit son coeur de pensées méchantes,
il sort, et dans la rue il parle.

Unis contre moi, mes ennemis murmurent
à mon sujet, ils présagent le pire ;
« C'est un mal pernicieux qui le ronge ;
le voilà couché, il ne pourra plus se lever. »
Même l'ami, qui avait ma confiance
et partageait mon pain, m'a frappé du talon.

Mais toi, Seigneur, prends pitié de moi ;
relève-moi, je leur rendrai ce qu'ils méritent.
Oui, je saurai que tu m'aimes
si mes ennemis ne chantent pas victoire.
Dans mon innocence tu m'as soutenu
et rétabli pour toujours devant ta face.

Béni soit le Seigneur,
Dieu d'Israël,
depuis toujours et pour toujours !
Amen ! Amen





L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Ven 17 Mai 2013 - 19:23

Les 150 Psaumes 4110 Psaume 41 : Comme un cerf altéré

Comme un cerf altéré
cherche l'eau vive,
ainsi mon âme te cherche,
toi, mon Dieu.

Mon âme a soif de Dieu,
le Dieu vivant ;
quand pourrai-je m'avancer,
paraître face à Dieu ?

Je n'ai d'autre pain que mes larmes,
le jour, la nuit,
moi qui chaque jour entends dire :
« Où est-il ton Dieu ? »

Je me souviens,
et mon âme déborde :
en ce temps-là,
je franchissais les portails !

Je conduisais vers la maison de mon Dieu
la multitude en fête,
parmi les cris de joie
et les actions de grâce.

Pourquoi te désoler, ô mon âme,
et gémir sur moi ?
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
il est mon sauveur et mon Dieu !

Si mon âme se désole,
je me souviens de toi,
depuis les terres du Jourdain et de l'Hermon,
depuis mon humble montagne.

L'abîme appelant l'abîme
à la voix de tes cataractes,
la masse de tes flots et de tes vagues
a passé sur moi.

Au long du jour, le Seigneur
m'envoie son amour ;
et la nuit, son chant est avec moi,
prière au Dieu de ma vie.

Je dirai à Dieu, mon rocher :
« Pourquoi m'oublies-tu ?
Pourquoi vais-je assombri,
pressé par l'ennemi ? »

Outragé par mes adversaires,
je suis meurtri jusqu'aux os,
moi qui chaque jour entends dire :
« Où est-il ton Dieu ? »

R/ Pourquoi te désoler, ô mon âme,
et gémir sur moi ?
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
il est mon sauveur et mon Dieu !




Les 150 Psaumes 4210Psaume 42 : Dieu, défends ma cause

Rends-moi justice, ô mon Dieu,
défends ma cause contre un peuple
sans foi ;
de l'homme qui ruse et trahit,
libère-moi.

C'est toi, Dieu, ma forteresse :
pourquoi me rejeter ?
Pourquoi vais-je assombri,
pressé par l'ennemi ?

Envoie ta lumière et ta vérité :
qu'elles guident mes pas
et me conduisent à ta montagne sainte,
jusqu'en ta demeure.

J'avancerai jusqu'à l'autel de Dieu,
vers Dieu qui est toute ma joie ;
je te rendrai grâce avec ma harpe,
Dieu, mon Dieu.

R/ Pourquoi te désoler, ô mon âme,
et gémir sur moi ?
Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce :
il est mon sauveur et mon Dieu !




Les 150 Psaumes 4310 Psaume 43 : Réveille-toi, Seigneur


Dieu, nous avons entendu dire,
et nos pères nous ont raconté,
quelle action tu accomplis de leur temps,
aux jours d'autrefois.

Toi, par ta main, tu as dépossédé les nations,
et ils purent s'implanter ;
tu as malmené des peuplades,
et ils purent s'étendre.

Ce n'était pas leur épée qui possédait le pays,
ni leur bras qui les rendait vainqueurs,
mais ta droite et ton bras, et la lumière de ta face,
car tu les aimais.

Toi, Dieu, tu es mon roi,
tu décides des victoires de Jacob :
avec toi, nous battions nos ennemis ;
par ton nom, nous écrasions nos adversaires.

Ce n'est pas sur mon arme que je compte,
ni sur mon épée, pour la victoire.
Tu nous as donné de vaincre l'adversaire,
tu as couvert notre ennemi de honte.

Dieu était notre louange, tout le jour :
sans cesse nous rendions grâce à ton nom.

Maintenant, tu nous humilies, tu nous rejettes,
tu ne sors plus avec nos armées.
Tu nous fais plier devant l'adversaire,
et nos ennemis emportent le butin.

Tu nous traites en bétail de boucherie,
tu nous disperses parmi les nations.
Tu vends ton peuple à vil prix,
sans que tu gagnes à ce marché.

Tu nous exposes aux sarcasmes des voisins,
aux rires, aux moqueries de l'entourage.
Tu fais de nous la fable des nations ;
les étrangers haussent les épaules.

Tout le jour, ma déchéance est devant moi,
la honte couvre mon visage,
sous les sarcasmes et les cris de blasphème,
sous les yeux de l'ennemi qui se venge.

Tout cela est venu sur nous
sans que nous t'ayons oublié :
nous n'avions pas trahi ton alliance.

Notre coeur ne s'était pas détourné
et nos pieds n'avaient pas quitté ton chemin
quand tu nous poussais au milieu des chacals
et nous couvrais de l'ombre de la mort.

Si nous avions oublié le nom de notre Dieu,
tendu les mains vers un dieu étranger,
Dieu ne l'eût-il pas découvert,
lui qui connaît le fond des coeurs ?
C'est pour toi qu'on nous massacre sans arrêt,
qu'on nous traite en bétail d'abattoir.

Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ?
Lève-toi ! Ne nous rejette pas pour toujours.
Pourquoi détourner ta face,
oublier notre malheur, notre misère ?

Oui, nous mordons la poussière,
notre ventre colle à la terre.
Debout ! Viens à notre aide !
Rachète-nous, au nom de ton amour.




Les 150 Psaumes 4410 Psaume 44 : Une onction de joie

D'heureuses paroles jaillissent de mon coeur
quand je dis mes poèmes pour le roi
d'une langue aussi vive que la plume du scribe !

Tu es beau, comme aucun des enfants de l'homme,
la grâce est répandue sur tes lèvres :
oui, Dieu te bénit pour toujours.

Guerrier valeureux, porte l'épée de noblesse et d'honneur !
Ton honneur, c'est de courir au combat
pour la justice, la clémence et la vérité.

Ta main jettera la stupeur, les flèches qui déchirent ;
sous tes coups, les peuples s'abattront,
les ennemis du roi, frappés en plein coeur.

Ton trône est divin, un trône éternel ;
ton sceptre royal est sceptre de droiture :
tu aimes la justice, tu réprouves le mal.

Oui, Dieu, ton Dieu, t'a consacré
d'une onction de joie, comme aucun de tes semblables ;
la myrrhe et l'aloès parfument ton vêtement.

Des palais d'ivoire, la musique t'enchante.
Parmi tes bien-aimées sont des filles de roi ;
à ta droite, la préférée, sous les ors d'Ophir.

Écoute, ma fille, regarde et tends l'oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, fille de Tyr, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là dans sa gloire,
vêtue d'étoffes d'or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

A la place de tes pères se lèveront tes fils ;
sur toute la terre tu feras d'eux des princes.

Je ferai vivre ton nom pour les âges des âges :
que les peuples te rendent grâce, toujours, à jamais !




Les 150 Psaumes 4610 Psaume 45 : Dieu, notre citadelle

Dieu est pour nous refuge et force,
secours dans la détresse, toujours offert.
Nous serons sans crainte si la terre est secouée,
si les montagnes s'effondrent au creux de la mer ;
ses flots peuvent mugir et s'enfler,
les montagnes, trembler dans la tempête :

R/ Il est avec nous,
le Seigneur de l'univers ;
citadelle pour nous,
le Dieu de Jacob !

Le Fleuve, ses bras réjouissent la ville de Dieu,
la plus sainte des demeures du Très-Haut.
Dieu s'y tient : elle est inébranlable ;
quand renaît le matin, Dieu la secourt.
Des peuples mugissent, des règnes s'effondrent ;
quand sa voix retentit, la terre se défait.

R/ Il est avec nous,
le Seigneur de l'univers ;
citadelle pour nous,
le Dieu de Jacob !

Venez et voyez les actes du Seigneur,
comme il couvre de ruines la terre.
Il détruit la guerre jusqu'au bout du monde,
il casse les arcs,- brise les lances, incendie les chars :
« Arrêtez ! Sachez que je suis Dieu.
Je domine les nations, je domine la terre. »

R/ Il est avec nous,
le Seigneur de l'univers ;
citadelle pour nous,
le Dieu de Jacob !




Les 150 Psaumes 4611 Psaume 46 : Battre des mains

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !


Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre,
celui qui nous soumet des nations,
qui tient des peuples sous nos pieds ;
il choisit pour nous l'héritage,
fierté de Jacob, son bien-aimé.

Dieu s'élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !
Car Dieu est le roi de la terre :
que vos musiques l'annoncent !

Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.
Les chefs des peuples se sont rassemblés :
c'est le peuple du Dieu d'Abraham.
Les princes de la terre sont à Dieu
qui s'élève au-dessus de tous.




Les 150 Psaumes 4710 Psaume 47 : Dans la ville de notre Dieu


Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
dans la ville de notre Dieu,
sa sainte montagne, altière et belle,
joie de toute la terre.

La montagne de Sion, c'est le pôle du monde,
la cité du grand roi ;
Dieu se révèle, en ses palais,
vraie citadelle.

Voici que des rois s'étaient ligués,
Ils avançaient tous ensemble ;
ils ont vu, et soudain stupéfaits,
pris de panique, ils ont fui.

Et voilà qu'un tremblement les saisit :
douleurs de femme qui accouche ;
un vent qui souffle du désert
a brisé les vaisseaux de Tarsis.

Nous l'avions entendu, nous l'avons vu
dans la ville du Seigneur, Dieu de l'univers,
dans la ville de Dieu, notre Dieu
qui l'affermira pour toujours.

Dieu, nous revivons ton amour
au milieu de ton temple.
Ta louange, comme ton nom,
couvre l'étendue de la terre.

Ta main droite qui donne la victoire
réjouit la montagne de Sion ;
les villes de Juda exultent
devant tes jugements.

Longez les remparts de Sion,
comptez ses tours ;
que vos coeurs s'éprennent de ses murs :
contemplez ses palais.

Et vous direz aux âges qui viendront :
« Ce Dieu est notre Dieu,
pour toujours et à jamais,
notre guide pour les siècles. »




Les 150 Psaumes 4810Psaume 48 : Comme un bétail qu'on abat


Ecoutez ceci, tous les peuples,
entendez bien, habitants de l'univers,
gens illustres, gens obscurs,
riches et pauvres, tous ensemble.

Ma bouche dira des paroles de sagesse,
les propos clairvoyants de mon coeur ;
l'oreille attentive aux proverbes,
j'exposerai sur la cithare mon énigme.

Pourquoi craindre aux jours de malheur
ces fourbes qui me talonnent pour m'encercler,
ceux qui s'appuient sur leur fortune
et se vantent de leurs grandes richesses ?

Nul ne peut racheter son frère
ni payer à Dieu sa rançon :
aussi cher qu'il puisse payer,
toute vie doit finir.

Peut-on vivre indéfiniment
sans jamais voir la fosse ?
Vous voyez les sages mourir :
comme le fou et l'insensé ils périssent,
laissant à d'autres leur fortune.

Ils croyaient leur maison éternelle,
leur demeure établie pour les siècles ;
sur des terres ils avaient mis leur nom.

R/ L'homme comblé ne dure pas :
il ressemble au bétail qu'on abat.

Tel est le destin des insensés,
et l'avenir de qui aime les entendre :
troupeau parqué pour les enfers
et que la mort mène paître.

A l'aurore, ils feront place au juste ;
dans la mort, s'effaceront leurs visages :
pour eux, plus de palais !
Mais Dieu rachètera ma vie aux griffes de la mort :
c'est lui qui me prendra.

Ne crains pas l'homme qui s'enrichit,
qui accroît le luxe de sa maison :
aux enfers il n'emporte rien ;
sa gloire ne descend pas avec lui.

De son vivant, il s'est béni lui-même :
« On t'applaudit car tout va bien pour toi ! »
Mais il rejoint la lignée de ses ancêtres
qui ne verront jamais plus la lumière.

R/ L'homme comblé qui n'est pas clairvoyant
ressemble au bétail qu'on abat.



Les 150 Psaumes 4910 Psaume 49 : Le chemin d’action de grâce

Le Dieu des dieux, le Seigneur,
parle et convoque la terre
du soleil levant
jusqu'au soleil couchant.

De Sion, belle entre toutes,
Dieu resplendit.
Qu'il vienne, notre Dieu,
qu'il rompe son silence !

Devant lui, un feu qui dévore ;
autour de lui, éclate un ouragan.
Il convoque les hauteurs des cieux
et la terre au jugement de son peuple :

« Assemblez, devant moi, mes fidèles,
eux qui scellent d'un sacrifice mon
alliance. »
Et les cieux proclament sa justice :
oui, le juge c'est Dieu !

« Écoute, mon peuple, je parle ;
Israël, je te prends à témoin.
Moi, Dieu, je suis ton Dieu !

« Je ne t'accuse pas pour tes sacrifices ;
tes holocaustes sont toujours devant moi.
Je ne prendrai pas un seul taureau de ton domaine,
pas un bélier de tes enclos.

« Tout le gibier des forêts m'appartient
et le bétail des hauts pâturages.
Je connais tous les oiseaux des
montagnes ;
les bêtes des champs sont à moi.

« Si j'ai faim, irai-je te le dire ?
Le monde et sa richesse m'appartiennent.
Vais-je manger la chair des taureaux
et boire le sang des béliers ?

« Offre à Dieu le sacrifice d'action de grâce,
accomplis tes voeux envers le Très-Haut.
Invoque-moi au jour de détresse :
je te délivrerai, et tu me rendras gloire. »

Mais à l'impie, Dieu déclare :

« Qu'as-tu à réciter mes lois,
à garder mon alliance à la bouche,
toi qui n'aimes pas les reproches
et rejettes loin de toi mes paroles ?

« Si tu vois un voleur, tu fraternises,
tu es chez toi parmi les adultères ;
tu livres ta bouche au mal,
ta langue trame des mensonges.

« Tu t'assieds, tu diffames ton frère,
tu flétris le fils de ta mère.
Voilà ce que tu fais ;
garderai-je le silence ?

« Penses-tu que je suis comme toi ?
Je mets cela sous tes yeux, et je t'accuse.
Comprenez donc, vous qui oubliez Dieu :
sinon je frappe, et pas de recours !

« Qui offre le sacrifice d'action de grâce,
celui-là me rend gloire :
sur le chemin qu'il aura pris,
je lui ferai voir le salut de Dieu. »



Les 150 Psaumes 5010 Psaume 50 : Pitié pour moi, mon Dieu


Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
Contre toi, et toi seul, j'ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait.

Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice,
être juge et montrer ta victoire.
Moi, je suis né dans la faute,
j'étais pécheur dès le sein de ma mère.

Mais tu veux au fond de moi la vérité ;
dans le secret, tu m'apprends la sagesse.
Purifie-moi avec l'hysope, et je serai pur ;
lave-moi et je serai blanc, plus que la neige.

Fais que j'entende les chants et la fête :
ils danseront, les os que tu broyais.
Détourne ta face de mes fautes,
enlève tous mes péchés.

Crée en moi un coeur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

Rends-moi la joie d'être sauvé ;
que l'esprit généreux me soutienne.
Aux pécheurs, j'enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.

Libère-moi du sang versé, Dieu, mon Dieu sauveur,
et ma langue acclamera ta justice.
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

Si j'offre un sacrifice, tu n'en veux pas,
tu n'acceptes pas d'holocauste.
Le sacrifice qui plaît à Dieu,
c'est un esprit brisé ;
tu ne repousses pas, ô mon Dieu,
un coeur brisé et broyé.

Accorde à Sion le bonheur,
relève les murs de Jérusalem.
Alors tu accepteras de justes sacrifices,
oblations et holocaustes ;
alors on offrira des taureaux sur ton autel.






L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Mer 22 Mai 2013 - 19:35


Les 150 Psaumes 5112Psaume 51 : Comme un bel olivier

Pourquoi te glorifier du mal,
toi, l'homme fort ?
Chaque jour, Dieu est fidèle.

De ta langue affilée comme un rasoir,
tu prépares le crime,
fourbe que tu es !

Tu aimes le mal plus que le bien,
et plus que la vérité, le mensonge ;
tu aimes les paroles qui tuent,
langue perverse.

Mais Dieu va te ruiner pour toujours,
t'écraser, t'arracher de ta demeure,
t'extirper de la terre des vivants.

Les justes verront, ils craindront,
ils riront de toi :
« Le voilà donc cet homme
qui n'a pas mis sa force en Dieu !
Il comptait sur ses grandes richesses,
il se faisait fort de son crime ! »

Pour moi, comme un bel olivier
dans la maison de Dieu,
je compte sur la fidélité de mon Dieu,
sans fin, à jamais !

Sans fin, je veux te rendre grâce,
car tu as agi.
J'espère en ton nom devant ceux qui t'aiment :
oui, il est bon !



Les 150 Psaumes 5211Psaume 52 : Qui cherche Dieu

Dans son coeur, le fou déclare :
« Pas de Dieu !
Tout est corrompu, abominable,
pas un homme de bien !

Des cieux, le Seigneur se penche
vers les fils d'Adam
pour voir s'il en est un de sensé,
un qui cherche Dieu.

Tous, ils sont dévoyés ;
tous ensemble, pervertis :
pas un homme de bien,
pas même un seul !

N'ont-ils donc pas compris,
ces gens qui font le mal ?
Quand ils mangent leur pain,
ils mangent mon peuple.
Dieu, jamais ils ne l'invoquent !

Et voilà qu'ils se sont mis à trembler,
à trembler sans raison.
Oui, Dieu a dispersé les os de tes assiégeants ;
tu peux en rire : Dieu les rejette.

Qui fera venir de Sion
la délivrance d'Israël ?
Quand le Seigneur ramènera les déportés de son peuple,
quelle fête en Jacob, en Israël, quelle joie !



Les 150 Psaumes 5310Psaume 53 : Mon appui entre tous


Par ton nom, Dieu, sauve-moi,
par ta puissance rends-moi justice ;
Dieu, entends ma prière,
écoute les paroles de ma bouche.

Des étrangers se sont levés contre moi,
des puissants cherchent ma perte :
ils n'ont pas souci de Dieu.

Mais voici que Dieu vient à mon aide,
le Seigneur est mon appui entre tous.
Que le mal retombe sur ceux qui me guettent ;
par ta vérité, Seigneur, détruis-les.

De grand coeur, je t'offrirai le sacrifice,
je rendrai grâce à ton nom, car il est bon !
Oui, il m'a délivré de toute angoisse :
j'ai vu mes ennemis défaits.



Les 150 Psaumes 5410Psaume 54 : Mon coeur se tord en moi


Mon Dieu, écoute ma prière,
n'écarte pas ma demande.
Exauce-moi, je t'en prie, réponds-moi ;
inquiet, je me plains.

Je suis troublé par les cris de l'ennemi
et les injures des méchants ;
ils me chargent de crimes,
pleins de rage, ils m'accusent.

Mon coeur se tord en moi,
la peur de la mort tombe sur moi ;
crainte et tremblement me pénètrent,
un frisson me saisit.

Alors, j'ai dit : « Qui me donnera des ailes de colombe ?
Je volerais en lieu sûr ;
loin, très loin, je m'enfuirais
pour chercher asile au désert. »

J'ai hâte d'avoir un abri
contre ce grand vent de tempête !
Divise-les, Seigneur,
mets la confusion dans leur langage !

Car je vois dans la ville
discorde et violence :
de jour et de nuit, elles tournent
en haut de ses remparts.

Au-dedans, crimes et malheurs ;
au-dedans, c'est la ruine :
fraude et brutalité
ne quittent plus ses rues.

Si l'insulte me venait d'un ennemi,
je pourrais l'endurer ;
si mon rival s'élevait contre moi,
je pourrais me dérober.

Mais toi, un homme de mon rang,
mon familier, mon intime !
Que notre entente était bonne,
quand nous allions d'un même pas
dans la maison de Dieu !

Que la mort les surprenne,
qu'ils descendent vivants dans l'abîme,
car le mal habite leurs demeures,
il est au milieu d'eux.

Pour moi, je crie vers Dieu ;
le Seigneur me sauvera.
Le soir et le matin et à midi,
je me plains, je suis inquiet.

Et Dieu a entendu ma voix,
il m'apporte la paix.
Il me délivre dans le combat que je menais ;
ils étaient une foule autour de moi.

Que Dieu entende et qu'il réponde,
lui qui règne dès l'origine,
à ceux-là qui ne changent pas
et ne craignent pas Dieu.

Un traître a porté la main sur ses amis,
profané son alliance :
il montre un visage séduisant,
mais son coeur fait la guerre ;
sa parole est plus suave qu'un parfum,
mais elle est un poignard.

Décharge ton fardeau sur le Seigneur :
il prendra soin de toi.
Jamais il ne permettra
que le juste s'écroule.

Et toi, Dieu, tu les précipites au fond de la tombe,
ces hommes qui tuent et qui mentent.
Ils s'en iront dans la force de l'âge ;
moi, je m'appuie sur toi !



Les 150 Psaumes 5510Psaume 55 : Le jour où j'ai peur


Pitié, mon Dieu !
Des hommes s'acharnent contre moi ;
tout le jour, ils me combattent, ils me harcèlent.
Ils s'acharnent, ils me guettent tout le jour ;
mais là-haut, une armée combat pour moi.

Le jour où j'ai peur,
je prends appui sur toi.
Sur Dieu dont j'exalte la parole,
sur Dieu, je prends appui ;
plus rien ne me fait peur :
que peuvent sur moi des êtres de chair ?

Tout le jour, leurs paroles me blessent,
ils ne pensent qu'à me faire du mal ;
à l'affût, ils épient, ils surveillent mes pas,
comme s'ils voulaient ma mort.
Vont-ils échapper malgré leurs crimes ?
Que ta colère, mon Dieu, abatte les nations !

Toi qui comptes mes pas vagabonds,
recueille en tes outres mes larmes ;
(cela n'est-il pas dans ton livre ?)
Le jour où j'appellerai, mes ennemis reculeront ;
je le sais, Dieu est pour moi.

Sur Dieu dont j'exalte la parole,
le Seigneur dont j'exalte la parole,
sur Dieu, je prends appui :
plus rien ne me fait peur !
Que peuvent sur moi des humains ?

Mon Dieu, je tiendrai ma promesse,
je t'offrirai des sacrifices d'action de grâce
car tu m'as délivré de la mort
et tu préserves mes pieds de la chute,
pour que je marche à la face de Dieu
dans la lumière des vivants.




Les 150 Psaumes 5610Psaume 56 : À l'ombre de tes ailes


Pitié, mon Dieu, pitié pour moi !
En toi je cherche refuge,
un refuge à l'ombre de tes ailes,
aussi longtemps que dure le malheur.

Je crie vers Dieu, le Très-Haut,
vers Dieu qui fera tout pour moi.
Du ciel, qu'il m'envoie le salut :
(mon adversaire a blasphémé !)
Que Dieu envoie son amour et sa vérité !

Je suis au milieu de lions
et gisant parmi des bêtes féroces ;
ils ont pour langue une arme tranchante,
pour dents, des lances et des flèches.

Dieu, lève-toi sur les cieux :
que ta gloire domine la terre !

Ils ont tendu un filet sous mes pas :
j'allais succomber.
Ils ont creusé un trou devant moi,
ils y sont tombés.

Mon coeur est prêt, mon Dieu,
mon coeur est prêt !
Je veux chanter, jouer des hymnes !

Éveille-toi, ma gloire !
Éveillez-vous, harpe, cithare,
que j'éveille l'aurore !

Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur,
et jouerai mes hymnes en tous pays.
Ton amour est plus grand que les cieux,
ta vérité, plus haute que les nues.

Dieu, lève-toi sur les cieux :
que ta gloire domine la terre !




Les 150 Psaumes 5710Psaume 57 : Venin de vipères


Vraiment, vous bâillonnez la justice, vous qui jugez !
Est-ce le droit que vous suivez, fils des hommes?
Mais non, dans vos coeurs vous commettez le crime ;
sur la terre vos mains font régner la violence.

Les méchants sont dévoyés dès le sein maternel,
menteurs, égarés depuis leur naissance ;
ils ont du venin, un venin de vipère,
ils se bouchent les oreilles, comme des serpents
qui refusent d'écouter la voix de l'enchanteur,
du charmeur le plus habile aux charmes.

Dieu, brise leurs dents et leur mâchoire,
Seigneur, casse les crocs de ces lions :
Qu'ils s'en aillent comme les eaux qui se perdent !
Que Dieu les transperce, et qu'ils en périssent,
comme la limace qui glisse en fondant,
ou l'avorton qui ne voit pas le soleil !

Plus vite qu'un feu de ronces ne lèche la marmite,
que le feu de ta colère les emporte !
Joie pour le juste de voir la vengeance,
de laver ses pieds dans le sang de l'impie !
Et l'homme dira : « Oui, le juste porte du fruit ;
oui, il existe un Dieu pour juger sur la terre. »



Les 150 Psaumes 5810Psaume 58 : Au temps de ma détresse


Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu ;
de mes agresseurs, protège-moi.
Délivre-moi des hommes criminels ;
des meurtriers, sauve-moi.

Voici qu'on me prépare une embuscade :
des puissants se jettent sur moi.
Je n'ai commis ni faute, ni péché, ni le mal, Seigneur,
pourtant ils accourent et s'installent.

Réveille-toi ! Viens à moi, regarde,
Seigneur, Dieu de l'univers, Dieu d'Israël :
lève-toi et punis tous ces païens,
sans pitié pour tous ces traîtres des
malheur !

R/ Le soir, ils reviennent :
comme des chiens, ils grondent,
ils cernent la ville.

Les voici, l'écume à la bouche,
l'épée aux lèvres : « Qui donc entendrait ? »
Mais toi, Seigneur, tu t'en amuses,
tu te ris de tous ces païens.]

Auprès de toi, ma forteresse, je veille ;
oui, mon rempart, c'est Dieu !
Le Dieu de mon amour vient à moi :
avec lui je défie mes adversaires.

Ne les supprime pas, Seigneur,
de peur que mon peuple n'oublie !
Que ta puissance les terrasse et les disperse,
Seigneur, notre bouclier !

Ils pèchent dès qu'ils ouvrent la bouche ;
qu'ils soient pris à leur orgueil
puisqu'ils mentent et qu'ils maudissent !

Dans ta colère, détruis-les ;
détruis-les, qu'ils disparaissent !
Alors on saura que Dieu règne en Jacob
et sur l'étendue de la terre.

Le soir, ils reviennent :
comme des chiens, ils grondent,
ils cernent la ville.
Ils vont en quête d'une proie,
affamés, hurlant dans la nuit.]

Et moi, je chanterai ta force,
au matin j'acclamerai ton amour.
Tu as été pour moi un rempart,
un refuge au temps de ma détresse.

Je te fêterai, toi, ma forteresse :
oui, mon rempart, c'est Dieu,
le Dieu de mon amour.



Les 150 Psaumes 5910Psaume 59 : Vin de vertige


Dieu, tu nous as rejetés, brisés ;
tu étais en colère, reviens-nous !
Tu as secoué, disloqué le pays ;
répare ses brèches : il s'effondre.

Tu mets à dure épreuve ton peuple,
tu nous fais boire un vin de vertige.
Tu as donné un étendard à tes fidèles,
était-ce pour qu'ils fuient devant l'arc ?

Que tes bien-aimés soient libérés ;
sauve-les par ta droite, réponds-nous !

Dans le sanctuaire, Dieu a parlé :
« Je triomphe ! Je partage Sichem
je divise la vallée de Soukkôt.

« A moi Galaad, à moi Manassé
Ephraim est le casque de ma tête,
Juda, mon bâton de commandement.

« Moab est le bassin où je me lave ;
sur Édom, je pose le talon.
Crieras-tu victoire sur moi, Philistie ? »

Qui me conduira dans la Ville-forte,
qui me mènera jusqu'en Édom,
sinon toi, Dieu, qui nous rejettes
et ne sors plus avec nos armées ?

Porte-nous secours dans l'épreuve :
néant, le salut qui vient des hommes !
Avec Dieu nous ferons des prouesses,
et lui piétinera nos oppresseurs !



Les 150 Psaumes 6010Psaume 60 : Des terres lointaines


Dieu, entends ma plainte,
exauce ma prière ;
des terres lointaines je t'appelle
quand le coeur me manque.

Jusqu'au rocher trop loin de moi
tu me conduiras,
car tu es pour moi un refuge,
un bastion, face à l'ennemi.

Je veux être chez toi pour toujours,
me réfugier à l'abri de tes ailes.

Oui, mon Dieu, tu exauces mon voeu,
tu fais largesse à ceux qui craignent ton nom.

Accorde au roi des jours et des jours :
que ses années deviennent des siècles !

Qu'il trône à jamais devant la face de Dieu !
Assigne à sa garde Amour et Vérité.

Alors, je chanterai sans cesse ton nom,
j'accomplirai mon vœu jour après jour.



L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Jeu 23 Mai 2013 - 20:20



Les 150 Psaumes 6111Psaume 61 : En Dieu, mon repos


Je n'ai de repos qu'en Dieu seul,
mon salut vient de lui.

Lui seul est mon rocher, mon salut,
ma citadelle : je suis inébranlable.

Combien de temps tomberez-vous sur un homme
pour l'abattre, vous tous,
comme un mur qui penche,
une clôture qui croule ?

Détruire mon honneur est leur seule pensée ;
ils se plaisent à mentir.
Des lèvres, ils bénissent ;
au fond d'eux-mêmes, ils maudissent.

Je n'ai mon repos qu'en Dieu seul ;
oui, mon espoir vient de lui.

R/ Lui seul est mon rocher, mon salut,
ma citadelle : je reste inébranlable.

Mon salut et ma gloire
se trouvent près de Dieu.
Chez Dieu, mon refuge,
mon rocher imprenable !

Comptez sur lui en tous temps,
vous, le peuple.
Devant lui épanchez votre coeur :
Dieu est pour nous un refuge.

L'homme n'est qu'un souffle,
les fils des hommes, un mensonge :
sur un plateau de balance, tous ensemble,
ils seraient moins qu'un souffle.

N'allez pas compter sur la fraude
et n'aspirez pas au profit ;
si vous amassez des richesses,
n'y mettez pas votre coeur.

Dieu a dit une chose,
deux choses que j'ai entendues.
Ceci : que la force est à Dieu ;
à toi, Seigneur, la grâce !
Et ceci : tu rends à chaque homme
selon ce qu'il fait.



Les 150 Psaumes 6210Psaume 62 : Je te cherche dès l'aube


Dieu, tu es mon Dieu,
je te cherche dès l'aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau.

Je t'ai contemplé au sanctuaire,
j'ai vu ta force et ta gloire.
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres !

Toute ma vie, je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom.
Comme par un festin, je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

Dans la nuit, je me souviens de toi
et je reste des heures à te parler.
Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l'ombre de tes ailes.
Mon âme s'attache à toi,
ta main droite me soutient.

Mais ceux qui pourchassent mon âme,
qu'ils descendent aux profondeurs de la terre,
qu'on les passe au fil de l'épée,
qu'ils deviennent la pâture des loups !

Et le roi se réjouira de son Dieu.
Qui jure par lui en sera glorifié,
tandis que l'homme de mensonge
aura la bouche close !




Les 150 Psaumes 6310Psaume 63 : Les flèches de la langue


Écoute, ô mon Dieu, le cri de ma plainte ;
face à l'ennemi redoutable, protège ma vie.
Garde-moi du complot des méchants,
à l'abri de cette meute criminelle.

Ils affûtent leur langue comme une épée,
ils ajustent leur flèche, parole empoisonnée,
pour tirer en cachette sur l'innocent ;
ils tirent soudain, sans rien craindre.

Ils se forgent des formules maléfiques,
ils dissimulent avec soin leurs pièges ;
ils disent : « Qui les verra ? »

Ils machinent leur crime :
Notre machination est parfaite ;
le coeur de chacun demeure impénétrable !

Mais c'est Dieu qui leur tire une flèche,
soudain, ils en ressentent la blessure,
ils sont les victimes de leur langue.

Tous ceux qui les voient hochent la tête
tout homme est saisi de crainte :
il proclame ce que Dieu a fait,
il comprend ses actions.

Le juste trouvera dans le Seigneur
joie et refuge,
et tous les hommes au coeur droit,
leur louange.




Les 150 Psaumes 6410Psaume 64 : Tout exulte et chante


Il est beau de te louer,
Dieu, dans Sion,
de tenir ses promesses envers toi
qui écoutes la prière.

Jusqu'à toi vient toute chair
avec son poids de péché ;
nos fautes ont dominé sur nous :
toi, tu les pardonnes.

Heureux ton invité, ton élu :
il habite ta demeure !
Les biens de ta maison nous rassasient,
les dons sacrés de ton temple !

Ta justice nous répond par des prodiges,
Dieu notre sauveur,
espoir des horizons de la terre
et des rives lointaines.

Sa force enracine les montagnes,
il s'entoure de puissance ;
il apaise le vacarme des mers,
le vacarme de leurs flots
et la rumeur des peuples.

Les habitants des bouts du monde sont pris d'effroi
à la vue de tes signes ;
aux portes du levant et du couchant
tu fais jaillir des cris de joie.

Tu visites la terre et tu l'abreuves,
tu la combles de richesses ;
les ruisseaux de Dieu regorgent d'eau :
tu prépares les moissons.

Ainsi, tu prépares la terre,
tu arroses les sillons ;
tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies,
tu bénis les semailles.

Tu couronnes une année de bienfaits ;
sur ton passage, ruisselle l'abondance. :
Au désert, les pâturages ruissellent,
les collines débordent d'allégresse.

Les herbages se parent de troupeaux
et les plaines se couvrent de blé.
Tout exulte et chante




Les 150 Psaumes 6510Psaume 65 : Il a gardé nos pieds de la chute


Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.

Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables !
En présence de ta force, tes ennemis s'inclinent.
Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom. »

Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.
Il changea la mer en terre ferme ;
ils passèrent le fleuve à pied sec.

De là, cette joie qu'il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.
Ses yeux observent les nations ;
que les rebelles courbent la tête !

Peuples, bénissez notre Dieu !
Faites retentir sa louange,
car il rend la vie à notre âme,
il a gardé nos pieds de la chute.

C'est toi, Dieu, qui nous as éprouvés,
affinés comme on affine un métal ;
tu nous a conduit dans dans un piège,
tu as serré un étau sur nos reins.

Tu as mis des mortels à notre tête ;
nous sommes entrés dans l'eau et le feu,
tu nous as fait sortir vers l'abondance.

Je viens dans ta maison avec des holocaustes,
je tiendrai mes promesses envers toi,
les promesses qui m'ouvrirent les lèvres,
que ma bouche a prononcées dans ma détresse.

Je t'offrirai de beaux holocaustes
avec le fumet des béliers ;
je prépare des boeufs et des chevreaux.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu'il a fait pour mon âme ;
quand je poussai vers lui mon cri,
ma bouche faisait déjà son éloge.

Si mon coeur avait regardé vers le mal,
le Seigneur n'aurait pas écouté.
Et pourtant, Dieu a écouté,
il entend le cri de ma prière.

Béni soit Dieu
qui n a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !




Les 150 Psaumes 6610Psaume 66 : La terre a donné son fruit


Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s'illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

R/ Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
qu'ils te rendent grâce tous ensemble !

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
tu gouvernes les peuples avec droiture,
sur la terre, tu conduis les nations.

R/ Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
qu'ils te rendent grâce tous ensemble !

La terre a donné son fruit ;
Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l'adore !




Les 150 Psaumes 111Psaume 67 1-19 : Comme fond la cire en face du feu


Dieu se lève et ses ennemis se dispersent,
ses adversaires fuient devant sa face.
Comme on dissipe une fumée, tu les dissipes ;
comme on voit fondre la cire en face du feu,
les impies disparaissent devant la face de Dieu.

Mais les justes sont en fête, ils exultent ;
devant la face de Dieu ils dansent de joie.
Chantez pour Dieu, jouez pour son nom,
frayez la route à celui qui chevauche les nuées.
Son nom est Le Seigneur ; dansez devant sa face.

Père des orphelins, défenseur des veuves,
tel est Dieu dans sa sainte demeure.
A l'isolé, Dieu accorde une maison ;
aux captifs, il rend la liberté ;
mais les rebelles vont habiter les lieux arides.

Dieu, quand tu sortis en avant de ton peuple,
quand tu marchas dans le désert, la terre trembla ;
les cieux mêmes fondirent
devant la face de Dieu, le Dieu du Sinaï,
devant la face de Dieu, le Dieu d'Israël.

Tu répandais sur ton héritage une pluie généreuse,
et quand il défaillait, toi, tu le soutenais.
Sur les lieux où campait ton troupeau,
tu le soutenais. Dieu qui es bon pour le pauvre.

Le Seigneur prononce un oracle,
une armée de messagères le répand :
« Rois en déroute, armées en déroute !
On reçoit en partage les trésors du pays.

« Resterez-vous au repos derrière vos murs
quand les ailes de la Colombe se couvrent d'argent,
et son plumage, de flammes d'or,
quand le Puissant, là-bas, pulvérise des rois
et qu'il neige au Mont-Sombre ? »

Mont de Basan, divine montagne,
mont de Basan, fière montagne !
Pourquoi jalouser, fière montagne,
la montagne que Dieu s'est choisie pour demeure ?
Là, le Seigneur habitera jusqu'à la fin.

Les chars de Dieu sont des milliers de myriades;
au milieu, le Seigneur ; au sanctuaire, le Sinaï.
Tu es monté sur la hauteur, capturant des captifs,
recevant un tribut, même de rebelles,
pour avoir une demeure, Seigneur notre Dieu.




Les 150 Psaumes 67_20-10Psaume 67 20-36 : Montre ta force, mon Dieu !


Que le Seigneur soit béni !
Jour après jour, ce Dieu nous accorde la victoire.

Le Dieu qui est le notre est le Dieu des victoires,
et les portes de la mort sont à Dieu, le Seigneur.
A qui le hait, Dieu fracasse la tête ;
à qui vit dans le crime, il défonce le crâne.

Le Seigneur a dit : « Je les ramène de Basan,
je les ramène des abîmes de la mer,
afin que tu enfonces ton pied dans leur sang,
que la langue de tes chiens ait sa pâture d'ennemis. »

Dieu, on a vu ton cortège,
le cortège de mon Dieu, de mon roi dans le Temple :
en tête les chantres, les musiciens derrière,
parmi les jeunes filles frappant le tambourin.

Rassemblez-vous, bénissez Dieu ;
aux sources d'Israël, il y a le Seigneur !
Voici Benjamin, le plus jeune, ouvrant la marche,
les princes de Juda et leur suite,
les princes de Zabulon, les princes de Nephtali.

Ton Dieu l'a commandé : « Sois fort ! »
Montre ta force, Dieu, quand tu agis pour nous !
De ton palais, qui domine Jérusalem,
on voit des rois t'apporter leurs présents.

Menace la Bête des marais
la bande de fauves, la meute des peuples :
qu'ils se prosternent avec leurs pièces d'argent ;
désunis les peuples qui aiment la guerre.

De l'Égypte arriveront des étoffes somptueuses;
l'Éthiopie viendra vers Dieu les mains pleines.
Royaumes de la terre, chantez pour Dieu,
jouez pour le Seigneur,
celui qui chevauche au plus haut des cieux,
les cieux antiques.

Voici qu'il élève la voix, une voix puissante ;
rendez la puissance à Dieu.
Sur Israël, sa splendeur !
Dans la nuée, sa puissance !

Redoutable est Dieu dans son temple saint,
le Dieu d'Israël ;
c'est lui qui donne à son peuple
force et puissance.
Béni soit Dieu !



Les 150 Psaumes 6810Psaume 68 1-13 : Dans la vase du gouffre

Sauve-moi, mon Dieu :
les eaux montent jusqu'à ma gorge !

J'enfonce dans la vase du gouffre,
rien qui me retienne ;
je descends dans l'abîme des eaux,
le flot m'engloutit.

Je m'épuise à crier,
ma gorge brûle.
Mes yeux se sont usés
d'attendre mon Dieu.

Plus abondants que les cheveux de ma tête,
ceux qui m'en veulent sans raison ;
ils sont nombreux, mes détracteurs,
à me haïr injustement.

Moi qui n'ai rien volé,
que devrai-je rendre ?
Dieu, tu connais ma folie,
mes fautes sont à nu devant toi.

Qu'ils n'aient pas honte pour moi, ceux qui t'espèrent,
Seigneur, Dieu de l'univers ;
qu'ils ne rougissent pas de moi, ceux qui te cherchent,
Dieu d'Israël !

C'est pour toi que j'endure l'insulte,
que la honte me couvre le visage :
je suis un étranger pour mes frères,
un inconnu pour les fils de ma mère.
L'amour de ta maison m'a perdu ;
on t'insulte, et l'insulte retombe sur moi.

Si je pleure et m'impose un jeûne,
je reçois des insultes ;
Si je revêts un habit de pénitence,
je deviens la fable des gens :
on parle de moi sur les places,
les buveurs de vin me chansonnent.



Les 150 Psaumes 68_14-10Psaume 68 14-37 : Dans la vase du gouffre


Et moi, je te prie. Seigneur :
c'est l'heure de ta grâce ;
dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi,
par ta vérité sauve-moi.

Tire-moi de la boue,
sinon je m'enfonce :
que j'échappe à ceux qui me haïssent,
à l'abîme des eaux.

Que les flots ne me submergent pas,
que le gouffre ne m'avale,
que la gueule du puits
ne se ferme pas sur moi.

Réponds-moi, Seigneur,
car il est bon, ton amour ;
dans ta grande tendresse,
regarde-moi.

Ne cache pas ton visage à ton serviteur ;
je suffoque : vite, réponds-moi.
Sois proche de moi, rachète-moi,
paie ma rançon à l'ennemi.

Toi, tu le sais, on m'insulte :
je suis bafoué, déshonoré ;
tous mes oppresseurs
sont là, devant toi.

L'insulte m'a broyé le coeur,
le mal est incurable ;
j'espérais un secours, mais en vain,
des consolateurs, je n'en ai pas trouvé.

A mon pain, ils ont mêlé du poison ;
quand j'avais soif, ils m'ont donné du vinaigre.
Que leur table devienne un piège,
un guet-apens pour leurs convives !
Que leurs yeux aveuglés ne voient plus,
qu'à tout instant les reins leur manquent !

Déverse sur eux ta fureur,
que le feu de te colère les saisisse,
que leur camp devienne un désert,
que nul n'habite sous leurs tentes !

Celui que tu frappais, ils le pourchassent
en comptant les coups qu'il reçoit.
Charge-les, faute sur faute ;
qu'ils n'aient pas d'accès à ta justice.
Qu'ils soient rayés du livre de vie,
retranchés du nombre des justes.

Et moi, humilié, meurtri,
que ton salut, Dieu, me redresse.
Et je louerai le nom de Dieu par un cantique,
je vais le magnifier, lui rendre grâce.
Cela plait au Seigneur plus qu'un taureau,
plus qu'une bête ayant cornes et sabots.

Les pauvres l'ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles,
il n'oublie pas les siens emprisonnés.
Que le ciel et la terre le célèbrent,
les mers et tout leur peuplement !

Car Dieu viendra sauver Sion
et rebâtir les villes de Juda.
Il en fera une habitation, un héritage :
patrimoine pour les descendants de ses serviteurs,
demeure pour ceux qui aiment son nom.




Les 150 Psaumes 6910Psaume 69 : Je suis pauvre et malheureux


Mon Dieu, viens me délivrer ;
Seigneur, viens vite à mon secours !
Qu'ils soient humiliés, déshonorés,
ceux qui s'en prennent à ma vie !

Qu'ils reculent, couverts de honte,
ceux qui cherchent mon malheur ;
que l'humiliation les écrase,
ceux qui me disent : « C'est bien fait ! »

Mais tu seras l'allégresse et la joie
de tous ceux qui te cherchent ;
toujours ils rediront : « Dieu est grand ! »
ceux qui aiment ton salut.

Je suis pauvre et malheureux,
mon Dieu, viens vite !
Tu es mon secours, mon libérateur :
Seigneur, ne tarde pas !




Les 150 Psaumes 7010Psaume 70 : Aux jours des cheveux blancs


En toi, Seigneur, j'ai mon refuge :
garde-moi d'être humilié pour toujours.
Dans ta justice, défends-moi, libère-moi,
tends l'oreille vers moi, et sauve-moi.

Sois le rocher qui m'accueille,
toujours accessible ;
tu as résolu de me sauver :
ma forteresse et mon roc, c'est toi !

Mon Dieu, libère-moi des mains de l'impie,
des prises du fourbe et du violent.
Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance,
mon appui dès ma jeunesse.

Toi, mon soutien dès avant ma naissance,
tu m'as choisi dès le ventre de ma mère,
tu seras ma louange toujours !

Pour beaucoup, je fus comme un prodige ;
tu as été mon secours et ma force.
Je n'avais que ta louange à la bouche,
tout le jour, ta splendeur.

Ne me rejette pas
maintenant que j'ai vieilli ;
alors que décline ma vigueur,
ne m'abandonne pas.

Mes ennemis parlent contre moi,
ils me surveillent et se concertent.
Ils disent : « Dieu l'abandonne !
Traquez-le, empoignez-le, il n'a pas de défenseur ! »

Dieu, ne sois pas loin de moi ;
mon Dieu, viens vite à mon secours !
Qu'ils soient humiliés, anéantis,
ceux qui se dressent contre moi ;
qu'ils soient couverts de honte et d'infamie,
ceux qui veulent mon malheur !

Et moi qui ne cesse d'espérer,
j'ajoute encore à ta louange.
Ma bouche annonce tout le jour
tes actes de justice et de salut ;
(je n'en connais pas le nombre.)

Je revivrai les exploits du Seigneur
en rappelant que ta justice est la seule.
Mon Dieu, tu m'as instruit dès ma jeunesse,
jusqu'à présent, j'ai proclamé tes merveilles.

Aux jours de la vieillesse et des cheveux blancs,
ne m'abandonne pas, ô mon Dieu ;
et je dirai aux hommes de ce temps ta puissance,
à tous ceux qui viendront, tes exploits.

Si haute est ta justice, mon Dieu,
toi qui as fait de grandes choses :
Dieu, qui donc est comme toi ?

Toi qui m'as fait voir tant de maux et de détresses,
tu me feras vivre à nouveau,
à nouveau tu me tireras des abîmes de la terre,
tu m'élèveras et me grandiras,
tu reviendras me consoler.

Et moi, je te rendrai grâce sur la harpe
pour ta vérité, ô mon Dieu !
Je jouerai pour toi de ma cithare,
Saint d'Israël !

Joie sur mes lèvres qui chantent pour toi,
et dans mon âme que tu as rachetée !
Alors, tout au long du jour,
ma langue redira ta justice ;
c'est la honte, c'est l'infamie
pour ceux qui veulent mon malheur.




L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Lun 27 Mai 2013 - 13:33

Les 150 Psaumes 7110Psaume 71 : Tous les rois devant lui


Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu'il gouverne ton peuple avec justice,
qu'il fasse droit aux malheureux !

Montagnes, portez au peuple la paix,
collines, portez-lui la justice !
Qu'il fasse droit aux malheureux de son peuple,
qu'il sauve les pauvres gens, qu'il écrase l'oppresseur !

Qu'il dure sous le soleil et la lune
de génération en génération !
Qu'il descende comme la pluie sur les regains,
une pluie qui pénètre la terre.

En ces jours-là, fleurira la justice,
grande paix jusqu'à la fin des lunes !
Qu'il domine de la mer à la mer,
et du Fleuve jusqu'au bout de la terre !

Des peuplades s'inclineront devant lui,
ses ennemis lécheront la poussière.
Les rois de Tarsis et des Iles
apporteront des présents.

Les rois de Saba et de Seba
feront leur offrande
Tous les rois se prosterneront devant lui,
tous les pays le serviront.

Il délivrera le pauvre qui appelle
et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre,
du pauvre dont il sauve la vie.

Il les rachète à l'oppression, à la violence ;
leur sang est d'un grand prix à ses yeux.
Qu'il vive ! On lui donnera l'or de Saba.
On priera sans relâche pour lui ;
tous les jours, on le bénira.

Que la terre jusqu'au sommet des montagnes
soit un champ de blé :
et ses épis onduleront comme la forêt du Liban !
Que la ville devienne florissante
comme l'herbe sur la terre !

Que son nom dure toujours ;
sous le soleil, que subsiste son nom !
En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ;
que tous les pays le disent bienheureux !

Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
lui seul fait des merveilles !
Béni soit à jamais son nom glorieux,
toute la terre soit remplie de sa gloire !
Amen ! Amen !



Les 150 Psaumes 7210Psaume 72 : J'ai cherché à savoir


Vraiment, Dieu est bon pour Israël,
pour les hommes au coeur pur.

Un rien, et je perdais pied,
un peu plus, et je faisais un faux pas ;
car j'étais jaloux des superbes,
je voyais le succès des impies.

Jusqu'à leur mort, ils ne manquent de rien,
ils jouissent d'une santé parfaite ;
ils échappent aux souffrances des hommes,
aux coups qui frappent les mortels.

Ainsi, l'orgueil est leur collier,
la violence, l'habit qui les couvre ;
leurs yeux qui brillent de bien-être
trahissent les envies de leur coeur.

Ils ricanent, ils prônent le mal,
de très haut, ils prônent la force ;
leur bouche accapare le ciel,
et leur langue parcourt la terre.

Ainsi, le peuple se détourne
vers la source d'une telle abondance.
Ils disent : « Comment Dieu saurait-il ?
le Très-Haut, que peut-il savoir ? »

Voyez comme sont les impies :
tranquilles, ils amassent des fortunes.

Vraiment, c'est en vain que j'ai gardé mon coeur pur,
lavé mes mains en signe d'innocence !
Me voici frappé chaque jour,
châtié dès le matin.

Si j'avais dit : « Je vais parler comme eux »,
j'aurais trahi la race de tes fils.
Longtemps, j'ai cherché à savoir,
je me suis donné de la peine.

Mais quand j'entrai dans la demeure de Dieu,
je compris quel serait leur avenir.
Vraiment, tu les as mis sur la pente :
déjà tu les entraînes vers la ruine.

Comment vont-ils soudain au désastre,
anéantis, achevés par la terreur ?
A ton réveil, Seigneur, tu chasses leur image,
comme un songe au sortir du sommeil.

Oui, mon coeur s'aigrissait,
j'avais les reins transpercés.
Moi, stupide, comme une bête,
je ne savais pas, mais j'étais avec toi.

Moi, je suis toujours avec toi,
avec toi qui as saisi ma main droite.
Tu me conduis-selon tes desseins ;
puis tu me prendras dans la gloire..

Qui donc est pour moi dans le ciel
si je n'ai, même avec toi, aucune joie sur la terre ?
Ma chair et mon coeur sont usés :
ma part, le roc de mon coeur, c'est Dieu pour toujours.

Qui s'éloigne de toi périra :
tu détruis ceux qui te délaissent.
Pour moi, il est bon d'être proche de Dieu ;
j'ai pris refuge auprès de mon Dieu ;
pour annoncer les oeuvres du Seigneur
aux portes de Sion.



Les 150 Psaumes 7310Psaume 73 : Dieu, mon roi dès l'origine


Pourquoi, Dieu, nous rejeter sans fin ?
Pourquoi cette colère sur les brebis de ton troupeau ?

Rappelle-toi la communauté
que tu acquis dès l'origine,
la tribu que tu revendiquas pour héritage,
la montagne de Sion où tu fis ta demeure.

Dirige tes pas vers ces ruines sans fin,
l'ennemi dans le sanctuaire a tout saccagé ;
dans le lieu de tes assemblées, l'adversaire a rugi
et là, il a planté ses insignes.

On les a vus brandir la cognée,
comme en pleine forêt,
quand ils brisaient les portails
à coups de masse et de hache.

Ils ont livré au feu ton sanctuaire,
profané et rasé la demeure de ton nom.
Ils ont dit : « Allons ! Détruisons tout ! »
Ils ont brûlé dans le pays les lieux d'assemblées saintes.

Nos signes, nul ne les voit ;
il n'y a plus de prophètes !
Et pour combien de temps ?
Nul d'entre nous ne le sait !

Dieu, combien de temps blasphémera l'adversaire ?
L'ennemi en finira-t-il de mépriser ton nom ?
Pourquoi retenir ta main,
cacher la force de ton bras ?

Pourtant, Dieu, mon roi dès l'origine,
vainqueur des combats sur la face de la terre,
c'est toi qui fendis la mer par ta puissance,
qui fracassas les têtes des dragons sur les eaux;

toi qui écrasas la tête de Léviathan
pour nourrir les monstres marins ;
toi qui ouvris les torrents et les sources,
toi qui mis à sec des fleuves intarissables.

A toi le jour, à toi la nuit,
toi qui ajustas le soleil et les astres !
C'est toi qui fixas les bords de la terre ;
l'hiver et l'été, c'est toi qui les formas.

Rappelle-toi : l'ennemi a méprisé ton nom,
un peuple de fous a blasphémé le Seigneur.
Ne laisse pas la Bête égorger ta Tourterelle,
n'oublie pas sans fin la vie de tes pauvres.

Regarde vers l'Alliance : la guerre est
partout ;
on se cache dans les cavernes du pays.
Que l'opprimé échappe à la honte,
que le pauvre et le malheureux chantent ton nom !

Lève-toi, Dieu, défends ta cause !
Rappelle-toi ces fous qui blasphèment tout le jour.
N'oublie pas le vacarme que font tes ennemis,
la clameur de l'ennemi, qui monte sans fin.



Les 150 Psaumes 7410Psaume 74 : Il abaisse et il relève


A toi, Dieu, nous rendons grâce ;
nous rendons grâce, et ton nom est proche :
on proclame tes merveilles !

« Oui, au moment que j'ai fixé,
moi, je jugerai avec droiture.
Que s'effondrent la terre et ses habitants :
moi seul en ai posé les colonnes !

« Aux arrogants, je dis : Plus d'arrogance !
et aux impies : Ne levez pas votre front !
Ne levez pas votre front contre le ciel,
ne parlez pas en le prenant de haut ! »

Ce n'est pas du levant ni du couchant,
ni du désert, que vient le relèvement.
Non, c'est Dieu qui jugera :
il abaisse les uns, les autres il les relève.

Le Seigneur tient en main une coupe
où fermente un vin capiteux ;
il le verse, et tous les impies de la terre
le boiront jusqu'à la lie.

Et moi, j'annoncerai toujours
dans mes hymnes au Dieu de Jacob :
« Je briserai le front des impies,
et le front du juste s'élèvera ! »



Les 150 Psaumes 7510Psaume 75 : mon âme refuse le réconfort


Dieu s'est fait connaître en Juda ;
en Israël, son nom est grand.
A Salem il a fixé sa tente,
et sa demeure à Sion.
Ici, il a brisé les traits de l'arc,
l'épée, le bouclier et la guerre.

Magnifique, toi, tu resplendis
au-dessus d'une montagne de butin.
Les voici dépouillés, ces guerriers,
endormis, tous ces braves aux mains inertes.
Sous ta menace, Dieu de Jacob,
le char et le cheval se sont figés.

Toi, tu es le redoutable !
Qui tiendra sous les coups de ta fureur ?
Des cieux, tu prononces le verdict ;
la terre a peur et se tait
quand Dieu se lève pour juger,
pour sauver tous les humbles de la terre.

La colère des hommes te rend gloire
quand les survivants te font cortège.
Faites des voeux et tenez vos promesses
au Seigneur votre Dieu ;
vous qui l'entourez,
portez votre offrande au redoutable.
Il éteint le souffle des princes,
lui, redoutable aux rois de la terre !



Les 150 Psaumes 7610Psaume 76 : tes exploits, je médite


Vers Dieu, je crie mon appel !
Je crie vers Dieu : qu'il m'entende !

Au jour de la détresse, je cherche le Seigneur ;
la nuit, je tends les mains sans relâche,
mon âme refuse le réconfort.

Je me souviens de Dieu, je me plains,
je médite et mon esprit défaille.
Tu refuses à mes yeux le sommeil ;
je me trouble, incapable de parler.

Je pense aux jours d'autrefois,
aux années de jadis ;
la nuit, je me souviens de mon chant,
je médite en mon coeur, et mon esprit s'interroge.

Le Seigneur ne fera-t-il que rejeter,
ne sera-t-il jamais plus favorable ?
Son amour a-t-il donc disparu ?
S'est-elle éteinte, d'âge en âge, la parole ?

Dieu oublierait-il d'avoir pitié,
dans sa colère a-t-il fermé ses entrailles ?
J'ai dit : « Une chose me fait mal,
la droite du Très-Haut a changé. »

Je me souviens des exploits du Seigneur,
je rappelle ta merveille de jadis ;
je me redis tous tes hauts faits,
sur tes exploits je médite.

Dieu, la sainteté est ton chemin !
Quel Dieu est grand comme Dieu ?

Tu es le Dieu qui accomplis la merveille,
qui fais connaître chez les peuples ta force :
tu rachetas ton peuple avec puissance,
les descendants de Jacob et de Joseph.

Les eaux, en te voyant, Seigneur,
les eaux, en te voyant, tremblèrent,
l'abîme lui-même a frémi.

Les nuages déversèrent leurs eaux,
les nuées donnèrent de la voix,
la foudre frappait de toute part.

Au roulement de ta voix qui tonnait,
tes éclairs illuminèrent le monde,
la terre s'agita et frémit.

Par la mer passait ton chemin,
tes sentiers, par les eaux profondes ;
et nul n'en connaît la trace.

Tu as conduit comme un troupeau ton peuple
par la main de Moïse et d'Aaron.



Les 150 Psaumes 77_1-110Psaume 77 1-18 : Tends l'oreille


Écoute ma loi, ô mon peuple,
tends l'oreille aux paroles de ma bouche.
J'ouvrirai la bouche pour une parabole,
je publierai ce qui fut caché dès l'origine.

Nous avons entendu et nous savons
ce que nos pères nous ont raconté ;
nous le redirons à l'âge qui vient,
sans rien cacher à nos descendants :
les titres de gloire du Seigneur,
sa puissance et les merveilles qu'il a faites.

Il fixa une règle en Jacob,
il établit en Israël une loi,
loi qui ordonnait à nos pères
d'enseigner ces choses à leurs fils,
pour que l'âge suivant les connaisse,
et leur descendance à venir.

Qu'ils se lèvent et les racontent à leurs fils
pour qu'ils placent en Dieu leur espoir
et n'oublient pas les exploits du Seigneur
mais observent ses commandements. :

Qu'ils ne soient pas, comme leurs pères,
une génération indocile et rebelle,
génération de coeurs inconstants
et d'esprits infidèles à Dieu.

Les fils d'Éphraïm, archers d'élite,
se sont enfuis, le jour du combat :
ils n'ont pas gardé l'alliance de Dieu,
ils refusaient de suivre sa loi ;
ils avaient oublié ses exploits,
les merveilles dont ils furent les témoins.

Devant leurs pères il accomplit un miracle
en Égypte, au pays de Tanis :
il fend la mer, il les fait passer,
dressant les eaux comme une digue ;
le jour, il les conduit par la nuée,
et la nuit, par la lumière d'un feu.

Il fend le rocher du désert
les désaltère aux eaux profondes ;
de la roche, il tire des ruisseaux
qu'il fait dévaler comme un fleuve.

Mais ils péchaient encore contre lui,
dans les lieux arides ils bravaient le Très-Haut ;
ils tentaient le Seigneur dans leurs coeurs,
ils réclamèrent de manger à leur faim.


Les 150 Psaumes 77_1-111Psaume 77 19-42 : Cœurs inconstants


Ils s'en prennent à Dieu et demandent :
« Dieu peut-il apprêter une table au désert ?
Sans doute, il a frappé le rocher :
l'eau a jailli, elle coule à flots !
Mais pourra-t-il nous donner du pain
et procurer de la viande à son peuple ? »

Alors le Seigneur entendit et s'emporta,
il s'enflamma de fureur contre Jacob,
sa colère monta contre Israël.
Car ils n'avaient pas foi en Dieu,
ils ne croyaient pas qu'il les sauverait.

Il commande aux nuées là-haut,
il ouvre les écluses du ciel :
pour les nourrir il fait pleuvoir la manne,
il leur donne le froment du ciel ;
chacun se nourrit du pain des Forts,
il les pourvoit de vivres à satiété.

Dans le ciel, il pousse le vent d'est
et lance le grand vent du midi.
Sur eux il fait pleuvoir une nuée d'oiseaux,
autant de viande que de sable au bord des mers.

Elle s'abat au milieu de leur camp
tout autour de leurs demeures.
Ils mangent, ils sont rassasiés,
Dieu contentait leur envie.

Mais leur envie n'était pas satisfaite,
ils avaient encore la bouche pleine,
quand s'éleva la colère de Dieu :
il frappe les plus vaillants d'entre eux
et terrasse la jeunesse d'Israël.

Et pourtant ils péchaient encore,
ils n'avaient pas foi en ses merveilles.
D'un souffle il achève leurs jours,
et leurs années en un moment.

Quand Dieu les frappait, ils le cherchaient,
ils revenaient et se tournaient vers lui :
ils se souvenaient que Dieu est leur rocher,
et le Dieu Très-Haut, leur rédempteur.

Mais de leur bouche ils le trompaient,
de leur langue ils lui mentaient.
Leur coeur n'était pas constant envers lui ;
ils n'étaient pas fidèles à son alliance.

Et lui, miséricordieux,
au lieu de détruire, il pardonnait ;
maintes fois, il retint sa colère
au lieu de réveiller sa violence.
Il se rappelait : ils ne sont que chair,
un souffle qui s'en va sans retour.

Que de fois au désert ils l'ont bravé,
offensé dans les solitudes !
De nouveau ils tentaient Dieu,
ils attristaient le Saint d'Israël.
Ils avaient oublié ce jour
où sa main les sauva de l'adversaire.



Les 150 Psaumes 77_43-10Psaume 77 43-72 : Comme un arc infidèle


Par ses signes il frappa l'Égypte,
et le pays de Tanis par ses prodiges.
Il transforme en sang l'eau des fleuves
et les ruisseaux, pour qu'ils ne boivent pas.
Il leur envoie une vermine qui les ronge,
des grenouilles qui infestent tout.

Il livre les récoltes aux sauterelles
et le fruit de leur travail aux insectes.
Il ravage leurs vignes par les grêlons
et leurs figuiers par le gel.

Il abandonne le bétail à la grêle
et les troupeaux à la foudre.
Il lâche sur eux le feu de sa colère,
indignation, fureur, effroi,
il envoie des anges de malheur.

Il ouvre la route à sa colère,
il abandonne leur âme à la mort,
et livre leur vie à la peste.
Il frappe tous les fils aînés de l'Égypte,
sous les tentes de Cham, la fleur de sa race.

Tel un berger, il conduit son peuple,
il pousse au désert son troupeau.
Il les guide et les défend, il les rassure ;
leurs ennemis ont engloutis par la mer.

Il les fait entrer dans son domaine sacré,
la montagne acquise par sa main.
Il chasse des nations devant eux,
il délimite leurs parts d'héritage
et il installe sous leurs tentes les tribus d'Israël.

Mais ils bravaient, ils tentaient le Dieu Très-Haut,
ils refusaient d'observer ses lois ;
ils déviaient comme leurs pères, ils désertaient,
trahissaient comme un arc infidèle.
Leurs hauts lieux le provoquaient,
leurs idoles excitaient sa jalousie.

Dieu a entendu, il s'emporte,
il écarte tout à fait Israël ;
il quitte la demeure de Silo,
la tente qu'il avait dressée chez
les hommes ;
il laisse capturer sa gloire,
et sa puissance par des mains ennemies.

Il livre son peuple à l'épée,
contre son héritage, il s'emporte :
le feu a dévoré les jeunes gens,
les jeunes filles n'ont pas connu la joie des noces ;
les prêtres sont tombés sous l'épée,
les veuves n'ont pas chanté leur lamentation.

Le Seigneur, tel un dormeur qui s'éveille,
tel un guerrier que le vin ragaillardit,
frappe l'ennemi à revers
et le livre pour toujours à la honte.

Il écarte la maison de Joseph,
ne choisit pas la tribu d'Éphraïm.
Il choisit la tribu de Juda,
la montagne de Sion, qu'il aime.
Il a bâti comme le ciel son temple ;
comme la terre, il l'a fondé pour toujours.

Il choisit David son serviteur ;
il le prend dans les parcs à moutons ;
il l'appelle à quitter ses brebis
pour en faire le berger de Jacob, son peuple,
d'Israël, son héritage.

Berger au coeur intègre,
sa main prudente les conduit.



Les 150 Psaumes 7810Psaume 78 : Risée


Dieu, les païens ont envahi ton domaine ;
ils ont souillé ton temple sacré
et mis Jérusalem en ruines.

Ils ont livré les cadavres de tes serviteurs
en pâture aux rapaces du ciel
et la chair de tes fidèles, aux bêtes de la terre ;
ils ont versé le sang comme l'eau
aux alentours de Jérusalem :
les morts restaient sans sépulture.

Nous sommes la risée des voisins,
la fable et le jouet de l'entourage.
Combien de temps, Seigneur, durera ta colère
et brûlera le feu de ta jalousie ?

Déverse ta fureur
sur les païens qui ne t'ont pas reconnu,
sur les royaumes qui n'invoquent pas ton nom,
car ils ont dévoré Jacob
et ravagé son territoire.

Ne retiens pas contre nous les péchés de nos ancêtres :
que nous vienne bientôt ta tendresse,
car nous sommes à bout de force !

Aide-nous, Dieu notre Sauveur,
pour la gloire de ton nom !
Délivre-nous, efface nos fautes,
pour la cause de ton nom !

Pourquoi laisser dire au païens :
« Où donc est leur Dieu ? »
Que les païens, sous nos yeux, le reconnaissent:
il sera vengé, le sang versé de tes serviteurs.

Que monte en ta présence la plainte du captif !
Ton bras est fort : épargne ceux qui doivent mourir.
[Rends à nos voisins, sept fois, en plein coeur,
l'outrage qu'ils t'ont fait, Seigneur Dieu.]

Et nous, ton peuple, le troupeau que tu conduis,
sans fin nous pourrons te rendre grâce
et d'âge en âge proclamer ta louange.



Les 150 Psaumes 7910Psaume 79 : Que ton visage s'éclaire


Berger d'Israël, écoute,
toi qui conduis Joseph, ton troupeau :
resplendis au-dessus des Kéroubim,
devant Éphraïm, Benjamin, Manassé !
Réveille ta vaillance
et viens nous sauver.

R/ Dieu, fais-nous revenir ;
que ton visage s'éclaire,
et nous serons sauvés !

Seigneur, Dieu de l'univers,
vas-tu longtemps encore
opposer ta colère aux prières de ton peuple,
le nourrir du pain de ses larmes,
l'abreuver de larmes sans mesure ?
Tu fais de nous la cible des voisins :
nos ennemis ont vraiment de quoi rire !

R/ Dieu, fais-nous revenir ;
que ton visage s'éclaire,
et nous serons sauvés !

La vigne que tu as prise à l'Égypte,
tu la replantes en chassant des nations.
Tu déblaies le sol devant elle,
tu l'enracines pour qu'elle emplisse le pays

Son ombre couvrait les montagnes,
et son feuillage, les cèdres géants ;
elle étendait ses sarments jusqu'à la mer,
et ses rejets, jusqu'au Fleuve.

Pourquoi as-tu percé sa clôture ?
Tous les passants y grappillent en chemin ;
le sanglier des forêts la ravage
et les bêtes des champs la broutent.

R/ Dieu de l'univers, reviens !

Du haut des cieux, regarde et vois :
visite cette vigne, protège-la,
celle qu'a plantée ta main puissante,
le rejeton qui te doit sa force.
La voici détruite, incendiée ;
que ton visage les menace, ils périront !

Que ta main soutienne ton protégé,
le fils de l'homme qui te doit sa force.
Jamais plus nous n'irons loin de toi :
fais-nous vivre et invoquer ton nom !

R/ Seigneur, Dieu de l'univers,
fais-nous revenir ;
que ton visage s'éclaire,
et nous serons sauvés !



Les 150 Psaumes 8010Psaume 80 : Si mon peuple m'écoutait


Criez de joie pour Dieu, notre force,
acclamez le Dieu de Jacob.

Jouez, musiques, frappez le tambourin,
la harpe et la cithare mélodieuse.
Sonnez du cor pour le mois nouveau,
quand revient le jour de notre fête.

C'est là, pour Israël, une règle,
une ordonnance du Dieu de Jacob ;
il en fit, pour Joseph, une loi
quand il marcha contre la terre d'Égypte.

J'entends des mots qui m'étaient inconnus :
« J'ai été le poids qui chargeait ses épaules ;
ses mains ont déposé le fardeau.

« Quand tu criais sous l'oppression, je t'ai sauvé;
je répondais, caché dans l'orage,
je t'éprouvais près des eaux de Mériba.

« Écoute, je t'adjure, ô mon peuple ;
vas-tu m'écouter, Israël ?
Tu n'auras pas chez toi d'autres dieux,
tu ne serviras aucun dieu étranger.

« C'est moi, le Seigneur ton Dieu,
qui t'ai fait monter de la terre d'Égypte !
Ouvre ta bouche, moi, je l'emplirai.

« Mais mon peuple n'a pas écouté ma voix,
Israël n'a pas voulu de moi.
Je l'ai livré à son coeur endurci :
qu'il aille et suive ses vues !

« Ah ! Si mon peuple m'écoutait,
Israël, s'il allait sur mes chemins !
Aussitôt j'humilierais ses ennemis,
contre ses oppresseurs je tournerais ma main.

« Mes adversaires s'abaisseraient
devant lui ;
tel serait leur sort à jamais !
Je le nourrirais de la fleur du froment,
je le rassasierais avec le miel du rocher ! »



L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Mer 29 Mai 2013 - 16:39

Les 150 Psaumes 8110Psaume 81 : Libérez le faible



Dans l'assemblée divine, Dieu préside ;
entouré des dieux, il juge.

« Combien de temps jugerez-vous sans justice,
soutiendrez-vous la cause des impies ?

« Rendez justice au faible, à l'orphelin ;
faites droit à l'indigent, au malheureux.

« Libérez le faible et le pauvre,
arrachez-les aux mains des impies. »

Mais non, sans savoir, sans comprendre,
ils vont au milieu des ténèbres :
les fondements de la terre en sont ébranlés.

« Je l'ai dit : Vous êtes des dieux,
des fils du Très-Haut, vous tous !

« Pourtant, vous mourrez comme des hommes,
comme les princes, tous, vous tomberez ! »

Lève-toi, Dieu, juge la terre,
car toutes les nations t'appartiennent.




Les 150 Psaumes 8210Psaume 82 : Dieu, ne garde pas le silence


Dieu, ne garde pas le silence,
ne sois pas immobile et muet.
Vois tes ennemis qui grondent,
tes adversaires qui lèvent la tête.

Contre ton peuple, ils trament un complot,
ils intriguent contre les tiens.
Ils disent : " Venez ! retranchons-les des nations:
que soit oublié le nom d'Israël ! "

Oui, tous ensemble ils intriguent ;
ils ont fait alliance contre toi,
ceux d'Edom et d'Ismaël,
ceux de Moab et d'Agar ;

Guébal, Ammon, Amalec,
la Philistie, avec les gens de Tyr ;
même Assour s'est joint à eux
pour appuyer les fils de Loth.

Traite-les comme tu fis de Madian,
de Sissera et Yabin au torrent de Qissôn :
ils ont été anéantis à Enn-Dor,
ils ont servi de fumier pour la terre.

Supprime leurs chefs comme Oreb et Zéèb,
tous leurs princes, comme Zéba et Salmuna,
eux qui disaient : " A nous,
à nous le domaine de Dieu ! "

Dieu, rends-les pareils au brin de paille,
à la graine qui tourbillonne dans le vent.
Comme un feu dévore la forêt,
comme une flamme embrase les montagnes,
oui, poursuis-les de tes ouragans,
et que tes orages les épouvantent !

Que leur front soit marqué d'infamie,
et qu'ils cherchent ton nom, Seigneur !
Frappés pour toujours d'épouvante et de honte,
qu'ils périssent, déshonorés !

Et qu'ils le sachent :
toi seul, tu as pour nom Le Seigneur,
le Très-Haut sur toute la terre !




Les 150 Psaumes 8310Psaume 83 : Un jour dans tes parvis


De quel amour sont aimées tes demeures,
Seigneur, Dieu de l'univers !

Mon âme s'épuise à désirer
les parvis du Seigneur ;
mon coeur et ma chair sont un cri
vers le Dieu vivant !

L'oiseau lui-même s'est trouvé une maison,
et l'hirondelle, un nid pour abriter sa couvée :
tes autels, Seigneur de l'univers,
mon Roi et mon Dieu !

Heureux les habitants de ta maison :
ils pourront te chanter encore !
Heureux les hommes dont tu es la force :
des chemins s'ouvrent dans leur coeur !

Quand ils traversent la vallée de la soif,
ils la changent en source ;
de quelles bénédictions la revêtent
les pluies de printemps !

Ils vont de hauteur en hauteur,
ils se présentent devant Dieu à Sion.

Seigneur, Dieu de l'univers, entends ma prière ;
écoute, Dieu de Jacob.
Dieu, vois notre bouclier,
regarde le visage de ton messie.

Oui, un jour dans tes parvis
en vaut plus que mille.

J'ai choisi de me tenir sur le seuil,
dans la maison de mon Dieu,
plutôt que d'habiter
parmi les infidèles.

Le Seigneur Dieu est un soleil,
il est un bouclier ;
le Seigneur donne la grâce,
il donne la gloire.

Jamais il ne refuse le bonheur
à ceux qui vont sans reproche.

Seigneur, Dieu de l'univers,
heureux qui espère en toi !




Les 150 Psaumes 8410Psaume 84 : La joie de ton peuple


Tu as aimé, Seigneur, cette terre,
tu as fait revenir les déportés de Jacob ;
tu as ôté le péché de ton peuple,
tu as couvert toute sa faute ;
tu as mis fin à toutes tes colères,
tu es revenu de ta grande fureur.

Fais-nous revenir, Dieu, notre salut,
oublie ton ressentiment contre nous.
Seras-tu toujours irrité contre nous,
maintiendras-tu ta colère d'âge en âge ?

N'est-ce pas toi qui reviendras nous faire vivre
et qui seras la joie de ton peuple ?
Fais-nous voir, Seigneur, ton amour,
et donne-nous ton salut.

J'écoute : que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu'il dit, c'est la paix
pour son peuple et ses fidèles ;
qu'ils ne reviennent jamais à leur folie !
Son salut est proche de ceux qui le craignent.
et la gloire habitera notre terre.

Amour et vérité se rencontrent
justice et paix s'embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice.

Le Seigneur donnera ses bienfaits,
et notre terre donnera son fruit.
La justice marchera devant lui,
et ses pas traceront le chemin.




Les 150 Psaumes 8510Psaume 85 : Toi que j'appelle


Écoute, Seigneur, réponds-moi,
car je suis pauvre et malheureux.
Veille sur moi qui suis fidèle, ô mon Dieu,
sauve ton serviteur qui s'appuie sur toi.

Prends pitié de moi, Seigneur,
toi que j'appelle chaque jour.
Seigneur, réjouis ton serviteur :
vers toi, j'élève mon âme !

Toi qui es bon et qui pardonnes,
plein d'amour pour tous ceux qui t'appellent
écoute ma prière, Seigneur,
entends ma voix qui te supplie.

Je t'appelle au jour de ma détresse,
et toi, Seigneur, tu me réponds.
Aucun parmi les dieux n'est comme toi,
et rien n'égale tes oeuvres.

Toutes les nations, que tu as faites,
viendront se prosterner devant toi
et rendre gloire à ton nom, Seigneur,
car tu es grand et tu fais des merveilles,
toi, Dieu, le seul.

Montre-moi ton chemin, Seigneur,
que Je marche suivant ta vérité ;
unifie mon coeur pour qu'il craigne ton nom.

Je te rends grâce de tout mon coeur, Seigneur mon Dieu,
toujours je rendrai gloire à ton nom ;
il est grand, ton amour pour moi :
tu m'as tiré de l'abîme des morts.

Mon Dieu, des orgueilleux se lèvent contre moi,
des puissants se sont ligués pour me perdre :
ils n'ont pas souci de toi.

Toi, Seigneur,
Dieu de tendresse et de pitié,
lent à la colère,
plein d'amour et de vérité !

Regarde vers moi,
prends pitié de moi.
Donne à ton serviteur ta force,
et sauve le fils de ta servante.

Accomplis un signe en ma faveur ;
alors mes ennemis, humiliés,
verront que toi, Seigneur,
tu m'aides et me consoles.




Les 150 Psaumes 8610Psaume 86 : Chacun est né là-bas


Elle est fondée sur les montagnes saintes.
Le Seigneur aime les portes de Sion
plus que toutes les demeures de Jacob.

Pour ta gloire on parle de toi,
ville de Dieu !
« Je cite l'Egypte et Babylone
entre celles qui me connaissent. »

Voyez Tyr, la Philistie, l'Ethiopie ;
chacune est née là-bas.
Mais on appelle Sion : « Ma mère ! »
car en elle, tout homme est né.

C'est lui, le Très-Haut, qui la maintient.

Au registre des peuples, le Seigneur écrit ;
« chacun est né là-bas. »
Tous ensemble ils dansent, et ils chantent ;
« En toi, toutes nos sources ! »




Les 150 Psaumes 8710Psaume 87 : Au plus profond de la fosse


Seigneur, mon Dieu et mon salut,
dans cette nuit où je crie en ta présence,
que ma prière parvienne jusqu'à toi,
ouvre l'oreille à ma plainte.

Car mon âme est rassasiée de malheur,
ma vie est au bord de l'abîme ;
on me voit déjà descendre à la fosse,
je suis comme un homme fini.

Ma place est parmi les morts,
avec ceux que l'on a tués, enterrés,
ceux dont tu n'as plus souvenir,
qui sont exclus, et loin de ta main.

Tu m'as mis au plus profond de la fosse,
en des lieux engloutis, ténébreux ;
le poids de ta colère m'écrase,
tu déverses tes flots contre moi.

Tu éloignes de moi mes amis,
tu m'as rendu abominable pour eux ;
enfermé, je n'ai pas d'issue :
à force de souffrir, mes yeux s'éteignent.

Je t'appelle, Seigneur, tout le jour,
je tends les mains vers toi :
fais-tu des miracles pour les morts ?
leur ombre se dresse-t-elle pour t'acclamer ?

Qui parlera de ton amour dans la tombe,
de ta fidélité au royaume de la mort ?
Connaît-on dans les ténèbres tes miracles,
et ta justice, au pays de l'oubli ?

Moi, je crie vers toi, Seigneur ;
dès le matin, ma prière te cherche :
pourquoi me rejeter, Seigneur,
pourquoi me cacher ta face ?

Malheureux, frappé à mort depuis l'enfance,
je n'en peux plus d'endurer tes fléaux ;
sur moi, ont déferlé tes orages :
tes effrois m'ont réduit au silence.

Ils me cernent comme l'eau tout le jour,
ensemble ils se referment sur moi.
Tu éloignes de moi amis et familiers ;
ma compagne, c'est la ténèbre.




Les 150 Psaumes 88_1-110Psaume 88 1-19 : Qui est comme toi?


L'amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l'annonce d'âge en âge.
Je le dis : C'est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

« Avec mon élu, j'ai fait une alliance,
j'ai juré à David, mon serviteur :
J'établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges. »

Que les cieux rendent grâce pour ta merveille, Seigneur,
et l'assemblée des saints, pour ta fidélité.
Qui donc, là-haut, est comparable au Seigneur ?
Qui d'entre les dieux est semblable au Seigneur ?

Parmi tous les saints, Dieu est redoutable,
plus terrible que tous ceux qui l'environnent.
Seigneur, Dieu de l'univers, qui est comme toi,
Seigneur puissant que ta fidélité environne ?

C'est toi qui maîtrises l'orgueil de la mer ;
quand ses flots se soulèvent, c'est toi qui les apaises.
C'est toi qui piétinas la dépouille de Rahab ;
par la force de ton bras, tu dispersas tes ennemis.
L'amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l'annonce d'âge en âge.
Je le dis : C'est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

« Avec mon élu, j'ai fait une alliance,
j'ai juré à David, mon serviteur :
J'établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges. »

Que les cieux rendent grâce pour ta merveille, Seigneur,
et l'assemblée des saints, pour ta fidélité.
Qui donc, là-haut, est comparable au Seigneur ?
Qui d'entre les dieux est semblable au Seigneur ?

Parmi tous les saints, Dieu est redoutable,
plus terrible que tous ceux qui l'environnent.
Seigneur, Dieu de l'univers, qui est comme toi,
Seigneur puissant que ta fidélité environne ?

A toi, le ciel ! A toi aussi, la terre !
C'est toi qui fondas le monde et sa richesse !
C'est toi qui créas le nord et le midi :
le Tabor et l'Hermon, à ton nom, crient de joie.

A toi, ce bras, et toute sa vaillance !
Puissante est ta main, sublime est ta droite !
Justice et droit sont l'appui de ton trône.
Amour et Vérité précèdent ta face.

Heureux le peuple qui connaît l'ovation !
Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;
tout le jour, à ton nom il danse de joie,
fier de ton juste pouvoir.

Tu es sa force éclatante ;
ta grâce accroît notre vigueur.
Oui, notre roi est au Seigneur ;
notre bouclier, au Dieu saint d'Israël.

A toi, le ciel ! A toi aussi, la terre !
C'est toi qui fondas le monde et sa richesse !
C'est toi qui créas le nord et le midi :
le Tabor et l'Hermon, à ton nom, crient de joie.

A toi, ce bras, et toute sa vaillance !
Puissante est ta main, sublime est ta droite !
Justice et droit sont l'appui de ton trône.
Amour et Vérité précèdent ta face.

Heureux le peuple qui connaît l'ovation !
Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;
tout le jour, à ton nom il danse de joie,
fier de ton juste pouvoir.

Tu es sa force éclatante ;
ta grâce accroît notre vigueur.
Oui, notre roi est au Seigneur ;
notre bouclier, au Dieu saint d'Israël.





Les 150 Psaumes 88_20-10Psaume 88 20-38 : Un trône pour David


Autrefois, tu as parlé à tes amis,
dans une vision tu leur as dit :
« J'ai donné mon appui à un homme d'élite,
j'ai choisi dans ce peuple un jeune homme.

« J'ai trouvé David, mon serviteur,
je l'ai sacré avec mon huile sainte ;
et ma main sera pour toujours avec lui,
mon bras fortifiera son courage.

« L'ennemi ne pourra le surprendre,
le traître ne pourra le renverser ;
j'écraserai devant lui ses adversaires
et je frapperai ses agresseurs.

« Mon amour et ma fidélité sont avec lui,
mon nom accroît sa vigueur ;
j'étendrai son pouvoir sur la mer
et sa domination jusqu'aux fleuves.

« Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !
Et moi, j'en ferai mon fils aîné,
le plus grand des rois de la terre !

« Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle ;
je fonderai sa dynastie pour toujours,
son trône aussi durable que les cieux.

« Si ses fils abandonnent ma loi
et ne suivent pas mes volontés,
s'ils osent violer mes préceptes
et ne gardent pas mes commandements,

« je punirai leur faute en les frappant,
et je châtierai leur révolte,
mais sans lui retirer mon amour,
ni démentir ma fidélité.

« Jamais je ne violerai mon alliance,
ne changerai un mot de mes paroles,
Je l'ai juré une fois sur ma sainteté ;
non, je ne mentirai pas à David !

« Sa dynastie, sans fin subsistera
et son trône, comme le soleil en ma présence,
comme la lune établie pour toujours,
fidèle témoin là-haut ! »




Les 150 Psaumes 88_39-10Psaume 88 39-53 : Où donc, Seigneur ?


Pourtant tu l'as méprisé, rejeté ;
tu t'es emporté contre ton messie.
Tu as brisé l'alliance avec ton serviteur,
jeté à terre et profané sa couronne.

Tu as percé toutes ses murailles,
tu as démantelé ses forteresses ;
tous les passants du chemin l'ont pillé :
le voilà outragé par ses voisins.

Tu as accru le pouvoir de l'adversaire,
tu as mis en joie tous ses ennemis ;
tu as émoussé le tranchant de son épée,
tu ne l'as pas épaulé dans le combat.

Tu as mis fin à sa splendeur,
jeté à terre son trône ;
tu as écourté le temps de sa jeunesse
et déversé sur lui là honte.

Combien de temps, Seigneur, resteras-tu caché,
laisseras-tu flamber le feu de ta colère ?

Rappelle-toi le peu que dure ma vie,
pour quel néant tu as créé chacun des hommes !
Qui donc peut vivre et ne pas voir la mort ?
Qui s'arracherait à l'emprise des enfers ?

Où donc, Seigneur, est ton premier amour,
celui que tu jurais à David sur ta foi ?

Rappelle-toi, Seigneur, tes serviteurs outragés,
tous ces peuples dont j'ai reçu la charge.
Oui, tes ennemis ont outragé, Seigneur,
poursuivi de leurs outrages ton messie.

Béni soit le Seigneur pour toujours !
Amen ! Amen !




Les 150 Psaumes 8910Psaume 89 : Nos jours s'enfuient

D'âge en âge, Seigneur,
tu as été notre refuge.

Avant que naissent les montagnes,
que tu enfantes la terre et le monde,
de toujours à toujours,
toi, tu es Dieu.

Tu fais retourner l'homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d'Adam ! »
A tes yeux, mille ans sont comme hier,
c'est un jour qui s'en va, une heure dans la nuit.

Tu les as balayés : ce n'est qu'un songe ;
dès le matin, c'est une herbe changeante :
elle fleurit le matin. elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

Nous voici anéantis par ta colère ;
ta fureur nous épouvante :
tu étales nos fautes devant toi,
nos secrets à la lumière de ta face.

Sous tes fureurs tous nos jours s'enfuient,
nos années s'évanouissent dans un souffle.
Le nombre de nos années ? soixante-dix,
quatre-vingts pour les plus vigoureux !
Leur plus grand nombre n'est que peine et misère ;
elles s'enfuient, nous nous envolons.

Qui comprendra la force de ta colère ?
Qui peut t'adorer dans tes fureurs ?
Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos coeurs pénètrent la sagesse.

Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.
Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Rends-nous en joies tes jours de châtiment
et les années où nous connaissions le malheur.

Fais connaître ton oeuvre à tes serviteurs
et ta splendeur à leurs fils.
Que vienne sur nous
la douceur du Seigneur notre Dieu !
Consolide pour nous l'ouvrage de nos mains ;
oui, consolide l'ouvrage de nos mains.




Les 150 Psaumes 9010Psaume 90 : À l'ombre du Puissant


Quand je me tiens sous l'abri du Très-Haut
et repose à l'ombre du Puissant,
je dis au Seigneur : « Mon refuge,
mon rempart, mon Dieu, dont je suis sûr ! »

C'est lui qui te sauve des filets du chasseur
et de la peste maléfique ;
il te couvre et te protège.
Tu trouves sous son aile un refuge :
sa fidélité est une armure, un bouclier.

Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit,
ni la flèche qui vole au grand jour,
ni la peste qui rôde dans le noir,
ni le fléau qui frappe à midi.

Qu'il en tombe mille à tes côtés,
qu'il en tombe dix mille à ta droite,
toi, tu restes hors d'atteinte.

Il suffit que tu ouvres les yeux,
tu verras le salaire du méchant.
Oui, le Seigneur est ton refuge ;
tu as fait du Très-Haut ta forteresse.

Le malheur ne pourra te toucher,
ni le danger, approcher de ta demeure :
il donne mission à ses anges
de te garder sur tous tes chemins.

Ils te porteront sur leurs mains
pour que ton pied ne heurte les pierres ;
tu marcheras sur la vipère et le scorpion,
tu écraseras le lion et le Dragon.

« Puisqu'il s'attache à moi, je le délivre ;
je le défends, car il connaît mon nom.
Il m'appelle, et moi, je lui réponds ;
je suis avec lui dans son épreuve.

« Je veux le libérer, le glorifier ;
de longs jours, je veux le rassasier,
et je ferai qu'il voie mon salut. »




L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Mar 4 Juin 2013 - 16:55



Les 150 Psaumes 9110Psaume 91 : Fougue du taureau


Qu'il est bon de rendre grâce au Seigneur,
de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut,
d'annoncer dès le matin ton amour,
ta fidélité, au long des nuits,
sur la lyre à dix cordes et sur la harpe,
sur un murmure de cithare.

Tes oeuvres me comblent de joie ;
devant l'ouvrage de tes mains, je m'écrie :
« Que tes oeuvres sont grandes, Seigneur !
Combien sont profondes tes pensées ! »

L'homme borné ne le sait pas,
l'insensé ne peut le comprendre :
les impies croissent comme l'herbe,
ils fleurissent, ceux qui font le mal,
mais pour disparaître à tout jamais.

Toi, qui habites là-haut,
tu es pour toujours le Seigneur.
Vois tes ennemis, Seigneur,
vois tes ennemis qui périssent,
et la déroute de ceux qui font le mal.

Tu me donnes la fougue du taureau,
tu me baignes d'huile nouvelle ;
j'ai vu, j'ai repéré mes espions,
j'entends ceux qui viennent m'attaquer.

Le juste grandira comme un palmier,
il poussera comme un cèdre du Liban ;
planté dans les parvis du Seigneur,
il grandira dans la maison de notre Dieu.

Vieillissant, il fructifie encore,
il garde sa sève et sa verdeur
pour annoncer : « Le Seigneur est droit !
Pas de ruse en Dieu, mon rocher !




Les 150 Psaumes 9210Psaume 92 : Vêtu de magnificence


Le Seigneur est roi ;
il s'est vêtu de magnificence,
le Seigneur a revêtu sa force.

Et la terre tient bon, inébranlable ;
dès l'origine ton trône tient bon,
depuis toujours, tu es.

Les flots s'élèvent, Seigneur,
les flots élèvent leur voix,
les flots élèvent leur fracas.

Plus que la voix des eaux profondes,
des vagues superbes de la mer,
superbe est le Seigneur dans les hauteurs.

Tes volontés sont vraiment immuables :
la sainteté emplit ta maison,
Seigneur, pour la suite des temps.




Les 150 Psaumes 9310Psaume 93 : Caché en Dieu-silence


Dieu qui fais justice, Seigneur,
Dieu qui fais justice, parais !
Lève-toi, juge de la terre ;
aux orgueilleux, rends ce qu'ils méritent.

Combien de temps les impies, Seigneur,
combien de temps vont-ils triompher ?
Ils parlent haut, ils profèrent l'insolence,
ils se vantent, tous ces malfaisants.

C'est ton peuple, Seigneur, qu'ils piétinent,
et ton domaine qu'ils écrasent ;
ils massacrent la veuve et l'étranger,
ils assassinent l'orphelin.

Ils disent : « Le Seigneur ne voit pas,
le Dieu de Jacob ne sait pas ! »
Sachez-le, esprits vraiment stupides ;
insensés, comprendrez-vous un jour ?

Lui qui forma l'oreille, il n'entendrait pas ?
il a façonné l'oeil, et il ne verrait pas ?
il a puni des peuples et ne châtierait plus ?

Lui qui donne aux hommes la connaissance,
il connaît les pensées de l'homme,
et qu'elles sont du vent !

Heureux l'homme que tu châties, Seigneur,
celui que tu enseignes par ta loi,
pour le garder en paix aux jours de malheur,
tandis que se creuse la fosse de l'impie.

Car le Seigneur ne délaisse pas son peuple,
il n'abandonne pas son domaine :
on jugera de nouveau selon la justice ;
tous les hommes droits applaudiront.

Qui se lèvera pour me défendre des méchants ?
Qui m'assistera face aux criminels ?
Si le Seigneur ne m'avait secouru,
j'allais habiter le silence.

Quand je dis : « Mon pied trébuche ! »
ton amour, Seigneur, me soutient.
Quand d'innombrables soucis m'envahissent,
tu me réconfortes et me consoles.

Es-tu l'allié d'un pouvoir corrompu
qui engendre la misère au mépris des lois ?
On s'attaque à la vie de l'innocent,
le juste que l'on tue est déclaré coupable.

Mais le Seigneur était ma forteresse,
et Dieu, le rocher de mon refuge.
Il retourne sur eux leur méfait :
pour leur malice, qu'il les réduise au silence,
qu'il les réduise au silence, le Seigneur notre Dieu.




Les 150 Psaumes 9410Psaume 94 : Le cœur égaré


Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre coeur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

« Quarante ans leur génération m'a déçu,
et j'ai dit : Ce peuple a le coeur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »




Les 150 Psaumes 9510Psaume 95 : La joie des arbres


Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
chantez au Seigneur et bénissez son nom !

De jour en jour, proclamez son salut,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
redoutable au-dessus de tous les dieux :
néant, tous les dieux des nations !

Lui, le Seigneur, a fait les cieux :
devant lui, splendeur et majesté,
dans son sanctuaire, puissance et beauté.

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Apportez votre offrande, entrez dans ses parvis,
adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté :
tremblez devant lui, terre entière.

Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Le monde, inébranlable, tient bon.
Il gouverne les peuples avec droiture.

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
car il vient pour juger la terre.

Il jugera le monde avec justice,
et les peuples selon sa vérité !




Les 150 Psaumes 9610Psaume 96 : Joie pour les îles


Le Seigneur est roi ! Exulte la terre !
Joie pour les îles sans nombre !

Ténèbre et nuée l'entourent,
justice et droit sont l'appui de son trône.
Devant lui s'avance un feu
qui consume alentour ses ennemis.

Quand ses éclairs illuminèrent le monde,
la terre le vit et s'affola ;
les montagnes fondaient comme cire devant le Seigneur,
devant le Maître de toute la terre.

Les cieux ont proclamé sa justice,
et tous les peuples ont vu sa gloire.
Honte aux serviteurs d'idoles qui se vantent de vanité !
A genoux devant lui, tous les dieux !

Pour Sion qui entend, grande joie !
Les villes de Juda exultent
devant tes jugements, Seigneur !

Tu es, Seigneur, le Très-Haut
sur toute la terre :
tu domines de haut tous les dieux.

Haïssez le mal, vous qui aimez le Seigneur,
car il garde la vie de ses fidèles
et les arrache aux mains des impies.

Une lumière est semée pour le juste,
et pour le coeur simple, une joie.
Que le Seigneur soit votre joie, hommes justes ;
rendez grâce en rappelant son nom très saint.




Les 150 Psaumes 9710Psaume 97 : Sonnez, chantez, jouez


Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s'est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s'est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d'Israël ;
la terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.

Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez ;
jouez pour le Seigneur sur la cithare,
sur la cithare et tous les instruments
au son de la trompette et du cor,
acclamez votre roi, le Seigneur !

Que résonnent la mer et sa richesse,
le monde et tous ses habitants ;
que les fleuves battent des mains,
que les montagnes chantent leur joie,
à la face du Seigneur, car il vient
pour gouverner la terre,
pour gouverner le monde avec justice
et les peuples avec droiture !




Les 150 Psaumes 9810Psaume 98 : Au pied de son trône


Le Seigneur est roi : les peuples s'agitent.
Il trône au-dessus des Kéroubim : la terre tremble.

En Sion le Seigneur est grand :
c'est lui qui domine tous les peuples.

Ils proclament ton nom, grand et redoutable,
car il est saint !

Il est fort, le roi qui aime la justice.
C'est toi, l'auteur du droit,
toi qui assures en Jacob la justice et la droiture.

Exaltez le Seigneur notre Dieu,
prosternez-vous au pied de son trône
car il est saint !

Moïse et le prêtre Aaron,
Samuel, le Suppliant,
tous, ils suppliaient le Seigneur,
et lui leur répondait.

Dans la colonne de nuée, il parlait avec eux ;
ils ont gardé ses volontés, les lois qu'il leur donna.

Seigneur notre Dieu, tu leur as répondu :
avec eux, tu restais un Dieu patient,
mais tu les punissais pour leurs fautes.

Exaltez le Seigneur notre Dieu,
prosternez-vous devant sa sainte montagne,
car il est saint,
le Seigneur notre Dieu.




Les 150 Psaumes 9910Psaume 99 : L'allégresse chantante


Acclamez le Seigneur, terre entière
servez le Seigneur dans l'allégresse,
venez à lui avec des chants de joie !

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :
il nous a faits, et nous sommes à lui,
nous, son peuple, son troupeau.

Venez dans sa maison lui rendre grâce,
dans sa demeure chanter ses louanges
rendez-lui grâce et bénissez son nom !

Oui, le Seigneur est bon,
éternel est son amour,
sa fidélité demeure d'âge en âge.




Les 150 Psaumes 10010Psaume 100 : Coeur tortueux et ambitieux


Je chanterai justice et bonté :
à toi mes hymnes, Seigneur !
J'irai par le chemin le plus parfait ;
il quand viendras-tu jusqu'à moi ?

Je marcherai d'un coeur parfait
avec ceux de ma maison ;
je n'aurai pas même un regard
pour les pratiques démoniaques.

Je haïrai l'action du traître
qui n'aura sur moi nulle prise ;
loin de moi, le coeur tortueux !
Le méchant, je ne veux pas le connaître.

Qui dénigre en secret son prochain,
je le réduirai au silence ;
le regard hautain, le coeur ambitieux,
je ne peux les tolérer.

Mes yeux distinguent les hommes sûrs du pays :
ils siégeront à mes côtés ;
qui se conduira parfaitement,
celui-la me servira.

Pas de siège, parmi ceux de ma maison,
pour qui se livre à la fraude ;
impossible à qui profère le mensonge
de tenir sous mon regard.

Chaque matin, je réduirai au silence
tous les coupables du pays,
pour extirper de la ville du Seigneur
tous les auteurs de crimes.




L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par Invité le Mer 5 Juin 2013 - 1:52

David est un peu influençable.


Dernière édition par GeorgesP le Mer 5 Juin 2013 - 2:07, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par Invité le Mer 5 Juin 2013 - 2:06

J'ai été son ami et je ne regrette pas mon passé avec lui bien que nous ayons fait des choses bizaroides. Je vais mettre ça dans les erreurs de jeunesse.

Mais les psaumes le lient à son passé, très glorieux, c'est vrai mais le passé reste le passé. Il faut savoir vivre avec ces souffrances et ne pas rejetter ou juger autrui.

D'ailleurs quand je lui ait dit qu'il fut un jour le roi David parce que je l'avais entendu de sa bouche et à son tour de l'une des personnes qui le cotoyaient.

Et je crois que le fait qu'on lui ait dit qu'il fut le roi David l'a fait se tourner dans son passé. C'est là que ça a commencé à se gater sans parler des difficultés familliales que l'on traverse tous. C'est là qu'il a cru bon de se séparer de certains amis et d'en accueillir d'autres.

Ainsi va la vie, les choses évoluent et changent. C'est que Dieu en a voulu ainsi.


Dernière édition par GeorgesP le Dim 9 Juin 2013 - 14:02, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Mer 5 Juin 2013 - 11:56

David est un peu influençable.

J'ai été son ami et je ne regrette pas mon passé avec lui bien que nous ayons fait des choses bizaroides. Je vais mettre ça dans les erreurs de jeunesse.

Mais les psaumes le lient à son passé, très glorieux, c'est vrai mais le passé reste le passé. Il faut savoir vivre avec ces souffrances et ne pas rejetter ou juger autrui.

D'ailleurs quand je lui ait dit qu'il fut un jour le roi David parce que je l'avais entendu de sa bouche de l'une des personnes qui le cotoyaient, il ne fut pas étonné, moi si.

Et je crois que le fait qu'on lui ait dit qu'il fut le roi David l'a fait se tourner dans son passé. C'est là que ça a commencé à se gater sans parler des difficultés familliales que l'on traverse tous. C'est là qu'il a cru bon de se séparer de certains amis et d'en accueillir d'autres.

Ainsi va la vie, les choses évoluent et changent. C'est que Dieu en a voulu ainsi.


Je ne comprend pas du tout votre message, j'ai l'impression que vous avez
un sérieux problème mon frère :
Soit vous êtes délirant et vous n'en avez pas conscience, soit vous laissez entendre
que vous êtes dans l'ésotérisme et croyez "aux vies antérieures".
Je vous laisse au bon soin de la modération de ce forum. Elle saura mieux répondre à votre attente.
En espérant que vous y trouvez de l'aide pour solutionner votre "problème" ?
Fraternellement



Les 150 Psaumes 18542416
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Jeu 6 Juin 2013 - 18:45



Les 150 Psaumes 10110Psaume 101 : D'Age en Age


Seigneur, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu'à toi !
Ne me cache pas ton visage
le jour où je suis en détresse !
Le jour où j'appelle, écoute-moi ;
viens vite, réponds-moi !

Mes jours s'en vont en fumée,
mes os comme un brasier sont en feu ;
mon coeur se dessèche comme l'herbe fauchée,
j'oublie de manger mon pain ;
à force de crier ma plainte,
ma peau colle à mes os.

Je ressemble au corbeau du désert,
je suis pareil à la hulotte des ruines :
je veille la nuit,
comme un oiseau solitaire sur un toit.
Le jour, mes ennemis m'outragent ;
dans leur rage contre moi, ils me maudissent.

La cendre est le pain que je mange,
je mêle à ma boisson mes larmes.
Dans ton indignation, dans ta colère,
tu m'as saisi et rejeté :
l'ombre gagne sur mes jours,
et moi, je me dessèche comme l'herbe.

Mais toi, Seigneur, tu es là pour toujours ;
d'âge en âge on fera mémoire de toi.
Toi, tu montreras ta tendresse pour Sion ;
il est temps de la prendre en pitié : l'heure est venue.
Tes serviteurs ont pitié de ses ruines,
ils aiment jusqu'à sa poussière.

Les nations craindront le nom du Seigneur,
et tous les rois de la terre, sa gloire :
quand le Seigneur rebâtira Sion,
quand il apparaîtra dans sa gloire,
il se tournera vers la prière du spolié,
il n'aura pas méprisé sa prière.

Que cela soit écrit pour l'âge à venir,
et le peuple à nouveau créé chantera son Dieu :
« Des hauteurs, son sanctuaire, le Seigneur s'est penché ;
du ciel, il regarde la terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir. »

On publiera dans Sion le nom du Seigneur
et sa louange dans tout Jérusalem,
au rassemblement des royaumes et des peuples
qui viendront servir le Seigneur.

Il a brisé ma force en chemin,
réduit le nombre de mes jours.
Et j'ai dit : « Mon Dieu,
ne me prends pas au milieu de mes jours ! »

Tes années recouvrent tous les temps :
autrefois tu as fondé la terre ;
le ciel est l'ouvrage de tes mains.

Ils passent, mais toi, tu demeures :
ils s'usent comme un habit, l'un et l'autre ;
tu les remplaces comme un vêtement.

Toi, tu es le même ;
tes années ne finissent pas.
Les fils de tes serviteurs trouveront un séjour,
et devant toi se maintiendra leur descendance




Les 150 Psaumes 10210Psaume 102 : Comme la tendresse du Père


Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n'oublie aucun de ses bienfaits !

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ;
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d'amour et de tendresse ;
il comble de biens tes vieux jours :
tu renouvelles, comme l'aigle, ta jeunesse.

Le Seigneur fait oeuvre de justice,
il défend le droit des opprimés.
Il révèle ses desseins à Moïse,
aux enfants d'Israël ses hauts faits.

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d'amour ;
il n'est pas pour toujours en procès,
ne maintient pas sans fin ses reproches ;
il n'agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses.

Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint ;
aussi loin qu'est l'orient de l'occident,
il met loin de nous nos péchés ;
comme la tendresse du père pour ses fils,
la tendresse du Seigneur pour qui le craint !

Il sait de quoi nous sommes pétris,
il se souvient que nous sommes poussière.
L'homme ! ses jours sont comme l'herbe ;
comme la fleur des champs, il fleurit :
dès que souffle le vent, il n'est plus,
même la place où il était l'ignore.

Mais l'amour du Seigneur, sur ceux qui le craignent,
est de toujours à toujours,
et sa justice pour les enfants de leurs enfants,
pour ceux qui gardent son alliance
et se souviennent d'accomplir ses volontés.
Le Seigneur a son trône dans les cieux :
sa royauté s'étend sur l'univers.

Messagers du Seigneur, bénissez-le,
invincibles porteurs de ses ordres,
attentifs au son de sa parole !
Bénissez-le, armées du Seigneur,
serviteurs qui exécutez ses désirs !
Toutes les oeuvres du Seigneur, bénissez-le,
sur toute l'étendue de son empire !

Bénis le Seigneur, ô mon âme !





Les 150 Psaumes 103_1-10Psaume 103 1-23 : Aux ânes et aux marmottes


Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Revêtu de magnificence,
tu as pour manteau la lumière !

Comme une tenture, tu déploies les cieux,
tu élèves dans leurs eaux tes demeures
des nuées, tu te fais un char,
tu t'avances sur les ailes du vent ;
tu prends les vents pour messagers,
pour serviteurs les flammes des éclairs.

Tu as donné son assise à la terre :
qu'elle reste inébranlable au cours des temps.
Tu l'as vêtue de l'abîme des mers :
les eaux couvraient même les montagnes ;
à ta menace, elles prennent la fuite,
effrayées par le tonnerre de ta voix.

Elles passent les montagnes, se ruent dans les vallées
vers le lieu que tu leur as préparé.
Tu leur imposes la limite à ne pas franchir :
qu'elles ne reviennent jamais couvrir la terre.

Dans les ravins tu fais jaillir des sources
et l'eau chemine aux creux des montagnes ;
elle abreuve les bêtes des champs :
l'âne sauvage y calme sa soif ;
les oiseaux séjournent près d'elle :
dans le feuillage on entend leurs cris.

De tes demeures tu abreuves les montagnes,
et la terre se rassasie du fruit de tes oeuvres ;
tu fais pousser les prairies pour les troupeaux,
et les champs pour l'homme qui travaille.

De la terre il tire son pain :
le vin qui réjouit le coeur de l'homme,
l'huile qui adoucit son visage,
et le pain qui fortifie le coeur de l'homme.

Les arbres du Seigneur se rassasient,
les cèdres qu'il a plantés au Liban ;
c'est là que vient nicher le passereau,
et la cigogne a sa maison dans les cyprès ;
aux chamois, les hautes montagnes,
aux marmottes, l'abri des rochers.

Tu fis la lune qui marque les temps
et le soleil qui connaît l'heure de son coucher.
Tu fais descendre les ténèbres, la nuit vient :
les animaux dans la forêt s'éveillent ;
le lionceau rugit vers sa proie,
il réclame à Dieu sa nourriture.

Quand paraît le soleil, ils se retirent :
chacun gagne son repaire.
L'homme sort pour son ouvrage,
pour son travail, jusqu'au soir.




Les 150 Psaumes 103_2410Psaume 103 24-35 : Profusion dans tes oeuvres


Quelle profusion dans tes oeuvres, Seigneur
Tout cela, ta sagesse l'a fait ;
la terre s'emplit de tes biens.

Voici l'immensité de la mer,
son grouillement innombrable d'animaux grands et petits,
ses bateaux qui voyagent
et Léviathan que tu fis pour qu'il serve à tes jeux.

Tous, ils comptent sur toi
pour recevoir leur nourriture au temps voulu
Tu donnes : eux, ils ramassent ;
tu ouvres la main : ils sont comblés.

Tu caches ton visage : ils s'épouvantent ;
tu reprends leur souffle, ils expirent
et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont créés
tu renouvelles la face de la terre.

Gloire au Seigneur à tout jamais !
Que Dieu se réjouisse en ses oeuvres !
Il regarde la terre : elle tremble
il touche les montagnes : elles brûlent.

Je veux chanter au Seigneur tant que je vis ;
je veux jouer pour mon Dieu tant que je dure.
Que mon poème lui soit agréable ;
moi, je me réjouis dans le Seigneur.
Que les pécheurs disparaissent de la terre !
Que les impies n'existent plus !

Bénis le Seigneur, ô mon âme !




Les 150 Psaumes 104_1-10Psaume 104 1-22 : Une poignée d'immigrants


Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom,
annoncez parmi les peuples ses hauts faits ;
chantez et jouez pour lui,
redites sans fin ses merveilles ;
glorifiez-vous de son nom très saint :
joie pour les coeurs qui cherchent Dieu !

Cherchez le Seigneur et sa puissance,
recherchez sans trêve sa face ;
souvenez-vous des merveilles qu'il a faites,
de ses prodiges, des jugements qu'il prononça,
vous, la race d'Abraham son serviteur,
les fils de Jacob, qu'il a choisis.

Le Seigneur, c'est lui notre Dieu :
ses jugements font loi pour l'univers.
Il s'est toujours souvenu de son alliance,
parole édictée pour mille générations :

promesse faite à Abraham,
garantie par serment à Isaac,
érigée en loi avec Jacob,
alliance éternelle pour Israël.
Il a dit : « Je vous donne le pays de Canaan,
ce sera votre part d'héritage. »

En ce temps-là, on pouvait les compter :
c'était une poignée d'immigrants ;
ils allaient de nation en nation,
d'un royaume vers un autre royaume.

Mais Dieu ne souffrait pas qu'on les opprime ;
à cause d'eux, il châtiait des rois :
« Ne touchez pas à qui m'est consacré,
ne maltraitez pas mes prophètes ! »

Il appela sur le pays la famine,
le privant de toute ressource.
Mais devant eux il envoya un homme,
Joseph, qui fut vendu comme esclave.

On lui met aux pieds des entraves,
on lui passe des fers au cou ;
il souffrait pour la parole du Seigneur,
jusqu'au jour où s'accomplit sa prédiction.

Le roi ordonne qu'il soit relâché ;
le maître des peuples, qu'il soit libéré.
Il fait de lui le chef de sa maison,
le maître de tous ses biens,
pour que les princes lui soient soumis,
et qu'il apprenne la sagesse aux anciens.




Les 150 Psaumes 104_2310Psaume 104 23-45 : Plus puissant que ses adversaires


Alors Israël entre en Égypte,
Jacob émigre au pays de Cham.
Dieu rend son peuple nombreux
et plus puissant que tous ses adversaires ;
ceux-là, il les fait se raviser
haïr son peuple et tromper ses serviteurs.

Mais il envoie son serviteur, Moïse,
avec un homme de son choix, Aaron
pour annoncer des signes prodigieux,
des miracles au pays de Cham.

Il envoie les ténèbres, tout devient ténèbres :
nul ne résiste à sa parole ;
il change les eaux en sang
et fait périr les poissons.

Des grenouilles envahissent le pays
jusque dans les chambres du roi.
Il parle, et la vermine arrive,
des moustiques, sur toute la contrée.

Au lieu de la pluie, il donne la grêle,
des éclairs qui incendient les champs
il frappe les vignes et les figuiers,
il brise les arbres du pays.

Il parle, et les sauterelles arrivent,
des insectes en nombre infini
qui mangent toute l'herbe du pays,
qui mangent le fruit de leur sol.

Il frappe les fils aînés du pays,
toute la fleur de la race ;
il fait sortir les siens chargés d'argent et d'or
pas un n'a flanché dans leurs tribus !
Et l'Égypte se réjouit de leur départ
car ils l'avaient terrorisée.

Il étend une nuée pour les couvrir ;
la nuit, un feu les éclaire.
A leur demande, il fait passer des cailles,
il les rassasie du pain venu des cieux ;
il ouvre le rocher : l'eau jaillit,
un fleuve coule au désert.

Il s'est ainsi souvenu de sa parole sacrée
et d'Abraham, son serviteur ;
il a fait sortir en grande fête son peuple,
ses élus, avec des cris de joie !

Il leur a donné les terres des nations,
en héritage, le travail des peuples,
pourvu qu'il gardent ses volontés
et qu'ils observent ses lois.

Alléluia !




Les 150 Psaumes 105_1-10Psaume 105 1-23 : Comme nos Pères


Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Qui dira les hauts faits du Seigneur,
qui célébrera ses louanges ?
Heureux qui pratique la justice,
qui observe le droit en tout temps !

Souviens toi de moi, Seigneur,
dans ta bienveillance pour ton peuple ;
toi qui le sauves, visite-moi :
que je voie le bonheur de tes élus ;
que j'aie part à la joie de ton peuple,
à la fierté de ton héritage.

Avec nos pères, nous avons péché,
nous avons failli et renié.
En Égypte, nos pères ont méconnu tes miracles,
oublié l'abondance de tes grâces
et résisté au bord de la mer Rouge.
Mais à cause de son nom, il les sauva,
pour que soit reconnue sa puissance.

Il menace la mer Rouge, elle sèche ;
il les mène à travers les eaux comme au désert.
Il les sauve des mains de l'oppresseur,
il les rachète aux mains de l'ennemi.

Et les eaux recouvrent leurs adversaires :
pas un d'entre eux n'en réchappe.
Alors ils croient à sa parole,
ils chantent sa louange.

Ils s'empressent d'oublier ce qu'il a fait,
sans attendre de connaître ses desseins.
Ils se livrent à leur convoitise dans le désert ;
là, ils mettent Dieu à l'épreuve :
et Dieu leur donne ce qu'ils ont réclamé,
mais ils trouvent ses dons dérisoires.

Dans le camp ils sont jaloux de Moise
et d'Aaron, le prêtre du Seigneur.
La terre s'ouvre : elle avale Datan,
elle recouvre la bande d'Abiron ;
un feu détruit cette bande,
les flammes dévorent ces méchants.

A l'Horeb ils fabriquent un veau,
ils adorent un objet en métal :
ils échangeaient ce qui était leur gloire
pour l'image d'un taureau, d'un ruminant.

Ils oublient le Dieu qui les sauve,
qui a fait des prodiges en Égypte,
des miracles au pays de Cham,
des actions terrifiantes sur la mer Rouge.

Dieu a décidé de les détruire.
C'est alors que Moïse, son élu,
surgit sur la brèche, devant lui,
pour empêcher que sa fureur les extermine




Les 150 Psaumes 105_2310Psaume 105 24-48 : S'enfoncer dans sa faute


Ils dédaignent une terre savoureuse,
ne voulant pas croire à sa parole ;
ils récriminent sous leurs tentes
sans écouter la voix du Seigneur.

Dieu lève la main contre eux,
jurant de les perdre au désert,
de perdre leurs descendants chez les païens,
de les éparpiller sur la terre.

Ils se donnent au Baal de Pégor,
ils communient aux repas des morts ;
ils irritent Dieu par toutes ces pratiques :
un désastre s'abat sur eux.

Mais Pinhas s'est levé en vengeur,
et le désastre s'arrête :
son action est tenue pour juste
d'âge en âge et pour toujours.

Ils provoquent Dieu aux eaux de Mériba,
ils amènent le malheur sur Moïse ;
comme ils résistaient à son esprit,
ses lèvres ont parlé à la légère.

Refusant de supprimer les peuples
que le Seigneur leur avait désignés,
ils vont se mêler aux païens,
ils apprennent leur manière d'agir.

Alors ils servent leurs idoles,
et pour eux c'est un piège :
ils offrent leurs fils et leurs filles
en sacrifice aux démons.

Ils versent le sang innocent,
le sang leurs fils et de leurs filles
qu'ils sacrifient aux idoles de Canaan,
et la terre en est profanée.
De telles pratiques les souillent ;
ils se prostituent par de telles actions.

Et le Seigneur prend feu contre son peuple :
ses héritiers lui font horreur ;
il les livre aux mains des païens :
leurs ennemis deviennent leurs maîtres :
ils sont opprimés par l'adversaire :
sa main s'appesantit sur eux.

Tant de fois délivrés par Dieu,
ils s'obstinent dans leur idée,
ils s'enfoncent dans leur faute.
Et lui regarde leur détresse
quand il entend leurs cris.

Il se souvient de son alliance avec eux ;
dans son amour fidèle, il se ravise :
il leur donna de trouver grâce
devant ceux qui les tenaient captifs.

Sauve-nous, Seigneur notre Dieu,
rassemble-nous du milieu des païens,
que nous rendions grâce à ton saint nom,
fiers de chanter ta louange !

Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
depuis toujours et pour la suite des temps !
Et tout le peuple dira :
Amen ! Amen !




Les 150 Psaumes 106_2310Psaume 106 1-22 : Sur des chemins perdus


Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !

Ils le diront, les rachetés du Seigneur,
qu'il racheta de la main de l'oppresseur,
qu'il rassembla de tous les pays,
du nord et du midi, du levant et du couchant.

Certains erraient dans le désert
sur des chemins perdus,
sans trouver de ville où s'établir :
ils souffraient la faim et la soif,
ils sentaient leur âme défaillir.

Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
et lui les a tirés de la détresse :
il les conduit sur le bon chemin,
les mène vers une ville où s'établir.

Qu'ils rendent grâce au Seigneur de son amour
de ses merveilles pour les hommes :
car il étanche leur soif,
il comble de biens les affamés !

Certains gisaient dans les ténèbres mortelles,
captifs de la misère et des fers :
ils avaient bravé les ordres de Dieu
et méprisé les desseins du Très-Haut ;
soumis par lui à des travaux accablants,
ils succombaient, et nul ne les aidait.

Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
et lui les a tirés de la détresse :
il les délivre des ténèbres mortelles,
il fait tomber leurs chaînes.

Qu'ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
de ses merveilles pour les hommes :
car il brise les portes de bronze,
il casse les barres de fer !

Certains, égarés par leur péché,
ployaient sous le poids de leurs fautes :
ils avaient toute nourriture en dégoût,
ils touchaient aux portes de la mort.

Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
et lui les a tirés de la détresse :
il envoie sa parole, il les guérit,
il arrache leur vie à la fosse.

Qu'ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
de ses merveilles pour les hommes ;
qu'ils offrent des sacrifices d'action de grâce,
à pleine voix qu'ils proclament ses oeuvres




Les 150 Psaumes 106_2311Psaume 106 1-3;23-43 : Embarqués sur des navires


Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !

Ils le diront, les rachetés du Seigneur,
qu'il racheta de la main de l'oppresseur,
qu'il rassembla de tous les pays,
du nord et du midi, du levant et du couchant.

Certains, embarqués sur des navires,
occupés à leur travail en haute mer,
ont vu les oeuvres du Seigneur
et ses merveilles parmi les océans.

Il parle, et provoque la tempête,
un vent qui soulève les vagues :
portés jusqu'au ciel, retombant aux abîmes,
ils étaient malades à rendre l'âme ;
ils tournoyaient, titubaient comme des ivrognes :
leur sagesse était engloutie.

Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
et lui les a tirés de la détresse,
réduisant la tempête au silence,
faisant taire les vagues.
Ils se réjouissent de les voir s'apaiser,
d'être conduits au port qu'ils désiraient.

Qu'ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
de ses merveilles pour les hommes ;
qu'ils l'exaltent à l'assemblée du peuple
et le chantent parmi les anciens !

C'est lui qui change les fleuves en désert,
les sources d'eau en pays de la soif,
en salines une terre généreuse,
quand ses habitants se pervertissent.

C'est lui qui change le désert en étang,
les terres arides en source d'eau ;
là, il établit les affamés
pour y fonder une ville où s'établir.
Ils ensemencent des champs et plantent des vignes :
ils en récoltent les fruits.

Dieu les bénit et leur nombre s'accroît,
il ne laisse pas diminuer leur bétail.
Puis, ils déclinent, ils dépérissent,
écrasés de maux et de peines.

Dieu livre au mépris les puissants,
il les égare dans un chaos sans chemin.
Mais il relève le pauvre de sa misère ;
il rend prospères familles et troupeaux.

Les justes voient, ils sont en fête ;
et l'injustice ferme sa bouche.
Qui veut être sage retiendra ces choses :
il y reconnaîtra l'amour du Seigneur.




Les 150 Psaumes 10710Psaume 107 : Ton amour plus grand que les cieux


Mon coeur est prêt, mon Dieu,
je veux chanter, jouer des hymnes :
ô ma gloire !

Éveillez-vous, harpe, cithare,
que j'éveille l'aurore !

Je te rendrai grâce parmi les peuples, Seigneur,
et jouerai mes hymnes en tous pays.
Ton amour est plus grand que les cieux,
ta vérité, plus haute que les nues.

Dieu, lève-toi sur les cieux :
que ta gloire domine la terre !
Que tes bien-aimés soient libérés,
sauve-les par ta droite : réponds-nous !

Dans le sanctuaire, Dieu a parlé :
« Je triomphe ! Je partage Sichem,
je divise la vallée de Soukkôt.

« A moi Galaad, à moi Manassé !
Ephraïm est le casque de ma tête,
Juda, mon bâton de commandement.

« Moab est le bassin où je me lave ;
sur Édom, je pose le talon,
sur la Philistie, je crie victoire ! »

Qui me conduira dans la Ville-forte,
qui me mènera jusqu'en Édom,
sinon toi, Dieu qui nous rejettes
et ne sors plus avec nos armées ?

Porte-nous secours dans l'épreuve :
néant, le salut qui vient des hommes !
Avec Dieu nous ferons des prouesses,
et lui piétinera nos oppresseurs !




Les 150 Psaumes 108_1610Psaume 108 1-15 : Propos haineux


Dieu de ma louange,
sors de ton silence !

La bouche de l'impie, la bouche du fourbe,
s'ouvrent contre moi :
ils parlent de moi pour dire des mensonges ;
ils me cernent de propos haineux,
ils m'attaquent sans raison.

Pour prix de mon amitié, ils m'accusent,
moi qui ne suis que prière.
Ils me rendent le mal pour le bien,
ils paient mon amitié de leur haine.

« Chargeons un impie de l'attaquer :
qu'un accusateur se tienne à sa droite.
A son procès, qu'on le déclare impie,
que sa prière soit comptée comme une faute.

« Que les jours de sa vie soient écourtés,
qu'un autre prenne sa charge.
Que ses fils deviennent orphelins,
que sa femme soit veuve.

« Qu'ils soient errants, vagabonds, ses fils,
qu'ils mendient, expulsés de leurs ruines.
Qu'un usurier saisisse tout son bien,
que d'autres s'emparent du fruit de son travail.

« Que nul ne lui reste fidèle,
que nul n'ait pitié de ses orphelins.
Que soit retranchée sa descendance,
que son nom s'efface avec ses enfants.

« Qu'on rappelle au Seigneur les fautes de ses pères,
que les péchés de sa mère ne soient pas effacés.
Que le Seigneur garde cela devant ses yeux,
et retranche de la terre leur mémoire ! »




Les 150 Psaumes 108_1611Psaume 108 16-31 : Mes accusateurs


Ainsi, celui qui m'accuse
oublie d'être fidèle :
il persécute un pauvre, un malheureux,
un homme blessé à mort.

Puisqu'il aime la malédiction,
qu'elle entre en lui ;
il refuse la bénédiction,
qu'elle s'éloigne de lui !

Il a revêtu comme un manteau la malédiction,
qu'elle entre en lui comme de l'eau,
comme de l'huile dans ses os !
Qu'elle soit l'étoffe qui l'habille,
la ceinture qui ne le quitte plus !

C'est ainsi que le Seigneur paiera mes accusateurs,
ceux qui profèrent le mal contre moi.
Mais toi, Seigneur Dieu,
agis pour moi à cause de ton nom.
Ton amour est fidèle : délivre-moi.

Vois, je suis pauvre et malheureux ;
au fond de moi, mon coeur est blessé.
Je m'en vais comme le jour qui décline,
comme l'insecte qu'on chasse.

J'ai tant jeûné que mes genoux se dérobent,
je suis amaigri, décharné.
Et moi, on me tourne en dérision,
ceux qui me voient hochent la tête.

Aide-moi, Seigneur mon Dieu :
sauve-moi par ton amour !
Ils connaîtront que là est ta main,
que toi, Seigneur, tu agis.

Ils maudissent, toi, tu bénis,
ils se sont dressés, ils sont humiliés :
ton serviteur est dans la joie.
Qu'ils soient couverts d'infamie, mes accusateurs,
et revêtus du manteau de la honte !

A pleine voix, je rendrai grâce au Seigneur,
je le louerai parmi la multitude,
car il se tient à la droite du pauvre
pour le sauver de ceux qui le condamnent.




Les 150 Psaumes 10910Psaume 109 : Il redresse la tête


Oracle du Seigneur à mon Seigneur :
« Siège à ma droite,
et je ferai de tes ennemis
le marchepied de ton trône. »

De Sion, le Seigneur te présente
le sceptre de ta force :
« Domine jusqu'au coeur de l'ennemi. »

Le jour où paraît ta puissance,
tu es prince, éblouissant de sainteté :
« Comme la rosée qui naît de l'aurore,
je t'ai engendré. »

Le Seigneur l'a juré
dans un serment irrévocable :
« Tu es prêtre à jamais
selon l'ordre du roi Melkisédek. »

A ta droite se tient le Seigneur :
il brise les rois au jour de sa colère.
[Il juge les nations : les cadavres s'entassent ;
il brise les chefs, loin sur la terre.]

Au torrent il s'abreuve en chemin,
c'est pourquoi il redresse la tête.



Les 150 Psaumes 11010Psaume 110 : Mémoire de son alliance


Alléluia !

De tout coeur je rendrai grâce au Seigneur
dans l'assemblée, parmi les justes.
Grandes sont les oeuvres du Seigneur ;
tous ceux qui les aiment s'en instruisent.
Noblesse et beauté dans ses actions :
à jamais se maintiendra sa justice.

De ses merveilles il a laissé un mémorial ;
le Seigneur est tendresse et pitié.
Il a donné des vivres à ses fidèles,
gardant toujours mémoire de son alliance.
Il a montré sa force à son peuple,
lui donnant le domaine des nations.

Justesse et sûreté, les oeuvres de ses mains,
sécurité, toutes ses lois,
établies pour toujours et à jamais,
accomplies avec droiture et sûreté !

Il apporte la délivrance à son peuple ;
son alliance est promulguée pour toujours :
saint et redoutable est son nom.

La sagesse commence avec la crainte du Seigneur.
Qui accomplit sa volonté en est éclairé.
A jamais se maintiendra sa louange.




L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par L1234567 le Ven 14 Juin 2013 - 23:07

Les 150 Psaumes 11110Psaume 111 : Lumière des coeurs droits
 
  
Alléluia !
Heureux qui craint le Seigneur,
qui aime entièrement sa volonté !
Sa lignée sera puissante sur la terre ;
la race des justes est bénie.

Les richesses affluent dans sa maison
à jamais se maintiendra sa justice.
Lumière des coeurs droits, il s'est levé dans les ténèbres,
homme de justice, de tendresse et de pitié.

L'homme de bien a pitié, il partage ;
il mène ses affaires avec droiture.
Cet homme jamais ne tombera ;
toujours on fera mémoire du juste.



Il ne craint pas l'annonce d'un malheur :
le coeur ferme, il s'appuie sur le Seigneur.
Son coeur est confiant, il ne craint pas :
il verra ce que valaient ses oppresseurs.

A pleines mains, il donne au pauvre 
à jamais se maintiendra sa justice,
sa puissance grandira, et sa Gloire !

L'impie le voit et s'irrite, 
il grince des dents et se détruit.
L'ambition des impies se perdra.



 

Les 150 Psaumes 11211 Psaume 112 : Du levant au couchant du soleil


 Alléluia !

Louez, serviteurs du Seigneur,
louez le nom du Seigneur !
Béni soit le nom du Seigneur,
maintenant et pour les siècles des siècles !
Du levant au couchant du soleil,
loué soit le nom du Seigneur !

Le Seigneur domine tous les peuples,
sa gloire domine les cieux.
Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ?
Lui, il siège là-haut.
Mais il abaisse son regard
vers le ciel et vers la terre.

De la poussière il relève le faible,
il retire le pauvre de la cendre
pour qu'il siège parmi les princes,
parmi les princes de son peuple.
Il installe en sa maison la femme stérile,
heureuse mère au milieu de ses fils.





Les 150 Psaumes 113a11 Psaume 113 a : Comme des béliers bondissants 


Alléluia !


Quand Israël sortit d'Égypte,
et Jacob, de chez un peuple étranger,
Juda fut pour Dieu un sanctuaire,
Israël devint son domaine.

La mer voit et s'enfuit,
le Jourdain retourne en arrière.
Comme des béliers, bondissent les montagnes,
et les collines, comme des agneaux.

Qu'as-tu, mer, à t'enfuir,
Jourdain, à retourner en arrière ?
Montagnes, pourquoi bondir comme des béliers,
collines, comme des agneaux ?

Tremble, terre, devant le Maître,
devant la face du Dieu de Jacob,
lui qui change le rocher en source
et la pierre en fontaine !



Les 150 Psaumes 113b10Psaume 113 b :Il bénira



Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous, 
mais à ton nom, donne la gloire,
pour ton amour et ta vérité.

Pourquoi les païens diraient-ils :
« Ou donc est leur Dieu ? »

Notre Dieu, il est au ciel ;
tout ce qu'il veut, il le fait.
Leurs idoles : or et argent,
ouvrages de mains humaines.

Elles ont une bouche et ne parlent pas,
des yeux et ne voient pas,
des oreilles et n'entendent pas,
des narines et ne sentent pas.

Leurs mains ne peuvent toucher, 
leurs pieds ne peuvent marcher, 
pas un son ne sort de leur gosier !

Qu'ils deviennent comme elles,
tous ceux qui les font, 
ceux qui mettent leur foi en elles.

Israël, mets ta foi dans le Seigneur :
le secours, le bouclier, c'est lui !
Famille d'Aaron, mets ta foi dans le
Seigneur :
le secours, le bouclier, c'est lui !
Vous qui le craignez, ayez foi dans le Seigneur :
le secours, le bouclier. c'est lui !

Le Seigneur se souvient de nous : il bénira ! 
Il bénira la famille d'Israël,
il bénira la famille d'Aaron, 
il bénira tous ceux qui craignent le Seigneur,
du plus grand au plus petit.

Que le Seigneur multiplie ses bienfaits
pour vous et vos enfants !
Soyez bénis par le Seigneur
qui a fait le ciel et la terre !
Le ciel, c'est le ciel du Seigneur ;
aux hommes, il a donné la terre.


Les morts ne louent pas le Seigneur,
ni ceux qui descendent au silence.
Nous, les vivants, bénissons le Seigneur,
maintenant et pour les siècles des siècles !




Les 150 Psaumes 11410 Psaume 114 : Sur la terre des vivants



Alléluia !
J'aime le Seigneur :
il entend le cri de ma prière ;
il incline vers moi son oreille :
toute ma vie, je l'invoqueras

J'étais pris dans les filets de la mort,
retenu dans les liens de l'abîme, 
j'éprouvais la tristesse et l'angoisse ;
j'ai invoqué le nom du Seigneur :
« Seigneur, je t'en prie, délivre-moi ! »



Le Seigneur est justice et pitié,
notre Dieu est tendresse.
Le Seigneur défend les petits :
J'étais faible, il m'a sauvé.

Retrouve ton repos, mon âme,
car le Seigneur t'a fait du bien.
Il a sauvé mon âme de la mort, 
gardé mes yeux des larmes 
et mes pieds du faux pas.

Je marcherai en présence du Seigneur
sur la terre des vivants.





Les 150 Psaumes 11510Psaume 115 : Je crois et je parlerai


Je crois, et je parlerai,
moi qui ai beaucoup souffert,
moi qui ai dit dans mon trouble :
« L'homme n'est que mensonge. »

Comment rendrai-je au Seigneur
tout le bien qu'il m'a fait ?
J'élèverai la coupe du salut,
j'invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple !

Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
ton serviteur, le fils de ta servante, 
moi, dont tu brisas les chaînes ?

Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâce,
j'invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple,
à l'entrée de là maison du Seigneur,
au milieu de Jérusalem !





Les 150 Psaumes 11610Psaume 116 :Tous les peuples !



 Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays !

Son amour envers nous s'est montré le plus fort;
éternelle est la fidélité du Seigneur ! 






Les 150 Psaumes 117_1-10Psaume 117 1-18 :  Voici le jour


Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! 
Éternel est son amour !

Oui que le dise Israël :
Éternel est son amour ! 
Que le dise la maison d'Aaron :
Éternel est son amour ! 
Qu'ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

Dans mon angoisse j'ai crié vers le Seigneur,
et lui m'a exaucé, mis au large.
Le Seigneur est pour moi, je ne crains pas ;
que pourrait un homme contre moi ?
Le Seigneur est avec moi pour me défendre,
et moi, je braverai mes ennemis.


Mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les hommes ; 
mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les puissants !


Toutes les nations m'ont encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
Elles m'ont cerné, encerclé :
au nom du Seigneur, je les détruis !
Elles m'ont cerné comme des guêpes : 
(- ce n'était qu'un feu de ronces -) 
au nom du Seigneur, je les détruis !

On m'a poussé, bousculé pour m'abattre ;
mais le Seigneur m'a défendu.
Ma force et mon chant, c'est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.

Clameurs de joie et de victoire 
sous les tentes des justes :
« Le bras du Seigneur est fort
le bras du Seigneur se lève, 
le bras du Seigneur est fort ! »

Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur :
il m'a frappé, le Seigneur, il m'a frappé,
mais sans me livrer à la mort.





Les 150 Psaumes 117_1910Psaume 117 19-29 :La Pierre rejetée


Ouvrez-moi les portes de justice :
j'entrerai, je rendrai grâce au Seigneur.
« C'est ici la porte du Seigneur :
qu'ils entrent, les justes ! »
Je te rends grâce car tu m'as exaucé :
tu es pour moi le salut.

La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d'angle :
c'est là l'oeuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.
Voici le jour que fit le Seigneur,
qu'il soit pour nous jour de fête et de joie !



Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !

Béni soit au nom du Seigneur
celui qui vient ! 
De la maison du Seigneur,
nous vous bénissons !

Dieu, le Seigneur, nous illumine. 
Rameaux en main, formez vos cortèges
jusqu'auprès de l'autel.

Tu es mon Dieu, je te rends grâce, 
mon Dieu, je t'exalte !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! 
Éternel est son amour !


L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par Isabelle-Marie le Mar 17 Sep 2019 - 20:44

Série de conférences 'Prier avec les psaumes'  à 17H00 à Saint Germain l´Auxerrois par Monseigneur Patrick Chauvet, recteur-archiprêtre de la cathédrale et administrateur de Saint Germain l´Auxerrois.

Conférence à Saint-Germain-l'Auxerrois du 15/09/2019.

Prier avec le psaume 62, le désir de Dieu

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 5531
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par Isabelle-Marie le Ven 11 Oct 2019 - 8:12

Le beau psaume de la confiance en Dieu   Rend grâce    

"tu nous as fait pour toi et notre cœur est sans repos jusqu'à ce qu'il repose en toi" (Saint Augustin)

Isabelle-Marie
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 5531
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Les 150 Psaumes Empty Re: Les 150 Psaumes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum