Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-71%
Le deal à ne pas rater :
Plaque Induction Portable Amzchef
49.99 € 169.99 €
Voir le deal

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François

Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François

Message par sylvia le Jeu 14 Mar 2013 - 14:40

Photo historique des 3 Papes successifs...J.P.2, Benoit XVI et François!

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Trois_14
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Élection du pape François1:«Le risque que l’Église implose est réel»

Message par sylvia le Jeu 14 Mar 2013 - 14:56

Élection du pape François: «Le risque que l’Église implose est réel»

Mis à jour le 14/03/2013 à 14h08

Jorge Mario Bergoglio, nouveau pape élu le 13 mars 2013. —

INTERVIEW - Christine Pedotti

Comment réagissez-vous à l’élection de ce pape?

Je suis sidérée! C’est extraordinaire qu’il ait été choisi si vite et que ce soit lui qui l’ait été, parce qu’il n’était ni favori ni outsider, et que c’est une personnalité hors du commun. Il cumule les premières: c’est le premier pape non-européen, le premier jésuite, et la première fois qu’un pape s’appelle François, un nom très signifiant. Avant même de faire un discours-programme, ce qu’il est et les signes qu’il a donnés montrent qu’on a changé de monde.

En quoi exactement?

Tout est affaire de symboles. En demandant à la foule de le bénir, alors que d’habitude c’est le pape qui bénit la foule, il se pose en «serviteur des serviteurs de Dieu», l’un des titres du pape. Le choix de son nom, en référence à Saint François d’Assise, montre aussi qu’il se pose du côté des pauvres, et qu’il a une forte personnalité, parce qu’il faut oser prendre un nouveau nom! Vu le contexte [le scandale de corruption au sein du Saint-Siège], ça va décoiffer au Vatican.

Le fait qu’il soit issu d’un pays du Sud –l’Argentine– n’est-il pas aussi un signe de la fin de la domination du Nord dans le choix des papes?

Oui, il y a un retournement évident du centre de gravité de l’Eglise.

Qu’est-ce que ça peut changer pour les Européens?

Pour nous, Européens, cela nous décentre: le remariage, l’avortement ou le mariage gay ne sont pas la priorité de ce nouveau pape, mais celle des injustices criantes dans la société actuelle et la mondialisation, car sur le 1,2 milliard de fidèles dans le monde, les deux-tiers sont issus des pays du Sud. Il risque donc d’y avoir une petite déception sur certains sujets de préoccupation en Europe.

Et sur la question du port du préservatif? Le sida frappe d’abord les pays pauvres...

Je pense qu’il y serait plutôt favorable. En 2001, il avait fait un lavement de pieds (un geste liturgique) le Jeudi Saint sur des malades du sida dans un bidonville de Buenos Aires. C’est quelque chose dont il est conscient. Bien sûr, il ne dira jamais «sortez couverts», mais il peut dire qu’il est favorable au fait de ne pas faire mourir les gens.

Que va changer le fait qu’il soit jésuite?

Les jésuites sont de grands intellectuels ancrés dans le monde. Ils ne sont pas dans l’abstraction: ils sont engagés partout, dans la vie et l’éducation. Je suis très étonnée que les cardinaux aient choisi un pape jésuite. Cela bouleverse la donne et l’Eglise, qui en a besoin.

Vous semblez très optimiste…

J’aime le premier chapitre de cette histoire, mais je ne sais pas ce qu’il en sera par la suite. D’autant qu’il n’est que le pape. A Rome, avant le pape, il y a la papauté, un énorme système, routinier et bureaucratique. Les lions de la Curie romaine ne vont pas devenir subitement des agneaux parce que ce pape a été élu.

Est-il à vos yeux l’homme de la situation pour sortir l’Eglise des scandales qui ont plombé le pontificat de benoît XVI?

On saura à l’usage. La Curie est un sacré morceau. Beaucoup ont essayé de la changer et s’y sont cassé les dents. La force du pape François, c’est qu’il peut s’appuyer sur le réseau immense et solide que sont les jésuites –lesquels, pour l’anecdote, ont fait vœu d’obéissance au pape. C’est aussi un homme au-dessus de tout soupçon, même si on va regarder ce qu'il a fait pendant la dictature argentine.

Il n’a jamais travaillé à Rome, ne fait pas partie de ses réseaux, n’a trempé dans rien et a une réputation d’incorruptibilité. Les cardinaux n’ont pas raté leur coup, car ce n’était pas si facile à trouver.

Vous avez cofondé le Comité de la Jupe, qui plaide pour une meilleure reconnaissance de la place des femmes dans l’Eglise. Que peut apporter le pape François sur ce point?

Je ne sais rien de lui là-dessus. Mais il y a quelques années, les jésuites se sont engagés dans un texte à œuvrer pour donner une place éminente aux femmes. Si le pape François est un vrai jésuite –et il l’est– j’ai bon espoir. Avec un gros bémol: ceux qui sont sous ses ordres ont de vieilles habitudes. La papauté est sexiste, et le risque est qu’elle le demeure.

Pourra-t-il mettre en œuvre les réformes dont l’Eglise a besoin?

Je le souhaite. Avec ce pape, la réalité dépasse la fiction. L’Eglise est dans une période de glaciation. Avec le pape François, elle passe dans une forme d’ouverture et de transparence. Le risque, c’est d’avoir une situation similaire à celle qu’a connu l’URSS avec Mikhaïl Gorbatchev, et que cette transparence fasse imploser l’Eglise. A Rome, beaucoup ont peur de ça.

Le risque est réel. J’espère que l’Eglise saura se réformer sans que cela se produise.
http://www.20minutes.fr/monde/1118347-20130314-Election-pape-francois-le-risque-lEglise-implose-reel
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Re: Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François

Message par carine le Jeu 14 Mar 2013 - 15:05

Magnifique photo Sylvia et c'est stupéfiant toute la douceur et la bonté que l'on peut voir dans leurs regards et une sorte de timidité et de respect dans celui de Joseph Ratzinger vis à vis du Saint-Père Jean-Paul II.

Merci pour cette belle photo


Dernière édition par carine le Jeu 14 Mar 2013 - 15:52, édité 1 fois

carine
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4320
Localisation : France
Inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Les premières bénédictions papales, de Jean XXIII au pape François

Message par sylvia le Jeu 14 Mar 2013 - 15:23


Les premières bénédictions papales, de Jean XXIII au pape François

Voir les diverses vidéos...

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Les-premieres-benedictions-papales-de-Jean-XXIII-au-pape-Francois-_NG_-2013-03-14-920956
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Les premiers pas du pape François, une humilité souveraine...

Message par sylvia le Jeu 14 Mar 2013 - 15:36

Les premiers pas du pape François, une humilité souveraine

Au lendemain de l'élection du cardinal Jorge Mario Bergoglio, les vaticanistes analysent les dynamiques au sein du Sacré collège qui ont abouti à ce résultat.

14/3/13

Le pape François quitte la basilique Sainte-Marie Majeure après y avoir prié jeudi 14 mars.

Rapidement, les dessous du conclave, du moins ce qu'on peut en dire sans risquer l'excommunication, commencent à circuler dans Rome. Sur Europe 1 ce matin, le cardinal Philippe Barbarin a livré ses confidences.

Ainsi, le pape François, sortant de la chambre des larmes de la Chapelle Sixtine, à peine vêtu de sa nouvelle soutane blanche, s'est dirigé vers le cardinal indien de Bombay, Gracias, handicapé par une grave maladie, et l'a étreint, lui faisant part de sa compassion. Rien ne l'y obligeait, alors qu'il se préparait à recevoir, sur son trône l'allégeance de ses confrères cardinaux.

Un peu plus tard, descendant de la loge des bénédictions, après cette séquence silencieuse inédite face à Rome et au monde, il a refusé la Mercedes aux fanions pontificaux pour emprunter le même bus que les cardinaux qui venaient de l'élire. De même, ce matin, se rendant à la basilique Sainte-Marie-Majeure pour prier la Vierge, protectrice de Rome, il a utilisé une voiture ordinaire.

Les premiers moments de ce pontificat inattendu seront ainsi scrutés à la loupe par les observateurs.

La conférence épiscopale annonce par erreur l'élection du cardinal Scola

Les vaticanistes italiens ont déjà, ce matin, analysé les raisons de la défaite en conclave du cardinal Angelo Scola, « l'homme qui voulait être pape ». Pour Giacomo Galeazzi, de la Stampa, il a payé au prix fort sa visite à Castel Gandolfo, fin août 2010, au cours de laquelle il a explicitement demandé à Benoît XVI de se séparer de son Secrétaire d'Etat, le cardinal Tarcisio Bertone.

Ce dernier se serait allié à son ennemi de toujours, son prédécesseur à la tête de la Secrétairerie d’Etat, Angelo Sodano, doyen du Collège des cardinaux. Galeazzi conclut : « Les 28 électeurs italiens n’ont pas tous regardé dans la même direction et ont ainsi manqué l’occasion de porter un de leurs compatriotes, 35 ans après le pape Luciani, sur le trône de Pierre. »

Par ailleurs, les médias italiens bruissent de la gaffe de la CEI, la très puissante conférence épiscopale italienne. Celle-ci a diffusé par mail, puis retiré in extremis, un communiqué louangeur annonçant l'élection du « pape Scola ».

La famille du pape est d'origine italienne

Ce matin, dans les bars romains, à l'heure du sacro-saint café, on se console comme on peut de cette nouvelle élection d'un pape non italien. S'il avait été européen, on ne l'en aurait pas moins qualifié de straniero (étranger). Alors, un latino-américain...

Heureusement, il est d'ascendance piémontaise, du village de Portacomaro, près d’Asti, et il a choisi de se nommer François. Le saint d'Assise fait ici partie du patrimoine national. « Il est timide, il est Piémontais, même s’il parle comme Maradona » se félicite ainsi Massimo Gramellini, à la une de La Stampa.

Pourtant, certains se méfient du dédain affiché par le pape François pour les premiers fastes pontificaux. « Le choix de François : un programme de pauvreté qui défie la Curie romaine » annonce le quotidien turinois.

Tandis que son confrère La Repubblica réputé critique à l’encontre de l’Église titre doublement en une : « Révolution à Saint Pierre » et « La nouvelle Église du pape François ».
http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Les-premiers-pas-du-pape-Francois-une-humilite-souveraine-_NG_-2013-03-14-920897
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Re: Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François

Message par pax et bonum le Jeu 14 Mar 2013 - 19:40

Merci pour cette photo "trinitaire" des 3 papes ensemble!
pax et bonum
pax et bonum
Avec les anges

Masculin Messages : 6608
Localisation : france-sud-est
Inscription : 10/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty regardez ce que font vos enfants...car la drogue arrive partout!

Message par sylvia le Ven 15 Mar 2013 - 12:17


De Buenos Aires à Rome, un veilleur qui parle d’espérance

Austère et ascète, le cardinal Bergoglio s’est toujours montré un ardent défenseur des pauvres et des exclus.

14/3/13

En 2008, dans une Argentine redevenue prospère après la crise de 2001-2002 mais qui accueillait difficilement de nouvelles populations venues des voisins latino-américains, le cardinal Jorge Mario Bergoglio devait rappeler dans une homélie la dette de son pays aux immigrés. « Ils sont venus. Quelle surprise ! Comme le père ou la mère de nous tous ici. Comme mon père », insistait-il.

Car le nouveau pape est d’abord un enfant d’immigrés italiens. Son père, venu du Piémont dans les années 1920, s’installe à Flores, un quartier alors populaire de l’ouest de Buenos Aires où son quatrième fils naît en 1936.

En bon Argentin, le petit garçon se passionne pour le football et le club de San Lorenzo, fondé en 1908 par un prêtre et qui a pris comme couleurs le rouge et le bleu d’une statue de la Vierge. Jorge Bergoglio raconte ne pas avoir manqué un seul match de championnat depuis 1946…

Élevé à l’école publique, il entame ensuite des études de chimie et travaille quelque temps dans un laboratoire. De cette époque, il se souvient d’un groupe d’amis avec qui il allait danser, et d’une « petite amie ». « Puis j’ai découvert la vocation religieuse », racontait-il en 2010 à deux journalistes dans un livre d’entretiens, non disponible en français. Ce sera d’abord le séminaire diocésain de Buenos Aires, puis le noviciat jésuite où il entre en 1958.

« Homme discret et très efficace »

Commencent alors de longues années d’études, de jésuitière en jésuitière : humanités au Chili, philosophie à Buenos Aires, il est professeur de lettres avant d’entamer ses études de théologie à San Miguel, dans la banlieue de Buenos Aires et est ordonné prêtre en 1969. Après son « troisième an » en Espagne, il devient maître des novices en 1972 puis, l’année suivante, provincial d’Argentine.

Des années difficiles, marquées par la dictature, où la Compagnie est profondément divisée sur la question de la théologie de la libération et souffre d’une baisse des vocations. À seulement 37 ans, il doit prendre des décisions difficiles, soucieux de maintenir la non-politisation des jésuites, mais, six ans plus tard, il laisse une province apaisée et de nouvelles vocations.

Recteur du Collegio Maximo de Buenos Aires et curé dans la capitale argentine en 1980, il part en 1986 achever ses études de théologie en Allemagne, puis revient comme curé en Argentine, à Cordoba, à 700 km à l’ouest de Buenos Aires.

Un parcours classique mais une solidité doctrinale appréciée au point que ce « wojtylien pur jus », selon les mots de Sergio Rubin, chroniqueur religieux du grand quotidien argentin Clarin, est nommé évêque auxiliaire de Buenos Aires en 1992. Il se fait alors remarquer par sa discrétion, développant ses talents pastoraux en s’occupant surtout de l’université catholique et des prêtres du diocèse.

Coadjuteur en 1997, il succède l’année suivante au cardinal Antonio Quarracino qui, quelques jours avant sa mort, évoquait « cette bonne nouvelle pour son diocèse », dressant le portrait d’un « homme discret et très efficace, fidèle à l’Église et très proche des prêtres et des catholiques ».

« Veiller nous parle d’espérance »

De fait, le nouvel archevêque est un ascète qui délaisse alors la pompeuse résidence épiscopale pour vivre seul dans un petit appartement près de la cathédrale et refuse voiture avec chauffeur pour les transports en commun.

Malgré sa santé fragile – on lui a ôté une partie du poumon droit à 20 ans –, il mène une vie ascétique et se lève à 4 h 30-5 heures pour une journée de travail assidue que ce grand lecteur (notamment les romans russes, Dostoïevski en tête, et son compatriote Borges) et amateur d’opéra, commence toujours par une longue lecture d’une presse à laquelle il n’a accordé que de rares interviews.

L’homme est en effet connu pour parler peu mais écouter beaucoup. « Il écoute deux fois plus qu’il ne parle et perçoit bien plus que ce qu’il écoute », confiait un proche à La Croix en 2005. De ses années de curé, il a gardé un sens pastoral affirmé, ne répugnant pas à confesser régulièrement dans sa cathédrale et faisant tout pour rester proche de ses prêtres, pour lesquels il a ouvert une ligne téléphonique directe.

En 2001, tout juste créé cardinal, il se fait remarquer par son humilité au Synode des évêques, où il est rapporteur adjoint, suppléant au pied levé le New-Yorkais Egan parti rejoindre sa ville, blessée par les attentats du 11-septembre. Ses propos sur l’évêque plus « veilleur » que « surveillant » sont notés avec intérêt. « Surveiller se réfère davantage à l’attention envers la doctrine et les coutumes, tandis que veiller évoque plutôt le fait d’être attentif à ce qu’il y ait du soleil et de la lumière dans les cœurs, affirme-t-il.

Être sur ses gardes fait penser à l’alerte devant le danger imminent, alors que veiller fait penser au soutien patient des processus à travers lesquels le Seigneur guide son peuple vers le Salut. Surveiller et être en garde nous parlent d’un nécessaire contrôle. Au contraire, veiller nous parle d’espérance. »

« Un pape pour un monde sans esclaves ni exclus »

Et cette proximité avec son peuple, il la vit profondément. Dans une Amérique latine post-théologie de la libération où la proximité avec les pauvres est regardée avec suspicion, il n’hésite pas à encourager ses prêtres à s’investir dans les quartiers difficiles.

Certains jours, il va lui-même visiter en bus ou en métro ces héritiers des prêtres pour le Tiers-monde qui n’hésitent pas à le tutoyer et dont il doit parfois prendre publiquement la défense quand ils sont menacés par les narcotrafiquants. « Ils travaillent. Ils n’attaquent personne.

Celui qui a dit que la drogue était un danger non seulement dans les favelas mais dans toute la ville, c’est moi, pendant cette messe. J’ai dit aux parents : regardez ce que font vos enfants, prenez soin d’eux, car la drogue arrive partout », racontait-il en 2009 à 30 Giorni.

Créé cardinal en 2001 par Jean-Paul II, il a en effet fait de la lutte contre la pauvreté un de ses combats – « une violation des droits de l’homme », affirmait-il en 2009 – pourfendant le néolibéralisme, la mondialisation et l’économie spéculative qui détruit les emplois.

Il s’engage aussi contre l’exclusion, le travail clandestin et l’exploitation des enfants, n’hésitant pas à parler d’« esclavage ». « Bergoglio est un pape pour un monde sans esclaves ni exclus », se félicitait hier la Fondation La Alameda engagée sur ces fronts et qu’il a soutenue et visitée à plusieurs reprises.

« C’est mon pire ennemi, car c’est le plus intelligent »

Car, bien que viscéralement attaché à la doctrine, il explique combien « il ne suffit pas que notre vérité soit orthodoxe et notre action pastorale efficace : sans la joie de la beauté, la vérité devient impitoyable, froide et orgueilleuse ».

Critiquant les « hypocrites » qui « cléricalisent l’Église » et « éloignent le salut du peuple de Dieu », il s’était ainsi indigné, en septembre dernier, d’apprendre qu’un prêtre de Buenos Aires avait refusé le baptême à l’enfant d’une mère célibataire.

Devenu une figure morale incontestable en Argentine, il finit par apparaître comme la seule véritable force à s’opposer au régime Kirchner, dont il ne cesse de dénoncer l’autoritarisme, montant sans cesse au créneau contre les lois promouvant l’avortement, le mariage homosexuel ou l’éducation sexuelle à l’école. « C’est mon pire ennemi, car c’est le plus intelligent », avouait un parlementaire de gauche contre lequel il avait ferraillé.

Mais cela ne l’empêche pas de toujours maintenir le dialogue. « N’oublions pas que nous sommes ici pour prier pour un homme nommé Nestor et qui avait reçu l’onction du peuple », rappelait-il avec respect, en 2010, à la mort de Nestor Kirchner, appelant à faire taire les divergences politiques le temps du deuil.

Témoigner ensemble de la tendresse de l’Église envers les pauvres

Ce souci du dialogue, il a, plus largement, su le mettre en œuvre avec les autres confessions. Que ce soit le judaïsme – « le cardinal Bergoglio a fourni de nombreuses preuves de sa sensibilité, de son engagement social et humain et de sa vocation de dialogue fraternel avec la communauté juive, dans l’esprit du concile Vatican II », se félicitait hier l’importante communauté juive argentine – qu’avec les évangéliques.

Il participait ainsi régulièrement aux grands rassemblements charismatiques organisés dans la ville par le P. Raniero Cantalamessa, prédicateur de la Maison pontificale. Lors de la dernière, en octobre 2012, il exhortait catholiques et évangéliques à témoigner ensemble de la tendresse de l’Église envers les pauvres, déplorant sa « mollesse » en la matière.

Et de demander alors pardon pour cette « Église qui a perdu la tendresse » : « Ne nous habituons pas à voir dans la rue des enfants souffrant de malnutrition, des populations abandonnées, des gens qui manquent de nourriture et d’abris !

Seigneur, que chaque plaie que nous rencontrons nous interpelle et que nous y répondions avec tendresse ! »
http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/De-Buenos-Aires-a-Rome-un-veilleur-qui-parle-d-esperance-_NG_-2013-03-14-921129

sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Le pape déconseille aux Argentins de venir à Rome pour son intronisati

Message par sylvia le Ven 15 Mar 2013 - 16:57

Le pape déconseille aux Argentins de venir à Rome pour son intronisation

15/03/13 - 15h10
Le pape François a téléphoné au nonce à Buenos Aires pour qu'il prie les Argentins de ne pas entreprendre un voyage "coûteux" pour sa messe d'installation mardi et de faire plutôt "une obole aux pauvres", a indiqué vendredi le Vatican.

"Le soir même de son élection, le pape a appelé le nonce à Buenos Aires, Mgr Emil-Paul Tcherrig, pour inviter les évêques et les fidèles à ne pas venir à Rome. Il s'agit d'un long voyage coûteux et fatigant, et le pape a proposé qu'une obole soit plutôt versée pour les pauvres", a précisé le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, lors d'un point-presse.

Cette initiative "correspond bien au style" du nouveau pape, a commenté le porte-parole.

"Le nonce m'a confié ce matin qu'il régnait en Argentine une atmosphère de joie et de prière. Beaucoup de gens affluent dans les églises, et le curé de l'ancienne paroisse (du pape) a passé toute sa journée à confesser; y compris des personnes qui ne s'étaient pas confessées depuis 20 ans", a-t-il rapporté en souriant.

Le cardinal Jorge Bergoglio, ancien président de la Conférence épiscopale argentine, est devenu le premier pape d'Amérique Latine de l'Histoire.

Mardi, doit être célébrée dans la basilique Saint-Pierre sa messe d'installation, en présence de chefs d'Etat et de gouvernement et de ministres du monde entier. Des centaines de milliers de fidèles sont attendus sur la place Saint-Pierre.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/15799/Le-pape-demissionne/article/detail/1597133/2013/03/15/Le-pape-deconseille-aux-Argentins-de-venir-a-Rome-pour-son-intronisation.dhtml
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Re: Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François

Message par L1234567 le Ven 15 Mar 2013 - 17:10

Smile Merci Sylvia pour la photo et toutes ces informations que tu as à coeur de nous donner;
Fraternellement.


L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Première messe du Saint-Père : un appel à l’évangélisation

Message par sylvia le Ven 15 Mar 2013 - 21:53

Première messe du Saint-Père : un appel à l’évangélisation

famillechretienne.fr
14/03/2013

Suivant l’usage, le Saint-Père préside ce jeudi 14 mars une messe réunissant les cardinaux dans la chapelle Sixtine. Il y délivre son premier sermon de pape, une prise de parole toujours très attendue, parce que révélatrice des orientations du pontificat.

18 h 18 : Toujours deux par deux, les cardinaux quittent la chapelle, suivis par le Saint-Père, s’aidant du Crucifix – comme d’une crosse – pour marcher. Un geste, sans doute non prémédité, qui illustre son appel à « marcher avec la croix du Seigneur ».

18 h 04 : Après avoir échangé le baiser de paix, les cardinaux se dirigent deux par deux vers l’autel pour communier au corps et au sang du Christ, tandis que le reste de l’assemblée reçoit la sainte communion sous une seule espèce.

17 h 50 : Vêtus de blanc et or, profondément recueillis, l’ensemble des cardinaux prononcent les paroles de consécration, en latin.

17 h 38 : La prière universelle s’élève vers Dieu. Les intentions se tournent vers le nouveau pape mais aussi vers le pape émérite Benoît XVI, et toute l’Église.

Nouvel appel clair et vigoureux à l’évangélisation

« Je voudrais que nous tous, à travers ces journées de grâce, nous ayons le courage de marcher comme le veut le Seigneur, de marcher avec la croix du Seigneur, d’édifier l’Église sur le sang du Seigneur versé sur la croix, et de professer l’unique gloire qui vient du crucifix, pour construire la nouvelle Église, l’Église renouvelée.

Je prie pour que l’Esprit saint et la prière de Marie, sa mère, nous donnent la grâce de marcher, d’édifier, de proclamer Jésus-Christ crucifié et ressuscité »

« Si nous marchons sans la Croix, si nous édifions et professons le Christ sans la Croix, nous ne sommes pas les disciples du Seigneur. Nous sommes dans la mondanité ! »

« Nous ne pouvons cheminer, nous ne pouvons construire l’Église si nous ne confessons pas le Christ, sinon nous ne serions qu’une ONG. […] Celui qui ne professe pas le Seigneur, professe le diable. »

17 h 32 : Le Saint-Père commente l’évangile.

16 h 57 : La première messe célébrée par le pape François débute par une longue procession d’entrée dans la Chapelle Sixtine. Pour écouter la proclamation de l’évangile, le pape retire sa mitre et se recueille.

http://www.famillechretienne.fr/croire/pape-et-vatican/premiere-messe-du-saint-pere-un-appel-a-levangelisation_t9_s89_d68987.html
sylvia
sylvia
Avec les anges

Féminin Messages : 6631
Inscription : 22/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François Empty Re: Photo historique des 3 Papes successifs: J.P.2, Benoit XVI et François

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum