Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
Le Deal du moment : -57%
Friteuse à air chaud (sans huile)
Voir le deal
64.99 €

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Page 33 sur 34 Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34  Suivant

Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par AZUR le Jeu 11 Avr 2013 - 22:02

Bonsoir à toutes et à tous! Kisses
Merci! etoilebleue! Flower white


Accueillons Celui que Dieu nous a envoyé


Evangile selon St Jean, chapitre 3, 31-36

Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tout. Celui qui est de la terre est terrestre, et il parle de façon terrestre.
Celui qui vient du ciel rend témoignage de ce qu’il a vu et entendu, et personne n’accepte son témoignage.
Mais celui qui accepte son témoignage certifie par là que Dieu dit la vérité.
En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans compter.
Le Père aime le Fils et a tout remis dans sa main.
Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire en lui ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.



Prière d'introduction :

Mon Dieu, je crois en Toi, j’espère en Toi, je T’aime. Donne moi Ta Vie ! Donne moi Ta Grâce ! Merci pour Ta présence en moi. Merci d’ être mon Père ! Comme je repose en Toi, oh mon Dieu. Garde - moi toujours près de Toi.

Demande :

Augmente ma foi en Toi !


Points de réflexion

1. Celui qui est de la terre est terrestre, et il parle de façon terrestre.
Oui, nous vivons sur la terre, nous sommes des êtres humains enracinés dans une histoire, dans une famille, un pays, une culture, etc... Nous avons une vie terrestre. Mais combien il est important de se rappeler parfois que, nous, notre vie n’est pas une vie seulement terrestre. Non ! Dieu ne nous a pas créés pour la terre, mais pour le ciel ! Nous sommes, avant d’être terrestres, citoyens du ciel ! Nous sommes faits pour le ciel. Alors prions pour que ce ne soient pas les critères de ce monde qui dirigent notre vie, mais les critères chrétiens, ceux que Jésus nous laisse dans l’évangile. A la fin de nos journées, ayons le courage de faire de bons examens de conscience, pour que nous mettions nos actes, nos choix, nos désirs de la journée à la lumière de l’évangile, et que nous nous laissions transformer par cette lumière, cette parole, ce témoignage dont Jésus nous parle aujourd’hui.

2. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle.
Cette vie éternelle dont nous parle Jésus ne commence pas seulement après la mort. La vie éternelle...ce n’est pas la vie future ! Elle commence déjà, cette vie éternelle, dans les cœurs de ceux qui croient en Jésus. Dans les cœurs de ceux qui vivent dans la foi, l’espérance et la charité. Dans les cœurs de ceux qui vivent pour voir Dieu, pour aimer mieux Dieu et aimer mieux le prochain. La vie éternelle commence déjà dans ces cœurs qui croient en Jésus, qui se laissent transformer par sa Lumière. Notre vie éternelle, nous la construisons dès maintenant. Ayons la force de vivre avec toute l’authenticité du chrétien, qui vit non pas pour ce monde, mais pour la vraie vie, l’éternelle, celle que nous a donnée Jésus, c’est pour cela qu’Il est venu. Que ce désir de vie éternelle se reflète dans chacun de nos actes et de nos désirs. Demandons la grâce d’être saints !


Dialogue avec le Christ:

Seigneur Jésus, aide - moi à croire en ton témoignage, à faire adhérer mon cœur et ma volonté à Ta Personne, à ton message, à Tes désirs, à Ton Amour. Aide - moi à vivre en chrétien. Aide - moi à vivre dès maintenant ma vie éternelle.

Résolution :

Je ferai un bon examen de conscience ce soir, en demandant à Jésus sa Lumière et son aide pour être un chrétien toujours plus authentique.


Source: catholiqueorg
Jésus Croix Amen

AZUR
Combat avec Sainte Marie

Féminin Messages : 1742
Localisation : France
Inscription : 12/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Ven 12 Avr 2013 - 10:26

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550845


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 47b10


Le vendredi de la 2e semaine de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 5,34-42.

Comme les Apôtres étaient en train de comparaître, un membre du grand conseil se leva; c'était un pharisien nommé Gamaliel, docteur de la Loi honoré de tout le peuple. Il ordonna de faire sortir les Apôtres un instant,
puis il dit : « Hommes d'Israël, faites bien attention à la décision que vous allez prendre envers ces hommes.
Il y a quelque temps, on a vu surgir Theudas ; il prétendait être quelqu'un, et quatre cents hommes environ s'étaient ralliés à lui ; il a été tué, et tous ses partisans ont été mis en déroute et réduits à rien.
Après lui, à l'époque du recensement, on a vu surgir Judas le Galiléen qui a entraîné derrière lui une foule de gens. Il a péri lui aussi, et tous ses partisans ont été dispersés.
Eh bien, dans la circonstance présente, je vous le dis : ne vous occupez plus de ces gens-là, laissez-les. Car si leur intention ou leur action vient des hommes, elle tombera.
Mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez pas les faire tomber. Ne risquez donc pas de vous trouver en guerre contre Dieu. » Le conseil se laissa convaincre.
On convoqua alors les Apôtres, et, après les avoir fouettés, on leur interdit de parler au nom de Jésus, puis on les relâcha.
Mais eux, en sortant du grand conseil, repartaient tout joyeux d'avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le nom de Jésus.
Tous les jours, au Temple et dans leurs maisons, sans cesse, ils enseignaient cette Bonne Nouvelle : Jésus est le Messie.



Psaume 27(26),1.4abcd.13-14.

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J'ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie.

Je le crois, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,1-15.

Jésus était passé de l'autre côté du lac de Tibériade (appelé aussi mer de Galilée).
Une grande foule le suivait, parce qu'elle avait vu les signes qu'il accomplissait en guérissant les malades.
Jésus gagna la montagne, et là, il s'assit avec ses disciples.
C'était un peu avant la Pâque, qui est la grande fête des Juifs.
Jésus leva les yeux et vit qu'une foule nombreuse venait à lui. Il dit à Philippe : « Où pourrions-nous acheter du pain pour qu'ils aient à manger ? »
Il disait cela pour le mettre à l'épreuve, car lui-même savait bien ce qu'il allait faire.
Philippe lui répondit : « Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas pour que chacun ait un petit morceau de pain. »
Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit :
« Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons, mais qu'est-ce que cela pour tant de monde ! »
Jésus dit : « Faites-les asseoir. » Il y avait beaucoup d'herbe à cet endroit. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes.
Alors Jésus prit les pains, et, après avoir rendu grâce, les leur distribua ; il leur donna aussi du poisson, autant qu'ils en voulaient.
Quand ils eurent mangé à leur faim, il dit à ses disciples : « Ramassez les morceaux qui restent, pour que rien ne soit perdu. »
Ils les ramassèrent, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restaient des cinq pains d'orge après le repas.
A la vue du signe que Jésus avait accompli, les gens disaient : « C'est vraiment lui le grand Prophète, celui qui vient dans le monde. »
Mais Jésus savait qu'ils étaient sur le point de venir le prendre de force et faire de lui leur roi ; alors de nouveau il se retira, tout seul, dans la montagne.




Jésus est « passé de l’autre côté » de la mer : il a accompli sa Pâque ; il a accosté sur l’autre rivage, le rivage de la vie définitive. C’est de là qu’il nous fait signe, qu’il nous appelle, comme il appelait ses apôtres quelques jours après sa résurrection : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » (Jn 21, 5). Notre-Seigneur ressuscité est comme le phare dans la nuit, qui nous conduit au bon port ; à condition bien sûr que nous fixions nos regards sur lui, que nous nous laissions attirer par lui, que sa Parole soit « la lumière de nos pas, la lampe de notre route » (Ps 118, 105).

L’Église est le peuple rassemblé par la Parole de Dieu, qui chemine, sous la conduite de cette Parole, jusqu’aux demeures éternelles où son Seigneur l’a précédé afin de lui préparer une place (cf. Jn 14, 2). Pourtant, alors qu’elle est encore en chemin, elle peut quotidiennement anticiper le terme du voyage : dans chaque Eucharistie, son Époux vient au-devant d’elle et anticipe la rencontre eschatologique. Le temps de la célébration, nous participons déjà aux noces éternelles sur l’autre rivage, où nous accosterons bientôt. Comme la foule de l’Évangile de ce jour, nous gagnons la montagne - lieu de la révélation divine - et nous écoutons le Maître qui nous enseigne - la position assise est celle de l’enseignant - au cours de la liturgie de la Parole.

« Jésus leva le regard et vit qu’une foule nombreuse venait à lui » : du haut de la Croix, Jésus a vu venir à lui les générations de croyants, venant de tous les horizons pour s’abreuver aux sources vives du salut. C’est pour que cette foule innombrable « ne défaille pas en route » (Mc 8, 3) et puisse bénéficier de la grâce de la Rédemption en consommant le véritable Agneau pascal, que Notre-Seigneur a institué l’Eucharistie. Cette manne céleste qui nourrit pour la vie éternelle (cf. Jn 6, 51) n’est pas un pain terrestre que nous pourrions acheter avec le salaire de notre travail : ici bas, nous travaillons « pour la nourriture qui se perd », alors que « le Fils de l’Homme nous donne la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle » (Jn 6, 27). Hélas, nous ne ressentons pas vraiment la faim d’un tel aliment ; aussi nous contentons-nous de nous rassasier de nos « cinq pains d’orge et de nos deux poissons », en oubliant que nous avons à sustenter une vie bien plus importante, qui a défaut de nourriture adéquate, risque fort de s’étioler et de mourir.

Lorsque Jésus exhorte les Juifs - et nous à travers eux - à « travailler pour la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle », ceux-ci lui demandent : « “Que faut-il faire pour travailler aux œuvres de Dieu ?” Jésus leur répondit : “L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé” » (Jn 6, 27-29). C'est-à-dire que nous nous unissions à la personne du Christ par un amour sincère ; que nous adhérions à lui dans une confiance sans borne. Concrètement, que nous mettions en pratique le précepte de l’Apôtre : « Tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit au nom du Seigneur Jésus-Christ, offrant par lui votre action de grâce à Dieu le Père » (Col 3, 17). Tel est le sens des offrandes que nous présentons à Dieu au cours de la célébration eucharistique : avec ce pauvre pain que nous lui offrons, c’est toute notre vie que nous élevons vers le Père, pour qu’elle soit purifiée, transformée, sanctifiée par l’action de l’Esprit et qu’elle devienne, par le Christ, avec le Christ, et en lui, un « sacrifice saint, capable de plaire à Dieu : c’est là pour nous l’adoration véritable » (Rm 12, 1). A ce propos, le pape Benoît XVI souligne dans sa récente Exhortation apostolique post-synodale sur l’Eucharistie que : « L'offrande de notre vie, la communion avec toute la communauté des croyants et la solidarité avec tout homme sont des aspects inséparables de la “logiké latreía”, du culte spirituel, saint et agréable à Dieu (cf. Rm 12, 1), dans lequel toute notre réalité humaine concrète est transformée pour la gloire de Dieu » (Sacramentum caritatis, 94). Puissions entendre cet appel et « montrer par notre vie eucharistique la splendeur et la beauté de notre appartenance totale au Seigneur » (Ibid.).


« Marie très sainte, Vierge immaculée, arche de l'alliance nouvelle et éternelle, accompagne-nous sur ce chemin de la rencontre avec le Seigneur qui vient. Tu es la “Tota pulchra”, la Toute-belle, puisqu’en toi resplendit la splendeur de la gloire de Dieu. En toi l'Église contemple la “Femme eucharistique”, son icône la mieux réussie ; et elle te contemple comme modèle irremplaçable de vie eucharistique. Apprends-nous à devenir nous-mêmes des personnes eucharistiques et ecclésiales, pour pouvoir nous aussi, selon la parole de saint Paul, nous présenter “sans tache” devant le Seigneur, selon son éternel dessein d’amour sur nous (cf. Col 1, 21; Ep 1, 4) » (d’après Sacramentum caritatis, 96).

Père Joseph-Marie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Multip10

« Donnez-leur vous-mêmes à manger » (Mt 14,16)

Dans le pain de l'eucharistie, nous recevons la multiplication inépuisable des pains de l'amour de Jésus Christ, assez riche pour rassasier la faim de tous les siècles, et qui cherche ainsi à nous mettre, nous aussi, au service de cette multiplication des pains. Les quelques pains de seigle de notre vie pourront sembler inutiles, mais le Seigneur en a besoin et les demande.

Les sacrements de l'Église sont, comme l'Église elle-même, le fruit du grain de blé mourant (Jn 12,24). Pour les recevoir, nous devons entrer dans le mouvement d'où ils proviennent eux-mêmes. Ce mouvement consiste à se perdre soi-même, sans quoi l'on ne peut pas se trouver : « Celui qui veut garder sa vie la perdra ; mais celui qui perd sa vie à cause de moi et de l'Évangile, celui-là la gardera » (Mc 8,35). Cette parole du Seigneur est la formule fondamentale d'une vie chrétienne...; la forme caractéristique de la vie chrétienne lui vient de la croix. L'ouverture chrétienne au monde, tant prônée aujourd'hui, ne peut trouver son vrai modèle que dans le côté ouvert du Seigneur (Jn 19,34), expression de cet amour radical, seul capable de sauver.

Du sang et de l'eau ont jailli du côté transpercé de Jésus crucifié. Ce qui, à première vue, est signe de sa mort, signe de son échec le plus complet, constitue en même temps un commencement nouveau : le Crucifié ressuscite et ne meurt plus. Des profondeurs de la mort surgit la promesse de la vie éternelle. Au-dessus de la croix de Jésus Christ, resplendit déjà la clarté victorieuse du matin de Pâques. C'est pourquoi, vivre avec lui sous le signe de la croix est synonyme de vivre sous la promesse de la joie pascale.


Cardinal Joseph Ratzinger [Benoît XVI, pape de 2005 à 2013]





Panis angelicus
Panis angelicus
fit panis hominum;
dat panis coelicus
figuris terminum;
o res mirabilis!
Manducat Dominum

pauper, pauper
servus et humilis.
pauper, pauper
servus et humilis.

Panis angelicus
fit panis hominum;
dat panis coelicus
figuris terminum;
o res mirabilis!
Manducat Dominum

pauper, pauper
servus et humilis.
pauper, pauper
servus, servus et humilis.

Traduction française:

Le pain des anges
Devient le pain des hommes.
Le pain du ciel met
Un terme aux symboles.
Ô chose admirable!
Il mange son Seigneur
Le pauvre, le serviteur, le petit.

Dieu Trinité
Et Un, nous te le demandons,
Daigne par ta visite
Répondre à nos hommages.
Par tes voies, conduis-nous
Au but où nous tendons,
À la lumière où tu demeures.
Ainsi soit-il.



Ubi caritas et amor
Deus ibi est
Congregavit nos in unum
Christi amor
Exsultemus et in ipso
jucundemur
Et ex corde diligamus
nos sincere

Ubi caritas et amor
Deus ibi est
Simul ergo cum in unum
congregamur
Ne nos mente dividamur
caveamus
Cessent jurgia maligna,
cessent lites
Cessent jurgia maligna,
cessent lites
Et in medio nostri sit
Christus Deus

Ubi caritas et amor,
Deus ibi est.
Simul quoque cum beatis
videamus,
Glorianter vultum tuum,
Christe Deus:
Gaudium quod est immensum,
atque probum,
Saecula per infinita
saeculorum.

Where charity and love are, God is there
Christ's love has gathered us into one.
Let us rejoice and be pleased in Him.
Let us fear, and let us love the living God.
And may we love each other with a sincere heart.

Where charity and love are, God is there.
As we are gathered into one body,
Beware, lest we be divided in mind.
Let evil impulses stop, let controversy cease,
Let evil impulses stop, let controversy cease,
And may Christ our God be in our midst.

Where charity and love are, God is there.
And may we with the saints also,
See Thy face in glory, O Christ our God:
The joy that is immense and good,
Unto the ages through infinite ages



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_38
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Sam 13 Avr 2013 - 10:36

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550846

1ère Lecture : Actes des Apôtres 6,1-7 ; Psaume 33(32),1-2.4-5.18-19 ; Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,16-21.


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Arton311


Le samedi de la 2e semaine de Pâques


La scène est un peu déroutante. Elle se passe de nuit, temps favorable à la révélation chez saint Jean. Les disciples ont à traverser la mer, pour rejoindre l’autre rive. La mer ne représente donc qu’une étape, un chemin à emprunter.

Certes, la tempête fait rage, ce qui est toujours un phénomène impressionnant. Mais les disciples en ont vu d’autres ; ils sont de bons navigateurs, ils sauront rejoindre leur but à bon port. La peur qu’ils éprouvent ne vient pas du vent ni des vagues. Ils ont peur parce qu’ils voient, tâche lumineuse sur un écran obscur et agité, Jésus, marchant à leur rencontre.

Tous les regards convergent en effet vers la personne de Jésus. Les eaux démontées ne sont pas un adversaire dont il faudrait venir à bout. Comme jadis dans le livre de l’Exode, elles ne sont qu’un chemin par lequel Dieu nous conduit. Aujourd’hui, celui qui guide le voyage est Jésus, le nouveau Moïse. Grâce à lui, l’eau qui sépare les deux rives devient le chemin qui réunit, qui mène à la vraie vie. Voilà le grand passage, la nouvelle Pâque qui s’accomplit. Par ce signe Jésus nous révèle que Dieu agit en personne. Les disciples l’ont bien compris, la crainte qu’ils éprouvent en est la preuve.

La révélation culmine dans la parole de Jésus. En effet, quand Dieu dévoile sa présence, il bannit toute peur. Et dans le « c’est moi », Jésus prononce le « Je suis » divin. Jésus est à la fois le nouveau Moïse et Dieu lui-même.

Si jamais la Pâque avait à nos yeux l’image d’un clivage entre deux Jésus différents, le Jésus charnel proche de nous et le Jésus glorieux déjà près du Père, entre l’homme extraordinaire et le Dieu unique, cet épisode nous rappelle que Jésus n’a jamais cessé d’être pleinement homme et pleinement Dieu. C’est ce que reconnaissent les disciples quand ils veulent le prendre avec eux dans la barque, dans un geste de coopération confiante. Ils demandent à Dieu qui montre le chemin de partager leur route.

C’est alors que la barque touche terre. On s’attendait à ce qu’il reste du chemin, mais il n’y en a plus à parcourir. Ainsi en va-t-il lorsque nous reconnaissons la présence du Ressuscité dans nos vies. Une fois que nous lâchons prise et que nous laissons le don de sa paix porter son fruit de confiance et d’abandon, la terre ferme prend la place de la mer démontée. Vouloir prendre Jésus dans notre barque, c’est lui demander d’établir en nous son règne de paix. Parvenir à demander à Jésus d’être le capitaine de nos vies est faire entièrement le voyage de la foi.


Seigneur Jésus, garde nos yeux fixés sur toi. Que la douceur de ta présence illumine la nuit de nos peurs et nous donne d’avancer fermement sur le chemin de la foi, dans la force de la résurrection.

Frère Dominique
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 12951410

« Aussitôt, la barque atteignit le rivage à l'endroit où ils se rendaient »

Quand se déchaînent les tempêtes,
tu es, Seigneur, notre force.
Nous te louerons, toi le Dieu fort
qui es notre constant secours.
Nous restons fermes près de toi,
mettant en toi notre confiance,
même si la terre est secouée
et si la mer devient houleuse.

Que les flots enflent et déferlent,
que vacillent les montagnes,
la joie nous illuminera,
la cité de Dieu te rend grâce.
En elle tu as ta demeure,
tu préserves sa sainte paix.
Et un fleuve puissant protège
la sublime demeure de Dieu.

Les peuples en folie se déchaînent,
le pouvoir des États s'effondre.
Voici qu'il élève la voix,
la terre gronde, secouée.
Mais le Seigneur est avec nous,
le Seigneur, le Dieu Sabaoth.
Tu es pour nous lumière et salut,
nous ne saurions avoir peur.

Venez tous, venez contempler
les prodiges de sa puissance :
toutes les guerres se meurent,
la corde de l'arc se détend.
Jetez dans le brasier de feu
bouclier et arme de guerre.
Le Seigneur, le Dieu Sabaoth
nous secourt en toute détresse.

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), carmélite, martyre, copatronne de l'Europe





"Courage! c'est moi; n'ayez pas peur!"

Le récit de la tempête apaisée est un texte plein d’images et de symboles, qui s’appliquent aussi bien aux conditions difficiles du temps de Matthieu qu’aux conditions actuelles de notre Église. Aujourd’hui encore nous sommes dans la tempête. Notre monde est secoué par les guerres, les batailles entre partis politiques, le terrorisme, les ouragans, les épidémies, les famines, les tremblements de terre, les feux de forêts et les inondations. Les maladies de toutes sortes, les faillites immobilières, la flambée des prix, les pertes d’emploi, la pornographie, la drogue, la violence, les abus sexuels font parti de notre quotidien. L’Église se retrouve en période de décroissance et semble faire face à des problèmes insurmontables : L’assistance diminue, la «population pratiquante» vieillit, les églises ferment leurs portes et le nombre de prêtres ne suffit plus.
Ce sont les tempêtes dont parle l’Évangile. À travers tout cela, le Christ ne semble pas se rendre compte de ce qui se passe dans le monde. Il répète aux disciples : «Courage, c’est moi, n’ayez pas peur ! Je suis là, avec vous.»
Pierre, qui nous représente tous, fait un acte de bravoure et demande au Christ d’aller le rejoindre sur les eaux en furie, mais sa foi n’est pas à la hauteur de ses aspirations. La peur le prend et il commence à couler. «Homme de peu de foi! Pourquoi as-tu douté?», lui dit Jésus, tout en lui tendant la main.

Il est intéressant de noter que Pierre, celui qui doute, qui s’enfonce dans la mer en furie, qui renie le Christ, est celui choisi pour devenir le chef de l’Église. Il aura pour tâche «d’affermir ses soeurs et ses frères dans la foi»! Ceci nous rappelle que notre foi n’est pas basée sur les dirigeants de l’Église, qui sont humains et faibles, mais sur le Christ lui-même qui assure la paix, la sérénité, la continuité de notre communauté chrétienne à travers les tempêtes de notre monde.
La «foi» est un combat contre le doute et contre la peur. Pierre, le «premier des croyants», n’est pas choisi à cause de ses qualités personnelles. Après toutes ses grandes déclarations de fidélité, nous le voyons perdre pied au procès de Jésus où il affirme «qu’il ne connaît pas cet homme». Au milieu de son doute et de sa peur, le chef des apôtres prie aujourd’hui avec insistance : «Seigneur, sauve moi ! Kyrie eleison !» Tout comme chacun et chacune d’entre nous, le chef des premières communautés chrétiennes, le premier Pape, possède une foi fragile, il est plein de peurs et d’angoisses. Cependant, lorsque Jésus est avec lui, lorsqu’il lui prend la main, il se sent en sécurité. Dans notre monde de turbulence extrême, le Christ est là au coeur de nos tempêtes, il est source de paix.
À certains moments de la vie, notre horizon s’assombrit, à cause des échecs, des maladies, des deuils, des problèmes familiaux, des difficultés de toutes sortes. Dans la nuit, nous sommes sur une barque battue par les vagues, sous les rafales meurtrières des vents contraires. Et le Christ nous répète: «N’ayez pas peur, c’est moi, voici que je suis avec vous, jusqu’à la fin des temps.» Il est toujours prêt à nous tendre la main pour nous empêcher d’être engloutis par les flots. Le soir du Jeudi Saint, il avait dit à ses disciples : «Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix, mais je ne vous la donne non pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble ni ne s’effraie.» (Jean 14, 27)

A chaque messe à laquelle nous assistons, nous nous rassemblons pour expérimenter cette présence du Christ dans nos vies et à chaque messe, il nous répète ce qu’il dit à ses apôtres sur les eaux en furie :

«Courage, c’est moi! N’ayez pas peur.»




Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_39
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "


Dernière édition par etoilebleue le Sam 13 Avr 2013 - 10:44, édité 1 fois

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Invité le Sam 13 Avr 2013 - 10:37

Bonjour Maud,
Bonjour Manuela,
Bonjour mariejésus,
Bonjour Mamouchou,
Bonjour Clara Vasseur,
Bonjour lacroixlys,
Bonjour Lys999,
Bonjour AZUR,
Bonjour carine,
Bonjour ravie974,
Bonjour Brebis,
Bonjour flou,
Bonjour salome,
Bonjour etoilebleue,
Bonjour à toutes et à tous,


Jésus confiance


Amitiés,
Nicolas



Samedi 13/4/2013
Saint Martin 1er, Pape et Martyr

2ième Semaine du Temps Pascal
(Couleur liturgique : Blanc)
Année C





(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 6 : 1à7

Institution des Sept

En ces jours-là, comme le nombre des Disciples augmentait, les frères de langue grecque récriminèrent contre ceux de langue hébraïque : ils trouvaient que, dans les secours distribués quotidiennement, les veuves de leur groupe étaient désavantagées.
Les Douze convoquèrent alors l'assemblée des Disciples et ils leur dirent : « Il n'est pas normal que nous délaissions la Parole de DIEU pour le service des repas. Cherchez plutôt, frères, sept d'entre vous, qui soient des hommes estimés de tous, remplis d'ESPRIT SAINT et de Sagesse, et nous leur confierons cette tâche. Pour notre part, nous resterons fidèles à la prière et au service de la Parole. »
La proposition plut à tout le monde, et l'on choisit : Étienne, homme rempli de foi et d'ESPRIT SAINT, Philippe, Procore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas, un païen originaire d'Antioche converti au judaïsme. On les présenta aux Apôtres, et ceux-ci, après avoir prié, leur imposèrent les mains.
La Parole du SEIGNEUR était féconde, le nombre des Disciples se multipliait fortement à Jérusalem, et une grande foule de prêtres juifs accueillaient la foi.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris




Psaume 32 (33) : 1et2, 4et5, 18et19

Louange au DIEU CRÉATEUR et SAUVEUR
(Psaume 32 (33) entièrement)


R/ SEIGNEUR, Ton Amour soit sur nous, comme notre espoir est en TOI

Criez de joie pour le SEIGNEUR, hommes justes !
Hommes droits, à vous la louange !
Rendez grâce au SEIGNEUR sur la cithare,
jouez pour LUI sur la harpe à dix cordes. R/

Oui, elle est Droite, la Parole du SEIGNEUR ;
IL est fidèle en tout ce qu'IL fait.
IL aime le bon droit et la justice ;
la Terre est remplie de Son Amour. R/

Le SEIGNEUR entend ceux qui L'appellent :
de toutes leurs angoisses, IL les délivre.
IL est proche du cœur brisé,
IL sauve l'esprit abattu. R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris




Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 6 : 16à21

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia. IL est Ressuscité, le CRÉATEUR de l'Univers, le SAUVEUR des hommes, le CHRIST notre DIEU. Alléluia.


JÉSUS marche sur la mer

C'était après la multiplication des pains. Le soir venu, les Disciples de JÉSUS descendirent au bord du lac. Ils s'embarquèrent pour gagner Capharnaüm, sur l'autre rive. Déjà il faisait nuit, et JÉSUS ne les avait pas encore rejoints.
Un grand vent se mit à souffler, et le lac devint houleux. Les Disciples avaient ramé pendant cinq mille mètres environ, lorsqu'ils virent JÉSUS qui marchait sur la mer et se rapprochait de la barque. Alors, ils furent saisis de crainte.
Mais IL leur dit : « C'est Moi. Soyez sans crainte. »
Les Disciples voulaient le prendre dans la barque, mais aussitôt, la barque atteignit le rivage à l'endroit où ils se rendaient.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique
http://www.aelf.org/office-messe?date_my=13/04/2013

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/





JÉSUS marche sur la mer


Évangile + commentaire (audio)
http://www.radio-fidelite.com/evangcom.php?jour=103












Amicalement, fraternellement
Nicolas


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Sam 13 Avr 2013 - 10:55



J'ai découvert ce cantique hier je vous le partage. Même si je ne comprends pas tout, mon âme aime et comprend, elle.



Bible et Tradition étroitement unies


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_40
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "


Dernière édition par etoilebleue le Dim 14 Avr 2013 - 17:10, édité 2 fois

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Dim 14 Avr 2013 - 12:38

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550847

1ère Lecture : Actes des Apôtres 5,27b-32.40b-41 ; Psaume 30(29),3-4.5-6ab.6cd.12.13 ; 2ème Lecture : Apocalypse 5,11-14 ; Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 21,1-19.


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Bless_10


Troisième dimanche de Pâques


En ce temps pascal, c’est encore la figure du Christ ressuscité qui est mise devant nos yeux. Mais le thème auquel elle nous renvoie ce dimanche est plus particulièrement celui de la mission : tant dans son contenu que dans les conditions qu’elle requière pour pouvoir porter du fruit.

Nous est révélé encore une fois que la mission ne porte du fruit que dans la mesure où le Christ nous appelle. L’épisode la pêche sans aucun résultat des apôtres autour de Pierre est emblématique. Leurs filets ne se rempliront que lorsque le Ressuscité les aura appelés et qu’eux, auront répondu à cet appel. Saint Jean nous dit en effet : « Jésus les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils lui répondent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n'arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson. »

Ainsi, nos filets ne se rempliront que dans la mesure où nous les jetterons sur l’ordre du Seigneur. Et quel fruit cela portera-t-il ! 153 poissons, l’ensemble des espèces de poissons répertoriées à l’époque par les zoologistes grecs (Cf. Saint Jérôme), autrement dit la plénitude à ramener au Seigneur ressuscité. Nous avons ici la réalisation anticipé de l’objet du programme missionnaire de Mt 28, 19 : « Allez, de toutes les nations faites des disciples ! »
Après la Pentecôte, les Apôtres et les disciples commenceront à mettre en pratique la mission reçue du Seigneur en prêchant la Bonne Nouvelle de Jésus Christ mort et ressuscité, remplissant Jérusalem de cette annonce (Cf. 1ère lecture).

La prédication constitue une première forme de mission que rien ne saurait éclipser. C’est le témoignage des Apôtres qui n’ont pas eu peur de payer le prix, quel qu’il soit, pour accomplir leur mission. « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » même si cela doit conduire à être fouetté ou emprisonné.
Mais il existe une deuxième forme de mission : celle du culte rendu à Dieu, plus exactement de l’adoration envers le Seigneur, l’Agneau immolé, seul « digne de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et bénédiction » (Cf. 2ème lecture).

Nous touchons ici quelque chose du « lex orandi, lex credendi » que nous traduisons communément par : « La loi de la prière est la loi de la foi » ou « l’Eglise croit comme elle prie ». Effectivement, ce que nous croyons et que nous sommes envoyés annoncer au monde c’est ce que nous célébrons dans la liturgie. Et ce que nous annonçons se nourrit de notre adoration et doit amener ceux qui nous écoutent à célébrer et adorer Celui-là seul qui en est digne.

Adoration et prédication sont donc inséparables. Comme le Psaume nous invite à le chanter : Notre cœur ne saurait se taire pour annoncer l’œuvre de salut de notre Dieu réalisée en son Fils Jésus-Christ et il ne saurait cesser de rendre grâce pour ce don offert à tout homme : « Que mon cœur ne se taise pas, qu’il soit en fête pour toi ; et que sans fin Seigneur, mon Dieu, je te rende grâce ! »

Le lien entre adoration et prédication nous renvoie à celui qui existe entre Eucharistie et évangélisation. Dans l’évangile de ce jour, Jésus sur le bord du lac, qui prend le pain et le donne à ses disciples est une allusion claire à l’Eucharistie. La présence du poisson est aussi à considérer attentivement. Les Pères de l’Eglise tel Augustin, verront là la figure du Christ : « Le poisson cuit, c’est le Christ qui a souffert et il est le pain qui est descendu du ciel. » Dans l’iconographie primitive, pains et poisson désignent également le repas eucharistique.

L’Eucharistie est bien « la source et le sommet de toute évangélisation » (PO, 5). Elle est l’horizon et le but de toute la proclamation de l’Évangile du Christ. Évangélisation pour l’Eucharistie, dans l’Eucharistie et à partir de l’Eucharistie : ce sont trois aspects inséparables de la manière dont l’Église vit le mystère du Christ mort et ressuscité pour notre salut et accomplit sa mission de le communiquer à tous les hommes.


Aujourd’hui, toute l’Église est appelée à un nouvel élan missionnaire, nouveau dans ses moyens et dans ses expressions. L’adoration de l’Eucharistie est la contemplation et la reconnaissance de la présence réelle du Christ, mort et ressuscité, dans les espèces consacrées. C’est une véritable rencontre de dialogue par laquelle nous nous ouvrons à l’expérience de Dieu et nous accueillons la grâce de miséricorde du Ressuscité dans nos vies. L’adoration, par sa propre dynamique spirituelle, nous porte alors au service d’amour et de justice pour nos frères en humanité.

Frère Elie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson




Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 72a10

« Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage »


Que symbolise la mer, sinon le monde présent, battu par les vagues tumultueuses des affaires et les remous d'une vie caduque ? Et que représente le rivage ferme, sinon la pérennité du repos éternel ? Les disciples peinent donc sur le lac puisqu'ils sont encore pris dans les flots de la vie mortelle, mais notre Rédempteur, après sa résurrection, se tient sur le rivage puisqu'il a déjà dépassé la condition d'une chair fragile. C'est comme s'il avait voulu se servir de ces choses pour parler à ses disciples du mystère de sa résurrection, en leur disant : « Je ne vous apparais plus sur la mer (Mt 14,25), car je ne suis plus parmi vous dans l'agitation des vagues ».

C'est dans le même sens qu'en un autre endroit, il a dit à ces mêmes disciples après sa résurrection : « Je vous ai dit ces choses quand j'étais encore avec vous » (Lc 24,44). Il n'a dit pas cela parce qu'il n'était plus avec eux — son corps était présent et leur apparaissait — mais...sa chair immortelle distançait de loin leurs corps mortels : il disait ne plus être avec eux tout en étant au milieu d'eux. Dans le passage que nous lisons aujourd'hui, par l'emplacement de son corps il leur signifie la même chose : alors que ses disciples naviguent encore, il se montre désormais établi sur le rivage.

Saint Grégoire le Grand (v. 540-604), pape et docteur de l'Église







Comment ces êtres de chair et de sang que nous sommes peuvent-ils ressusciter, si non en se laissant habiter par le Christ ? C’est ainsi qu’ils prolongent hors du temps tout ce qu’ils ont mis en œuvre quand ils étaient sur terre. Cette année encore à l’occasion de Pâques nous n’avons pas manqué d’évoquer cette question de la résurrection, et une fois encore nous avons ressenti un profond bien être en entendant proclamer : « Le Christ est ressuscité, Alléluia ! » Mais peut-être avons-nous été troublés par la question de savoir ce qu’est la résurrection ? C’est avec ce questionnement que nous nous retrouvons ce matin en compagnie de Pierre et de ses amis. Nous découvrons alors que nous parvenons à la notion de résurrection grâce à une série de rencontres avec Jésus dont la somme constitue notre propre résurrection.

En fait si nous lisons les textes, nous sommes amenés à constater que notre approche de la résurrection est inséparable de la rencontre que nous faisons avec le crucifié. Dans tous les récits où on nous rapporte sa rencontre avec ses amis après sa mort, c’est lui qui en prend l’initiative. Il vient, il parle, il se fait reconnaître et de cet événement jaillit une réalité nouvelle pour celui vers qui il est venu. Notre foi en la résurrection naît de cette rencontre qui se produit pour chacun de nous, parfois au moment où il ne s’y attend pas. Bien évidemment notre rencontre avec le ressuscité ne se fait pas visuellement. Elle relève d’une expérience intérieure et se fonde sur le témoignage des apôtres. Cette rencontre de Jésus déclenche en nous un dynamisme qui nous projette déjà dans l’éternité alors que nous sommes encore dans une existence terrestre tout emmêlés dans nos contingences matérielles.

Ces certitudes ne s’installent pas toujours en nous d’une manière durable. C’est bien souvent ces contingences matérielles que nous venons d’évoquer qui prennent le dessus. Bien que nous gardions un souvenir de ces expériences spirituelles où nous avons acquis la certitude que le Christ était vivant en nous, nous nous installons malgré tout dans nos habitudes. Le rythme des jours reprend son cours et nous attendons sans trop y croire que Dieu mette à exécution, le plus tard possible, le projet de résurrection qui nous concerne.



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_41
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Invité le Dim 14 Avr 2013 - 12:43

Bonjour Maud,
Bonjour Manuela,
Bonjour mariejésus,
Bonjour Mamouchou,
Bonjour Clara Vasseur,
Bonjour lacroixlys,
Bonjour Lys999,
Bonjour AZUR,
Bonjour carine,
Bonjour ravie974,
Bonjour Brebis,
Bonjour flou,
Bonjour salome,
Bonjour etoilebleue,
Bonjour à toutes et à tous,


Jesus sign

Amitiés,
Nicolas




Dimanche 14/4/2013
3ième Dimanche de Pâques
(Couleur liturgique : Blanc)
Année C




(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 5 : 27b à 32, 40b et 41

Les Apôtres persécutés à Jérusalem

Les Apôtres comparaissaient devant le grand conseil ; le grand prêtre les interrogea : « Nous vous avions formellement interdit d'enseigner le NOM de Cet Homme-là, et voilà que vous remplissez Jérusalem de votre enseignement. Voulez-vous donc faire retomber sur nous le Sang de Cet Homme ? »
Pierre, avec les Apôtres, répondit alors : « Il faut obéir à DIEU plutôt qu'aux hommes.
Le DIEU de nos pères a ressuscité JÉSUS, que vous aviez exécuté en le pendant au bois du supplice. C'est LUI que DIEU, par Sa Puissance, a élevé en faisant de LUI le CHEF, le SAUVEUR, pour apporter à Israël la conversion et le pardon des péchés. Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l'ESPRIT SAINT, que DIEU a donné à ceux qui LUI obéissent. »
On interdit alors aux Apôtres, après les avoir fouettés, de parler au NOM de JÉSUS, puis on les relâcha. Mais eux, en sortant du grand conseil, repartaient tout joyeux d'avoir été jugés dignes de subir des humiliations pour le NOM de JÉSUS.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris




Psaume 29 (30) : 3et4, 5et6ab, 6cd et 12, 13

SEIGNEUR, TU m’as rendu la vie

Chant pour la consécration du Temple, appartenant au recueil de David.
(Psaume 29 (30) entièrement)



R/ Je T'exalte, SEIGNEUR, TOI qui me relèves

Quand j'ai crié vers TOI, SEIGNEUR,
mon DIEU, TU m'as guéri ;
SEIGNEUR, TU m'as fait remonter de l'abîme
et revivre quand je descendais à la fosse. R/

Fêtez le SEIGNEUR, vous, Ses Fidèles,
rendez grâce en rappelant Son NOM TRÈS SAINT.
Sa colère ne dure qu'un instant,
Sa Bonté toute la vie. R/

Avec le soir viennent les larmes,
mais au matin, les cris de joie !
TU as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbres en parure de joie ! R/

Que mon cœur ne se taise pas,
qu'il soit en fête pour TOI ;
et que sans fin, SEIGNEUR, mon DIEU,
je TE rende grâce ! R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris




(Deuxième lecture)
L'Apocalypse de Saint Jean 5 : 11à14

Gloire à l'Agneau immolé !

Moi, Jean, dans ma vision, j'ai entendu la voix d'une multitude d'Anges qui entouraient le Trône, les Vivants et les Anciens : ils étaient des millions, des centaines de millions.
Ils criaient à pleine voix : « LUI, l'Agneau immolé, IL est digne de recevoir Puissance et Richesse, Sagesse et Force, Honneur, Gloire et Bénédiction. »
Et j'entendis l'acclamation de toutes les créatures au ciel, sur terre, sous terre et sur mer ; tous les êtres qui s'y trouvent proclamaient : « À CELUI qui siège sur le Trône, et à l'Agneau, Bénédiction, Honneur, Gloire et Domination pour les siècles des siècles. »
Et les quatre Vivants disaient : « Amen ! » et les Anciens se prosternèrent pour adorer.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris




Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 21 : 1à19

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia. Le CHRIST est Ressuscité, le CRÉATEUR de l'Univers, le SAUVEUR des hommes. Alléluia.


Apparition au bord du lac : la pèche miraculeuse

JÉSUS se manifesta encore aux Disciples sur le bord du lac de Tibériade, et voici comment.
Il y avait là Simon-Pierre, avec Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres Disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m'en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, ils passèrent la nuit sans rien prendre.
Au lever du jour, JÉSUS était là, sur le rivage, mais les Disciples ne savaient pas que c'était LUI. JÉSUS les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils LUI répondent : « Non. » IL leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n'arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson. Alors, le Disciple que JÉSUS aimait dit à Pierre : « C'est le SEIGNEUR ! » Quand Simon-Pierre l'entendit déclarer que c'était le SEIGNEUR, il passa un vêtement, car il n'avait rien sur lui, et il se jeta à l'eau. Les autres Disciples arrivent en barque, tirant le filet plein de poissons ; la terre n'était qu'à une centaine de mètres.
En débarquant sur le rivage, ils voient un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. JÉSUS leur dit : « Apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre. » Simon-Pierre monta dans la barque et amena jusqu'à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s'était pas déchiré.
JÉSUS dit alors : « Venez déjeuner. » Aucun des Disciples n'osait LUI demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c'était le SEIGNEUR. JÉSUS s'approche, prend le pain et le leur donne, ainsi que le poisson.
C'était la troisième fois que JÉSUS Ressuscité d'entre les morts se manifestait à Ses Disciples.
Quand ils eurent déjeuné, JÉSUS dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci ? » Il LUI répond : « Oui, SEIGNEUR, je T'aime, TU le sais. » JÉSUS lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »
IL lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu ? » Il LUI répond : « Oui, SEIGNEUR, je T'aime, TU le sais. » JÉSUS lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »
IL lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m'aimes ? » Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, IL lui demandait : « Est-ce que tu m'aimes ? » et il répondit : « SEIGNEUR, TU sais tout : TU sais bien que je T'aime. » JÉSUS lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, Je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c'est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t'emmener là où tu ne voudrais pas aller. »
JÉSUS disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait Gloire à DIEU. Puis IL lui dit encore : « Suis-moi. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe?date_my=14/04/2013

http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/















Amicalement, fraternellement
Nicolas

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Maud le Lun 15 Avr 2013 - 9:05

Bonjour Nicolas Very Happy
BNonjour Manuela Very Happy
Bonjour AZUR Very Happy
Bonjour etoilebleue Very Happy
Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez Very Happy

Que cette journée soit bénie par le Seigneur et éclairée par Sa divine Lumière sunny

Bible Croix Dove

Maud


****

Méditation sur l’ évangile du jour : Lundi 15 Avril 2013

Discours sur le pain de vie : la vraie nourriture

Evangile selon St Jean chapitre 6, 22-29

Jésus avait traversé le lac en marchant sur les eaux. Le lendemain, la foule restée sur l'autre rive du lac se rendit compte qu'il n'y avait eu là qu'une seule barque, et que Jésus n'y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui.

Cependant, d'autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l'endroit où l'on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce.
La foule s'était aperçue que Jésus n'était pas là, ni ses disciples non plus. Alors les gens prirent les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus.

L'ayant trouvé sur l'autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé du pain et que vous avez été rassasiés. Ne travaillez pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l'homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son empreinte. »

Ils lui dirent alors : « Que faut-il faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » Jésus leur répondit : « L'œuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé. »

Prière d'introduction

Seigneur, en cette 3ème semaine du temps de Pâques, aide-nous à Te chercher, non pas dans ce qui se perd, mais dans ce qui demeure à jamais: Ton Eucharistie.

Demande

Donne-moi la foi Seigneur, pour croire en Toi comme l'unique aliment nécessaire à ma vie de l 'âme.

Points de réflexion

1. « Vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé du pain et que vous avez été rassasiés »

Ce passage de l 'Evangile se situe après la multiplication des 5 pains et des deux poissons. Dans ce passage, Jésus, aux yeux de tous, a pu donner à manger à une foule entière, à partir de peu, très peu. Jean, qui écrit ce passage, connait déjà la suite: la vraie nourriture, qui est le propre corps du Christ.

Nous pouvons donc voir dans ces mots de Jésus: « Vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé du pain et que vous avez été rassasiés », les prémices de l' Eucharistie, qui n 'a pas sa valeur dans les accidents: pain et vin, mais dans les substances: Corps et Sang de Jésus.

Jésus veut nous dire, que nous le trouverons, non pas grâce a des signes particuliers et externes, mais grâce a sa Présence si silencieuse et profonde, à l' intérieur de nous, dans l' Eucharistie.

2. Ne travaillez pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle.


Jésus Christ insiste dans le fait que nous le cherchions, non pas dans les choses d'ici bas, mais « dans les affaires de son Père ». Nous retrouvons ici le même discours qu' Il a eu envers la Vierge Marie et Saint Joseph, lorsqu'ils le perdirent a Jérusalem quand il avait douze ans: « Pourquoi donc me cherchiez vous? ne saviez vous pas qu' Il me faut être chez mon Père? » (Luc 2, 49).

Il n 'épargne personne, pour que nous le cherchions toujours dans ce qui perdure et qui n' aura jamais de fin: La Présence réelle.

Dialogue avec le Christ

Jésus, de tout cœur je souhaite croire en Toi comme étant mon unique nécessaire.

Résolution

Découvrir pendant ces jours du temps de Pâques, l'immense Amour que Tu as pour moi, au point de vouloir demeurer avec moi et en moi grâce à l' Eucharistie.

SOURCE : Catholique.org


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Je_sui10

Maud
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Lun 15 Avr 2013 - 12:06

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550848



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 8310


Le lundi de la 3e semaine de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 6,8-15.

Étienne, qui était plein de la grâce et de la puissance de Dieu, accomplissait parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants.
Un jour, on vit intervenir les gens d'une synagogue (la synagogue dite des esclaves affranchis, des Cyrénéens et des Alexandrins) et aussi des gens originaires de Cilicie et de la province d'Asie. Ils se mirent à discuter avec Étienne,
mais sans pouvoir tenir tête à la sagesse et à l'Esprit Saint qui inspiraient ses paroles.
Alors ils soudoyèrent des hommes pour qu'ils disent : « Nous l'avons entendu prononcer des paroles blasphématoires contre Moïse et contre Dieu. »
Ils ameutèrent le peuple, les anciens et les scribes, ils allèrent se saisir d'Étienne, et l'amenèrent devant le grand conseil.
Ils présentèrent de faux témoins, qui disaient : « Cet individu ne cesse pas de parler contre le Lieu saint et contre la Loi.
Nous l'avons entendu affirmer que ce Jésus, le Nazaréen, détruira le Lieu saint et changera les lois que Moïse nous a transmises. »
Tous ceux qui siégeaient au grand conseil avaient les yeux fixés sur Étienne, et son visage leur apparut comme celui d'un ange.



Psaume 119(118),23-24.26-27.29-30.

Lorsque des grands accusent ton serviteur,
je médite sur tes ordres.
Je trouve mon plaisir en tes exigences :
ce sont elles qui me conseillent.

J'énumère mes voies : tu me réponds ;
apprends-moi tes commandements.
Montre-moi la voie de tes préceptes,
que je médite sur tes merveilles.

Détourne-moi de la voie du mensonge,
fais-moi la grâce de ta loi.
J'ai choisi la voie de la fidélité,
je m'ajuste à tes décisions.



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,22-29.

Jésus avait traversé le lac en marchant sur les eaux. Le lendemain, la foule restée sur l'autre rive du lac se rendit compte qu'il n'y avait eu là qu'une seule barque, et que Jésus n'y était pas monté avec ses disciples, qui étaient partis sans lui.
Cependant, d'autres barques, venant de Tibériade, étaient arrivées près de l'endroit où l'on avait mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâce.
La foule s'était aperçue que Jésus n'était pas là, ni ses disciples non plus. Alors les gens prirent les barques et se dirigèrent vers Capharnaüm à la recherche de Jésus.
L'ayant trouvé sur l'autre rive, ils lui dirent : « Rabbi, quand es-tu arrivé ici ? »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé du pain et que vous avez été rassasiés.
Ne travaillez pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui se garde jusque dans la vie éternelle, celle que vous donnera le Fils de l'homme, lui que Dieu, le Père, a marqué de son empreinte. »
Ils lui dirent alors : « Que faut-il faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » Jésus leur répondit :
« L'œuvre de Dieu, c'est que vous croyiez en celui qu'il a envoyé. »



Où trouver Jésus ? La foule n’est pas dupe : une seule barque est partie, et Jésus n’était pas dedans. Pourtant il n’est plus là où il a multiplié les pains. Et voici que ceux qui, alertés par la rumeur, arrivent de l’autre rive témoignent que Jésus n’y est pas… On repart donc sur l’autre rive.

Quelle confusion ! Hier, Jésus multiplie des pains sans que personne ne lui en fasse la demande, aujourd’hui, il disparaît et refuse de répondre aux prières. Voilà qui n’est pas sans rappeler certains moments de notre vie spirituelle. On cherche Jésus à droite et à gauche, on revient sur ses pas, mais il n’est pas là où on pensait, et voici qu’il apparaît là où on ne s’y attendait pas. Comment éviter les impasses et faire avec le Seigneur une rencontre véritable ?

Le problème est qu’au départ, les gens ne savent pas exactement ce qu’ils cherchent. Ils ont bien perçu quelque chose du mystère qui s’est déroulé au milieu d’eux, mais il n’est pas encore possible d’en dire quelque chose de clair. Avec Jésus : paix et abondance ; voilà une certitude. Mais le rabbi s’échappe toujours quand on croit le tenir…

C’est pourquoi Jésus leur explique ce qui voue leur recherche à ces échecs répétés : « vous me cherchez parce que vous avez été rassasiés ». Seule l’immédiateté du signe, seule la satisfaction immédiate les met en route. Malheureusement, cette attitude procède de l’incroyance, car cette recherche est centrée sur soi et ne désire pas connaître le vrai visage du Seigneur. On ne veut pas s’engager à sa suite mais profiter des bienfaits accordés à sa suite. Dans les signes qui ont été donnés, ils n’ont pas vu ce qu’il y avait à voir.

La foule doit donc faire le chemin du voir au croire, de l’accueil du signe jusqu’à l’accès à son sens profond. C’est cette recherche qu’elle doit travailler à bien mener. Cesser de s’agiter sur mille chemins, guidés par le souvenir des biens reçus et par le désir d’en recevoir de plus grands encore, pour travailler à se mettre en accord avec l’œuvre de Dieu. La priorité n’est pas à produire une œuvre, mais à permettre à Dieu de réaliser son œuvre dans nos vies. Tel est l’exemple que Jésus nous donne. Il se fait nourriture. C'est-à-dire qu’il s’abonne, il se livre entre nos mains pour que nous ayons la vie, pas seulement en abondance, mais en plénitude.

Le sens du signe que Jésus nous donne ne nous est donc pleinement dévoilé que lorsque nous entrons nous-mêmes dans le mouvement de celui qui se fait nourriture. Le premier pas consistant à accueillir cette nourriture et lui donner réellement les moyens d’accomplir son œuvre en nous. Notre premier et plus urgent travail pour collaborer aux œuvres de Dieu est de placer notre vie spirituelle dans le vigoureux dynamisme qui fait fructifier la foi reçue.


Telle est la vraie rencontre avec Jésus. On ne peut rencontrer véritablement celui qui ne sait que se donner qu’en se donnant soi-même. Complètement ; sans rien attendre en retour. Alors commence la collaboration avec l’œuvre de Dieu, alors notre foi s’épanouit en actes de charité. Alors, enfin, on vit en ressuscités.

Frère Dominique
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson




Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 26911511

« La nourriture qui demeure en vie éternelle, celle que donne le Fils de l'homme »


Les juifs mangeaient la Pâque debout, les sandales aux pieds, le bâton à la main, avec empressement (Ex 12,11). À combien plus forte raison dois-tu te tenir en éveil ! Eux s'apprêtaient à partir pour la Terre Promise et se comportaient donc en voyageurs ; toi, tu es en marche vers le ciel. C'est pourquoi il faut que nous restions toujours sur nos gardes... Les ennemis du Christ ont frappé son corps très saint sans savoir ce qu'ils faisaient (Lc 23,34) ; et toi, tu le recevrais dans une âme impure après tant de bienfaits ! Car il ne s'est pas contenté de se faire homme, d'être flagellé et d'être mis à mort : en son amour il a voulu encore s'unir à nous, s'identifier à nous non par la foi seulement, mais réellement par la participation à son propre corps...

Considère quel grand honneur tu reçois, et de quelle table tu es le convive. Celui que les anges ne voient qu'en tremblant, celui qu'ils n'osent pas regarder sans crainte à cause de la splendeur de la gloire qui rayonne de sa face, nous en faisons notre nourriture et nous devenons avec lui un seul corps et une seule chair. « Qui dira les exploits du Seigneur, qui proclamera toutes ses louanges ? » (Ps 105,2) Quel berger a jamais nourri ses brebis de sa propre chair ?... Il arrive souvent que des mères confient à des nourrices leurs enfants. Le Christ n'agit pas de la sorte : il nous nourrit de son propre sang, il nous fait devenir un seul corps avec lui.


Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église






Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Cate0210


Avant d’aller librement vers sa Passion, Jésus crée l’Eucharistie, et c’est sous les apparences du pain et du vin, devenus sa chair et son sang, qu’Il restera avec nous jusqu’à la fin du monde. Cependant Jésus ne sera réellement présent que dans le pain et le vin spécialement consacrés, au cours d’une cérémonie eucharistique, par les prêtres, successeurs des apôtres et spécialement ordonnés pour accomplir cette mission, ce sacerdoce.

La mission sacerdotale des prêtres du Christ est très grande, aussi ont-ils droit à la fois à tout notre respect et à notre assistance. Saint Paul le demande expressément: ”Nous vous demandons, frères, d’avoir des égards pour ceux qui travaillent parmi vous, qui vous dirigent dans le Seigneur et qui vous reprennent. Témoignez-leur une charité toute spéciale en raison de leur labeur...” (1 Thes 5, 32)

Les prêtres du Christ ont une mission sacerdotale spéciale: rendre le Christ réellement présent sous les apparences du pain et du vin. Tous les membres du peuple de Dieu, pierres vivantes destinées à entrer dans la construction de l’Église, Corps mystique du Christ, participent également du sacerdoce du Christ. Dans sa première lettre aux communautés chrétiennes, Saint Pierre révèle que nous sommes tous les pierres vivantes du Corps mystique du Christ, sacerdoce royal:

“Comme des enfants nouveaux-nés, soyez avides du pur lait spirituel, afin qu’il vous fasse grandir pour le salut, si toutefois vous avez goûté combien le Seigneur est bon. Allez à lui, il est la pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse aux yeux de Dieu. Vous aussi... devenez les matériaux de l’édifice spirituel, pour former un sacerdoce saint et offrir des sacrifices spirituels agréables à Dieu par Jésus-Christ... Vous, vous êtes la race élue, le sacerdoce royal.” (1 Pierre 2, 2-5)







Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_42
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Mar 16 Avr 2013 - 11:23

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550849


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 08710

Le mardi de la 3e semaine de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 7,51-60.8,1a.

Étienne, devant le grand conseil, déclarait : " Hommes à la tête dure, votre cœur et vos oreilles ne veulent pas connaître l'Alliance : depuis toujours vous résistez à l'Esprit Saint; vous êtes bien comme vos pères!
Y a-t-il un prophète que vos pères n'aient pas persécuté ? Ils ont même fait mourir ceux qui annonçaient d'avance la venue du Juste, celui-là que vous venez de livrer et de mettre à mort.
Vous qui aviez reçu la loi communiquée par les anges, vous ne l'avez pas observée. »
En écoutant cela, ils s'exaspéraient contre lui, et grinçaient des dents.
Mais Étienne, rempli de l'Esprit Saint, regardait vers le ciel ; il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu.
Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts : le Fils de l'homme est debout à la droite de Dieu. »
Ceux qui étaient là se bouchèrent les oreilles et se mirent à pousser de grands cris ; tous à la fois, ils se précipitèrent sur lui,
l'entraînèrent hors de la ville et commencèrent à lui jeter des pierres. Les témoins avaient mis leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme appelé Saul.
Étienne, pendant qu'on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. »
Puis il se mit à genoux et s'écria d'une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » Et, après cette parole, il s'endormit dans la mort.
Quant à Saul, lui aussi approuvait ce meurtre. Ce jour-là, éclata une violente persécution contre l’Eglise de Jérusalem. Tous se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie, à l’exception des Apôtres.




Psaume 31(30),3bc.4b.6.8a.9b.17.20cd.

La maison fortifiée qui me sauve.
Pour l'honneur de ton nom,
tu me guides et me conduis.


En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.
Ton amour me fait danser de joie :
devant moi tu as ouvert un passage.


Sur ton serviteur, que s'illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Tu combles, à la face du monde,
ceux qui ont en toi leur refuge.




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,30-35.

Après la multiplication des pains, la foule dit à Jésus : " Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire? Quelle œuvre vas-tu faire?
Au désert, nos pères ont mangé la manne ; comme dit l'Écriture : Il leur a donné à manger le pain venu du ciel. »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : ce n'est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel ; c'est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel.
Le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. »
Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous de ce pain-là, toujours. »
Jésus leur répondit : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif.



« L'œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé ». Ainsi se terminait la péricope évangélique d’hier. Jésus enseignait à ses interlocuteurs que l'unique œuvre qui compte et de laquelle dépend la fécondité de toute notre vie, consiste dans l'accueil de sa personne pour elle-même et non pour ce qu’elle aurait fait pour nous.


A cet appel à croire, à adhérer à sa personne, qu’est-ce que répond-on à Jésus ? On lui réclame un signe. Etait-ce si peu pour ces gens que d'avoir été nourris avec cinq pains ? Apparemment, le miracle de la multiplication des pains ne leur a pas suffi. Ils demandent à Jésus du « pain venu du ciel ». Il est vrai que, du temps de Jésus, les juifs attendaient un Messie censé devoir accomplir les mêmes prodiges que Moïse, en particulier celui de la manne : « Au désert, nos pères ont mangé la manne ; comme dit l’Ecriture : Il leur a donné à manger le pain venu du ciel. »

Ici encore, Jésus va se mettre au niveau de ses interlocuteurs pour les faire passer de la figure à la réalité, de l'annonce à l'accomplissement, de la manne à sa personne même. Pour ce faire, il leur explique ce qu'est réellement ce pain « venu du ciel ». Le pain de Dieu c'est « celui qui descend du ciel ». Autrement dit, il s'agit d'une personne, donnée par le Père, envoyée par Lui, pour porter la vie au monde : « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel ; c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. Le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. » Comment ne pas reconnaître ici tout le mouvement d'Incarnation du Verbe fait chair, venu habiter parmi les hommes pour les rendre participants de sa vie et de sa gloire !

Pourtant rien ne semble y faire… Devant la demande insistante de ceux qui l’entourent: « Seigneur donne-nous de ce pain-là, toujours », tout comme la Samaritaine lui demandait : « Seigneur, donne-moi de cette eau afin que je n'ai plus jamais soif et ne vienne plus puiser ici », Jésus finit par proclamer explicitement : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif ». Ce qui jusqu'à présent était sous-entendu est maintenant clair : Jésus est le pain qui vient du ciel, donné aux hommes par le Père.

Jusque-là, Dieu avait fait des dons à son peuple Israël : don de la Torah, don de sa proximité bienveillante, don de sa Parole par le ministère des prophètes. Désormais, en Jésus, Dieu lui-même se fait don ; il descend du ciel pour se donner non seulement à Israël mais « au monde », et en se donnant, lui le Vivant, il communique sa vie éternelle à ceux qui l'accueillent dans la foi.

Nous comprenons alors que croire signifie manger, « non le pain qui périt, mais celui qui demeure pour la vie éternelle ». Croire, signifie aussi boire à « la source d'eau jaillisant en vie éternelle ». En sa personne, le Christ nous offre la seule boisson et la seule nourriture capables de rassasier notre soif et notre faim de la vraie vie. Croire en Jésus Christ pour lui-même marque ainsi le point de départ d'une vie nouvelle, qui n'est pas l'œuvre de l'homme, mais de Dieu seul. Cette vie jaillit désormais « en vie éternelle » (4, 14) du cœur assoiffé et affamé qui a entendu l'appel de Jésus à venir à lui (7, 37). Alors nous entendons d’une façon renouvelée cette parole de notre Seigneur : « L'œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé ».



Frère Elie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson





Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 14847_10

« Donne-nous de ce pain-là, toujours »

Le premier signe de l'amour, c'est que Jésus nous a donné sa chair à manger, son sang à boire : voilà une chose inouïe, qui exige de nous admiration et stupeur. Le propre de l'amour est de toujours donner et de toujours recevoir. Or, l'amour de Jésus est à la fois prodigue et avide. Tout ce qu'il a, tout ce qu'il est, il le donne ; tout ce que nous avons, tout ce que nous sommes, il le prend.

Il a une faim immense... Plus notre amour le laisse agir, plus nous le goûtons amplement. Il a une faim immense, insatiable. Il sait bien que nous sommes pauvres, mais il n'en tient aucun compte. Il se fait lui-même pain en nous, faisant disparaître d'abord, dans son amour, nos penchants mauvais, fautes et péchés. Puis, quand il nous voit purs, il arrive avide pour prendre notre vie et la changer en la sienne, la nôtre pleine de péchés, la sienne pleine de grâce et de gloire, toute préparée pour nous, si seulement nous renonçons à nous-mêmes (Mt 16,24)... Tous ceux qui aiment me comprendront. Il nous fait le don d'une faim et d'une soif éternelles.

À cette faim et à cette soif, il donne en nourriture son corps et son sang. Quand nous les recevons avec dévouement intérieur, son sang plein de chaleur et de gloire coule de Dieu jusque dans nos veines. Le feu prend au fond de nous et le goût spirituel nous pénètre l'âme et le corps, le goût et le désir. Il nous donne de ressembler à ses vertus ; il vit en nous et nous vivons en lui.


Bienheureux Jan van Ruusbroec (1293-1381), chanoine régulier




Jésus, notre Roi

Notre Roi est un Roi couronné d’épines,
bafoué, crucifié,
défiguré, mis à nu.
Moqueries et railleries lui sont adressées.
Souffrance et violence lui sont infligées.
Son trône est la Croix.
Roi filial et Roi victorieux,
Roi salvateur et Roi de majesté,
Roi éternel et Roi eschatologique,
JESUS CHRIST est le Serviteur et le Pasteur
des exclus et des pécheurs,
des mal-portants et des brebis égarées,
des vaincus et des vainqueurs,
des victimes et des bourreaux,
des meurtris de la guerre et de la violence,
des assoiffés de dignité et d’amour,
des affamés de paix et liberté.
Son chemin de Gloire passe par la crucifixion.
Il nous invite à le Suivre, à mettre nos pas dans ses pas :

« Ce chemin est un chemin d’amour, de disponibilité totale pour les autres, d’abandon entre les mains du Père, de vie dans l’Esprit. »
(Mgr Jean-Luc Bouilleret – Evêque d’Amiens)



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_44
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "


L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Maud le Mer 17 Avr 2013 - 8:05

Bonjour Nicolas Very Happy
Bonjour Manuela Very Happy
Bonjour AZUR Very Happy
Bonjour etoilebleue Very Happy
Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez Very Happy

Que cette journée soit bénie par le Seigneur et éclairée de Sa divine Lumière sunny

Bible Croix Dove

Maud


****

Méditation sur l' évangile du jour :Mercredi 17 Avril 2013

Discours sur le pain de vie : la volonté du Père, c'est la résurrection des croyants

Evangile selon St Jean chapitre 6, 35-40

Après avoir multiplié les pains, Jésus disait à la foule des Juifs : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif. Mais je vous l'ai déjà dit : vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas.

Tous ceux que le Père me donne viendront à moi ; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors.

Car je ne suis pas descendu du ciel pour faire ma volonté, mais pour faire la volonté de celui qui m'a envoyé.

Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde aucun de ceux qu'il m'a donnés, mais que je les ressuscite tous au dernier jour.

Car la volonté de mon Père, c'est que tout homme qui voit le Fils et croit en lui obtienne la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »

Prière d'introduction

Il est beau de te louer, Dieu, dans Sion, * de tenir ses promesses envers toi qui écoutes la prière. […] Heureux ton invité, ton élu : il habite ta demeure ! * Les biens de ta maison nous rassasient, les dons sacrés de ton temple ! Ta justice nous répond par des prodiges, Dieu notre sauveur, * espoir des horizons de la terre et des rives lointaines. (Psaume 64 (65), 2-6)

Demande

Seigneur, aide-moi à mettre mon espérance en Toi seul et à en être témoin.

Points de réflexion

1. Après avoir rassasié la foule avec un pain de provenance inattendue, comme jadis Dieu l'avait fait pour son peuple avec la manne au désert, Jésus déclare de manière encore plus surprenante:

« Moi, je suis le pain de la vie ». Rentrons dans son âme pour lire entre les lignes; rentrons dans son coeur, pour nous mettre dans le courant de ce même amour, qui traverse ses côtes pour se répandre sur tous ceux qui regardent vers lui et qui l'écoutent.

Jésus engage pain et parole dans un dialogue d'évangélisation: la charité divine mise en oeuvre, se constitue coeur de l'annonce de la foi, pour diriger les hommes sur un chemin d'espérance.

Celui qui vient à Jésus, qui écoute sa parole et qui la met en pratique, rentre dans une dynamique de vie éternelle.

Foi, espérance et charité sont les trois vertus spirituelles et théologales (données par Dieu), qui reflètent les potentialités humaines d'intelligence, de volonté et d'affectivité. La foi est comme le corps de l'annonce, reçu par l'intelligence; Si cette annonce est accompagnée par l'amour mis en acte, alors qui ne saurait y entrevoir un chemin d'espérance et aimer en retour?

Ainsi s'inaugure une nouvelle chaîne de transmission de vie surnaturelle. La chaîne d'amour (synthèse de grâce et de vérité), brisée par le péché, est raccordée par le maillon de l'amour du Christ, vrai Dieu et vrai homme. L'échange d'amour se transforme ainsi en une source de vie et de charité entre les chrétiens: « Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif ». Ecoutons l'appel de Dieu, purifions-nous et prenons l'aliment du Christ, pour partager et transmettre ce que nous aurons reçu.

2. Qu'est-ce qui dispose la foule à écouter Jésus et à le suivre?

La foule s'était-elle rassemblée uniquement à la vue des signes? N'était-elle pas remplie d'espérance à l'écoute de la bonne nouvelle ? L'espérance de trouver en Jésus la réalisation des promesses messianiques était bien le motif.

Le pain doctrinal des maîtres d'Israël était devenu insipide, aseptisé de tout germe surnaturel; La Parole des Ecritures (loi, prophètes, sagesses) décortiquée et privée de sens spirituel (comme certaines exégèses structuralistes), coupait l'appétit.

Cependant, la nouvelle espérance de la foule devra être éclairée, les attentes purifiées: « Vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas ». Pour Jésus, il ne s'agit pas d'un messianisme politique, ni de force ni de faiblesse… il s'agit du royaume de Dieu, qui est au-dessus des vicissitudes temporelles, mais qui a des conséquences sur celles-ci, en vue de dégager le chemin d'éternité. En quoi consiste donc ce royaume, si ce n'est dans la réalisation de la volonté du Roi dans le monde? « La volonté [… du Père] c'est que je ne perde aucun de ceux qu'il m'a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour ».

En quoi consiste l'obstacle, sinon dans le péché, c'est-à-dire le refus d'écouter la volonté de Dieu? L'autisme du pécheur est aussi exaspérant pour le Christ que, pour nous, celui d'une civilisation qui s'engouffre dans une idéologie sur l'homme et sur la société, entretenant le bal masqué d'une tolérance absolue. Alors retirons nos « arlequins » de fausses attentes, de respect humain et de mondanités ridicules, pour nous placer sous le regard de la vérité et pour engager un chemin de purification.

3. En disant « je suis », notre Seigneur Jésus Christ ne parle pas d'une propriété accidentelle de son être, mais de son identité. Jésus n'a pas de masque.

"Tout homme qui voit le Fils et croit en lui [… obtient] la vie éternelle". En effet, Jésus est l'accomplissement de la volonté de Dieu sur terre, il est le Royaume. Il est la Tête du Corps, c'est-à-dire de l'Eglise (cf. Colossiens 1, 18). Le salut universel va bien au-delà d'intérêts politiques: il englobe tout l'univers.

Le royaume, en constante progression sur terre, s'appelle aujourd'hui « civilisation de l'amour », terme proposé par le Pape Paul VI; elle est articulée dans la doctrine sociale de l'Eglise, qui est l'application concrète de la foi, de l'amour et de l'espérance à la vie courante, pour réguler les rapports de justice et produire des oeuvres de miséricorde.

Ayant pour seul but la vie éternelle, elle ne permet pas de court-circuit - l'idéal d'humanité nouvelle sans Dieu.

Nous avons une mission en cette vie: contribuer, chacun selon ses capacités, à la réalisation du plan de Dieu sur la création.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Dieu, Père du ciel et de la terre, je Te rends grâce pour le pain que Tu nous donnes, pour l'amour que Tu répands dans nos coeurs. Sois béni sur la terre des hommes, et conduis nos âmes au ciel, par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Résolution

Je ferai une visite dans une église et prierai le Notre Père dans la chapelle du Saint Sacrement.

SOURCE : Catholique.org

.
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Jasus_41

Jésus " Hostie "

*
Maud
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Mer 17 Avr 2013 - 12:29

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550850



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Bible-10


Le mercredi de la 3e semaine de Pâques


Acte des Apôtres 8, 1-8

Le jour de la mort d'Etienne, éclata une violente persécution contre l'Eglise de Jérusalem. Tous se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie, à l'exception des Apôtres. Des hommes religieux ensevelirent Étienne et firent sur lui une grande lamentation. Quant à Saul, il cherchait à détruire l'Église, il pénétrait dans les maisons, en arrachait hommes et femmes, et les mettait en prison.
Ceux qui s'étaient dispersés allèrent répandre partout la Bonne Nouvelle de la Parole. C'est ainsi que Philippe, l'un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. Les foules, d'un seul coeur, s'attachaient à ce que disait Philippe, car tous entendaient parler des signes qu'il accomplissait, ou même ils les voyaient. Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits mauvais, qui les quittaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et d'infirmes furent guéris. Et il y eut dans cette ville une grande joie
.



Psaume 65, 1-3a, 4-5, 6-7a

Acclamez Dieu, toute la terre ;
Fêtez la gloire de son nom,
Glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables !

Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom. »
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes.

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu'il nous donne.
Il règne à jamais par sa puissance.



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6, 35-40

Après avoir multiplié les pains, Jésus disait à la foule des juifs : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif. Mais je vous l'ai déjà dit : vous avez vu, et pourtant vous ne croyez pas. Tous ceux que le Père me donne viendront à moi ; et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors.Car je ne suis pas descendu du ciel pour faire ma volonté, mais pour faire la volonté de celui qui m'a envoyé. Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde aucun de ceux qu'il m'a donnés, mais que je les ressuscite tous au dernier jour. Car la volonté de mon Père, c'est que tout homme qui voit le Fils et croit en lui obtienne la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »


Jésus se présente comme la nourriture essentielle, le pain qui donne la vie. Le lieu par excellence où se partage le pain est la table familiale : le père rompt le pain, fruit de la terre et de son travail, il rend grâce à Dieu de lui permettre de subvenir aux besoins des siens, puis il le distribue à ses enfants pour qu’ils s’en rassasient. Dans ce partage du même pain, ce ne sont pas seulement les corps qui se nourrissent, mais c’est aussi l’unité familiale qui se construit. La commensalité est au service de la convivialité, de l’épanouissement intégral de la vie, qui inclut la relation aux autres et ultimement à Dieu.
« Moi je suis le Pain de la vie », le pain qui nourrit chacun de nous selon ses besoins personnels et en même temps nous établit dans l’unité d’une même famille : « la famille de Dieu » (Eph 2, 19). C’est le Père lui-même qui « rompt le Pain », qui nous le livre pour qu’en lui nous ayons la vie en plénitude : celui qui, s’approchant de la table, « vient à Jésus », « n’aura plus jamais faim », car dans la foi, il pourra se rassasier sans cesse de sa présence.

Dans le cas de la nourriture ordinaire, nous assimilons le pain que nous mangeons, nous le transformons en nous : il devient notre propre substance. Dans le cas du Pain de vie, s’ajoute un élément nouveau : l’assimilation est réciproque. Ce n’est pas seulement nous qui incorporons le Pain, mais le Seigneur nous transforme également en lui. L’Evangile précise en effet : « Tous ceux que le Père me donne viendront à moi » : le Père ne se contente pas de nourrir ses enfants, mais il les confie également à celui qui se désigne comme « le Pain de vie ».
Ce Pain peu ordinaire n’est donc pas un simple objet de transaction ; le Père le donne, mais il accueille également ceux que le Père lui confie et qui viennent à lui : « celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors ». S’il ne les jette pas dehors, c’est donc qu’il incorpore en lui ceux qui se nourrissent du Pain de vie, c'est-à-dire ceux qui s’unissent à lui dans la foi.

Les versets suivants développent cette mystérieuse « complicité » du Père et du Fils dans l’œuvre de notre salut. Le Père a l’initiative du don, car comme ce don consiste dans le partage de la vie divine, il ne peut procéder que de sa Source. Le Fils possède cette vie en plénitude ; c’est pourquoi c’est lui qui est envoyé : il est le don du Père dont il vient librement accomplir la volonté en livrant sa vie à ceux que le Père lui donne, afin de n’en perdre aucun. Car la volonté de son Père c’est que tout homme qui « voit » en Jésus « le Fils» et s’unit à lui dans la foi, obtienne la vie éternelle.
La survie au-delà du voile de la mort, n’est donc pas le fruit d’une puissance naturelle que l’âme posséderait en elle-même, mais résulte exclusivement de la participation à la résurrection de celui qui s’est uni à notre chair mortelle pour nous donner part à sa vie immortelle


« Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive, celui qui croit en moi » (Jn 7, 37-38), et « il n’aura plus jamais soif ». L’évangéliste ajoute : « Il parlait de l’Esprit Saint que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui » (Jn 7, 39). La très sainte humanité de Jésus est l’amphore sacrée dans laquelle le Père nous offre sa propre vie, c'est-à-dire l’Eau vive de l’Esprit. « Celui qui a soif, qu’il approche. Celui qui le désire, qu’il boive l’eau de la vie, gratuitement » (Ap 22, 17).

Père Joseph-Marie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 39824011

« Moi, je suis le pain de la vie »


Vous avez demandé à passer trois mois seul avec Jésus [en retraite] ; cela vous ressemble bien. Mais si pendant ce temps la faim de Jésus dans le cœur de quelques membres de son peuple est plus grande que la vôtre, vous ne devriez pas rester seul avec Jésus tout le temps. Vous devez permettre à Jésus de vous transformer en pain pour être mangé par ceux avec qui vous êtes en contact. Laissez les gens vous dévorer ; par la parole et la présence vous proclamez Jésus... Même Dieu ne pouvait pas offrir de plus grand amour qu'en se donnant lui-même comme Pain de vie — pour être rompu, pour être mangé afin que vous et moi puissions manger et vivre, que nous puissions manger et satisfaire ainsi notre faim d'amour.

Et pourtant il ne semblait pas satisfait, car lui aussi avait faim d'amour. Il s'est donc fait l'affamé, l'assoiffé, le nu, le sans-logis et n'a cessé d'appeler : « J'avais faim, j'étais nu, j'étais sans logis. C'est à moi que vous l'avez fait » (Mt 25,40). Le Pain de vie et l'affamé, mais un seul amour : seulement Jésus.


Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité.Lettre à un prêtre, 17/02/1978, in Come, Be My Light (trad. Viens, sois ma lumière, Lethielleux 2008, p. 322 rev.)





Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Euka10

ADORATION EUCHARISTIQUE

La célébration de l’Eucharistie inspire la prière d’adoration dans la mesure où l’Eucharistie est devenue le centre vital de la vie du chrétien et celui de la communauté.
Si j’ai découvert la dynamique interne de la célébration et que je célèbre dans cet esprit, me laissant façonner par l’action de Dieu qui rassemble, qui parle, qui se donne et qui m’envoie, l’adoration du Christ de l’Eucharistie devient un temps imprégné de cette dynamique.
Les Prières eucharistiques m’orientent au cœur de la célébration, au centre de la vraie prière d’adoration, à la source d’un contenu et d’une méthode. Les valeurs de la grande prière d’action de grâce inspirent mon temps de contemplation en dehors de la célébration. De quelles valeurs s’agit-il ?
1°) La communion au Christ
« Qui mange ma chair et boit mon sang demeure on moi et moi en Lui » – Jean 6, 56.
L’attitude d’adoration me met dans une disponibilité qui prolonge la rencontre personnelle avec le Christ pour accueillir intérieurement la vie qu’Il me donne.
2°) L’adhésion à la Parole de Dieu
Le dynamisme de la Parole de Dieu, proclamée dans la célébration demande qu’elle soit accueillie comme « Parole Vivante« . Il est important de méditer et de prier la Parole de Dieu jusqu’à contempler le Christ, Parole Vivante on nous. L’adoration m’insère dans un tel itinéraire pour assimiler le message de salut qu’il m’adresse. Dans ce contact avec le Seigneur, c’est l’expérience des disciples d’Emmaüs qui se répète : « Notre cœur ne brûlait-il pas en nous tandis qu’il nous parlait on chemin et nous ouvrait les Écritures ? » – Luc 24, 32
3°) La participation au mystère pascal
Jésus a vécu l’heure du Cénacle, de sa passion et de sa mort dans un intense climat de prière, dans un esprit d’abandon au Père. Avec la prière devant l’Eucharistie, nous entrons plus intérieurement dans cette attitude du Christ qui a donné sa vie dans un esprit d’amour.
4°) Action de grâce et supplication
Lors de la célébration, les chrétiens accueillent avec gratitude le don du Christ et ils participent à l’action de grâce du Christ qui est l’incarnation vivante de la louange au Père. Toute la vie du chrétien doit être imprégnée de cet esprit de louange. L’adoration est un moment qualifié qui prolonge cette attitude d’action de grâce dans notre existence.
Tout en rendant grâce, en communion avec le Christ, le chrétien s’adresse au Père pour lui dire sa gratitude et Le supplier de poursuivre ses merveilles dans « le vaste champ de la vie des hommes ».
5°) Offrande et don de l’Esprit
» Offrant toute leur vie au Père, avec le Christ, dans l’Esprit, ils puisent dans cet admirable échange, un accroissement de leur foi, de leur espérance et de leur charité » – De cultu, no 80.
L’offrande que le Christ fait de lui-même à son Père est concrétisée dans la célébration par ce don de lui-même par amour : « Le Père m’aime parce que je me dessaisis de moi-même; et j’ai le pouvoir de la reprendre » – Jean 10, 17. L’offrande du pain et du vin est un souvenir continuel d’un tel geste d’offrande. Et c’est au Père que l’assemblée demande d’envoyer son Esprit pour transformer ce pain et ce vin au corps et au sang du Christ, comme elle le fait d’ailleurs pour l’assemblée après le récit de l’institution. Offrande et don de l’Esprit pour renouveler, transformer, consacrer.
L’adoration devant l’Eucharistie nous invite à entrer dans une dynamique de don, d’offrande de soi, de la communauté, de l’Église et du monde, pour que par le don de l’Esprit tout soit renouvelé.
Ce sont quelques valeurs essentielles qui décrivent le contenu de l’adoration. Ainsi, ceux qui adorent » entretiennent les bonnes dispositions qui leur permettent d’avoir toute la dévotion voulue pour célébrer le mémorial du Seigneur et recevoir fréquemment ce pain que le Père nous donne » – De cultu, no 80.
À partir de là, nous pouvons proposer la démarche suivante :
* centrer son regard sur les signes eucharistiques et faire mémoire de « la mort du Seigneur »
* relire et accueillir la Parole de Dieu comme manifestation des merveilles de Dieu dans son œuvre de salut.
* entrer dans un temps d’action de grâce et de supplication.
* prolonger dans un temps d’offrande et d’appel à l’Esprit.
* terminer par une doxologie au Père.
Ce schéma est un cadre, un chemin personnel ou communautaire. Il n’est pas nécessaire de le vivre en son entier. Un seul aspect peut parfaitement nourrir ma prière. L’essentiel demeure la contemplation du don du Christ en son Eucharistie qui m’invite à participer plus intensément au mystère pascal et qu’ainsi toute mon existence en soit imprégnée. L’adoration devient chemin vers une célébration plus intérieure mais aussi passage vers une vie totalement eucharistiée.



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_45
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Maud le Jeu 18 Avr 2013 - 7:37

Bonjour Nicolas Very Happy
Bonjour Manuela Very Happy
Bonjour AZUR Very Happy
Bonjour etoilebleue Very Happy
Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez Very Happy

Que cette journée soit bénie par le Seigneur et éclairée par Sa diuvine Lumière sunny

Bible Croix Dove

Maud


***

Méditation sur l’évangile du jour : Jeudi 18 Avril 2013

Discours sur le pain de vie : le pain de la nouvelle Alliance

Evangile selon St Jean chapitre 6, 44-51

Après avoir multiplié les pains, Jésus disait à la foule des Juifs : « Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire vers moi, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes : Ils seront tous instruits par Dieu lui-même. Tout homme qui écoute les enseignements du Père vient à moi. Certes, personne n'a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père. Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi a la vie éternelle. Moi, je suis le pain de la vie. Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; mais ce pain-là, qui descend du ciel, celui qui en mange ne mourra pas.

Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »

Prière d'introduction

Seigneur Tu nous appelles sans cesse en nous donnant des signes de ton amour. Je veux Te bénir et méditer en mon coeur les merveilles de Ton histoire avec le genre humain, pour m'y insérer et avoir part à Ta vie. Je veux contempler Tes oeuvres et écouter Tes enseignements, pour me conformer davantage à Ton Royaume.

Demande

Seigneur Jésus, augmente en moi la foi, dans les moments où Tu m'adresses une parole, alors que je suis dur d'oreille. Pardonne-moi toutes les fois où je n'ai pas écouté et pas suivi la volonté du Père.

Points de réflexion

1. Pour affirmer son enseignement, Jésus précise que « personne ne peut venir à [lui], si le Père [qui l'a envoyé] ne l'attire vers [lui] ».

En effet, la foi « théologale » est un don du Père, qui est conféré lors du baptême et fortifié par le sacrement de la confirmation.

Ces sacrements, qui forment avec la communion eucharistique « l'initiation chrétienne », donnent la vie « surnaturelle », sans laquelle on ne peut pas venir « spirituellement » à Jésus.

Même si on peut s'approcher virtuellement (en vertu d'un effort personnel ou communautaire de conversion), la communion de vie de l'homme avec Dieu, réalisée par excellence en Jésus Christ, ne peut pas être fabriquée par le génie humain.

Pour voir, en Jésus, Dieu le Père, ce n'est pas chair et sang qui peuvent révéler cela (cf. Matthieu 16, 17). Seul « celui qui croit [en Jésus] a la vie éternelle ».

La foi est pour nous un don gratuit du Père, que l'on ne peut pas se procurer soi-même ou trouver sur Internet. Il est comme un billet d'entrée ou comme un passeport: le baptême et la confirmation confèrent un sceau dans l'âme, qui permet d'entrer dans la communion de vie divine que l'on reçoit dans la communion eucharistique.

2. Les « abonnés » de l'initiation chrétienne, au-delà de jouir d'un « forfait illimité » de vie divine, « sont instruits par Dieu lui-même ».

Et Jésus rajoute: « Tout homme qui écoute les enseignements du Père vient à moi ». En effet, c'est Jésus la Parole et l'enseignement du Père. Jésus exprime cet enseignement à travers son corps humain, dans la splendeur de sa fragilité; dans l'humilité de son triomphe.

L'enseignement du Père s'exprime encore à travers le Corps mystique du Christ, son Eglise, en vertu de l'institution des Apôtres, comme ses ministres: « faites cela en mémoire de moi » (Luc 22, 19) et « ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel… » (Matthieu 18, 18 - à propos de l'admission d'un membre à la communauté).

La question que Jésus soulève veut nous aider à faire le bilan de notre foi, pour savoir si l'on croit réellement, si l'on accepte de reconnaître en Christ et en son Eglise la Parole du Père, ou si on n'y voit que la dimension humaine, historique, avec ses misères et son caractère éphémère.

Cela nous rappelle aussi que le regard humain sur l'histoire ne sort pas de la subjectivité personnelle ou communautaire, d'où l'expression de Jésus: «

Vous, vous jugez de façon purement humaine. Moi, je ne juge personne » (Jean 8, 15). Foi et vie éternelle sont liées comme l'endurcissement et la désespérance.

Aujourd'hui, renouvelons notre choix de la Parole, qui est hors du temps, pour apprendre à vivre dans la communion de Jésus, chemin de vie éternelle.

3. « Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement »:

Il s'agit de vie et de mort. La mort est le salaire du péché, dont nous sommes tous atteints. Grands ou petits, riches ou pauvres, forts ou faibles, nous mourrons tous un jour; la différence se joue dans les dispositions de l'âme.
Les circonstances corporelles restent contingentes, quoiqu'elles soient parfois consécutives aux attitudes de l'âme: « […] tous ceux qui prennent l'épée périront par l'épée » (Matthieu 26, 52)

. Mais sur l'âme de celui qui croit en Jésus et qui mange de son pain, la mort n'aura plus aucun pouvoir. Il est animé d'une culture de la vie.

Pour communier au « pain vivant qui est descendu du ciel », notre âme ne doit pas être celle d'un mort vivant, d'un pécheur non repenti, qui s'auto justifie en disant: « ce n'est pas grave », « tout le monde le fait ».

La véritable repentance commence à s'exercer lorsqu'on demande pardon; Si on ne demande pas pardon, on ne sera pas pardonné. Le fait de demander pardon prépare l'âme à reconnaître, à la lumière de l'enseignement du Père, la conséquence du péché, qui aura valu à Jésus de souffrir la passion.

Le sacrement de réconciliation recueille ce sang du Christ pour le pardon des péchés. Aidons les saints à recueillir ce sang, à la suite de la mère de notre sauveur, la vierge Marie: à notre niveau cette aide se traduit en confession et en engagements. « Devenons bénévoles, devenons saints »!

Dialogue avec le Christ

Jésus, pardon et miséricorde, par Ta passion et Tes saintes plaies, signées dans l'Eucharistie.

Puisse ce sacrement dominical nourrir et irriguer mon quotidien de sens surnaturel.

Je Te remercie, ô Christ, de me sortir, par la force de Ta présence en ce monde, si souvent du gouffre du péché.

Résolution


Je prendrai cinq minutes de ma soirée pour examiner ma conscience sur mes dispositions pour ma dernière communion eucharistique - avec résolution pour la prochaine.

Source : Catholique.org


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Le_pai10

Le Pain de la Nouvelle Alliance

*
Maud
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Jeu 18 Avr 2013 - 11:47

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550851


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 98b10

Le jeudi de la 3e semaine de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 8,26-40.

L'ange du Seigneur adressa la parole à Philippe : « Mets-toi en marche vers le midi, prends la route qui descend de Jérusalem à Gaza ; elle est déserte. »
Et Philippe se mit en marche. Or, un Éthiopien, un eunuque, haut fonctionnaire de Candace, reine d'Éthiopie, administrateur de tous ses trésors, était venu à Jérusalem pour adorer Dieu.
Il en revenait, assis dans son char, et lisait le prophète Isaïe.
L'Esprit du Seigneur dit à Philippe : « Avance, et rejoins ce char. »
Philippe s'approcha en courant, et il entendit que l'homme lisait le prophète Isaïe ; alors il lui demanda : « Comprends-tu vraiment ce que tu lis ? »
L'autre lui répondit : « Comment pourrais-je comprendre s'il n'y a personne pour me guider ? » Il invita donc Philippe à monter et à s'asseoir à côté de lui. Le passage de l'Écriture qu'il lisait était celui-ci :
Comme une brebis, on l'a conduit à l'abattoir, comme un agneau muet devant le tondeur, il n'ouvre pas la bouche.
À cause de son humiliation, sa condamnation a été levée. Sa destinée, qui la racontera ? Car sa vie a été retranchée de la terre.
L'eunuque dit à Philippe : « Dis-moi, je te prie : de qui parle-t-il ? De lui-même, ou bien d'un autre ? »
Alors Philippe prit la parole, et, à partir de ce passage de l'Écriture, il lui annonça la Bonne Nouvelle de Jésus.
Comme ils poursuivaient leur route, ils arrivèrent à un point d'eau, et l'eunuque dit : « Voici de l'eau : qu'est-ce qui empêche que je reçoive le baptême ? »
Il fit arrêter le char, ils descendirent dans l'eau tous les deux, et Philippe baptisa l'eunuque.
Quand ils furent remontés de l'eau, l'Esprit du Seigneur emporta Philippe ; l'eunuque ne le voyait plus, mais il poursuivait sa route, tout joyeux.
Philippe se retrouva dans la ville d'Ashdod, il annonçait la Bonne Nouvelle dans toutes les villes où il passait jusqu'à son arrivée à Césarée.



Psaume 66(65),8-9.16-17.5a.20.

Peuples, bénissez notre Dieu !
Faites retentir sa louange,
car il rend la vie à notre âme,
il a gardé nos pieds de la chute.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu'il a fait pour mon âme ;
quand je poussai vers lui mon cri,
ma bouche faisait déjà son éloge.

Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
Béni soit Dieu
qui n'a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,44-51.

Après avoir multiplié les pains, Jésus disait à la foule des Juifs : " Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire vers moi, et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
Il est écrit dans les prophètes : Ils seront tous instruits par Dieu lui-même. Tout homme qui écoute les enseignements du Père vient à moi.
Certes, personne n'a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père.
Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi a la vie éternelle.
Moi, je suis le pain de la vie.
Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ;
mais ce pain-là, qui descend du ciel, celui qui en mange ne mourra pas.
Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »




La démarche de foi à laquelle notre Seigneur nous invite dans le discours du Pain de vie doit nous conduire à l’intelligence du don de Dieu. Dans les versets que la liturgie offre aujourd’hui à notre méditation, Jésus va aller jusqu’à l’extrême de la révélation du don en proposant son corps en nourriture.

Il commence d’abord par nous révéler que la vie éternelle dépend de la foi en ce qu’il est le Pain de vie : « Amen, Amen, je vous le dis : celui qui croit en moi a la vie éternelle. Moi, je suis le pain de vie. »

Pour expliciter ce que cela signifie, le Seigneur va alors confronter au pain de sa personne la manne mangée par les Pères au désert. La manne ne procura pas l’immortalité parce que tous dans le désert moururent, y compris Moïse, mais qui le mange, lui le Christ, ne mourra jamais : « Au désert, vos Pères ont mangé la manne et ils sont morts ; mais ce pain-là, qui descend du ciel, celui qui en mange ne mourra pas ». Nous comprenons alors que cette foi en ce que le Verbe de Dieu fait chair est le Pain de vie consiste dans le fait de l’écouter et de le manger, lui, le pain céleste qui fait vivre éternellement.

L’action de manger indique l’intériorisation de la parole du Fils de Dieu et l’assimilation de sa personne dans une vie de foi très profonde. Manger le pain vivant qui est Jésus signifie faire sien la vérité du Christ, mieux la personne même du Christ qui est la vérité, c’est-à-dire la révélation pleine et parfaite du Père.

Au verset 51, Jésus ajoute un nouvel élément : « Je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel ; si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie ». Le pain de la vie c’est la chair de Jésus pour la vie du monde. Le pain du ciel c’est sa chair, c’est-à-dire sa personne sacrifiée dans sa passion et sur la croix pour le salut de l’humanité. Il y a donc une continuité entre l’incarnation, la mort sur la croix et le sacrement eucharistique.
Communier dans l’Eucharistie au corps du Christ c’est donc se laisser rendre présent au pied de la Croix où Jésus donna sa chair pour le salut du monde. Dans ce mouvement, la foi est essentielle puisque c’est elle seule qui nous permet de lever la contradiction apparente entre le fait de donner sa chair (c’est-à-dire mourir) et le fait de porter en cela la vie à l’humanité. Seule la foi peut nous faire percevoir cet extrême de la révélation du don de Dieu dans le sacrifice du Christ sur la Croix.


« Seigneur, Jésus, en livrant ton corps pour nous au Père sur la Croix, tu as été rempli de sa vie et dans l’eau et le sang jailli de ton côté, tu nous l’as communiquée. A chaque Eucharistie, dans la lumière de ta résurrection et dans la force de ton Esprit, tu nous attires au pied de ta Croix. Donne-nous alors, à l’image de Marie ta mère et de Jean ton disciple bien-aimé, la grâce d’accueillir avec la même foi ce mystère de notre salut. »

Frère Elie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Euchar12

« On est chrétien pour les autres, on est chrétien pour l’Univers »

On ne participe jamais à la Cène du Seigneur, au Sacrement, pour soi, mais pour les autres… C’est tout l’Univers que nous assumons et que nous prenons en charge…. Nous sommes donc immédiatement introduits au coeur de la vocation chrétienne. On est chrétien pour les autres,on est chrétien pour l’Univers; on n’est pas chrétien pour se sauver soi-même…

Il est donc bien clair que notre rassemblement nous met immédiatement en présence de notre Histoire, cette Histoire encore inconnue pour très longtemps, qui pourra nous faire remonter à cinq cent mille ans ou davantage. C’est toute cette Histoire, c’est toute cette lignée humaine, ce sont toutes les générations, ce sont tous ces visages, tous ces coeurs, toutes ces pensées, toutes ces douleurs, toutes ces espérances, c’est tout cela qui vient à nous ce matin pour s’achever par nous.

L’histoire de l’Humanité inconnue, l’Histoire des Hommes qui n’ont laissé aucune trace d’eux-mêmes dans aucun document, l’Histoire de la genèse de l’Univers, l’Histoire de tous les mondes avec lesquels nous sommes reliés, de tous les vivants qui peuvent se trouver ailleurs, sur d’autres planètes, c’est tout cela que nous avons à offrir, avec lequel nous avons à nous identifier pour faire de notre offrande, une offrande digne du Christ.

C’est donc une première victoire sur la mort, une première victoire sur le temps, ce rassemblement de tous les Hommes avec nous, en nous, par nous autour de la Table du Seigneur. Et nos contemporains où qu’ils soient, sur cette planète ou sur une autre, nos contemporains à plus forte raison sont-ils très étroitement rattachés à cette Liturgie puisque nous avons réalisé l’unité dans l’espace, autant que dans le temps comme nous avons déjà à porter l’avenir qui est en germe en nous…

M.Zundel






" QUE NOS COEURS POUR LOUER TA GRANDEUR

EXULTENT DE JOIE EN TA PRÉSENCE"



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_46
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Ven 19 Avr 2013 - 10:29

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550852



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Bible_12


Le vendredi de la 3e semaine de Pâques



Livre des Actes des Apôtres 9,1-20.

Saul était toujours animé d'une rage meurtrière contre les disciples du Seigneur. Il alla trouver le grand prêtre
et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin de faire prisonniers et de ramener à Jérusalem tous les adeptes de la Voie de Jésus, hommes et femmes, qu'il découvrirait.
Comme il était en route et approchait de Damas, une lumière venant du ciel l'enveloppa soudain de sa clarté.
Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait : « Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? »
Il répondit : « Qui es-tu, Seigneur ? - Je suis Jésus, celui que tu persécutes.
Relève-toi et entre dans la ville : on te dira ce que tu dois faire. »
Ses compagnons de route s'étaient arrêtés, muets de stupeur : ils entendaient la voix, mais ils ne voyaient personne.
Saul se releva et, bien qu'il eût les yeux ouverts, il ne voyait rien. Ils le prirent par la main pour le faire entrer à Damas.
Pendant trois jours, il fut privé de la vue et il resta sans manger ni boire.
Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananie. Dans une vision, le Seigneur l'appela : « Ananie ! » Il répondit : « Me voici, Seigneur. »
Le Seigneur reprit : « Lève-toi, va dans la rue Droite, chez Jude : tu demanderas un homme appelé Saul, de Tarse. Il est en prière,
et il a eu cette vision : un homme, du nom d'Ananie, entrait et lui imposait les mains pour lui rendre la vue. »
Ananie répondit : « Seigneur, j'ai beaucoup entendu parler de cet homme, et de tout le mal qu'il a fait à tes fidèles de Jérusalem.
S'il est ici, c'est que les chefs des prêtres lui ont donné le pouvoir d'arrêter tous ceux qui invoquent ton Nom. »
Mais le Seigneur lui dit : « Va ! cet homme est l'instrument que j'ai choisi pour faire parvenir mon Nom auprès des nations païennes, auprès des rois et des fils d'Israël.
Et moi, je lui ferai découvrir tout ce qu'il lui faudra souffrir pour mon Nom. »
Ananie partit donc et entra dans la maison. Il imposa les mains à Saul, en disant : « Saul, mon frère, celui qui m'a envoyé, c'est le Seigneur, c'est Jésus, celui qui s'est montré à toi sur le chemin que tu suivais pour venir ici. Ainsi, tu vas retrouver la vue, et tu seras rempli d'Esprit Saint. »
Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles, et il retrouva la vue. Il se leva et il reçut le baptême.
Puis il prit de la nourriture et les forces lui revinrent.
Il passa quelques jours avec les disciples de Damas et, sans plus attendre, il proclamait Jésus dans les synagogues, affirmant qu'il est le Fils de Dieu
.


Psaume 117(116),1.2.

Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays !

Son amour envers nous s'est montré le plus fort ;
éternelle est la fidélité du Seigneur !



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,52-59.

Les Juifs discutaient entre eux : « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n'aurez pas la vie en vous.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi.
Tel est le pain qui descend du ciel : il n'est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »
Voilà ce que Jésus a dit, dans son enseignement à la synagogue de Capharnaüm.




Ces derniers jours, nous avons entendu la première partie du « Discours du Pain de vie ». Notre-Seigneur s’y présentait comme « le pain vivant qui descend du ciel » et procure la vie éternelle. Cette image ne devait pas poser de problème d’interprétation aux interlocuteurs juifs de Jésus ; nous lisons en effet au livre du Deutéronome : « Dieu t’a humilié, il t’a fait sentir la faim, il t’a donné à manger la manne que ni toi ni tes pères n’aviez connue, pour te montrer que l’homme ne vit pas seulement de pain, mais que l’homme vit de tout ce qui sort de la bouche de Dieu » (Dt 8, 3). Jésus se présente donc comme la Parole « qui sort de la bouche de Dieu » et qui donne la vie à celui qui l’accueille pour la mettre en pratique. Le Seigneur n’avait-il pas promis par la voix de son prophète Isaïe : « La Parole qui sort de ma bouche ne me revient pas sans résultat, sans avoir fait ce que je voulais et réussi sa mission » (Is 55, 11) ?

Le dernier verset de la péricope entendue hier, assure le lien avec celle d’aujourd’hui : « Le pain que je donnerai, c’est ma chair donnée pour que le monde ait la vie ». Par ces quelques mots, Notre-Seigneur franchit une étape décisive dans la révélation de son identité. Ce n’est plus seulement par sa Parole qu’il nourrit ceux vers qui le Père l’envoie, mais par sa chair - entendons : par sa personne concrète. Devant l’étonnement scandalisé des Juifs, Jésus insiste en ajoutant un autre élément, à savoir le sang, symbole de la vie. Tous deux, chair et sang, sont à consommer pour avoir accès à la vie éternelle.

Il faut bien reconnaître que le discours devient de plus en plus énigmatique. Pourtant si Jésus le tient à ses auditeurs, c’est qu’ils sont en état de le comprendre. Comme parmi eux il y avait sans aucun doute des sadducéens - qui ne tiennent pour inspirés que les cinq premiers livres des Écritures, c'est-à-dire la Thora - c’est probablement à celle-ci que Jésus se réfère. Or au livre de l’Exode, les Juifs sont invités à manger la chair de l’agneau pascal, dont le sang badigeonné sur les montants des portes, sert de signe à l’ange exterminateur (Ex 12, 23). Voilà donc le rituel prophétique que Notre-Seigneur évoque dans cette seconde partie de son enseignement.

Rassemblons les indices qui nous conduiront à l’interprétation de ces versets importants. Nous avons compris que Notre-Seigneur se présente comme le véritable Agneau pascal, dont le sang répandu sur le bois de la croix nous sauve de l’ange exterminateur. Jésus mentionne séparément la chair - citée en premier - et le sang - rajouté par la suite. Cette séparation signifie la mort, qui advient précisément lorsque la chair est privée de son principe de vie : le sang. Au cours du repas pascal, les Juifs étaient invités à manger la chair de l’agneau, mais ils ne buvaient pas son sang, conformément au précepte du Seigneur : « Vous ne mangerez pas la chair avec son âme, c’est-à-dire le sang » (Gn 9, 4). Toute vie vient de Dieu et lui appartient ; voilà pourquoi l’homme ne consomme pas le sang avec la chair (Lv 3, 17). Le principe de vie symbolisé par le sang, et insufflé par Dieu dans la chair, retourne vers lui au moment de la mort ; c’est pourquoi l’homme ne peut se l’approprier. Pourtant c’est bien ce que Jésus demande explicitement et avec insistance : il nous invite à consommer le sang du véritable Agneau pascal, préfiguré dans le rituel de l’Exode. Ce qui signifie en clair que Dieu ne reprend pas la vie de cet Agneau ; il s’en dessaisit en notre faveur ; il nous la donne, à nous qui l’avons mis à mort par notre péché ; elle est nôtre sa vie afin que nous puissions en vivre avec lui et en lui.
Franchissant une ultime étape, Jésus révèle ouvertement non seulement qu’il est l’Envoyé du Père, mais qu’il « vit par le Père », c’est-à-dire qu’il partage sa vie divine éternelle. Dès lors « celui qui mange la chair du Fils de l’homme et boit son sang » vit à son tour de la vie même du Père qu’il reçoit par le Fils auquel il est parfaitement uni. C’est pourquoi, « celui qui mange ce pain vivra éternellement ».
Après avoir insisté sur la référence pascale et la dimension sacrificielle en séparant la chair et le sang, Jésus revient à la première image du pain, comme pour signifier la victoire de la résurrection, le retour à la vie de l’Agneau immolé et la réconciliation définitivement acquise, célébrée dans chaque banquet eucharistique.


« “Comment te rendrai-je Seigneur tout le bien que tu m’as fait ? J’élèverai la coupe du salut, j’invoquerai ton nom” (Ps 116, 12-13). Je t’offrirai le seul sacrifice qui te plaise : la louange et l’action de grâce parfaite de ton Fils unique Jésus-Christ. Il a pris chair de notre chair et est descendu dans notre mort afin de “nous ressusciter au dernier jour”. Mais dans son trop grand amour pour nous, il a voulu nous laisser le mémorial de son sacrifice rédempteur, afin que nous puissions dès à présent vivre de sa vie en nous unissant à lui, en mangeant sa chair et en buvant son sang eucharistique. Oui : “Son amour envers nous s’est montré le plus fort ; éternelle est la fidélité du Seigneur !” (Ps 116) »


Père Joseph-Marie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson





Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Instit11

« Ma chair est la vraie nourriture et mon sang la vraie boisson »

Je t'adore profondément, divinité cachée,
vraiment présente sous ces apparences.
À toi mon cœur se soumet tout entier
parce que, à te contempler, tout entier il défaille.

La vue, le goût, le toucher ne t'atteignent pas :
Mais par l'ouïe toute seule ma foi se rassure.
Je crois tout ce qu'a dit le vrai Fils de Dieu ;
rien de plus vrai que cette voix de la Vérité elle-même (Jn 14,6).

Sur la croix se cachait le Dieu seulement,
mais ici est caché l'homme également :
je confesse ma foi aux deux tout ensemble,
les mots du bon larron, je te les redis (Lc 23,42).

Je n'ai pas pu, comme Thomas, contempler tes plaies ;
je proclame pourtant : « Tu es mon Dieu ! » (Jn 20,28)
Fais que de plus en plus en toi je croie,
qu'en toi j'espère, que je t'aime.

Ô mémorial de la mort du Seigneur,
Pain vivant qui donnes la vie aux hommes,
donne à mon âme de vivre de toi,
donne-lui de toujours te goûter avec douceur.


Saint Thomas d'Aquin (1225-1274), théologien dominicain, docteur de l'Église
Hymne eucharistique : Adoro te devote





Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 E7410e10



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_47
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Invité le Sam 20 Avr 2013 - 10:20

Bonjour Maud,
Bonjour Manuela,
Bonjour mariejésus,
Bonjour Mamouchou,
Bonjour Clara Vasseur,
Bonjour lacroixlys,
Bonjour Lys999,
Bonjour AZUR,
Bonjour carine,
Bonjour ravie974,
Bonjour Brebis,
Bonjour flou,
Bonjour salome,
Bonjour etoilebleue,
Bonjour à toutes et à tous,


Gloire à toi Seigneu


Amitiés,
Nicolas



Samedi 20/4/2013
3ième Semaine du Temps Pascal
De la férie
(Couleur liturgique : Blanc)
Année C





(Première lecture)
Livre des Actes des Apôtres 9 : 31à42

Pierre guérit un paralytique et ressuscite une morte

L'Église était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie. Dans la crainte du SEIGNEUR, elle se construisait et elle avançait ; elle se multipliait avec l'assistance de l'ESPRIT SAINT.
Or, il arriva que Pierre, parcourant tout le pays, descendit jusqu'à Lod et visita les fidèles de cette ville. Il y trouva un certain Énéas alité depuis huit ans parce qu'il était paralysé. Pierre lui dit : « Énéas, JÉSUS CHRIST te guérit, lève-toi et fais ton lit toi-même. » Et aussitôt il se leva. Tous les habitants de Lod et de la plaine de Saron purent voir cet homme, et ils se convertirent au SEIGNEUR.

Il y avait aussi à Jaffa une femme Disciple du SEIGNEUR, appelée Tabitha (ce nom veut dire : Gazelle). Toute sa vie se passait en bonnes actions et en aumônes. Or, il arriva en ces jours-là qu'elle tomba malade et qu'elle mourut. Après la toilette funèbre, on la déposa dans la chambre du haut. Comme Lod est près de Jaffa, les Disciples, apprenant que Pierre s'y trouvait, lui envoyèrent deux hommes avec cet appel : « Viens chez nous sans tarder. » Pierre se mit en route avec eux. À son arrivée on le fit monter à la chambre du haut, où il trouva toutes les veuves en larmes : elles lui montraient les tuniques et les manteaux que Tabitha faisait quand elle était avec elles. Pierre fit sortir tout le monde, se mit à genoux et pria, puis il se tourna vers le corps, et il dit : « Tabitha, lève-toi ! » Elle ouvrit les yeux et, voyant Pierre, elle se redressa et s'assit. Pierre, lui donnant la main, la fit lever. Puis il appela les fidèles et les veuves et la leur présenta vivante. Toute la ville de Jaffa en fut informée, et beaucoup crurent au SEIGNEUR.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris




Psaume 115 (116) : 12et13, 14et15, 16ac et 17

Prière d’un homme arraché à la mort
(Psaume 115 (116) entièrement)


R/ Je rends grâce au SEIGNEUR, pour le bien qu'IL m'a fait

Comment rendrai-je au SEIGNEUR
tout le bien qu'IL m'a fait ?
J'élèverai la coupe du salut,
j'invoquerai le NOM du SEIGNEUR. R/

Je tiendrai mes promesses au SEIGNEUR,
oui, devant tous Son Peuple !
Il en coûte au SEIGNEUR
de voir mourir les Siens ! R/

Ne suis-je pas, SEIGNEUR, Ton Serviteur,
moi, dont TU brisas les chaînes ?
Je T'offrirai le sacrifice d'action de grâce,
j'invoquerai le NOM du SEIGNEUR. R/

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris




Évangile de JÉSUS-CHRIST selon Saint Jean 6 : 60à69

Acclamation de l’Évangile :
Alléluia. Alléluia. Tes Paroles, SEIGNEUR, sont pour nous l'ESPRIT et la Vie. TU as les Paroles de la Vie Éternelle. Alléluia. (cf. Jn 6, 63.68)


Fidélité des Douze et confession de foi de Pierre

JÉSUS avait dit dans la synagogue de Capharnaüm : « Celui qui mange Ma Chair et boit Mon Sang a la Vie Éternelle. » Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, s'écrièrent : « Ce qu'IL dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à L'écouter ! »
JÉSUS connaissait par LUI-même ces récriminations des disciples. IL leur dit : « Cela vous heurte ? Et quand vous verrez le Fils de l'homme monter là où IL était auparavant ?...
C'est l'ESPRIT qui fait vivre, la chair n'est capable de rien. Les Paroles que Je vous ai dites sont ESPRIT et elles sont Vie. Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » JÉSUS savait en effet depuis le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas, et celui qui LE livrerait.
IL ajouta : « Voilà pourquoi Je vous ai dit que personne ne peut venir à Moi si cela ne lui est pas donné par le PÈRE. »
À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s'en allèrent et cessèrent de marcher avec LUI.
Alors JÉSUS dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? »
Simon-Pierre LUI répondit : « SEIGNEUR, vers qui pourrions-nous aller ? TU as les Paroles de la Vie Éternelle.Quant à nous, nous croyons, et nous savons que TU es le SAINT, le SAINT de DIEU. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


Textes du jour, lu sur :
Les services de la liturgie Catholique
http://www.aelf.org/office-messe?date_my=20/04/2013

Liens :
http://www.aelf.org/office-messe
http://services.liturgiecatholique.fr/




Fidélité des Douze et confession de foi de Pierre


Évangile + commentaire (audio)
http://www.radio-fidelite.com/evangcom.php?jour=110














Amicalement, fraternellement
Nicolas

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par carine le Sam 20 Avr 2013 - 11:35

Merci Nicolas, Maud, Etoilebleue, Azur pour tous ces textes.

Dove

carine
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4320
Localisation : France
Inscription : 28/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Sam 20 Avr 2013 - 12:23

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550853


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 65f10

Le samedi de la 3e semaine de Pâques


A la fin du discours du pain de vie, il faut prendre position. Certains disciples choisissent ainsi de quitter Jésus. Ils sont les plus nombreux. « Ce qu'il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l'écouter ! ». Jésus constate avec amertume qu’ « il y en a parmi [eux] qui ne croient pas ». La foule des cinq mille hommes qui ont entendu le discours sur la montagne et vu le signe de la multiplication des pains n’est plus là. Jésus les avait pourtant déjà prévenus qu’il ne fallait pas s’arrêter à la nourriture offerte. Le signe renvoyait à une autre réalité et derrière tous ses enseignements, Jésus invitait à reconnaître sa divinité. Mais à présent, le ton monte, les disciples se scandalisent et le rappel de Jésus de s’orienter vers une foi en sa divinité n’y changera rien. « Cela vous heurte ? Et quand vous verrez le Fils de l'homme monter là où il était auparavant ? ».

Il reste à présent si peu de monde que Jésus interroge les Douze : « voulez-vous partir, vous aussi » ? La question montre que le don de Dieu ne s’impose jamais. Il résulte du choix libre de Dieu qui offre et de l’homme qui décide d’accueillir. C’est pourquoi il est important que Pierre s’engage et prenne la parole pour les Douze. Ils choisissent de rester.

Cette dispersion du peuple et ce rejet de Jésus ne sont pas fortuits. Ils sont, dans l’évangile de Jean, une manifestation du vaste mouvement qui conduira aux heures de la Passion. Jésus est acclamé en roi par une foule nombreuse, mais bien vite elle le rejette.

C’est en effet sa Pâque que Jésus annonce dans ce discours : « Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie ». Aussi la question première n’est pas celle de l’adhésion à une théorie ou un enseignement, mais celle de faire la Pâque, de faire le grand passage à la suite de Jésus, de se laisser entraîner sur la route de la foi. « Personne ne peut venir à moi, dit Jésus, si cela ne lui est pas donné par le Père ». Jésus révèle ainsi que la loi de l’amour est la loi du don. Ce que le Fils donne, le Père nous donne de le recevoir.

Et le Père fait ce don par le don de l’Esprit Saint. En effet, par elle-même, « la chair n'est capable de rien ». « C'est l'esprit qui fait vivre », l’Esprit qui procède du Père rend témoignage du Fils et donne aux croyants de rendre témoignage à leur tour.

Ainsi, à l’heure où la plupart s’en vont, saint Pierre pressent tout cela et s’engage : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu ».


Seigneur, tu as vu la détresse de l’humanité et tu lui offres gratuitement le salut. Nous aussi, nous nous engageons pour toi. Nous accueillons la grâce qui nous est faite par ton sacrifice. Nous savons que tu es le Verbe sorti du cœur de Dieu pour rassembler tous les hommes, l’Agneau offert pour la rémission de nos péchés, l’époux de nos âmes au banquet des noces éternelles. Renouvelle-nous dans ton Esprit et fortifie nos cœurs, que nous sachions en toutes circonstances nous décider pour toi. « Tu as les paroles de la vie éternelle, vers qui pourrions-nous aller ? »

Frère Dominique
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 49668610

« Tu as les paroles de la vie éternelle »


Les Saintes Écritures contiennent la Parole de Dieu et, parce qu'elles sont inspirées, elles sont réellement la parole de Dieu ; c'est pourquoi l'étude des Saintes Lettres doit être comme l'âme de la sainte théologie. C'est aussi de la même parole de l'Écriture que le ministère de la parole, autrement dit la prédication pastorale, la catéchèse et toute l'instruction chrétienne...est nourri de façon salutaire et trouve sa vigueur...

Le saint Concile exhorte avec force et de façon spéciale tous les chrétiens...à acquérir par la lecture fréquente des divines Écritures « ce bien qui dépasse tout : la connaissance du Christ Jésus » (Ph 3,VIII), car « ignorer les Écritures, c'est ignorer le Christ » (S. Jérôme). Qu'ils abordent donc de tout leur cœur le texte sacré lui-même, soit par la sainte liturgie, qui est remplie des paroles divines, soit par une lecture priante, soit par des cours faits pour cela ou par d'autres méthodes qui, avec l'approbation et le soin qu'en prennent les Pasteurs de l'Église, se répandent de manière louable partout de notre temps. Mais qu'ils se rappellent que la prière doit accompagner la lecture de la Sainte Écriture pour que s'établisse un dialogue entre Dieu et l'homme, car « c'est à lui que nous nous adressons quand nous prions ; c'est lui que nous écoutons, quand nous lisons les révélations divines » (S. Ambroise)...

Ainsi donc, par la lecture et l'étude des Livres saints, « que la Parole de Dieu accomplisse sa course et soit glorifiée » (2Th 3,1), et que le trésor de la révélation, confié à l'Église, remplisse de plus en plus les cœurs des hommes. La vie de l'Église reçoit son développement de la fréquentation assidue du mystère eucharistique ; de même il est permis d'espérer un nouvel élan de la vie spirituelle à partir d'un respect accru pour la Parole de Dieu, qui « demeure à jamais » (Is 40,8; 1P 1,23).

Concile Vatican II
Constitution dogmatique sur la Révélation divine « Dei Verbum », § 24-26






"TA PAROLE SEIGNEUR EST VERITE
ET TA LOI DELIVRANCE"



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_48
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Dim 21 Avr 2013 - 9:52

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,
Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550854

1ère Lecture : Actes des Apôtres 13,14.43-52 ; Psaume 100(99),1.2.3.5 ; 2ème Lecture : Apocalypse 7,9.14b-17 , Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10,27-30.

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 78a10

Quatrième dimanche de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 13,14.43-52.

Paul et Barnabé étaient arrivés à Antioche de Pisidie. Le jour du sabbat, ils entrèrent à la synagogue.
Quand l'assemblée se sépara, beaucoup de Juifs et de convertis au judaïsme les suivirent. Paul et Barnabé, parlant avec eux, les encourageaient à rester fidèles à la grâce de Dieu.
Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole du Seigneur.
Quand les Juifs virent tant de monde, ils furent remplis de fureur ; ils repoussaient les affirmations de Paul avec des injures.
Paul et Barnabé leur déclarèrent avec assurance : « C'est à vous d'abord qu'il fallait adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les païens.
C'est le commandement que le Seigneur nous a donné : J'ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu'aux extrémités de la terre. »
En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux que Dieu avait préparés pour la vie éternelle devinrent croyants.
Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région.
Mais les Juifs entraînèrent les dames influentes converties au judaïsme, ainsi que les notables de la ville ; ils provoquèrent des poursuites contre Paul et Barnabé, et les expulsèrent de leur territoire.
Ceux-ci secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds et se rendirent à Iconium,
tandis que les disciples étaient pleins de joie dans l'Esprit Saint.



Psaume 100(99),1.2.3.5.

Acclamez le Seigneur, terre entière,
servez le Seigneur dans l'allégresse,
venez à lui avec des chants de joie !

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :
il nous a faits, et nous sommes à lui,
nous, son peuple, son troupeau.

Oui, le Seigneur est bon,
éternel est son amour,
sa fidélité demeure d'âge en âge.



Livre de l'Apocalypse 7,9.14b-17.

Moi, Jean, j'ai vu une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, races, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l'Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main.
Je lui répondis : « C'est toi qui le sais, mon seigneur. » Il reprit : « Ils viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l'Agneau.
C'est pourquoi ils se tiennent devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui siège sur le Trône habitera parmi eux.
Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus,
puisque l'Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire vers les eaux de la source de vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. »



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10,27-30.

Jésus avait dit aux Juifs : « Je suis le Bon Pasteur (le vrai berger). » Il leur dit encore : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi je les connais, et elles me suivent.
Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, personne ne les arrachera de ma main.
Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut rien arracher de la main du Père.
Le Père et moi, nous sommes UN. »




La journée des vocations est mise en cette année C sous le signe – sous la houlette – du « Bon Pasteur ». L’image est riche et évoque des résonances bucoliques, mais qui ne sont pas toujours en accord avec les conditions de vie concrètes des bergers à l’époque du Christ. Le troupeau en effet était exposé aux lions, aux loups, voire aux ours ; et si le « mercenaire » avait plutôt tendance à s’enfuir devant les dangers (cf. Jn 10, 12), le « Berger » digne de ce nom, était amené à exposer sa vie pour assurer la protection de son troupeau contre les prédateurs en tous genres. De leur côté, les brebis avaient tout intérêt à demeurer proches du Pasteur, attentives au moindre son de sa voix, qui les prévenait des périls éventuels.
L’image du troupeau rassemblé autour du Bon Berger dans la docilité à ses commandements, est une image traditionnelle de l’Église, que l’on trouve déjà représentée dans les catacombes ; elle est de nos jours quelque peu tombée en désuétude - voire même franchement rejetée par la culture individualiste contemporaine. La soumission à un Pasteur ne confirme-t-elle pas l’hétéronomie de la Révélation, qui en nous imposant son joug, nous prive de notre liberté ?

Pourtant Jésus est clair : seules les brebis qui écoutent sa voix et accueillent sa Parole dans un cœur disponible et aimant, entrent dans son intimité – « je les connais » ; seules celles qui le suivent docilement en mettant en œuvre ce qu’elles ont entendu, échappent aux dangers qui les menacent ; elles « ne périront pas » dans « la grande épreuve », mais après avoir « lavé leurs vêtements dans le sang de l’Agneau, elles se tiendront devant le trône de Dieu, le servant jour et nuit dans son temple » (2nd lect.) - ce qui signifie qu’elles vivront de sa propre vie : « l’Agneau qui se tient au milieu du trône sera leur Pasteur pour les conduire vers les eaux de la source de vie » (Ibid.).

A nous de choisir : la pseudo-liberté d’une autonomie qui n’est bien souvent qu’un prétexte pour céder aux désirs du vieil homme, conduisant à la mort spirituelle ; ou bien la véritable liberté acquise au prix des efforts patiemment consentis, avec l’aide de la grâce, sur le chemin de la vérité et de la vie, à la suite du « Bon Pasteur ».

Un tel discernement suppose que nous ayons pris conscience de notre aliénation spirituelle et de notre impuissance à entrer dans la vie par nos propres forces. Cette humble reconnaissance n’est certes pas facile : dès les premiers temps du christianisme, la radicalité du message n’a pas manqué de choquer, comme nous pouvons en avoir un écho dans la 1ère lecture. Aujourd’hui comme hier, la proclamation du Christ comme Seigneur et Sauveur universels suscite des réactions scandalisées et soulève des accusations de fanatisme et d’intolérance.

Pourtant, seul celui qui a vaincu le Mauvais, peut nous libérer du mal ; seul celui qui s’est relevé d’entre les morts, a le pouvoir de nous en arracher pour nous donner part à sa vie filiale. De même qu’il vit par le Père auquel il est parfaitement uni dans l’Esprit, ainsi Notre-Seigneur veut communiquer ce même Esprit de vie à ceux qui s’unissent à lui par une foi vivante et un amour sincère. Comment pourrions-nous « périr » dès lors que nous vivons de la vie de Dieu même ? Or c’est par la foi – vertu infuse – que nous sommes unis au Christ en un seul Corps, et en lui unis au Père dans un même amour.

De ce qui précède il apparait que le terme de « vocation chrétienne » - au sens premier et général - doit être compris comme l’appel à adhérer par la foi à la personne du Christ, et à travers lui au Père, dans un abandon confiant de tout notre être au Dieu qui nous libère de l’aliénation du péché par « le Sang de l’Agneau », et qui nous donne part à sa propre vie dans l’Esprit. Notre réponse à cet appel consiste à consentir à l’action de la grâce : « L’œuvre de Dieu c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé » (Jn 6, 29). L’Esprit seul en effet peut nous introduire dans la foi, nous y garder et nous y faire grandir - dans la mesure de notre désir et de notre collaboration avec son action dans nos vies.
C’est ensuite dans le cœur à cœur établi avec le Christ dans la foi, que chacun peut entendre son appel personnel - sa « vocation particulière » - et trouver la force d’y répondre généreusement, dans la certitude que « le Dieu qui nous appelle est fidèle : lui-même accomplira tout ce qu’il nous demande » (cf. 1 Th 5, 24).

« Seigneur Jésus nous voulons reconnaitre pleinement ta seigneurie et “te servir jour et nuit dans le temple” de notre cœur (2nd lect.). Oui, “tu nous as faits et nous sommes à toi, nous ton peuple, ton troupeau ; éternel est ton amour, ta fidélité demeure d’âge en âge” (Ps 99). Que “ton salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre” (1ère lect.), alors tous les hommes “viendront à toi avec des chants de joie, et te serviront dans l’allégresse” (cf. Ps 99). »


Père Joseph-Marie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Bon_pa10

« Je leur donne la vie éternelle »

Le Seigneur dit : « Mes brebis écoutent la voix, et moi je les connais ; elles me suivent, et je leur donne la vie éternelle ». Un peu plus haut il avait dit à leur sujet : « Si quelqu'un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer et sortir, et il trouvera un pâturage » (Jn 10,9). Il entrera en venant à la foi ; il sortira en passant de la foi à la vision face à face, de la croyance à la contemplation, et il trouvera un pâturage en arrivant au festin éternel.

Les brebis du bon pasteur trouvent donc un pâturage parce que tous ceux qui le suivent avec un cœur simple sont nourris dans le pâturage des prairies éternellement vertes. Et quel est le pâturage de ces brebis-là, sinon les joies intérieures d'un paradis à jamais verdoyant ? Car le pâturage des élus, c'est le visage de Dieu, toujours présent : puisqu'on le contemple sans interruption, l'âme se rassasie sans fin d'un aliment de vie...

Recherchons donc, frères très chers, ce pâturage où nous trouverons notre joie au cœur de la fête célébrée au ciel par tant de nos concitoyens. Que leur allégresse nous y invite... Réveillons donc nos âmes, mes frères ! Que notre foi se réchauffe en ce qu'elle croit, que nos désirs s'enflamment pour les biens d'en haut. Aimer ainsi c'est déjà se mettre en route. Ne laissons aucune épreuve nous détourner de la joie de cette fête intérieure, car si on désire se rendre à un endroit qu'on s'est fixé, aucune difficulté ne peut détourner de ce désir. Ne nous laissons pas non plus séduire par des réussites flatteuses. Stupide serait le voyageur qui, au spectacle du paysage merveilleux, oublierait en chemin le but de son voyage.


Saint Grégoire le Grand (v. 540-604), pape et docteur de l'Église
Homélies sur l'Évangile, n°14 (trad. cf bréviaire 4ème dim. Pâques et Le Barroux)




Psaume 22 (23)

Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d'herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l'honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m'accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j'habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_49
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Lun 22 Avr 2013 - 10:32

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,

Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550855


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 30239310
Oui Jésus m'aime, la bible me le dit.


Le lundi de la 4e semaine de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 11,1-18.

Les Apôtres et les frères qui étaient en Judée avaient appris que les nations païennes elles aussi avaient reçu la parole de Dieu.
Lorsque Pierre fut de retour à Jérusalem, ceux qui venaient du judaïsme se mirent à discuter avec lui :
« Tu es entré chez des hommes qui n'ont pas la circoncision, et tu as mangé avec eux ! »
Alors Pierre reprit l'affaire depuis le début et leur exposa tout en détail :
« J'étais dans la ville de Jaffa, en train de prier, et voici la vision que j'ai eue dans une extase : c'était un objet qui descendait. On aurait dit une grande toile ; venant du ciel jusqu'à moi, elle se posait par les quatre coins.
Fixant les yeux sur elle, je l'examinai et je vis les quadrupèdes de la terre, les bêtes sauvages, les reptiles et les oiseaux du ciel.
J'entendis une voix qui me disait : 'Allons, Pierre, immole ces bêtes et mange-les ! '
Je répondis : 'Certainement pas, Seigneur ! Jamais aucun aliment interdit ou impur n'est entré dans ma bouche. '
Une deuxième fois, du haut du ciel la voix reprit : 'Ce que Dieu a déclaré pur, toi, ne le déclare pas interdit. '
Cela recommença une troisième fois, puis tout fut remonté au ciel.
Et voilà qu'à l'instant même, devant la maison où j'étais, survinrent trois hommes qui m'étaient envoyés de Césarée.
L'Esprit me dit d'aller avec eux sans me faire de scrupule. Les six frères qui sont ici m'ont accompagné, et nous sommes entrés chez le centurion Corneille.
Il nous raconta comment il avait vu dans sa maison l'ange qui venait lui dire : 'Envoie quelqu'un à Jaffa pour convoquer Simon surnommé Pierre.
Il t'adressera des paroles par lesquelles tu seras sauvé, toi et toute ta maison. '
Au moment où je prenais la parole, l'Esprit Saint s'empara de ceux qui étaient là, comme il l'avait fait au commencement pour nous.
Alors je me suis rappelé la parole que le Seigneur avait dite : 'Jean a baptisé avec de l'eau, mais vous, c'est dans l'Esprit Saint que vous serez baptisés. '
S'ils ont reçu de Dieu le même don que nous, en croyant au Seigneur Jésus Christ, qui étais-je, moi, pour empêcher l'action de Dieu ? »
En entendant ces paroles, ils se calmèrent et ils rendirent gloire à Dieu, en disant : « Voici que les païens eux-mêmes ont reçu de Dieu la conversion qui fait entrer dans la vie. »



Psaume 42(41),2-3.43(42),3.4.

Comme un cerf altéré
cherche l'eau vive,
ainsi mon âme te cherche
toi, mon Dieu.

Mon âme a soif de Dieu,
le Dieu vivant ;
quand pourrai-je m'avancer,
paraître face à Dieu ?

Envoie ta lumière et ta vérité :
qu'elles guident mes pas
et me conduisent à ta montagne sainte,
jusqu'en ta demeure.

J'avancerai jusqu'à l'autel de Dieu,
vers Dieu qui est toute ma joie ;
je te rendrai grâce avec ma harpe,
Dieu, mon Dieu !



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10,1-10.

Jésus parlait ainsi aux pharisiens : " Amen, amen, je vous le dis : celui qui entre dans la bergerie sans passer par la porte, mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur et un bandit.
Celui qui entre par la porte, c'est lui le pasteur, le berger des brebis.
Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir.
Quand il a conduit dehors toutes ses brebis, il marche à leur tête, et elles le suivent, car elles connaissent sa voix.
Jamais elles ne suivront un inconnu, elles s'enfuiront loin de lui, car elles ne reconnaissent pas la voix des inconnus. »
Jésus employa cette parabole en s'adressant aux pharisiens, mais ils ne comprirent pas ce qu'il voulait leur dire.
C'est pourquoi Jésus reprit la parole : « Amen, amen, je vous le dis : je suis la porte des brebis.
Ceux qui sont intervenus avant moi sont tous des voleurs et des bandits ; mais les brebis ne les ont pas écoutés.
Moi, je suis la porte. Si quelqu'un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra aller et venir, et il trouvera un pâturage.
Le voleur ne vient que pour voler, égorger et détruire. Moi je suis venu pour que les hommes aient la vie, pour qu'ils l'aient en abondance.



La résurrection est le signe d’une victoire éclatante, mais elle est aussi l’enjeu d’un combat. Il s’agit d’un combat d’arrière-garde puisque la vie a définitivement vaincu la mort, mais il nous implique tous et nous pose la question de notre accès au salut. Aussi, par ces deux courtes paraboles, Jésus nous instruit-il de la stratégie menée contre nous et des moyens de rester fermement établis dans la victoire du Christ.

La première histoire traite de la reconnaissance du bon berger par ses brebis. Qui est celui qui vient à elles ? Celui qui entre par des moyens détournés, celui qui n’emprunte pas le chemin le plus simple et le plus court, la porte, est un voleur et un bandit. Le critère est d’une redoutable simplicité et peut s’appliquer à tous les discernements du quotidien. Ce qui est simple et droit vient de Dieu. Si cela ne suffisait pas à nous rassurer, car ce qui est simple n’est pas toujours ce qui est évident, Jésus mentionne la présence d’un portier. Nous ne sommes pas seuls, il est là pour nous protéger. D’ailleurs le voleur le connaît et c’est lui qu’il essaie d’esquiver en empruntant les passages dérobés : il sait bien que le portier ne lui ouvrira pas.

Une première stratégie de l’Ennemi est ainsi dévoilée : il pousse à faire le mal. Il prétend pour cela entrer dans la bergerie par des moyens détournés et appeler les brebis à le suivre vers leur perte. Notre vigilance intérieure est donc nécessaire. Car il est un lieu dans notre cœur où la voix de notre Bon Berger résonne d’une manière particulière, familière et intime. Il nous faut donc discerner entre la voix qui nous invite vers des paradis prétendus magnifiques et faciles d’accès et la voix qui connaît notre nom et demande seulement qu’on la suive vers la maison du Père.

Dans la deuxième parabole, Jésus ne se présente plus comme le berger, mais comme la porte de la bergerie. Cette deuxième parabole développe et explique la première, qui n’a pas été comprise par les pharisiens. Elle présente encore des voleurs et des bandits, mais il n’est pas dit qu’ils aient essayé d’entrer. On sait seulement qu’ils ont parlé aux brebis puisque Jésus précise qu’elles ne les ont pas écoutés. L’enjeu est différent, la stratégie l’est donc aussi. La porte ouvre sur le chemin du bonheur, pour aller vers les pâturages et trouver le salut. Les voleurs se présentent alors pour dissuader les brebis d’emprunter la porte. Quand il ne pousse pas à faire le mal, l’Ennemi dissuade de faire le bien.

Jésus ne se contente pas de dévoiler les stratégies de l’Ennemi, il nous montre aussi comment nous en rendre victorieux : par l’attachement qui nous lie au Christ. Dans chacune de ces paraboles, le combat est remporté par le seul fait que les brebis connaissent la voix de leur Sauveur. Le Bon Berger les appelle chacune par son nom, il existe entre elles et lui une relation personnelle et intime, plus forte que toutes les sollicitations extérieures et malveillantes.


C’est donc en côtoyant le Ressuscité, en apprenant à le découvrir dans sa nouvelle modalité de présence dans notre quotidien, en apprenant à reconnaître sa voix que nous avons entendue en méditant la Parole, en apprenant à goûter la douceur de sa présence dans les sacrements, que nous vivrons pleinement de la vie qu’il nous a acquise, nous réjouissant, sur les pâturages où il nous conduit, de la victoire qu’il a remporté pour nous.


Frère Dominique
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Jesus_10

« Il marche à leur tête, et elles le suivent »

« Voyant les foules, Jésus eut pitié d'elles parce qu'elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger » (Mt 9,36)... Les brebis ont été dispersées parce qu'il n'y avait pas de berger... Ainsi en était-il dans le monde entier quand le Christ est venu dans sa miséricorde infinie « pour rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés » (Jn 11,52). Et si pour un moment ils ont été à nouveau laissés sans guide, lorsque dans sa lutte contre l'ennemi le bon berger a donné sa vie pour ses brebis — selon la prophétie : « Frappez le berger, et les brebis seront dispersées » (Za 13,7) — bientôt cependant, il est ressuscité d'entre les morts pour vivre à jamais, selon cette autre prophétie : « Celui qui a dispersé Israël le rassemblera comme un berger son troupeau » (Jr 31,10).

Comme il le dit lui-même dans la parabole qu'il nous propose, « il appelle ses propres brebis par leur nom et les mène dehors, et il marche devant elles, et les brebis le suivent car elles connaissent sa voix ». Ainsi, le jour de sa résurrection, comme Marie pleurait, il l'a appelée par son nom (Jn 20,16), et elle s'est retournée et a reconnu par l'oreille celui qu'elle n'avait pas reconnu par la vue. De même, il a dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu ? », et il a ajouté : « Suis-moi » (Jn 21,15.19). Et de même, lui et son ange ont dit aux femmes : « Il vous précède en Galilée » ; « Allez dire à mes frères qu'ils doivent se rendre en Galilée, et là ils me verront » (Mt 28,7.10). Depuis ce temps-là le bon pasteur, qui a pris la place de ses brebis et qui est mort pour qu'elles puissent vivre à jamais, les précède et elles « suivent l'Agneau partout où il va » (Ap 14,4).


Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), théologien, fondateur de l'Oratoire en Angleterre
Sermon « The Shepherd of Our Souls », PPS, t. 8, n° 16





Dans les campagnes de la Palestine, les bergers font partie du paysage quotidien. Le soir venu, ils rassemblent leur troupeau pour les mettre à l’abri des dangers de la nuit. Puis le matin, ils viennent le récupérer pour le conduire vers le pâturage. La Bible nous parle également des bergers et des brebis. Dans le psaume 22, nous lisons : « Le Seigneur est mon berger ; sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer ; il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre. » C’est une manière de dire que Dieu conduit son peuple et qu’il prend soin de lui.
Mais quand nous lisons ces textes bibliques, nous devons veiller à ne pas nous tromper sur le sens du mot « troupeau ». Aux yeux du Seigneur, nous ne sommes pas un collectif anonyme. Nous sommes son peuple et il nous connaît tous par notre nom ; il nous dit à chacun et chacune d’entre nous : « Tu es mon fils ; tu es ma fille. » Nous sommes une grande famille de croyants, mais il y a une place pour chacun et chacune d’entre nous dans le cœur de Dieu ; « Je t’ai appelé par ton nom, tu as du prix à tes yeux et je t’aime. Cela, il le disait au peuple d’Israël mais aujourd’hui, Jésus nous annonce que c’est également vrai pour chacun des enfants de Dieu.

Dans l’évangile, Jésus se présente comme la porte de la bergerie. Pour comprendre cette parabole, il faut se rappeler qu’il s’adresse aux pharisiens. Ces derniers ont un tel sens du sacré qu’ils ne peuvent imaginer cette proximité de Dieu. Pour eux, Dieu est LE Saint, l’inaccessible ; l’homme ne peut pas l’atteindre par ses seules forces. Sur ce point, Jésus leur donne raison. Mais il nous annonce que lui-même nous ouvre la porte et alors, nous pouvons le rencontrer. Cette porte qui nous permet d’aller à Dieu, c’est Jésus lui-même. « Si quelqu’un entre par lui, il sera sauvé. Il est le passeur qui nous fait traverser la mort pour épanouir en nous les forces de la Vie.

Cette porte n’est pas celle qui claque brutalement ni celle qui enferme comme dans une prison. Elle est un lieu de passage ouvert à l’humanité tout entière. Il y a de la place pour la multitude. Jésus se présente comme la porte ouverte à l’étranger, au réfugié, au pauvre comme au riche, à la personne handicapée comme à celle qui jouit de toutes ses facultés. Cette porte est également ouverte à l’inconnu, à la brebis égarée et à tous ceux et celles qui sont en quête de sens pour leur vie. En résumé, cette porte est grande ouverte sur la tendresse de Dieu. Nous sommes tous très importants pour lui et il tient à chacun de nous comme à son bien le plus précieux.

Par les sacrements de l’initiation chrétienne, baptême, Eucharistie et confirmation, nous avons été incorporés au Christ. Nous passons au-delà des limites de la vie présente pour entrer dans la perfection de l’humanité, celle de Jésus ressuscité. Rappelons-nous cette parole du Christ : « je suis venu pour qu’ils aient la Vie et qu’ils l’aient en abondance ». L’évangile nous est offert comme un formidable appel à vivre. Malheureusement beaucoup n’y voient que des contraintes et des obligations. Il faut le dire et le redire : nous avons là un trésor, un chemin qui libère en nous le dynamisme le plus profond. Il ne cesse de nous appeler au bout de ce qui est le plus vital en nous : l’amour.

Il est absolument essentiel de nous imprégner non seulement de cette parole de Dieu mais de Jésus lui-même. Si nous le faisons, c’est en vue de la mission. Avant de partir, Jésus a confié à ses apôtres et à toute son Eglise la responsabilité de témoigner de l’espérance qu’il met en nous. Notre humble rôle, c’est de conduire nos frères et nos sœurs à cette porte. Nous sommes les portiers du Christ. Si, aujourd’hui, nous ne retenons que cela, nous aurons compris quelque chose d’essentiel. Beaucoup donnent le meilleur d’eux-mêmes à cette mission de « portier » ; ils n’hésitent pas à donner de leur temps, leur argent, leur vie. La mission de l’humanité, c’est de servir l’humanité et de montrer la porte. Le Christ compte sur nous tous, prêtres, religieux, religieuses et laïcs pour participer à cette œuvre de rassemblement : « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie.

Malheureusement, beaucoup choisissent des chemins de perdition et vont vers leur malheur. Depuis des mois, les médias nous parlent tous les jours des violences, des actes racistes, des guerres, des morts et encore des morts. Des jeunes complètement désabusés s’évadent dans la drogue et l’alcool. C’est dans ce monde tel qu’il est que nous sommes envoyés comme portiers. Notre mission, c’est de montrer le Christ « berger de toute humanité ». Rien ne pourra l’empêcher de vouloir sauver tous les hommes. Il est absolument essentiel que nous entrions dans ce grand projet d’amour qui anime le Christ.
Seigneur, tu nous invites à accueillir cet amour qui est en toi. Tu es en nous cette porte ouverte par laquelle nous passons de la tristesse à la joie, du doute à la confiance. Rends-nous disponibles et rayonnants de ta présence. Nous te prions spécialement pour tous ceux que tu appelles comme prêtres, diacres religieux, religieuses, mais aussi comme laïcs engagés dans l’annonce de l’Évangile. Que les uns et les autres, là où nous sommes, nous soyons la voix du Christ bon Pasteur.



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_10
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "


Dernière édition par etoilebleue le Mer 24 Avr 2013 - 13:10, édité 1 fois

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Maud le Mar 23 Avr 2013 - 7:45

Bonjour Nicolas Very Happy
Bonjour Manuela Very Happy
Bonjour AZUR Very Happy
Bonjour etoilebleue Very Happy
Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez Very Happy

Que cette journée soit bénie par le Seigneur et éclairée par Sa divine Lumière sunny

Bible Croix Dove

Maud


*****
Méditation sur l’ évangile du jour : Mardi 23 Avril 2013

Le bon pasteur donne la vie éternelle à ses brebis

Evangile selon St Jean, chapitre 10, 22-30

On célébrait à Jérusalem l’anniversaire de la dédicace du Temple. C’était l’hiver.

Jésus allait et venait dans le Temple, sous la colonnade de Salomon.
Les Juifs se groupèrent autour de lui ; ils lui disaient : « Combien de temps vas-tu nous laisser dans le doute ? Si tu es le Messie, dis-le nous ouvertement ! »

Jésus leur répondit : « Je vous l’ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père, voilà ce qui me rend témoignage. Mais vous ne croyez pas, parce que vous n’êtes pas de mes brebis. Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut rien arracher de la main du Père

Le Père et moi, nous sommes UN. »

Prière d'introduction

Seigneur Jésus, me voici en Ta présence. C’est dur de croire que Tu es là alors que je ne Te vois pas, mais je veux faire cet acte d’humilité. Je Te remercie pour le don de la foi, que Tu m’as donnée par le baptême. Je T’en prie, fais grandir cette petite graine de la foi pour qu’elle devienne une plante qui porte beaucoup de fruits. Fais grandir ma foi par des rencontres plus fréquentes avec Toi, comme celle que nous avons en ce moment de prière. Seigneur, fais que j’arrive à vivre constamment en ta présence !

Demande

Seigneur, remplis-moi de la joie de savoir que je suis dans Ta main !
Points de réflexion

1. Jésus se trouve à Jérusalem pour la fête de la Dédicace, qui a lieu vers la fin du mois de décembre.

Il y a deux mois, lors de la fête des Tentes, Il a guéri l’aveugle-né et s’est présenté comme le bon pasteur. Dans trois mois, on célébrera la grande fête de la Pâque, et Jésus sait qu’elle sera le moment de sa mort et de sa résurrection.

On peut s’imaginer les sentiments qui se pressent dans son esprit. D’un côté, Il appréhende la souffrance de sa Passion, mais de l’autre, Il brûle du désir de sauver les hommes et de nous réconcilier avec Dieu. On peut supposer ce qu’Il pense en répondant aux pharisiens agressifs : « Vous aussi, je vous aime tellement que je mourrai bientôt pour vous... ». En se promenant dans le Temple, en y croisant les chefs des prêtres qui voulaient sa mort, Il a peut-être prié : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font... ! »

2. La discussion que nous rapporte l’évangile d’aujourd’hui permet à Jésus d’expliquer sa relation avec ses brebis.

Qui sont ses brebis ? Ceux qui écoutent sa voix et Le suivent, c’est-à-dire, ceux qui croient en Lui et qui L’aiment. Certes, notre foi est faible et notre amour fugitif, mais cela suffit pour que nous fassions partie du troupeau du Christ.

De son côté, Il nous promet le meilleur que nous puissions désirer ; la vie éternelle.

Cette vie éternelle, c’est le « repos » dont parle le psaume 23 : « Sur de verts pâturages, il me fait reposer ». Le bonheur éternel est notre destination.
Il ne tient qu’à nous de monter dans le train. La carte d’embarquement ? Le baptême, dont la grâce est actualisée chaque fois que nous recevons les sacrements de la confession et de l’Eucharistie.

3. Quand Il parle du Père, Jésus devient ému. Il paraît s’enflammer

. En lisant l’Évangile selon saint Jean, on comprend bien que le Christ brûle d’amour pour le Père et que toute sa vie terrestre est la révélation de cet amour à ses disciples.

Jusqu’à l’heure de sa mort, Jésus se sent protégé par la main de son Père : « Père, entre tes mains, je remets mon esprit ».

Chaque soir, dans la prière des complies, l’Église répète cette invocation. Quelle confiance nous donne la certitude d’être dans la main de Dieu ! Un bunker est comme un château de cartes, comparé à ce refuge divin. Dans la main du Père, nous n’avons rien à craindre !

Dialogue avec le Christ

Qui pourrait me séparer de Ton amour, Seigneur ? Les problèmes, la peur, la faim, la honte, les dangers, la mort ?

Non, Seigneur, Ton amour me permet de surmonter n’importe quelle épreuve ! Je suis certain que ni la vie, ni la mort, ni le présent, ni l’avenir, ni mes amis, ni mes ennemis, ni même le diable, ne sauront me séparer de l’amour du Père, que Tu m’as montré en mourant pour moi sur la Croix !

Résolution


Prier le psaume 30 avec Jésus-Christ, ce soir avant de me coucher.

SOURCE : Catholique.org



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Le_bon10

Le Bon Pasteur
*
Maud
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Mar 23 Avr 2013 - 11:41

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,

Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550810


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 50260110


Le mardi de la 4e semaine de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 11,19-26.

Le violent mouvement soulevé contre Étienne avait provoqué la dispersion des frères. Ils allèrent jusqu'en Phénicie, à Chypre et à Antioche. Ils annonçaient la Parole exclusivement aux Juifs.
Et pourtant, il y avait parmi eux des hommes, originaires de Chypre et de Cyrénaïque, qui, en arrivant à Antioche, s'adressaient aussi aux Grecs pour leur annoncer cette Bonne Nouvelle : Jésus est le Seigneur.
La puissance du Seigneur était avec eux : un grand nombre de gens devinrent croyants et se convertirent au Seigneur.
L'Église de Jérusalem entendit parler de tout cela, et l'on envoya Barnabé jusqu'à Antioche.
A son arrivée, voyant les effets de la grâce de Dieu, il fut dans la joie.
Il les exhortait tous à rester d'un cœur ferme attachés au Seigneur ; c'était un homme de valeur, rempli d'Esprit Saint et de foi. Une foule considérable adhéra au Seigneur.
Barnabé repartit pour aller à Tarse chercher Saul. Il le trouva et le ramena à Antioche.
Pendant toute une année, ils furent ensemble les hôtes de l'Église, ils instruisirent une foule considérable ; et c'est à Antioche que, pour la première fois, les disciples reçurent le nom de « chrétiens ».



Psaume 87(86),1.5c.2.3.5ab.6.7.

Elle est fondée sur les montagnes saintes.
C'est lui, le Très-Haut, qui la maintient.
Le Seigneur aime les portes de Sion
plus que toutes les demeures de Jacob.

Pour ta gloire on parle de toi,
ville de Dieu !
On appelle Sion : « Ma mère ! »
car en elle, tout homme est né.

Au registre des peuples, le Seigneur écrit :
« Chacun est né là-bas. »
Tous ensemble ils dansent, et ils chantent :
« En toi, toutes nos sources ! »



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10,22-30.

On célébrait à Jérusalem l'anniversaire de la dédicace du Temple. C'était l'hiver.
Jésus allait et venait dans le Temple, sous la colonnade de Salomon.
Les Juifs se groupèrent autour de lui ; ils lui disaient : « Combien de temps vas-tu nous laisser dans le doute ? Si tu es le Messie, dis-le-nous ouvertement ! »
Jésus leur répondit : « Je vous l'ai dit, et vous ne croyez pas. Les œuvres que je fais au nom de mon Père, voilà ce qui me rend témoignage.
Mais vous ne croyez pas, parce que vous n'êtes pas de mes brebis.
Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent.
Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, personne ne les arrachera de ma main.
Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut rien arracher de la main du Père.
Le Père et moi, nous sommes UN. »


Nous sommes en hiver ; il fait froid. Jésus se réchauffe en marchant sous la colonnade tout en priant. Les juifs l’observent et profitent de ce (rare) moment où Notre-Seigneur n’est pas accaparé par la foule, pour se grouper autour de lui : « Combien de temps vas-tu nous laisser dans le doute ? » S’ils doutent, c’est donc qu’ils sont encore dans l’incertitude quant à l’identité du Seigneur. Pour eux les faits et gestes de Jésus ne suffisent pas pour conclure le discernement. Aussi se décident-ils à lui poser directement la question : « Si tu es le Messie, dis-le nous ouvertement ! » Cette interrogation traverse tout le quatrième évangile sans jamais recevoir de réponse clairement affirmative ou négative, car tout dépend du sens que l’on met derrière ce terme.

Jésus tente d’arracher ses interlocuteurs à leur précompréhension de ce que devrait être le Messie et de ce qu’il devrait faire lorsqu’il viendrait. Les prophètes ont annoncé sa venue en des termes suffisamment vagues pour laisser de l’espace à l’imprévu de Dieu. Mais dans leur besoin de maîtriser les événements afin de maintenir leur pouvoir sur le peuple, les responsables religieux ont figé l’espérance messianique dans une perspective strictement humaine. Cette réduction du salut à une libération politique, les empêche de s’ouvrir au Messie de Dieu lorsque enfin il surgit pour réaliser la rédemption promise. Jésus tente donc de les arracher à leurs enfermement idéologique en les ramenant aux actions qui témoignent de la liberté souveraine de Dieu : « Les œuvres que je fais au nom de mon Père, voilà ce qui me rend témoignage ».
Certes, il y a là un témoignage, mais qui plaide en faveur d’un Dieu tout autre que celui que les juifs attendaient ! Que pourrait bien faire Israël d’un Messie qui prêche la Bonne Nouvelle au rebus du peuple, qui guérit les malades sans même faire de distinction entre juifs et païens, et qui s’entoure d’hommes sans culture religieuse, issus de la Galilée des nations, alors que la Terre Promise est occupée par les romains.


Dieu ne saurait nous manifester sa faveur en détruisant nos ennemis, lui qui nous demande de les aimer. C’est plutôt en nous donnant la force du pardon et d’un amour de charité qui rend le bien pour le mal, qu’il nous révèle et nous communique sa toute-puissance, dans la douceur, l’humilité et la miséricorde. Tous ceux qui acceptent d’entrer dans cette logique nouvelle et déconcertante de l’évangile, reposent dans la main du Fils, qui est aussi celle du Père, puisque le Père et le Fils sont UN.


A la lecture de cette péricope, nous découvrons sans doute que nous sommes traversés par ces deux appels : d’un côté les faux bergers de ce monde nous invitent à les suivre sur les gras pâturages de l’avoir, du pouvoir, de la gloire, en nous appuyant sur l’aide d’un Dieu fort, puissant et efficace qui exaucerait nos requêtes sans délai ; de l’autre la voix du Bon Berger nous invite à nous mettre à son école, et à donner comme lui sans compter et sans rien attendre de retour, dans la discrétion de l’amour. Qui allons-nous suivre ? Puissions-nous nous blottir dans la main de Jésus et consentir à son chemin d’humilité, afin de connaître la paix et la joie d’un cœur libéré de soi et tout livré à la seule charité.

Père Joseph-Marie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 25296510

« Le Père et moi, nous sommes UN »

Voici la foi catholique : nous vénérons un Dieu dans la Trinité et la Trinité dans l'unité, sans confondre les personnes, sans diviser la substance : autre est en effet la personne du Père, autre celle du Fils, autre celle du Saint Esprit ; mais le Père, le Fils et le Saint Esprit ont une même divinité, une gloire égale, une même éternelle majesté. Comme est le Père, tel est le Fils, tel le Saint Esprit : incréé est le Père, incréé le Fils, incréé le Saint Esprit... Ainsi le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint Esprit est Dieu ; et cependant, ils ne sont pas trois dieux, mais un Dieu...

Voici la foi droite : nous croyons et nous confessons que notre Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, est Dieu et homme : il est Dieu, de la substance du Père, engendré avant les siècles ; et il est homme, de la substance de sa mère, né dans le temps : Dieu parfait, homme parfait, composé d'une âme raisonnable et d'un corps humain, égal au Père selon la divinité, inférieur au Père selon l'humanité. Bien qu'il soit Dieu et homme, il n'y a pas cependant deux Christ, mais un Christ : un, non parce que la divinité a passé dans la chair, mais parce que l'humanité a été assumée par Dieu ; un absolument, non par un mélange de substance, mais par l'unité de personne. Car, de même que l'âme raisonnable et le corps font un homme, de même Dieu et l'homme font un Christ. Il a souffert pour notre salut, il est descendu aux enfers, le troisième jour il est ressuscité des morts, il est monté aux cieux, il siège à la droite du Père, d'où il viendra juger les vivants et les morts.


Symbole « Quicumque », dit de saint Athanase (entre 430 et 500)





Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Sainte10

Acte d'offrande à l'Amour Miséricordieux

Offrande de moi-même comme victime d'Holocauste
à l'Amour Miséricordieux du Bon Dieu.


Ô mon Dieu! Trinité Bienheureuse, je désire vous Aimer et vous faire Aimer, travailler à la glorification de la Sainte Église en sauvant les âmes qui sont sur la terre et délivrant celles qui souffrent dans le purgatoire. Je désire accomplir parfaitement votre volonté, arriver au degré de gloire que vous m'avez préparé dans votre royaume, en un mot je désire être Sainte, mais je sens mon impuissance et je vous demande ô mon Dieu ! d'être vous-même ma Sainteté. Puisque vous m'avez aimée, jusqu'à me donner votre Fils unique pour être mon Sauveur et mon Époux, les trésors infinis de ses mérites sont à moi, je vous les offre avec bonheur, vous suppliant de ne me regarder qu'à travers la Face de Jésus et dans son Cœur brûlant d'Amour.

Je vous offre encore tous les mérites des Saints (qui sont au Ciel et sur la terre) leurs actes d'Amour et ceux des Saints Anges; enfin je vous offre, ô Bienheureuse Trinité! L'Amour et les mérites de la Sainte Vierge, ma Mère chérie, c'est à elle que j'abandonne mon offrande la priant de vous la présenter. Son Divin Fils, mon époux Bien-aimé, aux jours de sa vie mortelle nous a dit: "Tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom il vous le donnera! "Je suis donc certaine que vous exaucerez mes désirs; je le sais ô mon Dieu! plus vous voulez donner, plus vous faites désirer. Je sens en mon cœur des désirs immenses et c'est avec confiance que je vous demande de venir prendre possession de mon âme. Ah! je ne puis recevoir la sainte Communion aussi souvent que je le désire, mais, Seigneur, n'êtes-vous pas Tout-puissant?... Restez en moi, comme au tabernacle, ne vous éloignez jamais de votre petite hostie... Je voudrais vous consoler de l'ingratitude des méchants et je vous supplie de m'ôter la liberté de vous déplaire, si par faiblesse, je tombe quelquefois, qu'aussitôt votre Divin Regard purifie mon âme consumant toutes mes imperfections, comme le feu qui transforme toute chose en lui-même... Je vous remercie ô mon Dieu! de toutes les grâces que vous m'avez accordées, en particulier de m'avoir fait passer par le creuset de la souffrance. C'est avec joie que je vous contemplerai au dernier jour portant le sceptre de la Croix; puisque vous avez daigné me donner en partage cette Croix si précieuse, j'espère au Ciel vous ressembler et voir briller sur mon corps glorifié les sacrés stigmates de votre Passion...

Après l'exil de la terre, j'espère aller jouir de vous dans la Patrie, mais je ne veux pas amasser de mérites pour le Ciel, je veux travailler pour votre seul Amour, dans l'unique but de vous faire plaisir, de consoler votre Cœur Sacré et de sauver des âmes qui vous aimeront éternellement. Au soir de cette vie, je paraîtrai devant vous les mains vides, car je ne vous demande pas, Seigneur, de compter mes œuvres. Toutes nos justices ont des taches à vos yeux. Je veux donc me revêtir de votre propre Justice, et recevoir de votre Amour la possession éternelle de Vous-même. Je ne veux point d'autre Trône et d'autre Couronne que Vous, ô mon Bien Aimé!... À vos yeux le temps n'est rien, un seul jour est comme mille ans, vous pouvez donc en un instant me préparer à paraître devant vous... Afin de vivre dans un acte de parfait Amour, je m'offre comme victime d'holocauste à votre Amour Miséricordieux, vous suppliant de me consumer sans cesse, laissant déborder en mon âme, les flots de tendresse infinie qui sont renfermés en vous et qu'ainsi je devienne Martyre de votre Amour, ô mon Dieu!... Que ce Martyre après m'avoir préparée à paraître devant vous me fasse enfin mourir et que mon âme s'élance sans retard dans l'éternel embrassement de Votre Miséricordieux Amour... Je veux, ô mon Bien Aimé, à chaque battement de mon cœur vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois jusqu'à ce que les ombres s'étant évanouies, je puisse vous redire mon Amour dans un Face à Face Éternel!...


Marie, Françoise, Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face rel. carm. ind.
Fête de la Sainte Trinité. Le 9 Juin de l'an de grâce 1895



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_11
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Maud le Mer 24 Avr 2013 - 7:37

Bonjour Nicolas Very Happy
Bonjour Manuela Very Happy
Bonjour AZUR Very Happy
Bonjour etoilebleue Very Happy
Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez Very Happy

Que cette journée soit bénie par le Seigneur et éclarée par Sa divine Lumière sunny

Bible Croix Dove

Maud


****

Méditation sur l’ évangile du jour : Mercredi 24 Avril 2013

La parole du Christ-Lumière jugera le monde.

Evangile selon St Jean, chapitre 12, 44-50

Jésus, affirmait avec force : « Celui qui croit en moi, ce n’est pas en moi qu’il croit, mais en celui qui m’a envoyé ; et celui qui me voit voit celui qui m’a envoyé.

Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.

Si quelqu’un entend mes paroles et n’y reste pas fidèle, moi, je ne le jugerai pas, car je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver.

Celui qui me rejette et n’accueille pas mes paroles aura un juge pour le condamner. La parole que j’ai prononcée, elle le condamnera au dernier jour.

Car ce que j’ai dit ne vient pas de moi : le Père lui-même, qui m’a envoyé, m’a donné son commandement sur ce que je dois dire et déclarer ;

et je sais que son commandement est vie éternelle. Donc, ce que je déclare, je le déclare comme le Père me l’a dit. »

Prière d'introduction

Mon Dieu, que ton Esprit Saint fasse jaillir en moi la prière de Ton Fils bien aimé, pour qu’ensemble nous Te disions d’une même voix et d’un même cœur : Père.

Demande

« Que les peuples, Dieu, Te rendent grâce ; qu'ils Te rendent grâce tous ensemble ! Que Dieu nous bénisse, et que la terre tout entière l'adore ! »

Points de réflexion
1. " Celui qui croit en moi, ce n’est pas en moi qu’il croit, mais en celui qui m’a envoyé ;
et celui qui me voit, voit celui qui m’a envoyé ».


C’est avec force que Jésus dit cette phrase. Il témoigne de son Père, de son union à son Père et de son obéissance totale envers Lui. Cette phrase de l’Evangile est essentielle, car elle exprime ce qu’il y a dans son cœur : un ardent amour pour son Père, qu’Il est venu transmettre aux hommes. Lui, le Fils de Dieu se reconnaît débiteur.

Il n’est que la Parole, le Verbe : « Car ce que j’ai dit ne vient pas de moi. (...) Ce que je déclare, je le déclare comme le Père me l’a dit. ». Il nous montre l’attitude qu’a le Fils envers le Père, pour qu’une fois qu’Il nous ait faits fils en Lui, nous sachions agir en fils, c’est-à-dire rendre gloire au Père en témoignant de son amour, par notre vie et nos paroles.

2. « Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres ». Jésus est la lumière du monde.

C’est Lui qui vient à la rencontre de l’homme qui cherche Dieu consciemment ou inconsciemment. C’est Lui qui éclaire notre intelligence, notre cœur et notre vie. C’est Lui qui nous révèle quel est le plus grand désir de notre cœur : Dieu, qui est ce Dieu. C’est Lui qui nous révèle à nous même. Laissons-Lenous éclairer en écoutant et en méditant sa parole. Comme le dit la lecture du jour : « La parole de Dieu était féconde et se multipliait. »
.
Cette phrase est valable pour nous aussi. Si, au cours des siècles, elle a transformé les cœurs les plus durs, formé des apôtres et nourri les cœurs les plus assoiffés, pourquoi ne le ferait-elle pas en nous ? Dans cet Evangile, Jésus nous supplie presque de croire en Lui. Il veut nous faire tant de bien, mais Il ne fera pas tout le bien qu’Il peut faire en nous, et à travers nous, si nous ne renouvelons pas notre foi et notre confiance en Lui chaque jour.

Offrons Lui toute notre vie en mettant notre espérance et notre joie en Lui : « mets ta joie dans le Seigneur, Il comblera les désirs de ton cœur » (Ps 36,4)

3. Jésus est la lumière et Il fait de nous lumières pour le monde : « Vous êtes la lumière du monde » (Mat 5,14).

N’oublions pas que cette lumière nous vient du Christ. C’est Lui que nous devons transmettre et qui donne la vie éternelle, nous ne sommes que les porteurs et les messagers de cette lumière, assistés de l’Esprit Saint pour mener à bien notre mission si importante pour le salut du monde.

Dieu a voulu passer par nous pour faire connaître son amour à notre entourage. Dans la lecture du jour, nous voyons comment le Saint Esprit agit en choisissant Saul et Barnabé pour répandre la bonne nouvelle : « Barnabé et Saul (...) envoyés en mission par le Saint-Esprit ».

Nous voyons les fruits de la parole de Dieu dans la vie de Barnabé et de Saint Paul. C’est le même Esprit Saint qui est actif aujourd’hui et qui fait jaillir cette prière du psalmiste dans nos cœurs :

« Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations. » (Ps 67)


Dialogue avec le Christ

Jésus, envoie Ton Esprit en moi et sur cette terre. Que je crois en Toi pour que Ton règne vienne ! Que je sache T’écouter pour que je sache quoi faire ! Fais de moi Ton instrument. Dispose de moi comme il Te plaira.

Résolution

Demander au Saint Esprit comment je peux être davantage l’ami du Christ, son témoin et son messager.

SOURCE : Catholique .org


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Jasus_11

Jésus et Sa Parole

*
Maud
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Mer 24 Avr 2013 - 10:20

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,

Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550811


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Bible_10


Le mercredi de la 4e semaine de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 12,24-25.13,1-5a.

La parole de Dieu était féconde et se multipliait.
Barnabé et Saul, ayant accompli leur service en faveur de Jérusalem, s'en retournèrent à Antioche, en prenant avec eux Jean surnommé Marc.
Or il y avait dans cette Église d'Antioche des prophètes et des hommes chargés d'enseigner : Barnabé, Syméon surnommé Niger, Lucius de Cyrène, Manahène, ami d'enfance du prince Hérode, et Saul.
Un jour qu'ils célébraient le culte du Seigneur et qu'ils observaient un jeûne, l'Esprit Saint leur dit : « Détachez pour moi Barnabé et Saul en vue de l'œuvre à laquelle je les ai appelés. »
Alors, après avoir jeûné et prié, et leur avoir imposé les mains, ils les laissèrent partir.
Quant à eux, ainsi envoyés en mission par le Saint-Esprit, ils descendirent jusqu'à Séleucie, et de là prirent un bateau pour l'île de Chypre ;
arrivés à Salamine, ils annonçaient la parole de Dieu dans les synagogues. Ils avaient Jean-Marc pour les seconder.


Psaume 67(66),2.3.5.7.8.

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s'illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
tu gouvernes les peuples avec droiture,
sur la terre, tu conduis les nations.

La terre a donné son fruit ;
Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l'adore !



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 12,44-50.

Jésus affirmait avec force : " Celui qui croit en moi, ce n'est pas en moi qu'il croit, mais en celui qui m'a envoyé;
et celui qui me voit voit celui qui m'a envoyé.
Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.
Si quelqu'un entend mes paroles et n'y reste pas fidèle, moi, je ne le jugerai pas, car je ne suis pas venu juger le monde, mais le sauver.
Celui qui me rejette et n'accueille pas mes paroles aura un juge pour le condamner. La parole que j'ai prononcée, elle le condamnera au dernier jour.
Car ce que j'ai dit ne vient pas de moi : le Père lui-même, qui m'a envoyé, m'a donné son commandement sur ce que je dois dire et déclarer ;
et je sais que son commandement est vie éternelle. Donc, ce que je déclare, je le déclare comme le Père me l'a dit. »



La première lecture nous montre aujourd’hui la force de la Parole de Dieu qui féconde les cœurs et multiplie les conversions de ceux qui l’accueillent. Accueillir la Parole de Dieu dans sa puissance de vie. Voilà peut-être bien une invitation du Seigneur que nous pouvons lire au travers des textes de ce jour.

Accueillir la Parole de Dieu signifie mettre sa foi en elle, c’est-à-dire croire en Celui qui nous l’a révélée en plénitude et croire qu’à travers lui c’est le Père lui-même qui nous parle : « Celui qui croit en moi, ce n'est pas en moi qu'il croit, mais en celui qui m'a envoyé ; et celui qui me voit voit celui qui m'a envoyé. » (Cf. Evangile)
Dans ces mots de Jésus, nous retrouvons le couple « voir/croire », si cher à saint Jean. « Voir » Jésus signifie pénétrer le mystère de son Incarnation. Autrement dit, il s’agit de « voir » la véritable identité de Jésus au-delà de sa nature humaine qu’il a assumée pour se rendre visible à nos yeux. « Voir » Jésus, c’est donc reconnaître en lui le Fils que le Père a envoyé pour nous sauver. Mais cela n’est possible que pour le regard de la foi. Voilà pourquoi Jésus avait commencé par ces paroles : « Celui qui croit en moi, ce n'est pas en moi qu'il croit, mais en celui qui m'a envoyé »

Celui qui a mis ainsi sa foi en Jésus se voit comme illuminé : « Moi qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. » Dans son Prologue, saint Jean nous avait déjà présenté Jésus comme le Verbe de lumière fait chair, venu dans le monde pour éclairer tout homme. Jésus-Christ, la Parole du Père faite chair, est la lumière qui vient éclairer ceux qui sont dans les ténèbres pour les en libérer.
En tant que lumière, la Parole ne demande qu’à se diffuser dans tous les lieux d’obscurité dans lesquels, par notre péché, nous nous maintenons loin de Dieu, loin du Père. A travers Jésus, dans la mesure où nous l’accueillons pour ce qu’il est, le Fils, l’envoyé du Père, la Parole de ce dernier nous rejoint comme un rayon de lumière et restaure avec lui la relation que notre péché était venu altérer.

L’évangile de ce jour nous remet devant la radicalité du choix auquel nous invite la Parole de Dieu. En tant qu’elle est lumière, nous ne pouvons demeurer face à elle dans une sorte de « neutralité ». Soit nous l’accueillons et nous sommes transfigurés, soit nous la refusons et nous restons enfermés dans nos ténèbres. C’est précisément ici qu’elle prononce sur nous son jugement. Si nous l’accueillons en adhérant dans la foi à celui qui nous l’a révélée en plénitude, le Fils envoyé par le Père, et si nous nous laissons transformer par elle, alors les portes du salut s’ouvrent devant nous. Par contre, si nous la refusons, nous nous condamnons nous-mêmes à demeurer loin du Père, source de lumière et de vie. Jésus n’est pas venu pour condamner mais pour sauver. Il est venu porter à nouveau la lumière du Père à ceux qui s’étaient éloignés de lui. Mais il ne saurait forcer celui qui ne veut pas l’accueillir.


Peut-être, pouvons-nous nous interroger sur notre désir de nous laisser illuminer par la Parole de Jésus. Sommes-nous prêts à lui exposer nos recoins les plus sombres ? L’évangile d’aujourd’hui nous redit que nous n’avons pas à craindre la lumière de cette Parole. Le Père qui a envoyé son Fils pour la prononcer sur nous l’a fait pour nous donner la « vie éternelle ».


Frère Elie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Parous10

« Moi, qui suis la lumière, je suis venu dans le monde pour que celui qui croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres »

« Dieu est lumière » (1Jn 1,5), une lumière infinie et incompréhensible. Le Père est lumière, le Fils est lumière, l'Esprit est lumière ; les trois sont lumière unique, simple, sans composition, hors du temps, dans une éternelle identité de dignité et de gloire. Ensuite, tout ce qui vient de Dieu est lumière et nous est réparti comme venant de la lumière : lumière la vie, lumière l'immortalité, lumière la source de vie, lumière l'eau vive, la charité, la paix, la vérité, la porte du Royaume des cieux. Lumière le Royaume des cieux lui-même ; lumière la chambre nuptiale, le lit nuptial, le paradis, les délices du paradis, la terre des doux, les couronnes de vie, lumière les vêtements eux-mêmes des saints. Lumière le Christ Jésus, le sauveur et le roi de l'univers, lumière le pain de sa chair immaculée, lumière le calice de son sang précieux, lumière sa résurrection, lumière son visage ; lumière sa main, son doigt, sa bouche, lumière ses yeux ; lumière le Seigneur, sa voix, comme lumière de lumière. Lumière le Consolateur, la perle, le grain de sénevé, la vigne véritable, le levain, l'espérance, la foi : lumière !

Syméon le Nouveau Théologien (v. 949-1022), moine grec
Discours théologique 3 (trad. Prière mystique, Cerf 1979, p. 38)





Amies, Amis,
je vous souhaite la lumière
qui vient de la tendresse donnée et reçue :
elle fait reculer les frontières de toutes les nuits !

Je vous souhaite la lumière
qui vient du Christ.
Si vous avancez avec lui,
recevant son pain et sa parole,
quelle nuit pourrait s'emparer de vous ?

Je vous souhaite la lumière
qui vient de la joie
lorsque le partage est accompli.
Si des frères sont relevés dans leur humanité,
la nuit perd son pouvoir sur la terre !

Je vous souhaite la lumière
qui vient du dialogue renoué
car lorsque les séparés se parlent
le jour commence à danser sur la nuit !

Amies, Amis,
si d'une façon ou d'une autre,
humblement, fidèlement, avec persévérance
quelques fragments de lumière
jaillissent de vos mains et de vos paroles,
quelle année de clarté
ce sera pour toute la terre !

Charles Singer, Prêtre


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Candle10

Au coeur de ce Monde Soyons Amour et Lumière
de Jésus pour tous nos frères et soeurs
Etoile bleue



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_13
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Maud le Jeu 25 Avr 2013 - 10:35

Bonjour Nicolas Very Happy
Bonjour Manuela Very Happy
Bonjour AZUR Very Happy
Bonjour etoilebleue Very Happy
Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez Very Happy

Que cette journée soit bénie par le Seigneur et éclairée par Sa divine Lumière sunny

Bible Croix Dove

Maud


***

Méditation de l’ évangile du jour : Jeudi 25 Avril 2013

L'annonce de l'Evangile

Evangile selon St Marc, chapitre 16, 15-20

Jésus ressuscité dit aux onze Apôtres : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils chasseront les esprits mauvais ; ils parleront un langage nouveau ; ils prendront des serpents dans leurs mains, et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »

Prière d'introduction

Seigneur, je suis encore marqué de la joie de Pâques. Montre-moi aujourd’hui les fruits que cette joie peut produire en moi.

Demande

Que l’Esprit Saint agisse en moi, pour que j'aie un cœur d’apôtre.

Points de réflexion

1. L’Église envoyée.

Quel beau texte pour l’Année de la foi ! Les dernières lignes de l’évangile selon saint Marc sont les dernières paroles de Jésus, avant de monter au Ciel ; elles sont aussi la description de l’Église primitive, premier groupe des croyants

. L’évangile selon saint Marc décrit les situations de manière vivante et active. Pour lui, l’Église primitive, c’est le groupe des personnes qui vont dans le monde entier, pour proclamer l’Évangile à toutes les nations ; ce sont les croyants qui s’en vont prêcher en tout lieu, le Seigneur agissant avec eux et confirmant la Parole par les signes qui l’accompagnent.

Quel grand défi, à chaque fois que nous relisons ce texte ! Si l’on faisait une enquête dans la rue pour demander ce que veut dire être chrétien, les gens répondraient peut-être qu’un chrétien est celui qui va à la messe le dimanche, a des positions éthiques sur des sujets déterminés et pratique la charité.

Et tout cela est bien vrai ! Mais la description, que nous en fait saint Marc dans son évangile, ajoute comme caractéristique fondamentale le dynamisme apostolique.

2. « Le Seigneur agissant avec eux »

. Recevoir la mission de prêcher le Christ et sa Parole peut faire peur. En serai-je capable ?

L’évangile nous rassure sur un point : nous ne sommes pas tout seuls, le Seigneur agit avec ses apôtres. Nous sommes appelés à renouveler notre foi en la vérité de l’action de Dieu, à travers nous, pour notre mission.

A travers un sourire, une parole, un acte de charité, c’est le Christ qui sourit, parle et agit. Nous sommes ses instruments, ses envoyés.

Le Christ, qui veut agir en nous, a besoin de notre humilité, de notre silence intérieur, de notre écoute.

3. L’exemple des disciples.

C’est aujourd’hui la fête de saint Marc. Le jeune Marc a accompagné Pierre, écoutant ses récits et descriptions de la vie de Jésus. Il a aussi secondé Paul dans ses voyages missionnaires.

Si son rôle a été plus caché que celui des deux Apôtres, sa plume nous a transmis un Visage très particulier de Jésus-Christ.

Les uns sont prophètes, les autres évangélistes, les autres guérissent...

Que chacun d’entre nous trouve et prenne dans l’Église la place qui lui a été préparée, selon ce que le Seigneur attend de lui ou d’elle.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, est-il possible que Tu m’appelles, moi aussi, à témoigner de Toi et à transmettre Ta Parole ?

Comme Moïse, je voudrais dire que je ne sais pas parler. Mais c’est sur Toi que je m’appuie, en Toi que je mets toute ma confiance. Toi, Tu sais agir avec moi, aide-moi, Seigneur.

Résolution


Parler du Christ aujourd’hui (il va en donner l’occasion !)

SOURCE : Catholique.org



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 La_bon10

La Bonne Nouvelle

*
Maud
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Jeu 25 Avr 2013 - 11:07

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,

Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550813



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 94efd011


Fête de saint Marc, évangéliste


Première lettre de saint Pierre Apôtre 5,5b-14.

De même, vous les jeunes gens, soyez soumis aux plus anciens. Et tous, comme on met un vêtement de travail, revêtez l'humilité dans vos rapports les uns avec les autres. En effet Dieu s'oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce.
Tenez-vous donc humblement sous la main puissante de Dieu, pour qu'il vous élève quand le jugement viendra.
Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, puisqu'il s'occupe de vous.
Soyez sobres, soyez vigilants : votre adversaire, le démon, comme un lion qui rugit, va et vient, à la recherche de sa proie.
Résistez-lui avec la force de la foi, car vous savez que tous vos frères, de par le monde, sont en butte aux mêmes souffrances.
Dieu, qui donne toute grâce, lui qui vous a appelés dans le Christ à sa gloire éternelle, vous rétablira, après que vous aurez souffert un peu de temps ; il vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.
A lui la puissance pour tous les siècles. Amen.
Je vous écris ces quelques mots par Silvain, que je considère comme un frère digne de confiance, pour vous encourager, et pour attester que c'est vraiment la grâce de Dieu qui est avec vous ; restez-y fidèles.
La communauté qui est à Babylone, élue de Dieu comme vous, vous salue, ainsi que Marc, mon fils.
Exprimez votre amour mutuel en échangeant le baiser de paix. Paix à vous tous, qui êtes dans le Christ.


Psaume 89(88),2-3.6-7.16-17.

L'amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l'annonce d'âge en âge.
Je le dis : C'est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

Que les cieux rendent grâce pour ta merveille, Seigneur,
et l'assemblée des saints, pour ta fidélité.
Qui donc, là-haut, est comparable au Seigneur ?
Qui d'entre les dieux est semblable au Seigneur ?

Heureux le peuple qui connaît l'ovation !
Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;
tout le jour, à ton nom il danse de joie,
fier de ton juste pouvoir.



Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 16,15-20.

Jésus ressuscité dit aux onze Apôtres : « Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création.
Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.
Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils chasseront les esprits mauvais ; ils parleront un langage nouveau ;
ils prendront des serpents dans leurs mains, et, s'ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s'en trouveront bien. »
Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s'assit à la droite de Dieu.
Quant à eux, ils s'en allèrent proclamer partout la Bonne Nouvelle. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l'accompagnaient.




La conclusion du second Évangile frappe par son style direct, incisif. Sans doute y trouvons-nous la synthèse des enseignements et des directives que le Seigneur ressuscité a donnés à ses apôtres avant d’être « enlevé au ciel » et intronisé « à la droite de Dieu ».
La mission est on ne peut plus universelle : le champ de l’apôtre s’étend « à toute la création » - ce qui implique que non seulement les hommes, mais les animaux, les plantes et même le monde inorganique sont destinataires de la « bonne nouvelle ». Saint Marc est incontestablement l’évangéliste qui souligne avec le plus d’insistance la dimension cosmique de la mission d’évangélisation. Pourtant la sentence suivante tombe comme un couperet : « Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné ». Une telle affirmation ne trahit-elle pas un refus de prise en compte du pluralisme religieux, et dès lors ne reflète-t-elle pas une intolérance inacceptable ?

Pour répondre à cette objection fort actuelle, il nous faut considérer plus attentivement en quoi consiste cette « bonne nouvelle » dont l’accueil conditionne le salut. Or, selon les termes mêmes du Pape Jean-Paul II dans son exhortation apostolique post-synodale « Réconciliation et pénitence », « le mystère central de l’économie du salut » n’est autre que la réconciliation (n° 7). Dès lors, comment la bonne nouvelle du salut, c’est-à-dire de la réconciliation des hommes avec Dieu et entre eux, pourrait-elle accentuer les divisions entre les hommes en excluant ceux qui refusent d’adhérer au message des envoyés ?

L’Eglise ne peut être au cœur du monde « le sacrement, c’est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain » (CONCILE VATICAN II, Constitution dogmatique sur l’Église : Lumen Gentium, I, 1), que dans la mesure où elle est elle-même réconciliée avec Dieu et avec les hommes. D’abord avec ceux qui lui sont unis par la foi, mais aussi avec tous les enfants du Père vers lesquels elle est envoyée au nom du Fils unique, afin de leur partager sa vie dans l’Esprit. Bien plus : c’est le Christ lui-même qui opère en elle et par elle le ministère de réconciliation, lorsque l’Église célèbre ce mystère.

Il est clair dès lors, que la seconde partie du verset que nous commentons - la possibilité de la damnation - ne présente pas une alternative menaçante à la bonne nouvelle du salut, mais veut seulement - selon un procédé littéraire classique - souligner la grâce inouïe qui nous est offerte en Jésus-Christ, moyennant la foi.

Nous retrouvons le même contraste et la même finalité dans le verset de l’envoi en mission du quatrième Évangile : « Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus » (Jn 20, 23). Qui sommes-nous pour « maintenir les péchés » de nos frères ? Il est évident que le second membre de ce verset souligne notre responsabilité et nous exhorte ainsi, par contraste, à mettre en œuvre avec d’autant plus de zèle le précepte de la miséricorde. De même dans le verset de la finale de l’Évangile selon saint Marc, la perspective de la condamnation de ceux qui refuseraient de croire est annoncée pour souligner l’urgence de l’annonce de la bonne nouvelle de la réconciliation, gratuitement offerte à toute la création.
Pour être convaincante, une telle annonce doit procéder de chrétiens qui témoignent d’une vie réconciliée. La paix offerte par le Christ ressuscité (Jn 20, 21) est le fruit de la réconciliation universelle qu’il nous a obtenue par son sacrifice rédempteur : en lui l’amour a parlé plus fort que la haine, la vie a vaincu la mort, ciel et terre sont réconciliés ; la création entière peut entrer dans le shalom du 7ème jour, le Yom Kippour éternel, le Jour de la grande réconciliation.
Tout comme la paix, la joie de Pâques, la joie chrétienne, procède du don de la réconciliation. Comme la paix, elle est un autre nom de l’Esprit, que le Seigneur « élevé au ciel et assis à la droite de Dieu » a répandu sur le monde pour qu’il l’embrase de la vive flamme de son amour.


« Seigneur, augmente en nous la foi, pour que nous puissions nous laisser réconcilier pleinement avec toi, avec nos frères et avec la création tout entière. Que nos cœurs pacifiés rayonnent de la joie de l’Esprit. Nous pourrons alors témoigner nous aussi de la bonne nouvelle de la réconciliation, et découvrir, émerveillés et pleins de reconnaissance, que « tu travailles avec nous » et en nous au grand rassemblement des enfants de Dieu dispersés (Jn 11, 52). »


Père Joseph-Marie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



L'Eglise qui apporte l'annonce
Le tableau représente l'Eglise qui apporte l'annonce : « Allez dans le monde entier, proclamez l'Evangile à toute créature ... " ( Marc 16:15) . L'Église est représentée par une barque . Sur la voile il y a le Christ. Le souffle de l'Esprit agite les voiles qui sont éclairés par la lumière du Père. Sur la barque il y a le Pape avec l'Evangile dans ses mains , l'évêque , les prêtres , les religieux , les familles , les jeunes, et les enfants. L'Eglise qui annonce est représentée par toutes les races . Dans le bateau, sur le côté, il y a Saint Pio de Pietrelcina , indiquant que les saints, avec leurs prières soutiennt l'évangélisation. A l'avant du bateau, il y a l'icône de Marie , Mère de l'Eglise , avec l'inscription : " O Marie conçue sans péché , prie pour nous qui avons recours à toi. " (source: diocèse de Sulmona)


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Sulmon10

« Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole »


Le Seigneur dit aux Onze : « Voici les signes qui accompagneront ceux qui croient : en mon nom, ils chasseront les esprits mauvais ; ils parleront un langage nouveau ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s'ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s'en trouveront bien ». Dans l'Église primitive, tous ces signes que le Seigneur énumère ici, non seulement les apôtres, mais bien d'autres saints les ont accomplis à la lettre. Les païens n'auraient pas abandonné le culte des idoles si la prédication évangélique n'avait pas reçu confirmation de tant de signes et de miracles. En effet, les disciples du Christ ne prêchaient-ils pas « un Messie crucifié, scandale pour les juifs et folie pour les païens », selon l'expression de saint Paul ? (1Co 1,23)...

Quant à nous désormais, signes et prodiges ne nous sont plus nécessaires : il nous suffit de lire ou d'écouter le récit de ceux qui ont eu lieu. Car nous croyons à l'Évangile, nous croyons aux Écritures qui les racontent. Et cependant, des signes, il s'en produit encore tous les jours ; et, si l'on veut bien y prêter attention, on reconnaîtra qu'ils ont bien plus de valeur que les miracles matériels d'autrefois.

Chaque jour, les prêtres administrent le baptême et appellent à la conversion : n'est-ce pas là chasser les démons ? Chaque jour ils parlent un langage nouveau, lorsqu'ils expliquent la sainte Écriture en remplaçant la lettre vieillie par la nouveauté du sens spirituel. Ils mettent en fuite les serpents, lorsqu'ils débarrassent les cœurs des pécheurs de leurs attaches au mal par une douce exhortation...; ils guérissent les malades, lorsqu'ils réconcilient à Dieu par leurs prières les âmes infirmes. Tels étaient les signes que le Seigneur avait promis à ses saints : tels ils les réalisent encore aujourd'hui.


Saint Bruno de Segni (v. 1045-1123), évêque
Commentaire sur l'évangile de Marc (trad. Solesmes, Lectionnaire, t. 3, p. 881)





Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Jasus_10

Allez sur les places

Allez vous en sur les places
Et sur les parvis
Allez vous en sur les places
Y chercher mes amis
Tous mes enfants de lumière
Qui vivent dans la nuit
Tous les enfants de mon père
Séparés de lui
Allez vous en sur les places
Et soyez mes témoins
Chaque jour

En quittant cette terre
Je vous ai laissé un message de lumière
Qu'en avez vous donc fait
Quand je vois aujourd'hui
Mes enfants révoltés
Aigris et douloureux d'avoir pleuré

En quittant cette terre
Je vous avais dit, aimez-vous
Comme des frères
M'avez-vous obéi
Quand je vois aujourd'hui
Mes enfants torturés
Sans amis, sans espoir, abandonnés



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_14
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "


L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Maud le Ven 26 Avr 2013 - 7:22

Bonjour Nicolas Very Happy
Bonjour Manuela Very Happy
Bonjour AZUR Very Happy
Bonjour etoilebleue Very Happy
Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez Very Happy

Que cette journée soit bénie par le Seigneur et éclairée par Sa divine Lumière sunny

Bible Croix Dove

Maud


****

Méditation sur l’ évangile du jour :Vendredi 26 Avril 2013

Discours de la Cène : Jésus chemin vers le Père

Evangile selon St Jean, chapitre 14, 1-6

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m’en vais, vous savez le chemin. »

Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? »

Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. »

Prière d'introduction

Seigneur Jésus, Tu es ressuscité, Tu es vivant et Tu es avec moi durant ce temps de prière. Je veux faire de Toi mon Chemin, ma Vérité et ma Vie en T’ouvrant mon cœur durant ce temps de prière.

Demande

Seigneur Jésus, sois mon Chemin, ma Vérité et ma Vie. Aide - moi à comprendre que l’essence de ma vie chrétienne c’est d’être avec Toi.

Points de réflexion

1. Dès le jour de notre baptême nous sommes devenus enfant de Dieu, destiné à une vie éternelle avec le Seigneur

. Nous ne sommes que des pèlerins ici sur cette terre. Le Seigneur nous a précédés dans ce pèlerinage, pour nous montrer le chemin vers cette vie éternelle qui nous attend.

Par sa passion, sa mort et sa résurrection, Il a obtenu le pardon du Père pour nous tous et Il a ouvert pour nous les portes du paradis.

Maintenant Il nous prépare une place auprès de Lui. Seigneur, nous te rendons grâce car Tu nous as sauvés.

Aide-moi à rester fidèle à ce salut que Tu me donnes, pour ne pas le perdre.

2. Le Seigneur n’est pas dans une attente passive de notre arrivée au ciel. Il veut nous prendre avec Lui dès maintenant.

La vie chrétienne trouve ici son essence. Plus qu’une philosophie de vie, plus qu’une doctrine ou un code moral, aussi important que tout cela soit, l’essence de la vie chrétienne c’est d’être avec Jésus. (cf. Mc 3,14-15) Les premiers apôtres et disciples de Jésus ne pouvaient concevoir leur vie autrement.

Ils avaient tout laissé, maison, père, mère, frère et sœur pour être avec Lui. Voilà le sens profond de notre vie chrétienne. Que ce soit la participation à la Messe le dimanche ou dans les sacrements, ou la prière, ou la lecture de la Parole de Dieu, ou l’amour du prochain, tout cela ce sont des moyens pour être avec Jésus.

Seigneur Jésus est-ce que je cherche à être avec Toi dans ma vie quotidienne ? Seigneur, viens me prendre avec Toi aujourd’hui dans ce temps de prière.

3. Nous sommes citoyens du ciel, nous sommes en pèlerinages vers l’éternité.

Pour nous, chrétiens, le ciel, la vie éternelle sont plus qu’un endroit. En fait, la Parole de Dieu nous donne très peu d’information descriptive sur le paradis

. Est-ce qu’il y aura des magnifiques châteaux, des terrains de golf et des repas somptueux au ciel ? On n’en sait rien.

Peut-être qu’une des raisons de cette discrétion, c’est précisément de mettre en relief ce qui est le plus important. Notre vie dans l’au-delà sera une vie avec Jésus. Voilà pourquoi le Seigneur est notre Chemin, notre Vérité, notre Vie.

Par notre baptême nous entrons déjà dans cette vie éternelle avec le Seigneur, puisque par le baptême nous entrons en communion avec Lui.

Cette amitié que nous commençons avec le Seigneur ici, sur terre, est appelée à grandir, à se déployer, jusqu’au jour où elle trouvera sa plénitude et son accomplissement, quand nous Le verrons face à face au ciel. Seigneur, que mon amitié avec Toi puisse grandir tous les jours.

Que je puisse venir à Te connaitre, à T’aimer et à Te servir d’avantage, tous les jours de ma vie.

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, la meilleure façon de vivre ma foi dans Ta Résurrection, c’est de chercher Ta présence, d’être avec Toi par la prière. Je crois que Tu es vivant et que Tu es ici présent avec moi.

Tu n’es pas un personnage historique du passé. Tu m’accompagnes sur le chemin de ma vie vers le Père, vers l’éternité. Tu es donc mon chemin.

C’est par Toi que je dois passer pour aller vers le Père, puisque Ton visage, Ta Parole, Tes gestes et toute Ton humanité me révèlent le Père.

Tu es donc ma Vérité. Je ne peux concevoir ma vie sans Toi, puisque Tu es le seul qui peux m’apporter la vraie paix et le vrai bonheur.

Tu es mon plus grand bonheur, mon bonheur éternel et c’est pour cela que Tu es ma Vie.

Résolution

Si j’ai négligé la prière dernièrement, je m’engagerai à prendre rendez-vous avec le Seigneur à un moment fixe tous les jours, pour être avec Lui et je lirai le passage suivant : Jn 1,35-39.

SOURCE : Catholique.org


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Je_sui10

" Je suis le Chemin , la Vérité et la Vie "

*
Maud
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Ven 26 Avr 2013 - 10:48

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,

Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550814


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 21739210


Le vendredi de la 4e semaine de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 13,26-33.

Dans la synagogue d'Antioche de Pisidie, Paul disait : " Fils de la race d'Abraham, et vous qui adorez notre Dieu, frères, c'est à nous tous que ce message de salut a été envoyé.
En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs n'avaient pas su reconnaître Jésus, ni comprendre les paroles des prophètes qu'on lit chaque sabbat ; et pourtant ils ont accompli ces mêmes paroles quand ils l'ont jugé.
Sans avoir trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort, ils ont réclamé à Pilate son exécution.
Et, après avoir réalisé tout ce qui était écrit de lui, ils l'ont descendu de la croix et mis au tombeau.
Mais Dieu l'a ressuscité d'entre les morts.
Il est apparu pendant plusieurs jours à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple.
Et nous, nous vous annonçons cette Bonne Nouvelle : la promesse que Dieu avait faite à nos pères,
il l'a entièrement accomplie pour nous, leurs enfants, en ressuscitant Jésus ; c'est ce qui est écrit au psaume deuxième : Tu es mon fils, aujourd'hui je t'ai engendré.


Psaume 2,1.7bc.8.9.10.11.

Pourquoi ce tumulte des nations,
ce vain murmure des peuples ?
Le Seigneur m'a dit : « Tu es mon fils ;
moi, aujourd'hui, je t'ai engendré.

Demande, et je te donne en héritage les nations,
pour domaine la terre tout entière.
Tu les détruiras de ton sceptre de fer,
tu les briseras comme un vase de potier. »

Maintenant, rois, comprenez,
reprenez-vous, juges de la terre.
Servez le Seigneur avec crainte,
rendez-lui votre hommage en tremblant.



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,1-6.

À l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi.
Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ?
Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi.
Pour aller où je m'en vais, vous savez le chemin. »
Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.



Devant le désarroi de ses apôtres, Notre-Seigneur les invite à se ressaisir. Face à la mort imminente, devant laquelle tout homme est démuni, seule l’espérance d’une intervention divine permet de dépasser l’angoisse qui nous saisit spontanément. Aussi lorsque Jésus établit un parallèle entre « croire en Dieu » et « croire en lui », c’est déjà le sens salvifique du drame qui se prépare qu’il annonce. Le Dieu auquel croit Israël est en effet le Dieu sauveur de son peuple, celui qui lui a manifesté sa bienveillance en le libérant du pouvoir de Pharaon roi d’Égypte. Par le parallélisme qu’il établit, Jésus invite ses proches à lui faire confiance et à le suivre sur le « chemin » qu’il ouvre devant eux, en prenant modèle sur les descendants de Jacob qui traversèrent la Mer Rouge à la suite de Moïse. Seule la foi en l’Envoyé du Père, qui va traverser pour nous les grandes eaux de la mort, permet d’accéder au rivage de la vie éternelle.

De même que chaque tribu s’est vu attribuer par Moïse une part d’héritage en Terre promise, ainsi tous ceux qui auront fait confiance au Christ « pourront trouver leur demeure » dans la Jérusalem céleste où il nous attend. Ce dernier verbe doit être interprété au sens étymologique : ad-tendere : tendre vers ; Notre-Seigneur ne demeure pas passif après sa victoire pascale : son désir ardent de nous voir le rejoindre le presse à « revenir nous prendre avec lui ».
Il ne saurait être question d’une nouvelle incarnation du Verbe : il s’agit plutôt de la venue de l’Esprit Saint, chargé de nous introduire dans la vérité toute entière (cf. Jn 16, 13) en nous donnant part à la vie du Fils unique, et en nous aidant à progresser sur le chemin sur lequel il nous précède - chemin de la purification du péché dans les grandes eaux de la mort à nous-mêmes, afin de pouvoir adorer le Père « en esprit et vérité » (cf. Jn 4, 23).

Jésus en effet est venu pour « rendre témoignage à la vérité » (Jn 18, 37) ; non pas d’une manière conceptuelle : pour nous « il s’est consacré lui-même afin que nous soyons, nous aussi, consacrés par la vérité » (Jn 17, 19). Sur l’autel de la croix, il s’est laissé consumer par l’Amour divin qui brûlait en son cœur ; il a offert notre humanité qu’il récapitulait en lui, « en sacrifice saint capable de plaire à Dieu. Et cette adoration véritable » du Fils unique (cf. Rm 12, 1) nous a valu de pouvoir recevoir l’Esprit, chargé de nous enseigner le chemin de l’Amour qui donne accès à la Vie.

Voilà pourquoi « personne ne va vers le Père sans passer par le Christ » ; nous retrouvons l’image de la « porte des brebis », à laquelle Jésus s’identifie par deux fois au chapitre X du quatrième évangile (Jn 10, 7.9). Le Bon Berger s’efface « dans » la porte à laquelle il s’identifie, soulignant ainsi son total désintéressement : il est exclusivement serviteur de la liberté de ses brebis qu’il veut sauver des voleurs meurtriers, en ouvrant une brèche dans leur bergerie carcérale. Le Vrai Pasteur poussera même la solidarité jusqu’à se faire Agneau, afin que les brebis puissent « passer par lui » - car on ne peut s’identifier qu’au ressemblant.

Traverser une porte représente aussi un passage symbolisant une naissance. C’est bien ce que Jésus suggérait à la brebis d’Israël nommée Nicodème : « En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’en haut, nul ne peut voir le Royaume de Dieu » (Jn 3, 3). Croire c’est oser « passer par le Christ », c'est-à-dire par le porche royal de son Cœur transpercé, qui ouvre sur le monde nouveau où règne la vraie liberté et la vie en plénitude.

L’image suggère une dimension initiatique : croire implique de renoncer à la maîtrise de la vie ancienne, afin d’avoir accès à une vie nouvelle par l’union transformante avec le Christ ; de manière à pouvoir dire avec Saint Paul : « Je vis, mais ce n’est plus moi qui vis, mais Christ qui vit en moi » (Ga 2, 20).
Jésus nous propose de vivre cette « initiation » dans chaque Eucharistie : « revenant nous prendre avec lui », il se donne à nous en « viatique » afin que par notre communion, nous trouvions en lui la force de poursuivre notre route sur le vrai chemin de la vie.


« Dieu à qui nous devons le salut et la liberté, écoute le cri de notre prière : puisque tu nous as rachetés par le sang de ton Fils, fais que nous puissions vivre de toi et trouver en toi le bonheur éternel, par Jésus, le Christ, notre Seigneur » (Or. d’ouv.)
.

Père Joseph-Marie
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 39_k10

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie »

Le Christ est en même temps le chemin et le terme : le chemin selon son humanité, le terme selon sa divinité. Ainsi donc, selon qu'il est homme il dit : « Moi, je suis le Chemin », et selon qu'il est Dieu il ajoute : « la Vérité et la Vie ». Ces deux mots désignent très bien le terme de ce chemin, car le terme de ce chemin, c'est la fin du désir humain... Le Christ est le chemin pour parvenir à la connaissance de la vérité, alors qu'il est lui-même la vérité : « Conduis-moi, Seigneur, dans ta vérité, et j'entrerai sur ton chemin » (Ps 85,11). Et le Christ est le chemin pour parvenir à la vie, alors qu'il est lui-même la vie : « Tu m'as fait connaître les chemins de la vie » (Ps 15,11)...

Si donc tu cherches par où passer, prends le Christ, puisque lui-même est le chemin : « C'est le chemin, suivez-le » (Is 30,21). Et saint Augustin commente : « Marche en suivant l'homme et tu parviendras à Dieu ». Car il vaut mieux boiter sur le chemin que marcher à grands pas hors du chemin. Celui qui boite sur le chemin, même s'il n'avance guère, se rapproche du terme ; mais celui qui marche hors du chemin, plus il court vaillamment plus il s'éloigne du terme.

Si tu cherches où aller, sois uni au Christ, parce qu'il est en personne la vérité à laquelle nous désirons parvenir : « C'est la vérité que ma bouche médite » (Pr 8,7). Si tu cherches où demeurer, sois uni au Christ parce qu'il est en personne la vie : « Celui qui me trouvera trouvera la vie » (Pr 8,35).


Saint Thomas d'Aquin (1225-1274), théologien dominicain, docteur de l'Église
Commentaire de l'évangile de Jean, 14,2 (trad. cf bréviaire 9e sam.)





Devant le trône du très-haut, version française de Before the throne of God above,
chanté par LTC (Embrase nos cœurs et Intercession France)
dans l'album Relevez la tête, Priez! avec les paroles.



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 27125810
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_15
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Maud le Sam 27 Avr 2013 - 7:20

Bonjour Nicolas Very Happy
Bonjour Manuela Very Happy
Bonjour AZUR Very Happy
Bonjour etoilebleue Very Happy
Bonjour à vous toutes et tous qui nous lisez Very Happy

Que cette journée soit bénie par le Seigneur et éclairée par Sa divine Lumière sunny

Bible Croix Dove

Maud


****

Méditation sur l’ évangile du jour : Samedi 27 Avril 2013


La puissance de la foi

Evangile selon St Jean, chapitre 14, 7-14

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. »

Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »

Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : ’Montre-nous le Père’ ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; mais c’est le Père qui demeure en moi, et qui accomplit ses propres œuvres. Croyez ce que je vous dis : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des œuvres. Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père.

Tout ce que vous demanderez en invoquant mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous me demandez quelque chose en invoquant mon nom, moi, je le ferai. »

Prière d'introduction

Seigneur, Tu es notre Dieu, c’est Toi qui nous a créés et qui nous a sauvés. Fais grandir en nous la foi, afin que nous puissions être Tes témoins. Fais grandir en nous Ton Espérance, afin que nous T’aidions à redonner espoir au monde. Fais grandir en nous Ton Amour, afin que nous le transmettions aux autres.

Demande

Seigneur aide-moi à avoir une plus grande foi en Toi.

Points de réflexion

1. Montre nous le Père. « Qui m’a vu, a vu le Père ».

Dans ce passage nous pouvons voir la grandeur du Christianisme. Grâce à l’Incarnation, nous pouvons voir Dieu. Ce que les juifs ne pouvaient imaginer, voila que Jésus nous en donne la possibilité. Cependant, cela demande de notre part d’avoir la foi. Les apôtres, après avoir passé trois ans avec Jésus, ne s’en rendent pas compte.

Et les paroles de Philippe en témoignent : « montre nous le Père et cela nous suffit ». Mais ces paroles, ce sont celles que l’on retrouve dans la bouche de Thomas, qui ne veut pas croire que Jésus est ressuscité tant qu’il ne L’a pas vu de ses propres yeux.

Tant de personnes agissent ainsi, tant de personnes ne veulent croire que si elles ont des preuves tangibles.. Combien de fois, dans notre vie, nous pouvons agir de la même façon ; le Seigneur nous comble de grâce, mais quand vient un moment de difficulté, on remet tout en cause et on demande à Dieu de se manifester ou de faire un miracle, pour que nous continuions à croire.

Mais rappelons-nous la phrase de Jésus à Thomas : « Bienheureux celui qui croit sans avoir vu ».

2. Vous accomplirez des œuvre plus grandes.

Le Christ invite ses apôtres à croire en Lui. Et Il nous invite, nous, à avoir foi en Lui. Une foi qui peut être exigeante parfois, mais une foi toujours féconde.
Le Christ le dit lui-même, « si vous croyez en moi, vous accomplirez les mêmes œuvres que moi ». Quelles sont les œuvres de Jésus, quels sont ces miracles ? Nous les connaissons tous et nous aussi nous pouvons les accomplir. Tout le long de l’histoire, les vies des saints sont parsemées de faits extraordinaires, car ils avaient la foi.

Si dans notre société occidentale il y a si peu de miracles et de conversions, c’est parce que l’on manque de foi. Jésus lui-même n’a rien pu faire dans son village natal, car les personnes manquaient de foi. Demandons donc à Dieu de faire grandir en nous la foi, afin que nous soyons des témoins de Sa résurrection.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, Tu as dit à Tes apôtres que tout était possible pour celui qui croit en Toi. Aide nous à avoir une foi sans limite, pour que nous puissions transmettre Ton amour au monde qui en a tant besoin.

Résolution

Prendre un moment de prière supplémentaire, pour renouveler ma foi dans le Seigneur.

SOURCE :Catholique.org


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Celui_10

" Celui qui m'a vu a vu le Père "

*


Dernière édition par Maud le Sam 27 Avr 2013 - 12:00, édité 1 fois
Maud
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par L1234567 le Sam 27 Avr 2013 - 10:16

Bonjour Maud,
Bonjour Azur,
Bonjour Manuela,
Bonjour Nicolas,
Bonjour Carine,
Bonjour Claire1,
Bonjour Boisvert,
Bonjour Bénédicte,
Bonjour MarieJésus,
Bonjour Andrée,
Bonjour Flou,
Bonjour Gilles,
Bonjour Garabandal,
Bonjour Bona Fide,
Bonjour Michael,
Bonjour Pax Bonum,
Bonjour Salomé,
Bonjour Bonheur,
Bonjour Emmanuel,

Bonjour à vous tous qui aimez la Parole de Vie : "Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 43550815


Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Bible_11


Le samedi de la 4e semaine de Pâques


Livre des Actes des Apôtres 13,44-52.

Le sabbat qui suivait la première prédication de Paul à Antioche de Pisidie, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole du Seigneur.
Quand les Juifs virent tant de monde, ils furent remplis de fureur ; ils repoussaient les affirmations de Paul avec des injures.
Paul et Barnabé leur déclarèrent avec assurance : « C'est à vous d'abord qu'il fallait adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mêmes ne vous jugez pas dignes de la vie éternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les païens.
C'est le commandement que le Seigneur nous a donné : J'ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu'aux extrémités de la terre. »
En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux que Dieu avait préparés pour la vie éternelle devinrent croyants.
Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région.
Mais les Juifs entraînèrent les dames influentes converties au judaïsme, ainsi que les notables de la ville ; ils provoquèrent des poursuites contre Paul et Barnabé, et les expulsèrent de leur territoire.
Ceux-ci secouèrent contre eux la poussière de leurs pieds et se rendirent à Iconium,
tandis que les disciples étaient pleins de joie dans l'Esprit Saint.



Psaume 98(97),1.2-3ab.3cd-4.

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s'est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s'est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d'Israël.

La terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.
Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez.
[/b]



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,7-14.

A l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : " Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu."
Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. »
Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père.
Comment peux-tu dire : 'Montre-nous le Père' ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; mais c'est le Père qui demeure en moi, et qui accomplit ses propres œuvres.
Croyez ce que je vous dis : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne croyez pas ma parole, croyez au moins à cause des œuvres.
Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes, puisque je pars vers le Père.
Tout ce que vous demanderez en invoquant mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.
Si vous me demandez quelque chose en invoquant mon nom, moi, je le ferai.



Philippe pose la question de la venue du Messie sur la terre. Il nous faut en premier lieu éprouver de la reconnaissance à son égard : nous lui devons, en quelque sorte, cette magnifique parole de Jésus : « Celui qui m'a vu a vu le Père ».

Mais sa question nous invite également à lire plus précisément le fondement de notre relation à Jésus. Philippe a manifestement peur de manquer. Jésus s’en va…. Comment gérer cette absence, n’y a-t-il pas craindre la solitude, quels doutes devrons-nous affronter ? Notre but, notre désir le plus intime, est de connaître la gloire de Dieu, d’entrer irrévocablement dans l’intimité de son alliance. Qui nous conduira désormais ? D’où son empressement : si tu dois partir, montre-nous au moins le Père.

Jésus répond par un appel à la foi.

Croire est cet acte inouï de s’engager sur la parole d’autrui. C’est sans doute l’expression ultime de la confiance. La foi n’est pas seulement être sûr de la personne de Jésus et de son action dans nos vies, c’est avoir si solidement placé son espérance en lui qu’on n’hésite pas à s’engager soi-même, à s’exposer si besoin. Cette confiance, les disciples la placent de toute évidence dans le Père ; aujourd’hui Jésus leur demande de la placer pareillement en lui. Si Jésus part, il ne les abandonne pas, il part leur préparer une place, pour les associer à sa gloire. Tous les désirs, les plus grands et les plus intimes de leur cœur, seront exaucés.

Mais connaître cette joie impose un passage. Il faut à Philippe, et peut être à nous aussi, renoncer à l’idée d’un contact direct avec Dieu, qui s’établirait sans passer par Jésus. Croire est donc aussi renoncer à la recherche d’expériences directes de Dieu pour reconnaître en Jésus la manifestation du Père parmi les hommes.

Cette clé ouvre non seulement la voie de la réalisation concrète de nos désirs fondamentaux d’union à Dieu, mais rend efficace le don que Jésus fait de lui-même aux hommes. En effet, les paroles et les actes de Jésus sont paroles et œuvre du Père. De même, celui qui place sa foi en Jésus accomplira des œuvres plus grandes que lui et recevra ce qu’il tout demande.Deux nuances sont importantes dans cette affirmation de Jésus. Le disciple n’accomplira pas des signes plus grandioses que ceux que l’évangile nous rapporte, mais il recevra de mener à leur terme ces signes : communiquer la vie éternelle et rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés. L’exaltation de Jésus et son retour vers le Père rendront ces signes possibles. Car la prière que Jésus exauce, c’est d’accomplir ce qu’on lui demande de faire : « Si vous me demandez quelque chose en invoquant mon nom, moi, je le ferai ». Et, dans l’Esprit de Pentecôte, que pouvons-nous lui demander plus instamment que de manifester au monde le salut qu’il apporte ?


Redisons-lui donc notre foi, notre confiance qui nous fera nous engager par amour de son Nom, et demandons-lui de réaliser dans nos vies l’œuvre de salut que le Père lui confie.


Frère Dominique
Moines et Moniales de Saint Joseph | Saint-Joseph de Mont-Rouge | F-34480 Puimisson



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 808c0a10

« Celui qui m'a vu a vu le Père »

« Bienheureux les cœurs purs, parce qu'ils verront Dieu » (Mt 5,Cool. Certes, selon sa grandeur et sa gloire inexprimable, « nul homme ne peut voir Dieu et vivre » (Ex 33,20), car le Père est insaisissable. Mais selon son amour, sa bonté envers les hommes et sa toute-puissance, il va jusqu'à accorder à ceux qui l'aiment le privilège de voir Dieu..., car « ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu » (Lc 18,27). Par lui-même, en effet, l'homme ne verra pas Dieu ; mais Dieu, s'il le veut, sera vu des hommes, de ceux qu'il veut, quand il veut et comme il veut, car Dieu peut tout. Il a été vu autrefois grâce à l'Esprit selon la prophétie, puis il a été vu grâce au Fils selon l'adoption, et il sera vu dans le Royaume des cieux selon la paternité. Car l'Esprit prépare d'avance l'homme pour le Fils de Dieu, le Fils le conduit au Père, et le Père lui donne une nature impérissable et la vie éternelle qui résultent de cette vue de Dieu pour chacun qui le voit.

Car ceux qui voient la lumière sont dans la lumière et participent à sa splendeur ; ainsi ceux qui voient Dieu sont en Dieu et participent à sa splendeur. Et la splendeur de Dieu donne la vie : ceux qui voient Dieu, donc, participent à sa vie.


Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208), évêque, théologien et martyr
Contre les hérésies 4, 20, 4-5 ; SC 100 (trad SC p. 634-640 rev.)





Extraits Message de Dieu du Père à Mère Eugenia E. Ravasio

Je viens pour bannir la crainte excessive que mes créatures ont de Moi,
et pour leur faire comprendre que Ma joie est d'être connu et aimé de mes enfants,
c'est-à-dire de toute l'humanité présente et future...JE viens pour Me faire connaître TEL que JE suis.
Pour que la confiance des hommes grandisse en même temps que leur amour pour MOI leur PÈRE,
qui n'ai qu'un seul souci: celui de veiller sur tous les hommes et de les aimer comme mes enfants...
Pourquoi ai-JE ordonné à Moïse de construire le Tabernacle et l'Arche d'Alliance,
si ce n'est parce que J'avais le désir ardent de venir habiter, comme un Père, un Frère,
un Ami confiant avec mes créatures, les hommes?LA CROIX est Mon chemin pour descendre parmi Mes enfants...
pour vous, la Croix, c'est votre chemin pour monter ver Mon Fils et de Mon Fils jusqu'à Moi...
Personne encore jusqu'ici, n'a compris les désirs infinis de Mon Cœur de PÈRE DIEU,
d'être connu, aimé et honoré de tous les hommes, justes et pécheurs...
Que l'homme puisse Me rendre le CULTE SPÉCIAL qui M'est dû comme Père, Créateur et Sauveur!...
MON HEURE EST VENUE! Il faut que JE sois connu, aimé et honoré des hommes...
Je voudrais que toutes mes créatures aient la conviction qu'il y a un Père
qui veille sur elles et qui voudrait leur donner, même dès ici-bas, un avant-goût du bonheur éternel...
si vous m'appelez avec confiance de ce doux Nom de Père, vous commencez dès ici-bas,
l'amour et la confiance qui feront votre bonheur dans l'éternité...
JE ME fais semblable à vous, pour vous faire semblables à Moi...
De tout ce que vous ferez pour Ma Gloire, JE ferai le double pour votre salut et pour votre sanctification...
L'homme ne goûtera pas de vraies joies en dehors de son Père et son Créateur,
parce que son cœur n'est fait que pour Moi...Ma Gloire est encore plus grande
lorsque JE ME trouve parmi mes enfants: les hommes du monde entier...
certaines âmes...ignorent que JE suis là qui les attends, qui les appelle à chaque instant du jour...
JE viens ouvrir une source d'eau Vive qui, dès aujourd'hui et jusqu'à la fin des temps ne se tarira jamais.
C'est à vous, mes Créatures que JE viens pour vous découvrir mes entrailles paternelles passionnées
d'Amour pour vous, Mes enfants, JE veux que vous soyez témoins de Mon amour Infini et Miséricordieux..
.Mon Fils, c'était Moi qui l'envoyais. Il était conçu de mon Esprit-Saint, qui est encore Moi,
en un mot Il était toujours Moi...Lui, Mon Fils, est le réservoir de cette Source,
pour que les hommes puissent aller puiser dans Son Cœur qui est toujours rempli de l'Eau du salut
jusqu'à déborder!...faites-vous apôtres auprès de ceux qui ne Me connaissent pas,
qui ne Me connaissent pas encore et Moi, JE bénirai vos travaux et vos efforts en vous préparant
une grande gloire auprès de MOI, dans l'éternité!...Je suis l'Océan de la Charité;
mes fils, voici une autre preuve de l'Amour paternel que J'ai pour vous tous sans exception
quel que soit votre âge, votre état, votre pays. JE n'excepte même pas les sociétés diverses,
les sectes, fidèles, infidèles, croyants, indifférents, j'enferme dans cet Amour toutes les créatures
raisonnables dont l'ensemble forme l'humanité. Cette preuve la voici:
JE suis l'Océan de la Charité. Je vous ai fait connaître la source qui jaillit de Mon Sein
pour vous désaltérer et maintenant, pour que vous goûtiez combien Je suis bon envers tous,
JE vais vous montrer l'Océan de Ma Charité universelle pour que vous vous y jetiez les yeux fermés!
Pourquoi? parce qu'en se plongeant dans cet océan, les âmes rendues gouttes amères
par les vices et les péchés, perdront l'excès d'amertume dans ce bain de la Charité.
Elles en sortiront meilleures, heureuses d'avoir appris à être bonnes et pleines de charité.
Si vous-mêmes, par ignorance ou par faiblesse, vous retombez dans l'état d'une goutte amère,
JE suis encore un Océan de Charité prêt à recevoir cette goutte amère pour la changer en Charité,
en Bonté et pour faire de vous des saints comme JE le suis, Moi votre Père....
Approchez-vous de la Source qui jaillira toujours de Mon Sein paternel.
Goûtez la douceur de cette Eau salutaire et quand vous aurez éprouvé toute sa délicieuse puissance
sur vos âmes pour satisfaire à tous vos besoins, venez vous jeter dans l’Océan de ma Charité
pour ne plus vivre qu'en Moi et mourir à vous-mêmes pour vivre éternellement en Moi...
La source est le symbole de ma connaissance et l'Océan celui de Ma Charité et de votre confiance.
Quand vous voulez boire à cette Source N'est-il pas vrai que si vous aviez la connaissance de ce Père
qui vous aime tous sans distinction et Qui,sans distinction, vous appelle tous du beau nom de fils,
vous M'aimeriez comme des fils affectueux et l'amour que vous me donneriez,
ne deviendrait-il pas, sous mon impulsion, un amour agissant qui s'étendrait au reste de l'humanité...
Maintenant Mon heure est venue. Je viens Moi-même faire connaître aux hommes Mes enfants,
ce que jusqu'ici ils n'avaient pas complètement compris. Je viens Moi-Même
apporter le FEU ARDENT DE LA LOI DE L'AMOUR pour que, par ce moyen,
Je puisse fondre et détruire l'énorme couche de glace qui enveloppe l'humanité.
Ma Volonté se réalise dans les hommes...Or cette Volonté c'est que Je sois connu,
honoré et aimé.Si Je désire quelque chose, surtout à l'heure actuelle,
c'est purement l'augmentation de la ferveur des justes, une grande facilité pour la conversion des pécheurs,
une conversion sincère et persévérante, le retour des fils prodigues à la Maison Paternelle,
en particulier des Juifs et de tous les autres qui sont aussi mes créatures et mes enfants,
comme les schismatiques, les hérétiques, les francs-maçons, les pauvres infidèles,
les impies et les sectes diverses et secrètes; que bon gré mal gré,
tout ce monde sache qu'il y a un Dieu et un Créateur. Ce Dieu qui parlera doublement à leur ignorance leur est inconnu,
ils ne savent pas que Je suis leur Père... Si vous ne pouvez pas aller directement leur parler ainsi,
cherchez des moyens : mille industries directes ou indirectes , mettez-les en œuvre,
avec un vrai esprit de suite et une grande ferveur et je vous promets que vos efforts seront bientôt,
par une grâce, couronnés de grands succès. Faites-vous des apôtres de Ma Bonté paternelle et,
par le zèle que JE vous donnerai à tous, vous serez des forts et des puissants sur les âmes.
JE serai toujours auprès de vous et en vous: si vous êtes deux qui parlez,
JE serai entre vous deux: si vous êtes plus nombreux, JE serai au milieu de vous;
ainsi vous direz ce que JE vous inspirerai et Je mettrai dans vos auditeurs les dispositions voulues
ainsi les hommes seront vaincus par l'amour et sauvés pour toute l'éternité...
Je ne vous ai créés que pour un seul but qui est de Me connaître, de M'aimer et de Me servir,
comme l'enfant simple et confiant qui sert son Père!...Je vous ai élevés tous à la dignité d'enfants de Dieu;
oui, vous êtes Mes fils et vous devez Me dire que Je suis Votre Père; mais n'allez pas
ne pas vous confier en Moi comme tels, car sans cette confiance vous n'aurez jamais la véritable liberté.
Si toutes les nations comme telles, M'invoquent et M'honorent, il n'y aura jamais plus de troubles ni de guerres,
parce que Je suis le Dieu de la Paix et là où Je suis, la guerre ne sera pas.Je suis la lumière des lumières;
là où elle pénétrera, il y aura la Vie, le pain et le bonheur. Cette lumière éclairera le pèlerin,
le sceptique, l'ignorant; elle vous éclairera tous, ô hommes qui vivez dans ce monde
plein de ténèbres et de vices,...Je Me montrerai le Père de tous ces hommes qui sont délaissés,
exclus de toute société humaine. Je Me montrerai le Père des affligés, le Père des malades,
surtout des agonisants. Je Me montrerai le Père de toutes les familles, des orphelins, des veuves,
des prisonniers, des ouvriers et de la jeunesse. Je Me montrerai Père dans tous les besoins.
Enfin, Je Me montrerai le Père des Rois, de leur nation! Et tous, vous sentirez
Mes bontés, tous vous sentirez Ma Protection et tous vous verrez Ma Puissance!
PRIERE :Divin Père, douce espérance de nos âmes, sois connu, honoré et aimé de tous les hommes! Divin Père, bonté infinie, qui se répand sur tous les peuples, sois connu, honoré et aimé de tous les hommes! Divin Père, rosée bienfaisante pour l'humanité, sois connu, honoré et aimé de tous les hommes.



Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 68522_10
Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Coeur_16
"Quand je dis Dieu, c'est un poème,
c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines,
un grand soleil pour aujourd'hui ! "

L1234567
Pour la Paix

Féminin Messages : 3823
Localisation : France
Inscription : 03/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie - Page 33 Empty Re: Méditation du jour et les Textes, commentaires(audio,vidéo) 1er partie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 33 sur 34 Précédent  1 ... 18 ... 32, 33, 34  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum