Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Mer 9 Mar 2011 - 16:35






Bon milieu de semaine à vous toutes et tous ! sunny


Ce matin, je reviens de la messe du "Mercredi des Cendres", et je crois qu'il est bon et digne de souligner toute cette "chance" et ce prìvilège que nous avons de pouvoir nous rendre à l'église.

Oui remercions le Ciel que nous puissions encore en toute liberté prier dans des lieux de culte, alors que dans de nombreux pays, des chrétiens sont passibles de la peine de mort même si ces derniers prient en secret dans leurs maisons !


Pour rendre grâces à notre Dieu, je veux partager avec vous les magnifiques paroles du Psaume 84, un de mes favoris ! thumright


Père, je suis bien avec toi...


Psaume 84



Comme il fera bon dans ta Maison, Père.
J'ai tellement hâte de venir t'y rencontrer.


Mon cœur et tout mon être ont soif de toi,
de toi qui m'offres l'amour.


Même le moineau y colle son nid,
l'hirondelle vient y mettre au monde ses petits,


tout près de celui qui les crée
et qui est leur Père autant que le mien.


Quel bonheur ce sera d'habiter chez toi
et de n'être occupé qu'à t'aimer.


Il est heureux celui qui attend de toi sa force
pour marcher allègrement vers ta maison;


s'il est fatigué, tu lui fournis le repos,
tu le rafraîchis d'un moment de grâce.


Il avance dans un élan toujours nouveau
jusqu'à pouvoir te parler face à face.


Mon Dieu, Père de l'univers,
je te confie ma prière, écoute-la bien;
veuille y porter attention, tu es le Père de famille.


C'est par ton Fils que nous approchons de toi,
par ton Fils que tu as envoyé pour nous sauver.


Puisqu'un jour passé dans ta Maison
en vaut plus que mille vécus ailleurs,
j'ai fait un choix:


j'accepterais d'y passer ma vie dans le portique
plutôt que d'habiter un monde loin de toi.


Oui, le Seigneur, mon Père, est mon soleil,
il est mon protecteur;


il me partage son amour et son mystère;
il offre le bonheur à qui le désire sincèrement.


Ô Père, tu es merveilleux !
Le bonheur est pour ceux qui comptent sur toi.



Dernière édition par Gilles le Sam 26 Mar 2011 - 13:16, édité 1 fois
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par FrancoiseF le Mer 9 Mar 2011 - 17:11

Merci Gilles, pour ce très beau psaume.

Je rebondis, en vous chantant :

* Nous t'adorons,
Ô Père, dans ton temple,
Nous t'adorons, en esprit et en vérité.
Tu habites nos louanges,
Nous t'adorons en esprit et en vérité !

Car un jour près de toi,
Vaut mieux que mille ailleurs,
(1)Je désire habiter dans ton temple,
(2)Je désire habiter dans ta maison
Seigneur ! (bis)



FrancoiseF
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1376
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Sam 12 Mar 2011 - 20:50

Merci cher Gilles pour ces magnifiques photos et ce trés beau psaume. Gloire à toi Seigneu


Je te souhaite bon dimanche.

Amitiés,

Manuela
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Sam 12 Mar 2011 - 20:57

Merci chère Manuela, bonne soirée et bon dimanche !


En effet, il fait bon d'être dans la maison du Seigneur. sunny


Les photos que tu vois au début de ce fil de discussion sont celles de l'église que je fréquente depuis déjà 20 ans ! thumright C'est l'église Saint-Charles-Borromée de Charlesbourg où je réside.

Comme tu peux le constater, l'intérieur de ce magnifique temple favorise de le recueillement et la Paix. Very Happy

D'ailleurs, comme tu le sais déjà, j'irai tout-à-l'heure à la messe de 16 heures (22 heures en France Wink ).

Je t'apporte dans mes prières chère Manuela ainsi que tous les membres actifs ou "silencieux" de notre beau forum.

Fraternellement...

Gilles.
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Sam 12 Mar 2011 - 22:50

Merci cher Gilles pour cette précision.

Justement je pensais te poser la question si c`étais l`église que tu fréquentais.

Quelle magnifique église.

Gloire à toi Seigneu

Merci de tout coeur pour tes priéres et merci pour les membres de ce forum.

Amicalement,

Manuela.
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Dim 13 Mar 2011 - 0:29

Bonsoir chère Manuela ! Very Happy


Tu ne te souviens-pas ? Je t'avais déjà envoyé le site de ma paroisse en mail privé ?


Il y avait beaucoup de monde à la messe de 16 heures car je pense que les gens y sont allés à cause du changement d'heure cette nuit au Québec... Nous avançons montres et horloges d'une heure. Smile

Pour continuer dans la même sujet, voici un article qui répond bien à certaines questions que se posent les gens sur la participation à la messe le dimanche...




Est-ce vraiment nécessaire d'aller à la messe ?



La messe est-elle obligatoire ? D’où viennent tous les rites, le vocabulaire utilisé, les gestes ? Parfois, on aimerait que cela soit un peu plus “actuel”.



Le P. Benoît Gschwind, jeune prêtre assomptionniste, rédacteur en chef de Prions en Église, répond à certaines de nos interrogations. Un entretien de la revue Croire Aujourd'hui Jeunes Chrétiens

Croire Aujourd'hui Jeunes Chrétiens n° 31


Est-t-il “obligatoire” d’aller à la messe tous les dimanches ?
Tu sais, pour répondre à ta question, il est d’abord essentiel de bien comprendre le sens du rassemblement dominical. Le dimanche a pour but de rendre présent dans le temps des hommes l’événement de Pâques. Premier jour de la semaine, le dimanche inscrit dans nos agendas l’espérance qui est celle des baptisés, la résurrection du Christ, le Salut donné. C’est un jour qu’aucun autre jour ne saurait remplacer. Il n’est pas tant le jour que tu peux donner au Seigneur, mais celui que le Seigneur te donne. Il y a nécessité pour l’Église de répondre à ce rendez-vous dominical. C’est l’Église comme peuple de Dieu qui est tenue de se rassembler, et chaque chrétien, parce que membre du peuple de Dieu, reçoit sa part d’obligation. Toi aussi ! Nous ne pouvons pas être chrétien tout seul. Nous avons besoin de frères pour faire Église, et nos frères attendent aussi de nous d’être avec eux pour faire Église. Aller à la messe le dimanche n’est pas une question d’envie ou non, c’est la réponse que tu dois faire à l’invitation du Christ qui t’appelle à te rassembler avec tes frères. Oui, si tu veux vivre ta foi avec tes frères, et te nourrir de la Parole de Dieu et de l’Eucharistie, il est “ obligatoire ” d’aller à la messe le dimanche : elle est le sommet et la source de toute vie chrétienne.


Pourquoi utilise-t-on un langage aussi compliqué ?
Ce langage, nous l’avons reçu de la tradition : il nous est transmis par l’Église. Fait de rites, de gestes, de symboles, il a traversé les siècles. De même qu’une langue étrangère demande un long apprentissage avant d’en comprendre toutes les subtilités, le langage des sacrements demande lui aussi une découverte patiente et une conversion permanente qui donnent toujours plus de faire l’expérience de la rencontre avec le Christ. Tu devrais un jour prendre le temps de lire et de découvrir le texte d’une des prières eucharistiques. Chaque mot, chaque geste a du sens.


Pourquoi toujours répéter les mêmes gestes, les mêmes paroles ?
C’est vrai, si tu t’attaches trop aux gestes et aux paroles, tu peux très vite te lasser et dire de l’eucharistie que “ c’est toujours la même chose. ” Mais dès lors que tu essayes de prêter attention au sens de ce qui est célébré, la mort et la résurrection de Jésus et l’attente de son retour, dès lors que tu comprends aussi que dans la mort et la résurrection de Jésus, Dieu te sauve et fait toute chose nouvelle, chaque geste, chaque parole deviennent importants. Même si elles se répètent et se ressemblent. Dans l’eucharistie, nous refaisons des gestes de Jésus, nous redisons des paroles de Jésus. Nous faisons mémoire. À travers ces gestes et ces paroles, nous redisons que Dieu nous sauve et que le salut est donné à tout homme.


Pourquoi tout le monde est-il si sérieux ?
Nous ne savons pas ce que vivent nos frères avec Dieu. Ce que nous savons, c’est que la messe est un lieu et un temps formidable où nous nous retrouvons en Église, avec d’autres. À chaque fois que tu te mets à l’écoute de la Parole de Dieu, nous ne pouvons pas faire l’économie de relire notre vie, et d’entendre pour chacun de nous des appels à la conversion. Ne crois-tu pas qu’il est difficile de ne pas être sérieux quand on entend un appel profond à être vrai, à se convertir. Ne crois-tu pas aussi qu’il est difficile aussi de ne pas être sérieux quand on a compris l’importance de l’Eucharistie. Mais être sérieux ne veut pas dire être triste et donner l’impression de porter sur son visage toute la misère du monde. Ne t’arrête pas trop aux apparences, et dis toi surtout qu’autour de toi tes frères vivent des choses importantes avec Dieu. Comme toi sans doute. Peut-être est-ce pour cela que moi aussi il m’arrive, quand je préside l’eucharistie, de trouver que l’assemblée est bien sérieuse.


À quoi correspondent les moments où l’on est debout et ceux auxquels on peut s’asseoir ?
Quand tu pries, j’imagine qu’il y a des lieux, et des attitudes que tu préfères. Notre corps entre aussi tout entier dans la prière. L’unité d’une assemblée se manifeste par des signes et des gestes concrets. On est debout au début de la célébration, pendant la proclamation de l'Évangile, la profession de foi, la prière universelle, la prière sur les offrandes et la prière eucharistique. Cette position exprime la prière. Elle rappelle aussi que par le baptême, nous sommes déjà ressuscités, “ relevés d’entre les morts ”( Éphésiens 5,14).Saint Augustin disait “ nous prions debout parce que c’est un signe de résurrection ”. La position assise est une position plus confortable. Elle est la position de l’écoute, de la méditation et de la prière personnelle. On est assis pendant les lectures, l'homélie, la préparation des dons pour l'offertoire et après la communion. La position à genoux exprime davantage l’adoration. Pendant l’eucharistie, c’est au moment de la consécration que l’on peut se mettre à genoux, mais là aussi on veille surtout à ce que cette attitude soit commune à toute l’assemblée, sans quoi on préfèrera la position debout.


Jésus est-il vraiment présent ?
“ Là où deux ou trois sont présents en mon nom, je suis au milieu d’eux ” nous dit l’Écriture. Oui, Jésus est présent dans la Parole que nous écoutons et partageons. Il se donne dans le pain rompu et le vin versé qui sont Corps et Sang du Christ. Il fait de nous les membres de son Corps, par notre communion à son Corps et à son Sang. Il nous donne de vivre de sa vie et d’être animés de son Esprit. Il nous envoie dans le monde, comme lui-même a été envoyé, pour que nous travaillions à la venue du Règne de Dieu.

avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Dim 13 Mar 2011 - 13:16




Doit-on vraiment aller à la messe tous les dimanches ?


" Le premier jour de la semaine, alors que nous étions réunis pour rompre le pain, Paul, qui devait partir le lendemain, adressait la parole aux frères... "

C'est saint Luc qui raconte, dans les Actes des Apôtres, au chapitre 20. Cela se passe à Troas, un port d'Asie Mineure, à Pâques en l'an 58. Ce qu'il appelle alors " rompre le pain ", c'est la messe, le repas du Seigneur.

Ce jour-là d'ailleurs, alors que " Paul n'en finissait pas de parler ", nous dit Luc, un jeune garçon nommé Eutyche s'endormit et bascula par la fenêtre. Heureusement, Paul le remit sur pied.

Cela fait donc vingt siècles que les chrétiens ont gardé l'habitude de se réunir " le premier jour de la semaine " : c'est le jour où Jésus est ressuscité. Ils en ont fait " le jour du Seigneur ", en latin dies Domini, notre dimanche. Aller à la messe ce jour-là, c'est non seulement rencontrer d'autres chrétiens les frères, disait Luc - mais c'est surtout se nourrir de la Parole de Dieu, dans les lectures qui sont faites, et de la vie du Christ, par la communion à son Corps.

Évidemment, c'est vital pour un chrétien. Personne ne pose la question : est-ce qu'il faut vraiment manger ou se laver tous les jours, ou est-ce qu'une fois de temps en temps cela suffit? D'ailleurs, quand on participe moins régulièrement à la messe, on en perd un peu le goût, comme, lorsqu'on écrit moins souvent à des personnes qu'on aime bien, on ne sait plus trop quoi leur dire.

Quand on a envie d'aller moins souvent à la messe, c'est quelquefois qu'on a l'impression de s'y ennuyer. On peut alors en parler, pour se faire expliquer les gestes, les mots. Parfois, des messes sont spécialement préparées pour les enfants. On peut aussi se proposer pour lire les textes, les intentions de prière, apporter les offrandes, faire partie d'une petite chorale. En tout cas, cela vaut mieux que de s'endormir et de tomber par la fenêtre!

Source: www.croire.com
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Mer 16 Mar 2011 - 22:07

Merci cher Gilles,

Ton article est beau et le la plus grande importance cet rencontre à la messe avec le Seigneur et les grâces reçu en union profonde avec Lui.
Ceux qui pour divers raisons maladie où autres ne peuvent être présent peuvent faire une priére spécial pour recevoir la communion spirituellement.
On sais aussi que des personnes font la demande au prêtre pour allé porter la communion à tous ceux qui ne penvent ce déplacer pour cause maladie.
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Mer 16 Mar 2011 - 22:29

Pardonne-moi cher Gilles je me souviens que tu m`avais dejà envoyé le site de ta paroisse en mail privé mais tellement de choses a penser, m`a petite mémoire est certainement la cause !
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Sam 19 Mar 2011 - 15:25



A quoi bon d’aller à la messe ?

La messe, à quoi bon ? C’est ennuyant à mourir ! Peut-être aussi que la vie de notre âme est ennuyante à mourir !

Il est vrai que, trop souvent, la messe peut être une prière tiède, sinon froide, monotone, avec une homélie qui survole la vie quotidienne, des chants insipides ou absents. Pas toujours, pas partout, mais disons... parfois. C’est malheureux, surtout de nos jours, alors que tant de programmes télévisés sont présentés avec brio par des professionnels du message, des experts en communication.

La messe, sur le plan marketing, ce n’est pas ça.

Pourtant, même avec les meilleurs moyens du bord, la messe ne peut entrer en compétition avec le monde sophistiqué et professionnel du visuel et de l’auditif. Car la messe rejoint les profondeurs de l’âme, pas seulement les émotions. Le domaine de la foi n’est pas celui du sentiment.

“ Source et sommet de toute la vie chrétienne ”, la messe demeure un mystère ineffable. Elle ne peut se comprendre sans la foi. Réveillons notre foi assoupie ! C’est le Christ qui a institué la messe (Lc 22,19-20). Depuis toujours, elle est au cœur de la vie de l’Église. Rappelons-nous que la messe est le Saint Sacrifice de Jésus s’offrant sans cesse à Dieu, son Père, pour notre salut. Elle rend présent et agissant le sacrifice de la Croix. Démesure du don ! Folie d’un Dieu qui se donne en pâture au tout venant, s’abaissant à faire de notre cœur son réceptacle. L’Eucharistie est aussi le Repas du Seigneur, un banquet de vie qui nous unit au Christ, à son Corps et à son Sang, à sa divinité.

La messe, c’est notre grande prière chrétienne. Elle est la prière de Jésus, avec Jésus, en union avec toute l’Église, Corps mystique du Christ. La messe nous nourrit du Pain de la Parole et du Pain de Vie. La messe nous donne d’espérer le Ciel.

Source: qe.catholique.org

avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Sam 19 Mar 2011 - 23:32

Merci cher Gilles pour ce texte de ce que représente notre présence à la messe et la vivre pleinement de tout notre coeur avec nos peines et joies et tout offrir au Seigneur.
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Dim 20 Mar 2011 - 14:07



Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

F. Timothy Radcliffe, ancien maître de l’ordre des Dominicains, a publié un livre intitulé Pourquoi aller à l’église ? Il répond, sans détour, à toutes nos questions sur la messe.

Aller à la messe est-il vraiment une obligation pour être un bon chrétien ?
Il y a sans doute des personnes très saintes qui ne vont pas à l’église ! Aller à la messe n’a rien à voir avec une obligation juridique comme celle de payer ses impôts chaque année ou comme l’interdiction de conduire à plus de 130 km/h… Pour moi, aller à la messe est une obligation au sens où faire partie de la communauté de Jésus fait partie de mon identité même. Etes-vous obligé de fêter l’anniversaire de votre mère ? Non, mais votre mère est celle qui vous a donné la vie : fêter son anniversaire est comme une obligation naturelle… Lorsqu’on prend conscience du sens de l’Eucharistie, on a naturellement envie d’y aller.

Pourquoi se déplacer à l’église alors que l’on peut prier chez soi ?
C’est vrai, on peut avoir une relation personnelle avec Dieu ! Nous sommes cependant invités à entrer dans l’amitié de Jésus. Or, partager cette amitié c’est aussi partager ses amis. Il serait absurde de vouloir vivre une spiritualité chrétienne tout en ignorant les autres chrétiens. Cela reviendrait à vouloir jouer tout seul au football. Par ailleurs, sortir de chez soi n’est pas anodin. Aller à l’église, se déplacer, nous rappelle que nous sommes des pèlerins et que notre demeure finale est en Dieu.

N’est-il pas plus important d’être croyant que d’être pratiquant ?
Je ne souhaite pas me poser en juge de ce genre d’affirmation. Cette façon de voir me paraît très typique d’une société qui a une idée très individualiste de la personne humaine. Finalement être chrétien, c’est croire que je suis invité à être membre de la communauté de Jésus. Dans l’Eucharistie, Jésus nous donne son être. Pour moi, il serait un peu étrange de dire : « Je crois en Toi mais, non merci, je ne veux pas recevoir ton Corps. »


Eucharistie signifie « remercier », « action de grâce », « merci ». Merci pour quoi ?
Merci pour tout ! Merci pour le don de l’existence : j’existe, vos enfants existent. Tout est donné à chaque instant. Les gens qui travaillent à la campagne le comprennent beaucoup mieux. Chez mes parents, j’ai toujours mangé les légumes du jardin : c’est une grande bénédiction. On prend conscience que c’est un don ! Et le don le plus grand, c’est Dieu lui-même qui se donne. Dans notre société, on a souvent perdu ce sens du don : nous ne sommes plus que des consommateurs qui consommons des « produits ».

Finalement, la messe est-elle le meilleur moyen de rencontrer Dieu ?
Ça dépend de nous et ça dépend de Dieu. Peut-être entrera-t-il dans nos vies par un ami, des parents, un livre que j’ai lu… C’est Dieu qui prend l’initiative, et c’est à nous d’être attentifs à ses pas et à sa voix. Dieu est toujours là, en avance. L’Eucharistie est la reconnaissance qu’il est déjà présent auprès de nous, elle est la célébration de sa Présence.




Timothy Radcliffe, Pourquoi aller à l'église ? Ed. Cerf, 294 p. ; 20 €.

avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Mer 23 Mar 2011 - 1:01

Merci cher Gilles,

Trés beau texte car dans la vie actuel beaucoup de personnes sont croyants mais n`ont pas la pacience ni le désir de ce déplacer pour assisté à la messe alors que le Seigneur nous attend pour Le recevoir dans l`Eucharistie.
Que de grâces et Amour nous recevons par cet acte d`amour pour Lui.
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Sam 26 Mar 2011 - 13:13




Pourquoi aller à la messe ?



On entend souvent des gens dire qu'aller à la messe ne sert à rien, voir même que cela est ennuyeux... on entend aussi des gens dire que l'on peut rencontrer Dieu tout seul... pour ces personnes « la prière suffit »...

Une des premières raisons de cette nécessité d'aller à la messe est peut être simplement le fait qu'un chrétien seul est un chrétien en danger. A la messe, les chrétiens se réunissent ensemble au nom du Christ. C'est toujours plus facile de croire à plusieurs...

De plus, lorsque l'on est chrétien, lorsque l'on est baptisé, on est appelé à vivre sa Foi en plénitude. Cela n'est pas un simple conseil, mais un objectif de vie, un devoir qu'a chaque chrétien, devoir de cette « vocation universelle à la sainteté dans l'Église ». Lorsque l'on a compris cela, il devient important d'aller à la messe, pour vivre la plénitude de cette Foi. Aller à la messe ne sert donc pas à rien, cela permet de travailler à sa propre sainteté, et ainsi, aussi à celle des autres...

Certains diront que cela n'apporte pas grand chose d'être saint (à part que c'est ce à quoi chaque chrétien est appelé...). Mais la sainteté, si elle demande du travail, des difficultés, elle n'est pas atteignable seul, et demande aussi et surtout la grâce de Dieu. Et la grâce entraine toujours une joie immense, inexplicable, indescriptible... Aller à la messe devient alors un moyen de devenir heureux...

Si pour certains, la messe paraît longue et ennuyeuse, il ne faut pas oublier que la messe est tout d'abord une rencontre avec Dieu. Ensuite, si la messe est comprise, si la messe est suivie avec attention, si, finalement, la messe est vécue, alors elle n'est plus du tout ennuyeuse. Il faut aussi se dire que beaucoup de personnes s'ennuient parfois à la messe, mais y retournent quand même, parce qu'elles savent que cet ennui n'est que passager. Chez nous, catholiques, nous croyons que Jésus est réellement présent dans l'Eucharistie.

Aller à la messe ne devient plus juste un passe temps au milieu d'activités (un dimanche ciné, un dimanche piscine, un dimanche promenade, un dimanche messe...), aller à la messe devient un rendez-vous indispensable, dont on ne peut plus se passer, rendez-vous avec le Christ. Recevoir le Corps du Christ c'est s'offrir entièrement à Lui. Ce n'est pas simplement manger un morceau de pain, c'est se laisser transformer en Le recevant, et c'est travailler à l'Union, à l'unité. Car nous sommes tous en communion, puisque chacun communie à un même Corps. Et nous sommes aussi en parfaite communion avec le Christ, qui prend chair en nous. Après avoir communié à la messe, nous demeurons dans le Christ et Lui demeure en nous (cf Jn 6, 53-58). Aller à la messe n'est plus une simple rencontre, mais LA rencontre. Chaque messe est différente, car chaque rencontre est vécue différemment.

Ceux qui disent pouvoir rencontrer Dieu seul, simplement dans la prière ne se rendent pas compte de ce qu'ils manquent... bien sûr, la prière est indispensable (cf « vaut-il mieux prier ou agir ? »), mais l'Eucharistie est l'apogée de toutes prières, l'action de l'Esprit Saint, la présence réelle du Christ, envoyé par le Père, en nous. L'Eucharistie se doit d'être au cœur de la vie de chaque catholique. Mais elle ne s'impose pas. Elle devient un besoin pour ceux qui y vont... j'ai même déjà entendu des gens dire qu'ils se droguaient à l'Eucharistie...

Source: catho-jm.over-blog.com

avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Emmanuel le Sam 26 Mar 2011 - 13:31




avatar
Emmanuel
Citoyen d'honneur

Masculin Messages : 10326
Inscription : 14/04/2010

http://imitationjesuschrist.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Sam 26 Mar 2011 - 19:04

Merci Gilles pour ce beau texte.

@ Merci Emmanuel pour ces belles photos trés significatif qui répresente la messe et L`Eucharistie.
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Dim 27 Mar 2011 - 18:11



Célébrer la messe



<BLOCKQUOTE>Pourquoi avoir choisi ici l'expression "célébrer la messe", alors qu'on s'attend beaucoup plus à "assister à" la messe?
C'est vrai! On dit le plus souvent que c'est le prêtre qui "célèbre" la messe, puisque c'est lui qui officie. Mais "célébrer", c'est aussi marquer un événement par une cérémonie, c'est commémorer, c'est chanter, c'est exalter... glorifier...louer. Alors, grâce au Web, permettons-nous de célébrer, en union de prières avec des participants répartis aux quatre coins de la Terre.
</BLOCKQUOTE>
Messe diffusée par KTOTV (France)
http://www.ktotv.com
Vêpres suivies de la messe, le samedi soir à 18h00 (heure locale), Fraternités Monastiques de Jérusalem en direct de l'Eglise Saint Gervais à Paris (France).
Messe du dimanche soir en direct de la cathédrale Notre-Dame de Paris à 18h30 (heure locale).
Messe diffusée par Salt&Light Television/Télévision Sel et Lumière (Canada)
http://www.saltandlighttv.org
Messe quotidienne du lundi au samedi 11 hres AM (heure locale). Messe du dimanche 12 hres 30 PM. En anglais.
Messe quotidienne diffusée par EWTN (USA)
http://www.ewtn.com
Daily Mass from EWTN Chapel (Live). Chaque jour de la semaine à 8hres AM (heure de l'Est). En anglais.
Messe quotidienne diffusée par Radio Maria Togo(Togo)
http://www.radiomaria.tg
Messe diffusée en direct chaque jour de la semaine à 6hres AM (heure locale)

avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Mer 30 Mar 2011 - 16:09




Recevoir la Sainte Communion...




Quand tu vas recevoir le sacrement de mon corps et de mon sang, tu découvres parfois que tu ne ressens ni dévotion ni cette sorte de joie quasi physique. Ne te décourage pas, même si ton esprit est soudain tourmenté par les plus horribles tentations et les images les plus détestables. Il n'est pas nécessaire que tu "sentes" de la dévotion dans ton âme. Ce que je veux, c'est une dévotion de la volonté qui te permette de croire que mon sacrement est bon pour toi et que même les pensées les plus blasphématoires ne peuvent te séparer de moi, que cela te permet de m'honorer même quand tu "sens" que ce sacrement est opposer à tes inclinations personnelles ou au bon sens. Quelque triste et affligée que tu te sentes, même si tu es complètement abbatue quand tu vas te confesser ou que tu remontes la nef latérale pour recevoir mon corps, décide de persévérer dans ce que tu sais être bon, ainsi, tu croîtras en grâce, tu deviendras plus constante dans la bonté et plus fervente dans ton amour pour moi. C'est une intention pure et une volonté bonne qui te soutiendront. N'aie pas peur, ne sois pas pusillanime. Reçois-moi avec un esprit paisible et une conscience pure, totalement consacrée à mon service, avec le désir de me chercher et de me recevoir dans le sacrement par lequel je suis et resterais toujours une bénédiction pour toi, le plus bienveillant des amants, le plus doux protecteur, le plus miséricordieux rédempteur, le gardien le plus aimant et le sauveur le plus fidèle. C'est, caché sous la forme du pain, ce que tu vénères, ce que tu aimes, ce que tu désires. C'est ce même corps glorifié que j'ai dans le ciel. Mon corps n'est pas mort ou exsangue, mais il contient mon âme, mes grâces et mes vertus. Je suis une personne, encore qu'inséparablement uni aux autres personnes de la Sainte Trinité en une personne unique. Ainsi, toute la Sainte Trinité est présente dans ce sacrement aussi véritablement que dans le ciel bien que sous une forme sacramentelle... . Quand tu me reçois dans la Sainte Communion, tu me reçois vraiment et parfaitement. Tu reçois la source de tout ton bonheur. N'aie pas peur, ne sois pas timide, ou trop scrupuleuse ou trop respectueuse pour me recevoir. Je t'ai demandé de venir me recevoir dans le sacrement pour parer à tout cela. Je t'assure que je veux être avec les hommes et que je me réjouis quand je fais du bien à l'un d'entre vous. Quand je veux frapper à la porte de ton coeur, entrer et manger avec toi, nourrir et restaurer par mon corps vos esprits affamés. La seule raison pour laquelle je fais tout cela, c'est pour assurer ton espérance et ta confiance en moi.

Jean de Landsberg,(extrait, une lettre de Jesus Christ).



avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Jeu 31 Mar 2011 - 0:14

Merci cher Gilles,
D`abord pour les liens sur les célébrations de messes et dans mon cas c`est la France ensuite quel beau texte de Jean de Landsberg cela m`a fait grand plaisir de lire.

Bonne soirée,

Amitiés,

Manuela.
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Dim 3 Avr 2011 - 0:31

QUINZE QUESTIONS SUR L'EUCHARISTIE




Mille et une questions se posent sur un tel Mystère, « source et sommet de toute la vie chrétienne ».
En voici quelques-unes ; et des ébauches de réponses; et des témoignages pour les étayer.

Faut-il aller à la messe pour se dire chrétien ?

La participation à la messe n'est pas le seul indice de vie chrétienne mais, c'en est un, très important. L'Eucharistie est en effet, par excellence, le sacrement de notre « christianisation». On devient chrétien par trois sacrements : Baptême, Confirmation, Eucharistie. Le Baptême et la Confirmation sont donnés une fois pour toutes. L'Eucharistie, elle, se reçoit au fil des jours et des semaines. Autrement dit, notre initiation n'est jamais finie. Et c'est bien vrai. Nous avons commencé de devenir chrétiens le jour de notre baptême : c'est une date importante.
Mais nous n'aurons jamais fini de devenir chrétiens ici-bas. Notre cœur se donne et se reprend dans la durée, et notre visage intérieur se dessine peu à peu. Il faut ce long travail de l'Evangile et de l'Eucharistie pour que notre existence se convertisse au Christ et se laisse transfigurer.

On dit que la messe c'est le sacrifice de la croix répété. Mais il n'y a eu qu'un seul sacrifice ?

La messe, c'est le sacrifice de la croix, non pas répété - il y a eu effectivement un seul sacrifice - mais « re-présenté » (à nouveau rendu présent), rendu actuel. En chaque célébration, on peut dire que l'Eglise se retrouve spirituellement au pied de la croix, pour recevoir toute grâce de purification et de sanctification, pour elle-même et pour le monde entier.
L'Eucharistie nous révèle aussi la densité du présent, habité désormais par la présence du Ressuscité. C'était l'émerveillement, jusqu'aux larmes, du saint curé d'Ars ; à la consécration, il ne pouvait détacher ses yeux de l'hostie consacrée et répétait : « Il est là, Il est là ! » La célébration eucharistique nous remet donc dans le cœur le passé (en ce sens, elle est un mémorial) : Il m'a aimé et s'est livré pour moi ! Mais chaque messe nous tourne également vers l'avenir et vers l'éternité : « Maranatha, viens Seigneur ! » Cette attente, cet appel était au cœur de la prière des premiers chrétiens. La liturgie est plus qu'une promesse, elle est une anticipation du Jour du Seigneur.

Le Christ se rend présent, durant la messe, par l'assemblée qui se réunit et par sa Parole. Pourquoi insister sur une présence corporelle ?

C'est vrai, cette présence du Christ nous est donnée de multiples manières. Le pape Paul VI l'a dit de façon magistrale et condensée : le Christ est présent à son Eglise quand elle prie, quand elle sert les pauvres, quand elle croit, espère et aime, quand elle proclame l'Evangile, quand elle exerce son autorité pastorale, quand elle célèbre les sacrements. « Pourtant, ajoute Paul VI, c'est d'une façon bien différente que le Christ est présent à l'Eglise dans l'Eucharistie... Ce sacrement renferme en effet le Christ lui-même... Cette présence, on la nomme "réelle", non à titre exclusif, comme si les autres présences n'étaient pas réelles, mais par excellence, parce qu'elle est substantielle, et que par elle le Christ, Dieu et homme, se rend présent tout entier. » (Encyclique Mysteriumfidei, n° 35-39). Le concile Vatican II a également insisté sur le fait que l'Eucharistie est la présence "maximale" du Christ (Constitution Sacrosanctum Concilium n° 7). Réduire cette présence à une seule présence spirituelle ou à une présence symbolique, c'est réduire le « Mystère de la Foi » dont on proclame qu'il est grand !

De nombreux miracles, dans l'histoire de l'Eglise, n'ont-ils pas montré que le pain était de la chair et le vin du sang ?

Il s'agit précisément de miracles : des faits exceptionnels. Ils ont pu renforcer la foi et dissiper les doutes. Mais on se perd dans des considérations sans fin, et surtout sans issue, si l'on imagine qu'à chaque messe, il y a dans le calice de l'hémoglobine et dans le pain eucharistique de la chair et des os. On ne corrige pas des présentations trop evanescentes de la foi eucharistique par une représentation trop matérielle. La foi de l'Eglise est simple, elle n'est pas simpliste. Le miracle quotidien... c'est la présence réelle.

Que signifie le terme « Saint Sacrement » ?

Le Saint Sacrement est un des noms de l'Eucharistie, le « sacrement des sacrements ». Il désigne plus particulièrement le pain conservé dans le tabernacle (appelé autrefois la « sainte réserve » : ce coffre signalé par une lumière rouge dans les églises, lorsqu'il accueille le Seigneur) et parfois exposé dans un ostensoir (que les enfants comparent volontiers à un soleil).

Communier, c'est manger un vrai corps et boire du vrai sang ?

Le sacrement de l'Eucharistie est réalisé à partir d'une matière terrestre, du pain et du vin, « fruits de la terre et du travail des hommes ». C'est « quelque chose » de ce monde qui, par le souffle de l'Esprit, nous est rendu comme une réalité céleste : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang. » Or le corps ne peut se réduire à une chose. A plus forte raison le corps du Ressuscité. Qui dit corps dit présence, sinon on a affaire à un cadavre. L'Eucharistie me met en face de quelqu'un, qui est là. Communier ne se réduit donc pas à manger quelque chose — quoique certaines attitudes dans certaines célébrations pourraient le laisser penser... Communier pour de vrai, c'est rencontrer quelqu'un.

Est-ce vrai qu'il y a des profanations d'hosties ?

C'est un fait, hélas ! Il y a des pratiques abominables autour d'hosties volées ou récupérées. C'est pourquoi il ne faut commettre aucune imprudence dans la distribution et la conservation de la sainte Eucharistie. On peut avoir affaire à des personnes détraquées ou malades, plus ou moins inconscientes. Mais il y a aussi des groupes antichrétiens et des sectes sataniques qui savent très bien ce qu'ils font. Satan croit à la présence réelle, sinon il ne s'acharnerait pas contre elle. Cela dit, il faut garder une juste vision des choses. Les agressions contre l'Eucharistie, ou simplement le mépris du sacrement, ou même notre propre indifférence, trop fréquente, à son égard, tout cela blesse gravement le Christ. Mais ces atteintes qui touchent physiquement et directement le signe sacramentel n'atteignent pas son corps glorieux.
C'est l'occasion de rappeler quelques vérités de base :
1* Le corps actuel du Christ est son corps de Gloire, et non un objet de ce monde qu'on pourrait par exemple photographier.
2* Cette présence réelle mais invisible du Ressuscité nous est communiquée de façon visible dans l'Eucharistie.
3* Cette présence eucharistique est sacramentelle, c'est-à-dire qu'elle nous est donnée par la médiation du pain et du vin consacrés. Autrement dit, le « pain de vie et la coupe du salut » sont ce « lieu » et ce « moment » du temps où Jésus le Christ donne rendez-vous à son Eglise. C'est la réalisation suprême (en ce monde) de sa promesse : « Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde. » (Matthieu 28, 20.)

Si la foi de l'Eglise est simple, pourquoi avoir inventé un terme aussi compliqué - transsubstantiation - pour expliquer la « présence réelle » ?

Le mot est plus compliqué que ce qu'il signifie. Le mot substance, au sens philosophique, est ce qui répond à la question : qu'est-ce qu'il y a là-dessous (substans) ? Pour le dictionnaire Larousse, est substantiel ce qui est nourrissant ou essentiel. L'Eucharistie est bien l'un et l'autre ! Il ne s'agit donc pas d'une «transformation» : la forme et l'apparence (ce que les théologiens appellent les espèces, et ce que les philosophes nomment les accidents) ne sont pas modifiées. Sinon, l'Eucharistie ne serait plus un aliment assimilable. En résumé, parler de transsubstantiation, c'est affirmer que la réalité est modifiée dans son être et non dans son paraître. Il y a donc bien de l'alcool et du gluten dans les éléments consacrés. Ce qui explique que les prêtres malades de l'alcool aient le droit de consacrer du jus de raisin au lieu du vin, et que les personnes allergiques au gluten puissent ne communier qu'au calice.

Y a-t-il présence du Christ si on n'y croit pas ?

Dans notre expérience humaine, le corps est avant tout médiation de la présence, il est ce par quoi la personne peut dire : « Je suis là ». Mon corps m'inscrit dans l'espace, dans l'histoire, dans la société. C'est bien ce que fait l'Eucharistie : par elle et en elle, le Seigneur insaisissable s'expose à la rencontre avec nous. C'est ce que chantaient les vieux cantiques : « Le Ciel a visité la terre ». Pas seulement une visite : « Celui qui mange ma chair demeure en moi et moi en lui. » L'éternité habite la temporalité, l'invisible habite le visible. C'est pourquoi cette présence est objective et permanente. Elle ne s'efface pas lorsque je ferme la porte du tabernacle ou lorsqu'il n'y a plus personne dans l'église. Dire que la présence dépend de la foi, c'est s'attribuer l'étrange pouvoir de projeter dans un bout de pain une « aura » divine ! Certes, la foi est nécessaire pour que la présence (Jésus est là) soit reconnue (Jésus est là pour moi). Mais ce n'est pas la relation qui crée la présence, c 'est la présence qui crée la relation. Le pain et le vin consacrés sont bien plus qu'un symbole du Christ : ils sont la médiation de sa personne elle-même, la communication de sa présence.

Pourquoi parle-t-on d'adoration ? Dieu n'est pas une idole ?

Il ne faut pas confondre adoration et idolâtrie. Et il ne faut pas opposer communion et adoration. L'adoration n'est pas autre chose que la communion qui se prépare et qui se prolonge. C'est même la communion de désir et la communion spirituelle pour ceux qui ne peuvent pas communier.


Que l'hostie consacrée soit visible ou pas, qu'est-ce que cela change ?

Du côté de Jésus-Christ, c'est sûr, cela ne change rigoureusement rien ; Il n'est pas « enfermé » dans le tabernacle et n'est pas plus présent si la porte de celui-ci est ouverte. En revanche, de notre côté, voir les signes de sa présence nous portent à sa rencontre. Au fond, il s'agit moins d'exposer le Saint Sacrement que de nous exposer au Saint Sacrement.

Pourquoi adorer ?

Jésus a dit « Prenez et mangez », Il n'a pas dit « Prenez et regardez-moi » ? Certes. Et il a ajouté : « Ceci est mon Corps. » Ce que je mange, c'est Lui ! Comment ne pas le dévorer des yeux, et pas seulement du bout des lèvres ? D'ailleurs, le jour où l'on prend conscience de la grandeur du Mystère, et de l'extrême brièveté de l'acte même de la communion, on prolonge nécessairement cet instant. Le minimum, c'est le grand silence après la communion, temps d'action de grâce et d'intériorisation du don reçu. C'est aussi une brève visite au Saint Sacrement, lorsqu'on passe devant une église. Et, quand on le peut, c'est un temps prolongé d'adoration eucharistique.

Pourquoi se donner la peine d'aller dans une église si l'on peut prier partout ?

Un musulman peut prier partout. Mais si l'on croit en l'Evangile, le lieu où il faut surtout adorer en esprit et en vérité est désormais « le Temple véritable » (Jn 2,21), c'est-à-dire le corps du Ressuscité. Or ce corps nous est rendu présent par le pain eucharistique, consacré pendant la messe, et conservé dans le tabernacle de toute église.

Faut-il se confesser pour aller communier ?

Celui qui communie veut être en communion avec le Christ et avec ses frères. Il le veut parce que Jésus le veut, Lui qui se donne à lui. Il veut cette grâce de communion, qui est un don du Christ lui-même. Il ne peut donc communier que s'il veut cette communion. Vouloir la communion suppose une intention claire, traduite dans des actes précis et objectifs. Ainsi celui qui sait qu'il a posé un acte gravement contraire à la volonté du Seigneur ne peut vouloir communier que s'il veut se laisser réconcilier avec Dieu, par le sacrement de réconciliation. Celui qui se sait en rupture grave de communion avec un proche ne peut vouloir communier que s'il va d'abord se réconcilier avec son frère

Si on ne communie pas, est-ce la peine d'aller à la messe ?

On ne peut pas réduire la participation à la messe à la communion sacramentelle. C'est une erreur même pour ceux qui communient. Ils risquent en effet d'écouter distraitement les lectures, de faire l'impasse sur la prière eucharistique, et d'attendre la communion comme le moment où, enfin, il se passe quelque chose. Cette polarisation sur la communion conduit à dévaloriser le reste de la célébration alors qu'il faut redécouvrir que c'est une liturgie, une action sacrée. Du début à la fin, la messe est « le festin des noces de l'Agneau » et requiert, non seulement notre attention, mais notre participation.

Source: paroisse.prop.pagesperso-orange.fr
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Lun 23 Mai 2011 - 16:57



La présence réelle : qu'est ce que cela veut dire ?


Les catholiques croient en la « présence réelle » du Christ dans l’eucharistie. Que veulent-ils dire ? En reprenant l'historique de ce mystère, le P. Fédou, jésuite, nous livre une approche simplifiée.



L'expression "présence réelle" est employée à propos de l’eucharistie… Comment l’entendre ? D’un côté, il ne faut pas imaginer une présence « locale » du Christ dans l’hostie consacrée ; mais d’un autre côté, ce serait atténuer la force de l’expression que de présenter le pain eucharistique comme un simple « signe » de cette présence. On entend dire, parfois : les catholiques croient à la présence réelle, les protestants n’y croient pas… En fait, les catholiques eux-mêmes ne sont pas toujours au clair sur le sens de la « présence réelle », et les positions protestantes sont, de leur côté, plus diverses qu’on ne pense.


L’éclairage de Thomas d’Aquin...


L’histoire contribue à éclairer le problème. On discutait beaucoup au Moyen Âge, au sujet du corps eucharistique.
Certains auteurs comprenaient ce corps de manière très réaliste, et même « physiciste » (ainsi Paschase Radbert au IXe siècle : pour lui, le corps eucharistique n’était autre que le corps né de Marie, et la chair du Christ y était simplement voilée). Par réaction, Bérenger de Tours affirma au XIe siècle que le pain eucharistique était seulement un « signe ». Il dut certes se rétracter, et professa finalement que le pain et le vin consacrés étaient devenus le « vrai corps » et le « vrai sang » du Christ. Mais le problème demeurait alors : comment comprendre une telle transformation, alors même que les « espèces » (le pain et le vin) restaient inchangées ? On vit apparaître dans ce contexte, au XIIe siècle, le mot technique de « transsubstantiation », et c’est avec saint Thomas d’Aquin, au siècle suivant, que ce mot devait recevoir son véritable sens. Pour le comprendre, il faut d’abord rappeler que la « substance » désigne, non pas une chose visible, mais la réalité intelligible d’un être. Dès lors, parler de « transsubstantiation » (ou de « conversion substantielle », comme
Thomas préfère le dire dans sa dernière oeuvre), c’est tenir qu’il y a bien changement de la substance du pain en substance du corps du Christ, mais c’est reconnaître en même temps que « le corps du Christ, selon le mode d’être qu’il a en ce sacrement, n’est perceptible ni pour le sens, ni pour l’imagination ». Le paradoxe est que, plus tard, le mot « transsubstantiation » serait parfois détourné de son sens pour transmettre l’idée d’une présence « locale » du Christ dans l’hostie ! Or saint Thomas, prenant le mot « substance » dans son sens métaphysique, précisait que le corps du Christ est présent dans le sacrement « selon le mode de la substance » et que « la substance, en tant que telle, n’est pas visible pour l’oeil corporel » ; ce qui est visible, par contre, ce sont les espèces du pain et du vin.


Tous les protestants n’ont pas la même doctrine...


Les Réformateurs, au XVIe siècle, réagirent vivement contre certaines dérives de la pratique sacramentelle. Mais tous n’eurent pas la même doctrine à propos de l’eucharistie : Luther tenait quant à lui la présence réelle ; Zwingli voyait dans le pain et le vin de simples signes ; Calvin considérait que le fidèle recevait spirituellement la présence du Christ. En réponse au protestantisme, le concile de Trente déclara que, « après la consécration du pain et du vin, notre Seigneur Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme, est vraiment, réellement et substantiellement contenu sous l’apparence de ces réalités sensibles » (2). Même si le mot « contenu » risque d’entretenir l’idée d’une présence spatiale, le Concile reprend pour l’essentiel l’enseignement de saint Thomas : le Christ est tout entier présent sous les espèces du pain et du vin – il l’est « substantiellement », au sens qui a été précisé plus haut. Le Concile a en même temps soin de rappeler le sens fondamental de l’eucharistie (dont la doctrine de la présence réelle ne doit pas être séparée) : le Christ, par amour, a laissé un mémorial de ses merveilles, il nous a donné de célébrer sa mémoire et d’annoncer sa mort jusqu’à ce qu’il vienne ; il a voulu le sacrement comme « aliment spirituel des âmes qui nourrit et fortifie ceux qui "vivent de sa vie " ; il a voulu que ce soit « un symbole de cet unique corps dont il est lui-même la tête ».

Le Christ s’offre lui-même aux croyants...


L’histoire aide ainsi à comprendre la double exigence qui nous incombe : d’une part, nous ne pouvons pas entendre la présence réelle dans un sens « local » et« physiciste » ; d’autre part, et à l’inverse, nous ne pouvons pas voir dans le pain et le vin consacrés de simples « signes ». C’est bien le Christ qui se donne « réellement » dans l’eucharistie.
Cette dernière affirmation se fonde sur le témoignage de l’Écriture. Lors du dernier repas, Jésus donne à ses disciples le pain et la coupe en leur disant : « Ceci est mon corps… ceci est mon sang… » (Matthieu 26, 26-28). Dans l’évangile de Jean, il prononce ces paroles : « Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie… Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas en vous la vie » (Jean 6, 51 et 53). Et Paul écrit aux chrétiens de Corinthe : « La coupe de bénédiction que nous bénissons n’est-elle pas une communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons n’est-il pas une communion au corps du Christ ? » (1 Corinthiens 10, 16).


Il y a donc bien « présence réelle » du Christ dans l’eucharistie. Pour comprendre le sens de cette présence, et pour la distinguer notamment de ce qui serait une présence « locale », le P. Yves de Montcheuil a développé jadis une profonde réflexion sur la « présence spirituelle » : « La présence véritable ne se trouve que là où se trouve un esprit. Toute présence est spirituelle… Si donc la présence eucharistique du Christ devait être comprise comme une relation directe ou indirecte avec un lieu, elle serait inférieure à la présence du Christ dans l’âme qui pense à lui et l’aime. » De plus, la présence réelle ne doit pas être considérée isolément : si l’hostie est consacrée, c’est parce que le Christ s’est livré pour sa vie (4). Dans l’eucharistie, précisément, il se donne à nous comme nourriture. On a fait appel à diverses images pour expliquer la « conversion substantielle » dont parlait saint Thomas. Ainsi, le pain est d’abord fait de blé ou de seigle ; mais une fois que le blé ou le seigle est devenu du pain, la vraie substance du pain est d’être une nourriture pour l’homme. Pourtant, de telles images sont nécessairement déficientes par rapport au mystère eucharistique. Il s’agit en effet d’une réalité unique entre toutes, à savoir que le Christ s’offre lui-même aux croyants qui communient à son corps et à son sang ; ce n’est pas là simple prolongation de ce que fut autrefois sa présence aux disciples, c’est plutôt la forme nouvelle que prend cette présence depuis que le Ressuscité, par-delà sa mort sur la Croix, se donne à nous dans le sacrement de l’Eucharistie.

Enjeux oecuméniques...


Une juste compréhension de la « présence réelle » n’est pas seulement importante pour les catholiques ; il faut aussi souligner ses enjeux dans le cadre du dialogue oecuménique contemporain. Du point de vue doctrinal, il n’y a pas sur ce point de divergence avec l’orthodoxie ; n’est-ce pas là un fait qui, justement, devrait contribuer au rapprochement entre l’Église catholique et l’Église orthodoxe ? Des divergences demeurent par contre entre catholiques et protestants. Toutefois, la théologie catholique contemporaine ne peut plus refuser à la Cène protestante une « consistance eucharistique » ; certes, elle n’y reconnaît pas « la substance propre et intégrale du mystère », mais cela ne veut pas dire qu’il n’y ait aucune présence du Christ dans la célébration (5). Bien plus, les protestants et les catholiques du Groupe des Dombes ont pu aller jusqu’à écrire à propos de l’eucharistie : « Nous confessons unanimement la présence réelle, vivante et agissante du Christ dans ce sacrement.

Le discernement du corps et du sang du Christ requiert la foi. Cependant, la présence du Christ à son Église dans l’eucharistie ne dépend pas de la foi de chacun, car c’est le Christ qui se lie lui-même, par ses paroles et dans l’Esprit, à l’événement sacramentel, signe de sa présence donnée. » Il faut souhaiter qu’une telle conviction soit partagée par le plus grand nombre de chrétiens, et que les communautés encore séparées puissent être un jour unies dans le partage de la même eucharistie.

Source: www.croire.com
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Mar 24 Mai 2011 - 0:43

Un grand merci cher Gilles pour ces textes qui sont tous pour moi d`une grande appréciation.


Amitiés,

Manuela.
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Mer 8 Juin 2011 - 22:58


avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Mar 14 Juin 2011 - 15:56



J'aime bien réciter la prière suivante avant la Communion; je vous la partage.
Bien qu'elle soit dite par le prêtre, on peut la faire sienne...


SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST, QUE CETTE COMMUNION À TON CORPS ET À TON SANG N'ENTRAÎNE POUR MOI NI JUGEMENT NI CONDAMNATION; MAIS QU'ELLE SOUTIENNE MON ESPRIT ET MON CORPS ET ME DONNE LA GUÉRISON. AMEN!

Tirée du "Prions en Église" (Novalis)
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Mer 15 Juin 2011 - 20:58

Ma priére avant la messe :

Pére éternel, nous t`offrons humblement notre pauvre présence ainsi que celle de l`humanité tout entiére, depuis le commencement jusqu`à la fin des temps, à toutes les messes qui ont été et qui seront jamais dites. Nous t`offrons toutes les peines, les souffrances, les priéres, les joies et tous les sacrifices de nos vies en union avec ceux de notre cher Jésus ici sur terre. Que le trés précieux Sang du Christ, tout son Sang, toutes ses plaies et toutes ses souffrances puissent nous sauver, par le douloureux et immaculé Coeur de Marie. Ainsi soit-il.
avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Lun 20 Juin 2011 - 2:51



Psaume 84

Au chef des chantres. Sur la guitthith. Des fils de Koré. Psaume.


Que tes demeures sont aimables, Eternel des armées!

Mon âme soupire et languit après les parvis de l'Eternel, Mon coeur et ma chair poussent des cris vers le Dieu vivant.

Le passereau même trouve une maison, Et l'hirondelle un nid où elle dépose ses petits... Tes autels, Eternel des armées! Mon roi et mon Dieu!

Heureux ceux qui habitent ta maison! Ils peuvent te célébrer encore.

Heureux ceux qui placent en toi leur appui! Ils trouvent dans leur coeur des chemins tout tracés.

Lorsqu'ils traversent la vallée de Baca, Ils la transforment en un lieu plein de sources, Et la pluie la couvre aussi de bénédictions.

Leur force augmente pendant la marche, Et ils se présentent devant Dieu à Sion.

Eternel, Dieu des armées, écoute ma prière! Prête l'oreille, Dieu de Jacob! Pause.

Toi qui es notre bouclier, vois, ô Dieu! Et regarde la face de ton oint!

Mieux vaut un jour dans tes parvis que mille ailleurs; Je préfère me tenir sur le seuil de la maison de mon Dieu, Plutôt que d'habiter sous les tentes de la méchanceté.

Car l'Eternel Dieu est un soleil et un bouclier, L'Eternel donne la grâce et la gloire, Il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l'intégrité.

Eternel des armées! Heureux l'homme qui se confie en toi!
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Sam 2 Juil 2011 - 4:35




NE FAUT-IL PAS UN TEMPS D’ACTION DE GRÂCES APRÈS LA COMMUNION ?
L’Eucharistie n’est-elle pas négligée par beaucoup de chrétiens ? La connaissent-ils ?

Quand j’étais jeune, on nous disait que Jésus est réellement présent en nous pendant une dizaine de minutes après la communion. Est-ce que ce n’est plus vrai ? On est si pressé pour partir et se mettre à parler peu après la messe. Confus !
* * *
Je ne veux pas minimiser l’importance de votre question, mais je tiens d’abord à souligner toute la richesse de l’Eucharistie.

La doctrine sur l’Eucharistie nous a été rappelée en plusieurs occasions, pendant le concile et après le concile, surtout lors de l’année de l’Eucharistie (octobre 2004 à octobre 2005). Nous imprégner d’un enseignement si riche nous aide à bien profiter de la sainte messe et de l’adoration eucharistique, comme le souhaite l’Église. Mieux comprendre cette merveille que le Seigneur nous a laissée le Jeudi Saint fournit une réponse globale à votre question. Il ne s’agit pas seulement du temps qui suit la communion, il s’agit de toute une vie eucharistique.

Sous le souffle de l’Esprit, Vatican II a publié la Constitution sur la liturgie pour une révision générale du missel romain.

En plus des textes de nos évêques, puis-je mentionner quatre documents en provenance du Vatican qui nous ont éclairés récemment sur le mystère d’amour qu’est l’Eucharistie ? Il y eut d’abord l’encyclique magistrale de Jean-Paul II, publiée le Jeudi Saint 17 avril 2003 : Ecclesia de Eucharistia (L’Église vit de l’Eucharistie). Déjà, le titre situe l’Eucharistie au centre de la vie de l’Église et de notre propre vie chrétienne. Le Sacrifice eucharistique est source et sommet de la vie chrétienne. C’est le don du Christ par excellence. Le Sacrifice de la croix se perpétue et son efficacité « se réalise en plénitude dans la communion » (No 16). N’y a-t-il pas là motif d’action de grâce ? Pendant une dizaine de minutes, pendant toute une vie !

Cette encyclique fut suivie, le 25 mars 2004, par l’Instruction Redemptionis Sacramentum (Le Sacrement de la Rédemption), précisant certaines choses à observer et à éviter concernant l’Eucharistie, c’est-à-dire pendant la messe et l’adoration eucharistique. Cette Instruction fut complétée, le 15 octobre 2004, par un document de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements : Suggestions et propositions pour l’Eucharistie.

Finalement, pour introduire l’Année de l’Eucharistie et couronner son pontificat, Jean-Paul II publia sa Lettre apostolique Mane nobiscum, Domine (Reste avec nous, Seigneur), le 7 octobre 2004. L’Eucharistie, voilà le mystère lumineux qu’il nous faut célébrer, adorer et contempler ! Le pape, après avoir insisté sur la messe, nous invite à rester longtemps prosternés devant Jésus présent dans l’Eucharistie, en écoutant les battements de son coeur, même en y récitant le rosaire, prière christocentrique, en contemplant Marie, femme eucharistique.

Le pape Benoît XVI renchérit sur l’importance de l’adoration, et donc de l’action de grâces. Il écrit : « L’action d’adoration prolonge et intensifie ce qui est réalisé durant la célébration liturgique elle-même » (Sacrement de l’amour, No 66).

Faut-il préciser davantage la réponse à votre question ? Au début du Missel Romain, ce gros volume que le prêtre utilise à l’autel pour célébrer la messe, nous trouvons la Constitution apostolique de Paul VI du 3 avril 1969. Nous y lisons :

« Lorsque la distribution de la communion est achevée, le prêtre et les fidèles pourront, si on le juge bon, prier intérieurement pendant un certain laps de temps. Si on le décide ainsi, toute l’assemblée pourra aussi exécuter une hymne, un psaume, ou un autre chant de louange » (No 57).

Un peu plus loin : « Les purifications achevées, le prêtre peut revenir au siège. On peut garder, pendant un certain laps de temps, un silence sacré, tous étant assis. On peut aussi chanter un cantique de louange ou un psaume (No 121) ».

Le prêtre termine la messe par la salutation, la bénédiction et le renvoi.

Rien ne vous empêche de prolonger privément votre action de grâces après la communion. C’est un temps particulièrement précieux pour adorer Dieu qui nous habite, pour le remercier, pour implorer son secours.

Que chacune de nos journées soit une journée eucharistique, une journée d’action de grâces, surtout pour le don de Jésus dans l’Eucharistie.
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le Coeur de Dieu au coeur du Monde

Message par ersanco le Mar 12 Juil 2011 - 2:13

Que chacune de nos journées soit une journée eucharistique, une journée d’action de grâces, surtout pour le don de Jésus dans l’Eucharistie.[/b][/justify]
[/quote]

Voici quelques réflexion faisant écho aux textes précédents.
La messe, à quoi bon ? C’est ennuyant à mourir !
Cet aveu, très subjectif, renvoie à celui qui parle et devrait s’exprimer ainsi : « je suis ennuyant à mourir quand je vais à la messe, il faut que je change mes dispositions, car je suis hors contexte ».
Pourquoi tout le monde est-il si sérieux ?
Parce que nous sommes au cœur du drame trinitaire, d’une extrême gravité, mais source de notre joie : les Noces de l’Agneau avec son Église, par le Sang de sa Croix, à la gloire du Père, sous le souffle de l’Esprit.
Jésus est-il vraiment présent ?
Tout se passe comme si le prêtre faisait du lipsing, car c’est le Christ qui agit. Le prête officie « in persona Christi ».
Pourquoi utilise-t-on un langage aussi compliqué ?
« Compliqué » n’est pas le mot, c’est plutôt « inhabituel » qu’il faudrait dire, car nous sommes aux sources du sacré.
Pourquoi toujours répéter les mêmes gestes, les mêmes paroles ?
Parce qu’il s’agit du même Événement, hors du temps, qui fait irruption dans notre temps, comme le soleil se lève, pour nous, chaque jour. Comme notre cœur bat, toujours de la même manière, pour nous garder en vie. Ici, c’est le Cœur de Dieu qui bat au cœur du Monde pour que nous ayons la Vie et que nous l’ayons en abondance, voilà pourquoi l’Eucharistie est “ source et sommet de toute la vie chrétienne ”. Après ça, peut-on dire « qu'aller à la messe ne sert à rien » ?
Alors… Est-t-il “obligatoire” d’aller à la messe tous les dimanches ?
Autant dire: Est-il « obligatoire » de respirer (au moins, tous les dimanches) ?

ersanco
J'ai la foi

Messages : 8
Inscription : 07/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Manuela le Mar 12 Juil 2011 - 22:55

L`Eucharistie est notre plus grand bien, nourriture spirituelle à Jésus Hostie, notre union totale au Corps et Sang du Christ qui c`est donner pour nous.

Merci cher ami Gilles pour ce beau psaume et texte.

Bonne fin de soirée Gilles en ce jour d`anniversaire pour tes 56 ans.

Que Dieu te bénisse et te garde.

Avec toute mon amitié,

Manuela.




avatar
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Gilles le Dim 17 Juil 2011 - 0:03




LES COMMUNIONS SANS ACTION DE GRACES
Enregistré dans : Les"chocs spirituels" — 3 mai 2009 @ 12 12 33

par le P. Garrigou-Lagrange, O. P.
Si scires donum Dei !

Plusieurs âmes intérieures nous ont exprimé la douleur qu'elles ressentent en voyant, en certains endroits, la presque totalité des fidèles quitter l'église avec ensemble aussitôt après la fin de la messe où ils ont communié. Bien plus, c'est une coutume qui tend à se généraliser, même dans bien des pensionnats et collèges catholiques, où, jadis, les élèves qui avaient communié restaient à la chapelle une dizaine de minutes après la messe, prenant l'habitude de faire l'action de grâces, habitude que les meilleurs conservaient ensuite toute la vie.
Alors, pour montrer la nécessité de l'action de grâces, on citait le fait de saint Philippe de Neri faisant accompagner par deux enfants de choeur portant des cierges une dame qui quittait l'église aussitôt après la fin de la messe où elle avait communié. Combien de fois a-t-on raconté cette leçon bien méritée, qui souvent a porté des fruits ! Mais on prend aujourd'hui des habitudes de sans-gêne presque avec tout le monde, avec les supérieurs comme avec les égaux et les inférieurs, et même avec Notre-Seigneur. Si la chose continue, il y aura, comme on l'a dit, beaucoup de communions et peu de vrais communiants. Si des âmes zélées ne s'emploient pas à remonter ce courant, il détruira peu à peu tout esprit de mortification et de vraie et solide piété. Et pourtant Notre-Seigneur, Lui, est toujours le même, et nos devoirs de reconnaissance envers Lui n'ont pas changé.
L'action de grâces n'est-elle pas un devoir, après un bienfait reçu, et ne doit-elle pas être proportionnée au prix du bienfait ? Lorsque nous offrons une chose de quelque valeur à une personne amie, nous sommes légitimement attristés si elle ne se donne pas même la peine de nous en remercier par un mot. La chose est devenue fréquente aujourd'hui. Et s'il y a dans ce sans-gêne, qui touche à l'ingratitude, quelque chose qui nous blesse, que dire de l'ingratitude à l'égard de Notre-Seigneur, dont les bienfaits ont incomparablement plus de prix que les nôtres ?

Jésus lui-même nous le dit lorsque, après la guérison miraculeuse de dix lépreux, un seul vint le remercier. “ Et les neuf autres où sont-ils? ” demanda le Sauveur. Ils avaient été miraculeusement guéris et ne vinrent pas même dire : Merci.
Or, à la communion, nous recevons un bienfait très supérieur à la guérison miraculeuse d'une maladie du corps, nous recevons l'Auteur même du salut et un accroissement de la vie de la grâce, qui est le germe de la gloire, ou la vie éternelle commencée ; nous recevons une augmentation de la charité, de la plus haute des vertus, qui vivifie, anime toutes les autres, et qui est le principe même du mérite.
Jésus souvent rendit grâces à son Père pour tous ses bienfaits, en particulier pour celui de l’Incarnation rédemptrice ; de toute son âme il remercia son Père d'en avoir révélé le mystère aux petits. Il remercia sur sa Croix, en disant Consummatum est. Il ne cesse de remercier au saint Sacrifice de la Messe, dont il est le prêtre principal. L'action de grâces est une des quatre fins du sacrifice, toujours unie à l'adoration, à la supplication, à la réparation. Et même après la fin du monde, lorsque la dernière messe sera dite, et qu'il n'y aura plus de sacrifice proprement dit, mais sa consommation, lorsque la supplication et la réparation auront cessé, le culte d'adoration et d'action de grâces durera toujours, et s'exprimera dans le Sanctus, qui sera le chant des élus pendant l'éternité. Aussi comprend-on que bien des âmes intérieures aient à cœur depuis quelque temps de faire célébrer des messes d'action de grâces, en particulier le second vendredi du mois, pour suppléer à l'ingratitude des hommes et de bien des chrétiens, qui ne savent plus guère dire merci, même après les plus grands bienfaits.
S'il est une chose pourtant qui demande une action de grâces spéciale, c'est l'institution de l’Eucharistie, par laquelle Jésus a voulu rester réellement parmi nous, pour continuer d'une façon sacramentelle l'oblation de son sacrifice, et pour nourrir nos âmes, plus et mieux que le meilleur des aliments ne peut nourrir nos corps. Il n'est pas question ici de nous nourrir de la pensée d'un saint, mais de nous nourrir de Jésus Christ, de la plénitude de grâces qui est en sa sainte âme unie personnellement au Verbe et à la Divinité.
Par l’Eucharistie, il se donne à nous, pour nous assimiler à Lui. Le Bienheureux Nicolas de Flüe disait : “ Seigneur Jésus, prends-moi à moi et donne-moi à Toi “; ajoutons : “ Seigneur Jésus, donne-Toi à moi, pour que totalement je t'appartienne. ” C'est le plus grand don que nous puissions recevoir. Et il ne mériterait pas une action de grâces spéciale ! C'est là le but de la dévotion au Coeur eucharistique.
Combien est blessante l'ingratitude de celui qui ne sait pas dire merci, après la communion, par laquelle Jésus se donne lui-même à nous !


Les fidèles qui quittent l'église presque aussitôt après avoir communié ont-ils donc oublié que la présence réelle subsiste en eux comme les espèces sacramentelles environ un quart d'heure après la communion, et ne peuvent-ils pas tenir compagnie à l'Hôte divin pendant ce court laps de temps? Comment ne comprennent-ils pas leur irrévérence ? Notre-Seigneur nous appelle, il se donne à nous avec tant d'amour, et nous, nous n'avons rien à lui dire et ne voulons pas l'écouter quelques instants.
Les saints, en particulier sainte Thérèse, Bossuet aimé à le rappeler, nous ont souvent dit que l'action de grâces sacramentelle est pour nous le moment le plus précieux de la vie spirituelle. L'essence du Sacrifice de la Messe est bien dans la double consécration, mais c'est par la communion que nous participons nous-mêmes à ce sacrifice d'une valeur infinie. Il doit y avoir en ce moment un contact de la sainte âme de Jésus, unie personnellement au Verbe, avec la nôtre, une union intime de son intelligence humaine éclairée par la lumière de gloire avec notre intelligence souvent obscurcie, oublieuse de nos grands devoirs, obtuse en quelque sorte à l'égard des choses divines ; il doit y avoir aussi une union non moins profonde de la volonté humaine du Christ, immuablement fixée dans le bien, avec notre volonté chancelante, et enfin une union de sa sensibilité si pure avec la nôtre parfois si troublée. Dans la sensibilité du Sauveur il y a les deux vertus de force et de virginité qui fortifient et virginisent les âmes qui s’approchent de Lui.

Or Jésus ne parle qu'à ceux qui l'écoutent, qu'à ceux qui ne sont pas volontairement distraits. Nous ne devons pas seulement nous reprocher nos distractions directement volontaires, mais celles qui le sont indirectement, par suite de notre négligence à considérer ce que nous devons considérer, à vouloir ce que nous devons vouloir, à faire ce que nous devons faire. Cette négligence est source d'une foule de péchés d'omission, qui passent presque inaperçus à l'examen de conscience, parce qu'ils ne sont rien de positif, mais l'absence de ce qui devrait être. Bien des personnes, qui ne se trouvent pas de péchés parce qu'elles n'ont commis rien de grave, sont pleines de négligences indirectement volontaires et par suite coupables. Ne négligeons pas le devoir de l'action de grâces, comme il arrive trop souvent aujourd'hui. Quels fruits peuvent porter des communions faites avec tant de sans-gêne?


En certains pays, hélas ! beaucoup de prêtres eux-mêmes ne font pour ainsi dire aucune action de grâces après leur messe ; d'autres la confondent avec la récitation obligée et plus ou moins recueillie d'une partie de l'office, de sorte qu'il n'y a plus assez en eux de piété personnelle pour vivifier du dedans la piété en quelque sorte officielle du ministre de Dieu. De là, résultent bien des tristesses : comment le prêtre qui ne vit plus assez pour lui-même de la vie divine peut-il la donner aux autres ? Comment peut-il répondre aux besoins spirituels profonds d'âmes en quelque sorte affamées, qui parfois, après s'être adressées à lui, s'en vont plus tristes encore et se demandent avec anxiété où trouver ce qu'elles cherchent ? Il n'est pas rare que des âmes qui ont vraiment faim et soif de Dieu, qui ont reçu beaucoup, et qui, au milieu de grandes difficultés, doivent donner beaucoup autour d'elles pour venir au secours de ceux qui meurent spirituellement, s'entendent dire : ” Ne vous donnez pas tant de peine ! vous faites plus que le nécessaire. ” Que deviendrait alors l'ardeur de la charité, et comment se vérifierait la parole du Sauveur : ” Je suis venu allumer un feu sur la terre, et que désirai-je, sinon de le voir se répandre partout ? ” - ” Je suis venu pour que vous ayez la vie, et pour que vous l'ayez en abondance. “

Une personne vraiment pieuse, qui se reprochait de ne pas assez penser dans la journée à la sainte communion faite le matin, reçut un jour cette réponse : ” Nous ne pensons pas non plus au repas que nous avons fait il y a quelques heures. ” C'était la réponse du naturalisme pratique, qui perdait de vue l'immense distance qui sépare le pain eucharistique du pain ordinaire. L'état d'esprit qui s'exprime de la sorte est manifestement à l'antipode de la contemplation du mystère de l'Eucharistie, et il provient de la négligence habituelle avec laquelle on reçoit les dons de Dieu les plus précieux. On finit par ne plus voir leur valeur, qu'on connaît seulement de façon théorique, et les conseils que l'on donne ne portent nullement les âmes à l'union intime avec Dieu, ils ne dépassent pas le niveau de la casuistique préoccupée seulement de savoir ce qui est obligatoire pour éviter le péché.

Cela peut mener loin ; on oublie ainsi que tout chrétien doit tendre à la perfection de la charité, en vertu du précepte suprême: ” Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, dé tout ton esprit, de toutes tes forces ” (Luc, x, 27). En suivant cette voie, le prêtre et le religieux oublieraient aussi qu'il y a pour eux une obligation non plus seulement générale, mais spéciale, de tendre à la perfection pour s'acquitter chaque jour plus saintement de leurs fonctions sacrées, et pour être plus unis à Notre-Seigneur.

Dans certaines périodes de l'histoire des ordres monastiques, certains religieux, après avoir célébré leur messe privée, ne se rendaient à la messe conventuelle, même les jours de fête, que s'il était canoniquement certain qu'ils y étaient obligés. S'ils avaient bien fait leur action de grâces, en seraient-ils arrivés à juger ainsi ? La casuistique tendait à prévaloir sur la spiritualité, considérée comme chose secondaire. Le jour où nous considérons l'union intime avec Dieu comme chose secondaire, nous ne tendons plus à la perfection, nous perdons de vue le sens et la portée du précepte suprême : ” Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit, de toutes tes forces. ” Notre jugement n'est plus un jugement de sagesse, nous commençons à glisser sur la pente de la sottise spirituelle.

C'est à cela qu'on arrive progressivement par la négligence dont nous parlions au début de cet article.
La négligence de l'action de grâces devient négligence dans l'adoration, qui finirait par n'être qu'extérieure, dans la supplication et dans la réparation. On perdrait ainsi de vue de plus en plus les quatre fins du sacrifice, pour s'adonner souvent à des choses fort secondaires et qui perdent du reste leur vraie valeur morale et spirituelle dès qu'elles ne sont, plus assez vivifiées par l'union à Dieu.
Tout bienfait demande un remerciement, un bienfait sans mesure demande un remerciement proportionné. Comme nous ne sommes point capables de l'offrir à Dieu, demandons à Marie médiatrice de venir à notre secours et de nous obtenir de participer à l'action de grâces qu'elle offrit à Dieu après le Sacrifice de la Croix, après le Consammatum est, à celle qu'elle faisait après la Messe de l'apôtre saint Jean, qui vraiment continuait en substance sur l'autel le sacrifice du Calvaire. La négligence si fréquente dans l'action de grâces après la communion provient de ce que nous ne savons pas assez le don de Dieu : si scires donum Dei ! Demandons à Notre-Seigneur humblement mais ardemment la grâce d'un grand esprit de foi, qui nous permettra de ” réaliser ” chaque jour un peu mieux le prix de l'Eucharistie ; demandons la grâce de la contemplation surnaturelle de ce mystère de foi, c'est-à-dire la connaissance vécue qui procède des dons d'intelligence et de sagesse et qui est le principe d'une action de grâces fervente dans la mesure où l'on a plus conscience de la grandeur du don reçu.

Rome, Angelico.
fr. RÉG. GARRIGOU-LAGRANGE, O. P.
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24031
Age : 62
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: QU'IL FAIT BON DE VIVRE DANS TA MAISON SEIGNEUR ! LA MESSE...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum