Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par ANNE4 le Dim 17 Mai 2009 - 21:26

Le lieu de la Dormition, sur le mont Sion près Jérusalem
Les premiers siècles de l'ère chrétienne sont très riches en légendes des derniers jours que Marie passa sur la terre.



Les apocryphes, réunis dans le recueil du Transitus Mariae, contiennent les récits les plus variés qui ne sauraient être rejetés en bloc mais demandent à être examinés avec une grande réserve.



"Légendes" et apocryphes : des éléments historiques réels

L'apport de la légende contient des éléments historiques réels qu’il serait bien difficile de préciser et de sélectionner.



Les auteurs apocryphes sont des enfants du milieu grec oriental qui reprennent des traditions orles des judéo-chrétiens mais avec une habitude d'y développer à tout propos et hors de propos le merveilleux car ils ne comprennent pas bien les formulations orientales primitives.



Dès l'origine apparaît un ouvrage peu considérable intitulé "Transitus Sanctae Mariae" qui semble avoir joui d'un tel crédit qu'un décret du pape Gélase (429-496) le condamna comme apocryphe. La date de sa composition reste disputée parmi les spécialistes qui oscillent entre le IIè et le IIIè siècle. Cependant aucun argument décisif n'a encore été fourni bien qu'il semble émaner du Vè siècle, époque de sa condamnation.



Deux versions du Transitus existent: l'une prolixe et diffuse et la seconde attribuée à Méliton de Sardes; celle-ci est en réalité une refonte du Vè siècle dont la sobriété trahit la main d'un rédacteur intelligent et adroit, mais qui ne sut pas retrouver les traditions araméennes primitives, ignorant la langue de celles-ci. C'est une restitution "grecque".



La parfaite orthodoxie doctrinale de l'ouvrage refondu lui permit d'exercer son influence sur les écrivains ecclésiastiques malgré la mise en garde du pape Gélase.



Le chroniqueur mérovingien Grégoire de Tours (+ 594) puise ostensiblement dans le Transitus quand il rédige son Traité des miracles, et la liturgie médiévale en extrait des passages qu'elle fait lire en la fête de l'Assomption.



Saint Jean Damascène lui-même y puise la localisation du lieu de la Dormition

Ennemi combatif des apocryphes, saint Jean Damascène y recueille pour la présenter comme authentique la convocation miraculeuse des apôtres au moment du trépas de la très Sainte Vierge, qui s'appuie par alleurs sur des traditions nombreuses orientales relatives à une dernière réunion des Apôtres autour de Marie qu'il est plus exact de placer autour du retour de Jacques le Majeur d'Egypte pour l'année sabbatique 40-41, car elles la fixent au début de la "douzième année après l'Ascension" (soit au début 41) alors que l'Assomption est bien attestée à la 21e année (51)..



Cette autorité qui s'est imposée sans contrainte et sans interruption, laisse supposer que l'auteur apocryphe a recueilli ses informations à des sources authentiques. II n'est donc pas sans utilité d'en établir la valeur réelle parce que les sources utilisées par le Transitus comblent une lacune dans l'histoire et fournissent un élément à la piété et à la croyance.



Elles proposent à notre coeur d'enfants de Marie un nouvel objet d'affection tandis qu'elles projettent leur clarté sur l'un des plus grands mystères de l'existence de la Mère de Dieu.



La «Sainte Sion» : le mont Sion, lieu de la Dormition

Les apocryphes admettent la mort corporelle de la très Sainte Vierge qu'ils fixent à Jérusalem, le 21 janvier.



Des indices sérieux permettent d'établir que la première fête de la Madone, vers le IIè siècle, eut pour objet la commémoraison de son trépas, selon l'habitude de célébrer la "naissance au Ciel" des saints et martyrs.. Du reste, si l'on compare la fête de Marie avec celles des autres saints célébrées dans les premiers siècles il en résulte une analogie qui permet d'en préciser l'objet.



En effet, il est étonnant de constater que toutes, sous quelque dénomination que ce soit, rappellent le souvenir de la mort des serviteurs de Dieu. Plusieurs églises inscrivent leur première fête de la Mère de Dieu sous des titres bien de nature à confirmer l'opinion, comme "Dormition", "transitus","migration", "mémoire"... de Marie.



La coïncidence de la dédicace des églises dédiées à la très Sainte Vierge au 21 janvier, n'est donc pas sans importance.



Mais iI est étonnant de constater qu'il faille attendre au VIIIè siecle pour trouver un texte positif qui fixe au Mont Sion le trépas de la très Sainte Vierge, c'est-à-dire l'époque qui suivit l'occupation de la ville par les Arabes et le moment où ils ne respectent que les églises ayant une dédicace mariale, seule reconnue dans l'Islam au contraire des apparitions du Ressuscité.



Le fait apparaît d'autant plus étrange qu'au témoignage concordant des apocryphes, cette croyance correspond alors à l'opinion de l'église de Jérusalem. Il est probable que le Cénacle fut le lieu où l'on voulut conserver le trésor le plus précieux que Jésus avait laissé à la terre après le saint Sépulcre en l'attachant à la présence en ces lieux de la Vierge Marie, à partir du Jeudi Saint jusqu'à sa retraite à Ephèse.



Le Nouveau Testament reconnaît le Cénacle comme le rendez-vous habituel des apôtres et des disciples; s'il n'appartenait pas à un parent de Marie, son propriétaire est, d'après les traditions orientales Lazare, qui l'avait ouvert largement à Jésus et aux disciples de Jésus, ses hôtes jusqu'à en faire le premier lieu du culte liturgique de l'Eglise naissante.



Il semble évident que l'importance de l'institution de l'Eucharistie et la fondation de l'Eglise aient rejeté dans l'ombre les autres souvenirs attachés au Cénacle.



Quand, sous le pontificat de Jean, patriarche grec de Jérusalem (388-417), la «petite église», construite sur le lieu du Cénacle, ayant échappé aux destructions de 70 et de 136, et restée aux mains des Judéo-chrétiens, eut aux grandes fêtes un accès autorisé à partir de la Basilique grandiose du Mont Sion ; alors le partage avec les autres souvenirs fut mis en évidence.



A côté des souvenirs de la dernière Cène et de la descente du Saint-Esprit, que l'on célébrait dans l'ancienne église, historiquement la Sainte Sion originale, apparut alors celui du trépas de la Bienheureuse Vierge qui occupera bientôt une place distincte dans la nouvelle Basilique.



Dans une ode composée au temps de sa jeunesse, saint Sophrone célèbre la pierre vénérée dans la basilique et sur laquelle la Mère de Dieu aurait achevé son pèlerinage terrestre.



Le sanctuaire «Mère de toutes les églises» du monde

Détruite par les Perses (614) qui étaient en lien avec les judéo-chrétiens, la grande basilique "grecque" de la Sainte Sion fut en partie restaurée par le patriarche Modeste et le culte de la Dormition de la Mère de Dieu, solidement implanté, n'en souffrit point. Si l'on en juge par un plan de la basilique dessiné par Arculfe, la restauration de la basilique lui aurait donné une plus grande importance.



L'inscription «C'est ici que sainte Marie est morte» est sans nul doute un témoignage plus affirmatif que la pierre célébrée par saint Sophrone, et permet de conclure à l'existence d'un local distinct.



Cette opinion est d'autant plus plausible que la tradition en était arrivée à affirmer que la Basilique byzantine renfermait dans ses murs « la chambre de Marie». Le sanctuaire qu'au VIIè siècle saint Jean Damascène proclame «mère de toutes les églises du monde» connut une ère de vraie splendeur qui s'est prolongée pendant deux cents ans. Il fut démoli en 966 et sa reconstruction entreprise par les croisés s'élèvera sur les fondations byzantines.



La Basilique des croisés est devenue à ce moment plus que jamais un sanctuaire marial.

«0 sainte Mère de Dieu, tu as été élevée au-dessus des choeurs des anges».



Cette chapelle fut isolée par de lourdes grilles en fer forgé; ses murs étaient décorés de peintures représentant le trépas de la très Sainte Vierge selon la tradition: classique de l'iconographie byzantine, au dire de Jean de Wurzbourg.



Aujourd'hui, après six siècles de péripéties, la nouvelle Eglise de la Dormition s'élève sur le mont Sion

Lors de la prise de Jérusalem en 1187 la Basilique Sainte-Marie du Mont Sion ne fut ni détruite ni convertie en mosquée mais abandonnée.



Puis, en 1219, sur l'ordre de Malek el-Mouhadhem, elle fut dévastée avec plusieurs autres sanctuaires de Palestine; ce sultan espérait ainsi décourager tout pélerinage important et donc tout risque d'effort de conquête de la part des croisés. Ce qu'il en laissa fut rasé en 1244 par les Karesmiens.



Un siècle plus tard, les Franciscains qui avaient réussi à s'établir au Mont Sion, restaurèrent la chapelle commémorative. Ils se proposaient de restaurer l'église de la Dormition dont les murs étaient encore debout en 1294, selon Ricoldo de Monte Croce; ils en avaient même obtenu l'autorisation formelle du pape Grégoire XI mais l'intransigeance des musulmans les empêcha de réaliser le projet.



Ainsi le sanctuaire de la Dormition fut abandonné parce qu'il n'était pas compris dans la zone que la reine Sanche de Naples avait achetée sur le Mont Sion et que le Pape avait confiée à la garde des Franciscains.



Cependant, au XVè siècle, des efforts furent déployés pour relever les ruines de la Dormition et les énormes sacrifices pécuniaires consentis obtiendront un certain succès. Le culte fut ranimé et le service religieux largement assuré, ce qui réveilla le fanatisme assoupi car, en 1490, des interventions parties de Jérusalem obtinrent du sultan la démolition de la chapelle.



Au demeurant, on avait enregistré pendant ces années de culte l'existence d'une « image de Notre Dame dans l'oratoire des latins du Mont Sion » qui était vénéré par tous et se traduisait par l'ordre donné aux éthiopiens d'entrer dans son sanctuaire tête nue et sans chaussures.



Au milieu de la désolation de ce champ de ruines une simple pierre marquée d'une croix indiquait aux pèlerins l'emplacement du sanctuaire de la Dormition.



En 1898, l'empereur Guillaume II, à l'occasion de son voyage dans le Proche-Orient, obtint du sultan Abdul Hamid la cession du vaste terrain sur lequel s'élevait jadis l'église byzantine et en fit don aux catholiques allemands. Grâce aux aumônes recueillies par la societé rhénane Pro Palestina une nouvelle Basilique de la Dormition a surgi, imposante et monumentale, qui fait revivre les fastes des siècles de foi des byzantins et des croisés.





(La Dormition de Notre-Dame Il transito della B. Vergine Maria, 31,32, Bonaccorsi, op.cit. 31-32-273 ; 38,39-277 ; 44,45-279)
avatar
ANNE4
Aime la Divine Volonté

Messages : 898
Inscription : 01/03/2009

http://annedallemagne.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par ANNE4 le Dim 17 Mai 2009 - 21:55

"ET ILS FURENT JETES DANS DES BATEAUX SANS VOILE..."

Je préfère cette histoire....

Le dogme de l'Assomption de la Vierge Marie en tout cas depuis 1950, est objet de Foi.

La Dormition de Marie était depuis la primitive Église reconnue par les Chrétiens et surtout par les Orthodoxes. Quand au lieu de cette élévation au Ciel, Jérusalem ou Ephèse, c'était une question disputée.

Toutefois depuis le siècle dernier, le Cardinal Roncalli (Bienheureux Jean XXIII) et les Souverains Pontifes Paul VI, Jean Paul II et Benoît XVI ayant visité Meryem Ana légitimement en quelque sorte le sentiment que Marie, prise en charge par Saint Jean selon la demande de Jésus en Croix, ait vécu dans la dite Maison. Les circonstances de la découverte de cette maison au 19e siècle méritent, tel un signe providentiel, d'être contées. La Béatification d'Anne Catherine Emmerich en 2004, lève aussi l'hypothèque de ses révélations.



La découverte


En 1881, un Prêtre Français du Diocèse de Paris, l'Abbé Gouyet, eût l'idée d'aller à Ephèse, pour vérifier l'exactitude de la description de la Maison de la Vierge,

telle que la donnait la stigmatisée allemande

Anne-Catherine Emmerich dans son livre « La Vie de la Sainte Vierge ».

Bien qu'encouragé dans ses recherches par l'évêque du lieu, et après avoir trouvé des traces de cette maison, le rapport de l'Abbé de ne recueillit pas l'assentiment des autorités parisiennes et romaines.

Dix ans plus tard, les Filles de la Charité, qui tenaient l'Hôpital Français de Smyrne (Izmir maintenant en Turquie), avaient la coutume de lire pendant le repas un livre pieux. Alors que cette « Vie de la Sainte Vierge » de la visionnaire allemande était lue au réfectoire, et que d'après ses dires Marie aurait vécu près d'Ephèse, la Supérieure de l'Hôpital...

Sœur Marie de Mandat-Grancey, dit à l'aumônier, M. Jung, Lazariste :

"Ephèse n'est pas bien loin, il vaudrait bien la peine d'y aller voir "
Le Père Jung demeurait toutefois sceptique.



Le Père Eugène Poulin, Lazariste, Supérieur du Collège du Sacré Cœur à Izmir,

qui avait lu le livre de Catherine Emmerich,

décida avec le Père Jung de monter avec lui à Bülbül Dag, sur la montagne où était indiquée la fameuse Maison.

Le Père Poulin, savant hébraïsant, connaissant le Liber Miraculorum de Grégoire de Tours (538-594) qui parle de Saint Jean vivant dans une maison d'Ephèse... mais n'attachait pas beaucoup de crédit aux déclarations de ce célèbre Evêque de Tours qui mêle parfois l'Histoire et la légende.

Les Lazaristes se mettent donc en route vers cette montagne décrite dans le livre de la visionnaire. A 17 km de Meryem Ana, ils rencontre des Kirkindjiotes, Orthodoxes, habitant cette région, qui chaque année, le jour de l'Assomption montaient à un sanctuaire. C'était le Monastir, sorte de Chapelle, doté d'une source « miraculeuse », l'Ayassama. Près de cette chapelle délabrée se trouvait d'après les habitants Kirkindjiotes un lieu dit Panaghia Kapoulou (Panakia Kapoulou), les « Portes de la Toute-Sainte », c'est à dire la Maison de la Vierge.

Ces Kirkindjiotes étaient des descendants des premiers Chrétiens d'Ephèse ayant fui cette ville et vivant au pied de la montagne, à une quinzaine de kilomètres d'Ephèse.

Ils étaient Orthodoxes, et bien que pour l'Église Orthodoxe Marie soit « endormie » dans le Seigneur à Jérusalem, eux sur place, vénéraient Marie et sa Dormition-Assomption à Panaghia Kapoulou.

Tradition multiséculaire.

Les Pères Lazaristes vécurent beaucoup de péripéties dans cette région repaire de bandits, dépourvue de route.

Le jeudi 13 août 1891, vers 11 heures du matin, après une ascension difficile, nos deux Lazaristes arrivent sur une terrasse près d'une chapelle en ruine et couverte de plantations. Livre en mains, ils scrutent le paysage et découvrent plusieurs ressemblances avec la description de la voyante allemande. D'abord les rochers derrière la « maison »; la montagne du haut de laquelle on voit Ephèse et la mer. Quant à la maison elle correspondait à la description de la vision: deux pièces, l'une devant, l'autre derrière. Seule la cheminée n'apparaissait pas. Des fouilles furent entreprises; on y trouva de nombreux indices de l'antiquité de cet établissement (pièce de monnaies, poteries). Le déblaiement des gravats, terres etc... fit apparaître un amas de pierres soigneusement rangées, et sous ces pierres des tuiles noircies d'un côté. C'était de la cendre. Le foyer de la maison, l'âme, était découvert. Les Pères chercheurs consignèrent leur découverte dans un procès verbal, aux fins de la transmission à l'évêque du lieu. (NDLR, en mars 1996, Monseigneur Bernardini nous affirma qu'au milieu des cendres se trouvaient des braises; témoignage transmis mais non consigné dans les PV officiels).

A la suite des comptes redus des deux Prêtres, Monseigneur Timoni, évêque de Smyrne, forma une commission compétente, composée de sept Prêtres et de cinq laïcs dont lui-même se réservait la présidence. Le 1er décembre 1892, les douze membres, évêque en tête, montaient à Meryem Ana. Ils consignèrent leurs constatations et leur correspondances des lieux avec le texte d'Anne Catherine Emmerich, en procès verbal en bonne et due forme.

Entre temps, la Sœur Marie de Mandat Grancey acheta pour 40 000 Francs le domaine, et utilisa l'argent de sa dot à la réparation de la Chapelle.

De nombreux déboires administratifs et policiers vinrent assaillir les religieux gardiens des lieux. Pour certaines autorités Turques, une telle présence Chrétienne en pays Musulman semblait un blasphème. Et pourtant Chrétiens en Musulmans venaient de plus en plus nombreux en pèlerinage à Meryem Ana. Le Gouvernement Turc, en 1950, comprenant l'intérêt touristique du site, ordonna la construction d'une route.


Dès 1895, Léon XIII envoya en Orient une commission chargée d'étudier la question des rites orientaux. Le Commissaire principal de cette commission se rendit à Meryem Ana et enquêta sur place. A son retour à Rome il rendit compte directement à Léon XIII.

En 1896, Saint Pie X et Pie XI prirent connaissance des brochures avec photos de la maison et félicitèrent les auteurs; en 1931, à l'occasion du 15e centenaire du Concile d'Ephèse, Monseigneur Roncalli (futur Bienheureux Jean XXXIII) manifesta le désir de monter sur la montagne; mais faute de route, il dut y renoncer.


En se rendant à la Maison de la Théotokos près d'Ephèse, les trois récents Papes ont encouragés le pèlerinage qui rassemble parfois autant de Musulmans que de Chrétiens.

Marie Mère de Jésus, n'est-elle pas citée 34 fois dans le Coran? Leur pèlerinage n'est peut-être pas preuve de l'authenticité historique de la Maison de la Vierge, rien n'étant rajouté à l'Evangile, mais une incitation à vivre les signes, ces clins d'oeil de la Providence.


En 1961, Louis Massignon, ce chantre de l'amitié Islamo-Chrétienne, déclarait:

" Ephèse doit devenir, avant le rassemblement final à Jérusalem pour tous les groupes Chrétiens et Musulmans le lieu de la réconciliation en Marie « Hazrat Meryem Ana » (Notre Mère en Turc en attendant qu'Israël, la reconnaisse enfin comme la gloire de Sion, rejoigne cette unanimité tant désirée. »

Le sanctuaire d'Ephèse est un lieu de rencontre exceptionnel entre les Chrétiens et les Musulmans, « où les divers ex-votos montrent que la Vierge accorde des miracles aux uns comme aux autres ».


Il ne reste plus guère de Chrétiens à Ephèse; mais au-delà du patrimoine Chrétien – la Basilique Saint Jean avec son tombeau, et Meryem Ana – on ressent dans un contact avec nos origines une Église secrète vouée au silence de l'amour. Ce patrimoine-source a marqué la Chrétienté primitive, « une empreinte d'exil, de vie commune érémitique », selon les mots de Louis Massignon (cité par Moncelon).


L'histoire de la Maison de la Vierge à Ephèse et les circonstances de sa découverte n'ont pas à être vues comme un récit merveilleux, un jeu de piste spirituel, mais comme un cadeau affectueux pour notre temps.

De l' « Asie » où se réfugia Marie, on entend encore le « faites toute ce qu'Il vous dira » de Cana, et des dernières paroles de Jésus en Croix: « Femme voici Ton fils, puis il dit au disciple: voici ta Mère... Dès cette heure-là, le disciple l'accueillit chez lui » (JN 19, 27).


Stella Maris, N° 453 de décembre 2008


Applaudissement

-----------------------------------------------------------

http://annedallemagne.forumactif.org
avatar
ANNE4
Aime la Divine Volonté

Messages : 898
Inscription : 01/03/2009

http://annedallemagne.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par oliveee le Dim 17 Mai 2009 - 22:31

Bonjour,

Dans Maria Valtorta, La sainte Vierge assompte à Jérusalem près du jardin des Oliviers, à Béthanie sur les terre de Lazare, dans la maison qu'elle habitait avec Jean .

A jéusalem près du jardin des oliviers est vénéré le lieu orthodoxe de la dormition .

Le mont sion est le lieu catholique .

La Sainte Vierge y était seule avec Jean .

D'après Maria Valtorta .

Anne Catherine Emmerich dans ses révélations, a plusieurs contradiction avec l'Evangile.. Cela ne remet pas sa sainteté en cause ni son intégrité . Mais c'est un fait . Et certainement il n'y a pas d'erreur "spirituelle" .

Petite Olive .

oliveee
Débutant

Messages : 1
Inscription : 06/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par ANNE4 le Lun 18 Mai 2009 - 9:54

Merci de votre intervention... Mais, je persiste et signe...

Poursuivis par les romains après la mort de JESUS, les diciples de JESUS, LA VIERGE MARIE ainsi que sa mère ANNE toujours vivante durent s'enfuir de Palestine en quittant tous leurs biens pour des terres moins hostiles !

Leur Mission dès cet instant fut l'EVANGELISATION après la PENTECOTE reçue !

Des TEMPS NOUVEAUX COMMENCAIENT !

Bientôt, nous connaitrons d'autres TEMPS NOUVEAUX...

Ce sera la FIN du PECHE ORIGINEL !

-----------------------------------------------------

http://annedallemagne.forumactif.org
avatar
ANNE4
Aime la Divine Volonté

Messages : 898
Inscription : 01/03/2009

http://annedallemagne.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par myriam85 le Lun 18 Mai 2009 - 13:04

Sainte Anne ( ainsi que saint Joachim),était morte avant le mariage de la Vierge. Elle était orpheline à ce moment.
Si elle avait été vivante il aurait été fait mention d'elle au moment de la passion au moins.
Marie a vécu toute les plus douloureuses situations humaines, et toutes les soufffrances qu'elles comportent, la perte de ses parents, la vie d'exilée avec Joseph en Egypte, le veuvage avec la mort de son époux après une longue maladie, et la mort de son fils unique, ce qui fait que qui mieux qu'elle peut comprendre nos peines et nos souffrances.
avatar
myriam85
Contre le nouvel ordre mondial

Féminin Messages : 504
Age : 53
Localisation : Vendée
Inscription : 20/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par ANNE4 le Lun 18 Mai 2009 - 14:04

Je crois que vous avez raison myriam85 !

J'avais bien lu ces textes en d'autres temps...

Aussi dans le doute, j'ai téléphoné à une excellente personne qui m'a parlé comme vous...

En fait, c'est ses ossements qui... peut-être ont dû rester avec Elle un temps pour ensuite aller vers APT dans les Alpes françaises, retrouvées par Charlemagne...

Je n'ai pas, moi non plus, la science infuse !

----------------------------------

http://annedallemagne.forumactif.org
avatar
ANNE4
Aime la Divine Volonté

Messages : 898
Inscription : 01/03/2009

http://annedallemagne.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Catherine Jouenne le Mer 15 Aoû 2018 - 19:44

La Dormition et l'Assomption de Marie, 4ème Mystère Glorieux du Rosaire ..... 15-08-2017



avatar
Catherine Jouenne
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 485
Age : 54
Localisation : France
Inscription : 07/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Joannes Maria le Mer 15 Aoû 2018 - 20:12

Voici pour celles et ceux que cela intéressent un long développement sur Sainte Anne et la France :

http://jeanderoquefort.free.fr/6_10_0_sainte_anne_france.html
avatar
Joannes Maria
En adoration

Masculin Messages : 2683
Inscription : 19/05/2010

http://jeanderoquefort.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par jacques58fan le Lun 12 Nov 2018 - 5:37

@ANNE4 a écrit:Le lieu de la Dormition, sur le mont Sion près Jérusalem
Les premiers siècles de l'ère chrétienne sont très riches en légendes des derniers jours que Marie passa sur la terre.



Les apocryphes, réunis dans le recueil du Transitus Mariae, contiennent les récits les plus variés qui ne sauraient être rejetés en bloc mais demandent à être examinés avec une grande réserve.



"Légendes" et apocryphes : des éléments historiques réels

L'apport de la légende contient des éléments historiques réels qu’il serait bien difficile de préciser et de sélectionner.



Les auteurs apocryphes sont des enfants du milieu grec oriental qui reprennent des traditions orles des judéo-chrétiens mais avec une habitude d'y développer à tout propos et hors de propos le merveilleux car ils ne comprennent pas bien les formulations orientales primitives.  



Dès l'origine apparaît un ouvrage peu considérable intitulé "Transitus Sanctae Mariae" qui semble avoir joui d'un tel crédit qu'un décret du pape Gélase (429-496) le condamna comme apocryphe. La date de sa composition reste disputée parmi les spécialistes qui oscillent entre le IIè et le IIIè siècle. Cependant aucun argument décisif n'a encore été fourni bien qu'il semble émaner du Vè siècle, époque de sa condamnation.



Deux versions du Transitus existent: l'une prolixe et diffuse et la seconde attribuée à Méliton de Sardes; celle-ci est en réalité une refonte du Vè siècle dont la sobriété trahit la main d'un rédacteur intelligent et adroit, mais qui ne sut pas retrouver les traditions araméennes primitives, ignorant la langue de celles-ci. C'est une restitution "grecque".



La parfaite orthodoxie doctrinale de l'ouvrage refondu lui permit d'exercer son influence sur les écrivains ecclésiastiques malgré la mise en garde du pape Gélase.



Le chroniqueur mérovingien Grégoire de Tours (+ 594) puise ostensiblement dans le Transitus quand il rédige son Traité des miracles, et la liturgie médiévale en extrait des passages qu'elle fait lire en la fête de l'Assomption.



Saint Jean Damascène lui-même y puise la localisation du lieu de la Dormition

Ennemi combatif des apocryphes, saint Jean Damascène y recueille pour la présenter comme authentique la convocation miraculeuse des apôtres au moment du trépas de la très Sainte Vierge, qui s'appuie par alleurs sur des traditions nombreuses orientales relatives à une dernière réunion des Apôtres autour de Marie qu'il est plus exact de placer autour du retour de Jacques le Majeur d'Egypte pour l'année sabbatique 40-41, car elles la fixent au début de la "douzième année après l'Ascension" (soit au début 41) alors que l'Assomption est bien attestée à la 21e année (51)..



Cette autorité qui s'est imposée sans contrainte et sans interruption, laisse supposer que l'auteur apocryphe a recueilli ses informations à des sources authentiques. II n'est donc pas sans utilité d'en établir la valeur réelle parce que les sources utilisées par le Transitus comblent une lacune dans l'histoire et fournissent un élément à la piété et à la croyance.



Elles proposent à notre coeur d'enfants de Marie un nouvel objet d'affection tandis qu'elles projettent leur clarté sur l'un des plus grands mystères de l'existence de la Mère de Dieu.



La «Sainte Sion» : le mont Sion, lieu de la Dormition

Les apocryphes admettent la mort corporelle de la très Sainte Vierge qu'ils fixent à Jérusalem, le 21 janvier.



Des indices sérieux permettent d'établir que la première fête de la Madone, vers le IIè siècle, eut pour objet la commémoraison de son trépas, selon l'habitude de célébrer la "naissance au Ciel" des saints et martyrs.. Du reste, si l'on compare la fête de Marie avec celles des autres saints célébrées dans les premiers siècles il en résulte une analogie qui permet d'en préciser l'objet.



En effet, il est étonnant de constater que toutes, sous quelque dénomination que ce soit, rappellent le souvenir de la mort des serviteurs de Dieu. Plusieurs églises inscrivent leur première fête de la Mère de Dieu sous des titres bien de nature à confirmer l'opinion, comme "Dormition", "transitus","migration", "mémoire"... de Marie.



La coïncidence de la dédicace des églises dédiées à la très Sainte Vierge au 21 janvier, n'est donc pas sans importance.



Mais iI est étonnant de constater qu'il faille attendre au VIIIè siecle pour trouver un texte positif qui fixe au Mont Sion le trépas de la très Sainte Vierge,  c'est-à-dire l'époque qui suivit l'occupation de la ville par les Arabes et le moment où ils ne respectent que les églises ayant une dédicace mariale, seule reconnue dans l'Islam au contraire des apparitions du Ressuscité.



Le fait apparaît d'autant plus étrange qu'au témoignage concordant des apocryphes, cette croyance correspond alors à l'opinion de l'église de Jérusalem. Il est probable que le Cénacle fut le lieu où l'on voulut conserver le trésor le plus précieux que Jésus avait laissé à la terre après le saint Sépulcre en l'attachant à la présence en ces lieux de la Vierge Marie, à partir du Jeudi Saint jusqu'à sa retraite à Ephèse.



Le Nouveau Testament reconnaît le Cénacle comme le rendez-vous habituel des apôtres et des disciples; s'il n'appartenait pas à un parent de Marie, son propriétaire est, d'après les traditions orientales Lazare, qui l'avait ouvert largement à Jésus et aux disciples de Jésus, ses hôtes jusqu'à en faire le premier lieu du culte liturgique de l'Eglise naissante.



Il semble évident que l'importance de l'institution de l'Eucharistie et la fondation de l'Eglise aient rejeté dans l'ombre les autres souvenirs attachés au Cénacle.



Quand, sous le pontificat de Jean, patriarche grec de Jérusalem (388-417), la «petite église», construite sur le lieu du Cénacle, ayant échappé aux destructions de 70 et de 136, et restée aux mains des Judéo-chrétiens, eut aux grandes fêtes un accès autorisé à partir de la Basilique grandiose du Mont Sion ; alors le partage avec les autres souvenirs fut mis en évidence.



A côté des souvenirs de la dernière Cène et de la descente du Saint-Esprit, que l'on célébrait dans l'ancienne église, historiquement la Sainte Sion originale, apparut alors celui du trépas de la Bienheureuse Vierge qui occupera bientôt une place distincte dans la nouvelle Basilique.



Dans une ode composée au temps de sa jeunesse, saint Sophrone célèbre la pierre vénérée dans la basilique et sur laquelle la Mère de Dieu aurait achevé son pèlerinage terrestre.



Le sanctuaire «Mère de toutes les églises» du monde

Détruite par les Perses (614) qui étaient en lien avec les judéo-chrétiens, la grande basilique "grecque" de la Sainte Sion fut en partie restaurée par le patriarche Modeste et le culte de la Dormition de la Mère de Dieu, solidement implanté, n'en souffrit point. Si l'on en juge par un plan de la basilique dessiné par Arculfe, la restauration de la basilique lui aurait donné une plus grande importance.



L'inscription «C'est ici que sainte Marie est morte» est sans nul doute un témoignage plus affirmatif que la pierre célébrée par saint Sophrone, et permet de conclure à l'existence d'un local distinct.



Cette opinion est d'autant plus plausible que la tradition en était arrivée à affirmer que la Basilique byzantine renfermait dans ses murs « la chambre de Marie». Le sanctuaire qu'au VIIè siècle saint Jean Damascène proclame «mère de toutes les églises du monde» connut une ère de vraie splendeur qui s'est prolongée pendant deux cents ans. Il fut démoli en 966 et sa reconstruction entreprise par les croisés s'élèvera sur les fondations byzantines.



La Basilique des croisés est devenue à ce moment plus que jamais un sanctuaire marial.

«0 sainte Mère de Dieu, tu as été élevée au-dessus des choeurs des anges».



Cette chapelle fut isolée par de lourdes grilles en fer forgé; ses murs étaient décorés de peintures représentant le trépas de la très Sainte Vierge selon la tradition: classique de l'iconographie byzantine, au dire de Jean de Wurzbourg.



Aujourd'hui, après six siècles de péripéties, la nouvelle Eglise de la Dormition s'élève sur le mont Sion

Lors de la prise de Jérusalem en 1187 la Basilique Sainte-Marie du Mont Sion ne fut ni détruite ni convertie en mosquée mais abandonnée.



Puis, en 1219, sur l'ordre de Malek el-Mouhadhem, elle fut dévastée avec plusieurs autres sanctuaires de Palestine; ce sultan espérait ainsi décourager tout pélerinage important et donc tout risque d'effort de conquête de la part des croisés. Ce qu'il en laissa fut rasé en 1244 par les Karesmiens.



Un siècle plus tard, les Franciscains qui avaient réussi à s'établir au Mont Sion, restaurèrent la chapelle commémorative. Ils se proposaient de restaurer l'église de la Dormition dont les murs étaient encore debout en 1294, selon Ricoldo de Monte Croce; ils en avaient même obtenu l'autorisation formelle du pape Grégoire XI mais l'intransigeance des musulmans les empêcha de réaliser le projet.



Ainsi le sanctuaire de la Dormition fut abandonné parce qu'il n'était pas compris dans la zone que la reine Sanche de Naples avait achetée sur le Mont Sion et que le Pape avait confiée à la garde des Franciscains.



Cependant, au XVè siècle, des efforts furent déployés pour relever les ruines de la Dormition et les énormes sacrifices pécuniaires consentis obtiendront un certain succès. Le culte fut ranimé et le service religieux largement assuré, ce qui réveilla le fanatisme assoupi car, en 1490, des interventions parties de Jérusalem obtinrent du sultan la démolition de la chapelle.



Au demeurant, on avait enregistré pendant ces années de culte l'existence d'une « image de Notre Dame dans l'oratoire des latins du Mont Sion » qui était vénéré par tous et se traduisait par l'ordre donné aux éthiopiens d'entrer dans son sanctuaire tête nue et sans chaussures.



Au milieu de la désolation de ce champ de ruines une simple pierre marquée d'une croix indiquait aux pèlerins l'emplacement du sanctuaire de la Dormition.



En 1898, l'empereur Guillaume II, à l'occasion de son voyage dans le Proche-Orient, obtint du sultan Abdul Hamid la cession du vaste terrain sur lequel s'élevait jadis l'église byzantine et en fit don aux catholiques allemands. Grâce aux aumônes recueillies par la societé rhénane Pro Palestina une nouvelle Basilique de la Dormition a surgi, imposante et monumentale, qui fait revivre les fastes des siècles de foi des byzantins et des croisés.





(La Dormition de Notre-Dame Il transito della B. Vergine Maria, 31,32, Bonaccorsi, op.cit. 31-32-273 ; 38,39-277 ; 44,45-279)
Bonjour
Qu'est-ce que la dormition, svp?
avatar
jacques58fan
Combat avec Sainte Marie

Masculin Messages : 1604
Inscription : 22/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Isabelle-Marie le Ven 16 Nov 2018 - 22:28

Jacques58 a écrit: Qu'est-ce que la dormition, svp?

On utilise dormition plutôt que mort qui ne s'applique pas à la Vierge Marie. 

Trouvé dans Maria Valtorta, qui devrait vous éclairer un minimum   Smile

"Si elle n'entraînait ni peur ni souffrance, la mort ne serait pas le châtiment extrême ni l'ultime moyen d'expier accordé à l'homme. Tant que la Faute n'existait pas, la mort n'était pas mort mais dormition. Et là où il n'y a pas eu faute, comme dans le cas de Marie, il n'y a pas de mort non plus. Moi, je suis mort parce que tout le Péché pesait sur moi, et j'ai connu l'horreur de la mort."

Jésus à Marie Valtorta, le 14 juillet 1946
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 3484
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par tlig77 le Sam 17 Nov 2018 - 23:56

JEAN-PAUL II
[size=undefined]AUDIENCE GÉNÉRALE[/size]
Mercredi 25 Juin 1997
    
Chers Frères et Soeurs,
Le Concile Vatican II s'exprime ainsi sur la fin de la vie de la Vierge Marie en ce monde : «La Vierge immaculée, préservée intacte de toute souillure de la faute originelle, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée, avec son corps et son âme, à la gloire du ciel» (Lumen gentium, n. 59). Le Concile reprend la définition de l'Assomption par le Pape Pie XII. Mais il ne se prononce pas sur la question de savoir si Marie a fait l'expérience dans sa chair du passage par la mort.
L'Écriture ne donne pas d'indication à ce sujet. La Tradition des Pères de l'Église, dans son ensemble, considère que la Mère n'est pas supérieure à son Fils, lui qui a accepté la mort et en a fait une source du salut. Associée au sacrifice du Christ, Marie a pu partager la souffrance et la mort pour la rédemption du monde. Pour elle, le passage dans l'au-delà fut une maturation de la grâce dans la gloire, à tel point que, dans son cas, la mort put être comprise comme une "dormition".
Certains Pères présentent la mort de Marie comme un événement d'amour qui l'a conduite à rejoindre son divin Fils pour entrer avec lui dans l'immortalité. Au terme de sa vie, elle aura connu, plus même que saint Paul, le désir de «partir pour être avec le Christ» (Ph 1, 23).
Ayant vécu le sort commun, la Vierge peut d'autant mieux exercer sa maternité spirituelle à l'égard de ceux qui arrivent à l'heure suprême de leur vie.
Je salue très cordialement les personnes de langue française venues ce matin. Chers amis, je vous souhaite un bon pèlerinage et un bon été, et je vous donne de grand coeur la Bénédiction apostolique.
avatar
tlig77
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 608
Age : 122
Inscription : 05/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par guy frechette le Dim 18 Nov 2018 - 20:34

                                           [édité - non respect de la charte, art. 12 ]

guy frechette
Aime la prière

Masculin Messages : 38
Localisation : Québec
Inscription : 22/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Joannes Maria le Dim 18 Nov 2018 - 20:57

On peut faire dire ce que l'on veut à la Sainte Bible en faisant ainsi, en isolant des passages par rapport à d'autres et en omettant certains.

En faisant ainsi, on fait une lecture fondamentaliste de la Sainte Ecriture :

Saint Paul le dit bien en Col 1,24 :

Maintenant je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous ; ce qui reste à souffrir des épreuves du Christ dans ma propre chair, je l’accomplis pour son corps qui est l’Église.

Si Saint Paul participe à la rédemption par ses souffrances comment la Très Sainte Vierge Marie Mère de Dieu n'y participerait pas à un niveau suréminent ?

http://jeanderoquefort.free.fr/7_4_marie_coredemptrice.html
avatar
Joannes Maria
En adoration

Masculin Messages : 2683
Inscription : 19/05/2010

http://jeanderoquefort.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par guy frechette le Dim 18 Nov 2018 - 21:33

[idem]

guy frechette
Aime la prière

Masculin Messages : 38
Localisation : Québec
Inscription : 22/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par J-Ph Cazelle le Lun 19 Nov 2018 - 23:09

Maria Valtorta a était cité quelques messages plus haut. Je suis un lecteur quotidien de ses écris. 
Chacun peut se forger une opinion sur l'origine surnaturelle ou non de l'oeuvre qu'elle à laissée.
 Je m'en tiens, personnellement, aux propos du pape Pie XII "Ce qui liront comprendront"       
Voici ce que la très Sainte Vierge Marie dit à Maria Valtorta au sujet de sa dormition et de son Assomption:
Qui, mieux que Marie peut nous donner un tel éclairage sur cet événement?

"Marie parle:
"Ai-je été morte ? Oui, si on veut appeler mort la séparation d’avec le corps de la partie noble de l’esprit. 
Non, si par mort on entend la séparation d’avec le corps de l’âme qui le vivifie, la corruption de 
la matière qui n’est plus vivifiée par l’âme, et d’abord le caractère lugubre du tombeau et, d’abord 
parmi toutes ces choses, la douleur de la mort.    
Comment je suis morte, ou plutôt comment je suis passée de la Terre au Ciel, d’abord avec la partie 
immortelle, puis avec celle qui est périssable ? Comme il était juste pour Celle qui n’a pas connu la 
tache de la faute.   
Ce soir-là, avait déjà commencé le repos du sabbat, je parlais avec Jean. De Jésus, de ses affaires. 
La soirée était pleine de paix. Le sabbat avait éteint tout bruit de travaux humains et l’heure 
éteignait toute voix d’homme ou d’oiseau. Seuls autour de la maison les oliviers bruissaient au 
vent du soir, et il semblait qu’un vol d’anges effleurait les murs de la maisonnette solitaire.        
 Nous parlions de Jésus, du Père, du Royaume des Cieux. Parler de la Charité et du Royaume de la 
Charité, c’est s’enflammer d’un feu vivant, consumer les liens de la matière afin de libérer l’esprit 
pour ses vols mystiques. Et si le feu est retenu dans les limites que Dieu met pour conserver les créatures 
sur la Terre à son service, on peut vivre et brûler, en trouvant dans son ardeur non pas un épuisement 
mais un achèvement de vie. Mais quand Dieu enlève les limites et laisse au Feu divin la liberté de 
pénétrer et d’attirer à Lui l’esprit sans aucune mesure, alors l’esprit, à son tour en répondant sans mesure 
à l’Amour, se sépare de la matière et il vole là où l’Amour le pousse et l’invite. Et c’est la fin de l’exil 
et le retour à la Patrie.          
Ce soir-là, à l’ardeur irrésistible, à la vitalité sans mesure de mon esprit, s’unit une douce langueur, 
un mystérieux sentiment d’éloignement de la matière, de ce qui l’entourait, comme si le corps 
s’endormait par lassitude, alors que l’intellect, encore plus vivant dans son raisonnement, 
s’abîmait dans les divines splendeurs. Jean, témoin affectueux et prudent de toute ma conduite 
depuis qu’il était devenu mon fils adoptif, selon la volonté de mon Unique, me persuada doucement de me 
reposer sur mon lit et me veilla en priant.             
 Le dernier son que j’entendis sur la Terre ce fut le murmure des paroles de Jean, l’apôtre vierge. 
Ce fut pour moi comme la berceuse d’une mère près d’un berceau. Elles accompagnèrent mon esprit 
dans la dernière extase, trop sublime pour être dite. Elles l’accompagnèrent jusqu’au Ciel.            
Jean, unique témoin de ce suave mystère, m’arrangea seul, en m’enveloppant dans mon manteau blanc, 
sans changer le vêtement et le voile, sans me laver ni m’embaumer. L’esprit de Jean, comme on le voit 
clairement par ses paroles du second épisode de ce cycle qui va de la Pentecôte à mon Assomption, 
savait déjà que mon corps ne serait pas corrompu et instruisit l’Apôtre de ce qu’il fallait faire. 
Et lui, chaste, affectueux, prudent à l’égard des mystères de Dieu et de ses compagnons éloignés, 
pensa qu’il fallait garder le secret et attendre les autres serviteurs de Dieu, pour qu’ils me voient 
encore et tirent de cette vue réconfort et aide pour les peines et les fatigues de leurs missions. 
Il attendit, comme s’il était sûr de leur venue.         
Mais différent était le décret de Dieu, bon comme toujours pour le Préféré, juste comme toujours 
pour tous les croyants. Au premier Il alourdit ses paupières pour que le sommeil empêcha le 
déchirement de se voir enlever aussi mon corps.  Il a donné aux croyants une vérité de plus pour les 
porter à croire en la résurrection de la chair, à la récompense d’une vie éternelle et bienheureuse 
accordée aux justes, dans les vérités les plus puissantes et les plus douces du Nouveau Testament : 
mon Immaculée Conception, ma divine Maternité virginale, dans la Nature divine et humaine de mon Fils, 
vrai Dieu et vrai Homme, né non par une volonté charnelle mais par des épousailles divines et une 
semence divine déposée dans mon sein, et enfin pour qu’ils croient qu’au Ciel se trouve mon 
Cœur de Mère des hommes, palpitant d’un amour anxieux pour tous : justes et pécheurs, désireux 
de vous avoir tous avec lui, dans la Patrie bienheureuse, pour l’éternité.    
 Quand les anges m’enlevèrent de la maisonnette, mon esprit était-il déjà revenu en moi ? Non. 
Mon esprit ne devait plus redescendre sur la Terre. Il était en adoration devant le Trône de Dieu. 
Mais quand la Terre, l’exil, le temps et le lieu de la séparation d’avec mon Seigneur Un et Trin furent 
abandonnés pour toujours, mon esprit revint resplendir au centre de mon âme en tirant la chair de 
sa dormition. Il est donc juste de dire que je suis montée au Ciel en corps et en âme, non par mes 
propres moyens, comme il est arrivé pour Jésus, mais avec l’aide des anges.  
Je me suis réveillée de cette mystérieuse et mystique dormition, je me suis levée, j’ai volé enfin 
parce que ma chair avait obtenu la perfection des corps glorifiés. Et j’aimai. J’aimai mon Fils retrouvé 
et mon Seigneur Un et Trin, je l’aimai comme c’est le destin de tous les éternels vivants."   
 II.
"Quand fut venue sa dernière heure, comme un lys épuisé qui, après avoir exhalé tous ses parfums, 
se penche sous les étoiles et ferme son blanc calice, Marie, ma Mère, s’étendit sur son lit et ferma les 
yeux à tout ce qui l’entourait pour se recueillir dans une dernière et sereine contemplation de Dieu.     
Penché sur son repos, l’ange de Marie attendait anxieusement que l’urgence de l’extase sépare de la chair 
cet esprit, au temps marqué par le décret de Dieu, et le sépare pour toujours de la Terre pendant que 
déjà descendait des Cieux le doux et attrayant commandement de Dieu.     
Penché, de son côté, sur ce mystérieux repos, Jean, ange de la Terre, veillait aussi la Mère 
qui allait le quitter. Et quand il la vit éteinte, il la veilla encore pour qu’à l’abri des regards profanes 
et curieux, elle restât même au-delà de la mort l’Immaculée Épouse et Mère de Dieu qui dormait 
si belle et tranquille.           
Une tradition dit que dans l’urne de Marie, rouverte par Thomas, on ne trouva que des fleurs. 
Pure légende. Aucun tombeau n’a englouti la dépouille de Marie, car, au sens humain, il n’y a jamais 
eu une dépouille de Marie, car Marie n’est pas morte comme meurt quiconque a eu la vie. 
Elle s’était seulement, par décret divin, séparée de l’esprit et avec lui, qui l’avait précédée, se réunit 
sa chair très sainte. Inversant les lois habituelles, selon lesquelles l’extase finit quand cesse le ravissement, 
c’est-à-dire quand l’esprit revient à l’état normal, ce fut le corps de Marie qui revint s’unir à l’esprit après 
le long arrêt sur le lit funèbre.        
Tout est possible à Dieu. Je suis sorti du Tombeau sans d’autre aide que ma puissance. 
Marie est venue à Moi, à Dieu, au Ciel, sans connaître le tombeau avec sa pourriture horrible et lugubre.
 C’est un des miracles les plus éclatants de Dieu. Pas unique, en vérité, si on se rappelle Hénoch et Élie 
qui, étant chers au Seigneur, furent enlevés à la Terre sans connaître la mort et furent transportés 
autre part en un lieu connu de Dieu seul et des célestes habitants des Cieux. Ils étaient justes, mais
 toujours un rien par rapport à ma Mère, inférieure, en sainteté, seulement à Dieu.       
C’est pour cela qu’il n’y a pas de reliques du corps et du tombeau de Marie, car Marie n’a pas 
eu de tombeau et son corps a été élevé au Ciel."          
 III.
"Ce fut une extase la conception de mon Fils. Une plus grande extase de le mettre au jour. 
L’extase des extases mon passage de la Terre au Ciel. C’est seulement durant la Passion 
qu’aucune extase ne rendit supportable mon atroce souffrance.       
La maison, d’où je suis montée au Ciel, était une des innombrables générosités de Lazare, 
pour Jésus et sa Mère. La petite maison du Gethsémani, près du lieu de son Ascension. Inutile d’en 
chercher les restes. Dans la destruction de Jérusalem par les romains, elle fut dévastée et ses ruines 
furent dispersées au cours des siècles."        
 IV.
"Comme fut pour moi une extase la naissance de mon Fils, et comment du ravissement en Dieu,
 qui me prit à cette heure, je revins présente à moi-même et à la Terre, avec mon enfant dans 
les bras, ainsi ce qu’on appelle improprement ma mort, ce fut un ravissement en Dieu.   
Me fiant à la promesse que j’avais eue dans la splendeur du matin de la Pentecôte, j’ai pensé 
que l’approche du moment de la dernière venue de l’Amour, pour me ravir en Lui, devrait 
se manifester par un accroissement du feu d’amour qui toujours me brûlait. Et je ne me suis pas trompée.           
De mon côté plus la vie avançait, plus grandissait en moi le désir de me fondre dans l’Éternelle 
Charité. J’y étais poussée par le désir de me réunir à mon Fils, et la certitude que je n’aurais jamais fait 
autant pour les hommes que quand j’aurais été, orante et opérante pour eux, au pied du Trône de Dieu.
 Et avec un mouvement toujours plus enflammé et plus rapide, avec toutes les forces de mon âme, 
je criais au Ciel : “Viens, Seigneur Jésus ! Viens, Éternel Amour !”     
 L’Eucharistie, qui était pour moi comme la rosée pour une fleur assoiffée, était vie pour moi, oui, 
mais plus le temps passait plus elle devenait insuffisante pour satisfaire l’irrésistible anxiété de 
mon cœur. Il ne me suffisait plus de recevoir en moi mon Fils Divin et de le porter au dedans de moi 
dans les Espèces Sacrées comme je l’avais porté dans ma chair virginale. Tout moi-même voulait 
le Dieu Un et Trin, mais pas sous les voiles choisis par mon Jésus pour cacher l’ineffable mystère 
de la Foi, mais tel qu’il était, est, et sera au centre du Ciel.         
Mon Fils Lui-même, dans ses transports eucharistiques, me brûlait par des embrassements de désir 
infini et chaque fois qu’il venait en moi avec la puissance de son amour, il m’arrachait pour ainsi
 l’âme dans son premier élan, puis il restait avec une tendresse infinie en m’appelant “Maman !”,
 et je le sentais anxieux de m’avoir avec Lui.         
Je ne désirais plus autre chose. Je n’avais même plus le désir de protéger l’Église naissante, dans les 
derniers temps de ma vie mortelle. Tout était disparu dans le désir de posséder Dieu par la conviction 
que j’avais de tout pouvoir quand on le possède.  Arrivez, ô chrétiens, à ce total amour. Tout ce qui
est terrestre perd sa valeur. Ne regardez que Dieu. Quand vous serez riches de cette pauvreté 
de désir, qui est une richesse incommensurable, Dieu se penchera sur votre esprit pour l’instruire d’abord, 
pour le prendre ensuite, et vous monterez avec lui vers le Père, le Fils, l’Esprit-Saint, pour les 
Connaître et les aimer pendant la bienheureuse éternité, et pour posséder leurs richesses de grâces 
pour vos frères. On n’est jamais si actif pour les frères que quand on n’est plus parmi eux, mais 
que l’on est des lumières réunies à la Divine Lumière.   
L’approche de l’Amour Éternel fut marquée par ce que je pensais. Tout perdit lumière et couleur, 
voix et
présence sous la splendeur et la Voix qui, en descendant des Cieux Ouverts à mon regard spirituel, 
s’abaissaient sur moi pour cueillir mon âme. On dit que j’aurais jubilé d’être assistée à cette heure par 
mon Fils. 
Mais mon doux Jésus était bien présent avec le Père quand l’Amour, c’est-à-dire l’Esprit-Saint, troisième 
Personne de la Trinité Éternelle, me donna le troisième baiser de ma vie, ce baiser si puissamment 
divin que mon âme s’exhala en lui, en se perdant dans la contemplation comme une goutte de 
rosée aspirée par le soleil dans le calice d’un lys.        
Et je suis montée avec mon esprit et ses hosannas aux pieds des Trois que j’avais toujours adorés. 
Puis, au moment voulu, comme une perle dans un chaton de feu, aidée d’abord, puis suivie par la 
troupe des esprits angéliques venus pour m’assister dans le jour éternel de ma naissance céleste, 
attendue déjà dès le seuil des Cieux par mon Jésus, et sur leur seuil par mon juste époux de la Terre, 
par les Rois et Patriarches de ma race, par les premiers saints et martyrs, je suis entrée comme Reine,
 après tant de douleur et tant d’humilité de pauvre servante de Dieu, dans le Royaume de la joie sans 
limite. Et le Ciel s’est refermé sur la joie de me posséder, d’avoir sa Reine dont la chair, unique entre 
toutes les chairs mortelles, connaissait la glorification avant la Résurrection finale et le dernier jugement."     
V.
"Mon humilité ne pouvait me permettre de penser qu’il m’était réservée tant de gloire au Ciel. Il y 
avait dans ma pensée la quasi certitude que ma chair humaine, sanctifiée pour avoir porté Dieu, 
n’aurait pas connu la corruption, puisque Dieu est Vie et quand Il sature et emplit de 
Lui-même une créature, son action est comme les aromates qui préservent de la corruption de la mort.           
Moi, non seulement j’étais restée Immaculée, non seulement j’avais été unie à Dieu par un 
chaste et fécond embrassement, mais je m’étais saturée, jusque dans mes plus secrètes profondeurs, 
des émanations de la Divinité cachée dans mon sein et occupée à se voiler de chair mortelle. 
Mais que la bonté de l’Éternel aurait réservé à sa servante la joie de sentir de nouveau sur mes 
membres le contact de la main de mon Fils, son embrassement, son baiser et d’entendre de nouveau 
sa voix de mes oreilles, de voir de mes yeux son visage, je ne pensais pas que cela me serait accordé et je 
ne le désirais pas. Il m’aurait suffi que ces béatitudes soient accordées à mon esprit et de cela aurait 
déjà été empli de félicité mon moi.            
Mais, c’est pour témoigner de sa première pensée créatrice en ce qui concerne l’homme 
destiné par Lui, Créateur, à vivre en passant sans mourir du Paradis terrestre au céleste, dans le Royaume
 éternel, que Dieu m’a voulue, moi, Immaculée, au Ciel en âme et en corps sitôt finie ma vie terrestre.    
 Moi, je suis le témoignage de ce que Dieu avait pensé et voulu pour l’homme : une vie innocente 
et ignorant les fautes, un tranquille passage de cette vie à la Vie éternelle comme quelqu’un qui franchit
 le seuil d’une maison pour entrer dans un palais, l’homme avec son être complet fait d’un corps matériel 
et d’une âme spirituelle serait passé de la Terre au Ciel, en augmentant la perfection de son moi que lui 
a donnée Dieu, de la perfection complète à la fois de la chair et de l’esprit qui était, dans la pensée divine, 
destinée à toute créature qui serait restée fidèle à Dieu et à la Grâce. Cette perfection, l’homme l’aurait 
atteinte dans la pleine lumière qui existe aux Cieux et les remplit, venant de Dieu, Soleil éternel qui 
les illumine.       
Devant les Patriarches, les Prophètes et les Saints, devant les Anges et les Martyrs, Dieu m’a mise, 
montée en corps et en âme à la gloire des Cieux, et Il a dit :   
 "Voici l’œuvre parfaite du Créateur. Voici ce que J’ai créé à ma plus véritable image et ressemblance 
entre tous les fils de l’homme, fruit d’un chef-d’œuvre de création divine, merveille de l’Univers qui voit 
renfermé en un seul être le divin dans son esprit éternel comme Dieu et comme Lui spirituel, intelligent, 
libre et saint, et la créature matérielle dans la plus sainte et la plus innocente des chairs, devant laquelle
 tout autre vivant, dans les trois règnes de la création, est obligé de s’incliner. Voilà le témoignage de mon
 amour pour l’homme pour lequel j’ai voulu un organisme parfait et le sort bienheureux d’une vie 
éternelle dans mon Royaume. Voilà le témoignage de mon pardon pour l’homme auquel, par la volonté 
d’un Trine Amour, J’ai accordé de se réhabiliter et de se recréer à mes yeux. C’est la mystique pierre 
de touche, c’est l’anneau qui unit l’homme à Dieu, c’est Celle qui ramène les temps aux premiers jours
 et donne à mes yeux divins la joie de contempler une Eve telle que Je l’ai créée, et maintenant 
devenue encore plus belle et plus sainte parce qu’elle est la Mère de mon Verbe, et la Martyre du 
plus grand pardon. Pour son Cœur Immaculé qui n’a jamais connu aucune tache, même la plus légère,
 J’ouvre les trésors du Ciel, et pour sa tête qui n’a jamais connu l’orgueil, Je fais de ma splendeur un
 diadème et Je la couronne puisqu’elle est pour Moi la plus sainte, pour qu’elle soit votre Reine".             
Dans le Ciel il n’y a pas de larmes. Mais au lieu des larmes de joie qu’auraient eu les esprits s’il leur avait
 été accordé de pleurer, liquide qui coule par suite d’une émotion, il y eut, après ces divines paroles, 
un rayonnement de lumières, un changement de splendeurs en de plus vives splendeurs, une ardeur de
 flammes de charité en un feu plus ardent, un son insurpassable et indescriptible d’harmonies célestes 
auxquelles s’unit la voix de mon Fils pour louer Dieu le Père et sa Servante éternellement bienheureuse."          
 VI.
"Il y a une différence entre la séparation de l’âme d’avec le corps pour une vraie mort, et la séparation
 momentanée de l’esprit d’avec le corps et d’avec l’âme qui le vivifie par extase ou ravissement 
contemplatif.        
Alors que la séparation de l’âme d’avec le corps provoque la mort vraie, la contemplation extatique,
 c’est-à-dire l’évasion temporaire de l’esprit hors des barrières des sens et de la matière, ne provoque 
pas la mort. Et cela parce que l’âme ne se détache pas et ne se sépare pas totalement d’avec le corps,
 mais le fait seulement avec sa partie la plus excellente qui se plonge dans les feux de la contemplation. 
 Tous les hommes, tant qu’ils sont en vie, ont en eux l’âme morte par suite du péché ou vivante 
par la justice, mais seuls les grands aimants de Dieu atteignent la contemplation vraie. 
 Cela tend à montrer que l’âme, qui conserve l’existence tant qu’elle est unie au corps - et cette
 particularité est pareille en tous les hommes - possède en elle-même une partie plus excellente : 
l’âme de l’âme, ou l’esprit de l’esprit, qui chez les justes sont très forts, alors que chez ceux qui ont
 cessé d’aimer Dieu et sa Loi, ne serait-ce que par la tiédeur ou les péchés véniels, ils deviennent faibles,
 privant la créature de la capacité de contempler et de connaître, autant que peut le faire une créature 
humaine, selon le degré de perfection qu’elle a atteint, Dieu et ses éternelles vérités.    
Plus la créature aime Dieu et le sert de toutes ses forces et possibilités, et plus la partie la plus 
excellente de son esprit augmente sa capacité de connaître, de contempler, de pénétrer les éternelles 
vérités.            
L’homme, doué d’une âme rationnelle, est une capacité que Dieu emplit de Lui-même. Marie, 
étant la plus sainte de toutes les créatures après le Christ, a été une capacité comble, jusqu’à 
déborder sur ses frères dans le Christ de tous les siècles, et pendant les siècles des siècles, de Dieu, 
de ses grâces, de sa charité et de ses miséricordes.
Elle a trépassé, submergée par les flots de l’amour. Maintenant, au Ciel, devenue un océan d’amour,
 elle déborde sur les fils qui lui sont fidèles, et aussi sur les fils prodigues, ses flots de charité pour
 le salut universel, elle qui est la Mère universelle de tous les hommes."           

J-Ph Cazelle
Avec les chérubins

Masculin Messages : 55
Inscription : 28/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Isabelle-Marie le Mer 5 Déc 2018 - 11:37

J-Ph Cazelle a écrit:"Il y a une différence entre la séparation de l’âme d’avec le corps pour une vraie mort, et la séparation
 momentanée de l’esprit d’avec le corps et d’avec l’âme qui le vivifie par extase ou ravissement contemplatif.
 
  Ou encore  dans les "Leçons sur l'Epitre de Saint Paul aux Romains" à la 14è leçon :

"Mais Marie ne mourut pas. Elle passa de la Terre au Ciel dans un ravissement; et dans ce passage son esprit très pur a été plus que jamais le siège du Très-Haut. Et cette même condition aurait dû être l'héritage de tous les hommes si l'humanité entière n'eût pas péché dans la personne d'Adam.  
    
Marie ne fut pas jugée. Elle était l'Innocente. Elle ne fut pas soumise à la mort et au jugement, comme c'est le cas pour vous tous. La chair de Marie, immaculée autant que son âme, et rendue incorruptible pour avoir porté le Fils de Dieu et de l'Homme, ne retourna pas à la poussière. Marie fut élevée au Ciel, corps et âme, par les Anges. Pas même à l'heure du trépas son âme ne fut totalement séparée. Intellectuellement et complètement elle monta non pas au troisième Ciel, mais jusqu'au Ciel suprême, l'Empyrée. Et là elle adora l'Esprit Un et Tripe. Et l'Esprit ne quitta pas son doux tabernacle virginal où il avait son repos."

http://www.maria-valtorta.org/Epitre/Epitre14.htm
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 3484
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Joannes Maria le Mer 5 Déc 2018 - 12:29

Dans le message du 15 août 1986 à l'Escorial, notre Seigneur Jésus dit de la Très Sainte Vierge Marie :

"Parce qu'Elle est la Mère de Dieu, Elle ressuscitera comme Moi, le troisième jour. Son âme sera transportée au Paradis et son corps demeurera trois jours dans ce même lieu (la Vallée de Josaphat)".
avatar
Joannes Maria
En adoration

Masculin Messages : 2683
Inscription : 19/05/2010

http://jeanderoquefort.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par guy frechette le Dim 16 Déc 2018 - 20:01

Pourquoi mettre plus d'emphase sur Marie que Jésus-Christ?
Pourquoi Dieu aurait-il besoin que Marie ressuscite quand Christ a déjà ressuscité et a accomplit parfaitement notre expiation?
Manquons-nous de foi pour croire que Jésus-Christ n'a pas assez fait et qu'Il a eu besoin d'aide de Marie pour l'expiation?
N'est-ce pas rejeté Christ lui-même et son sacrifice?
Est t'elle allée expier nos péchés en enfer?
Est t-elle allée délivrer les captifs dans les profondeurs de la terre?
Comment peut-elle être la mère de Dieu quand Dieu est éternelle et existait bien avant elle?
Marie n'est-elle pas la mère de Jésus étant homme et non mère de Dieu?
Où voyons nous dans la bible qu'elle est la mère de Dieu?
Pourquoi est-ce si important qu'elle ne passe pas par la mort ?

Mais Marie ne mourut pas. Elle passa de la Terre au Ciel dans un ravissement; et dans ce passage son esprit très pur a été plus que jamais le siège du Très-Haut


Partage t-elle le trône avec Christ quand il est dit de Christ '' Ton trône ô Dieu est éternel''


Dites moi ;
Pourquoi aller à Marie quand tout a été accomplit en Christ et que le salut seul est en Jésus-Christ et qui peut nous secourir dans nos besoins?

'' Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.  
Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements. Ex 20;3-6

guy frechette
Aime la prière

Masculin Messages : 38
Localisation : Québec
Inscription : 22/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Joannes Maria le Dim 16 Déc 2018 - 21:00

@guy frechette a écrit:Pourquoi mettre plus d'emphase sur Marie que Jésus-Christ?
Pourquoi Dieu aurait-il besoin que Marie ressuscite quand Christ a déjà ressuscité et a accomplit parfaitement notre expiation?
Manquons-nous de foi pour croire que Jésus-Christ n'a pas assez fait et qu'Il a eu besoin d'aide de Marie pour l'expiation?
N'est-ce pas rejeté Christ lui-même et son sacrifice?
Est t'elle allée expier nos péchés en enfer?
Est t-elle allée délivrer les captifs dans les profondeurs de la terre?
Comment peut-elle être la mère de Dieu quand Dieu est éternelle et existait bien avant elle?
Marie n'est-elle pas la mère de Jésus étant homme et non mère de Dieu?
Où voyons nous dans la bible qu'elle est la mère de Dieu?
Pourquoi est-ce si important qu'elle ne passe pas par la mort ?

Mais Marie ne mourut pas. Elle passa de la Terre au Ciel dans un ravissement; et dans ce passage son esprit très pur a été plus que jamais le siège du Très-Haut


Partage t-elle le trône avec Christ quand il est dit de Christ '' Ton trône ô Dieu est éternel''


Dites moi ;
Pourquoi aller à Marie quand tout a été accomplit en Christ et que le salut seul est en Jésus-Christ et qui peut nous secourir dans nos besoins?

'' Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.  
Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements. Ex 20;3-6

Le Christ notre Dieu Lui-même donne la première place à Sa Très Sainte Mère : qui sommes nous face à Lui, serions-nous plus grands que Dieu ? Attention l'orgueil est le premier des péchés qui mène en Enfer et nous aveugle le plus.

Celui qui n'aime pas Marie ne peut pas aimer Jésus, c'est impossible. Marie est la seule créature qui a reçu le pouvoir et la mission d'écraser la tête de Satan ! Lisez un peu le livre de la Genèse et le livre de l'Apocalypse au lieu de répéter ce que vous suggèrent les mauvais esprits, car eux craignent infiniment la Très Sainte Vierge Marie, la Femme revêtue de Soleil la Femme qui doit écraser la tête de Satan.

Cela fait grandement peine à Dieu de voir ses enfants ainsi dans les filets de Satan, surtout lorsqu'ils croient détenir la vérité. Ne croyez aucunement servir le Vrai Dieu, bien au contraire vous vous faites l'allier de Satan par vos positions erronées, que vous le vouliez ou non, il en est ainsi.

Avec notre prière et affection pour votre personne, tout en détestant votre péché.

Votre serviteur dans l’Église servante.
avatar
Joannes Maria
En adoration

Masculin Messages : 2683
Inscription : 19/05/2010

http://jeanderoquefort.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Isabelle-Marie le Dim 16 Déc 2018 - 21:06

@guy frechette a écrit:Pourquoi mettre plus d'emphase sur Marie que Jésus-Christ?
Pourquoi Dieu aurait-il besoin que Marie ressuscite quand Christ a déjà ressuscité et a accomplit parfaitement notre expiation?
Manquons-nous de foi pour croire que Jésus-Christ n'a pas assez fait et qu'Il a eu besoin d'aide de Marie pour l'expiation?
N'est-ce pas rejeté Christ lui-même et son sacrifice?
Est t'elle allée expier nos péchés en enfer?
Est t-elle allée délivrer les captifs dans les profondeurs de la terre?
Comment peut-elle être la mère de Dieu quand Dieu est éternelle et existait bien avant elle?
Marie n'est-elle pas la mère de Jésus étant homme et non mère de Dieu?
Où voyons nous dans la bible qu'elle est la mère de Dieu?
Pourquoi est-ce si important qu'elle ne passe pas par la mort ?

Mais Marie ne mourut pas. Elle passa de la Terre au Ciel dans un ravissement; et dans ce passage son esprit très pur a été plus que jamais le siège du Très-Haut


Partage t-elle le trône avec Christ quand il est dit de Christ '' Ton trône ô Dieu est éternel''


Dites moi ;
Pourquoi aller à Marie quand tout a été accomplit en Christ et que le salut seul est en Jésus-Christ et qui peut nous secourir dans nos besoins?

'' Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face.  
Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent, et qui fais miséricorde jusqu'en mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements. Ex 20;3-6

Pouvez-vous m'expliquer comment Marie peut être mère de Jésus homme, et pas mère de Jésus Dieu ? Y a t-il deux Jésus ? Se questionne
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 3484
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Jeannedelamontagne le Dim 16 Déc 2018 - 21:25

C'est un choix a faire :

Soit on ''proteste' encore,

Soit on s'engloutit merveilleusement et librement dans les verites dogmatiques enseignées par la Sainte Eglise catholique.

Et le Seigneur nous fait découvrir et goûter de l'intérieur ses révélations.

Je suis d'origine  protestante, que je suis heureuse que le Seigneur m'a fait la grâce de découvrir les merveilles de la foi catholique !

Je crois en Église , une, sainte et catholique !

Même plus envie de discuter de cela !

Jeannedelamontagne
Avec Saint Thomas d'Aquin

Féminin Messages : 350
Age : 53
Localisation : Pyrenées
Inscription : 05/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Joannes Maria le Dim 16 Déc 2018 - 21:31

Cette hérésie n'est absolument pas une nouveauté et a déjà été combattue dans les premiers siècles du christianisme :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9otokos

Ainsi, Satan à travers certains êtres humains, nous redonne son poison à ingurgiter au fil des siècles, pour essayer de détruire l’œuvre de Dieu-Vérité en nous par l'erreur et le mensonge...tactique bien connue qu'il emploie autant qu'il trouve d'enfants égarés par l'acceptation de ses mensonges par manque de Lumière venant du Saint-Esprit à cause du péché personnel.
avatar
Joannes Maria
En adoration

Masculin Messages : 2683
Inscription : 19/05/2010

http://jeanderoquefort.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Yeshoua le Dim 16 Déc 2018 - 21:48

Comme tout "dogme" il faut que sa soit reçu dans un amour mutuel sinon sa reste de une opinion
avatar
Yeshoua
Pour le roi

Masculin Messages : 673
Inscription : 14/03/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par guy frechette le Dim 16 Déc 2018 - 23:20

Dites-moi ;

En quoi ai-je manquer de respect envers Marie en vous exhortant à aller à Christ ?

Dites moi où est l’hérésie dans ce que j'ai écrit?

Quel verset ai-je écrit qui mène à l'hérésie?

Comment attribuer à Satan, des paroles qui viennent de la Parole de Dieu ?

Je reconnais Marie comme une femme exceptionnelle choisie par Dieu et je n'ai aucun ressentiment envers Marie.
Pourquoi en aurais-je et dites moi qu'est-ce que j'écris sur ellle afin de la diffamer?

Si j'ai fait  ingurgiter du poison à qui que se soit, dites moi quel est le poison ?
Jésus-Christ crucifié?

Ce n'est que de Lui qu'il est question car c'est sur Lui que je veux porter l'attention.

Pouvez-vous me reprocher de vouloir exhorter les gens vers le Sauveur ?

Jésus n'avait-il pas raison de parler ainsi;

'' Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !'' Jn 5; 39,40


Tout ce que je dis c'est d'aller à Christ pour avoir la vie car en lui seul est la vie mais si vous ne le voulez pas, vous mourez dans vos péchés.


Pour ce qui est de Genèse 3;15

'' Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.''

Ce n'est pas Marie qui a écrasé la tête de Satan mais Christ à travers la postérité de Eve.

Et dans l'Apocalypse 12 ( suite ) , ce n'est pas de Marie dont il est question mais d'Israel.
Si vous voulez plus de détail, je vous en informerai.

J'ai le plus grand respect pour Marie et reconnait qu'elle est la mère de Jésus fait homme mais non mère de Dieu.
Pour en savoir plus , lire sur le forum ;
'' Je n'ai su  parmi vous autre chose que Jésus-Christ, Jésus-Christ crucifié ''

guy frechette
Aime la prière

Masculin Messages : 38
Localisation : Québec
Inscription : 22/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Isabelle-Marie le Lun 17 Déc 2018 - 0:48

@guy frechette a écrit:Dites-moi ;

En quoi ai-je manquer de respect envers Marie en vous exhortant à aller à Christ ?

Dites moi où est l’hérésie dans ce que j'ai écrit?

Quel verset ai-je écrit qui mène à l'hérésie?

Comment attribuer à Satan, des paroles qui viennent de la Parole de Dieu ?

Je reconnais Marie comme une femme exceptionnelle choisie par Dieu et je n'ai aucun ressentiment envers Marie.
Pourquoi en aurais-je et dites moi qu'est-ce que j'écris sur ellle afin de la diffamer?

Si j'ai fait  ingurgiter du poison à qui que se soit, dites moi quel est le poison ?
Jésus-Christ crucifié?

Ce n'est que de Lui qu'il est question car c'est sur Lui que je veux porter l'attention.

Pouvez-vous me reprocher de vouloir exhorter les gens vers le Sauveur ?

Jésus n'avait-il pas raison de parler ainsi;

'' Vous sondez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !'' Jn 5; 39,40


Tout ce que je dis c'est d'aller à Christ pour avoir la vie car en lui seul est la vie mais si vous ne le voulez pas, vous mourez dans vos péchés.


Pour ce qui est de Genèse 3;15

'' Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.''

Ce n'est pas Marie qui a écrasé la tête de Satan mais Christ à travers la postérité de Eve.

Et dans l'Apocalypse 12 ( suite ) , ce n'est pas de Marie dont il est question mais d'Israel.
Si vous voulez plus de détail, je vous en informerai.

J'ai le plus grand respect pour Marie et reconnait qu'elle est la mère de Jésus fait homme mais non mère de Dieu.
Pour en savoir plus , lire sur le forum ;
'' Je n'ai su  parmi vous autre chose que Jésus-Christ, Jésus-Christ crucifié ''

Le Christ a fait de sa mère la médiatrice de toutes grâces, autrement dit il n'y a pas une grâce que vous ayez reçue que vous ne deviez à son intercession à Elle, voilà au moins une bonne raison de l'aimer.  Elle intercède pour chacun d'entre nous auprès de son Fils. Elle est corédemptrice. C'est notre foi. Nous recevons tout par elle, et elle nous conduit à son Fils, bref c'est la Mère de Dieu et de tous les hommes.

Et ce n'est pas à Marie mais au Christ que vous manquez de respect en la considérant comme une simple femme, même exceptionnelle, et en n'honorant pas en elle l'Immaculée Conception, la merveille des merveilles des créatures de Dieu, qu'Il a élue pour être le tabernacle de son Verbe !

C'est bien Elle qui écrase la tête de Satan mais il faudrait que vous soyez moins entêté dans vos certitudes "protestantes" qui vous enferment dans un mur d'incompréhension.

Tant mieux si vous aimez Jésus mais Lui et sa Mère ne sont qu'un seul cœur, comment voulez-vous qu'il en soit autrement et qu'elle n'aie pas au Ciel la toute première place auprès de son Fils, au dessus des anges et des saints, Reine du Ciel et de la terre ?
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 3484
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par tous artisans de paix le Lun 17 Déc 2018 - 1:27

Bonsoir @guy frechette , bonsoir à tous,


Marie a donné à Jésus son humanité, elle ne lui a certes pas donné sa divinité.

Mais comme l'a très bien dit @Isabelle-Marie, il n'y a pas deux Jésus. Il n'y a pas d'un côté, un Jésus humain, dont Marie serait la mère, et de l'autre, un Jésus divin.

Il n'y a qu'un seul et unique Jésus, dont Marie est la mère, et qui se trouve être Dieu incarné, Dieu fait homme.


La Bible nous enseigne que Marie est mère de "Dieu avec nous":

Matthieu 1

22 Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète :

23 Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous »


Marie est mère de Dieu incarné, Dieu fait chair:

Jean 1

01 AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. (...)

14 Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.


Marie est mère du Seigneur:

Luc 1

43 D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?


Marie est mère du Fils de Dieu, elle a mis au monde le Fils de Dieu:

Galates 4

04 Mais lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et soumis à la loi de Moïse,


Luc 1

35 L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.


Enfin, Marie est mère de Jésus et nous affirmons que Jésus est Dieu. Marie étant mère de Jésus, elle est donc bien mère de Dieu, sauf à affirmer que Jésus n'est pas Dieu.


Marie est donc bien mère de Dieu avec nous, mère de Dieu fait chair, mère de Dieu incarné, mère de Jésus qui est Dieu, mère de Dieu, "Theotokos".

https://cathobiblique.wordpress.com/2008/10/27/marie-mere-de-dieu/


Quant à l'assomption, ou encore quant au lien entre la vierge Marie et l'Eglise, voici un article d'Aleteia, qui permet de faire le point (cliquer, à chaque fois, sur "en savoir +"):

https://questions.aleteia.org/articles/82/pourquoi-appelle-t-on-marie-la-nouvelle-eve/


Dans la paix de Jésus-Christ
avatar
tous artisans de paix
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3348
Inscription : 17/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par guy frechette le Lun 17 Déc 2018 - 1:51

Si
''  AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.''Jn1;1

Comment Marie peut-elle être la Mère de Dieu s'Il était déjà vivant et présent au commencement ?


'' ...car l'enfant qui a été conçu en elle , vient du Saint-Esprit '' Mt 1;20

et non de Marie.

Jésus-Christ est venu au monde par Marie mais vient du St-Esprit.


'' C'est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit : Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m'as formé un corps '' He 10;5


C'est ce corps qui a été formé dans le sein de Marie.
Elle a mis au monde l'homme en chair qui est Jésus ,celui ci étant Dieu fait chair, mais elle n'a pas conçu Dieu puisqu'il était là avant la création du monde.

guy frechette
Aime la prière

Masculin Messages : 38
Localisation : Québec
Inscription : 22/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Isabelle-Marie le Lun 17 Déc 2018 - 2:42

@guy frechette a écrit:Si
''  AU COMMENCEMENT était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.''Jn1;1

Comment Marie peut-elle être la Mère de Dieu s'Il était déjà vivant et présent au commencement ?


'' ...car l'enfant qui a été conçu en elle , vient du Saint-Esprit '' Mt 1;20

et non de Marie.

Jésus-Christ est venu au monde par Marie mais vient du St-Esprit.


'' C'est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit : Tu n'as voulu ni sacrifice ni offrande, Mais tu m'as formé un corps '' He 10;5


C'est ce corps qui a été formé dans le sein de Marie.
Elle a mis au monde l'homme en chair qui est Jésus ,celui ci étant Dieu fait chair, mais elle n'a pas conçu Dieu puisqu'il était là avant la création du monde.

Nous disons (notre Credo) qu'Il est conçu du Saint Esprit, né de la Vierge Marie. Avez-vous oublié le Saint Esprit ? Marie est l'épouse du Saint Esprit   Smile
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 3484
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Jeannedelamontagne le Lun 17 Déc 2018 - 3:57

Pour comprendre mieux le rôle de Marie, je vous conseille de lire:

http://catholiquedu.free.fr/2005/MarieModeleDeNotreFoi.pdf

Marie modèle de notre foi, là on comprends mieux pourquoi on dit:

Marie Mère de Dieu!


Dernière édition par Jeannedelamontagne le Lun 17 Déc 2018 - 14:19, édité 1 fois

Jeannedelamontagne
Avec Saint Thomas d'Aquin

Féminin Messages : 350
Age : 53
Localisation : Pyrenées
Inscription : 05/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Isabelle-Marie le Lun 17 Déc 2018 - 11:53

@Jeannedelamontagne a écrit:Pour comprendre mieux le rôle de Marie, je vous conseille de lire:

https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=http://catholiquedu.free.fr/2005/MarieModeleDeNotreFoi.pdf&ved=2ahUKEwix-rPd7KXfAhUS4YUKHYS1DfUQFjADegQICRAB&usg=AOvVaw08xNO6RLJ6AAcitB9Iomyp&cshid=1545014866360


Marie modele de notre foi, là on comprends mieux pourquoi on dit:

Marie Mere de Dieu!

Merci @Jeanne de la Montagne. Quel beau titre : "Marie modèle de notre foi" en effet c'est la foi de Marie qui a rendu possible cette conception de Dieu en elle. Si nous savions imiter son "Oui" !

Pour préciser sur le terme "conception" voici également un extrait des Mystères Joyeux du Rosaire médités par le Père Nathan :

"L’Ange Gabriel dit à Marie: « ne t’inquiète pas Marie, n’aie pas peur, laisse-toi faire :

la toute puissance du Très Haut te prendra sous son ombre, la paternité de Dieu le Père, de l’Absolu, va t’envelopper, va t’étreindre, va te prendre sous son ombre (sa présence), va te faire encore plus petite, la première personne de la Très Sainte Trinité va t’obombrer. C’est le ciel, c’est-à-dire l’intériorité, la vie même personnelle toute engagée, toute mobilisée de Dieu le Père qui va t’obombrer : obumbrabit tibi omnipotens (implosion)

de l’intérieur de toi-même, le Saint Esprit va survenir, fulgurer. C’est toute l’intériorité de la toute puissance d’amour du Saint Esprit qui va se mobiliser en entier pour survenir en toi : superveniet in te (explosion).

et tu vas concevoir Dieu le Fils, le Verbe de Dieu, dans ta chair et on l’appellera le Fils du Très Haut, il s’assiéra sur le trône de David : concepiet (conception). »

Ces trois opérations ont lieu en même temps : l’opération du Saint Esprit, l’obombration du Père et la conception du Fils. Quand Marie conçoit le Fils, l’opération du Saint Esprit permet qu’ait lieu l’obombration du Père. L’intériorité des trois Personnes de la Très Sainte Trinité se mobilise dans l’amour, devant le péché du monde. Parce que Dieu est amour, Dieu créé par amour, pour l’amour, dans l’amour et avec amour. Nous sommes séparés de Dieu donc il y a un renversement en Dieu, et cette conversion de Dieu se tourne vers ce qu’il y a encore de parfait, cet amour entre l’homme et la femme dans l’unité sponsale et dans l’esprit de virginité et dans l’amour intégral de Dieu : il y a le poids ontologique de l’unité sponsale, il y a l’image ressemblance de Dieu entre un homme et une femme qui s’aiment et qui sont totalement unis, intégralement, et de manière totalement pure et sainte. Là, tout en Dieu va se convertir de ce côté là, se précipiter dessus, et créer un ciel nouveau à partir de là, de cette terre ancienne qui est quand même parfaite dans sa pointe."

http://catholiquedu.free.fr/MEDITATION/ANNONCIATION.htm

Sur votre deuxième point, l'éternité et le temps, comment ils peuvent se conjoindre en Marie, il faut remonter un peu plus haut :

"C’est au milieu de cette détresse du temps où l’on devient esclave du temps que Dieu va intervenir, Jésus va intervenir, pour faire que ce soit le temps qui soit notre esclave. Et pour cela, Dieu dit : « voilà, je créé un ciel nouveau et une terre nouvelle ». C’est l ‘assomption qui est désignée à travers cette expression. Dieu assume le temps. 

C’est ce que l’Ange Gabriel est venu dire à Marie : « Je vous salue Marie, pleine de grâces, le Seigneur va créer un ciel nouveau et une terre nouvelle ». Marie est tout étonnée. Elle comprend bien que c’est Dieu qui, du ciel, va créer une source d’éternité à l’intérieur le temps (normalement la source de l’éternité est dans l’éternité). Dieu met la source de lui-même dans le temps à travers un corps qu’il assume. Il prend dans l’Immaculée ce qu’il y a de plus pur dans la création ancienne, c’est-à-dire ce qui en elle correspond à l’amour, à l’unité sponsale qu’elle a avec Joseph, ce qu’elle a d’incarné et qui est totalement brûlé par son amour corps, âme et esprit avec Saint Joseph, ce qui est porté dans ses cellules staminales et qui est brûlé par son unité sponsale avec Joseph. Dieu assume la pointe parfaite de ce qu’il y a dans l’ancienne terre, l’ancien ciel et l’ancienne création, par une opération totalement divine et qui se caractérise par ces mots de l’Apocalypse : « je vais créer un ciel nouveau ». Et après Il créé une terre nouvelle...le corps de Jésus…dans le sein de Marie." 

http://catholiquedu.free.fr/MEDITATION/ANNONCIATION.htm
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 3484
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: DORMITION DE LA VIERGE MARIE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum