Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par veilleur le Mar 5 Nov 2019 - 16:18

Pardon. C'était une conception très personnelle du respect du sacré qui n'est pas partagé par tout le monde.

Loin de moi de vouloir faire un scandale à ce sujet
veilleur
veilleur
Veut-etre un saint/e

Masculin Messages : 229
Inscription : 17/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par Desiderius Ulixes le Mar 5 Nov 2019 - 16:22

@veilleur a écrit:Pardon. C'était une conception très personnelle du respect du sacré qui n'est pas partagé par tout le monde.

Loin de moi de vouloir faire un scandale à ce sujet

Pour rappel :

Une explication du Père Patrick sur la gravité de prendre la communion dans sa main :
(Je prie les personnes qui ne seraient pas en accord avec l'explication de respecter la Foi et la croyance de chacun)

COMPRENDRE D'ABORD :
Quand est-ce que ça a commencé à aller mal ? En 1970 !
Pourquoi y a-t-il eu deux mille prêtres qui défroquaient par an en France ? Qu’est-ce qui s’est passé ?
Qu’est-ce qui a fait que le mal absolu s’est répandu dans le monde entier ?
- Le clonage ?
- Non, le clonage c’est en 2005.
- C’est la communion dans la main.
- La première fois dans l’histoire de l’Eglise qu’il y a eu un shiqouts meshom, cela s’est produit en 1972. Dans l’an 2012 on a essuyé son quarantième anniversaire. Vous le savez, il faut quarante ans de traversée du désert. Ces quarante ans de shiqouts meshom sont effroyables.
Je vais vous lire ce passage dans la bouche de Jean-Paul II, puisqu’il est béatifié :
« Bientôt nous devons nous attendre à de nouveaux châtiments, qui dépasseront de loin en intensité toutes les punitions qui ont jamais eu lieu. Personne n’échappera à ces châtiments, ou bien il les laissera passer sur lui avec amour, et alors il sera immédiatement délivré comme le bon larron sur la croix, ou bien il sera perdu définitivement, s’il se révolte comme l’autre meurtrier avec ses blasphèmes, parce qu’il avait été atteint dans son orgueil. » C’est joli cela, ce qui va se passer avec l’Avertissement et le Châtiment. C’est merveilleux, un pape, parce qu’il nous dit la source, il dit la même chose que mère Teresa. « Le pire de tout sont les blasphèmes à l’égard des Paroles pleines d’Amour de Dieu qu’Il continue à envoyer à cette pauvre terre par son Fils et sa Mère. Pour quoi une attitude de respect est nécessaire, parce que nous ne pouvons oublier Qui se trouve devant nous. » Il a mis le doigt sur l’Eucharistie, sur Jésus Hostie dans le tabernacle. C’est un sermon. « (…) Pour cela je vous avertis de nouveau sur ce qui concerne toutes les formes d’irrespect, comme par exemple la Communion interdite sur la main … Ainsi que le maintien de la tenue debout pendant les nombreuses saintes actions de la Sainte Messe. Parce que personne ne sait plus de ce fait ce que vous offrez ensemble ici : Ce n’est pas moins que la Mort de Notre Seigneur et Rédempteur, que nous devons remercier pour tout ! (…) Je ne rétracte rien de ce qu’un de mes prédécesseurs a dit à ce sujet : « Ceci est sous votre responsabilité, chers Evêques ». C’était Paul VI qui s’adressait aux évêques et il y avait des évêques de France. Je vous ferai une petite explication si vous voulez après. « Ceci est sous votre responsabilité, chers Evêques des diocèses étrangers [au diocèse de Rome, ndlr] et je prie pour vous à telle fin que vous vous aperceviez à temps comment est mauvais votre chemin ! » Le pape s’adresse aux évêques de France, c’est incroyable ! « Ici chers prêtres et chers frères et sœurs est autorisée uniquement la Communion à genoux et sur la langue : tout ce qui est importé et répandu par des étrangers est défendu… »
Vous allez me dire : « Mais qu’est-ce que c’est que ce trafic ? Qu’est-ce que c’est que cette cuisine ? C’est nul ! Il doit y avoir une explication. »
Eh oui, il y a une explication. L’explication, si vous voulez bien, je vais essayer de vous la donner. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité (même dans la période juive, même dans l’Ancien Testament, on n’a jamais vu cela) que le peuple de Dieu s’engage dans un shiqouts meshom lucidement, volontairement, explicitement et quasi universellement :
La communion sur la main est quelque chose de très grave. Si le Concile Vatican II ou les évêques du monde avec le pape avaient dit : « Vous pouvez communier sur la main », il n’y aurait pas de problème, mais ce n’est pas le cas !!!
Voulez-vous que je vous l’explique ?
Bon: d'accord: je vous explique :
Chaque année à partir de Moïse (pas après les quarante ans dans le désert mais tout de suite, dès la première sortie d’Egypte) les juifs vont célébrer la fameuse Cène, ce qu’on appelle le Seder, ils vont célébrer la Pâque.
Le Seder, c’est toute une manière de manger, de retrouver la présence réelle du Messie qui nous arrache au monde du mal, de l’Egypte. Vous savez qu’on avait mis du sang de l’agneau sur les linteaux pour que le châtiment passe et pour que le Fils de Dieu rachète le mal qu’il y avait dans chacune des familles, et il y avait ce qu’on appelle la Cène. Aujourd’hui nous disons la Cène, en hébreu nous disons le Seder.
Il y a toute une liturgie que l’on doit respecter, c’est très important pour les juifs, on doit respecter le moindre détail des rubriques des préceptes. Pratiquement tous les préceptes tournent en cercles concentriques sur le Seder, sur la Cène. Par exemple, il y a quatre coupes. Quand nous célébrons la Messe, il y a une coupe, un calice. En Israël, dans le Seder, dans la Cène, il y a quatre coupes parce qu’il y a quatre grands moments.
D’abord le moment de l’entrée, la joie, on chante les psaumes. Puis il y a la deuxième coupe, la coupe de bénédiction. Dans la coupe de bénédiction qui correspond un peu à notre offertoire, il y a le rappel de ce qui s’est passé, on lit des textes de la Torah, les miracles que Dieu a faits, puis on se lève, on a un bâton à la main, on communie à la fin de la deuxième coupe, on prend du pain sans levain et un morceau d’agneau que l’on met sur le pain, et on mange le pain-agneau. La symbolique est belle : Dieu est notre nourriture mais à travers l’agneau et dans l’agneau et en communion avec l’agneau. C’est donc une "première communion", si je puis dire, et c’est à la main. Puis après on va rentrer dans le fameux Hallel du Seder, et on boit la troisième coupe. C’est à ce moment-là que Jésus, quand Il a fait le Seder avec Ses disciples, s’est levé de table, a mis un linge à Sa ceinture et a lavé les pieds de Ses disciples.
Normalement il n’y a pas cet arrêt-là dans le Seder, c’est Jésus qui prend cette initiative. Pourquoi ? Parce qu’il y a une quatrième partie, un quatrième moment, il y a encore une quatrième coupe dans le repas de la Pâque, et puis il y a aussi un morceau de pain qui est spécialement réservé au Messie, dont Jésus a parlé dans l’Evangile d’il y a trois jours, vous vous rappelez : « Un jour David est rentré dans la tente et avec Ses disciples Il a mangé du pain qui était réservé au Messie et qu’il n’avait pas le droit de toucher ». Il parlait de ce pain qui était réservé au Messie. Effectivement à chaque Cène depuis Moïse jusqu’à Jésus, et encore aujourd’hui quand on célèbre la Pâque, il y a le pain qui reste là, on ne le touche pas, il est réservé au Messie d’Israël. Et puis vous avez la coupe qui est aussi réservée au Messie. Comme on est à la fin du repas, on dit : « Le Messie n’est toujours pas revenu », tout le monde fait semblant de partir, il y a un petit mouvement qui se fait, et le maître de maison ou le rabbi, puisque le Messie n’est pas encore revenu, prend le pain, le partage, le trempe dans la quatrième coupe et donne la bouchée. Vous avez cela dans l’Evangile : c’est la bouchée qu’Il leur donne. C’est un rite qui a un rôle religieux, liturgique, surnaturel très important dans la Bible.
Jésus a d’abord lavé les pieds de Ses disciples, et après Il a pris le pain, d’ailleurs, nous le disons à la Messe : « Il prit le pain », le pain qui Lui est réservé, et Il a dit : « Ceci est mon corps », et puis après, à la fin du repas, Il prit la coupe, et ensuite Il donna la bouchée. Quand Il donna la bouchée à Juda, Satan rentra en Juda. Ce n’est pas marqué dans l’Evangile qu’Il donna la mannée. Il donna la bouchée.
Tout cela pourrait n’avoir d’aucune espèce d’importance, parce qu’effectivement, le Christ, les apôtres, les disciples auraient pu dire : « Maintenant que le Christ est venu et a dit : « Ceci est mon corps », qu’on le prenne sur la main ou sur la langue, quelle différence ?, c’est toujours une communion, les mains ne sont pas plus sales que la langue qui tue les gens dans leur cœur ». Ce n’est pas une question de propreté, ça n’a strictement rien à voir avec cela.
Jésus a institué l’Eucharistie préparée par sept siècles de foi d’Israël et où ils n’ont pas bougé sur la volonté de Dieu sur le pain du Messie et sur la coupe messianique.
A chaque fois que l’Eglise est intervenue dans l’histoire de l’Eglise, et Dieu sait qu’elle est intervenue souvent, c’est pour revenir à la communion liturgique voulue par la Bible et la Révélation et par le Messie et par le Christ. Quand il y a des persécutions, quand ça devient terrible, quand on est criblé comme le froment, on essaie de sauver l’Eucharistie. Rappelez-vous de saint Tarcicius, il avait Jésus sur lui pour donner la communion aux catacombes, il a été saisi par ses copains, ils l’ont massacré, ils l’ont tué, mais même mort ils n’ont pas réussi à ouvrir sa main pour prendre l’Eucharistie. Le fait de tenir l’Eucharistie dans la main n’est pas l’horreur absolue, pas du tout, ce n’est pas cela. Mais dès que c’est possible que l’on ait le sacrifice lui-même, le Seigneur demande qu’on ne confonde pas la communion au pain-agneau (qui est effectivement une communion de partage, de grâce messianique et de délivrance) avec la communion au Verbe de Dieu. Ce n’est pas toi qui prends le Verbe de Dieu, tu Le reçois du Père et tu ne participes en rien à la prise, c’est le Père qui prend le Fils. Dans la cinquième demeure de l’union transformante, tu ne fais rien, c’est le Père qui te prend et tu deviens Son fils, le temps disparaît.
Pendant vingt siècles on a respecté cela, bien sûr, parce que l’Eglise des apôtres a toujours été très vigilante. On trouve des textes paraît-il de saint Cyril et du Pectorius d’Autun pour dire que la communion sur la main existait bien chez les premiers chrétiens. Ce n’est pas vrai : le texte de saint Cyril qu’on a toujours sorti pour justifier la communion dans la main est en fait un texte de l’évêque Jean de Jérusalem qui s’était séparé de l’Eglise catholique. Il y a eu des séparations, il y a eu des protestantismes pendant toute l’histoire de l’Eglise, ça a existé. A un moment donné il y avait les margaritos qui prenaient du pain et mettaient du beurre dessus !!. A chaque fois l’Eglise disait : « Non, ce n’est pas comme cela qu’on communie », à chaque fois un pape est intervenu pour dire : « Revenons à la foi ».
On arrive au Concile Vatican II. Le Concile Vatican II est un concile extraordinaire qui fait une synthèse de tout, donc il va toucher aussi à la question de la liturgie et de la communion sur la main. Par exemple, c’est le Concile Vatican II qui a dit : « Vous n’êtes pas du tout obligés de dire la Messe de saint Pie V en latin ». C’est vrai. Il y a des gens qui disent : « Oui, mais la Messe est en latin… » On peut très bien dire la Messe de saint Pie V en français, les gens de Monseigneur Lefebvre vous le diront, ce n’est pas que ce soit en latin, c’est que ce soit la Messe de saint Pie V. Célébrée en français, c’est toujours la Messe de saint Pie V. Je dis la Messe de Paul VI en latin et il y a des intégristes de Monseigneur Lefebvre qui disent la Messe de saint Pie V en français. Ce n’est pas une question de français ou de latin, c’est pour d’autres raisons. Les traductions qui ont été faites du latin en français, en anglais ou en espagnol sont des traductions hérétiques. Vous avez remarqué que personnellement je dis : « Hoc est enim Corpus meum » en latin, « Accipite et manducate ». « Accipite », ce n’est pas : « Prenez » ! Dans le texte grec, accipite est le verbe que l’on prend pour le bébé qui reçoit le lait maternel. Ce n’est pas « prenez ». « Prenez » est une traduction qui est grossièrement fausse. Il y a eu un travail, mère Teresa de Calcutta vous le dira, un travail du démon après le Concile. Tout le monde sait que c’est après le Concile qu’il y a eu un travail effroyable et impressionnant du démon.
Le Concile Vatican II a donc parlé de cela et pour la première fois l’Eglise catholique, tous les évêques réunis avec le Saint-Père ont déclaré qu’il était strictement impossible jusqu’à la fin du monde de recevoir la communion sur la main.
Aucun Concile ne l’avait défini dogmatiquement de manière infaillible.
Le seul Concile à avoir engagé l’infaillibilité du Saint-Père et de toute l’Eglise sur l’impossibilité de communier sur la main jusqu’à la fin du monde est le Concile Vatican II.
Or, si vous allez interroger n’importe qui, il vous dira : « Depuis Vatican II nous avons l’autorisation de communier sur la main », alors que c’est exactement le contraire.
Pourquoi ? Parce que, comme l’explique la Vierge : « Satan réussira à pénétrer jusqu’aux plus hauts sommets de l’Eglise ». En 1960 déjà, à l’époque du Concile, Paul VI, sans s’en rendre compte, a placé comme premier ministre de l’Eglise catholique, secrétaire d’état, Monseigneur Villot. Je peux en parler puisqu’il est mort, je ne fais pas un péché en disant du mal. Monseigneur Villot était un franc-maçon à un très grand degré initiatique de la loge de Fribourg en Allemagne, et c’est lui qui est devenu le premier ministre sous Paul VI, Jean-Paul Ier et Jean-Paul II, c’est lui qui dirigeait toute l’Eglise. Pendant que le Concile décidait cela, il donnait des permissions un peu partout : « Donnez la communion sur la main, il faut faire évoluer les choses ». Il y avait la directive du Saint-Esprit qui confirmait la directive du Messie à Moïse et la directive des apôtres, et de Jésus aux apôtres et des apôtres avec Jésus, puis de l’autre côté vous aviez la directive de la Pieuvre noire, de la grande prostituée.
Du coup, il y a eu ces premières fois où on commençait à donner la communion sur la main d’après les directives de la Pieuvre noire.
C’est d’ailleurs pour cela que : « Il faudrait peut-être aussi que les hosties soient moins blanches, qu’elles soient un peu plus marrons », et si un jour on pouvait arriver à distribuer des hosties noires, les membres de la Pieuvre noire seraient contents.
C’est pendant le Concile que Monseigneur Alfrig et Monseigneur Villot ont commencé à faire cela, du coup au Concile ils l’ont su, c’est pour cela qu’ils ont reposé la question, il y a eu un vote et les dispositions canoniques de l’Eglise…
C’est très rare qu’il y ait des choses qui soient infaillibles. Là, les dispositions liturgiques qui sont prises par le Saint-Père en communion et en présence de tous les évêques du monde dans une déclaration de constitution sont réputées être (…) dogmatiques (c’est Lumen Gentium qui le dit) et engagent l’infaillibilité absolue de l’Eglise.
Quand ils ont dit cela, ils ont fait le vote et 98% des évêques disaient qu’il était impossible de recevoir la communion d’une manière différente que ce que Dieu demande depuis deux mille sept cents ans.
Ce n’est pas parce que c’est bien ou ce n’est pas bien, c’est parce que sur le plan divin cela ne représente absolument pas la même chose.
Alors? Vous voulez savoir qu'est-ce- que cela représente, quelle est la véritable signification du Signe de la communion qui est ainsi dévasté ?
D'accord!? Alors: Quelle est la véritable signification du Signe de la communion qui est ainsi dévasté ?
Le fait de communier sur la main exprime essentiellement et premièrement un mépris total de la grâce messianique d’Israël, de Moïse, de la Torah, de la Kabala, du Seder, de la Cène. C’est comme une espèce de refus de savoir que c’est le Christ, le Messie qui a enseigné Moïse, qui leur a donné la grâce chrétienne avant que le Messie ne vienne. C’est une espèce de coup de patte du démon pour empêcher la conversion d’Israël qui doit venir. C’est le premier objectif.
Le second objectif, c’est pour sortir la foi dans la communion de l’Union Hypostatique déchirée de Jésus où le Verbe de Dieu se donne en nourriture à travers quelque chose qui est au-delà du pain-agneau. Avant, tout le monde savait qu’il y avait transsubstantiation, transVerbération. Maintenant, interrogez les catholiques... Cela correspond à un acte de foi qui touche la substance de l’Hypostase. C’est la deuxième raison mais il y en a encore sept ou huit qui sont très importantes.
Bref, la chose se faisait quand même en Hollande, un petit peu en France… Comme le disait Monseigneur Jean Chabert, à peu près la moitié des évêques de France étaient francs-maçons à l’époque, ce qui veut dire qu’ils n’étaient pas catholiques. Pourquoi ? Parce que c’est Monseigneur Villot qui décidait qui devait être évêque, donc il ne prenait que des prêtres francs-maçons, et cela a duré jusqu’à Jean-Paul II. Quelques-uns qui n’étaient pas francs-maçons ont heureusement réussi à passer, gloire à Dieu. La Vierge a dit (à la Salette) : «Au plus haut sommet de l’Eglise» : tu ne peux pas faire plus haut sommet que le premier ministre. Le pape est infaillible, les puissances de l’enfer ne prévaudront jamais sur l’Eglise, donc le pape ne sera jamais un anti-Christ, l’Anti-Christ ne sera jamais pape, sinon cela veut dire qu’il faut jeter tous vos Evangiles à la poubelle. Mais le premier ministre oui.
Du coup le pape Paul VI s’est ressaisi, il a dit : « Nous allons interroger ». Les évêques présents au Concile ont mis le poing sur la table et se sont prononcés contre la communion sur la main.
Mais une fois le Concile terminé, un an, deux ans, trois ans, quatre ans, cinq ans, on recommence à distribuer les tickets friandises de l’Eucharistie ! Alors Paul VI n’en pouvait plus, il a dit : « Mais ce n’est pas possible ! » Il avait écrit une encyclique qui s’appelle Humanae Vitae, vous vous rappelez ?, la fameuse encyclique sur la morale sexuelle pendant le mariage. Si tu prends la pilule, des œstrogènes, tu fais un péché mortel qui est équivalent à un meurtre. C’est ce que dit Paul VI dans Humanae Vitae. De nombreux évêques du monde, toute la franc-maçonnerie et les médias se sont levés comme un seul homme en disant : « Qu’est-ce que c’est que ce pape ? C’est un fou ! Nous ne sommes pas d’accord, il ne faut pas écouter cela ! », et pour montrer au pape qu’ils n’étaient pas d’accord, ils étaient prêts à se jeter sur n’importe quelle occasion de le montrer en public, ouvertement et unanimement.
L’occasion est arrivée parce qu’à cause des communions sur la main qui se faisaient à droite et à gauche (ce n’était pas plus grave que des accidents à l’époque des margaritos, mais cela commençait à prendre une ampleur un petit peu plus importante), le pape Paul VI a réuni tous les évêques du monde dans un synode international à Rome en 1972, pour rappeler et pour dire : « Oui ou non ? » A nouveau, une deuxième fois, on a abouti à dire : « Il est impossible de faire le contraire de la volonté de Dieu sur le lieu et l’instant où se réalise l’unité substantielle, transsubstantielle et transverbérante de Dieu, de l’Eglise tout entière et du monde. Nous ne pouvons pas mettre là quelque chose qui est contraire à la volonté explicite de Dieu dans l’Ecriture, dans la tradition, dans l’Ancien Testament et dans toutes les dispositions liturgiques instituées par le Christ et scellées par les apôtres pendant deux mille ans. »
Du coup le pape Paul VI a écrit un document expliquant les cinq raisons expliquant pourquoi on ne peut pas communier sur la main.
Dans le mois qui a suivi, la Conférence épiscopale française a décidé de donner la communion sur la main officiellement.
C’était sa manière de dire : « Désormais nous voulons manifester que nous sommes en division avec le Saint-Père et avec le Concile ». Ils ne l’ont pas dit comme cela mais c’était leur manière de dire aux médias et aux francs-maçons : « Dites du bien de nous parce que nous sommes contre le pape ».
Ils l’ont fait pour la première fois dans l’histoire de l’Eglise, le nouvel Israël de Dieu est la France, donc c’est un vrai shiqouts mehom.
La communion sur la main est devenue le signe de la division vis-à-vis du Saint-Père et de toute la tradition eucharistique juive et judéo-chrétienne, dans l’instant et dans le lieu même de la source de l’unité et de la surabondance qui pacifie, qui empêche le démon de rentrer. Ils éventrent la présence eucharistique du Christ dans son principe d’unité dans le monde entier dans l’instant et le lieu du signe de la communion en inversant, en meshomisant le signe de la communion.
Le signe est inversé parce que quand je communie, c’est l’unité, mais si je choisis un signe qui montre la division je fais un shiqouts meshom, j’abomine et j’inverse surnaturellement un signe divin sacramentel de présence réelle dans le lieu et l’instant où il se manifeste comme signe.
Voilà pourquoi mère Teresa de Calcutta, quand elle reçoit le prix Nobel de la paix et que les journalistes lui demandent : « Mère Teresa, à votre avis, quelle est, si elle existe, la source de tout le mal qu’il y a dans le monde ? », répond : « Oui, il y a une source, c’est que des chrétiens communient sur la main ». Mère Teresa dit cela non pas parce que communier sur la main est mal, j’espère que vous avez bien compris, mais parce que ce qui est mal là-dedans est l’intention et le signe sur le plan divin, c’est un shiqouts meshom.
Jamais depuis deux mille sept cents ans il n’y a eu un shiqouts meshom dans l’histoire du peuple de Dieu, c’est la première fois, et en 2020 ce sera cinquante ans après. S’il n’y avait pas eu ce shiqouts meshom là, il est évident que le démon n’aurait pas eu autorisation de rentrer dans des parlements pour autoriser le massacre de l’avortement.
Desiderius Ulixes
Desiderius Ulixes
Contre la Franc Maconnerie

Masculin Messages : 308
Inscription : 04/04/2019

Revenir en haut Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par Prince de Talmont le Mar 5 Nov 2019 - 16:32

Saint Thomas d’Aquin : “Par respect pour ce Sacrement (l’Eucharistie), rien de profane ne doit entrer en contact avec lui. C’est pour cette raison que sont consacrés non seulement les personnes mais aussi le Calice; et à plus forte raison les mains du Prêtre, pour toucher ce Sacrement. D’où on en déduit que personne d’autre n’a le droit de le toucher. ” (Sum. T. III, Q. 82, conclusion3).

Des documents montrent que la Franc Maçonnerie, depuis le XIXe siècle, a essayé d’obtenir que les Catholiques prennent la communion à la main et debout. Les ennemis séculiers de la Foi ont fini par avoir gain de cause.

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Karol-wojtyla

Pape Jean Paul II : Le fait de toucher les Espèces Sacrées, leur distribution en mains propres, est un privilège des Ordonnés”(24 Février 1980).

Et pour que personne ne puisse interpréter autrement ces paroles, plus tard, face aux caméras de la télévision française, le pape Jean Paul II refusait la Communion à la main à l’épouse du Président Giscard D’Estaing.

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 160831_Beatification-Mere-Teresa

Mère Thérésa : le pire mal que l’on donne au Monde est le rite de communier à la main.

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Q9ulu5rj1yoh9le0kgiryicfj9le0kgiryich
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 513
Inscription : 15/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par christelle.S le Mar 5 Nov 2019 - 20:00

@prince je ne sais pas s'il y a des messes en latin près de chez moi mais pourquoi pas y aller une fois … bonne soirée à tous

christelle.S
Près de Jésus Christ

Féminin Messages : 26
Age : 31
Localisation : lyon
Inscription : 04/08/2019

Revenir en haut Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par doucenuit le Mar 5 Nov 2019 - 21:35

Merci pour ce rappel de Père Nathan plus haut à propos de la communion,
il y a aussi ce message de la Vierge à Medugorje:

LA QUESTION DE LA COMMUNION DANS LA BOUCHE OU DANS LA MAIN (10/07/19)
Message non-daté cité par Mirjana lors d'une conversation avec Sabrina Covic. A la question : "Reçois-tu la communion dans la main ou sur la langue ?", Mirjana a répondu :
Sur la langue. Chez nous, ici à Medjugorje, on a toujours reçu la communion dans la bouche, sur la langue. Nous avons vu pour la première fois des gens prendre la communion dans la main, quand sont arrivés les premiers pèlerins. Nous trouvions cela vraiment très étrange; nous nous demandions comment ils osaient prendre le Corps du Christ dans la main. Nous étions des enfants. Ensuite, nous avons demandé une fois à la Vierge Marie ce qu'il était bon de faire. Elle a dit :
Il est bon de la prendre avec le cœur.
Je pense qu'elle a voulu dire que ce n'est pas de prendre la communion dans la main ou sur la langue qui est important, mais que c'est de la prendre avec son coeur. Bien sûr, cela est mon interprétation de ses paroles.

http://chere-gospa.eklablog.com/d-autres-messages-de-medjugorje-pour-etre-plus-fort-que-le-mal-a107470636

doucenuit
Pour le roi

Féminin Messages : 684
Age : 57
Localisation : île-de-France
Inscription : 29/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par Prince de Talmont le Mar 5 Nov 2019 - 22:25

Medugorje n'est pas à prendre en compte.
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 513
Inscription : 15/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par Prince de Talmont le Mar 5 Nov 2019 - 22:26

@christelle.S a écrit:@prince je ne sais pas s'il y a des messes en latin près de chez moi mais pourquoi pas y aller une fois … bonne soirée à tous

Vous êtes de quelle ville si ça n'est pas indiscret ?
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 513
Inscription : 15/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par Philippe-Antoine le Mar 5 Nov 2019 - 22:34

[size=32]Pour le pape, on peut communier « dans la bouche » ou « sur la main »[/size]

Au cours de l’audience générale mercredi 21 mars, le pape a également confirmé qu’il se rendra les 25 et 26 août à Dublin (Irlande) pour la rencontre mondiale des familles.


[size=32]24 juin 2017 : Ordinations sacerdotales. Prêtre nouvellement ordonné donnant la communion. Cathédrale Notre Dame de Paris (75), France.FREDERIC SOREAU/CIRIC
[/size]

Prenant le contre-pied des récentes déclarations du cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, le pape François a souligné, mercredi 21 mars, que la communion pouvait être reçue indifféremment dans la bouche ou sur la main, selon ce que prescrivent les différentes conférences épiscopales.
Continuant en effet sa série de catéchèse sur la liturgie, le pape en est arrivé, lors l’audience générale de ce mercredi, à la communion des fidèles.
À lire aussi

Jeudi saint, le pape lavera les pieds de détenus dans la prison de Regina Coeli
Ange aureole
« Selon la pratique ecclésiale, les fidèles s’approchent normalement de l’Eucharistie en procession et communient debout avec dévotion, ou à genoux, comme établi par la conférence épiscopale, recevant le sacrement dans la bouche ou - où cela est permis- sur la main, comme ils le préfèrent », a relevé le pape dans sa catéchèse.+



[size=32]Sainteté[/size]


François prend ainsi le contre-pied de son préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, le cardinal Robert Sarah, qui, dans la préface d’un livre publié fin février, critiquait fermement la pratique de la communion dans la main jugeant qu’elle avait été « imposée d’une manière non conforme aux voies de Dieu ».
« Pourquoi insistons-nous pour communier debout et dans la main ? Pourquoi cette attitude exprimant un manque de soumission aux signes de Dieu ? », s’interrogeait-il, estimant que la communion à genoux et dans la bouche est « un acte d’adoration et d’amour que chacun de nous peut offrir à Jésus-Christ ».

Dans sa catéchèse, le pape François a, au contraire développé une théologie eucharistique centrée sur la notion de sainteté vécue comme union avec Dieu.



[size=32]« Nous devenons ce que nous recevons : le Corps du Christ »[/size]


« Nous célébrons l’eucharistie pour nous nourrir du Christ qui se donne lui-même dans sa Parole et dans le Sacrement de l’autel », a-t-il souligné, rappelant qu’« après la fraction du pain consacré, le prêtre invite les fidèles au banquet eucharistique (…) pour faire l’expérience de l’union intime avec le Seigneur, source de joie et de sainteté ».
« Si nous voyons la distance qui nous sépare de la sainteté du Christ, nous croyons que son Sang a été versé pour la rémission des péchés et nous le prions : “Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri” », a reconnu le pape, qui doit publier prochainement une exhortation apostolique sur la sainteté.
« En nous unissant à lui, la communion nous arrache à nos égoïsmes et nous unit à tous ceux qui ne font qu’un avec lui. Nous devenons ce que nous recevons : le Corps du Christ, et, par notre “Amen”, nous reconnaissons la grâce et l’engagement que cela ....


Source: https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Pape/pape-peut-communier-bouche-sur-main-2018-03-21-1200923047?gclid=Cj0KCQiA2ITuBRDkARIsAMK9Q7PZKdcdM_82jkYUIVscyAY2Boc_BNY-2ZrUOEHYY2s8M-XIdiARz-caAg_yEALw_wcB

×××××××××××××××××××××××××××××

Chacun est libre d'en penser ce qu'il veut. 
Pour ma part, je n'ai ni l'intention ni la prétention d'être plus  catholique que le Pape.


Dernière édition par Philippe-Antoine le Mer 6 Nov 2019 - 0:08, édité 2 fois
Philippe-Antoine
Philippe-Antoine
Enfant de Dieu

Masculin Messages : 3353
Age : 66
Localisation : Grenoble
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par christelle.S le Mar 5 Nov 2019 - 22:39

@prince je suis à Lyon

christelle.S
Près de Jésus Christ

Féminin Messages : 26
Age : 31
Localisation : lyon
Inscription : 04/08/2019

Revenir en haut Aller en bas

Petit "bug" lors de la communion - eucharistie- - Page 2 Empty Re: Petit "bug" lors de la communion - eucharistie-

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum