Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

L'au-Delà vu par la bienheureuse Anne Catherine Emmerich Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

L'au-Delà vu par la bienheureuse Anne Catherine Emmerich

Aller en bas

L'au-Delà vu par la bienheureuse Anne Catherine Emmerich Empty L'au-Delà vu par la bienheureuse Anne Catherine Emmerich

Message par HolyFaceOfJesus le Jeu 5 Sep 2019 - 20:15

L'au-Delà vu par la bienheureuse Anne Catherine Emmerich 
( C'est passionnant Wink )




QUE SE PASSE-T-IL LORSQU'ON MEURT ?


Un Jugement.
" Je vois l'âme subir instantanément un jugement au-dessus du lieu où la mort la sépare du corps. Je vois là Jésus, Marie, le saint patron de l'âme et son bon ange : même pour les protestants, je vois Marie présente. Ce jugement s'accomplit en très-peu de temps. " (VACE tome 3 p 42)

" [Jésus] parla de la résurrection des morts et du jugement dernier, les exhortant à veiller sur eux-mêmes. Il fit mention des serviteurs paresseux, et dit que le jour du Seigneur viendrait comme un voleur dans la nuit, et que personne ne sait à quelle heure la mort doit arriver. " (VNSJC tome 2 p 564)
Cette parabole de Jésus est très proche de Matthieu 24:44 avec une précision de taille : la mort marque le début du "jour du Seigneur" et du Jugement.

" Ce qui a été toujours certain pour moi, c'est que tout bien, qu'il soit dans l'âme ou dans le corps, tend vers la lumière, comme tout mal tend vers les ténèbres, s'il n'est pas expié et effacé; c'est que la justice et la miséricorde ont en Dieu leur perfection […] " (VACE tome 3 p 30)
 
Voici le récit de la résurrection de Nazor qui vivait près de Cédar. Telle est l'état de l'âme peu après la mort:
"13 novembre.-- [...] A une lieue à peu près de cet endroit, du côté du levant, se trouvait une habitation entourée d'un fossé, appartenant à un riche propriétaire de troupeaux qui était mort subitement dans les champs, à peu de distance de sa maison. Sa femme et ses enfants étaient plongés dans la douleur. Les préparatifs étaient déjà faits pour son enterrement et la famille envoya prier le Seigneur de venir assister aux funérailles avec d'autres personnes.
Jésus y alla dans l'après-midi, accompagné de ses trois disciples, de Salathiel, de la femme de celui-ci, de plusieurs femmes voilées, et aussi de plusieurs hommes. Ils étaient une trentaine à peu près. Tout était déjà préparé pour la mise au tombeau : le corps était déposé dans une grande allée d'arbres, ouverte par en haut, qui se trouvait en face de la maison.
Cet homme était mort en punition de ses péchés. Des bergers qu'il opprimait ayant quitté le pays il s'était approprié une grande partie de leur bien et bientôt après se trouvant dans ce champ mal acquis, il était tombé frappé de mort subite.

Jésus arrivé devant le cadavre parla du défunt, demanda à quoi lui servait maintenant le soin qu'il avait pris de son corps, cette demeure terrestre dont il s'était fait l'esclave et qu'il lui avait fallu quitter. Il avait chargé son âme de dettes par amour pour ce corps qui ne les avait pas payées et qui ne pouvait pas les payer, etc.
[...] La femme lui avait dit précédemment en présence de ceux qui venaient de se retirer : "Seigneur, vous parlez comme si vous étiez le roi des Juifs lui-même" ; et il lui avait fait signe de se taire. Mais lorsque les autres qu'il savait être plus faibles furent sortis, il dit à ceux qui étaient restés que s'ils croyaient à sa doctrine, s'ils la suivaient et s'ils voulaient garder le secret, le mort reviendrait à la vie, car son âme n'était pas encore jugée : elle attendait encore dans ce champ, témoin de son iniquité, et où elle s'était séparée de son corps. Ils promirent au Seigneur de lui obéir et de le faire, et Jésus fit quelques pas avec eux dans le champ où l'homme était mort.
J'eus alors une vision touchant l'état de son âme après sa mort. Je la vis au-dessus du lieu où il était mort dans un cercle, dans une sphère où lui était montré le tableau de tous ses péchés et de leurs conséquences sur la terre, et elle était bourrelée de remords à cette vue. Elle vit aussi tous les supplices dans lesquels elle devait être plongée et dans cet état elle eut une révélation des souffrances expiatoires de Jésus. Au moment où, toute dévorée de remords, elle allait entrer dans le lieu de son supplice, Jésus fit une prière et l'appelant du nom de Nazor, qui était celui du défunt, la fit rentrer dans son corps.
Jésus dit alors aux assistants : "à notre retour, nous trouverons Nazor sur son séant et plein de vie". Je vis, à l'appel de Jésus, l'âme voler vers son corps, s'amoindrir et comme entrer dans la bouche, après quoi le corps se redressa sur son séant dans le cercueil.
J'ai toujours vu l'âme humaine avoir comme son siège au-dessus du coeur : j'ai vu aussi partir de là plusieurs fils qui vont vers la tête.
Lorsque Jésus et ceux qui l'accompagnaient furent de retour à la maison, ils virent Nazor enveloppé dans son linceul et les mains liées, qui s'était mis sur son séant dans le cercueil : sa femme lui délia les mains et défit les bandelettes. Etant sorti de la bière, il se jeta aux pieds de Jésus et voulut embrasser ses genoux, mais le Seigneur fit un pas en arrière et lui dit qu'il devait se purifier, se laver, se tenir caché dans sa chambre et garder le secret sur sa résurrection jusqu'à ce que lui, Jésus, eût quitté le pays. Alors la femme conduisit son mari dans un coin reculé de la maison où il se purifia et s'habilla. Cependant Jésus, Salathiel, la femme de celui-ci, et les trois disciples prirent quelque nourriture dans la maison où ils passèrent la nuit ; le cercueil fut déposé dans le caveau sépulcral. Le Seigneur enseigna jusqu'à une heure avancée de la nuit." (http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume5/chapitr8.html)


QU'EST-CE QUI NOUS ATTEND ?


2 novembre 1821 "Je vois les lieux où séjournent les âmes différer entre eux selon l'état de celles-ci: cependant ils me font toujours l'effet d'être de forme ronde et semblables à des globes. Je ne puis les comparer qu'avec les endroits que j'appelle jardins, parce que J'y vois conservées comme des fruits, des grâces et des influences spéciales. Ainsi les différents séjours des âmes sont comme des jardins, des magasins, des mondes contenant une grande variété de choses déplaisantes, de privations, de tourments, de misères, d'angoisses, etc., etc. : il y en a parmi eux de plus petits que les autres. Quand j'y arrive, je vois distinctement leur contour arrondi, je vois aussi un rayon de lumière tomber sur un point ou une lueur crépusculaire éclairer l'horizon. Ces séjours sont les meilleurs. Dans aucun on ne voit le ciel bleu: tout y est partout plus ou moins terne et sombre.
Dans beaucoup de lieux, les âmes sont très-serrées les unes contre les autres et on est là dans une grande angoisse. Quelques endroits sont plus profonds et plus sombres, d'autres plus élevés et plus éclairés. Les lieux où elles sont enfermées séparément sont aussi de formes diverses; quelques-uns, par exemple, sont comme des fours à cuire le pain. Ceux qui étaient réunis sur la terre ne sont ensemble que quand ils ont besoin d'une purification du même degré. Dans beaucoup d'endroits, la lumière est colorée, par exemple couleur de feu, ou trouble, ou rougeâtre. II y a des endroits où de mauvais esprits font souffrir les âmes, les effrayent et les tourmentent. Ce sont les plus affreux et on les prendrait pour l'enfer si la patience indiciblement touchante des âmes ne persuadait le contraire. On ne peut dire quelle joie, quelle consolation ressentent ceux qui restent quand d'autres sont délivrés. Il y a aussi des séjours où les âmes font des travaux de pénitence, comme celles que j'ai vues une fois courir tumultueusement et élever des remparts […] J'ai vu des âmes, quand quelques autres étaient délivrées, passer des degrés inférieurs à une condition meilleure. Plusieurs peuvent aller et venir et échanger des consolations " (VACE tome 3 p 72-74)

2 novembre 1822 " A l'intérieur il y a des passages et comme des chambres innombrables, élevés ou surbaissés, montant ou descendant. Près de l'entrée, on est moins mal: les âmes errent et se glissent de côté et d'autre, mais plus bas elles sont plus étroitement emprisonnées. Cà et là on en voit couchées dans une cavité, dans une fosse: souvent aussi plusieurs sont réunies dans un même lieu et placées plus haut ou plus bas. Parfois on en voit une assise à une certaine hauteur, comme sur une pierre. Plus loin dans l'arrière-fond, ce sont des scènes plus terribles, les démons y exercent leur empire et c'est un enfer temporaire. Les âmes sont livrées à divers supplices: des spectres affreux, de hideuses figures de diables parcourent ces lieux, tourmentent et épouvantent les âmes. " (VACE tome 3 p 76)
" Dans le purgatoire il n'y a aucun produit naturel, pas d'arbres, pas de fruits. Tout est sans couleur, plus clair ou plus sombre selon le degré de purification. Les lieux qui servent de demeures sont disposés avec une sorte de régularité ; ce n'est pas comme dans le sein d'Abraham, où les âmes ont pour séjour une espèce de pays, ayant une nature qui lui est propre. Une âme dans le sein d'Abraham a déjà les couleurs de sa future auréole, mais troubles et ternes: elles passent à l'état de splendeur sans mélange lors de son entrée dans la béatitude. " (VACE tome 3 p 42)
Là encore, bien loin de n'y trouver que paradis et enfer, le séjour des morts semble être une multitude de "mondes/globes/jardins" composés eux aussi d'une multitude de "chambres/fosses/cavités" et de "passages" (claustrophobes s'abstenir !) Il y a aussi le "séjour d'Abraham", qui sans être le "paradis" semble être un autre "pays/monde" plus serein.
Il est tout de même rassurant de voir qu'une fois purifiée, l'âme peut d'accéder à "la béatitude". Mais comment est-elle purifiée ?

" Le 29 juin 1821 […] Mes regards plongèrent dans un sombre et vaste empire, dans un monde de brouillard où il y avait plusieurs cercles. L'état où sont ces âmes, les privations et les peines qu'elles subissent sont la suite nécessaire de leurs imperfections et de leurs transgressions sur la terre. Plusieurs sont en compagnie, d'autres sont seules […] L'idée la plus claire qu'on puisse se faire de cet état de choses est de se représenter sur la terre des établissements réglés selon la justice la plus parfaite pour la correction et l'amélioration des détenus, où toutes les punitions infligées et les satisfactions exigées correspondraient exactement aux délits. […] En ce monde on ne peut arriver aux maisons de correction que par des intermédiaires et des amis; on peut aussi soi-même par des supplications, des travaux, des satisfactions, des extinctions de dettes, obtenir des grâces et amener des jours de pardon; de même ceux qui sont renfermés dans de profonds cachots ne peuvent faire entendre leur voix que de loin, comme par un soupirail ou par-dessus un mur; les choses se passent ainsi à certains égards dans l'autre monde. Mais, sur la terre, tout est mélangé de péché, de mensonge et d'injustice, tandis que là, tout ce qui se fait, tout ce qui a pour but de consoler et d'assister s'opère selon la justice la plus parfaite. " (VACE tome 3 p 50)
Quelle satisfaction de constater que la Justice est rendue. Si la justice des hommes est imparfaite, celle de Dieu s'applique immanquablement !
La variété du séjour des morts est proportionnelle à la variété des transgressions et des expiations qui en découlent.







Voici quelques exemples précis :








Ames proclamées saintes :
2 novembre 1821 "J'ai vu aussi des lieux où étaient purifiées des âmes qui ont été proclamées saintes sur la terre, mais dont la sainteté n'était pas encore arrivée à la perfection lorsqu'elles étaient sorties de ce monde […] " (VACE tome 3 p 74)
Des prêtres indolents :
"J'ai vu la purification s'opérer sous beaucoup de formes : j'ai vu notamment le châtiment de ces prêtres aimant leurs aises et leur repos qui ont coutume de dire : 'Je me contente d'une petite place dans le ciel, je prie, je dis la messe, j'entends les confessions, etc.' Ils ont à souffrir des tourments indicibles, causés par un ardent désir de faire des œuvres de charité: ils sont condamnés à voir devant eux toutes les âmes auxquelles leur assistance a fait défaut et à rester tranquillement assis avec un désir dévorant d'assister et d'agir. Leur paresse devient un supplice de l'âme, leur tranquillité se change en impatience, leur inactivité est une chaîne et tous ces châtiments ne sont pas imaginés tout exprès, mais ils se produisent, comme la maladie sort de son germe, clairement et merveilleusement. " " (VACE tome 3 p 29)
Dirigeants despotes :
2 novembre 1821 "Souvent des rois et des princes retrouvent ceux qui ont été opprimés par eux et qu'ils servent humblement au milieu des souffrances […] " (VACE tome 3 p 73)
" 3 novembre. ''Je fus dans la région située en avant du purgatoire, dans la région des glaces, près du moulin où beaucoup de princes, de rois et de régentes sont obligés de moudre, comme on le fait faire sur la terre à des chevaux et à des hommes. Ils sont obligés de moudre de la glace. Les femmes portaient au moulin toute sorte de mets recherchés et d'objets précieux qu'il leur fallait moudre […] Leurs anciens serviteurs étaient maintenant leurs maîtres et les excitaient au travail.'' " (VACE tome 3 p 78)
Enfants baptisés et non baptisés :
"Les enfants étaient plus près du bord. Les non baptisés souffrent surtout de la liaison étroite avec le péché et l'impureté de leurs parents, les baptisés sont libres et purifiés. " (VACE tome 3 p 50)
Ivrognes :
"Le 22 septembre, un grand buveur d'eau-de-vie mourut subitement en état d'ivresse à Dulmen. Elle le vit toute la nuit dans une horrible situation, et dit que les diables étaient couchés près de lui, le tétant comme de jeunes chiens. " (VACE tome 3 p 78)
Protestants :
[2 novembre 1821] " J'ai vu dans le purgatoire des protestants qui avaient été pieux dans leur ignorance. Ils sont très-délaissés parce que les prières leur manquent […] " (VACE tome 3 p 73)
Une mère violente :
30 août 1821 "J'ai en cette nuit de terribles peines à me donner pour de pauvres âmes, notamment pour des juifs, vivants et morts. J'ai eu d'abord beaucoup à souffrir. Je fus appelée au secours par l'âme d'une femme de mon pays qui avait eu une fille pieuse, mais un peu simple, qu'elle avait toujours injuriée et battue cruellement quand elle était sur la terre. Je ne pouvais pas arriver à cette âme, mais j'entendais ses cris et je la voyais horriblement flagellée et maltraitée. Je me suis pendant longtemps donné beaucoup de peine pour elle et je dois trouver quelque moyen d'exciter sa fille qui est encore vivante à se souvenir de l'âme de sa mère."
Une mère infanticide :
"Je vis aussi l'âme d'une femme morte, il y a vingt ou trente ans. Elle n'était pas dans le purgatoire, mais dans un lieu de supplices plus rigoureux : elle était comme un détenu soumis à la flagellation comparé à d'autres qui n'ont à subir qu'un simple emprisonnement. Je vis cette femme dans une affliction et une peine inexprimables.
Elle avait dans les bras un enfant de couleur foncée qu'elle recommençait sans cesse à tuer et qui revenait toujours à la vie. Il faut qu'elle le lave avec ses larmes jusqu'à ce qu'il soit devenu blanc. Elle implora mes prières. Les âmes aussi peuvent verser des larmes, autrement on ne pourrait pas pleurer dans le corps. 
Elle me raconta sa faute ou plutôt je la vis dans une série de tableaux. Elle habitait une ville de la Pologne et était la femme d'un honnête homme. Ils tenaient une hôtellerie où logeaient des ecclésiastiques et d'autres gens paisibles […] 
Elle doit, par la satisfaction qu'elle y donne à la justice divine, compléter les années que la Providence réservait à son enfant jusqu'à ce qu'il puisse par là arriver au séjour de la lumière, car pour de tels enfants, dans l'autre monde aussi, il y a une croissance. Cinq ans après sa mort, elle apparut au prêtre son parent pendant la sainte messe. J'ai connu ce pieux vieillard, il a prié avec moi. "
" A cette occasion, j'ai vu beaucoup de choses touchant le purgatoire et particulièrement sur l'état des enfants mis à mort avant et après leur naissance, mais je ne puis dire cela d'une manière assez claire et c'est pourquoi je l'omets. " (VACE tome 3 p 29,30)

Cette phrase peut faire frémir les partisans de l'avortement : " l'état des enfants mis à mort avant et après leur naissance ". Ils n'ont plus qu'à espérer que le fétus âgé d'une dizaine de semaines n'est pas encore un être vivant à part entière !
L'Eglise Catholique a bien raison de rester ferme et de condamner la légalisation de l'avortement.

Information marquante, les croyants comme les religieux ne sont pas épargnés ! Ainsi avoir la foi "sauve" (Jean 3 :16) mais n'exempte pas d'en répondre à la Justice divine.
L'au-Delà vu par la bienheureuse Anne Catherine Emmerich Flec006%5B1%5DSi la justice des hommes est imparfaite, celle de Dieu s'applique immanquablement ! La variété des situations dans le séjour des morts est proportionnelle à la variété des transgressions et des expiations qui en découlent.
 






PEUT-ON VENIR EN AIDE AUX AMES DES DEFUNTS ?
"On ne peut aider les âmes que par la grâce, la méditation, la prière, les bonnes œuvres, les mérites des saints, quelquefois par le fruit provenant de quelque chose de bon qui était dans ces âmes elles-mêmes et qui s'est produit pendant leur vie. " (VACE tome 3 p 50)
"Je vois aussi dans le purgatoire un lieu de prière, une sorte d'église où elles reçoivent souvent des consolations. Elles tournent les yeux de ce côté comme nous vers nos églises. Les âmes n'ont aucun secours venant immédiatement du ciel; elles reçoivent tout de la terre et des hommes vivants qui, pour acquitter leurs dettes, offrent au juge suprême des prières et des bonnes œuvres, des mortifications et des actes de renoncement, mais surtout le saint sacrifice de la messe. […] Quand je suis dans le purgatoire, je ne vois, à l'exception de mon guide, personne autre qui le visite, mais çà et là, dans le lointain, sur la terre, des anachorètes, des religieux et religieuses, de pauvres gens, lesquels, priant et se mortifiant, travaillent pour les âmes souffrantes. Ce purgatoire est celui de l'Église catholique: les sectes sont séparées là comme ici et souffrent beaucoup plus, parce qu'elles n'ont pas de membres qui prient sur la terre, ni le saint sacrifice de la messe. " (VACE tome 3 p 76, 77)
Si les âmes des défunts ont à expier leurs propres fautes, les vivants peuvent faire quelque chose pour elles. Pour "rembourser une partie de la dette", ils peuvent offrir à Dieu "prières", "bonnes œuvres", "mortifications..." et surtout "le saint sacrifice de la messe" (pratique encore en cours tous les jours lors des offices catholiques).
Quelle responsabilité ! On aurait le pouvoir d'aider les défunts mais le manque de piété isolerait nos défunts, abandonnés au "remboursement de leur dette" !
Quel piège de laisser croire avec bienveillance que les âmes des défunts sont au ciel et nous regardent ou nous assistent dans notre vie de tous les jours. C'est à nous, les vivants, qu'il incombe d'aider les morts. Les morts, eux, ne peuvent rien tant qu'ils ne sont pas purifiés ! (Ecclésiaste 9 :5,10)
Certaines âmes "purifiées" accèdent à "la béatitude". Enfin un rayon de lumière dans cet océan de ténèbres.
L'au-Delà vu par la bienheureuse Anne Catherine Emmerich Flec006%5B1%5DSi les âmes des défunts ont à expier leurs propres fautes, les vivants peuvent faire quelque chose pour elles. Pour "rembourser une partie de la dette", ils peuvent offrir à Dieu "prières", "bonnes œuvres", "mortifications..." et surtout "le saint sacrifice de la messe".
Il est illusoire de penser que les âmes des défunts sont au ciel et nous regardent ou nous assistent dans notre vie de tous les jours. C'est à nous, les vivants, qu'il incombe d'aider les morts qui ne sont pas encore purifiés.








L'amour du prochain est universel. Il dépasse les frontières, les peuples et les religions. 
Ce qui sauve, c'est l'amour du prochain, ce qui tue c'est l'indifférence.




HolyFaceOfJesus
HolyFaceOfJesus
Avec les chérubins

Masculin Messages : 62
Localisation : Ile de France
Inscription : 22/01/2019

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum