Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Eglise catholique et intercommunion Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Eglise catholique et intercommunion

Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Eglise catholique et intercommunion

Message par territoire en héritage le Mer 9 Mai 2018 - 22:30

.


Le Cardinal Willem Jacobus Eijk, Archevêque d'Utrecht, Pays-Bas a affirmé qu'une grande confusion a été créée concernant l'Eucharistie dans l'affaire de l'intercommunion qui divise l'épiscopat allemand :


http://www.lanuovabq.it/it/il-papa-non-puo-ammettere-lintercomunione

ou :


http://www.ncregister.com/blog/edward-pentin/cardinal-eijk-pope-needed-to-give-clarity-to-german-bishops-on-intercommuni


traduction automatique :


Cardinal Willem Jacobus Eijk, Archevêque d'Utrecht, Pays-Bas. (Youtube)


Blogs | Mai. 7, 2018
Le cardinal Eijk: le pape François devait clarifier l'intercommunion


[...]


Cardinal Willem Jacobus Eijk


La conférence des évêques allemands a voté à une large majorité en faveur des directives qui prévoient qu'un protestant marié à un catholique peut recevoir l'Eucharistie après avoir rempli un certain nombre de conditions: il doit avoir fait un examen de conscience avec un prêtre ou avec une autre personne avec des responsabilités pastorales; il doit avoir affirmé la foi de l'Église catholique, avoir voulu mettre fin à une «détresse spirituelle sérieuse» et avoir «le désir de satisfaire le désir de l'Eucharistie».


Sept membres de la conférence des évêques allemands votèrent contre ces directives et demandèrent l'avis de quelques dicastères de la Curie romaine. La conséquence en fut qu'une délégation de la conférence des évêques allemands s'est entretenue à Rome avec une délégation de la Curie romaine, y compris le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.


La réponse du Saint-Père, transmise par le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à la délégation de la Conférence allemande, que la Conférence devrait réexaminer les projets et essayer de parvenir à un résultat unanime, si possible, est complètement incompréhensible . La doctrine et la pratique de l'Église concernant l'administration du sacrement de l'Eucharistie aux protestants sont parfaitement claires. Le code de droit canonique dit à ce sujet:


"Si le danger de mort est présent ou si, selon le jugement de l'évêque diocésain ou de la conférence des évêques, une autre nécessité grave l'exige, les ministres catholiques administrent licitement ces mêmes sacrements aux autres chrétiens qui n'ont pas la pleine communion avec l'Eglise catholique, qui ne peuvent approcher un ministre de leur propre communauté et qui le demandent de leur propre chef, pourvu qu'ils manifestent une foi catholique à l'égard de ces sacrements et qu'ils soient convenablement disposés. »CIC / 1983, can. 844 § 4 (cf. Catéchisme de l'Église Catholique (CCC) n ° 1400).


Cela ne s'applique donc qu'aux situations d'urgence, en particulier lorsqu'il existe un risque de décès.


L'intercommunion n'est, en principe, possible qu'avec les chrétiens orthodoxes, car les Églises orientales, bien que n'étant pas en pleine communion avec l'Église catholique, ont de vrais sacrements et surtout, en vertu de leur succession apostolique, un sacerdoce valide et une Eucharistie valide (CCC n ° 1400, CIC / 1983 canon 844, § 3). Leur foi dans le sacerdoce, dans l'Eucharistie et aussi dans le sacrement de pénitence est égale à celle de l'Église catholique.


Cependant, les protestants ne partagent pas la foi dans le sacerdoce et l'Eucharistie. La plupart des protestants allemands sont luthériens. Les luthériens croient en la consubstantiation, qui implique la conviction que, en plus du Corps ou du Sang du Christ, le pain et le vin sont également présents quand quelqu'un les reçoit. Si quelqu'un reçoit le pain et le vin sans y croire, le Corps et le Sang du Christ ne sont pas vraiment présents. En dehors de ce moment de les recevoir, il ne reste que le pain et le vin et le corps et le sang du Christ ne sont pas présents.


Évidemment, la doctrine luthérienne de consubstantiation diffère essentiellement de la doctrine catholique de la transsubstantiation, qui implique la foi que ce qui est reçu sous les figures du pain et du vin, même s'il est administré à quelqu'un qui ne croit pas à la transsubstantiation et même au moment de l'administration , reste le Corps ou le Sang du Christ et qu'il n'est plus les substances du pain et du vin.


En raison de ces différences essentielles, la communion ne devrait pas être administrée à un protestant, même s'il est marié à un catholique, parce que le protestant ne vit pas en pleine communion avec l'Église catholique et ne partage donc pas explicitement la foi en son Eucharistie. Les différences entre la foi dans la consubstantiation et celle de la transsubstantiation sont si grandes qu'il faut vraiment exiger que quelqu'un qui désire recevoir la Communion entre explicitement et formellement en pleine communion avec l'Église catholique (sauf en cas de danger de mort) et de cette manière explicitement confirme son acceptation de la foi de l'Église catholique, y compris l'Eucharistie. Un examen de conscience privé avec un prêtre ou avec une autre personne ayant des responsabilités pastorales ne donne pas suffisamment de garanties que la personne concernée accepte réellement la foi de l'Église. En l'acceptant [l'Eucharistie], la personne ne peut cependant faire qu'une seule chose: entrer en pleine communion avec l'Église catholique.


Les projets de directives de la conférence des évêques allemands suggèrent qu'il n'y a que quelques cas de protestants, mariés à des catholiques, qui voudraient recevoir la communion en se servant de ces directives. Cependant, l'expérience montre que dans la pratique, ces chiffres vont généralement augmenter. Les protestants qui sont mariés aux catholiques et voient d'autres protestants mariés aux catholiques recevant la communion penseront qu'ils peuvent faire la même chose. Et à la fin, même les protestants non mariés aux catholiques voudront le recevoir. L'expérience générale avec ce type d'ajustement est que les critères sont rapidement étendus.


Maintenant, le Saint-Père a informé la délégation de la conférence épiscopale allemande qu'il doit revoir les projets de propositions pour un document pastoral sur, entre autres, l'administration de la Communion, et essayer de trouver l'unanimité. Unanimité à propos de quoi? En supposant que tous les membres de la conférence des évêques allemands, après en avoir discuté à nouveau, décident unanimement que la communion peut être administrée aux protestants mariés à un catholique (quelque chose qui n'arrivera pas), cela va-t-il être contraire au Code de Canon? La loi et le Catéchisme de l'Église catholique disent à cet égard - devenir la nouvelle pratique dans l'Église catholique en Allemagne? La pratique de l'Église catholique, basée sur sa foi, n'est pas déterminée et ne change pas statistiquement quand la majorité d'une conférence épiscopale vote en faveur de celle-ci, même si elle est unanime.


Ce que dit le Code de Droit Canonique et le Catéchisme de l'Église Catholique aurait dû être la réaction du Saint-Père, qui est, en tant que Successeur de Saint Pierre, le principe perpétuel et visible et le fondement de l'unité des évêques et des fidèles. fidèle "( Lumen Gentium n ° 23). Le Saint-Père aurait dû donner à la délégation de la conférence épiscopale allemande des directives claires, fondées sur la doctrine et la pratique claires de l'Église. Il aurait également dû répondre sur cette base à la femme luthérienne qui lui avait demandé le 15 novembre 2015 si elle pouvait recevoir la communion avec son épouse catholique, disant que ce n'était pas acceptable au lieu de suggérer qu'elle pouvait recevoir la communion sur la base de son baptême. et en accord avec sa conscience. En omettant de créer de la clarté, une grande confusion est créée parmi les fidèles et l'unité de l'Église est en danger.
C'est également le cas des cardinaux qui proposent publiquement de bénir les relations homosexuelles, ce qui est diamétralement opposé à la doctrine de l'Église, fondée sur la Sainte Écriture, selon laquelle le mariage, selon l'ordre de la création, n'existe qu'entre un homme et une femme .

Observant que les évêques et, surtout, le Successeur de Pierre ne parviennent pas à maintenir et à transmettre fidèlement et dans l'unité le dépôt de foi contenu dans la Tradition Sacrée et la Sainte Écriture, je ne peux m'empêcher de penser à l'Article 675 du Catéchisme de l'Église Catholique:

"Le procès ultime de l'Église

Avant la seconde venue du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur terre dévoilera le «mystère de l'iniquité» sous la forme d'une tromperie religieuse offrant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l'apostasie de la vérité ».
+ Willem Jacobus Cardinal Eijk
Archevêque d'Utrecht, Pays-Bas
Utrecht, 5 mai 2018
 



.
territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2071
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Ayor le Mer 9 Mai 2018 - 23:13

Cela est sérieux ! J'ai l'impression que beaucoup de fondamentaux de l'Eglise partent à la dérive... c'est d'une grande tristesse !!! Certaines prisent de positions du pape François me laisse clairement un sentiment très mitigé !

Ayor
Avec l'Archange Saint Michel

Masculin Messages : 185
Inscription : 20/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par véronique69 le Jeu 10 Mai 2018 - 12:25

y a t il PLENITUDE  de l'unité sponsale dans les mariages dit mixtes (catholiques-protestants), l'unité sponsale trancendant alors la question des religions différentes, d'où possibilité d'ntercommunion ? ou on ne peut évoquer cette notion que dans le mariage entre catholiques ?

véronique69
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1287
Inscription : 09/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Père Nathan le Jeu 10 Mai 2018 - 14:25

Le pape a renvoyé à la collégialité allemande


Il a raison : D’Allemagne vient régulièrement la confusion, une constante depuis 1960 ...


Il faut qu’ils se secouent bien  entre eux une bonne fois


Ceci étant j’ai été très étonné de voir le futur Benoit XVI courir donner la communion à pasteur Roger Shulz aux funérailles de St JP II. Sur la main. Que les jours après ce dernier était egorgé. (!?)


Mon vieux père Emmanuel disait : il va y avoir une confusion invraisemblable dans les temps qui viennent


Dans le concret d’une messe, il est vrai qu’on donne la communion en conscience sans pouvoir refuser à des protestants pleinement convertis agissant là selon leur conscience...  il y a des fois où on se trouve dans une situation semblable à St Pierre qui doit manger des animaux hideux, impurs, immondes  impéré par la Voix de Dieu et avant la grande Pentecôte chez le centurion Corneille


Le droit canon est un garde fou
Mais pas un absolu


Dans le concret qq fois le Bon Dieu oblige en conscience. à passer outre une règle importante 
Père Nathan
Père Nathan
PERE SPIRITUEL DU FORUM
PERE SPIRITUEL DU FORUM

Masculin Messages : 3752
Age : 68
Localisation : Assignation : Rimont (diocèse d'Autun)
Inscription : 13/07/2008

http://catholiquedu.net

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par véronique69 le Jeu 10 Mai 2018 - 16:23

On sait ce qu'il est des "garde-fou" où l'exception devient vite la règle et un droit, semble-t-il!...(exemple, la communion dans la main etc...)
Merci en tout cas pour cette relativité : on acceptera  beaucoup plus allègrement toutes les fantaisies liturgiques qui nous interpellaient puisque cela devient simple  conseil ou orientation sans qu'on soit tenu de respecter les règles...pas de rigidité comme cela est très souvent rappelé...
(pour ce qui est du pasteur Roger, on lui aurait déconseillé de se convertir pour favoriser l'oecuménisme : à vérifier)

véronique69
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1287
Inscription : 09/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Zamie le Jeu 10 Mai 2018 - 23:04

"C’est François lui-même qui avait convoqué cette réunion du 3 mai, à Rome, invitant plusieurs évêques allemands et officiels du Vatican, représentants du « pour » et du « contre ». 
Des quatre heures de discussion il est ressorti la seule déclaration de l’archevêque Luis Ladaria, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi : le pape « apprécie l’engagement œcuménique des évêques allemands » et leur a demandé « de trouver, dans un esprit de communion ecclésiale, « une décision si possible unanime ».
 
La confusion a de nouveau pris le devant de la scène. 
Que signifie le « si possible » ? 
L’éventualité d’un vote vraiment unanime avant d’avancer plus loin ? 
Une décision « quasi » unanime qui sauvegarde le bien-fondé de la démocratie ? 
Ou encore un approfondissement de la question (entendez pressions sur les opposants) pour arriver à l’unanimité ?!
 
Fait notable : le Vatican a refusé de commenter le sens de l’expression.
 
https://reinformation.tv/francois-eveques-allemands-intercommunion-protestants-jallais-83994-2/

---------------------------------------------------------------

unanimité ! " 


Surprise ! 


L'Eglise est devenue une démocratie! 


[size=13]Qui perd du terrain dans cette affaire ?[/size]


[size=13]La Vérité - Jésus donnée dans la transsubstantiation que l'on veut brader ...
[/size]



Mais il est vrai que j'ai peut -être : " un coeur rigide et têtu ( qui ) n'a rien compris à la Parole de  Dieu ".
Zamie
Zamie
En adoration

Féminin Messages : 2980
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par territoire en héritage le Jeu 10 Mai 2018 - 23:57

.


Le pape saint Jean-Paul II a interdit l'intercommunion avec les communautés ecclésiales issues de la Réforme, séparées de l’Église catholique, impossible tant que ne sont pas pleinement établis les liens visibles de la communion ecclésiale mais a autorisé l'administration de l'Eucharistie, dans des circonstances spéciales, à des personnes appartenant à des Églises ou à des Communautés ecclésiales qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique.


http://www.vatican.va/holy_father/special_features/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_20030417_ecclesia_eucharistia_fr.html



...

44. Précisément parce que l'unité de l'Église, que l'Eucharistie réalise par le sacrifice du Christ, et par la communion au corps et au sang du Seigneur, comporte l'exigence, à laquelle on ne saurait déroger, de la communion totale dans les liens de la profession de foi, des sacrements et du gouvernement ecclésiastique, il n'est pas possible de concélébrer la même liturgie eucharistique jusqu'à ce que soit rétablie l'intégrité de ces liens. Une telle concélébration ne saurait être un moyen valable et pourrait même constituer un obstacle pour parvenir à la pleine communion, minimisant la valeur de la distance qui nous sépare du but et introduisant ou avalisant des ambiguïtés sur telle ou telle vérité de foi. Le chemin vers la pleine unité ne peut se faire que dans la vérité. En cette matière, les interdictions de la loi de l'Église ne laissent pas de place aux incertitudes,(92) conformément à la norme morale proclamée par le Concile Vatican II.(93)

Je voudrais cependant redire ce que j'ajoutais dans l'encyclique Ut unum sint, après avoir pris acte de l'impossibilité de partager la même Eucharistie: « Nous aussi, nous avons le désir ardent de célébrer ensemble l'unique Eucharistie du Seigneur, et ce désir devient déjà une louange commune et une même imploration. Ensemble, nous nous tournons vers le Père et nous le faisons toujours plus “d'un seul cœur” ».(94)


45. S'il n'est en aucun cas légitime de concélébrer lorsqu'il n'y a pas pleine communion, il n'en va pas de même en ce qui concerne l'administration de l'Eucharistie, dans des circonstances spéciales, à des personnes appartenant à des Églises ou à des Communautés ecclésiales qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique. Dans ce cas en effet, l'objectif est de pourvoir à un sérieux besoin spirituel pour le salut éternel de ces personnes, et non de réaliser une intercommunion, impossible tant que ne sont pas pleinement établis les liens visibles de la communion ecclésiale.


C'est en ce sens que s'est exprimé le Concile Vatican II quand il a déterminé la conduite à tenir avec les Orientaux qui, se trouvant en toute bonne foi séparés de l'Église catholique, demandent spontanément à recevoir l'Eucharistie d'un ministre catholique et qui ont les dispositions requises.(95) Cette façon d'agir a été depuis ratifiée par les deux Codes de Droit, dans lesquels est considéré aussi, avec les adaptations nécessaires, le cas des autres chrétiens non orientaux qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique.(96)


46. Dans l'encyclique Ut unum sint, j'ai moi-même manifesté combien j'apprécie ces normes qui permettent de pourvoir au salut des âmes avec le discernement nécessaire: « C'est un motif de joie que les ministres catholiques puissent, en des cas particuliers déterminés, administrer les sacrements de l'Eucharistie, de la pénitence, de l'onction des malades, à d'autres chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique, mais qui désirent ardemment les recevoir, qui les demandent librement et qui partagent la foi que l'Église catholique confesse dans ces sacrements. Réciproquement, dans des cas déterminés et pour des circonstances particulières, les catholiques peuvent aussi recourir pour ces mêmes sacrements aux ministres des Églises dans lesquelles ils sont valides ».(97)


Il convient d'être très attentif à ces conditions, qui ne souffrent pas d'exception, bien qu'il s'agisse de cas particuliers bien déterminés, car le refus d'une ou de plusieurs vérités de foi sur ces sacrements, et, parmi elles, de celle qui concerne la nécessité du sacerdoce ministériel pour que ces sacrements soient valides, fait que leur administration est illégitime parce que celui qui les demande n'a pas les dispositions voulues. À l'inverse, un fidèle catholique ne pourra pas recevoir la communion dans une communauté qui n'a pas de sacrement de l'Ordre valide.(98)

La fidèle observance de l'ensemble des normes établies en la matière (99) est à la fois manifestation et garantie d'amour tout autant envers Jésus Christ dans le très saint Sacrement qu'à l'égard des frères d'autres confessions chrétiennes, auxquels est dû le témoignage de la vérité, et qu'envers la cause même de la promotion de l'unité.




Egalement des références au Catéchisme de l'Eglise catholique et au Code de droit canon :


http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P3X.HTM



1400 Les communautés ecclésiales issues de la Réforme, séparées de l’Église catholique, " en raison surtout de l’absence du sacrement de l’Ordre, n’ont pas conservé la substance propre et intégrale du mystère eucharistique " (UR 22). C’est pour cette raison que, pour l’Église catholique, l’intercommunion eucharistique avec ces communautés n’est pas possible. Cependant, ces communautés ecclésiales, " lorsqu’elles font mémoire dans la sainte Cène de la mort et de la résurrection du Seigneur, professent que la vie consiste dans la communion au Christ et attendent son retour glorieux " (UR 22).
1401 Lorsqu’une nécessité grave se fait pressente, selon le jugement de l’ordinaire, les ministres catholiques peuvent donner les sacrements (Eucharistie, pénitence, onction des malades) aux autres chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l’Église catholique, mais qui les demandent de leur plein gré : il faut alors qu’ils manifestent la foi catholique concernant ces sacrements et qu’ils se trouvent dans les dispositions requises (cf. CIC, can. 844, § 4).

http://www.vatican.va/archive/FRA0037/__P2Q.HTM



Can. 844 - § 1. Les ministres catholiques administrent licitement les sacrements aux seuls fidèles catholiques qui, de même, les reçoivent licitement des seuls ministres catholiques, restant sauves les dispositions des §§ 2, 3 et 4 du présent canon et du can. 861, § 2.
§ 2. Chaque fois que la nécessité l'exige ou qu'une vraie utilité spirituelle s'en fait sentir, et à condition d'éviter tout danger d'erreur ou d'indifférentisme, il est permis aux fidèles qui se trouvent dans l'impossibilité physique ou morale d'avoir recours à un ministre catholique, de recevoir les sacrements de pénitence, d'Eucharistie et d'onction des malades de ministres non catholiques, dans l'Église desquels ces sacrements sont valides.§ 3. Les ministres catholiques administrent licitement les sacrements de pénitence, d'Eucharistie et d'onction des malades aux membres des Églises orientales qui n'ont pas la pleine communion avec l'Église catholique, s'ils le demandent de leur plein gré et s'ils sont dûment disposés; ceci vaut aussi bien pour les membres d'autres Églises qui, au jugement du Siège Apostolique, se trouvent pour ce qui concerne les sacrements dans la même condition que les Églises orientales susdites.      
     § 4. En cas de danger de mort ou si, au jugement de l'Évêque diocésain ou de la conférence des Évêques, une autre grave nécessité se fait pressante, les ministres catholiques peuvent administrer licitement ces mêmes sacrements aussi aux autres chrétiens qui n'ont pas la pleine communion avec l'Église catholique, lorsqu'ils ne peuvent pas avoir recours à un ministre de leur communauté et qu'ils le demandent de leur plein gré, pourvu qu'ils manifestent la foi catholique sur ces sacrements et qu'ils soient dûment disposés.


.
territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2071
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par véronique69 le Ven 11 Mai 2018 - 3:52

"le pape renvoie à la COLLEGIALITE allemande" : deux poids, deux mesures suivant les cas : collégialité quelque soit la CLAIRE doctrine, ou  notion "clef de Saint Pierre", le pape étant un peu plus que "l'évêque de Rome", clef de voute pour la solidité de l'édifie et notion guère apréciée par Luther...
Il semble que l'on soit bien dans "la CONFUSION invraisemblable" annoncée (en plus de Notre-Dame à Don Gobbi en autre), par le Père Emmanuel...

véronique69
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1287
Inscription : 09/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Père Nathan le Ven 11 Mai 2018 - 9:19

@territoire en héritage a écrit:.


Le pape saint Jean-Paul II a interdit l'intercommunion avec les communautés ecclésiales issues de la Réforme, séparées de l’Église catholique, impossible tant que ne sont pas pleinement établis les liens visibles de la communion ecclésiale mais a autorisé l'administration de l'Eucharistie, dans des circonstances spéciales, à des personnes appartenant à des Églises ou à des Communautés ecclésiales qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église

45. S'il n'est en aucun cas légitime de concélébrer lorsqu'il n'y a pas pleine communion, il n'en va pas de même en ce qui concerne l'administration de l'Eucharistie, dans des circonstances spéciales, à des personnes appartenant à des Églises ou à des Communautés ecclésiales qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique. Dans ce cas en effet, l'objectif est de pourvoir à un sérieux besoin spirituel pour le salut éternel de ces personnes, et non de réaliser une intercommunion, impossible tant que ne sont pas pleinement établis les liens visibles de la communion ecclésiale.


46. Dans l'encyclique Ut unum sint, j'ai moi-même manifesté combien j'apprécie ces normes qui permettent de pourvoir au salut des âmes avec le discernement nécessaire: « C'est un motif de joie que les ministres catholiques puissent, en des cas particuliers déterminés, administrer les sacrements de l'Eucharistie, de la pénitence, de l'onction des malades, à d'autres chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique, mais qui désirent ardemment les recevoir, qui les demandent librement et qui partagent la foi que l'Église catholique confesse dans ces sacrements.  ».(97)
1401 Lorsqu’une nécessité grave se fait pressente, selon le jugement de l’ordinaire, les ministres catholiques peuvent donner les sacrements (Eucharistie, pénitence, onction des malades) aux autres chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l’Église catholique, mais qui les demandent de leur plein gré : il faut alors qu’ils manifestent la foi catholique concernant ces sacrements et qu’ils se trouvent dans les dispositions requises (cf. CIC, can. 844)

.


Merci à territoire en héritage pour ces textes officiels qui sont très clairs et montrent l’équilibre d’Amour et de Lumière entre le respect des règles et les ouvertures aux personnes extérieures à l’Eglise catholique : à d'autres chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique, mais qui désirent ardemment les recevoir, qui les demandent librement et qui partagent la foi que l'Église catholique confesse dans ces sacrements


Tout ensuite est une affaire de doigté maitrisé par l’exercice de la Foi et de la charité éclairée dans le cœur du ministre du Sacrement 
Père Nathan
Père Nathan
PERE SPIRITUEL DU FORUM
PERE SPIRITUEL DU FORUM

Masculin Messages : 3752
Age : 68
Localisation : Assignation : Rimont (diocèse d'Autun)
Inscription : 13/07/2008

http://catholiquedu.net

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par territoire en héritage le Ven 11 Mai 2018 - 13:45

@Père Nathan a écrit:
@territoire en héritage a écrit:.


Le pape saint Jean-Paul II a interdit l'intercommunion avec les communautés ecclésiales issues de la Réforme, séparées de l’Église catholique, impossible tant que ne sont pas pleinement établis les liens visibles de la communion ecclésiale mais a autorisé l'administration de l'Eucharistie, dans des circonstances spéciales, à des personnes appartenant à des Églises ou à des Communautés ecclésiales qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église

45. S'il n'est en aucun cas légitime de concélébrer lorsqu'il n'y a pas pleine communion, il n'en va pas de même en ce qui concerne l'administration de l'Eucharistie, dans des circonstances spéciales, à des personnes appartenant à des Églises ou à des Communautés ecclésiales qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique. Dans ce cas en effet, l'objectif est de pourvoir à un sérieux besoin spirituel pour le salut éternel de ces personnes, et non de réaliser une intercommunion, impossible tant que ne sont pas pleinement établis les liens visibles de la communion ecclésiale.


46. Dans l'encyclique Ut unum sint, j'ai moi-même manifesté combien j'apprécie ces normes qui permettent de pourvoir au salut des âmes avec le discernement nécessaire: « C'est un motif de joie que les ministres catholiques puissent, en des cas particuliers déterminés, administrer les sacrements de l'Eucharistie, de la pénitence, de l'onction des malades, à d'autres chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique, mais qui désirent ardemment les recevoir, qui les demandent librement et qui partagent la foi que l'Église catholique confesse dans ces sacrements.  ».(97)
1401 Lorsqu’une nécessité grave se fait pressente, selon le jugement de l’ordinaire, les ministres catholiques peuvent donner les sacrements (Eucharistie, pénitence, onction des malades) aux autres chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l’Église catholique, mais qui les demandent de leur plein gré : il faut alors qu’ils manifestent la foi catholique concernant ces sacrements et qu’ils se trouvent dans les dispositions requises (cf. CIC, can. 844)

.


Merci à territoire en héritage pour ces textes officiels qui sont très clairs et montrent l’équilibre d’Amour et de Lumière entre le respect des règles et les ouvertures aux personnes extérieures à l’Eglise catholique : à d'autres chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique, mais qui désirent ardemment les recevoir, qui les demandent librement et qui partagent la foi que l'Église catholique confesse dans ces sacrements


Tout ensuite est une affaire de doigté maitrisé par l’exercice de la Foi et de la charité éclairée dans le cœur du ministre du Sacrement 

C'est justement à cause du non respect dans les faits - en Allemagne la distribution de groupe aux protestants est très répandue, sans vrai contrôle ... - qu'en ce qui concerne l'altération de la doctrine constante de l'Eglise - en particulier par le grand groupe d'évêques qui permettent cette intercommunion sans le contrôle individuel et valable demandé par l'Eglise, en le remplaçant essentiellement par "le discernement personnel et intérieur" ... - que 7 (au moins) évêques allemands ont demandé la clarification au Vatican (voir ci-dessus) mais qui n'a pas été obtenue ! ...

Et en plus du cardinal archevêque hollandais William Jacobus Eijk (message du début du fil) le cardinal Gerhard Müller a aussi déclaré :

http://www.ncregister.com/blog/edward-pentin/cardinal-mueller-on-intercommunion-meeting-more-clarity-and-courage-needed

traduction automatique, extraits :

Cardinal Gerhard Müller.  (Photo d'Edward Pentin)

[...]




Le soi-disant «document pastoral», que les évêques allemands ont voté massivement en février, proposait qu'un conjoint protestant puisse recevoir l'Eucharistie après avoir «sérieusement examiné» sa conscience avec un prêtre ou une autre personne ayant des responsabilités pastorales, et «affirme la foi de l'Église catholique "veut mettre fin" à une grave détresse spirituelle "et a" le désir de satisfaire la faim de l'Eucharistie ".
Les partisans ont dit que cela aiderait à résoudre la souffrance de certains conjoints protestants incapables de recevoir la Sainte Communion avec leurs épouses ou maris catholiques.  Les critiques l'ont appelé un «tour de rhétorique» qui cherchait à tort à redéfinir les sacrements comme un moyen d'atténuer la détresse mentale et de satisfaire les besoins spirituels.


La critique s'est intensifiée après que sept évêques allemands eurent écrit au Vatican le 22 mars pour protester contre le mouvement , arguant que la proposition n'était "pas juste" car elle touche "à la foi et à l'unité de l'Eglise qui n'est pas soumise au vote". quatre domaines à clarifier.


Deux des sept, le cardinal Rainer Woelki de Cologne et l'évêque Rudolf Voderholzer de Ratisbonne, sont arrivés à la réunion du 3 mai, espérant que, compte tenu de ce que beaucoup considéraient comme de sérieuses failles doctrinales dans le document - Benoît XVI la proposition serait rejetée par le pape, ou complètement révisée.


Préfet du facteur


Mais à la surprise de beaucoup, rien n'est arrivé.  Après que les deux parties eurent fait valoir leur point de vue, Mgr Luis Ladaria, Préfet du CDF, a transmis aux participants que le Pape François a apprécié «l'engagement œcuménique des évêques allemands et leur demande de trouver, dans un esprit de communion ecclésiale, [si] possible."


Le cardinal Gerhard Müller, préfet émérite de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a exprimé sa déception à l'issue de ces propos, déclarant que la déclaration était "très mauvaise" car elle ne contenait "aucune réponse à la question essentielle et centrale". "Il n'est pas possible, a-t-il souligné, d'être dans" la communion sacramentelle sans la communion ecclésiale ".
Pour le bien de l'Eglise, a-t-il ajouté, une "expression claire de la foi catholique" est nécessaire pour que le Pape "affirme la foi", en particulier le "pilier de notre foi, l'Eucharistie". il a continué, sont supposés "donner une orientation très claire" pas par "l'opinion personnelle mais selon la foi révélée."


Une source proche des deux évêques opposés à la proposition a déclaré au Registre le 4 mai que «la réponse officielle est qu'il n'y a pas de réponse». Le Saint-Père a dit «avoir manqué à son obligation de pape en matière de dogme que son bureau doit décider. "


Le Pape a "refusé" de prendre position, at-il souligné, "et le CDF a été laissé pour agir comme un facteur, non pour affirmer la foi, mais pour annoncer cette information." Les dicastères, at-il dit, "sont inutiles" sera confiée aux conférences épiscopales pour décider.  Il a reconnu que le terme «unanimité» n'est pas correctement défini dans ce contexte, mais s'attend à ce que le Cardinal Marx cherche à réduire le nombre d'évêques opposés à la proposition afin d'atteindre l'exigence unanime d'aller de l'avant.


"Notre travail consiste maintenant à renforcer les sept évêques, à renforcer nos prêtres dans l'argumentation", a déclaré la source.  "Ce sera un long combat et au cours des six prochains mois, c'est ce à quoi nous allons nous consacrer."


Mais le cardinal Marx et la conférence des évêques allemands ont également été déçus.  La réunion a eu lieu à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, indiquant que le Vatican considère cela comme une question doctrinale, pas simplement comme une pratique pastorale que le Cardinal Marx a essayé de faire valoir (il a insisté en février sur un "document pastoral" "Et non destiné à" changer toute doctrine ").
Plus important encore, les partisans de la proposition n'ont pas réussi à obtenir l'approbation du pape.  Au lieu de cela, conformément à son souhait exprimé dans sa première exhortation apostolique Evangelii Gaudium , François poursuit ses efforts pour décentraliser la gouvernance de l'Église en donnant plus de «pouvoir doctrinal» aux conférences épiscopales.  Il remet donc la balle dans la cour des évêques allemands.


"Dans un sens, cela équivaut à un refus [de la proposition]", a déclaré le commentateur de l'Eglise allemande, Mathias von Gersdorff.  "Cela ressemble à quelque chose comme ça: Vous [le Cardinal Marx] avez créé un énorme problème.  Regarde-toi pour essayer d'en sortir.  Et si cela ne mène pas à l'unanimité, le problème est résolu. "



[...]



 "J'espère que d'autres évêques feront entendre leur voix et feront leur devoir", a déclaré le cardinal Müller.  «Chaque cardinal a le devoir d'expliquer, de défendre, de promouvoir la foi catholique, non selon les sentiments personnels ou les oscillations de l'opinion publique, mais en lisant l'Évangile, la Bible, les Saintes Écritures, les pères de l'Église et les connaître.  Aussi les Conseils, pour étudier les grands théologiens du passé, et être en mesure d'expliquer et de défendre la foi catholique, pas avec des arguments sophistiqués pour plaire à tous les côtés, d'être chéri de tout le monde. "
À l'avenir, le cardinal Müller a prédit avec regret que l'affaire «continuera sans la nécessité évidente d'une déclaration su, mar la foi catholique».
Il a déclaré que les évêques doivent "continuer à expliquer la foi" et il espère que le CDF remplira son rôle, non seulement en tant que médiateurs des différents groupes, mais en dirigeant le magistère du Pape.
"Plus de clarté et de courage doivent être encouragés", a-t-il déclaré.


Au moins le Frère Roger de Taizé avait fait une vraie préparation à la réception de l'Eucharistie; j'avais lu aussi que s'il ne s'est pas converti officiellement c'était pour des raisons circonstancielles de favoriser l'oecuménisme comme l'a indiqué véronique69.
D'accord aussi avec véronique69 sur le fait qu'une "collégialité épiscopale" ne peut pas prendre une décision aussi grave et incorrecte sur la réception de l'Eucharistie - par exemple sans aucunement mentionner une confession obligatoire et valide catholiquement : c'est impossible catholiquement ! ... (sauf cas d'urgence extrême : ainsi le danger de mort imminente ...)  On ne peut absolument pas supprimer cela pour plaire au monde ...


.
territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2071
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Père Nathan le Ven 11 Mai 2018 - 14:17

Certes


Merci de le rappeler !
Père Nathan
Père Nathan
PERE SPIRITUEL DU FORUM
PERE SPIRITUEL DU FORUM

Masculin Messages : 3752
Age : 68
Localisation : Assignation : Rimont (diocèse d'Autun)
Inscription : 13/07/2008

http://catholiquedu.net

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Oïkouméné le Ven 11 Mai 2018 - 18:00

Je reviens sur l'Eucharistie catholique donnée à  F. Roger lors des obsèques de St Jean Paul II. Les frères npn catholiques de la communauté avaient été autorisés à recevoir l'Eucharistie catholique par l'ancien évêque d'Autun Mgr Le Bourgeois. Frère Roger ne se serait jamais permis si cela était interdit par' les catholiques et le cardinal Ratzinger (le futur Benoît XVI) ne lui aurait pas donné la communion.
Cela dit, l'intercommunion n'est pas autorisée, pour les catholiques, avec les protestants quelle que soit la communauté à laquelle ils appartiennent.
F. Roger le rappelait souvent et demandait aux catholiques de ne pas communier à la Ste Cène (communion protestante).
Oïkouméné
Oïkouméné
Avec Saint Thomas d'Aquin

Féminin Messages : 362
Age : 74
Localisation : Monaco
Inscription : 11/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par territoire en héritage le Jeu 17 Mai 2018 - 20:08

.




Cardinal Marx: Dans le débat sur l'intercommunion, les diocèses pourraient avoir des règles différentes

Le cardinal Reinhard Marx, à la tête des évêques allemands, s'ouvre maintenant à l'idée de différents diocèses allemands ayant des règles différentes concernant l'admission éventuelle de conjoints protestants de catholiques à la sainte communion :


https://onepeterfive.com/cardinal-marx-in-intercommunion-debate-dioceses-might-have-different-rules/



traduction automatique




Le cardinal Reinhard Marx, à la tête des évêques allemands, s'ouvre maintenant à l'idée de différents diocèses allemands ayant des règles différentes concernant l'admission éventuelle de conjoints protestants de catholiques à la sainte communion. Un autre évêque vient de dire, d'ailleurs, que le pape François ne semble pas voir dans les nouvelles directives d'intercommunion allemandes une «menace à la foi».


Samedi dernier, le Katholikentag allemand (un rassemblement national catholique avec quelque 50 000 participants) à Münster a pris fin. Maintenant, au début de cette semaine, les déclarations des évêques allemands participants concernant le débat intercommunautaire en cours sont largement rapportées dans la presse allemande.


L'une des figures les plus marquantes est, bien sûr, le cardinal Marx. Lors des événements du Katholikentag, il a dit deux choses importantes qui méritent d'être rapportées. Premièrement, il a affirmé dans une interview avec le site d'information des évêques allemands Katholisch.de (vers la huitième minute de la vidéo) que le pape François ne souhaite pas que nous «restions immobiles et que nous regardions en arrière» en ce qui concerne l'œcuménisme. Au contraire, le pape nous souhaite «d'aller de l'avant, avanti , et de voir quelles sont les possibilités [pour une plus grande communauté œcuménique] que nous avons», dit le cardinal Marx. Ceci implique bien entendu que le pape lui-même souhaite que nous "avancions" avec la question de l'intercommunion.


La deuxième revendication qui est maintenant largement rapportée est que Marx, interrogé sur la possibilité d'avoir différentes règles d'intercommunion établies par les diocèses allemands, a répondu: "Oui, c'est déjà le cas maintenant." Selon Marx, les évêques allemands La conférence «ne peut pas prendre de mesures législatives pour les diocèses individuels», puisque «l'évêque est dans le diocèse individuel le législateur». Ainsi, explique le cardinal allemand, la conférence épiscopale elle-même «n'a pas compétence pour donner des ordres» aux évêques individuels . Le site catholique autrichien Kath.net explique ces mots comme suit: «La lutte entre les évêques allemands au sujet de la distribution de la Sainte Eucharistie aux protestants pourrait conduire à ce que les diocèses allemands reçoivent [et respectent] des règles différentes».


Ceci est bien sûr une préparation à la décision de l'aile progressiste en Allemagne de faire avancer son programme relativisant en ce qui concerne la communion des conjoints protestants. Comme un autre évêque allemand, Peter Kohlgraf - le successeur du cardinal Karl Lehmann à Mayence - a proposé au Katholikentag que le pape lui-même avait laissé entendre qu'il ne pensait pas que les récentes directives d'intercommunion de février 2018 constituent une «menace pour la foi». Expliquant les mots du pape qui proposaient et encourageaient un «accord éventuellement unanime» parmi les évêques allemands, Kohlgraf a déclaré qu'ils ne signifient pas un consentement unanime de tous les évêques, mais plutôt «que nous discutions une fois de plus de notre document. que la minorité ne perde pas la face, mais aussi que personne ne soit remis en question concernant son propre catholicisme. "


Ce type d'interprétation semble préparer le camp progressiste en Allemagne à avoir une réunion supplémentaire avec les évêques adverses, parmi lesquels le cardinal Rainer Woelki et l'évêque Rudolf Voderholzer, puis à appliquer les directives pastorales essentiellement car elles ont déjà été approuvées avec une majorité des deux tiers en février.


De plus, Kohlgraf insiste sur le fait que le pape ne pense pas que cette décision majoritaire met en danger la foi et l'unité de l'Église. Comme le dit le rapport de Katholisch.de:
Il se sent «personnellement blessé», dit Kohlgraf, «quand la lettre des sept évêques à Rome met en garde et prétend que par mon vote - avec la majorité de mes collègues évêques - la substance de la foi et l'unité de l'Église sont en danger. Si je comprends bien le pape, alors il ne voit pas ce danger. "


S'il ne devait pas arriver à un accord entre les deux camps, explique le prélat, chaque évêque serait libre d'établir ses propres règles pour son propre diocèse. Cependant, il ajoute: «Je trouverais intéressant de voir ce qui se passe quand à Cologne, il y a une autre règle qu'à Aix-la-Chapelle.» Il y aurait sûrement «un manque accru de compréhension et une augmentation de l'indignation» parmi les fidèles. prévient l'évêque.


Les deux déclarations prises ensemble - celle de Marx et celle de Kohlgraf - il pourrait être prudent de prédire que les progressistes - voyant que les évêques conservateurs ne sont pas enclins à céder , malgré le manque de correction doctrinale du Pape François - mettra en œuvre leurs propres directives d'intercommunion révolutionnaire et expliquera que ceux qui résistent aux évêques sont libres de ne pas les appliquer dans leur propre diocèse. Dans ce contexte, les propres mots du cardinal Marx au Katholikentag font également plus de sens: «Nous souhaitons rechercher la plus grande unanimité possible, mais on ne peut pas continuer à chercher et à discuter jusqu'à ce que l'unanimité soit trouvée.


A l'inverse, l'évêque Stefan Oster, l'un des sept évêques adverses, a mis en garde contre le Katholikentag contre un «œcuménisme insipide», qui élimine la question de la vérité. «Celui qui reçoit la sainte communion», explique l'évêque bavarois de Passau, dit aussi «Amen» à la compréhension catholique de l'Église, avec un pape et des évêques ».


Dans ce contexte, il pourrait être utile de rappeler que, durant les deux synodes controversés, il y avait essentiellement les mêmes évêques conservateurs - six à l'époque - qui s'étaient opposés à l'idée d'admettre les divorcés «remariés» à la Sainte Communion. Mgr Oster, qui était parmi eux, a ensuite établi ses propres directives pastorales à l'égard d' Amoris Laetitia , avec une compréhension plus restreinte de ce document papal. Il est très possible que ce soit ce qui se produira à nouveau en ce qui concerne l'intercommunion. Bien sûr, dans les deux cas, cette approche individuelle n'est pas une solution pour la grave atténuation doctrinale et pastorale du Sacrement unique de la Sainte Eucharistie.


Et le cardinal Kasper est aussi favorable à l'intercommunion et depuis un long temps déjà ( plusieurs déclarations en ce sens ) ...



Les cardinaux Kasper et Marx :

Eglise catholique et intercommunion Cardin10



Une confusion grandissante dans l'Eglise catholique ...



.
territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2071
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Zamie le Jeu 17 Mai 2018 - 21:53

Le Cardinal Marx fait la Parole une des journaux mais ….Monsieur le Cardinal Marx est-il toujours de  l’Eglise Une,Sainte, Catholique, Apostolique ?
———————
« Le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich et Freising depuis 2007, est par ailleurs membre du groupe de neuf cardinaux, le C9 qui sert d’organe de conseil au pape François.
 L’hommage appuyé du cardinal Reinhard Marx à son homonyme Karl
Reinhard Marx a rendu un véritable « éloge » à Karl, constate [size=16]katholisch.de, comme si cela était la chose la plus naturelle au monde. Le cardinal voit en son homonyme un « correctif au système capitaliste ». « La prospérité et le profit ne sont pas les seules choses qui doivent orienter une société » a-t-il déclaré, ajoutant que « le marché » ne permet pas d’assurer automatiquement une société juste. [/size]
 Mais on est loin, très loin ici du « nul ne peut servir deux maîtres » évangélique : il s’agit de créditer Karl Marx d’une réelle préoccupation vis-à-vis de la justice sociale, lui qui a théorisé un système totalitaire définitivement discrédité par les millions et millions de morts qui ont toujours et partout accompagné sa mise en place. En s’exprimant ainsi, le cardinal ajoute foi à la légende selon laquelle le communisme recherche le bien du prolétariat, alors qu’il cherche seulement à
l’utiliser à ses fins de révolution et de révolte. »



http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Le-cardinal-Reinhard-Marx-rend-hommage-a-Karl-Marx-lors-du-bicentenaire-du-pere-du-communisme

————
« Dans une déclaration au journal Suddeutsche Zeitung, le cardinal Reinhard Marx, membre du conseil rapproché du pape François, le fameux C9, a dénoncé « l’animosité, les divisions et les troubles » publics causés par la décision du conseil des ministres de Bavière de rendre visible identité chrétienne du Länd en ordonnant l’installation de crucifix dans les bâtiments administratifs de Bavière. Le cardinal est allé jusqu’à condamner cette décision – « clivante », comme on dit aujourd’hui. »
http://www.libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Le-cardinal-Reinhard-Marx-condamne-l-installation-des-crucifix-dans-les-batiments-administratifs-de-Baviere
Zamie
Zamie
En adoration

Féminin Messages : 2980
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par territoire en héritage le Ven 18 Mai 2018 - 0:27

.

Merci Zamie pour ces références !


Le cardinal Reinhard Marx n'est pas gêné par l'absurdité de son hostilité envers les crucifix, un comble d'anticatholicité ! ... Et ça ne le gêne pas non plus de dire que sans Karl Marx - le marxiste en chef - il n'y aurait pas eu de doctrine sociale de l'Eglise ! ...

http://www.katholisch.de/aktuelles/aktuelle-artikel/marx-ohne-karl-marx-keine-katholische-soziallehre

Marx: Sans Karl Marx, pas d'enseignement social catholique
[...]
(traduction)

Pas seulement aberrant - contre les crucifix, pour le communisme et, pire, contre l'Eucharistie etc ... - mais aussi dangereux, en particulier doctrinalement ! ! ...


.
territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2071
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Zamie le Ven 18 Mai 2018 - 22:16

Interview exclusive de  Mgr Athanasius Schneider de l'Archidiocèse de Sainte Marie à Astana, Kazakhstan par Dr Maike Hickson 

"MH : Les Évêques Allemands ont approuvé en février un document qui permet aux conjoints Protestants de Catholiques, dans des cas individuels et après une période de discernement, de recevoir régulièrement la Sainte Communion. À la lumière de l'ordre sacramentel de l'Église et à la lumière de la nécessité pour les Catholiques d'aller régulièrement au Sacrement de Pénitence, est-ce que ce geste des Évêques Allemands est licite et possible ? 
MAS : Depuis l'époque des Apôtres ( Actes 2 :42 ), l'intégrité de la Foi ( doctrina Apostolorum ), la Communion Hiérarchique (communicatio ) et la Communion Eucharistique (fractio panis ) sont inséparablement liées l’une de l’autre. En admettant un Baptisé à la Sainte Communion, l'Église ne doit jamais la lui dispenser sans qu’il professe l'intégrité de la Foi Catholique et Apostolique. Il ne suffit pas d'exiger de lui la Foi Catholique dans le Sacrement de l'Eucharistie ( ou dans le Sacrement de la Pénitence et de l'Onction des malades ). 

Admettre un Baptisé à la Sainte Communion, et ne pas exiger de lui comme préalable indispensable l'acceptation de toutes les autres vérités Catholiques ( par exemple, les Dogmes du caractère hiérarchique et visible de l'Église, la primauté juridictionnelle du Pontife Romain, l'infaillibilité du Pontife Romain, des Conciles Oecuméniques et du Magistère universel et ordinaire, les Dogmes Mariaux, etc. ) signifie une contradiction avec l'unité nécessairement visible de l'Église et avec la nature du Sacrement Eucharistique lui-même. L'effet propre de la Communion Eucharistique est la manifestation de l'union parfaite des membres de l'Église dans le signe sacramentel de l'Eucharistie. Par conséquent, la réception même de la Sainte Communion dans l'Église Catholique — même dans des cas exceptionnels — par un Protestant ou par un Chrétien Orthodoxe constitue, en fin de compte, un mensonge. Il contredit le signe sacramentel et la réalité sacramentelle intérieure, dans la mesure où ils, les non-Catholiques admis à la Sainte Communion, continuent volontairement à adhérer visiblement aux autres croyances de leurs communautés Protestantes ou respectivement Orthodoxes. 

Nous pouvons également découvrir dans ce contexte le principe problématique et contradictoire du Canon 844 du Code de Droit Canonique ( sur l'administration de certains Sacrements comme la Sainte Eucharistie aux Chrétiens non Catholiques en situation d'urgence ou de danger de mort ). Ce principe contredit la Tradition apostolique et la pratique constante de l'Église Catholique tout au long de deux mille ans. Déjà à l'époque sub-apostolique du deuxième siècle, l'Église Romaine observait cette règle comme Saint Justin l'a témoigné : « Cette nourriture est appelée parmi nous l'Eucharistie, dont personne n'est autorisé à participer sauf l'homme qui croit que les choses ce que nous enseignons est vrai » ( Apol I, 66 ). Le problème créé récemment par la Conférence Épiscopale Allemande n'est, pour être honnête, que la conséquence logique des concessions problématiques formulées par le Canon 844 du Code de Droit Canonique." 
https://onepeterfive.com/interview-bishop-schneider-addresses-a-new-syllabus-of-errors-for-the-modern-church/
Zamie
Zamie
En adoration

Féminin Messages : 2980
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Père Nathan le Sam 19 Mai 2018 - 11:02

Cette explication du Patriarche est parfaitement juste
Nous la saluons avec respect et gratitude

Restons tous réceptifs à la Fête de Lundi pour en accueillir tous les bienfaits 

Marie Mère de l’Eglise
En Pentecôte Pontificale 
Dans la plénitude Eucharistique désormais sur l’Autel du Ciel à la Terre

Marie est la Seule Source d’Unité
C’est Elle qui fait l’Unité


Heureusement !
Père Nathan
Père Nathan
PERE SPIRITUEL DU FORUM
PERE SPIRITUEL DU FORUM

Masculin Messages : 3752
Age : 68
Localisation : Assignation : Rimont (diocèse d'Autun)
Inscription : 13/07/2008

http://catholiquedu.net

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par territoire en héritage le Jeu 24 Mai 2018 - 16:05

.

Charles J. Chaput, l'archevêque de Philadelphie, exprime nettement, lui aussi, son opposition à l'intercommunion  :


https://www.firstthings.com/web-exclusives/2018/05/what-happens-in-germany



traduction automatique :





Dans The Making of Martin Luther , l'érudit de Cambridge Richard Rex note que 1518, et non 1517, marque la véritable naissance du profil public de Luther. Les quatre-vingt-quinze thèses de Luther ont frappé le marché allemand plus large en janvier 1518. Il a écrit ses instructions pour la confession et son sermon sur la préparation appropriée du coeur pour la réception de la communion au printemps de la même année. Le sermon, en particulier, portait les premières graines de l'attaque de Luther sur la théologie sacramentelle catholique - un fait que le cardinal Thomas Cajetan avait déjà senti quand il rencontra Luther et le pressa de renoncer à ses vues plus problématiques à Augsbourg en octobre 1518.


Luther a refusé. Le reste de l'histoire est bien connu.


Exactement 500 ans après le sermon de Luther , la communion est de nouveau un sujet de débat en Allemagne. Cette fois, les parties sont les évêques eux-mêmes. Le cardinal Reinhard Marx de Munich et d'autres évêques allemands cherchent à permettre aux époux protestants catholiques de communier sous certaines conditions, tant qu'ils «affirment la foi catholique dans l'Eucharistie». Le cardinal Rainer Woelki et six autres évêques allemands s'y opposent. Ils ont demandé des éclaircissements à Rome. Le Vatican, cependant, a refusé d'intervenir et a renvoyé l'affaire aux évêques allemands, les exhortant à parvenir à un accord au niveau de la conférence.


La chaleur autour de la question a augmenté au début de ce mois lors d'un rassemblement national catholique allemand. Le président du pays, ainsi qu'une personnalité importante de la télévision et d'autres, se sont publiquement rangés du côté de Marx. Le cardinal Marx a fait valoir que «quand quelqu'un a faim et a la foi, il doit avoir accès à l'Eucharistie. Cela doit être notre passion, et je ne laisserai pas tomber là-dessus.

"Le cardinal Woelki était en désaccord, notant que" quiconque dit "oui" à la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie "catholique" dit aussi "oui" au la papauté, et la structure hiérarchique de l'Église, et la vénération des saints, et beaucoup, beaucoup plus "- tous généralement rejetés dans la croyance protestante. Woelki a en outre souligné que «nous [en Allemagne] sommes une partie intégrante de l'Église universelle. Il ne peut y avoir aucun exceptionnalisme allemand. "


Être humain, les évêques sont souvent en désaccord. Les différences internes sont courantes dans toute conférence épiscopale, et elles sont gérées - sans surprise - en interne. Mais deux choses distinguent la situation allemande: la proéminence mondiale de la controverse et la substance doctrinale du débat. Qui peut recevoir l'Eucharistie, et quand, et pourquoi, ne sont pas seulement des questions allemandes. Si, comme l'a dit Vatican II, l'Eucharistie est la source et le sommet de notre vie en tant que chrétiens et le sceau de notre unité catholique, alors les réponses à ces questions ont des implications pour toute l'Église. Ils nous concernent tous. Et dans cette optique, j'offre ces points de réflexion et de discussion, parlant simplement comme un parmi de nombreux évêques diocésains:


1. Si l'Eucharistie est vraiment le signe et l'instrument de l'unité ecclésiale, alors si nous changeons les conditions de la communion, ne redéfinissons-nous pas réellement qui et ce qu'est l'Église?


2. Intentionnellement ou non, la proposition allemande fera inévitablement exactement cela. C'est la première étape de l'ouverture de la communion à tous les protestants, ou à tous les baptisés, puisque le mariage ne fournit finalement aucune raison unique d'autoriser la communion pour les non-catholiques.


3. La communion suppose une foi et une croyance communes, y compris une foi surnaturelle en la présence réelle de Jésus-Christ dans l'Eucharistie, avec les sept sacrements reconnus par la tradition éternelle de l'Église catholique. En renégociant ce fait, la proposition allemande adopte en effet une notion protestante d'identité ecclésiale. Le simple baptême et la croyance au Christ semblent suffire, non la croyance dans le mystère de la foi tel que compris par la tradition catholique et ses conseils. L'épouse protestante aura-t-elle besoin de croire aux ordres sacrés tels qu'ils sont compris par l'Église catholique, ce qui est logiquement lié à la croyance en la consécration du pain et du vin en tant que corps et sang de Christ? Ou les évêques allemands suggèrent-ils que le sacrement des ordres sacrés ne dépendrait pas de la succession apostolique? Dans un tel cas, nous serions confrontés à une erreur beaucoup plus profonde.


4. La proposition allemande rompt le lien vital entre la communion et la confession sacramentelle. On peut supposer que cela n'implique pas que les conjoints protestants doivent se confesser pour des péchés graves en prélude à la communion. Mais ceci est en contradiction avec la pratique pérenne et exprime l'enseignement dogmatique de l'Église catholique, le Concile de Trente, et le Catéchisme moderne de l'Église catholique , ainsi que le magistère ordinaire. Elle implique, dans son effet, une protestantisation de la théologie catholique des sacrements.


5. Si l'enseignement de l'Église peut être ignoré ou renégocié, même un enseignement qui a reçu une définition conciliaire (comme dans le cas présent, à Trente), tous les conseils peuvent-ils être historiquement relativisés et renégociés? Beaucoup de protestants libéraux modernes remettent en question ou rejettent ou simplement ignorent comme bagage historique l'enseignement sur la divinité du Christ du Concile de Nicée. Les conjoints protestants seront-ils tenus de croire en la divinité du Christ? S'ils ont besoin de croire en la présence réelle du Christ dans le sacrement, pourquoi n'auraient-ils pas besoin de partager la croyance catholique en des ordres sacrés ou le sacrement de la pénitence? S'ils croient en toutes ces choses, pourquoi ne sont-ils pas invités à devenir catholiques comme moyen d'entrer dans la pleine communion visible?


6. Si les protestants sont invités à la communion catholique, les catholiques seront-ils encore exclus de la communion protestante? Si oui, pourquoi seraient-ils interdits? Si elles ne sont pas interdites, cela n'implique-t-il pas que la vision catholique sur les ordres sacrés et la consécration eucharistique valide est en fait fausse, et si elle est fausse, que les croyances protestantes sont vraies? Si l'intercommunion n'est pas destinée à impliquer une équivalence dans les confessions catholiques et protestantes de l'Eucharistie, alors la pratique de l'intercommunion trompe les fidèles. N'est-ce pas un cas de "scandale"? Et ne sera-t-il pas considéré par beaucoup comme une forme polie de tromperie ou de dissimulation d'enseignements durs, dans le contexte de la discussion œcuménique? L'unité ne peut pas être construite sur un processus qui dissimule systématiquement la vérité de nos différences.


L'essence de la proposition d'intercommunion allemande est qu'il y aurait un partage dans la sainte communion même quand il n'y a pas de véritable unité de l'Église. Ceci frappe au cœur même de la vérité du sacrement de l'Eucharistie, car par sa nature même, l'Eucharistie est le corps du Christ. Et le «corps du Christ» est à la fois la présence réelle et substantielle du Christ sous les apparences du pain et du vin, et aussi l'Église elle-même, la communion des croyants unis au Christ, la tête. Recevoir l'Eucharistie c'est proclamer solennellement et publiquement, devant Dieu et dans l'Eglise, que l'on est en communion avec Jésus et avec la communauté visible célébrant l'Eucharistie.


Un lien intrinsèque existe donc entre «être en communion» avec une communauté et «recevoir la communion» dans cette communauté. Ces réalités se désignent les unes les autres.


Beaucoup de choses nous unissent avec les chrétiens protestants. L'âge des polémiques amères est révolu, et parmi les bénédictions de ma vie, il y a la présence et l'exemple d'amis protestants de grand caractère chrétien, d'érudition et de dévouement à l'Evangile. Rien de ce que j'écris ici n'a pour but de diminuer leur extraordinaire témoignage. Mais il est également vrai que des choses importantes nous divisent encore, et les problèmes qui nous séparent ne sont pas simplement les artefacts verbaux d'une époque révolue. Notre séparation est une plaie dans l'unité des chrétiens, et elle n'est pas voulue par Dieu; mais c'est une réalité que nous devons reconnaître. Insérer un mensonge dans le moment le plus solennel de sa rencontre avec Jésus dans l'Eucharistie - dire par ses actions, «je suis en communion avec cette communauté», quand on n'est manifestement pas en communion avec cette communauté - c'est un mensonge, donc une offense sérieuse devant Dieu.


Dans son encyclique Ecclesia de Eucharistia de 2003 , Jean-Paul II écrivait:


La célébration de l'Eucharistie ... ne peut pas être le point de départ de la communion; il présuppose que la communion existe déjà, une communion qu'elle cherche à consolider et à amener à la perfection. Le sacrement est l'expression de ce lien de communion dans sa dimension invisible qui, dans le Christ et par l'action du Saint-Esprit, nous unit au Père et entre nous et dans sa dimension visible, ce qui implique la communion dans l'enseignement. des Apôtres, dans les sacrements et dans l'ordre hiérarchique de l'Église. La relation profonde entre les éléments invisibles et visibles de la communion ecclésiale est constitutive de l'Église en tant que sacrement du salut. Ce n'est que dans ce contexte qu'il peut y avoir une célébration légitime de l'Eucharistie et une véritable participation à celle-ci. Par conséquent, c'est une exigence intrinsèque de l'Eucharistie que de la célébrer en communion, et de maintenir spécifiquement les divers liens de cette communion intacte.

Ce qui se passe en Allemagne ne restera pas en Allemagne. L'histoire nous a déjà enseigné cette leçon une fois.


Charles J. Chaput est l'archevêque de Philadelphie.




.
territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2071
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par nine le Jeu 24 Mai 2018 - 16:36

Livre  ... ceci pour suivre ce débat thumright ... mais pas assez calée pour intervenir.  Blushy

nine
nine
nine
Avec Sainte Therese de l'Enfant Jésus

Féminin Messages : 159
Inscription : 13/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Zamie le Mer 6 Juin 2018 - 13:02

Le Cardinal Marx désavoué  par le pape apres une lettre qu'il a reçue de Rome .
On conjecture que le Cardinal devra démissionner de certains postes qu'il occupe .

Sur le même sujet de donner la communion aux couples mixtes protestants catholiques le cardinal Gerhard Ludwig Müller juge que cette mise au point arrive trop tard : 

 On a tiré la sonnette d’alarme juste avant d’arriver devant le précipice, mais le train a tout de même déraillé, car Rome a réagi trop tard et avec trop d’hésitation. Il s’agit maintenant de remettre soigneusement le train sur ses rails ".

Pour le cardinal Müller la lettre de mise au point ,n'est pas une défaite pour le Cardinal Marx : 

« Seuls ceux qui connaissent bien la foi catholique pourront interpréter la lettre envoyée à l’archevêque de Munich d’un point de vue théologique et ecclésial. " 




L'on sait déjà que le Cardinal Marx pour le voir agir dans ses œuvres , ses écrits, n'est plus catholique .


Du rififi chez les teutons ! Mauvais exemple pour l'ensemble de l'Eglise qui se doit d'être une, sainte , catholique et apostolique .


http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html
Zamie
Zamie
En adoration

Féminin Messages : 2980
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par territoire en héritage le Sam 30 Juin 2018 - 9:51

Une interview du cardinal Müller par catholicworldreport concernant l'intercommunion :
 
 
https://www.catholicworldreport.com/2018/06/26/cdl-muller-we-are-experiencing-conversion-to-the-world-instead-of-to-god/
 
traduction automatique :
 
Cardinal Müller: "Nous expérimentons la conversion au monde, au lieu de Dieu"
 
 
Dans une interview exclusive du CWR, l'ancien préfet de la Congrégation de la Doctrine de la Foi discute des tensions sur la proposition de réception de la Sainte Communion par les protestants, des conflits continuels sur l'enseignement de l'Église sur l'ordination, l'homosexualité et l'idéologie.
 
Le cardinal Gerhard Müller est l'ancien préfet de la Congrégation de la Doctrine de la Foi et l'ancien évêque de Ratisbonne en Allemagne. Remarquable professeur de théologie, il est président de la Commission biblique pontificale et de la Commission théologique internationale. Il est également l'auteur de nombreux ouvrages, notamment L'espoir de la famille , le sacerdoce et le diaconat , et le rapport du Cardinal Müller: Une interview exclusive sur l'état de l'Église .
Le cardinal Müller a récemment répondu à certaines questions du Catholic World Report sur la situation en Allemagne, sur la proposition de réception de la Sainte Communion par certains protestants, sur les enseignements de l'Eglise sur les raisons pour lesquelles les femmes ne peuvent pas être ordonnées prêtres et sur l'homosexualité.
 
 
extrait :
 
 
[...]

CWR: Pourquoi, spécifiquement, certains évêques allemands souhaitent-ils permettre que la communion soit donnée à divers protestants sur une base régulière ou commune?


Cardinal Müller: Aucun évêque n'a autorité pour administrer la sainte communion aux chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l'Église catholique. Ce n'est que dans une situation de danger de mort que le Protestant peut demander l'absolution sacramentelle et la Sainte Communion comme viatique, s'il partage toute la foi catholique et entre ainsi en pleine communion avec l'Eglise catholique, même s'il n'a pas encore déclaré sa conversion officiellement.


Malheureusement, même aujourd'hui, les évêques ne connaissent plus la foi catholique en l'unité de la communion sacramentelle et ecclésiale et justifient leur infidélité à la foi catholique avec un prétendu souci pastoral ou avec des explications théologiques contraires aux principes de la foi catholique. Toute doctrine et praxis doivent être fondées sur la Sainte Écriture et la Tradition Apostolique, et ne doivent pas contredire les déclarations dogmatiques antérieures du Magistère de l'Église. C'est le cas avec la permission pour les chrétiens non catholiques de recevoir la communion pendant la Sainte Messe, en dehors de la situation d'urgence décrite ci-dessus.


[...]



Cependant un nouveau pas vers l'intercommunion a été franchi récemment en laissant aux évêques allemands la possibilité de permettre l'intercommunion dans leurs diocèse ... en effet, contrairement à l'avis du cardinal Müller ci-dessus, le cardinal Reinhard Marx affirme que les évêques ont le droit de prendre la décision localement - c'est-à-dire dans leur diocèse - de donner la communion aux conjoints non catholiques de catholiques :




 https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Monde/eveques-allemands-publient-tous-documents-lintercommunion-2018-06-29-1200951274


[...]


Malgré la polémique, les évêques allemands n’abandonnent pas la partie. Mercredi 27 juin, leur conseil permanent a décidé « à l’unanimité » de rendre public, sur Internet, tous les documents relatifs au possible accès à l’Eucharistie des couples mixtes catholiques-protestants.

Sous un court texte introductif, on peut désormais accéder, grâce à des liens, au document initial adopté en février lors de leur assemblée plénière (« Marcher avec le Christ. Sur le chemin de l’unité. Mariages interconfessionnels et participation commune à l’eucharistie ») mais aussi à tous les éléments de la controverse qui a suivi : les lettres échangées avec Rome, une « note du cardinal Marx au Saint-Père » datée du 12 juin, ainsi que le compte rendu de la conférence de presse donnée par le pape en revenant de Genève et au cours de laquelle il a mentionné ce sujet…


Déclaration du conseil permanent










« Nous luttons pour que, dans certains cas particuliers, des couples interconfessionnels, accompagnés spirituellement et exprimant un besoin spirituel sérieux, puissent recevoir l’Eucharistie », soulignent les évêques, pour réexpliquer une fois encore leur démarche.

Ce « Guide pastoral sur la question des couples interconfessionnels et de leur participation conjointe à l’Eucharistie », publié sous la forme d’une déclaration du conseil permanent de la Conférence des évêques allemands (DBK) est également présenté comme un pas de plus « dans la quête œcuménique d’une compréhension approfondie et d’une unité plus grande des chrétiens ».


...


Pas « une invitation générale »










Interrogé par le site katholisch.de sur le statut du document voté en février et son caractère « contraignant », le cardinal Reinhard Marx assure qu’il n’est en aucun cas « normatif », ni ne comporte « aucune règle contraignante ». « Cela n’a jamais été pensé comme cela et c’est ce que beaucoup ont mal compris », poursuit-il, rapprochant ce malentendu de celui existant « dans le débat sur les divorcés remariés ».

« Il ne s’agit pas d’une invitation générale à la communion » mais d’un support pour « une décision en conscience dans des cas individuels justifiés ». « Aux évêques maintenant de s’en emparer dans leur diocèse et de l’appliquer selon les accents pastoraux qui leur semblent importants », ajoute-t-il, annonçant son intention de faire de même dans son propre diocèse.

Sans vouloir « blâmer » quiconque, le président des évêques allemands avoue également sa perplexité sur la manière dont « nous mènerons de tels débats dans l’Église à l’avenir ». « Certaines choses au cours des dernières semaines ont été limites pour moi », avoue-t-il.


    Anne-Bénédicte Hoffner


C'est bien là une étape claire d'introduction de l'intercommunion dans l'Eglise catholique - et qu'est-ce qui pourrait empêcher alors que cela se généralise dans les faits ? ! rien ! ... Extrêmement dangereux et grave cette néfaste entreprise ! ...
territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2071
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par BENEDICTE 2 le Sam 30 Juin 2018 - 16:22

Effectivement  dans les faits les habitudes s'installent et les  choses  se  généralisent ........
exemple.;  dans  nos paroisses , les divorcés remaries et autres concubins ,communient quand ils sont présents à la Messe ,et trouvent cela tout à fait normal ....

BENEDICTE 2
Aime le Rosaire

Féminin Messages : 702
Localisation : france
Inscription : 25/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par territoire en héritage le Ven 6 Juil 2018 - 16:40

.



A présent voici quelques débuts de la permission de l'intercommunion dans des diocèses allemands  (qui était déjà pratiquée en certains lieux mais ce n'était pas encore officiellement ... ) :



https://de.catholicnewsagency.com/story/wurzburger-bischof-ladt-evangelische-ehepartner-zur-kommunion-ein-3386


traduction automatique :




L'évêque de Wurtzbourg invite les époux protestants pendant 2 jours à la communion




Eglise catholique et intercommunion Bischo10

[...]
Mgr Franz Jung a prononcé "l'invitation à l'Eucharistie", aussi et surtout pour les couples mariés non confessionnels appelés "sectaires". On dit aussi que Mgr Jung a prêché:     "Les évêques allemands, en particulier dans les mariages confessionnels, veulent une fois de plus rendre un hommage spécial à cette fidélité vécue dans l'église du mariage."

...

Pour aujourd'hui, cependant, le jour des anniversaires de mariage, je voudrais pour les mariages interconfessionnels où les deux partenaires les uns des autres tant que les fidèles ont eu lieu l'invitation prononcer l'Eucharistie ". Dans la perspective de la semaine de pèlerinage Kiliani, les couples mariés depuis 25, 50, 60 ou 65 ans sont invités aux services de mariage.





https://de.catholicnewsagency.com/story/erzbischof-becker-von-paderborn-fuhrt-kommunion-fur-protestantische-ehepartner-ein-3367






L'archevêque Becker de Paderborn: Communion pour les époux évangéliques
"dans des cas individuels"




Eglise catholique et intercommunion Archev10



PADERBORN, 01 juillet 2018 / 14:03 (CNA Deutsch) .-   (MISE À JOUR 2 JUILLET: Confirmation de l'Archidiocèse et autres informations)



Par le baptême, la foi chrétienne et le «sacrement du mariage» deux chrétiens sont connectés. Pour l'épouse évangélique d'un mariage «confessionnel», il pourrait y avoir un désir ardent et fort de recevoir l'Eucharistie, et c'est pourquoi il s'agit de «prendre une décision responsable de conscience», dit Becker. En même temps, ce n'est pas un «aveu général» à la réception de la Sainte Communion, a déclaré l'archevêque Paderborns, dans lequel plus de 1,5 million de catholiques sont baptisés.




Conséquences concrètes dans la pratique

En pratique, la décision Paderborn signifie que dans les diocèses allemands pour le moment maintenant l'évêque - chaque responsable si et mis en œuvre comme « orientation » est ce que les observateurs, cela signifie - selon la déclaration de la Conférence épiscopale allemande: L'époux protestant peut recevoir la sainte communion d'abord décidé par l'évêque local, puis, si certains ministres - qui, semblable à la conception de Amoris Laetitia dans le traitement des divorcés remariés - de sorte que la paroisse peut être traitée différemment à la paroisse du diocèse à l'autre.




https://de.catholicnewsagency.com/story/zahl-der-betroffenen-unklar-paderborn-bestatigt-kommunionsentscheidung-3371



[...]

PADERBORN, 02 juillet 2018 / 11:38 AM (CNA Deutsch) .- L'archidiocèse de Paderborn a confirmé que l'archevêque Hans-Josef Becker conjoints protestants des catholiques permet la réception de la sainte communion « dans des cas individuels » dans l'avenir. Cependant, le nombre de couples touchés n'est pas clair

[...]





Selon le droit canonique au n° 844 cette communion n'est permise que pour des cas de danger de mort ou de grave nécessité - dont le simple fait d'être marié à un catholique ne fait pas partie ... :


http://www.vatican.va/archive/FRA0037/__P2Q.HTM



Can. 844 -

[...]


     § 4. En cas de danger de mort ou si, au jugement de l'Évêque diocésain ou de la conférence des Évêques, une autre grave nécessité se fait pressante, les ministres catholiques peuvent administrer licitement ces mêmes sacrements aussi aux autres chrétiens qui n'ont pas la pleine communion avec l'Église catholique, lorsqu'ils ne peuvent pas avoir recours à un ministre de leur communauté et qu'ils le demandent de leur plein gré, pourvu qu'ils manifestent la foi catholique sur ces sacrements et qu'ils soient dûment disposés.

[...]





Catéchisme :





http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P3X.HTM

1401 Lorsqu’une nécessité grave se fait pressente, selon le jugement de l’ordinaire, les ministres catholiques peuvent donner les sacrements (Eucharistie, pénitence, onction des malades) aux autres chrétiens qui ne sont pas en pleine communion avec l’Église catholique, mais qui les demandent de leur plein gré : il faut alors qu’ils manifestent la foi catholique concernant ces sacrements et qu’ils se trouvent dans les dispositions requises (cf. CIC, can. 844, § 4).




Compendium :


293. Quand est-il possible d’administrer la Communion à d’autres chrétiens?
1398-1401
Les ministres catholiques administrent licitement la Communion aux membres des Églises orientales qui ne sont pas en pleine communion avec l’Église catholique, mais qui la demandent de leur plein gré, avec les dispositions requises. Quant aux membres des autres Communautés ecclésiales, les ministres catholiques administrent licitement la Communion aux fidèles qui, en raison d’une nécessité grave, la demandent de leur plein gré, qui sont bien disposés et qui manifestent la foi catholique à l’égard du sacrement.



.
territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2071
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par territoire en héritage le Ven 3 Aoû 2018 - 23:49

.
 
 
            Cardinal Coccopalmerio : un pas de plus vers l'intercommunion ... 
 
 
http://www.lastampa.it/2018/08/02/vaticaninsider/communion-to-a-noncatholic-spouse-how-it-is-possible-FeVVwYDnrHiBzT3kkDgW1I/pagina.html


Eglise catholique et intercommunion Cardin14





traduction, extraits :



[...]

Parlons du cas spécifique lié au document par les évêques allemands: deux époux, l'un catholique et l'autre non catholique, qui participent ensemble à une messe célébrée dans une église catholique et souhaitent, bien entendu, recevoir l'Eucharistie ensemble. Le prêtre catholique peut-il légitimement administrer la communion au conjoint non catholique? Et cela pourrait-il arriver chaque fois que les deux époux susmentionnés participent ensemble à une messe?

 
"Pour répondre à cette question très intrigante, il est nécessaire de poser une autre question et de lui donner une réponse qui n’est pas facile: l’hypothèse des deux conjoints, telle que précisée ci-dessus, présente-t-elle un caractère d’exceptionnalité? Est-ce une réponse à une nécessité spirituelle? "
 
Quelle est votre réponse à cette question?
 
"Nous pouvons honnêtement répondre que c'est un cas exceptionnel. Et l’exceptionnalité consiste dans le fait que ces pauvres conjoints sont malheureusement obligés de faire un choix douloureux: soit on va recevoir la sainte communion alors que l’autre s’abstient (mais cela diviserait un couple uni dans le mariage et l’affection) cela serait en soi en contradiction avec le comportement naturel d'une personne fidèle qui participe à la messe et qui, étant en état de grâce sanctifiante, complète sa participation en se rapprochant de la table eucharistique) ".
 
Donc, à votre avis, l’exceptionnalité dont nous parlons garantirait que l’hypothèse des deux conjoints soit un exemple de cas où il n’ya pas de danger d’indifférentisme et de scandale?


"Je le pense. Et, en effet, si le ministre catholique devait administrer la sainte communion au conjoint non catholique, tout le monde pourrait raisonnablement croire qu'une telle concession est déterminée par le besoin de ne pas séparer un couple marié, surtout dans un moment aussi particulier que la participation dans le sacrement de l'Eucharistie. Tout cela peut s’expliquer par une catéchèse donnée à la communauté des fidèles, même de manière récurrente ".
 
J'insiste: selon vous, la concession de l'Eucharistie pourrait avoir lieu chaque fois que les deux époux participent ensemble à une messe?


"Je devrais répondre oui, car le caractère d'exception que nous avons noté ci-dessus se produit chaque fois que les deux époux participent ensemble à la Sainte Messe. L'exceptionnalité du cas, à chaque fois, détermine logiquement le caractère exceptionnel de la concession. Toutefois, si nous voulions, dans une intention exquise du point de vue pastoral, rendre plus évident et donc plus convaincant qu’il s’agit d’un cas exceptionnel et donc d’une concession exceptionnelle, il pourrait être approprié de limiter la concession susmentionnée à certaines occasions seulement. Et les deux époux peuvent offrir ce sacrifice pour obtenir du Seigneur la grâce d'accélérer la pleine communion entre toutes les Églises ".

[...]


Des sophismes aberrants, encore une fois, pour (essayer de) masquer la mystification grandissante de l'intercommunion - interdite par saint Jean-Paul II - et qui est une grave déviation dans la foi catholique ... !


.
territoire en héritage
territoire en héritage
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2071
Inscription : 04/01/2008

Revenir en haut Aller en bas

Eglise catholique et intercommunion Empty Re: Eglise catholique et intercommunion

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum