Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Aller en bas

Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Mer 21 Mar 2018 - 11:31

Paris - Le patron de la SNCF Guillaume Pepy a demandé mercredi des explications à la CGT, qui menace dans un courriel interne attribué à un de ses responsables parisiens de désorganiser complètement le service entre les jours de grève pour "faire plier" le gouvernement et la direction.

"On organiserait la désorganisation?", s'est interrogé M. Pepy sur RTL. "Ça ce n'est pas la SNCF, ce n'est pas les cheminots, ce n'est pas le service public. (...) Rien ne justifie que pendant trois mois on prévoit une gêne permanente des usagers", a-t-il asséné. 
Dans un long message révélé par le Parisien et dont l'AFP a eu copie, signé par le secrétaire général d'une section parisienne, la CGT Cheminots se réjouit du mode d'action choisi, une grève deux jours sur cinq du 3 avril au 28 juin, qui selon elle "permet de désorganiser fortement le plan de transport et les travaux". 
[size=16][size=16]"La direction avait anticipé et s'est organisée pour une grève dure et reconductible classique. Ils n'ont à aucun moment senti venir le coup", se réjouit-elle, notant que le mouvement sera "IN-GE-RABLE" pour les dirigeants de l'entreprise publique et le gouvernement. [/size][/size]
"Nous pouvons tenir trois mois tout en ayant quasiment le même impact qu'une grève reconductible classique sur les jours où nous serons à la production", écrit-elle, ajoutant que "la désorganisation du travail devra se faire également sur les jours ouvrés". 


La CGT prédit de fait une belle pagaille aux bout de quelques jours. "Les agents ne seront pas au bon endroit, les rames perdues au milieu de nulle part, etc.", prévoit-elle. L'entretien des voies et du matériel deviendra vite impossible.


"La direction sera totalement perdue et incapable d'anticiper quoi que ce soit", et les plans de transport annoncés par la direction à 17H00 les veilles des jours de grève annoncés seront impossibles à tenir, dit-elle. 
"Si jamais nous voyons que ces deux jours ne suffisent pas à désorganiser la production alors nous pourrons toujours durcir le ton. Mais je suis intimement persuadé que, si tout le monde joue le jeu et s'implique dans la grève, cette stratégie est la meilleure que l'on puisse avoir. (...) On va gagner!", conclut le responsable syndical. 
Interrogée par l'AFP, la fédération CGT Cheminots n'a pas réagi dans l'immédiat. 
"Moi je crois que l'auteur de ce mail doit s'expliquer, parce que moi je suis extrêmement choqué et je pense que les autres cheminots, l'immense majorité des cheminots, comme moi, ne se reconnaissent pas dans ces menaces", a réagi Guillaume Pepy.  
"Qu'il y ait grève, c'est un droit constitutionnel. Mais lorsqu'il n'y a pas grève, il faut que tout le monde fasse ses efforts pour que le service public fonctionne pour les 4,5 millions de voyageurs quotidiens", a souligné le patron de la SNCF.  


"Si l'objectif c'est de perturber au maximum les voyageurs, de désorganiser le service public, là je pense que ça n'est pas ce qu'on peut attendre de l'action syndicale", a de son côté indiqué la ministre des Transports Elisabeth Borne. 
"Je ne peux pas croire que les cheminots adhèrent à ces méthodes", a-t-elle ajouté sur RMC, répétant que "la bonne démarche, c'est la négociation".  


https://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/greve-a-la-sncf-et-desorganisation-pepy-demande-des-explications-a-la-cgt_1994100.html


Dans cette atmosphère empoisonnée où chaque clan en vient à considérer l’autre comme un adversaire irréductible à écraser par tous les moyens on ne doit plus être loin de ceci:




[size=16][size=16]Révélation transmise à l’Abbé Curicque : « Il me semblait, mon Père, que je vis éclater la révolution d’une manière terrible ; il me semblait voir tout à coup sortir des foules armées dans toutes les rues de Paris et d’ailleurs ; je vis les chemins de fer interrompus par les brigands, et chacun, qui n’avait pas pris ses précautions d’avance, condamné à rester dans sa maison et beaucoup à y être égorgés.[/size][/size]


Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Mer 21 Mar 2018 - 11:59

 10h00 , le 18 mars 2018
[size=16][size=16]([/size][/size]
[size=16][size=16](daté de 10H le 18 mars 2018) L'EDITO DU JDD - Sur Europe 1, le directeur de la rédaction du JDD, Hervé Gattegno, revient sur le rythme des réformes voulu par Emmanuel Macron, avant un nouveau round social qui s'annonce important.[/size][/size]
[size=16][size=16]Bonjour Hervé Gattegno. Avant que s’ouvre une semaine sociale qui risque d’être agitée, vous évoquez la position d’Emmanuel Macron face aux contestataires qui lui demandent de retirer la réforme de la SNCF. D’après vous, est-ce que c’est une chose qui peut se produire?
Maurice Thorez disait qu’il "faut savoir finir une grève". Il y a quelque chose d’encore plus difficile, c’est de savoir quand une grève va se terminer. Ce qu’on peut dire au moins, c’est qu’Emmanuel Macron n’est pas seulement déterminé à réformer - il est obligé, il est condamné à le faire. Parce que c’est ce qu’il a vendu aux Français : transformer le pays en profondeur, le moderniser, l’adapter aux exigences du monde qui a beaucoup changé pendant que la France, elle, parfois, a eu tendance à s’enliser. La SNCF est un exemple et même un symbole de cela. Donc si Emmanuel Macron recule sur cette réforme, c’est sa détermination, et du coup son engagement tout entier qui sera remis en cause. Ça explique à la fois pourquoi ses opposants espèrent qu’il va reculer ; et pourquoi lui, il n’a absolument pas l’intention de le faire.
[/size][/size]

Pas de comparaison à faire avec 1995

Il  n’en a pas l’intention mais est-ce que la grève, qui s’annonce très dure, peut quand-même le faire plier? On pense évidemment au précédent de 1995, Alain Juppé, lui, avait dû retirer une partie de sa réforme sur les régimes spéciaux de retraite…
Je ne crois pas à la comparaison Macron-Juppé - ou alors, elle est vraiment en faveur de Macron. Pourquoi? Parce que le rapport de force politique est nettement différent de ce qu’il était en 1995. A l’époque de Juppé, la CGT était plus puissante et le front syndical plus soudé - là, vous remarquerez que les syndicats n’arrivent même pas à s’entendre sur la forme de la grève. Ensuite, les lois sont plus contraignantes : aujourd’hui, il y a le service minimum, le non-paiement des jours de grève - ça rend objectivement plus difficile une grève qui s’étale sur des semaines. Enfin - et c’est le plus important - la situation politique d'Emmanuel Macron est plus solide. Parce qu’il porte lui-même cette réforme (et d’ailleurs toutes les réformes qu’il a annoncées) et que ces réformes sont cohérentes avec son projet de transformation du pays. Alors qu’Alain Juppé, lui, incarnait une ligne d’austérité qui était une trahison de la ligne sur laquelle Jacques Chirac avait été élu. Pour filer la métaphore ferroviaire, c’est ce qui explique que ça se soit terminé, pour Alain Juppé, par un déraillement.

Le reproche qui affleure, depuis quelques semaines, c’est qu’Emmanuel Macron mène peut-être trop de réformes en même temps, qu’il donne le tournis aux Français. Vous partagez ce point de vue?
Qu’il bouscule, qu’il agite et parfois qu’il inquiète, ça me paraît incontestable. Qu’il n’explique pas toujours assez ce qu’il fait, pourquoi il le fait et quel effet il faut en attendre, c’est certain. Cela dit, je ne crois pas qu’on ait besoin d’un Président qui tempère ou qui modère. C’est la vision à la François Hollande, le Président qui cherche le plus petit dénominateur commun et qui, du coup, a peur de déranger - on a vu que ça ne garantit pas la popularité. Macron, lui, a une conception plus intrépide, plus fougueuse de sa fonction - il me semble que ça correspond mieux aux nécessités de l’époque et aux attentes des Français. Son défaut, en revanche, c’est sans doute d’être trop affirmatif, ce goût de la verticalité - le côté : je décide, on ne discute pas. Alors il a raison de ne pas se laisser influencer par les mécontentements. Mais il aurait tort d’ignorer les mécontents. Parce que le rôle d’un Président, ce n’est pas de prendre des décisions catégorielles ; mais ce n’est pas non plus de mener des politiques trop catégoriques.




http://www.lejdd.fr/politique/edito-avec-macron-cest-je-decide-on-ne-discute-pas-3602177

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Ven 23 Mar 2018 - 9:38

Sur 20minutes.fr on trouve à hier matin
[size=52]Grèves et appel à la manifestation: Le «printemps social» va-t-il germer en France?[/size]
SOCIAL Le gouvernement fait face à une contestation d'envergure...
je pense personnellement, mais je peux penser de travers, qu'on est dans le plus mauvais cas de figure


323000 manifestants au chiffre minimle ce n'est pas énorme mais ce n'est pas rien non plus
pas de quoi faire reculer un gouvernement sur le social qui croit bien faire et qui croit qu'il peut gagner
il y aurait mieux valu un mouvement si massif que les partenaires se mettent à table pour discuter sans arrière pensée
dans la manif où j'étais dans l'Ain hier, il y avait quelques désabusés minoritaires échangeant discrètement entre eux sur à quoi ça sert, j'ai vu plus pessimiste dans les manifs l'an passé, il y avait aussi une fraternisation ou plutôt un dialogue sympatique entre quelques manifestants et des forces de l'ordre


regardez le titre de 20 minutes
l'interrogation d'un printemps ça rappelle les deux printemps de l'Abbé Souffrant
relisez l'apocalypse, la chute de la société des marchands,
c'est de France que doit partir la lutte et le temps marqué était juin juillet d'une année

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Ven 30 Mar 2018 - 16:17

Essayez de lire ce qui vient de commencer en France à la lumière des prophéties qui ne sont que de la prospective divine expliquant ce que produisent un jour ou l’autre nos actes.J’ai mis quelques commentaires entre parenthèses.
En mai 1968 même les principaux acteurs ou observateurs de la crise ont employé à plusieurs reprises l'expression « guerre civile ».
(ça avait commencé le 22 mars . En 2018 la volonté du pouvoir de provoquer et vaincre tout ce qui lui résiste et en particulier les syndicats avait été explicité dès l’été 2017 et entrepris dès février 2018)
Le refus des grévistes de reprendre le travail, le 27 mai, contrairement à l'avis des dirigeants de la C.G.T., montre que la situation échappait en partie au contrôle de ces derniers.
(aujourd’hui il n’y a aucun relai de la puissance de la CGT et du PC d’alors capable d’entériner des négociations et les faire appliquer, il faudra suivre par exemple le congrès FO postérieur au début des grèves)
Dans l'autre camp, en faisant appel à l'armée, le gouvernement envisageait la possibilité d'un scénario de conflit armé.
Les principaux acteurs cherchaient à éviter «l'accident aux conséquences incontrôlables».

En mai 1968, ni la classe politique, ni le parti communiste n'avaient mesuré la faiblesse de l'État et combien il était vulnérable.

Les événements cruciaux se sont déroulés en quatre journées seulement.

La convulsion de mai 1968 en France n'avait été prédite par aucune école sociologique ou courant idéologique.
Même une analyse rétrospective ne permet de discerner le moindre signe précurseur.

La crise s'est répandue avec une rapidité étonnante.

Le président de la République s'exprimait de plus en plus sur un ton autoritaire.
Les commentaires sarcastiques des gens regardant le leader sur leur petit écran n'ont pas laissé de trace.
La France se trouva au bord de l'abysse et faillit y tomber. Quatre journées seulement seront considérées ici : du lundi 27 mai au jeudi 30 mai.
Une guerre civile peut éclater involontairement.
Il aurait été suffisant que quelques groupes, agissant par des initiatives ‘venant d'en bas' auraient tenté d'occuper quelques immeubles stratégiques ou symboliques, et qu'une fois l'exemple donné, d'autres occupations s'en suivent.
Les régiments autour de Paris étaient préparés pour une telle éventualité.
Comme les révoltes de 1830, 1848, 1871, l'insurrection avait comme théâtre Paris et ses proches banlieues. En province, les villes, avec quelques exceptions comme Nantes, échappaient à l'agitation.
(apparemment ce qui nous attend cette fois c’est que se sont les villes ne participant pas à l’agitation qui seront une exception)
Il y a dans Paris douze à quinze centres stratégiques ainsi que des palais symboliques comme le Palais Bourbon, le Sénat, ou l'Hôtel de Ville qui étaient protégés par l'armée et la police. Pour de jeunes révolutionnaires quelques cadavres constituerait l'arme la plus efficace. Imaginez les funérailles!
(on devrait être courant juin ou un mort à Paris débouchera sur 4 semaines d’insurrection)
Si un assaut contre l'un de ces immeubles avait été tenté, l'intervention de l'armée aurait été inévitable. ! Les chefs militaires étaient donc bien déterminés de commencer la reconquête du territoire si une nouvelle «Commune de Paris» devait renaître une siècle après la première.
Le Premier ministre voulait «mobiliser la bourgeoisie», et pour cela lui faire peur. il aurait préféré qu'on permette l'accès des manifestants aux beaux quartiers.
5Mélanie Calvat a vu la population des quartiers miséreux les déserter pour aller piller les quartiers riches)
Les forces de police pouvaient un jour être débordées et, comme on ne peut pas laisser l'émeute maîtresse de la rue et des événements, il aurait bien fallu, ce jour-là … à condition d'en délimiter strictement l'emploi, envisager d'utiliser l'armée à des tâches limitées.
Axelle : L’armée s’en mêlera
Si le général Massu n'avait pas réussi à convaincre de Gaulle de retourner à Paris,
si le Premier ministre n'avait pas été inébranlable,
si les chefs du parti communiste avaient jugé qu'ils pourraient prendre le pouvoir,
si le chef de la police n'avait pas été un homme aux nerfs d'acier qui savait comment se comporter adroitement,
s'il y avait eu quelques dizaines de cadavres sur les trottoirs, s'il avait eu de la pluie et des orages durant le moi de mai,
les événements auraient pris une tournure très différente.
(On est loin de maîtriser tous ces «si» de nos jours, même le mort étendu sans sépulture, Paris insurgé, se fera sous les éclairs)
.
Les guerres civiles ne sont pas prédéterminées.
(cette fois elle est prophétisée tellement on a éloigné encore plus la société des lois du créateur depuis 1968, le signal de guerre civile semble en juillet après le court répit dû à l’intervention de l’armée)
Elles ne sont pas prévisibles car il y a dans leur genèse une part de hasard qui résulte de la trempe et de la perception mutuelle entre les principaux acteurs.
Deux acteurs de ce drame national, le syndicaliste George Séguy et le préfet de la police parisienne Maurice Grimaud ont joué des rôles décisifs à des moments cruciaux.
Une fois de plus on constate qu'aux tournants de l'histoire le destin dépend de quelques individualités en position stratégique.
(Personnellement en mai 1958, écoeuré par la liberté individuelle menacée par des actions de commandos extérieurs dans des usines non grévistes, j’ai peint en grosses lettres en plein jour « droit au travail » sur un mur passager d’une petite ville, je ne le ferai pas aujourd’hui, pas parce que j’ai changé d’idée sur la valeur de la liberté individuelle, mais parce qu’il ne semble plus rien y avoir à faire pour cette société qui n’en fait qu’à sa tête, je me joindrai aux manifestants tant qu’un climat de respect de part et d’autres rendra encore crédible un dialogue et après j’attendrai)

https://www.sens-public.org/article627.html Mattei Dogan/La classe politique prise de panique en mai 1968: comment la guerre civile fut évitée?
Dossier publié le 16 février 2009 extraits

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Mer 4 Avr 2018 - 15:07

Au matin du 3 avril 2018 je cherchais sur internet si les routiers envisageaient de se joindre au conflit des cheminots et je n’avais rien trouvé. 

Devant les images d’embouteillage à l’entrée des grandes villes diffusées au matin du 4 avril à la télévision française, me disant « Qu’est ce que se serait si les routiers entraient dans la grève !» j’ai repris mes recherches et j’ai trouvé ceci :
Attention : un conflit peut en cacher un autre... Déjà engagé dans une bataille qui s'annonce longue et difficile avec les cheminots, le gouvernement a pris le risque d'ouvrir un nouveau front, avec les routiers cette fois, en évoquant leur prochaine «contribution» au financement des infrastructures. Autrement dit : un retour de feu l'écotaxe. (source
https://www.lesechos.fr/
04/04/2018 publié à 12h49)
C’est sidérant, après avoir provoqués les cheminots, le gouvernement prend le risque de provoquer les routiers.

Comment ne pas penser à la prophétie de Madame Edith Royer ? : « On amasse du bois pour allumer l’incendie. »



Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par granny le Jeu 5 Avr 2018 - 12:55

les entreprises de transport basés en France sont bien compromises

il suffit de regarder les plaques minéralogiques. Espagnoles, portugaises, polonaises, etc etc....

aussi ajouter à cela une taxe, pauvres d'eux !

Blowing nose

et je ne vois aucun saint pour eux, à part le Saint Joseph que beaucoup mettent dans leur véhicule.

Prie
avatar
granny
Avec le Pape François

Féminin Messages : 909
Localisation : aux portes du Médoc
Inscription : 23/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Jeu 5 Avr 2018 - 14:08

granny avez vous vu comme votre constataion "les entreprises françaises sont bien compromises"
on en fut averti par Marie Julie Jahenny; « Tous les ouvriers, dont l’emploi fournissait chaque jour une occupation qui les empêchait de se livrer au mal. Les desseins de ceux qui dirigent la France ont résolu d’enlever à l’ouvrier tout travail, tout emploi. »

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par granny le Jeu 5 Avr 2018 - 14:48

C'est très courageux de vouloir entreprendre, ça relève  du parcours du combattant quand quelqu'un veut monter son entreprise !!
depuis longtemps, on fait comme si la France doit être un  pays touristique, de pays de loisirs !

C'est l'histoire de la fourmi et de la cigale.

La Cigale, ayant chanté
                  Tout l'été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.

Prie
avatar
granny
Avec le Pape François

Féminin Messages : 909
Localisation : aux portes du Médoc
Inscription : 23/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Jeu 5 Avr 2018 - 17:22



Page 121 de mon livre «L’entrée du temps où les âmes se perdront » publié le 15 mars 2018 j’ai écrit: «A partir de cette mi mars toute tentative d’expliquer les événements à partir des prophéties rentre forcément dans le champ des hypothèses.» et ça s’est avéré sain de la fin de la page 120 au début de la page 123 où j’avais placé un phénomène orageux avant que le froment en Pays de Loire soit au troisième nœud de croissance en 2018, nœud qui sera atteint avant la fin du premier tiers d’avril. basé sur une prophétie de Marie Julie Jahenny.


C’est d’ailleurs très curieux mon positionnement sur cet orage, je l’avais positionné en avril 1940 dans une version précédente, mais saisi de doutes, ce qui est plutôt la norme que l’exception dans mes recherches, je l’avais déplacé là où je viens de l’expliquer.


Jusqu’aux prévisions météos d’un site de passionnés de météo et d’un site professionnel, c’était plausible jusqu’à il y a quelques jours quant à la première semaine après Pâques. Les prévisions s’étant décantées, ce n’est absolument pas possible sauf énorme surprise.


Dès lors une question se posait: Soit le phénomène orageux était un préalable à la suite des troubles en train de se lever en France, et ce n’était pas pour cette année. Soit j’avais douté à tort en sortant ce phénomène de l’année 1940, et, vous pouvez vous intéresser au reste du livre.


Pour y voir plus clair il faut remonter jusqu’au 13 octobre 1917 de manière globale et aux premiers mois de 1940, spécifiquement pour la France.


Notre Dame de Fatima 13 octobre 1917: La guerre va finir. Si l’on écoute mes demandes la Russie se convertira et on aura la paix.


«Pendant la Première Guerre mondiale, Beneš (l'un des fondateurs de Tchécoslovaquie, puis son président de 1935 à 1938) considérait que la Russie était un allié indispensable pour la Tchécoslovaquie. Pendant les années 1920, Beneš est partisan de renouer le lien avec la Russie, en particulier sur le plan économique, de renouer également le lien diplomatique. Mais il est confronté sur la scène politique intérieure à des forces qui sont résolument hostiles au rapprochement avec l’Union soviétique. Il est également confronté à une position française, qui est une position très prudente à l’égard de l’Union soviétique. A partir du moment où la politique française se réoriente, je dirais en 1934 avec Louis Barthou, où la France envisage un pacte orientale, immédiatement Beneš soutient l’initiative. D’une part parce qu’il pense que l’Union soviétique peut être un contrepoids à l’Allemagne et d’autre part parce que cela correspond à sa vision de l’Europe. http://www.radio.cz/fr/rubrique/special/edvard-benes-1938-1948-effacer-munich


Notre Dame de Fatima 13 octobre 1917 ; Mais si on ne cesse d'offenser Dieu, sous le règne de Pie XI il en commencera une autre, pire encore. Lorsque vous verrez une nuit éclairée par une lumière inconnue, sachez que c’est le grand signe que Dieu vous donne, qu’il va punir le monde de ses crimes.


Dans la nuit du 25 au 26 janvier 1938, le ciel fut incendié par une étrange lueur. De neuf heures du soir à deux heures du matin, la voûte céleste fut illuminée de rouge. Ce phénomène fut perçu dans la plupart des pays d’Europe, de la Norvège à Gibraltar, du Portugal à la Grèce, ainsi qu’en Afrique du Nord, aux États-Unis et au Canada. Sur le moment, tout le monde crut à un gigantesque incendie. Le lendemain matin, tous les journaux en parlaient. On attribua le phénomène à une aurore boréale.


Sœur Lucie de Fatima n’admit jamais que ce phénomène puisse être attribué à une aurore boréale. Voici ce qu’elle dit dans son troisième mémoire : Votre Excellence n’ignore pas comment, il y a quelques années, Dieu a manifesté ce signe que les astronomes ont voulu désigné sous le nom d’aurore boréale. Je ne sais pas ; mais il me semble que, s’ils examinaient bien la chose, ils verraient que ce n’était pas et que ce ne pouvait être une aurore boréale (ordinaire), étant donné la manière dont elle s’est présentée.
http://www.fatima100.fr/lettres-de-liaison/103-le-signe-dans-le-ciel-de-la-nuit-du-25-au-26-janvier-1938


un mois et demi après la nuit du 25 au 26 janvier :


Le 12 mars 1938, à l'aube, Adolphe Hitler faisait envahir l'Autriche par 200'000 soldats, SS et policiers de la Gestapo. Le jour même avec l'aide du parti nazi autrichien, jusque-là dans une semi-clandestinité, les rafles d'opposants sociaux-démocrates, communistes, syndicalistes et de juifs battent leur plein. Par milliers, ils seront d'abord emprisonnés avant d'être, pour beaucoup d'entre eux, internés au camp de concentration de Mauthausen.(source La tribune de Genève le 10/03/2013)


L’accord de Munich, signé à l’aube du 30 septembre 1938 par la Grande-Bretagne, la France, l’Italie et l’Allemagne nazie (excluant l’URSS et la Tchécoslovaquie) a ouvert les portes à l’agression hitlérienne et entériné le début réel de la Seconde Guerre Mondiale. https://reseauinternational.net/accords-de-munich-le-dessous-des-cartes/




A ce moment on était encore pour une centaine de jours sous le règne du pape Pie XI.


Après cette situation générale avec Notre Dame de Fatima passons à une situation spécifiquement française avec Marie Julie Jahenny:


Marie Julie Jahenny le 15/06/1882:
Un jour il y aura peu de soleil, peu d’étoiles ni de lumière
une période de couverture nuageuse jour et nuit ? C’est courant
le jour commencera à croître,
peu après le lever du jour?
dans les jours courts encore, dans les premiers mois
janvier, février, mars ? Avril peut-être?
je donnerai clairement mes avertissements…
deux ou plusieurs moments impressionnants?
jour de ténèbres et d’éclairs ... le premier n’atteindra pas toute la France
jour orageux ?
une partie de la Bretagne en sera éprouvée. le côté où trouve la terre de la Mère de ma Mère Immaculée ne sera obscurci par les ténèbres à venir, jusqu’à vous et, au-delà, sur le lever du soleil
sud d’une ligne de la côte sud bretonne aux frontières de l’est et passant par Blain ?
Tout le reste de la nuit à la nuit, un jour entier, le tonnerre ne cessera de gronder.
nord de la ligne précédente?
La dépression présente sur le sud des Îles Britanniques se creuse dans la journée du 14 mars 1940, en se décalant progressivement vers l’est. La tempête s’accompagne de vents violents mais elle circule très vite sur le nord de la France. Durée : une journée, Les conditions anticycloniques sont de retour à partir du 15. La Belgique est touchée. Les forces de vents sont souvent estimées entre 140 km/h (région centre Bretagne) à plus de 200 km/h en Champagne.En Belgique, la tempête très violente s’accompagne d’orages, de grêle et de neige par endroits. http://tempetes.meteo.fr/spip.php?article141
avant le grand orage qui suivra de prés.
5 semaines après :
Le 18 avril 1940 une très puissante vague orageuse provoque d’énormes chutes de grêle et de très violentes bourrasques de vent - les rafales mesurées atteignent 176 km/h à Rennes, 144 km/h à Reims, 126 km/h à Limoges et 119 km/h à Caen. http://www.meteo-paris.com/chronique/annee/1940
Dès lors on se rend compte que l’extase du 05 octobre 1882 concernait un événement différent de celui de l’extase du 15 juin 1882 et non deux angles de vue sur le même événement, ainsi que je l’avais pensé (avec des doutes gardés par devers moi)
Marie Julie Jahenny le 05/10/1882
le froment en herbe ne sera pas au troisième noeud de sa croissance,
Cela pouvait être le cas autour de Blain compte tenu des conditions météorologiques des premiers mois de 1940
encore en la saison dure, en des jours durs encore
même remarque sur les conditions météorologiques en France en ces mois là, cette année là.
Au moment où mon peuple n'aura plus qu'à s'armer de foi et d'espérance
Le 10 mai 1940, sept mois après la déclaration de guerre de la France et de l'Angleterre à l'Allemagne, celle-ci rompt le front occidental. Le Führer met fin à la « drôle de guerre » et lance ses armées sur les Pays-Bas, la Belgique et la France. https://www.herodote.net/10_mai_1940-evenement-19400510.php
le soleil aura comme un voilement de deuil, obscurci, sans lumière.cette obscurité couvrira la Bretagne pendant 4 heures - de midi à 4 h en France - en des jours durs encore,
cela correspond au passage d’une tempête mais la source météo ne dit rien de sa durée.
mon peuple, ce sera le commencement des châtiments de ma Justice, le soleil pleurera, sans pouvoir se consoler
cela correspond à une tempête donnant de fortes pluie sur son passage, c’est plausible pour une tempête venue du sud des iles britaniques
ce sera l'entrée du temps où les âmes se perdront, l'entrée en un mot, de l'épouvantable malheur.
Les exactions commises durant la Seconde Guerre mondiale sont innombrables : des expériences pseudo-médicales des médecins nazis aux millions de viols commis par les soldats, des cas de cannibalisme avérés, l’utilisation d’armes chimiques, ce conflit fut véritablement le théâtre d’une horreur inégalée. Aucun camp, que ce soit les Alliés ou l’Axe, n’est exempt d’atrocités. La guerre provoque également une prise de conscience forte , on s’aperçoit que des hommes ordinaires peuvent se transformer en tortionnaires ou en assassins, soit par obéissance des ordres, soit parce qu’ils sont gagnés par une idéologie, on se rend compte que la science ne contribue pas toujours au bien de l’humanité et peut être mise au service de la destruction. http://les-yeux-du-monde.fr/histoires/17015-l

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Jeu 5 Avr 2018 - 17:48

En annonçant vouloir ouvrir la SNCF à la concurrence et mettre fin au statut des cheminots pour les futurs embauchés, le gouvernement savait qu’il s’engageait dans une voie à haut risque. Réformer la SNCF, c’est s’attaquer à un symbole. , un recul d’Emmanuel Macron fragiliserait à coup sûr la suite de son quinquennat.le risque principal pour l’exécutif, au-delà de l’agacement des voyageurs, est celui d’une contagion. Car à la colère des syndicats du rail, s’ajoutent plusieurs mouvements de grogne: des ehpad aux facultés, sans oubier Air France, la Poste et les retraités. Ces différentes contestations peuvent-elles se rejoindre ? Et ne former plus qu’un seul et même mouvement ? Si ce risque de contagion a été identifié par l’exécutif, ce dernier n’entend pas reculer. Selon le porte-parole du gouvernement à l’issue du conseil des ministres, cette "transformation" de la SNCF sera menée"jusqu’au bout, avec calme et avec une grande détermination".
http://www.sudouest.fr/2018/04/04/greve-a-la-sncf-macron-et-philippe-face-au-risque-de-la-contagion-4342768-710.php

Si vous tapez dans la case du moteur derche de google Macron joue son quinquennat vous verrez que la situation interroge plusieurs sites commentateurs d'actualité différents.

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Ven 6 Avr 2018 - 6:48

[ltr]Il y a quand même une grève à la SNCF qui est très dure. Il y a la grève à Air France qui va s'amplifier. Il y a des mouvements dans le secteur hospitalier. Il y a aussi les étudiants. Et, à mon avis, la crainte du gouvernement, la crainte d'Emmanuel Macron, c'est que, au-delà de ce qu'il se passe dans tel ou tel secteur - à chaque fois ce sont des mouvements de grève ou de contestation pour des motifs très différents - il y a quelque chose qui pourrait fédérer, c'est une contestation d'une forme d'arrogance du pouvoir qui veut imposer des choses et qui n'agit pas, comme on avait pu le croire pendant la campagne, avec bienveillance. (source france info tv 5/4/2018 à 23h49)[/ltr]

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Ven 6 Avr 2018 - 8:36

[ltr]yahoo actualités du jour: Selon un sondage pour BFMTV, 44% des Français approuvent la mobilisation des cheminots, et 41% y sont opposés. La tendance s’est inversée en deux semaines.[/ltr]
[ltr]Malgré les fortes perturbations engendrées par le début de la grève à la SNCF, les Français ne semblent pas tenir rigueur aux cheminots. C’est le principal enseignement d’un sondage Elabe pour BFMTV, publié ce mercredi et réalisé les 3 et 4 avril, pendant les grèves.[/ltr]


[ltr]Alors que l’opinion publique était plutôt défavorable à cette mobilisation il y a deux semaines, elle semble désormais plus partagée: 44% des sondés approuvent ainsi l’action des grévistes, soit une hausse de 6 points. Et ils ne sont plus que 41% à y être opposés, alors qu’ils étaient encore 49% il y a deux semaines.[/ltr]


[ltr]Un peu d'humour triste au milieu de tout ce qu'on entend:[/ltr]
[ltr]Vous n'avez pas l'impression d'être en monarchie? Celle du roi Ubu? Moi si , il y a quelques jours le pouvoir annonçait vouloir réaxer la sécurité sociale maladie sur la prévention et ce matin BFM TV nous parle d'un projet de diminuer les remboursements sur les allergies. Cherchez l'erreur!!![/ltr]

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Ven 6 Avr 2018 - 8:57

Je suis assez triste depuis que j'ai dû éliminer l'hypothèse (voir plus haut) qu'il n'y aura pas l'orage de Marie Julie Jahenny en ces jours d'avril pour nous faire réfléchir avant que la France dérape et renverse sa république, étrennant (si on peut dire) la crise universelle.
Je ne comprenais pas comment un simple phénomène météo naturel aurait pu nous faire hésiter et éviter l'abîme mais je l'acceptais avec gratitude

je vous partage ce texte évangélique comme on aura que le grand avertissement quand se sera trop tard car on aura plongé de nous mêmes dans la crise:

Luc 11, 29-32
 
«Comme la foule s'amassait, Jésus se mit à dire : « Cette génération est une génération mauvaise : elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ; il en sera de même avec le Fils de l'homme pour cette génération.
Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue de l'extrémité du monde pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon.
Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas».

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Ven 6 Avr 2018 - 17:30

Deux magazines s'expriment à trois jours d’intervalle. Cherchez l’erreur! Bon courage.

Grève: le gouvernement est persuadé: « ça va aller decrescendo »

Challenges.fr-3 avr. 2018
Un début d'extension du mouvement à d'autres catégories que les cheminots : les personnels d'Air France, les éboueurs, les étudiants. Un climat social dégradé. Un pouvoir d'achat rogné par l'augmentation des taxes. Mais du côté du gouvernement, nul sentiment de panique. Ni même d'inquiétude.


EDITO. Grèves : le gouvernement s'inquiète, et il a raison

Le Journal du dimanche-31 mars 2018
Il y a un début d'extension du mouvement à d'autres catégories que les cheminots -on sait qu'il y a les personnels d'Air France, les éboueurs, le mouvement peut s'étendre chez les fonctionnaires, dans les universités - ce qui est toujours un signal d'alarme. Donc le gouvernement s'inquiète, et il a raison.


Les négociations des cheminots n'ont pas traîné aujourd'hui ils sont sortis sur un échec  en tellement moins de temps que les six heures d'hier.

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Philippe-Antoine le Ven 6 Avr 2018 - 21:02

Je crois que cette fois,  ça risque de ch....! Un nouveau mai 68? ...sauf que cette fois ils n'auront pas un De Gaulle pour les sortir du bourbier!
avatar
Philippe-Antoine
En adoration

Masculin Messages : 2592
Age : 65
Localisation : Grenoble
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Sam 7 Avr 2018 - 6:42

C'et ce que je suppose pas à cause des prophéties mais à cause des prophéties comparées au développement de l'actualité en France.
Les prophète(sse) s inspiré(e)s par le Seigneur font ce que nous faisons à une échelle et une anticipation infiniment moindres en l'appelant prospective.

J'ai aussi de plus en plus l'idée, je peux me tromper, que les prophète(sse)s inspiré(e)s en conscience ou trompé(e)s par les ténèbres font leurs prophéties (prospectives) parfois pour donner des repaires sur la bataille spirituelle en cours à leurs adeptes (exemple Pier Carpi) parfois pour que les hommes et femmes fassent n'importe quoi effrayés (exemple faux secret de Fatima) parfois pour essayer des pressions, du chantage chez les serviteurs de Dieu pour essayer de les détourner de leur route (exemple Marga)

Quand au mai 68 en beaucoup plus intense craint par les petites de l'ile Bouchard, en interprêtant Marie Julie Jahenny, je peux me tromper, il durerait quatre semaines, commencerait courant juin et la seconde crise commencerait courant juillet après un court répit;

Il est temps de faire comme le mauvais intendant de l'évangile qui trafique les comptes qu'il gérait pour s'assurer des appuis avant que son maître lui demande des comptes et le rejette

mais de le faire sans duplicité, sans trafic, etcomme la Petite Thérèse, par la confiance et par l'amour

quiconque invoquera le om du Seigneur sera sauvé

il parlait des âmes puisqu'il a dit "ne craignez pas ce qui peut tuer le corps mais celui qui peut plongez l'âme et le corps dans la géhenne" et il a insisté "oui, celui là craignez le"

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par granny le Sam 7 Avr 2018 - 9:47

Le gouvernement ne faiblit pas mais a t-il les moyens ? Les directives viennent de l'Europe. Il y a des comptes sans doute à rendre. La dette a toujours été là, mon père était cheminot et délégué du personnel, j'ai toujours entendu parler de la dette énorme.
l'argent venait d'où ? Comment ont-ils  continué en creusant toujours plus.
Ils ont manqué de réactivité.

et maintenant  la loi déraille, pour la loi des rails.

scratch
avatar
granny
Avec le Pape François

Féminin Messages : 909
Localisation : aux portes du Médoc
Inscription : 23/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Sam 7 Avr 2018 - 10:51

http://www.cafebabel.fr/proeuropa/article/lignoble-mensonge-europeen.html

je vous invite à lire cela

cette Europe reste à faire

paz celle qui a fait trahir le peuple par nos députés en votant contre nous le traité de Maastricht, pas celle de la finance et de la destruction des droits sociaux
 cette Europe là d'ici quelques années  sera engloutie avec les lamentations des marchands de l'apocalypse et tant mieux

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par granny le Sam 7 Avr 2018 - 15:50

L'Europe a été trop rapide. l'idée paraissait pourtant jolie !
avatar
granny
Avec le Pape François

Féminin Messages : 909
Localisation : aux portes du Médoc
Inscription : 23/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Philippe-Antoine le Mar 10 Avr 2018 - 17:50

...en tout cas, l'etincelle de la révolte qui mettra le feu aux poudres est peut-être déjà là

Selon le journal "Marianne"

[size=31]SOCIÉTÉ[/size]
[size=52]"Mai 2018" : le nouveau Mai 68 a commencé[/size]


(Voir l'article)
https://www.marianne.net/debattons/tribunes/mai-2018-le-nouveau-mai-68-commence
avatar
Philippe-Antoine
En adoration

Masculin Messages : 2592
Age : 65
Localisation : Grenoble
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Mer 11 Avr 2018 - 17:29

[size=18][size=18]Éric Le Boucher resté proche d'Emmanuel Macron avait déclaré que la guerre sociale aura bien lieu, car les mesures annoncées par ordonnances seront forcément radicales et les syndicats vont immanquablement les rejeter et vouloir jouer leur va-tout. «Rue contre rue», nous dit le journaliste bien informé. Un plan de la dernière chance ? Risqué, mais jouable… Cela nous indique au moins une chose: à l'Élysée, on semble prêt à tout pour qu'après les ordonnances «force reste à la loi». (lepoint.fr/invités-du-point/jean-nouailhac/vers-une-guerre-sociale-a-la- rentree-24-05-2017) [/size][/size]
[size=18][size=18]Les syndicats n’ayant pas pu rejeter la loi travail, le pouvoir a récidivé un peu plus tard avec la SNCF.[/size][/size]
[size=18][size=18]En mai 68 la confrontation est arrivée par surprise (voir ci-dessous)[/size][/size]
[size=18][size=18]Ici le pouvoir fait tout pour la déclencher depuis son accession au pouvoir.[/size][/size]
[size=18][size=18]En mai 68 le puissant parti communiste relayé par un syndicat majoritaire fort ont eu du mal à éviter une catastrophe (voir ci-dessous)[/size][/size]
[size=18][size=18]En mai 68 les ouvriers ont emboîté le pas aux étudiants, aujourd’hui c’est le contraire.[/size][/size]
[size=18][size=18]En mai 68 le Général de Gaulle fut déstabilisé. Aujourd’hui le président Macron est sur de lui.[/size][/size]
[size=18][size=18]En mai 68 le sang froid du préfet de police de Paris, de l’armée, d’un PC et d’une CGT puissants ont arrêté la marche à l’abîme (voir ci-dessous) Qui peut dire ce qu’il en sera aujourd’hui ? [/size][/size]


[size=18][size=18]Dossier du 16 février 2009 : La classe politique prise de panique en mai 1968 : comment la guerre civile fut évitée ?[/size][/size]


Le refus des grévistes de reprendre le travail, le 27 mai, contrairement à l'avis des dirigeants de la C.G.T., montre que la situation échappait en partie au contrôle de ces derniers.

En faisant appel à l'armée, le gouvernement envisageait la possibilité d'un scénario de conflit armé.

Les principaux acteurs cherchaient à éviter l'accident aux conséquences incontrôlables. Les guerres civiles ne sont jamais préparées.

En mai 1968, ni la classe politique, ni le parti communiste n'avaient mesuré la faiblesse de l'État et combien il était vulnérable, mal assuré de lui-même et de ce qu'il représentait.

Les événements cruciaux se sont déroulés en quatre journées seulement.


Même une analyse rétrospective ne permet de discerner le moindre signe précurseur : « Je n'ai pas prévu ce qui est arrivé» confessa le premier ministre.
La crise s'est répandue avec une rapidité étonnante, ce qui révélait un fort désenchantement.

Le leader charismatique devenait progressivement l'homme à déboulonner, l'homme à faire tomber de son piédestal. Le président de la République s'exprimait de plus en plus sur un ton autoritaire. Bien de gens dénonçaient une certaine arrogance.

La crise de mai 1968 se déroula en plusieurs phases qui peuvent être rappelées en quelques mots.

La première phase, celle des barricades des étudiants, commença le 3 mai.
C'est dans un climat quasi-insurrectionnel que les représentants des syndicats et ceux des industriels se réunirent avec le Premier ministre le samedi 25 mai. Cette réunion dura trente-six heures et se termina à 7 heures du matin le lundi suivant.

Les deux leaders les plus populaires de la CGT, Benoit Frachon et Georges Séguy, devant une assemblée de grévistes aux usines Renault insistèrent sur l'importance des concessions qu'ils avaient obtenues. Les ouvriers optèrent unanimement pour la continuation de la grève et l'accord fut rejeté.

Même les leaders communistes ne contrôlaient plus la situation. La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre à travers la France et dans beaucoup d'usines les assemblées des grévistes décidèrent à leur tour de continuer la grève.

La situation devenait explosive. Voici comment le chef de la police parisienne l'apercevait :

«J'ai le sentiment étrange que ces géants : le pouvoir, le C.G.T., le parti communiste, la gauche socialiste, l'U.D.R., sont là, dans la nuit, comme de puissants fauves qui s'observent en silence avant de s'affronter. Aucun n'est totalement sûr de sa force.

Faire sortir la bourgeoisie dans la rue ce fut pour le Premier ministre une obsession. Elle ne sortit que lorsque leurs adversaires battaient en retraite, le jour où sa victoire était déjà acquise.

Rétrospectivement, il apparaît qu'une méfiance politique persistante se manifestait de la part d'un tiers des citoyens à l'égard des personnalités les plus visibles.

Le 24 mai de Gaulle, prononça un discours à la télévision qui, selon l'avis de presque tous les hommes politiques, journalistes et autres commentateurs fut perçu comme décevant.


Les leaders communistes ont vigoureusement démenti d'avoir eu l'intention de déclencher une insurrection armée. « Si nous ne sommes pas sous un dictature, c'est parce que nous ne nous sommes pas laissés emportés par notre impatience» déclara François Billoux.

Le secrétaire général du parti communiste, Waldeck Rochet, déclara: « à aucun moment les ouvriers n'ont eu l'intention de se battre contre l'armée. A aucun moment!»

Il aurait été suffisant que quelques groupes, agissant par des initiatives ‘venant d'en bas' auraient tenté d'occuper quelques immeubles stratégiques ou symboliques, et qu'une fois l'exemple donné, d'autres occupations s'en suivent.

Comme les révoltes de 1830, 1848, 1871, l'insurrection avait comme théâtre Paris et ses proches banlieues. En province, les villes, avec quelques exceptions comme Nantes, échappaient à l'agitation.



Si par une hypothèse absurde, nous avions écouté les sirènes gauchistes et proposé aux ouvriers de s'emparer du pouvoir, la majorité d'entre eux ne nous aurait pas compris, et encore moins suivis» (Georges Seguy leader CGT)
Entre les deux grands ennemis-le gouvernement et la parti communiste-s'interposait l'opposition démocratique. En réalité, à aucun moment les chefs de la gauche démocratique ne représentèrent un vrai danger pour le gouvernement, car ils ne disposaient pas de forces organisées. Ils n'étaient pas capables de mobiliser des masses dans les rues.

L'armée a joué un rôle de dissuasion en laissant filtrer d'une manière délibérée quelques informations bien calculées mais vraies sur les mouvements des troupes aux environs de Paris.

Le bureau du parti communiste était informé sur la concentration de troupes à l'est de Paris. Les chefs militaires avaient réussi ce qu'ils cherchaient: intimider les irresponsables et décourager les responsables de toute tentative d'insurrection.

La catastrophe fut évitée par l'intelligence astucieuse de quelques hommes politiques et militaires réunis à Matignon en charge de l'ordre républicain.



Le chef de la police parisienne, garda son sang-froid. Il craignait le pire : « peu de choses auraient manqués, quelques coups de feu par exemple, pour mettre sur le trottoir une trentaine de cadavres place Saint Michel...pour avoir le lendemain, un demi-million de manifestants déchaînés, prenant le dessus sur une force de police paralysée.

Les forces de police pouvaient un jour être débordées et, comme on ne peut pas laisser l'émeute maîtresse de la rue et des événements, il aurait bien fallu, ce jour-là, faire appel à l'armée.
Les tanks étaient préparés pour défiler dans Paris. Tout dépendait à cet instant de la sagesse du grand parti de la classe ouvrière, et de la capacité des organisations syndicales d'empêcher des pyromanes de s'infiltrer dans leurs rangs.

Sur trente millions de citoyens adultes, l'immense majorité ne participa pas aux événements directement, personnellement.

https://www.sens-public.org/article627.html


Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Philippe-Antoine le Mer 11 Avr 2018 - 17:40

En faisant appel à l'armée, le gouvernement envisageait la possibilité d'un scénario de conflit armé.


Sauf que cette fois, si cette hypothèse était envisagée, ce n'est pas sûr qu'elle intervienne dans le sens souhaité par le gouvernement (la "grande muette" si elle est muette, n'a peut-être pas la memoire courte...que l'on se souvienne du Général de Villiers, l'an passé ...)
avatar
Philippe-Antoine
En adoration

Masculin Messages : 2592
Age : 65
Localisation : Grenoble
Inscription : 27/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Ami de Saint Bernard le Mer 11 Avr 2018 - 17:46

C'est exactement ce qui fut expliqué à Axelle: "L'armée s'en mêlera puis se divisera"

Ami de Saint Bernard
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Messages : 2423
Inscription : 28/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sur la pauvre France actuelle tout simplement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum