Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Page 18 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mar 14 Aoû 2018 - 17:05


---mardi 14 août 2018  19e B – Une fugue au goût de miel 
1-Ézéchiel 2 : 8—3 : 4  '' Il me fit manger le rouleau
                              et, dans ma bouche, il fut doux comme du miel ''
2-psaume 118 : 14.24, 72.103, 111.131 (Ps 118 (119), )
                            R/ Qu’elle est douce à mon palais, ta promesse ! (Ps 118 : 103a)
-acclamation  Matthieu 11 : 29 Prenez mon joug sur vos épaules,
                                    instruisez-vous auprès de moi,
                                              car je suis doux et humble de cœur alléluia.
3- évangile Matthieu 18 : 1-5.10.12-14 Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits.
4-bréviaire Michée 3 : 1-12 Contre les chefs et les prophètes de la maison de Jacob.
5-traité de Théodoret de Cyr sur l’Incarnation du Seigneur.
                                      C’est pas ses blessures que nous sommes guéris.  
 - -
__________________________________________
1-Ézéchiel 2 : 8—3 : 4  '' Il me fit manger le rouleau
                              et, dans ma bouche, il fut doux comme du miel ''
                  La voix du prophète
                             est celle de la Parole de Dieu.
--intro : Dieu présente au prophète Ézéchiel
                      un livre que celui-ci doit manger.
                         Cet écrit comporte les révélations de Dieu.
                            L’image exprime l’identification de la voix du prophète avec la parole de Dieu.
«  La parole du Seigneur me fut adressée :
               '' Toi, fils d’homme, écoute ce que je te dis.
                      Ne sois pas rebelle comme cette engeance de rebelles.
                         Ouvre la bouche, et mange ce que je te donne. ''
           Alors j’ai vu : une main tendue vers moi, tenant un livre en forme de rouleau. 
              Elle le déroula devant moi ; ce rouleau
                                                             était écrit au-dedans et au-dehors,
                                                                  rempli de lamentations,
                                                                          plaintes et clameurs.
                               Le Seigneur me dit : '' Fils d’homme, ce qui est devant toi,
                                                                                                mange-le, mange ce rouleau !
                                                          Puis, va ! Parle à la maison d’Israël. ''
                        J’ouvris la bouche, il me fit manger le rouleau 
                                 et il me dit : '' Fils d’homme, remplis ton ventre,
                                                                 rassasie tes entrailles avec ce rouleau que je te donne. ''
             Je le mangeai, et dans ma bouche il fut doux comme du miel
                    Il me dit alors : '' Debout, fils d’homme !
                             Va vers la maison d’Israël, et dis-lui mes paroles''. »
----------    

2-psaume 118 : 14.24, 72.103, 111.131 (Ps 118 (119), )
                            R/ Qu’elle est douce à mon palais, ta promesse ! (Ps 118 : 103a)
 

     —Je trouve dans la voie de tes exigences
             plus de joie que dans toutes les richesses.
                     Je trouve mon plaisir en tes exigences :
               ce sont elles qui me conseillent.
 
     —Mon bonheur, c’est la loi de ta bouche,
           plus qu’un monceau d’or ou d’argent.
                    Qu’elle est douce à mon palais, ta promesse :
                le miel a moins de saveur dans ma bouche !

     —Tes exigences resteront mon héritage,
            la joie de mon cœur.
                    La bouche grande ouverte, j’aspire,
              assoiffé de tes volontés.
-----------   

3-Matthieu 18 : 1-5.10.12-14 Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits.
--intro : Le 4e grand discours de l’évangile selon saint Matthieu
                         traite des règles à suivre dans la vie communautaire de l’Église.
                               Diverses paroles de Jésus sont ici rassemblées.
                                  Celui-ci parle tout d’abord des petits.
                                        Pour entrer dans le Royaume des cieux,
                                     il faut se faire humble
                                  comme un enfant.
                              La sollicitude du bon Pasteur pour la brebis perdue
                          exprime l’intérêt profond du Père
                              pour le salut des petits.
      « À ce moment-là, les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent :
          '' Qui donc est le plus grand dans le royaume des Cieux ? ''
                Alors Jésus appela un petit enfant ;

                  il le plaça au milieu d’eux, et il déclara :
                     '' Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas
                          pour devenir comme les enfants,
                            vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.
            Mais celui qui se fera petit comme cet enfant,
               celui-là est le plus grand dans le royaume des Cieux.
                 Et celui qui accueille un enfant
                              comme celui-ci en mon nom,
                       il m’accueille, moi
                   Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits,
                       car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux
                                voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux.
           Si un homme possède cent brebis
                              et que l’une d’entre elles s’égare,

                 que vous semble-t-il?
                             Ne va-t-il pas laisser les 99 autres
                                   dans la montagne pour partir à la recherche de la brebis égarée ?
                    Et, s’il arrive à la retrouver, amen, je vous le dis :
                              il se réjouit pour elle
                                    plus que pour les 99 qui ne se sont pas égarées.
                         Ainsi, votre Père qui est aux cieux
                       ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu. »   
                                                            Seigneur ta Parole nous éclaire,
                                                                                                     nous avions fermé
                                           la porte aux petits!

                                                                                              
--------

4-bréviaire Michée 3 : 1-12 Contre les chefs et les prophètes de la maison de Jacob.
--intro : Quand le peuple de Dieu s’égare,
                 c’est toujours à ses chefs, princes, prêtres et prophètes,
                                    que Dieu s’en prend par la voix de ses porte-parole. 

« Écoutez donc, chefs de Jacob et dirigeants de la maison d’Israël !
        N’est-ce pas à vous de connaître le droit ?
         Vous qui haïssez le bien et aimez le mal,
                 vous qui leur arrachez la peau, et la chair de dessus leurs os.
                      Ceux qui ont dévoré la chair de mon peuple,
                                  qui lui ont arraché la peau et brisé les os,
                                     qui l’ont découpé comme viande en la marmite,
                                                                     comme chair à l’intérieur du chaudron,
                               ceux-là pourront bien crier vers le Seigneur, il ne leur répondra pas.
                                     Il leur cachera sa face en ce temps-là, à cause du mal qu’ils ont commis.
        Ainsi parle le Seigneur contre les prophètes qui égarent mon peuple :
                       Ont-ils quelque chose à se mettre sous la dent ?
                               Ils annoncent la paix.
                                        À qui ne leur met rien dans la bouche, ils déclarent la guerre.
             C’est pourquoi ce sera pour vous la nuit, et pas de vision ;
                                               ce sera pour vous les ténèbres, et pas de divination.
                                 Le soleil se couchera pour les prophètes, pour eux le jour s’obscurcira.
                                     Les voyants seront alors couverts de honte et les devins,
                                                                     remplis de confusion ;
                                                                  tous, ils mettront la main sur leurs lèvres,
                                                            car il n’y aura pas de réponse de Dieu.
                        Moi, au contraire, je suis rempli de force – celle du souffle du Seigneur –,
                                                        je suis rempli de jugement et de courage,
                                                          pour dénoncer à Jacob sa révolte,
                                                                                      à Israël son péché.
                                   Écoutez donc ceci, chefs de la maison de Jacob,
                                                                  dirigeants de la maison d’Israël,
                                                               vous qui avez la justice en abomination,
                                                           qui tordez tout ce qui est droit,
                          bâtissant Sion dans le sang
                              et Jérusalem dans la perfidie !
                                  Ses chefs jugent pour un cadeau,
                                    ses prêtres enseignent pour un salaire,
                                      ses prophètes pratiquent la divination pour de l’argent.
                                           Et ils s’appuient sur le Seigneur en disant :
                                              '' Le Seigneur n’est-il pas au milieu de nous ?
                                                      Aucun malheur ne peut nous atteindre ! ''
                  C’est pourquoi, à cause de vous,
                             Sion sera un champ qu’on laboure,
                                Jérusalem, un monceau de décombres,
                                 et la montagne du Temple, des lieux sacrés envahis par la forêt.   »
---------
5-traité de Théodoret de Cyr sur l’Incarnation du Seigneur.
                                      C’est pas ses blessures que nous sommes guéris. 
 Nos remèdes, ce sont les souffrances du Seigneur.
             Voilà ce que le prophète nous enseigne lorsqu'il proclame :
                  C'est nos péchés qu'il porte, et c'est pour nous qu'il souffre ;
                            et nous, nous pensions qu'il était châtié, frappé, maltraité.
                                 C'est à cause de nos péchés qu'il a été blessé,
                                    à cause de notre iniquité qu'il a été broyé ;
                                       le châtiment qui nous obtient la paix est tombé sur lui ;
                                         c'est par ses blessures que nous sommes guéris.
                                              Vous étions tous errants comme des brebis,
                                                   c'est pourquoi il a été conduit à l'abattoir comme une brebis,
                                                                    comme un agneau mené devant le tondeur.
                Le pasteur, voyant ses brebis dispersées,
                        prenant avec lui une brebis et la conduisant dans le pâturage de son choix,
                            attire à lui les autres brebis à la suite de celle-ci.
                  C'est ainsi que Dieu le Verbe,
                               voyant que le genre humain était égaré,
                                  prit la forme d'un serviteur,
                                 s'unit à elle et, par elle, fit revenir vers lui toute la nature humaine.
                   C'est ainsi qu'il conduisit au pâturage divin
                                   ceux qui avaient de mauvais bergers
                                     et étaient exposés aux loups.
                     C'est pour cela que notre Sauveur a pris notre nature.
                     C'est pour cela que le Christ Seigneur a accepté les souffrances
                             qui nous ont apporté le salut.
                                   Conduit à la mort et déposé dans le tombeau,
                                     il a détruit la tyrannie ancestrale,
                                         et il a offert l'incorruptibilité aux hommes asservis à la corruption.
                      Car, en rebâtissant et en relevant le Temple détruit,
                  il a offert aux morts qui attendaient
                    sa résurrection des promesses véritables et solides.
                                La nature que j'ai prise chez vous, dit-il,
                         parce qu'elle était habitée par la divinité et unie à elle,
                        a obtenu la résurrection
              et, en déposant la corruptibilité avec les souffrances,
                             est parvenue à l'incorruptibilité et à l'immortalité.
      C'est ainsi que vous-mêmes serez délivrés
                       de la dure servitude de la mort
                         et qu'en dépouillant la corruptibilité
                                avec les souffrances,
                           vous revêtirez l'impassibilité.
                   Aussi a-t-il fait parvenir à tous les hommes,
                      par ses Apôtres,
                 le don du baptême.

                     Allez donc, leur dit-il, de toutes les nations faites des disciples,
                                baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.
                 Le baptême est comme un reflet
                      et une image de la mort du Seigneur.
                           Car, dit saint Paul,
                                     si nous sommes déjà en communion avec le Fils
                                                          par une mort qui ressemble à la sienne,
                                                               nous le serons encore par la résurrection.  » 

--------


Dernière édition par Bryand le Mer 22 Aoû 2018 - 13:51, édité 3 fois
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mer 15 Aoû 2018 - 18:51


---mercredi 15 août 2018  19e B –  Tu es le gardien de ton frère! 
                               Lectures pour le mercredi 19e B-   / Pour l'Assomption
                                           ce sera d'autres lectures  /

1-Ézéchiel 9 : 1-7; 10 : 18-22 Marque d’une croix au front      (  le tau  ou  thau  )
                                                  ceux qui gémissent                
                              sur toutes les abominations qu’on commet à Jérusalem.
                  Ézéchiel 9: 4 «     et dixit Dominus ad eum transi per mediam civitatem in medio Hierusalem
                            et signa thau super frontes virorum gementium et dolentium super cunctis
                          abominationibus quae fiunt in medio eius    »
                                    «  Et le Seigneur lui dit : Passez au travers de la ville, au milieu de Jérusalem,
                                  et marquez un thau sur le front des hommes qui gémissent,
                                                   et qui sont dans la douleur de voir toutes
           les abominations qui se font au milieu d’elle.  »
2-psaume 112 :  1-2, 3-4, 5-6  /R : La gloire du Seigneur domine les cieux.  
-acclamation  2 Corinthiens 5 : 19 Dans le Christ, Dieu réconciliait le monde avec lui :
                                              il a mis dans notre bouche la parole de la réconciliation. Alléluia.
3- évangile Matthieu 18 : 15-20 S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère. 
4--bréviaire Michée 4 : 1-7 Vision de paix messianique.
5-sermon de saint Augustin sur le psaume 47 L’Église tirée des nations.
 - -
__________________________________________
1-Ézéchiel 9 : 1-7; 10 : 18-22 Marque d’une croix au front      (  le tau   )
                                                  ceux qui gémissent                
                              sur toutes les abominations qu’on commet à Jérusalem.
----intro: Ézéchiel voit fondre le châtiment sur le temple
                           souillé par des idoles de tout genre.
                             Les habitants de Juda sont frappés,
               mais grâce à l’intercession du prophète, un «reste» est épargné :
                     il s’agit de ceux qui sont demeurés fidèles
                        et qui ont été marqués du sceau de Dieu.
                        La gloire du Seigneur quitte ensuite le temple pour se diriger vers l’Orient.
                             Dans l’Apocalypse, saint Jean utilisera des symboles analogues
                                 pour décrire le jugement de Dieu sur le monde,
                                                               à la fin des temps (Apocalypse 7.
      « J’entendis le Seigneur Dieu me crier d’une voix forte :
               '' Ils sont tout proches, les châtiments de Jérusalem,
                      et chacun tient à la main son arme de mort. ''
                       Alors six hommes s’avancèrent, venant de la porte supérieure,
                          celle qui est du côté nord.
                            Chacun tenait à la main son arme de destruction.
                               Au milieu d’eux, un homme, vêtu de lin,
                                    portant à la ceinture une écritoire de scribe.
                  Ils s’avancèrent, et s’arrêtèrent près de l’autel de bronze.
                     La gloire du Dieu d’Israël s’éleva
                               au-dessus des Kéroubim où elle reposait, 
                                                                                   (Les Kéroubim sont des Chérubins)
                         et se dirigea vers le seuil de la Maison du Seigneur.
                                         Alors le Seigneur appela l’homme vêtu de lin,
                                             portant à la ceinture une écritoire de scribe.
                               Il lui dit : '' Passe à travers la ville, à travers Jérusalem,
                                    et marque d’une croix au front ceux qui gémissent
                                          et qui se lamentent sur toutes les abominations qu’on y commet. ''
                            Puis j’entendis le Seigneur dire aux autres :
                                       '' Passez derrière lui à travers la ville, et frappez.
                                                  N’ayez pas un regard de pitié, n’épargnez personne :
                                                      vieillards et jeunes gens, jeunes filles,
                                                             enfants, femmes, tuez-les, exterminez-les.
                         Mais tous ceux qui sont marqués au front,
                                    ne les touchez pas. Commencez l’extermination par mon sanctuaire. ''
                                                   Ils commencèrent donc par les vieillards qui adoraient les idoles
                                                 à l’entrée de la Maison du Seigneur.
                                               Le Seigneur ajouta : '' Rendez impure cette Maison,
                                                            emplissez les cours de cadavres, puis sortez ! ''
                                                               Ils sortirent donc et frappèrent à travers la ville.
                                                 La gloire du Seigneur quitta le seuil de la Maison
                                                                                    et s’arrêta au-dessus des Kéroubim.
                                            Ceux-ci déployèrent leurs ailes ;
                                         je les vis partir en s’élevant de terre, et les roues avec eux.
                                           Ils s’arrêtèrent à l’entrée de la porte orientale de la Maison du Seigneur ;
                                        la gloire du Dieu d’Israël était au-dessus d’eux.
                                      C’étaient les Vivants que j’avais vus au-dessous du Dieu d’Israël,
                                     près du fleuve Kebar, et je reconnus
                                   que c’étaient des Kéroubim.
                                 Chacun avait quatre faces et quatre ailes,
                               et une forme de mains humaines sous ses ailes.
                             Leurs faces étaient semblables aux faces
                           que j’avais vues près du fleuve Kebar ;
                         tel était leur aspect. Chacun allait droit devant lui.  »
--------
2-psaume 112 :  1-2, 3-4, 5-6  /R : La gloire du Seigneur domine les cieux. 


     —Louez, serviteurs du Seigneur,
             louez le nom du Seigneur !
                    Béni soit le nom du Seigneur,
               maintenant et pour les siècles des siècles !

     —Du levant au couchant du soleil,
              loué soit le nom du Seigneur !
                   Le Seigneur domine tous les peuples,
                sa gloire domine les cieux.

     —Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ?
               Lui, il siège là-haut.
                     Mais il abaisse son regard
                 vers le ciel et vers la terre.
---------
4--bréviaire Michée 4 : 1-7 Vision de paix messianique.
Intro : Un jour, Sion, la colline du Temple,
                deviendra le pôle d’attraction de l’univers entier,
                              et Dieu régnera sur tous les peuples.
                                     La paix qui lui est promise,
                                         et que réalisera pleinement le jugement de Dieu,
                                               est le fruit de la patience
                                              de ses martyrs
                                                         et des luttes de ses apôtres.
«  Il arrivera dans les derniers jours
           que la montagne de la Maison du Seigneur
                  se tiendra plus haut que les monts,
                        elle s’élèvera au-dessus des collines.
                                Vers elle afflueront des peuples
                                    et viendront des nations nombreuses.
                        Elles diront : '' Venez ! montons à la montagne du Seigneur,
                                                       à la maison du Dieu de Jacob !
                                                    Qu’il nous enseigne ses chemins,
                                                  et nous irons par ses sentiers. ''
                                            Oui, la loi sortira de Sion,
                                             et de Jérusalem, la parole du Seigneur.
                                   Il sera le juge entre des peuples nombreux
                                 et, jusqu’aux lointains, l’arbitre de nations puissantes.
                            De leurs épées, ils forgeront des socs,
                       et de leurs lances, des faucilles.
                           Jamais plus nation contre nation ne lèvera l’épée ;
                                ils n’apprendront plus la guerre.
                                  Chacun pourra s’asseoir sous sa vigne et son figuier,
                                      et personne pour l’inquiéter.
                                         La bouche du Seigneur de l’univers a parlé !
                                              Oui, tous les peuples marchent,
                                                  chacun au nom de son dieu ;
                                                       mais nous,
                                  nous marchons
                              au nom du Seigneur,
                                                notre Dieu,
                                            pour toujours et à jamais.
                                                          Ce jour-là – oracle du Seigneur –,
                                                        je rassemblerai les brebis boiteuses,
                                                     je réunirai les égarées,
                                                  et celles que j’avais maltraitées.
                                             Des éclopées je ferai le reste d’Israël,
                                         de celles qui sont mises à l’écart, une nation puissante.
                                       Le Seigneur régnera
                                    sur eux à la montagne de Sion,
                       dès maintenant et à jamais. »

---------     ----------  
                                                                                                       Et à la droite  du Fils,
                                                                             le Roi immortel des siècles,
                                                                                     se trouve sa Sainte Mère   :
 cfé du bréviaire: Constitution apostolique de Pie XII
                                   sur l'Assomption (1950) : 

      « Les Pères de l'Église et les grands docteurs,
dans les homélies et les discours qu'ils ont adressés au peuple
                                                          pour la fête de l'Assomption,
        en ont parlé comme d'une vérité déjà connue et admise par les fidèles.
            Ils l'ont expliquée plus clairement, ils en ont approfondi la signification et la portée.
                                              Surtout, ils ont mieux mis en lumière
                                               ce que les textes liturgiques n'avaient que brièvement indiqué :  
                 cette fête ne rappelle pas seulement
                      que le corps inanimé de la Vierge Marie n'a subi aucune corruption,                         
                             mais aussi qu'elle a triomphé de la mort
                                       et qu'elle a été glorifiée dans le ciel,
                                                     à l'exemple de son Fils
                                                    unique Jésus Christ.
Ainsi saint Jean Damascène,
              qui est le plus remarquable prédicateur de cette vérité traditionnelle,
                       compare l'Assomption corporelle de la Mère de Dieu
                              à ses autres dons et privilèges ;
                                      il déclare éloquemment :
                                         '' Elle qui avait gardé sa virginité intacte dans l'enfantement,
                                                 il fallait qu'elle garde son corps, même après la mort,
                                                      exempt de toute corruption.
                                              Elle qui avait porté le Créateur dans son sein comme son enfant,
                                                     il fallait qu'elle aille faire son séjour dans la lumière divine.
                                                        Cette épouse que le Père s'était unie,
                                                            il fallait qu'elle habite la chambre nuptiale.
                                                   Elle qui avait contemplé son Fils cloué à la croix
                                                         et qui avait reçu dans son cœur le glaive de douleur
                                                                           qui lui avait été épargné dans l'enfantement,
                                                                  il fallait qu'elle le contemple trônant avec le Père.
                                                                     Il fallait que la Mère de Dieu possède
                                                                                              ce qui appartenait à son Fils,
                                                                                         et qu'elle soit honorée
                                                                                   par toutes les créatures
                                                                              comme la Mère de Dieu et sa servante. »
     ~ Pour saint Germain de Constantinople,
                    si le corps de la Vierge Mère de Dieu
                            avait été préservé de la corruption et transféré au ciel,
                                    cela ne s'accordait pas seulement à sa maternité divine,
                                             mais encore à la sainteté particulière de son corps virginal.
                                                    '' Selon l'Écriture, dit-il,
                                                   tu apparais dans la beauté ;
                                                 ton corps virginal est tout entier chaste et saint ;
                                               il est tout entier la demeure de Dieu.
                                    Aussi doit-il, par la suite, être totalement affranchi du retour à la poussière.
                                 Mais, parce qu'il est humain, il doit être transformé
                                               pour accéder à la vie sublime de l'incorruptibilité.
                         Toutefois, c'est le même corps qui est vivant,
                     souverainement glorieux, intact et doté d'une vie parfaite.''
     Un autre écrivain très ancien avait affirmé :
           '' Puisqu'elle est la Mère très glorieuse du Christ,
                                                              notre divin Sauveur,
                                                         lui qui donne la vie et l'immortalité,
                                                    elle est vivifiée par lui,
                                                      elle partage pour l'éternité l'incorruptibilité de son corps.
                                            Il l'a fait sortir du tombeau et l'a élevée auprès de lui,
                                                                                 d'une manière connue de lui seul. »
~ Tous ces raisonnements et ces considérations des Pères
          s'appuient sur la Sainte Écriture



           comme sur leur ultime fondement.
                   Celle-ci met en quelque sorte devant nos yeux la Mère de Dieu
                         comme intimement unie à son Fils divin
                                      partageant toujours sa destinée.
~ Il faut surtout se rappeler que, dès le deuxième siècle,
               les Pères nous présentent la Vierge Marie
                           comme la nouvelle Ève,
                                soumise au nouvel Adam,
                                      mais très étroitement unie à lui
                                            dans le combat contre l'ennemi infernal.
                            Ce combat, tel qu'il est prédit dans le Protévangile (Genèse 3: 15),
                                      devait aboutir à la victoire totale sur le péché et sur la mort,
                                            qui sont toujours rattachés l'un à l'autre dans les écrits de saint Paul.
                                                    Par conséquent, puisque la résurrection glorieuse du Christ
                                                        fut l'acte essentiel et le trophée ultime de cette victoire,
                                                            le combat livré par la Vierge Marie et son Fils
                                                              devait trouver sa conclusion
                                                               dans la glorification de son corps virginal.
                       Comme dit encore l'Apôtre :
                              Lorsque ce qui est mortel en nous revêtira l'immortalité,
                                    alors se réalisera la parole de l'Écriture :
                                           La mort a été engloutie dans la victoire.
         Ainsi la Mère de Dieu,
                   unie à Jésus Christ d'une manière mystérieuse,
                           '' dans un seul
                                  et même décret ''
                                      de prédestination,
                             immaculée dans sa conception,
                                 parfaitement vierge dans sa maternité divine,
                                       généreuse collaboratrice
                                            du Rédempteur,
                                            a remporté un triomphe total
                           sur le péché et ses conséquences.
     Pour finir, elle a obtenu, comme couronnement suprême de ses privilèges,
               d'être préservée de la corruption du tombeau.
                   À la suite de son Fils,
                          après avoir vaincu la mort,
                              elle a obtenu d'être élevée,
                                  corps et âme,
                                       à la gloire suprême du ciel, pour y resplendir,
                                     en qualité de Reine,
                                    à la droite de son Fils, le Roi immortel des siècles. »

                                                                  


Dernière édition par Bryand le Mer 22 Aoû 2018 - 13:58, édité 1 fois
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Ven 17 Aoû 2018 - 19:44


---vendredi 17 août 2018  19e B –  Mon amour … pour toujours!
1-Ézéchiel 16 : 1-15, 59-60, 63   '' Ta beauté était parfaite,
                                                                grâce à ma splendeur dont je t’avais revêtue.
                                                      Mais tu t’es prostituée.''
      [     ou au choix :
              Ézéchiel 16 : 59-63 ( = les versets 61 et 62 en plus)
                     '' Tu te souviendras de ta conduite,
                                                  et tu seras couverte de honte »
2-psaume CANTIQUE Isaïe 12 : 2, 4bcde-5a, 5bc-6
                                         R/ Seigneur, tu reviens de ta fureur 
                                                   et tu me consoles. (Isaïe 12 : 1)
-acclamation  1 Thessaloniciens 2 : 13 Accueillez la parole de Dieu,
                                                   pour ce qu’elle est réellement :
                                                                               non pas une parole d’hommes,
                                                                                    mais la parole de Dieu. Alléluia.
3- évangile Matthieu 19 : 3-12 '' C’est en raison de la dureté de votre cœur
                                              que Moïse vous a permis de renvoyer vos femmes.
                                                               Mais au commencement, il n’en était pas ainsi... ''
4--bréviaire Michée 6 : 1-15 Mon peuple que t’ai-je fait?
                                                                              Réponds-moi.
5-homélie de saint Pacien de Barcelone sur le baptême.
                              Le baptême, entrée dans l’humanité nouvelle.  
 - -
__________________________________________
  1-Ézéchiel 16 : 1-15, 59-60, 63   '' Ta beauté était parfaite,
                                                                grâce à ma splendeur dont je t’avais revêtue.
                                                      Mais tu t’es prostituée.''
--intro : 1er choix : L’histoire d’Israël est racontée de manière symbolique,
                     depuis l’élection divine jusqu’au péché grave
                                                   commis par le peuple à l’égard de son Dieu.
                     Néanmoins Dieu se souviendra de son alliance et accordera son pardon.
                                            Tout cela manifesta l’amour infini
                                                                         du Dieu miséricordieux.
  « La parole du Seigneur me fut adressée :  
        '' Fils d’homme, fais connaître
                                   à Jérusalem ses abominations.
                Tu diras : Ainsi parle le Seigneur Dieu à Jérusalem :
                         Par tes origines et ta naissance,
                             tu es du pays de Canaan.
                                  Ton père était un Amorite,
                                             et ta mère, une Hittite.  
             À ta naissance, le jour où tu es née,
                  on ne t’a pas coupé le cordon,
                on ne t’a pas plongée dans l’eau pour te nettoyer,
              on ne t’a pas frottée de sel, ni enveloppée de langes.
          Aucun regard de pitié pour toi,
        personne pour te donner
  le moindre de ces soins, par compassion.                  / Seigneur prends soin de moi!/                                    
   On t’a jetée en plein champ, avec dégoût, le jour de ta naissance.  
 Moi je suis passé près de toi,
      et je t’ai vue te débattre dans ton sang.
          Quand tu étais dans ton sang, je t’ai dit :
                “Je veux que tu vives !
         Je t’ai fait croître comme l’herbe des champs.
                Tu as poussé, tu as grandi, tu es devenue femme,
                      poitrine s’est formée, ta chevelure s’est développée.
                             Mais tu étais complètement nue. 
                     Je suis passé près de toi, et je t’ai vue :
       tu avais atteint l’âge des amours.
              J’étendis sur toi le pan de mon manteau
                 et je couvris ta nudité.
       Je me suis engagé envers toi par serment,          
  je suis entré en alliance avec toi – oracle du Seigneur Dieu –
                 et tu as été à moi.
                        Je t’ai plongée dans l’eau,
                               je t’ai nettoyée de ton sang,
                                   je t’ai parfumée avec de l’huile. 
                                     Je t’ai revêtue d’habits chamarrés,
                                       je t’ai chaussée de souliers en cuir fin,
                                          je t’ai donné une ceinture de lin précieux,
                                            je t’ai couverte de soie.   
                                              Je t’ai parée de joyaux :
                                                 des bracelets à tes poignets,
                                                   un collier à ton cou, un anneau à ton nez,
                                                     des boucles à tes oreilles,
                                                       et sur ta tête un diadème magnifique. 
                                Tu étais parée d’or et d’argent,
                               vêtue de lin précieux, de soie et d’étoffes chamarrées.
                             La fleur de farine, le miel et l’huile étaient ta nourriture.
                          Tu devins de plus en plus belle et digne de la royauté.
                        Ta renommée se répandit parmi les nations,
                      à cause de ta beauté, car elle était parfaite,
                        grâce à ma splendeur dont je t’avais revêtue
                          – oracle du Seigneur Dieu. 
                Mais tu t’es fiée à ta beauté,
                   tu t’es prostituée en usant de ta renommée,
                     tu as prodigué tes faveurs à tout passant :
                       tu as été à n’importe qui.
         Cependant, moi, je me ressouviendrai
                         de mon alliance, celle que j’ai conclue avec toi          
                             au temps de ta jeunesse,      
                                 et j’établirai pour toi
                                    une alliance éternelle. »
                                                                                           Seigneur garde-nous toujours;
                                                     Apprends-nous à te louer!

------   ------ 

2-psaume CANTIQUE Isaïe 12 : 2, 4bcde-5a, 5bc-6
                                         R/ Seigneur, tu reviens de ta fureur
                                                     et tu me consoles. (Isaïe 12 : 1)
     —Voici le Dieu qui me sauve :                                          
            j’ai confiance, je n’ai plus de crainte. 
                 Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
              il est pour moi le salut.

     —Rendez grâce au Seigneur, proclamez son nom,
            annoncez parmi les peuples ses hauts faits !
                 Redites-le : « Sublime est son nom ! »
              Jouez pour le Seigneur !                                                    


     —Il montre sa magnificence, et toute la terre le sait.
            Jubilez, criez de joie, habitants de Sion,
                  car il est grand au milieu de toi,
               le Saint d’Israël !

-------   ---------   
-acclamation  1 Thessaloniciens 2 : 13 Accueillez la parole de Dieu,
                                                   pour ce qu’elle est réellement :
                                                                               non pas une parole d’hommes,
                                                                                    mais la parole de Dieu. Alléluia.
5-homélie de saint Pacien de Barcelone sur le baptême.
                              Le baptême,
            entrée dans l’humanité nouvelle
 « Le péché d'Adam s'était communiqué à tout le genre humain.
             Comme dit l'Apôtre :
                    Par un seul homme, le péché est entré dans le monde,
                                                          et par le péché est venue la mort ;
                                                                 ainsi la mort est passée en tous les hommes.
                             Donc, il est nécessaire que la justice du Christ
                                                                soit communiquée au genre humain
;

    
        et de même qu'Adam, par le péché,
                                                      a perdu sa descendance,
                     de même le Christ, par sa justice,
                                    donnera la vie à ses enfants.
         L'Apôtre y insiste :
                        De même que tous sont devenus pécheurs
                                                           parce qu'un seul homme a désobéi,
                                de même tous deviendront justes parce qu'un seul homme a obéi.
                                               Comme le péché avait régné pour la mort,
                                                            ainsi, par la justice,
                                                       la grâce régnera pour la vie éternelle.
                         Quelqu'un me dira :
                                      '' Mais le péché d'Adam s'est communiqué à ses descendants
                                              parce qu'ils étaient engendrés par lui ;
                                                    est-ce que nous descendons du Christ,
                                                               pour que nous puissions être sauvés par lui ? ''
                                         Que tes pensées ne se placent pas au niveau de la chair.
                                                 Tu vas voir comment nous sommes engendrés par le Christ.
                                À la fin des temps, certes,
                                   le Christ a reçu de Marie une âme avec la chair :
                                         cette chair, il est venu la sauver,
                                      il ne l'a pas abandonnée au séjour des morts,
                                 il l'a unie à son esprit et il l'a faite sienne.
               Ce sont là les noces du Seigneur,
                    qui l'ont uni à une seule chair,
                       afin que, selon ce grand mystère,
                         ils soient deux en une seule chair :
                              le Christ et l'Église.
         Le peuple chrétien est né de ces noces,
               sur lesquelles est descendu l'Esprit du Seigneur.
                  Par l'infusion et le mélange d'une semence venue du ciel,
                                 aussitôt, avec les substances de nos âmes
                                 nous nous développons dans les entrailles de notre mère      (l'Église)
                   et, en grandissant dans son sein,
                          nous vivons dans le Christ.
                        C'est ce qui a fait dire à l'Apôtre :
                     Le premier Adam avait reçu la vie ;
                 le dernier Adam est un être spirituel qui donne la vie.
                          C'est ainsi que le Christ engendre
                                       des enfants dans l'Église par ses prêtres,
                                       selon l'Apôtre :
                           Dans le Christ, je vous ai engendrés.
                       Et c'est ainsi que la semence du Christ,
                   c'est-à-dire l'Esprit de Dieu, fait naître
                          l'homme nouveau qui remue dans le sein de sa mère,
                                 qui est mis au monde dans la fontaine baptismale,
                                     par les mains du prêtre, avec la foi pour témoin.
        ~ On doit donc admettre que le Christ engendre,
                   puisque l'Apôtre Jean le dit :
                          Tous ceux qui l'ont reçu,
                                  il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu.
                      Cela ne peut s'accomplir que par le sacrement du baptême,
                          par la chrismation, et par l'évêque.
                                    Le baptême en effet lave les péchés ;
                                 la chrismation répand en outre le Saint-Esprit,
                                        et nous obtenons l'un et l'autre
                                               par la main et la bouche de l'évêque.
                         C'est ainsi que l'homme tout entier
                                        naît de nouveau,
                                                   et est renouvelé dans le Christ :
                          De même que le Christ est ressuscité des morts,
                               ainsi mènerons-nous une vie nouvelle,
                                   nous aussi, c'est-à-dire :
                                      pour qu'après avoir abandonné les erreurs de la vie ancienne
                                        ~ par l'Esprit, nous ayons
                                              une conduite nouvelle
                                       dans le Christ.
-----------
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Dim 19 Aoû 2018 - 18:26


---dimanche 19 août 2018  20e B –  
                          Proverbes : Venez manger de mon pain
                            Éphésiens :  Cherchez dans l’Esprit votre plénitude,
                                                         en tout temps rendez grâce à Dieu le Père 
                              Jean : Moi je vis par le Père
                                           celui qui me mange vivra par moi. 
1-Proverbes 9 : 1-6  '' Venez, mangez de mon pain,
                                             buvez le vin que j’ai préparé ''
2-psaume 33 : 2-3, 10-11, 12-13, 14-15 (Ps 33 (34), )
                           R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur ! (cf. Ps 33 : 9)
3-Éphésiens 5 : 15-20 '' Comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur ''
-acclamation  Jean 6 : 56 Qui mange ma chair et boit mon sang
                                                demeure en moi, et moi en lui, dit le Seigneur. Alléluia.
4-évangile Jean 6 : 51-58  '' Ma chair est la vraie nourriture,
                                                      et mon sang est la vraie boisson ''
5-bréviaire Isaïe 6 : 1-13 Inépuisable récit de la vocation d’Isaïe
6-sermon de saint Jean Chrysostome sur l’évangile de Matthieu Le sel de la terre.
 - -
__________________________________________
1-Proverbes 9 : 1-6  '' Venez, mangez de mon pain,
                                             buvez le vin que j’ai préparé ''
--intro  La Bible du dimanche  éd du Cerf   /  éd. Du Centurion  20e B :
                     Inviter quelqu’un à sa table,
                         c’est vouloir partager une certaine amitié.
                               Par l’image du repas, Dieu dévoile
                                   l’intimité de notre communion à sa vie.
                                        Chaque Eucharistie renouvelle cette invitation.
On peut se référer de l'un à l'autre en ces dimanches,
         entre autres au 18e, où nous avons médité sur ce texte de Proverbes 9: 1-6:
https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t41240p480-la-bonne-nouvelle-du-christ-annoncee-a-tous-les-peuples#438755  

------------
2-psaume 33 : 2-3, 10-11, 12-13, 14-15 (Ps 33 (34), )
                           R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur ! (cf. Ps 33 : 9)

     —Je bénirai le Seigneur en tout temps,
            sa louange sans cesse à mes lèvres.
                   Je me glorifierai dans le Seigneur :
              que les pauvres m’entendent et soient en fête !

     —Saints du Seigneur, adorez-le :
              rien ne manque à ceux qui le craignent.
           Des riches ont tout perdu, ils ont faim ;
                    qui cherche le Seigneur
                                     ne manquera d'aucun bien.
                

     —Venez, mes fils, écoutez-moi,
            que je vous enseigne la crainte du Seigneur.
                   Qui donc aime la vie
              et désire les jours où il verra le bonheur ?

     —Garde ta langue du mal
             et tes lèvres des paroles perfides.
                   Évite le mal, fais ce qui est bien,
               poursuis la paix, recherche-la.
-----------
3-Éphésiens 5 : 15-20 '' Comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur ''
-----intro: Ceux qui ont été réveillés de leur torpeur
                      par la lumière du Christ (verset 14)
                        ne peuvent pas mener leur vie en étourdies.
                                               (  «Quitter la niaiserie» disait la 1ère lecture... ).
            Même si on se croit obligé, comme Paul,
                                 de parler de cette triste époque, 
                                      chaque jour du temps qui passe est rempli
                                              de la présence du Christ et il faut
                            s'efforcer d'y déchiffrer les appels que Dieu nous lance. »
« Frères,  prenez bien garde à votre conduite : 
              ne vivez pas comme des fous, mais comme des sages.  
                         Tirez parti du temps présent,  car nous traversons des jours mauvais. 
                                 Ne soyez donc pas insensés, 



                      mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur. 
                                        Ne vous enivrez pas de vin, car il porte à l’inconduite ; 
                                              soyez plutôt remplis de l’Esprit Saint. 
                                Dites entre vous des psaumes,
                                                                   des hymnes
                                                               et des chants inspirés
                                      chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre cœur.
                   À tout moment et pour toutes choses,
                                au nom de
                notre Seigneur Jésus Christ,
                                                    rendez grâce à Dieu le Père. »
---------
4-Jean 6 : 51-58  '' Ma chair est la vraie nourriture,
                                                      et mon sang est la vraie boisson ''
  --intro : La Bible du dimanche  éd du Cerf  +…  /  éd. Du Centurion  20e:
                Cet enseignement de Jésus à Capharnaüm,
                       amplifié par l’homélie de saint Jean à ses fidèles,
                              répond aux questions de tous les paroissiens du monde.
                     La liturgie de l’Eucharistie
                       est aussi déroutante pour le croyant
                                  que les signes  de Jésus pour les Juifs.
                   Mais ceux qui, de dimanche en dimanche, mangent le pain de la vie,

                           commencent à savoir que
                                     seule cette communion
                                          permet de ‘’demeurer’’ dans la foi
                  qui nous réconcilie et nous aide
                                         à nous transmettre cette exigence.
   « En ce temps-là, Jésus disait à la foule :
                   '' Moi, je suis le pain vivant,  qui est descendu du ciel :
                                si quelqu’un mange de ce pain,  il vivra éternellement.
                                         Le pain que je donnerai, c’est ma chair,  donnée pour la vie du monde. ''
           Les Juifs se querellaient entre eux :  '' Comment celui-là 
                                                               peut-il nous donner sa chair à manger ? ''
                Jésus leur dit alors : 
                            ''Amen, amen, je vous le dis : 
                                      si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, 
                                                                          et si vous ne buvez pas son sang
                                                            vous n’avez pas la vie en vous
                                                      Celui qui mange ma chair
                                                                        et boit mon sang  a la vie éternelle ;
                                                 et moi, je le ressusciterai au dernier jour.  
                                           En effet, ma chair est la vraie nourriture,
                                         et mon sang est la vraie boisson.
                                      Celui qui mange ma chair et boit mon sang  demeure en moi, 
                                               et moi, je demeure en lui.  
                          De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé
                                                                et que moi je vis par le Père,
                                              de même
                                                    celui qui me mange,  lui aussi vivra par moi.



Tel est le pain qui est descendu du ciel : 
                 il n’est pas comme celui que les pères ont mangé. 
                                  Eux, ils sont morts ; 
                                              celui qui mange ce pain vivra éternellement.   »

---------
6-sermon de saint Jean Chrysostome
                           sur l’évangile de Matthieu. Le sel de la terre.
« Vous êtes le sel de la terre, dit le Seigneur.
       ~ Ce n'est pas pour votre propre vie,
              veut-il dire, mais c'est pour le monde entier
                   que la Parole vous est confiée.
           Car ce n'est pas à deux villes, à dix, à vingt,
              ou à un seul peuple que je vous envoie,
                 comme jadis les prophètes,
                     mais à la terre, à la mer, au monde entier,
                          qui est plongé dans le mal.
        En disant : Vous êtes le sel de la terre,
             il leur montrait que toute la nature humaine
                                                      était affadie et corrompue par le péché.
                                                  C'est pourquoi il exige de ses disciples les vertus
                                               qui sont les plus nécessaires et les plus efficaces
                                            chez ceux qui ont la charge de la multitude.
                                      En effet, celui qui est doux, abordable compatissant et juste
                                   ne renferme pas en lui-même ses bonnes actions,
                               mais il cherche à en faire
                                 comme des sources qui coulent
                                    pour l'utilité d'autrui.
                                         De même, celui qui a le cœur pur,
                                             qui est un artisan de paix,
                                              qui est persécuté pour la vérité,
                                                  consacre sa vie au bien commun.
          Ne croyez pas, leur dit-il, que vous serez appelés à des combats ordinaires
                                 et que vous n'aurez à rendre compte que d'affaires sans importance :
                    Vous êtes le sel de la terre.
                         Qu'est-ce que cela veut dire ?
                     Ont-ils remis en bon état ce qui était pourri ?
                                                                           Pas du tout.
                                                         Il n'est pas possible d'améliorer ce qui est déjà corrompu,
                                                     en y mettant du sel.
                                                  Ils n'ont pas fait cela.
                                              Mais on avait préalablement rénové ce qu'on leur avait confié,
                                           après l'avoir délivré de son infection.
                                        C'est alors que les disciples salaient cette pâte
                                    afin de la garder dans la nouveauté donnée par leur Maître.
                         Car délivrer de la pourriture du péché,

                      ce fut l'action bienfaisante du Christ ;
                                                     mais ne plus y laisser revenir,
                                               c'était la tâche à laquelle les disciples
                                            devaient donner leurs soins et leurs efforts.
    Voyez-vous comment Jésus Christ
                  montre discrètement qu'ils sont supérieurs aux prophètes ?
              Il ne dit pas qu'ils sont chargés d'instruire la Palestine,
                                                                     mais la terre entière.
           ~ Ne vous étonnez donc pas,
                  leur dit-il, si, en négligeant les autres,
                           c'est à vous que je m'adresse
                                 et si je vous envoie vers de si grands dangers.
                        Considérez en effet à combien de villes, de territoires, de nations
                             je vais vous envoyer pour y présider.
                                 Aussi je ne veux pas seulement que vous soyez pleins de sagesse,
                                       mais que vous rendiez les autres pareils à vous.
                                              Car si vous ne le faites pas,
                                                  c'est que vous n'avez même pas assez de sagesse pour vous.
                    ~ Si les autres s'affadissent,
                              ils peuvent revenir par votre intermédiaire ;
                                     mais si ce malheur vous arrivait,
                                             vous entraîneriez les autres à leur perte en même temps que vous.
                         C'est pourquoi, plus importantes sont les affaires qui vous sont confiées,
                                                plus vous devez déployer d'ardeur.
                                   D'où cette parole :
                                     Si le sel n'a plus de saveur, comment redeviendra-t-il du sel ?
                                      Il n'est plus bon à rien : on le jette dehors, et les gens le piétinent.        
         Jésus venait de leur dire :
                      ~ Si l'on vous insulte,
                            si l'on vous persécute
       et si l'on dit faussement toute sorte de mal contre vous.
                                   Il ne veut pas que ces paroles leur fassent craindre de se montrer,
                         et c'est pourquoi il leur dit :
                               '' Si vous n'êtes pas prêts à tout cela,
                                       c'est en vain que vous avez été choisis.
~ Si la calomnie est inévitable,
                             elle ne vous fera aucun mal,
                                mais elle témoignera
                                              de votre fermeté.
                Au contraire, si vous avez peur et si vous abandonnez la vigueur qui vous convient,
            vous tomberez dans des malheurs bien pires :
                   tout le monde dira du mal de vous et vous méprisera.
                      C'est cela, être piétiné par les gens ''.
           Ensuite,
                 il passe à une autre comparaison, plus noble :
                          Vous êtes la lumière du monde.
                                                  Il répète : du monde,
                                               non pas d'un seul peuple
                                                                   ou de vingt villes,
                                                       mais de toute la terre.
      Et il s'agit d'une lumière intelligible,
               supérieure à celle du soleil,
               de même qu'il s'agissait tout à l'heure d'un sel spirituel.
                 D'abord le sel, ensuite la lumière,
                  pour t'enseigner quelle est l'importance du gain
                   procuré par une parole pénétrante, l'avantage apporté
                        par une doctrine vraiment sainte :
                                           c'est de lier l'auditeur,
                       de ne pas lui permettre le relâchement,
                           de l'amener à considérer la vertu  Une ville située sur la montagne
                ne peut être cachée. Et l'on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau.
  Par ces paroles encore, il les pousse à une vie rigoureuse,
                                               il leur enseigne
                                       à être des soldats vigilants
                           parce qu'ils sont exposés à tous les yeux
   et qu'ils auront à combattre en plein théâtre du monde. »
------------ 


Dernière édition par Bryand le Sam 25 Aoû 2018 - 13:32, édité 1 fois
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mar 21 Aoû 2018 - 19:19


---mardi 21août 2018  20e B –  Les riches sont perdus, mais pour Dieu tout est possible. . .   
 1-Ézéchiel 28 : 1-10 '' Tu es un homme et non un dieu,
                           toi qui prends tes pensées pour des pensées divines ''
 2-psaume CANTIQUE Deutéronome 32 : 26-27ab, 27cd.28, 30, 35cd-36ab 
                                R/ C’est moi qui fais mourir et vivre. (Dt 32 : 39c)
-acclamation  2 Corinthiens 8 : 9  Jésus Christ s’est fait pauvre,
                                                                                lui qui était riche,
                                                                          pour que vous deveniez
                                                                   riches par sa pauvreté. Alléluia.
3-évangile Matthieu 19 : 23-30 « Il est plus facile à un chameau
                                                             de passer par un trou d’aiguille
                                            qu’à un riche d’entrer dans le royaume des Cieux »
4--bréviaire Isaïe 7 : 1-17 Le signe du Seigneur
5-sermon de saint Bernard à la louange de la Vierge Marie.
                                                        Celui qui va naître de toi
                                                                           sera appelé Fils de Dieu.
 - -
__________________________________________
 1-Ézéchiel 28 : 1-10 '' Tu es un homme et non un dieu,
                           toi qui prends tes pensées pour des pensées divines ''
--intro : Ézéchiel annonce la chute du roi e Tyr,
                                      prince maritime remplie d’orgueil,
                                                      qui se fait l’égal de Dieu.
                              La tradition chrétienne applique ce passage
                                          à la chute de Lucifer,
                                          l’ange révolté contre Dieu.
«En ces jours-là, la parole du Seigneur me fut adressée : 
                     '' Fils d’homme, tu diras au prince de la ville de Tyr :
                               Ainsi parle le Seigneur Dieu :
                                 Ton cœur s’est exalté et tu as dit :
                                          “Je suis un dieu, j’habite une résidence divine, au cœur des mers.”
                                       Pourtant, tu es un homme
                                  et non un dieu,
                              toi qui prends tes pensées pour des pensées divines. 
                          Tu serais donc plus sage que Daniel:
                       il n’y aurait pas de secret trop profond pour toi ? 
                           Par ta sagesse et ton intelligence
                             tu as fait fortune,
                              tu as accumulé l’or et l’argent dans tes trésors.
                       Par ton génie du commerce,
                               tu as multiplié ta fortune,
                                     et à cause de cette fortune ton cœur s’est exalté.
                   C’est pourquoi,
                     ainsi parle le Seigneur Dieu :
                              Parce que tu prends tes pensées

                                                  pour des pensées divines,
                                             je fais venir contre toi des barbares,
                                           une nation redoutable.
                                   Ils tireront l’épée contre ta belle sagesse,
                                     ils profaneront ta splendeur.
                                       Ils te feront descendre dans la fosse
                                          et tu mourras au cœur des mers, d’une mort violente. 
                         Oseras-tu dire encore
                                       devant tes meurtriers :
                                     “Je suis dieu” ?
                                  Sous la main de ceux qui te transperceront,
                             tu seras un homme et non un dieu.
                       Tu mourras de la mort des païens incirconcis,
                     par la main des barbares.
                        Oui, moi, j’ai parlé, – oracle du Seigneur Dieu. »    
------------ 
2-psaume CANTIQUE Deutéronome 32 : 26-27ab, 27cd.28, 30, 35cd-36ab 
                                R/ C’est moi qui fais mourir et vivre. (Dt 32 : 39c)

     —Le Seigneur dit : '' “Je les réduirai en menue paille ;
             j’effacerai leur souvenir parmi les hommes !”
                     Mais il y a l’arrogance de l’ennemi !
               J’ai peur d’une méprise chez l’adversaire. ''

     —On dirait : '' C’est notre main qui a le dessus !
               Non, le Seigneur n’y est pour rien ! ''
                        Cette nation a perdu le jugement,
                 ils sont incapables de comprendre.

     —Se peut-il que, par un seul, mille hommes soient poursuivis,
              et que, par deux, dix mille soient mis en fuite,
                        sans que leur Rocher les ait vendus,
                   que le Seigneur les ait livrés ?

     —Oui, proche est le jour de leur ruine,
                  imminent, le sort qui les attend ;
                         car le Seigneur fera justice à son peuple,
                       il prendra en pitié ses serviteurs.

----------
3- Matthieu 19 : 23-30 « Il est plus facile à un chameau
                                                             de passer par un trou d’aiguille
                                            qu’à un riche d’entrer dans le royaume des Cieux »
--intro : La dérobade du jeune homme riche
                amène Jésus à souligner que les richesses font obstacle
                       aux exigences du Royaume.
                             Toutefois, Dieu est capable

                                  de surmonter toutes les difficultés.
                           Les Douze qui ont tout quitté pour suivre le Maître
                              deviendront les patriarches du nouvel Israël.
«En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
         '' Amen, je vous le dis : un riche entrera difficilement dans le royaume des Cieux.
                 Je vous le répète : il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille
                        qu’à un riche d’entrer dans le royaume des Cieux. ''
              Entendant ces paroles, les disciples furent profondément déconcertés, et ils disaient :
                     '' Qui donc peut être sauvé ? ''
                               Jésus posa sur eux son regard et dit :
                                        '' Pour les hommes, c’est impossible,
                                               mais pour Dieu tout est possible. ''

       Alors Pierre prit la parole et dit à Jésus :
          '' Voici que nous avons tout quitté pour te suivre :
                 quelle sera donc notre part ? ''
                         Jésus leur déclara :
                             '' Amen, je vous le dis : lors du renouvellement du monde,
                                                                lorsque le Fils de l’homme
                                   siégera sur son trône de gloire,
                                                            vous qui m’avez suivi,
                                                        vous siégerez vous aussi
                                    sur douze trônes
                                                 pour juger les douze tribus d’Israël.  
                                              Et celui qui aura quitté, à cause de mon nom,
                                         des maisons, des frères, des sœurs,
                                   un père, une mère, des enfants,
                                ou une terre, recevra le centuple,
                            et il aura en héritage la vie éternelle
                         Beaucoup de premiers seront derniers,
                              beaucoup de derniers seront premiers.'' »  
------------ 
5-sermon de saint Bernard à la louange de la Vierge Marie.
                                                        Celui qui va naître de toi
                                                                           sera appelé Fils de Dieu.
« Naître d’une vierge était la seule naissance digne de Dieu ;
           et donner le jour à Dieu était le seul enfantement qui puisse convenir à une vierge.
                    Aussi le Créateur des hommes,
                       pour se faire homme
                          en prenant naissance dans l’humanité,            Bienheureuse es-tu 
                                                        Vierge Marie!
                                               Heureux sommes-nous que Dieu
                                             ait choisi de naître parmi nous!
                                                       Que vive à jamais
                                                  mon âme à te louer Seigneur!

                              dut, entre tous les humains, se choisir
                                  ou plutôt se préparer une mère
                                        dont il sût qu’elle serait digne de lui et qu’elle lui plairait.
                 Il voulut donc qu’elle fût vierge,
                          afin de naître sans tache d’une femme immaculée,
                               lui qui allait laver de leurs taches tous les hommes.
                  Il a voulu de même que soit humble
                     celle dont il naîtrait doux et humble de cœur,
                          lui qui allait être, de ces vertus,
                             l’exemple dont tous avaient besoin pour être sauvés.
                     Il donna donc à la Vierge d’enfanter,
                            lui qui avait déjà inspiré en elle le vœu de virginité
                               et lui avait dispensé par avance cette valeur précieuse qu’est l’humilité.
                                        Autrement, comment l’ange, par la suite,
                                     pourrait-il la déclarer comblée de grâce,
                                 s’il y avait en elle quoi que ce soit d’imparfait,
                             qui ne viendrait pas de la grâce ?
                  Ainsi, pour que fût sainte de corps
                              celle qui devait concevoir puis enfanter le Saint des saints,
                                elle reçut le don de la virginité,
                                             et le don de l’humilité pour être sainte en son esprit.
              Parée des joyaux de ces deux vertus,
                       la Vierge royale, resplendissante d’un double éclat,
                           celui de l’esprit et celui du corps,
                             et connue jusqu’au ciel pour son éclat et sa beauté,
                         attira sur elle les regards des habitants de la cité céleste ;
                      c’est pourquoi elle éveilla même l’attention du Roi,
                   qui se mit à la désirer et dépêcha
                       d’en haut vers elle un messager céleste. ~
      L’ange, dit l’Évangile, 
         fut envoyé par Dieu à une Vierge,
                                    vierge de corps,
                                 vierge d’esprit,
                              vierge aussi par décision et engagement
                  — bref la vierge telle que la décrira l’Apôtre : 
                      sainte d’esprit et de corps.
                        Elle ne fut pas trouvée au dernier moment ni par hasard,
                             mais elle avait été choisie dès l’origine,
                                    comme d’avance par le Très-Haut,
                                       qui l’avait préparée pour lui ;
               les anges l’avaient gardée,
                  les patriarches l’avaient annoncée en figure,
                       les prophètes l’avaient promise. »


Dernière édition par Bryand le Lun 27 Aoû 2018 - 1:29, édité 1 fois
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mer 22 Aoû 2018 - 20:12


---mercredi 22août 2018  20e B Un pasteur n’est pas un entrepreneur. 
                                                   Dieu donne le même salaire :
                                                       celui de sa grâce, à qui répond à son appel. . .
 1-Ézéchiel 34 : 1-11 '' J’arracherai mes brebis de leur bouche
                                                       et elles ne seront plus leur proie ''
                                -missel : Aux bergers, je reprendrai mon troupeau,
                                                                    les brebis ne seront plus leur proie.
 2-psaume 22 : 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6 (Ps 22 (23), ) R/ Le Seigneur est mon berger :
                                                                         rien ne saurait me manquer. (cf. Ps 22 : 1)
-acclamation  Hébreux 4 : 12 Elle est vivante, la parole de Dieu ;
                                                      elle juge des intentions et des pensées du cœur. Alléluia.
3- évangile Matthieu 20 : 1-16 Me regardes-tu d’un œil mauvais parce que moi je suis bon?
4--bréviaire Isaïe 9 : 7—10 : 4 La main de Dieu reste levée
5-sermon de saint Augustin sur les épreuves de ce temps.
                                                       Dieu nous arrache au mirage du passé.
------------------------------------------
5b-Le 22 août fête de Marie Reine des cœurs
                -homélie de saint Amédée de Lausanne pour l’Assomption
 - -
__________________________________________
1-Ézéchiel 34 : 1-11 '' J’arracherai mes brebis de leur bouche
                                                       et elles ne seront plus leur proie ''
                                            -missel : Aux bergers, je reprendrai mon troupeau,
                                                                             les brebis ne seront plus leur proie.

 --intro : Les habitants de Juda ont été gouvernés par de mauvais rois
               et restent, après la défaite,  victimes d’exploiteurs.
               Le prophète annonce l’avènement d’un nouveau pasteur,
                      qui sera Dieu lui-même.
                               Jésus, Fils de Dieu,
                                  s’est désigné lui-même comme le vrai berger,
                                        lui qui est venu rechercher
                                                et sauver ce qui était perdu.
   « La parole du Seigneur me fut adressée : 
            '' Fils d’homme, prophétise contre les bergers d’Israël,
                                       prophétise. Tu leur diras :
                                        Ainsi parle le Seigneur Dieu :
                          Quel malheur pour les bergers d’Israël qui sont bergers pour eux-mêmes !
                             N’est-ce pas pour les brebis qu’ils sont bergers ? 
                               Vous, au contraire, vous buvez leur lait,
                                 vous vous êtes habillés avec leur laine,
                                    vous égorgez les brebis grasses,
                                       vous n’êtes pas bergers pour le troupeau.
                                   Vous n’avez pas rendu des forces à la brebis chétive,
                                                                                    soigné celle qui était malade,
                                                                                       pansé celle qui était blessée.
                                                        Vous n’avez pas ramené la brebis égarée,
                                                                                         cherché celle qui était perdue.
                           Mais vous les avez gouvernées avec violence et dureté. 
                              Elles se sont dispersées,
                                   faute de berger,
                                       pour devenir la proie de toutes les bêtes sauvages.
                     Mon troupeau s’égare sur toutes les montagnes et toutes les collines élevées ;
                         mes brebis sont dispersées dans tout le pays,
                                  personne ne les cherche,
                                       personne ne part à leur recherche.
                                          C’est pourquoi, bergers, écoutez la parole du Seigneur :
                                               Par ma vie – oracle du Seigneur Dieu –,
                                                     puisque mon troupeau est mis au pillage
                                                        et devient la proie des bêtes sauvages,
                                                             faute de berger,
                                                  parce que mes bergers ne s’occupent pas de mon troupeau,
                                                       parce qu’ils sont bergers pour eux-mêmes
                                                                   au lieu de l’être pour mon troupeau, 
                             eh bien, bergers, écoutez la parole du Seigneur :
                                     Ainsi parle le Seigneur Dieu :
              Me voici contre les bergers.
                                                                                     / Après avoir subi l'oppression
                                                         des Égyptiens,
                                                  le peuple de Dieu subit l'oppression
                                                     des mauvais bergers d'Israël.
                                     Dieu viendra lui-même
                                       libérer son peuple,
                                                afin de lui donner la vraie liberté! /



                  Je m’occuperai de mon troupeau à leur place,
                                       je les empêcherai de le faire paître,
                                                         et ainsi ils ne seront plus mes bergers ;
                                         j’arracherai mes brebis de leur bouche
                                                 et elles ne seront plus leur proie. 
                                 Car ainsi parle le Seigneur Dieu :
                             Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis,
                                                et je veillerai sur elles. »
-----------
2-psaume 22 : 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6 (Ps 22 (23), ) R/ Le Seigneur est mon berger :
                                                                         rien ne saurait me manquer. (cf. Ps 22 : 1)

     —Le Seigneur est mon berger :
          je ne manque de rien.
              Sur des prés d’herbe fraîche,
           il me fait reposer.

      —Il me mène vers les eaux tranquilles
            et me fait revivre ;
                il me conduit par le juste chemin
             pour l’honneur de son nom.

     —Si je traverse les ravins de la mort,
           je ne crains aucun mal,
               car tu es avec moi :
            ton bâton me guide et me rassure.

     —Tu prépares la table pour moi
          devant mes ennemis ;
               tu répands le parfum sur ma tête,
            ma coupe est débordante.

     —Grâce et bonheur m’accompagnent
            tous les jours de ma vie ;
                 j’habiterai la maison du Seigneur
              pour la durée de mes jours.
---------   
3- Matthieu 20 : 1-16 Me regardes-tu d’un œil mauvais
                                               parce que moi je suis bon?
--intro : Les relations entre Dieu et les hommes
                   ne sont pas comparables à un contrat passé entre un patron et des ouvriers.
                            Comme le montre la parabole du maître de la vigne,
                               le salaire octroyé par Dieu est un don libre et gratuit de sa miséricorde.
                     Dieu donne le même salaire :
                        celui de sa grâce à qui répond à son appel. . .
     «  En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : 
              '' Le royaume des Cieux est comparable
                         au maître d’un domaine qui sortit dès le matin
                             afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne.
                                Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée :
                                un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent,
                                            et il les envoya à sa vigne.
                       Sorti vers neuf heures, il en vit d’autres qui étaient là,
                              sur la place, sans rien faire. 
                                 Et à ceux-là, il dit : “Allez à ma vigne, vous aussi,
                                             et je vous donnerai ce qui est juste.” 
                                  Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi,
                                                                           puis vers trois heures,
                                                                  et fit de même. 
                                                           Vers cinq heures,
                                                      il sortit encore,
                                                en trouva d’autres qui étaient là et leur dit :
                       “Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?” 
                   Ils lui répondirent :
                                 “Parce que personne ne nous a embauchés.”
                                        Il leur dit : “Allez à ma vigne, vous aussi.” 
                                             Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant :
                                                   “Appelle les ouvriers
                                                           et distribue le salaire,
                                                      en commençant par les derniers
                                                   pour finir par les premiers.”
                                               Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrent
                                            et reçurent chacun une pièce d’un denier.  
                                        Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage,
                                 mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier.
                               En la recevant, ils récriminaient
                                                     contre le maître du domaine :
                     “Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure,
                              et tu les traites à l’égal de nous,
                                     qui avons enduré le poids du jour et de la chaleur !”
                                            Mais le maître répondit à l’un d’entre eux :
                                                     “Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi.
                                 N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ?
                                           Prends ce qui te revient, et va-t’en.
                                  Je veux donner
                                   au dernier
                            venu autant qu’à toi:


                          n’ai-je pas le droit de faire
                                  ce que je veux de mes biens ?
                                         Ou alors ton regard est-il mauvais
                                           parce que moi, je suis bon ?” 
                     C’est ainsi que les derniers seront premiers,
                                                  et les premiers seront derniers. »
--------
5-sermon de saint Augustin sur les épreuves de ce temps.
                                                       Dieu nous arrache au mirage du passé.
   «  Chaque fois que nous avons à souffrir
             quelque angoisse ou quelque épreuve,
                ce sont pour nous des avertissements et aussi des réprimandes.
                 Car nos saintes Écritures
                          ne nous promettent pas la paix,
                                               la sécurité et le repos;
                               l'Évangile nous annonce des épreuves,
                                                des angoisses, des occasions de chute.
                         Mais celui qui persévérera jusqu'au bout, celui-là sera sauvé.
             Cette vie a-t-elle jamais eu quelque chose de bon,
                             depuis le premier homme,
                                 qui lui a valu la mort,
                                   de qui elle a reçu la malédiction,
                                     cette malédiction
                          dont le Christ Seigneur
                               nous a délivrés ?

                               Il ne faut donc pas récriminer, mes frères,
                                                comme certains ont récriminé, au dire de l'Apôtre,
                                 et ils ont été mordus par les serpents.
       À ce compte-là, mes frères,
                 qu'est-ce que le genre humain peut souffrir d'inédit,
                              que nos ancêtres n'aient pas déjà souffert ?
                       Ou bien, quand nous souffrons tels malheurs,
                              savons-nous s'ils n'ont pas souffert les mêmes ?
                                    On rencontre pourtant des gens qui récriminent
                                                                              sur leur époque
                                                                          et pour qui celle de nos parents
                                                                    était le bon temps !
                                                                Si l'on pouvait les ramener
                                                            à l'époque de leurs parents,
                                                     est-ce qu'ils ne récrimineraient pas aussi ?
                                                Le passé, dont tu crois que c'était le bon temps,
                                          n'est bon

                                             que parce que
                                              ce n'est pas le tien.
                                Maintenant que tu es délivré de la malédiction,
                                   maintenant que tu as cru au Fils de Dieu,
                                       maintenant que tu as abordé ou étudié la sainte Écriture,
                                                je m'étonne
                                                                  de ce que tu t'imagines
                                                                        qu'Adam a connu le bon temps.
                           Et tes parents ont hérité de la peine d'Adam,
                                  Car c'est bien à lui qu'il a été dit :
                                        Tu mangeras ton pain à la sueur de ton front,
                                            et tu travailleras la terre d'où t'as été tiré ;
                                                elle produira pour toi des épines et des chardons.
                  C'est cela qu'il a mérité,
                       c'est cela qu'il a reçu,
                            cela qu'il a obtenu par le juste jugement de Dieu.
                                    Penses-tu donc
                     que le temps jadis était meilleur que le tien ?
           De cet Adam jusqu'à l'Adam d'aujourd'hui,
                 travail et sueur,
                        épines et chardons.
                                Le déluge nous a épargnés ?
                                    Mais nous avons été épargnés
                                          par les temps calamiteux de famine
                                               et de guerre que l'Écriture a consignés,
                                                  pour que les temps actuels
                                                      ne nous fassent pas récriminer contre Dieu. ~
                           Quelles époques terribles !
                                     Est-ce que nous n'avons pas tous
                                             été remplis d'horreur
                   par les récits que nous en avons entendus ou lus ?
           C'était pour que nous ayons de quoi nous féliciter,
                           plutôt que de récriminer contre notre époque. »
--------
5b-Le 22 août fête de Marie Reine
                -homélie de saint Amédée de Lausanne pour l’Assomption.
« Considère combien il était normal
              que, dès avant son assomption,
                       le nom de Marie ait brillé, admirable,
                               sur toute la terre,
                        et sa renommée très illustre se soit répandue en tous lieux,
                              avant que sa magnificence ne se soit élevée au-dessus des cieux.
                Il convenait en effet que la Vierge Mère,
                                         pour l'honneur même de son Fils,
                         régnât d'abord sur la terre
                            et pût enfin recevoir ainsi les cieux ;
    qu'elle fût comblée ici-bas
       pour pénétrer là-haut
           dans une sainte plénitude ;
                      et comme elle avait été transportée de vertu en vertu,
                            qu'elle le fût aussi de clarté en clarté
                                                par l'Esprit du Seigneur.
                     Présente dans la chair,
                       elle goûtait donc par avance
                         les prémices du royaume à venir,
                           tantôt s'élevant vers Dieu dans un élan impossible à dire,
                              tantôt rejoignant le prochain en une indicible charité.
             D'une part, elle était entourée par les hommages des anges ;
              d'autre part, elle était vénérée par le service des hommes. ~
                    Gabriel l'assistait parmi les anges ;
                       et Jean, heureux de s'être
                            vu confier auprès de la croix,
                               à lui qui était vierge,
                                          la Vierge Mère,
                         la servait ainsi que les autres Apôtres.
                               Eux tous se réjouissaient de voir,
                                   les uns leur reine,
                                      les autres leur suzeraine,

                                         et ils s'empressaient
                                             dans un affectueux dévouement.
              Pour elle, établie dans la forteresse la plus élevée
                  des vertus et débordant de l'océan des dons divins,
                          elle épanchait
                          sur le peuple croyant et altéré,
                                 dans un ruissellement surabondant,
                           l'abîme des grâces par lequel
            elle surpassait toutes les créatures.
      Elle procurait en effet la santé aux corps,
                et aux âmes la guérison,
                  dans le pouvoir qu'elle avait de réveiller de la mort du corps et de l'âme.
                      Qui jamais est parti de chez elle malade ou triste,
                            ou sans avoir été instruit des mystères célestes ?
                         Qui donc est retourné chez lui sans être pleinement heureux
                                 d'avoir obtenu ce qu'il voulait de Marie, la mère du Seigneur ? ~
               Débordante de ces biens si grands,
                          l'épouse, mère de l'unique Époux,
                                douce et très aimée en ses délices,
                                       est comme la source des jardins spirituels
                                           et le puits des eaux vives et vivifiantes
                                                   qui jaillissent en torrent du Liban divin.
                              Aussi fait-elle couler, depuis le mont Sion
                                            jusqu'à toutes les nations qui l'entourent
                                                  ou sont répandues au loin,
                                                      des fleuves de paix
                                      et des ruisseaux de grâces débordant du ciel.
                  Lorsque la Vierge des vierges était conduite
                             par son Dieu et Fils, le Roi des rois,
                                 dans l'allégresse des anges,
                                      la joie des archanges,
                                           parmi les acclamations du ciel,
                                                 alors s'accomplit la prophétie de David disant au Seigneur :
                                 La reine se tient à ta droite,
                                dans un vêtement d'or et des ornements variés.»
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Dim 26 Aoû 2018 - 19:00


---dimanche 26 août 2018  21e B 
                                    -Josué: Réunis dans une même  confession de la foi.
                                    - Éphésiens:Tête et cœur unies dans un même projet. 
                                    -Jean: ''Nous croyons, nous, et nous savons que tu es le Saint der Dieu. ''
                                     … À qui d’autres irions-nous?
                                               tu as les paroles et tu es le chemin de la Vie éternelle?
1-Josué 24 : 1-2a, 15-17, 18b « Nous voulons servir le Seigneur, car c’est lui notre Dieu »
 2-psaume 33 : 2-3, 16-17, 20-21, 22-23 (Ps 33 (34), ) 
                    R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur ! (cf. Ps 33 : 9)
3-Éphésiens 5 : 21-32 « Ce mystère est grand :
              je le dis en référence au Christ et à l’Église »
-acclamation Jean 6 : 63c.68c Tes paroles, Seigneur, 
                                       sont esprit et elles sont vie ; 
                                        tu as les paroles de la vie éternelle. Alléluia.
4- évangile Jean 6 : 60-69  « Seigneur, à qui irions-nous ? 
                                        Tu as les paroles de la vie éternelle »

5-bréviaire Sophonie 1 : 1-7, 14—2 : 3 Le jour du Seigneur.
6-IIe Concile du Vatican L’Église dans le monde de ce temps. L’ébauche du monde à venir.   
 - -
__________________________________________
1-Josué 24 : 1-2a, 15-17, 18b « Nous voulons servir le Seigneur, 
                                                                            car c’est lui notre Dieu »
--intro : La Bible du dimanche, éd. Du Cerf, Éd. Du Centurion / + . . .  
               : L’assemblée de Sichem marque un nouveau début du peuple élu. 
                          Des tribus très diverses, un ramassis de nomades 
                                se regroupent à cette occasion pour se donner une organisation unifiée 
                                                                                        et s’entr’aider 
                                                                                quand les circonstances l’exigent.  
                                                            Cette unité se fait à partir d’une foi commune en Yahvé. 
                                                    Chacun abandonne ses propres dieux 
                                                pour confesser sa foi en un même Dieu. 
                                            Vocation extraordinaire de ce peuple venu de rien
                                        dont l’unité n’est pas d’abord politique ou ethnique, 
                                   mais croyante et religieuse
                               Ainsi, le christianisme laisse chacun à son opinion politique 
                                                    et à ses racines humaines,
                                              et regroupe les hommes les plus différents
                                           autour de la même confession de foi
                                      Un même  baptême nous unit 
                                            et aucune allégeance n’est au-dessus de notre baptême 
                                                                   qui nous a été donné au nom du Seigneur…
 «  En ces jours-là,    Josué réunit
                 toutes les tribus d’Israël à Sichem
                       puis il appela les anciens d’Israël,  avec les chefs, les juges et les scribes ;  
                           ils se présentèrent devant Dieu.  
                              Josué dit alors à tout le peuple :   
                                 '' S’il ne vous plaît pas de servir le Seigneur,  
                                       choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir
                                                les dieux que vos pères servaient au-delà de l’Euphrate,  
                                                    ou les dieux des Amorites dont vous habitez le pays.  
                  Moi et les miens, nous voulons servir le Seigneur. ''
                         Le peuple répondit : 
                            '' Plutôt mourir que d’abandonner le Seigneur  pour servir d’autres dieux ! 
                                       C’est le Seigneur notre Dieu  qui nous a fait monter, 
                                      nous et nos pères,  du pays d’Égypte, cette maison d’esclavage ;  
                                          c’est lui qui, sous nos yeux, a accompli tous ces signes 
                                                     et nous a protégés tout le long du chemin 
                                                          que nous avons parcouru, chez tous les peuples 
                                                                              au milieu desquels nous sommes passés.  
                   Nous aussi, nous voulons servir le Seigneur
                                                                 car c’est lui notre Dieu.»
----------- 
  2-psaume 33 : 2-3, 16-17, 20-21, 22-23 (Ps 33 (34), ) 
               R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur ! (cf. Ps 33 : 9)

     —Je bénirai le Seigneur en tout temps,
           sa louange sans cesse à mes lèvres.
                Je me glorifierai dans le Seigneur :
              que les pauvres m’entendent 
                                            et soient en fête !

     —Le Seigneur regarde les justes,
          il écoute, attentif à leurs cris.
              Le Seigneur affronte les méchants
            pour effacer de la terre leur mémoire.

     —Malheur sur malheur pour le juste,
           mais le Seigneur chaque fois le délivre.
                Il veille sur chacun de ses os :
              pas un ne sera brisé.

     —Le mal tuera les méchants ;
           ils seront châtiés d’avoir haï le juste.
                 Le Seigneur rachètera ses serviteurs :
              pas de châtiment pour qui trouve en lui son refuge.
-----
4- Jean 6 : 60-69  « Seigneur, à qui irions-nous ? 
                                        Tu as les paroles de la vie éternelle »
«  En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement  
                       dans la synagogue de Capharnaüm.  
                             Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent :  
                                 '' Cette parole est rude !  Qui peut l’entendre ? ''
                                    Jésus savait en lui-même  que ses disciples récriminaient à son sujet.  
                     Il leur dit :  '' Cela vous scandalise ?  
                                Et quand vous verrez le Fils de l’homme 
                                         monter là où il était auparavant !...   
                                                  C’est l’esprit qui fait vivre
                                                             la chair n’est capable de rien.  
                                          Les paroles 
                                                 que je vous ai dites 
                                                           sont esprit  
                                                                           et elles 
                                                                  sont vie.  


                    Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. ''
                             Jésus savait en effet depuis le commencement 
                                     quels étaient ceux qui ne croyaient pas,  
                                              et qui était celui qui le livrerait.  
                      Il ajouta : 
                       '' Voilà pourquoi je vous ai dit  
                                   que personne ne peut venir à moi  
                                      si cela ne lui est pas donné par le Père. ''
           À partir de ce moment, 
                   beaucoup de ses disciples s’en retournèrent 
                                             et cessèrent de l’accompagner.  
                           Alors Jésus dit aux Douze :  
                                '' Voulez-vous partir, vous aussi ? ''
   Simon-Pierre lui répondit :  « Seigneur, à qui irions-nous ?  
                                                     Tu as les paroles 
                                                      de la vie éternelle.  


                        Quant à nous, nous croyons,  
                          et nous savons
                                    que tu es le Saint de Dieu. »
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mar 28 Aoû 2018 - 17:43


----mardi 28 août 2018  21e B Contre les hypnoses religieuses.  
1-2 Thessaloniciens 2 : 1-3a, 14-17 '' Gardez ferme les traditions 
                                                        que nous vous avons enseignées ''
2-psaume 95 : 10, 11-12a, 12b-13ab, 13bcd (Ps 95 (96), ) 
                                R/ Il vient, le Seigneur, il vient pour juger la terre. (cf. Ps 95 : 13)
-acclamation  Hébreux 4 : 12 Elle est vivante la Parole de Dieu;
                  elle agit avec puissance, pénétrant les intentions et les pensées du cœur alléluia.  
3- évangile Matthieu 23 : 23-26 Il fallait pratiquer ceci et me pas négliger cela.
4--bréviaire Jérémie 1 : 1-19 Vocation de Jérémie.
5-sermon de saint Jean Chrysostome sur le diable tentateur. Les chemins de la conversion.  
 - -
__________________________________________
1-2 Thessaloniciens 2 : 1-3a, 14-17 '' Gardez ferme les traditions 
                                                        que nous vous avons enseignées ''
--intro : Saint Paul traite de la venue prochaine du Christ :
                     il ne faut pas se laisser tromper 
                         et s’agiter sur le moment où elle se réalisera. 
              Par contre il faut tenir bon et persévérer 
                           dans la fidélité aux traditions venant des Apôtres.
 «  Frères, nous avons une demande à vous faire
              à propos de la venue de notre Seigneur Jésus Christ
                  et de notre rassemblement 
                                                     auprès de lui : 
           si l'on nous attribue une inspiration, 
              une parole ou une lettre 
                  prétendant que le jour du Seigneur est arrivé, 
                     n'allez pas aussitôt perdre la tête, 
                       ne vous laissez pas effrayer. 
                   Ne laissez personne vous égarer d’aucune manière.
                     Dieu vous a appelés par notre 
                                    proclamation de l’Évangile


                          pour que vous entriez en possession
                            de la gloire de notre Seigneur Jésus Christ.  

                              Ainsi donc, frères, 
                          tenez bon, 
                     et gardez ferme les traditions 
                   que nous vous avons enseignées
                soit de vive voix, 
              soit par lettre. 
                     Que notre Seigneur Jésus Christ lui-même, 
                          et Dieu notre Père qui nous a aimés 
                           et nous a pour toujours donné réconfort 
                             et bonne espérance 
                                                       par sa grâce, 
                              réconfortent vos cœurs
                                et les affermissent en tout 

                                  ce que vous pouvez faire et dire de bien. »
-------- 
2-psaume 95 : 10, 11-12a, 12b-13ab, 13bcd (Ps 95 (96), ) 
                                R/ Il vient, le Seigneur,
                            il vient pour juger la terre. (cf. Ps 95 : 13)

     —Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
          Le monde, inébranlable, tient bon.
              Il gouverne les peuples avec droiture.

     —Joie au ciel ! Exulte la terre !
          Les masses de la mer mugissent,
               la campagne tout entière est en fête.

     —Les arbres des forêts dansent de joie
          devant la face du Seigneur, car il vient,
              car il vient pour juger la terre.

     —Le Seigneur vient pour juger la terre. 
          Il jugera le monde avec justice,
                et les peuples selon sa vérité !
----------
3- évangile Matthieu 23 : 23-26 Il fallait pratiquer ceci et me pas négliger cela.
-intro : Jésus condamne avec sévérité 
               les déformations que les dirigeants du judaïsme ont fait subir 
                   à l’intention profonde de Dieu, lorsqu’il donnait sa Loi à Israël.
«   En ce temps-là, Jésus disait : 
             '' Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites
                     parce que 
                      vous payez la dîme sur la menthe, le fenouil et le cumin, 
                            mais vous avez négligé ce qui est
                              le plus important dans la Loi :
                               la justice
                                 la miséricorde 
                                       et la fidélité.
                     Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans négliger le reste. 
                              Guides aveugles ! 
                                 Vous filtrez le moucheron, et vous avalez le chameau ! 
                                  Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, 
                          parce que 
                           vous purifiez l’extérieur de la coupe et de l’assiette, 
                                mais l’intérieur est rempli de cupidité et d’intempérance !
                                       Pharisien aveugle,
                                          purifie d’abord l’intérieur de la coupe,
                                                 afin que l’extérieur aussi devienne pur. »
-------  
4--bréviaire Jérémie 1 : 1-19 Vocation de Jérémie.
--intro bréviaire : Jérémie reçoit presque malgré lui une vocation sévère. 
                               Encore n’en connaîtra-t-il que plus tard toutes les amertumes, 
                                 et reprochera-t-il à Dieu de ne pas tenir ses promesses d’assistance.  
                            Cela ne rend que plus admirable son héroïque fidélité,
                        presque seul contre tous, à sa mission. 
                   Mais Dieu donne la force et la compréhension à sa manière de faire  
                qui deviendra totale dans un cœur qui demeure confiant dévoué.
« Paroles de Jérémie, fils de Helkias,
            l’un des prêtres qui étaient à Anatoth, au pays de Benjamin.
                 La parole du Seigneur lui fut adressée au temps de Josias,
                       fils d’Amone, roi de Juda, 
                          la treizième année de son règne ;
                           puis au temps de Joakim, fils de Josias, roi de Juda, 
                               jusqu’à la fin de la onzième année de Sédécias, fils de Josias, roi de Juda, 
                                   jusqu’à la déportation de Jérusalem, au cinquième mois.
           La parole du Seigneur me fut adressée :
               '' Avant même de te façonner dans le sein de ta mère, 
                          je te connaissais ; 
                        avant que tu viennes au jour,
                              je t’ai consacré ; 
                        je fais de toi un prophète pour les nations. ''
               Et je dis : '' Ah ! Seigneur mon Dieu ! Vois donc : 
                                   je ne sais pas parler, je suis un enfant ! ''
                            Le Seigneur reprit : '' Ne dis pas :
                                      “Je suis un enfant !” 
                                  Tu iras vers tous ceux à qui je t’enverrai ; 
                               tout ce que je t’ordonnerai, tu le diras.
                                Ne les crains pas
                                   car je suis avec toi pour te délivrer – oracle du Seigneur. ''
                   Puis le Seigneur étendit la main 
                              et me toucha la bouche. Il me dit :
                                  '' Voici, je mets dans ta bouche mes paroles !
                                       Vois : aujourd’hui, je te donne autorité 
                                             sur les nations et les royaumes, 
                                               pour arracher et renverser, 
                                                 pour détruire et démolir,
                                                      pour bâtir et planter. ''
                       La parole du Seigneur me fut adressée : 
                                 '' Que vois-tu, Jérémie ? ''
                 Je dis : '' C’est une branche d’amandier que je vois. ''
                    Le Seigneur me dit : '' Tu as bien vu, 
                           car je veille sur ma parole
                                                            pour l’accomplir. ''

               Une deuxième fois, la parole du Seigneur me fut adressée :
           '' Que vois-tu ? ''
          Je dis : '' C’est un chaudron bouillonnant que je vois ; 
                                                    il s’ouvre depuis le nord. ''
                    Le Seigneur me dit :
                              '' Du nord, va déferler le malheur sur tous les habitants du pays.
                                         Voici, je convoque tous les clans des royaumes du nord 
                                                – oracle du Seigneur. 
                                              Ils arrivent, et chacun placera son trône 
                                             à l’entrée des portes de Jérusalem, 
                                          contre tous les remparts qui l’entourent 
                                      et contre toutes les villes de Juda.
                                  Je vais prononcer sur eux mes jugements
                             à cause de toute leur méchanceté
                        car ils m’ont abandonné
                   ils ont brûlé de l’encens pour d’autres dieux 
                 et se sont prosternés devant l’œuvre de leurs mains.
                     Toi, mets ta ceinture autour des reins 
                          et lève-toi, tu diras contre eux tout ce que je t’ordonnerai. 
                               Ne tremble pas devant eux, 
                                  sinon 
                              c’est moi qui te ferai trembler devant eux.
                                  Moi, je fais de toi aujourd’hui 
                                      une ville fortifiée,
                                       une colonne de fer,
                                         un rempart de bronze, 
                                            pour faire face à tout le pays, 
                                              aux rois de Juda et à ses princes, 
                                               à ses prêtres et à tout le peuple du pays.
                                                 Ils te combattront, 
                                                    mais ils ne pourront rien contre toi
                                                       car je suis avec toi 
                                                                           pour te délivrer 
                                                                                – oracle du Seigneur. »
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Jeu 30 Aoû 2018 - 19:41


---jeudi 30 août 2018  21e B Pour une sainteté en éveil 
1-1 Corinthiens 1 : 1-9 '' En lui vous avez reçu toutes les richesses ''
2-psaume 144 : 2-3, 4-5, 6-7 (Ps 144 (145), )
        R/ Mon Dieu, mon Roi, je bénirai ton nom,
                                  toujours et à jamais ! (Ps 144 : 1b)
-acclamation  Matthieu 24 : 42a, 44 Veillez, tenez-vous prêts :
                                    c’est à l’heure où vous n’y pensez pas
                                              que le Fils de l’homme viendra. Alléluia.
3-Matthieu 24 : 42-51 Tenez-vous prêts.
 4--bréviaire Jérémie 3 : 1-5, 19—4 : 4 C’est vers moi qu’il te faut revenir.
                                    « . . . Vous m’appellerez mon Père. . . Revenez fils apostats. . . »
5-Le Christ source de vie par saint Colomban Que celui qui a soif vienne à moi et qu’il boive.  
 - -
__________________________________________
1-1 Corinthiens 1 : 1-9 '' En lui vous avez reçu toutes les richesses ''
--intro : Comme d’autres épîtres,
           la 1ère aux Corinthiens s’ouvre par une adresse
                      et une action de grâce.
                Paul remercie Dieu,
                   spécialement pour l’abondance des charismes
                          ou grâces spirituelles dont les Corinthiens ont été gratifiés.
     « Paul, appelé par la volonté de Dieu
              pour être apôtre du Christ Jésus,
                 et Sosthène notre frère,
                    à l’Église de Dieu qui est à Corinthe,
                      à ceux qui ont été sanctifiés dans le Christ Jésus
                       et sont appelés à être saints
                                avec tous ceux qui, en tout lieu, invoquent
                                     le nom de notre Seigneur Jésus Christ,
                                            leur Seigneur et le nôtre.
                 À vous, la grâce et la paix, de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.
                         Je ne cesse de rendre grâce à Dieu à votre sujet,
                            pour la grâce qu’il vous a donnée dans le Christ Jésus ; 
              en lui vous avez reçu
                         toutes les richesses,

                      toutes celles de la parole et de la connaissance de Dieu.
                            Car le témoignage rendu au Christ s’est établi fermement parmi vous.
                              Ainsi, aucun don de grâce ne vous manque,
                                   à vous qui attendez de voir se révéler notre Seigneur Jésus Christ.
                                     C’est lui qui vous fera tenir fermement jusqu’au bout,
                                        et vous serez sans reproche au jour de notre Seigneur Jésus Christ.
                                           Car Dieu est fidèle, lui qui vous
                                  a appelés à vivre en communion avec son Fils,
                                                                                  Jésus Christ notre Seigneur. »
----------   
2-psaume 144 : 2-3, 4-5, 6-7 (Ps 144 (145), )
       R/ Mon Dieu, mon Roi, je bénirai ton nom,
                         toujours et à jamais ! (Ps 144 : 1b)


     —Chaque jour je te bénirai,
           je louerai ton nom toujours et à jamais.
                Il est grand, le Seigneur, hautement loué ;
            à sa grandeur, il n’est pas de limite.

     —D’âge en âge, on vantera tes œuvres,
           on proclamera tes exploits.
               Je redirai le récit de tes merveilles,
             ton éclat, ta gloire et ta splendeur.

     —On dira ta force redoutable ;
          je raconterai ta grandeur.
               On rappellera tes immenses bontés ;
            tous acclameront ta justice.
-------
3-Matthieu 24 : 42-51 Tenez-vous prêts.
--intro : Après l’annonce de la ruine de Jérusalem et de la fin du monde,
           plusieurs paraboles inculquent l’attitude à prendre
                   devant la crise grave qui s’annonce.
                       La parabole du voleur invite les disciples
                                    à la vigilance devant
                                      l’incertitude de l’heure du retour du Christ;
                       la parabole du serviteur vise les chefs de la communauté,
                                  qui doivent être fidèles et avisés.
    «   En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : 
           '' Veillez, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient.
                       Comprenez-le bien :
                             si le maître de maison avait su
                                 à quelle heure de la nuit le voleur viendrait,
                                    il aurait veillé et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison. 
                    Tenez-vous donc prêts, vous aussi :
                        c’est à l’heure où vous n’y penserez pas
                          que le Fils de l’homme viendra.                À 5'21'' pour la lecture
                                                     du jour: «Veillez, car...»

                            Que dire du serviteur fidèle et sensé
                              à qui le maître a confié la charge des gens de sa maison,
                                   pour leur donner la nourriture en temps voulu ? 
                        Heureux ce serviteur que son maître,
                     en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi !
                                      Amen, je vous le déclare : il l’établira sur tous ses biens. 
                                 Mais si ce mauvais serviteur se dit en lui-même :
                                         “Mon maître tarde”, 
                                             et s’il se met à frapper ses compagnons,
                                                s’il mange et boit avec les ivrognes,
                                                  alors quand le maître viendra,
                                                    le jour où son serviteur ne s’y attend pas
                                                      et à l’heure qu’il ne connaît pas,
                                               il l’écartera et lui fera partager le sort des hypocrites ;
                                                          là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.'' »
------------
4--bréviaire Jérémie 3 : 1-5, 19—4 : 4 C’est vers moi qu’il te faut revenir.
                                    « . . . Vous m’appellerez mon Père. . . Revenez fils apostats. . . »
--intro : Revenez à moi : tel est le seul appel de Dieu
                         à son peuple infidèle,
                                       la seule condition de son salut.
                       Reconnaître qu’on s’est trompé de chemin
                                        et revenir courageusement sur ses pas. 
                                  C’est déjà le sens profond de la repentance évangélique :
                                                      Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle.
«   Si un homme renvoie sa femme et qu’elle s’en aille de chez lui
              pour appartenir à un autre, peut-il encore revenir à elle ?
                    N’en serait-elle pas profanée, cette terre-là ?
                     Et toi, qui t’es prostituée à de nombreux amants,
                                     tu reviendrais à moi ! – oracle du Seigneur.
                              Lève les yeux vers les hauteurs et vois :
                                 en quel endroit ne t’es-tu pas livrée ?
                                   Pour eux, tu étais assise sur les chemins,
                                      comme un Arabe dans le désert,
                                         et tu as profané le pays par tes prostitutions et ta malice.
                        Aussi les averses ont-elles été retenues
                           et la pluie de printemps a-t-elle manqué.
                              Mais tu avais un front de prostituée et tu refusais d’en rougir.
                                 Encore maintenant, ne m’appelles-tu pas :
                                      '' Mon père, toi le guide de ma jeunesse !
                                             Gardera-t-il rancune à jamais ?
                                                Tiendra-t-il rigueur jusqu’à la fin ? ''
                                     Voilà ce que tu dis, puis tu commets le mal, et tu y réussis !
                                                Or moi, je m’étais dit :
                                                  '' Comment te placer au rang des fils
                                                         et te donner une terre désirable,
                                                             un splendide héritage,
                                                                toute la splendeur des nations ? ''
                                     Je disais : '' Tu m’appelleras “Mon père”,

                                   tu ne te détourneras plus de moi.
                                             Si tu reviens Israël – oracle du Seigneur –,
                                                   c’est à moi que tu reviendras.
                                              Si tu fais disparaître tes horreurs loin de ma face,
                                                           tu n’auras plus à errer.
                          Alors tu jureras par le Seigneur vivant,
                                  dans la vérité,
                                            le droit
                                         et la justice ;
                            et les nations se béniront en lui,
                                      en lui, elles se glorifieront.
                        Ainsi parle le Seigneur aux gens de Juda et à Jérusalem :
                            Défrichez pour vous ce qui est en friche,
                                                 ne semez pas dans les ronces !
                                        Soyez circoncis pour le Seigneur,
                                             enlevez le prépuce de votre cœur, gens de Juda
                                                                                 et habitants de Jérusalem,
                                                     de peur que ma colère n’éclate
                                                  comme un feu
                                                et ne brûle, sans personne pour l’éteindre,
                                            à cause de la malice de vos actes.  »
--------
5-Le Christ source de vie par saint Colomban
                                            Que celui qui a soif vienne
                                                               à moi et qu’il boive.  
«Frères, suivons notre vocation :
              à la source de la vie nous sommes appelés
               par la vie cette source est non seulement source de l'eau vive,
                       mais de la vie éternelle, source de lumière et de clarté.
                         D'elle en effet viennent toutes choses:
                      sagesse, vie et lumière éternelle.
                   L'auteur de la vie est la source de la vie,
                     le créateur de la lumière est la source de la clarté.
                      Aussi, sans regard pour les réalités visibles,
                         cherchons par-delà le monde présent,
                              au plus haut des cieux, la source de l'eau vive,
                          comme des poissons intelligents et bien perspicaces.
                                          Là nous pourrons boire l'eau vive qui jaillit pour la vie éternelle.
           Veuille me faire parvenir jusqu'à cette source,
             Dieu de miséricorde, Seigneur de bonté,
                et que là je puisse boire, moi aussi,
                        avec ceux qui ont soif de toi,
                           au courant vivant de la source vive de l'eau vive.
        Qu'alors, comblé de bonheur par cette grande fraîcheur,
            je me surpasse et demeure toujours près d'elle, en disant :
              '' Qu'elle est bonne, la source de l'eau vive;
                    elle ne manque jamais de l'eau qui jaillit pour la vie éternelle ! ''
         Ô Seigneur, tu es, toi, cette source
              qui est toujours et toujours à désirer,
                         et à laquelle il nous est toujours permis
                             et toujours nécessaire de puiser.
                                 Donne-nous toujours, Seigneur Jésus, cette eau,
                                    pour qu'en nous aussi
                                          elle devienne source d'eau qui jaillit pour la vie éternelle.
                             C'est vrai : je te demande beaucoup, qui le nierait ?
                                Mais toi, Roi de gloire, tu sais donner de grandes choses,
                                   et tu les as promises.
                                       Rien de plus grand que toi,
                                         et c'est toi-même que tu nous donnes ;
                                               c'est toi qui t'es donné pour nous.
                     Aussi est-ce toi que nous demandons,
                         afin de connaître ce que nous aimons,
                            car nous ne désirons rien recevoir d'autre que toi.
                               Tu es notre tout :
                                  notre vie,
                                    notre lumière
                                       et notre salut,
                                           notre nourriture
                                              et notre boisson,
                                                            notre Dieu.
                                                   Inspire nos cœurs, je t'en prie,
                                                   ô notre Jésus,
                                                            par le souffle de ton Esprit,
                                 blesse nos âmes de ton amour,
                                                 afin que chacun de nous puisse dire en vérité :
                                                                  Montre-moi celui que mon cœur aime,
                                                           car j'ai été blessé de ton amour.
               Je souhaite que ces blessures soient en moi, Seigneur.
                    Heureuse l'âme que l'amour blesse de la sorte :
                      celle qui recherche la source,

                                 celle qui boit
                                    et qui pourtant ne cesse d'avoir toujours soif tout en buvant,
                                                            ni de toujours puiser
                                                                   par son désir,
                                                          ni de toujours boire
                                                                        dans sa soif.
                                                      C'est ainsi que toujours elle cherche en aimant,
                                                   car elle trouve la guérison dans sa blessure.
                                               De cette blessure salutaire,
                                           que Jésus Christ, notre Dieu et notre Seigneur,
                                       bon médecin de notre salut,
                                   veuille nous blesser jusqu'au fond de l'âme.
                                À lui,
                         comme au Père
                     et à l'Esprit Saint,
                appartient l'unité pour les siècles des siècles. Amen.»
---------
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Ven 31 Aoû 2018 - 20:11


---vendredi 31 août 2018  21e B La Sagesse est amoureuse. 
1-1 Corinthiens 1 : 17-25 « Nous proclamons un Messie crucifié,
                                                                   scandale pour les Juifs.
                                                              Mais pour ceux que Dieu appelle,
                                                        il est sagesse de Dieu »
2-psaume 32 : 1-2, 4-5, 10-11 (Ps 32 (33), )
                           R/ Toute la terre, Seigneur,
                                    est remplie de ton amour. (cf. Ps 32 : 5b)
  -acclamation  Luc 21 : 36 Restez éveillés et priez en tout temps :
                   ainsi vous pourrez vous tenir debout devant le Fils de l’homme.
3- évangile Matthieu 25 : 1-13 Voici l’époux sortez à sa rencontre.
4--bréviaire Jérémie 4 : 5-8, 13-28. Menace de dévastation.  
5- commentaire de saint Jérôme sur le prophète Joël Revenez à moi.
 - -
_________________________________________
1-1 Corinthiens 1 : 17-25 « Nous proclamons un Messie crucifié,
                                                                   scandale pour les Juifs.
                                                              Mais pour ceux que Dieu appelle,
                                                        il est sagesse de Dieu »
--intro : Si les Juifs sont en quête de signes,
             les Grecs de sagesse humaine,
                    Paul a prêché le mystère de la Croix,
                        qui est scandale pour les Juifs
                                         et folie pour les Grecs.
                             Mais, pour les croyants,
                                 la Sagesse de Dieu confond
                                       la sagesse des hommes.
«  Frères, le Christ ne m’a pas envoyé pour baptiser,
          mais pour annoncer l’Évangile,
                  et cela sans avoir recours au langage de la sagesse humaine,
                    ce qui rendrait vaine la croix du Christ.
                         Car le langage de la croix est folie pour ceux qui vont à leur perte,
                            mais pour ceux qui vont vers leur salut,
                                  pour nous, il est puissance de Dieu
               L’Écriture dit en effet :
                     Je mènerai à sa perte la sagesse des sages,
                             et l’intelligence des intelligents, je la rejetterai. 
                                Où est-il, le sage ?
                                 Où est-il, le scribe ?
                                   Où est-il, le raisonneur d’ici-bas ?
                La sagesse du monde, Dieu ne l’a-t-il pas rendue folle ?
                     Puisque, en effet,
                                   par une disposition
                                           de la sagesse de Dieu

                         le monde, avec toute sa sagesse,
                              n’a pas su reconnaître Dieu,
            il a plu à Dieu de sauver les croyants
                          par cette folie qu’est la proclamation de l’Évangile.
   Alors que les Juifs réclament des signes miraculeux,
                 et que les Grecs recherchent une sagesse,
                        nous, nous proclamons un Messie crucifié,
                                scandale pour les Juifs,
                                               folie pour les nations païennes.
                               Mais pour ceux que Dieu appelle,
                                    qu’ils soient Juifs
                                                 ou Grecs,
                     ce Messie, ce Christ,
                               est puissance de Dieu
                                                       et sagesse de Dieu.
                                   Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes,
                                      et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes.  »
---------
2-psaume 32 : 1-2, 4-5, 10-11 (Ps 32 (33), )
                            R/ Toute la terre, Seigneur,
                        est remplie de ton amour. (cf. Ps 32 : 5b)

     —Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes !
           Hommes droits, à vous la louange !
                 Rendez grâce au Seigneur sur la cithare,
             jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.

     —Oui, elle est droite,
                             la parole du Seigneur ;

           il est fidèle en tout ce qu’il fait.
               Il aime le bon droit et la justice ;
            la terre est remplie de son amour.

     —Le Seigneur a déjoué les plans des nations,
          anéanti les projets des peuples.
                Le plan du Seigneur demeure pour toujours,
            les projets de son cœur subsistent d’âge en âge.
------
3- Matthieu 25 : 1-13 Voici l’époux sortez à sa rencontre.
--intro : La parabole des dix jeunes filles
               est une nouvelle invitation à la vigilance.
                      Malgré le retard du Christ, l’Époux,
                             l’Église doit passer le temps de la vie
                              présente à veiller dans l’attente de la venue du Seigneur.
«  En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole :
           '' Le royaume des Cieux sera
                      comparable à dix jeunes filles invitées à des noces,
                           qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux.
                 Cinq d’entre elles étaient insouciantes,
                   et cinq étaient prévoyantes :
                               les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile,
                                 tandis que les prévoyantes avaient pris,
                                                   avec leurs lampes, des flacons d’huile

                   Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. 
                             Au milieu de la nuit, il y eut un cri :
                                 “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.” 
        Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent
                et se mirent à préparer leur lampe. 
                          Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes :
                                  “Donnez-nous de votre huile,
                                       car nos lampes s’éteignent.”
                           Les prévoyantes leur répondirent :
                                   “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous,
                                       allez plutôt chez les marchands
                                              vous en acheter.”                               
                                                                                             / --L'amour ne                                                                    s'achète pas... /
            Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva.
                  Celles qui étaient prêtes entrèrent
                                      avec lui dans la salle des noces,
                                          et la porte fut fermée. 
                  Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent :
                            “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !” 
                                   Il leur répondit :
                                        “Amen, je vous le dis :
                                                je ne vous connais pas.”
     Veillez donc, car
                      vous ne savez
                                      ni le jour
                                         ni l’heure. »
------
4--bréviaire Jérémie 4 : 5-8, 13-28. Menace de dévastation. 
--intro : Une terrible invasion étrangère inaugure le châtiment de Juda.
            Le prophète qui a mission de l’annoncer
                    ne reste pas de marbre devant les souffrances de son peuple :
                         il y prend part de tout son être.
« Annoncez-le en Juda, dans Jérusalem faites-le entendre,
           dites : '' Sonnez du cor dans le pays ! ''
                         Criez à pleine voix,
                dites : '' Rassemblez-vous ! Entrons dans les villes fortifiées ! ''
      Vers Sion levez l’étendard,
             cherchez un refuge,
                  ne vous arrêtez pas,
                     car c’est le malheur que je fais venir du nord,
                            et un grand désastre.
    Le lion monte de son fourré,
           le destructeur des nations se met en route ;
                  il sort de chez lui pour réduire ton pays en un lieu désolé :
                        tes villes seront ruinées, vidées de leurs habitants.
               À cause de cela, revêtez-vous de toile à sac,
                      lamentez-vous et gémissez,
                          car l’ardente colère du Seigneur ne s’est pas détournée de nous !
                               Le voici qui monte comme les nuages ;
                                     ses chars sont pareils à l’ouragan,
                                        et ses chevaux, plus vifs que les aigles.
                                       Malheur à nous, car nous sommes dévastés !
                                   Lave ton cœur de tout mal, Jérusalem,
                              afin d’être sauvée !
                  Combien de temps encore accueilleras-tu
                         en toi des pensées malfaisantes ?
                             Oui, une voix l’annonce depuis Dane ;
                                                                     depuis la montagne d’Éphraïm,
                                                                                        elle publie le malheur.
                                               Répétez-le aux nations, publiez-le contre Jérusalem :
                                                   des assaillants arrivent d’un pays lointain,

                                                           ils élèvent la voix contre les villes de Juda.
                                            Comme les gardiens d’un champ, ils sont là,
                                         tout autour de Jérusalem,
                                    car elle s’est révoltée contre moi
                               – oracle du Seigneur.
                            Ta conduite et tes actes t’ont valu cela :
                       Voilà ton malheur.
                   Ah, quelle amertume ! Elle te frappe en plein cœur.
               Oh ! Mes entrailles ! Mes entrailles !
                         Au fond de moi, je me tords de douleur.
                             Mon cœur gémit en moi, je ne peux pas me taire.
                                  Ô mon âme, tu as entendu l’appel du cor, le cri de guerre.
                                     On proclame désastre sur désastre,
                                        car tout le pays est dévasté.
                                          Soudain, mes tentes sont dévastées,
                                                    ainsi que mes abris, en un instant.
               Combien de temps verrai-je l’étendard,
                                        entendrai-je l’appel du cor ?
                                Oui, mon peuple est fou :
                                       ils ne me connaissent pas.
                                          Ce sont des enfants stupides :
                                             ils n’ont pas de discernement.
                     Ils sont sages pour faire le mal,
                          mais ne savent pas faire le bien.
                             Je regarde la terre, et voici :
                                   c’est un chaos ;
                                le ciel : il a perdu sa lumière.        
               Je regarde les montagnes,
                            et voici : elles tremblent
                               toutes les collines sont secouées.
                        Je regarde, et voici qu’il n’y a plus d’hommes,
                                                   tous les oiseaux du ciel ont fui.
                          Je regarde, et voici que le verger est un désert,
                                 toutes les villes sont détruites devant le Seigneur,
                                                                       devant l’ardeur de sa colère.
                                   Ainsi parle le Seigneur :
                                          Toute la terre sera désolée,
                                         mais je n’en
                                       ferai pas l’extermination.    / Implore:


                              Aussi la terre sera-t-elle en deuil,
                                          et là-haut, le ciel s’obscurcira.
                                             Puisque je l’ai dit et décidé,
                                                 je n’y renoncerai pas,
                                                       je ne reviendrai pas en arrière.   »
--------   
5- commentaire de saint Jérôme sur le prophète Joël.
                                                                          Revenez à moi.
«   Revenez à moi de tout votre cœur
             et manifestez votre pénitence par le jeûne, les larmes et le deuil ;
                   si vous jeûnez maintenant, plus tard vous serez rassasiés ;
                    si vous pleurez maintenant, plus tard vous rirez;
                     si vous êtes dans le deuil maintenant, plus tard vous serez consolés.
          Il est d'usage de déchirer ses vêtements dans la tristesse et devant les oppositions.
            L'Évangile a rapporté
                le fait chez le grand prêtre
                           qui voulait souligner le crime du Sauveur.
                     Nous lisons que Paul et Barnabé en ont fait autant
                           lorsqu'ils ont entendu des paroles blasphématoires.
                                 Aussi je vous prescris de
                                           ne pas déchirer vos vêtements,
                                          mais vos cœurs :
                                    comme des outres qui,
                                         si elles ne sont pas déchirées,
                                                       éclatent d'elles-mêmes.
                            Lorsque vous aurez fait cela, revenez au Seigneur votre Dieu,
                                  dont vos péchés vous avaient éloignés ;
                                      ne désespérez pas du pardon,

      quelle que soit l'énormité de vos crimes,
          car une grande miséricorde effacera de grands péchés.
                 En effet, le Seigneur est bon et miséricordieux,
                          préférant à la mort le repentir des péchés,
                        il est patient et riche en miséricorde;
                                il n'imite pas l'impatience des hommes,
                            mais il attend longuement notre repentir ;
                        il est prêt à arrêter le mal ou à s'en repentir.
                    C'est-à-dire que si nous nous repentons de nos péchés,
                 lui-même se repentira de ses menaces
              et ne nous infligera pas les maux
                                        dont il nous avait menacés ;
                             si nous changeons d'avis,
                                        lui aussi en changera.
                       Ce mal que nous devons accepter ici
                               n'est pas celui qui s'oppose à la vertu,
                                        mais l'affliction au sujet de laquelle nous lisons ailleurs :
                                            À chaque jour suffit sa peine.
                                       Et aussi :
                                                Arrive-t-il un malheur dans une ville,
                                                             sans que le Seigneur l'ait causé?
              Joël avait dit plus haut :
                       le Seigneur est bon et miséricordieux,
                       patient et riche en miséricorde,
                             prêt à arrêter le mal et s'en repentir.
               Mais, pour que cette grande clémence
                               ne nous rende pas négligents,
                            il ajoute
                               dans ce texte prophétique :
                                   Qui sait ?
                                      il pourrait revenir,
                                       il pourrait renoncer au châtiment
                                        et nous combler de ses bienfaits.
                           Moi, dit-il, je vous exhorte de mon mieux à la pénitence,
                                           et je sais que la clémence de Dieu est inexprimable.
                                                 Comme l'a dit David:
                               Pitié pour moi, mon Dieu, dans ta grande miséricorde;
                                                         dans l'abondance de tes pardons,
                                                            efface mes péchés.
                   Mais, parce que nous ne pouvons pas connaître
                               la profondeur des richesses de la sagesse et de la science de Dieu,
                                   je modère mon affirmation et je souhaite plus que je ne présume,
                                             en disant :
                                                     Qui sait? il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment.
                                                Ce ''qui sait'' doit être compris
                                                            comme désignant une chose impossible ou difficile.
                                              Un sacrifice et une libation au Seigneur notre Dieu.
                                         Cela signifie que lorsque
                                                     le Seigneur nous aura comblés de ses bienfaits
                                                                      et nous aura pardonné nos péchés,
                                                                           nous pourrons offrir à Dieu des sacrifices. »
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Dim 2 Sep 2018 - 20:18


---dimanche 2 septembre 2018  22e B
                   -Deutéronome : Mettez en pratique
                                                  dans le sens que Dieu l’a enseigné dans la Loi.
                  -épître de Jacques : Secourir les nécessiteux dans le pain quotidien
                                                   et se garder purs au milieu du monde :
                                                                telle est la pratique des  
                                                                       commandements pour plaire à Dieu.      
                  -évangile de Marc: les desseins pervers
                                           naissent dans des cœurs obnubilés d'hommes mauvais.
1-Deutéronome 4 : 1-2, 6-8   « Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ordonne…
                                                          vous garderez les commandements du Seigneur »
2-psaume 14 : 2-3a, 3bc-4ab, 4d-5 (Ps 14 (15), )
                      R/ Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? (Ps 14 : 1a)
3-Jacques 1 : 17-18, 21b-22, 27 « Mettez la Parole en pratique »
        -acclamation  Jacques 1 : 18
                                         C’est lui qui par sa volonté 
                                                      nous a engendrés
                                         par la parole de la vérité ;
                                           afin que nous fussions comme
                                    les prémices de ses créatures.Alléluia.
4- évangile Marc 7 : 1-8, 14-15, 21-23  '' Vous laissez de côté le commandement de Dieu,
                                                                      pour vous attacher à la tradition des hommes ''
5-bréviaire Jérémie 11 : 18—12 : 13 Inquiétude du prophète. 
6-sermon de saint Augustin sur le psaume 74 Le Christ est mort pour nous pécheurs.
 - -
_________________________________________
1-Deutéronome 4 : 1-2, 6-8   « Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ordonne…
                                                          vous garderez les commandements du Seigneur »
--intro :  Deviens ce que le Seigneur exige de toi,
                   ainsi quand tu l’invoqueras il sera près de toi.
    «Moïse disait au peuple :
              '' Maintenant, Israël, écoute les décrets
                              et les ordonnances 
                                 que je vous enseigne pour que
                                        vous les mettiez en pratique.
                           Ainsi vous vivrez,
                                 vous entrerez,
                                   pour en prendre possession, 
                                    dans le pays que vous donne le Seigneur, le Dieu de vos pères. 
                                      Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ordonne, 
                                                                             et vous n’y enlèverez rien, 
                                          mais vous garderez les commandements
                                                                             du Seigneur votre Dieu 
                                                 tels que je vous les prescris

                                                     Vous les garderez, vous les mettrez en pratique ;
                                                        ils seront votre sagesse et votre intelligence 
                                                            aux yeux de tous les peuples
                                         Quand ceux-ci entendront parler de tous ces décrets,
                                               ils s’écrieront :  ‘Il n’y a pas un peuple sage et intelligent
                                                    comme cette grande nation !’  
                                             Quelle est en effet la grande nation 
                                                    dont les dieux soient aussi proches 
                                                         que le Seigneur notre Dieu est proche de nous
                                                            chaque fois que nous l’invoquons ?  
                                             Et quelle est la grande nation 
                                                     dont les décrets et les ordonnances soient aussi justes 
                                                                que toute cette Loi que je vous donne aujourd’hui ? » 
-------
2-psaume 14 : 2-3a, 3bc-4ab, 4d-5 (Ps 14 (15), )
                      R/ Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? (Ps 14 : 1a)

     —Celui qui se conduit parfaitement, 
          qui agit avec justice
                et dit la vérité selon son cœur.
             Il met un frein à sa langue.

     —Il ne fait pas de tort à son frère
         et n’outrage pas son prochain.
              À ses yeux, le réprouvé est méprisable
           mais il honore les fidèles du Seigneur.

     —Il ne reprend pas sa parole.
           Il prête son argent sans intérêt, 
               n’accepte rien qui nuise à l’innocent.
            Qui fait ainsi demeure inébranlable.
-------
3-Jacques 1 : 17-18, 21b-22, 27 « Mettez la Parole en pratique »
--intro : Ce texte pourrait servir d’instruction à toute liturgie de la Parole.
             Il faut accueillir cette dernière,
                      comme la terre accueille le grain qui va le féconder (verset 21).
                  Il faut l’emporter au long des heures de la semaine.
                        Elle nous apprendra à
                                 rendre au Père
                           le vrai culte,
                                  celui qui se célèbre en voyage,
                                       à la maison, à la croisée des chemins
                           et partout et en toute heure,
                                 l'exercice à la charité née de l’obéissance à sa Parole.  
     «Mes frères bien-aimés,
          les présents les meilleurs,
             les dons parfaits,
               proviennent tous d’en haut, 
                 ils descendent d’auprès du Père des lumières,
                        lui qui n’est pas, comme les astres,
                     sujet au mouvement périodique ni aux éclipses. 
                     C’est lui qui par sa volonté nous a engendrés par la parole de la vérité ;
                                    afin que nous fussions comme les prémices de ses créatures.
                           Accueillez dans la douceur
                             la Parole semée en vous ;

                            c’est elle
                                     qui peut sauver vos âmes.  
                               Mettez la Parole en pratique
                                 ne vous contentez pas de l’écouter : 
                                   ce serait vous faire illusion.
                 Devant Dieu notre Père
                  le comportement religieux pur et sans souillure,
                            c’est de visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse,
                                                     et de se garder sans tache au milieu du monde.   »
--------
4- Marc 7 : 1-8, 14-15, 21-23  '' Vous laissez de côté le commandement de Dieu,
                                                                      pour vous attacher à la tradition des hommes ''
--intro : cfé La Bible du dimanche
                 22e semaine B, éd. du Cerf / éd. du Centurion:
            Aujourd'hui encore des schémas formalistes
                   dictent nos appréciations religieuses :
                      l'habit fait le moine. L'homme religieux serait un être à part,
                         à la vie encombrée de rites,
                           d'obligations gratuites,
                             de pratiques et d'interdits exté­rieurs.
                       Ainsi pensaient les Pharisiens,
                         et, probablement, une bonne partie de la communauté primitive,
                                        celle qui était issue du judaïsme,
                                           scandalisée par les libertés que prenaient
                                              les premiers chrétiens convertis du paganisme.
                              Les Prophètes n'avaient pas été tendres
                           envers cette sclérose de la religion véritable.
                      Mais, à l'ombre de la vie de l'Église,
                       ces conflits prenaient une importance vitale :
                         avait-on le droit d'imposer
                           ces fardeaux inutiles
                               à des gens qui n'avaient pas été élevés dans le judaïsme ?
              Ces pratiques trop humaines (Isaïe) les rebutaient.
                    Laisser ces traditions annexer le christianisme,
                              c'était pour l'Église fermer les portes et non les ouvrir.
                                       C'est pourquoi Jésus prend soin d'expliquer au peuple
                                            que la corruption ne vient pas du dehors,
                                                    mais du cœur de l'homme.
                                                             Ce qui souille l'homme,
                                                 ce n'est ni la bonne chère,
                                     ni les choses trop extérieures des apparats,
                                                  mais son imagination perverse.
        « En ce temps-là, les pharisiens et quelques scribes,
                 venus de Jérusalem, 
                   se réunissent auprès de Jésus,
                     et voient quelques-uns de ses disciples
                        prendre leur repas  avec des mains impures,
                           c’est-à-dire non lavées.    – Les pharisiens en effet,
                                                                   comme tous les Juifs,
                                                           se lavent toujours soigneusement les mains
                                                 
                                                       avant de manger, 
                                                     par attachement à la tradition des anciens ; 
                                                  et au retour du marché,  ils ne mangent pas
                                               avant de s’être aspergés d’eau, 
                                           et ils sont attachés encore par tradition 
                                        à beaucoup d’autres pratiques :
                                                   lavage de coupes,
                                                                 de carafes
                                                                   et de plats. 
           Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus :
                '' Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas  la tradition des anciens ?
                    Ils prennent leurs repas avec des mains impures. ''
            Jésus leur répondit :
                              '' Isaïe a bien prophétisé à votre sujet,
                                     hypocrites,  ainsi qu’il est écrit
                                         Ce peuple m’honore des lèvres,
                    mais son cœur est loin de moi.
                                         C’est en vain qu’ils me rendent un culte
                                                  les doctrines qu’ils enseignent  ne sont que des préceptes humains.
                 Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu, 
                     pour vous attacher à la tradition des hommes. ''
   Appelant de nouveau la foule,
           il lui disait :
             '' Écoutez-moi tous, et comprenez bien. 
                   Rien de ce qui est extérieur à l’homme 
                       et qui entre en lui 
                          ne peut le rendre impur.
                               Mais ce qui sort de l’homme,
                                   voilà ce qui rend l’homme impur. ''
                  Il disait encore à ses disciples,
                        à l’écart de la foule :
                              '' C’est du dedans, du cœur de l’homme,

                         que sortent les pensées perverses :
                                       inconduites,
                                                vols,
                                              meurtres, 
                                                 adultères,
                                                    cupidités,
                                                      méchancetés, 
                                                             fraude,
                                                               débauche,
                                                                   envie, 
                                                               diffamation,
                                                          orgueil et démesure.   
                                           Tout ce mal vient du dedans, 

                                           et rend l’homme impur. »
------
6-sermon de saint Augustin sur le psaume 74 Le Christ est mort pour nous pécheurs.
  « Notre vie est réussie pourvu que nous pratiquions
                ce que nous entendons
                                            et chantons.
           Entendre, c'est ensemencer ;
            pratiquer, c'est faire porter du fruit à la semence. ~
                                                     


                                                                                               
        J'en avais déjà précédemment averti votre charité :
          n'entrez pas à l'église sans porter du fruit,
           ce qui arrive lorsque l'on entend des paroles aussi bonnes sans agir bien. ~
             Car, ainsi que dit l'Apôtre,
          c'est par sa grâce que nous sommes sauvés ;

                    cela ne vient pas de nos actes,
                      il n'y a pas de quoi s'en vanter ;

                        oui, c'est par sa grâce que nous sommes sauvés.
            Cela n'a pas été précédé par une vie méritoire
                   que Dieu aurait aimée, et qui lui aurait fait dire :
                         Venons en aide à ces hommes, car ils mènent une vie excellente.
                               Notre vie lui déplaisait,
                                  tout ce que nous faisions lui déplaisait,
                                     mais non pas ce que lui-même a fait en nous.
                    Par conséquent, il condamnera ce que nous avons fait,
                                      et il sauvera ce que lui-même a fait. ~
                                 Donc, nous n'étions pas bons.
                               Et Dieu a eu pitié de nous ;
                             il a envoyé son Fils, qui mourrait
                                                        non pour des bons mais pour des méchants,
                                                      non pour des justes mais pour des impies.
                                                 En effet, le Christ est mort pour des impies.
                                             Et quelle est la suite du texte ?
                                      Accepter de mourir pour un homme juste,
                                         c'est déjà difficile, peut-être donnerait-on sa vie pour un homme de bien.
                           On peut trouver peut-être quelqu'un
                                 qui ait le courage
                                          de mourir pour un homme de bien.
                       Mais pour un injuste,
                             pour un impie,
                                pour un criminel,
                                   qui donc voudrait mourir, sinon le Christ seul,
                                    lui qui est tellement juste
                                                          qu'il justifie même les injustes ?
             Nous n'avions donc, mes frères,
                    aucune œuvre bonne ;
                       toutes nos œuvres étaient mauvaises.
                          Alors que les hommes agissaient ainsi,
                             la miséricorde de Dieu ne les a pas abandonnés. ~
            Et Dieu a envoyé son Fils pour qu'il nous rachète,
                    non à prix d'or ou d'argent,
                      mais au prix de son sang répandu.
           Il a été l'agneau sans tache conduit à l'abattoir
                      pour les brebis tachées (si du moins elles étaient seulement tachées
                                                                                   et non pas profondément viciées !)
                                                                   Nous avons donc reçu cette grâce.
                                                        Vivons d'une manière qui en soit digne,
                                                       pour ne pas lui faire injure.
                                                    Un si grand médecin est venu à nous,
                                                  il a fait partir tous nos péchés.
                                                Si nous voulons retomber malades,
                                              nous nuirons à nous-mêmes,
                                     et en outre nous serons ingrats envers le médecin.
                 Suivons donc ses chemins,
                     ceux qu'il nous a montrés,
                        surtout le chemin d'humilité qu'il est devenu pour nous.
                           En effet, il nous a montré le chemin de l'humilité
                                                                        par ses enseignements,
                                                         et il l'a réalisé en souffrant pour nous. ~
                                    Le Verbe s'est fait chair

                                                et a fait sa demeure parmi nous
                                                           afin de pouvoir mourir,
                                                         lui qui ne pouvait pas mourir.
                                                       L'immortel a adopté la mortalité
                                                   afin de mourir pour nous et,
                                                         par sa mort, de tuer notre mort.
                    Voilà ce que le Seigneur a fait,
                              ce qu'il nous a donné.
                        Grand, il s'est abaissé ;
                                      abaissé, il a été tué ;
                                tué, mais aussi ressuscitant
                                   et élevé dans les hauteurs,
                                      afin de ne pas nous abandonner,
                                                  morts, au séjour des morts.
                          Il voulait au contraire nous faire monter en lui,
                             lors de la résurrection des morts,
                                 nous que, naguère, il a fait monter
                                            en nous donnant la foi
                                et la profession de foi qui rendent justes.
                        Donc, il nous a enseigné le chemin de l'abaissement.
                  Si nous gardons ce chemin,
                           nous rendrons grâce au Seigneur,
                                    car ce n'est pas sans motif que nous chantons :
                        Nous te rendrons grâce, Seigneur,
                                     nous te rendrons grâce,
                                         et nous invoquerons ton nom.  »


Dernière édition par Bryand le Mer 5 Sep 2018 - 14:49, édité 1 fois
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mar 4 Sep 2018 - 19:33


Un nouveau cycle liturgique commence: le 4e soit celui de 4/4,
            qui se prolongera jusqu'à la fin novembre.
Nous entrons dans l'évangile de Luc, que l'on nomme l'Évangile de l'Esprit,
ou encore l'évangile de la miséricorde.
Bref commentaire pour débuter cette période:  Luc, historien:
cfé: Missel de la semaine:
                 «   L'évangile selon saint Luc
                            constitue un premier essai pour écrire,
                               à l'aide de la prédication apostolique,
                                   une histoire de l’œuvre de Jésus.
                    Avec les Actes des Apôtres, second tome de son œuvre,
           Luc a laissé aussi une histoire des origines du christianisme.
                       Le troisième évangile
                           relate fidèlement les faits et enseignements de Jésus,
                               tels qu'ils ont été transmis par la tradition primitive.
                   Mais l'auteur les ordonne de manière à composer un cadre biographique.
                        En plus d'un évangile de l'enfance propre à saint Luc,
                         on notera l'importance de la montée à Jérusalem
                           (à partir de 9: 51 que nous trouverons au mardi de la 26e semaine),
                 contenant tout un enseignement particulier,
                   dont les paraboles de la miséricorde.
                      Luc aime souligner le rôle de la prière dans l’œuvre de Jésus,
                         il relate la place des saintes femmes
                               dans le déroulement des faits évangéliques,
                                   et, en vrai disciple de saint Paul,
                                      il mentionne volontiers l'action de l'Esprit Saint.
                    En de nombreuses pages,
                                 le lecteur est saisi par le charme de son récit :
                                    comme par exemple dans la narration de l'apparition de Jésus
                                                   aux disciples d'Emmaüs (Luc 24: 13-35). »
                                                                                                                À suivre
  Lundi et mardi:
  ---lundi 3 septembre 2018  22e B –Aujourd’hui s’accomplit… 
1-1 Corinthiens 2 : 1-5 Je n’ai voulu connaître d’autre que Jésus Christ,
                                                                                      un Messie crucifié.
2-psaume 118 :  97-98, 99-100, 101-102 (Ps 118 (119), )
         R/ De quel amour, Seigneur, j’aime ta loi ! (Ps 118 : 97a)
-acclamation  Luc 4 : 18 L’Esprit du Seigneur est sur moi il m’a envoyé
                                                porter la bonne nouvelle aux pauvres alléluia.
3- évangile Luc 4 : 16-30 '' Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres.
                           Aucun prophète
                             ne trouve un accueil
                         favorable dans son pays »
4--bréviaire Jérémie 19 : 1-5, 10—20 : 6 La jarre brisée. Je brise ce peuple
                                                                                      comme on brise l’œuvre du potier.
5-De l’Imitation de Jésus Christ «Je vous ai envoyé mes serviteurs les prophètes»
 - -
_________________________________________

---mardi 4 septembre 2018  22e B –    Des spirituels. 
1-1 Corinthiens 2 : 10-16 « L’homme, par ses propres forces,
                                     ne peut pas saisir

                    ce qui vient de l’Esprit de Dieu. »
2-psaume 144 :  8-9, 10-11, 12-13ab, 13cd-14 (Ps 144 (145),)
                   R/ Le Seigneur est juste en toutes ses voies. (Ps 144 : 17a)
-acclamation  Luc 7 : 16 Un grand prophète s’est levé parmi nous,
                                                     et Dieu a visité son peuple. Alléluia.
3- évangile Luc 4 : 31-37 Je sais fort bien qui tu es : le Saint de Dieu.
4--bréviaire Jérémie 20 : 7-18 « Confession » de Jérémie
5-- -+ De l’Imitation de Jésus Christ «J’espère en ta parole»
 - -
_________________________________________
--Quelques réflexions sur Jérémie antérieurement via le poste:
               https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t41240p390-la-bonne-nouvelle-du-christ-annoncee-a-tous-les-peuples#432894
___________________________________________________________
1-1 Corinthiens 2 : 10-16 '' L’homme, par ses propres forces,
                                                  ne peut pas saisir
                                                     ce qui vient
                                de l’Esprit de Dieu. ''
--intro : Il existe à Corinthe des factions dans l’Église.
                  L’Apôtre affirme d’abord que
                  seul l’homme éclairé par l’Esprit de Dieu
                         peut percevoir les réalités divines,
                          car c’est par son Esprit
                               que Dieu se fait connaître.
  « Frères, l’Esprit scrute le fond de toutes choses,
              même les profondeurs de Dieu. 
            Qui donc, parmi les hommes,
                  sait ce qu’il y a dans l’homme,
                     sinon l’esprit de l’homme qui est en lui ?
              De même, personne ne connaît ce qu’il y a en Dieu,
                   sinon l’Esprit de Dieu.

                  Or nous, ce n’est pas l’esprit du monde
                                   que nous avons reçu,
                            mais l’Esprit qui vient de Dieu,
                              et ainsi nous avons conscience
                                         des dons que Dieu nous a accordés.
                      Nous disons cela avec un langage
                           que nous n’apprenons pas de la sagesse humaine,
                               mais que nous apprenons de l’Esprit ;
                            nous comparons entre elles les réalités spirituelles.  
                                   L’homme, par ses seules capacités,
                               n’accueille pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu ;
                         pour lui ce n’est que folie,
                      et il ne peut pas comprendre,
                 car c’est par l’Esprit qu’on examine toute chose. 
         Celui qui est animé par l’Esprit soumet tout à examen,
          mais lui, personne ne peut l’y soumettre.
              Car il est écrit : Qui a connu la pensée du Seigneur
                                               et qui pourra l’instruire ?
                           Eh bien nous, nous avons la pensée du Christ !   »
-------
3- Luc 4 : 31-37 Je sais fort bien qui tu es :
                                         le Saint de Dieu.
--intro : Une journée de Jésus à Capharnaüm :
                   il enseigne avec autorité à  la synagogue,
                         puis guérit un possédé.

                     Les spectateurs sont saisis de stupeur
                                   devant sa parole et sa puissance.
«  En ce temps-là,  Jésus descendit à Capharnaüm,
          ville de Galilée, et il y enseignait, le jour du sabbat. 
           On était frappé par son enseignement
           car sa parole était pleine d’autorité.
              Or, il y avait dans la synagogue un homme possédé
                                            par l’esprit d’un démon impur,
                                      qui se mit à crier d’une voix forte : 
                              '' Ah ! que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?
                          Es-tu venu pour nous perdre ?
                      Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu.  ''
              Jésus le menaça : '' Silence !
                             Sors de cet homme. ''


            Alors le démon projeta l’homme en plein milieu
                            et sortit de lui sans lui faire aucun mal.
                  Tous furent saisis d’effroi et ils se disaient entre eux :
            '' Quelle est cette parole ?
        Il commande avec autorité                      / Il commande
                                         et cela s'accomplit!


 et puissance
              aux esprits impurs,
                             et ils sortent ! ''
                  Et la réputation de Jésus
        se propageait dans toute la région.  »
----------
4--bréviaire Jérémie 20 : 7-18 « Confession » de Jérémie
--intro : Au comble de l’angoisse,
               Jérémie désespère de la vie de sa maison.
                       Mais un feu dévorant,
                           plus fort que lui,
                  le maintient à son poste.
« Seigneur, tu m’as séduit, et j’ai été séduit ;
                     tu m’as saisi, et tu as réussi.
                  À longueur de journée je suis exposé à la raillerie,
                           tout le monde se moque de moi.
                               Chaque fois que j’ai à dire la parole,
                                     je dois crier, je dois proclamer :
                                                '' Violence et dévastation ! ''
                    À longueur de journée,
                       la parole du Seigneur attire sur moi l’insulte et la moquerie.
                            Je me disais :
                               '' Je ne penserai plus à lui,
                                   je ne parlerai plus en son nom. ''
                              Mais elle était comme un feu brûlant
                                           dans mon cœur,
                         elle était enfermée dans mes os.
                                      Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir.
                                         J’entends les calomnies de la foule :
                                            '' Dénoncez-le ! Allons le dénoncer, celui-là,
                                                  l’Épouvante-de-tous-côtés. ''
                           Tous mes amis guettent mes faux pas, ils disent :
                               '' Peut-être se laissera-t-il séduire…
                                    Nous réussirons, et nous prendrons sur lui notre revanche ! ''
                     Mais le Seigneur
                            est avec moi,
                        tel un guerrier redoutable :
                           mes persécuteurs trébucheront, ils ne réussiront pas.
                               Leur défaite les couvrira de honte,
                                   d’une confusion éternelle, inoubliable.
             Seigneur de l’univers,
                  toi qui scrutes l’homme juste,
                   toi qui vois les reins et les cœurs,
                    fais-moi voir la revanche que tu leur infligeras,
                      car c’est à toi que j’ai remis ma cause.
          Chantez le Seigneur,
                 louez le Seigneur :
                      il a délivré le malheureux
                      de la main des méchants.

                                                                                           

                           Maudit soit le jour où je suis né !
                             Le jour où ma mère m’a enfanté, qu’il ne soit pas béni !
                           Maudit soit l’homme qui annonça à mon père cette nouvelle qui le combla de joie :
                                 '' Il t’est né un fils, un garçon ! ''
                    Cet homme deviendra pareil aux villes que le Seigneur a renversées sans pitié.
                                                  Il entendra la clameur au matin, et le cri de guerre en plein midi.
                             Maudit soit le jour qui ne m’a pas fait mourir dès le ventre :
                                    ma mère serait devenue mon tombeau,
                                               et son ventre me porterait toujours.
                      Pourquoi donc suis-je sorti du ventre ?
                            Pour voir peine et tourments,
                              et mes jours s’achever dans la honte ?   »
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mer 5 Sep 2018 - 19:17


---mercredi 5 septembre 2018  22e B –    Être d’Église 
1-1 Corinthiens 3 : 1-9a « Nous sommes des collaborateurs de Dieu,
                                                    et vous êtes un champ
                                                                        que Dieu cultive,
                                                                    une maison
                                                     que Dieu construit »
2-psaume 32 : 12-13, 14-15, 20-21 (Ps 32 (33), )
                         R/ Heureux le peuple que le Seigneur
                                 s’est choisi pour domaine. (cf. Ps 32 : 12)
-acclamation  Luc 4 : 18-19 Le Seigneur m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres,
                                                     annoncer aux captifs
                                  leur libération. Alléluia. (Luc 4 : 18cd). Alléluia.
3- évangile Luc 4 : 38-44  '' Aux autres villes aussi,
                                                    il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle,
                                                       car c’est pour cela que j’ai été envoyé ''
4--bréviaire Jérémie 26 : 1-15 Jérémie arrêté et jugé.
5-commentaire d’Origène sur l’Évangile de Jean. Le nouveau Temple.
 - -
_________________________________________
1-1 Corinthiens 3 : 1-9 « Nous sommes des collaborateurs de Dieu,
                                                    et vous êtes un champ
                                                                           que Dieu cultive,
                                                                    une maison
                                                    que Dieu construit »
« --intro : Les Corinthiens ne se laissent pas
                     assez conduire par l’Esprit de Dieu :
                        trop attachés aux réalités d’ici-bas,
                            ils restent divisés entre eux.
                    Or, en eux-mêmes, les prédicateurs ne sont rien,
                                         ils ne sont que les instruments de Dieu.
«    Frères, quand je me suis adressé à vous,
             je n’ai pas pu vous parler comme à des spirituels,
                  mais comme à des êtres seulement charnels,
                       comme à des petits enfants dans le Christ.
          C’est du lait que je vous ai donné,
                       et non de la nourriture solide ;
                                  vous n’auriez pas pu en manger,
                                    et encore maintenant vous ne le pouvez pas,
                                         car vous êtes encore des êtres charnels.
                           Puisqu’il y a entre vous des jalousies
                                                                  et des rivalités,
                                                             n’êtes-vous pas toujours
                                                       des êtres charnels,
                                                   et n’avez-vous pas une conduite tout humaine ?
                                           Quand l’un de vous dit :
                                                     '' Moi, j’appartiens à Paul '',
                                               et un autre :
                                                        ''Moi, j’appartiens à Apollos '',
                                    n’est-ce pas une façon d’agir tout humaine ?
                      Mais qui donc est Apollos ?
                                        qui est Paul ?
                            Des serviteurs par qui

                                            vous êtes devenus croyants,
                                       et qui ont agi
                                selon
                         les dons

            du Seigneur à chacun d’eux.
            Moi, j’ai planté,
                              Apollos a arrosé ;
                    mais c’est Dieu
          qui donne la croissance.
        Donc celui qui plante n’est pas important,
                   ni celui qui arrose ;
                               seul importe
                       celui qui donne
                            la croissance : Dieu.
                      Celui qui plante
                           et celui qui arrose
                                            ne font qu’un,
                                 mais chacun recevra son propre salaire
                                        suivant la peine qu’il se sera donnée.
              Nous sommes des collaborateurs de Dieu,
                           et vous êtes un champ que Dieu cultive,

   une maison
         que Dieu construit
-------
3- Luc 4 : 38-44  '' Aux autres villes aussi,
                     il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle,
                          car c’est pour cela que j’ai été envoyé ''
--intro : La journée de Jésus à Capharnaüm
                     se poursuit par la guérison de la belle-mère de Simon-Pierre.
                              Malgré l’insistance de la foule,
                                    Jésus quitte la ville pour répondre à la volonté de Dieu :
                                             l’Envoyé doit porter
                                                aux autres cités la Bonne Nouvelle du Royaume.
«      En ce temps-là, Jésus quitta la synagogue de Capharnaüm
                   et entra dans la maison de Simon.
                              Or, la belle-mère de Simon était oppressée par une forte fièvre,
                                     et on demanda à Jésus de faire quelque chose pour elle. 
                                         Il se pencha sur elle, menaça la fièvre,
                                              et la fièvre la quitta.
                                                 À l’instant même, la femme se leva et elle les servait.
                               Au coucher du soleil,
                                  tous ceux qui avaient des malades
                                       atteints de diverses infirmités les lui amenèrent.
                                            Et Jésus, imposant les mains à chacun d’eux,
                                               les guérissait. 

       Et même des démons sortaient
           de beaucoup d’entre eux en criant :
                  '' C’est toi le Fils de Dieu ! ''
                        Mais Jésus les menaçait et leur interdisait de parler
                                    parce qu’ils savaient, eux, que le Christ, c’était lui.
            Quand il fit jour, Jésus sortit et s’en alla dans un endroit désert.

                  Les foules le cherchaient ;

                       elles arrivèrent jusqu’à lui,
                           et elles le retenaient pour l’empêcher de les quitter.

                Mais il leur dit :

                    '' Aux autres villes aussi,

                        il faut que j’annonce la Bonne Nouvelle
                      du règne de Dieu,
            car c’est pour cela que j’ai été envoyé. ''
                                                                                        /Seigneur tu es venu
                                       pour me transformer!


                Et il proclamait l’Évangile
               dans les synagogues du pays des Juifs. »   
--------
5-commentaire d’Origène sur l’Évangile de Jean. Le nouveau Temple.
«  Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai.
          Les hommes charnels
               et amis des réalités sensibles
                  me semblent désignés ici à travers les Juifs.
                     Ceux-ci sont irrités
                            parce que
                       Jésus a chassé ceux qui, par leur activité,
                           faisaient de la maison de son Père une maison de trafic,
                              et ils lui réclament un signe.
                Mais par ce signe on verra que le Verbe,
                                                 qu'ils refusent d'accueillir,
                                             a raison d'agir ainsi.
                                          Le Sauveur va unir en une seule parole
                                    ce qui concerne le Temple
                                       et ce qui concerne son propre corps.
                        Lorsqu'ils lui demandent
                               Quel signe peux-tu nous donner
                                      pour justifier ce que tu fais là,
                             il répond :
                               Détruisez ce Temple,

                                  et moi trois jours je le relèverai.
                            Mais, selon une interprétation possible,
                                             le Temple et le corps de Jésus,
                                                     l'un et l'autre,
                                             me semblent être la figure de l'Église.
                            Car celle-ci est bâtie de pierres vivantes ;
                                   elle est une demeure spirituelle
                                               pour un sacerdoce saint ;
                                      elle est construite sur les fondations
                                              que sont les Apôtres

                                                                     et les prophètes

                                                 avec, pour pierre angulaire,
                                                               le Christ Jésus.
                                        Elle est donc en toute vérité
                                                           qualifiée de ''Temple''.
                            Selon l'Écriture,
                                           vous êtes le corps du Christ

                                                et vous êtes ses membres,
                                                  chacun pour sa part.
                                 Pour ce motif,
                                   même si l'assemblage des pierres de ce Temple
                                                       semble se disjoindre et se défaire ;
                                      même si, comme il est écrit au psaume 21,
                                                          tous les os du Christ
                                                        semblent dispersés dans la persécution et l'oppression,
                                                                                par les complots
                                                                                     de ceux qui attaquent l'unité du Temple
                                                                                        à coups de persécutions ;
                                                cependant le Temple sera relevé
                                                    et le corps ressuscitera le troisième jour,
                                                      après le jour de malheur qui l'a accablé
                                                        et après le lendemain de celui-ci,
                                                                      jour de l'achèvement.
                               Car il y aura un troisième jour
                                            dans le ciel nouveau et sur la terre nouvelle,
                                        lorsque ses ossements, qui sont de la maison d'lsraël
                                      se relèveront, lors du grand jour du Seigneur,
                                   après sa victoire sur la mort.
                                           Par conséquent, la résurrection du Christ
                                après les souffrances de la croix
                                              englobe le mystère de la résurrection
                                                                      de son corps tout entier.
                       De même que le corps visible de Jésus
                                                  a été crucifié,
                                                          enseveli,
                                         et ensuite ressuscité,
                         de même tout le corps
                             constitué par les fidèles du Christ
                               a été crucifié avec le Christ
                                 et ne vit plus désormais.
              Chacun d'entre eux,
                    comme saint Paul,
                                  ne se glorifie pas d'autre chose

                                          que de la croix de Jésus Christ notre Seigneur,
                                 par laquelle il est crucifié pour le monde,
                                                           et le monde crucifié pour lui.
         Non seulement il est crucifié avec le Christ
                                      et crucifié pour le monde,
                        mais encore il est enseveli avec le Christ.
            Nous avons été mis au tombeau avec lui,
                  dit saint Paul.
               Et comme s'il jouissait déjà d'un avant-goût de la résurrection,
                              il ajoute:
                  Et avec lui nous sommes déjà ressuscités.   »


Dernière édition par Bryand le Mar 11 Sep 2018 - 15:00, édité 1 fois
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Jeu 6 Sep 2018 - 19:24


---jeudi 6 septembre 2018  22e B –    Pris pour s’éprendre 
1-1 Corinthiens 3 : 18-23 '' Tout est à vous,
                                    mais vous, vous êtes au Christ,
                                                        et le Christ est à Dieu »
2-psaume 23 : 1-2, 3-4ab, 5-6 (Ps 23 (24),  R/ La terre est au Seigneur,
                                                                       et toute sa richesse. (cf. Ps 23 : 1)
-acclamation  Matthieu 4 : 19  '' Venez à ma suite,
                                             et je vous ferai pêcheurs d’hommes. Alléluia. ''
3- évangile Luc 5 : 1-11  ‘’Venez, suivez-moi, dit le Seigneur,
                                            je ferai de vous des pêcheurs d’hommes’’. 
                                                                        Laissant tout ils le suivirent.   Alléluia.
4---bréviaire Jérémie 29 : 1-14 Lettre de Jérémie aux déportés. 
5-sermon de saint Léon le Grand sur les béatitudes.
                                                              La loi de la Nouvelle Alliance
 - -
_________________________________________

1-1 Corinthiens 3 : 18-23 '' Tout est à vous,
                                    mais vous, vous êtes au Christ,
                                                        et le Christ est à Dieu »
--intro : Il ne faut pas se glorifier en soi-même,
                     car la sagesse de ce monde est folie pour Dieu.
                                      D’autre part, tout appartient aux croyants,
                                             mais eux-mêmes sont au Christ,
                                                                    et le Christ est à Dieu.
«    Frères, que personne ne s’y trompe :
            si quelqu’un parmi vous pense être un sage
                  à la manière d’ici-bas,
                     qu’il devienne fou pour devenir sage.
                         Car la sagesse de ce monde
                             est folie devant Dieu.
                               Il est écrit en effet :
                                         C’est lui qui prend les sages au piège
                                                    de leur propre habileté. 
                                 Il est écrit encore :
                                              Le Seigneur le sait :
                                                       les raisonnements des sages
                                                                        n’ont aucune valeur !

                                      Ainsi, il ne faut pas
                                                          mettre sa fierté
                                                                en tel ou tel homme.
                                           Car tout vous appartient,
                                               que ce soit Paul,
                                                             Apollos,
                                                           Pierre,
                                                       le monde,
                                                           la vie,
                                                             la mort,
                                        le présent, l’avenir :
                                  tout est à vous,
                                        mais vous,
                                   vous êtes au Christ,
                                               et le Christ est à Dieu. »  
-------
2-psaume 23 : 1-2, 3-4ab, 5-6 (Ps 23 (24),  R/ La terre est au Seigneur,
                                                                       et toute sa richesse. (cf. Ps 23 : 1)
     —Au Seigneur, le monde et sa richesse,   
            la terre et tous ses habitants !
                C’est lui qui l’a fondée sur les mers
              et la garde inébranlable sur les flots.

     —Qui peut gravir la montagne du Seigneur
            et se tenir dans le lieu saint ?
                  L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
               qui ne livre pas son âme aux idoles.

     —Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
           et de Dieu son Sauveur, la justice.
                 Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
              Voici Jacob qui recherche ta face !
---------
3- Luc 5 : 1-11  ‘’Venez, suivez-moi, dit le Seigneur,
                                            je ferai de vous des pêcheurs d’hommes’’. 
                                                                        Laissant tout ils le suivirent.   Alléluia.
--intro : Dans le récit de la pêche miraculeuse,
           Simon-Pierre apparaît au premier plan.
                    La prise de nombreux poissons symbolise sa propre vocation :
                            il est appelé désormais à ‘’prendre des hommes’’.
                            Pierre et ses compagnons se mettent à suivre Jésus.
--cfé : Homélie au lectionnaire Dieu pour chaque jour, éd. Desclée.
             ‘’  La pêche miraculeuse :    la mission de l’Église.
                        L’Église ne pourra jeter ses filets
                                      qu’à la manière de son Seigneur.
              Désormais: ce mot ne signifie pas seulement
                         à partir du moment où je te le dis mais surtout
                           à cause de l'expérience que tu viens de faire.''
               L’Église a pour mission de jeter
                              de tous côtés le filet de la Parole …     
«    En ce temps-là, la foule se pressait autour de Jésus
                   pour écouter la parole de Dieu,
                     tandis qu’il se tenait au bord du lac de Génésareth.
         Il vit deux barques
           qui se trouvaient au bord du lac ;
              les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets.
                Jésus monta dans une des barques qui appartenait à Simon,
                    et lui demanda de s’écarter un peu du rivage.
                       Puis il s’assit et,
                        de la barque, il enseignait les foules.
                          Quand il eut fini de parler,
              il dit à Simon :

                   '' Avance au large,
                          et jetez vos filets pour la pêche. ''
                            Simon lui répondit :
                               '' Maître, nous avons peiné toute la nuit
                                                                     sans rien prendre ;
                                                                mais, sur ta parole,
                                                          je vais jeter les filets. ''
                            Et l’ayant fait, ils capturèrent
                             une telle quantité de poissons que leurs filets allaient se déchirer.
                                  Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider.
                                          Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques,
                                             à tel point qu’elles enfonçaient.
                        À cette vue, Simon-Pierre
                            tomba aux genoux de Jésus,
                                 en disant :
                                     '' Éloigne-toi de moi, Seigneur,
                                            car je suis un homme pécheur. ''
                               En effet, un grand effroi l’avait saisi,
                                      lui et tous ceux qui étaient avec lui,
                                           devant la quantité de poissons qu’ils avaient pêchés ; 
                                                et de même Jacques et Jean,
                                                 fils de Zébédée, les associés de Simon.
                                 Jésus dit à Simon :
                                   '' Sois sans crainte,
                                         désormais ce sont des hommes que tu prendras. ''
                                              Alors ils ramenèrent les barques au rivage
                                                                     et, laissant tout,
                                                                                      ils le suivirent.  »
-------
4---bréviaire Jérémie 29 : 1-14 Lettre de Jérémie aux déportés. 
--intro : Même les premiers prisonniers
                                       déportés à Babylone,
                              onze ans avant la chute définitive,
                          fanfaronnaient en s’appuyant
                               sur les vains espoirs des faux prophètes.
                    Jérémie voit plus loin.
                Il y aura un salut, certes,
                                                mais au prix
                               d’une mutation du judaïsme
                                         que personne ne pouvait prévoir :
                                      plus jamais les rois de Juda
                                 n’exerceront de pouvoir politique.
                          Sachons accueillir les desseins de Dieu
                             tel que,
                                dans le secret de sa providence,
                                    il les prépare.
     « Voici les termes de la lettre
            que le prophète Jérémie envoya de Jérusalem
                 à ceux des anciens qui survivaient en exil,
                    aux prêtres,
                      aux prophètes
                        et à tout le peuple,
                          que Nabucodonosor avait déportés de Jérusalem à Babylone.
            C’était après que le roi Jékonias eut quitté Jérusalem
                  avec la reine mère,
                               les dignitaires,
                                  les princes de Juda et de Jérusalem,
                                      les artisans et forgerons.
                     Cette lettre fut confiée à Élasa, fils de Shafane,
                                                       et à Guemarya, fils de Hilqiya,
                                                   que Sédécias, roi de Juda,
                                                  avait envoyés à Babylone
                                          auprès de Nabucodonosor, roi de Babylone.
                                               Elle disait :
                                           '' Ainsi parle le Seigneur de l’univers,
                                              le Dieu d’Israël, à tous les exilés
                                                   que j’ai déportés de Jérusalem à Babylone :
                            Bâtissez des maisons et habitez-les,
                           plantez des jardins et mangez de leurs fruits.
                         Prenez des femmes et engendrez des fils et des filles,
                                 prenez des femmes pour vos fils ;
                       donnez vos filles en mariage,
                                   et qu’elles enfantent des fils et des filles ;
                   multipliez-vous là-bas, et ne diminuez pas !
          Recherchez la paix
                  en faveur de la ville
                             où je vous ai déportés,
                                et intercédez pour elle
                                        auprès du Seigneur,
                                            car
                                de sa paix
                          dépend votre paix.
                     Oui, ainsi parle le Seigneur de l’univers,
                                  le Dieu d’Israël :
                               Ne vous laissez abuser
                           ni par les prophètes qui sont au milieu de vous,
                         ni par vos devins !
                     N’écoutez pas vos songes,
                        les songes que vous provoquez !
                              Car c’est le mensonge qu’ils prophétisent en mon nom.
                                   Je ne les ai pas envoyés – oracle du Seigneur.
                          Oui, ainsi parle le Seigneur :
                             Dès que les soixante-dix ans
                                                         seront révolus pour Babylone,
                                                je vous visiterai,
                                j’accomplirai pour vous ma parole de bonheur,
                                      en vous ramenant en ce lieu.
                                    Car moi, je connais les pensées que je forme à votre sujet
                           – oracle du Seigneur –,
                     pensées de paix et non de malheur,
              pour vous donner un avenir et une espérance.
          Vous m’invoquerez, vous approcherez,
                     vous me prierez, et je vous écouterai.
                         Vous me chercherez et vous me trouverez ;
                   oui, recherchez-moi
                         de tout votre cœur.

                          Je me laisserai trouver par vous
                      – oracle du Seigneur et je ramènerai vos captifs.
                Je vous rassemblerai
                           de toutes les nations
                         et de tous les lieux où je vous avais chassés
                               – oracle du Seigneur –,
                      et je vous ramènerai au lieu dont je vous avais exilés.   »
------
5-sermon de saint Léon le Grand sur les béatitudes.
                                                              La loi de la Nouvelle Alliance.
 « Notre Seigneur Jésus Christ, mes bien-aimés,
           prêchait l'Évangile du Royaume ;
              il guérissait toutes sortes de maladies à travers toute la Galilée
                     et la renommée de ses miracles se répandait à travers toute la Syrie ;
                        de grandes foules affluaient
                   de la Judée entière vers le céleste médecin.
                 En effet, la foi des hommes ignorants
                      est lente
                   à croire ce qu'elle ne voit pas
                    et à espérer ce qu'elle ne connaît pas.
                        Il fallait donc que, pour être fortifié par l'enseignement divin,
                             leur esprit soit stimulé par des bienfaits corporels
                                           et des miracles visibles.
                                        En éprouvant une puissance si bienfaisante,
                                              ils ne douteraient pas
                                              que sa doctrine apportât le salut.
                                       Donc, pour transformer
                                                les guérisons extérieures
                                                        en remèdes intérieurs,
                                            et rendre la santé aux âmes après avoir guéri les corps,
                                 le Seigneur s'éloigna des foules qui l'entouraient,
                                                gagna la retraite d'une montagne voisine
                                                    et y appela ses Apôtres
                                      pour les imprégner
                                   des plus sublimes enseignements
                                           du haut de ce lieu symbolique.
                                        Par le caractère même du lieu et de l'action,
                                     il se désignait comme
                     celui-là même qui jadis
                                          avait daigné s'entretenir avec Moïse.
                             Mais alors
                                c'était avec la plus terrible justice,
                           à présent
                             avec la plus sainte douceur,
                                            afin que s'accomplît la promesse
                                              annoncée par le prophète Jérémie :
                                        Voici que des jours viennent, parole du Seigneur,
                                                     où j'établirai une alliance nouvelle
                                                avec la maison d'Israël
                                       et la maison de Juda.
                               Après ces jours-là, parole du Seigneur,
                                    je mettrai mes lois dans leur pensée,
                            je les écrirai dans leur cœur.
                            Celui qui avait parlé à Moïse
                         parla donc aussi aux Apôtres ;
                                 dans le cœur de ses disciples,
                                   la main du Verbe, comme celle du scribe rapide,
                                     écrivit les commandements de la Nouvelle Alliance.
                             Ce n'était plus comme autrefois
                                               au milieu de nuées épaisses,
                                                  ni par des tonnerres et des éclairs effrayants
                                                     qui empêchaient un peuple terrorisé
                                                                              d'approcher la montagne :
                               c'était dans la tranquillité
                                               d'un entretien accessible à tous les assistants.
                                                  Ainsi la douceur de la grâce
                                       supprimait l'âpreté de la loi,
                                                            et l'esprit d'adoption
                                             enlevait la crainte de l'esclavage.

                                Quelle est la doctrine du Christ,
                                    ses propres paroles le proclament :
                                       ceux qui désirent parvenir à l'éternelle béatitude
                             doivent découvrir les degrés de cette ascension
                                           vers un bonheur infini :
                                                       Heureux, dit-il, les pauvres de cœur,
                                                               car le Royaume des cieux est à eux.
                                        On aurait pu se demander
                                           de quels pauvres parlait la Vérité
                                                  si, en disant :
                                                         Heureux les pauvres,
                                               elle n'avait pas précisé
                        de quel genre de pauvres
                                      il fallait l'entendre ;
                                     et il aurait paru suffire,
                                                  pour mériter le Royaume des cieux,
                                                    de connaître le dénuement
                                                       que beaucoup subissent
                                                          par le poids et la rigueur de la nécessité.
                             Mais en disant : Heureux les pauvres de cœur,
                                          le Seigneur montre que le Royaume des cieux
                                                 doit être accordé
                                                       à ceux que recommande l'humilité de l'âme
                                                      plutôt que le manque de ressources. »
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Dim 9 Sep 2018 - 20:23


---dimanche 9 septembre 2018  23e B
                         -Isaïe annonce : Les sourds et les aveugles seront guéris,
                                    les plaintes cesseront : voici votre Dieu qui vient pour délivrer. 
                         -Jacques: Les pauvres selon le monde seront héritiers du Royaume. 
                         -L’oracle d’Isaïe s’accomplit : 
                                   Jésus ouvre l’oreille (c'est l’entendement) des sourds, 
                                       pour proclamer la venue du Royaume.
1-Isaïe 35 : 4-7a  « Alors s’ouvriront les oreilles des sourds 
                                       et la bouche du muet criera de joie »
2-psaume 145 : 6c-7, 8-9a, 9bc-10 (Ps 145 (146), ) 
            R/ Je veux louer le Seigneur, tant que je vis.  Alléluia. (Ps 145 : 2)
3-Jacques 2 : 1-5 '' Dieu n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres 
                                              pour en faire des héritiers du Royaume ? ''
-acclamation  Matthieu 4 : 23    Jésus proclamait l’Évangile du Royaume
                                                 et guérissait toute maladie dans le peuple. Alléluia.
4-évangile Marc 7 : 31-37 '' Il fait entendre les sourds et parler les muets ''
5-bréviaire Jérémie 37 : 21; 38 : 14-28 De sa prison Jérémie conseille le roi.
6-sermon de saint Léon le Grand sur les béatitudes. 
                                      Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice.
 - -
_________________________________________

1-Isaïe 35 : 4-7a  '' Alors s’ouvriront les oreilles des sourds 
                                       et la bouche du muet criera de joie ''
-intro Cfé : La Bible du dimanche éd. Du Cerf / éd. Du Centurion :
   «   —‘’Es-tu celui qui doit venir?’’  
         —Oui! Regarde, le printemps fleurit, 
                      la guérison s’annonce, le courage revient.
                    Regarde, un peuple retrouve sa liberté, 
                        des exilés recouvrent leur terre,
                            l’homme rencontre des frères lointains. 
                Aveugle, que tes yeux se dessillent, 
                 sourd, ouvre tes oreilles 
                   et laisse ta langue crier de joie :
                            ‘’Vois, c’est notre Dieu qui vient 
                                       sur les routes de l’homme’’. »
                                 Quelques versets de cette lecture
                                        sont également lus 
                                              à la 3e semaine de l’Avent A.
«Dites aux gens qui s’affolent : '' Soyez forts, ne craignez pas. 
                                                        Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient,
                                                           la revanche de Dieu. 
                                                    Il vient lui-même et va vous sauver. ''  

Alors se dessilleront les yeux des aveugles, 
       et s’ouvriront les oreilles des sourds. 
    Alors le boiteux bondira comme un cerf, 
          et la bouche du muet criera de joie ;  
              car l’eau jaillira dans le désert, 
                 des torrents dans le pays aride.   
                 La terre brûlante se changera en étang, 
                     la terre de la soif, en eaux jaillissantes.   »
---------
2-psaume 145 : 6c-7, 8-9a, 9bc-10 (Ps 145 (146), ) 
            R/ Je veux louer le Seigneur, 
                      tant que je vis.  Alléluia. (Ps 145 : 2)

     —Le Seigneur garde à jamais sa fidélité,
          il fait justice aux opprimés ;
               aux affamés, il donne le pain ;
            le Seigneur délie les enchaînés.

     —Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
          le Seigneur redresse les accablés,
               le Seigneur aime les justes,
            le Seigneur protège l’étranger.

     —Il soutient la veuve et l’orphelin,
          il égare les pas du méchant.
              D’âge en âge, le Seigneur régnera :
            ton Dieu, ô Sion, pour toujours !
---------
3-Jacques 2 : 1-5 '' Dieu n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres 
                                              pour en faire des héritiers du Royaume ? ''
--intro : Jacques dénonce ici le scandale d’une communauté chrétienne 
                 qui tient compte de positions sociales, 
                      en complète opposition avec l'enseignement du Christ.
                        L’Église des plus riches doit s’occuper des pauvres. 
                         Elle sera conforme  le jour où elle deviendra l’Église 
                            qui donne préséance aux pauvres. 
                              Communier à la même table 
                               ne doit faire aucune différence entre ceux qui appartiennent au Christ. 
                                    Cette semaine nous disions : 
                                        «vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu »  1 Corinthiens 3 (jeudi)
                                              Nous sommes au Christ si nous travaillons à faire sa volonté.
«  Mes frères,  dans votre foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire,  
                             n’ayez aucune partialité envers les personnes. 
                                Imaginons que, dans votre assemblée, 
                                       arrivent en même temps 
                                    un homme au vêtement rutilant, 
                                                portant une bague en or,  
                                      et un pauvre au vêtement sale.   
             Vous tournez vos regards vers celui qui porte le vêtement rutilant  
                  et vous lui dites :  '' Assieds-toi ici, en bonne place '' ;  
                    et vous dites au pauvre :  '' Toi, reste là debout '',  
                                      ou bien :  '' Assieds-toi au bas de mon marchepied. ''   
                         Cela, n’est-ce pas faire des différences entre vous,  
                                 et juger selon de faux critères ? 
               Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! 

                   Dieu, lui, n’a-t-il pas choisi  
                     ceux qui sont pauvres aux yeux du monde 
                                         pour en faire des riches dans la foi,  
                                               et des héritiers du Royaume  
                                 promis 
                 par lui à ceux qui l’auront aimé ?   »
------
4-Marc 7 : 31-37 '' Il fait entendre les sourds et parler les muets ''
--intro :  Cfé : La Bible du dimanche éd. Du Cerf / éd. Du Centurion :
                Il semble bien que ce voyage au pays païen de Tyr
                         corresponde à une retraite de Jésus :
                            les Pharisiens sont sourds à l'Évangile et empêchent Jésus de parler.
                     Le pourront-ils?!
                Qu'adviendra-t-il alors de la Bonne Nouvelle ?
                      C'est en gémissant qu'il prie 
                            et lève les yeux 
                                                  vers le ciel

                  pour les disciples, qui comprennent 
                              qu'il n'y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ; 
                    pour les foules qui reconnaissent en ce geste de Jésus 
                         la parole d'Isaïe (29: 18-23), 
                                                      

                              saluant la guérison de la surdité 
                                      comme l'ouverture à la Parole de Dieu ;
                         pour la communauté croyante enfin,
                               qui ne peut lire ce texte sans penser aux rites du baptême.
                  Tel est le mystère de la Parole de Dieu :
                          signe de contradiction, 
                                elle ferme les oreilles 
                                       de ceux qui ne voudront pas entendre ; 
                          mais message de libération, 
                          elle délie les langues de ceux qui étaient empêchés de parler,
                                                             par les interdits des légistes.
Les oracles s'accomplissent: 
                 Rien ne pourra empêcher 
                         la Parole de s'accomplir,
                                          en faveur de tous ceux 
                                                             qui veulent l'accueillir!
«  En ce temps-là, Jésus quitta le territoire de Tyr ;  
            passant par Sidon, il prit la direction de la mer de Galilée 
                et alla en plein territoire de la Décapole. 
                            Des gens lui amènent un sourd 
                                      qui avait aussi de la difficulté à parler,  
                         et supplient Jésus de poser la main sur lui. 
               Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule,  
                  lui mit les doigts dans les oreilles, 
                    et, avec sa salive, lui toucha la langue.   
                  Puis, les yeux levés au ciel,  il soupira et lui dit :  '' Effata ! '', 
                          c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! » 

                   Ses oreilles s’ouvrirent ;  sa langue se délia,  et il parlait correctement.   
                       Alors Jésus leur ordonna  de n’en rien dire à personne ;
                           mais plus il leur donnait cet ordre,  
                                     plus ceux-ci le proclamaient.  
                         Extrêmement frappés, ils disaient : 
                          '' Il a bien fait toutes choses : 
                               il fait entendre les sourds 
                                            et parler les muets.'' »
--------
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mar 11 Sep 2018 - 18:49

  Lundi et mardi:
---lundi 10 septembre 2018  23e B Pétris par l’Esprit
1-1 Corinthiens 5 : 1-8 '' Purifiez-vous des vieux ferments,
                    car le Christ, notre agneau pascal, a été immolé. ''
2-psaume 5 :  2-3, 5-6ab, 6c-7, 12 (Ps 5, )
                 R/ Seigneur, que ta justice me conduise. (Ps 5 : 9a)
-acclamation  Jean 10 : 27 Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ;
                                              moi, je les connais, et elles me suivent. Alléluia.
3- évangile Luc 6 : 6-11 '' Ils observaient Jésus pour voir
                                           s’il ferait une guérison le jour du sabbat ''
4---bréviaire Jérémie 42 : 1-16; 43 : 4-7 Après la prise de Jérusalem.
5-sermon de saint Léon le Grand sur les béatitudes La pureté du cœur et la paix.
 - -
_________________________________________

---mardi 11 septembre 2018  23e B Élus
1-1 Corinthiens 6 : 1-11  « Un frère est en procès avec son frère,
                                et cela devant des gens qui ne sont pas croyants ! »
2-psaume 149 : 1-2, 3-4, 5-6a.9b (Ps 149, )
                                R/ Le Seigneur aime son peuple. Alléluia ! (Ps 149 : 4a)
-acclamation  Jean 15 : 16 C’est moi qui vous ai choisis,
                                                afin que vous alliez,
                                                      que vous portiez du fruit,
                                                             et que votre fruit demeure alléluia.
3- évangile Luc 6 : 12-19 Jésus passa toute la nuit à prier.
                                                         Il choisit douze disciples.
4---bréviaire Habaquq 1 : 2—2 : 4 Prière au temps de la détresse.
5-- -+  sermon de saint Bernard Cette parole est dure. 
 - -
_________________________________________
1-1 Corinthiens 5 : 1-8 '' Purifiez-vous des vieux ferments,
                    car le Christ, notre agneau pascal, a été immolé. ''
--intro : Saint Paul traite du problème des mœurs chrétiennes :
              l’Apôtre se voit contraint
                    d’exclure lui-même de la communauté
                      un incestueux à l’égard de qui les chrétiens
                           ne s’étaient pas montrés suffisamment fermes. 
                Partant de la liturgie juive,
                   selon laquelle les fidèles célébrant la Pâque
                      éliminent de leur habitation
                       tout vieux levain,
           il montre que les chrétiens doivent se purifier
                                de toute souillure pour
                   célébrer la Pâque nouvelle
                                        dans la pureté et la vérité,
                 que représentent pour eux les pains sans levain.
«  Frères, on entend dire partout qu’il y a chez vous un cas d’inconduite,
                 une inconduite telle qu’on n’en voit même pas chez les païens :
                     il s’agit d’un homme qui vit avec la femme de son père.
                         Et, malgré cela, vous êtes gonflés d’orgueil
                              au lieu d’en pleurer
                               et de chasser de votre communauté
                                     celui qui commet cet acte.
                 Quant à moi, qui suis absent de corps mais présent d’esprit,
                              j’ai déjà jugé, comme si j’étais présent, l’homme qui agit de la sorte :
                                   au nom du Seigneur Jésus, lors d’une réunion
                                         où je serai spirituellement avec vous,
                                               dans la puissance de notre Seigneur Jésus,
                                                     il faut livrer cet individu au pouvoir de Satan,
                                                         pour la perdition de son être de chair ;
                                  ainsi, son esprit pourra être sauvé au jour du Seigneur.
                      Vraiment, vous n’avez pas de quoi être fiers :
                             ne savez-vous pas qu’un peu de levain suffit
                                   pour que fermente toute la pâte ?  
                        Purifiez-vous donc des vieux ferments,
                                   et vous serez une pâte nouvelle,

      vous qui êtes le pain de la Pâque,
        celui qui n’a pas fermenté.
             Car notre agneau pascal a été immolé :
                  c’est le Christ.
    Ainsi, célébrons la Fête,
             non pas avec de vieux ferments,
                   non pas avec ceux de la perversité et du vice,
          mais avec du pain non fermenté,
                       celui de la droiture et de la vérité.  »
--------
5-sermon de saint Léon le Grand sur les béatitudes.
                                                   La pureté du cœur et la paix.
    « C'est à juste titre que la béatitude de voir Dieu
                                  est promise à
                                           la pureté du cœur.
                                      En effet, un regard souillé ne pourra pas voir
                                la splendeur de la vraie lumière
                             et ce qui sera la joie des âmes limpides
                     sera le châtiment des âmes boueuses.
                Il faut donc détourner ses yeux
                                    des vanités terrestres qui les obscurcissent
          et nettoyer notre œil intérieur de toute souillure d'iniquité ;
      c'est ainsi qu'un regard paisible se rassasiera
                                             de l'incomparable vision de Dieu.
           Nous avons compris que la béatitude suivante
               nous enseigne comment mériter cela :
                         Heureux les artisans de paix,
                                                              car ils seront
                                     appelés fils de Dieu.


                  Cette béatitude, mes bien-aimés,
                                       ne vient pas d'une entente banale
                                                ou d'une concorde quelconque,
                                                           mais de celle dont l'Apôtre dit :
                 Soyez en paix avec Dieu.
           Et le prophète David :
                Grande est la paix des amis de ta loi ;
                              pour eux, plus d'obstacle.
              Même une amitié très étroite,
                 même une parfaite unité d'esprit
                    ne peuvent véritablement prétendre à cette paix,
                          s'il n'y a pas accord avec la volonté de Dieu.
                                                               
               On ne peut reconnaître la dignité de cette paix
                  à une communauté de désirs malhonnêtes,
                    à des complicités criminelles
                      ou à des pactes conclus pour le vice.
            L'amour du monde
                  n'est pas compatible
               avec l'amour de Dieu,
                et il ne peut entrer
                           dans la société des fils de Dieu,
                               celui qui ne brise pas avec son origine charnelle.
           Mais ceux dont l'âme est toujours unie à Dieu
              ont à cœur de
                      garder l'unité de l'esprit
                                 par le lien de la paix ;
                ils ne s'écartent jamais de la loi éternelle,
                  disant dans une prière pleine de foi :
                    Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
        Les voilà, les pacifiques ;
           les voilà, ceux qui sont unanimes dans le bien,
             qui ont un même cœur dans la sainteté,
                 qui doivent être appelés éternellement fils de Dieu,
                                                        héritiers avec le Christ.
                                                L'amour de Dieu
                                                    et l'amour du prochain
                                          leur obtiendra
                                     de ne plus ressentir aucune opposition,
                                        de ne craindre aucun scandale ;
                           mais, une fois terminé le combat de toutes les tentations,
                    de se reposer
               dans la paix infiniment tranquille,
                     la paix de Dieu,
           par notre Seigneur qui,
       avec le Père et l'Esprit Saint,
            vit et règne pour les siècles des siècles. Amen.   »
   -----------
2-psaume 149 : 1-2, 3-4, 5-6a.9b (Ps 149, )
                                R/ Le Seigneur aime son peuple. Alléluia ! (Ps 149 : 4a)

     —Chantez au Seigneur un chant nouveau,
            louez-le dans l’assemblée de ses fidèles !
                En Israël, joie pour son créateur ;
             dans Sion, allégresse pour son Roi !

     —Dansez à la louange de son nom,
           jouez pour lui, tambourins et cithares !

                Car le Seigneur aime son peuple,
             il donne aux humbles l’éclat de la victoire.

     —Que les fidèles exultent, glorieux,
            criant leur joie à l’heure du triomphe.
                 Qu’ils proclament les éloges de Dieu,
             c’est la fierté de ses fidèles.
-------
5-- -+  sermon de saint Bernard .     ''Cette parole est dure''. 
  «  Nous le lisons dans l'Évangile :
             lorsque le Seigneur s'est mis à prêcher
                   et, sous le mystère de son corps donné en nourriture,
                           à instruire ses disciples
                              sur la nécessité de participer à ses souffrances,
                       certains ont dit :
             Cette parole est dure, et dès lors ils cessèrent de l'accompagner.
                 Mais comme Jésus demandait à ses disciples
                       si eux aussi voulaient le quitter,
                               ils répondirent :
                 Seigneur, à qui irions-nous ?
                   Tu as les paroles de la vie éternelle.
          De même,
             je vous le dis, frères,
                     jusqu'aujourd'hui il est manifeste pour certains
                         que les paroles de Jésus sont esprit et vie ;
                   aussi marchent-ils à sa suite.
             Mais à d'autres elles paraissent dures,
                        si bien qu'ils cherchent ailleurs une misérable consolation.
                           C'est qu'en effet
                                  la Sagesse élève la voix sur les places ;
                                        et plus précisément sur la route large et spacieuse
                                            qui conduit à la mort,
                                                  pour rappeler ceux qui s'y sont engagés.
                Par ailleurs, quarante ans,
                    dit le psaume,
                             je me suis tenu proche de cette génération,
                                           et j'ai dit :
                                    ce peuple a toujours le cœur égaré.
                         Et dans un autre psaume :
                           Une fois Dieu a parlé.
                                 Une fois, oui, parce que toujours.
                           Sa Parole est unique, en effet,
                             parce qu'elle est sans interruption,
                                                            continue et perpétuelle.
             Il rappelle les pécheurs à leur cœur,
               il les reprend sur l'égarement de leur cœur,
                       puisque c'est là qu'il habite,
                                         lui, là qu'il parle.
                                Et c'est ainsi qu'il accomplit
                                           ce qu'il a annoncé par le prophète :
                                       Parlez au cœur de Jérusalem.        /   Parlez au cœur du monde,
                                   redites-leur mon Alliance:

                                                    / Écoutez encore:
       Vous voyez, frères, combien l'avertissement du prophète
                                                         concerne notre salut,
                                                 afin que si aujourd'hui nous entendons sa voix,
                                            nous n'endurcissions pas nos cœurs.
                                        Et dans l'Évangile vous lisez
                                     presque les mêmes paroles que chez le prophète.
                                 Dans l'Évangile le Seigneur dit :
                                             Mes brebis entendent ma voix.
                                    Et David dans le psaume :
                                       Vous, son peuple (c'est-à-dire assurément celui du Seigneur),
                                   vous, les brebis de son pâturage,
                                        si aujourd'hui vous entendez sa voix,
                                            n'endurcissez pas vos cœurs.
                         Écoute encore
                               comment le prophète Habaquq,
                                  loin de négliger la réprimande du Seigneur,
                                    s'en préoccupe au contraire avec grand soin.
                             Il dit en effet :
                                     Je tiendrai bon à mon poste de garde,
                                          je resterai debout sur les retranchements.
                                            Je guetterai pour voir ce qu'il dira contre moi
                                                et ce que je répondrai au rappel à l'ordre.
               Nous aussi, frères, je vous en supplie,
                   tenons-nous à notre poste de garde,
                       car c'est l'heure du combat.
                             Dans notre cœur,
                                là où le Christ fait sa demeure,
                                 conduisons-nous avec jugement et intelligence,
                                      de manière
                                         à ne pas mettre
                                                notre confiance
                                                       dans notre propre vie
                                           et à ne pas prendre appui
                                                            sur un fragile rempart.  »
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mer 12 Sep 2018 - 19:14

 
---mercredi 12 septembre 2018  23e B Renversement
1-1 Corinthiens 7 : 25-31 « Tu es marié ? ne cherche pas à te séparer de ta femme.
                                                      Tu n’as pas de femme ? ne cherche pas à te marier »
2-psaume 44 : 11a.12, 14-15a, 15b-16, 17a.18 (Ps 44 (45), )
                  R/ Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille. (Ps 44 : 11a)
-acclamation  Luc 6 : 23  Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
                                    car votre récompense est grande dans les cieux !
3- évangile Luc 6 : 20-26  « Heureux, vous les pauvres.
                                  Mais quel malheur pour vous, les riches »
4--bréviaire Habaquq 2 : 5-20 Malédiction.    …  À cause du sang humain versé.  
5-sermon de saint Bernard. Les degrés de la contemplation.
 - -
_________________________________________
1-1 Corinthiens 7 : 25-31 « Tu es marié ? ne cherche pas à te séparer de ta femme.
                                                          Tu n’as pas de femme ? ne cherche pas à te marier »
  --intro : Après avoir parlé du mariage, saint  Paul traite de la virginité.
                C’est un état particulier, librement choisi :
                   d’une part il rend plus libre en un temps
                               où la persécution menace l’Église; d’autre part,
                   il facilite la vie d’union à Dieu
                     car le monde d’ici-bas est transitoire.
                            «  Car il passe, ce monde
                                tel que nous le voyons.  »
      «Frères,  au sujet du célibat,
            je n’ai pas un ordre du Seigneur,
                 mais je donne mon avis,
                   moi qui suis devenu digne de confiance
               grâce à la miséricorde du Seigneur. 
           Je pense que le célibat est une chose bonne,
                            étant données les nécessités présentes ;
                                oui, c’est une chose bonne de vivre ainsi.
                  Tu es marié ?
                           ne cherche pas à te séparer de ta femme.
                    Tu n’as pas de femme ?
                              ne cherche pas à te marier.
                      Si cependant tu te maries,
                                     ce n’est pas un péché ;
                           et si une jeune fille se marie,
                                        ce n’est pas un péché.
                                        Mais ceux qui font ce choix ( doivent partager )
                                                          les épreuves correspondantes,

                     et c’est cela que moi, je voudrais vous éviter.
               Frères, je dois vous le dire :
                   le temps est limité.
                      Dès lors, que ceux qui ont une femme
                         soient comme s’ils n’avaient pas de femme,
                                              ceux qui pleurent,
                                      comme s’ils ne pleuraient pas,
                                                ceux qui ont de la joie,
                                        comme s’ils n’en avaient pas,
                                                   ceux qui font des achats,
                                          comme s’ils ne possédaient rien,
                                                    ceux qui profitent de ce monde,
                                           comme s’ils n’en profitaient pas vraiment.
                                   Car il passe,
                                  ce monde
                  tel que nous le voyons. »

                 (suite du chant: non chantée)
               
-acclamation  Luc 6 : 23 « Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse,
                                    car votre récompense est grande dans les cieux ! »
--------
2-psaume 44 : 11a.12, 14-15a, 15b-16, 17a.18 (Ps 44 (45), )
                  R/ Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille. (Ps 44 : 11a)

     —Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille :
                le roi sera séduit par ta beauté.
             Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.

     —Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
               vêtue d’étoffes d’or ;
             on la conduit, toute parée, vers le roi.

     —Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
              on les conduit parmi les chants de fête :
          elles entrent au palais du roi.

     —À la place de tes pères se lèveront tes fils ;
              Je ferai vivre ton nom
                                    pour les âges des âges :
          que les peuples te rendent grâce,
                                              toujours, à jamais !
---------
3- Luc 6 : 20-26  « Heureux, vous les pauvres.
                                  Mais quel malheur pour vous, les riches »
---intro : Saint Luc va donner
           l’enseignement rapporter par saint Matthieu
                 dans ‘’le discours sur la montagne’’.
                        En tête, nous entendons les béatitudes,
                            mais elles sont au nombre de quatre
                   et suivies de leurs antithèses :
                               les malheurs annoncés
                            à ceux que les richesses ferment
                                       au message du Royaume.
«En ce temps-là,  Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara :
          '' Heureux, vous les pauvres,
                        car le royaume de Dieu est à vous.

                  Heureux, vous qui avez faim maintenant,
                         car vous serez rassasiés.
                   Heureux, vous qui pleurez maintenant,
                            car vous rirez. 
                    Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent
                                       et vous excluent,
                                                     quand ils insultent et rejettent
                                                          votre nom comme méprisable,
                                              à cause du Fils de l’homme.
                                   Ce jour-là, réjouissez-vous,
                                        tressaillez de joie,
                                                car alors votre récompense est grande dans le ciel ;
                                              c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.
                       Mais
                         quel malheur pour vous, les riches,
                                            car vous avez votre consolation ! 
                          Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant,
                                              car vous aurez faim !
                            Quel malheur pour vous qui riez maintenant,
                                                 car vous serez dans le deuil et vous pleurerez ! 
                              Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous !
                   C’est ainsi, en effet,
                                   que leurs pères
                           traitaient les faux prophètes. »
------- 
5-sermon de saint Bernard. Les degrés de la contemplation.  
«  Fixons-nous solidement au rempart ;
        appuyons-nous de toutes nos forces
          sur le roc inébranlable qu'est le Christ,
             selon cette parole de l'Écriture :
                                  Il m'a fait reprendre pied sur le roc,
                                      il a raffermi mes pas.
              Ainsi établis et réconfortés, mettons-nous à contempler :
                     nous verrons ce qu'il nous dit
                        et ce que nous répondrons à qui nous fait reproche.
                Le premier degré de la contemplation en effet,
                                 mes bien-aimés,
                             c'est que sans cesse nous considérions
                         ce que veut le Seigneur,
                      ce qui lui plaît,
                    ce qui lui est agréable.
                En beaucoup de choses nous l'offensons tous,
                                                        notre manque de simplicité heurte la droiture de sa volonté,
                                                     et cela nous empêche de nous unir,
                                                de nous attacher à lui.
                                           Humilions-nous donc sous la main puissante du Dieu très-haut
                                     et hâtons-nous d'exposer toute notre misère
                                   devant les yeux de sa miséricorde
                     en disant :
                                     Guéris-moi, Seigneur, et je serai guéri,
                                             sauve-moi et je serai sauvé,
                                et encore :
                                        Prends pitié de moi, Seigneur,
                                                    guéris mon âme, car j'ai péché contre toi.
        Lorsque l'œil du cœur est purifié par ce genre de pensées,
                 nous ne vivons plus le cœur plein d'amertume
                    mais dans les délices
                   qui se trouvent en l'Esprit de Dieu.
              Déjà nous ne considérons plus
                        quelle est la volonté de Dieu sur nous,
                            mais quelle est
                cette volonté en elle-même.
          Car c'est dans sa volonté
                      qu'est la vie
           et absolument rien n'est plus utile
                et plus avantageux que de s'accorder à sa volonté.
               
Et c'est pourquoi l'empressement que nous mettons
                    à vouloir conserver notre vie,
                       mettons-le aussi, dans la mesure du possible,
                                      à ne point dévier du chemin qui y mène.
             Ensuite, lorsque nous aurons progressé quelque peu
                 dans l'ascèse spirituelle en suivant
                     comme guide l'Esprit Saint
                               qui scrute les profondeurs mêmes de Dieu,
                                   représentons-nous
                             combien le Seigneur est tendresse,
                                 combien il est bon en lui-même.
                      Demandons avec le prophète de voir la volonté du Seigneur,
                       demandons-lui de nous faire visiter
                            non plus notre cœur
                                  mais son temple.
                  Et avec lui nous dirons encore :
                     Mon âme en moi s'est troublée,
                                  c'est pourquoi je me souviendrai de toi.
         Ces deux choses résument le contenu de toute la vie spirituelle :
             au spectacle de nous-mêmes,
                     nous sommes troublés et contrits pour notre salut,
                  tandis que, dans la contemplation de Dieu,
                                    nous respirons
                   et la joie du Saint-Esprit nous procure la consolation.
                    D'une part, crainte et humilité;
                         d'autre part, espérance et charité.  »


Dernière édition par Bryand le Mar 18 Sep 2018 - 12:25, édité 2 fois
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Ven 14 Sep 2018 - 20:01

 
    Chaque année le 14 septembre:
                         La Croix glorieuse


1-Nombres 21 : 4-9 « Celui qui regardait vers le serpent de bronze restait en vie ! »
1b-Philippiens 2 : 6-11 « Il s’est abaissé : c’est pourquoi Dieu l’a exalté »
2-psaume 77 :  3-4a.c, 34-35, 36-37, 38ab.39 (Ps 77 (78),)
                   R/ N’oubliez pas les exploits du Seigneur ! (cf. Ps 77 : 7b)
-acclamation  Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons :
                                             par ta Croix, tu as racheté le monde. Alléluia.
3- évangile Jean 3 : 13-17 Il faut que le Fils de l’homme
                                                                              soit élevé.  ...
                                                                       ... Et quand j'aurai été élevé... :         
--antienne de la communion : Jean 12 : 32 « Quand j’aurai été élevé de terre,
                                                              dit le Seigneur, j’attirerai à moi tous les hommes.  »
4---bréviaire Galates 2 : 19—3 : 7, 13-14; 6 : 14-16 La gloire de la croix du Christ.  
5-homélie de saint André de Crète La croix, gloire et exaltation du Christ.  

_____________________________________________________
Lectures ordinaires à férie:
---vendredi  de la  23e B Similitude.   
1-1 Corinthiens 9 : 16-19, 22-27 « Je me suis fait tout à tous
                                            pour en sauver à tout prix quelques-uns »
2-psaume 83 : 3, 4, 5-6, 12 (Ps 83 (84), )
                                 R/ De quel amour sont aimées tes demeures,
                                                                   Seigneur de l’univers !  (Ps 83 : 2)
-acclamation  Jean 17 : 17 Ta parole Seigneur est vérité;
                                            dans cette vérité, Seigneur, consacre-nous alléluia
3- évangile Luc 6 : 39-42 Un aveugle peut-il guider un autre aveugle?
4---bréviaire Livre des Lamentations 3 : 1-33 Espérer en silence le salut. Il est bon le Seigneur pour qui l’attend pour celui qui le cherche.
5-sermon d’Isaac de l’Étoile C’est dans l’Église que le Christ pardonne.  
- -
_________________________________ 
--intro : Le titre exact de la fête de ce jour
                est celui d’Exaltation de la sainte Croix.
                          Telle est la raison pour laquelle on lit l’évangile
                             ou Jésus annonce qu’ «il faut que le Fils de l’homme soit élevé»,
                                 comparant sa croix
                                   au poteau sur lequel Moïse
                                     éleva le serpent de bronze.
                    Le récit relatif au serpent de bronze,
                                                      signe de salut,
                                                   fait l’objet de la 1êre lecture,
                                           tandis que saint Paul
                                       nous rappelle que le Fils de Dieu s’est abaissé
                                                                 jusqu’à la mort sur une croix :
                                                       «C’est pourquoi, dit-il,
                                                            Dieu l’a élevé
                                                   plus haut que tout. »
Concernant le serpent de bronze
                                  revoir samedi 17 mars 2018
                                                                          (4e semaine du carême)
https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t41240p390-la-bonne-nouvelle-du-christ-annoncee-a-tous-les-peuples#432143

Cette image au poste référé s'affichait encore hier...
Elle est la plus explicite pour expliquer
ce que nous enseignent saint Jean, et les Apôtres;
elle était accompagnée de cette note:


------------
1-Nombres 21 : 4-9 « Celui qui regardait
                           vers le serpent de bronze
                                               restait en vie ! »

 «   En ces jours-là, en chemin à travers le désert,
          le peuple perdit courage.
                 Il récrimina contre Dieu et contre Moïse :
                    ''Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ?
                         Était-ce pour nous faire mourir dans le désert,
                                                                  où il n’y a ni pain ni eau ?
                                                            Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! ''
              Alors le Seigneur envoya contre le peuple
                  des serpents à la morsure brûlante,
                    et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. 
                         Le peuple vint vers Moïse et dit :
                             '' Nous avons péché,
                                 en récriminant contre le Seigneur et contre toi.
                                     Intercède auprès du Seigneur
                                         pour qu’il éloigne de nous les serpents. ''
                     Moïse intercéda pour le peuple,
                                      et le Seigneur dit à Moïse :
                                              '' Fais-toi un serpent brûlant,
                                                     et dresse-le au sommet d’un mât :
                                   tous ceux qui auront été mordus,
                                 qu’ils le regardent, alors ils vivront ! '' 
      Moïse fit un serpent de bronze
               et le dressa au sommet du mât.
                   Quand un homme
                       était mordu par un serpent,
                          et qu’il regardait vers le serpent de bronze,
                            il restait en vie ! »
--------    
1b-Philippiens 2 : 6-11 « Il s’est abaissé :
                          c’est pourquoi Dieu l’a exalté »

« Le Christ Jésusayant
                 la condition de Dieu,
           ne retint pas jalousement
              le rang qui l’égalait à Dieu
           Mais il s’est anéanti,
              prenant la condition de serviteur,
                     devenant semblable aux hommes.
       Reconnu homme à son aspect,
        il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort,
                et la mort de la croix.
         C’est pourquoi Dieu l’a exalté :
                  il l’a doté du Nom qui est
                   au-dessus de tout nom,
                 afin qu’au nom de Jésus

       tout genou fléchisse au ciel,
                                              sur terre
                                           et aux enfers,  
                   et que toute langue proclame :
                               '' Jésus Christ est Seigneur ''
                                   à la gloire
                             de Dieu le Père. »
------ 
3- évangile Jean 3 : 13-17 Il faut que le Fils de l’homme
                                                                            soit élevé.  ...
«  En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème :
          '' Nul n’est monté au ciel sinon
                 celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme.
                             De même que le serpent de bronze
                                         fut élevé par Moïse dans le désert,
                                     ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
                  afin qu’en lui tout homme qui croit
                                      ait la vie éternelle.
             Car Dieu a tellement aimé le monde
                     qu’il a donné son Fils unique,
                  afin que quiconque croit en lui

           
         ne se perde pas,
                      mais obtienne la vie éternelle
                  Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde,
                              non pas pour juger le monde,
                                 mais pour que,
                                   par lui,
                                      le monde
                                         soit sauvé.  »
------
5-homélie de saint André de Crète La croix, gloire et exaltation du Christ. 
    «Nous célébrons la fête de la Croix,
           de cette Croix qui a chassé les ténèbres
            et ramené la lumière.
      Nous célébrons la fête de la Croix
            et, avec le Crucifié,
                nous sommes portés vers les hauteurs,
                   nous laissons sous nos pieds la terre et le péché
                      pour obtenir les biens du ciel. ~
            Quelle grande chose que de posséder la Croix :
          celui qui la possède,
                  possède un trésor. ~

     Je viens d’employer le mot de trésor
             pour désigner ce qu’on appelle
                    et qui est réellement
           le meilleur et le plus magnifique de tous les biens ;
                    car c’est en lui,
                                   par lui
                              et pour lui
                      que tout l’essentiel de notre salut
                              consiste et a été restauré pour nous.
              En effet, s’il n’y avait pas eu la Croix,
               le Christ n’aurait pas été crucifié,
                        la vie n’aurait pas été clouée au gibet,
                          et les sources de l’immortalité,
                            le sang et l’eau
                               qui purifient le monde,
                     n’auraient pas jailli de son côté,
                                le document reconnaissant le péché
                      n’aurait pas été déchiré,
                          nous n’aurions pas reçu la liberté,
                              nous n’aurions pas profité de l’arbre de vie,
                         le paradis ne se serait pas ouvert. ~
                    S’il n’y avait pas eu la Croix,
                         la mort n’aurait pas été terrassée,
                           l’enfer n’aurait pas été dépouillé de ses armes. ~
             La Croix est donc une chose
                   grande et précieuse.
                    Grande, parce qu’elle a produit de nombreux biens,
                        et d’autant plus nombreux que les miracles
                                    et les souffrances du Christ ont triomphé davantage.
                          C’est une chose précieuse,
                           parce que la Croix
                                        est à la fois
                                           la souffrance
                                 et le trophée de Dieu.
                Elle est sa souffrance, parce que c’est sur elle
                                              qu’il est mort volontairement ;
                   elle est son trophée, parce que le diable y a été blessé et vaincu,
                        et que la mort y a été vaincue avec lui ;
                              les verrous de l’enfer y ont été brisés,
               et la Croix est devenue
                        le salut du monde entier. ~
                 La Croix est appelée la gloire du Christ,
                                                     et son exaltation.
                                               On voit en elle la coupe désirée,
                                            la récapitulation de tous les supplices
                                         que le Christ a endurés pour nous.
                                    Que la Croix soit la gloire du Christ,
                                écoute-le nous le dire lui-même :
                                                    Maintenant le Fils de l’homme a été glorifié,
                                                       et Dieu a été glorifié en lui.
                                                         Si Dieu a été glorifié en lui,
                                                          Dieu en retour lui donnera sa propre gloire.
                                    Et encore :
                                               Toi, Père, glorifie-moi de la gloire
                                                          que j’avais auprès de toi
                                                     avant le commencement du monde.
                                    Et encore :
                                     Père, glorifie ton nom.
                                       Alors, du ciel vint une voix qui disait :
                                            Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore.
                                                 Cela désignait la gloire
                                                           qu’il devait obtenir sur la Croix. ~
                        Que la Croix soit aussi l’exaltation du Christ,
                                            tu l’apprends lorsqu’il dit lui-même :
                                                 Quand j’aurai été élevé de terre,
                                                        j’attirerai à moi tous les hommes.
                                 Tu vois : la Croix est la gloire
                                                                  et l’exaltation
                                                                        du Christ. »


Dernière édition par Bryand le Sam 15 Sep 2018 - 22:17, édité 1 fois
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Sam 15 Sep 2018 - 20:06

 
    Chaque année le 15 septembre, au lendemain de la Croix glorieuse:
                         Notre-Dame des Douleurs

    Séquence
Stabat Mater dolorosa:
« La Mère douloureuse se tenait debout… »

« Debout, la Mère douloureuse
         près de la croix était en larmes
            devant son Fils suspendu. 

  Dans son âme qui gémissait, toute brisée,
                       endolorie, le glaive était enfoncé. 
        Qu'elle était triste et affligée,
                la Mère entre toutes bénie,
                    la Mère du Fils unique ! 
          Qu'elle avait mal, qu'elle souffrait,
                  la tendre Mère,
                     en contemplant son divin Fils tourmenté ! 
           Quel est celui qui sans pleurer
                pourrait voir la Mère du Christ dans un supplice pareil ? 
             Qui pourrait sans souffrir comme elle
                   contempler la Mère du Christ
                         douloureuse avec son Fils
                 Pour les péchés de tout son peuple
                         elle le vit dans ses tourments,
                                subissant les coups de fouet.
                     Elle vit son enfant très cher mourir
                          dans la désolation alors qu'il rendait l'esprit. 
        Daigne, ô Mère, source d'amour,
                me faire éprouver tes souffrances
               pour que je pleure avec toi
           Fais qu'en mon coeur brûle un grand feu
                  pour mieux aimer le Christ mon Dieu
                             et que je puisse lui plaire. 
         Ô sainte Mère, daigne donc graver
               les plaies du Crucifié profondément dans mon coeur. 
                      Ton enfant n'était que blessures,
                           lui qui daigna souffrir pour moi;
            donne-moi part à ses peines.
                    Qu'en bon fils je pleure avec toi,
          qu'avec le Christ en croix je souffre,
                 chacun des jours de ma vie ! 
                        Être avec toi près de la croix
                         et ne faire qu'un avec toi,
                              c'est le vœu de ma douleur. 
                 Vierge bénie entre les vierges,
                   pour moi ne sois pas trop sévère
                         et fais que je souffre avec toi.
             Que je porte la mort du Christ,
                       qu'à sa Passion je sois uni
            que je médite ses plaies ! 
                      Que de ses plaies je sois blessé,
                         que je m'enivre de la croix et du sang de ton Enfant !


        Pour ne pas brûler dans les flammes,
                  prends ma défense,
                    Vierge Marie, au grand jour du jugement. 
             Christ, quand je partirai d'ici,
                   fais que j'obtienne par ta Mère
                                     la palme de la victoire. 
                   Au moment où mon corps mourra,
                          fais qu'à mon âme
                    soit donnée la gloire du Paradis. 
                                            Amen.   »
--------

---samedi 2018, de la  23e B Similitude. 
1- 1 Corinthiens 10 : 14-22 '' La multitude que nous sommes
                    est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain ''
2-psaume 115 : 12-13, 17-18 (Ps 115 (116b), )
               R/ Seigneur, je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce. (Ps 115 : 17a)
-acclamation  Jean 14 : 23 Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole,
                                       dit le Seigneur ; mon Père l’aimera, et nous 
                                                                        viendrons vers lui. Alléluia.
3- évangile Luc 6 : 43-49 '' Pourquoi m’appelez-vous en disant :
                           “Seigneur ! Seigneur !” et ne faites-vous pas ce que je dis ? ''
4---bréviaire Livre des Lamentations 5 : 1-22 Dieu n’oublie pas son peuple.
5- -+ traité de saint Athanase sur l’Incarnation du Verbe.
                           Un seul est mort pour tous. . . ainsi tous ont passé par la mort.
_____________________________________
1- 1 Corinthiens 10 : 14-22 '' La multitude que nous sommes
                    est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain ''
--intro : En face du péril de l’idolâtrie,
               il faut se montrer prudent.
                     Les fidèles qui reçoivent dans l’Eucharistie
                 le Corps et le Sang du Christ
                           et sont ainsi mystérieusement identifiés
                                       à l’unique Corps du Seigneur,
                      ne peuvent en aucune manière prendre part au culte des idoles.
«    Mes bien-aimés, fuyez le culte des idoles. 
           Je vous parle comme à des personnes raisonnables ;
              jugez vous-mêmes de ce que je dis.
                   La coupe de bénédiction que nous bénissons,
                      n’est-elle pas communion au sang du Christ ?
                 Le pain que nous rompons,
                         n’est-il pas communion au Corps du Christ ? 

                                                                                           SUITE non chantée:
                                                                                             
                       Puisqu’il y a un seul pain,
                   la multitude que nous sommes est un seul corps,
               car nous avons tous part à un seul pain.
            Voyez ce qui se passe chez les Israélites :
               ceux qui mangent les victimes offertes sur l’autel de Dieu,
                   ne sont-ils pas en communion avec lui ?  
                        Je ne prétends pas que la viande offerte aux idoles
                           ou que les idoles elles-mêmes représentent quoi que ce soit.
                               Mais je dis que les sacrifices des païens
                                  sont offerts aux démons, et non à Dieu,
                                     et je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons.  
                   Vous ne pouvez pas boire à la coupe du Seigneur
                                 et en même temps à celle des démons ;
                        vous ne pouvez pas prendre part à la table du Seigneur
                                   et en même temps à celle des démons.
                                             Voulons-nous provoquer
                                          l’ardeur jalouse du Seigneur ?
                                              Sommes-nous plus forts que lui ? »
---------
3- Luc 6 : 43-49 '' Pourquoi m’appelez-vous en disant :
                           “Seigneur ! Seigneur !” et ne faites-vous pas ce que je dis ? ''
--intro : '' Jésus prononce la parabole de l’arbre bon
                                         et de l’arbre mauvais;
                                     il exhorte ensuite les siens
                              à mettre ses paroles en pratique.
                        Comme le discours sur la montagne de Matthieu,
                    l’ensemble se termine par la parabole de la maison fondée sur le roc;
                        ainsi notre vie doit-elle être fondée
                                 sur la pierre ferme
                                       de l’enseignement du Christ.''
«En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : 
           '' Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ;
                        jamais non plus un arbre qui pourrit
                                  ne donne de bon fruit. 
                          Chaque arbre, en effet,
                           se reconnaît à son fruit :

                                on ne cueille pas des figues sur des épines ;
                                  on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces.
                     L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ;
                          et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais :
                             car ce que dit la bouche,
                                c’est ce qui déborde du cœur.  
           Et pourquoi m’appelez-vous en disant :
                 “Seigneur ! Seigneur !”
                     et ne faites-vous pas ce que je dis ? 
                Quiconque vient à moi, écoute mes paroles
                                         et les met en pratique,
                                    je vais vous montrer à qui il ressemble.  
                                 Il ressemble à celui qui construit une maison.
                              Il a creusé très profond
                                      et il a posé les fondations sur le roc.
                         Quand est venue l’inondation,
                      le torrent s’est précipité sur cette maison,
                   mais il n’a pas pu l’ébranler parce qu’elle était bien construite.
               Mais celui qui a écouté et n’a pas mis en pratique
                      ressemble à celui qui a construit sa maison à même le sol,
                            sans fondations. Le torrent s’est précipité sur elle,
                                 et aussitôt elle s’est effondrée ;
                                       la destruction de cette maison a été complète. »
---------
5- -+ traité de saint Athanase sur l’Incarnation du Verbe.
                           Un seul est mort pour tous. . . ainsi tous ont passé par la mort.
 «  Le Verbe qui est Dieu, la Parole du Père très bon,
           n'a pas abandonné le genre humain qu'il avait créé
                  et qui tombait dans la corruption ;
                       par l'offrande de son propre corps,
                          il triompha de la mort qui était devenue leur héritage ;
              il remédia à leur insouciance par son enseignement ;
                    il redressa par sa puissance toute la condition humaine.
       Il suffit d'avoir lu les écrits des théologiens disciples du Sauveur
           pour le confirmer par leur autorité.
             Car ils disent :
                     L'amour du Christ nous saisit
                       quand nous pensons qu'un seul est mort pour tous,


     et qu'ainsi tous ont passé par la mort.
               Car le Christ est mort pour tous
                     afin que nous ne vivions plus pour nous-mêmes,
                         mais pour celui qui pour nous est mort
                                    et ressuscité d'entre les morts,
                                       notre Seigneur Jésus Christ.
            Et encore :
                  Jésus, qui avait été abaissé un peu au-dessous des anges,
                     nous le voyons couronné de gloire et d'honneur
                       à cause de sa passion et de sa mort,
                         si bien qu'il a goûté la mort
                         par la grâce de Dieu,
                                                pour le bien de tous.
                 Ensuite le texte signale
                        pour quel motif il fallait que le Verbe divin,
                                                 et pas un autre,
                                           devienne un homme :
                                                      Il convenait en effet que,
                                                  voulant avoir une multitude de fils
                                               à conduire jusqu'à la gloire,
                                           celui qui est le créateur et le maître de tout
                                               rende parfait,
                                                 par ses souffrances,
                                    le chef qui devait les guider vers leur salut.
                             Cela signifie que relever les hommes de la corruption
                                       qui s'était produite
                                         ne revenait à nul autre qu'au Verbe divin
                              qui les avait créés à l'origine.
                   Quant au fait que le Verbe lui-même a pris un corps
                         en vue d'en offrir le sacrifice pour des corps de même nature,
                           les Écritures l'indiquent aussi par ces mots :
                         Puisque les enfants
                            ont en commun le sang et la chair,
                               lui-même y participa également,
                                   afin de réduire à l'impuissance,
                                     par sa mort,
                                        celui qui possédait le pouvoir de la mort,
                                         c'est-à-dire le démon,
                              et d'affranchir tous ceux qui,
                        toute leur vie, avaient vécu sous l'esclavage,
                                         par crainte de la mort.
                                En effet, par l'immolation de son propre corps,
                                      il a mis fin à la loi portée contre nous,
                                           et il a renouvelé le principe de notre vie,
                                              en nous donnant l'espérance de la résurrection.
                                      En effet, c'est à partir des hommes
                                          que la mort a dominé sur les hommes;
                                                   en retour, c'est par l'incarnation du Verbe divin
                                            que s'est produite la destruction de la mort
                                                                 et la résurrection de la vie,
                                        comme le dit l'Apôtre porte-Christ :
                                                La mort étant venue par un homme,
                                                   c'est par un homme aussi que vient la résurrection.
                                           En effet, c'est en Adam que meurent tous les hommes :
                                                        de même, c'est dans le Christ que tous revivront. ~
                    À présent, nous ne mourons plus comme destinés à la condamnation,
                                                                    mais comme devant nous réveiller ;
                                      nous attendons la résurrection générale de tous,
                                          que Dieu nous fera voir au temps fixé,
                                      car c'est lui qui la réalisera
                                et nous en donnera la grâce»
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Lun 17 Sep 2018 - 18:47

 
   Les mêmes thèmes s'entrecoupent et sont médités
          dans les cycles liturgiques
               pour  approfondir la Paroles de Dieu .
      C'est pourquoi les lectures des dimanches sont choisies
            afin de compléter les enseignements sur le thème abordé.
   Dimanche et lundi de la 24e semaine:

___________________________________

---dimanche 16 septembre 2018  24e B
                            —Isaïe : Le combat contre soi-même :
                                      encaisser les coups et ne pas les rendre
                            —Jacques : La vraie foi se montre par les œuvres:
                                                        mettre en pratique pour ne pas se faire illusion...
                              —Marc : Profession de foi de Pierre qui apprendra (avec tous les apôtres)
                                                             ce qu’est  mettre tout leur cœur à l’œuvre de Dieu.
1-Isaïe 50 : 5-9a  « J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient »
 2-psaume 115 : 1-2, 3-4, 5-6, 8-9 (Ps 115 (116 A), )
                         R/ Je marcherai en présence du Seigneur
                                    sur la terre des vivants. Alléluia ! (Ps 114 : 9)
3-Jacques 2 : 14-18 « La foi, si elle n’est pas mise en œuvre,
                                                                  est bel et bien morte »
-acclamation  Galates 6 : 14 Que la croix du Seigneur soit ma seule fierté !
                                                              Par elle, le monde est crucifié pour moi,
                                                                                    et moi pour le monde. Alléluia.
4- évangile Marc 8 : 27-35   «     —... Qui suis-je?
                                                 — « Tu es le Christ…    »
                                 Pour votre salut:  Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup »
5-bréviaire Ézéchiel 1 : 3-14, 22-28a Vision d’Ézéchiel 
6-sermon de saint Augustin sur les pasteurs La charge du pasteur.
- -
_____________________________________
---lundi 17 septembre 2018  24e B Fraction du Pain.
1-1Corinthiens 11 : 17-26 « Si, parmi vous, il existe des divisions,
                            ce n’est plus le repas du Seigneur que vous prenez »
2-psaume 39 : 7-8a, 8b-9, 10, 17 (Ps 39 (40), )
                              R/ Proclamez la mort du Seigneur,
                                       jusqu’à ce qu’il vienne. (1 Corinthiens 11 : 26b)
-acclamation  Jean 3 : 16  Dieu a tellement aimé le monde
                                        qu’il a donné son Fils unique,
                        afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle. Alléluia. (Jean 3 : 16)
3- évangile Luc 7 : 1-10 « Même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! »
4---bréviaire Ézéchiel 2 : 8—3 : 11, 16-21. Vocation d’Ézéchiel.  Mange ce rouleau.  
5-- -+ sermon de saint Augustin sur les pasteurs Le pasteur doit-il vivre du troupeau?
 - -
_____________________________________
1-Isaïe 50 : 5-9a  « J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient »
---intro : Le Prophète persécuté
                 par ses compatriotes
                   et par le pouvoir occupant
                            apprend de Dieu comment réagir :
                                 encaisser les coups et ne pas les rendre.
                                         (Ce sera dans ce sens que Pierre et les Apôtres l’apprendront
                                                 [dans la lecture de l’évangile]) .
                              Il doit ainsi remettre sa défense à Dieu lui-même,
                                       car c'est à cause de la Parole qu'il en est là.
                   Ainsi sera Jésus Christ :
                      accueillant les injures
                             pour que le cœur de l'homme soit purgé de la haine.
                   Que répondre à '' l'épuisé '',
                                           au militant contredit,
                                             au missionnaire emprisonné,
                                               au non-violent ridiculisé ?
                          Que l'hostilité est le dernier sursaut de la peur,
                               qu'il faut la recevoir de plein fouet pour que sa virulence s'éteigne,
                                 que l’amour doit suivre
                                   la logique impitoyable de la croix:
                                         mourir de la haine des autres
                                            pour que les autres revivent de notre amour.
«    Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille,
               et moi, je ne me suis pas révolté,
                  je ne me suis pas dérobé. 
                     J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient,
                          et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe.
                       Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats. 
               Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ;
                   c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages,
                     c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre :
                         je sais que je ne serai pas confondu.
                 Il est proche, Celui qui me justifie.    
                                                                                 
                        
             Quelqu’un veut-il plaider contre moi ?
                                            Comparaissons ensemble !
                     Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ?
                                              Qu’il s’avance vers moi ! 
                Voilà le Seigneur mon Dieu,            
                                il prend ma défense ; qui donc me condamnera ? »
--------
2-psaume 115 : 1-2, 3-4, 5-6, 8-9 (Ps 115 (116 A), )
                            R/ Je marcherai en présence du Seigneur
                                       sur la terre des vivants. Alléluia ! (Ps 114 : 9)

     J’aime le Seigneur :
            il entend le cri de ma prière ;
                  il incline vers moi son oreille :                            
               toute ma vie, je l’invoquerai.

     —J’étais pris dans les filets de la mort,
            retenu dans les liens de l’abîme,
                 j’éprouvais la tristesse et l’angoisse ;
              j’ai invoqué le nom du Seigneur :
           '' Seigneur, je t’en prie, délivre-moi ! ''

     —Le Seigneur est justice et pitié,
           notre Dieu est tendresse.
               Le Seigneur défend les petits :
            j’étais faible, il m’a sauvé.

     —Il a sauvé mon âme de la mort
           gardé mes yeux des larmes
               et mes pieds du faux pas.
             Je marcherai en présence du Seigneur
          sur la terre des vivants.
-------
3-Jacques 2 : 14-18 « La foi, si elle n’est pas mise en œuvre,
                                                                  est bel et bien morte »
--intro : La pensée de Saint Jacques est-elle contre la doctrine de saint Paul ?
            Ne croirait-on pas que Jacques reprend à l'envers
                    les raisonnements de Paul
                          dans les lettres aux Romains (ch. 4)
                                                    et aux Galates (ch. 3) ?
         Pour Paul (et tout le Nouveau Testament),
                   nos bonnes actions ne nous donnent aucun droit sur Dieu.
              L'amour de Dieu pour nous est absolument gratuit :
                  c'est Dieu qui nous a aimés le premier
                       alors que nous ne l'aimions pas.
                     Tout ce que nous pouvons faire, c'est croire en cet amour ;
                               la foi et la foi seule nous met
                                                     '' à hauteur de Dieu ''.
                              Après l’avoir compris, nous constatons que
                                    Jacques ne dit pas différemment.
                   Il ne fait que préciser
                 (comme Paul d'ailleurs)
                             qu'une foi vraie
                                            doit entraîner à des actes et particulièrement
                                                            à des actes d'amour pour les pauvres.
  «      Mes frères,  si quelqu’un prétend avoir la foi, 
                        sans la mettre en œuvre,  à quoi cela sert-il ? 
                            Sa foi peut-elle le sauver ?
                   Supposons qu’un frère ou une sœur
                         n’ait pas de quoi s’habiller, 
                           ni de quoi manger tous les jours ; 
                               si l’un de vous leur dit : '' Allez en paix !
                                        Mettez-vous au chaud,  et mangez à votre faim ! ''
                                 sans leur donner le nécessaire pour l'aider à vivre, 
                                   à quoi cela sert-il ? 
                        Ainsi donc, la foi, si elle n’est pas mise en œuvre,
                                est bel et bien morte.
                            En revanche, on va dire :
                              '' Toi, tu as la foi ;  moi, j’ai les œuvres. 
                                          Montre-moi donc ta foi sans les œuvres ;
                                 moi, c’est par mes œuvres
                                     que je te montrerai la foi. » 
                                                                    / Montre-moi le chemin!
                                  Envoie-moi
                                    où tu voudras
                               Seigneur! Parle-moi de tes plans!

--------
4- Marc 8 : 27-35   «     —... Qui suis-je?
                                     — « Tu es le Christ…    »
--intro : L'opposition pharisienne croît,   
                 les Hérodiens complotent la perte de Jésus,
                    Jean-Baptiste a été décapité.
             Qu'en sera-t-il de Jésus et de ses disciples ?
                   Jésus comprend, pour sa part,
                       qu'il aura le sort des Prophètes :
                                      la persécution et le martyre.
               Mais ses disciples sont loin (pour l’instant)
                      de se rendre compte du sort de Jésus et du leur.
                              Deux préoccupations donc pour Jésus :
                                      leur montrer d'abord que ses titres messianiques
                                                                           ne le dispensent pas de la mort :
                                                               il sera un Christ souffrant,
                                                                               le « Serviteur » décrit par les Prophètes.
                               Les convaincre ensuite que la foi en son message
                      n'est pas suffisante ;
                                             encore faut-il croire en sa personne
                                                      et le suivre en toute confiance, sans douter de lui.
                                         Jésus n'emporte pas leur conviction :
                                   Pierre veut bien professer sa foi au Christ,
                                          mais il ne veut pas croire au sens de son échec
                                                  («Non Seigneur : cela ne t’arrivera pas !»).
                            Ce qui lui valut une leçon afin de bien inculquer (à tous)
                            le vrai sens de sa Mission de Rédempteur
                             venu en ce monde pour être élevé sur la Croix
                          Pierre fera tout pour défendre la théologie du Christ
                                    et réunira autant de conciles qu'il sera nécessaire,
                                           mais il ne comprendra que plus tard que ''l'échec''
                                                 et l'insécurité fût révélatrices du projet de Dieu
                                            en Jésus Christ pour le salut du monde..
                                Dans l'Église, au cours des siècles,
                                        face à certains qui profileront des sectes,
                                              les formations incomplètes resteront à surveiller  … ;
                                                aussi longtemps que le Royaume n'est pas venu,
                                                    il y aura en plusieurs
                                                        une résistance fondamentale
                                                           à la personne de Jésus.
« En ce temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples,
           vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. 
                  Chemin faisant, il interrogeait ses disciples :
                           '' Au dire des gens, qui suis-je ? '' 
                           Ils lui répondirent :  '' Jean le Baptiste ; 
                                                  pour d’autres, Élie ;
                                             pour d’autres, un des prophètes. ''  
                                 Et lui les interrogeait :  '' Et vous, que dites-vous ?
                                                      Pour vous, qui suis-je ? ''
                                                                 Pierre, prenant la parole, lui dit :
                                                                                                '' Tu es le Christ. ''

 
      Alors, il leur défendit vivement  de parler de lui à personne.
                    Il commença à leur enseigner
                                quil fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup
                                        qu’il soit rejeté par les anciens,
                                                  les grands prêtres et les scribes, 
                                             qu’il soit tué, 
                                               et que, trois jours après, il ressuscite
                    Jésus disait cette parole ouvertement.
                                   Pierre, le prenant à part, 
                                       se mit à lui faire de vifs reproches.
                                             Mais Jésus se retourna  et, voyant ses disciples,
                                                    il interpella vivement Pierre :
                                                          '' Passe derrière moi, Satan !
                                                                Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, 
                                                                       mais celles des hommes. ''
                                    Appelant la foule avec ses disciples,
                                 il leur dit : 
                            '' Si quelqu’un veut marcher à ma suite, 
                        qu’il renonce à lui-même, 
                     qu’il prenne sa croix  et qu’il me suive.  
                          Car celui qui veut sauver sa vie  la perdra ; 
                             mais celui qui perdra sa vie
                                    à cause de moi
                                       et de l’Évangile 
                                                la sauvera. »
--------
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mer 19 Sep 2018 - 17:24

 
   Les mêmes thèmes s'entrecoupent et sont médités
          dans les cycles liturgiques
               pour  approfondir la Paroles de Dieu .
      C'est pourquoi les lectures des dimanches sont choisies
            afin de compléter les enseignements sur le thème abordé,
           Et tout au cours de chaque semaine les lectures se complètent.
 Mardi et mercredi de la 24e semaine, années paires

___________________________________

---mardi 18 septembre 2018  24e B Fraction du Pain.
1-1 Corinthiens 12 : 12-14, 27-31a « Vous êtes le corps du Christ
                                                                 et, chacun pour votre part,
                                                              vous êtes membres de ce corps »
2-psaume 99 :  1-2, 3, 4, 5 (Ps 99 (100),)
                  R/ Nous sommes son peuple, son troupeau. (cf. Ps 99 : 3c)
-acclamation  Luc 7 : 16 Un grand prophète s’est levé parmi nous,
                                                                    et Dieu a visité son peuple.
3- évangile Luc 7 : 11-17 Jeune homme je te l’ordonne lève-toi!
4---bréviaire Ézéchiel 8 : 1-6, 16—9 : 11 Pratiques abominables d’Israël.  
5-sermon de saint Augustin sur les pasteurs Ce que je cherche
                                                               c’est que vous portiez du fruit.   
 - -
_____________________________________
---mercredi 19 septembre 2018  24e B Seul l’Amour rend véritable …   
1-1 Corinthiens 12 : 31—13 : 13 « Ce qui demeure aujourd’hui,
                                                        c’est la foi, l’espérance et la charité ;
                                                            mais la plus grande des trois, c’est la charité »
2-psaume 32 : 2-3, 4-5, 12.22 (Ps 32 (33), )
                   R/ Heureux le peuple que le Seigneur
                                   s'est choisi pour domaine. (cf. Ps 32 : 12)
-acclamation  Jean 6 : 63, 68. Tes paroles, Seigneur,
                                         sont esprit
                                                       et elles sont vie ;
                              tu as les paroles de la vie éternelle. Alléluia. (cf. Jn 6 : 63c.68c) 
3- évangile Luc 7 : 31-35 « Nous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé.
                                     Nous avons chanté des lamentations, et vous n’avez pas pleuré »
4---bréviaire Ézéchiel 10 : 18-22; 11 : 14-25 La gloire du Seigneur quitte le Temple.
5-- -+ sermon de saint Augustin sur les pasteurs Les pasteurs
                                                              ne doivent-ils pas paître le troupeau?
 - -
_____________________________________
4---bréviaire Ézéchiel 8 : 1-6, 16—9 : 11 Pratiques abominables d’Israël.  
   Vision d'Ézéchiel:

  --intro : Le Temple,
              en qui les Judéens
                   mettaient une superstitieuse confiance
                        n’est plus, au dernier temps de l’exil,
                             qu’un repaire d’idolâtrie
                                  qu’Ézéchiel découvre avec horreur.
                                          L’honneur de Dieu ne lui permet pas de rester indifférent;
                                          mais dans sa colère,
                                  il saura épargner les fidèles
     
--Qui est le peuple de Dieu?
              Hier on se posait la question que Jésus a posée: ''Qui suis-je?''
                          Aujourd'hui on se pose
                               la question: Qui est le peuple de Dieu?
«   La sixième année de la première déportation,
              le sixième mois, le cinq du mois,
                     j’étais assis dans ma maison,
                        et les anciens de Juda étaient assis devant moi ;
            là s’abattit sur moi la main du Seigneur Dieu.
                J’ai vu : il y avait quelqu’un qui avait l’aspect d’un homme.
                À partir de ce qui semblait être ses reins et au-dessous, c’était du feu ;
                       à partir de ses reins et au-dessus, c’était une sorte d’éclat,
                                                                               comme un scintillement de vermeil.
                  Il étendit comme une main et me saisit par une mèche de cheveux.
                    L’esprit me souleva entre ciel et terre.
                            Il m’emmena jusqu’à Jérusalem,
                                       en des visions divines, à l’entrée de la porte intérieure,
                                                    celle qui est tournée vers le nord ;
                                                        là se trouve le siège de l’idole de la jalousie,
                                                            qui provoque l’ardeur jalouse de Dieu.
                      Voici que la gloire du Dieu d’Israël était là,
                  pareille à la vision que j’avais eue dans la vallée.
                   Il me dit : '' Fils d’homme, lève donc les yeux en direction du nord. ''
                                               Je levai les yeux en direction du nord,
                                                  et voici : au nord de la porte, il y avait un autel ;
                                                     dans le passage se trouvait cette idole de la jalousie.
                       Il me dit : '' Fils d’homme, vois-tu ce qu’ils font ?
                                                                    Vois-tu les grandes abominations
                                                                         que la maison d’Israël commet ici
                                                                             pour m’éloigner de mon sanctuaire ?
                              Tu vas voir encore de grandes abominations ! ''
                          Il m’emmena vers la cour intérieure de la Maison du Seigneur :
                             voici qu’à l’entrée du sanctuaire du Seigneur,
                                     entre le Vestibule et l’autel,
                                         il y avait environ vingt-cinq hommes
                                                  tournant le dos au sanctuaire du Seigneur,
                                                    et le visage vers l’orient.
                                   Ils se prosternaient en direction de l’orient, vers le soleil.
                    Et il me dit : '' Tu as vu, fils d’homme ?
                                                 Est-ce trop peu pour la maison de Juda
                                           de commettre les abominations qu’ils commettent ici ?
                                      Oui, ils remplissent le pays de violence,
                                 ils provoquent encore mon indignation :
                           les voici qui élèvent le rameau jusqu’à leur nez !
                       À mon tour d’agir avec fureur ;
                    je n’aurai pas un regard de pitié,
                            je n’épargnerai personne.
                               Ils auront beau crier à mes oreilles d’une voix forte,
                                                                                  je ne les écouterai pas. ''
                           J’entendis le Seigneur Dieu
                                       me crier d’une voix forte :
                                                    '' Ils sont tout proches, les châtiments de Jérusalem,
                                                           et chacun tient à la main son arme de mort. ''
                              Alors six hommes s’avancèrent, venant de la porte supérieure,
                                                                                             celle qui est du côté nord.
                                 Chacun tenait à la main son arme de destruction.
                                      Au milieu d’eux, un homme, vêtu de lin,
                                                portant à la ceinture une écritoire de scribe.
                                Ils s’avancèrent, et s’arrêtèrent près de l’autel de bronze.
                                         La gloire du Dieu d’Israël s’éleva
                                                         au-dessus des Kéroubim où elle reposait,
                                     et se dirigea vers le seuil de la Maison du Seigneur.
                                 Alors le Seigneur appela l’homme vêtu de lin,
                            portant à la ceinture une écritoire de scribe.
                   Il lui dit : '' Passe à travers la ville, à travers Jérusalem,
                                                et marque d’une croix au front                 
                                                     ( texte latin:  signa thau )
                                      ceux qui gémissent et qui se lamentent
                                sur toutes les abominations qu’on y commet. ''   
                   Puis j’entendis le Seigneur dire aux autres :
                    '' Passez derrière lui à travers la ville, et frappez.
                 N’ayez pas un regard de pitié, n’épargnez personne :
           vieillards et jeunes gens, jeunes filles, enfants, femmes, ...
                                           exterminez-les.
                  Mais tous ceux qui sont
                               marqués au front,
                                 ne les touchez pas.

        Commencez l’extermination par mon sanctuaire. ''
                  Ils commencèrent donc par les vieillards qui adoraient les idoles
                                                                             à l’entrée de la Maison du Seigneur.
                         Le Seigneur ajouta : '' Rendez impure cette Maison,
                                                          emplissez les cours de cadavres, puis sortez ! ''
                             Ils sortirent donc et frappèrent à travers la ville.
                                Or pendant qu’ils frappaient, j’étais resté seul ;
                                   je tombai face contre terre et je criai :
                                      '' Ah ! Seigneur Dieu, vas-tu exterminer tout ce qui reste d’Israël
                                               en déversant ta fureur sur Jérusalem ? ''
                           Il me dit : '' La faute de la maison d’Israël et de Juda est grande, immense.
                                                    Le pays est rempli de sang, la ville est pleine de perversité.
                                                         Ils disent : “Le Seigneur a abandonné le pays,
                                                                                        le Seigneur ne voit plus rien.”
                                         Eh bien ! moi, je n’aurai pas un regard de pitié,
                                                             je n’épargnerai personne.
                                                  Je ferai retomber leur conduite sur leur tête. ''
                                 Et voici que l’homme vêtu de lin,
                                             portant à la ceinture une écritoire,
                                               revint et rendit compte en ces termes :
                                                   '' J’ai fait comme tu me l’avais ordonné. »
--------
2-psaume 32 : 2-3, 4-5, 12.22 (Ps 32 (33), )
                                     R/ Heureux le peuple que le Seigneur
                                              s’est choisi pour domaine. (cf. Ps 32 : 12)
     —Rendez grâce au Seigneur sur la cithare,
          jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.
                  Chantez-lui le cantique nouveau,
              de tout votre art soutenez l’ovation.

     —Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ;
           il est fidèle en tout ce qu’il fait.
                 Il aime le bon droit et la justice ;
              la terre est remplie de son amour.

     —Heureux le peuple
                        dont le Seigneur est le Dieu,

           heureuse la nation
                  qu’il s’est choisie pour domaine !
               Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
            comme notre espoir est en toi !

---------
1-1 Corinthiens 12 : 31—13 : 13 « Ce qui demeure aujourd’hui,
                                                        c’est la foi, l’espérance et la charité ;
                                                            mais la plus grande des trois, c’est la charité »
--intro : Surpassant tous les dons spirituels, la charité
              est glorifiée par un hymne enthousiaste.
                Sans la charité, les autres dons n’ont aucune valeur.
                 La charité rattache à elle, et fait grandir
                                      (elle est la tutrice)
                                  de toutes les autres vertus,
                    car elle appartient au monde éternel
                                           et met en contact immédiat avec Dieu.

«  Frères,  recherchez avec ardeur
            les dons les plus grands.
                Et maintenant, je vais vous indiquer le chemin par excellence.
                      J’aurais beau parler toutes les langues
                           des hommes et des anges,
                             si je n’ai pas la charité,
                              s’il me manque l’amour,
                                        je ne suis qu’un cuivre qui résonne,
                                                             une cymbale retentissante. 
                        J’aurais beau être prophète,
                               avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu,
                         j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes,
                                   s’il me manque l’amour,
                                                   je ne suis rien. 

   
  voir à l'intérieur du spoiler:
                 
«Aimer c'est tout donner» Soeur Thérèse de l'Enfant-Jésus" ...   cliquer pour voir:

J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés,
                    j’aurais beau me faire brûler vif,
                                  s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.
         L’amour prend patience ;
            l’amour rend service ;
               l’amour ne jalouse pas ;
                 il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ;
                    il ne fait rien d’inconvenant ;
                     il ne cherche pas son intérêt ;
                      il ne s’emporte pas ;
                       il n’entretient pas de rancune ;
                         il ne se réjouit pas de ce qui est injuste,
                              mais il trouve sa joie
                              dans ce qui est vrai ;
                    il supporte tout,
                  il fait confiance en tout,
              il espère tout,
           il endure tout.
      L’amour ne passera jamais.
          Les prophéties seront dépassées,
           le don des langues cessera,
              la connaissance actuelle sera dépassée. 
                 En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles.
                      Quand viendra l’achèvement,
                      ce qui est partiel sera dépassé.  
                              Quand j’étais petit enfant,
                                   je parlais comme un enfant,
                                                        je pensais comme un enfant,
                                                               je raisonnais comme un enfant.
                              Maintenant que je suis un homme, j’ai dépassé ce qui était propre à l’enfant. 
                            Nous voyons actuellement de manière confuse,
                       comme dans un miroir ;
                 ce jour-là, nous verrons face à face.
              Actuellement, ma connaissance est partielle ;
          ce jour-là, je connaîtrai parfaitement,
                                            comme j’ai été connu.
                        Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi,
                                                                        l’espérance
                                                                       et la charité ;
                             mais la plus grande des trois,
                                                        c’est la charité. »
----------
3- Luc 7 : 31-35 « Nous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé.
                                     Nous avons chanté des lamentations, et vous n’avez pas pleuré »
--intro : Dans une petite parabole,
                   Jésus se plaint de l’incrédulité du peuple
                           qui n’a cru ni en Jean-Baptiste ni en lui.
                       Mais '' la sagesse de Dieu a été justifiée
                                             par tous ses enfants '',
                                        c’est-à-dire par ceux qui ont cru.
«   En ce temps-là, Jésus disait à la foule:
             '' À donc vais-je comparer les gens de cette génération ?
                  À qui ressemblent-ils ?
          Ils ressemblent à des gamins assis sur la place,
               qui s’interpellent en disant :
                     “Nous avons joué de la flûte,
                         et vous n’avez pas dansé.
                       Nous avons chanté des lamentations,
                           et vous n’avez pas pleuré.” 
                 Jean le Baptiste est venu, en effet ;
                           il ne mange pas de pain, il ne boit pas de vin,
                                 et vous dites :
                                   “C’est un possédé !”
                   Le Fils de l’homme est venu ;
                          il mange et il boit,
                                  et vous dites :
                                        “Voilà un glouton et un ivrogne,
                                              un ami des publicains et des pécheurs.” 
                            Mais, par tous ses enfants,
                la sagesse de Dieu
                    a été reconnue juste»          

avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Dim 23 Sep 2018 - 19:28

 
        ---dimanche 23 septembre 2018  25e
                         Sagesse : Procès des justes par ceux qui ont mauvaises conscience 
                           Jacques :  Ceux qui font la guerre à cause de leurs convoitises. . .
                            Marc    : On ne doit pas chercher notre intérêt mais celui de Dieu : Servir.
1-Sagesse 2 : 12, 17-20 '' Condamnons-le à une mort infâme »''
2-psaume 53 : 3-4, 5, 6.8 (Ps 53 (54), ) R/ Le Seigneur est mon appui entre tous. (Ps 53 : 6b)
3-Jacques 3 : 16—4 : 3 '' C’est dans la paix qu’est semée la justice,
                                                     qui donne son fruit aux artisans de paix ''
-acclamation  2 Thessaloniciens 2 : 14   Par l’annonce de l’Évangile
                                                                        Dieu nous appelle à partager
                                                              la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. Alléluia.
4- évangile Marc 9 : 30-37 « Le Fils de l’homme est livré…
                    Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le serviteur de tous »
5-bréviaire Ézéchiel 24 : 15-27 Épreuves personnelles du prophète.
-6-sermon de saint Augustin sur les pasteurs
                                          '' Dites aux cœurs bouleversés : Courage, ne craignez pas... ''
 - -
_____________________________________
1-Sagesse 2 : 12, 17-20 '' Condamnons-le à une mort infâme ''
--intro : inspiré de La Bible du dimanche, années B, éd. du Cerf; éd. du Centurion:
              Depuis les temps les plus reculés, 
                 depuis Caïn, les hommes, même des ''croyants'', 
                   n'ont cessé de tout mettre en œuvre pour faire taire les justes
                       Ainsi les Pharisiens ont fait taire Jésus, 
                       et des têtes fortes des Inquisitions ont condamné des saints, 
                           car la présence du juste ne cesse de dénoncer les prétextes. 
                Aveuglés par leurs bonnes raisons, 
                  certains (même un grand nombre, au cours des siècles est constaté . . . ) 
                       souhaitent la mort du juste 
                         et ils camouflent ce désir en justification religieuse : 
                              '' L'heure vient où on vous tuera 
                                             en estimant rendre un culte à Dieu '' (Jean 16 : 2).
                                        À la vue de celui qui fut ainsi moqué et mis à mort, 
                                           le bourreau, un jour, 
                                            a dû témoigner : celui-là était le Fils de Dieu...  
«Ceux qui méditent le mal se disent en eux-mêmes : 
         '' Attirons le juste dans un piège, 
                car il nous contrarie,
                        il s’oppose à nos entreprises, 
                         il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu, 
                           et nous accuse d’infidélités à notre éducation. 
                             Voyons si ses paroles sont vraies, 
                        regardons comment il en sortira.  
                     Si le juste est fils de Dieu, 
                  Dieu l’assistera, et l’arrachera 
                                      aux mains de ses adversaires.     / Dieu tend la main 
                                           et délivre ses enfants: 
     Soumettons-le à des outrages et à des tourments ;
         nous saurons ce que vaut sa douceur, 
            nous éprouverons sa patience. 
             Condamnons-le à une mort infâme, 
                puisque, dit-il, quelqu’un interviendra pour lui. »   
--------
2-psaume 53 : 3-4, 5, 6.8 (Ps 53 (54), ) 
            R/ Le Seigneur est mon appui entre tous. (Ps 53 : 6b)

     —Par ton nom, Dieu, sauve-moi,
          par ta puissance rends-moi justice ;
              Dieu, entends ma prière,
            écoute les paroles de ma bouche.

     —Des étrangers se sont levés contre moi,
           des puissants cherchent ma perte :
         ils n’ont pas souci de Dieu.

     —Mais voici que Dieu vient à mon aide,
          le Seigneur est mon appui entre tous.
               De grand cœur, je t’offrirai le sacrifice,
            je rendrai grâce à ton nom, car il est bon !
--------
3-Jacques 3 : 16—4 : 3 '' C’est dans la paix qu’est semée la justice,
                                                     qui donne son fruit aux artisans de paix ''
---intro : Qui a déclaré la guerre ? 
              Nous tous, répond saint Jacques. 
                Notre méfiance, 
                  notre convoitise, 
                   notre avarice, 
               voilà les racines de toute guerre. 
             Il n'y aurait pas de guerre si nous tournions nos désirs 
          vers les vrais biens, la foi, l'amour, l'espoir, 
                      ces biens qu'on n'hésite pas à partager, 
                        ces biens que Dieu ne peut pas refuser à toute vraie prière (v. 3). 
       Quand la paix de Dieu envahit un coeur, 
               il n'éprouve plus d'envie.
                 Certes, tant que le mal est installé dans le monde, 
                    la lutte est nécessaire. 
                Mais notre orgueil et notre rapacité 
             peuvent faire dégénérer des confrontations salutaires en défense d'intérêts sordides. 
           Il faut vérifier constamment à quelle source nous puisons nos raisons de lutter : 
                                                                    si l'on veut une récolte de justice,
                                                                      il faut semer dans un esprit de paix.
     «Bien-aimés,  la jalousie et les rivalités 
            mènent au désordre et à toutes sortes d’actions malfaisantes.  
                Au contraire, la sagesse qui vient d’en haut 
                  est d’abord pure, 
                         puis pacifique, 
                             bienveillante, 
                                conciliante, 
                                   pleine de miséricorde 
                                      et féconde en bons fruits
                                              sans parti pris, sans hypocrisie. 
                  C’est dans la paix qu’est semée la justice,
                               qui donne son fruit aux artisans de la paix
                            D’où viennent les guerres, d’où viennent les conflits entre vous ? 
                         N’est-ce pas justement de tous ces désirs qui mènent leur combat en vous-mêmes ? 
                      Vous êtes pleins de convoitises 
                                        et vous n’obtenez rien,
                                                    alors vous tuez ; 
                         vous êtes jaloux 
                                          et vous n’arrivez pas à vos fins, 
                                                      alors vous entrez en conflit 
                                                 et vous faites la guerre.
                              Vous n’obtenez rien parce que vous ne demandez pas ; 
                               vous demandez, mais vous ne recevez rien ; 
                                  en effet, vos demandes sont mauvaises, 
                                     puisque c’est pour tout dépenser en plaisirs.   »
-------
5-bréviaire Ézéchiel 24 : 15-27 Épreuves personnelles du prophète.
--intro : Solidaire de son peuple pour le meilleur et pour le pire, 
                   le prophète annonce, à l’occasion d’un deuil,  
                        celui qui va frapper la nation tout entière. 
                            Si brutale sera la catastrophe finale 
                                 qu’aucune cérémonie funèbre ne sera possible.
                     Mais bientôt pour les exilés la parole de Dieu 
                            se fera à 
                       nouveau entendre et 
                                                   convertira les cœurs.      
     
«     La parole du Seigneur me fut adressée :
                '' Fils d’homme, je vais te prendre subitement la joie de tes yeux. 
                        Tu ne feras pas de lamentation, tu ne pleureras pas, 
                                                 tu ne laisseras pas couler tes larmes.
                                            Soupire en silence, ne prends pas le deuil ; 
                                         enroule ton turban sur ta tête, chausse tes sandales, 
                                     ne voile pas tes lèvres, ne prends pas le repas funéraire. ''
                         Le matin, je parlais encore au peuple, 
                           et le soir ma femme mourut.
                                  Le lendemain matin, je fis ce qui m’avait été ordonné.
                      Les gens me dirent : '' Vas-tu nous expliquer ce que tu fais là ? 
                  Qu’est-ce que cela veut dire pour nous ? ''
        Je leur répondis :  
                     '' La parole du Seigneur m’a été adressée :
                              Dis à la maison d’Israël : 
                            Ainsi parle le Seigneur Dieu : 
                         Je vais profaner mon sanctuaire,
                                                   votre orgueil et votre force, 
                                                     la joie de vos yeux, 
                                                       la passion de votre cœur. 
                                            Vos fils et vos filles, 
                                                 que vous avez laissés à Jérusalem, 
                                                    tomberont par l’épée.
                            Vous ferez alors comme je viens de faire : 
                         vous ne voilerez pas vos lèvres, 
                       vous ne prendrez pas le repas funéraire,
                   vous mettrez vos turbans, 
             et vous chausserez vos sandales. 
          Vous ne ferez pas de lamentation, 
       vous ne pleurerez pas. 
            Mais vous pourrirez dans vos péchés, 
               et vous gémirez tous ensemble.
                    Ézékiel sera pour vous un signe : 
                       tout ce qu’il a fait, vous le ferez. 
                            Et quand cela arrivera, 
                                vous saurez que 
                 Je suis le Seigneur Dieu.
           Et toi, fils d’homme,
              le jour où je leur prendrai leur force, 
                               leur allégresse et leur parure, 
                                 la joie de leurs yeux, 
                                  le délice de leur vie, 
                                       leurs fils et leurs filles,
                  ce jour-là, arrivera vers toi un rescapé 
                                            pour faire entendre la nouvelle.
                      Ce jour-là, ta bouche s’ouvrira pour parler au rescapé : 
                            tu parleras et tu ne seras plus muet ;
                               tu seras pour eux un signe.
                            Alors ils sauront que Je suis le Seigneur. »
-------
-6-sermon de saint Augustin sur les pasteurs
                                          '' Dites aux cœurs bouleversés : 
                                                            Courage, ne craignez pas... ''
«    La brebis chétive, vous ne lui avez pas rendu des forces, dit le Seigneur. 
          Il s'adresse aux mauvais pasteurs, 
              aux faux pasteurs, 
                 aux pasteurs qui cherchent leurs propres intérêts,
                              non ceux de Jésus Christ
           Ils profitent du lait et de la laine,
              ils ne s'occupent absolument pas des brebis 
                     et ne fortifient pas celle qui va mal.
                   Entre le chétif, c'est-à-dire celui qui n'est pas solide 
                                     (car on dit aussi que les malades sont chétifs), 
                                  donc plutôt entre le faible et le malade, 
                                        c'est-à-dire celui qui va mal, 
                                voici, me semble-t-il, quelle est la différence.
                      Cette distinction, mes frères, que nous essayons de faire vaille que vaille, 
                    peut-être, avec plus de précision, pouvons-nous mieux la faire, 
                ou un autre plus habile ou au cœur plus lumineux. 
             Pour l'instant, ne vous y trompez pas,
                j'explique les mots de l'Écriture comme je les comprends. 
                   Pour ce qui est du faible, il ne faut pas que la tentation lui arrive, 
                       car on doit craindre qu'elle ne le brise. 
      Tandis que l'homme languissant est déjà malade, 
             par une certaine convoitise qui l'empêche d'entrer 
               dans le chemin de Dieu
                  de se soumettre au joug du Christ.
          Considérez ces hommes qui veulent vivre bien, 
              qui ont déjà décidé de vivre bien, 
                 et qui sont moins capables de souffrir le mal 
                                     qu'ils ne sont prêts à faire le bien. 
               La fermeté chrétienne ne consiste pas seulement à faire ce qui est bon, 
                  mais aussi à supporter ce qui est mauvais. 
            Ceux qui paraissent fervents pour de bonnes actions, 
                          mais ne peuvent ni ne veulent tolérer des souffrances imminentes, 
                       sont des faibles. 
              Ceux qui, aimant le monde, sont détournés des bonnes actions par une convoitise mauvaise, 
                            sont immobilisés par la langueur et la maladie, 
                          et du fait de cette langueur, qui semble leur enlever toutes leurs forces, 
                      ils ne peuvent rien accomplir de bon.
              Tel fut, dans son âme,
                le paralytique que ses porteurs, 
                   ne pouvant l'amener jusqu'au Seigneur,
                        firent descendre par le toit qu'ils venaient d'ouvrir. 
                              C'est comme si, dans ton âme,
                                 tu voulais réussir à ouvrir le toit 
                                      et à déposer devant le Seigneur
                                          ton âme paralysée, 
                                            dont tous les membres seraient inertes,
                                               qui serait incapable d'aucune œuvre bonne, 
                                                  accablée par ses péchés, 
                                             et languissant par la maladie de sa convoitise. 
                                   Si tous ses membres sont inertes 
                              et si la paralysie est intérieure, pour parvenir jusqu'au médecin, 
                                          — peut-être en effet le médecin est-il caché, est-il intérieur: 
                                                     ce vrai sens est caché dans les Écritures — 
                                    en manifestant ce qui était caché, 
                                      ouvre le toit 
                                    et dépose le paralytique.
                           Ceux qui ne s'occupent pas de la brebis malade, 
                            vous avez entendu ce qu'on leur dit :
                                  Vous n'avez pas rendu des forces à celle qui allait mal,
                                    vous n'avez pas bandé celle qui était brisée. 
                   Nous vous avons déjà dit cela. 
                        Cet homme était brisé par la terreur des tentations.
                              Mais voici quelque chose qui bandera la fracture,
                                         voici une consolation
                                             Dieu est fidèle ;
                                     il ne permettra pas que vous soyez tentés au dessus de vos forces. 
                        Avec la tentation, il vous donnera
                               le moyen d'en sortir, 
                                                                          et la force de la supporter. »

                               
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mar 25 Sep 2018 - 18:53

 
    
---mardi 25 septembre 2018  25e Affaire de famille.  
1-Proverbes 21 : 1-6, 10-13 Maximes diverses pour une vie droite
2-psaume 118 : 1.27, 30.34, 35.44 (Ps 118 (119), )
                  R/ Guide-moi, Seigneur,
                        sur la voie de tes volontés. (Ps 118 : 35a)
  -acclamation  Luc 11 : 28 Heureux ceux qui entendent la parole de Dieu
                                                                          et lui demeurent fidèles! Alléluia.
3- évangile Luc 8 : 19-21  « Ma mère et mes frères sont
                                                 ceux qui écoutent la parole de Dieu,
                                                                     et qui la mettent en pratique »
4---bréviaire Ézéchiel 36 : 16-36    «Je vous donnerai
                                                                    un esprit nouveau »   . . .
                                                                             . . . et
5-sermon de saint Augustin sur les pasteurs .  . . .  «c’est moi
                                                                               qui ferai paître
                                                                                       mon troupeau. »

 - -
_____________________________________

1-Proverbes 21 : 1-6, 10-13 Maximes diverses
                                             pour une vie droite.


--intro : Dans ces diverses sentences
                traçant la voie de la sagesse,
                   il faut souligner le soucis d’un culte spirituel (v. 3 )
                        et la nécessité de la sollicitude pour les pauvres (v. 13 ).
  «  Le Seigneur dispose du
                                  cœur du roi
                             comme d’un cours d'eau,

                            il le dirige pour irriguer où il veut.
               La conduite d’un homme est toujours droite à ses yeux,
                                          mais c’est le Seigneur qui pèse les cœurs.
                 Accomplir la justice et le droit plaît au Seigneur plus que le sacrifice.
                  Regarder de haut,
                            se rengorger : ainsi brillent les méchants,
                                         mais ce n’est que péché.
                   Les plans de l’homme actif lui assurent du profit ;
                                         mais la précipitation conduit à l’indigence.
                    Une fortune acquise par le mensonge : 
                                            illusion fugitive de qui cherche la mort.
                        Le méchant ne désire que le mal ;
                                                 il n’a pas un regard de pitié pour son prochain. 
                            Quand on punit l’insolent, l’étourdi devient sage ;
                        le sage, il suffit de le raisonner
                                                           pour qu’il comprenne.  
                         Le juste considère le clan du méchant :
                                   le méchant pervertit les autres pour leur malheur.
                                    Qui fait la sourde oreille à la clameur des faibles
                                                       criera lui-même sans obtenir de réponse. »
-------
2-psaume 118 : 1.27, 30.34, 35.44 (Ps 118 (119), )
                  R/ Guide-moi, Seigneur,
                        sur la voie de tes volontés. (Ps 118 : 35a)

     —Heureux les hommes intègres dans leurs voies
            qui marchent suivant la loi du Seigneur !
                   Montre-moi la voie de tes préceptes,
                que je médite sur tes merveilles.

     —J’ai choisi la voie de la fidélité,
            je m’ajuste à tes décisions.
                  Montre-moi comment garder ta loi,
               que je l’observe de tout cœur.

     —Guide-moi sur la voie de tes volontés,
              là, je me plais.
                    J’observerai sans relâche ta loi,
                toujours et à jamais.
--------
5-sermon de saint Augustin sur les pasteurs .  . . .  «c’est moi
                                                                               qui ferai paître
                                                                                       mon troupeau. »
     « Par toutes les montagnes et toutes les collines,
             mes brebis sont dispersées sur toute la surface de la terre
    Que signifie : sont dispersées sur toute la surface de la terre ?
         Cela désigne ceux qui s’attachent à tous les biens terrestres,
                                                              à ce qui brille sur la surface de la terre ;
                                                         voilà ce qu’ils aiment,
                                                    ce qu’ils chérissent.
                                                 Ils ne veulent pas mourir
                                             pour que leur vie soit cachée dans le Christ.
                                               Sur toute la surface de la terre, parce que les brebis égarées
                                  par l’amour des biens terrestres sont sur toute la surface de la terre. ~
                            Elles sont en divers lieux,
                                    mais elles ont toutes été enfantées
                                        par une seule mère, la fierté orgueilleuse,
                                          de même que notre seule mère, l’Église catholique,
                               a enfanté tous les fidèles chrétiens répandus dans le monde entier.
             Il n’est donc pas étonnant que l’orgueil enfante le désaccord,
                tandis que la charité enfante l’unité.
               Cependant la Mère catholique elle-même,
                       avec le pasteur qui est en elle,
                           cherche partout les égarés,
                            fortifie les faibles,
                             soigne les malades,
                               bande les membres fracturés ;
                                  elle s’occupe de ceux-ci
                                      aussi bien que de ceux-là ;
                                         ils ne se connaissent pas entre eux,
                                            mais elle-même les connaît tous,
                                                       car elle est répandue partout. ~
                    Elle est comme une vigne qui, en se développant,
                         se répand partout ;
                           eux sont comme des sarments inutiles,
                                 coupés par la serpe du vigneron
                                                      à cause de leur stérilité,
                                         pour que la vigne soit élaguée,
                                                    mais non pas ravagée.
                              Ces sarments-là demeurent à l’endroit où ils ont été coupés.
                                  Tandis que la vigne se développe de tous côtés,
                                     et elle connaît ses sarments ;
                                         ceux qui sont restés sur elle
                                                                             et
                                                                       près d’elle,
                                                                         ceux qui ont été coupés.
                   C’est pourquoi elle rappelle les égarés,
                        car l’Apôtre dit des rameaux brisés :
                                              Dieu a le pouvoir de les greffer de nouveau.
             Que tu parles des brebis égarées loin du troupeau,
                          que tu parles des branches détachées de la vigne,
                                Dieu peut bien ramener les brebis
                                            et greffer les branches,
                      car il est le souverain berger,

          il est le vrai vigneron.
                  Elles ont été dispersées sur toute la surface de la terre,
                                 personne ne s’en préoccupe,
                             personne ne va les chercher,
                                     parmi les mauvais pasteurs,
                          personne ne s’en préoccupe,
                mais il y a eu un homme pour cela.
                        C’est pourquoi, berger, écoutez la parole du Seigneur :
                           Aussi vrai que je suis vivant, parole du Seigneur Dieu.
                  Voyez comment cela commence.
              C’est comme un serment de Dieu,
                     une attestation de sa vie.
                 Aussi vrai que je suis vivant, parole du Seigneur.
                       Les pasteurs
                              sont morts,
                                   mais les brebis
                                    sont en sécurité,
                             car le Seigneur est vivant.

          Aussi vrai que je suis vivant, parole du Seigneur Dieu.
      Quels sont les pasteurs qui sont morts ?
            Ceux qui cherchent leurs propres intérêts, non ceux de Jésus Christ.
                 Y en aura-t-il donc, en trouvera-t-on,
                des pasteurs
                     qui ne cherchent pas leurs propres intérêts
                mais ceux de Jésus Christ ?
            Oui, il y en aura ;
      oui, on en trouvera,
                 ils ne manquent pas
                       et ils ne manqueront pas. »
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mer 26 Sep 2018 - 20:27


---mercredi 26 septembre 2018  25e Sans assurance.  
1-Proverbes 30 : 5-9  « Ne me donne ni pauvreté ni richesse
                                               mais accorde-moi ma part de pain »
2-psaume 118 : 29.72, 89.101, 104.163 (Ps 118 (119), )
                  R/ Ta parole, Seigneur, est la lumière de mes pas. (Ps 118 : 105a)
 -acclamation  Marc 1 : 15 Le règne de Dieu
                                             est tout proche.
                                        Convertissez-vous
                                      et croyez à l’Évangile.
3- évangile Luc 9 : 1-6 '' Il les envoya proclamer
                              le règne de Dieu
                                           et guérir les malades ''
4---bréviaire Ézéchiel 37 : 1-14 Les ossements desséchés
                                                                     appelés à revivre.    
5-sermon de saint Augustin sur les pasteurs.
                               Faites ce qu’ils disent ne faites pas ce qu’ils font.   
- -
_____________________________________
-Proverbes 30 : 5-9  « Ne me donne ni pauvreté ni richesse
                                               mais accorde-moi ma part de pain »
--intro : Pour rester dans la vie droite, (dans la lecture d'hier)
             le sage ne demande à Dieu dans sa prière
                     que l’honnêteté et le minimum nécessaire à sa subsistance.
«Toute parole de Dieu est éprouvée au feu ;
           il est un bouclier
              pour qui s’abrite en lui.
                                 N’ajoute rien à ce qu’il dit :
                                      il te le reprocherait comme un mensonge.
                              Seigneur, je n’ai que deux choses à te demander,
                       ne me les refuse pas avant que je meure ! 
                Éloigne de moi mensonge et fausseté,
                              ne me donne ni pauvreté
                                                       ni richesse
                                   accorde-moi seulement ma part de pain. 
                     Car, dans l’abondance, je pourrais te renier en disant :
                                                                            '' Le Seigneur, qui est-ce ? ''
                                        Ou alors, la misère ferait de moi un voleur,
                                                         et je profanerais le nom de mon Dieu ! »
-------
2-psaume 118 : 29.72, 89.101, 104.163 (Ps 118 (119), )
                  R/ Ta parole, Seigneur, est la lumière de mes pas. (Ps 118 : 105a)

     —Détourne-moi de la voie du mensonge,
            fais-moi la grâce
                         de ta loi.


                Mon bonheur,
                     c’est la loi
                  de ta bouche,
                   plus qu’un monceau d’or ou d’argent.

     —Pour toujours, ta parole, Seigneur,
           se dresse dans les cieux.
                 Des chemins du mal, je détourne mes pas,
             afin d’observer ta parole.

     —Tes préceptes m’ont donné l’intelligence :
          je hais tout chemin de mensonge.
                Je hais, je déteste le mensonge ;
            ta loi, je l’aime.
-------  
3-Luc 9 : 1-6 '' Il les envoya proclamer
                              le règne de Dieu
                                           et guérir les malades ''
--intro : Jésus envoie ses apôtres continuer son œuvre :
              proclamer le règne de Dieu et guérir les malades.
«En ce temps-là, Jésus rassembla les Douze ;
          il leur donna pouvoir et autorité sur tous les démons,
                  et de même pour faire des guérisons ;
                     il les envoya proclamer le règne de Dieu

et guérir les malades. Il leur dit :
                       '' Ne prenez rien pour la route,
                             ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent ;
                                n’ayez pas chacun une tunique de rechange.  
                    Quand vous serez reçus dans une maison, restez-y ;
                        c’est de là que vous repartirez.
                              Et si les gens ne vous accueillent pas,
                                   sortez de la ville et secouez la poussière de vos pieds :
                                           ce sera un témoignage contre eux. ''
             Ils partirent et ils allaient de village en village,
                   annonçant la Bonne Nouvelle
                         et faisant partout des guérisons.   »
--------  
4---bréviaire Ézéchiel 37 : 1-14 Les ossements desséchés
                                                                     appelés à revivre.   
--intro : L’amour de Dieu est plus fort que la mort.
                 Des ossements desséchés,
                     il peut recréer un peuple vivant.
                            D’Israël, mort en quelque sorte
                                    dans la tragédie de l’exil,
                        il va bientôt refaire une nation

                      pleine d’espérance et de vitalité religieuse.
                   Et un jour, de chacun de nous,
                         endormi dans l’attente de la résurrection,
                                il fera des membres du Christ, éternellement vivants.
 « La main du Seigneur se posa sur moi,
            par son esprit il m’emporta et me déposa au milieu d’une vallée ;
               elle était pleine d’ossements.
       Il me fit circuler parmi eux ; le sol de la vallée en était couvert,
             et ils étaient tout à fait desséchés.
         Alors le Seigneur me dit :
              '' Fils d’homme, ces ossements peuvent-ils revivre ? ''
           Je lui répondis : '' Seigneur Dieu, c’est toi qui le sais ! ''
                  Il me dit alors :
                       '' Prophétise sur ces ossements. Tu leur diras :
                                  Ossements desséchés, écoutez la parole du Seigneur :
                                       Ainsi parle le Seigneur Dieu à ces ossements :
                                         Je vais faire entrer en vous l’esprit,
                                                                   et vous vivrez.

        Je vais mettre sur vous des nerfs,
                vous couvrir de chair, et vous revêtir de peau ;
                     je vous donnerai l’esprit, et vous vivrez.
            Alors vous saurez que Je suis le Seigneur. ''
                  Je prophétisai, comme j’en avais reçu l’ordre.
                         Pendant que je prophétisais, il y eut un bruit,
                                puis une violente secousse,
                                   et les ossements se rapprochèrent les uns des autres.
                     Je vis qu’ils se couvraient de nerfs,
                       la chair repoussait,
                         la peau les recouvrait,
                           mais il n’y avait pas d’esprit en eux.
             Le Seigneur me dit alors :
                 '' Adresse une prophétie à l’esprit, prophétise, fils d’homme.
                         Dis à l’esprit : Ainsi parle le Seigneur Dieu:
                     Viens des quatre vents, Esprit !
                            Souffle sur ces morts, et qu’ils vivent ! '' 
Je prophétisai, comme il m’en avait donné l’ordre,
             et l’esprit entra en eux ;
                 ils revinrent à la vie,
                   et ils se dressèrent sur leurs pieds :
                      c’était une armée immense !
     Puis le Seigneur me dit : '' Fils d’homme, ces ossements,
            c’est toute la maison d’Israël. Car ils disent : “Nos ossements sont desséchés,
                 notre espérance est détruite, nous sommes perdus !”
                   C’est pourquoi, prophétise.
                    Tu leur diras : Ainsi parle le Seigneur Dieu :
                             Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai remonter,
                                ô mon peuple, et je vous ramènerai sur la terre d’Israël.
              Vous saurez que Je suis le Seigneur, quand j’ouvrirai vos tombeaux
                     et vous en ferai remonter, ô mon peuple !
                       Je mettrai en vous mon Esprit, et vous vivrez ;

je vous donnerai le repos sur votre terre.
                            Alors vous saurez que Je suis le Seigneur :
                                   j’ai parlé et je le ferai – oracle du Seigneur. » 
--------  
5-sermon de saint Augustin sur les pasteurs.
                             Faites ce qu’ils disent
                                  ne faites pas ce qu’ils font.
                      La religion c'est d'écouter les ''guetteurs'' pour les âmes
                              que Dieu place dans son peuple
                                 afin d'éveiller pour mettre en pratique la Parole...
«À cause de tout cela, bergers, écoutez la parole du Seigneur.
        Que devez-vous écouter ?
              Parole du Seigneur Dieu.
                     J’interviens contre les bergers, je leur reprendrai mon troupeau.
          Écoutez et apprenez, brebis de Dieu :
              Dieu reprend ses brebis aux mauvais pasteurs.
                Dieu les retire de la mort en les arrachant à leurs mains.
                  En effet, il dit dans un autre passage du même Prophète :
                               Fils d’homme, je fais de toi mon
                      guetteur pour la maison d’Israël.     / Puissions-nous tous
                                                       devenir guetteurs pour l'amour
                                                    de Dieu et de nos frères!
                                           Garder notre âme éveillée
                               pour veiller sur la Maisonnée!



                 Lorsque tu entendras une parole de ma bouche,
                                                tu les avertiras de ma part.
                                                        Si je dis au méchant :     
                                                                 '' Tu vas mourir '',
                                                                     et que tu ne l’avertisses pas,
                                                                               si tu ne lui dis pas d’abandonner
                                                                              sa conduite mauvaise,
                                                                             lui, le méchant mourra de son péché,
                                                                           mais à toi, je demanderai compte de son sang.
                                                          Au contraire, si tu avertis le méchant
                                                              et qu’il ne se détourne pas de sa méchanceté
                                                            et de sa conduite mauvaise,
                                                         lui mourra de son péché,
                                                             mais toi, tu auras sauvé ta vie.
    Qu’est-ce que cela, mes frères ?
          Voyez-vous combien
               il est dangereux de se taire ?
                 Cet homme meurt, et il est juste qu’il meure ;
                         il meurt dans son impiété et son péché ;
                              car c’est la négligence de son pasteur qui le tue.
                                        Car il aurait pu trouver un pasteur vivant,
                                            Dieu qui dit :
                              Je suis vivant, parole du Seigneur.
                           Mais parce qu’il a été négligent
                                    en ne donnant pas d’avertissement,
                                         lui qui est supérieur et guetteur pour avertir,
                                            il meurt selon la justice,
                                              et l’autre sera condamné selon la justice.
                            Mais si tu dis, d’après notre texte :
                               Tu vas mourir, à celui que je menacerai de l’épée ;
                                      s’il néglige d’éviter l’épée suspendue sur lui ;
                                           enfin si l’épée s’abat et le tue,
                                               il mourra dans son péché,
                                                  et toi, tu auras sauvé ta vie.
                                   C’est pourquoi nous ne devons pas nous taire ;
                                       quant à vous,
                                         même si nous nous taisons,
                                           vous devez écouter,
                                              grâce à la sainte Écriture,
                                                       ce que dit le Pasteur.
                    Venons donc à la question que j’avais posée :
                      Est-ce qu’il retire les brebis aux mauvais pasteurs
                            pour les donner aux bons pasteurs ?
                                 Je constate qu’il retire les brebis aux mauvais pasteurs :
                           Voici que j’interviens contre les bergers,
                         je leur reprendrai mes brebis,
                       je les empêcherai de les conduire,
           et ainsi ils ne seront plus bergers.
              En effet, j’avais dit :
           Qu’ils soient les bergers de mes brebis.
                Mais puisqu’ils sont bergers d’eux-mêmes,
                                   et non de mes brebis, je leur reprendrai mes brebis.
                   Comment leur reprend-il ses brebis,
                      pour qu’ils n’en soient plus les bergers ?
     Faites ce qu’ils disent ;
           mais ne faites pas ce qu’ils font.
                C’est comme si le Seigneur disait :
                          '' C’est pour moi qu’ils parlent ;
                                c’est pour eux qu’ils agissent. '' ~
                  Quand vous ne faites pas ce qu’ils font,
                              ils ne sont pas vos pasteurs.
                       Quand vous faites ce qu’ils disent,
                                  c’est moi qui suis votre Pasteurs
------
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Sam 29 Sep 2018 - 19:41


---samedi 29 septembre 2018  25e B Le scandale de la foi.
1-Qohélet 11 : 9—12 : 8  « Souviens-toi de ton Créateur,
                        aux jours de ta jeunesse,
                          avant que la poussière retourne à la terre, et le souffle, à Dieu »
2-psaume 89 : 3-4, 5-6, 12-13, 14.17abc (Ps 89 (90),)
                 R/ D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge. (Ps 89 : 1)
-acclamation  2 Timothée 1 : 10 Jésus Christ, notre Sauveur,
                            a détruit la mort, il a fait resplendir la vie par son Évangile
3- évangile Luc 9 : 43-45  « Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes.
                                                   Les disciples avaient peur de l’interroger sur cette parole »
4---bréviaire Ézéchiel 47 : 1-12 Vivi aquam!
5-commentaire de saint Hilaire de Poitiers sur le psaume 64 Le fleuve d’eau vive
 - -
_____________________________________
1-Qohélet 11 : 9—12 : 8  « Souviens-toi de ton Créateur,
                        aux jours de ta jeunesse,
                          avant que la poussière retourne à la terre, et le souffle, à Dieu »

--intro : La vanité de la condition humaine est soulignée
                 par l’opposition entre la vigueur de la jeunesse
                                                et la décrépitude de la vieillesse.
                                            Et malgré la marche inexorable
                                                              de l’homme vers la mort,
                                     la nature poursuit son cycle de rajeunissement.
«  Réjouis-toi, jeune homme, dans ton adolescence,
                          et sois heureux aux jours de ta jeunesse.
                       Suis les sentiers de ton cœur et les désirs de tes yeux !  
                   Mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement.
               Éloigne de ton cœur le chagrin,
                   écarte de ta chair la souffrance
                      car l’adolescence
                        et le printemps de la vie
                           ne sont que vanité.
                            Souviens-toi de ton Créateur,

            aux jours de ta jeunesse,
              avant que viennent les jours mauvais,
                  et qu’approchent les années dont tu diras :
                     '' Je ne les aime pas '' ; 
                avant que s’obscurcissent le soleil et la lumière, la lune et les étoiles,
                           et que reviennent les nuages après la pluie ;  
                               au jour où tremblent les gardiens de la maison,
                                   où se courbent les hommes vigoureux ;
                                      où les femmes, l’une après l’autre, cessent de moudre,
                                        où le jour baisse aux fenêtres ;
                                            quand la porte se ferme sur la rue,
                                              quand s’éteint la voix de la meule,
                                               quand s’arrête le chant de l’oiseau,
                                                 et quand se taisent les chansons ;
                                               lorsqu’on redoute la montée
                                                       et qu’on a des frayeurs en chemin ;
                                              l’amandier est en fleurs,
                                            la sauterelle s’alourdit,
                                         et la câpre ne produit aucun effet ;
                                      lorsque l’homme s’en va vers sa maison d’éternité,
                                    et que les pleureurs sont déjà au coin de la rue ;
                                  avant que le fil d’argent se détache,
                               que la lampe d’or se brise,
                            que la cruche se casse à la fontaine,
                          que la poulie se fende sur le puits ; 
                              et que la poussière retourne à la terre
                                 comme elle en vint,
                                    et le souffle de vie,
                                              à Dieu qui l’a donné. 
             Vanité des vanités, disait Qohèleth, tout est vanité ! »
-----  
2-psaume 89 : 3-4, 5-6, 12-13, 14.17abc (Ps 89 (90),)
                 R/ D’âge en âge, Seigneur, 
                                   tu as été notre refuge. (Ps 89 : 1)

     —Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
          tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
               À tes yeux, mille ans sont comme hier,
             c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

     —Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
          dès le matin, c’est une herbe changeante :
               elle fleurit le matin, elle change ;
            le soir, elle est fanée, desséchée.

     —Apprends-nous la vraie
                     mesure de nos jours :
         
             que nos cœurs pénètrent la sagesse.
                   Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
                 Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.

     —Rassasie-nous de ton amour au matin,
           que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
                Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu !
             Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains.
----------
5-commentaire de saint Hilaire de Poitiers
                               sur le psaume 64 Le fleuve d’eau vive
«   Le fleuve de Dieu regorge d’eau, c’est ainsi que tu apprêtes leur nourriture.
            Il n’y a pas de doute à avoir sur ce fleuve,
               car le Prophète dit aussi :
                 L’élan du fleuve
              réjouit la cité de Dieu.
   Et le Seigneur lui-même dit, dans les évangiles :
              Celui qui boit de l’eau que je lui donnerai,
                 des fleuves d’eau vive couleront de son cœur,
                     jaillissant en vie éternelle.
            Et encore : Celui qui croit en moi, comme dit l’Écriture,
             des fleuves d’eau vive jailliront de son cœur.
                 Jésus disait cela de l’Esprit Saint
                    que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui.
                        Donc, ce fleuve de Dieu regorge d’eau.
                     Car nous sommes inondés
                 par les dons de l’Esprit Saint,
       et le fleuve de Dieu, regorgeant d’eau,
           se déverse en nous à partir de
                                 cette source de vie.
             
            Et nous avons aussi une nourriture apprêtée.
                Quelle est cette nourriture ?
                  Celle qui nous prépare
                     à la participation de la vie divine,
                         au moyen de la communion au Corps sacré
                              afin de nous établir ensuite dans la communion de ce Corps.
                            C’est ce que signifie le psaume que nous commentons,
                      lorsqu’il dit : Tu apprêtes leur nourriture ;
                    car c’est toi-même qui la prépares :
                  car cette nourriture nous sauve présentement,
                mais elle nous prépare
                               pour l’avenir.
                        
                     Nous qui avons reçu par le sacrement de baptême
                                  la nouvelle naissance,
                             nous éprouvons une grande joie
                                lorsque nous ressentons en nous
                         les premières avances de l’Esprit Saint,
                        lorsque j’éveille en nous l’intelligence des mystères,
                                        la connaissance des prophéties,
                                           la parole de sagesse,
                                            les charismes de guérison
                                              et la domination sur les démons.
                                 Tout cela nous pénètre comme des ondées,
                                       et peu à peu
                                         ce que nous avons semé
                                           se développe en une moisson abondante. »
-----
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mar 2 Oct 2018 - 18:14


Célébrations, méditations dans la 26e semaine:
---mardi 2 octobre 2018  26e B    
1-Job 3 : 1-3, 11-17, 20-23 « Pourquoi donne-t-il la lumière à un malheureux ? »
2-psaume 87 : 2-3, 4-5, 6, 7-8 (Ps 87 (88), )
                 R/ Que ma prière parvienne jusqu’à toi, Seigneur ! (Ps 87 : 3a)
-acclamation  Marc 10 : 45  Le Fils de l’homme est venu pour servir, 
                                        et donner sa vie en rançon pour la multitude alléluia.
3- évangile Luc 9 : 51-56 '' Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem ''
4--bréviaire Philippiens 1 : 27—2 : 11 Mener une vie digne de l’Évangile
 5-De la lettre de saint Polycarpe aux Philippiens.
                              Exhortation aux prêtres : imitons l’exemple du Christ. 
 - -
_____________________________________
1-Job 3 : 1-3, 11-17, 20-23 '' Pourquoi donne-t-il la lumière à un malheureux ? ''
Le livre de Job est une parabole du temps de l'exil. 
                                                      (6e siècle avant Jésus Christ.)
                Job représente tout homme qui se questionne
                       sur le sens de ses épreuves 
                            et qui en éprouve parfois une profonde lassitude, 
                                 au point de remettre en question 
                                   et de douter de l'assistance de la Providence... 
            Mais il deviendra à ce prix homme de foi, 
                             et découvrira  les bienfaits qu'elles contiennent.
                       Lecture au  livre de Job, 
                 jusqu'à samedi prochain 
               pour apprendre que les épreuves 
           sont bénies, car elles sont réellement
         assistées de l'aide de Dieu-même, 
       et que leur but est d'éprouver 
      et de renforcer notre fidélité envers lui...
--intro : Devant le malheur qui frappe, Job, 
                    exprimant toute sa souffrance, 
                           maudit le jour de sa naissance.
  «  Job ouvrit la bouche et maudit le jour de sa naissance.  
            Il prit la parole et dit : '' Périssent le jour qui m’a vu naître
                                    et la nuit qui a déclaré : “Un homme vient d’être conçu !” 
                                 Pourquoi ne suis-je pas mort dès le sein de ma mère, 
                                                 n’ai-je pas expiré au sortir de son ventre ? 
                               Pourquoi s’est-il trouvé deux genoux pour me recevoir, 
                                                                          deux seins pour m’allaiter ?  
                           Maintenant je serais étendu, au calme, je dormirais d’un sommeil reposant,  
                       avec les rois et les conseillers de la terre qui se bâtissent des mausolées,  
                    ou avec les princes qui ont de l’or et remplissent d’argent leurs demeures.
                Ou bien, comme l’avorton que l’on dissimule, je n’aurais pas connu l’existence, 
                                comme les petits qui n’ont pas vu le jour.  
            Là, au séjour des morts, prend fin l’agitation des méchants, 
          là reposent ceux qui sont exténués. 
     Pourquoi Dieu donne-t-il la lumière à un malheureux, 


la vie à ceux qui sont pleins d’amertume,  
     qui aspirent à la mort sans qu’elle vienne, 
         qui la recherchent plus avidement qu’un trésor ?  
             Ils se réjouiraient,
               ils seraient dans l’allégresse, 
                  ils exulteraient s’ils trouvaient le tombeau.
 Pourquoi Dieu donne-t-il la vie à un homme dont la route est sans issue,
       et qu’il enferme de toutes parts ? »
------
4--bréviaire Philippiens 1 : 27—2 : 11 Mener une vie digne de l’Évangile.
--intro : Tenir ferme, 
               rester unis en suivant Jésus Christ, 
                               abaissé, anéanti, lui, le Seigneur. 
«    Quant à vous, ayez un comportement digne de l’Évangile du Christ. 
              Ainsi, soit que je vienne vous voir, 
                          soit que Je reste absent, 
                           j’entendrai dire de vous 
                      que vous tenez bon dans un seul esprit, 
                   que vous luttez ensemble, d’une seule âme, pour la foi en l’Évangile,
               et que vous ne vous laissez pas intimider par les adversaires : 
            ce sera pour eux la preuve de leur perte 
                        et pour vous celle du salut
          Et tout cela vient de Dieu
                    qui, pour le Christ, 
                      vous a fait la grâce non seulement de croire en lui 
                                          mais aussi de souffrir pour lui.
                 Ce combat que vous soutenez, 
                   vous m’avez vu le mener moi aussi, 
                    et vous entendez maintenant que je le mène encore.
        S’il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, 
             si l’on s’encourage avec amour,
              si l’on est en communion dans l’Esprit
                 si l’on a de la tendresse et de la compassion,
             alors, pour que ma joie soit complète,
                     ayez les mêmes dispositions,

         le même amour, 
           les mêmes sentiments ; 
                      recherchez l’unité.
                         Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux, 
                            mais ayez assez d’humilité
               pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes.
            Que chacun de vous ne soit pas préoccupé
                   de ses propres intérêts ; 
                       pensez aussi à ceux des autres.
              Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus : 
                Le Christ Jésus,
                ayant la condition de Dieu,
                  ne retint pas jalousement
                          le rang qui l’égalait à Dieu.
           Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, 
                   devenant semblable aux hommes.
                           Reconnu homme à son aspect,
                            il s’est abaissé, devenant obéissant 
                               jusqu’à la mort, et la mort de la croix.
                    C’est pourquoi Dieu l’a exalté :
                        il l’a doté du Nom qui est
                          au-dessus de tout nom,
                               afin qu’au nom de Jésus 
                      tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers,
                          et que toute langue proclame : 

                             '' Jésus Christ est Seigneur '' 
                                        à la gloire de Dieu le Père. »
-----
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Mer 3 Oct 2018 - 20:34



Célébrations, méditations dans la 26e semaine:
---mercredi 3 octobre 2018  26e B     -Dépouillement.
1-Job 9 : 1-12, 14-16.  '' Comment l’homme pourrait-il
                                                    avoir raison contre Dieu ? ''
2-psaume 87 : 10bc-11, 12-13, 14-15 (Ps 87 (88), )
                       R/ Que ma prière parvienne jusqu’à toi, Seigneur ! (Ps 87 : 3a)
-acclamation  Philippiens 3 : 8-9 J’ai tout perdu ; je considère tout comme désavantageux, afin de gagner un seul
      avantage, le Christ et, en lui, d’être reconnu juste.
3- évangile Luc 9 : 57-62 Je te suivrai partout où tu iras.
4-bréviaire Philippiens 2 : 12-30  Travailler à votre salut.  
5- De la lettre de saint Polycarpe aux Philippiens Appel à la persévérance.

 - -
_____________________________________
1-Job 9 : 1-12, 14-16   '' Comment l’homme pourrait-il
                                                    avoir raison contre Dieu ? ''

--Dans une sorte d’hymne de louange,
           Job chante la grandeur du Dieu Créateur,
                 devant qui il se reconnaît incapable de se justifier.
«    Job prit la parole et répondit à ses amis :
                 '' En vérité, je sais bien qu’il en est ainsi :
                        Comment l’homme pourrait-il avoir raison contre Dieu ? 
                          Si l’on s’avise de discuter avec lui,
                             on ne trouvera pas à lui répondre une fois sur mille.
                       Il est plein de sagesse et d’une force invincible,
                     on ne lui tient pas tête impunément.
                 C’est lui qui déplace les montagnes à leur insu,
                                      qui les renverse dans sa colère ;
                                           il secoue la terre sur sa base,
                                                et fait vaciller ses colonnes.
                           Il donne un ordre, et le soleil ne se lève pas,
                                               et sur les étoiles il appose un sceau.
                                            À lui seul il déploie les cieux,
                                                         il marche sur la crête des vagues.
                                                     Il fabrique la Grande Ourse,
                                                                                        Orion,
                                                                                     les Pléiades
                                                                        et les constellations du Sud.



                                           Il est l'auteur
                                   de grandes oeuvres
                                                                insondables,
                             d’innombrables merveilles.
                                       S’il passe à côté de moi, je ne le vois pas ;
                                     s’il me frôle, je ne m’en aperçois pas. 
                                  S’il s’empare d’une proie,
                                         qui donc lui fera lâcher prise,
                                            qui donc osera lui demander :
                                                   “Que fais-tu là ?”  
                        Et moi, je prétendrais lui répliquer !
                                     je chercherais des arguments contre lui !
                            Même si j’ai raison,
                        à quoi bon me défendre ?
                    Je ne puis que demander
                                   grâce à mon juge.
                                Même s’il répond quand je fais appel,
                                     je ne suis pas sûr qu’il écoute ma voix ! »  

-------
2-psaume 87 : 10bc-11, 12-13, 14-15 (Ps 87 (88), )
                       R/ Que ma prière parvienne jusqu’à toi, Seigneur ! (Ps 87 : 3a)

     —Je t’appelle, Seigneur, tout le jour,
           je tends les mains vers toi :
              fais-tu des miracles pour les morts ?
            leur ombre se dresse-t-elle pour t’acclamer ?

     —Qui parlera de ton amour dans la tombe,

          de ta fidélité au royaume de la mort ?
               Connaît-on dans les ténèbres tes miracles,
           et ta justice, au pays de l’oubli ?

     —Moi, je crie vers toi, Seigneur ;
          dès le matin, ma prière te cherche :
               pourquoi me rejeter, Seigneur,
            pourquoi me cacher ta face ?
-------
4-bréviaire Philippiens 2 : 12-30  Travailler à votre salut. 
--intro : Dieu qui agit toujours
              fera des chrétiens des foyers de lumière.
  « Ainsi, mes bien-aimés, vous qui avez toujours obéi,
          travaillez à votre salut               —Oh Israël,
                                         tu es mon peuple!
                                      —Oh Mon Dieu,
                                           tu es le Tout-Puissant!
           
             avec crainte et profond respect ;
                 ne le faites pas seulement quand je suis là,
                     mais encore bien plus maintenant que je n’y suis pas.
                          Car c’est Dieu qui agit
                              pour produire en vous la volonté et l’action,
                                                                         selon son projet bienveillant.

              Faites tout sans récriminer et sans discuter ;
                ainsi vous serez irréprochables et purs,
                         vous qui êtes des enfants de Dieu sans tache
                            au milieu d’une génération tortueuse et pervertie
                                où vous brillez comme les astres dans l’univers,
                                    en tenant ferme la parole de vie.
                            Alors je serai fier de vous quand viendra le jour du Christ :
                                                je n’aurai pas couru pour rien ni peiné pour rien.
                   Et si je dois verser mon sang
                       pour l’ajouter au sacrifice
                         que vous offrez à Dieu par votre foi,
                              je m’en réjouis et je partage votre joie à tous.
                    Et vous, de même, réjouissez-vous et partagez ma joie.
                          Dans le Seigneur Jésus,
                            j’ai l’espoir de vous envoyer bientôt Timothée,
                               pour que j’aie, moi aussi,
                                   la satisfaction de recevoir de vos nouvelles.
                                      Je n’ai en effet personne d’autre qui partage
                                                         véritablement avec moi
                                                                le souci de ce qui vous concerne.
                                             Car tous les autres se préoccupent
                                           de leurs propres affaires,
                                         non pas de celles de Jésus Christ.
                                       Mais lui, vous savez que sa valeur est éprouvée :
                                     comme un fils avec son père,
                                    il s’est mis avec moi au service de l’Évangile.
                                 J’espère donc vous l’envoyer
                             dès que je verrai clair sur ma situation.
                        J’ai d’ailleurs confiance dans le Seigneur
                     que je viendrai moi-même bientôt.
                                 J’ai aussi jugé nécessaire de vous envoyer Épaphrodite,
                         mon frère, mon compagnon de travail et de combat.
                                         Il était votre envoyé,
                                             pour me rendre les services
                                                      dont j’avais besoin,
                                                  mais il avait un grand désir de vous revoir tous,
                                                    et il se tourmentait parce que vous aviez appris sa maladie.
                                                      Car il a été malade, et bien près de la mort,
                                                         mais Dieu a eu pitié de lui, et pas seulement de lui,
                                                               mais aussi de moi,
                                                                 en m’évitant d’avoir tristesse sur tristesse.
                                                                   Je m’empresse donc de vous le renvoyer :
                                                                       ainsi vous retrouverez votre joie en le voyant,
                                                                          et moi je serai moins triste.
                                     Dans le Seigneur, faites-lui donc un accueil vraiment joyeux,
                                                             et tenez de telles personnes
                                                                                    en grande estime :
                                              c’est pour l’œuvre du Christ qu’il a failli mourir ;
                                                       il a risqué sa vie pour accomplir, à votre place,
                                                         les services que vous ne pouviez
                                                                             me rendre vous-mêmes. »
------
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Jeu 4 Oct 2018 - 19:17


Célébrations, méditations dans la 26e semaine:
---jeudi 4 octobre 2018  26e B     -Contre toute espérance
1-Job 19 : 21-27  « Je sais, moi,
               que mon rédempteur est vivant »
2-psaume 26 :  7-8a, 8b.9abc, 13-14 (Ps 26 (27),)
              R/ J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
                                             sur la terre des vivants. (Ps 26 : 13).
-acclamation  Marc 1 : 15 Le règne de Dieu est tout proche.
                                   Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. alléluia
3- évangile Luc 10 : 1-12 S’il y a là un ami de la paix,
                                              votre paix ira reposer sur lui.
4---bréviaire Philippiens3 : 1-16 L’exemple de Paul.
5-De la lettre de saint Polycarpe aux Philippiens.
                              Appel à la prière. Envoi des lettres de saint Ignace d’Antioche.
 - -
_____________________________________
1-Job 19 : 21-27  « Je sais, moi,
               que mon rédempteur est vivant »
--intro : Job implore l’amitié de ses amis
                  qui s’acharnent contre lui dans son épreuve.
                   Il proclame sa foi en Dieu,
                 son défenseur, qui est le seul Vivant
                                   et qui finira par lui rendre justice.
« Job disait à ceux qui lui faisaient des reproches :
                '' Ayez pitié de moi, ayez pitié de moi, vous du moins, mes amis,
                       car la main de Dieu m’a frappé.  
                          Pourquoi me poursuivre comme Dieu lui-même ?
                        Ne serez-vous jamais rassasiés de (mordre) ma chair ?
                   Ah, si seulement on écrivait mes paroles,
                          si on les gravait sur une stèle
                           avec un ciseau de fer et du plomb,

            si on les sculptait
               dans le roc
                  pour toujours !
         Moi je sais
               que mon rédempteur est vivant,
             que, le dernier, il se lèvera sur la poussière ;
                    et quand bien même on m’arracherait la peau,
                      de ma chair je verrai Dieu.
                            Je le verrai, moi en personne,
                               et si mes yeux le regardent,
                                  il ne sera plus un étranger.

    Mon cœur en défaille au-dedans de moi. »
------
2-psaume 26 :  7-8a, 8b.9abc, 13-14 (Ps 26 (27),)
              R/ J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
                                             sur la terre des vivants. (Ps 26 : 13).

     —Écoute, Seigneur, je t’appelle !
             Pitié ! Réponds-moi !
                  Mon cœur m’a redit ta parole :
              '' Cherchez ma face. ''

     —C’est ta face, Seigneur, que je cherche :
            ne me cache pas ta face.
                 N’écarte pas ton serviteur avec colère :
              tu restes mon secours.

     —Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
           sur la terre des vivants.
               '' Espère le Seigneur,
                        sois fort
                    et prends courage ;
            
                           espère le Seigneur. ''
------- 
5-De la lettre de saint Polycarpe aux Philippiens.
                              Appel à la prière.
                Envoi des lettres de saint Ignace d’Antioche.
« Je suis convaincu, mes frères,
       que vous êtes très versés dans les saintes Écritures,
       et que vous n’en ignorez rien.
           Pour moi, je n’ai pas reçu ce don.
            Je me contenterai de dire, comme les Écritures :
                        Si vous êtes en colère, ne demeurez pas dans le péché,
                          et que le coucher du soleil ne vous trouve pas en colère.
              Heureux celui qui s’en souvient ; je crois que c’est votre cas.
               Que Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ,
                   et que lui-même, Jésus Christ,
                       le grand prêtre éternel, le Fils de Dieu,
           vous fassent grandir dans la foi et la vérité,
                   dans une parfaite douceur
                      et l’absence de colère,
                    dans la persévérance,
                                       la patience,
                        l’endurance et la chasteté.
                Qu’il vous donne part à l’héritage de ses saints,
                     et à nous-mêmes avec vous,
                        et aux hommes du monde entier,
                              qui croiront
                    en notre Seigneur Jésus Christ
                                  et en son Père
                           qui l’a ressuscité d’entre les morts.
                           Priez pour tous les fidèles.
                       Priez aussi pour les rois,
                        pour les autorités et les princes,
                                               pour ceux qui vous persécutent
                                                       et vous portent de la haine,
                                           et pour les ennemis de la croix.
                          Ainsi le fruit que vous portez sera visible pour tous
                  et vous serez parfaits en lui.
                       Vous m’avez écrit, vous et Ignace, afin que, si quelqu’un se rend en Syrie,
                           il emporte aussi votre lettre. Je le ferai, si je trouve une occasion favorable,
                              soit moi-même, soit celui que j’enverrai pour être aussi votre messager.
                 Quant aux lettres d’Ignace, celles qu’il nous a adressées
                          et toutes les autres que nous avons chez nous,
                              nous vous les adressons, selon votre demande.
                                 Elles sont jointes à la présente lettre
                                   et vous en retirerez beaucoup de fruit.
                        En effet, on y trouve foi,
                                                    patience
                                            et tout ce qui contribue
                                              à faire progresser
                                                      en notre Seigneur.
                   Faites-nous savoir ce que vous aurez appris de sûr
                         concernant Ignace lui-même et ses compagnons.
                Je vous adresse cette lettre par l’intermédiaire de Crescens,
                           que je vous ai récemment recommandé                   
                             et que je vous recommande encore maintenant.
                              Il s’est conduit chez nous de façon irréprochable,
                                et je crois qu’il fera de même chez vous.
                                    Je vous recommande aussi sa sœur
                                                quand elle viendra chez vous.
                      Portez-vous bien dans le Seigneur Jésus Christ
                               et dans sa grâce, avec tous les vôtres. Amen.    »
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Ven 5 Oct 2018 - 18:35


Célébrations, méditations dans la 26e semaine:
-Vendredi 5 octobre 2018  26e B     -Acquittement :  la grâce accordée. 
1-Job 38 : 1-3, 12-21; 40 : 3-5 « As-tu, une seule fois dans ta vie,
                                                        donné des ordres au matin ?
                                                       Es-tu parvenu jusqu’aux sources de la mer ? »
2-psaume 138 : 1-3, 7-8, 9-10, 13-14ab (Ps 138 (139), )
                R/ Conduis-moi, Seigneur, sur le chemin d’éternité. (cf. Ps 138 : 24b)
  -acclamation  Psaume 94 : 8a.7d Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
                                                               mais écoutez la voix du Seigneur. Alléluia.
3- évangile Luc 10 : 13-16 « Celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé » 
4---bréviaire Philippiens3 : 17—4 : 9 Tenez ferme dans le Seigneur
5-homélie ancienne sur la Lettre  aux Philippiens Soyez toujours dans la joie.  
 - -
_____________________________________
1-Job 38 : 1-3, 12-21; 40 : 3-5 « As-tu, une seule fois dans ta vie,
                                                        donné des ordres au matin ?
                                                       Es-tu parvenu jusqu’aux sources de la mer ? »
--intro: Dieu révèle à Job sa grandeur,
               manifestée dans l’œuvre de sa création,
                       devant laquelle l’intelligence humaine est impuissante.
                                   Job se soumet au plan mystérieux de Dieu.
   «   Le Seigneur s’adressa à Job du milieu de la tempête et dit :
               '' As-tu, une seule fois dans ta vie,
                      donné des ordres au matin,
                         assigné son poste à l’aurore,
                              pour qu’elle saisisse la terre aux quatre coins
                                            et en secoue les méchants ?
                         La terre alors prend forme comme argile sous le sceau
                            et se déploie tel un vêtement ; 
                                aux méchants est enlevée la lumière,
                                   et le bras qui se levait est brisé.
                       Es-tu parvenu jusqu’aux sources de la mer,
                         as-tu circulé au fond de l’abîme ?
                              Les portes de la mort se sont-elles montrées à toi,
                                les as-tu vues, les portes de l’ombre de mort ? 
                         As-tu réfléchi à l’immensité de la terre ?
                                  Raconte, si tu sais tout cela !
              Quel chemin mène à la demeure de la lumière,

                                         et l’obscurité, quel est son lieu, 
                                             pour que tu conduises chacune à son domaine
                                                 et discernes les sentiers de sa maison ?
                         Si tu le sais, alors tu étais né, et le nombre de tes jours est bien grand ! ''
              Job s’adressa au Seigneur et dit :  '' Moi qui suis si peu de chose,
                                que pourrais-je te répliquer ?
                                   Je mets la main sur ma bouche.
                              J’ai parlé une fois, je ne répondrai plus ;
                                               deux fois, je n’ajouterai plus rien. » 
-------
2-psaume 138 : 1-3, 7-8, 9-10, 13-14ab (Ps 138 (139), )
                R/ Conduis-moi, Seigneur, sur le chemin d’éternité. (cf. Ps 138 : 24b)
 
     —Tu me scrutes, Seigneur, et tu sais !
             Tu sais quand je m’assois, quand je me lève ;
                    de très loin, tu pénètres mes pensées,
                 Que je marche ou me repose, tu le vois,
               tous mes chemins te sont familiers.

        —Où donc aller, loin de ton souffle ?
              où m’enfuir, loin de ta face ?
                    Je gravis les cieux : tu es là ;
                je descends chez les morts : te voici.

     —Je prends les ailes de l’aurore
          et me pose au-delà des mers :
                même là, ta main me conduit,
            ta main droite me saisit.

     —C’est toi qui as créé mes reins,
           qui m’as tissé
                          dans le sein de ma mère.
                  Je reconnais devant toi
  
        le prodige,
              l’être étonnant
                   que je suis.
-------
3- Luc 10 : 13-16 « Celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé » 
--intro : Par des paroles graves Jésus
                       réprimande les villes incroyantes.
                             Dieu l’a envoyé et,
                                à son tour, il a envoyé ses disciples.
                    Mépriser ceux-ci,
                         c’est mépriser l’Envoyé de Dieu,
                                                  et Dieu lui-même.
«   En ce temps-là, Jésus disait :  '' Malheureuse es-tu, Corazine !
                                                         Malheureuse es-tu, Bethsaïde !
                                                Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous
                                         avaient eu lieu à Tyr et à Sidon,
                                    il y a longtemps que
                                             leurs habitants
                                                 auraient fait pénitence,
                                          avec le sac et la cendre.
                              D’ailleurs, Tyr et Sidon
                                 seront mieux traitées que vous
                      lors du Jugement.
                 Et toi, Capharnaüm, seras-tu élevée jusqu’au ciel ?''
             Non, jusqu’au séjour des morts tu descendras !
     Celui qui vous écoute m’écoute ;                        / '' Je régnerai sur eux!''
                                                                                Règne sur nous Seigneur!

  celui qui vous rejette me rejette ;
      et celui qui me rejette
            rejette celui qui m’a envoyé. »
------
4---bréviaire Philippiens3 : 17—4 : 9 Tenez ferme dans le Seigneur.
--intro : À ces nouveaux chrétiens,
                  Paul redit ce que représente
                    pour eux ce titre de ‘’citoyens du ciel’’.
« Frères, ensemble imitez-moi,
         et regardez bien ceux qui se conduisent
                  selon l’exemple que nous vous donnons.
       Car je vous l’ai souvent dit, et maintenant je le redis en pleurant :
             beaucoup de gens se conduisent
                        en ennemis de la croix du Christ.
                                 Ils vont à leur perte.
                            Leur dieu, c’est leur ventre,
                         et ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte ;
                     ils ne pensent qu’aux choses de la terre.
     Mais nous,
          nous avons
             notre citoyenneté dans les cieux,
                          d’où nous attendons comme
               sauveur le Seigneur Jésus Christ,
    lui qui transformera nos pauvres corps
         à l’image de son corps glorieux,
            avec la puissance active
              qui le rend même capable
                  de tout mettre sous son pouvoir.
         Ainsi, mes frères bien-aimés pour qui j’ai tant d’affection,
           vous, ma joie et ma couronne, tenez bon dans le Seigneur, mes bien-aimés.
                  J’exhorte Évodie, j’exhorte aussi Syntykhè, à se mettre d’accord dans le Seigneur.
                     Oui, je te le demande à toi aussi, mon vrai compagnon d’effort, viens-leur en aide,
                       à elles qui ont lutté avec moi pour l’annonce de l’Évangile,
                            ainsi que Clément et mes autres collaborateurs,
                              dont les noms se trouvent au livre de vie.
                Soyez toujours dans la joie du Seigneur ;
               je le redis : soyez dans la joie.

                        Que votre bienveillance
                                         soit connue de tous les hommes.
                           Le Seigneur est proche.
                      Ne soyez inquiets de rien,
                  mais, en toute circonstance, priez et suppliez,
             tout en rendant grâce, pour faire connaître à Dieu vos demandes.
                      Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut concevoir,
                                    gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.
                                 Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble,
                                                         tout ce qui est juste et pur,
                                                      tout ce qui est digne d’être aimé et honoré,
                                                    tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges,
                                                  tout cela, prenez-le en compte.
                                             Ce que vous avez appris et reçu,
                                                ce que vous avez vu et entendu de moi,
                                                    mettez-le en pratique.
                                        Et le Dieu de la paix sera avec vous. »
--------
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Bryand le Dim 7 Oct 2018 - 19:30


Célébrations, méditations dans la 27e semaine:
---dimanche 7 octobre  2018  27e B
              Genèse:   -  À l'origine l’homme et la femme créés pour un même projet.
              Hébreux:  -Jésus vient nous rétablir dans le projet de Dieu. 
              Marc:         -Dès l’origine Dieu veille sur son projet d'humanité
1-Genèse 2 : 18-24 « Tous deux ne feront plus qu’un »
2-psaume 127 : 1-2, 3, 4-6 (Ps 127 (128), )
              R/ Que le Seigneur nous bénisse
                            tous les jours de notre vie ! (cf. Ps 127 : 5ac)
3-Hébreux 2 : 9-11 « Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés
                                                             doivent tous avoir même origine »
                                              Dieu se fait homme pour l'unir à lui.
-acclamation  1 Jean 4 : 12  Si nous nous aimons les uns les autres,
                         Dieu demeure en nous ; en nous, son amour atteint la perfection. . Alléluia.
4-évangile Marc 10 : 2-16  '' Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas !''
5-bréviaire 1  Timothée 1 : 1-20 Paul Apôtre du Christ Jésus.  
6-De la règle pastorale de saint Grégoire le Grand. Parler avec audace et discernement. 
 - -
_____________________________________

1-Genèse 2 : 18-24 « Tous deux ne feront plus qu’un »
--intro : cfé La Bible du dimanche 27e semaine B :
               Dominer ne suffit pas, l'homme est fait pour aimer.
                    De là son cri de joie, d'admiration et d'amour,
                        quand il accueille sa femme (verset 23).

          '' La femme est tirée du corps de l'homme '', dit ce texte
                          pour exprimer l'union profonde à laquelle sont appelés l'homme et la femme.
                                  Ils sont créés pour s'aimer,
                                           pour se rejoindre
                                              en laissant tout derrière eux (verset 24).
                                     L'unité de leur amour se forgera tout au long de leur vie.
                     C'est pourquoi le Christ lui-même, à partir de ce texte,
                         réaffirmera que l'homme et la femme unis par le mariage
                           forment un seul être indissoluble
                                 (dans l’évangile de ce jour Marc 10 1-12).
       «Le Seigneur Dieu dit : '' Il n’est pas bon que l’homme soit seul.
                                Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. ''
                          Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela
                                     toutes les bêtes des champs
                                      et tous les oiseaux du ciel,
                                         et il les amena vers l’homme
                                          pour voir quels noms il leur donnerait.
                                            C’étaient des êtres vivants,
                                  et l’homme donna un nom à chacun.
                             L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux,
                        aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs.
                   Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde.
                     Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux,
                       et l’homme s’endormit.
             Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes,
                     puis il referma la chair à sa place.
                         Avec la côte qu’il avait prise à l’homme,
                         il façonna une femme
et il l’amena vers l’homme.
         L’homme dit alors : '' Cette fois-ci, voilà l’os de mes os
                                                              et la chair de ma chair !
                                                         On l’appellera femme – Ishsha –,

                                                              elle qui fut tirée de l’homme – Ish. »  
                                         À cause de cela,
                                                l’homme quittera son père et sa mère,
                                          il s’attachera à sa femme,
                          et tous deux ne feront plus qu’un.   »
-------
2-psaume 127 : 1-2, 3, 4-6 (Ps 127 (128), )
              R/ Que le Seigneur nous bénisse
                            tous les jours de notre vie ! (cf. Ps 127 : 5ac)

     —Heureux qui craint le Seigneur
          et marche selon ses voies !
              Tu te nourriras du travail de tes mains :
            Heureux es-tu !
                        À toi, le bonheur !

     —Ta femme sera dans ta maison
            comme une vigne généreuse,
                et tes fils, autour de la table,
            comme des plants d’olivier.

     —Voilà comment sera béni
               l’homme qui craint le Seigneur.
           De Sion, que le Seigneur te bénisse !
                Tu verras le bonheur
                                de Jérusalem
                                     tous les jours de ta vie,
                         et tu verras les fils de tes fils.
                                   Paix sur Israël.
--------
3-Hébreux 2 : 9-11 '' Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés
                                                             doivent tous avoir même origine ''
                                                     Dieu se fait homme
                                                               pour l'unir à lui.
--intro : Le Fils de Dieu devait expérimenter de naître parmi  les hommes.
                   Oui, le Christ a suivi un dur apprentissage
                       avant de se mettre à la tête de l'humanité.
                   Il a '' goûté la mort '' et pas du bout des lèvres.
                           Il n'a pas joué à l'homme,
                                il s'est enfoncé au plus profond de notre peine et de notre angoisse.
               Le Christ a vécu son destin '' au bénéfice de tout homme '',
                           aussi est-il devenu le compagnon de route
                                 de tous ceux qui lui ouvriront leur cœur.
                         De plain-pied avec nous tous, il est devenu le Frère aîné,
                               celui qui « sans honte » (verset 1)
                                 a pris parti pour les hommes.
                     Les chrétiens veulent prétendre au titre de guides ?
                        Ils connaissent la marche à suivre :
                          partager la vie des hommes  pour redonner
                                 l’espérance par l’expérience partagée


«  Frères, Jésus,
          qui a été abaissé un peu au-dessous des anges,
               nous le voyons couronné de gloire et d’honneur
                        à cause de sa Passion
                               et de sa mort.
                         Si donc il a fait l’expérience de la mort,
                                    c’est, par grâce de Dieu, au profit de tous.
           Celui pour qui et par qui tout existe voulait conduire
                 une multitude de fils jusqu’à la gloire ;
                          pourquoi il convenait qu’il mène à sa perfection,
                                par des souffrances, celui qui est à l’origine de leur salut.  
                                    Car celui qui sanctifie
                                et ceux qui sont sanctifiés
                         doivent tous avoir même origine ;
              pour cette raison, Jésus n’a pas honte de les appeler ses frères.  »
-------
4- Marc 10 : 2-16  '' Ce que Dieu a uni,
                     que l’homme ne le sépare pas !''
--intro : Les Pharisiens dissèquent le message de Moïse ;
               ils cherchent ce que le code permet.
                     Jésus, lui, remonte au projet de Dieu :
                   ce n'est pas la loi qui est sainte,
                                  c'est l'amour humain,
                                      souvenir du paradis.
                 Que penser alors du divorce, demandent les casuistes ?
                     Jésus répond : '' Ne pensez pas à la loi, mais à la sainteté du mariage. ''
                         Les disciples, élevés dans cet esprit chicanier,
                               ne comprennent pas.
                            Jésus répond par un geste significatif :
                      qui ne rêve de l'innocence et de la sainteté originelles,
                                       celles de l'amour ou celles de l'enfance,
                                         ne pourra pas accueillir le Royaume
                            car Jésus vient pour réunir et refaire le projet d'origine .


«  En ce temps-là, des pharisiens abordèrent Jésus
             et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient :
                 '' Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? ''
                        Jésus leur répondit : '' Que vous a prescrit Moïse ? ''
                               Ils lui dirent : '' Moïse a permis de renvoyer sa femme
                                                           à condition d’établir un acte de répudiation. '' 
                           Jésus répliqua : '' C’est en raison de la dureté de vos cœurs
                               qu’il a formulé pour vous cette règle.
                                                   Mais, au commencement de la création,
                                                 Dieu les fit homme et femme.
                                             À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère,
                                         il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront
                                                une seule chair.
                                    Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
                             Donc, ce que Dieu a uni,
                                           que l’homme ne le sépare pas ! ''
                            De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau
                  sur cette question.   Il leur déclara : '' Celui qui
                                          renvoie sa femme et en épouse une autre
                                                           devient adultère envers elle.
                                     Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre,
                                                               elle devient adultère. ''
             Des gens présentaient à Jésus des enfants
                       pour qu’il pose la main sur eux ;
                    mais les disciples les écartèrent vivement. 
               Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit :
                      '' Laissez les enfants venir à moi,
                              ne les empêchez pas,
                      car le royaume de Dieu
                         est à ceux qui leur ressemblent.
             Amen, je vous le dis :
                celui qui n’accueille pas
                  le royaume de Dieu
                à la manière d’un enfant n’y entrera pas. ''
           Il les embrassait
                  et les bénissait

                      en leur imposant les mains. »
--------
6-De la règle pastorale de saint Grégoire le Grand.
                                 Parler avec audace et discernement. 
«  Le supérieur doit
              garder le silence avec discernement
                 et parler de façon utile :
                  il ne doit ni divulguer ce qu’il faut taire,
                               ni taire ce qu’il faut divulguer.
           Car une parole étourdie peut entraîner dans l’erreur,
               tout comme un silence mal avisé laisse dans l’erreur
                  ceux qu’on aurait dû éclairer.
        Souvent des supérieurs, manquant de sagesse
              et craignant de perdre la bienveillance des hommes,
                  ont peur de dire franchement ce qui est bien ;
                      mais selon une parole de la Vérité en personne,
                           ils n’accomplissent plus leur service,
                               qui est de garder le troupeau
                            avec le zèle des pasteurs
                         mais, comme des mercenaires,
                             ils s’enfuient à l’arrivée du loup
                                lorsqu’ils se cachent dans le silence.
            C’est pourquoi le Seigneur les blâme,
                       par la bouche du Prophète,
     en les traitant de chiens muets, incapables d’aboyer.
         Et il s’en plaint encore lorsqu’il dit :
                Vous n’êtes pas montés à l’assaut,
                       vous n’avez pas construit un rempart pour la maison d’Israël,
                          afin de tenir fermes dans le combat, au jour du Seigneur.
      Monter à l’assaut, c’est s’opposer
             aux puissances de ce monde
                   par une parole hardie
          pour défendre le troupeau.


Et tenir ferme dans le combat,
                au jour du Seigneur,
           c’est résister à des adversaires déloyaux
                     par amour
                      de la justice.
    Pour un pasteur, craindre de dire ce qui est bien,
             n’est-ce pas la même chose
                       que de prendre la fuite par son silence ?
               Celui qui s’expose pour son troupeau
                              construit un rempart pour la maison d’Israël contre ses ennemis.
                        C’est pourquoi Dieu dit encore à son peuple pécheur :
                          Tes prophètes ont eu pour toi des visions fausses et sottes,
                              ils n’ont pas révélé ton péché pour te provoquer à la conversion.
        Dans l’Écriture Sainte,
                 on appelle parfois prophètes
                    les maîtres qui,
               en signalant la présence de signes fugitifs,
                             découvrent l’avenir.
             La parole divine leur reproche d’avoir des visions fausses,
                    parce qu’en craignant de blâmer les fautes
                     ils flattent vainement les coupables
                      en leur promettant la sécurité,
              et ils ne révèlent pas l’indignité des pécheurs
                      parce qu’ils gardent le silence au lieu de les blâmer.
      La clé de cette révélation, c’est le discours de réprimande,
                  parce que, en blâmant la faute,
                       on la découvre,
                     alors que souvent elle est ignorée même de son auteur.
                Aussi saint Paul disait : Qu’il soit capable d’exhorter dans la saine doctrine
                                                                                     et de réfuter les contradicteurs.
                                                Et il est dit dans Malachie :
                                                      Les lèvres du prêtre doivent garder le savoir
                                                 et c’est de sa bouche qu’on recherche l’instruction,
                                               parce qu’il est le messager du Seigneur de l’univers.
                                      Le Seigneur donne aussi cet avertissement
                                                        par la bouche d’Isaïe :
                             Crie à pleine voix sans relâche,
                                                                élève ta voix comme une trompette.
                           Celui qui accède au sacerdoce reçoit l’office du héraut,
                                           qui est de proclamer
                         la venue du juge redoutable qui le suit.
                             Si donc le prêtre ne sait pas prêcher,
                         comment criera-t-il, ce héraut muet ?
                   C’est pour cela que
                               sur les premiers pasteurs
                                    l’Esprit Saint s’est reposé
                                          sous l’apparence de langues :
                               en effet, ceux qu’il remplit,
                    il en fait aussitôt par lui-même des gens qui parlent.  »
avatar
Bryand
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2052
Age : 66
Localisation : Canada, Prov. Qué. Montréal
Inscription : 14/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Bonne Nouvelle du Christ annoncée à tous les Peuples.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 18 sur 19 Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum