Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

Belles Histoires!!

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Lun 18 Sep 2017 - 11:39

Son combat contre le cancer a renforcé sa foi en Dieu
 Kévin Boucaud-Victoire







L'écrivain américain Jeannie Gaffigan s'est tournée vers Dieu quand les médecins ont découvert qu'elle souffrait d'une tumeur au cerveau. Sa foi l'aide alors à endurer les épreuves auxquelles elle a survécu.

Venue accompagner un jour ses cinq enfants, Marre, Jack, Katie, Michael et Patrick, chez le pédiatre, Jeannie Gaffigan en profite pour exposer au médecin ses propres problèmes de santé.

L’écrivain, productrice de sitcom et épouse de l’acteur Jim Gaffigan était en effet sujette depuis le début de l’année à « d’énormes maux de tête et des vertiges  » ainsi qu’à des problèmes d’équilibre puis d’ouïe.

Méfiant, le pédiatre lui suggère de passer des examens approfondis.

L’IRM révèle une tumeur massive, de la taille d’une pomme, qui se développe autour du tronc cérébral.

Au lieu de s’effondrer, elle se tourne immédiatement vers Dieu :

« Je vais avoir besoin de ton aide. Tu devras me guider à travers cette épreuve parce que je n’ai aucune idée de ce qui m’attends… et j’ai encore beaucoup de travail à faire pour toi. »


« La main de Dieu était avec moi à chaque étape »


La tumeur n’est heureusement pas cancéreuse, mais en comprimant les nerfs, elle suscite un vrai risque de paralysie totale ou partielle. Plus que jamais Jeannie se confie à Dieu.

L’opération est programmée pour le 18 avril 2017, au lendemain du lundi de Pâques, à l’hôpital du Mont Sinaï à New-York.

Pour se préparer, elle contact un cousin qui habite Long Island, « qui est un guerrier de prière absolu », afin qu’il démarre une chaîne de prière.

L’opération dure neuf heures.

Elle est couronnée de succès.

Aujourd’hui, Jeannie, qui salue le travail médical des équipes soignantes, témoigne :

« J’ai dorénavant un sens renouvelé du pouvoir de la prière d’intercession et une autre vision de mes objectifs ici-bas et pour mes enfants.

J’ai eu beaucoup de rencontres spirituelles avec Dieu pendant ces journées sombres à l’hôpital.

Il ne fait aucun doute que la main de Dieu était avec moi à chaque étape. »

Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/16/son-combat-contre-le-cancer-a-renforce-sa-foi-en-dieu/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Lun 18 Sep 2017 - 12:10

L’œuvre méconnue d’Yvonne de Gaulle

 




Elle est affectueusement surnommée "Tante Yvonne" par les Français.

La femme du général de Gaulle a accompagné son mari à toutes les étapes de sa vie politique, mais c’est par sa fille, Anne, porteuse de la trisomie 21, qu’Yvonne de Gaulle a su œuvrer personnellement et discrètement.


Un bien qui ne fait pas de bruit.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Yvonne de Gaulle crée une fondation qui porte son nom pour favoriser l’accueil de jeunes filles handicapées. Une initiative en lien avec son histoire personnelle.

En effet, Anne, le troisième enfant des de Gaulle, est née avec le gène de la trisomie 21.

Pour le couple, accueillir au sein de leur famille une enfant handicapée est une épreuve divine.

« Yvonne de Gaulle cachait sa fille, pour la préserver. Elle culpabilisait beaucoup.

Elle pensait que c’était de sa faute, car à l’époque le handicap d’un enfant était toujours la faute d’un parent !

Elle voulait comprendre », explique aujourd’hui Stéphanie qui travaille pour la Fondation Anne de Gaulle.

Yvonne de Gaulle a toujours eu les moyens humains et financiers de s’occuper de sa fille.

Anne, née en 1928, avait une gouvernante qui s’occupait d’elle au quotidien, jusqu’à sa mort, à l’âge de 20 ans.

Mais la femme du Général a bien conscience d’être privilégiée, et que beaucoup de familles pauvres n’ont d’autre choix que de placer leurs enfants handicapés dans des asiles psychiatriques.

Alors en 1947, elle crée une fondation dont la vocation est d’accueillir des jeunes femmes handicapées, issues en priorité des familles défavorisées.

Aidée par son mari et par Georges Pompidou qui assure la fonction de trésorier, elle donne une dimension chrétienne à sa fondation, tenue par des religieuses.

Aujourd’hui la Maison Vertcoeur, à Milon-La-Chapelle dans les Yvelines, est restée fidèle à l’élan d’Yvonne de Gaulle.

Bien que des laïcs aient remplacé les religieuses à la direction, des sœurs de Saint-Jean viennent proposer aux résidentes des temps de prière.

Ouvert à toutes les confessions, un autre Foyer d’accueil médicalisé (FAM) a vu le jour à Versailles en 2011.

Le général de Gaulle, qui entretenait une relation très affectueuse avec sa fille écrivait :

« Cette enfant était aussi une grâce. Elle m’a aidé à dépasser tous les échecs et tous les hommes, à voir plus haut. »


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/16/loeuvre-meconnue-dyvonne-de-gaulle/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Philippe Emmanuel le Lun 18 Sep 2017 - 17:07

Ah oui c'est vrai qu'un enfant handicapé est une grâce !  Je suis bien d'accord.  On ne peut plus voir les choses de la même façon, il y en a tant qui deviennent sans aucune importance... Et il est merveilleux de réaliser qu'on est en présence d'un ange !  Je remercie le Seigneur de m'avoir donné mon fils handicapé.
avatar
Philippe Emmanuel
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 555
Localisation : États-Unis d'Amérique
Inscription : 16/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Mar 19 Sep 2017 - 10:01

Philippe Emmanuel a écrit:Ah oui c'est vrai qu'un enfant handicapé est une grâce !  Je suis bien d'accord.  On ne peut plus voir les choses de la même façon, il y en a tant qui deviennent sans aucune importance... Et il est merveilleux de réaliser qu'on est en présence d'un ange !  Je remercie le Seigneur de m'avoir donné mon fils handicapé.

coucou Philippe Emmanuel,

 Je remercie le Seigneur de m'avoir donné mon fils handicapé. a écrit:



Ton enfant est adorable, je sais que tu es un bon Papa pour lui!!

Merci Seigneur!!







=========================



Pour le pilote de F1 Lewis Hamilton, « Dieu l’a béni »








Parti en position défavorable par rapport à son principal rival, l'Allemand Sebastian Vettel, Hamilton a parlé de miracle et de bénédiction de Dieu pour évoquer sa victoire.

« Dieu m’a béni aujourd’hui », s’est réjoui le triple champion du monde de Formule 1, après sa victoire à Singapour.

Interviewé par le quotidien L’Équipe après sa victoire. « J’avais besoin d’un miracle », explique le pilote de Mercedes, qui a bénéficié d’un accident de son rival Sebastian Vettel, parti en pôle position, avec Kimi Räikkönen et Max Verstappen, pour l’emporter et prendre le large en tête du championnat.


Ce n’est pas la première fois que le britannique fait ce genre de déclarations.

Élevé dans une famille catholique fervente, Hamilton avait affirmé en début de carrière :

« Ma foi est très importante pour moi.

Je crois réellement que mon talent est un don de Dieu et je suis convaincu d’être béni.

Mais j’ai aussi beaucoup travaillé pour arriver où je suis.

» Le pilote ne quitte jamais le crucifix qu’il porte autour du cou et a également plusieurs tatouages (Jésus, Vierge Marie, croix) qui font référence au catholicisme.

Lire icihttps://fr.aleteia.org/2017/09/18/pour-le-pilote-de-f1-lewis-hamilton-dieu-la-beni/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Mer 20 Sep 2017 - 10:21

Paul Bedel, le paysan qui a touché des millions de téléspectateurs






Grâce au documentaire "Paul dans sa vie", diffusé en 2006, Paul Bedel est passé d’une vie discrète à une incroyable célébrité.
À plus de 90 ans, il continue de parler de sa terre… et de Dieu.

Un paysage magnifique, dur aussi, battu par les vents, parfois caché par les nuages, bienvenue à La Hague.

Pas celle du nucléaire, non, celle des prairies, des murs de pierres sèches, des bruyères et des toits d’ardoises.

C’est à Auderville que Paul Bedel a déroulé le long fil de sa vie.

Au rythme lent de ses pas, insoumis à l’accélération permanente de l’époque.

Jusqu’à ce qu’il n’en ait plus la force, Paul Bedel a trait ses vaches et semé son grain comme Saint-Exupéry pilotait son avion — c’était une prière.

Une vie à l’image des aphorismes qui jonchent ses livres de témoignage comme autant de pierres milliaires.

« On est riche en ne possédant rien de trop, en étant modeste dans le bonheur ».


Plus vrai et plus beau que Giono


Qui est Paul Bedel ?

Il suffit de regarder Paul dans sa vie pour l’apprendre.

Ce visage souvent fermé, tourné vers l’intérieur ou vers l’infini, alternativement, et qu’un sourire peut d’un coup embraser.

Cette casquette de tweed vissée sur la tête, ce bleu de travail qui ne le quitte pas et ce regard à la fois rieur et profond.

Paul est têtu.

Il n’a pas voulu suivre bêtement l’air du temps.

Quand ses semblables se sont mécanisés, ont accepté les règles de l’agro-industrie et ont cédé à l’endettement, Paul est resté impassible.

Bien entendu, ce paysan plus vrai et plus beau encore que ceux de Giono était condamné par l’époque, et c’est seulement grâce à son ascétisme qu’il a pu cultiver ses champs et élever ses bêtes à sa façon durant toute sa vie d’homme.

Dans sa radicalité, Paul Bedel peinerait donc à faire école mais il transmet pourtant un riche témoignage qu’il serait bien sot d’ignorer.


Cheminer côte à côte avec Dieu


Dans l’un de ses ouvrages, co-écrit avec Catherine Ecole-Boivin, on peut lire cette épigraphe :

« J’ai enlevé beaucoup de choses inutiles de ma vie et Dieu s’est approché pour voir ce qui se passait », ces mots de Christian Bobin nous parlent bien de la vie de Paul.

Paul Bedel n’est pas du genre prosélyte.

Sa foi, il l’a portée dans son cœur toute sa vie, et au bout de ses mains, lui, le sonneur de cloches et le sacristain toujours dévoué.

Mais son témoignage a touché au cœur des milliers de personnes, ce dont il s’étonne lui-même :

« Juste avant le film, avant ma retraite, je pensais que ma vie n’avait servi à rien, qu’elle n’avait pas de sens.

Puis vint le film, Paul dans sa vie.

À partir de ce moment, un flot quasi-ininterrompu de personnes est venu me voir chez moi. 11 000 personnes jusqu’à ce jour.

Parmi eux, un jeune.

On a discuté de tout et de rien ».

Avant de poursuivre :

« Il m’a ensuite écrit une lettre me disant qu’il était revenu à l’Église grâce à notre rencontre et qu’il allait recevoir le sacrement de confirmation.

Je me dis que c’est peut-être pour lui que j’ai sacrifié ma vie pour ce travail.

Je suis drôle, non ? ».




Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/19/paul-bedel-le-paysan-qui-a-touche-des-millions-de-telespectateurs/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Jeu 21 Sep 2017 - 11:16

La lettre bouleversante d’une vieille dame seule et effrayée

 




Une Américaine a reçu un courrier qui a changé sa vie à tout jamais.

Comme un signe de la Providence.

Marleen Brookes, 37 ans, mariée, quatre enfants, menait une vie sans nuage à Park Hills, dans le Missouri.

Jusqu’à ce que la jeune femme, qui travaille dans un cabinet de gestion immobilière, reçoive en avril dernier une lettre qui lui a fendu le cœur. « Vous savez, vous revenez du bureau et en instant, votre vie entière est bouleversée.

C’est précisément ce qui m’est arrivé » a-t-elle confié à CBS.

Au regard du contenu du courrier, on comprend pourquoi :

« Madame ?

Accepteriez-vous de devenir mon amie ?

Je suis âgée de 90 ans et tous mes amis sont morts.

Je suis si seule et j’ai si peur. S’il vous plaît. Je prie pour rencontrer quelqu’un.

Signé : Wanda Mills ».


En consultant l’adresse de l’expéditrice, Marleen, très émue, constate que la vieille dame demeure à deux pas de chez elle.

Dès le lendemain, elle décide d’aller la rencontrer.

Wanda est bouleversée.

Elle le dira plus tard, pour elle, Marleen est une envoyée de Dieu.

En quelques instants, la glace est brisée : une amitié naît.



Sous le regard du Christ

Depuis cette rencontre, Wanda a quitté son petit appartement et s’est installée dans une maison de retraite.

Marleen va lui rendre visite quatre fois par semaine, parfois accompagnée de sa petite famille.

Accrochée sur les murs du modeste salon, une superbe peinture du Christ dont le regard semble veiller avec tendresse sur la pensionnaire chenue, heureuse et en paix.

Marleen, de son côté, souligne toute la joie qu’elle tire de cette rencontre avec Wanda qui lui fait penser à sa grand-mère qu’elle aurait voulu plus soutenir dans ses vieux jours.

Au-delà de ses nombreuses visites, elle a même décidé de monter une association pour accompagner les personnes âgées isolées.


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/20/la-lettre-bouleversante-dune-vieille-dame-seule-et-effrayee/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Ven 22 Sep 2017 - 10:55

La responsable du caté rencontre une diabétique à l’église : elle lui donne son rein

 




Jenny a croisé le chemin d’Erica, une mère célibataire gravement atteinte par un diabète de type II.

Sans une greffe rapide, l’issue s’annonçait fatale.

Jenny n’a pas hésité un instant.

Jenny Williams, 37 ans, mère de cinq enfants, mène une vie active à Memphis, dans le Tennessee.

Outre le soin de sa famille, elle a à cœur de s’engager au sein de la paroisse méthodiste où elle assure notamment la coordination de la catéchèse pour les enfants.

Mais il y a peu, au cours d’une de ses journées chargées, elle a fait la rencontre d’Erica Walker, 36 ans.

Mère d’une petite Karli âgée de 2 ans, cette femme isolée est atteinte d’un diabète de type II virulent qui progresse inexorablement.

Sans greffe d’un nouveau rein, ses heures sont comptées.

Erica combat la maladie depuis longtemps : ainsi, durant sa grossesse, elle était devenue aveugle et avait subi de lourdes interventions, avant de mettre au monde sa petite fille huit semaines avant terme.

Mais à la joie de mettre au monde cet enfant a vite succédé l’angoisse de réussir à la voir grandir, car les médecins de plus en plus inquiets estiment que seule l’identification urgente d’une donneuse peut contrecarrer un destin qui semble de plus en plus inévitable.

Dévastée, Erica se rend à l’église méthodiste pour se confier à la prière des paroissiens. C’est à cette occasion que Jenny entend son récit.


« Jésus a tout donné pour nous »


Bouleversée, elle réfléchit à peine.

Elle ne peut imaginer la petite Karli devenir orpheline.

Son raisonnement est simple :

« Jésus a tout donné pour nous, alors pourquoi je ne donnerais pas quelque chose dont fondamentalement, à long terme, je n’ai pas vraiment besoin ? ».

Rapidement, elle effectue les tests de compatibilité qui s’avèrent positifs.

Quand elle l’annonce à Erica, cette dernière s’effondre en larmes sur le trottoir.

L’opération a eu lieu au début du mois de septembre.

Depuis les deux femmes sont en convalescence, mais Erica ressent déjà les premiers effets salvateurs : sa peau reprend des couleurs, elle sent son cerveau fonctionner plus rapidement.

Quant à Jenny, elle ne regrette pas une seconde son geste :

« J’ai perdu un rein mais ma famille s’est enrichie de deux nouveaux membres » a-t-elle confié à Inside Edition.

Gloire à toi Seigneu



Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/21/la-responsable-du-cate-rencontre-une-diabetique-a-leglise-elle-lui-donne-son-rein/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr

Cette femme a mis au monde 7642 enfants






Désormais nonagénaire, l'obstétricienne Maria Pollacci est une véritable « serial accoucheuse ».

Le 23 janvier 2017, Maria Pollacci assistait à son ultime naissance.

Âgée de 93 ans, elle affiche 70 ans de loyaux service, et aurait pu prendre une retraite méritée depuis longtemps ; mais elle qualifie son métier comme « le plus beau du monde », et si elle n’a pas eu d’enfant elle-même, elle considère les petits qu’elle a mis au monde comme « sa grande famille ».

Plusieurs des enfants dont elle a assisté la naissance viennent lui rendre visite dans sa ville de Padavena, au Nord de l’Italie.


Première naissance à la fin de la guerre

Elle se souvient du premier bébé qu’elle a aidé à mettre au monde, le 3 septembre 1945, soit le lendemain de la capitulation du Japon :

« Il s’appelait Francesco, et aujourd’hui, il a 72 ans ».

Elle l’avait retrouvé 25 ans après :

« Un beau jeune homme est venu vers moi et m’a demandé l’honneur de danser avec moi… Depuis, nous nous revoyons chaque année ».

Cet homme a été suivi de beaucoup d’autres, garçons et filles, qui lui rendent visite et la considèrent comme « leur deuxième mère ».


La mère de l’Italie

Famiglia Christiana lui a consacré une couverture intitulée

« la mère de l’Italie ».

Dans le cours de l’article, elle explique :

« Je ne vois pas mon activité comme un métier mais comme une mission.

J’aime les mères et leurs bébés, il n’y a rien de plus beau que de donner naissance ! »

Pourtant, elle a connu son lot de naissances difficiles, et elle s’est parfois retrouvée seule à devoir affronter des situations angoissantes, au domicile de la mère qu’elle assistait.


Dans la cage au lion

Sa naissance la plus insolite s’est déroulée dans un cirque.

Elle venait d’aider une maman à mettre son bébé au monde quand on lui a demandé :

« Vous ne voudriez pas présenter le bébé au public ? »

Elle n’y voyait pas d’inconvénient, l’enfant, un garçon, était en bonne santé.

Mais elle réalisa qu’elle partageait la scène du cirque avec un dompteur et ses lions.

Bébé et lions se sont manifestement bien entendus, mais Maria Pollacci n’a certainement pas dédaigné le verre de remontant qu’on lui voit se faire offrir, dans la photo de l’évènement publiée par le Corriere.




Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/03/06/cette-femme-a-mis-au-monde-7642-enfants/
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Sam 23 Sep 2017 - 12:03

Salué par un stade de 70 000 spectateurs, un enfant malade retrouve la joie de vivre

 





Wyatt, 4 ans, souffre d'une grave immunodéficience.

Hospitalisé juste à côté du stade des Hawkeyes de l'Iowa, il vient de connaître l'une des plus belles surprises de sa vie.

C’est une scène bouleversante qui s’est déroulée ce samedi 16 septembre à Iowa City, une ville de l’État de l’Iowa connue pour accueillir la célèbre équipe de football américain des Hawkeyes.

Le petit Wyatt Hemphill y est en effet hospitalisé pour soigner la difficile maladie qu’il affronte et qui menace son système immunitaire.

Très faible, l’enfant y est l’objet de l’attention et du dévouement de toute l’équipe médicale et de sa famille, en attendant une greffe de moelle osseuse.

Il fait preuve de beaucoup de courage mais la difficulté extrême qu’il manifeste pour accomplir le moindre geste, y compris tenir sa tête, demeure déchirante.


À Iowa City, l’hôpital pour enfants présente la particularité d’être bâti juste à côté du stade Kinnick qui accueille les Hawkeyes.

Depuis les étages supérieurs, de grandes baies vitrées permettent aux petits patients de regarder les matchs qui se disputent sur la pelouse à ciel ouvert.

À chaque rencontre, ils se pressent sur les vitres pour regarder les joueurs qui s’y affrontent, d’autant plus qu’une belle initiative a été prise depuis le mois de septembre : les spectateurs et les sportifs ont en effet pris l’habitude de saluer et d’acclamer leurs spectateurs hospitalisés.

Ce geste a pris le nom de « Hawkeye Wave ».

Sauf que, trop faible pour se déplacer, Wyatt n’était pas en mesure de se déplacer près des fenêtres lors du match de samedi.


Qu’à cela ne tienne.

Le personnel médical s’est immédiatement mobilisé pour déplacer le lit médicalisé pour remédier à ce problème.

L’effet est immédiat.

À peine a-t-il aperçu les joueurs que le visage de Wyatt s’est illuminé d’un beau sourire, lui qui avait les traits tirés depuis des semaines.

Et quelle ne fut pas sa stupéfaction lorsque s’est déclenchée la « Hawkeye Wave ».

Acclamé avec ses camarades par les 70 000 spectateurs qui emplissaient le stade, l’enfant a été bouleversé.

Alors qu’il ne faisait plus aucun geste, il a trouvé la force de saluer à son tour la foule en levant son bras, sous les yeux de sa maman très émue, comme elle en témoignera sur Facebook.

« C’est la première fois qu’il sourit et rit depuis que nous sommes ici !
» écrit-elle.


Lire et voir la vidéo ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/22/salue-par-un-stade-de-70-000-spectateurs-un-enfant-malade-retrouve-la-joie-de-vivre/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr


« Et les mistrals gagnants » : quand cinq enfants malades changent notre regard sur la vie






Le dernier documentaire d’Anne-Dauphine Julliand, en salles depuis le 1er février, est une réflexion salutaire sur l’existence humaine, à hauteur d’enfant.

Il est des films dont on ne ressort pas indemne.

Ou du moins, bien changé.

Et les mistrals gagnants d’Anne-Dauphine Julliand fait partie de ces films, qui émeuvent autant qu’ils engagent une réflexion salutaire sur l’existence humaine.

À l’affiche de ce bijou de documentaire, cinq petits héros, âgés de 6 à 9 ans, vivant dans cinq coins de la France, qui affrontent des maladies graves, parfois incurables, nécessitant des soins très lourds.

Malgré cette réalité difficile, nul pathos dans une œuvre filmée caméra sous le bras, à hauteur d’enfant, et qui n’est pas encombrée par une voix off.

Ces portraits croisés, touchants, nous présentent des enfants, qui comme tous les enfants, réfléchissent dans l’instant présent, sans s’apitoyer vainement sur leur sort, débarrassés des mille inquiétudes et anxiétés que peuvent ressentir les adultes.

Depuis qu’elle est petite, Ambre est atteinte d’hypertension artérielle.

Elle se déplace donc toujours avec un petit sac à dos qui contient une pompe reliée à son cœur, qui lui permet de s’investir pleinement dans le théâtre et de jouer au badminton.

Camille est un petit garçon atteint d’un cancer – il dit « neuroblastome » ; combatif, volontaire, il se dépasse au football.

Quant à Tugdual, qui subit fréquemment de lourdes chimiothérapies, c’est dans le piano et le jardinage qu’il s’épanouit.

On l’aperçoit à un moment, dans sa famille, unie et recueillie, dans une chapelle de montagne enneigée.

« Être malade, ça n’empêche pas d’être heureux.

Rien n’empêche d’être heureux » confie-t-il, avec clairvoyance et simplicité.


Une vie intense

Ces enfants n’ont pas 10 ans, mais donnent l’impression d’avoir la sagesse de ceux dont l’existence ne se mesure pas en jours, mais en intensité.

En même temps, ce sont des enfants comme les autres, avec leurs joies éphémères, mais aussi leurs peines et leur moments de doute.

Le petit Imad, à la bouille si attachante, est parfois découragé, désemparé par les fréquentes dialyses qu’il doit subir en attendant sa greffe de reins.

Mais il rebondit, il va de l’avant, il passe à autre chose :

« Pour moi c’est pas difficile, mais pour vous c’est difficile, je sais ».

Quant à Charles, l’enfant à la peau « aussi fragile que les ailes d’un papillon », c’est tous les deux jours qu’il prend un long bain suivi de soins fastidieux consistant à renouveler des pansements qui protègent son épiderme de l’air.

Cette carapace ne l’empêche pas d’être un curieux invétéré et de découvrir le monde les yeux grands ouverts derrière ses lunettes de soleil.

Conscients de leurs limites, de leur vulnérabilité, de la fragilité de la vie, ces enfants incarnent tout ce qu’une vie brève peut avoir d’intense.

Le capital dont ils disposent n’est ni économique ni réputationnel ; il ne réside que dans la captation de l’instant présent, et l’amour de leurs proches.

À l’image de la chanson tendre et pudique de Renaud qui a donné son nom au film, Et les mistrals gagnants représente, plus qu’un souffle, une belle bourrasque dans le documentaire français.

Et les mistrals gagnants d’Anne-Dauphine Julliand.
Sortie le 1er février 2017. Durée : 1h20.









Anne-Dauphine Julliand présente son film :








Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/02/12/et-les-mistrals-gagnants-quand-cinq-enfants-malades-changent-notre-regard-sur-la-vie/
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Lun 25 Sep 2017 - 12:07

L’incroyable histoire du père Sam, aumônier du Jour J, sauveteur du « vrai » soldat Ryan
 





Le père Francis Sampson, aumônier de la 101e division aéroportée, a été l’artisan du sauvetage du "vrai" soldat Ryan, Frederick "Fritz" Niland de son nom à l’état civil. Mais ce ne fut pas le seul fait d’armes de cette figure héroïque.

Parmi les hommes de la « 101e Airborne » parachutés en Normandie le 6 juin 1944 se trouve un parachutiste pas comme les autres : le père Francis L. Sampson, 32 ans.

Dès qu’il touche terre, la première chose que doit faire le père Sampson – plus connu sous le nom de père Sam – est de rechercher activement son autel portatif, perdu pendant le saut.

Dans le noir, au milieu des explosions et des tirs ennemis, ce n’est pas chose aisée. Mais il parvint à le retrouver.

L’universalité de l’Église dans les tranchées

Il n’est pas au bout de ses peines.

À peine arrivé sur le sol français, alors qu’il se trouve dans une ferme au chevet de blessés, il tombe sur deux soldats allemands.

Ceux-ci s’apprêtent à le fusiller contre un mur quand un troisième soldat lui sauve la vie in extremis, en convainquant ses camarades de ne pas tuer un prêtre.

« Ce fut émouvant d’être un témoin de l’universalité de l’Église ce jour-là », écrira plus tard le père Sam dans ses mémoires, relatant son sauvetage par un frère catholique engagé dans le camp ennemi.

Une homélie puissante

Quelques jours plus tard, le père Sam célèbre la messe pour des infirmières dans une église ravagée par les bombardements.

Il ne reste que deux murs, mais le crucifix et les images de saint Pierre et saint Paul sont intacts : un miracle aux yeux de tous.

Dans ces ruines, le père Sam prononce cette courte homélie :

« L’image du Galiléen nu pendu à la croix a toujours inspiré un grand amour et une haine farouche.

Néron chercha à faire de la croix une image odieuse en y condamnant les chrétiens à mort, les recouvrant de poix et illuminant Rome de ces croix vivantes en flammes.

Julien l’Apostat martela qu’il mettrait tout en œuvre pour que le monde oublie le Crucifié, mais avant de mourir sur le champ de bataille, il admit dans son dernier souffle :

“Tu as vaincu, Galiléen”.

Les communistes interdisent la croix car ils ont peur de la puissance qu’elle pourrait exercer contre leurs desseins diaboliques.

Hitler a essayé de remplacer l’image de notre Seigneur sur la croix par une vulgaire croix gammée.

Invectives, philosophies biaisées, violence, manigances diaboliques… tout a été mis en œuvre pour arracher le Christ de la croix, et la croix de l’église.

Et pourtant… à l’image des bombes lâchées sur cette chapelle, ces manœuvres n’ont eu pour seul effet que de faire ressortir la croix plus encore, la rendant plus visible que jamais.

Nous voyons la véhémence et la violence avec lesquelles des hommes insensés s’attaquent à la croix que nous aimons et nous comprenons d’autant plus son importance.

Chacun de nous possède cette image imprimée dans son âme.

Tout comme cette chapelle, nous sommes des Temples de Dieu.

Et quelles que soient les attaques, les tragédies, les bombes, les épreuves extérieures auxquelles nous sommes confrontés, l’image du crucifié reste ancrée au plus profond de nous, si tel est notre désir.

À présent, au pied de cette croix, renouvelons les vœux de notre baptême.

Promettons de garder toujours cette image dans nos cœurs. »

C’est lui (et non le personnage incarné par Tom Hanks dans le film Il faut sauver le soldat Ryan), qui est chargé ensuite de retrouver Fritz Niland, le véritable « soldat Ryan », dont deux frères avaient été tués les 6 et 7 juin, tandis qu’un troisième, combattant en Asie, était présumé mort au combat.

Dans la légende

Le père Sampson est capturé par les Allemands en décembre 1944 en Hollande lors de l’opération Market Garden et passe quatre mois dans un camp de prisonniers.

Une fois libéré, il retourna au front avec sa mythique division.

Il apparaît en belle place dans le célèbre ouvrage de Cornelius Ryan Le jour le plus long, paru en 1959, retraçant en détail le récit du Débarquement.

Il servit également en Corée.

Par la suite, il fut nommé à la tête des aumôniers de l’armée américaine en 1967, sans cesser pour autant de rendre visite à ses camarades parachutistes au Vietnam. Il est décédé en 1996.

L’année prochaine marquera le centenaire de sa naissance, et des hommages sont en préparation pour cet homme qui a laissé une profonde empreinte dans l’histoire militaire américaine.

Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/24/lincroyable-histoire-du-pere-sam-aumonier-du-jour-j-sauveteur-du-vrai-soldat-ryan/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Mar 26 Sep 2017 - 11:13

Deux sœurs siamoises abandonnées disent leur espérance

 





En Tanzanie, deux sœurs siamoises ont fait leur entrée à l'université.

Une première dans ce pays d'Afrique de l'Est.

Maria et Consolata, 20 ans, ont fait leur entrée la semaine dernière à l’université catholique Rucha d’Iringa, au centre de la Tanzanie, un mois avant leurs camarades.

Inscrites en « Arts de l’éducation », elles espèrent devenir professeurs d’histoire, d’anglais et de swahili.

Abandonnées par leur mère après la mort de leur père, puis recueillies par une mission catholique, les deux jumelles jointes au niveau de l’abdomen sont de ferventes chrétiennes et n’hésitent pas à le faire savoir :

« Nous ne nous attendions pas à voir ce jour, c’est par la grâce de Dieu que nous y sommes aujourd’hui et grâce aux prières des gens » a confié pleine d’émotion Consolata à une télévision locale.

Devenues des célébrités en Tanzanie lorsqu’elles ont décroché leur diplôme de fin d’études secondaires, les deux jumelles entendent défendre les enfants handicapés ou marginalisés, souvent abandonné dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Maria affirmait en juillet dernier à la chaîne de télévision gouvernementale TBC que

« les parents qui cachent ou enferment leurs enfants handicapés devraient avoir peur de Dieu ».

La jeune femme leur avait alors fait valoir « que les êtres humains, handicapés ou non, sont égaux et ont les mêmes droits ».


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/25/ferventes-catholiques-deux-soeurs-siamoises-abandonnees-disent-leur-esperance/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr



Ils passent leur vie ensemble, et décèdent à quelques heures d’intervalle
 






Jean et George Spear se sont rencontrés et mariés pendant la seconde guerre mondiale, au sud de Londres.

Après plus de 75 ans passés ensemble, ils se sont éteints à quelques heures d’intervalle la semaine dernière. Retour sur une belle histoire et le secret de leur longévité conjugale...

Vendredi 15 septembre à 4h30, à l’âge de 94 ans, Jean Spear est décédée dans une chambre de l’hôpital de Queensway Carleton, à Ottawa, au Canada.

A quelques mètres de là, dans un service voisin, son époux a rendu son dernier souffle à peine quelques heures plus tard, à 9h45.

Jean avait été hospitalisée le mardi après-midi pour une pneumopathie et les époux avaient encore pu se parler le mercredi par téléphone, avant que George ne tombe lui-même dans un sommeil profond le jeudi et ne soit hospitalisé à son tour.

Le personnel avait entamé les procédures afin de leur obtenir une chambre commune, mais le couple a tiré sa révérence avant que cela ne puisse se faire…

Le secret d’une longévité conjugale

Lors de leur 72ème anniversaire de mariage célébré il y a 3 ans, Jean se confiait au journal local le Kitchissippi Times:

« Nous avons beaucoup d’histoires à raconter, mais la plus importante, c’est que nous sommes toujours ici, toujours ensemble. »

Elle rajoute, pour dévoiler le « secret » de bonheur et longévité de leur couple :

« J’y ai réfléchi pendant longtemps.

Je me suis rendue compte quand nous nous sommes rencontrés qu’on était bien ensemble.

Quand nous nous sommes mariés, nous pensions être au paradis.

Durant toute notre vie,  les hauts et les bas, nous savons qu’ensemble, nous sommes bien.

Nous le reconnaissons et n’avons jamais cessé de le reconnaître ».


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/25/ils-passent-leur-vie-ensemble-et-decedent-a-quelques-heures-dintervalle/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Jeu 28 Sep 2017 - 10:47

« Pour un sourire d’enfant » amplifie son œuvre au Cambodge
 






Vingt ans après avoir découvert l’horreur de la décharge de Phnom Penh (Cambodge) où des enfants exploités et affamés travaillaient, le couple des Pallières est parvenu à sauver des milliers de vies grâce à son association "Pour un sourire d’enfant" (PSE).

L’an dernier, Les Pépites, un film diffusé dans toutes les salles de France, rendait hommage à Christian et Marie-France des Pallières, un couple courageux et débordant de générosité partis en 1995 au Cambodge pour venir en aide aux enfants cambodgiens.

Depuis Christian des Pallières a rejoint Son Créateur tandis que sa femme Marie-France continue sans relâche à œuvrer pour les enfants du Cambodge, avec son association Pour un sourire d’enfant (PSE).

Trouver un travail aux enfants : l’objectif prioritaire


« C’est ma vie ici », raconte-t-elle, émue, à un couple français venu lui rendre visite au Cambodge pendant les vacances.

« Sortir les enfants de la misère, de la violence, les accompagner à trouver un travail digne est notre seul objectif.

Christian me manque mais je suis heureuse de voir les enfants grandir.

» Pendant l’année ce sont près de 6 500 enfants qui sont pris en charge par leurs programmes.

Tous sont issus de familles extrêmement pauvres, directement identifiées par l’équipe sociale de l’association.

Quatre critères guident une prise en charge : l’extrême pauvreté, un métier à risque, des violences familiales et le handicap.

La responsabilité de l’association est alors de protéger, nourrir, éduquer et soigner tous ces enfants.

Lire aussi : « Papy et mamy nous ont sortis de la décharge… »https://fr.aleteia.org/2016/10/12/papi-et-mamie-nous-ont-sortis-de-la-decharge/


Le principe d’un centre PSE est d’offrir aux familles une portion de riz en échange de la scolarité de leur enfant.

C’est en réalité une manière de compenser le fruit du travail que leur enfant leur apporterait s’il n’allait pas à l’école.

La plupart du budget de PSE est donc consacré à l’achat de riz. « L’été les règles d’admission au centre sont souples.

Nous accueillons tous les enfants qui le désirent.

Nous n’excluons personne « , explique Marie-France des Pallières.

« Ce qui compte c’est qu’ils jouent, mangent à leur faim et soient en sécurité ».

Des bénévoles, pour une grande part espagnols, assurent ainsi le bonheur des enfants.







Mais l’action de PSE va plus loin désormais.

« Lorsque nous avons constaté qu’après leur scolarité auprès de nous, ils retournaient d’où ils venaient, nous avons compris qu’il fallait leur donner les moyens de trouver un travail, explique Marie-France des Pallières.

Nous avons lancé les formations professionnelles ; tous les métiers liés au tourisme, restauration, hôtellerie, beauté, couture, mécanique, gestion…

Aujourd’hui nous avons vingt-huit formations professionnelles.

Quand un enfant est recueilli par PSE, il est pris en charge jusqu’à ce qu’il trouve un travail. »

Et ce ne sont pas que des mots de la part de cette femme humble, persévérante et toute donnée à l’avenir de ces enfants autrefois délaissés et livrés à eux-mêmes.

Un jour, son mari Christian des Pallières est allé rechercher un des enfants dans la rue, Phirom, qui avait baissé les bras après avoir atteint le Bac et entamé une classe préparatoire.

Il est retourné d’où il venait une fois adulte et diplômé.

Mais « Papy », comme les enfants l’appellent, l’a repris sous son aile et lui a proposé une voie dans le cinéma, dans laquelle il s’épanouit aujourd’hui.






Ce genre d’anecdotes a ponctué la construction du centre de PSE et la relation de ses fondateurs avec les enfants, toujours dans le respect de l’histoire de chacun et de leur culture.

Les Pallières se sont adaptés par le cœur et ils ont récolté sans mesures. Ils ont aussi passé beaucoup de temps sur les routes, dans leur caravane, pour trouver des donateurs dans toute la France et rendre possible leur projet.

Deux nouveaux centres ont ouvert au Cambodge

Marie-France est actuellement sur les routes de France, à la rencontre de nouveaux donateurs.

Fin août, elle était déterminée à aller de l’avant et à continuer à trouver l’argent nécessaire au destin des milliers d’enfants qui en dépendent, un peu moins de six millions d’euros par an environ.

« Seule, je continue la tournée en France, je sillonnerai les routes… Je pars dans deux semaines.

Mais je n’irai pas en caravane… je n’en ai plus la force.

C’est trop dur. »

Les yeux embués de larmes, ses paroles suspendues un instant pour rejoindre le cœur de son époux encore présent.

« J’irai en voiture et mes sœurs m’accompagneront.

Oui il faut continuer. Trouver des parrainages. Nous avons fait le choix dès le début de ne pas dépendre des subventions publiques.

Nous ne voulions pas que les activités, les programmes s’arrêtent. Alors oui tout notre budget dépend de dons privés.

Aujourd’hui il y a plus de quatre cents salariés et nous avons ouvert deux autres centres ».

La force de PSE est le désir profond de sauver les enfants de la misère, de leur redonner de l’espoir, de ne pas accepter l’intolérable, de croire en ses rêves et que tout est toujours possible.

Loin d’une œuvre humanitaire classique, l’association est partie des besoins et de la culture des enfants : ce sont eux qui ont fait Pour un sourire d’enfant à leur image.

D’où les sourires qui illuminent les classes et les terrains de jeux.


Pour réaliser une telle œuvre, les Pallières se sont laissés habiter corps et âme par leur mission.

Ils ont cherché à être des fruits vivants de l’Évangile.

Les cendres de Papy reposent là-bas, comme il l’avait souhaité pour respecter la culture cambodgienne, au cœur de cette « machine à détruire la misère » comme il l’appelait.



Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/26/pour-un-sourire-denfant-amplifie-son-oeuvre-au-cambodge/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Ven 29 Sep 2017 - 10:56

Quand un pro du free-fight entraîne un jeune trisomique







Sammy Callari, après une belle carrière sur les rings, est devenu coach.

Parmi ses élèves, Parker Seward, 13 ans, qui possède un chromosome complémentaire.

Au-delà de leur passion commune pour les MMA, ils ont construit une belle et solide amitié.

C’est un tandem inhabituel que les habitués d’un club de gym de North Naples (Floride) ont pris l’habitude de voir deux fois par semaine, lors de leurs exercices de MMA.

D’un côté, Sammy Callari, 27 ans, 1,82 mètre, tout en muscles.

De l’autre, Parker Seward, 13 ans, atteint de trisomie 21, mais fort d’une volonté à toute épreuve.


Depuis qu’il est éloigné de la compétition, Sammy Callari s’est lancé dans l’entraînement.

Mais comme il le confie lui-même, lorsqu’on lui a demandé de coacher Parker, il n’a pas manqué d’éprouver une certaine inquiétude, voire une certaine gêne, face à ce défi pas comme les autres.

Pourtant, une fois cette appréhension disparue, le courant est passé presque instantanément.

Tandis que Sammy héritait du surnom « Big Brother » de son élève, Parker lui était baptisé « Little Brother » par son coach.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : d’une relation fraternelle, mutuellement enrichissante, nourrie par la passion commune pour le free-fight.

Sammy Callari explique qu’il s’est reconnu en Parker : comme lui, il estime avoir été souvent dans la position de l’outsider.

Pour remporter des victoires sur les rings, il a dû passer par de nombreuses défaites, apprenant à chaque fois à en tirer les leçons.

« Quand on se met vraiment au boulot, on peut surpasser toutes les difficultés de la vie », confiait-il récemment à USA Today.

Faire bouger le monde

Au fil des entraînements, leur amitié se consolide.

À telle enseigne que Sammy, qui avait décidé de s’installer dans l’Ohio, sa région d’origine, n’a pas tardé à refaire ses cartons pour revenir en Floride et retrouver son ami Parker.

Il envisage désormais d’ouvrir un club spécialement adapté aux personnes atteintes de handicaps.

« Je veux poursuivre mon rêve d’aider et d’inspirer autant de personnes que je peux » a expliqué cet ancien élève de la Corner Christian Academy, dans l’Ohio, un établissement qui se fixe pour mission « de délivrer une éducation de qualité fondée sur la foi en Dieu », pour former « des étudiants configurés au Christ qui feront bouger le monde pour la gloire de Dieu ».

Manifestement, il reste quelque chose de cette expérience chez Sammy.



Lire et voir la vidéo ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/28/quand-un-pro-du-free-fight-entraine-un-jeune-trisomique/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Sam 30 Sep 2017 - 11:33

Le handicap de cette violoniste lui a permis de créer une musique unique

Vidéo

 

"Je n’ai pas à surmonter mon handicap, parce que mon handicap fait partie de la personne que je suis".

Gaelynn Lea est atteinte depuis toujours d’ostéogenèse imparfaite, une maladie génétique également appelée « maladie des os de verre ».

Elle se caractérise par une extrême fragilité des os.

De ce fait, elle a subi 50 fractures dans le ventre de sa mère.

Les médecins n’ayant pas détecté la maladie, ses os s’étaient ressoudés dans de multiples positions au moment de sa naissance. « Un sacré défi » pour Gaelynn, qui décrit son handicap en ces termes.

Mélomane, la jeune femme souhaitait à l’origine jouer du violoncelle, mais dut se tourner vers le violon car ses bras n’étaient pas assez longs pour atteindre les cordes.

Sa professeure l’aida à tirer parti de l’angle d’inclinaison de ses poignets en lui conseillant de tenir son archet comme si elle jouait de la contrebasse.
Ainsi est née sa façon unique de jouer, avec le violon positionné à la manière d’un violoncelle et l’archet tenu comme un contrebassiste.

C’est grâce à cette alliance unique que l’on croit parfois entendre un orchestre et non un simple violon quand elle joue.

Gaelynn refuse d’être considérée comme « une source d’inspiration »
Malgré ses succès et ses récompenses, Gaelynn refuse d’être considérée comme « une source d’inspiration ».

Pour elle, « ce sentiment est inspiré par de la pitié.

Les gens me demandent comment j’ai réussi à surmonter mon handicap.

Mais je n’ai pas à le surmonter, il fait partie de la personne que je suis.

» Gaelynn est loin d’être la seule personne porteuse d’un handicap à ne pas souhaiter être perçue de cette manière.

En 2014, Stella Young avait donné une conférence au cours de laquelle elle avait parlé du phénomène d’ « inspiration porn », terme qu’elle a créé pour décrire la façon dont les personnes valides catégorisent les personnes handicapées dans le but de se valoriser.

Aux yeux de Gaelynn, le fait que les personnes valides semblent partir du principe que leur vie est nécessairement meilleure que celle d’une personne handicapée est préjudiciable.

C’est ce genre de préjugés qu’elle espère faire tomber petit à petit.

Elle remet également en question le diagnostic prénatal et l’avortement : « Le problème avec ces pratiques, c’est qu’elles sous-entendent d’une certaine manière que ma vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

Les gens semblent encore et toujours vouloir atteindre l’objectif d’un monde sans aucun handicap. Mais on ne peut pas éradiquer le handicap. Et ce n’est pas souhaitable. Il faut arrêter de tendre vers ce but, car ce n’est pas bon. »


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/29/le-handicap-de-cette-violoniste-lui-a-permis-de-creer-une-musique-unique/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr



Gignac récolte des millions pour des enfants atteints du cancer

 




André Pierre Gignac, le 19 août 2017.

S’il préfère être discret, le footballeur André-Pierre Gignac n’en demeure pas moins un catholique dont la foi guide la vie quotidienne. Son engagement auprès d'enfants atteints du cancer en témoigne.

Exilé au Mexique depuis 2015, il vient de mettre sa charité au service d’une jeune Française prénommée Zoé (6 ans) souffrant d’une grave tumeur au cerveau et de trente-neuf autres enfants atteints de cancer soignés à Monterrey, où Gignac démontre chaque jour ses talents de footballeur au club de Tigres.

Afin d’apporter à leur famille respective les fonds requis pour poursuivre les soins nécessaires à leur traitement, l’ancien attaquant de l’équipe de France était à l’initiative, mercredi 27 septembre, d’une vente aux enchères regroupant différents articles de football portés par plusieurs grands noms de l’élite mondiale.

Parmi eux figuraient ainsi des chaussures et un maillot de l’Argentine appartenant à Lionel Messi, le ballon du match au cours duquel Gignac a inscrit son premier triplé avec les Tigres, un maillot de Karim Benzema dédicacé par les joueurs du Real Madrid, ou encore une tunique d’Olivier Giroud, qui, par ailleurs, partage la même sensibilité religieuse qu’André-Pierre Gignac. Le prix de départ de chaque article était fixé à 1 euro.


2.000 euros ont été déboursés pour le premier article, un maillot du joueur de la sélection mexicaine Javier Ignacio Aquino Carmona. La somme globale récoltée dépasse toutes les espérances : au total, 5.165.000 dollars ont été recueillis pour Zoé et le reste des enfants malades. De quoi redonner de l’espoir à la petite Zoé.

Après avoir reçu un premier cycle de chimiothérapie et d’immunothérapie pour traiter la présence de gliomes affectant le tronc cérébral, elle a récemment quitté le Mexique pour regagner l’Angleterre où elle réside avec ses parents.


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/29/gignac-organise-une-vente-aux-encheres-pour-une-fillette-atteinte-dune-maladie-rare/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Mar 3 Oct 2017 - 13:00

John Malow Bedit, l’enfant soldat devenu missionnaire
 






Au Sud Soudan, John Malow Bedit est sorti de la spirale de la violence grâce à une énergie indomptable, mise au service de Dieu.

John Malow Bedit ne connaît pas sa date de naissance.

Elle est estimée au 1er janvier 1987.

Enfant, il a grandi dans une hutte de bois et de feuilles avec sa mère et ses sœurs.

Baptisé par un prêtre catholique, il a cultivé la terre et gardé des vaches, comme ses frères avant lui.

Kidnappé pour devenir enfant soldat


Il a à peu près onze ans lorsque des soldats de la rébellion sudiste de la SPLA (Sudan People’s Liberation Army) l’enlèvent pour le « recruter ».

Les mains attachées dans le dos, il rejoint une colonne de prisonniers, qui sont amenés, jusqu’à un camp militaire.

Après une semaine d’entrainement intensif, ont leur remet à chacun un fusil d’assaut soviétique, une KalachnikovAK47.

Les soldats qui encadrent leurs jeunes recrues préviennent toute tentative de fuite.

Peu de temps après son arrivée, John voit le vrai visage de la guerre, car son camp est attaqué.

Les pertes sont lourdes dans les deux camps, et le garçon voit une roquette frapper la tête du commandant des assaillants.

Il prie sous les balles et se sort de cette journée physiquement indemne.

Tentative de fuite


« Malgré mon horreur, se souvient-il, je priais chaque jour pour que Dieu me donne l’opportunité de m’échapper ».

Celle-ci se présente lors d’une mission, alors qu’il officie comme garde du corps d’un général qui rend visite à sa famille.

Il parvient à fausser compagnie à ses ravisseurs et à ses camarades de combat.

Il revient dans sa famille, mais malgré de joyeuses retrouvailles, il doit repartir car il sait que ses kidnappeurs risquent de le chercher chez lui.

Cette précaution ne suffira pas

Il est reconnu quelques mois plus tard, battu et ramené.

Alors qu’il pleure au fond de sa cellule, sans eau ni nourriture, il entend un officier crier :

« Sa fenêtre n’est pas verrouillée ».

Un autre répond :

« C’est un petit garçon, il ne pourra pas l’atteindre ! »

Il y voit un signe de Dieu et attend la nuit pour se hisser jusqu’à l’ouverture et s’échapper.

Il rejoint cette fois l’un de ses frères en ville qui lui donne assez d’argent pour qu’il se rende jusqu’à la capitale, Khartoum.

La volonté farouche d’un rescapé


Il trouve un travail de domestique dans une famille arabe et parvient à mettre de l’argent de côté.

Avec cet argent, il entre à l’école et commence des études qui l’emmènent jusqu’à l’obtention du diplôme de l’université de Djouba en 2014.

À cette époque, il se nourrit de la lecture de la Bible :

« Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre ; Je te conseillerai, je ne te perdrais pas des yeux » (Psaume 32, huit).

Dans le même temps, il a rejoint l’Église épiscopale, protestante, du Soudan

Là, il y prêche ce qu’il appelle :

« La Bonne nouvelle qui m’a sauvé ».

« Dieu se soucie de chacun d’entre nous »

« Lorsque je regarde mon passé, je prends la mesure de l’importance de la patience, du courage et de la confiance en soi », témoigne-t-il.

Il dit à tous ceux qui souffrent que Dieu se soucie de chaque personne, quelle que soit sa situation, et l’appelle à une mission.

Il participe à la Fraternité des universités chrétiennes au Sud-soudan et est devenu le coordinateur local de CMS Africa pour Church Mission Society.

Cet organisme œcuménique rassemble des groupes de chrétiens évangéliques anglicans, orthodoxes et protestants.

Son optimisme, nourri de l’Évangile, lui fait espérer un meilleur avenir pour ses compatriotes :

« Avant l’accord de paix, personne n’aurait rêvé d’un Sud-soudan autonome.

Mais c’est arrivé. De la même manière (…) malgré les violences et les misères que connaissent notre pays, je sais que le changement viendra ; peu importe combien de temps cela prendra ».


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/30/john-malow-bedit-lenfant-soldat-devenu-missionnaire/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Lun 9 Oct 2017 - 19:16

Alcooliques, toxicomanes, dépressifs… ils viennent se remettre debout au village Saint-Joseph




À Plounévez-Quintin, dans les Côtes d'Armor, le village Saint-Joseph ouvre les portes de ses foyers aux cabossés.

« Seigneur donne-moi la douceur avec mes frères, donne-nous d’être doux les uns envers les autres… ».

La prière de Jean est spontanée.

Il est 7h45, la quarantaine de personnes accueillies au village se retrouve à la chapelle.

Jean et ceux qu’il appelle ses « frères et sœurs » sont un peu tombés de leur lit pour venir.

Mais c’est l’unique temps de prière obligatoire de la journée : au village Saint-Joseph, on commence la journée tous ensemble autour du Saint Sacrement.

« Lui, c’est un ressuscité »

Cette association fondée il y a 18 ans par Nathanaël et Katia Gay veut être avant tout une famille : ici on accueille les écorchés, les cabossés.

L’alcool, la drogue ou les maladies psychiques les ont terrassés.

Sans plus aucun repère, ils sont envoyés par leurs proches, des prêtres ou par la justice dans ce petit village des Côtes d’Armor, afin de se reconstruire.

« Lui, c’est un ressuscité ! » s’exclame Jean-Guy, co-fondateur du village en hélant Corentin qui fait du jardinage.

Le jeune homme a 22 ans, et dix ans de cannabis derrière lui. Il est arrivé détruit, le voilà aujourd’hui sur ses deux pieds, prêt à repartir dans un monde plus sain.

Des études, un logement, un travail, une stabilité. C’est la réinsertion à laquelle aspire chacun.

Mais d’abord, il faut en passer par un chemin de guérison.

Certains ne pourront jamais l’emprunter.

Comme d’autres avant eux. Michel, un ancien SDF de 74 ans, et Pascal, sous tutelle judiciaire, passeront leur vie au village.

Mais pour la majeure partie des « accueillis », l’objectif est de replonger dans la vie normale, libérés de leurs démons.

Dans les foyers, dans les quatre petites maisons réparties sur deux sites, on renaît par la simplicité de la vie.

Les repas, les temps de travail, de cuisine, d’ateliers artistiques viennent rythmer les journées et donner un cadre à des hommes et des femmes en perte de repère.

« J’ai appris à accepter les pauvretés… à commencer par les miennes »


Pas de téléphone ni d’ordinateur !

On se coupe volontairement du monde pour mieux se retrouver.

« J’ai appris à accepter les pauvretés… à commencer par les miennes » sourit timidement Loïc.

Les repas sont animés par les personnalités de chacun.

On s’accueille et on s’aime dans une grande tendresse ; la schizophrénie de l’un, la mauvaise humeur de l’autre, la fatigue, le sevrage difficile. Joyeux bazar autour de la table.

Au service « traitement des dons », les supermarchés sont devenus très généreux depuis que la loi les oblige à donner leurs invendus alimentaires, on retrouve Géraud.

Lui n’a pas de guérison à opérer. Il a été envoyé en début d’année par le séminaire de Versailles, pour une année de service.

Petit changement d’ambiance pour ce séminariste immergé dans le dépouillement. Mais qu’à cela ne tienne.

« Ce que je vois surtout c’est l’œuvre du Bon Dieu » dit Géraud.

Car si certains restent à la surface de la spiritualité du village, d’autres ouvrent leur cœur à l’amour de Dieu.

Les « Amen ! », « Tout est grâce ! », « Soyez bénis ! » fleurissent dans les foyers et la ferveur est grande à la soirée de louange du lundi soir : on chante, on danse et on vient réconforter d’un baiser ceux qui ce soir-là ne peuvent pas, trop accablés par la tristesse.

Cette œuvre, Jean-Guy la voit chaque jour depuis 18 ans dans ce village où deux couples n’avaient qu’un désir au commencement : être à l’image de la famille de Nazareth, où l’on accueille le pauvre, le différent, le cabossé.

À chaque arrivée d’un nouveau frère, d’une nouvelle sœur, c’est une page blanche à noircir, avec en entête cette parole adressée à Jésus dans l’Évangile de saint Jean (Jean 11, 3 ) :

« Seigneur, celui que tu aimes est malade » et sa réponse : « Cette maladie n’aboutira pas à la mort et servira à la gloire de Dieu. »


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/10/08/alcooliques-toxicomanes-depressifs-ils-viennent-se-remettre-debout-au-village-saint-joseph/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr

Antonio, 8 ans, mort d’un cancer : « Maman, la Vierge Marie est venue me chercher »
 




"Maman quand je pense à tout ce que Jésus a souffert sur la croix, ma souffrance à côté de la sienne n’est rien du tout."

Voici le témoignage émouvant d’une mère italienne racontant le calvaire de son petit garçon, décédé d’un cancer, mais heureux de partir avec sa Vierge « chérie » qui l’a accompagné jusqu’au bout.


Antonio Terranova est né le 14 juillet 2004 à Palerme, en Italie.

Il est monté au ciel le 23 février 2013. Il n’avait que 8 ans.

Le jour de sa naissance, on aurait dit l’Enfant Jésus descendu du ciel. Il y avait un va-et-vient incessant de personnes dans sa chambre, à l’hôpital, au point parfois que cela dérangeait un peu les autres patients.

C’était un enfant sain et très vif, blond aux yeux bleus tirant sur le vert au fur et à mesure qu’il grandissait.

Un enfant très intelligent et très sympathique.

Tout petit déjà, il s’intéressait aux autres enfants, nourrissant une affection particulière pour les plus malheureux.

Tous les matins, avant d’aller à l’école, il vérifiait toujours si on n’avait pas oublié de mettre un petit goûter en plus pour ses petits camarades au cas où l’un d’eux en aurait voulu.

Pendant les cours d’informatique et d’anglais, les professeurs le plaçait à côté d’Alice ou d’Enrico, deux enfants qui étaient en difficulté scolaire et qui faisaient des tas de misères aux ordinateurs et n’étaient parfois pas capables de suivre les cours.

Patiemment et délicatement, il leur expliquait tout et remettait en marche l’ordinateur, lorsque l’enseignante n’y arrivait pas.

La terrible nouvelle

Le 21 mai 2011, on découvrit soudainement qu’Antonio avait besoin de toute urgence d’une greffe du foie.

Le sien était devenu cirrhotique à cause d’une tumeur de dix centimètres, compromettant ainsi gravement son bon fonctionnement.

Une longue série de contrôles et d’hospitalisations se sont alors enchaînés. Dès le départ, les médecins ont été pessimistes.

Au point de ne pas vouloir l’inscrire dans la liste d’attente des greffes du foie.

Nous étions désespérés, bouleversés, mais immédiatement nous nous sommes accrochés à la croix du Seigneur, sans répit, jour et nuit.

Sous nos yeux se sont formés des chaînes de prière et de jeûne, qui augmentaient jour après jour de façon incroyable.

Au centre des greffes, nous avons appris la prière de la « Divine Miséricorde » que nous n’avons plus jamais abandonnée, et tous les après-midi, nous descendions réciter le chapelet à la chapelle de l’hôpital.

Antonio voulait y être, tous les jours, et réciter lui aussi le rosaire avec nous. À la fin de la prière, il s’arrêtait, nous regardait et disait :

« Vous avez oublié de dire une chose importante : “Jésus j’ai confiance en Toi” ».


Tous les matins, quand les infirmières passaient pour la prise de sang, il se mettait à pleurer.

Quand il entendait les autres enfants se désespérer, il me disait en pleurant :

« Maman va les consoler, occupe-toi d’eux, pour qu’ils ne pleurent plus ».

Quand venait son tour de subir le même supplice, Antonio continuait de se préoccuper de la souffrance des autres.

Lire la suite ici....https://fr.aleteia.org/2017/10/05/antonio-8-ans-mort-dun-cancer-maman-la-vierge-marie-est-venue-me-chercher/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr



Un enfant à Lourdes :

« Jésus, si tu ne me guéris pas, je le dirai à ta mère »






En 1928, à Lourdes, un enfant de 10 ans, paralysé, est en pèlerinage avec ses parents dans l’espoir d’une guérison.

Cette histoire n’est pas récente, mais lorsque j’ai besoin de prier particulièrement le Seigneur pour quelqu’un, je me confie encore aujourd’hui d’abord à la Vierge Marie.

Puis, je me dirige vers l’oratoire pour prier Jésus et lui formuler ma demande.  

Laissez-moi vous la raconter : la scène se passe un après-midi.

Alors qu’il est installé pour assister à la bénédiction des malades avec le Saint-Sacrement, un enfant malade venu en pèlerinage à Lourdes s’adresse au prêtre qui arrive à sa hauteur pour le bénir :

« Si tu ne me guéris pas, je le dirai à ta mère », lui dit-il.

Le prêtre continue son chemin avant de revenir une nouvelle fois le bénir.

Mais l’enfant insiste.

Depuis le temps que sa maman lui parle des miracles de Lourdes, de l’amour infini que nous porte la Vierge Marie et comment elle intercède pour nous devant son fils Jésus. L’enfant s’exclame alors à voix haute :

« Si tu ne me guéris pas Jésus, je le dirai à ta mère ».

Et à cet instant un  miracle se produisit.



Je n’ai jamais été déçu

Comme toute les mères, Marie est bienveillante.

Pleine de grâce, elle nous offre la bénédiction de son fils Jésus.

Dans mon enfance, je me souviens que je m’adressais en premier lieu à ma mère lorsque je souhaitais obtenir une chose de la part de mon père.

Elle se chargeait de lui parler le soir et le lendemain, j’obtenais ce que je voulais.

Il se passe la même chose avec Marie.

Son fils ne lui refuse rien.

Le dénouement incroyable de l’histoire des Noces de Cana en est un bon exemple. « Le troisième jour, il y eut une noce à Cana de Galilée.
La mère de Jésus était là. Jésus aussi fut invité à la noce ainsi que ses disciples.

Le vin venant à manquer, la mère de Jésus lui dit

“Ils n’ont pas de vin”.

Jésus lui dit

“Que me veux-tu, femme ?

Mon heure n’est pas encore venue”.

Sa mère dit aux serviteurs : “Faites ce qu’il vous dira”« .

Voyez son pouvoir d’intercession !

Ne pensez-vous pas qu’elle puisse faire de même pour vous ?

Qu’est-ce qui importe au final ?

Comme ma mère a l’habitude de nous le dire :

« Savoir que nous ne sommes pas seuls. Nous avons une mère au ciel«

Et que nous dit celle-ci ? « Faites ce que mon fils vous dira« .


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/10/08/un-enfant-a-lourdes-jesus-si-tu-ne-me-gueris-je-le-dirai-a-ta-mere/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Charles-Edouard le Lun 9 Oct 2017 - 20:37

Il y a beaucoup de saints enfants!
On comprends mieux le sens de la Parole de Jésus:
Matthieu 18
…2Jésus, ayant appelé un petit enfant, le plaça au milieu d'eux, 3et dit: Je vous le dis en vérité, si vous ne vous convertissez et si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux. 4C'est pourquoi, quiconque se rendra humble comme ce petit enfant sera le plus grand dans le royaume des cieux
avatar
Charles-Edouard
Grand Emérite du combat contre l'antichrist

Masculin Messages : 17003
Age : 34
Localisation : Ile de France, Nord, Bretagne
Inscription : 25/05/2005

http://armeeprovidence.populus.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Mar 10 Oct 2017 - 9:05

Merci Charles-Edouard!

Ou Matthieu: 19

13/Alors on lui amena des petits enfants, afin qu'il leur imposât les mains et priât pour eux.
Mais les disciples les repoussèrent. 14/Et Jésus dit:

Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent.


Noor Matti, le combat d’un chrétien pour rester en Irak
 





Avec le soutien de la Fondation Raoul Follereau, Noor Matti se démène pour que ses compatriotes assyriens restent, comme lui, sur la terre de leurs ancêtres.

Noor est un homme aux multiples casquettes. Il nous répond en plein show radiophonique : il tient l’antenne de Babylon FM, la seule radio anglophone d’Irak.

Très à l’aise, il enchaîne les interventions à la radio et l’interview facilement, profitant des pauses musicales pour répondre aux questions.
Il a 34 ans, et outre son travail d’animateur, il a fondé une association humanitaire, la Fondation Shlama, qui vient en aide à ses compatriotes, les Assyriens d’Irak.

Son dynamisme a attiré l’attention de la Fondation Raoul Follereau, qui le soutient financièrement dans ses actions.

Défendre ses racines

Roger Khairallah, responsable des projets au Moyen-Orient de la Fondation Raoul Follereau, confie :

« La rencontre de ce jeune homme, dynamique et motivé pour aider les siens, a été une bouffée d’air frais ».

C’était en 2014, en pleine expansion de l’État islamique en Irak.

Alors que des responsables de la Fondation cherchent comment aider les réfugiés irakiens qui fuient la guerre, Noor Mati leur sert de guide. Ils découvrent que le jeune homme, parfaitement bilingue et au dynamisme épatant, a déjà une foule d’idées de projets humanitaires.

Il devient aussitôt un interlocuteur privilégié pour la Fondation française, qui apprécie son mélange de sérieux et d’enthousiasme.

« Il a toujours de nouveaux dossiers sous le coude, nous nous rendons sur place pour vérifier leur faisabilité et leur utilité, puis nous l’aidons à les financer », précise Roger Khairallah.

Ce dernier apprécie en particulier l’importance que Noor Matti accorde au long terme.

Malgré son look streetwear, et son anglais de citoyen du monde, Noor est un Assyrien convaincu de l’importance de défendre sa terre et sa culture.

Ses projets vont dans ce sens. Respectant l’adage selon lequel il vaut mieux enseigner à pêcher que donner un poisson, la Fondation Shlama, avec le soutien financier de la Fondation Raoul Follereau, participe par exemple à la construction d’un bassin de pisciculture à Alqosh, village chrétien du nord de l’Irak, qui nourrira cinq à six familles. Les travaux seront achevés au mois de novembre 2017.

Le retour au pays


Depuis la chute du régime de Saddam Hussein, en 2003, les chrétiens d’Irak — dont une majorité d’Assyriens — gonflent les rangs de la diaspora, menaçant de faire disparaître la présence chrétienne dans ce pays.

Noor Matti a fait le chemin inverse, alors qu’il avait toutes les raisons de faire sa vie en Occident.

En 1992, il perdait son père, tué dans les opérations de répression des Kurdes organisées par Saddam Hussein.

Sa famille a fui le pays et Noor a suivi sa scolarité aux États-Unis.

Étudiant brillant, il a commencé des études pour devenir dentiste.

Mais un voyage à Erbil l’a convaincu qu’il devait faire quelque chose pour son peuple, qu’il voyait en train de s’éparpiller.

« Il me manquait quelque chose, loin de mon pays, se souvient-il, je ne pouvais pas être heureux en le laissant disparaître ».

Il abandonne ses études et revient au Kurdistan irakien en 2008.

Son bagout lui valut un poste d’animateur à Babylon FM, une radio assyrienne.

Il a un micro, ses amis ont des armes


En 2014, alors que les jihadistes de Daesh sont aux portes d’Erbil, plusieurs de ses compagnons parviennent à intégrer les Peshmergas kurdes, qui partent au front.

Lui n’a aucune formation militaire, et emploie les armes qui sont les siennes pour empêcher le nettoyage ethnique souhaité par les soldats du pseudo-califat : ses compétences en média et sa générosité.

Il crée la Fondation Shlama « paix » en araméen, sa langue natale, et commence par gérer les situations de crise, en fournissant de la nourriture et des médicaments aux réfugiés.
Sillonnant les routes, il constate qu’avec un peu d’argent et de bonne volonté, il peut participer à redonner espoir à ses compatriotes, à les convaincre qu’ils ont encore un avenir sur la terre de leurs ancêtres.

Il explique par exemple qu’en aidant à bâtir un hangar à foin dans un village à la frontière entre l’Irak et la Turquie, il a permis aux paysans assyriens de sortir d’une saison difficile.

« Il arrive qu’une famille n’ait pas besoin de plus que d’un don de deux moutons pour maintenir son économie », calcule-t-il. Parfois, même une aide symbolique change tout :

« Les Assyriens ont l’impression d’être abandonnés.

Quand ils reçoivent une aide, ils voient que des personnes, parfois du bout du monde, se soucient d’eux et de la valeur d’une présence assyrienne vieille de 6 000 ans ».


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/10/09/noor-matti-le-combat-dun-chretien-pour-rester-en-irak/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Mer 11 Oct 2017 - 8:56

Italie : elle pardonne à l’assassin de son mari et adopte sa famille
 




Arimag I Shutterstock

Lucia, une Italienne de 40 ans, a pardonné au jeune tueur de son mari.

Elle est même devenue son « ange gardien ».

En grec, les mots « pardon » et « délivrance » sont le même mot (aphesis).

Cela veut dire que quand on pardonne, on se libère et on libère l’autre…

L’histoire de Lucia Montanino, veuve de Gaetano, un agent de sécurité tué par Antonio, 17 ans, lors d’un cambriolage, à Naples (Italie), illustre remarquablement comment le pardon, même le plus difficile, est possible.

Le drame remonte au 4 août 2009.

Antonio, jeune père d’un nouveau né d’à peine sept jours, sort avec des amis pour commettre des vols.

Ce soir-là, Gaetano est de service. Le larcin vire au tragique quand le vigile tente de s’interposer.

Un coup de feu part. Gaetano est au sol, tué sur le coup. Pour avoir commis l’irréparable, Antonio écope de 22 ans de prison.


Pris de remords, il ne cesse de demander à la veuve de sa victime une rencontre qu’elle refusera à chaque fois, jusqu’au jour où une marche contre la mafia les font se rencontrer à nouveau

. « Il était sur le podium, tremblait pleurait (…).

Je n’avais jamais vu autant de souffrance dans les yeux d’une personne.

Il était comme un animal blessé par le mal que lui-même avait provoqué », raconte Lucia au quotidien La Repubblica.

Antonio la voit et la prend aussitôt dans ses bras, la suppliant de lui pardonner. Le bon cœur de Lucia ne résiste pas.

Elle le serre à son tour contre elle. Le jeune homme allait sur ses 25 ans et avait deux enfants.

« Mon ange gardien ! »

Depuis ce jour-là, Lucia a pris sous son aile toute la famille du jeune meurtrier. Antonio travaille aujourd’hui dans un bien confisqué à la mafia, dédié à Gaetano Montanino.

Quand on lui demande ce que Lucia représente pour lui aujourd’hui, il répond sans hésiter : « Mon ange gardien ! », à qui il fait la promesse de changer de vie.

Et de fait. Si Antonio n’a pas été transféré du centre de détention pour mineurs à la prison pour adultes, c’est grâce à elle, la veuve de l’homme qu’il a tué.

Grâce à celle que les enfants d’Antonio appellent aujourd’hui « grand-mère Lucia ». Grâce à celle qui donne des conseils à sa conjointe.

Lire aussi :

Tu as tué notre fils, nous te pardonnons





https://fr.aleteia.org/2016/07/12/tu-as-tue-notre-fils-nous-te-pardonnons/



Lucia a pour ainsi dire « adopté » sa famille. « Lucia m’a fait comprendre tant de choses.

Avant toute décision à prendre, la plus petite qui soit, je lui demande conseil », explique Antonio.

Et tout ce qu’il assimile à son contact, il le partage avec les jeunes qui risquent de tomber dans la criminalité.

Il leur raconte : « Je m’appelle Antonio et j’ai commis tant d’erreurs dans ma vie.

Mais j’ai promis à Lucia, mon ange gardien, de sortir de ces filets.

Je travaille avec des handicapés et il n’y a rien de plus beau que d’aider les plus faibles (…).

Croyez-moi, il n’y a rien de plus laid que de faire des erreurs comme celles que j’ai faites. Le remords vous tue intérieurement et vous le portez en vous toute la vie ».

Lucia sait que la route est longue.

« Je ne suis pas la mère de ce garçon, ni une thérapeute, mais je me donne beaucoup de mal », dit-elle.

À chaque fois qu’elle voit Antonio, elle voit et sent sa de souffrance.

Mais savoir que du sang de Gaetano est en train de naître quelque chose de bon, affirme-t-elle, est pour elle un vrai soulagement, une lueur d’espérance après tant de violence ».

Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/10/10/italie-elle-pardonne-a-lassassin-de-son-mari-et-adopte-sa-famille/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr


18 ans après avoir été contrainte de l’abandonner, elle retrouve son fils




 


Ils vont reprendre le fil de leur histoire.

Alors qu'elle ne pensait jamais le revoir, une mère de famille de Floride (États-Unis) a retrouvé le fils qu'elle avait abandonné à la naissance, il y a plus de 18 ans.

Tammy Oswald a réalisé son plus beau rêve : retrouver le fils qu’elle avait abandonné à la naissance.

Cette blessure intime remonte à il y a près de 19 ans.

À la fin des années 1990, elle rompt avec son petit ami, un accroc à la drogue.

Mais elle ne sait pas à ce moment là qu’elle est enceinte.

Convaincu de ne pas pouvoir l’élever seule décemment, elle se résout à l’abandonner :

« Je ne pouvais lui donner que de l’amour et parfois ça ne suffit pas. Je devais prendre la décision de l’abandonner parce que je l’aimais » justifie-t-elle aujourd’hui au site InsideEdition.com qui rapporte son histoire.

Rongée par la culpabilité

Ce choix est plus que douloureux :

« J’ai essayé de me suicider » assure Tammy, qui s’est sentie « accablée » par « la culpabilité ».

Car, comme elle l’explique, « une mère n’abandonne pas son enfant comme un sac de pommes de terre ».

La vie de cette pauvre femme est évidemment marquée par ce drame personnel. Jusqu’à ce que l’une de ses deux filles, Samantha, parvienne à prendre contact avec cet enfant abandonné. Il est vivant et il est majeur désormais. Il s’appelle Dylan Rich.

Les deux jeunes échangent leurs numéros sur internet et communiquent ensemble en secret pendant de longs mois.

Mais Dylan ne se sent pas encore prêt à rencontrer sa mère.

Samantha finit par avouer à sa mère qu’elle est contact avec lui.

Et en août dernier, la mère et son fils se parlent pour la première fois au téléphone. Ils habitent à plus d’une heure trente l’un de l’autre.

Aucun rendez-vous n’est pris.

Mais en septembre, quatre jours après l’anniversaire de Tammy, Hewett invite sa maman au restaurant.

Elle lui offre le plus beau des cadeaux : revoir son fils, en chair et en os. « J’ai attendu près de 19 ans pour ce moment et tout ce que j’ai su dire est :

“Oh mon Dieu, je vous aime. Tu es beau” » explique la mère, comblée. Les deux prévoient désormais de construire une vraie relation. « Je possède maintenant tout ce que j’ai toujours voulu.

J’ai ce qui compte, c’est-à-dire la famille ».







Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/10/10/18-ans-apres-avoir-ete-contrainte-de-labandonner-elle-retrouve-son-fils/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Jeu 12 Oct 2017 - 10:03

« Dieu m’a redonné la vue » : la touchante action de grâce d’une fillette guérie de sa cécité






Grâce à une bienfaitrice, une enfant des Samoa américaines, traverse le Pacifique se fait opérer,

Lila, 8 ans, originaire des Samoa américaines, veut croire au miracle.

Alors qu’elle était presque aveugle, la petite fille peut aujourd’hui jouer comme tous les enfants de son âge.

Si elle clame à la chaîne de télévision WTXL TV que « Jésus [lui] a ouvert les yeux », Lila doit cependant beaucoup à une ange-gardien, Eva Mulitauaopele, ou « Pelé ».

C’est grâce à elle, après une aventure extraordinaire, que la fillette a pu se faire opérer et retrouver la vue.

L’appel du Seigneur


Pelé et son mari, originaires des Samoa américaines, effectuent régulièrement des missions médicales sur l’île.

Avec leur groupe, ils prodiguent des soins médicaux gratuits et attirent jusqu’à 500 personnes par jour.

Durant un de ses séjours, ils rencontrent Lila.

Un médecin local a diagnostiqué que cette fillette perdrait bientôt complètement la vue si elle n’était pas rapidement opérée.

« Je sentais le Seigneur me dire :

« Prends-là ! »

Et, personne d’autre ne pouvait le faire, » raconte Pelé.

Lire aussi :

Le secret du bonheur d’un aveugle indien bouleverse Facebook





https://fr.aleteia.org/2017/08/31/le-secret-du-bonheur-dun-aveugle-indien-bouleverse-facebook/



Pelé et Lila vont alors prendre ensemble quatre vols et parcourir près de 13.000 kilomètres pour gagner les États-Unis.

À son arrivée, Lila est prise en charge par le Dr Alexander Pogrebniak, un ophtalmologiste pédiatrique installée en Californie.

« Elle est venue ici et elle ne pouvait pas voir une main agitée devant ses yeux » a raconté le docteur à une chaîne locale du réseau ABC.

« Le lien visuel entre l’œil et le cerveau se développe jusqu’à l’âge de 10 ans environ » explique le Dr Pogrebniak pour justifier l’urgence d’une opération pour Lila.

Reste à financer la couteuse intervention.

Le programme Gift of Life (« cadeau de vie ») du Spring Valley Rotary Club, la prend en charge tandis que de nombreuses églises de la région se démènent pour habiller et loger Lila.

Après deux opérations chirurgicale, Lila n’a pas totalement retrouvé la vue, mais les résultat sont bien meilleurs qu’escomptés.

Pour Pelé, il ne s’agit pas d’elle, ni même de Lila, mais

« de ce que Dieu peut faire quand une communauté se rassemble ».


Quant à la fillette, elle se sent maintenant « belle » et rend grâce à Jésus.


Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/10/11/dieu-ma-redonne-la-vue-la-touchante-action-de-grace-dune-fillette-guerie-de-sa-cecite/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Ven 13 Oct 2017 - 11:07

Antoine Griezmann sort une série de romans bienveillants et optimistes pour les enfants







Qualifié mardi soir pour la prochaine Coupe du monde de football avec l’équipe de France, Antoine Griezmann continue de dominer l’actualité avec la sortie, jeudi 12 octobre, des deux premiers tomes d’une série de six ouvrages inspirée de sa propre vie et destinée aux enfants de 8 à 12 ans.

Ce jeudi 12 octobre, Antoine Griezmann sort les deux premiers tomes de « Goal », une série de six livres inspirés de sa propre vie et destinés aux enfants de 8 à 12 ans.

« Pour devenir footballeur, j’ai dû surmonter pas mal d’obstacles et ne jamais baisser les bras.

Quand j’étais petit j’aurais adoré lire une série inspirée de l’histoire de Beckham ou de Zidane », avait indiqué Griezmann sur son compte Facebook lors de l’annonce de la publication de ces livres.


Intitulée « Goal », cette saga est inspirée directement du parcours accompli par le buteur de l’Atlético Madrid pour accéder au plus haut niveau.

Le nom choisi pour désigner le personnage principal, « Tony Grizi », l’aspect chétif conféré par les coups de crayon, sa coupe de cheveux blonds et ses grands yeux bleus ne sont d’ailleurs pas sans rappeler le chouchou des supporters des Bleus.

Le style lui ravira les anciens amateurs du dessin animé Olive et Tom.

Et si le footballeur n’a pas participé à proprement parler à l’écriture des textes, c’est bien lui qui a élaboré le fil conducteur des histoires narrées, en prenant ainsi le temps de rassembler clins d’œil et anecdotes de sa propre carrière.

À travers ces six romans, l’éditeur Michel Lafon entend séduire un jeune public et véhiculer des valeurs aussi fondamentales que le respect, l’entraide, l’esprit d’équipe ou encore la détermination.

Suffisamment pour « éduquer » les jeunes générations dont on souligne parfois le cruel manque de repères.

Les textes ont été écrits par Olivia de Dieuleveult et Fabrice Colin, les dessins sont signés Isabelle Esacalante.

Celle-ci avait été sélectionnée à l’issue d’un concours lancé sur les différents comptes qu’Antoine Griezmann possèdent sur les réseaux sociaux. Chaque livre sera vendu au prix de 10,95 euros.



Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/10/12/antoine-griezmann-sort-une-serie-de-romans-bienveillants-et-optimistes-pour-les-enfants/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Hélène vie et amour le Ven 13 Oct 2017 - 17:08

[size=undefined]@marie du 65:  pere nathan,  et prieurs pour la Vie
[/size]

[size=undefined]R-V demain 14 octobre avec l'AMERIQUE svp!  Ils nous le rendront bien pour la France et l'Europe!
[/size]

[size=undefined]for English please scroll down on the SITE)

21,570 Rassemblements du Rosaire, dans toute l'Amérique le 14 Octobre prochain[/size]

Contact: Robert E. Ritchie, America Needs Fatima[url=tel:%28717%29 309-1990]717-309-1990[/url]
reritchie@gmail.com 

HANOVER, Pennsylvanie, 9 octobre 2017 -- Des centaines de milliers de catholiques laïcs se préparent à prier le Rosaire en public et à demander à Dieu et à la Sainte Vierge de sauver l'Amérique. Ils se joindront à la campagne America Needs Fatima dans plus de 21 570 rassemblements qui se tiendront dans tout le pays.

Ces rassemblements ont pour objectif de rappeler au public l'appel de la Vierge à se convertir - il y a 100 ans à Fatima au Portugal- et l'urgence d'implorer Dieu de protéger l'Amérique contre les péchés et le chaos qui se multiplient de nos jours dans la société.

Les lieux de ces rassemblements sont indiqués sur la carte suivante :

rosaryrallytools.org/map.html 

«Au fur et à mesure que les gens se détournent de Dieu, nous constatons la multiplication des péchés et la croissance du chaos social. Il est de plus en plus difficile d'apporter des solutions aux problèmes moraux de notre nation », a remarqué Francis Slobodnik, coordonnateur national de la croisade 2017 du Rosaire en places publiques.

« Les événements mondiaux sont hors de contrôle. La société est en voie d'explosion. Nous souffrons des conséquences maléfiques de l'immoralité sexuelle, de l'avortement et du « mariage » pour tous », a ajouté Slobodnik. « Nous devons revenir à Dieu et demander à Notre Dame d'intervenir. Il est urgent de modifier nos comportements et de faire pénitence. Si seulement nous faisions ce qu'elle a demandé à Fatima, les gens auraient le courage et la sagesse pour changer les choses en Amérique. »

Dans 21 570 emplacements, les responsables des rassemblements se préparent pour la croisade 2017 du Rosaire. Ces rassemblements se tiendront le 14 octobre, de 12:00 à 13:00 (heure locale), c'est-à-dire le samedi le plus proche du 13 octobre qui est le jour du miracle du soleil à Fatima.

« L'idée d'organiser des rassemblements publics pour prier le Rosaire est contagieuse » a ajouté Slobodnik. « Cette année, il y aura 683 rassemblements en Afrique du Sud et 533 au Canada. Des centaines de rassemblements auront également lieu en Pologne, en Irlande, en Belgique, en Australie et à Cuba »

« La prière du Saint Rosaire est très puissante. C'est la solution à nos problèmes» a déclaré M. Slobodnik. « Les 21 570 rassemblements qui se tiendront partout en Amérique nous donnent de l'espoir. Je sais que la Sainte Vierge sera touchée par ces rassemblements et fera des merveilles ce jour-là, à l'exemple du miracle du soleil il y a 100 ans. Elle ne pourra pas ignorer les prières ferventes de ses enfants en souffrance, qui appellent à l'aide ! »

Cet événement national est parrainé par la Société américaine pour la défense de la Tradition, de la Famille et de la Propriété (TFP), et est organisé par la campagne America Needs Fatima (L'Amérique a besoin de Fatima).

www.ANF.org

Hélène vie et amour
Veut-etre un saint/e

Féminin Messages : 225
Inscription : 05/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Ven 13 Oct 2017 - 20:32

Bonsoir Hélène,
Merci pour cette information très importante


R-V demain 14 octobre avec l'AMERIQUE svp! Ils nous le rendront bien pour la France et l'Europe! a écrit:

En Union de Prière

Chapelet
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Sam 14 Oct 2017 - 10:12

Medhi, nouveau converti :

« C’est dur de prendre sa croix et de suivre le Christ »

 






D’origine musulmane, Mehdi est aujourd’hui un fervent évangélisateur au service du Seigneur.

Il a témoigné de sa conversion lors de la soirée d’ouverture du Congrès Mission, à Paris, le 29 septembre dernier.

Grand brun ténébreux du haut de ses 1,86m, la barbe courte sculptée aux contours parfaitement dessinés, la voix taquine et pleine d’entrain, Mehdi est comédien.

Il est né dans une famille musulmane croyante et pratiquante.

Après avoir fréquenté l’école coranique chaque semaine dans son enfance, le jeune garçon confie avoir eu une adolescence mouvementée : il redouble plusieurs fois, change fréquemment d’établissement scolaire et tombe dans la petite délinquance.

Sa vie suit un cercle vicieux, signe de rébellion à toute autorité.

Mais si Mehdi avait soif de liberté, il en avait une encore plus grande, celle de connaître Dieu.

Petit délinquant, Mehdi retrouve un jour une ancienne connaissance de l’école coranique.

Celle-ci l’invite à rentrer dans un Temple protestant devant lequel il avait l’habitude de passer chaque soir en rentrant de ses entraînements de boxe.

Car, paraît-il, à l’intérieur du Temple, « des gens crient et pleurent en parlant à Jésus ».

C’est là qu’il fait la rencontre d’un pasteur qui lui offre une Bible.

Le jeune homme hésite à la lire.

Lire la suite ici:https://fr.aleteia.org/2017/10/13/medhi-nouveau-converti-cest-dur-de-prendre-sa-croix-et-de-suivre-le-christ/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr

Lire aussi :

« L’Église m’a aidé à décrocher de la drogue »



Lire ici:https://fr.aleteia.org/2017/09/27/leglise-ma-aide-a-decrocher-de-la-drogue/
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Sam 14 Oct 2017 - 10:15

Hélène vie et amour a écrit:@marie du 65:  pere nathan,  et prieurs pour la Vie

R-V demain 14 octobre avec l'AMERIQUE   Ils nous le rendront bien pour la France et l'Europe!

for English please scroll down on the SITE)

21,570 Rassemblements du Rosaire, dans toute l'Amérique le 14 Octobre prochain

Contact: Robert E. Ritchie, America Needs Fatima, [url=tel:%28717%29 309-1990]717-309-1990[/url], 
reritchie@gmail.com 

HANOVER, Pennsylvanie, 9 octobre 2017 -- Des centaines de milliers de catholiques laïcs se préparent à prier le Rosaire en public et à demander à Dieu et à la Sainte Vierge de sauver l'Amérique. Ils se joindront à la campagne America Needs Fatima dans plus de 21 570 rassemblements qui se tiendront dans tout le pays.

Ces rassemblements ont pour objectif de rappeler au public l'appel de la Vierge à se convertir - il y a 100 ans à Fatima au Portugal- et l'urgence d'implorer Dieu de protéger l'Amérique contre les péchés et le chaos qui se multiplient de nos jours dans la société.

Les lieux de ces rassemblements sont indiqués sur la carte suivante :
rosaryrallytools.org/map.html 

«Au fur et à mesure que les gens se détournent de Dieu, nous constatons la multiplication des péchés et la croissance du chaos social. Il est de plus en plus difficile d'apporter des solutions aux problèmes moraux de notre nation », a remarqué Francis Slobodnik, coordonnateur national de la croisade 2017 du Rosaire en places publiques.

« Les événements mondiaux sont hors de contrôle. La société est en voie d'explosion. Nous souffrons des conséquences maléfiques de l'immoralité sexuelle, de l'avortement et du « mariage » pour tous », a ajouté Slobodnik. « Nous devons revenir à Dieu et demander à Notre Dame d'intervenir. Il est urgent de modifier nos comportements et de faire pénitence. Si seulement nous faisions ce qu'elle a demandé à Fatima, les gens auraient le courage et la sagesse pour changer les choses en Amérique. »

Dans 21 570 emplacements, les responsables des rassemblements se préparent pour la croisade 2017 du Rosaire. Ces rassemblements se tiendront le 14 octobre, de 12:00 à 13:00 (heure locale), c'est-à-dire le samedi le plus proche du 13 octobre qui est le jour du miracle du soleil à Fatima.

« L'idée d'organiser des rassemblements publics pour prier le Rosaire est contagieuse » a ajouté Slobodnik. « Cette année, il y aura 683 rassemblements en Afrique du Sud et 533 au Canada. Des centaines de rassemblements auront également lieu en Pologne, en Irlande, en Belgique, en Australie et à Cuba »

« La prière du Saint Rosaire est très puissante. C'est la solution à nos problèmes» a déclaré M. Slobodnik. « Les 21 570 rassemblements qui se tiendront partout en Amérique nous donnent de l'espoir. Je sais que la Sainte Vierge sera touchée par ces rassemblements et fera des merveilles ce jour-là, à l'exemple du miracle du soleil il y a 100 ans. Elle ne pourra pas ignorer les prières ferventes de ses enfants en souffrance, qui appellent à l'aide ! »

Cet événement national est parrainé par la Société américaine pour la défense de la Tradition, de la Famille et de la Propriété (TFP), et est organisé par la campagne America Needs Fatima (L'Amérique a besoin de Fatima).

www.ANF.org

14 octobre avec l'AMERIQUE   Ils nous le rendront bien pour la France et l'Europe! a écrit:

Merci Hélène
En ce jour soyons tous en UDP


Prie
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Mar 17 Oct 2017 - 9:42

Étienne Shinjiro Yamamoto, l’homme qui a fait le lien entre le Japon et le Vatican
 






Le Vatican et le Japon ont fêté ensemble 75 ans de relations diplomatiques. L’aboutissement d’une vie pour l’amiral Yamamoto.

En 1942, en pleine Seconde Guerre mondiale, l’Empire du Japon et le Saint-Siège établissent des relations diplomatiques bilatérales.

Une décision stratégique certes, mais aussi le fruit du travail patient d’un homme d’exception, l’amiral Étienne Shinjiro Yamamoto, catholique et proche conseiller de l’Empereur.

Depuis le début, les relations entre l’Église et le Japon ont connu une histoire tumultueuse.

D’abord accueillis au XVIe siècle, les missionnaires sont rapidement chassés et les chrétiens persécutés.

Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle que les missionnaires peuvent remettre le pied dans le pays.

Et finalement, en 1942, le Japon devient le premier État asiatique à établir une relation bilatérale directe avec le Saint-Siège.

Cet événement est dû en grande partie à un homme, l’amiral Étienne Yamamoto Shinjiro. Né en 1877, ce noble japonais reçoit le baptême en 1893.

Bien que catholique, c’est un homme très important de la cour impériale : il est notamment un des éducateurs de l’empereur Hirohito, au pouvoir de 1926 à 1989. Il est aussi, mais cela est encore peu connu, un des proches du cardinal Pacelli – futur Pie XII — pendant la Première Guerre mondiale.

En 1919, il vient en Europe pour les négociations du traité de Versailles.

Il en profite pour confier aux autorités du Saint-Siège la compatibilité de la foi catholique avec le culte shinto, c’est-à-dire le culte désormais laïc des Japonais pour leur empereur.

En décembre de la même année, le pape Benoît XV nomme son premier délégué apostolique (représentant qui n’a pas le rang d’ambassadeur) dans l’archipel.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’empereur du Japon, pourtant allié à l’Allemagne, cherche à nouer des relations avec des États occidentaux.

Et son vieux professeur Étienne Yamamoto Shinjiro lui souffle alors de se tourner vers le Vatican.

Malgré le désaccord véhément des États-Unis et du Royaume-Uni, le Saint-Siège accepte en 1942 l’établissement de cette relation diplomatique bilatérale.

Et une fois cette relation nouée, Étienne Yamamoto Shinjiro décède, à l’âge de 65 ans. Mission accomplie.

Source:https://fr.aleteia.org/2017/10/16/etienne-shinjiro-yamamoto-lhomme-qui-a-fait-le-lien-entre-le-japon-et-le-vatican/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Mer 18 Oct 2017 - 10:16

Tous les matins, ces enfants s’arrêtent sur le chemin de l’école pour prier à l’église
 






Un curé italien a confié à la presse transalpine comment il parvient à convaincre tous les matins des dizaines d’enfants de venir saluer le Seigneur avant d’aller en classe.

Voir des enfants entrer dans une église pour une petite prière avant d’aller à l’école a de quoi surprendre.

Pourtant, à Cesena, petite ville du nord de l’Italie (Émilie-Romagne) cela arrive tous les jours.

Chaque matin, un groupe d’enfants se lève dix minutes avant pour ne pas rater ce petit rendez-vous qui les fait ressortir de la paroisse « le cœur plus léger que lorsqu’ils sont arrivés », affirme don Firmin Adamon, le curé de San Domenico.

Source et suitehttps://fr.aleteia.org/2017/10/17/tous-les-matins-ces-enfants-sarretent-sur-le-chemin-de-lecole-pour-prier-a-leglise/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 le Jeu 19 Oct 2017 - 10:28

Rescapée d’un grave cancer, elle devient infirmière dans l’hôpital où elle fut soignée
 





Motana Brown, une Américaine de 24 ans, exerce depuis quelques semaines la profession d’infirmière au sein même de l’hôpital où elle fut guérie du grave cancer dont elle souffrait.

Motana n’avait que 2 ans quand on lui a diagnostiqué un rhabdomyosarcome, une forme de tumeur qui prend naissance dans les cellules musculaires et qui affecte le plus souvent de jeunes patients.

Elle a alors suivi un traitement chimiothérapique à l’Aflac, un établissement hospitalier d’Atlanta.

Entrée en rémission, Motana a pourtant fait une rechute à l’âge de 15 ans qui a nécessité une nouvelle hospitalisation.

Un pan de sa vie particulièrement douloureux à surmonter et qui l’a notamment contrainte à mettre en parenthèse sa carrière naissante de pom-pom girl.

Source et Suite:https://fr.aleteia.org/2017/10/18/rescapee-dun-grave-cancer-elle-devient-infirmiere-dans-lhopital-ou-elle-fut-soignee/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr


Sœur Sophie de l’Incarnation, au service de l’Enfance Missionnaire
 




Sœur Sophie.

Par sa présence attentive auprès des enfants, cette religieuse rappelle toute l’efficacité missionnaire des patronages, dans le sillage de Don Bosco et de saint Jean Paul II.

À l’occasion de la semaine missionnaire mondiale, les Œuvres pontificales missionnaires (OPM) ont à cœur de montrer l’unité missionnaire entre terres historiques de mission et pays de « vieille chrétienté ».

Dans cet esprit, la chaîne KTO donne chaque jour la parole à des laïcs et des consacrés sur le thème « Ensemble, osons la mission ! ».

Hier soir le micro était tendu à sœur Sophie de l’Incarnation.

À ceux qui affirment que le patronage était d’un autre siècle, celle-ci apporte un cinglant démenti.

En 2003, à la lecture d’un message de saint Jean Paul II publié dans l’Osservatore Romano, la communauté des sœurs de la Consolation, à laquelle appartient sœur Sophie, est frappée par l’évocation de « l’Œuvre de la Sainte-Enfance » aussi appelée Enfance Missionnaire. Déjà à la tête d’un dynamique patronage, les sœurs ont alors une formidable intuition.


Source et Suite:https://fr.aleteia.org/2017/10/18/soeur-sophie-de-lincarnation-au-service-de-lenfance-missionnaire/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Marie du 65 Hier à 10:02

Franz Stock, l’aumônier allemand qui accompagnait les résistants français condamnés à mort
 




Frantz Stock

Les éditions du Cerf ont récemment publier le "Journal de guerre de Franz Stock, aumônier allemand du Mont-Valérien pendant la guerre".

C’est lui qui fut chargé d’accompagner jusqu’au peloton d’exécution de nombreux condamnées à mort, résistants, juifs, chrétiens, communistes…

Un bouleversant témoignage de cette grande figure spirituelle qui contribua à la réconciliation franco-allemande.

Étienne François, professeur d’histoire à l’Universitté libre de Berlin qui a préfacé cet ouvrage inédit retrace pour Aleteia son parcours exceptionnel et édifiant


Source:https://fr.aleteia.org/2017/10/19/franz-stock-laumonier-allemand-qui-accompagnait-les-resistants-francais-condamnes-a-mort/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19771
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Belles Histoires!!

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum