Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.
anipassion.com

Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2è Mystère Joyeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2è Mystère Joyeux

Message par azais le Jeu 1 Juin 2017 - 0:59

 Pour la Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2ème Mystère Joyeux de l'Année du Rosaire  ..... 31-05-2017   en audio    73 mn de mediatation avec le pere http://catholiquedu.free.fr/2008/MP3/02_Visitation.mp3
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4786
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2è Mystère Joyeux

Message par azais le Jeu 1 Juin 2017 - 1:01

 Texte : http://catholiquedu.free.fr/MEDITATION/VISITATION.htm


VISITATION


La dernière fois, nous avons essayé de nous élever, de nous mettre sur le chemin de la Lumière, d’ouvrir les portes du ciel qui nous permettent de rentrer, de recevoir et de nous laisser pénétrer par le mystère de l’Annonciation. 
Nous avons vu la beauté du « Je vous salue Marie pleine de grâces » de l’Ange Gabriel et du ministère angélique, c’est-à-dire de tous les esprits spirituels remplis de gloire devant la Face de Dieu, se détournant de l’intérieur même de la Face de Dieu, sans la quitter, pour regarder l’Immaculée. 
La coopération entre le ministère glorieux des esprits purs qui sont dans la vision béatifique, de Dieu, et de l’homme a donné le mystère premier de l’Annonciation. Une unité s’est faite : la lumière surnaturelle de la foi a réuni, cimenté, le monde angélique glorieux, Dieu Lui-même dans son éternité, et la création : l’homme. 
La lumière surnaturelle de la foi étant tellement cristallisée, tellement concentrée, tout ce Monde glorieux s’est aussitôt converti autour de ce qui fut si pénétrant, si étonnant dans la foi immaculée de la Vierge. 
Nous verrons bien au ciel que la foi est étonnante, elle est vraiment 
le chemin de Dieu, 
le chemin par lequel les Anges rentrent dans la Jérusalem de Jésus, 
la Jérusalem de la gloire de Dieu, 
la Jérusalem et la gloire de toute création, 
et d’eux-mêmes en tant que création, 
et enfin le chemin de toute la création dans la gloire de Dieu. 

L’acte de foi s’exprime dans la disponibilité extraordinaire de Marie à ce moment-là, quand l’Ange la visite. 
Elle a toujours été dans cette disponibilité joyeuse, pacifique et surnaturelle, telle que dès que Dieu se manifeste, elle dit « Oui ». 
Cette incarnation s’est réalisée : Dieu a pu prendre possession, a pu épouser sa création, Dieu s’est saisi Lui-même, pour Lui-même, de ce qu’Il avait créé, pour que ce qu’Il avait créé devienne Lui-même : Jésus est apparu. 

De là, nous rentrons dans le deuxième mystère joyeux du rosaire vivant. Nous sommes déjà au ciel. L’Immaculée, par son acte de foi, n’est plus seulement dans le lieu où elle se trouve. Son acte de foi est bien là, là où elle est toute entière elle-même, toute disposée ; mais comme elle s’est laissée saisir complètement grâce à son acte de foi, elle est toute habitée de cette saisie de Dieu, emportée dans la gloire à l’intérieur de l’éternité divine, portée par les Trois Personnes de la Très Sainte Trinité. Grâce à son acte de foi, après l’Annonciation, les instants qui ont suivi, les jours qui ont suivi, les semaines, les années, l’éternité, qui ont suivi, elle s’est retrouvée porteuse de l’éternité intime de chacune des Trois Personnes de la Très Sainte Trinité. Tout en restant elle-même, elle est restée ouverte à la Trinité glorieuse, le ciel s’est ouvert sur elle, et s’est enfoncé en son intérieur. 
C’est comme pour voiler à ses yeux cette gloire sans laquelle la rédemption n’aurait pas pu se produire, qu’il y a eu le mystère de l’Incarnation : le Verbe de Dieu a pris chair humaine, Il a assumé l’opacité d’une chair passible. 
Il s’est réalisé quelque chose de presque plus grand que dans le premier mystère joyeux, et Dieu sait que le premier mystère joyeux est grand. 
Je suis obligé de dire ‘presque’ parce qu’il est difficile de savoir ce qui est le plus grand. 
D’un abîme s’ouvre un abîme nouveau , en un océan si grand que nous avons l’impression qu’il nous y presse davantage. Et je crois en effet que c’est plus grand, parce qu’il n’y a pas de cause diminuante dans les mystères de Dieu.
Le premier mystère est un mystère de disponibilité surnaturelle qui fait que nous sommes capables, dans l’allégresse joyeuse, sans aucune entrave, sans la moindre ombre d’hésitation d’être dans le oui éternel de Dieu dans notre chair. 
Dans le deuxième mystère joyeux, en disant le chapelet, nous nous laissons vraiment prendre par cette Visitation incarnée de Dieu. Le mystère de la Visitation est un mystère d’amour, il ouvre l’heure de la communion dans l’amour. En contemplant le mystère de la Visitation, nous allons recevoir cet amour-là : l’amour, la communion dans l’amour, vont s’inscrire en nous. 
Quand Dieu vivant, attiré par la présence de l’acte de foi de Marie, a découvert de son éternité, de là où Il est présent à Lui-même comme Créateur de tout ce qui existe avant toute création du monde, dans toute sa gloire, Il a découvert la présence immaculée d’une chair toute pure, d’un amour tout pur et créé, et Il a voulu la traverser, Il a voulu l’assumer ; et l’ayant assumée, Il a effectivement pris chair, de la chair de la Vierge Marie. 
Dans le mystère de la Visitation, nous fêtons en même temps, l’Incarnation et la communion d’amour qui se réalisent dans cette visite de Dieu à Lui-même. En se créant pour Lui-même une humanité, en prenant dans la chair de Marie de quoi se constituer un corps, il a fallu que le Fils de Dieu traverse toute l’humanité sainte de l’Immaculée, et la traversant pour se saisir Lui-même un corps, il s’est fabriqué une humanité, une chair humaine. 
Et Il a traversé toute la plénitude de l’âme de l’Immaculée, plénitude qu’elle trouvait dans l’instant de l’Incarnation : elle était totalement éperdue, toute déployée, toute investie, tout immensément et absolument elle-même dans l’intériorité du Saint Esprit. Le Saint Esprit était vraiment super-venu de l’intérieur d’elle, la dilatant dans une vastitude qui était celle de l’amour de Dieu. L’amour du Saint Esprit avait inscrit dans l’âme de Marie les dimensions de sa vastitude. 
Il a traversé en même temps la lumière surnaturelle de sa foi, Il l’a vue dans toute son étendue, Il l’a atteinte jusqu’à sa substance, jusqu’à sa racine, jusqu’à son ultime. A travers la lumière surnaturelle de la foi de Marie, Il a atteint son fruit ultime, celui de son assomption. Il a traversé son intelligence, Il a traversé son cœur, et il a saisi Lui-même sa propre intelligence, en voyant qu’Il était Dieu. C’est pourquoi Jésus, en s’incarnant, est resté dans la vision béatifique. Quand Il a pris chair, son intelligence, son esprit créé devait ainsi rester dans la claire vision de Dieu le Père, et Il est demeuré toute sa vie dans la claire vision de Dieu le Père, dans son intelligence et son esprit créés( même sur la croix, Jésus voyait Dieu le Père, dans les sommets de son intelligence humaine ).
Il s’est réalisé une communion entre l’esprit de Jésus et toute la vie spirituelle de Marie jusqu’à la fin du monde, entre le corps de Jésus assumé et le corps de Marie,
entre l’âme créée de Jésus et l’âme de Marie(et toute sa vastitude, toute remplie de l’Esprit Saint)
Cette communion d’amour est la base du mystère de la Visitation. Cette communion d’amour, il faut la contempler. 
Nous ne pouvons pas décrire une communion pareille, mais nous pouvons savoir ce que l’Eglise et la Révélation en disent. 
Cette communion est allée jusqu’au bout, Jésus demeurant dans la vision béatifique au cœur de son âme spirituelle. 
Son esprit étreint tellement l’âme qui lui est totalement associée, que son âme s’unit dans la communion avec l’âme de Marie toute éperdument et divinement féconde de Dieu le Fils. Alors Il en épouse les opérations divines en l’âme de Marie, comme nous l’avons vu dans l’Annonciation. 
La vastitude de l’âme de Marie toute éperdument produite dans l’acte de foi, est, de son côté, spirituellement contrainte, obombrée par Dieu le Père : la vastitude ( sous l’effet de l’Esprit Saint ) est en même temps ramassée et saisie (sous l’effet de l’obombration ). 
L’obombration de Dieu le Père est une implosion, un rassemblement, qui rend l’âme de Marie beaucoup plus petite que la moindre particule de matière de notre monde. Et en même temps, par la super-venue du Saint Esprit, l’amour de Marie est devenu aussi vaste que Dieu. Cette contradiction incroyable s’est réalisée en Marie au moment de l’acte de foi, que Dieu va épouser en se fabriquant une nature humaine. Voilà pourquoi, à cause de cela, parce qu’Il s’unit à l’esprit de Marie, Il va jusqu’à la vision béatifique : c’est une communion spirituelle qui va jusqu’au bout. A cause cette union et de cette communion, Il va épouser les opérations de l’âme de Marie. A raison de quoi son âme à Lui, au lieu d’être entièrement glorifiée dans la vision béatifique, comme elle l’est aujourd’hui dans la résurrection, fut également contrainte à cause de l’obombration : l’âme de Jésus n’a pas été envahie par la gloire de sa divinité, parce qu’Il a été engendrée par Marie en une âme obscurcie et anéantie dans l’Ombre du Père. La divinité de Son âme a donc été elle-même saisie en Lui, pour qu’elle fût contrainte dans la plus grande petitesse possible. 
Pour entrer en communion totale d’amour avec Marie, l’esprit était inopérant puisque du point de vue spirituel, Il est dans la vision béatifique et elle est dans la nuit totale de la foi ; l’âme également parce que Marie était sa mère et lui était le Fils ; donc le seul lieu où tout s’est concentré dans la communion des personnes entre la mère et le fils, entre le fils et la mère, dans l’amour, ce fut au niveau du cœur. Tout s’est effondré dans ce qu’il y a de plus profond à l’intérieur de l’humanité, à la racine de l’âme et du corps : dans le cœur. 
Le Verbe s’est incarné dans l’amour de Marie. 
La communion des personnes qui s’est réalisée, cette communion d’amour, a fabriqué un cœur à Jésus, à partir du cœur de Marie. 
Tout ce qu’il y avait dans la vastitude de la super-venue du Saint Esprit qui a fulguré l’Immaculée dans l’amour éternel, s’est rassemblé au fond d’elle, dans la nuit, et néanmoins son cœur de femme a été imbibé de cette aspiration à l’amour éternel. Et Jésus est venu se fabriquer un cœur capable d’aimer d’une manière quasi infinie. 
Le mystère de la Visitation est cette communion qui s’est réalisée entre le fils et la mère. 
Dieu a découvert dans sa chair ce qu’était une relation d’amour entre la mère et son fils, la relation de maternité, une relation d’enfant, une relation de mère. Il a découvert ce qu’était le monde humain absolument parfait de l’amour entre l’enfant et sa mère. Il a découvert cette maternité dans sa propre chair, dans la communion des personnes, et aussitôt, en se créant un cœur humain, il a créé une bénédiction, une présence physique de cet amour qu’Il avait pour sa mère, il l’a créée dans le sein de toutes les femmes et dans le ventre de toutes les mères. 
Il est devenu créateur d’un amour nouveau, et cet amour qu’Il avait avec sa mère a établi un lien de création, de bénédiction et de présence, dans tous les amours maternels et dans tous les amours de filiation. Cela a été comme une reprise de la fécondité, de la procréation, au niveau du cœur profond de la nature humaine. 
Dans la vie embryonnaire, la première cellule se multiplie, devient une morula, puis un blastocyste, et à peine quelques jours après, une espèce de peau recouvre un organe qui se forme. Ce premier organe est un cœur qui commence à battre. Le vingtième jour après notre conception, nous avons été un cœur qui bat. C’est après cela que, petit à petit, une excroissance se forme au-dessus du cœur, puis une autre excroissance, qui formeront le début de toutes les autres parties du corps qui vont tous tourner autour du cœur, tous s’enraciner dans le cœur filial. Aujourd’hui nous avons un cerveau, des os, et différents organes, mais il ne faut pas oublier que le fond de nous-mêmes est le cœur. Dans la Visitation, tout est venu s’établir au niveau du cœur aussi. 
Quand nous regardons Jésus, Marie, un être humain, nous comprenons tout de suite que tout tourne autour du cœur, tant sur le plan physique, biologique, que sur le plan de l’âme, sur le plan spirituel, et sur le plan glorieux, sur le plan céleste : tout tourne autour du cœur, et tout le reste permet d’y parvenir. Le chemin que Dieu a pris, est la réalisation d’une union de cœur. Au très profond de Marie, Dieu découvre et réalise une communion vivante d’amour. 
Le fruit de ce mystère est la charité dans la communion des personnes : la charité joyeuse.
Arrêtons nous un moment pour cerner ce qui nous arrive quand nous aimons quelqu’un… Peut-être avons-nous du mal à dire cela parce que nous avons l’impression de n’avoir jamais aimé personne ; mais cela même n’est pas vrai, puisque, que grâce à la Visitation nous avons connu l’amour que Jésus a eu avec sa mère sur le plan humain et qu’ils ont alors déposé dans notre cœur premier : une loi de Dieu a établi cet amour dans notre cœur lorsque nous étions enfant. 
Regardons bien. 
Quelle est la personne que j’aime le plus, spirituellement, humainement ? Je ne parle pas de l’attachement viscéral, de cette union esthétique ou romantique ou sentimentale ou émotionnelle, je parle de l’amour où je suis en communion pacifique, joyeuse, souveraine avec quelqu’un. Il y a quelqu’un que j’aime comme cela. Quand j’ai de l’amour pour quelqu’un, quand je suis en communion avec lui, où vais-je ? Automatiquement, je viens habiter dans son cœur . Lorsque j’aime quelqu’un de manière humaine, profonde, quand je le regarde, je suis au fond de son cœur. Où est le fond de son cœur ? C’est l’endroit où je suis tranquillement installé avec lui. 
C’est au-delà, là où nous sommes en commun, tranquilles, joyeux, pour toujours, en Dieu : au fond du cœur. 
La Bible disait : c’est entre les entrailles et les reins. 
C’est vraiment le cœur, tout tourne autour du cœur. Les battements du sang et la vie, et l’âme, et la mise en commun, et le partage, et la communion, et les services rendus, tout cela existe. Mais je ne confonds quand même pas la chevelure, les yeux, les oreilles, le foie, la pancréas, avec le cœur. C’est au niveau du cœur que j’aime quelqu’un, c’est dans son cœur que je m’installe. A chacun de s’arrêter un peu et de méditer cet amour : l’amour fait que je n’habite plus en moi et que je suis dans le cœur de quelqu’un d’autre et que là est ma maison. Lui-même ne peut pas percevoir où est son cœur, quand je l’aime, mais moi je le perçois. 
Le cœur de l’autre se découvre dans la communion d’amour, et c’est ce que Jésus a découvert : Il a découvert le cœur de sa mère et Il s’est alors constitué un cœur. 
Il a créé dans son humanité un organe, incarné, créé, limité et vivant, le paradis d’amour où tous vont trouver la paix, la joie en Dieu et un amour humain quasi infini. 
Il a ainsi créé grâce à la communion d’amour avec Marie un cœur qui est rempli de suffisamment d’amour pour que tous les instants de toutes les affectivités humaines de tous les temps et de tous les lieux, en chaque seconde créée, reçoivent suffisamment d’amour pour en mourir de ravissement. Tout cela ne va pas servir à grand chose, mais dans le cœur de Jésus, il y a de quoi faire mourir d’amour chaque seconde de chaque cœur humain de tous les temps et de tous les lieux. 
C’est ce qui s’est réalisé à ce moment-là. Dans le cœur de Marie, dans l’amour de Marie qui est rentré en communion avec l’amour de Jésus, il y avait juste cette impression où le Saint Esprit a effondré son âme dans son cœur de femme et de mère. Et cette fulgurante opération du Saint Esprit a mis son cœur de femme en affinité avec le Sacré Cœur de Jésus qui allait se créer. 
C’est alors que dans le cœur de Marie un appel à l’amour éternel de Dieu dans sa maternité divine, un appel s’est manifesté à la fécondité par la maternité, et à la croissance par la surabondance. 
Le mystère de la Visitation existe de par cette ardeur du cœur de Jésus à se communiquer partout, à travers le cœur de Marie. 
Voilà pourquoi, puisque l’Ange Gabriel avait annoncé l’Incarnation du Seigneur, il fallait un vase d’expansion immédiat pour la charité surnaturelle, pour la charité fraternelle, parce que l’amour étant diffusif de soi, l’amour ne s’arrête pas, l’amour ne se contient pas, l’amour déborde, l’amour surabonde, l’amour se communique, et il ne s’arrête pas qu’il ne se soit communiqué.
Aussitôt que Marie dit ‘Shemèm’ « Je suis la servante du Seigneur : me voici », et que Jésus dit aussi ‘Shemèm’ « me voici, Seigneur, Dieu mon Père, pour faire ta volonté, voici, je viens pour réaliser ton amour », aussitôt ces deux amours surabondants prêts à se livrer, à se donner, à habiter dans le cœur de tous ceux qui en ont soif, qui veulent bien le recevoir, ont produit une anastasis : une résurrection dans le cœur immaculé de Marie dans cette communion avec le cœur de Jésus, dans la communion des personnes. 
Jésus a communiqué quelque chose de la résurrection sur le plan du cœur. 
Dans le cœur de Marie et dans le cœur de Jésus, s’est communiqué quelque chose de glorieux. 
Alors Marie s’est levée, et portée par l’Esprit Saint dans cette résurrection, il fallait qu’elle parte tout de suite, et elle s’est laissée emporter. Les mots de l’Evangile de saint Luc sont très forts en grec et en hébreu : elle est partie à toute vitesse, portée : ressuscitée, elle se lève. 
Nous traduisons par « Marie se leva et partit en toute hâte » : ‘spadous’, en grec ; elle partit à une vitesse fulgurante : nous sentons bien que c’est le cœur qui la porte. 
Elle vient du ciel, elle porte avec elle le ciel tout entier, elle se rappelle, elle est encore dans le ‘flash’ de l’Incarnation, et cette fois c’est son cœur qui ressuscite. 
Dieu sait que son cœur était déjà magnifique, nous ne pouvons pas dire que son amour était imparfait : il était même surnaturalisé par la grâce et même par une certaine plénitude de grâce. Mais cette fois-ci il est conjoint à l’amour glorieux du Christ. 
Dans cette communion des personnes, le Christ vient se reposer, s’établir en elle en son cœur immaculé. Et comme la véhémence de l’amour veut se communiquer en Lui à tous les êtres humains et pas seulement à sa mère, elle reçoit cette communication glorieuse, elle se lève et elle va chez Elisabeth. 
Elle va chez Elisabeth parce que l’Ange Gabriel était apparu à Zacharie et avait annoncé la naissance de Jean-Baptiste. 
Avait présidé à la naissance de Jean-Baptiste une onction très particulière : une grâce, une bénédiction, comme une hostie minuscule, était descendue, qui était sortie du Saint des Saints du Temple de Jérusalem et en même temps de la Paternité de Dieu, et apportée aussi par le ministère angélique, et tout cela fut porté ensuite par Zacharie à son épouse dans l’unité sponsale : Jean-Baptiste a été conçu de cette manière-là. 
Grâce à cette onction, à cette nourriture, à cette manne qui émanait de l’Arche d’Alliance toute sainte, et en même temps de la Paternité de Dieu, cela s’était inscrit dans le cœur d’Elisabeth et le lien d’amour entre la mère et son fils, en Jean-Baptiste, était un lien naturellement parfait. L’amour entre cette mère et son fils, Jean-Baptiste, n’avait jamais vraiment existé dans les autres amours de mères à enfants et d’enfant à mère dans le sein. 
Le cœur de Jean-Baptiste qui battait dans sa mère, était inscrit dans quelque chose qui relevait du Saint des Saints, qui relevait du sacrement. La relation entre la mère et l’enfant à Aïn Karim était unique au monde. Il n’y a eu d’équivalent que l’Immaculée Conception dans le sein de sa mère Anne ( ce qui était évidemment très particulier, et en vérité pour permettre ce qui devait se déployer dans le mystère de la Visitation ). 
Quand Dieu s’est incarné dans le sein de la Vierge, Il a découvert la maternité humaine, Il l’a choisie comme calice, et Il s’est fabriqué un cœur humain avec. Aussitôt, il fallait que cela se communique à ce qui était le plus proche, le plus pur dans la communion des personnes entre la mère et l’enfant, avant que de là, comme un arc électrique, cela se communique à toutes les maternités de tous les temps et de tous les lieux. Ainsi la présence de cet amour est restituée à l’Incarnation du Seigneur par la Visitation, la résurrection de l’amour, de la communion en procréation du cœur de l’homme.
Autant dans le premier mystère joyeux, le mystère de l’Incarnation, la sponsalité (l’amour nuptial et sponsal) préside, autant dans le second mystère, c’est l’amour dans la communion des personnes, l’amour lié à la fécondité, l’amour lié à la vie. La sponsalité est un appel à la vie. L’amour dans la communion est lié au fait que la vie soit donnée, que la vie soit reçue, et que la vie soit dans la gratitude et la communion, et que le cœur apparaisse. L’apparition du cœur est liée à la maternité. La complémentarité du cœur est liée à la sponsalité.
Joseph a accompagné Marie, c’est évident, mais il est bien montré dans la Révélation que Joseph est derrière, il n’a de rôle que celui d’être silencieux. Zacharie n’a pas de rôle non plus, sinon celui d’être muet (depuis que l’Ange Gabriel lui est apparu pour lui annoncer la conception de Johannan, Jean le Baptiste ). 
Aussitôt que Jésus a pris chair dans le sein de la Vierge et qu’il y a eu cette communion du cœur et de l’amour, aussitôt, avec cette résurrection en Marie, forcément, avant même que Marie commence à partir, quelque chose de l’unité du cœur de Jésus et de Marie s’est établi en Elisabeth, puisque tout leur amour s’orientait sur elle. Elisabeth était évidemment prévenue, cordialement, affectivement, surnaturellement, par une charité ardente, et elle a su à l’instant où Jésus s’est incarné, que Dieu s’était fait homme. 
De sorte qu’elle était toute en amour par rapport à cette incarnation, alors qu’elle portait la conception la plus forte, la plus sainte que l’humanité ait jamais portée. Elle aurait pu se tourner sur elle-même, mais pas du tout : Elisabeth était tout attentive et tout en admiration à l’avance, avant que Marie n’arrive . 
Si vous lisez attentivement le texte de la Visitation, vous voyez à quelques petits détails que quand Marie arrive, Elisabeth est venue à sa rencontre. 
La tradition nous dit qu’ Elisabeth est partie à sa rencontre : elle savait. 
Marie la première a salué Elisabeth, avec l’amour dont je vous parle, avec le cœur de Jésus rempli d’amour pour tous ceux dans lesquels Il voulait se répandre jusqu’à la pâmoison, jusqu’à la mort d’amour. Et tout cela était porté par la présence, par la voix de Marie : la voix de la mère portait l’amour du Fils. Cette rencontre, d’après la Révélation, la Haggadah de la Visitation, a eu des effets simples mais extraordinaires qui font comprendre pourquoi la Visitation revêt une si grande importance.
Une mère aime son fils, son enfant, et donc du point de vue de l’amour, le cœur de la mère est établi dans le cœur de l’enfant. L’amour de Jésus s’établit dans le cœur de celui qu’Il aime, et donc tout s’est concentré sur le cœur de l’enfant Jean-Baptiste. 
Autant il y avait eu obombration par Dieu le Père de tout l’esprit, toute l’âme, toute la personne de Marie, autant ici, ce triple amour, cet amour naturel dans la mère, cet amour surnaturel en Marie et cet amour éternel dans le cœur de Jésus en Dieu, est venu se concentrer, s’établir dans le cœur de l’enfant, provoquant un ‘tremendum et fascinendum’, un frémissement qu’a bien vu Elisabeth. 
Il y a une limpidité dans la communion des personnes au niveau du cœur, et dans cette pacifique présence mutuelle, lorsque l’amour s’est répandu dans Jean-Baptiste, un frémissement s’est répandu dans l’âme de l’enfant, et de l’âme de l’enfant s’est répandu dans l’âme de la mère. 
Ce frémissement physique a provoqué ce grand cri : elle a crié dans une exclamation (le mot de l’Evangile dit : avec un cri très fort : la ‘voce magna’ ne rend pas le texte grec ‘kraugè megalèh’: une forte-clameur méga-puissante !). 
Elle a crié d’une voix très forte parce qu’au même moment elle a été entièrement remplie du Saint Esprit. 

La Très Sainte Trinité apportée par Marie en son cœur et l’amour de Jésus humain porté dans le cœur de Jean-Baptiste, se sont associés. Les trois Personnes de la Très Sainte Trinité ont saisi surnaturellement le cœur de l’amour qu’il y avait entre la mère et son fils, entre Jean et Elisabeth. 
Il y a eu une pentecôte, les deux âmes ont été remplies du Saint Esprit, il y a eu une saisie de leur cœur mutuel. Elle a bien dit : « il a été saisi, il a exulté, il a bondi et tressailli d’exultation » . 
La super-venue du Saint Esprit dans leur communion mutuelle par l’âme a produit une surabondance, et ils étaient quatre à vivre de cette effusion du Saint Esprit par le cœur et par le fond de l’âme. 
La pression était tellement forte que Dieu le Fils, source de cette fulgurante communion des personnes, a été comme une nourriture qui a donné une force très grande à l’expression de Dieu vivant. 
Cette force très grande s’est exprimée par un cri, une voix tonitruante. Cela a tellement impressionné saint Jean-Baptiste qu’il dira trente ans plus tard : « je suis la voix qui crie dans le désert », et il l’a pris de sa mère, exactement comme Jésus s’est créé une âme humaine à l’image de l’âme de sa mère, comme Il s’est créé un cœur à l’image du cœur de sa mère. 
Jean Baptiste est devenu la manifestation audible de la présence du Verbe de Dieu. 
Marie, dans l’Incarnation, a conçu le Verbe, tandis que Jésus va être conçu dans la communion des personnes, dans un nouveau corps mystique, et alors ce Verbe intérieur va pouvoir se faire entendre par une Parole tonitruante. 
C’est ainsi qu’est née l’Eglise, du cœur de Jean-Baptiste, du cœur de Jésus, et du cœur d’une maternité parfaite, d’une maternité surnaturelle incréée. C’est la conjonction de ces quatre amours et de cette communion parfaite, à l’ombre de deux unités sponsales discrètes et silencieuses ( lesquels, on s’en doute, représentent la paternité de Dieu dans le Verbe ), que le corps mystique de l’Eglise est né. 

Jésus hostie, l’eucharistie, est devenu le tabernacle, le nouveau Temple, le corps mystique de Jésus. Le Pain venu du Ciel et la bénédiction de la manne du Saint des Saints du Temple ont été comme la matière et la forme de la trans-substantiation de l’amour. La Parole de Dieu pourra alors se faire entendre de manière tonitruante, d’une voix extrêmement forte, à toute la terre, à toute la création. L’Eglise est née. C’est le mystère de la Visitation. 
Quand nous contemplons ce mystère, nous voyons à quel point l’Eglise est extrêmement joyeuse, dans sa source et dans son fruit. Elle est étonnante dans sa mission qui doit parcourir tous les temps par une proclamation audible du Verbe de Dieu. Le corps mystique de Jésus (qui vit de l’amour de Jésus, de l’amour de Marie, de l’amour de la vie, et de l’amour de Dieu, grâce à cette communion parfaite du cœur, à plusieurs dans un seul corps mystique) peut proclamer la Parole de Dieu, peut proclamer que Dieu a parlé dans son Fils et que la langue du Fils est la langue de l’Eglise. La langue de l’Eglise, c’est le cœur : la charité incarnée.
Dans le premier mystère joyeux, Dieu a pris chair, Jésus est l’Incarnation du Dieu vivant. 
Dans le mystère de la Visitation, la Charité a pris corps : le cœur de l’Eglise, le cœur eucharistique, le cœur sacré de Jésus total, est l’Incarnation de la charité surnaturelle et incréée de Dieu s’associant à toutes les charités surnaturelles créées de la terre, et aussi à tous les amours naturels du cœur. Les trois s’associent, étant saisis par l’unique pentecôte du Saint Esprit, rassemblés en un seul cœur pour former le mystère eucharistique. 
C’est l’eucharistie qui est le cœur du corps mystique de l’Eglise, qui est l’incarnation de la charité surnaturelle et divine. 
Jésus est Dieu incarné, l’eucharistie est l’amour communautaire incarné, l’amour universel qui s’est incarné.
Quand je reçois la communication de cet amour, je jubile d’allégresse et je crie de joie. 
Si je vis du mystère de la Visitation, je vis du corps mystique de Jésus, c’est à dire de l’amour qui doit se répandre jusqu’à recréer tous les cœurs dans une unique Jérusalem glorieuse fabriquée avec de l’amour glorieux. Méditer ce mystère est facile quand nous avons compris que si Dieu a pris chair de la Vierge Marie, c’est pour réaliser de manière incarnée, corps, âme et esprit, un mystère d’amour communautaire, un mystère d’amour surnaturel, un mystère d’amour parfait. 
Dieu a voulu que l’amour s’inscrive d’abord et en premier lieu dans un amour absolument parfait sur le plan naturel. C’est pourquoi saint Jean-Baptiste a été choisi. 
A partir de là, tout pouvait être donné pour la constitution de la charité surnaturelle. Dès lors que nous vivons de la grâce, nous pouvons recevoir dans notre cœur la transformation de la charité : que ce soit l’amour de Jésus qui brûle notre cœur ; et que nous soyons installés à l’intérieur de l’amour du cœur de Jésus qui bat et qui a commencé à battre dans le sein de la Vierge, et qui s’est répandu dans tous les fruits de son amour à l’intérieur du cœur de Jean-Baptiste, et qui a fait tressaillir toutes les âmes maternelles du monde entier.
C’est pourquoi Elisabeth a crié aussitôt : « tu es bénie entre toutes les femmes », (tu es la Bénie : eulogéménè, dans le sein de toutes les femmes ) et « le fruit de tes entrailles est béni », ( le fruit de ton ventre est le Béni, eulogéménos) : le fruit de ton ventre est le Béni. 
Exactement le mot de Moïse désignant Dieu lorsqu’ Il est présent dans le sanctuaire, c’est le même mot en grec, c’est « le Béni » : Eulogéménos. 
Elisabeth représente la voix de l’Eglise, elle dit à Marie, sous l’opération du Saint Esprit, elle crie le cri d’amour du corps mystique de l’Eglise : « le Béni est Dieu qui se trouve dans la Bénie ». Le Dieu présent dans ce qu’il y a de plus saint et de plus sacré, dans l’éternité et aussi dans toute la création, c’est le Béni. Elle reconnaît que Marie est la Bénie, qu’elle est divine en tant que femme, par sa maternité. L’Eglise est divine en tant que source de vie divine, l’Eglise vient de Dieu. 
C’est ce que nous disons à chaque « Je vous salue Marie », car Marie communique à l’Eglise ce qu’elle est. Elle le reconnaît : « tu es bénie dedans l’intérieur du ventre de toutes les femmes » et effectivement à partir de ce moment-là, dans la procréation, toutes les femmes ont une porte qui s’ouvre dans l’amour qu’elles ont pour leur enfant, l’amour de leur enfant pour elles, même si cet amour est déçu, blessé, avorté, cette porte reste ouverte à l’amour maternel infiniment parfait sur le plan naturel, infiniment parfait sur le plan surnaturel, infiniment parfait sur le plan incréé et éternel, amour qui peut pénétrer grâce à la Visitation. Une porte s’est ouverte. 
Une création nouvelle s’est réalisée : la naissance de l’Eglise de Jésus, à travers cette porte de la Visitation.

‘Anastasa’, elle ressuscita en se levant, pour ouvrir les portes du Temple nouveau, le Corps mystique entier du Fils de Dieu. 

A la Visitation, toutes les portes s’ouvrirent pour que l’amour dans lequel Jésus s’était incarné puisse trouver un lieu dans tous les cœurs humains, immédiatement. L’Eglise a été constituée à cet instant-là, universellement. La Jérusalem d’amour glorieuse et ressuscitée s’est constituée à cet instant-là, miraculeusement et glorieusement. 
A chaque fois que nous regardons Jésus hostie, nous trouvons le cœur eucharistique du Seigneur, qui est précisément le fruit et la présence même du mystère de la Visitation, cette communication de l’amour intégral à notre cœur en même temps qu’à tous les autres, de manière incarnée, substantielle.
L’Ange Gabriel dit à Marie : « voilà, tu vas être la mère de Dieu, Il sera vraiment le Fils de Dieu vivant, tu seras obombrée, le Saint Esprit super-viendra en toi, ne t’inquiète pas, alors, est-ce que tu dis oui ? ». Alors elle dit oui. Nous pourrions penser que cela devait s’arrêter ainsi. Mais l’Ange Gabriel continue : « et Elisabeth ta cousine va enfanter un fils dans sa vieillesse, elle en est à son sixième mois ». 
Quelqu’un qui n’a pas la foi se dirait que Jean-Baptiste qui naît, et Dieu qui prend chair, ça n’a rien à voir : il se dira que c’est un texte que les auteurs n’ont pas compris. 
Pourtant si le Verbe a pris chair, c’est bien pour réaliser le corps mystique du Christ, c’est pour réaliser le cœur eucharistique du Seigneur, c’est pour fonder dans l’amour et la charité incarnée et glorieuse, la Jérusalem céleste. 
Marie est devenue cette Jérusalem glorieuse dans son germe, dans sa substance, dans son initium, dans sa fécondité. 

Pendant des années, nous fêtions le mystère de la Visitation le 2 juillet. 
Depuis le Concile Vatican II, nous fêtons le mystère de la Visitation le 31 mai, le dernier jour du mois de Marie. Avant le Concile, le 31 mai, nous fêtions Marie médiatrice de toutes les grâces. Tel est le génie du Saint Esprit dans l’Eglise ( je suis sûr que ceux qui ont fait la réforme n’ont pas pensé une seconde que le fait de conjoindre le mystère de la Visitation avec la fête de Marie médiatrice de toutes les grâces, en faisant disparaître d’ailleurs la fête de Marie médiatrice de toutes les grâces par le fait même, donnait au mystère de la Visitation sa véritable signification). La Visitation l’intronise médiatrice de toutes les grâces, source d’amour de la vie divine.
Quand Jésus a pris chair de la Vierge Marie, Il a embrassé en cette créature la plénitude de la grâce, puisqu’il a embrassé en elle ce qui faisait la lumière tout à fait pacifique, reposante, confiante et disponible de son âme, l’Immaculée Conception. Il s’est saisi de son état de passivité, de disponibilité surnaturelle et éternelle vis-à-vis de Dieu le Père. 
En se saisissant de cela, Il est devenu lui-même par le cœur la source en elle, dans son âme, de l’Immaculée Conception, la source de cette plénitude de grâces. Et en devenant source de cette plénitude de grâces, Il a réalisé en Lui ce qu’on appelle l’union hypostatique :

Dans cette communion des personnes, en se créant une nouvelle nature humaine, sa nature humaine s’est trouvée unifiée dans une source de grâces que l’on appelle l’union hypostatique, c’est à dire que Dieu vivant, la vie éternelle de Dieu, la vie intime et vivante de Dieu, et la vie sainte, divine qui est donnée au monde, sont associées en une seule source. Il y a une seule Personne. 
Toute la grâce de Jésus vient de l’union hypostatique. Toute la nature humaine de Jésus, toute la nature divine de Jésus, sont une seule source, une seule Personne. Il n’y a pas deux personnes dans Jésus. L’union est hypostatique. Ce qui fait exister et vivre la nature humaine de Jésus, c’est la Personne même de Dieu, c’est le Dieu vivant, la deuxième Personne de la Très Sainte Trinité. Il n’y a pas de personne humaine en Jésus, mais il y a un esprit humain, il y a une âme humaine, il y a un corps humain, et l’unité vivante entre le corps, l’âme et l’esprit et la grâce et la plénitude de toutes les grâces de Jésus, et cette unité se fait dans la source qui est Dieu Lui-même. Cette source, nous l’appelons l’union hypostatique. 
Cette union hypostatique fait que Jésus porte la grâce capitale : Il est la tête, Il est la grâce dans sa source. L’union hypostatique dans l’âme de Jésus (qui fait que l’on a la grâce, la vie divine créée dans sa source, et la vie divine incréée dans sa source), vient rentrer en communion avec l’âme de Marie elle-même déjà en plénitude de grâces. L’Immaculée Conception et la plénitude de grâces de Marie, entrent en communion avec l’union hypostatique de Jésus, et c’est cela qui a permis la constitution de la communion des personnes à l’état pur venant du ciel. 
L’Apocalypse disait : « voici, je vais créer un ciel nouveau » et c’était le premier mystère joyeux. 
Dans le deuxième mystère joyeux, dans cette communion des personnes entre la grâce capitale, la grâce dans sa source, la grâce d’union hypostatique, la source de la plénitude de grâce de Marie, et la plénitude de grâce de Marie et son Immaculée Conception, ces cinq sources de la grâce ont fait une seule source, qui a permis la création d’une nouvelle terre : « voici que je crée une terre nouvelle ». Et cette terre nouvelle s’est réalisée justement dans la substance même de l’amour parfait, rendu audible et visible : le cœur eucharistique de Jésus, source de la nouvelle terre, c’est à dire du corps mystique glorieux de Dieu, la Jérusalem glorieuse et l’Eglise.
Quelquefois on entend dire « je n’ai que le mystère de la Visitation, j’aurais préféré avoir le mystère de la Pentecôte ». 
Le mystère de la Visitation est très extraordinaire au contraire!!. 
A force de dire le chapelet, à force de réincarner en moi le mystère vivant du rosaire vivant, je vais découvrir tous ses aspects, je vais leur donner leur extension, leur développement, leur intensification, leur épanouissement, leur progression, leur communication à l’infini, autant qu’il est en mon pouvoir. Au fur et à mesure je vais découvrir tous ces aspects dont l’Eglise nous donne l’enseignement. C’est bien à travers nous que cela peut se communiquer, que cela peut avoir son extension, et que la nouvelle terre va être créée. C’est évident.
Marie, Elisabeth, Jésus, Jean-Baptiste, et l’Eglise, tous les jours, disent le Magnificat qui fait partie du mystère de la Visitation, cette grande prière qu’Ils vont dire ensemble, une, deux, trois fois, à grands cris « mon âme exalte le Seigneur ». 
Jean-Baptiste avait eu ce frémissement, cette exultation, ce tremendum. 
Alors le cœur immaculé de Marie, et le cœur de Jésus, ont épousé cette exultation de l’enfant Jean-Baptiste. 
Et le cantique de l’Eglise commence par cette fascination, ce tremblement, cet élargissement, cette fournaise ardente qui brûle partout à l’intérieur de Dieu dans un cœur physique, dans un cœur humain, dans un cœur de chair, dans un cœur d’enfant, dans un sentiment humain en même temps. Marie dit « mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon sauveur ! », parce qu’elle a entendu la mère dire « mon enfant exulte ». 
A partir de ce jour-là, Marie, Jésus et Jean-Baptiste sont devenus inséparables, dans tout ce qu’ils vont faire, pendant tout le parcours du grand saint rosaire jusqu’à la fin du monde. Ils seront toujours un seul cœur, ensemble. Ce qui donne la grandeur de Jean-Baptiste. 
Marie Salomé avait dit un jour à Jésus : « Seigneur, j’ai mon fils Jacques, et mon fils Jean, ils sont disciples de Jean-Baptiste, Fils du tonnerre, ils sont les meilleurs ». Elle savait bien que ces deux-là était les meilleurs des douze apôtres et de tous les disciples ( elle avait le cœur de Jésus en elle : je viens de vous expliquer comment) et elle dit à Jésus : « ils seront à ta droite et à ta gauche quand Tu trôneras dans ta gloire » ; mais elle n’avait pas compris le mystère de la Visitation, et Jésus a répondu : « il y a ceux pour qui ces places sont préparées ». 

Père : Obombration
Mère du Verbe Fils : Conception
Mère du respectus éternel du Verbe vis-à-vis de son Incarnation Saint-Esprit : Super-venue
Mère du Verbe incarné Annonciation
Marie Mère de Dieu
Exultation
Saisissement, disparition en Dieu
Maternité assumée Forte clameur
Exclamation sensible en Dieu
Humanité assumée
Remplis du Saint Esprit
Epanouissement d’amour en Dieu
Virginité assumée Visitation
Marie Mère de l’Eglise
Union Hypostatique
Science de vision béatifique

Vision et Nuit dans l’esprit Grâce capitale 
Science infuse 

Résurrection dans la chair de l’amour divin Grâce eucharistique Science acquise d’amour 
Grâce et Source de grâce dans l’âme Jésus plein de Grâce  et de Vérité

Corps mystique vivant

Mon âme exalte
Mon esprit exulte
Il s’est penché Force de Son bras
Comble de Bien
Relèvement d’Israël Merveilles
Saint est Son Nom
Amour s’étend, éternel Magnificat
Note : Mère de Dieu et mère de l'Église, Marie figure l'acte constitutif de la communion ecclésiale, parce que toute sa vie est le modèle de ce que l'art divin peut opérer dans la nature humaine, pour peu que celle-ci ne s'y oppose pas. Dans cette oeuvre d'art qu'est Marie ' l'Église primordiale rend intelligible ce qu'est le christianisme: une « ecclésialité » qui ne se limite pas à la dimension visible de l'Église, mais qui peut s'étendre aussi loin que s'étendent les mérites du Christ …. C'est ainsi qu'Adrienne von Speyr écrit: «Le ciel ne s'ouvre plus pour Marie; il est ouvert conjointement avec elle. Elle fait partie de l'ouverture du ciel, elle entre, elle franchit le seuil; maintenant la présence divine du Père, du Fils et de l'Esprit est ce dans quoi elle vit... Elle vit dans la vérité sans voile de l'éternité » . Davantage que le type de l'Église et de la nouvelle naissance à la vie chrétienne, Marie est l'essence de l'Église: le lieu où se donne la nouvelle naissance et où le croyant célèbre, dans l'adoration eucharistique, la vie qui l'a constitué Église de Dieu et temple de la très sainte Trinité. La liberté nuptiale de Marie, dans sa réponse au plan divin, devient universellement féconde. Comme l'écrivait Balthasar, Marie, par l'incarnation du Verbe, « devient, à partir de l'Eucharistie et de la croix, le vase ecclésial dans lequel se répand la substance du Fils, universalisée par le Saint-Esprit».


 source : http://catholiquedu.free.fr/MEDITATION/VISITATION.htm
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4786
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2è Mystère Joyeux

Message par Isabelle-Marie le Jeu 1 Juin 2017 - 8:46

azais a écrit:
 Texte : http://catholiquedu.free.fr/MEDITATION/VISITATION.htm


VISITATION


La dernière fois, nous avons essayé de nous élever, de nous mettre sur le chemin de la Lumière, d’ouvrir les portes du ciel qui nous permettent de rentrer, de recevoir et de nous laisser pénétrer par le mystère de l’Annonciation. 
Nous avons vu la beauté du « Je vous salue Marie pleine de grâces » de l’Ange Gabriel et du ministère angélique, c’est-à-dire de tous les esprits spirituels remplis de gloire devant la Face de Dieu, se détournant de l’intérieur même de la Face de Dieu, sans la quitter, pour regarder l’Immaculée. 
La coopération entre le ministère glorieux des esprits purs qui sont dans la vision béatifique, de Dieu, et de l’homme a donné le mystère premier de l’Annonciation. Une unité s’est faite : la lumière surnaturelle de la foi a réuni, cimenté, le monde angélique glorieux, Dieu Lui-même dans son éternité, et la création : l’homme. 
La lumière surnaturelle de la foi étant tellement cristallisée, tellement concentrée, tout ce Monde glorieux s’est aussitôt converti autour de ce qui fut si pénétrant, si étonnant dans la foi immaculée de la Vierge. 
Nous verrons bien au ciel que la foi est étonnante, elle est vraiment 
le chemin de Dieu, 
le chemin par lequel les Anges rentrent dans la Jérusalem de Jésus, 
la Jérusalem de la gloire de Dieu, 
la Jérusalem et la gloire de toute création, 
et d’eux-mêmes en tant que création, 
et enfin le chemin de toute la création dans la gloire de Dieu. 

L’acte de foi s’exprime dans la disponibilité extraordinaire de Marie à ce moment-là, quand l’Ange la visite. 
Elle a toujours été dans cette disponibilité joyeuse, pacifique et surnaturelle, telle que dès que Dieu se manifeste, elle dit « Oui ». 
Cette incarnation s’est réalisée : Dieu a pu prendre possession, a pu épouser sa création, Dieu s’est saisi Lui-même, pour Lui-même, de ce qu’Il avait créé, pour que ce qu’Il avait créé devienne Lui-même : Jésus est apparu. 

De là, nous rentrons dans le deuxième mystère joyeux du rosaire vivant. Nous sommes déjà au ciel. L’Immaculée, par son acte de foi, n’est plus seulement dans le lieu où elle se trouve. Son acte de foi est bien là, là où elle est toute entière elle-même, toute disposée ; mais comme elle s’est laissée saisir complètement grâce à son acte de foi, elle est toute habitée de cette saisie de Dieu, emportée dans la gloire à l’intérieur de l’éternité divine, portée par les Trois Personnes de la Très Sainte Trinité. Grâce à son acte de foi, après l’Annonciation, les instants qui ont suivi, les jours qui ont suivi, les semaines, les années, l’éternité, qui ont suivi, elle s’est retrouvée porteuse de l’éternité intime de chacune des Trois Personnes de la Très Sainte Trinité. Tout en restant elle-même, elle est restée ouverte à la Trinité glorieuse, le ciel s’est ouvert sur elle, et s’est enfoncé en son intérieur. 
C’est comme pour voiler à ses yeux cette gloire sans laquelle la rédemption n’aurait pas pu se produire, qu’il y a eu le mystère de l’Incarnation : le Verbe de Dieu a pris chair humaine, Il a assumé l’opacité d’une chair passible. 
Il s’est réalisé quelque chose de presque plus grand que dans le premier mystère joyeux, et Dieu sait que le premier mystère joyeux est grand. 
Je suis obligé de dire ‘presque’ parce qu’il est difficile de savoir ce qui est le plus grand. 
D’un abîme s’ouvre un abîme nouveau , en un océan si grand que nous avons l’impression qu’il nous y presse davantage. Et je crois en effet que c’est plus grand, parce qu’il n’y a pas de cause diminuante dans les mystères de Dieu.
Le premier mystère est un mystère de disponibilité surnaturelle qui fait que nous sommes capables, dans l’allégresse joyeuse, sans aucune entrave, sans la moindre ombre d’hésitation d’être dans le oui éternel de Dieu dans notre chair. 
Dans le deuxième mystère joyeux, en disant le chapelet, nous nous laissons vraiment prendre par cette Visitation incarnée de Dieu. Le mystère de la Visitation est un mystère d’amour, il ouvre l’heure de la communion dans l’amour. En contemplant le mystère de la Visitation, nous allons recevoir cet amour-là : l’amour, la communion dans l’amour, vont s’inscrire en nous. 
Quand Dieu vivant, attiré par la présence de l’acte de foi de Marie, a découvert de son éternité, de là où Il est présent à Lui-même comme Créateur de tout ce qui existe avant toute création du monde, dans toute sa gloire, Il a découvert la présence immaculée d’une chair toute pure, d’un amour tout pur et créé, et Il a voulu la traverser, Il a voulu l’assumer ; et l’ayant assumée, Il a effectivement pris chair, de la chair de la Vierge Marie. 
Dans le mystère de la Visitation, nous fêtons en même temps, l’Incarnation et la communion d’amour qui se réalisent dans cette visite de Dieu à Lui-même. En se créant pour Lui-même une humanité, en prenant dans la chair de Marie de quoi se constituer un corps, il a fallu que le Fils de Dieu traverse toute l’humanité sainte de l’Immaculée, et la traversant pour se saisir Lui-même un corps, il s’est fabriqué une humanité, une chair humaine. 
Et Il a traversé toute la plénitude de l’âme de l’Immaculée, plénitude qu’elle trouvait dans l’instant de l’Incarnation : elle était totalement éperdue, toute déployée, toute investie, tout immensément et absolument elle-même dans l’intériorité du Saint Esprit. Le Saint Esprit était vraiment super-venu de l’intérieur d’elle, la dilatant dans une vastitude qui était celle de l’amour de Dieu. L’amour du Saint Esprit avait inscrit dans l’âme de Marie les dimensions de sa vastitude. 
Il a traversé en même temps la lumière surnaturelle de sa foi, Il l’a vue dans toute son étendue, Il l’a atteinte jusqu’à sa substance, jusqu’à sa racine, jusqu’à son ultime. A travers la lumière surnaturelle de la foi de Marie, Il a atteint son fruit ultime, celui de son assomption. Il a traversé son intelligence, Il a traversé son cœur, et il a saisi Lui-même sa propre intelligence, en voyant qu’Il était Dieu. C’est pourquoi Jésus, en s’incarnant, est resté dans la vision béatifique. Quand Il a pris chair, son intelligence, son esprit créé devait ainsi rester dans la claire vision de Dieu le Père, et Il est demeuré toute sa vie dans la claire vision de Dieu le Père, dans son intelligence et son esprit créés( même sur la croix, Jésus voyait Dieu le Père, dans les sommets de son intelligence humaine ).
Il s’est réalisé une communion entre l’esprit de Jésus et toute la vie spirituelle de Marie jusqu’à la fin du monde, entre le corps de Jésus assumé et le corps de Marie,
entre l’âme créée de Jésus et l’âme de Marie(et toute sa vastitude, toute remplie de l’Esprit Saint)
Cette communion d’amour est la base du mystère de la Visitation. Cette communion d’amour, il faut la contempler. 
Nous ne pouvons pas décrire une communion pareille, mais nous pouvons savoir ce que l’Eglise et la Révélation en disent. 
Cette communion est allée jusqu’au bout, Jésus demeurant dans la vision béatifique au cœur de son âme spirituelle. 
Son esprit étreint tellement l’âme qui lui est totalement associée, que son âme s’unit dans la communion avec l’âme de Marie toute éperdument et divinement féconde de Dieu le Fils. Alors Il en épouse les opérations divines en l’âme de Marie, comme nous l’avons vu dans l’Annonciation. 
La vastitude de l’âme de Marie toute éperdument produite dans l’acte de foi, est, de son côté, spirituellement contrainte, obombrée par Dieu le Père : la vastitude ( sous l’effet de l’Esprit Saint ) est en même temps ramassée et saisie (sous l’effet de l’obombration ). 
L’obombration de Dieu le Père est une implosion, un rassemblement, qui rend l’âme de Marie beaucoup plus petite que la moindre particule de matière de notre monde. Et en même temps, par la super-venue du Saint Esprit, l’amour de Marie est devenu aussi vaste que Dieu. Cette contradiction incroyable s’est réalisée en Marie au moment de l’acte de foi, que Dieu va épouser en se fabriquant une nature humaine. Voilà pourquoi, à cause de cela, parce qu’Il s’unit à l’esprit de Marie, Il va jusqu’à la vision béatifique : c’est une communion spirituelle qui va jusqu’au bout. A cause cette union et de cette communion, Il va épouser les opérations de l’âme de Marie. A raison de quoi son âme à Lui, au lieu d’être entièrement glorifiée dans la vision béatifique, comme elle l’est aujourd’hui dans la résurrection, fut également contrainte à cause de l’obombration : l’âme de Jésus n’a pas été envahie par la gloire de sa divinité, parce qu’Il a été engendrée par Marie en une âme obscurcie et anéantie dans l’Ombre du Père. La divinité de Son âme a donc été elle-même saisie en Lui, pour qu’elle fût contrainte dans la plus grande petitesse possible. 
Pour entrer en communion totale d’amour avec Marie, l’esprit était inopérant puisque du point de vue spirituel, Il est dans la vision béatifique et elle est dans la nuit totale de la foi ; l’âme également parce que Marie était sa mère et lui était le Fils ; donc le seul lieu où tout s’est concentré dans la communion des personnes entre la mère et le fils, entre le fils et la mère, dans l’amour, ce fut au niveau du cœur. Tout s’est effondré dans ce qu’il y a de plus profond à l’intérieur de l’humanité, à la racine de l’âme et du corps : dans le cœur. 
Le Verbe s’est incarné dans l’amour de Marie. 
La communion des personnes qui s’est réalisée, cette communion d’amour, a fabriqué un cœur à Jésus, à partir du cœur de Marie. 
Tout ce qu’il y avait dans la vastitude de la super-venue du Saint Esprit qui a fulguré l’Immaculée dans l’amour éternel, s’est rassemblé au fond d’elle, dans la nuit, et néanmoins son cœur de femme a été imbibé de cette aspiration à l’amour éternel. Et Jésus est venu se fabriquer un cœur capable d’aimer d’une manière quasi infinie. 
Le mystère de la Visitation est cette communion qui s’est réalisée entre le fils et la mère. 
Dieu a découvert dans sa chair ce qu’était une relation d’amour entre la mère et son fils, la relation de maternité, une relation d’enfant, une relation de mère. Il a découvert ce qu’était le monde humain absolument parfait de l’amour entre l’enfant et sa mère. Il a découvert cette maternité dans sa propre chair, dans la communion des personnes, et aussitôt, en se créant un cœur humain, il a créé une bénédiction, une présence physique de cet amour qu’Il avait pour sa mère, il l’a créée dans le sein de toutes les femmes et dans le ventre de toutes les mères. 
Il est devenu créateur d’un amour nouveau, et cet amour qu’Il avait avec sa mère a établi un lien de création, de bénédiction et de présence, dans tous les amours maternels et dans tous les amours de filiation. Cela a été comme une reprise de la fécondité, de la procréation, au niveau du cœur profond de la nature humaine. 
Dans la vie embryonnaire, la première cellule se multiplie, devient une morula, puis un blastocyste, et à peine quelques jours après, une espèce de peau recouvre un organe qui se forme. Ce premier organe est un cœur qui commence à battre. Le vingtième jour après notre conception, nous avons été un cœur qui bat. C’est après cela que, petit à petit, une excroissance se forme au-dessus du cœur, puis une autre excroissance, qui formeront le début de toutes les autres parties du corps qui vont tous tourner autour du cœur, tous s’enraciner dans le cœur filial. Aujourd’hui nous avons un cerveau, des os, et différents organes, mais il ne faut pas oublier que le fond de nous-mêmes est le cœur. Dans la Visitation, tout est venu s’établir au niveau du cœur aussi. 
Quand nous regardons Jésus, Marie, un être humain, nous comprenons tout de suite que tout tourne autour du cœur, tant sur le plan physique, biologique, que sur le plan de l’âme, sur le plan spirituel, et sur le plan glorieux, sur le plan céleste : tout tourne autour du cœur, et tout le reste permet d’y parvenir. Le chemin que Dieu a pris, est la réalisation d’une union de cœur. Au très profond de Marie, Dieu découvre et réalise une communion vivante d’amour. 
Le fruit de ce mystère est la charité dans la communion des personnes : la charité joyeuse.
Arrêtons nous un moment pour cerner ce qui nous arrive quand nous aimons quelqu’un… Peut-être avons-nous du mal à dire cela parce que nous avons l’impression de n’avoir jamais aimé personne ; mais cela même n’est pas vrai, puisque, que grâce à la Visitation nous avons connu l’amour que Jésus a eu avec sa mère sur le plan humain et qu’ils ont alors déposé dans notre cœur premier : une loi de Dieu a établi cet amour dans notre cœur lorsque nous étions enfant. 
Regardons bien. 
Quelle est la personne que j’aime le plus, spirituellement, humainement ? Je ne parle pas de l’attachement viscéral, de cette union esthétique ou romantique ou sentimentale ou émotionnelle, je parle de l’amour où je suis en communion pacifique, joyeuse, souveraine avec quelqu’un. Il y a quelqu’un que j’aime comme cela. Quand j’ai de l’amour pour quelqu’un, quand je suis en communion avec lui, où vais-je ? Automatiquement, je viens habiter dans son cœur . Lorsque j’aime quelqu’un de manière humaine, profonde, quand je le regarde, je suis au fond de son cœur. Où est le fond de son cœur ? C’est l’endroit où je suis tranquillement installé avec lui. 
C’est au-delà, là où nous sommes en commun, tranquilles, joyeux, pour toujours, en Dieu : au fond du cœur. 
La Bible disait : c’est entre les entrailles et les reins. 
C’est vraiment le cœur, tout tourne autour du cœur. Les battements du sang et la vie, et l’âme, et la mise en commun, et le partage, et la communion, et les services rendus, tout cela existe. Mais je ne confonds quand même pas la chevelure, les yeux, les oreilles, le foie, la pancréas, avec le cœur. C’est au niveau du cœur que j’aime quelqu’un, c’est dans son cœur que je m’installe. A chacun de s’arrêter un peu et de méditer cet amour : l’amour fait que je n’habite plus en moi et que je suis dans le cœur de quelqu’un d’autre et que là est ma maison. Lui-même ne peut pas percevoir où est son cœur, quand je l’aime, mais moi je le perçois. 
Le cœur de l’autre se découvre dans la communion d’amour, et c’est ce que Jésus a découvert : Il a découvert le cœur de sa mère et Il s’est alors constitué un cœur. 
Il a créé dans son humanité un organe, incarné, créé, limité et vivant, le paradis d’amour où tous vont trouver la paix, la joie en Dieu et un amour humain quasi infini. 
Il a ainsi créé grâce à la communion d’amour avec Marie un cœur qui est rempli de suffisamment d’amour pour que tous les instants de toutes les affectivités humaines de tous les temps et de tous les lieux, en chaque seconde créée, reçoivent suffisamment d’amour pour en mourir de ravissement. Tout cela ne va pas servir à grand chose, mais dans le cœur de Jésus, il y a de quoi faire mourir d’amour chaque seconde de chaque cœur humain de tous les temps et de tous les lieux. 
C’est ce qui s’est réalisé à ce moment-là. Dans le cœur de Marie, dans l’amour de Marie qui est rentré en communion avec l’amour de Jésus, il y avait juste cette impression où le Saint Esprit a effondré son âme dans son cœur de femme et de mère. Et cette fulgurante opération du Saint Esprit a mis son cœur de femme en affinité avec le Sacré Cœur de Jésus qui allait se créer. 
C’est alors que dans le cœur de Marie un appel à l’amour éternel de Dieu dans sa maternité divine, un appel s’est manifesté à la fécondité par la maternité, et à la croissance par la surabondance. 
Le mystère de la Visitation existe de par cette ardeur du cœur de Jésus à se communiquer partout, à travers le cœur de Marie. 
Voilà pourquoi, puisque l’Ange Gabriel avait annoncé l’Incarnation du Seigneur, il fallait un vase d’expansion immédiat pour la charité surnaturelle, pour la charité fraternelle, parce que l’amour étant diffusif de soi, l’amour ne s’arrête pas, l’amour ne se contient pas, l’amour déborde, l’amour surabonde, l’amour se communique, et il ne s’arrête pas qu’il ne se soit communiqué.
Aussitôt que Marie dit ‘Shemèm’ « Je suis la servante du Seigneur : me voici », et que Jésus dit aussi ‘Shemèm’ « me voici, Seigneur, Dieu mon Père, pour faire ta volonté, voici, je viens pour réaliser ton amour », aussitôt ces deux amours surabondants prêts à se livrer, à se donner, à habiter dans le cœur de tous ceux qui en ont soif, qui veulent bien le recevoir, ont produit une anastasis : une résurrection dans le cœur immaculé de Marie dans cette communion avec le cœur de Jésus, dans la communion des personnes. 
Jésus a communiqué quelque chose de la résurrection sur le plan du cœur. 
Dans le cœur de Marie et dans le cœur de Jésus, s’est communiqué quelque chose de glorieux. 
Alors Marie s’est levée, et portée par l’Esprit Saint dans cette résurrection, il fallait qu’elle parte tout de suite, et elle s’est laissée emporter. Les mots de l’Evangile de saint Luc sont très forts en grec et en hébreu : elle est partie à toute vitesse, portée : ressuscitée, elle se lève. 
Nous traduisons par « Marie se leva et partit en toute hâte » : ‘spadous’, en grec ; elle partit à une vitesse fulgurante : nous sentons bien que c’est le cœur qui la porte. 
Elle vient du ciel, elle porte avec elle le ciel tout entier, elle se rappelle, elle est encore dans le ‘flash’ de l’Incarnation, et cette fois c’est son cœur qui ressuscite. 
Dieu sait que son cœur était déjà magnifique, nous ne pouvons pas dire que son amour était imparfait : il était même surnaturalisé par la grâce et même par une certaine plénitude de grâce. Mais cette fois-ci il est conjoint à l’amour glorieux du Christ. 
Dans cette communion des personnes, le Christ vient se reposer, s’établir en elle en son cœur immaculé. Et comme la véhémence de l’amour veut se communiquer en Lui à tous les êtres humains et pas seulement à sa mère, elle reçoit cette communication glorieuse, elle se lève et elle va chez Elisabeth. 
Elle va chez Elisabeth parce que l’Ange Gabriel était apparu à Zacharie et avait annoncé la naissance de Jean-Baptiste. 
Avait présidé à la naissance de Jean-Baptiste une onction très particulière : une grâce, une bénédiction, comme une hostie minuscule, était descendue, qui était sortie du Saint des Saints du Temple de Jérusalem et en même temps de la Paternité de Dieu, et apportée aussi par le ministère angélique, et tout cela fut porté ensuite par Zacharie à son épouse dans l’unité sponsale : Jean-Baptiste a été conçu de cette manière-là. 
Grâce à cette onction, à cette nourriture, à cette manne qui émanait de l’Arche d’Alliance toute sainte, et en même temps de la Paternité de Dieu, cela s’était inscrit dans le cœur d’Elisabeth et le lien d’amour entre la mère et son fils, en Jean-Baptiste, était un lien naturellement parfait. L’amour entre cette mère et son fils, Jean-Baptiste, n’avait jamais vraiment existé dans les autres amours de mères à enfants et d’enfant à mère dans le sein. 
Le cœur de Jean-Baptiste qui battait dans sa mère, était inscrit dans quelque chose qui relevait du Saint des Saints, qui relevait du sacrement. La relation entre la mère et l’enfant à Aïn Karim était unique au monde. Il n’y a eu d’équivalent que l’Immaculée Conception dans le sein de sa mère Anne ( ce qui était évidemment très particulier, et en vérité pour permettre ce qui devait se déployer dans le mystère de la Visitation ). 
Quand Dieu s’est incarné dans le sein de la Vierge, Il a découvert la maternité humaine, Il l’a choisie comme calice, et Il s’est fabriqué un cœur humain avec. Aussitôt, il fallait que cela se communique à ce qui était le plus proche, le plus pur dans la communion des personnes entre la mère et l’enfant, avant que de là, comme un arc électrique, cela se communique à toutes les maternités de tous les temps et de tous les lieux. Ainsi la présence de cet amour est restituée à l’Incarnation du Seigneur par la Visitation, la résurrection de l’amour, de la communion en procréation du cœur de l’homme.
Autant dans le premier mystère joyeux, le mystère de l’Incarnation, la sponsalité (l’amour nuptial et sponsal) préside, autant dans le second mystère, c’est l’amour dans la communion des personnes, l’amour lié à la fécondité, l’amour lié à la vie. La sponsalité est un appel à la vie. L’amour dans la communion est lié au fait que la vie soit donnée, que la vie soit reçue, et que la vie soit dans la gratitude et la communion, et que le cœur apparaisse. L’apparition du cœur est liée à la maternité. La complémentarité du cœur est liée à la sponsalité.
Joseph a accompagné Marie, c’est évident, mais il est bien montré dans la Révélation que Joseph est derrière, il n’a de rôle que celui d’être silencieux. Zacharie n’a pas de rôle non plus, sinon celui d’être muet (depuis que l’Ange Gabriel lui est apparu pour lui annoncer la conception de Johannan, Jean le Baptiste ). 
Aussitôt que Jésus a pris chair dans le sein de la Vierge et qu’il y a eu cette communion du cœur et de l’amour, aussitôt, avec cette résurrection en Marie, forcément, avant même que Marie commence à partir, quelque chose de l’unité du cœur de Jésus et de Marie s’est établi en Elisabeth, puisque tout leur amour s’orientait sur elle. Elisabeth était évidemment prévenue, cordialement, affectivement, surnaturellement, par une charité ardente, et elle a su à l’instant où Jésus s’est incarné, que Dieu s’était fait homme. 
De sorte qu’elle était toute en amour par rapport à cette incarnation, alors qu’elle portait la conception la plus forte, la plus sainte que l’humanité ait jamais portée. Elle aurait pu se tourner sur elle-même, mais pas du tout : Elisabeth était tout attentive et tout en admiration à l’avance, avant que Marie n’arrive . 
Si vous lisez attentivement le texte de la Visitation, vous voyez à quelques petits détails que quand Marie arrive, Elisabeth est venue à sa rencontre. 
La tradition nous dit qu’ Elisabeth est partie à sa rencontre : elle savait. 
Marie la première a salué Elisabeth, avec l’amour dont je vous parle, avec le cœur de Jésus rempli d’amour pour tous ceux dans lesquels Il voulait se répandre jusqu’à la pâmoison, jusqu’à la mort d’amour. Et tout cela était porté par la présence, par la voix de Marie : la voix de la mère portait l’amour du Fils. Cette rencontre, d’après la Révélation, la Haggadah de la Visitation, a eu des effets simples mais extraordinaires qui font comprendre pourquoi la Visitation revêt une si grande importance.
Une mère aime son fils, son enfant, et donc du point de vue de l’amour, le cœur de la mère est établi dans le cœur de l’enfant. L’amour de Jésus s’établit dans le cœur de celui qu’Il aime, et donc tout s’est concentré sur le cœur de l’enfant Jean-Baptiste. 
Autant il y avait eu obombration par Dieu le Père de tout l’esprit, toute l’âme, toute la personne de Marie, autant ici, ce triple amour, cet amour naturel dans la mère, cet amour surnaturel en Marie et cet amour éternel dans le cœur de Jésus en Dieu, est venu se concentrer, s’établir dans le cœur de l’enfant, provoquant un ‘tremendum et fascinendum’, un frémissement qu’a bien vu Elisabeth. 
Il y a une limpidité dans la communion des personnes au niveau du cœur, et dans cette pacifique présence mutuelle, lorsque l’amour s’est répandu dans Jean-Baptiste, un frémissement s’est répandu dans l’âme de l’enfant, et de l’âme de l’enfant s’est répandu dans l’âme de la mère. 
Ce frémissement physique a provoqué ce grand cri : elle a crié dans une exclamation (le mot de l’Evangile dit : avec un cri très fort : la ‘voce magna’ ne rend pas le texte grec ‘kraugè megalèh’: une forte-clameur méga-puissante !). 
Elle a crié d’une voix très forte parce qu’au même moment elle a été entièrement remplie du Saint Esprit. 

La Très Sainte Trinité apportée par Marie en son cœur et l’amour de Jésus humain porté dans le cœur de Jean-Baptiste, se sont associés. Les trois Personnes de la Très Sainte Trinité ont saisi surnaturellement le cœur de l’amour qu’il y avait entre la mère et son fils, entre Jean et Elisabeth. 
Il y a eu une pentecôte, les deux âmes ont été remplies du Saint Esprit, il y a eu une saisie de leur cœur mutuel. Elle a bien dit : « il a été saisi, il a exulté, il a bondi et tressailli d’exultation » . 
La super-venue du Saint Esprit dans leur communion mutuelle par l’âme a produit une surabondance, et ils étaient quatre à vivre de cette effusion du Saint Esprit par le cœur et par le fond de l’âme. 
La pression était tellement forte que Dieu le Fils, source de cette fulgurante communion des personnes, a été comme une nourriture qui a donné une force très grande à l’expression de Dieu vivant. 
Cette force très grande s’est exprimée par un cri, une voix tonitruante. Cela a tellement impressionné saint Jean-Baptiste qu’il dira trente ans plus tard : « je suis la voix qui crie dans le désert », et il l’a pris de sa mère, exactement comme Jésus s’est créé une âme humaine à l’image de l’âme de sa mère, comme Il s’est créé un cœur à l’image du cœur de sa mère. 
Jean Baptiste est devenu la manifestation audible de la présence du Verbe de Dieu. 
Marie, dans l’Incarnation, a conçu le Verbe, tandis que Jésus va être conçu dans la communion des personnes, dans un nouveau corps mystique, et alors ce Verbe intérieur va pouvoir se faire entendre par une Parole tonitruante. 
C’est ainsi qu’est née l’Eglise, du cœur de Jean-Baptiste, du cœur de Jésus, et du cœur d’une maternité parfaite, d’une maternité surnaturelle incréée. C’est la conjonction de ces quatre amours et de cette communion parfaite, à l’ombre de deux unités sponsales discrètes et silencieuses ( lesquels, on s’en doute, représentent la paternité de Dieu dans le Verbe ), que le corps mystique de l’Eglise est né. 

Jésus hostie, l’eucharistie, est devenu le tabernacle, le nouveau Temple, le corps mystique de Jésus. Le Pain venu du Ciel et la bénédiction de la manne du Saint des Saints du Temple ont été comme la matière et la forme de la trans-substantiation de l’amour. La Parole de Dieu pourra alors se faire entendre de manière tonitruante, d’une voix extrêmement forte, à toute la terre, à toute la création. L’Eglise est née. C’est le mystère de la Visitation. 
Quand nous contemplons ce mystère, nous voyons à quel point l’Eglise est extrêmement joyeuse, dans sa source et dans son fruit. Elle est étonnante dans sa mission qui doit parcourir tous les temps par une proclamation audible du Verbe de Dieu. Le corps mystique de Jésus (qui vit de l’amour de Jésus, de l’amour de Marie, de l’amour de la vie, et de l’amour de Dieu, grâce à cette communion parfaite du cœur, à plusieurs dans un seul corps mystique) peut proclamer la Parole de Dieu, peut proclamer que Dieu a parlé dans son Fils et que la langue du Fils est la langue de l’Eglise. La langue de l’Eglise, c’est le cœur : la charité incarnée.
Dans le premier mystère joyeux, Dieu a pris chair, Jésus est l’Incarnation du Dieu vivant. 
Dans le mystère de la Visitation, la Charité a pris corps : le cœur de l’Eglise, le cœur eucharistique, le cœur sacré de Jésus total, est l’Incarnation de la charité surnaturelle et incréée de Dieu s’associant à toutes les charités surnaturelles créées de la terre, et aussi à tous les amours naturels du cœur. Les trois s’associent, étant saisis par l’unique pentecôte du Saint Esprit, rassemblés en un seul cœur pour former le mystère eucharistique. 
C’est l’eucharistie qui est le cœur du corps mystique de l’Eglise, qui est l’incarnation de la charité surnaturelle et divine. 
Jésus est Dieu incarné, l’eucharistie est l’amour communautaire incarné, l’amour universel qui s’est incarné.
Quand je reçois la communication de cet amour, je jubile d’allégresse et je crie de joie. 
Si je vis du mystère de la Visitation, je vis du corps mystique de Jésus, c’est à dire de l’amour qui doit se répandre jusqu’à recréer tous les cœurs dans une unique Jérusalem glorieuse fabriquée avec de l’amour glorieux. Méditer ce mystère est facile quand nous avons compris que si Dieu a pris chair de la Vierge Marie, c’est pour réaliser de manière incarnée, corps, âme et esprit, un mystère d’amour communautaire, un mystère d’amour surnaturel, un mystère d’amour parfait. 
Dieu a voulu que l’amour s’inscrive d’abord et en premier lieu dans un amour absolument parfait sur le plan naturel. C’est pourquoi saint Jean-Baptiste a été choisi. 
A partir de là, tout pouvait être donné pour la constitution de la charité surnaturelle. Dès lors que nous vivons de la grâce, nous pouvons recevoir dans notre cœur la transformation de la charité : que ce soit l’amour de Jésus qui brûle notre cœur ; et que nous soyons installés à l’intérieur de l’amour du cœur de Jésus qui bat et qui a commencé à battre dans le sein de la Vierge, et qui s’est répandu dans tous les fruits de son amour à l’intérieur du cœur de Jean-Baptiste, et qui a fait tressaillir toutes les âmes maternelles du monde entier.
C’est pourquoi Elisabeth a crié aussitôt : « tu es bénie entre toutes les femmes », (tu es la Bénie : eulogéménè, dans le sein de toutes les femmes ) et « le fruit de tes entrailles est béni », ( le fruit de ton ventre est le Béni, eulogéménos) : le fruit de ton ventre est le Béni. 
Exactement le mot de Moïse désignant Dieu lorsqu’ Il est présent dans le sanctuaire, c’est le même mot en grec, c’est « le Béni » : Eulogéménos. 
Elisabeth représente la voix de l’Eglise, elle dit à Marie, sous l’opération du Saint Esprit, elle crie le cri d’amour du corps mystique de l’Eglise : « le Béni est Dieu qui se trouve dans la Bénie ». Le Dieu présent dans ce qu’il y a de plus saint et de plus sacré, dans l’éternité et aussi dans toute la création, c’est le Béni. Elle reconnaît que Marie est la Bénie, qu’elle est divine en tant que femme, par sa maternité. L’Eglise est divine en tant que source de vie divine, l’Eglise vient de Dieu. 
C’est ce que nous disons à chaque « Je vous salue Marie », car Marie communique à l’Eglise ce qu’elle est. Elle le reconnaît : « tu es bénie dedans l’intérieur du ventre de toutes les femmes » et effectivement à partir de ce moment-là, dans la procréation, toutes les femmes ont une porte qui s’ouvre dans l’amour qu’elles ont pour leur enfant, l’amour de leur enfant pour elles, même si cet amour est déçu, blessé, avorté, cette porte reste ouverte à l’amour maternel infiniment parfait sur le plan naturel, infiniment parfait sur le plan surnaturel, infiniment parfait sur le plan incréé et éternel, amour qui peut pénétrer grâce à la Visitation. Une porte s’est ouverte. 
Une création nouvelle s’est réalisée : la naissance de l’Eglise de Jésus, à travers cette porte de la Visitation.

‘Anastasa’, elle ressuscita en se levant, pour ouvrir les portes du Temple nouveau, le Corps mystique entier du Fils de Dieu. 

A la Visitation, toutes les portes s’ouvrirent pour que l’amour dans lequel Jésus s’était incarné puisse trouver un lieu dans tous les cœurs humains, immédiatement. L’Eglise a été constituée à cet instant-là, universellement. La Jérusalem d’amour glorieuse et ressuscitée s’est constituée à cet instant-là, miraculeusement et glorieusement. 
A chaque fois que nous regardons Jésus hostie, nous trouvons le cœur eucharistique du Seigneur, qui est précisément le fruit et la présence même du mystère de la Visitation, cette communication de l’amour intégral à notre cœur en même temps qu’à tous les autres, de manière incarnée, substantielle.
L’Ange Gabriel dit à Marie : « voilà, tu vas être la mère de Dieu, Il sera vraiment le Fils de Dieu vivant, tu seras obombrée, le Saint Esprit super-viendra en toi, ne t’inquiète pas, alors, est-ce que tu dis oui ? ». Alors elle dit oui. Nous pourrions penser que cela devait s’arrêter ainsi. Mais l’Ange Gabriel continue : « et Elisabeth ta cousine va enfanter un fils dans sa vieillesse, elle en est à son sixième mois ». 
Quelqu’un qui n’a pas la foi se dirait que Jean-Baptiste qui naît, et Dieu qui prend chair, ça n’a rien à voir : il se dira que c’est un texte que les auteurs n’ont pas compris. 
Pourtant si le Verbe a pris chair, c’est bien pour réaliser le corps mystique du Christ, c’est pour réaliser le cœur eucharistique du Seigneur, c’est pour fonder dans l’amour et la charité incarnée et glorieuse, la Jérusalem céleste. 
Marie est devenue cette Jérusalem glorieuse dans son germe, dans sa substance, dans son initium, dans sa fécondité. 

Pendant des années, nous fêtions le mystère de la Visitation le 2 juillet. 
Depuis le Concile Vatican II, nous fêtons le mystère de la Visitation le 31 mai, le dernier jour du mois de Marie. Avant le Concile, le 31 mai, nous fêtions Marie médiatrice de toutes les grâces. Tel est le génie du Saint Esprit dans l’Eglise ( je suis sûr que ceux qui ont fait la réforme n’ont pas pensé une seconde que le fait de conjoindre le mystère de la Visitation avec la fête de Marie médiatrice de toutes les grâces, en faisant disparaître d’ailleurs la fête de Marie médiatrice de toutes les grâces par le fait même, donnait au mystère de la Visitation sa véritable signification). La Visitation l’intronise médiatrice de toutes les grâces, source d’amour de la vie divine.
Quand Jésus a pris chair de la Vierge Marie, Il a embrassé en cette créature la plénitude de la grâce, puisqu’il a embrassé en elle ce qui faisait la lumière tout à fait pacifique, reposante, confiante et disponible de son âme, l’Immaculée Conception. Il s’est saisi de son état de passivité, de disponibilité surnaturelle et éternelle vis-à-vis de Dieu le Père. 
En se saisissant de cela, Il est devenu lui-même par le cœur la source en elle, dans son âme, de l’Immaculée Conception, la source de cette plénitude de grâces. Et en devenant source de cette plénitude de grâces, Il a réalisé en Lui ce qu’on appelle l’union hypostatique :

Dans cette communion des personnes, en se créant une nouvelle nature humaine, sa nature humaine s’est trouvée unifiée dans une source de grâces que l’on appelle l’union hypostatique, c’est à dire que Dieu vivant, la vie éternelle de Dieu, la vie intime et vivante de Dieu, et la vie sainte, divine qui est donnée au monde, sont associées en une seule source. Il y a une seule Personne. 
Toute la grâce de Jésus vient de l’union hypostatique. Toute la nature humaine de Jésus, toute la nature divine de Jésus, sont une seule source, une seule Personne. Il n’y a pas deux personnes dans Jésus. L’union est hypostatique. Ce qui fait exister et vivre la nature humaine de Jésus, c’est la Personne même de Dieu, c’est le Dieu vivant, la deuxième Personne de la Très Sainte Trinité. Il n’y a pas de personne humaine en Jésus, mais il y a un esprit humain, il y a une âme humaine, il y a un corps humain, et l’unité vivante entre le corps, l’âme et l’esprit et la grâce et la plénitude de toutes les grâces de Jésus, et cette unité se fait dans la source qui est Dieu Lui-même. Cette source, nous l’appelons l’union hypostatique. 
Cette union hypostatique fait que Jésus porte la grâce capitale : Il est la tête, Il est la grâce dans sa source. L’union hypostatique dans l’âme de Jésus (qui fait que l’on a la grâce, la vie divine créée dans sa source, et la vie divine incréée dans sa source), vient rentrer en communion avec l’âme de Marie elle-même déjà en plénitude de grâces. L’Immaculée Conception et la plénitude de grâces de Marie, entrent en communion avec l’union hypostatique de Jésus, et c’est cela qui a permis la constitution de la communion des personnes à l’état pur venant du ciel. 
L’Apocalypse disait : « voici, je vais créer un ciel nouveau » et c’était le premier mystère joyeux. 
Dans le deuxième mystère joyeux, dans cette communion des personnes entre la grâce capitale, la grâce dans sa source, la grâce d’union hypostatique, la source de la plénitude de grâce de Marie, et la plénitude de grâce de Marie et son Immaculée Conception, ces cinq sources de la grâce ont fait une seule source, qui a permis la création d’une nouvelle terre : « voici que je crée une terre nouvelle ». Et cette terre nouvelle s’est réalisée justement dans la substance même de l’amour parfait, rendu audible et visible : le cœur eucharistique de Jésus, source de la nouvelle terre, c’est à dire du corps mystique glorieux de Dieu, la Jérusalem glorieuse et l’Eglise.
Quelquefois on entend dire « je n’ai que le mystère de la Visitation, j’aurais préféré avoir le mystère de la Pentecôte ». 
Le mystère de la Visitation est très extraordinaire au contraire!!. 
A force de dire le chapelet, à force de réincarner en moi le mystère vivant du rosaire vivant, je vais découvrir tous ses aspects, je vais leur donner leur extension, leur développement, leur intensification, leur épanouissement, leur progression, leur communication à l’infini, autant qu’il est en mon pouvoir. Au fur et à mesure je vais découvrir tous ces aspects dont l’Eglise nous donne l’enseignement. C’est bien à travers nous que cela peut se communiquer, que cela peut avoir son extension, et que la nouvelle terre va être créée. C’est évident.
Marie, Elisabeth, Jésus, Jean-Baptiste, et l’Eglise, tous les jours, disent le Magnificat qui fait partie du mystère de la Visitation, cette grande prière qu’Ils vont dire ensemble, une, deux, trois fois, à grands cris « mon âme exalte le Seigneur ». 
Jean-Baptiste avait eu ce frémissement, cette exultation, ce tremendum. 
Alors le cœur immaculé de Marie, et le cœur de Jésus, ont épousé cette exultation de l’enfant Jean-Baptiste. 
Et le cantique de l’Eglise commence par cette fascination, ce tremblement, cet élargissement, cette fournaise ardente qui brûle partout à l’intérieur de Dieu dans un cœur physique, dans un cœur humain, dans un cœur de chair, dans un cœur d’enfant, dans un sentiment humain en même temps. Marie dit « mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon sauveur ! », parce qu’elle a entendu la mère dire « mon enfant exulte ». 
A partir de ce jour-là, Marie, Jésus et Jean-Baptiste sont devenus inséparables, dans tout ce qu’ils vont faire, pendant tout le parcours du grand saint rosaire jusqu’à la fin du monde. Ils seront toujours un seul cœur, ensemble. Ce qui donne la grandeur de Jean-Baptiste. 
Marie Salomé avait dit un jour à Jésus : « Seigneur, j’ai mon fils Jacques, et mon fils Jean, ils sont disciples de Jean-Baptiste, Fils du tonnerre, ils sont les meilleurs ». Elle savait bien que ces deux-là était les meilleurs des douze apôtres et de tous les disciples ( elle avait le cœur de Jésus en elle : je viens de vous expliquer comment) et elle dit à Jésus : « ils seront à ta droite et à ta gauche quand Tu trôneras dans ta gloire » ; mais elle n’avait pas compris le mystère de la Visitation, et Jésus a répondu : « il y a ceux pour qui ces places sont préparées ». 

Père : Obombration
Mère du Verbe Fils : Conception
Mère du respectus éternel du Verbe vis-à-vis de son Incarnation Saint-Esprit : Super-venue
Mère du Verbe incarné Annonciation
Marie Mère de Dieu
Exultation
Saisissement, disparition en Dieu
Maternité assumée Forte clameur
Exclamation sensible en Dieu
Humanité assumée
Remplis du Saint Esprit
Epanouissement d’amour en Dieu
Virginité assumée Visitation
Marie Mère de l’Eglise
Union Hypostatique
Science de vision béatifique

Vision et Nuit dans l’esprit Grâce capitale 
Science infuse 

Résurrection dans la chair de l’amour divin Grâce eucharistique Science acquise d’amour 
Grâce et Source de grâce dans l’âme Jésus plein de Grâce  et de Vérité

Corps mystique vivant

Mon âme exalte
Mon esprit exulte
Il s’est penché Force de Son bras
Comble de Bien
Relèvement d’Israël Merveilles
Saint est Son Nom
Amour s’étend, éternel Magnificat
Note : Mère de Dieu et mère de l'Église, Marie figure l'acte constitutif de la communion ecclésiale, parce que toute sa vie est le modèle de ce que l'art divin peut opérer dans la nature humaine, pour peu que celle-ci ne s'y oppose pas. Dans cette oeuvre d'art qu'est Marie ' l'Église primordiale rend intelligible ce qu'est le christianisme: une « ecclésialité » qui ne se limite pas à la dimension visible de l'Église, mais qui peut s'étendre aussi loin que s'étendent les mérites du Christ …. C'est ainsi qu'Adrienne von Speyr écrit: «Le ciel ne s'ouvre plus pour Marie; il est ouvert conjointement avec elle. Elle fait partie de l'ouverture du ciel, elle entre, elle franchit le seuil; maintenant la présence divine du Père, du Fils et de l'Esprit est ce dans quoi elle vit... Elle vit dans la vérité sans voile de l'éternité » . Davantage que le type de l'Église et de la nouvelle naissance à la vie chrétienne, Marie est l'essence de l'Église: le lieu où se donne la nouvelle naissance et où le croyant célèbre, dans l'adoration eucharistique, la vie qui l'a constitué Église de Dieu et temple de la très sainte Trinité. La liberté nuptiale de Marie, dans sa réponse au plan divin, devient universellement féconde. Comme l'écrivait Balthasar, Marie, par l'incarnation du Verbe, « devient, à partir de l'Eucharistie et de la croix, le vase ecclésial dans lequel se répand la substance du Fils, universalisée par le Saint-Esprit».


 source : http://catholiquedu.free.fr/MEDITATION/VISITATION.htm


Super, merci !
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 1089
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2è Mystère Joyeux

Message par Isabelle-Marie le Jeu 1 Juin 2017 - 10:51

azais a écrit:
 Pour la Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2ème Mystère Joyeux de l'Année du Rosaire  ..... 31-05-2017   en audio    73 mn de mediatation avec le pere http://catholiquedu.free.fr/2008/MP3/02_Visitation.mp3

Jésus, Marie, Jean-Baptiste : un seul cœur jusqu'à la fin du monde (fin de la méditation du père)  I love you


Puis-je me permettre une remarque : on dit souvent que Jean-Baptiste a douté, lorsqu'il était en prison, interprétation que l'on entend partout et qui est assez étonnante , étant donné la profonde communion entre les cœurs de Jésus et de Jean-Baptiste, même s'ils n'étaient pas physiquement ensemble.
Dans Marie Valtorta, Jésus rectifie cette interprétation : Jean-Baptiste n'a jamais personnellement douté, les disciples de Jean-Baptiste oui, ils ne connaissaient pas bien Jésus. C'est pourquoi Jean-Baptiste les envoie vers Lui pour TEMOIGNER devant eux et devant les hommes qu'Il est bien le Messie ("Allez dire à Jean que les sourds entendent, que les aveugles voient...") : ce n'était pas Jean-Baptiste qui avait besoin d'être rassuré (au contraire sa complicité avec son Seigneur était parfaite depuis le sein de sa mère), mais quelques-uns de ses disciples.
Et en effet, cela est plus cohérent que l'idée que Jean-Baptiste ait jamais pu se mettre à douter :

"...Il n'a pas envoyé les disciples autrefois bergers, car eux croient et il n'aurait servi à rien de les envoyer. Mais il a choisi parmi ceux qui doutent pour qu'ils t'approchent et que leurs paroles dissipent les doutes de ceux qui sont comme eux. Je les ai accompagnés pour pouvoir te voir. J'ai parlé. Toi, maintenant, apaise leurs doutes..."       


http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2004/04-129.htm
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 1089
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2è Mystère Joyeux

Message par azais le Dim 4 Juin 2017 - 0:13

A ce propos  les explications des Saints Pères  recouvrent pleinement ce que tu dis 
http://eschatologie.free.fr/bibliotheque/saint_thomas_d_aquin/catena_aurea/evangile_selon_saint_matthieu/chapitre_11_versets_2_a_6.html

extraits 
 
S. Hil. (can. 11 sur S. Matth.) Jean-Baptiste n’agit donc pas ici pour éclairer son ignorance, mais pour dissiper celle de ses disciples ; il les envoie considérer les oeuvres de Jésus afin de leur apprendre qu’il n’en a point annoncé un autre que lui, que ses prodiges donnent une nouvelle autorité à ses paroles, et qu’ils n’attendent pas un autre Christ que celui qui avait pour lui le témoignage des oeuvres. 

— S. Chrys. (hom. 37.) Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui connaissait la pensée de Jean, ne dit pas « C’est moi ; » car cette réponse aurait indisposé ceux qui l’entendaient ; ils auraient pu penser, quand ils ne l’auraient pas dit, ce que les Juifs lui objectèrent plus tard : « Vous vous rendez donc témoignage à vous-même ? » Il veut donc les instruire à l’école de ses miracles, pour donner ainsi à sa doctrine une autorité plus éclatante et plus irrécusable ; car le témoignage des oeuvres est plus digne de foi que le témoignage des paroles. Il guérit donc sous leurs yeux des aveugles, des boiteux, et beaucoup d’autres malades, non pour l’enseignement de Jean-Baptiste, qui n’en avait pas besoin, mais pour l’instruction de ses disciples qui étaient dans le doute. « Et Jésus leur répondit : Allez, rapportez à Jean ce que vous avez entendu, et ce que vous avez vu. Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres sont évangélisés. » 

— S. Jérôme. Ce dernier trait n’est pas inférieur à ceux qui précèdent ; les pauvres évangélisés sont ou les pauvres d’esprit, ou ceux qui sont pauvres des biens de la terre ; ainsi la prédication ne met aucune différence entre la noblesse et l’obscurité de la condition, entre les riches et les pauvres ; et c’est là une preuve de la rigoureuse justice du maître, et de la vérité de ce divin précepteur : tous ceux qui peuvent être sauvés sont égaux à ses yeux.

S. Chrys. (hom. 37.) Ce qu’il ajoute : « Et heureux est celui qui ne prendra pas de moi un sujet de scandale, » tombe sur les envoyés qui étaient scandalisés à son sujet ; Notre-Seigneur ne dévoile pas leurs doutes intérieurs, il les abandonne au jugement de leur conscience, et leur adresse ce reproche indirect. 
— S. Hil. (can. 2 sur S. Matth.) En disant : Bienheureux celui qui ne prendra point de lui un sujet de scandale, il montre l’écueil contre lequel Jean a voulu les prémunir, car il n’a envoyé ses disciples vers le Christ que dans la crainte qu’ils ne fussent scandalisés à son sujet. 

— S. Grég.. (hom. 6 sur les Evang.) Jésus-Christ a été pour les infidèles un grand sujet de scandale lorsqu’après tant de miracles, ils le virent expirer sur la croix ; c’est ce que saint Paul exprime lorsqu’il dit : « Nous prêchons Jésus-Christ crucifié, qui est un scandale pour les Juifs. » (1 Co 1) Que signifient donc ces paroles : Heureux est celui qui n’aura pas été scandalisé à mon sujet, si elles ne sont une déclaration manifeste de l’ignominie et des humiliations de sa mort ? N’est-ce pas comme s’il disait clairement à Jean-Baptiste : Je fais des choses admirables, mais je ne rougis pas d’en souffrir d’ignominieuses, et puisque ma mort doit suivre la vôtre, il faut que les hommes se gardent de la mépriser, après avoir admiré les prodiges que j’ai opérés ?
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4786
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2è Mystère Joyeux

Message par Isabelle-Marie le Dim 4 Juin 2017 - 0:38

azais a écrit:
A ce propos  les explications des Saints Pères  recouvrent pleinement ce que tu dis 
http://eschatologie.free.fr/bibliotheque/saint_thomas_d_aquin/catena_aurea/evangile_selon_saint_matthieu/chapitre_11_versets_2_a_6.html
extraits 
 
S. Hil. (can. 11 sur S. Matth.) Jean-Baptiste n’agit donc pas ici pour éclairer son ignorance, mais pour dissiper celle de ses disciples ; il les envoie considérer les oeuvres de Jésus afin de leur apprendre qu’il n’en a point annoncé un autre que lui, que ses prodiges donnent une nouvelle autorité à ses paroles, et qu’ils n’attendent pas un autre Christ que celui qui avait pour lui le témoignage des oeuvres. 
— S. Chrys. (hom. 37.) Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui connaissait la pensée de Jean, ne dit pas « C’est moi ; » car cette réponse aurait indisposé ceux qui l’entendaient ; ils auraient pu penser, quand ils ne l’auraient pas dit, ce que les Juifs lui objectèrent plus tard : « Vous vous rendez donc témoignage à vous-même ? » Il veut donc les instruire à l’école de ses miracles, pour donner ainsi à sa doctrine une autorité plus éclatante et plus irrécusable ; car le témoignage des oeuvres est plus digne de foi que le témoignage des paroles. Il guérit donc sous leurs yeux des aveugles, des boiteux, et beaucoup d’autres malades, non pour l’enseignement de Jean-Baptiste, qui n’en avait pas besoin, mais pour l’instruction de ses disciples qui étaient dans le doute. « Et Jésus leur répondit : Allez, rapportez à Jean ce que vous avez entendu, et ce que vous avez vu. Les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres sont évangélisés. » 
— S. Jérôme. Ce dernier trait n’est pas inférieur à ceux qui précèdent ; les pauvres évangélisés sont ou les pauvres d’esprit, ou ceux qui sont pauvres des biens de la terre ; ainsi la prédication ne met aucune différence entre la noblesse et l’obscurité de la condition, entre les riches et les pauvres ; et c’est là une preuve de la rigoureuse justice du maître, et de la vérité de ce divin précepteur : tous ceux qui peuvent être sauvés sont égaux à ses yeux.
S. Chrys. (hom. 37.) Ce qu’il ajoute : « Et heureux est celui qui ne prendra pas de moi un sujet de scandale, » tombe sur les envoyés qui étaient scandalisés à son sujet ; Notre-Seigneur ne dévoile pas leurs doutes intérieurs, il les abandonne au jugement de leur conscience, et leur adresse ce reproche indirect. 
— S. Hil. (can. 2 sur S. Matth.) En disant : Bienheureux celui qui ne prendra point de lui un sujet de scandale, il montre l’écueil contre lequel Jean a voulu les prémunir, car il n’a envoyé ses disciples vers le Christ que dans la crainte qu’ils ne fussent scandalisés à son sujet. 
— S. Grég.. (hom. 6 sur les Evang.) Jésus-Christ a été pour les infidèles un grand sujet de scandale lorsqu’après tant de miracles, ils le virent expirer sur la croix ; c’est ce que saint Paul exprime lorsqu’il dit : « Nous prêchons Jésus-Christ crucifié, qui est un scandale pour les Juifs. » (1 Co 1) Que signifient donc ces paroles : Heureux est celui qui n’aura pas été scandalisé à mon sujet, si elles ne sont une déclaration manifeste de l’ignominie et des humiliations de sa mort ? N’est-ce pas comme s’il disait clairement à Jean-Baptiste : Je fais des choses admirables, mais je ne rougis pas d’en souffrir d’ignominieuses, et puisque ma mort doit suivre la vôtre, il faut que les hommes se gardent de la mépriser, après avoir admiré les prodiges que j’ai opérés ?

Merci pour ces très beaux textes des Saints Pères !

Et je trouve que ce témoignage ultime d'amour de la part de Jean-Baptiste, qui est en prison et qui sait qu'il va mourir, la délicatesse avec laquelle lui-même ne dit rien, s'efface, et laisse son Seigneur témoigner de Lui-même ("Allez dire à Jean que les sourds entendent...") est très beau !
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 1089
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2è Mystère Joyeux

Message par azais le Dim 4 Juin 2017 - 1:14

C'est un Maitre de Charité : il fait tout par amour pour ses disciples , en les jettant dans les bras de leur Sauveur ... franchement depuis sa "Pentecote  d'Amour" à  6 mois de conception , en voila un qui n'aura pas démérité 

  D'ailleurs les vrais  saints sont ceux qui s'effacent ... et puis les vrais disciples sont ceux qui ne mettent pas leur Maitre  spirituel au pinacle, mais dans l'effacement qui lui méritera ... d'être de la même marque déposée du plus grand des prophètes 
 
D'ailleurs c'est comme ça qu'on devrait voir tous ceux qu'on voit dans la rue: ils sont pleins d'amour , un amour d'ailleurs  qui leur vient de Jésus,  preuve que c'est bien lui qui est bien vivant !
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4786
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fête de la Visitation de la Vierge Marie : le 2è Mystère Joyeux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum