Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

triduum pascal : Prières pour le Très Saint Sacrement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

triduum pascal : Prières pour le Très Saint Sacrement

Message par azais le Ven 14 Avr 2017 - 14:03

[color=#000099] Prières pour le Très Saint Sacrement :
Antiennes  de

Prières de la messe du Saint-Sacrement
Séquence de la messe :
LAUDA SION
ECCE PANIS ANGELORUM


 
Prières pour le Très Saint Sacrement :

Antiennes

Qu'il est suave, Seigneur, ton esprit !
Voulant montrer ta tendresse à tes enfants,
par un pain très doux venu du ciel,
tu combles de biens les affamés,
renvoyant les mains vides les riches dédaigneux.
O banquet sacré où est reçu le Christ,
où se perpétue le mémorial de sa Passion,
où l'âme est remplie de grâce,
où nous est donné le gage de la gloire future !
Elle est dressée pour nous, la table du Seigneur,
contre tous ceux qui nous persécutent.
Qu'ils exultent en cris d'allégresse,
ceux qui goûtent à la table du Seigneur !
De ton autel, Seigneur, nous recevons le Christ,
en qui notre cœur et notre chair exultent.
Versets
V. Tu leur as donné un pain du ciel,
R.  Qui contient tout agrément.
V. O Dieu, dans ta douceur, tu as préparé la nourriture du pauvre.
R. Toi qui nous fais vivre en concorde dans ta maison.

 
Prières de la messe du Saint-Sacrement
 
Prière d’ouverture
Dieu qui, sous un sacrement admirable,
nous as laissé le mémorial de ta Passion,
donne-nous, nous t'en supplions,
de vénérer tellement les mystères sacrés de ton Corps et de ton Sang,
que nous en ressentions continuellement en nous
le fruit de ta rédemption.
Toi qui vis et règnes avec Dieu le Père en l'unité du Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles. Amen.
 
Prière sur les offrandes
Nous t'en supplions, Seigneur,
accorde à ton Eglise les dons de l'unité et de la paix
figurés mystiquement par ces offrandes que nous te présentons.
 
Prière après la communion
Fais, nous t'en supplions, Seigneur,
que nous soyons rassasiés par l'éternelle jouissance de ta divinité,
que figure ici-bas la réception de ton Corps et de ton Sang précieux.

 
Séquence de la messe :
Lauda Sion
Le plus long texte de notre Hymnaire, l’un des plus beaux, le plus théologique, le chef-d’œuvre de la poésie dogmatique, où, « tout en gardant l’exacte précision de la terminologie scolastique, saint Thomas expose avec splendeur le dogme eucharistique ».

 
LAUDA SION
 
Lauda, Sion, Salvatorem,
Lauda ducem et pastorem
In hymnis et canticis.
 
Quantum potes, tantum aude,
Quia major omni laude,
Nec laudare sufficis.
 
Laudis thema specialis,
Panis vivus et vitalis
Hodie proponitur.
 
Quem in sacrae mensa cœnae
Turbae fratrum duodenae
Datum non ambigitur.
 
Sit laus plena, sit sonora ;
Sit jucunda, sit decora
Mentis jubilatio.
 
Dies enim solemnis agitur
In qua mensae prima recolitur
Hujus institutio.
 
In hac mensa novi Regis,
Novum pascha novae legis
Phase vetus terminat.
 
Vetustatem novitas,
Umbram fugat veritas,
Noctem lux eliminat.
 
Quod ln cœna Christus gessit
Faciendum hoc expressit
In sui memoriam.
 
Docti sacris institutis,
Panem, vinum in salutis
Consecramus hostiam.
 
Dogma datur christianis
Quod in camem transit panis
Et vinum in sanguinem.
 
Quod non capis, quod non vides
Animosa firmat fides
Praeter rerum ordinem.
 
Sub diversis speciebus,
Signis tantum et non rebus,
Latent res eximiae.
 
Caro cibus, sanguis potus,
Manet tamen Christus totus
Sub utraque specie.
 
A sumente non concisus,
Non confractus, non divisus,
Integer accipitur.
 
Sumit unus, sumunt mille,
Quantum isti tantum ille,
Nec sumptus consumitur.
 
Sumunt boni, sumunt mali,
Sorte tamen inaequali
Vitae vel interitus.
 
Mors est malis, vita bonis :
Vide paris sumptionis
Quam sit dispar exitus.
 
Fracto demum Sacramento,
Ne vacilles, sed memento
Tantum esse sub fragmento
Quantum toto tegitur.
 
Nulla rei fit scissura,
Signi tantum fit fractura
Qua nec status nec statura
Signati minuitur.


Traduction
(Maurice Le Bas, 1962)


Chante; ô Sion, dans tes cantiques.
Et par des hymnes magnifiques,
Ton Sauveur, ton Roi, ton Pasteur.

Tout ce que ton amour t’inspire,
Ose-le; mais que peux-tu dire
Pour égaler tant de grandeur ?

C’est aujourd’hui l’Eucharistie,
Pain vivant qui donne la vie,
Qu’on propose à ta piété.

C’est le pain qu’à la troupe élue
Jésus lui-même distribue,
Et le Christ dit la vérité.

Que ta louange glorieuse
Eclate en hymne radieuse,
En chant de jubilation.

Car cette fête solennelle
Du festin sacré nous rappelle
La première institution.

Le Roi nous présente à la Cène,
Mettant fin à la Pâque ancienne
La nouvelle Pâque d’amour.

La vérité succède à l’ombre,
L’ère nouvelle au passé sombre,
La nuit s’enfuit devant le jour.

Le Christ, Auteur du sacrifice,  
A désiré qu’on l’accomplisse
Pour rappeler son souvenir.

Nous consacrons comme au Cénacle
Le pain et le vin du miracle,      
Pour notre salut à venir.

C’est un dogme de foi chrétienne        
Que le pain et le vin deviennent
Son corps et son sang précieux.

Notre ardente foi nous assure
Ce qui dépasse la nature,
Ce que ne peuvent voir nos yeux.

Sous des espèces différentes,  
Invisiblement sont présentes
De sublimes réalités.

Chair et sang nourrissent notre âme ;    
En chacune la foi proclame
Que demeure le Christ entier.  

On le prend sans qu’on le divise,
Sans qu’on le rompe ou qu’on le brise,
On le reçoit sans l’entamer.

Qu’un seul ou mille communient,
A tous le Christ donne sa vie,
Mais en lui rien n’est consumé.

Quand méchants et bons le reçoivent
Et qu’à la même coupe ils boivent,
Ils trouvent la vie ou la mort.

C’était pourtant la même hostie,
Mais face à la mort ou la vie
Combien différent est leur sort.

S’il faut rompre l’Eucharistie,
Ne t’émeus pas, jamais n’oublie
Que le plus infinie fragment
Contient le Christ, entièrement.

Ce n’est pas le corps que l’on brise,
C’est le signe que l’on divise,
Et le Christ, dans ce sacrement,
Ne subit aucun changement.


ECCE PANIS ANGELORUM

Factus cibus viatorum,
Vere panis filiorum
Non mittendus canibus.

In figuris praesignatur,
Cum Isaac immolatur,
Agnus paschae deputatur,
Datur manna patribus.

Bone Pastor, panis vere,
Jesu nostri miserere,
Tu nos pace, nos tuere,
Tu nos bona f ac videre
In terra viventium.

Tu qui cuncta scis et vales
Qui nos pascis hic mortales,
Tuos ibi commensales,
Coheredes et sociales
Fac sanctorum civium.
Amen.

Traduction

C’est pour nous le pain angélique,
Qui devient notre viatique;
Le vrai pain des fils du Seigneur,
Qu’on ne livre pas au pécheur.

Isaac montant au supplice,
L’agneau pascal du sacrifice,
La manne envoyée aux aïeux,
Etaient symboles précieux.

O bon Pasteur, pain véritable,
O Jésus, sois-nous secourable;
Par le pain d’immortalité
Accorde-nous de mériter
Le bonheur dans l’éternité.

Toi qui nourris ta créature,
Dont le pouvoir est sans mesure,
Fais-nous place au banquet du ciel,
Dans l’héritage paternel,
Avec les saints, Christ immortel.
Amen. Alleluia!

 
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4366
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: triduum pascal : Prières pour le Très Saint Sacrement

Message par azais le Ven 14 Avr 2017 - 14:14

Hymne des matines : Sacris solemniis
Après un début débordant d’enthousiasme lyrique, voici l’histoire de la Cène, eucharistique, qui se termine par la strophe que connaissent tous les chrétiens: Panis angelicus
« Docteur par la pensée, saint Thomas d’Equin est poète par l’amour. »


Sacris solemniis

Sacris solemniis juncta sint gaudia,
Et ex praecordiis sonent praeconia,
Recedant vetera, nova sint omnia,
Corda, voces et opera.

Noctis recolitur cœna novissima,
Qua Christus creditur agnum et azyma
Dedisse fratribus juxta legitima
Priscis indulta patribus.

Post agnum typicum, expletis epulis,
Corpus Dominicum datum discipulis
Sic totum omnibus quod totum singulis
Ejus fatemur manibus.

Dedit fragilibus Corporis ferculum,
Dedit et tristibus Sanguinis poculum,
Dicens : Accipite quod trado vasculum,
Omnes ex eo bibite.

Sic sacrificium istud instituit,
Cujus officium committi voluit
Solis presbyteris, quibus sic congruit
Ut sumant et dent cœteris.

Panis angelicus fit panis hominum.
Dat panis cœlicus figuris terminum.
O res mirabilis ! manducat Dominum
Pauper servus et humilis.

Te trina Deitas unaque poscimus
Sic nos tu visita sicut te colimus,
Pet tuas semitas duc nos quo tendimus
Ad lucem quam inhabitas.
Amen.


Traduction
Exultons en ce jour de fête solennelle,
Proclamons dans nos chants la gloire du Seigneur.
Oublions le passé : que tout se renouvelle,
Nos œuvres, nos voix, notre cœur.

Evoquons le Cénacle et le repas ultime
Où Jésus célébra la Pâque avec les siens,
Mangeant l’agneau prescrit avec le pain azyme,
Selon les rites des anciens.

Quand fut mangé l’agneau comme avaient fait les pères,
Jésus nourrit ses fils de son corps glorieux;
De ses mains il se donne entier à tous ses frères,
Et tout entier à chacun d’eux.

Il leur livre son corps pour guérir leur faiblesse,
Pour chasser leur tristesse il leur offre son sang :
Prenez tous, leur dit-il, le sang que je vous laisse,
Voici la coupe, buvez-en.

Ce nouveau sacrifice, alors il le confie
A des prêtres qui seuls le renouvelleront;
Recevant les premiers la sainte Eucharistie,
Aux autres ils la donneront.

Le pain du ciel devient le pain de notre table,
Les figures d’antan ont perdu leur valeur
O merveille ! un esclave, indigent, méprisable,
Se nourrit du corps du Seigneur.

Exauce, ô Trinité, notre désir suprême:
Viens visiter nos cœurs, fais ta demeure en eux;
Puis trace-nous la route et conduis-nous toi-même
Vers ton paradis lumineux.
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4366
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: triduum pascal : Prières pour le Très Saint Sacrement

Message par azais le Ven 14 Avr 2017 - 14:19

Hymne des laudes : Verbum supernum
En 4 tableaux:
le Verbe descend du ciel pour Sauver l’homme pécheur;
il s’assied avec les siens au festin de la Cène;
il se donne à eux.
la crèche, le cénacle, la croix et le ciel.
« Dans ses hymnes presque surnaturelles se dégage une  sérénité inflexible du dogme avec une douceur et une mélodie qui ressemblent plutôt à un écho du ciel qu’à un chant de la terre. »


Verbum Supernum

Verbum supernum prodiens,
Nec Patris linquens dexteram,
Ad opus suum exiens
Venit ad vitae vesperam.

In mortem a discipulo
Suis tradendus aemulis
Prius in vitae ferculo
Se tradidit discipulis.

Quibus sub bina specie
Carnem dedit et sanguinem,
Ut duplicis substantiae
Totum cibaret hominem.

Se nascens dedit socium,
Convescens in edulium,
Se moriens in pretium,
Se regnans dat in praemium.

O SALUTARIS HOSTIA
Quae cœli pandis ostium !
Bella premunt hostia,
Da robur, fer auxilium.

Uni trinoque Domino
Sit sempiterna gloria,
Qui vitam sine termino
Nobis donet in patria.
Amen.


Traduction
Le Verbe est descendu du ciel,
Sans quitter la droite du Père,
Pour sauver l’homme criminel
Et touche à son heure dernière.

Tout à l’heure à ses ennemis
Judas va le livrer, le traître;
Mais c’est d’abord à ses amis
Que Jésus se livre, ô bon Maître.

Il leur donne sa chair, son sang,
Voilés sous la double apparence,
Pour nourrir l’homme entièrement,
L’âme et le corps, double substance.

Enfant, c’est notre compagnon,
A la Cène il est pain de vie,
Au Calvaire notre rançon,
Au ciel récompense infinie.

ô salutaire Hostie,

O toi qui nous rouvres le ciel,
O sainte, ô salutaire Hostie,
Contre notre ennemi mortel
Que ta grâce nous fortifie.

Puissions-nous te louer sans fin,
O Trinité par nous bénie,
Et goûter un bonheur divin
Dans notre éternelle patrie.
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4366
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: triduum pascal : Prières pour le Très Saint Sacrement

Message par azais le Ven 14 Avr 2017 - 14:29

Hymne des vêpres : Pange lingua

« le grand cantique de l’Eglise »célèbre le mystère ineffable du Corps et du Sang du Christ.
Après un rappel de la vie du Sauveur, il évoque le souvenir de la dernière Cène et la première Communion des Apôtres.
Le  Tantum ergo, la prière qu’on ne chante qu’à genoux, prière humaine, certes, mais inspirée, se clôt par une doxologie, « écho de l’éternel cantique du ciel à la gloire et à la louange du Dieu Eucharistie ».


Pange lingua
Pange, lingua, gloriosi
Corporis mysterium,
Sanguinisque pretiosi
Quem in mundi pretium
Fructus ventris generosi
Rex effudit gentium.

Nobis datus, nobis natus
Ex intacta Virgine
Et in mundo conversatus
Sparso verbi sermine,
Sui moras incolatus
Miro clausit ordine.

In supremae nocte cœnae
Recumbens cum fratribus,
Observata lege plene
Cibis in legalibus,
Cibum turbae duodenae
Se dat suis manibus.

Verbum caro panem verum
Verbo carnem efficit,
Fitque Sanguis Christi merum,
Et si sensus deficit
Ad fimandum cor sincerum
Sola fide sufficit.



Traduction
Chante, ô ma langue, le mystère
Du corps sacré, corps glorieux,
Livré pour nous sur le Calvaire,
Et celui du sang précieux,
Versé pour racheter la terre
Par le fruit d’un sein merveilleux.

Il naît pour nous dans une étable,
Dieu nous le donne sans retour;
Fils d’une Mère incomparable,
Dans le monde il sème l’Amour,
Et par un prodige admirable
Il va couronner son séjour.

La nuit, dans la Cène suprême,
Assis à table avec les siens,
Il observe la Loi qu’il aime,
Dans les mets prescrits aux anciens;
Aux Douze, il se donne lui-même
En nourriture, de ses mains.

D’un mot de sa bouche adorable
Il change le pain en son corps,
Le vin en son sang véritable;
Si mon œil me dit que j’ai tort,
Ma foi demeure inébranlable
Et j’y puise mon réconfort.

Prosternons-nous dans la présence
Du plus auguste sacrement,
Et que la nouvelle Alliance
Succède à l’autre Testament;
La foi, devant mon ignorance,
Supplée à mon aveuglement.

A Dieu le Père, au Christ mon frère
Louange et jubilation,
Honneur, salut, puissance entière
Et chants de bénédiction.
A l’Esprit du Fils et du Père
Notre égale acclamation.


TANTUM ERGO SACRAMENTUM
Veneremur cernui,
Et antiquum documentum
Novo cedat ritui ;
Praestet fides supplementum
Sensuum defectui.

Genitori Genitoque
Laus et jubilatio ;
Salus, honor, virtus quoque
Sit et benedictio ;
Procedenti ab utroque
Compar sit laudatio.
Amen.

Traduction

Prosternons-nous dans la présence
Du plus auguste sacrement,
Et que la nouvelle Alliance
Succède à l’autre Testament;
La foi, devant mon ignorance,
Supplée à mon aveuglement.

A Dieu le Père, au Christ mon frère
Louange et jubilation,
Honneur, salut, puissance entière
Et chants de bénédiction.
A l’Esprit du Fils et du Père
Notre égale acclamation.
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4366
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: triduum pascal : Prières pour le Très Saint Sacrement

Message par azais le Ven 14 Avr 2017 - 14:42

Prières pour la messe du  Très Saint Sacrement 

Prière d’ouverture
Dieu qui, sous un sacrement admirable,
nous as laissé le mémorial de ta Passion,
donne-nous, nous t'en supplions,
de vénérer tellement les mystères sacrés de ton Corps et de ton Sang,
que nous en ressentions continuellement en nous
le fruit de ta rédemption.
Toi qui vis et règnes avec Dieu le Père en l'unité du Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles. Amen.
 
Prière sur les offrandes
Nous t'en supplions, Seigneur,
accorde à ton Eglise les dons de l'unité et de la paix
figurés mystiquement par ces offrandes que nous te présentons.
 
Prière après la communion
Fais, nous t'en supplions, Seigneur,
que nous soyons rassasiés par l'éternelle jouissance de ta divinité,
que figure ici-bas la réception de ton Corps et de ton Sang précieux.

 
Séquence de la messe :
Lauda Sion
Le plus long texte de notre Hymnaire, l’un des plus beaux, le plus théologique, le chef-d’œuvre de la poésie dogmatique, où, « tout en gardant l’exacte précision de la terminologie scolastique, saint Thomas expose avec splendeur le dogme eucharistique ».


 LAUDA SION
 
Lauda, Sion, Salvatorem,
Lauda ducem et pastorem
In hymnis et canticis.
 
Quantum potes, tantum aude,
Quia major omni laude,
Nec laudare sufficis.
 
Laudis thema specialis,
Panis vivus et vitalis
Hodie proponitur.
 
Quem in sacrae mensa cœnae
Turbae fratrum duodenae
Datum non ambigitur.
 
Sit laus plena, sit sonora ;
Sit jucunda, sit decora
Mentis jubilatio.
 
Dies enim solemnis agitur
In qua mensae prima recolitur
Hujus institutio.
 
In hac mensa novi Regis,
Novum pascha novae legis
Phase vetus terminat.
 
Vetustatem novitas,
Umbram fugat veritas,
Noctem lux eliminat.
 
Quod ln cœna Christus gessit
Faciendum hoc expressit
In sui memoriam.
 
Docti sacris institutis,
Panem, vinum in salutis
Consecramus hostiam.
 
Dogma datur christianis
Quod in camem transit panis
Et vinum in sanguinem.
 
Quod non capis, quod non vides
Animosa firmat fides
Praeter rerum ordinem.
 
Sub diversis speciebus,
Signis tantum et non rebus,
Latent res eximiae.
 
Caro cibus, sanguis potus,
Manet tamen Christus totus
Sub utraque specie.
 
A sumente non concisus,
Non confractus, non divisus,
Integer accipitur.
 
Sumit unus, sumunt mille,
Quantum isti tantum ille,
Nec sumptus consumitur.
 
Sumunt boni, sumunt mali,
Sorte tamen inaequali
Vitae vel interitus.
 
Mors est malis, vita bonis :
Vide paris sumptionis
Quam sit dispar exitus.
 
Fracto demum Sacramento,
Ne vacilles, sed memento
Tantum esse sub fragmento
Quantum toto tegitur.
 
Nulla rei fit scissura,
Signi tantum fit fractura
Qua nec status nec statura
Signait minuitur.

Traduction
(Maurice Le Bas, 1962)


Chante; ô Sion, dans tes cantiques.
Et par des hymnes magnifiques,
Ton Sauveur, ton Roi, ton Pasteur.

Tout ce que ton amour t’inspire,
Ose-le; mais que peux-tu dire
Pour égaler tant de grandeur ?

C’est aujourd’hui l’Eucharistie,
Pain vivant qui donne la vie,
Qu’on propose à ta piété.

C’est le pain qu’à la troupe élue
Jésus lui-même distribue,
Et le Christ dit la vérité.

Que ta louange glorieuse
Eclate en hymne radieuse,
En chant de jubilation.

Car cette fête solennelle
Du festin sacré nous rappelle
La première institution.

Le Roi nous présente à la Cène,
Mettant fin à la Pâque ancienne
La nouvelle Pâque d’amour.

La vérité succède à l’ombre,
L’ère nouvelle au passé sombre,
La nuit s’enfuit devant le jour.

Le Christ, Auteur du sacrifice,  
A désiré qu’on l’accomplisse
Pour rappeler son souvenir.

Nous consacrons comme au Cénacle
Le pain et le vin du miracle,      
Pour notre salut à venir.

C’est un dogme de foi chrétienne        
Que le pain et le vin deviennent
Son corps et son sang précieux.

Notre ardente foi nous assure
Ce qui dépasse la nature,
Ce que ne peuvent voir nos yeux.

Sous des espèces différentes,  
Invisiblement sont présentes
De sublimes réalités.

Chair et sang nourrissent notre âme ;    
En chacune la foi proclame
Que demeure le Christ entier.  

On le prend sans qu’on le divise,
Sans qu’on le rompe ou qu’on le brise,
On le reçoit sans l’entamer.

Qu’un seul ou mille communient,
A tous le Christ donne sa vie,
Mais en lui rien n’est consumé.

Quand méchants et bons le reçoivent
Et qu’à la même coupe ils boivent,
Ils trouvent la vie ou la mort.

C’était pourtant la même hostie,
Mais face à la mort ou la vie
Combien différent est leur sort.

S’il faut rompre l’Eucharistie,
Ne t’émeus pas, jamais n’oublie
Que le plus infinie fragment
Contient le Christ, entièrement.

Ce n’est pas le corps que l’on brise,
C’est le signe que l’on divise,
Et le Christ, dans ce sacrement,
Ne subit aucun changement.



ECCE PANIS ANGELORUM

Factus cibus viatorum,
Vere panis filiorum
Non mittendus canibus.

In figuris praesignatur,
Cum Isaac immolatur,
Agnus paschae deputatur,
Datur manna patribus.

Bone Pastor, panis vere,
Jesu nostri miserere,
Tu nos pace, nos tuere,
Tu nos bona f ac videre
In terra viventium.

Tu qui cuncta scis et vales
Qui nos pascis hic mortales,
Tuos ibi commensales,
Coheredes et sociales
Fac sanctorum civium.
Amen.

Traduction

C’est pour nous le pain angélique,
Qui devient notre viatique;
Le vrai pain des fils du Seigneur,
Qu’on ne livre pas au pécheur.

Isaac montant au supplice,
L’agneau pascal du sacrifice,
La manne envoyée aux aïeux,
Etaient symboles précieux.

O bon Pasteur, pain véritable,
O Jésus, sois-nous secourable;
Par le pain d’immortalité
Accorde-nous de mériter
Le bonheur dans l’éternité.

Toi qui nourris ta créature,
Dont le pouvoir est sans mesure,
Fais-nous place au banquet du ciel,
Dans l’héritage paternel,
Avec les saints, Christ immortel.
Amen. Alleluia!



pour l'élévation du Corps du Christ

Adoro te

Adoro te devote, latens Deitas,
Quae sub his figuris vere latitas ;
Tibi se cor meum totum subjicit,
Quia te contemplans totum deficit.

Visus gustus, tactus in te fallitur,
Sed auditu Solo tuto creditur.
Credo quidquid dixit Dei Filius,
Nil hoc Veritatis verbo verius.

In cruce latebat sola Deitas,
At hic latet simul et humanitas.
Ambo tamen credens atque confitens.
Peto quod petivit latro pœnitens.

Plagas, sicut Thomas, non intueor ;
Deum tamen meum te confiteor.
Fac me tibi semper magis credere,
In te spem habere, te diligere.

O memoriale mortis Domini,
Panis vivus, vitam praestans homini,
Praesta meae menti de te vivere
Et te illi semper dulce sapere.

Pie pellicane, Jesu Domine,
Me immundum munda tuo sanguine,
Cujus una stilla salvum facere
Totum mundum quit ab omni scelere.

Jesu quem velatum nunc aspicio
Oro, fiat illud quod tam sitio :
Ut te revelata cernens facie
Visu sim beatus tuae gloriae.
Amen.


Je t'adore dévotement, Déité cachée,
Qui sous ces figures est réellement présente.
A toi mon cœur tout entier se soumet,
Car en te contemplant tout entier il défaille.

Vue, toucher, goût sont ici déroutés,
Mais par l'ouïe seule est totalement crédible.
Je crois tout ce qu'a dit le Fils de Dieu,
Rien n'est plus vrai que ce verbe de Vérité.

Sur la croix se cachait la seule Déité,
Ici se cache aussi l’humanité
Pourtant, croyant et confessant l'une et l'autre,
J'implore ce qu'implora le larron pénitent.

Je n'inspecte pas tes plaies comme Thomas,
Pourtant, je te confesse comme mon Dieu.
Fais que de plus en plus en toi je croie,
Qu'en toi j'espère, que je t'aime.

O mémorial de la mort du Seigneur,
Pain vivant donnant la vie à l'homme,
Donne à mon âme de vivre de toi,
Et de toujours te goûter avec douceur

Bon pélican, Seigneur Jésus,
Purifie-moi, impur, par ton sang
Dont une seule goutte peut sauver
Le monde entier de ses crimes.

Jésus, que j'aperçois maintenant voilé,
Je te prie, fais ce dont j'ai tant soif :
Que, contemplant à découvert ta face
Je sois heureux de la vue de ta gloire.
Amen.


Prière après la communion

Je te rends grâces,
Seigneur saint, Père tout-puissant, Dieu éternel,
de ce que tu as daigné me rassasier du Corps et du Sang précieux
de ton Fils, notre Seigneur Jésus-Christ,
moi pécheur, ton indigne serviteur,
sans aucun mérite de ma part,
mais par ta pure miséricorde.

Et je te supplie que cette sainte communion
ne soit pas pour moi un sujet de châtiment,
mais un titre salutaire de pardon.

Qu'elle me soit une armure de foi,
et un bouclier de bonne volonté.

Qu'elle soit l'expulsion de mes vices,
l'extinction de la concupiscence et des désirs impurs,
l'augmentation de la charité et de la patience,
de l'humilité et de l'obéissance, et de toutes les vertus;
une ferme défense contre les embûches de mes ennemis,
visibles aussi bien qu'invisibles,
un apaisement complet de ma chair comme de mon esprit,
une adhésion très ferme à toi,
Dieu unique et véritable,
un heureux achèvement de ma fin.

Et je te supplie de daigner me conduire,
moi pécheur, à ce banquet ineffable où,
avec votre Fils et le Saint-Esprit,
tu es pour tes saints la lumière vraie,
le rassasiement complet, la joie éternelle,
le bonheur consommé, la félicité parfaite.
Par le même Christ notre Seigneur.
Amen.

Dieu tout-puissant et éternel,
voici que je m'approche du sacrement
de ton Fils unique, notre Seigneur Jésus-Christ.

J'y viens comme infirme au médecin de la vie,
comme impur à la fontaine de miséricorde,
comme aveugle à la lumière de l'éternelle clarté,
comme pauvre et indigent au Seigneur du ciel et de la terre.

J'implore donc l'abondance de ton immense largesse,
afin que tu daignes guérir mon infirmité,
laver mes souillures,
illuminer ma cécité,
enrichir ma pauvreté,
vêtir ma nudité ;
afin que je reçoive le pain des anges,
Roi des rois et Seigneur des seigneurs,
avec tout le respect et l'humilité,
toute la contrition et la dévotion,
toute la pureté et la foi,
avec un propos et une intention
qui conviennent au salut de mon âme.

Donne-moi, je t'en prie, de recevoir
non seulement le sacrement du Corps et du Sang du Seigneur,
mais aussi l'effet et la vertu du sacrement.

O Dieu très clément, donne-moi de recevoir
le Corps de ton Fils unique, notre Seigneur Jésus-Christ,
qu'il prit de la Vierge Marie,
avec de telles dispositions
que je mérite d'être incorporé à son corps mystique
et compté parmi ses membres.

O Père très aimant, ton Fils bien-aimé
que maintenant, en chemin,
je me propose de recevoir sous les voiles,
accorde-moi de le contempler un jour,
à visage découvert, perpétuellement.

Lui qui, étant Dieu, vit et règne avec toi
dans l'unité du Saint-Esprit,
pour les siècles des siècles.
Amen.
[/center]

[u]Autre prière après la communion[/u]
Très doux Jésus, que ton Corps très sacré et ton Sang soient douceur et suavité pour mon âme,
salut et sainteté en toute tentation, joie et paix en toute tribulation, lumière et force en toute parole ou action, et suprême protection à ma mort.
Amen.
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4366
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: triduum pascal : Prières pour le Très Saint Sacrement

Message par azais le Ven 14 Avr 2017 - 14:49

Prière sur la croix angélique
Cette croix s’est répandue dans le monde chrétien sous le nom de Croix angélique, ou Croix de saint Thomas. Les habitants d’Anagni en ont un fac-similé dans leur maisons pour se préserver contre le feu du ciel, et Pie IX, de sainte mémoire, a daigné accorder 300 jours d’indulgence à quiconque réciterait  pieusement les aspirations formant le distique.

CROIX ANGELIQUE



Pour comprendre l’ingénieuse disposition des lettres et, y lire le distique proposé, il faut chercher au centre l’initiale du mot Crux; en remontant la ligne médiane, on trouve Crux midi certa salus, et en descendant : Crux est quam semper adoro. Puis, en allant du centre vers la gauche, en suivant la médiane horizontale, on a : Crux domini mecum; enfin à droite : Crux mihi refugium.


Crux mihi certa salus, Crux est quam semper adoro ;
Crux Domini mecum, Crux mihi refugium.


O Croix, de mon salut l’espérance assurée,
Croix sainte, sois toujours de mon cœur adorée !
Croix du Seigneur, reste avec moi ;
O Croix, mon refuge est en toi !


Prière que saint Thomas récitait chaque jour devant le Crucifix

Accorde-moi, Dieu miséricordieux,
de désirer ardemment ce qui te plais,
de le rechercher prudemment,
de le reconnaître véritablement
et de l'accomplir parfaitement,
à la louange et à la gloire de ton nom

Mets de l'ordre en ma vie,
accorde-moi de savoir ce que tu veux que je fasse,
donne-moi de l'accomplir comme il faut
et comme il est utile au salut de mon âme.

Que j'aille vers toi, Seigneur,
par un chemin sûr, droit, agréable menant au terme,
qui ne s'égare pas entre les prospérités et les adversités,
tellement que je te rendes grâces dans les prospérités,
et que je garde la patience dans les adversités,
ne me laissant ni exalter par les premières,
ni déprimer par les secondes.

Que rien ne me réjouisse ni me m'attriste,
hors ce qui me mène à toi ou m'en écarte.
Que je ne désire plaire ou ne craigne
de déplaire à personne, si ce n'est à toi.
Que tout ce qui passe devienne vil à mes yeux
à cause de toi, Seigneur,
et que tout ce qui te touche me soit cher,
mais toi, mon Dieu, plus que tout le reste.

Que toute joie me dégoûte qui est sans toi,
et que je ne désire rien en dehors de toi.
Que tout travail, Seigneur, me soit plaisant qui est pour toi,
et tout repos ennuyeux qui est sans toi.
Donne-moi souvent de diriger mon cœur vers toi,
et, dans mes défaillances, de les peser avec douleur,
avec un ferme propos de m'amender.

Rends-moi, Seigneur Dieu,
obéissant sans contradiction,
pauvre sans défection,
chaste sans corruption,
patient sans protestation,
humble sans fiction,
joyeux sans dissipation,
sérieux sans abattement,
retenu sans rigidité,
actif sans légèreté,
animé de votre crainte sans désespoir,
véridique sans duplicité,
faisant le bien sans présomption,
reprenant le prochain sans hauteur,
l'édifiant de parole et d'exemple sans simulation.

Donne-moi, Seigneur Dieu,
un cœur vigilant
que nulle curieuse pensée ne détourne de toi,
un cœur noble
que nulle indigne affection n'abaisse,
un cœur droit
que nulle intention perverse ne dévie,
un cœur ferme
que nulle épreuve ne brise,
un cœur libre
que nulle violente affection ne subjugue

Accorde-moi, Seigneur mon Dieu,
une intelligence qui te connaisse,
un empressement qui te cherche,
une sagesse qui te trouve,
une vie qui te plaise,
une persévérance qui t'attende avec confiance,
et une confiance qui t'embrasse à la fin.

Accorde-moi d'être affligé de tes peines par la pénitence,
d'user en chemin de tes bienfaits par la grâce,
de jouir de tes joies surtout dans la patrie par la gloire.
Toi qui, étant Dieu, vis et règnes
pour les siècles des siècles.
Amen.

avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4366
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: triduum pascal : Prières pour le Très Saint Sacrement

Message par azais le Ven 14 Avr 2017 - 14:58

voir aussi :
contemplation des 15 douleurs et souffrances secrètes Jésus

http://lepeupledelapaix.forumactif.com/t4393p30-quinze-douleurs-et-souffrances-secretes-de-jesus-christ#404152
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4366
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: triduum pascal : Prières pour le Très Saint Sacrement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum