Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Mer 15 Fév 2017 - 9:56



Prions Notre Dame de Fatima pendant l’année 2017. Prions pour le pape et pour nous-même, pour connaître, pratiquer et répandre la communion réparatrice des 5 premiers samedis du mois.

         

           Le centenaire des apparitions de Notre Dame à Fatima et l’annonce de la visite du pape François à ce sanctuaire ont relancé l’intérêt que beaucoup de gens portent à ces apparitions. Mais bien peu connaissent précisément ce que Notre Dame est venu nous dire il y a cent ans. Ce devait être important puisqu’Elle l’a souligné par un très grand miracle annoncé 3 mois à l’avance.

           Les publications sur Fatima sont très nombreuses. La nôtre sera particulière. Faire profiter la communauté de priants des grâces liées à cette année jubilaire. Chacun demandera à Dieu, par l’intermédiaire du Cœur Immaculé de Marie, d’ouvrir son cœur pour comprendre, faire sien, et répandre le message qu’Il a voulu nous transmettre, d’abord par un de ses anges, puis par sa Mère. En résumé : Fatima nous apprend que nous devons prier les Cœurs de Jésus et Marie pour les pécheurs et que Dieu veut établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

           Nous prierons principalement pour le pape François pour qu’en ce centenaire, il approuve et recommande la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Cette dévotion a été annoncée le 13 juillet 1917 (avec la demande de consécration de la Russie) et précisée le 10 décembre 1925 à Pontevedra. (Le 29 mai et le 12 juin 1930, sœur Lucie avait écrit à son confesseur pour lui dire que Dieu et Notre-Dame voulaient que cette dévotion soit propagée et demandaient qu’elle soit approuvée par le Saint-Père.)

           Dans un premier temps, chaque semaine, nous découvrirons les faits et leur signification. Pour les 9 apparitions, nous puiserons largement dans la première partie du livre de Joseph de Belfont, sorti en 2011, que les Nouvelles Editions Latines ont réédité en 2016, ‘’Mystères et vérités cachées du troisième secret de Fatima ‘’ Sous ce titre énigmatique la première partie cache un plaidoyer pour faire connaître la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. C’est aussi notre but et nous avons les encouragements de l’auteur.

           Puis nous reviendrons sur un aspect peu connu de ces apparitions, la pédagogie particulière voulue par Dieu pour nous instruire des vérités du salut. Cette pédagogie a guidé la réalisation de l’album intitulé ‘’ Fatima, Marie te confie le secret de son cœur ‘’. (Aux éditions Traditions Monastiques 21150 Flavigny sur Ozerain ‘’traditions-monastiques.com.’’) Ce document pour enfants est sorti en novembre 2016 et a été préfacé par son éminence le Cardinal Robert Sarah, préfet pour la congrégation du culte divin et la discipline des sacrements. L’équipe qui a conçu l’album alimentera nos méditations pendant une partie de cette année.

           Enfin nous publierons des extraits d’auteurs plus ou moins connus qui ont écrit sur le sujet de Fatima pour en souligner différents aspects. Nous puiserons aussi dans la documentation de l’association ‘’CAP Fatima 2017’’, mise à notre disposition par son président. Cette association crée au début de 2015 a bénéficié des encouragements de Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon. Avec son site www.fatima100.fr elle fait connaître et répand la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

           Cette dévotion peut se définir comme l’offrande à Dieu et par Amour pour Lui, de prières, de sacrifices, de communions et si possible de tout son être, en union avec le Cœur Immaculé de Marie pour la réparation des péchés commis et la conversion des pécheurs et de la Russie et pour la paix dans le monde. Le moyen de conserver cette dévotion est le chapelet.



Prières de la communauté

         L’objectif final est de pratiquer la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, telle que Notre Dame nous l’a annoncé à Fatima puis explicité quelques années plus tard à Pontevedra.

           Suivant notre progression dans cette dévotion, notre prière sera plus ou moins fervente, occupera notre esprit et notre cœur plus ou moins longtemps, pour arriver finalement à satisfaire totalement la demande centrale de cette dévotion : la communion réparatrice des 5 premiers samedis du mois.



           A notre réveil : Notre prière d’offrande de la journée



           Divin Cœur de Jésus, je vous offre, par le Cœur Immaculé de Marie, les prières les œuvres et les souffrances de cette journée, en réparation de nos offenses et à toutes les intentions pour lesquelles vous vous immolez continuellement sur l’autel. Je vous les offres en particulier, aux intentions du Souverain Pontife et pour les besoins de votre Sainte Eglise.

           Puis tout au long de la journée, l’offrande de tous les sacrifices de la vie quotidienne en récitant si possible à chaque fois, la première prière qu'elle enseigna le 13 juillet 1917 : « Ô mon Jésus, c'est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs et en réparation des outrages commis envers le Cœur Immaculé de Marie »

           Nous réciterons notre chapelet tous les jours, en ajoutant après chaque dizaine la deuxième prière enseignée le 13 juillet : « Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l'enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, spécialement celles qui en ont le plus besoin. »)

            Suivant les exigences de Notre Dame, la dévotion réparatrice ( ou communion réparatrice ) des premiers samedis du mois consiste en la participation particulière à la prière par excellence de l’Eglise, le saint sacrifice de la Messe, le premier samedi de 5 mois consécutifs, en y ajoutant,  avec une intention réparatrice :

  - La communion en état de grâce.

  - La récitation du chapelet.

  - La méditation pendant 15 minutes d’un mystère du rosaire. (Pour tenir compagnie à Notre Dame)

  - La confession, avec l’intention réparatrice dans les 8 jours qui précédent ou qui suivent cette communion.



           Pour les méditations, on peut s’aider de celles proposées par le lien suivant :

      http://www.fatima100.fr/les-premiers-samedis-du-mois/meditations .  Il se peut que tenir compagnie à Notre Dame pendant 15 minutes soit difficile au début. Pour commencer, on peut fractionner ces 15 minutes en 5 fois 3 minutes au début de chaque dizaine.

           Intention réparatrice : Nous personnaliserons notre réparation envers le Cœur Immaculé de Marie en attribuant à chaque premier samedi une intention particulière, comme Jésus l’a précisé à sœur Lucie. Ainsi nous aurons l’intention de réparer :

           Premier samedi : Les blasphèmes contre l’Immaculée Conception.

           Second samedi : Les blasphèmes contre la virginité de Marie

           Troisième samedi : Les blasphèmes contre sa Maternité divine

           Quatrième samedi : Les blasphèmes de ceux qui mettent dans le cœur des enfants la haine de cette Mère Immaculée

           Cinquième samedi : Les offenses contre les saintes images de Marie



        Remarques : Avant et après cette communion réparatrice, on peut dire la prière enseignée par l’ange au cours de sa dernière apparition : (Les prières suivantes n’ont rien d’obligatoire dans le cadre de cette communion)

           Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je Vous offre les très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles du monde, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels Il est Lui-même offensé. Par les mérites infinis de son Très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs.

           Profitons de la présence de ‘’Jésus caché’’ dans notre cœur pour lui dire aussi, en reprenant la première prière de l’ange :

           ‘’Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas.’’

Prière de la communauté
La dévotion au Cœur Immaculé de Marie
L’objectif final est de pratiquer la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, telle que Notre Dame nous l’a annoncé à Fatima puis explicité quelques années plus tard à Pontevedra.
Suivant notre progression dans cette dévotion, notre prière sera plus ou moins fervente, occupera notre esprit et notre cœur plus ou moins longtemps, pour arriver finalement à satisfaire totalement la demande centrale de cette dévotion : la communion réparatrice des 5 premiers samedis du mois.


‘’Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas.’’






Seconde apparition de l’ange, été 1916, près du puits des parents de Lucie

           Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas. (Seconde partie de la prière de l’ange au printemps 1916)







l’Ange demande avec insistance de prier et d’offrir des sacrifices, pour réparer les péchés qui sont des offenses à Dieu. Faire un sacrifice, c’est supporter avec humilité les épreuves, contrariétés, difficultés que la Providence met sur notre route. La seule chose qui trouble l'ordre et la paix, ce sont nos péchés.



           L'Ange : Que faites-vous ? Priez, priez beaucoup ! Les Cœurs de Jésus et de Marie ont sur vous des desseins de miséricorde. Offrez constamment au Très-Haut des prières et des sacrifices.

           Lucie : Comment devons-nous faire des sacrifices ?

           L'Ange : De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. De cette manière, vous attirerez la paix sur votre patrie. Je suis son Ange gardien, l'Ange du Portugal. Surtout, acceptez et supportez avec soumission, les souffrances que le Seigneur vous enverra.



           Ce bref dialogue est d'une richesse extraordinaire. L'Ange demande aux enfants de prier avec insistance. Ses paroles indiquent même une certaine urgence. Aux prières, il demande d'ajouter l'offrande de sacrifices, et très pédagogiquement, il précise ce qu'il faut entendre par sacrifice : les sacrifices demandés par le Ciel sont d'accepter avec soumission les souffrances que la Providence nous envoie. Il ne s'agit pas de s'inventer des pénitences ; non : il faut simplement supporter avec humilité les épreuves, contrariétés, difficultés que la Providence met sur notre route.

           L'Ange précise aussi le but de ces sacrifices et dans quel esprit il convient de les faire: en acte de réparation pour les péchés qui offensent Notre-Seigneur et pour la conversion des pécheurs. Et il qualifie cette attitude de miséricordieuse.

           Enfin, il précise les conséquences heureuses qui surviendront si l'on obéit : non seulement on réparera les offenses faites à Notre-Seigneur et l'on obtiendra la conversion des pécheurs, mais on aura la paix. Notons bien que dans aucune des deux prières, l'Ange ne fait prier pour la paix alors qu'il a affirmé être l'Ange de la Paix lors de la première apparition : il fait prier pour la conversion des pécheurs. Car la paix est une conséquence de la rectitude de notre conduite ; cette rectitude est une condition nécessaire pour avoir la paix. Dès lors, il est inutile de prier pour la paix si on ne commence pas par conformer sa conduite à la loi divine. Il faut donc en premier lieu prier pour la conversion des pécheurs : la paix découlera de leur conversion, car la seule chose qui trouble l'ordre et la paix, ce sont nos péchés. La guerre n'est que la conséquence de nos fautes : supprimons toutes les offenses faites à Notre-Seigneur, et la paix reviendra nécessairement puisque la seule chose qui puisse la troubler aura disparu.

           Observons combien l'enseignement de la deuxième apparition de l'Ange complète et précise celui de la première. Et ce qui est très remarquable, c'est que le but des apparitions est désormais connu avec une très grande précision. L'Ange nous dit:

           - Ce que nous devons faire : prier et offrir des sacrifices,

           - Pourquoi le faire : pour réparer les offenses faites à Notre-Seigneur par nos péchés et pour obtenir la conversion des pécheurs,

           - Ce que nous obtiendrons en agissant ainsi : la paix.

           Un point mérite également d'être souligné: pour la deuxième fois, l'Ange parle des cœurs de Jésus et Marie. Là encore, il y a un double enseignement : c'est par le Cœur de Jésus et de Marie que s'obtiennent les grâces de conversion. Et surtout, le Cœur de Marie est associé au Cœur de Jésus. La puissance du Cœur de Marie sera le deuxième point majeur du message de Fatima.

           Notons aussi que, si c'est le même ange qu'à la première apparition et il n'y a aucune raison d'en douter, car interrogée sur ce point le chanoine Barthas (1) et Monseigneur da Silva (2), Lucie leur répondit qu'il lui semblait que c'était toujours le même ange. Le Portugal a pour ange gardien l'Ange de la Paix lui-même. N'est-ce pas un signe que la paix reviendra par le Portugal ? C'est en tout cas une grâce insigne pour un pays d'avoir pour ange gardien l'Ange de la Paix. Les gouvernants seraient bien venus de s'en souvenir dans leurs relations avec ce pays.

(1) Chanoine Barthas : Auteur du livre Fatima merveille du XXeme siècle)

(2) Mgr da Silva, premier évêque du diocèses de Leira Fatima à partir d’août 1920



Prière de cette apparition : L'ange surprend les trois enfants dans leurs jeux : « Que faites-vous ? Priez, priez beaucoup ! Offrez constamment au Très-Haut des prières et des sacrifices. » Il invite ces jeunes enfants à réparer, à supplier; à attirer la paix sur leur patrie.

Très saints Cœur de Jésus et de Marie, anges de Dieu, faites que nos prières et l'offrande quotidienne de notre devoir d‘état contribuent au salut de l'Eglise et des nations.

Je prends un instant pour méditer toutes ces choses dans mon cœur (cf Luc 2,19)


Je Prie




‘’Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas.’’



<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/Dp78gjLIqAg" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>



Croix


Dernière édition par Marie du 65 le Mar 12 Sep 2017 - 10:08, édité 2 fois
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Ven 24 Fév 2017 - 11:06




Troisième apparition de l’ange. Automne 1916 au Cabeço


De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. (Paroles de l’ange, été 1916)



Résumé : Le Cœur de Jésus est outragé par les péchés. Il faut prier et offrir des sacrifices aux Cœurs de Jésus et de Marie pour réparer ces outrages et demander la conversion des pécheurs, et ainsi obtenir la paix. Les paroles de l’Ange confirment la présence réelle de Notre-Seigneur dans tous les tabernacles de la terre.



Lucie ‘’ Nous avons revu l'Ange qui tenait dans sa main gauche un calice, sur lequel était suspendue une Hostie de laquelle tombaient quelques gouttes de Sang dans le calice. Laissant le Calice et l'Hostie suspendus en l'air, il se prosterna près de nous jusqu'à terre et répéta trois fois cette prière…’’



L'Ange : ‘’ Très sainte Trinité, père, Fils et Saint-Esprit, je vous adore profondément et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels I1 est Lui-même offensé. Par les mérites infinis de son très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie, je vous demande la conversion des pauvres pécheurs.’’ (Prière répétée trois fois)

‘’Prenez et buvez le Corps et le Sang de Jésus-Christ, horriblement outragé par les hommes ingrats. Réparez leurs crimes et consolez votre Dieu.’’

Puis il donna la communion aux petits voyants. Et après la communion, il répéta trois fois la prière : ‘’Très Sainte Trinité….’’



Par cette prière, l'Ange continue à préciser ce qu'il convient de faire pour plaire à Dieu : la prière par excellence, c'est d'offrir tous les mérites de Notre-Seigneur pour réparer les offenses qui Lui sont faites et demander la conversion des pécheurs. Et pour la troisième fois, il associe les Cœurs de Jésus et de Marie, en précisant cette fois le caractère immaculé de celui de Marie.

Encore une fois, cette deuxième prière complète remarquablement celle de la première apparition et les enseignements de la seconde :

- Comme la première prière, elle contient une adoration suivie d’une demande.

- Le but est le même : réparer les outrages envers le très saint Cœur de Jésus et obtenir la conversion des pécheurs.

L’Ange donne également un enseignement très grave : le Cœur de Jésus est horriblement outragé par les hommes. Il dit même que ces outrages constituent des crimes.

Enfin, l'Ange, en donnant la communion aux enfants au cours de cette troisième apparition, apporte une confirmation céleste à la récente décision de saint Pie X d'encourager la communion des jeunes enfants (décret Quam singulari Christus du 8 août 1910).

- Ainsi, en quelques phrases très courtes et très sobres, l’Ange a dévoilé l'essence du message de Fatima. Son enseignement peut se résumer en six points :

- Le Cœur de Jésus est profondément outragé par les péchés des hommes ;

- Il faut donc prier le Cœur de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie,

- Leur offrir des sacrifices en acceptant toutes les souffrances envoyées par la Providence,

- Pour réparer ces outrages,

- Pour demander la conversion de pécheurs qui offensent Notre-Seigneur ;

- De cette façon, on obtiendra la paix.

L'essentiel du message de Fatima est concentré dans ces quelques phrases. Il n'y manque que les précisions concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie : la récitation quotidienne du chapelet comme prière préférentielle, la communion réparatrice des premiers samedis du mois et la consécration au Cœur Immaculé de Marie. Car, avec une délicatesse toute céleste, l'Ange laissera à la Sainte Vierge le soin d'apprendre elle-même son rôle dans la conversion des pécheurs.

Mais, à part ces trois points, le message de l'Ange contient tout l'esprit du message que la Sainte Vierge confiera aux petits pastoureaux.

Ce premier message est si sobre, si concis et si parfaitement conforme à l'esprit de l'Évangile qu'aucune intelligence enfantine n'aurait pu l'imaginer. La progressivité dans la précision des détails, la parfaite continuité du contenu, etc., tout est absolument merveilleux et demande à être relu et médité pour en comprendre toute la beauté et l'importance.

Nous remarquerons également que l’Ange fait invoquer la Sainte Trinité aux enfants : « Père, Fils et Saint-Esprit » et leur fait adorer les trois personnes divines. Comme à la première apparition, il donne lui-même l’exemple, montrant par-là l’infériorité de la nature angélique à l’égard de Dieu, mais aussi sa supériorité sur la nature humaine. L’ange donne la communion aux trois enfants en précisant qu’il s’agit du Corps, du Sang, de l’Âme et de la divinité de Jésus. Il fait une référence implicite au saint sacrifice de la messe et à la consécration et donc à la transsubstantiation, par laquelle le Christ est présent « dans tous les tabernacles du monde ».





Prière de cette apparition : L'ange présente un calice et une Hostie d'où tombent des gouttes de sang : « Prenez et buvez le corps et le Sang de Jésus-Christ, horriblement outragés par les hommes ingrats. Réparez leurs crimes, et consolez votre Dieu ! ».Les jeunes pastoureaux sont pénétrés de la présence auguste de Dieu et d'un désir ardent de réparer.

Très Sainte Trinité, très saints Cœurs de Jésus et de Marie, anges de Dieu, nous offrons nos communions pour réparer les blasphèmes, les outrages et les sacrilèges.



‘’Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas.’’
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par lacolombe le Ven 24 Fév 2017 - 12:35

Bonjour Marie,
Etant une habituée du sanctuaire de Notre Dame de Fatima,(j'y vais tous les ans), on peut voir certains pèlerins traverser la place à genoux.  J'ai souvent emmené des amis sur place, la plupart catholiques, et ils se disaient choqués de voir ça ce qui m'attristait beaucoup. Je leur expliquais que c'était des sacrifices qu'ils faisaient pour obtenir la guérison d'un proche ou pour remercier notre Dame de Fatima de les avoir guéri ou guéri un proche.
Enfin, c'est juste pour dire que la notion de sacrifice n'est plus trop dans l'esprit des gens, même de confession catholique. Pour nous c'est quelque chose de normal, cela fait partie de notre culture.
En UDP et avec toute mon affection.
avatar
lacolombe
Veut-etre un saint/e

Féminin Messages : 247
Age : 51
Localisation : BAS-RHIN
Inscription : 06/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Ven 24 Fév 2017 - 12:55

Coucou,
J'aimerai tant y aller, je ne dis pas que ce ne sera pas mon futur voyage!!!
Non, il n'y a pas à être choqué beaucoup Prie comme cela ils s'offrent à Notre Dame de Fatima en reconnaissance!
Ici, c'est le Chemin de Croix!
Nous devons accepter la Prière de chacun!!!

Amitiés


Coucou
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Mar 28 Fév 2017 - 21:38

ère apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria le dimanche 13 mai 1917 - Fatima 100 ans - Mon Cœur Immaculé sera ton refuge...



Notre-Dame : Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ?

           Résumé  Dès la première apparition, Notre-Dame demande aux enfants, d’offrir leurs souffrances pour réparer les offenses envers Notre Seigneur et convertit les pécheurs. Elle demande aussi la récitation quotidienne du chapelet. Elle confirme également l’existence du Ciel et du Purgatoire.

           Avant propos   Après les 3 apparitions de l’ange Notre-Dame apparut six fois aux petits pastoureaux: les 13 mai, 13 juin, 13 juillet, 19 août, 13 septembre et 13 octobre 1917. Voici quels furent les dialogues entre Lucie et la Saint Vierge au cours de ces apparitions. Les plupart des dialogues sont tirés du quatrième mémoire. Certains échanges, absents du mémoire mais figurant soit dans l'interrogatoire fait à la fin de mai l9l7 par le curé de Fatima, le père Ferreira, soit dans un texte rédigé par sœur Lucie en décembre 1927 à la demande de son confesseur, le père Aparicio.



Notre-Dame : N'ayez pas peur. Je ne vous ferai pas de mal.

Lucie : D'où vient Votre Grâce ?

Notre-Dame : Je suis du Ciel.

Lucie : Et que veut de moi Votre Grâce ?

Notre-Dame: Je suis venue vous demander de venir ici pendant six mois de suite, le 13, à cette même heure. Ensuite, je vous dirai qui je suis et ce que je veux. Après, je reviendrai encore ici une septième fois.

Lucie: Pouvez-vous me dire si la guerre durera encore longtemps, ou si elle va bientôt finir ?

Notre-Dame : Je ne puis te le dire encore, tant que je ne t'ai pas dit aussi ce que je veux.(1)

Lucie : Et moi, est-ce que j'irai au Ciel ?

Notre-Dame: Oui, tu iras.

Lucie : Et Jacinthe ?

Notre-Dame : Elle aussi.

Lucie : Et François ?

Notre-Dame : Lui aussi, mais il devra réciter beaucoup de chapelets.

Lucie : Maria das Neves est-elle déjà au Ciel

Notre-Dame : Oui, elle y est.

Lucie : Et Amélia ?

Notre-Dame : Elle est au purgatoire jusqu'à la fin du monde.   Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ?

Lucie : Oui, nous le voulons.

Notre-Dame : Vous aurez alors beaucoup à souffrir mais la grâce de Dieu sera votre réconfort.

À ce moment, Notre-Dame communique une lumière aux petits voyants.

Notre-Dame : Récitez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre.



           Comme l'Ange, dès la première apparition, la Sainte vierge délire la quasi-totalité de son message. Seules manquent les précisions concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Elle émet deux demandes essentielles :

           - L'offrande des souffrances envoyées par le ciel dans un double objectif : en réparation des offenses envers Notre-Seigneur, pour la conversion des pécheurs,

           - La récitation quotidienne du chapelet.

           Œuvrer sans cesse pour la conversion des pécheurs et réparer les outrages commis envers les deux Cœurs de Notre-Seigneur et de Notre-Dame, voilà tout l'essentiel du message de Fatima.

           La récitation quotidienne du chapelet sera la première des demandes de la Sainte Vierge que les petits voyants révéleront. Jacinthe la répétera à ses parents dès le soir de cette première apparition.

           Il est important de noter que Notre-Dame a demandé la récitation du chapelet et non pas du rosaire. Dans le quatrième mémoire, en rapportant la réponse Notre-Dame à propos de, François, sœur Lucie a écrit : « Tambén : mas tem que rezar muitos terços » Traduction : « Aussi, mais il devra réciter beaucoup de chapelets » Par contre, dans l'interrogatoire original du curé de la paroisse, quinze jours après la première apparition, Elle dit seulement : « Esse ainda hà-de rezar as contas dele » Traduction : « Aussi, il devra  réciter son chapelet» ou plus littéralement « il a encore à réciter les ‘’grains de lui’’ » c’est-à-dire les dizaines de son chapelet. En portugais, le chapelet est désigné soit par ce mot ‘’terço’’ (un tiers pour un tiers du rosaire), soit par le mot "contas" (les grains ; nous dirions les "dizaines" en français). Dans l’enquête canonique de 1924, elle emploie encore une autre formule: « Disse que sim, mas que ele devia rezar o terzo».Traduction : « Elle dit que oui, mais qu’il devrait réciter le chapelet »

           Sœur Lucie a confié au chanoine Barthas que Notre-Dame n'a jamais demandé la récitation du rosaire. Elle n'a employé le mot "rosaire" ("rosario" en portugais) que pour parler de Notre-Dame du Rosaire. Sinon, elle a toujours employé le mot "chapelet" ("terço" en portugais). La confusion entre rosaire et chapelet vient du fait qu'en espagnol, le même mot "rosario" désigne aussi bien le chapelet et le rosaire. Lorsque sœur Lucie était en Espagne (où elle vécut près de vingt ans) et s'exprimait en espagnol, elle ne pouvait utiliser que le mot "rosario". De là vient la confusion de certaines traductions qui ont traduit "rosario" par "rosaire".

           L'échange sur la guerre mérite d'être souligné, car il précise un point important : la fin de la guerre est subordonnée à l'accomplissement des demandes de Notre-Dame. Elle ne peut donc pas promettre de délivrer les hommes des horreurs de la guerre tant qu'elle n'a pas dit ce qu'il faut faire pour les arracher au péché dont la guerre est le châtiment.

           Peu avant la fin de l'apparition, se produisit un fait qu'il convient de souligner, car il se reproduisit trois fois dans les apparitions suivantes.

           C'est en prononçant ces dernières paroles (« La grâce de Dieu... », etc.) qu'Elle ouvrit pour la première fois les mains, nous communiquant une lumière si intense, comme si elle nous expédiait un de ses rayons qui nous pénétrait dans la poitrine, jusqu'au plus profond de l'âme, nous faisant nous voir nous-mêmes en Dieu qui était cette lumière, plus clairement que nous nous voyions dans le meilleur des miroirs.

           Il est important de retenir la façon dont la Sainte Vierge communique avec les petits pastoureaux. Elle le fait de deux façons : par des paroles qu'ils entendent par leurs oreilles et par un rayon de lumière « qui est Dieu » émanant de ses mains.

Ainsi la Sainte Vierge a le pouvoir de nous communiquer la lumière qu'est Dieu. Nous reviendrons sur ce point dans la suite.

           Nous remarquons également que Notre Dame confirme la vie éternelle et l’immortalité de l’âme. Seul le corps est mort. Elle confirme également l’existence du Ciel et du Purgatoire et que dans ce dernier on peut rester très longtemps. Ces jeunes filles venaient régulièrement chez les parents de Lucie et étaient mortes depuis quelques semaines. L’une est déjà au ciel : On peut donc y aller rapidement. L’autre ira sûrement la rejoindre, mais devra attendre bien longtemps : Prions pour atténuer ses souffrances expiatoires.



La question sur la guerre et la réponse de Notre-Dame ne sont pas rapportées dans le quatrième mémoire, mais elles se trouvent dans 1a première déposition de Lucie devant son curé en mai 1917 ainsi que dans d'autres sources primitives.


Prière de cette apparition : Les premières paroles de la Belle Dame concernent le ciel : « Je suis du ciel » dit-elle, promettant ensuite le ciel aux trois enfants ravis. Ainsi notre bonne Mère commence par nous faire désirer la patrie céleste et nous donne les moyens d'y parvenir. «  Voulez-vous vous offrir à Dieu ?... »  Vous aurez beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. Dites le chapelet tous les jours..»

Cœur Immaculé de Marie qui nous montrez le chemin du ciel, nous voulons vivre ardemment tendus vers le ciel, comme Lucie, Jacinthe et François.



Le carême est là. N’oublions pas d’offrir nos sacrifices pour réparer les offenses contre les deux Cœurs de Jésus et Marie. Le premier samedi de carême est aussi le premier samedi du mois (de St Joseph). Efforçons nous d’essayer de consoler le Cœur Immaculé de Marie en choisissant de commencer ou de poursuivre nos communions réparatrices des premiers samedis.






‘’Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas.’’
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Sam 4 Mar 2017 - 11:52


Seconde apparition de Notre Dame à la Cova da Iria, Mercredi 13 juin 1917


Notre-Dame : Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.

            Première annonce de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie ; Lucie sera chargée de faire connaître et aimer Notre-Dame dans son Cœur Immaculé qui sera son refuge et le chemin qui la conduira jusqu’à Dieu. Second rappel de la récitation quotidienne du chapelet. Annonce du décès prochain de Jacinthe et François.



Lucie : Que veut de moi Votre Grâce ?

Notre-Dame: Je veux que vous veniez ici le 13 du mois prochain, que vous disiez le chapelet tous les jours et que vous appreniez à lire. Ensuite, je vous dirai ce que je veux.

Lucie demande la guérison d'un malade.

Notre-Dame : S'il se convertit, il guérira durant l'année.

Lucie : Je voudrais vous demander de nous emmener au Ciel

Notre-Dame : Oui, Jacinthe et François, je les emmènerai bientôt. Mais toi, tu resteras ici pendant un certain temps. Jésus veut se servir de toi pour me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. A qui embrassera cette dévotion, je promets le salut. Ces âmes seront chéries de Dieu comme des fleurs placées par Moi pour orner son trône. (1)

Lucie : Je vais rester ici toute seule ?

Notre-Dame : Non, ma fille. Tu soufres beaucoup ? Ne te décourage pas. Je ne t'abandonnerai jamais. Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.



Au cours de cette deuxième apparition, la Sainte Vierge confie un nouveau point important de son message: l'établissement de la dévotion à son Cœur Immaculé. Pour la deuxième fois, elle apprend deux choses aux petits voyants :

           - Comme celui de son Fils, son Cœur est outragé par les péchés des hommes qui lui font comme une couronne d'épines. Cette image marque l’indissociable unité qu'il y a entre les deux Cœurs de Jésus et Marie.

           - Son Cœur est le chemin qui conduit à Dieu.

           Notre-Dame répète également sa demande de la récitation quotidienne du chapelet, preuve que ce point est essentiel. Enfin, elle authentifie son message par deux prophéties :

           - Elle reviendra encore quatre fois le l3 des prochains mois ;

           - François et Jacinthe mourront bientôt et Lucie restera plus longtemps sur terre.

           Juste après le dernier dialogue, un fait semblable à celui de la fin de la première apparition se produisit :

           Ce fut au moment où elle prononça ces dernières paroles qu'elle ouvrit les mains et nous communiqua, pour la seconde fois, le rayon de cette lumière immense. En elle, nous nous vîmes, comme si nous nous trouvions submergés en Dieu. Jacinthe et François semblaient faire partie de cette lumière qui s'élevait vers le ciel, et moi je semblais émerger de celle qui descendait sur la terre. Devant la paume de la main droite de Notre-Dame se trouvait un cœur entouré d'épines, qui semblaient enfoncées. Nous avons compris que c'était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l'humanité, qui voulait des réparations.

           La vision du Cœur Immaculé de Marie entouré d'épines ne fut assortie d'aucune demande particulière de la Sainte Vierge pour la garder secrète, mais, par une intuition divine, les petits voyants sentirent qu'il fallait le faire. Dans son quatrième mémoire, sœur Lucie rapporte. « Voici, Monseigneur, ce à quoi nous nous référions lorsque nous disions que Notre-Dame nous avait révélé un secret en juin. Notre-Dame ne nous avait pas encore demandé, cette fois, de garder le secret, mais nous sentions que Dieu nous dirigeait dans ce sens »

           Lorsqu'on leur demandait si la Sainte Vierge avait dit autre chose, ils répondaient: « Si ! Elle a dit autre chose, mais c'est un secret » Et Lucie ne commença à parler de cette révélation que dix ans plus tard. C'est pourquoi cette partie du message est souvent appelée le "petit secret".

         

           Nous reconnaissons dans les paroles de consolation de Notre-Dame, le titre choisi pour cette communauté. Le début de cette phrase, en portugais, forme l’auréole qui couronne la tête de la statue de l’image de la communauté. Cette statue est celle qui se trouve dans la chapelle du carmel de Coïmbra, carmel ou sœur Lucie entra en 1948. Cette statue a été sculptée par José Ferreira Thedim ; ce sculpteur avait déjà réalisé la statue beaucoup plus connue, abritée par la capelinha à la Cova da Iria. La photo a été prise en septembre 2015. Pour ceux qui veulent connaître rapidement l’essentiel du message de Fatima, regardez les 10 dernières minutes de l’émission ‘’Terre de Mission N° 21’’. Marie de Tarlé présente l’association ‘’ Enfants de Fatima’’ avec le lien https://www.youtube.com/watch?v=UH4087mUY0M.

Ce samedi est le premier samedi du mois de Mars (mois de S joseph) . Il est encore temps faire une communion péparatrice pour consoler le Cœur Immaculé de Marie    



           (1) La relation de cette apparition diffère légèrement selon les documents. La première version est celle figurant dans la lettre de sœur Lucie au père Aparicio du 17 décembre 1927). En 1946, le père Jongen, venu enquêter sur les apparitions, lui posa la question : Vous écrivez dans une lettre à votre directeur spirituel en 1928 que Notre-Dame vous a dit en1917, pendant la deuxième apparition. « Jésus veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. A celui qui embrassera cette dévotion je promets le salut. Ces âmes seront chéries de Dieu, comme des .fleurs placées par moi pour orner son trône ».Dans les rapports ultérieurs, vous ne parlez pas de cette promesse. Comment devons-nous expliquer cela ?   - Quand j'ai écrit ces rapports ultérieurs, .je n'y ai pas pensé. (Fatima salut du monde, 2008 p. 274)



Prière de cette apparition « Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu'à Dieu ». Notre-Dame, en disant ces mots, montre son Cœur entouré d'épines. Le Cœur de Marie, Cœur tout maternel et plein de miséricorde pour les hommes, est outragé et invite ces âmes d’enfants à réparer pour tant d'offenses.

Ô Notre-Dame, refuge assuré des pécheurs, notre refuge, faites de nous des apôtres généreux pour répandre dans le monde la dévotion à votre Cœur Immaculé.





avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Sam 4 Mar 2017 - 16:32

Sept belles citations de sœur Lucie, une des voyantes de Fatima
Tout le monde connaît son histoire, mais peu de gens connaissent ses paroles.


« La phase diocésaine du procès en canonisation de sœur Lucie, l’une des trois personnes ayant vu et parlé à Notre Dame du Rosaire à Fatima, a été officiellement clôturée le 13 février » a-t-on appris récemment. Alors que l’on célèbre cette année le centenaire des apparitions, cette annonce  représente un grand pas dans le procès de sa canonisation, entamé il y a bientôt 10 ans.

La cause va donc être transférée à Rome, où la congrégation pour la cause des saints passera en revue tous les éléments du dossier et déterminera si sœur Lucie a bel et bien vécu une vie de « vertu héroïque » (c’est sa vie en tant que disciple du Christ comme chacun d’entre nous, et non son rôle dans les apparitions de Fatima, qui est examinée.) Le cas échéant, sœur Lucie serait déclarée vénérable.

La phase initiale du procès en canonisation a duré neuf ans car sœur Lucie eut une longue vie, achevée à l’âge de 97 ans. D’après le National Catholic Register, trente employés à temps-plein ont été mobilisés pour examiner la vie de la religieuse, passer tous ses écrits au crible et rassembler des témoignages auprès de soixante personnes.

Sa vie fut très riche, passée pour la plus grande partie retirée du monde dans un carmel au Portugal. Elle a laissé derrière elle un grand gisement de sagesse dans laquelle nous pouvons tous puiser. Voici sept belles citations de la servante du Seigneur Sœur Marie Lucie de Jésus et du Cœur Immaculé, qui désirait par-dessus tout mener les âmes à Dieu par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie.

Le Rosaire

« Quand des amants se retrouvent, ils passent des heures et des heures à répéter la même chose : “Je t’aime !” À ceux qui pensent que le Rosaire est monotone, il manque une chose : l’Amour. Et tout ce qui n’est pas fait par amour ne vaut rien. »

« La Vierge la plus sainte a, en ces temps où nous vivons, donné une efficacité nouvelle à la récitation du Rosaire à tel point qu’il n’y a pas un problème, même des plus difficiles, temporel mais surtout spirituel, nous touchant dans nos vies personnelles ou dans nos familles… qui ne puisse être résolu par le Rosaire. Il n’existe pas de problème, je vous le répète, même le plus difficile qui soit, qui ne puisse être résolu par la prière du saint Rosaire. »

« Puisque nous avons tous besoin de prier, Dieu attend de nous, comme une sorte de redevance quotidienne, une prière qui soit à notre portée : le Rosaire, qui peut être récité en groupe ou en privé, à l’Église en présence du Saint-Sacrement ou à la maison, en famille ou bien seul, en voyage ou en se promenant dans les champs. Une mère de famille peut dire le Rosaire en berçant son enfant ou en accomplissant les tâches ménagères. Nos journées comptent 24 heures. Ce n’est pas beaucoup demander que de dégager un quart d’heure pour sa vie spirituelle, pour une conversation intime et familière avec Dieu. »

Les sacrifices quotidiens

« Accepter les sacrifices qui nous sont demandés au quotidien devient un lent martyre qui nous purifie et nous fait accéder à ce qui est surnaturel, par la rencontre de notre âme avec Dieu, dans l’atmosphère de la présence de la très sainte Trinité en nous. Nous avons là une richesse spirituelle incomparable ! »

Message de Fatima

« L’enfer est une réalité. C’est un feu surnaturel et non physique. Il ne peut être comparé à un feu brûlant du bois ou du charbon… Continuez à prêcher sur l’enfer car notre Seigneur lui-même parlait de l’enfer, et cela figure dans les Saintes Écritures. Dieu ne condamne personne à l’enfer. Dieu a donné aux hommes la liberté de choisir, et Dieu respecte cette liberté humaine. » http://www.piercedhearts.org/hearts_jesus_mary/apparitions/fatima/fatima_lucia_biography.html

« Efforçons-nous de suivre avec ardeur et foi le chemin qu’Il a tracé pour nous. Oui, c’est par amour que Dieu nous a envoyé cet appel urgent de sa miséricorde, afin de nous aider sur le chemin de notre salut. »

La fin des temps

« La bataille finale entre le Seigneur et le royaume de Satan concernera le mariage et la famille. Ne soyez pas effrayés, car quiconque œuvre pour la sainteté du mariage et de la famille rencontrera toutes formes d’oppositions et sera toujours combattu. En effet, le problème clé est là. Cependant, Notre Dame a déjà écrasé sa tête. »


avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Jeu 9 Mar 2017 - 21:27


Troisième apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria Vendredi 13 juillet 1917

Notre-Dame : Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent à Jésus, spécialement lorsque vous ferez un sacrifice : "O Jésus, c'est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie".

           Résumé Notre Dame rappelle l’importance des sacrifices pour les pécheurs, la récitation quotidienne du chapelet. Elle promet un miracle et donne un secret en 3 grandes parties dont les deux premières sont.  La vision de l’enfer ; l’annonce de la dévotion à son Cœur Immaculé pour sauver les pécheurs et l’annonce de la consécration de la Russie et de la communion réparatrice des premiers samedis, pour éviter la seconde guerre mondiale ; Elle annonce le triomphe final de son Cœur Immaculé.







Lucie : Que veut de moi votre Grâce ?

Notre-Dame : Je veux que vous veniez ici le 13 du mois qui vient, que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours en l'honneur de Notre-Dame du Rosaire, pour obtenir la paix du monde et la fin de la guerre, parce qu'Elle seule peut les obtenir.

Lucie : Je voudrais vous demander de nous dire qui vous êtes, et de faire un miracle afin que tous croient que votre Grâce nous apparaît.

Notre-Dame : Continuez à venir ici tous les mois. En octobre, je dirai qui je suis, ce que je veux, et je ferai un miracle que tous pourront voir pour croire.

Lucie rapporte dans le quatrième mémoire : Ici, je fis quelques demandes ; je ne me rappelle plus bien lesquelles. Ce dont je me souviens, c'est que Notre-Dame dit qu'il était nécessaire de réciter le chapelet pour obtenir ces grâces dans l'année.

Notre-Dame : Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent, spécialement chaque fois que vous ferez un sacrifice : « Ô Jésus, c'est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie ».







Vision de l'enfer

           En disant ces dernières paroles, elle ouvrit de nouveau les mains, comme les deux mois précédents. Le rayon parut pénétrer la terre et nous vîmes comme un océan de feu. Plongés dans ce feu, les démons et les âmes, comme s'ils étaient des braises, transparentes et noires ou bronzées, ayant forme humaine qui flottaient dans l'incendie, soulevées par les flammes qui sortaient d'elles-mêmes en même temps que des nuages de fumée, tombant de tous côtés, semblables à la retombée des étincelles dans les grands incendies, sans poids ni équilibre, au milieu des cris et des gémissements de douleur et de désespoir qui horrifiaient et faisaient trembler de frayeur. (Ce doit être en regardant cette vision que j'ai dû pousser ce "Aie !" que l'on dit avoir entendu de moi). Les démons se distinguaient par des formes horribles et répugnantes d'animaux effrayants et inconnus, mais transparentes comme des charbons noirs embrasés.

           Effrayés, comme pour demander secours, nous avons levé les yeux vers Notre-Dame qui nous dit avec bonté et tristesse :

           Notre-Dame : Vous avez l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. Si l'on fait ce que je vais vous dire, beaucoup d'âmes se sauveront et l'on aura la paix. La guerre va finir. Mais si l'on ne cesse d'offenser Dieu, sous le règne de Pie XI en commencera une autre pire. Quand vous verrez une nuit éclairée par une lumière inconnue, sachez que c'est le grand signe que Dieu vous donne, qu'il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l'Eglise et le Saint-Père.

           Pour l’empêcher, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si l'on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l'on aura la paix. Sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties ["aniquiladas" en portugais]. A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix. Au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi. Etc….

           C'est ici que la troisième partie du secret trouve sa place.

Notre-Dame : Ceci, ne le dites à personne  A François oui, vous pouvez le dire. Quand vous réciterez le chapelet, dites après chaque mystère : « Ô mon Jésus, pardonnez-nous. Préservez-nous du feu de l'enfer, conduisez (ou attirez) au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoin ».

Lucie : Votre Grâce ne me demande rien d'autre ?

Notre-Dame : Non. Aujourd'hui je ne te demande rien d'autre.



           Pour la troisième fois, la Sainte Vierge demande la récitation quotidienne du chapelet et dans toute la mesure du possible en famille. En effet, parmi les demandes que Lucie oublia au moment où elle écrivit le quatrième mémoire, il y en avait une pour un petit estropié, Joao Carreira. Lorsque Lucie demanda à Notre-Dame d'intercéder pour lui, «Notre-Dame répondit qu'il se porterait mieux ou qu'elle lui donnerait les moyens de subsister et qu'il devait toujours réciter le chapelet avec sa famille ».

           Ensuite, la Sainte Vierge confirme qu'il faut offrir des sacrifices aux trois intentions déjà mentionnées dans les deux premières apparitions : la conversion des pécheurs, la réparation des outrages envers le Cœur de Jésus et envers son Cœur Immaculé.

           Enfin, pour authentifier sa présence, son message et surtout le secret qu'elle vient de confier aux petits voyants, la Sainte Vierge fait une nouvelle prophétie en annonçant trois mois à l'avance qu'elle fera un miracle

           Ce secret confié par la Sainte Vierge concerne essentiellement la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Après avoir montré le terrible sort réservé aux pécheurs, il donne un moyen infaillible de les sortir de leurs péchés et leur obtenir le salut : la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Cette dévotion est voulue par Dieu Lui-même et elle devra être reconnue par l'Église.

           Le secret indique également les conséquences dramatiques pour le monde si on ne suit pas les demandes de la Sainte Vierge : la deuxième guerre mondiale, puis les persécutions de la Russie qui répandra ses erreurs dans le monde entier. Et la promesse finale montre toute la puissance de cette dévotion que Dieu veut établir dans le monde : la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie que fera le pape entraînera la conversion de ce pays.

           Ainsi, dans les deux premières parties du secret, tout est tourné vers la dévotion au Cœur Immaculé de Marie pour souligner sa puissance. La première partie indique que c'est un moyen universel de salut, un moyen infaillible pour éviter l'enfer. Le thème de l'enfer semble y être révélé, non pas tant pour rappeler la nécessité de prier pour les pécheurs que pour montrer la puissance de l’intercession du Cœur de Marie.

           La deuxième partie du secret ajoute une autre qualité tout aussi extraordinaire : cette dévotion est également un moyen pour obtenir la paix temporelle. Et une preuve éclatante de cette puissance pour obtenir aussi bien notre salut éternel que la paix temporelle sera donnée par la conversion de la Russie.

           Ce recours au Cœur Immaculé de Marie a donc une puissance réellement exceptionnelle, si exceptionnelle que le Ciel a assorti sa révélation de phénomènes tout aussi exceptionnels. ‘’En octobre, je dirai qui je suis, ce que je veux, et je ferai un miracle que tous pourront voir pour croire’’.






Prière de cette apparition : En ce 13 juillet, Notre-Dame n'hésite pas à montrer aux trois petits innocents l'horreur de l'enfer, où les âmes se précipitent si nombreuses. Le péché est si grave, parce qu'il offense le Dieu de majesté, et parce qu'il détourne les âmes de Lui. En cette même apparition, elle promet le triomphe de son Cœur.

Cœur Immaculé de Marie, donnez-nous un sens plus aigu de la gravité du péché et accordez-nous de combattre pour votre triomphe.





           1) Rappel de la communication du 5 mars :

           Profitez du centenaire pour faire votre carême avec l’aide du Cœur immaculé de Marie. Ecoutez les propos des Missionnaires de la Miséricorde Divine en allant sur la page de leur site consacrée à cet apostolat. Un peu plus de 5 minutes par jour pour vous aider à sanctifier cette ‘’montée vers Jérusalem’’.   http://misericordedivine.fr/Un-careme-avec-Notre-Dame-de-Fatima

           2) Rappel de l’indulgence accordée par le pape François au sanctuaire de Fatima de conférer l’indulgence plénière aux pèlerins – aux conditions habituelles prévues par l’Eglise – à l’occasion de l’année jubilaire des apparitions de la Vierge Marie, et ceci à partir du 26 novembre 2016 , (Agence catholique portugaise « Agencia Ecclesia »)http://www.agencia.ecclesia.pt/noticias/nacional/fatima-papa-francisco-concedeu-indulgencia-plenaria-no-ano-jubilar-vivido-no-santuario/ En savoir plus, notamment pour ceux qui ne pourront pas se rendre sur place : suivre le lien  https://fr.zenit.org/articles/centenaire-des-apparitions-de-notre-dame-de-fatima-une-indulgence-pleniere/
https://fr.zenit.org/articles/centenaire-des-apparitions-de--notredame-de-fatima-une-indulgence-pleniere/

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par lacolombe le Ven 10 Mar 2017 - 7:32

Bonjour Marie, merci pour ces liens, qui nous sont très utiles.
Merci aussi pour les intentions de prière que vous avez eu la gentillesse de déposer à Notre Dame de Lourdes de la part de la famille à René. L'enterrement a eu lieu mercredi, l'église était beaucoup trop petite ce jour là car ils étaient nombreux, les amis à René. Il était plein de vie et très apprécié dans la région. C'était un commerçant de pneus et l'hommage qui lui a été rendu a été digne de sa gentillesse et générosité. Encore mille fois merci de la part de sa famille.

Avec toute mon affection, vous êtes dans mes prières tous les jours. Que notre Dame de Fatima vous comble de bonheur.
avatar
lacolombe
Veut-etre un saint/e

Féminin Messages : 247
Age : 51
Localisation : BAS-RHIN
Inscription : 06/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Ven 10 Mar 2017 - 11:08

lacolombe a écrit:Bonjour Marie, merci pour ces liens, qui nous sont très utiles.
Merci aussi pour les intentions de prière que vous avez eu la gentillesse de déposer à Notre Dame de Lourdes de la part de la famille à René. L'enterrement a eu lieu mercredi, l'église était beaucoup trop petite ce jour là car ils étaient nombreux, les amis à René. Il était plein de vie et très apprécié dans la région. C'était un commerçant de pneus et l'hommage qui lui a été rendu a été digne de sa gentillesse et générosité. Encore mille fois merci de la part de sa famille.

Avec toute mon affection, vous êtes dans mes prières tous les jours. Que notre Dame de Fatima vous comble de bonheur.

Bonjour mon Amie M,
Je vous en prie c'est tout à fait normal!!!
Avec toute mon Affection également et en UDP M.
Amitiés
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Dim 12 Mar 2017 - 8:37

Lettre de liaison FATIMA  (28 février 2017)*Qu’est-ce qu’une consécration ? Pourquoi se consacrer ?Peut-on se consacrer à Marie…?


*Centenaire des Apparitions de FATIMA*



Qu’est-ce qu’une consécration ?

Tout d’abord que signifie se consacrer ? Le terme « consacrer » a plusieurs sens. Celui qui nous intéresse ici est celui de « réserver pour Dieu« . Consacrer un objet, un édifice, un lieu, signifie que cet objet (un calice par exemple) ou cet édifice (une église par exemple) sont réservés pour Dieu, pour célébrer son culte et qu’ils ne peuvent plus servir à un autre usage.

On peut aussi consacrer une personne (ou un groupe de personnes). Dans ce cas, la personne garde sa liberté, mais elle promet de suivre Jésus et de vivre en suivant sa loi. Lorsqu’une personne se consacre par exemple au Sacré-Cœur, elle se donne entièrement à Jésus : elle Lui donne son corps, son âme, ses biens extérieurs, ses biens intérieurs (vertus et mérites), tout ce qu’elle a dans l’ordre de la nature et de la grâce. Par son acte de consécration, elle reconnaît à Notre-Seigneur un entier et plein droit de disposer de tous ses biens pour le triomphe de son Église.

Se consacrer signifie qu’on s’engage à être un instrument docile entre ses mains. On promet une obéissance sans faille à tout ce qu’Il nous demandera.


Voici comment Pie XII expliquait ce qu’était une consécration : « La consécration est un don total de soi, pour toute la vie et pour l’éternité : c’est un don non de pure forme ou de pur sentiment, mais effectif, accompli dans l’intensité de la vie chrétienne. »

Dans un radio-message adressé à la Belgique, il précisa également : « En mettant sous l’égide de Marie vos activités personnelles, familiales, nationales, vous invoquez sa protection et son aide sur toutes vos démarches, mais, vous lui promettez aussi de ne rien entreprendre qui puisse lui déplaire et de conformer toute votre vie à sa direction et à ses désirs. »


Pourquoi se consacrer ?

Mais que pouvons-nous attendre en retour d’une telle consécration ? Par son acte de consécration, la personne appartient à Celui à qui elle s’est consacrée. En conséquence, elle sera son bien et peut donc prétendre jouir de la protection que tout propriétaire accorde à ce qu’il possède Ainsi, dans le cérémonial de consécration d’une famille au Sacré-Cœur, il est demandé à Dieu de « Bénir nos entreprises spirituelles et temporelles, écarter nos soucis, sanctifier nos joies, soulager nos peines. »

Dans le radiomessage précédemment cité de Pie XII, le pape dit clairement : « En mettant sous l’égide de Marie les activités personnelles, familiales, nationales, vous invoquez sa protection et son aide sur toutes vos démarches. »
En nous consacrant à Notre-Seigneur ou Notre-Dame, nous aurons aussi un guide pour nous garder des faux pas, nous ramener dans le droit chemin si nous nous égarons. Nous serons protégés des dangers, et des embûches du démon.

Un autre bien que procure une consécration est la paix (celle de l’âme en premier lieu, mais aussi la paix temporelle) ainsi que la conversion des pécheurs. Dans la consécration du genre humain au Cœur Immaculé de Marie faite par Pie XII le 31 octobre 1942, le pape demanda :

« Ô Mère de Miséricorde, obtenez-nous de Dieu la paix ! Et, surtout, ces grâces qui peuvent en un instant convertir les cœurs humains, ces grâces qui préparent, aménagent et assurent la paix ! »

Voici également ce qu’enseigne saint Louis Marie Grignion de Montfort : « Ainsi, se consacrer à Marie, c’est très précisément la choisir comme Mère, non pas seulement pour la protection physique de nos personnes, mais plus encore et d’abord pour lui conférer en propre la plénitude de la puissance maternelle sur notre âme.





La mère, dans la famille humaine, a pouvoir sur ses enfants. Elle les protège de deux manières. En écartant d’eux les périls et les menaces, sans même parfois qu’ils le sachent. En les conseillant et en les guidant aussi, pour qu’ils fassent bon usage de leur liberté. »

Peut-on se consacrer à Marie ?

On se consacre en général à Dieu, au Sacré-Cœur, au Christ-Roi. Toutefois, les églises sont souvent consacrées à la Sainte Vierge ou à des saints. Mais la consécration à Marie fait parfois l’objet de débats. Par exemple, dans une préface à l’encyclique Redemptoris Mater, un théologien affirme :

« On ne peut se consacrer qu’à Dieu créateur, non à une créature, car ce serait de l’idolâtrie. » Se consacrer à la Sainte Vierge serait donc de l’idolâtrie. Toute la tradition dément cette affirmation malheureuse. De tout temps, de telles consécrations ont été faites et ont porté des fruits. Et jamais l’Église n’a émis la moindre objection.

En effet, on se consacre à la Très Sainte Vierge lors des baptêmes, des mariages, des confirmations, des communions solennelles. Dans beaucoup de paroisse, par exemple, il est d’usage à la fin de la cérémonie du baptême de porter l’enfant à l’autel de la Sainte Vierge et là, de le consacrer à Notre-Dame.

Dans son Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge saint Louis-Marie Grignion de Montfort nous incite à nous consacrer

Le 1er avril 1836, le curé d’Ars consacra sa paroisse à Marie conçue sans péché. Le 11 décembre de la même année, l’abbé Desgenettes consacra la paroisse de Notre-Dame des Victoires au Cœur Immaculé de Marie.





Plusieurs pays ont été consacrés au Cœur Immaculé de Marie. Les évêques portugais consacrèrent le Portugal le 13 mai 1931, puis à nouveau le 13 mai 1938 et le 13 octobre 1942. Pie XII consacra le monde le 31 octobre 1942, puis à nouveau le 8 décembre. La Pologne fut consacrée en 1946 et l’Australie en 1948, etc.

Il ne fait donc aucun doute qu’il est possible de se consacrer à Notre-Dame et plus particulièrement à son Cœur Immaculé comme elle l’a demandé pour la Russie le 13 juillet 1917. Et dans la prochaine lettre, nous verrons tous les fruits qui découlent de ces consécrations.

Alors pour répondre à l’appel de Notre-Dame et nous mettre sous sa protection, n’hésitons pas à nous consacrer à son Cœur Immaculé. La prochaine consécration organisée avec une préparation de 33 jours est le 13 mai, centenaire de la première apparition de Notre-Dame à Fatima. Ne manquons pas cette occasion pour nous consacrer, consacrer notre famille, nos écoles …

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/aN81ZSYjXHc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Mar 14 Mar 2017 - 9:05



Troisième apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria (seconde partie)

Notre Dame :

       Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. (Début de la seconde partie du secret)

Résumé

     La conséquence de nos péchés : pour nous-mêmes l'enfer et pour le monde les guerres.

Pour empêcher cela : la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Rappel et motivation des paroles de Notre Dame après la communication du secret.



           Le message est maintenant complet. Tous ces points étaient en filigrane dans les précédentes apparitions, celles de l'Ange comme celles des 13 mai et 13 juin 1917.

Mais, c'est dans cette troisième apparition que la Sainte Vierge délivre son message dans le détail : la conséquence de nos péchés, pour nous-mêmes l'enfer et pour le monde les guerres.
Pour empêcher cela, un seul moyen: la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, laquelle consiste essentiellement en trois points:

La récitation quotidienne du chapelet

La dévotion réparatrice des premiers samedis du mois

La consécration à son Cœur Immaculé.


           Et pour nous aider à bien suivre ses demandes, la Sainte Vierge enseigne deux très courtes prières aux trois petits bergers.

           La première : Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent, spécialement chaque fois que vous ferez un sacrifice : « Ô Jésus, c'est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie »

           La deuxième prière présente des différences selon les documents auxquels on se réfère.   « Ô mon Jésus, pardonnez-nous. Préservez-nous du feu de l'enfer, conduisez (ou attirez) au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui en ont le plus besoin ».

           Ce qui est certain, c'est que la Sainte Vierge a demandé de prier pour les pécheurs. Voici le dialogue qu'eut le chanoine Barthas avec sœur Lucie à ce sujet :

           Je me permis de demander à sœur Lucie de préciser le sens du mot "alminhas" (âmes) :

           - Dans ces âmes qui ont besoin du secours divin, lui dis-je, faut-il voir les âmes du purgatoire ou bien  celles des pécheurs ?

           - Dos peccadores, répondit-elle sans hésiter.

           - Pourquoi le pensez-vous ?

           -Parce que la Sainte Vierge nous a toujours parlé des âmes des pécheurs. Elle ne nous a jamais parlé des âmes du purgatoire.

           - Pour quelle raison, à votre avis, Notre-Dame vous a-t-elle particulièrement intéressés aux âmes des  pécheurs plutôt qu'à celles du purgatoire ?

           - Sans doute parce que les âmes du purgatoire sont déjà sauvées, se trouvant comme dans le vestibule   du Ciel, tandis que les âmes des pécheurs sont sur les pentes qui conduisent à la damnation. (1)

           Le 18 mai 1941, sœur Lucie écrivit au père Gonçalvès : «Je crois que Notre-Dame voulait parler des âmes qui se trouvent en plus grand péril de damnation » (2)  Ceci est parfaitement logique, car à Fatima, Notre-Dame est venu essentiellement pour nous rappeler l’urgente nécessité de prier pour le salut des pécheurs.
Nous sommes tous concernés par leur salut.

           En effet, pour rassurer les enfants après cette (ou ces visions) et ses paroles, Notre-Dame leur précisera d’abord l’évolution de leur pays (Au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi.), puis précisera que François pouvait connaître les paroles qu’Elle venait de dire, (A François, oui, vous pouvez le dire) et enfin donna aux enfants cette prière de supplique pour les pécheurs. (Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés ….)

Il faut donc prier souvent pour les pécheurs. Il faut prier pour les pécheurs, 5 fois par chapelet. En effet, après avoir demandé 10 fois à Notre-Dame de ‘’prier pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort’’, Elle nous demande d’adresser à Jésus une supplique en 3 parties :

Pour nous pardonner (nos péchés) qui sont des offenses à Dieu.

Pour nous préserver de l’enfer, qui est le risque majeur pour notre éternité. (L’enfer existe, Il est rempli de démons et d’âmes, il est éternel (3))

Pour attirer (ou conduire) toutes les âmes au ciel, particulièrement celles qui ont le plus de risque de se perdre (car certains ne pensent pas à leur salut ou se désespèrent d’obtenir le pardon de Dieu qui veut leur accorder sa Miséricorde, pourvu qu’elle Lui soit demandée)


           Enfin, pour la troisième fois, c'est un rayon de lumière provenant des mains de Notre-Dame qui provoque chez les petits voyants la vision de l'enfer. Sœur Lucie écrit dans le quatrième mémoire. « En disant ces dernières paroles, elle ouvrit de nouveau les mains, comme elle l'avait fait les deux derniers mois.

Le rayon sembla pénétrer la terre, et nous avons vu….»



(1) Fatima merveille du XX ème siècle p.86.

(2) Fatima salut du monde  p. 142.

(3) Voici ce que sœur Lucie écrivit un jour à un séminariste :

           Ne soyez pas surpris si je vous parle tant de l’enfer.

C’est une vérité qu’il est nécessaire de rappeler beaucoup dans les temps présents, parce qu’on l’oublie : c’est en tourbillon que les âmes tombent en enfer.  Eh ! quoi ? Vous ne trouvez pas bien employés tous les sacrifices qu’il faut faire pour ne pas y aller et empêcher que beaucoup d’autres y tombent ?

           Sœur Lucie est revenu souvent sur le sujet dans sa correspondance. Ainsi, elle confia au père Pasquale :

           Ce qui m’est resté le plus gravé dans l’esprit et dans le cœur, ce fut la tristesse de cette Dame lorsqu’elle nous montra l’enfer ! Si la vision de l’enfer avait duré un instant de plus, nous serions morts de peur et d’épouvante.
Cependant, une chose m’a encore plus impressionnée, ce fut l’expression douloureuse du regard de Notre-Dame ! Si je vivais mille ans, je la conserverais toujours gravée dans mon cœur.

Pour en savoir plus sur l’enfer, suivre le lien   http://www.fatima100.fr/le-message-et-le-secret/l-enfer



Rappel d’une partie de la prière de cette apparition. Le péché est si grave, parce qu'il offense le Dieu de majesté, et parce qu'il détourne les âmes de Lui. En cette même apparition, elle promet le triomphe de son Cœur Immaculé.

Cœur Immaculé de Marie, donnez-nous un sens plus aigu de la gravité du péché et accordez-nous de combattre pour votre triomphe.







Je prie


Le Chapelet de Fatima


Commencer par un Signe de la Croix

En tenant la Croix, réciter la Prière du Sacrifice

Ô Jésus, c'est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie que je prie.

Sur les gros grains, réciter la Prière du Pardon

Mon Dieu, je crois, J’adore, j’espère et je Vous aime! Je Vous demande pardon pour tous ceux qui ne croient pas, qui n’espèrent pas, et qui ne Vous aiment pas.

Sur le premier petit grain, réciter la Prière Eucharistique

Ô Très Sainte Trinité, je Vous adore! Mon Dieu, mon Dieu, je Vous aime dans le Très Saint Sacrement.

Sur le second petit grain, réciter la Prière de Conversion

Par Votre Pure et Immaculée Conception, Ô Marie, obtenez la conversion de la Russie, de l’Espagne, du Portugal, de l’Europe, et du monde entier!

Sur le troisième petit grain, réciter la Prière du Salut

Cœur doux de Marie, soyez le Salut de la Russie, de l’Espagne, du Portugal, de l’Europe, et du monde entier!

Sur chacun des petits grains des dizaines, réciter la Prière Eucharistique

Très Sainte Trinité, je Vous adore! Mon Dieu, mon Dieu, je Vous aime dans le Très Saint Sacrement.

A la fin de chaque dizaine

Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer. Conduisez au Ciel toutes les âmes, spécialement celles qui ont le plus besoin de Votre miséricorde.

A la fin du Chapelet, réciter la Prière de l’Ange

Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément et Je Vous offre les très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présents dans tous les tabernacles du monde, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels Il est Lui-même offensé. Par les mérites infinis du Très Saint Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie, je Vous implore d’accorder la conversion aux pauvres pécheurs.

Conclure par le Signe de la Croix.


avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Dim 19 Mar 2017 - 10:16


Quatrième apparition de Notre-Dame : aux Valhinos, dimanche 19 août 1917

Notre-Dame :


Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs. Car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu’elles n'ont personne qui se sacrifie et prie pour elles.



Résumé

Notre-Dame précise la raison pour laquelle beaucoup d’âmes vont en enfer ‘’parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles’’. Rappel de la récitation quotidienne du chapelet, et du but du prochain miracle : pour que les gens croient (qu’Elle est venue et que son message est important) Le miracle sera moins connu car Notre Dame a été offensée par l’absence des enfants à son rendez-vous mensuel habituel et Elle en tient compte.







           Lucie : Que veut de moi Votre Grâce ?

           Notre-Dame : Je veux que vous continuiez à aller à la Cova da Iria le 13, que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours. Le dernier mois, je ferais le miracle pour que tout le monde croie. Si l’on ne vous avait pas emmenés à la ville, le miracle aurait été plus connu. Saint Joseph viendra avec l'Enfant Jésus pour donner la paix au monde. Notre-Seigneur viendra bénir le peuple. Viendra aussi Notre-Dame du Rosaire et Notre-Dame des Douleurs.

           Lucie: Que voulez-vous que l'on fasse de l'argent que les gens laissent à la Cova da Iria ?

           Notre-Dame: Que l'on fasse deux brancards de procession. Tu porteras l'un avec Jacinthe et deux autres petites filles vêtues de blanc. L'autre, c'est François qui le portera avec trois autres petits garçons, comme lui vêtus d'aube blanche. L'argent des brancards sera pour la fête de Notre-Dame du Rosaire et ce qui restera sera pour aider à construire une chapelle que l'on fera faire.

           Lucie : Je voudrais vous demander la guérison de quelques malades.

           Notre-Dame: Oui, j'en guérirai quelques-uns dans l’année. Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs. Car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu’elles n'ont personne qui se sacrifie et prie pour elles.



           Dans cette quatrième apparition, la Sainte Vierge donne une précision particulièrement importante et complétement oubliée de nos jours : notre responsabilité dans le salut des pécheurs.

Nous avons le pouvoir par nos prières et nos sacrifices d’attirer des grâces sur ceux qui sont sur le chemin de la damnation, en conséquence de leur permettre de se convertir avant de mourir et ainsi d'éviter l'enfer.

Ce constat de la Sainte Vierge est terrible : beaucoup d'âmes (« muitas almas ») en portugais) vont en enfer.

Non pas quelques-unes, mais beaucoup ! Et nous sommes en partie responsables de cet état de fait si nous ne prions pas et n'offrons pas des sacrifices pour la conversion de ces pécheurs qui sont sur le chemin de l'enfer. Enseignement que l'on n'entend plus guère aujourd'hui ! Voilà pourquoi la Sainte Vierge est venue nous le rappeler.

           Ce dialogue est peut-être le plus important de toutes les apparitions, car il rappelle le point essentiel, celui autour duquel tout s'ordonne : l’impérieuse nécessité de prier pour la conversion des pécheurs.

Nous ne saurions trop insister sur ce point. S’il fallait ne retenir qu'une seule chose des apparitions de Fatima, ce serait celle-là. Car, même la dévotion au Cœur Immaculé de Marie que Notre-Seigneur veut établir dans le monde a pour but essentiel la conversion des pécheurs'

           Notons aussi que, comme dans les trois apparitions précédentes, Notre-Dame demande la récitation quotidienne du chapelet. Ce que Notre Dame voulait transmettre était effectivement important et Elle n’a pas voulu attendre le prochain rendez-vous pour le dire.

           On note aussi l’incidence de l’empêchement des enfants d’être présent le 13 août à la Cova da Iria: ’’Le miracle sera moins connu.’’ Notre Dame a montré qu’Elle n’était pas indifférente à cet affront involontaire des enfants. Elle est venue quand même, à l’heure et au lieu habituel, pour récompenser la foule qui était venu sur place (plusieurs milliers).

Elle fait savoir aux enfants les conséquences de cette offense. Plusieurs personnes ne connaîtront pas le miracle. Conséquence surnaturelle pour ces personnes d’une action d’un ennemi de l’Eglise ? (Nous verrons plus tard la tristesse de Notre-Dame devant la non prise en compte de ses demandes ultérieures, et surtout les conséquences pour le monde)



 Le lieu de l’apparition de ce jour n’est pas la Cova da Iria, mais un lieu-dit ‘’Les valhinos’’, (le petit vallon), entre le Cabeço et le hameau d’Aljustrel. En effet, le 13 août, les enfants étaient retenus dans le village de Ourem et ne purent être au rendez-vous prévu.

Ce 13 août Notre Dame était venu à la Cova da Iria. Les gens sur place ont été témoins des phénomènes accompagnant sa présence sur l’arbrisseau au-dessus duquel elle se plaçait habituellement. Les signes précédant l’apparition de ce dimanche 19 août, ont laissé un peu de temps à Lucie pour envoyer le frère de Jacinthe, Jean, prévenir en courant sa sœur qui n’était pas avec Lucie et François cette après-midi-là.

Jacinthe rapporta chez elle un rameau de l’arbre sur lequel Notre Dame s’était placée. Il a répandu dans la maison pendant quelques heures une odeur très agréable et inconnue. (Voyons-y un petit geste de Notre-Dame pour conforter la foi des parents de Jacinthe et François dans ce que disaient leurs enfants. Leur père a été la première personne à croire aux faits, le soir de la première apparition).

Les deux dernières phrases ne figurent pas dans le 4éme mémoire, mais sont dans le rapport de 1'abbé Ferreira, curé de Fatima. (On notera le symbolisme de ces 3 personnages avec les 3 mystères du rosaire :

L’enfant Jésus : Mystères joyeux ; Notre-Dame des douleurs, Mystères douloureux ; Notre-Dame du Mont Carmel, Mystères glorieux)

Vous trouverez avec le lien    https://www.tvlibertes.com/2017/03/15/15757/perles-de-culture-113-tvl https://www.tvlibertes.com/2017/03/15/15757/perles-de-culture-113-tvl une émission intéressante de 23 minutes qui commence  à 24, 20 minutes après le début de l'émission. Anne Brassié s'entretien avec les auteurs de l'album  '' Marie te confie le secret de son Coeur.''  

Les auteurs interviendront dans nos publications le 13 mai et pendant les  semaines suivantes. Leurs propos seront  pour  des adultes putôt que pour des enfants. Ils concerneront la pédagogie utilisée par Notre Dame pour nous communiquer son message.





 

Prière de cette apparition   « Priez, priez beaucoup, et faites des sacrifices pour les pauvres pécheurs, car beaucoup d'âmes vont en enfer parce qu'elles n'ont personne qui prie et qui se sacrifie pour elles. » Les Saints Cœurs de Jésus et de Marie, d'un regard de choix, supplient certaines âmes de s'unir à leur sollicitude.

Cœur Immaculé de Marie, faites que nous soyons touchés par la misère des âmes et du monde de notre temps. Suscitez des vocations généreuses pour œuvrer au salut des âmes. Mon Dieu donnez-nous aussi des prêtres, de saints prêtres, de nombreux saints prêtres, et de nombreuses vocations religieuses.


<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/aKOyWHFakmc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>




avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Jeu 23 Mar 2017 - 10:14





Cinquième apparition de Notre-Dame jeudi 13 septembre 1917


           Notre-Dame : Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent à Jésus, spécialement lorsque vous ferez un sacrifice : "O Jésus, c'est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie".(13 juillet)


Résumé.
           
Notre Dame confirme la prochaine présence pour les enfants des 3 personnages déjà annoncés. Elle rappelle la récitation quotidienne du chapelet, la finalité du miracle promis.

Elle récompense les enfants en leur disant l’utilité des sacrifices qu’ils font.  Elle encourage la présence de processions avec des brancards (pour porter des statues)



           Notre Dame : Continuez à réciter le chapelet pour obtenir la fin de la guerre. En octobre, viendront aussi Notre-seigneur, Notre-Dame des Douleurs, Notre-Dame du Carmel et saint Joseph avec l'Enfant Jésus pour bénir le monde.

Dieu est content de vos sacrifices, mais Il ne veut pas que vous dormiez avec la corde. Portez-la seulement durant le jour.

           Lucie : On m'a priée de vous demander beaucoup de choses : la guérison de plusieurs malades, d'un sourd muet.

           Notre-Dame : Oui, j'en guérirai quelques-uns Les autres non.

           Lucie : Le peuple voudrait bien avoir ici une chapelle

           Notre-Dame : Avec la moitié de l’argent reçu jusqu'à ce jour que l'on fasse les brancards de procession et qu'on les porte à la Fête de Notre-Dame du Rosaire ; que l'autre moitié soit pour aider à la chapelle. (1) En octobre je ferai le miracle pour que tous croient.



           Outre l’annonce pour la troisième fois du miracle du mois suivant, ainsi que l’annonce de la venue de Notre-Seigneur, Notre-Dame des Douleurs, Notre-Dame du mont Carmel et saint Joseph avec l’Enfant Jésus, ce dialogue ne contient qu’une seule demande, déjà faite lors des quatre apparitions précédentes :

la récitation du chapelet.

           Cette demande de brancard de procession reprend la demande de Notre Dame à Lourdes qui avait précisé ‘’ Que l’on vienne ici en procession’’.

A chaque anniversaire des apparitions, la statue de Notre Dame à la Cova da Iria fait l’objet d’une vénération particulière au cours de la procession qui la conduit au milieu de la foule des pèlerins.

           Apprécions la parole de consolation de Notre-Dame aux enfants : Dieu est content de vos sacrifices.

Quelle belle confirmations que Dieu voit chacun de nos sacrifices et les utilise pour distribuer les grâces de conversion par l’intermédiaire de Notre-Dame et de son Cœur Immaculé.

On peut dire que ce jour, Elle a symbolisé ces grâces en faisant pleuvoir, des fleurs sur la foule présente.
Elle confirmait ainsi son rôle de Médiatrice ; les prières montent à Dieu par Elle et les grâces redescendent par son intermédiaire, comme le montre la médaille Miraculeuse avec les rayons issus de ses mains.

                       Profitons de cette courte apparition pour présenter un extrait du récit que J. Castelbranco (2) fit de cette journée du 13 septembre 1917.

           Dès la veille, écrit un témoin, j’avais observé l’interminable défilé des gens qui venaient de loin et qui se dirigeaient à pied vers Fatima pour assister à l’apparition du lendemain.

C’étaient de vraies foules !

J’étais profondément ému et plus d’une fois les larmes me sont montées aux yeux en voyant la piété, les prières et la foi ardente de tant de milliers de pèlerins qui récitaient le chapelet en marchant.

Il n'y avait pas un chemin ni un sentier qui ne fût encombré de monde, et jamais encore de toute ma vie je n’avais assisté à une si grandiose et si poignante manifestation de foi.

      - Le jeudi I 3 septembre, certains observateurs évaluèrent à environ 30.000 personnes la foule accourue à Fatima. Les parents des petits voyants étaient présents aussi. L'on s'approchait avec respect du lieu des apparitions et les hommes se découvraient.  Presque tout le monde se mettait à genoux et priait avec ferveur.

           Lucie, en arrivant, cria à la foule : «  Il faut prier ! » - « Jamais je n’oublierai, écrit le même témoin, la violente impression que j'éprouvai en voyant tous ces milliers de pèlerins tombant à genoux à la voix d'une enfant de l0 ans, et, en pleurant, prier et implorer avec confiance la maternelle protection de la Reine du ciel. »

           A midi, sans qu’il y eût un seul nuage au ciel, le brillant soleil de cette radieuse journée commença à perdre son éclat, au point qu'on voyait les étoiles au firmament !

L'atmosphère prit une couleur jaune d'or. La foule contemplait en silence ce prodige, qui depuis le mois de juin se répétait le 13 de chaque mois, au moment des apparitions.

           Le clergé continuait toujours à rester prudemment à l'écart de ces manifestations.

Mais devant l’enthousiasme croissant des foules, Mgr Jean Quaresma, vicaire général de Leiria, décida d’aller incognito ce jour-là, avec un prêtre son ami, voir ce qui se passa à Fatima. Habillés en clergymen, ils restèrent en haut de la colline, un peu à l'écart de la foule, observant les événements.

Nous transcrivons le récit autorisé de Mr le Vicaire Général : « La foule prie toujours ... Tout à coup on entend des cris de surprise et de joie. Des milliers de bras se lèvent vers un point du ciel : « Tiens !... La voilà !... Elle arrive !... Là-bas !... Vous voyez ?... Ah ! je vois !...» au ciel pas un nuage ! Je lève les yeux et je me mets à scruter l’espace.

Mon ami me dit avec une pointe de malice : « Voilà que vous aussi, vous vous mettez à regarder ! » - Et, à ma grande surprise, je vois clairement et distinctement un globe de lumière qui avance de l'Est vers l'Ouest, glissant lentement et majestueusement à travers l'espace.

Mon ami regarde à son tour, et lui aussi a le bonheur de contempler la même apparition, saisissante et inattendue !... Tout à coup le globe avec sa lumière merveilleuse disparaît à mes yeux. Mais près de nous une fillette d’une dizaine d'années continue à crier toute joyeuse  « Je la vois encore ! Je la vois encore !... Maintenant elle descend vers le bas » (vers le chêne-vert des apparitions). - Que penses-tu de ce globe ? Demandai-je à mon ami... Que c'est la Sainte Vierge, répond-il sans hésiter ! - C'était aussi ma conviction. Les enfants contemplèrent la Mère de Dieu en personne ; à nous il fut accordé la grâce de voir le véhicule qui la transportait ! »

           L'on vit se former à ce moment une légère nuée blanche autour de l'arbre des apparitions.

Et - prodige inouï ! - du ciel limpide et sans nuage, il se mit à pleuvoir sur les assistants comme des fleurs blanches qui, près du sol, s’évanouissaient sans tomber à terre. (Ils sortaient du soleil, et là-haut ils étaient grands. En se rapprochant de nous, ils devenaient petits puis s’évanouissaient.

Les hommes tendaient leurs chapeaux pour les ramasser, mais lorsqu’ils voulaient ensuite les prendre, ils ne trouvaient plus rien). Pendant ce temps, près du Chêne-vert, on entendait Lucie causer à haute voix avec un être invisible.

Des témoins assez rapprochés de l’arbre disent même avoir entendu le chuchotement des paroles de l’Apparition. (Ti Marto, père des cousins de Lucie a parlé de quelque chose comme le bruissement d’une abeille dans un verre)

           (1) Ce dernier échange ne figure pas dans le 4ème mémoire

       (2) ‘’Le prodige inouï de Fatima 1942’’, Nouvelle édition mise à jour, 200e Mille Propagande du Sacré-Cœur, Edition Ange Michel Lyon

Prochain samedi : l’Annonciation.


Pensons à remercier Notre Dame de l’immense cadeau qu’Elle nous a fait en prononçant son  Fiat.
Essayons d’aller à la messe ce jour-là.




Prière pour cette apparition :

Pour la cinquième fois, Notre-Dame demande avec insistance la récitation du chapelet. « Continuez à réciter le chapelet tous les jours pour obtenir la fin de la guerre ». Ainsi Elle rappelle à chacun de ses enfants que la paix est un don de Dieu et qu'il faut l'implorer de son Cœur Immaculé.


Cœur Immaculé de Marie, nous vous promettons de répondre de toutes nos forces à votre demande, en récitant notre chapelet tous les jours. Nous vous supplions d'accorder la paix à nos pays.


<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/D2EZLoT6BG4" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Lun 27 Mar 2017 - 10:04


Dernière apparition Samedi 13 octobre 1917 : Le grand miracle


          Notre-Dame:   Pour l’empêcher, (La seconde guerre mondiale) je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois. Si l'on écoute mes demandes, la Russie se convertira et l'on aura la paix. (Seconde partie du secret, 13 juillet 1917)

Résumé:

            Pour la sixième fois, Notre-Dame demande la récitation quotidienne du chapelet. Elle termine sa mission à Fatima par ces paroles pleines de reproches : ‘’N'offensez pas davantage Dieu, Notre-Seigneur, car il est déjà trop offensé. Elle couronne cette série d’apparition par 3 tableaux successifs évoquant le Rosaire, puis le fameux miracle promis 3 mois plus tôt ‘’Pour que tous croient‘



Lucie : Que veut de moi Votre Grâce ?

Notre-Dame: Je veux te dire que l’on fasse ici une chapelle en mon honneur. Je suis Notre-Dame du Rosaire. Que l’on continue à réciter le chapelet tous les jours. La guerre va finir et les militaires reviendront bientôt chez eux.

Lucie : J'ai beaucoup de choses à vous demander : de guérir plusieurs malades, de convertir quelques pécheurs, etc.

Notre-Dame : Les uns, oui, les autres non. Il faut qu’ils se corrigent ! Qu’ils demandent pardon de leurs péchés. N'offensez pas davantage Dieu, Notre-Seigneur, car il est déjà trop offensé.



           A l'issue de l'apparition, la sainte vierge ouvrit  pour la quatrième fois les mains. « Et, en ouvrant, ses mains, elle les fit se réfléchir vers le soleil, et, pendant qu’Elle s'élevait, le reflet de sa propre lumière continuait à être projeté sur le soleil », rapporte sœur Lucie dans le quatrième mémoire.

C’est alors que le soleil commença sa danse miraculeuse. (1)

           Dans cette dernière apparition, la sainte vierge donne son nom, comme elle l'avait promis dans la première : elle est Notre-Dame du Rosaire. Et pour la sixième fois, Elle demande la récitation quotidienne du chapelet.

Elle montrera aux enfants plusieurs tableaux successifs pour marquer leurs esprits sur la caractérisation de son titre : Notre-Dame du Rosaire.

En effet, ils virent d’abord tous trois la Sainte Famille, disposée dans l’ordre suivant : à droite du soleil et plus brillant que lui, Notre-Dame du Rosaire en robe blanche, mais avec un manteau bleu ; et à gauche, habillés en rouge, saint Joseph avec l’Enfant Jésus bénissant le monde. - Ensuite Lucie vit, à droite du soleil, Notre-Seigneur adulte, bénissant amoureusement le monde, et, à gauche, Notre-Dame des 7 douleurs. Enfin, succédant à Notre-Dame des Sept-Douleurs, apparut Notre-Dame du Mont Carmel, avec le scapulaire en main.

           L’ordre de ces 3 tableaux a été voulu par Notre-Dame pour graver plus profondément dans l’esprit des voyants puis des fidèles, le titre de Notre-Dame du Rosaire qu’Elle se donna à Fatima. Ces 3 tableaux successifs rappellent les 3 séries de mystères que l’on médite en récitant le rosaire :
joyeux, douloureux et glorieux.







           " Tout à coup, les nuages se déchirent largement, laissant voir une grande surface du ciel bleu. Et dans ce vaste espace sans nuages, le soleil apparaît au zénith, mais avec un aspect étrange ! Aucun nuage ne le voile  et cependant, au lieu d’être jaune et brillant, il est mat comme un globe de vieil argent, qu'on peut fixer et observer à volonté, sans être ébloui ! Tout le monde contemple avec stupeur cette sorte d’éclipse d'un nouveau genre.

           Soudain le soleil tremble, s'agite, fait des mouvements brusques et finalement se met à tourner vertigineusement sur lui-même comme une roue de feu aux bords seuls brillants, lançant dans toutes les directions, comme un projecteur gigantesque, d'énormes faisceaux de lumière, tour à tour verts, rouges, bleus, violets, etc. ; et colorant de la façon la plus fantastique les nuages, les arbres, les rochers, le sol, les habits et les visages de cette foule immense qui s'étend à perte de vue ! Et pendant que la foule haletante contemple ce spectacle saisissant, les trois enfants voient apparaître à côté du soleil les différents tableaux vivants déjà décrits.

           Au bout de quatre minutes environ, le soleil s’arrête. Un moment après, il reprend une deuxième fois son mouvement fantastique et sa danse féerique de lumière et de couleurs, tel le plus grandiose feu d’artifice qui se puisse rêver. De nouveau, au bout de quelques minutes, le soleil arrête sa danse prodigieuse comme pour laisser reposer les spectateurs.

           Après une courte halte et pour la troisième fois, comme pour donner aux assistants le loisir de bien contrôler les faits, le soleil reprend, plus varié et plus coloré que jamais, son fantastique feu d'artifice, sans doute le plus grandiose et le plus pathétique que les hommes aient jamais pu contempler sur la terre.

           Et pendant l’inoubliable douzaine de minutes que dure ce spectacle unique et saisissant, cette foule innombrable était là en suspens, immobile, extatique, presque sans respirer, contemplant ce drame poignant, qui fut aperçu distinctement à plus de 40 kilomètres à la ronde.

           C'était « le grand miracle » promis qui se réalisait exactement au jour, à l’heure et à l’endroit désignés d'avance, et qui devait « obliger » les hommes à croire â la réalité des apparitions et à obéir au message que Notre-Dame du Rosaire leur apportait du ciel !

           
La chute terrifiante du soleil.

           La vue de ce prodige inouï avait déjà bien disposé les cœurs et excité en eux les plus nobles sentiments religieux de foi vive en la puissance de Dieu, d'adoration sincère de sa Majesté infinie et de confiance absolue dans le céleste message de Fatima, si magnifiquement confirmé ! Mais tout cela n'était encore, pour ainsi dire, qu'une préparation au renouvellement total des âmes !

           C'est la chute vertigineuse du soleil qui fut le point culminant du grand prodige, le plus pathétique et le plus divinement poignant, qui acheva de rapprocher complétement de Dieu toutes ces âmes, par un acte sincère de contrition et d’amour.

           En effet, au milieu de sa danse « effarante » de feu et de couleur, telle une roue gigantesque qui à force de tourner se serait dévissée, voici que le soleil se détache du firmament et, tombant de côté et d’autre se précipite en zigzag sur la foule atterrée, irradiant une chaleur de plus en plus intense et donnant à tous les assistants, l’impression nette de la scène de la fin du monde prédite dans l’Evangile, ou le soleil et les astres se précipiteront en désordre sur la terre !

           Alors, de cette foule épouvantée, s’échappe un cri formidable, une clameur immense, traduisant la terreur religieuse des âmes qui se préparent sérieusement à la mort, en confessant leur foi et en demandant à Dieu pardon pour leurs péchés.


« Je crois en Dieu, le Père Tout-Puissant ! » s’écrient les uns - « Je vous salue, Marie ! », s’exclament d’autres. - «  Mon Dieu, miséricorde ! », implore le grand nombre. Et d’un seul mouvement, tombant à genoux sur ce sol transformé en un bourbier de terre glaise, les spectateurs récitent, d’une voix entrecoupée de sanglots, le plus sincère acte de contrition jamais sorti de leur cœur !

           Enfin, s'arrêtant tout à coup dans sa chute vertigineuse, le soleil remonte à sa place en zigzagant comme il en était descendu, et finit par reprendre peu après son éclat normal au milieu d'un ciel limpide !

           Détail émouvant, cette scène apocalyptique, toute de majesté et de terreur puissante, finit par un cadeau délicat qui trahit la tendresse maternelle du Cœur de Marie envers ses enfants. Alors que tout le monde était trempé jusqu'aux os, chacun a la douce surprise à ce moment de se sentir à l'aise et de trouver ses habits absolument secs.

           Il est dit dans la Sainte Ecriture que Moïse descendit du Sinaï, la figure illuminée et toute rayonnante encore des vestiges du contact divin. A Fatima, également, cette foule innombrable, qui venait d'assister à des merveilles dignes du Sinaï, s'écoula peu à peu, modeste, recueillie, toute rayonnante encore de contact divin, qui venait de renouveler les âmes dans un nouveau baptême de foi, de confiance, de contrition et d'amour, dont les impressions de feu resteront à tout jamais ineffaçables !...



           Les 6 prochaines publications concerneront les événements qui se sont déroulés entre la dernière apparition de Notre-Dame à Fatima et la reconnaissance des apparitions par les autorités ecclésiastiques.

Nous entrerons alors dans la période préparant directement la venue du pape à Fatima, avec deux publications sur la dévotion au Cœur Immaculée de Marie puis une neuvaine pour que le pape reconnaisse et approuve la communion réparatrice des premiers samedis.

 Nous prierons Notre-Dame des 7 douleurs, au Cœur Immaculé transpercé d’un glaive, comme annoncé par le vieillard Siméon lors de la présentation de l’Enfant Jésus au temple .



Prière pour cette dernière apparition. Le prodige inouï du soleil, promis par Notre-Dame depuis trois mois, se réalise, aux yeux de soixante-dix mille personnes. Miracle pour notre temps, la merveilleuse « danse du soleil » confond la science et l’incrédulité du monde sceptique.

Ce miracle oblige tous les témoins à reconnaître la toute-puissance de Dieu et l'intercession maternelle de Marie qui nous a mis en garde et donné un dernier moyen pour nous sauver et convertir les pécheurs.

Cœur Immaculé, recevez l'hommage de notre gratitude. Par vos visites à Fatima, il y a cent ans, vous confortez notre foi, vous ranimez-notre espérance et vous transmettez au monde refroidi l'ardeur de la charité.



<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/NBXjvKQm4po" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par lacolombe le Lun 27 Mar 2017 - 14:29

Merci Marie,

J'ai eu les larmes aux yeux quand j'ai regardé la vidéo, car j'ai ressenti une bouffée de nostalgie. Que du bonheur!
Je vous embrasse, vous êtes tous les jours dans mes prières et dans mes pensées.
avatar
lacolombe
Veut-etre un saint/e

Féminin Messages : 247
Age : 51
Localisation : BAS-RHIN
Inscription : 06/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Lun 27 Mar 2017 - 16:54

lacolombe a écrit:Merci Marie,

J'ai eu les larmes aux yeux quand j'ai regardé la vidéo, car j'ai ressenti une bouffée de nostalgie. Que du bonheur!
Je vous embrasse, vous êtes tous les jours dans mes prières et dans mes pensées.

Bonjour M,
Oh je me doute que l'on ne quitte pas un Pays comme cela, parfois, je suis nostalgique de ma Vendée Natale!
Mais ici on parle du Portugal c'est autre chose et tellement grandiose!
Je vous embrasse également et Merci pour vos Prières  cela me touche énormément!!!
Pensées sincères!!!!
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Ven 31 Mar 2017 - 10:08


La vie cachée de Lucie après son départ de Fatima en juin 1921


         Notre-Dame : Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois (13 juillet 1917)

           Résumé : Le Ciel n’a pas tout dit sur place à Fatima et Notre-Dame a promis de revenir. Quelques événements qui suivirent la dernière apparition à Fatima. Lucie reste seule après la mort de ses cousins. L’évêque du lieu la prend en charge et la place dans un collège des sœurs Dorothée à Asilo de Vilar près de Porto. Quelques années plus tard, elle entrera comme postulante au couvent des sœurs Dorothée à Pontevedra, en Espagne. (Total: 1233 mots)

         

           13 juillet 1917, 1a Sainte Vierge a dit : « Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois ». Cette phrase indique clairement qu'Elle n'a pas tout dit et donnera un peu plus tard des précisions sur ces deux demandes.

           Il manque aussi des indications sur la date et la façon de révéler la partie secrète au monde. En effet, le Ciel n'a sûrement pas révélé un secret avec un tel luxe de preuves de son origine céleste pour qu'il reste caché au fond du cœur de trois petits enfants : à un moment ou à un autre, il faudra qu'il soit communiqué.

           Ces points furent explicités petit à petit dans les années qui suivirent et firent notamment l'objet des apparitions de Pontevedra et Tuy.

           L'histoire de la révélation du secret commença dès le soir du 13 juillet 1917 lorsque les trois petits voyants annoncèrent qu'ils ne pouvaient pas parler de ce qu'i1s avaient vu et entendu parce que c'était un secret. L'existence d'un secret fut divulguée très rapidement et fut l'une des causes du succès rapide de Fatima. A compter de cette date, beaucoup cherchèrent à obtenir quelques éléments de ce secret; en particulier, l'administrateur de Vila Nova de Ourem, dont dépendait le village de Fatima, n'hésita pas, le 13 août 1917, à menacer de mort les petits voyants pour les faire parler. Mais les trois enfants gardèrent jalousement leur secret et rien ne filtra.

           Dès le mois de mai 1917, le curé de Fatima procéda à des interrogatoires méticuleux et fit un rapport qu'il envoya au patriarcat de Lisbonne en 1919. Mais aucun élément du secret ne s'y trouve.

           François mourut au cours d'une épidémie de grippe espagnole, le 4 avril 1919, moins de deux ans après les apparitions. Il ne révéla jamais rien du secret. Il se retrancha toujours derrière le fait qu'il n'entendait pas les paroles de la Sainte Vierge pour renvoyer les questions à sa sœur et à sa cousine.

           Moins d'un an plus tard, le 20 février 1920, la petite Jacinthe mourut à son tour. Au cours de sa maladie, Jacinthe fit de nombreuses confidences, évoquant plusieurs thèmes liés au secret : prophétie de guerres et de châtiments, pensée lancinante de l'enfer, nécessité de réparer. Mais, comme son frère, elle ne révéla pas un mot du secret. Il faudra attendre l'année 1925 pour que Lucie, sur demande du Ciel, commence à en révéler les premiers éléments.

           L'année qui suivit la mort de Jacinthe, le 13 juin 1921, Lucie rencontra pour la première fois Monseigneur José Alvès Correia da Silva, le nouvel évêque de Leiria dont dépendait Fatima, qui avait été consacré évêque le 5 août de l'année précédente. Monseigneur da Silva lui demanda de conserver son secret, sans chercher auparavant à en connaître le contenu.

           Trois jours plus tard, sur le conseil de l'évêque, Lucie quitta définitivement Aljustrel pour aller en pension à l'Asilo de Vilar, un collège des sœurs Dorothées près de Porto. Elle passa par la Cova da Iria pour y réciter un dernier rosaire et la Sainte Vierge lui fit la grâce d'apparaître une nouvelle fois. Sœur Lucie omit de mentionner cette apparition dans ses mémoires, mais elle la raconta peu après au chanoine Galamba qui relate ainsi l'événement :

           Elle me raconta comment le jour de ses adieux à la Cova da Iria et de son départ pour Porto, elle avait vu une nouvelle fois Notre-Dame, au bas de la petite pente où se dresse le perron en face de l'Église.

           Sur demande de Monseigneur da Silva, elle changea de nom pour ne pas être reconnue et prit celui de Maria das Dores (Marie des Douleurs). Pendant quatre ans, de 192l à 1925, Lucie mena à l'Asilo de Vilar la vie tranquille d'une interne d'un collège catholique: elle y apprit à coudre, à broder, à taper à la machine, à faire la cuisine, le ménage, etc.





           En cette même année 1921, Benoît XV établit la fête de Marie Médiatrice de toutes grâces qui est très exactement dans l'esprit du message de Fatima. Or le message n'était pas encore connu: le pape n'avait donc pas la possibilité matérielle de s'appuyer dessus. La concordance entre le secret du 13 juillet 1917 qui ne sera connu qu'après 1925 et l'instauration de la fête par Benoît XV, est un signe manifeste que le Ciel voulait l'établissement de cette fête.

           Six mois après son arrivée à Porto, le 5 janvier 1922, à la demande du père Pereira Lopes, son confesseur, Lucie rédigea pour la première fois un récit des apparitions dans lequel elle dit : « Ensuite elle (Notre-Dame) nous confia quelques petites paroles en ajoutant : "Ne dites cela à personne ; à François seulement vous pouvez le dire." » Nous avons dès cette date une indication que le secret contient une partie orale qui peut être répétée à François.

           Un mois plus tard, le 6 février 1922, un nouveau pape fut élu et prit le nom de Pie XI. Or aucun élément du secret n'avait encore été révélé à qui que soit. Presque cinq ans après l'apparition, une prophétie supplémentaire se réalisait. Quelle ne dut pas être la joie de sœur Lucie et sa foi en apprenant le nom de ce nouveau pape !

           Le 26 août 1923, la Sainte Vierge lui apparut pour la première fois depuis son départ de Fatima. Elle entrait ce jour-là chez les Filles de Marie de l'Asilo de Vilar. Voici comment elle rapporta les événements de cette journée au père Gonçalvès, (1) quelques armées plus tard, le24 avril1941.

           Après six ans de vraies épreuves (depuis 1917), ce fut ce jour-ci, le 26 août 1923, la première fois que Notre-Dame revint me rendre visite. Ce fut mon entrée comme Fille de Marie. Elle me dit qu'elle acceptait d'être ma vraie mère du Ciel, du fait que j'avais quitté celle de la terre pour son amour. Elle me recommanda de nouveau la prière et le sacrifice pour les pécheurs, en disant qu'un grand nombre était condamné du fait qu'il n'y ait personne qui veuille se sacrifier et demander pour eux.

           Le 25 octobre 1925, après quatre années passées à l'Asilo de Vilar, Lucie quitta Porto pour aller comme postulante au couvent des sœurs Dorothée à Pontevedra, en Espagne, tout près de la frontière Portugaise.

Elle aurait bien aimé entrer au carmel, mais sa supérieure lui avait conseillé de choisir un ordre moins sévère. Elle restera chez les sœurs Dorothée jusqu'au soir du Jeudi Saint de l'année 1948, date à laquelle elle pourra enfin entrer au carmel de Coimbra.

Le père Gonçalvés a été le confesseur principal de sœur Lucie. Il a beaucoup œuvré pour transmettre le message de Fatima.


           Samedi prochain, samedi 1er Avril, premier samedi du mois.

N’oublions pas notre communion réparatrice et l’une des 5 intentions de réparation des outrages commis contre le Cœur Immaculé de Marie.




« O ma Notre-Dame, des chapelets, j’en réciterai autant que vous en voudrez   »   


http://www.fatima.be/fr/sanctus/prieres/rosaire.php
       
(François apprenant qu’il irait au ciel, mais qu’auparavant il devrait réciter beaucoup de chapelets)


<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/uKKpO6hMQaU" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Lun 3 Avr 2017 - 8:56


La communion réparatrice dévoilée par Notre-Dame à Pontevedra


http://www.paroissecany.fr/lacommunionreparatrice.html



           Notre-Dame : ‘’Vois, ma fille, mon Cœur entouré d'épines que les hommes ingrats m'enfoncent à chaque instant, par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler’’ (Pontevedra le 10 décembre 1925)

Résumé


           C’est à Pontevedra que Notre Dame dévoile en quoi consiste la communion réparatrice des 5 premiers samedis, dévotion annoncée le 13 juillet 1917 à Fatima. Près de 2 mois plus tard, l’Enfant Jésus aménage les exigences initiales. Cette dévotion ne sera alors connue que dans l’environnement proche de sœur Lucie.



           Six semaines après son arrivée à Pontevedra, le 10 décembre 1925, la Sainte Vierge apparut à la jeune postulante pour lui demander la communion réparatrice des premiers samedis, comme elle l'avait promis en 1917. Tout de suite, elle révéla tout à son nouveau confesseur et directeur spirituel, don Lino Garcia, sans toutefois révéler le lien avec le secret reçu à Fatima.

La rédaction qu'elle fit de cette apparition n'a malheureusement pas été conservée. Mais nous en avons une narration dans la lettre qu'elle écrivit deux ans plus tard, en décembre 1927, à la demande de son confesseur de l'époque, le père Aparicio. Comme elle montrait une certaine répugnance à écrire à la première personne, le père lui proposa d'écrire à la troisième personne. Voici ce qu'elle lui écrivit :

           Le 10 décembre l925, la Très Sainte Vierge lui apparut, et, à côté d'elle, porté par une nuée lumineuse, l'Enfant-Jésus. La Très Sainte Vierge mit la main sur son épaule et lui montra en même temps, un cœur entouré d'épines qu'elle tenait dans l'autre main.

Au même moment, l'Enfant-Jésus lui dit : « Aie compassion du Cœur de ta Très Sainte Mère, entouré des épines que les hommes ingrats lui enfoncent à tout moment, sans qu'il y ait personne pour faire un acte de réparation afin de les en retirer ».

           Ensuite la Très Sainte Vierge lui dit: « Vois, ma fille, mon Cœur entouré d'épines que les hommes ingrats m'enfoncent à chaque instant, par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes.

Toi, du moins, tâche de me consoler et dis que tous ceux qui, pendant cinq mois, le premier samedi, se confesseront recevront la sainte Communion, réciteront un chapelet et me tiendront compagnie pendant quinze minutes, en méditant sur les quinze mystères du Rosaire en esprit de réparation, je promets de les assister à l'heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme ».

           Cette demande est en parfaite continuité avec le message de 1917 et l'esprit des indulgences accordées par saint Pie X pour la dévotion des samedis. Il est cependant un point nouveau essentiel : c'est la garantie de notre salut éternel pour la pratique de cette dévotion pendant cinq mois consécutifs. Cette demande se rapproche de la dévotion des premiers vendredis du mois demandée par Notre-Seigneur à Sainte Marguerite-Marie et qui comprend la garantie de notre salut si nous la pratiquons neuf mois de suite. N'est-il pas tout à fait logique les deux Cœurs de Jésus et Marie aient des dévotions similaires ?

           Tout de suite, sœur Lucie tenta de faire connaître cette dévotion comme demandait la Sainte Vierge. Elle en parla à Don Lino Garcia, son confesseur, Mère Magalhaes, sa supérieure, qui était toute gagnée à la cause de Fatima et avertit elle-même Monseigneur da Silva le 29 décembre suivant.

Mais ils ne purent rien obtenir par eux-mêmes. Sœur Lucie s'en ouvrit alors à d'autres personnes, en particulier à son premier confesseur, Monseigneur Pereira Lopes qui conseilla d'attendre. Lucie était tourmentée par le peu d'effet de ses initiatives lorsque le 15 février 1926,1'Enfant-Jésus lui apparut une nouvelle fois. Quelques jours plus tard, elle rapporta les faits à Monseigneur Pereira :

           Le 15 févier, j'étais très occupée par mon emploi, et je ne songeais presque pas à cela [l'apparition du l0 décembre précédent]. J'allais vider une poubelle en dehors du jardin.

Au même endroit, quelques mois auparavant, j'avais rencontré un enfant à qui j'avais demandé s'il savait l'Ave Maria. Il m'avait répondu que oui, et je lui avais demandé de me le dire, pour l'entendre. Mais comme il ne se décidait pas à le dire seul, je l'avais récité trois fois avec lui. A la fin des trois Ave Maria, je lui ai demandé de le dire seul. Comme il restait silencieux et ne paraissait pas capable de le dire seul, je lui demandais s'il connaissait l'église de Sainte-Marie.

Il me répondit que oui. Je lui dis alors d'aller là tous les jours et de prier ainsi : « O ma Mère du Ciel, donnez-moi votre Enfant-Jésus !» Je lui appris cette prière, et je m'en allai.

           Donc, le 15 février, en revenant comme d'habitude, [pour vider une poubelle en dehors du jardin], j'y trouvai un enfant qui me parut être le même (que précédemment), et je lui demandai alors : « As-tu demandé l'Enfant-Jésus à notre Mère du Ciel ? » L'Enfant se tourna vers moi et me dit : « Et toi, as-tu révélé au monde ce que ta Mère du Ciel t'a demandé? » Et, ayant dit cela, il se transforma en un enfant resplendissant.

           Reconnaissant alors que c'était Jésus, je lui dis : Mon Jésus ! Vous savez bien ce que m'a dit mon confesseur dans la lettre que je vous ai lue. Il disait qu'il fallait que cette vision se répète, qu'il y ait des faits pour permettre de croire, et que la Mère supérieure ne pouvait pas, elle toute seule, répandre la dévotion dont il était question.

           - C'est vrai que la Mère supérieure, toute seule, ne peut rien, mais avec ma grâce, elle peut tout. Il suffit que ton confesseur te donne l'autorisation et que ta supérieure le dise pour que l'on croie, même sans savoir à qui cela a été révélé.

           - Mais mon confesseur disait dans sa lettre que cette dévotion ne faisait pas défaut dans le monde, parce qu'il y avait déjà beaucoup d'âmes qui Vous recevaient chaque premier samedi, en l'honneur de Notre -Dame et des quinze mystères du Rosaire.

           - C'est vrai ma fille, que beaucoup d'âmes commencent, mais peu vont jusqu'au bout et celles qui persévèrent, le font pour recevoir les grâces qui y sont promises. Les âmes qui font les cinq premiers samedis avec ferveur et dans le but de faire réparation au Cœur de ta Mère du Ciel me plaisent davantage que celles qui en font quinze, tièdes et indifférents.

           - Mon Jésus ! Bien des âmes ont de la difficulté à se confesser le samedi. Si vous permettiez que la confession dans les huit jours soit valide ?

           -Oui. Elle peut être faite même au-delà, pourvu que les âmes soient en état de grâce le premier samedi lorsqu'elles me recevront, et que, dans cette confession antérieure, elles aient l'intention de faire ainsi réparation au Sacré-Cœur de Marie.

           - Mon Jésus ! Et celles qui oublieront de formuler cette intention ?

           - Elles pourront la formuler à la confession suivante, profitant de la première occasion qu'elles auront pour se confesser.

Aussitôt après, Il a disparu, sans que je sache rien d'autre des désirs du Ciel, jusqu'aujourd'hui.(1)

           Ces deux apparitions de Pontevedra sont capitales pour la compréhension du message de Fatima.

Des précisions très importantes nous y sont données sur la pratique des premiers samedis du mois.

Ce que veut le Ciel avant tout, c'est que nous réparions les offenses faites envers le Très Saint Cœur de Marie. Cela nous est dit trois fois.

Le 10 décembre 1925, l'Enfant-Jésus dit: « Aie compassion du Cœur de ta Très Sainte Mère »; juste après, la Sainte Vierge ajoute: «Toi, du moins, tâche de me consoler ». Et deux mois plus tard, l'Enfant-Jésus redira: «  Les âmes qui font les cinq premiers samedis avec ferveur et dans le but de faire réparation au Cœur de ta Mère du Ciel Me plaisent davantage ».

           Dieu tient tellement à cette dévotion réparatrice envers les outrages faits au Cœur de sa Sainte Mère que non seulement il réduit le plus possible les exigences matérielles de cette dévotion, mais il accorde d'emblée le salut éternel à ceux qui la pratiqueront avec ferveur. Sans exagérer, on peut dire que jamais le Ciel n'est allé aussi loin dans l'attribution de ses dons.

           Malheureusement, ni Monseigneur Pereira Lopes, ni Monseigneur da Silva ne firent quoi que ce soit. Malgré tout, Mère Magalhaes (sa supérieure) commença à propager cette dévotion et Don Lino Garcia célébrera tous les ans l'anniversaire de l'apparition du l0 décembre 1925.



         
Courte invocation :

 Mon Dieu je crois, et je vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas.



avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Ven 7 Avr 2017 - 7:36


A Tuy, sœur Lucie est autorisée à décrire la ‘’communion réparatrice’’.





(Notre Seigneur)
         
Ecris, ma fille, ce qu'on te demande ; et tout ce que t'a révélé la Très Sainte Vierge dans l‘apparition où elle parla de cette dévotion, écris-le aussi.

Quant au reste du secret, observe toujours le silence  (Tuy 17 décembre 1927)

Résumé.

           Au début de son noviciat à Tuy, sœur Lucie reçoit de Notre Seigneur l’autorisation de dévoiler à ses confesseurs la partie du secret concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

Mgr da Silva, ne donna pas suite à sa demande de reconnaître et d’approuver cette dévotion. En 1946 sœur Lucie évoque l’attitude d’un professeur de théologie à Louvain vis à vis des messages du Ciel après 1917, le père Dhanis.



           Après dix mois de postulat à Pontevedra, sœur Lucie fut envoyée le 16 juillet 1926 à la maison provinciale de Tuy, pour commencer son noviciat et prit l'habit des sœurs Dorothées, le 2 octobre suivant. A compter de ce moment, elle eut pour confesseur le père Aparicio qui s'efforça également de développer la dévotion des premiers samedis du mois.

           Le père Aparicio lui demanda d'écrire une rédaction des apparitions de Pontevedra et de préciser la relation entre la dévotion au Cœur Immaculé et les apparitions de Fatima.

Cette demande plongea sœur Lucie dans une certaine perplexité, car obéir la conduisait à révéler une partie du secret. En effet, les apparitions de Pontevedra, comme nous venons de le voir, ne faisaient pas une référence explicite au secret de Fatima.

Sœur Lucie pouvait donc en parler librement. Mais, la question de son directeur l'obligeait à révéler que la dévotion au Cœur Immaculé de Marie était un des points du secret.

           Le 17 décembre, alors qu'elle priait devant le tabernacle, Jésus lui dit ce qu'elle devait faire et lui donna l'autorisation de révéler à ses confesseurs le secret concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Voici comment elle relate les faits dans la lettre au père Aparicio que nous avons déjà citée deux fois au paragraphe précédent :

           Le 17 décembre 1927, elle se rendit auprès du tabernacle pour demander à Jésus comment satisfaire la demande qui lui était faite, si l'origine de la dévotion au Cœur de Marie était incluse dans le secret que la Très Sainte Vierge lui avait confié. Jésus, d'une voix claire, lui fit entendre ces paroles : « Ecris, ma fille, ce qu'on te demande ; et tout ce que t'a révélé la Très Sainte Vierge dans l‘apparition où elle parla de cette dévotion, écris-le aussi. Quant au reste du secret, observe toujours le silence ».

           Dans cette lettre, sœur Lucie ne fait le lien qu'avec les révélations du 13 juin. Mais elle ne dit rien de celles du 13 juillet que la Sainte Vierge lui avait demandé formellement de tenir secrètes.

A partir de ce moment, le père Aparicio enseigna cette dévotion au couvent d'Oya où il venait d'être nommé maître des novices.

           C'est donc à partir 1925 et surtout à partir de décembre 1927 que, sur demande du Ciel, commença à être dévoilée la partie du message concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Sœur Lucie n'a donc pas révélé l'essentiel du secret à partir de 1940, comme le prétendent ses détracteurs : elle a commencé dès le mois de décembre 1925 en relatant immédiatement la première apparition de Pontevedra à son confesseur. Ainsi, en 1946, elle eut un long entretien avec le père Jongen et lui confia :

« Ce père jésuite (Il s'agit du père Dhanis à l’époque professeur de théologie à l’université de Louvain qui contestait la véracité des dires de sœur Lucie en dehors des apparitions sur le site de Fatima.

Nous lui consacrerons une publication entière, compte tenu de son rôle déterminant dans la diffusion du message de Fatima dans l’Eglise) pourrait écrire à mes confesseurs pour leur demander ce que je leur ai communiqué en 1927 ; les pères José da Silva Aparicio et José Bernardo Gonçalvès » Le père Jongen lui demanda : « A qui avez-vous révélé le secret avant la guerre ? », elle répondit : « A la supérieure provinciale, à Monseigneur l’Evêque, à M. le Chanoine Galamba ».

Et elle l'aurait probablement fait plus tôt si Monseigneur da Silva ne lui avait pas demandé de conserver son secret lorsqu'il la vit pour la première fois en 1921.

           Ainsi, en 1927, dix ans après les apparitions et pour la première fois dans l'histoire de Fatima, sœur Lucie révélait un point du message de Fatima : la volonté formelle de Dieu d'établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, volonté que la Sainte Vierge confia aux petits voyants dans deux des six apparitions, les 13 juin et 13 juillet 1917. Par contre, le reste du secret restera caché encore plusieurs années.

           Le 3 octobre 1928, sœur Lucie prononça ses premiers vœux. Le chanoine Formigâo assista à la cérémonie et put s'entretenir avec la jeune professe qui profita de l'occasion pour lui confier une lettre à remettre à Monseigneur da Silva.

Le chanoine Formigâo fut immédiatement convaincu de l’importance des apparitions de Pontevedra. Aussi entreprit-il une démarche auprès de l'évêque de Leiria qui n'avait pas pu assister à la cérémonie, ayant été bloqué par une panne de voiture, et lui apporta quelques jours après la cérémonie la lettre de sœur Lucie dans laquelle elle lui demandait d'approuver la dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

           Le bon Dieu, dans son infinie miséricorde, se plaint de ne pouvoir supporter plus longtemps les offenses qui se commettent contre l'Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge. Il dit qu'à cause de ce péché, un grand nombre d’âmes tombent en enfer, et il promet de les sauver, dans la mesure où l'on pratiquera la dévotion suivante, avec l’intention de faire réparation au Cœur Immaculé de notre très Sainte Mère.

Je viens donc, excellentissime et révérendissime Seigneur, avec l'approbation de mon confesseur et de ma très révérende Mère supérieure, et pour satisfaire les désirs de Notre-Seigneur, demander humblement à votre Excellence révérendissime de bien vouloir lui accorder son approbation.

           Puis Lucie exposait la dévotion réparatrice des premiers samedis et la grande promesse qui y était attachée. Ce passage est un remarquable résumé du message de Fatima et précise bien que Notre-Seigneur Lui-même souhaite cette dévotion et veut sauver les âmes par ce moyen. Il veut surtout qu'elle soit approuvée par l'Église, et en premier lieu, par Monseigneur da Silva, afin qu'elle se répande rapidement dans tout le peuple chrétien.

           Quelques jours plus tard, le père Aparicio fit une démarche semblable. Ainsi, le Ciel par l'intermédiaire de sœur Lucie, confiait à l'évêque de Leiria le soin d'approuver la dévotion réparatrice des premiers samedis. Malheureusement Monseigneur da Silva hésita et ne fit rien.

Quel dommage ! La première partie du message de Fatima, enfin dévoilée, fut confiée à l'évêque du diocèse, et celui-ci s'abstint de reconnaître la dévotion, comme cela lui était expressément demandé, entraînant pour l'Église et le monde des conséquences dont nous souffrons encore !



Nota :

Ce jour, est le vendredi de la passion. Dans le rite extraordinaire, l’évangile du jour relate la décision du sanhédrin de faire mourir Jésus et fait mémoire de Notre Dame des 7 douleurs au 15 septembre avec la prière du ‘’ Stabat Mater dolorosa’’ C’est une méditation sur les souffrances de la Vierge au pied de la croix. Les 7 douleurs de Notre Dame seront le thème de notre neuvaine pour le pape, juste avant le centenaire de la première apparition à Fatima.

           Les Missionnaires de la Miséricorde divine ont publié hier une vidéo sur le rayonnement mondial de l’apostolat de Fatima.

Environ 7 minutes de récit sur l’enthousiasme et les miracles qui ont accompagné le voyage d’une statue de Notre Dame de Fatima à travers différents pays du monde.

Que d’encouragements à parler de la dévotion au Cœur Immaculé autour de nous, particulièrement de la communion réparatrice.    



<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/OISqQY0u3bo" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>




Mon Dieu je vous adore et je vous demande pardon pour ceux qui ne vous adorent pas




avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Mar 11 Avr 2017 - 10:12


Prions Notre Dame de Fatima pendant l’année 2017.

Prions pour le pape et pour nous-même, pour connaître, pratiquer et répandre la communion réparatrice des 5 premiers samedis du mois.
         

           Le centenaire des apparitions de Notre Dame à Fatima et l’annonce de la visite du pape François à ce sanctuaire ont relancé l’intérêt que beaucoup de gens portent à ces apparitions. Mais bien peu connaissent précisément ce que Notre Dame est venu nous dire il y a cent ans.

Ce devait être important puisqu’Elle l’a souligné par un très grand miracle annoncé 3 mois à l’avance.

           1917 (avec la demande de consécration de la Russie) et précisée le 10 décembre 1925 à Pontevedra. (Le 29 mai et le 12 juin 1930, sœur Lucie avait écrit à son confesseur pour lui dire que Dieu et Notre-Dame voulaient que cette dévotion soit propagée et demandaient qu’elle soit approuvée par le Saint-Père.)




Tuy 13 juin 1929) La demande de consécration de la Russie.

           (Notre-Dame)  Le moment est venu ou Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les évêques du monde, la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé.  (Tuy 13 juin 1929)

Résumé.
           
Le mystère de la sainte Trinité est montré à sœur Lucie. Au cours de cette apparition, Notre Dame lui précise la demande faite par Dieu, à adresser au Saint-Père, de consacrer la Russie à son Cœur Immaculé en union avec tous les évêques du monde.



           Le 13 juin 1929, sœur Lucie eut une autre apparition. Cette fois, le Ciel demandait au pape de consacrer la Russie au Cœur Immaculé de Marie. Voici le récit qu'elle mit par écrit le 13 mai 1936 et que le père Gonçalvès recopia le 24 avril 1941, un jour où il passait à Tuy :

           Le Révérend Père Gonçalvès est venu plusieurs fois confesser dans notre chapelle.

Je me suis confessée à lui et, comme je m'entendais bien avec lui, j'ai continué à le faire durant les trois ans pendant lesquels il est resté ici comme supérieur.

           C'est à cette époque que Notre-Seigneur m'a avertie que le moment était venu où il voulait que je fasse connaître à la Sainte Église son désir de la consécration de la Russie et sa promesse de la convertir... La communication s'est produite ainsi :

           (13/6/1929) J'avais demandé et obtenu la permission de mes supérieures et de mon confesseur de faire une heure sainte de onze heures à minuit, dans la nuit du jeudi au vendredi de chaque semaine.

           Me trouvant seule une nuit, je m'agenouillai près de la balustrade, au milieu de la chapelle, pour réciter, prosternée, les prières de l'Ange.

Me sentant fatiguée, je me relevai et continuai à les réciter les bras en croix. La seule lumière était celle de la lampe [du sanctuaire].

           Soudain, toute la chapelle s'éclaira d'une lumière surnaturelle, et, sur l'autel, apparut une croix de lumière qui s'élevait jusqu'au plafond.

           Dans une lumière plus claire, on voyait sur la partie supérieure de la Croix, une face d'homme, avec un corps jusqu'à la ceinture; sur sa poitrine une colombe, également lumineuse, et cloué à la croix, le corps d'un autre homme.

           Un peu en dessous de la taille, suspendus en l'air, on voyait un calice et une grande hostie sur laquelle tombaient quelques gouttes de sang qui coulaient sur les joues du Crucifié et d'une blessure à la poitrine. Coulant sur l'Hostie, ces gouttes tombaient dans le Calice.

           Sous le bras droit de la Croix se trouvait Notre-Dame avec son Cœur Immaculé dans la main... (C'était Notre-Dame de Fatima avec son Cœur Immaculé,... dans la main gauche... sans épée ni roses, mais avec une couronne d'épines et des flammes...)

           Sous le bras gauche [de la croix], de grandes lettres, comme d'une eau cristalline qui aurait coulé au-dessus de l'Autel, formaient ces mots : Grâce et Miséricorde.

           Je compris que m'était montré le mystère de la Très Sainte Trinité, et je reçus sur ce mystère des lumières qu'il ne m'est pas permis de révéler.

           Ensuite, Notre-Dame me dit : « Le moment est venu ou Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les évêques du monde, la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé.

Il promet de la sauver par ce moyen. Elles sont tellement nombreuses les âmes que la justice de Dieu condamne pour les péchés commis contre moi, que je viens demander réparation. Sacrifie-toi à cette intention et prie. »

           Je rendis compte de ceci à mon confesseur, qui me demanda d'écrire ce que Notre-Seigneur voulait que l'on fasse.

           Plus tard, (en août 1931) par le moyen d'une communication intime, Notre-Dame me dit, en se plaignant.

« Ils n'ont pas voulu écouter ma demande... ! Comme le Roi de France, ils s'en repentiront et ils le feront, mais ce sera tard.

La Russie aura déjà répandu ses erreurs dans le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Le Saint-Père aura beaucoup à souffrir »

           Sœur Lucie fit tout ce qu'elle put auprès des autorités religieuses pour que ces demandes parviennent au Saint-Père, en particulier, elle en parla elle-même au nonce apostolique, Monseigneur Giovanni Beda Cardinale venu lui rendre visite à Tuy quelques jours après l'apparition.

Elle en reparla à Monseigneur da Silva à la fin de l'année, mais toujours sans succès. Dans une lettre datée du 15 décembre 1929 elle confia au Père Aparicio que ce fut pour elle « un coup bien pénible »

           Nous parlerons plus tard des hypothèses que l’on peut avancer pour tenter d’expliquer la position du pape Pie XI lorsqu’il eut connaissance de cette demande. (‘’Toute la vérité sur Fatima’’ Tome II )



Mardi 11 Avril :

Nous avons commencé la semaine Sainte. Demandons à notre très Sainte Mère de remercier Notre Sauveur d’avoir pris sur Lui nos péchés, en la consolant par la prière du ‘’ Stabat Mater Dolorosa’’ http://site-catholique.fr/index.php?post/Stabat-Mater-dolorosa



 
Mon Dieu j’espère , et je vous demande pardon pour ceux qui n’espèrent pas


<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/hLwV02JOmyE" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Dim 16 Avr 2017 - 17:09

Tuy (mai 1930), Rianjo (août 1931) Dernières précisions du Ciel.






           (Notre Seigneur)  Voilà, ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie M'a inspiré de demander cette petite réparation, et, en considération de celle-ci, d'émouvoir ma miséricorde pour pardonner aux âmes qui ont eu le malheur de l’offenser (Tuy 28-29 mai 1930)

           

           
Résumé :

Dans deux lettres au père Gonçalves, sœur Lucie précise les conditions de la consécration de la Russie ainsi que l’approbation de de la communion réparatrice. Elle donne aussi la raison du nombre de premiers samedis pour cette communion. La communion réparatrice doit devenir une pratique stable, approuvée, répandue et encouragée par la hiérarchie de l’Église.  C'est le but  de la neuvaine de prière pour le pape que nous adresserons bientôt au Ciel.


Tuy (Mai 1930)

           L'année suivante, en mai 1930, Notre-Seigneur fit savoir à sœur Lucie que les deux demandes concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie et la consécration de la Russie devaient être adressées au Saint-Père lui-même. Le 29 mai, jour de l'Ascension cette année-là, elle mit au courant le père Gonçalvès qui lui ordonna de mettre par écrit ce qu'elle avait appris :

Voici le début de cette lettre

           Révérend Père                                                                                                                                              
Tuy le 29 mai 1930,

           Ce qui me paraît s'être passé entre Dieu et mon âme au sujet de la dévotion réparatrice au Cœur Immaculé de Marie et de la persécution de la Russie.

           Il me semble que le bon Dieu, au fond de mon cœur, agit sur moi pour que je demande au Saint-Père l'approbation de la dévotion réparatrice que Dieu lui-même et la Très Sainte Vierge ont clairement demandé en 1925, pour, au moyen de cette petite dévotion donner la grâce du pardon aux âmes qui ont eu le malheur d'offenser le Cœur Immaculé de Marie. La Très Sainte Vierge promettant aux âmes qui chercheront à lui faire réparation de cette manière, de les assister à l'heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires pour qu'elles se sauvent……..

           La dévotion consiste, durant cinq mois consécutifs, le premier samedi, à recevoir la sainte communion, à dire un chapelet, et à tenir compagnie à Notre-Dame durant quinze minutes, en méditant les mystères du Rosaire, et à se confesser avec la même intention. Cette confession peut être faite un autre jour. Si je ne me trompe, le bon Dieu promet de mettre lin à la persécution en Russie, si le Saint-Père daigne faire, et ordonne aux évêques du monde catholique de faire également un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie aux très Saints Cœurs de Jésus et de Marie. Sa Sainteté promettant, moyennant la fin de cette persécution, d'approuver et de recommander la pratique de la dévotion réparatrice indiquée ci-dessus.


Remarque

           Ce serait une erreur de croire que les expressions « je crains beaucoup de me tromper »  ou encore « Si je ne me trompe » que l'on trouve également dans d'autres lettres, soient des expressions restrictives manifestant un doute ou une incertitude : sous la plume de sœur Lucie, ces expressions sont des formules d'humilité et d'obéissance indiquant par là qu'elle s'en remet entièrement au jugement de son directeur de conscience. On trouve des expressions semblables dans les écrits de sainte Marguerite-Marie.

           Pour confirmer l’importance de cette lettre, le père Gonçalvés envoya un questionnaire en 6 points. Sœur Lucie lui répondit le 12 juin 1930 par la lettre ci-dessous qu’elle écrivit après avoir prié pendant l’heure sainte qu’elle faisait chaque jeudi de de onze heures à minuit, suivant en cela la demande du Sacré-Cœur à Paray-le-Monial. Notre-Seigneur lui fit connaître les réponses. .

12 Juin 1930     Révérend Père,

           Après avoir imploré l’assistance des Très Saints Cœurs de Jésus et de Marie, je vais, autant que possible répondre aux questions de votre Révérence.

           
Pour ce qui touche à la dévotion des cinq samedis :

Quand ? Le 10 décembre 1925.



           Comment ? Par une apparition de Notre-Seigneur et de la Très Sainte Vierge qui me montra son Cœur Immaculé entouré d’épines et demandant réparation.

           Où ? À Pontevedra (passage  Isabelle II). La première apparition (eut lieu) dans ma chambre, la seconde près du portail du jardin ou je travaillais.


           Durant cinq mois, le premier samedi, recevoir la sainte communion, dire le chapelet, tenir compagnie quinze minutes à Notre-Dame en méditant les mystères du Rosaire, et se confesser avec la même intention. La confession peut se faire un autre jour, pourvu qu'on soit en état de grâce en recevant la sainte Communion.


           « Aux âmes qui chercheront à me faire réparation de cette manière (dit Notre-Dame), je promets de les assister à l'heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires au salut».


           Me trouvant dans la chapelle avec Notre-Seigneur une partie de la nuit du 29 au 30 de ce mois de mai 1930, et parlant à Notre-Seigneur des questions quatre et cinq, je me sentis soudain possédée plus intimement par la divine présence et, si je ne me trompe, voici ce qui m'a été révélé ;

           « Ma fille, le motif en est simple. Il y a cinq espèces d’offenses et de blasphèmes proférés contre le Cœur Immaculé de Marie :

l) Les blasphèmes contre l’Immaculée Conception.



           2) Les blasphèmes contre sa virginité.

           3) Les blasphèmes contre sa maternité divine en refusant en même temps de la reconnaître comme Mère des hommes.

           4) Les blasphèmes de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le cœur des enfants l'indifférence ou le mépris, ou même la haine à l’égard de cette Mère Immaculée.

           5) Les offenses de ceux qui l’outragent directement dans ses saintes images.

           Voilà, ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie m'a inspiré de demander cette petite réparation, et, en considération de celle-ci, d'émouvoir ma miséricorde pour pardonner aux âmes qui ont eu le malheur de l’offenser. Quant à toi, cherche sans cesse, par tes prières et tes sacrifices, à émouvoir ma miséricorde à l'égard de ces pauvres âmes ».


« La pratique de cette dévotion sera également acceptée le dimanche qui suit le premier samedi, quand mes  prêtres, pour de justes motifs, le permettront aux âmes».



Remarque      Ces deux lettres sont très importantes  car elles précisent très clairement les conditions dans lesquelles la consécration de la Russie doit être faite. Elles sont au nombre de six.

           Le jour choisi, le pape doit : l) avec tous les évêques du monde entier, 2) consacrer, 3) la Russie, 4) au Cœur Immaculé de Marie, 5) avec un acte public et solennel de réparation, et 6) promettre d'approuver et de recommander la communion réparatrice des premiers samedis du mois.

           Le dernier point signifie que la communion réparatrice des premiers samedis du mois ne doit pas rester une dévotion privée, donc susceptible de disparaître. Le Ciel demande qu'elle devienne une pratique stable, approuvée, répandue et encouragée par la hiérarchie de l’Église.

           Le père Gonçalvès transmit la lettre à Monseigneur da Silva et, devant l'inertie de l'évêque de Leiria, il prit l’initiative d'informer lui-même Pie XI.

Rianjo  ( Août 1931) ,

           En août 1931, sœur Lucie s'étant trouvée fatiguée fut envoyée à Rianjo, près de Pontevedra, pour se reposer. Notre-Dame lui apparût et lui fit connaître son mécontentement de ce que la demande de consécration de la Russie n'avait toujours pas été exécutée :

           Ils n'ont pas voulu écouter ma demande... ! Comme le Roi de France, ils s'en repentiront et ils le feront, mais ce sera tard. La Russie aura déjà répandu ses erreurs dans le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église. Le Saint-Père aura beaucoup à souffrir.

           Tout de suite, elle en fit part à son confesseur qui lui demanda d'écrire à Monseigneur da Silva, ce qu'elle fit le 29 août :

           Mon confesseur m'ordonne de faire part à votre Excellence de ce qui s'est passé, il y a peu de temps entre notre bon Dieu et moi. Comme je demandais à Dieu la conversion de la Russie, de l'Espagne et du Portugal, il me sembla que sa divine majesté me dit :

           « Tu me consoles beaucoup en me demandant la conversion de ces pauvres nations. Demande-la aussi à ma Mère, en lui disant souvent : Doux Cœur de Marie, soyez le salut de la Russie, de l'Espagne et du Portugal, de l’Europe et du monde entier. Et d'autres fois : Par votre pure et Immaculée conception, ô Marie, obtenez-moi la conversion de la Russie, de l'Espagne et du Portugal, de l’Europe et du monde entier.

           Fais savoir à mes ministres, étant donné qu'ils suivent l'exemple du Roi de France en retardant l'exécution de ma demande, qu’ils le suivront dans le malheur. Jamais il ne sera trop tard pour recourir à Jésus et à Marie.»


           Quelle terrible révélation ! Les ministres de Dieu, pour ne pas avoir voulu obéir suivront le roi de France dans son malheur ! Ainsi pour la troisième fois en deux ans (juin 1929, mai 1930, août 1931), le ciel demandait avec insistance la consécration de la Russie. Malheureusement, les autorités de l'Église allaient rester sourdes à son appel. Puisse notre prochaine neuvaine, obtenir du pape François se rendant à Fatima, qu'il approuve et  recommander la communion réparatrice pendant l'année 2017.


Samedi 15 avril :  Samedi Saint: Nos péchés sont des offenses à Dieu !  Nous sommes rachetés; mais à quel prix !  Notre-Dame se remémore les souffrances de son Fils qu’Elle a tenu dans ses bras à la descente de la croix, et les siennes, pendant toute la passion.. Mais Elle sait que le troisième jour Il ressuscitera.



Courte invocation :

 Mon Dieu je vous aime et vous demande pardon pour ceux qui ne vous aiment pas.(malgré tout ce que Vous avez souffert pour eux )




avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par jacques58fan le Mar 18 Avr 2017 - 2:14

Marie du 65 a écrit:
ère apparition de Notre-Dame à la Cova da Iria le dimanche 13 mai 1917 - Fatima 100 ans - Mon Cœur Immaculé sera ton refuge...



Notre-Dame : Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ?

           Résumé  Dès la première apparition, Notre-Dame demande aux enfants, d’offrir leurs souffrances pour réparer les offenses envers Notre Seigneur et convertit les pécheurs. Elle demande aussi la récitation quotidienne du chapelet. Elle confirme également l’existence du Ciel et du Purgatoire.

           Avant propos   Après les 3 apparitions de l’ange Notre-Dame apparut six fois aux petits pastoureaux: les 13 mai, 13 juin, 13 juillet, 19 août, 13 septembre et 13 octobre 1917. Voici quels furent les dialogues entre Lucie et la Saint Vierge au cours de ces apparitions. Les plupart des dialogues sont tirés du quatrième mémoire. Certains échanges, absents du mémoire mais figurant soit dans l'interrogatoire fait à la fin de mai l9l7 par le curé de Fatima, le père Ferreira, soit dans un texte rédigé par sœur Lucie en décembre 1927 à la demande de son confesseur, le père Aparicio.



Notre-Dame : N'ayez pas peur. Je ne vous ferai pas de mal.

Lucie : D'où vient Votre Grâce ?

Notre-Dame : Je suis du Ciel.

Lucie : Et que veut de moi Votre Grâce ?

Notre-Dame: Je suis venue vous demander de venir ici pendant six mois de suite, le 13, à cette même heure. Ensuite, je vous dirai qui je suis et ce que je veux. Après, je reviendrai encore ici une septième fois.

Lucie: Pouvez-vous me dire si la guerre durera encore longtemps, ou si elle va bientôt finir ?

Notre-Dame : Je ne puis te le dire encore, tant que je ne t'ai pas dit aussi ce que je veux.(1)

Lucie : Et moi, est-ce que j'irai au Ciel ?

Notre-Dame: Oui, tu iras.

Lucie : Et Jacinthe ?

Notre-Dame : Elle aussi.

Lucie : Et François ?

Notre-Dame : Lui aussi, mais il devra réciter beaucoup de chapelets.

Lucie : Maria das Neves est-elle déjà au Ciel

Notre-Dame : Oui, elle y est.

Lucie : Et Amélia ?

Notre-Dame : Elle est au purgatoire jusqu'à la fin du monde.   Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs ?

Lucie : Oui, nous le voulons.

Notre-Dame : Vous aurez alors beaucoup à souffrir mais la grâce de Dieu sera votre réconfort.

À ce moment, Notre-Dame communique une lumière aux petits voyants.

Notre-Dame : Récitez le chapelet tous les jours pour obtenir la paix pour le monde et la fin de la guerre.



           Comme l'Ange, dès la première apparition, la Sainte vierge délire la quasi-totalité de son message. Seules manquent les précisions concernant la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Elle émet deux demandes essentielles :

           - L'offrande des souffrances envoyées par le ciel dans un double objectif : en réparation des offenses envers Notre-Seigneur, pour la conversion des pécheurs,

           - La récitation quotidienne du chapelet.

           Œuvrer sans cesse pour la conversion des pécheurs et réparer les outrages commis envers les deux Cœurs de Notre-Seigneur et de Notre-Dame, voilà tout l'essentiel du message de Fatima.

           La récitation quotidienne du chapelet sera la première des demandes de la Sainte Vierge que les petits voyants révéleront. Jacinthe la répétera à ses parents dès le soir de cette première apparition.

           Il est important de noter que Notre-Dame a demandé la récitation du chapelet et non pas du rosaire. Dans le quatrième mémoire, en rapportant la réponse Notre-Dame à propos de, François, sœur Lucie a écrit : « Tambén : mas tem que rezar muitos terços » Traduction : « Aussi, mais il devra réciter beaucoup de chapelets » Par contre, dans l'interrogatoire original du curé de la paroisse, quinze jours après la première apparition, Elle dit seulement : « Esse ainda hà-de rezar as contas dele » Traduction : « Aussi, il devra  réciter son chapelet» ou plus littéralement « il a encore à réciter les ‘’grains de lui’’ » c’est-à-dire les dizaines de son chapelet. En portugais, le chapelet est désigné soit par ce mot ‘’terço’’ (un tiers pour un tiers du rosaire), soit par le mot "contas" (les grains ; nous dirions les "dizaines" en français). Dans l’enquête canonique de 1924, elle emploie encore une autre formule: « Disse que sim, mas que ele devia rezar o terzo».Traduction : « Elle dit que oui, mais qu’il devrait réciter le chapelet »

           Sœur Lucie a confié au chanoine Barthas que Notre-Dame n'a jamais demandé la récitation du rosaire. Elle n'a employé le mot "rosaire" ("rosario" en portugais) que pour parler de Notre-Dame du Rosaire. Sinon, elle a toujours employé le mot "chapelet" ("terço" en portugais). La confusion entre rosaire et chapelet vient du fait qu'en espagnol, le même mot "rosario" désigne aussi bien le chapelet et le rosaire. Lorsque sœur Lucie était en Espagne (où elle vécut près de vingt ans) et s'exprimait en espagnol, elle ne pouvait utiliser que le mot "rosario". De là vient la confusion de certaines traductions qui ont traduit "rosario" par "rosaire".

           L'échange sur la guerre mérite d'être souligné, car il précise un point important : la fin de la guerre est subordonnée à l'accomplissement des demandes de Notre-Dame. Elle ne peut donc pas promettre de délivrer les hommes des horreurs de la guerre tant qu'elle n'a pas dit ce qu'il faut faire pour les arracher au péché dont la guerre est le châtiment.

           Peu avant la fin de l'apparition, se produisit un fait qu'il convient de souligner, car il se reproduisit trois fois dans les apparitions suivantes.

           C'est en prononçant ces dernières paroles (« La grâce de Dieu... », etc.) qu'Elle ouvrit pour la première fois les mains, nous communiquant une lumière si intense, comme si elle nous expédiait un de ses rayons qui nous pénétrait dans la poitrine, jusqu'au plus profond de l'âme, nous faisant nous voir nous-mêmes en Dieu qui était cette lumière, plus clairement que nous nous voyions dans le meilleur des miroirs.

           Il est important de retenir la façon dont la Sainte Vierge communique avec les petits pastoureaux. Elle le fait de deux façons : par des paroles qu'ils entendent par leurs oreilles et par un rayon de lumière « qui est Dieu » émanant de ses mains.

Ainsi la Sainte Vierge a le pouvoir de nous communiquer la lumière qu'est Dieu. Nous reviendrons sur ce point dans la suite.

           Nous remarquons également que Notre Dame confirme la vie éternelle et l’immortalité de l’âme. Seul le corps est mort. Elle confirme également l’existence du Ciel et du Purgatoire et que dans ce dernier on peut rester très longtemps. Ces jeunes filles venaient régulièrement chez les parents de Lucie et étaient mortes depuis quelques semaines. L’une est déjà au ciel : On peut donc y aller rapidement. L’autre ira sûrement la rejoindre, mais devra attendre bien longtemps : Prions pour atténuer ses souffrances expiatoires.



La question sur la guerre et la réponse de Notre-Dame ne sont pas rapportées dans le quatrième mémoire, mais elles se trouvent dans 1a première déposition de Lucie devant son curé en mai 1917 ainsi que dans d'autres sources primitives.


Prière de cette apparition : Les premières paroles de la Belle Dame concernent le ciel : « Je suis du ciel » dit-elle, promettant ensuite le ciel aux trois enfants ravis. Ainsi notre bonne Mère commence par nous faire désirer la patrie céleste et nous donne les moyens d'y parvenir. «  Voulez-vous vous offrir à Dieu ?... »  Vous aurez beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. Dites le chapelet tous les jours..»

Cœur Immaculé de Marie qui nous montrez le chemin du ciel, nous voulons vivre ardemment tendus vers le ciel, comme Lucie, Jacinthe et François.



Le carême est là. N’oublions pas d’offrir nos sacrifices pour réparer les offenses contre les deux Cœurs de Jésus et Marie. Le premier samedi de carême est aussi le premier samedi du mois (de St Joseph). Efforçons nous d’essayer de consoler le Cœur Immaculé de Marie en choisissant de commencer ou de poursuivre nos communions réparatrices des premiers samedis.






‘’Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas.’’

Centenaire des apparition très bientôt!  Va-t-elle appraître à nouveau à Fatima?Aux coptes d'Egypte? Devant daesh?
http://www.la-croix.com/Religion/Religion-et-spiritualite/Comprendre-apparitions-Fatima-2017-02-17-1200825498
avatar
jacques58fan
Pour le roi

Masculin Messages : 621
Inscription : 22/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Mar 18 Avr 2017 - 9:16

Bonjour Jacques
Merci pour ce supplément d'information, très intéressant!!!
Amitiés
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Mer 19 Avr 2017 - 7:57


Reconnaissance des apparitions.

Consécration du Portugal



Notre Dame  ‘’je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis du mois’’ (13 juillet 1917)

           Résumé : Le procès canonique ne commence qu’en 1922 et se termine par la reconnaissance officielle du 13 octobre 1930. La consécration du Portugal au Cœur Immaculé de Marie le 13 mai 1931 épargnera au pays d’être impliqué dans la seconde guerre mondiale.



           A compter de 1930, la révélation de Fatima est globalement close, car toutes les précisions nécessaires sur la dévotion au Cœur Immaculé de Marie ont été données.

Les apparitions ultérieures qu'aura sœur Lucie ne donneront que des précisions sur la façon de divulguer le message.

           C'est à ce moment que l'Église, par l’intermédiaire de l’évêque de Leiria, reconnut le caractère authentique des apparitions.

           À la demande du patriarcat de Lisbonne, le curé de Fatima avait mené une enquête juste après les apparitions. Il termina son rapport en 1919 puis l'envoya. Mais Monseigneur da Silva n'ouvrit le procès canonique pour la reconnaissance officielle des apparitions que le 3 mai 1922.

Et l'enquête ne commença réellement que deux ans plus Tard, en 1924.

           Pendant ce temps, les pèlerinages à Fatima se développaient considérablement, surtout les 13 des mois de mai à octobre avec parfois des phénomènes extraordinaires comme le 13 mai 1924 où les 200 000 pèlerins qui se pressaient ce jour-là aux pieds de Notre-Dame, dont Monseigneur da Silva, purent assister au spectacle féerique d'une pluie de fleurs qui tombaient gracieusement du ciel et disparaissaient à leur arrivée au sol, phénomène qui s'était déjà produit deux fois, le 13 septembre 1917 et le 13 mai 1918.

           Après six ans d'enquête, le 13 octobre 1930 à la Cova da Iria, devant plus de 100 000 fidèles, Monseigneur da Silva, par sa lettre pastorale A Divina providentia, proclama solennellement l'origine divine des apparitions.

           L'évêque de Leiria confia plus tard au chanoine Barthas qu'avant cette proclamation il avait  envoyé à Sa Sainteté Pie XI tout un dossier sur les événements de la Cova da lria et qu'après en avoir pris entièrement connaissance, le Saint-Père l'avait encouragé à publier son approbation.

           Sept mois plus tard, le 13 mai 1931, sous 1a présidence du patriarche de Lisbonne, le cardinal Manuel Gonçalvez Cerejeira, l'épiscopat portugais consacra solennellement le Portugal au Cœur Immaculé de Marie pour la première fois de son histoire, et ceci avant même de savoir que cette consécration répondait à un désir de la Sainte Vierge, puisque le secret de Fatima n'avait pas encore été rendu public et n'était connu que de quelques très rares personnes.

           Cette consécration épargna au Portugal d’être impliquée dans la seconde guerre mondiale.

Plusieurs prélats l’affirmèrent, au vu de la lettre se sœur Lucie de février 1939. Notons ces propos du cardinal Ottaviani, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

Le 11 février 1967, au cours d’une conférence de presse donnée à l’académie pontificale mariale de Rome, il déclara :

           L’imminence de cette guerre avec sa violence et son extension fut communiquée à l’évêque de Leiria sept mois avant son commencement. En effet, j’ai eu en main la lettre du 6 février 1939 où la voyante disait imminente (elle a écrit éminente) « la guerre prédite par Notre-Dame », et promettait la protection de Notre-Dame sur le Portugal « grâce à la consécration à son Cœur Immaculé faite par l’épiscopat portugais ». (Documentation catholique du 19 mars 1967, col. 552)

           Le cardinal Cerejeira affirma le 30 mai 1947 :

‘’Je crois qu’on peut résumer le message de Fatima en ces termes : C’est la manifestation du Cœur Immaculé de Marie au monde actuel : Je répète ce que j’ai déjà dit souvent : Fatima sera pour le culte du Cœur Immaculé de Marie ce que fut Paray le Monial pour le culte du Cœur de Jésus.’’

           Dans les deux cas, ces cultes n’eurent pas, dans le monde, le développement qu’ils auraient dû avoir.



           Les 3 prochaines publications seront consacrées à la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, à l’évolution de la dévotion des premiers samedis du mois et à l’importance relative des 2 demandes annoncées le 13 juillet 1917.

(Communion réparatrice  et consécration de la Russie) . Juste avant la neuvaine pour notre pape François, nous verrons comment ses prédécesseurs accueillirent le message de Fatima.

            ‘’ Salue en mon nom Notre Seigneur et Notre Dame et dis leur que je souffrirai tout ce qu’Ils voudront pour la conversion des pécheurs et en réparation au Cœur Immaculé de Marie ‘’

 Dernière recommandation de Jacinthe à son frère François qui mourra le lendemain matin.




avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par lacolombe le Mer 19 Avr 2017 - 10:15

Bonjour Jacques et Marie,

Merci pour le rappel de ces informations relatives à Notre Dame de Fatima qui me font beaucoup de bien. Originaire du Nord, lorsque je m'y rends en été, il y a des fêtes de villages pratiquement toutes les semaines. Comme c'est un relief montagneux, on entend très souvent lorsqu'on est sur la terrasse de mes parents, la messe en direct des villages voisins. Que c'est beau d'entendre l'Ave Maria au milieu des eucalyptus et des pins.  Cela peut paraître étonnant pour les non croyants qui s'y rendent en vacance.

En union de prières.
Fraternellement
avatar
lacolombe
Veut-etre un saint/e

Féminin Messages : 247
Age : 51
Localisation : BAS-RHIN
Inscription : 06/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Mer 19 Avr 2017 - 18:56

lacolombe a écrit:Bonjour Jacques et Marie,

Merci pour le rappel de ces informations relatives à Notre Dame de Fatima qui me font beaucoup de bien. Originaire du Nord, lorsque je m'y rends en été, il y a des fêtes de villages pratiquement toutes les semaines. Comme c'est un relief montagneux, on entend très souvent lorsqu'on est sur la terrasse de mes parents, la messe en direct des villages voisins. Que c'est beau d'entendre l'Ave Maria au milieu des eucalyptus et des pins.  Cela peut paraître étonnant pour les non croyants qui s'y rendent en vacance.

En union de prières.
Fraternellement

Coucou M,
J'ai bien pensé à vous en postant ce sujet!!!
Nostalgie quand tu nous tiens!!Console
EN UDP
Avec toute mon Amitié
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Marie du 65 le Dim 23 Avr 2017 - 9:57


Bref historique de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie :

Efficacité.

Notre-Dame ( 13 Juillet 1917)  Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Coeur Immaculé        

Résumé :

Avant Fatima, quelques saints eurent une grande dévotion au Cœur Immaculé de Marie.

La première communauté humaine à être consacrée au Cœur Immaculé de Marie le fut à la paroisse de Notre Dame des Victoires à Paris en 1836.

La récitation du chapelet, accorda à ceux qui le firent avec grande confiance, des victoires inespérées sur les ennemis de la foi catholique.

           La dévotion au Cœur Immaculé de marie n’est pas une simple dévotion parmi les autres ou en plus d’elles, au sens d’exercice pieux.

Il est remarquable que dans l’apparition du 13 juillet 1917, la Sainte Vierge dise : « Pour sauver [les âmes des pauvres pécheurs], Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé. »

C’est une dévotion au sens de St Thomas d’Aquin : « piété véritable », « acte principal de la religion par lequel les hommes s’orientent avec droiture et s’adressent convenablement à Dieu »

           La dévotion au Cœur de Marie est déjà ancienne. Au XIIIème siècle, sainte Mechtilde et sainte Gertrude commencèrent à l'exprimer de façon explicite, au XVIIème siècle, deux saints la développèrent : Saint Jean Eudes la propagea en l'unissant à celle du Sacré-Cœur de Jésus et saint Louis Marie Grignion de Montfort fit de même.

Deux siècles plus tard saint Maximilien Kolbe créa la Milice de l’Immaculée.

           Au cours du XIXème siècle, les papes Pie VII et Pie IX accordèrent à plusieurs églises particulières une fête du "Cœur très pur de Marie", fixé au dimanche après l'Assomption, puis au samedi qui suit la fête du Sacré-Cœur. En 1854, Pie IX établit le dogme de l'Immaculée Conception, d’où il découle nécessairement que son Cœur est toujours resté immaculé.

           Le 27 novembre 1830, la Sainte Vierge apparut rue du Bac à sainte Catherine Labouré et lui demanda de faire frapper une médaille avec les deux Cœurs de Jésus et Marie.

Le Ciel lui-même est donc venu demander la dévotion aux deux Cœurs de Jésus et Marie réunis. Notre Dame demandait qu’on La prie avec cet hommage à son Cœur Immaculé :’’ Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous’’ (Saint Maximilien Kolbe repris cette invocation lors de la création de la Milice de l’Immaculé le 16 octobre 1917 à Rome, en y ajoutant : ‘’et pour tous ceux qui n’ont pas recours à vous, spécialement les francs-maçons’’)

           L'année 1836 fut particulièrement riche pour le développement de la dévotion au Cœur Immaculé de Marie. Cette année-là

           - le père Coudrin (1768-1837), fondateur des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, rue de Picpus à Paris, établissait la dévotion au Cœur Immaculé de Marie;

           - le 1er avril, le curé d'Ars consacrait sa paroisse à ''Marie conçue Sans péchés''

           - le 11 décembre, l'abbé Desgenettes, curé de Notre-Dame des Victoires consacrait sa paroisse au Cœur Immaculé de Marie. A notre connaissance, c’est la première fois qu’une communauté humaine se consacrait au Cœur Immaculé de Marie. (Suivre  le lien  http://www.fatima100.fr/lettres-de-liaison/94-protections-obtenues-par-la-consecration-au-coeur-immacule-de-marie )

           C’est le 3 décembre 1836 qu’il entendit plusieurs fois cette voie intérieur lui disant ‘’Consacre ta paroisse au Cœur Immaculé de Marie ‘’ il composa la prière suivante pour les membres de l’association qu’il créa alors ‘’ l’Association du Saint et Immaculé Cœur de Marie pour la conversion des pécheurs’’,

           Dès le commencement de ce jour, je vous offre, ô Marie, ma mère, toutes mes pensées, toutes mes actions, toutes mes prières, les actes de charité et de mortification que je ferai aujourd’hui. Obtenez moi la grâce de les faire tous avec pureté d’intention et pour la gloire de Dieu.

           Je les consacre à votre Cœur très saint et immaculé, afin que par lui et avec lui, il soit digne de glorifier la Sainte Trinité et vous prie d’implorer la grâce de ma conversion et celle de tous les pêcheurs.

Ô sainte Marie, conçue sans péché et Mère de Dieu, gardez-moi de tout péché pendant ce jour.

Ainsi soit-il *

           En offrant le sacrifice au Cœur Immaculé de Marie pour la conversion de tous les pêcheurs, cette prière n’est-elle pas, de façon anticipée, parfaitement dans l’esprit du message de Fatima ?

           Complétons cette prière au Cœur Immaculé de Marie par ces citations de saint Maximilien Kolbe

           ‘’L’amour de l’Immaculée ne consiste pas seulement dans un acte de consécration récité même avec grande ferveur, mais dans le fait de beaucoup souffrir de privation et de travailler pour Elle sans arrêt.’’ (lettre) ‘’En ce qui concerne la conversion des âmes, il n’y a que par Marie et pas autrement que nous pouvons y parvenir. Dieu dans sa bonté infinie a constitué la Mère très sainte trésorière de toutes les grâces et c’est seulement par Elle qu’elles se déversent sur le monde. Il est normal de demander ces grâces à Dieu, cependant il faut le faire par l’intermédiaire de l’Immaculée’’. (Conférences.)



           Efficacité : Les victoires du rosaire (1)

           Si, de nos jours, la récitation du rosaire est encore acceptée comme prière traditionnelle, il est beaucoup moins courant d’entendre dire qu’elle est particulièrement puissante pour obtenir la paix. Pourtant, bien avant Fatima, l’histoire l’a montré plusieurs fois de façon éclatante. Ainsi la récitation du rosaire obtint les victoires suivantes :

           - Contre les cathares : à Muret, près de Toulouse, l2 septembre 1213.

           - Contre l’islam à 3 reprises: à Lépante, le 7 octobre 1571 ; à Vienne le 12 septembre 1683, puis à Peterwardein  le 5 août 1716.

           - Contre les Protestants: à La Rochelle en 1628 (à l'issue de cette victoire sur les protestants, Louis   XIII fit construire l'église de Notre-Dame des Victoires à Paris) ; aux Philippines en 1646.

           Voilà donc six victoires, dont deux en France, obtenues essentiellement par la dévotion des combattants au saint rosaire. Mais après Fatima, d'autres victoires furent obtenues contre le communisme : en Autriche en 1955 et au Brésil en mars 1964.

Voir le détail de ces victoires avec le lien  http://www.fatima100.fr/le-rosaire/5-les-victoires-temporelles-du-rosaire

Le point culminant de toutes ces victoires est le recours à la récitation du rosaire. (Un supérieur hiérarchique ou une autorité légitime a ordonné la récitation publique du rosaire avant ou pendant la bataille.)


           Ô sainte Marie, conçue sans péché et Mère de Dieu, gardez-moi de tout péché pendant ce jour. (Abbé Desgenettes)


+++++++++


Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas.


+++++++++



Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément, et je Vous offre le très précieux Corps, Sang, Âme et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre, en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences par lesquels il est Lui-même offensé.

Par les mérites infinis de son très Saint Coeur et du Coeur Immaculé de Marie, je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs.


(Paroles de Notre-Dame, le 13 juillet 1917, à Fatima) :

« Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent à Jésus, spécialement lorsque vous ferez un sacrifice :

« Ô Jésus, c'est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Coeur Immaculé de Marie. »





avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19818
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par jacques58fan le Lun 24 Avr 2017 - 1:44

La Vierge est apparue en 1914 en France

conférence de 1H30
https://www.youtube.com/watch?v=9jqWUf5S8ns
avatar
jacques58fan
Pour le roi

Masculin Messages : 621
Inscription : 22/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par azais le Lun 24 Avr 2017 - 2:28

Centenaire des apparitions de Fatima :
La communion réparatrice des premiers samedis du mois

- à ceux qui pendant cinq mois,
le premier samedi,
se confesseront, recevront la sainte Communion,
réciteront un chapelet,
et me tiendront compagnie pendant quinze minutes,
en méditant sur les quinze mystères du Rosaire
en esprit de réparation,

je promets de les assister à l’heure de la mort,
avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme.


LES CINQ PREMIERS SAMEDIS DU MOIS


« Pour éviter la guerre, nous avait dit Notre-Dame, le 13 juillet 1917, à Fatima, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé (ce qui à ce jour n’a toujours pas été fait comme la Vierge l’avait demandée) et la Communion réparatrice des premiers samedis. »

Au cours de l'apparition, Notre-Dame dit: « Regarde, ma fille, mon cœur entouré d'épines que les hommes ingrats, à tout moment, lui enfoncent par des blasphèmes et des ingratitudes. Toi, du moins, cherche à me consoler, et dis que je promets d'assister à l'heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires au salut, tous ceux qui, le premier samedi, cinq mois de suite, se confesseront, recevront la sainte Communion, réciteront le chapelet et me tiendront compagnie pendant quinze minutes, en méditant les 15 mystères du Rosaire, avec l'intention de me faire réparation. »

Tenir compagnie à notre Mère pendant un quart d'heure,
méditer sur le prix de sa douleur tout au long de sa vie et plus spécialement au moment du sacrifice suprême de son Fils Jésus.
Le mystère de la souffrance de la Vierge Marie devrait nous remplir d'amour et de reconnaissance infinie  
Mère admirable qui n'a d'autre volonté que de donner, à tous ses enfants de la terre, l'héritage spirituel des vertus dont le Père l'a comblée, héritage qu'Elle nous communique lorsque avec elle, nous prions et méditons le Saint Rosaire.

Le 15 février 1926 et le 17 décembre 1927, Sœur Lucie écrit: « De la pratique de la dévotion des premiers samedis, unie à la consécration au Cœur immaculé de Marie, dépend la guerre ou la paix du monde ». Plus tard, en juin 1930, Sœur Lucie répond a  son confesseur, le Père Goncalvès: « Que le Seigneur lui avait fait entendre pendant l'Heure Sainte qu'elle faisait à la chapelle, dans la nuit du 29 au 30 mai précédent, qu'Il promettait de mettre fin à la persécution en Russie, si le Saint Père daignait faire et ordonnait aux évêques du monde catholique de faire également, un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie aux saints cœurs de Jésus et de Marie, et promettait d'approuver et de recommander la pratique de cette dévotion réparatrice des premiers samedis. »

Comprenons  que les ténèbres ont envahi la terre et que chacun de nous doit faire avec une immense générosité, qui est charité, ce que notre Mère et son Divin Fils, nous ont enseigné à Fatima, et qui concerne non seulement le Portugal, mais le monde entier. C'est pourquoi l'Apostolat mondial de Fatima œuvre dans toutes les parties du monde.


CINQ SAMEDIS POUR CINQ OFFENSES.

I) Les blasphèmes contre l'Immaculée Conception.
2) Contre la virginité perpétuelle de Marie.
3) Contre sa Maternité divine et contre le refus de la reconnaître également comme Mère des hommes
4) Le mépris et la haine contre cette Mère immaculée et l'indifférence que l'on cherche à mettre dans le cœur des enfants.
5) L'outrage de ceux qui l'attaquent dans ses saintes images.

Aujourd'hui, en 1986 nous comprenons beaucoup plus clairement la révélation de Jésus sur la nature des offenses faites au Cœur immaculé de sa Mère, car c'est désormais publiquement et quasi officiellement que la Vierge Marie est en butte aux outrages les plus bas.


La dévotion qui nous est demandée depuis 60 ans, n'est encore que peu répandue dans l’Église,

ce qui rend compréhensible l'état de décomposition du monde, puisque de cette dévotion unie à notre consécration au Cœur immaculé de Marie dépend la guerre ou la paix.

N'attendons plus, rendons-nous à la prière de notre Mère et lorsque nous aurons fait pour notre salut personnel, les cinq premiers samedis, Poursuivons notre effort pour le salut de notre Patrie et du monde entier.

http://www.fatima100.fr/les-premiers-samedis-du-mois/18-la-communion-reparatrice-des-premiers-samedis-du-mois

Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime.
Je Vous demande pardon
Pour tous ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas
Qui n'espèrent pas et qui ne Vous aiment pas.

Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit
Je Vous adore profondément et je Vous offre les Très Précieux
Corps, Sang, Âme et Divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ
Présent dans tous les tabernacles de la terre
En réparation des outrages, sacrilèges et indifférences
Par lesquels Il est Lui-même offensé.

Par les mérites infinis de Son Très Saint Cœur
Et du Cœur Immaculé de Marie
Je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs.
Amen
[/color]




Pour comprendre :chercher au centre l’initiale du mot Crux; en remontant la ligne médiane, on trouve Crux midi cerna salus, et en descendant : Crux est quam semper adoro. Puis, en allant du centre vers la gauche, en suivant la médiane horizontale, on a : Crux domini mecum; enfin à droite : Crux mihi refugium.
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 4921
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: A L'Ecole de Notre de Dame De Fatima - Prières

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum