Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.
anipassion.com

Pénitence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pénitence

Message par Thierry le Ven 3 Fév 2017 - 16:47

Voici la méditation pour le 24e jour de la préparation à la consécration au Cœur Immaculé de Marie du 11 février 2017.
       
          En union de prière.
          Yves de Lassus
 

24e jour




La pénitence





     Qu'est-ce que la pénitence ?

     C'est ce qui nous fait réparer l'offense faite à Dieu par le péché. On peut réparer ses propres offenses ou les offenses des autres. De fait, il y en a qui font pénitence pour leurs péchés et pour les péchés des autres.
     Jésus fut le divin pénitent pour nos péchés. La Sainte Vierge a été la Pénitente pour nos péchés. Ils se sont offerts et immolés entièrement pour notre salut.
     Par leur immolation ils nous ont sauvés, nous ouvrant les portes du paradis, et nous offrant les grâces nécessaires à notre salut. Il nous revient maintenant de nous servir de ces moyens. L'un de ceux-ci est certainement la pénitence : « Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous ». (Lc 13, 15).
     Pourquoi la pénitence ? Parce que nous sommes pécheurs et que nous continuons à commettre des péchés. C'est pourquoi, la réparation, l'expiation, sont nécessaires. Et c'est justice : nous réparons le mal commis.
     « Tout péché, petit ou grand - écrit Saint Augustin - ne peut rester impuni : ou il est puni par l'homme lui-même qui fait pénitence, ou par le Seigneur, au dernier jugement. » Nous pouvons ici rappeler le souvenir de quelques grands pécheurs qui se sont convertis et se sont sanctifiés : Sainte Marie Madeleine, Saint Augustin, Sainte Marguerite de Cortone, Saint Ignace de Loyola, Saint Camille de Lellis... Ils nous prouvent que par la pénitence on répare et on obtient les grâces nécessaires à la sainteté la plus haute. Ils donnent raison à Saint Cyprien qui disait : « Oh ! pénitence, tout ce qui était lié, tu l'as délié : ce qui était fermé, tu l'as ouvert. » La pénitence rompt la chaîne des dettes contractées par les péchés et ouvre le trésor des plus grandes grâces.




Pénitence et amour





     Alors que Dominique Savio était gravement malade, il fut soumis à une saignée. Avant de commencer, le médecin lui dit : « Tournes-toi de l'autre côté, Dominique, ainsi tu ne verras pas couler ton sang » - « Oh, non - répondit Dominique - Ils ont percé les mains et les pieds de Jésus avec de gros clous, et il n'a rien dit ... » Et Dominique supporta sans se plaindre les entailles qui lui furent faites.
     Voici la loi de l'amour : quand on aime vraiment quelqu'un, on veut partager toutes ses souffrances. On ne peut faire moins. Celui qui aime le Christ et connaît sa vie d'humilité et de sacrifice qui s'est achevée par la crucifixion et sa mort, ne peut faire moins que de désirer participer à toute cette douleur voulue par amour.
     L'intensité de cette participation s'est parfois manifestée d'une manière étonnante et sanglante : pensons à saint François d'Assise, sainte Véronique Giuliani, sainte Gemma Galgani, saint Padre Pio.
     Mais chez tous les saints la pénitence la plus exigeante a toujours été recherchée par amour. Ils en arrivaient au point de souhaiter ne rien souffrir d'autre.
     Rappelons-nous François Xavier. Bien qu'accablé de douleurs il priait ainsi : « Encore : Seigneur, encore plus ! ». Et il voulut donner le nom de "l'île des consolations" à l'île sur laquelle il avait connu les plus grandes difficultés.
     Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus est célèbre par son cri « ou souffrir ou mourir ». Et saint Jean de la Croix répondit à Jésus qui lui demandait ce qu'il souhaitait : « Souffrir et être méprisé par toi ». Saint Gabriel de l'Addolorata disait que les douleurs de Marie étaient son paradis. Saint Maximilien M. Kolbe appelait « douceurs » les croix et les tribulations. Saint Padre Pio disait que ses terribles souffrances étaient « les bijoux de l'Époux ». C'est ainsi que s'exprime celui qui aime.





Faire son devoir





     La première et plus importante pénitence du chrétien est d'accomplir fidèlement et parfaitement son devoir d'état. Omettre celui-ci pour faire d'autres pénitences signifierait s'occuper du secondaire au détriment de l'essentiel. Rappelons-nous bien que la première place revient toujours à l'accomplissement parfait de nos obligations. S'il en est ainsi la substance même de notre vie de pénitence est assurée.
     Saint Joseph Cafasso menait une vie de pénitence cachée aux yeux de tous. Nous savons, à partir des dépositions au procès de béatification, que la brave dame qui lavait son linge remarqua quelques traces de sang. « Comment se fait-il que les chemises portent des traces de sang ? - dit-elle un jour - Peut-être avez-vous une plaie ? » Le saint aurait préféré se taire, mais finalement il répondit : «  Allons, je vous considère comme ma mère.  Je vous dirai tout, à condition pourtant, que vous ne le disiez à personne. Vous devez savoir que nous, prêtres, nous portons une ceinture avec des pointes, qu'on appelle "cilice". Voilà pourquoi vous trouvez des tâches ». « Mais çà doit faire mal, mon pauvre fils ! » - s'exclama la femme. - « Bien sûr que cela fait un peu mal : mais il faut réparer les péchés, non ? ». « Que dites-vous ? - interrompit l'autre, troublée - Si vous avez besoin de faire pénitence, que devons-nous dire, nous autres ? » - « Vous travaillez dur - répondit le saint - et travailler toute la journée est une belle pénitence... »





Pénitence pour les pécheurs





     La pressante plainte de la Vierge de Fatima doit nous tenir très à cœur : « De nombreuses âmes vont en enfer, parce qu'il n'y a personne qui se sacrifient et prient pour elles ».
     Jacinthe, la préférée de Notre Dame de Fatima, fut la bergère à laquelle les paroles de la Belle Dame restèrent le plus au cœur. Elle voulut être la victime innocente : souffrir pour les pécheurs fut sa passion douloureuse jusqu'à sa mort.
     Elle fut frappée de la grippe espagnole et d'une pleurésie purulente, avec infection ; transportée dans un hôpital loin de chez elle ; soumise à une intervention chirurgicale, sans anesthésie, pour l'enlèvement de deux côtes. Pauvre enfant ! Et pourtant elle fut héroïquement courageuse pour ne pas perdre une occasion de sacrifice pour les pécheurs : nourriture répugnante, soif, solitude, immobilité dans le lit, douleurs terribles... Son céleste réconfort était l'assistance maternelle de la Sainte Vierge. Elle mourut consumée par la fièvre et les douleurs, abandonnée sur le Cœur de l'Immaculée venue du Ciel pour emmener l'innocente victime des pécheurs.
    Quel exemple de pénitence héroïque !
 

Pratique






  • Méditer la Passion et la mort de Jésus (Mt 26 et 27)
  • Offrir sacrifices et désagréments à Notre-Dame des Douleurs.
  • Réciter les mystères douloureux du chapelet.

avatar
Thierry
Aime le Rosaire

Masculin Messages : 793
Age : 51
Localisation : Diocèse de Rouen
Inscription : 29/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum