Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Message par Isabelle-Marie le Lun 6 Nov 2017 - 14:13

@Gabuzo a écrit:@Azais, est-ce que vous ne voyez pas l'intention PÉDAGOGIQUE qu'il y a dans la déclaration de Jésus?

Ce texte n'est pas un traité doctrinal, mais un témoignage de l'action pédagogique de Jésus dans une âme concrète.

Jésus se donne entièrement dans l'Eucharistie, mais par notre faute nous en profitons très partiellement, ce qui a été illustré par cette moitié d'hostie.

Entièrement d'accord avec Gabuzo, à mon avis il n'y a pas d'ambiguïté sur l'intention de Jésus, qui enseigne à l'âme là où elle en est.

Jésus confiance
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 1389
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Message par azais le Lun 6 Nov 2017 - 14:29

6.I.1988, 22H00
- J’ai reçu une moité d’Hostie…
† Tu étais à moitié avec Moi à cette Sainte Messe, Je n’ai pu venir à toi que partiellement.
 est une traduction des écrits de Alice  qui n'est pas recevable theologiquement et en contradiction avec le doctrine , la foi de l'Eglise catholique  

 Jésus  ne peut pas par pédagogie  dire des choses qui sèmeraient la confusion et l'ambiguité  sur des éléments substantiels et essentiels de la Foi catholique et apostolique : je ne connais pas de paroles de Jésus dans l'Evangile qui ne seraient interprétables  que sous l'angle pédagogique (ou alors ça m'intéresse)  

Mes questions  ne permettent que de dire au plus  que je suis en position d'écoute attentive et de bonne volonté de ce qui est donné en lecture des ecrits d' Alice ou paroles de Jésus qui parle à Alice...  dont nous vous remercions . 

Il y a d'autres  reponses possibles : peut être la traduction ci dessus n'est pas la bonne . Si elle devait être  "je n'ai pas pu venir à toi avec une hostie entière mais partagée pour te faire comprendre  que tu étais à moitié avec Moi à cette Messe "... pourquoi  ne pas le traduire ainsi , sans confusion possible avec la Foi catholique reçue infailliblement des Apotres et de leurs successeurs  ?  

 J'avais écrit  également en voyant les discussions plus haut venant de @jacques58fan

@gabuzo  pouvez vous nous  mettre en scan ou en lien  ce qui permet de dire que Alice Lentchevska est bien vénérable , ou que ses écrit ont reçu effectivement un imprimatur , ou une approbation de son évêque  ...Cela permettra de répondre à l'interrogation de @jacques58fan 


Un eclaircissement pour les lecteurs de ce Fil passionnant spirituellement, viendrait renforcer les arguments en faveur de es écrits qi sont proposés à notre meditation. 

 De toutes façons, même si il y avait des choses qui coinceraient avec la Foi , cela aurait un fruit positif : il faut lire tout texte avec discernement comme dit St Paul , rejeter ce qui est mauvais et ne garder que le bon fruit qui vient de l'Esprit Saint  qui nous a donné ce Don de discernement spirituel  et que  , de toute évidence nous avons le devoir de cultiver  et de faire grandir
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 5061
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Message par Isabelle-Marie le Lun 6 Nov 2017 - 16:59

« Exhortations » - Alicja Maria Lenczewska
jeudi 17 novembre 2016


Veuillez recevoir ci-joint le livre complet des Exhortations, une œuvre mystique remarquable qui a reçu le nihil obstat de monseigneur Henryk Wejman, évêque de Stetin (Pologne), le 20.07.2015.

https://drive.google.com/file/d/0B5iDLgzUtK4RMWpsZUFzQkZCUDQ/view?usp=sharing

Quelques mots sur l’auteur :

Alicja Maria Lenczewska est née le 5 décembre 1934 à Varsovie en Pologne. Elle nous a quitté vers la maison du Seigneur le 5 janvier 2012 dans l’hospice de St Jean Baptiste à Stetin. Pendant sa vie, elle était professeur de dessin technique dans des écoles publiques. Elle était célibataire.

En 1985, quand elle participait à une retraite pour les animateurs du Renouveau Charismatique à Gostyn, elle reçu pendant l’Eucharistie le don exceptionnel d’une rencontre mystique avec Jésus. À partir de ce moment, sa vie commença à changer diamétralement.

Jésus dirigeait et exhortait Alice, en lui demandant d’écrire leurs échanges. C’est ainsi que naquirent deux remarquables journaux : Témoignage (couvrant la période 1984-2010) et Exhortations (écrits entre 1989 et 1994).

Les proches d’Alice reconnaissent unanimement qu’elle était une personne de grand tact, chaleureuse, exigeante surtout envers elle-même, pieuse, ouverte à autrui, sachant écouter et aider.

Elle participait activement à la vie de l’Eglise : elle était animatrice du Renouveau Charismatique à l’église de St Jean Baptiste de Stetin, elle organisait de nombreuses rencontres de prière et des pèlerinages.

En 2004, elle prononça ses vœux perpétuels comme membre de la Communauté de la Famille du Cœur de l’Amour Crucifié.
Le 20.XI.2011, après un violent retour des symptômes du cancer, elle transmit l’original de son manuscrit en donnant son accord pour sa diffusion gratuite, en stipulant que ce sont des écrits inspirés et qu’ils ne peuvent pas être utilisés à des fins mercantiles.

Je vous souhaite bonne lecture,

Le traducteur
Alice Lentchevska

Documents joints




Source : https://www.france-catholique.fr/Exhortations-Alicja-Maria-Lenczewska.html
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 1389
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Message par Isabelle-Marie le Lun 6 Nov 2017 - 17:33

"Le journal spirituel d’Alice est parvenu aux mains de l’archevêque Andrzej Dzięga qui a formé une commission théologique dans le but d’évaluer le contenu du journal. Il s’est avéré que les écrits d’Alice Lenczewska ont une profondeur théologique et spirituelle hors du commun, et qu’ils sont entièrement en accord avec l’enseignement de l’Église catholique. Sur cette base, monseigneur Henryk Weiman, le vicaire général, a exprimé son accord pour la publication du journal."

http://vincentdetarle.free.fr/catho/Alice_Lenczewska.html
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 1389
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Message par Gabuzo le Lun 6 Nov 2017 - 17:34

@azais a écrit:Il y a d'autres  reponses possibles : peut être la traduction ci dessus n'est pas la bonne . Si elle devait être  "je n'ai pas pu venir à toi avec une hostie entière mais partagée pour te faire comprendre  que tu étais à moitié avec Moi à cette Messe "... pourquoi  ne pas le traduire ainsi , sans confusion possible avec la Foi catholique reçue infailliblement des Apotres et de leurs successeurs  ?  

Peut-être Jésus s'est-il exprimé dans ces mots, mais qu'Alice a transcrit un "raccourci de pensée" ?
Quand on lit les mystiques, il ne faut pas oublier que nous ne lisons pas un enregistrement audio, mais une transcription faite après-coup, la forme finale en étant influencée par l'agilité à s'exprimer du mystique, sa culture théologique, etc.
Cela vaut pour tous les mystiques: il faut les lire comme un témoignage, pas comme un document du Magistère.

Si les Saintes Écritures étaient sans ambiguïté, nous n'en serions pas au stade où nous en sommes avec les Protestants. Surtout à cause des écrits du mystique Saint Paul...
avatar
Gabuzo
Avec Saint Benoit

Masculin Messages : 116
Localisation : Pologne
Inscription : 28/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Message par Isabelle-Marie le Lun 6 Nov 2017 - 18:09

@Gabuzo a écrit:
@azais a écrit:Il y a d'autres  reponses possibles : peut être la traduction ci dessus n'est pas la bonne . Si elle devait être  "je n'ai pas pu venir à toi avec une hostie entière mais partagée pour te faire comprendre  que tu étais à moitié avec Moi à cette Messe "... pourquoi  ne pas le traduire ainsi , sans confusion possible avec la Foi catholique reçue infailliblement des Apotres et de leurs successeurs  ?  

Peut-être Jésus s'est-il exprimé dans ces mots, mais qu'Alice a transcrit un "raccourci de pensée" ?
Quand on lit les mystiques, il ne faut pas oublier que nous ne lisons pas un enregistrement audio, mais une transcription faite après-coup, la forme finale en étant influencée par l'agilité à s'exprimer du mystique, sa culture théologique, etc.
Cela vaut pour tous les mystiques: il faut les lire comme un témoignage, pas comme un document du Magistère.

Si les Saintes Écritures étaient sans ambiguïté, nous n'en serions pas au stade où nous en sommes avec les Protestants. Surtout à cause des écrits du mystique Saint Paul...

Vraiment je ne vois pas l'ambiguïté et pourquoi il faudrait changer la traduction (il suffira de regarder sur l'original en polonais)

Quand Alice dit : "J'ai reçu une moitié d'hostie" elle ne s'exprime pas d'un point de vue théologique mais dit ce qu'elle ressent dans son cœur, en l'occurrence elle exprime un certain désappointement, et fait comme un reproche à Jésus de n'avoir pas été entièrement présent.

Evidemment Jésus lui répond que c'est elle qui n'était pas entièrement présente à Sa Présence, étant entendu que Jésus est présent entièrement dans la plus petite parcelle d'hostie.
avatar
Isabelle-Marie
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 1389
Localisation : France
Inscription : 15/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Message par azais le Mar 7 Nov 2017 - 21:11

Pas mal  du tout comme interprétation : mystique en plus ! Merci!
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 5061
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Message par Gabuzo le Ven 10 Nov 2017 - 17:30

6.II.1988, 22h00
- Jésus, protège-moi des pensées superflues – de m’occuper de moi. J’ai peur de l’énormité de Ta grâce : de ne pas savoir la recevoir, de la gaspiller.
† Calme ton cœur. Moi Je suis Amour et Je suis avec toi.
Je suis l’amour souffrant et Je suis en toi – c’est pourquoi tu Me ressens.
Accepte cela dans le silence de ton cœur, demeure en Moi. C’est le début. Je te prépare à ce qui va venir.
Aime-Moi de toutes tes forces. Abandonne-Moi tout, pour que Je puisse Me donner à toi, avec Mon Amour et avec Ma Douleur.
Sois joyeuse et silencieuse – entièrement en Moi.
- Est-ce que j’aurai le courage d’en parler?
† N’en parle qu’à ton directeur spirituel qui doit tout savoir. À personne d’autre.
- Que dois-je faire vis-à-vis de Toi?
† Pleure par amour – cela te soulagera.
Accepte Mon Amour avec tout ce que Je veux te donner.
- J’ai honte de mon indignité.
† Accepte ta petitesse humaine et Ma sainteté que Je te donne.
Tout est Mon don d’Amour, tout est bon pour toi.
Accepte tout et médite-le dans ton cœur. Prends soin de Moi et réjouis-toi de Moi qui suis en toi.
Ne freine pas Mes grâces. Je t’aime.
- La venue de Jésus, c’est mourir par amour dans Ses bras.
Qu’est-ce que c’était?
† Une extase.

7.II.1988, 8h50

- Le contact avec Toi est si riche! Que peux-t-on en écrire?
† Je t’aime, Ma petite. Je t’aime beaucoup.
Sois tout le temps blottie en Moi. Abandonne-Moi ton cœur pour que Je le pénètre, le transforme – pour que J’en fasse Mon Cœur transpercé pour les péchés du monde.
Je t’aime et, de ta part, Je désire un amour exclusif, fou – jusqu’à la perdition dans Moi qui suis Crucifié – dans Mon Amour, dans Ma douleur.
Tu es le témoignage de Mon Amour.
1 Jn 1,1-2a « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché concernant la parole de la vie, nous vous l'annonçons. La vie, en effet, s'est manifestée; nous l'avons vue, nous en sommes témoins et nous vous l'annonçons… »

7.II.1988, 22h15

- Je ressens dans mes mains le toucher de Tes Blessures, ô Christ.
† Accepte-le dans l’amour et le silence du cœur, même si Mon feu brûle en toi.
- Aujourd’hui j’ai eu la tentation de succomber à un découragement qui se transforme en colère contre les gens. Cela a commencé quand j’ai douté de le rectitude des intentions de quelqu’un.
Merci Jésus de me l’avoir retiré dès que je Te l’ai abandonné.
† Il faut tout M’abandonner sans arrêt pour se protéger des tentations démoniaques.
Porte dans ton cœur Mon regard plein d’amour et de douleur – il te transformera en Moi.
Porte-le comme tu portes le toucher de Mes mains.
Rien en toi ne t’appartient – tout est à Moi. Vis avec cette conscience, délectes-en toi.
- Tu verses tellement de douceur en moi…
† Je veux enflammer ton cœur d’un grand feu. Je veux que tu sois le flambeau vivant de Mon Amour.
- Il y a tellement de subtilité dans tout cela, ô Jésus doux et humble de cœur, fais que mon cœur soit semblable au tien.
† Il n’y aura plus qu’un seul cœur, même s’ils sont deux, qui englobera tout, qui contiendra tout.
- Je voudrais beaucoup que ce que Tu dis s’accomplisse aussi chez celui avec qui Tu m’as lié par Ton Amour.
† Mais il en est tout le temps ainsi, ne l’as-tu pas remarqué?
Je touche vos cœurs avec les mêmes Paroles – d’une manière spécifique à chacun.
Les Paroles que J’utilise ne sont que les signes extérieurs de ce que Je verse dans le cœur, de ce que Je fais dans l’âme.
J’utilise beaucoup de signes pour parler – Mon langage est riche envers Mes enfants. Dans chacune de Mes Paroles, dans chaque signe, se trouve toute la profondeur de Mon Amour qui désire donner, remplir, rassasier.
Tout ce que Je fais parle de Mon Amour énorme, infini, qui résiste à tout, qui pardonne, qui rassemble.
En Moi se trouve tout ce que désire le cœur humain et ce qu’il attend.

8.II.1988, 9h20

- Mes distractions m’accablent. Est-ce que mon cœur T’appartient vraiment, puisque tant de choses y ont accès?
† Je M’occupe de le purifier et de supprimer ce qui est superflu. Je supprime sans arrêt. Ne te décourage de rien, ne t’attriste pas. Abandonne-Moi tout constamment. Je veux le prendre.
Toi, abandonne-Moi toutes ces saletés, Moi Je te donnerai la pureté.
Lc 21,3 « Alors il dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres. »
† Ne t’efforce pas de M’offrir ce qui est beau et pur en toi, parce que de toute manière cela M’apparient, mais justement toutes tes misères, ton mal et tes faiblesses. C’est ce qui t’appartient : offre-les Moi dans la peine et la sueur – fidèlement et avec persévérance.
N’en aie pas honte, mais abandonne-le Moi avec une confiance sans limite. Ne retiens rien ne serait-ce qu’un instant, mais abandonne-le Moi avant que tu ne t’en salisses, avant que cela s’infiltre dans ton cœur.
Le fait de Me transmettre ces saletés ne te salit pas. Ce qui te salit, c’est de les garder en toi.
Ton humanité est constamment exposée à la saleté : à la tache originelle, à la saleté du monde, à la saleté de satan.
Ce n’est pas ta faute que cela apparaisse constamment en toi, alors que tu ne le veux pas. Ta faute, c’est de le retenir, d’y succomber, de te cacher devant Moi. La honte qui t’incite à faire cela est une tentation – une suggestion démoniaque.
Ton cœur devrait être comme un verre devant Moi – comme un récipient en verre. Toi, tu laves ce verre par ta confiance et ta sincérité, pour que tout ce qui est à l’intérieur soit constamment visible. Pour que Je puisse distinguer chaque poussière et la supprimer immédiatement.
La pureté du cœur ne consiste pas à empêcher la moindre contamination – parce que tu n’as pas un tel pouvoir sur ton cœur. La pureté du cœur consiste à Me donner accès, à Me permettre et à Me demander sans cesse que Je le nettoie, que J’en dispose selon Ma volonté.
Moi J’ai le pouvoir de purifier les cœur, il n’y a que Moi qui puisse l’accomplir, et Je désire l’accomplir.
Ils se trompent tellement ceux qui croient pourvoir accomplir seuls quoi que ce soit, qui veulent venir à Moi déjà purifiés!

9.II.1988, 8h30

- Je ressens de plus en plus Ton Amour et Ta douleur, mais j’entends de moins en moins Tes Paroles qui me révèlent Ta volonté.
Ton Amour souffrant m’entoure, tout s’y dissout, comme dans un brouillard.
Il ne reste plus qu’une énorme compassion et le désir du sacrifice.
Je ne sais rien, je n’arrive à rien d’autre qu’à aimer et à souffrir avec Toi – ô Christ!
† C’est tout ce que Je désire de toi, rien d’autre.
- Qu’en est-il des gens que j’ai l’obligation d’aider?
† Laisse-Moi M’en occuper.
Demeure en Moi, Mon enfant, ne pose aucune question. C’est mieux ainsi pour toi.
Abandonne-toi et reste dans la paix. Je ferai tout en toi et à travers toi – tout ce qui est nécessaire et tout ce qui est le meilleur.
- On m’a aussi demandé Ta Parole pour tes enfants.
† Je les aime et Je M’occupe beaucoup d’eux. Ma main veille constamment sur eux, elle est attentive et elle les bénit – dans leur peine et dans leur solitude quotidienne.
Mes chères petites filles – ne désirez ni plaisir, ni satisfaction. N’êtes-vous pas les enfants de l’Amour qui s’offre jusqu’au bout?
N’attendez pas de récompense, désirez seulement aider, soulever, sauver. Demandez l’Amour Miséricordieux, demandez-le et ayez-en soif de toutes vos forces, sans arrêt. Je vous le donnerai et il se déversera à travers vous sur beaucoup de gens.
Votre vie est une offrande de soi, une reddition jusqu’au bout dans la crucifixion quotidienne de votre cœur.
La crucifixion du cœur, c’est votre solitude dans le monde pour lequel vous offrez votre vie. Votre souffrance est le signe que J’ai accepté cette offrande, que Je la prends, que Je la transforme en amour et en salut pour beaucoup. Elle est le signe que Je vous aime, que Je vous berce contre Mon cœur douloureux.
Ressentez Ma douleur, Ma solitude, l’incompréhension. Je partage avec vous Mes trésors que Je réserve pour Mes élus – pour les enfants engendrés par Mon Sang sur la Croix de douleur.
Prenez soin de Moi qui suis souffrant, endolori. Couvrez-Moi de votre affection, prenez soin de Mes Blessures, accueillez-Moi avec le sourire du cœur. Je suis dans vos cœurs. Je suis dans le cœur de chaque homme, toujours assoiffé d’un amour toujours plus grand.
Rm 10,17 « Ainsi la foi vient de ce qu'on entend et ce qu'on entend vient de la parole de Dieu. »

9.II.1988, 22h20

- Ô Christ, je désire Ton amour, mais je désire de plus en plus Ta souffrance.
Tu la donnes aux autres, pas à moi.
† Ne sois pas envieuse. Ton désir adoucit la douleur que d’autres M’infligent. Réjouis-toi de la peine et de la douleur de ton quotidien. Accepte tous tes malaises comme le don de Mon amour nuptial, parce que Je partage avec toi ce qu’il y a de plus précieux.
Tout ce que tu ressens est oint du sang de Mes Blessures, de Mon amour. Accepte-le dans le silence du cœur, demeure auprès de Moi comme demeurait Ma Mère. Apprends d’Elle le plus bel Amour dont l’homme est capable.
- Je ne sais pas si mes prières sont telles que Tu les désires.
† Mais toutes tes journées sont transformées en une prière constante! C’est pourquoi il n’y a pas de frontière marquée entre le temps consacré à la prière ou aux autres affaires.
Ta prière déborde dans ta vie, c’est pourquoi ta vie déborde aussi dans ta prière. Je participe à tout ce à quoi ton corps et ton âme participent. Tu as reçu le signe de la douleur que tu réclamais pour te faciliter de demeurer constamment en Moi – d’y demeurer consciemment.
Je te rappelle Ma présence en toi, parce que c’est ce que ton cœur désire.
- Je ne sais rien, il n’y a que le désir de Ta douleur qui soit maintenant la boussole de ma vie.
Tellement de choses ont changé depuis le moment de Ton toucher par ce signe.
† C’est pour cela que Je te l’ai donné.
- Reste-t-il encore quelque chose à dire?
† Je t’aime – uniquement cela et toujours cela.

10.II.1988, 9h00

- Padre Pio, je dois y croire, même si c’est incompréhensible…
(Padre Pio -) Tu ne l’as pas reçu pour le comprendre, mais pour l’accepter.
Moi aussi j’ai eu du mal à le croire, même si je le désirais et si j’étais prêt à tout offrir et à tout recevoir. La générosité de Jésus dépasse largement l’imagination et la compréhension humaines. Seule la foi et l’amour peuvent y faire face, c’est justement de cette manière qu’il faut recevoir Ses grâces, Ses dons.
Médite cela dans ton cœur et abandonne-toi à Lui dans un acte constant d’adoration et de gratitude.
Ton âme est constamment créée par Dieu. Toi aussi tu y participes – tu y participes par le désir de ton cœur et par la persévérance de ta volonté – par ton abandon.
À travers ton abandon, tu permets à Dieu qu’Il donne une forme parfaite à ton âme – comme Il l’a désirée quand Il t’a donné vie.
Efforce-toi de maîtriser tes réactions humaines – abandonne-les Lui aussi pour qu’il les dirige.
Sois de plus en plus plongée en Lui, parce que c’est ce qu’Il veut de toi.
- Très Sainte Mère…
(Marie -) Réjouis-toi d’avoir été choisie parmi beaucoup pour être un témoignage de l’amour de Jésus – Mon Fils.
Il t’a désiré quand il agonisait sur la croix.
Col 1,18b-20 « Il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. En effet, Dieu a voulu que toute sa plénitude habite en lui. Il a voulu par Christ tout réconcilier avec lui-même, aussi bien ce qui est sur la terre que ce qui est dans le ciel, en faisant la paix à travers lui, par son sang versé sur la croix. »
- Seigneur, Tu donnes la souffrance à ceux qui ne veulent pas l’accepter et qui s’en défendent. Moi je la désire, mais Tu ne me la donnes pas.
† Je n’ai pas besoin de t’apprendre à accepter la douleur, parce que tu y arrives déjà, mais eux pas encore.

11.II.1988, 8h40

(Marie -) Ne pleure pas, mon enfant, Il t’aime…
- Je sais, mais moi je ne L’aime pas comme je le devrais…
(Marie -) Lui te l’apprend tout le temps, Il se réjouit de tes progrès dans l’amour.
Tant que tu es sur terre, ton amour sera toujours imparfait, mais il peut devenir toujours meilleur, c’est justement ce qui se passe. Le fait que tu ressentes l’imperfection de ton amour devrait être créatif et stimuler le désir de ton cœur pour aimer encore plus.
Un tel mélange de contrition et de désir d’aimer de toutes ses forces est l’attitude la plus parfaite envers ton Créateur et ton Sauver.
He 8,10 « Mais voici l'alliance que je ferai avec la communauté d'Israël après ces jours-là, dit le Seigneur: je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur cœur, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. »

13.II.1988, 21h30

- Merci, ô Christ, pour ces journées en Toi.
† Je te les ai données pour te fortifier en vue du l’étape suivante de ta vie en Moi.
Je te les ai données pour calmer encore plus ton cœur, pour le soumettre à Ma volonté.
Ferme tes sens, suis-Moi à l’aveuglette dans un souvenir amoureux. Il n’y a plus rien d’autre que Moi et Mon Amour qui est partout.
- Ce n’est pas la nuit de la foi. C’est une clarté dans laquelle on ne voit rien, parce qu’elle est comme un brouillard. Il n’y a que Ton toucher qui me guide. En lui, il y a des larmes d’amour et la joie de la douleur.
Je suis trop primitive pour ressentir l’infini de Ta subtilité. Est-ce que Tu me l’apprendras avant qu’arrive l’énormité de Ta grâce?

14.II.1988, 9h45

- Que me dis-Tu aujourd’hui?
† Je t’aime, Mon enfant.
Sir 42,9a « Une fille est pour son père un secret souci; l'inquiétude qu'elle lui donne lui ôte le sommeil. »

14.II.1988, 22h15

† Je dirige par deux chemins possibles.
Le premier, c’est un chemin semblable à Mon chemin humain. Le deuxième, c’est le chemin de Marie. Le plus souvent, Je donne le chemin de Ma Mère : - tout accepter dans la soumission, dans le silence du cœur et des lèvres, dans l’amour. Demeurer dans une confiance sans limite envers Dieu, quoi qu’il arrive. Souffrir de la souffrance des autres.
Chacune de tes actions a la même importance pour Moi si tu l’acceptes par égard pour l’Amour – pour Moi. Ce que tu fais n’est pas important, mais l’intention avec laquelle tu le fais. On peut, en ne faisant rien d’extérieur, participer à la décision du sort des gens, du sort du monde à travers l’intensité de son amour et de son intention.
La puissance de l’amour, la pureté de l’amour qui s’offre en intercession, sont une force qui crée et qui sauve. Un seul cœur pur peut sauver des millions d’âmes.
Les travaux les plus simples et banals, accomplis avec amour, sont beaucoup plus précieux à mes yeux que de merveilleuses actions qui impressionnent les gens, même si c’est pour servir l’Église.
La force créatrice et constructrice, c’est uniquement l’amour pur qui a sa source en Moi.
L’obéissance à Ma volonté, acceptée avec amour, est la forme la plus parfaite d’action.
Ainsi que l’obéissance à ses supérieurs quand on l’associe à l’obéissance à Moi.
Médite sur la forme de ton amour et de ton obéissance dans ton cœur.

15.II.1988, 9h00

† Médite sur la forme que prend la construction d’un monde d’amour dans ton cœur.
Le monde tient dans ton cœur, c’est là que tu le rassasies de Ma lumière d’amour ou bien des ténèbres de la poursuite de toi-même.
Arrête de t’occuper de toi dans ton intérieur – occupe-toi de Moi.
Reconnais-Moi en tout. Aide-Moi partout, entoure-Moi d’amour. Demande dans ton âme ce que tu peux faire pour diminuer Ma souffrance dans le monde que tu crées dans ton cœur.
Est-ce que tu as déjà tout abandonné et soumis à Ma lumière d’Amour?
Est-ce que c’est une disposition stable de ton cœur?
Ap 19,17b-18 « Venez, rassemblez-vous pour le grand festin de Dieu afin de manger la chair des rois, la chair des chefs militaires, la chair des guerriers, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, la chair de tous les hommes, libres et esclaves, petits et grands. »

16.II.1988, 7h45

1 Jn 1,1-2.4; 2,8b « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché concernant la parole de la vie, nous vous l'annonçons. La vie, en effet, s'est manifestée; nous l'avons vue, nous en sommes témoins et nous vous l'annonçons, cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s'est manifestée à nous. Nous vous écrivons cela afin que notre joie soit complète… car les ténèbres se dissipent et la vraie lumière brille déjà. »

16.II.1988, 22h30

- Jésus, il n’y a aucune de Tes Paroles.
† Il y a Mon amour – à quoi bon les mots, puisque Moi Je suis?
L’amour est également silence. C’est l’enivrement de silence d’un cœur plongé en Moi.

17.II.1988, 9h00

He 8,10 « Mais voici l'alliance que je ferai avec la communauté d'Israël après ces jours-là, dit le Seigneur: je mettrai mes lois dans leur esprit, je les écrirai dans leur cœur, je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. »
- Dernièrement Tu me parles d’alliance.
† Parce que J’établirai avec toi une alliance dans Ma douleur et dans Mon sang. Alors tu Me connaîtras encore mieux. Fais pénitence, Mon enfant, pour en devenir digne.

19.II.1988, 10h00 | En revenant de chez mon père spirituel

- Il me reste une douleur humaine au cœur, ainsi que Ta douleur qui s’intensifie dans mes mains et mes pieds.
† N’en écris pas plus. Ton cœur est crucifié, ainsi que ton corps. Mais ton âme est en Moi. Demeure dans le silence de la douleur et de l’amour.
Ap 1,2-3 « Celui-ci l'a attesté, tout ce qu'il a vu est la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ. Heureux celui qui lit et ceux qui écoutent les paroles de la prophétie et gardent ce qui s'y trouve écrit, car le moment est proche! »

20.II.1988, 23h30

2 Tm 4,16-17 « …tous m'ont abandonné… C'est le Seigneur qui m'a soutenu et fortifié… »
- Effectivement, tout le monde m’a abandonné. Mais Toi, Jésus, Tu es en moi dans Ta douleur qui devient non plus un signe, mais une réalité.
La douleur du corps et la douleur de l’âme – une souffrance dans un sentiment d’abandon et de solitude.
† Puisque tu es clouée à la croix, tu es aussi solitaire. Chacun est cloué séparément à sa croix. Il y reste seul, même s’il est en Moi.

21.II.1988, 8h00

† Je te mène par le chemin de Ma Mère, c’est pourquoi ta souffrance est la souffrance des autres, spécialement de ceux que tu aimes le plus, ainsi que la solitude générée par Mon mystère en toi. Elle grandira – tu es vraiment une mère douloureuse.
Ga 6,17 « Que personne désormais ne me fasse de peine, car je porte sur mon corps les marques d’appartenance à Jésus. »

22.II.1988, 9h30

- Jésus, je Te demande la grande douleur du co-sacrifice.
† Ne vas-tu pas t’en vanter?
- Je ne veux pas m’en vanter. Je désire le silence du cœur et l’oubli de moi. Apprends-le moi, ne permets pas…
† Ma Mère te l’apprendra. En tant qu’homme, c’est Elle qui en est maître.
Je te bénis pour ce chemin concret. Je l’ai choisi pour toi, il est ta vocation.

22.II.1988, 22h45

- Depuis la rencontre avec mon père spirituel, je sens presque tout le temps Tes Blessures – clairement.
Il y a de la douceur, de la paix, une énorme nostalgie envers Toi, envers Toi et en lui.
Je voudrais que ce que Tu accomplis en moi soit la réalisation de son charisme – de Ta force en lui.
† Il en est ainsi, parce qu’il est ton père spirituel et parce que Je me sers de lui pour t’influencer.

23.II.1988, 8h30

Ac 1,8 « Mais vous recevrez une puissance lorsque le Saint-Esprit viendra sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre. »

23.II.1988, 23h20

- C’est toujours la période de la douceur de Ta douleur, de l’enivrement de Ton amour pénétrant. Tu es si clément et généreux!
† Je t’aime, Ma bien-aimée. J’ai fait de toi Ma maison.

24.II.1988, 9h00

- Tu as fait de moi Ta maison, mais il s’y trouve tellement de saleté…
† J’ai éclairé ton intérieur, on voit maintenant ce qui était indétectable.
- …mes réactions païennes : tout ce que j’ai dit à un certain sujet était vrai et juste, mais mon intention n’était pas l’amour. Alors que ma confiance en Ton action était trop petite.
Ensuite satan s’insérait de force par ses suggestions (la découragement, le doute, la révolte, la critique, l’orgueil).
† Il n’est rien arrivé de mal, parce que tu M’as appelé et que Je t’ai couverte.
Je t’ai montré à nouveau le schéma d’action de satan, ainsi que ta faiblesse.
Mais surtout la nécessité d’une veille constante, de demeurer en Moi.
Je te le montrerai encore de nombreuses fois, parce que ta faible nature humaine l’exige.
- Tu ne m’as pas retiré Tes grâces.
† Je les ai encore intensifiées pour t’entourer de Mon Amour et pour te remplir de Mon Esprit.
- Moi je fais le mal, et Toi Tu me combles encore plus généreusement!
† Mon amour est différent de l’amour humain. Il se manifeste inversement.
Plus profondes sont les blessures infligées à ton âme par le mal – plus abondamment Je verse Mon amour guérisseur.
Le péché, la chute, les pensées inutiles – ce sont des manifestations de ces blessures.
C’est bien que, en les voyant, tu M’appelles et tu acceptes Mon Amour, parce que c’est lui le remède. C’est pour cela que Je crée des situations qui révèlent tes blessures. Si ton cœur était tout le temps plongé dans le Mien, il n’y aurait pas de blessures, d’endroits purulents qui contaminent tes actions.
Pour que tu apprennes cela, tu as besoin de temps et de beaucoup de douleur.
- Tu me donnes Ta sainte douleur.
† Chaque douleur est sainte quand tu t’unis avec Moi en elle. Si Je t’ai donné les signes de Ma douleur, c’est pour que tu t’unisses encore plus à Moi. Ils t’appellent à Moi, dans les couches toujours plus profondes de ton âme.
Tout cela est la conséquence de ta docilité envers Ma volonté, de ton désir de l’accomplir.
Celui qui M’abandonne tout – reçoit tout de Ma part.
Quand toi tu t’abandonnes à Moi – Moi Je Me donne à toi. Voilà ce qui est en train de t’arriver.
- Cependant, certaines pensées hostiles à Toi sont introduites dans mon esprit. Le mauvais esprit qui me surveille constamment s’efforce de les y introduire.
† Cette situation t’oblige également à adhérer à Moi – elle est utile. Tout ce qui t’arrive te mène dans la profondeur de Mon Amour – cela te facilite l’abandon total.
2 Cor 6,16b « En effet, nous sommes le temple du Dieu vivant… »

25.II.1988, 9h15

- Padre Pio, apprends-moi à recevoir les dons de Jésus, la douleur de Jésus.
(Padre Pio -) Tu dois les désirer plus fort.
- Dans mon cœur, le regard du Christ de la croix (d’il y a presque deux ans) est toujours vivant – Sa douleur et Son Amour.
Ils sont toujours plus vivants. Tout en moi se désagrège sous ce regard. À travers lui, je me regarde moi-même.
(Padre Pio -) C’est Lui qui te rappelle qui Il est – Il t’invite. Il te montre qui tu es.
Il te comble de l’amour qu’Il est – l’Amour Crucifié.
1 Jn 1,1-2a « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché concernant la parole de la vie, nous vous l'annonçons. La vie, en effet, s'est manifestée; nous l'avons vue, nous en sommes témoins et nous vous l'annonçons… »

25.II.1988, 23h15

- Par Tes Paroles de l’Écriture, Tu confirmes ce qu’il y a : Ton Amour pénétrant, la douceur de Ton toucher.
La réalité est tellement plus grande que les mots!
† Je t’aime et Je te plonge toujours plus dans la profondeur de Mon Amour.
- Mon cœur ne supportera probablement pas un plus grand amour, mais il supportera une plus grande douleur…
† Je te la donne comme manifestation de Mon Amour.
- Alors que moi je suis toujours plus étonnée…
† Que ton étonnement se transforme en émerveillement, parce que seule une telle réaction est adéquate dans la plénitude de la foi.
- Les soirées sont les plus beaux instants, parce qu’il ne me reste plus qu’à demeurer en Toi et à m’endormir dans Tes bras, ô Christ Crucifié!

26.II.1988, 8h30

- Je voudrais que mes réflexes ne soient plus qu’amour, mais cela n’est toujours pas le cas.
† Peut-être que c’est justement l’aiguillon qui entretient l’ardeur de ton cœur? N’y as-tu pas pensé?
Tu dois voir ton péché pour que ta conversion soit toujours fraîche.
- Mais moi continue de Te blesser.
† Je suis né pour cela, c’est pour cela que Je suis venu au monde, pour recevoir les blessures de ton âme. Je continue de désirer les recevoir jusqu’à ta purification dans Mon Sang.
1 Tm 6,11-12 « Quant à toi, homme de Dieu… recherche la justice, la piété, la foi, l'amour, la persévérance, la douceur. Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle. C'est à elle que tu as été appelé et c'est pour elle que tu as fait une belle profession de foi en présence d'un grand nombre de témoins. »

27.II.1988, 00h40

- Il y a en moi une grande douleur et un grand appel du cœur. Je Te demande, Seigneur, d’accepter ma disponibilité à subir chaque sacrifice pour l’Œuvre et pour l’homme à travers lequel tu l’as créée – un sacrifice qui serait un témoignage qui puisse attester de la pureté de cette Œuvre et de cet homme.
Je Te demande le signe que je Te demandais le neuf septembre de l’an dernier.
Ac 10,31 « Corneille, ta prière a été exaucée et Dieu s'est souvenu des dons que tu as faits. »
† Il ne peut pas y avoir en toi le moindre instant d’hésitation ou de doute.

28.II.1988, 8h45

† Beaucoup de choses sont suspendues à ta confiance. Que ton cœur M’appelle constamment, qu’il M’abandonne tout. Sois-Moi entièrement soumise.
La sainteté, ce n’est pas ne pas avoir de chutes ni de faiblesses, mais c’est le parfait désir de se soumettre à Ma volonté et désirer l’accomplir.
Ta joie est dans l’accomplissement de Ma volonté. Ainsi que ton bonheur et la paix de ton cœur.

1.III.1988, 10h15

† Mon enfant, Je t’aime et Je te berce contre Mon Cœur. Calme-toi et remplis-toi de Mon Amour.
Tout ce dont tu t’occupes est en Moi, tous ceux pour qui tu intercèdes sont dans Mon Cœur. Moi Je les guide, Je les entoure de Mon Amour. Ne te détruis pas vainement. Tu es encore nécessaire ici. N’ajoute pas de souffrance à ton cœur ni à ton organisme.
La mortification parfaite, c’est d’accepter avec amour et dans la paix tout ce qui te fait mal et qui te donne de la peine, que Je permets.
Aucune activité ni aucune initiative n’est nécessaire de ta part. La meilleure attitude envers Moi dans l’amour et la souffrance, c’est la passivité complète – sa soumission amoureuse et sa reddition pour les autres, pour les aider.
Une reddition par amour pour Moi, par amour pour tous, comme Moi Je me suis livré.
Tel est Mon amour. Pour en vivre, il faut accepter dans son cœur l’énormité de la souffrance humaine.
Ma douleur, que pour l’instant tu ressens symboliquement, est pour toi un appel à ce chemin de la crucifixion de ton cœur et de ton corps.
Par amour pour tes frères, tu ouvriras ton cœur et tu permettras qu’il soit piétiné. Tu leur permettras de faire ce qu’ils veulent de ton cœur vivant – sensible, dénudé, désarmé. Comme Je l’ai fait, comme Je le fais dans les Hosties livrées aux mains des hommes.
Tu n’existeras plus – il n’y aura plus que l’hostie sacrificielle blanchie et purifiée par Mon Amour.
Il en sera ainsi quand tu cesseras d’écrire et quand tu livreras ces cahiers aux mains des hommes.
Tu n’as pas le droit – si tu veux que ta reddition soit complète – d’y apporter la moindre restriction ou la moindre limitation.
Ils en feront ce qu’ils voudront, comme ils le font avec Moi. Tu aimeras de la même manière ceux qui te montreront de l’amour et ceux qui t’infligeront de la douleur.
Mon sacrifice s’accomplira en toi. Il est possible que Ma douleur soit cachée en toi – comme elle était cachée aux yeux des hommes en Ma Mère.
Ep 3,1-4 « Moi Paul, je suis le prisonnier de Jésus-Christ pour vous, les non-Juifs, si du moins vous avez appris comment je fais part de la grâce de Dieu qui m'a été confiée pour vous. C'est par révélation qu'il m'a fait connaître ce mystère tel que je l'ai déjà décrit en quelques mots. En les lisant, vous pouvez vous rendre compte de la compréhension que j'ai du mystère de Christ. »

2.III.1988, 8h15

- Mon Dieu, il n’y a que Toi qui existe. Tu me pénètres et Tu es en moi.
J’existe en Toi, dans la lumière et dans le silence. Tout le reste est à côté, en dehors de moi. Toi seul existe vraiment, Tu es tout.
Tu es une grande Miséricorde puisque Tu veux Te pencher sur moi. Et un Amour infini puisque Tu as fait de moi Ton enfant.
Lc 5,13 « Jésus tendit la main, le toucha et dit: Je le veux, sois pur. »

2.III.1988, 22h30

- Est-ce que j’ai fait beaucoup de tort à ceux à qui j’ai transmis Tes paroles?
† Tu ne leur a pas fait de tort.
- Je ne sais pas si j’ai bien discerné les Paroles que je leur ai envoyées.
† Tu M’as abandonné cette affaire, donc J’en ferai un bien – d’autant plus que ta confiance sera grande.
- Je ne soupçonnais pas que le don de prophétie serait pour moi une telle croix.
† C’est justement pour cela que c’est un grand don et une grande grâce. Je vous guéris tous par Ma souffrance.
- Est-ce que le fait d’ouvrir si souvent l’Écriture pour obtenir Ta réponse n’est pas un manque de confiance en Ton Amour?
† C’en est un.
Dans la confiance parfaite, on ne demande rien d’autre.
Aie confiance et n’aie pas peur. Je ne te ferai pas de mal, uniquement du bien.
Quand tu demandes de diminuer une douleur – tu demandes par là même de diminuer les mérites. Est-ce que tu t’en rends compte?
- Je désire que Tu distribues la douleur à moi et les mérites à lui. Est-ce que c’est possible?
† Seulement jusqu’à un certain degré. Une profonde transformation naît dans la douleur.
Ne prive personne de cela, mais unis-toi à Moi dans cette souffrance, plonge tout en Moi.
Mes Blessures acceptent tout et guérissent tout.

3.III.1988, 8h30

- Saints patrons, intercédez pour nous pour diminuer la souffrance – pas la nôtre, mais celle du Christ, celle que nous Lui infligeons constamment par notre manque de prudence, d’amour, de foi.
(Saints patrons -) Nous ne pouvons pas traverser la frontière de votre libre arbitre. Nous ne pouvons aider que lorsque vous nous le demandez.
- Autrefois, je savais encore certaines choses et je voyais le chemin devant moi. Désormais je ne sais absolument rien, je ne vois rien.
† Tu n’en as pas besoin. Ferme tes yeux et blottis-toi contre Moi.
Je te porte vers ta destinée.
As-tu besoin de voir, alors que tu Me connais et que tu Me fais confiance?
- Il me reste encore le réflexe humain de regarder par curiosité.
† Est-ce que cela changera quelque chose à ta situation d’abandon et d’offrande?
Oui, cela peut changer, parce que ta vue n’est pas une vue parfaite, elle peut discerner quelque chose qui ne sera pas la pleine vérité et qui fera naître l’inquiétude en toi.
C’est donc mieux de ne pas regarder, contente-toi de faire confiance. Contemple-Moi uniquement, fais-moi aveuglement confiance.
- Ma prière devient un seul grand sanglot sur Toi, ô Christ – puisque je vois Tes Blessures – pendant que Tu me berces.
† Regarde-les et pleure toute la douleur du cœur humain – du tien et des autres.
Pleure et verse ces larmes avec tout ce qui se trouve dans ces cœurs et qui n’est pas Moi.

6.III.1988, 9h35 | Poznan

- Je suis venue ici – hier et aujourd’hui, pour participer à ma préparation à mon abandon complet au Seigneur, pour Lui jurer amour, fidélité et obéissance.
Les conférences sont prêchées par le père Marian Piatkowski. Janina est également présente, celle qui m’a appris la première à veiller auprès de Toi, Seigneur, le 7 mars 1985 (il y a donc trois ans). Ce sont les mêmes personnes qui m’accompagnaient au début de mon chemin vers Toi. Leurs paroles étaient Ton appel. Tu es alors venu vers moi avec Ta force pour la première fois. Là-bas, à Gostyn, Tu m’as enlevée vers Tes bras. Il y a exactement trois ans.
† Comme tu peux le constater, ta préparation a effectivement duré trois ans.
Autant que Mon service publique.
Remarque-le, parce que Je te donne de cette manière le signe que ce qui t’arrive et ce que tu vis viennent par Ma volonté.
Ton service se termine dans la forme qu’il avait jusqu’à présent. Et ton soulèvement de ta croix aura lieu le jour significatif pour toi de Mon entrée à Jérusalem.
Je t’avais prédit ce jour en te mettant sous la protection de Mon fils choisi, celui qui t’a amenée à la Jérusalem de Mon Cœur Crucifié.
Quand tu traverseras la porte de la sainte ville de ta vocation – là où Je te guide dans la joie, comme on M’a guidé – alors tu verras ta croix, celle sur laquelle Je te porterai jusqu’à l’union avec Moi : Amour Crucifié et Ressuscité.
Rm 1,16-17 « En effet, je n'ai pas honte de l’Évangile : c'est la puissance de Dieu pour le salut de tout homme qui croit… En effet, c'est l’Évangile qui révèle la justice de Dieu par la foi et pour la foi, comme cela est écrit: Le juste vivra par la foi. »

6.III.1988, 22h45

- Est-ce que Tu cesseras vraiment de me parler comme jusqu’à présent?
† Plus de la même manière.
- Me dis-Tu quelque chose pour finir?
† Je t’aime. Je te bénis.
Mon signe de douleur sera désormais ta lumière et ton chemin.
Ma souffrance, qui se réalisera, te guidera.
Je te parlerai par l’Amour, par la Souffrance, par la Vérité, c’est impossible à écrire.
Il ne faut pas le diminuer en l’enfermant dans des mots.
Je parlerai directement à ton cœur – constamment – si tu le désires constamment.
Aie confiance, Ma fille et Ma bien-aimée! Je t’apprendrai cette nouvelle manière d’échanger l’amour. Tu Me connaîtras plus directement. Je ne te toucherai plus par des Paroles, mais par Moi-même.
Absorbe-Moi, délecte-toi de Moi. Je suis en toi, et toi tu es entièrement en Moi – toujours plus et pour toujours.
Ne te retourne pas vers tes fautes et ta faiblesse – regarde Mon Amour. Apprends cela, parce qu’ainsi sera ton éternité.
Ne regrette pas ce qui est terminé. Réjouis-toi de ce qui dure, de ce qui devient éternellement un enivrement toujours plus grand de Moi-même.
Amen!
avatar
Gabuzo
Avec Saint Benoit

Masculin Messages : 116
Localisation : Pologne
Inscription : 28/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alice Lentchevska - Biographie et Témoignage 1994-2010

Message par Gabuzo Hier à 19:17

10.III.1988, 9h40

† Puisque Je t’ai marquée de Mon signe, il doit se trouver en toi pour que tu sois toute entière Mon signe au milieu du monde.
Demeure dans la prière de supplication pour ta transformation dans Mon Amour. Que ton cœur Me cherche partout, qu’il tende constamment vers Moi, qu’il s’accroche à Moi.
Je t’appelle sans cesse, Mon Cœur désire te posséder complètement.
Que ton désir devienne ta réponse à Mon Amour qui t’appelle. Vis, Ma bien-aimée, dans la contrition et l’amour!

14.III.1988, 8h40

† Je te donnerai la douleur de Mes Blessures, tu y participeras.
Ne pleure pas, Mon enfant : Ma grande souffrance était aussi Ma plus grande joie, parce que grâce à elle Je vous libérais et Je vous sauvais.
Mon amour est plus grand que la douleur que le monde M’inflige. Je suis venu au monde et Je suis ici pour recevoir cette douleur, pour la brûler dans Mon Amour.
Le feu d’amour que J’allume dans ton cœur consumera toute douleur, il la transformera en ta seule joie.
Mon sang coulera à travers tes blessures, il sauvera ceux que tu entoures de ta prière et que tu plonges dans Mon sang.

15.III.1988, 8h20

† Ce dimanche des Rameaux aura lieu ta vraie offrande : tu deviendras l’hostie que J’offrirai en sacrifice à Mon Père1.
Je t’introduirai dans la Jérusalem de Mon Cœur blessé, pour que Mon sang coule à travers toi. Ce à quoi Je te prépare depuis trois ans s’accomplira.
Tu épouseras l’Amour Crucifié, tu deviendras un avec Moi, pour que grâce à cela s’accomplisse la résurrection de beaucoup.
Tu seras Mon signe visible dans le monde.
He 8,5b « Regarde, lui dit en effet le Seigneur, et fais tout d'après le modèle qui t'a été montré sur la montagne. »

18.III.1988, 9h00

† Tu t’es offerte à Moi sur la croix – t’y voici.
Ne garde pas en toi la douleur qui touche ton âme – offre-la Moi, tout comme Moi J’offre constamment au Père la douleur de Mon sacrifice pour le monde.
Fais ce que Moi Je fais.
1 Jn 1,1-4 « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché concernant la parole de la vie, nous vous l'annonçons. La vie, en effet, s'est manifestée; nous l'avons vue, nous en sommes témoins et nous vous l'annonçons, cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s'est manifestée à nous. Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons [à vous aussi] afin que vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Or, c'est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ que nous sommes en communion, et nous vous écrivons cela afin que notre joie soit complète. »

23.III.1988, 23h50

† D’ici quelques jours, Je te prendrai dans Mes bras pour ne plus jamais t’en laisser partir. Tu y resteras pour toujours, tu sentiras le toucher de Mes Blessures, Mon sang coulera en toi.
Demeure en Moi, sois Ma joie et Mon soulagement dans Ma crucifixion.
Les mêmes clous qui blessaient Mon Corps te blesseront.
Tu seras avec Moi, clouée sur la Croix de l’Amour.
Aujourd’hui, tu as reçu de Ma main ta couronne d’épines – porte-la sur ta tête – puisque tu es Mon épouse. Qu’elle marque sur ta tête et sur ton cœur ce signe du martyre pour Mon Royaume.
Que s’accomplisse ta vocation à la crucifixion dans l’amour.

27.III.1988, 8h30 | Dimanche des Rameaux

- Jésus, je te jure amour, fidélité et obéissance…
Lc 3,21-22 « Comme tout le peuple était baptisé, Jésus aussi fut baptisé. Pendant qu'il priait, le ciel s'ouvrit et le Saint-Esprit descendit sur lui… Et une voix fit entendre du ciel ces paroles: Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute mon approbation. »
Lc 4,14-15 « Jésus, revêtu de la puissance de l'Esprit, retourna en Galilée, et sa réputation gagna toute la région. Il enseignait dans les synagogues et tous lui rendaient gloire. »

5.IV.1988, 22h00

† Tu es Mon épouse, Ma bien-aimée.
Ta faiblesse ne compte pas, uniquement Mon amour.
Ct 2,8-3,5 « C'est la voix de mon bien-aimé! Le voici qui arrive, sautant sur les montagnes, bondissant sur les collines. Mon bien-aimé est pareil à la gazelle ou au jeune cerf. Le voici: il se tient derrière notre mur, observant par la fenêtre, regardant par le treillis. Mon bien-aimé parle et me dit: «Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens! En effet, l'hiver est passé, la pluie a cessé, elle s'en est allée. Les fleurs apparaissent dans le pays, le temps de chanter est arrivé et l'on entend le roucoulement de la tourterelle dans notre pays. Le figuier embaume par ses fruits et les vignes en fleur répandent leur parfum. Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens! Ma colombe, toi qui te tiens dans les fentes du rocher, qui te caches dans les parois escarpées, fais-moi voir ta figure, fais-moi entendre ta voix, car ta voix est douce et ta figure est charmante!»
Attrapez pour nous les renards, les petits renards qui dévastent les vignes, car nos vignes sont en fleur! Mon bien-aimé est à moi, et moi je suis à lui. Il conduit son troupeau parmi les lis. Avant que la brise du jour ne souffle et que les ombres ne fuient, tourne-toi! Montre-toi pareil, mon bien-aimé, à la gazelle ou au jeune cerf, sur les montagnes rocailleuses! Sur mon lit, pendant les nuits, j'ai cherché celui que mon cœur aime. Je l'ai cherché, mais je ne l'ai pas trouvé. «Je veux me lever pour faire le tour de la ville, dans les rues et sur les places: je veux chercher celui que mon cœur aime.» Je l'ai cherché, mais je ne l'ai pas trouvé. Ce sont les gardes qui font la ronde dans la ville qui m'ont trouvée: «Avez-vous vu celui que mon cœur aime?» A peine les avais-je dépassés que j'ai trouvé celui que mon cœur aime. Je l'ai attrapé et je ne l'ai pas lâché jusqu'à ce que je l'aie amené dans la maison de ma mère, dans la chambre de celle qui m'a donné naissance.
Je vous en supplie, filles de Jérusalem, par les gazelles et les biches des champs, ne réveillez pas, ne réveillez pas l'amour avant qu'elle ne le veuille! »

29.IV.1988, 10h00

† Ton chemin est le chemin de l’offrande de soi : de l’offrande de ton corps et de ton âme en réparation pour le mal qui détruit tes frères et sœurs.
Depuis l’instant où tu as accompli cet acte d’offrande dans ton cœur, tu ne t’appartiens plus.
Tu es la réparation qui marche parmi les gens, comme Je l’ai été et comme Je continue de l’être.
À partir de maintenant, chaque instant de ta vie a une valeur infinie, à condition qu’un acte vivant d’offrande perdure dans ton cœur.
Sache que, comme J’ai été envoyé par le Père (c’est pour cela que Je suis venu au monde en tant qu’Homme), toi aussi tu as existé et tu existes pour être une offrande pour le salut du monde.
Je t’ai introduite dans Ma vie, tu en fait partie, pour qu’en toi et à travers toi s’accomplisse Ma mission envers Mes enfants.
Tu les sauveras par ton amour – par ton amour extrême, jusqu’à la dernière goutte, jusqu’à ébranler les profondeurs de ton âme et de ton être.
Plus tu verras de mal et de danger – plus tu dois brûler d’amour et du désir de subir le sacrifice pour Mes enfants blessés.
Offre-toi alors à Moi pour leurs péchés, pour leur esclavage et leur égarement. Alors J’interviendrai avec force : une seule de tes pensées, un seul acte de ton offrande M’ouvrira le chemin vers l’âme de Mon enfant qui ne Me connaît même pas – et il sera sauvé.
M’offrir les autres, c’est trop peu, il faut s’offrir en étant prêt à recevoir leurs punitions. Il faut s’exposer au mal qui les détruit, exposer son corps et son âme à la flagellation.
Mes Blessures deviendront alors tes blessures, Ma force d’amour purificateur et sauveur coulera à travers elles.
Ga 4,27 « De fait, il est écrit: Réjouis-toi, stérile, toi qui n'as pas eu d'enfant! Éclate de joie et pousse des cris de triomphe, toi qui n'as pas connu les douleurs de l'accouchement! En effet, les enfants de la femme délaissée seront plus nombreux que ceux de la femme mariée. »

14.V.1988, 20h50

† Tout comme Ma perfection est infinie, votre développement aussi est infini – d’où toute la beauté de votre vie en Moi : un amour toujours plus grand et une réception de l’Amour toujours plus grande.
Votre joie grandira constamment. C’est en cela que consiste le bonheur éternel.

7.VI.1988, 19h00

- Hier, je revenais de chez mon directeur spirituel, le père Walter Rachwalik, remplie d’amour pour le Seigneur qui se trouve en lui.
Les grâces sensibles sont tellement claires : les Blessures du Christ me font mal, mon cœur pleure d’amour pour le Seigneur, mon Bien-aimé.
Ce qui se manifeste aussi, c’est ce qui détruira mon réceptacle d’argile, ce qui déchirera le voile de la vie qui me sépare de l’Amour Infini.
J’aime ce grain de mort dans mon corps, c’est le Seigneur qui l’y a semé.

21.VI.1988, 9h45

- Une vision :
Depuis un certain temps : le Christ, dans le Soleil de Dieu le Père, tend Ses bras et S’avance vers nous. De Ses Blessures sort une énorme splendeur de rayons d’Amour.
Aujourd’hui : comme jusqu’à présent, mais vu de l’autre côté – en face de moi, les gens s’empêtrent dans les ténèbres et dans la boue. Mais la Lumière de Dieu le Père parvient jusqu’à nous à travers le Christ. Certaines personnes brillent et éclaircissent les ténèbres. Ce sont ceux qui aident, qui soulèvent, qui montrent le chemin vers lequel il faut aller.
J’ai demandé où était la Mère de Dieu, les saints…
Je les ai vus : Elle est devant nous, en tête de la multitude de gens, Elle est toute plongée dans la lumière et les flammes. Elle mène, Elle soutient, Elle guide vers le Christ dans la lumière de Dieu. Elle est tout le temps active, Elle est partout, Elle intercède pour nous.
Les saints également, mais leur splendeur est plus petite.
Notre appel leur permet d’agir.
Il y a aussi les âmes du purgatoire, qui ont des possibilités limitées, ainsi que les silhouettes des anges, brillants et libres.
Ils veulent tous nous aider, il s’occupent de nous, ils sont ici.
Mais il y a aussi le désordre et l’éruption des ténèbres, générés par d’autres silhouettes. Bousculade, douleur, terreur et cri de ceux qui meurent. Larmes de compassion chez ceux qui les aident, rire des démons.
Je l’ai vu comme quelqu’un peut voir depuis plusieurs endroits du temps et de l’espace. Mais je savais aussi que tout cela arrive en même temps, en dehors du temps et de l’espace que nous connaissons – dans plusieurs dimensions.
C’est une apocalypse que l’on ne voit pas encore dans le monde matériel : nous sommes dans le bourbier de la mort, devant nous est ouvert le ciel de la Lumière de Dieu le Père.
† Je t’ai montré tout cela pour que tu saches ce que tu dois être et ce que tu dois faire, puisque Je t’ai rempli de Ma puissance et de la splendeur de l’Amour Pur.
Jn 16,16-22 « Encore un peu de temps et vous ne me verrez plus, et puis encore un peu de temps et vous me reverrez, [parce que je vais auprès du Père]. Alors quelques-uns de ses disciples se dirent entre eux: «Que veut-il nous dire par: 'Encore un peu de temps et vous ne me verrez plus, et puis encore un peu de temps et vous me reverrez' et: 'Parce que je vais auprès du Père'?» Ils disaient donc: «Que signifie ce qu'il dit: 'Encore un peu de temps'? Nous ne savons pas de quoi il parle.» Jésus comprit qu'ils voulaient l'interroger et il leur dit: «Vous vous interrogez les uns les autres sur ce que j'ai dit: 'Encore un peu de temps et vous ne me verrez plus, et puis encore un peu de temps et vous me reverrez.' En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, tandis que le monde se réjouira; vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse se changera en joie. Lorsqu'une femme accouche, elle éprouve de la tristesse parce que son heure de souffrance est venue, mais, lorsqu'elle a donné le jour à l'enfant, elle ne se souvient plus de la douleur à cause de sa joie d'avoir mis un enfant au monde. Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse, mais je vous reverrai et votre cœur se réjouira, et votre joie, personne ne vous l'enlèvera. »

24.VI.1988, 23h30

† Ton désir de sainteté, c’est Ma volonté en toi. C’est ce que Je désire pour toi, Je veux que tu y parviennes.
Oublis-toi toi-même, soumets-toi à Mon action, à Mon amour qui veut brûler tout ce qui n’est pas Moi en toi. Soumets-toi à Mon feu d’amour : qu’il brûle, qu’il fonde ta sainteté dans le creuset de l’amour.
Je veux cueillir le fruit mûr de l’arbre de ta vie.
Permets-lui de mûrir dans les rayons de Ma gloire en toi.
Lc 1,46-55 « Mon âme célèbre la grandeur du Seigneur et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, parce qu'il a porté le regard sur son humble servante. En effet, voici, désormais toutes les générations me diront heureuse, parce que le Tout-Puissant a fait de grandes choses pour moi. Son nom est saint, et sa bonté s'étend de génération en génération sur ceux qui le craignent. Il a agi avec la force de son bras, il a dispersé ceux qui avaient dans le cœur des pensées orgueilleuses. Il a renversé les puissants de leurs trônes et il a élevé les humbles. Il a rassasié de biens les affamés et il a renvoyé les riches les mains vides. Il a secouru Israël, son serviteur, et il s'est souvenu de sa bonté - comme il l'avait dit à nos ancêtres - en faveur d'Abraham et de sa descendance pour toujours. »

28.VI.1988, 9h40

† Fais ce que tu veux, mais sois avec Moi dans ton cœur, ne t’en sépare pas un seul moment.
Que ton âme se blottisse contre Moi, qu’elle se cache en Moi.
Tout ce qui te touche brûlera dans Mon amour. Y compris ce qui te fait mal : ton péché et ton impuissance devant ta faiblesse.
N’aie pas peur. Le feu de Mon amour consumera tout ce qui n’est pas Moi en toi.
Ne sors pas de ton intérieur – que continue la joie de l’union.
Qu’elle dure pour l’éternité.
Quand tu réaliseras pleinement ton impuissance, quand tu n’attendras plus rien de bon de toi, alors tu ouvriras ton cœur à Mes grandes grâces.
Qu’il n’y aie dans ton cœur que de l’impuissance et le désir de Mon Amour – de Moi que ferai alors tout en toi et à travers toi.

8.VII.1988, 11h50

† Tu seras solitaire, comme Je l’étais, tu ne seras pas comprise, comme Je l’ai été.
Ce monde n’est pas ton monde. Les enfants de ce monde, même s’ils sont tes frères et sœurs, ne te seront proches qu’à travers le service, le sacrifice et l’intercession que tu offres pour eux.
Toi, tu dois être une intercession et une réparation ambulante, comme Je l’ai été.
Où que tu te trouves, apportes-y Mon amour miséricordieux et ton intercession. Avance partout avec Moi, avec Ma Mère, sois Notre signe parmi les gens, même si Ma présence en toi est cachée.
Je suis en toi, Je veux être en toi parmi Mes enfants, pour les entourer d’amour et pour les sauver.
Ne te plains pas. Ta nostalgie et ta douleur d’amour sont Ma joie et un baume qui soulage les blessures qui Me sont infligées par le monde.
Ta solitude dans le monde adoucit la Mienne dans les cœurs de beaucoup de ceux que J’aime, mais qui M’ont abandonné.
Sois généreuse dans l’amour, aime non pour le bien que l’on t’a fait, mais aussi quand on te fait du mal, quand on ne te comprend pas, quand on te rejette.
Ce que le monde t’a refusé, ce que tu n’auras pas reçu pour consoler ton cœur, voilà ton trésor déposé dans Mon cœur qui est ta vraie maison.
Rassemble ces trésors pour que beaucoup profitent de leur abondance, surtout ceux que tu désires enrichir.
Reste dans la paix, ne succombe pas aux situations extérieures, parce que ta vie est en Moi, elle tire de Moi la joie de Mon amour – qui est toujours aussi grand, aussi ardent et aussi affectueux.
Paix à toi, Mon enfant – bien-aimée de Mon cœur!
Rm 1,17b « Le juste vivra par la foi. »

10.VII.1988, 7h00

† Est-ce que tu M’étreindrais tel que Je suis?
- Jésus avait l’air épouvantable : il était tout noir d’hématomes, de sang coagulé, de saleté, tout boursouflé.
† Sois envers Moi comme une mère affectueuse, même si tu es Mon enfant.
Sois tout pour Moi, même si tu n’es rien face à Ma toute-puissance.
Sois un appui pour Moi, même si tu tombes constamment et si c’est Moi qui te soulève.
Sois envers Moi – comme Je suis envers toi…

21.VII.1988, 9h40

† Mon enfant, tu vis ton purgatoire.
Se connaître et Me connaître est une douleur purificatrice et sanctificatrice.
Voilà les supplices du purgatoire : le supplice de la contrition et de la honte qui viennent de la connaissance de sa propre ingratitude envers Mon amour dont Je t’entoure constamment, malgré ton comportement.
Tu connaîtras la vérité totale sur Moi et sur toi quand tu te tiendras devant Moi, dénudée de ton corps qui assombrit la vérité.
Alors tu sauras et tu verras tout pleinement : ton péché et Ma sainteté.
Si ta vie se déroule dans la contrition et si ton cœur est humble face à Moi et à ton prochain, alors ta connaissance de la Vérité ne sera pas douloureuse, parce que tu auras fait ton purgatoire sur terre.
Mais si tu es concentrée sur toi, si tu désires dominer tes frères – alors en connaissant la Vérité, tu sentiras une énorme honte et une énorme douleur. En connaissant Ma sainteté et Mon humilité, tu connaîtras dans cette lumière ta propre misère, ton idiotie et ton orgueil. Ton purgatoire ne fera que commencer, il sera bien plus douloureux qu’ici sur terre, parce que tu ne pourras rien faire d’autre qu’accepter la douleur.
Vis ton purgatoire ici, accepte toute souffrance : qu’elle soit spirituelle ou physique. Accepte-la avec joie et amour envers Moi et envers les gens que J’utilise pour te purifier, pour qu’il n’y aie plus que le ciel qui t’attende chez Moi, là où tu habiteras avec Dieu pour toujours dans l’union des âmes.
1 Co 11,31 « Si nous nous examinions
[*] nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. »

[*]Il s’agit du jugement qui conduit au remords pour nos péchés (note d’Alice Lenczewska).


[*]

3.VIII.1988, 23h00


† Permets à Mon feu de brûler en toi.
Ne le limite pas, n’aie pas peur, ne le disperse pas.
J’élargirai ton cœur et Je le ferai brûler comme le buisson ardent, sans qu’il se consume.
L’amour est créatif. Il désire enflammer, créer, donner la vie, enrichir.
Je désire que mon feu brûle déjà dans les cœurs de Mes enfants.
Je désire et Je suis impatient d’allumer un grand feu d’amour.
Ouvre ton cœur et viens à Ma rencontre, parce que J’appelle ton cœur, Je le désire pour pouvoir Me donner à toi.
N’aie pas peur du feu de l’Amour. Il se transformera en souffle pour ne pas te carboniser. Il se transformera en rosée rafraîchissante pour que la fleur de ton cœur s’épanouisse, il se transformera en brume du matin pour te cacher du monde.
Tu deviendras un flambeau caché aux yeux des autres.
Toute séparation est une douleur pour l’Amour.
Reçois-Moi pleinement. Je veux vivre en toi pour que tu vives en Moi – exclusivement, ouvertement, dans un abandon total.
N’aie pas peur, tu ne mourras pas… L’Amour ne tue pas – il ne fait qu’engendrer.
Il donne vraiment et parfaitement la vie.
Moi Je t’engendre sans cesse à un amour toujours plus parfait.
Je t’ai aimée depuis des siècles, Je t’ai désirée depuis des siècles.
Viens, Ma bien-aimée…
Lc 6,20-22 « Alors Jésus leva les yeux sur ses disciples et dit: «Heureux vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous! Heureux vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés! Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous rirez! Heureux serez-vous lorsque les hommes vous détesteront, lorsqu'ils vous chasseront, vous insulteront et vous rejetteront comme des êtres infâmes à cause du Fils de l'homme! »

15.VIII.1988, 23h00


- Le Seigneur m’a fait connaître que je suis coresponsable du mal qui se trouve dans les gens.
Alors que je me plaignais de la mauvaise attitude de quelqu’un envers le Seigneur, Il m’a dit :
† Tu as trop peu prié pour X., tu as trop peu offert pour ses intentions.
Sens-toi responsable de chacun, demande pour chacun.
Je t’ai donné la grâce de guérir les cœurs humains. Ma puissance est dans ta prière d’offrande de toi en réparation pour tes frères.
Fais ce à quoi Je t’ai appelée. Fais-le avec ardeur et avec beaucoup d’amour.
Ne t’éloigne pas des gens qui viennent à toi, parce que Je désire les rassembler avec ton cœur.
Détruis-toi pour Me donner et tu verras comment ton cœur aura grandi, comment ton âme aura embelli quand Mon amour aura coulé à travers toi.
Meurs à toi-même et vis en Moi pour Mes enfants. Pour étendre Mon Royaume en eux.
- Le Seigneur m’a montré la beauté de l’âme humaine créée par Dieu, et la pourriture du péché qui détruit cette beauté.
Ga 1,15-16a « …[Dieu] m'avait mis à part dès le ventre de ma mère et m'a appelé par sa grâce afin de révéler son Fils en moi… »
† Ne juge pas négativement, même en pensée, ne te plains de personne dans ton cœur, parce que tu seras encore plus responsable du mal qui est en lui.
Quand tu vois le mal, compatis à celui dans lequel il se trouve, entoure-le d’amour, offre le sacrifice de toi-même pour le libérer.
C’est ton devoir depuis que tu participes à Mon Sacrifice, tu en rendras compte au jour du jugement.
J’exigerai beaucoup de toi puisque Je t’ai beaucoup donné.
Je Me suis donné à toi, Je veux être libre en toi, faire ce que Je désire faire envers Mes enfants.
Tel est le sens de ta vocation à vivre parmi les gens qui te crucifient. Permets-le leur, comme Je leur ai permis. Permets-le par amour pour eux.
N’es-tu pas la bien-aimée de l’Amour Crucifié?

16.VIII.1988, 9h40


† Prends sur toi la saleté des autres, blanchis-la dans Mon amour dont Je ne cesse de te remplir.
Je te remplis de Moi pour que tu plonges en Moi tout le mal du monde.
Je t’envoie et Je te montre les blessures et la saleté de Mes enfants pour que, en brûlant d’amour, tu les laves et tu les soignes.
Prêche moins et offre plus.
J’ai accompli le plus quand J’ai agi non en parlant, mais en M’offrant – J’ai permis la destruction complète de Mon Corps et de Mon Cœur pour que Mon Amour inonde le monde.
Sois comme Ma Mère : offrant tout dans le silence et l’amour – toujours prête à aller là où il faut aider.
Dis comme Elle : « Faites ce que Mon Fils vous dira… »2
Ouvre les cœurs humains, apporte-les Moi – Je les guérirai.

28.VIII.1988, 0h50



† Réjouis-toi et exulte quand on te fait du mal, entoure tes bourreaux d’amour, c’est de cette manière que tu les libéreras du mal qui détruit leurs âmes.
Réjouis-toi d’annihiler dans l’Amour dont Je te remplis le mal qui a jailli d’eux sur toi.
Réjouis-toi d’avoir pu absorber le mal et le transformer en amour, parce que s’il avait touché quelqu’un d’autre, cela aurait pu le détruire et proliférer encore plus.
Ne te cache pas devant le mal, avance à sa rencontre, remplie du feu de l’amour qui brûle tout ce qui ne vient pas de Moi.
Avance et agis comme Moi J’ai agi!
Puisque c’est Moi qui avance en toi, c’est Moi qui transformerai ceux que Je mets sur ton chemin.
J’ai besoin d’âmes-flambeaux pour allumer le saint feu de l’Amour sur cette terre. Pour qu’il absorbe les ténèbres. Pour qu’arrive déjà un jour clair comme le soleil.
Veillez, parce que le temps est proche, l’aube brille déjà, même si les forces des ténèbres font monter leurs vagues.
Veillez pour qu’elles ne vous atteignent pas quand elles se déverseront sur le monde.
2 P 3,11-14 « Puisque tout notre monde doit être dissous, combien votre conduite et votre piété doivent-elles être saintes! Attendez et hâtez la venue du jour de Dieu, jour où le ciel enflammé se désagrégera et où les éléments embrasés se fondront. Mais nous attendons, conformément à sa promesse, un nouveau ciel et une nouvelle terre où la justice habitera. C'est pourquoi, bien-aimés, dans cette attente, faites tous vos efforts pour qu'il vous trouve sans tache et irréprochables dans la paix. »
2 P 3,9b « Le Seigneur ne veut qu'aucun ne périsse mais que tous parviennent à la repentance. »

31.VIII.1988, 6h30



† N’aie pas peur, Mon enfant, Je suis en toi.
Pour pleinement ressusciter, il faut se laisser entièrement crucifier.
N’aie pas peur de Moi ni de Mon don de crucifixion – Je désire ressusciter en toi pour Ma gloire éternelle, pour la libération de beaucoup.

5.IX.1988, 21h30



- Que dois-je faire?
† M’aimer et souffrir avec Moi.
Accepteras-tu Ma douleur avec la même joie que tu acceptes Mon Amour? L’amour s’exprime dans l’acceptation de la douleur.
Moi J’ai accepté toute la douleur de tous les hommes, ils en seraient libres s’ils le voulaient.
Désire pour eux pour que Je les rende libres. Aime-les et souffre pour que Je puisse leur donner le ciel.

10.IX.1988, 6h30



† Pour toi, il n’y a plus de situations mauvaises, de gens qui te fassent du tort : ils ne te détruisent pas – ils enrichissent ton amour en Moi.
Pendant que les peines et les souffrances que tu acceptes et que tu M’offres apportent le salut à ceux qui en étaient la cause.
La joie et la douleur font naître l’amour dans un cœur qui est Mon cœur. Quand tout en toi sera devenu Amour – en offrande pour le monde – alors ton âme sera Mon Âme, ton corps sera Mon Corps.
Jn 7,37b-38 « Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de lui, comme l'a dit l’Écriture. »

16.IX.1988, 10h15



† Je t’ai engendrée à partir de poussière terrestre et d’une goutte de Mon Sang qui est tombée quand J’agonisais sur la croix.
Je t’ai créée dans la douleur et l’amour, voilà ta vocation.
Ta douleur et ton agonie intérieures feront naître ta sainteté et la lumière qui te permettra d’entourer et de transformer. Tu feras naître une nouvelle vie dans les cœurs de Mes enfants.
N’économise pas ta douleur ni ton amour pour Mes enfants. Qu’ils naissent, que Ma vie brille en eux, qu’ils se réjouissent de leur Dieu.
As-tu remarqué que nous engendrons déjà ensemble? Qu’en toi et qu’à travers toi J’engendre, Je vivifie, Je transforme?
Deviens entièrement Mon Amour pour le monde, Ma douleur pour le monde.
Sois Ma lumière et Mon signe.
Que ton cœur brûle, qu’il verse l’amour depuis les blessures que le monde lui inflige. N’est-ce pas à cela que servent les blessures : à ce qu’à travers elles s’écoule le sang de l’amour sauveur?
1 Co 13,1-13 « Si je parle les langues des hommes, et même celles des anges, mais que je n'ai pas l'amour, je suis un cuivre qui résonne ou une cymbale qui retentit. Si j'ai le don de prophétie, la compréhension de tous les mystères et toute la connaissance, si j'ai même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, mais que je n'ai pas l'amour, je ne suis rien. Et si je distribue tous mes biens aux pauvres, si même je livre mon corps aux flammes, mais que je n'ai pas l'amour, cela ne me sert à rien. L'amour est patient, il est plein de bonté; l'amour n'est pas envieux; l'amour ne se vante pas, il ne s'enfle pas d'orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s'irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité; il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L'amour ne meurt jamais. Les prophéties disparaîtront, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. En effet, nous connaissons partiellement et nous prophétisons partiellement, mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu un homme, j'ai mis fin à ce qui était de l'enfant. Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, de manière peu claire, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai complètement, tout comme j'ai été connu. Maintenant donc ces trois choses restent: la foi, l'espérance, l'amour; mais la plus grande des trois, c'est l'amour. »

18.X.1988, 10h15



† Ma fille, n’aie pas peur, sois courageuse dans l’accomplissement de Ma volonté.
Proclame qu’une nouvelle époque arrive, dans laquelle l’Esprit Saint dirigera directement les cœurs de Mes enfants, dont Marie sera la protectrice, Elle veillera sur eux dans une grande proximité de cœurs.
N’aie pas peur, parce que Je t’ai révélé des choses futures, Je t’ai dévoilé Mon intention de guérir Mon Église.
Les chemins existants de développement spirituel et de culte étaient adaptés aux années qui touchent à leur fin.
Les chemins et le culte définis par ceux qui étaient obéissants à Ma volonté servaient dans la période de stabilisation, dans la période de paix et de vie normale de Mon peuple. Mais elles ont fossilisé dans ces schémas, elles sont devenues une forme qui cache un énorme vide et la trahison de Leur Dieu. Comme aux temps de Mon Fils, ils sont devenus des tombeaux blanchis dans leur foi et dans leur vie quotidienne avec le Père.
Le moment arrive de briser la coquille qui cache le cœur vivant de Mes enfants. Je désire des cœurs vivants, ardents, qui pulsent d’amour et d’abandon au Père qui est Amour et Vie.
C’est pourquoi Je prépare la foi vivante de Mes enfants. C’est pourquoi J’enseigne comment vivre avec Moi à chaque instant et partout.
Le monde M’appartient, même s’il est profané par le démon de l’orgueil et de la vanité.
Je désire la sainteté de la vie dans le monde en union avec Ma volonté et Mon amour. Tout comme un nourrisson ne peut pas vivre sans sa mère, ainsi Mes enfants ne devraient rien désirer en dehors de Moi et de Ma volonté.
Je ne veux pas de cérémonies, ni qu’on s’adresse à Moi avec les lèvres3.
Je ne veux pas de vos initiatives humaines, ni de votre activité.
Je ne veux pas de vos mortifications que vous vous êtes inventées pour Moi.
Je veux votre amour et votre soumission à Ma volonté.
Seule une telle foi et une telle intimité avec Moi vous sauveront dans les jours d’extermination et de purification.
Je vous apprends la spontanéité, à vivre de foi, à M’adorer en esprit et en vérité4 dans les conditions et les situations de votre quotidien.
Je veux vous préparer à adhérer à Moi, à Me rester fidèles les jours où le ciel s’enflammera, où la terre portera l’extermination.
Je veux que vous sachiez M’aimer et Me faire confiance quand Mes sanctuaires tomberont en ruine et que Mes prêtres déguerpiront.
Je veux que vous arriviez alors à accepter la grande tribulation et la souffrance pour Mon Amour, que vous restiez fidèlement en prière, pour que dans vos cœurs soit offert le Sacrifice Eucharistique de Mon Fils.
J’ai appelé Mes enfants les plus fidèles et les plus obéissants à être des prêtres en esprit pour les temps difficiles qui attendent l’humanité.
Je désire qu’à travers eux, Mon Amour sauve et guérisse le monde.
Qu’il se déverse dans les cœurs de Mes enfants.
N’ayez pas peur, vous qui désirez être Mes témoins dans les jours de ténèbres. N’ayez pas peur, abandonnez-vous, permettez-Moi d’être en vous, d’être à travers vous le salut des âmes apeurées, perdues, impuissantes, quand la nouvelle vie naîtra dans la douleur de l’agonie de ce qui existe encore, de ce qui se penche déjà vers sa chute.
N’aie pas peur, Ma fille, de transmettre ces Paroles, n’aie pas peur de parler de ce que Je t’ai fait connaître.
Ne sois pas effrayée – tu M’appartiens, rien n’arrivera sans Ma volonté.
La paix soit avec toi, Mon enfant. Demeure dans la foi et l’Amour. Attends avec espérance la venue de Mon Fils qui est ton Bien-aimé.
Lc 21,5-36 « Comme quelques-uns parlaient du temple, qui était orné de belles pierres et d'objets apportés en offrandes, Jésus dit: «Les jours viendront où il ne restera pas pierre sur pierre de ce que vous voyez, tout sera détruit.» Ils lui demandèrent: «Maître, quand donc cela arrivera-t-il et à quel signe reconnaîtra-t-on que ces événements vont se produire?» Jésus répondit: «Faites bien attention à ne pas vous laisser égarer. En effet, beaucoup viendront sous mon nom en disant: 'C'est moi', et: 'Le moment est arrivé.' Ne les suivez [donc] pas. Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous laissez pas effrayer, car il faut que ces choses arrivent d'abord. Cependant, ce ne sera pas encore la fin.» Puis il leur dit: «Une nation se dressera contre une nation et un royaume contre un royaume ; il y aura de grands tremblements de terre en divers endroits, ainsi que des pestes et des famines; il y aura des phénomènes terrifiants et de grands signes dans le ciel. Mais, avant tout cela, on mettra la main sur vous et l'on vous persécutera, on vous livrera aux synagogues, on vous jettera en prison, on vous traînera devant des rois et devant des gouverneurs à cause de mon nom. Cela vous donnera une occasion de témoignage. Mettez-vous donc dans l'esprit de ne pas préparer votre défense, car je vous donnerai des paroles et une sagesse telles qu'aucun de vos adversaires ne pourra s'y opposer ni les contredire. Vous serez trahis même par vos parents, par vos frères, par vos proches et par vos amis, et l'on fera mourir plusieurs d'entre vous. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom, mais pas un seul cheveu de votre tête ne sera perdu. Par votre persévérance vous sauverez votre âme. Lorsque vous verrez Jérusalem encerclée par des armées, sachez que sa destruction est proche. Alors, que ceux qui seront en Judée s'enfuient dans les montagnes, que ceux qui seront à l'intérieur de Jérusalem en sortent et que ceux qui seront dans les champs n'entrent pas dans la ville, car ce seront des jours de vengeance, où s'accomplira tout ce qui est écrit. Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront durant ces jours-là, car il y aura une grande détresse dans le pays et de la colère contre ce peuple. Ils tomberont sous le tranchant de l'épée, ils seront emmenés prisonniers dans toutes les nations et Jérusalem sera piétinée par des non-Juifs jusqu'à ce que la période accordée aux nations prenne fin. Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, les nations seront dans l'angoisse, épouvantées par le bruit de la mer et des vagues. Des hommes rendront l'âme de terreur dans l'attente de ce qui surviendra sur la terre, car les puissances célestes seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l'homme venir sur une nuée avec beaucoup de puissance et de gloire. Quand ces événements commenceront à se produire, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance est proche.» Puis il leur dit une parabole: Regardez le figuier et tous les autres arbres. Dès qu'ils bourgeonnent, vous savez de vous-mêmes que déjà l'été est proche. De même, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera pas avant que tout cela n'arrive. Le ciel et la terre disparaîtront, mais mes paroles ne disparaîtront pas. Faites bien attention à vous-mêmes, de peur que votre cœur ne devienne insensible, au milieu des excès du manger et du boire et des soucis de la vie, et que ce jour ne fonde sur vous à l'improviste. En effet, il s'abattra comme un piège sur tous les habitants de la terre. Restez donc en éveil, priez en tout temps, afin d'avoir la force d'échapper à tous ces événements à venir et de vous présenter debout devant le Fils de l'homme. »

25.X.1988, 10h45



† Tiens-toi prête, Mon enfant. Une grande pénitence est nécessaire pour tout ce qui Me blesse, pour tous ceux qui Me flagellent.
Je t’ai choisie, Je désire de toi une offrande totale. C’est Moi qui crée chacune de tes journées et qui te mène à travers elle.
N’aie pas peur. Ce n’est qu’en tant que Cyrénéen que tu m’aideras à porter Ma croix.
N’aie pas peur, Ma bien-aimée – nous sommes ensemble dans la douleur et dans l’amour.
Aime tout ce qui te tombera dessus, accepte avec amour chaque épine d’humiliation, de peine, de souffrance – ce sont les épines de Ma Couronne, celle que M’a donné Mon Père qui M’aime.
Dans ton cœur, penche-toi et embrasse avec gratitude chaque personne qui plante des épines dans ton cœur.
C’est Ma main qui t’aime qui les guide, pour que ta vocation s’accomplisse dans la douleur infligée par le monde auquel tu n’appartiens pas, mais aussi dans Mon amour qui est ta maison et ta nourriture quotidienne.
Désire que s’accomplisse tout ce que J’ai réservé pour toi, que tu deviennes celle que J’attends avec nostalgie dans Ma maison.
Je désire t’appeler déjà, mais tu dois M’apporter les fruits de ton sacrifice pour que tu puisses occuper la place qui t’est réservée dans Ma chambre.
1 P 4,12-14 « Mes bien-aimés, ne soyez pas surpris de la fournaise qui sévit parmi vous pour vous éprouver, comme s'il vous arrivait quelque chose d'étrange. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous prenez aux souffrances de Christ, afin d'être aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire sera dévoilée. Si vous êtes insultés à cause du nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l'Esprit de gloire, l'Esprit de Dieu, repose sur vous. Eux, ils blasphèment l'Esprit, tandis que vous, vous lui rendez gloire. »

10.XI.1988, 10h50



† Je veux que tu sois remarquable par ta modestie intérieure, ton silence, ta délicatesse dans ton contact avec Moi, qui vis en toi et dans les autres gens.
Je désire que ton âme soit une sorte de cachemire le plus délicat pour que Je puisse y trouver le repos et le soulagement, pour Mes blessures que les autres M’infligent. Que Je sois réchauffé par la délicatesse et la tendresse de ton âme, par son silence rempli de douceur, par la pureté de ses désirs et de ses intentions.
Ma Maman accomplira tout cela en toi : elle partagera avec toi Son cœur pur et aimant, tissé des plus beaux fils d’amour, de pureté, de fidélité.
Confie-Lui ton intérieur afin qu’elle y prépare Mon lieu de repos, pour que ce soit un ciel qui adoucit la souffrance qui M’est infligée par le monde.
Que ton âme soit Ma chambre royale, que rien ne M’y offense, et cela adoucira Ma douleur qui est déjà trop grande.
Penche-toi sur Moi quand Je Me repose, comme une mère sur son enfant qui dort dans la berceuse, murmure-Moi des mots d’amour, chante-Moi des psaumes, couvre-Moi de ta fidélité.
Fais cela, sois ainsi envers chacun en qui Je viens vers toi, et envers Moi quand nous sommes seuls.
Je désire reconnaître en toi Ma Maman, ressentir dans ton âme Son amour affectueux.
Ma Maman te l’apprendra, Elle te préparera – n’aie pas peur – Elle fera tout comme Elle le faisait quand J’étais tout petit dans Ses bras.
Dépose ton cœur dans Ses mains délicates. Abandonne-toi à Sa bonté prévenante, à Sa protection, à Sa beauté.
Mt 21,16c « Tu as tiré des louanges de la bouche des enfants et des nourrissons. »

13.XI.1988, 12h30



- Les Paroles que le Seigneur m’a dernièrement données sont devenues un feu brûlant en comparaison avec ce que je sais de moi : mon primitivisme envers Lui et envers les gens…
Il ne me reste plus qu’une seule prière : « O mon Jésus, donne-moi Ton Pardon et Ta miséricorde par les mérites de Tes saintes Blessures. »
et Sa réponse dans les Paroles de l’Écriture que j’ai reçues :
Lc 1,46b-48a « Mon âme célèbre la grandeur du Seigneur et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, parce qu'il a porté le regard sur son humble servante. »

16.XI.1988, 8h45



† Je te donnerai Mes Blessures, ce sera le signe qui montre combien Je comble ceux qui M’aiment.
N’aie pas peur, Mon enfant – le temps viendra pour tout, ainsi que pour l’état nécessaire de ton âme.
Demande à Ma Maman qu’Elle te rende semblable à Elle. Qu’Elle Me prépare une habitation décorée d’amour et tapie de Sa tendresse.
Demande à ton Ange de veiller sur le seuil de Ma maison dans ton âme.
Demande à tes patrons de M’y adorer constamment, parce que voici que le ciel se penche sur ta pauvreté pour la transformer en la richesse de ton Bien-aimé.
Bien-aimée de Dieu, n’aie pas peur de Ma Majesté! Demeure dans la prière – que Ma bénédiction descende sur toi, que Mon Amour brûle en toi!
1 Co 5,7 « Purifiez-vous donc du vieux levain afin d'être une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain. En effet, Christ, notre agneau pascal, a été sacrifié pour nous. »

16.XI.1988, 23h15



- Ma nostalgie me brûle comme une blessure.
La douleur d’être séparée de Jésus est ma nostalgie, ma soif – un seul grand cri et un appel de mon cœur qui meurt dans cette séparation. Il ne peut pas mourir, parce qu’il doit vivre et souffrir pour Lui…
C’est l’une des souffrances du purgatoire.
Une deuxième vient du sentiment de mon indignité, de mon péché, de ma propre saleté.
Un désir de purification si grand qu’il serait soulagé d’être plongé dans le feu, dans le seul but de brûler cette saleté.
Le feu de la nostalgie et de mon indignité – voilà mon purgatoire.
† Tu vis ton purgatoire, Mon enfant. Je t’ai donné cette douleur pour te préparer à Me rencontrer dans ton âme et dans ton corps…
Accepte-le avec amour, attends avec nostalgie et confiance.

20.XI.1988, 23h45



† Quand tu Me rencontres, tout devient lumière en toi. En ce moment, Je te montre comment tu es sans Moi. Attends avec espérance et joie le ciel en toi. Bientôt, la plénitude de l’amour viendra.
Jn 3,22 « Après cela, Jésus, accompagné de ses disciples, se rendit en Judée; il y séjourna avec eux et il baptisait. »

24.XI.1988, 23h00



- Je suis une servante inutile. Complètement et entièrement. Mes actes, les paroles que j’offre à Jésus, n’ont aucune valeur. Tout est rien, impuissance. Appel de Sa Miséricorde.
Le plus grand miracle, c’est qu’il veut Me regarder, c’est qu’Il m’aime…
Jn 3,27.30 « Un homme ne peut recevoir que ce qui lui a été donné du ciel.
Il faut qu'il grandisse et que moi, je diminue. »

30.XI.1988, 20h35



† Pour te faciliter de demeurer en union avec Moi – dans Mon Amour – dis-Moi constamment : « Jésus, je T’aime et je suis Tienne ».
Ce sera ta prière du cœur, tu seras toujours en son intérieur, et ainsi à l’intérieur de Mon Cœur. Elle t’entourera, te filtrera et te transformera, J’habiterai alors en toi comme chez Moi.

3.XII.1988, 3h40



- Ma vie intérieure ressemble à une marche au milieu d’un feu qui m’entoure. Mais moi je suis dans une combinaison résistante à la chaleur. À l’intérieur, il y a la vermine de mon péché, il y fait froid alors que je suis entourée par les flammes.
Qu’est-ce que cette combinaison?
† C’est ta vie mondaine. Il en est ainsi parce qu’elle devrait être un service en esprit de pénitence et de gratitude.
Cette douleur est ton chemin de réparation pour le mal du monde.
- Mais dernière ce feu, il y a justement les ténèbres du monde et le mal qui s’y entasse. Ce feu me sépare et me protège de l’inondation du reste.
† Ce feu, c’est Mon amour que tu as permis, il est dans ton âme, parce que ton âme n’est pas voilée par ton corps.
Tu marches dans Mon feu d’Amour. Tu l’apportes partout là où tu te trouves avec ton cœur.
Fais attention à ce que ton cœur soit rempli du feu qui t’entoure et qui brûle dans ton âme.
Quand J’ouvrirai ton corps, tu seras nue dans le feu, mais tu ne brûleras pas, comme le buisson ardent n’a pas brûlé – alors disparaîtront le froid de la séparation et la vermine du péché.
Tu sais ce que sont les stigmates?
Ce sont des ouvertures du corps – des fissures par lesquelles le feu de Mon Amour sort de l’âme.
Les blessures de Mon corps humain étaient une ouverture pour l’écoulement de Mon Amour.
Les blessures de ton cœur et la douleur de ton corps devraient aussi être une ouverture pour l’épanchement de Mon Amour qui est en toi.
Permets aux gens de le faire – comme ils Me l’ont fait, comme ils l’ont fait à Ma Maman. Que tout le mal qui te touche brûle dans Mon Amour, que l’amour jaillisse de tes blessures.
Rm 8,14-17 « En effet, tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n'avez pas reçu un esprit d'esclavage pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions: «Abba! Père!» L'Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui afin de prendre aussi part à sa gloire. »
- Le feu de l’Amour – c’est l’Esprit Saint.

12.XII.1988, 8h00



- Dans ce que j’ai écrit, combien y a-t-il de Ta Vérité et combien de mes pensées?
† Tout en toi M’appartient, parce que Je te prépare de différentes manières à recevoir Ma Vérité. Aie confiance en Ma puissance en toi.

14.XII.1988, 10h45



Une vision :
Une forêt de croix. Sur chacune, Jésus agonise dans la douleur de Ses convulsions.
Voilà à quoi ressemble le monde et les cœurs de gens.
Sous chacune se tient la Mère Douloureuse, le cœur transpercé.
Jn 16,16-22 « Encore un peu de temps et vous ne me verrez plus, et puis encore un peu de temps et vous me reverrez, [parce que je vais auprès du Père].» Alors quelques-uns de ses disciples se dirent entre eux: «Que veut-il nous dire par: 'Encore un peu de temps et vous ne me verrez plus, et puis encore un peu de temps et vous me reverrez' et: 'Parce que je vais auprès du Père'?» Ils disaient donc: «Que signifie ce qu'il dit: 'Encore un peu de temps'? Nous ne savons pas de quoi il parle.» Jésus comprit qu'ils voulaient l'interroger et il leur dit: «Vous vous interrogez les uns les autres sur ce que j'ai dit: 'Encore un peu de temps et vous ne me verrez plus, et puis encore un peu de temps et vous me reverrez.' En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, tandis que le monde se réjouira; vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse se changera en joie. Lorsqu'une femme accouche, elle éprouve de la tristesse parce que son heure de souffrance est venue, mais, lorsqu'elle a donné le jour à l'enfant, elle ne se souvient plus de la douleur à cause de sa joie d'avoir mis un enfant au monde. Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse, mais je vous reverrai et votre cœur se réjouira, et votre joie, personne ne vous l'enlèvera. »

17.XII.1988, 10h15



- Mon contact avec mon directeur spirituel, le père Walter Rachwalik, est le toucher de l’Amour de Jésus – c’est une ouverture et un remplissage.
Même si les paroles prononcées sont étroites et grises – Lui les entoure d’une Vérité multidimensionnelle avec toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Il est présent et Il parle par Sa présence dans toute mon âme, dans tous les recoins de mon esprit, dans chaque cellule de mon corps.
Il est Vérité, Enivrement, Tendresse, Beauté…
Pour que Jésus vienne de cette manière, il faut être amoureux…
Ct 2,8-17 « C'est la voix de mon bien-aimé! Le voici qui arrive, sautant sur les montagnes, bondissant sur les collines. Mon bien-aimé est pareil à la gazelle ou au jeune cerf. Le voici: il se tient derrière notre mur, observant par la fenêtre, regardant par le treillis. Mon bien-aimé parle et me dit: «Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens! En effet, l'hiver est passé, la pluie a cessé, elle s'en est allée. Les fleurs apparaissent dans le pays, le temps de chanter est arrivé et l'on entend le roucoulement de la tourterelle dans notre pays. Le figuier embaume par ses fruits et les vignes en fleur répandent leur parfum. Lève-toi, mon amie, ma belle, et viens! Ma colombe, toi qui te tiens dans les fentes du rocher, qui te caches dans les parois escarpées, fais-moi voir ta figure, fais-moi entendre ta voix, car ta voix est douce et ta figure est charmante!» Attrapez pour nous les renards, les petits renards qui dévastent les vignes, car nos vignes sont en fleur! Mon bien-aimé est à moi, et moi je suis à lui. Il conduit son troupeau parmi les lis. Avant que la brise du jour ne souffle et que les ombres ne fuient, tourne-toi! Montre-toi pareil, mon bien-aimé, à la gazelle ou au jeune cerf, sur les montagnes rocailleuses! »
† Il n’est pas nécessaire de parler – les mots déforment la vérité. Il faut être et aimer.

19.XII.1988, 22h15



- Qu’est-ce qui arrivera quand j’aurai fini de recopier mon Témoignage?
† Désires-tu le savoir?
- Non, Jésus. Je désire T’être soumise et prête à T’offrir mon sang à chaque instant, de la manière que Tu veux.
† Je te bénis…

28.XII.1988, 23h10



- Il y avait différentes causes à mes larmes devant le Seigneur : des larmes de contrition, de honte, de nostalgie, de gratitude, d’émerveillement, mais aussi pour la tristesse de Jésus.
Maintenant, il y a les larmes de l’amour, de la tendresse, de pouvoir L’aimer et les larmes de Sa douleur.
Des larmes du cœur – pas nécessairement des yeux.
Parfois, le désir d’aimer Jésus me réveille la nuit. Alors des larmes d’amour débordent de mon cœur… Lui répond par la douleur de Ses Blessures…
Ph 4,13 « Je peux tout par celui qui me fortifie. »

6.I.1989, 11h40 | Fête de l’Épiphanie



- Aujourd’hui, j’ai transmis à mon directeur spirituel la première partie de mon Témoignage. Je n’avais pas remarqué que c’était le jour de la fête de l’Épiphanie. La clarté de cet événement vient de tomber sur moi.
L’énorme sentiment de mon indignité face à la bonté du Seigneur m’a écrasé.
Comment aurai-je le courage de me montrer à quelqu’un qui aura lu?
† Il faut mourir à soi jusqu’au bout. Ton cœur a été livré aux gens. Accepte avec amour ce qu’ils en feront. Comme Je l’ai accepté, Moi, ainsi que Ma Maman.
Que ta force et ta lumière soit le toucher de Mes Blessures. C’est Mon toucher amoureux dans lequel Je te berce contre Mon Cœur. Caches-y toi et pleure ton amour, ta nostalgie, ta douleur…
Col 1,7b-8 « Il est pour vous un fidèle serviteur de Christ, et il nous a appris de quel amour l'Esprit vous anime. »
Col 1,9-14 « Voilà pourquoi nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous. Nous demandons que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toutes sagesse et intelligence spirituelles, pour marcher d'une manière digne du Seigneur et lui plaire entièrement. Vous aurez pour fruits toutes sortes d'œuvres bonnes et vous progresserez dans la connaissance de Dieu, vous serez fortifiés à tout point de vue par sa puissance glorieuse pour être toujours et avec joie persévérants et patients, et vous exprimerez votre reconnaissance au Père qui nous a rendus capables de prendre part à l'héritage des saints dans la lumière. Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous sommes rachetés, pardonnés de nos péchés. »



1 Le dimanche des Rameaux 1988, Alice a prononcé ses vœux temporels dans la Famille du Cœur de l’Amour Crucifié.
2 Voir Jn 2,5.
3 Voir Is 1,11; Am 5,21-23; Mt 15,8.
4 Voir Jn 4,23.
avatar
Gabuzo
Avec Saint Benoit

Masculin Messages : 116
Localisation : Pologne
Inscription : 28/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum