Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Mar 25 Avr 2017 - 8:52




25 avril – Allemagne, Marienfried :

Apparitions de la Grande Médiatrice des grâces à Bärbel Ruess (1946)
   
L’Angleterre et le Pays de Galles se consacrent au Cœur Immaculé de Marie  

Samedi 18 février 2017, il y avait beaucoup de monde à la cathédrale catholique romaine de Westminster pour la consécration de l’Angleterre et du Pays de Galles au Cœur Immaculé de Marie !

La cérémonie était présidée par le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster.

Ce dernier a également procédé au couronnement de la statue de Notre-Dame de Fatima, qui vient d’être installée dans la cathédrale catholique de Londres.

Dans son homélie, l’archevêque de Westminster a invité les fidèles à réciter le Rosaire.

Cette consécration constitue un signe particulièrement encourageant dans ces temps troublés et difficiles, tant pour l’Eglise que pour le monde entier.


infocatho
http://www.infocatho.fr/consecration-de-langleterre-et-du-pays-de-galles-au-coeur-immacule-de-marie-en-presence-dune-assistance-nombreuse/

La consécration mariale



Se consacrer à Dieu par Marie

La consécration à Dieu par Marie s'appelle aussi acte d'abandon, acte de confiance, acte d'offrande.

L'essence de cette spiritualité a été pratiquée depuis que le disciple bien-aimé a pris chez soi la mère de Jésus (Jn 19, 27).

Des prières ont été composées dès le temps des Pères de l'Eglise, par exemple, avec saint Idelfonse de Tolède, saint Jean Damascène...

L'école française, en retrouvant les pères de l'Eglise, a aussi retrouvé cette spiritualité, et actuellement dans le monde sont très connus « le Secret de Marie » et la prière de consécration de saint Louis-Marie de Montfort.

Cette spiritualité est tout à fait logique avec l'Evangile : Dieu s'est fait homme en Marie, c'est définitif, et désormais nous sommes sauvés par Marie, en elle.

Cette spiritualité est aussi, et surtout, le fruit d'une expérience : on en perçoit les fruits.

En 1917, l'apparition de Fatima a demandé la consécration du monde.

Sœur Lucie utilise pour le dire des formulations variées : il s'agit d'une prière au Christ et à Marie.

Jean Paul II a réalisé la demande de Fatima le 25 mars 1984.

Actuellement, les chrétiens comprennent qu'il est bon de se consacrer à Dieu par Marie,

- de consacrer tel aspect de sa vie en particulier

- de consacrer sa famille, sa paroisse,

- sa ville, et son pays

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Mer 26 Avr 2017 - 7:34


26 avril – Italie, Rome :


L’image de Notre-Dame du Perpétuel Secours est donnée à l’Eglise des Rédemptoristes (1886)





 
« Dans ce cas, n’ayez pas de souci ! »  

Mon directeur de séminaire avait une passion pour Marie.

Ce Père m’a profondément influencé. Il s’appelait Othon Fernandes Loures, maintenant disparu.
Il nous motivait beaucoup dans notre dévotion à Marie, nous incitant à recourir aux cantiques de Marie et à faire le vœu de soumission au Cœur Immaculé de Marie.

Au moment où je devais être nommé évêque, il était sur son lit d’hôpital et me dit :

« J’ai appris que vous alliez être nommé évêque. »

Je répondis par l’affirmative mais que j’étais très anxieux.  Il me demanda :

«Vous n’avez pas fait vœu de soumission au Cœur Immaculé de Marie ? ». Je lui dis que oui et que j’étais fidèle à cette dévotion.

« Dans ce cas, n’ayez pas de souci » me dit-il.  

Je fus nommé à São José do Rio Preto (Brésil).

Je croyais que le saint patron s’appelait São José (Saint Joseph). En vérité, la sainte patronne était le Cœur Immaculé de Marie.

voulu que le Père Othon soit encore en vie pour pouvoir lui relater cet événement.

Je ne cesse de prier mon chapelet tous les jours et de sentir la force de Marie dans ma vie.




Archevêque actuel de Uberaba, ville brésilienne de l'ouest de l'État du Minas Gerais


Brésil, pays né dans les bras de la Sainte Vierge


Le Brésil est le plus grand pays catholique du monde, comme l'a dit le pape Jean Paul II, lors du centenaire du couronnement de Notre Dame d'Apparecida, en 2004 (1).

C'est le pape saint Pie X qui a solennellement couronné la Vierge Marie comme "Reine du Brésil", en 1904.

Mais l'histoire de la dévotion mariale au Brésil commence dès le début du XVIè siècle, lorsque la flotte de l'amiral portugais, Pedro Alvarez Cabral (1467 - 1520) débarque, en avril 1500, sur la côte d'une terre  encore inconnue et que l'on nommera d'abord "Ile de Vera Cruz", avant de lui donner son nom actuel, le "Brésil" (du mot "pau-brasil" ou "bois en braise" évoquant les couleurs du feu des troncs d'arbres).

"le Brésil est né dans les bras de Marie".

Ce fut en effet après s'être placée sous la protection maternelle de Marie et avoir assisté à la messe dans une chapelle dédiée à Notre Dame de Bethléem, que la flotte portugaise, commandée par Pedro Alvarez Cabral partit, en ce début 1500, à la découverte des terres lointaines, au delà de l'Atlantique. Et c'est encore la Vierge Marie, sous le vocable de Notre Dame d'Espérance, qui foula la première la terre brésilienne, grâce à Pedro Alvares Cabral qui fit célébrer dès son arrivée, la première messe sur ce sol nouveau en présence de la statue de la Vierge embarquée avec lui. C'est pourquoi les Brésiliens aiment à dire que "le Brésil est né dans les bras de Marie".

Et de fait, tous les villages et les ports de ce nouveau pays ont commencé par une petite église vouée, la plupart du temps, à Marie.

D'ailleurs tout le littoral brésilien est consacré à la Vierge! On nommera par exemple, "Notre Dame des Mers" au Paraiba, en 1584 ; il existe toujours de nombreux autres vestiges d'églises dédiées à la Vierge, datant de cette époque pionnière.

Le premier grand sanctuaire marial connu, érigé au Brésil, fut celui de Notre Dame des Grâces, à Bahia (ou Baia), à la suite d'une apparition de Marie à une jeune indienne mariée à un portugais, dans les années 1530.

"La Reine bien-aimée du peuple brésilien"

Signalons aussi, à Itanhaen (près de Sao Paulo), le sanctuaire de Notre Dame de l'Immaculée Conception, sans doute le premier dédié à Marie sous ce vocable dans la région, ou encore, dans la région de l'"Espirito Santo", le sanctuaire dédié à Notre Dame des Victoires ou celui, à Porto Seguro, dédié à Notre Dame du Secours. Dans la province du Para, se trouve l'important sanctuaire de Notre Dame de Nazareth, avec sa grande Basilique et l'immense salle des ex-voto en remerciement des innombrables grâces et miracles obtenus par Marie.

Mais le plus grand témoin, au Brésil, de la dévotion à Marie, dans son Immaculée Conception, demeure certainement le sanctuaire bâti en l'honneur de la Vierge Immaculée à Apparecida, sur les rives du fleuve Parahiba, dans l'Etat de Sao Paulo (2). C'est là, devant la Vierge d'Aparecida, qu'en 1946, le Brésil a renouvelé sa consécration au coeur Immaculé de Marie.

A signaler aussi que depuis les années 1940, tout particulièrement, le Brésil s'est toujours trouvé à l'avant garde du mouvement marial du monde entier.

Les Congrégations mariales n'ont cessé d'y fleurir; on en compte près de 3000 aujourd'hui qui réunissent un grand nombre de jeunes (les "Marianos") !

Car Marie est vraiment "la Reine bien-aimée du peuple brésilien".




avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Jeu 27 Avr 2017 - 8:22


27 avril – Espagne : Notre Dame de Montserrat – Lituanie : Notre Dame de Vilnius



   

En ces temps où nous vivons une efficacité nouvelle du Rosaire


La phase diocésaine du procès en canonisation de sœur Lucie, l’une des trois personnes ayant vu et parlé à Notre Dame du Rosaire à Fatima, a été officiellement clôturée ce 13 février 2017.

Alors que l’on célèbre cette année le centenaire des apparitions, cette annonce représente un grand pas dans le procès de sa canonisation, entamé il y a 10 ans…

Or voici ce que sœur Lucie disait du Rosaire :

« La Vierge la plus sainte a, en ces temps où nous vivons, donné une efficacité nouvelle à la récitation du Rosaire à tel point qu’il n’y a pas un problème, même des plus difficiles, temporel mais surtout spirituel, nous touchant dans nos vies personnelles ou dans nos familles… qui ne puisse être résolu par le Rosaire.

Il n’existe pas de problème, je vous le répète, même le plus difficile qui soit, qui ne puisse être résolu par la prière du saint Rosaire. »

« Puisque nous avons tous besoin de prier, Dieu attend de nous, comme une sorte de redevance quotidienne, une prière qui soit à notre portée :

le Rosaire, qui peut être récité en groupe ou en privé, à l’Église en présence du Saint-Sacrement ou à la maison, en famille ou bien seul, en voyage ou en se promenant dans les champs. »


L’appel à la prière à Fatima (synthèse)


En 1916, « l'ange de la paix » apprit aux voyants les prières suivantes :

"Mon Dieu,

je crois,
j'adore,
j'espère
et je vous aime.

Je demande pardon pour ceux
qui ne croient pas,
qui n'espèrent pas,
qui ne vous aiment pas.



"Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit,
je vous adore profondément
et je vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de Jésus-Christ,
présent dans les tabernacles du monde,
en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences dont Il est Lui-même offensé,
et par les mérites infinis de son Très Saint Cœur et du Cœur Immaculé de Marie,
je vous demande la conversion des pauvres pécheurs."



Et il demande aux enfants « Offrez constamment au Très-Haut des prières et des sacrifices. »

Le 13 mai 1917, la Vierge Marie apparaît et demande :


"Priez le chapelet tous les jours pour la paix dans le monde et pour la fin de la guerre !"

A la fin du chapelet, dites :

"Mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l'enfer et conduisez toutes les âmes au ciel, spécialement celles qui ont le plus besoin de votre miséricorde"."

Le 13 juin 1917, la Vierge Marie apparaît et dit à Lucie :

"Jésus veut se servir de toi pour me faire connaître et aimer.

Il veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé.

À ceux qui s'y adonneront, je promets le salut et ces âmes seront chéries par Dieu, comme des fleurs posées par moi pour orner son trône."

Le 13 juillet 1917, la Vierge dit à Lucie :

"Je veux que vous continuiez à dire le chapelet tous les jours en l'honneur de Notre Dame du Rosaire, pour obtenir la fin de la guerre et la paix du monde".

Et pour empêcher la guerre :

"Je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la communion réparatrice des premiers samedis."

Le deuxième secret comportent cette demande :

"Vous avez vu l'enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé."

Le troisième secret comporte cet appel :

« L'Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d'une voix forte : Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! »



Sept belles citations de sœur Lucie, une des voyantes de Fatima




Tout le monde connaît son histoire, mais peu de gens connaissent ses paroles.

« La phase diocésaine du procès en canonisation de sœur Lucie, l’une des trois personnes ayant vu et parlé à Notre Dame du Rosaire à Fatima, a été officiellement clôturée le 13 février » a-t-on appris récemment.



Alors que l’on célèbre cette année le centenaire des apparitions, cette annonce  représente un grand pas dans le procès de sa canonisation, entamé il y a bientôt 10 ans.

La cause va donc être transférée à Rome, où la congrégation pour la cause des saints passera en revue tous les éléments du dossier et déterminera si sœur Lucie a bel et bien vécu une vie de « vertu héroïque » (c’est sa vie en tant que disciple du Christ comme chacun d’entre nous, et non son rôle dans les apparitions de Fatima, qui est examinée.)

Le cas échéant, sœur Lucie serait déclarée vénérable.

La phase initiale du procès en canonisation a duré neuf ans car sœur Lucie eut une longue vie, achevée à l’âge de 97 ans. D’après le National Catholic Register, trente employés à temps-plein ont été mobilisés pour examiner la vie de la religieuse, passer tous ses écrits au crible et rassembler des témoignages auprès de soixante personnes.

Sa vie fut très riche, passée pour la plus grande partie retirée du monde dans un carmel au Portugal. Elle a laissé derrière elle un grand gisement de sagesse dans laquelle nous pouvons tous puiser.

Voici sept belles citations de la servante du Seigneur Sœur Marie Lucie de Jésus et du Cœur Immaculé, qui désirait par-dessus tout mener les âmes à Dieu par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie.


Le Rosaire

« Quand des amants se retrouvent, ils passent des heures et des heures à répéter la même chose : “Je t’aime !” À ceux qui pensent que le Rosaire est monotone, il manque une chose : l’Amour.

Et tout ce qui n’est pas fait par amour ne vaut rien. »

« La Vierge la plus sainte a, en ces temps où nous vivons, donné une efficacité nouvelle à la récitation du Rosaire à tel point qu’il n’y a pas un problème, même des plus difficiles, temporel mais surtout spirituel, nous touchant dans nos vies personnelles ou dans nos familles… qui ne puisse être résolu par le Rosaire. Il n’existe pas de problème, je vous le répète, même le plus difficile qui soit, qui ne puisse être résolu par la prière du saint Rosaire. »

« Puisque nous avons tous besoin de prier, Dieu attend de nous, comme une sorte de redevance quotidienne, une prière qui soit à notre portée :

le Rosaire, qui peut être récité en groupe ou en privé, à l’Église en présence du Saint-Sacrement ou à la maison, en famille ou bien seul, en voyage ou en se promenant dans les champs.

Une mère de famille peut dire le Rosaire en berçant son enfant ou en accomplissant les tâches ménagères.

Nos journées comptent 24 heures. Ce n’est pas beaucoup demander que de dégager un quart d’heure pour sa vie spirituelle, pour une conversation intime et familière avec Dieu. »


Les sacrifices quotidiens

« Accepter les sacrifices qui nous sont demandés au quotidien devient un lent martyre qui nous purifie et nous fait accéder à ce qui est surnaturel, par la rencontre de notre âme avec Dieu, dans l’atmosphère de la présence de la très sainte Trinité en nous.

Nous avons là une richesse spirituelle incomparable ! »


Message de Fatima

« L’enfer est une réalité. C’est un feu surnaturel et non physique. Il ne peut être comparé à un feu brûlant du bois ou du charbon…

Continuez à prêcher sur l’enfer car notre Seigneur lui-même parlait de l’enfer, et cela figure dans les Saintes Écritures. Dieu ne condamne personne à l’enfer. Dieu a donné aux hommes la liberté de choisir, et Dieu respecte cette liberté humaine. »

« Efforçons-nous de suivre avec ardeur et foi le chemin qu’Il a tracé pour nous. Oui, c’est par amour que Dieu nous a envoyé cet appel urgent de sa miséricorde, afin de nous aider sur le chemin de notre salut. »


La fin des temps

« La bataille finale entre le Seigneur et le royaume de Satan concernera le mariage et la famille.

Ne soyez pas effrayés, car quiconque œuvre pour la sainteté du mariage et de la famille rencontrera toutes formes d’oppositions et sera toujours combattu.

En effet, le problème clé est là. Cependant, Notre Dame a déjà écrasé sa tête. »


avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Ven 28 Avr 2017 - 9:59



« J’ai été moi-même très aidé par la lecture de ce livre »

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort a composé le "Traité de la vraie dévotion à la sainte Vierge" au début des années 1700, mais le manuscrit est resté pratiquement inconnu pendant plus d’un siècle.

Lorsque, finalement, presque par hasard, il fut découvert en 1842, et publié en 1843, il eut un succès immédiat, et se révéla être une œuvre d’une extraordinaire efficacité pour diffuser la "vraie dévotion" à la Très sainte Vierge.

Dans ma jeunesse, j’ai été moi-même très aidé par la lecture de ce livre (…). Alors qu’auparavant je me tenais en retrait de crainte que la dévotion mariale ne masque le Christ au lieu de lui céder le pas, j’ai compris à la lumière du traité de Grignion de Montfort qu’il en allait en réalité tout autrement.

Notre relation intérieure à la Mère de Dieu résulte organiquement de notre lien au mystère du Christ. Il n’est donc pas question que l’un nous empêche de voir l’autre. (…) On peut même dire qu’à celui qui s’efforce de le connaître et de l’aimer,  le Christ lui-même désigne sa Mère comme il l’a fait au Calvaire pour son disciple Jean. »



Le Secret de Marie (L-M de Montfort)
Le "Secret de Marie" est un secret de sainteté...

Marie est ma grande richesse

Et mon tout auprès de Jésus

C'est mon honneur, c'est ma tendresse,

C'est le secret de mes vertus



Je fais tout en elle et par elle,

C'est un secret de sainteté

Pour être à Dieu toujours fidèle,

Pour faire en tout sa volonté.

Saint Louis-Marie de Montfort, Cantique 77



Saint Louis-Marie de Montfort s'appuie sur la grande tradition : il connait les principaux pères de l'Eglise d'Occident et d'Orient,

les docteurs médiévaux, et les grands mystiques (carmélitains, ignatiens, etc.).

Sa doctrine est marquée par le puissant christocentrisme de l'Ecole française, avec la même insistance sur le mystère de l'Incarnation.

"Le Secret de Marie" (qui semble un résumé du "Traité" et un fruit de son expérience) est un véritable trésor spirituel.






Pape saint Jean Paul II

Tiré de  André Frossard, dialogue avec Jean Paul II,  « N’ayez pas peur ! », 1982, p. 184-185
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Sam 29 Avr 2017 - 8:00





29 avril – Italie : Notre Dame de la Ghiara (1596)

Qui l'a guérie de sa surdité ?

 


Une fillette italienne de 6 ans, sourde, a inexplicablement pu se passer d’appareil auditif, à partir du 11 mai 2016, lors d’un pèlerinage à Lourdes.

Elle était atteinte d’une surdité profonde aux deux oreilles et devait porter des appareils acoustiques.

Mais, mercredi dernier, elle les a enlevés, a témoigné Giuseppe Secondi, président de la sous-section Unitalsi de Milan Sud-Ouest et directeur du pèlerinage.

« Il était 20h30, et nous étions en train de jouer avec la fillette, a-t-il raconté, et je lui ai dit que je ne pouvais plus jouer avec elle, car un engagement m’attendait.

Elle a rejoint sa mère et je l’ai vue enlever ses appareils acoustiques. Lorsque sa mère lui a demandé de les remettre, elle a répondu : ‘ J’entends bien, ils ne me servent plus’ ».

La mère a aussitôt conduit sa fille au bureau des Constatations Médicales de Lourdes.

La fillette, née prématurée à seulement 26 semaines, ne pesait que 800 grammes. Elle a passé trois mois à l’Institut pédiatrique Gaslini de Gênes.

Les médecins ont pu la sauver, mais des médicaments ont provoqué des hémorragies cérébrales qui ont endommagé ses conduits auditifs. Les examens effectués plus tard ont confirmé qu’elle était atteinte d’une surdité profonde aux deux oreilles.

Marina Droujinina

18 Mai, 2016 Zenit.org



 
Marie nous aide et nous libère



« Totalement dépendante de Dieu et tout orientée vers Lui par l'élan de sa foi, Marie est, aux côtés de son Fils, l'icône la plus parfaite de la liberté et de la libération de l'humanité et du cosmos. »

(Saint Jean Paul II, Lettre encyclique Redemptoris Mater, 37)

« Avec confiance et abandon filial, tournons notre regard vers Marie, la Mère du Prince de la Paix.

Demandons-lui d'aider l'ensemble du Peuple de Dieu à être, en toute circonstance, artisan de paix, se laissant éclairer par la Vérité qui rend libre (cf. Jn 8,32). »

(Benoît XVI, journée mondiale de la Paix, 01.01.06)






avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Dim 30 Avr 2017 - 8:59


En mai devenez Missionnaires de Marie !

Le mois de mai 2017 qui va commencer, s’ouvre sur une actualité lourde de divisions sociales et politiques en bien des points du globe ; c’est aussi, ne l’oublions pas, le mois de Marie !

Dans cette perspective,  l’association Marie de Nazareth propose de faire de ce mois de mai le grand mois des Missionnaires de Marie !

La vocation et la mission d’Une Minute avec Marie sont l’évangélisation par Marie et avec Marie notre Mère universelle, afin de ramener à son Fils tous ses enfants dispersés.

Nous vous proposons donc de devenir, là où vous êtes, des missionnaires de Marie !







Pourquoi missionnaires de Marie ?

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, auteur du célèbre Traité de la vraie dévotion à Marie, a su répondre magistralement à la question !

L’œuvre de ce grand apôtre marial, publiée pour la première fois en 1843 mais écrite quelques 130 ans auparavant, a d’abord été oubliée et conservée dans l’anonymat parmi les archives des Missionnaires de Saint Laurent sur Sèvres, avant de réapparaître, au milieu du XXe siècle.

Marthe Robin, de Châteauneuf-de-Galaure en a eu connaissance dès 1928 par l’intermédiaire de son curé et les Foyers de Charité qu’elle a fondés avec le père Georges Finet sont devenus dès lors les grands dispensateurs de la théologie mariale selon Grignion de Montfort; quant au futur pape saint Jean Paul II il a découvert les écrits de Montfort au début de la deuxième guerre mondiale, alors qu’il était jeune ouvrier dans une carrière de pierre : leur lecture en a fait un apôtre inconditionnel de la Sainte Vierge à qui il a consacré sa vie, sa devise Totus tuus et le monde du troisième millénaire !

Parce que l’œuvre de saint Louis-Marie Grignion de Montfort est au fondement théologique de notre action, nous vous invitons durant ce mois de Marie à en relire avec UMM les passages essentiels, afin d’en faire les moteurs d’une action personnelle de véritables missionnaires de Marie !

Les fondements bibliques de Montfort

Si, parmi les nombreux auteurs marials de son époque, saint Louis-Marie de Montfort est celui qui est resté équilibré, celui qui est passé à la postérité, celui qui a nourri Jean Paul II et beaucoup de nos contemporains, c'est parce que saint Louis-Marie a de très nombreux appuis bibliques. Nous en soulignerons quelques-uns :



Au seuil de la Bible, nous trouvons l'image de l'arbre de vie, et nous la retrouvons à la fin de la Bible, dans l'Apocalypse.

L'arbre de vie symbolise la Torah, l'Alliance au Sinaï, puis, le fruit de l'arbre de vie représente Jésus lui-même.

Saint Louis Marie de Montfort prend l'image de l'arbre de vie.

Marie est l'arbre de vie planté par l'Esprit Saint. Le fruit est Jésus. Nous devons cultiver l'arbre pour avoir le fruit, Jésus. Cultiver l'arbre signifie vivre avec Marie, lui tenir compagnie, imiter sa foi et ses vertus (SM 67-78).



Saint Luc et l'Incarnation.

Saint Louis Marie de Montfort contemple ce mystère central de l'Incarnation. Il voit que c'est le centre.

Nous sommes sauvés si nous laissons Dieu être Dieu. Si nous ouvrons nos cœurs à sa Présence. Dieu s'est fait présent par Marie, en elle.

Hier comme aujourd'hui. Donc il faut prier dans la foi de Marie, en elle, par elle. De cette manière, Jésus sera présent en nous, et sa présence grandira en nous (VD 33. 248).

Saint Luc montre en Marie le nouveau Temple. En effet, En disant que la puissance du Très Haut la couvre de son ombre, c'est-à-dire de la nuée, Luc désigne Marie comme celle qui est habitée par Dieu, comme la Tente de la Rencontre (Lc 1, 26-38).

Montfort nous invite à prier « en Marie » !



Saint Luc et le Magnificat.

Saint Luc montre que la prière de Marie est d'abord un Magnificat : Marie nous entraîne à faire mémoire des grandes choses que Dieu fait.



A commencer par l'Incarnation : le Verbe s'est fait chair : Jésus est vrai Dieu et vrai homme.

Et ce Magnificat devient la prière de l'Eglise rassemblée au Cénacle dans les Actes des Apôtres : le centre du Magnificat, « sa miséricorde s'étend d'âge en âges sur ceux qui le craignent » (Lc 1, 50), c'est bien ce que proclame Pierre à la Pentecôte, invitant les gens à recevoir le baptême pour la rémission des péchés.

Le texte du Magnificat (Luc 1,47-55)

46  « Mon âme exalte le Seigneur,
47  mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
48  Il s'est penché sur son humble servante ;désormais tous les âges me diront bienheureuse.
49  Le Puissant fit pour moi des merveilles ;Saint est son nom !
50  Son amour s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.
51  Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
52  Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
53  Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
54  Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
55  de la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais. »

(Traduction Bible de la Liturgie ©AELF)

Et l'on voit Montfort attaché à cette prière qu'il recommande de prier souvent, surtout après la communion (SM 64).



L'Eglise de saint Jean vénère Marie comme "la mère de Jésus" (Jn 2), "La Femme" (Jn 2, Jn 19), c'est-à-dire l'épouse de l'Alliance, et "la mère du disciple", selon la révélation de Jésus au calvaire (Jn 19, 25-27).

Saint Louis Marie de Montfort contemple aussi la croix. Il ne faut pas avoir peur de la croix. Mais il ne faut jamais vivre la croix sans Marie. Parce que Marie est la mère. Marie est celle qui aime la vie et oriente nos cœurs vers la vie. La croix de Jésus n'a de sens que comme passage, comme Pâque.

L'arbre de vie, c'est aussi la croix (SM 22), mais toujours orientée vers la lumière, vers le ciel (SM 78).





avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Lun 1 Mai 2017 - 9:38

1er mai - Saint Joseph, Artisan  
 

La sainte pudeur de Joseph

Notre monde est "voyeuriste". Tout doit se montrer, et tout se dire en permanence.



Le succès des téléréalités, le règne de l’’extimité’, lorsqu’on affiche son intimité et ses états d’âme sur les réseaux sociaux…

Au contraire, Joseph nous offre le témoignage de la pudeur. Une pudeur faite de silence, de réserve naturelle et de recueillement. Joseph préserve l’intimité de son fils adoptif, Jésus.

Il respecte l’altérité de Marie son épouse, dans le mystère de sa conception virginale et de sa maternité divine.

Cette pudeur de Joseph n’est ni la honte qui exprime un dégoût de soi, ni la pudibonderie, ni la pruderie qui affecte une réserve hautaine. La pudeur de Joseph est la garantie du mystère qui éclot en lui, le mystère de sa propre élection.

Elle est la mortification des sens, l’antidote de la vanité, la source de sa chasteté, le repli de sa prière. Il y a quelque chose dans la Sainte Famille qui ne sera jamais pleinement connaissable et maîtrisable.

Une part de secret qui réclame un effacement, et dans lequel se nichent, et la liberté de Dieu qui appelle, et la liberté de la réponse : l’amen de Jésus et le fiat de Marie.



Sanctuaire du Bessillon à Cotignac, le 16 mars 2013



Saint Joseph et son mystère


La vocation de saint Joseph est exceptionnelle.

Nous commencerons à la découvrir par la lecture de l'Evangile et quelques observations bibliques.

L'Ecriture se comprend avec la tradition. Dans cette tradition de l'Eglise, le pape Jean Paul II a donné une exhortation apostolique sur saint Joseph.

La liturgie célèbre saint Joseph. Les pères de l'Eglise et les saints ont souvent contemplé, prié, aimé saint Joseph.

Parmi les thèmes de méditation, plusieurs ont une importance particulière : Joseph et la vie intérieure, Joseph et le travail, Joseph père et époux.


https://www.gloria.tv/video/gbzJHR4qiDpi1bh2HvEXobCPa
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Mar 2 Mai 2017 - 9:23



2 mai - St Athanase d’Alexandrie, Patriarche d'Alexandrie, Père de l'Eglise (+ 373)  






Ils se livreront à Marie corps et âme



Dieu veut donc révéler et découvrir Marie, le chef-d'œuvre de ses mains, dans ces derniers temps. Elle est l'aurore qui précède et découvre Jésus-Christ, le Soleil de justice ; elle doit être connue et révélée, afin que Jésus-Christ le soit.

Étant la voie par laquelle Jésus-Christ est venu à nous la première fois, elle le sera encore lorsqu'il viendra la seconde fois, mais pas de la même manière.

Marie doit éclater, plus que jamais, en miséricorde, en force et en grâce dans ces derniers temps. Dieu veut que sa sainte Mère soit à présent plus connue, plus aimée, plus honorée que jamais elle n’a été : ce qui se produira sans doute, si les enfants de Marie entrent, avec la grâce et la lumière du Saint-Esprit, dans la pratique intérieure et parfaite que je leur montrerai plus tard ; (…) ils découvriront les miséricordes dont elle dispose et à quel point ils ont besoin de son aide.

Ils feront appel à elle pour tous leurs besoins comme à leur avocate et médiatrice préférée auprès de Jésus-Christ ; ils sauront qu'elle est le moyen le plus assuré, le plus aisé, le plus court et le plus parfait pour aller à Jésus-Christ, et ils se livreront à elle corps et âme, sans partage, pour être à Jésus-Christ de même. (1)



(1)   Pour une meilleure compréhension des textes de l'auteur, nous avons choisi de réécrire en français du XXIe siècle certaines tournures de l'auteur.

Ses écrits datent du XVIIIe siècle et sont parfois difficiles pour les lecteurs d'aujourd'hui; ces réécritures respectent complètement le sens de ce qu'a voulu dire l'auteur.



Traité de la vraie Dévotion, Extraits § 50 à 55


Marie et les apôtres des derniers temps


Le rôle de Marie dans les derniers temps est longuement expliqué par saint Louis Marie de Montfort, qui revient sur ce sujet non seulement dans le "Traité" (VD), mais aussi dans le "Secret de Marie" (SM) et dans la "Prière embrasée" (PE).



La maternité spirituelle dans les derniers temps

Saint Louis Marie de Montfort considère que la maternité spirituelle de Marie sera encore plus importante à la fin de l'histoire du monde.



« Quand Marie a jeté ses racines dans une âme, elle y produit des merveilles de grâces qu’elle seule peut produire parce qu’elle est seule la Vierge féconde qui n’a jamais eu ni n’aura jamais sa semblable en pureté et en fécondité.

Marie a produit, avec le Saint-Esprit, la plus grande chose qui ait été et sera jamais, qui est un Dieu-Homme, et elle produira conséquemment les plus grandes choses qui seront dans les derniers temps.

La formation et l’éducation des grands saints qui seront sur la fin du monde lui est réservée ; car il n’y a que cette Vierge singulière et miraculeuse qui peut produire, en union du Saint-Esprit, les choses singulières et extraordinaires. »

(VD 35)



Les derniers temps coïncident avec la pleine révélation de Marie, non dans le sens d’une connaissance abstraite plus grande, mais en autant qu’elle sera connue dans le déploiement de son action miséricordieuse envers les pécheurs, dans sa lutte contre les ennemis de Dieu et dans son soutien aux fidèles disciples du Christ : "Marie doit éclater, plus que jamais, en miséricorde, en force et en grâce dans ces derniers temps" (VD 50,6e)



Vis-à-vis des apôtres des derniers temps, particulièrement des missionnaires de la Compagnie de Marie, la Mère de Dieu exerce une activité mystagogique.

Montfort l’affirme en appliquant à Marie le symbolisme de la montagne : qui demeure en elle grandit en sainteté, apprend la contemplation et l’intercession, est introduit dans la logique des béatitudes évangéliques et participe aux mystères du Christ qui ont eu lieu sur la montagne : la transfiguration, la crucifixion et l’ascension (PE 25).



La victoire sur l'antique serpent

Marie aura un rôle éminent dans la lutte extrême contre l’anté-Christ qui adviendra dans les derniers temps : la race de Marie écrasera la tête de l’antique Serpent (Gn 3, 15) (VD 51) ; c’est sans doute pourquoi celui qui cultive en son âme Marie l’arbre de vie sera vainqueur des attaques (SM 77).



"Un siècle de Marie"

Montfort est convaincu que le règne de Dieu en Jésus-Christ ne doit pas être projeté dans l’au-delà mais doit se réaliser sur la terre, en ce monde :

« Ne faut-il pas que […] votre règne arrive ? » (PE 5).

Et « C’est par la Très Sainte Vierge Marie que Jésus-Christ est venu au monde, et c’est aussi par elle qu’il doit régner dans le monde» (VD 1 ; cf. VD 13, 22, 49, 157, 217, 262).

Avant le déluge de feu qui réduira toute la terre en cendres (PE 16-17), avant le jugement universel (SM 58) et l’entrée dans l’éternité, il y a donc place pour un avènement très particulier de Jésus dans les cœurs et dans le monde, en un siècle de Marie (VD 217) et par Marie arbre de vie (VD 218), qui s’enracine et fructifie dans « les derniers temps » de façon « extraordinaire » (VD 35).



Dans le livre de l'Apocalypse, ce temps correspond au temps qui sépare la chute de Babylone (Ap 18) et l'heure ultime de la mort de tous les vivants (Ap 19, 21) et du jugement dernier (Ap 20).







avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Mer 3 Mai 2017 - 8:49


Missionnaire du chapelet sur une télévision arabe
Yacoub, jeune chanteur palestinien de 23 ans né à Jérusalem, à la carrière déjà bien remplie, n'a jamais eu honte ou peur d'affirmer sa foi chrétienne.

Le jeune homme, syriaque orthodoxe, a déjà animé le festival de Noël de Jérusalem. Il chante souvent des chants religieux, aussi à l'aise en arabe qu'en syriaque.

Yacoub s'est peut-être souvenu de ces paroles du Christ : " Celui qui a honte de moi ou de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aussi aura honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges ".

En effet, tout au long des dernières diffusions de l'émission 'Arab idol', le 'The voice' de la télévision arabe, chacun a pu remarquer le chapelet et la croix noués au poignet du jeune Chrétien.

L'émission, financée par une maison de production d'Arabie Saoudite, compte parmi ses téléspectateurs une écrasante majorité de Musulmans.

Pourtant, le symbole de sa foi arboré par le jeune chanteur ne lui a pas coûté la victoire, bien au contraire. Conscient du bonheur et de la chance que lui porteraient Jésus et Marie, il les a gardés, tout contre la main qui tenait le micro !



Les Eglises chrétiennes traditionnelles de Terre Sainte

- pour l'Église Catholique :

Les Catholiques de rite latin (29.000)
Les Catholiques de rite Greque-Melkite (70.000)
Les Catholiques de rite Maronite (7.500)
Les Catholiques de rite Arménien (500)
Les Catholiques Syriens (400)
Les Catholiques Chaldéens (50)
(quelle que soit la différence des rites liturgiques, ces Eglises sont sous une même autorité magistérielle : celle du Pape)



- pour les Églises Orthodoxes:

Église Grecque (74.000)
Église Arménienne (4.200)
Église Syrienne (2.500)
Église Copte (2.800)
Église Éthiopienne (400)
Église Assyrienne (900)
- pour les communautés protestantes :

Église Anglicane (2.000)
Église Luthérienne (1.500)
Sanctuaires marials de Terre Sainte
Les Eglises chrétiennes traditionnelles de Terre Sainte
Abu Gosh : sanctuaire Marie arche d'Alliance
La Visitation et la naissance de Saint Jean-Baptiste
Bethléem : la basilique de la Nativité
Bethléem, la grotte du lait
Noël et l’épiphanie à Bethléem
Bethléem : Jésus est né virginalement (St Jérôme)
Beth Sahour et le champ des bergers
Cana : sanctuaire de la médiation de Marie
Choziba, où Joachim apprit qu'il deviendrait père
Deir Rafat, Notre Dame de Palestine
El Bireh, où Marie et Joseph s'aperçoivent que Jésus est absent
Le tombeau des patriarches (archéologie)
Jérusalem : La piscine de Siloé
Jérusalem : Quelques étapes de la Via Dolorosa
Jérusalem : La basilique du Saint Sépulcre
Jérusalem : Marie au Saint Sépulcre
Jérusalem : L'église Hagia Sion et la mort de Marie
Jérusalem: Le tombeau de Marie et son Assomption
Jérusalem: St Modeste et l'Assomption de Marie
Jérusalem (Getsémani) : au jardin des Oliviers
Jérusalem : église sainte Anne et maison natale de Marie
Jérusalem : Sainte-Marie la Neuve (?)
Jérusalem, époque des Croisés, Le Temple du Seigneur
Jérusalem : Les pères blancs à sainte Anne
Jérusalem : l'Eglise saint Marc
St Sophrone de Jérusalem: la Vierge sainte coopère à l'Incarnation
Mar Saba : St Jean Damascène et les icônes
Nazareth village : comme en ce temps là...
Nazareth : basilique de l'Annonciation - Incarnation
Nazareth, la fontaine de la Vierge
Nazareth : l'Annonciation à Marie, et le Puits
Nazareth, homélie de Jean Paul le 25 mars 2000
Notre Dame du jardin clos (Hortus conclusus)
Notre Dame du mont Carmel (Terre Sainte)
L’Arche d’Alliance a-t-elle été retrouvée ?
Sichem : Saint Justin, apologiste et martyr († 165)
L'Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem
Marie et les Eglises de Terre Sainte
Le projet Marie de Nazareth
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Jeu 4 Mai 2017 - 8:23


4 mai - Pie XII établit la fête du Cœur Immaculé de Marie (1944)  


 



Saint Jean-Paul II, missionnaire de Marie


De la dévotion mariale de son enfance, le jeune Karol Wojtyla passe à une véritable lumière sur le rôle de Marie dans le mystère du salut, grâce à la lecture du « Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge Marie » qui le conduit à s'offrir au Christ, par les mains de Marie.

« Grâce à saint Louis-Marie Grignion de Montfort, j'ai compris que l'authentique dévotion à la Mère de Dieu est véritablement christocentrique, profondément enracinée dans le mystère trinitaire... Cette forme de piété n'a cessé de mûrir en moi et de porter ses fruits ».

Devenu Jean-Paul II, il aime prier le chapelet ; il fréquente les sanctuaires marials de Pologne et du monde entier.

La Vierge Marie, si fortement présente dans sa vie personnelle, l'est aussi dans la prédication de Jean-Paul II, au nom de sa mission d' « affermir ses frères » (cf. Luc 22, 32).

Il invite les Chrétiens à redécouvrir « la vérité objective sur la Mère de Dieu », dans leur vie personnelle et dans la vie de l'Eglise : « Je voudrais vous résumer en deux paroles la sublime leçon de l'Evangile de Marie : La Vierge est Mère, la Vierge est Modèle ».
Czestochowa, Jean Paul II le 4 juin 1979  

Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne (France)

Dans Jean-Paul II et Marie, le 23 mars 2011











Jasna Gora - Czestochowa, Jean Paul II, le 4 juin 1979

Homélie de Jean Paul II (Czestochowa, 4 juin 1979)






1. « Vierge sainte qui défends la claire Czestochowa... »

Elles me reviennent à l'esprit ces parol[/b]es du poète Mickiewicz qui, au début de son œuvre « Pan Tadeusz », a exprimé dans une invocation à la Vierge ce qui vibrait et qui vibre dans le cœur de tous les Polonais, en se servant du langage de la foi et de celui de la tradition nationale.

Tradition qui remonte à environ six cents ans, c'est-à-dire au temps de la bienheureuse reine Hedwige au début de la dynastie Jagellonique.

L'image de Jasna Góra exprime une tradition, un langage de foi encore plus ancien que notre histoire, et reflète en même temps tout le contenu de la « Bogurodzica » que nous avons médité hier à Gniezno, en évoquant la mission de saint Adalbert et en remontant aux premiers moments de l'annonce de l'Évangile en terre polonaise.



Celle qui avait parlé autrefois par le chant a parlé ensuite par cette image manifestant à travers elle sa présence maternelle dans la vie de l'Église et de la patrie.

La vierge de Jasna Góra a révélé sa sollicitude maternelle pour toute âme ; pour toute famille ; pour tout homme qui vit sur cette terre, qui travaille, lutte et tombe sur les champs de bataille, qui est condamné à l'extermination, qui se combat lui même, qui est vainqueur ou vaincu ; pour tout homme qui doit laisser le sol de la patrie et émigrer, pour tout homme...



Les Polonais se sont habitués à lier à ce lieu et à ce sanctuaire les nombreuses vicissitudes de leur vie : les divers moments de joie ou de tristesse, spécialement les moments solennels décisifs, les moments de responsabilité comme le choix de l'orientation de la vie, le choix de la vocation, la naissance des enfants, les examens de fin d'études... et tant d'autres moments. Ils se sont habitués à venir avec leurs problèmes à Jasna Góra pour en parler à leur Mère du ciel, Celle qui a ici non seulement son image, son effigie l'une des plus connues et des plus vénérées du monde - mais qui est ici particulièrement présente. Elle est présente dans le mystère du Christ et de l'Église, comme l'enseigne le Concile. Elle est présente pour tous et pour chacun de ceux qui font le pèlerinage vers elle, même seulement de cœur et en esprit lorsqu'ils ne peuvent le faire physiquement.

Les Polonais sont habitués à cela.

Les peuples amis y sont habitués aussi comme les peuples voisins. Et c'est toujours plus nombreux que viennent ici des hommes de toute l'Europe et d'au-delà.



Au cours de la grande neuvaine, le cardinal primat [le Cardinal Wyszinski] s'exprimait ainsi à propos de la signification du sanctuaire de Czestochowa dans la vie de l'Église :

« Que s'est-il passé à Jasna Góra ?

« Pour le moment, nous ne sommes pas en mesure de donner une réponse adéquate. Il s'est passé quelque chose de plus que ce qu'on pouvait imaginer... Jasna Góra s'est révélée comme un lien interne de la vie polonaise, une force qui touche profondément le cœur et tient la nation entière dans l'attitude, humble mais forte, de fidélité à Dieu, à l'Église et à sa hiérarchie... Pour nous tous, cela a été une grande surprise de voir la puissance de la Reine de Pologne se manifester d'une manière aussi magnifique. »



Il n'est donc nullement étonnant qu'aujourd'hui je vienne ici moi aussi. De la Pologne, en effet, j'ai emporté avec moi, sur la chaire de saint Pierre à Rome, cette « sainte habitude » du cœur, élaborée par la foi de tant de générations confirmée par l'expérience chrétienne de tant de siècles et profondément enracinée dans mon âme.



2. Le pape Pie XI s'est souvent rendu ici, non comme pape, naturellement, mais en tant qu'Achille Ratti, premier nonce en Pologne, après la reconquête de l'indépendance.

Lorsque après la mort de Pie XII, le Pape Jean XXIII a été élu à la chaire de Pierre les premières paroles que le nouveau pontife adressa au primat de Pologne, après le Conclave, se référèrent à Jasna Góra. Il rappela ses visites ici, durant les années où il était délégué apostolique en Bulgarie, et il demanda surtout une prière incessante à la Mère de Dieu, à toutes les intentions que lui donnait sa nouvelle mission. Sa demande a été satisfaite tous les jours à Jasna Góra, et pas seulement durant son pontificat mais aussi durant celui de ses successeurs.

Nous savons tous combien le pape Paul VI aurait voulu venir ici en pèlerinage, lui qui était si lié à la Pologne depuis sa première charge diplomatique auprès de la nonciature de Varsovie. Le pape qui s'est tant dépensé pour normaliser la vie de l'Église en Pologne, particulièrement en ce qui concerne l'organisation actuelle des terres de l'ouest et du nord. Le pape de notre millénaire ! Pour ce millénaire, justement il voulait se trouver ici en pèlerin, à côté des fils et des filles de la nation polonaise.

Après que le Seigneur eût rappelé à Lui le pape Paul VI en la solennité de la Transfiguration de l'année dernière, les cardinaux choisirent son successeur le 26 août, jour où en Pologne, et surtout à Jasna Góra, on célèbre la solennité de la Madone de Czestochowa. La nouvelle de l'élection du nouveau pontife Jean-Paul I° fut communiquée aux fidèles par l'évêque de Czestochowa le jour même, lors de la célébration du soir.

Que dois-je dire de moi à qui, après le pontificat d'à peine 33 jours de Jean-Paul I°, il est revenu par un décret insondable de la Providence, d'en accepter l'héritage et la succession apostolique à la chaire de saint Pierre, le 16 octobre 1978 ?

Que dois-je dire, moi, premier pape non italien après 455 années ? Que dois-je dire, moi, Jean-Paul II, premier pape polonais dans l'histoire de l'Église ?

Je vous dirai : en ce 16 octobre jour où le calendrier liturgique de l'Église fait mémoire de sainte Hedwige, je me reportais par la pensée au 26 août, au conclave précédent et à cette élection survenue en la solennité de N.-D. de Jasna Góra.

Je n'avais même pas besoin de dire, comme mes prédécesseurs, que je comptais sur les prières faites aux pieds de l'image de Jasna Góra. L'appel d'un fils de la nation polonaise à la chaire de Pierre contient un lien évident et fort avec ce lieu saint, avec ce sanctuaire de grande espérance : Totus tuus, ai-je murmuré tant de fois dans la prière devant cette image !



3. Et voici qu'aujourd'hui je suis de nouveau avec vous tous, frères et sœurs très chers ; avec vous, bien aimés compatriotes, avec toi, cardinal primat de la Pologne, avec tout l'épiscopat auquel j'ai appartenu pendant plus de vingt ans comme évêque, archevêque métropolitain de Cracovie, comme cardinal. Nous sommes venus tant de fois ici, en ce lieu, en une vigilante écoute pastorale, pour entendre battre le cœur de l'Église et celui de la patrie dans le cœur de la Mère. Jasna Góra est en effet non seulement un but de pèlerinage pour les Polonais de la mère patrie et du monde entier, mais c'est le sanctuaire de la nation.



Il faut prêter l'oreille en ce lieu pour sentir comment bat le cœur de la nation dans le cœur de sa Mère. Car nous savons que ce cœur bat au rythme de tous les rendez-vous de l'histoire, de toutes les vicissitudes de la vie nationale : combien de fois en effet n'a-t-il pas vibré avec les plaintes des souffrances historiques de la Pologne, mais aussi avec les cris de joie et de victoire ! On peut écrire de diverses façons l'histoire de la Pologne, celle de ces derniers siècles spécialement, on peut l'interpréter selon différentes clefs.

Toutefois, si nous voulons savoir comment le cœur des Polonais l'interprète il faut venir ici, il faut tendre l'oreille vers ce sanctuaire, il faut percevoir l'écho de la vie de la nation entière dans le cœur de sa Mère et Reine ! Et si ce cœur bat avec une note d'inquiétude, si en lui résonnent la sollicitude et l'appel à la conversion et au raffermissement des consciences il faut accueillir cette invitation Elle naît en effet de l'amour maternel qui détermine à sa manière les processus historiques sur la terre polonaise.



Les dernières décennies ont confirmé et rendue plus intense une telle union entre la nation polonaise et sa Reine.

- C'est devant la Vierge de Czestochowa que fut prononcée la consécration de la Pologne au Cœur immaculé de Marie le 8 septembre 1946.

- Dix ans après, ont été renouvelés à Jasna Góra les vœux du roi Jean-Casimir lors du troisième centenaire du jour où, après une période de « déluge » (invasion des Suédois au XVII° siècle), il proclama la Mère de Dieu Reine du royaume de Pologne.

- En cet anniversaire commença la grande neuvaine de neuf ans pour préparer le millénaire du baptême de la Pologne.

- Et finalement, en l'année même du millénaire, le 3 mai 1966, ici, en ce lieu même, fut prononcé par le primat de Pologne l'acte de servitude totale à la Mère de Dieu pour la liberté de l'Eglise en Pologne et dans le monde entier. Cet acte historique fut prononcé ici, devant Paul VI, absent corporellement mais présent spirituellement, en témoignage de cette foi vivante et forte qu'attend et qu'exige notre temps.



L'acte parle de la « servitude » et contient un paradoxe semblable à celui des paroles de l'Évangile selon lesquelles il faut perdre sa vie pour la trouver (cf. Mt 10, 39). L'amour, en effet constitue l'accomplissement de la liberté, mais en même temps l'appartenance, c'est-à-dire le fait de ne pas être libre, fait partie de son essence. Toutefois, ce fait de « ne pas être libre » dans l'amour n'est pas perçu comme un esclavage mais bien comme une affirmation de liberté et comme son accomplissement. L'acte de consécration dans l'esclavage indique donc une dépendance singulière et une confiance sans limites. En ce sens, l'esclavage (la non-liberté) exprime la plénitude de la liberté de la même manière que l'Évangile parle de la nécessité de perdre sa vie pour la trouver dans sa plénitude.



Les paroles de cet acte, prononcées selon le langage des expériences historiques de la Pologne, de ses souffrances et aussi de ses victoires, ont une résonance précisément en ce moment de la vie de l'Eglise et du monde, après la clôture du Concile Vatican II qui, comme nous le pensons justement, a ouvert une ère nouvelle.

[Vatican II] Il a marqué le début d'une époque de connaissance approfondie de l'homme, de ses joies et de ses espoirs, et aussi de ses tristesses et de ses angoisses, comme l'affirment les premiers mots de la constitution pastorale Gaudium et spes.

L'Église, consciente de sa grande dignité et de sa magnifique vocation dans le Christ, désire aller à la rencontre de l'homme.

L'Église désire répondre aux interrogations perpétuelles et en même temps toujours actuelles des cœurs et de l'histoire humaine, et c'est pourquoi elle a accompli durant le Concile un travail de connaissance approfondie d'elle-même, de sa nature, de sa mission, de ses devoirs.



Le 3 mai 1966, l'épiscopat polonais ajoute à ce travail fondamental du Concile son acte propre de Jasna Góra : la consécration à la Mère de Dieu pour la liberté de l'Église dans le monde et en Pologne. C'est un cri qui part du cœur et de la volonté : un cri de tout l'être chrétien, de la personne et de la communauté, pour le plein droit d'annoncer le message du salut- un cri qui veut devenir efficace d'une manière universelle en s'enracinant dans l'époque présente et dans l'avenir.

Tout à travers Marie ! Telle est l'interprétation authentique de la présence de la Mère de Dieu dans le mystère du Christ et de l'Église, comme le proclame le chapitre VIII de la constitution Lumen gentium. Cette interprétation correspond à la tradition des saints, comme Bernard de Clairvaux, Grignion de Montfort, Maximilien Kolbe.



4. Le pape Paul VI accepta cet acte de consécration comme fruit de la célébration du millénaire polonais de Jasna Góra, comme en fait foi sa bulle qui se trouve près de l'image de la Madone noire de Czestochowa.

Aujourd'hui, son indigne successeur, en venant à Jasna Góra désire le renouveler, le lendemain de la Pentecôte alors que dans toute la Pologne se célèbre la fête de la Mère de l'Église.

Pour la première fois le pape fête cette solennité en exprimant avec vous, vénérables et chers frères, sa reconnaissance à son grand prédécesseur qui, depuis le temps du Concile, a commencé à invoquer Marie sous le titre de Mère de l'Église.

Ce titre nous permet de pénétrer dans tout le mystère de Marie depuis l'instant de sa Conception immaculée, en passant par l'Annonciation, la Visitation et la naissance de Jésus à Bethléem jusqu'au Calvaire. Il nous permet à tous de nous retrouver - comme le rappelle la lecture d'aujourd'hui - au Cénacle où les Apôtres, avec Marie, Mère de Jésus, sont assidus à la prière, attendant, après l'Ascension du Seigneur, l'accomplissement de sa promesse, c'est-à-dire la venue de l'Esprit Saint, afin que puisse naître l'Église ! A la naissance de l'Église participe d'une manière particulière Celle à laquelle nous devons la naissance du Christ.

L'Église, née autrefois au Cénacle de la Pentecôte, continue à naître dans chaque cénacle de prière. Elle naît pour devenir notre Mère spirituelle à la ressemblance de la Mère du Verbe éternel. Elle naît pour révéler les caractéristiques et la force de la maternité - maternité de la Mère de Dieu - grâce à laquelle nous pouvons être « appelés enfants de Dieu, car nous le sommes » (1 Jn 3, 1). En effet, la paternité très sainte de Dieu, dans son économie du salut s'est servie de la maternité virginale de son humble servante pour accomplir dans les enfants des hommes l'œuvre de l'auteur divin.



Chers compatriotes, vénérables et très chers frères dans l'épiscopat, pasteurs de l'Église en Pologne, hôtes illustres et vous, tous les fidèles, permettez que comme successeur de saint Pierre ici présent avec vous, je confie toute l'Église à la Mère du Christ, avec la même foi vive, avec la même espérance héroïque avec lesquelles nous l'avons fait en ce jour mémorable du 3 mai du millénaire polonais.

Permettez-moi d'apporter ici, comme je l'ai fait il y a quelque temps dans la basilique romaine de Sainte-Marie-Majeure, puis au Mexique dans le sanctuaire de Guadalupe, les mystères des cœurs, les douleurs et les souffrances, et enfin les espoirs et les attentes de cette dernière fraction du vingtième siècle de l'ère chrétienne.

Permettez-moi de confier tout cela à Marie.

Permettez-moi de le lui confier d'une manière nouvelle et solennelle.

Je suis un homme rempli d'une grande confiance.

C'est ici que j'ai appris à l'être.

Amen.



* * *



ACTE DE CONSÉCRATION À MARIE



« Mère très grande, Mère de Dieu fait homme, Vierge très sainte, Notre-Dame de Jasna Góra...»

C'est avec ces paroles que les évêques polonais s'adressèrent à Toi tant de fois à Jasna Góra, en portant dans leur coeur les expériences et les peines, les joies et les douleurs, et par-dessus tout la foi, l'espérance et la charité de leurs compatriotes.

Qu'il me soit permis de commencer aujourd'hui par les mêmes paroles le nouvel acte de consécration à Notre-Dame de Jasna Góra: il nait de la même foi, de la même espérance et de la même charité, il naît de la tradition de notre peuple, à laquelle j'ai eu part durant tant d'années, et cet acte naît en même temps des nouveaux devoirs qui, grâce à toi, ô Marie, m'ont été confiés, à moi homme indigne et en même temps ton fils adoptif.

C'est bien ce que me disaient toujours les paroles que ton Fils, ce Fils né de toi, Jésus-Christ, Rédempteur de l'homme, a adressées du haut de la croix à Jean, apôtre et évangéliste: « Femme, voici ton fils (Jn 19, 26). Dans ces paroles, je trouvais toujours la place de tout homme et ma propre place.

Aujourd'hui présent ici selon les desseins mystérieux de la divine Providence, je désire, en ce sanctuaire de Jasna Góra dans ma patrie terrestre, la Pologne, confirmer avant tout les actes de consécration et de confiance qui, à divers moments - bien des fois et sous des formes variées - ont été prononcés par le cardinal primat et par l'épiscopat polonais. D'une façon tout à fait particulière, je désire confirmer et renouveler l'acte de consécration prononcé à Jasna Góra le 3 mai 1966, à l'occasion du millénaire de la Pologne ; par cet acte les évêques polonais, en se donnant à Toi, Mère de Dieu, « dans ta maternelle servitude d'amour », voulaient servir la grande cause de la liberté de l'Église, non seulement dans leur propre patrie mais dans le monde entier. Quelques années après, le 7 juin 1976, ils t'ont consacré toute l'humanité, toutes les nations et tous les peuples du monde contemporain, leurs frères proches par la foi, par la langue et par le destin commun de l'histoire, en étendant cet acte de confiance jusqu'aux frontières les plus lointaines de l'amour comme l'exige ton coeur : coeur de la Mère qui embrasse chacun et tous partout et toujours.



Je désire aujourd'hui, en arrivant à Jasna Góra comme premier pape-pèlerin, renouveler tout ce patrimoine de confiance, de consécration et d'espérance, qui, avec tant de magnanimité, a été accumulé par mes frères dans l'épiscopat et mes compatriotes.



Et c'est pourquoi je Te confie, ô Mère de l'Église, tous les problèmes de cette Église, toute sa mission, tout son service, tandis que s'achève le second millénaire de l'histoire du christianisme sur la terre.



Épouse de l'Esprit Saint et Trône de la Sagesse! À ton intercession, nous devons la magnifique vision et le programme du renouveau de l'Église à notre époque exprimé dans l'enseignement du Concile Vatican II. Fais que nous fassions de cette vision et de ce programme l'objet de notre action, de notre service, de notre enseignement, de notre pastorale, de notre apostolat dans la vérité, la simplicité et la force avec laquelle l'Esprit Saint nous les a fait découvrir dans notre humble service.

Fais que l'Église entière se régénère à cette nouvelle source de connaissance de sa nature et de sa mission, et non pas à d'autres « citernes » étrangères ou empoisonnées (cf. Jr 8, 14).



Aide-nous dans le grand effort que nous allons faire pour rencontrer de manière toujours plus mûre nos frères dans la foi, auxquels nous unis sent tant de choses bien qu'il y en ait qui nous divisent. Fais que, à travers tous les moyens de la connaissance, du respect réciproque, de l'amour de la collaboration dans les divers domaines, nous puissions découvrir progressivement le dessein divin de cette unité dans laquelle nous devons entrer nous-mêmes et introduire tous les hommes afin que l'unique bercail du Christ reconnaisse et vive son unité sur la terre. O Mère de l'unité, enseigne-nous toujours les chemins qui conduisent à elle.



Permets-nous d'aller dans l'avenir à la rencontre de tous les hommes et de tous les peuples qui cherchent Dieu sur les chemins de diverses religions et qui veulent le servir. Aide-nous tous à annoncer le Christ et à révéler « la force et la sagesse divine » (1 Co 1, 24) cachées dans sa croix. Toi qui l'a révélée d'abord à Bethléem non seulement aux bergers simples et fidèles, mais aussi aux sages des pays lointains !



Mère du Bon Conseil ! Indique-nous toujours comment nous devons servir l'homme, l'humanité, dans toutes les nations, comment le conduire sur les chemins du salut. Comment protéger la justice et la paix dans le monde continuellement menacé de divers côtés. Comme je désire vivement, à l'occasion de la rencontre d'aujourd'hui, te confier tous les difficiles problèmes des sociétés, des systèmes, et des États, problèmes qui ne peuvent être résolus par la haine, la guerre et l'autodestruction mais seulement par la paix, la justice, le respect des droits des hommes et des nations.



O Mère de l'Église ! Fais que l'Église jouisse de la liberté et de la paix dans l'accomplissement de sa mission de salut et qu'elle jouisse à cette fin d'une nouvelle maturité de foi et d'unité intérieure ! Aide-nous à vaincre les oppositions et les difficultés ! Aide-nous à découvrir toute la simplicité et la dignité de la vocation chrétienne ! Fais que les ouvriers ne manquent jamais à la vigne du Seigneur. Sanctifie les familles ! Veille sur l'âme des jeunes et sur le cœur des enfants ! Aide à surmonter les grandes menaces morales qui atteignent les fondements de la vie et de l'amour. Obtiens pour nous la grâce de nous renouveler continuellement par toute la beauté du témoignage rendu à la croix et à la résurrection de ton Fils.



Il y a tant de problèmes que j'aurais dû, ô Mère, te présenter en cette rencontre, en les nommant l'un après l'autre. Je te les confie tous, car tu les connais mieux et tu prends soin de tous.

Je le fais dans le lieu du grand acte de consécration d'où l'on voit non seulement la Pologne, mais toute l'Église, à travers les pays et les continents: toute l'Église dans ton cœur maternel.

L'Église entière, dont je suis le premier serviteur, je te l'offre et je te la confie ici, ô Mère, avec une immense confiance.
Amen.



Jean Paul II


avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Ven 5 Mai 2017 - 8:11



5 mai – Egypte : Reconnaissance par Kyrillos VI, Patriarche Copte, des Apparitions de Zeitoun au Caire (1968)  



Consolation et confiance m’ont été données sur le champ


Il y a quelques années, j’étais sur le point de subir une opération chirurgicale et j’avais peur, bien naturellement, de ses conséquences possibles, quand la prière du Je vous salue Marie est venue à mon âme. J’étais seul dans ce couloir d’hôpital, et cette prière m’a aussitôt calmé. J’ai senti la présence maternelle de Notre Dame, et une image s’est présentée à mon esprit, une image sainte qui est en fait dans mon bréviaire : celle de Notre Dame avec l'Enfant Jésus, la Mère Trois Fois Courageuse.

Consolation et confiance m’ont été données sur le champ. Je ne crois pas avoir vécu une expérience mystique à proprement parler. Ce n’était pas cela. Simplement, dans un moment difficile, un fils a fait appel à la Mère. Et elle, l'a pris immédiatement sur ses genoux, l’a réconforté et encouragé à la confiance.

Je n’oublierai jamais ce moment, parce que ce fut un geste d'affection maternelle qu’un pauvre enfant recevait d'une Mère si bonne. Dans ma vie, j'ai reçu la grâce de nombreuses interventions maternelles de Notre Dame. J'essaie de l'aimer de tout mon cœur, et je sais qu'elle prend soin de moi.



Antonio Carlos Rossi Keller

Evêque de Frederico Westphalen (Brésil)


Interview de Thácio Siqueira



Brésil, pays né dans les bras de la Sainte Vierge






le Brésil est le plus grand pays catholique du monde, comme l'a dit le pape Jean Paul II, lors du centenaire du couronnement de Notre Dame d'Apparecida, en 2004 (1).

C'est le pape saint Pie X qui a solennellement couronné la Vierge Marie comme "Reine du Brésil", en 1904. Mais l'histoire de la dévotion mariale au Brésil commence dès le début du XVIè siècle, lorsque la flotte de l'amiral portugais, Pedro Alvarez Cabral (1467 - 1520) débarque, en avril 1500, sur la côte d'une terre  encore inconnue et que l'on nommera d'abord "Ile de Vera Cruz", avant de lui donner son nom actuel, le "Brésil" (du mot "pau-brasil" ou "bois en braise" évoquant les couleurs du feu des troncs d'arbres).

"le Brésil est né dans les bras de Marie".

Ce fut en effet après s'être placée sous la protection maternelle de Marie et avoir assisté à la messe dans une chapelle dédiée à Notre Dame de Bethléem, que la flotte portugaise, commandée par Pedro Alvarez Cabral partit, en ce début 1500, à la découverte des terres lointaines, au delà de l'Atlantique. Et c'est encore la Vierge Marie, sous le vocable de Notre Dame d'Espérance, qui foula la première la terre brésilienne, grâce à Pedro Alvares Cabral qui fit célébrer dès son arrivée, la première messe sur ce sol nouveau en présence de la statue de la Vierge embarquée avec lui. C'est pourquoi les Brésiliens aiment à dire que "le Brésil est né dans les bras de Marie".

Et de fait, tous les villages et les ports de ce nouveau pays ont commencé par une petite église vouée, la plupart du temps, à Marie. D'ailleurs tout le littoral brésilien est consacré à la Vierge! On nommera par exemple, "Notre Dame des Mers" au Paraiba, en 1584 ; il existe toujours de nombreux autres vestiges d'églises dédiées à la Vierge, datant de cette époque pionnière. Le premier grand sanctuaire marial connu, érigé au Brésil, fut celui de Notre Dame des Grâces, à Bahia (ou Baia), à la suite d'une apparition de Marie à une jeune indienne mariée à un portugais, dans les années 1530.

"La Reine bien-aimée du peuple brésilien"

Signalons aussi, à Itanhaen (près de Sao Paulo), le sanctuaire de Notre Dame de l'Immaculée Conception, sans doute le premier dédié à Marie sous ce vocable dans la région, ou encore, dans la région de l'"Espirito Santo", le sanctuaire dédié à Notre Dame des Victoires ou celui, à Porto Seguro, dédié à Notre Dame du Secours. Dans la province du Para, se trouve l'important sanctuaire de Notre Dame de Nazareth, avec sa grande Basilique et l'immense salle des ex-voto en remerciement des innombrables grâces et miracles obtenus par Marie.

Mais le plus grand témoin, au Brésil, de la dévotion à Marie, dans son Immaculée Conception, demeure certainement le sanctuaire bâti en l'honneur de la Vierge Immaculée à Apparecida, sur les rives du fleuve Parahiba, dans l'Etat de Sao Paulo (2). C'est là, devant la Vierge d'Aparecida, qu'en 1946, le Brésil a renouvelé sa consécration au coeur Immaculé de Marie. A signaler aussi que depuis les années 1940, tout particulièrement, le Brésil s'est toujours trouvé à l'avant garde du mouvement marial du monde entier. Les Congrégations mariales n'ont cessé d'y fleurir; on en compte près de 3000 aujourd'hui qui réunissent un grand nombre de jeunes (les "Marianos") !

Car Marie est vraiment "la Reine bien-aimée du peuple brésilien".

________________
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Sam 6 Mai 2017 - 8:01

[/center]




6 mai – Italie : Notre Dame de Saint Jean (1658)  


Passez plus de temps auprès de la Mère de Jésus !


Au début du mois de mai 2015, le pape François exhortait les baptisés à avoir confiance dans l’intercession de la Vierge Marie, Mère de Dieu, lors de l’audience générale du mercredi, 6 mai, place Saint-Pierre. Son exhortation est plus que jamais d’actualité en ce début mai 2017 !

Le Pape invite les pèlerins à "renouveler" leur "amour envers la Mère de Jésus" et à "passer un peu plus de temps auprès d’elle", en ce mois de mai au cours duquel elle est traditionnellement honorée : "Présentez-lui avec confiance toutes vos intentions", exhortait le pape.

Le Pape voit en Marie, Mère de Dieu, un soutien particulièrement important pour les jeunes, les malades et les nouveaux mariés, comme il le disait en italien au terme de l’audience :

« Nous avons commencé le Mois de Marie vendredi dernier.

Chers jeunes, que la Mère de Dieu soit votre refuge dans les moments les plus difficiles.

Qu’elle vous soutienne, chers malades, pour affronter avec courage votre croix quotidienne. Et qu’elle soit votre point de repère, chers nouveaux mariés, afin que votre famille soit un foyer domestique de prière et de compréhension réciproque. »


Le mois de mai, mois de Marie  
Pape François

Cité du Vatican, 6 mai 2015 (ZENIT.org)

liturgiecatholique
http://liturgiecatholique.fr/Mai-mois-de-Marie.html?utm_source=Une+minute+avec+Marie+%28fr%29&utm_campaign=9d35f8edc4-RSS_EMAIL_FR&utm_medium=email&utm_term=0_a9c0165f22-9d35f8edc4-106353037
Le mois de mai, mois de Marie (catholique)
La solennité de Pentecôte (fête mobile) advient  très souvent au mois de mai.

C'est alors l'occasion de prier avec Marie une neuvaine pour l'effusion du Saint Esprit, comme le firent les disciples au cénacle.

L'Esprit Saint est plein de saveur, et les pratiques de dévotion l'ont bien compris !

Au XIII° siècle déjà, le roi de Castille, Alphonse X le Sage, avait déjà associé dans un de ses chants la beauté de Marie et celle du mois de mai ; au siècle suivant, le bienheureux dominicain Henri Suso avait, durant l'époque des fleurs, l'habitude de tresser des couronnes pour les offrir, au premier jour de mai, à la Vierge.

En 1549, un bénédictin, Seidl, avait publié un livre intitulé "Le mois de mai spirituel", alors que saint Philippe Néri exhortait déjà les jeunes gens à manifester un culte particulier à Marie pendant le moi de mai où il réunissait les enfants autour de l'autel de la Sainte Vierge pour lui offrir, avec les fleurs du printemps.

Un peu plus tard, les jésuites recommandaient que, la veille du premier mai, dans chaque appartement, on dressât un autel à Marie, orné de fleurs et de lumières, devant quoi, chaque jour du mois, la famille se réunirait pour réciter quelques prières en l'honneur de la Sainte-Vierge avant de tirer au sort un billet qui indiquerait la vertu à pratiquer le lendemain.

Le pape Pie V (pape en 1566-1572) institua la fête de la Visitation de Marie le 31 mai. Cette fête commémore la visite de Marie enceinte de Jésus chez sa parente Elisabeth enceinte de Jean Baptiste. Cette visite fut l'occasion d'une effusion de l'Esprit Saint et du Magnificat. La liturgie rend présente cette "visite", et les gestes de dévotion aident à en prendre conscience !







avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par azais le Dim 7 Mai 2017 - 0:44

JESUS ROI D'AMOUR JE VOUS AIME 



avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 3838
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Lun 8 Mai 2017 - 23:56

C’était Marie qui avait touché leur cœur  
Jeune prêtre je participais à un pèlerinage de l’UNITALSI, une organisation italienne qui accompagne des malades au sanctuaire de Lourdes (France).

Le premier jour à Lourdes j’ai été déçu parce que le lieu m’apparaissait davantage une place commerciale qu’un sanctuaire. C’était en 1970 et nous, les jeunes prêtres, étions gagnés par le climat ambiant de contestation qui régnait à cette époque.

Le lendemain, les organisateurs du pèlerinage m´ont envoyé à la chapelle des confessions pour y recevoir les fidèles : après 5 heures passées à pardonner les péchés, mais surtout à écouter les merveilleuses conversions de nombreuses personnes, je compris que c’était Marie qui avait touché leur cœur : un renouvellement spirituel a commencé alors à s’opérer en moi.

Je suis souvent retourné à Lourdes et j´ai toujours eu le même sentiment : Marie nous conduit à son Fils Jésus. Et c´est ce qui se passe dans tous les sanctuaires. Depuis cette époque, je n’ai plus été choqué par le commerce des objets religieux. Au contraire, les souvenirs que chacun rapporte chez lui, ou offre à des parents ou à des amis aident à faire de notre vie un pèlerinage continuel.



Evêque de Caruarú,Brésil


La coopération de Marie à la Rédemption

Au cours des siècles, l'Église a médité sur la coopération de Marie à l'œuvre du salut, en approfondissant l'analyse de son association au sacrifice rédempteur du Christ.

Saint Augustin attribuait déjà à la Vierge le titre de «coopératrice » de la Rédemption (cf. De Sancta Virginitate, 6; PL 40, 399), titre qui souligne l'action conjointe et subordonnée de Marie au Christ Rédempteur.

C'est dans ce sens que s'est développée la réflexion, en particulier à partir du XVème siècle. D'aucuns craignaient que l'on ne veuille élever Marie au même niveau que le Christ.



En réalité l'enseignement de l'Église souligne clairement la différence entre la Mère et le Fils dans l'œuvre du salut, en illustrant la subordination de la Vierge, en tant que coopératrice, à l'unique Rédempteur.

Du reste, en affirmant « nous sommes les coopérateurs de Dieu » (1 Co 1, 9), l'Apôtre Paul soutient la possibilité concrète pour l'homme de coopérer avec Dieu. La collaboration des croyants, qui exclut bien évidemment toute ressemblance avec Lui, s'exprime dans l'annonce de l'Evangile et dans la contribution personnelle à son enracinement dans le cœur des êtres humains.



Appliqué à Marie, le terme de « coopératrice » assume toutefois une signification particulière. La collaboration des chrétiens au salut se réalise après l'événement du Calvaire, dont ils s'engagent à diffuser les fruits à travers la prière et le sacrifice. En revanche, le concours de Marie s'est réalisé lors de l'événement même et au titre de mère ; il s'étend donc à la totalité de l'œuvre salvifique du Christ. Elle seule a été associée de cette façon à l'offrande rédemptrice qui a apporté le salut de tous les hommes. En union avec le Christ et soumise à Lui, Elle a collaboré pour obtenir la grâce du salut à l'humanité tout entière.



Le rôle particulier de coopératrice accompli par la Vierge a comme fondement sa maternité divine. En mettant au monde Celui qui était destiné à réaliser la rédemption de l'homme, en le nourrissant, en le présentant au temple, en souffrant avec Lui, lors de sa mort sur la Croix, elle « apporta à l'œuvre du Sauveur une coopération absolument sans pareille » (Lumen gentium, n. 61). Même si l'appel de Dieu à collaborer à l'œuvre du salut concerne chaque être humain, la participation de la Mère du Sauveur à la Rédemption de l'humanité représente un fait unique et sans égal.



En dépit de la singularité de cette condition, Marie est elle aussi le destinataire du salut. Elle est la première à être l'objet de la rédemption, rachetée par le Christ « de la façon la plus sublime » dans sa conception immaculée (cf. Bulle Ineffabilis Deus, in Pio IX Acta I, 605) et comblée par la grâce de l'Esprit Saint.



Cette affirmation nous conduit maintenant à nous demander quelle est la signification de cette coopération singulière de Marie au plan du salut ?

Elle doit être recherchée dans une intention particulière de Dieu à l'égard de la Mère du Rédempteur qu'en deux occasions solennelles, c'est-à-dire à Cana et au pied de la Croix, Jésus appelle avec le titre de « Femme » (cf. Jn 2, 4 ; 19, 26).

En tant que femme, Marie est associée à l'œuvre salvifique.

Ayant créé l'homme «homme et femme» (cf. Gn 1, 27), le Seigneur voulut unir dans la Rédemption également, le Nouvel Adam et la Nouvelle Eve. Le couple des progéniteurs s'était engagé sur la voie du péché ; un nouveau couple, le Fils de Dieu avec la collaboration de la Mère, devait rétablir le genre humain dans sa dignité originelle.

Marie, nouvelle Eve, devient ainsi l'icône parfaite de l'Église.



Dans le dessein divin, elle représente au pied de la Croix l'humanité rachetée qui, ayant besoin du salut, devient capable d'offrir une contribution au développement de l'œuvre salvifique.



Jean Paul II,

Extrait de l'audience du 9 avril 1997





avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Mar 9 Mai 2017 - 15:53



Pauline fabrique 15 rosaires par jour  
Si le nom de Paul Kim Tae-won ne vous dit rien, c’est que vous n’êtes pas un jeune Coréen. Star de pop-rock, sa chaîne Youtube dépasse les 5 millions de vues, mais il a une autre activité, moins populaire, qui l’occupe depuis dix ans : il rapporte des perles des Philippines à son épouse, Pauline Lee Hyunioo.

Avec ces perles, sa femme fabrique 15 rosaires par jour depuis 10 ans. Une « production maison » revendue aux fans du couple de stars qui reversent les bénéfices à des institutions qui accompagnent les personnes souffrant de handicap mental. Les deux célébrités ont donné naissance à un enfant souffrant d’autisme et la question les touche de près.

Ces petits rosaires ont été, pour Pauline Lee Hyunioo, un « chemin de guérison », assure-t-elle. Elle confie : « J’ai été blessée quand d’autres personnes jugeaient mon fils handicapé. Puis j’ai commencé à distribuer les rosaires que je fabriquais à mes voisins. » Le travail patient et répétitif s’est progressivement mué en prière : « Je fais ces rosaires avec, au cœur, l’espoir que la grâce de Dieu sera accordée à son futur propriétaire car la grâce de Dieu n’a pas de fin ».

Un couple de stars se mobilise contre l’autisme

http://fr.aleteia.org/2017/03/01/un-couple-de-stars-se-mobilise-contre-lautisme/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr&utm_source=Une+minute+avec+Marie+%28fr%29&utm_campaign=14474ad027-RSS_EMAIL_FR&utm_medium=email&utm_term=0_a9c0165f22-14474ad027-106353037

Le Rosaire, chemin de maturation


Le saint Père propose le rosaire comme instrument de croissance humaine et spirituelle.

Par le Rosaire, résumé de l’Evangile, pendant que le fidèle contemple les mystères de son Sauveur, il médite aussi le grand mystère de son existence humaine.



Le Rosaire, réellement, scande le rythme même de l’existence humaine.

Le fidèle en parcourrant de nouveau les étapes de la vie de Jésus, peut cueillir la vérité sur sa propre existence. Le mystère de la personne est alors illuminé du mystère de Jésus. Le Rosaire nous aide à allumer cette lumière sur notre vie.



Dans le chemin de Jésus est récapitulé, révélé et racheté notre propre chemin.

Voici une page de Jean Paul II :



"En contemplant sa naissance, il découvre le caractère sacré de la vie;
en regardant la maison de Nazareth, il apprend la vérité fondatrice de la famille selon le dessein de Dieu ;
en écoutant le maître dans les mystères de sa vie publique, il atteint la lumière qui lui permet d’entrer dans le royaume de Dieu,
et, en le suivant sur le chemin du calvaire, il apprend le sens de la souffrance salvifique.
Enfin, en contemplant le Christ et sa Mère dans la gloire, il voit le but auquel chacun de nous est appelé, à condition de se laisser guérir et transfiguré par l’Esprit Saint.
On peut dire ainsi que chaque mystère du Rosaire, bien médité, éclaire le mystère de l’homme."
( Jean Paul II, Rosarium Virginis Mariae 25)


L’expérience enseigne que notre croissance humaine et spirituelle n’est pas sans problème, harcèlement, difficulté et chute.

La méditation du rosaire transforme tout cela en occasion de croissance et de maturation.

Le pape affirme lui-même que durant ses vingt cinq années de service du ministère pétrinien, ne lui ont pas manqué les épreuves, même très graves, mais tout a été dépassé par le recours à Marie, auxiliatrice et mère du bon conseil :



"Oui, vraiment le rosaire donne le rythme de la vie humaine pour l’harmoniser avec le rythme de la vie divine, dans la joyeuse communion de la sainte Trinité, destination et aspiration de notre existence."
(Jean Paul II, Rosarium virginis Mariae 25)






https://www.gloria.tv/video/RSp9wru9q9wb22GQDn2tKKa8g

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Mer 10 Mai 2017 - 9:38

10 mai – Dalmatie :

la Vierge de la Sainte Maison de Nazareth (1291)  


Marie est Mère, comme l’Eglise


« Seule entre les femmes, Marie n'est pas seulement d'esprit mais de corps à la fois mère et vierge. Marie est mère en esprit, mais on ne peut dire qu'elle est mère en esprit de notre Chef et sauveur car elle-même est née de lui, comme tous ceux qui croient en lui. Et tous ceux qui croient en lui méritent d'être appelés fils de l'Epoux. Mais Marie est bien notre Mère en esprit, nous qui sommes ses membres, car elle coopéra, par sa charité, à la naissance des fidèles dans l'Eglise, donc à la naissance des membres de ce Chef.

De corps, elle est mère de notre Chef même. Il fallait que, par un insigne miracle, notre Chef naquît, selon la chair, d'une vierge, pour indiquer que ses membres naîtraient, selon l'Esprit, de l'Eglise vierge. »

Ainsi Marie est-elle, d'esprit et de corps, mère et vierge : Mère du Christ et Vierge du Christ. Saint Augustin n'avait pas une vue assez nette de la maternité divine. Mais 1e sens de ce passage est très juste : Marie eut, comme tous les humains, besoin d'être rachetée et engendrée à la grâce par son Fils.

Son privilège de conception immaculée est un effet anticipé de la Croix. Elle est deux fois " fille de son Fils ", comme créature et comme immaculée.

 
Extraits du De sancta virginitate, de Saint Augustin (354-430),  VI. P.L., 40, col. 399.

St Augustin, Docteur de l'Eglise (354-430)




Augustin est né en 354 à Tagaste dans la province romaine de Numidie (aujourd’hui Souk-Arhas en Algérie), d’une mère chrétienne et d’un père païen. Son éducation est entièrement tournée vers l’étude et la foi chrétienne.

Originaire d'Afrique du Nord, il se convertit à Milan

À 16 ans, il part à Carthage pour y parfaire son éducation. Là, il délaisse la religion pour s’adonner à l’étude de la rhétorique. Il n’a pas 20 ans lorsqu’il prend une concubine avec laquelle il a un fils. Dès 375, il enseigne la rhétorique et l’éloquence à Carthage, puis emmène sa famille à Rome.

N’y trouvant pas l’emploi qu’il avait espéré, il accepte d’aller enseigner à Milan, où il subit l’influence de l’éloquent évêque de la ville, saint Ambroise. C’est le début de sa conversion, qu’il marque en renvoyant sa maîtresse et son fils. Mais il prend vite une nouvelle femme. Il est soudainement frappé par la grâce dans un jardin de Milan, alors qu’il explique à un de ses élèves la lutte intérieure qui le déchire.

Il abandonne alors le monde et se retire dans un monastère.

Il rentre en Afrique, devient évêque d'Hippone en Numidie (Algérie) et y fonde une des premières communautés religieuses

En 387, Augustin est baptisé par saint Ambroise et en 388 il repart pour l'Afrique du Nord, où il devient le défenseur de l’orthodoxie chrétienne, écrivant d’innombrables lettres et sermons contre les hérétiques de son temps et de nombreux traités de philosophie et de métaphysique.



En 395 Augustin est consacré évêque d’Hippone (aujourd’hui Annaba en Algérie), où il passera le reste de sa vie, un règlement ecclésiastique interdisant le transfert des évêques. Il installe dans sa propre maison une petite communauté fraternelle dont l’exemple est à l’origine de la plupart des règles monastiques.

Le 24 août 410, c'est le sac de Rome par les Goths. Augustin va se servir de cet épisode pour commencer à expliquer la signification du christianisme dans l’histoire et celle de l’histoire pour le christianisme « afin de justifier les voies de la Providence, en ce qui concerne la destruction de la grandeur romaine » (ce sera son oeuvre La Cité de Dieu). Il meurt, le 28 Août 430 à l’âge de 76 ans à Hippone assiégée par les Barbares.

Philosophe et théologien, son influence sera prépondérante dans la pensée chrétienne occidentale

Pour Augustin, l’histoire est en mouvement, depuis un commencement vers une fin ; la considérer comme un processus cyclique, c’est nier le caractère unique de Jésus-Christ et la promesse de son Evangile. Pour lui, le savoir est un moyen de rencontrer Dieu. L’étude de l’univers ne peut que conduire à une appréciation plus haute de la sagesse de Dieu. Il place la foi au-dessus de tout : il estime qu’elle prime même sur la connaissance. L’homme a le libre choix entre le bien et le mal, mais pour faire le juste choix, il a besoin de l’aide divine et d’une foi forte.



Saint-Augustin eut une influence prépondérante dans la pensée chrétienne occidentale. Il est le théoricien de l’histoire du christianisme. Il est le père du latin ecclésiastique, outil unique de toute la culture philosophique du Moyen Âge et de la Renaissance.  Il a posé les fondements de la culture chrétienne.

Il a défini les bases de la séparation des pouvoirs spirituel et temporel, question qui ne cessera de tourmenter l’Église. Il a levé l’ambiguïté sur la grâce, qui inspirera les réformateurs du XVIe siècle, Calvin et Luther, ainsi que les jansénistes du siècle suivant. Il inspire la longue tradition pédagogique qui donne au savoir le rôle d’éveil aux vérités de l’Éternelle Sagesse.

Parmi ses oeuvres principales, un Traité sur la virginité qui défend la virginité perpétuelle de Marie

Dans le chapitre 4 de ce Traité intitulé "Le voeu de virginité en Marie", il déclare à propos de la Vierge Marie : "Ce qui rehausse le mérite de sa virginité, ce n'est point que Jésus-Christ, en descendant en elle, s'en soit fait le gardien avant tout contact avec son époux, c'est que cette virginité était déjà par elle consacrée à Dieu avant que le Sauveur ne la choisisse pour sa Mère."

Son oeuvre est immense, il écrivait sans relâche, lettres, traités et sermons pour défendre sa conception du christianisme :

- Les Confessions racontent sa jeunesse et sa conversion.


- La Cité de Dieu (De Doctrina christiana) est son texte fondamental, qui définit pour longtemps les exigences et les limites d’une culture chrétienne : cet ouvrage justifie le christianisme dans l’histoire et par l’histoire. La Cité de Dieu est la communauté universelle des vertueux, où séjournent Dieu, ses anges et tous les saints, ainsi que tous les hommes intègres sur terre : « les deux cours contraires suivis par la race humaine depuis ses origines, celui des fils de la chair et celui des fils de la promesse ». Tout s’achève par la perfection, la glorification et l’apothéose de la cité de Dieu, qui n’est pas de ce monde.


- 113 traités sur tous les domaines (Sur la musique, par exemple).

- Quelque 218 lettres (correspondances avec des évêques, laïcs, ministres, empereurs).

- Près de 500 sermons et petits traités de théologie morale Sur le mensonge, Sur le jeûne, Sur le culte des morts, etc.

- Innombrables commentaires des Écritures (on a retrouvé des traces de commentaires de 42 816 versets).

- Dialogues sur la philosophie de Platon.

- Essais sur la religion romaine antique.

Saint Augustin a été proclamé à la fois Père et Docteur de l'Eglise.




avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Jeu 11 Mai 2017 - 8:31

11 mai – Brésil : Notre Dame d'Aparecida, Patronne du Brésil  

Dans leur filet, une statue de l’Immaculée Conception

En septembre 1717, à 180 km de Sao Paulo (Brésil), trois pêcheurs, Domingos Garcia, Felipe Pedroso et Joao Alves, découvrent une petite statue de l’Immaculée conception dans leur filet, - dans lequel ils prirent ensuite beaucoup de poissons. Les pêcheurs l’appellent « Aparecida » (celle qui est apparue, trouvée là par surprise).

En 1726, les habitants construisirent un oratoire où ils exposèrent la statuette et où ils viennent réciter le Rosaire avec voisins et amis. Grâces et miracles se multiplient ; la Vierge Marie bénit de façon particulière le peuple brésilien en ce lieu d’Aparecida.

En 1834 commence la construction d’une église à trois nefs : les fidèles affluent. Le 8 décembre 1888, l’archevêque de São Paulo bénit le nouveau sanctuaire. Une agglomération de 3 000 habitants voit le jour.

Le 8 octobre 1904, « Nossa Senhora Aparecida » est couronnée.

Le 26 juillet 1936, Pie XI déclare Notre Dame d’Aparecida « patronne principale du Brésil ». Le 8 septembre 1954 est posée la première pierre de la nouvelle basilique, ouvrant sur une place pouvant accueillir 275 000 personnes. Le sanctuaire, point de référence pour l’Eglise du Brésil, reçoit chaque année 8 millions de pèlerins.


Aparecida, origine et histoire


Origine

En septembre 1717, à 180 km de Sao Paulo, trois pêcheurs, Domingos Garcia, Felipe Pedroso et Joao Alves, découvrent une petite statue de l’Immaculée conception, de couleur sombre et au visage souriant, qu'ils ont pêchée dans leur filet, - dans lequel ils prirent ensuite des poissons en abondance.

Les pêcheurs l’appellent « Aparecida », ce qui signifie : celle qui est apparue, qui fut trouvée là par surprise.

Ainsi, la Vierge établit une rencontre particulière avec le peuple brésilien en ce lieu.

L'un des trois pêcheurs, Felipe Pedroso l’installe dans sa maison. En 1726, son fils construit un oratoire avec un autel en bois, à Itaguaçú. Le samedi, il vient y réciter le rosaire avec d’autres voisins et amis.

Grâces et miracles se multiplient. Le curé de Guaratingueta, José de Vileda, les reconnaît.


Le sanctuaire

Les fidèles édifient une chapelle plus vaste, bientôt ravagée par un incendie. En 1834 commence la construction d’une église à trois nefs et deux clochers. En 1877, une ligne de chemin de fer est ouverte jusqu’à Aparecida : les fidèles affluent.

Le 8 décembre 1888, l’archevêque de São Paulo bénit le nouveau sanctuaire, puis l’érige en paroisse le 1893. Il est confié aux Rédemptoristes. Une agglomération de 3 000 habitants voit le jour.

Le 8 octobre 1904, « Nossa Senhora Aparecida » est couronnée. Le 29 avril 1908, Pie X érige le sanctuaire en basilique mineure. En 1917, pour le 2° centenaire, Benoît XV accorde aux pèlerins une indulgence plénière en forme de jubilé. En 1929, on y tient un Congrès marial national.

Le 26 juillet 1936, Pie XI déclare Notre-Dame d’Aparecida « patronne principale du Brésil ». Le 8 septembre 1954, à l’occasion de la clôture du Congrès marial, les autorités ecclésiastiques posent la première pierre de la nouvelle basilique, ouvrant sur une place pouvant accueillir 275 000 personnes.

Le sanctuaire, point de référence pour l’Eglise du Brésil, reçoit chaque année 8 millions de pèlerins.

Fêtes

Fête du sanctuaire : 12 octobre.

De plus, le 11 février de chaque année, on y célèbre l’apparition de Lourdes devant une grande affluence.



Aparecida, Jean Paul II et la royauté de Marie


Notre Dame d'Aparecida est le 2è sanctuaire marial le plus fréquenté au monde.

C'est devant la Vierge d'Aparecida que le Brésil a été consacré au Coeur Immaculé de Marie au XXè siècle.

Dans sa Lettre à  Mgr Raymundo Damascene Assis pour le centenaire du couronnement de la statue de Notre Dame Aparecida, le pape Jean Paul II rappelle l'histoire extraordinaire de la Vierge Aparecida qui, sous ce vocable, est devenue "Reine et Patronne du peuple brésilien".

Un patronage marial qui est non seulement "signe d'une protection spéciale de la Vierge", mais qui requiert de la part de ses enfants un engagement fort, renouvelé chaque jour :


1. A l'occasion du centenaire du couronnement de Nossa Senhora Aparecida, je désire m'unir spirituellement au bien-aimé peuple brésilien pour rendre hommage à sa Reine et Patronne, ayant décidé de nommer mon Envoyé spécial le Cardinal Eugênio de Araújo Sales, afin qu'il préside en mon nom les rites et les célébrations de cet événement significatif dans son Sanctuaire national, éminent témoignage de la foi et de la dévotion mariale en cette terre bénie.


La découverte de Notre Dame d'Aparecida en 1717: "un signe de la protection spéciale de la Vierge"



2. Il y a presque trois siècles, la Vierge établit une rencontre particulière avec le peuple brésilien en ce lieu.

Les origines du Sanctuaire sont liées à la découverte, de la part de trois pécheurs, d'une petite image de Notre-Dame, de couleur sombre, et au visage souriant, qu'ils virent émerger des eaux, péchée dans leur filet, dans lequel ils prirent ensuite des poissons en abondance. Les trois pécheurs perçurent dans cet événement un signe de la protection spéciale de la Vierge. Depuis ce lointain mois de septembre de 1717, s'est développé au sein du peuple un culte pour Celle qu'il a commencé à appeler simplement l'"Aparecida".

Bien avant 1717, et l'extraordinaire apparition, il existait toutefois déjà une profonde dévotion pour la Mère de Jésus dans le coeur des chrétiens du Brésil, dévotion qu'ils avaient héritée des Portugais, mais à laquelle ils avaient conféré, au cours des années, une nuance, des motivations et des orientations personnelles.

L'amour et la dévotion pour Marie sont parmi les traits caractéristiques de la religiosité du peuple brésilien.

"L'immense multitude de personnes qui se rendent au sanctuaire de leur Reine et Patronne obéit à une véritable pulsion de l'âme de ce peuple bien-aimé"

3. L'immense multitude de personnes qui se rendent au sanctuaire de leur Reine et Patronne obéit à une véritable pulsion de l'âme de ce peuple bien-aimé, et accomplit un geste profondément brésilien, emplissant cette ville de la vallée du Paraiba surtout de prière et de foi; d'une foi simple, mais qui est, sans aucun doute, ce que la foi doit être : une recherche de Dieu, parfois déformée et imparfaite, mais, de façon émouvante, sincère, enracinée, capable de sacrifices, une recherche de Dieu à travers Notre-Dame.

"Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! Le soleil l'enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête" (Ap 12, 1-2) : la vision de saint Jean nous montre que Marie, glorifiée au Ciel, - reine couronnée d'étoiles - continue d'être la Mère de tous les hommes, des fils et des filles de Dieu, et frères de Jésus Christ jusqu'à la fin des siècles. Dans la lumière de la gloire divine, Elle contemple tous et chacun de ses fils, en tous et en chacun des moments de leur existence.

Ce patronage de Marie sur une nation n'est pas quelque chose qui a lieu sans la participation de ses protégés, mais suppose leur libre consentement, renouvelé chaque jour

4. Au cours de l'émouvante histoire de l'image noire de leur Reine et Mère tant aimée, des hommes et des femmes de toutes conditions et cultures l'ont proclamée "Souveraine".

C'est pourquoi mon vénérable prédécesseur Pie X, sensible aux sollicitations des fils fidèles de la Vierge Aparecida, couronna en 1904 Notre-Dame Reine du Brésil.

Ce patronage de Marie sur une nation n'est pas quelque chose qui a lieu sans la participation de ses protégés, mais suppose leur libre consentement, renouvelé chaque jour ; cela suppose qu'ils le demandent et s'en rendent dignes, en l'incarnant à travers un engagement de vie inspiré par les certitudes profondes et solides de la foi.

Il est certain que Notre-Dame se trouve, d'une part, pour toujours près de Dieu, où elle défend notre foi avec un si grand pouvoir qu'on l'appelle "toute-puissance suppliante", mais, de l'autre, "est de notre race, c'est une véritable fille d'Eve, [...] et aussi notre véritable soeur qui, en femme humble et pauvre, a pleinement partagé notre condition" (Paul VI, Marialis cultus, n. 56).

Elle eut une patrie, elle appartint à un peuple, qu'elle aima et pour lequel elle souffrit ; nous pouvons penser qu'elle ressentit cette réalité humaine qui est le patriotisme, c'est pourquoi elle connaît son sens le plus profond.

Ayant porté avec elle ces valeurs au Ciel, elle sait ce qu'elle doit demander à Dieu mieux que le fit Esther avec le roi Assuérus : "O mon roi [...] Accorde-moi la vie, voilà ma demande, et la vie de mon peuple" (cf. Est 7, 3).

Il est certain que le patronage de Marie, avec son titre d'Aparecida, entraîne de la part de ses sujets un engagement à se prendre par la main les uns les autres, pour faire en sorte que le pays devienne ce que Marie désire qu'il soit, après l'avoir adopté comme le Sien: une terre où règnent l'hospitalité, la cordialité, la capacité de dialoguer, de "composer" plutôt que d'"opposer".


"Heureux le peuple dont le Seigneur est Dieu, dont la Reine est la Mère de Dieu !"

5. Sur le plan religieux, qui vous concerne de plus près, vénérés Evêques, il est important de s'engager à accueillir avec un authentique esprit pastoral la mémorable dévotion mariale de votre peuple: chercher à la comprendre dans ses racines les plus profondes, découvrir ses valeurs, saisir sa signification, l'accueillir en la purifiant et en l'orientant.

Il dépend beaucoup de l'attitude des Pasteurs et des agents de la pastorale que cette dévotion soit pour le peuple un chemin en vue de la rencontre, dans la foi, avec Jésus Christ. Aidez donc les fidèles à vivre leur dévotion mariale comme un témoignage clair et courageux d'amour envers le Christ, qui manifeste l'identité personnelle et communautaire des catholiques contre le danger du sécularisme et du consumérisme, et dans le même temps, promeuve dans la famille la pratique des vertus chrétiennes.

Cette dévotion contribuera également à consolider les liens de communion avec les Pasteurs de l'Eglise du Christ, en affrontant la désagrégation de la foi, provoquée tant de fois par le prosélytisme des sectes.

L'histoire nous enseigne que Marie est la véritable protectrice de la foi; dans toutes les crises, l'Eglise se rassemble autour d'Elle. Ce n'est qu'ainsi que les disciples du Seigneur pourront être pour les autres le sel de la terre et la lumière du monde (cf. Mt 5, 13 et 14).

6. "Heureux le peuple dont le Seigneur est Dieu, dont la Reine est la Mère de Dieu !". C'est ce que proclamait le Pape Pie XII et ce que pourra s'exclamer ce bien-aimé archidiocèse d'Aparecida, s'il sait tourner son regard comme il se doit vers Celle qui l'a engendré, par l'oeuvre de l'Esprit Saint, le Verbe fait chair.

La mission fondamentale de l'Eglise consiste précisément à faire naître le Christ dans le coeur des fidèles (cf. Lumen gentium,n. 65) à travers l'action du même Esprit Saint, et à travers l'évangélisation.

Chers frères et chères soeurs, je confie toutes et chacune des communautés ecclésiales brésiliennes à la protection de Nossa Senhora Aparecida, afin qu'elles demeurent fidèles dans la pureté de la foi, fortifiées dans l'espérance, généreuses dans la charité. Je la supplie de diffuser en elles un plus grand dynamisme, en faisant de chaque chrétien un véritable apôtre.

En témoignage de ma grande affection, je vous donne la Bénédiction apostolique demandée.



(De Castel Gandolfo, le 17 juillet - mémoire du bienheureux Inácio de Azevedo et des Compagnons martyrs du Brésil - de l'année 2004)


avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par azais le Jeu 11 Mai 2017 - 20:36


JESUS ROI D'AMOUR
JE  CROIS
EN VOTRE MISERICORDIEUSE BONTE
ET JE VOUS AIME 

  
avatar
azais
MEDIATEUR
MEDIATEUR

Masculin Messages : 3838
Age : 66
Inscription : 10/02/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Ven 12 Mai 2017 - 9:21


12 mai – Philippines, Manille : Notre Dame des abandonnés  



Il ne faut en aucun cas s’inquiéter !


A propos du sanctuaire marial de Medjugorje un débat s'est installé entre ceux qui défendent l'authenticité des apparitions mariales en ce lieu et ceux qui la contestent.

Mgr Henryk Hoser l'envoyé spécial du Saint-Siège sur place a présenté aux lecteurs d'Aleteia les enjeux de sa mission après la publication récente d'une lettre de l'évêque local contestant l'authenticité des apparitions. En effet, de nombreux fidèles s'interrogent : leur pèlerinage à Medjugorje serait-il vain ?

Réponse de Mgr Hoser : " Il ne faut en aucun cas s'inquiéter ! L'Église ne s'est pas encore prononcée sur l'authenticité des apparitions. Attendons sa position finale. Ce n'est pas la première fois que l'Église met du temps à prendre une décision, d'autant plus que dans ce cas les apparitions mariales diffèrent de celles connues jusqu'à présent.

Par ailleurs, le cas de Medjugorje ne changera rien aux enseignements de l'Église concernant la dévotion à la Vierge Marie. Si une dévotion a fructifié à Medjugorje, si tant de personnes s'y rendent, alors cette dévotion s'y renforcera. Le Saint-Père est conscient de tous ces enjeux.

« Medjugorje ne doit pas être un sujet de préoccupation » estime Mgr Hoser


Le site de Medjugorje suscite un vif débat entre ceux qui défendent l’authenticité des apparitions mariales et ceux qui la contestent. L'envoyé spécial du Saint-Siège sur place présente aux lecteurs d’Aleteia les enjeux de sa mission.

Aleteia : Quand devez-vous vous rendre à Medjugorje dans le cadre de la mission que vous confie le Saint Père ?
Mgr Henryk Hoser : Ma première visite à Medjugorje – une visite d’orientation – débutera à la fin du mois de mars. Je vais d’abord rencontrer le nonce apostolique en Bosnie Herzégovine ainsi que l’archevêque de Sarajevo. Puis, naturellement, j’irai rencontrer l’évêque local de Mostar et les frères franciscains qui animent le sanctuaire. Au début, mon rôle consistera surtout à écouter avec attention les différents points de vue et à observer la situation pastorale locale.

Jusqu’à présent, vous ne vous étiez jamais rendu au sanctuaire ?

C’est vrai que je ne me suis encore jamais rendu personnellement à Medjugorje, mais de nombreux fidèles de mon diocèse de Varsovie-Praga s’y rendent et je suis imprégné de leurs récits.

En revanche, ce ne sera pas ma première mission comme envoyé du Saint-Siège. J’ai déjà accompli trois opérations de ce type par le passé. Deux furent de courte durée : au Togo et au Bénin, pendant deux semaines à chaque fois, je me suis alors penché sur la question des séminaires locaux. Ma troisième mission fut plus longue : j’ai passé un an et demi au Rwanda juste après le génocide. Cette expérience m’a donné le courage d’entreprendre celle qui m’attend à Medjugorje.

Où en est-on sur les apparitions mariales et la question de leur authenticité ?

En 2010, le Saint-Siège a mis en place une commission doctrinale spéciale dirigée par son Éminence le cardinal Camillo Ruini. En 2014, la commission a achevé son travail et a soumis ses conclusions au Saint-Père. Celui-ci a ensuite transmis le dossier à la Congrégation pour la doctrine de la foi. À ce jour, la congrégation n’a pas encore adopté de position définitive.


Mgr Hoser, évêque de Varsovie-Praga, envoyé spécial du Saint-Siège à Medjugorje

Quelle sera la nature précise de votre travail ?

La mission qui m’a été confiée entend compléter le travail qui a été effectué par la commission doctrinale. Tous les ans, entre deux et deux millions et demi de pèlerins viennent à Medjugorje. Le sanctuaire est devenu un lieu charismatique. Que ce lieu draine tant de fidèles, que ceux-ci y trouvent un fort enrichissement spirituel, ne peut être écarté de l’esprit.

La demande en accompagnement pastoral est très forte. Rendez-vous compte : on dénombre sur place cinquante confessionnaux. Mais on manque souvent de prêtres parlant plusieurs langues pour répondre aux attentes des pèlerins.

Ma mission, comme l’indique le communiqué émis par le Saint-Siège, est d’examiner avec attention la situation pastorale locale, et particulièrement les besoins des pèlerins. J’ai aussi pour mission de proposer de nouvelles initiatives pastorales. L’objectif sous-jacent est donc d’améliorer la prise en charge des pèlerins et de mieux coordonner les actions pastorales locales.

Après la nomination d’un envoyé spécial et la publication récente d’une lettre de l’évêque local contestant l’authenticité des apparitions, de nombreux fidèles s’interrogent. Leur pèlerinage était-il vain ?
Il ne faut en aucun cas s’inquiéter ! L’Église ne s’est pas encore prononcée sur l’authenticité des apparitions. Attendons sa position finale. Ce n’est pas la première fois que l’Église met du temps à prendre une décision, d’autant plus que dans ce cas les apparitions mariales diffèrent de celles connues jusqu’à présent.
Par ailleurs, le cas de Medjugorje ne changera rien aux enseignements de l’Église concernant la dévotion à la Vierge Marie. Si une dévotion a fructifié à Medjugorje, si tant de personnes s’y rendent, alors cette dévotion s’y renforcera.

Le Saint-Père est conscient de tous ces enjeux.

Souhaitez-vous conclure cet entretien par un message à nos lecteurs ?

Je souhaiterais demander aux lecteurs d’Aleteia de prier pour que ma mission à Medjugorje soit un succès. Je m’engage au nom de l’Église dans cette mission que le Saint-Père m’a confiée. Je souhaite qu’elle permette d’aller au plus près d’une vérité objective et qu’elle produise des résultats satisfaisants et concrets.
Je suis un émissaire de l’Église, mais j’ai besoin que l’Église prie pour moi, comme elle le fit pour saint Pierre et saint Paul. Après tout, la prière est la force motrice de nos actions dans l’Église, qu’elles soient tangibles ou invisibles.

Propos recueillis par Konrad Sawicki.

Mgr Henryk Hoser est l’archevêque de Varsovie-Praga. Né en 1942 à Varsovie, il suit des études de médecine. En 1968, il intègre la Société de l’Apostolat Catholique des Pallottins. Après l’obtention de diplômes en théologie et en philosophie et son ordination sacerdotale, il part pour Paris puis pour le Rwanda (1975-1996). En 1978, il fonde un centre médico-social à Kigali qu’il dirige pendant 17 ans. Il crée également un centre de formation familiale (Action familiale). Après la guerre civile, le Saint-Siège l’établit comme visiteur apostolique au Rwanda. En 2005, Jean-Paul II le nomme archevêque et secrétaire adjoint de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples ainsi que directeur des Œuvres pontificales missionnaires. En 2008, Benoît XVI le nomme évêque du diocèse de Varsovie-Praga. Le 11 février 2017, le pape François le nomme envoyé spécial du Saint-Siège à Medjugorje. Début 2017, il révèle souffrir du paludisme.

Medjugorje, paroisse, sanctuaire, position officielle
juin 24, 2010

Une paroisse

Medjugorje (le nom est d’origine slave et signifie une région entre deux monts) forme une paroisse Catholique Romaine dans laquelle vivent environ 5000 habitants (en 2005).

La pastorale de Medjugorje est confiée aux prêtres de la Province franciscaine d’Herzégovine de l’Assomption de Marie.



En 1981, lorsque les apparitions (présumées) ont commencé, la vie de la paroisse a changé : hormis les six voyants, la Vierge a choisi toute la paroisse et les pèlerins pour être ses témoins et ses collaborateurs. C’est particulièrement manifeste dans le message où elle dit: « J'ai choisi spécialement cette paroisse car je voudrais la guider. » (1er mars 1984)

Grâce aux apparitions de la Vierge, Medjugorje – une paroisse rurale ordinaire – est devenue lieu de rassemblement d’une multitude de pèlerins du monde entier, comparable à Lourdes et à Fatima. D’innombrables témoignages de pèlerins disent que c’est précisément en ce lieu qu’ils ont trouvé la foi et la paix.







Reconnaissance comme sanctuaire

1991 :

A la session régulière de la Conférence Episcopale Yougoslave à Zadar, les 9-11 Avril 1991, la déclaration suivante a été adoptée :

DECLARATION : Depuis le départ, les évêques suivent le événements de Medjugorje à travers l'évêque diocésain, la Commission Episcopale et la Commission de la Conférence Episcopale Yougoslave pour Medjugorje.

Sur le fondement des recherches effectuées jusqu'à présent, on ne peut affirmer le caractère surnaturel de ces apparitions ou révélations. Mais les rassemblements nombreux de fidèles de divers endroits qui viennent à Medjugorje poussés par des motivations religieuses et autres, exigent l'attention et le soin pastoral en premier lieu de l'évêque diocésain et aussi ceux d'autres évêques avec lui pour qu'à Medjugorje, et en lien avec lui, une saine dévotion envers la Vierge soit promue, en accord avec l'enseignement de l'Eglise.

Dans ce but, les évêques donneront des directives liturgico-pastorales spéciales et convenables. Aussi à travers leurs commissions, ils continueront à observer la totalité des événements de Medjugorje.

A Zadar, le 10 avril 1991

Les évêques yougoslaves



En 1993,  il y a eu cette déclaration :

« Après 3 ans de recherches poursuivies par la commission appropriée, nous les évêques, avons accepté Medjugorje comme lieu de prière, comme sanctuaire. Cela signifie que nous n'avons rien contre le fait que quelqu'un vénère la Mère de Dieu d'une façon qui est également en accord avec les enseignements et la foi de l'Eglise. C'est pourquoi nous remettons cette étude à plus tard. L'Eglise ne se précipite pas. »

Son Eminence, Cardinal Dr. Franjo KUHARI?,

archevêque de Zagreb. (Glas Koncila, 15 août 1993)





Enfin, le mercredi 17 mars 2010 - Le Vatican a mis en place une commission d'enquête sur les phénomènes d'apparitions mariales présumées de Medjugorje (Bosnie Herzégovine), sous la présidence du cardinal Camillo Ruini, auprès de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Le message de Medjugorje est un message de paix, de réconciliation, déployé pendant plusieurs décennies. Quelques articles vous en donneront une idée un peu plus développée.

Certains (tels le cardinal T. Bertone) jugent une "anomalie" la durée du phénomène, et, en conséquence, le grand nombre de messages. D'autres (tels S. Perrella, président du Marianum), font la remarque que les apparitions du Laus en France, récemment reconnues, avaient duré 54 ans !*

Quoiqu'il en soit, le processus est encore en cours.



La vie du sanctuaire

« Dieu n'est pas un Dieu de désordre, mais de paix. » (1Corinthiens 14, 33). La vie du sanctuaire est centrée autour d’une paroisse, et le curé de la paroisse a mis en place un minimum d’organisation commune pour tous les groupes, de toutes les nations : par exemple, on n’organise rien d’autre le soir à l’heure de la prière à l’église, par exemple aussi, on ne célèbre pas de messe sur les collines ou dans les pensions, mais seulement dans l’église et dans la chapelle. Etc.





Fêtes

Le 25 juin (anniversaire des apparitions)

Toutes les fêtes de l’année liturgique (comme dans une paroisse).

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Sam 13 Mai 2017 - 8:38


13 mai – Portugal : première apparition à Fatima :

« Je suis du Ciel » (1917) - attentat contre JP II (1981)  

Marie protège les siens !


Le 13 mai 1981, Mehmet Ali Ağca a tiré sur le Saint Père, le pape Jean-Paul II, place Saint Pierre à Rome.

Au même instant, le Pontife s’est penché pour examiner la médaille de Fatima d'une petite fille, évitant ainsi de justesse les balles meurtrières qui devaient atteindre sa tête et sa poitrine.

Un an plus tard, le Pape s’est rendu au sanctuaire de Fatima, où il a laissé la balle de l’assassin en remerciement à Notre Dame pour avoir sauvé sa vie.

Le 13 mai 2000, le Pape a béatifié François et Jacinthe Marto, deux des trois enfants qui, avec Lucie toujours vivante à cette date, avaient vu la Vierge Marie à Fatima lors des apparitions de 1917. La même année, il a publié le « Troisième secret » de Fatima : la vision de sœur Lucie du martyre d'un «évêque vêtu de blanc» entouré d'autres Catholiques.

En 2002, le Pape Jean-Paul II a ajouté la fête de Notre Dame de Fatima au calendrier de l'Église catholique comme mémorial facultatif à la date du 13 mai.

Les apparitions préparatoires de l'Ange à Fatima en 1916

13 mai 1917, le chapelet pour la paix, le ciel et le purgatoire

13 juin 1917 à Fatima, le cœur immaculé de Marie

13 juillet 1917, les trois secrets de Fatima


13 octobre 1917 à Fatima : le soleil danse devant 50.000 personnes

De Léon XIII,13 octobre 1884, à Fatima, 13 octobre 1917

L’heure de midi (13 mai - 13 octobre 1917)

13 juin 1929 : Le moment est venu de faire la consécration - 1931 Le retard.


Jean Paul II à Fatima, 13 mai 1982

Pie XII, 31 octobre 1942, Consécration du monde au Coeur immaculé de Marie

Jean-Paul II, 25 mars 1984, Consécration du monde au Coeur Immaculé de Marie

De 1984 à 2003… Sous le signe de N-D de Fatima

L'Archevêque de Moscou s'entretient avec soeur Lucie de Fatima

13 octobre 2013 : Prière de consécration (Pape François)


Bienheureuse Vierge Marie de Fatima, avec une reconnaissance renouvelée pour ta présence maternelle nous unissons notre voix à celle de toutes les générations qui te disent bienheureuse.



Nous célébrons en toi les grandes œuvres de Dieu, qui jamais ne se lasse de se pencher avec miséricorde sur l'humanité, affligée par le mal et blessée par le péché, pour la guérir et pour la sauver.



Accueille avec ta bienveillance de Mère l'acte de consécration qu'aujourd'hui nous faisons avec confiance, devant ta statue qui nous est si chère.



Nous sommes certains que chacun de nous est précieux à tes yeux et que rien de ce qui habite nos cœurs ne t'est étranger.

Nous nous laissons toucher par ton regard très doux

et nous recevons la caresse consolante de ton sourire.

Garde notre vie entre tes bras ;

bénis et renforce tout désir de bien ;

ravive et nourris la foi ;

soutiens et éclaire l'espérance ;

suscite et anime la charité ;

guide-nous tous sur le chemin de la sainteté.


Enseigne-nous ton amour de prédilection

pour les petits et les pauvres,

pour les exclus et les souffrants,

pour les pécheurs et ceux qui sont égarés dans leur cœur :

rassemble tous sous ta protection

et remets-nous tous à ton Fils bien-aimé, Notre Seigneur Jésus.

Amen.



Prière de consécration au Cœur immaculé de Marie prononcée par le pape François à la fin de la messe Le dimanche 13 octobre 2013, devant la Vierge de Fatima, place Saint-Pierre, au terme de la messe.





avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Dim 14 Mai 2017 - 9:44


14 mai – Allemagne : Notre Dame, Patronne de la Bavière  


Ma relation avec la Vierge en a été renouvelée


À la tête de la paroisse de Qaryatayn, non loin de Palmyre (Syrie), le père Mourad a été enlevé par les hommes du groupe État islamique le 21 mai 2015. Il est resté en captivité plus de 140 jours, avant d’être libéré, le 10 octobre 2015.

Menacé de décapitation à plusieurs reprises s’il ne se convertissait pas à l’Islam, fouetté et soumis à un simulacre d’exécution, les conditions de détention du père Mourad ressemblent à un chemin de croix.

« La première semaine a été la plus difficile », raconte-t-il. Le huitième jour, un individu habillé en noir pénètre dans sa cellule. Le père Mourad croit sa dernière heure arrivée et lui demande les raisons de son enlèvement.  « Prends-le comme une retraite spirituelle », lui répond son geôlier.

« Dès lors, ma prière, mes journées prirent du sens », confie le prêtre syrien.  « J’ai senti qu’à travers lui, c’était le Seigneur qui m’adressait cette parole. Grâce à la prière, j’ai pu regagner ma paix. On était en mai, le mois de Marie. Mon compagnon de cellule et moi nous sommes mis à réciter le chapelet, que je ne priais pas beaucoup auparavant. Toute ma relation avec la Vierge en a été renouvelée. »



L’incroyable et douloureux récit du père Mourad

Dans un long entretien, le prêtre syrien, récemment libéré des geôles de Daesh, raconte l'enfer qu'il a traversé.

À la tête du monastère de Mar Élian et de la paroisse du village de Qaryatayn, non loin de Palmyre, le père Mourad a été enlevé par les hommes du groupe État islamique le 21 mai 2015. Il est resté en captivité durant quatre mois et 20 jours, soit plus de 140 jours, avant de pouvoir rejoindre, le 10 octobre dernier, « le monde libre ».  

Menacé de décapitation à plusieurs reprises s’il ne se convertissait pas à l’islam, fouetté et soumis à un simulacre d’exécution, les conditions de détention du père Mourad ressemblent à un chemin de croix. Dans un long entretien accordé à L’Orient Le jour, il revient en détail sur l’épopée qu’il a traversée.

« La première semaine a été la plus difficile : Après avoir été détenu quelques jours dans une voiture, le dimanche de Pentecôte, on m’emmène à Raqqa. J’ai vécu ces premiers jours de captivité partagé entre la peur, la colère et la honte », raconte-t-il.

« J’ai senti qu’à travers lui, c’était le Seigneur qui m’adressait cette parole »

Le huitième jour, un individu habillé en noir pénètre dans sa cellule. Alors que le prêtre croit sa fin proche, l’homme engage la conversation.

Le père Mourad lui demande les raisons de son enlèvement. « Prends-le comme une retraite spirituelle », lui répond son geôlier.

« Dès lors, ma prière, mes journées prirent du sens, confie le prêtre syrien. Comment vous expliquer ? J’ai senti qu’à travers lui, c’était le Seigneur qui m’adressait cette parole.

Ce moment fut d’un grand réconfort. Grâce à la prière, j’ai pu regagner ma paix, poursuit le prêtre. On était en mai, le mois de Marie. Nous nous sommes mis à réciter le chapelet, que je ne priais pas beaucoup auparavant.

Toute ma relation avec la Vierge en a été renouvelée.

La prière de sainte Thérèse d’Avila ‘Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie…’ m’a également soutenu, pour laquelle, une nuit, j’ai fait une mélodie que je me suis mis à fredonner.

La prière de Charles de Foucauld m’a aidé à m’abandonner entre les mains du Seigneur, avec la conscience que je n’avais pas le choix. Car tout laissait croire que c’était ou la conversion à l’islam, ou la décapitation. »

« Dieu m’a donné deux choses, le silence et l’amabilité »

« Presque chaque jour, on pénétrait dans ma cellule et on m’interrogeait sur ma foi. J’ai vécu chaque jour comme s’il était le dernier.

Mais je n’ai pas fléchi. Dieu m’a donné deux choses, le silence et l’amabilité. Je savais que certaines réponses pouvaient les provoquer, que n’importe quel mot peut vous condamner.

Ainsi, on m’a interrogé sur la présence de vin au couvent. L’homme m’a coupé la parole quand j’ai commencé à répondre. Il a jugé mes paroles insupportables. J’étais un ‘infidèle’. Grâce à la prière, aux psaumes, je suis entré dans une paix qui ne m’a plus quitté.

Je me souvenais aussi des paroles du Christ dans l’Évangile de saint Matthieu : ‘Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous persécutent’. J’étais joyeux de pouvoir vivre concrètement cette parole. Ce n’est pas une petite chose que de pouvoir vivre l’Évangile, en particulier ces versets difficiles, qui étaient théoriques auparavant. Je me suis mis à ressentir de la compassion pour mes ravisseurs. »

« À l’occasion, des chansons poétiques de Feyrouz me revenaient aussi, et en particulier l’une d’elles qui parlait du crépuscule, que je chantais quand les longues nuits de juin tombaient sur Raqqa et que nous étions laissés dans le noir. Même ces paroles et leur musique devenaient prière. Elles parlaient de la souffrance ‘inscrite dans le crépuscule’. »

« Je pardonnais à mon bourreau alors même qu’il me fouettait »

Soudain, le 23e jour, ses ravisseurs réapparaissent : « C’était une sorte de mise en scène.

La flagellation a duré quelque 30 minutes. Le fouet était fait d’un bout de tuyau d’arrosage et de cordes. J’ai eu mal, physiquement, mais en profondeur, j’étais en paix.

J’étais dans une grande consolation de savoir que je partageais quelque chose de la souffrance du Christ.

J’en étais aussi extrêmement confus, m’en sentant indigne. Je pardonnais à mon bourreau alors même qu’il me fouettait.

De temps en temps, je réconfortais d’un sourire le diacre Boutros, mon compagnon de captivité, qui se contenait difficilement de me voir fouetté de la sorte.

Par la suite, je me suis rappelé le verset où le Seigneur dit que c’est dans notre faiblesse que sa force se manifeste. J’en étais continuellement étonné, car je me savais faible, spirituellement et physiquement.

Voyez-vous, je souffre d’un mal de dos depuis mon enfance et les conditions de détention étaient telles que ce mal devait en principe augmenter. Au monastère, j’avais un matelas spécial, une chaise ergonomique. En prison, je dormais par terre, et aucun moyen de faire de la marche dans ces toilettes. »

« La grande peur, je l’ai connue peu après, poursuit le père Mourad, quand un homme armé d’un poignard est entré dans notre cellule. J’ai alors senti sur mon cou le fil du couteau et j’ai eu le sentiment que le compte à rebours pour mon exécution avait commencé. Dans ma frayeur, je me suis recommandé à la Miséricorde de Dieu. Mais ce ne fut qu’un éprouvant simulacre. »

« Les chrétiens de Qaryatayn nous ont cassé la tête en nous parlant de toi »

Le 4 août, l’État islamique s’empare de Qaryatayn. Le lendemain, à l’aube, la population est prise en otages et est conduite à Palmyre. Quelques jours plus tard, un cheikh saoudien entre dans la cellule du prêtre : « Tu es Baba Jacques ? », fait-il. « Allez, viens ! Les chrétiens de Qaryatayn nous ont cassé la tête en nous parlant de toi ! »

« J’ai pensé que j’étais emmené pour être exécuté.

À bord d’un van, nous avons roulé quatre heures durant. Passé Palmyre, nous nous sommes engagés sur un chemin de montagne conduisant à un bâtiment fermé par une grande porte en fer.

Elle s’ouvre, et qu’est-ce que je vois ? La population de Qaryatayn tout entière, stupéfaite de me voir. Ce fut un moment d’une indicible souffrance pour moi. Pour eux, un extraordinaire moment de joie. »

Vingt jours plus tard, le 1er septembre, nous sommes ramenés à Qaryatayn, libres, mais avec interdiction de quitter le village.

Un contrat religieux collectif est signé : nous étions désormais sous leur protection (ahl zemmé), moyennant le paiement d’une taxe spéciale (jezyé) de laquelle s’acquittent les non-musulmans.

Nous pouvions même pratiquer nos rites, à condition que cela ne scandalise pas des musulmans. Quelques jours plus tard, au décès de l’une de mes paroissiennes, morte d’un cancer, nous nous rendons au cimetière, proche du couvent de Mar Élian. Ce n’est qu’alors que je constate qu’il a été rasé. Curieusement, je n’ai pas réagi.

Intérieurement, il m’a semblé comprendre que Mar Élian avait sacrifié son couvent et son cimetière pour nous sauver. »

Quelques jours plus tard, le père Mourad bravait l’interdiction de quitter la ville pour rejoindre le monde libre.

« Aujourd’hui, conclut-il, je continue d’éprouver pour mes ravisseurs le même sentiment que j’ai eu pour eux quand j’étais leur prisonnier : la compassion. Ce sentiment vient de ma contemplation du regard que Dieu porte sur eux, malgré leur violence, comme Il le porte sur tout homme : un regard de pure Miséricorde, sans le moindre désir de vengeance. Je sais que la prière est la voie du salut. Il faut continuer à prier pour les évêques et prêtres qui sont encore disparus et dont on ne sait rien. Prier pour mon frère le père Paolo Dall’Oglio (disparu à Raqqa en juillet 2013). Il nous faut prier aussi pour une solution politique en Syrie. »


avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Lun 15 Mai 2017 - 8:18


15 mai – Mexique : Notre Dame de la Lumière  


L'icône de Marie a-t-elle un pouvoir de délivrance ?


Ayant déjà parcouru 40.000 miles à travers la Russie et l'Europe, le pèlerinage ‘d’un océan à l’autre’ de l’icône de Notre Dame de Czestochowa, a marqué une étape particulière à Germantown (Etat-Unis) devant la tristement célèbre « clinique » du docteur Le Roy Carhart, connue pour pratiquer l’avortement tardif. Cette visite a eu lieu le 26 août 2012, à l'occasion de la fête de Notre Dame de Czestochowa.

Les conséquences de cette visite ne surprendront pas ceux qui prient et implorent la Vierge Marie, dans la lutte pour la vie. Au lendemain de cette prière avec l’icône de Marie, Ellen Castellano, membre de la prière régulière de Germantown raconte :

« Aujourd'hui, il y a eu trois sauvetages !

Voici la troisième : une femme venue préparer son avortement, prévu sur 3 jours (grossesse avancée, 28 semaines peut-être). A sa sortie de la clinique, nous lui avons proposé le dépliant sur l'étude biblique post-avortement, elle a répondu : « j'ai vraiment besoin de ça ! Donnez-le-moi. »

Elle l'a pris, nous a exposé sa situation, et admis qu'elle avait besoin d'aide pour surmonter son épreuve. Nous n'avons jamais vu une femme aussi prête à trouver la guérison, à peine sortie de la clinique. Il semble que l'icône ait un pouvoir de délivrance. »  


http://www.iconedemarie.com/


avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Mar 16 Mai 2017 - 9:42


16 mai – Italie, Saronno : Notre Dame des Miracles 1925  

 

Tout le pontificat du pape François est marial


Après le président du Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa, d’autres présidents ont annoncé leur présence auprès du pape François lors de son pèlerinage à Fatima pour le centenaire des apparitions, à la Cova da Iria : les présidents de la Colombie, Juan Manuel Santos, et celui du Paraguay, Horacio Cartes, qui se sont rendus au Portugal ce 12 mai 2017.

A leurs côtés aussi les chefs d’Etat de Sao Tomé, du Cap Vert et de Guinée Bissau.

Le pape est arrivé à 16h à l’aéroport de Monte Real, au nord de Lisbonne, et deux heures plus tard à Fatima.

Il s’est rendu au sanctuaire de Fatima en papamobile et directement à la chapelle édifiée sur le lieu des apparitions de 1917 (13 mai-13 octobre). Il a présidé différents événements et la procession aux flambeaux.

On peut dire que c’est tout le pontificat du pape François, confié à la Vierge de Fatima en mai 2013, qui est « marial », comme ce premier geste le faisait comprendre.

Et comme l’a confirmé ce tout récent voyage à Fatima (Portugal), les 12-13 mai 2017 pour le centenaire des apparitions à la Cova da Iria

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Mer 17 Mai 2017 - 8:17


17 mai – Italie, Turin : Marie Auxiliatrice 1903  


Marie est le paradis de Dieu


Qu'il y a de différence entre une âme formée en Jésus-Christ par les voies ordinaires de ceux qui, comme les sculpteurs, se fient à leur savoir-faire et s'appuient sur leur industrie, et une âme bien maniable, bien déliée et qui, sans aucun appui sur elle-même, se jette en Marie et s'y laisse manier par l'opération du Saint-Esprit !


Qu'il y a de taches, de défauts, de ténèbres, d'illusions, de naturel, d'humain dans la première âme ! Et que la seconde est pure, divine et semblable à Jésus-Christ !



Il n'y aura jamais créature où Dieu soit plus grand, hors de lui-même et en lui-même, que dans la divine Marie, ni chez les Bienheureux, ni chez les anges les plus hauts dans le paradis même.


Marie est le paradis de Dieu. Il a fait un monde pour l'homme voyageur, c'est celui-ci.

 Il a fait un monde pour l'homme bienheureux, et c'est le paradis. Mais il en a fait un autre pour lui, auquel il a donné le nom de Marie.(1)



(1) Pour une meilleure compréhension des textes de l'auteur, nous avons choisi de réécrire en français du XXIe siècle certaines tournures de l'auteur.

Ses écrits datent du XVIIIe siècle et sont parfois difficiles pour les lecteurs d'aujourd'hui ; ces réécritures respectent complètement le sens de ce qu'a voulu dire l'auteur.




Saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716)

Dans Le Secret de Marie:

Nécessité d'une vraie dévotion à la Sainte Vierge






Les écrits de Louis-Marie de Montfort (1673-1716)

Introduction

L'édition critique des écrits de Saint Louis-Marie a été publiée en 1966 par la famille Montfortaine en un volume de 1900 pages (Oeuvres Complètes, Paris, editions du Seuil).

Il faut y ajouter Le livre des sermons du Père de Montfort (publié en 1983 par le Centre International Montfortain) et le Cahier de Notes (Présentation éditoriale de la Postulation Montfortaine, Rome 2000).



Pour percevoir l'unité de la doctrine contenue dans tout ce Corpus des écrits du Père de Montfort, il convient de partir de ce qu'il déclare lui-même dans le Traité de la Vraie Dévotion:

"J'ai mis la plume à la main pour écrire sur le papier ce que j'ai enseigné avec fruit en public et en particulier dans mes missions pendant bien des années." (VD 110)


Ces simples lignes de Louis-Marie, écrites vers la fin de sa vie, sont en effet une clef pour la compréhension de l'ensemble de ses écrits. Ils contiennent l'enseignement d'un missionnaire dont toute la vie a été au service des plus pauvres et des plus petits.



Louis-Marie a une solide base théologique

Après ses études littéraires et philosophiques au collège des Jésuites de Rennes (1684-1692), Louis-Marie étudie la théologie à Paris (1692-1700) dans le cadre du Séminaire de Saint-Sulpice et fréquentant aussi les cours de la Sorbonne.

Comme Jean de la Croix (qui avait étudié à l'Université de Salamanque), Louis-Marie possède une bonne connaissance de la théologie universitaire.

Il connaît admirablement l'Ecriture Sainte et possède une solide culture théologique, fruit de ses nombreuses lectures, comme en témoigne son Cahier de Notes.

Saint Louis-Marie de Montfort s'appuie sur la grande tradition.

Il connait les principaux pères de l'Eglise d'Occident et d'Orient, les docteurs médiévaux et les grands mystiques (carmélitains, ignatiens, etc.).

Sa doctrine est marquée par le puissant christocentrisme de l'Ecole française, avec la même insistance sur le mystère de l'Incarnation et sur la place de Marie dans ce mystère.



Il aime aussi la théologie symbolique

Il faut encore remarquer que si Louis-Marie, comme Jean de la Croix, connaît bien la théologie universitaire (en particulier saint Thomas), il manifeste la même prédilection pour la théologie symbolique.

En particulier, pour parler de Celle qui est au cœur du Mystère de l'Incarnation, la Vierge Marie, Louis-Marie retrouve la richesse des grands symboles bibliques et patristiques: la Nouvelle Terre, le Jardin, le Paradis Terrestre, l'Arbre de Vie, la Nouvelle Eve, l'Arche de Noé, l'Echelle de Jacob, etc...

Louis-Marie est particulièrement proche des Pères Orientaux. Il cite saint Ephrem, saint Jean Damascène, saint Germain de Constantinople. Sa manière de parler de Marie est proche de la liturgie byzantine (en particulier de l'hymne acathiste).

A la suite de Jésus dans l'Evangile, il s'exprime volontiers en paraboles (cf. par exemple la parabole de l'arbre de vie qui conclut le Secret de Marie: SM 70).



Son option préférentielle pour les pauvres

Ce précieux talent que représente une bonne formation théologique, Louis-Marie le fait fructifier de façon personnelle et originale. Surtout, il rend accessible à tous, spécialement aux plus pauvres et aux plus petits, la doctrine que Bérulle avait formulé de façon très théologique, mais dans un langage difficile.

Thérèse de Lisieux fera la même chose avec la doctrine de saint Jean de la Croix: elle la traduira dans un langage plus simple pour tout le Peuple de Dieu.

La réception universelle du Traité et de l'Histoire d'une âme en donne la démonstration.



Une synthèse comparable à celle d'autres docteurs de l'Eglise

On pourrait comparer la synthèse de Louis-Marie avec celles de Catherine de Sienne et de Thérèse d'Avila, Docteurs de l'Eglise.

Le lieu de synthèse théologique est pour Catherine le Corps de Jésus; pour Thérèse d'Avila, c'est notre âme; pour Louis-Marie, c'est Marie en son corps et en son âme.

Le lieu de la synthèse de Ste Catherine est le Corps de Jésus, mort et ressuscité, comme Livre où il a écrit son Amour pour nous, non pas avec de l'encre mais avec son Sang, non pas sur le papier, mais sur sa propre Chair; comme Echelle ou Pont qui relie la terre au Ciel; comme Temple de la totale présence de Dieu ("en lui habite corporellement toute la Plénitude de la Divinité" Col 2,9), où toute l'humanité pécheresse est appelée à entrer en passant par la porte toujours ouverte de son Côté afin de devenir l'Eglise son Epouse, comme sa côte près de son Cœur.

Le lieu de la synthèse de Ste Thérèse est notre âme considérée comme Château Intérieur où Dieu lui-même habite, merveilleuse architecture aux nombreuses Demeures, jusqu'à ces Septièmes Demeures où resplendit la Lumière de la Trinité et de l'Humanité glorieuse de Jésus (Cf Le Château Intérieur, VIIèmes Demeures, ch 1 et 2). T

outes ces synthèses ont le même caractère christocentrique: Jésus en Marie (St Louis-Marie), nous en Lui (Ste Catherine), Lui en nous (Ste Thérèse d'Avila).



Ouvrons ses écrits

Une des meilleures clefs de lecture de ses écrits se trouve dans l'un des plus brefs: le Contrat d'alliance avec Dieu[1], que le missionnaire offrait aux fidèles pour le renouvellement des "voeux et promesses du saint baptême".

On y trouve à la première place la profession de la foi: "Je crois fermement toutes les vérités du saint Evangile de Jésus-Christ", immédiatement suivie de l'engagement de la vie: renoncer au mal et suivre les commandements de Dieu et de l'Eglise.

C'est dans cette unité de la foi et de la vie que le baptisé déclare: "Je me donne tout entier à JESUS-CHRIST par les mains de MARIE, pour porter ma Croix à sa suite tous les jours de ma vie".



Par les Cantiques, le missionnaire veut faire connaître toute la vérité du Mystère de Jésus, pour manifester son indicible Amour envers les hommes, en appelant les hommes à l'aimer en retour. L'Eucharistie, sacrement d'Amour fait aussi l'objet d'une série de Cantiques (C 128-134).

Nombreux sont évidemment les Cantiques dédiés à Marie (C 74-90).

Toutefois, la plus longue série concerne la vie chrétienne, principalement les vertus chrétiennes (C 4-28), mais aussi les vices (C 29-39) qui la menacent.

La première place est donnée aux trois vertus théologales, et tout d'abord à la charité: L'excellence de la Charité, Les lumières de la Foi, La fermeté de l'Espérance (C 5, 6 et 7).

Enfin, une autre série de cantiques concerne les différents états de vie (C 91-99), l'auteur voulant montrer que chaque personne est également appelée au salut et à la sainteté.



Parmi ses oeuvres en prose, la Lettre aux amis de la Croix et Le secret admirable du Saint Rosaire[2], ont une particulière signification, en rapport avec les deux grands symboles de son activité missionnaire: Le Crucifix et le Chapelet.

A ce propos, en rapport avec l'apostolat du Rosaire, il faut rappeler l'appartenance de Louis-Marie au Tiers-Ordre dominicain.



D'une grande importance théologique est le traité intitulé: L'Amour de la Sagesse Eternelle.

On y trouve comme une première synthèse de la doctrine montfortaine avec ses caractéristiques essentielles: sapientielle, christocentrique et mariale.

La Sagesse Eternelle et Incarnée est Jésus, et notre vraie sagesse est la connaissance amoureuse de Lui, vraie synthèse de la foi et de la charité.

Cette théologie sapientielle est appelée: "La science suréminente de Jésus"

"la grande science des saints (ASE 93). C'est la "science d'amour" dont les connaissances "touchent et contentent le cœur en éclairant l'esprit".



Dans le Traité, puis dans le Secret de Marie, toute cette doctrine est reprise dans une synthèse nouvelle et originale qui a pour centre le mystère de l'Incarnation du Fils.



[1] Oeuvres Complètes, p. 824-826.

[2] Jean-Paul II fait mention de cette œuvre dans sa Lettre Apostolique Rosarium Virginis Mariae .
Il fait référence au Traité dans la Lettre encyclique Redemptoris mater (n° 48)



Père Lethel







avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Jeu 18 Mai 2017 - 9:25

18 mai – Italie : Notre Dame du Saint Désir 1890  


Suivons-le avec Marie


Allons donc à Marie puisqu'elle est notre mère, la nôtre à chacun ! Allons à elle puisqu'elle est l'universelle médiatrice entre Dieu et nous.

Ah ! si nous savions nous faire bien petits ! Si nous savions tourner nos regards et nos cœurs vers celle qui nous aime tant.

Que de belles vertus, que de bons conseils cette humble Vierge, cette tendre mère, cette noble reine nous apprendrait sur les avantages de l'humilité, les exigences de la charité, la sagesse de l'obéissance, les douceurs de l'abandon à Dieu, les joies de la confiance.

Elle est mère, et comme mère, elle est d'autant plus empressée à voler au secours de son enfant, qu'il implore son aide avec plus de confiance et plus d'amour.

Suivons Jésus et suivons-le avec Marie, son incomparable mère ; attachons nos regards, non uniquement sur sa divinité, mais sur son humanité sainte, sur son humanité souffrante... Jésus, le modèle parfait, le modèle complet, le modèle de tous... (…)




Marthe Robin



Marthe Robin (1902-1981)

Enfance et adolescence :


Marthe est née à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme) le 13 mars 1902, dans une famille de modestes paysans. Elle est scolarisée jusqu'à l'âge de 13 ans.

Elle est allée au catéchisme, bien que la région soit très fortement marquée par l'anticléricalisme.

En novembre 1918, la jeune fille fait une chute dans la cuisine et reste immobilisée dans son lit jusqu'en 1921. Passée cette période un peu mystérieuse, la Vierge Marie lui apparaît une première fois et la santé de Marthe s'améliore.




Marthe, les saints du Carmel, et le Tiers ordre de saint François.

Les épreuves se multiplient et dissuadent Marthe d'entrer au Carmel, mais elle reste marquée toute sa vie par la spiritualité de Thérèse d'Avila et de Thérèse de Lisieux.



Elle s'apprête à participer comme malade au pèlerinage diocésain de Lourdes quand elle apprend qu'une autre malade désire s'y rendre ; elle lui cède la place.

Après ce renoncement, elle éprouve une grande paix intérieure et, le 15 octobre 1925, fête de Thérèse d'Avila, elle prononce son grand acte d'abandon à la volonté de Dieu (elle donne à Dieu sa mémoire, son intelligence, sa volonté, son corps et ses sens, son esprit et ses facultés, son cœur et ses sentiments).



Plus tard, à trois reprises, Thérèse de Lisieux lui apparaît et lui annonce qu'elle doit poursuivre sa mission dans le monde.

Le 25 mars 1928, paralysie des jambes : Marthe s'alite pour la vie. Le 2 février 1929, paralysie des bras et des mains : Marthe souffre constamment. Elle ne peut ni manger, ni boire, ni dormir ; elle ne vit que de l'Eucharistie.

Sur le conseil d'un capucin, elle entre dans le Tiers-Ordre de saint François et reçoit en 1930 la consécration des vierges.




Marthe et la compassion.

Le 2 octobre 1930, Marthe est stigmatisée ; à partir de ce moment, elle revit chaque vendredi la Passion de Jésus.

Marthe ne parlait pas de ses stigmates ; elle disait seulement que Jésus lui avait demandé d'être « comme Lui ».

Ceux qui la connaissent l'appellent « petite Marthe », tellement elle est humble. Elle aime sa bassesse car elle lui vaut le soutien de Jésus.

« Toutes nos souffrances, Jésus les partage. Toutes nos croix, il veut les fleurir. »




Marthe et Marie.

C'est à partir de la Trinité que Marthe a découvert le rôle incomparable de Marie :

« la Trinité attend des lèvres de sa bien-aimée sa virginale réponse pour laisser descendre en elle le Souffle qui l'anime éternellement ». Ce raccourci saisissant conduit Marthe, dans la ligne de saint Louis-Marie Grignion de Montfort à redire chaque jour et à recommander très fortement « la consécration à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée, par les soins de Marie ».

Marthe, crucifiée avec Jésus, a reçu de lui Marie comme Mère. Tous les vendredis, avant la fin de la « Passion », Marie lui apparaissait, debout au pied de son divan. Marthe arrêtait de gémir et disait au P. Finet : « Mon Père, maman est là ».




Présence de Marthe au monde.

Après avoir pressé son curé, Léon Faure, de fonder une petite école qui s'ouvre en 1934, Marthe reçoit de Dieu un vaste projet qu'elle confie à un prêtre de Lyon, Georges Finet, venu lui apporter un tableau de Marie Médiatrice de toutes grâces.

Le 10 février 1936 (premières vêpres de Notre-Dame de Lourdes), elle lui demande « de la part de Dieu » la fondation d'un premier Foyer de Charité. Encouragé par ses supérieurs et par l'évêque de Valence, Mgr Pic, G. Finet prêche la première retraite à Châteauneuf du 7 au 13 septembre 1936.

Marthe accueille de plus en plus, elle accueille enfants et vieillards, athées, et fervents chrétiens, riches et pauvres, travailleurs manuels et étudiants, évêques, fondateurs de communautés, hommes politiques, gens mariés et divorcés, et elle comprenait les malades. Marthe écoutait beaucoup parce qu'elle aimait. Ah que nous sommes chers au cœur de Jésus !




Les foyers de charité.

Les Foyers de Lumière, de Charité et d'amour mettent en relief l'importance du sacerdoce mystique des chrétiens et celle de la vie communautaire dans l'Eglise.

Un « Foyer de Lumière, de Charité et d'amour » est une communauté de baptisés qui, autour d'un prêtre, mettent en commun leurs biens matériels, intellectuels et spirituels, comme aux premiers temps de l'Église.

L'activité principale est de diffuser l'enseignement de Lumière de l'Évangile par le biais de retraites spirituelles pendant cinq jours pleins.

Le rayonnement de Marthe s'étend au-delà des Foyers.





avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Ven 19 Mai 2017 - 9:23


19 mai – Italie : Notre Dame des infirmes 1630  



Missionnaires par le chapelet !

Plus d’un an sans eau, le bétail mort le long des routes en terre battue, chaque jour des morts à cause du choléra, en l’absence de médicaments et de personnel médical, sans même un thermomètre pour mesurer la fièvre alors que la température dépasse 45°C : ce cadre est celui de la Région somalienne de l’Ethiopie.



Le Père Christopher Hartley, missionnaire espagnol, membre d’une association humanitaire chrétienne, qui vit à Gode depuis 2008, ville de cette zone située entre l’Ethiopie et la Somalie invitait en mars dernier tous les Chrétiens de la région à prier conjointement le chapelet et lançait cet appel :

« Prions afin que Dieu donne force à la population éthiopienne de tenir et sensibilise l’Occident au travers d’une prière intense et de quelques offrandes matérielles ».



Quelques jours plus tard, le père Hartley lançait ce message :

« Chers amis, merci pour votre générosité. Hier, j’ai pu accompagner le premier camion d’eau au premier village, à 70 Km de Gode. Je ne parviens pas à décrire par des mots l’émotion et la joie des personnes !

Je me rendrai aujourd’hui dans un autre village et ainsi chaque jour de la semaine. Chaque camion porte 24.000 litres d’eau !



Agence Fides 21/03/2017






"Je parle pour ceux qui n'ont plus de voix ni de larmes pour pleurer."




Le 2 mars, un jeune médecin anglais qui exerce à l’hôpital public depuis près de deux mois nous a donné de nouveaux renseignements sur l’ampleur du drame, après avoir constaté l’arrivée d’un nombre inhabituel de patients agonisants venus d’Hargele.

C’est ainsi que nous avons appris que certains ONG, dans l’impossibilité d’envoyer des camions d’eau aux populations les plus éloignées, ont dû puiser de l’eau contaminée aux environs d’Hargele.

Je m’y suis donc rendu en parcourant 230 kilomètres de voies très difficiles, en embarquant tous les médicaments disponibles. Sur place, le directeur de l’hôpital nous a raconté la tragédie des centaines de personnes en phase terminale qui arrivent tous les jours infectées par le typhus. Il nous a supplié presque à genoux d’envoyer davantage de médicaments et de nourriture pour les malades.





Pour mieux comprendre la situation, nous sommes allés dans les villages des malades. Les habitants nous ont fourni des détails supplémentaires et ont aussi réclamé une aide d’urgence sous forme d’eau potable, de denrées alimentaires et de médicaments. J’ai promis de les aider en mobilisant tous les moyens que l’Église avait à sa disposition.

Impossible de savoir si les malades trop atteints pour être transportés à l’hôpital ont de la fièvre. « Nous ne savons pas, nous n’avons pas de thermomètre », m’a répondu un homme. Pourquoi des millions de gens vivent-ils ainsi ? Pas de thermomètre dans une situation aussi tragique alors que des femmes dépensent des fortunes en chirurgie esthétique. Quelle absurdité !

Lorsque nous sommes repartis, les enfants couraient derrière la voiture en réclamant « de l’eau ». J’ai repensé à toute l’eau que j’avais vue dans ma vie et que personne ne boirait jamais.

Si nous avions les fonds nécessaires nous pourrions leur fournir des médicaments qui sont accessibles chez nous. Mais il faut aussi payer le carburant pour nous rendre dans les régions éloignées et acheter les aliments de première nécessité.

Village après village, nous voyons du bétail mort de soif et de faim. La puanteur est insupportable. Autant de foyers infectieux pour ces gens dont le système immunitaire est déjà très affaibli.




J’ai songé avec émotion que c’était sans doute la première fois que l’Église catholique se rendait dans cette zone et que ces gens voyaient le visage de la charité sous les traits d’un missionnaire.

J’ai rendu grâce à Dieu et j’ai repensé aux paroles du pape François dans son message de Carême :

« Lazare nous apprend que l’autre est un don. Ainsi, le pauvre devant la porte du riche ne représente pas un obstacle gênant mais un appel à nous convertir et à changer de vie. La première invitation que nous adresse cette parabole est celle d’ouvrir la porte de notre cœur à l’autre car toute personne est un don, autant notre voisin que le pauvre que nous ne connaissons pas. Le Carême est un temps propice pour ouvrir la porte à ceux qui sont dans le besoin et reconnaître en eux le visage du Christ ».
Je vous demande par amour pour Dieu de faire ce que vous pouvez pour nous aider. Toute aide, aussi minime soit-elle, nous permet de sauver une vie.




Je parle pour ceux qui n’ont plus de voix ni de larmes pour pleurer. Chaque jour, à travers la patène et le calice, je vous offre la possibilité par votre charité de donner à boire à ceux qui ont soif et à manger à ceux qui ont faim.

Je vous bénis tous.
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Sam 20 Mai 2017 - 10:00


20 mai – Italie, Cunéo : Notre Dame des Grâces (1537) - Saint Germain de Constantinople  


« Je suis allé à la Bonne Mère quand j’ai signé à l’OM »


Le 23 février 2017, Bafétimbi Gomis, attaquant à l’OM, le club de football de Marseille (France), avait confié avec simplicité au journaliste Fabrice Lamperti la clé de sa réussite : il croit en Dieu.

Pour lui, offrir au Seigneur ses succès et ses échecs, comme sa blessure au genou du 12 février, c’est une manière de vivre sa foi :

« Je suis allé à la Bonne Mère (nom de la  Vierge Marie à Marseille) quand j’ai signé à l’OM pour prier.

Je suis très croyant. » Depuis ses débuts dans la profession, Bafé Gomis collectionne les victoires, fruits de son talent, d’un entraînement assidu, et – qui sait ? – d’un petit coup de pouce venu de Là-Haut ? «

J’ai fait des bêtises comme tous ceux qui ont grandi dans des quartiers sensibles peuvent en faire.

Tout ça aurait pu mal tourner et finir dans la grande délinquance.

J’ai des frères qui sont tombés dedans. C’est vraiment la foi qui m’a sorti de là. »

Depuis, Gomis ne manque pas une occasion d’exprimer sa foi :

à la fin des matchs, sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter où il a posté dernièrement une photo de la bougie qu’il a déposé au-dessus de son vestiaire :

« Je l’ai toujours fait. Cette bougie, je l’ai achetée à Notre-Dame-de-la-Garde. »

L'attaquant de l'Olympique de Marseille est un bel exemple d'unité de vie.

Le dimanche matin, l’Église connait un concurrent taille :

le football. Car aux grâces de la sainte messe, certains préfèrent parfois les images de Téléfoot.

Pourtant, le ballon rond est loin d’être incompatible avec la vie spirituelle, bien au contraire, et l’attaquant de l’OM Bafétimbi Gomis en est un bel exemple.

Jeudi 23 février, lors de son retour à Marseille pour la saison de l’OM, Bafétimbi Gomis, Bafé pour les intimes, avait confié avec beaucoup de simplicité au journaliste Fabrice Lamperti la clé de sa réussite :

il croit en Dieu. Pour lui, offrir au Seigneur ses succès et ses échecs, comme sa blessure au genou du 12 février, c’est une manière de vivre sa foi, dans un milieu qui y est peu propice :


« Je suis allé à la Bonne Mère quand j’ai signé à l’OM pour prier. Je suis très croyant. » Depuis ses débuts dans la profession, Bafé Gomis collectionne les victoires, fruits de son talent, d’un entraînement assidu, et – qui sait ? – d’un petit coup de pouce venu de Là-Haut ?

Aujourd’hui footballeur international, on lui compte déjà douze sélections et trois buts.

La foi, pilier indispensable de Béfé

Aujourd’hui encore, la foi est un pilier indispensable à Bafétimi, pilier qui l’aide à unir vie familiale et vie professionnelle.

Et avec un naturel saisissant, Bafétimbi n’hésite pas à confier ses matchs au Seigneur : « J’ai prié pour remercier Dieu de me faire vivre ces moments-là, de protéger  ma famille et de me faire réussir une bonne saison. »

Gomis est un bel exemple de vie d’un croyant dans le milieu sportif surmédiatisé.



À 31 ans, marié et père de 2 enfants, footballeur à l’OM et croyant déterminé, Bafétimbi Gomis nous donne un bel exemple de vie : la réalisation de ses passions dans la foi du Christ.

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Dim 21 Mai 2017 - 8:29


21 mai – France, Arras : Notre Dame des Ardents (1105)  


Imaginer Notre Dame assise à côté de nous


Mon expérience avec Marie commence dans mon enfance, sur les genoux de ma mère, où j'ai appris le Je vous salue Marie.

Lorsque j´étais au Petit Séminaire, je lui ai consacré ma vocation et j´ai appris à l'aimer de plus en plus.

A la fin du Petit Séminaire, je lui ai consacré ma vie selon la méthode de saint Louis Marie Grignon de Montfort, pour laquelle je me suis bien préparé avec le Traité de la vraie dévotion à Marie.

Je voue une grande dévotion au Rosaire et j´ai écrit un "Rosaire Médité" en utilisant la méthode enseignée par le Pape Jean-Paul II, dans son encyclique Rosarium Virginis Mariae.

La meilleure façon de prier le Rosaire, est celle d´imaginer Notre Dame assise à côté de nous et nous expliquant les mystères de la Rédemption, contemplés dans cette riche prière, en même temps vocale et mentale.

Aimons cette douce Mère céleste, notre protectrice et notre sécurité pour notre passage dans la vie éternelle : «Priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort.

Ainsi soit-il. »

Dom Fernando Arêas Rifan

Supérieur de l'Administration apostolique personnelle Saint-Jean-Marie-Vianney et évêque titulaire de Cedamusa (Brésil)


Les grandes prières mariales



La première et la plus universelle de toutes les prières à Marie est celle-là même que l'Ange Gabriel prononça à l'heure de l'Annonciation,

"Je vous salue Marie pleine de grâces, le Seigneur est avec vous"...(Lc 1, 28), salutation angélique qui forme la première partie de l'Ave Maria, cette prière qui s'est étoffée, plus tard et que l'on récite en dizaines dans le chapelet.

Le chapelet lui-même a pris forme d'un Rosaire, sous l'impulsion des Dominicains, entre le XIIè et le XVè siècle (composé de 4 chapelets, formant les 4 mystères de la vie chrétienne: les mystères joyeux, lumineux, douloureux et glorieux)

La prière du Rosaire est certainement la plus répandue des prières de dévotion populaire, avec celle de l'Angelus dont certains font remonter l'origine à saint François d'Assise, au XIIIé siècle.

Parmi les plus anciens textes de dévotion à Marie, signalons  le "Sub Tuum praesidium" ("Sous l'abri de Ta miséricorde, nous nous réfugions") que l'on fait remonter au IIIè siècle.

En réalité, la plus ancienne de toutes les prières mariales n'est-elle pas le cantique d'action de grâce que Marie elle-même entonne après l'Annonciation, le Magnificat, qui deviendra après Elle le chant d'action de grâce de tout chrétien ?... "Désormais tous les âges me diront bienheureuse"... (Lc 1, 46-55)

Quant aux prières à Marie chantées, la plus connue est la célèbre "hymne Acathiste", particulièrement usitée dans tout le monde orthodoxe.

Elle date probablement du VIè siècle. Chantées souvent en hymnes ou en antiennes, citons d'autres prières à Marie universellement  connues et reprises  fréquemment lors de la liturgie des fêtes mariales
: le Salve Regina, l'Ave Maris Stella, l'Alma Mater Redemptoris, le Stabat Mater...








avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 le Lun 22 Mai 2017 - 9:13


22 mai – Italie, Brescia : Notre Dame des Grâces (1526)  



Ce que signifie se consacrer à Marie


A propos de la consécration à Marie, saint Louis-Marie Grignion de Montfort, dans son Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge, au n°115, recommande de « commencer, continuer et finir toutes ses actions par elle, en elle, avec elle et pour elle afin de les faire par Jésus-Christ, en Jésus-Christ, avec Jésus-Christ et pour Jésus-Christ notre dernière fin. » Et un peu plus loin au n° 120, il précise :

« Marie étant la plus conforme à Jésus-Christ de toutes les créatures, il s’ensuit que, de toutes les dévotions, celle qui consacre et conforme le plus une âme à Notre-Seigneur est la dévotion à la très Sainte Vierge, sa Sainte Mère, et que plus une âme sera consacrée à Marie, plus elle le sera à Jésus-Christ.

C’est pourquoi la parfaite consécration à Jésus-Christ n’est autre chose qu’une parfaite et entière consécration de soi-même à la très Sainte Vierge, qui est la dévotion que j’enseigne. »

La finalité de la consécration à Notre-Dame est donc d’aller à son Fils. C’est d’ailleurs l’enseignement de Notre Dame à Fatima.

Le 13 juin 1917, elle dit à la petite Lucie : « Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu. »


Se consacrer à Dieu par Marie


La consécration à Dieu par Marie s'appelle aussi acte d'abandon, acte de confiance, acte d'offrande.

L'essence de cette spiritualité a été pratiquée depuis que le disciple bien-aimé a pris chez soi la mère de Jésus (Jn 19, 27).

Des prières ont été composées dès le temps des Pères de l'Eglise, par exemple, avec saint Idelfonse de Tolède, saint Jean Damascène...

L'école française, en retrouvant les pères de l'Eglise, a aussi retrouvé cette spiritualité, et actuellement dans le monde sont très connus « le Secret de Marie » et la prière de consécration de saint Louis-Marie de Montfort.

Cette spiritualité est tout à fait logique avec l'Evangile : Dieu s'est fait homme en Marie, c'est définitif, et désormais nous sommes sauvés par Marie, en elle.

Cette spiritualité est aussi, et surtout, le fruit d'une expérience : on en perçoit les fruits.

En 1917, l'apparition de Fatima a demandé la consécration du monde. Sœur Lucie utilise pour le dire des formulations variées :

il s'agit d'une prière au Christ et à Marie. Jean Paul II a réalisé la demande de Fatima le 25 mars 1984.

Actuellement, les chrétiens comprennent qu'il est bon de se consacrer à Dieu par Marie,

- de consacrer tel aspect de sa vie en particulier (nous donnons quelques exemples),

- de consacrer sa famille, sa paroisse,

http://www.fatima100.fr/?utm_source=Une+minute+avec+Marie+%28fr%29&utm_campaign=dadb049e54-RSS_EMAIL_FR&utm_medium=email&utm_term=0_a9c0165f22-dadb049e54-106353037

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Marie du 65 Hier à 8:42

23 mai – Pérou : La Linda 1664 – Italie : 3° apparition à Tre Fontane  



«Sans la femme l'harmonie n'existe pas»

« Tels sont les mots du Pape François lors de la messe quotidienne à Sainte Marthe, le jeudi 9 février 2017.

« Tant de fois, quand nous parlons des femmes, nous en parlons en un mode fonctionnel :

 la femme est faite pour faire ceci ou cela », s’est étonné le Pape, qui a noté qu’elle porte au contraire une richesse que l’homme n’a pas : elle apporte de l’harmonie à la Création.

« C’est la femme qui nous apprend à caresser, à aimer avec tendresse et qui fait que le monde est une belle chose.

Voilà ce que nous apporte la femme, cette capacité d’être amoureux », a alors expliqué François.

La fonctionnalité n’est pas le but de la femme, a-t-il poursuivi, mais c’est bien celui de faire l’harmonie. « Exploiter les personnes est un crime, c’est vrai, mais exploiter une femme est encore pire, a-t-il dit, c’est détruire l’harmonie que Dieu a voulu donner au monde ».

« La femme est l’harmonie, la poésie et la beauté », a conclu le Saint-Père, « sans elle le monde ne serait pas aussi beau, ne serait pas harmonieux.

Il me plait de penser que Dieu a créé la femme pour que nous ayons tous une mère ».

Le Pape à Sainte-Marthe: «sans la femme l'harmonie n'existe pas»


http://fr.radiovaticana.va/news/2017/02/09/le_pape_%C3%A0_sainte-marthe_%C2%ABsans_la_femme_lharmonie_nexiste_pas%C2%BB/1291541?utm_source=Une+minute+avec+Marie+%28fr%29&utm_campaign=12f4494dd3-RSS_EMAIL_FR&utm_medium=email&utm_term=0_a9c0165f22-12f4494dd3-106353037



Marie sait correspondre aux dons de Dieu

"La douceur et le charme qui émanent des très hautes vertus de la Mère de Dieu immaculée, incitent irrésistiblement les âmes à imiter le divin modèle, Jésus-Christ, dont elle a été la plus fidèle image.

L’éminente sainteté de Marie ne fut pas seulement un don tout spécial de la libéralité divine :

elle fut également le fruit de la correspondance continue et généreuse de sa libre volonté aux inspirations intérieures de l’Esprit Saint.

Toute la vie de l’humble servante du Seigneur, depuis le moment où elle fut saluée par l’ange jusqu’à son Assomption à la gloire céleste avec son corps et son âme, fut une vie de service dans l’amour.



avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 16288
Age : 62
Localisation : LOURDES
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Consacrer Une Minute avec Marie!!!

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum