Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Jeu 6 Oct 2016 - 15:52


Préparons-nous à la canonisation d’Élisabeth de la Trinité (1880-1906), carmélite à Dijon. Elle aura lieu à Rome le 16 octobre. Découvrons l'actualité de son message sur l'intériorité !

Le 16 octobre 2016, le Pape canonisera Elisabeth de la Trinité, une grande figure spirituelle du tout début du XX° siècle, béatifiée en 1987. Cette neuvaine vous fera découvrir le message cette Carmélite contemporaine de la Petite Thérèse :

« Comprendrons-nous jamais combien nous sommes aimés ? »

1. Qui est Elisabeth Catez ?
Née dans un camp militaire le 18 juillet 1880, la petite Sabeth est fille de Capitaine et douée d'un tempérament volontaire, turbulent, violent parfois. Mais elle montre aussi un attrait pour tout ce qui est grand et beau et une ouverture à Jésus pour lequel elle veut vaincre, par amour, son "terrible caractère".
A 13 ans elle obtient le premier prix de piano au Conservatoire. Mais son ambition est ailleurs : elle veut aimer Jésus à la folie, lui consacrer sa vie. Elle mène la vie d'une jeune fille de son temps et tout la passionne : la musique, la mer, la montagne, l'amitié, mais aussi la paroisse, la visite des malades, le catéchisme aux enfants, et plus que tout, et à travers tout, la prière.
De plus en plus Elisabeth se sent appelée au Carmel pour prier sans fin et rapprocher l'humanité de Dieu. Ayant vaincu l'opposition de sa mère, elle entre au Carmel de Dijon à 21 ans. Elle est profondément heureuse : une vie toute de prière, pauvre, rude, mais éclairée par le Soleil de la présence de Dieu et de la charité fraternelle.
Après un postulat radieux et une année de noviciat difficile, elle prononce ses voeux le 11 janvier 1903. La voilà "épouse du Christ". Elle se nourrit de la Parole de Dieu, surtout de saint Paul, qui l'invite à devenir "la louange de la gloire" de Dieu, ce "Dieu qui nous a trop aimés".
Elisabeth veut lui rendre amour pour amour au coeur du quotidien, dans la vie de la communauté. Et dans ses lettres elle partage à ses amis, laïcs pour la plupart, la merveilleuse découverte : tous appelés, tous aimés, tous habités par la Présence, tous appelés à la communion avec Dieu, Père, Fils et Esprit Saint.
En 1904 elle compose sa célèbre prière : O mon Dieu Trinité que j'adore où elle se livre entièrement… Atteinte de la maladie d'Addison, alors incurable, elle va connaître en 1906 une longue agonie de neuf mois. Au milieu de grandes souffrances elle exprime encore sa joie d'aimer et de s'offrir. Elle meurt le 9 novembre 1906.
Inscrivez vous à cette neuvaine pour découvrir en 9 jours le message simple et profond de Sabeth !

2. Contenu de la neuvaine
Chers amis, nous vous proposons de vous préparer à la canonisation en priant une neuvaine préparatoire. Chaque jour du 8 au 16 octobre 2016, vous recevrez sur Hozana :

une courte introduction à la thématique spirituelle du jour
deux courts textes spirituels pour prier avec elle une photo d'Elisabeth ou une image accompagnant la prière
3. Détail de la neuvaine
Samedi 8 octobre : le secret du bonheur
Dimanche 9 octobre : la prière, comme avec un Ami
Lundi 10 octobre : à l'école de Thérèse de Lisieux
Mardi 11 octobre : Dieu riche en miséricorde
Mercredi 12 octobre : la mission d'Elisabeth
Jeudi 13 octobre : le Bien-Aimé de l'Eucharistie
Vendredi 14 octobre : Marie, mère lumineuse
Samedi 15 octobre : fille de Thérèse d'Avila
Dimanche 16 octobre : la Trinité, notre demeure


En union de prière

Croix

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Sam 8 Oct 2016 - 12:54


Jour 1 – Samedi 8 octobre : le secret du bonheur

Elisabeth a compris notre vocation au bonheur et elle est devenue un témoin éclatant de la joie d’être enraciné et fondé dans l’amour, comme le disait Jean-Paul II dans son homélie pour la béatification. Elle célèbre la splendeur de Dieu, parce qu’elle se sait habitée au plus intime d’elle-même par la présence du Père, du Fils et de l’Esprit en qui elle reconnaît la réalité de l’amour infiniment vivant. Ce qu’elle a découvert, Elisabeth l’a partagé à sa famille, ses nombreux amis, ses soeurs au Carmel et elle veut aussi nous goûter cette joie qui demeure parce qu’elle est puisée aux profondeurs de Dieu.

« Si je pouvais t’apprendre le secret du bonheur comme le bon Dieu me l’a appris… Il faut que tu te bâtisses une petite cellule au-dedans de ton âme tu penseras que le bon Dieu est là, et tu y entreras de temps en temps. Lorsque tu es malheureux, vite sauve-toi là et confie tout cela au Maître il me semble que la prière, c’est un repos, un délassement : on vient tout simplement à Celui qu’on aime, on se tient près de Lui comme un petit enfant. » Lettre 123

« Ne craignez rien, soyez toute dans la paix du bon Dieu, Il vous aime, Il veille sur vous comme la mère sur son petit enfant. Pensez que vous êtes en Lui, qu’il se fait votre demeure, qu’à toute heure du jour et de la nuit, dans toutes joies ou épreuves vous pouvez le trouver là, tout près, tout au-dedans. C’est le secret du bonheur, c’est le secret des saints, ils savaient si bien qu’ils étaient le « temple de Dieu », aussi ils allaient à tout sous son rayonnement. » Lettre 175

Prière

O mon Dieu, Trinité que j’adore, aidez-moi à m’oublier entièrement pour m’établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l’éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m’emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère.
Croix

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/NEamjdmY9A8" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Jacques-2 le Sam 8 Oct 2016 - 17:07

merci à Marie du 65
elle est dijonnaise et nous nous réjouissons à l'avance

merci Seigneur
union de prière
avatar
Jacques-2
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 566
Inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Sam 8 Oct 2016 - 18:39

Jacques-2 a écrit:merci à Marie du 65
elle est dijonnaise et nous nous réjouissons à l'avance

merci Seigneur
union de prière

Bonsoir Jacques,
Je présume donc que vous demeurez à Dijon!
Vous pouvez être fier de cette Carmélite qui a tout donné à Dieu jusqu'à l'aimer à la folie!!
En UDP
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Jacques-2 le Sam 8 Oct 2016 - 22:05

@ Marie du 65

bonsoir

en effet ,dijonnais d'adoption,de plus elle m'a fait un super cadeau
et de temps en temps je vais au carmel prier

amitié
union de prière
avatar
Jacques-2
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 566
Inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Sam 8 Oct 2016 - 22:09

Et bien Jacques je ne peux que dire:

Amitiés Coucou
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Jacques-2 le Dim 9 Oct 2016 - 0:49

merci Marie,

union de prière
avatar
Jacques-2
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 566
Inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Dim 9 Oct 2016 - 9:52


Jour 2 – Dimanche 9 octobre : la prière, comme avec un ami

Elisabeth vit dans l’intimité avec Dieu, dans sa présence de Père qui ne nous quitte jamais et elle veut nous aider à rencontrer le Dieu vivant qui est en nous et qui a tellement rempli sa vie. Elle nous rappelle que le silence intérieur nous conduit sur le chemin de la prière, dialogue secret avec un Dieu qui nous révèle sa vie d’amour.

« Vivons avec Dieu comme avec un ami, rendons notre foi vivante pour communier à Lui à travers tout, c’est ce qui fait les saints. Nous portons notre Ciel en nous… Il me semble que j’ai trouvé mon Ciel sur la terre puisque le Ciel, c’est Dieu, et Dieu, c’est mon âme. Le jour où j’ai compris cela, tout s’est illuminé en moi et je voudrais dire ce secret tout bas à ceux que j’aime afin qu’eux aussi, à travers tout, adhèrent toujours à Dieu. » Lettre 122

« Pense que tu es avec Lui, et agis comme avec un Être qu’on aime ; c’est si simple, pas besoin de belles pensées mais un épanchement du cœur. » Lettre 273, mai 1906

Prière

O mon Dieu, Trinité que j’adore, aidez-moi à m’oublier entièrement pour m’établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l’éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m’emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère.

Croix

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/_FMJTTTFE1k" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>






Paroles pour chaque Jour


- 1 -
A la lumière de l'éternité, l'âme voit les choses au vrai point ;
oh ! comme tout ce qui n'a pas été fait pour Dieu et avec Dieu est vide !
- 2 -En Lui, je me recueille avec toi près de tes enfants ; chacune a, à son côté, son bel Ange qui voit la Face de Dieu




avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Jacques-2 le Dim 9 Oct 2016 - 15:10

bonjour
merci...
de ce partage
amitiés

union de prière
avatar
Jacques-2
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 566
Inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Lun 10 Oct 2016 - 9:08

Bonjour Jacques,
Avec plaisir
Amitiés
UDP




Lundi 10 Octobre (Jour 3) A L'Ecole de SAINTE THERESE DE LISIEUX

A l’école de Thérèse de Lisieux

Elisabeth fut une des premières lectrices de Thérèse. L’Histoire d’une âme paraît en 1898 et le Carmel de Dijon en est un enthousiaste diffuseur. C'est par ce biais qu’Elisabeth, encore dans le monde, en fait la connaissance. Au Carmel elle continue de se faire son disciple et d’assimiler son enseignement tout en grandissant dans sa grâce particulière.

Citations

« Je vous confie tout particulièrement à une petite carmélite morte à vingt-deux ans en odeur de sainteté qui se nommait Thérèse de l'Enfant-Jésus. Elle disait avant de mourir qu'elle passerait son ciel à faire du bien sur la terre ; sa grâce est de dilater les âmes, de les lancer sur les flots de l'amour, de la confiance, de l'abandon ; elle disait qu'elle avait trouvé le bonheur quand elle avait commencé à s'oublier. Voulez-vous l'invoquer chaque jour avec moi afin qu'elle vous obtienne cette science qui fait les saints, et qui donne à l'âme tant de paix et de bonheur ! » Lettre 249

« Je vous recommande à tous nos saints, et tout particulièrement à notre sainte Mère Thérèse et à sœur Thérèse de l'Enfant-Jésus. Oui, ma petite sœur, vivons d'amour, soyons simples comme elle, faisant la volonté du bon Dieu sans rechercher des choses extraordinaires. Et puis faisons-nous toutes petites, nous laissant porter, comme l'enfant dans les bras de sa mère, par Celui qui est notre Tout... Il faut nous laisser transformer en une même image avec Lui, et cela tout simplement, en aimant tout le temps de cet amour qui établit l'unité entre ceux qui s'aiment ! Demandez-Lui que je ne vive plus que d'amour, "c'est ma vocation". » Lettre 172

Prière

O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère.




Je prends un instant pour méditer toutes ces choses
dans mon cœur (cf Luc 2,19)

- 3 -
Que les Anges de Dieu vous couvrent de leurs ailes, et vous gardent tout au long du chemin de la vie.



<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/72BNpeWYt-4" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Jacques-2 le Lun 10 Oct 2016 - 11:36

@ Marie
merci de nous distiller ces enseignements,à dose "supportable"pour
mon petit coeur

amitiés
UDP
avatar
Jacques-2
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 566
Inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Lun 10 Oct 2016 - 11:42

Merci Jacques en UDP
Amitiés Coucou
Gloire à toi Seigneu
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Mar 11 Oct 2016 - 9:18


Mardi 11 Octobre(Jour 4) Dieu Riche en Miséricorde

Dieu riche en miséricorde

Elisabeth aimait beaucoup les lettres de Saint Paul, et particulièrement celle aux Ephésiens, où elle se retrouvait dans le langage passionné de l'Apôtre. Elle a cité de nombreuses fois l'expression "Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés...", en s'attachant surtout à la deuxième partie de la phrase. Découverte de l'Amour infini de Dieu qui excède tout ce qu'on peut imaginer : amour personnel et gratuit, plus grand que tout, même nos fautes et nos misères.

En ce Jubilé de la Miséricorde elle peut nous aider à saisir ce temps favorable comme une occasion de rencontrer plus intensément le Seigneur dont la tendresse est de toujours. En écho aux paroles du Pape François dans sa Bulle d'indiction : Le visage de la miséricorde, laissons raisonner les paroles simples et profondes d'Elisabeth Citations

"Oh ! que le bon Dieu a été bon pour moi ! C'est comme un abîme d'amour en lequel je me perds en attendant d'aller chanter au Ciel les miséricordes du Seigneur." Lettre 208

« Qu’importe ce que nous sentons ; Lui, Il est l'immuable, Celui qui ne change jamais : Il t'aime aujourd'hui comme Il t'aimait hier, comme Il t'aimera demain. Même si tu Lui as fait de la peine, rappelle-toi qu'un abîme appelle un autre abîme et que l'abîme de ta misère attire l'abîme de sa miséricorde. » Lettre 198

Prière

O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère.




Je prends un instant pour méditer toutes ces choses
dans mon cœur (cf Luc 2,19)


- 4 -
Un amour vrai jamais n’hésite, il veut se donner toujours plus.




Je prie

Croix

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/BW1vDeUI_0g" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Jacques-2 le Mar 11 Oct 2016 - 11:46

merci
c'est toujours avec la meme joie que je me nourris de votre
partage sur notre "future" Sainte Elisabeth de la Trinité

amitiés
union de prière
avatar
Jacques-2
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 566
Inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Mar 11 Oct 2016 - 12:07

Bonjour Jacques,
Pour moi c'est un plaisir également de recevoir chaque matin cette belle Neuvaine dans ma boîte mails et ainsi vous la partager!
Bonne Journée Jacques en UDP
Amitiés
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Mer 12 Oct 2016 - 9:16


Mercredi 12 (Jour5): La Mission d'Elisabeth

La mission d’Elisabeth

Il semble qu'Elisabeth ait eu l’intuition qu'elle allait remplir une véritable mission dans l'Eglise dans ses dernières semaines : moins de quinze jours avant sa mort, elle écrit à une jeune sœur partie à la fondation de Paray-le-Monial et sa lettre s'adresse aussi à nous aujourd'hui.

Citations

« Chère Soeur, je serai jalouse de la beauté de votre âme, car, vous le savez, mon petit coeur vous aime bien, et lorsqu'on aime on désire du bien à l'être aimé. Il me semble qu'au Ciel, ma mission sera d'attirer les âmes en les aidant à sortir d'elles pour adhérer à Dieu par un mouvement tout simple et tout amoureux, et de les garder en ce grand silence du dedans qui permet à Dieu de s'imprimer en elles, de les transformer en Lui-même. » Lettre 335

« Croyez que là-haut, dans le Foyer d'amour, je penserai activement à vous. Si vous voulez, je demanderai une grâce d'union, d'intimité avec le Maître ; c'est ce qui a fait de ma vie, je vous le confie, un Ciel anticipé : croire qu'un Etre qui s'appelle l'Amour habite en nous à tout instant du jour et de la nuit et qu'Il nous demande de vivre en société avec Lui... Cela élève l'âme au-dessus de ce qui passe, de ce qui broie, et la fait reposer dans la paix des enfants de Dieu. » Lettre 330


Prière

O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère.




Je prends un instant pour méditer toutes ces choses
dans mon cœur (cf Luc 2,19)


- 5 -
Je sens « le trop grand amour » de mon Maître et je voudrais que tu y croies toujours.




Je prie




PRIÈRE
DE
SOEUR ÉLISABETH DE LA TRINITÉ

Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

O mon Dieu, Trinité que j'adore,
  aidez-moi à m'oublier entièrement
pour m'établir en vous, immobile et paisible
comme si déjà mon âme était dans l'éternité!
Que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de Vous,
ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte
plus loin dans la profondeur de votre Mystère.
Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel,
votre demeure aimée et le lieu de votre repos;
que je ne vous y laisse jamais seul,
mais que je sois là tout entière,
tout éveillée en ma foi, tout adorante,
toute livrée à votre action créatrice.

O mon Christ aimé crucifié par amour,
je voudrais être une épouse pour votre coeur;
je voudrais vous couvrir de gloire,
je voudrais vous aimer...jusqu'à en mourir!
Mais je sens mon impuissance et
je Vous demande de me revêtir de Vous-même,
d'identifier mon âme à tous les mouvements de votre Âme;
de me submerger, de m'envahir, de Vous substituer à moi,
afin que ma vie ne soit qu'un rayonnement de votre Vie.
Venez en moi comme Adorateur,
comme Réparateur et comme Sauveur.

O Verbe éternel, parole de mon Dieu,
je veux passer ma vie à Vous écouter,
je veux me faire tout enseignable afin d'apprendre tout de Vous;
puis, à travers toutes les nuits, tous les vides,
toutes les impuissances, je veux vous fixer toujours et
demeurer sous votre grande lumière.
O mon Astre aimé, fascinez-moi pour que je ne puisse
plus sortir de votre rayonnement.O Feu consumant, Esprit d'amour,
survenez en moi afin qu'il se fasse en mon âme
comme une incarnation du Verbe;
que je Lui sois une humanité de surcroît,
en laquelle il renouvelle tout son mystère.

Et vous, ô Père, penchez-Vous vers votre pauvre petite créature,
ne voyez en elle que le Bien-aimé en lequel
Vous avez mis toutes vos complaisances.

O mes Trois, mon Tout, ma Béatitude,
Solitude infinie, Immensité où je me perds,
je me livre à Vous comme une proie;
ensevelissez-vous en moi,
pour que je m'ensevelisse en Vous, en attendant
d'aller contempler en votre lumière l'abîme de vos grandeurs.

Ainsi soit-il

Croix

<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/GALzqqYEfgc" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Jacques-2 le Mer 12 Oct 2016 - 11:20

@ Marie du 65
Encore merci
cette prière est une déclaration d'Amour !!!
et je mesure bien la distance à parcourir...
pour mourir à moi meme et pour pouvoir vivre toujours plus pret de notre
Jésus

que le Seigneur vous bénisse
amitiés
UDP
avatar
Jacques-2
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 566
Inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Mer 12 Oct 2016 - 11:30

Merci Jacques, vous devez être heureux de la consécration de cette Sainte à Dijon, et je suis de tout coeur avec vous!!
Soyez Béni Jacques
En UDP
Amitiés
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Jacques-2 le Jeu 13 Oct 2016 - 7:38

@ Marie du 65
oui,trés heureux de cette canonisation ,et en ce 13 octobre,un petit cadeau à
partager:"Seigneur Dieu,faites que nous soyons de la cire entre les mains de vos anges afin qu'ils puissent nous allumer,comme de vivants cierges d'amour et nous faire bruler pour votre gloire"
G.BITTERLICH

Amitiés,
union de prière
avatar
Jacques-2
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 566
Inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Jeu 13 Oct 2016 - 10:30

Bonjour et Merci Jacques pour cette Prière  qui vient compléter ce 6ème Jour de la Neuvaine en l'honneur d'Elisabeth de la Trinité!
En Union de Prière avec vous
Toutes mes Amitiés





Jeudi 13 Octobre(Jour 6): Le Bien Aimé de l'Eucharistie

Le  Bien-Aimé de l’Eucharistie

Le jour de sa première communion a marqué Elisabeth comme une rencontre intense avec Jésus vivant, présent en son cœur, dialogue d’amour, don réciproque, où le Bien-aimé prend possession de son cœur et où elle-même n’aspire qu’à lui donner sa vie… Une nouvelle vie commence, une vie habitée… La communion devient pour l'adolescente puis la jeune fille un moment privilégié pour l’accueillir chaque fois plus profondément, s’entretenir avec lui, s’offrir avec toujours plus de générosité.

Citations

« Il me semble que rien ne dit plus l’amour qui est au cœur du Christ que l’Eucharistie … c’est Lui en nous, nous en Lui, n’est-ce pas le ciel sur la terre ? Le ciel dans la foi… » Lettre 165

« L'adoration c'est l'amour écrasé par la beauté, la force, la grandeur immense de l'Objet aimé et il tombe en une sorte de défaillance. »

Prière

O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère.




Je prends un instant pour méditer toutes ces choses
dans mon cœur (cf Luc 2,19)


6 -
Le plus saint, c'est le plus aimant, c'est celui qui regarde le plus vers Dieu
et qui satisfait le plus pleinement les besoins de son regard.




Je prie


<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/9vOJZYc0zQo" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Ven 14 Oct 2016 - 8:49


Vendredi 14 Octobre(Jour 7) Marie, Mère Lumineuse

Marie, mère lumineuse

La Vierge Marie a accompagné Elisabeth tout au long de sa vie, surtout sous l'aspect de l'Avent, de l'attente de Jésus qui vient pour que sa présence enrichisse notre vie et envahisse le monde. Elisabeth est toute tendue vers son Seigneur et a su se préparer durant deux longues années avant l'autorisation de sa maman pour son entrée au Carmel, puis pour sa profession et enfin pour le grand passage de la mort, la venue définitive du Seigneur. Marie est pour elle la mère et le modèle par son attitude intérieure toute de silence et de recueillement.

Citations

«"Si tu savais le don de Dieu..." Il est une créature qui connut ce don de Dieu, une créature qui n'en perdit pas une parcelle, une créature qui fut si pure, si lumineuse, qu'elle semble être la Lumière elle-même. Une créature dont la vie fut si simple, si perdue en Dieu que l'on ne peut presque rien en dire. C'est la Vierge fidèle, "celle qui gardait toutes choses en son coeur" ... Il me semble que l'attitude de la Vierge durant les mois qui s'écoulèrent entre l'Annonciation et la Nativité est le modèle des âmes intérieures, des êtres que Dieu a choisis pour vivre au-dedans, au fond de l'abîme sans fond. Dans quelle paix, dans quel recueillement Marie se rendait et se prêtait à toutes choses ! Comme celles qui étaient les plus banales étaient divinisées par elle ! Car à travers tout la Vierge restait l'adorante du don de Dieu. » (Ciel dans la Foi 39-40)

« Oh ! jamais je ne l'ai tant aimée! Je pleure de joie en pensant que cette Créature toute sereine, toute lumineuse est ma Mère et je me réjouis de sa beauté comme un enfant qui aime sa mère ; j'ai un mouvement très fort vers elle, je l'ai rétablie Reine et Gardienne de mon ciel. » Lettre 298

Prière

O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère.




Je prends un instant pour méditer toutes ces choses
dans mon cœur (cf Luc 2,19)dans mon cœur (cf Luc 2,19)

- 7 -
Je vous confie à la sainte Vierge, à celle qui fut martyre en son cœur.
Je lui demande de faire briller sa douce lumière en vous.


Je prie



<iframe width="560" height="315" src="https://www.youtube.com/embed/HTPz9CTMewk" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Croix
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Jacques-2 le Ven 14 Oct 2016 - 10:56

bonjour
et merci,et bien voilà,devenir un petit enfant:"c'est si simple"...
trés bonne journée

amitiés

union de prière
avatar
Jacques-2
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 566
Inscription : 10/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Ven 14 Oct 2016 - 11:25

Bonjour Jacques et Bonne Journée à vous aussi!
UDP
Amitiés

Coucou
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Ven 14 Oct 2016 - 22:34

LA VIE D'ELISABETH

Entrée dans la vie

Une naissance difficile

Ce matin du dimanche 18 juillet 1880, au camp militaire d'Avor près de Bourges, l'angoisse règne autour de la maisonnette où Marie Rolland attend son premier enfant... Deux médecins ont déjà averti le mari que la vie du bébé ne pourra sans doute pas être sauvée. Il ne reste que la prière. L'aumônier offre l'Eucharistie à leur intention. Contrairement aux prévisions alarmantes, une petite fille vient au monde

"J'ai eu une fille, Marie Elisabeth, condamnée avant sa naissance car les deux médecins qui étaient auprès de moi, avaient déclaré à mon mari qu'il fallait faire le sacrifice du bébé dont le cœur ne battait plus, mais Dieu veillait et au dernier évangile de la Messe, que j'avais demandée à l'Aumônier et qui se célébrait à la chapelle du camp la petite Elisabeth faisait son entrée clans la vie, très belle, très vivante."
Souvenirs de madame Catez


Ce 18 juillet était un dimanche, coïncidence qu'elle envisagera, dans la suite, comme un premier appel à sa vocation spéciale, à ce qui du moins, fut la caractéristique de sa vie religieuse : être à la sainte Trinité une louange de gloire."
Témoignage de Mère Germaine

Des parents heureux

Madame Catez, la maman d'ElisabethNée à Lunéville en 1846, Marie Rolland est fille unique d’un père militaire, originaire de l’Aude, et d’une mère lorraine. Impulsive et sensible, appréciée de ses amies, elle a 16 ans et demi quand sa famille se retire dans le midi à Saint-Hilaire. Sa foi est profonde, marquée cependant par le jansénisme ambiant, mais sa dévotion à Thérèse d’Avila révèle sa recherche de l’intimité avec Dieu. Elle a 24 ans lorsque son premier fiancé meurt sur le front en 1870. Son chagrin est intense. Une ombre de mélancolie marquera désormais son visage, dont la fraîcheur sera plus tard ravagée par une morsure de vipère.


Né le 29 mai 1832 dans une famille modeste de paysans d'Aire-sur-la-Lys dans Pas-de-Calais, Joseph Catez rentre dans l'armée à 21 ans et parcourt lentement les grades jusqu'à devenir capitaine. Actif et énergique, il avait été sept mois prisonnier de l’ennemi en 1870, puis avait suivi son unité en garnison dans l’Hérault. C’est là qu’il rencontre Marie Rolland dont le père est maintenant commandant en retraite.


Un mariage béni

Le 3 septembre 1879 leur mariage est célébré à Saint-Hilaire. Leur différence d’âge est grande, mais ils formeront un couple chrétien très uni. Ils partent le 19 octobre 1879 pour le camp militaire d’Avord, près de Bourges, où naît Élisabeth le 18 juillet 1880. La maman a presque 34 ans et le papa déjà 48 ans mais leur amour profond va savoir donner à la petite Zabeth toute l'affection nécessaire et surtout un foyer où la foi est un milieu de vie.

" Il y a un mot de saint Paul qui est comme un résumé de ma vie, et que l'on pourrait écrire sur chacun de ses instants : Oui, tous ces flots de grâce, c'est 'parce qu'Il m'a trop aimée'."
Lettre 280

Entrée dans la Vie de Dieu

sous le regard de Marie-Madeleine

Elisabeth à 9 moisLe 22 juillet, Marie-Elisabeth-Joséphine est baptisée dans la chapelle du camp. Un dimanche pour sa naissance ! Et pour son baptême la fête de sainte Marie-Madeleine, celle qui a beaucoup aimé ! Plus tard Elisabeth attachera grande importance à ces rapprochements.


"A propos de son baptême qui eut lieu le 22 juillet 1880, je puis attester qu'elle en célébrait l'anniversaire avec beaucoup de foi et d'action de grâces. Elle m'a dit à moi-même que cette coïncidence de son baptême avec la fête de Ste Madeleine était pour elle
un premier appel à sa vocation d'amour."
Témoignage de Sr Marie de la Trinité


Robe de Baptême d'Elisabeth
Le Père Chaboisseau gardera vive la mémoire de ce jour. C’est lui – le curé d’Avord qui la plonge dans les fonts baptismaux. L'enfant est entourée par son parrain - son grand-père Raymond Rolland - et sa marraine - sa grand-mère Anne Marguerite Joséphine Rolland.
Marquée du sceau des "Trois"

Elisabeth a conscience d'avoir été immergée dans l'Amour vivant de Dieu par le sacrement que le Christ a confié à son Eglise. Elle tressaille de se savoir maintenant "enfant de Dieu".
Dieu ne peut-Il pas dire à notre âme ce qu'Il disait jadis par la voix de son prophète : 'J'ai passé près de vous et je vous ai considérée. J'ai vu que le temps était venu pour vous d'être aimée, j'ai étendu sur vous mon vêtement, je vous ai juré de vous protéger, j'ai fait alliance avec vous, et vous êtes devenue mienne.' Oui , nous sommes devenues siennes par le baptême, c'est ce que saint Paul veut dire par ces paroles : 'Il les a appelés' ; oui , appelées à recevoir le sceau de la Sainte Trinité ; en même temps que nous avons été faites selon le langage de saint Pierre 'participantes de la nature divine'."
Ciel dans la Foi 27

Le 21 juillet 1905, Elisabeth écrit à l’abbé Chevignard, beau-frère de sa sœur :

" C'est demain la fête de sainte Madeleine , celle dont la Vérité a dit : " Elle a beaucoup aimé ", c'est aussi fête pour mon âme car je célèbre l'anniversaire de mon baptême."
Lettre 234 du 21 juillet 1905 à l'abbé Chevignard
A suivre...
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Ven 14 Oct 2016 - 23:01



Une enfance heureuse

Un terrible caractère

Elisabeth à 2 ansAprès la naissance d'Elisabeth, les Catez restent environ 9 mois au Camp d'Avor puis s'installent à Auxonne, près de Dijon (en Côte d'Or) où la compagnie du capitaine Catez tient garnison à partir du 10 mai 1881. La maman écrit en 1882, alors qu'Elisabeth vient d'avoir deux ans :


"Elisabeth dort dans ce moment, elle va à ravir, elle a bien un peu d'éruption sur une joue, mais ce n'est rien. Elle a son couvert à table maintenant, elle boit de l'eau et du vin et sait très bien se servir de son verre toute seule. Comme sa pauvre grand-mère aimerait la voir, mais comme elle la fatiguerait, car elle est un pur diable, elle se traîne, il faut chaque jour une paire de pantalons blancs."
Elisabeth révèle très vite un tempérament passionné, coléreux, voire violent. "De vraies colères", "très diable", "des yeux furieux", "un regard de flamme" : telles sont les expressions qu'emploient ses proches à son sujet. Toute petite elle fut emmenée à une bénédiction des enfants. Sa maman raconte :
A cette occasion une religieuse vint me demander si la petite n'avait pas un bébé pour représenter le petit Jésus dans sa crèche, il devait être habillé avec une robe remplie d'étoiles dorées et méconnaissable aux yeux de l'enfant, je donnais donc le bébé qu'elle aimait tant. Le jour de la Bénédiction des enfants, j'amenais la petite Elisabeth à la cérémonie, les chaises de mes parents étant au premier rang de l'église et la crèche dans le chœur, l'enfant fut d'abord distraite par les personnes qui arrivaient, mais lorsque le Curé du haut de la chaire annonça la Bénédiction, Elisabeth jeta un regard sur la crèche, reconnut sa poupée et dans un transport de colère, les yeux furieux s'écria : Méchant cuyé rendez-moi ma jeannette ! Sa bonne fût obligée de l'emporter au milieu de l'hilarité générale..."


Naissance d'une petite soeur

Marguerite à 9 moisAu mois de novembre 1882 la famille Catez vient habiter Dijon où le capitaine rejoint son unité et s'installe dans la villa Billié, rue Lamartine, non loin de la gare. C'est là que Marguerite, surnommé "Guite", nait le 20 février 1883. Une profonde affection uniera les deux soeurs et Elisabeth reconnaît en elle un "écho de son âme", mais elles diffèrent par leur tempérament : autant Elisabeth est vive et ardente que Guite douce et réservée. Celle-ci témoigne de son évolution :

"Enfant, elle était très colère, très vive, impulsive jusqu’à 7 ou 8 ans, c’est à dire jusqu’à sa première confession environ ; nature très sensible, très affectueuse, pour laquelle la punition la plus dure était la privation des caresses de sa mère. Sa colère, dans sa première enfance, était parfois si violente qu’on la menaçait de l’envoyer comme interne au Bon Pasteur et qu’on préparait son petit paquet."

"Elisabeth avait un caractère violent et emporté, mais elle est arrivée à une douceur angélique à force de lutte contre elle-même. Je me la rappelle toute petite ayant de vrais accès de colère, criant, trépignant... Cette enfant si difficile est devenue une jeune fille possédant un beau calme."
Il faut dire que sa maman s'emploie à aider sa fille à se dominer, quitte à la menacer de la priver du baiser maternel tant attendu.

"Elle était d’un caractère violent et même sujette à de véritables colères. Sa mère m’a confié que ses premiers essais pour se dominer provinrent du refus qu’elle fit de l’embrasser comme à l’ordinaire ; mais Elisabeth elle-même m’a confié que sa résolution vraiment réfléchie et persévérante de se vaincre dans ses violences, date de sa première confession. On peut dire que ses efforts furent constants jusqu’à sa première Communion."
Témoignage de Mère Germaine

Premiers déchirements

Un grand-père très proche et un papa très aimé

Elisabeth à 7 ansA deux ans Elisabeth avait perdu sa grand-mère maternelle, Anne-Marguerite Rolland. L'année 1887 va se révéler rude pour la famille Catez. Le 24 janvier, le grand-père maternel, Raymond Rolland, décède au foyer familial où il était venu s'installer.

Huit mois après, son papa, le fier capitaine, brusquement terrassé par une crise cardiaque, meurt dans les bras de l'enfant le 2 octobre. Quel bouleversement cette mort si soudaine provoqua-t-elle chez cette enfant de 7 ans ? Il fut assurément extrêmement profond comme le montre la poésie qu'Elisabeth écrit dix ans plus tard, au jour anniversaire, le 2 octobre 1897, se rappelant l'événement tragique :



Portrait de Monsieur Catez

O père, il y a dix années
Te frappait la cruelle mort !
Tu laissais ta veuve éplorée,
Tes enfants si jeunes encor  ;
Et ton âme quittait la terre,
Le lieu d'exil et de misères,
Pour retourner au sein de Dieu
Dans la belle cité des Cieux.
C'est dans mes faibles bras d'enfant,
Ces bras qui te caressaient tant
Que dura ta courte agonie,
Le dernier combat de la vie !
Et j'essayais de retenir
Ce dernier, ce si long soupir !...

Protecteur de mon enfance,
Qui sus veiller avec constance
Sur tes chers petits enfants,
Je te promets bien que les ans
N'effaceront de ma mémoire
Le souvenir d'un père aimé
Qui par Jésus fut appelé,
Bien jeune, à l'éternelle gloire."
Poésie 37

Nouveau déménagement





Elisabeth à 8 ans avec sa soeur MargueriteDevant compter avec des moyens de subsister plus réduits, madame Catez déménage avec ses deux filles - toujours à Dijon - rue Prieur de la Côte d'Or. La maison est aujourd'hui disparue. La vie reprend peu à peu, et les colères aussi... Elisabeth essaye de se dominer pour faire plaisir à ses proches, comme elle l'écrit dans sa lettre de voeux du 1er janvier 1889 :

"Ma chère petite Mère,
Je voudrais en te souhaitant une bonne année te promettre que je serai bien sage, bien obéissante et que je ne te ferai plus mettre en colère, que je ne pleurerai plus et que je serai un petit modèle afin de te faire bien plaisir, mais tu ne me croiras pas. Je ferai tout mon possible pour tenir mes promesses pour que je n'aie pas dit un mensonge dans ma lettre comme j'en dis quelquefois. J'avais dans la tête une lettre longue, longue, puis je ne sais plus rien ! Tu verras tout de même que je serai bien sage.
Je t'embrasse, chère petite mère."
Lettre 4

Sa maman lui parle de Dieu et elle commence à aller au catéchisme, alors son coeur droit et profond est touché et elle s'applique à défendre son prochain contre ses caprices, à s'oublier pour faire plaisir aux autres et à Jésus sur qui elle veut s'appuyer pour vaincre son terrible caractère.

Jésus bénissant les enfants - image appartenant à Elisabeth"J'aimais beaucoup la prière, et tellement le bon Dieu, que même avant ma première communion, je ne comprenais pas qu'on pût donner son cœur à un autre ; et, dès lors, j'étais résolue à n'aimer que Lui et à ne vivre que pour Lui."
Souvenirs de Mère Germaine


suite demain....
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Sam 15 Oct 2016 - 9:58

Samedi 15 Octobre(Jour 8ème) Fille de Thérèse d'Avila


Fille de Thérèse d’Avila

En ce jour où l’Eglise fête sainte Thérèse d’Avila, évoquons son lien avec Elisabeth ! Le jour de sa première communion, Elisabeth reçoit de la prieure du Carmel une image représentant sainte Thérèse d’Avila avec quelques citations au verso. Mais la véritable découverte de Thérèse, Elisabeth la doit à sa mère. Vers l’âge de 14 ans, alors qu’elle se consacre entièrement à Jésus dans son cœur et se sent attirée vers le Carmel, elle lit le petit carnet de sa maman où celle-ci avait copié des passages de la Sainte Mère. Une des maximes qu’Elisabeth copie à son tour le plus souvent est « Dieu seul suffit ». A 18 ans, elle découvre le Chemin de Perfection et devient alors disciple de Thérèse en assimilant l’essentiel de son enseignement.

Citations

« Je lis en ce moment le Chemin de la perfection de sainte Thérèse. Cela m'intéresse énormément et me fait beaucoup de bien. Mère Thérèse dit de si bonnes choses sur l'oraison... Comme j'aime la façon dont elle parle de la contemplation, ce degré d'oraison dans lequel c'est Dieu qui fait tout et où nous ne faisons rien, où Il unit notre âme si intimement à Lui que ce n'est plus nous qui vivons mais Dieu qui vit en nous... Elle parle si bien aussi de l'amitié : "Oh, quelle véritable et parfaite amitié que celle d'une personne qui travaille au bien spirituel de son prochain en préférant ses intérêts aux siens propres..." » Journal 13

« Notre sainte Mère Thérèse disait que lorsqu'on sait s'unir à Dieu et à sa sainte volonté, acceptant tout ce qu'Il veut, on est bien, on a tout ! Je vous souhaite donc cette paix profonde dans le bon plaisir divin... » Lettre 220

Prière

O mon Dieu, Trinité que j'adore, aidez-moi à m'oublier entièrement pour m'établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l'éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix, ni me faire Sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m'emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère.




Je prends un instant pour méditer toutes ces choses
dans mon cœur (cf Luc 2,19)


Je prie


Élisabeth de la Trinité bientôt sainte: la joie des carmélites de Dijon




Entretien - La date est désormais connue : le 16 octobre, le Pape François proclamera cinq nouveaux saints. Parmi les futurs saints figurent deux français : Salomon Leclercq est mort sous la terreur, en 1792, à la prison des Carmes. Comme plus de 130 autres ecclésiastiques réfractaires, sauvagement assassinés avec lui à l’arme blanche, il a été béatifié par Pie XI en 1926. Sa canonisation sera possible grâce à un miracle survenu en 2007 au Venezuela.
Elisabeth de la Sainte Trinité qui avait choisi de s’abandonner à l’amour trinitaire développa une doctrine centrée sur l’habitation de Dieu dans la personne humaine. carmélite française emportée à l’âge de 26 ans par une grave maladie. Olivier Bonnel a interrogé sœur Claire-Marie, la prieure du Carmel de Dijon, où vécut Elisabeth de la Trinité. Elle nous fait part de sa joie après l’annonce de la canonisation et revient sur la fécondité spirituelle de la future sainte.

Audio


Dijon sera en fête à partir du 23 octobre avec la première messe solennelle de sainte Élisabeth célébrée dans la cathédrale de la ville, et jusqu’au 8 novembre, fête liturgique de Sainte Élisabeth. Une nouvelle châsse contenant les reliques de la sainte sera par ailleurs installée dans l’église Saint-Michel de Dijon, là où la future sainte fit sa première communion.


Croix

suite cet après-midi sa vie....
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Sam 15 Oct 2016 - 13:30

L'appel de Jésus

Vocation précoce


Au cours des vacances d'été 1888, Elisabeth se trouve à Saint-Hilaire (Aude) en famille. Le curé du lieu, le chanoine Angles, qu'elle connaît bien reçoit un jour sa confidence et restera toujours un guide spirituel attentif et compréhensif.

"C'était un soir. Les fillettes fatiguées de jouer avaient entamé une conversation enfantine. Elisabeth, elle, par une manœuvre rusée et savante, avait trouvé le moyen de se rapprocher de moi : elle était même parvenue à grimper sur mes genoux. Vite, elle se pencha à mon oreille et me dit : Monsieur Angles, je serai religieuse ; je veux être religieuse !"


Madame Catez est une mère douce et sévère à la fois. A ces mots qu'elle a surpris, elle sursaute avec vivacité.

"Je me souviendrai longtemps de ce timbre angélique... Et aussi de l'exclamation quelque peu irritée de sa mère :
- Qu'est-ce qu'elle dit, la petite folle ?"
La maman est intuitive, elle connaît bien la volonté ferme de son Elisabeth et elle comprend qu'il ne s'agit pas là de paroles en l'air.


" Madame Catez sait bien sous quel cloître elle vint me retrouver le lendemain. Anxieuse, elle me demandait si je croyais sérieusement à une vocation ; et moi, je répondis une parole qui, comme un glaive, transperça son âme :
- J'y crois ! "
Lettre du chanoine Angles à Mère Germaine du 27 janvier 1907

Etonnante maturité spirituelle

Elisabeth a 8 ans et elle veut déjà se consacrer à Jésus. Pour cela elle continue à faire des efforts pour lutter contre sa trop grande sensibilité mais elle comprend qu'elle peut compter sur l'aide de Jésus et sur la prière pour achever en elle ce travail. Elle écrit à sa maman pour le nouvel an 1890 :


"Ma chère petite mère,
C'est avec plaisir que je vois arriver le nouvel an pour venir renouveler mes voeux de bonne année. Je te souhaite tout ce que tu peux désirer, et maintenant que je suis plus grande je vais devenir une petite fille douce, patiente, obéissante, appliquée et ne se mettant jamais en colère. D'abord, puisque je suis l'aînée, il faut que je montre l'exemple à ma petite soeur ; je ne la contrarierai plus, enfin je serai un petit modèle et tu pourras dire que tu es la plus heureuse des mères, et comme j'espère que j'aurai bientôt le bonheur de faire ma première Communion, je serai encore plus sage car je prierai Dieu de me rendre encore meilleure.
Je te quitte, ma chère petite mère, en t'embrassant de tout coeur."
Lettre 5




Première communion

Maison de Dieu



« Je n’ai pas faim. Jésus m’a nourrie. » C’est la première parole d’Elisabeth sortant de l’église Saint-Michel après sa première communion. Son amie la plus chère, Marie-Louise Hallo, témoignera : « Elle se préparait si bien à ce grand jour, luttant contre sa vivacité avec une volonté énergique ». Mais la volonté énergique a ses limites et la réussite n’est pas toujours au rendez-vous… Sabeth avait pourtant promis à sa maman :

"Maintenant que je suis plus grande je vais devenir une petite fille douce, patiente, obéissante, appliquée et ne se mettant jamais en colère … et comme j'espère que j'aurai bientôt le bonheur de faire ma première communion, je serai encore plus sage…"
Lettre 5

Eh bien, ce que les meilleures résolutions n’avaient pu obtenir pleinement, c’est le DON de l’Eucharistie qui le réalise ce 19 avril 1891, en un instant de grâce et de joie qui la marque pour toute la vie. « A partir de ce jour, plus jamais de colère ! » écrit sa maman. Des années plus tard Elisabeth éprouvera le besoin d’évoquer cette grâce dans un long poème :


"Depuis ce colloque mystérieux
Cet entretien divin, délicieux,
Je n'aspirais qu'à donner ma vie
Qu'à rendre un peu de son grand amour
Au Bien-Aimé de l'Eucharistie
Qui reposait en mon faible cœur..."
Journal 47

Il ne s’agit donc pas d’une émotion passagère mais d’une véritable transformation spirituelle, une conversion qui n’a pas été acquise à la force du poignet, mais accordée comme un don gratuit dans une expérience intérieure : rencontre intense avec Jésus vivant, présent en son cœur, dialogue d’amour, don réciproque, où le Bien-aimé prend possession de son cœur et où elle-même n’aspire qu’à lui donner sa vie…

On peut dire que c’est une nouvelle vie qui commence. Une vie habitée… L’après-midi de ce 19 avril elle fait une visite au Carmel et mère Marie de Jésus, lui apprend que son nom d’Elisabeth signifie « Maison de Dieu » (selon une étymologie fautive mais communément admise à l’époque). Puis elle lui offre une petite image au verso de laquelle elle a écrit ces mots : « Ton nom béni cache un mystère / qui s’accomplit en ce beau jour. / Enfant, ton coeur est sur la terre, / Maison de Dieu / Du Dieu d’amour ».

Communier , adorer…



Jésus demeure toujours en son cœur, mais la communion est un moment privilégié pour l’accueillir chaque fois plus profondément, s’entretenir avec lui, s’offrir avec toujours plus de générosité… Deux mois après sa première communion elle reçoit en l’église Notre-Dame le sacrement de confirmation. « A partir de ce moment, raconte Marie-Louise Hallo, la piété d’Elisabeth s’accrut davantage, elle communiait souvent et versait d’abondantes larmes après.» En fait, pendant des années, il ne lui fut permis de communier qu’une fois ou deux fois par semaine.

Sa mère s’alarme d’une piété trop intense, mais Elisabeth sent grandir en elle la faim de cet Ami qui la nourrit et la fortifie merveilleusement. Jésus est de plus en plus le « Bien-Aimé de l'Eucharistie ». Si elle ne peut communier aussi souvent qu’elle voudrait, elle peut du moins visiter ce Bien-Aimé et l’adorer. Elle n’a pas encore quinze ans quand elle compose ce court poème :

" Auprès de Jésus-Hostie
Je voudrais passer ma vie.
Reposer près de son Coeur
Fait ici-bas mon bonheur."
Journal 24


A suivre...
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Sam 15 Oct 2016 - 14:15

La musique, une prière

Une jeune virtuose


Dès l’âge de huit ans, Elisabeth entre au Conservatoire. La musique devient son univers quotidien. Le piano polarise le temps de l'étude. Elle ne saura jamais bien l'orthographe, mais son sens profond de l'écoute spirituelle et de la beauté doit certainement beaucoup à ces longues heures passées devant son clavier, en compagnie de Chopin, de Schumann, de Liszt, d’autres encore.

Elle n’a pas tout à fait neuf ans lorsqu’elle obtient au Conservatoire une mention Très Bien en solfège. A 13 ans elle reçoit le premier prix de piano, et l’année suivante, le grand Quotidien dijonnais « le Bien Public » la félicite  : « Mademoiselle Catez, qui est à peine âgée de 14 ans, a joué la deuxième rapsodie de Liszt en véritable virtuose ! »

Recueillons quelques témoignages de ses amies :
Un jour, elle joua au piano la ballade en sol mineur de Chopin. Ce soir-là, disait mon père, grand musicien, cette petite nous arracha des larmes. Élisabeth avait un jeu... ! Ses auteurs préférés étaient : Chopin, Liszt, Schumann."
Françoise de Sourdon


Je l'ai entendue jouer du piano, je la revois encore. Elle jouait le Nautonier de Diemer... C'était un chant qui se déroulait comme une série d'arpèges qui, pour moi, représentaient les vagues, tantôt se poursuivant, tantôt s'escaladant les unes les autres... Elisabeth, de son corps légèrement incliné, suivait le mouvement des arpèges sur le clavier. On sentait que tout son corps était mû par son âme, mais son corps vibrait aussi, sans exagération. Tout semblait mesuré, comme guidé par un chant intérieur…. Il y avait quelque chose qui émanait d'elle, quelque chose qui venait des profondeurs de son être, et qu'elle traduisait dans son jeu musical d'une façon extrêmement humaine, naturelle, mais surnaturelle aussi."
Thérèse Renardet
... Elisabeth dansait si bien ! C'était une jeune fille qui avait le rythme dans la tête, parce qu'elle était très musicienne... Très, très, très... Une artiste !"
Marie-Louise Maurel







Jouer pour Dieu

Elisabeth à 14 ansElisabeth était bien là, mais elle demeurait avec « l’Ami de tous les instants », le Dieu tout Amour qui remplissait son cœur. La musique a été pour elle l’ouverture sur un nouveau mode d’expression, plus riche, plus nuancé, plus délicat et plus vibrant que la parole, et finalement sur un lieu de rencontre et de dialogue avec son Seigneur. La musique a enrichi, affiné, approfondi sa sensibilité la plus intérieure, son écoute la plus spirituelle. « Nul ne sait comme elle interpréter les grands maîtres, disait-on, car elle a de l'âme ».

On peut se demander pourquoi Elisabeth aimait entre tous Chopin, Liszt et Schumann. Sans doute parce qu’ils étaient au programme de ses concours, mais le Conservatoire n’ignorait pas Bach, Haendel ou Mozart, qu’elle avait sûrement l’occasion d’entendre, même si elle les a peu pratiqués. Mais entre ses 14 et ses 18 ans, la nostalgie poignante qu’elle éprouvait pour le Carmel trouvait sans doute dans ces grands romantiques une expression profondément accordée à ses propres sentiments. On peut deviner pourquoi elle jouait de manière tellement expressive les Ballades de Chopin où se mêlent la tendresse, la hâte, l’impatience, le rêve et la passion la plus irrésistible... Le piano se faisait confident, et jouer devenait une prière. Comme en témoigne son amie Alice Chervau : « Quand Elisabeth faisait de la musique , c’était pour elle une prière. Elle disait : Quand je ne peux plus prier, je joue, c’est pour le bon Dieu ».

Et non seulement c’est « pour lui » qu’elle joue, mais c’est Lui qui joue à travers elle. C’est ainsi qu’elle traduit sa propre expérience en écrivant à propos d'une enfant qui s'effrayait de prendre part à une séance musicale :


Je prierai pour Madeleine afin que le bon Dieu l'envahisse jusqu'en ses petits doigts ; alors je défie qui que ce soit de rivaliser avec elle. Qu'elle ne s'énerve pas ; je vais lui donner mon secret : il faut qu'elle oublie tous ceux qui l'écoutent et se croie seule avec le Maître divin ; alors on joue pour Lui avec toute son âme, et l'on fait sortir de son instrument des sons pleins, à la fois puissants et doux. Oh ! que j'aimais à Lui parler ainsi !"
Souvenirs de Mère Germaine



Une adolescente passionnée

Offrande sans condition


Son travail intensif et son haut niveau de piano n'empêchent pas Elisabeth de participer avec régularité aux temps spirituels de sa paroisse : la messe, bien sûr, les retraites organisées, les exercices du mois de Marie.  Son désir d'être toute à Jésus ne cesse de croître et un peu avant le mois de juillet 1894, à 14 ans, un événement décisif se produit. C'est un matin, à la fin de la messe :

"J'allai avoir quatorze ans, quand un jour, pendant mon action de grâces, je me sentis irrésistiblement poussée à choisir Jésus comme unique époux, et sans délai, je me liai à Lui par le vœu de virginité. Nous ne nous dîmes rien, mais nous nous donnâmes l'un à l'autre en nous aimant si fort, que la résolution d'être toute à Lui devint chez moi plus définitive encore."
Souvenirs de Mère Germaine

Chapelle du Carmel de DijonAu don de lui-même du « Bien-Aimé de l'Eucharistie », Elisabeth répond avec l'élan du coeur et la décision de la volonté : une offrande de soi totale, irrévocable et immédiate. Quelques semaines plus tard, de nouveau un matin au terme de la messe, comme un message tout personnel de Dieu, un choix émerge qui désormais orientera tous ses désirs :

"Il me sembla que le mot 'Carmel' était prononcé dans mon âme."
Souvenirs de Mère Germaine


Seul obstacle : madame Catez, sa mère, qui ne veut pas entendre parler de la vocation de sa fille. Respectant sa volonté, mais souffrant en silence, Elisabeth attend et espère la levée du veto maternel tout en confiant à son cahier de poésies ses aspirations profondes et ses résolutions brûlantes. En écho à la maxime de Thérèse d'Avila, elle compose un quatrain :


Jésus, de toi mon âme est jalouse,
Je veux être bientôt ton épouse.
Avec toi je veux souffrir
Et pour te trouver mourir. "
Poésie 4

Mourir, pour retrouver l'Epoux et souffrir pour participer à la souffrance rédemptrice du Christ Sauveur. Tel est l'appel qui résonne au coeur d'Elisabeth et Thérèse d'Avila doit bien reconnaître en elle une fille selon son coeur.

Bon coeur et grande sensibilité

Sa vie spirituelle profonde n'empêche pas Elisabeth d'être une jeune fille pleine d'humour... Voici le portrait qu'elle trace d'elle-même à 14 ans, son institutrice lui ayant assigné cette tâche comme devoir de style :
"Faire son portrait physique et moral est un sujet délicat à traiter, mais prenant mon courage à deux mains je me mets à l'œuvre et je commence !... Sans orgueil je crois que l'ensemble de ma personne n'est pas déplaisant. Je suis brune et, dit-on, assez grande pour mon âge, j'ai des yeux noirs pétillants, mes épais sourcils me donnent un air sévère, le reste de ma personne est insignifiant, mes mignons pieds pourraient me faire surnommer Elisabeth aux longs pieds comme la reine Berthe !... Voilà mon portrait physique ! Puisque nous en sommes au moral, je dirai que j'ai un assez bon caractère, je suis gaie et, je dois l'avouer, un peu étourdie ; j'ai bon cœur ; je suis de nature coquette - 'Il faut l'être un peu', dit-on ; je ne suis pas paresseuse : 'je sais que le travail rend heureux' ; sans être un modèle de patience, je n'ai pas de rancune. Voilà mon portrait moral ! J'ai mes défauts, hélas peu de qualités !... J'espère en acquérir ! "
Devoir de style, novembre 1894


lisabeth a sans doute plus de qualités qu'elle ne l'avoue et un trait de son caractère n'apparaît pas dans ce portrait. C'est celui qu'elle déclarera elle-même plus tard en 1901, quelques jours après son entrée au Carmel dans un questionnaire que par jeu on proposait aux postulantes. "Quel est le trait dominant de votre caractère ?"
Elisabeth répondit d'un seul mot : "La sensibilité".
A suivre...
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Sam 15 Oct 2016 - 17:00

Faire le bonheur des autres

Grande affection

Par son entrain Elisabeth devient vite la meneuse de toute une bande d'amies. Celles-ci témoignent toutes de son caractère enthousiaste et joyeux, affectueux et généreux.

"Je me rappelle, à part quelques petits faits sans importance, qu'elle était toujours très bonne pour ma sœur et pour moi bien petites alors, nous donnant des conseils pour nos études de piano et s'intéressant à nos enfantines conversations. "
Germaine de Gemeaux

Mais cela ne se fait pas tout seul, elle continue à lutter pour maîtriser sa sensibilité et ne pas se laisser emporter par une vivacité naturelle. Ce combat avec elle-même, Elisabeth n'en laisse rien paraître au dehors, se montrant aimable et attentive à chacun.

"J'eus une preuve tangible de sa maîtrise et de sa générosité un après-midi d'été, alors que nous prenions nos ébats avec une bande d' amies dans le jardin entourant la maison que madame Catez habitait, rue Prieur de la Côte d'Or. Une discussion s'était élevée au sujet du jeu a choisir. Un groupe voulait celui suggéré par Elisabeth, l'autre groupe voulait le mien. Le différent s’échauffait sans aboutir, quand tout à coup Elisabeth s'écria : Comme nous sommes sottes, le jeu de Louise (c'était moi) est bien plus amusant que le mien. Commençons par là ! Surprise, je la regardai et ses yeux étaient pleins de larmes, ce qui me fit réaliser son effort pour céder et amener ses adeptes à faire de même."
Louise Recoing


Elisabeth eut une amitié toute particulière, une affection quasi maternelle, pour Françoise de Sourdon, plus jeune qu'elle de sept ans. Elle la surnommait "Framboise" et reconnaissait en elle un peu de sa nature vive et spontanée. Cette dernière est un témoin précieux :

"Comme elle nous amusait ! Elle avait un grand amour des enfants. C'était elle la meneuse de jeux. On faisait des tableaux vivants. Dans la garde-robe de ma mère, on prenait toutes sortes de choses pour se déguiser.
En promenade on se disputait à qui lui donnerait le bras. On se suspendait à sa natte. On était en extase devant elle. On l’aimait beaucoup. On lui demandait de nous raconter des histoires..."
Confidences de Françoise de Sourdon


Une autre amie déclare encore :

"Nous nous sentions toutes attirées vers Elisabeth,
par sa patience envers nous, sa bonté, sa gaité,
et par quelque chose de plus fort
qui nous la rendait supérieure à toutes."

Le regard intérieur

Souvent elle participe aux soirées dansantes dans les cercles des familles militaires et bourgeoises.


"Très vivante, douée d'un grand charme, sans aucune trace d'austérité, elle prenait part avec entrain aux distractions de notre âge."
Elle y fait la connaissance de beaucoup de garçons mais, au milieu des conversations et des danses joyeuses, elle reste en éveil à cause de son coeur. Les plus pyschologues des jeunes gens se disent entre eux : "Celle-là n'est pas pour nous, voyez donc ce regard !" "Un regard tout lumineux, tout plein de l'au-delà" précise une amie.

"Pensez à moi dimanche soir, vous serez bien gentille. J'irai à ma soirée, mon corps y sera, mais c'est tout car, mon coeur, qui pourrait le distraire de Celui que j'aime et, voyez-vous, je crois qu'Il sera content de m'avoir là. Demandez-Lui qu'Il soit tellement en moi qu'on le sente en s'approchant de sa pauvre petite fiancée et qu'on pense à Lui !... "
Lettre 54

Elisabeth se livre dans cette lettre à une amie qui aspire comme elle à rentrer au Carmel : toute captivée par Jésus, elle désire partager ce qui l'habite et la fait vivre en profondeur. Sans le vouloir, elle rayonne cette Présence qui lui donne cette qualité de relation aux autres : "Je ne l’ai jamais ouï dire du mal de personne, jamais non plus du bien à faux. Elle savait faire ressortir ce qu’il y a de bon en chacun. "



Découverte du monde

Suite de plaisirs


Chaque année les vacances d'été enchantent Elisabeth ! En 1893, elle s'amuse avec entrain en Lorraine et dans le Jura :

"Je suis ravie de mes vacances. Nous sommes restées quinze jours à Gemeaux chez madame de Sourdon qui ne voulait jamais nous laisser partir, et nous nous y sommes bien amusées. Nous faisions d'interminables parties de croquet, de bonnes promenades, puis je faisais souvent de la musique ; monsieur de Gemeaux aime beaucoup la musique ; nous sommes allées souvent au château."
Lettre 6


"En quittant Gemeaux nous sommes allées à Mirecourt. Il y a eu des dîners, de grands goûters en notre honneur et nos quinze jours de séjour se sont vite passés. Enfin, depuis le 2 septembre nous sommes dans le Jura où nous faisons de grandes excursions. J'aime beaucoup ces belles forêts de sapins. Nous sommes allées à la source de l'Ain, à la Cascade des Mailly, à Noseroy, cueillir des framboises dans les bois, nos journées se passent à parcourir le pays et le bon air de la campagne nous fait grand bien."
Lettre 6

En 1894, le trio Catez part à Carlipa, petit village de l'Aude, où habitent deux cousines célibataires de madame Catez. Du Carmel elle évoquera ce petit bourg offrant par temps clair une vue splendide sur la chaîne des Pyrénnées :


"Te rappelles-tu aussi nos promenades sur la Serre le soir au clair de lune lorsqu'on entendait le joli carillon ? Oh, que c'était beau, ma petite tante, ce vallon à la lumière des étoiles, cette immensité, cet infini, tout cela me parlait de Dieu... Jamais je n'oublierai ces vacances passées près de vous, elles seront toujours dans mes meilleurs souvenirs, et vous au meilleur de mon coeur, tu le sens, n'est-ce pas ?"
Lettre 139
suite...
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Marie du 65 le Sam 15 Oct 2016 - 17:44

En 1895, c'est au tour du Jura, au village de Champagnole avec sa maman et sa sœur Marguerite. Une famille amie, les Hallo, se joint à elles pour louer le presbytère resté vide. Ils y séjournent presque deux mois. Comme travail de vacances, Elisabeth compose un cahier d'Excursions dans le Jura, dont les pages démontrent combien elle jouit de ce séjour en compagnie de Marie-Louise et Charles.


Par une horrible chaleur, à 1 heure de l'après-midi, nous montions en voiture pour le lac de Chalain. Je ne puis dire que la route était belle, car on ne se serait pas cru dans le Jura, mais dans un pays de plaines. Cependant, de temps en temps on apercevait les belles montagnes couvertes de sapins, puis on retombait dans la plaine. Au bout de deux heures nous apercevons dans le lointain les eaux du lac. Nous descendons de voiture et, pendant environ une demi-heure, nous traversons de superbes allées dans les bois.
Cette fois, le paysage est délicieux : tantôt on aperçoit les rochers, tantôt les eaux bleues du lac se balançant comme la mer au pied de la montagne. Enfin nous voici devant l'immense lac de deux kilomètres de longueur. Tout autour la montagne. Nous nous asseyons au bord de l'eau. A nos pieds se brisent les vagues ; nous sommes dans le bois à un endroit ravissant. On sort le goûter, auquel nous faisons grand honneur, et jusqu'à 5 heures et demie nous restons au bord du lac. Mais il faut songer à reprendre le chemin de Champagnole. Cette fois nous avons une ravissante route, et c'est avec regret que nous rentrons. Les meilleures choses ont une fin !"

n 1896, elle admire la méditerranée où elle envie le "bonheur des baigneurs" et fait honneur à "l'excellente cuisine du Midi".
En 1897, elle connaît à Lunéville un temps de détente avec des amis et mène "une vie des plus agréables, déjeunant chez les uns, lunchant et dînant chez les autres, plus les nombreuses parties de tennis chez des jeunes filles très gentilles".
En 1898, elle retourne à Tarbes et dans les Pyrénées :

Notre séjour ici n'a été qu'une suite de plaisirs : matinées dansantes, matinées musicales, parties de campagne, tout se succédait. La société de Tarbes est très agréable ; j'ai vu une quantité de jeunes filles, toutes plus charmantes les unes que les autres ; nous sommes bien touchées de l'accueil que l'on nous a fait, et nous emportons un délicieux souvenir de Tarbes."
Lettre 14

Enfin, en 1900, un bref séjour de deux jours à Paris donne à Elisabeth l'occasion de visiter l'Exposition Universelle :


"J'ai eu le bonheur d'aller à Montmartre et à Notre-Dame-des-Victoires ; oh ! comme j'ai prié pour vous, chère Marie-Louise, et pour tous ceux qui vous sont chers ! Nous avons été deux fois à l'Exposition, c'est bien beau, mais je déteste ce bruit, cette foule. Marguerite se moquait de moi et prétendait que j'avais l'air de revenir du Congo ! "
Lettre 35

Tout parle de Dieu

Elisabeth à 18 ans en tenue de promenadeElisabeth sait jouir de tout ce qui lui est offert. Elle s'enthousiasme facilement et reconnaît la beauté de toute chose : la mer et les montagnes, le soleil et les cascades, les rencontres et leurs joies, la musique et la danse, l'amitié... Elle aime le climat chaleureux, le geste généreux, les grands horizons.


Quand elle se laisse emporter par ce qu'elle voit, immédiatement elle revient à Celui qui en est l'auteur pour chanter et bénir Dieu dans la louange de son coeur.

"Une louange de gloire est un être toujours dans l'action de grâces. Chacun de ses actes, de ses mouvements, chacune de pensées, de ses aspirations, en même temps qu'ils l'enracinent plus profondément en l'amour, sont comme un écho du Sanctus éternel."
Le Ciel dans la foi 43


"Avant d'arriver à Carlipa nous avons été passer une journée à Biarritz pour faire connaissance avec l'Océan. Que c'est beau, chère amie, je ne puis vous dire combien ce spectacle est grandiose ; j'aime cet horizon sans bornes, sans limites ! Maman et Guite ne pouvaient m'arracher à ma contemplation."
Lettre 30

Plus tard, au Carmel, elle aimera rappeler à ses correspondants combien elle goûtait la beauté de la nature et en faisait une prière, pour les inviter à la suivre sur ce chemin de la contemplation de Dieu et reconnaître sa présence en toute circonstance.


Jouissez bien de ce beau pays, la nature porte au bon Dieu. J'aimais tant ces montagnes, elles me parlaient de Lui. Mais voyez-vous, mes chéries, les horizons du Carmel sont encore bien plus beaux, c'est l'Infini !... Dans le bon Dieu, j'ai toutes les vallées, tous les lacs, tous les points de vue."
Lettre 87, à sa mère


N'est-ce pas que l'on ne se lasse pas de contempler cette belle mer ? Quelles bonnes heures j'ai passées là, c'était si beau ces lames de fond envahissant les rochers, mon âme vibrait devant ce spectacle si grandiose ! Jouis-en bien avec Georges et pense qu'au Carmel j'ai tous ces vastes horizons."
Lettre 144, à sa soeur


"Comme cette belle nature transporterait mon âme et la jetterait dans l'action de grâces envers le Créateur ; dire que c'est pour nous qu'Il a fait tout cela !... Toute la nature me semble si pleine de Dieu : le vent qui souffle dans les grands arbres, les petits oiseaux qui chantent, le beau ciel bleu, tout cela me parle de Lui. Oh ! maman, j'ai besoin de te dire que mon bonheur grandit toujours, il prend des proportions infinies comme Dieu Lui-même."
Lettre 236, à sa mère




Une longue attente

L'opposition maternelle


Le désir d'Elisabeth d'entrer au Carmel ainsi que son amour pour Jésus s'expriment intensément au fil des pages du Journal qu'elle tient en 1899 et 1900 à l'occasion des missions prêchées par les Père Rédemptoristes à l'église Saint-Michel .

"J'ai rencontré un confesseur comme je n'en avais jamais trouvé et je remercie le bon Dieu Le Père m'a trouvé toutes les marques d'une vraie vocation. Il croit, lui aussi, que Jésus m'appelle au Carmel - et cette vocation est la plus belle. "
Journal 57



"Je t'aime tant, mon coeur brûle d'un tel amour pour toi, que je ne puis vivre tranquille et heureuse, alors que toi, mon Epoux Bien-Aimé, tu souffres. Partager tes douleurs, les adoucir, porter une croix bien lourde, bien pesante après toi, voilà tout ce que j'envie. Car je t'aime, ô ma Vie, je t'aime à en mourir. Oh, tu as blessé mon coeur du trait de ton amour, et il ne peut plus être heureux ici-bas. Toi seul peux lui donner le bonheur en partageant tes douleurs. Oh merci, Jésus, merci!..."
Journal 95



Le veto de madame Catez reste formel, qui a aussi interdit à sa fille tout contact avec les sœurs. Elisabeth espère en silence, cultivant la douceur qu'elle a conquise. Ainsi en témoigne Guite, sa sœur, dont elle est si proche :


Cette enfant si difficile est devenue une jeune fille possédant un beau calme mais non sans efforts car ne voulant répondre à un reproche injuste ou à une observation imméritée, une larme perlant à ses paupières montrait la lutte intérieure qu'Elisabeth soutenait avec un véritable héroïsme, si bien que notre chère maman qui était la vivacité même lui disait quelquefois : "Mais fâche-toi donc, tu m'impatientes avec ton calme !"


Elisabeth avait seize ans ou même peut-être dix-huit quand, voulant déboucher une bouteille d'encre, elle eut la maladresse de tacher sa robe toute neuve ; maman lui appliqua une gifle mais Elisabeth accepta avec sa douceur habituelle cette correction qui semblait n'être plus de son âge.
Témoignage de Guite



Ne voulant pas faire de peine à sa maman ni peser sur l'atmosphère familiale et parce qu'elle a compris que Jésus la rejoint ici et maintenant, elle reste très présente à toutes ses occupations  ; mais ses proches la sentent prise "ailleurs". Son regard au cours des matinées dansantes oriente vers une autre Présence...



"Voilà les réunions mondaines qui recommencent ; vous savez si j'aime cela ; enfin je l'offre au bon Dieu, il me semble que rien ne peut distraire de lui. Lorsqu'on n'agit que pour lui, toujours en sa sainte présence, sous ce divin regard qui pénètre dans le plus intime de l'âme, même au milieu du monde on peut l'écouter, dans le silence d'un cœur qui ne veut être qu'à lui."
Lettre 38 au chanoine Angles du 1er décembre 1900

La permission tant attendue


La longue attente d'Elisabeth va enfin voir se dessiner un terme. Le dimanche 26 mars 1899, elle écrit dans son Journal :

" Marguerite a encore abordé le sujet de ma vocation ; maman lui a répondu que je ne devais plus y penser, et qu'elle ne m'en parlerait pas la première. Cependant, après le déjeuner, cette pauvre mère m'interrogea. Quand elle vit mes idées toujours les mêmes, elle versa beaucoup de larmes et me dit qu'elle ne m'empêcherait pas de partir à vingt et un ans ; que j'avais donc seulement deux ans d'attente et qu'en conscience, je ne pouvais laisser ma sœur avant."
Journal 105



Elisabeth aura 21 ans le 18 juillet 1901. Elle doit donc attendre encore deux ans. Elle utilise ce temps pour se préparer intérieurement laissant se développer une profonde intimité avec Dieu qui demeure en elle.


[center]"Maître, que ma vie soit une oraison continuelle. Que rien, rien, n'est-ce pas, ne puisse me distraire de toi, ni mes occupations, ni les plaisirs, ni la souffrance. Que je sois abîmée en toi, que je fasse tout sous ton regard. Maître, prends-moi, prends-moi bien tout entière. Dans cinq jours Marie-Louise va tout quitter pour toi je te la donne en te remerciant au milieu de mes larmes de nous avoir choisies toutes deux pour être tes épouses. Je voudrais pouvoir comme elle dire adieu à celles que j'aime si tendrement, et quitter aussi tout pour toi. Mais l'heure n'est pas venue, que ta volonté soit faite. Sainte volonté de mon Dieu, sois toujours la mienne ! Ah, du moins, dans le monde je puis t'appartenir ; oui, n'est-ce pas, je suis tienne. Prends-moi, prends ma volonté, prends tout mon être. Qu'Elisabeth disparaisse, qu'il ne reste que Jésus."
Journal 156




Enfin la date de son entrée au Carmel est fixée au 2 août 1901. En envoyant une dernière photographie au chanoine Angles Elisabeth écrit :


Vous ai-je jamais dit mon nom au Carmel : Marie-Elisabeth de la Trinité. Il me semble que ce nom indique une vocation particulière, n'est-ce pas qu'il est beau ? J'aime tant ce mystère de la Sainte Trinité, c'est un abîme dans lequel je me perds !...
Adieu, cher Monsieur, je vous envoie ma photographie ; pendant qu'on la faisait je pensais à Lui, c'est donc Lui qu'elle vous portera. En la regardant priez-le pour moi, j'en ai besoin, je vous assure."
Lettre L 62 au Chanoine Angles du 14 juin 1901



A suivre
avatar
Marie du 65
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE
RESPONSABLE DU DROIT D'ÉCRITURE

Féminin Messages : 19800
Age : 62
Localisation : Vendée (Marie du 85)
Inscription : 12/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Canonisation d'Elisabeth de la Trinité le 16 0ctobre à Rome

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum