Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Mar 24 Nov 2015 - 14:56

Mis à jour le 29 mai 2015 à 13h03
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 9062ace4
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 60u758ymoi_4eeaca48_76de_b80b_b39a_6bbae34b669c

Le respect dû aux morts se perd

(TROIS-RIVIÈRES) Le respect dû aux morts semble se perdre. Les funérailles sont de plus en plus expédiées rapidement, souvent sans cérémonie religieuse, et on sent un malaise s'installer quand vient le moment de disposer des cendres des défunts.

Au Québec, près de 70 % des dépouilles sont maintenant incinérées alors que la loi ne tient pas compte de ce changement de coutume. Or, on observe une certaine désinvolture chez des Québécois face aux cendres des défunts. Il arrive que des familles les laissent tout simplement au salon funéraire, sans se soucier de ce qu'il en adviendra. Des propriétaires de salon funéraire, un peu catastrophés, se font même dire de les jeter, tout simplement. Une attitude détachée qu'on ne voit jamais quand le corps est embaumé et enterré.

D'autres personnes traînent sur elles des cendres de leur défunt, soit dans un médaillon soit insérées dans une minuscule pyramide de polymère qu'elles n'hésitent pas à poser devant elles, pour la chance, lors d'une partie de bingo par exemple! Une attitude qualifiée de fétichisme par certains prêtres.

Selon les chiffres fournis par la Corporation des thanatologues du Québec, 58 % des gens font enterrer les cendres dans un cimetière, 4 % les laissent dans un colombarium du cimetière, 15 % dans un colombarium de maison funéraire tandis que 23 % les rapportent dans la famille.

Devant certaines dérives, la Corporation des thanatologues du Québec a exercé des pressions auprès du gouvernement pour qu'on resserre la législation adoptée en 1974. Dans ce domaine, le Québec accuse un net retard. De l'aveu même de Nathalie Samson, directrice générale de la corporation, l'intervention des thanatologues vise à protéger la dignité des morts.

Un projet de loi a été déposé par l'ex-ministre Yves Bolduc et attend toujours son adoption. Le nouveau ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a été sensibilisé à son tour et a laissé entendre qu'une adoption serait possible, peut-être dès 2015.

«Le projet de loi comprend plusieurs modifications, dont une qui concerne la disposition des cendres, confirme Mme Samson. Le débat est plus large que la crémation et les cendres, il concerne aussi le respect dû aux morts. C'est un débat éthique sur la dignité de la personne défunte qui demeure une personne même si elle est réduite en cendres.

C'est aussi avoir le respect de l'intégrité du corps (beaucoup de familles divisent les cendres) ainsi que le respect dû aux endeuillés. On est devant un débat de société finalement. C'est un dossier qui ne coûterait rien au gouvernement et qui pourrait se régler facilement, s'il y a une volonté.»


Dans son état actuel, le projet de loi prévoit que les cendres humaines ne pourront être remises par le titulaire d'un permis d'entreprise de services funéraires qu'à une seule personne et qu'elles devront l'être dans un contenant rigide qui les contient en totalité. Le titulaire d'un permis qui remettra à une personne des cendres humaines devra inscrire à son registre des activités funéraires les renseignements prévus par règlement du gouvernement.

De plus, nul ne pourra disperser des cendres humaines à tout endroit où elles pourraient constituer une nuisance ou de manière à ne pas respecter la dignité de la personne décédée. Et enfin, la personne qui dispose du contenant dans lequel ont été déposées des cendres humaines ou qui les disperse devra déclarer à l'entreprise de services funéraires, ayant pris en charge le cadavre, le lieu où ont été inhumées ou dispersées les cendres, afin qu'on l'inscrive au registre des activités funéraires de cette entreprise.

Mme Samson précise que les thanatologues ne sont pas d'accord avec toutes ces dispositions. S'ils ne s'opposent pas à la dispersion des cendres, ils mettent un bémol sur leur division entre les membres d'une famille.

«On a beau exiger qu'on remettre toutes les cendres aux familles, dans un seul contenant, rien n'empêche les familles de les diviser par la suite. Ça n'a pas de bon sens. Si le gouvernement permet la division des cendres, on pense que ce devrait être un professionnel qui le fasse, car il a le détachement nécessaire pour le faire de façon respectueuse et sécuritaire. Mais il faut que le gouvernement mette ses culottes sur cette question. Mais nous pensons qu'on ne devrait pas diviser les cendres, car on ne divise pas un corps. C'est une question de respect.»

Par ailleurs, Mme Samson juge que ce n'est pas à l'entreprise privée de tenir un registre sur la dispersion des cendres. Les thanatologues croient que la chose devrait plutôt relever d'un registre d'état civil comme les naissances, mariages et décès.

De son côté, l'Assemblée des évêques du Québec, a émis un avis dès 2010, dans lequel on soulignait que l'absence de législation relative aux cendres entraînait des situations pour le moins discutables, comme des cendres abandonnées dans une maison vendue, la découverte lors de travaux d'urnes enterrées sans identification, des demandes pour inhumer des cendres d'une personne dans deux endroits différents, le désir de se débarrasser d'objets contenant des cendres comme un médaillon, etc.

«Notre expérience dans l'accompagnement des personnes en deuil nous oblige à dire que l'on ne doit pas traiter avec autant de légèreté les dépouilles des êtres chers, écrivaient les évêques. Si des règles strictes sont faites pour ne pas profaner un cadavre, il nous apparaît tout aussi normal de vouer le même respect aux restes humains lorsqu'ils sont réduits à l'état de cendres.»

Rappelons qu'il y a quelques année encore, l'Église s'opposait à la crémation des corps, sensés ressusciter à la fin des temps.

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Logo_le-nouvellisteLe respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 584851par Louise Plante

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 4020717264 Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 4020717264 Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 4020717264 Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 4020717264


Dernière édition par Gilles le Jeu 26 Nov 2015 - 19:53, édité 1 fois
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par c12345 le Mer 25 Nov 2015 - 16:33

C'est un sujet qui doit se discuter parce que nos enfants ne penseront pas que c'est si nécessaire de prendre soin de nos mort.
c12345
c12345
Contemplatif

Féminin Messages : 1996
Inscription : 25/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Mer 25 Nov 2015 - 19:14

carmila a écrit:C'est un sujet qui doit se discuter  parce que nos enfants ne penseront pas que c'est si nécessaire de prendre soin de nos mort.
Je ne comprendrai jamais ce manque de respect envers les dépouilles de nos défunts. Annoyed and disappoi


Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... FCFQ_salon_funeraire_G

Thanatologue: au-delà de la mort, le respect de la vie
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Fleche-bas
On a parfois tendance à associer thanatologie et morbidité. Ce métier, de l’extérieur, tantôt rebute, tantôt intrigue. C’est en fait l’imagerie populaire qui véhicule ces clichés mettant en scène des hommes lugubres portant un chapeau noir et une cape étriquée. Parce que l’image mythique du croque-mort est bien loin de la réalité! Les hommes et les femmes qui œuvrent en thanatologie sont loin d’être uniquement des embaumeurs.

Le thanatologue joue aussi un rôle social. La relation d’aide est en effet un élément important dans son travail. Dans notre société, où tout va si vite, on a parfois le réflexe de gommer les émotions, de passer outre la détresse. Lors des épreuves entourant la perte d’un être cher, il est pourtant très important de vivre sa peine jusqu’au bout. Dans bien des cas, le thanatologue est là pour donner de l’information et pour écouter; son rôle est d’aider les proches à vivre sainement leur deuil.


Donner beauté et dignité au corps du défunt

Le travail d’embaumement a pour but de conserver le corps de la personne décédée le plus fidèlement possible. À l’intérieur des rites funéraires, cette opération redonne la dignité au défunt et offre à la famille et aux proches la possibilité de voir le corps de l’être aimé une dernière fois.

Après avoir pris connaissance des causes du décès, le thanatologue sera en mesure de déterminer le travail à effectuer sur le corps. Ce travail d’embaumement sera plus ou moins long, selon les cas.

La première étape de l’embaumement, la thanatopraxie, consiste à arrêter la dégradation du corps en injectant dans les tissus des fluides préservateurs. On aura ensuite recours, au besoin, à des produits pour redonner une apparence de souplesse à la peau ou encore à de la cire pour remodeler le visage. Les corps des personnes mortes des suites d’une longue maladie ou d’un accident violent nécessitent un travail plus long et plus délicat.

On prodigue ensuite à la personne décédée certains soins esthétiques. Un maquillage est d’abord appliqué sur la peau du défunt. Différent du maquillage usuel, il s’agit de crèmes hydratantes colorées sans lesquelles la peau se dessécherait. Finalement, on coiffe la personne décédée et l’on procède à la mise en cercueil. Le défunt est maintenant prêt pour sa dernière rencontre avec les siens.

En donnant chaleur humaine à ceux qui restent et dignité au défunt qu’ils aimaient, le thanatologue est avant tout au service des vivants. Parce qu’au-delà de la mort, c’est la vie qui prime.

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Logo_FCFQ
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par namita le Mer 25 Nov 2015 - 19:42

je tire mon chapeau aux personnes qui ont le courage de faire ce travail d'embaumement et autres

Chapeau







namita
namita
Contre la Franc Maconnerie

Féminin Messages : 340
Age : 63
Localisation : france région aquitaine porte du médoc
Inscription : 06/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Mer 25 Nov 2015 - 19:52

@namita a écrit:je tire mon chapeau  aux personnes qui ont le courage de faire ce travail d'embaumement et autres
Chapeau
comique
Claudy Fortin thanatologue nous parle de son métier...

Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Mer 25 Nov 2015 - 22:13





Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Jeu 26 Nov 2015 - 15:18

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Les_parents

Comment se comporter au salon funéraire

Comme grand-père était très cher à mon cœur, je tenais sincèrement à lui faire mes adieux. Bravant l'interdit de ma mère qui m'avait demandé de rester sagement à la maison, je mis la robe préférée de mon grand-père, garnie de fleurs et de soleil, pour aller le saluer une dernière fois. Ne connaissant pas l'importance du code vestimentaire en vigueur en pareille circonstance, ma tenue créa tout un émoi et fut interprétée comme un flagrant manque de respect. On me fit comprendre qu'on ne soulignait pas le départ d'un être cher de la même façon qu'on assistait à une fête, surtout quand on n'était pas invité. Bref, personne ne sembla comprendre le sens de ma démarche et je fus quitte pour un bon traumatisme.

Aujourd'hui, en matière de convenances, bien des choses ont changé, mais une chose demeure toujours aussi importante : le respect. Manquer de respect au défunt ou à la famille endeuillée peut avoir des conséquences fâcheuses, je peux en témoigner. Comme le respect se traduit différemment d'une génération à l'autre, ou d'une culture à l'autre, certaines personnes préfèrent se tenir loin des obsèques afin d'éviter de dire des bêtises ou de se mettre les pieds dans les plats. C'est bien dommage car, par leur retrait, ils s'empêchent de prendre part à un événement majeur marquant, c'est-à-dire accompagner quelqu'un qu'on aimait à son dernier voyage.

Il est vrai que savoir comment se comporter lors de funérailles n'est pas toujours évident. Surtout de nos jours, où la limite de ce qui est acceptable est parfois très près de celle du mauvais goût. Les personnes endeuillées sont dans un état de vulnérabilité et, parfois, une simple maladresse peut prendre des proportions regrettables. Alors, pourquoi risquer de blesser une personne qui a déjà le cœur à vif quand la délicatesse est à portée de main ?

C'est pourquoi il y a avantage à connaître les conventions en vigueur si on veut que notre présence soit reçue comme un baume en des moments où chaque geste de soutien compte beaucoup.

Savoir se distinguer par une présence de qualité

Les condoléances doivent être présentées autant que possible dès l'arrivée; ce serait manquer de délicatesse que de faire le tour de ceux qu'on n'a pas vus depuis longtemps avant d'en venir aux principaux intéressés.

Bien choisir ses mots est important, mais ils doivent surtout être sincères et venir du cœur. À ce stade, personne n'attend de discours éloquents, alors on peut tout simplement dire qu'on a de la peine... que la nouvelle nous a bouleversée... qu'il va nous manquer. En fait, il s'agit surtout d'exprimer à l'endeuillé que nous compatissons avec son chagrin. Si on a peur d'être maladroit, prendre quelques minutes avant d'arriver afin de se recentrer sur ce que l'on souhaite exprimer, aide beaucoup et évite les phrases vides de sens.

Quand on ne trouve pas les mots pour exprimer notre affliction et qu'on opte pour la formule « je ne sais pas quoi te dire », on place l'endeuillé dans une situation où il se sent presque obligé de nous rassurer. Il va de soi que parfois, c'est mieux de ne rien dire plutôt que d'y aller avec une blague insipide pour détendre l'atmosphère. D'autant plus que ne rien dire peut aussi avoir sa place quand la douleur dépasse l'entendement. Un regard qui dit tout ou une main tendrement posée sur une épaule peuvent tout autant démontrer votre compassion.

L'expression du chagrin est tout à fait appropriée, à la condition qu'on ne se serve pas du contexte pour déverser une émotion liée à un autre événement. Par exemple, une dame me racontait qu'aux funérailles de son père, une belle-sœur s'était présentée à elle en larmes parce que son médecin venait de lui apprendre qu'elle avait des problèmes de santé. Dès lors, les rôles furent inversés et c'est la dame endeuillée qui fit office d'épaule consolante, ce dont elle aurait pu se passer.

Après la période consacrée aux condoléances, on se retrouve fréquemment en groupes à discuter de choses et d'autres. Le ton peut monter et les éclats de rire sont assez fréquents dans un salon funéraire. C'est normal. Les gens ont besoin de se libérer d'une tension par le rire et il n'y a rien de méchant dans ce comportement. Toutefois, si vous vous apercevez que la famille endeuillée est en train de se recueillir près du défunt et que vos échanges tranchent catégoriquement avec le chagrin qui s'y vit, de grâce, gardez une certaine retenue. J'ai un ami qui m'exprimait la colère qu'il avait ressentie quand, à la mort de sa mère, les gens discutaient joyeusement alors que lui et ses frères étaient accablés de tristesse. L'envie de tous les mettre à la porte lui passa à l'esprit, bien qu'il se limita à n'intervenir que par le partage visible de sa douleur.

Il peut arriver que vous souhaitiez déposer une fleur, une lettre ou toute autre chose dans le cercueil à l'attention du défunt. Avant d'en prendre l'initiative, vérifiez auprès de la famille afin d'avoir leur autorisation. Ce n'est pas que le geste soit mal en soi, mais il y a une règle tacite qui veut que ce genre d'attention soit réservé aux proches parents.

Quand on connaît peu ou pas le défunt, on se tient plus en retrait afin de laisser la place à ceux qui le connaissaient et qui souhaitent s'en approcher. Généralement, l'espace autour du défunt est réservé au recueillement et n'est pas indiqué pour une discussion animée.

Il est de plus en plus courant de voir des enfants de tout âge se joindre aux adultes lors de rituels funéraires. C'est très sain pour eux d'avoir la possibilité de participer à de tels événements. Une fois la surprise du premier contact passée, les enfants désirent souvent retourner à leur jeu. Prévoyez leur apporter de quoi les occuper dans un coin tranquille afin d'éviter qu'ils ne deviennent trop dissipés.

Bien que la tenue vestimentaire soit maintenant plus libre qu'avant, il va de soi que la plupart des gens s'entendent pour s'habiller avec plus d'attention qu'à l'ordinaire lors des funérailles. Se mettre sur son trente-et-un, c'est une façon de dire « regarde, je me suis fait beau par égard pour toi ». Bien sûr, on ne parle pas ici de tenue de soirée ni de décolleté plongeant. La sobriété est toujours de mise quand on côtoie le chagrin.

Pour une raison où une autre, certaines personnes choisiront de ne pas aller aux obsèques et d'offrir leur soutien autrement. L'envoi d'une carte choisie avec soin est préférable à un courriel d'aspect plus froid. Il en va de même pour un message laissé sur un répondeur ou une boîte vocale; s'il n'y a personne à la maison, rappelez une autre fois. L'envoi de fleurs ou les dons effectués à des fondations sont toujours de circonstance, mais rien de vous empêche d'emprunter un chemin différent. Il m'est arrivé de voir livrer au lieu des obsèques une photo inédite du défunt qu'on avait pris soin d'encadrer. Une note décrivant les circonstances avait été jointe à l'envoi ainsi qu'une fleur pour l'endeuillée.

Prendre le temps de s'arrêter pour trouver la meilleure façon d'offrir ses condoléances démontre que l'on est sensible à la douleur de l'autre et que l'on souhaite lui apporter un peu de réconfort. Mais croyez-en l'expérience de ceux qui vivent un deuil, bien peu de choses valent la présence des proches ou un regard empreint de sollicitude quand on a du chagrin. Alors si vous avez le choix, ne vous privez surtout pas d'être à leur côté.

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Logo-fcfq             Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Gilles
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Jeu 26 Nov 2015 - 20:02

Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Ven 27 Nov 2015 - 21:58

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 3113606475_1_3_io0bsq9a
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Manuela le Ven 27 Nov 2015 - 22:43

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Sms-respect
Manuela
Manuela
Gloire à toi Seigneur Jésus-Christ

Féminin Messages : 4187
Localisation : Elancourt dans les Yvelines
Inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Ven 27 Nov 2015 - 23:16

Merci chère amie @Manuela pour ta jolie pensée !   Smile

À part carmila et toi, peu de gens semble s'intéresser à ce sujet pourtant si important ! Shocked 
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Sam 28 Nov 2015 - 13:15

Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Sam 28 Nov 2015 - 18:29

Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Dim 29 Nov 2015 - 14:51

Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Lun 7 Déc 2015 - 15:13

26 novembre 2015
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 1095290-assemblee-eveques-catholiques-quebec-voudrait

Les évêques contre la dispersion des cendres

(Québec) S'il n'en tenait qu'à l'Assemblée des évêques catholiques du Québec, la famille ne recevrait plus les cendres d'un défunt. Celles-ci seraient plutôt traitées comme des restes humains et demeureraient au cimetière ou au columbarium.

«Pour nous, la dispersion est une difficulté extrêmement importante. On perd de vue l'unicité de la personne», a affirmé Mgr Louis Dicaire, évêque auxiliaire du diocèse de Saint-Jean-Longueuil, jeudi lors des consultations particulières et des auditions publiques sur le projet de loi sur les activités funéraires.

La dispersion d'une partie des cendres de l'ex-chef néo-démocrate Jack Layton sur l'île Algonquin de Toronto, où il s'était marié, avait été évoquée plus tôt dans la journée. L'Assemblée des évêques n'approuve pas cette pratique et considère que pour en disposer dignement, les cendres devraient toujours finir au cimetière ou au columbarium.

Comme des cadavres

L'Assemblée des évêques recommande que les cendres soient traitées comme les cadavres et les restes humains, dont la loi prescrit les façons de disposer, et souhaiterait voir les lieux de sépulture être revalorisés.

«On apprécie que le projet de loi oblige le directeur de funérailles à remettre les cendres à une seule personne dans un contenant rigide. Cependant, le proche a toujours la possibilité d'en disposer à sa guise. Et on a tous été témoins d'histoires de malheur et de pratiques désolantes», a déploré Germain Tremblay, adjoint au secrétaire général de l'Assemblée des évêques.

«Ce n'est pas un sujet banal et innocent. On continue à croire que le cimetière et le columbarium sont les endroits appropriés pour disposer des restes humains, car, en ces lieux, le défunt n'est plus la seule propriété de ses proches, mais il fait partie de la mémoire collective», a poursuivi M. Tremblay, ajoutant que l'Assemblée ne voulait pas ainsi «diriger les gens jusqu'après leur mort» et que son approche n'était pas religieuse, mais bien «anthropologique et psychologique».

Risques

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a mentionné aux représentants de l'Assemblée que c'était volontairement que le projet de loi, qui interdit de disposer des cendres en un endroit où elles constitueraient une nuisance ou d'une façon qui serait contraire à la dignité de la personne, n'était pas plus précis sur le sujet.

«Le cas de M. Layton, manifestement, pour sa famille, la disposition de ses cendres était digne, même si certains pourraient considérer ça moins digne. Moi, je pourrais imaginer la dispersion de mes propres cendres d'une façon que d'autres ne jugeraient pas digne», a expliqué le politicien, évoquant les risques qu'il pourrait y avoir à légiférer pour définir le concept de dignité.

Le sujet a aussi été ramené sur la table par l'Association des cimetières chrétiens du Québec, dont la présidente Monique Morin a plaidé pour que le cimetière soit reconnu comme la destination finale des cendres.

«Il est primordial que ce soit au cimetière, et non pas sur un terrain de golf ou dans un bac à ordures comme on a déjà vu. On pourrait même en avoir sur nos balcons!» a déclaré Mme Morin, ajoutant qu'elle avait déjà vu des familles placer les cendres d'un défunt dans une boîte de cigares cubains ou dans une bouteille de Coke.

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... QveyoxUIJvR+QAAAABJRU5ErkJggg==Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 1066524-ian-bussierespar Ian Bussières
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par ViveJésusChrist le Lun 7 Déc 2015 - 15:46

Tout Ceci n'est pas étonnant pour moi, j'ai remarqué que le Québec qui semblait plus chrétien et plus simple que la France (en général), prenez également le même chemin de déchristianisation et d'islamisation que Notre Pays, alors votre post ne m'étonne guère...
ViveJésusChrist
ViveJésusChrist
Avec Saint Maximilien Kolbe

Masculin Messages : 90
Inscription : 15/02/2015

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Lun 7 Déc 2015 - 17:19

@ViveJésusChrist a écrit:Tout Ceci n'est pas étonnant pour moi, j'ai remarqué que le Québec qui semblait plus chrétien et plus simple que la France (en général), prenez également le même chemin de déchristianisation et d'islamisation que notre pays, alors votre post ne m'étonne guère...

En effet cher @ViveJésusChrist !  Notre belle Province de Québec a déjà connu de meilleures années en matière de foi.

Cette m... laïcité devient parfois astreignante pour les croyants chrétiens. Annoyed and disappoi

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Fleche-bas

Les chrétiens réclament plus de place dans la société ...


J'espère que vous pourrez visionner la vidéo. Smile
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Sam 21 Mai 2016 - 19:23

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Belmont_1

Ensevelir les morts : entrevue avec l'abbé Pierre Gingras

Vidéo :
http://www.ecdq.tv/fr/videos/ad47a008a2f806aa6eb1b53852cd8b37
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Ginette Boudreau le Sam 21 Mai 2016 - 20:17

@Gilles Entrevue intéressante avec l'Abbé Pierre Gingras. Mais une chose que je déplore dans la plupart des funérailles que j'ai assistées, le prêtre parle du défunt ou de la défunte qui a rejoint le Père...Il me semble qu'on devrait plutôt demander des prières et de faire chanter des messes pour le défunt. Je trouve que cette approche laisse à penser que la personne décédée , étant rendue chez le Père, on n'a plus besoin de prier pour elle, alors qu'on sait très bien qu'il est TRÈS rare qu'une personne aille directement au Ciel. Il lui faut passer par le purgatoire, à moins d'avoir pratiqué une vie sainte et irréprochable sur terre. Et comme nous tous pécheurs...
Ginette Boudreau
Ginette Boudreau
Contre la Franc Maconnerie

Féminin Messages : 349
Age : 64
Localisation : Québec, Canada
Inscription : 25/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Sam 21 Mai 2016 - 22:19

@Ginette Boudreau a écrit:@Gilles Entrevue intéressante avec l'Abbé Pierre Gingras.  Mais une chose que je déplore dans la plupart des funérailles que j'ai assistées, le prêtre parle du défunt ou de la défunte qui a rejoint le Père...Il me semble qu'on devrait plutôt demander des prières et de faire chanter des messes pour le défunt.  Je trouve que cette approche laisse à penser que la personne décédée , étant rendue chez le Père, on n'a plus besoin de prier pour elle, alors qu'on sait très bien qu'il est TRÈS rare qu'une personne aille directement au Ciel.  Il lui faut passer par le purgatoire, à moins d'avoir pratiqué une vie sainte et irréprochable sur terre.  Et comme nous tous pécheurs...  
Oui en effet... Les prêtres ne peuvent pas savoir si le ou la défunt(e) est au Ciel, au purgatoire ou en enfer ! Shocked
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par violaine le Sam 21 Mai 2016 - 22:46

tout à fait Ginete et gilles, les personnes décédées ont besoin de messes et de prières pour le repos de leurs âmes, et ce n'est pas ce que l'on demande le plus maintenant, dans les enterrements on n'en parle pratiquement pas.

Violaine
violaine
violaine
Avec les anges

Féminin Messages : 6385
Localisation : bretagne
Inscription : 10/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Dim 22 Mai 2016 - 17:15

@violaine a écrit:tout à fait Ginette et gilles, les personnes décédées ont besoin de messes et de prières pour le repos de leurs âmes, et ce n'est pas ce que l'on demande le plus maintenant, dans les enterrements on n'en parle pratiquement pas.

Violaine
@violaine : C'est triste en effet. Sad
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Mar 26 Juil 2016 - 16:11

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Article-2483147-191F204800000578-854_634x375

Étiquette funéraire...

Même si le bon sens et la discrétion sont toujours les meilleurs guides pour la bienséance lors de funérailles, certains principes s’appliquent.

Il est coutume que les amis proches de la famille endeuillée aillent offrir leurs sympathies et leur soutien au domicile; c’est ce qu’on appelle la visite de condoléances. Tandis que la famille du défunt s’assure que tous les arrangements sont pris en charge, l’aide des amis proches à la cuisine ou avec les enfants peut se révéler très précieuse. La visite peut se faire à tout moment dans les quelques semaines qui suivent le décès. Des visites supplémentaires peuvent se faire, selon les circonstances et la relation avec la famille du défunt.

En plus d’offrir ses sympathies, il est également apprécié, si vous le souhaitez, de partager vos bons souvenirs avec les membres de la famille. Selon le cas, ils voudront simplement que vous leur prêtiez une oreille, afin qu’ils puissent partager leur deuil ou leurs souvenirs avec vous. Dans la plupart des cas, il ne convient pas de s’enquérir des circonstances du décès.

Si vous assistez à une veillée funèbre, vous devriez aborder la famille et offrir vos sympathies. Il est également apprécié, tout comme lors de la visite de condoléances, de partager vos souvenirs du défunt avec sa famille. Si vous ne connaissiez personnellement que le défunt (et non pas sa famille), vous devriez vous présenter.

Si le cercueil est ouvert, il est coutume de se recueillir devant la dépouille en signe de respect. Vous pouvez réciter une prière silencieusement pour le défunt, ou méditer sur lui. Parfois, la famille peut vous accompagner jusqu’au cercueil.

La durée de votre passage à la veillée funèbre dépend de vous. Après avoir passé un moment avec la famille et vous être recueilli près de la dépouille, vous pouvez discuter avec les autres personnes présentes. Habituellement, il y a un registre que les visiteurs peuvent signer.

Tout comme d’autres aspects de la vie sociale contemporaine, le code de tenue vestimentaire aux funérailles s’est quelque peu assoupli. Il n’est plus nécessaire de s’habiller en noir. Vous devriez plutôt choisir des teintes discrètes et foncées et un style le plus classique possible. Souvent après les funérailles, la famille du défunt reçoit des convives à la maison, pour discuter et prendre une consommation dans un cadre détendu.

Vous pouvez envoyer des fleurs au salon funéraire avant les funérailles, ou à la résidence familiale en tout temps. Dans certains cas, vous pouvez également envoyer les fleurs à l’église si la cérémonie se tiendra dans une institution protestante. (On n’envoie généralement pas de fleurs à des synagogues ni à des églises catholiques.) Les fleuristes savent quoi envoyer pour des funérailles.

Il arrive souvent que les gens fassent des dons en mémoire du défunt, surtout lorsque la famille demande cette forme de témoignage plutôt que des fleurs. Le donateur peut en informer la famille en écrivant une note, ou par l’intermédiaire de l’organisme bénéficiaire, le cas échéant. Dans ce dernier cas, le donateur mentionne à l’organisme le nom et l’adresse de la famille au moment où le don est offert.

Même si vous n’offrez pas de don, un mot ou une carte exprimant vos pensées et adressé(e) à la famille du défunt est un geste apprécié, surtout si vous n’étiez pas en mesure d’assister aux funérailles.  


 
L’ÉTIQUETTE FUNÉRAIRE
Les funérailles sont une cérémonie dont l’importance et la valeur pour les endeuillés ne sont plus à démontrer. C’est une occasion pour tous ceux qui partagent une même perte de témoigner de leur amour et de leur respect envers le défunt, et d’exprimer leur chagrin, mais aussi leur gratitude pour la vie que la personne aimée a menée. Cela permet d’affronter ouvertement et réalistement la crise causée par la mort. Lors des funérailles, les personnes en deuil font le premier pas vers l’adaptation émotionnelle à l’égard de leur perte. Les renseignements qui suivent ont été rassemblés à titre de référence sur les us et coutumes modernes relatifs aux funérailles.
LE SERVICE FUNÈBRE
La famille précise le type de service qui aura lieu pour le défunt. Les directeurs de funérailles ont la formation requise pour aider les familles à choisir le type de service qu’elles désirent. Le rite en présence de la dépouille varie selon qu’il est effectué au salon funéraire ou dans un lieu de culte, auquel cas il varie également selon la confession. La présence des amis à ce moment-là est une preuve d’amitié et une source de soutien. Pour les amis et la communauté, il est préférable de publier un article nécrologique annonçant le décès et fournissant toute information relative au service qui aura lieu.
LE SERVICE PRIVÉ
Ce type de service nécessite obligatoirement une invitation et peut se dérouler dans un lieu de culte, un salon funéraire ou à la résidence d’un membre de la famille du défunt. Habituellement, certains membres de la famille ainsi que quelques amis proches assistent au service funèbre. Souvent, il y a exposition publique, ce qui permet à ceux qui n’assistent pas aux funérailles de formuler leurs condoléances et de se recueillir près de la dépouille.
LE SERVICE COMMÉMORATIF
Lors du service commémoratif, la dépouille du défunt n’est pas présente et les rituels peuvent varier selon les traditions de la communauté et la confession religieuse. Certaines familles optent pour une exposition publique suivie d’un service privé ou d’un service à la stèle funéraire, puis d’un service commémoratif effectué par la suite à l’église ou au salon funéraire.

LES PORTEURS

Les amis, la famille, les membres de l’église ou les collègues de travail peuvent être des porteurs. Le directeur de funérailles peut aussi trouver des porteurs, si la famille le demande.
LES PORTEURS D’HONNEUR
Si le défunt a pris part à des activités politiques, professionnelles, ecclésiastiques ou civiques, il peut être approprié que sa famille choisisse des membres proches du défunt au sein de l’organisme pour servir en tant que porteurs d’honneur. Ils n’auront pas à porter le cercueil comme tel.
L’ÉLOGE FUNÈBRE
Un membre de la famille ou du clergé, un ami proche ou un collègue de travail du défunt peut prononcer l’éloge. Ce dernier ne doit pas être long, et doit louanger le défunt et décrire sa vie.
LA TENUE VESTIMENTAIRE
La famille et les amis du défunt peuvent désormais porter des vêtements aux couleurs vives. Les autres personnes qui assistent aux funérailles doivent s’habiller avec goût pour l’occasion, afin de témoigner leur respect à la famille.
LE CONVOI FUNÈBRE
Lorsque la cérémonie funèbre et l’enterrement ont tous les deux lieu dans la zone locale, des amis et des parents peuvent escorter la famille du défunt au cimetière. Le cortège se forme au salon funéraire ou au lieu de culte. Le directeur de funérailles peut vous indiquer les règles à suivre et la façon de conduire dans un convoi funèbre.
LES CONDOLÉANCES
La période suivant le décès peut amener beaucoup de confusion pour les membres de la famille du défunt. Quelle que soit la façon dont vous présentez vos sympathies, il est important de vous identifier clairement à la famille.
LES FLEURS
Envoyer des fleurs à la famille du défunt est un geste très approprié pour présenter ses sympathies. Les fleurs sont symboles de vie et de beauté et réconfortent la famille. Vous pouvez envoyer les fleurs soit au salon funéraire, soit à la résidence familiale. Si on choisit de les envoyer à la résidence familiale, il est habituellement suggéré d’envoyer une plante en pot ou un petit vase de fleurs, signe d’une sympathie durable. Le fleuriste y dépose une carte d’identification. Les cartes sont enlevées des fleurs au salon funéraire et sont données à la famille, afin qu’elle puisse formuler ses remerciements.
LES AVIS DE CÉLÉBRATION DE MESSE
Les avis de célébration de messe peuvent être envoyés par des amis, qu’ils soient catholiques ou non. Pour une famille catholique, la prière est une forme privilégiée d’expression de sympathies. On peut obtenir de toute paroisse catholique une carte indiquant qu’une messe sera célébrée en l’honneur du défunt. Dans certaines régions, il est possible d’obtenir les avis de célébration de messe au salon funéraire. L’avis de célébration de messe est transmis à la famille pour manifester sa compréhension, sa foi et sa compassion. Veuillez vous assurer que votre nom et votre adresse sont lisibles. N’oubliez pas d’indiquer votre code postal. Il sera ainsi plus facile pour la famille de vous remercier.
LES DONS EN MÉMOIRE DU DÉFUNT
Les dons en l’honneur du défunt pour une cause ou un organisme précis sont tout aussi appréciés que les fleurs. Il existe beaucoup de fonds commémoratifs, cependant la famille du défunt peut avoir formulé une préférence. Les dons soutiennent financièrement divers projets. Si l’organisme a un statut d’œuvre de bienfaisance, les dons peuvent être déductibles du revenu imposable. Le directeur de funérailles, qui connaît bien ces options, peut les expliquer ainsi que remettre au donateur des cartes avec la mention « À la mémoire de », qui seront remises à la famille.
LES CARTES DE CONDOLÉANCES
Envoyer une carte de condoléances à la famille du défunt est un geste approprié, même si vous n’êtes qu’une connaissance. Les membres de la famille sont touchés de savoir qu’on pense à eux. La carte doit être choisie avec soin et compte tenu de la relation que vous avez avec la famille.
LES NOTES PERSONNELLES
Une note de sympathie personnalisée est un très bon signe de compréhension. Exprimez-vous ouvertement et sincèrement. La famille appréciera de lire que la nouvelle du décès vous désole, et elle conservera votre note avec d’autres messages.
LES APPELS TÉLÉPHONIQUES
Communiquer directement avec un membre de la famille vous permet de lui offrir vos services et de lui montrer que vous vous souciez vraiment de lui. S’il manifeste l’envie de discuter du défunt, n’hésitez pas à lui en parler. Sachez bien écouter. Il est aussi approprié d’envoyer une brève note pour offrir ses sympathies.
L’EXPOSITION
Votre présence au salon funéraire montre que même si un proche part, les amis restent. Votre présence est un geste éloquent, qui souligne que vous vous souciez de la famille.

Le salon funéraire est l’occasion pour les amis de présenter leurs sympathies, plutôt que d’avoir à le faire dans le malaise au bureau, au supermarché ou lors d’activités sociales. L’article nécrologique indique les heures où la famille sera présente au salon funéraire, ainsi que les heures des services spéciaux, comme les rituels de la société dont le défunt était membre ou les cérémonies. On peut communiquer avec le salon funéraire en tout temps durant les heures indiquées afin de présenter ses sympathies, même si la famille n’est pas présente. On demande aux amis et aux parents de signer le registre. Le nom complet doit y figurer, p. ex., « Mme Jeanne Dionne ». Si vous êtes un collègue de travail, il est préférable d’indiquer votre lien avec le défunt, car la famille pourrait l’ignorer.

Les amis décident eux-mêmes de la durée de leur visite au salon funéraire ou au lieu d’exposition. S’il leur semble que la famille a besoin de leur présence, ils devraient proposer de prolonger leur visite.

Une fois le service funèbre terminé, les proches se retrouvent souvent seuls à gérer leurs émotions. Il est important qu’ils sachent que vous êtes toujours là pour eux. Gardez le contact.
LES TÉMOIGNAGES DE SYMPATHIE
Téléphoner au salon funéraire, tenir la main d’un proche, le serrer dans vos bras ou prononcer tout simplement quelques mots (voir ci-dessous) suffit pour exprimer votre sympathie :

  • « Je suis désolé(e). »
  • « Tu as toute ma sympathie. »
  • « Ce fut un réel plaisir d’avoir connu Pierre. »
  • « Pierre était une bonne personne. C’était un ami à moi. Il va nous manquer. »
  • « Toute ma sympathie à ta mère. »



Le parent peut à son tour répondre :

  • « Merci d’être venu. »
  • « Pierre parlait souvent de vous. »
  • « J’ignorais que tant de personnes étaient attachées à lui. »
  • « Venez me rendre visite lorsque vous aurez le temps. »



Encouragez les personnes endeuillées à montrer leurs émotions et à exprimer leurs pensées, sans les accaparer.
LES REMERCIEMENTS
La famille du défunt doit remercier les proches et les amis qui ont envoyé des fleurs et des messages. La famille devrait également exprimer sa gratitude pour l’aide et les services qui lui ont été offerts, par exemple pour la nourriture, et elle doit aussi remercier les porteurs. Il est possible que le directeur de funérailles ait des cartes de remerciements préécrites, dont la famille peut se servir. Cette dernière devrait rédiger un message personnalisé sur la carte destinée aux personnes qu’elle connaît bien, afin d’exprimer ses remerciements pour la contribution ou les services qui ont été rendus. Le message peut être court. En voici quelques exemples :
·       « Merci pour les belles roses. L’arrangement était splendide. »
·       « Notre famille s’est régalée de la nourriture que tu nous as préparée. Nous apprécions énormément ta gentillesse. »
Dans certaines communautés, il est coutume de publier ses remerciements dans le journal. Le directeur de funérailles peut vous aider avec cela.

Source :
Étiquette funéraire - InMemoriam.ca : À jamais dans nos coeurs

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Banner_top
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Gilles
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Lun 8 Aoû 2016 - 22:46

lundi 8 août 2016
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... BBvnX7N
Joël Pinkus tient la boîte dans laquelle il y a les cendres de son frère.

Suicide d'un détenu : il apprend la mort de son frère en recevant ses cendres par la poste

Alors qu'un rapport dévoilait la semaine dernière que le Service correctionnel du Canada (SCC) manque de transparence et de compassion envers les familles de détenus morts dans un établissement carcéral fédéral, un homme d'Ottawa affirme avoir appris la mort de son frère dans une prison de l'Alberta seulement lorsqu'il a été incinéré.

Plusieurs questions demeurent sans réponses, dénonce maintenant la famille. 

Un paquet aurait été livré en 2015 directement chez la mère du détenu Martin Pinkus, à North Gower, un village situé à 40 km d'Ottawa.

Le contenu du paquet à de quoi surprendre. Il s'agissait des cendres de l'homme, qui purgeait une peine de prison à vie pour meurtre au deuxième degré dans la prison fédérale de Drumheller, en Alberta.

« Nous avons reçu une boîte de ses cendres et c'est tout. Pas de réponse, rien [trad. libre] », explique le frère de Martin Pinkus, Joël. « Cela fait plus d'un an et demi que ça s'est passé et ils n'ont toujours pas envoyé de lettre qui explique ce qui est arrivé. [trad. libre] »

À la recherche de réponses, Joël en a appris peu sur la mort de son frère, décédé huit mois avant son admissibilité à la libération conditionnelle.
Ils ont dit que c'était un suicide, mais je ne sais pas quel genre de suicide.
Joël Pinkus
« Est-ce qu'il s'est pendu ? S'est-il empoisonné ? Nous ne savons rien de tout ça [trad. libre] », déplore Joël Pinkus.

Un rapport publié la semaine dernière, intitulé Laissés dans le noir, a été préparé par l'enquêteur correctionnel Howard Sapers en réaction à de nombreuses plaintes envoyées par des familles de détenus décédés.
Plusieurs histoires sont semblables au cas du frère de Joël Pinkus, croit l'enquêteur.

Par courriel, un porte-parole de SCC indique que l'agence ne peut fournir de détails spécifiques sur un détenu, mais rappelle que « l'objectif du SCC est de s'assurer qu'ils communiquent avec les familles des détenus morts d'une manière claire, transparente et empathique ».

Puisque la famille de Martin Pinkus n'a pas été consultée après sa mort, elle souhaite maintenant que les choses changent au sein du Service correctionnel du Canada.

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... BBnuVici.radio-canada.ca

Prends pitie
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Sam 3 Sep 2016 - 18:47

Mardi, 17 mai 2016
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Rose_casket-1024x636

Le respect des morts

Les rites funéraires sont des indicateurs du respect que l’on accorde aux êtres humains.

À notre folle époque, nombre de gens ayant perdu ces repères ou qui s’en croient affranchis mettent en scène leur mort selon leurs goûts douteux.

Les entrepreneurs de pompes funèbres ne sont pas au bout de leur peine, car la loi sur les activités funéraires est si floue qu’elle permet les dérapages.

Nouveaux rites

Dans nos sociétés judéo-chrétien­nes, les rites entourant la mort sont sacralisés par la liturgie religieuse. Or, avec l’abandon des pratiques religieu­ses, il a fallu inventer de nouveaux rites. Nous avons tous assis­té à des cérémonies funèbres où l’on affiche des photos du défunt en maillot de bain, un verre de bière à la main, l’air hagard. Sans parler des témoignages intimes, à la limite de la décence, qui plongent l’assistance dans le malaise.

Que dire des facétieux qui exigent que l’on répande leurs cendres devant le garage où ils avaient leurs habitudes d’amateur de char? Que penser des vivants qui perdent l’urne de leurs parents ou d’autres qui, après quelques années, la recyclent en pot de fleurs ?

Doit-on exposer une femme embaumée et assise à une table selon sa volonté ou un golfeur debout avec un bâton à la main ? Du déjà vu aux États-Unis. Le législateur ne sait plus poser les limites du respect et de la décence devant les restes humains.

Fantasmes

Le législateur subirait donc le diktat des droits de la personne. Après le droit de mourir dans la dignité, voilà le droit de disposer de son corps après la mort selon ses fantasmes de vivant.

La société n’est plus alors la garan­te de quelques principes qui sacrali­sent l’être humain au-delà de sa vie.
N’y aura-t-il à l’avenir que les propriétaires de chiens et de chats pour perpétuer les rites mortuai­res ?

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 40c7dae6-72a9-410c-a457-758aae991941_AUTHOR_PHOTO_WEBDenise Bombardier    Bravo


Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Logo
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Dim 4 Sep 2016 - 19:14

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Image
Des rites funéraires de plus en plus éclatés posent des questions éthiques. Ci-dessus, le cadavre du boxeur Christopher Rivera a été exposé debout dans un ring, à Porto Rico.

La thanatologie dans les limbes

Entre les demandes incongrues de certains clients et les fautes de certains collègues, les thanatologues demandent à Québec de mettre des balises

Les restes de dizaines de personnes accumulent la poussière depuis des années dans le bureau de Valérie Garneau, abandonnés par des proches se moquant carrément de ce qu’il en advient.
 
« Vous seriez découragé si je vous montrais ma voûte, lance la directrice d’une maison funéraire de Saint-Romuald et présidente de la Corporation des thanatologues du Québec. Je ne peux pas les enterrer ni m’en défaire. On espère que les gens vont retourner nos appels. » En 2013 à Beauport, c’est plutôt le propriétaire d’un columbarium qui laissait en jachère plus d’une centaine d’urnes en fermant boutique. Il se relançait dans les affaires quelques mois plus tard, en toute légalité.
 
Des histoires comme ça, la Corporation des thanatologues en voit de plus en plus. L’industrie a rapidement évolué au cours des dernières années. Les désirs des proches également. Mais la Loi sur les activités funéraire, qui régit ce secteur d’activité, n’a pas changé ou si peu depuis les années 1970 et certains de ses passages remontent au XIXe siècle, à une époque où tout le Québec ou presque se faisait exposer trois jours chez le croque-mort local avant de prendre le chemin de l’église puis du cimetière. L’incinération était alors un phénomène exceptionnel. Plus de 70 % des Québécois optent aujourd’hui pour cette avenue. Le cimetière est de moins en moins populaire.
 
« On s’approche dangereusement d’un Far West funéraire», prévient Mme Garneau, qui s’exprime au nom de quelque 500 professionnels du domaine funéraire.  
 
« Il y a de plus en plus de risques d’erreurs dramatiques et de fautes graves dans le domaine funéraire, assure Mme Garneau dans une lettre acheminée au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, dont Le Devoir a obtenu copie. Nous recevons un nombre croissant de requêtes particulières, et les règlements en place sont de moins en moins utiles. Nous avons besoin de votre aide, avant que des funérailles ne deviennent un banc d’essai pour tester les limites de la décence humaine. »
 
Égoportraits de la mort
 
Aux États-Unis, le phénomène des « funeral selfies » (égoportraits funéraires), dans lesquels adolescents et jeunes adultes posent aux côtés du cercueil ouvert de leur grand-mère ou grand-père a déjà fait le tour du Web. De plus en plus, des sites Internet proposent des funérailles au rabais sans liens réels avec des professionnels de l’industrie.
 
La Nouvelle-Orléans et Porto Rico « innovent » et poussent la note encore plus loin, en mettant carrément en scène les défunts.
 
Le cadavre du boxeur Christopher Rivera a été exposé debout dans un ring. Miriam Burbank, elle, aimait bien la fête. C’est à table, bière, whiskey et cigarettes au menthol à portée de la main, le visage parfaitement maquillé et les ongles peints à l’effigie des Saints de La Nouvelle-Orléans, que la quinquagénaire a été exposée.
 
« Quel genre de demande farfelue va-t-il [falloir] pour qu’on change la loi ? », s’interroge Mme Garneau.
 
La Corporation des thanatologues demande à ce que la loi soit modernisée, afin de répondre davantage au contexte actuel, aux nouveaux besoins et aux nouvelles pratiques. La protection de la santé publique, le respect de la dignité des personnes décédées, l’encadrement des services funéraires et des professionnels de l’industrie doivent être au coeur de la refonte de cette loi, estime l’organisme. Dans la plupart des autres provinces, les gouvernements disposent en outre de moyens beaucoup plus costauds pour empêcher des thanatologues ayant commis des fautes graves de réintégrer l’industrie.
 
Les libéraux de Jean Charest avaient déposé il y a deux ans un projet de loi qui répondait à plusieurs revendications de la Corporation, mais celui-ci est mort au feuilleton avec le déclenchement des élections. Il est maintenant temps de relancer les démarches législatives, selon Mme Garneau.

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Logo_devoir
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Lun 5 Sep 2016 - 18:18

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... 35-350

Les cendres d’une personne défunte, c’est SACRÉ !

C’est un fait bien connu : Les cendres des défunts n’ont pas de reconnaissance légale au Québec. Certaines familles en disposent de diverses manières : au cimetière, dans un columbarium ou sur leur propriété privée. D’autres les dispersent au vent, dans un cours d’eau ou les conservent à la maison. D’autres aussi croient bon porter sur eux un petit « reliquaire » contenant un peu de cendres de la personne décédée. Chacun de ces choix n’est pas anodin. La décision que nous prenons peut avoir des conséquences sur le sens de l’événement vécu, sur la traversée de notre deuil et éventuellement, sur notre guérison. Voici quelques principes fondamentaux, que l’expérience semble vouloir nous suggérer, face à la disposition des cendres d’une personne défunte.

Il convient d’abord d’éviter de disperser ou encore de fractionner les cendres. Pourquoi ? Pour préserver le principe de l’unité de la personne. Chaque personne est unique et sacrée. Nous venons de quelque part et allons vers un ailleurs. Non seulement une partie, mais toute notre personne. Voilà pourquoi il convient de sensibiliser les familles endeuillées à garder intact l’ensemble des cendres de leurs proches, suite à l’incinération. Le Guide canonique et pastoral au service des paroisses précise que « L’urne funéraire doit recevoir les mêmes marques de respect que le cercueil » (p. 180). Ce Guide précise également ceci : « À cause de la signification des cendres pour le chrétien, l’usage de garder les cendres à la maison, de les déposer dans le jardin domestique, de les disperser dans les champs, les bois ou du haut des airs, ou de les immerger, est à proscrire » (Idem).

Il est fréquent de rencontrer des familles qui regrettent d’avoir dispersé les cendres d’un proche. Nous sommes des êtres qui ont besoin de nous situer géographiquement. On sait à quel point une visite au cimetière, au columbarium ou dans une maison funéraire nous aide à reprendre contact avec un être cher qui y repose, et que l’on peut ainsi en quelque sorte « situer ». En pareille circonstance, il est avantageux de pouvoir toucher (le sol, l’urne, la pierre tombale, …), d’identifier un endroit précis, afin de mieux goûter à la présence et se recueillir auprès des restes d’un défunt. Cet exercice nous permet ensuite de quitter ce lieu, pour retourner à notre quotidien.

Laisser partir la personne décédée

La liturgie des funérailles se termine par ce que nous appelons un « dernier adieu », qui a souvent la couleur d’un « au revoir ». D’autres rituels existent également, pour symboliser le départ (libérer des colombes, lancer des ballons, …). La fermeture du cercueil va dans le même sens, avec la disparition du visage de la personne défunte. Pourquoi ? Parce que nous avons, humainement et spirituellement, besoin de laisser partir la personne. On le dit souvent près du lit de la personne en phase terminale.

Certaines personnes se plaignent, des mois ou même des années après le décès d’un être aimé, de ne pas parvenir à traverser leur deuil. Cela peut souvent s’expliquer par le fait qu’elles n’ont par laissé partir leurs proches, et se sont agrippées excessivement à certains objets ou souvenirs, voire aux cendres elles-mêmes, sans parvenir à traverser les étapes émotives conduisant à la libération. Après avoir pris soin, parfois des mois ou des années, d’une personne malade, nous avons besoin de nous occuper de nous-mêmes. Et pour ce, il convient de de consentir à poser un geste qui, à la fois, nous libère et libère la personne décédée.

Irénée Girard,
prêtre , Jonquière

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Image_logoParoisses Notre-Dame-de-la-Paix et Sainte-Famille de Jonquière
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Gilles
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par pedroso le Lun 5 Sep 2016 - 19:25

Il n'y a rien d'étonnant à ce que l'occident d'une manière générale prenne ce chemin. Il ne respecte plus la vie pourquoi voulez-vous qu'il s'enquiquine des morts. Franchement !

Dites merci au relativisme, au libéralisme, à la culture de mort sans cesse martelés par les médias, les politiques (surtout de gauche).

Je pense réellement que nous vivons les soubresauts de la fin de la civilisation occidentale en tout cas de ses valeurs chrétiennes.
pedroso
pedroso
Aime la Divine Volonté

Masculin Messages : 815
Inscription : 17/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Lun 5 Sep 2016 - 22:23

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Image
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... A+souvenir
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Gilles le Mar 6 Sep 2016 - 19:15

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Madison-Kiefer-Funeral

AU MOMENT D’UN DÉCÈS

Au moment d’un décès, plusieurs questions se posent aux fidèles et aux pasteurs amenés à prendre des décisions importantes et rapides. Les Évêques de l’Inter-Québec proposent ces réponses aux questions les plus courantes.

Q – Avant de signer un contrat de pré-arrangements de funérailles avec une entreprise de services funéraires, une coopérative funéraire ou un cimetière, que faut-il prévoir?

 R –  Avant de signer des pré-arrangements,  un catholique doit s’assurer de s’engager dans une  vie conforme aux directives de l’Église sur les funérailles, l’ensevelissement des corps et l’incinération.  Il faut demander que les restes soient amenés une dernière fois à l’église paroissiale, quel que soit le moyen choisi pour la disposition de son corps.


Q – Qu’est-ce que l’on doit faire au moment d’un décès ?

R –  On doit prendre contact avec les responsables de la paroisse du défunt le plus tôt possible  afin de fixer l’heure des funérailles et ce, avant de s’entendre définitivement sur les arrangements funéraires.


 Q – Est-il  souhaitable  que  la  famille et les amis se réunissent autour du corps avant les funérailles à l’église ?
 R –  Oui,  il est bon,  lorsque cela est possible,  que ces personnes se réunissent  dans un climat de prières autour du défunt, que ce soit à la maison, au salon funéraire ou à l’église. Il y a là plus qu’une démarche sociale :  c’est un geste chrétien qui:
- permet à la communauté chrétienne de partager la douleur des personnes en deuil;
- aide à accepter cette réalité inévitable qu’est la mort;
-  donne l’occasion aux parents et amis du défunt d’exprimer ce qu’ils ressentent au plus profond d’eux-mêmes et de partager l’espérance chrétienne en priant pour le défunt et pour les personnes affligées par le deuil.
 Depuis quelques temps, une pratique nouvelle semble vouloir s’introduire: lorsqu’il n’y a pas eu exposition du corps, la famille se rend à l’église avant les funérailles pour y recevoir des marques de sympathie. Cependant il faudra veiller à garder à l’église son caractère de lieu de recueillement et de prière.


 Q – Est-ce que l’Église accepte l’incinération des corps ?
 R –   Oui, l’Église  accepte  maintenant  l’incinération  des  corps à condition que l’on n’ait pas   choisi cette façon de faire pour nier la foi de l’Église en la Résurrection des corps.
 Toutefois, les fidèles sont encouragés à choisir l’inhumation de leur corps. En effet, même si l’Église accepte l’incinération, elle accorde toujours sa préférence à l’inhumation des corps en se rappelant que le corps de Jésus a lui aussi été mis au tombeau. Les funérailles à l’église en présence du corps et suivies de l’inhumation demeurent le mode privilégié de vivre chrétiennement le départ d’un être cher.


 Q – Est-ce  que  le  corps  ou les  cendres  doivent  passer  par  l’église paroissiale pour la liturgie des funérailles ?
 R –  Oui, car  l’Église  veut  rendre hommage au corps ou aux cendres de la personne décédée qu’elle considère comme sacrés, parce que cette personne:
-         a été baptisée et sauvée, corps et esprit, par le Christ ;
-         est devenue temple de l’Esprit Saint ;
-         a été confirmée et a participé à l’Eucharistie ;
-         a été membre de la communauté chrétienne et a posé, avec son corps et durant toute sa vie, des actes de foi, d’espérance et d’amour.
 Il est donc important que dans les pré-arrangements avec la direction d’une maison funéraire, on s’assure que soit respecté son désir d’avoir des funérailles à l’église paroissiale.


 Q – L’Eucharistie  ou  une  cérémonie para-liturgique en remplacement des funérailles à l’église paroissiale peuvent-elles être célébrées au salon mortuaire ou à la chapelle funéraire ?
 R –  Non, c’est  à l’église paroissiale que le chrétien a reçu le baptême et les autres sacrements aux moments importants de sa vie de foi (confirmation, mariage, pardon, eucharistie). Il convient donc que la communauté chrétienne se réunisse dans ce temple pour partager, une dernière fois autour de la personne décédée, sa foi et son espérance.
 Il est aussi important que, dans les pré-arrangements, le désir de passer par l’église paroissiale avant l’inhumation soit respecté. Une fois cette exigence de l’Église exprimée, soulignons la belle coutume de prier autour du corps du défunt, coutume qu’il faut maintenir et encourager. On peut faire des liturgies de la Parole, mais elle ne remplacent pas les funérailles à l’église.


 Q – Est-il vrai que maintenant,  les  funérailles à l’église paroissiale peuvent avoir lieu en présence des cendres ?
 R –  Oui, cela  est  maintenant  permis.  Toutefois,  l’Église  recommande de procéder à l’incinération uniquement après le service funèbre en présence du corps.


 Q – Est-ce que la dépouille mortelle ou les cendres peuvent être déposées dans n’importe quel terrain, disposées de diverses autres façons, ou gardées à la maison ?
 R –  Non, l’Église  demande  que la dépouille mortelle ou les cendres soient inhumées dans un   cimetière, de préférence catholique, ou conservées dans un endroit qui en tient lieu, tel un mausolée ou un columbarium.  Il convient d’accompagner le corps ou les cendres jusqu’au cimetière et de prier à cet endroit pour la personne défunte.


Q – Est-il souhaitable d’organiser des prières spéciales au cimetière ?
R –  Oui, en  plus  des  prières  qui  se  font  lors de l’inhumation des personnes défuntes, il est souhaitable d’encourager les visites et les prières au cimetière.  De plus, il convient qu’au moins une fois l’an, les pasteurs invitent leurs fidèles à prier plus spécialement pour les membres décédés de la communauté chrétienne.

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... DefuntsFunérailles chrétiennes  Unité Pastorale Saint-Martin
Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Gilles
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24930
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde... Empty Re: Le respect dû aux morts se perd au Québec et ailleurs dans le monde...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum