Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Peut-on critiquer les Prêtres ?

Aller en bas

Peut-on critiquer les Prêtres ?

Message par Invité le Lun 9 Nov 2015 - 14:25

Eh oui ! Les prêtres, comme tous les êtres humains, ont des défauts… Pour autant, doivent-ils être la cible des critiques des fidèles ? N’ont-ils pas plutôt besoin d’être soutenus et encouragés ? Adoptons envers eux une attitude juste, dans la vérité et la charité.
« Il a mauvais caractère... Il ne sait pas déléguer... Il n’a pas d’autorité sur les gamins du caté... Ses sermons sont trop longs... Il n’est pas assez marial... Il l’est trop...» Alors que les candidats ne se bousculent pas au portillon des séminaires diocésains, les paroissiens se plaignent souvent de leur curé (ou de son vicaire) et le critiquent derrière son dos… Quand ils ne lui tombent pas directement dessus !

Le respecter et l’aimer tel qu’il est

Résultat ? Blessé, le prêtre est alors tenté par le découragement. « Lui qui se donne beaucoup, tout en vivant une certaine forme de solitude, aurait au contraire besoin d’être encouragé et de se sentir respecté et aimé tel qu’il est », regrette le Père Patrick de Varax, curé de Saint-Pierre de Gex, dans le diocèse de Belley-Ars (Ain). De plus, en adoptant le parti de la critique systématique, « les fidèles scient la branche sur laquelle ils sont assis », poursuit le Père de Varax. Ce dont témoigne Claire, une mère de famille du pays de Gex : « Quand on critique à tout bout de champ les prêtres de la paroisse devant les enfants, on risque de décourager le Curé d’Ars, est pauvre et pécheur. Attention à ne pas l’idéaliser ».

Comme tout le monde, le prêtre commet des erreurs et des maladresses. Il peut ne pas être juste, sur le plan humain ou celui de la foi. Certains actes ou certaines paroles ne doivent pas faire l’objet d’un déni et être passés sous silence. « Il ne s’agit pas de faire un chèque en blanc au curé de la paroisse, de dire amen à tout ce qu’il dit et fait. Les fidèles doivent garder l’esprit critique », insiste le Père de Varax. Mais alors, comment le faire à bon escient ?


Le prêtre a besoin de nos prières

Une attitude « juste » repose d’abord sur le dialogue et la délicatesse. « Si quelque chose ne va pas –€“ une maladresse, une exagération... –€“, il faut tout simplement aller le dire, gentiment », conseille l’Abbé Vilain. « Mon curé m’avait blessée, raconte Claire. Plutôt que de ressasser et de faire du mauvais esprit, j’ai pris mon courage à deux mains, et je suis allée lui parler, en tâchant d’y mettre les formes. » Pour le Père de Varax, « la critique faite dans la lumière et la charité est positive. Elle fait grandir toute la communauté ».

Mais dans la relation entre prêtres et paroissiens, la charité ne s’arrête pas là. En effet, le sacerdoce suppose un combat, à la hauteur des enjeux, importants : « Quand un prêtre tombe, c’est toute une communauté qui est touchée. À l’inverse, un saint prêtre est un torrent qui emporte tout », explique le Père de Varax. Satan n’avait-il pas coléré contre le Curé d’Ars : « S’il y en avait trois comme toi sur la Terre, mon royaume serait détruit » ?

C’est pourquoi le prêtre a également besoin de la prière et des sacrifices des fidèles. N’est-ce pas un juste retour des choses ? En répondant à l’appel de Dieu, le prêtre a bien tout quitté pour se mettre à leur service… Une famille a ainsi prié (et même jeûné) pour un jeune prêtre qui avait abandonné le sacerdoce un an après son ordination, demandant à la Vierge de « lui tendre une main secourable ». Suppliques entendues : quelques temps plus tard, le pasteur est « rentré à la maison ». Plus largement, Claire, qui porte les prêtres de sa paroisse dans le chapelet quotidien, prie « pour qu’ils puissent dire : “Je suis heureux parce que je suis prêtre” ».

Élisabeth de Baudoüin


Dernière édition par Marie du 65 le Lun 9 Nov 2015 - 18:58, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Dire du mal des pretres

Message par Bretagne le Lun 9 Nov 2015 - 14:34

Bonjour @Marie65 ,
Je crois personnellement , qu'il ne faut pas dire du mal des prêtres ,car ils ne sont pas des hommes comme les autres , ils ont été mis à part , pour une Haute Mission par Jésus ..Ce sont les Fils de Prédilection de Marie , car à l'autel ils sont "un autre Christ" ...
Ma mère n'a jamais critiqué un prêtre et elle nous a éduqués en ce sens ...
C'est vrai que la critique fait du bien , c'est comme se gratter quand ça démange , mais après on regrette !!
Bretagne
avatar
Bretagne
Pour le roi

Féminin Messages : 657
Inscription : 19/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peut-on critiquer les Prêtres ?

Message par Invité le Lun 9 Nov 2015 - 14:52

annulé


Dernière édition par Marie du 65 le Lun 9 Nov 2015 - 19:00, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Peut-on critiquer les Prêtres ?

Message par Gilles le Lun 9 Nov 2015 - 15:00



Le prêtre de Jésus-Christ...

J'ai trouvé mon serviteur et je l'ai consacré avec l'huile sainte, avec l 'onction de ma sainteté,
dit Dieu (Ps. 88, 20. Ainsi, saint Augustin pouvait dire à ses prêtres, « Vous êtes les vicaires de Jésus-Christ et vous remplissez ses fonctions. » (Serm. XXXIV ad Fratr.)

Le 26 avril 1935 à Lourdes, le cardinal Pacelli, Secrétaire d’État de Pie XI, s'adressait aux prêtres à l'Heure Sainte Sacerdotale. Il leur rappelait d'abord leur ordination, puis leurs devoirs : « Il n'est personne ici qui ne se rappelle avec émotion l'heure où la main de l’évêque, posée sur nos têtes, prêtres du Christ, ...Chacun de nous est véritablement un autre Christ ! Puissance divine certes, mais en même temps redoutable, puisqu'il nous en faudra rendre compte... Que se renonçant à lui-même, le prêtre suive le Christ et qu'ayant dépouillé le vieil homme avec ses vices et ses convoitises, il se revête du Christ, se transforme en lui et, devenu un autre Christ, il passe en faisant le bien . ...Plus vive sera en nos âmes la conscience de notre dignité, des devoirs redoutables qui l'accompagnent, et du compte qu'il en faudra rendre au Souverain Juge, moins il y aura de place dans le clergé pour la paresse, la négligence et la lâcheté, plus nous mettrons de ferveur à offrir à Dieu toutes les forces de notre corps et de notre âme pour travailler au salut de nos frères ... Malheur aux prêtres dans lesquels les hommes et les fidèles ne verraient que des hommes comme les autres. Vous êtes le sel de la terre (Mt. 5, 13). »

« Que les hommes nous considèrent comme les ministres du Christ, et comme les dispensateurs des mystères de Dieu. Or, ce qui est à désirer dans les dispensateurs, c'est qu'ils soient trouvés fidèles » dit saint Paul (1Co. 4, 1-2). C'est donc un devoir pour les prêtres d'être des modèles parce que « Les peuples jettent les yeux sur les prêtres comme dans un miroir et c'est là qu'ils prennent leur modèle », (Concile de Trente, Sess. 22, c.I). « Faites voir par votre conduite la sainteté du Christ », enseignait saint Bellarmin. Car « tout homme appelé au sacerdoce de Jésus-Christ doit se regarder comme un exemple public et vivre comme si la terre avait les yeux fixés sur lui... » écrivait Bourdaloue (1). Quelle responsabilité !

Saint Chrysostome, mort en 407, écrivait : « Sans le prêtre, nous ne pouvons parvenir au salut. C’est l’envoyé de Dieu ». Et saint Prosper d'Aquitaine, mort en 463, ajoutait : « Les prêtres sont l'ornement de l’Église, les plus solides colonnes, les portes de l'éternelle cité, par lesquelles tous les hommes vont à Jésus-Christ. Ils sont les portiers qui ont reçu les clés du royaume des cieux. » (2) Massillon idéalisait son rôle « Telle est la destinée du prêtre, qu'étant élevé de la terre par l'éminence de sa dignité, il attire tout après lui comme Jésus-Christ. » (3). Quant à Bourdaloue, il rappelait ces paroles de saint Justinien : « Que le prêtre approche de l'autel comme Jésus-Christ, par sa puissance ; qu'il y assiste comme un ange, par son respect ; qu'il y serve comme un saint, par la pureté de sa vie ; qu'il y offre les vœux du peuple comme un pontife, par sa charité envers le prochain ; qu'il y moyenne la paix comme un médiateur, par son zèle pour la gloire de Dieu ; qu'il y prie pour lui-même comme homme, par son humilité et la connaissance de ses faiblesses. » (4)

En juin 1935, le cardinal Pacelli s'adressait encore aux prêtres : « Parce que, de l’Église, et des prêtres en particulier dépend en grande partie le salut du monde, la foule immense l'attend et le désire. Il importe que nous ayons de bons prêtres. L’Église, mère des âmes sait que son apostolat est un apostolat de vérité et que sacrifier même un iota du dépôt de la foi, aux larges courants des erreurs modernes, serait trahir sa mission de sauver le monde. » (5) Devenu Pape, il insistait dans Menti Nostrae du 23 septembre 1950 : « Éclairez les esprits, dirigez les consciences, réconfortez et soutenez les âmes qui se débattent dans le doute en gémissant dans la souffrance. »

« Malheureusement des prêtres s'occupent des œuvres comme si Jésus n'en était pas le principe de vie », écrivait Dom Chautard, qui parle des hérésie des œuvres selon l'expression du cardinal Mermillod, « L'activité fiévreuse prenant la place de l'action de Dieu ». Pie XII mettait les prêtres en garde contre l'activisme dans l'Encyclique Menti Nostrae : « Nous ne pouvons omettre d'exprimer notre préoccupation et notre anxiété à ceux qui, à cause de circonstances particulières et de temps, se sont engouffrés dans le tourbillon de l'activisme extérieur jusqu'à négliger le premier devoir du prêtre qui est le devoir de sa propre sanctification. » Pensait-il à Mgr Dupanloup qui écrivait : « J'ai une activité terrible qui ruine ma santé, trouble ma piété et ne sert point ma conscience. Cela est à régler... J'ai reconnu, en outre, que ce défaut de vie intérieure est la source de toutes mes fautes, de mes troubles, de mes sécheresse, de mes dégoûts, de ma mauvaise santé. J'ai donc résolu de tourner tous mes efforts à l'acquisition de la vie intérieure. »

La première des charités du prêtre c'est de conduire les âmes qui lui sont confiées vers le Ciel, car les biens spirituels sont au dessus de tout écrivait saint Paul qui ajoutait : « Ne vous immiscez pas aux affaires du siècle. » (2 Ti. 2, 4). Mais certains ont privilégié l'action sociale, professionnelle ou médiatique. « Voici un nouveau type de prêtre, le prêtre laïc, découronné de son caractère divin, accordant au siècle sa prédication, son enseignement, son ministère et sa conduite », écrivait le cardinal Billot. Ils font avec générosité des œuvres naturelles quand Dieu demande des œuvres surnaturelles. Mais cet activisme les éloigne du spirituel. Ce n'est plus la charité comme l'entend la Sainte Église, c'est-à-dire la pratique de la charité au nom de Jésus-Christ ; prêcher son Évangile dans les cœurs pour obtenir la conversion de pécheurs. C'est l'action publique ou l'action caritative sociale, très louable certes, mais au service de l'homme, et pas au nom de Dieu et à son service. Mgr de La Bouillerie écrivait : « La charité est le contraire de la philanthropie : celle-ci demeure terre à terre, elle n'atteint qu'un seul terme, qui est le pauvre, et dans le pauvre, elle n'envisage que les intérêts matériels, ses membres à réchauffer, à vêtir, sa faim et sa soif à satisfaire, son existence à sauvegarder. La charité chrétienne atteint deux buts. Tour à tour, elle considère Dieu et elle considère le pauvre. (c'est en Dieu qu'elle puise l'amour qui la portera vers le pauvre, et dans le pauvre, ce qu'elle chérit davantage, c'est l'âme, l'esprit et le cœur, tout ce qui unit le pauvre à Dieu. » (6)

Inquiet de cet activisme grandissant, Jean XXIII écrivait dans Sacerdotii Nostri Primordiae : « Volontiers sensibles à l'efficacité de l'action et facilement tentés par un dangereux activisme, combien est salutaire ce modèle de prière assidue, dans une vie entièrement livrée aux besoins des âmes. » Et il poursuit : « Peut-être est-ce pour avoir négligé toutes ces prescriptions de piété que certains membres du clergé se sont vus peu à peu livrés à l'instabilité extérieure, à l'appauvrissement intérieur et exposés un jour sans défense aux tentations de l'existence »... en ajoutant : « Rien ne saurait remplacer dans la vie d'un prêtre la prière silencieuse et prolongée devant l'autel. » Il rappelait l'enseignement de saint Bonaventure : « Les secrets d'un apostolat fécond se puisent plus au pied du Crucifix que dans le déploiement de brillantes qualités. » Le Pape Jean-Paul II ne dit pas autre chose : « Le prêtre vaut ce que vaut sa vie eucharistique, sa Messe surtout. Messe sans amour, prêtre stérile ; Messe fervente, prêtre conquérant d'âmes. Dévotion eucharistique négligée et sans amour, prêtre en danger de se perdre. » (7)

Puis Jean-Paul II les met en garde : « Il peut nous sembler parfois que les hommes veulent ou désirent que nous soyons comme eux... et il très facile en effet de se laisser guider par les apparences et de devenir les victimes d'une illusion fondamentale... Danger, crie le Pape : Ceux qui réclament la laïcisation de la vie sacerdotale et qui applaudissent à ses différentes manifestations nous abandonneraient certainement, quand nous succomberions à la tentation. Notre époque est caractérisée par diverses formes de manipulations et d'utilisation de l'homme, mais nous ne pouvons céder à aucune d'elles. » Mais le peuple cherche à entendre les choses qui ne gênent pas sa liberté et il écoute avec plaisir et sans discernement un enseignement libéral qui facilite sa vie. Dites-nous des choses qui nous plaisent, lui avait fait dire Isaïe (Is. 30, 10). Il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine; et dans leur démangeaison d'entendre ce qui les flatte, ils se donneront des maîtres selon leurs désirs, et détourneront l'oreille de la vérité pour 1'ouvrir à des fables ( 2 Tm. 4, 1).

Des prêtres ont « repris la Bible, ayant soin, en l'interprétant, d'écarter le sens mystique et de dénaturer souvent le sens littéral », écrivait le Père Didon. Ils ont prêché un enseignement adapté au siècle et une morale tolérante pour vivre avec les lois du monde sans craindre le Purgatoire que le peuple veut oublier. Et on a fait de la foi une simple opinion. Car ils (ces clercs) sont du monde, et ils parlent selon l'esprit du monde et le monde les écoute (l Jean 4, 5). « Si de tels hommes sont le sel de la terre, il faut reconnaître que le sel s'est affadi », remarquait Mgr d'Huist. Et quand la vérité est noyée dans la brume, qui s'étonnera que tant de fidèles errent et se perdent dans l'indifférentisme qui les rend neutres en face du bien et du mal ?

Dom Sarda y Salvany O.S.B. ne craignait pas d'écrire : « Il est historiquement certain qu'en un siècle les hérésies n'ont pu, ni faire quelque bruit, ni se développer, si dès le début, elles n'ont point eu des prêtres à leur service. Le prêtre infidèle est le premier facteur que recherche le Diable pour réaliser son œuvre de rébellion. Il a besoin de la présenter aux regards des gens avec quelque apparence d'autorité ; or rien ne le sert autant sous ce rapport que le contreseing d'un ministre de l’Église. » (9) Et Péguy écrivait : « Les curés travaillent à la démolition, du peu qui reste. Ils y réussissent beaucoup. Il n'y a même que là-dedans qu'ils réussissent ! Mais il faut leur faire justice que là, ils travaillent activement. » C 'est le malheur des temps ! remarquait quelqu'un. Non dit Péguy: "I1 n'y a point de malheur des temps, il y a le malheur des clercs. Tous les temps appartiennent à Dieu. Tous les clercs, malheureusement, ne lui appartiennent pas. » (10) Les mauvais prêtres sont les causes de la perte des peuples, dit saint Grégoire (Lib. XIV épist. LXIV).

Henri de Germay - Opus Dei

Gilles. Ville de Québec - Canada
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24588
Age : 63
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peut-on critiquer les Prêtres ?

Message par Scala-Coeli le Lun 9 Nov 2015 - 18:45

Merci beaucoup @Gilles pour cet article qui nous éclaire vraiment sur le rôle du Prêtre et qui remet les choses dans l'ordre. Cela me fait penser à un article de Radio-Notre-Dame dont le titre était "les prêtres sont des hommes comme tout le monde"... Prends pitie
avatar
Scala-Coeli
MEDIATRICE
MEDIATRICE

Féminin Messages : 1367
Localisation : Sud de la France
Inscription : 04/07/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peut-on critiquer les Prêtres ?

Message par richardjl41 le Mar 24 Nov 2015 - 13:38

nous pouvons aussi méditer la citation :"où il y a l'homme, il y a de l'hommerie"!
avatar
richardjl41
Débutant

Masculin Messages : 2
Inscription : 22/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peut-on critiquer les Prêtres ?

Message par namita le Ven 27 Nov 2015 - 19:10

Le prêtre lyonnais qui avait publié une tribune au vitriol fustigeant à la fois les terroristes du 13 novembre et les spectateurs du Bataclan, a été relevé de ses fonctions et invité par sa hiérarchie à dans un monastère. Son billet haineux avait scandalisé les réseaux sociaux

La sanction n' pas tardé. Quelques jours après la publication de sa tribune qui a fait polémique sur les réseaux sociaux, le prêtre lyonnais Hervé Benoît a été relevé de "ses différentes charges pastorales" dans le diocèse de Lyon. C'est son supérieur, le cardinal Barbarin, qui l'a annoncé sur Twitter ce matin.

Confused

avatar
namita
Contre la Franc Maconnerie

Féminin Messages : 340
Age : 62
Localisation : france région aquitaine porte du médoc
Inscription : 06/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peut-on critiquer les Prêtres ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum