Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum.

Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par P12345 le Mar 11 Fév 2014 - 10:20

Bonjour,
merci de nous donner la possibilité de poser des questions .
J'aimerais tout d'abord raconter un événement douloureux qui a marqué ma jeunesse.
Après une thérapie avec l'excellente psychiatre qui a guéri mes troubles alimentaires, je suis partie étudier à l'étranger (sur ses conseils) et connu mon premier compagnon.
C'était pendant la phase de ma vie où j'avais perdu la foi (de ma 15ème à ma 30ème année).
J'avais 22 ans et ce compagnon fut mon "premier" homme.
Je l'aimais. Lui, il menait "une vie de patachon", domjuanesque, sur de son pouvoir, séducteur, ne voulant pas se lier vraiment, me trompant. Etc. Et ses copains sont venus me dire de faire attention, que c'était un escroc.
Au bout d'un an comme ça, je suis partie.
J'étais dans un sale état (tentative de suicide), j'ai commencé une thérapie avec une psychologue clinicienne de bonne réputation.
Au bout d'un an, rien n'avait changé. C'était intellectuel, en surface. Je me conformais à ses interprétations, ses interventions, ses directives, tant la souffrance était grande et grand mon espoir de la dépasser.
Mais au fond de moi la même vulnérabilité, les mêmes sentiments, je ne "pouvais" oublier mon ex-compagnon.
(J'interromps ici et raconte la suite tout à l'heure)

P12345
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1404
Age : 50
Localisation : Vers mon port d'attache
Inscription : 05/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par P12345 le Mar 11 Fév 2014 - 11:15

Voilà, je suis de retour.
Au bout d'un an de thérapie, j'aborde ce sujet de ma distance émotionnelle, d'une certaine dureté où je me contraignais pour ne pas souffrir. Mme S.m'encourage à exprimer ces émotions qui suivent les ruptures, les deuils.
Elle m'assure même que c'est son métier, sa "vocation" (dans la langue de ce pays) d'entendre ces noirceurs, de voir les déséquilibres, les blessures. Elle me raconte même qu'elle a enduré qu'un patient borderline, fou de douleur, pique une crise chez elle en faisant tomber les livres de son étagère.
Je me sens peu à peu en sécurité, prête à ouvrir des vannes que je gardais fermées jusque là.
Malheureusement, je croise mon ex dans la rue, ce qui rouvre toutes mes plaies. Mme S. étant en vacances, je m'adresse à mon médecin traitant qui ne me prescrit rien (c'est elle qui prescrivait mes anxiolytiques) mais qui m'écoute, et à une copine qui m'emmène troi-quatre fois dans un groupe de parole de type "alccoliques anonymes" mais pour les dépressifs, les personnes "en crise".
Je raconte cela à Mme S. à son retour de vacances et là, je me trouve en face d'une forte hostilité (elle me réprimande sèchement, mon comportement est "disproportionné", "inadéquat", au bout d'un an je ne devrais pas être dans cet état "simplement parce que j'ai croisé mon ex", je devrais avoir plus d'autonomie, mieux maitriser mes émotions, etc.) telle que, chamboulée, je me mets pour la première fois à pleurer devant elle.
Elle me déclare alors qu'elle ne supporte pas de voir pleurer une femme de 24 ans et me donne "quatre séances pour devenir raisonnable".
Quatre séances où je suis allée pour pleurer, tenter de comprendre un tel revirement de sa part, et me faire radier: jetée de la thérapie .

Ma question surgit parce que je viens de revivre une situation qui ressemble à celle-ci : quelqu'un qui aide, vous assure de sa bienveillance, vous encourage à vous confier, promet son soutien, mais qui vous raye brusquement de ses petits papiers et prend la fuite dès que vous le faites réellement.
Pourquoi nos souffrances font-elles fuir ceux qui précisément semblaient disposés à vous aider à les surmonter ?
Est-ce une tentation (montrer certaines failles, certaines blessures) à quoi nous devons toujours résister si nous voulons garder l'estime, la sympathie des autres ?
N'est-on accepté que lorsqu'on est maitre de ses émotions, autonome ?
Et enfin : qu'est-ce qui a pu motiver ces bonnes personnes, pourtant si ouvertes aux souffrances des autres (une psy) à encourager un comportement qu'elles n'ont pu supporter ?

P12345
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1404
Age : 50
Localisation : Vers mon port d'attache
Inscription : 05/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par P12345 le Mar 11 Fév 2014 - 11:32

J'insiste sur un fait, c'est qu'en montrant ma détresse, j'y avais été poussée, les personnes m'avaient assurée (à plusieurs reprise)que je "pouvais", m'avaient mise en confiance. Rien à voir avec le faux-pas consistant à "trop déballer" à une personne qui ne vous a rien demandé, qui n'est pas la bonne.
D'un autre côté, les stats de la police montrent qu'une personne qui vient de se faire agresser risque plus que les autres de se faire à nouveau agresser en allant porter plainte.
Je ne sais plus qui (à propos du harcèlement) écrivait que des victimes de mauvais traitement courraient un risque accru de se faire à nouveau maltraitées....par les personnes qui leur viennent en aide !
Est-ce un processus qui est dans notre nature ?

P12345
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1404
Age : 50
Localisation : Vers mon port d'attache
Inscription : 05/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Delsanto le Mar 11 Fév 2014 - 12:55

 Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir?

Eh bien écoutez, ce que je peux vous dire c'est que vous posez les bonnes questions.

Donc un bon point à partir duquel vous rassurer: vous êtes lucide.

Bien entendu, si je dis cela c'est que j'ai fait et continue à faire le même constat.

Alors pourquoi? Eh bien, peut-être finalement parce que tous ces gens qui sont censés vous aider sont en réalité plus faibles que vous.

Et je ne suis pas, écrivant cela, en train de faire un "bon mot".

Par moments je le pense vraiment.

Un deuxième point à partir duquel vous rassurer. Smile 

En tout cas pour moi c'est clair: vous avez raison de chercher à exprimer votre souffrance; c'est difficile de faire les bonnes rencontres, c'est vrai, mais un jour cela arrivera: pas de découragement surtout.

Et d'autant moins que les psys ne sont pas toujours les meilleurs psy...chologues!

Sans compter que les psys agnostiques sont légion; ceux qui croient et pourraient faire intervenir la dimension spirituelle lorsque nécessaire, étant une minorité..

tout cela aussi, je l'ai vérifé.

Philon vous me semblez une personne intelligente et sensible; l'horizon n'est pas bouché, courage!


Delsanto
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2468
Inscription : 05/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Anne de Bretagne le Mar 11 Fév 2014 - 13:01

Ce que tu as vécu est très difficile. Et parfois, certaines personnes ont besoin d'être aidées pour surmonter toutes ces épreuves, comme tu l'as fais.

Pour faire court, je ne suis pas certaine que tu ais fais "fuir" parce que tu as montré tes émotions. Il ne faut pas oublier que ta psy est avant tout humaine avant d'être une psy, peut-être avait-elle à ce moment là un moment très pénible à vivre. Il ne faut pas que ses remarques te braquent et te donnent envie de reculer, bien au contraire ! Il faut aller de l'avant, prendre les critiques d'un côté positif. Cela ne pourra que t'aider.

Si je peux me permettre de te donner quelques conseils : la vie, c'est dur, on le sait tous. On a des hauts et des bas, jusque là, très bien. Si parfois tu peux avoir le sentiments que tu peux éventuellement braquer les gens face à ta souffrance, c'est tout simplement parce que il est globalement plus agréable d'être avec quelqu'un joyeux que quelqu'un qui transpire le mal-être. Je ne te fais aucun reproche, loin de là, j'ai très longtemps été confrontée à ce problème, mais de mois en mois je m'améliore petit à petit, je remarque clairement un changement profond dans ma vie sociale. J'ai une phrase qui résume tout : souris à la vie, et elle te souriras.

Personnellement, je dis souvent : remercie Dieu, et il te bénira. Il faut accepter les difficultés, c'est en elle que l'on puise notre expérience et le fondement de notre caractère. C'est douloureux, ça fait mal, oui, mais c'est un mal pour un bien. Crois-moi.
N'hésite pas à te tourner vers Dieu pour lui demander de te donner de la force et du courage, cela t'aidera beaucoup !

_________________
avatar
Anne de Bretagne
Aime la Bible

Féminin Messages : 16
Age : 25
Localisation : Cenabum.
Inscription : 10/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par P12345 le Mar 11 Fév 2014 - 13:26

Merci de vos réponses.
Les personnes qui veulent aider , plus faibles que nous ?
Les psys ont leurs études, le savoir et l'expérience des autres psys, les leurs...on les imagine au fait de la question de la souffrance.
Mais d'un autre côté, dans ces moments d'angoisse, c'est moins d'une "explication" qu'on a besoin que d'un appui.
Avec cette psy d'un autre pays (autre sensibilité, autre culture) que le mien j'avais l'impression d'une sorte d'horreur subite de sa part, un refus massif (et non des critiques constructives) de ce que j'ai pu "incarner" à ce moment précis (ça remonte à plus de 20ans, le souvenir est encore très présent) et j'ai ensuite constaté à mainte reprise que cette culture n'a pas la même indulgence que la nôtre, il y a une définition de la féminité différente, un positionnement différent face aux questions de l'amour.
Moi qui venait de la "douce France", ça m'a douloureusement surprise, ç'a été la douche froide.

De façon plus générale, je posais cette question concernant tout le monde (pas seulement les psy), mais elle jouxte aussi celle de la manière dont la modernité (éloignée de Dieu) traite la souffrance, l'exclusion, la mort. On ritualise moins, on accorde moins de place.

P12345
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1404
Age : 50
Localisation : Vers mon port d'attache
Inscription : 05/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Marie Rose le Mar 11 Fév 2014 - 15:53

Philon merci d'avoir osé parlé de votre vie, d'avoir donné ce témoignage
Je n'ai pas vécu les mêmes souffrances que vous, mais j'ai connu aussi l'état suicidaire après une jeunesse foutue à cause de mon père, le décès de ma fille de 6 ans , l'abandon de la famille(si je peux appeler cela une famille)
Quand je vous lis au tout début, ce qui me vient à l'esprit,c'est la phrase de Jésus qui parle de la maison construite sur le roc
Ma pauvre! dans quelle galère vous vous êtes mise avec un tordu pareil,mais l'amour rend aveugle
Je ne vous juge pas, j'ai un fils de 16 ans et je lui rappelle tjs qu'il prendra un sacré risque en construisant plus tard sa maison sur du sable,et qu"'il fasse bien attention sur son choix amoureux.Mais choisit on? l'amour vous tombe dessus et hop! on devient aveugle es sourd!
Je n'ai jamais parlé de ma rencontre avec mon mari mais je vais le faire
Après une jeunesse pourrie, je tombe amoureuse de mon futur mari, mais au bout d'un moment, je me demande s'il est fait pour moi,un peu trop réservé,pas très affectueux etc... par contre très amoureux, très sérieux
Je n’éprouve pas la même passion que lui, mais je rêve d'un foyer tranquille,et je pense, c'est fou! A joseph et Marie!Je me dis que si je fais confiance à Dieu, cet homme aux grandes qualités me rendra heureuse
26 années plus tard je ne l'ai jamais regretté, je donnerai ma vie pour mon mari,et vivre avec lui dans la foi en Jésus, c'est presque magique!!Bien sur cela n'ôte pas les douleurs,mais elles sont transfigurées à la lumière du ressuscité. Mon époux n'était pas pratiquant,il l'est devenu après le décès de notre fille

Dieu nous a laissé sa parole, son fils, son Eglise,croyons qu'il nous aidera et nous sortira de toutes nos misères,mais avec notre aide,et j'en donne un exemple:
- Un paroissienne se confie à moi un jour, et me dit que sa fille était en froid avec Dieu car son mari l'avait quitté pour une autre
Je lui répond:"mais son mari était il croyant",elle me répond que non
Je lui dis alors"mais pourquoi se plaint elle de Dieu? il a dit "tu ne commettras pas d'adultère""Donc voyez! dites lui que Dieu n'y est pour rien, mais qu'elle avait pris des risques en se mariant avec un homme qui ne s'appuie pas sur la parole de Dieu"
Attention, cela ne veut pas dire que tous les incroyants trompent ou sont mauvais, d'ailleurs mon mari sans être croyant avait des valeurs bien chrétiennes,mais si l'on met Dieu en premier,nous serons heureux,éprouvés! mais heureux
J'espère Philon que vous avez pu trouver la paix de Jésus
Mais à vous lire vous êtes une personne extraordinaire,blessée mais extraordinaire

_________________
marie-rose IHS
avatar
Marie Rose
En adoration

Féminin Messages : 2548
Localisation : bouches du rhône
Inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par P12345 le Mar 11 Fév 2014 - 17:06

Merci Marie Rose
(mais en fait je suis "madame Toulemonde"),
c'est un fait : mon premier compagnon ne croyait pas, c'était même un "ennemi" de l'Eglise. Il faisait partie d'une association qui la ridiculise. Il était hors de question pour lui d'envisager de se marier.

Vous évoquez l'importance du choix et ses critères, je vous rejoins entièrement à ce sujet : si nous disposons d'éléments "objectifs" de choix, nous batirons sur du solide. La passion est mauvaise conseillère(on flatte son amour propre, on fabrique des rêves).
C'est très beau ce que vous dites à propos de Dieu qui n'y est pour rien lorsque l'un des conjoints rompt l'alliance du mariage : Il est au contraire notre repère, certains l'ignorent ou s'en éloignent mais il arrive que nous revenions vers Lui quand nous comprenons qu'Il nous aime.
Merci pour ce très beau post, Marie Rose !

P12345
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1404
Age : 50
Localisation : Vers mon port d'attache
Inscription : 05/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Delsanto le Mer 12 Fév 2014 - 7:09

@Anne de Bretagne a écrit:Ce que tu as vécu est très difficile. Et parfois, certaines personnes ont besoin d'être aidées pour surmonter toutes ces épreuves, comme tu l'as fais.

Pour faire court, je ne suis pas certaine que tu ais fais "fuir" parce que tu as montré tes émotions. Il ne faut pas oublier que ta psy est avant tout humaine avant d'être une psy, peut-être avait-elle à ce moment là un moment très pénible à vivre. Il ne faut pas que ses remarques te braquent et te donnent envie de reculer, bien au contraire ! Il faut aller de l'avant, prendre les critiques d'un côté positif. Cela ne pourra que t'aider.

Si je peux me permettre de te donner quelques conseils : la vie, c'est dur, on le sait tous. On a des hauts et des bas, jusque là, très bien. Si parfois tu peux avoir le sentiments que tu peux éventuellement braquer les gens face à ta souffrance, c'est tout simplement parce que il est globalement plus agréable d'être avec quelqu'un joyeux que quelqu'un qui transpire le mal-[/b[b]]être. Je ne te fais aucun reproche, loin de là, j'ai très longtemps été confrontée à ce problème, mais de mois en mois je m'améliore petit à petit, je remarque clairement un changement profond dans ma vie sociale. J'ai une phrase qui résume tout : souris à la vie, et elle te souriras. Personnellement, je dis souvent : remercie Dieu, et il te bénira. Il faut accepter les difficultés, c'est en elle que l'on puise notre expérience et le fondement de notre caractère. C'est douloureux, ça fait mal, oui, mais c'est un mal pour un bien. Crois-moi.
N'hésite pas à te tourner vers Dieu pour lui demander de te donner de la force et du courage, cela t'aidera beaucoup !





La première phrase surlignée, moi, je la traduis par: les gens sont des égoïstes... Car il est évident que les gens heureux devraient justement s'appuyer sur leur bonne forme générale pour aider ceux qui peinent.. avec joie et spontanéité.

La deuxième, je n'en ai jamais vérifié l'exactitude. J'étais, enfant, un être gai, souriant et aimant. Pour des raisons X et Y que je ne vais pas redévelopper ici, je n'ai pris que des portes dans le nez!

Attention aux petits aphorismes qui sont loin d'être toujours exacts et peuvent même culpabiliser ceux qui se les entendent objecter.

Delsanto
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2468
Inscription : 05/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Delsanto le Mer 12 Fév 2014 - 7:31

Philon a écrit:Merci de vos réponses.
Les personnes qui veulent aider , plus faibles que nous ?
Les psys ont leurs études, le savoir et l'expérience des autres psys, les leurs...on les imagine au fait de la question de la souffrance.
Mais d'un autre côté, dans ces moments d'angoisse, c'est moins d'une "explication" qu'on a besoin que d'un appui.
Avec cette psy d'un autre pays (autre sensibilité, autre culture) que le mien j'avais l'impression d'une sorte d'horreur subite de sa part, un refus massif (et non des critiques constructives) de ce que j'ai pu "incarner" à ce moment précis (ça remonte à plus de 20ans, le souvenir est encore très présent) et j'ai ensuite constaté à mainte reprise que cette culture n'a pas la même indulgence que la nôtre, il y a une définition de la féminité différente, un positionnement différent face aux questions de l'amour.
Moi qui venait de la "douce France", ça m'a douloureusement surprise, ç'a été la douche froide.

De façon plus générale, je posais cette question concernant tout le monde (pas seulement les psy), mais elle jouxte aussi celle de la manière dont la modernité (éloignée de Dieu) traite la souffrance, l'exclusion, la mort. On ritualise moins, on accorde moins de place.





Bien sûr que cela arrive! Vous connaissez la fable du chêne et du roseau?: J'en ai connu des gens qui se faisaient passer pour solides et qui croyaient l'être. Eh!! parbleu! la vie les avait toujours épargnés! Au premier zéphyr ils étaient "morts"!

La souffrance, hélas, ne la connait bien et ne la comprend bien que celui qui l'a expérimentée, soit dans sa chair, soit dans son mental.

Un évêque -dont j'ai oublié le nom - sur son lit de mort donna cet avertissement à l'un de ses prêtres, pour bien conduire ses prêches futurs:

"Nous faisons souvent de beaux discours sur la souffrance. N'en parlez qu'avec prudence!! J'en ai pleuré"

De plus il y a des personnes qui préfèrent faire l'autruche: les grands problèmes existentiels, euh..elles les regardent la tête dans le sable; ils leur font peur.

Quant à la réaction de votre psy, s'agissait-il d'une réaction de personne solide?

Pas forcément!

Ce pouvait très bien être la réaction d'une femme qui vivait mal ce qu'elle voyait chez vous; qui le vivait comme SON échec! l'échec de sa thérapie... Peut-être parce que, justement, elle ne vous comprenait point autant qu'elle le pensait et que vous l'imaginiez. Beaucoup de personnes, moi le premier d'ailleurs, supportent mal leurs échecs! Parfois cela se comprend; parfois c'est une manifestation de faiblesse et de manque de confiance en soi. Si, si!

Dans les contextes auxquels vous faites allusion, les meilleurs psys sont les amis. Encore faut-il disposer de ces perles rares!

Ca doit exister...comme il existe aussi de bons psys...Il faut juste tomber dessus, quoi!

Delsanto
Combat l'antechrist

Masculin Messages : 2468
Inscription : 05/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par P12345 le Mer 12 Fév 2014 - 8:46

Anne de Bretagne (coucou les Bretons...) a peut-être voulu dire que
quand on aide les autres (on sourit à la vie), on se sent heureux d'avoir fait du bien (elle vous sourit).

Freud avertissait ses confrères, c'est peut-être le "danger" de cette profession : croire à tort que c'est le psy qui a le pouvoir de guérir les patients.
En fait c'est Dieu, le médecin est un "médium".
Quand il l'oublie, il va s'attacher trop fortement à "la gloire" de guérir ("mes" méthodes sont les meilleures, "mon" remède est le plus efficace...) et vivre d'autant plus mal un "échec".
Mais peut-on ici parler d'échec ?
Est-ce que l'amour est une maladie ?

P12345
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1404
Age : 50
Localisation : Vers mon port d'attache
Inscription : 05/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Marie Rose le Mer 12 Fév 2014 - 9:09

, l
@Delsanto a écrit:es meilleurs psys sont les amis

Je pense pareil!
Philon a écrit:Est-ce que l'amour est une maladie ?

non, mais nous tombons malade par manque d'amour, car c'est pour cela que nous sommes ici,pour aimer et être aimé
Je suis persuadée que l'amour peut guérir.Soulever des montagnes!
Mais l'amour sans intérêt,celui du Christ
"je t'aime tel que tu es, tu as du prix à mes yeux, tu es important pour moi,tu es exceptionnel, même si tu te crois mauvais...."

_________________
marie-rose IHS
avatar
Marie Rose
En adoration

Féminin Messages : 2548
Localisation : bouches du rhône
Inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Marie Rose le Mer 12 Fév 2014 - 9:17

J'adore ce texte sur lequel je suis tombée lorsque j'allais mal


Mon enfant,
Je regarde jusqu’au fond de ton cœur et je sais tout de toi. (Psaume 139.1)
Je sais quand tu t’assieds et quand tu te lèves. (Psaume 139.2)
Je te vois quand tu marches et quand tu te couches.
Je connais parfaitement toutes tes voies. (Psaume 139.3)
Même les cheveux de ta tête sont comptés. (Matthieu 10.29-31)
Tu as été créé à mon image. (Genèse 1.27)
Je suis le mouvement, la vie et l’être. (Actes 17.28)
Je te connaissais même avant que tu sois conçu. (Jérémie 1.4-5)
Je t’ai choisi au moment de la création. (Ephésiens 1.11-12)
Tu n’étais pas une erreur. (Psaume 139.15)
Tous tes jours sont écrits dans mon livre. (Psaume 139.16)
Je détermine la durée des temps et les bornes de tes demeures. (Actes 17.26)
J’ai fait de toi une créature merveilleuse. (Psaume 139.14)
Je t’ai tissé dans le ventre de ta mère. (Psaume 139.13)
C’est moi qui t’ai fait sortir du sein de ta mère. (Psaume 71.6)
Mon image a été déformée par ceux qui ne me connaissent pas. (Jean 8.41-44)
Je ne me suis pas éloigné, ni fâché car je suis l’expression parfaite de l’amour. (1 Jean 4.16)
C’est mon amour de Père que je répands sur toi. (1 Jean 3.1)
Parce que tu es mon enfant et que je suis ton Père. (1 Jean 3.1)
Je t’offre plus que ton père terrestre ne pourrait jamais te donner. (Matthieu 7.11)
Car je suis le Père parfait. (Matthieu 5.48)
Toute grâce que tu reçois vient de ma main. (Jacques 1.17)
Car je suis celui qui pourvoit à tous tes besoins. (Matthieu 6.31-33)
Mon plan pour ton avenir est toujours rempli d’espérance. (Jérémie 29.11)
Parce que je t’aime d’un amour éternel. (Jérémie 31.3)
Mes pensées vers toi sont plus nombreuses que les grains de sables. (Psaume 139.17-18)
Je me réjouis de tes louanges et de ton adoration. (Sophonie 3.17)
Je n’arrêterai jamais de te bénir. (Jérémie 32.40)
Tu fais parti du peuple que j’ai choisi. (Exode 19.5)
Je désire te donner mon pays et tout ce qui s’y trouve. (Jérémie 32.41)
Il est en mon pouvoir de te montrer de grandes et merveilleuses choses. (Jérémie 33.3)
Si tu me cherches de tout ton cœur tu me trouveras. (Deutéronome 4.29)
Trouve ta joie en moi et je te donnerai ce que ton cœur désire. (Psaume 37.4)
Car c’est moi qui t’ai donné ces désirs de me plaire. (Philippiens 2.13)
Je suis capable de faire plus pour toi que tu ne pourrais probablement l’imaginer. (Ephésiens 3.20)
Car je suis ta plus grande source d’encouragement. (2 Thessaloniciens 2.16-17)
Je suis aussi le Père qui te console de toutes tes peines. (2 Corinthiens 1.3-4)
Quand tu cries à moi, je suis près de toi et je te délivre de toutes tes détresses. (Psaume 34.18)
Comme un berger porte un agneau, je te porte sur mon cœur. (Esaïe 40.11)
J’effacerai toute larme de tes yeux. (Apocalypse 21.3-4)
Et je porterai toute la douleur que tu as subie sur cette terre. (Apocalypse 21.4)
Je suis ton père et je t’aime de la même façon que j’aime mon fils Jésus. (Jean 17.23)
Car mon amour pour toi se révèle en Jésus. (Jean 17.26)
Il est la représentation exacte de mon être (Hébreux 1.3)
Et il est venu démontrer que je suis pour toi, pas contre toi. (Romains 8.31)
Et te dire que je ne compte plus tes péchés. (2 Corinthiens 5.18-19)
Jésus est mort pour que toi et moi puissions être réconciliés. (2 Corinthiens 5.18-19)
Sa mort est l’expression suprême de mon amour pour toi. (1 Jean 4.10)
J’ai renoncé à tout ce que j’aime pour gagner ton amour. (Romains 8.32)
Si tu acceptes mon fils Jésus, tu me reçois. (1 Jean 2.23)
Et rien ne te séparera de mon amour. (Romains 8.38-39)
Dans ma maison au ciel, il y a tant de joie pour un pécheur qui se change de vie. (Luc 15.7)
J’ai toujours été le Père et serai toujours ton Père. (Ephésiens 3.14-15)
Ma question est : Veux-tu être mon enfant ? (Jean 1.12-13)
Je t’attends. (Luc 15.11-32)

Ton Père qui t’aime,
Dieu Tout Puissant



[/b]


_________________
marie-rose IHS
avatar
Marie Rose
En adoration

Féminin Messages : 2548
Localisation : bouches du rhône
Inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par P12345 le Mer 12 Fév 2014 - 9:25

"Mon enfant"...
Depuis combien de temps...
Ca me fait drôle ça, mais j'ai l'impression de n'avoir jamais été vraiment mise à une place d'enfant dans l'enfance
ni traitée avec cette protection, cette tendresse dont on entoure les enfants. Si bien que je me suis toujours crue parfaitement indigne du rôle de mère.
C'est vrai qu'avec mon côté "intello" j'ai tendance à oublier que Dieu nous aime comme un père ses enfants.
Ca me fait tout drôle, excusez-moi, je n'ai pas l'habitude.

Merci pour ces belles citations : c'est comme du miel.

P12345
Avec Saint Joseph

Féminin Messages : 1404
Age : 50
Localisation : Vers mon port d'attache
Inscription : 05/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Marie Rose le Mer 12 Fév 2014 - 9:33

lalala!!!! je savais que ça vous toucherez Philon!!!
D'ailleurs j'ai prié Dieu de toucher le coeur de ceux qui en ont besoin en lisant ce texte!
Voyez comme vous êtes aimé!
 Kisses 

_________________
marie-rose IHS
avatar
Marie Rose
En adoration

Féminin Messages : 2548
Localisation : bouches du rhône
Inscription : 07/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Malou le Mer 12 Fév 2014 - 10:08

Dieu compare également Son amour à celui d'une mère :

"Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite ? N'a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l'oublierait, Moi je ne t'oublierai point." (Esaïe 49:15).

Notre Dieu est Le seul capable de nous aimer d'un amour fidèle quelles que soient les circonstances.

J'aime beaucoup ce verset d'Esaïe.
avatar
Malou
Dans la prière

Féminin Messages : 5471
Localisation : Nord de France
Inscription : 12/07/2011

http://l-arc-en-ciel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi notre souffrance fait-elle fuir ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum