Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Le défi évangélique au pape François et les églises protestantes...

Aller en bas

Le défi évangélique au pape François et les églises protestantes...

Message par Gilles le Mer 22 Mai 2013 - 17:44

2 Mai 2013



Le défi évangélique au pape François

Amérique latine. Comme en Afrique, l’Église catholique sud-américaine est confrontée à la poussée militante d’une kyrielle d’Églises protestantes, souvent très spectaculaires dans leurs rituels. Cela explique l’appel à la réévangélisation lancé par le nouveau Saint-Père.

Si l’on en croit le prédicateur d’origine argentine Luis Palau, héritier du célèbre évangéliste américain Billy Graham, le nouveau pape est “un grand ami des évangéliques”. L’ancien archevêque de Buenos-Aires les connaît bien. Contrairement à son prédécesseur, François ne semble pas craindre la concurrence des multiples sectes protestantes qui prolifèrent notamment en Amérique latine. Il les considère même comme des alliés dans l’évangélisation, surtout auprès des jeunes : « Vous savez qu’au moins 80 % sont des païens qui ne connaissent pas Jésus », aurait-il dit à Luis Palau.

Leur croissance en Amérique du Sud a été fulgurante ces dernières décennies, le plus souvent aux dépens de l’Église catholique. « En Amérique latine, l’explosion protestante de ces dernières années est l’une des transformations majeures de la société », expliquait déjà Pierre Chaunu dans les années 1960. Ce que confirme l’historien Pierre Meyer : « À la fin du XIXe siècle, l’Amérique latine ne comptait pas 25 000 protestants, en majorité des étrangers, concentrés dans le sud du Brésil et autour de Buenos Aires. En 1938, [ils étaient] 400 000 ; en 1950, 2 millions. En 1962, si l’on en croit la statistique du World Christian Handbook, 9 millions. »

Aujourd’hui, les chiffres révélés par Sébastien Fath, spécialiste du monde évangélique au CNRS, montre que l’Amérique du Sud est le troisième continent évangélique par le nombre, avec 107 millions de fidèles, derrière l’Afrique (154 millions) et l’Asie (183 millions). La croissance en undemi-siècle a été spectaculaire : près de 1 000 % de hausse !

Proportionnellement à sa population, l’Amérique du Sud arrive en tête avec environ le quart des cristianos, comme ils se dénomment aussi eux-mêmes en espagnol. Ces nouveaux chiffres tiennent compte du dernier recensement au Brésil, le premier pays du sous-continent (45 millions de fidèles). Le nombre d’évangéliques s’y est accru de 16 millions entre 2000 et 2010 ! Suivent le Mexique (10 millions) et l’Argentine (5 millions), la nation du nouveau pape où, depuis 1990, près de 900 nouvelles Églises évangéliques ont été inscrites au Registre national des cultes. Elles sont 2 650, ce qui représente les trois quarts des 3 634 “religions” reconnues officiellement dans le pays.

Le sociologue argentin Fortunato Mallimacci assure qu’“un Argentin sur dix est évangélique”. Ce chiffre dépasse 20 % dans les secteurs les plus défavorisés : « Le lien entre la croyance et la pratique religieuse est plus fort chez les évangéliques que chez les catholiques. » Cette croissance évangélique répond, selon Mallimacci, au fait que « beaucoup de gens se sentent mieux intégrés par ces groupes qui jouent sur l’émotion pour se mettre en rapport avec Dieu. Ils mettent l’accent sur le contact personnel avec le monde spirituel ».

Ces néoprotestants sont issus du monde dit “revivaliste”, courant apparu au début du XXe siècle pour désigner les militants chrétiens qui souhaitaient réveiller la foi de leurs frères supposés assoupis dans leur pratique. La force de ces protestants est d’avoir mis au premier plan la lecture de la Bible, d’offrir de spectaculaires cérémonies de baptême pour les adultes et d’appeler à l’engagement missionnaire ceux qui se sont convertis ou “réveillés”. Certains pasteurs sont de véritables stars, comme le prédicateur Dante Gebel, parvenu à remplir le mythique stade Monumental de River Plate, presque l’équivalent du Stade de France en capacité…

En Colombie aussi, les temples prolifèrent dans les quartiers populaires, souvent établis dans des résidences privées ou des garages. Dans le pays andin, un prêtre catholique, Jesús Hernán Orjuela Pardo, alias “padre Chucho”, remplit les stades à la manière des prédicateurs protestants dont il a repris, sinon la liturgie, du moins le cérémonial. Il a même eu un programme à la télévision nationale. Ce phénomène d’imitation s’étend dans beaucoup de paroisses catholiques pour ne pas perdre les fidèles. La différence entre le rite romain et les célébrations évangéliques n’est pas toujours clairement faite. Les gens passent de l’un à l’autre, en pratiquant une sorte d’oecuménisme spontané, le plus souvent inconscient.

Les évêques colombiens avaient rendu compte de cette situation en juin 2012, lors d’une visite ad limina au Saint-Père : « La plupart du temps les gens sincères qui quittent notre Église, expliquaient-ils, ne le font pas pour ce en quoi les groupes “non catholiques” croient, mais fondamentalement pour ce qu’ils vivent ; non pour des raisons doctrinales mais existentielles ; non pour des raisons strictement dogmatiques mais pastorales ; non pour des problèmes théologiques mais méthodologiques. »

Le biographe nord-américain de Jean-Paul II, George Weigel, s’est étonné, dans un article de la revue First Things, de l’absence d’esprit défensif de Rome : « Si les catholiques abandonnent l’Église en cherchant une demeure dans les communautés pentecôtistes, c’est une faute de l’Église catholique ; ce n’est pas une oeuvre du Nord ou une machination du gouvernement des États-Unis, comme l’ont cru deux générations d’hommes d’Église d’Amérique latine. L’Église catholique doit se demander ce qui manque dans sa présentation de l’Évangile et de la vie selon l’Évangile ; combler ces manques est le chemin pour inviter ces catholiques à retourner dans la maison qu’ils ont laissée. »

Le Pr Weigel prenait ainsi le contre-pied d’une thèse, encore largement populaire dans les milieux ecclésiastiques, voulant que les missionnaires protestants fussent envoyés en Amérique latine par les États-Unis dans les années 1970 afin de contrecarrer l’influence de la “théologie de la libération”, très en vogue à cette époque. Il semble en réalité que c’est plutôt l’avancée du communisme en Asie qui provoqua le reflux des missionnaires protestants vers les pays du Sud dans les années 1927, 1934 et 1949.

Que le nouveau pape François, jésuite de surcroît, vienne de ces anciennes terres de mission, aujourd’hui reconquises par les sectes protestantes, est peut-être aussi un signe de la volonté de l’Église de reprendre l’évangélisation du Nouveau Monde. À l’exemple de l’élection de Benoît XVI, en 2005, qui n’eut de cesse durant son pontificat d’exhorter le vieux continent à retrouver le chemin de la foi.



avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24588
Age : 63
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum