Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Bannie10

Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com
-33%
Le deal à ne pas rater :
-20€ sur les manettes PS4 DualShock 4
39.99 € 59.99 €
Voir le deal

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Page 15 sur 15 Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Lun 24 Juin 2019 - 18:05

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Pendaison-Nazis

LA SHOAH ET LE JOURNALISTE

Superbe texte de Jean Marie Montali ( ancien directeur adjoint au Parisien)

Dans mon métier j’ai vu et entendu, comme beaucoup d’autres journalistes, pas mal de saloperies. Plusieurs d’entre nous ont vu des morts, plus qu’ils auraient  aimé en voir : Pulvérisés, fusillés, pendus, brûlés… Il y a beaucoup de façons de tuer ses semblables. On a de vraies aptitudes pour ça, on ne peut pas dire le contraire. Et toutes ces façons de tuer et de mourir, ça fait des tas cadavres de toutes les couleurs, de toutes les religions et de tous les âges, hommes et femmes, tout ça mélangé, un peu partout dans le monde, et des tas de survivants qui chialent des fleuves de larmes.

En ce qui me concerne, je ne me souviens plus du visage de ces morts, ceux que j'ai vus, ni de quoi que ce soit d’autre les concernant. Ils étaient morts, c’est tout. Je ne les ai pas pleurés. Je les ai oubliés, point. Je pourrais m’inventer des ébranlements d’âme, des commotions morales et des tristesses pour ne pas avoir l’air d’une brute. Je viendrais essorer tout ça à vos pieds avec des yeux de chiens battus, histoire de passer pour un type sensible et tout, et je pourrais vous raconter que tous ces morts me hantent. Mais non. Je les ai oubliés. Personne, vous comprenez, n’a envie de vivre avec les morts.

J’ai oublié ce gamin de Los Angeles, tué d’un balle dans la tête qui ne lui était même pas destinée… Ces morts d’overdose à Johannesbourg… Cette femme battue à mort par son salopard de fiancé... Ce père bosniaque fou de chagrin après la mort de ses deux fils à Brcko… Il s’est suicidé… J’ai oublié ces corps, en Somalie, à pourrir là où ils étaient tombés, par dizaines et par centaines, dans la poussière et l’indifférence... Si nombreux… Ceux de Kaboul, ceux de Sarajevo, ceux de Mogadiscio… Les autres…  En Colombie… Aux Philippines… Ailleurs... J’ai oublié le cadavre de ce vieillard sur lequel j’ai trébuché dans la pénombre d’une morgue de Baidoa, avant de m’étaler sur d’autres cadavres jetés là, sur le carreau, parce qu’on ne savait pas où les mettre tous ces morts, vous comprenez. Il y en avait tellement. Tellement. J’ai vomi sur les corps... Un employé a passé le jet... Je suis sorti… Dehors, on entassait d’autres corps contre les murs, les uns sur les autres, et ça montait, montait, la mort en briques, j’avais encore jamais vu ça... J’ai oublié le petit livreur de fruits de la vallée du Panschir...J’ai oublié cet autre père, au Pakistan, un réfugié afghan qui passait toutes ses nuits allongé sur la tombe de ses enfants pour ne pas que des charognards viennent les déterrer et les bouffer… Il mettait trois tulipes sur la tombe, une pour chacun de ses enfants...J’ai oublié cette petite fille tuée par le cancer à l’Institut Curie. Sa mère lui caressait les cheveux tout doucement et nous, le photographe et moi, on pleurait comme des veaux, chacun de notre côté. Je les ai oubliés, tous. Enfouis bien comme il faut tout au fond de ma mémoire, avec un couvercle là-dessus pour ne pas que ça déborde.  Qu’ils me foutent la paix ! Des gens meurent, c’est comme ça. Ça toujours été comme ça. Et ça sera toujours comme ça. On ne peut rien y faire. Des gens mourront parce que d’autres les tueront. On peut écrire des millions d’articles, montrer des millions de photos, faire des millions de discours dégoulinants de bon sentiments, ça ne changera pas, vous le savez bien.

Enfin bref, je dis tout ça pour que vous compreniez que, à la longue, on apprend à doser sa sensibilité.

Et puis voilà que je suis en Israël depuis 10 jours. Je prépare un livre -et peut-être un film- sur les rescapés de la Shoah. Depuis 10 jours, du matin jusqu’au soir, j’en rencontre plusieurs que je vois des heures durant en tête à tête. Ces petites vieilles toutes fragiles, ces petits vieux qui tiennent plus au moins debout et qui vacillent sérieusement sur leurs bases, sont nés en Ukraine, en Pologne, en Lituanie, en Roumanie, en Roumanie, en Hongrie, en Allemagne, en France et ailleurs. Le degré d’enthousiasme mis dans la tuerie avait, en quelque sorte,  des particularités locales : on ne tuait pas de la même façon en Roumanie qu’en Pologne ou qu’en Lettonie. Cela dépendait aussi du degré d’antisémitisme et de collaboration des pays concernés.

Aujourd’hui, ces quelques survivants ont peur que ces choses là tombent dans l’oubli. Qu’elles se reproduisent peut-être. Ils veulent raconter, témoigner. Sinon, qui se souviendra de ceux qui ont été exterminés quand ils ne seront plus là ? Alors, ils parlent et parlent encore. Parfois ils hésitent un peu. Non pas qu’ils trébuchent sur leur mémoire, mais ils hésitent dans le choix des mots : lesquels choisir pour décrire une horreur que l'humanité n'avait encore jamais connue ? Lesquels choisir pour être crédibles ? Parce qu’ils vivent avec ça aussi : la peur de ne pas être crus. Qui pourraient croire l’incroyable ? Et lesquels choisir pour rendre audible l’inaudible sans choquer les interlocuteurs ? Comment parler de l’indicible, comment faire comprendre la Shoah ?

La Shoah... ils en rêvent et se réveillent la nuit avec les cris des autres ou avec les leurs, avec les visages des disparus. Une mère, un père, une sœur, un frère, un voisin... Ils s’en souviennent. Bien sûr qu’ils s’en souviennent. De tout : la rafle, les cris, la peur, les chiens, le train, la sélection, la douche, la tonte, la nudité, le froid, la faim, le travail d’esclave, les corps entassés dans les baraquements, les cris des kapos, les poux, les expériences de Mengele… Et la mort.  La mort, partout, tout le temps. La potence. Les tirs. Le gaz. La fumée des crématoires. Les cendres, neige de l’enfer. Et puis encore, toujours, le visage d’une mère, d’un père, d’une soeur ou d’un frère. D'un enfant. Les visages des milliers, de millions d’autres exterminés dans les camps. Alors oui, ils s’en souviennent et vivent chaque jour et chaque heure avec leurs souvenirs et les fantômes des innocents.

Ils se souviennent des mois passés dans les ghettos, de l’étoile jaune, de l’humiliation, des mois cachés dans la forêt, de la chasse aux Juifs, de la faim, cette faim dont ils parlent tout le temps et qui les obsède encore aujourd’hui. Ils parlent des fusillades sur le bord des fosses communes, partout en Europe de l'est, au fond d’une forêt, au bord du Danube, sur les bords de la Baltique, au dessus d’un ravin, dans un parc au milieu d’une ville...

Ils parlent et parlent encore. Ils parlent et me protègent, il y a des choses qu'ils n'osent pas me dire, parce que pires que pire et qu'ils ne veulent pas me choquer et qu'ils voient bien que je suis déjà en apnée.  Et moi je voudrais les prendre dans les bras et je sais que ces visages là je ne les oublierai jamais. Et jamais depuis plus de trente ans que je fais ce métier je n'ai été aussi ému.

Le projet, la grande idée des nazis n’étaient pas seulement d’exterminer les Juifs. C’était de faire un monde où les Juifs n’auraient jamais existé. Pour ça, il fallait non seulement tuer et faire disparaître les cadavres, mais il fallait aussi détruire, brûler tout ce qui pouvait témoigner de cette existence juive : livres, œuvres d’art, synagogues, et que sais-je encore. Il fallait anéantir le présent des Juifs, le passé des Juifs et leur avenir en massacrant les enfants. Parmi ces enfants, combien auraient pu devenir Einstein, Mendelssohn, Mahler, Freud, Spinoza ? Combien de médecins, d’ingénieurs, d’architectes, de peintres, d’artisans ? De quoi et de qui les nazis ont-ils privé l’humanité ? Non pas la seule communauté juive, mais l’humanité dans son ensemble ? La Shoah, c’est notre héritage à tous, c’est l’héritage de tous les hommes, Juifs ou pas. Ça serait bien que les braillards antisémites s’en souviennent et ferment leur gueule. Ça serait bien que tout le monde s'en souvienne car sinon qui se souviendra, quand ils ne seront plus là, qu'une telle horreur a été possible ? Et que ce qui a été possible hier peut l'être encore demain, ici ou ailleurs ? Et ça serait bien que personne ne reste indifférent à la montée de l’antisémitisme en Europe aujourd’hui, et notamment en France.

Parce que l’indifférence, c’est le début de la complicité. C'est aussi l'indifférence qui a tué Madame Knoll.


Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 2Q==Jean Marie Montali


Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 3292882464
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Prince de Talmont le Mar 25 Juin 2019 - 13:26

doublon
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 573
Inscription : 15/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Mer 26 Juin 2019 - 15:07

@Prince de Talmont a écrit:
@Gilles a écrit:La Shoah, c’est notre héritage à tous, c’est l’héritage de tous les hommes, Juifs ou pas. Ça serait bien que les braillards antisémites s’en souviennent et ferment leur gueule.

Ma maman m'a toujours dit que ce n'était pas bien de dire des gros mots.
Ces gros mots comme vous le dites, sont bien moins pires que les atrocités de ces barbares nazis. Twisted Evil
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Prince de Talmont le Mer 26 Juin 2019 - 17:58

édité par la modération : on ne se critique pas : merci !
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 573
Inscription : 15/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par olivier0 le Mer 26 Juin 2019 - 21:39

@Prince de Talmont a écrit:Ce n'est pas une raison, ce Monsieur Montali est impoli.

C'est vrai on peut exprimer sa foi en restant poli cela ne coûte rien, au contraire.
Regardez, même la Loi Gayssot a été rédigée dans des termes tout a fait corrects et décents qui peuvent ( ou doivent ? ) être entendus de tous.

Envoyé depuis l'appli Topic'it
olivier0
olivier0
Veut-etre un saint/e

Masculin Messages : 234
Age : 49
Inscription : 21/09/2018

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Zamie le Mer 26 Juin 2019 - 22:11

@Prince de Talmont a écrit:Ce n'est pas une raison, ce Monsieur Montali est impoli.


Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Img_7610
Zamie
Zamie
Enfant de Dieu

Féminin Messages : 3125
Localisation : Sud -Ouest France
Inscription : 19/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Prince de Talmont le Jeu 27 Juin 2019 - 10:14

La spirale de la violence procède de la même logique, de son commencement à sa fin.

On pourrait dire : Qui insulte un œuf extermine un bœuf.
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 573
Inscription : 15/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Ven 5 Juil 2019 - 16:21

5 juillet 2019
Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 $

Décès d'Eva Mozes Kor, survivante d'Auschwitz, fondatrice de CANDLES Holocaust Museum

La survivante du camp de la mort nazi Auschwitz-Birkenau Eva Mozes Kor, victime des expériences inhumaines du docteur Josef Mengele, est décédée jeudi soir à Cracovie, en Pologne, à l'âge de 85 ans, a-t-on appris de trois sources indépendantes.

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 $

Née en Roumanie, Eva Kor fut fondatrice du CANDLES Holocaust Museum and Education Center à Terre Haute aux Etats-Unis, consacré au souvenir et à la réconciliation.

"Nous sommes profondément attristés d'annoncer le décès d'Eva Kor, survivante de l'Holocauste, l'avocate du pardon et fondatrice du CANDLES Holocaust Museum and Education Centre", a indiqué l'établissement sur son compte Twitter officiel.

Eva Kor est décédée lors d'un voyage annuel organisé par son musée, comprenant la visite de l'ancien camp nazi d'Auschwitz-Birkenau.

"Il y a seulement cinq jours, nous avons enregistré le témoignage d'Eva Kor, survivante d'Auschwitz, pour le compte de @AuschwitzMuseum Archive. Aujourd'hui, nous apprenons qu'elle est décédée", a indiqué sur twitter le musée d'Auschwitz.

"J'ai le coeur brisé en annonçant qu'Eva Kor est décédée et qu'elle sera enterrée aux États-Unis", a déclaré à l'AFP le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich.

En 2015, elle avait assisté au procès d’Oskar Groening, nonagénaire, ancien comptable du camp de la mort, accusé de "complicité" dans l'envoi de 300.000 Juifs dans les chambres à gaz entre mai et juillet 1944.

Lors de ce procès, elle a dépeint la réalité de ce camp où elle a vu disparaître sur la rampe, "en 40 minutes", ses parents et ses soeurs de 12 et 14 ans.

Elle a rappelé alors les expériences terrifiantes du tristement célèbre docteur Josef Mengele sur les déportés, en particulier sur les vrais jumeaux qui le fascinaient.

A 10 ans, elle survit seule aux côtés de sa jumelle Miriam, parmi les rats et les poux, soumise aux piqûres régulières de "l'Ange de la Mort", qui lui injectait une substance figeant la croissance de ses reins.

"Si j'étais morte, Miriam aurait été tuée avec une injection dans le coeur. Mengele aurait mené une autopsie comparée", a-t-elle alors indiqué.

Le 27 janvier 1945, les deux soeurs ont vu les soldats russes libérer le camp.

Après avoir vécu ensuite en Israël puis à Terre Haute, dans l'Indiana, Eva Mozes Kor a ouvert en 1995 le musée CANDLES sur l’Holocauste, avec pour mission de prévenir les préjugés et la haine par le biais d’une éducation sur la Shoah.

Pendant la Seconde guerre mondiale, environ 1,1 million de personnes, dont près d'un million de Juifs, ont été tuées par les nazis dans le camp d'Auschwitz-Birkenau, installé par les nazis allemands dans le sud de la Pologne occupée, entre 1940 à 1945.

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 $

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 1223239_8ec53
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Sam 20 Juil 2019 - 14:10

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Ad7716db-cc9b-44f4-b73e-16c8bfd4993e_JDX-2x1_WEB
Wernher Von Braun

Conquête de la Lune: les pères nazis de la mission Apollo 11

On célèbre cette semaine avec fanfares et trompettes, aux États-Unis, le 50e anniversaire de la conquête de la Lune par la mission Apollo 11. L’origine nazie des responsables de ce projet est la plupart du temps escamotée ou très brièvement évoquée.  

Les Américains détestent qu'on leur rappelle cette terrible réalité, mais les principaux architectes de leur programme spatial étaient des criminels de guerre. À Nuremberg, seuls les scientifiques nazis sans intérêt sont condamnés. En 1946, dans une opération clandestine nommée Paperclip, les États-Unis accueillent 1600 scientifiques, ingénieurs et techniciens nazis pour lancer leurs recherches sur les fusées.

Parmi les criminels de guerre recrutés figure Wernher von Braun, l’architecte du programme spatial américain. Il avait donné à Hitler son arme la plus terrifiante, la fusée V-2, dont 3000 exemplaires furent ciblés sur Londres, Anvers et Liège, causant la mort de milliers de civils.


Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Z

Membre du parti nazi depuis 1937, von Braun adhère aussi aux SS. Himmler lui accorda trois promotions qui le menèrent au grade de Sturmbannführer en 1943. Quand on lui montra une photo de lui en uniforme SS avec Himmler, von Braun affirma n’avoir porté l'uniforme SS que cette seule fois.

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 46289eec-5958-4ec5-9369-65c3c5ad7c8c_JDX-NO-RATIO_WEB

En 2002, un ancien officier SS de son centre de recherche de Peenemünde dit à la BBC que von Braun portait régulièrement l'uniforme SS dans des réunions.

Dans son étude Wernher Von Braun, the SS, and Concentration Camp Labor: Questions of Moral, Political, and Criminal Responsibility, Michael J. Neufeld, du Musée national de l’aéronautique et de l’espace de Washington, écrit que von Braun a été observé dans au moins cinq camps de concentration dont la main-d’œuvre servile travaillait pour son centre de recherche de Peenemünde. Sa présence au camp de concentration de Mittelbau-Dora, dépendance du camp de Buchenwald, chargé de la fabrication de missiles V2, est attestée par plusieurs témoignages. On estime que 60 000 prisonniers y ont effectué des travaux forcés pour fabriquer son V-2. Plus de 20 000 en sont morts: Juifs, Roms, soldats soviétiques et résistants français contraints de travailler jusqu’à ce qu’ils meurent d’épuisement. Des témoignages cités par Neufeld rapportent que von Braun a personnellement participé à des sévices administrés à des prisonniers récalcitrants.

Comme von Braun, son principal adjoint, d’abord en Allemagne et ensuite aux États-Unis, Arthur Rudolph, joua un rôle scientifique de premier plan au Pentagone et à la NASA. Il a reçu la plus haute décoration de l'armée américaine pour son travail sur le missile Pershing. La NASA lui a offert sa Médaille du service exceptionnel. Au début des années 80, longtemps après sa retraite, le gouvernement américain, qui était pourtant au courant de son passé odieux, a dû se résoudre à reconnaître, après des révélations journalistiques, qu’il avait commis des crimes de guerre.

Washington a quand même fait preuve de complaisance en acceptant de ne pas le poursuivre après qu’il eut renoncé à sa citoyenneté américaine et accepté de retourner en Allemagne, où il est mort en toute quiétude en 1996.

Parmi les autres nazis notoires entourant von Braun figurait aussi Kurt Debus, directeur des opérations de lancement de la NASA. Le cratère lunaire qui porte son nom honore ainsi un autre membre des SS et du Sturmabteilung (SA). Et Hubertus Strughold, «le père de la médecine spatiale américaine», qui a conçu la fameuse combinaison des astronautes d’Apollo 11. Savant nazi, il avait mené des expériences de privation d'oxygène sur des enfants épileptiques.

Également recrutés par les États-Unis dans le cadre de leurs recherches spatiales, pour leurs compétences particulières, on retrouve Kurt Blome, qui avait testé le gaz neurotoxique Sarin sur des Juifs à Auschwitz. Quant à Hermann Becker-Freyseng, Siegfried Ruff et Konrad Schaefer, ils expérimentaient à Dachau, notamment en injectant de l’eau salée dans les veines de leurs malheureuses victimes pour étudier leur mort, avant de venir participer à des recherches de médecine spatiale aux États-Unis.

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 X8FKIlea9bnimTJkyZcqUKVOmTJkyZcqUKVOmTJkyZcqUKVOmTJkyZcqUKVOmTJkyZcqU6e76PyQjEuod8bYVAAAAAElFTkSuQmCCUn fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 9k=Normand Lester


Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 2mh9iqi5
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Mer 24 Juil 2019 - 20:52

Mercredi, 24 juillet 2019
Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 58792dd6-b4ae-492b-8909-ddfcb75ad424_JDX-2x1_WEB
Himmler inspectant la division SS ukrainienne «Galicie».

Ottawa a donné refuge à des milliers de criminels de guerre nazis

Complétons cette trilogie de blogues sur les criminels de guerre en parlant du Canada. Des milliers d’entre eux ont été accueillis ici par les autorités fédérales. Ottawa a reconnu en 1997 avoir permis en 1950 à plus de 2000 membres de la 14e division Waffen-SS ukrainienne, la division «Galicie», de s’établir au Canada à la demande de Londres qui n’en voulait pas en Grande-Bretagne. 

Les SS ukrainiens servaient avec des escadrons d’extermination nazis (Einsatzgruppen) et des unités de police militaire allemande qui combattaient des groupes de partisans. Le Canada affirmait avoir reçu des assurances des Anglais que les SS ukrainiens n’avaient pas participé à des crimes de guerre. Ce que soutient également la communauté ukrainienne qui les considère comme des «combattants de la liberté». Des documents publiés depuis indiquent que les Britanniques n’avaient effectué aucune enquête sur leurs faits d’armes.

À l’émission 60 Minutes de la CBS diffusée le 2 février 1997, on affirmait qu’environ 1000 SS et collaborateurs nazis originaires des États baltes s’étaient aussi installés au Canada. Dans le reportage intitulé Canada’s dark secret (le secret honteux du Canada), il a été révélé qu’un journaliste d’enquête israélien qui se présentait comme un chercheur universitaire avait obtenu les confidences et aveux de 58 criminels de guerre d’Europe de l’Est, dont sept avaient reconnu avoir tué des Juifs. Vingt-cinq d’entre eux vivaient dans la région de Montréal.

Lors de l’émission de télévision allemande Panorama, on rapportait à la même époque que 1882 criminels de guerre allemands établis au Canada recevaient des «pensions de victime» de l’État allemand. Bien qu'une loi allemande interdise aux criminels de guerre de toucher de telles pensions, la loi n'était pas appliquée au Canada pour des raisons inexpliquées.

Presque tous ces criminels de guerre et collaborateurs, il faut le souligner, ont vécu ouvertement au Canada sous leur propre nom pendant plus d’un demi-siècle avant de s’éteindre paisiblement entourés de leur famille et de leurs proches.

Malgré les demandes répétées des organisations juives, le premier ministre Pierre-Elliott Trudeau a toujours refusé d’ouvrir des enquêtes et de poursuivre les criminels de guerre établis au Canada. Irving Abella, professeur d'histoire à l'Université York de Toronto a révélé que Trudeau s’était justifié devant lui en disant que cette question des criminels de guerre transporterait au Canada les antagonismes du Vieux Monde ajoutant que des poursuites contre des criminels de guerre exacerberaient les tensions entre les Européens de l'Est et les Juifs au Canada. Les libéraux fédéraux reçoivent l’appui politique de ces deux communautés.

Le jeune Pierre Trudeau n’était pas exactement un va-t-en-guerre pour ce qui est des conflits du Vieux Monde. En 1942, dans un discours appuyant le candidat anti-conscription Jean Drapeau, Trudeau dénonça la «malhonnêteté dégoûtante» du gouvernement libéral de Mackenzie King pour avoir déclaré la guerre à l'Allemagne en 1939.

C'est le gouvernement conservateur de Brian Mulroney qui a eu le courage de mettre sur pied, le 7 février 1985, la Commission d'enquête sur les criminels de guerre, présidée par le juge Jules Deschênes. La commission accouchera cependant d’une souris. Des mesures judiciaires seront prises dans une vingtaine de cas sur les 774 suspects de la liste maîtresse de la commission qui n’a rendu publics qu’une partie de ses travaux. La pratique courante a été suivie. Quelques criminels de guerre ont été expulsés vers leur pays d’origine plutôt que traduit devant les tribunaux et jugés au Canada. On s’en lave les mains. Bons débarras !

Le Canada a donc été un havre de paix pour des criminels de guerre nazis particulièrement ceux originaires d’Europe orientale qui bénéficiaient du soutien actif et de la complicité d’une frange nostalgique significative de certaines communautés culturelles de Montréal et de Toronto.

Le professeur John-Paul Himka de l'Université de l'Alberta et oncle de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a été mis au ban de la communauté ukrainienne pour ses recherches sur la participation de l'Ukraine à l'Holocauste. Il a déclaré au National Post : «Il est temps que quelqu'un y prête attention. [...] Le fait est que le gouvernement ukrainien et la diaspora honorent des participants à l'Holocauste et des criminels de guerre depuis longtemps.»

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 X8FKIlea9bnimTJkyZcqUKVOmTJkyZcqUKVOmTJkyZcqUKVOmTJkyZcqUKVOmTJkyZcqU6e76PyQjEuod8bYVAAAAAElFTkSuQmCCUn fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 9k=Normand Lester

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 2mh9iqi5
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Sam 27 Juil 2019 - 19:23

21 juillet 2019
Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 5bd8983684bde37b1303f9a07c07af24-temoignage-j-avais-16-ans-quand-j-ai-ete-deportee

Témoignage. « J’avais 16 ans quand j’ai été déportée »

La Rennaise Magada Hollander-Lafon, 91 ans, est une rescapée du camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau. A l’occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux « Justes » de France, ce dimanche 22 juillet, voici l’intégralité de son témoignage livré le 22 mai dernier devant des lycéens lauréats du Concours national de la Résistance et de la Déportation.
   
La Rennaise Magada Hollander-Lafon, 91 ans, est une rescapée du camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau. A l’occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux « Justes » de France, ce dimanche 22 juillet, voici l’intégralité de son témoignage livré le 22 mai dernier devant des lycéens lauréats du Concours national de la Résistance et de la Déportation.

Ce dimanche 22 juillet, à 11 h, à Rennes, se tenait la cérémonie de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux « Justes » de France, au mémorial des Martyrs de la Résistance et de la Déportation.

Cette journée correspond à la date anniversaire des rafles des 16 et 17 juillet 1942, au cours desquelles près de 13 000 personnes furent arrêtées dans Paris et sa banlieue, dont plus de 8 000 furent regroupées au Vélodrome d’Hiver (le Vél' d’Hiv) avant d’être déportées. Elle donne lieu chaque année à une cérémonie commémorative dans le square des Martyrs juifs du Vélodrome d’Hiver, à Paris (XVe), devant le monument érigé à proximité de l’ancien emplacement du Vélodrome.

Il y a deux mois, la Rennaise Magda Hollander Lafon, 91 ans, déportée au camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau avait témoigné devant les lycéens bretilliens lauréats du concours national de la résistance et de la déportation. Voici son témoignage.

«Une des rares survivantes»


« Je suis juive, née en Hongrie, j’avais 16 ans quand j’ai été déportée de ce pays avec ma famille. Je suis une des rares survivantes parmi les juifs hongrois.

Après les camps, au delà de toute la culpabilité d’avoir survécu, au delà de toutes les peurs, toutes les angoisses de me trouver toute seule face à la vie, je rêvais restaurer la dignité de l’homme là où son humanité a été bafouée, asservie, anéantie.

Parler et écrire, pour moi, sont une véritable épreuve. Mais je ne peux me dérober. J’ai derrière moi des milliers qui m’aident… J’obéis non pas à un devoir de mémoire mais à une fidélité à la mémoire de ceux qui ont disparu devant mes yeux, uniquement parce qu’ils étaient juifs.

«Tu dois vivre pour témoigner»


Il m’est revenu qu’à Birkenau, une mourante m’avait fait signe, ouvrant sa main qui contenait quatre petits bouts de pain. Elle m’avait dit : tu es jeune, tu dois vivre pour témoigner, pour ce qui se passe ici. Tu dois le dire pour que ça n’arrive plus jamais dans l’humanité.

J’ai oublié ce message pendant trente ans. Jusqu’au jour où j’ai lu dans une revue le mensonge de Darquier de Pellepoix, celui qui déportait les Juifs français, qui osait dire « qu’à Auschwitz, on n’avait gazé que des poux ».

« Cela m’a révoltée. La question est devenue pour moi : comment témoigner, comment transmettre une mémoire douloureuse de façon à mobiliser chez chacun un appel à la vie.

«Je ne me sens plus victime de la shoah»


J’ai senti que ma mémoire était restée longtemps sous l’emprise des bourreaux nazis. Elle ne pouvait être libérée que par un travail sur moi en reconnaissant, en revivant les blessures absorbées par ma peau. Ce chemin de pacification vers ma vie me permet de me dégager d’un poids immense, de me restituer à mon histoire personnelle, à mon identité.

Aujourd’hui, je ne me sens plus victime de la shoah, mais un témoin de la shoah. Si je me sentais victime de la shoah, je revendiquerais ma vie, au lieu de la vivre. Comment pourrais-je prendre ma place de témoin sans consentir à ce chemin ?

«J’ai une immense confiance en tous ces jeunes»


Je me sens une immense responsabilité quand je suis face aux jeunes. La foi dans la vie inspire toutes mes interventions. J’ai une immense confiance en tous ces jeunes. Ils sont magnifiques nos enfants ! Je le ressens plein d’attente, plein de présence, de sensibilité et d’ouverture. Ils posent des questions très profondes, ils sont habités d’une richesse personnelle qui m’émerveille.

Je les invite à changer leur regard sur eux-mêmes, d’avoir confiance en eux-mêmes. Je leur dis : quand vous êtes témoins d’une situation que vous ressentez comme inacceptable, comme humainement injuste, faites-vous confiance. Discernez, choisissez et devenez responsables de votre choix.

«Retrouvez l’espérance en l’humanité de l’Homme»


Transformez l’indifférence et l’ignorance en connaissance ! Combien, nous autres adultes, avons à changer notre regard sur eux. Je vous propose de les prendre là où ils sont, et non pas là où nous voudrions qu’ils soient. J’ai une foi immense en leur devenir.

Il nous reste maintenant à imaginer ensemble comment œuvrer, comment cultiver de vrais liens, avec moins de peurs, pour retrouver en nous l’espérance en l’humanité de l’Homme, et devenir des témoins vigilants, aujourd’hui, là où nous sommes. Demain dépend de chacun de nous. »

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Xk596sPpjvgAAAABJRU5ErkJggg==
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Prince de Talmont le Dim 4 Aoû 2019 - 15:24

Pray
Prince de Talmont
Prince de Talmont
Avec l'Archange Gabriel

Masculin Messages : 573
Inscription : 15/11/2018

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Lun 2 Sep 2019 - 3:56

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Peuple-polonais-guerre

Le 1er septembre 1939, les troupes allemandes entrent en Pologne

Comment le maître du mensonge lança, il y a quatre-vingt ans, la plus abominable opération meurtrière de tous les siècles.

Il n’était pas cinq heures du matin, ce 1er septembre 1939, lorsque les appareils de la Luftwaffe pénètrent dans l’espace aérien polonais, bombardent les centres névralgiques et clouent au sol les avions de l’adversaire. Une heure plus tard, la Wehrmacht attaque. En quelques jours, l’armée polonaise est foudroyée. En un mois, le pays est anéanti. La Pologne devient province du Reich allemand. Devant l’effondrement, les armées françaises et britanniques, entrées en guerre le 3 septembre, n’ont presque pas réagi. Les Polonais, de leur côté, ont voulu croire à la paix jusqu’au bout et n’ont lancé la mobilisation générale que le 30 août. Comment en étions-nous arrivés là ?

Le contexte de l’ambition hitlérienne

Depuis 1933, Hitler prépare son pays à l’établissement de deux réalités, d’après lui nécessaires à sa survie politique : la création d’un territoire regroupant tous les peuples de langue allemande, et la formation d’un espace vital pour atteindre l’autosuffisance au moins alimentaire et si possible industrielle. La création de cette grande Allemagne passait par la conquête, y compris violente. Cette idée d’Hitler s’appuie sur deux bases dans la société allemande : premièrement le rejet des clauses du traité de paix de 1919, considéré comme un « diktat » du vainqueur, et qui avait retiré à l’Allemagne des territoires contre sa volonté ; deuxièmement l’adhésion, en Allemagne et dans les populations germanophones voisines, aux thèses du pangermanisme, favorables à la réunion de tous les Allemands dans un seul État.

Cette base fortifiait la politique d’Hitler malgré les craintes de l’élite allemande, fondées sur la certitude, partagée par Hitler, que l’Allemagne n’était pas économiquement en mesure de faire face à un conflit généralisé de longue durée, et qu’il fallait se limiter à des actions partielles. Il y avait aussi la crainte de devoir affronter des adversaires militairement rodés, comme la France et le Royaume-Uni, alors que l’appareil militaire allemand, désorganisé entre 1918 et 1933, n’était pas encore totalement remis sur pied.


Lire la suite : Le 1er septembre 1939, les troupes allemandes entrent en Pologne


Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Logo

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 2mh9iq11
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Lun 2 Sep 2019 - 17:36


Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Lun 11 Nov 2019 - 20:55

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Richard-henkes-1050x600

Un prêtre déporté à Dachau pour s’être opposé à l’avortement, à l’euthanasie et à l’eugénisme

Le diocèse de Limbourg en Hesse (Allemagne) a béatifié, le 15 septembre, le Père Richard Henkes, déporté et mort à Dachau en 1945, pour s’être publiquement élevé contre l’eugénisme prôné par le régime national-socialiste :

Alors que le débat sur la bioéthique s’ouvre à l’Assemblée nationale le 24 septembre 2019, et que le nouveau président de la Conférence des évêques de France, Mgr Eric de Moulin-Beaufort, encourage les catholiques à manifester contre un projet de loi contesté, l’Église en Allemagne vient de mettre à l’honneur la figure de Richard Henkes, prêtre mort à Dachau en 1945.

Ordonné prêtre en 1925 dans la Société de l’Apostolat catholique – dont les membres sont aussi appelés « pallotins », du nom du fondateur, saint Vincent Pallotti (1795-1850) – Richard Henkes est de ces ecclésiastiques d’outre-Rhin qui ont vu clair dans l’idéologie néo-païenne du IIIe Reich.

A partir de 1941, le religieux se met à dénoncer la pratique de l’avortement. Établi sous le régime de Weimar en 1927 en cas de danger pour la vie de la femme, l’avortement est rendu obligatoire en 1935 « pour des raisons eugéniques » par le régime hitlérien. Il combat aussi l’euthanasie des infirmes et des invalides en vue de « la purification raciale ».

Arrêté en 1943, il est déporté au camp de Dachau, en Bavière. Assigné aux travaux forcés dans des conditions particulièrement difficiles, il demeure ferme dans la foi, encourageant ses compagnons à prier sans se lasser.

Ayant appris la langue tchèque auprès du futur cardinal Beran, déporté comme lui, le Père Henkes se porte volontaire pour s’occuper du bloc 17, principalement habité par des détenus tchèques. Il y soigne les malades atteints du typhus, auxquels il administre les derniers sacrements.

Contractant lui-même la fièvre typhoïde, Richard Henkes meurt le 11 février 1945, au terme d’une agonie qui aura duré cinq jours. Son corps est incinéré dans le crématorium du camp.

La figure du Père Henkes montre un éminent zèle sacerdotal et une charité pour les plus faibles. Sa défense de la vie de sa conception à sa mort naturelle est celle de la loi naturelle que Dieu a imprimée en toute créature et solennellement confirmée par la prescription du Décalogue, dont l’Église est la gardienne.


Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Logo_l10


Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 66f8d2d8e3025ad1fe863633d1756ece?s=50&r=g&default=https%3A%2F%2Fwww.lesalonbeige.fr%2Fwp-content%2Fplugins%2Fbuddypress-first-letter-avatar%2Fimages%2Fdefault%2F96%2Flatin_m Par Michel Janva le 25 septembre 2019
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Gilles le Lun 11 Nov 2019 - 20:57

11 novembre 2019
Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Raoul-10
À 92 ans, Raoul Duret raconte l'horreur de la guerre, lui qui a connu le camp de concentration de Dachau.

Un Québécois d'adoption raconte l'horreur du camp de Dachau

74 ans après la libération du camp de Dachau en Allemagne, Raoul Duret n'a rien oublié de l'une des périodes les plus sombres de l'histoire. Entré dans la résistance française à seulement 16 ans, ce Québécois d'adoption nous ouvre sa valise du camp de concentration, là où sont enfouis ses souvenirs de prisonnier de guerre.

Âgé aujourd'hui de 92 ans, Raoul Duret raconte que sa famille vivait sur une ferme en Haute-Savoie en France. En ces temps de guerre, il entra dans un groupe de résistants avec son père et son frère.

M. Duret servait de guide vers la frontière suisse pour des juifs recherchés par les nazis. C'est à la suite d'une dénonciation que les Duret ont été arrêtés, le 23 avril 1944. Une date gravée dans sa mémoire.

Tout comme l'incident de la veille, lors duquel il estime avoir frôlé la mort. "Moi, on m'a tiré dessus. Les balles m'ont sifflé les oreilles, explique-t-il. On s'est sauvés, mon ami et moi. Le lendemain soir, la police allemande était chez nous. Ils sont arrivés et ils ont arrêté papa. Ils l'ont battu. Moi, ils m'ont malmené aussi."


Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Photo-11
Une photo de famille avec Raoul Duret, deuxième à partir de la gauche, prise avant la guerre.

Avec d'autres déportés, les Duret ont fait le voyage vers le camp, entassés dans des wagons destinés aux bêtes, sans boire ni manger pendant trois jours.

"Les cheminots français ont été des résistants extraordinaires. Ils nous jetaient de l'eau, on en prenait un tout petit peu chacun, souligne-t-il, avant d'ajouter, j'ai goûté à ma pisse moi! Ça ne se boit pas! Il faut avoir soif pour faire une chose comme ça."

À l'entrée du camp en Allemagne, une phrase à faire glacer le sang le chamboule. "Sur le portail, c'était marqué : ici, on entre par la porte et on sort par la cheminée."


Lire la suite : Un Québécois d'adoption raconte l'horreur du camp de Dachau https://ici.radio-canada.ca

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Images?q=tbn:ANd9GcRhSTnrGcZ3eDgVUb17UTwrv_zGQTvMYykosAHQFViFlnKkFxnh&s par Nicole Germain

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Z
Gilles
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24958
Age : 64
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis - Page 15 Empty Re: Un fil de discussion en mémoire des millions de victimes des nazis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 15 sur 15 Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum