Forum catholique LE PEUPLE DE LA PAIX



Bienvenue sur le Forum catholique Le Peuple de la Paix!
Les sujets de ce forum sont: La Foi, la vie spirituelle, la théologie, la prière, les pèlerinages, la Fin des temps, le Nouvel ordre mondial, la puce électronique (implants sur l`homme), les sociétés secrètes, et bien d'autres thèmes...

Pour pouvoir écrire sur le forum, vous devez:
1- Être un membre enregistré
2- Posséder le droit d`écriture

Pour vous connecter ou vous enregistrer, cliquez sur «Connexion» ou «S`enregistrer» ci-dessous.

Pour obtenir le droit d`écriture, présentez-vous en cliquant sur un des liens "droit d`écriture" apparaissant sur le portail, sur l'index du forum ou encore sur la barre de navigation visible au haut du forum. Notre mail : moderateurlepeupledelapaix@yahoo.com

Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Brenda Lee le Mar 6 Déc 2011 - 17:51

Le luthéranisme a été fondé par Martin Luther (qui au départ était dans la foi catholique mais qui s'en est séparé par la suite). C'était un moine allemand qui est devenu docteur en théologie. Il s'est élevé contre les indulgences données par l’Église, ce qui été le point de départ de la Réforme (église réformée). Il a été condamné par l’Église en 1520.
avatar
Brenda Lee
Combat avec l'Archange Michel

Féminin Messages : 1177
Age : 56
Localisation : Sud Est de la France
Inscription : 01/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Brenda Lee le Mar 6 Déc 2011 - 17:55

C'est ainsi que dans l'église réformée d'inspiration luthérienne, les femmes peuvent être ordonnées (pasteurs).
avatar
Brenda Lee
Combat avec l'Archange Michel

Féminin Messages : 1177
Age : 56
Localisation : Sud Est de la France
Inscription : 01/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Dondedieu le Mar 6 Déc 2011 - 18:06

Ils aiment tous DIEU et
reconnaissent JESUS comme prophète...
Pourquoi les considérer comme "secte"....??

UNION DE PRIERES...
avatar
Dondedieu
Avec l'Archange Gabriel

Féminin Messages : 569
Localisation : FRANCE
Inscription : 17/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Brenda Lee le Mar 6 Déc 2011 - 18:11

Ils reconnaissent Jésus comme prophète mais non comme le Sauveur.
avatar
Brenda Lee
Combat avec l'Archange Michel

Féminin Messages : 1177
Age : 56
Localisation : Sud Est de la France
Inscription : 01/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Martial107 le Mar 6 Déc 2011 - 18:57

@Brenda Lee a écrit:Et le luthéranisme est une hérésie qui doit être combattue.

A partir du moment où certains s'arrogent le droit d'écarter ce que bon leur semble dans notre religion parce que cela les arrange, ils sont apostats, ni plus ni moins.

Encore une fois , arrêtez de lancer votre vindicte sur que d'autres pensent. Voilà comment naissent les conflits. Respectons les idées d'autrui.

Pour ma part, né et baptisé catholique, j'ai évolué dans ce milieu et puis je me suis posé cette question essentielle, pourquoi possèderai-je La Vérité, et d'abord quelle est cette Vérité que l'on m'assénait dès mon plus jeune âge sans que je puisse y comprendre grand chose !
Ne me contentant pas de vivre dans un milieu clos, je me suis intéressé aux autres philosophies et en bout de course aux Evangiles.
J'ai trouvé dans le Nouveau Testament un langage qui convenait à ma recherche d'Absolu. En conséquence, je me suis fait baptisé à 28 ans, conscient d'un acte pensé et voulu
C'est pourquoi je me donne l'appelation de chrétien évangélique!
En fin de compte, je me réclame de Jésus dans Sa Sainte Trinité, de personne d'autre ...
Pourquoi, faudrait-il que je me réclame de Calvin, de Luther ? La pensée doit-elle se soumettre ? Si elle se soumet, on perd automatiquement sa propre liberté de pensée.Si je me focalise sur un dogme quelqu'il soit, je perds ma liberté de jugement. Or, les paroles de l'Evangile se suffisent à elles-mêmes. Dois-je dépendre de Calvin, de Luther ... ou de tout autre concile pour entrer en symbiose avec l'Amour de Jésus ? Non, je suis serein car je ne me soumets pas aux commandements de Dieu, je les vis car j'y crois !
Martial

Martial107
Avec Sainte Therese de l'Enfant Jésus

Masculin Messages : 158
Age : 71
Localisation : Belgique : Andenne (Bonneville)
Inscription : 15/10/2011

http://www.contrass.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par anlise le Mar 6 Déc 2011 - 20:00

Merci à tous, je reste sur le point eucharistique, que seul un prêtre peut le faire car ses mains sont dotées du pouvoir donné par Dieu. Je reste formelle dessus.

Et pour les évangéliques ce n'est que du pain et du vin, certes ils donnent leur paroles Dieu entend mais il n'y a pas même poids même mesure. le pain et le vin ne deviennent que Jésus ar ils le pensent , on leur fait croire en cela. Car elle reste une église divisée, Dieu n'aime pas la division, il laisse les hommes libres mais sa volonté demeure, sa parole est infaillible, sur Pierre Je batirai mon église : de Pierre jusqu'à benoit XVI.

Beaucoup de catholiques ont quitté les bancs de l'église, les raisons sont multiples. Pour la vierge "dondedieu" ils croient que Marie est morte, on ne doit pas la vénérer.

C'est la bible uniquement qu'ils enseignent. Je pense que vu qu'ils ne rentrent pas suffisament en profondeur des écritures il y a des paroles qu'ils ont du mal a comprendre. Les gens qui connaissent vraiment en profondeur la religion catholique ne partiront pas ailleurs. Ils faut approfondir sa foi, et faire beaucoup de recherche, Dieu se laisse trouver.
Pour Marie, on est libre de l'accepter ou pas c'est tout à notre interêt. Les évangéliques n'y croient pas, ils méprisent cette croyance. Il faut savoir que Marie, en récitant son chapelet nous apprend la charité qui nous conduit à Dieu.
Cela se fait invisiblement, c'est pourquoi que le chemin nous emmène droit vers Dieu, il ne faut pas négliger Marie. On connait Jésus, on lit la bible, ce n'est pas tout, il faut atteindre la montagne qui fume et comment faire si on ne compte que quand on a le temps on lit un passage ! c'est pas suffisant, le chapelet nous enseigne la persévérance dans la charité. Le diable fuit le chapelet, il empêche les hommes de le réciter sachant que Marie est puissante et nous protègera, et par la suite on verra la splendeur divine.
avatar
anlise
Combat avec Sainte Marie

Féminin Messages : 1740
Inscription : 04/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par frerephilippe le Mar 6 Déc 2011 - 20:49

Bonjour mes frères et sœur que la Paix de Jésus et l’amour de Marie et de Joseph soit avec vous.
J'ai lai Bible de Jérusalem,

J’ai été enfant de cœur, lecteur responsable de groupe de jeune dans l’église Catholique et bien d’autre responsabilité et j’ai tout laissé pour devenir un Évangéliste dans une église évangélique pendant de longues années.

Je connais qui sont les Catholique je connais qui sont les évangélique je tiens à vous assurer je suis retourné dans la maison de mon Père je suis Catholique.
Catholique et fière de l’être.
Quand je lis vos messages je vois que vous dites que les évangéliques connaissent mieux que nous la Bible.
Moi je dis NON ils connaissent une partie de la Bible c’est pourquoi je vous demande vous les Catholique à avoir des bibles catholiques ; eux ils ont la bible Louis Second il manque des livres (7).

La Bible Catholique comporte 73 livres qui se composent dans l'ordre
du Pentateuque ou Torah - des Livres Prophétiques -des Écrits
des livres deutérocanoniques ou apocryphes
et du Nouveau Testament.
La Bible protestante comporte 63 livres parce ils ne reconnaissent pas comme canonique les livres deutérocanoniques qu'ils appellent apocryphes
Ces livres figurèrent dans toutes les bibles protestantes jusqu'au XIX° siècle bien que les Églises de la Réforme ne leur reconnussent pas de valeur normative; la profession de foi de la Rochelle déclare:" encore qu'ils soient utiles, on ne peut fonder sur eux aucun article de foi")

Ils ne peuvent vous parler et croire aux Purgatoire
Purgatoire : leurs bibles n’ont pas les livres de Maccabées
Le baptême des enfants pour eux il faut être adulte, mais jésus a dit laisser venir à moi les petits enfants.
La Sainte Vierge Marie pour eux n’est pas vierge.
Le Pape pour eux c’est l’antéchrist il représente le 666
Les prêtes sont des pécheurs pour eux il devrait être mariés
Les Saint, les anges, les anges gardiens il n’y croit pas.
Le Paradis pour eux c’est quand Jésus reviendra alors que pour les Catholique à la mort tu as la récompense de ta vie sur terre, le Paradis, le Purgatoire ou l’Enfer, comme l’a dit Jésus au bon larron aujourd’hui tu seras avec moi au paradis sur la croix il n’a pas dit au bon larron pas quand je reviendrais mais aujourd’hui le jour de la mort tu serras avec moi au Paradis.
La confession il ne croit pas au pouvoir du pardon.

Anne Onime1
j’ai bien aimée tes messages que Dieu te fortifie ma sœur.
En Bosnie Herzégovine à Medjugorje la Gospa « Marie Reine de Paix » converti chaque jour des Évangélique qui sont venu par curiosité il retourne avec le chapelet en mains il retrouve leur place parmi les catholiques
avatar
frerephilippe
Avec le Pape François

Masculin Messages : 962
Age : 60
Localisation : SAINT OUEN et TROIS RIVIERES
Inscription : 29/11/2011

http://wwww.viens Seigneur Jésus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par frerephilippe le Mar 6 Déc 2011 - 21:25

Celui qui n'est pas contre nous est avec nous.
personne ne peux servir deux maître à la fois
celui qui fait le bien est né dans l'amour et l'obscurité n'est pas en lui
Se sont l’homme qui ont mis tant de barrière entres l’homme en construisant chaque jours de nouvelle religions tous nous sommes enfant de Dieu et la liberté que Dieu nous donne c’est de garder notre fois et il fera le reste aimez les chrétiens de tout bord le reste n’est pas notre problème quand l’apôtre rapportaient à Jésus voila cette homme n’est pas avec nous et il guérit en ton nom Jésus répond celui qui est pour nous n’est pas contre nous
Vous êtes tous des enfants de Dieu vous qui êtes baptisez au Nom du père du Fils et du Saint Esprit sur la croix Jésus nous a donné Marie pour mère en disant à Jean VOICI TA MERE, Mère voila ton fils
Marie le jour du premier miracle de Jésus dit aux hommes faites tous ce qu’il vous dira
Je connais un Pasteur Évangéliste très aimer des Catholiques, le Pasteur Carlos dès qu’il n’est pas avec ses fidèles il est avec les prêtes où dans les Église Catholique
Laissons coïtent ensemble le bon grain et l’ivraie quand viendra la moisson Jésus séparera le bon et le mauvais car qui sommes nous pour juger notre seul mission sur terre c’est d’aimer, aimer son prochain, aimer Dieu nous avons rien d’autre à faire que vivre dans l’amour.
avatar
frerephilippe
Avec le Pape François

Masculin Messages : 962
Age : 60
Localisation : SAINT OUEN et TROIS RIVIERES
Inscription : 29/11/2011

http://wwww.viens Seigneur Jésus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Martial107 le Mar 6 Déc 2011 - 21:51

Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire et de le répéter, vous n'essayez pas de comprendre, d'être à l'écoute de ceux qui pensent autrement que vous, vous vilipendez, vous jugez, vous condamnez, vous agressez sans vergogne les chrétiens évangéliques en déformamnt la vérité quand cela vous arrange ! Comme je vous plains d'avoir autant de haine et de vindicte en vous: je suis chrétien et je n'ai pas en moi cette rage qui caractérise certains d'entre vous...
Martial

Martial107
Avec Sainte Therese de l'Enfant Jésus

Masculin Messages : 158
Age : 71
Localisation : Belgique : Andenne (Bonneville)
Inscription : 15/10/2011

http://www.contrass.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par frerephilippe le Mer 7 Déc 2011 - 0:30

Vous tropez jen'ai pas de haine en moi je les aime ils sont des choses qui nous rapproche si j'aime mes ennemis comment je ne pourais pas aimer mes frères évangeliques
DIEU
JESUS
LE SAINT ESPRIT
et la mission de Jésus chassez les démons faire de Jésus son sauveur personnel, combattre le péché cela nous raproche, le royaume de Dieu , le Pradis, si nous cherchons drs choses qui nois raproche il y en a; je ne juge personne car je dois aimer tout le monde et haïre le péché, jj'aime le pécheur je n'aime pas le péché ce n'est pas un jugemlent c'est une façon de vivre en respectant l'autre qui est en face de moi car lui aussi est un enfant de Dieu
avatar
frerephilippe
Avec le Pape François

Masculin Messages : 962
Age : 60
Localisation : SAINT OUEN et TROIS RIVIERES
Inscription : 29/11/2011

http://wwww.viens Seigneur Jésus

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Gilles le Mer 7 Déc 2011 - 3:36

@Martial107 a écrit:Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire et de le répéter, vous n'essayez pas de comprendre, d'être à l'écoute de ceux qui pensent autrement que vous, vous vilipendez, vous jugez, vous condamnez, vous agressez sans vergogne les chrétiens évangéliques en déformamnt la vérité quand cela vous arrange ! Comme je vous plains d'avoir autant de haine et de vindicte en vous: je suis chrétien et je n'ai pas en moi cette rage qui caractérise certains d'entre vous...
Martial

Bonsoir ou bonjour "Martial107" !

Je n'ai aucune animosité envers nos frères frères protestants ou qu'ils soient de mouvance évangélique... Bien au contraire, j'en ai connu personnellement, et je peux affirmer qu'ils en auraient beaucoup à apprendre à certains catholiques sur la charité chrétienne et l'Amour de Notre Seigneur. cheers

Cependant, je ne peux supporter les pseudo-évangéliques qui méprisent et haïssent les autres dénominations chrétiennes. comme le fait diaboliquement Twisted Evil cette "Michelle d'Astier de la Vigerie", fausse prophétesse sectaire, même rejetée par les protestants. Shocked

Je vous passe le lien afin que vous puissiez vous rendre compte de ses hérésies et ses blasphèmes envers les catholiques et les autres protestants qui ne "boivent pas son poison venimeux"... Lisez ce fil de discussion avec attention et vous m'en donnerez de nouvelles...

D Astier de la Vigerie - MICHELLE D'ASTIER DE LA VIGERIE: UN SCANDALE !

Fraternellement...

Gilles. Ville de Québec - Canada
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24588
Age : 63
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Emmanuel le Mer 7 Déc 2011 - 8:03

Bonjour,

Moi aussi, j'aime bien les chrétiens évangéliques. Une très bonne amie à moi est chrétienne évangélique, et nous aimons parler de Dieu.

Si vous trouvez une personne agressive dans ses propos, Martial - et cela arrive, parfois -, s.v.p., ne faites pas de généralisation. Adressez-vous à cette personne, et expliquez-lui simplement, et charitablement, en quoi vous croyez qu'elle fait erreur, ou comment cette personne pourrait être plus douce.

De manière générale, cher Martial, à lire les réponses des uns et des autres ici, je dirais que la plupart des intervenants ont beaucoup d'appréciation pour les chrétiens évangéliques.

Aussi, il ne faut pas prendre des désaccords sur la doctrine, sur lesquels il est normal d'échanger ou d'apporter des clarifications, pour des intentions hostiles.

Amicalement,

Emmanuel
avatar
Emmanuel
Citoyen d'honneur

Masculin Messages : 10326
Inscription : 14/04/2010

http://imitationjesuschrist.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Martial107 le Mer 7 Déc 2011 - 11:48

Je sais pertinemment que je suis sur un forum catholique. Je pourrais, il est vrai me cocooner dans un forum évangélique pour me sentir bien. Je ne suis animé d'aucun prosélytisme mais j'aime comprendre et m'enrichir en m'ouvrant à d'autres conceptions . Certes, je me suis un peu animé ce dont je suis désolé (merci Emmanuel ) à la lecture de certaines critiques traitant d'hérésies et de sectes à propos des évangéliques, comme certains protestants considèrent la religion catholique comme une secte qui a officiellement réussi...!!! Pour ma part, je ne veux tomber dans aucun de ces excès!. Je suis convaincu que nous sommes tous enfants de Dieu placés devant Lui sur le même pied. Pour ma part, c'est à la relecture des Evangiles que j'ai suivi mon chemin parallèle au vôtre! Je me suis donc fait baptisé à 28 ans en toute connaissance de cause et volonté. Je ne me réclame de personne si ce n'est de Dieu seul dans Sa Trinité. Pourquoi serais-je le disciple de Luther, de Calvin, que sais-je ? Les évangiles ne se suffisent-ils pas à eux-mêmes ?... ce qui n'empêche nullement d'écouter de plus érudits que soi! En effet, je ne veux, en aucun cas que mon jugement soit altéré par une personnalité humaine transcendante. Michelle d'Astier de la Vigorie est pour moi une personne qui suit un chemin très éloigné et pour laquelle je n'ai aucune affinité ni prise de référence, c'est très clair... Je ne souhaiterais donc pas être confronté à ce type de personne ! Gilles, tu m'as compris ! Ce que je recherche sur ce site, c'est une sorte de sain(t)e "curiosité" des motivations d'autres forumers afin d'y déceler un motif d'enrichissement. Bien à vous, Martial

Martial107
Avec Sainte Therese de l'Enfant Jésus

Masculin Messages : 158
Age : 71
Localisation : Belgique : Andenne (Bonneville)
Inscription : 15/10/2011

http://www.contrass.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Emmanuel le Mer 7 Déc 2011 - 13:46

Bonjour,

Ce sont de belles motivations, cher Martial, et je serai heureux d'échanger avec vous à nouveau dans le futur.

Smile

Amicalement,

Emmanuel
avatar
Emmanuel
Citoyen d'honneur

Masculin Messages : 10326
Inscription : 14/04/2010

http://imitationjesuschrist.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Martial107 le Mer 7 Déc 2011 - 14:24

@Emmanuel a écrit:Bonjour,

Ce sont de belles motivations, cher Martial, et je serai heureux d'échanger avec vous à nouveau dans le futur.

Smile

Amicalement,

Emmanuel
Merci Emmanuel
Amicalement,
Martial

Martial107
Avec Sainte Therese de l'Enfant Jésus

Masculin Messages : 158
Age : 71
Localisation : Belgique : Andenne (Bonneville)
Inscription : 15/10/2011

http://www.contrass.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par anlise le Mer 7 Déc 2011 - 19:10

Martial,
je ne déteste point les évangéliques, ce que je peux dire que c'est très facile de se faire avoir par eux quand on a pas suffisament appris la religion catholique, la religion catholique est une religion libre.
J'ai une proche évangélique et on échange souvent et petit à petit elle comprend les catholiques, elle s'est fait rebaptiser évangélique. Et je lui réapprend notre héritage.
Pour le baptême tardif, chacun à son opinion, j'ai été baptisé à 1 mois et j'en reste fière, car dès l'enfance tu reçois l'esprit de Jésus et on chemine avec. J'ai été élevé dans la religion catholique et plus j'appends plus j'en suis ravit d'avoir cette richesse et cette foi. J'oeuvre dans le secours catholique je peux vous affirmer qu'on ne voit en majorité que de nombreux évangéliques, ils viennent demander de l'aide chez les catoliques qui ne refusent pas en tant que caritas. La majorité vient aussi , pour : écouter bien : "apprendre à lire et écrire ce sont aussi les évangéliques" ceci dit que je les côtoie . Ils viennent pour pouvoir lire la bible. Il y en a beaucoup qui ont appris à lire par la bible et viennent se perfectionner chez nous. Voilà, donc pas de haine, ça se fait avec un grand amour. Par ailleurs, l'évangélique dit toujours qu'il n'est avec aucun groupe, lit la bible, la pensée évangélique reste évangélique. On baptisait les enfants jeunes car avant il y avait beaucoup de mortalité et les parents faisaient vite pour que l'enfant meurt en Jésus, dans son esprit-Saint. Ceci dit l'essentiel est d'être baptisé, car après on fait le catéchisme et on est libre de continuer ou pas. L'enseignement catholique a mis la france en hauteur.
avatar
anlise
Combat avec Sainte Marie

Féminin Messages : 1740
Inscription : 04/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Martial107 le Mer 7 Déc 2011 - 20:12

@anlise a écrit:Martial,
je ne déteste point les évangéliques, ce que je peux dire que c'est très facile de se faire avoir par eux quand on a pas suffisament appris la religion catholique, la religion catholique est une religion libre.
J'ai une proche évangélique et on échange souvent et petit à petit elle comprend les catholiques, elle s'est fait rebaptiser évangélique. Et je lui réapprend notre héritage.
Pour le baptême tardif, chacun à son opinion, j'ai été baptisé à 1 mois et j'en reste fière, car dès l'enfance tu reçois l'esprit de Jésus et on chemine avec. J'ai été élevé dans la religion catholique et plus j'appends plus j'en suis ravit d'avoir cette richesse et cette foi. J'oeuvre dans le secours catholique je peux vous affirmer qu'on ne voit en majorité que de nombreux évangéliques, ils viennent demander de l'aide chez les catoliques qui ne refusent pas en tant que caritas. La majorité vient aussi , pour : écouter bien : "apprendre à lire et écrire ce sont aussi les évangéliques" ceci dit que je les côtoie . Ils viennent pour pouvoir lire la bible. Il y en a beaucoup qui ont appris à lire par la bible et viennent se perfectionner chez nous. Voilà, donc pas de haine, ça se fait avec un grand amour. Par ailleurs, l'évangélique dit toujours qu'il n'est avec aucun groupe, lit la bible, la pensée évangélique reste évangélique. On baptisait les enfants jeunes car avant il y avait beaucoup de mortalité et les parents faisaient vite pour que l'enfant meurt en Jésus, dans son esprit-Saint. Ceci dit l'essentiel est d'être baptisé, car après on fait le catéchisme et on est libre de continuer ou pas. L'enseignement catholique a mis la france en hauteur.

Je suis très heureux de voir que le courant passe bien avec les évangéliques; voilà, en effet comment les choses doivent se passer dans une sereine coopération.
En ce qui concerne le baptème, prenons l'exemple de deux bébés, l'un est baptisé, l'autre pas et ils meurent. Y aurait-il une différence dans l'accueil que le Seigneur leur réserve ? En revanche, je conçois que le baptème d'un enfant représente une prise de responsabilité des parents, parrains et marraines de l'élever dans la Foi chrétienne. C'est une chance de plus de demeurer dans cette Foi, lorsqu'un jour il se remettra en question face à ses acquis religieux...
Amicalement
Martial

Martial107
Avec Sainte Therese de l'Enfant Jésus

Masculin Messages : 158
Age : 71
Localisation : Belgique : Andenne (Bonneville)
Inscription : 15/10/2011

http://www.contrass.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par anlise le Mer 7 Déc 2011 - 20:39

C'est notre cher GILLES qui pourras mieux vous répondre au sujet des 2 bébés, baptisé ou non. Je ne veux pas répondre n'importe comment. A mon avis si Jésus à pris le soin de demander à ce que nous baptisons dans l'eau et l'esprit ce n'est pas pour rien combien de personnes qui ne sont pas baptisées aujourd'hui l'un est évangélique l'autre catholique pas d'entente et donc pas de baptême c'est grave. On attend que l'enfant soit soi -disant adulte puis l'enfant reste là sans baptême. un baptême est un baptême le seigneur ne revient pas sur ses mots il ne ment pas. Il accepte le baptême comme le mariage il n'y a pas de divorce,d'infidélité avec LUI même si le baptême a été fait à la naissance les parents en sont conscients eux. C'est ce qui compte. L'essentiel est qu'on soit baptisé. ON grandi dans la foi.
avatar
anlise
Combat avec Sainte Marie

Féminin Messages : 1740
Inscription : 04/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Gilles le Mer 7 Déc 2011 - 20:42


[b]





Chapelle de la Résurrection, Chapelle pour l’Europe...


La Chapelle de la Résurrection est ouverte à tous ceux et celles qui travaillent, vivent ou passent dans ce quartier marqué par la présence des institutions européennes. Née d’une initiative catholique, elle offre une hospitalité dans un esprit œcuménique, avec le souci d’écarter tout facteur de division. Elle manifeste, en effet, une unité possible entre des peuples différents, et illustre la réconciliation créatrice, enracinée dans la Résurrection du Christ. Lieu de communion, de prière et de silence, la Chapelle veut être aussi un lieu d’échange, de dialogue et de partage pour tous ceux qui sont engagés dans la construction européenne.

La Chapelle est animée par diverses équipes dans un esprit de collaboration. Par sa situation, par sa vocation œcuménique et son esprit de partage, la Chapelle de la Résurrection est un signe modeste de la présence du Christ incarné dans notre histoire. Celle-ci semble vouloir se laisser deviner, comme la semence dans le champ, comme le Créateur qui s’efface derrière ses créatures dans un monde sécularisé.

La Chapelle est aussi un signe de réconciliation et d’unité devant la diversité des confessions chrétiennes, des religions et des peuples. C’est « une maison pour tous et toutes » où se cherche et se symbolise la communauté : c’est une Chapelle pour l’Europe.

-----------------------------------------------

Jeudi 15 décembre 2011, 13:15
Service œcuménique (avec musique d’orgue et chant d’assemblée)





Présidé par Ingeborg Pavlovičová (Eglise évangélique de la confession d’Augsbourg en Slovaquie) et Ilsemarie Weiffen (Eglise catholique)

La Chapelle vous invite chaque jeudi à 13h15 à une prière œcuménique, présidée par des officiants de deux confessions chrétiennes différentes. Une demi-heure de prière, de silence et de musique, trente minutes séparées du reste du temps - pour soi-même et pour Dieu. L’Avent est un temps d’attente et de préparation orienté vers la célébration de la nativité du Christ.

Cette année, c’est presque simultanément que les Juifs célèbrent la fête de Hanouka, la Fête des Lumières, du 21 au 28 décembre 2011. Cette fête remonte à la Purification du Temple de Jérusalem en 165 avant JC (voir 1 Macc. 4, 36-61 ; 2 Macc. 10, 1-9. )

Comme chrétiens, nous ne pouvons que nous réjouir de cette simultanéité épisodique des dates de Hanouka et de Noël. Nous voyons en Jésus la Lumière du monde, et même un temple nouveau, non bâti de main d’homme. La période de Noël trouve donc son prolongement dans la période de Hanouka, ce qui pourra créer en nous une luminosité plus forte encore.

Dates : le jeudi, de 13h15 à 13h45


Dernière édition par Gilles le Mer 7 Déc 2011 - 20:44, édité 1 fois
avatar
Gilles
Hiérophante contre le nouvel ordre mondial

Masculin Messages : 24588
Age : 63
Localisation : Ville de Québec - CANADA
Inscription : 25/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par anlise le Mer 7 Déc 2011 - 20:43

de baptisé au nom du père et du fils et du st esprit
avatar
anlise
Combat avec Sainte Marie

Féminin Messages : 1740
Inscription : 04/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Brenda Lee le Jeu 8 Déc 2011 - 11:09

Je ne lance aucune vindicte contre personne, loin de moi cette idée.
Je suis catholique traditionaliste c'est tout. Pour mémoire, rappelez-vous comment St François de Sales a combattu le protestantisme dans le Chablais et a gagné cette région à la foi catholique. Diriez-vous de lui qu'il a lancé une vindicte contre quelqu'un? Je ne le crois pas.

avatar
Brenda Lee
Combat avec l'Archange Michel

Féminin Messages : 1177
Age : 56
Localisation : Sud Est de la France
Inscription : 01/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Martial107 le Jeu 8 Déc 2011 - 15:50

@Brenda Lee a écrit:Je ne lance aucune vindicte contre personne, loin de moi cette idée.
Je suis catholique traditionaliste c'est tout. Pour mémoire, rappelez-vous comment St François de Sales a combattu le protestantisme dans le Chablais et a gagné cette région à la foi catholique. Diriez-vous de lui qu'il a lancé une vindicte contre quelqu'un? Je ne le crois pas.


C'est un fait que les armes de François de Sales ne furent pas les foudres de l'excommunication, ni la conversion par la force, mais uniquement les instruments de l'amour. C'est d'ailleurs l'une de ses devises : « Rien par force, tout par amour ». François de Sales incarna de façon exemplaire, au cours d'une existence souvent harassante, les plus hautes vertus évangéliques au point d'être appelé le Docteur de l'amour.

"Nous devons vivre selon la règle chrétienne, de telle sorte que nous soyons chanoines, c'est-à-dire réguliers, et enfants de Dieu non seulement de nom, mais encore d'effet. » disait François de Sales et c'est comme cela que je conçois les choses dans l'Amour et la compréhension mutuelle.

En effet, je ne crois pas que François de Sales ait "combattu" les protestants. En fait, dans sa démarche, il rencontre Théodore de Bèze, successeur de Calvin, que certains surnommaient le « Patriarche de la Réforme », secrètement et débat avec lui sur des sujets de théologies, et notamment sur l'importance des œuvres dans la vie chrétienne. Le dialogue sain et serein, à son exemple m'apparaît donc comme indispensable à la bonne gestion de notre vie chrétienne même si nos chemins sont parallèles quoique différents dans leur parcours...
Martial

Martial107
Avec Sainte Therese de l'Enfant Jésus

Masculin Messages : 158
Age : 71
Localisation : Belgique : Andenne (Bonneville)
Inscription : 15/10/2011

http://www.contrass.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Maud le Sam 10 Déc 2011 - 17:46

Chers amis , je vous mets ci dessous le témoignage d'un " catholique " qui avait rejoint les " évangéliques " et qui est revenu au sein de notre Eglise Catholique .
Il nous explique parfaitement ce qu'il nous sépare des " évangéliques "

*****
Les années universitaires www.priere.org


________________________________________
(Mon départ de chez les évangéliques : bilan)


Je voudrais dire un mot sur la période de transition que j'ai vécue entre le moment où j'étais partie prenante dans le groupe évangélique et celui où mon investissement s'est pleinement porté sur l'église catholique.

1. REACTION DES EVANGELIQUES A MON DEPART

Il est bien évident que mon choix de revenir à l'église catholique a beaucoup étonné mes amis évangéliques. Ils ne comprenaient pas comment cela était possible, eux qui étaient plutôt habitués à voir des catholiques tièdes venir gonfler leur rang. On peut dès lors comprendre que pour eux, une seule explication était possible, 'j'avais mal tourné'.

Je me souviens d'ailleurs de quelques rencontres avec des membres du groupe biblique après ma décision ; à cette occasion, ils n'ont pas manqué, il faut bien le dire, de m'avertir que l'Eglise catholique était remplie d'erreurs et que par conséquent je me fourvoyais. Face à ces affirmations pour le moins péremptoires, j'avoue qu'à l'époque je n'avais pas trouvé les mots pour leur expliquer mon choix.

Mais, en définitive, cela aurait-il servi un tant soit peu ? Ils étaient tellement persuadés que eux seuls possédaient la vérité que la meilleure explication du monde aurait été bien inutile. Je dois dire également à leur décharge qu'il ne m'était pas très facile de 'justifier' ma décision, d'autant que je connus, comme toute période de transition, des hésitations. Ainsi, tout en étant membre de l'aumônerie, je continuai pendant un certain temps à fréquenter les réunions bibliques, jusqu'au jour où ma position devint vraiment intenable du fait des jugements formulés plus ou moins explicitement par la plupart des membres du groupe biblique.

Pour conclure ce chapitre relatif aux évangéliques, je pourrais dire que je ne regrette pas cette expérience dans la mesure où elle m'a encore davantage enraciné dans l'amour de la Parole de Dieu. Pour moi, il m'est devenu maintenant impossible de concevoir ma foi indépendamment d'une lecture assidue de la Bible, même si, je dois le dire, cette conception de la foi est à nuancer pour d'autres, comme nous le verrons plus tard. J'ai aussi appris par eux que l'église avant d'être une institution est une assemblée, ce qui est lourd de conséquence pour la vision que l'on peut avoir de la messe ou de la vie en l'Eglise.

M'autoriserez-vous à ce sujet une petite digression ? Bien que mon amour de l'Eglise soit, je l'espère, profond, il n'est pas aveugle, il y a en effet certains aspects de sa vie qui, à mon avis, mériteraient d'être revus.

2. L'APPORT DES EVANGELIQUES DANS MA VISION DE LA LITURGIE

Par exemple, ce qui m'a toujours manqué dans les messes, c'est la spontanéité et l'enthousiasme dont faisaient preuve les évangéliques dans leurs réunions. Les chants, également, étaient d'une très grande intensité tant par leurs paroles, souvent tirées de la Bible, que par leur mélodie rythmée et entraînante. Par contraste, je dois dire que les chants de la messe sont - à mon goût - bien peu enthousiasmants, sauf exceptions, bien sûr.

C'est un avis qui n'engage que moi, mais l'aggiornamento (la mise à jour) de l'Eglise lancé par Vatican II a besoin d'être approfondi et prolongé vers une plus grande spontanéité dans les liturgies, où les fidèles pourraient s'investir pleinement par une participation plus grande.
Si on lit attentivement les Actes des Apôtres, on se rend vite compte que le rite était plus conçu comme un cadre servant à l'épanouissement de la spontanéité priante, par l'apport d'une certaine structuration, plutôt qu'à figer la prière en des formulations interdisant toute intervention des fidèles (Actes 2, 42-44.46-47 ; 4, 23-31 ; 12, 12-16 ; 13, 1-3 + Colossiens 3, 16).
A ce sujet, si vous voulez en savoir plus sur les adaptations possibles en assemblée dominicale ou à l'intérieur d'un office de la Liturgie des Heures, vous pouvez consulter cette page :
(adaptation de la méthode de prière à la prière en famille et en groupe, il est évident que ces adaptations sont à envisager dans de petits groupes plutôt que dans des grandes assemblées. Dans le cas de plus grands rassemblements, certains moyens techniques - micros circulant dans l'assemblée, etc... - peuvent compenser quelque peu l'effet de surnombre. On peut penser à la subdivision de l'assemblée en plus petits groupes au moment des partages pour après récapituler les partages par des prières de 'rapporteurs', etc... Cette dernière suggestion trouve plus ou moins sa mise en pratique dans ce qu'on appelle les dimanches 'parole en fête', mais ce type de messe du dimanche reste l'exception...).


Ces adaptations permettant une plus grande participation du fidèle n'empêchent pas d'ailleurs les prières eucharistiques, un court sermon introducteur ou récapitulatif du prêtre, etc... Ce ne sont évidemment que des suggestions, mais, il y a une direction qu'il me semble intéressant de prendre. De même, posons nous la question de la participation du corps dans nos messes 'assis-debout'. Le geste de paix est un excellent premier pas réintroduit à la suite de Vatican II, je dis 'réintroduit', car les premiers chrétiens connaissaient bien le baiser de paix (cf. 1 Pierre 5, 14). Comme on le voit, la tradition n'est pas du côté que l'on croit. Quoiqu'il en soit, mon but, comme vous l'avez certainement compris, n'est pas de contester, de révolutionner ou de critiquer, je préfère le chemin de l'obéissance réformatrice et priante, c'est à dire une réforme que je confie au Seigneur, car lui seul sait jusqu'à quel point j'ai tort ou raison, lui seul peut initier les réformes nécessaires dans un amour respectant les réticences et les crispations, et ce, pour atteindre à plus long terme une adhésion profonde et agissante de la part de tous. Et si dans le mûrissement de la vie de l'Eglise, le Seigneur appelle à une action plus 'visible', ce ne sera alors plus dans la contestation du fait même que les situations auront mûri grâce à la prière.

Après cette petite - ou trop longue - parenthèse, utile toutefois, si l'on veut bien comprendre ce que m'ont apporté ces groupes bibliques évangéliques protestants, je me propose de reprendre le fil de mon témoignage, à savoir les raisons pour lesquelles je suis revenu au 'christianisme de sensibilité catholique', cette dernière expression n'étant pas choisie innocemment. En effet, elle me paraît plus adaptée que 'catholicisme', dans la mesure où nous ne devons pas oublier que nous sommes chrétiens avant d'être catholiques, protestants ou orthodoxes. Si nous comprenions bien cette réalité, l'oecuménisme ferait un pas de géant.

3. L'EGLISE CATHOLIQUE ET LES AUTRES CONFESSIONS CHRETIENNES

Les religions présentées de manière concentrique
dans Vatican II, avec le catholicisme au centre

Mais, me direz-vous, si l'on est chrétien avant d'être catholique, pourquoi avoir opté pour le catholicisme ?

Tout d'abord, comme vous avez peut-être déjà pu le lire dans les pages précédentes (cf. notamment V) retrouvailles avec ma Mère l'Eglise : les faits), les raisons qui m'ont poussé à réintégrer le giron catholique sont d'ordre doctrinal, c'est d'ailleurs pourquoi je comprends pleinement la présentation des liens qu'il existe entre l'Eglise catholique et les autres chrétiens, puis entre l'Eglise et les autres religions dans l'article de foi de Vatican II, intitulé Lumen Gentium (chapitre 2, points 15-16-17) -
dans ce chapitre, les églises, puis les religions, sont présentées de manière concentrique : d'abord les catholiques, ensuite, les chrétiens, ensuite les juifs, ensuite les musulmans, et enfin les autres religions.
Plus on est proche du centre qu'est l'Eglise catholique, plus on est proche de la vérité ; plus on s'éloigne du centre, plus on s'éloigne de la vérité.

Maintenant, je peux dire que non seulement j'adhère à cette présentation cérébralement, mais aussi par expérience. Oui, vraiment, j'ai la conviction que je suis dans l'Eglise la plus proche du coeur de Jésus, sans pour autant nier aux autres églises la possibilité de m'enseigner et de m'inspirer dans la mesure où précisément elles se trouvent, malgré certains manques, dans le rayon d'amour du Christ.

Je disais donc que je pouvais souscrire à l'affirmation de Vatican II ci-dessus par expérience, ce qui me ramène à mon témoignage personnel.

J'en étais arrivé au moment où je décidai de franchir le pas. La nécessité de quitter ouvertement et définitivement le groupe biblique évangélique m'était désormais devenue une évidence.

4. CLICHES ET ERREURS D'ANALYSE DE LA PART DES EVANGELIQUES EN RAPPORT AVEC LA DOCTRINE DE L'EGLISE : UN EXEMPLE

Ce départ me fut, disais-je, grandement facilité par l'attitude du groupe biblique lui-même, mais pas uniquement.

Il ne fut pas très difficile de me rendre compte de certaines limites propres aux évangéliques quand j'entrai en contact avec l'aumônerie catholique. En premier lieu, je ne mis pas longtemps à m'apercevoir que l'opinion des évangéliques sur la vie de l'Eglise catholique reposait sur une montagne de préjugés enracinés dans un abîme d'ignorance. Cette ignorance était en un certain sens bien compréhensible puisque les 'catholiques' qui se convertissent au christianisme évangélique ne sont en toute logique catholiques que de nom. Tout comme moi à l'époque, ils n'ont pas une connaissance approfondie du catholicisme. Ils ne pratiquent pas ou peu. Dans ces conditions, il n'est pas étonnant que les évangéliques n'aient une vue que très partielle, pour ne pas dire partiale, du catholicisme.

Voici, pour illustrer mon propos sur les clichés véhiculés par les 'convertis venu du catholicisme', quelques morceaux choisis. Par exemple, que de réflexions n'ai-je pas entendues de la part de ces soi-disant catholiques sur la superstition catholique au sujet du culte des saints, etc...

Mais ces baptisés catholiques ayant abandonné toute pratique religieuse après la profession de foi ou la première communion n'avaient aucune idée des fondements bibliques de ce culte ou du sens profond de l'expression 'communion des saints', article du credo auquel les évangéliques adhèrent pourtant (pour un développement sur cette question, cf. pages suivantes). De même, je me souviens avoir entendu dans la bouche de certains pasteurs des déclarations bien tranchées sur la 'superstition eucharistique' des catholiques ou sur les supposées erreurs doctrinales du Magistère catholique, notamment au sujet du sacrifice eucharistique, qui, selon l'Eglise, 'reproduit' le sacrifice du Christ à chaque messe. Versets bibliques à l'appui, ils ne doutaient pas du bien-fondé de leur croisade anti-catho.

Le Christ nous aime au point d'actualiser son sacrifice à chaque eucharistie Mais ont-ils seulement lu ce que le Christ lui-même dit de la communion à son corps et à son sang en Jean 6, 48-58 ?

Ont-ils vraiment compris la logique de l'amour de Dieu, qui se donne éternellement, ce qui englobe aussi cette période transitoire qu'est notre monde ici-bas ? Sous cet angle, il devient tellement plus normal de penser que le Christ nous aime au point d'actualiser son sacrifice à chaque eucharistie, car c'est aussi pour nous, ici et maintenant, qu'il est mort. Sinon, pourquoi l'épître aux Hébreux sous-entend-elle, comme le philosophe Blaise Pascal, que le Christ est en agonie jusqu'à la fin des temps (Hébreux 7, 25) ? En effet, on ne peut imaginer un Christ intercédant pour nous (cf. aussi : Romains 8, 34) sans souffrir si intensément de notre péché qu'il en reproduit les gouttes de sang qu'il transpira au jardin des Oliviers il y a de cela deux mille ans, et ce, tout particulièrement dans le sacrifice eucharistique, mémorial du sacrifice du Christ sur la croix, sacrifice toujours si actuel tant le Christ est le même hier, aujourd'hui, éternellement dans son amour compatissant pour nous (cf. Hébreux 13, ).

Le Christ est, par son intercession, en agonie jusqu'à la fin des temps (Hébreux 7, 25)
Certes, l'épître aux Hébreux spécifie également que le Christ souffrit une fois pour toute :
car alors il aurait dû souffrir plusieurs fois depuis la fondation du monde. Or c'est maintenant, une fois pour toutes, à la fin des temps, qu'il s'est manifesté pour abolir le péché par son sacrifice. (Hébreux 9, 26)

Le côté unique du sacrifice qui s'est produit sur la Croix il y a 2000 ans est bien évident : le Christ souffrit sur la Croix à un moment précis de l'histoire. Mais cela empêche-t-il ce sacrifice de produire des fruits qui ont précisément pour but de réactualiser ce sacrifice suprême dans nos esprits, nos coeurs et nos corps ? Ces fruits éclosent à chaque eucharistie et s'enracinent en nous à chaque communion, puisque c'est le Christ lui-même qui s'enracine en nous par sa présence REELLE. N'avons-nous pas là une réalisation particulièrement concrète et parlante de cette promesse du Christ de venir habiter en nous (Jean 14, 23 ; Apocalypse 3, 20) ? Cette digression 'eucharistique' est, en définitive, tout à fait pertinente, car elle met en lumière une façon de lire les Ecritures, chez les évangéliques, qui est pour le moins déficiente. Cette carence explique, soit dit en passant, toutes les divergences théologiques entre protestants et catholiques (eucharistie, Vierge Marie, saints, autorité du pape, etc...). Par exemple, comme nous le verrons plus tard, la compréhension du rôle de la Vierge Marie nécessite une lecture ô combien plus exigeante que la simple mémorisation de versets !

Je voudrais apporter une toute dernière précision avant de passer aux découvertes que je fis par l'aumônerie catholique.

Comme vous l'avez sans doute déjà remarqué, je parle surtout de mon expérience avec les évangéliques ou évangélistes. Il s'agit là d'une des branches les plus extrêmes du protestantisme.
Beaucoup des critiques que j'ai formulées jusqu'ici ne s'appliquent qu'à eux (intolérance vis-à-vis du catholicisme, place exclusive de l'évangélisation verbale au détriment des oeuvres, etc...). J'ai eu aussi le bonheur de connaître - et j'ai toujours le bonheur de connaître - des luthériens et des baptistes. Ils sont beaucoup plus oecuméniques, fort heureusement, bien que nous ne partagions pas certains points de doctrine concernant la Vierge, les saints, le pape, l'Eucharistie, la place de la charité en relation avec l'évangélisation, etc...

Source :
Les années universitaires

www.priere.org
















avatar
Maud
Citoyen d'honneur vers la sainteté

Féminin Messages : 14722
Localisation : France
Inscription : 16/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par anlise le Sam 10 Déc 2011 - 20:11

Tés interessant, cela confirme mes dires, nos enfants quittent l'église car ils n'ont pas cherché la connaissance de la religion catholique.
avatar
anlise
Combat avec Sainte Marie

Féminin Messages : 1740
Inscription : 04/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ce qui nous sépare des protestants évangéliques

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum